Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Troisième partie. L'esprit

Chapitre II. Liège et la réforme grégorienne

Texte intégral

« In quibus lotis viros fideles et in fide regni constan tes semper inveni ». Lettre de Henri IV à Philippe Ier de France (1106), éd. Erdmann, Die Briefe Hein richs IV., n° 39, p. 58.

§ 1. Les idées et les hommes ; Wazon, Henri de Verdun et Otbert.

  • 1 Cfr A. Cauchie, La Querelle des investitures dans les diocèses de Liège et de Cambrai, 2 vol., Lou (...)
  • 2 À ce point de vue, l’épiscopat de Théoduin n’offre qu’un intérêt secondaire ; cet évêque n’a pas, (...)

1Notre objectif n’est pas de raconter les événements par le menu. D’autant que ce travail a déjà été fait1. Il nous a paru plus profitable de préciser — dans le cadre d’une narration succincte — la position des acteurs principaux du drame ; Wazon (1042-1048), Henri de Verdun (1075-1091) et Otbert (1091-1119)2.

  • 3 Sur la Réforme grégorienne et la Querelle des investitures, voir notamment ; A. Fliche, La Réforme (...)

2Il serait difficile de nier le rôle que l’évêque Wazon de Liège joua dans l’élaboration de ce que l’on appelle communément le « programme grégorien ». Ce dernier comportait en substance les points suivants ; suppression des abus qui désolaient l’Église, — et notamment la simonie et le nicolaïsme, — supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel, condamnation de l’investiture laïque, autorité illimitée du pape sur l’Église et la Chrétienté3.

3Pour l’essentiel, la pensée de Wazon nous est connue par l’intermédiaire de la chronique d’Anselme. Bien que cet auteur ait personnellement connu l’évêque de Liège, la tradition n’est donc pas irréprochable, aussi bien les déformations ne sont-elles pas exclues. On peut admettre cependant que, de toute manière, le témoignage du chroniqueur liégeois reflète assez bien les idées qui circulaient dans l’entourage immédiat de Wazon. Ces idées, les voici ;

  1. Les évêques doivent fidélité à l’empereur dans le domaine temporel (de secularibus) mais obédience au pape dans le domaine spirituel (ecclesiasticus ordo)4.
  2. Le roi, en tant que laïc, n’a pas à se préoccuper de ce qui concerne 1’« ordre ecclésiastique »5.
  3. L’onction épiscopale (ad vivificandum) est supérieure à l’onction royale (ad mortificandum)6.
  4. Le pape ne peut être jugé par personne7.
  5. Il importe de lutter contre la simonie8.
  • 9 Anselme, ch. 65, p. 228.
  • 10 Comme l’indiquerait notamment son affirmation suivant laquelle un évêque italien ne pouvait être j (...)
  • 11 L. Meulenberg, Grégoire VII et les évèques, p. 60-61.
  • 12 Cfr Tellenbach, Libertas, p. 70-76. – Fleckenstein, Rex canonicus, p. 61-62, 71. – Lippelt, Thietm (...)
  • 13 Tellenbach, p. 104-108. – Fleckenstein, p. 63-64.

4Ce serait une erreur d’affirmer que les idées de Wazon étaient originales. Anselme nous décrit son maître élaborant sa pensée en consultant les Gesta pontificum Romanorum, les decreta des papes, les autentici canones et la collection des capitulaires9. Il est certain, par exemple, que l’évêque de Liège utilisa la fameuse collection pseudoisidorienne compilée vers le milieu du ixe siècle10. Attitude, notons-le au passage, qui préfigure celle de Grégoire VII lui-même, qui entendait se baser, lui aussi, sur la tradition et, en particulier, sur les recueils pseudoisidoriens11. L’originalité de Wazon ne doit pas être cherchée dans les idées qu’il développait. Elle réside dans les efforts qu’il déploya pour retrouver la Tradition et en appliquer les principes. En vertu des conceptions de certains milieux ottoniens, les empereurs-rois étaient considérés comme supérieurs à tous les mortels — évêques compris — et cette supériorité, sanctionnée par le sacre, justifiait à elle seule la domination du roi sur l’Église impériale12. On sait par ailleurs que Henri III (1039-1056), sous le règne duquel le Reichskirchensystem atteignit son apogée, multiplia ses interventions dans les affaires de l’Église dont il se considérait pratiquement comme le chef13. L’attitude de Wazon serait donc bien une réaction contre ce qu’il considérait comme des abus du pouvoir temporel.

  • 14 Ci-dessus, p. 129-130, 132-133.

5L’évêque de Liège ne manquait pas d’audace en affirmant que du point de vue spirituel il se considérait comme supérieur au roi et en niant à ce dernier le droit d’intervenir dans le domaine du sacré. On se souviendra aussi que Wazon entendait bien mettre en application à Liège une procédure d’élection épiscopale dans laquelle le rôle du clerus et du populus n’était plus fictif14.

  • 15 Des points de vue divers ont été émis sur l’attitude de Wazon. Nous nous contenterons d’avoir expr (...)

6En fait, la nouveauté chez Wazon c’est — tout en reconnaissant l’importance de la mission royale — d’avoir voulu rendre vie à certaines conceptions susceptibles d’ébranler jusque dans ses fondements le système de l’Église impériale15. Qu’il l’ait fait consciemment ou non, Wazon fut donc un homme dangereux.

  • 16 « Cuius etiamsi eo usque animi motus processissent, ut dextrum eius jussu oculum amisissem, quicqu (...)
  • 17 Des accusations de trahison furent d’ailleurs portées contre Wazon ; Anselme, ch. 57, p. 223-224. (...)
  • 18 Anselme, ch. 66, p. 229.
  • 19 Ci-dessus, p. 133-135. – Les circonstances politiques exigeaient du souverain une intervention imm (...)

7A-t-il été, dans la réalité, le serviteur dévoué du pouvoir royal ? Anselme insiste — beaucoup trop peut-être — sur la fidélité de Wazon envers l’empereur. Il lui attribue cette parole remarquable que l’on cite souvent ; « Quand bien même l’empereur me ferait arracher l’œil droit, je lui resterais fidèle et je continuerais de mettre mon œil gauche au service de son honneur »16. Néanmoins, dans les faits, le souverain n’eut pas toujours l’occasion d’être satisfait des services de son évêque17. En 1046-1047 le prélat refusa d’engager le contingent liégeois dans l’expédition impériale de Frise18. Aussi, dès qu’il eut connaissance du décès du pieux Wazon, Henri III n’eut-il pas la faiblesse d’attendre que l’église liégeoise lui présente un candidat ; sans tarder, il attribua le siège épiscopal à Théoduin, un homme sûr19.

  • 20 Nous adoptons le point de vue de Hoerschelmann, op. cit., p. 80-84 qui cite les textes que nous ut (...)
  • 21 « ...domini Wassonis Tongrensis ecclesiae uigilantissimi pastoris, cui, dum uixit, equitatis norma (...)
  • 22 « honores ecclesiasticos gratis non erogaveris, sed declinasti ab exemplo tui anteces-soris » Casp (...)
  • 23 Tellenbach, Libertas, p. 128-130, 222-226. – Despy, La carrière lotharingienne du pape Étienne IX.

8La papauté, par contre, rendit hommage à l’évêque de Liège. Tout indique même que les idées de Wazon furent connues à Rome et qu’elles apportèrent leur pierre à l’édifice grégorien20. Dans la bulle qu’il adresse à l’abbé Gonzon de Florennes — frère de Wazon — le pape Léon IX (1048-1054) fait l’éloge du prélat défunt21. Grégoire VII (1073-1085) se souvient bien de lui et invite Théoduin à suivre l’exemple de son prédécesseur22. Le chanoine de Saint-Lambert Frédéric d’Ardenne, — formé dans les écoles de Liège, — chancelier du pape Léon IX en 1051, puis pape sous le nom d’Étienne IX (1057-1058) a très probablement contribué à répandre les idées de Wazon à la curie romaine23.

  • 24 Cfr Tellenbach, p. 119-127. – Dereine, L’école canonique liégeoise.

9Le rôle de la Lotharingie et, en particulier, des milieux intellectuels liégeois dans l’élaboration de l’esprit grégorien nous paraît donc indiscutable, encore qu’il demanderait à être précisé24.

10Lorsque l’archidiacre Henri de Verdun fut appelé, en 1075, à succéder à l’évêque Théoduin, le paysage politico-religieux ne ressemblait plus que de loin à celui qu’avait connu Wazon.

  • 25 Cfr Tellenbach, Libertas, p. 104-108.

11Wazon vécut sous le règne de Henri III, — empereur d’une très grande religiosité, littéralement imprégné d’idéal réformateur25, — alors que l’harmonie entre les deux puissances universelles était encore à l’ordre du jour. Les déclarations de l’évêque liégeois, toutes désagréables qu’elles fussent à entendre, n’impliquaient pas chez celui qui les prononçait, un choix entre le pape et le roi.

  • 26 Nous renvoyons une fois pour toutes aux travaux de Cauchie, La Querelle des investitures, t. i, p. (...)
  • 27 En 1075, après le 23 juin.
  • 28 On sait que l’occasion du conflit fut la désignation par Henri IV du clerc Tedald à l’archevêché d (...)

12Henri de Verdun, par contre, dès son avènement, fut placé devant le dilemme26. Il venait, en effet, de monter sur le siège de saint Lambert27 lorsque le conflit entre Henri IV et Grégoire VII éclata, qui devait déclencher la Querelle des investitures28.

  • 29 « Heinricus Leodiensis » Constitutiones, t. i, n° 58-59, p. 106-108.
  • 30 Caspar, Register, t. i, n° III, 10 a, p. 268-269. – Fliche, op. cit., p. 136-137. – Jordan, op. ci (...)

13Le nouvel évêque de Liège était présent à l’assemblée de Worms du 24 janvier 1076, parmi les vingt-six évêques qui déposèrent le souverain pontife29. La réaction du pape fut immédiate ; en février 1076, il excommunia Henri IV et délia les sujets du roi de leurs devoirs envers ce dernier. Toutefois, il accordait aux évêques présents à Worms un délai de quelques mois pour venir à résipiscence30. Henri de Verdun, dont le nom ne figure pas sur la liste des excommuniés de février 1076, était donc concerné par la mesure de clémence de Grégoire VII.

  • 31 « amator religionis » Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366 (1091). – « a puero bonis mor (...)
  • 32 Le 28 octobre 1076, le pape lui adresse une lettre qui laisse penser qu’ils sont réconciliés ; Cas (...)
  • 33 Berthold de Reichenau, Annales, M.G.H., SS., t. v, p. 286 (écrites vers 1080).

14Or l’évêque de Liège, de par sa formation, était un homme profondément religieux et très attaché, nous semble-t-il, aux principes de la Réforme31. Il semble bien qu’il ait répondu à l’appel du pape et renoué avec lui32. Toujours est-il qu’au mois d’octobre 1076, lors de la réunion de Henri IV et des princes de l’Empire à Tribur-Oppenheim, Henri de Verdun figurait parmi les évêques réconciliés avec Rome33.

15Mais bientôt, le 28 janvier 1077, à Canossa, Grégoire VII donnait l’absolution au roi de Germanie. Plusieurs années passeront avant que les deux chefs de la chrétienté occidentale ne s’affrontent à nouveau.

  • 34 « nos [...] mordaci invectione reprehendisse » Caspar, t. ii, n° VI, 4, p. 396-397 (9 oct. 1078).

16Entre deux — en 1078 exactement — un conflit très significatif brouilla quelque temps le pape et l’évêque de Liège. Grégoire VII ayant donné l’absolution à un diocésain liégeois précédemment condamné par Henri de Verdun, ce dernier avait vivement critiqué l’attitude du souverain pontife34. Le successeur de Théoduin, lui non plus, n’était pas homme à permettre, sans sourciller, les interventions romaines dans les affaires du diocèse ; sur ce point, les conceptions burchardiennes étaient encore particulièrement vivaces.

  • 35 Fliche, op. cit., p. 146-147. – Jordan, op. cit., p. 343.

17Le 7 mars 1080, le pape excommuniait à nouveau Henri IV et reconnaissait comme roi Rodolphe de Souabe35.

  • 36 Au même moment, une réunion d’évêques tenue à Bamberg condamnait l’attitude de Grégoire VII ; Meye (...)
  • 37 Annales S. Jacobi minores, éd. Alexandre, p. 12 (1080). – Cfr Meyer von Knonau, t. iii, p. 275.
  • 38 Fliche, op. cit., p. 148-150. – Jordan, op. cit., p. 343.
  • 39 Cette évolution de la politique ecclésiastique de Henri IV a été mise en lumière par J. Fleckenste (...)
  • 40 Meyer von Knonau, t. iv, 1903, p. 21-25, 547-550.
  • 41 « Henrichus episcopus Leodiae » Liber de unitate ecclesiae conservanda, ch. 19, éd. W. Schwenkenbe (...)
  • 42 Henri de Verdun resta d’ailleurs en relation avec Herman de Metz, dont il n’approuvait pas la dépo (...)
  • 43 « Leodii patrem censemus in ordine fratrum, Sedis Apostolicae diuturnum scisma dolentem », éd. E. (...)

18Le conflit rebondissait donc et, derechef, il fallut bien choisir. La position de Henri de Verdun nous paraît claire ; le 12 avril 1080, alors que la sentence d’excommunication lancée contre le souverain était déjà connue36, Henri IV célébrait la fête de Pâques dans la Cité de Liège37. L’évêque, tout comme la plus grande partie de l’épiscopat germanique38, était donc resté du côté de Henri IV. Fort de la déconvenue qu’il avait éprouvée en 1076, le roi s’efforçait alors d’améliorer le recrutement de son épiscopat et d’en relever le niveau. De cette manière, il voyait même revenir à lui des évêques réputés « réformistes »39. Ce long effort connut son couronnement au synode de Mayence d’avril-mai 1085 ; la déposition de Grégoire VII et l’élévation de l’antipape Clément III (1080-1100) au pontificat furent confirmées, les alliés de Hildebrand — et notamment Herman de Metz, oncle de Henri de Verdun — excommuniés40. L’évêque de Liège était présent41. Ce n’est sans doute pas sans une profonde amertume qu’il entendit prononcer, contre son parent, la sentence d’anathème42. Toujours est-il que l’auteur de l’Altercatio inter Urbanum et dementem, qui écrit en 1091, place l’évêque Henri dans le groupe de ceux qui aspiraient à la fin du schisme43.

  • 44 Il existait à Lobbes des partisans de Henri IV comme l’indique notamment la dédicace du manuscrit (...)

19Fidèle, sans doute, mais modéré. Telle fut apparemment la position réelle de l’évêque de Liège Henri dont le diocèse était, à ce qu’il semble, traversé par des courants d’opinion contradictoires44.

  • 45 Cantatorium, ch. 68, p. 153.
  • 46 Ibid., ch. 70, p. 156-157. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 45-46, p. 277. – La lettre du pape Ur (...)

20Otbert inaugura son épiscopat par une action d’éclat. À peine venait-il d’être consacré qu’il signifiait à son ancien protecteur, Bérenger de Saint-Laurent45, qu’il lui fallait quitter son monastère où devait s’installer, conformément à la décision de Henri IV, l’abbé déchu Wolbodon46. C’est à ce prix qu’Otbert avait obtenu son siège épiscopal.

  • 47 « ut persistèrent tuende veritati » Cant., ch. 70, p. 157-159.
  • 48 Cauchie n’insiste pas sur ces événements (t. II, p. 19-20).
  • 49 A. Becker, Papst Urban II., t. i, 1964, p. 33-41, 191-192, 194.
  • 50 Cant., ch. 70, p. 160-163.

21Bérenger se réfugia dans l’abbaye qui l’avait formé ; Saint-Hubert en Ardennes. Accompagné de l’abbé Thierry II, il se rendit auprès de l’archevêque Renaud de Reims pour lui demander conseil. Le prélat encouragea les deux Liégeois à « persister dans la défense de la vérité »47. Pour bien comprendre tout ce que cette démarche impliquait, il importe de savoir — le fait ne nous paraît pas avoir été suffisamment remarqué48 — que le successeur de Grégoire VII, Urbain II (1088-1099), avait été archidiacre de Reims et que pour cette raison, notamment, il entretenait, avec l’archevêque Renaud, des rapports privilégiés49. Le voyage de Bérenger et de Thierry était donc particulièrement lourd de signification. La réaction d’Otbert le montre d’ailleurs bien ; aussitôt l’évêque force Thierry de Saint-Hubert à comparaître devant la curia épiscopale et l’accuse d’avoir comploté contre l’empereur et contre lui50.

  • 51 Becker, op. cit., t. i, p. 125-132.
  • 52 Meyer von Knonau, t. iv, p. 377-380.

22Dès le début du règne d’Otbert — c’est-à-dire dès 1092 — on aperçoit donc un durcissement très net des positions. Cette attitude, à laquelle Henri IV n’était pas étranger, peut s’expliquer par les circonstances politiques générales. C’est qu’au décès de Henri de Verdun († 31 mai 1091) l’empereur se croyait sur le point de gagner la partie ; Urbain II avait quitté Rome ; son alliée, la comtesse Mathilde, était acculée dans ses derniers retranchements51. La chance de Henri IV tourna seulement au mois d’octobre 1092, lorsqu’il fut obligé de lever le siège de Canossa. Aussitôt, pour l’armée impériale, ce fut la débâcle. L’expédition italienne se terminait par un désastre52.

  • 53 L’un et l’autre avaient été chassés de leur abbaye par Henri de Verdun, en dépit de l’opposition d (...)
  • 54 Cam., ch. 70, p. 157-158, 160, ch. 81, p. 201.

23Mais la conjoncture très favorable que connaissait encore l’empereur Henri IV au début de l’année 1092 l’avait sans doute déterminé à prendre des mesures radicales. L’évêque Otbert appliqua scrupuleusement les ordres qui lui étaient donnés ; Saint-Laurent fut attribuée à Wolbodon, Saint-Trond à Lupon53, Florennes à Gislebert et Brogne à Guirémond54.

  • 55 Cantatorium, ch. 26, p. 76-83.

24L’abbaye de Saint-Hubert était un nid de « grégoriens ». Elle cherchait à se soustraire à l’autorité épiscopale — rappelons-nous du conflit qui l’avait opposée à Théoduin et à l’archidiacre Boson55 — et il s’y développait de surcroît des idées fort dangereuses.

  • 56 L’auteur du Cantatorium — qui écrit au début du xiie s. — raconte que lors du conflit entre Thierr (...)
  • 57 Deux exemplaires de la même collection auraient également été transcrits à l’abbaye liégeoise de S (...)

25Il semble, en effet, que le monastère ardennais ait possédé très tôt un exemplaire des Dictatus papae dans lesquels Grégoire VII, comme on le sait, avait condensé en quelques formules tranchantes l’essentiel de sa doctrine56. En tout cas, dès la fin du xie siècle, l’abbaye possédait un manuscrit des Diversorum patrum sententie ou Collection en soixante-quatorze titres dont on a pu dire, pour reprendre la définition célèbre de Paul Fournier, qu’elle fut « le premier manuel canonique de la Réforme ». Cette collection comportait, notamment, une rubrique intitulée De primatu Romane ecclesie, où des textes étaient regroupés qui établissaient la prééminence de la papauté57. L’âpreté du conflit entre Otbert et Saint-Hubert se comprend dès lors beaucoup mieux.

  • 58 On en trouvera le récit détaillé dans Cauchie, La Querelle, t. ii, ch. I-III. – de Moreau, Hist, d (...)
  • 59 Voir la lettre du pape à Bérenger, éd. Reusens, A.H.E.B., t. xxv, 1895, n°4, p. 151-152, les comm. (...)
  • 60 Cantatorium, ch. 79, p. 197-198. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 50, p. 279. – En fait la réconc (...)
  • 61 Ibid., ch. 89, p. 220-226.
  • 62 Comme le constate amèrement le chroniqueur de Saint-Hubert ; Cantatorium, ch. 83, p. 208. – Cfr ch (...)
  • 63 La lettre est insérée dans le Cant., ch. 92, p. 237-238. – Sur le caractère assez exceptionnel de (...)

26La lutte de l’évêque de Liège contre les abbayes de son diocèse — et en particulier contre le monastère hubertin — est relativement bien connue58. Il suffira de dire qu’Otbert fut excommunié par le pape Urbain II probablement au concile de Plaisance, en mars 109559. Cette mesure, qui était inévitable, fut inefficace. Vers 1097, en effet, la position de l’évêque dans son diocèse était devenue plus forte que jamais. Sous la pression du duc Godefroid, Otbert s’était réconcilié avec Bérenger de Saint-Laurent et l’avait réinstallé dans son monastère (1095)60. À Saint-Hubert, Thierry II avait été remplacé par Wired (1097-1098)61. Enfin, à partir de 1096, date du départ en croisade de la noblesse du diocèse, — et en particulier du duc de Lotharingie, qui empêchait l’évêque de toujours faire ce qu’il voulait, — Otbert ne trouva plus devant lui aucune opposition sérieuse62. En 1098, Urbain II n’hésita pas à pousser le clergé et le peuple de Liège à se révolter contre « le loup et le voleur »63. Mais son appel resta sans écho.

  • 64 Cantatorium, ch. 97, p. 250.

27Entre Otbert et Henri IV, la collaboration fut, pour ainsi dire, parfaite. En 1104, par exemple, lorsqu’il apprit que l’évêque, en querelle avec son clergé, se débattait dans une situation particulièrement difficile, l’empereur intervint sans attendre pour tirer son fidèle Otbert de ce très mauvais pas64. Or le prélat eut bientôt l’occasion de témoigner à son maître toute sa reconnaissance.

  • 65 Meyer von Knonau, t. v, p. 203 sv., 263 sv., 279 sv. – Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 351-352.
  • 66 « filius interea cum facte sibi fidelitaţi ab Otberto ceterisque principibus confideret ». Cantato (...)

28C’est quelques mois plus tard, en effet, que Henri V se soulevait contre son père qu’il obligeait bientôt à renoncer au trône. Le 5 janvier 1106, au cours d’une diète réunie à Mayence, le jeune roi succédait officiellement à l’empereur déchu65. Il semble bien qu’Otbert ait alors prêté serment de fidélité au nouveau souverain66.

  • 67 Cant., ibid.
  • 68 Lambert le Petit, Annales, éd. Alexandre, p. 36 (1105). – Translatio trium Virginum Coloniensium, (...)

29Mais Henri IV s’échappe et gagne Cologne puis Liège où il est chaleureusement accueilli par Otbert67 et par la population de la Cité68.

  • 69 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VI, ch. 15, p. 86.
  • 70 Gaier, Art et organisation militaires, p. 231-234.
  • 71 Ci-dessus, p. 151-152 et n. 232.
  • 72 O.S.L., f° 74 R°.
  • 73 Lettre d’Urbain II à Bérenger, éd. Reusens, A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 4, p. 151 (1095).
  • 74 Le caractère populaire de ce culte est nettement souligné par la Chronique de Sigebert (M.G.H., SS (...)

30L’empereur parvient à réconcilier ses alliés ; le duc de Lotharingie Henri de Limbourg, en effet, était alors en conflit avec l’évêque et le comte Godefroid de Namur69. On connaît la suite des événements ; le 22 mars 1106, au pont de Visé, une armée, rassemblée à la hâte, où figuraient les hommes d’armes du duc, de son fils Waleran et du comte de Namur, de même qu’un contingent des milices urbaines liégeoises, écrasait un détachement de l’armée de Henri V70. Le 7 août suivant, l’empereur mourait à Liège. Nous avons déjà parlé de l’émotion extraordinaire qui s’empara de toute la population et, de Vimmoderatus favor dont les « reliques » de Henri IV furent alors l’objet71. Très révélatrice également la commémoraison de Henri dans l’obituaire de la cathédrale Saint-Lambert ; on a peine à croire que le Henricus piissimus imperator inscrit à la date du 7 août72, soit l’empereur déchu, « le perturbateur de la paix chrétienne, le trafiquant sacrilège des églises, le destructeur de l’Empire romain, le soutien et le défenseur des hérétiques »73, mort à Liège en état d’excommunication. Il est tout de même piquant de constater que c’est précisément dans la Cité de Wazon, — lui qui avait souligné le caractère « mortifère » du sacre royal, — que la dépouille du grand adversaire de la Réforme grégorienne fut vénérée par la masse populaire comme le corps d’un saint74.

  • 75 « ab episcopo, qui semper sibi extitit fidelis in omnibus » Libellus de rebellione, dans Ann. Hild(...)
  • 76 Même le chroniqueur de Saint-Hubert juge durement le renversement de Henri IV par son fils ; ibid. (...)
  • 77 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 51-65.
  • 78 Dans sa lettre à Brunon de Trèves (citée n. 83), le pape Pascal II prie l’archevêque de réconcilie (...)
  • 79 Bérenger fut le disciple de Thierry Ier de Saint-Hubert, ami de Grégoire VII. – Chassé par Otbert, (...)
  • 80 Voir ci-dessus, p. 151-152.

31Tous ces indices nous permettront de mieux comprendre la situation du diocèse de Liège sous l’épiscopat d’Otbert. Cet homme tenace et audacieux, dont la fidélité envers la cause impériale était pour ainsi dire proverbiale75 disposait à Liège même de solides appuis. Dans son ensemble, le diocèse était resté fidèle à Henri IV76, tout comme il restera fidèle à Frédéric Ier Barberousse pendant le schisme de 1159-117777. Si Otbert a si bien résisté contre vents et marées, c’est évidemment parce qu’il était puissamment soutenu78. Et pas seulement par quelques fanatiques ! La liste de ses collaborateurs, nous l’avons déjà dit, comportait, pour l’essentiel , des hommes modérés ; Alger, Frédéric de Namur, Étienne de Saint-Jacques, Bérenger de Saint-Laurent, Wired de Saint-Hubert79. Par ailleurs, nous savons que la révolte de Henri V contre son père fut très mal accueillie sur les bords de la Meuse. C’est pourquoi, sans doute, lors de la succession d’Otbert, en 1119-1122, nous retrouverons dans le camp des « Frédérins », soutenus par le pape, les tout derniers fidèles de l’empereur Henri IV80 !

  • 81 Libellus de rebellions dans Ann. HiId., p. 57-58 (1106). – Ci-dessus, p. 346 n. 229.
  • 82 Chronica regia, éd. Waitz, p. 45 (1106). – Meyer von Knonau, t. vi, p. 25,31. – D semble qu’en ren (...)
  • 83 Jaffé, Bibl. rer. Germ., t. v, n° 14, p. 508-509. – Notons qu’en 1107 Otbert fut, semble-t-il, sus (...)

32Son maître une fois mort, Otbert n’avait plus aucune raison de poursuivre la lutte. Il fit immédiatement soumission au nouveau roi81. Mais au synode de Guastalla, le 22 octobre 1106, le pape Pascal II renouvelait la sentence d’excommunication jadis lancée contre l’évêque de Liège82. Entretemps, ce dernier avait envoyé de l’autre côté des Alpes une délégation chargée de négocier la réconciliation de l’église liégeoise avec Rome ; par une lettre du 10 novembre 1106, le souverain pontife priait l’archevêque Brunon de Trèves de recevoir de l’évêque Otbert le serment d’obédience au Saint-Siège puis de le relever de l’excommunication83. La cérémonie d’absolution eut sans doute lieu peu après.

  • 84 Anselme de Gembloux, Cont. Gembl., M.G.H., SS., t. vi, p. 376. – Henri V qui avait manifesté l’int (...)

33Envers Henri V, Otbert montra la même fidélité qu’envers Henri IV. En 1115, au moment précis où le légat pontifical, à Cologne même, prononce contre l’empereur la sentence d’anathème, Otbert, dans le palais d’Aix-la-Chapelle, attend vainement son maître qui est abandonné, pourtant, par une grande partie de l’épiscopat germanique84.

  • 85 Chron. rythm., éd. de Clercq, p. 133 n. (M. Evrard, Professeur à l’Université de Liège, prépare un (...)

34Jusqu’à la fin de sa vie, Otbert, cet homme entier, resta donc étonnamment fidèle à la cause qu’il avait embrassée. Un de ses admirateurs trouva, pratiquement sur le vif, les mots pour décrire un comportement aussi net ; Stat Otberti fides cum Cesare, in adversis nescia cadere...85.

§ 2. La propagande épiscopale ; Sigebert de Gembloux.

35Pendant la Querelle des investitures, le diocèse de Liège fut un des grands centres de la littérature polémique de l’Empire.

  • 86 Sur Sigebert, voir notamment ; Balau, Les sources, p. 266-303. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. (...)

36Assez curieusement, ce travail, tout à fait remarquable, ne fut pas confié aux clercs de l’entourage épiscopal. Il est l’œuvre d’un moine bénédictin qui vivait à quinze lieues de la Cité ; Sigebert de Gembloux († 1112)86.

  • 87 M.G.H., DD., Otto III., n° 45, p. 446 (987). – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 86. – P. Bonenfant, Not (...)
  • 88 Boutemy, Un grand abbé du xie siècle.
  • 89 Olbert fit l’acquisition de plus de cent divinae scripturae volumina et de cinquante secularis dis (...)

37L’abbaye de Gembloux appartenait à l’église de Liège depuis l’épiscopat de Notger87. En 1012, l’évêque Baldéric II avait confié ce monastère à Olbert († 1048), élève de Hériger de Lobbes et de Fulbert de Chartres, ami intime de Wazon et collaborateur de l’évêque Burchard de Worms88. Olbert avait doté son abbaye d’une bibliothèque bien fournie, dans laquelle le moine Sigebert a sans doute découvert une grande partie des matériaux de son œuvre89.

  • 90 Anselme, ch. 70, p. 232 et les corr. de Kurth, B.C.R.H., 4e sér., t. ii, 1875, p. 389.
  • 91 Il est certain que Sigebert fut l’élève d’Olbert ; Beumann, op. cit., p. 7-8. – Sigebert fit égale (...)

38Le chanoine Anselme raconte au sujet d’Olbert une anecdote très significative. L’abbé de Gembloux s’était rendu au chevet de l’évêque Wazon. Comme ce dernier voulait se confesser, Olbert lui demanda s’il n’avait pas manqué à ses devoirs envers l’empereur, en actions, en paroles voire en pensées90. Ce témoignage, dont la fidélité ne nous paraît pas devoir être mise en doute, reflète l’état d’esprit qui régnait à Gembloux lorsque Sigebert y étudiait sous la férule d’Olbert91.

  • 92 « humane et ecclesiastice scientie studio et religionis fervore insignis ».
  • 93 § 143, éd. Witte, p. 92. – Cfr Sigebert, Gesta abb. Gembl, ch. 27, p. 536.
  • 94 Catalogus, § 142, p. 91-92. – Cfr ci-dessus, p. 241 n. 161, p. 258 n. 272.
  • 95 Ces idées rappellent celles de Wazon, ami d’Olbert.
  • 96 Fournier et Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, p. 364-421.

39Dans son Catalogus de viris illustribus rédigé en 1111-1112, Sigebert consacre une notice à son maître ; il fut, écrit-il, « remarquable par l’étude des sciences humaines et ecclésiastiques et par son ardeur religieuse »92. Puis il ajoute ; Olbert joua un rôle essentiel dans l’élaboration du magnum canonum volumen de l’évêque Burchard93. La notice concernant l’évêque de Worms précède immédiatement celle de l’abbé de Gembloux.. Dans l’esprit de Sigebert, les deux hommes paraissent donc intellectuellement liés par le Décret, dont la grande autorité est fortement soulignée94. Or nous connaissons déjà les idées maîtresses de l’œuvre burchardienne ; elle se place dans un courant d’opinion favorable à l’indépendance du pouvoir spirituel sans que soit nié pour autant le devoir d’obéissance à l’empereur95. Toutefois Burchard tenait en suspicion le principe de la primauté romaine qui allait à rencontre de l’autorité épiscopale dont il était, évidemment, un ardent défenseur96. Nous retrouverons ces idées dans l’œuvre du moine de Gembloux.

40Sigebert, il convient de le souligner, ne travailla pas spontanément mais sur commande.

  • 97 Godescalc, Gesta abb. Gembl., ch. 72, p. 550.
  • 98 Voir le tableau généalogique à l’annexe VI. – Cfr Beumann, op. cit., p. 25-27.

41Godescalc de Gembloux raconte que les personnalités les plus considérables — par leur naissance, leur rang et leur jugement — de la Cité épiscopale liégeoise consultaient le moine Sigebert sur différents problèmes. Le principal de ces visiteurs, ajoute-t-il, était Henri de Montaigu († 1124)97. Nous avons déjà rencontré ce chanoine. Archidiacre et doyen de Saint-Lambert, Henri appartenait à une des « familles » les plus influentes du chapitre cathédral liégeois98.

  • 99 Cantatorium, ch. 77, p. 190-191.
  • 100 Ibid., ch. 96, p. 249. – La position de Henri de Montaigu est néanmoins assez floue. On sait qu’il (...)
  • 101 Catalogus, § 172, p. 104-105 ; c’est également à la demande de Henri de Montaigu que Sigebert écri (...)

42L’auteur du Cantatorium considère comme un des rationabiliores Leodiensis ecclesie99 ce personnage qui prononça devant l’archevêque de Cologne le fameux discours qui condamnait l’administration d’Otbert (1104)100. C’est sous l’impulsion de Henri de Montaigu que Sigebert écrivit donc les œuvres suivantes101 ;

  1. Une réponse à la lettre du pape Grégoire VII à l’évêque Herman de Metz.
  2. L’Apologia contra eos qui calumpniantur missas coniugatorum sacerdotum.
  3. L’Epistola Leodicensium adversus Paschalem papam.
  4. Le De ieiunio quatuor temporum.
  • 102 Souvenons-nous que l’évêque Herman (1073-1090) était un ancien prévôt de la cathédrale liégeoise.
  • 103 Caspar, Register, t. i, n° IV, 2, p. 293-297.
  • 104 Fliche, La Réforme grégorienne, t. ii, p. 309-316.
  • 105 Caspar, Register, t. ii, n° VIII, 21, p. 544-563. – Cfr Fliche, t. ii, p. 389-413.
  • 106 Comme l’a très bien démontré Beumann, op. cit., p. 31-36, 144-156.

43La réponse à la lettre de Grégoire VII est malheureusement perdue. Le pape écrivit deux lettres à Herman de Metz102. La première date du 25 août 1076103 et se place par conséquent entre l’excommunication de Henri IV (février 1076) et la réconciliation de Canossa (janvier 1077). Dans cette lettre où la supériorité du Sacerdoce était proclamée, le pape justifiait la déposition du roi104. La seconde lettre de Grégoire VII à Herman est datée du 15 mars 1081 et constitue une sorte de développement de la première105. C’est fort probablement au texte de 1081 que Sigebert fut chargé de répondre106.

  • 107 Éd. E. Sackur, Libelli, t. ii, p. 436-448.
  • 108 Cfr Fliche, op. cit., t. iii, p. 39-48, 40 n. 1. – Beumann, op. cit., p. 27-29.
  • 109 Fliche, op. cit., t. ii, p. 134-141.
  • 110 Caspar, Register, t. i, n° II, 61, p. 215-216.
  • 111 Sigebert, Apologia, ch. 2, p. 438.
  • 112 Ibid., ch. 7, p. 444-445. – Le point de vue de Sigebert sera adopté par l’antipape Clément III au (...)
  • 113 Sigebert, Apologia, ch. 6, p. 443.

44L’Apologie contre ceux qui critiquent les messes des prêtres mariés107 date fort probablement de 1075108. Ce texte est, pour l’essentiel, une réponse au décret de Grégoire VII du mois de mars 1074, qui interdisait aux prêtres simoniaques ou fornicateurs de dire la messe et, aux fidèles, d’assister aux offices célébrés par ces derniers109. Or dans sa lettre à Théoduin, datée du 23 mars 1075, le pape ordonnait précisément à l’évêque de combattre la simonie et le nicolaïsme110. L’Apologie de Sigebert, qui fut donc écrite dans cette ambiance assez fiévreuse, est d’autant plus intéressante qu’elle nous livre la position officielle de l’église de Liège devant certains principes fondamentaux du programme grégorien, avant que n’éclate la Querelle des investitures. Sans nier la grandeur d’une Église idéale et sans souillures111, Sigebert condamne néanmoins la rigueur des mesures pontificales et admet que l’on puisse assister aux offices célébrés par des prêtres mariés112. Par ailleurs, il n’hésite pas à remettre en cause la politique pontificale dans son ensemble113. C’est donc bien d’un diocèse où les idées antigrégoriennes étaient assez vivaces que le pieux Henri de Verdun avait pris possession en 1075. En réalité, la position de l’évêque dans le conflit du Sacerdoce et de l’Empire était, si l’on peut dire, fixée d’avance.

  • 114 Cfr Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens, p. 244 sv.
  • 115 Frederico, Corpus documentorum, t. i, n° 10, p. 14-15.
  • 116 Dans sa lettre, le pape l’en félicite.
  • 117 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64.
  • 118 Ibid., p. 72-73. – Sigebert, Chronica, p. 368 (1103). – Annalista Saxo, M.G.H., SS., t. vi, p. 738 (...)

45Dans une lettre qu’il adressait le 21 janvier 1102 au comte Robert II de Flandre, le pape Pascal II engageait ce dernier à lancer une véritable croisade114 contre les Leodienses excommunicati pseudoclerici et tous les complices de Henri IV115. Le prince français était alors un des plus sûrs alliés de la papauté. Il mettait beaucoup d’ardeur à ce combat qui servait si bien ses intérêts territoriaux. Pour déloger de Cambrai l’évêque « impérialiste » Gaucher il avait entrepris, dans le courant de l’année 1101, une expédition militaire couronnée d’un certain succès116. En vue d’enrayer la progression flamande, une armée impériale était intervenue, où figuraient le comte de Louvain et l’évêque Otbert qui avait fourni, pour sa part, un contingent de trois cents milites117. Bientôt cependant, Robert II, qui craignait d’être submergé par une attaque massive de Henri IV, jugea plus raisonnable d’entamer des négociations de paix ; le 29 juin 1103, à Liège, le comte de Flandre se réconciliait avec l’empereur118.

  • 119 Éd. Sackur, Libelli, t. ii, p. 449-464. – Cfr Cauchie, La Querelle, t. ii, p. 163-178. – de Moreau(...)
  • 120 « Omnibus bonae voluntatis hominibus Leodicensis ecclesia veritatem fidei et catholicam unittem in (...)
  • 121 Sigebert, Epistola, ch. 9, p. 460 et passim.
  • 122 Ibid., ch. 5, p. 456.
  • 123 « Nihil modo pro imperatore nostro dicimus. Sed hoc dicimus, quod etiamsi talis esset, tamen eum p (...)
  • 124 Ibid., ch. 5, p. 457, ch. 7, p. 459. – C’est également sous l’impulsion de Henri de Montaigu que S (...)

46Entretemps, le doyen Henri de Montaigu avait chargé Sigebert de répondre à la lettre du pape Pascal II ; tel est l’objet précis de L’Epistola Leodicensium adversus Paschalem papam qui date donc de 1102119. Cette épître est un admirable écrit de propagande qui s’adresse « à tous les hommes de bonne volonté »120. Il faut reconnaître que par sa lettre d’une très grande dureté et d’un réalisme puissant, le pape avait fourni des armes à son contradicteur. Sigebert eut beau jeu de condamner le Saint-Père qui « dégainait le glaive de la guerre contre les amis de la paix »121. Notre seul péché, ajoutait-il, est d’« avoir honoré le roi »122. Plus loin, un acte de foi pathétique ; « Quand bien même nous supporterions péniblement le gouvernement de notre empereur, nous y verrions le résultat de nos propres péchés »123. Enfin, la lettre de Sigebert souligne avec force un principe particulièrement cher à l’église liégeoise ; le respect strict de la hiérarchie ; toute affaire doit d’abord être portée devant l’évêque, ensuite devant l’archevêque et puis seulement devant la juridiction romaine. Le pape lui-même ne peut agir sans tenir compte de l’étagement des pouvoirs spirituels124.

  • 125 Éd. E. Bernheim, Libelli, t. ii, p. 495-504 et Krimm-Beumann, Der Traktat « De învestitura episcop (...)
  • 126 Ann. Bland., éd. Grierson, p. 35 (1109). – Meyer von Knonau, t. vi, p. 93. – Le Tractatus est daté (...)
  • 127 Meyer von Knonau, t. vi, p. 105. – Beumann, op. cit., p. 93. – Minninger, Von Clermont zum Wormser (...)

47Il est hautement probable que Sigebert soit également l’auteur du Tractatus de învestitura episcoporum125 rédigé en 1109 lors d’un séjour de Henri V à Liège126. Il s’agirait d’une sorte de mémorandum ou d’une série d’instructions réunies pour l’usage des archevêques Frédéric de Cologne et Brunon de Trèves qui se rendirent à Rome, vers la fin de l’année 1109, à la tête d’une ambassade impériale chargée de rétablir la paix entre les deux pouvoirs universels127.

  • 128 Beumann, op. cit., p. 94.

48Quoi qu’il en soit, il est certain que ce texte fut écrit dans le diocèse de Liège en 1109128.

  • 129 Tractatus, éd. Bernheim, p. 501 et éd. Krimm-Beumann, p. 77-78. – Fliche, La Réforme grégorienne e (...)
  • 130 En outre, selon cet « accord », un évêque non investi par le roi ne pouvait pas être consacré ; c’ (...)

49Il s’agit d’un exposé, tout à fait remarquable, de la thèse impériale en matière d’attribution d’évêchés ; au roi revient l’investiture par la crosse, — symbole spirituel et temporel, — à saint Pierre la consécration. La seconde doit suivre la première et il est préférable que l’hommage et le serment précèdent le sacre129. Or ce sont là, précisément, les principes qui furent imposés de force par Henri V au pape Pascal II le 11 avril 1111 ; élection libre, sans violence ni simonie, investiture par la crosse et l’anneau, suivie de la consécration130.

  • 131 Il n’est pas exclu que la lettre de Henri IV à Philippe Ier de France, expédiée de Liège en 1106, (...)

50Le Tractatus illustre donc remarquablement bien les rapports entre la cour impériale et le diocèse de Liège pendant les dernières années de l’épiscopat d’Otbert. S’il est vrai que ce texte est l’œuvre de Sigebert — ce qui nous paraît plus que probable — on peut considérer la « capitulation » pontificale d’avril 1111, qui est pour ainsi dire l’application du Tractatus, comme le couronnement de la carrière du moine de Gembloux131.

***

51L’église de Wazon est devenue celle d’Otbert. Éclairer cette contradiction apparente, c’est comprendre la position de l’église de Liège pendant la Querelle des investitures.

  • 132 La réforme monastique lotharingienne se fit sous le contrôle de l’évêque diocésain ; elle fut, pou (...)

52Il ne faut jamais perdre de vue que l’esprit de réforme n’était pas incompatible avec le respect du pouvoir royal. Le mouvement réformiste avait toujours été soutenu par les empereurs ; nous n’en voulons pour preuve que le rôle de Gorze dans l’établissement du système de l’Église impériale132. Mais du jour où la réforme, telle que l’entendait et telle que la voulait la papauté, déchaîna, entre le pape et l’empereur, une lutte implacable, l’église de Liège resta fidèle au second.

  • 133 Voir sur ce point les remarques très pertinentes de Dereine, L’école canonique liégeoise, p. 87-89
  • 134 « favemus episcopo nostro faventi partibus domini sui imperatoris ». – « Dominus noster episcopus (...)

53Elle devait la vie et la puissance aux dons accumulés du pouvoir royal et, par ses traditions, qui remontaient aux temps carolingiens, elle était profondément attachée aux héritiers de Charlemagne. Attentive, par ailleurs, au respect de la hiérarchie ecclésiastique, elle ne pouvait admettre sans broncher les interventions de la papauté dans les affaires du diocèse133. Elle prit donc position pour Henri IV et trouva dans les écoles du diocèse le support intellectuel indispensable à son action. Sigebert de Gembloux a bien résumé les faits ; l’évêque favorisa son seigneur empereur, auquel il était attaché par le serment de fidélité ; l’église de Liège accorda tout son soutien à l’évêque134.

54À Liège, le système de l’Église impériale s’avéra donc, durant cette période de crise, remarquablement efficace. Si le choc fut néanmoins si rude lors de la succession d’Otbert, c’est surtout, pensons-nous, parce qu’en se révoltant contre son père, Henri V avait commis, aux yeux des Liégeois, une faute très grave que les anciens partisans de Henri IV ne lui ont jamais pardonnée.

Notes

1 Cfr A. Cauchie, La Querelle des investitures dans les diocèses de Liège et de Cambrai, 2 vol., Louvain, 1890-1891. – E. de Moreau, Les derniers temps de la Querelle des investitures à Liège. – P. Bonenfant, La Basse-Lotharingie avant et après le Concordat de Worms.

2 À ce point de vue, l’épiscopat de Théoduin n’offre qu’un intérêt secondaire ; cet évêque n’a pas, comme Wazon, « préparé » le conflit ; il ne l’a pas non plus vécu, comme Henri de Verdun et Otbert.

3 Sur la Réforme grégorienne et la Querelle des investitures, voir notamment ; A. Fliche, La Réforme grégorienne, 3 vol., Louvain-Paris, 1924-1937 et La Réforme grégorienne et la reconquête chrétienne (1057-1123), 1940. – J.F. Lemaricnier, dans Histoire des institutions françaises..., t. iii, 1962, p. 78-139 (avec bibl.). – Les contributions du recueil publié sous la dir. de J. Fleckenstein, Investiturstreit und Reichsverfassung, Sigmaringen, 1973 (Vorträge und Forschungen, t. xvii). – K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, 9e éd., 1973, p. 322-367 (avec bibl.).

4 Anselme, ch. 58, p. 224.

5 Ibid. et ch. 57, p. 224.

6 Anselme, ch. 66, p. 230, cfr ch. 63, p. 227.

7 Anselme, ch. 65, p. 228-229.

8 Lettre de Grégoire VII citée ci-dessous n. 22. – Chronicon rythmicum, éd. de Clercq, p. 136. – Notons qu’Adelman, écolâtre de Saint-Lambert devenu évêque de Brescia († 1061), lutta également, dans son diocèse, contre la simonie et le nicolaïsme ; Silvestre, Notice sur Adelman de Liège.

9 Anselme, ch. 65, p. 228.

10 Comme l’indiquerait notamment son affirmation suivant laquelle un évêque italien ne pouvait être jugé par un évêque cisalpin ; Anselme, ch. 58, p. 224. – Cfr Ph. Funk, Pseudo-Isidor gegen Heinrichs III. Kirchenhoheit, p. 316-320. – Hoerschelmann, Bischof Wazo von Lüttich, p. 38, 60-63. – Fuhrmann, Einfluss une Verbreitung der pseudo-isidorischen Fälschungen.

11 L. Meulenberg, Grégoire VII et les évèques, p. 60-61.

12 Cfr Tellenbach, Libertas, p. 70-76. – Fleckenstein, Rex canonicus, p. 61-62, 71. – Lippelt, Thietmar von Merseburg, p. 185-192.

13 Tellenbach, p. 104-108. – Fleckenstein, p. 63-64.

14 Ci-dessus, p. 129-130, 132-133.

15 Des points de vue divers ont été émis sur l’attitude de Wazon. Nous nous contenterons d’avoir exprimé le nôtre. Cfr Tellenbach, Libertas, p. 124-127. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 45-47. – H. Hoffmann, Von Cluny zum Investiturstreit, p. 341-345. – Th. Schieffer, art. Wazo, L. Th. K., t. x, 1965, col. 971. – O. Köhler, Die ottonische Reichskirche, p. 190-191. – Hoerschelmann, Bischof Wazo, p. 57-61, 64-84. Selon ce dernier le De ordinando pontifice (éd. E. Dümmler, M.G.H., Libelli, t. i, 1891, p. 8-14) opuscule, écrit vers 1048, qui condamne les ordinations faites par les simoniaques, prône l’élection clero et populo et proclame la prééminence du spirituel, serait l’œuvre d’un clerc de l’entourage de Wazon. Schieffer considère cette opinion comme une vague possibilité. – Voir l’analyse de ce texte dans Fliche, La Réforme grégorienne, t. i, p. 116-128.

16 « Cuius etiamsi eo usque animi motus processissent, ut dextrum eius jussu oculum amisissem, quicquid sinistro providere possem, ad eius tamen honorem et fidelitatem reflectere non desisterem ». Anselme, ch. 60, p. 225. Tout ce passage, où Anselme insiste sur la fidélité de Wazon, est un véritable texte de propagande. Voir aussi ibid., ch. 70 p 232-233.

17 Des accusations de trahison furent d’ailleurs portées contre Wazon ; Anselme, ch. 57, p. 223-224. – Cfr Hoerschelmann, op. cit., p. 32-33,44-45,47-56. – E. Boshof, qui étudie notamment le cas de Wazon, constate l’existence de « failles » dans le système de l’Église impériale dès le règne de Henri III (1039-1056) ; Das Reich in der Krise, p. 283-287.

18 Anselme, ch. 66, p. 229.

19 Ci-dessus, p. 133-135. – Les circonstances politiques exigeaient du souverain une intervention immédiate.

20 Nous adoptons le point de vue de Hoerschelmann, op. cit., p. 80-84 qui cite les textes que nous utilisons.

21 « ...domini Wassonis Tongrensis ecclesiae uigilantissimi pastoris, cui, dum uixit, equitatis norma, catholice religionis, canonice simul honestatis atque mundani usus moderatus tenens, matrem virtutum discretionem semper fuit regula ». Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden, t. ii, n° 2, p. 87 (1051).

22 « honores ecclesiasticos gratis non erogaveris, sed declinasti ab exemplo tui anteces-soris » Caspar, Das Register Gregors VIL, t. i, n° II, 61, p. 215 (1075).

23 Tellenbach, Libertas, p. 128-130, 222-226. – Despy, La carrière lotharingienne du pape Étienne IX.

24 Cfr Tellenbach, p. 119-127. – Dereine, L’école canonique liégeoise.

25 Cfr Tellenbach, Libertas, p. 104-108.

26 Nous renvoyons une fois pour toutes aux travaux de Cauchie, La Querelle des investitures, t. i, p. 26-65 et de de Moreau, Hist de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 80-86.

27 En 1075, après le 23 juin.

28 On sait que l’occasion du conflit fut la désignation par Henri IV du clerc Tedald à l’archevêché de Milan. Aux menaces de Grégoire VII (8°déc. 1075), le roi répondit en réunissant ses évêques à Worms (24°janv. 1076) et en faisant déposer le pape ; Fliche, La Réforme grégorienne et la reconquête chrétienne, 1940, p. 132-136. – K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 336-337.

29 « Heinricus Leodiensis » Constitutiones, t. i, n° 58-59, p. 106-108.

30 Caspar, Register, t. i, n° III, 10 a, p. 268-269. – Fliche, op. cit., p. 136-137. – Jordan, op. cit., p. 337-338.

31 « amator religionis » Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366 (1091). – « a puero bonis moribus institutus, et disciplinae canonicae et religionis aemulator non fictus » Vita Theoderici, ch. 26, M.G.H., SS., t. xii, p. 52. – Cfr Wellmer, Persönliches Memento, p. 109-113 et ci-dessus, p. 136-137, 242, 294-295 et n. 26.

32 Le 28 octobre 1076, le pape lui adresse une lettre qui laisse penser qu’ils sont réconciliés ; Caspar, t. i, n° IV, 6, p. 303-304. – Les entretiens qui eurent lieu entre Henri de Verdun et son oncle l’évêque Herman de Metz, à Saint-Hubert, en mars-avril 1076, eurent vraisemblablement pour objet le conflit entre l’Empire et le Sacerdoce ; Cantatorium, ch. 33, p. 94-95. – Dans la lettre qu’il adresse — en avril 1076 semble-t-il — à l’archevêque de Trèves et aux évêques de Verdun et de Metz, le pape reconnaît que ces trois prélats ont adhéré aux schismatiques non sponte ; Caspar, t. i, n° III, 12, p. 273-274. Herman de Metz, en effet, était présent à Worms le 24 janvier 1076.

33 Berthold de Reichenau, Annales, M.G.H., SS., t. v, p. 286 (écrites vers 1080).

34 « nos [...] mordaci invectione reprehendisse » Caspar, t. ii, n° VI, 4, p. 396-397 (9 oct. 1078).

35 Fliche, op. cit., p. 146-147. – Jordan, op. cit., p. 343.

36 Au même moment, une réunion d’évêques tenue à Bamberg condamnait l’attitude de Grégoire VII ; Meyer von Knonau, Jahrbücher, t. iii, 1900, p. 276.

37 Annales S. Jacobi minores, éd. Alexandre, p. 12 (1080). – Cfr Meyer von Knonau, t. iii, p. 275.

38 Fliche, op. cit., p. 148-150. – Jordan, op. cit., p. 343.

39 Cette évolution de la politique ecclésiastique de Henri IV a été mise en lumière par J. Fleckenstein, Heinrich IV. und der deusche Episkopat.

40 Meyer von Knonau, t. iv, 1903, p. 21-25, 547-550.

41 « Henrichus episcopus Leodiae » Liber de unitate ecclesiae conservanda, ch. 19, éd. W. Schwenkenbecher, Libelli de lite, t. ii, 1892, p. 235-236 (écrit en 1092-1093).

42 Henri de Verdun resta d’ailleurs en relation avec Herman de Metz, dont il n’approuvait pas la déposition ; Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 1, p. 52, ch. 7-8, p. 57-58. – Cfr Ruperti et Hocquard, Hériman évêque de Metz, passim.

43 « Leodii patrem censemus in ordine fratrum, Sedis Apostolicae diuturnum scisma dolentem », éd. E. Sackur, Libelli de lite, t. ii, p. 171. – Toutefois, Hugues de Flavigny, qui écrit vers 1100, mentionne la présence à Verdun, en 1084, de viri religioşi liégeois qui semblent bien avoir quitté Liège en raison de leur attachement à Grégoire VII (Chronicon, lib. II, M.G.H., SS., t. viii, p. 461). – En dehors des diètes déjà signalées, Henri de Verdun est auprès de Henri IV à Aix, en 1087 et 1088 (M.G.H., DD., Heinrich IV, n° 394, p. 522. – Raoul, Gesta abb. Trud., lib. III, ch. 4, p. 38. – Meyer von Knonau, t. iv, p. 174 n. 23, p. 203 ; il est probable que Henri de Verdun n’était pas à Metz auprès de Henri IV en avril 1089 ; DD., Heinrich IV., n° 405, p. 536 et les remarques de Meyer von Knonau, t. iv, p. 248 n. 4. – Cfr Gawlick, Intervenienten und Zeugen, p. 77). – Notons également que les chartes de Henri de Verdun sont invariablement datées du règne de Henri IV. – En 1088, l’empereur donnait différents biens au « dilectissimus filius noster Henricus Leodiensis episcopus », en louant la « benignitas » et la « fidelitas » de l’évêque ; DD., Heinrich IV., n° 399, p. 528. – Toutefois, dans ses interventions à Saint-Laurent et à Saint-Trond, l’évêque de Liège montra beaucoup d’esprit d’indépendance vis-à-vis du souverain ; « nec regiis precibus, nec minis potuit episcopus attrahi » Cantatorium, ch. 29, p. 89. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 44, p. 276-277. – Raoul, lib. III, ch. 4, p. 38-39. – Cauchie, op. cit., t. i, p. 49-61. – On se souviendra qu’Otbert, brouillé avec Henri de Verdun, s’était réfugié auprès de Henri IV ; Cant., ch. 68, p. 153.

44 Il existait à Lobbes des partisans de Henri IV comme l’indique notamment la dédicace du manuscrit transcrit par le moine Goderan, en 1084 (Manuscrits datés conservés en Belgique, t. i, Bruxelles-Gand, 1968, n° 2, p. 17-18). Mais Thierry Ier de Saint-Hubert (1055-1086) — ancien moine de Lobbes — était un vieil ami de Grégoire VII. Rappelons que Thierry était également très lié à Henri de Verdun (Vita Theoderici, ch. 25, p. 51).

45 Cantatorium, ch. 68, p. 153.

46 Ibid., ch. 70, p. 156-157. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 45-46, p. 277. – La lettre du pape Urbain II à Bérenger (1095), prouve qu’en expulsant cet abbé, Otbert agissait au nom de Henri IV, éd. Reusens, A.H.E.B., t. xxv, 1895, n°4, p. 151-152.

47 « ut persistèrent tuende veritati » Cant., ch. 70, p. 157-159.

48 Cauchie n’insiste pas sur ces événements (t. II, p. 19-20).

49 A. Becker, Papst Urban II., t. i, 1964, p. 33-41, 191-192, 194.

50 Cant., ch. 70, p. 160-163.

51 Becker, op. cit., t. i, p. 125-132.

52 Meyer von Knonau, t. iv, p. 377-380.

53 L’un et l’autre avaient été chassés de leur abbaye par Henri de Verdun, en dépit de l’opposition du roi. Ci-dessus, n. 43.

54 Cam., ch. 70, p. 157-158, 160, ch. 81, p. 201.

55 Cantatorium, ch. 26, p. 76-83.

56 L’auteur du Cantatorium — qui écrit au début du xiie s. — raconte que lors du conflit entre Thierry Ier de Saint-Hubert et l’archidiacre Boson (1074-1075), une sentence synodale aurait proclamé ; « Romane ecclesie proprium esse de omnibus judicare, nulli vero licere de ejus judiciis retractare » (Cant., ch. 26, p. 80). Or cette formule remarquable rappelle singulièrement le § 18 des Dictatus papae ; « Quod sententia illius a nullo debeat retractari, et ipse omnium solus retractare possit » (K. Aland, Quellen zur Geschichte des Papsttums, t. i, 6e éd., 1967, n° 547, p. 282). Les Dict, papae furent insérés dans le Registre de Grégoire VII au mois de mars 1075. Nous ne croyons pas que la sentence synodale ait été prononcée telle que la rapporte le chroniqueur. Il est plus vraisemblable qu’à l’époque où ce dernier rédigeait son œuvre, l’abbaye ardennaise possédait un exemplaire du texte pontifical rapporté peut-être par Thierry Ier — ami personnel de Grégoire VII — d’un de ses voyages en Italie. Le dernier séjour de l’abbé de Saint-Hubert à Rome date de 1077. – Voir aussi De Smet, Recherches critiques sur la Vita Gerardi, p. 25 et n. 1.

57 Deux exemplaires de la même collection auraient également été transcrits à l’abbaye liégeoise de Saint-Laurent, peu après 1100, probablement sous l’abbé Bérenger, ancien moine hubertin. La collection vient d’être republiée de J.T. Gilchrist, Diversorum patrum sententie, Vatican, 1973 (Monumenta Juris Canonici). Cfr G. Fransen, Auteur de la collection en 74 titres, Revue de droit canonique, t. xxv, 1975, p. 61-73, où l’auteur analyse un abrégé de la collection, sans doute rédigé à Saint-Hubert au xiie s., d’après le manuscrit de la fin du xie s. et Un manuscrit de Saint-Hubert en Ardenne à la Bibliothèque nationale de Florence, Revue bénédictine, t. lxxxvii, 1977, p. 194-196. – Voir aussi R. Kottje, Zum Anteil Kölns an den geistigen Auseinandersetzungen in der Zeit des Investiturstreits und der gregorianischen Kirchenreform, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xli, 1977, p. 49, qui souligne l’importance du diocèse de Liège dans le développement des idées grégoriennes. – Dereine, L’école canonique liégeoise, p. 90.

58 On en trouvera le récit détaillé dans Cauchie, La Querelle, t. ii, ch. I-III. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 204-213.

59 Voir la lettre du pape à Bérenger, éd. Reusens, A.H.E.B., t. xxv, 1895, n°4, p. 151-152, les comm. de Cauchie, t. ii, p. 43 et n. 4 et de J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 109-110. – Cfr R. Somerville, The Council of Clermont (1095)..., Arch. hist, pont., t. xii, 1974, p. 89-90.

60 Cantatorium, ch. 79, p. 197-198. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 50, p. 279. – En fait la réconciliation avec Bérenger fut très profitable à l’évêque.

61 Ibid., ch. 89, p. 220-226.

62 Comme le constate amèrement le chroniqueur de Saint-Hubert ; Cantatorium, ch. 83, p. 208. – Cfr ch. 77, p. 185-186, ch. 78, p. 195-197.

63 La lettre est insérée dans le Cant., ch. 92, p. 237-238. – Sur le caractère assez exceptionnel de ce doc. cfr A. Becker, Urban II. und die deutsche Kirche, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, 1973, p. 252 et n. 25.

64 Cantatorium, ch. 97, p. 250.

65 Meyer von Knonau, t. v, p. 203 sv., 263 sv., 279 sv. – Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 351-352.

66 « filius interea cum facte sibi fidelitaţi ab Otberto ceterisque principibus confideret ». Cantatorium, ch. 97, p. 252. – Constitutions, t. i, n° 80, p. 132 (1106). – Cfr Meyer von Knonau, t. v, p. 287 et n. 17.

67 Cant., ibid.

68 Lambert le Petit, Annales, éd. Alexandre, p. 36 (1105). – Translatio trium Virginum Coloniensium, ch. 4, M.G.H., SS., t. xxx, p. 1377. – Libellus de rebellione, dans Ann. Hild., éd. Waitz, p. 56 (1106). – [Ekkehard,] Anonymi Chronica, éd. Schmale-Ott, p. 244.

69 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VI, ch. 15, p. 86.

70 Gaier, Art et organisation militaires, p. 231-234.

71 Ci-dessus, p. 151-152 et n. 232.

72 O.S.L., f° 74 R°.

73 Lettre d’Urbain II à Bérenger, éd. Reusens, A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 4, p. 151 (1095).

74 Le caractère populaire de ce culte est nettement souligné par la Chronique de Sigebert (M.G.H., SS., t. vi, p. 371-372 n.d.).

75 « ab episcopo, qui semper sibi extitit fidelis in omnibus » Libellus de rebellione, dans Ann. Hild., p. 57 (1106). – Sur ce point, le témoignage du Cantatorium, qui est d’ailleurs en contradiction avec lui-même, doit être rejeté (ch. 97, p. 252).

76 Même le chroniqueur de Saint-Hubert juge durement le renversement de Henri IV par son fils ; ibid., ch. 97, p. 250-251.

77 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 51-65.

78 Dans sa lettre à Brunon de Trèves (citée n. 83), le pape Pascal II prie l’archevêque de réconcilier avec l’Église catholique Otbert et tout le clerus et le populus de Liège.

79 Bérenger fut le disciple de Thierry Ier de Saint-Hubert, ami de Grégoire VII. – Chassé par Otbert, Thierry II avait emmené Wired dans son exil « en raison de son ardeur à défendre la foi ». Cantatorium, ch. 36, p. 97, ch. 70, p. 164, ch. 90, p. 227-230. – Cauchie, t. ii, p. 78 n. 4 – Stiennon, Saint-Jacques, p. 109-115 – Ci-dessus, p. 242-244.

80 Voir ci-dessus, p. 151-152.

81 Libellus de rebellions dans Ann. HiId., p. 57-58 (1106). – Ci-dessus, p. 346 n. 229.

82 Chronica regia, éd. Waitz, p. 45 (1106). – Meyer von Knonau, t. vi, p. 25,31. – D semble qu’en renouvelant la sentence d’excommunication d’Otbert, Pascal II ait voulu mieux affirmer ses principes ; à Guastalla, précisément, il avait, une fois de plus, condamné l’investiture laïque. Le pape se comporta de façon similaire avec l’archevêque Brunon de Trèves, qu’il déposa avant de le rétablir dans ses dignités quelques jours plus tard ; Fliche, La Réforme grégorienne et la reconquête chrétienne, p. 339-340 et p. 340 n. 1.

83 Jaffé, Bibl. rer. Germ., t. v, n° 14, p. 508-509. – Notons qu’en 1107 Otbert fut, semble-t-il, suspendu ab officio divino avec tous les évêques de la province de Cologne, pour n’avoir pas participé au concile réuni par le pape à Troyes ; Chronica regia, p. 46 (1107).

84 Anselme de Gembloux, Cont. Gembl., M.G.H., SS., t. vi, p. 376. – Henri V qui avait manifesté l’intention de célébrer la fête de Pâques à Aix, changea d’avis et se rendit à Mayence ; Meyer von Knonau, t. vi, p. 326-327, 329. – Cfr de Moreau, Les derniers temps de la Querelle des investitures, p. 313-314. – Fliche, op. cit., p. 372-373.

85 Chron. rythm., éd. de Clercq, p. 133 n. (M. Evrard, Professeur à l’Université de Liège, prépare une importante étude sur cette source ; il a bien voulu nous dire que, selon lui, le passage concernant la fidélité d’Otbert serait « une interpolation, d’ailleurs presque aussi ancienne que le texte »). – Cfr de Moreau, op. cit., p. 314-316, 346 ; il n’est pas prouvé, comme l’affirme cet auteur, qu’Otbert reconnut l’antipape Grégoire VIII (1118-1121). – Notons que l’abbé Raoul de Saint-Trond se rendit au synode de Fritzlar (28 juillet 1118) au cours duquel le légat pontifical Conon, évêque de Palestrina, renouvela la sentence d’excommunication dirigée contre Henri V. L’auteur précise que Raoul, craignant d’être excommunié et déposé, y participa sans enthousiasme. L’abbé de Saint-Trond ne regagna pas le pays sans grande inquiétude « utpote per medium et ad medium fidelium imperatoris » Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. xi, ch. 2, p. 191-192. – Meyer von Knonau, t. vii, p. 80-81, 88 ; l’archevêque Frédéric de Cologne et l’évêque Godebold d’Utrecht participaient au synode de Fritzlar.

86 Sur Sigebert, voir notamment ; Balau, Les sources, p. 266-303. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 83-85, 95-99. – J. Beumann, Sigebert von Gembloux und der Traktat de învestitura episcoporum, Sigmaringen, 1976.

87 M.G.H., DD., Otto III., n° 45, p. 446 (987). – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 86. – P. Bonenfant, Note critique sur le faux diplôme d’Otton Ier de 947..., B.CR.H., t. xcix, 1935, p. 337-364. – M. de Waha, Sigebert de Gembloux faussaire ?

88 Boutemy, Un grand abbé du xie siècle.

89 Olbert fit l’acquisition de plus de cent divinae scripturae volumina et de cinquante secularis disciplinae llbri ; Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 42, p. 540.

90 Anselme, ch. 70, p. 232 et les corr. de Kurth, B.C.R.H., 4e sér., t. ii, 1875, p. 389.

91 Il est certain que Sigebert fut l’élève d’Olbert ; Beumann, op. cit., p. 7-8. – Sigebert fit également un long séjour à Saint-Vincent de Metz où il exerça les fonctions d’écolâtre. Toutefois, son œuvre polémique est postérieure à son retour à Gembloux qui se place vers 1071-1075 ; Beumann, p. 15.

92 « humane et ecclesiastice scientie studio et religionis fervore insignis ».

93 § 143, éd. Witte, p. 92. – Cfr Sigebert, Gesta abb. Gembl, ch. 27, p. 536.

94 Catalogus, § 142, p. 91-92. – Cfr ci-dessus, p. 241 n. 161, p. 258 n. 272.

95 Ces idées rappellent celles de Wazon, ami d’Olbert.

96 Fournier et Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, p. 364-421.

97 Godescalc, Gesta abb. Gembl., ch. 72, p. 550.

98 Voir le tableau généalogique à l’annexe VI. – Cfr Beumann, op. cit., p. 25-27.

99 Cantatorium, ch. 77, p. 190-191.

100 Ibid., ch. 96, p. 249. – La position de Henri de Montaigu est néanmoins assez floue. On sait qu’il était lié à l’abbaye de Saint-Hubert et à son abbé Wired (Ibid., ch. 93, p. 242). Son neveu Henri le Jeune († 1125) s’opposa à l’élection de Frédéric de Namur au siège épiscopal, en 1119. Cfr ci-dessus, p. 146-147 et n. 197.

101 Catalogus, § 172, p. 104-105 ; c’est également à la demande de Henri de Montaigu que Sigebert écrivit sa Vita Landiberti episcopi (cfr ci-dessus, p. 183-184).

102 Souvenons-nous que l’évêque Herman (1073-1090) était un ancien prévôt de la cathédrale liégeoise.

103 Caspar, Register, t. i, n° IV, 2, p. 293-297.

104 Fliche, La Réforme grégorienne, t. ii, p. 309-316.

105 Caspar, Register, t. ii, n° VIII, 21, p. 544-563. – Cfr Fliche, t. ii, p. 389-413.

106 Comme l’a très bien démontré Beumann, op. cit., p. 31-36, 144-156.

107 Éd. E. Sackur, Libelli, t. ii, p. 436-448.

108 Cfr Fliche, op. cit., t. iii, p. 39-48, 40 n. 1. – Beumann, op. cit., p. 27-29.

109 Fliche, op. cit., t. ii, p. 134-141.

110 Caspar, Register, t. i, n° II, 61, p. 215-216.

111 Sigebert, Apologia, ch. 2, p. 438.

112 Ibid., ch. 7, p. 444-445. – Le point de vue de Sigebert sera adopté par l’antipape Clément III au concile romain de 1089 ; Fliche, op. cit., t. iii, p. 47-48. – Beumann, op. cit., p. 29-31. – Alger, conseiller d’Otbert, admettra pour sa part que le sacrement de l’Eucharistie célébré par un ministre indigne est pleinement valide. Le prêtre seul assume la responsabilité de ses fautes ; Le Bras, Le Liber de misericordia et justicia d’Alger de Liège. – Fournier et Le Bras, Hist, des coll. can., t. ii, p. 340-344. – Brigué, Alger de Liège, p. 162-182. – Haring, A study in the sacramentology of Alger of Liège. – Ci-dessus, p. 243.

113 Sigebert, Apologia, ch. 6, p. 443.

114 Cfr Erdmann, Die Entstehung des Kreuzzugsgedankens, p. 244 sv.

115 Frederico, Corpus documentorum, t. i, n° 10, p. 14-15.

116 Dans sa lettre, le pape l’en félicite.

117 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64.

118 Ibid., p. 72-73. – Sigebert, Chronica, p. 368 (1103). – Annalista Saxo, M.G.H., SS., t. vi, p. 738 (29 juin 1103). – Cfr Cauchie, La Querelle, t. ii, p. 154-163, 178-180, dont nous ne suivons pas la chronologie.

119 Éd. Sackur, Libelli, t. ii, p. 449-464. – Cfr Cauchie, La Querelle, t. ii, p. 163-178. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 95-99. – Ci-dessus, p. 204 n. 496.

120 « Omnibus bonae voluntatis hominibus Leodicensis ecclesia veritatem fidei et catholicam unittem inconcusse tenens ».

121 Sigebert, Epistola, ch. 9, p. 460 et passim.

122 Ibid., ch. 5, p. 456.

123 « Nihil modo pro imperatore nostro dicimus. Sed hoc dicimus, quod etiamsi talis esset, tamen eum principali nobis pateremur ; quia, ut talis nobis principetur, peccando meremur ». Ibid., ch. 9, p. 461.

124 Ibid., ch. 5, p. 457, ch. 7, p. 459. – C’est également sous l’impulsion de Henri de Montaigu que Sigebert écrivit ses lettres au clergé de Trèves relatives au jeûne des quatre-temps (E. Martène et U. Durand, Thesaurus novus anecdotorum, t. i, 1717, col. 292-309). L’Église impériale liégeoise continuait de suivre, sur ce point, les usages adoptés par l’évêque Wazon et l’abbé Olbert de Gembloux et n’entendait pas tenir compte des recommandations de Grégoire VII. Ces lettres font donc partie du dossier de la querelle liturgique qui opposa les « grégoriens » aux « impérialistes ». Cfr Balau, Les sources, p. 272-274 et surtout Amiet, Die liturgische Gesetzgebung der deutschen Reichskirche, p. 253-254, 278-281.

125 Éd. E. Bernheim, Libelli, t. ii, p. 495-504 et Krimm-Beumann, Der Traktat « De învestitura episcoporum », p. 66-83. – Cfr Beumann, op. cit., p. 91-143. – J. Zieze, Historische Beweisführung in Streitschriften des Investiturstreites, Mûnich, 1972, p. 96-224, 226-231. – Ci-dessus, p. 112 n. 10.

126 Ann. Bland., éd. Grierson, p. 35 (1109). – Meyer von Knonau, t. vi, p. 93. – Le Tractatus est daté de 1109 « quando ultimum pascha fuit ». Henri V s’était rendu à Liège pour célébrer la fête de Pâques (25°avril).

127 Meyer von Knonau, t. vi, p. 105. – Beumann, op. cit., p. 93. – Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat, p. 146-150.

128 Beumann, op. cit., p. 94.

129 Tractatus, éd. Bernheim, p. 501 et éd. Krimm-Beumann, p. 77-78. – Fliche, La Réforme grégorienne et la reconquête chrétienne, p. 357, pensait que l’auteur du Tractatus revendiquait « pour l’empereur le droit d’investir l’évêque au spirituel comme au temporel ». Comme l’a bien vu Beumann, p. 138, cette opinion n’est pas exacte. Il n’est pas question d’abandonner à l’empereur l’investiture spirituelle. L’auteur du Tractatus dit simplement qu’en raison de son caractère temporel et spirituel, la crosse est le symbole idéal pour une investiture des régales. Le prélat reçoit la « cura pastoralis... a stola et ab auctoritate sancti Petri ». Il convient donc — comme le fait Beumann, p. 141 — d’établir un rapprochement entre ces principes et ceux de Wazon, qui admettait que l’évêque était uniquement soumis à l’empereur pour les seculares, tandis que l’ecclesiasticus ordo relevait de la papauté (saint Pierre). – Rappelons ici le rôle essentiel de Sigebert de Gembloux dans le développement, en Germanie, de la notion de regalia ; ci-dessus, p. 203-204 et n. 496-497.

130 En outre, selon cet « accord », un évêque non investi par le roi ne pouvait pas être consacré ; c’était reconnaître au souverain un droit de consentement. Constitutiones, t. i, n° 96, p. 144-145. – Fliche, La Réforme grégorienne et la reconquête chrétienne, p. 361-364. – Beumann, op. cit., p. 129-134. – Minninger, op. cit., p. 150-176.

131 Il n’est pas exclu que la lettre de Henri IV à Philippe Ier de France, expédiée de Liège en 1106, soit l’œuvre de Sigebert, voire celle d’Alger, qui remplissait alors des fonctions de secrétaire auprès d’Otbert ; Erdmann, Die Briefe Heinrichs IV., n° 39, p. 52-58. – Cfr Beumann, op. cit., p. 157-159. – Tout laisse supposer que l’élévation des reliques de saint Guibert à Gembloux, à laquelle Otbert procéda le 23 septembre 1110, fut la récompense des nombreux services rendus par Sigebert. Ce dernier, notons-le, tenait beaucoup à cette élévation ; Sigebert, Chronica, p. 372 (1110) – Historia elevationis S. Wicberti, ch. 1-6, M.G.H., SS., t. viii, p. 516-517. – Cfr J. Toussaint, Gembloux. La ville et l’abbaye, Gembloux, 1977, p. 139-142.

132 La réforme monastique lotharingienne se fit sous le contrôle de l’évêque diocésain ; elle fut, pour reprendre le mot de H. Silvestre, « épiscophile » ; Sur une des causes, p. 73-74. – Voir les remarques de Lemarignier, L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne.

133 Voir sur ce point les remarques très pertinentes de Dereine, L’école canonique liégeoise, p. 87-89.

134 « favemus episcopo nostro faventi partibus domini sui imperatoris ». – « Dominus noster episcopus communicat regi et imperatori suo, cui ex regalibus eius acceptis fidelitatem iuravit ». Epistola Leodicensium, ch. 6, p. 457, ch. 7, p. 458.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540