Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Quatrième partie. La terre

Chapitre II. Les moyens d’action

Texte intégral

§ 1. La puissance des armes

  • 1 « De terra certe sua cito haberet mille milites preparatos ad prelium » Triumphus S. Lamberti in S (...)
  • 2 « Leodicensis enim episcopus numerosam habere militiam et magnarum esse virium noscitur ». Guillau (...)

1« Périsse celui qui a donné une telle puissance à un prêtre ! » Ces paroles sont attribuées par un clerc liégeois au demi-frère de Jean sans Terre, Guillaume dit Longue-Épée, comte de Salisbury, qui venait d’apprendre de la bouche du comte de Flandre que l’évêque de Liège Hugues de Pierrepont était capable de réunir promptement un millier de milites sans compter, bien sûr, les effectifs des grands vassaux de l’église1. Quelques années plus tôt, racontant l’assassinat d’Albert de Louvain, le chroniqueur anglais Guillaume de Newborough, notait que « l’évêque de Liège avait une armée féodale nombreuse et qu’il disposait d’une grande puissance »2.

  • 3 Cfr Gaier, Analysis of military forces in the principality of Liège et Art et organisation militai (...)

2Or les rares textes qui nous donnent des indications sur les effectifs de l’armée liégeoise aux temps de l’Église impériale confirment le témoignage de ces sources3.

  • 4 Constitutions, t. i, n° 436, p. 633. La date de ce document n’est pas établie avec certitude.
  • 5 Cfr K.F. Werner, Heeresorganisation und Kriegführung, p. 805-813, 823-836. – L. Auer, Der Kriegsdi (...)
  • 6 « Leodiensis episcopus LX mittat cum Hermanno aut Immone ». — Herman et Immon sont sans aucun dout (...)
  • 7 Voir les remarques très pertinentes de Cl. Gaier, Art et organisation militaires, p. 47-48.
  • 8 Gisl. Chron., ch. 9, p. 14. – Cfr Ganshof, Note sur le rattachement féodal, p. 516. – Il ressort n (...)
  • 9 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64. – à cette occasion, le comte de Louvain ne fournit que 200 mi (...)
  • 10 C.S.L., t. i, n° 35, p. 56.
  • 11 Triumphus sancti Lamberti in Steppes, ch. 11, p. 183 (1213). – C’est dans les terres de Hesbaye qu (...)
  • 12 Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 66 et n. 3.
  • 13 Gaier, Art et Organisation, p. 64.
  • 14 Gisl. Chron., ch. 60, p. 100, ch. 155, p. 240. – Ci-dessus, p. 180 et n. 387.

3Le premier document de ce type est l’Indiculus loricatorum de 9804. Il s’agit d’une liste des effectifs que les grands vassaux de l’Empire durent fournir à Otton II pour son expédition militaire d’Italie5. Le contingent de l’église de Liège fut alors fixé à 60 cavaliers lourds6. Ce chiffre, dont la valeur est toute relative, ne correspond évidemment pas au potentiel militaire réel de l’armée épiscopale. Son intérêt réside dans la comparaison qu’il permet d’établir avec les effectifs des autres princes : or on s’aperçoit que Notger fut alors tenu d’apporter un des plus forts contingents, ce qui permet d’établir « qu’à la fin du xe siècle, l’évêché de Liège était un des plus puissants parmi les fiefs d’empire de moyenne importance »7. Les documents ultérieurs permettent de renforcer cette affirmation : en 1076, l’évêque de Liège, en cas de conflit, s’engage à fournir à son vassal, le comte de Hainaut, 500 milites8. En 1101, Otbert vole au secours de son collègue l’évêque de Cambrai — attaqué par le comte de Flandre — avec une troupe de 300 guerriers montés9 et l’accord de 1127 relatif au bénéfice de Bouillon oblige le prélat liégeois à fournir le même nombre de cavaliers lourds à l’archevêque de Reims dès lors que ce dernier serait en difficulté10. Une source du début du xiiie siècle précise que la seule Hesbaye était en mesure d’apporter à l’évêque un contingent de 500 milites, sinon plus11. Nous pouvons donc admettre, sans hésiter, le point de vue de M. Gaier qui situe à 700 environ les hommes d’armes montés sur lesquels les évêques de Liège des xie et xiie siècles pouvaient compter. C’est un chiffre assez considérable si l’on songe que pendant la seconde moitié du xiie siècle, le comte de Namur ne pouvait réunir que 200 à 250 cavaliers12 et le comte de Looz 40013. Seuls le duc de Brabant ou le comte de Hainaut, avec leurs 700 milites, pouvaient rivaliser avec l’évêque14.

  • 15 En 1047-1048, l’évêque Wazon, menacé par la révolte de Godefroid le Barbu, « cives nonnumquam in a (...)
  • 16 « emotis etiam viribus, ejusdem civitatis » Cantatorium, ch. 97, p. 253. – Gaier, op. cit., p. 231 (...)
  • 17 Triumphus S. Lamberti de Castro Bullonio, ch. 10-11, p. 505-506, ch. 17, p. 508.– Gaier, op. cit.,(...)
  • 18 Renier, Triumphale Bulonicum, lib. V, p. 592. – Gaier, op. cit., p. 251-254.
  • 19 Voir l’extrait du Nécrologe de l’abbaye du Neufmoustier, f  81 V° publié par J.Closon, Alexandre I(...)
  • 20 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 90-91.
  • 21 En 1129, visiblement, les milices hutoises sauvent la victoire : Gaier, p. 239 et ci-dessus n. 19  (...)
  • 22 On s’en rendit compte, par exemple, à la bataille d’Andenne en 1151. Voir la source citée n. 18.
  • 23 Sur les obligations militaires des bourgeois de Liège et de Huy et les principes qui régissaient l (...)

4Il ne faut pas perdre de vue, cependant, que ces guerriers professionnels ne constituaient que le noyau de l’armée épiscopale. En effet, dès le milieu du xie siècle15, les milices urbaines furent incorporées aux forces militaires de l’évêque. Or les contingents des villes, — dont l’importance des effectifs se dérobe à toute évaluation précise — jouèrent un rôle de plus en plus décisif dans les grandes journées militaires liégeoises : les bourgeois de Liège combattirent au pont de Visé en 110616 et participèrent, avec les milices hutoises, au siège de Bouillon en 114117 et à la bataille d’Andenne en 115118. Les Hutois étaient présents au combat de Duras en 112919. Enfin, lorsqu’il ravagea le comté de Looz en 1179, l’évêque Raoul fut solidement épaulé par les bourgeois de Saint-Trond20. Au xiie siècle, les milices urbaines, qui se battaient si bien21 et qui pouvaient être rassemblées plus promptement que l’ost féodal22, étaient devenues indispensables23.

  • 24 Voir par exemple : Cantatorium, ch. 77, p. 184-186 (1095-1096), ch. 78, p. 194-195 (1095). – Ci-de (...)

5Enfin l’évêque pouvait compter, en principe, sur les grands vassaux de l’église de Liège comme le comte de Namur, le comte de Looz ou le comte de Montaigu-Duras24. Lorsqu’il réussissait à former de pareilles coalitions, regroupant les fideles ecclesiae Leodiensis, le prélat devenait presqu’invincible.

  • 25 Burchard de Worms, Decretorum libri XX, lib. I, ch. 202, col. 610. – L’évêque Francon († 901), sel (...)
  • 26 Cfr Johnson, The secular activities of the german episcopate, p. 206-222. – Auer, Der Kriegsdienst (...)

6Investi du sacerdoce, l’évêque ne pouvait pas faire couler le sang25. Comment dès lors concilier cette interdiction canonique avec des obligations temporelles qui forçaient le prélat — en raison même du caractère guerrier de la société médiévale — à hanter les champs de bataille26 ?

  • 27 Godefroid, L’avouerie de la cathédrale Saint-Lambert, p. 388-399. – Rappelons qu’il n’y eut pas de (...)
  • 28 Voir ci-dessous, p. 456-457.
  • 29 Anselme, ch. 55, p. 221-223 (1047-1048).
  • 30 Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, ch. 9, p. 504 (1141).
  • 31 Voir par exemple : « quamvis sciret [episcopus], pro huiusmodi calamitate magis utendum esse orati (...)

7On pourrait imaginer que l’évêque abandonnait ses fonctions de chef de guerre à l’avoué de Hesbaye qui était le porte-étendard de la milice liégeoise27. Or il n’en fut rien. La guerre était une affaire beaucoup trop importante pour que l’évêque en laissât le soin à autrui. D’ailleurs la présence du chef était indispensable. Et quel chef ! Représentant du Christ dans son diocèse, successeur de saint Lambert lui-même, le prélat disposait de tous les moyens spirituels nécessaires pour mettre Dieu de son côté28. Sans doute l’évêque — comme un général d’aujourd’hui — laissait-il à ses hommes le soin de pourfendre l’ennemi. Mais il ne se contentait pas de prier pour la victoire29, d’absoudre ses milites de leurs péchés et de leur donner la bénédiction30 : il marchait au-devant de ses troupes, dirigeait personnellement les opérations, n’hésitait pas, au besoin, à prendre part à la mêlée31.

§ 2. La force de l’argent

  • 32 4 autels portatifs d’or, 5 d’argent, 7 croix d’or, 3 d’argent, 1 ciboire d’argent, 4 calices d’or, (...)
  • 33 Le montant des sommes versées est précisé par Gilles d’Orval, lib. III, ch. 3, p. 80 qui utilise v (...)
  • 34 Nous nous en tenons aux chiffres avancés par le Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. (...)
  • 35 C.S.L., t.i, n° 29, p. 47. – Le rapport des valeurs or-argent était vraisemblablement de 1 : 12.
  • 36 Cfr H. Van Werveke, Le mort-gage et son rôle économique en Flandre et en Lotharingie, réimpr. ID.,(...)

8L’église de Liège était riche. À lui seul, l’inventaire du trésor de la cathédrale dressé sur l’ordre de Réginard à son avènement, en 1025, laisse rêveur32. Mais plus impressionnantes encore sont les sommes que les évêques affectèrent au développement du patrimoine de saint Lambert dans le courant du dernier tiers du xie siècle : en 1071, Théoduin donne 100 livres d’or, 175 marcs d’argent et plusieurs pièces d’orfèvrerie pour obtenir les alleux de Richilde de Hainaut et les lui rendre en fief33. En 1096 le duc Godefroid cède son château de Bouillon à l’église de Liège pour plus de 1300 marcs d’argent fin34 et la même année Otbert verse au comte de Hainaut 50 marcs d’or, soit 600 marcs d’argent, pour l’achat de la forteresse de Couvin35. On arrive donc, au total, à la somme fabuleuse de 2000 marcs36. Dans tout l’espace mosan, seul l’évêque de Liège, nous n’en doutons pas, est alors en mesure de réunir pareille somme. C’est ce qui explique, évidemment, que l’on s’adresse à lui.

  • 37 Cfr J. Paquay, Le patrimoine de l’église de Liège, p. 20 sv. – Ci-dessus, p. 104.
  • 38 « que coemptio ecclesias episcopii afflixit gravissime » Cantatorium, ch. 24, p. 69, ch. 70, p. 16 (...)
  • 39 Une amende de 3 livres et 10 sous frappait les délits contre le pouvoir public : Constitutiones, t (...)
  • 40 On sait qu’au moyen âge l’érection d’un marché, la frappe de la monnaie qui devait l’alimenter et (...)
  • 41 Cantatorium, ch. 96, p. 249 (1104). – Une « moneta nova » est encore mentionnée en 1198 : Renier d (...)
  • 42 Cfr N. Kamp, Münzprägung und Münzpolitik der Staufer, Hamburger Beiträge zur Numismatik, N.F., t. (...)
  • 43 Cette affirmation repose notamment sur une charte d’Otbert de 1118 en faveur de Saint-Pantaléon de (...)
  • 44 L’évêque était perpétuellement à l’affût de sources de revenus nouvelles. Ainsi lorsqu’il accordai (...)

9Quelle était donc l’origine de tout cet argent ? Il provenait, en premier lieu de la mense épiscopale37. Un domaine énorme dont les revenus — en argent ou en nature — étaient récoltés par les agents domaniaux puis centralisés à Liège par les officiers auliques et, notamment, le sénéchal et le chambrier qui était responsable, comme nous l’avons vu, de la cassette épiscopale. Au besoin, l’évêque n’hésitait pas à « gravement affliger » la cathédrale, les collégiales et les abbayes de l’église de Liège, c’est-à-dire à mettre la main sur leurs trésors38. De surcroît, l’évêque retirait des sommes considérables de l’exercice des droits régaliens et, notamment, la justice39, la monnaie, le marché et le tonlieu40. Le droit de monnaie était, sans aucun doute, une source de très grands profits. Surtout lorsque le maître de la frappe, comme le fit Otbert qui était perpétuellement à court d’argent, diminuait le poids des pièces et en altérait le titre41. Il convient d’insister sur l’importance que l’évêque attachait à ses prérogatives en matière monétaire. Nous croyons même qu’à l’instar des évêques du royaume de Germanie42, il voulait créer dans son diocèse une zone monétaire qu’il entendait, bien sûr, placer sous son contrôle43. Cette tentative remarquable doit évidemment être mise en rapport avec la politique diocésaine de l’évêque dont nous avons déjà rencontré, à maintes reprises, les manifestations : elle en est un des aspects les plus curieux et les plus significatifs44.

  • 45 Virtutes S. Eugenii, ch. 9, éd. Misonne, p. 264 (fin du xe s.). – Cantatorium, ch. 94, p. 243 (110 (...)
  • 46 Burchard, Decret., lib. III, ch. 146, col. 702. – Cfr Laenen, op. cit., p. 137-138.
  • 47 Roland, Chartes de Gembloux, n° 18, p. 36 (1018-1021). – Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 810 (103 (...)
  • 48 Ci-dessus, p. 298-300.
  • 49 Vita Balderici, ch. 23-24, p. 733-734 (écrite ca 1100) et Roland, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, n° 13, (...)

10À tous ces revenus d’origine publique ou domaniale qui correspondent à ceux dont jouissent les grands princes de la terre, il convient d’ajouter les richesses qui proviennent de la fonction épiscopale du « prince » de Liège. Ces droits pèsent, sans équivoque, sur le diocèse tout entier. Les deux plus importants sont le cathedraticum, qui est un impôt épiscopal frappant, chaque année, toutes les églises paroissiales, et l’obsonium, droit de gîte dont bénéficient l’évêque ou l’archidiacre lors de la « visite » du diocèse45. Le prélat perçoit également des revenus considérables en raison de sa haute juridiction sur les dîmes46. L’aspect le plus lucratif de cette juridiction est certainement le principe selon lequel toute dîme novale est « adjugée » à l’évêque qui, dès lors, se garde bien de l’attribuer gratuitement47. Il y a aussi les revenus dont on parle moins : ceux qui étaient liés à la collation des prébendes. L’Église, faut-il le dire, condamnait ces pratiques simoniaques. Le fait, cependant, qu’elles aient résisté aux attaques répétées dont elles furent l’objet est la preuve la plus évidente qu’elles rapportaient gros48. Plus occasionnelles mais non moins lucratives étaient les ressources qu’apportaient à l’évêque ses pouvoirs en matière de censure ecclésiastique. Car l’excommunication — le bannus episcopalis — ne se levait jamais sans contrepartie. Le pardon du prélat devait se racheter, or la réconciliation avec Dieu et son Église n’avait pas de prix49.

  • 50 Anselme, ch. 67, p. 230. – Au cours d’une famine, Wazon fit gratuitement distribuer de la nourritu (...)

11Pour faire de l’argent, nous insistons sur ce point, l’évêque jouissait donc de moyens plus grands, mais aussi plus nombreux, que ceux dont disposaient les princes laïcs du diocèse. Le prélat était plus riche qu’eux et il s’en rendait bien compte. Ainsi Wazon lorsqu’il disait à ceux qui voulaient le corrompre : Nolite. Ecclesiae, cui haec offene nitimini, fundi et pecuniarum est abunde50.

§ 3. L’aide du ciel

  • 51 « profitetur nullam de triumpho futuram difficultatem, cum pars sua iustiori causa uteretur, cum h (...)
  • 52 Commémoré dans l’Obituaire de Notre-Dame à Huy, éd. Renardy et Deckers, p. 207 (10 octobre).

12Vraiment, l’évêque n’est pas un prince comme les autres. Il a nécessairement Dieu pour allié et sa cause est évidemment la plus juste51. Les événements, du reste, lui donnent raison. La catastrophe de Hoegaarden (1013) n’est plus qu’un mauvais souvenir52. Les grandes journées militaires du xiie siècle sont là pour la faire oublier : à Visé (1106), à Duras (1129), à Bouillon (1141), à Andenne (1151), dans sa guerre contre le comte de Looz (1179) et enfin à Steppes (1213), l’évêque est sorti vainqueur du duel.

  • 53 L. F. Génicot, La cathédrale notgérienne de Saint-Lambert à Liège. – J. de Chestret de Haneffe, Le (...)
  • 54 Cfr J. Paquay, Le patrimoine de l’église de Liège, p. 107-122.

13Il doit beaucoup — nul n’oserait en douter — à l’intercession de saint Lambert. Le pieux martyr, dont les reliques sont jalousement conservées dans la crypte du chœur occidental de la cathédrale53, n’est pas seulement le saint tutélaire de l’église liégeoise : il en est aussi — et surtout — le vrai possesseur. Comme on l’a très bien dit, « saint Lambert est le patron céleste et le propriétaire idéal de l’église de Liège, survivant dans ses saintes reliques et représenté sur terre par le clergé de son église : l’évêque et le chapitre de la cathédrale »54. Et c’est pourquoi, en dépit des risques considérables auxquels on les expose, les reliques de saint Lambert sont transportées à Bouillon lors du siège de 1141 et à Andenne dix ans plus tard.

  • 55 Cfr Cl. Gaier, Le rôle militaire des reliques et de l’étendard de saint Lambert, p. 236 sv.

14Le possesseur du domaine ecclésiastique vient, en personne, reconquérir la forteresse qu’on lui a si injustement dérobée et marche à la rencontre de l’ennemi extérieur. Ses deux interventions directes sont nécessairement couronnées de succès55.

  • 56 Tractatus de învestitura episcoporum, éd. Bernheim, p. 501 (1109).
  • 57 Anselme, ch. 58, p. 224. – De fundatione et lapsu, ch. 11, p. 552. – C.S.L., t. i, n° 105, p. 165- (...)
  • 58 Toute relation avec l’excommunié était interdite, sous peine d’encourir soi-même l’excommunication (...)
  • 59 Vita Balderici, ch. 7, p. 727. – Cantatorium, ch. 77, p. 185 (1095-1096). – Gesta abb. Trud., Cont (...)

15L’évêque réunit entre ses mains le bannus episcopalis et le bannus regalis56. Il est le détenteur du glaive spirituel et du glaive temporel57. Dans ce monde profondément religieux, l’excommunication et l’interdit — avec tout ce qu’ils impliquaient58 — étaient des armes relativement efficaces. L’évêque les utilisait toujours en premier lieu, d’autant qu’elles ne revenaient pas très cher et qu’elles pouvaient rapporter beaucoup. C’est donc contre un ennemi déjà « entouré des chaînes de l’anathème » que le prélat dirige son armée59. Cette situation particulière ne manquait sans doute pas de produire, dans le chef des combattants des deux camps, des effets psychologiques dont l’évêque était le grand bénéficiaire.

§4. La paix

« nichil esse beatius, nichil Deo acceptius, si effera-tam praedonum rabiem ab innocentis vulgi oppres-sione compesceret ». Anselme, ch. 55, p. 222, à propos de l’évêque Wazon (1042-1048).

  • 60 Cat. cod. hag. Bibi. Reg. Brüx., pars I., t. ii, 1889, p. 486.
  • 61 Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 27, p. 474.
  • 62 Voir sur ce point les remarques de G. Duby, Gérard de Cambrai, la Paix et les trois fonctions soci (...)

16Gérard de Florennes, évêque de Cambrai (1012-1051), parent de Baldéric II de Liège60, avait un jour déclaré que le maintien de la paix était une prérogative royale et que le rôle des évêques dans ce domaine devait se limiter à exhorter les rois et à prier pour que Dieu leur accorde la victoire61. Au vrai, dans le cas présent, Gérard montrait simplement une profonde méfiance à l’égard des « fausses paix » des évêques de France, c’est-à-dire celles qui étaient fondées sur le serment et qui débouchaient sur des principes égalitaires62.

  • 63 « neminem ducem, marchionem aut comitem pro imperii Romani fidelitate, propatriae salute, studiosi (...)
  • 64 « miseras Leodicenses liberare studuit » Anselme, ch. 25, p. 203. – Cfr Vita Notgeri, ch. 1, 8, éd (...)
  • 65 « ad firmitatem videlicet pacis, ad maleficos territandos » Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 5, p. (...)
  • 66 « Haec oppidula [...] decernit vindex Dei humo si possit coequare, et ab his latrociniis fatigatam (...)

17Investi de la puissance temporelle l’évêque impérial du xie siècle ressemblait, de plus en plus, à un comte, un marquis voire un duc63. Aussi le devoir lui incombait-il nécessairement de faire régner l’ordre public : c’est pour protéger la paix que l’évêque Notger fait assiéger et détruire Chèvremont64, que Baldéric II tente de fortifier sa villa de Hoegaarden65, que Wazon détruit des repaires de « brigands »66.

  • 67 L’existence de certains règlements de paix antérieurs aux mesures prises par Henri de Verdun n’est (...)
  • 68 C’est la date donnée par Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, p. 90 qui nous a transmis l’essentiel d (...)
  • 69 « cum magno labore et magnis sumptibus pacem instituit teneri infra episcopatum » Gilles d’Orval, (...)
  • 70 Cfr Dauphin, Le bienheureux Richard, p. 254-267.
  • 71 Souvenons-nous que Henri de Verdun était un vieil ami de l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert (1055- (...)
  • 72 Sous l’abbé Odilon (994-1049) notamment : R. Bonnaud-Delamare, Fondement des institutions de paix (...)
  • 73 « Quia vero his nostris temporibus, dissidente sacerdotio et regno, ecclesiastica passim languebat (...)
  • 74 « Cujus internus equidem dolendus omni Lotharingie adeo fuit exitialis, ut justiţia et pax, que ul (...)
  • 75 Henri de Verdun avait eu l’occasion d’apprécier lui-même les inconvénients du désordre : en 1080, (...)
  • 76 Albert III de Namur, Henri de Durbuy, le comte palatin Herman II, le marquis d’Anvers Godefroid de (...)
  • 77 Gilles d’Orval, ibid.
  • 78 Nous avons rencontré cette expression caractéristique dans une charte épiscopale de 1153 : A.E. Mo (...)
  • 79 Comme l’indiquerait un denier de Henri de Verdun portant au droit la légende « pax ». Ce denier pr (...)
  • 80 La première sentence connue daterait de 1086 : A. Joris, Le plus ancien verdict de la Paix de Lièg (...)
  • 81 Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366 (1091). Le manuscrit autographe est conservé. Voir (...)

18Le terrain était donc très bien préparé67 lorsque l’évêque Henri Ier, le samedi 27 mars 1081 semble-t-il68, « à grand-peine et à grands frais » institua, pour la première fois dans le royaume germanique, le maintien de la paix dans les limites du diocèse69. Que Henri de Verdun ait pris pareille initiative, n’a rien qui doive nous surprendre. Une grande partie de sa carrière ecclésiastique s’était déroulée dans la ville où l’abbé Richard de Saint-Vanne († 1046), grand partisan du mouvement de la paix70, avait longtemps vécu71. Il semble, par ailleurs, que Henri de Verdun ait montré beaucoup d’intérêt pour Cluny dont le rôle dans la propagation de la trêve de Dieu fut très considérable72. Enfin, le désordre et le climat d’insécurité profonde qui régnaient dans le diocèse de Liège pendant le dernier quart du xie siècle — en raison, sans doute, de la Querelle des investitures73 et de la mort du duc Godefroid le Bossu († 1076)74 — ont probablement déterminé l’évêque à se charger lui-même du maintien de l’ordre public dans l’évêché75. À la demande, par le conseil et par la volonté des principes terre76 le prélat établit une trêve de Dieu — c’est-à-dire l’interdiction de porter les armes, d’allumer des incendies, de se livrer au brigandage, de commettre une agression et de se battre pendant certaines périodes de l’année — assortie de sanctions diverses liées au statut juridique du coupable et à la nature du délit : confiscation des alleux et des fiefs, expulsion du diocèse, amputation de la main droite, excommunication77. Telle est l’origine de ce qui deviendra plus tard le « Tribunal de la Paix ». Mais pour l’heure, la nouvelle juridiction sur laquelle Henri de Verdun, par un véritable coup de maître, venait de mettre la main, ne fut pas confiée à une cour particulière. Elle fut simplement rattachée au synode épiscopal mixte qui devenait, pour la circonstance, un sinodus pacis78. L’établissement de la paix de Dieu à Liège sous l’impulsion de l’évêque Henri Ier fut soutenu, semble-t-il, par une action de propagande79 et se traduisit immédiatement dans les faits80. Elle renforça considérablement le prestige personnel du prélat. Sigebert de Gembloux († 1112), qui avait très bien connu Henri de Verdun, lui attribua un qualificatif éloquent dans sa concision : amator pacis et religionis81.

  • 82 Cfr Joris, Observations, p. 532-541. – Voir le texte cité n. 69

19Le jus pacis développa l’autorité de l’évêque dans toute l’étendue du diocèse qui était, en principe, le ressort territorial de l’institution82.

  • 83 « quamplures principes, duces et barones scilicet et comites, et alii nobiles et eorum homines pac (...)
  • 84 Le texte de Gilles d’Orval placé à l’année 1081 ne mentionne pas la peine de mort ; il en est cepe (...)
  • 85 Cfr Mayer, Fürsten und Staat, p. 286-287. – H. Planitz et K.A. Eckhardt, Deutsche Rechtsgeschichte (...)
  • 86 C’est l’objet du conflit entre l’évêque Albert de Cuyck et la duchesse de Brabant : Renier de Sain (...)

20Très au fait des questions d’ordre juridique, le chroniqueur Gislebert de Mons écrivait à la fin du xiie siècle qu’« un grand nombre de princes, les ducs, les barons et les comtes et d’autres nobles, avec leurs hommes, ont à répondre et à satisfaire à la juridiction liégeoise de la paix »83. On imagine sans difficulté tout le parti que l’évêque pouvait tirer de ce pouvoir étonnant qui lui permettait d’« attraire » devant lui tous les hommes libres et non-libres de son évêché qui apparaît donc, une fois de plus, comme le champ d’action idéal de la domination épiscopale. En fait, c’est bien la haute justice et même la « juridiction du sang »84, qui en était l’expression la plus achevée85, que le prélat, par l’instrument de la paix, exerçait sur l’ensemble du diocèse. On comprend dès lors que, plus tard, certain prince laïc ait voulu soustraire « tous les hommes de sa terre » au « tribunal » liégeois86. On comprend aussi que l’évêque, par l’exercice de ce pouvoir, soit vraiment devenu le rival du duc de Basse-Lotharingie.

  • 87 « regum esse, seditiones virtute compescere, bella sedare, pacis commercia dilatare » Gesta episc. (...)
  • 88 « assensu [...] imperatoris Henrici » Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, p. 90, ch. 18, p. 94. – Ge (...)
  • 89 Éd. Bernheim, p. 502, éd. Krimm-Beumann, p. 79 (1109) : « iura [...] per reges delegata sunt episc (...)
  • 90 « imperiali auctoritate tenendam censemus et servandam pacem » M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, (...)
  • 91 « singulis baronibus terre nostre ut pro potestate sibi a Deo prestita pacem firmam teneant et ten (...)

21Née alors même que le roi n’était plus en mesure d’exercer efficacement sa mission primordiale : le maintien de l’ordre87, la paix liégeoise, instituée par un évêque impérial, ne doit pas être considérée comme une atteinte aux prérogatives de l’État. Dès l’origine, semble-t-il, elle fut tenue pour une délégation de l’autorité royale88. Aussi bien, lorsqu’à partir du début du xiie siècle, tout le temporel des églises épiscopales fut rassemblé sous l’étiquette commune de regalia, la « paix » ne fut-elle pas oubliée : c’est d’elle, pensons-nous, qu’il serait question dans les synodales banni qui furent cédés, selon l’auteur liégeois du Tractatus de investitura episcoporum, par les rois de Germanie à leurs évêques89. À partir de 1122, la juridiction de la paix est donc donnée en fief à l’évêque au moment où le souverain l’investit des droits régaliens. Henri II de Leez qui fit renouveler et confirmer par l’empereur Frédéric Ier Barberousse la pax Henrici episcopi in Leodiensi episcopatu90, ne voyait pas les choses autrement. En 1154-1155, au moment où il quitte son diocèse pour le service du roi, il décide ce qui suit : « à chaque baron de notre terre, en raison du pouvoir qu’il a reçu de Dieu, nous enjoignons de maintenir et de faire maintenir une paix ferme, en vue de préserver les biens ecclésiastiques, les agriculteurs et les voyageurs, au nom du seigneur roi et en raison de la fidélité qui nous est due »91.

  • 92 Nous étions déjà arrivé à cette conclusion au terme de notre étude sur le mandement de l’évêque Ra (...)
  • 93 Bien que vassal immédiat de l’évêque depuis 1076, le comte de Hainaut, dont la terre était située (...)
  • 94 Comme l’a très bien vu L. Génicot, Empereurs et princes en Basse-Lotharingie, p. 21 et n. 40 et No (...)

22Il faut admettre, par conséquent, que la juridiction liégeoise de la paix est conforme au système de l’Église impériale qui consistait à donner aux évêques, convaincus de la grandeur de leurs devoirs vis-à-vis de la couronne, des moyens de puissance très considérables. En s’emparant de la « paix », Henri de Verdun a servi les intérêts de l’empereur92. Il n’y a pas eu dans le diocèse de Liège, de « paix territoriales » comparables à celles qui virent le jour dans le comté de Flandre ou, plus tard, dans le comté de Hainaut93. En associant les principes terre à l’institution de la trêve de Dieu dans toute l’étendue de son diocèse, l’évêque les a brillamment devancés94.

Notes

1 « De terra certe sua cito haberet mille milites preparatos ad prelium » Triumphus S. Lamberti in Steppes, ch. 14, p. 187 (1214).

2 « Leodicensis enim episcopus numerosam habere militiam et magnarum esse virium noscitur ». Guillaume de Newborough, Hist. rer. Angl., lib. IV, ch. 37, éd. Howlett, p. 396-398.

3 Cfr Gaier, Analysis of military forces in the principality of Liège et Art et organisation militaires, p. 47-51, 61-66.

4 Constitutions, t. i, n° 436, p. 633. La date de ce document n’est pas établie avec certitude.

5 Cfr K.F. Werner, Heeresorganisation und Kriegführung, p. 805-813, 823-836. – L. Auer, Der Kriegsdienst des Klerus, p. 372-382.

6 « Leodiensis episcopus LX mittat cum Hermanno aut Immone ». — Herman et Immon sont sans aucun doute des avoués chargés de conduire au roi le contingent de l’évêque. – Il y a peut-être un rapport entre l’Indiculus et la réorganisation des biens de l’église de Liège par Notger qui réserva, comme nous l’avons vu, un tiers des alleux « his qui miliciam exercerent » Anselme, ch. 29, p. 206.

7 Voir les remarques très pertinentes de Cl. Gaier, Art et organisation militaires, p. 47-48.

8 Gisl. Chron., ch. 9, p. 14. – Cfr Ganshof, Note sur le rattachement féodal, p. 516. – Il ressort nettement de ce texte que les 500 milites ne représentaient qu’une partie de l’armée épiscopale.

9 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64. – à cette occasion, le comte de Louvain ne fournit que 200 milites.

10 C.S.L., t. i, n° 35, p. 56.

11 Triumphus sancti Lamberti in Steppes, ch. 11, p. 183 (1213). – C’est dans les terres de Hesbaye qu’étaient « chasés » les milites de la familia de Saint-Lambert : ibid., ch. 9, p. 181.

12 Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 66 et n. 3.

13 Gaier, Art et Organisation, p. 64.

14 Gisl. Chron., ch. 60, p. 100, ch. 155, p. 240. – Ci-dessus, p. 180 et n. 387.

15 En 1047-1048, l’évêque Wazon, menacé par la révolte de Godefroid le Barbu, « cives nonnumquam in armis esse praecepit ». Anselme, ch. 55, p. 222.

16 « emotis etiam viribus, ejusdem civitatis » Cantatorium, ch. 97, p. 253. – Gaier, op. cit., p. 231-234.

17 Triumphus S. Lamberti de Castro Bullonio, ch. 10-11, p. 505-506, ch. 17, p. 508.– Gaier, op. cit., p. 240-251.

18 Renier, Triumphale Bulonicum, lib. V, p. 592. – Gaier, op. cit., p. 251-254.

19 Voir l’extrait du Nécrologe de l’abbaye du Neufmoustier, f  81 V° publié par J.Closon, Alexandre Ier de Juliers, p. 419 n. – Gaier, op. cit., p. 237-240.

20 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 90-91.

21 En 1129, visiblement, les milices hutoises sauvent la victoire : Gaier, p. 239 et ci-dessus n. 19 : « exercitus episcopi terga vertit, in fuga compulsus, uno tandem cuneo in quo Hoienses erant, et pauci eorum milites cum comite Arnulpho Lossensi remanente ».

22 On s’en rendit compte, par exemple, à la bataille d’Andenne en 1151. Voir la source citée n. 18.

23 Sur les obligations militaires des bourgeois de Liège et de Huy et les principes qui régissaient la convocation des contingents urbains à l’ost, voir l’étude d’A. Joris, Remarques sur les clauses militaires des privilèges urbains liégeois, R.B.P.H., t. xxxvii, 1959, p. 297-316. – Voir aussi les remarques de F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan, p. 132-141 et de C. Gaier, op. cit., p. 145-148.

24 Voir par exemple : Cantatorium, ch. 77, p. 184-186 (1095-1096), ch. 78, p. 194-195 (1095). – Ci-dessus n. 21. – Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 5, 7, p. 502-503 (1141).

25 Burchard de Worms, Decretorum libri XX, lib. I, ch. 202, col. 610. – L’évêque Francon († 901), selon la tradition, avait renoncé à ses prérogatives spirituelles parce que ses mains étaient souillées du sang des Normands : Folcuin, Gesta abb. Lobb., ch. 17, p. 62. – Anselme, ch. 19, p. 199-200. – Il est sévèrement reproché à Otbert d’avoir frappé des moines de Saint-Hubert « usque ad sanguinis effusionem » Cantatorium, ch. 88, p. 218, ch. 90, p. 236.

26 Cfr Johnson, The secular activities of the german episcopate, p. 206-222. – Auer, Der Kriegsdienst des Klerus, p. 316-319, 360-361, 399, 58-59, 69. – Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens, p. 68 sv. – F. Prinz, Klerus und Krieg im früheren Mittelalter, Stuttgart, 1971, passim.

27 Godefroid, L’avouerie de la cathédrale Saint-Lambert, p. 388-399. – Rappelons qu’il n’y eut pas de maréchal d’armée de l’évêché de Liège avant 1214 : Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 126.

28 Voir ci-dessous, p. 456-457.

29 Anselme, ch. 55, p. 221-223 (1047-1048).

30 Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, ch. 9, p. 504 (1141).

31 Voir par exemple : « quamvis sciret [episcopus], pro huiusmodi calamitate magis utendum esse orationis clipeo quam visibili gladio, gravissima circumventus necessitate, paratis militum copiis, ad conserendam procedit cum hostibus manum. » Vita Balderici, ch. 10, p. 728 (1013 : texte écrit ca 1100). – « bellator Christi inexpugnabilis et inperter-ritus lorica iusticiae induitur, gladio spirituali accingitur, praevia cruce Christi in omnibus periculis pro lancea utitur » Anselme, ch. 55, p. 221 (1047-1048). – Cantatorium, ch. 78, p. 194-195 (1095). – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 8, p. 218 (1129).– renier, Triumphale Bulonicum, lib. V, p. 592 (1151).– Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. IV, ch. 27-29, p. 77-79 (1179). – Triumphus sancti Lamberti in Steppes, ch. 7, p. 179, ch. 10, p. 181-182, ch. 11, p. 183, ch. 12, p. 185, ch. 14, p. 186-187 (1212-1213). – Cfr Gaier, Art et organisation militaires, p. 195-197.

32 4 autels portatifs d’or, 5 d’argent, 7 croix d’or, 3 d’argent, 1 ciboire d’argent, 4 calices d’or, 3 calices d’argent, 21 candélabres d’argent, etc.. Éd. E. Schoolmeesters ,Un manuscrit de Langius, Leodium, t. xiii, 1914-1920, p. 44 et Mittelalterliche Schatzverzeichnisse, t. i, éd. B. Bischoff, Munich, 1967, n° 43, p. 50-51.

33 Le montant des sommes versées est précisé par Gilles d’Orval, lib. III, ch. 3, p. 80 qui utilise vraisemblablement le texte d’une notice contemporaine. – Cfr Cantatorium, ch. 24, p. 69 – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11. – Ganshof, Note sur le rattachement, p. 509-510.

34 Nous nous en tenons aux chiffres avancés par le Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 1, p. 499, Renier, Triumphale Bulonicum, lib. I, p. 584 (qui ajoute 3 marcs d’or) et Laurent de Liège, Gesta episcoporum Virdunensium, ch. 12, p. 498 (qui ajoute 1 livre d’or). – H. Van Werveke, Monnaie, lingots ou marchandises ?, réimpr., p. 200, pensait, à juste titre, croyons-nous, qu’il s’agissait, dans le cas de Bouillon, d’une vente à réméré. Nous comptons revenir sur la question dans une étude en préparation (voir ci-dessous n. 43).

35 C.S.L., t.i, n° 29, p. 47. – Le rapport des valeurs or-argent était vraisemblablement de 1 : 12.

36 Cfr H. Van Werveke, Le mort-gage et son rôle économique en Flandre et en Lotharingie, réimpr. ID., Miscellanea mediaevalia, 1968, p. 169-170, 180, où l’on trouvera d’autres chiffres.

37 Cfr J. Paquay, Le patrimoine de l’église de Liège, p. 20 sv. – Ci-dessus, p. 104.

38 « que coemptio ecclesias episcopii afflixit gravissime » Cantatorium, ch. 24, p. 69, ch. 70, p. 163, ch. 83, p. 206-207. – Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 1, p. 499.

39 Une amende de 3 livres et 10 sous frappait les délits contre le pouvoir public : Constitutiones, t. i, n° 217, p. 308-309 (1162).

40 On sait qu’au moyen âge l’érection d’un marché, la frappe de la monnaie qui devait l’alimenter et la perception du tonlieu, c’est-à-dire la taxe par laquelle le marchand payait sa « paix », étaient étroitement liés. L’église de Liège levait le tonlieu à Liège, Maastricht, Fosses, Visé, Huy et Dinant. Elle possédait des ateliers monétaires — auxquels un marché était sans doute annexé – à Liège, Maastricht, Fosses, Visé, Huy, Dinant ( ?), Bouillon, Ciney et Thuin : M.G.H., DD., Ludwig d. K., n° 57, p. 184 (908). –Otto IL, n° 85, p. 100-101 (974), n° 308, p. 365 (983).– Otto III., n° 16, p. 414 (985), n° 45, p. 446 (987). – Heinrich III., n° 35, p. 45 (1040). – Heinrich IV., n° 234, p. 296 (1070).– Ci-dessus, p. 101 n. 149.– M.L. Fanchamps, Étude sur les tonlieux de la Meuse moyenne, p. 232-237. – R. Kaiser, Münzprivilegien und bischöfliche Münzprägung in Frankreich, Deutschland und Burgund im 9.– 12. Jahrhundert, Vierteljahrschrift für Sozial – und Wirtschaftsgeschichte, t. lxiii, 1976, p. 321-327, 337-338. – L’évêque de Liège « signe » les deniers de son nom dès l’épiscopat de Théoduin (1048-1075) : H. Frère, Le droit de monnaie de l’évêque de Liège, p. 72-74. De cette manière, le prélat affirme pleinement ses droits sur la monnaie qu’il frappe. Ce privilège exorbitant lui fut probablement accordé par le souverain.

41 Cantatorium, ch. 96, p. 249 (1104). – Une « moneta nova » est encore mentionnée en 1198 : Renier de Saint-Jacques, Annale, p. 61.

42 Cfr N. Kamp, Münzprägung und Münzpolitik der Staufer, Hamburger Beiträge zur Numismatik, N.F., t. xvii, 1963, p. 519-520 et n. 12-13.

43 Cette affirmation repose notamment sur une charte d’Otbert de 1118 en faveur de Saint-Pantaléon de Cologne : C.S.L., t. i, n° 34, p. 55. – Nous préparons actuellement une étude sur ces questions que nous avons déjà traitées lors d’une communication présentée à Huy le 20 août 1976 au 44e congrès de la Féd. des cercles d’hist. et d’arch. de Belgique.

44 L’évêque était perpétuellement à l’affût de sources de revenus nouvelles. Ainsi lorsqu’il accordait des franchises à ses villes. Les bourgeois de Huy, pour obtenir la leur, abandonnèrent à Théoduin la moitié de leurs biens meubles : A. Joris, La ville de Huy, p. 109, 481 (1066).

45 Virtutes S. Eugenii, ch. 9, éd. Misonne, p. 264 (fin du xe s.). – Cantatorium, ch. 94, p. 243 (1104). – Gilles d’orval, lib. III, ch. 32, p. 106 (1151). – Roland, Chartes de Gembloux, n° 18, p. 37 (1018-1021). – A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 2, p. 391 (1029).– Bernard et Bruel, Chartes de Cluny, t. v, 1894, n° 3659, p. 6 (1091). – Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 289, p. 189 (1118). – Habets, P.S.H.A.L., t. xxv, 1888, n° 2, p. 99 (ca 1131).– Piot, Saint-trond, t. i, n° 79, p. 106 (1163). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 578 (1196). – Cfr J. Laenen, Introduction à l’histoire paroissiale du diocèse de Malines, Bruxelles, 1924, p. 217-225. – A. Munsters, Het « cathedraticum » in het oude bisdom Luik, De Maasgouw, t. lxvi, 1952, p. 17-20, 33-36, 52-55. – M. Lalmant, Dict, de droit can., t. ii, 1937, col. 1436-1440.

46 Burchard, Decret., lib. III, ch. 146, col. 702. – Cfr Laenen, op. cit., p. 137-138.

47 Roland, Chartes de Gembloux, n° 18, p. 36 (1018-1021). – Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 810 (1031 : doc. faux) : « novas decimas, in generali synodo meis usibus adjudicatas ». – Despy, Waulsort, n° 9, p. 335 (1050). – Hauptstaatsarchiv (Düsseldorf), Brauweiler, n° 10 (ca 1132).

48 Ci-dessus, p. 298-300.

49 Vita Balderici, ch. 23-24, p. 733-734 (écrite ca 1100) et Roland, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, n° 13, p. 224 (1015 : faux fabriqué ca 1100-1125). – Bonenfant, B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 1, p. 336 (1025-1034 : suspect). – B.U.Lg, ms. 1972, f° 21 R° (1044 : suspect). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 303 (1046 : suspect). – Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 6, p. 56 (1088-1089 : l’excommunication n’est pas certaine). – Bormans, Recueil des ordonnances, V sér., p. 21, § 4 (1168-1189).– A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 3, p. 395 (1192).

50 Anselme, ch. 67, p. 230. – Au cours d’une famine, Wazon fit gratuitement distribuer de la nourriture et de l’argent. Cfr ci-dessus, p. 103 n. 155.

51 « profitetur nullam de triumpho futuram difficultatem, cum pars sua iustiori causa uteretur, cum hoc certamine vitae et saluti plurimorum consuleretur ». Vita Balderici, ch. 9, p. 727-728. –« si occubueritis, propter causae iustitiam peccatorum venia et iudicis speratur misericordia ». Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 9, p. 503-504.

52 Commémoré dans l’Obituaire de Notre-Dame à Huy, éd. Renardy et Deckers, p. 207 (10 octobre).

53 L. F. Génicot, La cathédrale notgérienne de Saint-Lambert à Liège. – J. de Chestret de Haneffe, Les reliques de saint Lambert et les sept fiévés, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, p. 3-66.

54 Cfr J. Paquay, Le patrimoine de l’église de Liège, p. 107-122.

55 Cfr Cl. Gaier, Le rôle militaire des reliques et de l’étendard de saint Lambert, p. 236 sv.

56 Tractatus de învestitura episcoporum, éd. Bernheim, p. 501 (1109).

57 Anselme, ch. 58, p. 224. – De fundatione et lapsu, ch. 11, p. 552. – C.S.L., t. i, n° 105, p. 165-166 (1211). – Voir les textes cités ci-dessus, p. 452 n. 31.

58 Toute relation avec l’excommunié était interdite, sous peine d’encourir soi-même l’excommunication. Voir deux épisodes caractéristiques dans le Cantatorium, ch. 70, p. 159 et les Gesta abb. Trud., Cont 1a, lib. XI, ch. 14, p. 204-205. – Cfr E. Jombart, dans Dict, de droit canonique, t. v, 1953, col. 615-628.

59 Vita Balderici, ch. 7, p. 727. – Cantatorium, ch. 77, p. 185 (1095-1096). – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 8, p. 218 (1129), Cont. IIa, lib. IV, ch. 27, p.77 (1179).– Très caractéristique aussi le refus de Théoduin, en guerre avec le comte de Namur, de procéder à la consécration de la collégiale namuroise de Saint-Aubain : Caspar, Das Register Gregors VII, t. i, n° II, 61, p. 216 (1075). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 1, p. 78 (1061). – Cfr Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. LXIX-LXX et n° 4, p. 98. En 1197, l’évêque, en conflit avec la duchesse de Louvain, n’hésite pas à jeter l’interdit sur toute la terre brabançonne ; la « perverse » en revient bientôt à de meilleures dispositions : Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 57-58. – Cfr Smets, Henri I, p. 83.

60 Cat. cod. hag. Bibi. Reg. Brüx., pars I., t. ii, 1889, p. 486.

61 Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 27, p. 474.

62 Voir sur ce point les remarques de G. Duby, Gérard de Cambrai, la Paix et les trois fonctions sociales. 1024, Comptes rendus des séances de l’Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 1976, p. 136-146 et Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, 1978, p. 35-61, 168-174.

63 « neminem ducem, marchionem aut comitem pro imperii Romani fidelitate, propatriae salute, studiosius decertasse ». Anselme, ch. 60, p. 225, à propos de l’évêque Wazon.

64 « miseras Leodicenses liberare studuit » Anselme, ch. 25, p. 203. – Cfr Vita Notgeri, ch. 1, 8, éd. Kurth, p. 10, 14.

65 « ad firmitatem videlicet pacis, ad maleficos territandos » Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 5, p. 467. – Cfr Vita Balderici, ch. 6, p. 726-727.

66 « Haec oppidula [...] decernit vindex Dei humo si possit coequare, et ab his latrociniis fatigatam diu patriam liberare ». Anselme, ch. 55, p. 222-223. – Cfr J. Stiennon, Moines et chanoines du pays mosan et du Confient au xie siècle, p. 141-143. – Les Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 623 mentionnent à l’année 1045 une « obsidio Florinis gratia pacis » (notes ajoutées au ms. après 1139).

67 L’existence de certains règlements de paix antérieurs aux mesures prises par Henri de Verdun n’est pas à exclure, comme l’a montré A. Joris.

68 C’est la date donnée par Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, p. 90 qui nous a transmis l’essentiel de ce que nous savons sur la paix de Henri de Verdun. Il convient de noter qu’en 1081 le 27 mars tombe précisément un samedi, jour de la semaine auquel se tiendront traditionnellement les séances de la paix liégeoise. – Dans une charte de 1081 délivrée après le 10 août, l’évêque Henri s’adresse « praesentibus ecclesiae Christi fidelibus et futuris post me episcopis pacem et tranquillitatem et securitatem in Christo domino Jesu nostro » ; dans le préambule il est question de l’« ecclesiasticae pax » A.Ev.L., Cart, de Saint-Laurent, f° 8 R°-V°. – Martene et Durand, Amplissima collectio, t. iv, col. 1174. – Voir également nos remarques ci-dessous n. 87. – Quoi qu’il en soit, des recherches récentes entreprises au séminaire de critique du Professeur A. Joris ont établi, de façon indiscutable, que la paix de Liège précéda celle de Cologne, donc qu’elle est antérieure à 1083. – Sur la paix de Liège voir essentiellement A. Joris, Observations sur la proclamation de la trêve de Dieu à Liège et Le plus ancien verdict de la Paix de Liège. – Pour le xiie s., voir nos remarques dans Raoul de Zähringen, p. 200-210. – On trouvera dans ces travaux la bibl. antérieure, à laquelle il faut ajouter : W. Justus, Die frühe Entwicklung des säkularen Friedensbegriffs..., Cologne-Vienne, 1975, p. 76-78.– Th. Körner, luramentum und frühe Friedensbewegung..., Berlin, 1977, p. 6-17. – D.F. Callahan, Adémar de Chabannes et la paix de Dieu, Annales du Midi, t. lxxxix, 1977, p. 21-43.

69 « cum magno labore et magnis sumptibus pacem instituit teneri infra episcopatum » Gilles d’Orval, ibid.

70 Cfr Dauphin, Le bienheureux Richard, p. 254-267.

71 Souvenons-nous que Henri de Verdun était un vieil ami de l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert (1055-1086), disciple de Richard : Vita Theoderici, ch. 26, p. 52.

72 Sous l’abbé Odilon (994-1049) notamment : R. Bonnaud-Delamare, Fondement des institutions de paix au xie siècle, dans Mél. Halphen, 1951, p. 24. – M. Pacaut, Les ordres monastiques et religieux au moyen âge, p. 70.

73 « Quia vero his nostris temporibus, dissidente sacerdotio et regno, ecclesiastica passim languebat auctoritas, in agenda legali justicia, pro cujusque persona, loco rationis dominabatur voluntas ». Cantatorium, ch. 94, p. 244.

74 « Cujus internus equidem dolendus omni Lotharingie adeo fuit exitialis, ut justiţia et pax, que ultra memoriam eorum qui erant ejus temporis profecerant sub eo, in brevi, ejus defectu eveniente, deficerent cum eo ». Ibid., ch. 31, p. 90-91.

75 Henri de Verdun avait eu l’occasion d’apprécier lui-même les inconvénients du désordre : en 1080, alors qu’il se rendait à Rome, l’évêque avait été capturé et s’était fait détrousser par Arnoul II de Chiny, coutumier de ce genre d’exploit : Caspar, Das Register Gregors VII, t. ii, n° VII, 13-14, p. 477-479. – Martène et Durand, Ampl, coll., t. i, col. 654-655. – Cfr Cantatorium, ch. 49, p. 120. – Gisl. Chron., ch. 27, p. 45.– La fausse bulle du pape Etienne fabriquée à Brogne vers 1070-1075 dénonce un grave climat d’insécurité : de Limminghe, Chronique de P. de Croonendael, t. ii, 1879, n° 4, p. 617 (933).

76 Albert III de Namur, Henri de Durbuy, le comte palatin Herman II, le marquis d’Anvers Godefroid de Bouillon, Conrad de Luxembourg, Henri de Limbourg, Henri de Laach, Arnoul de Looz, Henri III de Louvain et Conon de Montaigu. À propos du dernier, voir les remarques d’A. Joris, Observations, p. 512 n. l.

77 Gilles d’Orval, ibid.

78 Nous avons rencontré cette expression caractéristique dans une charte épiscopale de 1153 : A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f  48 V°. – M. Joris a démontré définitivement que « Tribunal de la Paix » et synode général mixte étaient, à l’origine, une seule et même institution : Observations, p. 29-532.

79 Comme l’indiquerait un denier de Henri de Verdun portant au droit la légende « pax ». Ce denier provient de l’atelier de Thuin. Cfr Chr. Meert, Les monnaies de Henri de Verdun..., Revue belge de numismatique, t. cvii, 1961, p. 134. – Notons qu’il existe des monnaies liégeoises antérieures à l’épiscopat de Henri Ier et portant également la légende « pax » : H. Frère, Monnaies de l’évêque de Liège frappées à Maastricht, ibid., p. 99-100 n° 14, p. 102 n° 29 et Monnaies de l’évêque frappées à Liège, ibid., t. cix, 1963, p. 59-60 n° 17-18.

80 La première sentence connue daterait de 1086 : A. Joris, Le plus ancien verdict de la Paix de Liège. – Le 3 septembre 1086 l’évêque Henri institua une « paix » au profit des marchands et des pèlerins qui se rendraient à Fosses pour la fête de la translation de saint Feuillien : Hillin, Miracula S. Foillani, ch. 18, M.G.H., SS., t. xv, p. 928. – C’est en 1082 que Henri de Verdun reconstruisit la forteresse de Mirwart près de Saint-Hubert : Cantatorium, ch. 42, p. 106. – Vita Theoderici, ch. 8, p.54. – Kurth, Les premiers siècles de l’abbaye de Saint-Hubert, p. 108, fragm. I (1082). – Contra : Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. LXXXVII n. 1-2. – La reconstruction de Mirwart est évidemment liée à la pacification de l’évêché entreprise par le prélat.

81 Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366 (1091). Le manuscrit autographe est conservé. Voir également : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 4, p. 101 (1091). – L'Obituaire de Notre-Dame à Huy, éd. Renardy et Deckers, p. 115 (31 mai).

82 Cfr Joris, Observations, p. 532-541. – Voir le texte cité n. 69

83 « quamplures principes, duces et barones scilicet et comites, et alii nobiles et eorum homines pacis Leodiensi justicie habeant respondere et satisfacere » Gisl. Chron., ch. 9, p. 14.

84 Le texte de Gilles d’Orval placé à l’année 1081 ne mentionne pas la peine de mort ; il en est cependant question plus loin, à propos du fonctionnement de la paix sous Otbert (quin decollaretur) : ibid., lib. III, ch. 18, p. 94. – Un passage des Gesta abb. Trud. de Raoul indique qu’elle était appliquée dès l’épiscopat de Henri de Verdun (aliis suspensis, aliis manlbus amputatis) : lib. IX, ch. 16, p. 154 (1086). Cfr Joris, Le plus ancien verdict. – Notons que la peine de mort était prévue par la paix de Cologne de 1083, qui s’inspire de l’institution liégeoise : Constitutiones, t. i, n° 424, p. 604, § 7 : « decolletur ». — Cfr Joris, Observations, p. 516-519.

85 Cfr Mayer, Fürsten und Staat, p. 286-287. – H. Planitz et K.A. Eckhardt, Deutsche Rechtsgeschichte, 1971, p. 154.

86 C’est l’objet du conflit entre l’évêque Albert de Cuyck et la duchesse de Brabant : Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 57-58 (1197).

87 « regum esse, seditiones virtute compescere, bella sedare, pacis commercia dilatare » Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 27, p. 474, paroles de Gérard de Cambrai (1023).– Cfr Planitz et Eckhardt, op. cit., p. 171. – Le 7 mars 1080, le pape Grégoire VII avait, pour la seconde fois, excommunié et déposé Henri IV et reconnu, de surcroît, l’antiroi Rodolphe de Souabe : A. Fliche, La Réforme grégorienne, 1940, p. 146-147. – K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 343-344. – C’est au moment, précisément, où Henri IV quittait la Germanie pour l’Italie (mars-avril 1081) que la paix de Liège aurait été proclamée : Meyer von Knonau, t. iii, p. 350, 353. – Ci-dessus n. 68.

88 « assensu [...] imperatoris Henrici » Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, p. 90, ch. 18, p. 94. – Gesta abbreviata, M.G.H., SS., t. xxv, p. 131. – Cfr Joris, Observations, p. 514-515. – La récupération du mouvement de la paix par l’empereur Henri IV est très bien décrite par E. Wadle, Heinrich IV. und die deutsche Friedensbewegung, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, 1973, p. 141-173.

89 Éd. Bernheim, p. 502, éd. Krimm-Beumann, p. 79 (1109) : « iura [...] per reges delegata sunt episcopis ». – « banni » Étienne de Saint-Jacques, Vita S. Modoaldi, lib. I, ch. 14, p. 54 (vers 1107).

90 « imperiali auctoritate tenendam censemus et servandam pacem » M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 208 (1155). – Comme la juridiction de la paix comportait des sanctions d’ordre ecclésiastique (excommunication), Henri de Leez se la fit, à deux reprises semble-t-il, confirmer par le pape : C.S.L., t. i, n° 45, p. 75 (1155). – Gilles d’orval, lib. III, ch. 30, p. 105 (1159-1164). – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 206.

91 « singulis baronibus terre nostre ut pro potestate sibi a Deo prestita pacem firmam teneant et teneri faciant ecclesiasticis bonis, agriculturam exercentibus et commeantibus nomine domni regis et in fidelitate nobis debita iniunximus ». C.S.L., t. i, n° 49, p. 85 (pour la date, voir ci-dessus, p. 208 n. 516). – C’est dans le cadre du mouvement de la paix qu’il faut également replacer les « communes jurées » instaurées par Henri de Leez en 1163 : Gilles d’Orval, lib. III, ch. 33, p. 107, « in vinculo pacis et iusticie [cives] confederavit ».

92 Nous étions déjà arrivé à cette conclusion au terme de notre étude sur le mandement de l’évêque Raoul de Zähringen contre les incendiaires (1168-1189) qui doit être considéré comme un complément à la trêve de Dieu proclamée par Henri de Verdun : Kupper, Raoul, p. 210.

93 Bien que vassal immédiat de l’évêque depuis 1076, le comte de Hainaut, dont la terre était située en dehors des limites du diocèse de Liège, échappait à la pacis Leodiensis justicia : Gisl. Chron., ch. 9, p. 14. — Joris, Observations, p. 533-534. – En 1171, le comte Baudouin V de Hainaut « quandam in Hanonia pacem ordinavit et earn tenendam tam suo proprio quam hominum suorum majorum juramento confirmavit » Gisl. chron., ch. 67, p. 106.

94 Comme l’a très bien vu L. Génicot, Empereurs et princes en Basse-Lotharingie, p. 21 et n. 40 et Noblesse et principautés en Lotharingie du xie au xiiie siècle, p. 52-53.– Voir également les remarques de Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, in-4°, p. 85-87, 96-97, dont nous ne partageons pas entièrement les vues. – Pour la Flandre : F.L. Ganshof, La Flandre, dans Hist, des inst. françaises, t. i, Paris, 1957, p. 366-367, 369-370.– Hoffmann, Gottesfriede und Treuga Dei, p. 143-158. – H. Platelle, La violence et ses remèdes en Flandre au xie siècle, Sacris erudiri, t. xx, 1971, p. 101-173, part. p. 116-123.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540