Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Deuxième partie. Le clergé

Chapitre II. Les abbayes

Texte intégral

1Pour nous qui cherchons à faire œuvre de synthèse, la politique des évêques de Liège vis-à-vis des abbayes du diocèse, est un problème très complexe.

2Cela tient essentiellement à l’ampleur de la matière : il y aurait tout un livre à écrire sur la question. En ce qui nous concerne, nous chercherons surtout à indiquer quelques directions pour les recherches futures et à proposer l’une ou l’autre solution.

3À cette première difficulté s’ajoutent celles que pose l’interprétation des sources : ces dernières sont le plus souvent désespérément vagues quand elles ne sont pas trompeuses.

4Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que chaque abbaye est une entité, dont la vie est organisée en fonction de certains principes généraux, mais aussi selon des coutumes qui lui sont propres : il est donc dangereux d’admettre que ce qui était vrai ici l’était également là-bas. Aussi bien, l’effort de synthèse rencontre-t-il parfois des obstacles insurmontables.

  • 1 Il arrive que le prélat, dans de simples confirmations, parle comme s’il agissait lui-même alors q (...)

5La dernière difficulté est de comprendre l’attitude de l’évêque. Pourquoi agit-il de telle manière ? Quel objectif vise-t-il ? Son action est-elle réelle ou confirme-t-il simplement l’initiative d’autrui ? La position du chef du diocèse, protecteur naturel de toutes les églises, est toujours ambiguë1.

***

§ 1. L’évêque et l’ordre monastique

6Deux études vraiment remarquables ont tenté d’éclairer la nature des rapports entre l’ordre canonial et l’ordre monastique dans le diocèse de Liège au haut moyen âge.

  • 2 Dereine, Clercs et moines au diocèse de Liège du xe au xiie s.
  • 3 Silvestre, Sur une des causes de la grande expansion de l’ordre canonial dans le diocèse de Liège (...)

7Sans nier l’importance du monachisme des xie et xiie siècles, Ch. Dereine constate néanmoins que cette institution n’est jamais parvenue à reprendre la place qu’elle occupait à l’époque mérovingienne. En général, les prélats liégeois ont accordé leur préférence à Vordo canonicus. Pour s’en convaincre, il suffira de rappeler l’intervention des évêques dans la fondation des sept collégiales liégeoises, sans oublier l’église Notre-Dame de Huy reconstruite par Théoduin2. H. Silvestre expliqua ce phénomène de manière fort simple : les moines, écrit-il, se retranchent du monde et cherchent à vivre en marge de l’Église constituée : ils sont « épiscofuges ». Les clercs, par contre, vivent groupés autour de l’évêque et soutiennent son action : ils sont « épiscopètes » et reçoivent donc l’appui exclusif de l’épiscopat. C’est parce que la mainmise de l’évêque sur les abbayes était moins forte que sur les collégiales que celui-ci préféra les secondes aux premières3.

  • 4 Cfr F. Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent de Liège.
  • 5 « monasterium struere, ubi arcior vita sub beati Benedicti regula duceretur, ut eorum mens qui ibi (...)
  • 6 Dereine, Clercs et moines, p. 199-201, qui relève de nombreux exemples de passage de chanoines à l (...)

8Non pas que les successeurs de saint Lambert aient rejeté le monachisme. À Liège même, ils fondèrent les abbayes de Saint-Laurent4 et de Saint-Jacques. Évoquant la fondation de cette dernière, le chanoine Anselme nous livre une remarque de grand intérêt. L’évêque Baldéric II, écrit-il, considéra que huit églises de chanoines (la cathédrale et les collégiales) suffiraient pour la Cité de Liège. Il jugea préférable de construire une abbaye bénédictine dont les moines, libérés des soucis du siècle, pourraient, mieux que les chanoines, se consacrer à la prière5. À l’instar des collégiales, les abbayes devaient donc, par le chant de l’office divin, attirer sur la Cité la protection divine. Comme l’a judicieusement constaté Ch. Dereine, ces établissements permettaient de surcroît, aux chanoines désireux de passer à l’état monastique, de mener une arctior vita tout en restant, dans une certaine mesure en tout cas, à la disposition de l’évêque6.

  • 7 « Abbates pro humilitate religionis in episcoporum potestate consistant et si quid extra regulam f (...)

9Conformément aux principes énoncés par Burchard de Worms, les évêques entendaient exercer sur toutes les abbayes de leur diocèse une domination qui ne concernait pas seulement les établissements ecclésiastiques du patrimoine de saint Lambert7.

  • 8 S. Benedicti Regula Monachorum, ch. 64, éd. B. Linderbauer, 1922, p. 78. – Cfr I. Baucher, art. Ab (...)
  • 9 Cfr Berlière, op. cit., p. 14-16. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. II, 2e éd., p. 214-228. – (...)

10Ce pouvoir apparaît en pleine lumière lors des élections abbatiales. La Règle de saint Benoît laissait à la congrégation monastique la libre élection de l’abbé, tout en accordant à l’évêque le droit de juger de la qualité du choix8. Tels étaient les principes, telle n’était pas la réalité : dans nos régions, comme ailleurs, ces élections ne furent pas seulement influencées par les évêques, mais aussi par les rois et les princes de la terre9.

  • 10 Ainsi, les abbés de Waulsort et de Saint-Trond, – dont l’abbaye appartenait à l’église de Metz mai (...)

11Tous les abbés du diocèse étaient bénis par l’évêque10 et il va sans dire que cette prérogative multipliait les possibilités d’intervention du prélat.

  • 11 Olbert est conduit à Gembloux par l’abbé Ingobrand de Lobbes et l’archidiacre Godescalc. Les moine (...)
  • 12 Vita Theoderici, ch. 16, p. 45-46. – Cantatorium, ch. 7, p. 19-20. – Thierry II, successeur de Thi (...)
  • 13 Ibid., ch. 35-36, p. 96-98.
  • 14 Ibid., ch. 70, p. 158, 160. – Plus tard, Otbert donnera l’abbaye de Florennes au moine Lambert de (...)
  • 15 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 55 (1197). – Otbert oblige les moines de Saint (...)

12On ne doit pas s’étonner de voir l’évêque Baldéric II, éclairé par une sentence de la cour épiscopale, choisir Olbert comme abbé de Gembloux (1012)11, ou Théoduin, dans un synode, attribuer l’abbaye de Saint-Hubert au moine Thierry de Lobbes (1055)12. En vertu d’une décision synodale, Henri de Verdun invite les moines de Saint-Laurent à élire un abbé et ceux-ci portent leur choix sur leur prieur, Bérenger de Saint-Hubert, qui est précisément le candidat dont l’évêque souhaitait l’élection... (1077)13. Otbert désigne les abbés Gislebert de Florennes et Guirémond de Brogne (1092)14. En 1197 encore, Albert de Cuyck, qui venait de recevoir la démission de l’abbé Gosuin, accorde aux moines de Saint-Jacques le droit d’élire leur supérieur15.

  • 16 « suum esse asserens de domo, dono regali sibi subiecta, tarn intus quam foris disponere ». Gesta (...)
  • 17 Au cours d’un synode réuni par Théoduin (1055) on envisage la possibilité de transformer l’abbaye (...)

13Mais de toutes ces églises, dont il est chef temporel, l’évêque peut affirmer « qu’il a le droit d’en disposer tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, puisqu’elles lui ont été soumises par don royal »16. Au vrai, il exerce parfois sur elles un pouvoir quasi discrétionnaire17.

  • 18 Henri IV s’était emparé de tous les biens que l’église de Metz possédait dans le diocèse de Liège. (...)
  • 19 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. v, ch. 5-7, lib. vi, ch. 1-2, p. 69-73. – Les interventions – parfoi (...)
  • 20 W.E., n° 369-370, p. 497-498 (1152).
  • 21 Historia Walciodorensis monasterii, Cont., ch. 16, M.G.H., SS., t. xiv, p. 538 (1204). Texte écrit (...)

14Beaucoup plus remarquables, par conséquent, sont les interventions de l’évêque dans les abbayes qui ne lui appartiennent pas. Saint-Trond dépendait de Liège au spirituel et de Metz au temporel. En 1099, l’abbaye était sans abbé et l’église messine, en raison des troubles graves qu’elle connaissait alors, se trouvait dans l’incapacité d’intervenir efficacement. Aussi, « les plus sages » de l’église de Liège se jugèrent-ils en droit de pourvoir l’abbaye d’un abbé et de faire consacrer ce dernier. Les moines de Saint-Trond portèrent leur choix sur Thierry que l’évêque conduisit à Aix-la-Chapelle afin qu’il reçoive l’investiture des mains de l’empereur18. De retour à Liège, l’évêque consacra l’élu avant de le ramener à Saint-Trond19. En 1152, l’évêque Henri II de Leez menace son collègue de Metz : puisque l’abbaye de Waulsort vous appartient, lui écrit-il, veillez bien à ce que l’église de Liège, à laquelle revient le droit d’examiner l’élection et de consacrer l’élu, ne supporte aucune atteinte à sa juridiction20. Cinquante ans plus tard, l’évêque Hugues de Pierrepont s’oppose à l’élection de Walcher comme abbé de Waulsort et il l’excommunie. Walcher est néanmoins investi par l’évêque de Metz. Mais Hugues ne capitule pas. Il ordonne aux moines de Waulsort-Hastière, opposés à Walcher, d’élire comme abbé le prévôt Garnier et de conduire ce dernier à Liège pour qu’il soit consacré. L’évêque de Metz cède finalement et reconnaît Garnier21.

15De la domination qu’il exerce sur les abbayes de son diocèse, l’évêque est particulièrement jaloux.

  • 22 Le synode donna raison à l’évêque de Liège : Gesta episc. Cam., lib. iii, ch. 35, M.G.H., SS., t. (...)

16En 1023, au cours d’un synode provincial réuni à Aix-la-Chapelle à l’occasion d’une diète impériale, une altercatio non parva éclate entre l’archevêque de Cologne et son suffragant de Liège, Durand. Chacun prétendait que le monastère de Burtscheid, près d’Aix, se trouvait placé sous sa juridiction22.

  • 23 Cfr H. Dauphin, Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne..., Louvain-Paris, 1946, p. 200, 202-2 (...)
  • 24 Vita Theoderici, ch. 10, p. 42-43. – Cfr Dauphin, p. 197-200.
  • 25 Hugues de Flavigny, Chronicon, lib. ii, ch. 25, M.G.H., SS., t. viii, p. 398 (cet auteur, qui écri (...)
  • 26 Hugues et Étienne, qu’il installa respectivement à Lobbes et à Saint-Laurent, étaient des disciple (...)
  • 27 Comme l’ont très justement souligné Sackur, Die Cluniacenser, t. ii, 1894, p. 175-176, 458-459, Te (...)

17L’évêque Réginard (1025-1037) semble s’acharner contre le réformateur Richard de Saint-Vanne († 1046)23. En 1032, il lui fait comprendre qu’il doit renoncer à l’abbaye de Lobbes, mais le remplace par un « richardien », Hugues24. Réginard agit de façon semblable à Saint-Laurent. L’abbé de Saint-Vanne avait été placé à la tête de l’abbaye liégeoise par Wolbodon. Or le bruit se répand que Richard est mort en Terre Sainte. Aussitôt l’évêque donne l’abbaye à Étienne. À son retour, l’abbé de Verdun reçoit l’abdication d’Étienne mais lui restitue immédiatement la dignité (1026-1027)25. Réginard, pourtant, n’était pas un adversaire de la réforme monastique26. Il s’inquiétait seulement de voir ses abbayes placées sous la tutelle d’un abbé étranger et ne cherchait qu’à maintenir dans toute sa plénitude la juridiction qu’il exerçait sur ces monastères qui, du reste, appartenaient à la « terre » de l’église de Liège27.

  • 28 Voir le récit du Cantatorium, ch. 25-26, p. 74-83 où le texte de la bulle du 29 avril 1074 est rep (...)
  • 29 Caspar, Das Register Gregors VIL, t. I, n° il, 61, p. 216 (23 mars 1075).
  • 30 Sur ce point : J.F. Lemarignier, L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne, (...)
  • 31 Lemarignier, p. 289, constate précisément un net progrès de l’exemption monastique aux alentours d (...)

18Lorsqu’à l’initiative de son abbé Thierry Ier, Saint-Hubert reçut du pape Grégoire VII un privilège qui la plaçait sous la tutela et la defensio du Saint-Siège, la réaction de l’église liégeoise fut brutale : l’archidiacre Boson accusa l’abbé Thierry d’« avoir livré l’abbaye de Saint-Hubert au pontife romain » et de 1’« avoir soustraite à la juridiction de sainte Marie et de saint Lambert »28. Grégoire VII se crut obligé d’écrire personnellement à Théoduin afin qu’il cesse d’importuner à ce propos le chef du monastère ardennais29. Saint-Hubert n’avait évidemment pas reçu un privilège d’exemption totale qui l’aurait complètement libéré, au profit de la papauté, du pouvoir temporel et spirituel de l’évêque30. L’abbé Thierry, et Grégoire VII lui-même, affirmèrent que nulle atteinte n’avait été portée aux droits de l’église de Liège. Effectivement, la bulle pontificale ne mentionne aucune réduction des droits de l’évêque. Néanmoins, le chef du diocèse et son entourage ont pressenti le danger que comportaient les privilèges de ce type qui scellaient, au détriment de l’autorité épiscopale, une alliance étroite entre le monde monastique et la papauté31.

  • 32 Éd. Comte de Limminghe, Chronique de Paul de Croonendael, t. ii, Bruxelles, 1879, n° 4, p. 617. – (...)
  • 33 Toute cette question a été mise en lumière par le bel article de J.M. De Smet, Recherches critique (...)

19Le conflit entre Boson et Thierry de Saint-Hubert doit être mis en parallèle avec le travail de falsification auquel s’adonnèrent, à la même époque, les moines de Brogne. C’est sous l’épiscopat de Théoduin, en effet, que fut fabriquée dans cette abbaye une fausse bulle du pape Etienne VII qui plaçait la communauté sous la defensio pontificale et lui accordait le privilège de l’immunitas vis-à-vis de l’évêque, du comte (de Namur) et de l’avoué32. En vue d’étayer ce faux, les moines rédigèrent une Vita Gerardi abbatis Broniensis, œuvre de propagande qui justifiait, évidemment, l’obtention de la bulle d’Étienne VII33.

  • 34 Pour le détail de ces événements sur lesquels nous n’avons pas à insister, voir le Cantatorium, ch (...)
  • 35 Comme l’ont souligné, avec pertinence nous semble-t-il, A. Despy-Meyer et P.P. Dupont, Monasticon (...)
  • 36 Cantatorium, ch. 90, p. 234 1. 30. – Cfr ci-dessus, p. 355 n. 17.

20À Brogne et à Saint-Hubert, la volonté est identique : échapper à la tutelle épiscopale qui leur paraît trop lourde. Dans ce combat, mieux vaut avoir le pape pour allié. Il n’y a rien d’étonnant, dès lors, à ce que le conflit entre les abbayes et leur évêque ait connu sous Otbert une intensité exceptionnelle. La lutte entre ce prélat « impérialiste » et l’abbaye « grégorienne » de Saint-Hubert ne fut pas seulement un épisode dramatique de la Querelle des investitures dans le diocèse de Liège34, mais aussi une tentative pour secouer la domination de l’église liégeoise35. Le choc ne pouvait qu’en être plus rude. Très significatif à ce point de vue, le projet, conçu un instant par Otbert, de transformer l’abbaye ardennaise en chapitre de chanoines36. Sans aucun doute, le soutien que l’ordre canonial apportait au pouvoir de l’évêque était loin d’être un mythe.

  • 37 Cantatorium, ch. 70, p. 163.
  • 38 Voir ci-dessus, p. 272 n. 355.
  • 39 Tel l’abbé Wiric de Saint-Trond (1155-1180) qui, pourtant, ne dépendait de l’évêque de Liège que d (...)

21« Épiscofuges », sans doute, mais bien précieux tout de même, ces monastères au riche potentiel intellectuel, ces domaines d’Église sur lesquels pèse le servitium épiscopal37, ces abbés qui participent aux assemblées synodales38 et qui, bon gré mal gré, suivent l’évêque aux diètes impériales, voire dans les campagnes militaires que l’héritier des Césars lance sur l’Italie39.

22S’il a préféré les chanoines, le prélat n’en a pas moins considéré les moines comme un des piliers de sa puissance.

§ 2. Les réformes monastiques et les ordres nouveaux

Saint-Vanne

  • 40 Ci-dessus, p. 117-119.
  • 41 Cfr Dauphii., Le bienheureux Richard.

23Nous avons déjà souligné l’intérêt que les évêques de Liège du xe siècle avaient montré pour la réforme de Gorze40. Ils devaient accueillir avec autant d’empressement la seconde réforme issue de la Haute-Lotharingie : celle de l’abbé Richard de Saint-Vanne à Verdun (1004-1046)41.

  • 42 Par le respect dont elle entourait la juridiction épiscopale, la réforme richardienne se distingua (...)
  • 43 Cfr E. Sabbe, Notes sur la réforme de Richard de Saint-Vannes dans les Pays-Bas, R.B.P.H., t. vii, (...)

24Cette réforme n’avait rien pour déplaire à l’évêque : fondée sur des principes d’ordre et d’obéissance elle était susceptible de rendre un nouveau souffle à la vie monastique sans empiéter pour autant sur les droits du prélat42. Par ailleurs, Richard recommandait la pratique des travaux de l’esprit et se montrait favorable au développement de la culture des lettres profanes et sacrées43. Or nous savons déjà l’importance que jouait la formation intellectuelle des individus dans le système de l’Église impériale.

  • 44 Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 34, M.G.H., SS., t. viii, p. 538.
  • 45 Cfr Sackur, Die Cluniacenser, t. ii, p. 174-175. – Dauphin, op. cit., p. 197-214, 228-231.
  • 46 Wolbodon agit de concert avec l’évêque Gérard de Cambrai : Gesta episc. Camerac, lib. iii, ch. 15, (...)
  • 47 Hugues de Flavigny, ibid.Vita Richardi, ch. 12, M.G.H., SS., t. xl, p. 286-287. – La fondation (...)
  • 48 Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 35, p. 538-539. – Cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 228 et n. 1. – (...)
  • 49 Everhelm, Vita Popponis, ch. 15, M.G.H., SS., t. xi, p. 302.
  • 50 « Qui sibi spiritual is occasione amoris semper animo insedit ». Vita Popponis, ch. 26, p. 310. – (...)

25Aussi bien, Wolbodon (1018-1021), qui était, selon Sigebert de Gembloux, omnino deditus sanctae religionis studio44, fut-il un des plus fermes soutiens de Richard de Verdun45. Il éjecte de l’abbaye de Lobbes l’abbé Ingobrand, — on l’accusait de mener une vie trop « séculière » et de dilapider les biens du monastère, — et confie l’établissement à Richard (1020)46. À l’initiative de Wolbodon, des moines de Saint-Vanne sont également introduits à Saint-Laurent de Liège et placés, eux aussi, sous l’autorité de l’abbé de Verdun47. L’évêque confie le monastère de Saint-Jacques à l’abbé Olbert de Gembloux et ce dernier y installe des moines ex disciplina abbatis Richardi (1021)48. Enfin, Wolbodon est présent lorsque l’empereur Henri II attribue l’abbaye de Stavelot au plus célèbre des disciples de Richard : Poppon (1020)49. Un des successeurs de Wolbodon, l’évêque Wazon (1042-1048) fut l’ami intime de Poppon de Stavelot (t 1048)50.

  • 51 Vita Theoderici, ch. 16, p. 45-46. – Cantatorium, ch. 6-7, p. 18-20.

26En 1055, c’est encore à l’un des disciples de Richard de Saint-Vanne, le moine Thierry de Lobbes, que l’évêque Théoduin — sur le conseil de Godescalc et du doyen Anselme — confie l’abbaye de Saint-Hubert51

  • 52 Voir les sources citées n. 51.

27Même après le décès de l’abbé de Saint-Vanne, le prestige de la réforme qu’il a introduite dans le diocèse de Liège ne s’estompe pas. N’est-il pas significatif que l’empereur Henri III, à la recherche d’un monachus ab abbate Richardo institutus pour l’école de Fulda, se soit un jour adressé à l’évêque Théoduin52 ?

Cluny

  • 53 Cfr Wollasch, Mönchtum des Mittelalters, p. 167-168. – Sur le mouvement clunisien voir les contrib (...)

28C’est seulement vers la fin du xie siècle que la réforme clunisienne s’introduisit dans le diocèse de Liège. Processus général, d’ailleurs, dont le pays mosan constitue seulement un épisode. Vers 1070, en effet, les évêques, les abbés et les seigneurs de l’Empire montrèrent un intérêt croissant pour le monachisme de Cluny53.

  • 54 Éd. Coens, An. Boll., t. lviii, 1940, p. 58, 65 (1 janvier et 11 mai). – Maieul et Odilon ont entr (...)
  • 55 O.S.L., P 1 R° (1 janvier). – Cfr Wellmer, Le Nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, p (...)

29Il en fut ainsi, semble-t-il, pour Henri de Verdun (1075-1091). Dans ce qui fut peut-être son obituaire personnel, on relève les commémoraisons des abbés Maieul (f 994) et Odilon (f 1049) de Cluny54. Il n’est pas impossible que Henri ait également fait inscrire la commémoraison d’Odilon dans le nécrologe de la cathédrale liégeoise55. Mais ce sont là des données assez hypothétiques.

  • 56 « Heinricus episcopus Leodiensis » (31 mai), éd. Sackur, Die Cluniacenser, t. i, 1892, p. 385.
  • 57 Hézelon est à Cluny dès 1088 : J. Stiennon, Hézelon de Liège, architecte de Cluny III, dans Mélang (...)
  • 58 J. Richard, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire..., Dijon, 1957, n° 30-30bis, p. 26-28 (1088), n° (...)
  • 59 Bernard et Bruel, t. v, n° 3659, p. 4-5 (1091). – Cfr Halkin, Les prieurés, p. 175 sv. – Stiennon, (...)

30Par ailleurs — le fait ne nous paraît pas avoir été remarqué — le nom de l’évêque de Liège Henri Ier a été inscrit dans l’obituaire de Villers, prieuré clunisien du diocèse de Besançon56. Sous son épiscopat, semble-t-il, un chanoine liégeois nommé Hézelon se fait moine à Cluny et apporte sa compétence dans la réalisation de la grande église abbatiale de l’abbé Hugues57. Enfin, c’est également sous Henri de Verdun que furent fondés les deux premiers prieurés clunisiens du diocèse de Liège : Aywaille en 108858 et Saint-Symphorien-en-Condroz en 109159.

  • 60 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. vi, ch. 21, p. 93-94. – Cont. Ia, lib. viii, ch. 16-17, p. 136-13 8. (...)
  • 61 Gesta abb. Lobb., ch. 19-20, M.G.H., SS., t. xxi, p. 322-323. – de Moreau, t. il 2e éd., p. 188-18 (...)

31Sous Otbert, Cluny poursuivit sa progression. Au cœur même du diocèse, les usages clunisiens sont adoptés : à Saint-Jacques et à Saint-Laurent vers 1106, puis à Saint-Trond en 110760. En 1130-1131, Lobbes, à son tour, est réformée61.

  • 62 Bernard et Bruel, t. v, n° 3974-3977, 3999, p. 332-337, 352-353 (1124-1128). – Cfr Halkin, p. 185 (...)
  • 63 Albert étant décédé en 1098, Ermesinde s’était remariée avec le comte Godefroid de Namur (t 1139).
  • 64 Richard, Marcigny, n° 176-177, p. 105-107 (1139, 1144). – Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° (...)
  • 65 W.E., n° 189, p. 308-310 (1149), n° 240, p. 360 (1150). – Miraeus-Foppens, Opera diplomatica, t. i (...)

32En 1124, Walter de Trognée cède son église de Bertrée à Cluny à charge pour l’abbaye bourguignonne d’y installer un prieuré62. Avant 1139, la comtesse Ermesinde, épouse d’Albert de Moha63, fonde le prieuré clunisien de Saint-Victor à Huy64 et antérieurement à 1149, les moines noirs s’installent dans l’église de Namêche65.

  • 66 Comme l’a très justement constaté J. Stiennon, Cluny, p. 82-85.
  • 67 Par sa mère, la comtesse Reine d’Oltigen (Suisse, canton de Bâle) était apparentée aux Luxembourg.
  • 68 Voir les sources citées n. 58-59, 62-65.
  • 69 Wollasch, op. cit., p. 147-153. – M. Pacaut, Les ordres monastiques et religieux au moyen âge, Par (...)

33Dans la fondation de ces prieurés, la noblesse joua un rôle essentiel66 : le comte Gislebert de Clermont à Saint-Symphorien, Ermesinde de Moha-Namur à Saint-Victor de Huy, Reine d’Oltigen67 à Aywaille, Walter de Trognée à Bertrée, les nobiles loci homines à Namêche68. Cette constatation ne doit pas nous surprendre : Cluny qui vivait, pour ainsi dire, en symbiose avec la classe seigneuriale, exerçait sur la noblesse une puissante force d’attraction69.

  • 70 Wollasch, op. cit., p. 152-153. – Pacaut, op. cit., p. 59-61. – Schieffer, op. cit., p. 58-60, 71.

34Mais l’aspect du mouvement clunisien qui doit surtout capter notre attention est évidemment l’exemption des monastères de l’ordre vis-à-vis de l’évêque. On sait en effet que la libertas Romana octroyée à Cluny, plaçait l’abbaye sous la juridiction immédiate du Saint-Siège : en théorie, l’abbaye-mère et ses prieurés étaient pleinement libres, donc soustraits à l’autorité épiscopale70. Qu’en fut-il exactement dans le diocèse de Liège ?

35Au vrai — et ce sera notre première constatation — les évêques de Liège et leur entourage ont accueilli favorablement la réforme clunisienne.

  • 71 Ci-dessus, p. 243.
  • 72 Cauchie, La Querelle des investitures, p. 78 n. 4. – Stiennon, Saint-Jacques, p. 109-115.

36Henri de Verdun la tenait, semble-t-il, en très haute estime. Otbert comptait parmi ses familiers plusieurs adeptes de Cluny. Alger, conseiller intime de cet évêque, se retira dans l’abbaye bourguignonne en 112171. Les abbés Étienne de Saint-Jacques et Bérenger de Saint-Laurent, auxquels on doit l’introduction des coutumes clunisiennes dans leurs monastères, faisaient partie de ce groupe de modérés qui, durant la Querelle des investitures, composèrent avec Otbert72.

  • 73 Wollasch, op. cit., p. 154. – Pacaut, op. cit., p. 63. – Stiennon, Cluny et Saint-Trond, p. 65-66.
  • 74 Voir la source citée ci-dessus n. 61.

37En réalité, Saint-Laurent, Saint-Jacques et Saint-Trond adoptèrent les nouveaux usages sans pour autant se soumettre à Cluny. Elles furent des abbayes d’observance — ou affiliées — sur lesquelles le chef de l’ordre n’exerçait qu’une autorité morale73. Il en fut de même à Lobbes : le premier abbé clunisien de ce monastère, Léon, moine d’Anchin, s’est présenté devant l’évêque de Liège pour recevoir l’investiture et prêter le serment de fidélité74 !

  • 75 Bernard et Bruel, t. v, n° 3659, p. 4-5 (1091).
  • 76 Richard, Marcigny, n° 176, p. 105-106 (1139).
  • 77 Bernard et Bruel, t. v, n° 3974, p. 332-334 (1124).
  • 78 Constable, The Letters of Peter the Venerable, t. i, n° 89, p. 230.
  • 79 Bernard et Bruel, t. v, n° 3977, p. 337 (1124-1128).

38Quant aux prieurés clunisiens du diocèse de Liège, ils furent loin d’être des îlots d’exemption. Henri de Verdun délia l’église de Saint-Symphorien de tout « service » (servitus) et de toute « redevance » (respectus) mais l’astreignit au versement de quatre deniers75. Le prieuré de Saint-Victor de Huy fut confié à la defensio de l’évêque76 et le statut du prieuré de Bertrée, placé sous la juridiction immédiate de l’abbé de Cluny, fut garanti par le prélat liégeois77. En 1135-1145, dans sa lettre à l’évêque Albéron II, Pierre le Vénérable lui recommanda chaudement les églises clunisiennes du diocèse de Liège et, par là même, reconnut à l’évêque un droit d’intervention78. Enfin, dans la correspondance qu’il échange avec l’abbé de Cluny à propos de Bertrée, l’évêque Albéron Ier apparaît comme très favorable à l’initiative du fondateur, Walter de Trognée. L’évêque demande même à être reçu comme fidelis de Cluny et exprime le désir de devenir, pour les moines du prieuré, adjutor in quibus voluerint79

  • 80 Sur la politique impériale dans le domaine de la réforme monastique, cfr Hallinger, Gorze-Kluny, t (...)
  • 81 Wollasch, ibid.
  • 82 Schieffer, Cluny et la Querelle des investitures. – Pacaut, op. cit., p. 75-78.
  • 83 Nous avons déjà souligné les rapports entre l’Église impériale et la réforme lotharingienne de Gor (...)

39Si le monachisme clunisien n’a guère touché le diocèse de Liège avant la fin du xie siècle, c’est, tout simplement, parce qu’on n’eut pas besoin de lui. La réforme lotharingienne, entreprise par de puissantes personnalités — Richard de Saint-Vanne, Poppon de Stavelot, Olbert de Gembloux — et soutenue non seulement par les évêques, mais aussi par le pouvoir impérial, ne laissait alors aucune chance à Cluny80. Non pas que le mouvement clunisien ait été « anti-impérial ». Au contraire, les souverains germaniques ont toujours témoigné la plus grande admiration à l’abbaye bourguignonne et l’on ne répétera jamais assez que l’abbé Hugues de Cluny (1049-1109) était le parrain de Henri IV81. En réalité, Cluny n’a jamais été « grégorienne » à part entière, elle qui recherchait surtout une harmonie entre le spirituel et le temporel82. Les empereurs et leurs évêques, cependant, avaient de multiples raisons de conduire la réforme des monastères avec des réformateurs lotharingiens étroitement liés, par une tradition déjà longue, au système de l’Église impériale83.

  • 84 Ci-dessus p. 360 n. 51.
  • 85 Cantatorium, ch. 35-36, p. 96-98. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 44, p. 276-277.
  • 86 Ci-dessus p. 362 n. 60.

40C’est un disciple de Richard de Saint-Vanne, Thierry de Lobbes, que l’évêque Théoduin plaça à la tête du monastère de Saint-Hubert en 1055. À cette époque, le diocèse de Liège était toujours considéré comme une pépinière de « richardiens »84. Parmi les disciples de Thierry Ier de Saint-Hubert figurait le moine Bérenger auquel Henri de Verdun attribua l’abbaye de Saint-Laurent en 107785. Or c’est ce Bérenger précisément qui introduisit, vers 1106, la réforme clunisienne dans l’abbaye liégeoise86.

  • 87 L’abbé Gontran de Saint-Trond (1034-1055) était un disciple de Poppon de Stavelot, disciple lui-mê (...)
  • 88 Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. viii, ch. 7-16, p. 126-137.
  • 89 Ci-dessus p. 362 n. 60.

41L’abbaye de Saint-Trond vivait sans doute selon les usages « richardiens »87. La discipline s’étant relâchée, le prieur Raoul voulut d’abord revenir aux traditions locales et il interrogea les anciens du monastère88. Sa tentative ayant échoué, il fut alors séduit par la réforme clunisienne que les abbés Etienne de Saint-Jacques et Bérenger de Saint-Laurent venaient d’introduire dans la Cité89.

  • 90 « postpositis omnium ecclesiarum nostrarum religiosis viris, tarn canonicis quam monachis, ad famo (...)

42Aux dires de l’évêque Albéron Ier lui-même, le fondateur du prieuré de Bertrée, Walter de Trognée, avait trouvé dans la « religion » de Cluny ce qu’il n’avait pu découvrir ni dans le monachisme, ni dans le régime canonial liégeois90.

  • 91 À la fin du xve et au début du xiie s., trois chanoines liégeois sont devenus moines à Cluny : Héz (...)

43À l’origine de la pénétration clunisienne dans le diocèse de Liège il y a certainement une forte séduction exercée par le monastère bourguignon sur des nobles, des clercs91 et des moines du diocèse, au moment où la réforme de Richard de Saint-Vanne s’essoufflait et ne répondait plus aux besoins de rénovation monastique.

44Les évêques réservèrent à Cluny un accueil plutôt favorable. D’autant que l’adoption des coutumes clunisiennes par les anciens monastères et les nouveaux prieurés n’impliquait nullement une diminution des prérogatives épiscopales.

Prémontré et Cîteaux

  • 91bis La bibliographie du sujet est énorme. Voir notamment : Pacaut, Les ordres monastiques, p. 96-115. (...)

45Dans le courant du xiie siècle, la Chrétienté occidentale connut une efflorescence remarquable d’ordres religieux. Jusque-là, toutes les abbayes avaient appartenu à la famille bénédictine. Vers la fin du xie siècle, apparurent dans le diocèse de Liège des fondations de chanoines réguliers suivant la Règle de saint Augustin. Le but de ce mouvement, était de ramener l’ordre canonial à l’antique idéal de la vita apostolica en renonçant à la propriété privée et en adoptant la vie commune stricte. Cette formule renouvelée du monde canonial connut son épanouissement dans l’ordre de Prémontré. Au même moment, les bénédictins manifestaient également leur désir de renouveau par l’application rigoureuse de la Règle de saint Benoît. C’est dans cet esprit que fut fondée l’abbaye de Cîteaux 91bis.

46Quelle fut donc l’attitude de l’évêque de Liège devant ces deux grands mouvements appelés à connaître une expansion étonnante ?

  • 92 Comme l’a très bien souligné Ch. Dereine, op. cit., passim et not. p. 243-244, qui insiste tout pa (...)
  • 93 Gilles d’orval, lib. iii, ch. 22, p. 98, ch. 24, p. 99 – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. xiii, c (...)
  • 94 Migne, P.L., t. clxx, col. 526-527. – Cfr A. Cauchie, A.H.E.B., t. xxxv, 1909, p. 285-288 et les r (...)

47Les successeurs de saint Lambert ont marqué un intérêt très vif pour les chanoines réguliers de saint Augustin92. Albéron Ier († 1128) et Alexandre Ier (t 1135) furent ensevelis l’un et l’autre dans l’abbaye des chanoines réguliers de Saint-Gilles-en-Publémont93. Et dans une lettre qu’il adresse entre 1122 et 1128 à son suffragant Albéron, l’archevêque Frédéric de Cologne lui reproche de placer des abbés à la tête des communautés canoniales régulières94.

  • 95 Rolduc : Ernst, Limbourg, t. vi, n° 31, p. 117 (1108 : cfr Dereine, op. cit., p. 65-72, 208-209). (...)
  • 96 Flône : Evrard, Flône, n° 1, p. 12-13 (1092 : prob, faux et fabriqué peu avant 1138), n° 12, p. 30 (...)
  • 97 « eidem loco praefatum Joannem praeposuimus, ut more aliarum ecclesiarum nostrarum, in quibus regu (...)

48En parcourant les chartes qui leur sont accordées par les évêques de Liège, on s’aperçoit que le prélat abandonne explicitement aux chanoines le droit d’élire leur supérieur95, mais qu’en revanche il les « libère », c’est-à-dire qu’il les place sous sa juridiction immédiate en les soustrayant au pouvoir de l’archidiacre96. La liberté de ces établissements — tout comme celle des liberi-nobiles — c’est l’immédiateté du lien qui les unit à l’évêque. À croire la charte d’Albéron II pour Géronsart cette immédiateté serait même une caractéristique des églises liégeoises où vivaient des chanoines réguliers97.

  • 98 L’abbaye fut fondée par le comte Godefroid de Namur et son épouse Ermesinde, en 1121. Godefroid (t (...)

49L’abbaye des prémontrés de Floreffe a fait l’objet d’un intérêt tout spécial de la part des évêques de Liège. Fait d’autant plus remarquable que cet établissement était une fondation de la maison namuroise à laquelle elle servit d’ailleurs de nécropole98.

  • 99 Miraeus et Foppens, O.D., t. iv, p. 359-360.
  • 100 Il l’accorda également à l’abbaye norbertine du Parc : Versteylen, Anal. Praem., t. v, 1929, n° 2, (...)
  • 101 De même l’abbé du Parc : Versteylen, ibid.
  • 102 L’évêque intitule le comte « singularis noster advocatus ». – Il est prévu que l’avouerie sera gra (...)

50En 1124, l’évêque Albéron Ier confirma la fondation de cette abbaye norbertine et lui accorda une libertas99. Il la libéra du « service », de la « coutume » et de 1’« exaction » que toute église devait normalement à l’évêque, à l’archidiacre et au doyen rural, mais il conserva, d’une part, le droit d’ordonner les chanoines et, d’autre part, la juridiction spirituelle. Il accorda la libre élection de l’abbé100, pour autant que ce dernier soit consacré par l’évêque diocésain. Sur convocation expresse du prélat, le chef de la communauté de Floreffe devra se rendre aux réunions synodales liégeoises101. L’avouerie sera exercée par le comte de Namur au nom de l’évêque102.

  • 103 Barbier, Floreffe, t. ii, 2e éd., n° 10, p. 7-8. – Cfr Toussaint, Les doyens ruraux et les assembl (...)

51En 1130, un conflit éclata entre l’archidiacre de Hainaut et l’abbaye norbertine super libertate sua. L’abbaye cherchait à se soustraire entièrement à la juridiction de l’archidiacre. Un accord fut trouvé qui laissa au monastère une large autonomie : l’abbé recevra désormais la cura animarum des mains de l’évêque lui-même ; en cas d’affaires graves on réunira le synode rural ; il sera présidé par l’abbé et l’archidiacre qui prendront, en commun, toutes les mesures nécessaires103.

  • 104 La Brouffe : Namur, Philippeville, Couvin.
  • 105 Barbier, n° 11-12, p. 8-9. – Il est question d’établir à cet endroit une communauté de chanoines r (...)
  • 106 « speciali quadam familiaritate apud Heynricum episcopum potens erat » (1155) Gesta abb. Trud., Co (...)
  • 107 Comme l’a très justement constaté J. Stiennon, L’Écriture diplomatique, p. 218, qui releva notamme (...)
  • 108 Cfr ci-dessus p. 272 n. 355.
  • 109 On sait que ce conflit se termina par une victoire totale de l’évêque, à Andenne, le 1er février 1 (...)
  • 110 Vers la fin de l’année 1150 — donc en pleine guerre — la présence de l’abbé de Floreffe à la curia(...)

52Sous l’abbé Gerland (1131-1173), les liens entre l’abbaye de Floreffe et l’église liégeoise continuèrent de se resserrer. En 1134, la terre de La Brouffe104, fief liégeois, fut attribuée à l’abbé de Floreffe qui la tiendra désormais de sainte Marie et de saint Lambert105. De surcroît Gerland fut un ami intime de l’évêque Henri de Leez106 qui manifesta d’ailleurs une sympathie très vive pour les prémontrés107. Gerland de Floreffe continua de fréquenter avec une grande assiduité la curia liégeoise108, alors même que le comte de Namur et l’évêque Henri II étaient en lutte ouverte109. Ce fut Gerland, peut-être, qui servit d’intermédiaire entre ces deux ennemis irréductibles110.

  • 111 Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 624-625. – Cfr Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 40 (...)
  • 112 Le canonicat était à la collation de l’évêque. Dans le dossier relatif à cette incorporation, il e (...)

53Après le décès de Henri de Leez, les bonnes relations entre Floreffe et l’église liégeoise se poursuivent. L’abbé continue de participer aux synodes diocésains et en 1165, l’évêque Alexandre II est présent à la pose de la première pierre de l’abbatiale du monastère111. En 1189, un lien supplémentaire est noué entre l’église de Liège et l’abbaye namuroise par l’incorporation à cette dernière d’un canonicat de la collégiale Saint-Paul112.

54Mais pourquoi donc cet intérêt des évêques de Liège pour l’institut canonial régulier ?

  • 113 Les prémontrés n’ont pas été étudiés par Ch. Dereine.
  • 114 Un grand nombre d’entre elles sont d’ailleurs mentionnées parmi les possessions de Saint-Lambert : (...)

55Ch. Dereine, qui a souligné le rôle primordial joué par les successeurs de saint Lambert dans la fondation de tous ces établissements113, a fait une constatation fort intéressante : il a noté que la plupart des communautés avaient été dotées au moyen de biens provenant de la terre de l’église liégeoise114.

  • 115 L’évêque Raoul, par exemple, favorisa tout particulièrement la léproserie de Cornillon : Schoolmee (...)
  • 116 Les prémontrés ont pris des paroisses en charge et travaillé au salut des âmes. En 1199, Albert de (...)
  • 117 Voir l’extrait de la charte de Henri II de Leez cité n. 106.

56En favorisant ces fondations, les évêques n’ont pas seulement voulu faire œuvre charitable115, assurer le ministère paroissial dans les églises rurales116, travailler à la gloire de Dieu117. Ils ont aussi canalisé cet élan spirituel et cette volonté de retour à la vita apostolica dans un but moins désintéressé : renforcer leur puissance.

  • 118 Dereine, op. cit., p. 108-109, 238. – Joris, La ville de Huy, p. 227.

57Ainsi la fondation de Flône, par exemple, n’est probablement pas étrangère au grand effort de pacification entrepris par l’évêque Henri de Verdun : situé à l’endroit où l’ancienne chaussée romaine reliant la Hesbaye et l’Ardenne franchissait la Meuse et sur le bord de la route qui reliait Liège à Huy par la rive gauche du fleuve, ce monastère aurait d’abord été un hôpital construit pour accueillir les voyageurs et leur offrir protection118.

  • 119 Cfr Despy, Les richesses de la terre, qui souligne les préoccupations économiques et la politique (...)

58Toutes ces institutions, sur lesquelles l’influence épiscopale ne nous est pas apparue comme négligeable, ont drainé des libéralités et des dons, attiré les hommes, contribué à la mise en valeur des terres du diocèse119 : sans aucun doute, elles ont consolidé le pouvoir de l’évêque.

  • 120 Ce « libre choix », d’ailleurs, était parfois tout relatif, Cfr ci-dessus, n. 95.

59Elles l’ont développé d’autant plus qu’elles cherchaient à se soustraire à la juridiction de l’archidiacre — dont les forces, au xiie siècle, ne faisaient que croître — et à la domination des avoués : sur le plan spirituel comme sur le plan temporel, elles furent, entre les mains du chef du diocèse, une arme contre le processus de médiatisation. Ce que l’évêque perdait en leur accordant le libre choix de l’abbé120, il le récupérait en écartant l’archidiacre à son profit.

  • 121 On notera que Floreffe était un monastère fortifié qui contrôlait les communications entre le Hain (...)
  • 122 Küpper, Raoul de Zähringen, p. 95 n. – Il faut probablement lier à l’intérêt que cet évêque témoig (...)

60Le cas de l’abbaye de Floreffe est tout à fait remarquable. Si l’influence que l’évêque exerçait sur la nécropole des comtes de Namur peut surprendre au premier abord, elle s’explique néanmoins assez facilement. Jusqu’au milieu du xiie siècle, les comtes de Namur ont été les plus fidèles vassaux de Saint-Lambert. Le lien entre l’église de Liège et l’abbaye namuroise n’était donc pas contre nature121. Dans le même ordre d’idée, on verra, durant la seconde moitié du siècle, l’évêque Raoul soutenir les efforts du comte de Duras pour implanter les hospitaliers en Hesbaye122.

  • 123 Comme l’indique par exemple la charte de l’évêque Otbert pour le Mont-Cornillon : « ut quicumque f (...)
  • 124 Transformant l’église d’Aulne en chapitre régulier, Albéron II précise quel sera le vêtement des c (...)
  • 125 Dans sa lettre à l’évêque Albéron Ier relative aux chanoines réguliers, l’archevêque Frédéric Ier (...)

61Enfin, il ne faut pas perdre de vue un fait que nous considérons comme fort important : à l’origine du mouvement canonial régulier, il y a, notamment, des chanoines séculiers qui cherchaient une vie plus parfaite123. Il y a donc, sans doute, des hommes de l’entourage épiscopal que le prélat entend bien ne pas perdre entièrement de vue. Or les chanoines réguliers, en dépit de l’ascèse de type monastique qui leur est imposée, sont et restent des chanoines124 et s’incorporent facilement dans la hiérarchie125. Leur institut s’accorde donc bien avec la « politique canoniale » des évêques qui ont peut-être vu en lui le moyen de résoudre le problème posé par la désobéissance de certaines congrégations de moines pendant la Querelle des investitures.

62Séduits qu’ils étaient par l’ordre canonial, les évêques de Liège ont montré moins d’enthousiasme pour Cîteaux.

63Toutefois, la fondation de l’abbaye cistercienne d’Aulne doit être mise à l’actif du prélat.

  • 126 Devillers, Aulne, n° 1, p. 227-229 (1144). – Cfr Dereine, p. 231-232.
  • 127 A l’occasion du séjour de saint Bernard à Liège (janvier 1147) selon Gilles d’orval, lib. iii, ch. (...)
  • 128 C.S.L., t. i, n° 48, p. 81-84 (1158).
  • 129 « tam libere et quiete ut ego si voluissem » ibid. – La liberté en matière d’avouerie ne concernai (...)
  • 130 Ce qui allait à l’encontre de la politique romaine qui visait à exempter les monastères cistercien (...)

64Cette ancienne collégiale avait été transformée par Albéron II en chapitre de chanoines réguliers vivant selon la règle de saint Augustin126. En 1147, semble-t-il127, Henri II de Leez, impressionné sans doute par la personnalité de saint Bernard de Clairvaux, lui confia ce monastère pour qu’il y installe une communauté cistercienne128. La nouvelle abbaye fut soustraite au ius advocationis et proclamée entièrement libre, l’évêque se chargeant lui-même de la defensio de l’établissement129. Ici encore, la liberté est synonyme d’une sujétion plus étroite à l’autorité épiscopale130.

  • 131 Voir notamment les diplômes impériaux pour Floreffe, Parc et Villers : M.G.H., DD., Konrad III, n° (...)

65La politique des évêques de Liège vis-à-vis de Cîteaux et de Prémontré, il convient de le souligner, est en complète harmonie avec celle des empereurs. Les Staufen, en effet, ont voulu protéger ces deux ordres par une defensio specialis et leur ont accordé des avantages économiques appréciables, en leur permettant d’acheter et de vendre dans toute l’étendue du royaume, sans acquitter ni conduit, ni tonlieu, ni péage131.

66Entre l’évêque et son maître il y avait, dans ce domaine aussi, une communauté de vues remarquable.

Notes

1 Il arrive que le prélat, dans de simples confirmations, parle comme s’il agissait lui-même alors qu’il ne fait qu’entériner l’action d’un autre. Pourquoi ce mensonge officiel ? Pour satisfaire l’orgueil du prince ? Peut-être. Mais surtout pour renforcer l’impact de son intervention. De cette manière, l’évêque donne une importance accrue à sa confirmation : quiconque porte atteinte à cette dernière s’attaque à une décision épiscopale.

2 Dereine, Clercs et moines au diocèse de Liège du xe au xiie s.

3 Silvestre, Sur une des causes de la grande expansion de l’ordre canonial dans le diocèse de Liège aux xe et xie s. – Nous résumons les conclusions de ces deux auteurs. Il va sans dire qu’elles sont beaucoup plus nuancées.

4 Cfr F. Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent de Liège.

5 « monasterium struere, ubi arcior vita sub beati Benedicti regula duceretur, ut eorum mens qui ibidem inessent, eo magis studio orationis esset intenta, quanto a secularium curarum turbine esset libera ». Anselme, ch. 31, p. 207.

6 Dereine, Clercs et moines, p. 199-201, qui relève de nombreux exemples de passage de chanoines à la vie monastique. — Cfr Silvestre, Sur une des causes, p. 69 et surtout Stiennon, Saint-Jacques, p. 205-208, qui constate que Baldéric, dans le cas de l’abbaye de Saint-Jacques, applique les principes de son ami Burchard de Worms et tente d’établir un certain équilibre entre la vie canoniale et la vie monastique.

7 « Abbates pro humilitate religionis in episcoporum potestate consistant et si quid extra regulam fecerint, ab episcopis corrigantur ». Burchard, Decret., lib. viii, ch. 67, col. 806.

8 S. Benedicti Regula Monachorum, ch. 64, éd. B. Linderbauer, 1922, p. 78. – Cfr I. Baucher, art. Abbés, Dict, de droit can., t. i,1935, col. 35 et Grundmann, Pars quamvis parva, qui insiste sur la grande souplesse de la Règle bénédictine, dont le but était que l’élection fût le résultat de la volonté divine. – U. Berlière, Les élections abbatiales au moyen âge, Bruxelles, 1927, p. 3, 11.

9 Cfr Berlière, op. cit., p. 14-16. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. II, 2e éd., p. 214-228. – Ph. Schmitz, Histoire de l’Ordre de Saint-Benoît, t. iv, 1948, p. 223-224, pense qu’après le Concordat de Worms (1122) l’élection de l’abbé par la communauté se généralisa de plus en plus.

10 Ainsi, les abbés de Waulsort et de Saint-Trond, – dont l’abbaye appartenait à l’église de Metz mais était située dans le diocèse de Liège, – étaient investis par l’évêque de Metz et consacrés par son collègue de Liège. Historia Walciodorensis monasterii, ch. 37-38, M.G.H., SS., t. xiv, p. 522-523 (texte écrit vers 1150), Continuatio, ch. 9, p. 536 (1152).-Raoul, Gestaabb. Trud., lib. i, ch. 6-7, p. 13-14 (1034), lib. ii, ch. 11, p. 31 (1083), lib. v, ch. 5, p. 70 (1099), lib. vii, ch. 1, p. 99 (1107). – Revue bénédictine, t. xv, 1898, n° 1-2, p. 131-132 (1193). – Par contre, l’abbé de Lobbes, dont l’abbaye faisait partie du territoire liégeois mais relevait au spirituel du diocèse de Cambrai, était investi par l’évêque de Liège et consacré par celui de Cambrai : Gesta episc. Cam., lib. iii, ch. 15, M.G.H., SS., t. vii, p. 470 (1020). – Gesta abb. Lob., ch. 19-20, M.G.H., SS., t. xxi, p. 322-323 (1129-1131). – Hugues, Fundatio monasterii Lobbiensis, ch. 1, M.G.H., SS., t. xiv, p. 545. – Cfr Baucher, op. cit., col. 47.

11 Olbert est conduit à Gembloux par l’abbé Ingobrand de Lobbes et l’archidiacre Godescalc. Les moines qui n’avaient pas été consultés, rechignent, mais, finalement, se résignent à accepter Olbert comme abbé : Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 28, M.G.H., SS., t. viii, p. 536.

12 Vita Theoderici, ch. 16, p. 45-46. – Cantatorium, ch. 7, p. 19-20. – Thierry II, successeur de Thierry Ier, fut élu à Saint-Hubert, par les moines, mais en présence de l’évêque : Cantatorium, ch. 54, p. 128 (1086).

13 Ibid., ch. 35-36, p. 96-98.

14 Ibid., ch. 70, p. 158, 160. – Plus tard, Otbert donnera l’abbaye de Florennes au moine Lambert de Saint-Laurent : ibid., ch. 70, p. 165, ch. 89, p. 225.

15 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 55 (1197). – Otbert oblige les moines de Saint-Hubert à élire un abbé. Finalement il leur donne Wired pour chef, conformément à l’avis de Bérenger de Saint-Laurent : Cantatorium, ch. 86, p. 216, ch. 89, p. 220-221 (1096-1097).

16 « suum esse asserens de domo, dono regali sibi subiecta, tarn intus quam foris disponere ». Gesta abb. Lobb., ch. 20, M.G.H., SS., t. xxi, p. 323 (1131).

17 Au cours d’un synode réuni par Théoduin (1055) on envisage la possibilité de transformer l’abbaye de Saint-Hubert en chapitre de chanoines et en 1097, Otbert menace même de supprimer ce monastère : Vita Theoderici, ch. 16, p. 45. – Cantatorium, ch. 89, p. 220, cfr ch. 69, p. 160, ch. 90, p. 234. – Henri de Verdun dépose l’abbé Wolbodon de Saint-Laurent (1075) et Raoul de Zähringen dépose Raoul élu à Saint-Jacques (1185) : Ibid., ch. 29, p. 88-89. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 44, p. 276-277. – Renier de Saint-Jacques, p. 49. – Otbert, qui a déposé l’abbé Bérenger, disperse les moines de l’abbaye de Saint-Laurent : Chronicon sancti Laurentii, ch. 45-49, p. 277-279. – Cantatorium, ch. 70, p. 156-157. – Albert de Cuyck fait main basse sur des biens de l’abbaye de Gembloux : Roland ,Gembloux, n° 62, p. 80 (1194-1200).

18 Henri IV s’était emparé de tous les biens que l’église de Metz possédait dans le diocèse de Liège. Le siège épiscopal messin était occupé par le « grégorien » Poppon. Cfr Meyer von Knonau, t. v, p. 7, 57-58.

19 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. v, ch. 5-7, lib. vi, ch. 1-2, p. 69-73. – Les interventions – parfois brutales – de l’église de Liège à Saint-Trond ne se comptent pas. Voir par ex. : Raoul, lib. ii, ch. 5-12, p. 26-32 (1083), lib. iii, ch. 1-14, p. 34-48 (ca 1085), lib. iv, ch. 1-2, p. 51-53 (1088), lib. vii, ch. 8, 15-16, p. 107, 115-118 (1107-1108).

20 W.E., n° 369-370, p. 497-498 (1152).

21 Historia Walciodorensis monasterii, Cont., ch. 16, M.G.H., SS., t. xiv, p. 538 (1204). Texte écrit avant 1244.

22 Le synode donna raison à l’évêque de Liège : Gesta episc. Cam., lib. iii, ch. 35, M.G.H., SS., t. vii, p. 479-480.

23 Cfr H. Dauphin, Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne..., Louvain-Paris, 1946, p. 200, 202-204, 306-308, 344-345, dont nous ne partageons pas entièrement les vues.

24 Vita Theoderici, ch. 10, p. 42-43. – Cfr Dauphin, p. 197-200.

25 Hugues de Flavigny, Chronicon, lib. ii, ch. 25, M.G.H., SS., t. viii, p. 398 (cet auteur, qui écrit vers 1100, attribue inexactement les faits à Durand). – Cfr Dauphin, p. 201-211. – Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurentii, p. 363-366.

26 Hugues et Étienne, qu’il installa respectivement à Lobbes et à Saint-Laurent, étaient des disciples de l’abbé Richard.

27 Comme l’ont très justement souligné Sackur, Die Cluniacenser, t. ii, 1894, p. 175-176, 458-459, Tellenbach, Libertas, p. 118 n. 10 (qui nuance l’opinion du précédent), Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 498-499 et de Moreau, Les abbayes de Belgique, p. 59-60. – Il ne faut pas perdre de vue que Lobbes était un centre intellectuel important où l’évêque recrutait des collaborateurs.

28 Voir le récit du Cantatorium, ch. 25-26, p. 74-83 où le texte de la bulle du 29 avril 1074 est reproduit (Kurth, Saint-Hubert, t. i, n° 34, p. 39-41). – Vita Theoderici, ch. 25, p. 51-52. – La protection pontificale étendue sur l’abbaye de Saint-Hubert correspond à une volonté d’opposition au système de l’Église impériale et au principe selon lequel seul un roi ou un évêque pouvait créer un monastère. Jusque vers 1050, la liberté d’un établissement ecclésiastique, c’est la protection royale ou épiscopale. On comprend dès lors la réaction de l’archidiacre Boson. Cfr H. Jakobs, Rudolf von Rhetnfelden und die Kirchenreform, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, 1973, p. 100, 102 et n. 61, p. 103, 113.

29 Caspar, Das Register Gregors VIL, t. I, n° il, 61, p. 216 (23 mars 1075).

30 Sur ce point : J.F. Lemarignier, L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne, dans A Cluny..., 1950, p. 288-340.

31 Lemarignier, p. 289, constate précisément un net progrès de l’exemption monastique aux alentours de 1060-1075.

32 Éd. Comte de Limminghe, Chronique de Paul de Croonendael, t. ii, Bruxelles, 1879, n° 4, p. 617. – H. Zimmermann, Papstregesten 911-1024, 1969, n° 97, p. 38 (27 avril 929).

33 Toute cette question a été mise en lumière par le bel article de J.M. De Smet, Recherches critiques sur la Vita Gerardi. – Il semble bien que ce soit également vers la fin du xie s. que, dans l’abbaye de Gembloux, soucieuse elle aussi de se soustraire à la puissance épiscopale, on rédigea le faux diplôme d’Otton Ier daté de 946 : ce document s’attaquait à la juridiction que l’évêque exerçait sur le monastère : M.G.H., DD., Otto I., n° 82, p. 163. Voir la démonstration, remarquable, de M. de Waha, Sigebert de Gembloux faussaire ?

34 Pour le détail de ces événements sur lesquels nous n’avons pas à insister, voir le Cantatorium, ch. 70 sv., p. 156 sv., qui est la source principale, et le récit fort détaillé d’A. Cauchie, La Querelle des investitures, t. ii, p. 18-38, 74-94. – Sur les rapports entre Otbert et les abbayes de son diocèse, voir également de Moreau, Hist, de l’Eglise, t. ii, 2e éd., p. 204-213.

35 Comme l’ont souligné, avec pertinence nous semble-t-il, A. Despy-Meyer et P.P. Dupont, Monasticon belge, t. v, 1975, p. 40-41.

36 Cantatorium, ch. 90, p. 234 1. 30. – Cfr ci-dessus, p. 355 n. 17.

37 Cantatorium, ch. 70, p. 163.

38 Voir ci-dessus, p. 272 n. 355.

39 Tel l’abbé Wiric de Saint-Trond (1155-1180) qui, pourtant, ne dépendait de l’évêque de Liège que du point de vue spirituel : Gesta abb. Trud., Cont IIa, lib. iii, ch. 8, p. 43-44, ch. 11, p. 50-51.

40 Ci-dessus, p. 117-119.

41 Cfr Dauphii., Le bienheureux Richard.

42 Par le respect dont elle entourait la juridiction épiscopale, la réforme richardienne se distinguait nettement du mouvement clunisien. La Cluniacensis ecclesia entendait vivre en marge de la hiérarchie ecclésiastique. Cette différence dans les principes tenait à la différence des structures socio-politiques de la Lotharingie et de la Bourgogne du haut moyen âge. Cfr J. Wollasch, Mönchtum des Mittelalters..., Munich, 1973, p. 150-151, 156, 158-161.

43 Cfr E. Sabbe, Notes sur la réforme de Richard de Saint-Vannes dans les Pays-Bas, R.B.P.H., t. vii, 1928, p. 564-568.

44 Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 34, M.G.H., SS., t. viii, p. 538.

45 Cfr Sackur, Die Cluniacenser, t. ii, p. 174-175. – Dauphin, op. cit., p. 197-214, 228-231.

46 Wolbodon agit de concert avec l’évêque Gérard de Cambrai : Gesta episc. Camerac, lib. iii, ch. 15, p. 470. – Gesta abb. Lobb., ch. 4, M.G.H., SS., t. xxi, p. 310. – Hugues de Flavigny, Chronicon, lib. ii, ch. 10, p. 376, qui attribue inexactement ces faits à Baldéric II. – Notons que Gérard de Cambrai avait confié son monastère de Florennes, dans le diocèse de Liège, à son ami Richard de Saint-Vanne : Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 285-286. – Dauphin, p. 184-187.

47 Hugues de Flavigny, ibid.Vita Richardi, ch. 12, M.G.H., SS., t. xl, p. 286-287. – La fondation de Saint-Laurent se replace dans l’ambiance de la réforme monastique de Richard de Saint-Vanne. Cfr F. Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent.

48 Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 35, p. 538-539. – Cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 228 et n. 1. – Olbert était abbé de Gembloux depuis 1012. Persuadé, comme Richard de Saint-Vanne, que l’oisiveté devait être combattue par l’étude et par des travaux de copie, il dota les abbayes de Gembloux et de Saint-Jacques de bibliothèques. Cfr Boutemy, Un grand abbé du xie siècle, p. 69-75. – Sur les rapports entre la réforme de Richard et celle d’Olbert, voir les remarques de J. Stiennon, op. cit., p. 240-244.

49 Everhelm, Vita Popponis, ch. 15, M.G.H., SS., t. xi, p. 302.

50 « Qui sibi spiritual is occasione amoris semper animo insedit ». Vita Popponis, ch. 26, p. 310. – Poppon place à la tête du monastère de Saint-Vaast d’Arras Emmelin, frère de Wazon (Ibid.). – Voir aussi ibid., ch. 30, p. 313.

51 Vita Theoderici, ch. 16, p. 45-46. – Cantatorium, ch. 6-7, p. 18-20.

52 Voir les sources citées n. 51.

53 Cfr Wollasch, Mönchtum des Mittelalters, p. 167-168. – Sur le mouvement clunisien voir les contributions et la bibl. réunies par H. Richter, Cluny. Beiträge zu Gestalt und Wirkung der Cluniazensischen Reform, Darmstadt, 1975. – J. Wollasch, Neue Methoden der Erforschung des Mönchtums im Mittelalter, Hist. Zeitschrift, t. ccxxv, 1977, p. 529-571.

54 Éd. Coens, An. Boll., t. lviii, 1940, p. 58, 65 (1 janvier et 11 mai). – Maieul et Odilon ont entretenu des rapports avec la cour impériale : Wollasch, p. 161-166. – Sur cet obituaire, cfr Wellmer, Persönliches Memento, p. 109-113 et ci-dessus p. 294 n. 26.

55 O.S.L., P 1 R° (1 janvier). – Cfr Wellmer, Le Nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, p. 432.

56 « Heinricus episcopus Leodiensis » (31 mai), éd. Sackur, Die Cluniacenser, t. i, 1892, p. 385.

57 Hézelon est à Cluny dès 1088 : J. Stiennon, Hézelon de Liège, architecte de Cluny III, dans Mélanges R. Crozet, 1966, p. 345-358.

58 J. Richard, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire..., Dijon, 1957, n° 30-30bis, p. 26-28 (1088), n° 102, p. 73-74 (1095). – Bernard et Bruel, Chartes de Cluny, t. v, n° 3862, p. 211-213 (1107). – Cfr J. Halkin, Les prieurés clunisiens de l’ancien diocèse de Liège, B.S.A.H.D.L., t. x, 1896, p. 162 sv. – Stiennon, Hézelon et Cluny et Saint-Trond au xiie siècle, p. 71. – Voir la liste des prieurés clunisiens du diocèse donnée par Gilles d’orval, lib. ii, ch. 53, p. 60. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 179.

59 Bernard et Bruel, t. v, n° 3659, p. 4-5 (1091). – Cfr Halkin, Les prieurés, p. 175 sv. – Stiennon, Cluny et Saint-Trond, p. 71. – Aywaille : Liège, Liège. – Saint-Symphorien, act. Saint-Séverin : Liège, Huy, Nandrin.

60 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. vi, ch. 21, p. 93-94. – Cont. Ia, lib. viii, ch. 16-17, p. 136-13 8. – Cfr Stiennon, Cluny et Saint-Trond, p. 61 et n. 17.-de Moreau, t. ii, 2e éd., p. 190-191. – Voir également Stiennon, Le voyage des Liégeois à Saint-Jacques, p. 577-580 : esprit clunisien à l’abbaye de Saint-Jacques sous l’abbé Étienne (1095-1112).

61 Gesta abb. Lobb., ch. 19-20, M.G.H., SS., t. xxi, p. 322-323. – de Moreau, t. il 2e éd., p. 188-189.

62 Bernard et Bruel, t. v, n° 3974-3977, 3999, p. 332-337, 352-353 (1124-1128). – Cfr Halkin, p. 185 sv. – Stiennon, Cluny, p. 72-74. – Constable, Monasticism, lordship, and society in the twelfth-century Hesbaye, p. 161-168, 216-223. – Bertrée : Liège, Waremme, Hannut.

63 Albert étant décédé en 1098, Ermesinde s’était remariée avec le comte Godefroid de Namur (t 1139).

64 Richard, Marcigny, n° 176-177, p. 105-107 (1139, 1144). – Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 11, p. 80. – Bernard et Bruel, t. v, n°4343, p. 707-708(1190). – Cfr Halkin, p. 216 sv. – Joris, La ville de Huy, p. 184 n. 238, p. 348.

65 W.E., n° 189, p. 308-310 (1149), n° 240, p. 360 (1150). – Miraeus-Foppens, Opera diplomatica, t. ii, p. 1172-1173 (1158-1159). – Cfr Halkin, p. 204 sv. – Namêche : Namur, Namur, Andenne.

66 Comme l’a très justement constaté J. Stiennon, Cluny, p. 82-85.

67 Par sa mère, la comtesse Reine d’Oltigen (Suisse, canton de Bâle) était apparentée aux Luxembourg.

68 Voir les sources citées n. 58-59, 62-65.

69 Wollasch, op. cit., p. 147-153. – M. Pacaut, Les ordres monastiques et religieux au moyen âge, Paris, 1970, p. 69-71. – Th. Schieffer, Cluny et la Querelle des investitures, p. 49-55. – G. Tellenbach, Das Reformmônchtum und die Laien..., dans Cluny..., éd. H. Richter, 1975, p. 371-400. – Notons que Gérard, fils de Gislebert et frère d’Otton de Duras, abbé de Saint-Trond de 1145 à 1155, était un profès de Cluny : Gesta abb. Trud., Cont IIa, lib. ii, ch. 1, p. 28, ch. 8, p. 31-32. – Stiennon, Cluny et Saint-Trond, p. 73-79.

70 Wollasch, op. cit., p. 152-153. – Pacaut, op. cit., p. 59-61. – Schieffer, op. cit., p. 58-60, 71.

71 Ci-dessus, p. 243.

72 Cauchie, La Querelle des investitures, p. 78 n. 4. – Stiennon, Saint-Jacques, p. 109-115.

73 Wollasch, op. cit., p. 154. – Pacaut, op. cit., p. 63. – Stiennon, Cluny et Saint-Trond, p. 65-66.

74 Voir la source citée ci-dessus n. 61.

75 Bernard et Bruel, t. v, n° 3659, p. 4-5 (1091).

76 Richard, Marcigny, n° 176, p. 105-106 (1139).

77 Bernard et Bruel, t. v, n° 3974, p. 332-334 (1124).

78 Constable, The Letters of Peter the Venerable, t. i, n° 89, p. 230.

79 Bernard et Bruel, t. v, n° 3977, p. 337 (1124-1128).

80 Sur la politique impériale dans le domaine de la réforme monastique, cfr Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 280-281, t. ii, p. 977-983. – Wollasch, Mönchtum des Mittelalters, p. 146, 158-166. – K.J. Benz, Heinrich II. und Cluny.

81 Wollasch, ibid.

82 Schieffer, Cluny et la Querelle des investitures. – Pacaut, op. cit., p. 75-78.

83 Nous avons déjà souligné les rapports entre l’Église impériale et la réforme lotharingienne de Gorze, ci-dessus, p. 117-119.

84 Ci-dessus p. 360 n. 51.

85 Cantatorium, ch. 35-36, p. 96-98. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 44, p. 276-277.

86 Ci-dessus p. 362 n. 60.

87 L’abbé Gontran de Saint-Trond (1034-1055) était un disciple de Poppon de Stavelot, disciple lui-même de Richard : Raoul, Gesta abb. Trud., lib. i, ch. 5-7, p. 10-15. -Cfr Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 303-304, 480-485.

88 Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. viii, ch. 7-16, p. 126-137.

89 Ci-dessus p. 362 n. 60.

90 « postpositis omnium ecclesiarum nostrarum religiosis viris, tarn canonicis quam monachis, ad famositatem vestri nominis vestraeque religionis aspiravit ». Bernard et Bruel, t. v, n° 3999, p. 352-353 (1127-1128).

91 À la fin du xve et au début du xiie s., trois chanoines liégeois sont devenus moines à Cluny : Hézelon, Tézelin et Alger : Constable, The letters of Peter the Venerable, t. i, n° 89, p. 229-230 (1135-1145).

91bis La bibliographie du sujet est énorme. Voir notamment : Pacaut, Les ordres monastiques, p. 96-115. – S. Weinfurter, Neuere Forschung zu den Regularkanonikern. im deutschen Reich..., Historische Zeitschrift, t. ccxxiv, 1977, p. 379-397. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. iii, p. 387-462. – Dereine, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège. – Wollasch, Mönchtum, p. 171-183. – Schmitz, Histoire de l’ordre de Saint-Benoît, t. iii, 1948, p. 27-41. – M. Parisse, Les chanoines réguliers en Lorraine..., Annales de l’Est, 1968, p. 347-388. – Abbayes de Belgique, sous la dir. d’A. D’Haenens, Bruxelles, 1973. – G. Despy, Les richesses de la terre : Cîteaux et Prémontré devant l’économie de profit..., Problèmes d’histoire du Christianisme, t. v, 1975-1976, p. 400-422. – F. Pfurtscheller, Die Privilegierung des Zisterzienserordens..., Berne-Francfort, 1972.

92 Comme l’a très bien souligné Ch. Dereine, op. cit., passim et not. p. 243-244, qui insiste tout particulièrement sur le rôle de Henri de Verdun, d’Otbert, d’Albéron Ier et d’Alexandre Ier.

93 Gilles d’orval, lib. iii, ch. 22, p. 98, ch. 24, p. 99 – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. xiii, ch. 1, p. 230. – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 80 (1135). – Albéron Ier joua un rôle essentiel dans la fondation de Saint-Gilles. – Après sa déposition, Alexandre Ier s’était engagé à embrasser la vie canoniale régulière. Cfr Dereine, op. cit., p. 127-130.

94 Migne, P.L., t. clxx, col. 526-527. – Cfr A. Cauchie, A.H.E.B., t. xxxv, 1909, p. 285-288 et les remarques de Dereine, op. cit., p. 127 et n. 5 et de L. Milis, Ermites et chanoines réguliers au xiie siècle, Cahiers de civilisation médiévale, t. xxii, 1979, p. 66-68.

95 Rolduc : Ernst, Limbourg, t. vi, n° 31, p. 117 (1108 : cfr Dereine, op. cit., p. 65-72, 208-209). – Géronsart : A.H.E.B., t. iv, 1867, p. 467-468 (corr. 1188), p. 469 (1197). – Saint-Gilles : W.E., n° 395, p. 527 (1152). – Aulne : Devillers, Mémoire sur un cartulaire d’Aulne, n° 1, p. 228 (1144). – À Géronsart et à Aulne, il est question, au moment de l’élection, de l’assensus épiscopal.

96 Flône : Evrard, Flône, n° 1, p. 12-13 (1092 : prob, faux et fabriqué peu avant 1138), n° 12, p. 30 (1139), n° 13, p. 33-34 (1140), n° 21, p. 47 (1154). – Rolduc : Ernst, t. vi, n° 31, p. 117 (1108). – Cornillon : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 331-332 (1116), p. 332 (1124). – Castert : Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 7, p. 352 (1126). – Solières : Piot, B.C.R.H., 5e sér., t. iv, 1894, n° 1, p. 12 (1127), n° 3, p. 14-15 (1183). – Géronsart : Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 372 (corr. 1142). – A.H.E.B., t. iv, 1867, p. 466 (1149). – Malonne : Barbier, Hist, de Malonne, n° 1, p. 280 (1147).

97 « eidem loco praefatum Joannem praeposuimus, ut more aliarum ecclesiarum nostrarum, in quibus regulariter vivitur [...] nullique personae nisi nobis et successoribus nostris Leodiensibus episcopis respondeat ». Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 372 (corr. 1142 : A.E. Namur, A.E., n° 3359, f° 3 R° V). – Sur ces mêmes églises, il arrive que l’évêque exerce personnellement les droits d’avouerie : Evrard, Flône, n° 12, p. 30 (1139), n° 13, p. 33-34 (1140), n° 21, p. 47 (1154), n° 25, p. 54 (1157). – A.E. Huy, Neufmoustier, chartrier, n° 5 (1160). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 10, p. 150-151 (1170).

98 L’abbaye fut fondée par le comte Godefroid de Namur et son épouse Ermesinde, en 1121. Godefroid (t 1139), Ermesinde († 1141) et leur fils Henri l’Aveugle († 1196) y furent ensevelis : Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 20 et n. 3, 6, p. 103 et n. 3, Actes des comtes de Namur, p. CV.

99 Miraeus et Foppens, O.D., t. iv, p. 359-360.

100 Il l’accorda également à l’abbaye norbertine du Parc : Versteylen, Anal. Praem., t. v, 1929, n° 2, p. 125-126 (1131). — Sien. 24

101 De même l’abbé du Parc : Versteylen, ibid.

102 L’évêque intitule le comte « singularis noster advocatus ». – Il est prévu que l’avouerie sera gratuite. Voir sur ce point les remarques de L. Génicot, Monastères et principautés en Lotharingie, p. 62-63. – Sur la politique des Prémontrés en matière d’avouerie, cfr R. Laprat, A voué, avouerie ecclésiastique, dans Dict, d’hist. et de géogr. eccl, t. v, 1931, col. 1239.

103 Barbier, Floreffe, t. ii, 2e éd., n° 10, p. 7-8. – Cfr Toussaint, Les doyens ruraux et les assemblées synodales, p. 657, 664.

104 La Brouffe : Namur, Philippeville, Couvin.

105 Barbier, n° 11-12, p. 8-9. – Il est question d’établir à cet endroit une communauté de chanoines réguliers placée sous la juridiction de l’église de Liège.

106 « speciali quadam familiaritate apud Heynricum episcopum potens erat » (1155) Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. iii, ch. 9, p. 44 sv. – Ce n’est donc pas une figure de style lorsque l’évêque Henri II déclare incorporer un autel à l’abbaye de Floreffe « ad petitionem dilectissimi nostri Gerlandi, venerabilis abbatis de Floreffia, ubi sanctae religionis odor dulci redolentia novo semper vernat flore » A.H.E.B., t. vii, 1870, p. 364 (1145-1164). – Cfr Evrard, Flône, n° 21, p. 46 (1154). – En 1161, Henri II consacra l’église paroissiale et la chapelle claustrale de Floreffe : Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 624. – Ci-dessus, p. 272 n. 355.

107 Comme l’a très justement constaté J. Stiennon, L’Écriture diplomatique, p. 218, qui releva notamment l’existence d’un lien entre l’abbaye norbertine de Bonne-Espérance (dioc. de Cambrai) et le secrétariat de Henri II de Leez.

108 Cfr ci-dessus p. 272 n. 355.

109 On sait que ce conflit se termina par une victoire totale de l’évêque, à Andenne, le 1er février 1151, et qu’après sa défaite, Henri l’Aveugle disparut pour longtemps de la curia liégeoise : Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 35-40. – Ci-dessus p. 284, 288.

110 Vers la fin de l’année 1150 — donc en pleine guerre — la présence de l’abbé de Floreffe à la curia liégeoise est attestée. Vers le même temps, Gerland est chargé par le comte de Namur de contacter l’abbaye de Stavelot et, par l’intermédiaire de celle-ci, l’abbé Wibald, afin que ce dernier intervienne en sa faveur auprès du roi Conrad III : W.E., n° 301, p. 429-430.

111 Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 624-625. – Cfr Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 409, p. 282 (1166). – Roland, Orchimont et ses fiefs, 1895, p. 370 (1166).

112 Le canonicat était à la collation de l’évêque. Dans le dossier relatif à cette incorporation, il est rappelé que les antecessores de l’évêque Raoul reposent dans l’église abbatiale de Floreffe. Il s’agit évidemment des membres de la maison namuroise à laquelle l’évêque, par sa mère, était étroitement apparenté : Thimister, Saint-Paul, p. 16-18 (1189).

113 Les prémontrés n’ont pas été étudiés par Ch. Dereine.

114 Un grand nombre d’entre elles sont d’ailleurs mentionnées parmi les possessions de Saint-Lambert : Dereine, Les chanoines réguliers, p. 243-244.

115 L’évêque Raoul, par exemple, favorisa tout particulièrement la léproserie de Cornillon : Schoolmeesters, Leodium, t. iii, 1904, p. 109-110 (1171-1178). – C.S.L., t. i, n° 71, p. 115-116 (1188). – Ci-dessus, p. 291. – R. Hankart, L’Hospi de Cornillon à Liège, La Vie wallonne, t. xl, 1966, p. 5-49,93-134, t. xli, 1967, p. 79-112.

116 Les prémontrés ont pris des paroisses en charge et travaillé au salut des âmes. En 1199, Albert de Cuyck confirme à l’abbaye norbertine d’Averbode la possession des églises de Testelt et de Messelbroek « que in allodio beati Lamberti site sunt ». La charte précise : « Preterea, libertatem hanc abbati prefati monasterii, quia beati Augustini probantur esse canonici, concedimus ut in eisdem ecclesiis ex fratribus suis sacerdotes constituât » Abbaye d’Averbode, Section I, n° 54 (1199). Cfr de Moreau, Hist, de l’Église, t. iii, p. 451-452, 460-462. – Despy, Les richesses de la terre. – Toutefois, Ch. Dereine a montré que l’exercice de la cura animarum ne fut pas, dans le diocèse de Liège, une caractéristique essentielle de la vie canoniale régulière ; son jugement ne concerne évidemment pas les prémontrés : Les chanoines réguliers, p. 242-243 et ci- dessus n. 113.

117 Voir l’extrait de la charte de Henri II de Leez cité n. 106.

118 Dereine, op. cit., p. 108-109, 238. – Joris, La ville de Huy, p. 227.

119 Cfr Despy, Les richesses de la terre, qui souligne les préoccupations économiques et la politique de profit des prémontrés et des cisterciens. Ils ont voulu participer activement à la croissance économique.

120 Ce « libre choix », d’ailleurs, était parfois tout relatif, Cfr ci-dessus, n. 95.

121 On notera que Floreffe était un monastère fortifié qui contrôlait les communications entre le Hainaut et le Namurois : Gisl. Chron., ch. 145, p. 223, ch. 151, p. 235, ch. 158, p. 244 (1188-1189).

122 Küpper, Raoul de Zähringen, p. 95 n. – Il faut probablement lier à l’intérêt que cet évêque témoignait pour les ordres militaires la présence de Baudouin, magister Cisalpinensium militum templi, dans un synode liégeois de 1176 : A.H.E.B., t. i, 1864, p. 361. Il s’agit de Baudouin de Gand, maître des maisons du Temple dans le Hainaut. Cfr L. Devillers, Inventaire analytique des archives des commanderies belges..., Mons, 1876, p. xi n. 1, p. 23, 118. de Reiffenberg, Monuments, t. iv, p. clxxx-clxxxii, 424, 427 (1176, 1181). – Raoul, rappelons-le, participa à la croisade de Frédéric Barberousse (1189-1191).

123 Comme l’indique par exemple la charte de l’évêque Otbert pour le Mont-Cornillon : « ut quicumque frater, abjectis negotiis saecularibus Deo militaturus » Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332 (1116). – Cfr Dereine, op. cit., p. 240-241.

124 Transformant l’église d’Aulne en chapitre régulier, Albéron II précise quel sera le vêtement des chanoines. Les prescriptions épiscopales en matière d’habillement ont un but bien défini : « ne, si forte, causis « xigentibus, in conventum nostrum venerint, dissimiles nobis habitus novitate inveniantur ». En apparence, les chanoines réguliers ne doivent donc pas se distinguer de leurs confrères séculiers. Devillers, Mémoire sur un cartulaire d’Aulne, n° 1, p. 228 (1144). – Cfr Dereine, p. 232.

125 Dans sa lettre à l’évêque Albéron Ier relative aux chanoines réguliers, l’archevêque Frédéric Ier de Cologne rappelle que les clercs dépendent directement de l’évêque : Migne, P.L., t. clxx, col. 527 (1122-1128). – Sur ce point, voir les remarques de Weinfurter, Neuere Forschung zu den Regularkanonikern, p. 391-393.

126 Devillers, Aulne, n° 1, p. 227-229 (1144). – Cfr Dereine, p. 231-232.

127 A l’occasion du séjour de saint Bernard à Liège (janvier 1147) selon Gilles d’orval, lib. iii, ch. 31, p. 105-106. – Cfr Historia miraculorum in itinere Germanico patratorum, lib. iii, ch. 1-2, M.G.H., SS., t. xxvi, p. 133-134. – Vacandard, Vie de saint Bernard, t. ii, p. 287 et n. 4, p. 299 : Bernard passe à Liège en 1146 et y revient en 1147.

128 C.S.L., t. i, n° 48, p. 81-84 (1158).

129 « tam libere et quiete ut ego si voluissem » ibid. – La liberté en matière d’avouerie ne concernait sans doute que l’abbaye proprement dite. Certaines de ses possessions, en effet, restèrent placées sous la juridiction des avoués. L’abbaye, d’ailleurs, s’efforça d’écarter ces derniers : A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 4 R° (1161), f° 82 V°-83 R° (1165). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, p. 149 (1169). – Sur la politique des abbayes cisterciennes vis-à-vis des avoués, voir les travaux de Génicot et de Laprat cités n. 102.

130 Ce qui allait à l’encontre de la politique romaine qui visait à exempter les monastères cisterciens de la juridiction épiscopale : Pfurtscheller, Die Privilegierung des Zisterzienserordens.

131 Voir notamment les diplômes impériaux pour Floreffe, Parc et Villers : M.G.H., DD., Konrad III, n° 74, p. 130-132 (1142), n° 258, p. 446-449 (1151), Friedrich I., n° 40-41, p. 67-69 (1152), n° 81-82, p. 134-137 (1154). – Bôhmer-baaken, Heinrich VI, n° 648, p. 258 (1184-1197). – Cfr Laprat, op. cit., col. 1239-1240. – Bosl, Die Reichsministerialität, t. i, p. 154-155.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540