Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Quatrième partie. La terre

Chapitre premier. Le territoire liégeois

Texte intégral

1Une des créations les plus tangibles et les plus durables du système de l’Église impériale en Basse-Lotharingie est incontestablement ce que l’on appellera plus tard la « principauté de Liège ».

  • 1 Sur la formation territoriale de la « principauté » de Liège, voir : Vanderkindere, La formation t (...)

2Il n’est pas question d’étudier ici de manière approfondie la formation et la structure de ce territoire de configuration bizarre dont on a pu dire, avec raison, qu’il était « un État de lisières »1.

3Notre objectif est plus simple : tenter, au moyen des sources contemporaines, de nous représenter ce territoire de façon concrète et d’en souligner les caractéristiques fondamentales.

§ 1. Son évolution

  • 2 Folcuin, Gesta abb. Lobb., ch. 29, M.G.H., SS., t. iv, p. 70.

4Dans la naissance du territoire liégeois, l’évêque Notger — ses contemporains eux-mêmes s’en sont aperçus2 — fut appelé à jouer un rôle essentiel.

5Il importe donc, pour bien comprendre ce rôle, de jeter un regard sur les possessions de Saint-Lambert telles qu’elles existaient en 972, au moment où le grand évêque prit en main les destinées du diocèse mosan.

  • 3 On entendait par « forêt » l’exercice de la juridiction de la chasse dans un district déterminé. S (...)
  • 4 C.S.L., t. i, n° 3, p. 4-5 (840) et O.S.L., f° 55 V° (8 juin). – Lauer, Actes de Charles III le Si (...)
  • 5 Comme le prouve un diplôme perdu de Clovis III (690-694), texte que le chanoine Nicolas eut sous l (...)

6Les successeurs de saint Lambert détenaient alors des biens et des droits dans les principales localités du pays mosan : Liège, Tongres, Maastricht, Huy, Namur et Dinant. Ils possédaient d’importants domaines tels Pont-de-Loup et Marchienne-au-Pont dans la vallée de la Sambre, Arches (Charleville) sur la Meuse, Theux et sa « forêt »3. Enfin, plusieurs abbayes : Saint-Hubert, Lobbes, Fosses et Aldeneik4. En outre, certaines de ces posséssions jouissaient, depuis l’époque mérovingienne, du privilège de l’immunité5.

  • 6 M.G.H., DD., Otto II., n° 53, p. 63-64.
  • 7 Ibid., n° 85, p. 100-101 (974). – Sur le droit de « gruit » qui frappait les brasseries cfr J. Dec (...)

7Dès les premières années de son episcopat, Notger s’attache à mieux protéger et à étendre les droits de son église : en 973, Otton II confirme les privilèges de l’abbaye de Lobbes6 et l’année suivante le souverain cède à l’évêque le droit de tonlieu, de marché, de monnaie et de « gruit » dans la localité de Fosses7.

  • 8 Ne sont citées que les principales (capitales) : Huy, Fosses, Lobbes, Tongres et Malines. Sur les (...)
  • 9 M.G.H., DD., Otto II, n° 210, p. 238-239.
  • 10 Cfr F.L. Ganshof, L’immunité dans la monarchie franque. – E.E. Stengel, Die Immunität in Deutschla (...)
  • 11 Formation, t. ii, p. 187.
  • 12 Voir sur ce point les remarques de Stengel, Die Immunität in Deutschland, p. 589-598, Grundherrsch (...)
  • 13 Cfr D. Willoweit, art. Graf, Grafschaft, dans Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte, t. i, (...)

8En 980, Notger obtint un diplôme d’une importance considérable. Otton II confirmait à Sainte-Marie et Saint-Lambert toutes les possessions mentionnées dans les diplômes de Pépin, Charlemagne, Louis le Pieux, Lothaire Ier, Charles III et Otton Ier8, et plaçait les hommes et les choses qui s’y rattachaient sous la seule juridiction du prélat. En outre, il interdisait à tout officier public (cornes, iudex) d’exercer un pouvoir quelconque ou de prélever des taxes dans les possessions liégeoises, présentes ou futures9. L’évêque Notger obtenait donc un privilège d’immunité générale qui soustrayait tous les domaines liégeois de la juridiction comtale et les plaçait par conséquent sous la protection royale10. « Il est donc certain, concluait Vanderkindere, que dès ce moment l’évêque est devenu comte, on dira plus tard : prince, dans son territoire »11. Cette affirmation nous paraît exagérée, ou, du moins, elle prête à confusion. Certes, dans les domaines immunisés, l’évêque exerçait des prérogatives comparables à celles du comte, — et notamment la haute justice, — mais ce pouvoir ne dépassait pas les limites de la seigneurie foncière à laquelle il était étroitement attaché12. Il en est tout autrement du comitatus qui s’exerce sur l’ensemble d’une circonscription et sur une grande partie de ses habitants13.

  • 14 M.G.H., DD., Otto III., n° 16, p. 413-414. – Avant 985, l’église liégeoise possédait déjà les droi (...)
  • 15 Cfr Santifaller, Zur Geschichte, p. 36, 106-107.
  • 16 « adiit celsitudinem nostram venerabilis et fidelitatis nostrae in omnibus exequutor Nodkerus […] (...)
  • 17 Notger soutenait Otton III contre Henri le Querelleur. Il convient d’insister sur le fait que le d (...)
  • 18 Profitant des troubles provoqués par la succession d’Otton II († 983), le roi de France Lothaire ( (...)

9Cette ultime étape était franchie quelques années plus tard lorsque, par un diplôme du 7 juillet 985, Otton III accordait à Notger le comté de Huy tout en confirmant le privilège d’immunité générale dont jouissait la terre de saint Lambert14. C’était la première fois semble-t-il, — le fait mérite d’être souligné, — qu’un souverain germanique accordait à un évêque un comté entier15. Par ailleurs, il convient de noter que l’initiative ne venait pas du souverain, mais de Notger lui-même qui avait pris, au préalable, certains arrangements avec le dernier comte de Huy, Ansfrid16. Enfin, la cession du comté par Otton III — mesure tout à fait exceptionnelle pour l’époque — doit être tenue comme une récompense accordée par le nouveau roi à l’évêque qui lui avait permis de monter sur le trône17. Récompense intéressée, bien sûr, puisqu’elle permettait à Otton de s’attacher plus étroitement encore le prélat tout en lui donnant les moyens de devenir un « prince territorial » puissant, dans une région de l’Empire toujours à la merci des ambitions séculaires des Carolingiens du royaume franc occidental18

10Jusque dans son développement le plus achevé — à savoir l’attribution à l’évêque des prérogatives comtales dans toute leur plénitude — le système de l’Église impériale à Liège reste donc étroitement lié au problème de l’incorporation de la Lotharingie à la Germanie.

  • 19 Sur ce comté qui s’étendait entre la Gette et la Dyle voir Gilles d’Orval, lib. III, ch. 15, p. 91 (...)
  • 20 M.G.H., DD., Otto III., n° 45, p. 445-446. – Cfr P. Bonenfant, Note critique sur le faux diplôme d (...)
  • 21 « monasterium nomine Bronium sue ecclesie subiectum » M.G.H., DD., Otto III., n° 92, p. 502-504.
  • 22 Otto III., n° 240, p. 657-658. – Voir ci-dessus, p. 345 n. 215. – Konrad II, n° 6, p. 7-8 (1024). (...)
  • 23 Heinrich II, n° 115, p. 141-142.

11Quant à Notger, il ne s’arrêta pas en si bon chemin. En 987, Otton III lui confirmait un second comté, le Brugeron19, la monnaie et le tonlieu de Maastricht, les abbayes de Lobbes et de Fosses auxquelles vint s’ajouter un nouveau monastère : Gembloux20. Dès 992, l’abbaye de Brogne se trouvait placée dans la « sujétion » de saint Lambert21. En 997, l’empereur Otton lui concède des biens à Here-waarden dans la Basse-Meuse22 et en 1006 Henri II confirme l’ensemble des possessions de l’église liégeoise et renouvelle les privilèges d’immunité et de protection royale23.

12À sa mort, en 1008, l’évêque Notger, qui, de surcroît, avait pratiquement reconstruit la Cité de Liège et l’avait entourée d’une solide muraille de pierre, laissait à ses successeurs un « État territorial » : les bases mêmes de ce qui deviendra la principauté ecclésiastique de Liège étaient jetées.

  • 24 Voir ci-dessus n. 3.
  • 25 Heinrich II, n° 184, p. 218-219. – Cfr Van Rey, Die Lütticher Gaue Condroz und Ardennen, p. 196-19 (...)
  • 26 Vanderkindere, t. ii, p. 213-221. – CG. Roland, Les pagi de la Lomme et de Condroz, p. 114-116.
  • 27 M.G.H., DD., Heinrich II, n° 186, p. 221-222.
  • 28 Heinrich III, n° 35, p. 44-45. – Cfr J. Baerten, Le comté de Haspinga.

13Au xie siècle, l’afflux des biens et des droits conférés à l’évêque par la faveur royale ne faiblit pas. En 1008, Baldéric II reçut une nouvelle « forêt »24 comprise entre la Meuse, le Bocq, l’Heure, la Somme et la strata imperialis qui conduisait de la Somme à Ponthière (Ombret), en aval de Huy25. Cette « forêt » était en quelque sorte le complément naturel du comté de Huy qui s’étendait, de part et d’autre de la Meuse, sur la Hesbaye, le Condroz et la Famenne26. La même année, Baldéric II se fit encore octroyer le bannus bestiarum sur les étendues boisées qu’il possédait dans le Waverwald, entre les deux Nèthe et la Dyle27. En 1040, un troisième comté vint s’ajouter aux précédents, le Haspinga compris entre la Meuse et le Geer, à l’ouest de Liège28.

  • 29 M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 234, p. 294-296. – Cfr J.L. Kupper, Une « conventio » inédite entre (...)
  • 30 Heinrich IV, n° 399, p. 527-528.

14Henri IV est le dernier des souverains germaniques qui ait fait d’importantes donations à l’église de Liège. La fidélité que cette dernière devait témoigner à l’empereur tout au long de la Querelle des investitures est à la mesure, sans doute, de sa générosité envers sainte Marie et saint Lambert. En 1070, il confirme à Théoduin la possession du château d’Argenteau, cédé par Henri III, accorde à l’évêque le droit de relever les murailles du château de Dinant, lui attribue la monnaie, le tonlieu et le marché dans cette localité, le comitatus de Lustin et des droits d’usage dans la forêt d’Aix-la-Chapelle29. Quelque temps plus tard, en 1088, l’empereur abandonnait à Henri de Verdun des « terres » situées à Kanne, Meer et Waroux30.

  • 31 Ganshof, Note sur le rattachement féodal du comté de Hainaut : nous nous appuyons sur ce travail d (...)

15C’est également sous le règne de Henri IV qu’eut lieu l’inféodation du comté de Hainaut à l’église de Liège. Nous n’insisterons pas sur cet événement qui a déjà fait l’objet d’une étude approfondie31. Il nous suffira de rappeler les circonstances de ce rattachement féodal et d’en préciser la portée réelle.

16Richilde, veuve de Baudouin VI (I) de Flandre-Hainaut († 1070) avait été dépossédée du comté de Flandre par son beau-frère Robert le Frison. Elle se tourne vers l’évêque de Liège Théoduin et lui vend tous ses alleux hennuyers qui lui sont immédiatement rendus sous forme de fief (1071). Quelques semaines plus tard, le 9 mai 1071, au cours d’une diète royale tenue à Liège, Henri IV donne Yhonor — la charge publique — du Hainaut à l’église de Liège. Théoduin concède cet honor en fief au duc Godefroid le Bossu qui, à son tour, l’inféode à la comtesse Richilde. En 1076, lorsque le duc meurt sans laisser de fils derrière lui, la situation juridique du Hainaut se simplifie : désormais la comtesse et son fils Baudouin II tiendront directement leur pouvoir comtal — comme leurs anciens alleux — des mains de l’évêque de Liège.

  • 32 M. Bruwier, Le Hainaut, le Cambrésis et l’Empire au xiie siècle, p. 207-208. – Kupper, Raoul de Zä (...)
  • 33 Dans son diplôme du 11 mai 1071 par lequel il doane à l’église de Liège le comté de Hainaut, Henri (...)

17On sait que la dépendance féodale du comté de Hainaut vis-à-vis de l’église de Liège ne fut jamais très effective32. Elle eut au moins le mérite de créer, à la frontière occidentale du territoire liégeois, une zone plus sûre33.

18Toutefois, le fait que la comtesse se soit adressée à l’évêque Théoduin pour obtenir de lui une aide financière et militaire, prouve suffisamment que dès la seconde moitié du xie siècle, l’église de Liège, enrichie par la faveur impériale, occupait, dans le duché de Basse-Lotharingie, une position très considérable.

  • 34 Cfr Rotthoff, Studien zur Geschichte des Reichsguts, p. 160.
  • 35 Vers 1175, Frédéric Ier Barberousse engageait à l’église de Liège, contre la somme de 1000 marcs, (...)

19Elle était capable, désormais, de s’agrandir par ses propres moyens. C’était d’ailleurs la seule voie qui lui restait pour étendre encore sa puissance : avec la mort de Henri IV, en effet, la générosité des rois — dont la richesse foncière, dans le pays mosan, était maintenant réduite à fort peu de choses34 — entra dans le domaine du passé35.

  • 36 Le comte Arnoul de Valenciennes décide de léguer son Castrum et ses biens à l’évêque Baldéric II e (...)
  • 37 Voir la lettre de l’archevêque Arnoul de Reims à Baldéric : Cat. cod. hagiogr. Bibl. Reg. Brux., p (...)
  • 38 Anselme, ch. 31, p. 206. – Vita Balderici, ch. 5, p. 726. – Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 18, p (...)
  • 39 Florennes figure parmi les possessions de l’église liégoise dans le diplôme de Henri IV de 1070 : (...)
  • 40 Cfr Roland, Les pagi de Lomme et de Condroz, p. 73. – Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. LXVI (...)
  • 41 En 1087, Arnoul reçoit la terre de Morialmé « coram episcopo Heinrico legaliter » : Despy, Waulsor (...)
  • 42 Voir nos remarques, ci-dessus p. 306-307 et n. 96.
  • 43 C.S.L., t. i, n° 26, p. 38-43. – Cfr Vanderkindere, t. ii, p. 141-142.

20Dans le processus d’« autodéveloppement » du territoire liégeois, la force du lignage eut, sans aucun doute, un grand rôle à jouer36. Ainsi, en 1015, semble-t-il, l’évêque Gérard de Cambrai et son frère Godefroid donnèrent-ils leur monastère de Florennes à l’église de Liège qui était alors administrée par leur parent37 Baldéric II38. Quelques années plus tard, — en tout cas avant 107039 — c’est la terre de Florennes elle-même, le plus vaste domaine seigneurial de l’Entre-Sambre-et-Meuse qui passera sous la domination liégeoise40. La villa de Morialmé, issue d’un démembrement de Florennes, fut à son tour incorporée au territoire de saint Lambert dès 108741. En 1078, une certaine Ermengarde, de laquelle nous pouvons seulement affirmer qu’elle était apparentée à l’évêque Henri de Verdun42, léguait à l’église de Liège une série d’alleux situés, pour l’essentiel, en Hesbaye avec notamment Waremme et son castellum43.

  • 44 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 18, p. 94. – En 1095, Otbert assiège cette forteresse qui gêne les c (...)
  • 45 Voir la charte d’Otbert dans le C.S.L., t. i, n° 29, p. 46-48 (1096) et un passage du Cantatorium, (...)
  • 46 Sources principales : Cantatorium, ch. 82, p. 203-204, ch. 83, p. 206-207. – Triumphus sancti Lamb (...)
  • 47 En 1134, le comte Renaud Ier de Bar (1105-1150), qui pouvait invoquer certains droits de successio (...)
  • 48 « inter confinia duorum regnorum positum » Triumphus, ch. 1, p. 499. – « in confinio Galliae et Ge (...)
  • 49 Cfr J. Vannérus, Confines Advenientium Francorum. – Il faut lier cette constatation à l’intérêt po (...)
  • 50 C.S.L., t. i, n° 44, p. 72-73, t. vi, p. XV-XVI. n° 15, p. 4. – M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, (...)
  • 51 Ces castra sont les suivants : Herzogenrath (Rolduc), Beaumont près d’Esneux, Duras, Fontaine-l’Év (...)
  • 52 Herzogenrath et Born.
  • 53 « Predicta autem allodia et castra quam necessaria et utilia sint non solum civitati nostre verum (...)
  • 54 La volonté de Henri de Leez de restaurer et d’agrandir la puissance de son église apparaît en plei (...)
  • 55 Voir le diplôme cité n. 50. – Ce diplôme fut rédigé à la chancellerie impériale (notaire ZB).

21Les richesses de l’église de Liège lui permettent d’acheter pratiquement tout ce qu’elle veut et d’agrandir le patrimoine de saint Lambert en y mettant le prix. Ainsi Otbert (1091-1119) fait l’acquisition du château de Clermont, en aval de Huy, multo precio44. En 1096, il achète au comte Baudouin II de Hainaut, son vassal, le castellum de Couvin et ses vastes dépendances45. La même année, pour une somme fabuleuse, il reçoit en engagère du duc Godefroid le château de Bouillon y compris, sans doute, l’énorme fief de l’église rémoise, situé entre la Meuse, la Chiers et la forêt de Sedan46. L’acquisition de Bouillon par l’évêque de Liège — et les sacrifices qu’elle imposa47 — illustre à merveille la « politique diocésaine » de l’évêque. Cette puissante forteresse était solidement campée à la frontière des deux royaumes48 sur la « route » qui reliait Sedan — et, au-delà, la France — à la Cité de Liège49. Bouillon, toutefois, se trouvait à l’écart des possessions liégeoises agglutinées, pour l’essentiel, autour de la Meuse et de la Sambre. Cependant, dès lors que l’on veut bien considérer que l’objectif ultime de la politique épiscopale était la domination du diocèse tout entier, le prix et les efforts déployés par l’église de Liège pour s’emparer de ce château ne nous étonnent plus. C’est dans la même optique, nous semble-t-il, que la politique territoriale du grand successeur d’Otbert, Henri II de Leez (1145-1164), se situe. Dans une charte de 1154, cet évêque dresse le bilan de ses acquisitions territoriales50. Ce sont surtout des châteaux qu’il est parvenu, d’une manière ou d’une autre, à placer sous son influence51. Or la liste comporte deux forteresses dont l’utilité, pour la défense de la terre de saint Lambert, n’apparaît pas nettement52. Leur acquisition doit donc se justifier autrement : comme Henri de Leez le constate lui-même, « ces alleux et ces châteaux ne sont pas seulement nécessaires et utiles pour notre Cité, mais aussi pour le diocèse tout entier »53. Les responsabilités temporelles de l’évêque dépassent donc bien le cadre plus étroit fixé par le temporel de son église54. L’empereur Frédéric Ier qui confirme, en 1155, l’ensemble des possessions liégeoises, y compris celles que Henri de Leez vient d’acquérir, n’envisage pas les choses autrement : in acquirendis novis et utilibus pacem sue dyocesis et possessionem vigilantissime ampliaverat55.

  • 56 « aecclesiam sibi pro animarum remedio heredem facerent » Anselme, ch. 31, p. 206.
  • 57 Ils n’avaient pas d’enfants. – Gisl. Chron., ch. 154, p. 238-239, ch. 155, p. 240, ch. 202, p. 288 (...)

22Offrir un bien à l’Église était tenu, dans l’esprit de certains seigneurs de la terre qui avaient des méfaits à se faire pardonner, pour une œuvre pie, indispensable au salut de l’âme56. Pour les « fidèles » c’était, en quelque sorte, le moyen le plus achevé de prouver leur attachement au sanctuaire dont ils étaient la sauvegarde. Ainsi, vers 1185, Conon et Pierre de Montaigu-Duras — dont le lignage, aux xie et xiie siècles, n’avait pratiquement jamais cessé d’entretenir avec les évêques et le chapitre cathédral liégeois les rapports les plus étroits — léguèrent-ils tous leurs biens, tant alleux que fiefs, à sainte Marie et à saint Lambert57.

***

23L’agrandissement progressif du patrimoine de l’église liégeoise ne manqua pas de provoquer certains heurts entre l’évêque et les grands du diocèse.

  • 58 Cfr Roland, Les pagi de Lomme et de Condroz, p. 72-84, 114-119. – Rousseau, Actes des comtes de Na (...)
  • 59 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 1, p. 78. – Cfr J.L. Kupper, Une « conventio » inédite entre l’évêqu (...)
  • 60 Cfr Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 35-41. – Gaier, Art et organisation militaires, p. 251-254 (avec (...)
  • 61 « Cornes quidem ut dominaretur intendebat ; episcopus, ut sui ab eius dominatione et gravi oppress (...)

24Ainsi, dans les anciens pagi de Lomme et du Condroz, le développement du territoire ecclésiastique s’est-il fait au détriment du comte de Namur : le passage de Dinant sous l’autorité de l’évêque est très caractéristique à cet égard58. On comprend dès lors que le successeur de saint Lambert et les princes namurois — tout fidèles qu’ils fussent à l’église de Liège — en soient parfois venus aux mains : Théoduin et Albert II en 1061 semble-t-il59 et surtout, une centaine d’années plus tard, Henri de Leez et Henri l’Aveugle. Ce dernier conflit, qui se solda par la déroute complète du comte de Namur à la bataille d’Andenne, le 1er février 115160, assura définitivement la prépondérance de l’évêque sur le comte dans la vallée de la Meuse : tel était l’enjeu de cette lutte qui marque la fin de l’union étroite qui caractérisait, jusque-là, les rapports entre la maison namuroise et l’église de Liège61.

  • 62 Vita Balderici, ch. 25, p. 734.

25Le grand adversaire de saint Lambert, — la race maudite62, — fut la maison de Louvain. L’objet de la rivalité était la région comprise entre la Dyle et la Gette, où se trouvaient l’abbaye de Gembloux et le comté de Brugeron, acquis par l’évêque Notger en 987.

  • 63 Ils descendaient l’un et l’autre de Regnier II, frère du duc Gislebert († 939). – Voir l’annexe II
  • 64 Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 5, p. 467-468.
  • 65 Cfr Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 63-64.
  • 66 Gesta episc. Cam., ibid. – Vita Balderici, ch. 7-12, 22-24, p. 727-729, 733-734. – Ann. Laub., M.G (...)
  • 67 Vanderkindere, Formation, t. ii, p. 145.
  • 68 Par contre l’hypothèse de P. Bonenfant selon laquelle Lambert de Louvain aurait alors reçu l’avoue (...)
  • 69 Cantatorium, ch. 77, p. 184-186.
  • 70 Nous le savons par un texte inséré dans les Gesta de Gilles d’Orval (lib. III, ch. 15, p. 91-92). (...)
  • 71 Voir les remarques de Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. XCII, CIX-CXI.
  • 72 Cfr Vanderkindere, t. ii, p. 143-148. – Kurth, Notger, t. i, p.118-119. – Van-der Velpen, op. cit.(...)

26En montant sur le siège épiscopal Baldéric II (1008-1018), fort de la parenté qui l’unissait au comte Lambert de Louvain63, pensait qu’il trouverait dans ce prince un allié précieux64. Il se trompait. En 1012, le roi Henri II avait cédé le duché de Basse-Lotharingie à Godefroid de Verdun, de la maison d’Ardenne. Pareil choix ne pouvait que mécontenter le comte de Louvain : descendant de la race des Regnier, époux de la fille du duc Charles († 995) et, par conséquent, beau-frère de feu le duc Otton († 1005), Lambert n’imaginait pas que l’on pût attribuer la charge ducale à autre que lui65. Il est probable que cette situation politique entraîna bientôt une tension très forte entre Lambert de Louvain et Baldéric II considéré, à juste titre, comme le représentant des intérêts royaux. La fortification par l’évêque de la villa de Hoegaarden sur la Gette, à moins de vingt kilomètres de Louvain, déclencha le conflit. Allié au comte Robert de Namur, Lambert écrasa l’armée des « impériaux » qui regroupait les forces de l’évêque et du comte Herman, frère du duc Godefroid (10 octobre 1013)66. L. Vanderkindere suppose qu’à cette occasion l’évêque dut céder à Lambert de Louvain le Brugeron en fief67. À vrai dire, les sources ne mentionnent aucun accord de ce genre et, sur ce point, il nous paraît plus raisonnable de nous en tenir simplement aux faits68. Vers 1095-1096 un nouveau conflit oppose la maison de Louvain à Otbert69. Cette fois, le doute n’est plus permis, c’est bien le Brugeron qui est directement en cause70. Les péripéties de cette guerre ne sont malheureusement pas connues. Nous savons seulement que le comte Godefroid de Louvain fut vaincu, qu’en 1099 il renonça au Brugeron et qu’Otbert inféoda immédiatement cet honor au comte Albert III de Namur. Cette situation dura vraisemblablement peu de temps. Il semble bien, en effet, qu’un accord à l’amiable intervint alors entre les comtes de Louvain et de Namur et que le Brugeron passa sous la domination du premier71. De toute manière, ce comté fut perdu pour l’église de Liège qui n’en conserva plus, au xiie siècle, que quelques épaves — Hoegaarden, Beauvechain, Tourinnes-la-Grosse et Chaumont-Gistoux — qui continuèrent de susciter la convoitise des descendants du comte Lambert72.

  • 73 Roland, Chartes de Gembloux, n° 43, p. 52. – Cfr M. de Waha, Sigebert de Gembloux faussaire ? p. 9 (...)
  • 74 Le diplôme d’Otton III spécifiait que l’abbaye était placée sous l’avouerie de l’évêque, à charge (...)
  • 75 « Gemblues cum advocatia sua et cum omnibus ad earn pertinentibus ». C.S.L., t. i, n° 45, p. 75. – (...)
  • 76 Cfr Bonenfant, Note critique, p. 345-352. – Sur la progression du duc de Brabant en direction de l (...)

27L’abbaye de Gembloux devait connaître le même sort. En 1116 , Godefroid de Louvain, duc de Basse-Lotharingie, détenait déjà l’avouerie du monastère73. Lorsque l’évêque Henri II fit confirmer quarante ans plus tard les possessions de l’église liégeoise par le pape et l’empereur, il ne manqua pas de faire spécifier que Gembloux et son avouerie74 appartenaient à saint Lambert75. Henri de Grand-Leez provenait des environs mêmes de l’abbaye, aussi est-il vraisemblable que les prérogatives de l’église de Liège sur ce monastère lui tenaient particulièrement à cœur. Néanmoins, vers 1185, Gembloux était incorporée définitivement au territoire des ducs de Brabant. Des droits de l’évêque sur l’abbaye du moine Sigebert, il ne sera plus question76.

§ 2. Sa structure

28Le domaine de l’église de Liège — comme tous les patrimoines d’église — était réparti en deux menses : la mensa episcopalis, réservée à l’évêque, et la mensa capitularis affectée à l’entretien de la communauté canoniale.

  • 77 « Item prudenţi consilio praedia aecclesiae in très aequas porciones divisit, quarum unam suis et (...)

29Aux dires d’Anselme, c’est Notger (972-1008) qui introduisit ce système à Liège. « L’évêque, écrit-il, divisa les alleux de l’église en trois portions égales ; à lui et à ses successeurs il attribua la première, aux serviteurs de Dieu dans les églises et les monastères la seconde, à ceux qui exerceraient le métier des armes la troisième »77.

  • 78 M.G.H., DD., Karl III., n° 104, p. 168 (884). – Cfr ci-dessus, p. 312 n. 7.

30En réalité, le témoignage de ce chroniqueur ne nous paraît pas rigoureusement exact. Nous croyons, en effet, qu’à Liège, la mense conventuelle existait depuis le ixe siècle78. Le rôle de Notger, sous l’épiscopat duquel l’église de Liège s’était agrandie de façon inouïe, consista sans doute à réorganiser en profondeur le patrimoine de Saint-Lambert et à créer, dans la masse des biens affectés aux différents usages, un certain équilibre.

  • 79 Otbert menace de supprimer l’abbaye de Saint-Hubert et d’en distribuer les biens à ses milites ; C (...)
  • 80 Cfr A. Pöschl, Bischofsgut und mensa episcopalis, t. ii, 1909, p. 63-88. – E. Lesne, L’origine des (...)
  • 81 Cfr D. Van Derveeohde, Le polyptyque de 1280 du chapitre de la cathédrale Saint-Lambert à Liège, B (...)
  • 82 C.S.L., t. vi, n° 3, p. 240 (1071). – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11 (1071), ch. 68, p. 108 (1172), ch (...)

31Cette répartition s’est faite —faut-il le dire ?— en fonction des besoins et des obligations de chacun. Or, à l’origine même de la constitution d’une mense conventuelle il y a notamment la volonté de garantir au chapitre cathédral les revenus nécessaires à sa subsistance, revenus gravement menacés par l’évêque lui-même qui était tenté de distribuer en bénéfices le plus grand nombre possible de biens afin de réunir les hommes d’armes indispensables à sa politique territoriale et aux prestations que lui imposait le « service du roi ». Donner des fiefs aux milites reste une des préoccupations constantes du prélat79. La création de la mense capitulaire est donc une mesure de protection des chanoines contre les inféodations excessives et c’est la raison pour laquelle les biens réservés au chapitre cathédral seront volontairement tenus à l’écart du système féodo-vassalique80. C’est ce qui explique qu’au début du xive siècle encore, le domaine de la cathédrale Saint-Lambert ait été composé, dans sa quasi-totalité, de terres allodiales et censales et que le fief en ait été pratiquement exclu81. La juridiction féodale reste la chose de l’évêque et c’est entre ses mains que les vassaux de l’église de Liège prêtent hommage82.

32Pour en revenir à la répartition opérée par Notger, nous croyons qu’elle se fit de la manière suivante :

  1. un tiers de l’alleu de Saint-Lambert fut attribué au chapitre cathédral, aux collégiales et aux abbayes.
  2. deux tiers restèrent entre les mains de l’évêque qui en conserva la moitié pour son usage personnel et qui en distribua l’autre moitié sous forme de fiefs militaires.
  • 83 Cfr Lesne, L’origine des menses, p. 121.

33Conformément aux usages du temps, la part réservée au chapitre fut beaucoup plus modeste que la portion attribuée au prélat, les besoins du second, étant beaucoup plus vastes que ceux du premier83.

  • 84 Rappelons-nous qu’après 122 l’évêque est investi par le roi de tout le temporel’de son église (reg (...)
  • 85 Depuis 1180 environ, les évêques sont incorporés au « nouvel ordre des princes d’Empire » au sein (...)
  • 86 Tractatus de învestitura episcoporum, éd. Bernheim, p. 502 (écrit à Liège, par Sigebert peut-être, (...)

34L’évêque n’était pas seulement le maître de la juridiction féodale. Investi par le roi d’une charge publique, il exerçait une impressionnante série de droits régaliens84 qui firent de lui, dans toute la force du terme, un prince85 : droits comtaux, — comprenant, bien sûr, l’exercice de la haute justice, — droits de lever le tonlieu, de battre monnaie, d’ériger des marchés, droits de chasse, d’avouerie, droit de fortification86.

  • 87 Vita Alberti, eh. 5, p. 143 (1192). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 70, p. 114(1193). – Gisl. Chro (...)
  • 88 En 933, l’évêque Richer détruit le castellum d’Arches (Charleville), eo quod in suae aecclesiae te (...)
  • 89 « villa […] Fossis etiam Castro episcopi contigua, ob cuius metum circumpositionem-que castrorum a (...)
  • 90 Un tribunal échevinal présidé par un maïeur siège dans le château épiscopal de Thuin : De fundatio (...)
  • 91 Bormans, Cart, de Dinant, t. i, n°4, p. 16 (1152).
  • 92 Gisl. Chron., ch. 8, p. 11-12 (1071). – Cantatorium, ch. 49, p. 120-121 (ca 1085). – Hillin, Ex mi (...)
  • 93 Cantatorium, ch. 59, p. 134 (1088). – Kurth, Saint-Hubert, t. i, n° 60, p. 77-78 (1088). – A.E. Mö (...)
  • 94 En cas de danger, c’est dans le castrum de Huy que l’évêque trouve normalement refuge : Anselme, c (...)
  • 95 Tel est le cas du châtelain de Thuin : « Tudiniensis castellanus ab episcopo constitutus » De fund (...)
  • 96 À Mirwart : Cantatorium, ch. 93, p. 240 (1103), à Huy : Gisl. Chron., ch. 217, p. 302 (1195), cfr (...)
  • 97 À Argenteau : Poswick, Histoire de la seigneurie libre d’Argenteau, p. 3-11, à Beaumont près d’Esn (...)
  • 98 Poncelet, Les droits souverains. – Roland, La seigneurie de Han-sur-Lesse, p. 28-32. – Roland, Roc (...)

35Les « nobles châteaux » de l’évêché de Liège sont entre les mains de l’évêque87. Toute forteresse qui le gêne est assiégée, voire impitoyablement rasée88. Plusieurs de ces châteaux, — dont la fonction essentielle est, évidemment, de protéger le pays et ses habitants, d’y maintenir la « paix » et d’y mieux asseoir la domination de l’évêque89, — sont en même temps des centres judiciaires, administratifs et domaniaux où affluent les recettes de la mense épiscopale90. Certains d’entre eux servent de résidence au prince, tels les châteaux de Dinant91, de Fosses92, de Thuin93 et surtout le complexe castral de Huy, qui est incontestablement la principale demeure fortifiée du prélat94. La garde de ces forteresses est confiée à des châtelains « institués » par l’évêque95. Ces fonctions importantes sont assumées par des ministeriales96 ou par des liberi-nobiles97 et, conformément aux usages du temps, elles se transmettent héréditairement : du moins en est-il ainsi à Bouillon, à Dinant et à Mirwart98.

  • 99 La liste des « cours » a été dressée par L.F. Génicot, La « vieille tour » d’Amay, Bull, de la Com (...)
  • 100 Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 19, p. 71-72 (ca 1180).
  • 101 Cantatorium, ch. 50, p. 122. – Un Reginerus thelonearius est déjà mentionné dans une charte episco (...)
  • 102 Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 18, p. 345, n° 19, p. 347 et n. – Cfr Niermeyer, Lexicon minu (...)
  • 103 Vita B. Juettae, ch. VI, 15, AA. SS. Jan., t. i, p. 866 : « rerum dispensator et expensarum credit (...)
  • 104 C.S.L., t. i, n° 71, p. 116 (1188 n. st.). – Ci-dessus, p. 236 n. 138.

36Les forteresses de l’évêché ne sont cependant pas les seuls points d’appui de la mense épiscopale. Celle-ci comporte de surcroît une quarantaine de dominicales ou épiscopales curiae qui servent également de centres d’exploitation à l’énorme domaine mis à la disposition des successeurs de saint Lambert99. Toutes ces richesses étaient exploitées par des ministri episcopales100, c’est-à-dire par des officiers qui faisaient partie de la familia épiscopale. Les sources nous ont livré quelques précisions sur certains d’entre eux : Dodon de Huy, le dispensator episcopalis mense, mentionné vers 1085101, Freuward prepositus ou decanus de Dinant, cité en 1080 et 1085102, le père de sainte Juette de Huy, qui était le cellerarius de l’évêque Raoul de Zähringen (1167-1191) tarn in castro quam in oppido Hoyensi103. Enfin il est possible que le celerarius Thomas, mentionné dans une charte de 1188 parmi les membres de la familia, soit le receveur épiscopal d’une localité non précisée104.

  • 105 Ainsi le dispensator Dodon de Huy mentionné vers 1085, apparaît comme villicus en 1106 : Schoolmee (...)
  • 106 Lambert, publici juris provisor et judex est peut-être le premier maire de Huy qui soit connu : Ca (...)
  • 107 R. Laprat, art. Avoué, avouerie ecclésiastique, Dict, d’hist. et de géogr. eccl., t. v, 1931, col. (...)
  • 108 Cfr Laprat, op. cit., col. 1238.
  • 109 Voir un épisode caractéristique dans Godescalc, Gesta abb. Gembl., ch. 53, p. 543-544 (1075-1091). (...)
  • 110 Roland, Chartes de Gembloux, n° 42, p. 49-50 (1113-1116). – Cfr Linck, op. cit., p. 52-53.

37L’agent domanial par excellence était le villicus ou maïeur qui appartenait incontestablement au groupe dont nous venons de parler105. Dès la fin du xie siècle, semble-t-il, l’évêque fit de cet officier un juge : il lui attribua donc le droit de semoncer les échevins et de faire exécuter les sentences106. Ce bannum fut d’une importance capitale car il entraîna des restrictions fort importantes à la compétence judiciaire des avoués107. Au vrai, en accordant aux maires l’exercice de la justice, l’évêque s’en prenait à l’avouerie ecclésiastique dont la puissance grandissante menaçait l’autorité épiscopale108. Les villici sont trop précieux pour que l’évêque ne les couvre pas de sa haute protection109. Il veille en outre à ce que les fonctions de ces auxiliaires efficaces ne deviennent pas héréditaires afin de garder la mainmise sur elles110. Ces mesures montrent clairement l’importance que le prélat attachait à ces officiers qui, travaillant dans l’ombre, comptèrent sans aucun doute, parmi les agents les plus actifs de la domination épiscopale.

  • 111 Cfr Laprat, op. cit., passim. – F. Senn, L’institution des avoueries ecclésiastiques en France, Pa (...)

38La concession du privilège de l’immunité sur les domaines de l’église impliquait l’existence de l’avoué. Charlemagne a favorisé cette institution qui permettait d’établir un lien entre la puissance publique et le domaine soustrait à la juridiction du comte. Aussi l’avoué fut-il chargé de représenter l’évêque devant les tribunaux, — et notamment devant celui du roi, — d’exercer, au nom de l’immuniste ecclésiastique, les pouvoirs administratifs et judiciaires et de conduire auprès du souverain le contingent armé. L’effondrement de l’État carolingien entraîna une modification profonde du caractère de l’avouerie. Certes, l’avoué conserva des attributions d’ordre judiciaire et militaire mais il apparut surtout comme le protecteur du domaine ecclésiastique sur lequel il exerçait sa juridiction. Au vrai, le droit de tutelle qui lui était confié le mettait en situation d’exercer les pires abus : toute occasion était bonne pour livrer les biens de l’église au pillage111.

39Puissant comme il l’était, l’évêque de Liège ne manquait certes pas de moyens pour lutter contre les excès de ses avoués.

40Il s’est efforcé, avons-nous vu, de réduire leurs prérogatives judiciaires en créant des juridictions rivales.

  • 112 E. Poncelet, L’avouerie de la Cité de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xxiii, 1931, p. 89-259, constate que (...)

41Au xiie siècle, l’avouerie de la Cité de Liège — le fait est significatif — sera confiée par l’évêque aux de Pré, un lignage de ministeriales duquel on pouvait attendre une meilleure obéissance112.

  • 113 Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180. – Cfr ci-dessus, p. 276 n. 376.
  • 114 L’évêque Albéron II (1135-1145) attribua cette fonction à son frère Eustache, fils du comte Otton (...)
  • 115 Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 361, p. 517-519 et nos remarques ci-dessus, p. 276 n. (...)
  • 116 Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XI, ch. 4, p. 193. – Cfr ci-dessus, p. 236 n. 135. – Des cas simil (...)

42L’avoué de l’église de Liège, mentionné dès 960113, fut toujours noble de condition114. Il servait d’intermédiaire dans les transports de biens, — que saint Lambert donne ou reçoive, — et exerçait certaines fonctions judiciaires. Mais il avait surtout des attributions militaires : l’avoué de Hesbaye — c’est ainsi qu’on le désigne dès 1124115 — était le porte-étendard de l’armée épiscopale, le Leodiensis militiae signifer116.

  • 117 Sur les prérogatives de l’avoué de Hesbaye voir l’étude de C. Godefroid, L’avouerie de la cathédra (...)

43Confiné, pour l’essentiel, dans son rôle de guerrier, l’avoué de l’église liégeoise n’exerça jamais sur elle une « oppressive protection »117. En réalité, nous croyons que le véritable « défenseur » du patrimoine de saint Lambert fut l’évêque en personne.

  • 118 Voir par exemple : M.G.H., DD., Otto. III., n° 45, p. 446 (987). – Tractatus de investitura episco (...)
  • 119 C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76 (1155). – M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 206-208 (1155). – Cf (...)
  • 120 L’avouerie y est aux mains des Montaigu-Duras : H. Pirenne, Histoire de la constitution de la vill (...)
  • 121 Les avoués de Namur appartenaient sans doute au lignage des nobiles-liberi de Mozet : Roland, Le d (...)
  • 122 Où l’avouerie est entre les mains du lignage noble de Barse : ci-dessus, p. 277 et n. 377-380.
  • 123 L’avouerie du lieu appartient aux liberi-nobiles de Morialmé : Roland, Les plus anciens avoués de (...)
  • 124 Durant la seconde moitié du XIIe s. l’avouerie de Thuin est tenue par le liberinobilis Gérard : A. (...)
  • 125 Despy, Waulsort, n° 21, p. 350-351.
  • 126 Gisl. Chron., ch. 154, p. 238-239, ch. 202, p. 289. – Cfr ci-dessous n. 132.

44L’église de Liège s’était fait attribuer, par le pouvoir royal notamment118, un certain nombre d’avoueries119. L’évêque pouvait les céder en fief, — comme à Dinant120, à Namur121, à Huy122, à Fosses123 ou à Thuin124, — mais il pouvait aussi exercer la fonction lui-même. C’est ainsi qu’en 1103 l’empereur Henri IV attribua à son fidèle Otbert la defensio des moines de Waulsort opprimés par leurs avoués125. Lorsque vers la fin du xiie siècle les Montaigu-Duras restituèrent à l’église de Liège l’avouerie de Dinant, Raoul de Zähringen la rendit en fief à Wéry de Walcourt ; si on reprocha ce geste à l’évêque c’est évidemment parce que l’on imaginait qu’il allait conserver cette avouerie par devers lui126.

  • 127 Cfr ci-dessus, p. 268 n. 331.
  • 128 Roland, A.S.A.N., t. xxx, 1911, n° 12, p. 249-251 (1133) : l’avouerie de Gerpinnes est inféodée à (...)
  • 129 C.S.L., t. i, n° 48, p. 81-84 (1158). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 82 V°-83 R° (1165). – Schoolme (...)
  • 130 Ci-dessus, n. 125.
  • 131 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 52, p. 70.
  • 132 Constitutiones, t. i, n° 280, p. 387. – L’évêque de Liège Raoul est présent lors de la proclamatio (...)
  • 133 M.G.H., DD., Friedrich I., n° 4, p. 8 (1152). – Cfr Laprat, op. cit., col. 1233. – H. Planitz et K (...)

45Or le prestige de l’évêque est très grand. Il est le protecteur né des églises et l’on ne s’étonnera pas que la juridiction synodale ait eu dans ses attributions le règlement de certaines questions relatives aux avoueries127. Lorsque le chef du diocèse déclare dans le préambule d’une de ses chartes qu’il a pour mission de défendre les possessions des églises ab inquietudine malorum hominum episcopali auctoritate, ce ne sont pas que des mots128. L’évêque n’exerce pas seulement, sans intermédiaire, des pouvoirs d’avouerie sur les possessions des établissements religieux qui lui appartiennent, — comme à Aulne, Flône, Neufmoustier, Saint-Laurent ou Saint-Martin129, — il étend aussi sa protection sur des biens ecclésiastiques dont il n’est pas le seigneur temporel. Tel fut le cas d’Otbert à Waulsort en 1103130, tel est encore le cas de Henri II de Leez qui exerce des droits d’avouerie sur l’abbaye de Saint-Trond, en 1146, pendant l’absence du comte Otton de Duras, l’avoué légitime131. Pour s’emparer des avoueries de leur diocèse, les évêques de Liège n’ont donc pas attendu la sentence impériale du mois d’avril 1180, qui leur permettait de récupérer et de garder « dans leurs mains » toutes les avoueries vacantes132. Lorsque l’on sait par ailleurs que les empereurs du xiie siècle se sont efforcés de replacer les avoués sous l’autorité de l’État en leur interdisant de fonctionner sans avoir obtenu le ban royal133, on se rend mieux compte à quel point évêques et roi s’entendaient pour mettre la main sur les instruments de domination.

  • 134 Cfr ci-dessus, p. 224, 271-289. – R. Fossier constate que « l’étape principale de la naissance de (...)

46Or, pour dominer une région, il était indispensable d’en placer la noblesse sous son autorité. À l’instar des grands rassembleurs de terres, les évêques se constituent une clientèle : dans leurs synodes mixtes ils réunissent les membres de l’aristocratie, ils étendent sur eux leur protection, ils font d’eux leurs vassaux. Par leur mainmise sur la classe des liberi-nobiles, les successeurs de saint Lambert renforcent leur territoire, développent leur influence, asseoient leur prestige134.

  • 135 Cfr A. Joris, Les franchises urbaines en pays mosan et ci-dessus, p. 103 et n. 156.

47Aux nobles, l’évêque a distribué des fiefs. Aux bourgeoisies naissantes, il accordera des chartes de libertés135.

  • 136 Joris, La ville de Huy, p. 107-127 et Huy et sa charte de franchise. – Nous suivons de très près l (...)

48L’octroi de la charte d’affranchissement de Huy par l’évêque Théoduin en 1066 est, à cet égard, plein d’enseignements. L’évêque, semble-t-il, avait besoin d’argent pour reconstruire les fortifications et les bâtiments religieux de la ville, détruite en 1053 lors du raid mené par les comtes de Flandre et de Hainaut contre le territoire liégeois. Un « contrat » fut donc établi entre Théoduin et les bourgeois de Huy. Ces derniers abandonnèrent à l’évêque la moitié de leurs biens meubles en échange d’un certain nombre de privilèges, d’une libertas qui plaça la ville — comme un homo liber — sous la juridiction immédiate du prélat. En réalité, l’évêque fit une excellente opération. Les pouvoirs du seigneur furent désormais limités mais ils restèrent fort considérables. En revanche, Théoduin reçut une somme d’argent importante et des garanties d’ordre militaire qui mettent bien en évidence l’intérêt que le prélat portait à ce castrum qui contrôlait le passage du fleuve et la route reliant la Hesbaye au Condroz et à l’Ardenne. Enfin, il semble bien qu’en unifiant le statut juridique des habitants du territoire urbain, l’évêque se soit assuré, en cas de danger extérieur, le concours militaire de toute la population de la ville136.

  • 137 Cfr F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan, p. 666-668, d’après le Cantatorium, (...)
  • 138 Les listes de témoins des chartes d’Otbert reproduisent les noms de cives ou de burgenses de Liège (...)
  • 139 E. Fairon, Chartes confisquées, p. 169-170 (1149).
  • 140 Ci-dessus, n. 127.
  • 141 F. Straven, Inventaire analytique des archives de la ville de Saint-Trond, t. i, p. 2-3. – Ce docu (...)
  • 142 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 33, p. 107. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 6 et n. 19, p. 206 (...)
  • 143 « cum episcopatus noster multis laboraret vexationibus et iam non esset nobis qui pro defensione i (...)
  • 144 L’existence de cette charte est connue par une confirmation de l’évêque Adolphe II de La Mark du m (...)
  • 145 Éd. G. Kurth, Les origines de la commune de Liège, B.I.A.L., t. xxxv, 1905, p. 302-309. – Sur les (...)

49Il est significatif que les évêques de grande envergure — et en premier lieu ceux dont les initiatives réclamaient d’énormes moyens financiers et militaires — se soient rapprochés de cette classe nouvelle où l’on trouvait des hommes riches et des gens qui savaient se battre. Otbert les protégea et défendit leurs intérêts137 ; il a, si l’on peut dire, officiellement accepté les burgenses dans son entourage138. Henri II de Leez, pour sa part, donna de nouvelles « libertés » aux Hutois139. En 1146, il accordait aux bourgeois de Saint-Trond— ville dont il était momentanément l’avoué140 — le même statut privilégié en matière synodale que celui des habitants de Liège141. Enfin, à la veille de son départ pour la troisième expédition italienne de Frédéric Ier Barberousse, en 1163, l’évêque Henri instituait des « communes jurées » dans les villes de tout l’évêché afin de mieux maintenir l’ordre public142. L’évêque Albert de Cuyck monta sur le siège épiscopal de Liège au terme d’une succession particulièrement difficile : en arrivant au pouvoir il trouva, partout, le désordre143. De surcroît, son épiscopat fut profondément marqué par les troubles graves qui suivirent la mort prématurée de l’empereur Henri VI († 1197). Obligé de gouverner dans la débâcle générale il rechercha, lui aussi, l’appui des villes : entre 1196 et 1200 il accordait des franchises aux bourgeois de Ciney144 ; au même moment, il confirmait les consuetudines, libertates et jura universa des « citains » de Liège145.

  • 146 Cfr ci-dessous, p. 451.

50Tous ces « contrats » passés entre le prélat et les habitants des villes contribuèrent, sans aucun doute, à renforcer l’autorité des successeurs de saint Lambert sur leur évêché. Nous n’en voulons pour preuve que la participation active des milices urbaines aux grandes victoires militaires remportées par les évêques de Liège dans le courant du xiie siècle146.

  • 147 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 57-58 (1197). – L’indépendance du diocèse par (...)

51Enfin, nous ne doutons pas que l’énorme appareil administratif mis à la disposition de l’évêque pour répandre la parole de Dieu jusque dans les moindres recoins du diocèse, — archidiaconés, doyennés ou conciles ruraux, paroisses, — contribua beaucoup à développer la puissance temporelle de l’église de Liège. En faisant traîner à la queue d’un cheval le malheureux prêtre de Beauvechain qui avait sommé certains coupables de comparaître devant la juridiction liégeoise de la paix, la duchesse de Louvain montrait qu’elle avait bien saisi tous les dangers que présentait, pour la « terre » brabançonne, l’armature diocésaine147.

***

  • 148 Santifaller, Zur Geschichte, p. 114.
  • 149 J.F. Niermeyer, dans Alg. gesch. der Nederl, t. ii, p. 36-41, 110-116.
  • 150 de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 8-25, 53-54, 56-57, 74-78, 92-95, 100-103, t. iii, (...)

52Le territoire de l’église de Liège, dont l’existence a été voulue par l’État, doit être tenu, en dépit de sa configuration tourmentée, pour une réussite remarquable. La terre de saint Lambert fut un coin enfoncé dans la masse des seigneuries féodales de Basse-Lotharingie. Dans le pays de Charlemagne — où le domaine royal était considérable — les Ottoniens et leurs successeurs sont parvenus à construire, avec l’aide incessante des évêques, une « principauté » durable. On ne peut dire qu’il en ait été partout de même. Après la mort de l’évêque Godefroid († 1178), le Sticht d’Utrecht, auquel, pourtant, près de dix comtés avaient été incorporés dans le courant du xie siècle148, sera dépecé par les comtes de Hollande et de Gueldre149. Le territoire épiscopal de Cambrai, écrasé entre la Flandre et le Hainaut ne put se développer et vécut sans cesse dans la hantise d’être absorbé par la principauté flamande150.

  • 151 La poussée flamande vers l’est conduira, comme on le sait, à la formation de là Flandre impériale (...)
  • 152 En 1107, Henri V rassemble ses troupes pour marcher contre la Flandre, à Tongres près de Liège : C (...)
  • 153 C’est à Liège que le comte de Flandre se soumet à Henri IV en 1103 (Meyer von Knonau, t. v, p. 179 (...)
  • 154 Ci-dessus p. 427 n. 33.
  • 155 Ci-dessus p. 426-427.
  • 156 Frédérico, Corpus inquisitionis, t. i, n° 10, p. 14-15.
  • 157 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 8, p. 218. – Cfr Gaier, Art et organisation militaires, (...)
  • 158 Gisl. Chron., ch. 10, p. 15-16.
  • 159 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64.
  • 160 Lambert de Wattrelos, Annales Cameracenses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 518. – Sigeb. cont. Aquic, M.G (...)

53On a souvent dit que la « principauté » de Liège était un bastion construit par les rois de Germanie pour protéger une partie de la frontière occidentale de l’Empire. On songe immédiatement aux souverains du royaume franc de l’ouest qui rêvèrent, jusque très tard dans le xie siècle, de récupérer la Lotharingie. Par contre, on oublie souvent de tourner les yeux vers la Flandre qui fut, sans aucun doute, aux xe et xie siècles, un des grands agresseurs de l’Empire en Basse-Lotharingie et contre lequel les souverains germaniques érigèrent les « marches » d’Anvers, d’Eename et de Valenciennes prolongées au sud par le petit territoire cambrésien151. Or il suffit de jeter un coup d’œil sur la belle carte du duché de Lothier et du marquisat de Flandre en 1095 dressée par P. Bonenfant, pour se persuader que le territoire liégeois constituait alors la base idéale pour une opération des armées impériales contre la Flandre152. D’où une haine endémique entre le comte de Flandre et l’évêque de Liège dont la Cité symbolise, aux yeux du prince français, la présence impériale en Lotharingie153. La situation particulière de l’église liégeoise par rapport à la Flandre explique des événements comme la destruction de Huy et de Thuin en 1053154, le rattachement féodal du comté de Hainaut à l’église de Liège en 1071155, la lettre du pape Pascal II engageant Robert de Flandre à tourner ses armes contre la Cité de saint Lambert (1102)156, ou même la présence du comte flamand parmi les adversaires de l’évêque à la bataille de Duras en 1129157. Dès qu’une occasion lui est offerte d’attaquer ce vieil ennemi, l’évêque de Liège ne la manque pas : ainsi Théoduin après 1071158, Otbert en 1101159 et Henri II en 1149160.

  • 161 J. Dhondt a très bien décrit le processus — très rapide — de la dislocation de l’État aux ixe et xe(...)
  • 162 « contra tyrannos et raptores » Tractatus de investitura episcoporum, p. 501. – « ne sancta Dei ec (...)
  • 163 Voir sur tout ceci les remarques d’E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate, (...)

54L’édification du territoire liégeois montre clairement que le système de l’Église impériale visait deux objectifs : d’une part, soustraire à la puissance du comte un grand nombre de biens et de droits puis les confier aux églises afin que l’État, menacé par le processus de médiatisation, puisse conserver les moyens indispensables à l’exercice du pouvoir161 : d’autre part, donner aux évêques la puissance temporelle dont ils avaient besoin dans leur lutte contre les adversaires du roi162 Pour que ce plan réussisse il ne fallait pas seulement des terres ; il fallait aussi des hommes de grande envergure163.

  • 164 « Inde est, quod nusquam gentium aequalis potentiae pontifices inveniri queant, vel quod a regio c (...)

55C’est parce qu’elle a reçu des domaines en abondance, c’est parce qu’elle fut administrée par des évêques comme Notger, Wazon, Théoduin, Henri de Verdun, Otbert et Henri de Leez, que l’église de Liège est devenue la première puissance politique du pays mosan. Vers 1107, l’abbé Étienne de Saint-Jacques, impressionné sans doute par tout ce qu’il voyait autour de lui, proclamait avec flamme : « Nul ne peut rivaliser en puissance avec les évêques dont l’entourage et l’opulence égalent presque celles des rois »164.

Notes

1 Sur la formation territoriale de la « principauté » de Liège, voir : Vanderkindere, La formation territoriale, t. ii, 1902, p. 184-194. – Kurth, Notger, t. I, 1905, p. 115-129. — A. Hansay, Les origines de l’État liégeois, Revue de l’instruction publique en Belgique, t. xliii, 1900, p. 1-13, 81-95. – La carte et l’étude de P. Bonenfant, Le duché de Lothier et le marquisat de Flandre à la fin du xie. (1095), Bruxelles-Paris, 1932, p. 8-19. – J. Paquay, Le patrimoine de l’église de Liège, Liège, 1936. – J.F. Niermeyer, dans Alg. Geschied, der Nederlanden, t. ii, 1950, p. 41-43, 107-110. – R. Deprez, La politique castrale dans la principauté episcopale de Liège, M.A., t. lxv, 1959, p. 501-538. – F. Vercauteren, La formation des principautés de Liège, Flandre, Brabant et Hainaut (ixe-xie siècles), dans L’Europe aux ixe-xie siècles, Varsovie, 1968, p. 35-36 à qui nous empruntons l’expression citée. – Voir également les études classiques de J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France, Bruges, 1948. — K.F. Werner, Untersuchungen zur Frühzeit des französischen Fürstentums. — P. Feuchère, Essai sur l’évolution territoriale des principautés françaises. – H. Aubin, Die Entstehung der Landeshoheit nach niederrheinischen Quellen, Berlin, 1920. – Le recueil des Communications du Congrès de Bordeaux en 1973 : Les Principautés au moyen âge, Bordeaux, 1979. – Sur la structure des principautés françaises, voir K.F. Werner, Königtum und Fürstentum im französischen 12. Jahrhundert.

2 Folcuin, Gesta abb. Lobb., ch. 29, M.G.H., SS., t. iv, p. 70.

3 On entendait par « forêt » l’exercice de la juridiction de la chasse dans un district déterminé. Sur ce droit et son importance, voir E. Fairon, Les donations de forêts aux xe et xie siècles en Lotharingie et en Allemagne. – Ch. Higounet, Les forêts de l’Europe occidentale du ve au xie siècle, p. 51-52. – H. Kaspers, Comitatus nemoris…, 1957. – H. Rubner, Untersuchungen zur Forstverfassung des Mittelalterlichen Frankreichs, 1965 et l’art. Forst, Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. i, 1971, col. 1168-1180. – Sur le domaine de Theux, cfr H. Baiverlin, L’évolution du domaine de Theux, Ann. 42e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Malmédy, 1972, Malmédy, 1974, p. 11-23.

4 C.S.L., t. i, n° 3, p. 4-5 (840) et O.S.L., f° 55 V° (8 juin). – Lauer, Actes de Charles III le Simple, t. i, n° 5, p. 5-7 (894), n° 81, p. 180-182 (915). – M.G.H., DD., Zwentibold, n° 24, p. 61-62 (898). – Cantatorium, ch. 3-4, p. 6-15. – DD., Arnolf, n° 64, p. 94-96 (889). – Ludwig d. K., n° 55, p. 181-182 (907), n° 57, p. 183-185 (908). – Otto I., n° 154, p. 235-236 (952). – Joris, La ville de Huy, p. 88 n. 65. – Rousseau, Namur, ville mosane, 2e éd., p. 38-40, 43-45, 76-78 et Comment Dinant est devenue une ville liégeoise. – Gaier-Lhoest, L’évolution topographique, p. 20, 26-28. – Cl. Billen, De la villa du ixe à la seigneurie du xive siècle : le domaine de Pont-de-Loup et Chatelet. – Kurth, Les premiers siècles de l’abbaye de Saint-Hubert, p. 35-50, 110-111. – Dierkens, L’abbaye d’Aldeneik au ixe siècle, p. 136 et L’abbaye d’Aldeneik et le Limbourg monastique, M.A., t. lxxxiii, 1977, p. 337-350.

5 Comme le prouve un diplôme perdu de Clovis III (690-694), texte que le chanoine Nicolas eut sous les yeux : Nicolas, Vita Landiberti, éd. Krusch, p. 411. – Cfr Deeters, Servatiusstift, p. 93-94. – L’étude de l’organisation paroissiale dans les anciens conciles de Tongres, Maastricht et Hozémont amena J. Paquay à conclure que le domaine primitif de l’église de Liège était compris dans la région délimitée par Maastricht, Hoeselt, Gelmen, Amay et Liège ; la Cité de Tongres en était le centre : Le droit de patronage des évêques de Liège sur les églises de Hesbaye, Leodium, t. viii, 1909, p. 14-24, 26-34 et L’organisation paroissiale au diocèse de Liège, ibid., t. xxi, 1928, p. 42-44.

6 M.G.H., DD., Otto II., n° 53, p. 63-64.

7 Ibid., n° 85, p. 100-101 (974). – Sur le droit de « gruit » qui frappait les brasseries cfr J. Deckers, Gruit et droit de gruit, Ann. 41e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Malines, 1970, Malines, 1971, p. 181-193. – En 983, Otton II attribuait à Notger le tonlieu du marché de Visé : Otto II, n° 308, p. 365.

8 Ne sont citées que les principales (capitales) : Huy, Fosses, Lobbes, Tongres et Malines. Sur les possessions de Saint-Lambert dans cette dernière localité, voir les études de P.Bonenfant, Aux origines de Malines, dans Dancwerc opstellen aangeboden aan Th. Enklaar, 1959, p. 96-108 et de F.L. Van Den Wungaert, De groei van het bezit der luikse kerk te Mechelen tussen 1008 en 1309, Ann. 41e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Malines, 1970, Malines, 1971, p. 35-45, qui affirme, à tort, que l’église liégeoise ne possédait pas de biens à Malines avant 1008.

9 M.G.H., DD., Otto II, n° 210, p. 238-239.

10 Cfr F.L. Ganshof, L’immunité dans la monarchie franque. – E.E. Stengel, Die Immunität in Deutschland bis zum Ende des 11. Jahrhunderts, t. i, Diplomatik, Innsbruck, 1910. – Id., Immunität et Grundherrschaft und Immunität, dans Abhandlungen und Untersuchungen zur mittelalterlichen Geschichte, 1960, p. 30-34, 35-68. – Santifaller, Zur Geschichte, p. 35-36, 79-97. – K. Bosl, dans Gebhardt, 1.1, p. 761-762. – I. Heidrich, Die Verbindung von Schutz und Immunität…, Z.R.G., G.A., t. xc, 1973, p. 10-30. – D. Willoweit, art. Immunität, Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, 10. Lief., 1973, col. 312-330.

11 Formation, t. ii, p. 187.

12 Voir sur ce point les remarques de Stengel, Die Immunität in Deutschland, p. 589-598, Grundherrschaft, p. 51-52, 57 et Immunität, p. 31. – Santifaller, p. 35-36, 79-80. – Kurth, Notger, t. i, p. 116, avait pressenti cette nuance fondamentale.

13 Cfr D. Willoweit, art. Graf, Grafschaft, dans Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte, t. i, 1971, col. 1778-1785. – H. Planitz et K.A. Eckhardt, Deutsche Rechtsgeschichte, Graz-Cologne, 1971, p. 87-89, 159-160.

14 M.G.H., DD., Otto III., n° 16, p. 413-414. – Avant 985, l’église liégeoise possédait déjà les droits de monnaie et de tonlieu à Huy.

15 Cfr Santifaller, Zur Geschichte, p. 36, 106-107.

16 « adiit celsitudinem nostram venerabilis et fidelitatis nostrae in omnibus exequutor Nodkerus […] ut ei […] comitatum Hoiensem quod in nostra ditione hactenus erat quodque Ansfridus comes illustris vir qui ilium ad presens tenebat, pro […] episcopi amore reddiderat, perpetuo habendum concederemus ». – Ce comte Ansfrid deviendra évêque d’Utrecht (995-1010). Cfr A. Joris, La ville de Huy, p. 95-98. – Baerten, Les Ansfrid au xe siècle, p. 1151-1152. – Comme nous l’a fait remarquer le Professeur K.F. Werner, il est probable que Notger ait découvert certains « modèles » dans les évêchés du royaume franc occidental : dès 940, l’archevêque de Reims aurait reçu du roi Louis IV « tout le comté de Reims » (Flodoard, Annales, éd. Ph. Lauer, Paris, 1905, p. 75) et en 967 le roi Lothaire avait cédé le comté de Langres à l’évêque de cette ville (L. Halphen et F. Lot, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, Paris, 1908, n° 29, p. 71-73). Cfr J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France, Bruges, 1948, p. 76, 123 n. 3, p. 167 n. 2. – P. Desportes, Les archevêques de Reims et les droits comtaux…, Mél. Perroy, 1973, p. 79. –K.F. Werner, dans Handbuch der Europäischen Geschichte, t. i, Stuttgart, 1976, p. 748, 779. – Bur, La formation du comté de Champagne, p. 178, selon lequel le texte de Flodoard est interpolé.

17 Notger soutenait Otton III contre Henri le Querelleur. Il convient d’insister sur le fait que le diplôme du 7 juillet 985 fut délivré alors que la victoire d’Otton n’était pas encore entièrement acquise. Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 69-82. – Une lettre de l’archevêque Adalbéron de Reims à Notger (984) prouve que la fidélité de l’évêque de Liège à Qtton III n’a pas toujours été très ferme : F.Weigle, Die Briefsammlung Gerberts von Reims, Berlin-Zurich-Dublin, 1966, n° 39, p. 66-68. – Cfr ibid., n° 49, p. 78-79 (985).

18 Profitant des troubles provoqués par la succession d’Otton II († 983), le roi de France Lothaire (954-986), renouvelant sa tentative de 978, avait voulu s’emparer de la Lotharingie (984-986). À la fin de l’année 985 ou au début de 986 Lothaire avait même envisagé de mettre le siège devant les cités épiscopales de Liège et de Cambrai. Sa mort, survenue le 2 mars 986 l’empêcha de réaliser ce projet : Gesta episcoporum Cameracensium, lib. I, ch. 105, M.G.H., SS., t. vii, p. 445. – Weigle, Briefsammlung, n° 59, p. 90-91 (985). – F. Lot, Les derniers carolingiens, Paris, 1891, p. 92-107, 130-164, 178-179. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 52-61. – La dernière tentative des rois de France pour annexer le duché de Lotharingie fut celle de Henri Ier (1031-1060) en 1047 : après 1056, les successeurs de Hugues Capet renoncèrent à leurs prétentions : Dhondt, Henri Ier, l’Empire et l’Anjou. – Kienast, Deutschland und Frankreich, 1.1, p. 175-178.

19 Sur ce comté qui s’étendait entre la Gette et la Dyle voir Gilles d’Orval, lib. III, ch. 15, p. 91-92. – Cfr Vanderkindere, t. ii, p. 143-148.

20 M.G.H., DD., Otto III., n° 45, p. 445-446. – Cfr P. Bonenfant, Note critique sur le faux diplôme d’Otton Ier. – M. de Waha, Sigebert de Gembloux faussaire ? – Sur la date de ce doc, cfr H. Wibel, Neues Archiv, t. xxxviii, 1913, p. 681-683.

21 « monasterium nomine Bronium sue ecclesie subiectum » M.G.H., DD., Otto III., n° 92, p. 502-504.

22 Otto III., n° 240, p. 657-658. – Voir ci-dessus, p. 345 n. 215. – Konrad II, n° 6, p. 7-8 (1024). – Sur ce dernier diplôme, qui est suspect, voir Böhmer-Appelt, Konrad II, n° 6, p. 14.

23 Heinrich II, n° 115, p. 141-142.

24 Voir ci-dessus n. 3.

25 Heinrich II, n° 184, p. 218-219. – Cfr Van Rey, Die Lütticher Gaue Condroz und Ardennen, p. 196-197.

26 Vanderkindere, t. ii, p. 213-221. – CG. Roland, Les pagi de la Lomme et de Condroz, p. 114-116.

27 M.G.H., DD., Heinrich II, n° 186, p. 221-222.

28 Heinrich III, n° 35, p. 44-45. – Cfr J. Baerten, Le comté de Haspinga.

29 M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 234, p. 294-296. – Cfr J.L. Kupper, Une « conventio » inédite entre l’évêque de Liège Théoduin et le comte Albert II de Namur (1055-1064), B.C.R.H., t. cxlv, 1979, p. 1-24.

30 Heinrich IV, n° 399, p. 527-528.

31 Ganshof, Note sur le rattachement féodal du comté de Hainaut : nous nous appuyons sur ce travail définitif où l’on trouvera mention des sources et des travaux.

32 M. Bruwier, Le Hainaut, le Cambrésis et l’Empire au xiie siècle, p. 207-208. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 113-114. – On se souviendra que le comte de Hainaut était un des grands absents des synodes épiscopaux liégeois.

33 Dans son diplôme du 11 mai 1071 par lequel il doane à l’église de Liège le comté de Hainaut, Henri IV rappelle que les « castella Mont et Belmont [sc. du comte de Hainaut] episcopatum illum diu multumque sepe vexassent » DD., Heinrich IV., n° 242, p. 306. – En 1053, Baudouin V de Flandre et son fils Baudouin Ier de Hainaut, époux de Richilde, avaient incendié les possessions liégeoises de Thuin et de Huy : Annales S. Jacobi, éd. Alexandre, p. 11. – Annales Laubienses, M.G.H., SS., t. iv, p. 20. – Annales Leodienses, ibid. – Mohr, op. cit., t. ii, p. 26-27. – Entre 1053 et 1070, l’évêque Théoduin détruisit le château hennuyer de Grignard qui menaçait les possessions liégeoises de Thuin et de Lobbes : Miracula SS. Ursmari et Ermini, ch. 27-28, p. 836-837 (écrits après 1090). — Gesta abbatum Lobbiensium, ch. 6, p. 311 (écrites en 1162). — Dans une charte episcopale de 1057 il est question d’une « werra contra episcopatum » qui aurait dévasté la région de Soulme (Namur, Philippeville, Doische) ; il s’agit sans doute d’une attaque en provenance du Hainaut : Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16.

34 Cfr Rotthoff, Studien zur Geschichte des Reichsguts, p. 160.

35 Vers 1175, Frédéric Ier Barberousse engageait à l’église de Liège, contre la somme de 1000 marcs, les biens impériaux de la rive gauche de la Meuse (Kupper, Raoul de Zähringen, p. 69-79, 148-150). Son fils, Henri VI, donna son domaine de Vreren à Saint-Lambert (C.S.L., t.I, n° 73, p. l8 [1195-1197]).

36 Le comte Arnoul de Valenciennes décide de léguer son Castrum et ses biens à l’évêque Baldéric II et à son église « iure propinquitatis » : Vita Balderici, ch. 4, p. 726, ch. 21-24, p. 732-734. – Anselme, ch. 31, p. 206. – Cfr Lays, Étude critique, p. 66-72, 121-130. – Parmi ces biens figurait Visé : O.S.L., f° 32 R°, 100 V . – Cfr ci-dessus, p. 144 n. 186.

37 Voir la lettre de l’archevêque Arnoul de Reims à Baldéric : Cat. cod. hagiogr. Bibl. Reg. Brux., pars I., t. ii, 1889, p. 486 (1008-1012).

38 Anselme, ch. 31, p. 206. – Vita Balderici, ch. 5, p. 726. – Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 18, p. 470.-Sigeberti auct. Gemblacense, M.G.H., SS., t. vi, p. 391 (1015). – Gilles d’Orval, lib. II, ch. 59, p. 63. – Cfr CG Roland, Histoire généalogique de la maison de Rumigny-Florennes, p. 91-93.

39 Florennes figure parmi les possessions de l’église liégoise dans le diplôme de Henri IV de 1070 : Heinrich IV., n° 234, p. 295. – Les Annales Floreffienses mentionnent un siège de Florennes en 1045, « gratia pacis » et un second siège, par ordre de l’empereur Henri III, en 1052 (M.G.H., SS., t. xvi, p. 623). L’incorporation de Florennes au patrimoine de saint Lambert est peut-être liée à ces événements. Notons que l’évêque Otbert, à son tour, assiégea Florennes en 1112 (ibid.).

40 Cfr Roland, Les pagi de Lomme et de Condroz, p. 73. – Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. LXVII, selon lequel la seigneurie de Florennes aurait été acquise par Théoduin, donc entre 1048 et 1070. Ce point de vue correspond bien à l’hypothèse que nous formulons dans la note précédente.

41 En 1087, Arnoul reçoit la terre de Morialmé « coram episcopo Heinrico legaliter » : Despy, Waulsort, n° 20, p. 349 et les remarques de D. Misonne, La charte d’Arnoul de Morialmé. — Cfr C.G. Roland, Les seigneurs de Morialmé, p. 18 et Les pagi, p. 73-74. — En 1188, l’évêque Raoul qualifié Godescalc de Morialmé de « ligius homo noster » A.H.E.B., t. viii, 1871, p. 366.

42 Voir nos remarques, ci-dessus p. 306-307 et n. 96.

43 C.S.L., t. i, n° 26, p. 38-43. – Cfr Vanderkindere, t. ii, p. 141-142.

44 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 18, p. 94. – En 1095, Otbert assiège cette forteresse qui gêne les communications fluviales entre Liège et Huy : Cantatorium, ch. 78, p. 194-195. – Cfr Vanderkindere, t. ii, p. 193, 221-222. – Sur l’importance de Clermont pour le contrôle des communications dans le pays mosan, voir un passage du Gisl. Chron., ch. 154, p. 238 (1189).

45 Voir la charte d’Otbert dans le C.S.L., t. i, n° 29, p. 46-48 (1096) et un passage du Cantatorium, ch. 73, p. 175-176. – Cfr Roland, Les pagi, p. 75-76. – Sur la châtellenie de Couvin, voir l’importante étude deG. Despy et Chr. Rouwez, Le tarif de tordieu de Couvin de 1258, part, aux p. 66-74, qui considèrent la charte épiscopale de 1096 comme interpolée. Nous n’en sommes pas persuadé. Il n’est pas lieu de reprendre ici l’étude de ce document. Constatons simplement qu’une des anomalies signalées par ces deux auteurs disparaît, si l’on veut bien traduire le mot « episcopatus » (p. 47 1. 5) par « diocèse » et non point par « terres de l’évêché ». Quoi qu’il en soit, il reste établi de façon indiscutable qu’Otbert fit, par achat, l’acquisition de la forteresse de Couvin.

46 Sources principales : Cantatorium, ch. 82, p. 203-204, ch. 83, p. 206-207. – Triumphus sancti Lamberti, ch. 1, p. 498-500. – Renier, Triumphale Bulonicum, lib. I, p. 584-585. – Gisl. Chron., ch. 25, p. 43. – Sur le fief de Bouillon et son évolution, voir l’étude de Ch. Zoller-Devroey, Féodalité et économie rurale dans les Ardennes médiévales : le fief de Bouillon en Sedanais. – La question de ce fief ne fut réglée qu’en 1127, lorsque l’archevêque de Reims attribua à l’évêque Albéron Ier le « beneficium quod Remensis ecclesie ab antiquo esse dinoscitur quod etiam ad Bullionem pertinere nulli dubium est ». C.S.L., t. i, n° 35, p. 56-58 (1127). – Cantatorium, ch. 94, p. 244-245 : négociations entre Otbert et l’archevêque à propos de ce fief (1104).

47 En 1134, le comte Renaud Ier de Bar (1105-1150), qui pouvait invoquer certains droits de succession sur Bouillon, s’était emparé de la forteresse. L’évêque récupéra définitivement « son » bien à l’issue d’un siège célèbre qui eut lieu en 1141. Cfr Grosdidier de Matons, Le comté de Bar, p. 144-146. – Gaier, Art et organisation militaires, p. 240-251 (avec indic, des sources et des travaux).

48 « inter confinia duorum regnorum positum » Triumphus, ch. 1, p. 499. – « in confinio Galliae et Germaniae » Gesta abb. Lobb., ch. 14, p. 318. – En 1093, la garnison de Bouillon, au cours d’un raid, s’était emparée de douze chariots transportant des fournitures destinées à Otbert : Cantatorium, ch. 72, p. 174.

49 Cfr J. Vannérus, Confines Advenientium Francorum. – Il faut lier cette constatation à l’intérêt porté par les évêques — et notamment par Otbert — au château de Mirwart, près de Saint-Hubert, sur la « route » Liège-Sedan : Cantatorium, ch. 42-43, p. 106-108, ch. 88, p. 217-218. – Mirwart contrôlait également les communications entre Namur et Bouillon : Gisl. Chron., ch. 7, p. 10 et la carte de R. Petit, Foires et marchés à Saint-Hubert.

50 C.S.L., t. i, n° 44, p. 72-73, t. vi, p. XV-XVI. n° 15, p. 4. – M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 208 (1155).

51 Ces castra sont les suivants : Herzogenrath (Rolduc), Beaumont près d’Esneux, Duras, Fontaine-l’Évêque, Born, Revogne, Emeville près de Flostoy et Walcourt. Pour ce qui est du dernier, l’évêque possède simplement la securitas, c’est-à-dire, nous semble-t-il, la promesse qu’il ne sera pas fait usage de la forteresse pour nuire à l’église de Liège.

52 Herzogenrath et Born.

53 « Predicta autem allodia et castra quam necessaria et utilia sint non solum civitati nostre verum etiam universo episcopatui ».

54 La volonté de Henri de Leez de restaurer et d’agrandir la puissance de son église apparaît en pleine lumière dans les deux confirmations générales des biens et des droits de saint Lambert obtenues en 1155 du pape Adrien IV et de Frédéric Ier Barberousse (C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76 et le diplôme cité n. 50). Ces confirmations nécessitèrent la rédaction de listes précises — toute opération d’envergure commence par un dénombrement — dont Gilles d’Orval nous paraît avoir eu connaissance : le curieux texte que ce chroniqueur reproduit au ch. 30 du livre III de ses Gesta en serait une épave (M.G.H., SS., t. xxv, p. 104). – Notons que l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg, qui fut archidiacre de Liège sous Henri II et qui souscrivit la charte épiscopale de 1154 (ci-dessus n. 50) entreprit une politique territoriale qui rappelle celle de l’évêque liégeois (Cfr Bauermann, Altena — von Reinald von Dassel erworben ?). Il en fut de même pour le comte Baudouin IV de Hainaut (1120-1171) (cfr M. Bruwier, Le domaine des comtes de Hainaut, p. 501-503. – J. dugnoille, Aux origines de la châtellenie et de la ville d’Ath…, Hommage au Prof. P. Bonenfant, 1965, p. 124-130). – Cette vague de reconstructions doit certainement être mise en rapport avec la prospérité économique du pays mosan.

55 Voir le diplôme cité n. 50. – Ce diplôme fut rédigé à la chancellerie impériale (notaire ZB).

56 « aecclesiam sibi pro animarum remedio heredem facerent » Anselme, ch. 31, p. 206.

57 Ils n’avaient pas d’enfants. – Gisl. Chron., ch. 154, p. 238-239, ch. 155, p. 240, ch. 202, p. 288-289. – Sur la destinée de ces biens, cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 94 n. 66, p. 146-147.

58 Cfr Roland, Les pagi de Lomme et de Condroz, p. 72-84, 114-119. – Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. XXXVIII-XXXIX, LXIX-LXX, LXXVII-LXXXII, CX-CXII : sous le comte Godefroid (1102-1139), semble-t-il, le territoire namurois s’étendit, au détriment de l’évêque, en Hesbaye, en Condroz et en Famenne. Ce fait doit être mis en rapport avec l’affaiblissement de l’église liégeoise sous l’épiscopat d’Alexandre Ier (1128-1135). Rappelons-nous qu’en 1134, le château de Bouillon tomba aux mains de Renaud de Bar. Le redressement de l’église de Liège se situe sous Henri II de Leez (1145-1164).

59 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 1, p. 78. – Cfr J.L. Kupper, Une « conventio » inédite entre l’évêque de Liège Théoduin et le comte Albert II de Namur (1056-1064), B.C.R.H., t. cxlv, 1979, p. 1-24.

60 Cfr Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 35-41. – Gaier, Art et organisation militaires, p. 251-254 (avec indic, des sources). – En 1140, le comte de Namur Henri avait anéanti la localité liégeoise de Fosses (Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 624. – Annales Laubienses, M.G.H., SS., t. iv, p. 22. – Annales Fossenses, ibid., p. 31. —Sigeb. Contin. Gembl., M.G.H., SS., t. vi, p. 387. – Triumphus sancti Lamberti, ch. 4, p. 501. – Renier, Triumphale Bulonicum, lib. I, p. 585. – Cfr Rousseau, op. cit., p. 27-28). En 1149, Henri de Leez reconstruisit le Castrum de Fosses et entoura la ville d’une muraille : Annales Fossenses, ibid.

61 « Cornes quidem ut dominaretur intendebat ; episcopus, ut sui ab eius dominatione et gravi oppressione liberarentur satagebat ». Sigeb. auct. Affligemense, éd. Gorissen, p. 132.

62 Vita Balderici, ch. 25, p. 734.

63 Ils descendaient l’un et l’autre de Regnier II, frère du duc Gislebert († 939). – Voir l’annexe II.

64 Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 5, p. 467-468.

65 Cfr Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 63-64.

66 Gesta episc. Cam., ibid. – Vita Balderici, ch. 7-12, 22-24, p. 727-729, 733-734. – Ann. Laub., M.G.H., SS., t. iv, p. 18 (1013). – Ann. Leod., ibid. – Ann. S. Jacobi, éd. Alexandre, p. 9 (1013). – Obituaire de la collégiale N.-D. à Huy, éd. Renardy et Deckers, p. 207 (10 octobre). – Cfr Lays, Étude critique, p. 100-111. – J. Vander Velpen, Geschiedenis van Hoegaarden, Louvain, 1959, p. 29-31. – Le comte Lambert fut tué en 1015 au cours de la bataille de Florennes qui l’opposa au duc Godefroid : Ann. Laub, et Ann. Leod., ibid. – Gonzon, Miracula S. Gengulfi, ch. 17, M.G.H., SS., t. xv, 2, p. 794. – Sur tous ces événements, voir également : H. Sprômberg, Die lothringische Politik Ottos des Grossen, p. 210-212.

67 Vanderkindere, Formation, t. ii, p. 145.

68 Par contre l’hypothèse de P. Bonenfant selon laquelle Lambert de Louvain aurait alors reçu l’avouerie de Gembloux nous paraît mieux fondée : Note critique sur le faux diplôme d’Otton 1er, p. 342-345.

69 Cantatorium, ch. 77, p. 184-186.

70 Nous le savons par un texte inséré dans les Gesta de Gilles d’Orval (lib. III, ch. 15, p. 91-92). Visiblement, le chroniqueur eut sous les yeux un document diplomatique contemporain.

71 Voir les remarques de Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. XCII, CIX-CXI.

72 Cfr Vanderkindere, t. ii, p. 143-148. – Kurth, Notger, t. i, p.118-119. – Van-der Velpen, op. cit., p. 31-41. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 73-74.

73 Roland, Chartes de Gembloux, n° 43, p. 52. – Cfr M. de Waha, Sigebert de Gembloux faussaire ? p. 993-997.

74 Le diplôme d’Otton III spécifiait que l’abbaye était placée sous l’avouerie de l’évêque, à charge pour ce dernier d’installer un avoué subalterne : M.GH., DD., Otton III., n° 45, p. 446 (987).Mais un diplôme de Frédéric Ier, daté de 1152 et souscrit par Henri II lui-même, laissait à l’abbaye le libre choix de l’avoué et plaçait ce dernier sous l’autorité immédiate du roi : Friedrich I, n° 42, p. 70-71.

75 « Gemblues cum advocatia sua et cum omnibus ad earn pertinentibus ». C.S.L., t. i, n° 45, p. 75. – Friedrich I, n° 123, p. 207 (1155).

76 Cfr Bonenfant, Note critique, p. 345-352. – Sur la progression du duc de Brabant en direction de l’est dans la seconde moitié du xiie s., cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 153.

77 « Item prudenţi consilio praedia aecclesiae in très aequas porciones divisit, quarum unam suis et successorum usibus, alteram Deo servientibus per aecclesias et per monasteria, terciam his qui miliciam exercerent concessit ». Anselme, ch. 29, p. 206.

78 M.G.H., DD., Karl III., n° 104, p. 168 (884). – Cfr ci-dessus, p. 312 n. 7.

79 Otbert menace de supprimer l’abbaye de Saint-Hubert et d’en distribuer les biens à ses milites ; Cantatorium, ch. 70, p. 160, ch. 90, p. 234. – Voir aussi ; Vita Balderici, ch. 2, p. 725 (écrite vers 1100). – Chronicon sancti Laurentii, ch. 24, p. 270 (peut-être écrit vers 1100). – Renier, Vita Wolbodonis, ch. 20, p. 570 (écrite ca 1158-1182).

80 Cfr A. Pöschl, Bischofsgut und mensa episcopalis, t. ii, 1909, p. 63-88. – E. Lesne, L’origine des menses, p. 41-46, 77, 92-93.

81 Cfr D. Van Derveeohde, Le polyptyque de 1280 du chapitre de la cathédrale Saint-Lambert à Liège, Bruxelles, 1958, p. 14, qui n’a pas saisi la raison profonde de la nature juridique des terres de la mense capitulaire liégeoise. Sur la date de ce document cfr A. Joris, R.B.P.H., t. xxxvii, 1959, p. 813-817.

82 C.S.L., t. vi, n° 3, p. 240 (1071). – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11 (1071), ch. 68, p. 108 (1172), ch. 187, p. 275 (1192). – Gilles d’Orval, üb. III, ch. 15, p. 92 (1099), etc…

83 Cfr Lesne, L’origine des menses, p. 121.

84 Rappelons-nous qu’après 122 l’évêque est investi par le roi de tout le temporel’de son église (regalia) qui lui est donné sous forme de fief. Le lien féodal est devenu le fondement véritable des obligations du prélat vis-à-vis du souverain, alors qu’auparavant l’hommage et la foi ne jouaient qu’un rôle secondaire.

85 Depuis 1180 environ, les évêques sont incorporés au « nouvel ordre des princes d’Empire » au sein duquel ils occupent le second rang (Heerschild) après le roi. Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 105-111 et not. p. 109 n. 37.

86 Tractatus de învestitura episcoporum, éd. Bernheim, p. 502 (écrit à Liège, par Sigebert peut-être, en 1109). – Etienne de Saint-Jacques, Vita S. Modoaldi, lib. I, ch. 14, p. 54 (vers 1107). – Cfr J. Fried, Der Regalienbegriff im 11. und 12. Jahrhundert.

87 Vita Alberti, eh. 5, p. 143 (1192). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 70, p. 114(1193). – Gisl. Chron., ch. 217, p. 303-304 (1195). – Au décès de l’évêque le Castrum de Huy était laissé à la garde des bourgeois de la localité : A. Joris, La ville de Huy, p. 122, 481-482, § 1 (1066).

88 En 933, l’évêque Richer détruit le castellum d’Arches (Charleville), eo quod in suae aecclesiae terra situm esset : Flodoard, Annales, éd. Lauer, p. 55 – La destruction du château de Chèvremont à l’initiative de Notger, en 987, est célèbre : Anselme, ch. 25, p. 203. – Weigle, Die Briefsammlung Gerberts von Reims, n° 102, p. 132, n° 103, p. 134 (987). – Vita Notgeri, ch. 1, éd. Kurth, p. 10. – M. Josse, Le domaine de Jupille des origines à 1297, Pro Civitate, 1966, p. 44-50. – Gaier, Art et organisation militaires, p. 54-57. – Voir aussi : Anselme, ch. 55, p. 222-223 (1047-1048). – Ci-dessus p. 427 n. 33 (1053-1070). – Cantatorium, ch. 78, p. 194-195 (1095). – Annales Floreffienses, p. 623 (1112). – Ann. S. Jacobi, éd. Alexandre, p. 18 (1151). – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 90-91, 209 (1179). – Une sentence impériale de 1180 interdit la construction de fortifications dans une Cité episcopale sans le consentement de l’évêque : Constitutiones, t. i, n° 280, p. 387.

89 « villa […] Fossis etiam Castro episcopi contigua, ob cuius metum circumpositionem-que castrorum ab incursu predonum sive raptorum summe munita » Berlière, Doc. inédits, 1.1, n° 10, p. 16 (1057). – « praedictum Castrum emit [Bouillon], et multorum direptiones, captivitates, mendicitates, pericul a mortesque redemit ». Triumphus sancti Lamberti, ch. 1, p. 499-500.

90 Un tribunal échevinal présidé par un maïeur siège dans le château épiscopal de Thuin : De fundatione et lapsu, ch. 12, p. 553. – Sur le rôle des forteresses, voir R. Deprez, La politique castrale dans la principauté épiscopale de Liège, p. 526-532. — Situation similaire en Flandre : F.L. Ganshof, dans Hist, des inst. françaises au moyen âge, t. i, 1957, p. 395-402, 419-421. – A. Verhulst, Die gräfliche Burgenverfassung in Flandern im Hochmittelalter, dans Die Burgen (voir ci-dessous), t. i, p. 267-282. – En général : H.M. Maurer, dans Die Zeit der Staufer, t. iii, 1977, p. 119-128. – Die Burgen im deutschen Sprachraum, éd. H. Patze, 2 vol., Sigmaringen, 1976 et le C.R. très développé de ce dernier ouvrage par R. Schieffer, Burgen als Problem vergleichender Landesgeschichte, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xlii, 1978, p. 489-503, qui constate (p. 493) qu’à partir du milieu du xie s. les évêques entreprirent la construction systématique de châteaux pour protéger leurs terres.

91 Bormans, Cart, de Dinant, t. i, n°4, p. 16 (1152).

92 Gisl. Chron., ch. 8, p. 11-12 (1071). – Cantatorium, ch. 49, p. 120-121 (ca 1085). – Hillin, Ex miraculis S. Foillani, ch. 18, p. 927-928(1086). – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, ch. 1, p. 11 (1138).

93 Cantatorium, ch. 59, p. 134 (1088). – Kurth, Saint-Hubert, t. i, n° 60, p. 77-78 (1088). – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 48 V° (1153). – Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 87-88 (1165).

94 En cas de danger, c’est dans le castrum de Huy que l’évêque trouve normalement refuge : Anselme, ch. 55, p. 222 (1047) : « ut relicto Leodio in Hoium se conferret castellum situ loci munitissimum ». – Renier de Saint-Jacques, Annale, éd. Alexandre, p. 59 (1198). – Cfr A. Joris, La ville de Huy, p. 140-144 et À propos de « Burgus », p. 193-196.

95 Tel est le cas du châtelain de Thuin : « Tudiniensis castellanus ab episcopo constitutus » De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 12, p. 553 (fin du xiie s.).

96 À Mirwart : Cantatorium, ch. 93, p. 240 (1103), à Huy : Gisl. Chron., ch. 217, p. 302 (1195), cfr Joris, op. cit., p. 142 et n. 52, à Beaufort-lez-Huy : J. Stiennon, Beaufort-lez-Huy…, dans Mél. Labande, 1974, p. 645, 651-652 et n. 36.

97 À Argenteau : Poswick, Histoire de la seigneurie libre d’Argenteau, p. 3-11, à Beaumont près d’Esneux : Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, p. 194 (1189), à Bouillon : É. Poncelet, Les droits souverains de la principauté de Liège sur le duché de Bouillon, B.C.R.H., t. cviii, 1943, p. 257-258 (toutefois, dans une lettre de Wibald à Henri II de Leez il est question d’un Thierry de Sensenruth ministerialis de Bouillon [Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 207, p. 411-412 (1148)] ; nous croyons que ce personnage était un sous-ordre du châtelain de Bouillon), à Thuin : Cantatorium, ch. 73, p. 176 (1093), à Dinant : Bormans, Cart, de Dinant, t. i, n° 4, p. 16 (1152). – Gisl. Chron., ch. 217, p. 301 (1194). – Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, p. 77-81.

98 Poncelet, Les droits souverains. – Roland, La seigneurie de Han-sur-Lesse, p. 28-32. – Roland, Rochefort, ibid. – Kurth, Saint-Hubert, p. 194-195 n. 2, p. 619.

99 La liste des « cours » a été dressée par L.F. Génicot, La « vieille tour » d’Amay, Bull, de la Comm. roy. des mon. et des sites, N.S., t. iii, 1973, p. 81, 84 n. 37, d’après C.S.L., t. i, n°45, p. 74-76 (1155). – M.G.H., DD., Friedrich L, n° 123, p. 207-208 (1155). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 30, p. 104. – Plusieurs de ces castra et de ces dominicales curiae feront partie au xive s. du groupe des douze « maisons et cappelles », c’est-à-dire des résidences épiscopales où la coutume permettait à l’évêque de traiter les affaires contentieuses en matière féodale ; Jacques de Hemricourt, Le patron de la Temporalité, éd. Bayot et Poncelet, Œuvres, t. iii, p. 144-145. – E. Poncelet, Le livre des fiefs sous Adolphe de la Marck, p. XXIV-XXV. – J. Lejeune, Liège et son pays, p. 314.

100 Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 19, p. 71-72 (ca 1180).

101 Cantatorium, ch. 50, p. 122. – Un Reginerus thelonearius est déjà mentionné dans une charte episcopale de 960 : Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180.

102 Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 18, p. 345, n° 19, p. 347 et n. – Cfr Niermeyer, Lexicon minus, p. 305, 837.

103 Vita B. Juettae, ch. VI, 15, AA. SS. Jan., t. i, p. 866 : « rerum dispensator et expensarum creditor ». – Cfr Joris, La ville de Huy, p. 421-422.

104 C.S.L., t. i, n° 71, p. 116 (1188 n. st.). – Ci-dessus, p. 236 n. 138.

105 Ainsi le dispensator Dodon de Huy mentionné vers 1085, apparaît comme villicus en 1106 : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, p. 106.

106 Lambert, publici juris provisor et judex est peut-être le premier maire de Huy qui soit connu : Cantatorium, ch. 50, p. 122 (ca 1085). – Cfr Joris, La ville de Huy, p. 409-410 et n. 37. – Le premier villicus de Liège est mentionné en 1101 et se nomme Henri : Demarteau, Deuxième note sur les fonts baptismaux, p. 27. – Cfr J. Gessler, Les échevins de Liège au xiie s., Leodium, t. xxii, 1929, p. 19-29. – Mais un Mazelinus iudex et un Odo villicus apparaissent simultanément dans une charte épiscopale délivrée à Liège en 1112 : Niermeyer, Onderzoekingen, n° 5, p. 206. – Cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 45-47, 83, 91-92. – De même un Everardus judex et un Cotmanus villicus dans une charte d’Otbert probablement délivrée à Dinant en 1096 : Bormans, Cart. de Dinant, t. i, n° 3, p. 14-15. Il semblerait donc que les fonctions se soient rapidement spécialisées. On constate le même phénomène à Saint-Trond : en 1065, le maire exerce des pouvoirs domaniaux et judiciaires, mais dans la première moitié du xiie s. les fonctions de juge sont dévolues à un judex : J.L. Charles, La ville de Saint-Trond, p. 361-365. – E. Linck, Sozialer Wandel in klösterlichen Grundherrschaften…, Göttingen, 1979, p. 128-138, 180-181, 186, 262.-Cfr E. Poullet, Essai sur l’histoire du droit criminel, p. 53-54, 65-66. – Pirenne, Hist, de la const, de la ville de Dinant, p. 10-11, 14, 17. – Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfassung, p. 30-31. – R. Byl, Les juridictions scabinales dans le duché de Brabant…, Bruxelles-Paris, 1965, p. 36-37, 63, 111, 115, 129-135.

107 R. Laprat, art. Avoué, avouerie ecclésiastique, Dict, d’hist. et de géogr. eccl., t. v, 1931, col. 1233-1234. – Th. Mayer, Fürsten und Staat…, Weimar, 1950, p. 193-195. Voir également G. Kurth, La Cité de Liège au moyen âge, t. i, 1909, p. 45-48. – E. Poncelet, L’avouerie de la Cité de Liège, p. 93-98.

108 Cfr Laprat, op. cit., col. 1238.

109 Voir un épisode caractéristique dans Godescalc, Gesta abb. Gembl., ch. 53, p. 543-544 (1075-1091). – Cfr L. Génicot, L’économie rurale namuroise, t. ii, 1960, p. 71-73.

110 Roland, Chartes de Gembloux, n° 42, p. 49-50 (1113-1116). – Cfr Linck, op. cit., p. 52-53.

111 Cfr Laprat, op. cit., passim. – F. Senn, L’institution des avoueries ecclésiastiques en France, Paris, 1903. – Ch. Pergameni, L’avouerie ecclésiastique belge…, Gand, 1907. – C. Leclère, Les avoués de Saint-Trond, Louvain-Paris, 1902. – E.F. Otto, Die Entwicklung der deutschen Kirchenvogtei…, 1933. – Störmer, Früher Adel, t. ii, p. 424-456.

112 E. Poncelet, L’avouerie de la Cité de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xxiii, 1931, p. 89-259, constate que cette avouerie conserva un caractère essentiellement judiciaire : elle ne devint pas protectrice. Dans le courant du xiie s., les prérogatives de l’avoué en matière de justice seront battues en brèche par le villicus de Liège. Voir aussi Kurth, La Cité de Liège, t. i, 1909, p. 45-48. – Les de Pré tenaient également l’office de sénéchal. – Le premier avoué de la Cité connu serait Guillaume, liberhomo, mentionné de 1096 à 1130 : Gysseling et Koch, Diplomata belgica, t. i, 1950, n° 236, p. 394. – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 8, p. 115. – Son successeur fut Wéry de Pré.

113 Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180. – Cfr ci-dessus, p. 276 n. 376.

114 L’évêque Albéron II (1135-1145) attribua cette fonction à son frère Eustache, fils du comte Otton II de Chiny. Les prédécesseurs d’Eustache ont toujours figuré dans le groupe des liberi-nobiles.

115 Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 361, p. 517-519 et nos remarques ci-dessus, p. 276 n. 375.

116 Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XI, ch. 4, p. 193. – Cfr ci-dessus, p. 236 n. 135. – Des cas similaires d’avoués-porte-étendard sont signalés en France, à Brème et à Verden : L. Auer, Der Kriegsdienst des Klerus…, M.I.Ö.G., t. xxx, 1972, p. 58 et n. 41.

117 Sur les prérogatives de l’avoué de Hesbaye voir l’étude de C. Godefroid, L’avouerie de la cathédrale Saint-Lambert. – Nous hésitons à suivre cet auteur lorsqu’il affirme que ce personnage était uniquement 1’« avoué du domaine du chapitre de Saint-Lambert ». Les documents ne permettent pas une pareille interprétation. L’avoué de Hesbaye était, en théorie, l’avoué de tout le temporel de l’église, même si ses pouvoirs, en pratique, étaient fort limités.

118 Voir par exemple : M.G.H., DD., Otto. III., n° 45, p. 446 (987). – Tractatus de investitura episcoporum, éd. Bernheim, p. 502. – Ci-dessous n. 125. – Kupper, Une « convention, p. 24 (1056-1064).

119 C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76 (1155). – M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 206-208 (1155). – Cfr C.S.L., t. i, p. XII. – Poncelet, Le livre des fiefs sous Adolphe de la Marck, p. LI.

120 L’avouerie y est aux mains des Montaigu-Duras : H. Pirenne, Histoire de la constitution de la ville de Dinant, Gand, 1889, p. 16. – Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, p. 77-81, 87-88.

121 Les avoués de Namur appartenaient sans doute au lignage des nobiles-liberi de Mozet : Roland, Le domaine liégeois de Namur et ses avoués.

122 Où l’avouerie est entre les mains du lignage noble de Barse : ci-dessus, p. 277 et n. 377-380.

123 L’avouerie du lieu appartient aux liberi-nobiles de Morialmé : Roland, Les plus anciens avoués de Fosses.

124 Durant la seconde moitié du XIIe s. l’avouerie de Thuin est tenue par le liberinobilis Gérard : A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 4 R° (1161), f 40 V° (1199).

125 Despy, Waulsort, n° 21, p. 350-351.

126 Gisl. Chron., ch. 154, p. 238-239, ch. 202, p. 289. – Cfr ci-dessous n. 132.

127 Cfr ci-dessus, p. 268 n. 331.

128 Roland, A.S.A.N., t. xxx, 1911, n° 12, p. 249-251 (1133) : l’avouerie de Gerpinnes est inféodée à l’évêque de Liège. – Voir aussi C.S.L., t. i, n° 44, p. 72 (1154). – Richard, Cartulaire de Marcigny-sur-Loire, n° 176, p.105 (1139).

129 C.S.L., t. i, n° 48, p. 81-84 (1158). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 82 V°-83 R° (1165). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, p. 149 (1169). – B.U.Lg., ms. 1972, f° 315 R° (1101). – Bonenfant, B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 4, p. 349 (1034 : faux du XIIe s.). – Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 276 (1123 n. st.). – Voir aussi de Marneffe, Cart. d’Afflighem, n° 90-91, p. 139-142 (1153), n° 158, p. 235-236 (1175). – A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 44, p. 270 (1198).

130 Ci-dessus, n. 125.

131 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 52, p. 70.

132 Constitutiones, t. i, n° 280, p. 387. – L’évêque de Liège Raoul est présent lors de la proclamation de cette sentence. – Cfr ci-dessus n.126.

133 M.G.H., DD., Friedrich I., n° 4, p. 8 (1152). – Cfr Laprat, op. cit., col. 1233. – H. Planitz et K.A. Eckhardt, Deutsche Rechtsgeschichte, Graz-Cologne, 1971, p. 154. – Voir également Bonenfant, B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 8, p. 364 (1035 : faux du xiie s.). – En 1162, à la demande de Henri de Leez sans doute, Barberousse prend des mesures en vue de maintenir le taux légal de l’amende infligée pour infraction au pouvoir public et dont le revenu avait été donné par ses prédécesseurs aux églises du diocèse de Liège : Constitutiones, t. i, n°217, p. 308-309. Notons-le, c’est bien du diocèse (parochia) qu’il est question.

134 Cfr ci-dessus, p. 224, 271-289. – R. Fossier constate que « l’étape principale de la naissance de la principauté […] semble être […] le moment où s’affirme sans rivalité l’emprise locale sur les autres familles » Sur les principautés médiévales particulièrement en France, dans Les Principautés au moyen âge, Bordeaux, 1979, p. 12.

135 Cfr A. Joris, Les franchises urbaines en pays mosan et ci-dessus, p. 103 et n. 156.

136 Joris, La ville de Huy, p. 107-127 et Huy et sa charte de franchise. – Nous suivons de très près les conclusions de ces deux travaux.

137 Cfr F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan, p. 666-668, d’après le Cantatorium, ch. 96, p. 247 (1104) et le diplôme de Henri V du 23 décembre 1107 : C.S.L., t. i, n° 30, p. 48-50. – En 1095 Otbert assiège le château de Clermont à la demande des bateliers de la Meuse : Cantatorium, ch. 78, p. 194-195. – Le célèbre privilège de l’archevêque Frédéric de Cologne en faveur des marchands de Liège et de Huy, — probablement un faux de la fin du xiie s., — mentionne l’intervention providentielle de l’évêque Otbert : E. Fairon, Régestes de la Cité, t. i, n° 1, p. 1-3 (1103). – Cfr G. Despy et Cl. Billen, Les marchands mosans aux foires de Cologne.

138 Les listes de témoins des chartes d’Otbert reproduisent les noms de cives ou de burgenses de Liège, Huy et Maastricht : Gysseling et Koch, Dipl. belg., t. i, n° 236, p. 394 (1096). – Bormans et Schoolmeesters, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 5, p. 106 (1106). – Demarteau, Deuxième note, p. 27 (1101) etc.

139 E. Fairon, Chartes confisquées, p. 169-170 (1149).

140 Ci-dessus, n. 127.

141 F. Straven, Inventaire analytique des archives de la ville de Saint-Trond, t. i, p. 2-3. – Ce document doit être replacé dans le cadre de la politique d’influence exercée par les évêques de Liège sur la ville messine de Saint-Trond. Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 90-93 et n. 41.

142 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 33, p. 107. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 6 et n. 19, p. 206 n. 46 (avec bibl.).

143 « cum episcopatus noster multis laboraret vexationibus et iam non esset nobis qui pro defensione iusticie exurgeret », charte de l’abbé Gosuin de Saint-Jacques, éd. J. Stiennon, Saint-Jacques, n° 13, p. 453 (1195).

144 L’existence de cette charte est connue par une confirmation de l’évêque Adolphe II de La Mark du mois de mai 4321 : J. Borgnet, Cart, de la commune de Ciney, n°1, p. 1-4. Le document perdu mentionnait également les franchises de Huy, Dinant et Tongres, « franches vilhes dele eglise de Liege ». L’évêque Adolphe qualifie la ville de Ciney de « cleis et porte de nostre terre par devers Ardenne ». On ne pourrait mieux souligner l’importance stratégique de l’endroit. – Notons que l’évêque Raoul de Zähringen concéda une franchise aux habitants de Halloy à 3 km au nord-ouest de Ciney. L’église de Liège possédait un castellum à Halloy dès 1194. Il fut probablement construit par l’évêque Raoul (1167-1191). Cfr L. Lahaye, La charte de liberté de Halloy, Namurcum, t. xv, 1938, p. 1-6. – Gisl. Chron., ch. 217, p. 301, 303. – Deprez, La politique castrale, p. 538. —L. Génicot, Le Namurois politique économique et social au bas moyen âge, A.S.A.N., t. lii, 1964, p. 29, 157.

145 Éd. G. Kurth, Les origines de la commune de Liège, B.I.A.L., t. xxxv, 1905, p. 302-309. – Sur les problèmes critiques que soulève ce document connu par une confirmation du roi Philippe de Souabe (1208), voir les remarques de G. Despy, La charte d’Albert de Cuyck de 1196 pour les bourgeois de Liège a-t-elle existé ? Nous croyons cependant à la réalité d’une confirmation ou d’une extension des libertés de la Cité par l’évêque Albert de Cuyck. – C’est sous l’épiscopat de son prédécesseur, entre 1176 et 1185, que la Cité de Liège, administrée jusque-là par Féchevinage, aurait été dotée d’un conseil communal regroupant les échevins et les veri juraţi, assesseurs choisis parmi les bourgeois de la ville : Kurth, La Cité de Liège, t. i, p. 87-100. – F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, p. 21. – J. Lejeune, Liège, de la principauté à la métropole, p. 75, d’après le doc. publié par Fairon, Régestes, t. i, n° 9, p. 10-11 (1185) où il est également fait mention, pour la première fois, du sceau de la Cité de Liège. Cfr L. Halkin, Les origines du grand sceau de la Cité de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xxxiii, 1947, p. 6-11. – La question des jurés liégeois et de la naissance du conseil communal devrait être revue à la lumière des remarques de M. Despy selon lequel les jurés seraient « les mandataires d’un groupe d’individus donnés — qu’il faut tenter d’identifier dans chaque cas — chargés de défendre certains intérêts dans des conditions et d’une manière qui dépend des structures politiques et socio-économiques de la localité dans laquelle ils surgissent ». G. Despy et Cl. Billen, Les jurés dans les villes de Basse-Lotharingie au xiiie siècle, Revue du Nord, t. lx, 1978, p. 7-29.

146 Cfr ci-dessous, p. 451.

147 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 57-58 (1197). – L’indépendance du diocèse par rapport aux territoires apparaît nettement dans un passage de la Vita Alberti, ch. 27, p. 155 (1192). – Comme l’a très bien vu J.F. Lemarignier, les structures ecclésiastiques avaient relativement bien résisté au naufrage de l’État carolingien : La dislocation du « pagus » et le problème des « consuetudines », dans Mélanges L. Halphen, 1951, p. 409. – C’est une des raisons pour lesquelles, sans doute, les Ottoniens se sont appuyés sur l’Église.

148 Santifaller, Zur Geschichte, p. 114.

149 J.F. Niermeyer, dans Alg. gesch. der Nederl, t. ii, p. 36-41, 110-116.

150 de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 8-25, 53-54, 56-57, 74-78, 92-95, 100-103, t. iii, p. 5, 32-33, 37-40, 70-78. – F.L. Ganshof, Les origines de la Flandre impériale, p. 106-107, 112-113. – Id., dans Hist, des Inst. françaises, t. i, p. 350. – M. Bruwier, Le Hainaut, le Cambrésis et l’Empire. – Voir également les remarques de W. Reese, Die Niederlande und das deutsche Reich, t. i, p. 59-60, 68-69, 90.

151 La poussée flamande vers l’est conduira, comme on le sait, à la formation de là Flandre impériale (1056) : Ganshof, Les origines de la Flandre impériale. – H. Franz-Reinhold, Die Marken Valenciennes, Eename und Antwerpen.

152 En 1107, Henri V rassemble ses troupes pour marcher contre la Flandre, à Tongres près de Liège : Constitutions, t. i, n° 81, p. 133. – La Translatio reliquiarum sancti Jacobi, écrite par un moine de Saint-Jacques vers 1100, traduit bien les sentiments d’hostilité des Liégeois vis-à-vis du comte de Flandre. Cfr J. Stiennon, Le voyage des Liégeois à Saint-Jacques, p. 555-558.

153 C’est à Liège que le comte de Flandre se soumet à Henri IV en 1103 (Meyer von Knonau, t. v, p. 179). – Le comte y rencontre encore le roi en 1109 (Ibid., t. vi, p. 93), 1182 et 1185 (Toche, p. 29. – Kupper, Raoul, p. 115).

154 Ci-dessus p. 427 n. 33.

155 Ci-dessus p. 426-427.

156 Frédérico, Corpus inquisitionis, t. i, n° 10, p. 14-15.

157 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 8, p. 218. – Cfr Gaier, Art et organisation militaires, p. 237-240.

158 Gisl. Chron., ch. 10, p. 15-16.

159 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64.

160 Lambert de Wattrelos, Annales Cameracenses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 518. – Sigeb. cont. Aquic, M.G.H., SS., t. vi, p. 406. – En 1152, Henri de Leez intervient auprès de l’empereur pour éviter que le comte de Flandre n’obtienne le pouvoir seigneurial (dignitas) sur Cambrai : Lambert de Wattrelos, p. 523-524.

161 J. Dhondt a très bien décrit le processus — très rapide — de la dislocation de l’État aux ixe et xe s. : Études sur la naissance des principautés, p. 231-258. – Dans des pages fort suggestives, J.F. Lemarignier a montré comment, à la fin du xe s. et au début du suivant, on en était arrivé, dans le royaume de France, « à un émiettement extrême de la puissance publique » : La dislocation du « pagus » et le problème des « consuetudines ». – La force des patrimoines ecclésiastiques résidait notamment dans leur indivisibilité.

162 « contra tyrannos et raptores » Tractatus de investitura episcoporum, p. 501. – « ne sancta Dei ecclesia hujus secuii potentibus subjaceret, aut tyrannide eorum pavesceret » Étienne de Saint-Jacques, Vita S. Modoaldi, lib. I, ch. 14, p. 54. – Dans la seconde moitié du xiie s. encore, Frédéric Ier Barberousse, qui cherchait à développer son influence en Bourgogne, à la limite des royaumes de France et de Germanie, associa l’archevêque de Lyon à sa politique et tenta de renforcer la puissance de celui-ci : H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich, 1971.

163 Voir sur tout ceci les remarques d’E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate, p. 101-141, 223-241.

164 « Inde est, quod nusquam gentium aequalis potentiae pontifices inveniri queant, vel quod a regio comitatu et opulentia parum différant ». Ibid.
Note sur le rattachement féodal du comté de Looz à l’église de Liège
Nous n’avons pas insisté sur la question, fort complexe, de l’inféodation du comté de Looz à l’église de Liège. Le Prof. J. Baerten la place en 1040, au moment de la donation à saint Lambert du comté de Haspinga dont Looz aurait été un fief. Sans nier le bien-fondé de cette hypothèse, nous avons cependant montré qu’elle n’était pas sans présenter certaines difficultés et que rien ne permettait de croire au rattachement féodal du comté avant la seconde moitié du xiie s. (Raoul de Zähringen, p. 150-151 [avec bibl.]). M. Baerten a réagi et s’est attaqué fougueusement à notre point de vue. Il n’a pas réussi à nous convaincre (J. Baerten, Liège, Looz et l’Empire…, R.B.P.H., t. liv, 1976, p. 1109-1122). Sans nous plonger dans c2 débat sans issue, nous ferons simplement remarquer que le passage du Gisl. Chron., ch. 170, p. 253, sur lequel tous les historiens — à commencer par nous — se sont appuyés pour admettre que le comté de Looz était fief de l’église de Liège dès 1190, est rempli d’erreurs assez surprenantes de la part d’un homme aussi bien informé que le chancelier du comte de Hainaut (sur ce point, voir les remarques de L. Vanderkindere, La chronique de Gislebert, p. 252 n. 4. – G. Smets, Henri I, p. 42 et n. 3-4. – P. Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1162-1164). Le texte de Gislebert n’est donc pas à l’abri de tout soupçon : la seule donnée sûre dont nous disposions pour la période antérieure à 1200, se dérobe…

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540