Version classiqueVersion mobile

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Troisième partie. L'esprit

Chapitre premier. L’enseignement

Texte intégral

« Legia nostra [...] flos Galliae tripartitae, et altera Athenae nobiliter liberalium disciplinarum floret studiis, et (quod his praestantius est) egregie pollet ob-servantia divinae religionis, adeo (quod pace eccle-siarum dixerim) ut, quantum ad litterarum studia, nihil de Piatonis expetas academia, quantum vero ad cultum religionis, nihil de Leonis desideres Roma. » Lettre de Gozechin de Mayence (ca 1070), éd. Migne, P.L., t. cxliii, col. 889.

1Réforme religieuse, étude des lettres sacrées et profanes, Église impériale. Trois réalités inextricablement mêlées qui ont chacune atteint, dans le diocèse de Liège, un développement peu commun.

  • 1 Cfr Lotter, Die Vita Brunonis, p. 65-86. – Wollasch, Mönchtum, p. 145-146, 158-161. – Ci-dessus, p (...)

2Nous l’avons déjà dit : la réforme de Gorze qui se répandit dans le diocèse de Liège à partir de l’épiscopat de Richer (920-945), s’appuyait en quelque sorte sur une alliance étroite entre le pouvoir royal, l’épiscopat, le monde monastique et l’étude ; du point de vue politique, ce mouvement prenait place dans le contexte de l’incorporation de la Lotharingie au royaume de l’Est1.

  • 2 Lotter, p. 88-90.
  • 3 Ci-dessus, p. 327-329.
  • 4 Ci-dessus, p. 115, 118-119 et n. 46.

3Sous l’archevêque Brunon de Cologne (953-965), la réforme prit cependant une autre tournure : le frère d’Otton Ier et ses disciples se préoccupèrent avant tout de fonder ou de réorganiser des communautés de chanoines2. Cette politique, dont nous avons tenté plus haut de définir les objectifs3, a marqué de son empreinte les épiscopats d’Éracle et de Notger qui furent précisément formés — le premier certainement et le second vraisemblablement – à l’école de Cologne4. De l’esprit de Gorze, Brunon et ses élèves avaient gardé un intérêt puissant pour la formation intellectuelle des individus.

  • 5 En dehors du fait, bien entendu, que les clercs ont dans leurs attributions naturelles une mission (...)
  • 6 « ille scolas per claustra stabilire curavit ». Anselme, ch. 24, p. 201-202. – Ci-dessus, p. 118 n (...)
  • 7 Anselme, ch. 28-29, p. 205.

4Nous touchons ici du doigt les circonstances immédiates5 qui présidèrent à l’éclosion des écoles liégeoises, réorganisées par Éracle6 et développées par Notger7.

  • 8 Adalbold est l’auteur d’une Vita Heinrici II. imperatoris que l’on considère comme un témoignage r (...)
  • 9 Certains élèves de Notger furent des maîtres réputés : Durand enseigna à Bamberg, Wazon à Liège, O (...)

5Vers 1050, le chanoine Anselme dressait le bilan de l’enseignement liégeois de l’époque notgérienne : il est impressionnant. Notger, écrivait-il, travaillant ad honorem aecclesiae suae, ne forma pas seulement des hommes issus de la noblesse du diocèse et de la familia de l’église ; il reçut également à son école des étrangers qui lui étaient confiés par leurs parents ou par certains évêques. Son but ? En faire des idonei redores animarum. Le nombre des prélats qui furent formés par l’enseignement liégeois sous Notger en est la preuve la plus éclatante : Gunter de Salzbourg, Rothard et Erluin de Cambrai, Heimon de Verdun, Hézelon de Toul, Adalbold d’Utrecht8, Durand de Liège et, surtout, Wazon9.

  • 10 Brunon avait organisé un véritable centre de formation d’évêques : Fleckenstein, Die Hofkapelle, t (...)
  • 11 Erdmann et N. Fickermann, Briefsammlungen der Zeit Heinrich IV., Weimar, 1950, n° 36, p. 234-235 ( (...)

6Au vrai, l’école de Notger rappelle beaucoup trop celle de Brunon de Cologne pour qu’il puisse être question d’une sorte de hasard10. À l’instar du frère d’Otton Ier, Notger aurait donc voulu créer à Liège un centre de formation pour l’épiscopat de l’Empire. Entre les écoles liégeoises et le système de l’Église impériale les rapports seraient donc particulièrement étroits. Il est probable même que l’enseignement liégeois continua longtemps de jouer le rôle que Notger lui avait assigné. Vers 1070, l’évêque de Bamberg, qui n’a pas oublié que Durand de Liège avait jeté dans l’évêché franconien « les fondements de la religion », confie à son collègue liégeois la formation d’un de ses clercs11.

  • 12 Parmi les nombreux travaux consacrés au sujet voir notamment : Kurth, Notger, t. i, p. 251-299 (re (...)

7Il sort du cadre de ce livre d’étudier dans le détail ce que fut l’enseignement sur les bords de la Meuse aux xie et xiie siècles12. Il est nécessaire cependant d’émettre à son propos quelques remarques indispensables à la compréhension de notre sujet.

  • 13 Cfr Stiennon, dans La Wallonie..., t. i, p. 82-83, 95.
  • 14 La dynastie ottonienne s’est efforcée de maintenir sous son influence la métropole rémoise dont l’ (...)

8Nous sommes de ceux qui pensent que l’« enseignement dans cette terre d’Empire qu’est le pays mosan, a ses sources vives en France »13 et notamment dans les écoles de Reims14 et de Chartres.

  • 15 Il fut notamment un mathématicien de renom. On a conservé une lettre de l’écolâtre Adalbold de Liè (...)
  • 16 Cfr Fr. Weigle, Die Briefsammlung Gerberts von Reims, 1966, n° 49, p. 78-79, n° 59, p. 90-91, n° 1 (...)
  • 17 À la mort d’Otton II, Henri le Querelleur avait voulu s’emparer du trône : J. Fleckenstein, dans G (...)
  • 18 Cfr Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 93-95. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p (...)

9Un des hommes les plus savants de son temps15, l’écolâtre de Reims Gerbert d’Aurillac – le futur pape Silvestre II (999-1003) – était un ami de l’évêque Notger16 et un vieux partisan de la dynastie ottonienne. On n’ignore pas que l’archevêque Adalbéron de Reims (969-989), son conseiller Gerbert et Notger ont joué un rôle important dans l’établissement sur le trône de Germanie du jeune Otton III (983-1002)17. Archevêque de Reims (991), membre de la chapelle impériale (997) puis archevêque de Ravenne (998), le savant Gerbert devint finalement, par la volonté impériale, le successeur de Pierre18.

  • 19 Il était apparenté à l’évêque de Liège Baldéric II (1008-1018) comme le prouve une lettre de l’arc (...)
  • 20 Son éducation avait été confiée à son parent l’archevêque Adalbéron (969-989) dont Gerbert fut le (...)
  • 21 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, dist. II, ch. 16, éd. Strange, t. i, p. 84-85 (écrit (...)
  • 22 Le 20 octobre 1975, M. F. Rousseau nous écrivait : Reims « fut dans le haut moyen âge, jusqu’au xi (...)

10L’évêque de Cambrai Gérard de Florennes (1012-1051), – provenant donc du diocèse de Liège19, – avait étudié à Reims20. C’est dans la métropole française, également, que l’archidiacre et prévôt de Liège Philippe de Heinsberg — archevêque de Cologne en 1167 – fit une partie de ses études21. En réalité, les liens entre le pays mosan et la province ecclésiastique rémoise furent, aux xie et xiie siècles, extrêmement nombreux. Il n’y aurait, sur ce point, aucune difficulté à multiplier les exemples22.

  • 23 F. Behrends, The letters of Fulbert, n° 127, p. 228. – H. Silvestre, Notice sur Adelman de Liège.
  • 24 Olbert étudia également à Saint-Germain-des-Prés et à Troyes. Cfr Boutemy, Un grand abbé du xiesiè (...)

11L’élève de Gerbert d’Aurillac, Fulbert de Chartres (1006-1028) fut à son tour le maître de plusieurs Liégeois : Adelman, écolâtre de Saint-Lambert, séjourna à Chartres entre 1025 et 102823, de même que l’abbé Olbert de Gembloux et de Saint-Jacques († 1048), élève de Hériger de Lobbes, ami intime de Wazon, maître de Sigebert de Gembloux († 1112)24.

  • 25 « cum studio Leodicensi » Fundatio ecclesiae Hildensemensis, ch. 4, M.G.H., SS., t. xxx, p. 945. L (...)

12Dès l’aube du xie siècle, la réputation des écoles liégeoises est solidement assise et le souverain lui-même paraît conscient de leur importance et de leur utilité : selon un texte rédigé vers 1080, l’empereur Henri II (1002-1024) aurait souhaité que, dans le domaine des études, l’évêché de Bamberg, qu’il venait de fonder (1007), atteigne le niveau de Liège25.

  • 26 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 70, p. 93-94 (1155-1180). Sur la juridiction de l’écolâtre : Delhaye, (...)
  • 27 Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 264-265 et ci-dessus n. 8, 15. – Adalbold fut également notaire à la c (...)
  • 28 Choisi comme écolâtre par Notger, donc avant 1008 : Anselme, ch. 40, p. 210-211. Devenu doyen en 1 (...)
  • 29 Silvestre, Notice sur Adelman et B.N., t. xxxiii, 1966, col. 1-8.
  • 30 Nous ne considérons pas Gozechin comme écolâtre de la cathédrale. Dans la charte de 1044 que l’on (...)
  • 31 Éd. Génicot, R.H.E., t. iix, 1964, n° 1, p. 41-42.
  • 32 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. II, ch. 5, p. 26-27. – Il fut prévôt de Notre-Dame de Maastricht : F (...)
  • 33 Éd. A.J.E.M. Smeur, Bruxelles, 1968 – Cfr Balau, p. 174-175. – Halleux, Les géomètres mosans, p. 5 (...)
  • 34 Cosme de Prague, Chronica Boemorum, éd. Bretholz, p. 237 (1125). – Hubald de Liège, élève de Notge (...)

13Le chapitre cathédral Saint-Lambert était, en quelque sorte, la clef de voûte de l’enseignement liégeois. La liste des écolâtres de la grande église — responsables de l’instruction dans toute l’étendue du diocèse26 — est réellement prestigieuse : Adalbold, bientôt évêque d’Utrecht (1010-1026), correspondant du pape Silvestre II27, Wazon, évêque de Liège en 104228, Adelman, – élève de Fulbert, – quittant Liège pour Spire avant de devenir, en 1059, évêque de Brescia (f 1061)29, Francon30, cité comme écolâtre de 106631 à 108332, auteur d’un traité Sur la quadrature du cercle33, maître de Cosme de Prague († 1125)34.

  • 35 J. Stiennon, L’étude des centres intellectuels de la Basse-Lotharingie..., Ann. 33e congrès Féd. a (...)
  • 36 Stavelot-Malmédy, Waulsort-Hastière, Saint-Trond, Saint-Hubert, Gembloux.
  • 37 Ci-dessus, p. 113, 115.
  • 38 Balau, Les sources, p. 121-146. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p. 140-144, t. iii, (...)
  • 39 J. Beumann, Sigebert von Gembloux, p. 7-8.

14Toutefois, la cathédrale n’était pas le seul centre intellectuel du diocèse35. On enseignait aussi dans les collégiales et les abbayes de la Cité, dans les monastères du diocèse36 et en particulier à l’abbaye de Lobbes. L’importance de cet établissement dans la vie intellectuelle du diocèse de Liège ne doit pas être sous-estimée : c’est lui qui forma l’évêque Rathier de Vérone et de Liège, maître d’Éracle37, l’abbé Hériger († 1007), collaborateur de Notger, maître d’Olbert de Gembloux38. De tous les élèves d’Olbert – héritier intellectuel de Lobbes — le plus remarquable fut le moine Sigebert de Gembloux († 1112)39.

  • 40 Ci-dessus, p. 240-242. – Rappelons également la position éminente de l’abbé de Lobbes dans le syno (...)

15Enfin, il convient de répéter qu’au xie siècle, l’abbaye de Lobbes a joué un rôle non négligeable dans le recrutement de l’entourage épiscopal : par ce biais, elle participa sans aucun doute au processus de décision de l’évêque40.

  • 41 Ekkehard, Chronica, éd. Schmale-Ott, p. 334 : « studiis etiam litterarum pre caeteris adprime famo (...)
  • 42 Chronicon rythmicum, éd. de Clerco, p. 136 : à propos de Wazon : « Hic honoret artes et Studium qu (...)

16En 1117, l’abbé Ekkehard d’Aura, dans le diocèse de Wurtzbourg, se plaît à souligner l’importance de Liège comme centre intellectuel41. Au même moment, cependant, un clerc de la cathédrale Saint-Lambert déplore la décadence de l’enseignement sur les bords de la Meuse42. Qu’en fut-il donc dans la réalité ?

  • 43 W.E., n° 1, p. 77, n° 395, p. 526. – Cfr Hausmann, Reichskanzlei und Hofkapelle, p. 181. – G. Desp (...)
  • 44 En tant que tel, il fut prévôt de Saint-Servais de Maastricht (1139-1146) : Deeters, Servatiusstif (...)
  • 45 W.E., n° 150, p. 241. – Cfr H. Wolter, Arnold von Wied, Cologne, 1973, p. 5-6, 14.
  • 46 Ibid. – Hausmann, p. 181.
  • 47 Alger fut le secrétaire d’Otbert. Cfr ci-dessus, p. 243 et n. 171.
  • 48 Moine de Saint-Laurent, Rupert devint abbé de Deutz près de Cologne en 1120 : de Moreau, ibid., p. (...)

17Pendant le premier quart du xiie siècle, Liège s’est encore montrée capable de former des hommes d’envergure : tel Wibald de Stavelot (f 1158) qui vint expressément à Liège suivre l’enseignement de Rupert de Saint-Laurent ou de Deutz (vers 1115)43, tels, peut-être, Arnold de Wied, chancelier de l’Empire en 113844, archevêque de Cologne de 1151 à 115645 ou Anselme, qui deviendra évêque de Havelberg (1129-1155) puis archevêque de Ravenne (1155-1158)46, tel aussi le futur évêque Henri II de Leez. Par ailleurs, Liège possédait toujours des maîtres de grande classe : le canoniste et théologien Alger, dont le Liber de misericordia et justicia sera utilisé par Gratien47, Rupert († 1129) qui fut un des grands théologiens du xiie siècle48.

  • 49 On a considéré l’épiscopat d’Otbert (1091-1119) comme une apogée, tant dans le domaine des arts qu (...)
  • 50 Fait significatif, les successeurs des grands écolâtres du xie s. sont d’obscurs personnages, dont (...)
  • 51 Lejeune, op. cit., p. 132, 152. – Stiennon, dans La Wallonie..., t. i, p. 94.
  • 52 Cfr H. Silvestre, Renier de Saint-Laurent et le déclin des écoles liégeoises au xiie s., Ann. 33e (...)

18Toutefois, considéré dans son ensemble, le xiie siècle, qui connut pourtant des débuts si prometteurs49, fut, pour l’enseignement liégeois, une période de déclin50. Les causes de ce déclin, sans aucun doute, sont multiples. Il est hautement probable que l’ébranlement du système de l’Église impériale pendant la trop longue Querelle des investitures y soit pour quelque chose51. Mais à la racine du mal il y a peut-être aussi, comme l’a très bien souligné H. Silvestre, une carence d’ordre intellectuel : l’incapacité des maîtres liégeois de s’adapter aux formes nouvelles de la pensée et de l’enseignement et, en particulier, à la dialectique, qui connaissait alors, dans les centres d’études français, un énorme succès52.

19Les matières enseignées dans les écoles du diocèse de Liège étaient, conformément à la classification universellement répandue, celles du trivium (grammaire, dialectique, rhétorique) et du quadrivium (arithmétique, géométrie, musique, astronomie). Les sept arts libéraux constituaient donc la base de cet enseignement, sur laquelle venaient se greffer d’autres disciplines et notamment la théologie et le droit.

  • 53 Liège prit la relève d’Aix-la-Chapelle qui fut, aux viiie et ixe s., le grand centre des études ma (...)

20Les branches du quadrivium occupèrent, à Liège, une large place : la Cité de saint Lambert fut, au xie siècle, le principal centre des études mathématiques au nord des Alpes53.

  • 54 Ch. Dereine, L’école canonique liégeoise et la Réforme grégorienne, Ann. 33e congrès Féd. arch. hi (...)
  • 55 H. Fuhrmann, Einfluss und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen, t. i, 1972, p. 52 n. 123 (...)

21Mais c’est un autre aspect de l’enseignement liégeois qui va surtout retenir notre attention. Nous voulons parler de ce puissant courant intellectuel dont Ch. Dereine, dans un article remarquable, a tenté de souligner les contours et auquel il a donné le nom — trop catégorique peut-être — d’« école canonique liégeoise »54. À vrai dire, nous abordons ici un problème extrêmement délicat et un sujet dont l’ampleur et la difficulté, nous le reconnaissons volontiers, sont appréciables. L’existence de cette « école canonique liégeoise » laisse H. Fuhrmann fort sceptique et le même auteur souligne, sur ce point, la part — trop grande selon lui – laissée à l’hypothèse et admet, finalement, que toute la question devrait être revue de très près55. Tel n’est évidemment pas notre objectif.

22Il importe toutefois – afin de dissiper tout malentendu – de bien préciser la position de Ch. Dereine.

  • 56 Fournier et Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, p. 364-421.

23Selon lui, le diocèse de Liège vivait dans l’ambiance des traditions burchardiennes : équilibre entre les pouvoirs du pape et ceux de l’empereur, sauvegarde de la juridiction épiscopale, esprit de modération56. Wazon, Théoduin et Henri de Verdun restèrent fondamentalement attachés aux principes énoncés par l’évêque de Worms et de ces mêmes principes le moine Sigebert de Gembloux se fit le plus ardent défenseur. Mais — et c’est ici que l’on trouverait la clef des contradictions apparentes — Sigebert, à l’inverse de Wazon, ne dut pas combattre les ingérences de l’empereur dans les affaires de l’Église : il dut, avec Otbert, combattre les empiétements du pape sur les droits de l’Empire.

  • 57 Voir ci-dessus, p. 241 n. 161, p. 258 n. 272 et Dereine, L’école canonique, p. 85.

24Précisons cependant que l’on ne croit plus aujourd’hui — comme le pensait encore Ch. Dereine — que Burchard de Worms étudia en Basse-Lotharingie. Néanmoins, nous tenons pour vérités historiques le fait qu’il eut pour collaborateur le moine Olbert de Lobbes — futur abbé de Gembloux et de Saint-Jacques — et que les Decretorum libri XX furent largement utilisés dans le diocèse de Liège57.

25Ceci dit, il est grand temps d’aborder, dans un chapitre qui est le prolongement logique de celui-ci, un des problèmes les plus captivants qui soit : la position de l’église de Liège dans la Querelle des investitures.

Notes

1 Cfr Lotter, Die Vita Brunonis, p. 65-86. – Wollasch, Mönchtum, p. 145-146, 158-161. – Ci-dessus, p. 117-118.

2 Lotter, p. 88-90.

3 Ci-dessus, p. 327-329.

4 Ci-dessus, p. 115, 118-119 et n. 46.

5 En dehors du fait, bien entendu, que les clercs ont dans leurs attributions naturelles une mission d’enseignement : Dereine, art. Chanoines, Dict, d’hist. et de géogr. eccl., t. xii, 1953, col. 371. – Ph. Delhaye, L’organisation scolaire au xiie siècle, Traditio, t. v, 1947, p. 238-252.

6 « ille scolas per claustra stabilire curavit ». Anselme, ch. 24, p. 201-202. – Ci-dessus, p. 118 n. 44.

7 Anselme, ch. 28-29, p. 205.

8 Adalbold est l’auteur d’une Vita Heinrici II. imperatoris que l’on considère comme un témoignage remarquable de l’esprit de l’Église impériale. Cfr Balau, Les sources, p. 149-150. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p. 102. – H. Lippelt, Thietmar von Merseburg, Cologne-Vienne, 1973, p. 184 et n. 33, p. 191-192.

9 Certains élèves de Notger furent des maîtres réputés : Durand enseigna à Bamberg, Wazon à Liège, Otbert réforma le chapitre Notre-Dame d’Aix, Hubald enseigna à Sainte-Geneviève (Paris) et à Prague.

10 Brunon avait organisé un véritable centre de formation d’évêques : Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. II, p. 55-57.

11 Erdmann et N. Fickermann, Briefsammlungen der Zeit Heinrich IV., Weimar, 1950, n° 36, p. 234-235 (1065-1075). – Cfr G. Zimmermann, Sankt Gangolfs Weg von Lothringen nach Bamberg..., Jahrbuch für fränkische Landesforschung, t. xxii, 1962, p. 443-461 qui souligne les rapports étroits qui unissaient les églises de Liège et de Bamberg au xie s. – La réputation de Liège comme centre de formation d’évêques se serait étendue jusqu’en France : l’évêque Odon de Bayeux (1050-1097) envoyait à Liège ses dociles clerici. Or parmi les disciples d’Odon figurent notamment Thomas, archevêque d’York (1070-1100) et Sanson, évêque de Worcester (1096-1112) : Orderic Vital, Historia ecclesiastica, lib. VIII, éd. Chibnall, t. iv, p. 118.

12 Parmi les nombreux travaux consacrés au sujet voir notamment : Kurth, Notger, t. i, p. 251-299 (remarquable vue d’ensemble). – Balau, Les sources, ch. IV-VII et part, aux p. 146-198, 304-307, 339-354. – On trouvera dans les travaux de Kurth et de Balau la bibl. antérieure de laquelle nous retiendrons surtout la thèse d’A. Bittner, Wazo und die Schulen von Lüttich, Breslau, 1879. – Des compléments et des perspectives nouvelles sont apportées par les contributions suivantes : E. Lesne, Les écoles de la fin du VIIIe s. à la fin du XIIe s., Lille, 1940, p. 349-368. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. II, 2e éd., p. 249-305. – H. Sproemberg, dans Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. I, p. 132-152, t. II, p. 715-750, 758-764, t. iii (W. Prevenier), p. 48*-55*, 188* -194*. – J. Stiennon, Les écoles liégeoises au moyen âge, Bull, de l’Association des Amis de l’Université de Liège, n° 1, 1967, p. 11-20. – ID., dans La Wallonie, le pays et les hommes. Lettres-Arts-Culture, t. i, Bruxelles, 1977, p. 77-97 et Les écoles de Liège aux xie et xiie siècles, Liège, 1967. – L’étude de Chr. Renardy, Les écoles liégeoises du ixe au xiie s. : grandes lignes de leur évolution, R.B.P.H., t. lvii, 1979, p. 309-328 nous est parvenue alors que notre livre était sur le marbre.

13 Cfr Stiennon, dans La Wallonie..., t. i, p. 82-83, 95.

14 La dynastie ottonienne s’est efforcée de maintenir sous son influence la métropole rémoise dont l’évêque de Cambrai était suffragant : W. Kienast, Deutschland und Frankreich in der Kaiserzeit, t. i, Stuttgart, 1974, p. 84-85, 87, 100-116, 122-136, 130 n. 311, p. 141-142. – Amiet, Die liturgische Gesetzgebung der deutschen Reichskirche, p. 217 sv. – H. Sproemberg voit également dans cette politique la volonté de dominer un centre intellectuel de premier plan : Die lothringische Politik Ottos des Grossen, p. 163-164.

15 Il fut notamment un mathématicien de renom. On a conservé une lettre de l’écolâtre Adalbold de Liège — le futur évêque d’Utrecht — adressée à Gerbert (Silvestre II) et concernant des questions de mathématiques : B. Pez, Thesaurus anecdotorum, t. iii, 2, 1721, col. 87-92 (999-1003). – Cfr Lesne, Les écoles, p. 278-280. – R. Halleux, Les géomètres mosans des xe et xie siècles, p. 565.

16 Cfr Fr. Weigle, Die Briefsammlung Gerberts von Reims, 1966, n° 49, p. 78-79, n° 59, p. 90-91, n° 159-160, p. 187-189, n° 193, p. 234-235 (985-996). – Sur les rapports entre Notger, Gerbert et Hériger de Lobbes, voir J. Stiennon, Une description peu connue de l’Aquitaine par Hériger de Lobbes.

17 À la mort d’Otton II, Henri le Querelleur avait voulu s’emparer du trône : J. Fleckenstein, dans Gebhardt, t. i, p. 265. – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 71-82, 85, 90-95, 185-186, 264-265, 284. – H. Glaesener, Les rapports du moine Gerbert avec les Ottonides et Notger de Liège, Renue du Nord, t. xxxi, 1949, p. 126-136.

18 Cfr Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 93-95. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p. 294-296, t. ii, p. 419-421, t. iii, p. 87* -88*, 130*-131* (avec bibl.).

19 Il était apparenté à l’évêque de Liège Baldéric II (1008-1018) comme le prouve une lettre de l’archevêque Arnoul de Reims : Cat. cod. hag. Bibl. Reg. Brux., pars I, t. ii. 1889, p. 486.

20 Son éducation avait été confiée à son parent l’archevêque Adalbéron (969-989) dont Gerbert fut le conseiller. Par la suite, Gérard devint chanoine à Reims : Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 1, M.G.H., SS., t. vii, p. 465. – Gonzon de Florennes, Miracula S. Gengulfî, ch. 6, M.G.H., SS., t. xv, 2, p. 792. – Cfr H. Sproemberg et J.M. Duvosquel, Gérard Ia, évêque de Cambrai, B.N., t. xxxv, 1969, col. 287.

21 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, dist. II, ch. 16, éd. Strange, t. i, p. 84-85 (écrit ca 1220).

22 Le 20 octobre 1975, M. F. Rousseau nous écrivait : Reims « fut dans le haut moyen âge, jusqu’au xiiie siècle, la ville française qui eut le plus de rapports avec les pays d’Empire et spécialement la Lotharingie. L’heure de Paris ne sonnera pas avant le xiiie siècle. Du moins, ce sont les conclusions auxquelles je crois être parvenu ». – Sur la question : Rousseau, La Meuse, p. 175-177. – J. Lejeune, À propos de l’art mosan et des ivoires liégeois, Anciens Pays et Assemblées d’États, t. viii, 1955, p. 149-153 (relations entre les diocèses de Liège, Reims et Laon). – Les abbayes rémoises de Saint-Remy, Saint-Nicaise et Notre-Dame de Mouzon possédaient de nombreux biens dans le diocèse de Liège : F. Poirier-Coutansais, Gallia monastica, t. i, Les abbayes bénédictines du diocèse de Reims, Paris, 1974, p. 57-58, 249, 321 et les cartes 1, 3,11-13. Cfr nos remarques dans M.A., t. lxxxi, 1975, p. 129-134. – Pendant le schisme de 1159-1177, c’est à l’archevêque de Reims Henri (1162-1175) que le pape Alexandre III confie les « affaires liégeoises » : Kupper, Raoul de Zähringen, p. 56 sv. – La province ecclésiastique de Reims était parfois une terre de refuge pour certains ecclésiastiques liégeois : Lambert le Jeune, moine de Saint-Hubert (Cantatorium, ch. 8, p. 23-24, ch. 45-47, p. 113-118 [1082]), Bérenger de Saint-Laurent (ibid., ch. 70, p. 159 [1092]), l’évêque Albert de Louvain (1192). – L’évêque de Liège tenait en fief de l’archevêque de Reims un important territoire situé près de Bouillon : Kupper, Raoul, p. 61 et n. 50. – Ch. Zoller-Devroey, Féodalité et économie rurale dans les Ardennes médiévales : le fief de Bouillon en Sedanais, dans Centenaire du Sém. d’hist. méd. de l’U.L.B., Bruxelles, 1977, p. 21-57.

23 F. Behrends, The letters of Fulbert, n° 127, p. 228. – H. Silvestre, Notice sur Adelman de Liège.

24 Olbert étudia également à Saint-Germain-des-Prés et à Troyes. Cfr Boutemy, Un grand abbé du xie siècle. – Sur d’autres élèves liégeois de Fulbert, cfr Lesne, Les écoles, p. 153, 155, 157-158, 355-356. – Nous pourrions citer de nombreux exemples de rapports intellectuels entre Liège et la France : originaire de Reims, l’archevêque Mauri-lius de Rouen (1055-1067) avait étudié à Liège : Orderic Vital, lib. IV, éd. Chibnall, t. ii, p. 198. – Au tournant des xie et xiie s., la réputation des maîtres de Gembloux s’étendait jusque dans les abbayes françaises : Godescalc, Gesta abb. Gembl., ch. 74, M.G.H., SS., t. viii, p. 551. – L’abbé Francon de Lobbes (1149-1159) étudia lasacrarum lectio scripturarum à Laon (1108-1129) où enseignaient les théologiens Anselme (t 1117) et Raoul († 1133) : Gesta abb. Lobb., ch. 26, M.G.H., SS., t. xxi, p. 330. – Cfr Lesne, op. cit., p. 304,364. – Sur les rapports intellectuels entre Liège et Laon au début du xiie s., voir H. Silvestre, Notes sur la controverse de Rupert de Saint-Laurent avec Anselme de Laon..., dans Saint-Laurent de Liège, 1968, p. 63-80.

25 « cum studio Leodicensi » Fundatio ecclesiae Hildensemensis, ch. 4, M.G.H., SS., t. xxx, p. 945. L’auteur de ce texte s’appuie sur une tradition (referunt) répandue à Hildesheim, où Henri II avait détenu un canonicat royal (Fleckenstein, Rex canonicus, p. 64-65 et Die Hofkapelle, t. ii, p. 230). Ces affirmations gagnent en solidité lorsqu’on se souvient que Durand, élève de Notger, enseigna précisément à Bamberg : Anselme, ch. 29, p. 205.

26 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 70, p. 93-94 (1155-1180). Sur la juridiction de l’écolâtre : Delhaye, L’organisation scolaire, p. 253 sv.

27 Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 264-265 et ci-dessus n. 8, 15. – Adalbold fut également notaire à la chapelle royale : Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 101, 159.

28 Choisi comme écolâtre par Notger, donc avant 1008 : Anselme, ch. 40, p. 210-211. Devenu doyen en 1013, Wazon fut maintenu dans ses fonctions d’écolâtre. Mais au moment du conflit avec le prévôt Jean — soit en 1025-1029 – il ne dirigeait plus l’école de la cathédrale : ibid., ch. 41, p. 215.

29 Silvestre, Notice sur Adelman et B.N., t. xxxiii, 1966, col. 1-8.

30 Nous ne considérons pas Gozechin comme écolâtre de la cathédrale. Dans la charte de 1044 que l’on invoque toujours à ce propos, Gozechin apparaît comme écolâtre de Saint-Barthélemy : B.U.Lg, ms. 1972, f° 21 V°. – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 303 (1044 et 1046, doc. suspects). – Gozechin de Saint-Barthélemy poursuivit sa carrière à Mayence où il devint écolâtre (t ca 1080) : Balau, Les sources, p. 172-174. – Watten-bach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p. 203, t. ii, p. 443-444, 719-720.

31 Éd. Génicot, R.H.E., t. iix, 1964, n° 1, p. 41-42.

32 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. II, ch. 5, p. 26-27. – Il fut prévôt de Notre-Dame de Maastricht : Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 3, p. 6 (1148).

33 Éd. A.J.E.M. Smeur, Bruxelles, 1968 – Cfr Balau, p. 174-175. – Halleux, Les géomètres mosans, p. 565.

34 Cosme de Prague, Chronica Boemorum, éd. Bretholz, p. 237 (1125). – Hubald de Liège, élève de Notger, avait enseigné à Prague (ci-dessus, n. 9). – L’évêque Herman de Prague (1099-1122) était originaire de Maastricht : Cosme, p. 221 (1122).

35 J. Stiennon, L’étude des centres intellectuels de la Basse-Lotharingie..., Ann. 33e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Tournai, 1949. t. ii, 1951, p. 124-145.-Rousseau, La Meuse, p. 147 sv., 172 sv.

36 Stavelot-Malmédy, Waulsort-Hastière, Saint-Trond, Saint-Hubert, Gembloux.

37 Ci-dessus, p. 113, 115.

38 Balau, Les sources, p. 121-146. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p. 140-144, t. iii, p. 51 * – 52 *. – Ci-dessus, n. 16. – Boutemy, Un grand abbé, p. 46-47.

39 J. Beumann, Sigebert von Gembloux, p. 7-8.

40 Ci-dessus, p. 240-242. – Rappelons également la position éminente de l’abbé de Lobbes dans le synode épiscopal liégeois : ci-dessus, p. 270.

41 Ekkehard, Chronica, éd. Schmale-Ott, p. 334 : « studiis etiam litterarum pre caeteris adprime famosa ».

42 Chronicon rythmicum, éd. de Clerco, p. 136 : à propos de Wazon : « Hic honoret artes et Studium quod hodie damnat Leodium ».

43 W.E., n° 1, p. 77, n° 395, p. 526. – Cfr Hausmann, Reichskanzlei und Hofkapelle, p. 181. – G. Despy, Wibald de Stavelot, B.N., t. xxx, 1958, col. 814.

44 En tant que tel, il fut prévôt de Saint-Servais de Maastricht (1139-1146) : Deeters, Servatiusstift, p. 58, 122.

45 W.E., n° 150, p. 241. – Cfr H. Wolter, Arnold von Wied, Cologne, 1973, p. 5-6, 14.

46 Ibid. – Hausmann, p. 181.

47 Alger fut le secrétaire d’Otbert. Cfr ci-dessus, p. 243 et n. 171.

48 Moine de Saint-Laurent, Rupert devint abbé de Deutz près de Cologne en 1120 : de Moreau, ibid., p. 263-268. – M. Bernards, dans L.Th.K., t. ix, 1964, col. 104-106. — Silvestre, Notes sur la controverse de Rupert de Saint-Laurent. – van Engen, Rupert von Deutz. – Vers 1110, le chanoine Meingot d’Utrecht considère l’église liégeoise comme un des plus importants centres de l’Empire in sacris scripturis : Muller et Bouman, Oorkondenboek, t. i, n° 268, p. 249-250. – Trente ans plus tard, un Irlandais venu étudier sur le continent ne manque pas de passer par Liège « famosa beatissimi martyris Lamberti urbs » Vita Mochullei, M.G.H., SS., t. xx, p. 512.

49 On a considéré l’épiscopat d’Otbert (1091-1119) comme une apogée, tant dans le domaine des arts que dans celui des lettres. Notons que les fonts baptismaux de Notre-Dame à Liège, ce pur chef-d’œuvre de l’art du laiton au moyen âge, datent de 1137-1118. Cfr Lejeune, À propos de l’art mosan et des ivoires liégeois, p. 132-138. – Sur les fonts, voir not. le catalogue Rhin-Meuse, 1972, p. 238-239 (avec bibl.).

50 Fait significatif, les successeurs des grands écolâtres du xie s. sont d’obscurs personnages, dont nous ne connaissons pratiquement que le nom. On ne sait rien de l’activité intellectuelle des écolâtres Étienne (1112-1121), Steppon (1124), Baudouin (1144-1178), Walter (1188-1197) et Lambert (1199) : Arch. Dép. Des Ardennes, H. 205, Cart, de Signy, f° 30 R° (1188). – de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 444-461.

51 Lejeune, op. cit., p. 132, 152. – Stiennon, dans La Wallonie..., t. i, p. 94.

52 Cfr H. Silvestre, Renier de Saint-Laurent et le déclin des écoles liégeoises au xiie s., Ann. 33e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Tournai, 1949, t. ii, 1951, p. 112-123 et Notes sur la controverse de Rupert de Saint-Laurent, p. 67 : Rupert ne concevait pas que l’on pût appliquer un traitement dialectique aux textes sacrés.

53 Liège prit la relève d’Aix-la-Chapelle qui fut, aux viiie et ixe s., le grand centre des études mathématiques de l’Empire : P.L. Butzer, Die Mathematiker des Aachen-Liitti-cher Raumes..., Ann. des hist. Vereins für den Niederrhein, t. clxxviii, 1976, p. 7-30. – Adalbold d’Utrecht et Wazon se penchèrent sur des questions de mathématiques : Tannery et Clerval, Une correspondance d’écolâtres, p. 522, 531 (ca 1020). – Francon de Liège, De Quadratura circuli, éd. Smeur, p. 42. – Ci-dessus, n. 15. – C’est un chanoine de Saint-Lambert devenu moine à Cluny avant 1088, Hézelon, qui fut l’architecte de Cluny III, mettant sans doute à profit les connaissances mathématiques qu’il avait acquises à Liège. Cfr J. Stiennon, Hézelon de Liège, architecte de Cluny III. –Halleux, Les géomètres mosans des xe et xie siècles.

54 Ch. Dereine, L’école canonique liégeoise et la Réforme grégorienne, Ann. 33e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Tournai, 1949, t. ii, 1951, p. 79-94.

55 H. Fuhrmann, Einfluss und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen, t. i, 1972, p. 52 n. 123, t. ii, 1973, p. 462-466 et n. 102, p. 614 et Das Reformpapsttum und die Rechtswissenschaft, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, 1973, p. 189.

56 Fournier et Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, p. 364-421.

57 Voir ci-dessus, p. 241 n. 161, p. 258 n. 272 et Dereine, L’école canonique, p. 85.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search