Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Troisième partie. L'esprit

Chapitre III. Le diocèse de Liège dans l’empire germanique

Texte intégral

  • 1 En général : W. Reese, Die Niederlande und das deutsche Reich, t. i, Berlin, 1941. – Rhin-Meuse. A (...)

1Les rapports entre le diocèse de Liège, d’une part, le reste de l’Empire et la cour impériale, de l’autre1, sont le fait d’un grand nombre d’individus dont certains furent appelés à jouer un rôle fort considérable.

2Il est pratiquement impossible de passer tous les cas en revue : ce travail nous mènerait beaucoup trop loin. Il suffira de mentionner quelques personnalités et quelques exemples caractéristiques.

3Or deux personnages ont occupé, à ce point de vue, une place exceptionnelle : Poppon et Wibald, abbés de Stavelot.

  • 2 Sur Poppon, voir : P. Ladewig, Poppo von Stablo und die Klosterreformen unter den ersten Saliern, (...)

4Poppon († 1048) était un disciple de l’abbé Richard de Saint-Vanne2. Il se fit remarquer par l’empereur Henri II (1002-1024) qui lui attribua les abbayes de Stavelot-Malmédy (1020) puis de Saint-Maximin de Trèves (1022). Sous Conrad II (1024-1039), surtout, et sous Henri III (1039-1056), le crédit de l’abbé Poppon à la cour impériale fut considérable.

  • 3 Cfr Wollasch, Mönchtum des Mittelalters, p. 164-165.
  • 4 Everhelm, Vita Popponis, ch. 26, p. 310, ch. 30, p. 313. – Poppon est commémoré dans l’O.S.L., f° (...)
  • 5 Ce qui explique, en partie, la grande influence de Poppon sous le règne de cet empereur : Vita Pop (...)
  • 6 Outre les travaux cités n. 2, voir H. Thomas, Zur Kritik an der Ehe Heinrichs III. mit Agnès von P (...)

5Les monastères de l’Empire, où son intervention personnelle est attestée, sont particulièrement nombreux. Au vrai, c’est à Poppon de Stavelot que les empereurs confièrent la lourde mission de réformer le monachisme dans le royaume germanique3. Poppon était un ami intime de l’évêque Wazon et le frère de ce dernier, Emmelin, fut le bras droit de l’abbé de Stavelot4. Le moine ne se cantonna pas dans son rôle de réformateur de monastères : il exerça de surcroît une action politique considérable. En 1024-1025, il incite les Lotharingiens à reconnaître Conrad II5 et plus tard il accomplira au nom du roi des missions diplomatiques en France6. Issu pourtant d’une famille noble de Flandre, Poppon est l’incarnation même du grand abbé impérial.

  • 7 Sur Wibald, voir notamment : Hausmann, Reichskanzlei und Hofkapelle unter Heinrich V. und Konrad I (...)

6Avec Wibald de Stavelot († 1158), on se trouve en présence d’une personnalité de telle envergure, que l’on regrette de ne pouvoir en parler longuement7.

  • 8 W.E., n° 150, p. 241. – Wolter, Arnold von Wied, p. 5-6, 14, 47 sv. – Jakobi, op. cit., p. 41.
  • 9 Voir notamment la lettre de Wibald au pape Eugène III : W.E., n° 232, p. 351-352 (1150).
  • 10 Voir sa lettre au roi Henri : W.E., n° 88, p. 161 (1148).
  • 11 En mars 1157, Frédéric ier qui se souvient brusquement de Wibald dont il a besoin, lui avoue « quo (...)

7Né dans une famille de ministeriales stavelotains, Wibald fit ses études à Liège. Ce fut là, semble-t-il, qu’il se lia d’amitié avec Anselme, futur évêque de Havelberg (1129-1159) puis archevêque de Ravenne (1155-1158) et, surtout, avec Arnold de Wied († 1156), chancelier de l’Empire en 1138 et archevêque de Cologne en 11518. En 1130, Wibald était élu abbé de Stavelot. Sa carrière dès lors fut étonnante. À partir de 1136, Wibald, qui a retenu l’attention de Lothaire III (1125-1137), participe de plus en plus activement au gouvernement de l’Empire. En 1137, il devient — pour quelques jours seulement — abbé du Mont-Cassin et en 1146, il sera élu abbé de Corvey. Sous le roi Conrad III (1138-1152), Wibald de Stavelot devient une des personnalités les plus importantes de la cour ; il déploie dans l’administration de l’État une activité débordante. Par ailleurs, il entretient avec la curie romaine des relations fort étroites qui l’amenèrent semble-t-il, à ne pas toujours se comporter, vis-à-vis de son royal maître, avec toute la loyauté requise9. En réalité, peut-être Wibald était-il simplement persuadé qu’il fallait établir entre le Sacerdoce et l’Empire, une coopération étroite10. Quoi qu’il en fût, sous le successeur de Conrad III, Frédéric Ier Barberousse (1152-1190) l’influence de Wibald — en raison sans doute de ses vues politiques — recula considérablement11. Mais il n’en fut pas pour autant entièrement écarté de la gestion des affaires publiques. Du reste, c’est au retour d’une ambassade à Byzance faite pour le compte de Barberousse, qu’il devait trouver la mort en Macédoine, le 19 juillet 1158.

8Wibald fut un homme hors du commun, capable de développer des vues très larges.

  • 12 Despy, Wibald, passim.

9Dans le domaine de la politique étrangère, il croyait à la nécessité d’une alliance entre l’empereur d’Occident et l’empereur d’Orient contre l’État normand de Sicile et à l’utilité d’une collaboration entre l’empereur et le pape12.

  • 13 W.E., n° 374, p. 502 (1152). – Cfr Hausmann, op. cit., p. 182, 251-252. – Il n’est pas impossible (...)
  • 14 Hausmann, op. cit., p. 188-189, 252.
  • 15 Hausmann, p. 253-254.

10En ce qui concerne l’administration du royaume, son action fut tout simplement remarquable. Selon ses propres affirmations, c’est vers 1122 que Wibald prit contact pour la première fois avec la curia impériale13. Mais ce fut seulement sous Conrad III — et, plus précisément, à partir dé 1143 — que l’activité de l’abbé de Stavelot à la chancellerie s’intensifia et qu’il devint un des conseillers les plus écoutés du roi14. Wibald participa personnellement à la rédaction de nombreux diplômes et contribua largement à renouveler les traditions de la chancellerie des empereurs saliens15.

  • 16 Wibald introduisit dans le formulaire des actes impériaux l’épithète semper augustus. Il développa (...)

11Par ailleurs, il est prouvé désormais, que dans le cadre de son activité à la cour, Wibald de Stavelot joua un rôle essentiel dans le développement de l’idéologie impériale sous les premiers Staufen : c’est notamment par l’intermédiaire de l’abbé de Stavelot, que le diocèse de Charlemagne continua, au xiie siècle, d’alimenter l’idée d’Empire16.

  • 17 A. Joris, Wibald de Stavelot et le droit romain, dans Mél. E. Perroy, 1973, p. 601-607.
  • 18 Koch, op. cit., p. 236-237. – Herkenrath,op. cit., p. 51 et n. 277. – F. Hausmann, Die Anfänge des (...)
  • 19 Entre 1135 et 1137, selon l’hypothèse formulée par A. Joris, op. cit., p. 606.
  • 20 W.E., n° 167, p. 279 (1149). – Il n’est pas sans intérêt de rappeler ici que l’évêque Henri II de (...)
  • 21 Cfr K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 359, 386, 391-392. – F.J. Schmale, Lothar III. und Friedric (...)

12Enfin, on sait aussi que Wibald connaissait le droit romain — en particulier le Digeste17 — et qu’il l’introduisit à la chancellerie de Conrad III18. Sans doute est-ce en Italie que l’abbé de Stavelot a pris connaissance de ces textes juridiques fondamentaux19. Toutefois, il est vraisemblable que sa formation dans les écoles de la Cité de Liège — où il étudia notamment le droit canon20 — lui indiqua tout le parti qu’il pouvait tirer de l’œuvre de codification de Justinien alors que le pouvoir royal, affaibli par la Querelle des investitures, cherchait des bases juridiques nouvelles pour mieux asseoir sa domination21.

  • 22 L. Génicot, Monastères et principautés en Lotharingie, p. 83-85, souligne le rôle important de Wib (...)
  • 23 Évêque, clercs ou moines liégeois échangèrent des lettres avec Wibald. Voir notamment : W.E., n° 5 (...)
  • 24 Avec Henri de Leez, Wibald souscrit le diplôme délivré en 1152 par Frédéric Ier en faveur des « fr (...)
  • 25 W.E., n° 299, p. 427. – Ci-dessus, p. 272 n. 355.
  • 26 « quae utique nostra patria est, quae nos genuit, educavit et provexit » W.E., n° 330, p. 461 (115 (...)

13Wibald, par sa position exceptionnelle, a multiplié les contacts entre la Basse-Lotharingie et la cour impériale22. L’église de Liège, avec laquelle il était en rapports constants23, a certainement profité de l’influence, auprès du souverain, de ce moine24 qui était d’ailleurs un des confidents de l’évêque Henri II de Leez25. Malgré ses lourdes responsabilités, Wibald n’oublie pas la Lotharingie, « qui est sa vraie patrie, qui l’a engendré, éduqué, élevé »26.

***

  • 27 En dehors de ceux que nous avons déjà mentionnés dans le ch. I, consacré à L’enseignement, p. 375 (...)

14La carrière de Poppon et celle de Wibald ont un caractère exceptionnel. Cependant, les sources nous dévoilent quantité d’autres exemples de relations personnelles entre le diocèse de Liège et le reste de l’Empire. Pris séparément, ils n’ont certes pas la même force de suggestion que les biographies de nos deux abbés de Stavelot : ici, c’est plutôt la masse qui impressionne. Nous n’en retiendrons que quelques exemples27.

  • 28 « Locus regius, studiis artium liberalium mundanarumque rerum gloria egregie precipuus » Raoul, Ge (...)
  • 29 Gesta abb. Trud., Cont ia, lib. VIII, ch. 2-5,p. 119-123,lib. XI, ch. 15,p. 205-206. – Balau, Les (...)

15Né à Moustier-sur-Sambre, le célèbre abbé Raoul de Saint-Trond (1108-1138) fit ses études dans les écoles de Liège avant de devenir moine à Burtscheid près d’Aix-la-Chapelle. Il séjourna quelque temps dans les abbayes de Gladbach et de Hersfeld28. Alors qu’il se rendait en Flandre, il fit halte à Saint-Trond où il se fixa et où il deviendra abbé. Lors de la succession d’Otbert, il se réfugia auprès de l’archevêque Frédéric de Cologne et de l’abbé Rupert de Deutz. En 1121, alors qu’il songeait à se retirer dans le monastère de Siegburg, Raoul fut élu abbé de Saint-Pantaléon de Cologne, fonction qu’il occupera jusqu’en 1123. Cet ecclésiastique « wallon » qui ne connaissait pas le « thiois » était irrésistiblement attiré par les régions de l’est29.

  • 30 Cfr H. Delehaye, Guibert, abbé de Florennes et de Gembloux. – M. Schrader, Guibert de Gembloux, Di (...)
  • 31 L’abbesse Hildegarde était la confidente de Raoul de Zähringen.
  • 32 « Coloniensis archiepiscopus Domnus Philippus : vir magnifiais (...) me quoque. licet immeritum, n (...)
  • 33 Guibert l’écrit dans sa lettre à l’archevêque de Mayence Siegfried d’Eppstein. qui était l’oncle m (...)
  • 34 Cfr Bosl, Die Reichsministerialität, t. i, p. 260 sv.
  • 35 Le grand-père de Werner III, Werner II, avait soutenu les prétentions du comte Baudouin V de Haina (...)

16La carrière de Guibert-Martin n’est pas moins significative30. Né vers 1125 à l’ombre de l’abbaye de Gembloux, il y devint moine. Il fut de 1177 à 1180 le secrétaire de l’abbesse Hildegarde de Bingen près de Mayence31 et le père spirituel de la communauté du Rupertsberg. Abbé de Florennes en 1188 puis de Gembloux en 1194, il abandonna cette dernière charge en 1204 pour redevenir simple moine à Florennes où il mourra en 1213. Il fut en relations épistolaires avec les plus hauts dignitaires ecclésiastiques de l’Empire : les archevêques Conrad (1161-1165/1183-1200) et Siegfried (1200-1230) de Mayence, l’évêque Philippe de Ratzeburg (1204-1215) et surtout l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg (1167-1191)32. Enfin — on ignore généralement ce fait — il était le parrain de Werner III de Bolanden33 : Guibert-Martin avait donc ses entrées dans la maison de cet important lignage de ministeriales impériaux, solidement installé dans la région de Mayence34 et dont le chroniqueur Gislebert de Mons admirait l’influence et la puissance35.

  • 36 Udon, qui était apparenté à Conrad III, était le fils du comte Louis de Thuringe. Peut-être Udon a (...)
  • 37 Il s’agit pensons-nous de l’abbé Henri et non pas de son prédécesseur Adalbéron (t 29 mai 1143). V (...)

17Le chanoine de Saint-Lambert Nicolas, dont nous avons déjà parlé, était un ami de l’évêque Udon de Naumburg (1125-1148)36 et un parent (consanguineus) de l’abbé Henri de Corvey (1143-1146)37.

  • 38 Rousseau, La Meuse, p. 157-171. – Nous n’insisterons pas sur les rapports bien connus entre Liège (...)

18Les rapports entre le diocèse de Liège et la province ecclésiastique de Trèves — et, notamment, les Cités de Trèves, Metz, Toul et Verdun — étaient particulièrement étroits38.

  • 39 Falmagne : Namur. Dinant, Dinant.
  • 40 Cfr F. Rousseau. Un lignage namurois au xiie siècle. Les Falmagne. dans A travers l’histoire de Na (...)
  • 41 Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 387 n. 8.
  • 42 Baudry de Florennes, Gesta Alberonis, ch. 17, M.G.H., SS., t. viii, p. 253. – Cfr Rousseau, Henri (...)
  • 43 Cfr D. Geuenich, Eine unveröffentliche Verbrüderungsliste des 12. Jahrhunderts aus St. Maximin-Tri (...)
  • 44 Necrologium von St. Maximin, éd. Kraus, p. 114 (8 juillet). – Necrologium S. Maximini, éd. Honthei (...)

19Les archevêques de Trèves Godefroid (1124-1127), Méginher (1127-1130) et Hillin (1152-1169) provenaient du village de Falmagne39 dans le diocèse de Liège40. L’archidiacre et prévôt de Liège Alexandre —évêque en 1164 — était simultanément archidiacre de Trêves41. Un monachus quidam de ecclesia Leodicensi, nommé Siger, provenant de l’entourage du comte de Namur, devint abbé de Saint-Maximin de Trêves en 1138-113942 et dans cette abbaye, qui avait établi une confraternité avec Saint-Laurent de Liège43, on commémorait la mémoire de l’évêque Wazon, du doyen de la cathédrale Saint-Lambert Anselme et de l’évêque Henri II de Leez44.

  • 45 Cfr de Moreau, Les abbayes de Belgique, p. 53-63. – Parmi les disciples de Richard figure un Rotha (...)
  • 46 Vita Theoderici, ch. 26, p. 52. – Cantatorium, ch. 6, p. 18.
  • 47 Boson de Saint-Airy fut enterré à Saint-Hubert : Cantatorium, ch. 67, p. 151-152. — C’est à tort q (...)

20Aux xe et xie siècles, le diocèse de Liège subira l’influence des deux grands mouvements réformistes de la Haute-Lotharingie : celui de Gorze au diocèse de Metz et surtout celui de l’abbé Richard de Saint-Vanne à Verdun45. L’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert (1055-1086) avait précédemment dirigé l’école de Saint-Vanne. C’est alors, sans doute, qu’il avait connu Henri de Verdun évêque de Liège en 107546. L’abbé Boson de Saint-Airy de Verdun († av. 1089) était d’origine hutoise et il était apparenté à l’archidiacre de Liège Boson, collaborateur de l’évêque Théoduin47.

  • 48 Lorsque la cathédrale de Verdun fut détruite par les troupes de Godefroid le Barbu (1047) Wazon do (...)
  • 49 Cfr Rousseau. La Meuse, p. 160, qui cite d’autres exemples.
  • 50 Ruperti et Hocouard. Heriman évêque de Merz. – Salloch, Hermann von Metz.
  • 51 Cfr Parisse. Les princiers messins, p. 26-27.
  • 52 Cfr ci-dessus, p. 250 n. 226.

21L’église de Verdun48 possédait dans le diocèse de Liège le domaine de Jupille, et l’église de Metz, les abbayes de Waulsort-Hastière et de Saint-Trond. Inversement, l’église liégeoise avait un domaine à Maidières dans le diocèse de Toul49. L’évêque Herman de Metz (1073-1090) était « fils de l’église de Liège » et après son accession à l’épiscopat il continua d’entretenir des relations suivies avec son diocèse d’origine et avec l’évêque Henri de Verdun auquel il était apparenté50. Rappelons-nous qu’avant de monter sur le trône de saint Lambert les évêques Albéron Ier (1122-1128) et Albéron II (1135-1145) avaient occupé les fonctions de primicier à Metz51. Simon de Waha, doyen de Metz de 1158 à 1172 était aussi chanoine de Saint-Lambert. Inversement, Simon, doyen de l’église liégeoise de 1171 à 1195 fut chanoine (1172) et chancelier à Metz de 1176 à 119052.

***

22Certains lignages — et non des moindres — contribuèrent à multiplier les liens entre le diocèse de Liège et l’Empire.

  • 53 Situation qui se maintiendra jusqu’au xiiie siècle : L. Falck, Mainz im frühen und hohen Mittelalt (...)
  • 54 M.G.H.. DD.. Heinrich IV., n° 394-395. 468. 470b (1087 et 1101). – Cfr Gawlick. Intervenienien und (...)
  • 55 Meyer von Knonau. t. vi. p. 47. t. vii. p. 143. 192. 270, 321 (1107, 1119, 1122, 1124. 1125). — No (...)
  • 56 M.G.H.. DD.. Lothar III.. n° 12. 14-15. 33-34. 41. 54. 57. 70. 80 (1128. 1129. 1131. 1132. 1133. 1 (...)
  • 57 M.G.H. DD., Konrad III.. n° 2-5. 143. 148. 164. 186. 210. 258 (1138, 1145, 1146, 1147, 1149, 1151)
  • 58 Cfr Kupper. Raoul de Zähnngen. p. 82-98 et n. 31-32.
  • 59 Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, n° 110, p. 56-57 (les termini de cette lettre sont le couro (...)

23On oublie trop souvent, par exemple, que les comtes de Looz — qui furent, aux xie et xiie siècles, des participants assidus de la curia liégeoise — devinrent entre 1106 et 1108 « bourgraves » (praefectus, cornes civitatis) de Mayence puis comtes de Rieneck-sur-Sinn en Basse-Franconie53. Par ailleurs, les Looz nous apparaissent comme des personnages étonnamment proches de la cour impériale. Déjà mentionnés dans l’entourage de Henri IV54 et de Henri V55, leur présence auprès du souverain germanique devient fréquente sous Lothaire III56. Conrad III57, Frédéric Ier et Henri VI58. Entre 1155 et 1171, le comte Louis Ier de Looz écrit à Louis VII de France une lettre très curieuse : le comte rappelle au roi qu’il lui est apparenté (cognatus) et s’étonne que ce dernier ne lui demande jamais de servir d’intermédiaire dans les relations diplomatiques entre le royaume et l’Empire. Bien en vue auprès de Barberousse, le comte de Looz-Rieneck aspirait donc à jouer un rôle important dans la politique internationale59.

  • 60 P.C. Boeren, dans Limburg’s Verleden, t. ii, p. 30-31.
  • 61 Sous l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg (1167-1191), Dalhem devint un domaine de Cologn (...)
  • 62 Gérard d’Ahr (1154-1160), Lothaire (1180) et Thierry d’Ahr-Hochstaden (1192-1198) furent prévôts d (...)
  • 63 Ci-dessus, p. 177.

24Au cours du xiie siècle, les comtes d’Ahr-Hochstaden, installés en Rhénanie, s’implantent dans le diocèse de Liège. Ils y possèdent la seigneurie de Heerlen au nord-ouest d’Aix-la-Chapelle60 et sont maîtres du château de Dalhem près de Liège61. Après 1150, ils placent sous leur influence la prévôté de Saint-Servais de Maastricht62 et en 1192, un membre du lignage, Lothaire, monte sur le siège épiscopal liégeois dans les circonstances que l’on sait63.

  • 64 Gisl. Chron., ch. 175, p. 257 et n. 6, ch. 182, p. 269.
  • 65 Cfr Vanderkindere, La formation territoriale, t. ii, p. 151-156. – Parisse, La noblesse lorraine, (...)

25Nous pourrions encore citer l’exemple de la maison alsacienne de Dabo qui mit la main, vers le milieu du xie siècle, sur le petit territoire de Moha près de Huy. Albert III, comte de Dabo-Moha et de Metz († 1211), qui favorisa en 1191-1192 la candidature à Liège de son neveu Albert de Louvain64, développait une puissance alleutière et féodale considérable s’étirant de l’Alsace au pays mosan65.

  • 66 Kupper, La politique des ducs de Zähringen.
  • 67 Ph. Dollinger, Aspects de la noblesse allemande, p. 147-149.

26Enfin, c’est également dans le cadre des relations politico-familiales entre la Lotharingie et le reste de l’Empire, qu’il faut replacer la progression des ducs de Zähringen vers le Nord dans le courant de la seconde moitié du xiie siècle66 : exemple particulièrement significatif de la migration des lignages de la Germanie méridionale vers les régions septentrionales, phénomène dont on a vu récemment un des traits originaux de l’histoire de la noblesse allemande aux xe-xiie siècles67.

***

27Il convient d’insister aussi sur le rôle de certains établissements ecclésiastiques du diocèse de Liège qui ont pour ainsi dire servi de trait d’union entre le pays mosan et la cour impériale.

  • 68 Cfr Deeters, Servatiusstift, p. 121-122. – De 1171 à 1179, la prévôté est entre les mains de l’évê (...)

28Il y eut d’abord la collégiale Saint-Servais de Maastricht qui appartenait au domaine royal et dont la prévôté, de 1109 à 1165, fut détenue, presque sans interruption, par le chancelier de l’Empire68.

  • 69 Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 132, 135-151, 154-155, 200, 203-204, 216-217, 240-241, 249 (...)

29Il y eut surtout la collégiale Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle et ses prévôts étroitement liés à la Hofkapelle ou apparentés à la famille royale, destinés, pour la plupart, aux sièges épiscopaux de l’Empire69.

  • 70 Cfr R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 19 (...)

30Le diocèse de Liège était la patrie de Charlemagne et le palais d’Aix-la-Chapelle, chargé des souvenirs de la grande dynastie, apparaissait comme le symbole de l’idée impériale70.

  • 71 Anselme, ch. 61, p. 225-226. – Cfr J Dhondt, Henri ia, l’Empire et l’Anjou.

31Un symbole dont il ne faut pas sous-estimer l’importance. Lorsqu’en 1047 le roi Henri Ier de France veut envahir la Lotharingie, c’est bien le vieux palais de Charlemagne — regnum et palatium ab antecessoribus hereditario iure sibi debitum — qu’il a pour objectif71.

  • 72 C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, t. i, p. 149-150.
  • 73 Le nombre de séjours des empereurs à Aix-la-Chapelle aux xie et xiie s. s’établit comme suit : Hen (...)
  • 74 Cantatorium, ch. 96, p. 248 1. 14.
  • 75 Meuthen, Aachener Urkunden, n° 2, p. 118 (1166). – L’expression est également utilisée par Renier (...)
  • 76 Folz, Le souvenir, p. 203-237. – J. Petersohn, Saint-Denis-Westminster-Aachen. Die Karls-Translati (...)

32Aix est aussi la ville du couronnement : Otton Ier (936), Otton II (961), Otton III (983), Henri III (1028) et tous ses successeurs y reçurent le diadème royal72. De surcroît, les empereurs y font de fréquents séjours et ils y réunissent des assemblées plénières auxquelles les évêques de Liège ne manquent pas de participer73 : pour le chroniqueur de Saint-Hubert, qui écrit au début du xiie siècle, le palais d’Aix-la-Chapelle c’est la curia regalis, même en l’absence du roi74. Sous Frédéric Ier Barberousse (1152-1190), le pouvoir central s’efforce de développer l’importance politique et économique de la vieille résidence carolingienne, qui devient, plus que jamais, le foyer de l’idéologie impériale, le caput et sedes regni Theutonici75. Un des grands moments de l’exaltation de l’Empire fut incontestablement la canonisation de Charlemagne, à Aix, le 29 décembre 1165 : ce jour-là, au cours d’une cérémonie présidée par Barberousse lui-même, l’archevêque de Cologne Rainald de Dassel et l’évêque de Liège Alexandre II élevèrent solennellement les reliques du grand empereur76. De l’attachement de l’église et de l’évêque de Liège à l’Empire, le rôle d’Alexandre II dans cette solennité, donne la vraie mesure.

***

  • 77 Cfr P. Bonenfant, La persistance des souvenirs lotharingiens..., Bull, de l’Inst. hist, belge de R (...)
  • 78 M.G.H., DD., Konrad III, n° 9, p. 529.
  • 79 W.E., n° 330, p. 461 (1151).
  • 80 « ... communem tocius patriae ruinam minabatur ; et rueret procul dubio, rueret inquam tunc tempor (...)
  • 81 Belle découverte de U. Nonn, qui insiste sur la persistance d’un sentiment « national » franc en L (...)
  • 82 « Gallia nos imos et habet Germania primos, Amborum neutrum, nos et utrumque sumus » L. Delisle, R (...)
  • 83 « quosdam barbaros sue parrochie trans Renum commorantes ». Cantatorium, ch. 11, p. 31. – « propte (...)

33La Lotharingie, cependant, était trop lourde de prestigieuses traditions pour ne pas manifester un certain particularisme77. Dans sa lettre au pape Eugène III datée de 1148, — à la rédaction de laquelle Wibald de Stavelot a d’ailleurs participé, — le roi des Romains Henri distingue nettement la « Gaule belgique » — que nostris sceptris ex maiori parte subdita est — de la Germanie78. Wibald, pour sa part, considérait la Lotharingie comme sa « patrie »79. À Liège, dans l’entourage même de l’évêque, on avait conscience qu’au-delà des limites diocésaines, il existait un regnum Lotharingorum80. Or ce regnum, c’est le moins que l’on puisse dire, avait des titres de noblesse. Il était — le palais d’Aix le rappelait sans cesse — le berceau des Carolingiens et l’on ne s’étonnera pas qu’à Liège, au xe°siècle, les mots Francia et Franci aient continué à désigner la Lotharingie et les Lotharingiens81. Dans cette optique, nous comprenons mieux la phrase, tant de fois citée, écrite au milieu du xie siècle par un clerc liégeois sur le rouleau mortuaire de l’abbaye de Saint-Martin du Canigou : « La Gaule nous réclame pour ses enfants les plus éloignés, la Germanie pour ses ressortissants les plus proches. En réalité nous ne sommes ni de l’une ni de l’autre, mais nous sommes à la fois l’une et l’autre »82. Pour le moine de Saint-Hubert qui compose, vers le début du xiie siècle, la chronique de son abbaye ou pour le chanoine de Saint-Lambert Nicolas qui adresse, vers 1143, une lettre à son ami l’évêque Udon de Naumburg, une fois franchi le Rhin — limite naturelle de la Lotharingie — on pénètre dans un autre monde83.

***

34Arrivé où nous sommes, se pose, dans toute son acuité, une question de méthode.

  • 84 Stiennon, dans La Wallonie..., t. i, p. 95. – Voir le passage du Cantatorium cité n. 79 et ci-dess (...)

35Nous avons constaté l’existence d’une multitude de liens entre le diocèse de Liège et le reste de l’Empire. Mais il est difficile, en raison des grandes lacunes de la documentation médiévale, de mesurer l’intensité réelle d’un pareil phénomène. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue — l’étude de l’enseignement liégeois nous l’a montré — que le pays mosan entretenait aussi de nombreux rapports avec le royaume de France et, notamment, avec Reims. Comme on l’a très bien dit, Liège, de par sa situation géographique, se trouvait « au point de rencontre et de pénétration de deux grandes civilisations »84.

  • 85 En ce qui concerne les rapports intellectuels, voir les remarques de J. Stiennon, ibid. et sa cart (...)
  • 86 Cfr Wellmer, Le Nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert, p. 436-438 : toutes ces notices, à l’exc (...)

36Néanmoins les liens entre le diocèse liégeois et l’Empire nous sont apparus dans toute leur force85. Un document comme l’Obituaire de Saint-Lambert le montre parfaitement : parmi les commémoraisons d’évêques non liégeois, on y repère 21 notices illustrant, de manière frappante, les rapports entre le siège de saint Lambert et l’Église impériale86.

  • 87 Gisl. Chron., ch. 136, p. 201. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 112 n. 48. – Le comte de Haina (...)

37Ce que nous voulons dire, surtout, c’est que le système ottonien ne pouvait pas apparaître, aux Liégeois des xie et xiie siècles, comme une institution politique contre nature. Les liens entre leur diocèse et le royaume germanique n’étaient pas purement théoriques. Les fils de saint Lambert, comme le comte Baudouin V de Hainaut en 1187, avaient pleinement conscience d’« appartenir à l’Empire »87.

Notes

1 En général : W. Reese, Die Niederlande und das deutsche Reich, t. i, Berlin, 1941. – Rhin-Meuse. Art et Civilisation, Cologne-Bruxelles, 1972. – Au-delà, le diocèse de Liège noue des liens relativement nombreux avec la Pologne, la Hongrie et les pays slaves. Voir sur ce point les travaux fort documentés de F. Rousseau, L’expansion wallonne et lorraine vers l’Est, aux xie et xiie s., de J. Stiennon, La Pologne et le pays mosan au moyen âge..., Cahiers de Civilisation médiévale, t. iv, 1961, p. 457-473 et de L. Génicot, Pologne et pays mosan au moyen âge. Bilan sommaire et suggestions de recherches, Bull, de la Classe des Lettres de l’Acad. roy. de Belgique, 5e sér., t. lxiv, 1978, p. 16-33.

2 Sur Poppon, voir : P. Ladewig, Poppo von Stablo und die Klosterreformen unter den ersten Saliern, Berlin, 1883. – A. Cauchie, art. Poppon, B.N., t. xviii, 1905, col. 43-53. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 169-177. – H. Glaesener, Saint-Poppon, abbé de Stavelot-Malmédy, Revue bénédictine, t. lx, 1950, p. 163-179. – Th. Schieffer, art. Poppo, L. Th. K., t. viii, 1963, col. 617-618.

3 Cfr Wollasch, Mönchtum des Mittelalters, p. 164-165.

4 Everhelm, Vita Popponis, ch. 26, p. 310, ch. 30, p. 313. – Poppon est commémoré dans l’O.S.L., f° 9 V° (24 janvier).

5 Ce qui explique, en partie, la grande influence de Poppon sous le règne de cet empereur : Vita Popponis, ch. 18, p. 304. – H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Konrad II., t. i, 1879, p. 112.

6 Outre les travaux cités n. 2, voir H. Thomas, Zur Kritik an der Ehe Heinrichs III. mit Agnès von Poitou, Festschrift für H. Beumann, 1977, p. 224-235.

7 Sur Wibald, voir notamment : Hausmann, Reichskanzlei und Hofkapelle unter Heinrich V. und Konrad III., p. 167-257. – G. Despy, Wibald de Stavelot, B.N., t. xxx, 1958, col. 814-828. – F. Stephan-Kühn, Wibald als Abt von Stablo und Corvey und im Dienste Konrad III., Diss., Cologne, 1973. – A. Verrycken, Au service de l’Empire ou de la papauté ? Note sur l’historiographie de Wibald de Stavelot, R.H.E., t. lxxiii, 1978, p. 54-68. – F.J. Jakobi, Wibald von Stablo und Corvey..., Munster, 1979.

8 W.E., n° 150, p. 241. – Wolter, Arnold von Wied, p. 5-6, 14, 47 sv. – Jakobi, op. cit., p. 41.

9 Voir notamment la lettre de Wibald au pape Eugène III : W.E., n° 232, p. 351-352 (1150).

10 Voir sa lettre au roi Henri : W.E., n° 88, p. 161 (1148).

11 En mars 1157, Frédéric ier qui se souvient brusquement de Wibald dont il a besoin, lui avoue « quod autem iam longo tempore personam tuam ad nos venire non iussimus... ». M.G.H., DD., Friedrich I., n° 162, p. 279. – Cfr Despy, Wibald, col. 824-825.

12 Despy, Wibald, passim.

13 W.E., n° 374, p. 502 (1152). – Cfr Hausmann, op. cit., p. 182, 251-252. – Il n’est pas impossible que Wibald ait été fort impressionné par le Concordat de Worms (1122)et qu’il ait attribué dès ce moment une importance toute particulière à l’harmonie des rapports entre l’Empire et la papauté.

14 Hausmann, op. cit., p. 188-189, 252.

15 Hausmann, p. 253-254.

16 Wibald introduisit dans le formulaire des actes impériaux l’épithète semper augustus. Il développa l’usage du mot imperium pour désigner le pouvoir royal. Enfin, il joua un rôle considérable dans le développement de la notion de « saint Empire » : G. Koch, Auf dem Wege zum Sacrum Imperium, 972, p. 156-161, 210-211, 217, 220-221, 226-231, 236-238, 248, 256, 270-275. – R.M. Herkenrath, Regnum und Imperium..., 1969, p. 9-10, 46-47.

17 A. Joris, Wibald de Stavelot et le droit romain, dans Mél. E. Perroy, 1973, p. 601-607.

18 Koch, op. cit., p. 236-237. – Herkenrath,op. cit., p. 51 et n. 277. – F. Hausmann, Die Anfänge des staufischen Zeitalters unter Konrad III., dans Probleme des 12. Jahrhunderts, 1968, p. 70 n. 53, p. 73.

19 Entre 1135 et 1137, selon l’hypothèse formulée par A. Joris, op. cit., p. 606.

20 W.E., n° 167, p. 279 (1149). – Il n’est pas sans intérêt de rappeler ici que l’évêque Henri II de Leez (1145-1164), contemporain de Wibald, a légué un exemplaire du Décret de Gratien à l’église de Liège. Cfr A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant au pays de Liège, p. 199-200, d’après l’O.S.L., f  83 R° (4 septembre).

21 Cfr K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 359, 386, 391-392. – F.J. Schmale, Lothar III. und Friedrich I. als Könige und Kaiser. – Hausmann, Die Anfängen des staufischen Zeitalters unter Konrad III.

22 L. Génicot, Monastères et principautés en Lotharingie, p. 83-85, souligne le rôle important de Wibald dans l’établissement de diplômes impériaux destinés aux monastères lotharingiens sous Lothaire III, Conrad III et Frédéric Ier.

23 Évêque, clercs ou moines liégeois échangèrent des lettres avec Wibald. Voir notamment : W.E., n° 57-60, 107-109, 240, 267, 299, 331, 395, 457-458, 468.

24 Avec Henri de Leez, Wibald souscrit le diplôme délivré en 1152 par Frédéric Ier en faveur des « fratres Leodienses » M.G.H., DD., Friedrich I., n°4, p. 7-8. – En 1135, déjà, Wibald avait défendu en cour de Rome, la cause de l’évêque de Liège Alexandre Ier : Gesta abb. Trud., Cont ia, lib. XIII, ch. 1, p. 230.

25 W.E., n° 299, p. 427. – Ci-dessus, p. 272 n. 355.

26 « quae utique nostra patria est, quae nos genuit, educavit et provexit » W.E., n° 330, p. 461 (1151). – C’est dans la région mosane que furent fabriqués les sceaux royaux et impériaux de Frédéric Ier et le sceau royal de Henri VI. La fabrication des sceaux de Barberousse fut placée sous la responsabilité de Wibald de Stavelot. Cfr R. Kahsnitz, dans Die Zeit der Staufer, t. i, 1977, n° 28-32, p. 20-23.

27 En dehors de ceux que nous avons déjà mentionnés dans le ch. I, consacré à L’enseignement, p. 375 sv.

28 « Locus regius, studiis artium liberalium mundanarumque rerum gloria egregie precipuus » Raoul, Gesta abb. Trud., lib. I, ch. 5, p. 12-13.

29 Gesta abb. Trud., Cont ia, lib. VIII, ch. 2-5,p. 119-123,lib. XI, ch. 15,p. 205-206. – Balau, Les sources, p. 359-362. – G. Boes, L’abbaye de Saint-Trond, 1970, p. 169,172-173 ,182 ,219-221. – H.J. Kracht, Geschichte der benediktinerabtei St. Pantaleon, 1976, p. 114 sv., 205-206. – Trois grands centres exerçaient sur l’abbaye de Saint-Trond une attraction considérable : Metz, Liège et Cologne. Dans ces deux dernières villes, l’abbaye possédait un refuge : Piot, Saint-Trond, t. i, n° 22, p. 31 (1107), n° 41, p. 54-55 (1139). – Gesta abb. Trud., Cont ia, lib. IX, ch. 26, t.i, p. 162-163, Epistola ad Stephanum Mett., p. 277-278, Cont. iia, lib. I, ch. 16, t. ii, p. 25-26, lib. III, ch. 6, p. 38-39.

30 Cfr H. Delehaye, Guibert, abbé de Florennes et de Gembloux. – M. Schrader, Guibert de Gembloux, Dict, de Spiritualité, t. vi, 1967, col. 1132-1135 sur les travaux desquels, à défaut d’autres mentions, nous nous appuyons.

31 L’abbesse Hildegarde était la confidente de Raoul de Zähringen.

32 « Coloniensis archiepiscopus Domnus Philippus : vir magnifiais (...) me quoque. licet immeritum, non parum diligit », lettre de Guibert à Raoul de Villers (1177-1180), éd. J.B. Pitra, Analecta Sacra, t. viii, 1882, n° 164, p. 579. – Cfr Knipping. t. ii, n°1142-1143,1155-1157,1176-1177, 1180, 1200, 1208-1211. 1375-1376.1394-1396.

33 Guibert l’écrit dans sa lettre à l’archevêque de Mayence Siegfried d’Eppstein. qui était l’oncle maternel de Werner III, éd. Cat. Cod. Hag. Bibi. Reg. Brux., t. i. 1. 1886. p. 565 (cette lettre fut rédigée en 1212-1213 : Delehaye. Guibert. p. 80-81).

34 Cfr Bosl, Die Reichsministerialität, t. i, p. 260 sv.

35 Le grand-père de Werner III, Werner II, avait soutenu les prétentions du comte Baudouin V de Hainaut (1171-1195) à l’héritage du comte de Namur : Cisl. Chron.. ch. 109, p. 162 (1184). – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 111 n. 45.

36 Udon, qui était apparenté à Conrad III, était le fils du comte Louis de Thuringe. Peut-être Udon avait-il étudié à Liège. Cfr Meyer von Knonau. t. vii, p. 252. – Bernhardi, Lothar von Supplinburg, p. 102 n.

37 Il s’agit pensons-nous de l’abbé Henri et non pas de son prédécesseur Adalbéron (t 29 mai 1143). Voir la lettre de Nicolas publiée par F. Peeck, Die Reinhardsbrunner Briefsammlung, Weimar, 1952. n° 30. p. 28-29 : l’éditeur date ce doc. de 1141 : il est clair cependant qu’il est postérieur à la translation des reliques de saint Lambert qui eut lieu le 19 décembre 1143.

38 Rousseau, La Meuse, p. 157-171. – Nous n’insisterons pas sur les rapports bien connus entre Liège et Cologne, métropole spirituelle et commerciale du pays mosan Voir ici-même. p. 97-100, 486-488.

39 Falmagne : Namur. Dinant, Dinant.

40 Cfr F. Rousseau. Un lignage namurois au xiie siècle. Les Falmagne. dans A travers l’histoire de Namur, 1977. p. 17-28. – Méginher appartenait également à ce lignage : Gesta Treverorum, Cont., ch. 27, M.G.H., SS.. t. viii, p. 199. – L’évêque de Liège Henri II de Leez était apparenté aux Falmagne. – Voir aussi O. Engels, Grundlinien der rheinischen Verfassungsgeschichte... Rheinische Vierteljahrsblauer, t. xxxix, 1975. p. 11 et n. 56. – Il ne semble pas que l’archevêque Arnold I (1169-1183) soit originaire de Walcourt dans le diocèse de Liège (F. Paii.y, Aus der Geschickte des Bistums frier. t. ii, 1969. p. .89).

41 Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 387 n. 8.

42 Baudry de Florennes, Gesta Alberonis, ch. 17, M.G.H., SS., t. viii, p. 253. – Cfr Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 44-45. – Wisplinghoff, Untersuchungen zur frühen Geschichte der Abtei S. Maximin, p. 60-61 : Siger mourut en 1163-1168. – Le comte Henri de Namur-Luxembourg († 1196) détenait l’avouerie de Saint-Maximin : Rousseau, p. 19 et n. 3.

43 Cfr D. Geuenich, Eine unveröffentliche Verbrüderungsliste des 12. Jahrhunderts aus St. Maximin-Trier, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xli, 1977, p. 180-195 : période 1150-1250.

44 Necrologium von St. Maximin, éd. Kraus, p. 114 (8 juillet). – Necrologium S. Maximini, éd. Hontheim, p. 966 (4 janvier), p. 986 (4 septembre). – Folmar († 1105 fut simultanément abbé de Stavelot-Malmédy et de Saint-Maximin (Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 137, p. 279-281. – Monasticon belge, t. ii, 1928, p. 81). – L’abbé Conrad de Saint-Maximin († 1200) était originaire de l’abbaye de Saint-Trond (Piot, Saint-Trond, t. i, n° 96, p. 132-133 [1177]).

45 Cfr de Moreau, Les abbayes de Belgique, p. 53-63. – Parmi les disciples de Richard figure un Rothard de Liège que l’abbé de Verdun envoie à Saint-Vaast d’Arras : Hugues de Flavigny, Chronicon, lib. II, ch. 11, M.G.H., SS., t. viii, p. 377. – Un des successeurs de Richard à Saint-Vanne, Laurent (1099-1139), est originaire du diocèse de Liège (Hugues, lib. II, p. 501-502).

46 Vita Theoderici, ch. 26, p. 52. – Cantatorium, ch. 6, p. 18.

47 Boson de Saint-Airy fut enterré à Saint-Hubert : Cantatorium, ch. 67, p. 151-152. — C’est à tort que la Gallia Christiana, t. xiii, col. 1304-1305 place son décès en 1106. Selon ce même travail, le prédécesseur de Boson à Saint-Airy, Étienne (t 1084) était également d’origine liégeoise.

48 Lorsque la cathédrale de Verdun fut détruite par les troupes de Godefroid le Barbu (1047) Wazon donna 50 livres à cette église-sœur : Kalendarium S. Mariae Virdunensis, éd. Aimond, p. 239-240 (8 juillet). – Anselme, ch. 54, p. 221. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 3, M.G.H., SS., t. x, p. 493.

49 Cfr Rousseau. La Meuse, p. 160, qui cite d’autres exemples.

50 Ruperti et Hocouard. Heriman évêque de Merz. – Salloch, Hermann von Metz.

51 Cfr Parisse. Les princiers messins, p. 26-27.

52 Cfr ci-dessus, p. 250 n. 226.

53 Situation qui se maintiendra jusqu’au xiiie siècle : L. Falck, Mainz im frühen und hohen Mittelalter.... Düsseldorf. 1972. p. 81-88. 131-134 (avec bibl).

54 M.G.H.. DD.. Heinrich IV., n° 394-395. 468. 470b (1087 et 1101). – Cfr Gawlick. Intervenienien und Zeugen, p. 158.

55 Meyer von Knonau. t. vi. p. 47. t. vii. p. 143. 192. 270, 321 (1107, 1119, 1122, 1124. 1125). — Notons qu’à Mayence, au cours de la Querelle des investitures, le comte Arnoul de Looz adopta une attitude hostile à Henri V (Meyer von Knonau, t. vi, p. 338. t. vii, p. 83. – Hausmann. Reichskanzlei und Hofkapelle, p. 32-33). Souvenons-nous que lors de la succession d’Otbert. Amoul était resté neutre tout en marquant sa sympathie pour les « Frédérins » : Gesta abb. Trud.. Cont. ia, lib. XI. ch. 5. p. 194-195.

56 M.G.H.. DD.. Lothar III.. n° 12. 14-15. 33-34. 41. 54. 57. 70. 80 (1128. 1129. 1131. 1132. 1133. 1134. 1135. 1136).

57 M.G.H. DD., Konrad III.. n° 2-5. 143. 148. 164. 186. 210. 258 (1138, 1145, 1146, 1147, 1149, 1151).

58 Cfr Kupper. Raoul de Zähnngen. p. 82-98 et n. 31-32.

59 Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, n° 110, p. 56-57 (les termini de cette lettre sont le couronnement impérial de Frédéric Ier et le décès de Louis de Looz). – Fait significatif, c’est un protégé de la comtesse Agnès de Looz († 1177-1180), — épouse de Louis Ier († 1171), — le poète thiois Henric Van Veldeke, qui contribue à diffuser en Germanie la poésie lyrique et le genre romanesque français : J. Baerten, Agnès de Metz, comtesse de Looz et protectrice du poète Henri van Veldeke, dans Mél. P. Bonenfant, 1965, p. 57-64. – R. Lejeune, dans La Wallonie..., t. i, 1977, p. 202-203, 208 (avec bibl.).

60 P.C. Boeren, dans Limburg’s Verleden, t. ii, p. 30-31.

61 Sous l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg (1167-1191), Dalhem devint un domaine de Cologne cédé en fief au duc de Brabant et en arrière-fief au comte de Hochstaden : J. Bauermann, Altena – von Reinald von Dassel erworben ? Beiträge zur Geschichte Dortmunds, t. lxvii, 1971, p. 242 n° 78, p. 250 n° 71. – Gisl. Chron., ch. 195, p. 283.

62 Gérard d’Ahr (1154-1160), Lothaire (1180) et Thierry d’Ahr-Hochstaden (1192-1198) furent prévôts de Saint-Servais. L’identification de Lothaire n’est pas certaine : Deeters, Servatiusstift, p. 58-61, 122.

63 Ci-dessus, p. 177.

64 Gisl. Chron., ch. 175, p. 257 et n. 6, ch. 182, p. 269.

65 Cfr Vanderkindere, La formation territoriale, t. ii, p. 151-156. – Parisse, La noblesse lorraine, p. 520-523, 856-857 et Albert, comte de Dabo, de Metz et de Moha († 1211), Ann. 44e session Féd. cerclesarch. hist. Belgique, Huy, 1976, 1978, p. 162-165. – On pourrait également rappeler le cas des Walcourt, nobiles de l’entourage épiscopal liégeois, implantés dans le diocèse de Metz : Parisse, Les chartes des évêques de Metz, p. 281.

66 Kupper, La politique des ducs de Zähringen.

67 Ph. Dollinger, Aspects de la noblesse allemande, p. 147-149.

68 Cfr Deeters, Servatiusstift, p. 121-122. – De 1171 à 1179, la prévôté est entre les mains de l’évêque Garsendonius de Mantoue (1148-1165/1177-1184). Partisan de Barberousse en Italie, il avait été excommunié et déposé. L’empereur lui avait attribué la prévôté pour qu’il puisse suffire à ses besoins : Deeters, p. 60, 82-83.

69 Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 132, 135-151, 154-155, 200, 203-204, 216-217, 240-241, 249, 259, 277, 281. – E. Meuthen, Die Aachener Pröpste bis zum Ende der Stauferzeit.

70 Cfr R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950. – Fleckenstein, Rex canonicus, p. 67-69.

71 Anselme, ch. 61, p. 225-226. – Cfr J Dhondt, Henri ia, l’Empire et l’Anjou.

72 C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, t. i, p. 149-150.

73 Le nombre de séjours des empereurs à Aix-la-Chapelle aux xie et xiie s. s’établit comme suit : Henri II (11), Conrad II (3), Henri III (10), Henri IV (14), Henri V (9), Lothaire III (8), Conrad III (4), Frédéric Ier (7), Henri VI (2). Cfr Brühl, op. cit., t. i, p. 128 n. 53, p. 132 n. 74 et cartes 4-6. – Th. Mayer, Mittelalterliche Studien..., Lindau-Constance, 1959, cartes. – Die Zeit der Staufer, t. iv, 1977, cartes 1,3, 5. – E. Meuthen, Barbarossa und Aachen, Rheinische ViertelJahrsblätter, t. xxxix, 1975, p. 32 n. 23-24. – E. Müller, Das Itinerar Kaiser Heinrichs III. – Böhmer-Baaken, Heinrich VI, n° 5, 343-344. – F. Opll, Das Itinerar Kaiser Friedrich Barbarossas (1152-1190), Vienne-Cologne-Graz, 1978, p. 122-123.

74 Cantatorium, ch. 96, p. 248 1. 14.

75 Meuthen, Aachener Urkunden, n° 2, p. 118 (1166). – L’expression est également utilisée par Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 58-59 (1198) : « oppidum Aquense, ubi caput regni et sedes noscitur esse ». – Cfr Meuthen, Barbarossa und Aachen (avec bibl.) et nos remarques : Raoul de Zähringen, p. 85-87.

76 Folz, Le souvenir, p. 203-237. – J. Petersohn, Saint-Denis-Westminster-Aachen. Die Karls-Translatio von 1165 und ihre Vorbilder, Deutsches Archiv, t. xxxi, 1975, p. 420-454 et not. p. 425 n. 11. – Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 397 et n. 46 (avec indic, des sources).

77 Cfr P. Bonenfant, La persistance des souvenirs lotharingiens..., Bull, de l’Inst. hist, belge de Rome, t. xxvii, 1952, p. 58-63. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen.

78 M.G.H., DD., Konrad III, n° 9, p. 529.

79 W.E., n° 330, p. 461 (1151).

80 « ... communem tocius patriae ruinam minabatur ; et rueret procul dubio, rueret inquam tunc temporis inclita Lotharingia » Anselme, ch. 54, p. 221. – à propos du château de Bouillon « quod inter confinia duorum regnorum positum, Francorum videlicet et Lotharingorum » Triumphus sancti Lamberti, ch. 1, p. 499 (milieu du xiie°s.) – « regnum Lothariensium » Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 11, p. 529. – « Hec pestis de Francia transfusa in Lotharingiam » Cantatorium, ch. 78, p. 196. – En 1155, un moine de Saint-Jacques narre les succès des « Lotharingi milites ». Annales S. Jacobi, éd. Alexandre, p. 19. – D’après un texte rédigé à Saint-Jacques vers 1100, les pèlerins liégeois qui se rendent à Compostelle en 1056 font la déclaration suivante : « Patria [...] nostra est Lothariense regnum » : M.G.H., SS., t. xxv, p. 83. – Stiennon, Le voyage des Liégeois à Saint-Jacques de Compostelle, p. 578. – « dux Gozelo Leodium venit, dom-num Reginardum episcopum rogat plurimum et obtestatur, ut non solum sibi, verum etiam omni Lotharingiae, immo vero, universo subveniret imperio » Chronicon sancti Laurentii, ch. 29, p. 272 (rédigé peut-être à la fin du xiie°s. ou dans la première moitié du xiiie°s.,, cfr ci-dessous, p. 466 n. 16). – « Lotharienses, strage suorum accensis vehementius animis, ut mori quam vinci mallent, adeo in Francos cedibus grassati sunt, ut Odonem ipsum cum omnibus pene nobilibus prosternerent » Renier, Vita Reginardi, ch. 17, p. 577 (écrite après 1182). – « quem Lotharingie dudum prefecerat imperator » Vita Alberti, ch. 18, p. 151 (fin du xiie s.). – E. Boshof, Lothringen, Frankreich und das Reich, p. 122-127 et n. 310 constate que Henri III a commis une grave erreur politique en méconnaissant et en sous-estimant le particularisme lotharingien. – Toutefois, J. Lejeune admet que les clercs liégeois n’ont considéré la Lotharingie comme patrie qu’en de rares circonstances : Les notions de « patria » et d’« episcopatus » dans le diocèse et le pays de Liège, p. 6-9 (où l’on verra d’autres textes). – En général : G. Dupont-Ferrier, Le sens des mots « patria » et « patrie » en France..., Revue historique, t. clxxxviii-clxxxix, 1940, p. 89-104.

81 Belle découverte de U. Nonn, qui insiste sur la persistance d’un sentiment « national » franc en Lotharingie aux xe et xie siècles : Der lothringische Herzogstitel und die Annates Prumienses, D.A., t. xxxi, 1975, p. 546-555.

82 « Gallia nos imos et habet Germania primos, Amborum neutrum, nos et utrumque sumus » L. Delisle, Rouleaux des morts, 1866, p. 107 n° 120, cfr p. 95 n° 109 « Nos pars Teutonicae nutrit paenultima terrae » (clercs de Saint-Servais de Maastricht). – Nous empruntons la trad, à J. Stiennon, La Wallonie..., t. i, p. 95. – Cfr Id., Routes et courants de culture..., p. 313. – J. Dufour, Les rouleaux et encycliques mortuaires de Catalogne (1008-1102), Cahiers de civilisation médiévale, t. xx, 1977, p. 35-39 qui place le séjour du rolier à Liège et à Maastricht en 1051.

83 « quosdam barbaros sue parrochie trans Renum commorantes ». Cantatorium, ch. 11, p. 31. – « propter quem Renum transire se accingebat, Saxoniam aggredi et ingredi non reformidaret » Peeck, Die Reinhardsbrunner Briefsammlung, n° 30, p. 29. – Ci-dessus, p. 409 n. 37.

84 Stiennon, dans La Wallonie..., t. i, p. 95. – Voir le passage du Cantatorium cité n. 79 et ci-dessus p. 411-412 et n. 58.

85 En ce qui concerne les rapports intellectuels, voir les remarques de J. Stiennon, ibid. et sa carte très suggestive ibid., p. 82.

86 Cfr Wellmer, Le Nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert, p. 436-438 : toutes ces notices, à l’exception d’une seule, appartiennent à des évêques qui vécurent au xie s. Cette répartition chronologique traduit, semble-t-il, un relâchement des liens dans le courant du xiie s.

87 Gisl. Chron., ch. 136, p. 201. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 112 n. 48. – Le comte de Hainaut était le premier vassal de l’église de Liège. – Voir le titulus de Saint-Servais de Maastricht, cité n. 81. – Dans sa lettre au roi de France, l’évêque Théoduin admet qu’il habite en Germania : Frédéricq, Corpus documentorum, t. i, n° 5, p. 9 (1051). – « nos tamen, in quos fines marchiae imperialis devenerunt », mandement de l’évêque Raoul de Zähringen, éd. St. Bormans, Recueil des ordonnans de la principauté de Liège, Ier sér., p. 21 (1168-1189).

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540