Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Première partie. L'évêque

Chapitre III. Un être de chair et de sang

Texte intégral

« ...dementiadeinimisindigeo, quaminnumerismalis me offendisse et irritasse non abnego. » — Lettre de l’évêque Raoul de Zähringen à l’abbesse Hildegarde de Bingen, Hessische Landesbibliothek, H2, Riesenkodex, F 337 V°.

1À force de scruter les mouvements profonds qui transforment progressivement le corps social et politique, on en oublierait volontiers l’individu.

  • 1 Notamment Henri le Lion, Frédéric Ier Barberousse, Conon de Duras et l’archevêque Conrad de Mayenc (...)
  • 2 Ibid., ch. 138, p. 205.

2Dans ce monde pourtant, où les rapports d’homme à homme jouaient un rôle essentiel, la personnalité du chef devait avoir une importance plus considérable encore que de nos jours. N’est-il pas significatif, par exemple, que le chroniqueur Gislebert de Mons, dont la connaissance des réalités politiques de son temps était grande, n’ait pas manqué de nous livrer au passage quelques traits de la personnalité des hommes qu’il avait connus1. Sans lui, nous en serions réduit à ignorer que Raoul de Zähringen était un individualiste et un homme entêté2. C’eût été dommage de ne le pas savoir, car il est possible, comme nous l’avons vu, que le caractère de l’évêque ait accéléré le mouvement de désertion qui affecta la curia liégeoise dans la seconde moitié du xiie siècle...

3Malheureusement, c’est avec parcimonie que notre documentation livre de temps à autre, quelques indications sur la personnalité du prélat.

  • 3 Les Vies les plus intéressantes sont : la Vita Notgeri, la Vita Balderici, la vie de Wazon incorpo (...)
  • 4 Que l’on n’aille pas imaginer que ces œuvres biographiques étaient construites sur un simple schém (...)
  • 5 Par exemple : Wazon « quem voluntas propria instar crucis Christi affligebat » Anselme, ch. 52, p. (...)
  • 6 Cfr Köhler, op. cit., p. 35. – Lippelt, op. cit., p. 5-16. – W. Störmer, Früher Adel, t. ii, p. 31 (...)
  • 7 C’est un des lieux communs de l’historiographie épiscopale. Voir par exemple : Vita Balderici, ch. (...)

4La difficulté est d’autant plus grande que ce dernier devait normalement répondre à une image assez précise à laquelle les biographies contemporaines3 sacrifiaient volontiers4. Lié à son église par un mariage mystique, l’évêque est, sur terre, le représentant de Dieu. Modèle pour ses fidèles, il doit avoir lui-même le Christ pour modèle5. Faire preuve, notamment, de piété, d’humilité, de noblesse6 et de générosité. Il est au centre de toute l’organisation charitable du diocèse et c’est à lui qu’incombe en premier lieu le devoir d’aider et de secourir les indigents, les faibles et les sans-logis7.

  • 8 Aux dires d’un contemporain, Alexandre Ier était un « vir magnae prudentiae, sagacis facundiae, in (...)
  • 9 C’est d’ailleurs l’objet du beau livre d’O. Köhler.

5Notre but n’est pas de reconstituer ici cette image « officielle » voire idéalisée8 de l’évêque médiéval9. C’est l’individu bien vivant et sa personnalité qui nous intéressent.

§ 1. L’homme-évêque

  • 10 Ci-dessus, p. 117-118, 142-143, 187-188. – Le scepticisme que montra l’évêque Théoduin devant la p (...)

6Intellectuellement parlant, nous l’avons déjà vu, ils étaient loin d’être les premiers venus. Le siège épiscopal fut rarement occupé par un sot10.

  • 11 "« ... iuvenem, agilem et promtum executionibus imperialis serviţii » Anselme, ch. 49, p. 219. – D (...)
  • 12 Caspar, Reg. Gregors VIL, n° VII, 13-14, p. 477-479 (1080). – Martène et Durand, Ampi, coll., t. i(...)
  • 13 Cantatorium, ch. 88, p. 219.
  • 14 Sigeberti Auctarium Affligemense, éd. Gorissen, p. 132 (1150).

7Mais il ne suffisait pas d’être grand clerc pour réunir toutes les qualités requises. On vous demandait aussi d’être dans la force de l’âge et d’être un homme robuste. Le service du roi – et en particulier les prestations militaires — mais aussi les prérogatives temporelles attachées à la fonction épiscopale et l’administration du diocèse, exigeaient de vous une résistance physique à toute épreuve11. En dépit du très grand prestige que lui valait sa fonction, l’évêque, dans ce monde brutal, ne menait pas une vie sans dangers. Henri de Verdun tomba un jour aux mains du comte Arnoul II de Chiny et se fit détrousser comme un vulgaire voyageur12. Quelques années plus tard, Otbert, à son tour, est capturé par le comte Henri de Durbuy et, de justesse, il échappe à la mort13. Henri II de Leez fut victime d’un attentat préparé par des milites namurois ; l’évêque parvint à s’enfuir, fit appel aux siens et l’affaire se termina dans un bain de sang14.

  • 14bis Anselme note que Wolbodon souffrait d’une maladie stomacale qui fortifiait l’élan ascétique qui le (...)

8A la fois prince spirituel et temporel, homme d’Église et homme tout court, l’évêque avait deux visages. Tantôt il se comportait comme un saint14bis, tantôt il se conduisait comme une brute et, sur ce point, il n’avait rien à envier aux grands seigneurs de son temps.

  • 15 Ramackers, Papsturkunden, t. ii, n° 2, p. 87 (1051). – Voir essentiellement Anselme, ch. 39 sv., p (...)
  • 16 En dehors du témoignage d’Anselme on peut invoquer celui de Herman de Reichenau (†1054) qui qualif (...)
  • 17 Anselme, ch. 50, p. 220.
  • 18 Ibid., ch. 54-55, p. 221-223 : « nostri monitis tam praeclari ducis animati ». – Sur la révolte de (...)
  • 19 Vers 1050, les ecclésiastiques liégeois regrettent le Wazon-guerrier, comme l’a montré J. Stiennon(...)

9Il n’est pas besoin de saisir l’exemple du bouillant Otbert pour s’en persuader. Wazon, dont le pape Léon IX († 1054) louait l’amour de la justice et de la religion ainsi que la grande modération15, Wazon que l’on vit fondre en larmes le jour de son inauguration, cet homme qui passait pour un des évêques les plus instruits du royaume16, n’était pas un tendre. Anselme raconte qu’on disait de ce prélat qu’il avait un « cœur de fer »17. Aux prises avec la révolte du duc Godefroid le Barbu — celle de 1047-1049 — le pieux Wazon prouva qu’il était un meneur d’hommes et un chef de guerre compétent : son sang-froid et son imagination, semble-t-il, sauvèrent alors la Cité de Liège18. A sa mort, l’évêque, « ce fin lettré, qui, durant la première moitié du xie siècle symbolise, à lui tout seul, l’enseignement des écoles de Liège », laisse la réputation d’un guerrier19.

  • 20 Vita Friderici, ch. 10 sv., p. 506 sv. – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuisen, p. 52 (1121). – A (...)
  • 21 « domnus Fredericus et frater eius, principes militiae exercitus Domini » Nizon, Vita Friderici, c (...)

10Issu d’un puissant lignage dont la valeur militaire était réputée, saint Frédéric de Namur se montra digne de ses ancêtres. Le règne de cet évêque, qui fit des miracles au lendemain de son décès20, est rempli tout entier par une véritable croisade entreprise contre les « Alexandrins »21.

  • 22 Gisl. Chron., ch. 134, p. 199.
  • 23 Erens, Tongerloo, t. i, n° 42, p. 75-77 (corr. 1193-1194). – Cfr de Moreau, Albert de Louvain, p. (...)
  • 24 Albert fit un miracle quelques jours seulement après sa mort : Vita Alberti, ch. 43, p. 165-166.

11La brutalité d’Albert de Louvain est étonnante si l’on songe à sa sainteté future. Chanoine de Saint-Lambert malgré lui, il abandonne sa prébende en 1187 et s’empresse de se faire adouber par le comte de Hainaut22. Redevenu chanoine sous la pression paternelle, il n’en perdit pas pour autant son esprit d’aventure : à deux reprises il s’empara de force de l’église de Diest, qui appartenait à l’abbaye de Tongerloo, et il n’y renonça pas avant son élection au siège épiscopal23. A cette date le chemin qu’il avait à parcourir pour atteindre la béatitude était encore bien long24 !

***

12Quelques sources nous permettent de cerner d’assez près la personnalité de certains prélats.

  • 25 Wellmer, Persönliches Memento, p. 109-113. – Ce doc. a été publié par M. Coens sous le titre : Un (...)
  • 26 II n’est pas lieu d’entreprendre ici une étude approfondie du document, recherche qui devrait d’ai (...)

13Tel cet obituaire personnel du xie siècle dont H. Wellmer pense qu’il fut celui de l’évêque Henri de Verdun25. Identification séduisante, certes, mais à laquelle nous ne pouvons souscrire sans réserves26. Néanmoins, malgré les doutes qui persistent, le nécrologe est trop intéressant pour être négligé. Il importait toutefois que le lecteur fût prévenu.

  • 27 Wellmer, op. cit., p. 111.- Charlemagne, imperator religiosus, y est commémoré (28 janv.), de même (...)
  • 28 Toutefois, la présence de Wolbodon et de Wazon est moins significative, puisque la plupart des évê (...)

14Ce document permet de reconstituer de manière assez précise l’univers intellectuel d’un ecclésiastique animé par l’idéal réformateur, mais très conscient aussi de ses devoirs envers le souverain27. L’admiration pour la réforme transparaît clairement par la mention de ceux qui en furent les artisans : les abbés Odilon de Cluny (t 1049), Poppon de Stavelot († 1048), Richard de Saint-Vanne (t 1046), Olbert de Saint-Jacques et de Gembloux († 1048) et Thierry Ier de Saint-Hubert (f 1086), les évêques de Liège Wolbodon († 1021) et Wazon († 1048)28, l’empereur Henri II († 1024) etc.

  • 29 Voir not. Cantatorium, ch. 45, p. 112.
  • 30 Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366 (1091). – Cfr Vita Theoderici, ch. 26, p. 52. – Hen (...)

15Cet intérêt très vif pour la réforme et, en particulier, pour la réforme monastique, correspond assez bien au tempérament de Henri de Verdun qui fit de longs séjours à l’abbaye de Saint-Hubert29 et que le moine Sigebert de Gembloux qualifie d’amator religionis30. Mais, comme le souligne Wellmer, cette sympathie profonde pour les milieux réformistes n’exclut pas une certaine forme de culte impérial et n’implique pas une soumission inconditionnelle à la papauté : aucun pontife romain du xie siècle n’a fait l’objet d’une commémoraison dans cet obituaire qui reflète donc assez fidèlement l’état d’esprit qui régnait dans le diocèse de Liège au début de la Querelle des investitures.

16De tous les évêques de Liège de la période à laquelle nous consacrons ces pages, Otbert fut incontestablement celui dont la personnalité fut la plus haute en couleur.

17Curieux homme que ce clerc auquel Henri IV, en 1091, confia la défense de ses intérêts dans le diocèse de Liège.

  • 31 Chronicon rythmicum, éd. de Clehcq, p. 137. – Triumphus sancti Lamberti, ch. 1, p. 499-500 : « Obe (...)
  • 32 Voir les remarques formulées par F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan, p. 666 (...)
  • 33 Le procès intenté contre lui, en 1104, par son propre clergé et porté devant le tribunal du métrop (...)

18Son intelligence, qui était grande sans doute31, n’avait d’égale que la violence de son tempérament. Son programme politique, assez innovateur, à ce qu’il semble, et basé sur une bonne connaissance des réalités sociales et économiques de son temps32, provoqua, même parmi ses alliés, des réactions qu’il dut vaincre33.

  • 34 Cantatorium, ch. 88, p. 217-219.

19Une anecdote qui ne doit pas être tenue pour trop exagérée, bien qu’elle soit racontée par le chroniqueur de Saint-Hubert, fait apparaître un personnage étonnant34.

  • 35 La scène décrite par le chroniqueur se déroule en pleine forêt. Otbert aurait été dans l’impossibi (...)
  • 36 Ibid. – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuisen, p. 36 (1108) : « Obbertus iste contractus fuit cor (...)

20Otbert avait décidé de fortifier le Castrum de Mirwart, situé à proximité du monastère ardennais. À la suggestion des habitants du pays, peu soucieux d’héberger des soudards dans la région, les moines hubertins décidèrent de transporter auprès d’Otbert les reliques de leur saint patron, dans l’espoir d’amener l’évêque à revenir sur sa décision. Apprenant la nouvelle, Otbert enfourche son cheval et, à la tête d’une petite escorte, il file à la rencontre du cortège. Il asperge les reliques d’eau bénite puis disperse les moines à coups de bâton. Le lendemain, l’évêque, heureux sans doute d’avoir trouvé la parade au stratagème des moines, reconduit lui-même dans l’abbaye le corps de son illustre prédécesseur35. Saint Hubert ne laissa pas ce crime impuni ! À quelque temps de là, Otbert fut capturé par Henri de Durbuy et au terme de cette aventure dans laquelle le prélat fut bien près de laisser la vie, il resta frappé d’infirmité et fut désormais incapable de se déplacer par ses propres moyens36.

  • 37 Chronicon rythmicum, p. 137.
  • 38 Le 1er février 1092. – Cfr ci-dessous, annexe I, p. 504 n. 36.
  • 39 Ibid., n. 38.
  • 40 Libellus de rebellione Heinrici V., dans les Annales Hildesheimenses, éd. Waitz, p. 60 (1106). – C (...)

21Cet évêque violent vouait à la Vierge — patronne de la cathédrale — une dévotion très profonde37. Il s’était fait consacrer la veille de la Purification de Marie38 et on l’enterra — selon ses vœux sans doute — dans le chœur oriental de la cathédrale, c’est-à-dire dans celui qui était placé sous l’invocation de Notre-Dame39. C’est dans ce chœur également qu’Otbert avait tout d’abord fait déposer la dépouille de son maître, l’empereur Henri IV, mort excommunié à Liège au mois d’août 110640.

  • 41 Éd. Ernst, Limbourg, t. vi, n° 1, p. 3-4 (1145). – A.E. Mons, Abbaye de Bonne-Espérance, chartrier (...)
  • 42 Stiennon, p. 207.
  • 43 Les deux actes sont destinés à des établissements non-diocésains. Le geste en revêt une significat (...)

22Dans les premières années de son épiscopat — en 1145 et en 1146 — Henri II de Leez revêtit de sa souscription autographe deux chartes délivrées en faveur des abbayes de Saint-Remy de Reims et de Bonne-Espérance41. Quelles furent donc les intentions qui guidèrent ce geste ? Désir, sans doute, de « laisser une trace individualisée dans l’histoire » et d’affirmer l’importance que l’on attache à l’écrit42. Volonté, aussi, d’assumer pleinement ses responsabilités en appliquant sur le parchemin la manus propria43. À l’aube de son règne — un très grand règne, incontestablement — Henri de Leez affirme sa personnalité et manifeste concrètement tout l’intérêt qu’il porte à la mission qui vient de lui être confiée.

  • 44 Éd. Migne, P.L., t. cxcvii, col. 175. – Selon le manuscrit le plus ancien, le Riesenkodex (ca 1180 (...)
  • 45 C’est ce que nous croyons avoir établi dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 197-198.
  • 46 Küpper, La politique des ducs de Zähringen, p. 432 n. 17 où les sources sont mentionnées.
  • 47 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 60-64.

23La lettre que l’évêque Raoul de Zähringen écrivit à l’abbesse sainte Hildegarde de Bingen († 1179) est un document exceptionnel : c’est l’épave d’une correspondance intime44. Comme d’autres grands personnages de son temps, — le pape Eugène III, l’empereur Frédéric Barberousse, l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg, par exemple, — l’évêque fut séduit par les dons « charismatiques » de la visionnaire de Bingen, à laquelle il rendit visite à deux reprises dans le courant de l’année 117945. Raoul connaissait probablement Hildegarde depuis fort longtemps. C’est, en effet, le frère de la prophétesse, le chantre Hugues de Mayence, qui fut le maître d’école du futur évêque de Liège46. Le mot que Raoul fit parvenir à l’abbesse est chargé d’angoisse et d’émotion : « plongé dans les plus grands tourments de l’esprit et du corps » et rongé par le repentir de ses péchés, l’évêque implore l’aide de la voyante, lui demande le réconfort et la supplie d’implorer pour lui la clémence divine. Cette lettre, qui traduit un désespoir profond, fut vraisemblablement écrite à la fin du schisme, en 1177, alors que le prélat, bourrelé de remords, avait toutes les raisons de croire qu’il allait être déposé par le pape47.

§ 2. Le commerce du sacré

  • 48 Éd. de Clerco, p. 136. – Dans sa lettre à Théoduin (ci-dessous n. 52) Grégoire VII constate que Wa (...)

24La simonie ! L’église de Liège ne fut pas épargnée — bien au contraire — par ce mal universel qu’était le trafic des choses sacrées. L’exception confirme la règle : si, vers 1118, l’auteur du Chronicon rythmicum Leodiense prend la peine de rappeler que l’évêque Wazon donnait gratuitement les prébendes, c’est bien sûr, parce qu’au début du xiie siècle, il n’en était plus ainsi48.

25Le combat implacable qu’entreprirent les « Grégoriens » contre la simonie ne put la déraciner : elle devint plus odieuse, mais elle subsista. Pouvait-il en être autrement ? L’Église et le siècle étaient trop inextricablement mêlés pour qu’il fût possible d’extirper ce genre d’abus.

  • 49 Cantatorium, ch. 78, p. 195-196. – Le point de vue admis par Otbert, selon lequel on pouvait disso (...)
  • 50 Le secrétaire d’Otbert, Alger de Liège, avait en effet repris à son compte la théorie, défendue en (...)
  • 51 Cantatorium, ch. 96, p. 249. – « Obertus antichristi signifer, sathanae jumentum, perfidiae Simoni (...)

26D’autant que la simonie rapportait beaucoup d’argent. En s’appuyant sur le principe selon lequel ce n’était pas la charge ecclésiastique elle-même mais uniquement le temporel attaché à la fonction qui faisait l’objet d’un commerce, Otbert déclarait froidement « qu’il ne trouvait pas injuste de retirer de l’argent des possessions ecclésiastiques, puisque, grâce à elles, il faisait riches des gens qui ne l’étaient pas »49. Bien qu’il y eût dans son entourage immédiat des clercs qui condamnaient sans appel l’« hérésie simoniaque »50, Otbert, ici comme dans d’autres domaines d’ailleurs, dépassa vraisemblablement les bornes de ce qui était tenu, jusque-là, pour normal. En 1104, le clergé de Liège qui le conduit devant la juridiction de l’archevêque l’accuse, en effet, de s’être adonné au commerce des choses sacrées51.

  • 52 Caspar, Register, t. i, n° II, 61, p. 215-216 (1075). – Cfr Vita Theoderici, ch. 25, p. 51.
  • 53 Migne, P.L., t. clxvi, col.1285-1286. – J.L., n° 7324, p. 834 (1128-1129).
  • 54 C’est pour avoir refusé de se présenter devant la Curie romaine afin de répondre à une accusation (...)

27Ce ne sont pas les lettres, pleines de reproches et de menaces, adressées par Grégoire VII à Théoduin52 ou par Honorius II à l’évêque Alexandre Ier53 qui firent cesser le scandale54.

  • 55 Gisl. Chron., ch. 138, p. 205-206. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 158-159, où les autres sou (...)
  • 56 Albert de Cuyck ne savait quel prétexte donner pour faire comprendre à l’élu Guibert de Gembloux q (...)
  • 57 « in symonia gloriabatur » Césaire de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, Dist. VI, ch. 5, éd. J. S (...)

28Vers la fin du xiie siècle, sous l’épiscopat de Raoul de Zähringen, la simonie prend, plus que jamais peut-être, l’allure d’une institution solidement établie. En 1188, lors du passage dans la Cité du cardinal-évêque Henri d’Albano, on assiste à une curieuse cérémonie : une soixantaine d’ecclésiastiques remirent entre les mains du légat pontifical les bénéfices qu’ils avaient acquis, pour la plupart, à prix d’argent. Lorsque les simoniaques furent absous de leurs péchés, Henri d’Albano redistribua les prébendes55. Mais le mal n’en disparut pas pour autant56. Quant à l’évêque Raoul, il eut le triste privilège d’entrer dans la légende où il devint le « glorieux simoniaque »57.

§ 3. Le népotisme

  • 58 Le thème du neveu (nepos) qui fait carrière grâce à son oncle (avunculus) est courant à l’époque m (...)

29Le clerc qui s’était élevé jusqu’aux honneurs de l’épiscopat n’en demeurait pas moins le membre d’un lignage. Or, la cohésion familiale étant alors particulièrement forte, il eût été anormal que la parentèle n’eût point bénéficié de la situation acquise par son rejeton. Plusieurs évêques ont en effet profité de leur haute position pour « placer » certains de leurs proches58.

  • 59 Chronicon sancti Laurentii, ch. 38, p. 275 (rédigé vrais, entre 1095 et 1106). – Renier, Vita Regi (...)

30La parenté qui liait l’évêque Réginard (1025-1037) à son successeur Nithard (1037-1042) ne doit pas nécessairement être rejetée dans le domaine des fables. Quoi qu’il en soit, le fait qu’on ait affirmé que Nithard était nepos domni Reginardi ex sorore trahit, de toute manière, un certain état d’esprit59.

  • 60 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 440-442, t. xxxi, 1905, p. 114-115. – Un Théoduin fut abbé (...)
  • 61 Küpper, Notes sur l’évêque Alexandre II, p. 386-388. – Ci-dessus, p. 159, 173.
  • 62 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 455-458, t. xxvi, 1896, p. 386, t. xxxi, 1905, p. 118.

31En parcourant la liste des dignitaires de l’église liégeoise, on ne peut manquer d’être attentif à certains prénoms. Qui donc était ce Théoduin, cité comme archidiacre dès 1066, sous l’épiscopat de son homonyme Théoduin (1048-1075), puis comme prévôt de la cathédrale Saint-Lambert en 109260 ? Cet Alexandre qui remplace l’évêque Alexandre Ier (1128-1135) à la tête de l’archidiaconé de Hesbaye, devient prévôt en 1145 puis évêque à son tour en 116461 ? Et ce Bertold, qui porte curieusement le nom patronymique des Zähringen, archidiacre et coûtre de Saint-Lambert de 1178 à 1192, sous l’épiscopat de Raoul (1167-1191)62 ?

32Mais ce sont là de simples présomptions. Alignons maintenant des certitudes.

  • 63 Eustache épousa la fille de l’avoué Wiger et succéda à son beau-père : Halkin et Roland, Stavelot- (...)
  • 64 De 1136/1139 à 1141/1142 : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 447-448, t. xxxi, 1905, p. 116 e (...)

33L’exemple le plus notoire fut sans doute Eustache de Chiny auquel son frère Albéron II (1135-1145) confia l’avouerie de l’église de Liège63. C’est également sous l’épiscopat d’Albéron que son cousin germain, Frédéric de Laroche, devint archidiacre et prévôt de la cathédrale64.

  • 65 de Marneffe, t. xxv, 1895, p. 455-460, t. xxvi, 1896, p. 385, t. xxxi, 1905, p. 118-119. – de More (...)
  • 66 Gisl. Chron., ch. 175, p. 258. – Vita Alberti, ch. 2-3, p. 139, 141.

34Albert de Rethel († 1195) fut archidiacre en 1176-1177, prévôt en 1178-1180 puis vice-évêque de 1189 à 1191. Il n’hésita pas à poser sa candidature à l’évêché. Sans doute sa carrière se serait-elle déroulée moins facilement s’il n’avait été le cousin germain de l’évêque Raoul65, car, au témoignage de ses amis et de ses ennemis, Albert n’avait rien d’un esprit supérieur66.

  • 67 Küpper, La politique des ducs de Zähringen, p. 458-460.

35Sous Raoul encore, son petit neveu Conrad d’Urach — que le chroniqueur Renier de Saint-Jacques appelle le « fils du duc de Zähringen » — devient chanoine de la cathédrale liégeoise et, par conséquent, candidat en puissance à la succession de son grand-oncle67.

  • 68 « auonculi nostri domini Alberti Leodiensi episcopi » A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 20 (120 (...)

36Enfin Ludolphe, cité comme archidiacre de 1196 à 1218 et comme coûtre de 1209 à 1218, était le neveu de l’évêque Albert de Cuyck68.

  • 69 L’évêque Otbert soutient fermement les droits qu’un certain Henri élève sur plusieurs biens de l’a (...)

37De ce népotisme qui contaminait alors l’ensemble du corps social, l’évêque, incontestablement, donnait l’exemple69.

§ 4. Devant l’au-delà

  • 70 Anselme, ch. 70, p. 232. – Vita Balderici, ch. 27, p. 735. – Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 2, p. (...)

38La mort d’un évêque est un instant capital. Moment solennel où le prélat, pour autant qu’il n’ait point démérité, va rejoindre le Christ dont il fut le représentant sur la terre : désormais ce dies natalis remplacera l’anniversaire de la consécration épiscopale qui était célébré du vivant de l’évêque70.

  • 71 A.E.L., Cathédrale, Secr., n° 295, f° 60 V°, 125 R°. – Liber officiorum, éd. Bormans et Schoolmees (...)
  • 72 Il s’en inquiète déjà dans sa lettre à sainte Hildegarde : Migne, P.L., t. cxcvii, col. 175. – En (...)
  • 73 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 166, avec indication des sources. – Ci-dessous, annexe I, p. 506 n. (...)

39Le soin que certains d’entre eux apportèrent à l’organisation de leur commémoraison était sans doute à la mesure de leurs péchés. Théoduin, qui avait beaucoup à se faire pardonner, veilla à ce que son anniversaire fût célébré simultanément à la cathédrale, dans les sept collégiales et dans les abbayes de Saint-Laurent et de Saint-Jacques71. Raoul de Zähringen, qui craignait, lui aussi, pour son salut72, s’inspira — tout en y apportant quelques modifications — du « système » imaginé par Théoduin. Il voulut, semble-t-il, que soit maintenu le jour de sa consécration, auquel vint s’ajouter l’obit normal : c’est donc deux fois l’an — à l’Ascension et le 5 août — que la cathédrale, les sept collégiales et les quatre abbayes de Liège célébrèrent le service religieux pour le repos de son âme73.

  • 74 Dès 1066, l’évêque Théoduin (t 1075) a choisi l’église Notre-Dame de Huy comme sépulture : Génicot(...)

40On imagine sans peine que les évêques ont attaché beaucoup d’importance à l’emplacement de leur tombeau. L’endroit où ils devaient dormir de leur dernier sommeil ne pouvait évidemment pas être choisi au hasard74. Ce sera, de préférence, une église, lieu de prière par excellence où les messes fondées seront dites tout près du défunt.

  • 75 Selon le droit canon les funérailles de l’évêque doivent avoir lieu dans la cathédrale, pour autan (...)

41On serait tenté de supposer que la nécropole des évêques de Liège était leur cathédrale : là se dressait le siège épiscopal, à quelque distance des précieuses reliques de saint Lambert. Le tombeau idéal75 !

  • 76 Des constatations de même portée ont été faites par C. Brühl, Palatium und Civitas, t. i, Gallien, (...)

42Or il n’en fut rien. Précisons mieux notre pensée : aux xie et xiie siècles, la cathédrale de Liège n’est pas le tombeau normal du prélat, même si bon nombre d’évêques y furent ensevelis76.

  • 77 Toutes les données qui vont suivre sont établies d’après les sources dans l’annexe I.

43Au préalable, dressons le tableau des sépultures épiscopales liégeoises77. Il servira de base à nos observations.

44Cathédrale Saint-Lambert : Nithard († 1042), Wazon († 1048), Otbert († 1119), Frédéric († 1121), Henri II († 1164), Alexandre II († 1167), Albert de Cuyck († 1200).

45Abbaye de Saint-Jacques : Baldéric II († 1018).

46Abbaye de Saint-Laurent : Wolbodon († 1021), Durand († 1025), Réginard († 1037).

47Abbaye de Saint-Gilles-en-Publémont : Albéron Ier († 1128), Alexandre Ier († 1135).

  • 78 Le cas de Henri de Verdun est un peu particulier. Nous y reviendrons plus loin.

48Collégiale Notre-Dame (Huy) : Théoduin († 1075), Henri de Verdun († 1091)78.

49Orte (Italie) : Albéron II († 1145).

50Saint-Pierre-en-Forêt-Noire : Raoul († 1191).

51Cathédrale Notre-Dame de Reims : Albert de Louvain († 1192).

  • 79 Nous n’avons pas retenu Lothaire de Hochstaden et Simon de Limbourg, élus et investis mais jamais (...)

52Laissons d’abord parler les chiffres : sept évêques furent enterrés dans la cathédrale, mais onze d’entre eux ont reçu sépulture ailleurs79.

  • 80 On connaît les circonstances de sa mort. En 1192, il n’était pas question de transporter son corps (...)

53Peut-être pourrions-nous atténuer cette disproportion en tenant compte du fait que Raoul de Zähringen et Albéron II sont décédés loin de Liège, qu’Albert de Louvain fut assassiné alors qu’il vivait en exil à Reims, qu’Alexandre Ier, déposé par le pape, n’était plus évêque au moment de sa mort. Si la remarque est valable en ce qui concerne Albert de Louvain80 et Alexandre Ier, elle n’est plus pertinente dans le cas de Raoul et d’Albéron II : pourquoi ne s’est-on pas mis en peine de ramener leur dépouille à Liège alors que l’on prenait soin de rapatrier les ossements de Henri II — décédé à Pavie — et d’Alexandre II — mort à Rome ?

  • 81 Francon († 901) et Etienne († 920) furent ensevelis dans la cathédrale Saint-Lambert (Anselme, ch. (...)

54A ces remarques, il convient d’ajouter une constatation assez surprenante : lorsqu’en 1042 le corps de Nithard fut enfoui dans la cathédrale, il y avait déjà plus de cent vingt ans, pour autant que nous puissions le savoir, que la grande église de Liège n’accueillait plus la dépouille de l’évêque défunt81.

  • 82 Anselme, ch. 52, p. 220.

55Le cas de Henri II de Leez et celui d’Alexandre II nous font toucher la vérité du doigt. Leur corps est ramené dans la grande église de Liège parce qu’ils avaient été membres du chapitre cathédral avant leur élection. Il suffit en effet de parcourir la liste des évêques inhumés à Saint-Lambert pour se rendre compte que seuls les anciens chanoines y reçurent un tombeau. Il ne faut pas perdre de vue que la cathédrale n’était pas seulement l’église de l’évêque. Elle était aussi, si l’on peut dire, l’« église propre » de la communauté canoniale, revenu le chef du diocèse, l’ancien chanoine restait profondément attaché à son église, comme un fils à sa mère82. On imaginait difficilement, sans doute, qu’il puisse dormir ailleurs de son dernier sommeil. La cathédrale devint donc la nécropole de prédilection des membres du chapitre qui avaient eu le privilège de monter sur le siège épiscopal.

  • 83 Ci-dessus, n. 81.
  • 84 Cfr J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 205-213.
  • 85 Il semble bien, en effet, que Wolbodon et Durand aient entrepris la construction d’une abbaye sur (...)
  • 86 Cfr Joris, La ville de Huy, p. 108-109. – Souvenons-nous de l’influence que l’archidiacre Boson de (...)
  • 87 Cfr Dereine, Les chanoines réguliers, p. 127-128.
  • 88 A son décès, Alexandre Ier n’était plus évêque. Il venait d’être déposé par le pape. La mort le su (...)
  • 89 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 165. – Il n’est pas exclu que Raoul de Zähringen ait songé à se fai (...)

56Quant aux autres, ils font aménager leur tombe dans une église qu’ils ont construite ou reconstruite et qui est devenue pour eux une sorte de sanctuaire personnel. Comme Éracle avait été enterré à Saint-Martin et Notger à Saint-Jean83, Baldéric II fut enseveli dans son abbaye de Saint-Jacques84, Wolbodon, Durand et Réginard dans leur abbaye de Saint-Laurent85. Théoduin a voulu qu’on l’ensevelisse à Notre-Dame de Huy, église qu’il avait fait reconstruire au cœur de sa résidence de prédilection86. Albéron Ier repose à Saint-Gilles-en-Publémont dont il paracheva la fondation87. Alexandre Ier, l’évêque déchu, vint l’y rejoindre88. Les cendres d’Albéron II, décédé à Orte au nord de Rome, furent oubliées dans les pays ultramontains : il n’avait pas été chanoine de la cathédrale. Raoul de Zähringen, mort parmi les siens, en Souabe, fut tout naturellement enseveli dans le monastère familial de Saint-Pierre89.

  • 90 La présence de l’évêque y est attestée le 3 mai 1091. Il mourut le 31 mai suivant. Schoolmeesters (...)

57Le cas de Henri de Verdun est un peu particulier. C’est contre sa volonté qu’il fut enseveli, auprès de Théoduin, dans l’église Notre-Dame de Huy. Il mourut, semble-t-il, au cours d’un séjour dans cette ville90 et il est vraisemblable que les chanoines de la collégiale hutoise firent le nécessaire pour conserver la dépouille de l’évêque, accaparer la dotation affectée à son obit et rehausser le prestige de leur église par une nouvelle sépulture épiscopale.

  • 91 Comme l’indique la notice rédigée à l’issue d’une sentence synodale rendue sous l’épiscopat d’Otbe (...)
  • 92 Un simple coup d’œil sur le tableau montre clairement que les évêques se faisaient ensevelir dans (...)

58En réalité, Henri de Verdun avait élu comme dernière demeure la collégiale de Fosses91. Comment expliquer ce choix étonnant92 ? La version « officielle » est d’une banalité décourageante : « ému par la nécessité dans laquelle les frères de Fosses se trouvaient » Henri aurait voulu augmenter la dotation de l’église en y fondant son anniversaire.

  • 93 « Henrico piae memoriae episcopo sibi in sanguine proximo ».
  • 94 HILLiN, Ex miraculis S. Foillani, ch. 18, M.G.H., SS., t. xv, p. 927. – Le Cantatorium, ch. 49, p. (...)
  • 95 C. Lambot, Les membres du chapitre de Fosses dans le dernier quart du xie s., A.S.A.N., t. xlvii, (...)
  • 96 C.S.L., t. i, n° 26, p. 38-43 (corr. 1078). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 505 et Paquay, Sain (...)
  • 97 « in loco illo ubi communiter voluerimus requiescere ».

59D’autres raisons cependant, beaucoup plus déterminantes, le poussèrent à retenir cet endroit. Les Miracles de Saint-Feuillien de Fosses, écrits entre 1102 et 1112, mettent en scène une dame noble installée dans le château de Fosses qui était une possession de l’église de Liège. Henri de Verdun, son parent93, lui fit obtenir, à titre exceptionnel, une prébende canoniale dans le chapitre du lieu. En témoignage de reconnaissance, la dite dame fit fabriquer, à ses frais, une châsse pour saint Feuillien à la translation duquel l’évêque Henri procéda le 3 septembre 108694. Comme l’a démontré C. Lambot, cette dame apparentée au prélat se nommait Ermentrude95. Le même auteur croyait pouvoir l’identifier avec la célèbre — et problématique — comtesse Ermengarde qui fit en 1078 d’importantes donations à l’église de Liège et à la collégiale de Saint-Barthélemy96. Cette judicieuse hypothèse doit désormais être tenue pour une certitude, puisque dans la charte de 1078 en faveur de Saint-Lambert il est clairement affirmé que la comtesse Ermengarde et l’évêque Henri avaient l’intention de se faire inhumer au même endroit97. C’est donc bien la présence de sa parente à la collégiale de Fosses qui poussa Henri de Verdun à choisir ce sanctuaire comme tombeau. Le lien du sang était à ce point primordial que l’on veillait parfois à ce qu’il se prolongeât jusque dans la mort.

Notes

1 Notamment Henri le Lion, Frédéric Ier Barberousse, Conon de Duras et l’archevêque Conrad de Mayence. Gisl. Chron., ch. 48, p. 84, ch. 54, p. 93-94, ch. 154, p. 239, ch. 194, p. 282. – Voir également le portrait du comte Baudouin V de Hainaut : ch. 68, p. 107.

2 Ibid., ch. 138, p. 205.

3 Les Vies les plus intéressantes sont : la Vita Notgeri, la Vita Balderici, la vie de Wazon incorporée aux Gesta d’Anselme, la Vita Friderici de Nizon et la Vita Alberti.

4 Que l’on n’aille pas imaginer que ces œuvres biographiques étaient construites sur un simple schéma et manquaient totalement d’originalité. L’auteur, cependant, choisissait les faits en fonction de certains critères : ce qui l’intéressait, surtout, c’était la manière dont l’évêque assumait les devoirs liés à son office et la voie qu’il empruntait pour atteindre son salut. Nées dans un climat profondément religieux, ces Vies décrivaient la réalité, mais non pas toute la réalité. Cfr. O. Köhler, Das Bild des geistlichen Fürsten. – F. Lotter, Die Vita Brunonis des Ruotger. – H. Lippelt, Thietmar von Merseburg, p. 16-34.

5 Par exemple : Wazon « quem voluntas propria instar crucis Christi affligebat » Anselme, ch. 52, p. 221. – « Christus inquam qui opera manuum nostrarum praeveniens pariter et subsequens dirigit super nos hoc, quod per nos digne ad honorem ipsius factum est firmum atque perpetuum omni calumnia propulsa custodiat ». Charte d’Otbert pour Saint-Pierre d’Incourt (1112), éd. Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 29 (nous corrigeons le texte d’après le Cart, de St-Laurent, t. i, f° 7 R° V°). – « simul Christi preşul martyrque fuisti ». Epitaphe de Frédéric de Namur, éd. Kurth, An. Boll., t. ii, 1883, p. 264 (xiie s.). – Cfr J. Lécuyer, art. Épiscopat, dans le Dictionnaire de Spiritualité, t. iv, 1, 1960, col. 879-907.

6 Cfr Köhler, op. cit., p. 35. – Lippelt, op. cit., p. 5-16. – W. Störmer, Früher Adel, t. ii, p. 312-357. – Ci-dessus, p. 124.

7 C’est un des lieux communs de l’historiographie épiscopale. Voir par exemple : Vita Balderici, ch. 3, p. 726. – Anselme, ch. 31, 33-34, 37, 47, 53, p. 206-210, 217-218, 221. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 36, p. 274. – Triumphus sancti Lamberti, ch. 1, p. 499-500. – A.E.L., Cathédrale, Secr., n° 295, f° 12 R° (31 janvier), à propos de Baldéric II, Wolbodon, Réginard, Wazon, Otbert et Alexandre Ier.

8 Aux dires d’un contemporain, Alexandre Ier était un « vir magnae prudentiae, sagacis facundiae, in humilitate praecipuus, in oratione devotus, in elemosinis pauperum nulli suo tempore secundus » Triumphus, ch. 1, p. 500. – Ci-dessus, p. 160 et n. 271. Sans doute, ce tableau n’est-il pas entièrement inexact, mais à le lire, on se demande tout de même comment Innocent II a pu déposer un prélat aussi parfait !

9 C’est d’ailleurs l’objet du beau livre d’O. Köhler.

10 Ci-dessus, p. 117-118, 142-143, 187-188. – Le scepticisme que montra l’évêque Théoduin devant la prétendue sainteté d’Évermer ne témoigne certainement pas d’un détachement vis-à-vis du culte des reliques. Nous y voyons plutôt une réaction contre les abus. Réserve d’un homme intelligent et instruit devant les cultes nés de l’imagination populaire, « illum fallentis populi ficta adinventione creatum, mentientis vulgi celebraturum opinione » Vita S. Evermari tripartita, IIIa pars, ch. 2, § 10, 13-18, AA. SS. Maii, t. i, p. 132-134 (écrite au XIIe s.). Il semble que l’esprit critique de Théoduin l’ait également opposé à l’abbaye de Brogne, comme l’a montré J.M. De Smet, Recherches critiques sur la Vita Gerardi, p. 17-29. – Voir, par contre, la lettre enthousiaste adressée par l’évêque à son collègue Imade de Paderborn au lendemain du « triomphe » remporté par les reliques de saint Remacle à Liège, en 1071 : Martène et Durand, Ampi. Coll., t. i col. 487-489. – Voir aussi : Anselme, ch. 9, p. 195 (intérêt de Théoduin pour le culte de saint Lambert), Translatio reliqu. sancti Jacobi, dans Gilles d’Orval, lib. III, ch. 6, p. 84-85 (accueil des reliques de saint Jacques), Louis Pancien, De translatione reliquiarum beati Laurentii, M.G.H., SS., t. xx, p. 581 (accueil des reliques de saint Laurent). Cfr G. Tellenbach, Zur Translation einer Reliquie des heiligen Laurentius von Rom nach Lüttich..., Studi in onore di E. Dupré Theseider, 1974, p. 601-615.

11 "« ... iuvenem, agilem et promtum executionibus imperialis serviţii » Anselme, ch. 49, p. 219. – D’Albert de Cuyck – qui avait contracté à Rome la fièvre quarte – Gilles d’Orval nous dit qu’il aurait pu devenir un excellent évêque s’il n’avait été perpétuellement malade. Gisl. Chron., ch. 220, p. 305. – Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 52 (1195). – Gilles d’Orval, Hb. III, ch. 74, p. 116-117.

12 Caspar, Reg. Gregors VIL, n° VII, 13-14, p. 477-479 (1080). – Martène et Durand, Ampi, coll., t. i, col. 654-655.

13 Cantatorium, ch. 88, p. 219.

14 Sigeberti Auctarium Affligemense, éd. Gorissen, p. 132 (1150).

14bis Anselme note que Wolbodon souffrait d’une maladie stomacale qui fortifiait l’élan ascétique qui le soulevait : Anselme, ch. 34, p. 208.

15 Ramackers, Papsturkunden, t. ii, n° 2, p. 87 (1051). – Voir essentiellement Anselme, ch. 39 sv., p. 210 sv. et not. ch. 48, p. 218.

16 En dehors du témoignage d’Anselme on peut invoquer celui de Herman de Reichenau (†1054) qui qualifie Wazon de vir doctus : Chronicon, éd. Buchner, p. 688 (1048). – Ci-dessus, p. 131-132.

17 Anselme, ch. 50, p. 220.

18 Ibid., ch. 54-55, p. 221-223 : « nostri monitis tam praeclari ducis animati ». – Sur la révolte de Godefroid, cfr Dupréel, Godefroid le Barbu, p. 39-57. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i p. 85-88.

19 Vers 1050, les ecclésiastiques liégeois regrettent le Wazon-guerrier, comme l’a montré J. Stiennon, Moines et chanoines du pays mosan et du Confient au xie siècle..., Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 1972, p. 141-143, d’après les Gesta d’Anselme et le rouleau mortuaire de Guifred, comte de Cerdagne, moine de Saint-Martin du Canigou (1050), éd. L. Delisle, Rouleaux des morts du ixe au xve s., Paris, 1866, – Wazon « bellator Christi inexpugnabilis et inperterritus lorica iusticiae induitur, gladio spirituali accingitur, praevia cruce Christi in omnibus periculis pro lancea utitur » Anselme, ch. 55, p. 221.

20 Vita Friderici, ch. 10 sv., p. 506 sv. – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuisen, p. 52 (1121). – Annales Sancti Jacobi, éd. Alexandre, p. 16 (1121).

21 « domnus Fredericus et frater eius, principes militiae exercitus Domini » Nizon, Vita Friderici, ch. 6, p. 504-505.

22 Gisl. Chron., ch. 134, p. 199.

23 Erens, Tongerloo, t. i, n° 42, p. 75-77 (corr. 1193-1194). – Cfr de Moreau, Albert de Louvain, p. 27-30.

24 Albert fit un miracle quelques jours seulement après sa mort : Vita Alberti, ch. 43, p. 165-166.

25 Wellmer, Persönliches Memento, p. 109-113. – Ce doc. a été publié par M. Coens sous le titre : Un calendrier-obituaire de Saint-Laurent de Liège, An. Boll., t. lviii, 1940, p. 48-78. Il est regrettable, comme nous l’avons déjà dit, que Wellmer n’ait pas démontré ses affirmations. Cfr ci-dessus, p. 136 n. 142.

26 II n’est pas lieu d’entreprendre ici une étude approfondie du document, recherche qui devrait d’ailleurs s’assortir d’une analyse paléographique minutieuse. En faveur de l’hypothèse de Wellmer on peut avancer les arguments suivants : 1°) Le calendrier-obituaire, comme Coens l’avait déjà pressenti (p. 55 n. 1, p. 78 n. 3) revêt un caractère personnel assez accusé. – 2°) Géographiquement parlant, les notices nous orientent vers les régions de Liège, Verdun et Reims : or l’évêque Henri Ier a été archidiacre de Verdun et il était frère de Frédéric comte d’Astenois en Champagne et de Toul. – 3°) Les notices les plus récentes de l’obituaire sont celles de l’abbé de Saint-Hubert Thierry Ier (t 1086), vieil ami de Henri de Verdun (Vita Theoderici, ch. 26, 30-32, p. 52, 55-57. – Cantatorium, ch. 53, p. 126-127) et de l’évêque Herman de Metz († 1090), son parent (Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 8, p. 57-58). – 4°) La liste des évêques de Liège commémorés s’arrête à Théoduin († 1075), prédécesseur immédiat de Henri. – 5°) Au 9 oct. l’obituaire commémore un moine Eleuthère : il s’agit probablement du précepteur de Henri de Verdun, dont parle le Cantatorium, ch. 35, p. 96. – 6°) La maison d’Ardenne, à laquelle l’évêque était apparenté, occupe une place non négligeable. – Toutefois, l’identification proposée par Wellmer soulève des objections. Plusieurs personnes qui devraient normalement figurer dans notre doc. n’y ont pas pris place : 1°) le comte Baudouin (t 18/19 nov.), père présumé de l’évêque Henri. – 2°) le comte Frédéric, frère de l’évêque († 29 janv.). – 3°) son parent, le duc Godefroid le Bossu († 26 févr. 1076), auquel Henri devait le siège épiscopal. L’absence de ces notices ne prouve évidemment rien, mais elle est problématique.

27 Wellmer, op. cit., p. 111.- Charlemagne, imperator religiosus, y est commémoré (28 janv.), de même que l’empereur saint Henri II (13 juill.).

28 Toutefois, la présence de Wolbodon et de Wazon est moins significative, puisque la plupart des évêques de Liège du xie s. sont commémorés.

29 Voir not. Cantatorium, ch. 45, p. 112.

30 Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366 (1091). – Cfr Vita Theoderici, ch. 26, p. 52. – Henri est commémoré dans l’obituaire du prieuré clunisien de Villers (dioc. de Besançon), éd. E. Sackur, Die Cluniacenser, t. i, p. 385. – Voir aussi J. Wollasch, Mônchtum des Mittelalters, 1973, p. 162 et n. 517.

31 Chronicon rythmicum, éd. de Clehcq, p. 137. – Triumphus sancti Lamberti, ch. 1, p. 499-500 : « Obertus quidem quern nullum latebat genus hominum ».

32 Voir les remarques formulées par F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan, p. 666-668, sur un passage du Cantatorium, ch. 96, p. 247.

33 Le procès intenté contre lui, en 1104, par son propre clergé et porté devant le tribunal du métropolitain, tourna court, grâce à l’intervention de Henri IV : Cantatorium, ch. 96-97, p. 247-250.

34 Cantatorium, ch. 88, p. 217-219.

35 La scène décrite par le chroniqueur se déroule en pleine forêt. Otbert aurait été dans l’impossibilité de se comporter de la sorte à Liège même...

36 Ibid. – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuisen, p. 36 (1108) : « Obbertus iste contractus fuit corpore, et cophini baiulabatur subvectione ».

37 Chronicon rythmicum, p. 137.

38 Le 1er février 1092. – Cfr ci-dessous, annexe I, p. 504 n. 36.

39 Ibid., n. 38.

40 Libellus de rebellione Heinrici V., dans les Annales Hildesheimenses, éd. Waitz, p. 60 (1106). – Cfr Génicot, La cathédrale notgérienne de Saint-Lambert, p. 46-47 et n. 130, p. 53 n°3. – Le 15 août 1106, jour de l’Assomption de Marie, le corps de Henri IV est transféré de la cathédrale dans l’église de Cornillon : Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 372 n.

41 Éd. Ernst, Limbourg, t. vi, n° 1, p. 3-4 (1145). – A.E. Mons, Abbaye de Bonne-Espérance, chartrier (1146, détruit : photogr. Univ. de Liège, service du Prof. J. Stiennon). – Cfr Stiennon, L’écriture diplomatique, p. 207-211 et figg. 203-205.

42 Stiennon, p. 207.

43 Les deux actes sont destinés à des établissements non-diocésains. Le geste en revêt une signification d’autant plus grande : la charte épiscopale devient, en quelque sorte, un instrument de prestige.

44 Éd. Migne, P.L., t. cxcvii, col. 175. – Selon le manuscrit le plus ancien, le Riesenkodex (ca 1180-1190), l’auteur de la lettre est « Rudolfus dei gratia Leodicensium episcopus » (Hessische Landesbibliothek, ms. H2, f 337 R° V°). Il en est de même pour les deux copies conservées à Londres (British Museum, Add. 15102, f° 15 R° (xve s.). – Harley, 1725, f 34 V° – 35 R° (xve s.). Par contre, les copies de Vienne et de Trèves donnent pour auteur à la lettre l’évêque H(enri de Leez) (Österreichische Nationalbibliothek, Cod. lat. 963, f 55 R° (xiiie s.). – Stadtbibliothek Trier, ms. 722/277 (4°), f° 13 V° (xve s.)). Nous adoptons la leçon du manuscrit le plus ancien. – La réponse de Hildegarde (éd. Migne, col. 175-176), dans laquelle la sainte engage l’évêque à être un « bon pasteur », n’est probablement pas adressée à Raoul, mais à son prédécesseur Henri de Leez, comme l’indique la leçon du Zwiefaltener Briefhandschrift (Württembergische Landesbibliothek, Cod. theol. et phil. (4°), 253, f° 33 V°-34R° (avant 1170)) : « Tu autem. O.H. esto pastor bonus et nobilis in moribus ». Cette lettre, comme son titre l’indique, est en rapport avec un conflit survenu entre l’évêque et le monastère de Munsterbilzen au nord de Tongres (« de claustro quod dicitur Belis »). Il ne s’agit donc pas de la réponse à la lettre de Raoul ainsi qu’on l’affirme habituellement. Il existe une charte de Henri II en faveur de Munsterbilzen. Ce document ne fait aucune allusion à un conflit (A.E. Hasselt, Fonds des chartes de Munsterbilzen, acte de 1157). – Cfr M. Schräder et A. Führkötter, Die Echtheit des Schrifttums der Heiligen Hildegard von Bingen, Cologne-Graz, 1956, p. 101, 162 n. 25.

45 C’est ce que nous croyons avoir établi dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 197-198.

46 Küpper, La politique des ducs de Zähringen, p. 432 n. 17 où les sources sont mentionnées.

47 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 60-64.

48 Éd. de Clerco, p. 136. – Dans sa lettre à Théoduin (ci-dessous n. 52) Grégoire VII constate que Wazon ne pratiquait pas la simonie. Le pape considère ce mal comme une « nouvelle coutume », ce qui est une évidente exagération puisque les pratiques simoniaques étaient condamnées depuis le ive s. ! Du reste, Wazon fut obligé de mettre un terme à la simonie qui était répandue dans le diocèse lorsqu’il arriva au pouvoir : Anselme, ch. 67, p. 230. – La maxime formulée vers 1020 par Egbert de Liège est, sur ce point, particulièrement significative : « Orrestram ecclesieque gradus ascendere quosdam / Non meritis, immo dampnata per era pauesco. » Fecunda Ratis, v. 949-950, éd. Voigt, p. 157. – Voir la bibl. citée ci-dessus, p. 199 n. 473.

49 Cantatorium, ch. 78, p. 195-196. – Le point de vue admis par Otbert, selon lequel on pouvait dissocier le sacerdotium de la possessio prediorum, avait été condamné quelque trente ans plus tôt par Pierre Damien. Cfr H. Meier-Welcker, Die Simonie im frühen Mittelalter, p. 85-86. – Les écrits de Pierre Damien étaient connus dans le diocèse de Liège comme l’indique le passage du Cantatorium.

50 Le secrétaire d’Otbert, Alger de Liège, avait en effet repris à son compte la théorie, défendue en 1057/1058 par le cardinal Humbert, qui voulait assimiler les simoniaques à des hérétiques. Cfr Brigué, Alger de Liège, p. 167 sv.

51 Cantatorium, ch. 96, p. 249. – « Obertus antichristi signifer, sathanae jumentum, perfidiae Simonis manifestus sectator... » Lettre du pape Urbain II à l’abbé Bérenger de Saint-Laurent : A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 151.- J.L., n° 5538, p. 676 (1095). – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 50 (1119).

52 Caspar, Register, t. i, n° II, 61, p. 215-216 (1075). – Cfr Vita Theoderici, ch. 25, p. 51.

53 Migne, P.L., t. clxvi, col.1285-1286. – J.L., n° 7324, p. 834 (1128-1129).

54 C’est pour avoir refusé de se présenter devant la Curie romaine afin de répondre à une accusation de simonie portée contre lui, que l’évêque Alexandre Ier fut déposé par le pape en 1135 : Constitutions, t. i, n° 402, p. 578. – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. III, ch. 1, p. 229-230. – Annales Rodenses, p. 80 (1135).

55 Gisl. Chron., ch. 138, p. 205-206. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 158-159, où les autres sources sont citées.

56 Albert de Cuyck ne savait quel prétexte donner pour faire comprendre à l’élu Guibert de Gembloux qu’il ne pourrait jamais obtenir gratuitement sa confirmation. Un jour Guibert fut surpris d’apprendre que l’évêque de Liège était revenu sur sa décision et se déclarait prêt à lui conférer l’institution canonique. L’élu ignorait que ses moines, désireux de régler la situation, avaient secrètement versé la somme demandée. Roland, Chartes de Gembloux, n° 74, p. 93-95 (1199) – Cfr H. Delehaye, Guibert, abbé de Florennes et de Gembloux, Revue des Questions historiques, t. xlvi, 1889, p. 69-70.

57 « in symonia gloriabatur » Césaire de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, Dist. VI, ch. 5, éd. J. Strange, t. i, p. 354. Cet auteur, qui écrit vers 1220, raconte que l’évêque Raoul affirmait avec fierté qu’il avait augmenté les revenus de son église en quadruplant le prix des prébendes. – L’auteur de la Vita Odiliae, chanoine de Saint-Lambert qui écrit entre 1241 et 1251, affirme que Raoul faisait vendre des prébendes sur le marché, par un boucher nommé Udelin (An. Boll., t. xiii, 1894, p. 206. Sur cette œuvre, qui est un tissu d’exagérations, cfr J. Daris, Examen critique de la vie d’Odile..., B.I.A.L., t. xi, 1872, p. 153-188. – G. Kurth, L’archidiacre Hervard, p. 123-124, 138-139. – Balau, Les sources, p. 444-448). – La légende du mangons Udelin fut évidemment récupérée par Jean d’OuTREMEUSE, Ly Myreur des histors, t. iv, p. 460-461.

58 Le thème du neveu (nepos) qui fait carrière grâce à son oncle (avunculus) est courant à l’époque médiévale. Cfr J. Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1964, p. 354. – Bloch, La Société féodale, p. 201.

59 Chronicon sancti Laurentii, ch. 38, p. 275 (rédigé vrais, entre 1095 et 1106). – Renier, Vita Reginardi, ch. 20, p. 578. – Cfr Silvestre, Le Chronicon sancti Laurentii, p. 271-274, 352-353 et ci-dessus, p. 126 et n. 86, p. 128. – Selon le Chronicon, ch. 43, p. 276, Wolbodon, devenu abbé de Saint-Laurent en 1071, était apparenté aux évêques Wolbodon et Réginard.

60 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 440-442, t. xxxi, 1905, p. 114-115. – Un Théoduin fut abbé de Sainte-Marie de 1092 à 1107.

61 Küpper, Notes sur l’évêque Alexandre II, p. 386-388. – Ci-dessus, p. 159, 173.

62 de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 455-458, t. xxvi, 1896, p. 386, t. xxxi, 1905, p. 118.

63 Eustache épousa la fille de l’avoué Wiger et succéda à son beau-père : Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 168, p. 344-345 (1139).

64 De 1136/1139 à 1141/1142 : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 447-448, t. xxxi, 1905, p. 116 et nos remarques ci-dessus, p. 169 n. 331.

65 de Marneffe, t. xxv, 1895, p. 455-460, t. xxvi, 1896, p. 385, t. xxxi, 1905, p. 118-119. – de Moreau, Chartes du xiies. de l’abbaye de Villers, n° 25-26, p. 40-44 (1180). – Küpper, Raoul de Zähringen, p. 41, 154, 156-157, 161, 169 sv. – Albert était également soutenu par son cousin le comte Baudouin V de Hainaut.

66 Gisl. Chron., ch. 175, p. 258. – Vita Alberti, ch. 2-3, p. 139, 141.

67 Küpper, La politique des ducs de Zähringen, p. 458-460.

68 « auonculi nostri domini Alberti Leodiensi episcopi » A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 20 (1200). – de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 460-464, t. xxvi, 1896, p. 388, t. xxxi, 1905, p. 120.

69 L’évêque Otbert soutient fermement les droits qu’un certain Henri élève sur plusieurs biens de l’abbaye de Saint-Trond « quoniam puer consanguineus ejus erat » Raoul, Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 9, p. 149-150. – Henri II de Leez intervient auprès de l’abbé de Stavelot en faveur de son parent Winand de la Tour, mort en état d’excommunication et enterré hors de l’enceinte consacrée du cimetière : Halkin et Roland, Chartes de Stavelot, t. i, n° 208, p. 413-414 (1148).

70 Anselme, ch. 70, p. 232. – Vita Balderici, ch. 27, p. 735. – Franquinet, O.L. Vrouwekerk, n° 2, p. 4 (1133). – C.S.L. t. i, n° 53, p. 90 (1171). – Chronicon rythmicum, éd. de Clercq, p. 137. – Ci-dessous, annexe I, p. 504 n. 36, p. 506 n. 69.

71 A.E.L., Cathédrale, Secr., n° 295, f° 60 V°, 125 R°. – Liber officiorum, éd. Bormans et Schoolmeesters, B.C.R.H., 5e sér., t. vi, 1896, p. 505. – Les autres anniversaires sont mentionnés ci-dessous, annexe I, p. 503 n. 29.

72 Il s’en inquiète déjà dans sa lettre à sainte Hildegarde : Migne, P.L., t. cxcvii, col. 175. – En 1187, Raoul fonda dans l’abbaye de Saint-Jacques, un anniversaire pour son père le duc Conrad de Zähringen, pour sa mère Clémence et pour son frère le duc Bertold : Stiennon, Saint-Jacques, n° 9, p. 446-447.

73 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 166, avec indication des sources. – Ci-dessous, annexe I, p. 506 n. 69.

74 Dès 1066, l’évêque Théoduin (t 1075) a choisi l’église Notre-Dame de Huy comme sépulture : Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, n° 1, p. 40.

75 Selon le droit canon les funérailles de l’évêque doivent avoir lieu dans la cathédrale, pour autant que le défunt n’ait pas exprimé le désir d’être enseveli ailleurs : R. Naz, art. Églises cathédrales, dans Dict, de droit can., t. v, 1953, col. 231. – C’est depuis le début du ixe s. que les conciles de Germanie permettaient que l’on enterre à l’intérieur des églises les évêques, les abbés, les prêtres et certains laïcs : A. Bride, art. Sépulture, dans Dict, de Théol. cath., t. xiv, 2, 1941, col. 1888-1889. – Voir aussi Burchard de Worms, Decret, libri XX, lib. III, ch. 233, col. 723.

76 Des constatations de même portée ont été faites par C. Brühl, Palatium und Civitas, t. i, Gallien, Cologne-Vienne, 1975, p. 248 : ce n’est qu’au xiie s. que l’enterrement de l’évêque dans la cathédrale devient courant.

77 Toutes les données qui vont suivre sont établies d’après les sources dans l’annexe I.

78 Le cas de Henri de Verdun est un peu particulier. Nous y reviendrons plus loin.

79 Nous n’avons pas retenu Lothaire de Hochstaden et Simon de Limbourg, élus et investis mais jamais consacrés. L’un et l’autre furent déposés par le pape.

80 On connaît les circonstances de sa mort. En 1192, il n’était pas question de transporter son corps à Liège. Lorsque la tempête fut calmée, ses reliques furent sans doute laissées volontairement dans la cité du martyre. Le parti hennuyer, qui régnait alors en maître, n’était sans doute pas disposé à rapatrier la dépouille du martyr brabançon.

81 Francon († 901) et Etienne († 920) furent ensevelis dans la cathédrale Saint-Lambert (Anselme, ch. 19, 21, p. 200. – Folcuin, Gesta abb. Lob., ch. 19, M.G.H., SS., t. IV, p. 63. – Gilles d’Orval, lib. II, ch. 41, p. 52). Richer (f 945) dans la collégiale Saint-Pierre (Folcuin, ibid.. – Gilles d’Orval, lib. II, ch. 42, p. 52. – Cfr Bkassiwie, Monuments d’art mosan disparus, B.S.A.H.D.L., t. xxix, 1938, p. 172-175). Ogon (t 947) à Saint-Maximin de Trêves où il avait été abbé (aucune source contemporaine n’indique l’endroit où Ogon fut enterré : nous nous appuyons sur les affirmations fort plausibles de Fisen, Sancta Legia, 1696, pars Ia, p. 135 et de Foullon, Hist. Leod., t. i, 1735, p. 169). Éracle († 971) dans la collégiale Saint-Martin (Anselme, ch. 24, p. 202. – Renier, Vita Evracli, ch. 12, p. 565. – Cfr Brassinne, op. cit., p. 184-193). Notger (t 1008) dans la collégiale Saint-Jean (Anselme, ch. 27, p. 204. – Vita Notgeri, ch. 10, éd. Kurth, p. 15. – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 349-350, t. ii, p. 40-58. – Brassinne, Nouvelles recherches sur des monuments d’art mosan disparus, B.S.A.H.D.L., t. xxx, 1939, p. 65-75). – Nous n’avons pas recueilli d’informations sur Farabert (t 953) et Baldéric Ier († 959). Quant à Rathier (t 974), expulsé du siège episcopal de Liège, il fut enterré à Saint-Ursmer de Lobbes (Folcuin, ch. 28, p. 70). – Jean d’Outremeuse, Ly Myreur des histors, t. iv, p. 110, 114, 119, affirme qu’Ogon, Farabert et Baldéric Ier ont été ensevelis « en l’englise de Liege ». Ce témoignage, selon-nous, ne peut pas être retenu.

82 Anselme, ch. 52, p. 220.

83 Ci-dessus, n. 81.

84 Cfr J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 205-213.

85 Il semble bien, en effet, que Wolbodon et Durand aient entrepris la construction d’une abbaye sur le Publémont, à l’endroit où Éracle avait voulu construire une collégiale. Réginard acheva le monastère et lui attribua une dotation. Cfr F. Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent de Liège et H. Wellmer, L’évêque Éracle et sa fondation de Saint-Laurent de Liège. – C’est le jour de la Saint-Laurent que le roi Otton Ier remporta sur les Hongrois sa victoire du Lechfeld (955). Dans les corrigenda de son article, Wellmer considère qu’il n’y a aucun rapport entre la fondation de Saint-Laurent et ce combat. Précisons toutefois qu’il y a certainement un rapport entre le choix du titulaire de l’église et la célèbre bataille qui contribua, sans aucun doute, à répandre dans l’Empire le culte de ce martyr. Cfr A. Amiet, Die Liturgische Gesetzgebung der deutschen Reichskirche..., Zeitschrift für Schweizerische Kirchengeschichte, t. lxx, 1976, p. 43-44, 272 et n. 2.

86 Cfr Joris, La ville de Huy, p. 108-109. – Souvenons-nous de l’influence que l’archidiacre Boson de Huy exerçait sur cet évêque : Balau, Boson, archidiacre de Liège. – Ci-dessus, p. 242.

87 Cfr Dereine, Les chanoines réguliers, p. 127-128.

88 A son décès, Alexandre Ier n’était plus évêque. Il venait d’être déposé par le pape. La mort le surprit dans le monastère du Publémont où il s’était retiré. Il fut enseveli sur place « sine episcopalibus exequiis » : Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XIII, ch. 1, p. 230. – En 1124/1128 Alexandre avait entrepris un pèlerinage à Saint-Gilles du Gard : ibid., lib. XII, ch. 3, p. 211-212 (aimable communication de Mlle M. Lafontaine).

89 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 165. – Il n’est pas exclu que Raoul de Zähringen ait songé à se faire ensevelir dans l’abbaye liégeoise de Saint-Jacques où il fonda un anniversaire pour sa famille en 1187 (cfr ci-dessus, n. 72). Une coïncidence curieuse doit être relevée : en 1160, après l’assassinat de l’archevêque Arnold de Mayence, les insurgés avaient porté sur le siège archiépiscopal Raoul de Zähringen, le futur évêque de Liège ; or, c’est précisément dans un monastère dédié à Saint-Jacques et livré aux flammes que le malheureux Arnold avait été massacré : Raoul, p. 31-32.

90 La présence de l’évêque y est attestée le 3 mai 1091. Il mourut le 31 mai suivant. Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 4, p. 100-103.

91 Comme l’indique la notice rédigée à l’issue d’une sentence synodale rendue sous l’épiscopat d’Otbert. Son prédécesseur avait affecté à la célébration de son anniversaire un alleu que les chanoines de Huy réclamaient, sous prétexte que l’évêque Henri avait été enterré dans leur collégiale. Finalement, l’alleu fut attribué à l’église de Fosses : de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125-126 (1092).

92 Un simple coup d’œil sur le tableau montre clairement que les évêques se faisaient ensevelir dans des agglomérations urbaines importantes ou dans leurs environs immédiats. Henri de Verdun préférait peut-être les lieux moins populeux ! Mais pourquoi, dans ce cas, n’a-t-il pas choisi l’abbaye de Saint-Hubert, dont il appréciait la solitude ? Cantatorium, ch. 69, p. 155.

93 « Henrico piae memoriae episcopo sibi in sanguine proximo ».

94 HILLiN, Ex miraculis S. Foillani, ch. 18, M.G.H., SS., t. xv, p. 927. – Le Cantatorium, ch. 49, p. 120-121 mentionne un séjour de Henri de Verdun à Fosses vers 1085.

95 C. Lambot, Les membres du chapitre de Fosses dans le dernier quart du xie s., A.S.A.N., t. xlvii, 1953-1954, p. 429-433, qui s’appuie sur une liste des membres du chapitre de Fosses, rédigée vers la fin du xie s. Une seule femme y est mentionnée : Ermendrudis.

96 C.S.L., t. i, n° 26, p. 38-43 (corr. 1078). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 505 et Paquay, Saint-Barthélemy, n° 5, p. 94-95 (1078). – Daris, Notices, t. vi, 1875, p. 182-183 et Paquay, n° 6, p. 95 (1078). – Qui était donc Ermengarde ? Depuis Vanderkindere, l’érudition s’accorde à voir en elle l’épouse du comte Arnoul de Haspinga (t avant 1040) remariée, après le décès de son premier époux avec le comte Gozelon de Montaigu († 1064). De surcroît, le couple Ermengarde-Gozelon devrait être identifié avec le couple Ermengarde-Kadaloh qui vivait en Bavière à la même époque. Cfr Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges, t. ii, 1902, p. 166-178. – H. Witte-Hagenau, Genealogische Untersuchungen zur Reichsgeschichte..., M.I.Ö.G., V. Ergänzungsband, 1896-1903, p. 418-425. – Boeren, De oorsprong, p. 65-68, 101-103, 112-114. – Le bilan actuel de la recherche a été dressé par M. J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 254-262, 260 n. 3, p. 317 n. 4. – Tout le « dossier Ermengarde » devrait être revu de manière approfondie. Il n’est pas lieu, naturellement, d’entreprendre ici pareille étude. Nous tenons cependant à formuler notre opinion. 1°) Il n’est pas prouvé que la comtesse Ermengarde qui fit des donations à l’église de Liège en 1078 était la veuve d’Arnoul de Haspinga, de Gozelon de Montaigu ou du comte Kadaloh en Bavière : il y eut certainement plusieurs comtesses Ermengarde contemporaines. – 2°) La bienfaitrice de Saint-Lambert et de Saint-Barthélemy est bien la parente de l’évêque Henri de Verdun à laquelle on attribua une prébende à Fosses. Comme l’indiquent les archives de la collégiale liégeoise de Sainte-Croix, cette comtesse Ermengarde mourut un 11 juillet sous l’épiscopat d’Otbert, donc entre 1091 et 1118 : A.E.L., Ste-Croix, n° 5, f 171 V° (1112-1119). – Ibid., Obituaires, n° 14, f° 135 V°, n° 102, f° 50 R° (11 juillet). – 3°) Il n’est pas impossible qu’Ermengarde/Ermentrude, comme l’indique son nom, appartienne à une famille d’origine carolingienne (aimable communication du Professeur K.F. Werner, dans une lettre du 8 août 1979).

97 « in loco illo ubi communiter voluerimus requiescere ».

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540