Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Deuxième partie. Le clergé

Chapitre premier. L’église cathédrale et les collégiales

Texte intégral

« ...ô domus excellentis fabrice ! ô nobilis atque Mustris ecclesia, clero, institutionibus multisque insignibus gloriosa ! »
Breviloquium de incendio S. Lamberti, M.G.H., SS., t. xx, p. 620.

§ 1. La structure interne du chapitre de Saint-Lambert et la collation des prébendes

  • 1 Institutio canonicorum Aquisgranensis, éd. A. Werminghoff, M.G.H., LL., Conc. aevi Karol, t. i, 1, (...)
  • 2 Ibid., cap. 115, p. 397.
  • 3 « fratrum in una societate viventium ». Ibid., cap. 117, p. 398.

1À l’époque carolingienne, le collège des clercs (clerici canonici) qui vivait, selon la règle (regula canonica), dans l’entourage de chaque évêque a été réorganisé : sous l’impulsion de l’empereur Louis le Pieux toutes les églises cathédrales de l’Empire furent invitées à se conformer aux préceptes de ce que l’on appelle généralement la règle d’Aix (816)1. Cette règle imposait aux chanoines une vie commune mitigée : la discipline claustrale n’était pas trop rigoureuse et la possibilité était laissée aux clercs de posséder des biens en propre (propriaeres)2. Progressivement, la vie commune des chanoines3 disparaîtra : ce processus, — phénomène général bien connu, — se déroulera plus ou moins rapidement selon les circonstances et selon les lieux, mais on peut affirmer qu’il était déjà partout fort avancé vers la fin du xiie siècle.

  • 4 Ibid., cap. 131, p. 408. – Cfr A. Auda, L’école musicale liégeoise au xe siècle. Etienne de Liège, (...)
  • 5 La bibliographie du sujet est fort étendue. Voir notamment : P. Torquebiau, art. Chapitres de Chan (...)

2La fonction principale des chanoines était le chant de l’office divin : ils célébraient la messe conventuelle et psalmodiaient les heures canoniales dans la cathédrale4. En outre, ils étaient chargés d’aider l’évêque dans l’administration de son diocèse5.

  • 6 La vitalité de la règle d’Aix-la-Chapelle dans le diocèse de Liège a été soulignée par Ch. Dereine(...)

3La règle promulguée au concile d’Aix-la-Chapelle en 816 fut adoptée par le chapitre cathédral liégeois qui lui resta fidèle6.

  • 7 Dans le diplôme de l’empereur Charles III le Gros délivré en faveur de l’église de Liège le 26 jui (...)

4En raison de l’application de cette règle, une partie de la dotation des églises fut affectée à l’entretien des chanoines : telle est l’origine de la mense capitulaire dont l’existence à Liège, remonte au ixe siècle. Elle n’est donc pas, comme on l’affirme habituellement, une création de Notger7.

  • 8 La cessation de la vie commune dans les églises canoniales de Liège, Annuaire d’hist. liégeoise, t (...)
  • 9 Dans son compte rendu de l’étude de Poncelet, G. Despy considère que la fin de la vie commune dans (...)

5E. Poncelet était persuadé que la vie commune s’était maintenue, dans la cathédrale et dans les collégiales liégeoises, jusqu’à la fin du xiie siècle8. Les vues de cet historien soulevèrent des objections qui nous ont paru légitimes9.

  • 10 Anselme, ch. 41, p. 211-215. Cfr W. Wattenbach, Ein Brief des Bischofs Wazo von Lüttich, Neues Arc (...)

6Si de la lettre écrite en 1025-1029 par le doyen de la cathédrale, Wazon, à son prévôt Jean on peut déduire que les chanoines fréquentaient encore assidûment le chœur, le réfectoire et le dortoir — donc respectaient toujours les obligations de la vie commune — il reste que le même document prouve que le grand-prévôt — absorbé sans doute par ses responsabilités séculières — ne donnait déjà plus le bon exemple10.

  • 11 C.S.L., t. i, n° 31, p. 51 (1108) : ce doc. qui fait visiblement état d’une situation plus ancienn (...)
  • 12 C.S.L., t. i, n° 30-31, p. 49, 51 (1107, 1108), n° 38, p. 62-63 (1136), Cantatorium, ch. 96, p. 24 (...)
  • 13 Ce texte prouve donc que certains chanoines ne « résidaient » plus et autorise même à supposer qu’ (...)

7Il est pratiquement impossible, faute de documents, de suivre pas à pas la lente désagrégation de la vita communis. Certains indices, cependant, ne trompent pas. Dès le début du xiie siècle, la maison particulière n’est plus une nouveauté dans les encloîtres de Saint-Lambert11. Les chanoines ont un domicile individuel et entretiennent une domesticité personnelle12. Toutefois, une portion du chapitre continue de vivre en communauté : les statuts publiés par le légat pontifical Guy de Palestrina en 1203 stipulent que les chanoines « résidants » devaient, sous peine de sanctions, dormir au dortoir, manger au réfectoire et assister dans le chœur de la cathédrale aux matines, à la messe et aux vêpres13.

  • 14 C.S.L., t. i, n° 85, p. 135-138 (1203), cfr n° 76, p. 121-123 (1200). – Görres, Domkapitel, p. 13- (...)
  • 15 Renier, Annales, éd. Alexandre, p. 71 (1204). – Cfr C.S.L., t. i, n° 95, p. 150-151 (1204-1207). – (...)

8Au xiie siècle, la vie commune était donc devenue facultative. Il est d’ailleurs significatif qu’en 1203 on ait rattaché à la cathédrale dix nouveaux canonicats dont les titulaires, sous le nom de chanoines de Saint-Materne, devaient chanter les heures canoniales et assumer la suppléance des chanoines absents14. Rien ne saurait indiquer plus clairement le peu d’enthousiasme que montraient alors les chanoines dans la fréquentation du chœur. Enfin, c’est également aux forces de dissociation qui travaillaient la communauté canoniale qu’il faut attribuer la transformation radicale qui fut apportée, en ce même début du xiiie siècle, à la gestion du temporel du chapitre : c’est en 1204, en effet, que les chanoines de Saint-Lambert divisèrent la mense capitu-laire en prébendes individuelles15.

  • 16 Vita Alberti, ch. 5, p. 143. – Il en était toujours ainsi à l’époque moderne, du moins pour les gr (...)
  • 17 Nous n’avons pas trouvé mention du canonicat de l’évêque antérieurement à 1215. Rien ne prouve don (...)
  • 18 Notger « templum LX canonicorum [...] exaltavit ». Vita Notgeri, ch. 2, éd. Kurth, p. 11. – Ce tex (...)
  • 19 En 1244-1246 le chapitre cathédral de Cologne dispose en tout de 72 prébendes dont 24 mensae maior (...)

9À la fin du xiie siècle, le chapitre cathédral liégeois comptait exactement 60 canonicats16, y compris peut-être celui que l’évêque s’attribuait17. Il semble que ces 60 prébendes existaient depuis l’épiscopat de Notger (972-1008)18. C’est un chiffre considérable qui place le chapitre de Saint-Lambert parmi les plus importants du royaume germanique : même celui de Cologne ne pouvait rivaliser avec lui19.

  • 20 Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180 (960) et ci-dessus n. 18 (963). – de Marne (...)
  • 21 Le premier prévôt-archidiacre connu est Robert qui vivait au temps de Notger. Cfr ci-dessous, p. 3 (...)
  • 22 Anselme, ch. 41, p. 211-213, ch. 46-47, p. 217-218. – Nizon, Vita Friderici, ch. 5, p. 504. – Gill (...)
  • 23 Anselme, ch. 45, p. 216-217.
  • 24 Ci-dessus, p. 170-172.

10À la tête du chapitre, le prévôt. C’est un certain Jean, mentionné en 960 et 963, qui inaugure la série20. Dès l’épiscopat de Notger (972-1008), le grand-prévôt de Liège joint à sa dignité celle d’archidiacre21. Il avait dans ses attributions la gestion du temporel du chapitre22. Après l’évêque, il était incontestablement le personnage le plus important du diocèse. Lors des élections épiscopales il jouissait, souvenons-nous, du privilège de la prima vox et l’on ne s’étonnera pas qu’il soit devenu, dans le courant du xiie siècle, le candidat le plus en vue à la succession de l’évêque. Entre les mains d’un homme ambitieux et décidé, la prévôté de Saint-Lambert pouvait porter ombrage à l’autorité de l’évêque lui-même23. Le cas du grand-prévôt Henri de Leez est tout à fait caractéristique à cet égard24.

  • 25 Anselme, ch. 41, p. 212, 214. – Alger, De dignitate ecclesie Leodiensis, éd. Bormans et Schoolmees (...)
  • 26 Voir ci-dessous, annexe IV.

11Sous le prévôt, le doyen, responsable de l’organisation interne du chapitre, de la vie spirituelle et du maintien de la discipline25. Le premier doyen connu est le futur évêque Wazon, appelé au décanat sous l’épiscopat de Baldéric II, en 101326.

  • 27 En raison de sa « dignitas principalis magisterii », l’écolâtre de la cathédrale, à Liège comme ai (...)
  • 28 Sur ces différentes fonctions, voir Anselme, ch. 41, p. 212. – J. Daris, dans de Theux, Le chapitr (...)

12Ces deux dignités étaient incontestablement les plus importantes. Il suffira de mentionner les autres : celle d’écolâtre27, de chantre, de coûtre et de cellerier28.

  • 29 C.S.L., t. i, n° 2, p. 3 (831). – Cfr Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln, p. 135-137.
  • 30 « nobiscum res stabiliendorum stipendiorum respicit ad episcopum » Anselme, ch. 67, p. 230. – Appe (...)

13Mais le véritable chef du chapitre, le rector monasterii sancti Lande-berti martiris Christi, pour reprendre les termes d’un diplôme de Louis le Pieux29, est précisément le successeur de saint Lambert : l’évêque30.

  • 31 Ces dignités étaient des fonctions entraînant juridiction.
  • 32 Nous basons nos affirmations sur les doc. suivants : A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 182 R° (103 (...)

14Son droit sur le chapitre cathédral se maintient à travers les siècles et s’affirme continuellement d’une manière fort simple : il semble bien, en effet, que tous les canonicats et toutes les dignités31 de la cathédrale et même des sept collégiales de la Cité, soient restés à sa collation32.

  • 33 Il est hors de doute que l’évêque, auquel appartenait le pouvoir de conférer les abbatialités et l (...)
  • 34 Paquay, Cartulaire de Tongres, t. i, n° 2, p. 49-50 (1174) : la prévôté vacante est « tenue » par (...)
  • 35 Gisl. Chron., ch. 149, p. 230-231, ch. 255, p. 331. – Arnoul, prévôt de Malines était chanoine de (...)
  • 36 On s’aperçoit, en effet, que les prévôts de plusieurs églises sont choisis parmi les chanoines de (...)
  • 37 Cette église était l’ancienne cathédrale : Deeters, Servatiusstift, p. 23-24. – L’écolâtre de Sain (...)
  • 38 Cfr E. Schoolmeesters, Liste des prévôts de la collégiale de Notre-Dame à Huy, Leodium, t. vi, 190 (...)
  • 39 Les archidiacres Henri (1112), Amalric (1167, 1171) et Walter (1183, 1189), les chanoines de Saint (...)
  • 40 L’archidiacre Jean est prévôt d’Aldeneik (1139) : Soenen, Monasticon belge, t. vi, 1976, p. 87. – (...)
  • 41 L’archidiacre et prévôt Hugues est abbé de Dinant (1199) : de Marneffe, p. 460.
  • 42 L’écolâtre de la cathédrale, Lambert, est abbé de Ciney (1199) : ibid., p. 461.
  • 43 Jean abbé de Thuin est chanoine de Saint-Lambert. Piot, Saint-Trond, t. i, p. 119 (1171).
  • 44 Henri abbé d’Amay est cité juste après le doyen de Saint-Lambert dans un doc. de 1130 : Closon, B. (...)
  • 45 L’église de Meeffe fut incorporée à l’abbaye liégeoise de Saint-Laurent par Henri II de Leez, en 1 (...)
  • 46 En 1144, l’évêque Albéron II introduit à Aulne la règle de Saint-Augustin et abandonne aux chanoin (...)
  • 47 En 1147 Henri II de Leez installe à Malonne une communauté de chanoines réguliers et se réserve l’ (...)

15En dehors du prévôt de la cathédrale, des prévôts des collégiales liégeoises et de l’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts33, l’évêque désignait le chef d’un certain nombre de communautés canoniales situées en dehors de la Cité. Malheureusement, les sources des xie et xiie siècles ne nous apportent, sur ce point, que des indications fort sommaires. Il est certain toutefois que l’évêque désignait le prévôt de l’église Notre-Dame de Tongres34 et les abbés de Notre-Dame de Namur et de Saint-Rombaut de Malines35. La vraisemblance36 ou de solides indices nous portent à croire qu’il en était de même pour Notre-Dame de Maastricht37, Notre-Dame de Huy38, Saint-Feuillien de Fosses39, Saintes-Relinde-et-Harlinde d’Aldeneik40, Notre-Dame de Dinant41, Notre-Dame de Ciney42, Saint-Théodard de Thuin43, Sainte-Ode d’Amay44 et Saint-Sévère de Meeffe45. Enfin, jusqu’au milieu du xiie siècle, ce fut l’évêque qui désigna les « abbés » de Saint-Pierre d’Aulne46 et de Saint-Bertuin de Malonne47.

  • 48 Gesta abbreviata, M.G.H., SS., t. xxv, p. 130-131 : il s’agit, rappelons-le, des « abbayes » de Li (...)
  • 49 C.S.L., t. i, n° 84, p. 133. – Tel est le sens précis, sans doute, des libertates que le pape Grég (...)

16Or, presque toutes ces églises — Notre-Dame de Tongres, Notre-Dame de Maastricht et Saint-Feuillien de Fosses mises à part—figurent dans la liste, que nous avons déjà rencontrée, des « abbayes-chapelle-nies »48 dont le statut de 1203 attribue la collation à l’évêque, pour autant qu’il choisisse le titulaire parmi les chanoines de la cathédrale49.

  • 50 Voir la bulle du pape Sixte V du 7 mai 1585 dans Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 319, p. 311-312 e (...)

17Il nous paraît donc établi qu’aux xie et xiie siècles l’évêque eut non seulement la haute main sur le chapitre de Saint-Lambert et les autres communautés canoniales de la Cité, mais aussi sur une quinzaine d’églises conventuelles dispersées dans le diocèse et même — c’est le cas de Malines — en dehors de celui-ci. Ces églises, qui toutes faisaient partie de la « terre de saint Lambert », formeront les « prévôtés » ou « abbayes séculières » de l’église de Liège attribuées d’office à des chanoines de Saint-Lambert50.

§ 2. Le recrutement des chanoines de Saint-Lambert

  • 51 « de canonicis non nisi libere conditionis ibidem instituendis vel de libera eiusdem ecclesie fami (...)

18En 1189, le pape Clément III confirmait à l’église de Liège toutes ses possessions et stipulait que seules des personnes de condition libre ou issues de la libre familia de l’église pouvaient y devenir chanoine51.

  • 52 Anselme, ch. 29, p. 205, ch. 67, p. 230.
  • 53 Souvenons-nous de Durand, qui était d’origine servile : devenu évêque, il n’oublie cependant pas l (...)
  • 54 Cap. 119, p. 399.

19Ces restrictions — que l’on couche sur le parchemin parce que, sans doute, la tendance devenait grande de ne les plus respecter — étaient, pensons-nous, fort anciennes. Aux dires d’Anselme, qui tient la plume vers le milieu du xie siècle, Notger ne recrutait pas seulement ses clercs parmi les ingenui mais également parmi les membres de la fidelis familia ecclesiae, et Wazon, à ce qu’il semble, ne procédait pas autrement52. La raison de ce choix est fort simple : le clergé issu de la classe des dépendants était beaucoup plus docile et l’évêque avait meilleure prise sur ces individus liés à leur maître par une lourde dette de reconnaissance53. Au vrai — on ne l’a pas suffisamment remarqué — l’évêque se conformait tout simplement aux principes énoncés par la règle d’Aix qui admettait l’attribution de certains canonicats aux membres de la familia ecclesiae pour autant que le recrutement ne se fasse pas au détriment des nobiles54.

  • 55 Cette liste, bien que dépouillée de tous ses détails superflus, était beaucoup trop longue pour êt (...)
  • 56 Nos calculs sont basés sur un total de 75 chanoines mentionnés, pour la plupart, dans la liste que (...)
  • 57 Paquay, Saint-Barthélemy, n° 6, p. 95 (1078). – Cfr Ganshof, Ministeriales, p. 146.
  • 58 Prévôt de Saint-Paul. Cité de 1176 à 1189-1191 et décédé avant 1193. Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, (...)
  • 59 Cité dès 1194. – † ca 1220. – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 527-528. – de Marneffe, Tableau, t. (...)
  • 60 Cité à partir de 1194. – † ca 1207. – A.E.L., Abb. de Robermont, chartrier, n° 3 (1194). – Sa mère (...)
  • 61 Il était le fils de Wéry de Pré : A.E.L., Robermont, ibid. (1194). – Cfr Ganshof, p. 141.
  • 62 Paquay, Saint-Barthélemy, n° 6, p. 95 (1078). – Cfr Kurth, La Cité de Liège, t. i, p. 96-97, 164-1 (...)
  • 63 Cité de 1172 à 1189 : A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 25, p. 222. – Thimister, Saint-Paul, p. 19. – Cf (...)
  • 64 C.S.L., t. i, n° 42, p. 70 (1147). – Peut-être faut-il lire Baugarus, « le Bavarois » Du Cange, Gl (...)
  • 65 Despy, Waulsort, t. i, n°43, p. 393 (1178). – Cette expression, assez fréquente dans la toponymie (...)
  • 66 Tyerase, Tyraisce, Tieraisse, cité de 1170 à 1189 : Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, p. 1 (...)

20Si l’on se penche maintenant sur la liste des chanoines de Saint-Lambert des xie et xiie siècles55 dont l’origine sociale est établie, nous constatons que 90,6 % d’entre eux appartiennent au groupe des nobiles-liberi, 6,5 % à celui des ministeriales et 2,6 % à la bourgeoisie56. Parmi les non-nobles on relève des membres de la familia de Saint-Lambert : Godescalc de Pont57, Pierre de Momalle58, Thomas de Hemricourt59, Raoul de Comblain-de Pré60 et Emorrundus de Pré61. Des membres du patriciat urbain liégeois : Godescalc d’Ile62 et Jean de Cologne63. Enfin, nous doutons fort que le chantre de la cathédrale Henri Bangarus64, les chanoines Walter de Catena ou de la Chaîne65 et Walter Tyraisce ou Étoffe66, fussent de très noble extraction. Le sobriquet du dernier, en tout cas, évoque la bourgeoisie marchande.

  • 67 Les calculs sont faits sur un total de 80 chanoines dont les noms figurent, pour la plupart, dans (...)
  • 68 Chot-Stassart, op. cit., p. 34-48, pour sa part, constate que les Lotharingiens dominent largement (...)
  • 69 Les calculs sont faits sur un total de 63 chanoines-nobles, dont les noms figurent dans la liste d (...)

21Si l’on considère maintenant le recrutement du chapitre du point de vue géographique, on s’aperçoit que 81 % des chanoines dont le lieu d’origine est connu de façon suffisamment précise67 proviennent du diocèse de Liège68. Enfin, 68 % des chanoines de condition noble appartiennent à des lignages qui font partie de l’entourage de l’évêque69. Bref, le chapitre cathedral liégeois nous donne l’image d’un milieu relativement fermé, lié de façon étroite à la curia épiscopale et qui se donne pour cadre les limites de l’évêché ; ici encore, le diocèse est une réalité.

***

22Parcourons la liste des chanoines de Saint-Lambert. Aussitôt, quelques lignages s’imposent à notre attention.

  • 70 Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 360. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 4, M.G (...)
  • 71 Vita Richardi abb. S. Vitoni, ch. 10, M.G.H., SS., t. xi, p. 286. – Hugues de Fla Vigny, Chronicon (...)
  • 72 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 8, p. 57-58. – Cfr Cantatorium, ch. 27, p. 84. – de Marneffe(...)
  • 73 de Chestret de Haneffe, B.I.A.L., t. xxxviii, 1908, p. 115 (1084). – Bresslau, Neues Archiv, t. xx (...)
  • 74 de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125 (1092). – Ce comte Albert était vraisemblablement Albert d (...)
  • 75 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum..., lib. X, ch. 1, Rec. Hist. C (...)

23Au xie siècle, la maison d’Ardenne ou de Verdun est particulièrement bien représentée. Le plus remarquable d’entre ses membres est incontestablement Frédéric d’Ardenne, fils du duc Gothelon Ier († 1044) et frère des ducs Gothelon II (1044-1046) et Godefroid le Barbu (1065-1069), chanoine et archidiacre de Liège, puis chancelier du pape Léon IX, légat pontifical à Constantinople, abbé du Mont-Cassin, pape enfin, sous le nom d’Étienne IX (1057-1058)70. Il faut également rattacher à ce groupe familial l’archidiacre Grégoire, fils du comte Herman, petit-fils du comte Godefroid de Verdun et cousin germain de Godefroid le Barbu71 ; le prévôt de la cathédrale Herman, évêque de Metz de 1073 à 1090, apparenté à l’évêque de Liège Henri de Verdun et, semble-t-il, au duc Godefroid le Bossu (1069-1076)72 ; l’archidiacre Herman, nepos de Herman de Metz73 et frère d’un comte Albert74 ; enfin, le chanoine Baudouin de Boulogne neveu de Godefroid le Bossu et frère du duc Godefroid de Bouillon (1087-1100)75.

  • 76 Ci-dessus, p. 185 et le tableau généalogique, à l’annexe III.
  • 77 Ci-dessus, p. 145 sv.
  • 78 II abandonne sa dignité en 1141-1142 et gagne la Terre Sainte où il deviendra archevêque de Tyr (t (...)
  • 79 Küpper, Raoul de Zähringen, p. 41 et n. 114.
  • 80 « de prosapia Namucensi » Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117. – Gisl. Chron., ch. 33, p. 66, (...)

24Au xiie siècle, la maison de Namur-Hainaut, dont nous avons déjà souligné le caractère « épiscopal »76, installe volontiers ses rejetons à la prévôté, position clé du chapitre. Le fils d’Albert III de Namur (t 1102), Frédéric, est prévôt de la cathédrale puis évêque à la mort d’Otbert77. Le petit-fils d’Albert III, Frédéric de La Roche, sera, lui aussi, grand-prévôt de Liège78. De même Albert de Rethel († 1195), neveu du comte de Namur Henri l’Aveugle († 1196), cousin germain de l’évêque Raoul et du comte Baudouin V de Hainaut († 1195)79, de même encore Hugues de Pierrepont, prévôt puis évêque en 1200, neveu, par sa mère, d’Albert de Rethel et soutenu, comme il se doit, par son parent le comte Baudouin VI (IX) de Hainaut-Flandre († 1205)80. Décidément, la prévôté de la cathédrale — avec tout ce qu’elle promettait — exerçait sur la maison namuroise un irrésistible attrait.

  • 81 Voir le tableau généalogique en annexe VI.
  • 82 Kurth, Saint-Hubert, t. i, n° 18, p. 19 (1064), n° 40, p. 47 (1079) : le doc. de 1079 est un faux (...)
  • 83 Cantatorium, ch. 18, p. 46, ch. 98, p. 255.
  • 84 Ibid., ch. 76, p. 181, ch. 93, p. 242, ch. 98, p. 254-255. – Miraeus-Foppens, OD ., t. iii, p. 29 (...)
  • 85 A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 25, p. 220-222 (1173), n° 26, p. 222-224 (ca 1173), n° 32, p. 236-239 (...)
  • 86 Gesta abb. Trud., Cont IIa, lib. II, ch. 4, p. 30. – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 51, p. 68-69 (114 (...)
  • 87 Ci-dessus, p. 173. -Peut-être l’évêque Alexandre Ier (1128) lui était-il apparenté.

25Toutefois, les descendants de Bérenger furent loin de monopoliser toutes les dignités importantes du chapitre liégeois. Grande aussi était l’influence d’une famille de moindre envergure mais dont nous connaissons déjà l’importance dans l’entourage épiscopal : les Montaigu-Duras81. Jean de Montaigu, fils du comte Gozelon (f 1064) et frère du comte Conon († 1106) était prévôt de la collégiale Saint-Pierre — donc chanoine de la cathédrale — en 107982. Son frère Henri, fut archidiacre et doyen de la cathédrale († 1124)83. Henri, leur neveu, archidiacre († 1125)84 et le petit-neveu de ce dernier, Pierre de Duras, chanoine († après 1188)85. Les deux grands-oncles maternels de Pierre, Brunon et Thierry de Duras, furent respectivement archidiacre et chanoine de Saint-Lambert86. Un Duras aussi — du moins un parent très proche — le grand-prévôt Alexandre qui- monta sur le siège épiscopal en 116487. On aurait tort de tenir pour négligeable le rôle qu’un groupe familial comme celui des Montaigu-Duras jouait alors dans l’évêché de Liège...

  • 88 Un passage d’Anselme est particulièrement éclairant : à la mort d’un chanoine, l’évêque est immédi (...)
  • 89 Par exemple : le chanoine Jean et l’archidiacre-doyen Henri de Montaigu (ci-dessus, n. 82-83). – L (...)
  • 90 Nous citons l’oncle en premier lieu : le prévôt Godescalc et Hugues (déb. xie s.) : Vita Balderici (...)

26Si l’évêque, en droit, disposait de toutes les prébendes et de toutes les dignités de son église, ce n’est pas lui qui choisissait nécessairement les candidats. En réalité, sa liberté d’action était considérablement gênée par l’emprise des parentèles88. Les chanoines de Saint-Lambert n’étaient pas seulement des frères spirituels. Il se rencontrait parmi eux des frères de même sang89 et, surtout, un grand nombre de couples oncle-neveu90, à tel point, que le népotisme — au sens littéral du mot — apparaissait alors comme une forme normale de recrutement.

  • 91 « quicumque de progenie nostra canonici sancti Lamberti fuerint, et semper proxi-mior genere habea (...)
  • 92 Ibid., n° 31, p. 51.
  • 93 Ibid., n° 58, p. 96-98 (1178). – O.S.L., P 21 V° (27 févr.). – Au décès d’Arnoul, le duc Godefroid (...)
  • 94 Stiennon, Saint-Jacques, n° 12, p. 451-452 (1188-1191). – Schoolmeesters, dans Leodium, t. iii, 19 (...)

27Le poids du lignage était si lourd qu’un véritable droit de succession fut adopté au sein du chapitre cathédral. Pourquoi le frère ou le neveu de tel chanoine défunt et chanoine lui-même n’aurait-il pas succédé à son parent dans son avoir ou dans ses dignités ? Lorsqu’en 1085 le chanoine Elbert reçoit un alleu du chapitre en tenure héréditaire (hereditas), n’est-il pas prévu que ce bien, après le décès d’Elbert, sera exclusivement transmis à des chanoines de Saint-Lambert de sa race91 ? Le statut de 1108, qui réaffirme pourtant — sans doute parce qu’on l’oubliait trop souvent — quod in domibus claustralibus nulla est hereditas ex consanguinitate, stipule que la maison du chanoine mort intestat doit tout d’abord être proposée, à prix avantageux, à son plus proche parent, pour autant que ce dernier n’ait pas déjà de maison claustrale92. L’archidiacre Renier d’Aarschot († 1169) lègue sa maison et d’autres biens à son cognatus le chanoine Arnoul de Grimbergen († ca 1178) ; parmi les membres du chapitre cathédral, Renier avait bien d’autres parents plus proches, néanmoins il favorisa son ami d’enfance93. A la mort de l’archidiacre Raoul († 1184-1185), son frère Arnoul, chanoine, lui succède dans l’administration de l’obédience de Fétinne ; son second frère, Évrard, dans l’archidiaconé de Hesbaye et la prévôté de Saint-Martin94.

  • 95 Ci-dessus, p. 159.
  • 96 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 450-455, t. xxxi, 1905, p. 117-118. – Schoolmeesters, Leodi (...)
  • 97 de Marneffe, t. xxv, p. 453-456, t. xxvi, 1896, p. 385, t. xxxi, p. 117-119. – Lahaye, Saint-Jean,(...)
  • 98 de Marneffe, t. xxv, p. 455-460, t. xxvi, p. 385, t. xxxi, p. 118-119. – Schoolmeesters, Leodium, (...)
  • 99 A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 14 R°-V° (1190). – Küpper, Raoul de Zähringen, p. 155 et n. 50.
  • 100 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 458-461. – Schoolmeesters, Leodium, t. vi, 1907, p. 116.-Pa (...)

28À l’emprise des groupes familiaux s’ajoutait celle de quelques privilégiés qui dominaient leurs confrères en accumulant prébendes et dignités. Il suffira de citer quelques exemples : Alexandre, évêque en 1128, était archidiacre et coûtre de la cathédrale, prévôt de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin95. Brunon de Duras (f 1178-1181) fut archidiacre et prévôt de Saint-Barthélemy et de Sainte-Croix96. Raoul (f 1184-1185), archidiacre, coûtre, prévôt de Saint-Jean, de Saint-Martin et de Saint-Paul97. Albert de Rethel (t 1195), archidiacre, grand-prévôt, prévôt de Saint-Martin et de Saint-Denis98. Albert de Louvain, rétabli dans ses dignités par le cardinal-évêque Henri d’Al-bano (1188), cumula dès lors les fonctions d’archidiacre, de prévôt de Saint-Jean et de Saint-Pierre et d’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts99. Hugues de Pierrepont, évêque en 1200, fut archidiacre et prévôt de Saint-Lambert, prévôt de Huy et de Tongres et abbé de Notre-Dame de Dinant100.

29Cette concentration de charges et d’offices entre les mains de certains chanoines de Saint-Lambert ne donnait pas seulement à quelques individus des moyens de domination : elle renforçait aussi, considérablement, le prestige et la puissance de la cathédrale et lui assurait, sur les autres corporations religieuses de l’évêché, une prépondérance indiscutable.

§ 3. Les églises secondaires

  • 101 Vita Hugberti, ch. 10, p. 488, ch. 15, p. 492, ch. 19, p. 494. – Anselme, ch. 16, p. 198, ch. 22, (...)
  • 102 Anselme, ch. 24, p. 202. – L’origine de Saint-Martin est un peu particulière : l’évêque Éracle ava (...)
  • 103 Anselme, ch. 26, p. 203-204, ch. 27, p. 204. – Vita Notgeri, ch. 4, p. 11, ch. 9, p. 14-15, ch. 10 (...)
  • 104 Anselme, ch. 31, p. 207 et la corr. du texte par Kurth, B.C.R.H., 4e sér., t. ii, 1875, p. 390. – (...)
  • 105 C’est le cas de Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Martin et Saint-Jean.
  • 106 Sainte-Croix fut fondée par le prévôt de la cathédrale Robert ; Saint-Denis par le coûtre Nithard  (...)
  • 107 Anselme dit qu’Éracle fixa le nombre des chanoines de Saint-Paul à 30. La Vita Notgeri, ch. 3, p. (...)
  • 108 Anselme écrit qu’il y avait initialement 20 chanoines à Saint-Denis, auxquels, « procedente vero t (...)
  • 109 Sainte-Croix : Anselme, ch. 67, p. 230, Wazon ajoute 15 prébendes aux 15 qui existaient depuis Not (...)
  • 110 Il semble qu’il n’y ait eu que 15 canonicats à Notre-Dame de Huy. Le chiffre aurait été porté à 30 (...)

30Dès l’aube du xie siècle, sept collégiales se dressaient dans la Cité de Liège. Saint-Pierre, fondée par l’évêque Hubert (706-727) et agrandie par Richer (920-945)101 ,Saint-Paul et Saint-Martin fondées par l’évêque Éracle (959-971)102, Sainte-Croix, Saint-Denis et Saint-Jean fondées sous Notger (972-1008)103 et Saint-Barthélemy sous Baldéric II (1008-1018)104. Toutes ces églises ont été construites à l’initiative personnelle de l’évêque105 ou, du moins, grâce à son appui106. Le nombre des prébendes de chaque collégiale fut progressivement augmenté au point d’atteindre pour chacune d’entre elles le chiffre de 30. Ainsi en fut-il à Saint-Pierre depuis la réorganisation entreprise par Richer, à Saint-Martin depuis Éracle, à Saint-Paul depuis Éracle ou Notger107, à Saint-Jean et, semble-t-il, à Saint-Denis, depuis Notger108, à Sainte-Croix et à Saint-Barthélemy depuis Wazon109. Bref, dès l’épiscopat de ce dernier (1042-1048) le chef-lieu du diocèse ne comporte pas moins de sept églises conventuelles desservies chacune par 30 chanoines. Si l’on ajoute à leur nombre les 60 chanoines de la cathédrale, on atteint le chiffre très considérable de 270 chanoines séculiers pour les seules cathédrale et collégiales de Liège110.

  • 111 « nichil ab eis (canonicis) querens nisi probos mores et utilitatem divinae servitutis » Anselme, (...)
  • 112 « quilibet in armis praepotens ». M. Joris pense, avec raison nous semble-t-il, qu’il s’agit du du (...)
  • 113 Anselme, ch. 26, p. 204. – Sur le rôle de la Croix comme titulaire des édifices religieux et sur l (...)
  • 114 C’est le point de vue, exprimé de façon un peu trop catégorique peut-être, par J. Lestocouoy selon (...)
  • 115 Cfr J.F. Lemarignier, Aspects politiques des fondations de collégiales..., dans La vita comune del (...)
  • 116 Cfr J. Dhondt, Développement urbain et initiative comtale en Flandre au xie s., Revue du Nord, t. (...)
  • 117 Tel fut le cas de Saint-Martin, de Saint-Denis et de Sainte-Croix. Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 141 (...)
  • 118 Anselme, ch. 1, p. 191.
  • 119 F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, 2e éd., p. 13-16. – Ci-dessus, p. 95-104.
  • 120 Nous ne nous attarderons pas sur l’organisation interne des collégiales. Comme la cathédrale, elle (...)

31Pourquoi les évêques ont-ils donc fondé ou, du moins, encouragé la fondation de toutes ces collégiales ? A vrai dire, ils étaient animés par des préoccupations diverses. La fonction essentielle du chanoine étant le chant de l’office divin, multiplier les collégiales ne pouvait manquer d’attirer sur le diocèse la protection divine111. L’importance des secours venant du Ciel ne doit pas être sous-estimée : à l’endroit même où un homme puissant et dangereux voulait construire une forteresse112, Notger fonde une collégiale dédiée à la sainte Croix, car « il tenait pour certain que par la vertu de la Croix victorieuse lui et ses biens seraient beaucoup mieux protégés que par toutes les armes humaines »113. En fondant ces églises aux alentours mêmes de son siège épiscopal, l’évêque fixait près de lui un grand nombre de clercs parmi lesquels il recrutait conseillers, collaborateurs et hommes d’écriture. En distribuant les prébendes des collégiales aux fils de l’aristocratie diocésaine, l’évêque développait son influence et se faisait des alliés114. L’attribution d’un « bénéfice » ecclésiastique rappelle étrangement l’octroi d’un fief. À la différence seulement qu’à la mort du titulaire, l’évêque était mieux en mesure de récupérer le bien et de l’attribuer à sa convenance : le chapitre et les collégiales étaient au diocèse ce que l’Église impériale était au royaume... De surcroît, fonder une église, c’était affirmer sa puissance et sa richesse et préparer son salut : la construction d’une collégiale dans laquelle vous comptiez bien être enterré, augmentait votre prestige personnel et vous mettait en mesure d’affronter l’au-delà avec plus de sérénité115. Enfin, il est difficile de nier qu’à Liège, comme dans le comté de Flandre ou le comté de Champagne par exemple116, les collégiales ont joué un grand rôle dans le développement urbain. Plusieurs d’entre elles ont été encastrées dans les fortifications érigées par Notger. Ces « forteresses sacrées », comme les appelait Kurth, ont protégé, tant par leurs murs de pierre que par leur force spirituelle, la Cité des évêques117. L’augmentation progressive du nombre des clercs — et de leur domesticité — attira dans le caput episcopii118 des populations qui devaient y trouver la sécurité et la protection divine mais aussi, au moment où l’économie du pays mosan se développait, un remarquable débouché pour toute activité commerciale119. Nous n’oserions affirmer qu’en construisant leurs collégiales les évêques aient eu des desseins socio-économiques bien arrêtés. Mais que ces fondations entraînèrent des conséquences de cette nature nul, croyons-nous, ne peut en douter120.

***

  • 121 Contrairement au prévôt, le doyen était choisi au sein de la collégiale. Voir l’écrit d’Alger cité (...)

32Vis-à-vis des sept églises collégiales liégeoises, la cathédrale jouissait d’une « prérogative » qui se manifestait de différentes façons. Le prévôt des collégiales, désigné par l’évêque, devait obligatoirement être choisi parmi les chanoines de Saint-Lambert. Lors des grandes fêtes religieuses, les collégiales honoraient la grande église par un « service » (obsequium) : leurs chanoines étaient détachés à la cathédrale pour y chanter certains offices. Quand toutes les congrégations étaient réunies, le doyen de Saint-Lambert avait le droit de tancer les clercs des églises secondaires. Enfin, aucune église conventuelle ne pouvait sonner les heures canoniales avant que la cloche de Sainte-Marie et Saint-Lambert ne se soit ébranlée121.

  • 122 Vers 1101-1121 (voirn. 124). – C.S.L., t. i, n° 483, p. 595-596 (ca 1140). – W.E., n° 108, p. 183- (...)
  • 123 C.S.L., t. i, n° 68, p. 112. – Vers 1229, les chanoines de Saint-Jean élisent un des leurs comme p (...)

33La « liberté » de l’église de Liège, que les collégiales lui contestèrent à diverses reprises dans le courant du xiie siècle122, fut confirmée par le pape en 1189123.

  • 124 Ce texte est inséré dans le Liber officiorum ecclesie Leodiensis (1323), publié par Bormans et Sch (...)

34C’est pour défendre les privilèges de la cathédrale, que le chanoine Alger rédigea, vers 1101-1121, son De dignitate ecclesie Leodiensis où furent consignées, noir sur blanc, les obligations réciproques de l’église primaire et des églises secondaires124. Selon le chanoine de Saint-Lambert la « prérogative » de la cathédrale trouvait son origine dans les faits suivants :

  1. le fonds sur lequel on avait construit les collégiales était alleu de Saint-Lambert ;
  2. ces institutions étaient dotées au moyen de biens qui avaient appartenu à l’« église mère », c’est-à-dire à Sainte-Marie et Saint-Lambert125.
  • 126 Voir les sources citées ci-dessus, n. 101 à 104 et n. 109.

35La réalité est un peu différente. La dotation primitive des collégiales de la Cité — nous entendons par là celle qui devait pourvoir à l’établissement des 30 prébendes — provenait126 :

  1. des biens de l’église de Liège ;
  2. des biens du fisc ;
  3. des biens personnels (biens familiaux ou biens acquis) de l’évêque et de quelques particuliers.
  • 127 La collégiale Sainte-Croix avait été fondée par le prévôt Robert. Mais dans son diplôme de 1005 le (...)
  • 128 Cfr Vita Notgeri, ch. 2, p. 11.- Breviloquium de incendio ecclesiae sancti Lamberti, M.G.H., SS., (...)
  • 129 Trois des sept collégiales ont été fondées par des chanoines de la cathédrale (ci-dessus, n. 106).
  • 130 Notre point de vue s’écarte sensiblement de l’opinion exprimée — de façon très obscure d’ailleurs (...)

36Fondées par les prélats ou, pour le moins, sous leur bienveillante protection, les collégiales furent, dès l’origine, étroitement soumises à l’autorité épiscopale127. Quelle que fût la provenance de leur dotation, on en arriva rapidement, par une simplification bien naturelle, à considérer que tout le patrimoine de ces églises provenait des terres de l’évêché. Lorsque l’évêque désignait le prévôt d’une collégiale, il lui attribuait évidemment l’administration du temporel dans sa totalité, sans qu’une distinction ne soit établie entre des biens d’origine diverse. La « prérogative » du chapitre cathédral sur les églises secondaires est étroitement liée à sa fonction primordiale : le chant de l’office divin à Sainte-Marie et Saint-Lambert, « chef » de la Cité et « mère » de toutes les églises de Liège et du diocèse128. Il y avait, entre la grande église et les collégiales, un lien comparable à celui qui unissait une église mère à sa filiale. Ce lien, sans nul doute, s’était considérablement renforcé par la position exceptionnelle des chanoines de Saint-Lambert, qui collaboraient activement à l’administration de l’évêché. C’est fort probablement parmi ces hommes qu’il connaissait bien que l’évêque a choisi les premiers chefs de ses collégiales129 : ainsi la coutume s’est-elle sans doute établie de conférer exclusivement aux clercs de la cathédrale la prévôté des églises secondaires130.

  • 131 Alger, chanoine et écolâtre de Saint-Barthélemy, fut transféré à la cathédrale par Otbert : Nicola (...)

37Nous n’avons pas à entreprendre ici l’étude systématique du recrutement des collégiales liégeoises. Ce genre de recherche, du reste, serait compromis par la grande pauvreté de notre documentation. D’un large sondage nous pouvons néanmoins retenir les constatations suivantes : le peuplement des collégiales correspondait dans ses grandes lignes à celui de la cathédrale. Entre les églises secondaires et l’église primaire, les cloisons n’étaient pas étanches. Il arrivait que l’on commence carrière dans une collégiale et qu’on la poursuive in majorem ecclesiam131.

  • 132 Reimbald de Dongelberg, chanoine de Saint-Lambert et de Saint-Jean : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, (...)
  • 133 Il y a, bien sûr, des chanoines de collégiale dont l’origine noble est incontestable : Reimbald et (...)

38N’est pas rare non plus le chanoine de Saint-Lambert pourvu d’une prébende dans une église subalterne132. Enfin, nous avons rencontré au sein du personnel des collégiales un grand nombre de ministeriales : tout se passe, en réalité, comme si les prébendes de la cathédrale étaient attribuées, de préférence, à des nobiles-liberi et celles des collégiales à des membres de la ministérialité. Décidément, la grande église avait de multiples raisons de dominer les autres : elle n’était pas seulement la plus ancienne, la plus riche, la plus peuplée, la plus puissante et la plus responsable : elle était aussi, semble-t-il, la plus noble133.

§ 4. Les archidiacres

  • 134 Voir notamment : A. Amanieu, art. Archidiacre, Dict, de droit can., t. l, 1935, col. 948-1004. – J (...)

39L’archidiaconat, dont les premières traces apparaissent dès le ive siècle, est une des plus importantes institutions du diocèse médiéval. À l’origine, l’archidiacre, « premier des diacres », était unique. C’était un agent épiscopal qui secondait l’évêque dans l’administration du diocèse et veillait au maintien de la discipline des clercs. Au fil des siècles, le nombre des archidiacres et leur pouvoir iront grandissant134.

  • 135 Adventus sancti Eugenii martyris, éd. D. Misonne, Rev. Bén., t. lxxiv, 1964, p. 100-101 (texte écr (...)
  • 136 Même si la pluralité des archidiacres s’introduit déjà dans le courant du ixe siècle (Amanieu, op. (...)
  • 137 Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180. – L’archidiacre Bovon est également menti (...)
  • 138 Ils souscrivent une charte de l’abbé Ingelard de Saint-Riquier : Hariulf, Chron. de Saint-Riquier, (...)
  • 139 Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 264 (nous comptons le prévôt). – Nous ne tenons pas compte du doc. (...)
  • 140 Génicot, R.H.E., t. llx, 1964, n° 1, p. 41 : six d’entre eux sont cités parmi les testes ; le sept (...)

40Le premier archidiacre liégeois que nous connaissions est un certain Adhelelmus. Il vivait au temps de l’évêque Étienne (901-920) et de son successeur Richer (920-945). En 911-919 il présidait à la translation des reliques de saint Eugène à Brogne et un peu plus tard, en 925-936, on le vit assister à la consécration de l’église de Brogne par Richer135. Rien ne nous autorise à croire qu’à cette époque, déjà, il y eut plusieurs archidiacres dans le diocèse de Liège136. Mais dès 960, ils sont au moins deux : à cette date, les archidiacres Bovon et Gislebert souscrivent un acte d’Éracle pour l’abbaye de Stavelot137. Puis leur nombre necesse d’augmenter : trois en 1007138, six en 1036139 et sept en 1066140.

  • 141 « archidiaconi Septem » De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 11, M.G.H., SS., t. xiv, (...)
  • 142 Jusqu’alors, ce fut l’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts, église annexe de la cathédrale, qui exerça, sa (...)

41La division du diocèse en sept archidiaconés sera maintenue jusqu’à la fin du xiie siècle141. C’est seulement après 1200 que le nombre des archidiacres sera porté à huit par la création de l’archidiaconé de Liège142.

  • 143 Voir les cartes publiées dans le tome complémentaire de l’Histoire de l’Église en Belgique d’E. de (...)

42Rien ne prouve que les limites des sept archidiaconés, dont on doit supposer l’existence dès 1066, étaient déjà celles des archidiaconés de la fin du moyen âge143.

  • 144 C’est pourquoi la dignité de prévôt n’était pas liée à un archidiaconé déterminé. On devient donc (...)
  • 145 Anselme, ch. 26, p. 204. – Cfr Kurth, Notger, t. I, p. 149 n. 4, p. 250. – de Marneffe, Tableau, t (...)

43Un archidiaconé fut rattaché à la dignité de prévôt de Saint-Lambert. Précisons : la prévôté de la cathédrale liégeoise était toujours attribuée à un archidiacre144. L’union des deux dignités est attestée pour la première fois sous Notger (972-1008) dont le grand-prévôt Robert fut archidiacre145.

  • 146 Anselme, ch. 35, p. 208, ch. 40-41, p. 211-214.
  • 147 Ibid., ch. 45, p. 216-217. – Ci-dessous, annexe IV.
  • 148 Ibid.
  • 149 « cum archidiaconatu [...] onus praepositurae humiliter consensit subire » Anselme, ibid.. – Cfr c (...)

44Il en est de même un peu plus tard pour Jean (vers 1025)146, Lambert (1029)147 et Wazon (1029)148. Dès ce moment, l’union de la prévôté et d’un archidiaconé est devenue une coutume à laquelle il n’est plus possible de déroger149.

***

  • 150 Amanieu, op. cit., col. 962-978.

45Dans la chrétienté médiévale, les prérogatives archidiaconales connurent la même évolution que celles de tous les auxiliaires du pouvoir : elles se développèrent au détriment de l’autorité du maître. Au xie siècle, l’archidiacre est encore, dans sa circonscription, le vicaire de l’évêque. Mais bientôt, par usurpation, il acquiert dans son district une juridiction ordinaire qui va le transformer, pour ainsi dire, en « évêque » local. Au xiiie siècle, l’archidiacre est devenu prélat et seul lui manque le pouvoir d’ordre pour être complètement assimilé à l’episcopus150.

  • 151 La plus ancienne charte archidiaconale que nous ayons relevée est celle de l’archidiacre de Campin (...)
  • 152 À l’issue d’un episcopat malheureux, l’évêque Alexandre Ier avait été déposé par le pape (1135). – (...)
  • 153 J. Lejeune, Les notions de « patria » et d’« episcopatus », p. 22.
  • 154 Aux termes du statut de Guy de Palestrina, les archidiacres étaient tenus à la résidence pendant s (...)
  • 155 Cantatorium, ch. 94, p. 242-244 (1104). – Ruksarchief in Limburg, Meerssen, n° 17374 (1135-1141) : (...)
  • 156 Cfr Paquay, Juridiction, p. 48 sv. – Amanieu, ibid.
  • 157 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 72, p. 95-96 (1149-1164). – de Gourjault, B.C.R.H., 4e sér., t. x, 188 (...)
  • 158 Barbier, Floreffe, 2e éd., t. ii, p. 7-8 (1130).
  • 159 Habets, P.S.H.A.L., t. xxv, 1888, p. 99 (1136). – W.E., n° 301, p. 429 (1150). – Bormans, Recueil (...)

46En fut-il ainsi dans le diocèse de Liège ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, car la documentation du sujet n’est abondante que pour la seconde moitié du xiie siècle151. Il est significatif cependant que la première charte d’un archidiacre qui nous soit conservée date de 1136, c’est-à-dire d’une époque où la faiblesse du pouvoir épiscopal est extrême152. Le « vicaire » devient plus puissant et montre plus d’indépendance que jadis. Tout encourage cette évolution. L’évêque, pour beaucoup, est sans doute « lointain et inaccessible »153. Son archidiacre, par contre, est proche : on peut le voir et l’entendre, on peut s’adresser à lui. Trop absorbé par ses lourdes tâches spirituelles et temporelles, l’évêque lui a pour ainsi dire laissé le champ libre. Au cours de la « visite » de ses paroisses, l’archidiacre sillonne le pays154 et tient dans les chefs-lieux de ses doyennés de véritables assemblées synodales appelées « conciles généraux » (generale concilium)155. Il examine les personnes, les lieux et les choses156, règle les conflits157, réprime les abus et les crimes158 et, comme l’évêque, lance l’interdit et frappe de l’excommunication159.

  • 160 A.H.E.B., t. i, 1864, n° 1, p. 48-49 (1183). – Poncelet, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, p. 102-104 ( (...)
  • 161 A.H.E.B., t. iv, 1867, n° 8, p. 406-407 (1161). – Despy, Waulsort, n° 44, p. 394-395 (1178), n° 49 (...)
  • 162 La transmission des biens aux églises se fait « per manum archidiaconi » : Piot, Saint-Trond, t. i(...)
  • 163 « Ad hoc gratia Dei constituti ut de iure officii nostri bone ecclesiarum tueamur et quod pie fact (...)
  • 164 Amanieu, op. cit., col. 953, 967, 969.
  • 165 En 1203, le légat pontifical Guy de Palestrina exigeait des archidiacres qu’ils fussent ordonnés d (...)
  • 166 Comme l’indique une charte. d’Otbert de 1107 pour l’église d’Andenne, éd. Misson, Sainte-Begge, 2e(...)

47Il érige les paroisses160, incorpore les églises aux monastères161, exerce la juridiction gracieuse162 et se considère comme le protecteur de tous les sanctuaires de son archidiaconé163. De longue date, c’était l’archidiacre qui examinait les clercs destinés à recevoir les ordres majeurs et présentait à l’évêque les candidats aux cures : le chef du diocèse conférait alors l’ordination et procédait à l’institution canonique du prêtre paroissial164. Comme les archidiacres ne recevaient qu’exceptionnellement la prêtrise et qu’il fallait même user de contrainte pour leur faire accepter le diaconat165, le pouvoir d’administrer le sacrement de l’ordre demeura donc une prérogative épiscopale. Il n’en fut pas de même pour l’institution canonique qui, dans le diocèse de Liège, est tombée aux mains de l’archidiacre dès le début du xiie siècle166.

  • 167 Et même, semble-t-il, depuis le xie s. : l’acte de 1107 cité n. 166 est censé rétablir une pristin (...)
  • 168 « Ea tempestate Adelelmus, vir clarissimus, archidiaconatus fungebatur officio suique pontificis v (...)
  • 169 « quae sunt in nostra archidiaconatu, quod quidem nostrae potestatis erat » Daris, B.I.A.L., t. ix(...)
  • 170 L’évêque réintègre dans la communauté des fidèles les pénitents réconciliés « per manus archidiaco (...)
  • 171 A.H.E.B., t. xxi, 1888, p. 392 (1029). – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 40 (1066). – Halkin, B. (...)
  • 172 Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 91, p. 193-194 ; A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 55 V° ( (...)

48Vers 1100167, ces antiques vicaires épiscopaux168 exercent bel et bien une juridiction ordinaire qui s’affirme progressivement169. Le diocèse était trop vaste, les préoccupations de l’évêque trop grandes et les ambitions des archidiacres trop élevées pour qu’il en fût autrement. Ils s’interposent entre le chef du diocèse et ses ouailles : doyens ruraux et fidèles sont médiatisés170. Au xie siècle, déjà, l’évêque mentionne, dans ses chartes, le consentement de l’archidiacre dès lors qu’il prend une mesure concernant le ressort juridictionnel de ce dernier171. Au siècle suivant, la confirmation de l’archidiacre fait l’objet d’un document séparé sur lequel l’auteur appose son sceau172.

  • 173 L’archidiacre Henri intitule les chanoines de Saint-Lambert Henri de Dongelberg et Jean de Cologne (...)
  • 174 C.S.L., 1.1, n° 54, p. 92 (1171-1177). – Denis, Sainte-Julienne, n°4, p. 152 (1185). – Despy, Waul (...)
  • 175 Cfr A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant au pays de Liège (xiie-xve siècles), Revue (...)
  • 176 « présente magistro Reynero [de Hoetshem] qui tunc vice domini Alberti [de Louvain] archidiaconi f (...)

49Les responsabilités de ces hauts dignitaires deviennent si lourdes qu’ils n’en supportent plus le poids. Ils font appel à des collaborateurs qui forment autour d’eux comme une cour personnelle. Recrutés notamment parmi les chanoines de la cathédrale173, ces ministri, domestici, familiares ou clerici nostre domus174, ne sont pas choisis au hasard : on découvre en leur sein nombre de magistri qui connaissent le droit canon voire quelques notions de droit romain175. Enfin, à l’instar de l’évêque, les archidiacres ont également leur propre vicaire176.

  • 177 On leur reproche leur rapacité et leur vénalité : Cantatorium, ch. 94, p. 242-246 (1104). – Raoul, (...)
  • 178 En 1106, l’archidiacre Alexandre — le futur évêque — fait la sourde oreille aux injonctions d’Otbe (...)
  • 179 Ci-dessus, n. 169.
  • 180 « Nobis autem de hoc seculo migrantibus sive ad episcopatum promotis » Charte or. de l’archidiacre (...)

50Ces puissants personnages, dont les fidèles ont parfois des raisons de se plaindre177, ne supportent pas toujours sans broncher l’autorité épiscopale. Il arrive, nul ne s’en étonnera, que l’archidiacre refuse à l’évêque obéissance178. N’est-il pas, dans son archidiaconé, un prélat revêtu de la potestas179, n’est-il pas susceptible, enfin, de devenir un jour évêque lui-même180 ?

  • 181 Du reste, l’évêque ne voit pas d’inconvénient à ce que ses propres chartes soient revêtues du scea (...)
  • 182 Vita Alberti, ch. 29, p. 156. – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 70, p. 114. – Cfr Anselme, ch. 45, p (...)
  • 183 Despy, Waulsort, n° 30, p. 365-366 (1153), n° 35, p. 375 (1161), n° 38, p. 381-382 (1163), n° 44, (...)
  • 184 « nostrisque archidiaconis injunximus, quatenus in omnibus ecclesiis suis hujus nove solemnitatis (...)

51Il faut bien se garder, toutefois, de noircir à plaisir le tableau. Ce serait une erreur, sans aucun doute, d’imaginer l’évêque et ses archidiacres en incessants conflits et l’évêché sous la menace perpétuelle d’éclatement. Il est vraisemblable, au contraire, qu’en dépit de leur puissance, l’évêque a souvent trouvé, parmi ces grands dignitaires, des collaborateurs précieux181. C’est le chef du diocèse, notons-le bien, qui désignait l’archidiacre et qui le choisissait parmi les chanoines de la cathédrale182. Et ce dernier, alors même qu’il exerçait dans son archidiaconé une juridiction ordinaire, ne manquait pas de rappeler, dans ses actes, la concessio, le consensus ou le bannum épiscopal183. L’évêque restait le maître184.

  • 185 Voir par exemple : Berlière, Doc. inédits, t. i, n° 10, p. 16 (1057). – Cantatorium, ch. 93, p. 24 (...)
  • 186 Comme le fait l’abbé Wibald de Stavelot qui s’adresse, en 1151, à l’archidiacre B. (Baudouin ou Br (...)
  • 187 Cantatorium, ch. 26, p. 77. – Ci-dessus, p. 242.

52En dehors de l’administration d’une partie de l’évêché, les archidiacres avaient pour mission d’aider l’évêque à gouverner le diocèse et à gérer le patrimoine de l’église : conseillers par excellence du successeur de saint Lambert, ils formaient, avec le prévôt de la cathédrale et les grands dignitaires de la Cité, le noyau du conseil épiscopal185. Sur l’évêque, leur influence était grande et il n’était pas inutile de s’adresser à eux pour sonder les intentions du prélat186. La figure de l’archidiacre Boson, dont l’emprise sur un Théoduin vieillissant fut considérable, est, à cet égard, pleine d’enseignements187.

53Qui donc gouvernait, en définitive ? Qui détenait la réalité du pouvoir ? L’évêque ou ses archidiacres ? Il serait vain de vouloir trouver réponse à ces questions. Au moyen âge, comme de nos jours, tout dépendait de la personnalité des individus en présence.

54Les hommes étaient plus importants que les institutions.

§ 5. Évêque et chapitre cathédral

  • 188 « liberam et gloriosam Sancte Marie Sanctique Lamberti ecclesiam » Cantatorium, ch. 70, p. 158.
  • 189 C.S.L., t. i, n° 27, 29, 33, 38, 58, 64, 65, 70 (1085 à 1189). – A.H.E.B., t. iv, 1867, n° 11, p. (...)
  • 190 Cfr Alger, De dignitate ecclesie Leodiensis.
  • 191 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 233-236.

55« Libre et glorieuse église de Sainte-Marie et de Saint-Lambert ». Cette phrase, ce n’est pas un membre du chapitre cathédral qui l’a écrite. C’est un moine de Saint-Hubert, au début du xiie siècle188. Comment la « gloire » de l’église de Liège n’aurait-elle pas rejailli sur les soixante chanoines qui psalmodiaient, dans ses murs, les heures canoniales ? La cathédrale, bien sûr, était l’église de l’évêque. Mais elle était aussi celle du chapitre. Le prélat, sans nul doute, était maître des lieux. Mais les évêques passaient et le chapitre demeurait. Recrutés, pour la plupart, au sein de la noblesse, les chanoines de Saint-Lambert en avaient l’esprit. Ils formaient une corporation de « seigneurs » — ils se paraient du titre de dominus189 — attentive à ses privilèges et à ses libertés190. La puissance de cette congrégation ne cessera de croître, au point qu’elle apparaîtra, vers le début du xive siècle, comme « la plus haute autorité du pays »191.

56Aboutissement d’une évolution lente, dont il n’est pas toujours facile de mesurer les étapes, mais qui plonge incontestablement ses racines dans les xie et xiie siècles.

  • 192 Cantatorium, ch. 70, p. 158 (1092).
  • 193 Ibid., ch. 96-97, p. 247-250.
  • 194 C.S.L., t. i, n° 30, p. 48-50. – Cette confirmation, dans laquelle l’intervention d’Otbert est men (...)
  • 195 II est mentionné dans la charte de Godeza en faveur de Saint-Lambert : C.S.L., t. i, n° 33, p. 54. (...)
  • 196 L’année précédente, le grand-prévôt Frédéric fit encore sceller du sceau épiscopal une charte dont (...)
  • 197 « non prius ad episcopum deferetur quam in capitulo Sancti Lamberti fuerit ventilata », éd. Borman (...)
  • 198 Cfr Lejeune, Liège et son pays, p. 231-233.

57La première grande bataille entre l’évêque et le chapitre cathédral se place sous l’épiscopat d’Otbert (1091-1119). Ce conflit, qui couvait certainement depuis plusieurs années192, éclata en 1104, lorsque le prélat, au mépris des privilèges de l’église Saint-Lambert, fit enfermer plusieurs domestiques du grand-prévôt Frédéric193. « Tout le clergé de Liège », chapitre cathédral en tête, porta l’affaire devant la juridiction du métropolitain et ce fut l’archidiacre Henri de Montaigu lui-même qui développa au nom de tous un long « réquisitoire » dans lequel Otbert était notamment accusé d’avoir violé la « liberté du droit public » et les « lois des ancêtres ». L’empereur dut intervenir personnellement pour tirer l’évêque de ce très mauvais pas. Mais en 1107, le roi Henri V confirmait les leges paternae et les antiquissima privilegia du chapitre194. C’est précisément quelques années plus tard, en 1117, que le sceau de la cathédrale Saint-Lambert fit sa première apparition195 et tout laisse supposer qu’il n’était guère antérieur à cette date196. Il s’agissait là, n’err-doutons pas, d’une nouvelle manifestation d’indépendance. Or tous ces événements coïncident avec la rédaction du De dignitate ecclesie Leodiensis dans lequel le chanoine Alger — conseiller intime d’Otbert pourtant — affirmait que les litiges survenus entre les clercs ou les moines de la Cité « ne devaient pas être déférés à l’évêque avant d’être discutés au sein du chapitre de Saint-Lambert »197. De la part des chanoines de la grande église, il y eut donc, dès l’épiscopat d’Otbert, volonté manifeste de médiatiser le clergé de la Cité, tout comme l’archidiacre médiatisait le clergé des campagnes. Les prétentions de la cathédrale sont claires désormais. Elles vont s’épanouir aux xiiie et xive siècles, lorsque les trois États seront appelés à la vie : « représenter le clergé dont elle groupe les chefs »198.

  • 199 Du reste, le Saint-Siège soutenait les velléités d’indépendance des chapitres cathédraux. Cfr Pfaf (...)
  • 200 C.S.L., t. i, n° 40, p. 66-68 (1143), n° 47, p. 80-81 (1156-1158), n° 67, p. 110 (1189), n° 68, p. (...)
  • 201 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 30, p. 103. – C.S.L., t. i, n° 41, p. 68 (1145). – Ci-dessus, p. 170 (...)

58La volonté d’émancipation du chapitre vis-à-vis de l’évêque — voire de l’archevêque — se manifeste également par les liens qu’il entend établir avec la Curie romaine199. Il ne se contente pas de faire confirmer ses privilèges et ses possessions par le pape200. Il attire sur le chef du diocèse les foudres du successeur de Pierre. Mécontent de l’administration de l’évêque Albéron II, le grand-prévôt de Saint-Lambert Henri de Leez fait comparaître son supérieur en cour de Rome. Son zèle sera récompensé : Albéron meurt sur le chemin du retour et Henri lui succède avec l’appui du pape201.

  • 202 Ci-dessus, p. 186, 193, 196-197.

59Avec l’aide aussi des chanoines de Saint-Lambert. À partir du xiie siècle, ne l’oublions pas, le chapitre cathédral, dont le prévôt détient le privilège de la prima vox, s’attribue un rôle de plus en plus important dans le choix de l’évêque et rien, sans doute, ne pouvait mieux servir le prestige de la congrégation202.

  • 203 Burchard, Decretorum libri XX., lib. III, ch. 106, 170, col. 694, 706-707.
  • 204 « consilio et assensu tocius capituli noştri » C.S.L., t. i, n° 48, p. 83 (1158), n° 66, p. 93 (11 (...)
  • 205 Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 89 (1165). – DelAville Le Roulx, Cartulaire des Hospitaliers, (...)
  • 206 Gisl. Chron., ch. 154, p. 238-239, ch. 202, p. 288-289. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 146-1 (...)
  • 207 C.S.L., t. i, n° 105, p. 166-167 (1211).

60Parmi les « fidèles » auxquels incombait le devoir d’aider le prélat et de veiller aux intérêts de l’église, nul, sans doute, n’était plus conscient de ses responsabilités qu’un chanoine de la cathédrale. D’autant que le droit canon interdisait au chef du diocèse de donner, vendre ou échanger les biens de l’évêché sans l’accord du clergé203. L’évêque « e préoccupe, par conséquent, d’obtenir le consentement du chapitre lorsqu’il distrait une portion du patrimoine de son église204. Il ne refuse pas non plus de renforcer la valeur juridique de ses chartes en y faisant apposer le sceau de la cathédrale205. Mais malgré les revendications du chapitre, que l’on devine de plus en plus pressantes, l’évêque entend bien conserver sa liberté d’action. Il n’hésite pas, au besoin, à porter atteinte aux « droits » de la cathédrale. Vers 1188-1189, Raoul de Zähringen dispose « injustement » des biens légués à l’église liégeoise par les comtes de Duras206 et vingt ans plus tard le chapitre de Saint-Lambert, qui entame contre Hugues de Pierrepont une procédure d’accusation en cour de Rome, reproche à l’évêque d’avoir entériné les dispositions de son prédécesseur Raoul207.

  • 208 Voir p. 325 n. 98 et ci-dessous n. 211.
  • 209 Gisl. Chron., ch. 175, p. 258. – Vita Alberti, ch. 2-3, p. 139, 141.
  • 210 Thimister, Saint-Paul, p. 23 (1193). – Despy, Waulsort, n° 52, p. 404 (1190).
  • 211 de Moreau, Chartes du xiie s. de l’abbaye de Villers, n° 25-26, p. 40-44 (1180). – Cfr E. Brouette(...)
  • 212 Gisl. Chron., ch. 202-203, p. 288-289, ch. 212, p. 297, ch. 216, p. 300, ch. 220, p. 305. – Renier(...)

61Au sommet du chapitre, un évêque en puissance : le prévôt. Pour mieux saisir la physionomie du personnage, brossons rapidement le portrait de l’un d’entre eux. Il en vaut la peine. Archidiacre en 1176 ou 1177, devenu prévôt entre 1178 et 1180208, Albert de Rethel n’était peut-être pas fort intelligent209, mais il était bien apparenté : neveu du comte de Namur Henri l’Aveugle († 1196), cousin germain du comte Baudouin V de Hainaut († 1195) et de l’évêque Raoul de Zähringen († 1191), il avait tous les atouts dans son jeu pour faire une belle carrière ecclésiastique à Liège. Il fut digne de ce que l’on attendait de lui. Sans doute, la première dignité du chapitre ne suffit-elle point à satisfaire un homme de si haut parage. Toujours est-il que les prévôtés de Saint-Martin et de Saint-Denis lui furent attribuées. Albert vivait comme un seigneur, entouré de sa « mesnie » où se côtoyaient domestici et clerici, notaires et « conseillers juridiques », chargés de rédiger les actes du maître ou de l’éclairer210. Parmi eux, il y avait même un officialis, c’est-à-dire, semble-t-il, un vicaire211. Lorsque l’évêque Raoul partit en croisade, il confia l’administration du diocèse à son cousin et lui laissa le sceau épiscopal (1189-1191). Raoul meurt. Albert pose sa candidature à l’évêché. Il échoue de justesse. Qu’à cela ne tienne : son influence est intacte et il s’en sert. Avec l’appui du comte de Hainaut, il gagne Rome en compagnie de plusieurs archidiacres, fait casser l’élection de Simon de Limbourg porté au pouvoir par les ducs en 1193, revient au pays, orchestre l’élection d’Albert de Cuyck (1194) et retourne à la cour pontificale défendre son candidat qui va d’ailleurs l’emporter. Mais Albert de Rethel termine sa carrière à Rome, en 1195212.

62Un personnage puissant et fastueux. À la mesure, sans doute, du chapitre dont il était le chef.

§ 6. Saint-Lambert et la cour impériale

63Les liens noués entre le souverain et les chapitres cathédraux ne sont qu’un aspect particulier du système de l’Église impériale. Moins bien connus que les rapports empereur-évêque, ils éveillent davantage la curiosité. Malheureusement, les sources relatives à ce sujet ne sont pas fort nombreuses. En revanche, elles offrent un indiscutable intérêt.

  • 213 Anselme, ch. 29, p. 205. – Hariulf, Chronique de Saint-Riquier, ch. 31, p. 175.
  • 214 Hypothèse judicieuse formulée par Kurth, Notger, t. i, p. 264-265.
  • 215 M.G.H., DD., Otto III., n° 240, p. 657-658. Considéré comme faux par son éditeur Th. Sickel (1893) (...)
  • 216 Il mourut en 1026-1027. – Le prévôt d’Adalbold, Wolbodon, membre de la chapelle de Henri II, sera (...)

64L’élève de Notger, Adalbold, archidiacre de Liège en 1007213 et peut-être écolâtre de la cathédrale214 fut, à ce qu’il semble, chapelain d’Otton III (983-1002) et de Henri II (1002-1024). Il aurait rédigé le diplôme délivré par l’empereur Otton le 9 avril 997 en faveur de Notger et de sa collégiale Saint-Jean215. En 1010, Adalbold deviendra évêque d’Utrecht216.

  • 217 Anselme, ch. 29, p. 205, ch. 36, p. 209. – Ci-dessus, p. 123-124.
  • 218 Fleckenstein, t. ii, p. 199-201, 203-204.
  • 219 Voir l’annexe IV.
  • 220 Anselme, ch. 45, p. 217.

65Sous Henri II, le nombre des chapitres cathédraux dont les chanoines étaient membres de la Hofkapelle s’accrût considérablement. Ce phénomène est en rapport direct avec le renforcement de l’emprise royale sur l’église germanique. C’est l’époque où le futur évêque Durand, un autre élève de Notger, enseignait à Bamberg, dans une église qui vivait à l’ombre de la chapelle royale217. Conrad II (1024-1039) poursuivit, sur ce point, la politique de son prédécesseur218. Sous son règne, le doyen de la cathédrale, Wazon, fit un séjour de neuf mois à la cour impériale219 et lorsqu’en 1029 l’évêque Réginard attribua la prévôté de Saint-Lambert au savant chanoine peut-être se conforma-t-il, comme le suppose Anselme, aux désirs du souverain220.

  • 221 Cantatorium, ch. 68, p. 152-154 et ci-dessus, p. 140 et n. 160. – Les raisons du séjour d’Otbert à (...)

66Soixante ans plus tard, le prévôt de Sainte-Croix, Otbert, renouait, en quelque sorte, avec la tradition, en se réfugiant auprès de Henri IV dont il devint vraisemblablement le chapelain221.

  • 222 A. Schulte, Deutsche Könige, Kaiser, Päpste als Kanoniker an deutschen und römischen Kirchen, réim (...)

67Le lien le plus étroit qui pût s’établir entre un chapitre et le souverain était la réceptionne ce dernier dans la communauté religieuse. Née sous le règne d’Otton III, l’institution du canonicat royal fut généralisée par Henri II, alors que l’autorité impériale sur l’Église germanique se renforçait222.

  • 223 Meyer von Knonau, Jahrbücher des deutschen Reiches unter Heinrich IV und Heinrich V., t. vi, 1907, (...)
  • 224 « rediens de expeditione in Robertum comitem Flandrie facta, Leodium veni ubi decenter et honorifi (...)

68En décembre 1107, au retour de son expédition militaire contre le comte de Flandre Robert II223, le roi Henri V, accueilli dans la Cité de Liège, fut reçu comme chanoine de la cathédrale224.

  • 225 Ci-dessus, p. 152 n. 232.
  • 226 « Comm. Henrici piissimi imperatoris » (7 août), O.S.L., f° 74 R°.
  • 227 Cfr Wellmer, Le nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert, p. 433.

69Comment interpréter cet événement tout à fait remarquable ? Nous doutons qu’il s’agisse d’un honneur rendu au roi par les chanoines de la cathédrale. L’initiative vient en réalité de Henri V — ce qui est normal, au fond, puisqu’il est le roi — et ses intentions sont évidentes : il cherche simplement à conquérir la faveur de l’église liégeoise. C’est à Liège, en effet, que l’année précédente l’empereur Henri IV, détrôné par son fils, avait trouvé refuge. C’est là même qu’il était décédé et qu’une véritable frénésie populaire s’était alors déchaînée. On avait vénéré sa dépouille comme celle d’un saint225. Dans l’obituaire de la cathédrale on inscrivit la commémoraison de « Henri l’empereur très pieux »226, bien qu’il fût mort en état d’excommunication. Par contre Henri V, est le seul de tous les Saliens à ne pas figurer dans ce nécrologe : on l’a oublié227 !

  • 228 Gaier, Art et organisation militaires, p. 231-234.
  • 229 À Aix-la-Chapelle : Chronica regia, éd. Waitz, p. 45 (1106). – Libellus de rebel-lione Heinrici V. (...)
  • 230 Constitutiones, t. i, n° 81, p. 133 (1107).

70Henri IV mourut à Liège le 7 août 1106, quelques mois seulement après le combat de Visé (22 mars) au cours duquel 300 guerriers du fils rebelle avaient été anéantis par les troupes rassemblées à la hâte par l’évêque Otbert et placées sous le commandement du duc de Lotharingie, de son fils Waleran de Limbourg et de Godefroid de Namur228. L’empereur mort, Otbert, dont la lutte était désormais sans objet, fit soumission à Henri V229. L’année suivante, lorsque le jeune roi rassemble ses troupes en vue d’entreprendre son expédition contre la Flandre, il fixe comme point de ralliement non pas Liège, mais Ton-gres à dix-huit kilomètres au nord-ouest de la Cité230.

  • 231 Voir ci-dessus, p. 151-152.

71À l’issue de cette campagne militaire, en décembre, Henri V passe par Liège : c’est la première fois sans doute qu’il pénètre dans la ville depuis le décès de son père. Moment particulièrement solennel qui scelle la réconciliation définitive du roi et de la Cité. On ne s’étonnera pas de ce que le souverain ait précisément choisi cette occasion pour se faire recevoir comme chanoine de la cathédrale. Toutefois, malgré ses efforts, le roi n’obtiendra pas l’estime des Liégeois : la succession de l’évêque Otbert, au cours de laquelle on vit les anciens alliés de Henri IV passer dans le camp du pape, en apporte la preuve la plus inattendue231.

  • 232 Ed. d’après l’or, par Demarteau, Deuxième note, p. 26-28. – Niermeyer, Onder-zoekingen, p. 193 et (...)
  • 233 La charte de 1107 confirme et renouvelle une action juridique qui eut lieu er 1101, à l’époque où (...)
  • 234 Meyer von Knonau, op. cit., t. vi, p. 40-42 et n. 19. – La première mention sûre de Brunon comme é (...)
  • 235 F. Hausmann, Reichskanzlei und Hoflcapelle unter Heinrich V. und Konrad III., Stuttgart, 1956, p. (...)
  • 236 C.S.L., t. i, n° 29, p. 47.
  • 237 Ci-dessus, n. 233.
  • 238 L’acte de 1107, dans lequel le nouveau prévôt de Saint-Jean n’est pas encore mentionné, consigne v (...)
  • 239 Il est vraisemblable que l’archidiacre Brunon cité en 1104 et considéré par le chroniqueur de Sain (...)
  • 240 Cfr Meyer von Knonau, op. cit., t. iii, p. 220 n. 79, t. iv, p. 42, t. v, p. 372. – Hausmann, op. (...)

72Une charte de la collégiale Saint-Jean, délivrée lors du séjour de Henri V à Liège, livre quelques indications particulièrement précieuses sur un chanoine de Saint-Lambert qui a échappé jusqu’à présent à l’attention des érudits232 : Brunon, prévôt de Saint-Jean, devenu cette année-là évêque de Spire233. Or le Brunon qui s’installa sur le siège épiscopal rhénan en 1107, peut-être vers le mois d’avril234, mort en 1123, est particulièrement bien connu : il s’agit de Brunon de Sarrebruck, fils du comte Sigebert et frère d’Adalbert qui fut chancelier de Henri V en 1106 et archevêque de Mayence de 1110 à 1137235. De la carrière liégeoise de Brunon, nous savons peu de choses. Il est certain toutefois, qu’il était déjà prévôt de la collégiale Saint-Jean en 1096236, qu’il l’était toujours en 1101237 et qu’il resta fort probablement en possession de cette dignité jusqu’en 1107, date à laquelle il fut élu évêque de Spire grâce à l’influence de son frère238. Enfin, de sérieux indices nous portent à croire que Brunon de Sarrebruck doit également être identifié à l’archidiacre d’Ardenne Brunon mentionné en 1104239. Sans doute Brunon devint-il chanoine de Saint-Lambert sous l’épiscopat d’Otbert. Il est même permis de croire qu’il fut introduit dans le chapitre cathédral liégeois par l’intervention de Henri IV. En effet, le père de Brunon, Sigebert, doit être tenu pour un fidèle de cet empereur240.

  • 241 « potentissime tune temiporis famosus et famosissime potens in curia imperatoris » Raoul, Gesta ab (...)
  • 242 L’évêque Brunon de Spire (t 19 oct. 1123) n’est pas commémoré dans l’O.S.L. Peut-être lui reprocha (...)

73Il n’est pas impossible non plus que le canonicat liégeois de Henri V soit le résultat d’une initiative personnelle du chancelier Adalbert de Sarrebruck qui apparaît alors comme un homme très influent auprès du roi241. Tout laisse même supposer que la prébende de Saint-Lambert affectée à l’usage du souverain germanique était celle qui venait d’être abandonnée par Brunon désigné à l’évêché de Spire242.

74Au décès de Henri V († 1125) le canonicat impérial de Saint-Lambert disparaît. Du moins, il n’en sera plus question. Mais les relations entre la cour du roi et le chapitre liégeois ne s’interrompent pas.

  • 243 M.G.H., DD., Lothar III., n° 79, p. 123.
  • 244 J.J. Hoebanx, L’abbaye de Nivelles..., Bruxelles, 1952, p. 337.
  • 245 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 446-448. – Rien ne prouve, comme le veut la tradition liége (...)
  • 246 Notre point de vue diffère de celui de Schulte, Deutsche Könige, p. 14-16 : cet auteur ignore que (...)

75En 1136, à la demande du prévôt Herman, son chapelain, l’empereur Lothaire III délivre un diplôme en faveur de l’abbaye de Nivelles243. Il s’agit de Herman, prévôt du chapitre de Saint-Paul à Nivelles, mentionné de 1126 à 1136244. Or ce personnage fut également archidiacre de l’église de Liège de 1127/1129 à 1139/1141245. Aussi n’est-il pas interdit de supposer que ce chapelain de Lothaire III avait reçu la prébende précédemment occupée par Henri V246.

  • 247 M.G.H., DD., Friedrich I., n° 4, p. 7-8 (1152) : Frédéric Ier confirme une sentence rendue sous Co (...)
  • 248 « consensu ecclesie sue que nobis semper devota est » C.S.L., t. i, n° 66, p. 93. – Stumpf, n° 455 (...)
  • 249 Il deviendra archevêque de Cologne la même année : Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre I (...)

76À une exception près, nous n’avons pas recueilli d’informations particulières sur les rapports entre la cour impériale et la cathédrale pendant les règnes de Conrad III (1138-1152) et de Frédéric Barberousse (1152-1190). L’un et l’autre fixèrent les droits des avoués du chapitre et lui confirmèrent tous ses privilèges247. En 1177, l’empereur qui avait emprunté 1000 marcs à l’évêque Raoul de Zähringen rendit publiquement hommage à la fidélité de l’église de Liège248. Enfin, il convient de signaler qu’au mois de janvier 1167, le prévôt de Saint-Lambert Philippe de Heinsberg devint, pour quelques mois seulement, chancelier de l’Empire249.

  • 250 Én 1192, Henri VI vendit la chancellerie de l’Empire au chanoine de Saint-Lambert Lothaire de Hoch (...)
  • 251 C.S.L., t. i, n° 73, p. 118. – Stumpf, n° 5095 (1195-1197). C’est au doyen du chapitre que le doc. (...)
  • 252 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 179-180.

77Sous le règne de Henri VI (1190-1197), le besoin d’un rapprochement entre le souverain et le chapitre liégeois se fit à nouveau sentir250. Dans la nécessité où il se trouvait de rétablir son autorité, après la mort tragique de l’évêque Albert de Louvain, à laquelle, volontairement ou non, il avait été étroitement mêlé, Henri VI voulut instituer une fondation durable. Il cède à la cathédrale son predium de Vreren dont il affecte le revenu à l’entretien de deux chanoines-prêtres chargés de célébrer quotidiennement des messes pour le salut de l’Empire et pour le repos de l’âme de ses prédécesseurs. Devant les deux autels spécialement prévus pour cette célébration, des cierges devront brûler toutes les nuits251. La fondation n’a aucun rapport avec l’expiation du meurtre d’Albert de Louvain. C’est une action de propagande qui ambitionne de relever un prestige impérial vigoureusement atteint et considérablement amoindri252.

  • 253 Voici la liste des souverains germaniques des xe, xie et xiie s. qui font l’objet d’une commémorai (...)

78En feuilletant l’Obituaire de la cathédrale Saint-Lambert, on s’aperçoit qu’à partir de Henri IV († 1106) les empereurs germaniques — exception faite pour Henri VI — ne furent plus commémorés253. C’est l’indice probable d’un relâchement des liens qui unissaient au souverain le chapitre liégeois et d’un affaiblissement du système de l’Église impériale ébranlé, jusque dans ses fondements, par la Querelle des investitures.

79Loin d’abandonner la partie, l’empereur, à deux reprises, tenta de conjurer le mal. Les moyens employés furent peut-être différents, mais l’objectif resta le même. Au sortir d’une crise, il fallait colmater les brèches et sauver tout ce qui pouvait encore être sauvé. Qu’il devienne chanoine de la cathédrale ou qu’il y fonde des messes perpétuelles, peu importe. Le roi se rapprochait de la grande église. Il ne voulait pas autre chose.

80Campé au cœur même du diocèse, le chapitre cathédral et sa population de nobles était un organisme complexe qui servait à la fois à prier et à gouverner.

81Que le roi et l’aristocratie du pays aient eu le regard braqué sur ce corps politico-religieux est dans la nature même des choses. L’étonnant serait qu’ils se fussent désintéressés de cette forteresse vivante qui était, dans l’évêché, un élément de stabilité, une source de puissance et un instrument de domination.

Notes

1 Institutio canonicorum Aquisgranensis, éd. A. Werminghoff, M.G.H., LL., Conc. aevi Karol, t. i, 1, 1906, n° 39 A, part, aux p. 394-421.

2 Ibid., cap. 115, p. 397.

3 « fratrum in una societate viventium ». Ibid., cap. 117, p. 398.

4 Ibid., cap. 131, p. 408. – Cfr A. Auda, L’école musicale liégeoise au xe siècle. Etienne de Liège, Bruxelles, 1922.

5 La bibliographie du sujet est fort étendue. Voir notamment : P. Torquebiau, art. Chapitres de Chanoines, dans Dict, de droit can., t. iii, 1942, col. 530-595. – Ch. Dereine, art. Chanoines (des origines au xiiie s.), dans Dict, d’hist. et de géogr. eccl., t. xii, 1953, col. 353-405 (fondamental). – J. Gaudemet, dans Hist, des inst. françaises au moyen âge, t. iii, 1962, p. 188-192. – G. Le Bras, Inst. eccl. de la chrétienté médiévale, Ier partie, livres II-VI, 1964, p. 376-390. – M. Bierbaum, art. Domkapitel, dans Lex. für Theol. und Kirche, t. iii, 1959, col. 496-500. – F. Merzbacher, art. Domkapitel, dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. i, 1971, col. 757-761. -V. Pfaff, Die deutschen Domkapitel und das Papsttum, Historisches Jahrbuch, t. xciii, 1973, p. 21-56. – Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensystems, p. 133-157. – R. Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln in Deutschland, Bonn, 1976. -Parmi les monographies, citons : H. Bastgen, Die Geschichte des Trierer Domkapitels im Mittelalter, Paderborn, 1910. – W.M. Newman, Le personnel de la cathédrale d’Amiens, Paris, 1972. – F. Pico, Changements dans la composition du chapitre cathédral de Laon 1155-1318, R.H.E., t. lxxi, 1976, p. 78-91.

6 La vitalité de la règle d’Aix-la-Chapelle dans le diocèse de Liège a été soulignée par Ch. Dereine, qui appuie ses affirmations sur une documentation abondante : Les chanoines réguliers au diocèse de Liège, p. 39-43. – L’histoire du chapitre de Saint-Lambert a fait l’objet d’une bonne étude de J. Görres, Das Lütticher Domkapitel bis zum 14. Jahrhundert, Berlin, 1907. Un mémoire de licence inédit présenté à l’Université de Liège par S. Chot-Stassart, Le chapitre cathédral de Saint-Lambert à Liège au moyen âge..., 1954-1955, remplace le travail fort imparfait et pratiquement inutilisable de J. de Theux de Montjardin, Le chapitre de Saint-Lambert à Liège, 4 vol., Bruxelles, 1871-1872. – Voir aussi A. Dubois, Le chapitre cathédral de Saint-Lambert à Liège au xviie siècle, Liège, 1949.

7 Dans le diplôme de l’empereur Charles III le Gros délivré en faveur de l’église de Liège le 26 juin 884, il est en effet question des « fratrum stipendia eidem ecclesiae servientium » (M.G.H., DD., Karl III., n° 104, p. 168). Le terme stipendia désigne, au ixe s., la portion des biens d’une église réservée à l’usage des chanoines. En beaucoup d’endroits, l’institution de la mense conventuelle remonte effectivement au ixe s. Cfr A. Poschl, Bischofsgut und mensa episcopalis..., t. ii, 1909, p. 63-88. – E. Lesne, L’origine des menses dans le temporel des églises..., Lille-Paris, 1910, p. 5-6, 55-58. – Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln, p. 261-287. – Le texte de 884 n’est connu ni de Kurth, Notger, t. i, p. 198-199, ni de Poncelet, Les domaines urbains de Liège, Liège, 1947, p. 8-11.

8 La cessation de la vie commune dans les églises canoniales de Liège, Annuaire d’hist. liégeoise, t. iv, 1952, p. 613-648.

9 Dans son compte rendu de l’étude de Poncelet, G. Despy considère que la fin de la vie commune dans les collégiales liégeoises date du début du xiie s. : R.B.P.H., t. xxxii, 1954, p. 984-986. – L.F. Génicot, Le chapitre de Huy au tournant des xiie et xiiie siècles, R.H.E., t. lix, 1964, p. 5-51 place vers 1160 la cessation de la vita communis dans l’église hutoise. Toutefois, l’existence de ce qui paraît bien être des maisons particulières de chanoines (domos fratrum) est constatée dès 1066 (ibid., p. 9-10). Par ailleurs, A. Joris a démontré que dès 1189 des distributions de deniers avaient lieu dans le chapitre de Huy aux matines, preuve que les chanoines n’assistaient plus avec assiduité à tous les offices : Matutlnales denarii, Archivum latinitatis medii aevi, t. xxxvi, 1967-1968, p. 109-110. – J. Deeters, Servatiusstift und Stadt Maastricht, 1970, p. 56-57, aperçoit à Saint-Servais de Maastricht des indices de relâchement de la vie commune dès le xie s. En 1200, elle a disparu.

10 Anselme, ch. 41, p. 211-215. Cfr W. Wattenbach, Ein Brief des Bischofs Wazo von Lüttich, Neues Archiv, t. xx, 1895, p. 223 et ci-dessous, annexe IV. La lettre de Wazon prouve que le prévôt disposait alors d’une maison particulière, « in domo tua » (Ans., p. 211, 213).-Voir les stipulations de la charte d’Éracle du 2 juin 965 : Halphen et Lot, Recueil des actes de Lothaire, n° 23, p. 51.

11 C.S.L., t. i, n° 31, p. 51 (1108) : ce doc. qui fait visiblement état d’une situation plus ancienne, a été considéré comme un faux du xiiie s. par Poncelet, La cessation, p. 622-623. Les arguments de cet auteur sont les suivants : 1°) la terminologie trahit une période plus récente. 2°) le texte comporte des maladresses et certaines phrases sont embrouillées, preuve que le rédacteur ne comprenait pas ce qu’il écrivait. 3°) la situation décrite ne correspond pas à celle du début du xiie s. 4°) les noms des 7 chanoines (qui sont d’ailleurs les 7 archidiacres) souscrivant l’acte ont été empruntés au diplôme de 1107 (C.S.L., t. i, n° 30, p. 48-50). – Constatons d’emblée que les arguments 1°, 2° et 4° ne tiennent pas. Quant au 3°, comme l’avait déjà noté G. Despy, il comporte une curieuse pétition de principe. Par ailleurs, quoi qu’en dise Poncelet, c’est bien la charte de 1108 que confirma le pape Clément III en 1189 (C.S.L., t. i, n° 67, p. 110). Le document de 1108 est incontestablement vrai et son intérêt est accru par le fait qu’il concerne toutes les églises collégiales de la Cité : le relâchement de la vie commune au début du xiie s. n’affectait donc pas le seul chapitre cathédral.

12 C.S.L., t. i, n° 30-31, p. 49, 51 (1107, 1108), n° 38, p. 62-63 (1136), Cantatorium, ch. 96, p. 247-248 (1104) et les remarques critiques de F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan, p. 667-669. – von Winterfeld, B.C.R.H., t. lxxxiii, 1920, p. 230 (ca 1107). – Voir aussi : C.S.L., t. i, n° 58, p. 96-98 (1178), n° 59, p. 99 (1182). – Breviloquium de incendio S. Lamberti, p. 620 (1185).

13 Ce texte prouve donc que certains chanoines ne « résidaient » plus et autorise même à supposer qu’on avait de plus en plus de mal à contenir les velléités d’émancipation des « résidants ». C.S.L., t. i, n° 84, p. 132. – Les causes de la disparition de la vie commune sont multiples. À l’origine du relâchement de la discipline il y a sans doute la grande souplesse de la règle d’Aix qui multipliait les rapports entre le monde clérical et le monde laïc. Par ailleurs, beaucoup de clercs étaient appelés à remplir dans l’évêché des fonctions administratives qui rendaient impossible le maintien rigoureux de la règle. Enfin, dans le cas de Liège, il est très probable que la Querelle des investitures, les conflits dont la succession d’Otbert et celle de Raoul furent le théâtre et l’incendie de la cathédrale en 1185 précipitèrent le mouvement. Cfr Görres, op. cit., p. 10 n. 1. — Dereine, Les chanoines réguliers, p. 51-52. – Poncelet, La cessation de la vie commune, p. 615-616, 625-626.

14 C.S.L., t. i, n° 85, p. 135-138 (1203), cfr n° 76, p. 121-123 (1200). – Görres, Domkapitel, p. 13-15, 60-68. – L. Lahaye, Les chanoines de Saint-Materne à Saint-Lambert de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xxvii, 1936, p. 97-150.

15 Renier, Annales, éd. Alexandre, p. 71 (1204). – Cfr C.S.L., t. i, n° 95, p. 150-151 (1204-1207). – Nous n’avons pas à étudier ici la gestion du temporel du chapitre. Avant 1204 les chanoines ne disposaient pas d’une prébende personnelle mais ils avaient droit à des distributions quotidiennes ou périodiques de nourriture, de vin, de vêtements et d’argent. En ce qui concerne l’administration proprement dite des biens capitulaires, il suffira de rappeler que le système de l’obédience était en usage. Cette pratique consistait à placer sous la responsabilité d’un chanoine (obedientiarius) une portion de la mense conventuelle qu’il était chargé de gérer au nom du chapitre. Voir par ex. : Anselme, ch. 42, p. 215 1. 31-32. – W.E., n° 97, p. 171-173 (1148). – C.S.L., t. i, n° 58, p. 97 (1178), n° 64-65, p. 107-108(1186, 1187). – Thimister, Saint-Paul, p. 19 (1189). – Stiennon, Saint-Jacques, n° 12, p. 451-452 (1188-1191). – L’obédience existait également dans les collégiales, cfr Poncelet, La cessation de la vie commune, p. 615-616 et Génicot, Le chapitre de Huy.

16 Vita Alberti, ch. 5, p. 143. – Il en était toujours ainsi à l’époque moderne, du moins pour les grosses prébendes : Dubois, Le Chapitre cathédral, p. 2.

17 Nous n’avons pas trouvé mention du canonicat de l’évêque antérieurement à 1215. Rien ne prouve donc que les évêques des xie et xiie s. recevaient d’office une prébende du chapitre cathedral. Voir : C.S.L., t. i, n° 116, 218, 460, 470, 480 (1215 à 1250).

18 Notger « templum LX canonicorum [...] exaltavit ». Vita Notgeri, ch. 2, éd. Kurth, p. 11. – Ce texte important a échappé, à Görres et à Chot-Stassart. – Une charte fausse du chapitre de Saint-Lambert datée du 20 avril 963 mais qui se base probablement sur un document du milieu du xe s. comporte la souscription du prévôt de la cathédrale, Jean, suivie de 37 noms (la copie du ms. 1972 répète, par erreur, le nom de Bovon). Il s’agit sans doute des membres du chapitre de Saint-Lambert, qui aurait donc compté dès ce moment 38 chanoines au moins. A.E.L., Coll. Saint-Martin, n° 17bis, p. 15. – B.U.Lg., ms. 1972, P 303 R°. – Cfr ci-dessus, p. 249 n. 220.

19 En 1244-1246 le chapitre cathédral de Cologne dispose en tout de 72 prébendes dont 24 mensae maiores (Fr. W. Oediger, dans Gesch. des Erzbistums Köln, t. i, 1964, p. 413-414). Au même moment, le chapitre liégeois, outre les 60 canonicats primitifs, compte 2 chapelains impériaux, 2 chapelains épiscopaux, 11 chanoines de Saint-Ma-terne (un canonicat supplémentaire a été créé en 1223) et 12 chanoines de la Petite Table : au total 87 canonicats (Görres, op. cit., p. 18-19. – Chot-Stassart, op. cit., p. 9-11. – Lejeune, Liège et son pays, p. 221-222 et n. 58-59). – Le chapitre cathédral de Toul disposait, comme celui de Liège, de 60 prébendes au xiie s. (Choux, Recherches sur le diocèse de Toul, p. 30). Peut-être en était-il de même à Trèves (Bastgen, Geschichte des Trierer Domkapitels, p. 33-36). D’autres chiffres sont rassemblés par Hauck, Kirchengeschichte Deutschlands, t. v, 1,1911, p. 193-194 et, pour la France, par Le Bras, Inst. eccl., p. 378 n. 4.

20 Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180 (960) et ci-dessus n. 18 (963). – de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 436.

21 Le premier prévôt-archidiacre connu est Robert qui vivait au temps de Notger. Cfr ci-dessous, p. 334 et n. 144-145. – A Trèves, l’union de la prévôté à un archidiaconé est attestée dès 924 : Bastgen, op. cit., p. 124, 141-143.

22 Anselme, ch. 41, p. 211-213, ch. 46-47, p. 217-218. – Nizon, Vita Friderici, ch. 5, p. 504. – Gilles d’orval, lib. III, ch. 30, p. 103. – Le prévôt se fait parfois remplacer par un vicaire : Nizon, ibid.. – A. Ev. L., Cart, de Beaurepart, P 53V° : « Theodericus fungens vice prepositi » (1155). – Le grand-prévôt perdit une grande partie de ses attributions lorsque les prébendes furent partagées : Renier, Annales, p. 71 (1204). -Cfr Bastgen, op. cit., p. 123-130.

23 Anselme, ch. 45, p. 216-217.

24 Ci-dessus, p. 170-172.

25 Anselme, ch. 41, p. 212, 214. – Alger, De dignitate ecclesie Leodiensis, éd. Bormans et Schoolmeesters, p. 511 -520 (Cfr ci-dessous, p. 330 n. 124). – C.S.L., t. i, n° 84, p. 132-134 (1203). – Meuthen, Aachener Urkunden, n° 19, p. 161-164 (ca 1100). – Comme le prévôt, le doyen peut se faire remplacer par un vicaire : Anselme, ch. 43, p. 216. – Cfr Bastgen, op. cit., p. 130-134.

26 Voir ci-dessous, annexe IV.

27 En raison de sa « dignitas principalis magisterii », l’écolâtre de la cathédrale, à Liège comme ailleurs, était responsable de l’enseignement dans toute l’étendue du diocèse : Piot, Saint-Trond, t. i, n° 70, p. 93-94 (1155-1180). – Arch. Dép. Des Ardennes, H 205, Cart, de Signy, f° 30 R° : « Walterus summus magister » (1188).

28 Sur ces différentes fonctions, voir Anselme, ch. 41, p. 212. – J. Daris, dans de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, t. i, p. xlvii-lvi. – de Marneffe, Tableau, passim. – Poncelet, La cessation de la vie commune, p. 613-620.

29 C.S.L., t. i, n° 2, p. 3 (831). – Cfr Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln, p. 135-137.

30 « nobiscum res stabiliendorum stipendiorum respicit ad episcopum » Anselme, ch. 67, p. 230. – Appelé à la cour impériale, le doyen Wazon ne quitte pas Liège sans l’accord de ses frères et de l’évêque. Ibid., ch. 43, p. 216. – Même revêtu de la dignité épiscopale, Wazon assiste dans la cathédrale aux vigiles, aux matines et aux complies : Ibid., ch. 52, p. 220.

31 Ces dignités étaient des fonctions entraînant juridiction.

32 Nous basons nos affirmations sur les doc. suivants : A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 182 R° (1032). – C.S.L., t. i, n° 26, p. 41 (1078), n° 29 p. 47 (1096), n° 84, p. 133 (1203). – Niermeyer, Onderzoekingen, n° 2, p. 203 (1101 : faux fabriqué ca 1146 : Stiennon, Saint-Jacques, p. 57-62, 83, 107-108, 169). – Thimister, Saint-Paul, p. 16-18 (1189) : un chanoine de Saint-Paul assimile sa prébende à un bénéfice tenu de l’évêque. – Anselme, ch. 45, p. 216-217 et texte cité ci-dessus, n. 30. – Vita Balderici, ch. 6, p. 726. – Vita Notgeri, ch. 9, p. 14-15. – Nicolas, Algeri elogium, éd. Migne, P.L., t. clxxx, col. 737. -Chron. rythm., éd. de Clercq, p. 136. -Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XIII, ch. 1, p. 229 : Alexandre Ier attribue d’abord la dignité d’écolâtre de Saint-Martin sans le canonicat, puis, par après, le canonicat. -Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 80(1135).- Vita Alberti, ch. 29, p. 156.-Gisl. Chron., ch. 138, p. 205-206. – Renier, Annales, p. 64 (1201). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 28, p. 101 (cfr Dereine, Les chanoines réguliers, p. 129), ch. 70, p. 114. – À l’époque moderne, c’est toujours l’évêque qui distribue les prébendes du chapitre : Dubois, Le chapitre cathédral, p. 7. – Toutefois, lorsque l’empereur Henri VI, vers 1196, institue les deux chanoines impériaux, il confère au doyen de la cathédrale la potestas prebendas conferendi (C.S.L., t. i, n° 73, p. 118 et ci-dessous p. 350 et n. 251). Ce pouvoir ne concerne évidemment que les prébendes des deux capellani. – Nous ne croyons pas qu’il soit question d’une véritable élection par le chapitre dans la formule « eligere in decanum » du statut de 1203. C.S.L., t. i, n° 84, p. 134. – Cfr Görres, op. cit., p. 44-46.

33 Il est hors de doute que l’évêque, auquel appartenait le pouvoir de conférer les abbatialités et les archidiaconés, désignait également le premier « abbé » de son diocèse, détenteur de l’autorité archidiaconale dans la Cité (voir ci-après). L’abbé de Notre-Dame doit d’ailleurs être considéré comme un dignitaire de la cathédrale. Cfr E. Schoolmeesters, Les archiprêtres de Liège, Leodium, t. viii, 1909, p. 63-65. – J. Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres de l’église de Liège, Liège, 1935, p. 7-8. – Kurth, Notger, t. i, p. 164 et n. 2. – La Vita Notgeri, ch. 2, p. 11, parle de l’« ecclesiam parrochialem beate Marie templo (= la cathédrale) adjacentem ».

34 Paquay, Cartulaire de Tongres, t. i, n° 2, p. 49-50 (1174) : la prévôté vacante est « tenue » par l’évêque. – Cfr Paquay, Les prévôts de la collégiale de Tongres, Leodium, t. xi, 1912, p. 17-21.

35 Gisl. Chron., ch. 149, p. 230-231, ch. 255, p. 331. – Arnoul, prévôt de Malines était chanoine de Saint-Lambert : A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 25, p. 222 (1173). – L’archidiacre Elbert fut abbé de Namur : de Marneffe, Tableau, t. xxxi, 1905, p. 116 (1134).

36 On s’aperçoit, en effet, que les prévôts de plusieurs églises sont choisis parmi les chanoines de la cathédrale. Or nous verrons que les prévôtés des collégiales de la Cité devaient être attribuées par l’évêque aux seuls membres du chapitre de Saint-Lambert.

37 Cette église était l’ancienne cathédrale : Deeters, Servatiusstift, p. 23-24. – L’écolâtre de Saint-Lambert Francon (1066-1083) fut prévôt de Notre-Dame de Maastricht : Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 3, p. 6 (1148). – Henri, prévôt de Maastricht, est cité parmi les chanoines de Saint-Lambert : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 334 (1140).

38 Cfr E. Schoolmeesters, Liste des prévôts de la collégiale de Notre-Dame à Huy, Leodium, t. vi, 1907, p. 115-116 (compl. par H. Demaret, ibid., t. xix, 1926, p. 80. – L.F. Génicot, Les chanoines et le recrutement du chapitre de Huy pendant le moyen âge, Ann. du Cercle hutois des sciences et beaux-arts, t. xxvii, 1963-1964, p. 69. – Cfr Joris, La ville de Huy, p. 341 n. 36. – Ci-dessous, n. 49.

39 Les archidiacres Henri (1112), Amalric (1167, 1171) et Walter (1183, 1189), les chanoines de Saint-Lambert Bérenger (1140) et Henri de Marbais (1189, 1203), furent prévôts de Fosses : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 444, 453-454, 458, t. xxvi, 1896, p. 386. – C.S.L., t. i, n° 39, p. 65 (1140). – A.H.E.B., t. iv, 1867, n° 11, p. 411 (1189). – A. Ev. L., Cart, de St-Laurent, t. i, f° 33 R° V° (1203). – C’est grâce à l’évêque Henri de Verdun que sa parente Ermengarde obtint une prébende à la collégiale de Fosses : Hillin, Miracula sancti Foillanl, ch. 18, M.G.H., SS., t. xv, p. 927. – Cfr ci-dessous, n. 49.

40 L’archidiacre Jean est prévôt d’Aldeneik (1139) : Soenen, Monasticon belge, t. vi, 1976, p. 87. – de Marneffe, t. xxv, 1895, p. 447. – De même, le chanoine de Saint-Lambert Anselme de Barbençon : O.S.L., f° 62 R° (28 juin). – Ci-dessus, p. 238 n. 144.

41 L’archidiacre et prévôt Hugues est abbé de Dinant (1199) : de Marneffe, p. 460.

42 L’écolâtre de la cathédrale, Lambert, est abbé de Ciney (1199) : ibid., p. 461.

43 Jean abbé de Thuin est chanoine de Saint-Lambert. Piot, Saint-Trond, t. i, p. 119 (1171).

44 Henri abbé d’Amay est cité juste après le doyen de Saint-Lambert dans un doc. de 1130 : Closon, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, n° 2, p. 468. – En 1171, Alexandre, abbé d’Amay, est chapelain épiscopal : Piot, ibid.

45 L’église de Meeffe fut incorporée à l’abbaye liégeoise de Saint-Laurent par Henri II de Leez, en 1149. Mais l’abbé de Meeffe, id est episcopalis in eadem ecclesia capellanus, subsista : Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 8, p. 41-43 (1149), n° 15, p. 57-62 (1171). – Cfr U. Berlière, Le prieuré de Saint-Sévère à Meeffe, Leodium, t. viii, 1909, p. 146-153. – Stiennon, Saint-Jacques, p. 238-239.

46 En 1144, l’évêque Albéron II introduit à Aulne la règle de Saint-Augustin et abandonne aux chanoines réguliers l’élection de leur abbé. Vers 1147, Henri II de Leez, cède l’église à saint Bernard de Clairvaux pour qu’il y installe une communauté cistercienne. Devillers, Mémoire sur un cartulaire d’Aulne, n° 1, p. 227-229 (1144). -C.S.L., t. i, n° 48, p. 82 (1158). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 31, p. 106. – Cfr Dereine, Les chanoines réguliers, p. 231-232.

47 En 1147 Henri II de Leez installe à Malonne une communauté de chanoines réguliers et se réserve l’investiture de l’abbé. Barbier, Histoire de Malonne, 1894, n° 1, p. 279-281. – Cfr Dereine, op. cit., p. 232-234.

48 Gesta abbreviata, M.G.H., SS., t. xxv, p. 130-131 : il s’agit, rappelons-le, des « abbayes » de Liège (Notre-Dame), Aldeneik, Amay, Huy, Meeffe, Ciney, Celles, Dinant, Namur, Malonne, Aulne, Thuin et Malines. – Cfr ci-dessus, p. 237-238.

49 C.S.L., t. i, n° 84, p. 133. – Tel est le sens précis, sans doute, des libertates que le pape Grégoire IX confirma en 1230 au chapitre de Saint-Lambert relativement à l’« élection » des prévôts de la Cité de Liège, de Huy et de Fosses. Ce texte, en effet, ne dit pas que les chanoines de la cathédrale désignaient les prévôts ; il s’agit vraisemblablement de l’obligation d’attribuer la dignité à un membre du chapitre cathédral, comme l’indique un doc. de l’année précédente. C.S.L., t. i, n° 199, p. 262 (1230), cfr n° 192, p. 253-254 (1229). – Toutefois, vers 1250, Gilles d’Orval affirme que les prébendes des abbatialités sont conférées par les « ecclesie sancti Lamberti maiores » (lib. III, ch. 31, p. 106).

50 Voir la bulle du pape Sixte V du 7 mai 1585 dans Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 319, p. 311-312 et les informations adressées à la cour pontificale en 1584, publiées parJ. Daris, Les prévôtés, dans Notices, t. xvi, 1896, p. 175-182. – Id., dans de Theux, Le chapitre, t. i, p. lvii-lix. – Dubois, Le chapitre, p. 253-254. – Lejeune, Liège et son pays, p. 231-233. – Chot-Stassart, op. cit., p. 14-16. – Il faut se garder de transporter aux xie et xiie s. la situation du bas moyen âge ou de l’époque moderne. Des modifications sont intervenues au cours des siècles. Il n’est pas impossible, par exemple, que les évêques de Liège aient désigné, au xie s., le prévôt de Saint-Servais de Maastricht. Ce droit, pour autant seulement qu’il ait existé, disparaît au xiie s., car de 1106 à 1165 la prévôté est presque toujours attribuée au chancelier de l’Empire. Cfr Deeters, op. cit., p. 121-122. – P.C. Boeren, Jocundus, biographe de saint Servais, p. 44-45. – On constate aussi que la prévôté de Saint-Paul à Nivelles fut attribuée à plusieurs reprises, aux xie-xiie s., à des membres du chapitre cathédral liégeois : les prévôts Frédéric (1003-1011), Godescalc (1049-1075), Adelman (1096/8-1120), Herman (1126-1136) et Raoul (1200-1209) furent chanoines de la cathédrale et trois d’entre eux (Adelman, Herman et Raoul) furent même archidiacres. Est-ce une coïncidence ou bien l’évêque avait-il la prévôté nivelloise à sa collation ? O.S.L., f° 17 V° (16 févr.), f° 46 R° (12 mai). – de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 444, 446, 462, t. xxvi, 1896, p. 387. – Cfr Hoebanx, L’abbaye de Nivelles, p. 331 sv., 337, qui n’a pas vu les liens étroits qui unissaient la prévôté de Nivelles au chapitre de Saint-Lambert.

51 « de canonicis non nisi libere conditionis ibidem instituendis vel de libera eiusdem ecclesie familia, sicut hactenus iustis modis observatum est ». C.S.L., t. i, n° 68, p. 112. -Cfr Chot-Stassart, op. cit., p. 28-32, 126-130. – Pfaff, Die deutschen Domkapitel, p. 43-44. — Le recrutement des dignitaires du chapitre cathédral liégeois (prévôt, doyen et abbé de Notre-Dame) a fait l’objet d’une étude de L. Génicot, Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège – Santifaller, Zur Geschichte, p. 134-135, constate que les chapitres cathédraux du royaume germanique médiéval recrutent leurs effectifs au sein de la noblesse, de la ministérialité et, dans une moindre mesure, de la bourgeoisie.

52 Anselme, ch. 29, p. 205, ch. 67, p. 230.

53 Souvenons-nous de Durand, qui était d’origine servile : devenu évêque, il n’oublie cependant pas le respect qu’il doit à son ancien dominus : Anselme, ch. 36, p. 209.

54 Cap. 119, p. 399.

55 Cette liste, bien que dépouillée de tous ses détails superflus, était beaucoup trop longue pour être insérée ici-même. Nous l’avons reportée à la fin de cet ouvrage où elle fait l’objet de l’annexe V. Nombreux sont les membres du chapitre simplement connus par leur prénom. Si certains sont identifiables, c’est, la plupart du temps, parce qu’on a voulu préciser leur patronyme pour éviter la confusion avec un chanoine du même prénom. Il convient également de noter que beaucoup d’identifications comportent une part d’incertitude. Nous avons admis cependant que tous les chanoines porteur d’un cognomen toponymique étaient apparentés au lignage de l’endroit.

56 Nos calculs sont basés sur un total de 75 chanoines mentionnés, pour la plupart, dans la liste que nous donnons en annexe V.

57 Paquay, Saint-Barthélemy, n° 6, p. 95 (1078). – Cfr Ganshof, Ministeriales, p. 146.

58 Prévôt de Saint-Paul. Cité de 1176 à 1189-1191 et décédé avant 1193. Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 344. – Kurth, Saint-Hubert, n° 125, p. 163.-Thimister, Saint-Paul, p. 21. – Cfr Ganshof, op. cit., p. 419. – Exposition de l’art ancien au pays de Liège. Catalogue général, Liège, 1905, classe I, n° 54.

59 Cité dès 1194. – † ca 1220. – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 527-528. – de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 464. – Schoolmeesters, Leodium, t. vi, 1907, p. 116. – Cfr Ganshof, p. 148.

60 Cité à partir de 1194. – † ca 1207. – A.E.L., Abb. de Robermont, chartrier, n° 3 (1194). – Sa mère, Marie de Comblain, était la sœur du dapifer Wéry de Pré : Cuvelier, Val-Benoît, n° 2, p. 3-4 (ca 1197). – de Borman et Poncelet, Œuvres de J. de Hemricourt, t. ii, p. 2 (1196). – Cfr Schoolmeesters, A.H.E.B., t. xxxvii, 1911, p. 50. – Ganshof, p. 166-167. – Il s’opposa à l’élection de Hugues de Pierrepont : Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 63-64 (1201).

61 Il était le fils de Wéry de Pré : A.E.L., Robermont, ibid. (1194). – Cfr Ganshof, p. 141.

62 Paquay, Saint-Barthélemy, n° 6, p. 95 (1078). – Cfr Kurth, La Cité de Liège, t. i, p. 96-97, 164-165.

63 Cité de 1172 à 1189 : A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 25, p. 222. – Thimister, Saint-Paul, p. 19. – Cfr Kurth, op. cit., t. i, p. 166-167 et J. Bourgeois, Le patriciat urbain liégeois..., mém. lic. dactyl., Univ. de Liège, 1952-1953, annexe I, Tableau des familles patriciennes liégeoises (xiie-xive s.). – Ci-dessous, p. 338 n. 173.

64 C.S.L., t. i, n° 42, p. 70 (1147). – Peut-être faut-il lire Baugarus, « le Bavarois » Du Cange, Gloss, med. et inf. lat., t. i, 1840, p. 628.

65 Despy, Waulsort, t. i, n°43, p. 393 (1178). – Cette expression, assez fréquente dans la toponymie de la Cité liégeoise, correspond aux limites du territoire claustral, cfr Gobert, Liège à travers les âges, t. ii, 1925, p. 304-307.

66 Tyerase, Tyraisce, Tieraisse, cité de 1170 à 1189 : Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, p. 151. – C.S.L., t. i, n° 65, p. 109, n° 70, p. 115. – Cfr F. Godefroy, Dict, de l’ancienne langue française, t. vii, 1892, p. 725, v° Tirasse.

67 Les calculs sont faits sur un total de 80 chanoines dont les noms figurent, pour la plupart, dans la liste de l’annexe V.

68 Chot-Stassart, op. cit., p. 34-48, pour sa part, constate que les Lotharingiens dominent largement dans le chapitre cathédral liégeois aux xie et xiie s. Nous avons choisi pour cadre les limites de l’évêché qui nous paraissaient mieux correspondre à la réalité de l’époque.

69 Les calculs sont faits sur un total de 63 chanoines-nobles, dont les noms figurent dans la liste de l’annexe V. – Nous n’avons pas tenu compte des lignages de la familia ecclesiae qui, d’office, faisaient partie de l’entourage épiscopal.

70 Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 360. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 4, M.G.H., SS., t. x, p. 493.-Fundatio ecclesiae S. Albani Namucensis, M.G.H., SS., t. xv, p. 962-963. – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 8, p. 86, ch. 10, p. 88. – Cfr G. Despy, La carrière lotharingienne du pape Étienne IX, R.B.P.H., t. xxxi, 1953, p. 955-972.

71 Vita Richardi abb. S. Vitoni, ch. 10, M.G.H., SS., t. xi, p. 286. – Hugues de Fla Vigny, Chronicon, lib. II, ch. 3, 8, M.G.H., SS., t. viii, p. 370, 375. – Aubry de Troisfontaines, p. 778.

72 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 8, p. 57-58. – Cfr Cantatorium, ch. 27, p. 84. – de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 440-441. – Ruperti et Hocouard, Hériman évêque de Metz. – Salloch, Hermann von Metz. – Parisse, La noblesse lorraine, t. i, p. 167. – Ci-dessus, p. 136 et n. 139-140.

73 de Chestret de Haneffe, B.I.A.L., t. xxxviii, 1908, p. 115 (1084). – Bresslau, Neues Archiv, t. xxxiv, 1909, p. 424-425 (1084 et 1086). Ces deux doc. sont des faux fabriqués ca 1140, cfr J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 43-45, 54-57, 83, 99-107, 169, 263-266. Mais, comme le constate cet auteur, ces chartes « contiennent assez de fond historique pour que nous puissions nous baser sur leur témoignage ». Cfr M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 398, p. 527 (1088). – de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 441-442.

74 de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125 (1092). – Ce comte Albert était vraisemblablement Albert de Moha. C’est ce dernier, nous semble-t-il, qui souscrit avec son frère le cornes Hermannus une charte de Théoduin de 1067 (Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 2, p. 98). Ce comte Herman est peut-être le futur archidiacre de Liège.

75 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum..., lib. X, ch. 1, Rec. Hist. Crois., Hist, occid., t. i, 1844, p. 401.

76 Ci-dessus, p. 185 et le tableau généalogique, à l’annexe III.

77 Ci-dessus, p. 145 sv.

78 II abandonne sa dignité en 1141-1142 et gagne la Terre Sainte où il deviendra archevêque de Tyr (t 1174). – Ci-dessus p. 169 n. 331. – Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. cxxxi, cxxxiv.

79 Küpper, Raoul de Zähringen, p. 41 et n. 114.

80 « de prosapia Namucensi » Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117. – Gisl. Chron., ch. 33, p. 66, ch. 212, p. 297. – Aubry, p. 852. – Cfr Küpper, op. cit., p. 156. – Le neveu de Hugues de Pierrepont, Jean d’Eppes, deviendra prévôt de Saint-Lambert avant de monter sur le siège épiscopal en 1229.

81 Voir le tableau généalogique en annexe VI.

82 Kurth, Saint-Hubert, t. i, n° 18, p. 19 (1064), n° 40, p. 47 (1079) : le doc. de 1079 est un faux du xiie s. mais rien ne laisse supposer que le renseignement que nous lui empruntons soit inexact.

83 Cantatorium, ch. 18, p. 46, ch. 98, p. 255.

84 Ibid., ch. 76, p. 181, ch. 93, p. 242, ch. 98, p. 254-255. – Miraeus-Foppens, OD ., t. iii, p. 29 (1112). – Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XI, ch. 13, p. 203.

85 A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 25, p. 220-222 (1173), n° 26, p. 222-224 (ca 1173), n° 32, p. 236-239 (1179).

86 Gesta abb. Trud., Cont IIa, lib. II, ch. 4, p. 30. – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 51, p. 68-69 (1146). – Delaville Le Roulx, Cart, des Hospitaliers, t. i, n° 479, p. 329 (1175).

87 Ci-dessus, p. 173. -Peut-être l’évêque Alexandre Ier (1128) lui était-il apparenté.

88 Un passage d’Anselme est particulièrement éclairant : à la mort d’un chanoine, l’évêque est immédiatement sollicité par la parentèle des candidats ; des « offres » sont faites au prélat : Anselme, ch. 67, p. 230. – Voir aussi A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 182 R° (1032) et Niermeyer, Onderzoekingen, n° 2, p. 203 (1101 : ci-dessus n. 32). Le rôle de la famille dans les églises cathédrales a été vigoureusement souligné par Newman, Le personnel de la cathédrale d’Amiens, p. 5, 11.

89 Par exemple : le chanoine Jean et l’archidiacre-doyen Henri de Montaigu (ci-dessus, n. 82-83). – Les chanoines Walverus et Simon : de Ryckel, B.S.A.H.D.L., t. v, 1889, p. 14 n. (1181). – Le chanoine Arnoul et les archidiacres Raoul († 1184-1185) et Evrard († apr. 1189) : Stiennon, Saint-Jacques, n° 12, p. 451-452 (1188-1191). -Renier et Mainerus de Wierde : Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 527-528 et L.F. Génicot, La tour seigneuriale et l’église romane de Wierde, A.S. A.N., t. liv, 1967, n° 1, p. 148 (1194). – Thimister, Saint-Paul, p. 23 (1193).

90 Nous citons l’oncle en premier lieu : le prévôt Godescalc et Hugues (déb. xie s.) : Vita Balderici, ch. 20, p. 732. – Le prévôt Herman et l’archidiacre Herman (ci-dessus n. 72-73). – Les Montaigu-Duras (voir le tableau gén., annexe VI). – Frédéric de Namur (f 1121) et Frédéric de Laroche (ci-dessus, n. 77-78). – Arnoul et Henri : A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 171 V° (1112-1119). – Albert et Engo, apparentés au prévôt André : Stiennon, Saint-Jacques, n° 5, p. 441 (1140). – Nicolas et Jean : M.G.H., Epist. sel., t. v, Coll. Reinheresbr., éd. Fr. Peeck, 1952, n° 30, p. 29 (ca 1143). – L’archidiacre Amalric et Amalric : de Gourjault, B.C.R.H., 4e sér., t. x, 1882, p. 184 (1154), C.S.L., t. i, n° 54, p. 92 (1171-1177) et A.H.E.B., t. xvii, 1881, p. 22-23 (ca 1188). – Gérard et Daniel : Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 30, p. 66-67 (1178-1189) et Barbier, Floreffe, t. ii, 2e éd., p. 17 (1155). – Albert de Rethel et Hugues de Pierrepont, Hugues de Pierrepont et Jean d’Eppes (ci-dessus n. 80). – L’archidiacre Raoul et l’archidiacre Raoul : C.S.L., t. i, p. 126-127 (ca 1202-1207). – Le népotisme de la cathédrale s’étendait aux autres collégiales de l’évêché : Obert, chanoine de Saint-Lambert est l’oncle d’Obert, chanoine de Saint-Denis : Halkin, B.S. A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 3, p. 347 (1125). – Francon, écolâtre de Saint-Lambert et prévôt de Maastricht (seconde moitié du xie s.) attribue à son neveu, le clerc Litfrid, l’église de Rosmeer. Le prévôt Steppon, successeur de Francon, écarte Litfrid et cède l’église à son propre neveu, le clerc Elias. À la mort de Steppon, Elias lui succède à la prévôté. Steppon et Élias étaient certainement chanoines de Saint-Lambert : Franouinet, O.L. Vrouwekerk, n° 3, p. 6-8 (1148).

91 « quicumque de progenie nostra canonici sancti Lamberti fuerint, et semper proxi-mior genere habeat (hereditatem) » C.S.L., t. i, n° 27, p. 43-44.

92 Ibid., n° 31, p. 51.

93 Ibid., n° 58, p. 96-98 (1178). – O.S.L., P 21 V° (27 févr.). – Au décès d’Arnoul, le duc Godefroid réclame la maison claustrale pour son fils Albert « propinquitatis privile-gio et iure hereditario ».

94 Stiennon, Saint-Jacques, n° 12, p. 451-452 (1188-1191). – Schoolmeesters, dans Leodium, t. iii, 1904, p. 142, t. vi, 1907, p. 32.

95 Ci-dessus, p. 159.

96 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 450-455, t. xxxi, 1905, p. 117-118. – Schoolmeesters, Leodium, t. xii, 1913, p. 109-110. – Poncelet, Sainte-Croix, t. i, p. xlix.

97 de Marneffe, t. xxv, p. 453-456, t. xxvi, 1896, p. 385, t. xxxi, p. 117-119. – Lahaye, Saint-Jean, t. i, p. xxii. – Schoolmeesters, Leodium, t. vi, 1907, p. 32. – ID., A.H.E.B., t. xxxvii, 1911, p. 50.

98 de Marneffe, t. xxv, p. 455-460, t. xxvi, p. 385, t. xxxi, p. 118-119. – Schoolmeesters, Leodium, t. vi, 1907, p. 32. – Ramackers, Papsturk. in den Niederl., t. ii, n° 370, p. 504 (1196). – Schoolmeesters, Leodium, t. xiii, 1914-1920, p. 2.

99 A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 14 R°-V° (1190). – Küpper, Raoul de Zähringen, p. 155 et n. 50.

100 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 458-461. – Schoolmeesters, Leodium, t. vi, 1907, p. 116.-Paquay, Leodium, t. xi, 1912, p. 18. – Nous pourrions citer d’autres exemples. Cfr Schoolmeesters, Tableau des archidiacres du diocèse de Liège pendant le xiie s., Leodium, t. iii, 1904, p. 142-143. – Kupper, La politique des ducs de Zähringen, p. 444 n. 55. – Ci-dessous, annexe VI. – Comme l’a constaté L. Génicot, les dignités du chapitre étaient attribuées en fonction de l’avenir qu’elles promettaient : marchepied de l’épiscopat, la prévôté de Saint-Lambert était naturellement plus noble que la dignité décanale : Haut clergé, princes et nobles, p. 152, 155, 165.

101 Vita Hugberti, ch. 10, p. 488, ch. 15, p. 492, ch. 19, p. 494. – Anselme, ch. 16, p. 198, ch. 22, p. 201.

102 Anselme, ch. 24, p. 202. – L’origine de Saint-Martin est un peu particulière : l’évêque Éracle avait l’intention de construire à l’emplacement de la future collégiale une nouvelle cathédrale dédiée à sainte Marie et saint Lambert : Halphen et Lot, Rec. des actes de Lothaire et de Louis V, n° 23, p. 50-53 (965).

103 Anselme, ch. 26, p. 203-204, ch. 27, p. 204. – Vita Notgeri, ch. 4, p. 11, ch. 9, p. 14-15, ch. 10, p. 15. – M.G.H., DD., Otto III., n° 240, p. 657-658 (997 : sur ce doc, ci-dessous p. 345 n. 215).-Heinrich IL, n° 93, p. 117-118 (1005) = Kurth, Notger, t. ii, n° 51, p. 83-86. – Konrad II., n° 116, p. 161-162 (1028).

104 Anselme, ch. 31, p. 207 et la corr. du texte par Kurth, B.C.R.H., 4e sér., t. ii, 1875, p. 390. – Vita Balderici, ch. 6, p. 726.

105 C’est le cas de Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Martin et Saint-Jean.

106 Sainte-Croix fut fondée par le prévôt de la cathédrale Robert ; Saint-Denis par le coûtre Nithard ; Saint-Barthélemy par le prévôt Godescalc.

107 Anselme dit qu’Éracle fixa le nombre des chanoines de Saint-Paul à 30. La Vita Notgeri, ch. 3, p. 11, plus récente mais bien informée, affirme que Notger porta leur nombre de 20 à 30.

108 Anselme écrit qu’il y avait initialement 20 chanoines à Saint-Denis, auxquels, « procedente vero tempore », on ajouta 10 chanoines.

109 Sainte-Croix : Anselme, ch. 67, p. 230, Wazon ajoute 15 prébendes aux 15 qui existaient depuis Notger. – Saint-Barthélemy : Wazon ajoute 10 prébendes aux 20 qui existaient depuis Réginard. Anselme, ibid., et ch. 37, p. 210. – Fisen, Sancta Legia, 1696, 1, p. 198-199 (1031 : doc. faux). – B.U.Lg., ms. 1972, f° 21 V° (1044 : suspect). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 303 (1046 : suspect).

110 Il semble qu’il n’y ait eu que 15 canonicats à Notre-Dame de Huy. Le chiffre aurait été porté à 30, non point par Théoduin en 1066, mais seulement dans la première moitié du xiiie s. Cfr L.F. Génicot, Le chapitre de Huy au tournant des xiie et xiiie siècles, p. 15-16. — Ch. Dereine évalue à 700 ou 800 environ les chanoines séculiers du diocèse de Liège au début du xiie s. ; ils étaient répartis dans une cinquantaine de sanctuaires : Clercs et moines au diocèse de Liège du xe au xiie siècle, p. 189-190, 202.

111 « nichil ab eis (canonicis) querens nisi probos mores et utilitatem divinae servitutis » Anselme, ch. 67, p. 230. – B.U.Lg., ms. 1972, 21 V° (1044). – Vita Notgeri, ch. 4, p. 11-12.

112 « quilibet in armis praepotens ». M. Joris pense, avec raison nous semble-t-il, qu’il s’agit du duc de Basse-Lotharingie. Son point de vue est confirmé par le Chronicon S. Laurentii Leodiensis, ch. 9, M.G.H., SS., t. viii, p. 265. Exemple similaire à Verdun où, vers 1130, le comte Renaud de Bar construit une tour au centre de la Cité épiscopale : Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 28, p. 507.

113 Anselme, ch. 26, p. 204. – Sur le rôle de la Croix comme titulaire des édifices religieux et sur le respect qu’elle imposait, cfr C. Moulin, Les églises et chapelles Sainte-Croix en France, Revue d’hist. de l’Eglise de France, t. lxii, 1976, p. 349-360.

114 C’est le point de vue, exprimé de façon un peu trop catégorique peut-être, par J. Lestocouoy selon lequel « ces chapitres sont constitués pour offrir des prébendes aux membres de l’aristocratie » : Les origines des églises collégiales, dans Mélanges Labande, 1974, p. 499-500. – En fondant ses collégiales le comte de Champagne poursuit le même objectif : P. Corbet, Les collégiales comtales de Champagne (v. 1150-V.1230), Annales de l’Est, 5e sér., 29e année, 1977, p. 225-226. – C’est avec raison que H. Silvestre insiste sur le caractère « épiscopète » des clercs, qui forment le plus fidèle soutien du pouvoir de l’évêque : Sur une des causes de la grande expansion de l’ordre canonial, p. 66-69.

115 Cfr J.F. Lemarignier, Aspects politiques des fondations de collégiales..., dans La vita comune del clero, Milan, 1962, p. 25.

116 Cfr J. Dhondt, Développement urbain et initiative comtale en Flandre au xie s., Revue du Nord, t. xxx, 1948, p. 153-155. – Lemarignier, op. cit., p. 30-32. – Corbet, op. cit., p. 228-229.

117 Tel fut le cas de Saint-Martin, de Saint-Denis et de Sainte-Croix. Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 141-142, 147-151, t. ii, p. 16 sv. – Saint-Jean fut aussi une « collégiale-château » affectée à la défense de la Cité : J. Hubert, La vie commune des clercs et l’archéologie, dans La vita comune, 1962, p. 96-97. – Voir également J. Lejeune, Liège, de la principauté à la métropole, 1962, p. 47-50 (avec plan).

118 Anselme, ch. 1, p. 191.

119 F. Vercauteren, Luttes sociales à Liège, 2e éd., p. 13-16. – Ci-dessus, p. 95-104.

120 Nous ne nous attarderons pas sur l’organisation interne des collégiales. Comme la cathédrale, elles ont leur prévôt, doyen, écolâtre, chantre, coûtre, etc. et elles pratiquent le système de l’obédience. Notons cependant qu’à Liège, comme ailleurs, les collégiales ne participent pas activement à l’administration de l’évêché : c’est un privilège du chapitre cathedral. Cfr. J. Gaudemet, dans Hist, des Inst. françaises, t. iii, p. 192-196.

121 Contrairement au prévôt, le doyen était choisi au sein de la collégiale. Voir l’écrit d’Alger cité n. 124. – Renier, Vita Wolbodonis, ch. 18, p. 569, attribue à Wolbodon (1018-1021) l’institution des stationes du clergé de la Cité dans la cathédrale « ut maiori aecclesiae a minoribus tanquam matri a filiabus Privilegium servetur competensque subiectio ». – Voir aussi la charte de l’évêque Alexandre Ier réglant les rapports juridiques entre Notre-Dame de Huy et le Neufmoustier : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 8, p. 113 (1130).

122 Vers 1101-1121 (voirn. 124). – C.S.L., t. i, n° 483, p. 595-596 (ca 1140). – W.E., n° 108, p. 183-186 (1149-1158).

123 C.S.L., t. i, n° 68, p. 112. – Vers 1229, les chanoines de Saint-Jean élisent un des leurs comme prévôt et interpolent une bulle pontificale de 1186 afin d’apporter une justification à leur initiative : Lahaye, Saint-Jean, t. i, n° 29, p. 22-23 (1186). – C.S.L., t. i, n° 192, p. 253-254 (1229). – Cfr Niermeyer, Onderzoekingen, p. 192-193. – Stiennon, L’écriture diplomatique, p. 171-172.

124 Ce texte est inséré dans le Liber officiorum ecclesie Leodiensis (1323), publié par Bormans et Schoolmeesters, B.C.R.H., 5e sér., t. vi, 1896, p. 505-520. – Cfr Monchamp, L’écrit d’Algerus sur la dignité de l’église liégeoise.

125 Alger, p. 512. – Trente ans plus tard, l’abbé Wibald de Stavelot, qui connaissait sans doute l’écrit d’Alger, développait une argumentation similaire : « cathedralis eccle-sia [...] ceteras in urbe preposituras [...] extruxit et amplificavit, ac de propriis bonis episcopii prima fundamenta iecit... » W.E., n° 108, p. 184 (1149-1158).

126 Voir les sources citées ci-dessus, n. 101 à 104 et n. 109.

127 La collégiale Sainte-Croix avait été fondée par le prévôt Robert. Mais dans son diplôme de 1005 le roi Henri II ne mentionne que Notger : M.G.H., DD., Heinrich II., n° 93, p. 117-118.

128 Cfr Vita Notgeri, ch. 2, p. 11.- Breviloquium de incendio ecclesiae sancti Lamberti, M.G.H., SS., t. xx, p. 620. – Ci-dessus, n. 121. – C.S.L., t. i, n° 68, p. 112 (1189). – Anselme, ch. 46, p. 217. – W.E., n° 108, p. 184 (1149-1158).

129 Trois des sept collégiales ont été fondées par des chanoines de la cathédrale (ci-dessus, n. 106).

130 Notre point de vue s’écarte sensiblement de l’opinion exprimée — de façon très obscure d’ailleurs — par E. Poncelet, Les domaines urbains de Liège, p. 8-10. Cet auteur se trompe, nous semble-t-il, en voulant établir des notions juridiques nettes là précisément où régnait le flou. Comment peut-il écrire qu’Alger « semble avoir confondu à plaisir les prérogatives de l’église Saint-Lambert avec celles de la paroissiale primitive de Notre-Dame-aux-Fonts », alors que cette dernière église n’était qu’une chapelle de la cathédrale, affectée au ministère paroissial ? (Cfr L. Lahaye, Les paroisses de Liège, B.I.A.L., t. xlvi, 1921, p. 1-13, qui montre le peu de fondement de la thèse de J. Demarteau adoptée par Poncelet). Enfin, Alger ne dit nulle part que les collégiales ont été dotées au moyen de biens provenant de la mense capitulaire de la cathédrale. Inutile dès lors d’attribuer au chanoine de Liège pareille « hérésie historique », comme le fait Poncelet — si nous le comprenons bien. — À Liège, comme à Cologne ou à Trèves, l’accumulation des prébendes, des offices et des dignités entre les mains des chanoines de la cathédrale contribuait uniquement à développer l’aisance et la puissance des membres du chapitre de Saint-Lambert. Il n’est pas question, semble-t-il, d’une forme de « représentation » des collégiales. Cfr Ganzer, Zur Beschränkung..., Z.R.G., K. A., t. lxxxix, 1972, p. 181-182, 193, 195.

131 Alger, chanoine et écolâtre de Saint-Barthélemy, fut transféré à la cathédrale par Otbert : Nicolas, Algeri elogium, éd. Migne, P.L., t. clxxx, col. 737.

132 Reimbald de Dongelberg, chanoine de Saint-Lambert et de Saint-Jean : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 331 (1101). – Niermeyer, Onderzoekingen, n°2, p. 203(1101). – Pierre de Momalle, chanoine de Saint-Lambert et doyen de Saint-Paul en 1184 ; prévôt de Saint-Paul en 1185 : Walters, Géogr. et hist, des comm. belges, Arr. de Louvain, Cant, de Tirlemont, Comm. rurales, 2e partie, p. 171 (corr. 1184). – Schoolmeesters, A.H.E.B., t. xxxvi, 1910, p. 348. – Ci-dessus, p. 320 n. 58. – Herbert, cellerier de Saint-Lambert et chanoine de Saint-Paul : Thimister, Saint-Paul, p. 23 (1193). – Gérard de Nethen, chanoine de Saint-Lambert et doyen de Saint-Jean : A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 34, p. 258 (1187). – Vita Alberti, ch. 26, p. 154 (1192). -Gérard de Sarto chanoine de Saint-Lambert et de Saint-Barthélemy : O.S.L., f° 73 R° (4 août). – Poncelet, Actes de Hugues de Pierrepont, n° 118, p. 122 (1214). – Arnoul, chanoine de Saint-Lambert et doyen de Saint-Martin : Ernst, Hist, du Limbourg, t. vi, n° 74, p. 164 (1192). – Henri abbé de Notre-Dame et doyen de Saint-Paul : Thimister, p. 13 (1182). – cfr C.S.L., t. i, n° 29, p. 47 (1096).

133 Il y a, bien sûr, des chanoines de collégiale dont l’origine noble est incontestable : Reimbald et Bovon de Dongelberg, chanoines de Saint-Jean (ci-dessus n. 132). – Henri de Wierde, chanoine de Saint-Martin : A.E.L., Coll. Saint-Martin, chartrier, n° 7 (1167). – Piot, B.C.R.H., 5e sér., t. IV, 1894, n° 2, p. 14 (1174). – Jean de Chimay, chanoine de Saint-Paul : Thimister, Saint-Paul, p. 16-18 (1189). – Mais le nombre des ministeriales semble plus élevé : Obert de Jemeppe, chanoine de Saint-Denis : Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 3, p. 347 (1125). – C.S.L., t. i, n° 32, p. 53 (1116). -Lambert d’Overijse, trésorier de Saint-Pierre : Thimister, Saint-Paul, p. 20 (1189). -Frédéric, chanoine de Saint-Paul, apparenté aux Dommartin : Stiennon, Saint-Jacques, n° 11, p. 451 (1189). – Pierre de Momalle, doyen de Saint-Paul (ci-dessus n. 132). -Jean d’Ouffet, chanoine de Saint-Martin : Piot, ibid. (1174). – A.E.L., Coll. Saint-Martin, chartrier, n° 10 (1193). – Le doyen Benoît de Saint-Jean (t ca 1189) était probablement un ministerialis : F. Vercauteren, Un clerc liégeois du xiie siècle. – Il est douteux que le chanoine de Saint-Paul Jean de Mosa fût d’origine noble : Thimister, Saint-Paul, p. 18 (1189). – La supériorité des chanoines de Saint-Lambert vis-à-vis des chanoines des collégiales apparaît dans l’Algeri elogium de Nicolas : Alger, écrit-il, transféré « honorabiliter » de la collégiale de Saint-Barthélemy à la grande église, fut « a prioribus gratenter acceptus », éd. Migne, col. 737. – Le recrutement social du chapitre Notre-Dame de Huy aux xie-xiiie s. s’établirait de la façon suivante : 10 chanoines appartenaient à des familles nobles ou chevaleresques, 9 à des familles patriciennes ou bourgeoises. Cfr. L.F. Génicot, Les chanoines et le recrutement du chapitre de Huy, p. 21. – Voir un texte intéressant sur la permutation des prébendes (Notre-Dame de Namur et Saint-Barthélemy de Liège) dans O. Hageneder et A. Haidacher, Die Register Innocenz’III, 1. Pontifikatsjahr, 1964-1968, n° 84, p. 121-123 (1198).

134 Voir notamment : A. Amanieu, art. Archidiacre, Dict, de droit can., t. l, 1935, col. 948-1004. – J.F. Lemarignier et J. Gaudemet, dans Hist, des Inst. françaises, t. iii, p. 19-22, 185-187. – Le bras, Institutions ecclésiastiques, Ier partie, livres II-VI, 1964, p. 391-394. – Pour Liège : de Marneffe, Tableau. – Schoolmeesters, Tableau des archidiacres du diocèse de Liège pendant le xiie siècle. – J. Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres de L’eglise de Liège, Liège, 1935. – de Moreau, Hist, de l’Église, t. i, 2e éd., p. 304 sv., t. iii, p. 324 sv. – M. Van Rey, Die Lütticher Gaue Condroz und Ardennen im Frühmittelalter, p. 142-149.

135 Adventus sancti Eugenii martyris, éd. D. Misonne, Rev. Bén., t. lxxiv, 1964, p. 100-101 (texte écrit peu après 925-936). Ces événements sont également mentionnés par un texte plus tardif (prob, du dernier quart du xe s.), les Virtutes S. Eugenii apud Bronium, ch. 7, éd. Misonne, p. 262-263. Nous adoptons la chronologie des événements telle qu’elle fut établie par Misonne.

136 Même si la pluralité des archidiacres s’introduit déjà dans le courant du ixe siècle (Amanieu, op. cit., col. 961-962). – Dans les Virtutes S. Eugenii, il est toutefois question, à propos de l’archidiacre, de la « parrochia sibi commissa », ce qui laisse entendre qu’Adelelm était un archidiacre territorial et qu’il avait des confrères. Remarquons toutefois : 1°) que le texte n’est pas tout à fait contemporain et qu’il est susceptible d’anachronisme. – 2°) que dans l’Adventus Eugenii l’expression « parrochia sibi commissa » est utilisée, à propos de Richer, dans le sens de « diocèse ». – Par conséquent, nous ne croyons pas que le texte des Virtutes, au demeurant assez imprécis, puisse être invoqué comme preuve de l’existence de plusieurs archidiaconés à l’aube du xe s. — Van Rey, pour sa part, admet qu’Adelelm était un archidiacre territorial plutôt qu’un archidiacre diocésain : Die Lütticher Gaue, p. 138-139 et La division politique et ecclésiastique de l’ancien diocèse de Liège au haut moyen âge, p. 123.

137 Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180. – L’archidiacre Bovon est également mentionné, à propos d’événements qui se sont déroulés sous l’épiscopat d’Éracle (959-971), dans la Vita et translatlo sancti Landoaldi, écrite par Hériger vers 980 (ch. 4, éd. Gysseling et Koch, p. 239).

138 Ils souscrivent une charte de l’abbé Ingelard de Saint-Riquier : Hariulf, Chron. de Saint-Riquier, ch. 31, éd. Lot, p. 175.

139 Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 264 (nous comptons le prévôt). – Nous ne tenons pas compte du doc. daté de 1031 publié par Fisen, Sancta Legia, I, p. 199, où figurent 5 archidiacres (prévôt compris) : vérification faite sur les 2 copies conservées, c’est archi-diaconum et non pas archidiaconos qu’il faut lire (cfr annexe IV et n. 19).

140 Génicot, R.H.E., t. llx, 1964, n° 1, p. 41 : six d’entre eux sont cités parmi les testes ; le septième est mentionné dans le texte.

141 « archidiaconi Septem » De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 11, M.G.H., SS., t. xiv, p. 552 (fin du xiie s.). – Il n’est pas impossible que, dans le diocèse de Liège, l’apparition des archidiacres territoriaux soit liée à la disparition du chorépis-copat. Cfr ci-dessus, p. 253.

142 Jusqu’alors, ce fut l’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts, église annexe de la cathédrale, qui exerça, sans en porter le titre, les fonctions d’archidiacre de la Cité : « presbiter [...] abbati ejusdem ecclesie [Sanctae Mariae] velut archidiacono subjectionem deberet » Demarteau, Deuxième note sur les fonts baptismaux de Saint-Barthélemy, p. 27 (1101). – Cfr ci-dessous, p. 347 n. 232. – Schoolmeesters, Tableau des archidiacres, p. 141. – Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres, p. 7.8. – Lahaye, Les paroisses de Liège, p. 65-103. – C’est peut-être en raison de la présence de l’évêque qu’il n’y eut pas d’archidiaconé de Liège avant le xiiie s. — Enfin, il convient de signaler que depuis 1066, le doyen de la collégiale Notre-Dame de Huy exerçait l’autorité archidia-conale sur le territoire de cette ville : F. Discry, L’ancien archidiaconé de Huy, B.S.A.H.D.L., t. xli, 1959, p. 1-72. – Joris, La ville de Huy, p. 191-192.

143 Voir les cartes publiées dans le tome complémentaire de l’Histoire de l’Église en Belgique d’E. de Moreau, Bruxelles, 1948. – Les sept archidiaconés étaient les suivants : Ardenne, Brabant, Campine, Condroz, Famenne, Hesbaye et Hainaut. – Van Rey, Die Lütticher Gaue, p. 147-149 et La division politique, p. 123 pense que les archidiaconés du bas moyen âge se seraient formés entre le xie et le xiiie siècles : les limites des premiers archidiaconés correspondraient à celles des pagi.

144 C’est pourquoi la dignité de prévôt n’était pas liée à un archidiaconé déterminé. On devient donc archidiacre avant de devenir prévôt, même si l’on accède aux deux charges dans le courant de la même année. Éclairante à ce point de vue est la succession du prévôt-archidiacre Frédéric de Laroche qui abandonna ses fonctions en 1141-1142 : Henri de Leez le remplaça d’abord comme archidiacre (1141-1142) puis comme prévôt (1142). Cfr ci-dessus, p. 169 n. 331.

145 Anselme, ch. 26, p. 204. – Cfr Kurth, Notger, t. I, p. 149 n. 4, p. 250. – de Marneffe, Tableau, t. xxxi, 1905, p. 152-153, 156.

146 Anselme, ch. 35, p. 208, ch. 40-41, p. 211-214.

147 Ibid., ch. 45, p. 216-217. – Ci-dessous, annexe IV.

148 Ibid.

149 « cum archidiaconatu [...] onus praepositurae humiliter consensit subire » Anselme, ibid.. – Cfr ci-dessus p. 315 n. 21.

150 Amanieu, op. cit., col. 962-978.

151 La plus ancienne charte archidiaconale que nous ayons relevée est celle de l’archidiacre de Campine Herman en faveur de l’église de Meerssen ; elle date de 1136 et elle est revêtue du sceau de son auteur : Ruksarchief in Limburg, Proosdij Meerssen, n° 17374, chartrier. – Ed. Habets, P.S.H.A.L., t. xxv, 1888, p. 99-100. – Une seconde charte de Herman pour le même établissement, de teneur semblable, scellée du sceau de l’archidiacre mais ne comportant ni formule d’imprécation, ni liste de témoins, ni date, repose dans le même fonds ; elle est sans doute contemporaine de la première. Sur ces doc. cfr H. Nelis, Grattages de chartes de la prévôté de Meersen au xiie s., dans Mél. Ch. Moeller, t. i, 1914, p. 420-424. — Rien ne prouve que la charte scellée par l’archidiacre et coûtre Alexandre publiée par C. Coppens, Fontes Affligemenses, t. viii, 1969, p. 2 date de ca 1111 comme l’indique son éditeur. Tout au plus peut-on affirmer qu’elle est antérieure à 1145, date à laquelle Alexandre (II) devint prévôt de la cathédrale.

152 À l’issue d’un episcopat malheureux, l’évêque Alexandre Ier avait été déposé par le pape (1135). – Voir n. préc.

153 J. Lejeune, Les notions de « patria » et d’« episcopatus », p. 22.

154 Aux termes du statut de Guy de Palestrina, les archidiacres étaient tenus à la résidence pendant six mois : sans doute consacraient-ils le reste de l’année « ad visitandos archidiaconatus ». C.S.L., t. I, n° 84, p. 133, 134 (1203). – Cfr Toussaint, Les doyens ruraux et les assemblées synodales.

155 Cantatorium, ch. 94, p. 242-244 (1104). – Ruksarchief in Limburg, Meerssen, n° 17374 (1135-1141) : « iussi fieri sinodale concilium ». – Despy, Waulsort, n° 30, p. 366 (1153), n° 35, p. 375 (1161), n° 44, p. 395 (1178). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 346 (1187). – Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n°4, p. 189-193 (1164).– L’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts, « archidiacre » de Liège, tenait « très sinodos in anno apud Sanctam Mariam », Demarteau, Deuxième note..., p. 27 (1101).

156 Cfr Paquay, Juridiction, p. 48 sv. – Amanieu, ibid.

157 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 72, p. 95-96 (1149-1164). – de Gourjault, B.C.R.H., 4e sér., t. x, 1882, n° 9, p. 187 (1178). – de Marneffe, Bijdragen tot de geschiedenis, t. iii, 1904, n° 70, p. 144 (1178). – A.E.L., Coll. St-Jean, chartrier, n° 9 (1184). – Thimister, Saint-Paul, p. 29 (1199). – Ramackers, Papsturk. in den Niederl., t. ii, n° 114, p. 249-250 (1162-1164).

158 Barbier, Floreffe, 2e éd., t. ii, p. 7-8 (1130).

159 Habets, P.S.H.A.L., t. xxv, 1888, p. 99 (1136). – W.E., n° 301, p. 429 (1150). – Bormans, Recueil des ordonnances, première série, p. 21 § 4 : « nisi [...] de bannis episcopo vel archidiacono satisfecerint » (1168-1189). – Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n° 4, p. 190 (1164).

160 A.H.E.B., t. i, 1864, n° 1, p. 48-49 (1183). – Poncelet, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, p. 102-104 (1186) : « authoritate nostras ».

161 A.H.E.B., t. iv, 1867, n° 8, p. 406-407 (1161). – Despy, Waulsort, n° 44, p. 394-395 (1178), n° 49, p. 400 (1174-1189). – Roland, Gembloux, n° 65, p. 83 (1191), n° 70, p. 85-86 (1194). – Thimister, Saint-Paul, p. 23-25 (1193, 1196).

162 La transmission des biens aux églises se fait « per manum archidiaconi » : Piot, Saint-Trond, t. i, n° 82, p. 109 (1155-1164). – Duvivier, Actes et documents anciens, t. i, 1898, p. 142-143 (1158-1160). – Roland, Gembloux, n° 56, p. 65-66 (1172). – Séminaire de Bonne-Espérance, Cartulaire, t. xv, f° 135 R° V, 169 R°-171 R°, 175 R°, 177 R° (1172). – de Marneffe, Bijdragen, t. iii, 1904, n°65, p. 140 (1162-1164). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 295 V° (1173).

163 « Ad hoc gratia Dei constituti ut de iure officii nostri bone ecclesiarum tueamur et quod pie factum et collatum est eis ratum ducamus et in lucem propalemus ». Thimister, Saint-Paul, p. 24-25 (1196).

164 Amanieu, op. cit., col. 953, 967, 969.

165 En 1203, le légat pontifical Guy de Palestrina exigeait des archidiacres qu’ils fussent ordonnés diacre : C.S.L., t. i, n° 84, p. 134. – C’est par dérision, sans doute, qu’un chanoine de la cathédrale inscrivit dans l’obituaire de son église la commémorai-son de Herman, archisubdiaconus : O.S.L., f° 119 V° (19 déc). – L’archidiacre Henri de Leez était probablement prêtre (ci-dessus, p. 168), mais Albert de Rethel était diacre, Albert de Louvain sous-diacre, Hugues de Pierrepont n’était pas prêtre : Gisl. Chron., ch. 175, p. 257. – Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 66 (1202). – Dans sa lettre au prévôt et archidiacre Jean, Wazon lui rappelle qu’il n’est qu’un diacre. Anselme, ch. 41, p. 214, 1. 26 sv.

166 Comme l’indique une charte. d’Otbert de 1107 pour l’église d’Andenne, éd. Misson, Sainte-Begge, 2e éd., n° 2, p. 288-289 et nos remarques ci-dessus, p. 139 n. 154 : dans ce doc. les mots ordinatio et ordinare correspondent à l’investiture et non pas à l’ordination (wijding) comme le pensait Niermeyer, Onderzoekingen, p. 129. – Autres exemples : Archives de la Marne (Reims), H 1377 (1128-1135 : ce doc, où il est fait mention du roi Conrad, est un faux, cfr ci-dessus, p. 168 n. 325). – Rijksarchief in Limburg, Meerssen, n° 17374 (1135-1141). – Poncelet, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, p. 103 (1186). – Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 27, p. 85 (1187). – Thimister, Saint-Paul, p. 13 (1182), p. 24 (1193), p. 25 (1196), p. 26 (1198). – A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 43, p. 269 (1198).- Parfois, cependant, l’évêque se réserve le droit d’attribuer la cura animarum : Barbier, Floreffe, t. ii, 2e éd., p. 7 (1130). – Cfr Paquay, Juridiction, p. 72-87. – J. Laenen, Introduction à l’histoire paroissiale du diocèse de Malines..., Bruxelles, 1924, p. 300-312. – L’étendue des pouvoirs de l’archidiacre liégeois, en matière d’investiture canonique, est remarquable : ailleurs, c’est l’évêque qui donne au prêtre la charge d’âme même s’il le fait par le ministère de l’archidiacre : Amanieu, ibid.

167 Et même, semble-t-il, depuis le xie s. : l’acte de 1107 cité n. 166 est censé rétablir une pristina libertas qui remonte, au moins, à l’époque de l’évêque Théoduin (1048-1075). – Voir aussi le passage du Cantatorium cité n. 170 et les sources mentionnées n. 171. – La Querelle des investitures et son cortège de troubles a certainement contribué à développer l’autorité archidiaconale. Voir, sur ce point, les constatations de l’auteur du Cantatorium, ch. 94, p. 244 1. 4 sv.

168 « Ea tempestate Adelelmus, vir clarissimus, archidiaconatus fungebatur officio suique pontificis vices diligenter exequebatur ». Virtutes S. Eugenii, ch. 7, éd. Misonne, p. 262-263 (texte prob, écrit dans le dernier quart du xe s. et rapportant des événements de 911-919).

169 « quae sunt in nostra archidiaconatu, quod quidem nostrae potestatis erat » Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 346 (1187). – En 1197-1198, l’évêque Albert de Cuyck investit Notre-Dame de Heinsberg d’une église qui lui est donnée par le seigneur de Fauquemont. L’évêque intervient « quod eo tempore, post obitum domini Ottonis archidiaconi, ad eum pertinebat » Lacomblet, Urkundenbuch, t. ii, n° 2, p. 3 (1201).

170 L’évêque réintègre dans la communauté des fidèles les pénitents réconciliés « per manus archidiaconorum » Cantatorium, ch. 32, p. 92-93 (1076). – Henri II de Leez parle du « venerabilis archidiaconus Alexander, eiusque dekanus Johannes » Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 3, p. 7 (1148). – Voir également la charte, probablement fausse, de Henri de Verdun : « nec archidiacono vel ejus decano » Evrard, Flône, n° 1, p. 12-13 (1092 : ci-dessus, p. 226 n. 72).

171 A.H.E.B., t. xxi, 1888, p. 392 (1029). – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 40 (1066). – Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 352 (1126) etc.

172 Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 91, p. 193-194 ; A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 55 V° (1189). – Despy, Waulsort, n° 51-52, p. 402-404 (1190). – Abbaye d’Averbode, Sect. I, n° 52 (1198), n° 59 (1200), n° 60 (1200). – Le sceau archidiaco-nal, témoignage de l’esprit d’indépendance de son propriétaire, apparaît dès 1136 : ci-dessus, n. 151. – de Marneffe, Tableau, t. xxvi, 1896, p. 399.

173 L’archidiacre Henri intitule les chanoines de Saint-Lambert Henri de Dongelberg et Jean de Cologne « ministri archidiaconatus mei » Séminaire de Bonne-Espérance, Cartulaire, t. xv, f° 135 R° (1172). – Les statuts de Guy de Palestrina donnaient à l’archidiacre le droit de recruter deux socii parmi les chanoines de la cathédrale : C.S.L., t. i, n° 84, p. 134 (1203).

174 C.S.L., 1.1, n° 54, p. 92 (1171-1177). – Denis, Sainte-Julienne, n°4, p. 152 (1185). – Despy, Waulsort, n° 52, p. 404 (1190). – Thimister, Saint-Paul., p. 23 (1193). – Paquay, Cart. de N.D. de Tongres, n°3, p. 50-51 (1191). – Duvivier, Actes et documents anciens, 1898, p. 142 (1158-1160).

175 Cfr A. Joris, Notes sur la pénétration du droit savant au pays de Liège (xiie-xve siècles), Revue d’histoire du droit, t. xl, 1972, p. 195. – P. Godding constate que le milieu ecclésiastique liégeois fut un « centre actif de réception du droit savant » .La notion de possession du droit romano-canonlque dans les principautés belges aux 12e et 13e siècles : le râle des clercs, Studia Gratiana, t. xix, 1976, p. 313-335.

176 « présente magistro Reynero [de Hoetshem] qui tunc vice domini Alberti [de Louvain] archidiaconi fungebatur ». Erens, Tongerloo, t. i, n° 40, p. 72 (1188-1191). -Notre collègue Chr. Renardy qui a étudié les magistri dans le diocèse de Liège au moyen âge, a bien voulu nous dire que ce Renier de Hoksem était un notaire du duc Henri Ier de Brabant. On ne s’étonnera pas dès lors de le rencontrer dans l’entourage de l’archidiacre Albert. Cfr Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 261-262. – Voir ci-dessous p. 344, n. 211.

177 On leur reproche leur rapacité et leur vénalité : Cantatorium, ch. 94, p. 242-246 (1104). – Raoul, Gesta abb. Trud., lib VI, ch. 25, p. 97 (1101-1107). – Gesta episc. Camernc, lib. III, ch. 28, M.G.H., SS., t. vii, p. 474-477 (ca 1021). – Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n° 4, p. 189-193 (1164). – A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 41, p. 266 (1194), n° 43, p. 268-269 (1198).

178 En 1106, l’archidiacre Alexandre — le futur évêque — fait la sourde oreille aux injonctions d’Otbert : Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VI, ch. 16, p. 86-87.

179 Ci-dessus, n. 169.

180 « Nobis autem de hoc seculo migrantibus sive ad episcopatum promotis » Charte or. de l’archidiacre Otton († 1197-1198) : Abbaye d’Averbode, section I, n° 65 (s.d.).

181 Du reste, l’évêque ne voit pas d’inconvénient à ce que ses propres chartes soient revêtues du sceau archidiaconal : Miraeus et Foppens, O.D., t. iii, p. 49 (1157). – Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 18, p. 69-71 (1178). – Thimister, Saint-Paul, p. 13 (1182). – L’évêque Henri II soutient les visées de son archidiacre Alexandre qui s’efforce d’arracher une église à l’abbé de Saint-Trond : Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. III, ch. 10, p. 48-49 (1160).

182 Vita Alberti, ch. 29, p. 156. – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 70, p. 114. – Cfr Anselme, ch. 45, p. 216-217. – Alger, De dignitate, p. 513. – Amanieu, op. cit., col. 950. – Le Bras, op. cit., p. 393.

183 Despy, Waulsort, n° 30, p. 365-366 (1153), n° 35, p. 375 (1161), n° 38, p. 381-382 (1163), n° 44, p. 394 (1178), n° 49, p. 400 (1174-1189). – C.S.L., t. i, n° 55, p. 92 (1172).

184 « nostrisque archidiaconis injunximus, quatenus in omnibus ecclesiis suis hujus nove solemnitatis observationem denuntiari in vi obedientie precipiant ». Charte de l’évêque Raoul, A.H.E.B., t. xiv, 1877, p. 37 (ca 1185).

185 Voir par exemple : Berlière, Doc. inédits, t. i, n° 10, p. 16 (1057). – Cantatorium, ch. 93, p. 241 (1103). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 28-29 (1112). – Triumphus sancti Lamberti, ch. 10, p. 505 (1141). – W.E., n° 301, p. 429-431 (1150). – De fundatione et lapsu, ch. 11, p. 552 (xiie s.). – Ci-dessus, p. 238.

186 Comme le fait l’abbé Wibald de Stavelot qui s’adresse, en 1151, à l’archidiacre B. (Baudouin ou Brunon), « ad explorandum propositum domini nostri episcopi et ad intelligendam de pace universitatis vestrae voluntatem » W.E., n° 331, p. 461-462.

187 Cantatorium, ch. 26, p. 77. – Ci-dessus, p. 242.

188 « liberam et gloriosam Sancte Marie Sanctique Lamberti ecclesiam » Cantatorium, ch. 70, p. 158.

189 C.S.L., t. i, n° 27, 29, 33, 38, 58, 64, 65, 70 (1085 à 1189). – A.H.E.B., t. iv, 1867, n° 11, p. 411 (1189).

190 Cfr Alger, De dignitate ecclesie Leodiensis.

191 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 233-236.

192 Cantatorium, ch. 70, p. 158 (1092).

193 Ibid., ch. 96-97, p. 247-250.

194 C.S.L., t. i, n° 30, p. 48-50. – Cette confirmation, dans laquelle l’intervention d’Otbert est mentionnée, dissimule vraisemblablement un accord entre l’évêque et son chapitre cathédral. Tel qu’il nous est parvenu, le diplôme de 1107 pose certains problèmes du point de vue de la critique. Voir ci-dessous p. 346 n. 224.

195 II est mentionné dans la charte de Godeza en faveur de Saint-Lambert : C.S.L., t. i, n° 33, p. 54. – Il réapparaît en 1121 : Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 12, p. 201-202 (texte écrit en 1136-1137). – Cfr E. Poncelet, Le martyre de saint Lambert et les sceaux, Bull, de la Soc. des Bibliophiles liégeois, t. v, 1892-1895, p. 169-170. – La plus ancienne empreinte conservée date de 1188 : A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 37, p. 262. Elle porte la légende « sanctus lambertus leodiensis patronus ». On fit usage de cette matrice jusqu’au début du xiiie s.

196 L’année précédente, le grand-prévôt Frédéric fit encore sceller du sceau épiscopal une charte dont il était l’auteur : C.S.L., t. i, n° 32, p. 53 (1116).-De même le chanoine de Saint-Lambert Étienne, en 1107 : Stiennon, Saint-Jacques, n° 3, p. 439. – Il est fait mention du sigillum sancti Lamberti dans un acte daté par son éditeur de ca 1111 (Coppens, Fontes Affligemenses, t. viii, 1969, p. 2). Mais, comme nous l’avons déjà dit, cette datation n’est pas justifiée et la seule chose que l’on puisse affirmer est que le document fut expédié avant 1145 (ci-dessus, n. 151).

197 « non prius ad episcopum deferetur quam in capitulo Sancti Lamberti fuerit ventilata », éd. Bormans et Schoolmeesters, B.C.R.H., 5e sér., t. vi, 1896, p. 510 (ca 1101-1121).

198 Cfr Lejeune, Liège et son pays, p. 231-233.

199 Du reste, le Saint-Siège soutenait les velléités d’indépendance des chapitres cathédraux. Cfr Pfaff, Die Deutschen Domkapitel und das Papsttum, p. 38-41, 45, 55.

200 C.S.L., t. i, n° 40, p. 66-68 (1143), n° 47, p. 80-81 (1156-1158), n° 67, p. 110 (1189), n° 68, p. 111-113 (1189).

201 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 30, p. 103. – C.S.L., t. i, n° 41, p. 68 (1145). – Ci-dessus, p. 170-172. – Un simple chanoine de la collégiale Saint-Martin déclencha la procédure d’appel en cour de Rome qui devait aboutir à la déposition de l’évêque Alexandre Ier (1135) : Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XIII, ch. 1, p. 229-230. Il n’est pas impossible que des chanoines de la cathédrale aient joué un rôle dans cette affaire : Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 80 (1135). – Ci-dessus, p. 164 et n. 299-300.

202 Ci-dessus, p. 186, 193, 196-197.

203 Burchard, Decretorum libri XX., lib. III, ch. 106, 170, col. 694, 706-707.

204 « consilio et assensu tocius capituli noştri » C.S.L., t. i, n° 48, p. 83 (1158), n° 66, p. 93 (1177). – Triumphus Sancti Lamberti in Steppes, ch. 15, M.G.H., SS., t. xxv, p. 187 (1214).

205 Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 89 (1165). – DelAville Le Roulx, Cartulaire des Hospitaliers, t. i, n° 442, p. 306 (1173). – Walters, Géogr. et hist, des comm. belges, Arr. de Louvain, Cant, de Tirlemont, Comm. rur., 2e partie, p. 171 (1184). -C.S.L., t. i, n° 62, p. 104 (1185). – A.E.L., Robermont, chartrier, n° 3 (1194). – Poncelet, Chartes du prieuré d’Oignies, 1913, n° 1, p. 2 (1198). – Très souvent aussi, le chapitre cathédral marque son accord et confirme l’acte épiscopal par une charte particulière : Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 168-169, p. 344-347 (1139). – de Marneffe, Afflighem, n° 90-91, p. 139-142 (1153), cfr ibid., n° 158, p. 235-236 (1175). – A.H.E.B., t. xiv, 1877, p. 36-38 (ca 1185), t. xxv, 1895, n° 35, 37, p. 259-262 (1188). – Archives départementales des Ardennes, H. 205, Cart, de l’abbaye de Signy, f° 29 R°-30 R° (1188). – Kurth, Saint-Hubert, n° 125, 126, p. 161-163, 166 (1189-1191). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 40 R°-41 R°, 88 R°-89 R° (1199).

206 Gisl. Chron., ch. 154, p. 238-239, ch. 202, p. 288-289. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 146-147.

207 C.S.L., t. i, n° 105, p. 166-167 (1211).

208 Voir p. 325 n. 98 et ci-dessous n. 211.

209 Gisl. Chron., ch. 175, p. 258. – Vita Alberti, ch. 2-3, p. 139, 141.

210 Thimister, Saint-Paul, p. 23 (1193). – Despy, Waulsort, n° 52, p. 404 (1190).

211 de Moreau, Chartes du xiie s. de l’abbaye de Villers, n° 25-26, p. 40-44 (1180). – Cfr E. Brouette, La plus ancienne mention d’un officiai d’archidiacre dans le diocèse de Liège, R.B.P.H., t. li, 1973, p. 366-370. – Cet « officiai » se nommait Gérard. Il s’agit fort probablement du maître Gérard mentionné parmi les domestici de l’archidiacre Amalric en 1171 -1177 (C.S.L., t. i, n° 54, p. 92) et du maître Gérard chanoine de Saint-Pierre, témoin d’une charte d’Albert de Rethel pour l’abbaye d’Aulne : A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 4 V (1178-1195). Albert, notons-le, avait succédé à Amalric dans l’archidiaconé de Hainaut. Sans doute avait-il récupéré les « services administratifs » de son prédécesseur.

212 Gisl. Chron., ch. 202-203, p. 288-289, ch. 212, p. 297, ch. 216, p. 300, ch. 220, p. 305. – Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 49-52 (1193-1195). – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 161, 169-173, 176-177.

213 Anselme, ch. 29, p. 205. – Hariulf, Chronique de Saint-Riquier, ch. 31, p. 175.

214 Hypothèse judicieuse formulée par Kurth, Notger, t. i, p. 264-265.

215 M.G.H., DD., Otto III., n° 240, p. 657-658. Considéré comme faux par son éditeur Th. Sickel (1893), ce doc. fut réhabilité quelques années plus tard par H. Bloch (1898) qui en attribua la rédaction au notaire BA, un Lotharingien qui doit probablement être identifié avec Adalbold. Voir en dernier lieu les remarques de Kurth, Notger, t. i, p. 154 n. 2 et de H. Fichtenau, Rhetorische Elemente in der ottonisch-salischen Herrscherurkunde, dans Beiträge zur Mediävistik, t. ii, 1977, p. 137.

216 Il mourut en 1026-1027. – Le prévôt d’Adalbold, Wolbodon, membre de la chapelle de Henri II, sera évêque de Liège en 1018 : Anselme, ch. 32-33, p. 207. – Sur le rôle d’Adalbold à la chapelle d’Otton III et de Henri II, cfr Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 101, 132, 159, 201, 212. – Notons également qu’un second élève de Notger, Gunter de Meissen, fut chancelier de Henri II de 1009 à 1023 puis archevêque de Salzbourg (1024-1025). Rien ne prouve cependant qu’il fut chanoine de la cathédrale liégeoise. Anselme, ch. 29, p. 205. – Fleckenstein, p. 169, 184.

217 Anselme, ch. 29, p. 205, ch. 36, p. 209. – Ci-dessus, p. 123-124.

218 Fleckenstein, t. ii, p. 199-201, 203-204.

219 Voir l’annexe IV.

220 Anselme, ch. 45, p. 217.

221 Cantatorium, ch. 68, p. 152-154 et ci-dessus, p. 140 et n. 160. – Les raisons du séjour d’Otbert à la cour impériale sont un peu particulières : on sait qu’il s’était brouillé avec l’évêque Henri de Verdun.

222 A. Schulte, Deutsche Könige, Kaiser, Päpste als Kanoniker an deutschen und römischen Kirchen, réimpr., Darmstadt, 1960, part, aux p. 12-14, 45-46. – J. Fleckenstein, Rex canonicus..., dans Festschrift P.E. Schramm, t. i, 1964, p. 63-65, 67, 69, 71.

223 Meyer von Knonau, Jahrbücher des deutschen Reiches unter Heinrich IV und Heinrich V., t. vi, 1907, p. 66-73.

224 « rediens de expeditione in Robertum comitem Flandrie facta, Leodium veni ubi decenter et honorifice ecclesie occursu exceptus et in conventu fratrum frater ipse effectus » C.S.L., t. i, n° 30, p. 48. – Stumpf, n° 3021 (23 dec. 1107). -Selon Niermeyer, Onderzoekingen, p. 145-172, ce diplôme, dont l’original est perdu, aurait été interpolé à deux reprises dans le courant du xiie s. avant d’être recopié, au début du siècle suivant, dans le Liber chartarum de Saint-Lambert. Il n’est pas lieu d’entreprendre ici l’étude critique de ce document. Le lecteur doit pourtant savoir que le passage utilisé par nous figurait certainement dans l’original délivré en 1107. Au cours de l’assemblée plénière de Liège, on vit effectivement Henri V siéger « in capitolio sancti Lamberti » : Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VII, ch. 14, p. 115. – Sur le doc. de 1107 voir les remarques de F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays de Liège, p. 664, 667-668.

225 Ci-dessus, p. 152 n. 232.

226 « Comm. Henrici piissimi imperatoris » (7 août), O.S.L., f° 74 R°.

227 Cfr Wellmer, Le nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert, p. 433.

228 Gaier, Art et organisation militaires, p. 231-234.

229 À Aix-la-Chapelle : Chronica regia, éd. Waitz, p. 45 (1106). – Libellus de rebel-lione Heinrici V., dans Annales Hildesheimenses, éd. Waitz, p. 57-58 (1106). – Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VII, ch. 1, p. 98-99. – Meyer von Knonau, op. cit., t. vi, p. 11-12. – Dès 1106, Otbert délivre un acte daté du règne de Henri V : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 5, p. 105.

230 Constitutiones, t. i, n° 81, p. 133 (1107).

231 Voir ci-dessus, p. 151-152.

232 Ed. d’après l’or, par Demarteau, Deuxième note, p. 26-28. – Niermeyer, Onder-zoekingen, p. 193 et n. 1, p. 213, considérait ce doc. comme suspect, sous prétexte semble-t-il, que l’écriture était apparentée à celle du diplôme de Lothaire III pour Saint Jean daté de 1131 mais fabriqué en réalité après 1186 (M.G.H., DD., Lothar III., n°34 p. 55-57). Toute cette argumentation est inexacte. Certes, le diplôme de 1131 est ur faux, mais il a été fabriqué avant 1147. Quant à l’écriture de la charte de 1107 (main A de Saint-Jean) elle date bien du début du xiie s. (Stiennon, L’écriture diplomatique, p 166-173). Rien, tant du point de vue externe que du point de vue interne, ne noui autorise à suspecter la véracité de ce document.

233 La charte de 1107 confirme et renouvelle une action juridique qui eut lieu er 1101, à l’époque où Brunon était encore prévôt de la collégiale liégeoise. La suite di texte indique qu’en 1107 Brunon était devenu évêque.

234 Meyer von Knonau, op. cit., t. vi, p. 40-42 et n. 19. – La première mention sûre de Brunon comme évêque de Spire est celle du diplôme du 23 déc. 1107 pour l’église de Liège (Hausmann).

235 F. Hausmann, Reichskanzlei und Hoflcapelle unter Heinrich V. und Konrad III., Stuttgart, 1956, p. 9, qui n’a pas eu connaissance de la carrière liégeoise de Brunon. – Voir le tableau généalogique des comtes de Sarrebruck dans Parisse, La noblessi lorraine, tableau XI, p. 875-876. – Adalbert de Sarrebruck était présent à Liège en décembre 1107 : il soutenait alors la candidature de Herman au siège abbatial de Saint Trond : Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VII, ch. 15, p. 116. – Cfr Hausmann, op. cit., p 15-16. – Adalbert fut prévôt de Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle de 1108 à 1110/1111 E. Meuthen, Die Aachener Pröpste..., Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. lxxviii, 1966-1967, p. 25-26). Il est cité comme prévôt de Saint-Servais de Maastricht en 1109 (Deeters, Servatiusstift, p. 45, 121).

236 C.S.L., t. i, n° 29, p. 47.

237 Ci-dessus, n. 233.

238 L’acte de 1107, dans lequel le nouveau prévôt de Saint-Jean n’est pas encore mentionné, consigne vraisemblablement la dernière mesure prise par Brunon en tant que chef du chapitre liégeois. – Un nécrologe de l’abbaye de Lorsch donne à Brunon le titre de frater (J.F. Böhmer, Fontes rerum germanicarum, t. iii, 1853, p. 150 [19 oct.]). On en a conclu que Brunon avait été moine dans ce monastère. Si la notice obituaire doit être interprétée dans ce sens — ce qui ne nous paraît pas prouvé — il faut admettre que Brunon fut moine de Lorsch avant de devenir chanoine à Liège.

239 Il est vraisemblable que l’archidiacre Brunon cité en 1104 et considéré par le chroniqueur de Saint-Hubert comme un des conseillers intimes d’Otbert, soit Brunon de Sarrebruck : Cantatorium, ch. 93-94, p. 242-246, ch. 96, p. 248.- Ci-dessus, p. 244. -Le successeur de Brunon dans l’archidiaconé d’Ardenne, Adelman, prévôt de Saint-Paul à Nivelles, est mentionné pour la première fois le 13 décembre 1107, l’année même où Brunon de Sarrebruck est devenu évêque de Spire : Misson, Le chapitre noble de Ste-Begge à Andenne, 2e éd., n° 2, p. 289. – de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 443. – Schoolmeesters, Tableau des archidiacres du diocèse de Liège pendant le xiie siècle, p. 142.

240 Cfr Meyer von Knonau, op. cit., t. iii, p. 220 n. 79, t. iv, p. 42, t. v, p. 372. – Hausmann, op. cit., p. 8-9. – Parisse, op. cit., p. 174-175, 189.

241 « potentissime tune temiporis famosus et famosissime potens in curia imperatoris » Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VII, ch. 15, p. 116. – Cfr Hausmann, p. 11-12.

242 L’évêque Brunon de Spire (t 19 oct. 1123) n’est pas commémoré dans l’O.S.L. Peut-être lui reprochait-on ses sympathies pour Henri V.

243 M.G.H., DD., Lothar III., n° 79, p. 123.

244 J.J. Hoebanx, L’abbaye de Nivelles..., Bruxelles, 1952, p. 337.

245 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 446-448. – Rien ne prouve, comme le veut la tradition liégeoise, que cet Herman soit le fils du seigneur de Horn et qu’il devint évêque d’Utrecht de 1151 à 1156. Il est d’ailleurs peu probable que l’évêque Herman d’Utrecht, dont on ne connaît pas l’origine, soit l’ancien archidiacre Herman de Liège, qui disparaît des sources après 1139, en raison, semble-t-il, de son décès.

246 Notre point de vue diffère de celui de Schulte, Deutsche Könige, p. 14-16 : cet auteur ignore que Herman fut archidiacre de Liège et voit en lui le lointain prédécesseur du « procurator seu administrator et receptor » de la prébende impériale de Nivelles (1584). – Sur les rapports entre le chapitre cathédral liégeois et la prévôté de Nivelles, voir ci-dessus p. 319 n. 50. – Notons que le prédécesseur de Herman à la prévôté de Nivelles, Adelman, avait vraisemblablement remplacé Brunon de Sarrebruck dans ses fonctions d’archidiacre, en 1107. Ci-dessus n. 239.

247 M.G.H., DD., Friedrich I., n° 4, p. 7-8 (1152) : Frédéric Ier confirme une sentence rendue sous Conrad III.

248 « consensu ecclesie sue que nobis semper devota est » C.S.L., t. i, n° 66, p. 93. – Stumpf, n° 4557.

249 Il deviendra archevêque de Cologne la même année : Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 398-400.

250 Én 1192, Henri VI vendit la chancellerie de l’Empire au chanoine de Saint-Lambert Lothaire de Hochstaden, qui conserva cette charge pendant deux jours, puis l’abandonna au profit du siège épiscopal liégeois. L’opération était habile mais elle ne trompa personne : en achetant la chancellerie, Lothaire achetait, en réalité, son évêché, mais échappait à l’accusation de simonie. Gisl. Chron., ch. 182, p. 270. – Vita Alberti, ch. 5, p. 142-143.

251 C.S.L., t. i, n° 73, p. 118. – Stumpf, n° 5095 (1195-1197). C’est au doyen du chapitre que le doc. est adressé et c’est à lui que reviendra l’attribution des deux prébendes nouvellement créées.

252 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 179-180.

253 Voici la liste des souverains germaniques des xe, xie et xiie s. qui font l’objet d’une commémoraison : Henri Ier (1 juill.), Otton Ier (1 mai), Otton II (6 déc), Henri II (13 juill.), Conrad II (4 juin) et son épouse Gisèle (15 févr.), Henri III (1 oct.), Henri IV (7 août) et Henri VI (28 sept.). On notera l’absence d’Otton III qui donna pourtant à l’église de Liège les comtés de Huy et de Brugeron (Wellmer, Le nécrologe de la cathédrale de Saint-Lambert, p. 435 n. 40). Même si les successeurs de Henri IV ne sont pas commémorés, il convient toutefois de remarquer que depuis 1195-1197 la mémoire de Conrad III et celle de Frédéric Ier étaient, en pratique, célébrées quotidiennement puisque les chanoines institués par Henri VI devaient officier « pro animabus parentum nostrorum et predecessorum specialiter ». – Sur la commémoraison des rois, cfr Schulte, op. cit., p. 37-40.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540