Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Première partie. L'évêque

Chapitre II. L’entourage épiscopal et l’« administration centrale »

Texte intégral

  • 1 L’étude des entourages politiques a donné lieu, ces dernières années, à plusieurs publications de (...)

1L’étude de l’entourage de l’évêque de Liège ne sera pas celle de la naissance d’une administration1. Aux xie et xiie siècles, en effet, le successeur de saint Lambert ne dispose pas d’un organisme qui puisse vraiment mériter ce nom.

2Qui donc aidait l’évêque à faire son choix ? La réponse à cette question si simple, soulève pas mal de difficultés. Les actes épiscopaux comportent, la plupart du temps, une liste de témoins où se dissimulent les familiers de la cour liégeoise. Mais une décantation est indispensable. Elle nous permettra d’isoler les noms qui apparaissent fréquemment. La mention unique d’un individu – à notre point de vue, en tout cas – n’offre pas d’intérêt. Le souscripteur de chartes ne devient remarquable que dans la mesure où il souscrit souvent, voire le plus souvent possible.

3Le mot « entourage », lui-même, est ambigu. Il comporte un sens large et un sens étroit. En d’autres termes, il ne faudra pas mettre sur le même pied les personnes que l’évêque rencontre, pour ainsi dire, tous les jours — ses vrais familiers — et ceux qu’il voit de loin en loin, une ou deux fois l’an, lors du synode épiscopal mixte. De surcroît, il est nécessaire de distinguer, parmi l’assistance de ces grandes réunions plénières, les participants assidus des visiteurs occasionnels. En somme, l’entourage de l’évêque de Liège aux xie et xiie siècles comporte deux niveaux, auxquels correspondent la curia restreinte et la curia plénière.

4Mais puisque l’étude de l’entourage politique d’un prince est avant tout celle d’un groupe social, voyons donc, au préalable, les hommes.

§ 1. Nobiles, liberi, milites, ministeriales2

  • 2 L’étude des classes sociales dans l’ancien diocèse de Liège ou même dans la « principauté » — mais (...)

5Dans la plupart des chartes épiscopales liégeoises du xiie siècle, les témoins sont répartis en trois catégories : les ecclésiastiques, les « libres » ou « nobles » et les ministériaux (familia).

  • 3 Acte pour Saint-Barthélemy. Après la souscription des ecclésiastiques, celle des comtes est introd (...)
  • 4 Dans la charte de Wazon pour Saint-Barthélemy de 1044 : B.U.Lg., ms. 1972, f° 21 R° V°. – B. Fisen(...)
  • 5 Dans une charte épiscopale pour Saint-Barthélemy : les témoins sont répartis en milites, clerici e (...)
  • 6 Dans une charte pour Saint-Laurent : après les archidiacres, sont cités les laici, puis les membre (...)
  • 7 Charte pour Sainte-Croix : les témoins se répartissent en clerici, laici liberi et laici ecclesias (...)

6Nous avons, pour la première fois, rencontré cette répartition dans une charte de Wazon datée de 10463, deux ans après l’apparition, parmi les souscripteurs des actes épiscopaux, de quelques membres de la familia ecclesiae4. Mais les deux documents invoqués sont suspects. Nous retrouverons une disposition semblable sous Henri de Verdun en 10785 et en 10816. Cependant, la répartition des témoins en trois groupes ne deviendra courante qu’à partir de l’épiscopat d’Otbert (1091-1119)7.

7Nous étudierons les ministeriales en dernier lieu. Il existe à leur propos un travail de grande valeur qui nous dispensera d’en parler longuement. Il nous paraît beaucoup plus utile de fixer notre attention sur les nobiles, les liberi et sur les milites.

  • 8 E. Poncelet a développé ses idées dans l’introduction aux Œuvres de Jacques de Hemricourt, t. iii, (...)

8E. Poncelet, dans l’œuvre duquel on peut lire la meilleure synthèse sur les classes sociales du pays de Liège aux xie et xiie siècles, établissait entre elles les rapports que voici8.

  • 9 C’était également le point de vue de J. Lyna, Les « liberi » et les « nobiles », Leodium, t. xix, (...)

9Les nobiles formaient une classe sociale et juridique caractérisée par la naissance illustre, la jouissance de la « liberté », la richesse foncière, — et notamment la possession d’alleux, — l’habitation d’une maison forte et l’activité guerrière. Les nobiles étaient tous des liberi, encore qu’il n’y eût point d’équivalence entre les deux mots : tous les liberi, selon Poncelet, n’étaient pas des nobiles9.

10Les milites étaient des guerriers professionnels, des spécialistes du métier des armes qui se recrutaient dans toutes les classes de la société.

  • 10 L’opinion de Poncelet correspond d’ailleurs aux vues de H.G. Reuter, Die Lehre vom Ritterstand..., (...)
  • 11 Cfr G. Duby, Les origines de la chevalerie, dans Hommes et structures..., p. 325-341. – P. Van Luy (...)

11Jusqu’à la fin du xiie siècle en tout cas, — affirmons-le dès à présent, — les vues de l’historien liégeois concernant la militia nous sont apparues — à quelques réserves près dont il sera question — comme entièrement fondées10. À l’inverse de ce qui se passait dans le royaume de France11, la « chevalerie » ne s’identifiait pas à l’aristocratie : « on naissait noble ; on devenait chevalier. »

  • 12 Elle forma, avec le chapitre, d’une part, la Cité et les bonnes villes, de l’autre, le second des (...)

12À partir du xiiie siècle, du brassage de la noblesse, de la ministérialité et du groupe des guerriers, devait naître la classe chevaleresque12.

  • 13 M. Bloch avait déjà souligné les rapports qui existaient entre la seigneurie banale et la classe n (...)
  • 14 P. Bonenfantet G. Despy, La noblesse en Brabant aux xiie et xiiie siècles, M.A., lxiv, 1958, p. 27 (...)

13Deux études respectivement consacrées à la noblesse brabançonne et namuroise devaient aboutir, quelques dizaines d’années plus tard, à des conclusions fort semblables. Résultats d’autant plus intéressants que ces régions étaient contiguës au « pays de Liège » et qu’elles avaient appartenu, pour une large portion, à l’ancien diocèse. Dans le Brabant et dans le Namurois, la noblesse apparaît comme une classe sociale et juridique, parfaitement consciente de sa supériorité, riche en alleux et passionnée des armes. C’est une classe héréditaire dont les membres sont « libres » et exercent des pouvoirs de commandement par la détention du ban et de la justice13. Dans le Namurois du xiie siècle — mais non pas en Brabant — l’équation noblesse-liberté est réalisée : tout noble est libre et tout libre est noble. Quant aux milites namurois, ce sont des guerriers qui se recrutent aussi bien dans la noblesse que dans la familia. Vers le milieu du xiie siècle, les milites se détachent de la ministérialité qui disparaît après 1200. Ils vont, dans le courant du xiiie siècle, se rapprocher de la noblesse sans toutefois se confondre avec elle14.

  • 15 II en est ainsi, par exemple, du problème de la transmission de la noblesse. Était-elle transmise (...)

14Poncelet paraît donc bien avoir mis le doigt sur la vérité, encore que son œuvre, où les affirmations ne sont pas toujours démontrées, mériterait, sur plus d’un point, vérification15.

15Tel n’est évidemment pas le but de ces quelques pages. Qu’il nous soit permis, cependant, en nous replaçant du point de vue qui nous occupe — c’est-à-dire en étudiant l’entourage épiscopal — de formuler quelques remarques.

  • 16 Niermeyer, Lexicon minus, p. 676-678. – Van Luyn, Les milites dans la France du xie siècle. – G. D (...)
  • 17 Cfr Niermeyer, ibid., n° 7. – Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? 4e éd., p. 28-29, 44, 67. – Bl (...)
  • 18 « Comes miles effectus est domni episcopi pro benefitio Godefridi » B.U.Lg., ms. 1971, f° 333 V°. (...)
  • 18bis « miles meus », « quispiam militum post Otbertum habiturus benefïcium » Berlière, Documents inédit (...)
  • 19 « dux Godefridus miles effectus est domini episcopi Dietwini, accepto ab eo hoc beneficio. » – Dan (...)
  • 20 « Herimannus, miles Herimanni episcopi, corona sibi imposit a ». Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., (...)

16Elles s’attacheront tout d’abord à préciser le sens d’un mot. Miles qui signifiait « soldat » en latin classique, a continué, durant l’époque médiévale, à désigner souvent ceux qui s’adonnaient au métier des armes16. Mais du milieu du ixe siècle au xiie siècle, ce mot est parfois synonyme de « vassal ». Cela tient évidemment au fait que la vassalité prenait un caractère militaire de plus en plus accusé17. À Liège, miles revêt incontestablement ce sens dans une conventio établie en 1056-1064 entre l’évêque Théoduin et le comte Albert de Namur18, en 1057 dans une charte épiscopale18bis, en 1071 dans la notice de l’inféodation du comté de Hainaut à l’église liégeoise19 et au début du xiie siècle sous la plume du moine Sigebert de Gembloux (†1112)20.

  • 21 « Omnes quotquot sunt utriusque ordinis, clericalis seu militaris », H. Silvestre, Comment on rédi (...)
  • 22 Dans l’œuvre de Richer, qui écrit entre 995 et 998, ordo militaris peut signifier « ceux qui porte (...)
  • 23 G. Duby, Les origines de la chevalerie, dans Hommes et structures, p. 333-334 et surtout Les trois (...)

17Dans sa lettre à Rathier de Vérone (968), l’évêque Éracle regroupe tous les habitants de la patria liégeoise — entendez les strates supérieures, les seules qui comptent vraiment — en deux « ordres » : celui des clerici et celui des milites21. L’expression or do militaris peut revêtir des sens fort différents22. Dans le cas présent, opposée à l’ordo clericalis, elle signifie « ordre des guerriers », conformément à l’idée carolingienne des ordines qui voulait répartir les deux groupes dominants de la société en fonction de leur vocation respective : la prière et le combat23.

18Les clercs, qui rédigeaient les chartes n’oublièrent pas ce schéma dont l’entourage épiscopal offrait l’illustration. Ne voyait-on pas, auprès des ecclésiastiques, les laïcs, grands vassaux de l’église, liés par l’obligation de la défendre. Par quel mot autre que miles — qui exprimait les vertus guerrières et le service vassalique — les désigner de façon plus adéquate ?

  • 24 Dans la corroboration l’auteur de l’acte annonce : « signis fidelium nostrorum, tam clericorum qua (...)

19Les cinq milites qui souscrivirent en 1002 une charte de Notger pour l’abbaye de Saint-Riquier sont certainement des vassaux de l’évêque24.

  • 25 Berlière, Documents inédits, t. i, n° 5, p. 12. Ce doc. est un faux, mais la liste de témoins, où (...)
  • 26 « cum milites mei, et clerici ad colloquium convenissent Leodii » Fisen, Sancta Legia, 1696, Iere (...)
  • 27 « adiutores et consiliatores [...] milites meos », doc. cité ci-dessus, n. 5.

20Vassaux, probablement, les ingenui et militantes mentionnés dans une fausse charte de Réginard datée de 102925, les milites qui seraient intervenus dans une charte épiscopale, aujourd’hui perdue, rédigée en 1026-102826 et ceux qui souscrivirent un acte de Henri de Verdun daté de 107827.

21Il apparaît donc que l’évêque envisageait alors ses relations avec les hauts personnages laïcs de son entourage sur un plan féodal et militaire : ils étaient à ses yeux, les vassaux de l’église auxquels incombaient des devoirs de conseil et d’aide et, en particulier, le service des armes.

  • 28 Sont désignés par ce mot : 1°) dans le document daté de 1029 : l’avoué de l’église de Liège, Hunec (...)
  • 29 « libera matrona nomine Geila » A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 182 R° – L’évêque Réginard parti (...)
  • 30 « a liberis hominibus francone et hislino » Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 18 (...)
  • 31 « cum pluribus nostris fidelibus canonicis et nobilibus laicis » Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 2 (...)

22Mais les chartes épiscopales désignent également les représentants de l’aristocratie non pas sous le rapport de leurs devoirs vassaliques mais en fonction de leur statut juridique : à cette fin, les actes utilisent le mot ingenuus — déjà rencontré dans la charte fausse de 1029 et retenu par la seule vraie charte de Réginard pour Saint-Laurent datée de 103428 — et surtout le mot liber, qui qualifie une dame nommée Geila dans une charte de la collégiale Sainte-Croix, rédigée après 1037 mais dont l’action juridique se place en 103229. L’expression liber homo est utilisée en 1067 dans un acte de Théoduin en faveur de Notre-Dame de Huy30. Enfin, une charte épiscopale de 1036 range sous l’étiquette des nobiles les comtes de Looz et de Louvain et quatorze personnes31.

23C’est donc dans le courant du xie siècle que les mots liber, nobilis et ingenuus se sont insinués dans le vocabulaire des chartes épiscopales pour désigner toute la couche dominante du corps social.

  • 32 La première mention sûre du groupe de familia ecclesie dans une charte épiscopale liégeoise figure (...)

24Le vocable liber connaîtra une étonnante fortune. Non pas que les devoirs militaires des vassaux de l’église aient été relégués à l’arrière plan, mais en raison sans doute du rôle politique croissant de la ministérialité épiscopale. Si les grands furent de plus en plus fréquemment qualifiés de « libres », c’est parce qu’il était devenu nécessaire de les bien distinguer de ceux qui ne l’étaient pas32.

  • 33 Voir les remarques de L. Génicot, L’Économie, t. ii, p. 35, 44-46.
  • 34 Dans une charte d’Albéron Ier datée de 1124, la liste des témoins est construite de la manière sui (...)

25Tous les nobiles étaient des liberi. Le doute, sur ce point, n’est pas permis33. Jamais nous n’avons rencontré un noble qui ne le fût point. Lorsque nobilis est joint à liber le premier mot prend toujours le pas sur le second34. Les difficultés surgissent, cependant, dès que l’on cherche à savoir si tous les liberi étaient des nobiles.

  • 35 Liber : 57 %. – Nobilis : 43 %.

26Constatons d’emblée que dans les chartes épiscopales liégeoises le mot liber est beaucoup plus fréquent que le mot nobilis lorsqu’il s’agit de désigner les membres de l’aristocratie35. En d’autres termes, dans l’hypothèse où les liberi ne seraient pas tous nobiles, on se trouverait devant une situation assez paradoxale : la classe nobiliaire serait désignée, de préférence, par un mot qui ne coïnciderait pas exactement avec elle et qui la mêlerait, en quelque sorte, avec des classes inférieures, c’est-à-dire avec des non-nobles.

  • 36 Nous avons toutefois rencontré l’expression nobilis homo à deux reprises : G.D. Franquinet, Berede (...)
  • 37 Une expression telle que « liber homo noster » est significative à ce point de vue : Ch. Duvivier, (...)
  • 38 Génicot, op. cit., t. ii, p. 46. – Dans une charte épiscopale de 1131, il est question d’un fief q (...)

27On s’aperçoit, en second lieu, que le mot liber est très souvent accolé au vocable homo, tandis que nobilis l’est au mot vir. En principe, on ne parle jamais de liber vir ou de nobilis homo36. Or le terme homo, repris au vocabulaire féodal où il signifie « vassal », rend de ce fait un son plus juridique que le mot vir37. Il semble donc bien, comme le constatait déjà M. Génicot, que l’on puisse voir « dans la nobilitas le côté plutôt social et dans la libertas le côté juridique d’une même classe »38. Il se pourrait donc que la supériorité juridique de la « noblesse » soit intimement liée à sa « liberté ». Attachons-nous, dès lors, à mieux définir le sens des deux mots.

  • 39 « generis [...] nobilitate insignitus » Anselme, ch. 31, p. 206. – Cantatorium, ch. 39, p. 100. – (...)
  • 40 « mulier virilis animi et que, conscia proprie nobilitatis, nullius curabat dignitatem vel persona (...)
  • 41 Un Robert de Sarto apparaît dans une charte de Baldéric II de 1015 (Berlière, Documents inédits, t (...)
  • 42 « miles strenuus, nobilitate pollens, secuii dignitate inter suos conspicuus » A.H.E.B., t. iv, 18 (...)
  • 43 « pi ures ad episcopum nobiles diriguntur de equestri ordine ». Vita Baldenci, ch. 24, p. 733-734 (...)

28La nobilitas est héréditaire : on est « remarquable par la noblesse de sa naissance »39. Elle est assise sur une fortune foncière considérable. Elle apporte confiance en soi, orgueil, audace, force, « éclat »40. La cohésion du lignage noble se traduit dans les textes par l’apparition d’un cognomen qui regroupe tous les membres de la parentèle autour du même nom41. Enfin, le nobilis s’adonne au métier des armes ; c’est donc un miles, un « guerrier »42, qui combat à cheval43.

  • 44 « liber a liberis parentibus progenitus » Stiennon, Saint-Jacques, n° 3, p. 438. – » cum essent li (...)
  • 45 « laicus libere conditionis » A.E. Mons, Abbaye de Bonne-Espérance, chartrier (1145, détruit : pho (...)
  • 46 Les modes de preuve et les sanctions sont différents. Voir le texte dans Gilles d’Orval, lib. III, (...)
  • 47 W.E., n° 301, p. 429-430 (1150). – Il en est de même pour les membres de la familia de Saint-Lambe (...)

29La libertas, tout comme la nobilitas est héréditaire. En 1107, par exemple, le chanoine de Saint-Lambert Étienne déclare qu’il est « libre, né de parents libres »44. On est « laïc » ou « homme de condition libre »45 et ce statut juridique est privilégié : la paix de Dieu établie pour l’ensemble du diocèse par l’évêque Henri de Verdun en 1081 traite différemment le « libre » et celui qui ne l’est pas46. Enfin, les liberi homines jouissent d’un privilège dont l’importance ne peut échapper à personne : ils ne peuvent être excommuniés que par la curia épiscopale à l’issue d’un jugement rendu par les archidiacres47.

  • 48 « cornes Lambertus de Lovanio [...] dedit [...] liber scilicet homo liberum a malis consuetudinibu (...)
  • 49 « Quia vero albertus de familia beati Lamberti erat, et ideo hoc idem allodium ad eandem ecclesiam (...)
  • 50 « Hanretium alodium valde bonum, et quod erat optatius et proficuum, a potestate alicuius non patr (...)

30Il existe également un rapport très étroit entre l’homme libre et son alleu, qualifié parfois, comme son possesseur, de « libre »48. Ne voit-on pas la condition juridique de la terre évoluer avec la condition juridique de celui qui la possède ? Ainsi en est-il de l’alleu que le nobilis vir Arnoul de Villers avait donné en dot à sa fille vers 1140 : ce bien devient alleu de Saint-Lambert parce que cette dernière a épousé un membre de la familia de la cathédrale liégeoise49. Or, nous constatons que certains alleux libres possédés par des liberi sont réputés libres des droits banaux et de la juridiction du comte : ils échappent, en somme, à la « puissance d’un autre »50.

  • 51 L. Génicot, Les premières mentions de droits banaux dans la région de Liège, Acad. Roy. de Belg., (...)
  • 52 Génicot, L’Économie, t. ii, p. 59.

31Le point de vue de M. Génicot, qui voudrait établir un rapport entre, d’une part, la « liberté » et, d’autre part, l’indépendance de l’homme et de sa terre vis-à-vis des droits banaux, — qui apparaissent dans le pays mosan vers 1042-1048 — mérite donc de retenir toute notre attention51. Depuis le milieu du xie siècle seraient donc réputés « libres » les hommes « habilités à disposer à leur gré de leur personne et de leur patrimoine et indépendants de tout ban seigneurial et toute charge banale et de toute juridiction privée »52.

32Mais pour mieux fixer les idées, rien ne vaut l’étude d’un cas concret.

  • 53 Trognée : Liège, Waremme, Hannut. – Cfr A. Poullet, Les seigneurs de Trognée, Leodium, t. xx, 1927 (...)
  • 54 CG. Roland, Les seigneurs de Morialmé, p. 12-13, 15, 20-26 et Histoire généalogique de la maison d (...)
  • 55 II figure parmi les « laici nobiles » dans une charte de 1096 : C.S.L., t. i, n° 29, p. 47-48.

33À Trognée, petit village de la Hesbaye liégeoise53, vivait au tournant des xie et xiie siècles un liber homo nommé Walter. Il était le frère de Godescalc de Morialmé et se rattachait donc à l’un des plus puissants lignages de l’Entre-Sambre-et-Meuse : les Rumigny-Florennes54. À n’en pas douter, Walter était bien un nobilis55.

  • 56 Ces localités qui appartiennent maintenant à la commune de Hannut sont situées dans les environs i (...)
  • 57 Toutefois, en signe de sujétion, les moines de Bertrée verseront annuellement un denier d’or sur l (...)
  • 58 De même la redevance appelée restauracio (peut-être s’agit-il d’une redevance affectée primitiveme (...)
  • 59 Non identifié. Ce moulin était sans doute construit dans les environs de Trognée.
  • 60 La donation de Walter est connue par une charte de l’évêque Albéron Ier : Bernard et Bruel, Charte (...)

34En 1124, il abandonnait à l’abbaye française de Cluny l’église de Bertrée et toute sa dotation, à savoir les dîmes et plusieurs biens situés à Hannut, Poucet, Trognée et Avernas-le-Bauduin56. L’abbé de Cluny installera des moines à Bertrée qui détiendront l’église libere, tout comme Walter jadis57. Les vassaux, en faveur desquels le seigneur du lieu avait taillé des bénéfices dans les terres cédées, deviendront les hommes de fief du prieur de Bertrée. La juridiction de l’alleu (districtio) appartiendra à l’église, mais le frère du donateur, Godescalc de Morialmé, en sera l’avoué et, pour prix de sa protection, il recevra en fief la moitié de la juridiction58. Walter cédait également au nouveau prieuré la moitié des corvées, — l’autre moitié appartenant à l’abbaye liégeoise de Saint-Laurent, — le moulin de Bavigneis59 et la moitié de la forêt de Trognée. Godescalc et ses descendants, qui tiendront leur avouerie de l’abbé de Cluny et de son prieur, auront pour mission de défendre la « liberté » de l’alleu. L’exercice de la justice appartenant au prieur, l’avoué ne pourra intervenir que sur convocation et, dans ce cas, il ne retiendra pas plus du tiers des amendes60.

  • 61 « praedium quod habebat in minori Avernais ». Il s’agit donc bien de Cras-Avernas, dans la commune (...)
  • 62 « Leodiensem episcopum advocatum ibi esse voluit, qui specialis provisor et pastor erat ipsius Wal (...)

35L’année précédente, Walter de Trognée avait donné l’alleu et la justice de Cras-Avernas61 à l’abbaye de Saint-Laurent de Liège. Tout comme à Bertrée, les vassaux, qui avaient reçu en bénéfice une part de l’alleu, tiendront leur fief de l’abbé. Mais cette fois, Walter céda l’avouerie à l’évêque de Liège en personne. La raison invoquée pour justifier pareille mesure est du plus haut intérêt : ces droits furent confiés au prélat parce qu’il était le protecteur par excellence et le pasteur de tous les hommes libres de l’évêché62.

  • 63 Charte épiscopale confirmant la donation faite par le liber homo Walter de Trognée à l’autel de Sa (...)
  • 64 Ci-dessus n. 47. – En 1104, l’abbé Wired de Saint-Hubert établit un lien entre la « liberie » de s (...)

36Le cas de Walter de Trognée jette donc une lumière assez inattendue sur la noblesse « liégeoise » des environs de 1100. Dans les documents de 1123 et 1124, de même que dans une charte de 112563, il apparaît uniquement comme liber mais on sait qu’il était aussi nobilis. Il possède des alleux sur lesquels il exerce des droits de justice. Dans sa terre il a découpé quelques fiefs qu’il a répartis entre ses vassaux. Il est libre de toute juridiction mais du fait même de sa « liberté » il se trouve placé, comme tous les liberi, sous la « protection spéciale » du chef du diocèse. Une des conséquences de cette protection, sans doute, est le privilège de ne pouvoir être excommunié que par lui64.

37Incontestablement, tous les liberi, qui jouissent d’une position sociale élevée, qui échappent au pouvoir d’un autre et bénéficient d’un statut juridique particulier, sont d’authentiques nobiles. L’équation libre-noble est si vraie que les chartes épiscopales, au second terme, ont préféré le premier, dont les contours juridiques sont plus nets.

  • 65 Voir sur ce point les remarques de R. Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. ii, 1970, p. 51-54.
  • 66 En Flandre, même si tout « libre » n’est pas « noble », la libertas apparaît comme la composante e (...)
  • 67 « Prenominata villa pro libertate sua [...] omnia mobilia sua michi primo terciavit, qua libertate (...)

38Est-ce à dire que nos homines liberi étaient les seuls libres ? Si nous traduisons le mot libertas par « pleine liberté » ou « grande liberté »65, nous pouvons affirmer que oui66. Certes il y avait d’autres « libres » que ceux dont nous parlons, mais leur liberté était moindre. On constate l’existence de degrés dans la liberté : on pouvait être plus ou moins libre. Lorsqu’en 1066 l’évêque Théoduin accorda la libertas à la ville de Huy, il fut d’abord question que les Hutois l’achètent en cédant au prélat le tiers de leurs biens meubles. Finalement, dans le but d’obtenir une liberté plus grande, ils consentirent à abandonner la moitié de leurs biens67.

  • 68 Cantatorium, ch. 20, p. 53-54 (1065-1069).
  • 69 Ibid., ch. 96, p. 247-248 (1104).
  • 70 En d’autres termes, ils échappent au pouvoir de l’archidiacre, du doyen rural, de l’avoué et de n’ (...)
  • 71 Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, n° 12, p. 30 (1139), n° 13, p. 33-34 (1140), n° 21 (...)
  • 72 Evrard, n° 1, p. 12 (1092) : ce document, écrit de la même main qu’une charte de 1131, est probabl (...)

39Menacée par le pouvoir grandissant d’un avoué la familia de Saint-Hubert est déclarée « libre » par une sentence du tribunal ducal. Mais cette liberté ne porte que sur 1’« exaction » — entendez la banalité — à laquelle on voulait la soumettre68. Il en est de même pour la domesticité des églises et du clergé de Liège qui était « libre » de toute juridiction séculière69. Dès 1139, les habitants du territoire qui entoure l’abbaye de Flône sont considérés comme « entièrement libres » (omnino liberi). Ils échappent à la juridiction synodale — c’est-à-dire à celle du concile rural — et à la juridiction séculière70. Bref, ils n’ont à répondre que devant l’abbé. Mais si ce dernier, dans l’exercice de la justice, est dépassé par la difficulté du cas, il est tenu d’en référer à l’évêque qui touchera, en tant qu’avoué, le tiers des amendes71. Voici donc des liberi qui ne sont point nobles ! Nullement. En réalité ces « libres », placés sous la juridiction de l’abbé, lui doivent, en signe de sujétion, le versement d’un denier. En outre, ils ne peuvent se marier librement. Il est plus que probable que ces habitants « entièrement libres » fassent partie de la familia du monastère72. Au vrai, dans le cas présent, le seul « libre » dont la condition juridique soit analogue à celle de Walter de Trognée, par exemple, c’est le monastère de Flône lui-même, considéré comme personne morale et qui, en dehors du chef du diocèse, ne dépend de personne.

  • 73 E. Perroy, La noblesse des Pays-Bas, Revue du Nord, t. xliii, 1961, p. 54-55. – Le moine quittant (...)

40E. Perroy écrivit un jour que la notion de liberté — comme celle de servitude d’ailleurs — n’était pas une notion absolue, mais une notion relative, variable non seulement dans le temps et dans l’espace mais aussi selon le point de vue de ceux qui tentaient d’établir les classifications sociales : « on est libre par rapport à d’autres et non point libre tout court »73.

  • 74 D’où la crainte, au sein des lignages nobles, de voir l’hereditas morcelée entre des héritiers tro (...)
  • 75 Le chanoine Anselme décrit le processus par lequel, sous l’épiscopat de Wazon, c’est-à-dire vers 1 (...)
  • 76 II n’en était évidemment pas de même sur le plan du droit féodal.
  • 77 Sur la question, controversée, des liberi homines, petits alleutiers auxquels les Carolingiens aur (...)
  • 78 A propos de la mort du duc Godefroid le Bossu (f 1076) : « Cujus interitus equidem dolendus omni L (...)
  • 79 Ci-dessous, p. 457-463.

41Lorsque l’on gravit la pente de ces libertés étagées, vient un moment où l’on échappe aux juridictions privées et, à partir du milieu du xie siècle, aux droits banaux, où l’on exerce, enfin, les pouvoirs de commandement sur les hommes. Cette position privilégiée, qu’il n’est évidemment pas possible de maintenir sans moyens de puissance74 — alleux, richesses, vassaux, voire possession d’un château ou d’une maison forte75 — comporte une supériorité à la fois sociale (nobilitas) et juridique (libertas). Il est vraisemblable que dans le diocèse de Liège les conceptions carolingiennes de la liberté n’étaient pas mortes et que l’on continuait de considérer comme « libres » ceux qui, sur le plan du droit public76, n’avaient d’obligations qu’envers l’État et ses représentants77. Or l’affaiblissement de l’autorité ducale, qui se manifesta de façon très sensible dès le dernier quart du xie siècle78, contribua beaucoup à consolider la position de l’évêque qui reprit à son compte, par l’instauration de la paix de Dieu en 1081, la mission royale et ducale par excellence qui était le maintien de l’ordre public79.

  • 80 « cum quamplures principes, duces et barones scilicet et comites, et alii nobiles et eorum homines (...)
  • 81 L’attitude de l’évêque vis-à-vis de la noblesse apparaît déjà en pleine lumière vers le milieu du (...)
  • 82 Dès lors, nous comprenons mieux l’étonnement que provoque l’élection de Durand en 1021. Il était, (...)

42La juridiction de la paix, devant laquelle tous les nobles du diocèse étaient susceptibles d’un jour comparaître80, tout comme la position éminente du prélat, qui ressemblait, de plus en plus, au duc, contribuèrent vraisemblablement à ériger l’évêque, plus que jamais, en protecteur spécial de la classe nobiliaire qui pourra dès lors se définir par rapport à lui81. Relever directement de l’évêque, considéré comme le représentant du roi, va devenir, dans l’entourage épiscopal, le critère le plus sûr de la libertas ou, ce qui revient au même, de la nobilitas82.

  • 83 Ci-dessus, n. 25, 28, 81. – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 17 (1078). – A.Ev.L., Cart. de St-La (...)
  • 84 A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 83 R° (1165). – Roland, Orchimont et ses fiefs, 1895, p. 370 (1166).
  • 85 Vers le milieu du xiie s. les chartes épiscopales donnent assez fréquemment à certaines personnes (...)

43Tous les liberi homines — appelés parfois ingenui83 ou même, ce qui est plus significatif encore, franci84 — souscrivant les chartes épiscopales entre les représentants du clergé et les membres de la familia, sont des libres au sens plein du terme, donc des nobles dotés d’un statut privilégié85.

  • 86 En 1189, le pape Clément III stipule que l’on ne peut devenir chanoine de la cathédrale si l’on n’ (...)

44Il n’est pas possible de confondre le groupe des liberi-nobiles avec la familia de Saint-Lambert, qualifiée parfois de « libre » lorsqu’on ressent le besoin de la distinguer de la masse des dépendants86, mais dont la liberté est restreinte et n’atteint pas la même plénitude que celle du noble. Néanmoins, les deux classes, quoique bien distinctes, ne sont pas tellement éloignées l’une de l’autre.

  • 87 M. Ganshof pense que la ministérialité lotharingienne plongeait ses racines dans la liberté restre (...)
  • 88 Nous avons peu d’informations sur les biens possédés par la ministérialité liégeoise. En 1145-1164 (...)
  • 89 Gisl. Chron., ch. 217, p. 302 (1195).
  • 90 A. Joris, Le plus ancien verdict de la Paix de Liège : la condamnation d’Aubert le Manchot.
  • 91 A ce point de vue, le cas de l’archidiacre Boson (t peu après 1085) est trop intéressant pour ne p (...)
  • 92 Godescalc, Gesta abbat. Gembl., ch. 53, M.G.H., SS., t. viii, p. 543. – Cfr L. Génicot, Nobiles, m (...)
  • 93 de Marneffe, Cart. d’Afflighem, n° 75, p. 117-118 (1146). – M. Génicot a relevé l’existence de 3 m (...)

45Bien que dans leur grande majorité les ministériaux fussent vraisemblablement d’origine non-libre, plusieurs d’entre eux, semble-t-il, avaient une ascendance noble87. Certains ministeriales étaient riches, ils possédaient des alleux ou détenaient des fiefs88. À la fin du xiie siècle, le miles Hellin de Ville, gardien du château de Huy et ministerialis de l’évêque de Liège, est en même temps vassal du Namurois89. Ils bénéficient parfois d’appuis très puissants. Au tournant des xie et xiie siècles, Aubert le Manchot, — un ministerialis apparemment, — dont la tumultueuse carrière a été mise en lumière par M. Joris, était le protégé du duc Henri de Limbourg, du comte Gislebert de Duras et même, semble-t-il, du comte Robert de Flandre90. Noblesse et ministérialité n’étaient pas étanches l’une par rapport à l’autre91. Entre les deux groupes il arrivait qu’un mariage fût conclu : le miles d’origine noble, Francon de Liroux qui vivait vers 1070-1080 et dont la biographie a été retracée par M. Génicot, avait épousé la fille du villicus Albéron, membre de la familia de Gembloux92 ; vers 1140, Agolendis, fille du nobilis vir Arnoul de Villers, épouse Albert de Tirlemont qui appartenait à la familia de Saint-Lambert93.

46Mais, tout bien considéré, ce qui rapprochait peut-être le plus ces deux catégories sociales, c’est la même passion pour les armes.

  • 94 Cfr Poncelet, Œuvres deJ. de Hemricourt, t. iii, p. cxl, clii-cliii, clxxxix.
  • 95 Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, n° 24, p. 54. Dans ce doc. les Hozémont sont cités (...)
  • 96 « ministeriales [...] Eustachius de Dommartin » Bets, Histoire de Tirlemont..., t. ii, 1861, p. 21 (...)
  • 97 C.S.L., t. i, n° 53, p. 90. – Fastrade de Hemricourt est qualifié de miles en 1214 : Poncelet, Act (...)
  • 98 « Signum militum de casa sancti Lamberti » (Hozémont, Lowaige, Flémalle) Cart. d’Aulne, P 14 V°.

47Les lignages chevaleresques de la familia de Saint-Lambert — ou, plus exactement, les lignages dont les membres, après 1180, porteront le titre de miles — apparaissent sous l’épiscopat de Henri II de Leez (1145-1164)94. Les premiers représentants de ces familles de guerriers dont les sources fassent mention seraient, selon nous, Godefroid et Bodon de Hozémont, qui interviennent dans une charte épiscopale de 115795. À partir de ce moment les nouveaux noms se succèdent : Eustache de Dommartin est cité en 116196, Thomas de Hemricourt en 117197, Renier de Lowaige et Lambert de Flémalle en 119098 etc.

  • 99 Ci-dessus, n. 97.
  • 100 Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 504, p. 698-700.

48L’influence de certains d’entre eux paraît considérable. Fastrade de Dommartin, Thomas de Hemricourt, Godin et Bodon de Hozémont souscrivent le diplôme de Frédéric Barberousse expédié à Liège le 29 septembre 117199. Avec le comte de Flandre Philippe d’Alsace, Bodon de Hozémont et Thomas de Hemricourt cautionnent, en avril 1183, l’accord, intervenu entre l’évêque Raoul de Zähringen et le comte Baudouin V de Hainaut, relatif à l’héritage du comte Henri de Namur100.

  • 101 La vocation guerrière ne resta d’ailleurs pas un privilège de la familia militaire. Le prestige de (...)

49D’où proviennent donc ces guerriers de la familia ? S’agit-il d’un groupe de milites stabilisé, en quelque sorte, vers le milieu du xiie siècle, par une incorporation à la ministérialité liégeoise ? Nous ne le pensons pas. Les hommes d’armes de Saint-Lambert qui apparaissent dans les textes vers 1160, sont loin d’être les nouveaux venus de la familia. Ils cherchaient, au contraire, à se détacher d’elle ! Le processus était déclenché qui se soldera, dans la première moitié du xiiie siècle, par l’éclatement et la disparition de la ministérialité101.

  • 102 Cfr Ganshof, Ministeriales, p. 241-244. – Gaier, Analysis of military forces in the principality o (...)
  • 103 « terciam his qui miliciam exercèrent concessit ». Anselme, ch. 29, p. 206.
  • 104 Ibid., ch. 55, p. 223. – Sur le sens de cette expression, cfr Ganshof, p. 242 n. 6 et Niermeyer, L (...)
  • 105 Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17 (1057). Toutefois, la liste des témoins de ce d (...)
  • 106 Cantatorium, ch. 93, p. 240. – Sur l’estage des ministeriales, cfr Ganshof, op. cit., p. 281-282. (...)
  • 107 « cum suis viribus » Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 4, p. 193.
  • 108 Renier, Triumphale Bulonicum, lib. V, p. 592. – Cfr ci-dessus n. 32.

50En réalité, la familia militaire de l’église liégeoise était fort ancienne102. Notger avait réservé le tiers de l’alleu de saint Lambert « à ceux qui exerceraient le métier des armes »103. On est en droit de supposer que certains de ces fiefs furent alors attribués à des membres de la familia. Il s’en trouvait, sans doute, parmi les gregarii milites combattant sous les ordres de l’évêque Wazon en 1047104, de même qu’au sein des indominicati milites mentionnés dix ans plus tard dans une charte de Théoduin105. Bovon, qui était châtelain de Mirwart en 1103, appartenait incontestablement à la familia episcopalis106. Souvenons-nous d’avoir rencontré parmi les partisans de l’archidiacre Alexandre, en 1119, le Leodiensis militiae signifer Renier et presque toute la familia de Saint-Lambert « avec ses forces militaires »107. Enfin, les ecclesiastici présents en 1151 au combat d’Andenne sont, sans aucun doute, les guerriers de la ministérialité episcopale108.

  • 109 Bloch, La société féodale, p. 409-416. – Störmer, Früher Adel, t. i, p. 157-199. – Duby, Les origi (...)
  • 110 Tout comme les liberi — mais pour des raisons différentes — ils ne peuvent être excommuniés que pa (...)
  • 111 Ci-dessus, n. 98.
  • 112 La tentative d’Arnoul de Saint-Trond est particulièrement révélatrice. Il tient de l’abbaye hesbig (...)
  • 113 Vers 1185, le receveur épiscopal de Huy désire embrasser la vie religieuse. Il sollicite la permis (...)
  • 114 Lambert le Petit, Annales, éd. Alexandre, p. 43. – Cfr G. Kurth, La Cité de Liège au moyen âge, t. (...)

51Or le métier des armes, activité noble par excellence, ennoblit tout qui l’exerce109. Proches de la classe nobiliaire par le genre de vie, le goût de la guerre, la richesse, voire par le sang, placés comme elle sous l’insigne protection de l’évêque110, les « guerriers de la demeure de saint Lambert »111 devaient songer, un jour ou l’autre, à bousculer les obstacles qui les séparaient encore de la noblesse112. Il leur fallait, en somme, échapper à toutes les obligations inhérentes à la liberté restreinte113. Signe des temps, sans doute, en 1184, les milites de Dommartin partent en guerre contre la commune de Liège qui aspire, elle aussi d’ailleurs, à plus de liberté114.

  • 115 Une charte épiscopale de 1197 distingue nettement, parmi les homines familie, les milites et les c (...)
  • 116 Voir ci-dessus n. 41.
  • 117 Le miles probus Hellin de Ville qui défend le château de Huy en 1195, « parce qu’il est membre de (...)

52Les membres de la familia militaire qui apparaissent dans les chartes liégeoises aux alentours de 1160 ne sortent donc pas du néant : leur existence remonte probablement au xe siècle. Ils prennent simplement conscience d’eux-mêmes et cherchent à se détacher de la masse des autres115. Ils veulent sortir de l’anonymat et c’est pourquoi ils se donnent un nom. Par un phénomène de mentalité collective, en tous points comparable à celui qui avait affecté la noblesse un siècle plus tôt, les guerriers de saint Lambert affirment leur particularisme en adoptant l’usage du cognomen toponymique116. Le développement de cet état d’esprit, qui, plus que jamais, les pousse à se rapprocher de la classe nobiliaire, prélude à la dislocation de la ministérialité117.

§ 2. La « curia » restreinte

Les officiers auliques

  • 118 Faut-il rappeler que dans les limites du diocèse de Liège se trouvaient deux des principaux palais (...)
  • 119 Ganshof, Ministeriales, p. 40.
  • 120 Ce phénomène est loin d’être particulier à Liège : Ganshof, p. 237-240, 271-275. – Pötter, Die Min (...)

53Conformément à une tradition qui trouve certainement son origine dans l’organisation du « palais » des souverains carolingiens118, l’évêque de Liège était entouré de plusieurs officiers auliques. Il les recrutait, pour des raisons d’économie et d’efficacité, — ils coûtaient moins cher et obéissaient mieux119, — parmi les membres de la familia sancti Lamberti120.

  • 121 Sur l’administration des principautés de nos régions, voir l’exposé de J. Buntinx, dans l’Alg. ges (...)

54Nous n’avons guère d’informations sur les attributions de ces personnages. Mais si la nature exacte de leurs fonctions échappe en grande partie à nos investigations, on peut en avoir une idée suffisamment précise en regardant autour de soi et en comparant121.

  • 122 Révoltés contre l’évêque Éracle (959-971) les Liégeois déversent sur les pentes du Publémont le vi (...)
  • 123 « de familia ecclesiae : [...] Adelinus pincerna » B.U.Lg., ms 1972, f° 21 V°. – Sur ce doc, voir (...)
  • 124 « Guarnerus pincerna episcopi » A.E.L., Ms. Le Fort, 2e partie, t. ix, p. 313. Sur cette charte de (...)
  • 125 Cfr Ganshof, Ministérialité, p. 159-160, 274,419-420. – Poncelet, Œuvres ; t. ii, 1925, p. 312, 45 (...)

55Le pincerna, c’est-à-dire l’échanson ou bouteiller, auquel incombait la fourniture du vin à la table de l’évêque122, est mentionné pour la première fois dans un acte suspect de 1044. À cette date, il se nomme Adelin123. En 1083, l’office était entre les mains d’un certain Garnier124. Il appartenait fort probablement au lignage des Nivelle-sur-Meuse qui assuma les fonctions de bouteiller jusqu’au début du xiiie siècle125.

  • 126 « Lambertus dapifer episcopi », doc. cité n. 124.
  • 127 E. Poncelet, Les sénéchaux de l’évêché de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xi, 1897, p. 315-330 et Œuvres, (...)

56En 1083 encore, les sources mentionnent le premier dapifer ou sénéchal de l’évêque de Liège126. Cette fonction importante, dont le titulaire était responsable du ravitaillement du palais, était tenue par Lambert de Pré. L’office se maintiendra dans la famille de Pré jusqu’au milieu du xive siècle127.

  • 128 « Fredericus camerarius », doc. cité n. 124.
  • 129 Il s’agit sans doute de chambriers subalternes placés sous les ordres du « grand chambrier ».
  • 130 Anselme, ch. 33, p. 208, ch. 69, p. 232.
  • 131 Le camerarius d’Otbert se nommait Udelin (Migne, P.L., t. clxxx, col. 1309). Il s’agit sans doute (...)
  • 132 Nos affirmations reposent sur l’interprétation des textes d’Anselme mentionnés ci-dessus, n. 130. (...)

57C’est en 1083 qu’apparaît aussi le camerarius ou chambrier Frédéric128. En réalité, cet office — comme les deux autres sans doute — était beaucoup plus ancien. Le chroniqueur Anselme qui écrit vers le milieu du xie siècle, mentionne déjà les camerarii de Wolbodon (1018-1021)129 et le camerarius de Wazon (1042-1048)130. Cet officier, dont l’hérédité des fonctions n’est pas certaine131 était responsable de la « garde robe » épiscopale et de l’ameublement du palais. De surcroît, il avait des attributions financières en tant que gardien du « trésor » de l’évêque132.

  • 133 Sur ce point, M. Ganshof est beaucoup moins affirmatif : op. cit., p. 272-273.
  • 134 Le chambrier Laurent, le bouteiller Garnier de Nivelle et le sénéchal Arnoul. A l’époque, le sénéc (...)

58Nous croyons que les offices auliques ont conservé leur caractère domestique jusqu’à la fin du xiie siècle et qu’à cette date ils ne sont pas encore devenus de simples titres honorifiques133. N’est-il pas significatif que l’évêque Raoul de Zähringen, parti en croisade de 1189 à 1191, ait emmené dans son périlleux voyage un sénéchal, un échanson et un chambrier134 ?

  • 135 Rien ne prouve l’existence d’un panetier avant le xiiie s. contrairement à ce qu’affirme Poncelet, (...)
  • 136 Un certain Conrad est chargé de cet office en 1127, 1129, 1136 et 1140 (Piot, B.C.R.H., 5e sér., t (...)
  • 137 « Stephanus coquus » A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 82 R° (1159). Il s’agit, pensons-nous, d’un mini (...)
  • 138 « Thomas celerarius » C.S.L., t. i, n° 71, p. 116. Daté de 1189, indiction 6, ce doc. doit être pl (...)
  • 139 « Balduinus ostiarius » E. Schoolmeesters, Les actes de Radulphe de Zaehringen..., 2e éd., 1911, p (...)
  • 140 « Robertus Faber » C.S.L., t. i, n° 54, p. 92 (1171-1177).

59En dehors de ces trois grandes fonctions domestiques, — qui sont incontestablement les plus importantes135, — il nous faut également signaler l’existence du coûtre (custos), qui était peut-être responsable de l’entretien du palais136, du cuisinier (coquus)137, du cellérier (celerarius)138, du portier ou huissier (ostiarius)139, enfin du forgeron (faber)140.

60De par leur fonction, ces personnages étaient certainement tenus de séjourner en permanence auprès de l’évêque : cette obligation était un des aspects de leur liberté restreinte.

Les chapelains épiscopaux

61Aux fonctions auliques des ministeriales correspondait, sur le plan spirituel, l’office de chapelain épiscopal.

  • 141 Gesta abbreviata, M.G.H., SS., t. xxv, p. 130-131. – Cfr Ch. Dereine, Clercs et moines au diocèse (...)
  • 142 Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n° 1, p. 184 et n. 2 (1133). – Piot, Cartulaire de Saint-Trond, (...)
  • 143 Pour autant qu’il n’ait pas renoncé à son droit de désignation, comme à Aulne (1144) et à Malonne (...)
  • 144 Gaier, ibid. – Halkin et Roland, Chartes de Stavelot, t. i, n° 168, p. 345 (1139) : « Johannes arc (...)
  • 145 Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 49. – Lahaye, Inventaire des chartes de Saint-Jean, t. i, n° 17, (...)
  • 146 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 89, p. 119 (1171). – J. Paquay, Cartulaire de la Collégiale N.-D. à To (...)
  • 147 C.S.L., t. i, n° 84, p. 133.

62Une source du milieu du xiiie siècle attribue à l’évêque Richer (920-945) et à ses prédécesseurs Francon (858-901) et Etienne (901-920), la reconstruction de treize sanctuaires anéantis par l’invasion normande. Il s’agissait des églises de Liège, Aldeneik, Amay, Huy, Meeffe, Ciney, Celles, Dinant, Namur, Malonne, Aulne, Thuin et Malines. À la tête de chacune d’entre elles, ils placèrent un abbé qui devait assumer, un mois durant, les fonctions de chapelain épiscopal (capellanus episcopi) et chanter les heures canoniales. La véracité de ce témoignage fort curieux est sujette à caution, mais toutes les informations qu’il comporte ne doivent pas être rejetées a priori141. On sait, en effet, qu’au xiie siècle, les « abbés » d’Aldeneik, Amay, Meeffe, Malonne et Aulne exerçaient effectivement les fonctions de chapelain à la cour épiscopale142. L’évêque attribuait les chapellenies à des clercs de son entourage143. L’archidiacre Jean de Loverval144, le chanoine de Saint-Lambert Godefroid de Schoor145 et le chanoine de Saint-Jean Garnier146, par exemple, ont assumé ces fonctions. En 1203, le légat pontifical Guy de Palestrina décida, qu’à l’avenir, l’évêque attribuerait les « abbayes-chapellenies » aux seuls chanoines de Saint-Lambert147.

  • 148 Anselme, ch. 69, p. 232. – Historia miraculorum in itinere Germanicopatratorum, lib. III, ch. 2, M (...)
  • 149 Anselme, ch. 71, p. 233. – Sous Notger la « chapelle » épiscopale assuma des tâches administrative (...)
  • 149bis Un chapelain accompagne l’évêque dans ses déplacements : le chapelain Thierry souscrit, en même te (...)

63Les offices religieux étaient vraisemblablement célébrés dans la chapelle du palais épiscopal. Vers le milieu du xie siècle, cet oratoire était contigu à la chambre à coucher du prélat148. Ainsi voyons-nous les chapelains assister Wazon dans ses derniers moments149. C’est parmi les membres de la « chapelle » que se recrutaient probablement certains des conseillers intimes de l’évêque149bis.

Les habitants de la Cité

  • 150 Nous avons relevé plus de 70 documents de ce type. La plupart d’entre eux datent du xiie s.
  • 151 Les statuts publiés par le légat Guy de Palestrina en 1203 permettent à l’évêque de recruter quatr (...)
  • 152 Lambert de Huy accompagne l’évêque Albéron II à Rome en 1139 : Evrard, Flône, n° 12, p. 30.
  • 153 Les de Ponte avaient sans doute dans leurs attributions l’entretien et la défense du pont des Arch (...)
  • 154 Ce sont les quatre plus importantes familles de la ministérialité liégeoise des xie et xiie s. Cfr (...)
  • 155 Cantatorium, ch. 70, 79, 93, p. 157, 198, 241.
  • 156 « congregatis in scolis beati Lamberti coarchidiaconibus et religiosis viris, quibusdam praeterea (...)
  • 157 En 1097, Otbert convoque les primores à une audience publique qui doit avoir lieu le lendemain mêm (...)
  • 158 Ibid., ch. 32, p. 94.

64Il est hautement probable que les habitants les plus considérables de la Cité jouaient un rôle essentiel dans la vie quotidienne du successeur de saint Lambert. En parcourant les chartes épiscopales des xie et xiie siècles, on s’aperçoit que dans un très grand nombre d’entre elles150 figurent uniquement les principaux dignitaires ecclésiastiques de la ville, — prévôt et doyen de la cathédrale, archidiacres, prévôts et doyens des collégiales, abbés de Saint-Jacques, de Saint-Laurent, de Saint-Gilles-en-Publémont et de Cornillon, — les chanoines de la cathédrale151 et des collégiales, quelques nobles et, en particulier, l’avoué de l’église de Liège, dit avoué de Hesbaye, les membres de la familia et notamment les de Pré, de Huy152, de Pont153 et de Hozémont154, enfin, depuis l’épiscopat d’Otbert, quelques bourgeois. C’est ce groupe, apparemment, que l’auteur du Cantatorium désigne par les expressions potentiores urbis et primores ou meliores civitatis155. C’est eux, semble-t-il, que le chanoine de Saint-Lambert Henri de Leez convoque d’urgence, en 1141, lors du siège de Bouillon156. Comme ces personnages habitaient dans les environs immédiats de la domus épiscopale — sinon dans le palais lui-même — l’évêque pouvait les réunir sans attendre157. Ainsi, pour des raisons à la fois hiérarchiques et géographiques ils étaient, dans toute la force du terme, les curiales episcopii158.

65Certains d’entre eux ont joué, sans aucun doute, un rôle essentiel dans la vie politique de l’évêché de Liège. Travaillant dans l’ombre, ils ont aidé l’évêque à remplir les lourdes obligations d’ordre spirituel et temporel qui lui incombaient, ils ont pesé sur ses décisions et guidé ses actions.

66Il est possible de repérer certains d’entre eux. Plusieurs nous ont peut-être échappé. Faute de travaux préalables les rapprochements ne s’imposent pas toujours à l’esprit. Les résultats obtenus, cependant, tout imparfaits qu’ils soient, nous aideront à mieux percevoir, derrière la froideur des institutions, un peu de chaleur humaine.

Quelques conseillers de l’évêque

67Celui qui parcourt la biographie des conseillers de l’évêque de Liège au xie siècle, ne peut manquer d’être frappé, tout d’abord, par la très grande personnalité de certains d’entre eux et, en second lieu, par l’influence sous-jacente de l’abbaye de Lobbes.

  • 159 La rédaction des Gesta dans les « principautés » ecclésiastiques répond au même besoin que la comp (...)

68Notger (972-1008), déjà, donnait le ton en choisissant comme collaborateur un des hommes les plus savants de son temps, le moine Hériger de Lobbes. Le rôle d’Hériger dans l’entourage du grand évêque est trop bien connu pour qu’il soit besoin d’y insister. Rappelons cependant que c’est vraisemblablement lors de son séjour dans la Cité qu’il rédigea les Gesta pontificum Tungrensium et Leodiensium, inaugurant ainsi une tradition historiographique qui contribua — plus qu’on l’imagine peut-être — à donner à l’évêque et à ceux qui vivaient près de lui une connaissance plus précise des faits et gestes de leurs prédécesseurs et, partant, une conviction plus profonde de l’importance de leurs devoirs159.

  • 160 « Wazo [...] vix tandem ad suscipiendam episcopalem virgam est attractus, quamvis multo ante non e (...)

69Écolâtre de la cathédrale dès l’épiscopat de Notger (972-1008), doyen en 1013 et prévôt en 1029, Wazon, avant de monter sur le trône épiscopal en 1042, fut, au dire d’Anselme, le conseiller le plus influent de l’évêque de Liège160.

  • 161 Nous sommes de ceux qui considèrent comme certaine la participation d’Olbert à la rédaction de la (...)
  • 162 « abbas Olbertus ab ipsis puericiae annis coevus et collega necnon consecretalis illi divinae legi (...)
  • 163 La biographie d’Olbert a été retracée par A. Boutemy, Un grand abbé du xie siècle, Olbert de Gembl (...)

70Ancien moine de Lobbes, l’abbé Olbert de Saint-Jacques et de Gembloux († 1048) fut d’abord l’élève d’Hériger. Il continua fort vraisemblablement ses études dans la Cité de Liège, avant d’aller étudier en France, à Saint-Germain-des-Prés, à Troyes et à Chartres où il suivit les leçons du célèbre Fulbert. Remarqué par Baldéric II (1008-1018), il est envoyé à Worms, près de l’évêque Burchard, auquel il apporte son aide et sa compétence dans la rédaction du Décret161. De retour à Lobbes il se voit confier par Baldéric l’abbaye de Gembloux qu’il réforme (1012) et, quelques années plus tard, Wolbodon (1018-1021) lui attribue l’abbaye de Saint-Jacques (1021). Olbert était un ami d’enfance de l’évêque Wazon (1042-1048). Il en fut aussi le conseiller intime162. Ce moine épris de culture et amoureux des lettres était animé, comme Wazon lui-même, de cet esprit de réforme religieuse qui devait bientôt ébranler le système de l’Église ottonienne. Sans, toutefois, qu’ils l’eussent voulu vraiment. N’est-il pas significatif, en effet, qu’un des plus fervents défenseurs de la cause de l’empereur soit issu de ce même milieu ? Sigebert de Gembloux est un élève d’Olbert163.

  • 164 Vita Theoderici, ch. 15-16, M.G.H., SS., t. xii, p. 44-46. – Cantatorium, ch. 6-7, p. 18-19. – Le (...)
  • 165 Anselme était un ami d’enfance — « iam a puero in amicitiis sibi familiarissimum » — de l’abbé Thi (...)

71Lorsque l’évêque Théoduin (1048-1075) entreprit un pèlerinage à Rome dans le courant de l’année 1054, il se fit accompagner par le chanoine de Saint-Lambert Anselme qui deviendra peu après doyen de la cathédrale. Avec l’archidiacre Godescalc, Anselme était alors une des personnalités les plus influentes de la curia épiscopale164. Il n’est pas impossible qu’il ait été formé, lui aussi, à l’école de Lobbes165.

  • 166 Voir ci-dessus, p. 230 n. 91.
  • 167 « archidiaconus Boso, cui se et omnia sua procuranda idem episcopus crediderat specialius, ut erat (...)

72Devenu vieux, Théoduin se déchargea d’une grande partie de ses responsabilités sur l’archidiacre Boson qui était d’origine hutoise166 . Les liens entre Théoduin et Boson ne sont certainement pas sans rapport avec la prédilection que cet évêque marqua pour la ville de Huy, à laquelle il accorda une charte de libertés célèbre et où il voulut dormir de son dernier sommeil167.

  • 168 Eleuthère noua des relations étroites avec les abbayes de Saint-Hubert et de Saint-Laurent.
  • 169 Cantatorium, ch. 35, p. 96-97. – Vita Theoderici, ch. 26, p. 52 : l’abbé Thierry Ier de Saint-Hube (...)

73Lorsqu’il monta sur le siège épiscopal de Liège, l’archidiacre Henri de Verdun (1075-1091) fit venir auprès de lui son précepteur, Eleuthère. Ce vir religiosus qui était vraisemblablement moine de condition168, exerçait sur son ancien élève une emprise considérable. C’est vraisemblablement en raison de la formation et de l’éducation qu’Eleuthère lui avait données que l’évêque Henri fut considéré par ses contemporains comme un amator religionis ou même un disciplinae canonicae et religionis aemulator non fictus169.

  • 170 Pirenne, Otbert, B.N., t. xvi, 1901, col. 362. – Dereine, Les chanoines réguliers, p. 51-52. – J. (...)
  • 171 Nicolas, Algeri scholastici elogium, éd. Migne, P.L., t. clxxx, col. 737. – Bernard et Bruel, Char (...)
  • 172 Cf. Th. Schieffer, Cluny et la Querelle des investitures, Revue historique, t. ccxxv, 1961, p. 47- (...)

74On a maintes fois écrit que l’évêque Otbert (1091-1119) avait attiré dans son entourage des personnalités de tout premier plan170. Ce grand évêque s’y entendait bien dans le choix des hommes et ce n’est pas le moindre paradoxe de constater que le bouillant Otbert réunissait autour de lui des gens modérés. Son conseiller appelé à connaître le plus grand renom fut incontestablement le canoniste Alger, dont l’œuvre sera d’ailleurs utilisée par Gratien lui-même. Alger était écolâtre de la collégiale liégeoise de Saint-Barthélemy lorsqu’Otbert l’éleva au rang de chanoine de la cathédrale. Il resta au service de l’évêque pendant près de vingt ans et rédigea de nombreuses lettres pro ecclesiasticis negotiis. À la mort de Frédéric de Namur († 1121), Alger se fit moine à l’abbaye de Cluny171 . Faut-il nous en étonner ? Alors même qu’il travaillait au service d’Otbert, le chanoine liégeois rédigeait son Liber de misericordia et justitia où il condamnait la simonie, où il soutenait des idées que n’eût pas désavouées Grégoire VII lui-même, — et notamment l’indépendance de l’Église, — mais où il s’élevait aussi contre les accusations intempestives : il prônait l’usage de la « miséricorde » pour adoucir la rigueur d’une « justice » trop stricte, telle qu’elle était appliquée par certains réformateurs. Cette attitude conciliante, animée par un esprit de tolérance et un désir de paix, correspondait bien aux traditions de Cluny où l’on aspirait à l’harmonie du spirituel et du temporel172.

  • 173 Avec l’abbé Bérenger de Saint-Laurent, auquel il était lié, nous le voyons remplir des missions dé (...)
  • 174 Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 503. – Ci-dessus p. 147 sv. – Voir n. sv.
  • 175 Cantatorium, ch. 68, p. 153. – Frédéric de Namur était également l’ami de Bérenger : Nizon, ch. 5, (...)
  • 176 Cantatorium, ch. 70, p. 156-157. – Chronicon S. Laurentii, ch. 45-46, p. 277.
  • 177 Cantatorium, ch. 79, p. 197-198. – Chronicon S. Laurentii, ch. 50, p. 279.
  • 178 Cantatorium, ch. 81, 89, 93, 96, p. 200, 221, 224-225, 241-242, 248-249. – Cfr Cauchie, La Querell (...)
  • 179 Cantatorium, ch. 89, p. 225. – La position d’Étienne de Saint-Jacques a été mise en lumière par J.(...)
  • 180 Cfr J. Stiennon, Cluny et Saint-Trond au xiie siècle, Anciens Pays et Assemblées d’États, t. viii, (...)

75Parmi les intimes d’Otbert, il faut certainement placer le grand-prévôt de la cathédrale Frédéric de Namur, — encore un modéré, — évêque en 1119173. L’archidiacre Alexandre, « vice-évêque » du temps d’Otbert, rival de Frédéric de Namur puis évêque à son tour en 1128174. Bérenger de Saint-Laurent (1077-1116), lié à Otbert avant même que ce dernier ne monte sur le siège épiscopal175. La déposition de l’abbé liégeois fut pourtant une des premières mesures prises par Otbert au lendemain de son arrivée au pouvoir. Il le fit sans doute à contre cœur, mais il n’était pas question, pour le nouvel évêque, d’oublier les promesses faites à l’empereur Henri IV en recevant la crosse176. Dès 1095, cependant, Bérenger se réconciliait avec Otbert177 et, tout en faisant preuve, dans le conflit qui opposait le Sacerdoce et l’Empire, de la plus grande modération, il se mit au service de son évêque178. L’attitude qu’adopta Bérenger à partir de 1095 ressemble, à s’y méprendre, à celle qui fut choisie par l’abbé Étienne II de Saint-Jacques (1095-1112), tolérant lui aussi, mais incontestablement fidèle à Otbert179. Modérés comme Alger, Étienne et Bérenger furent, comme lui, des « clunisiens » convaincus : ils ont été, au temps d’Otbert, les « chevilles ouvrières » de la réforme de Cluny dans le diocèse de Liège180.

  • 181 Cantatorium, ch. 81, p. 200. – Sigebert, Catalogus de viris illustribus, ch. 172, éd. Witte, p. 10 (...)
  • 181bis Cantatorium, ch. 93, p. 242 (1104). – Il s’agit vraisemblablement de Brunon de Sarrebruck, qui dev (...)

76Parmi les conseillers d’Otbert doit sans doute figurer l’archidiacre et doyen de Saint-Lambert Henri de Montaigu († 1124) qui inspira au moine Sigebert de Gembloux plusieurs de ses œuvres et, notamment, la célèbre Lettre des Liégeois contre le pape Pascal (1102) qui condamne avec une virulence rare la politique pontificale181. Enfin, la Chronique de Saint-Hubert cite nommément l’archidiacre Brunon parmi les conseillers intimes (privatiores) de l’évêque Otbert181bis

77Déjà mentionnés sous l’épiscopat de ce dernier, deux chanoines de Saint-Lambert ont joué, dans l’entourage d’Albéron Ier (1122-1128), d’Alexandre Ier (1128-1135), d’Albéron II (1135-1145) et de Henri II (1145-1164), un rôle qui nous est apparu comme fort considérable : le canoniste Reimbald et le chanoine Nicolas.

  • 182 Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 331. – Niermeyer, Onderzoekingen, n° 2, p. 203-204 (sur ce doc, q (...)
  • 183 Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 350. – Les Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 14, p. (...)
  • 184 Miraeus-Foppens, od., t. iv, p. 369 (après O. Oppermann, P.C. Boeren, De oudsteoorkonden derabdijR (...)
  • 185 A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 19 V°. – Le doc. de 1141 utilisé par de Clercq, ibid., date en r (...)
  • 186 Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 8, p. 43 : encore cité dans ce doc. du 29 nov. 1149, Reimba (...)

78Fils du vir ingenuus Raoul de Dongelberg, Reimbald est mentionné pour la première fois en 1101. À cette date, il est investi d’une prébende à la cathédrale et à la collégiale de Saint-Jean182. Prévôt de Saint-Jean dès 1126183 et de Sainte-Croix dès 1140184 Reimbald apparaît comme doyen de la cathédrale à partir de 1141185. Il mourut en 1149, entre le 29 novembre et le 24 décembre186.

  • 187 A.Ev.L., Cart. de St-Laurent, t. i, f 7 R° V°. – Sur Nicolas, cfr Balau, Les sources de l’histoire (...)
  • 188 Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 289, p. 190. – Cfr E. Schoolmeesters, Les prévôts de la collégia (...)
  • 189 C’est à cette date qu’il est mentionné pour la dernière fois : A.E. Mons, Abbaye de Bonne-Espéranc (...)
  • 190 Ci-dessus, n. 171.
  • 191 Ed. Krusch, M.G.H., Script, rer. Merov., t. vi, p. 407-429. – AA.SS. Sept., t. v, 2e éd., p. 602-6 (...)
  • 192 Ed. M.G.H., SS., t. xx, p. 497-511. – Ci-dessus, p. 16.

79Nicolas était déjà chanoine de Saint-Lambert en 1112187. Prévôt de Saint-Denis à partir de 1118188, il mourut peut-être en 1146 ou peu après189. Il écrivit un Éloge d’Alger190 et une Vie de Saint-Lambert191. Enfin, il n’est pas exclu qu’il soit l’auteur du célèbre Triomphe de saint Lambert sur le château de Bouillon, étonnant écrit de propagande destiné à justifier les droits de l’église de Liège sur cette importante forteresse192.

  • 193 Reimbald souscrit 4 chartes. – Nicolas souscrit 3 chartes.
  • 194 Reimbald : 7 ch. – Nicolas : 3 ch. – Reimbald, notons-le, était un ancien « Frédérin » : Gesta abb (...)
  • 195 Reimbald : 8 ch. – Nicolas : 10 ch. – Nicolas accompagne Albéron II à Rome en 1139 : Evrard, Docum (...)
  • 196 Reimbald : 11 ch. – Nicolas : 6 ch.
  • 197 Reimbald : 2 ch. – Nicolas : 1 ch.
  • 198 « ... venerabilem Henricum [...] imitandae humilitatis virum, cuius Studium et fides valde erat ne (...)

80Reimbald et Nicolas apparaissent très souvent dans les mêmes documents. De là à supposer qu’ils étaient liés il n’y a évidemment qu’un pas. Leur présence parmi les souscripteurs des chartes d’Albéron Ier193, d’Alexandre Ier194, d’Albéron II195 et de Henri II196 est beaucoup trop fréquente pour ne pas capter l’attention. L’un et l’autre ont vraisemblablement été formés à l’école d’Otbert. C’est lui qui les a introduits dans son entourage197. Devenu prévôt de Saint-Denis entre 1112 et 1118, il ne fait guère de doute que Nicolas doive son avancement à cet évêque. Mais ce qui est vraiment remarquable, c’est le grand nombre de souscriptions qu’ils apposèrent au bas des chartes de Henri II de Leez. Et ce nombre est d’autant plus surprenant qu’ils moururent assez rapidement après l’élévation de Henri à l’épiscopat. Il est fort probable que les chanoines Reimbald et Nicolas ont figuré parmi les membres du clergé de Liège qui favorisèrent, comme nous l’avons vu, l’arrivée de Henri de Leez au pouvoir. Ils furent au nombre de ceux qui rêvèrent de voir l’église de Liège reprendre sa destinée en main. À la tête de ce groupe, semble-t-il, Henri de Leez lui-même, spécialiste des affaires délicates et difficiles, que l’évêque Albéron II, en 1141, charge de convaincre les habitants de la Cité d’envoyer des renforts sur Bouillon et d’emmener avec eux les reliques de saint Lambert198.

81Il arrivait parfois que certains conseillers — ou, du moins, ceux que nous sommes porté à considérer comme tels — fussent investis de fonctions spéciales d’une importance considérable.

  • 199 Gesta Federici I. imperatoris in Lombardia, éd. O. Holder-Egger, Hanovre, 1892, p. 56 (écrites par (...)
  • 200 « Fridericus magister scolarum », dans une charte de Renier, prévôt de St-Paul : A.H.E.B., t. xvii (...)

82En 1163, à l’époque où il exerçait, au nom de l’empereur Frédéric Ier Barberousse, les fonctions de podestà de Milan, l’évêque Henri de Leez désigna comme plénipotentiaire dans la ville lombarde un certain Federicus clericus, magister scolarum dictus199. Nous devons peut-être identifier ce personnage, qui figurait sans doute parmi les intimes du prélat, avec un écolâtre de la collégiale liégeoise de Saint-Paul, mentionné dans un document de 1169200.

  • 201 « Actum Leodii per manum Alexandri de Sancto Dyonisio, dispensatoris nostri » C.S.L., t. vi, annex (...)
  • 202 En effet, ce document daté de 1167 fut expédié en l’absence de l’évêque, qui avait quitté son évêc (...)

83L’évêque Alexandre II (1164-1167) prit à son service un chanoine de la collégiale Saint-Denis nommé Alexandre. Ce personnage, qui était peut-être apparenté au prélat, porte en 1167 le titre vague d’« administrateur épiscopal »201. Il est possible toutefois que cet Alexandre soit un des responsables placés à la tête de l’évêché pendant que l’évêque participait à la quatrième expédition italienne de Barberousse202.

  • 203 Il mourut probablement en 1189 : F. Vercauteren, Un clerc liégeois du xiie siècle : maître Benoît (...)

84Dans une étude récenté, qui s’appuie sur une documentation d’une abondance rare, F. Vercauteren est parvenu à cerner d’assez près la personnalité de celui qui fut, semble-t-il, un des conseillers des évêques Henri de Leez, Alexandre II et Raoul de Zähringen (1167-1191). Maître Benoît, doyen de la collégiale Saint-Jean depuis 1157-1159, était peut-être un ancien élève de Reimbald. Ce Benoît, né vraisemblablement au sein d’une famille de ministeriales hesbignons, est une des plus curieuses figures du clergé liégeois de la seconde moitié du xiie siècle. Il avait, si l’on peut dire, ses entrées dans la maison du duc de Brabant et dans celle du comte de Looz. Il aurait même été en rapport avec l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg (1167-1191). En 1179 il accompagna l’évêque Raoul au concile du Latran où il fonctionna comme secrétaire particulier du prélat203.

  • 204 « Magister Jonas ». Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 60, p. 176.
  • 205 « per manus Jone, clerici mei et Gilleberti, clerici comitis Hainoensis » Wampach, Urkunden- und Q (...)
  • 206 Sur toute cette affaire, nous nous permettons de renvoyer à notre étude sur La politique des ducs (...)
  • 207 Comme écolâtre de Saint-Paul. Schoolmeesters, ibid., n° 88, p. 192. – C.S.L., t. i, n°71, p. 116.
  • 208 Thimister, Cartulaire de Saint-Paul, p. 18. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 160 n. 73.
  • 209 Schoolmeesters, Les Actes de Radulphe de Zaehringen, 2e éd., annexe II, p. 43. – Cfr KUpper, op. c (...)
  • 210 Simonis, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, n° 1, p. 363 (1192).
  • 211 A.H.E.B., t. viii, 1871, p. 234 (1197). – Thimister, op. cit., p. 27 (1198). – A.H.E.B., t. xxv, 1 (...)
  • 212 Cfr E. Schoolmeesters, Les doyens de la collégiale de Saint-Paul, A.H.E.B., t. xxxvi, 1910, p. 348 (...)

85La carrière de maître Jonas de Saint-Paul présente certaines analogies avec celle de Benoît. Sa présence est constatée dans l’entourage de Raoul de Zähringen à partir de 1182 : cette année-là, au cours d’un synode tenu à Liège, il souscrit une charte épiscopale avec le duc Bertold IV de Zähringen et le comte Henri de Namur, respectivement frère et oncle de l’évêque204. L’année suivante, Jonas et Gislebert de Mons lui-même sont chargés de rédiger la convention, établie entre l’évêque Raoul et son cousin le comte Baudouin V de Hainaut (1171-1195), relative à la succession du comte de Namur205. Or il semble bien que la question namuroise, à laquelle Raoul et son frère Bertold étaient directement intéressés, ait précisément fait l’objet de discussions pendant le synode de 1182206. La mention de Jonas dans les documents de 1182 et 1183 n’est probablement pas une coïncidence et nous sommes même persuadé que le chanoine de Saint-Paul s’était vu confier par l’évêque Raoul la responsabilité du « dossier » namurois. Jonas est encore mentionné dans plusieurs actes de ce prélat délivrés en 118 8207, 1189208 et 1189-1191209, dans la seule charte conservée de l’élu Lothaire de Hochstaden210 et dans quatre chartes d’Albert de Cuyck datées de 1197, 1198 et 1199211. À partir de 1197, Jonas exerça les fonctions de doyen de Saint-Paul et mourut un peu plus tard, entre 1199 et 1202212.

  • 213 « ob multam sui strenuitatem, prudentiamque et fidem dilectus et familiaris episcopo adeo factus e (...)

86Parmi les collaborateurs de Raoul de Zähringen, il faut également réserver une place au père de sainte Juette de Huy. Ce personnage bien nanti, était un ministerialis chargé d’administrer le domaine épiscopal de Huy et d’y percevoir les revenus. Son zèle et sa compétence lui attirèrent la sympathie de l’évêque qui en fit son conseiller favori pour toutes les questions relatives à la région hutoise213.

  • 214 L’évêque Raoul, gravement compromis dans le schisme de 1159, risquait d’être déposé par le pape. C (...)
  • 215 « Quidam archidiaconus Leodiensis » Historia ducum Veneticorum, ch. 12, M.G.H., SS., t. xiv, p. 87 (...)
  • 216 Albert devient archidiacre de Liège en 1176 ou 1177 : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 455.

87Enfin, il est hautement probable, étant donné l’importance de la mission qui lui était confiée214, que l’archidiacre de Liège, dont la présence est attestée à Venise en 1177 lorsque la paix fut conclue entre l’empereur Frédéric Ier et le pape Alexandre III, était un homme de confiance de l’évêque Raoul215. Peut-être s’agissait-il de son cousin l’archidiacre Albert de Rethel216.

La « chancellerie » episcopale

  • 217 En l’absence d’une édition critique des chartes épiscopales liégeoises, l’étude approfondie de la (...)

88C’est dans son entourage immédiat que l’évêque recrutait normalement le personnel de sa « chancellerie »217.

  • 218 Cfr Kurth, Notger de Liège, t. i, p. 208-209, 259-260. – Ci-dessus, p. 131-132.
  • 219 « Ego Waso, archicapellanus, recognovi sigilium domini Reginaldi, Leodiensis episcopi ». A.H.E.B., (...)
  • 220 « Ego Heribertus ad vicem Adelvisi cancellarii recognovi et subscripsi » B.U.Lg, ms. 1972, f 303 R (...)
  • 221 « Ego Franco cancellarius recognovi ». Koch, Oorkondenboek van Holland en Zeeland, t. i, n° 82, p. (...)
  • 222 C’était l’opinion de Reusens, Les chancelleries inférieures en Belgique, p. 180-181 et de Kurth, N (...)
  • 223 « Data per manum Henrici cancellarii », charte originale de l’élu Lothaire pour le Val-Saint-Lambe (...)
  • 224 En tout, nous avons relevé 12 mentions de ce type du xe au xiie siècle : Reusens, op. cit., p. 181 (...)

89La capella de l’évêque Notger avait déjà dans ses attributions, semble-t-il, la rédaction des chartes218. Dans la formule de recognition d’un acte de Réginard de 1029, Wazon qui avait fait partie de la capella de Notger et qui revenait d’un séjour à la Hofkapelle, porte le titre suggestif d’archicapellanus, signifiant par là, sans doute, qu’il était le chef de la « chancellerie » liégeoise219. Quant au titre de cancellarius, il apparaît dans un document faux de 963 où il est porté par un certain Adelvisus220. En 1057 il est attribué à l’écolâtre de Saint-Lambert Francon221 — ce qui fit croire, à tort, que le maître de l’école de la cathédrale cumulait ordinairement les fonctions d’écolâtre et de chancelier222 — et en 1192 à Henri, probablement moine de l’abbaye du Val-Saint-Lambert223. Ces mentions, auxquelles on peut ajouter quelques indications, — assez sporadiques, — sur les clercs chargés de rédiger, d’écrire ou de « reconnaître » les chartes épiscopales224, ne nous permettent pas de conclure à l’existence d’une chancellerie bien organisée où travaillait un personnel spécialisé : tout au plus pouvons-nous parler d’un bureau d’écriture assez rudimentaire.

  • 225 Reusens, op. cit., p. 162-163, 167-180. – M. Hayez, Catalogue des actes des évêques de Cambrai ant (...)
  • 226 P. Acht, Die Cancellaria in Metz, Francfort, 1940, p. 17-22, 69-71. – M. Parisse, Les chartes des (...)
  • 227 Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. cxxxv-cxli.
  • 228 W. Prevenier, La chancellerie des comtes de Flandre, p. 45. – Il importe de remarquer, cependant, (...)
  • 229 Reusens, op. cit., p. 133-146. – Vanderkindere, La chronique de Gislebert, p. viii sv. – F. Vercau (...)
  • 230 Boeren, De oudste oorkonden der abdij Rolduc, p. 122-129. Toutefois, les conclusions de cet auteur (...)

90Liège accuse un retard sensible par rapport à Cambrai, par exemple, où une chancellerie épiscopale digne de ce nom existe dès le début du xiie siècle225, ou encore par rapport à la chancellerie de l’évêque de Metz qui fonctionne parfaitement et utilise un personnel assez nombreux dès le xiie siècle226. Si l’on observe maintenant ce qui se passe dans les principautés laïques, on constate que la chancellerie du comte de Namur et de Luxembourg fonctionne à partir de 1180 environ227. Celle du comte de Flandre serait en activité dès 1136228. La chancellerie hennuyère s’organise, semble-t-il, sous le comte Baudouin V (1171-1195)229. Le comte de Limbourg dispose d’un bureau d’écriture dès 1172230.

  • 231 Poncelet admet que depuis l’avènement d’Otbert (1091) jusqu’à la mort d’Albert de Cuyck (1200), un (...)
  • 232 Reusens, op. cit., p. 164. – Poncelet, op. cit., p. 87. – La charte d’Alexandre II en faveur de l’ (...)
  • 233 Une cinquantaine d’originaux émanant de Henri II de Leez sont parvenus jusqu’à nous : Stiennon, L’ (...)
  • 234 M. Stiennon, sur les conclusions duquel nous nous appuyons, constate en outre des liens de parenté (...)

91L’absence d’une véritable chancellerie à Liège ne signifie pas que toutes les chartes épiscopales liégeoises aient été rédigées par le destinataire, tant s’en faut231 On constate, par exemple, sous l’épiscopat de Henri II de Leez un effort en vue d’unifier la forme rédactionnelle des chartes232. L’étude paléographique des actes de cet évêque233 n’a pas apporté toutes les lueurs qu’on était en droit d’espérer, même si l’on a décelé quelques affinités d’écriture qui trahissent l’existence de scribes épiscopaux234.

  • 235 G. Despy, Contribution à l’étude des formulaires de chartes du xiie s. en Basse-Lotharingie, Ann. (...)

92Comme l’a suggéré M. Stiennon, il y a peut-être beaucoup à attendre de la méthode de travail proposée par M. Despy qui veut distinguer les chartes longues et solennelles, émanant du destinataire, des chartes courtes, qui seraient la production de la « chancellerie » épiscopale. Les documents du premier type consigneraient les actions juridiques auxquelles l’évêque n’était pas directement mêlé, les autres, par contre, auraient pour objet des dispositions de droit auxquelles l’évêque participait directement235.

  • 236 C’est seulement à partir du règne de Robert de Thourotte (1240-1246), semble-t-il, qu’on peut parl (...)

93Quoi qu’il en soit, il faut bien admettre que la chancellerie épiscopale liégeoise est restée, jusque vers le milieu du xiiie siècle, un organisme embryonnaire236 et c’est là, nous le reconnaissons volontiers, une curiosité à laquelle il n’est pas facile de donner une explication.

  • 237 Voir Prevenier, op. cit., p. 45-48 qui donne un bon aperçu de l’organisation des chancelleries dan (...)

94La Cité de Liège était une véritable pépinière de clercs. Aussi, lorsque le besoin s’en faisait sentir, l’évêque pouvait-il trouver facilement dans son entourage immédiat des hommes capables de rédiger et d’écrire les actes : l’écolâtre de Saint-Lambert, un chanoine de la cathédrale ou d’une collégiale, voire un moine d’une abbaye. On n’a donc pas ressenti le besoin d’organiser une chancellerie digne de ce nom. Mais notre essai d’explication de l’absence d’une chancellerie à Liège, devra sans doute réserver une large part au poids d’une tradition trop pesamment établie. Car il est étrange, de toute manière, que le puissant évêque de Liège ait longtemps jugé inutile de créer un organisme dont ses voisins, — qu’ils soient princes laïcs ou ecclésiastiques, — n’avaient pas cru devoir se passer237.

Le vicaire épiscopal

  • 238 Sur cette institution, cfr E. Poncelet, Les vicaires généraux et les scelleurs de iévêché de Liège (...)

95Le service du roi, surtout, obligeait normalement l’évêque à des absences fréquentes et prolongées. Le diocèse était alors placé entre les mains d’un « vicaire », qui préfigure le vicaire général permanent du xiiie siècle238.

  • 239 La liste des chorévêques liégeois a été établie par de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 435-436 (...)
  • 240 Folcuin, Gesta abbat. Lobiensium, ch. 17, M.G.H., SS., t. iv, p. 62 (qui écrit vers 980). – Anselm (...)
  • 241 Anselme, ch. 41, p. 214 1. 28-30.
  • 242 Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357 (969) : cfr van Rey, p. 145. – B.U.Lg., ms. 1972, f° (...)
  • 243 U. Berlière pense qu’au xe siècle « chorévêque » est synonyme d’« archidiacre », ce qui n’est null (...)

96La première forme de ce vicariat fut le chorépiscopat. L’existence de chorévêques, auxiliaires ou coadjuteurs de l’évêque dans l’exercice de ses fonctions épiscopales, est attestée à Liège dans le courant du viiie siècle239. Les mieux connus d’entre eux sont le clerc liégeois Béricon et le moine Theutère de Lobbes que l’évêque Francon (858-901), dont les mains avaient été souillées par le sang des Normands, aurait fait consacrer par le pape afin qu’ils puissent assumer sans entraves l’administration du diocèse240. Dès la fin du ixe siècle, une lutte sans merci fut livrée aux chorévêques dont le pouvoir grandissant menaçait l’autorité épiscopale. Devenus rares au xe siècle, ils disparurent au siècle suivant. En 1025-1029, Wazon de Liège constate qu’il n’y en a plus un seul dans toute la province ecclésiastique de Cologne241. Il est donc infiniment probable que les corepiscopi liégeois Adalbert et Jean, mentionnés respectivement en 969 et 1044242, n’étaient pas de véritables chorévêques revêtus de l’onction épiscopale ; ils furent vraisemblablement de simples « vicaires » comparables à ceux auxquels on donnera plus tard le titre de « vice-évêque »243.

  • 244 Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 503.
  • 245 Voir ci-dessus, n. 167.
  • 246 Ci-dessus, p. 160 n. 272.

97Le premier « vice-évêque » (viceepiscopus) dont les sources fassent mention est l’archidiacre Alexandre, rival de Frédéric de Namur en 1119244. Il est probable qu’à l’instar de l’archidiacre Boson245, il avait été chargé par Otbert, affaibli par l’âge, de lui venir en aide dans le gouvernement de son évêché246.

  • 247 C.S.L., t. i, n°49, p. 84-85 (1154-1155). – Sur ce doc, voir ci-dessus, p. 208 n. 516.

98Lorsqu’il quitta Liège en 1155 pour participer à la première expédition italienne de Frédéric Barberousse, Henri II de Leez confia les vices episcopales et la disponendi et agendi potestas à quatre des « principaux membres » de l’église : le grand-prévôt Alexandre, l’archidiacre Baudouin, le doyen Hubert et l’abbé Drogon de Saint-Jacques. Henri donne même aux vicaires qu’il institue le droit de convoquer un synode, au cas où ils auraient à résoudre des problèmes particulièrement graves247.

  • 248 Ci-dessus, p. 247.

99Peut-être faut-il également voir un « vice-évêque » dans le dispensator épiscopal Alexandre de Saint-Denis, mentionné en 1167248.

  • 249 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 81 n. 90.
  • 250 Ibid., p. 161 et n. 76-79. – Hugues de Pierrepont (1200-1229) confia le « vicariat » à son neveu J (...)

100Enfin, sous l’épiscopat de Raoul de Zähringen, le « vicariat » fut exercé, en 1175, par le grand-prévôt Henri de Jauche249 et, quelques années plus tard, en 1189-1191, par son successeur Albert de Rethel. Placé à la tête d’une commission semblable à celle que Henri de Leez avait mise sur pied en 1155, le grand prévôt de Liège dirigea le diocèse pendant que Raoul combattait en Terre Sainte. Ce dernier, du reste, laissa la matrice du sceau épiscopal à la disposition du « vice-évêque » qui en fit d’ailleurs usage250.

***

  • 251 « si quid dignum graviori animadversione occurrerit, vicariis nostris potestatem convocandi concil (...)

101Les attributions de la curia restreinte étaient nombreuses et variées. Elles touchaient à la fois aux domaines spirituel et temporel. Il est pratiquement impossible — sinon sans intérêt — de distinguer ses activités de celles de la curia plénière dont la compétence était pour ainsi dire identique, à la différence, cependant, que les affaires les plus importantes et les plus graves251 relevaient normalement de l’assemblée élargie, c’est-à-dire du synode épiscopal. Aussi, abordons sans attendre l’étude de cette institution.

§3. La « curia » plénière ou synode épiscopal

  • 252 Dans le diocèse de Tongres-Liège un grand nombre de paroisses rurales existe dès l’époque caroling (...)
  • 253 Cfr R. Naz, art. Synode, Dict, de droit canonique, t. vii, 1965, col. 1134-1140. – O. Pontal, Le s (...)

102Le synode diocésain est né du presbyterium de la chrétienté primitive, qui réunissait les prêtres autour de leur évêque. Les premières réunions synodales dont l’existence soit attestée avec certitude datent de la seconde moitié du vie siècle. Elles se multiplièrent en raison, surtout, du développement des paroisses rurales252, qui fit naître le besoin d’organiser des réunions périodiques au sein desquelles toutes les questions relatives à l’administration du diocèse étaient débattues et traitées. Au cours du synode, les curés rendaient compte de leur administration et recevaient les prescriptions nouvelles. De son côté, l’évêque publiait les décisions du concile provincial, promulgait les siennes, contrôlait la discipline du clergé, jugeait ceux qui avaient enfreint les lois de l’Église et arbitrait les conflits. Enfin, le synode était pour le prélat l’occasion de percevoir le cathedraticum, taxe que les églises du diocèse étaient tenues de verser annuellement en signe de sujétion au siège episcopal253.

  • 254 Nous ne partageons donc pas le point de vue de G. Kurth, Notger, t. i, p. 202. Il n’est pas nécess (...)

103L’interpénétration de l’Église et du siècle était alors si profonde qu’il n’était pas imaginable que l’on pût tenir les représentants du monde laïc à l’écart de ces assemblées religieuses. On en vint donc à organiser des réunions où les délégués des deux grands « ordres » de la société figuraient côte à côte : ainsi seraient nés les synodes épiscopaux mixtes254.

  • 255 Sur Les synodes au diocèse de Liège, voir les notes publiées par J. Paquay dans Leodium, t. xv, 19 (...)

104Nous n’avons guère d’informations sur l’institution synodale liégeoise antérieure au ixe siècle255.

  • 256 « Ista omnia coram clericis et laicis nostris in eorum privilegio cedimus ». Il s’agit d’une chart (...)
  • 257 Il importe de distinguer le synode général, tenu normalement à Liège, du synode local ou rural pré (...)
  • 258 « Residente denique episcopo cum multitudine clericorum in synodo ».
  • 259 Virtutes S. Eugenii episcopi, ch. 9, éd. Misonne, p. 264. Ce texte aurait été rédigé dans le derni (...)
  • 260 « cum prestantioribus ecclesie tam clericis quam laicis agenda pertracto » Weigle, Die Briefe des (...)
  • 261 Halkin et Roland, Recueil des chartes de Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 179-180 (ce doc. est da (...)
  • 262 Il s’agit du lundi de Pâques. Le synode aurait donc été réuni à l’occasion de cette grande fête re (...)
  • 263 B.U. Lg., ms. 1972, F 302 V-303 R° – A.E.L., Coll. St-Martin, n° 17 bis, p. 14-16. – Sur ce doc. v (...)
  • 264 « sub testimonio totius sinodalis conventus » Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357.
  • 265 Adventus et elevatio S. Landoaldi, ch. 3, M.G.H., SS., t. xv, 2, p. 610 (écrite en 982). – Cfr Kur (...)
  • 266 Hariuf, Chronique de Saint-Riquier, éd. Lot, p. 170-171. – Cfr Kurth, op. cit., t. i, p. 202-203.

105C’est, semble-t-il, au cours d’un synode général mixte256 tenu entre 814 et 816 que l’évêque Walcaud délivra la charte par laquelle il fit d’importantes donations à l’abbaye de Saint-Hubert257. Entre 901 et 920, l’évêque Etienne aurait présidé une assemblée synodale tenue à Liège. Au cours de cette réunion, à laquelle participaient uniquement des ecclésiastiques258, on décida de célébrer solennellement le culte de saint Eugène259. Un synode mixte est mentionné sous l’épiscopat de Rathier (953-955)260. L’évêque Éracle a peut-être réuni une assemblée mixte le dimanche 1 juillet 960261. De même en 963 : un acte faux pour Saint-Martin daté du lundi 20 avril de cette année là262 fut délivré à Liège publice en présence d’un grand nombre d’ecclésiastiques et de laïcs, parmi lesquels l’avoué Hubert et cinq comtes263. Éracle réunit encore une assemblée synodale mixte ou religieuse à Liège en 969264. Quant à son successeur, Notger, il présida un synode religieux en 980265 et un synode mixte en 1002266.

  • 267 Comme l’a très bien montré G. Davenne, op. cit., p. 62-64.
  • 268 C’est par le mot audientia que les sources désignent le tribunal épiscopal. Voir par exemple : Can (...)
  • 269 A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 19 V° (1141).

106À l’aube du xie siècle, l’institution synodale — qui comporte une session purement religieuse et une session mixte267 — est donc parfaitement organisée. Elle rassemble périodiquement et simultanément les principaux représentants du clergé et du monde laïc du diocèse. On peut affirmer que le synode général mixte est à l’évêque, ce que la cour plénière est au prince territorial. Et de même qu’il existe deux types de curiae, l’évêque tient audience268 sous deux formes : devant une assemblée restreinte, ou dans le cadre du synode diocésain, c’est alors l’audientia in generali concilio269.

Périodicité, lieu de réunion, organisation interne du synode

  • 270 Cantatorium, ch. 7, p. 19 (1055). – Triumphus sancti Lamberti, ch. 5, p. 502 (1141). – C.S.L., t. (...)
  • 271 Attaqué par le comte de Louvain, Otbert convoque les « principes provincie » Cantatorium, ch. 77, (...)

107Le synode était convoqué par l’évêque270. Les sessions avaient lieu à des intervalles plus ou moins réguliers, mais il va de soi qu’une assemblée pouvait être réunie chaque fois que le besoin s’en faisait sentir271.

  • 272 Le Décret de Burchard a été rédigé entre 1008 et 1012. Parmi les collaborateurs de l’évêque de Wor (...)
  • 273 « De conduis autem episcopalibus non aliud indicimus, quam sancti Patres salubriter ordinaverunt, (...)

108Le Décret de l’évêque Burchard de Worms (1000-1025) — reflet fidèle des tendances de l’épiscopat germanique et synthèse brillante, pénétrée de traditions carolingiennes et lotharingiennes272 — prévoyait deux réunions synodales par an273. Il est malaisé de déterminer à quelle époque de l’année l’évêque réunissait son assemblée synodale. En premier lieu, parce que les documents qui nous apportent des précisions satisfaisantes ne sont pas tellement nombreux et, en second lieu, parce que l’existence de sessions extraordinaires risque de fausser complètement les maigres renseignements dont nous disposons.

  • 274 Davenne, op. cit., p. 64-66.
  • 275 M. Davenne a été visiblement influencé par une interprétation erronée du Décret, selon laquelle tr (...)
  • 276 Cfr Pontal, Le synode diocésain et son cérémonial, p. 53. – C’était notamment le cas à Toul : Chou (...)

109M. Davenne pense qu’il y avait à Liège trois réunions synodales par an : la première se tenait vers le début du Carême, la seconde vers la Trinité et la troisième à la fête des saints Simon et Jude274. Ce point de vue ne nous paraît pas exact275. Nous croyons, en effet, qu’à Liège, comme en beaucoup d’endroits, il y avait deux assemblées générales par année, une au printemps — ou à la fin de l’hiver — et une autre à l’automne276.

  • 277 « Actum publice Leodii in viridario episcopi » Berliere, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17.
  • 278 « Testes :... quicumque synodo interfuere, tarn clerici quam laici » Koch, Oorkondenboek, t. i, n° (...)
  • 279 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 53-54.

110Ainsi l’évêque Théoduin célébra deux synodes dans le courant de l’année 1057 : le premier eut lieu le dimanche de la première semaine du Carême, à savoir le 16 février277 ; le second, le jeudi 30 octobre278. En 1196, l’évêque Albert de Cuyck convoqua deux assemblées synodales : à l’octave de la Pentecôte, c’est-à-dire le dimanche 16 juin, jour de la Trinité, et à la fête de saint Lambert, le mercredi 17 septembre279.

  • 280 Le Cantatorium, ch. 30, p. 89, le confirme explicitement : « circa Leodiensem synodum, que agitur (...)
  • 281 Vita Balderici, ch. 6, p. 726. – Œdiger, t. i, n° 636, p. 189. – Kurth, Notger, t. i, p. 157, t. i (...)
  • 282 Ci-dessus, n. 277. – Une charte d’Alexandre II (1166) est datée comme suit : « III. idus marcii qu (...)
  • 283 Ci-dessus, n. 279. – « ad generalem synodum Leodii in conventu principum, in presentia liberorum » (...)
  • 284 Davenne, op. cit., p. 65 n. 55-56, p. 238 sv.
  • 285 Selon Burchard de Worms, les synodes provinciaux — c’est-à-dire les réunions d’évêques présidées p (...)
  • 286 Ci-dessus, n. 262-263. – de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125-126 (1092).
  • 287 Ci-dessus, n. 279. – Cantatorium, ch. 36, p. 97 (1076), ch. 93, p. 242 (1103). – Despy, Chartes de (...)
  • 288 Despy, op. cit., n° 20, p. 349 (1087). M. Despy considère ce doc. comme faux, mais son point de vu (...)
  • 289 Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 30, p. 66-67 (1178-1189). – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, (...)

111Le second synode de l’année avait traditionnellement lieu vers le 28 octobre, fête des apôtres Simon et Jude280 mais aussi et surtout — détail qui ne paraît guère avoir été remarqué — fête de la dédicace de la cathédrale281. En ce qui concerne la première session, nous pensons que deux dates étaient prévues : au début du Carême282 et vers la Pentecôte283, c’est-à-dire en février-mars ou en mai-juin. Nombreuses, en effet, sont les réunions synodales tenues à ces deux périodes de l’année284. La session de février-mars serait, à notre point de vue, une « session de rechange », — née peut-être en raison des séjours fréquents de l’évêque à la cour impériale, — la date primitive du synode de printemps étant vraisemblablement mai-juin285. Néanmoins, la règle que nous croyons avoir dégagée des textes souffrait de nombreuses exceptions. Nous avons rencontré, par exemple, des réunions synodales tenues la semaine de Pâques286, le 17 septembre, jour de la Saint-Lambert287, ou même en juillet288 et en août289.

  • 290 A quelques exceptions près, qui confirment la règle générale : Huy (1066, 1091), Fosses (1071, 113 (...)
  • 291 « Episcopus Leodiensis [...] in cathedra Leodiensi sedere solebat ». De fundatione et lapsu monast (...)
  • 292 Koch, Oorkondenboek, t. i, n° 82, p. 156 (1057). – Daris, ibid., p. 341 (1155). – C’est dans l’égl (...)
  • 293 Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 17 (1057). – J. Dela ville le Roulx, Cartulaire génér (...)
  • 294 Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 30, p. 66-67 (1178-1189). Ce « pratum sancti Lamberti, ad (...)
  • 295 Halkin et Roland, Chartes de Stavelot-Malmédy, t. i, n° 168, p. 346 (1139).
  • 296 Gisl. Chron., ch. 138, p. 205 (1188). – Cfr KUpper, Raoul de Zähringen, p. 154-155, 158-159 et n. (...)
  • 297 Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 578 (1196). – Rappelons que la cathédrale avait été détruite par (...)

112Le synode général tient habituellement ses assises dans les murs de la Cité de Liège290. Il se réunit le plus souvent dans la cathédrale291, mais aussi dans l’église Notre-Dame construite au pied de Saint-Lambert292, dans le jardin du palais épiscopal (virgultum ou viridarium)293, dans le « pré de Saint-Lambert » (pratum sancti Lamberti) situé à l’ouest de la cathédrale294, dans la salle capitulaire de Saint-Lambert (capitolium)295, dans le palais episcopal296 ou même dans la collégiale Saint-Pierre297.

  • 298 Davenne, p. 62-64, dont nous partageons l’opinion.

113Le synode mixte et le synode purement religieux se rassemblaient simultanément, nous voulons dire dans les mêmes jours298. C’était dans la logique des choses. On limitait de la sorte les déplacements et les pertes de temps. Il eût d’ailleurs été impossible de travailler dans d’autres conditions : les contacts entre les deux grands « ordres » de la société étaient indispensables au déroulement normal de la procédure synodale.

  • 299 Comme le pense, à tort, Davenne, p. 63.
  • 300 Cantatorium, ch. 93, p. 240-242. – La réunion rassemble les « omnes potentiores urbis personas », (...)

114Une anecdote racontée par la Chronique de Saint-Hubert à l’année 1103 est particulièrement éclairante sur ce point. Mais avant de la narrer par le menu, une remarque s’impose. L’épisode ne concerne pas un synode général mixte299 mais plutôt, comme l’indique une lecture attentive du texte, une audientia qui a pour cadre l’assemblée restreinte300. Le récit n’en conserve pas moins tout son intérêt.

  • 301 « nec nosse debeant laici, quia facient clerici ».

115L’abbé Wired de Saint-Hubert avait excommunié le châtelain de Mirwart Bovon qui était un ministerialis de l’église de Liège. Ce dernier s’en plaignit à l’évêque Otbert et lui rappela qu’un membre de la familia de Saint-Lambert ne pouvait pas être excommunié s’il n’avait été attrait devant la juridiction épiscopale. L’évêque ordonne à son abbé de comparaître par devers lui et l’audience se scinde en deux groupes : d’une part les « abbés » et les archidiacres, d’autre part les « laïcs », — c’est-à-dire les membres de la familia, — auxquels Otbert se joint. Un conflit éclate entre les deux groupes et c’est alors que le moine Lambert de Saint-Hubert, qui avait accompagné son abbé, fait remarquer que « les laïcs ne doivent rien connaître de ce que font les clercs »301. Devant l’indignation des archidiacres, dont Lambert a su toucher la corde sensible, Otbert est contraint de poursuivre la séance uniquement entouré d’assesseurs ecclésiastiques. Finalement, la sentence est ajournée jusqu’au prochain synode qui doit avoir lieu le 17 septembre. Ce jour-là, les « abbés du diocèse » réunis en synode religieux, donnent raison à Wired.

  • 302 Une charte épiscopale de 1124, rédigée incontestablement au cours d’un synode général mixte, fait (...)

116Ce texte, qui concerne donc une assemblée restreinte, évoque néanmoins le fonctionnement du synode général, où les clerici et les laici — comme dans les souscriptions des chartes épiscopales — étaient séparés, quitte à se réunir lorsque leur intervention simultanée était requise302.

  • 303 Cfr L. Halphen, Charlemagne et l’empire carolingien, réimpr., Paris, 1968, p. 146-150. – Ganshof, (...)

117Il semble donc bien que les clercs et les laïcs rassemblés dans la Cité à l’occasion d’un synode général se réunissaient chacun de leur côté pour délibérer des affaires qui les concernaient en premier chef. C’est la réunion des deux groupes, sous la présidence de l’évêque, qui formait à proprement parler le synode mixte, au cours duquel les questions intéressant les deux « ordres » étaient débattues et les décisions finales solennellement proclamées. Ainsi décrite, l’assemblée synodale apparaît comme un simple démarcage du conventus ou placitum général franc scindé, exactement de la même manière, en deux groupes303. Ici encore, la vigueur des traditions carolingiennes surgit en pleine lumière.

La compétence et la procédure synodales

  • 304 « duplici gladio potens », De fundatione et lapsu, ch. 11, p. 552. – « cum eidem episcopo, ex anti (...)

118Ratione materiae, la compétence du synode général mixte était particulièrement vaste. Il faut rappeler que l’évêque était, suivant l’expression consacrée, « armé des deux glaives », c’est-à-dire détenteur de la juridiction spirituelle et de la juridiction temporelle304.

  • 305 C’est-à-dire, en pratique, le pouvoir de légiférer, de juger et de contraindre.
  • 306 L’écolâtre de Saint-Lambert – intitulé summus magister dans un document de 1188 – avait dans ses a (...)

119Dans le domaine spirituel, la compétence synodale est liée à tout ce qui relève du pouvoir épiscopal proprement dit et notamment à la juridiction que l’évêque exerce sur toute l’étendue de son diocèse. Cette prérogative fondamentale comporte un pouvoir d’administration, un pouvoir de gouvernement305, enfin, un pouvoir d’enseignement306.

  • 307 Voir par exemple : L. Génicot, Le premier siècle de la « curia » de Hainaut (1060 env. — 1195), da (...)
  • 308 Voir sur ce point les remarques de J. Lejeune, Les notions de « patria » et d’« episcopatus » dans (...)

120Dans le domaine temporel, nous l’avons déjà dit, la compétence du synode correspond à celle de la curia de n’importe quel prince territorial307, à la différence, néanmoins, que l’autorité de l’évêque est inévitablement renforcée par son pouvoir spirituel. Le successeur de saint Lambert jouit donc d’une position éminente que chercheraient vainement à égaler les autres grands de la terre308.

  • 309 Y compris les biens possédés dans le diocèse par des établissements ecclésiastiques étrangers : Gl (...)
  • 310 Le mandement de l’évêque Raoul contre les incendiaires est adressé « omnibus praelatis et subditis (...)

121Ratione loci et ratione personae, la juridiction du synode épiscopal s’exerce sur toute la surface du diocèse309 et sur tous ses habitants (diocesani)310.

  • 311 « ad necessarium ecclesiae nostrae deservientium usum » Burchard, Decret., éd. Migne, col. 537.
  • 312 Cfr Burchard, passim et not. les interrogationes episcopi, lib. I, ch. 94, col. 573-579.

122Pour se faire une idée de la compétence plus spécifiquement religieuse de cette assemblée, il suffit, par exemple, de feuilleter la collection canonique que Burchard adresse au prévôt de sa cathédrale « pour les besoins de ceux qui desservent notre église »311. Il y est question, bien sûr, de tout ce qui concerne les grandes vérités chrétiennes et l’ordre ecclésiastique, des sacrements, du jeûne, de la pénitence, de l’excommunication, de l’organisation de l’Église et de la hiérarchie ; mais on y parle aussi de l’adultère, de la fornication, du parjure, de l’homicide, du vol, des incendies criminels, des attaques à main armée, de l’exercice de la justice312... Restons-en là et constatons simplement que peu d’actions humaines échappent au regard du prélat et que, pour lui, les possibilités d’intervention sont multiples.

  • 313 Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 84-85 (960-965). – Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 35 (...)
  • 314 Par exemple : saint Eugène de Brogne : Virtutes S. Eugenii, ch. 9, éd. Misonne, p. 264 (901-920). (...)
  • 315 Vita Theoderici, ch. 16, p. 45-46 et Cantatorium, ch. 7, p. 19-20 (1055), ch. 36, p. 97-98 (1077), (...)

123C’est dans le cadre du synode que le chef du diocèse officialise ses actes : donations, restitutions, échanges, confirmations, octroi de privilèges, conventions avec les évêques voisins, etc.313. C’est en synode également que sont débattues les questions relatives au culte des saints314 et que l’on procède à certaines élections d’abbés315.

  • 316 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 9, p. 58-61 (1088), lib. V, ch. 3, p. 66-67 (ca 1093). – Can (...)
  • 317 Kurth, Chartes de Saint-Hubert, n° 40, p. 46-48 (1079 : doc. faux, cfr Poncelet, Sceaux et chancel (...)
  • 318 Godescalc, Gesta abb. Gembl, ch. 53, M.G.H., SS., t. viii, p. 543-544 (1075-1091). – Roland, Chart (...)
  • 319 Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 809-810 (1031 : doc. faux). – Cantatorium, ch. 16, p. 41 (ca 1075 (...)
  • 320 Alger, ibid. (n. 317). – W.E., n° 463, p. 595-596 (1157).
  • 321 En 1135, un hérétique jugé « in concilio Leodiensi » est livré aux flammes : Frederico, Corpus doc (...)
  • 322 Cantatorium, ch. 93, p. 240-242 (1103).

124L’assemblée synodale connaît également des questions suivantes : discipline du clergé316, querelles entre monastères317, conflits entre monastères et laïcs318, contestations relatives aux dîmes319 et aux prébendes320, hérésies321 outrages à l’autorité épiscopale322, etc. Tous ces cas relèvent de la fonction contentieuse du synode épiscopal.

  • 323 Ci-dessus, n. 309. – Voir, par exemple, le préambule d’une charte de Raoul de Zähringen datée de 1 (...)
  • 324 Despy, Waulsort, n° 16, p. 342-343 (1076). – Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 361, p. (...)

125Il exerçait également une juridiction non-contentieuse ou gracieuse qui concernait, la plupart du temps, les biens ecclésiastiques situés dans le diocèse de Liège323. La manifestation la plus caractéristique de cette juridiction est sans doute la pratique qui consistait à transmettre les biens cédés aux églises « par la main de l’évêque », qui les prenait ainsi sous sa protection, quels que soient le statut juridique ou la situation géographique des établissements bénéficiaires324.

  • 325 En 1087, Arnoul reçoit legaliter son alleu de Morialmé « coram episcopo Heinrico », puis il cède u (...)
  • 326 Lorsqu’un fief tenu de l’évêque est cédé à un établissement ecclésiastique par le vassal, le trans (...)
  • 327 « de terrula illa quam apud Torninis eadem ecclesia ad censum tenet de nostra curia », charte de R (...)

126Du point de vue temporel, le synode mixte fonctionnait comme une cour allodiale, féodale ou territoriale. Il va de soi que sa compétence, dans le cas présent, était limitée à la terre de saint Lambert et qu’elle ne s’étendait plus sur l’ensemble du diocèse. En matière gracieuse, on y procédait au transport des alleux325, des fiefs326 et des censives327.

  • 328 Tout comme c’était le cas en Hainaut (Génicot, Le premier siècle de la « curia » de Hainaut, p. 21 (...)
  • 329 « comitatus et beneficium, quae habebat de Leodiensi episcopatu, proclamante episcopo Alexandro a (...)
  • 330 « ... Leodiensis episcopus de consilio ecclesie sue et hominum suorum domino regi Romanorum offere (...)
  • 331 « Nos, ecclesiae fidèles convocavimus, et, accepto consilio, ad removendam Clari Montis violentiam (...)

127En matière contentieuse, la curia liégeoise était évidemment appelée à régler les litiges relatifs à ces mêmes biens328. C’est sans aucun doute le synode mixte, érigé en cour féodale, qui prononça, en 1129, la confiscation de tous les fiefs que Gislebert de Duras tenait de l’église de Liège329 et qui éclaira l’évêque, en 1185, lorsqu’il fut question pour lui de résoudre un épineux problème de droit féodal, concernant le rapport vassalique qui existait entre le comte de Hainaut et le roi de Germanie330. Le synode mixte était également compétent dans les questions relatives aux avoueries331. C’est lui, enfin, qui conseillait le chef du diocèse.

  • 332 Gisl. Chron., ch. 8, p. 11. – Cfr F.L. Ganshof, Note sur le rattachement féodal du comté de Hainau (...)
  • 333 Bormans, Cartulaire de Dinant, t. i, n° 3, p. 12-15 (1096). – C.S.L., t. i, n° 29, p. 46-48 (1096)
  • 334 Sur cette opération, cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 134-135 (avec indic, des sources et identi (...)
  • 335 Vita Balderici, ch. 9, p. 727-728.
  • 336 Cantatorium, ch. 77, p. 184-186.
  • 337 Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 5, p. 502.
  • 338 Anselme, ch. 66, p. 229 (1046-1047).

128L’évêque, conformément aux habitudes du temps, n’entreprend rien d’important sans demander conseil à l’assemblée synodale. Ainsi Théoduin, en 1071, lorsqu’il achète tous les alleux de la comtesse Richilde de Hainaut332, Otbert, en 1096, lorsqu’il fait l’acquisition des châteaux de Bouillon et de Couvin333, Raoul de Zähringen, en 1168-1174, lorsqu’il abandonne Lantershofen et Witterschlik à l’archevêque de Cologne en échange d’Eysden334. Dans toutes les circonstances graves, la curia plénière est là pour aider l’évêque à prendre sa décision : Baldéric II requiert le conseil des grands vassaux de son église lorsqu’il entame contre Lambert de Louvain les hostilités qui devaient aboutir au désastre de Hoegaarden (1013)335, de même Otbert, en 1095-1096, lorsqu’une guerre éclate entre lui et le descendant de Lambert336. Albéron II n’agit pas autrement en 1141 quand il lance son expédition contre Bouillon337. Avant de renoncer à risquer ses troupes dans une aventure militaire en Frise, Wazon, lui aussi « demande conseil »338.

129Parmi les attributions de l’assemblée synodale mixte, il convient de mettre à part deux fonctions d’une importance considérable.

  • 339 Il est d’ailleurs significatif que l’expression clerus et populus soit parfois retenue pour désign (...)

130La première, nous en avons déjà longuement parlé : à la mort de l’évêque, c’est au clerus et au populus, c’est-à-dire au synode général, que revient la lourde tâche d’élire le successeur de saint Lambert339.

  • 340 L’identité qui existe entre la juridiction de la paix de Liège et le synode épiscopal mixte a été (...)

131Quant à la seconde, nous en reparlerons plus loin : depuis l’épiscopat de Henri de Verdun (1075-1091), le synode mixte a reçu pour mission de juger les infractions à l’ordre public dans toute l’étendue du diocèse de Liège340.

  • 341 « in presentia nostra et cleri ac principum et totius plebis qui nobis in iustitia sedentibus assi (...)
  • 342 Les analogies qui existent entre la procédure synodale et la procédure du placitum franc sont soul (...)

132Lorsque l’évêque de Liège, au cours d’une réunion synodale, « siégeait en justice »341 on utilisait une procédure qui n’est pas sans rappeler les usages carolingiens342.

  • 343 L’abbé Lambert de Lobbes (1137-1149) aurait été, dans les synodes liégeois, un des plus brillants (...)
  • 344 Sur la procédure synodale liégeoise, voir notamment les doc. suiv. : Cantatorium, ch. 16, p. 41 (c (...)

133L’évêque (iudex) présidait l’assemblée entouré d’assesseurs recrutés parmi les archidiacres, les abbés, les dignitaires ecclésiastiques, les nobles, voire les membres de la familia. Il écoutait les plaidoyers (allegationes) des deux parties343, puis il interrogeait les assesseurs chargés de trouver la sentence que l’on prononçait avant de la soumettre à l’approbation de tous. Enfin, l’évêque prenait les mesures nécessaires pour la faire appliquer344.

  • 345 Sauf en ce qui concerne l’élection épiscopale, le privilège de parler le premier revenant alors au (...)
  • 346 Les abbés du diocèse occupaient, semble-t-il, des sièges spéciaux lors des assemblées synodales : (...)
  • 347 « primam post episcopum Leodiensem tam in secularibus quam in ecclesiasticis negotiis vocem habean (...)

134Au sein de l’assemblée synodale mixte l’abbé de Lobbes jouissait d’une position privilégiée, d’une véritable praerogativa, en vertu de laquelle il avait droit, après l’évêque, à la prima vox345, tant dans le domaine temporel que dans le domaine spirituel. En outre, il occupait le premier siège346 à côté du prélat347.

  • 348 En 1104, au cours d’un synode local, l’abbé Wired de Saint-Hubert menace l’archidiacre Brunon de f (...)
  • 349 « Haec res diu protracta [in placito generali] ad audientiam pervenit episcopi Henrici. » Godescal (...)
  • 350 En 1074-1075, à l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert qui veut faire appel au pape, l’archidiacre Bos (...)
  • 351 Ci-dessus n. 350. – Vers 1170, le prêtre Lambert, accusé d’hérésie, fait appel au pape, malgré l’o (...)
  • 352 Déposé par un synode, l’abbé Wolbodon de Saint-Laurent fait appel à l’empereur : Cantatorium, ch. (...)

135Enfin, le synode général jugeait les appels formés contre les sentences du synode local, présidé par l’archidiacre348, réexaminait ou ratifiait les décisions prises par les échevinages349. À leur tour, les sentences du synode général étaient susceptibles d’aller en appel auprès d’autres juridictions : celle de l’archevêque de Cologne350, celle du pape351 ou celle de l’empereur352.

Les « fideles ecclesiae Leodiensis » et leurs obligations

  • 353 Cantatorium, ch. 94, p. 244-245.
  • 354 « Episcopus Leodiensis duplici gladio potens, quasi rex magnus, quasi sacerdos magnus in cathedra (...)

136La cour plénière de l’évêque devait être superbe. En 1104, Otbert, qui doit rencontrer à Douzy l’archevêque Manassès de Reims, croit utile d’emmener avec lui tous les hauts dignitaires ecclésiastiques et laïcs de l’évêché, afin d’impressionner son interlocuteur353. Un texte rédigé vers la fin du xiie siècle à l’abbaye de Lobbes nous a laissé une description assez exceptionnelle du synode liégeois. Elle mérite d’être intégralement citée : « L’évêque de Liège, armé du double glaive, avait coutume de siéger dans sa cathédrale comme un grand roi, comme un grand prêtre ; la cour où se rassemblait une foule nombreuse, était remplie, ornée et renforcée par l’imposante familia militaire, puissante et sage, par les grands princes pleins de bravoure, par la foule vertueuse du clergé et, en son sein, les hauts dignitaires, desquels émergeaient les sept archidiacres, ces hommes diligents qui connaissaient mieux que quiconque la loi des hommes et la loi de Dieu »354.

  • 355 Il ne semble pas que les curés et les doyens de concile aient normalement participé aux assemblées (...)
  • 356 Sur la composition des assemblées synodales liégeoises, voir l’exposé bien documenté de Davenne, o (...)
  • 357 Ainsi les cives ou burgenses qui souscrivent les chartes épiscopales à partir du règne d’Otbert (1 (...)

137La composition du synode général était, en soi, relativement simple : on rencontrait dans cette assemblée les membres de la curia restreinte auxquels venaient s’adjoindre les dignitaires ecclésiastiques355 et les nobles du diocèse356. Tout ce qui représentait un poids réel dans la balance des forces religieuses ou politiques de l’évêché était appelé, tôt ou tard, à prendre place dans l’entourage de l’évêque357.

  • 358 « Nomina eorum qui interfuerunt, viderunt et audierunt sunt hec... » Notice mise par écrit sur l’o (...)
  • 359 Niermeyer, Lexicon minus, p. 422-423. – Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? p. 67. – Le mot fide (...)
  • 360 Charte de Henri de Verdun pour Saint-Barthélemy, Daris, Notices, t. vi, 1875, p. 183. – Paquay, Sa (...)
  • 361 Voir par exemple : Hariulf, ibid. (1002). – Despy, Waulsort, n° 9, p. 335 (1050) : l’ambiguïté du (...)
  • 362 « de consensu et consilio majorum nostrorum » A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 2, p. 390 (1029). – « pre (...)
  • 363 « eos fidelităţi sancte Marie sanctique Lamberti déesse, quod sic impune paterentur deprimi auctor (...)
  • 364 « nomine domni regis et in fidelitate nobis debita » C.S.L., t. i, n° 49, p. 85.
  • 365 L’année précédente, le pape avait d’ailleurs confié à Baudouin de Hainaut la cura de l’évêché de L (...)
  • 366 Praelatum « affectione precipua diligatis et honoretis eique tanquam patri et animarum vestrarum e (...)

138Les ecclésiastiques et les laïcs dont le nom figure au bas des chartes épiscopales ne sont pas de simples témoins (testes) dont le rôle consisterait uniquement « à être présent, à voir et à entendre »358. Les uns et les autres sont tenus pour des « fidèles de l’église », auxquels incombent des devoirs de chrétien et de vassal, comme l’indique, dans son ambiguïté, l’usage du mot fidelis359. Ils doivent à l’évêque, dont ils sont adiutores et consiliatores360 les obligations traditionnelles du contrat féodal : l’aide et le conseil361. De surcroît, ils entérinent les dispositions prises par l’évêque en apportant leur consentement362. En d’autres termes, ils participent réellement au processus de la décision : ils ont une part de responsabilité dans l’administration du patrimoine de l’église de Liège. Otbert lui-même en 1095-1096 rappelle aux principes provincie que « ce serait manquer à leur fidélité envers sainte Marie et saint Lambert que de supporter sans réagir l’affaiblissement de l’autorité de l’évêque de Liège »363 et en 1154-1155 Henri II de Leez engage ses « barons » à protéger les biens d’église « au nom du seigneur roi, précise-t-il, et en raison de la fidélité qui nous est due »364. En 1195, les principaux castra de l’évêché de Liège sont partagés entre Baudouin V, comte de Hainaut et marquis de Namur, d’une part, et Henri Ier duc de Brabant, de l’autre. Cette « garde » qui devait prendre fin dès que la succession liégeoise serait réglée, pouvait notamment se justifier par l’obligation qu’avaient ces deux fidèles de saint Lambert de préserver l’intégrité du patrimoine de l’église liégeoise365. Cette forme de droit de regard que le clerus et le populus exercent sur l’évêché se manifeste également par leur participation à l’élection épiscopale. Théoriquement, ils « élisent » l’évêque auquel ils doivent « comme de bons fils », affection, obéissance, respect, aide et conseil366.

  • 367 Cfr K.F. Werner, Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Grossen, dans Karl der Grosse, t. i, (...)
  • 368 Désireux de reconquérir le château de Bouillon, l’évêque Albéron II convoque tous les grands du di (...)
  • 369 L’histoire de la maison namuroise est très significative à cet égard. Cfr F. Rousseau, Le rôle de (...)

139Au vrai, l’attitude de l’évêque vis-à-vis de la noblesse du diocèse correspondait à celle qu’adoptait le roi face aux princes du royaume367. Sans aller jusqu’à dire qu’évêque et nobles étaient condamnés à vivre ensemble, il faut bien admettre que le chef de l’évêché pouvait difficilement agir sans l’appui des grands, même si la collaboration de ces derniers lui coûtait extrêmement cher368. De leur côté, les seigneurs de la terre avaient intérêt à pactiser avec cet homme d’Église dont la puissance spirituelle et temporelle étaient redoutables et dont ils pouvaient obtenir des fiefs. Néanmoins, en travaillant pour la grandeur de l’église de Liège ils forgeaient, en quelque sorte, les armes de leur propre destruction369. Entre l’évêque et les princes du diocèse existaient donc des relations complexes de dépendance réciproque régies constamment par un rapport de force.

L’entourage noble de l’évêque

140Ce sont les chartes épiscopales qui permettent de connaître le mieux les nobiles-liberi réunis autour de l’évêque à l’occasion des deux grandes journées annuelles.

  • 370 Cfr Küpper, La politique des ducs de Zähringen, p. 447-448.
  • 371 Conformément à ce principe, nous n’avons pas tenu compte des lignages dont un seul membre n’a sous (...)

141En dépouillant la documentation, notre attention n’a pas été retenue par les témoins qui surgissaient de façon tout à fait occasionnelle. Non pas que leur présence auprès du prélat soit toujours dénuée d’intérêt. Ainsi l’apparition du duc Bertold IV, frère de l’évêque Raoul, parmi les participants d’un synode de l’année 1182 est riche de signification pour qui veut étudier la politique familiale des Zähringen370. Mais, à notre point de vue, cette mention est d’une importance secondaire. Les personnages qui nous intéressent, sont ceux qui souscrivent les chartes à plusieurs reprises et même le plus souvent possible371.

  • 372 Le synode mixte est et reste une institution diocésaine. C’est tellement vrai que le comte de Hain (...)

142Première remarque, toute simple, mais d’une importance capitale : 93 % des lignages nobles dont les membres souscrivent les chartes épiscopales des xie et xiie siècles sont installés dans les frontières du diocèse de Liège. Si l’on ajoute que les 7 % des non-diocésains ne font point partie du groupe des assidus de la curia épiscopale, nous serons entièrement à l’aise pour affirmer que la force attractive de l’évêque n’est plus douée d’une efficacité suffisante au-delà des limites du ressort spirituel372.

143Le prélat recrute les membres de son entourage dans presque toutes les régions du diocèse. L’immense Toxandrie, seule, échappe à son emprise. Entre le Démer et la courbe de la Meuse, la carte le montre de manière frappante, c’est le vide absolu.

  • 373 Il s’agit, par ordre d’importance décroissant, des doyennés de Jodoigne (10), Ouffet (9), Florenne (...)
  • 374 M. Génicot insiste sur le caractère périphérique de la noblesse namuroise qui jalonne les frontièr (...)

144Tentons de cerner la réalité de façon plus précise encore. En répartissant les familles diocésaines par doyennés, il apparaît que 87 % d’entre elles vivent dans les conciles de la Hesbaye, du Hageland, de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, du Condroz et de l’Entre-Sambre-et-Meuse373, c’est-à-dire, essentiellement, dans les régions où l’étendue du patrimoine de l’église de Liège est considérable. C’est donc dans les pays où la puissance temporelle de l’évêque se superpose à sa puissance spirituelle, que la force d’attraction est la plus vigoureuse. Rien de plus normal. L’évêque est en mesure de distribuer des fiefs et, partant, de se constituer une vassalité digne de ce nom, là seulement où il dispose de terres en abondance374.

145Il n’est évidemment pas question de passer systématiquement en revue tous les lignages formant l’entourage de l’évêque de Liège pendant les deux siècles qui font l’objet de notre enquête. Contentons-nous de ramasser en quelques pages le bilan d’une recherche qui fut longue et fastidieuse.

  • 375 « Tuigerus Hasbanie advocatus », dans une charte d’Albéron Ier datée de 1124, Wampach, Urkunden- u (...)
  • 376 « Hubertus advocatus », Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180 (960). – Wolters, (...)
  • 377 Obituaire de la collégiale N.-D. à Huy, éd. Renardy et Deckers, p. 207 (10 octobre). – Cfr A. Jori (...)
  • 378 « Bozo Hoyensis advocatus beneficium habebat de episcopo in Bouengnistiers » A.E.L., Coll. Ste-Cro (...)
  • 379 Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 41. – Joris, op. cit., p. 483 (1066).
  • 380 Cfr S. Balau, Modave, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 158 (tableau hors texte). – Boson et Walter (...)

146Un des nobles les plus assidus — nous n’aurons pas de peine à le comprendre — est l’avoué de l’église de Liège, mieux connu sous le nom d’avoué de Hesbaye375. Déjà mentionné en 960 et en 963376, ce personnage de condition noble, était naturellement appelé, de par les fonctions qu’il exerçait, à figurer très souvent dans l’entourage de l’évêque. Il en est de même pour l’avoué de Huy. Le premier d’entre eux qui soit connu est Alard, tué en 1013 à la bataille de Hoegaarden377. En 1032, l’avouerie hutoise est entre les mains d’un certain Boson378 et, en 1066, elle est exercée par un personnage nommé Walter379. Boson et Walter appartenaient fort probablement au lignage noble de Barse au sein duquel la charge d’avoué fut héréditaire380.

ENTOURAGE DE L’EVEQUE : NOBILES ET LIBERI

ENTOURAGE DE L’EVEQUE : NOBILES ET LIBERI
  • 381 Dans cette note et dans celles qui suivent nous nous attachons uniquement aux premières mentions. (...)

147Parmi les très hauts personnages du diocèse dont la présence est fréquemment attestée aux sessions synodales mixtes, citons d’abord le duc de Basse-Lotharingie381.

  • 382 Le comte Robert, mentionné dans une charte fausse datée de 963, est sans doute Robert Ier de Namur (...)
  • 383 Le comte Arnoul de Haspinga et son frère Gislebert de Looz souscrivent une charte de Réginard de 1 (...)
  • 384 À partir du milieu du xiie siècle, les Montaigu prendront, de préférence, le titre de comte de Dur (...)

148Mais de tous ce sont incontestablement les comtes de Namur382, de Looz383 et de Montaigu-Duras384 qui entreprennent le plus souvent le voyage de Liège. Ces trois comtes furent, sans aucun doute, les plus fidèles parmi les fidèles de l’église liégeoise aux xie et xiie siècles.

  • 385 Première mention diplomatique sûre en 1036 : Miraeus-Foppens, o.D., t. i, p. 264. – Au xiie s., le (...)
  • 386 La liste des lignages comtaux et nobles qui suit, a été établie de la manière suivante : nous avon (...)
  • 387 Chiny : Luxembourg, Virton. – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11 (1071). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p (...)
  • 388 Durbuy : Luxembourg, Marche-en-Famenne. – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 41 (1066). – Cantatori (...)
  • 389 Limbourg : Liège, Verviers. – Gilles d’orval, lib. III, ch. 13, p. 90 (1081). – de Marneffe, Affli (...)
  • 390 Vielsalm : Luxembourg, Bastogne. – Cfr ci-dessous p. 282 n. 437.

149On ne pourrait en dire autant du comte de Louvain. Ennemi traditionnel de l’église de Liège, il espace volontiers ses séjours dans la Cité385. D’autres dynasties comtales apparaissent également dans l’entourage de l’évêque, mais leur présence est plus rare encore386. Ce sont les comtes de Chiny387, Durbuy388, Limbourg389 et Salm390.

  • 391 Aarschot : Brabant, Louvain. – Evrard, Flâne, n° 6, p. 20 (1131). – de Marneffe, Afflighem, n° 77, (...)
  • 392 Argenteau : Liège, Liège, Visé. – A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 2, p. 392 (1029). – Evrard, Flâne, (...)
  • 393 Atrive : Liège, Waremme, Hannut. – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173). (...)
  • 394 Bekkevoort : Brabant, Louvain. – A.E.L., Ste-Croix, n°5, f° 146 V° (1095). – Daris, B.I.A.L., t. i (...)
  • 395 Bierbeek : Brabant, Louvain. – Wolters, Averboden, n°5, p. 86 (1149). – A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n (...)
  • 396 Bouillon : Luxembourg, Neufchâteau. Kurth, Saint-Hubert, n° 56, p. 71 (1087). – Ibid, n° 103, p. 1 (...)
  • 397 Bunsbeek : Brabant, Louvain, Glabbeek-Zuurbemde. – C.S.L., t. i, n° 42, p. 70 (1147). – Schoolmees (...)
  • 398 Chaumont-Gistoux : Brabant, Nivelles. – Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 810 (1031 : doc. faux qui (...)
  • 399 Chimay : Hainaut, Thuin. – Voir n. préc. (1026-1028). – Despy, Waulsort, n° 51, p. 403 (1190).
  • 400 Ciney : Namur, Dinant. – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 41-42 (1066). – Piot, Saint-Trond, t. i(...)
  • 401 Dalhem : Liège, Liège – M.G.H., DD., Henrich IV., n° 470a, p. 639 (1101). – Ernst, Hist, du Limbou (...)
  • 402 Diepenbeek : Limbourg, Hasselt. – Ernst, n° 22, p. 108 (1063). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. (...)
  • 403 Dongelberg : Brabant, Nivelles, Jodoigne. – Evrard, Flône, n° 20, p. 45 (1150). – Schoolmeesters, (...)
  • 404 Elsloo : Pays-Bas, Limbourg. – Thimister, Saint-Paul, p. 3 (1111). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, (...)
  • 405 Faing : act. Foy, Namur, Dinant, Onhaye. – Despy, Waulsort, n° 9, p. 336 (1050). – Ibid., n° 51, p (...)
  • 406 Falmagne : Namur, Dinant, Dinant. – A. Ev. L., Cart, de Beaurepart, t° 123 R° (1146). – Schoolmees (...)
  • 407 Florennes : Namur, Philippeville. – Doc. cités n. 398 (1026-1028) et n. 406 (1197).
  • 408 Fouron : act. Fouron-le-Comte, Fouron-Saint-Martin et Fouron-Saint-Pierre, Limbourg, Tongres. – A. (...)
  • 409 Saint-Remy-Geest : Brabant, Nivelles, Jodoigne. – Cart, de Saint-Laurent, t. i, f° 8 R°-V° (1081). (...)
  • 410 Gingelom : Limbourg, Hasselt. – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 51, p. 69 (1146). – Erens, Tongerloo, (...)
  • 411 Gronsveld : Pays-Bas, Limbourg. – Ernst, Limbourg, t. vi, n° 22, p. 108 (1063). – Oppermann, Rhein (...)
  • 412 Han-sur-Lesse : Namur, Dinant, Rochefort. – Despy, Waulsort, n° 18, p. 346 (1080). – Ibid., n° 40, (...)
  • 413 Haneffe : Liège, Waremme, Donceel. – Poswick, Hist, de la seigneurie d’Argenteau, n° 2, p. 211, (1 (...)
  • 414 Opheylissem : Brabant, Nivelles, Hélécine. – C.S.L., t. i, n° 32, p. 53 (1116). – Schoolmeesters, (...)
  • 415 Fauquemont, néerl. Valkenburg-Houthem : Pays-Bas, Limbourg. – Heinsberg : Allem, occid., Rhénanie- (...)
  • 416 Hierges : France, Ardennes, Charleville-Mézières, Givet. – Roland, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, n° 14 (...)
  • 417 Jauche : Brabant, Nivelles, Orp-Jauche. – Evrard, Flône, n° 1, p. 13 (1092 : doc. prob, faux, cfr (...)
  • 418 Jesseren : Limbourg, Tongres, Tongres. – A.E.L., Coll. Saint-Martin, chartrier, n° 1 (1079 : faux (...)
  • 419 Kortessem : Limbourg, Tongres. – B.U.Lg., ms. 1972, f° 21 V° (1044 : suspect). – Piot, Saint-Trond (...)
  • 420 Landen : Brabant, Louvain. – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 4, p. 10 (...)
  • 421 Grand-Leez : Namur, Namur, Gembloux. – Baix, Namurcum, t. xvii, 1940, p. 45 (1125).-de Gourjault e (...)
  • 422 Marbais : Brabant, Nivelles, Villers-la-Ville. – Baix, ibid. (1125). – Poncelet, Chartes du prieur (...)
  • 423 Marilles : Brabant, Nivelles, Orp-Jauche. – Baix, ibid. (1125). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 25, p (...)
  • 424 Morialmé : Namur, Philippeville, Florennes. – Bresslau, Neues Archiv, t. xxxiv, 1909, p. 426 (1086 (...)
  • 425 Namur : Namur. – Despy, Waulsort, n° 20, p. 349 (1087 : sur ce doc, cfr Misonne, A.S.A.N., t. liii(...)
  • 426 Neerhespen : Brabant, Louvain, Linter. – B.U.Lg, ms. 1972, f° 21 V° (1044 : doc. suspect). – Erens(...)
  • 427 Strée-lez-Huy : Liège, Huy, Modave. – A.E.L., Ms. Le Fort, 2e partie, t. ix, p. 313 (1083 : doc. f (...)
  • 428 Thuin : Hainaut, Thuin. – C.S.L., t. i, n° 29, p. 48 (1096) – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 40 V (1 (...)
  • 429 Thys : Liège, Waremme, Crisnée. – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 333 (1124). – Schoolmeesters, i (...)
  • 430 Waha : Luxembourg, Marche-en-Famenne, Marche-en-Famenne. – Ernst, Limbourg, t. vi, n° 38, p. 126 ( (...)
  • 431 Walcourt : Namur, Philippeville. – Doc. cité n. 398 (1026-1028). – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 83 (...)
  • 432 Wodémont : Liège, Liège, Dalhem. – Ernst, ibid., n° 22, p. 108 (1063). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1 (...)

150Si nous descendons d’un échelon dans la hiérarchie sociale, nous rencontrons le groupe très important des nobiles-liberi n’exerçant pas de fonctions comtales. Les principaux d’entre eux sont les Aarschot391, Argenteau392, Atrive393, Bekkevoort394, Bierbeek395, Bouillon396, Bunsbeek397, Chaumont398, Chimay399, Ciney400, Dalhem401 Diepenbeek402, Dongelberg403, Elsloo404, Faing405, Falmagne406 , Florennes407, Fouron408, Geest409, Gingelom410, Gronsveld411, Han412, Haneffe413, Heylissem414, Fauquemont-Heinsberg415, Hierges416, Jauche417, Jesseren418, Kortessem419, Landen420, Leez421 Marbais422, Marilles423, Morialmé424, Namur425, Neerhespen426, Strée427, Thuin428, Thys429, Waha430, Walcourt431 et Wodémont432.

151Tous les membres de ces lignages peuvent être tenus pour les principaux représentants de la « noblesse liégeoise » au temps de l’Église impériale.

  • 433 Notamment les Aarschot, Bekkevoort, Bierbeek, Bunsbeek, Chaumont, Dongelberg, Geest, Heylissem, Ja (...)
  • 434 Notamment les Argenteau, Atrive, Faing, Florennes, Han, Hierges, Marbais, Morialmé, Namur, Thuin e (...)
  • 435 Les Leez, notamment.

152Mais est-il bien légitime de parler de « noblesse liégeoise », alors que certaines de ces familles apparaissent simultanément dans l’entourage du comte de Louvain433, ou dans celui du comte de Namur434 voire dans les deux à la fois435 ?

153En réalité, le problème doit être envisagé d’une manière radicalement différente. Parler de la noblesse d’une région déterminée en choisissant pour cadre le territoire du bas moyen âge, c’est commettre un anachronisme.

  • 436 Cfr Poncelet, Œuvres, t. iii, p. cx-cxi.

154Un exemple le fera mieux comprendre. En établissant la liste des nobles liégeois, — liste, soit dit en passant, qui ne correspond guère à la nôtre, — Poncelet a retenu le nom des de Strée. Choix parfaitement légitime, puisque les membres de ce lignage souscrivent huit chartes de l’évêque qui s’échelonnent de 1083 à 1170436. Mais cet auteur ne mentionne même pas les Fauquemont-Heinsberg, installés, il est vrai, un peu à l’écart de ce qui deviendra la « principauté de Liège », mais dont le nom figure à vingt-huit reprises dans une documentation qui couvre la période 1101-1166 !

155La manière la plus exacte de définir la « noblesse liégeoise » des xie et xiie siècles n’est pas celle qui retiendrait le critère géographique. C’est par rapport à l’évêque — en fonction des liens d’homme à homme — que la noblesse doit se situer. En dehors d’un noyau, relativement stable, qui ne comporte pas plus de vingt lignages, il y a la masse plus mouvante, plus instable, des liberi, qui s’attachent quelque temps à la personne de l’évêque, puis s’en éloignent, captés par la force attractive d’un prince féodal voisin. Loin d’être un groupement statique, la noblesse liégeoise de l’époque, est une communauté vivante, en incessante métamorphose.

156L’étude de quelques cas particuliers le montrera bien.

  • 437 Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 360 (1124). – Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 1, p. 345 ( (...)
  • 438 Cfr Vannérus, op. cit., p. 14, 22, 27-28, 30, 32, 34-42.
  • 439 Le comte Otton qui souscrit une charte d’Albéron Ier de 1126 (Halkin, B.S.A.H.D.L, t. viii, 1894, (...)

157C’est seulement sous l’épiscopat d’Albéron Ier (1122-1128), que la maison de Salm — installée pourtant dans les limites du diocèse de Liège — fit son apparition à la curia liégeoise : le comte Herman II (1095-1135), fils de l’antiroi Herman (1081-1088), souscrivit cinq chartes entre 1124 et 1133437. Malgré leur qualité de diocésains liégeois, les Salm vivaient dans l’orbite de l’évêque de Metz438. C’est vraisemblablement la personnalité d’Albéron, ancien primicier de l’évêché lorrain, qui les attira sur les bords de la Meuse. Il est d’ailleurs significatif que les liens alors noués avec Liège ne devaient guère survivre à l’évêque Albéron439.

  • 440 Henri de Durbuy figure parmi ceux qui défendirent l’abbaye « grégorienne » de Saint-Hubert contre (...)

158Un cas non moins curieux est celui du comte Henri Ier de Durbuy (1066-1097). Ce personnage, qui fut sans conteste un des membres les plus assidus de l’entourage de Henri de Verdun (1075-1091) n’a pas souscrit une seule charte d’Otbert (1091-1119). Il y eut incontestablement entre Otbert et le comte de Durbuy une haine implacable qui n’est peut-être pas sans rapport avec la Querelle des investitures ou même avec la brouille qui avait en son temps opposé Henri de Verdun à celui qui était appelé à devenir son successeur440.

  • 441 Ibid., ch. 70, p. 158, 160, 165, ch. 81, p. 201, ch. 89, p. 225.
  • 442 Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 623 (1112).

159Les Florennes désertent également la curia liégeoise après le décès de Henri de Verdun et ne la réintègrent pas avant l’année 1131. Or nous savons qu’Otbert a placé de force des hommes de confiance sur le siège abbatial de Florennes441. Peut-être son attitude a-t-elle mécontenté la famille seigneuriale de l’endroit. L’opposition entre l’évêque de Liège et ce lignage atteignit sans doute son point culminant en 1112, lorsqu’Otbert — au cours d’un conflit dont le détail nous échappe — assiégea le château de Florennes442.

  • 443 M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 470a, p. 639. – Cfr ci-dessus, p. 216 n. 20. – Fauquemont fut incorp (...)
  • 444 Le « comte » Gosuin qui souscrit cette charte est probablement Gosuin de Heinsberg (Halkin, B.S.A. (...)
  • 445 Ewig, Zum Lothringischen Dukat der Kölner Erzbischöfe, p. 229-230, 239-240.
  • 446 Sur les circonstances de cette élection, voir Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. (...)
  • 447 Liège n’est pas complètement négligée pour autant : en 1195, l’archidiacre Otton de Fauquemont se (...)

160Dès 1101, Thibaut de Fauquemont fait partie de la Leodiensis militia, c’est-à-dire du groupe des fideles ecclesie sancti Lamberti443. Son héritier, Gosuin Ier de Fauquemont-Heinsberg souscrit une charte de l’évêque Albéron en 1126444. À partir de ce moment, les membres du lignage deviennent, jusqu’en 1166, les plus fidèles participants des sessions synodales liégeoises. Puis ils disparaissent totalement des chartes épiscopales. Comment expliquer un revirement aussi complet ? Opposition à Raoul de Zähringen qui s’installe sur le trône de saint Lambert en 1167 ? Non point. Ce n’est pas à Liège qu’il faut chercher la réponse. Installés dans l’espace compris entre la Meuse et le Rhin, les Heinsberg pouvaient difficilement échapper à l’emprise de Cologne dont l’influence s’étendait progressivement vers l’ouest. Ils sont mentionnés pour la première fois dans l’entourage de l’archevêque sous Arnold Ier (1138-1151)445. Mais en 1167, Philippe prévôt de Liège et doyen de Cologne, fils de Gosuin II de Fauquemont-Heinsberg monta sur le trône archiépiscopal et l’occupa jusqu’en 1191446. Il n’en fallut pas davantage pour que son lignage abandonne la Cité mosane au profit de la métropole qui offrait évidemment des perspectives plus séduisantes447.

  • 448 E. Del Marmol, A.S.A.N., t. v, 1857-1858, n° 9, p. 434 (1131). – Galliot, Histoire de la province (...)
  • 449 Archives de l’ abbaye d’Averbode, Sect. I, Chartier, charte n° 7. – Wolters, Notice sur Averboden, (...)
  • 450 Cfr Rousseau, op. cit., p. 35-41. – Küpper, Raoul de Zähringen, p. 40-43. – Ci-dessus, p. 174 et n (...)

161De tous, c’est peut-être le cas de la maison de Namur qui présente le plus d’intérêt. Jusqu’au décès du comte Godefroid († 1139), les princes namurois font incontestablement partie de ce noyau de fidèles dont l’évêque ne se passe pour ainsi dire jamais. Son fils Henri l’Aveugle montra, semble-t-il, beaucoup moins d’ardeur à servir le chef du diocèse. Il est mentionné, en compagnie de son père, dans deux chartes d’Alexandre Ier datées de 1131 et 1134. En 1141, il aide Albéron II à reconquérir le château de Bouillon et l’année suivante il souscrit encore une charte de cet évêque448. Mais pendant le très long règne de Henri II de Leez il n’est mentionné qu’une seule fois dans l’entourage épiscopal, en 1149449. Cette transformation radicale dans les rapports qui unissaient l’église de Liège et la maison de Namur est liée notamment à la lutte implacable à laquelle ces deux puissances se livrèrent pour la domination politique de la Meuse moyenne. Après la victoire de l’évêque sur le comte, lors du combat d’Andenne, en 1151, le vaincu déserta les synodes liégeois jusqu’à la mort de son ennemi. En 1167, cependant, Henri l’Aveugle obtint une belle revanche en faisant élire à Liège son propre neveu, Raoul de Zähringen450.

  • 451 Tout comme pour l’établissement de la carte, nous n’avons pris en considération que les lignages d (...)

162À l’instar d’autres princes, les évêques de Liège ont attiré vers eux un grand nombre de nobiles. Or cette force d’attraction s’est exercée, au fil du temps, selon des degrés variables d’intensité. Nous pouvons en avoir une idée très approximative en pointant, pour chaque épiscopat, l’apparition de nouveaux lignages nobles451.

  • 452 Aux 12 familles mentionnées pour la première fois sous Réginard (1025-1037) viennent s’ajouter 2 n (...)
  • 453 Triumphus sancti Lamberti, ch. 2, p. 500. – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, ch. 7, p. 16-17.

163Les résultats de cette enquête nous laissent sur l’impression suivante452 : la première période faste prend fin à la mort de l’évêque Albéron Ier († 1128), avec un sommet sous les épiscopats de Henri de Verdun et d’Otbert, soit en 1075-1119. Il convient de noter que la Querelle des investitures et le Concordat de Worms (1122) ne paraissent pas avoir entamé le prestige de l’évêque : Albéron Ier, dont le règne fut pourtant très bref n’attira pas moins de huit nouveaux lignages dans la Cité. L’affaissement est net, par contre, sous Alexandre Ier, dont un auteur contemporain nous a décrit le grand désarroi et qui, finalement, fut déposé par le pape. Le déclin se prolonge sous Albéron II, héritier, sans doute, d’un pouvoir fort amoindri453. Avec l’avènement de Henri II de Leez, grand restaurateur de l’autorité épiscopale, nous assistons au redressement spectaculaire d’une situation qui paraissait déjà perdue : on en revient aux beaux jours de Henri Ier et d’Otbert. Mais ce relèvement inattendu est suivi par une chute brutale sous Alexandre II et Raoul de Zähringen.

164Ces constatations ne concernent que les nouveaux lignages et ne tiennent pas compte des familles précédemment apparues dans l’entourage épiscopal et continuant de fréquenter la curia liégeoise.

  • 454 Le chiffre placé entre parenthèses indique le nombre de lignages différents qui apparaissent dans (...)

165Relevons donc, pour chaque règne, le nombre de lignages nobles dont la présence est attestée auprès de l’évêque454.

  • 455 L’épiscopat d’Alexandre II nous paraît beaucoup trop bref pour autoriser des déductions valables. (...)

166La courbe est sensiblement la même. Un sommet sous Henri de Verdun et Otbert suivi par un affaissement — particulièrement prononcé — pendant l’épiscopat d’Alexandre Ier. Un nouveau sommet — tout à fait remarquable — au temps de Henri II de Leez, puis la courbe s’infléchit derechef durant l’épiscopat de ses successeurs, Raoul de Zähringen et Albert de Cuyck455.

167Qu’en est-il vraiment de ce tassement que nos moyens d’investigation, assez sommaires, nous permettent d’entrevoir au lendemain du décès de Henri II ?

168Sous Raoul, plusieurs lignages continuèrent, comme jadis de séjourner régulièrement auprès de l’évêque. Ainsi, — nul ne s’en étonnera,

  • 456 Mentionné à 2 reprises sous Alexandre II, à 5 reprises sous Raoul et à 2 reprises sous Albert de C (...)
  • 457 Mentionné à 1 reprise sous Alexandre II, à 4 reprises sous Raoul et à 1 reprise sous Albert de Cuy (...)
  • 458 II souscrit en outre 2 chartes d’Alexandre II et 2 chartes d’Albert de Cuyck : Cart. d’Aulne, f° 8 (...)
  • 459 En 1173 : Schoolmeesters, ibid., n° 21, p. 158. – Ci-dessus n. 393.
  • 460 En 1170 : ibid., n° 10, p. 151. – Ochain : Liège, Huy, Clavier.
  • 461 En 1182 : ibid., n° 60, p. 176. – Sombreffe : Namur, Namur.
  • 462 Grand absent des synodes liégeois sous Henri II de Leez, le comte de Namur souscrit 2 chartes d’Al (...)
  • 463 Il ne souscrit qu’une seule charte de Raoul : Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 15, p. 62 (11 (...)

169— l’avoué de Hesbaye456 et l’avoué de Thuin457. Mais l’avoué de Huy n’apparaît qu’une seule fois dans les chartes de Raoul de Zähringen, en 1170458. Sous son règne de nouvelles lignées font irruption dans l’entourage episcopal : les Atrive459, les Ochain460 et les Sombreffe461. Mais cet apport est bien mince si on le compare au grand nombre de ceux qui renoncent à se rendre à Liège. Le comte de Namur — parent de l’évêque Raoul pourtant — ne fait plus que de rares apparitions dans la Cité462. Quant au comte de Looz, il disparaît des chartes épiscopales après 1171463. Les Bierbeek sont mentionnés pour la dernière fois en 1164, les Walcourt en 1165, les Argenteau, Gingelom, Han, Fauquemont, Marilles en 1166, les Hierges et les Strée en 1170, les Jesseren en 1171, les Bunsbeek, Diepenbeek, Dongelberg, Heylissem, Neerhespen, Thys en 1173, les Wodémont en 1176. Il faut peut-être imputer la disparition de certaines de ces familles à l’extinction de la lignée. Néanmoins, le mouvement de désertion est indéniable.

  • 464 « Nunc autem curia rara familiam frequentem fecit evanescere ; principes curiam non fréquentant... (...)
  • 465 « novi homines surrexerunt, qui ignorant Ioseph ». Allusion au passage de l’Exode, I, 8 repris par (...)
  • 466 « partibus multis languidus iacet episcopatus » De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 1 (...)

170Assez frappant, de toute manière, pour avoir attiré l’attention des contemporains. Un moine de Lobbes, qui écrit au déclin du xiie siècle, regrette l’époque dorée dont la fin coïncida, selon lui, avec le décès d’Alexandre II († 1167). Il constate l’abandon général de la curia de Liège464 en même temps que l’apparition d’« hommes nouveaux »465. L’évêché de Liège, conclut-il, est actuellement sans forces466.

  • 467 « dominus Radulphus Leodiensis episcopus, homo austerus et nulli dum posset consilio acquiescens, (...)

171La personnalité de Raoul de Zähringen, sous l’épiscopat duquel le phénomène s’amorça, doit-elle être mise en cause ? Raoul appartenait à l’une des plus illustres familles du royaume germanique. Parfaitement conscient de la noblesse de sa race, cet homme, qui avait failli monter sur le siège archiépiscopal de Mayence, devait sans doute présenter une image fort différente de celle d’un Henri de Leez, petit noble diocésain qui s’était élevé à la force du poignet. « Le seigneur Raoul, évêque de Liège, était un obstiné. Il suivait rarement les conseils d’autrui et n’en voulait jamais faire qu’à sa tête »467. Cette remarque, échappée de la plume d’un chroniqueur qui le connaissait fort bien, mérite certainement d’être prise en considération.

  • 468 Lorsqu’il institua la paix de Dieu dans son diocèse, l’évêque Henri de Verdun prit conseil auprès (...)

172Raoul de Zähringen aurait donc été jaloux de son autorité au point de mépriser souvent le « conseil » qu’en raison des coutumes du temps, les vassaux de l’église venaient lui apporter468.

  • 469 Dans l’évêché voisin d’Utrecht, on enregistre une évolution similaire : J. Buntinx, dans l’Algemen (...)

173Même si le « rétrécissement » de la curia épiscopale liégeoise constaté entre 1167 et 1200 n’est pas sans lien avec l’accentuation du pouvoir personnel de l’évêque, il n’en reste pas moins lié au phénomène, beaucoup plus général, de la territorialisation469.

  • 470 Cfr L. Génicot, Empereurs et princes en Basse-Lotharingie, dans Études..., 1975, p. 12-38.
  • 471 Id., Noblesse et principautés en Lotharingie du xie au xiiie siècle, ibid., p. 39-58. – Parmi les (...)
  • 472 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 57-58 (1197). Cfr Smets, Henri I, duc de Braba (...)

174C’est précisément dans le courant de la seconde moitié du xiie siècle que l’autorité « territoriale » des princes lotharingiens prend corps. C’est à ce moment précis qu’ils commencent véritablement à faire figure de « souverain » dans la région qu’ils dominent470. Pourquoi, dès lors, le duc de Brabant, par exemple, continuerait-il de séjourner deux fois par an dans la Cité mosane pour rehausser l’éclat d’un prince rival ? Par ailleurs, la consolidation du territoire passait nécessairement par une incorporation plus complète de la noblesse qui, dès lors, perdit un peu de son caractère « international »471 Tout contribuait donc à la dislocation des ensembles trop vastes. Or le diocèse, politiquement parlant, était précisément trop étendu. À la fin du xiie siècle, le pouvoir temporel que l’évêque y exerçait par le truchement de la « paix » de Liège lui fut violemment contesté par le Brabant qui considérait cette institution séculaire comme une entrave à sa souveraineté472.

  • 473 « Cornes quidem ut dominaretur intendebat ; episcopus, ut sui ab eius dominatione et gravi oppress (...)
  • 474 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 90-97, 195-198, 209. – C’est à l’intervention du comte de Namur (...)

175Signe des temps, peut-être, l’évêque doit prendre les armes contre ses deux alliés traditionnels : le comte de Namur qui voulait « dominer » l’église liégeoise est écrasé à Andenne en 1151473 ; la terre du comte de Looz est ravagée en 1179474. N’est-il pas symptomatique qu’à moins de trente ans d’intervalle il ait fallu brutalement abattre les deux plus fidèles participants du synode épiscopal mixte ?

  • 475 Cfr Ewig, Zum lothringischen Dukat, p. 231-232, 235, 238-241. – Bonenfant, Du duché de Basse-Lotha (...)

176À ces causes profondes de déclin, il faut vraisemblablement ajouter la concurrence à laquelle le métropolitain soumettait l’assemblée plénière liégeoise. Dans son effort pour développer vers l’ouest l’influence colonaise, l’archevêque attirait à lui le seigneur de Heinsberg, le comte de Limbourg, le comte de Looz et le duc de Brabant lui-même475.

***

177Détenteur des deux glaives, protecteur insigne de tous les « hommes libres », l’évêque de Liège jouissait d’une position privilégiée qui lui conférait, face aux grands du diocèse, une réelle supériorité. Celle-ci, du reste, devait encore se renforcer en raison du déclin de l’autorité ducale. Malgré leur puissance, leurs terres et leurs hommes, les ducs de Brabant ou les comtes de Namur étaient incapables de réunir autour d’eux des cours aussi brillantes et aussi nombreuses que les assemblées synodales. C’est que la curia plénière de Liège, à la différence de celle des princes territoriaux, plongeait ses racines dans le pouvoir spirituel des successeurs de saint Lambert.

178Le synode général mixte se superposait à la curia restreinte où siégeaient en principe les clercs et les laïcs qui vivaient dans la Cité épiscopale.

  • 476 Voir sur ce point les remarques de K.F. Krieger, Die königliche Lehngerichtsbarkeit im Zeitalter d (...)

179Sans doute les pouvoirs des deux curiae étaient-ils pratiquement identiques, à la réserve toutefois que la curia plénière connaissait normalement des affaires les plus graves ou de celles qui demandaient, pour des raisons diverses, une audience élargie. Bref, une administration centrale assez rudimentaire dont la simplicité, qui est conforme à l’esprit du temps, ne doit pas nous étonner : la curia royale de l’époque était à peine mieux organisée476.

180À partir de la seconde moitié du xiie siècle, sous l’influence de facteurs divers mais en raison, surtout, de l’évolution du processus de « territorialisation » en Basse-Lotharingie, le synode épiscopal mixte entre dans son déclin. La terre de saint Lambert se transforme, irrésistiblement, en principauté territoriale. À la réalité diocésaine, elle oppose désormais, de plus en plus vigoureusement, sa réalité propre.

Notes

1 L’étude des entourages politiques a donné lieu, ces dernières années, à plusieurs publications de qualité : J.F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965. – E. Bournazel, Le gouvernement capétien au xiie siècle. 1108-1180, Paris, 1975. – O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au xie siècle, 2 vol., Paris, 1972 et le C.R. de ce livre par L. Génicot, R.H.E., t. lxviii, 1973, p. 104-111. – A. Gawlik, Intervenienten und Zeugen in den Diplomen Kaiser Heinrichs IV. (1056-1105), Kallmünz, 1970.

2 L’étude des classes sociales dans l’ancien diocèse de Liège ou même dans la « principauté » — mais qu’est-ce que la « principauté » aux xiexiie s. ? — n’est évidemment pas notre objet : c’est le sujet d’un autre livre. Néanmoins, il n’était pas possible d’esquiver la question dans un chapitre consacré à l’entourage politique d’un prince. Nous l’avons donc abordée en nous basant, pour l’essentiel mais non pas exclusivement, sur le copieux dossier que constituent les chartes épiscopales. La structure sociale que nous allons tenter de décrire n’est donc pas celle d’un territoire déterminé. Ce que nous voulons reconstituer c’est une classification sociale conçue dans le milieu humain que constitue l’entourage de l’évêque de Liège. On pourrait, semble-t-il, nous présenter deux objections : 1°) Nombreuses sont les chartes épiscopales rédigées par le destinataire. Sont-elles donc représentatives de ce milieu liégeois ? En fait, bien que rédigées en dehors de la « chancellerie », elles ne l’étaient pas n’importe comment. Il y avait des règles auxquelles on dérogeait rarement (Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 87). Par ailleurs, la plupart des listes de témoins devaient nécessairement être transcrites dans l’entourage même de l’auteur de l’acte – 2°) On pourrait nous reprocher de reconstituer une société artificielle qui n’a jamais été inscrite sur le sol. Nous croyons au contraire que l’étude d’un groupe social vivant à l’ombre d’un grand seigneur — jusqu’au xiie s. en tout cas — est plus conforme à la vérité : l’État n’est pas encore devenu, pour reprendre la terminologie de Th. Mayer, un Flächenstaat, mais reste essentiellement un Personenverbandsstaat : le pouvoir ne s’exerce pas uniformément sur tous les habitants d’un territoire déterminé ; le prince agit par l’intermédiaire des hommes qu’il attache à sa personne.

3 Acte pour Saint-Barthélemy. Après la souscription des ecclésiastiques, celle des comtes est introduite par la formule « de liberis hominibus » et celle des ministériaux par « dé familia ecclesiae » : B.U.Lg., ms. 1972, f 20 V° – 21 R°. – Miraeus-Foppens, O.D., t. III, p. 303. – Paquay, Saint-Barthélémy, n° 4, p. 93. – M.L. Génicot considère, avec raison, ce document comme probablement faux (Nobles, sainteurs et alleutiers dans le Namurois..., dans Album J. Balon, 1968, p. 121 et n. 8). – Voir ci-dessous, n. 4. – Nemery, Etude... sur... Saint-Barthélemy, p. 73-78 et les remarques d’E. Boshof, Lothringen, Frankreich und das Reich, p. 86-87. – La distinction entre nobiles et de familia apparaît seulement en 1102 dans les chartes de l’abbaye de Stavelot et en 1121 dans les actes du comte de Namur (Cfr L. Génicot, L’économie rurale namuroise..., t. ii, Les hommes. La noblesse, Louvain, 1960, p. 59 et n. 1, p. 33).

4 Dans la charte de Wazon pour Saint-Barthélemy de 1044 : B.U.Lg., ms. 1972, f° 21 R° V°. – B. Fisen, Sancta Legia, 1696, p. 199. – Paquay, n° 3, p. 92-93, où figure la date inexacte de 1043. – Cfr Nemery, p. 66-72. – Boshof, ibid. – Henri III, qui porte dans ce doc. le titre impérial, ne fut couronné qu’en 1046. La souscription des membres de la familia disparaît sous Théoduin, resurgit sous Henri de Verdun mais ne devient fréquente qu’à partir d’Otbert. Les actes de 1044 et 1046 paraissent donc singulièrement précoces et c’est une des raisons pour lesquelles ils doivent être tenus pour suspects. – Quelques ministeriales sont également mentionnés dans les fausses chartes de Réginard pour Saint-Laurent : Bonenfant, B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 5, p. 352 (1034), n° 6, p. 358 (1034), n° 8, p. 366 (1035).

5 Dans une charte épiscopale pour Saint-Barthélemy : les témoins sont répartis en milites, clerici et membres de la familia ecclesie : A. Ev. L., Cart. de St-Barthélemy, P 2 R° V°. – Daris, Notices, t. vi, 1875, p. 182-183 (cette éd. comporte de nombreuses erreurs). – Paquay, n° 6, p. 95. Cfr Nemery, p. 87-92.

6 Dans une charte pour Saint-Laurent : après les archidiacres, sont cités les laici, puis les membres de la familia : A. Ev. L., Cart. de St-Laurent, t. i, P 8 R° V°. – Martène et Durand, Amplissima collectio, t. iv, col. 1174-1175. – Voir également la charte d’Elbert, chanoine de Saint-Lambert : « presentibus dominis et fratribus et multis ex familia ecclesie pluribusque liberis hominibus » C.S.L., t. i, n° 27, p. 44 (1085).

7 Charte pour Sainte-Croix : les témoins se répartissent en clerici, laici liberi et laici ecclesiastici : A.E.L., Ste-Croix, n° 5, P 146 V° (1095). – Charte pour l’église de Liège : clerici, laici nobiles, de familia ecclesie : C.S.L., t. i, n° 29, p. 47-48 (1096). – Charte pour Saint-Martin : ecclésiastiques, liberi homines, de familia episcopi : A.H.E.B., t. xvii, 1881, p. 73 (1099) etc. – C’est également à partir de l’épiscopat d’Otbert que les cives, les burgenses et les échevins souscrivent les chartes épiscopales. Ils sont placés après les membres de la familia.

8 E. Poncelet a développé ses idées dans l’introduction aux Œuvres de Jacques de Hemricourt, t. iii, Bruxelles, 1931, p. xcii–ccxviii. Il en a tiré une synthèse intitulée : De la condition des personnes dans la société du moyen âge, particulièrement au pays de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xxviii, 1937, p. 45-77. Les vues de l’historien liégeois, qui restèrent malheureusement peu connues, ne rencontraient nullement la théorie de M. Bloch selon lequel il n’y avait pas eu de noblesse en Occident avant le xiie s. Du ixe au xie s., selon M. Bloch, la nobilitas fut une classe sociale aux contours assez imprécis qui se distinguait de la masse par une naissance illustre, une fortune considérable, des pouvoirs de commandement, un sentiment très fort de supériorité et un genre de vie particulier dans lequel le métier des armes jouait un rôle primordial. Cette catégorie sociale serait devenue une véritable noblesse entre le milieu du xiie s. et la fin du xiiie, lorsque, par le biais de l’adoubement chevaleresque, elle se serait transformée en ordre ou caste héréditaire bénéficiant d’un statut juridique propre. C’est donc à partir du moment où la classe nobiliaire devint une classe juridique et héréditaire qu’on put parler d’une véritable noblesse de droit : La société féodale, réimpr., Paris, 1968, p. 395-478. – En étudiant de manière approfondie l’aristocratie de la région mâconnaise, – région qui apparaît, du point de vue de la documentation, comme une des plus favorisées d’Europe, – G. Duby a constaté une évolution assez semblable à celle qui était décrite par son prédécesseur, encore qu’elle apparaisse comme beaucoup plus précoce : dès le xe siècle une aristocratie existe, assise sur des patrimoines allodiaux transmis de génération en génération. A partir de 971, ces nobiles se parent de plus en plus fréquemment du titre chevaleresque (miles). Ce titre, qui supplante pratiquement tous les autres au milieu du xie s. renforce la cohésion de l’aristocratie foncière et la transforme en chevalerie : La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, réimpr., Paris, 1971 et Lignage, noblesse et chevalerie au xiie siècle dans la région mâconnaise. Une révision, dans Hommes et structures..., 1973, p. 395-422. – La bibliographie relative à l’histoire de la noblesse est très vaste. En dehors des études de M. Bloch et de G. Duby, citons, parmi les plus récentes et les plus importantes : G. Despy, Sur la noblesse dans les principautés belges au moyen âge, R.B.P.H., t. xli, 1963, p. 471-486. – L. Génicot, La noblesse au moyen âge dans l’ancienne « Francie », Annales. E.S.C., t. xvii, 1962, p. 1-22, La noblesse dans la société médiévale, M. A., t. lxxi, 1965, p. 539-560 et Les recherches relatives à la noblesse médiévale, Bull, de la Cl. des Lettres et des Sc. mor. et pol. de l’Acad. Roy. de Belgique, 5e sér., t. lxi, 1975, p. 45-68. – R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie..., 2 vol., Paris-Louvain, 1968. – J. Flori, La notion de Chevalerie dans les Chansons de Geste du xiie siècle..., M.A., t. lxxxi, 1975, p. 211-244,407-445 et Chevaliers et chevalerie au xie siècle en France et dans l’Empire germanique, ibid., t. lxxxii, 1976, p. 125-136. – M. Parisse, La noblesse lorraine xie-xiiie s., 2 vol., Lille-Paris, 1976. – W. Störmer, Früher Adel..., 2 vol., Stuttgart, 1973. – J.M. Van Winter, Ministerialiteit en ridderschap in Gelre en Zutphen, 2 vol., Groningue, 1962. – E. Warlop, De vlaamse adel voor 1300, 3 vol., Handzame, 1968. – L. Verriest, Noblesse. Chevalerie. Lignages. Condition des biens et des personnes..., Bruxelles, 1959. — Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des grossfränkischen und frühdeutschen Adels, publ. s. la dir. de G. Tellenbach, Fribourg-en-Br., 1957. – La noblesse au moyen âge. xie-xve s., publ. s. la dir. de Ph. Contamine, Paris, 1976. – M. Heinzelmann, La noblesse du Haut moyen âge (viiie-xie siècles), M. A., t. lxxxiii, 1977, p. 131-144. – K.F. Werner, Adel : Fränkisches Reich, Imperium, Frankreich, dans Lexikon des Mittelalters, t. i, 1, 1977, col. 118-128. – D’autres travaux seront cités en cours d’exposé.

9 C’était également le point de vue de J. Lyna, Les « liberi » et les « nobiles », Leodium, t. xix, 1926, p. 85-91, 95-102.

10 L’opinion de Poncelet correspond d’ailleurs aux vues de H.G. Reuter, Die Lehre vom Ritterstand..., 2e éd., Cologne-Vienne, 1975, dont les affirmations outrancières ont été atténuées par J. Fleckenstein, Zum Problem der Abschliessung des Ritterstandes, dans Hist. Forsch, für W. Schlesinger, 1974, p. 260-263. Ce dernier auteur admet que dans la Germanie du xiie s. l’ordo militaris comprend des nobiles et des ministeriales. Dans le même sens : J. Johrendt, « Milites » und « militia » im 11. Jahrhundert in Deutschland, dans Das Rittertum im Mittelalter, 1976, p. 427-428, 431-432, 435.

11 Cfr G. Duby, Les origines de la chevalerie, dans Hommes et structures..., p. 325-341. – P. Van Luyn, Les milites dans la France du xie siècle, M. A., t. lxxvii, 1971, p. 5-51, 193-238.

12 Elle forma, avec le chapitre, d’une part, la Cité et les bonnes villes, de l’autre, le second des trois États du pays de Liège : J. Lejeune, Liège et son pays, p. 237-254.

13 M. Bloch avait déjà souligné les rapports qui existaient entre la seigneurie banale et la classe nobiliaire : La société féodale, p. 402-403.

14 P. Bonenfantet G. Despy, La noblesse en Brabant aux xiie et xiiie siècles, M.A., lxiv, 1958, p. 27-66. – L. Génicot, L’Économie..., t. ii, Les hommes. La noblesse, p. 1-84. – Despy, Sur la noblesse dans les principautés belges.

15 II en est ainsi, par exemple, du problème de la transmission de la noblesse. Était-elle transmise per virgam ou per ventrem ? Par les deux affirme Poncelet (De la condition, p. 55). On voudrait en avoir la preuve pour les xie et xiie siècles. En 1163, Anselme de Falmagne est qualifié d’« utraque linea generoşi sanguinis ingenuus » (Despy, Waulsort, t. i, n° 36, p. 377). Est-il prudent d’en déduire — dès lors qu’il y aurait équivalence entre ingenuitas et nobilitas — que la noblesse était transmissible par le père ou la mère ?

16 Niermeyer, Lexicon minus, p. 676-678. – Van Luyn, Les milites dans la France du xie siècle. – G. Duby, La diffusion du titre chevaleresque sur le versant méditerranéen de la Chrétienté latine, dans La noblesse au moyen âge, 1976, p. 39-70. – Sur le problème de la chevalerie voir les articles réimprimés par les soins d’A. Borst dans Das Rittertum im Mittelalter, Darmstadt, 1976 (avec une abondante bibliogr.).

17 Cfr Niermeyer, ibid., n° 7. – Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? 4e éd., p. 28-29, 44, 67. – Bloch, La société féodale, p. 437. – Duby, Les origines de la chevalerie, p. 332. – Van Luyn, op. cit., p. 14.

18 « Comes miles effectus est domni episcopi pro benefitio Godefridi » B.U.Lg., ms. 1971, f° 333 V°. Cette convention vient de faire l’objet d’une édition et d’une étude critique dans le B.C.R.H., t. cxlv, 1979, p. 1-24.

18bis « miles meus », « quispiam militum post Otbertum habiturus benefïcium » Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17.

19 « dux Godefridus miles effectus est domini episcopi Dietwini, accepto ab eo hoc beneficio. » – Dans ce texte, l’expression « militare ius » doit évidemment se traduire par « droit féodal ». C.S.L., t. vi, 1933, p. 240.

20 « Herimannus, miles Herimanni episcopi, corona sibi imposit a ». Sigebert, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 364 (1082), d’après Niermeyer, ibid. – Parlant des vassaux de Saint-Lambert, la Vita Balderici, ch. 9, p. 727-728 affirme qu’ils sont liés « militaria sacramenta » (ca 1100). – Voir également la Translatio reliquiarum sancti Jacobi, dans Gilles d’Orval, M.G.H., SS., t. xxv, p. 82 (écrite vers 1100 par un moine de Saint-Jacques) où il est question des « sacramenta in Romane rei publice militiam olim iurata ». – Sur ce texte : J. Stiennon, Le voyage des Liégeois à Saint-Jacques de Compostelle. – Un texte de 1101 établit une équivalence indiscutable entre la « Leodien-sis militia » et le groupe des « fideles ecclesie sancti Lamberti » M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 470 a, p. 639. – Sur ce doc. voir en dernier lieu Gawlik, Intervenieren und Zeugen in den Diplomen Kaiser Heinrichs IV., p. 93-94 et M.G.H., DD., Heinrich IV., 3e partie, p. xlvi n. 134, p. L n. 161, p. 747 et les travaux de Niermeyer, Stiennon et Despy y mentionnés.

21 « Omnes quotquot sunt utriusque ordinis, clericalis seu militaris », H. Silvestre, Comment on rédigeait une lettre au xe siècle..., M.A., t. lviii, 1952, p. 5.

22 Dans l’œuvre de Richer, qui écrit entre 995 et 998, ordo militaris peut signifier « ceux qui portent les armes » ou « les gardes-serviteurs ». Quant au mot miles il prend trois sens différents : « soldat », « vassal » ou « garde-serviteur ». Cfr J.M. Van Winter, « Uxorem de militari ordine sibi imparem », dans Miscellanea J.F. Niermeyer, 1967, p. 113-124.

23 G. Duby, Les origines de la chevalerie, dans Hommes et structures, p. 333-334 et surtout Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, 1978, p. 99-104. – A ce propos, voir un texte fort intéressant dans le Cantatorium, ch. 23, p. 58 : en 1069 le duc Godefroid le Barbu, sur le point de mourir, remet son glaive à l’abbé Thierry de Saint-Hubert « pro abrenuntiatione miliţie seculans ». – Voir aussi P. Rousset, La description du monde chevaleresque chez Orderic Vital, M.A., t. lxxv, 1969, p. 427-444.

24 Dans la corroboration l’auteur de l’acte annonce : « signis fidelium nostrorum, tam clericorum quam laicorum [...] censuimus confirmări ». Hariulf, Chronique de St. Riquier, éd. Lot, p. 171. Ces « fidèles laïcs » sont évidemment les milites. — Sur ce doc., cfr p. 103 n. 152

25 Berlière, Documents inédits, t. i, n° 5, p. 12. Ce doc. est un faux, mais la liste de témoins, où nous puisons notre information, provient sans doute d’un document contemporain. Cfr ci-dessus, p. 126, n. 86. – Militare peut signifier « être vassal ». Niermeyer, p. 679.

26 « cum milites mei, et clerici ad colloquium convenissent Leodii » Fisen, Sancta Legia, 1696, Iere partie, p. 198-199. – Ce doc. faux est daté de 1031, mais nous avons des raisons de croire qu’il est basé sur un acte perdu de 1026-1028. Cfr p. 515 n. 19, p. 516. – Il n’est pas certain, cependant, que le passage utilisé figurait dans le document primitif.

27 « adiutores et consiliatores [...] milites meos », doc. cité ci-dessus, n. 5.

28 Sont désignés par ce mot : 1°) dans le document daté de 1029 : l’avoué de l’église de Liège, Hunecho frère de l’évêque Réginard, Godefroid et Arnoul de Florennes, Guillaume, Lambert de Courcelles, Adélard de Chimay, Boson de Huy (Hora), Lamfrid du Condroz. – 2°) dans le document de 1034 : les comtes de Haspinga, de Looz et de Montaigu, l’avoué de l’église de Liège, Reimbald, Hubert, Bernard, Heribert, Guillaume, Heribert, Oldric, Gérard, éd. Bonenfant, B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 2, p. 344. – Lambert d’Oteppe est qualifié A’homo ingenuus dans la charte de Réginard pour le même établissement datée de 1025-1034 (Bonenfant, n° 1, p. 336), mais ce document est vraisemblablement un faux. Cfr ci-dessus, P. 127 n. 86.

29 « libera matrona nomine Geila » A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 182 R° – L’évêque Réginard participe à l’action juridique. Geila est sans doute l’épouse du vir nobilis Raoul d’Incourt, comme l’indique une charte épiscopale de 1036 : Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 263-264.

30 « a liberis hominibus francone et hislino » Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 2, p. 96. – L’expression liber homo figure également dans les chartes suspectes de l’évêque Wazon en faveur de Saint-Barthélemy : B.U.Lg., ms. 1972, f 21 R° V° (1044), f° 20 V°-21 R° (1046). Cfr ci-dessus p. 212 n. 3-4. Dans la charte de 1046, l’expression liberi homines concerne les comtes de Montaigu, de Namur et de Looz.

31 « cum pluribus nostris fidelibus canonicis et nobilibus laicis » Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 264.

32 La première mention sûre du groupe de familia ecclesie dans une charte épiscopale liégeoise figure dans un document de, 1078 pour Saint-Barthélemy. Les représentants de la ministérialité, Lambert de Pont, Garnier, Wazelin, Lambert et Evrard, y sont nettement distingués du groupe des milites, c’est-à-dire des grands vassaux de l’église : le comte Albert de Namur et son frère Henri, les comtes Emmon et Otton de Looz, le comte Conon de Montaigu, Rainard, Wychman, Godefroid de Florennes, Arnoul, Odelin de Walcourt. A. Ev. L., Cart. de St-Barthélemy, P 2 R° V°. – Une charte épiscopale de 1095 pour Sainte-Croix est très intéressante pour notre propos : les comtes Conon de Montaigu et Arnoul de Looz, l’avoué de l’église de Liège Renier, Arnoul de Roanne, Walter de Bekkevoort sont placés sous la rubrique laici liberi ; les représentants de la familia de l’église, Lambert et Thierry de Pont, Lambert de Pré, Garnier et Otbert, sont introduits par l’expression laici ecclesiastici. Le groupe des laïcs est donc scindé en libres et non-libres. A.E.L., Ste-Croix, n° 5, P 146 V°.

33 Voir les remarques de L. Génicot, L’Économie, t. ii, p. 35, 44-46.

34 Dans une charte d’Albéron Ier datée de 1124, la liste des témoins est construite de la manière suivante : après les ecclésiastiques viennent les « nobiles atque illustres viri », à savoir les comtes de Namur, de Duras et de Montaigu ; les « liberi homines », puis les membres de la « familia sancti Lamberti ». Bernard et Bruel, Chartes de Cluny, t. v, n° 3974, p. 334. – Même disposition dans une seconde charte de 1124 : « laici nobiles et principes » (comtes de Namur et de Chiny) ; « aliique tam liberi quam de familia sancti Lamberti » Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332. – Par ailleurs dans les expressions — assez rares, du reste — telles que « nobiles et liberi homines » ou « nobiles et ingenui », le mot nobilis occupe toujours la première position.

35 Liber : 57 %. – Nobilis : 43 %.

36 Nous avons toutefois rencontré l’expression nobilis homo à deux reprises : G.D. Franquinet, Beredeneerde inventaris... van... Kloosterrade, Maastricht, 1869, n° 8, p. 16 (1147). – Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 51, p. 403 (1190).

37 Une expression telle que « liber homo noster » est significative à ce point de vue : Ch. Duvivier, Actes et documents anciens..., Bruxelles, 1898, p. 272 (1152). – Bormans, Cartulaire de Dinant, t. i, n°4, p. 18 (1152). – Cfr Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ?, 4e éd., p. 67. – Notons que vir peut parfois signifier « vassal » : Niermeyer, Lexicon, p. 1110.

38 Génicot, op. cit., t. ii, p. 46. – Dans une charte épiscopale de 1131, il est question d’un fief que Henri de Jehay, « liber homo », tient de Reimbald de Jesseren, « vir nobilis » (Closon, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, n° 4, p. 469-470). Au seigneur on attribue le titre de « noble », qui est le plus prestigieux. Au vassal, celui d’« homme libre », qui exprime mieux la dépendance féodale.

39 « generis [...] nobilitate insignitus » Anselme, ch. 31, p. 206. – Cantatorium, ch. 39, p. 100. – Vita Notgeri, ch. 1, éd. Kurth, p. 10. – A.C.F. Koch, Oorkondenboek van Holland en Zeeland, t. i, 1970, n° 129, p. 254-255 (1142-1152). – Cfr ci-dessus n. 15.

40 « mulier virilis animi et que, conscia proprie nobilitatis, nullius curabat dignitatem vel personam ejus temporis » Cantatorium, ch. 19, p. 48, ch. 29, p. 88. – Vita Balderici, ch. 1-2, p. 725. – « Clare nobilitatis Wolbodo genus ex Flandria duxit, sed claritatem generis clariore illustravit vita » Renier, Vita Wolbodonis, ch. 1, p. 565 et De ineptiis, lib. I, p. 594. – Gesta abbat. Trud., Cont. IIa, lib. IV, ch. 26, p. 76. – Kurth, Chartes de Saint-Hubert, n° 40, p. 47 (1079 : doc. faux du xiie s.). – Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 35, M.G.H., SS., t. viii, p. 538.

41 Un Robert de Sarto apparaît dans une charte de Baldéric II de 1015 (Berlière, Documents inédits, t. i, n° 2, p. 8 : cet acte est attribué à Réginard ; il s’agit peut-être d’une erreur de copiste). Lambert d’Orp-le-Grand, Lambert de Courcelles, Lamfrid du Condroz, Hubert d’Argenteau, Bernard de Rosière, Arnoul de Mont, Robert d’Épinois et Gonthier de Chamois souscrivent une charte de Réginard de 1029 (A.H.E.B., t. xxi, 1888, n°2, p. 392 : sur ce doc. voir l’annexe IV). Sur la naissance, dans la classe nobiliaire du xie s., d’un surnom indiquant un lieu d’origine, voir notamment : K. Schmid, Zur Problematik von Familie, Sippe und Geschlecht..., Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, t. cv, 1957, p. 1-62, Königtum, Adel und Klöster zwischen Bodensee und Schwarzwald, dans Studien und Vorarbeiten..., 1957, p. 225-334 et Adel und Reform in Schwaben, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, 1973, p. 295-319. – F. Vercauteren, Une parentèle dans la France du Nord aux xie et xiie siècles, M. A., t. lxix, 1963, p. 223-245. – G. Duby, Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux xie et xiie siècles, dans Hommes et structures, p. 267-285 et La noblesse dans la France médiévale, ibid., p. 152-155. – Fossier, Histoire sociale de l’Occident médiéval, p. 126-127. – Störmer, Früher Adel, t. i, p. 29-69 et les remarques de Heinzelmann, La noblesse au Haut moyen âge, p. 136-141.

42 « miles strenuus, nobilitate pollens, secuii dignitate inter suos conspicuus » A.H.E.B., t. iv, 1867, p. 396 (1095). – « nobilem utique et strenuum in armis militem » Bormans, Cartulaire de Dinant, t. i, n° 6, p. 22 (1196). – Cfr Nizon, Vita Friderici, ch. 5, p. 504. – Triumphus sancti Lamberti, ch. 9, p. 503-504.

43 « pi ures ad episcopum nobiles diriguntur de equestri ordine ». Vita Baldenci, ch. 24, p. 733-734 (ca 1100). Devons-nous déduire de ce passage que certains nobiles n’exerçaient pas le métier des armes ? ou que certains d’entre eux ne combattaient pas à cheval ? Il est malaisé de trancher. Constatons toutefois que le combat à cheval parait bien être une caractéristique du guerrier liégeois : Gaier. Art et organisation militaires, p. 177-180 qui cite à ce propos un passage remarquable de la Vita Meingoldi rédigée à Huy dans la seconde moitié du xiie s. : « armis acceptis, more militari equum ascendit » (ch. 15, M.G.H., SS., t. xv, 1, p. 560). – On rencontre ailleurs des milites qui combattent à pied : Flori, Chevaliers et chevalerie au xie s., p. 127 n. 3.

44 « liber a liberis parentibus progenitus » Stiennon, Saint-Jacques, n° 3, p. 438. – » cum essent liberi et ex libera stirpe progeniti » Niermeyer, Onderzoekingen, n° 3, p. 204 (1103). M. Stiennon a démontré que ce dernier document était un faux rédigé en 1140-1160 : Saint-Jacques, p. 53-54, 83, 107, 169. – « liber homo ex liberis et ingenuis natus » Despy, Waulsort, n° 35, p. 374 (1161). – « miles nomine Wiricus ex libera ortus progenie » A.H.E.B., t. xxv, 1895, n°44, p. 270 (1198).

45 « laicus libere conditionis » A.E. Mons, Abbaye de Bonne-Espérance, chartrier (1145, détruit : photogr. Univ. de Liège, service du Prof. Stiennon). – « homo libere conditionis » Bormans, Cart. de Dinant, t. i, n° 4, p. 15 (1152).

46 Les modes de preuve et les sanctions sont différents. Voir le texte dans Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, M.G.H., SS., t. xxv, p. 90 et les comm. de A. Joris, Observations sur la proclamation de la Trêve de Dieu..., Recueils de la Soc. J. Bodin, t. xiv, 1962, p. 508-509, 517-518 : la date de ce document — 1081 — n’est pas certaine et sa tradition manuscrite, il convient de le souligner, laisse à désirer. – Cfr ci-dessous, p. 458 n. 68.

47 W.E., n° 301, p. 429-430 (1150). – Il en est de même pour les membres de la familia de Saint-Lambert. Mais ce n’est pas là, à proprement parler un privilège de la familia : c’est un droit de l’évêque, qui se considère comme seul habilité à excommunier les personnes placées sous sa juridiction : Cantatorium, ch. 93, p. 240-241 (1103).

48 « cornes Lambertus de Lovanio [...] dedit [...] liber scilicet homo liberum a malis consuetudinibus allodium », charte suspecte de Wazon (1046). B.U.Lg., ms. 1972, f° 20 V°-21 R°. – « allodium [...] a liberis hominibus francone et hislino iusta precii extimatione comparavi. et liberum a comitatu et omni iure alterius potestatis. legittime et sollempniter traditum suscepi. » Charte de Théoduin (1067). B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 2, p. 96. – En 1063 le comte Brunon de Heimbach engage un de ses alleux à la collégiale Ste-Croix : « sue libertatis predium in Harvia » Ernst, Histoire du Limbourg, t. vi, 1840, n° 22, p. 107. – Ces textes évoquent immédiatement le Handgemal, dont la signification est complexe mais qui peut correspondre au lieu d’origine d’un lignage noble ou encore à la terre qui fonde et garantit le statut de l’homme libre. Sur cette institution, voir en dernier lieu Störmer, Früher Adel, p. 98-117 (avec bibliogr.) et J. Balon, Handgemal-preceptum regis, dans Mélanges E. Perroy, 1973, p. 21-23. – M. Génicot constate également « l’existence d’un lien entre la liberté de l’homme et celle de la terre » : Nobles, sainteurs et alleutiers dans le Namurois..., p. 121-122. – Une étude récente sur la noblesse du Ponthieu — c’est-à-dire la région située au sud de la Canche — établit que jusque vers l’année 1130, la nobilitas se définit par la détention d’anciennes terres publiques et, après cette date, par l’exercice des pouvoirs de commandement : R. Fossier, Chevalerie et noblesse au Ponthieu aux xie et xiie siècles, dans Mélanges Labande, 1974, p. 293-306.

49 « Quia vero albertus de familia beati Lamberti erat, et ideo hoc idem allodium ad eandem ecclesiam pertinebat » E. de Marneffe, Cartulaire de l’abbaye d’Afflighem, Louvain, 1894-1896, n° 75, p. 117 (1146).

50 « Hanretium alodium valde bonum, et quod erat optatius et proficuum, a potestate alicuius non patroni sed predonis liberum ». Vita Balderici, ch. 24, p. 733-734. Il s’agit de l’alleu que la comtesse Leugarde possédait à Hanret. Cfr la fausse charte de Baldéric pour Saint-Jacques (1015), éd. Roland, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, n° 13, p. 223-225 et les comm. de J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 93-97, 216, 218. – Voir aussi les chartes de 1046 et 1067 citées n. 48. – Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16 (1057). – Martène et Durand, Amplissima collectio, t. iv, col. 1175 (1081). – A.E.L., Coll. Ste Croix, n° 5, f° 146 V° (1095), f° 39 V° (1112 : suspect).

51 L. Génicot, Les premières mentions de droits banaux dans la région de Liège, Acad. Roy. de Belg., Bull, de la Classe des Lettres..., 5e série, t. liv, 1968, p. 56-65. Les premiers droits banaux sont mentionnés en 1046, 1064, 1066 et 1067. Le doc. de 1046, cité n. 3, est suspect. – A cette liste, il conviendrait d’ajouter un passage du Cantatorium, ch. 20, p. 53-54 rapportant des événements de 1065-1069 : un avoué de St-Hubert veut opprimer la familia de l’abbaye « quibusdam novis injustitiis » ; il s’agit évidemment de droits banaux (exactio). – Cfr ci-dessous, n. 75, le texte fondamental de 1042-1048.

52 Génicot, L’Économie, t. ii, p. 59.

53 Trognée : Liège, Waremme, Hannut. – Cfr A. Poullet, Les seigneurs de Trognée, Leodium, t. xx, 1927, p. 57-69, 72-83. – E. Piton, Histoire de Trognée, B.I.A.L., t. lvii, 1933, p. 83-117. – Ces pages étaient déjà rédigées lorsque nous avons pris connaissance de l’importante étude de G. Constable, Monasticism, lordship, and society in the twelfth-century Hesbaye : five documents on the foundation of the Cluniac priory of Bertrée, Traditio, t. xxxiii, 1977, p. 159-224. Sur plusieurs points, les vues de cet auteur coïncident avec les nôtres. Nous tenons cependant à préciser que nous avons travaillé indépendamment de lui. L’étude de Constable comporte des pages excellentes sur Walter de Trognée et sur sa parentèle. Nous y renvoyons une fois pour toutes.

54 CG. Roland, Les seigneurs de Morialmé, p. 12-13, 15, 20-26 et Histoire généalogique de la maison de Rumigny-Florennes.

55 II figure parmi les « laici nobiles » dans une charte de 1096 : C.S.L., t. i, n° 29, p. 47-48.

56 Ces localités qui appartiennent maintenant à la commune de Hannut sont situées dans les environs immédiats de Trognée. Evrenais est vraisemblablement Avernas-le-Bauduin, près de Bertrée, plutôt que Cras-Avernas, près de Trognée. Cette dernière localité, comme nous le verrons, appartenait à l’abbaye de Saint-Laurent.

57 Toutefois, en signe de sujétion, les moines de Bertrée verseront annuellement un denier d’or sur l’autel de Saint-Pierre de Cluny.

58 De même la redevance appelée restauracio (peut-être s’agit-il d’une redevance affectée primitivement à la reconstruction de l’église) appartiendra au prieuré clunisien à charge, pour lui, de céder la moitié en fief à l’avoué.

59 Non identifié. Ce moulin était sans doute construit dans les environs de Trognée.

60 La donation de Walter est connue par une charte de l’évêque Albéron Ier : Bernard et Bruel, Chartes de Cluny, t. v, n° 3974, p. 332-334 (1124). – Cfr ibid., n° 3975-3977, p. 335-337 (ca 1124).

61 « praedium quod habebat in minori Avernais ». Il s’agit donc bien de Cras-Avernas, dans la commune de Hannut, au nord de Trognée. Cfr Maréchal-Laumont, La formation du domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, p. 172-173. – Gysseung, Toponymisch woordenboek, t. i, p. 248.

62 « Leodiensem episcopum advocatum ibi esse voluit, qui specialis provisor et pastor erat ipsius Walteri, tamquam liberi hominis, sicut et ceterorum liberorum hominum principatus proprii ». A.Ev.L., Cart. de St-Laurent, t. i, f° 9 V°- 10 R°. – Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 276-277. – Nous pensons que le mot principatus doit se traduire par « évêché » et non par « principauté ». Notre point de vue est partagé par Niermeyer, Lexicon, p. 851, n° 13. – Datée de 1124 mais portant l’indiction première, la charte doit vraisemblablement être placée à l’année 1123 (n.st.) entre le 25 et le 31 décembre. – Cfr Constable, op. cit., p. 189-190.

63 Charte épiscopale confirmant la donation faite par le liber homo Walter de Trognée à l’autel de Saint-Pierre d’Incourt d’une partie du predium de Veldunt dans le comté de Huy : Halkin, Albéron Ier, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 4, p. 348.

64 Ci-dessus n. 47. – En 1104, l’abbé Wired de Saint-Hubert établit un lien entre la « liberie » de son abbaye et son droit à n’être jugé que par ses pairs au cours d’un synode généra) présidé par l’évêque : Cantatorium, ch. 94, p. 244. – Au xiiie s., les nobles parviennent à se faire exempter de la juridiction des synodes archidiaconaux pour ne plus dépendre que du seul tribunal épiscopal : F. Toussaint, Les doyens ruraux et les assemblées synodales aux anciens diocèses de Liège et de Cambrai, Miscellanea A. Janssen, t. ii, p. 665.

65 Voir sur ce point les remarques de R. Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. ii, 1970, p. 51-54.

66 En Flandre, même si tout « libre » n’est pas « noble », la libertas apparaît comme la composante essentielle de la noblesse (Warlop, De Vlaamse adel voor 1300). – En Lorraine, il y a assimilation, mais non pas juxtaposition, de la noblesse et de la liberté. Même si la majorité des libres peut être tenue pour noble, le vocable noble ne peut qualifier tout homme libre (Parisse, La noblesse lorraine). – Notre opinion rejoint celle de M. Génicot : L’économie, t. ii, p. 58-59, 62 et la critique du point de vue de Bonenfant et Despy, p. 47 n. 1.

67 « Prenominata villa pro libertate sua [...] omnia mobilia sua michi primo terciavit, qua libertate, ut amplius frueretur, postmodum dimidiavit », éd. Joris, La ville de Huy, p. 481 et le comm. p. 109, 117.

68 Cantatorium, ch. 20, p. 53-54 (1065-1069).

69 Ibid., ch. 96, p. 247-248 (1104).

70 En d’autres termes, ils échappent au pouvoir de l’archidiacre, du doyen rural, de l’avoué et de n’importe quel officier épiscopal (minister episcopi). – Cfr Toussaint, Les doyens ruraux et les assemblées synodales, p. 664.

71 Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, n° 12, p. 30 (1139), n° 13, p. 33-34 (1140), n° 21, p. 47 (1154). La charte de 1140 est souscrite par trois cives Leodicenses ; ce n’est probablement pas un hasard : sans doute ont-ils éclairé l’évêque.

72 Evrard, n° 1, p. 12 (1092) : ce document, écrit de la même main qu’une charte de 1131, est probablement un faux fabriqué peu avant 1138, en vue d’obtenir les doc. cités n. 71 et la bulle de 1138, éd. Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden, t. ii, n° 34, p. 131. – Cfr Dereine, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège, p. 60-65 et Stiennon, L’écriture diplomatique dans le diocèse de Liège, p. 88-90, 197.

73 E. Perroy, La noblesse des Pays-Bas, Revue du Nord, t. xliii, 1961, p. 54-55. – Le moine quittant son monastère dans le but de prendre la direction d’une abbaye doit, au préalable, être « libéré » par son abbé : Cantatorium, ch. 36, p. 97, ch. 73, p. 177.

74 D’où la crainte, au sein des lignages nobles, de voir l’hereditas morcelée entre des héritiers trop nombreux. Cette obsession se traduit bien dans un passage des Gesta du chanoine Anselme, ch. 31, p. 206-207 et ci-dessous, n. 81.

75 Le chanoine Anselme décrit le processus par lequel, sous l’épiscopat de Wazon, c’est-à-dire vers 1042-1048, les puissants, qu’il assimile à des brigands (praedones), se construisirent, dans des lieux marécageux ou sur des rochers, des forteresses qui leur permettaient de dominer la région environnante et de réduire les populations en servitude (Anselme, ch. 55, p. 222-223). Ce texte remarquable jette une lumière très vive sur la naissance de la seigneurie banale dans le pays mosan vers le milieu du xie s. – Walter de Trognée habitait vraisemblablement un château ; un castrum est mentionné à cet endroit dès 1155 : M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 207 1. 31. – Il en était de même, semble-t-il, pour les Jesseren et les Kortessem, dont nous parlerons plus loin : Middeleeuwse Burchten. Colloquium te Tongeren —12 September 1970, Tongres, 1972, p. 36-37. – La demeure des Florennes subit des sièges en 1045, 1052 et 1112 : Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 623. – « elegit Arnulphum et Wigerum fratres Tudetiani castri nobiliores » Cantatorium, ch. 73, p. 176 (1093) : Thuin était une forteresse de l’église de Liège. – Mention du château de Fontaine-l’-Évêque (A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 82 V° [1165]), de Morialmé (de Gourjault, B.C.R.H., 4e sér., t. x, 1882, n° 10, p. 188 [1178]) etc. – Le prestige de la maison forte — qui vous protège de la puissance de l’autre et vous permet d’exercer la puissance sur les autres — est très grand : en 1145-1147, un villicus de l’abbaye de Saint-Trond tente de fortifier sa demeure ; aussitôt, l’abbé s’empresse de la détruire : Gesta abb. Trud., Cont. IIe, lib. II, ch. 2, p. 28-29. – D’autres exemples sont relevés, pour la région namuroise, par L. Génicot, L’Économie rurale, t. ii, p. 29-31.

76 II n’en était évidemment pas de même sur le plan du droit féodal.

77 Sur la question, controversée, des liberi homines, petits alleutiers auxquels les Carolingiens auraient accordé une protection spéciale, voir notamment Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 90-91. – Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. i, 1959, p. 138-139. – E. Müller-Mertens, Karl der Grosse, Ludwig der Fromme und die Freien, Berlin, 1963. – P. Toubert, La liberté personnelle au haut Moyen Âge..., M.A., t. lxxiii, 1967, p. 137, 141-142 (à propos des arimanni lombards). – K. Bosl, Frühformen der Gesellschaft im mittelalterlichen Europa, Munich-Vienne, 1964, p. 171-174 et Die Grundlagen der modernen Gesellschaft im Mittelalter, t. i, Stuttgart, 1972, p. 87-88. – Génicot, La noblesse au moyen âge dans l’ancienne « Francie », p. 4 et n. 2. – J. Schmitt, Untersuchungen zu den liberi homines der Karolingerzeit, Francfort-Berne, 1977. – Voir, en dernier lieu, la mise au point critique de H.K. Schulze, Reichsaristokratie, Stammesadel und fränkische Freiheit, Historische Zeitschrift, t. ccxxvii, 1978, p. 362-372.

78 A propos de la mort du duc Godefroid le Bossu (f 1076) : « Cujus interitus equidem dolendus omni Lotharingie adeo fuit exitialis, ut justiţia et pax, que ultra memoriam eorum qui erant ejus temporis profecerant sub eo, in brevi, ejus defectu eveniente, deficerent cum eo ». Cantatorium, ch. 31, p. 90-91.

79 Ci-dessous, p. 457-463.

80 « cum quamplures principes, duces et barones scilicet et comites, et alii nobiles et eorum homines pacis Leodiensi justicie habeant respondere et satisfacere » Gisl. Chron., ch. 9, p. 14. – Sur ce texte, cfr Joris, Observations sur la proclamation de la trêve de Dieu, p. 522-524.

81 L’attitude de l’évêque vis-à-vis de la noblesse apparaît déjà en pleine lumière vers le milieu du xie siècle. Au cours de la famine qui ravagea le diocèse sous l’épiscopat de Wazon (1042-1048), ce dernier ne vint pas seulement en aide au clergé, à la familia et aux paysans, mais aussi aux ingenui qui, grâce à son intervention, ne furent pas obligés de distraire leurs richesses et leurs alleux : tout se passe donc comme si Wazon voulait protéger la base économique de la noblesse. Anselme, ch. 53, p. 221. – Cfr ci-dessus, n. 74.

82 Dès lors, nous comprenons mieux l’étonnement que provoque l’élection de Durand en 1021. Il était, écrit Anselme, « natus quidem ex humili genere, servorum memoraţi Godescalci praepositi ». Renier de Saint-Laurent, qui écrit un siècle plus tard, traduit : « ignobilis quidem genere, utpote ex familia Godescalci ». Anselme, ch. 36, p. 209. – Renier, Vita Wolbodonis, ch. 20, p. 570. – Cfr Störmer, Früher Adel, t. ii, p. 312-313 et ci-dessus, p. 123-125.

83 Ci-dessus, n. 25, 28, 81. – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 17 (1078). – A.Ev.L., Cart. de St-Laurent, t. i, f° 6 V° (1083), f° 8 R° (1083). – de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 126 (1092). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 316 R° (1152). – A.E.L., St-Gilles, chartrier, n° 1 (1156). – « utraque linea generosi sanguinis ingenuus » : Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 36, p. 377 (1163). – Anselme, ch. 29, p. 205.

84 A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 83 R° (1165). – Roland, Orchimont et ses fiefs, 1895, p. 370 (1166).

85 Vers le milieu du xiie s. les chartes épiscopales donnent assez fréquemment à certaines personnes le titre de baro. Ce mot qui désigne les membres laïcs de l’entourage épiscopal ne paraît pas avoir revêtu une signification très précise. Il s’applique tantôt aux nobiles-liberi seuls, tantôt aux nobles et aux membres de la familia : Wotquenne, Leodium, t. xxix, 1936, p. 37 (1050). – Piot, Cartulaire de Saint-Trond, t. i, n° 47, p. 62 (1142). – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, P 48 V° (1153). – de Marneffe, Cartulaire d’Afflighem, n° 90, p. 140 (1153). – C.S.L., t. i, n° 49, p. 85 (1154-1155). – Cart. d’Aulne, f° 82 R° (1159), f° 83 R° (1165). – Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 87-90 (1165). – Cfr Poncelet, Œuvres de J. de Hemricourt, t. iii, p. cxx-cxxii. – J. Flori, La notion de chevalerie..., M.A., t. lxxxi, 1975, p. 410-411. – Niermeyer, Lexicon, p. 85-86.

86 En 1189, le pape Clément III stipule que l’on ne peut devenir chanoine de la cathédrale si l’on n’est pas « libere conditionis » ou si l’on n’appartient pas à la « libera eiusdem ecclesie familia » C.S.L., t. i, n° 68, p. 112. – Il arrive que les membres de la familia soient classés sous la rubrique des liberi homines : 1°) dans une charte épiscopale de 1147, Wéry, Lambert et Thierry de Pré et Arnoul de Huy figurent parmi les liberi homines, mais Jean de Leez, qui était incontestablement un nobilis est placé derrière eux ! Cette disposition surprenante, dans une charte dont l’original est perdu, résulte sans doute d’une erreur de transcription. C.S.L., t. i, n° 42, p. 70. – 2°) Il en est de même peut-être pour Lambert de Huy, mentionné en dernière position dans une charte épiscopale de 1163, connue par une copie qui n’est pas exempte d’erreurs. Constatons toutefois que Lambert est le seul ministerialis à souscrire le document. Il n’est pas impossible qu’il ait bénéficié de cette situation particulière et que l’on ait négligé de lui consacrer une rubrique spéciale. Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 36, p. 379. -3°) Dans une charte originale de 1149 pour l’abbaye d’Averbode, Wéry de Pré est cité en dernière position après cinq liberi homines. Comme Lambert de Huy en 1163, il bénéficia sans doute du fait qu’il était le seul membre de la familia épiscopale à souscrire la charte. Abbaye d’Averbode, Section I, charte n° 7.

87 M. Ganshof pense que la ministérialité lotharingienne plongeait ses racines dans la liberté restreinte — la catégorie des demi-libres — et dans la servitude : Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, Bruxelles, 1926, p. 236-247. – Il semble bien toutefois que certaines familles de ministériaux étaient d’origine libre ou noble : Bonenfant et Despy, La noblesse en Brabant, p. 52 n. 87. – Génicot, L’Économie rurale namuroise, t. ii, p. 65 et n. 6, p. 69. – Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. ii, p. 84-88. – Par contre, K. Bosl. admet que la ministérialité d’Empire est issue de la non-liberté : Die Reichsministerialität der Salier und Staufer, t. ii, Stuttgart, 1951, p. 602-604. – Voir la récente mise au point de Ph. Dollinger, Aspects de la noblesse allemande. xie-xiiie s., dans La Noblesse au moyen âge, 1976, p. 142-145, les travaux de W. Pötter, Die Ministerialität der Erzbischöfe von Köln..., Düsseldorf, 1967, p. 15-19, 118-119, 121-123, 156 et de Kn. Schulz, Ministerialität und Bürgertum in Trier..., Bonn, 1968. – Un mémoire de licence sur Les ministeriales de l’évêque de Liège du xie au xiiie siècle a été défendu à l’Université de Liège, en 1975, par A. Carpay. Cet auteur (p. 36-37) suppose que les évêques ont recruté leurs premiers ministeriales parmi les « dépendants » (mancipia) qui, au terme d’un diplôme de Charles III le Gros daté de 884, résidaient à Tongres et à Liège : M.G.H., DD., Karl III., n° 104, p. 168 (ce passage, placé après la corroboration, est peut-être une interpolation).

88 Nous avons peu d’informations sur les biens possédés par la ministérialité liégeoise. En 1145-1164, les de Pré cèdent « libere » aux frères de l’église de Cornillon toutes les parts de l’église de Saint-Nicolas, en Outre-Meuse, « quae sui juris erant » Daris, Notices, t. iv, 2e partie, 1871, p. 37. – A la fin du xiie s., Wéry de Pré fonde un oratoire à Robermont « in feodali sua potestate situm » et le dote au moyen de terres qu’il a achetées à cet endroit, de deux demi-moulins, d’une maison et d’un cens : Cuvelier, Cartulaire du Val-Benoît, n° 2, p. 3-4 (ca 1197). – A.E.L., Robermont, chartrier, n° 3 (corr. 1194). – Entre 1108 et 1136, un ministerialis de l’évêque de Liège oblige l’abbé de Saint-Trond à lui céder un pré en fief : Raoul, Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 13, p. 152. – En 1124, le camérier de l’évêque, Udelin de Villers, cède à l’église de Cornillon le « beneficium quod episcopali dono tenebat » et une part de son alleu : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332-333. – D’autres exemples sont relevés par Carpay, op. cit., p. 105-109, 120-124. – Cfr Ganshof, op. cit., p. 285-295, 304-320. – Génicot, L’Économie, t. ii, p. 73-77. — M. Soenen, A propos de « ministeriales » brabançons propriétaires d’alleux aux xiie et xiiie siècles, dans Hommage au Prof. P. Bonenfant, Bruxelles, 1965, p. 139-149. – Pötter, Ministerialität von Köln, p. 119-121, 128-129, 138-139, 144-155.

89 Gisl. Chron., ch. 217, p. 302 (1195).

90 A. Joris, Le plus ancien verdict de la Paix de Liège : la condamnation d’Aubert le Manchot.

91 A ce point de vue, le cas de l’archidiacre Boson (t peu après 1085) est trop intéressant pour ne pas nous y arrêter un instant. Ce Boson, qui était originaire de Huy, avait, semble-t-il, trois neveux (nepotes). Au premier il tenta vainement de faire obtenir une prébende à Nassogne. Le second se nommait Lambert et exerçait à Huy les fonctions de publici juris provisor et judex. Quant au troisième, Boson, il était abbé de Saint-Airy de Verdun. Lambert de Huy était donc au sens strict un ministerialis et exerçait un office comparable à ceux qui étaient assumés par les membres de la familia épiscopale. Il n’est d’ailleurs pas impossible que ce personnage soit effectivement un dépendant de l’église liégeoise puisque Lambert est un des noms patronymiques de la famille de Huy (cfr Joris, La ville de Huy, p. 105, 236, 359, 361, 409. – Ganshof, Ministeriales, p. 144-146, 416-417. – Carpay, op. cit., p. 60-65). Boson de Saint-Airy est qualifié de bene natus et lors de ses obsèques on vit des nobiliores castri Hoyensis accompagner sa dépouille jusqu’à l’abbaye de Saint-Hubert où il fut enseveli. Quant au nom Boson, il rappelle étrangement celui des nobiles-liberi de Barse, avoués héréditaires de Huy. Cantatorium, ch. 26, p. 77, ch. 50, p. 122, ch. 67, p. 151-152. – Cfr S. Balau, Boson, archidiacre de Liège..., B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, p. 1-14.

92 Godescalc, Gesta abbat. Gembl., ch. 53, M.G.H., SS., t. viii, p. 543. – Cfr L. Génicot, Nobiles, milites et villici au xie siècle. Le cas de Francon de Liroux, Namur-cum, t. xxxi, 1957, p. 25-28 et L’Économie, t. ii, p. 71-73. – E. Linck, Sozialer Wandel in klösterlichen Grundherrschaften..., Göttingen, 1979, p. 53-57.

93 de Marneffe, Cart. d’Afflighem, n° 75, p. 117-118 (1146). – M. Génicot a relevé l’existence de 3 mariages exogamiques — entre nobles et ministeriales ou sainteurs — dans le Namurois du xie s. : Nobles, sainteurs et alleutiers...

94 Cfr Poncelet, Œuvres deJ. de Hemricourt, t. iii, p. cxl, clii-cliii, clxxxix.

95 Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, n° 24, p. 54. Dans ce doc. les Hozémont sont cités sans qualification. Mais ils apparaissent plus tard comme milites ; par exemple : Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 20, p. 73 (1180). – Schoolmeesters, Les actes de Radulphe de Zaehringen, 2e éd., 1911, p. 43 (1189-1191). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, P 14 V° (1190). – Bodon de Hozémont serait le premier membre connu de la ministérialité liégeoise à porter le titre de miles (1180). – Cfr aussi Carpay, op. cit., p. 93 sv.

96 « ministeriales [...] Eustachius de Dommartin » Bets, Histoire de Tirlemont..., t. ii, 1861, p. 210 (1161). – « cum militibus de Dono-Martini ». Lambert le Petit, Annales, éd. Alexandre, p. 43 (1184). – Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 27, p. 86 (1187). – L’Eustache identifié par M. Ganshof, Ministeriales, p. 158 et n. 7 avec Eustache de Dommartin (1147) est, en réalité, l’avoué de Hesbaye Eustache de Chiny. – Les Dommartin prendront également le nom de Warfusée : Ganshof, p. 157 et n. 4, p. 418-419. – Poncelet, Œuvres, t. ii, 1925, p. 482.

97 C.S.L., t. i, n° 53, p. 90. – Fastrade de Hemricourt est qualifié de miles en 1214 : Poncelet, Actes de Hugues de Pierrepont, n° 117, p. 121. Il est vraisemblable que ce lignage hesbignon appartenait, dès le xiie s., à la familia militaire.

98 « Signum militum de casa sancti Lamberti » (Hozémont, Lowaige, Flémalle) Cart. d’Aulne, P 14 V°.

99 Ci-dessus, n. 97.

100 Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 504, p. 698-700.

101 La vocation guerrière ne resta d’ailleurs pas un privilège de la familia militaire. Le prestige de la « chevalerie » était trop puissant pour laisser dans l’indifférence les couches supérieures de la ministérialité. Dès 1193, le sénéchal Wéry de Pré, auquel étaient pourtant attribuées des fonctions auliques, figure parmi les milites : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 347, d’après Ganshof, Ministeriales, p. 142 n., p. 325-326. – Il en est de même pour le bouteiller Garnier de Nivelle, mentionné avec Wéry de Pré comme miles dans un acte de 1213 qui confirme une sentence rendue sous Albert de Cuyck (1196-1200) : A.H.E.B., t. xiv, 1877, p. 401. – Après 1245 il n’est plus question de ministérialité à Liège : elle a été remplacée, comme groupe social et politique, par la chevalerie (milites) Cfr Poncelet, Œuvres, t. iii, p. clvi-clvii et De la condition des personnes, p. 61-62. – Ci-dessus, n. 12. – Le même phénomène a été constaté dans le Namurois tout proche. C’est entre 1151 et 1155 que les milites y sont, pour la première fois, distingués du reste de la familia. Après 1200, les ministeriales disparaissent, laissant la place aux milites : Génicot, L’Économie, t. ii, p. 77-79 et n. 2 p. 78. – A Cologne, c’est en 1169 qu’un membre de la familia est qualifié pour la première fois de miles : Pötter, Die Ministerialität der Erzbischöfe von Köln, p. 109-112.

102 Cfr Ganshof, Ministeriales, p. 241-244. – Gaier, Analysis of military forces in the principality of Liège.

103 « terciam his qui miliciam exercèrent concessit ». Anselme, ch. 29, p. 206.

104 Ibid., ch. 55, p. 223. – Sur le sens de cette expression, cfr Ganshof, p. 242 n. 6 et Niermeyer, Lexicon, p. 475.

105 Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17 (1057). Toutefois, la liste des témoins de ce document nous permet d’affirmer que parmi ces milites il y avait des nobles.

106 Cantatorium, ch. 93, p. 240. – Sur l’estage des ministeriales, cfr Ganshof, op. cit., p. 281-282. – Poncelet, Œuvres, t. iii, p. CLI. – Ci-dessus, n. 90. – Pour Cologne : Pötter, op. cit., p. 113-114. – Pour la ministérialité d’Empire : Bosl, Die Reichsminis-terialität, passim et not., p. 620 sv.

107 « cum suis viribus » Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 4, p. 193.

108 Renier, Triumphale Bulonicum, lib. V, p. 592. – Cfr ci-dessus n. 32.

109 Bloch, La société féodale, p. 409-416. – Störmer, Früher Adel, t. i, p. 157-199. – Duby, Les origines de la chevalerie, dans Hommes et structures, p. 339-340. – L’étude systématique du vocabulaire épique du xiie s. amène J. Flori à constater que le mot « chevalier » se charge progressivement de valeurs hiérarchiques qui vont placer ces guerriers d’élite « à la base de la classe aristocratique, celle qui combat ou dirige ». La notion de chevalerie, p. 436.

110 Tout comme les liberi — mais pour des raisons différentes — ils ne peuvent être excommuniés que par l’évêque et ils vivent à son ombre. Comme eux, ils peuvent pousser leurs cadets parmi les prébendiers de la cathédrale.

111 Ci-dessus, n. 98.

112 La tentative d’Arnoul de Saint-Trond est particulièrement révélatrice. Il tient de l’abbaye hesbignonne une terre grevée d’un « service » : il lui faut saigner les moines, réparer les selles et les bâts, les vitres et les serrures du monastère. Bref, un homme à toute main qui abandonnerait volontiers son scalpel et ses outils pour le glaive. Il tente donc — mais sans succès — d’échapper à ses fonctions avilissantes et de transformer sa terre en « libre fief militaire » — « ut pro libero militari feodo habere se diceret » – Raoul, Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 12, p. 151-152 (1128-1136). – Cfr Ganshof, op. cit., p. 243-244, à propos d’un texte de 1095. – Sur l’émancipation de la familia militaire dans le courant de la seconde moitié du xiie s., voir les pages suggestives d’E. Poncelet, L’extinction de la « familia » militaire dans la principauté de Liège, dans Mél. H. Pirenne, t. ii, 1926, p. 359-368.

113 Vers 1185, le receveur épiscopal de Huy désire embrasser la vie religieuse. Il sollicite la permission de son maître, l’évêque Raoul de Zähringen, « quia hoc sine episcopi licenţia et assensu fieri tutum sibi fore non est arbitratus, utpote rerum suarum dispensator ». Vita B. Iuettae, ch. 39, AA. SS. Jan., t. i, p. 871 (écrite vers 1230). – Uni à son maître par un lien de droit privé, le ministerialis d’un domaine ecclésiastique est soustrait à la juridiction publique. Sa liberté de contracter mariage est restreinte et son obligation de servir est plus rigoureuse que celle du vassal ordinaire. Enfin, il tient vraisemblablement son fief à foi, sans hommage, puisqu’il est déjà l’homme de son maître : Ganshof, op. cit., p. 256-303, 379-396. – Poncelet, Œuvres, t. iii, p. cxxv-cxxxiii et De la condition des personnes, p. 57-61. – Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? 4e éd., p. 71, 111.

114 Lambert le Petit, Annales, éd. Alexandre, p. 43. – Cfr G. Kurth, La Cité de Liège au moyen âge, t. i, p. 92-95.

115 Une charte épiscopale de 1197 distingue nettement, parmi les homines familie, les milites et les cives ; le dernier mot désigne probablement ici les membres de la ministérialité aulique : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 14, p. 124. – Renier de Saint-Jacques, quant à lui, voit trois groupes : les milites ecclesiae sancti Lamberti, les familiares et les cives Leodienses, c’est-à-dire, nous semble-t-il, la familia militaire, le reste de la ministérialité et les bourgeois de Liège : Annales, éd. Alexandre, p. 51 (1195).

116 Voir ci-dessus n. 41.

117 Le miles probus Hellin de Ville qui défend le château de Huy en 1195, « parce qu’il est membre de la familia et ministerialis de l’église de Liège », est aussi le vassal de Baudouin V de Hainaut, marquis de Namur. Il a néanmoins choisi le camp de l’adversaire de Baudouin, l’élu de Liège Simon, « parce qu’on lui avait donné et promis beaucoup pour la garde du château ». Ce ministerialis, tout pénétré d’esprit d’indépendance, se comporte déjà comme un noble. Gisl. Chron., ch. 217, p. 302-303. – Dès 1192 les ministériaux de l’église de Liège reçoivent des fiefs à foi et hommage : « domino Lothario Leodiensi [...] comes ipse cum [...] ministerialibus et civibus hominium et fidelitatem fecit » Gisl. Chron., ch. 187, p. 275 (1192), ch. 216, p. 300 (1194), d’après Ganshof, Ministeriales, p. 289. – Sur le processus d’assimilation de la ministérialité à la noblesse, cfr ibid., p. 320-331.

118 Faut-il rappeler que dans les limites du diocèse de Liège se trouvaient deux des principaux palais de Charlemagne : Herstal et Aix-la-Chapelle ? Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 22-23, 47-51. – Joris, Le palais carolingien d’Herstal. – Cfr J. Fleckenstein, Die Struktur des Hofes Karls des Grossen..., Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. lxxxiii, 1976, p. 5-22.

119 Ganshof, Ministeriales, p. 40.

120 Ce phénomène est loin d’être particulier à Liège : Ganshof, p. 237-240, 271-275. – Pötter, Die Ministerialität, p. 85-100.

121 Sur l’administration des principautés de nos régions, voir l’exposé de J. Buntinx, dans l’Alg. geschied, der Nederl., t. ii, 1950, p. 134-179. – Les actes du colloque sur le gouvernement des principautés lotharingiennes tenu à l’Université de Bruxelles en 1969 : Revue de l’Université de Bruxelles, nlle série, t. xxii, 1969-1970, p. 409-509. – Pour la France : Histoire des institutions françaises au moyen âge, publ. s. la dir. de F. Lot et R. Fawtier, t. i, Institutions seigneuriales, Paris, 1957.

122 Révoltés contre l’évêque Éracle (959-971) les Liégeois déversent sur les pentes du Publémont le vin rouge de Worms qu’ils ont découvert dans la domus épiscopale : Anselme, ch. 24, p. 202. – Nizon attribue à l’un des pincernae de l’évêque l’empoisonnement de Frédéric de Namur : Vita Friderici, ch. 7, p. 505. Il s’agissait vraisemblablement d’un sous-ordre du bouteiller : Ganshof, op. cit., p. 240 n. 5.

123 « de familia ecclesiae : [...] Adelinus pincerna » B.U.Lg., ms 1972, f° 21 V°. – Sur ce doc, voir ci-dessus n. 4.

124 « Guarnerus pincerna episcopi » A.E.L., Ms. Le Fort, 2e partie, t. ix, p. 313. Sur cette charte de Henri de Verdun pour la collégiale Saint-Paul, cfr M. Ghiot, Étude sur la formation du domaine de la collégiale de Saint-Paul..., mém. de lic. dactyl., Liège, 1972-1973, p. 148-153, 250-254. – Selon nous ce doc, connu par une copie du xviiie s., est faux ou interpolé, mais la liste des témoins est utilisable. Il faudrait voir dans la réglementation des droits de l’avoué l’origine de la falsification.

125 Cfr Ganshof, Ministérialité, p. 159-160, 274,419-420. – Poncelet, Œuvres ; t. ii, 1925, p. 312, 458 sv., t. iii, p. cxlii-cxliii. – Carpay, op. cit., p. 53-59.

126 « Lambertus dapifer episcopi », doc. cité n. 124.

127 E. Poncelet, Les sénéchaux de l’évêché de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xi, 1897, p. 315-330 et Œuvres, t. ii, p. 336, 466 sv., t. iii, p. cxli-cxlii. – Ganshof, p. 139-144, 274. – Carpay, op. cit., p. 43-53. Le nom de Pré était étroitement lié à l’office attribué à cette famille : le sénéchal était vraisemblablement responsable du cheptel qui s’engraissait dans les prés d’Outre-Meuse et qui était destiné à la table de l’évêque.

128 « Fredericus camerarius », doc. cité n. 124.

129 Il s’agit sans doute de chambriers subalternes placés sous les ordres du « grand chambrier ».

130 Anselme, ch. 33, p. 208, ch. 69, p. 232.

131 Le camerarius d’Otbert se nommait Udelin (Migne, P.L., t. clxxx, col. 1309). Il s’agit sans doute du même personnage qa’Oudelinus de Villeir (Villers-l’Évêque) mentionné en 1124 comme camerarius de l’évêque Albéron Ier (Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332-333). En 1133, le chambrier est Henri (G.D. Franquinet, Beredeneerde inventaris... van O.L. Vrouwekerk te Maastricht, t. i, Maastricht, 1870, n° 2, p. 5 [1133]), en 1191, il se nomme Laurent (ci-dessous n. 134). – Cfr Poncelet, Œuvres, t. iii, p. cxlv. Cet auteur affirme à tort que « le chambellan ou camérier n’est jamais nominativement rangé, avec son titre, parmi les ministeriales témoins des chartes épiscopales, au xie s. et au xiie ». Il est cité comme tel dans le doc. de 1133.

132 Nos affirmations reposent sur l’interprétation des textes d’Anselme mentionnés ci-dessus, n. 130. – Cfr Ganshof, Ministeriales, p. 240, 273. – A Cologne, l’archicamerarius est effectivement responsable de la cassette archiépiscopale : Pötter, Die Ministerialität, p. 85-86.

133 Sur ce point, M. Ganshof est beaucoup moins affirmatif : op. cit., p. 272-273.

134 Le chambrier Laurent, le bouteiller Garnier de Nivelle et le sénéchal Arnoul. A l’époque, le sénéchal était Wéry de Pré. Il s’était fait remplacer par Arnoul pour la circonstance. Cfr KUpper, Raoul de Zähringen, p. 162 n. 80, d’après un acte notarié génois du 21 juin 1191.

135 Rien ne prouve l’existence d’un panetier avant le xiiie s. contrairement à ce qu’affirme Poncelet, Œuvres, t. iii, p. cxliv-cxlv. – A Liège, il n’y eut pas de maréchal avant 1214 (E. Poncelet, Les maréchaux d’armée de l’évêché de Liège, B.I.A.L., t. xxxii, 1902, p. 111-333. – Ganshof, Ministeriales, p. 156, 274). Cette particularité trouve probablement son explication dans les attributions militaires de l’avoué de Saint-Lambert, dit avoué de Hesbaye. Il est significatif que ce dernier n’ait plus conduit les milices liégeoises au combat après l’apparition du maréchal d’armée. Cfr Godefroid, L’avouerie de la cathédrale Saint-Lambert, p. 388-399.

136 Un certain Conrad est chargé de cet office en 1127, 1129, 1136 et 1140 (Piot, B.C.R.H., 5e sér., t. iv, 1894, p. 12. – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. I, 1873, p. 111. – Evrard, Flône, p. 23. – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 334-335). – Un custos Fulbert est mentionné en 1157 : A.E.Hasselt, Abbaye de Munsterbilzen, chartrier (1157).

137 « Stephanus coquus » A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 82 R° (1159). Il s’agit, pensons-nous, d’un ministerialis de l’évêque même si la catégorie juridique du personnage n’est pas spécifiée.

138 « Thomas celerarius » C.S.L., t. i, n° 71, p. 116. Daté de 1189, indiction 6, ce doc. doit être placé entre le 25 et le 31 déc. 1188 (n. st.). – Il s’agit peut-être du receveur épiscopal d’une localité non précisée. – Voir ci-dessous, p. 438.

139 « Balduinus ostiarius » E. Schoolmeesters, Les actes de Radulphe de Zaehringen..., 2e éd., 1911, p. 43 (1189-1191).

140 « Robertus Faber » C.S.L., t. i, n° 54, p. 92 (1171-1177).

141 Gesta abbreviata, M.G.H., SS., t. xxv, p. 130-131. – Cfr Ch. Dereine, Clercs et moines au diocèse de Liège..., A.S.A.N., t. xlv, 1949-1950, p. 187 et Les Chanoines réguliers au diocèse de Liège, p. 36-37. – A. d’Haenens, Les invasions normandes en Belgique au ixe siècle, p. 282-283. – A. Dierkens, L’abbaye d’Aldeneik au ixe siècle, Ann. 44e session Féd. cercles arch. hist. Belgique, Huy, 1976, 1978, p. 137-138. – S. Haider, Das bischöfliche Kapellanat, t. i, 1977, p. 318. – L’évêque Francon avait au moins deux chapelains : Burgarius et Alagundus : M.G.H., Epistolae, t. vi, n° 4, p. 196. – Haider, op. cit., p. 58. – Les Virtutes S. Eugenii, écrites dans le dernier quart du xe s., mentionnent les capellani de l’évêque Etienne, ch. 9, éd. Misonne, Rev. Bén., t. lxxvi, 1966, p. 264. – Voir également La Chronique liégeoise de 1402, éd. E. Bacha, Bruxelles, 1900, p. 95 (sur cette source : J. Le jeune, La « Chronique liégeoise de 1402 »..., dans Mél. F. Rousseau, 1958, p. 413-432.) Ces chapelains ne doivent pas être confondus avec les deux vicaires-prêtres institués par Hugues de Pierrepont en 1215 et chargés de célébrer, en lieu et place de l’évêque, le service religieux qui lui incombait en tant que chanoine de la cathédrale : C.S.L., t. i, n° 116, p. 179.

142 Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n° 1, p. 184 et n. 2 (1133). – Piot, Cartulaire de Saint-Trond, t. i, n° 89, p. 119 (1171). – Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 15, p. 60(1171). – V. Barbier, Histoire de l’abbaye de Malonne, Namur, 1894, n° 1, p. 280 (1147). – L. Devillers, Mémoire sur un cartulaire d’Aine, Mons, 1863, p. 228 (1144).

143 Pour autant qu’il n’ait pas renoncé à son droit de désignation, comme à Aulne (1144) et à Malonne (1147).

144 Gaier, ibid. – Halkin et Roland, Chartes de Stavelot, t. i, n° 168, p. 345 (1139) : « Johannes archidiaconus et propositus in Eche ». – Cfr M. Soenen, dans Monasticon belge, t. vi, 1976, p. 87.

145 Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 49. – Lahaye, Inventaire des chartes de Saint-Jean, t. i, n° 17, p. 13-14 (1157). – Duvivier, Actes et documents anciens, 1898, p. 145 (1165).

146 Piot, Saint-Trond, t. i, n° 89, p. 119 (1171). – J. Paquay, Cartulaire de la Collégiale N.-D. à Tongres, t. i, Tongres, 1909, n° 2, p. 49-50 (1174).

147 C.S.L., t. i, n° 84, p. 133.

148 Anselme, ch. 69, p. 232. – Historia miraculorum in itinere Germanicopatratorum, lib. III, ch. 2, M.G.H., SS., t. xxvi, p. 133 (1147).

149 Anselme, ch. 71, p. 233. – Sous Notger la « chapelle » épiscopale assuma des tâches administratives et des fonctions d’enseignement. C’est elle qui forma l’évêque Wazon (ci-dessus, p. 131-132, n. 113-114). Il n’est pas certain que, par la suite, elle ait conservé ces attributions.

149bis Un chapelain accompagne l’évêque dans ses déplacements : le chapelain Thierry souscrit, en même temps que son maître l’évêque Henri de Leez, une charte délivrée à Sarzana en Ligurie (Erens, Tongerloo, t. i, n° 20, p. 33 [1164]) ; le chapelain Brunus suit l’évêque Raoul de Zähringen en croisade (Küpper, Raoul, p. 162 n. 80 [1189-1191]).

150 Nous avons relevé plus de 70 documents de ce type. La plupart d’entre eux datent du xiie s.

151 Les statuts publiés par le légat Guy de Palestrina en 1203 permettent à l’évêque de recruter quatre collaborateurs (socii) parmi les chanoines-résidants de la cathédrale : C.S.L., t. i, n° 84, p. 134.

152 Lambert de Huy accompagne l’évêque Albéron II à Rome en 1139 : Evrard, Flône, n° 12, p. 30.

153 Les de Ponte avaient sans doute dans leurs attributions l’entretien et la défense du pont des Arches construit par l’évêque Réginard (1025-1037). Peut-être étaient-ils également chargés d’y percevoir le péage. Un Lietbuinus de Ponte est déjà mentionné dans la charte fausse d’Hézelon de Toul pour Saint-Barthélemy datée de 1031, mais qui repose vraisemblablement sur un doc. vrai de 1024-1025. Poncelet en a déduit, avec raison nous semble-t-il, qu’il existait vraisemblablement un pont de Meuse avant l’épiscopat de Réginard. Ce dernier aurait reconstruit un ouvrage d’art préexistant : Anselme, ch. 37, p. 210. – A.Ev.L., Cart. de St-Barthélémy, f° 39 V°. – B.U.Lg., ms. 1972, f° 19 R°, cfr ci-dessous, annexe IV, p. 515 n. 21, p. 516-517. – Poncelet, Œuvres, t. iii, p. cxlvii-cxlix. – Les de Pont disparaissent après 1143. – Sur le pont de Réginard, détruit en 1409, voir en dernier lieu les notices de J. Hendrick et de J. Lejeune, dans le catalogue de l’Exposition Liège et Bourgogne, Liège, 1968, p. 112 n° 39, p. 156-157 et pl. XXVII et le travail inédit de M. Godinas, Les ponts de la Meuse moyenne..., Liège, 1976-1977, p. 55-64 (avec bibliogr.).

154 Ce sont les quatre plus importantes familles de la ministérialité liégeoise des xie et xiie s. Cfr Ganshof, Ministérialité, p. 139-147, 152-153, 418. – Sur les Hozémont, ci-dessus n. 95.

155 Cantatorium, ch. 70, 79, 93, p. 157, 198, 241.

156 « congregatis in scolis beati Lamberti coarchidiaconibus et religiosis viris, quibusdam praeterea de clero et populo, quos sanioris consilii esse sciebat » Triumphus sancti Lamberti, ch. 10, p. 505.

157 En 1097, Otbert convoque les primores à une audience publique qui doit avoir lieu le lendemain même : Cantatorium, ch. 89, p. 220.

158 Ibid., ch. 32, p. 94.

159 La rédaction des Gesta dans les « principautés » ecclésiastiques répond au même besoin que la composition des « généalogies » dans les principautés laïques. Les Gesta visent à établir la sainteté du « lignage » que constitue la succession des évêques. Elles attachent une importance considérable au patrimoine de l’église que l’évêque, héritier des forces spirituelles et de la puissance temporelle de ses devanciers, est chargé de défendre et de développer. Cfr. L. Génicot, Princes territoriaux et sang carolingien. La « Genealogia comitum Buloniensium, dans Études sur les principautés, 1975, p. 217-306 et Les généalogies, Turnhout, 1975. – M. Sot, Organisation de l’espace et historiographie épiscopale dans quelques cités de la Gaule carolingienne, dans Le métier d’historien au moyen âge, 1977, p. 31-43 et Historiographie épiscopale et modèle familial en Occident au ixe siècle, Annales.E.S.C.,33e année, 1978, p. 433-449. – Le rôle d’Hériger auprès de Notger a été mis en lumière par G. Kurth, Notger de Liège, t. i, p. 54, 87, 89, 173-174, 234, 267-268, 335-341. – Devenu abbé de Lobbes en 990, Hériger mourut en 1007. – Cfr J. Stiennon, Une description peu connue de l’Aquitaine par Hériger de Lobbes (1007), Annales du Midi, t. lxxii, 1960, p. 273-286. – H. Silvestre, Hériger de Lobbes Ct 1007) avait lu Dracontius, M.A., t. lxix, 1963, p. 121-127. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. i, p. 140-144, t. iii, p. 51* -52 *. – S. Haider, Das bischöfliche Kapellanat, t. i, 1977, p. 150-151.

160 « Wazo [...] vix tandem ad suscipiendam episcopalem virgam est attractus, quamvis multo ante non episcopus consiliis et sapientia totum episcopatum gubernaverit. » Anselme, ch. 39, p. 210.

161 Nous sommes de ceux qui considèrent comme certaine la participation d’Olbert à la rédaction de la collection canonique de Burchard (ci-dessous p. 258, n. 272). Les tendances générales du Décret — conceptions carolingiennes, obéissance à l’empereur mais indépendance du pouvoir spirituel — correspondent bien aux idées réformistes de Wazon dont Olbert était l’ami intime. Sur ce point, voir P. Fournier et G. le Bras, Histoire des collections canoniques en Occident, t. i, 1931, p. 377 sv. et H. Hoffmann, Von Cluny zum Investiturstreit, p. 341-345.

162 « abbas Olbertus ab ipsis puericiae annis coevus et collega necnon consecretalis illi divinae legis meditator ». Anselme, ch. 70, p. 232.

163 La biographie d’Olbert a été retracée par A. Boutemy, Un grand abbé du xie siècle, Olbert de Gembloux. Des compléments — concernant l’activité domaniale d’Olbert et sa position vis-à-vis de la réforme monastique — ont été apportés par J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 235-247.

164 Vita Theoderici, ch. 15-16, M.G.H., SS., t. xii, p. 44-46. – Cantatorium, ch. 6-7, p. 18-19. – Le voyage de Rome, postérieur au décès de l’abbé Hugues de Lobbes (t 5 déc. 1053), eut donc lieu non pas en 1053, comme on l’affirme toujours, mais en 1054. – Anselme est cité comme doyen en 1055 et en 1056. De 1057 à 1081 trois Godescalc différents figurent parmi les archidiacres : Translatio reliquiarum sancti Jacobi, dans Gilles d’Orval, lib. III, ch. 6, p. 82. – de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 440-441, t. xxvi, 1896, p. 383.

165 Anselme était un ami d’enfance — « iam a puero in amicitiis sibi familiarissimum » — de l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert (1055-1086), ancien moine de Lobbes. C’est du reste grâce à l’influence d’Anselme et de Godescalc que Thierry fut placé par Théoduin à la tête de l’abbaye ardennaise.

166 Voir ci-dessus, p. 230 n. 91.

167 « archidiaconus Boso, cui se et omnia sua procuranda idem episcopus crediderat specialius, ut erat confectus senio ». Cantatorium, ch. 26, p. 77. – Cfr Balau, Boson, archidiacre de Liège. – Joris, La ville de Huy..., p. 104-105, 108-110, 236, 360.

168 Eleuthère noua des relations étroites avec les abbayes de Saint-Hubert et de Saint-Laurent.

169 Cantatorium, ch. 35, p. 96-97. – Vita Theoderici, ch. 26, p. 52 : l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert (1055-1086) qui avait été écolâtre à Verdun connaissait Henri avant qu’il ne monte sur le siège épiscopal. – Sigebert de Gembloux, Chronica, p. 366 (1091). – Ci-dessus, p. 136-137 et n. 142.

170 Pirenne, Otbert, B.N., t. xvi, 1901, col. 362. – Dereine, Les chanoines réguliers, p. 51-52. – J. Lejeune, A propos de l’art mosan..., Anciens Pays et Assemblées d’États, t. viii, 1955, p. 132-138 et L’Art mosan et le diocèse de Liège..., dans Art mosan..., Bruxelles, 1961, p. 44-48.

171 Nicolas, Algeri scholastici elogium, éd. Migne, P.L., t. clxxx, col. 737. – Bernard et Bruel, Chartes de Cluny, t. v, n° 3973, p. 330-331 (ca 1124). – G. Constable, The Letters of Peter the Venerable, t i, 1967, n° 89, p. 229 (1135-1145), t. ii, p. 158-159 (avec bibliogr.). – Alger est mentionné dans l’entourage d’Otbert en 1107 et 1112 (Demarteau, Deuxième note sur les fonts baptismaux de Saint-Barthélemy, à Liège, p. 28. – A.Ev.L., Cart, de Saint-Laurent, t. i, f 7 R° V° (l’éd. Miraeus-Foppens, OD., t. iii, p. 28-29 comporte de nombreuses erreurs). – A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, † 39 V° [doc. suspect]). L’Alger qui délivre une charte en faveur de la collégiale Ste Croix en 1113 est probablement le canoniste : A.E.L., ibid., P 39 V° – 40 R° : cette charte fut scellée par Otbert. Alger mourut à l’abbaye de Cluny fort probablement vers 1130 et certainement avant 1145. CfrL. Brigué, Alger de Liège..., Paris, 1936, p. 12-13. – U. Berlière, Alger de Liège, Dict, d’hist. et de géogr. ecci, t. ii, 1914, col. 423-424. – A. Amanieu, Alger de Liège, Dict, de droit can., t. i, 1935, col. 390-403. – A. Brounts, Alger van Luik, Nat. Biogr. Woordenboek, t. iii, 1968, col. 25-34. – G. Monchamp, L’écrit d’Algerus..., B.S.A.H.D.L., t. xii, 1900, p. 207-229. – G. le Bras, Le Liber de misericordia et justicia d’Alger de Liège, Nouvelle rev. hist, de droit français et étranger, t. xlv, 1921, p. 80-118. – P. Fournier et G. le Bras, Histoire des collections canoniques en Occident, t. ii, Paris, 1932, p. 329-332,336-337, 340-344. – N.M. Haring. A Study in the Sacramentology of Alger of Liège, Mediaeval studies, t. xx, 1958, p. 41-78. – L. Ott, Alger von Lüttich, Lexikon des Mittelalters, t. i, 2, 1978, col. 410-411 (avec bibliogr.).

172 Cf. Th. Schieffer, Cluny et la Querelle des investitures, Revue historique, t. ccxxv, 1961, p. 47-72.

173 Avec l’abbé Bérenger de Saint-Laurent, auquel il était lié, nous le voyons remplir des missions délicates à l’abbaye de Saint-Hubert : Cantatorium, ch. 89, p. 221, 225-226. – Ci-dessus, p. 146.

174 Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 503. – Ci-dessus p. 147 sv. – Voir n. sv.

175 Cantatorium, ch. 68, p. 153. – Frédéric de Namur était également l’ami de Bérenger : Nizon, ch. 5, p. 504.

176 Cantatorium, ch. 70, p. 156-157. – Chronicon S. Laurentii, ch. 45-46, p. 277.

177 Cantatorium, ch. 79, p. 197-198. – Chronicon S. Laurentii, ch. 50, p. 279.

178 Cantatorium, ch. 81, 89, 93, 96, p. 200, 221, 224-225, 241-242, 248-249. – Cfr Cauchie, La Querelle des Investitures, t. ii, p. 78-80 et n. 4, p. 83, 87-89, 182-183.

179 Cantatorium, ch. 89, p. 225. – La position d’Étienne de Saint-Jacques a été mise en lumière par J.Stiennon, Saint-Jacques, p. 109-115, 280 sv.

180 Cfr J. Stiennon, Cluny et Saint-Trond au xiie siècle, Anciens Pays et Assemblées d’États, t. viii, 1955, p. 55-86.

181 Cantatorium, ch. 81, p. 200. – Sigebert, Catalogus de viris illustribus, ch. 172, éd. Witte, p. 104-105. – Godescalc, Gesta abb. Gembl., ch. 72, M.G.H., SS., t. viii, p. 550. – Sur la lettre de Sigebert, ci-dessus, p. 204 n. 496 et ci-dessous, p. 400. – L’archidiacre Henri était le fils du comte Gozelon de Montaigu († 1064) : Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, p. 90-93, 330. – Ci-dessous, annexe VI.

181bis Cantatorium, ch. 93, p. 242 (1104). – Il s’agit vraisemblablement de Brunon de Sarrebruck, qui deviendra évêque de Spire en 1107. Cfr ci-dessous, p. 347-348 et n. 239.

182 Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 331. – Niermeyer, Onderzoekingen, n° 2, p. 203-204 (sur ce doc, qui est faux, cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 57-59, 107-108, 169, 299-304.). – Les œuvres de Reimbald ont été publiées par C. de Clercq, Reimbaldi Leodiensis opera omnia, Turnhout, 1966. – Cfr G. Monchamp, Reimbaldus, B.N., t. xviii, 1905, col. 919-923. – Dereine, Les chanoines réguliers, p. 97, 137, 211. – B. Metz, A propos du « Libellus de diversis ordinibus », R.H.E., t. lxviii, 1973, p. 814-822.

183 Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 350. – Les Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 14, p. 205, mentionnent Reimbald comme prévôt de Saint-Jean à l’année 1121. Mais il est fort possible que ce soit là un anachronisme s’expliquant par le fait que cette partie de la chronique a été rédigée en 1136-1137.

184 Miraeus-Foppens, od., t. iv, p. 369 (après O. Oppermann, P.C. Boeren, De oudsteoorkonden derabdijRolduc..., La Haye, 1949, p. 15-17, 36, 83-84, 146, 148-149 considère ce document comme faux ; mais Lepez, Contribution à l’étude du règne d’Albéron II, p. 278-289 admet qu’il est vrai). – de Clercq, op. cit., p. v écrit que Reimbald est devenu prévôt de Sainte-Croix en 1132, ce qui sst inexact : dans le doc. cité, Reimbald apparaît comme prévôt de Saint-Jean.

185 A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 19 V°. – Le doc. de 1141 utilisé par de Clercq, ibid., date en réalité de 1142. – Le doyen Reinzo, prédécesseur de Reimbald, est cité jusqu’en 1140 : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 448.

186 Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 8, p. 43 : encore cité dans ce doc. du 29 nov. 1149, Reimbald est remplacé comme doyen par Hubert, la même année, donc avant le 25 dec. (A.H.E.B., t. iv, 1867, p. 466 : sur ce doc. cfr Dereine, op. cit., p. 85-86). – Cfr de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 450.

187 A.Ev.L., Cart. de St-Laurent, t. i, f 7 R° V°. – Sur Nicolas, cfr Balau, Les sources de l’histoire de Liège, p. 307-309. – A. Delescluse, Nicolas, chanoine de Saint-Lambert, B.N., t. xv, 1899, col. 693-696.

188 Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 289, p. 190. – Cfr E. Schoolmeesters, Les prévôts de la collégiale de Saint-Denis, Leodium, t. xiii, 1914-1920, p. 2. – Le frater Nicolaus chargé d’apporter à l’archevêque Frédéric de Cologne des lettres du clergé de Liège (1121), est vraisemblablement notre personnage : A.H.E.B., t. vi, 1869, p. 51.

189 C’est à cette date qu’il est mentionné pour la dernière fois : A.E. Mons, Abbaye de Bonne-Espérance, charnier, charte de Henri II de Leez (doc. détruit ; photographie Univ. de Liège, service du Prof. J. Stiennon). – de Marneffe, Cartulaire d’Afflighem, n° 75, p. 117. – Plot, Cartulaire de Saint-Trond, t. i, n° 51 p. 69.

190 Ci-dessus, n. 171.

191 Ed. Krusch, M.G.H., Script, rer. Merov., t. vi, p. 407-429. – AA.SS. Sept., t. v, 2e éd., p. 602-617.

192 Ed. M.G.H., SS., t. xx, p. 497-511. – Ci-dessus, p. 16.

193 Reimbald souscrit 4 chartes. – Nicolas souscrit 3 chartes.

194 Reimbald : 7 ch. – Nicolas : 3 ch. – Reimbald, notons-le, était un ancien « Frédérin » : Gesta abbat. Trud., Cont Ia, lib. XI, ch. 14, p. 205. – Voir la lettre de Reimbald au prieur Wazelin, éd. de Clercq, op. cit., p. 8.

195 Reimbald : 8 ch. – Nicolas : 10 ch. – Nicolas accompagne Albéron II à Rome en 1139 : Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, n° 12, p. 30.

196 Reimbald : 11 ch. – Nicolas : 6 ch.

197 Reimbald : 2 ch. – Nicolas : 1 ch.

198 « ... venerabilem Henricum [...] imitandae humilitatis virum, cuius Studium et fides valde erat necessaria, hac fungi legatione monuit, ut per eum res, quae erat ad persuadendum difficillima, pro utilitate et pace communi a filiis ecclesiae perficeretur ». Triumphus sancti Lamberti, ch. 10, p. 505. – Ci-dessus, p. 168-172.

199 Gesta Federici I. imperatoris in Lombardia, éd. O. Holder-Egger, Hanovre, 1892, p. 56 (écrites par un bourgeois de Milan entre 1177 et 1183).

200 « Fridericus magister scolarum », dans une charte de Renier, prévôt de St-Paul : A.H.E.B., t. xviii, 1882, p. 57. – Un chanoine de Saint-Paul du nom de Frédéric est mentionné en 1163, 1185 et 1189. Il est peu probable qu’il s’agisse d’une seule et même personne : O.J. Thimister, Cartulaire de Saint-Paul, Liège, 1878, p. 9, 16, 18, 20. – Stiennon, Saint-Jacques, p. 402, 449-451. – Voir ci-dessous, p. 272 n. 355.

201 « Actum Leodii per manum Alexandri de Sancto Dyonisio, dispensatoris nostri » C.S.L., t. vi, annexe 4, p. 241-242. Alexandre est encore mentionné en 1169, dans une charte de Raoul de Zähringen : Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., 1.1, 1881, n° 7, p. 149. – Il conviendrait de rapprocher les fonctions exercées par Alexandre : 1°) de celles du dispensator de l’évêque à Huy, fonctionnaire qui était chargé de l’administration des biens épiscopaux situés dans la ville : Cantatorium, ch. 50, p. 122. – Cfr A. Joris, La ville de Huy, p. 421-422. – 2°) de celles que le grand-prévôt de Liège Frédéric de Namur confia, lors de son pèlerinage en Terre Sainte, à l’archidiacre André, tutelator dispensatorque : Nizon, Vita Friderici, ch. 5, p. 504.

202 En effet, ce document daté de 1167 fut expédié en l’absence de l’évêque, qui avait quitté son évêché vers la fin de l’année 1166 pour ne plus jamais y revenir. Cfr Küpper, Notes sur l’évêque Alexandre II, p. 398 et n. 47.

203 Il mourut probablement en 1189 : F. Vercauteren, Un clerc liégeois du xiie siècle : maître Benoît de Saint-Jean, M.A., t. lxxiii, 1967, p. 35-64. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 63 n. 58, p. 133 n. 29.

204 « Magister Jonas ». Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 60, p. 176.

205 « per manus Jone, clerici mei et Gilleberti, clerici comitis Hainoensis » Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 504, p. 698-700.

206 Sur toute cette affaire, nous nous permettons de renvoyer à notre étude sur La politique des ducs de Zähringen entre la Moselle et la mer du Nord.

207 Comme écolâtre de Saint-Paul. Schoolmeesters, ibid., n° 88, p. 192. – C.S.L., t. i, n°71, p. 116.

208 Thimister, Cartulaire de Saint-Paul, p. 18. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 160 n. 73.

209 Schoolmeesters, Les Actes de Radulphe de Zaehringen, 2e éd., annexe II, p. 43. – Cfr KUpper, op. cit., p. 161 et n. 79.

210 Simonis, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, n° 1, p. 363 (1192).

211 A.H.E.B., t. viii, 1871, p. 234 (1197). – Thimister, op. cit., p. 27 (1198). – A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 267-268 (1198). – A.E. Mons, Cartulaire d’Aulne, f° 40 V° (1199).

212 Cfr E. Schoolmeesters, Les doyens de la collégiale de Saint-Paul, A.H.E.B., t. xxxvi, 1910, p. 348. – Poncelet, Les sceaux et les chancelleries, p. 84-85.

213 « ob multam sui strenuitatem, prudentiamque et fidem dilectus et familiaris episcopo adeo factus est, ut cum eius provisione et consilio cuncta agerentur, quae in omni circa regione agenda forent » Vita B. luettae, AA. SS. Jan., X. I, p. 866 (écrite vers 1230).

214 L’évêque Raoul, gravement compromis dans le schisme de 1159, risquait d’être déposé par le pape. Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 60-61.

215 « Quidam archidiaconus Leodiensis » Historia ducum Veneticorum, ch. 12, M.G.H., SS., t. xiv, p. 87 1.16 (écrite peu après 1229).

216 Albert devient archidiacre de Liège en 1176 ou 1177 : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 455.

217 En l’absence d’une édition critique des chartes épiscopales liégeoises, l’étude approfondie de la « chancellerie » de nos évêques s’avère pratiquement impossible. Les Actes de Hugues de Pierrepont (1200-1229) ont été publiés par E. Poncelet (Bruxelles, 1946).

218 Cfr Kurth, Notger de Liège, t. i, p. 208-209, 259-260. – Ci-dessus, p. 131-132.

219 « Ego Waso, archicapellanus, recognovi sigilium domini Reginaldi, Leodiensis episcopi ». A.H.E.B., t. xxi, 1888, p. 392. – Sur ce doc, cfr ci-dessous, annexe IV, p. 514-515 et n. 12.

220 « Ego Heribertus ad vicem Adelvisi cancellarii recognovi et subscripsi » B.U.Lg, ms. 1972, f 303 R°. – A.E.L., Collégiale Saint-Martin, n° 17 bis, p. 16. – Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, n° 22, p. 20 : charte du chapitre de Saint-Lambert souscrite par l’évêque Éracle. Ce doc où Otton Ier porte inexactement le titre de rex est en complète contradiction avec la charte d’Éracle du 2 juin 965 (Halphen et Lot, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, n° 23, p. 50-53). De surcroît, il émane des fratres Leodienses, ce qui, pour l’époque, est anormal. Néanmoins il est fort possible que le faussaire ait utilisé une liste de témoins du temps d’Éracle.

221 « Ego Franco cancellarius recognovi ». Koch, Oorkondenboek van Holland en Zeeland, t. i, n° 82, p. 156.

222 C’était l’opinion de Reusens, Les chancelleries inférieures en Belgique, p. 180-181 et de Kurth, Notger, t. i, p. 259-260. – Poncelet, Les sceaux et les chancelleries, p. 85-86, a montré que ce point de vue n’était pas exact.

223 « Data per manum Henrici cancellarii », charte originale de l’élu Lothaire pour le Val-Saint-Lambert, éd. Simonis, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, p. 363. – Sur ce doc. voir les importantes remarques de J. Stiennon, L’écriture diplomatique, p. 278-279, 325-330.

224 En tout, nous avons relevé 12 mentions de ce type du xe au xiie siècle : Reusens, op. cit., p. 181-182. – Poncelet, op. cit., p. 83-85. – Ajouter : le doc. cité ci-dessus, n. 220 et K. Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357 (969).

225 Reusens, op. cit., p. 162-163, 167-180. – M. Hayez, Catalogue des actes des évêques de Cambrai antérieurs à 1167, École Nationale des chartes. Positions des thèses, 1959, p. 44. – Cfr E. van Mingroot, Kerststijl en Nieuwjaarsindictie in het Bisdom Kamerijk (XIde en begin XIIde eeuw), B.C.R.H., t. cxli, 1975, p. 47-132 et Indictio secundum stilum Cameracensem, ibid., t. cxliii, 1977, p. 139-205.

226 P. Acht, Die Cancellaria in Metz, Francfort, 1940, p. 17-22, 69-71. – M. Parisse, Les chartes des évêques de Metz au xiie siècle..., Archiv für Diplomatik, t. xxii, 1976, p. 275-276, 282-283, 301, 315. – Un certain Simon de Liège exerça les fonctions de chancelier à Metz de 1176 à 1190. Il s’agit de Simon, chanoine de Metz, doyen de la cathédrale de Liège (1171-1195) et prévôt de Sainte-Croix à Liège : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 454-460, t. xxvi, 1896, p. 385-386, t. xxxi, 1905, p. 118-119. – Parisse, op. cit., p. 277 et n., p. 281-282, 301, 316. – Ce Simon doit être distingué de Simon de Waha, doyen de Metz de 1158 à 1172, chanoine de Saint-Lambert à Liège et, semble-t-il, prévôt de Saint-Pierre à Liège (1152) et de Notre-Dame à Tongres (1164) : Aubry, M.G.H., SS., t. xxiii, p. 812 (qui affirme, inexactement, que Simon de Waha fut doyen de Liège). – O.S.L., f° 116 V° (9 déc). – de Marneffe, Cart. d’Afflighem, n° 88, p. 137 (1152). – Paquay, Cart, de N.-D. à Tongres, t. i, n° 1, p. 48 (1164). – Parisse, op. cit., p. 281-282.

227 Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. cxxxv-cxli.

228 W. Prevenier, La chancellerie des comtes de Flandre, p. 45. – Il importe de remarquer, cependant, que les premiers actes dressés par la chancellerie comtale ne sont pas antérieurs à 1157 : A.E. Verhulst, Note sur une charte de Thierry d’Alsace, comte de Flandre pour l’abbaye de Fontevrault (21 avril 1157), dans Mélanges E.R. Labande, Poitiers, 1974, p. 711-719. – A. Verhulst et Th. de Hemptinne, Le chancelier de Flandre sous les comtes de la maison d’Alsace (1128-1191), B.C.R.H., t. cxli, 1975, p. 278-280.

229 Reusens, op. cit., p. 133-146. – Vanderkindere, La chronique de Gislebert, p. viii sv. – F. Vercauteren, Note sur Gislebert de Mons, rédacteur de chartes, M.I.Ö.G., t. lxii, 1954, p. 238-253 et part. p. 250. – M. Bruwier, Le domaine des comtes de Hainaut du xe au xiiie siècle, Rev. de l’Université de Bruxelles, Nlle sér. t. xxii, 1969-1970, p. 492.

230 Boeren, De oudste oorkonden der abdij Rolduc, p. 122-129. Toutefois, les conclusions de cet auteur nous paraissent devoir être maniées avec prudence. – Cfr aussi Schoppmann, La formation et le développement territorial du duché de Limbourg, p. 85.

231 Poncelet admet que depuis l’avènement d’Otbert (1091) jusqu’à la mort d’Albert de Cuyck (1200), une trentaine de chartes originales auraient été écrites dans la chancellerie épiscopale. Nous donnons sous toutes réserves cette information qui s’appuie sur un travail inédit d’A.J.J. Laurente, ouvrage qui a disparu de la B.U.Lg : Poncelet, Les sceaux et les chancelleries, p. 86.

232 Reusens, op. cit., p. 164. – Poncelet, op. cit., p. 87. – La charte d’Alexandre II en faveur de l’église de Nivelles (plusieurs raisons nous invitent à rejeter l’opinion de Smets, Henri I, p. 25, Delanne, Histoire de la ville de Nivelles, p. 318 et n. 103-104 et Hoebanx, L’abbaye de Nivelles, p. 166 n. 2, qui attribuent ce document à Albert de Louvain) et la charte de Raoul de Zähringen en faveur de la léproserie de Cornillon ont été rédigées d’après le même formulaire ou par le même dictator : Walters, De l’origine..., Preuves, p. 52 (1164-1165). – Schoolmeesters, Leodium, t. iii, 1904, p. 109-110 (1171-1178).

233 Une cinquantaine d’originaux émanant de Henri II de Leez sont parvenus jusqu’à nous : Stiennon, L’écriture diplomatique, p. 209 n. l.

234 M. Stiennon, sur les conclusions duquel nous nous appuyons, constate en outre des liens de parenté entre l’écriture des chartes attribuées aux scribes de Henri II et celle du scriptorium de l’abbaye de Bonne-Espérance (diocèse de Cambrai) : op. cit., p. 207-229.

235 G. Despy, Contribution à l’étude des formulaires de chartes du xiie s. en Basse-Lotharingie, Ann. 36e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Gand, 1955, Gand, 1956, p. 497-506 qui s’inspire d’observations précédemment formulées par Niermeyer, Onder-zoekingen, p. 187-191. – M. Despy a largement appliqué ses théories dans l’étude qu’il a consacrée aux chartes waulsoriennes : Les chartes de l’abbaye de Waulsort, n° 9, 22, 33, 34, 36, 40, 43, 51 (1050-1190). – M. Prevenier a constaté un phénomène similaire dans les chartes comtales flamandes : La chancellerie des comtes de Flandre, p. 85.

236 C’est seulement à partir du règne de Robert de Thourotte (1240-1246), semble-t-il, qu’on peut parler d’une véritable chancellerie épiscopale liégeoise : Stiennon, L’écriture diplomatique, p. 354-357. – Poncelet reste désespérément vague sur ce point : Sceaux et chancelleries, p. 86, 89-90.

237 Voir Prevenier, op. cit., p. 45-48 qui donne un bon aperçu de l’organisation des chancelleries dans les anciens Pays-Bas et dans les régions voisines.

238 Sur cette institution, cfr E. Poncelet, Les vicaires généraux et les scelleurs de iévêché de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xxix, 1938, p. 1-6. – de Moreau, Histoire de l’Eglise, t. iii, p. 328-329. – R. Naz, art. Vicaire général, dans Dict, de droit canonique, t. vii, 1965, col. 1499-1503.

239 La liste des chorévêques liégeois a été établie par de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 435-436,439, t. xxxi, 1905, p. 112,152-153 : le premier chorévêque connu est Witbaldus, mentionné vers le milieu du viiie s. (Translatio sancti Germani, M.G.H., SS., t. xv, p. 8 1. 37 sv.). – Sur cette institution, qui connut son apogée au ixe s., voir Th. Gottlob, Der abendländische Chorepiskopat, Bonn, 1928. – J. Leclef, art. Chorévêque, dans Dict, de droit can., t. iii, 1942, col. 686-695. – P. Linden, art. Chorbischof, dans Lex. für Theol. und Kirche, t. ii, 1958, col. 1080-1081. – F. Merzbacher, art. Chorbischof, dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgesch., t. i, 1971, col. 611. – M. van Rey, Die Lütticher Gaue Condroz und Ardennen im Frühmittelalter, p. 144-146.

240 Folcuin, Gesta abbat. Lobiensium, ch. 17, M.G.H., SS., t. iv, p. 62 (qui écrit vers 980). – Anselme, ch. 19, p. 199-200. – Voir les remarques critiques de d’Haenens, Les invasions normandes en Belgique, p. 103-104, 215-217. – Sur le chorévêque Béricon, mentionné dans un acte rédigé à Huy en 866, voir A. Joris et G. Despy, Étude sur une charte privée, rédigée à Huy en 866, B.C.R.H., t. cxxvi, 1960, p. 110-117, 134 : il semble que la résidence normale de Béricon ait été fixée à Huy.

241 Anselme, ch. 41, p. 214 1. 28-30.

242 Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357 (969) : cfr van Rey, p. 145. – B.U.Lg., ms. 1972, f° 21 Ve (1044 : suspect) : ce document introduit une distinction très nette entre le corepiscopus et les archidiaconi.

243 U. Berlière pense qu’au xe siècle « chorévêque » est synonyme d’« archidiacre », ce qui n’est nullement prouvé : Les évêques auxiliaires de Liège, Bruges-Lille-Paris, 1919, p. 3 et n. 4. – Cfr Poncelet, Les vicaires généraux, p. 1-2. – Kurth, Notger de Liège, t. i, p. 140 n. 2 et van Rey, op. cit., p. 145-146 (d’après de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 436) qui se trompe en attribuant au prévôt et archidiacre Robert le titre de chorévêque : Anselme, ch. 26, p. 204 dit simplement de lui qu’il était archidiaconus et maioris aecclesiae praepositus. – Dans certains diocèses, « chorévêque » resta un titre honorifique. Cfr Leclef, op. cit., col. 694.

244 Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 503.

245 Voir ci-dessus, n. 167.

246 Ci-dessus, p. 160 n. 272.

247 C.S.L., t. i, n°49, p. 84-85 (1154-1155). – Sur ce doc, voir ci-dessus, p. 208 n. 516.

248 Ci-dessus, p. 247.

249 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 81 n. 90.

250 Ibid., p. 161 et n. 76-79. – Hugues de Pierrepont (1200-1229) confia le « vicariat » à son neveu Jean d’Eppes. Mais c’est seulement sous l’évêque Henri de Gueldre (1247-1274) qu’apparaît un véritable vicaire général : Poncelet, Actes de Hugues de Pierrepont, p. LII et Les vicaires généraux, p. 3, 9. – Notons que l’abbé de Lobbes était, de droit, vicarius episcopi. Ce vicariat consistait, lors des fêtes religieuses, à célébrer les offices divins à la place de l’évêque, quand ce dernier était absent du diocèse : Hugues, Fundatio monasterii Lobbiensis, ch. 1, M.G.H., SS., t. xiv, p. 545. – Gesta abbatum Lobbiensium, ch. 1, M.G.H., SS., t. xxi, p. 308. – Simon, Gesta abbatum Sancti Bertini, lib. III, ch. 3, M.G.H., SS., t. xiii, p. 662. – Vita Alberti, ch. 13, p. 148. – Cfr ci-dessous, p. 270 n. 347.

251 « si quid dignum graviori animadversione occurrerit, vicariis nostris potestatem convocandi concilii damus ». Charte de Henri II de Leez citée ci-dessus, n. 247. – Cantatorium, ch. 93, p. 242 1. 20-24 (1103) et notre commentaire ci-dessous p. 262.

252 Dans le diocèse de Tongres-Liège un grand nombre de paroisses rurales existe dès l’époque carolingienne : de Moreau, Histoire de l’Église, t. i, 2e éd., p. 282 sv. – Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 131-132. – Van Rey, Die Lütticher Gaue.

253 Cfr R. Naz, art. Synode, Dict, de droit canonique, t. vii, 1965, col. 1134-1140. – O. Pontal, Le synode diocésain et son cérémonial du xiie au xive siècle, L’Année canonique, t. xiv, 1970, p. 53-61. – M. Boye, Die Synoden Deutschlands und Reichsitaliens von 922-1059, Z.R.G., K.A., t. xlix, 1929, p. 131-284.

254 Nous ne partageons donc pas le point de vue de G. Kurth, Notger, t. i, p. 202. Il n’est pas nécessaire, en effet, d’invoquer la naissance de la « principauté » de Liège pour expliquer celle du synode épiscopal mixte, même si le pouvoir temporel de l’évêque a pu accentuer le caractère mixte des assemblées synodales. Il semble bien, en tout cas, que l’assemblée synodale mixte existe à Liège dès le début du ixe s. Voir ci-dessous n. 256.

255 Sur Les synodes au diocèse de Liège, voir les notes publiées par J. Paquay dans Leodium, t. xv, 1922, p. 7-22 et les remarques de J. Lejeune, Liège et son pays, p. 321 sv. – En 1947, G. Davenne défendit à l’Université de Liège un mémoire, resté malheureusement inédit, sur Les synodes épiscopaux à Liège du xe au xiiie siècle. Nous devons beaucoup à ce travail remarquable, même si nous ne pouvons partager, sur tous les points, les vues de son auteur. – Au sens strict du terme, les premiers statuts synodaux liégeois parvenus jusqu’à nous, ont été publiés en 1288 par l’évêque Jean de Flandre (éd. E. Schoolmeesters, Liège, 1908. – Cfr M. Lavoye, Le texte original des statuts synodaux de Jean de Flandre, B.S.A.H.D.L., t. xxv, 1934, p. 131-156). – Il ne faut pas perdre de vue, cependant, qu’une œuvre importante de législation religieuse a été entreprise dans le diocèse de Liège à l’époque carolingienne et que ce travail s’est concrétisé par la rédaction de statuts diocésains. Cfr E. Schoolmeesters, Le droit diocésain liégeois à l’époque carolingienne, Leodium, t. ii, 1903, p. 15-19, 33-36, 39-42, 54-60. – C. de Clercq, Même titre, Notes complémentaires, ibid., t. xxiii, 1930, p. 23-40 et La législation religieuse franque, t. i, 1936, p. 222-223, 274-281, 352-366. – W.A. Eckhardt, Die Kapitulariensammlung Bischof Ghaerbalds von Lüttich, 1955. – Th. Delforge, Un ancien fragment canonique liégeois, Leodium, t. xlv, 1958, p. 33-39. – Sur ce type de source : O. Pontal, Les statuts synodaux, Turnhout, 1975.

256 « Ista omnia coram clericis et laicis nostris in eorum privilegio cedimus ». Il s’agit d’une charte de Walcaud (810-831) dont de larges extraits ont été conservés dans le Cantatorium, ch. 4, p. 11-15. Selon le chroniqueur de Saint-Hubert — qui écrit trois siècles après les événements mais qui s’inspire peut-être du document contemporain qu’il a sous les yeux — l’évêque aurait pris sa décision « assensu cleri et senatus et quorumque nobilium et sapientium Leodiensis ecclesie ». – Davenne, op. cit., p. 17-19, 35-38, 50-51, n’a pas trouvé de mentions sûres d’assemblées synodales liégeoises antérieures au ixe siècle.

257 Il importe de distinguer le synode général, tenu normalement à Liège, du synode local ou rural présidé par l’évêque dans chaque paroisse au cours de la « visite » annuelle du diocèse. Trop absorbé par ses lourdes tâches, le prélat abandonna l’assemblée locale aux soins de l’archidiacre qui en assuma désormais la présidence. – Il semble que Notger ait encore réuni un synode local à Lobbes en 980 : J. Vos, Lobbes, son abbaye et son chapitre, t. i, n° 9, p. 433-434. – Cfr Davenne, op. cit., p. 35. – F. Toussaint, Les doyens ruraux et les assemblées synodales aux anciens diocèses de Liège et de Cambrai.

258 « Residente denique episcopo cum multitudine clericorum in synodo ».

259 Virtutes S. Eugenii episcopi, ch. 9, éd. Misonne, p. 264. Ce texte aurait été rédigé dans le dernier quart du xe s. – Voir aussi les remarques de J.M. de Smet, Recherches critiques sur la Vita Gerardi abbatis Broniensis, Revue Bénédictine, t. lxx, 1960, p. 26-27.

260 « cum prestantioribus ecclesie tam clericis quam laicis agenda pertracto » Weigle, Die Briefe des Bischofs Rather von Verona, n° 10, p. 50 (955-956).

261 Halkin et Roland, Recueil des chartes de Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 179-180 (ce doc. est daté de 961 mais les autres indications chronologiques correspondent à l’année 960). Dans la liste des témoins, où règne le plus grand désordre, sont mentionnés Hubertus advocatus et Reginerus thelonearius. Cfr Davenne, op. cit., p. 36.

262 Il s’agit du lundi de Pâques. Le synode aurait donc été réuni à l’occasion de cette grande fête religieuse.

263 B.U. Lg., ms. 1972, F 302 V-303 R° – A.E.L., Coll. St-Martin, n° 17 bis, p. 14-16. – Sur ce doc. voir nos remarques, ci-dessus p. 249 n. 220.

264 « sub testimonio totius sinodalis conventus » Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357.

265 Adventus et elevatio S. Landoaldi, ch. 3, M.G.H., SS., t. xv, 2, p. 610 (écrite en 982). – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 231-237.

266 Hariuf, Chronique de Saint-Riquier, éd. Lot, p. 170-171. – Cfr Kurth, op. cit., t. i, p. 202-203.

267 Comme l’a très bien montré G. Davenne, op. cit., p. 62-64.

268 C’est par le mot audientia que les sources désignent le tribunal épiscopal. Voir par exemple : Cantatorium, ch. 16, 77, 89, 93, p. 41, 186, 220, 241. – Annales Rodenses, éd. Boeren et Panhuysen, p. 60 (1123). – Raoul, Gesta abb. Trud., lib. I, ch. 12, p. 21, lib. V, ch. 3, p. 67, Cont. IIa, lib. III, ch. 9, p. 46, etc. – Alger, De dignitate ecclesie Leodiensis, éd. S. Bormans et E. Schoolmeesters, B.C.R.H., 5e sér., t. vi, 1896, p. 510 (ca 1101-1121).

269 A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 19 V° (1141).

270 Cantatorium, ch. 7, p. 19 (1055). – Triumphus sancti Lamberti, ch. 5, p. 502 (1141). – C.S.L., t. i, n° 49, p. 85 (1154-1155). – Cfr Davenne, op. cit., p. 67-68. – Naz, dans Diet, de droit can., t. vii, col. 1138.

271 Attaqué par le comte de Louvain, Otbert convoque les « principes provincie » Cantatorium, ch. 77, p. 184-185 (1095-1096).

272 Le Décret de Burchard a été rédigé entre 1008 et 1012. Parmi les collaborateurs de l’évêque de Worms figurait le moine Olbert de Lobbes, ami de Wazon de Liège et futur abbé de Gembloux et de Saint-Jacques († 1048). De surcroît, Burchard était lié à l’évêque de Liège Baldéric II. Cfr Sigebert, Catalogus de viris illustribus, ch. 143, éd. Witte, p. 92 et Gesta abb. Gembi, ch. 27, M.G.H., SS., t. viii, p. 536. – Boutemy, Un grand abbé du xie siècle, p. 57-61. – Fournier et Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, 1931, p. 364-421. – M. Kerner, Studien zum Dekret des Bischofs Burchard von Worms, 2 vol., 1969 et not. t. i, p. 201-202 où cet auteur émet des doutes sérieux sur la participation d’Olbert à la rédaction du Décret. Cette opinion hypercritique nous paraît d’autant moins acceptable que Sigebert de Gembloux, auquel nous devons nos précieux renseignements, était l’élève d’Olbert. Cfr Beumann, Sigebert von Gembloux, p. 7-8. – M. de Waha, Sigebert de Gembloux faussaire ? p. 1027-1028, se demande s’il n’y a pas là « une invention de Sigebert pour rehausser la gloire de l’abbaye » de Gembloux. Nous avons peine à nous ranger à cet avis. – La collection burchardienne était évidemment bien connue à Liège. Sigebert de Gembloux († 1112) n’affirme-t-il pas qu’on lui donnait déjà de son temps le nom de Burchardus, tout comme de nos jours on parlerait du Larousse ou du Robert ? Sigebert, Catalogus. – Voir aussi Meuthen, Aachener Urkunden, n° 19, p. 158-165 (ca 1100). – Le Décret de Burchard est largement tributaire des Libri de sinodalibus causis de Réginon de Prüm († 915) : Fournier et Le Bras, t. i, p. 244-268, 371, 374-375. – Kerner, op. cit., t. i p. 21 sv., 107-118, 132-133.

273 « De conduis autem episcopalibus non aliud indicimus, quam sancti Patres salubriter ordinaverunt, ut scilicet bini conventus per annos singulos habeantur, in quibus de omnibus querelis, quae inter diversos Ecclesiae ordines nasci assolent, judicetur » Burchard de Worms, Decretorum libri XX, éd. Migne, P.L., t. cxl, lib. I, ch. 43, col. 561.

274 Davenne, op. cit., p. 64-66.

275 M. Davenne a été visiblement influencé par une interprétation erronée du Décret, selon laquelle trois sessions annuelles étaient prévues (Davenne, p. 44, 62, 65). En réalité, les ch. 75-76 du livre II (et non pas du livre I) utilisés par cet auteur, ne concernent pas le synode mixte.

276 Cfr Pontal, Le synode diocésain et son cérémonial, p. 53. – C’était notamment le cas à Toul : Choux, Recherches sur le diocèse de Toul, p. 47-50.

277 « Actum publice Leodii in viridario episcopi » Berliere, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17.

278 « Testes :... quicumque synodo interfuere, tarn clerici quam laici » Koch, Oorkondenboek, t. i, n° 82, p. 156.

279 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 53-54.

280 Le Cantatorium, ch. 30, p. 89, le confirme explicitement : « circa Leodiensem synodum, que agitur in festo apostolorum Symonis et Jude ». – Dans une lettre de 1149, l’abbé Wibald de Stavelot fait allusion au « synodus Leodiensis aecclesiae, quam [...] episcopus ex more celebrabat » ; or il s’agit incontestablement du synode du 28 octobre : W.E., n° 150, p. 234. – En 1050, Théoduin célébra un synode le 28 octobre : Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 9, p. 334-336.

281 Vita Balderici, ch. 6, p. 726. – Œdiger, t. i, n° 636, p. 189. – Kurth, Notger, t. i, p. 157, t. ii, p. 30. – Dans une charte délivrée « in dedicatione ecclesie beati Lamberti martins et beate Marie » Henri II de Leez mentionne la « frequentia clericorum et laicorum que ad nostram didicationem innumerabilis solet occurrere ». Franquinet, Kloosterrade, n° 9, p. 17 (1148) : selon Boeren, De oudste oorkonden, p. 94-97, ce doc. serait un faux du début du XIIIe s. – La « paix » de l’évêque Henri de Verdun mentionne également les déplacements auxquels la fête de la dédicace donnait lieu : Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, p. 90 (1081).

282 Ci-dessus, n. 277. – Une charte d’Alexandre II (1166) est datée comme suit : « III. idus marcii quod tunc erat in capite ieiunii in celebri curia nostra leodii » Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 409, p. 281-282 ; or le 13 mars 1166 est effectivement un dimanche, jour de prédilection pour une assemblée synodale : caput ieiunii ne doit donc pas se traduire par « mercredi des cendres » (9 mars en 1166), mais par « début du Carême ». – Une charte de Henri II de Leez est datée de 1153 « in capite ieiunii in sinodo pacis » A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 48 V° ; ce document rédigé au cours d’une séance de la juridiction de la paix n’a probablement pas été délivré le mercredi des cendres (4 mars), mais le samedi suivant, jour traditionnel de la « paix » de Liège : ici encore, caput ieiunii doit se traduire par « début du Carême » ; en 1197, une séance de la « paix » a lieu le premier samedi du Carême, à savoir le 22 février : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 14, p. 124.

283 Ci-dessus, n. 279. – « ad generalem synodum Leodii in conventu principum, in presentia liberorum » (19 mai 1124) : Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 361, p. 517-519 (cette éd. comporte une lacune que nous complétons au moyen de J. Bertholet, Histoire du Luxembourg, t. iii, 1742, preuves, p. LII). – « in generali synodo » (20 mai 1124) : Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 359-360. – « in generali synodo » (27 mai 1152) : A.E. Mons, Cartulaire d’Aulne, f° 316 R°. – « in diebus Penthecostes Fossis suam curiam celebraturus » Cesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, ch. 1, p. 11 (1138).

284 Davenne, op. cit., p. 65 n. 55-56, p. 238 sv.

285 Selon Burchard de Worms, les synodes provinciaux — c’est-à-dire les réunions d’évêques présidées par le métropolitain — devaient avoir lieu la quatrième semaine après Pâques — donc à mi-chemin entre Pâques et la Pentecôte — et le 15 octobre (lib. I, ch. 44, col. 561). Tout se passe donc comme si l’évêque de Liège avait fixé la date de son synode en fonction de celle du synode provincial dont il était tenu de faire appliquer les décisions dans son diocèse. Malheureusement, nous n’avons guère d’informations sur les assemblées provinciales de Cologne qui paraissent avoir été rarement convoquées (Fr. W. Œdiger, dans Gesch. des Erzb. Köln, t. i, p. 243 et n. 14. – Nos remarques, ci-dessous, p. 486 n. 3). L’évêque Francon de Liège participa au synode provincial réuni le 1 avril 887 (Œdiger, t. i, n° 264, p. 90). En 1104, l’archevêque de Cologne convoque le concilium Colonie pour le second dimanche après Pâques (1 mai) (Cantatorium, ch. 96, p. 250). Ces deux dates sont antérieures au synode liégeois de la Pentecôte. – Par contre, un synode provincial eut lieu à Aix en juillet 1023 (Œdiger, t. i, n° 704, p. 209). – Sur la corrélation qui existait entre le synode provincial et le synode diocésain, cfr Naz, dans le Dict, de droit can., t. vii, col. 1135. – Sur le synode provincial : Lesne, La hiérarchie episcopale, p. 146-159. – Boye, Die Synoden Deutschlands, p. 139 sv., 169 sv.

286 Ci-dessus, n. 262-263. – de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125-126 (1092).

287 Ci-dessus, n. 279. – Cantatorium, ch. 36, p. 97 (1076), ch. 93, p. 242 (1103). – Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 33, p. 371-373 (1160).

288 Despy, op. cit., n° 20, p. 349 (1087). M. Despy considère ce doc. comme faux, mais son point de vue a été combattu par D. Misonne, La charte d’Arnoul de Morialmé..., A.S.A.N., t. liii, 1965, p. 67-79.

289 Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 30, p. 66-67 (1178-1189). – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, n° 1, p. 36-42 (1066). – Joris, La ville de Huy, p. 479-484 (1066).

290 A quelques exceptions près, qui confirment la règle générale : Huy (1066, 1091), Fosses (1071, 1138), Thuin (1153) : ci-dessus, n. 283, 289. – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 4, p. 100-103. – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11. – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f°48 V°. – Cfr Davenne, op. cit., p. 57-59.

291 « Episcopus Leodiensis [...] in cathedra Leodiensi sedere solebat ». De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 11, M.G.H., SS., t. xiv, p. 552. – En 1112, Otbert réunit un concile général « sedens in portis ecclesiae hujus Leodiensis » A.Ev.Lg., Cart, de St-Laurent, t. i, f° 7 R°V°. – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 28-29. – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332 (1124).

292 Koch, Oorkondenboek, t. i, n° 82, p. 156 (1057). – Daris, ibid., p. 341 (1155). – C’est dans l’église Notre-Dame qu’ont lieu les séances de la juridiction de la paix : A. Joris, Observations sur la proclamation de la trève de Dieu à Liège, p. 529-530.

293 Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 17 (1057). – J. Dela ville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. i, 1894, n° 479, p. 329 (1175).

294 Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 30, p. 66-67 (1178-1189). Ce « pratum sancti Lamberti, ad plagam occidentalem » n’a pas été relevé par Gobert. Nous pensons qu’il s’agissait de la future Place Verte (act. Place du Maréchal Foch) qui faisait alors partie du territoire claustral de Saint-Lambert : Th. Gobert, Liège à travers les âges. Les rues de Liège, t. ii, p. 389, t. iii, p. 495-496.

295 Halkin et Roland, Chartes de Stavelot-Malmédy, t. i, n° 168, p. 346 (1139).

296 Gisl. Chron., ch. 138, p. 205 (1188). – Cfr KUpper, Raoul de Zähringen, p. 154-155, 158-159 et n. sv.

297 Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 578 (1196). – Rappelons que la cathédrale avait été détruite par un incendie en 1185. – Voir aussi Davenne, op. cit., p. 59-60.

298 Davenne, p. 62-64, dont nous partageons l’opinion.

299 Comme le pense, à tort, Davenne, p. 63.

300 Cantatorium, ch. 93, p. 240-242. – La réunion rassemble les « omnes potentiores urbis personas », c’est-à-dire les abbates, les archidiacres et les laïcs. En dehors d’Otbert et de l’abbé de Saint-Hubert, qui est le défendeur, les seules personnes nommément citées sont l’abbé Bérenger de Saint-Laurent, les deux archidiacres Henri et le moine Lambert de Saint-Hubert. Par abbates il faut évidemment entendre les prévôts et les abbés des monastères de la Cité. Enfin, l’affaire est finalement reportée à la réunion synodale d’automne, à laquelle participeront, cette fois, les abbates episcopii.

301 « nec nosse debeant laici, quia facient clerici ».

302 Une charte épiscopale de 1124, rédigée incontestablement au cours d’un synode général mixte, fait état d’une confirmation épiscopale accordée « in conventu principum, in presentia liberorum », voir ci-dessus, n. 283. À la session religieuse pure, s’opposait donc une session laïque, indépendante des clercs, mais présidée par l’évêque, comme l’indique le passage du Cantatorium que nous venons de commenter. – Én 1188, le comte de Hainaut, pour des raisons qui nous échappent, participe « solus laycus » au synode religieux présidé par l’évêque et le légat pontifical : Gisl. Chron., ch. 138, p. 205.

303 Cfr L. Halphen, Charlemagne et l’empire carolingien, réimpr., Paris, 1968, p. 146-150. – Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 49-50. – L’expressionplacitum christianitatis est utilisée en 1155 pour désigner le synode général mixte : Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 341.

304 « duplici gladio potens », De fundatione et lapsu, ch. 11, p. 552. – « cum eidem episcopo, ex antiqua ipsius ecclesie dignitate, uterque gladius ad iura commisse sibi ecclesie contuenda contra malefactores exerendus licite sit concessus » C.S.L., t. i, n° 105, p. 165-166(1211).

305 C’est-à-dire, en pratique, le pouvoir de légiférer, de juger et de contraindre.

306 L’écolâtre de Saint-Lambert – intitulé summus magister dans un document de 1188 – avait dans ses attributions le contrôle de l’enseignement dans toute l’étendue du diocèse : Piot, Cart, de Saint-Trond, t. i, n° 70, p. 93-94 (1155-1180). – Archives départementales des Ardennes, H 205, Cart, de l’abbaye de Signy, F 30 R° (1188). – Sur les pouvoirs épiscopaux, cfr F. Prat, art. Évêques. Origine de l’episcopat, dans Dict, de théol. cath., t. v, 1913, col. 1656-1701. – E. Valton, art. Évêques. Questions théologiques et canoniques, ibid., col. 1701-1725. – F. ClaeyS-Bouuaert, art. Évêques, dans Dict, de droit can., t. v, 1953, col. 569-589. – J. Lêcuyer, art. Episcopat, dans Diet, de Spiritualité, t. iv, 1, 1960, col. 879-907. – Benson, The bishop-elect. – Outre son pouvoir de juridiction, l’évêque exerce un pouvoir d’ordre qui lui permet d’administrer tous les sacrements – et notamment celui de la confirmation et de l’ordre – de même que certains sacramentaux comme les bénédictions majeures. Ces pouvoirs, tout spirituels qu’ils soient, peuvent à l’occasion revêtir une signification politique : Théoduin par exemple, en raison du conflit qui l’avait opposé au comte de Namur, avait refusé de consacrer la collégiale namuroise de Saint-Aubain. Caspar, Register Gregors VII., t. i, n° II, 61, p. 216 (1075). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 1, p. 78 n.° (1061). – Cfr Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. lxix-lxx.

307 Voir par exemple : L. Génicot, Le premier siècle de la « curia » de Hainaut (1060 env. — 1195), dans Études sur les principautés lotharingiennes, Louvain, 1975, p. 199-216. – F.L. Ganshof, La Flandre, dans Hist. des Inst. françaises au moyen âge, t. i, 1957, p. 343-426. — J. Bovesse, Le personnel administratif du comté de Namur au bas moyen âge..., Revue de l’Université de Bruxelles, nlle sér., t. xxii, 1969-1970, p. 432-456. – J. Baerten, Les institutions du comté de Looz (xiiexive s.), ibid., p. 457-468.

308 Voir sur ce point les remarques de J. Lejeune, Les notions de « patria » et d’« episcopatus » dans le diocèse et le pays de Liège, p. 13-19.

309 Y compris les biens possédés dans le diocèse par des établissements ecclésiastiques étrangers : Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357 (969). – W.E., n° 97, p. 171-173 (1148). – Voir la sentence rendue par le synode provincial réuni par l’archevêque Renaud de Reims à Soissons en 1086-1093 : « de altaribus Remensis ecclesie, que acquisierat ecclesia beati Huberti, Remorum pontificem posse licenter inplacitare abbatem, de fundis vero abbatie, non ei cuiquam respondendum nisi in audientia Leodiensis ecclesie, ad quam eadem abbatia pertineret, cum ex decreto canonun constet nemini licere in alienam messem manum mittere ». Cantatorium, ch. 64, p. 147. – Notons cependant que l’évêque Otbert se jugeait en droit de protéger les biens ecclésiastiques situés dans les évêchés voisins mais appartenant aux abbayes de son diocèse, « quia mee dyocesis sunt » Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 135, p. 277 (1104).

310 Le mandement de l’évêque Raoul contre les incendiaires est adressé « omnibus praelatis et subditis in Leodiensi episcopatu constitutis » St. Bormans, Recueil des ordonnances de la principauté de Liège, Première sér., Bruxelles, 1878, p. 21 (1168-1189).

311 « ad necessarium ecclesiae nostrae deservientium usum » Burchard, Decret., éd. Migne, col. 537.

312 Cfr Burchard, passim et not. les interrogationes episcopi, lib. I, ch. 94, col. 573-579.

313 Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 84-85 (960-965). – Glöckner, Codex Laureshamensis, t. i, p. 357 (969). – Miraeus-Foppens, OD., t. ii, p. 809-810 (1031 : doc. faux), t. iv, p. 359-360 (1124). – Despy, Waulsort, n° 9, p. 334-336 (1050). – Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17 (1057). – Koch, Oorkondenboek, t. i n° 82-83, p. 153-156 (1057-1058). – Daris, Notices, t. vi, 1875, p. 182-183 (1078). -Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 135, p. 277 (1104). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332 (1124). – Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 409, p. 281-282 (1166). – Simonis, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, p. 361-363 (1192).

314 Par exemple : saint Eugène de Brogne : Virtutes S. Eugenii, ch. 9, éd. Misonne, p. 264 (901-920). – Saints Trudon et Eucher : Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. IV, ch. 2, p. 55 (1169). – Saint Domitien de Huy : A.H.E.B., t. xiv, 1877, p. 36-38. – Lambert le Petit, Annales, éd. Alexandre, p. 43 (1185).

315 Vita Theoderici, ch. 16, p. 45-46 et Cantatorium, ch. 7, p. 19-20 (1055), ch. 36, p. 97-98 (1077), ch. 89, p. 220-221 (1097).

316 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 9, p. 58-61 (1088), lib. V, ch. 3, p. 66-67 (ca 1093). – Cantatorium, ch. 78, p. 196-197 (1095). – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 60 (1123). – W.E., n° 294, p. 420-423 (1151).

317 Kurth, Chartes de Saint-Hubert, n° 40, p. 46-48 (1079 : doc. faux, cfr Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 39 et n. 4). – de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125-126 (1092). – A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 19 V° (1141). – W.E., n° 468, p. 600 (1157), cfr n° 395, p. 526-528 (1152), n° 457-458, p. 589-592 (1157), Dereine, Les chanoines réguliers, p. 125-126, 131-135 et A. Joris, Wibald de Stavelot et le droit romain, Mélanges E. Perroy, 1973, p. 603-605. – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. III, ch. 2, 4, p. 33-34 (1155). – Alger, De dignitate ecclesie Leodiensis, éd. Bormans et Schoolmeesters, p. 509-510 (ca 1101-1121).

318 Godescalc, Gesta abb. Gembl, ch. 53, M.G.H., SS., t. viii, p. 543-544 (1075-1091). – Roland, Chartes de Gembloux, n° 42, p. 49-50 (1113-1116). – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, chap. 2, 5, p. 12, 14-15 (1138-1142) et PIOT, Saint- Trond, t. i, n° 38, 47, p. 48-52, 62-63 (1139, 1142). – Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 168, p. 344-346 (1139). – W.E., n° 189, 240, 301, p. 308-310, 360, 429-431 (1149, 1150). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 340-341 (1155). – Despy, Waulsort, n° 33, p. 371-373 (1160). – Rousseau, Actes, n° 30, p. 66-67 (1178-1189). – A.H.E.B., t. viii, 1871, n° 7 ; p. 233-234 (1197).

319 Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 809-810 (1031 : doc. faux). – Cantatorium, ch. 16, p. 41 (ca 1075-1085). – A.E.L., Coll. Ste Croix, n° 5, f° 19 V° (1141). – Gesta abb. Trud., Cont. Ila, lib. III, ch. 9, p. 44-46 (1155), Barbier, Histoire de Floreffe, t. ii, 2e éd., n°31, p. 18(1155) et Piot, Saint-Trond, t. i, n° 77, p. 103 (1155). – Lahaye, B.C.R.H., t. lxxvi, 1907, n° 6, p. 673-675 (1173-1189). – Voir également : Chr. Renardy, Synodes, juridiction de la paix et cessions de dîmes aux églises (xiexive siècle), M. A., t. lxxxi, 1975, p. 245-264.

320 Alger, ibid. (n. 317). – W.E., n° 463, p. 595-596 (1157).

321 En 1135, un hérétique jugé « in concilio Leodiensi » est livré aux flammes : Frederico, Corpus documentorum inquisitionis, t. i, n° 25-26, p. 30, cfr n° 30, p. 31-33 (1144-1145). – Le cathare Jonas est condamné successivement par Henri II (1145-1164) et par Alexandre II (1164-1167) : Frederico, t. i, n° 33, p. 34-35 (1164-1167). Cfr P. Bonenfant, Un clerc cathare en Lotharingie au milieu du xiie siècle, M.A., t. lxix, 1963, p. 271-280. – Le prêtre Lambert le Bègue l’est par Raoul de Zähringen (1167-1191) : voir le dossier publié par Fayen, B.C.R.H., t. lxviii, 1899, n° 1, p. 324-326, n° 2, p. 327, n° 3, p. 328-330 (1169-1175), n° 4, p. 333-335. Cfr E.W. Mac Donnel, The Beguines and beghards..., New-Jersey, 1954, p. 71-77, 388-391. – G. de Poerck, Un préréformateur liégeois..., dans Mélanges R. Lejeune, t. i, 1969, p. 581-600. — J. Goossens, À propos de l’« Antigraphum Petri » (xiies.). — La lettre de l’évêque Gérard de Cambrai concernant des hérétiques n’est pas adressée à l’évêque Réginard de Liège mais à Roger de Châlons-sur-Marne : J.M. Noiroux, – Les deux premiers documents concernant l’hérésie aux Pays-Bas, R.H.E., t. xlix, 1954, p. 842-855. – E. Van Mingroot, Acta synodi Attrebatensis (1025) : problèmes de critique de provenance, Studia Gratiana, t. xx, 1976, p. 201-229.

322 Cantatorium, ch. 93, p. 240-242 (1103).

323 Ci-dessus, n. 309. – Voir, par exemple, le préambule d’une charte de Raoul de Zähringen datée de 1172 n. st. : « Ad hoc in specula domus dei misericordia dei constituti sumus, ut honestati et utilitati omnium ecclesiarum, ad nostram diocesim pertinentium, efficaciter provideamus, et pias fidelium donationes et devotiones erga cultum dei debita auctoritate corroboremus ». Schoolmeesters, Leodium, t. iii, 1904, p. 110.

324 Despy, Waulsort, n° 16, p. 342-343 (1076). – Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 361, p. 517-519 (1124). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 333 (1124). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 372 (corr. 1142). – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 316 R° (1152). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 11, p. 18-19 (1159).

325 En 1087, Arnoul reçoit legaliter son alleu de Morialmé « coram episcopo Heinrico », puis il cède une partie des revenus de cet alleu à l’abbaye de Waulsort « auctoritate et licentia prefati episcopi » Despy, Waulsort, n° 20, p. 349 (1087 : sur ce doc, ci-dessus, n. 288). – Voir aussi : Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 2, p. 345-346 (1125). Sur ce doc. cfr A. Joris, Conversion d’alleux en censives. – de Ryckel, B.S.A.H.D.L., t. v, 1889, p. 13 n. 2 (1181). – Schoolmeesters, ibid., t. i, 1881, p. 175-176 (1182), où il est probablement question d’un transport d’alleu.

326 Lorsqu’un fief tenu de l’évêque est cédé à un établissement ecclésiastique par le vassal, le transport se fait par l’intermédiaire du prélat qui agit simultanément comme seigneur féodal et comme haut protecteur de tous les biens ecclésiastiques situés dans son diocèse. Un acte de Raoul de Zähringen en faveur de l’abbaye d’Aulne, possession de l’église de Liège, est à cet égard particulièrement instructif : Bastien de Gourdinne désire céder à cette abbaye contre un cens annuel plusieurs biens qu’il possède à Clermont. Comme il tient ces biens en fief de Godescalc de Morialmé, il les cède à ce dernier qui les rétrocède à Raoul dont il est vassal. L’évêque donne ensuite ces mêmes biens à l’abbaye d’Aulne. Raoul a trois raisons pour intervenir ici : 1°) il est en possession du « domaine eminent ». – 2°) Aulne appartient à l’église de Liège. – 3°) il exerce, en tant qu’évêque, sa juridiction gracieuse. Or, dans le préambule de l’acte, le prélat justifie uniquement son intervention par la fonction épiscopale (« pontificalis honoris officium ») qui est, en fait, la plus prestigieuse : Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, p. 175-176(1182). – Voir également : Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17 (1057). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332-333 (1124). – Closon, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, n° 4, p. 469-470 (1131). – A.E. Möns, Cartulaire d’Aulne, f° 48 V° (1153) : « secundum jus et consuetudinem curie nostre ». – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, p. 184 (1186). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 577-578 (1196).

327 « de terrula illa quam apud Torninis eadem ecclesia ad censum tenet de nostra curia », charte de Raoul de Zähringen pour Saint-Michel d’Anvers : Goetschalckx, Oorkondenboek... van S. Michiels te Antwerpen, I, n° 36, p. 59-60 (1186). Ce doc. consigne une seconde opération qui n’est pas sans intérêt : Siger de Buizegem cède le fief qu’il tenait de l’église liégeoise à Saint-Michel d’Anvers qui le tiendra désormais en censive. En échange, Saint-Michel donne à Siger un alleu que ce dernier tiendra en fief de l’église de Liège. Autre exemple de transformation d’un fief liégeois en censive à l’occasion de son transfert à un établissement ecclésiastique : Schoolmeesters, Les actes de Radulphe de Zaehringen, 2e éd., annexe II, p. 42-43 (1189-1191).

328 Tout comme c’était le cas en Hainaut (Génicot, Le premier siècle de la « curia » de Hainaut, p. 212) et dans le comté de Looz (Baerten, Les institutions du comté de Looz, p. 458). — Un conflit survenu entre deux tenants de l’abbaye de Lobbes fut tranché « iudicio curiae Leodiensis » Berlière, Documents inédits, t. i, n° 5, p. 296-297 (1159-1162), cfr n° 6, p. 297-298 (1162). L’original du document est perdu ; il n’est donc pas exclu qu’il faille lire « iudicio curiae Lobbiensis ».

329 « comitatus et beneficium, quae habebat de Leodiensi episcopatu, proclamante episcopo Alexandro a paribus ei abjudicarentur ».Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 7, p. 217.

330 « ... Leodiensis episcopus de consilio ecclesie sue et hominum suorum domino regi Romanorum offerebat, quod si quid adversus ejus fïdelem comitem Hanoniensem haberet dicere, de eo quicquid pares sui principes imperii judicarent, faceret ». Gisl. Chron., ch. 121, p. 189-190. – Sur l’interprétation de ce texte : Küpper, Raoul de Zähringen, p. 109 n. 37, p. 115-118. – C’est la juridiction féodale du synode mixte qui est à l’origine de l’Anneau. Ce tribunal, dont l’existence n’est pas encore attestée aux xie-xiie siècles, siégeait, dans le jardin du palais épiscopal, le dimanche, c’est-à-dire le lendemain des séances de la « paix » : Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfassung, p. 37-39 et n. – E. Poullet, Essai sur l’histoire du droit criminel dans l’ancienne principauté de Liège, Bruxelles, 1874, p. 100-101, 337-349. – Poncelet, Le livre des fiefs de l’église de Liège, p. xxii-xxiii. – Lejeune, Liège et son pays, p. 314 et n. 6.

331 « Nos, ecclesiae fidèles convocavimus, et, accepto consilio, ad removendam Clari Montis violentiam, Cuononi advocatiam dedimus de Nandrenck [... .] Advocationem autem de Nandrenck consilio fidelium, talem constituimus » A.E.L., Ms. Le Fort, 2e partie, t. ix, p. 310-313 (1083 : doc. faux ou interpolé). – Suppression d’une avouerie : A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 82 V°-83 R° (1165). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 7, p. 149 (1169). – Voir aussi C.S.L., t. i, n° 32, p. 52-53 (1116). – Davenne, op. cit., p. 95-96, qui cite d’autres exemples.

332 Gisl. Chron., ch. 8, p. 11. – Cfr F.L. Ganshof, Note sur le rattachement féodal du comté de Hainaut à l’église de Liège, dans Miscell. J. Gessler, t. i, 1948, p. 508-521.

333 Bormans, Cartulaire de Dinant, t. i, n° 3, p. 12-15 (1096). – C.S.L., t. i, n° 29, p. 46-48 (1096).

334 Sur cette opération, cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 134-135 (avec indic, des sources et identifications).

335 Vita Balderici, ch. 9, p. 727-728.

336 Cantatorium, ch. 77, p. 184-186.

337 Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 5, p. 502.

338 Anselme, ch. 66, p. 229 (1046-1047).

339 Il est d’ailleurs significatif que l’expression clerus et populus soit parfois retenue pour désigner le synode épiscopal mixte : Bormans, Cart, de Dinant, t. i, n° 3, p. 12 (1096).

340 L’identité qui existe entre la juridiction de la paix de Liège et le synode épiscopal mixte a été mise en évidence par M. Joris, Observations sur la proclamation de la trêve de Dieu, p. 528-532. – Il convient de rappeler que le synode général avait déjà compétence pour juger les homicides, les incendies volontaires, les attaques à main armée, etc. – Nous avons rencontré l’expression caractéristique « sinodus pacis » A.E. Mons, Cart. d’Aulne, p. 48 V° (1153).

341 « in presentia nostra et cleri ac principum et totius plebis qui nobis in iustitia sedentibus assistebant ». Simonis, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, p, 363 (1192).

342 Les analogies qui existent entre la procédure synodale et la procédure du placitum franc sont soulignées par R. Naz, art. Causes synodales, dans Dict, de droit can., t. iii, 1942, col. 118-120. – Cfr Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 62-70.

343 L’abbé Lambert de Lobbes (1137-1149) aurait été, dans les synodes liégeois, un des plus brillants « plaideurs » de son temps : Gesta abb. Lobbiensium, ch. 24, M.G.H., SS., t. xxi, p. 327. – Le Ms. 10147-58 de la Bibliothèque royale de Bruxelles contient une dizaine de plaidoiries du xiie s. relatives à des litiges soumis à la juridiction synodale liégeoise. Ces textes, qui sont visiblement des exercices d’école, offrent néanmoins un intérêt considérable. Ils ont trait à des matières fort diverses : conflit entre un chapitre et un chanoine, entre un laïc et un archidiacre, promesse de mariage, acquisition simoniaque d’une prébende ; les deux dernières plaidoiries, prononcées devant l’archevêque, concernent un conflit survenu entre l’évêque et un curé : H. Silvestre, Dix plaidoiries inédites du xiie siècle, Traditio, t. x, 1954, p. 373-397.

344 Sur la procédure synodale liégeoise, voir notamment les doc. suiv. : Cantatorium, ch. 16, p. 41 (ca 1075-1085), ch. 29, p. 88-89 (1075), ch. 78, p. 196-197 (1095), ch. 93, p. 241-242 (1103). – Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 9, p. 58-61 (1088) ; Cont. Ia, lib. XII, ch. 7, p. 217 (1129) ; Cont. W, lib. III, ch. 2, p. 33, ch. 4, p. 34. – de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 125-126 (1092). – Despy, Waulsort, n° 22, p. 351-352 (1125). – W.E., n° 189, p. 308-310 (1149), n° 301, p. 429-430 (1150), n° 463, p. 595-596 (1157). – Lahaye, B.C.R.H., t. lxxvi, 1907, p. 673-675 (1173-1189). – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 14, p. 122-126 (1197). – A.H.E.B., t. viii, 1871, p. 233-234 (1197). – Séminaire de Bonne-Espérance, Cartulaire, t. viii, f° 60 R°-61 V°, 62 V°-63 V° (1196-1200). – Les plaidoiries mentionnées n. 343. – Cfr Joris, Observations, p. 526-527, 529 n. 2, p. 530 et n. 1. – Y. Bongert, Recherches sur les cours laïques du xe au xiiie siècle, Paris, 1949.

345 Sauf en ce qui concerne l’élection épiscopale, le privilège de parler le premier revenant alors au grand-prévôt de la cathédrale.

346 Les abbés du diocèse occupaient, semble-t-il, des sièges spéciaux lors des assemblées synodales : voir la remarque de Maurice de Neufmoustier relative au prieur de son monastère : J. Brassinne, La première histoire de Huy. L’œuvre de Maurice de Neufmoustier, B.S.A.H.D.L., t. xii, 1900, n° 22, p. 140.

347 « primam post episcopum Leodiensem tam in secularibus quam in ecclesiasticis negotiis vocem habeant, primam in synodalibus sessionibus cathedram obtineant ». Hugues, Fundatio monasterii Lobbiensis, ch. 1, p. 545. – Hansa y, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 89 (1165). – Ci-dessus, n. 343. – La « prérogative » de l’abbaye de Lobbes devait être fort ancienne. La Fundatio, – qui date de la seconde moitié du xiie s., – attribue l’octroi de ce privilège à l’évêque Éracle (959-971). De même, le De fundatione et lapsu, ch. 13, p. 554. – Cfr ci-dessus, n. 250. – J. Warichez, L’abbaye de Lobbes..., Louvain-Paris, 1909, p. 152-157.

348 En 1104, au cours d’un synode local, l’abbé Wired de Saint-Hubert menace l’archidiacre Brunon de faire appel au synode général : Cantatorium, ch. 94, p. 244. – En 1197, l’évêque attrait devant la juridiction de la paix le miles Jean de Flavion qui a refusé de se soumettre à la sentence prononcée par le concile rural d’Andenne : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 14, p. 122-126. – Le synode général confirme également les sentences prononcées par le concile rural : A.H.E.B., t. xvii, 1881, n° 1, p. 72-73 (1099).

349 « Haec res diu protracta [in placito generali] ad audientiam pervenit episcopi Henrici. » Godescalc, Gesta abb. Gembl, ch. 53, M.G.H., SS., t. viii, p. 544 (1075-1091). En 1129, Alexandre Ier confirme un jugement rendu par l’échevinage d’Ulbeek près de Saint-Trond : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e série, t. i, 1873, n° 7, p. 108-111 (1129). – Voir également : Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° l, p. 344-345 (1125). – Closon, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, n° 5, p. 470-472 (1131). – Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 88 (1165). – La charte dite d’Albert de Cuyck stipule que le bourgeois de Liège n’est pas tenu de comparaître devant une majorem justitiam s’il émet le désir d’être jugé par le tribunal du maïeur et des échevins. La « juridiction supérieure » en cause est fort probablement le synode épiscopal mixte : Kurth, B.I.A.L., t. xxxv, 1905, p. 306, ch. 7. – Cfr Joris, Observations, p. 539-541. – Depuis 1146 au moins, la Cité de Liège jouissait en effet de certains privilèges en matière synodale : Bormans, Recueil des ordonnances, p. 17-18.

350 En 1074-1075, à l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert qui veut faire appel au pape, l’archidiacre Boson déclare : « non se assuetum Romano, ait, sed Leodiensi judicio, nemini licere audientiam reclamare tam subito, nisi episcopi sui, maxime vero metropolitani gravaretur juditio ». Cantatorium, ch. 26, p. 78. – En 1119, le prévôt Frédéric est invité à comparaître devant le métropolitain « frivola appellatione » Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 502-503, ch. 4, p. 504. – Le métropolitain est également compétent en cas de conflit entre l’évêque et son clergé : Cantatorium, ch. 96, p. 247-250 (1104) – Ci-dessus n. 343. Cfr Lesne, La hiérarchie épiscopale, p. 132-139, 152-155 et Davenne, op. cit., p. 78-81.

351 Ci-dessus n. 350. – Vers 1170, le prêtre Lambert, accusé d’hérésie, fait appel au pape, malgré l’opposition de l’évêque : Fayen, B.C.R.H., t. lxviii, 1899, n° 3, p. 328-330 (1169-1175) et ci-dessus n. 321.

352 Déposé par un synode, l’abbé Wolbodon de Saint-Laurent fait appel à l’empereur : Cantatorium, ch. 29, p. 89 (1075), ch. 70, p. 156-157 (1092). – Ci-dessus, n. 330. – Lorsque le souverain séjourne dans le diocèse, il arrive que la juridiction liégeoise fonctionne in presentia imperatoris. La sentence peut alors s’assortir du bannum imperiale. Voir par exemple : M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 469-470, p. 634-639 (1101). – Despy, Waulsort, n° 22, p. 351-352 (1125) : le comte Lambert renonce à ses prétentions par crainte d’être attrait devant la curia royale.

353 Cantatorium, ch. 94, p. 244-245.

354 « Episcopus Leodiensis duplici gladio potens, quasi rex magnus, quasi sacerdos magnus in cathedra Leodiensi sedere solebat ; implebant et ornabant atque roborabant curiam frequentem militum familia magna, fortis et sapiens, magni principes et prudentes, clerus magnus et honestus, in clero viri summi, magnis dignitatibus honorati, ante omnes archidiaconi septem, viri strenui, humana et divina lege plenius eruditi ». De fundatione et lapsu, ch. 11, p. 552.

355 Il ne semble pas que les curés et les doyens de concile aient normalement participé aux assemblées synodales liégeoises. Ils étaient médiatisés par l’archidiacre. – Il nous faut également attirer l’attention du lecteur sur un phénomène curieux. Les abbés diocésains, dont l’établissement se trouvait en dehors de la Cité, souscrivent rarement les chartes épiscopales. À l’exception des abbés de Waulsort et de Flône, aucun ne figure dans les actes épiscopaux du xie s. C’est seulement sous l’épiscopat de Henri II de Leez (1145-1164) – au cours duquel 47 % d’entre eux souscrivent pour la première fois – que la mention de leur nom devient plus fréquente. Le Décret de Burchard (lib. VIII, ch. 73, col. 807) n’obligeait pas les abbés à participer aux réunions synodales. Pourtant, il est certain que, dès le xie s., ils faisaient le voyage de Liège (Cantatorium, ch. 7, p. 19-20 (1055), ch. 26, p. 76-80 (1074-1075), ch. 28, p. 86-87 (1075), ch. 29, p. 88-89 (1075), ch. 93, p. 242 (1103), ch. 96, p. 248 (1104) – Cfr Davenne, op. cit., p. 103-104, 116-117, 120, 155-156, 179-181). Au xiie s. certains d’entre eux figurent parmi les amis intimes du prélat. L’abbé Raoul de Saint-Trond (1108-1138) était lié à l’évêque Alexandre Ier et au chanoine Nicolas (Gesta abb. Trud., t. i, p. 1, lib. XII, ch. 3-4, 6, p. 211-216). Parmi les proches d’Alexandre Ier il faut également citer l’abbé Léon de Lobbes (1131-1137) (Gesta abb. Lobb., ch. 23, M.G.H., SS., t. xx :, p. 325 : écrites en 1162. – Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XIII, ch. 1, p. 230). L’abbé Gerland de Floreffe (1131-1173) qui souscrit 10 chartes de Henri II de Leez fut incontestablement un de ses familiers (Ibid., Cont. IIa, lib. III, ch. 9, p. 44-45). De même l’abbé Wiric de Saint-Trond (1155-1180) (Ibid., ch. 2, p. 33, ch. 8, p. 43-44) et surtout Wibald de Stavelot (mill 58) que l’évêque Henri lui-même tenait pour son confident, « vobiscum de meis secretis soleo loqui » (W.E., n° 299, p. 427 [1150]). – Les abbés du diocèse participaient donc aux assemblées plénières mais souscrivaient rarement les chartes. À nos yeux, cette bizarrerie pourrait s’expliquer par une tradition assez tenace, liée au caractère « épiscofuge » du monachisme, que H. Silvestre a mis en évidence : Sur une des causes de la grande expansion de l’ordre canonial, R.B.P.H., t. xxxi, 1953, p. 65-74.

356 Sur la composition des assemblées synodales liégeoises, voir l’exposé bien documenté de Davenne, op. cit., p. 101-106, 115-131, 152-160, 174-187.

357 Ainsi les cives ou burgenses qui souscrivent les chartes épiscopales à partir du règne d’Otbert (1091-1119).

358 « Nomina eorum qui interfuerunt, viderunt et audierunt sunt hec... » Notice mise par écrit sur l’ordre de Henri de Verdun : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 4, p. 102 (1091). – Voir les remarques de L. Génicot, Les actes publics, Turnhout, 1972, p. 41-42 et celles de Guillot, Le comte d’Anjou, t. ii, 1972, p. 5-20 dont certaines conclusions, relatives notamment au rôle des fideles, se rapprochent des nôtres.

359 Niermeyer, Lexicon minus, p. 422-423. – Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? p. 67. – Le mot fidelis désigne les clercs et les vassaux (milites) de l’évêque (Hariulf, Chronique de Saint-Riquier, éd. Lot, p. 171 [1002]. – Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 264 [1036]). – Il ne faut pas perdre de vue que les clercs prêtent hommage à l’évêque (manus sibi dare, hominium facere) et prononcent un serment de fidélité (sacramentum facere, fidelitatem iurare) : l’évêque les assimile donc à des vassaux (Anselme, ch. 36, p. 209. – Renier Vita Wolbodonis, ch. 20, p. 570. – Gisl. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 225, p. 309. – Gilles d’orval, lib. III, ch. 75, p. 117. – Ci-dessus, p. 205 n. 504). – L’évêque considérait également l’abbé de Lobbes comme son vassal : « noster fidelis » Wotquenne, Leodium, t. xxix, 1936, p. 36 (1050). – Gesta abb. Lobb., ch. 20, p. 323. – Nous ne croyons pas qu’il faille, aux xie et xiie s., distinguer, comme à l’époque carolingienne, les fidèles des vassaux. Cfr. E. Magnou-Nortier, Foi et fidélité. Recherches sur l’évolution des liens personnels chez les Francs du viie au ixe siècle, Toulouse, 1976.

360 Charte de Henri de Verdun pour Saint-Barthélemy, Daris, Notices, t. vi, 1875, p. 183. – Paquay, Saint-Barthélemy, n° 6, p. 95 (1078).

361 Voir par exemple : Hariulf, ibid. (1002). – Despy, Waulsort, n° 9, p. 335 (1050) : l’ambiguïté du mot testis est démontrée par le fait que Théoduin souscrit, parmi les testes, cet acte dont il est l’auteur et à l’action juridique duquel il participe. – Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17 (1057). – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11 (1071). – A.E.L., Ms. Le Fort, 2e partie, t. ix, p. 310-313 (1083). – de Reiffenberg, Monuments, t. i, p. 126 (1092). – Cantatorium, ch. 78, p. 195 (1095). – Bormans, Cart, de Dinant, t. i, n° 3, p. 12 (1096). – C.S.L., t. i, n° 29, p. 47 (1096). – Misson, Andenne, 2e éd., n° 2, p. 288 (1107). – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 47, p. 62 (1142). – Barbier, Histoire de Malonne, n° 1, p. 280 (1147). – C.S.L., t. i, n° 48, p. 83 (1158). – Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 89 (1165). – de Ryckel, B.S.A.H.D.L., t. v, 1889, p. 13 n. 2 (1181). – C.S.L., t. i, n° 62, p. 103 (1185).

362 « de consensu et consilio majorum nostrorum » A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 2, p. 390 (1029). – « presentibus, consentientibus et consulentibus, utriusque ecclesie iuris prudentibus, clericis, nobilibus et ministerialibus » Hecker, Zeitschrift des Bergischen Geschichtsvereins, t. xxii, 1886, n° 9, p. 245. – Knipping, t. ii, n° 1020, p. 190-191 (1168-1174) : échange de biens entre les églises de Cologne et de Liège. – Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 179 (960). – Joris, La ville de Huy, p. 483 (1066). – A.E. Mons, Cartulaire d’Aulne, f° 4R° (1161) : « testium subscriptorum approbatione confirmam mus ».

363 « eos fidelităţi sancte Marie sanctique Lamberti déesse, quod sic impune paterentur deprimi auctoritatem Leodiensis episcopi » Cantatorium, ch. 77, p. 185-186.

364 « nomine domni regis et in fidelitate nobis debita » C.S.L., t. i, n° 49, p. 85.

365 L’année précédente, le pape avait d’ailleurs confié à Baudouin de Hainaut la cura de l’évêché de Liège. Inutile d’ajouter que la mesure prise par les deux princes n’était nullement désintéressée ! Gisl. Chron., ch. 214, p. 298, ch. 217, p. 303-304.

366 Praelatum « affectione precipua diligatis et honoretis eique tanquam patri et animarum vestrarum episcopo obedientiam ac reverentiam humiliter exibeatis, ad recuperanda quoque et conservanda bona matris vestre Leodiensis ecclesie tanquam boni filii opem ei et consilium prebeatis ». Lettre du pape Eugène III au clergé et au peuple de Liège, C.S.L., t. i, n° 41, p. 68 (1145).

367 Cfr K.F. Werner, Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Grossen, dans Karl der Grosse, t. i, 1965, p. 121-133. – Stürmer, Früher Adel, t. ii, 1973, p. 253-310.

368 Désireux de reconquérir le château de Bouillon, l’évêque Albéron II convoque tous les grands du diocèse : il se réconcilie avec eux, leur distribue des fiefs, les couvre d’honneurs, révèle ses intentions à certains « sine quibus res agi non poterat » Triumphus sancti Lamberti, ch. 5, p. 502 (1141).

369 L’histoire de la maison namuroise est très significative à cet égard. Cfr F. Rousseau, Le rôle de Namur dans l’histoire de la vallée de la Meuse, Ann. 31e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Namur, 1938, Namur, 1939, p. 121-132.

370 Cfr Küpper, La politique des ducs de Zähringen, p. 447-448.

371 Conformément à ce principe, nous n’avons pas tenu compte des lignages dont un seul membre n’a souscrit qu’une seule charte au cours des xie et xiie siècles. Pour des raisons de place, il n’a pas toujours été possible de citer toutes les sources utilisées. Que le lecteur sache cependant que nos affirmations reposent exclusivement sur les documents. – Ces remarques valent également pour la carte n° 2 qui mentionne uniquement les nobles cités à deux reprises au moins. Quelques lignages non-identifiés ou difficilement localisables n’y sont évidemment pas indiqués (les de Gelmela, les de Monte, les de Resmalia, les de Rode, les Tourinne et les Villers). N’y figurent pas non plus le duc (xie s.) et le comte palatin de Lotharingie (mentionné en 1050 et 1081 : Despy, Waulsort, n° 9, p. 336. – Gilles d’orval, lib. III, ch. 13, p. 90). Le but de la carte est de permettre au lecteur de se rendre compte rapidement de la répartition géographique de l’entourage noble de l’évêque. Il était donc inutile de donner la liste complète des lignages, les principaux d’entre eux étant d’ailleurs mentionnés plus loin. Les lettres initiales permettent d’identifier les localités-repères et les sièges des dynasties comtales.

372 Le synode mixte est et reste une institution diocésaine. C’est tellement vrai que le comte de Hainaut, diocésain de Cambrai mais premier vassal de l’évêque de Liège depuis 1076, ne souscrit qu’une seule charte épiscopale liégeoise. Ce doc. est d’ailleurs un faux daté de 1086 et fabriqué vers 1146 (H. Bresslau, Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, t. xxxiv, 1909, p. 426. – Cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 43-45, 101-102, 106, 169). Baudouin V de Hainaut apparaît à plusieurs reprises dans l’entourage de Raoul de Zähringen et, à la mort de ce dernier, il participe activement à la succession liégeoise. Mais à cette date, Baudouin est devenu l’héritier du comte de Namur. Cfr KUpper, Raoul de Zähringen, p. 101 sv., 154 sv., 169 sv. – Les autres familles non-diocésaines sont : les Anderlues (2), les Bienne-lez-Happart (2), les Chiny (4), les Épinois (2), les Luxembourg (2), les Rœulx (3) et les Vianden (2). Le chiffre entre parenthèses indique le nombre de documents où ces lignages sont mentionnés.

373 Il s’agit, par ordre d’importance décroissant, des doyennés de Jodoigne (10), Ouffet (9), Florennes (8), Maastricht (8), Ciney (7), Louvain (7), Tongres (7), Andenne (6), Fleurus (6), Gembloux (5), Léau (5), Chimay (4), Hozémont (4), Saint-Trond (4) et Thuin (4). Au total 94 lignages sur 108, soit 87 %. – Les autres familles se répartissent comme suit : Rochefort (3), Saint-Remacle (3), Graide (2), Stavelot (2), Bastogne (1), Hanret (1), Susteren (1) et Wassenberg (1). – Le chiffre entre parenthèses indique le nombre de lignages par doyenné.

374 M. Génicot insiste sur le caractère périphérique de la noblesse namuroise qui jalonne les frontières du comté (L’Économie rurale, t. ii, p. 20 et n. 4-5). La noblesse « liégeoise », par contre, est davantage incrustée dans la terre de saint Lambert.

375 « Tuigerus Hasbanie advocatus », dans une charte d’Albéron Ier datée de 1124, Wampach, Urkunden- und Quellenbuch, t. i, n° 361, p. 517-519. C’est la plus ancienne mention de ce titre que nous ayons trouvée. Il y a donc lieu de corriger les affirmations de C. Godefroid, L’avouerie de la cathédrale Saint-Lambert, p. 376 (première mention : 1143). Sur le rôle et les attributions de l’avoué, on lira cette étude importante.

376 « Hubertus advocatus », Halkin et Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 79, p. 180 (960). – Wolters, Codex diplomatics, n° 22, p. 20 (963 : sur ce doc. faux, voir nos remarques p. 249 n. 220). – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 204-205. – Godefroid, op. cit., p. 372-373.

377 Obituaire de la collégiale N.-D. à Huy, éd. Renardy et Deckers, p. 207 (10 octobre). – Cfr A. Joris, La ville de Huy, p. 403 sv.

378 « Bozo Hoyensis advocatus beneficium habebat de episcopo in Bouengnistiers » A.E.L., Coll. Ste-Croix, n° 5, f° 182 R° (1032 est la date de Yactum ; le datum est postérieur à 1037). – Le Boso de Hora témoin d’une fausse charte de Réginard datée de 1029 (Berlière, Documents inédits, t. i, n° 5, p. 12) est vraisemblablement l’avoué de Huy. – Un Boso aduocatus est commémoré dans l’O.S.L., f° 48 R° (16 mai).

379 Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 41. – Joris, op. cit., p. 483 (1066).

380 Cfr S. Balau, Modave, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 158 (tableau hors texte). – Boson et Walter sont les deux noms patronymiques du lignage.

381 Dans cette note et dans celles qui suivent nous nous attachons uniquement aux premières mentions. – Le duc Gothelon souscrit la fausse charte de Réginard pour Saint-Barthélemy, datée de 1031, mais qui se base probablement sur un doc. de 1026-1028 (Fisen, Sancta Legia, I, p. 198-199 et ci-dessous, annexe IV, p. 515-516). – Le duc Frédéric souscrit une charte épiscopale de 1050 (Despy, Waulsort, t. i, n° 9, p. 336). – De 1101 à 1106 et de 1128 à 1139, le duché est entre les mains de la maison de Limbourg. De 1106 à 1128 puis, définitivement, à partir de 1139, la fonction ducale passe à la maison de Louvain-Brabant.

382 Le comte Robert, mentionné dans une charte fausse datée de 963, est sans doute Robert Ier de Namur (946-974), Wolters, Codex, n° 22, p. 20. – Cfr Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. xxxiii et nos remarques ci-dessus p. 249 n. 220. – La première mention diplomatique sûre n’est pas antérieure à 1050 (voir le doc. cité n. 381).

383 Le comte Arnoul de Haspinga et son frère Gislebert de Looz souscrivent une charte de Réginard de 1034 (Bonenfant, B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 2, p. 344). Ils étaient, rappelons-le, les frères de l’évêque Baldéric II (1008-1018). – Cfr Baerten, Het graafschap Loon.

384 À partir du milieu du xiie siècle, les Montaigu prendront, de préférence, le titre de comte de Duras. Cfr Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort. – Le comte Gozelon qui souscrit la charte de Réginard de 1034 (Bonenfant, ibid.) est sans aucun doute Gozelon de Montaigu († 1064). – Le comte Otton Ier de Duras (t 1088) et son fils Gislebert (t 1136) assistent à l’« audience » episcopale qui se tient à Liège en 1088 (Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 9, p. 58-61). À la mort d’Otton II de Duras († 1146) le comté passe à son gendre Godefroid de Montaigu.

385 Première mention diplomatique sûre en 1036 : Miraeus-Foppens, o.D., t. i, p. 264. – Au xiie s., les comtes de Louvain apparaissent en tant que ducs de Basse-Lotharingie. Ils sont mêlés aux conflits de la succession liégeoise en 1119-1122 et 1191-1196.

386 La liste des lignages comtaux et nobles qui suit, a été établie de la manière suivante : nous avons retenu les familles dont les membres apparaissent au minimum dans 5 documents. Ce chiffre, au regard de notre documentation, nous a semblé raisonnable. Mentionner toutes les sources eut allongé démesurément les notes. Nous croyons avoir répondu aux exigences d’un travail scientifique en citant uniquement les doc. qui correspondent à la première et à la dernière mention du lignage. Les mentions chronologiquement isolées par rapport aux autres sont également citées.

387 Chiny : Luxembourg, Virton. – Gisl. Chron., ch. 8, p. 11 (1071). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 332 (1124).

388 Durbuy : Luxembourg, Marche-en-Famenne. – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 41 (1066). – Cantatorium, ch. 77, p. 186 (1095-1096). – Les Durbuy étaient une branche cadette de la maison de Namur.

389 Limbourg : Liège, Verviers. – Gilles d’orval, lib. III, ch. 13, p. 90 (1081). – de Marneffe, Afflighem, n° 90, p. 141 (1153). – En tant que ducs de Basse-Lotharingie, les Limbourg sont cités en 1106, 1129 et 1131. Ils sont également mêlés aux conflits de la succession liégeoise en 1119-1122 et 1191-1196.

390 Vielsalm : Luxembourg, Bastogne. – Cfr ci-dessous p. 282 n. 437.

391 Aarschot : Brabant, Louvain. – Evrard, Flâne, n° 6, p. 20 (1131). – de Marneffe, Afflighem, n° 77, p. 120 (1147).

392 Argenteau : Liège, Liège, Visé. – A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 2, p. 392 (1029). – Evrard, Flâne, n° 13, p. 34 (1140). – Thierry d’Argenteau, qui souscrit à partir de 1140 était le frère de Guillaume de Ciney. – Séminaire de Bonne-Espérance, Cartulaire, t. viii, f° 50 V° (1166).

393 Atrive : Liège, Waremme, Hannut. – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173). – Despy, Waulsort, n° 51, p. 403 (1190).

394 Bekkevoort : Brabant, Louvain. – A.E.L., Ste-Croix, n°5, f° 146 V° (1095). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 341 (1155).

395 Bierbeek : Brabant, Louvain. – Wolters, Averboden, n°5, p. 86 (1149). – A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 18, p. 212 (1164).

396 Bouillon : Luxembourg, Neufchâteau. Kurth, Saint-Hubert, n° 56, p. 71 (1087). – Ibid, n° 103, p. 129 (1170). – Le châtelain de Bouillon assiste à la consécration d’Albert de Louvain à Reims en 1192 : Vita Alberti, ch. 15, p. 149.

397 Bunsbeek : Brabant, Louvain, Glabbeek-Zuurbemde. – C.S.L., t. i, n° 42, p. 70 (1147). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173).

398 Chaumont-Gistoux : Brabant, Nivelles. – Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 810 (1031 : doc. faux qui se base peut-être sur une charte de 1026-1028). – Ibid., t. iii, p. 578 (1196).

399 Chimay : Hainaut, Thuin. – Voir n. préc. (1026-1028). – Despy, Waulsort, n° 51, p. 403 (1190).

400 Ciney : Namur, Dinant. – Génicot, R.H.E., t. lix, 1964, p. 41-42 (1066). – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 51, p. 69 (1146).

401 Dalhem : Liège, Liège – M.G.H., DD., Henrich IV., n° 470a, p. 639 (1101). – Ernst, Hist, du Limbourg, t. vi, n° 54, p. 143 (1151 : faux selon Boeren, De oudste oorkonden, p. 98-108).

402 Diepenbeek : Limbourg, Hasselt. – Ernst, n° 22, p. 108 (1063). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173). – P.C. Boeren, De oorsprong van Limburg en Gelre, Maastricht, 1938, p. 47-48, 51, 141, identifie Lambert de Diepenbeek, mentionné vers 1092, avec le futur comte Lambert de Montaigu (1106-1147). Cette identification nous parait inexacte car un ou plusieurs Lambert de Diepenbeek souscrivent des chartes épiscopales s’échelonnant de 1112 à 1142. De surcroît, Lambertus cornes de Monte-acuto et Lambertus de Tiepembeche figurent simultanément parmi les témoins de la charte épiscopale de 1112 : A.Ev.L., Cart. de Saint-Laurent, t. i, f° 7 R°V°. – Cfr ci-dessous, n. 408.

403 Dongelberg : Brabant, Nivelles, Jodoigne. – Evrard, Flône, n° 20, p. 45 (1150). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173). – Les Dongelberg étaient une branche de la famille de Jauche. – Cfr n. 417.

404 Elsloo : Pays-Bas, Limbourg. – Thimister, Saint-Paul, p. 3 (1111). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 369 (1140).

405 Faing : act. Foy, Namur, Dinant, Onhaye. – Despy, Waulsort, n° 9, p. 336 (1050). – Ibid., n° 51, p. 403 (1190).

406 Falmagne : Namur, Dinant, Dinant. – A. Ev. L., Cart, de Beaurepart, t° 123 R° (1146). – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 14, p. 126 (1197).

407 Florennes : Namur, Philippeville. – Doc. cités n. 398 (1026-1028) et n. 406 (1197).

408 Fouron : act. Fouron-le-Comte, Fouron-Saint-Martin et Fouron-Saint-Pierre, Limbourg, Tongres. – A. Ev. L., Cart, de Saint-Laurent, t. i, f° 7 R° (1078). – Bernard et Bruel, Cluny, t. v, n° 3659, p. 6 (1091). – Un Lambert filiolus de Forins souscrit un acte d’Albéron II daté de 1111 mais dont l’indiction correspond à l’année 1137. Selon nous ce doc. est un faux grossier basé sur une charte du début du xiie s. : Halkin, B.C.R.H., 5e sér., t. iv, 1894, n° 2, p. 178 (à la date 1141). – Selon Boeren, De oorsprong, p. 48-49, 51, 141, Lambert de Fouron, qui souscrit plusieurs chartes entre 1078 et 1091, serait le fils et successeur du comte Conon de Montaigu (t 1106). Nous ne pouvons admettre cette identification car dans le doc. de 1078 cité ici-même, Lambert est dit « filius Tiebaldi de Foron ». – Sur la famille de Fouron, cfr STiENNON, Sa ;/M-Jacques, p. 309 sv. – Ci-dessus n. 402.

409 Saint-Remy-Geest : Brabant, Nivelles, Jodoigne. – Cart, de Saint-Laurent, t. i, f° 8 R°-V° (1081). – A.H.E.B., t. xxiv, 1893,. n° 9, p. 199 (1155).

410 Gingelom : Limbourg, Hasselt. – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 51, p. 69 (1146). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 25, p. 42 (1166).

411 Gronsveld : Pays-Bas, Limbourg. – Ernst, Limbourg, t. vi, n° 22, p. 108 (1063). – Oppermann, Rhein. Urkundenstudien, t. i, n° 15, p. 453-454 (1148 : doc. faux, cfr Boeren, De oudste oorkonden, p. 27-28, 90-94).

412 Han-sur-Lesse : Namur, Dinant, Rochefort. – Despy, Waulsort, n° 18, p. 346 (1080). – Ibid., n° 40, p. 387 (1166).

413 Haneffe : Liège, Waremme, Donceel. – Poswick, Hist, de la seigneurie d’Argenteau, n° 2, p. 211, (1097 : doc. faux, cfr Maréchal-Laumont, Saint-Laurent, p. 63-66). – Archives dép. de la Marne (dépôt annexe de Reims), H 1377 (1160).

414 Opheylissem : Brabant, Nivelles, Hélécine. – C.S.L., t. i, n° 32, p. 53 (1116). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173).

415 Fauquemont, néerl. Valkenburg-Houthem : Pays-Bas, Limbourg. – Heinsberg : Allem, occid., Rhénanie-du-Nord-Westphalie. – M.CH., DD., Heinrich IV., n° 470a, p. 639 (1101). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 25, p. 42 (1166). – Ci-dessous, n. 443-444.

416 Hierges : France, Ardennes, Charleville-Mézières, Givet. – Roland, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, n° 14, p. 54 (1112). – Kurth, Saint-Hubert, n° 103, p. 129 (1170).

417 Jauche : Brabant, Nivelles, Orp-Jauche. – Evrard, Flône, n° 1, p. 13 (1092 : doc. prob, faux, cfr p. 226 n. 72). – A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 35, p. 260 (1188 : Jean, Walter et Henri appartiennent au lignage de Jauche, cfr ibid., n° 37, p. 262). – Selon C.G. Roland, Les seigneurs de Morialmé, A.S.A.N., t. xxxv, 1922, p. 20-26, Godescalc de Jauche, mentionné entre 1092 et 1129, doit être identifié avec Godescalc Ier de Morialmé, cité de 1123 à 1133. Godescalc de Morialmé était le frère de Walter de Trognée. – Cfr ci-dessus n. 403.

418 Jesseren : Limbourg, Tongres, Tongres. – A.E.L., Coll. Saint-Martin, chartrier, n° 1 (1079 : faux du milieu du xiie s., cfr Stiennon, Écriture diplomatique, p. 44, 87-88, 124-125). – Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 15, p. 62 (1171).

419 Kortessem : Limbourg, Tongres. – B.U.Lg., ms. 1972, f° 21 V° (1044 : suspect). – Piot, Saint-Trond, t. i, n°51, p. 69 (1146).

420 Landen : Brabant, Louvain. – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 4, p. 103 (1091). – Koch, Oorkondenboek, t. i, n° 146, p. 277-278 (1157).

421 Grand-Leez : Namur, Namur, Gembloux. – Baix, Namurcum, t. xvii, 1940, p. 45 (1125).-de Gourjault et Walters, B.C.R.H., 4e sér., t. x, 1882, n° 7, p. 185(1154). – Cfr ci-dessus p. 167 et n. 322.

422 Marbais : Brabant, Nivelles, Villers-la-Ville. – Baix, ibid. (1125). – Poncelet, Chartes du prieuré d’Oignies, n° 1, p. 1 (1198).

423 Marilles : Brabant, Nivelles, Orp-Jauche. – Baix, ibid. (1125). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 25, p. 42 (1166).

424 Morialmé : Namur, Philippeville, Florennes. – Bresslau, Neues Archiv, t. xxxiv, 1909, p. 426 (1086 : doc. faux, cfr n. 372). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 91, p. 194 (1189). – Les Morialmé étaient une branche de la maison de Florennes : Roland, Morialmé, p. 12-13, 15-18. – Ci-dessus, n. 417.

425 Namur : Namur. – Despy, Waulsort, n° 20, p. 349 (1087 : sur ce doc, cfr Misonne, A.S.A.N., t. liii, 1965, p. 67-79). – DelMarmol, A.S.A.N., t. v, 1857-1858, p. 434 (1131). – Adelon de Namur et son épouse sont également mentionnés dans le faux de 1111 (1137) cité n. 408. – Il ne s’agit évidemment pas de la maison comtale mais des nobiles-liberi du même nom, qui étaient avoués du domaine liégeois de Namur : Roland, Le domaine liégeois de Namur et ses avoués, A.S.A.N., t. xxvi, 1905, p. 243-254.

426 Neerhespen : Brabant, Louvain, Linter. – B.U.Lg, ms. 1972, f° 21 V° (1044 : doc. suspect). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 11, p. 19 (1159). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173).

427 Strée-lez-Huy : Liège, Huy, Modave. – A.E.L., Ms. Le Fort, 2e partie, t. ix, p. 313 (1083 : doc. faux ou interpolé, cfr n. 124). – Schoolmeesters, ibid., n°10, p. 151 (1170).

428 Thuin : Hainaut, Thuin. – C.S.L., t. i, n° 29, p. 48 (1096) – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 40 V (1199).

429 Thys : Liège, Waremme, Crisnée. – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 333 (1124). – Schoolmeesters, ibid., n° 21, p. 158 (1173).

430 Waha : Luxembourg, Marche-en-Famenne, Marche-en-Famenne. – Ernst, Limbourg, t. vi, n° 38, p. 126 (charte episcopale de vers 1106 reproduite partiellement dans un diplôme suspect de 1125, cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 124-125, 313-318). – Simonis, B.I.A.L., t. xxiv, 1894, n° 1, p. 363 (1192).

431 Walcourt : Namur, Philippeville. – Doc. cité n. 398 (1026-1028). – A.E. Möns, Cart. d’Aulne, f° 83 R° (1165).

432 Wodémont : Liège, Liège, Dalhem. – Ernst, ibid., n° 22, p. 108 (1063). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 344 (1176).

433 Notamment les Aarschot, Bekkevoort, Bierbeek, Bunsbeek, Chaumont, Dongelberg, Geest, Heylissem, Jauche et Marilles. Cfr Bonenfant et Despy, La noblesse en Brabant, p. 61 sv.

434 Notamment les Argenteau, Atrive, Faing, Florennes, Han, Hierges, Marbais, Morialmé, Namur, Thuin et Walcourt. Cfr Génicot, L’Économie rurale namuroise, t. ii, p. 8 sv.

435 Les Leez, notamment.

436 Cfr Poncelet, Œuvres, t. iii, p. cx-cxi.

437 Miraeus-Foppens, O.D., t. iv, p. 360 (1124). – Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 1, p. 345 (1125). – Ibid., n° 7, p. 352 (1126). – Archives départementales de la Moselle, G. 1638(1127). – Franouinet, O.Z.. Vrouwekerk te Maastricht, n°2, p. 5 (1133). – Le cornes Hermannus qui souscrit une charte de Théoduin de 1067 est fort probablement le frère du comte Albert de Moha : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 2, p. 98. – Cfr J. Vannérus, Les comtes de Salm-en-Ardenne, Ann. de l’Inst. arch, du Luxembourg, t. l, 1919, p. 27. – Le comte de Salm interviendra comme médiateur en 1141 lors du siège de Bouillon : Triumphus sancti Lamberti, ch. 19, p. 510.

438 Cfr Vannérus, op. cit., p. 14, 22, 27-28, 30, 32, 34-42.

439 Le comte Otton qui souscrit une charte d’Albéron Ier de 1126 (Halkin, B.S.A.H.D.L, t. viii, 1894, n° 7, p. 352) n’est pas Otton II de Chiny († 1125) mais fort probablement Otton Ier de Rheineck (1104-1150), frère de Herman II de Salm. Cfr Vannérus, op. cit., p. 83-107.

440 Henri de Durbuy figure parmi ceux qui défendirent l’abbaye « grégorienne » de Saint-Hubert contre Otbert : Cantatorium, ch. 77, p. 184-186 (1095-1096). – Sur la querelle entre Henri de Verdun et Otbert, voir ibid., ch. 68, p. 152-153. – Pour son malheur, Otbert tomba un jour aux mains de Henri de Durbuy qui le brutalisa tellement que l’évêque fut estropié jusqu’à la fin de ses jours. Ibid., ch. 88, p. 219.

441 Ibid., ch. 70, p. 158, 160, 165, ch. 81, p. 201, ch. 89, p. 225.

442 Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 623 (1112).

443 M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 470a, p. 639. – Cfr ci-dessus, p. 216 n. 20. – Fauquemont fut incorporé au patrimoine de Gosuin I de Heinsberg († 1128). – Cfr Boeren, De Oorsprong, p. 43 n. 119, p. 45. – Id., dans Limburg’s Verleden, t. ii, 1968, p. 38-39. – Viedebantt et Corsten, Forschungen zur Geschichte des ersten Heinsbergisch- Valkenburgischen Dynastengeschlechts. – Corsten, Die Gründung des St. Gangol-fus-Stiftes in Heinsberg.

444 Le « comte » Gosuin qui souscrit cette charte est probablement Gosuin de Heinsberg (Halkin, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, n° 7, p. 352). – Sur le titre comtal des seigneurs de Heinsberg, voir les remarques de G. Droege, Pfalzgrafschaft, Grafschaften und allodiale Herrschaften zwischen Maas und Rhein, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xxvi, 1961, p. 15. – Les rapports entre les Heinsberg et les évêques de Liège étaient probablement plus anciens. En 1096, déjà, Otbert était débiteur d’une somme de 50 marcs envers Gosuin de Heinsberg : Gysseling et Koch, Diplomata Belgica, t. i, n° 236, p. 393-394. – Au cours de la succession d’Otbert, Gosuin de Fauquemont avait pris parti pour les « Frédérins » : Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 13, p. 203.

445 Ewig, Zum Lothringischen Dukat der Kölner Erzbischöfe, p. 229-230, 239-240.

446 Sur les circonstances de cette élection, voir Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 392-394, 398-400.

447 Liège n’est pas complètement négligée pour autant : en 1195, l’archidiacre Otton de Fauquemont se porte candidat au siège épiscopal : Kupper, Raoul de Zähringen, p. 28, 137 n. 46.

448 E. Del Marmol, A.S.A.N., t. v, 1857-1858, n° 9, p. 434 (1131). – Galliot, Histoire de la province de Namur, t. v, Liège, 1790, p. 324 (1134). – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 47, p. 63 (1142). – Triumphus sancti Lamberti, ch. 7, p. 502 1. 46 sv. – Cfr Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 27-32.

449 Archives de l’ abbaye d’Averbode, Sect. I, Chartier, charte n° 7. – Wolters, Notice sur Averboden, n° 5, p. 86.

450 Cfr Rousseau, op. cit., p. 35-41. – Küpper, Raoul de Zähringen, p. 40-43. – Ci-dessus, p. 174 et n. 361, p. 175-176.

451 Tout comme pour l’établissement de la carte, nous n’avons pris en considération que les lignages dont les membres sont au moins signalés à deux reprises dans l’entourage épiscopal. Nous n’avons pas tenu compte de certains épiscopats pour lesquels la documentation était insuffisante, voire nulle. Par ailleurs, au début du XIe s., les lignages nobles ne sont pas encore désignés par un cognomen toponymique, ce qui rend toute identification malaisée. Nous tenons à souligner le caractère fort relatif de nos données chiffrées qui, pour bien faire, devraient être amendées par une série de correctifs dont le poids respectif est pratiquement impossible à évaluer : durée de chaque épiscopat, nombre d’actes expédiés, assiduité de chaque lignage, habitudes rédactionnelles, etc..

452 Aux 12 familles mentionnées pour la première fois sous Réginard (1025-1037) viennent s’ajouter 2 noms sous Wazon (1042-1048), 14 sous Théoduin (1048-1075), 23 sous Henri de Verdun (1075-1091), 19 sous Otbert (1091-1119), 8 sous Albéron Ier (1122-1128), 4 sous Alexandre Ier (1128-1135), 4 sous Albéron II (1135-1145), 20 sous Henri II de Leez (1145-1164), 2 sous Alexandre II (1164-1167) et 3 sous Raoul de Zähringen (1167-1191).

453 Triumphus sancti Lamberti, ch. 2, p. 500. – Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, ch. 7, p. 16-17.

454 Le chiffre placé entre parenthèses indique le nombre de lignages différents qui apparaissent dans l’entourage de chaque évêque. Conformément à notre méthode de travail, nous avons uniquement tenu compte des familles dont les représentants sont au moins signalés à deux reprises aux xie et xiie s. : Réginard (19), Wazon (6), Théoduin (24), Henri Ier (45), Otbert (45), Albéron Ier (38), Alexandre Ier (28), Albéron II (35), Henri II (62), Alexandre II (3.), Raoul (48), Albert de Cuyck (11).

455 L’épiscopat d’Alexandre II nous paraît beaucoup trop bref pour autoriser des déductions valables. C’est pendant l’épiscopat de Raoul, semble-t-il, que le mouvement de désertion prend de l’ampleur. Au cours de la première période de son règne (1167-1178), 31 lignages différents apparaissent dans son entourage ; durant la seconde période (1179-1191) on n’en dénombre plus que 22.

456 Mentionné à 2 reprises sous Alexandre II, à 5 reprises sous Raoul et à 2 reprises sous Albert de Cuyck : A.E. Möns, Cart. d’Aulne, P 83 R° (1165). – Erens, Tongerloo, t. i, n° 25, p. 42 (1166). – Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 15, p. 62 (1171). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 21, p. 158 (1173). – Delaville Le Roulx, Cartulaire des Hospitaliers, t. i, n° 442, p. 306 (1173). – Miraeus-Foppens, O.D., t. ii, p. 1183 (1177). – Erens, op. cit., n° 32, p. 52 (1183). – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 14, p. 126 (1197). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, p. 40 V° (1199).

457 Mentionné à 1 reprise sous Alexandre II, à 4 reprises sous Raoul et à 1 reprise sous Albert de Cuyck : Hansay, B.C.R.H., t. lxix, 1900, p. 90 (1165). – Schoolmeesters, Leodium, t. xi, 1912, p. 24 (1168). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 7, p. 149(1169). – A.H.E.B., 1.1, 1864, p. 361 (1175). – Schoolmeesters, ibid., n° 78, p. 184 (1186). – A.E. Mons, Cart. d’Aulne, f° 40 V° (1199).

458 II souscrit en outre 2 chartes d’Alexandre II et 2 chartes d’Albert de Cuyck : Cart. d’Aulne, f° 83 R° (1165). – Séminaire de Bonne-Espérance, Cart., t. viii, f° 51 R° (1166). – Schoolmeesters, ibid., n° 10, p. 151 (1170). – Miraeus-Foppens, O.D., t. iii, p. 578 (1196). – Cart. d’Aulne, f° 40 V° (1199).

459 En 1173 : Schoolmeesters, ibid., n° 21, p. 158. – Ci-dessus n. 393.

460 En 1170 : ibid., n° 10, p. 151. – Ochain : Liège, Huy, Clavier.

461 En 1182 : ibid., n° 60, p. 176. – Sombreffe : Namur, Namur.

462 Grand absent des synodes liégeois sous Henri II de Leez, le comte de Namur souscrit 2 chartes d’Alexandre II et 2 chartes de Raoul. En 1179, il réconcilie ce dernier avec le comte de Looz. Despy, Waulsort, n° 40, p. 386-387 (1166). – Lacomblet, Urkundenbuch, t. i, n° 409, p. 282 (1165 ou 1166). – A.H.E.B., 1.1, 1864, p. 361 (1176). – Schoolmeesters, B.S.A.H.D.L., t. i, 1881, n° 60, p. 176(1182). – Ci-dessous n. 474.

463 Il ne souscrit qu’une seule charte de Raoul : Yans, B.S.A.H.D.L., t. xlvii, 1967, n° 15, p. 62 (1171). – Il est probable cependant que vers la fin de son règne cet évêque ait voulu se rapprocher du comte de Looz. Cfr KUpper, Raoul de Zähringen, p. 146-151.

464 « Nunc autem curia rara familiam frequentem fecit evanescere ; principes curiam non fréquentant... »

465 « novi homines surrexerunt, qui ignorant Ioseph ». Allusion au passage de l’Exode, I, 8 repris par les Actes, VII, 17-18, où il est question du roi d’Egypte « qui n’avait pas connu Joseph » et qui s’était mis à persécuter les Juifs. Par ces mots, le moine de Lobbes veut souligner l’opposition qui existe entre l’âge d’or de jadis et le régime nouveau. – Ce passage figure également dans la Fecunda Ratis d’egbert de Liège, v. 1009-1011, éd. E. Voigt, Halle, 1889, p. 163 (ca 1020).

466 « partibus multis languidus iacet episcopatus » De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 11, p. 552.

467 « dominus Radulphus Leodiensis episcopus, homo austerus et nulli dum posset consilio acquiescens, sed sue voluntati semper intentus faciende » Gisl. Chron., ch. 138, p. 205 (1188).

468 Lorsqu’il institua la paix de Dieu dans son diocèse, l’évêque Henri de Verdun prit conseil auprès des grands de la terre. Raoul de Zähringen apporta un complément à cette paix par son mandement contre les incendiaires. Mais à l’inverse de son prédécesseur, Raoul devait agir seul, sans le conseil d’autrui. Est-ce parce qu’il appliquait un décret pontifical ? Était-ce la manifestation d’un pouvoir plus personnel ? Cfr KUpper, Raoul de Zähringen, p. 201, 207.

469 Dans l’évêché voisin d’Utrecht, on enregistre une évolution similaire : J. Buntinx, dans l’Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. ii, p. 158-161.

470 Cfr L. Génicot, Empereurs et princes en Basse-Lotharingie, dans Études..., 1975, p. 12-38.

471 Id., Noblesse et principautés en Lotharingie du xie au xiiie siècle, ibid., p. 39-58. – Parmi les lignages qui abandonnent la curia de l’évêque Raoul on notera la présence de plusieurs familles brabançonnes : les Bierbeek, Marilles, Bunsbeek, Dongelberg et Heylissem. Cfr. Bonenfant et Despy, La noblesse en Brabant, p. 61 sv.

472 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 57-58 (1197). Cfr Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 83. – Joris, Observations sur la proclamation de la trêve de Dieu, p. 536-537. – En 1212, au cours d’un synode général réuni à Huy, l’évêque Hugues de Pierrepont excommunie le duc de Brabant et ses alliés qui viennent de livrer la Cité de Liège au pillage. Cinq abbés « de terra ducis » protestent et tournent en dérision la sentence de l’évêque qui les expulse et les excommunie aussitôt. Triumphus sancti Lamberti in Steppes, ch. 6, M.G.H., SS., t. xxv, p. 178.

473 « Cornes quidem ut dominaretur intendebat ; episcopus, ut sui ab eius dominatione et gravi oppressione liberarentur, satagebat ». Sigeb. auct. Affligemense, éd. Gorissen, p. 132 (1150). – Sur cette bataille : Gaier, Art et Organisation, p. 251-254.

474 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 90-97, 195-198, 209. – C’est à l’intervention du comte de Namur que Raoul suspendit les hostilités contre le comte de Looz.

475 Cfr Ewig, Zum lothringischen Dukat, p. 231-232, 235, 238-241. – Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1138, 1158. – Kupper, op. cit., p. 128-132. – Ci-dessus, n. 445-446.

476 Voir sur ce point les remarques de K.F. Krieger, Die königliche Lehngerichtsbarkeit im Zeitalter der Staufer, D.A., t. xxvi, 1970, p. 419-420. – Pour la royauté française, cfr Bournazel, Le gouvernement capétien, p. 129-173.

Table des illustrations

Titre ENTOURAGE DE L’EVEQUE : NOBILES ET LIBERI
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 515k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540