Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Première partie. L'évêque

Chapitre premier. Le choix de l’évêque

Texte intégral

« ... dignaretur rex, ut est ejus donationis agende, pro tribunali şedere, et vocatis Leodiensibus episcopum Ulis constituere. » – Cantatorium, ch. 28, p. 87 (1075).

  • 1 De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 11, M.G.H., SS., t. xiv, p. 552 (œuvre prob, écri (...)

1Dans un monde où la religion et la prière sont le moyen d’échapper aux influences malignes et d’éviter les tourments éternels, dans une société où les pouvoirs de commandement sont efficaces là seulement où s’établissent des contacts directs entre le maître et ses sujets, dans un royaume, enfin, où l’Église et l’État sont intimement liés, la fonction épiscopale est, à n’en pas douter, une des plus importantes. L’évêque, successeur des apôtres et représentant du Christ sur terre, n’est pas seulement chargé de conduire vers son salut le troupeau qui lui a été confié par la Providence. Des mains royales — par l’anneau et par la crosse jusqu’en 1122, puis par le sceptre — il est investi d’un pouvoir temporel considérable dont il doit assumer la gestion à l’instar des grands de la terre. Armé des glaives spirituels et temporels, le successeur de saint Lambert « siège dans la cathédrale de Liège comme un grand roi, comme un grand prêtre »1.

  • 2 La durée moyenne des épiscopats liégeois des xie-xiie s. est de 10 ans. En réalité, ce chiffre, qu (...)
  • 3 Cfr F. Franziss, Der deutsche Episkopat in seinem Verhältniss zu Kaiser und Reich unter Heinrich I (...)

2Crucial est donc le moment où la mort du prélat pose le grave problème de la succession. Car ce jour-là, on s’engage pour une période indéterminée, parfois très longue2, qui ne prendra fin, en principe, que le jour du décès de l’évêque3.

3Nous verrons qu’en dépit des interventions énergiques de la royauté, la « reconduction » du pouvoir épiscopal dans le sens des intérêts du roi, est liée aux circonstances politiques du moment. Elles peuvent être favorables ou l’être moins. Toujours elles comportent une part d’incertitude.

4Au vrai, le système de l’Église impériale était une arme à double tranchant. S’il a permis au roi de maintenir longtemps sous son contrôle des ressources et des richesses innombrables, le risque demeurait néanmoins de les voir basculer dans le camp adverse au hasard d’une élection mal « orchestrée ».

5La mainmise de l’État sur l’« élection » episcopale est donc une condition essentielle du bon fonctionnement du système de l’Église impériale. C’est ce qui justifie l’ampleur du présent chapitre.

  • 4 Ouvrages principaux : E. de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. i-ii, 2e éd., t. iii, Bru (...)

6Dans chaque cas, nous nous efforcerons de répondre à la question suivante : pourquoi tel homme a-t-il été choisi à tel moment ? Il nous faudra donc être particulièrement attentif au problème des origines de chaque prélat et aux circonstances politiques de son élection4.

7Nous avons divisé notre exposé en quatre parties. Après un paragraphe introductif dont l’objet est de donner un aperçu des élections épiscopales du xe siècle, nous étudierons les élections du xie siècle, depuis celle de l’évêque Baldéric II (1008) jusqu’à celle d’Otbert (1091), c’est-à-dire jusqu’à la période qui précéda immédiatement le Concordat de Worms (1122). En effet, ce compromis apporta des modifications sensibles à la procédure électorale et, par là même, au système de l’Église impériale. L’étude des élections du xiie siècle nous conduira jusqu’à la succession mouvementée de l’évêque Raoul de Zähringen († 1191), c’est-à-dire jusqu’au mois de janvier 1196. Enfin, dans un quatrième et dernier paragraphe nous verrons comment, dans la pratique, les élections se déroulaient, quelles en étaient les différentes étapes et quelle signification ces dernières revêtaient.

§ 1. Sous Otton Ier et Brunon

  • 5 H. Sprömberg, Die lothringische Politik Ottos des Grossen, dans Beiträge..., Berlin, 1959, p. 112, (...)
  • 6 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, in-4°, Bruxelles, 1948, p. 50-51.
  • 7 G. Weise, Königtum und Bischofswahl im fränkischen und deutschen Reich..., Göttingen, 1912. – E. d (...)

8C’est pendant les premières années de l’épiscopat de Richer de Liège (920-945) que toute la Lotharingie, — en plusieurs étapes s’échelon-nant de 923 à 925, — devait basculer définitivement dans le « royaume franc de l’est » et se soumettre à l’autorité du premier roi de la maison de Saxe, Henri Ier (919-936)5. Affirmer qu’à ce moment-là l’Église était entièrement tombée sous la coupe de l’aristocratie lotharingienne et que, pratiquement, les évêques étaient choisis par elle6, est une évidente exagération. À vrai dire, conformément aux pratiques carolingiennes, le roi continue de jouer un rôle très considérable dans la désignation des évêques qui, en retour, lui rendent d’inappréciables services7. Pour maintenir leurs droits sur les évêchés, les successeurs de Charlemagne ont été amenés, parfois, à rencontrer des adversaires tenaces. Il suffira, pour s’en convaincre, d’évoquer l’élection de l’évêque Richer, à la veille de l’incorporation de la Lotharingie au royaume oriental.

  • 8 La puissance territoriale des Regnier, qui descendaient par les femmes de l’empereur Lothaire Ier (...)
  • 9 Sur ces événements, voir l’importante étude de H. Zimmermann, Der Streit um das Lütticher Bistum v (...)
  • 10 « cum prisca consuetudo vigeat, qualiter nullus alicui clerico episcopatum conferre debeat nisi re (...)

9En 920, à la mort de l’évêque Étienne, le principal représentant de l’aristocratie lotharingienne, Gislebert († 939), fils de Régnier I8, voulut installer à la tête de l’église liégeoise un clerc nommé Hilduin. Cette manœuvre derrière laquelle on devinait l’action occulte du roi de Germanie, n’était pas sans rapports avec la révolte qui grondait, alors, dans l’ancien royaume de Lothaire. Hilduin, qui s’était fait consacrer par l’archevêque de Cologne, trouva un rival en la personne de l’abbé Richer de Prüm, soutenu par le roi franc de l’ouest, Charles III le Simple (898-923). Il semble que Charles ne fût point de taille à imposer son candidat. Il fit donc appel au pape Jean X (914-928) qui lui accorda son appui. Dès 920, Gislebert se soumettait, très provisoirement, à Charles et, au début de l’année 922 Richer, consacré par le pape en personne pouvait prendre possession de son église9. C’est donc le roi qui l’emporte. Dans une lettre écrite à l’occasion du conflit le pape rappellera, qu’« une antique coutume interdit à quiconque, sauf au roi, de conférer un évêché à un clerc »10.

  • 11 Sprömberg, op. cit., p. 147-148. – Mohr, op. cit., t. i, p. 33-34.
  • 12 « Richario Tungrensium praesule defuncto, idem episcopium rex Otho Hugoni, abbati monasterii Sanct (...)

10Il n’y eut pas d’élection épiscopale à Liège sous le règne de Henri Ier. C’est son fils, Otton Ier (936-973) qui se trouvait à la tête du royaume de Germanie au décès de l’évêque Richer, survenu en 945. À cette date, le roi venait d’écraser une révolte des frères Regnier III et Raoul (944) et séjournait précisément en Lotharingie11. Aussi l’élection du successeur de Richer ne fut-elle qu’une formalité : Otton « donna » l’évêché à l’abbé Ogon de Saint-Maximin de Trèves et le fit consacrer12.

  • 13 Jean de Saint-Arnoul, Vita Jonannis abbatis Gorziensis, ch. 70, M.G.H., SS., t. iv, p. 356. – Cfr (...)

11Ogon, qui venait d’assumer la lourde tâche de réformer son monastère, avait déjà prouvé ses grandes qualités d’administrateur. En dépit des réserves qu’on a parfois formulées, on peut rattacher ce personnage au milieu réformiste de Gorze. De surcroît, les relations qui unissaient alors l’abbaye de Trèves à la cour royale étaient très étroites. Telles sont, sans aucun doute, les raisons qui déterminèrent Otton Ier à confier l’évêché de Liège à Ogon (945-947)13.

  • 14 Folculn, ibid. – Series abbatum Prumiensium, M.G.H., SS., t. xiii, p. 302. – Anselme, Gesta episco (...)
  • 15 À moins de prendre à la lettre les affirmations de Folcuin, selon lequel l’évêque Ogon « Farabertu (...)

12À sa mort, survenue deux ans plus tard, c’est encore un abbé, Farabert de Prüm, qui lui succéda (947-953)14. Cette élection, sur laquelle nous n’avons aucun renseignement précis15, ne se fit certainement pas contre l’avis du roi. On conçoit difficilement que les Liégeois aient pu, en dehors de toute influence extérieure, porter leurs suffrages sur un étranger.

  • 16 La révolte est connue du roi en février-mars 953, alors qu’il s’apprête à célébrer la fête de Pâqu (...)
  • 17 Oediger, t. i, n° 383, 385, p. 120-121.
  • 18 L’élection de Rathier eut lieu à Aix-la-Chapelle « quarta solemnis ieiunii septimi mensis feria », (...)

13Lorsque Farabert mourut, à la fin du mois d’août 953, la situation politique du royaume était particulièrement critique. Le duc de Lotharingie Conrad le Rouge (944-953), allié au fils du roi, Liudolf, s’était soulevé contre Otton Ier (953-954)16. Ce dernier fit élire à l’archevêché de Cologne son jeune frère Brunon (juillet-août 953) auquel il attribua, dans toute la Lotharingie, des pouvoirs très étendus, analogues aux fonctions ducales17. Il est significatif qu’une des premières mesures de Brunon ait été le règlement de la succession liégeoise. Dès le 21 septembre, avant même d’être consacré archevêque, le frère du roi installait sur le siège de saint Lambert un ancien moine de Lobbes : le célèbre Rathier (953-955). Ce personnage avait occupé, à deux reprises, le trône épiscopal de Vérone (931-934 et 946-948), mais il avait été forcé de l’abandonner sous la menace des habitants et du roi Lothaire II d’Italie. Au moment de son élection à Liège, il séjournait à la cour royale où il brillait par son savoir18.

  • 19 Köpke-Dommler, op. cit., p. 249 sv. – Le 10 août 955, Otton remportait sur les Hongrois — qui avai (...)

14À vrai dire, ce remarquable coup de force, dissimulait mal la faiblesse passagère du pouvoir d’Otton. La rébellion de Liudolf et de ses alliés devait l’occuper jusqu’au mois de mai 955 et à peine venait-il d’éteindre les derniers soubresauts de la révolte qu’il devait lancer une à campagne militaire contre les Hongrois dont les incursions menaçaient gravement la sécurité du royaume19. Bref, l’archevêque Brunon était entièrement livré à lui-même.

  • 20 Weigle, op. cit., n° 10, p. 51-54, n° 11, p. 56-57 (pour la chronologie des événements, qui est as (...)

15Les Regnier tirèrent parti de la situation. La mainmise sur l’église liégeoise revêtait pour eux, dont les possessions dans le pays mosan étaient considérables, une importance capitale. Dès la fin de l’année 953, alors que Rathier célébrait la fête de Noël dans l’abbaye de Lobbes, Regnier III et son frère Raoul se rendirent maîtres de la Cité de Liège dans le but d’installer leur neveu Baldéric sur le siège épiscopal. Il leur fallut plus d’un an pour vaincre la résistance de l’évêque et de son protecteur. C’est seulement dans les premiers mois de 955 que Rathier s’exila et que l’archevêque Brunon fut forcé de reconnaître le « coup d’État » des Regnier20.

  • 21 « Baldricus, qui erat de magnatorum terre illius prosapia oriundus ». Ruotger, ibid.
  • 22 C’est à Baldéric d’Utrecht, pourtant, que la formation du futur archevêque Brunon de Cologne avait (...)
  • 23 Voir le tableau généalogique, annexe II. – Sur la parentèle de Baldéric Ier, cfr Weigle, op. cit., (...)

16Le successeur de Rathier, Baldéric Ier (955-959), était de la « race des grands de la Terre »21. Son installation à Liège avait été favorisée par son oncle paternel, l’évêque Baldéric d’Utrecht († 975)22. Mais bien qu’il appartienne au lignage des Baldéric, le nouvel évêque de Liège doit être tenu pour le candidat des deux Regnier dont il était le neveu par sa mère23.

  • 24 « Obstricti sunt sacramentorum fide spontanei, ut si accipere mererentur episcopum, quem petebant, (...)

17Même si Brunon n’a pas abandonné l’évêché de Liège aux conjurés sans obtenir d’eux le serment qu’ils protégeraient les droits de l’église et du roi24, son échec n’en était pas moins cuisant. Aussi la revanche du prélat fut-elle impitoyable.

  • 25 Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 167-169. – Mohr, op. cit., t. i, p. 40-41.

18En 957, après qu’il se fût allié, au préalable, à Lothaire, roi du royaume franc de l’ouest, Brunon passa brusquement à l’offensive. Pris en tenailles, Regnier III se vit contraint à la reddition. L’année suivante frétait jugé à Cologne, en présence d’Otton Ier, dépossédé de tous ses biens et condamné à l’exil25.

19Baldéric de Liège ne devait guère survivre à la débâcle de ses protecteurs. Sa mort, survenue le 20 avril 959, permit à Brunon de reprendre pied dans la Cité mosane.

  • 26 C’est une source liégeoise de la seconde moitié du xiie s. qui l’affirme : « claro Saxonum Evraclu (...)
  • 27 « domnus Evracrus ex Bonna decanus, Brunone concedente, efficitur episcopus, vir ingenuarum artium (...)

20Il n’est nullement prouvé que l’évêque Éracle (959-971) fût d’origine saxonne26. Ancien élève de Rathier, et tenu lui-même pour un homme très instruit, c’est à Brunon, et à lui seul, qu’Éracle, doyen de la collégiale de Bonn, doit son « élection » à Liège27.

  • 28 Anselme, ch. 24, p. 202.

21Plus heureux que Rathier, il est parvenu à conserver son trône jusqu’à la fin de sa vie. Toutefois, la position d’Éracle ne fut jamais bien assise. Au cours de son épiscopat, il dut faire face à une révolte très sérieuse et pour maintenir son autorité, il ne disposa jamais que de moyens fort limités28.

22C’est à son successeur, Notger, qu’il fut donné d’apporter à l’église liégeoise la puissance qui devait la transformer radicalement.

  • 29 « Nokerus, genere quidem Alamannus » Anselme, ch. 25, 26, p. 203, 204. – « Ipse igitur in Suevia n (...)
  • 30 Vita Notgeri, ibid.
  • 31 Annales Hildesheimenses, éd. G. Waitz, Hanovre, 1878, p. 30 (1008). – Kurth, op. cit., t. i, p. 35 (...)
  • 32 Vita Notgeri, ibid.
  • 33 Fleckenstein, ibid.
  • 34 Kurth, op. cit., t. i, p. 41-42.

23L’évêque Notger (972-1008) est né en Souabe, au sein d’une famille noble29. Sa Vie, rédigée à Liège avant 1185, raconte qu’il quitta l’école pour le palais impérial où il rendit de nombreux services avant d’être appelé à prendre en mains les destinées de l’église de Liège « aux vœux et à la requête du clergé et du peuple et par la bienveillance du prince »30. De plus, à une date qu’il n’est pas possible de fixer mais qui est vraisemblablement antérieure à son accession à l’épiscopat, Notger assuma les fonctions de prévôt du monastère de Saint-Gall31. Le nouvel évêque, dont on affirme qu’il était pourvu d’une solide instruction et d’une brillante intelligence32, provenait donc de cet « organisme » religieux et administratif qu’on appelait la « chapelle impériale » (Hofkapelle)33. Le séjour à la chapelle distingue Notger de ses prédécesseurs. Nous reviendrons plus loin sur l’intérêt que présente cette particularité. Enfin, il nous paraît évident que l’installation de Notger, — c’est-à-dire d’un étranger, — sur le siège épiscopal de Liège demeure inexplicable tant que l’on se refuse à admettre que l’intervention de l’empereur fut, ici, déterminante34.

24Il est temps, maintenant, avant d’aborder l’étude des élections épiscopales des xie et xiie siècles, de tirer les conclusions de ce chapitre introductif.

  • 35 Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 154-159, 187-188, 219-221.
  • 36 Brunon obtient des Regnier un serment de fidélité, cfr ci-dessus n. 24.

25Les droits du souverain sur le choix des évêques étaient très anciens : la jeune dynastie saxonne a simplement recueilli l’héritage des rois mérovingiens et carolingiens. S’il est incontestable que l’action conjuguée d’Otton Ier et de Brunon fut déterminante pour le rétablissement de l’autorité royale en Lotharingie35, les deux frères n’en sont pas pour autant partis de rien. L’historien est tenté de tirer des conclusions trop hâtives du contraste que présentent les déboires de l’évêque Rathier (953-955), d’une part, les élections d’Éracle (959-971) et de Notger (972-1008), de l’autre. Or, les événements de 953-955 sont liés à des circonstances assez exceptionnelles : c’est le royaume tout entier, menacé tant de l’intérieur que de l’extérieur, qui est ébranlé, et si Brunon a finalement laissé l’évêché de Liège aux mains des Regnier c’est pour éviter, dans une période aussi critique, que le puissant lignage lotharingien n’accroisse le nombre des adversaires du roi36. Même si Baldéric Ier est la créature de Regnier III, ses prédécesseurs comme ses successeurs, ne l’oublions pas, sont devenus évêques par la volonté d’Otton ou de Brunon.

26Quels furent donc les hommes auxquels les deux frères attribuèrent le siège de saint Lambert ? Ils n’étaient pas les premiers venus, tant s’en faut. Évêque comme Rathier, abbés comme Ogon et Farabert, prévôt comme Notger, doyen comme Éracle, remarquablement instruits comme Rathier, Éracle et Notger, tous sont membres d’une véritable élite.

  • 37 La réforme des monastères fut également entreprise par l’aristocratie et par l’épiscopat. Les Regn (...)
  • 38 En Lotharingie, la réforme de Gorze évinça rapidement la réforme de Gérard de Brogne (t 959). Cett (...)
  • 39 Cette politique a été remarquablement mise en lumière par F. Lotter, Die Vita Brunonis des Ruotger (...)

27Le hasard n’y est pour rien. Leur désignation fait partie d’un plan d’ensemble conçu dans l’entourage d’Otton. Ce plan devait, en moins d’un siècle, transformer toute l’église lotharingienne. Préoccupés de rattacher solidement à la Germanie le royaume de Lothaire dont l’acquisition était récente, Otton et Brunon saisirent l’intérêt d’une alliance étroite avec l’épiscopat et le monachisme. Les monastères où soufflait un vent réformiste trouvèrent dans la personne du roi un allié précieux37. La réforme lotharingienne de Gorze était appelée à jouer dans ce programme un rôle particulièrement important38. Soutenue à la fois par le pouvoir royal et par l’épiscopat, elle est devenue, entre les mains du roi, un instrument politique. Et comme la réforme de la vie religieuse était liée au renouveau des lettres sacrées et profanes, c’est à des hommes instruits, épris d’idéal réformateur qu’Otton et Brunon vont confier les évêchés39.

  • 40 L’épiscopat de Farabert est mal connu. Folcuin de Lobbes l’accuse d’avoir vendu tout ce qui était (...)

28Tels furent Ogon, Rathier et, sans doute, Farabert40. Tous trois sont d’origine lotharingienne. Concession à l’aristocratie et au clergé local ? Pas nécessairement. À voir les circonstances de leur « élection » nous pouvons raisonnablement mettre ce point de vue en doute.

  • 41 « auctoritate domini Brunonis archiepiscopi, cui omnia debeo », charte d’Eracle du 2 juin 965, éd. (...)
  • 42 Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 159-164.
  • 43 Warichez, L’abbaye de Lobbes..., p. 60-62. – Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 289.
  • 44 « ille scolas per claustra stabilire curavit » Anselme, ch. 24, p. 201-202. – Vita Balderici episc (...)

29Éracle, cependant, est un étranger. Créature de Brunon, il sait qu’il lui doit tout et il ne l’oublie pas41. Fidèle à l’esprit de Gorze, l’archevêque avait mis sur pied une étonnante « école de l’épiscopat ». Il y formait, pour le plus grand profit de l’Église et de l’État, des serviteurs de grande classe42. Éracle appartient à ce groupe et son comportement en fait foi. Il réforme l’abbaye de Lobbes43 et, à l’exemple de son maître, il réorganise les écoles liégeoises44, préparant de cette manière l’essor remarquable qu’elles connaîtront au siècle suivant.

  • 45 Fleckenstein, Hofkapelle, t. II, p. 52-57.

30À la mort de Brunon (965) Otton Ier n’abandonna pas l’école que son frère avait organisée. Au contraire, il semble bien qu’il l’annexa. Il est significatif que la chapelle impériale — chargée jusque-là du service divin, de la rédaction des diplômes et de certaines tâches administratives, mais recrutée essentiellement en fonction des besoins de la cour — ait reçu dès cette date des attributions d’enseignement. Vers 966, elle devint un véritable centre de formation d’évêques et l’on vit les anciens élèves de Brunon quitter la Cité rhénane pour le palais impérial45.

  • 46 Rathier fit aussi un séjour à la cour, après avoir été chassé de Vérone. Mais on ne peut dire de l (...)

31L’élection de Notger, en 972, est étroitement liée à la transformation fondamentale de la chapelle. Il est le premier chapelain d’Otton à être monté sur le siège de saint Lambert46.

32Le séjour de Notger à la cour impériale et le crédit dont il continua d’y jouir permettent de comprendre, en partie, l’étonnant bilan de son épiscopat. À la mort de l’évêque, survenue en 1008, l’église de Liège, dont la puissance s’était accrue de façon inouïe, était méconnaissable.

§ 2. De la mort de Notger à la mort d’Otbert47

  • 47 Voir l’étude d’ensemble de H. Sprömberg, Die Bischöfe von Lüttich im elften Jahrhundert, Berlin, 1 (...)
  • 48 Sur ce personnage, voir Ch. Lays, Étude critique sur la Vita Balderici episcopi Leodiensis, Liège, (...)
  • 49 Sources diplomatiques : 1°) Charte originale de l’évêque Baldéric II pour l’abbaye de Saint-Jacque (...)
  • 50 Parmi les nombreuses donations que Baldéric II fit aux églises liégeoises, figure Pannerden (Pays- (...)
  • 51 Sur les liens familiaux qui unissaient les premiers comtes de Looz à la dynastie des Regnier, voir (...)

33Le successeur de Notger, Baldéric II (1008-1018) était étroitement apparenté à l’aristocratie lotharingienne48. Les documents qui éclairent les origines du prélat — documents diplomatiques faux ou suspects, sources narratives très tardives — sont loin d’offrir toutes les garanties49. Nous estimons cependant que leur témoignage se fait l’écho d’une tradition basée sur la réalité50. Nous tenons donc pour certain que l’évêque, Baldéric II était le frère des comtes Gislebert de Looz et Arnoul de Haspinga ; par conséquent, il était probablement le neveu de l’évêque de Liège Baldéric Ier et l’arrière petit-fils de Regnier II51.

  • 51bis « antequam episcopi fungeretur officio pro responsis aecclesiae frequenter eum vacasse curiae, ac (...)

34À elles seules, cependant, les attaches familiales de Baldéric ne peuvent expliquer son accession au siège de saint Lambert. Jamais il ne serait devenu évêque de Liège s’il n’avait été le chapelain de l’empereur Otton III et de son successeur, le roi Henri II51bis.

  • 51ter Il semble que la fonction ducale soit restée vacante de 1005 à 1012. Cfr Mohr, Geschichte des Herz (...)
  • 52 S. Hirsch, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Heinrich IL, t. ii, 1864, p. 9-13. – F.L. Ganshof(...)
  • 53 Le père de Baldéric II et le comte Lambert de Louvain étaient fort probablement des cousins germai (...)
  • 54 « Baldricus Leodicensis aecclesiae adeptus est dignitatem, Lantbertum comitem assumere in amicitia (...)
  • 55 En 1013, Lambert de Louvain écrase l’armée épiscopale à Hoegaarden. Cfr Lays, op. cit., p. 100-111

35La mort emporte Notger le 10 avril 1008, alors que la situation politique de la Lotharingie, privée de son duc depuis 100551ter,est à peine stabilisée. C’est l’année précédente, en effet, qu’une expédition militaire rondement menée a permis au roi Henri II d’obtenir la soumission des comtes Baudouin IV de Flandre et Lambert de Louvain52. La désignation de Baldéric II, — chapelain royal apparenté aux Regnier et en particulier à Lambert de Louvain53, — fait sans doute partie des mesures de pacification prises par le souverain en vue de rétablir solidement son autorité. Il est significatif qu’au lendemain de son élévation à l’évêché de Liège, Baldéric, fort de la parenté qui les unissait, ait tenté un rapprochement avec le comte Lambert54. Même si les événements ont ruiné ces espoirs55, nous ne doutons pas qu’il faille interpréter l’élection de Baldéric comme une manœuvre du roi étroitement liée à la situation politique de la Lotharingie.

36À l’évêque Baldéric, mort à Herewaarden sur la basse Meuse le 29 juillet 1018, succéda un certain Wolbodon (1018-1021). En étudiant les origines de Baldéric nous nous sommes demandé dans quelle mesure, au moment de l’élection, l’influence du roi et celle de l’aristocratie locale avaient pu jouer. Pour Wolbodon, la question ne se pose plus : il n’était pas originaire du diocèse de Liège et il est certain qu’il a obtenu son siège épiscopal du roi et de lui seul.

  • 56 « Clare nobilitatis Wolbodo genus ex Flandria duxit » : Renier, Vita Wolbodonis, ch. 1, M.G.H., SS (...)
  • 57 Renier affirme également que Wolbodon a cédé à Saint-Laurent des alleux d’origine familiale situés (...)
  • 58 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 32-33, p. 207. – Cfr Chronicon sancti Laurentii, ch. 1 (...)

37Renier de Saint-Laurent, auteur de la seconde moitié du xiie siècle, fait naître Wolbodon au sein d’une famille noble du comté de Flandre56. Laissons à Renier l’entière responsabilité de ses affirmations, au demeurant incontrôlables57, et écoutons plutôt le témoignage d’Anselme. Wolbodon, dit-il, a reçu sa formation dans l’église d’Utrecht. Il y deviendra écolâtre (magister) puis prévôt, avant d’être remarqué par Henri II et d’entrer comme chapelain à la cour impériale58.

  • 59 « Huius ergo episcopatus sede pastore viduata, inspirante ut credimus Deo, huic beato viro nec opi (...)
  • 60 Anselme, ibid. – Gesta episc. Cam., ibid.
  • 61 Cfr Th. Schieffer, Heinrich II. und Konrad II..., D.A., t. viii, 1950, p. 400-404. – Gebhardt, t. (...)
  • 62 Comme le prouve son attitude vis-à-vis des abbayes de Lobbes, Saint-Jacques et Saint-Laurent, cfr (...)

38En 1018, l’empereur lui attribua l’évêché de Liège59. Par ses hautes qualités morales et par sa supériorité intellectuelle, Wolbodon appartenait, incontestablement, à l’élite de son temps60. En outre, à l’image de son royal protecteur61, il était entièrement gagné aux principes de la réforme monastique62.

  • 63 Voir l’annexe I, II. 3. – S. Hirsch et H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Heinrich (...)
  • 64 Comme en témoigne la notice de l’O.S.L. : « Comm. dom. Baldrici n. ep. [...] et illorum omnium qui (...)
  • 65 Gesta episcoporum Cameracensium, lib. III, ch. 19, M.G.H., SS., t. vii, p. 471. – Hirsch-Bresslau, (...)
  • 66 Vita Balderici, ch. 27, p. 734-735. – Cfr Lays, Étude critique, p. 130-133.
  • 67 Cfr Hirsch-Bresslau, op. cit., t. III, p. 106-107.

39Baldéric II mourut le jour où, près de Vlaardingen à l’embouchure de la Meuse, l’armée lotharingienne, commandée par le duc Godefroid s’était fait tailler en pièces par les troupes du comte Thierry de Frise63. Les Liégeois furent nombreux à laisser la vie dans cette catastrophe militaire64 au cours de laquelle le duc en personne tomba aux mains de l’ennemi. Dans ce climat, la succession liégeoise prit sans aucun doute une importance particulière et il paraît bien que l’empereur l’ait réglée en fonction des impératifs du moment : l’expédition du duc Godefroid, ordonnée par Henri II, visait à protéger les droits de l’évêque d’Utrecht contre les empiétements du comte Thierry65. Baldéric II avait condamné ouvertement la campagne militaire projetée et c’est à contre cœur qu’il s’était joint à l’armée commandée par le duc66. Or le successeur de Baldéric était précisément originaire d’Utrecht et on peut penser que dans l’éventualité d’une nouvelle expédition contre Thierry de Frise, l’empereur a voulu placer à la tête du diocèse de Liège un homme qui ne resterait pas indifférent aux déboires de l’évêque voisin67.

  • 68 « natus quidem ex humili genere, servorum memoraţi Godescalci praepositi, sed admodum pollens nobi (...)
  • 69 Anselme, ch. 29, p. 205.
  • 70 II y enseigna la doctrine religieuse et les arts libéraux. Anselme, ibid. – Chronicon sancti Laure (...)
  • 71 Fleckenstein, Hofkapelle, t. ii, p. 202-203 n. 341. – C’est par erreur qu’Aubry de Troisfontaines (...)
  • 72 L’épitaphe de Durand, rédigée vers le milieu du xie s. par l’abbé Étienne de Saint-Laurent est trè (...)
  • 73 Voir ci-dessus, n. 68. – Dans l’épitaphe citée n. 72, l’abbé Etienne tient à préciser que Durand « (...)

40Dans la longue série des évêques qui dirigèrent l’église de Liège au temps de l’Église impériale, le successeur de Wolbodon occupe une place à part : Durand (1021-1025) n’était pas d’origine libre. Ancien serf du prévôt de Saint-Lambert Godescalc68, il avait été formé dans les écoles liégeoises sous l’épiscopat de Notger (972-1008)69. Sa chance fut d’aller enseigner à la cathédrale de Bamberg qui entretenait des rapports fort étroits avec la chapelle impériale70. Il n’est écrit nulle part que Durand a été chapelain, — encore que nous tenions la chose pour vraisemblable71, — mais il ne fait pas de doute qu’il a été installé sur le siège épiscopal de Liège par la volonté impériale. L’origine de l’évêque en est la preuve. En effet, seule l’intervention personnelle du souverain peut expliquer qu’un homme de condition servile ait pu s’élever aussi haut dans la hiérarchie ecclésiastique. En principe, un évêque devait être d’origine noble ou, du moins, libre. Toute exception à cette règle ne laisse pas d’étonner, de surprendre72. Le chroniqueur Anselme, embarrassé par la condition sociale du prélat, cherche un palliatif et attribue à Durand une « noblesse de l’esprit » qui pourra masquer, tant bien que mal, la macule de la servitude73.

  • 74 Cfr Schulte, op. cit., p. 68-72. – E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate 9 (...)
  • 75 Sur l’élection de Durand, voir aussi Hirsch-Bresslau, op. cit., t. iii, p. 181-182. – H.L. Mikolet (...)

41Du point de vue qui nous préoccupe, l’évêque Durand ne présente pas un cas isolé. Ressuscitant une ancienne pratique carolingienne tombée en désuétude, Henri II a confié plusieurs évêchés à des clercs d’origine servile74. Est-il meilleure preuve de l’emprise du souverain sur l’Église germanique que la carrière extraordinaire de ces hommes qu’il tira du néant pour en faire des princes75 ?

42À défaut de documents précis, il est malaisé de débrouiller la question des origines du successeur de Durand. Laissons d’abord la parole à notre meilleur témoin.

  • 76 « successit Reginhardus, qui conlitteralis archiepiscopo Heriberte... » Anselme, ch. 37, p. 209.
  • 77 J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 251. – A. Blaise, Dictionnaire latin-français (...)
  • 78 C’est la conclusion à laquelle aboutissent G. Kurth, Réginard, évêque de Liège, dans B.N., t. xvii (...)
  • 79 C’est la leçon donnée par le meilleur manuscrit des Gesta d’Anselme (copie du xvie s. prise sur l’ (...)
  • 80 Niermeyer, op. cit., p. 198. – Blaise, op. cit., p. 197. – Mittellat. Wort., t. ii, 6, col. 828-82 (...)
  • 81 En voici la liste : E. Wisplinghoff, Rheinisches Urkundenbuch. Ältere Urkunden bis 1100, fasc. I, (...)
  • 82 « perfectionem in ecclesiasticis assecutus fuerat disciplinis » Anselme, ch. 37, p. 209.
  • 83 Anselme, ibid. – Oediger, t. i, n° 666, p. 200 : le 1 mai 1015, Réginard est toujours simple diacr (...)

43Avant d’occuper le siège de saint Lambert, écrit Anselme, l’évêque Réginard (1025-1037), fut le conlitteralis de l’archevêque de Cologne Heribert (999-1021)76. Ce terme a été traduit par « camarade d’études » ou « condisciple »77. Réginard, en somme, aurait partagé le même banc d’école que son métropolitain78. Nous devons rejeter ce témoignage et, en même temps, bannir des lexiques médio-latins un hapax qui n’aurait jamais dû y prendre place. En effet, conlitteralis est, tout simplement, une mauvaise lecture pour conlateralis79, mot que nous traduirons par « conseiller intime »80. Cette interprétation est confirmée par d’autres sources : un certain Reginhardus capellanus ou dyaconus figure parmi les témoins de plusieurs documents de la région de Cologne qui s’échelonnent de l’an 1003 à l’an 1015 et qui tous, à l’exception d’un seul, émanent de l’archevêque Heribert81. Ce chapelain est évidemment le futur évêque de Liège. L’archevêque a donc voulu faire son collaborateur immédiat de cet homme dont nous savons que les connaissances, en matière de doctrine religieuse, étaient très grandes82. Enfin, c’est vraisemblablement entre 1015 et 1021 qu’Héribert attribua à son chapelain Réginard la dignité décanale du chapitre de Bonn83. La chronique d’Anselme, notre meilleure source, ne nous dit rien de plus sur l’origine de Réginard.

  • 84 Vita Reginardi, ch. 1, p. 571.
  • 85 Kurth, Réginard, col. 856.
  • 86 « Huneto, frater domini Reginaldi, episcopi » est témoin d’une charte de l’évêque Réginard en fave (...)

44Le moine Renier de Saint-Laurent, cependant, croit savoir que Réginard est issu d’une grande famille du « territoire » de Cologne, qu’il a fréquenté les écoles de la métropole et qu’il y est devenu chanoine de la cathédrale84. Kurth rejeta en bloc tout ce témoignage et, en s’appuyant sur les chartes de Réginard où plusieurs de ses parents sont mentionnés, il défendit la thèse de l’origine liégeoise du prélat85. Même s’il est possible, comme le pensait Kurth, que le témoignage de Renier ne soit qu’une amplification du texte d’Anselme, la présence, auprès du prélat, de plusieurs membres de son lignage ne prouve nullement son origine liégeoise86. Nous devrons donc nous en tenir aux affirmations d’Anselme et considérer l’évêque Réginard comme un homme de l’entourage immédiat de l’archevêque de Cologne. Il est même fort vraisemblable que l’ancien doyen de Bonn doive à ce dernier son siège épiscopal.

  • 87 H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Konrad IL, t. i, Leipzig, 1879, p. 1-27. – Gebh (...)
  • 88 Gesta episcoporum Cameracensium, Hb. III, ch. 50, M.G.H., SS., t. vii, p. 484-485. – Mohr, Geschic (...)
  • 89 La présence du roi Conrad II à Liège, le 2 octobre 1024, est uniquement établie par ce diplôme qui (...)
  • 90 Bohmer, von Bischoff et Appelt, op. cit., n° 48 a, p. 32. – Mohr, ibid.

45Nous croyons, en effet, qu’il existe un rapport entre l’élection de Réginard et les débuts difficiles du nouveau roi de Germanie Conrad II (1024-1039). À la mort de l’empereur Henri II, survenue le 13 juillet 1024, deux candidats briguèrent le trône : Conrad « l’Ancien » et son cousin Conrad « le Jeune ». Ils appartenaient, l’un comme l’autre, à la maison salienne. Les rivaux, cependant, réussirent à s’entendre et Conrad l’Ancien fut élu et couronné au début du mois de septembre 102487. Mais le duc Gothelon Ier de Basse-Lotharingie refuse de reconnaître le nouveau roi. Il pactise avec plusieurs princes lotharingiens — l’archevêque Pélegrin de Cologne, l’évêque Durand de Liège et le comte Régnier V de Hainaut, notamment — et obtient d’eux des serments. Les évêques ne vont pas tarder à dénoncer cet accord et à rejoindre le camp de Conrad II. Avant même la fin du mois de septembre Pélegrin de Cologne se réconcilie avec le roi et il est vraisemblable que l’évêque de Liège ait calqué son attitude sur celle de l’archevêque88 : le 2 octobre, en tout cas, le roi séjourne dans la Cité mosane et, à la demande expresse de l’évêque, il octroie un diplôme à l’église de Liège89. Lorsque Durand meurt, le 23 janvier 1025, Conrad n’est pas encore parvenu à établir son autorité dans tout l’Empire. En Lotharingie, sa position est toujours fragile et il n’obtiendra pas la soumission du duc Gothelon avant la fin du mois de décembre 102590.

  • 91 D’après Renier de Saint-Laurent, qui s’inspire fort probablement de l’œuvre de Rupert de Deutz, Ré (...)

46C’est à l’archevêque de Cologne, pensons-nous, que l’on doit attribuer l’installation du doyen de Bonn sur le siège de saint Lambert. Étant donné la situation politique de l’Empire, le roi ne pouvait pas repousser un candidat proposé par l’archevêque. Une brouille avec le prélat risquait d’entraîner des conséquences incalculables91. Contrairement à ses prédécesseurs, Réginard n’a pas été formé dans l’entourage du roi. Or, comme son élection coïncide avec l’avènement de Conrad II, nous pouvons la lier à la faiblesse passagère d’un pouvoir royal en proie aux difficultés inhérentes au changement de dynastie.

  • 92 Anselme, ch. 38, p. 210. – Cfr de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 438-439.
  • 93 Vita Reginardi, ch. 20, p. 578. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 38, p. 275.
  • 94 « Nizo thesaurarius, ex prosapia mea » Bonenfant, Les chartes de Réginard, n° 5, 6, 7, 8. – Sur la (...)
  • 95 Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis, p. 271-274, 352-353, considère cette parenté (...)
  • 96 Anselme, ch. 38, p. 210, ch. 49, p. 218-219.

47C’est un dignitaire du chapitre cathédral de Liège, le coûtre Nithard, qui succéda, en 1037, à l’évêque Réginard92. Renier de Saint-Laurent, qui reproduit fort vraisemblablement une affirmation de Rupert de Deutz, écrit que Réginard était l’oncle de Nithard93. Cette tradition, que l’on retrouve dans les fausses chartes de l’évêque Réginard fabriquées à l’abbaye de Saint-Laurent dans le courant du xiie siècle94, n’est pas impossible en soi95. Mais dans le doute, nous préférons nous en tenir au texte d’Anselme dont le témoignage est sûr : Nithard n’a jamais fait partie de la chapelle royale et il a été élu « par le clergé et le peuple »96.

  • 97 Bresslau, op. cit., t. II, 1884, p. 278, 282-284. – C’est à Nonantola (Italie, Émilie-Romagne, pro (...)

48L’église de Liège a profité de l’absence du souverain, qui séjournait en Italie97, pour porter son choix sur le coûtre de la cathédrale. En fait, c’est le grand-prévôt de Saint-Lambert, le futur évêque Wazon qui avait été pressenti en premier lieu. Il avait refusé catégoriquement l’offre qui lui était faite et, en tirant parti de sa haute situation, il avait fait élire son élève Nithard. C’est à Wazon qu’incomba la délicate mission d’aller en Italie présenter à l’empereur Conrad II l’évêque « postulé unanimement par le clergé et par le peuple ». L’empereur n’était pas prêt d’oublier ses droits. Il refusa de donner l’investiture à un inconnu et offrit l’évêché à Wazon qui avait vécu un certain temps à la cour impériale. Le grand-prévôt de Liège supplia Conrad de ne pas s’encombrer de lui — un vieillard incapable d’assumer le « service impérial » — et de ne pas l’obliger à trahir la confiance que le « peuple » du diocèse avait placée en lui. L’argumentation eut raison de la résistance de Conrad qui attribua l’évêché à Nithard (1037-1042).

  • 98 E. Laehns, Die Bischofswahlen in Deutschland von 936-1056..., Greifswald, 1909, p. 10-18.

49Wazon avait tout lieu d’être satisfait. La procédure par laquelle le clerus et le populus proposaient au bon vouloir du prince un candidat susceptible de lui plaire n’avait rien d’exceptionnel : nous la retrouvons dans d’autres évêchés de l’Empire au xe et au xie siècles98. À Liège, cependant, elle était oubliée. Il semble que tous les successeurs de Richer († 945), — à l’exception de Baldéric Ier, porté au pouvoir par les Regnier, et de Réginard, soutenu semble-t-il par l’archevêque de Cologne, — aient été choisis et désignés par la cour royale. Jamais le clergé et le peuple n’étaient intervenus de façon aussi décisive. Wazon, pour autant qu’on puisse se fier à la relation d’Anselme, ne nie pas explicitement les droits de l’empereur, mais il lui force la main et crée un précédent qui menace ces mêmes droits.

  • 99 Sur l’évolution qui affecta le sens du terme « élection canonique » vers le milieu du xie siècle, (...)
  • 100 Voir les travaux cités ci-dessous, n. 101.

50Dans cette perspective, l’élection de Nithard, au cours de laquelle le clerus et le populus jouèrent un rôle déterminant, prend une importance inattendue : elle devient comme l’application pratique, à Liège, d’une certaine conception de l’élection canonique99. Cette conception, selon laquelle la communauté des fidèles est appelée à jouer un rôle plus important, correspond bien à la manière dont Wazon envisageait les rapports entre le spirituel et le temporel, le premier prenant évidemment le pas sur le second100 ; position modérée, puisqu’elle ne nie pas l’intervention du roi, mais lourde de menaces pour l’autorité royale, car elle cherche à attribuer aux églises des responsabilités plus grandes dans le choix de l’évêque.

51Nithard mort, c’est Wazon qui fut « réclamé à l’évêché par le clergé et par le peuple ».

  • 101 Sur Wazon, une des principales figures de l’épiscopat liégeois du haut moyen âge, voir : R. Huysma (...)
  • 102 Le prétendu frère de Wazon nommé Lancho qui aurait été prévôt et archidiacre de Liège n’a jamais e (...)
  • 103 Voir ci-dessous, annexe IV, n. 15.
  • 104 « ... Emmelinum virum prudentem praefecit, qui praefati antistitis Wazonis carne germanus... » Eve (...)

52L’évêque Wazon (1042-1048)101 est probablement originaire du diocèse de Liège. Deux de ses frères nous sont connus102 : l’abbé Gonzon de Florennes103 et Emmelin qui fut « préposé » par l’abbé Poppon de Stavelot à la tête du monastère de Saint-Vaast d’Arras104. Ces renseignements, à vrai dire, ne nous informent guère sur l’origine même du prélat.

  • 105 Hoerschelmann, op. cit., p. 14.
  • 106 La partie la plus importante de l’œuvre d’Anselme est consacrée à la biographie de Wazon qu’il a p (...)
  • 107 « Parentes meos quos superstites relinquo illi commendo, cui me quoque non fundos, non servos, non (...)
  • 108 Ce qui ne veut pas dire qu’il était d’origine servile. Si Wazon avait été serf, son arrivée au pou (...)
  • 109 Anselme, ch. 29, p. 205. – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 262. – Dans une charte de 1004-1027 ou 1042 (...)

53À l’encontre de l’opinion de E. Hoerschelmann, nous doutons qu’il soit issu d’un milieu social très élevé105. Anselme garde sur les origines de son héros106 un silence qui nous paraît des plus significatif. Lorsqu’il fut sur le point de mourir, Wazon ne déclara-t-il pas, à ceux qui le priaient de réserver une part de ses biens à sa parentèle, qu’il n’avait rien hérité de ses ancêtres107. Sans doute Wazon, issu d’une famille modeste du diocèse de Liège108, fut-il élevé par l’évêque Notger dont on sait qu’il ne répugnait pas à accueillir, dans l’école de la cathédrale, des gens de condition humble109.

  • 110 Anselme, ch. 70, p. 232. – Sigebert, Gesta abbatum Gemblacensium, ch. 44, M.G.H., SS., t. viii, p. (...)
  • 111 A. Boutemy, Un grand abbé du xie siècle, Olbert de Gembloux, A.S.A.N., t. xli, 1934, p. 46-47. – H (...)
  • 112 Nous ne partageons donc pas le point de vue de Boutemy, op. cit., p. 51.

54On ne cesse de répéter que Wazon étudia dans l’abbaye de Lobbes sous la direction du célèbre abbé Hériger (990-1007). Ce renseignement est inexact et la seule chose qu’il soit possible d’affirmer est que Wazon avait été le compagnon d’étude du futur abbé Olbert de Gembloux et de Saint-Jacques à Liège110. Certes, Olbert fut effectivement l’élève d’Hériger111. Cependant, nous sommes plutôt tenté de croire qu’Olbert de Gembloux a étudié à Liège en compagnie de Wazon112.

  • 113 Comme l’a très bien montré Kurth, la chapelle de Notger, à l’image de la chapelle royale, assumait (...)
  • 114 Anselme, ch. 30, p. 206, ch. 40, p. 210.
  • 115 Ibid. – Nous savons par d’autres sources contemporaines que Wazon se pencha sur des problèmes de g (...)
  • 116 Nous avons consacré à la carrière de Wazon avant son épiscopat une étude particulière que l’on tro (...)
  • 117 C’est au cours de ce conflit, semble-t-il, que Wazon se réfugia momentanément auprès de l’abbé Pop (...)
  • 118 Cfr Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 98-99. – Le « Guazo diacon us similiter capellanus dom (...)

55Quoi qu’il en soit, Wazon fut le chapelain de Notger et c’est dans la capella épiscopale, c’est-à-dire parmi les clercs qui desservaient la chapelle de l’évêque113, qu’il a reçu sa formation114. À la mort de Notger, Wazon occupait les fonctions d’écolâtre de la cathédrale115 et, en 1013, il devenait doyen de Saint-Lambert116. Une brouille avec le grand-prévôt Jean, devait, quinze ans plus tard, l’éloigner quelque temps de la Cité de Liège117. Il passa neuf mois à la cour impériale, auprès de Conrad II118 et à son retour, en 1029, il devenait grand-prévôt de Liège. Bien qu’il fût bref, le séjour de Wazon à la Hofkapelle devait faire de lui un évêque en puissance : en 1031, Conrad II faillit lui attribuer l’archevêché de Mayence et en 1038, après la mort de Réginard, l’empereur voulut lui donner l’église de Liège.

56Mais en 1042, lorsque Wazon (1042-1048) fut choisi par le clergé et le peuple, l’empereur Conrad était mort depuis trois ans et c’est son fils, le roi Henri III (1039-1056) qui présidait alors aux destinées du royaume.

  • 119 « secundum canonica instituta electus » Anselme, ch. 39, p. 210.
  • 120 Anselme, ch. 50, p. 219-220.
  • 121 « Ex capellanis pocius episcopum constituendum, Wazonem numquam in curte regia desudasse, ut talem (...)
  • 122 Herman de Cologne intervient comme métropolitain. Animé lui-même par l’esprit de réforme, l’archev (...)
  • 123 « Nec defuere adulantium linguae, qui electionem sine regio favore factam asseverarent causam fore (...)

57Élu, comme Nithard, « selon les prescriptions canoniques »119, Wazon se présenta donc devant le roi120. Il se trouva certains pour faire remarquer que l’élection s’était faite sans l’accord du souverain et pour constater « que Wazon n’avait jamais transpiré à la cour royale et ne méritait donc pas un tel honneur »121. Il fallut toute l’influence de l’archevêque Herman II de Cologne (1036-1056) et de l’évêque Brunon de Wurtzbourg (1034-1045) pour persuader Henri III de conférer l’évêché de Liège à Wazon122. En fait, on en revient tout simplement au scénario de 1038. Si Wazon ne plaît pas au roi, c’est notamment parce qu’il a été choisi — comme son prédécesseur Nithard — par le clergé et par le peuple du diocèse. Or, dans l’entourage royal, d’aucuns considéraient cette procédure comme une atteinte aux droits du souverain123. Les hésitations de Henri III montrent à quel point il était attentif au maintien de ses prérogatives en matière d’élection épiscopale. Comme son père, cependant, Henri céda et accepta le candidat qui lui était présenté.

  • 124 E. Dupréel, Histoire critique de Godefroid le Barbu..., Uccle, 1904, p. 37-57. – Ganshof, Les orig (...)

58Lorsque l’évêque Wazon meurt, le 8 juillet 1048, un vent de révolte souffle sur toute la Lotharingie. L’année précédente, le duc de Haute-Lotharingie Godefroid le Barbu, allié aux comtes Baudouin V de Flandre et Thierry IV de Frise, avait pris les armes contre l’empereur Henri III avec l’espoir de s’emparer de la Basse-Lotharingie. Le soulèvement devait prendre rapidement des proportions dramatiques : le palais impérial de Nimègue et la cité épiscopale de Verdun furent incendiés par les révoltés (1047) tandis que Liège se mettait sur la défensive. Enfin, une expédition punitive de Henri III dirigée au cours du mois de septembre 1047 contre Thierry de Frise s’était achevée par la déroute des armées impériales. Cette défaite militaire avait d’ailleurs déterminé Godefroid le Barbu à engager les hostilités ouvertes124.

  • 125 Anselme, ch. 66, p. 229. Il est difficile de déterminer s’il s’agit de l’expédition de 1046 ou de (...)
  • 126 Anselme, ch. 57, p. 223-224. – Steindorff, op. cit., t. ii, p. 23. – Dupréel, op. cit., p. 50-51.

59Les circonstances politiques donnaient donc à la succession de l’évêché de Liège une importance particulière. Coûte que coûte, l’empereur devait éviter que l’immense patrimoine de l’église liégeoise ne tombât aux mains des révoltés et ne leur permît de dominer presque tout le bassin de la Meuse moyenne. Il était indispensable d’installer sur le siège épiscopal un homme doué d’une grande énergie et dont la fidélité serait inébranlable. Or sur ce point, la conduite de l’évêque défunt n’avait pas été irréprochable. C’est du moins ce dont Henri III, à tort ou à raison, était intimement persuadé. En 1046 ou en 1047, en raison des dangers qu’elle présentait, Wazon avait refusé d’engager le contingent liégeois dans une opération militaire dirigée contre la Frise125. Il était même accusé d’avoir conclu avec le duc Godefroid le Barbu un accord préjudiciable aux intérêts de l’Empire126.

  • 127 Sur ce personnage, voir : Ph. Schmitz, Théoduin, évêque de Liège (1048-1075), dans B.N., t. xxiv, (...)
  • 128 Il y lut : « Presul Theoduinus, quem genuit Norica tellus. » Gilles d’Orval, lib. III, ch. 1, p. 7 (...)
  • 129 Anselme, ch. 9, p. 195. – C’est-à-dire à l’abbaye bénédictine de Seeon (Allemagne occid., Bavière, (...)
  • 130 « Theoduinus episcopus, de regio sanguine natus » Gilles d’Orval, lib. III, prol., p. 75-76.
  • 131 Ils furent au nombre de quatre, Théoduin compris. Cfr H. Schnitger, Die deutschen Bischöfe aus den (...)

60Des origines du successeur de Wazon, Théoduin (1048-1075)127, nous savons peu de choses. Il était né en Bavière. Gilles d’Orval en a trouvé la preuve en feuilletant un manuscrit offert par l’évêque à la collégiale Notre-Dame de Huy128. Le témoignage de Gilles d’Orval est indirectement confirmé par Anselme qui, semble-t-il, reçut de Théoduin lui-même des informations sur le culte dont saint Lambert était l’objet en Bavière et en Franconie129. Le moine d’Orval note également que Théoduin était « né de sang royal »130. Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de vérifier cette affirmation qui n’a rien d’invraisemblable. Poursuivant, sur ce point, la politique de son père, Henri III, en effet, installa plusieurs de ses parents à la tête des évêchés de l’Empire131.

  • 132 « committitur a Henrico rege Theoduinus Leodiensi ecclesie ordinandus episcopus ».
  • 133 Comme l’a démontré A. Joris, Note sur la date du début de l’épiscopat de Théoduin. Le 27 juillet 1 (...)
  • 134 Il est à Minden le 20 juillet et à Pöhlde le 29 septembre : Steindorff, op. cit., t. II, p. 40. – (...)
  • 135 Herman de Reichenau, Cronicon, éd. R. Buchner, p. 688 (le chroniqueur Herman mourut en 1054). – Cf (...)

61De toute manière, le fait que Théoduin, à l’inverse de ses deux prédécesseurs, ait été étranger à l’évêché de Liège, est la preuve, comme le laissent penser les termes de Gilles d’Orval132, que le nouvel évêque était une créature de Henri III. La situation politique du Lothier était trop grave pour que le gouvernement impérial pût se permettre la moindre faiblesse. Wazon mourut le 8 juillet 1048. Avant la fin du mois, le 27 juillet exactement133, l’empereur qui séjournait, semble-t-il, en Saxe134, donnait l’évêché à Théoduin. Henri III eut bientôt des raisons d’être satisfait de son choix. En janvier 1049, le nouvel évêque de Liège et ses alliés, les évêques d’Utrecht et de Metz, lançaient une nouvelle expédition contre Thierry de Frise, tuaient leur adversaire et plaçaient la région sous la domination impériale135.

  • 136 Nous continuerons d’appeler ce personnage Henri de Verdun. Ce nom, consacré par un long usage, ind (...)

62L’installation de l’évêque Henri Ier de Verdun (1075-1091) à la tête de l’église liégeoise se fit dans des circonstances assez exceptionnelles136.

  • 137 « Fredericus cornes, Leodicensis episcopi frater », dans Le nécrologe de la cathédrale de Verdun, (...)
  • 138 D’après Gilles d’Orval, Gesta episc. Leod., lib. III, ch. 11, M.G.H., SS., t. xxv, p. 88 et Aubry (...)

63Henri était le frère du comte Frédéric d’Astenois en Champagne et de Toul137 et, semble-t-il, le fils d’un comte Baudouin138.

  • 139 Henri de Verdun était le neveu ou le cousin (nepos) d’Herman : Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Tr (...)
  • 140 « ipsi duci consanguinitate proximum ». Lambert de Hersfeld, Annales, éd. O. Holder-Egger, p. 225 (...)
  • 141 Laurent de Liège, ibid., p. 494.
  • 142 « quidam Virdunensis senex, Eleutherius, vir equidem religiosus » Cantatorium, ch. 35, p. 96. Éleu (...)
  • 143 La Lorraine du xie siècle connaissait une vie monastique intense. Cfr M. Parisse, La vie religieus (...)

64Il était apparenté à l’évêque Herman de Metz (1073-1090)139 et au duc de Basse-Lotharingie Godefroid le Bossu (1069-1076)140. Un chroniqueur du milieu du xiie siècle affirme que le futur évêque de Liège entra, sous l’épiscopat de Thierry (1046-1088), à l’école cathédrale de Verdun141. Enfin, nous avons tout lieu de croire que le « précepteur » du jeune Henri, nommé Éleuthère, était un moine142. C’est peut-être à l’influence de ce personnage qu’il faut attribuer l’intérêt très vif que montra l’évêque Henri pour le milieu de la réforme monastique143.

  • 144 Cantatorium, ch. 28, p. 86. – Laurent de Liège, ibid. – Lambert de Hersfeld, ibid. (Vertunensem ca (...)

65Henri était archidiacre de Verdun lorsque le siège épiscopal de Liège se trouva vacant par la mort de l’évêque Théoduin144.

  • 145 Les sources principales sont la Chronique de Saint-Hubert ou Cantatorium et les Annales de Lambert (...)

66L’abondance relative des sources nous donne les moyens de connaître, de façon détaillée, l’élection liégeoise de 1075145.

  • 146 Cantatorium, ch. 28, p. 86-87.
  • 147 Lambert de Hersfeld, Annales, p. 225. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., p. 495 : c’est évide (...)
  • 148 La désignation se fit d’autant plus facilement que les Liégeois n’étaient pas parvenus à s’entendr (...)

67Le duc de Basse-Lotharingie Godefroid le Bossu, qui séjournait à la cour impériale au moment du décès de Théoduin, avait obtenu le privilège de « présenter » au roi le candidat au siège épiscopal de Liège146. Henri IV, à vrai dire, s’était trouvé dans l’impossibilité de refuser la requête que le duc lui avait adressée. La lutte que menait le roi contre les Saxons venait d’entrer dans une phase décisive et l’aide militaire de la Lotharingie lui était beaucoup trop précieuse pour qu’il dédaignât les démarches du Bossu147. Le duc s’empressa donc d’appeler à ses côtés l’archidiacre Henri de Verdun, son parent, et lorsque la délégation liégeoise, conduite par l’abbé Thierry de Saint-Hubert, se présenta devant le souverain, on lui donna Henri comme évêque148.

  • 149 « dignaretur rex, ut est ejus donationis agende, pro tribunali şedere, et vocatis Leodiensibus epi (...)

68Godefroid le Bossu s’est donc trouvé en situation d’exercer sur le roi une forme de chantage qui lui a permis, en faisant élire un parent, de placer l’évêché de Liège sous son contrôle. Cependant, bien qu’il use au profit d’un autre de son pouvoir de désigner l’évêque, le roi entend bien ne pas renoncer à ses prérogatives : en matière d’élection épiscopale, c’est toujours la volonté royale qui prédomine149.

  • 150 La meilleure étude d’ensemble sur ce personnage est la notice de H. Pirenne, Otbert, dans B.N., t. (...)
  • 151 Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 9, p. 149-150 (le livre IX fut écri (...)
  • 152 Le fait que Henri était soutenu par Otton, fils du comte Gislebert de Duras (Raoul, ibid.) n’exclu (...)

69Il est irritant de ne pouvoir établir de façon précise l’origine de celui qui fut une des plus intéressantes figures de l’épiscopat liégeois des xie et xiie siècles. Sans doute l’évêque Otbert (1091-1119)150 était-il originaire du diocèse de Liège. Il était apparenté (consanguineus) à Henri, fils d’un vassal de l’abbaye de Saint-Trond nommé Louis151. Quelle était la condition sociale de cet Henri ? Noble probablement, mais il n’est pas exclu cependant qu’il soit un ministerialis de l’abbaye152. L’origine de notre évêque est donc loin d’être éclaircie.

  • 153 II s’agit bien, comme le précise la charte, d’Albert II, époux de Régelinde, et non pas de leur fi (...)
  • 154 « rei veritatem recognovimus utpote qui tum temporis in contubernio predicti bonae memoriae episco (...)
  • 155 Cantatorium, ch. 68, p. 152. – Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 11, p. 62. – S (...)

70Otbert, semble-t-il, fit partie du chapitre de Saint-Lambert dès l’épiscopat de Théoduin (1048-1075). Dans la charte qu’il délivra en 1107 en faveur du chapitre d’Andenne, il rappelle qu’il fut le témoin du conflit qui avait opposé le comte Albert II de Namur († 1063/ 1064)153 à Théoduin154. Avant l’année 1064, Otbert faisait donc partie de l’entourage de l’évêque et il est probable qu’il était déjà, à ce moment-là, membre du chapitre cathédral. En tant que chanoine de Saint-Lambert, il obtint également la prévôté de la collégiale de Sainte-Croix à Liège155.

  • 156 Comme l’admet Pirenne, Otbert.
  • 157 « vir sagax utiliumque provisor, in negotiis divinis et humanis adprime eruditus » Triumphus sanct (...)

71Il est vraisemblable qu’il fut formé dans les écoles liégeoises156. Ses admirateurs ont loué l’étendue de ses connaissances religieuses et l’habileté dont il faisait preuve tant dans le sacré que dans le profane157.

  • 158 Le chroniqueur de Saint-Hubert, à qui nous devons ce renseignement, dit simplement qu’Otbert fut « (...)
  • 159 Ibid. – Raoul de Saint-Trond, lib. IV, ch. 11, p. 62. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 45, p. 277 (...)

72Convaincu de certains « crimes » sur la nature desquels nous ignorons tout158, Otbert fut condamné à l’exil par l’évêque Henri de Verdun (1075-1091). Bien qu’il se fût réconcilié avec le prélat, Otbert préféra quitter Liège et il se rendit à la cour impériale. Il accompagnera notamment l’empereur dans l’expédition militaire qui s’ébranla vers l’Italie au mois de mars 1090159.

  • 160 Comme l’affirme J. Fleckenstein,, Hofkapelle und Reichsepiskopat unter Heinrich IV., dans Investit (...)
  • 161 Un Herebertus Leodiensis episcopus est mentionné dans une liste des chanoines de Goslar dressée au (...)

73Il est probable qu’Otbert devint membre de la chapelle impériale160 et peut-être même chanoine de Goslar161. De toute manière, c’est sa présence dans l’entourage de Henri IV au moment du décès de Henri de Verdun († 31 mai 1091) qui lui valut de monter sur le siège épiscopal de Liège.

  • 162 Cfr Gebhardt, t. i, p. 347-348.
  • 163 Ibid. – A. Becker, Papst Urban II. (1088-1099), t. i, Stuttgart, 1964, p. 125-132. La chance de He (...)
  • 164 Voir les textes publiés par L. Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensy (...)
  • 165 « sine electione ecclesiastica de manu regis episcopatum extorsit ». Cantatorium, ch. 69, p. 155, (...)

74Henri IV était alors au faîte de sa puissance. Il avait vaincu l’opposition dans le royaume de Germanie162 et, jusqu’à présent, sa campagne d’Italie n’avait pas encore connu d’échecs163. À l’encontre des décisions conciliaires, qui s’évertuaient à condamner l’investiture laïque164, il attribua donc l’évêché de Liège à Otbert. L’élu reçut l’église « de la main royale, sans élection ecclésiastique », c’est-à-dire sans la participation du clerus et du populus165.

  • 166 L’opposition à Otbert prit seulement naissance après qu’il eût, au lendemain de sa consécration, d (...)
  • 167 Henri IV avait été excommunié, pour la seconde fois, par Grégoire VII, le 7 mars 1080.

75Liège accepta sans broncher le candidat impérial166. Cette attitude docile en dit long sur l’état d’esprit qui régnait dans le diocèse : bien qu’il fût excommunié, l’empereur Henri IV y avait gardé un grand prestige167.

76Connaissant bien le pays, connu de l’empereur, Otbert était donc apparu comme le candidat idéal. Les événements prouvèrent que le choix était judicieux. Le clerc entreprenant et habile auquel on venait de confier l’église liégeoise, devait donner la preuve de son efficacité et témoigner à son maître une fidélité inflexible.

***

77Avec l’élection d’Otbert, s’achève la longue période au cours de laquelle les souverains germaniques se sont réservé l’attribution du siège épiscopal de Liège. Depuis le rattachement de la Lotharingie au royaume de l’Est jusqu’en 1091, nous ne connaissons qu’une seule élection faite contre la volonté royale : celle de Baldéric Ier en 955.

78La succession d’Otbert s’ouvre le 31 janvier 1119 et s’achève vers la fin de l’année 1122. Étroitement liée aux événements qui devaient aboutir à la conclusion du Concordat de Worms (23 septembre 1122), elle va se résoudre selon les principes mêmes de ce compromis. À la mort d’Otbert une page est tournée.

  • 168 Ce sont : Baldéric II (1008), Wolbodon (1018), Durand (1021), Théoduin (1048) et Otbert (1091).
  • 169 Nithard (1037/1038) et Wazon (1042).
  • 170 Réginard (1025). C’est, du moins, ce que nous croyons avoir démontré.
  • 171 Henri de Verdun (1075).

79Cinq des neuf évêques qui occupèrent le siège épiscopal liégeois dans le courant du xie siècle, furent incontestablement désignés par l’empereur168, deux ont été proposés par le clerus et le populus169 , un par l’archevêque de Cologne170 et un autre par le duc de Lotharingie171. Jamais, cependant, le souverain ne laisse à d’autres l’entière responsabilité du choix. La décision lui appartient.

  • 172 Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 208-223. – Vogt, Konrad II. im Vergleich zu Heinrich II. u (...)

80Baldéric II (1008) et Wolbodon (1018) furent chapelains à la cour impériale, Durand (1021) et Otbert (1091) le furent probablement. L’empereur Henri II (1002-1024) avait renforcé le contrôle qu’il exerçait sur l’Église germanique en multipliant les rapports entre sa chapelle et son épiscopat172. Les élections liégeoises reflètent parfaitement la politique ecclésiastique de cet empereur.

  • 173 Fleckenstein, p. 223-230. – Vogt, p. 21-27.
  • 174 Wazon ne fut chapelain que quelques mois et son séjour à la Hofkapelle, semble-t-il, ne fut pas pr (...)

81Conrad II (1024-1039) devait marcher dans la même voie. Cependant, il montra moins de fermeté et laissa aux églises une plus grande liberté d’action173. À Liège, en tout cas, le contraste est frappant. La période des chapelains-évêques y prend pratiquement fin à la mort de Henri II174. Les successeurs de Durand — à l’exception d’Otbert, semble-t-il— seront choisis en dehors de la chapelle. Réginard (1025), issu de l’entourage de l’archevêque de Cologne, a été élu pendant les années difficiles au cours desquelles le nouveau roi Conrad II mettait son pouvoir en place, quant à Nithard (1037/1038), membre du chapitre cathédral de Saint-Lambert, il a été désigné par le roi à la prière de l’église liégeoise.

  • 175 Fleckenstein, t. ii, p. 287-297. – Vogt, p. 41-44.
  • 176 Fleckenstein, p. 292 sv. – Vogt, p. 46-61. – En outre, la candidature de Wazon était soutenue par (...)

82Bien qu’on assiste, sous Henri III (1039-1056), à la recrudescence de l’autorité du roi sur l’Église germanique175, la requête des Liégeois qui demandaient qu’on leur donnât le prévôt Wazon pour évêque (1042) fut finalement reçue. Non pas en raison du bref séjour que le candidat avait fait à la chapelle de Conrad II, mais, plus probablement, parce que le prévôt de Liège était entièrement gagné aux principes de la Réforme dont le roi Henri III lui-même était tout imprégné176. Toutefois, c’est seulement en 1048 que l’emprise de cet empereur sur l’église liégeoise se manifesta en pleine lumière par la désignation de Théoduin qui était peut-être un parent du souverain.

  • 177 J. Fleckenstein, Heinrich IV. und der deutsche Episkopat in den Anfängen des Investiturstreites, d (...)

83Henri III veilla constamment à confier les églises de son royaume à des hommes de grande valeur et c’est de cette manière qu’il s’était assuré l’appui des milieux réformistes. Son fils Henri IV (1056-1106) exigea surtout de ses évêques qu’ils lui fussent fidèles et il se soucia beaucoup moins de leurs qualités religieuses, morales et politiques. La médiocrité relative de l’épiscopat de Henri IV eut pour effet de multiplier les protestations du clergé local et, par conséquent, d’affaiblir l’influence du roi sur l’Église germanique. C’est seulement à partir de 1080, lorsqu’il eut pris conscience de la gravité de la situation, que le roi s’efforça de relever le niveau de l’épiscopat177.

84À Liège, la situation apparaît sous un jour un peu différent. Henri de Verdun (1075), gagné aux idées de la Réforme, ne prêta jamais le flanc à la critique et son successeur Otbert (1091), homme instruit, habile et audacieux, est sans conteste une des figures les plus remarquables de l’épiscopat liégeois. Nous noterons cependant, que les qualités de Henri de Verdun, qui étaient grandes, jouèrent un rôle secondaire au moment de son élection. On se souvient qu’en vertu d’un accord conclu entre le duc de Basse-Lotharingie et le roi, ce dernier attribua simplement l’évêché au candidat que lui présentait Godefroid le Bossu. C’est au duc et non pas au roi que revient donc le mérite du choix.

  • 178 Le cas d’Otbert, par exemple, nous paraît insoluble. — Sur ces questions, voir aussi : W. Pelster, (...)
  • 179 A. Schulte, Der Adel und die deutsche Kirche im Mittelalter, p. 61-73. – Lippelt, Thietmar von Mer (...)

85Au xie siècle, pour autant que nous puissions le savoir178, l’évêque est d’origine noble ou, du moins, de condition libre. Baldéric II et Henri de Verdun appartiennent même à des familles comtales. La situation à Liège, à ce point de vue, ne diffère en rien de celle de toute l’Église germanique179. L’évêque Durand, né dans la servitude, fait figure d’exception et l’étonnement que son arrivée au pouvoir suscita montre à quel point l’élévation d’un ancien serf à l’épiscopat était inattendue.

  • 180 Baldéric II (1008), Durand (1021), Nithard (1037/1038), Wazon (1042) et Otbert (1091).
  • 181 Wolbodon (1018), Réginard (1025), Henri de Verdun (1075).

86Cinq évêques sur neuf sont originaires du diocèse de Liège180, trois autres proviennent de la Lotharingie181 un seul, Théoduin de Bavière, est tout à fait étranger à nos régions.

87Devrons-nous voir dans le caractère autochtone de l’épiscopat liégeois le résultat d’une influence occulte de l’aristocratie locale et, partant, un signe de la faiblesse du pouvoir royal ?

  • 182 Sur ce point, voir les remarques de Th. Schieffer, Ein deutscher Bischof des 11. Jahrhunderts : Ge (...)

88L’installation d’un étranger sur un siège épiscopal est généralement l’indice d’une intervention déterminante du roi. Mais l’inverse ne nous paraît pas évident182.

  • 183 P. Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 21-22.

89Les prescriptions canoniques ne recommandaient-elles pas qu’on choisisse le nouveau prélat au sein même de l’église en veuvage183 ? Par ailleurs, le fait d’être étranger à son diocèse était source de difficultés. Certes, dans ce cas, la fidélité au roi s’en trouvait renforcée puisqu’en dehors de lui l’évêque fraîchement investi ne trouvait personne sur qui s’appuyer. Néanmoins, dans une société où la cohésion des parentèles et des goupes était, pour ainsi dire, érigée en institution, mieux valait sans doute disposer au départ de quelques alliés dans la place et connaître au préalable son église et ses ouailles.

  • 184 Il abandonne l’abbaye de Lobbes à son oncle Régnier III : Folcuin, Gesta abb. Lob., ch. 26, M.G.H. (...)

90Placé à la tête du diocèse, un membre de l’aristocratie régionale était enclin, sans doute, à laisser participer son lignage aux avantages offerts par une aussi belle position. Ainsi, Baldéric Ier (955-959) que sa parentèle, d’ailleurs, avait porté au pouvoir184.

  • 185 Anselme, Gesta episc. Leod., ch. 31, M.G.H., SS., t. vii, p. 206. – Vita Balderici, ch. 5, M.G.H., (...)
  • 186 À la demande de l’évêque Baldéric, son parent, le comte Arnoul de Valenciennes (cfr ci-dessus, n. (...)
  • 187 Le chroniqueur Anselme fait à propos de Baldéric II, cette remarque significative : « licet excres (...)

91Cependant, les événements prouvent qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Au contraire, une église pouvait retirer maints profits des liens familiaux qui unissaient son évêque à l’aristocratie du diocèse. Tout dépendait de l’esprit dans lequel le prélat envisageait sa mission, en d’autres termes, tout dépendait de l’homme que le roi avait choisi. L’exemple de Baldéric II (1008-1018), à ce point de vue, est éloquent. En effet, c’est grâce aux largesses de cet évêque et de sa parentèle que l’église liégeoise devait acquérir l’abbaye de Florennes185 et les domaines de Visé186 et de Pannerden187.

92Aussi longtemps que le roi sera en mesure de choisir lui-même ses évêques, l’origine locale des candidats ne laissera préjuger en rien de leur fidélité à leur maître.

§ 3. Les évêques du xiie siècle

  • 188 Cfr F. Rousseau, Actes des comtes de Namur de la première race..., Bruxelles, 1936, p. xciv-xcvi, (...)
  • 189 Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici..., ch. 5, M.G.H., SS., t. xii, p. 504.
  • 190 Dans une charte épiscopale : A.E.L., Coll. Sainte-Croix, n° 5, f° 146 v°. – Cfr E. Poncelet, Inven (...)
  • 191 de Marneffe, A.H.E.B., t. xxv, p. 442 (les deux chartes de Saint-Laurent citées aux dates 1092 et (...)
  • 192 Cantatorium, ch. 77, p. 184-186. – Gilles d’Orval, Gesta episc. Leod., lib. III, ch. 15, p. 91-92 (...)
  • 193 En 1107, Otbert restitue à la collégiale namuroise d’Andenne les privilèges que l’évêque Théoduin (...)

93Frédéric (1119-1121), successeur d’Otbert, était le fils du comte Albert III de Namur (1063/1064-1102) et d’Ida, veuve du duc de Basse-Lotharingie Frédéric de Luxembourg († 1065)188. Envoyé dans les écoles de Liège dès son plus jeune âge, Frédéric de Namur devint chanoine puis archidiacre et prévôt du chapitre de Saint-Lambert189. Il est revêtu de ces deux dernières dignités dès 1095190. Son prédécesseur à la prévôté de la cathédrale, Théoduin, étant mentionné jusqu’en 1092191 c’est donc sous l’épiscopat d’Otbert, entre 1092 et 1095 que Frédéric de Namur devint prévôt. Or ce détail n’est pas dépourvu d’intérêt. En 1095/1096, semble-t-il, éclata le conflit relatif au comté de Brugeron entre le comte de Louvain et l’évêque Otbert. À cette occasion, le prélat fit appel au comte de Namur et c’est à lui qu’il devait, en 1099, céder le Brugeron en fief192. Nous pouvons raisonnablement nous demander si l’élévation de Frédéric à la prévôté n’est pas liée à ces événements et si elle n’est pas en rapport avec la politique namuroise de l’évêque Otbert193.

  • 194 Cantatorium, ch. 89, p. 221, 225-226.
  • 195 Ils interviennent conjointement à Saint-Hubert. – Avant de partir en Terre Sainte, Frédéric se con (...)

94Au cours de la Querelle des investitures, le prévôt Frédéric de Namur avait adopté une position assez modérée. À deux reprises, on le vit jouer un rôle de conciliateur dans les relations très tendues qui existaient entre le chef du diocèse et l’abbaye de Saint-Hubert194. Frédéric vécut également en bons termes avec l’abbé Bérenger de Saint-Laurent (1077-1116) dont on sait qu’il fut un grégorien modéré195 . Ces faits permettent d’expliquer la raison pour laquelle cet ancien collaborateur d’Otbert put devenir, après le décès de son maître, le candidat du parti « pontifical ».

  • 196 L’élection de Frédéric de Namur et celle de son successeur, Albéron Ier, sont étroitement liées à (...)
  • 197 Nizon le nomme simplement « Henricus fons huius seditionis » (ch. 2, p. 502). Il s’agit fort proba (...)
  • 198 Nous verrons que le prévôt de Saint-Lambert votait en premier lieu. – L’accusation portée contre F (...)
  • 199 Nous parlerons des antécédents de ce personnage dans le paragraphe consacré à son élection au sièg (...)
  • 200 Nizon, Vita Friderici, ch. 2-3, p. 502-503. – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 3, p. 192. (...)

95Otbert étant mort le 31 janvier 1119, le clerus et le populus se rassemblèrent en vue d’élire le successeur de l’évêque défunt196. Bientôt, cependant, la confusion s’installa dans l’assemblée et un certain Henri, qui doit être l’archidiacre Henri de Montaigu197, fit citer le prévôt Frédéric de Namur par l’archevêque de Cologne. Cette manœuvre habile visait à éloigner pour un moment le prévôt de Saint-Lambert car son rôle dans l’élection épiscopale était très important198. L’archidiacre Alexandre, un des principaux dignitaires de l’église liégeoise199, en profita pour circonvenir plusieurs grands personnages de l’assemblée électorale (primates senatus) et s’assurer de leur appui. Il se rendit auprès de l’empereur Henri V, qui était alors en état d’excommunication, et il se fit attribuer l’évêché. Accompagné par le duc de Basse-Lotharingie Godefroid de Louvain et ses hommes d’armes, Alexandre prit possession de la Cité épiscopale200.

  • 201 Nizon, ch. 4, p. 503-504. – Lettre de l’archevêque de Cologne au clergé de Liège, éd. G. Kurth, An (...)

96L’archevêque de Cologne, Frédéric Ier (1100-1131) excommunia Alexandre et convoqua les principaux dignitaires du diocèse de Liège. Les accusations portées contre le grand prévôt de Liège furent rejetées et, le 23 avril 1119 semble-t-il, on procédait à Cologne même à une nouvelle élection qui porta Frédéric de Namur sur le siège épiscopal201.

  • 202 Nizon, ch. 5, p. 504. – Gesta abb. Trud., lib. XI, ch. 3-4, p. 193. – Annales sancti Jacobi, pars (...)

97Contrairement à l’usage, l’archevêque différa la consécration de l’élu et renonça, pour l’heure, à exercer ses prérogatives. Il les abandonna au pape Calixte II (1119-1124) qui consacra lui-même Frédéric pendant le concile de Reims, le dimanche 26 octobre 1119. L’excommunication qui frappait Alexandre fut renouvelée202.

  • 203 L’évêque de Liège Richer (920-945) avait été consacré par le pape.
  • 204 La sentence d’excommunication fut prononcée le 30 octobre 1119. L’archidiacre Alexandre ne figure (...)
  • 205 Knipping, t. II, n° 162, p. 24, n° 166, p. 25.
  • 206 « electus ex sententia totius cleri ac populi » Nizon, ch. 5, p. 504.

98L’évêque de Liège consacré par le pape ! C’est un événement dont, depuis deux siècles, on n’avait plus connu d’exemple203. Il est lourd de signification. En 1119, en effet, la tentative de rapprochement entre la curie romaine et la cour impériale — tentative qui aurait dû aboutir le 24 octobre lors d’une entrevue à Mouzon — venait précisément d’échouer et le pape avait réaffirmé l’interdiction de l’investiture laïque des évêchés et renouvelé l’excommunication qui frappait Henri V et ses alliés204. Quant à l’archevêque de Cologne, il avait quitté le camp de l’empereur pour faire acte de soumission au pape205. Dès lors, la consécration du successeur d’Otbert par le souverain pontife, à l’issue d’une élection canonique clero et populo206 était incontestablement une victoire morale de la papauté.

  • 207 Nizon, ch. 6, p. 504-505. – Gesta abb. Trud., lib. XI, ch. 3-6, p. 193-195, ch. 9, p. 197-198. – A (...)

99Sur le terrain, cependant, Frédéric de Namur n’était pas encore sur le point de maîtriser ses adversaires. Son rival Alexandre, allié au duc Godefroid et au comte Lambert de Montaigu, s’empara du château de Huy. L’évêque et son frère le comte Godefroid de Namur le délogèrent de cette importante place forte puis repoussèrent les armées du duc qui ravageaient les terres liégeoises et namuroises. Finalement Alexandre se trouva dans l’obligation de se soumettre207. À peine maître de la situation l’évêque Frédéric mourait dans des circonstances fort obscures, le 27 mai 1121.

  • 208 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 4, p. 193-194.

100Le chroniqueur de l’abbaye de Saint-Trond a soigneusement dressé la liste des antagonistes. Il convient de s’arrêter quelques instants sur ce document fort instructif208.

  • 209 Comte de Duras en Hesbaye (Limbourg, Hasselt, Saint-Trond) et sous-avoué de l’abbaye de Saint-Tron (...)
  • 210 « Leodiensis militiae signifer ». Sur ce personnage et ses attributions cfr C. Godefroid, L’avouer (...)
  • 211 Comte de Montaigu (Luxembourg, Marche-en-Famenne, Rendeux) et de Clermont (Liège, Huy, Engis), sei (...)
  • 212 « paene tota familia aecclesiae cum suis viribus ».
  • 213 En dehors du comte Arnoul Ier de Looz qui se tint à l’écart des hostilités tout en marquant sa pré (...)

101Sont rangés dans le camp des « Alexandrins » (Alexandrini) le duc de Lotharingie Godefroid de Louvain avec tous les « siens », — c’est-à-dire l’ensemble de ses vassaux, — le comte Gislebert de Duras209, l’avoué de Hesbaye Renier210, le comte Lambert de Montaigu211 et presque toute la familia de l’église liégeoise dont la puissance militaire était considérable212. Alexandre était également soutenu par la bourgeoisie de Saint-Trond, si bien que le chroniqueur pouvait conclure que dans tout le Brabant et dans toute la Hesbaye il ne se trouvait pas un « prince », pas un « seigneur » qui ne fût point favorable à l’archidiacre213. Les « Alexandrins », enfin, se posaient en défenseurs de la « majesté royale ».

  • 214 Seigneur de Heinsberg (Allem, occid., Rhénanie-du-Nord – Westphalie) et de Fauquemont ou Valkenbur (...)
  • 215 Sur ce point, les affirmations du chroniqueur de Saint-Trond sont confirmées par le témoignage du (...)
  • 216 Nizon, ch. 6, p. 504. – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 9, p. 198.

102Leurs adversaires, les « Frédérins » (Frederini), regroupaient autour du comte Godefroid de Namur et d’une partie des « siens », le comte Waleran de Limbourg, Gosuin de Fauquemont214, presque toute la Cité de Liège, les abbés du diocèse, la plupart des archidiacres et des prévôts, la majeure partie du clergé215 et la bourgeoisie de Huy216. Soumis à l’autorité spirituelle de Rome (Romana obedientia) les « Frédérins » admettent que l’empereur Henri V, son candidat à l’évêché de Liège et tous les leurs sont des excommuniés qu’il faut fuir.

  • 217 Bonenfant, La Basse-Lotharingie, p. 102-104. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. II, (...)
  • 218 Triumphus S. Lamberti in Steppes, ch. 9, 11, M.G.H., SS., t. xxv, p. 181, 183 (source de la premiè (...)
  • 219 « magister militiae Lotharingiae » Triumphus sancti Remacli, lib. I,. ch. 13, M.G.H., SS., t. xi, (...)
  • 220 E. Schoolmeesters, Tableau des archidiacres du diocèse de Liège pendant le xiie siècle, Leodium, t (...)
  • 221 Nous reviendrons sur cette question lorsque nous essayerons d’établir l’origine d’Alexandre consid (...)
  • 222 Nizon, ch. 6, p. 504-505.
  • 223 L’archidiacre Henri, frère de Lambert, était un « Alexandrin » convaincu. Cfr ci-dessus, n. 197.
  • 224 À une date qui n’est pas fixée, Godefroid de Montaigu épousa Julienne de Duras. Cfr Roland, Les se (...)

103Cette répartition est remarquable. À la tête des « Alexandrins » on voit Godefroid de Louvain, qui agit ici, comme l’a très bien montré Bonenfant, en tant que duc de Basse-Lotharingie : il est là pour défendre les intérêts impériaux217. Cette interprétation est peut-être confirmée par la présence, aux côtés de Godefroid, de l’avoué de Hesbaye Renier, — « porte-étendard de la milice liégeoise », — et de toute la familia militaire de l’église de Liège. Si Renier et ses guerriers, — qui étaient solidement implantés dans la région hesbignonne218, — ont mis leurs armes au service du duc n’est-ce pas, notamment, en raison des prérogatives de ce dernier qui était le chef suprême de l’armée lotharingienne219 ? Quoi qu’il en soit, il n’est pas interdit de penser que l’aide apportée à l’archidiacre Alexandre par la ville de Saint-Trond et par les lignages de Hesbaye, est liée en partie à l’origine du candidat qui se trouvait, au moment de son élection, à la tête de l’archidiaconé de Hesbaye220. Par ailleurs, il est possible qu’Alexandre ait été apparenté aux Duras221. En ce qui concerne Gislebert de Duras, c’est peut-être le voisinage du duc, dont la terre était proche, qui pesa le plus lourdement dans la balance. Bien qu’il fût le vassal du comte de Namu222, Lambert de Montaigu avait pris fait et cause pour Alexandre223. Mais il est probable que Lambert ait été attaché à Gislebert de Duras par des liens assez étroits : on sait en effet que le fils du premier s’est marié avec la petite-fille du second224. Pour le sire de Montaigu, la solidarité du lignage se serait donc montrée plus forte que le lien féodal.

  • 225 Ce n’était pas la première fois que les maisons de Namur et de Louvain se trouvaient dans des camp (...)
  • 226 En 1106 : Möhr, op. cit., t. ii, p. 75-77.
  • 227 En 1095/1096 : « comite [Lovacensi] ipsam civitatem frequentibus assultibus impetente » Cantatoriu (...)
  • 228 « suburbana Hoyi Frederico magis favebant quam Alexandro ». Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, c (...)
  • 229 Ceci n’est qu’une conjecture. D’autres raisons, que nous ne voyons pas, ont pu déterminer l’attitu (...)
  • 230 Sur ces événements bien connus cfr Meyer von Knonau, op. cit., t. v, 1904, p. 290-315.

104Qu’en est-il des « Frédérins » ? En soutenant la cause de son frère, le comte Godefroid de Namur défend évidemment ses propres intérêts225. Waleran de Limbourg pouvait difficilement choisir un autre camp, puisque son père Henri avait jadis été dépouillé de ses fonctions ducales au profit de Godefroid de Louvain226. Les bourgeois de Liège se souvenaient peut-être des attaques que, vingt ans plus tôt, Godefroid avait portées contre leur Cité227. Ils s’allièrent donc aux adversaires du duc. Quant aux Hutois, installés aux portes du Namurois, ils se sentaient « plus portés vers Frédéric que vers Alexandre »228. Gosuin de Heinsberg-Fauquemont, bien placé pour subir l’influence de l’archevêque Frédéric de Cologne ou de Waleran de Limbourg229 fait également partie du groupe des « Frédérins ». Enfin, il semble bien, à lire la chronique de Saint-Trond, que la majorité du clergé du diocèse ait été favorable à Frédéric. Comment expliquer un pareil retournement de situation dans un diocèse qui avait été, sous Otbert, un défenseur ardent de la cause impériale ? En 1106, en effet, les Liégeois, au mépris des risques énormes que leur attitude comportait, avaient accueilli dans la Cité l’empereur Henri IV détrôné par son fils et excommunié par le pape230.

  • 231 Sources principales : Cantatorium, ch. 97, p. 252-253. – Chronica regia, éd. Waitz, p. 43-45. — Li (...)
  • 232 L’empereur est commémoré dans l’Obituaire de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, A.E.L., Cathédr (...)
  • 233 « Ea tempestate rem publicam gubernabat Heinrici IV. impia proles Heinricus, qui Absalon exemplo p (...)
  • 234 Nous interprétons de cette manière ce passage de la Chronique de Saint-Trond écrite, notons-le, pa (...)

105Même si les « Frédérins » dirigés de loin par l’archevêque de Cologne soutenaient la cause du pape, il ne faut pas oublier que leur candidat au siège épiscopal de Liège était un modéré qui, de surcroît, avait passé le plus clair de sa vie au service d’Otbert. D’autre part, le duc Henri Ier de Lotharingie, son fils Waleran de Limbourg et le comte Godefroid de Namur étaient restés fidèles à Henri IV, jusqu’à sa mort survenue à Liège le 7 août 1106. Avec l’aide des milices urbaines de Liège ils avaient même infligé au roi Henri V une défaite militaire retentissante près du pont de Visé, le 22 mars 1106231. Les « Frédérins » étaient donc, pour l’essentiel, d’anciens partisans de l’empereur Henri IV qui s’étaient retrouvés, au décès de ce dernier, dans le camp des vaincus. N’est-il pas significatif que la mémoire de Henri IV — excommunié pourtant — continuât d’être pieusement vénérée à Liège232, alors que son fils Henri V, — ce nouvel Absalon, — gardait la réputation d’avoir trahi son père233. Cela étant, nous comprenons mieux pourquoi une grande partie du clergé s’était écartée de Henri V et de l’archidiacre Alexandre pour rallier le parti pontifical et son candidat le prévôt Frédéric. Assez paradoxalement le groupe des adeptes de l’Église romaine fut donc renforcé par les derniers fidèles de Henri IV ! L’élection de Frédéric de Namur — à laquelle certains participèrent bon gré mal gré234 — ne fut pas, à proprement parler, une victoire des « réformistes » : elle est davantage celle des modérés, même si, pour les besoins de la cause, l’archevêque de Cologne a voulu donner à cet événement une signification particulière en faisant consacrer l’élu de Liège par le pape en personne.

  • 235 Les derniers temps, p. 336-342, 346-348.
  • 236 Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, p. 141.

106Ce sont bien des questions de principe qui divisent les antagonistes. E. de Moreau n’a pas eu tort de le souligner235. Ce serait beaucoup trop réduire la portée des événements, de les considérer, par exemple, comme une simple phase de la rivalité entre la maison de Louvain et celle de Limbourg pour la possession du duché de Lotharingie236. Mais nous sommes persuadé que l’ambition ou la rancœur ont pu déterminer la présence de certains antagonistes dans tel ou tel camp et qu’elles ont durci la lutte. Enfin, il est possible qu’une importante fraction des « Frédérins », — où nous avons retrouvé d’anciens fidèles de Henri IV, — cherchait à lutter contre Henri V plutôt qu’elle ne voulait se battre pour le pape.

107Le décès de Frédéric de Namur († 27 mai 1121) devait tout remettre en question.

  • 237 « qui de Frederinis intererant silentio magis quam corde aut ore assentiebant ». Cfr Gesta abb. Tr (...)

108Avec l’aide du duc Godefroid, l’archidiacre Alexandre se fit élire par l’assemblée du clerus et du populus. Les « Frédérins » ne s’opposèrent pas à cette élection. Leur attitude, qui peut paraître surprenante, n’est pas en contradiction avec l’état d’esprit du clergé liégeois où les modérés étaient assez nombreux237.

  • 238 Voir les sources citées n. préc.

109Finalement, une assemblée convoquée par l’archevêque de Cologne à Cornelimünster pour le 2 septembre 1121, à laquelle les « Alexandrins » furent conviés, força l’archidiacre Alexandre à renoncer à toute prétention sur l’évêché de Liège238.

  • 239 L’archidiacre Alexandre, une fois encore, tenta d’obtenir l’évêché. Raoul de Saint-Trond, abbé de (...)

110Une année entière s’écoula avant que l’on ne désignât le successeur de Frédéric de Namur. Le nom d’Albéron de Louvain était déjà sur les lèvres le jour où l’on apprit que, le 23 septembre 1122, à Worms, le pape et l’empereur s’étaient réconciliés239.

  • 240 Sur ce texte, voir P. Classen, Das Wormser Konkordat in der deutschen Verfassungsgeschichte, dans (...)

111Le Concordat de Worms est un compromis. Le pape Calixte II et l’empereur Henri V ont consigné dans des documents séparés les concessions qu’ils se faisaient mutuellement240.

  • 241 Constitutiones, t. i, n° 107, p. 159-160.
  • 242 Ibid., n° 108, p. 160-161 et mieux dans A. Hofmeister, Das Wormser Konkordat..., réimpr., Darmstad (...)

112Henri abandonnait à Dieu et aux saints apôtres Pierre et Paul l’investiture par l’anneau et par la crosse et permettait que l’on procédât désormais, dans les églises de l’Empire, à des élections canoniques et des consécrations libres241. En échange, Calixte accordait à Henri le droit d’assister aux élections épiscopales du royaume de Germanie. Elles devront se dérouler sans simonie et sans violence. En cas de discorde entre les électeurs, le roi, avec le conseil et par le jugement du métropolitain et des suffragants, pourra donner son appui à la sanior pars. Puis, l’élu recevra les régales par le sceptre avant d’être consacré242. L’élection du successeur de Frédéric de Namur fut une des premières applications de cet accord.

  • 243 Gesta abb. Trud., ibid. – Annales Sancti Disibodi, M.G.H., SS., t. xvii, p. 23 (écrites après 1125 (...)
  • 244 Gesta abbat. Trud., ibid. – Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 378 (...)
  • 245 Comme le prouve une charte originale inédite de l’évêque Albéron Ier en faveur de cette collégiale (...)
  • 246 Sur ce personnage, cfr J. Halkin, Albéron Ier, évêque de Liège, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 32 (...)

113Albéron était le frère du duc Godefroid de Lotharingie243. Primicier de l’église cathédrale de Metz244 et prévôt de la collégiale de Saint-Sauveur dans cette même ville245, il n’appartenait donc pas au clergé liégeois246.

  • 247 Entre la renonciation d’Alexandre (septembre 1121) et l’élection d’Albéron Ier (1122, après le 23 (...)
  • 248 Gesta abbat. Trud., ibid. – Annales Rodenses, éd. Boeren et Panhuysen, p. 54 (1121).

114Conformément aux dispositions prévues par le Concordat de Worms247, Albéron fut élu « par le commun conseil de tous » et reçut les régales des mains de l’empereur avant d’être consacré par l’archevêque de Cologne (1123)248.

  • 249 Bonenfant, op. cit., p. 104 pensait que le Concordat avait provoqué « l’effacement de l’ancien par (...)

115C’est donc un parent très proche du duc Godefroid de Basse-Lotharingie qui monte sur le siège de saint Lambert. Gardons-nous bien, cependant, d’exagérer la portée de cet événement et de parler de victoire des « impériaux ». D’une part, le parti pontifical s’est maintenu après la réconciliation générale249. Il jouera un rôle essentiel en 1128, lors de la succession d’Albéron Ier. D’autre part, il semble bien que les anciens adversaires, à l’instar de l’empereur et du pape, se soient fait des concessions réciproques. Il est vraisemblable, en effet, que le duc Godefroid a renoncé à défendre la cause de l’archidiacre Alexandre et contribué de cette manière à l’apaisement des esprits. Ce point de vue permettrait d’expliquer l’attitude résolument hostile à la maison de Louvain que va prendre Alexandre au lendemain de son arrivée au pouvoir en 1128.

  • 250 Le chroniqueur de Saint-Trond se fait sans doute l’écho de la perplexité des électeurs lorsqu’il é (...)

116Albéron fut choisi parmi les dignitaires ecclésiastiques d’un diocèse voisin. À Liège, pourtant, les hommes capables d’assumer les responsabilités de l’épiscopat ne manquaient certes pas. Songeons, par exemple, au grand-prévôt de la cathédrale, André, qui deviendra, quelques années plus tard, évêque d’Utrecht. Mais ce dont l’église liégeoise avait besoin, elle qui émergeait d’une crise particulièrement grave, c’était d’un candidat susceptible de réunir la quasi totalité des suffrages250. Or, les principales figures du clergé local s’étaient sans doute beaucoup trop compromises dans les querelles de la succession d’Otbert pour se faire élire à l’unanimité.

  • 251 Cfr le texte cité ci-dessus n. 245.
  • 252 « vir simplex et rectus, lenis, pudicus, sine avaritia, bonis moribus, nobilior nobilibus ». Gesta (...)

117Le frère de Godefroid de Louvain était resté tout à fait étranger au conflit et il possédait, en apparence du moins251 de grandes vertus religieuses et morales252. Il avait donc toutes les qualités nécessaires pour plaire à l’empereur, à l’archevêque, au duc et à l’ensemble du clerus et du populus de Liège.

  • 253 Cfr notamment Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, p. 140-142. – de Moreau, Les derniers temps, p. (...)
  • 254 Comme le prouve l’élection de Henri de Verdun en 1075.
  • 255 Cfr ci-dessus n. 201. – Dans sa lettre au clergé de Liège mentionnée à la même n. l’archevêque con (...)
  • 256 A.H.E.B., t. vi, 1869, p. 52 (1121, 27 mai-2 septembre).
  • 257 « ad sedem Coloniensem, cui tam grave intulistis praeiudicium, vos invitamus » Ibid., p. 53. – Cfr (...)
  • 258 Ci-dessus, n. 239.
  • 259 Büttner Erzbischof Adalbert von Mainz, p. 402-403 et n. 43, p. 405-406, 409-410.

118On a dit souvent que la crise liégeoise de 1119-1122 avait ouvert la porte aux ambitions des princes territoriaux mieux aptes, désormais, à contrôler les élections épiscopales253. Nous verrons dans les pages suivantes s’il y a lieu de retenir telle quelle cette affirmation, mais d’ores et déjà nous pouvons constater que l’influence des laïcs n’est pas nouvelle254 et que son importance réelle est très difficile à mesurer. Au vrai, si quelqu’un s’est employé, pendant la crise liégeoise, à faire passer dans ses attributions l’élection de l’évêque, c’est bien l’archevêque de Cologne. En dépit des réticences, il organise l’élection de Frédéric de Namur dans la métropole afin d’en mieux surveiller le déroulement255. Au décès de Frédéric, il revient à la charge. Trop absorbé par les événements de l’Empire, il demande que l’élection soit différée256 et lorsqu’il apprend qu’elle a néanmoins eu lieu, il adresse au clergé liégeois de sévères reproches et il le convoque à Corneli-münster où Alexandre est forcé de renoncer à l’évêché. C’est ainsi que l’archevêque entend laver l’outrage fait à l’église de Cologne257. Il y a mieux : après le Concordat de Worms, l’archevêque qui sent vraisemblablement l’élection liégeoise lui échapper n’hésite pas à appuyer la candidature d’Alexandre dont il venait pourtant d’obtenir la renonciation définitive258 ! En fait, l’attitude de Frédéric de Cologne est semblable à celle de son confrère l’archevêque Adalbert de Mayence (1110-1137), chef de file du parti pontifical dans l’Empire. Lui aussi cherche à contrôler de très près les élections épiscopales à l’intérieur des limites de sa province ecclésiastique259.

  • 260 J. Closon, Alexandre Ier de Juliers, évêque de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, p. 405. – Pelst (...)
  • 261 C’est ce que firent W. Möller, Stamm-Tafeln westdeutscher Adels-Geschlechter im Mittelalter, Darms (...)

119La majorité des historiens qui se sont intéressés de près à la biographie de l’évêque de Liège Alexandre Ier (1128-1135) ont affirmé qu’il était le fils du comte Otton de Juliers260. Nul ne s’est aperçu qu’aucun comte de Juliers des xie et xiie siècles n’a porté le nom d’Otton ! Certains cependant ont relevé la contradiction et l’ont simplement résolue en donnant pour père à l’évêque liégeois le comte Gérard III de Juliers († ca 1126) qui était, chronologiquement du moins, le mieux placé pour jouer le rôle qu’on lui demandait261.

120En réalité, aucune source contemporaine, aucune des sources plus tardives auxquelles il est convenu d’accorder un minimum de confiance, ne nous apportent des informations sur l’origine d’Alexandre.

  • 262 « ly uns fut Alixandre, filh al cuen Lucanoir de Juley » Jean d’Outremeuse, Ly myreur des histors, (...)

121Il faut attendre le xive siècle, pour qu’un chroniqueur liégeois, Jean d’Outremeuse, embarrassé par le silence des documents, succombe à son imagination si féconde et fasse d’Alexandre le fils d’un comte Lucanoir de Juliers qui, bien sûr, n’a jamais existé262.

  • 263 « Item iste Alexander episcopus supradictus fuit frater comitis Juliacensis, ut in quodam Chronico (...)

122Il semble toutefois que la source sur laquelle les historiens ont basé leurs affirmations soit la célèbre compilation de la fin du xve siècle connue sous le nom de Magnum Chronicon Belgicum, selon laquelle Alexandre serait le « frère du comte de Juliers »263.

  • 264 II n’en sera plus de même aux siècles suivants, cfr J. Lejeune, Liège et son Pays, Liège, 1948, p. (...)

123À ce premier bilan, il convient d’ajouter deux constatations surprenantes : d’une part, le rôle inexistant de la maison de Juliers dans l’histoire du diocèse de Liège au xiie siècle264 et, d’autre part, l’absence du comte de Juliers dans le conflit de la succession liégeoise, auquel, comme nous l’avons vu, l’archidiacre Alexandre fut intimement mêlé.

  • 265 Notons que J. Chapeaville (Gesta pontificum Leodiensium, t. II, Liège, 1613), B. Fisen (Sancta Leg (...)

124Il n’en faudra pas davantage pour se convaincre que l’évêque de Liège Alexandre Ier n’était nullement apparenté aux Juliers265.

  • 266 Cfr Schoolmeesters, Tableau des archidiacres... pendant le xiie siècle, p. 140. – Cette « coutume (...)
  • 267 Duras faisait partie du concile de Léau dans l’archidiaconé de Brabant, mais se trouvait à la limi (...)
  • 268 Cfr J.L. Küpper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II (1164-1167), M.A., t. lxxx, 1974, p. 386 (...)

125Nous serions tenté de voir en lui le membre d’un lignage noble du diocèse de Liège. Peut-être était-il originaire de Hesbaye. En effet, les archidiaconés étaient attribués, de préférence, à des chanoines originaires de la région qu’ils avaient pour mission d’administrer266. Or Alexandre était précisément archidiacre de Hesbaye. De surcroît, lorsqu’il voulut, après la mort d’Otbert, monter sur le trône de saint Lambert, il fut appuyé, comme nous l’avons vu, par l’ensemble des lignages hesbignons et, notamment, par le comte Gislebert de Duras267. Une autre coïncidence mérite aussi d’être relevée. Le jour où il succéda à l’évêque Albéron Ier en 1128, Alexandre fut remplacé à la tête de son archidiaconé par un autre Alexandre qui deviendra lui-même évêque de Liège en 1164. Or nous savons qu’Alexandre II était apparenté à la famille noble de Möns et aux comtes de Duras268. Ces rapprochements successifs nous autorisent à supposer que les évêques Alexandre Ier et Alexandre II étaient liés par le sang et qu’ils appartenaient l’un comme l’autre à la noblesse hesbignonne.

  • 269 Charte originale en faveur de l’église Saint-Adalbert de Liège, éd. J. Demarteau, Deuxième note su (...)
  • 270 Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 503. – Gesta abbat. Trud., Cont Ia, lib. XI, ch. 3, p. 192. – de (...)
  • 271 « vir consilio et sapientia clarus, ambitione obscurus » Nizon, ibid. – « vir magnae prudentiae, s (...)
  • 272 Nizon écrit qu’Alexandre était viceepiscopus. Ce « vicariat », qui annonce déjà les fonctions de v (...)

126Alexandre est mentionné pour la première fois dans une charte de 1101. À cette date, il occupe les fonctions d’archidiacre et U est probable qu’il s’agisse déjà, comme ce sera le cas plus tard, de l’archidiaconé de Hesbaye269. Au fil des ans, il ajoute à cette charge les fonctions de coûtre de Saint-Lambert, de prévôt de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin et de « vice-évêque » de Liège270. À la veille du décès d’Otbert, l’archidiacre Alexandre apparaît donc comme le principal collaborateur du prélat. C’est donc sur cet homme doué d’une intelligence brillante271 que l’évêque vieillissant se serait déchargé de ses trop lourdes responsabilités272 .

127Si les premiers efforts de l’archidiacre Alexandre pour s’emparer de l’évêché de Liège nous sont relativement bien connus, rares, par contre, sont les sources qui concernent sa dernière tentative.

  • 273 Voir ci-dessous, annexe I, n. 46, 49-50.

128Albéron Ier mourut le 1er janvier 1128 et le 18 mars suivant Alexandre était consacré par Frédéric de Cologne, son vieil ennemi. Auparavant, vers le mois de février, à Mayence, l’élu avait reçu les régales des mains du roi Lothaire III273.

  • 274 Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XII, ch. 5, p. 213.

129L’attitude de l’archevêque de Cologne étonna. Qui aurait imaginé qu’il consacrerait un jour celui dont il avait si souvent repoussé la candidature274 ?

  • 275 C’est ce qu’affirment deux sources assez tardives : Musée Curtius (Liège), Nécrologe de Neufmousti (...)
  • 276 Knipping, t. ii, n° 244-245, p. 38. – W. Bernhardi, Lothar von Supplinburg, Leipzig, 1879, p. 116, (...)
  • 277 Voir ci-dessus, n. 239. – En 1128, Egbert n’était plus en mesure d’influencer l’archevêque de Colo (...)
  • 278 II semble, comme nous l’avons écrit plus haut, que le duc Godefroid ait finalement renoncé à soute (...)
  • 279 Sur l’attitude de l’archevêque, voir également les remarques de H. Grundmann, Zwei Briefe des Kano (...)

130En fait, la situation de 1128 n’était en rien comparable à celle de 1119-1122. La Querelle des investitures était bel et bien terminée et nous voyons mal, dans ces conditions, comment le métropolitain aurait pu refuser la consécration à son suffragant élu canoniquement275 et investi par le roi, même si, à ce moment-là, les rapports entre le souverain et l’archevêque étaient particulièrement tendus276. Par ailleurs, en 1122, Frédéric de Cologne s’était trouvé sur le point d’abandonner l’évêché de Liège à l’archidiacre Alexandre. Il y avait seulement renoncé sous la pression de Raoul de Saint-Trond, alors abbé de Saint-Pantaléon, et du doyen de la cathédrale de Cologne Egbert277. Il est possible que l’archevêque ait alors voulu opposer au primicier Albéron, candidat du duc, un homme devenu depuis peu l’ennemi de la maison de Louvain278. Quoi qu’il en soit l’attitude adoptée par l’archevêque en 1128 était donc prévisible depuis 1122. Elle ne doit pas nous surprendre279.

131En fait, le vrai problème est de découvrir les raisons qui ont déterminé le « clergé et le peuple » de Liège à porter leurs suffrages sur Alexandre.

  • 280 Annalista Saxo, M.G.H., SS., t. vi, p. 765 (1127). (= Chronica regia Coloniensis, éd. Waitz, p. 65 (...)
  • 281 II semble que l’opposition ait bientôt pris sa revanche en faisant comparaître l’évêque Alexandre, (...)
  • 282 C’est, du moins, ce que l’on pourrait déduire de la lettre d’un certain « frater Meingoz » adressé (...)

132La première d’entre elles serait l’éloignement d’un rival dangereux. En effet, le grand-prévôt André de Saint-Lambert, un « Frédérin » convaincu, bien placé pour succéder à Albéron Ier, s’était installé sur le siège episcopal d’Utrecht en 1127 ou en 112 8280, laissant peut-être le champ libre à l’archidiacre Alexandre. Ce dernier se serait donc trouvé en face d’une opposition affaiblie281 qu’il aurait d’autant plus facilement jugulée qu’une partie du clergé liégeois avait sans doute la hantise du schisme et craignait de voir se renouveler la situation de 1119282.

  • 283 Le point de vue de A. Hauck Kirchengeschichte Deutschlands, t. iv, Leipzig, 1903, p. 149-150, selo (...)
  • 284 Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 70 (1128). – Annales Aquenses, M.G.H., SS., t. xxiv, p. (...)
  • 285 Le « dux Paganus » (Waleran) est témoin du diplôme cité n. 290. – Waleran-Païen était le fils de H (...)
  • 286 C’est l’opinion de Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1141-1142.
  • 287 C’est le point de vue de Bernhardi, op. cit., p. 191 et de Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothrin (...)
  • 288 Lors de son séjour à Aix-la-Chapelle, en janvier 1127, Lothaire III fut littéralement boycotté par (...)

133En second lieu, il est fort vraisemblable que l’élection d’Alexandre Ier soit étroitement liée à la politique lotharingienne de Lothaire III283. C’est en 1128, en effet284, avant le 13 juin285, que le roi déposa le duc Godefroid de Lotharingie et lui donna pour successeur le comte Waleran de Limbourg. Nous ne connaissons pas les raisons qui présidèrent à la décision de Lothaire. Peut-être a-t-il sanctionné par ce moyen un rapprochement opéré entre le duc Godefroid et l’anti-roi Conrad de Staufen, élu le 18 décembre 1127286. À moins que la déposition de Godefroid ne soit liée à l’attitude que le duc avait adoptée dans la succession du comté de Flandre, attitude qui était contraire aux intérêts du roi Lothaire287. Quoi qu’il en soit, nous ne pensons pas trahir la vérité en affirmant que le transfert de la fonction ducale avait essentiellement pour but la restauration de l’autorité royale dans une région où elle était, depuis l’avènement de Lothaire III en 1125, pratiquement inexistante288.

134Le moment était propice. La mort de l’évêque de Liège Albéron Ier (janvier 1128), frère du duc, et l’arrivée au pouvoir d’Alexandre — c’est-à-dire d’un homme évincé jadis par Albéron et hostile, par conséquent, à la maison de Louvain — avaient sensiblement affaibli la position de Godefroid en Lotharingie.

  • 289 En dehors, bien sûr, de l’investiture des régales.
  • 290 Diplôme en faveur de Saint-Servais de Maastricht : M.G.H., DD., Lothar III., n° 12, p. 15.
  • 291 C’est ce que Bernhardi, op. cit., p. 186 et n. 3 avait déjà constaté.
  • 292 Nous donnons de l’élection de Lothaire III une interprétation sommaire. La réalité fut beaucoup pl (...)
  • 293 Sur cette bataille, voir en dernier lieu Gaier, Art et organisation militaires, p. 237-240 et Bone (...)
  • 294 « exducum Lovaniensem Godefridum, regni et imperatoris inimicum propter ducatum, qui abjudicatus f (...)

135La pauvreté de notre documentation nous empêche d’écrire que Lothaire III joua un rôle quelconque dans l’élection d’Alexandre289. Mais il est certain que le nouvel évêque de Liège alla grossir le nombre des partisans du roi : avec les évêques André d’Utrecht et Burchard de Cambrai, le duc Waleran, les comtes Godefroid de Namur et Arnoul de Looz, avec Gosuin de Fauquemont, Alexandre est témoin du diplôme royal délivré dans le palais d’Aix-la-Chapelle le 13 juin 1128290. Tous ces princes, notons-le, sont d’anciens « Frédérins »291. Ils ont, en bonne logique, fait les premiers leur soumission à Lothaire qui avait été porté sur le trône de Germanie par le parti pontifical292. Il est moins normal de retrouver parmi eux celui-là même qui avait donné son nom aux « Alexandrins » ! C’est donc au prix d’un revirement spectaculaire que l’archidiacre Alexandre est finalement parvenu à ses fins. Il ne se fit d’ailleurs pas scrupule de défendre, l’épée au poing, la nouvelle cause qu’il venait d’embrasser : le 7 août 1129, à Wilderen près de Duras, l’évêque de Liège, allié à son ancien ennemi le duc Waleran, écrasait les troupes de son ancien protecteur le comte Godefroid de Louvain293. Ce succès, remporté par le duc légitime et par l’évêque sur un « ennemi public »294, était aussi une victoire du roi.

  • 295 Gebhardt, t. i, p. 368-369.
  • 296 Nous ne partageons donc pas le point de vue de Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, p. 141-142 et (...)

136L’élection d’Alexandre Ier s’inscrit donc dans une manœuvre politique de grande envergure au terme de laquelle Lothaire III, dont le pouvoir, à l’origine, était mal assuré295, est parvenu à rétablir l’autorité royale sur une grande partie de la Basse-Lotharingie. Dans cette élection qui servit si bien les desseins du roi, le rôle des princes territoriaux fut sans doute relégué au second plan296.

  • 297 Cfr annexe I, n. 51-52.
  • 298 L’évêque de Liège n’était pas un partisan de l’antipape Anaclet II (1130-1138) comme le suppose B. (...)
  • 299 C’est en vain que les abbés Wibald de Stavelot et Léon de Lobbes et plusieurs archidiacres de Lièg (...)
  • 300 Comme le prouve le canon 5 du concile : « pro eo quod impetitus de symonia apud sedem apostolicam (...)

137L’évêque Alexandre Ier fut déposé par le pape Innocent II au concile de Pise entre le 30 mai et le 6 juin 1135. Il mourut le 6 juillet suivant297. Cette déposition, semble-t-il, n’avait aucun caractère politique298. Alexandre a été privé de ses fonctions épiscopales parce qu’il avait refusé de comparaître devant le pape pour répondre à des accusations de simonie portées contre lui299 : il fut condamné par contumace300.

  • 301 Cfr annexe I, n. 54.

138Avant le 10 novembre de la même année, son successeur, Albéron II (1135-1145) était élu301.

  • 302 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 15, p. 228-229. – Triumphus sancti Lamberti de castro Bu (...)

139Albéron était archidiacre de Metz. En 1131, il avait succédé dans les fonctions de primicier à un autre Albéron, devenu cette année-là archevêque de Trêves302.

  • 303 Voir le tableau généalogique en annexe III. – La parentèle d’Albéron II a été très bien étudiée pa (...)

140Albéron était le fils du comte Otton de Chiny et d’Adélaïde ou Alice, fille d’Albert III de Namur († 1102) et sœur du comte Godefroid de Namur (1102-1139). Une sœur d’Albéron, Ida, avait épousé l’ex-duc de Basse-Lotharingie Godefroid Ier de Louvain († 1139). Ce qu’il faut retenir du crayon généalogique c’est qu’Albéron était le neveu du comte de Namur et le beau-frère du comte de Louvain303. Toute l’explication de son élection à Liège tient là.

  • 304 « prosapia Namucensi ». Relevons l’expression. Peu importe qu’il soit le fils d’Otton de Chiny. Ce (...)
  • 305 II est écrit que « le fils de la sœur [d’Albéron] était le duc de Louvain ». – En fait l’évêque ét (...)
  • 306 Triumphus, ibid.

141L’auteur anonyme du Triomphe de saint Lambert, dont le témoignage est de grande valeur, écrit qu’Albéron fut élu « par le clergé et par le peuple » et que les électeurs s’étaient montrés fort attentifs au fait que le candidat appartenait à la « lignée namuroise »304 et qu’il était le beau-frère de Godefroid Ier de Louvain305. Leurs forces conjuguées, pense le chroniqueur, pourront un jour pacifier la région, au plus grand profit de l’église liégeoise306.

  • 307 Bernhardi, op. cit., p. 581-582. – Möhr, op. cit., t. ii, p. 84.

142Bernhardi voyait dans Albéron II le candidat de Godefroid de Louvain et il interprétait son élection — ou, plus exactement, son investiture par l’empereur— comme le signe tangible de la réconciliation totale de Lothaire III et de l’ex-duc307.

  • 308 « Qui duo principes genere, possessione, potentia, multitudine Uli praesunt regioni » Triumphus, i (...)
  • 309 Sigeberti Cont. Gemblacensis, M.G.H., SS., t. vi, p. 385 (1136). – Cfr Rousseau, Actes des comtes (...)

143À vrai dire, nous voyons les choses différemment. Notre meilleure source considère Albéron comme un « Namurois » — non pas comme un « Brabançon » — et nous laisse nettement l’impression que les électeurs se sont attachés à trouver un candidat qui puisse plaire à la fois à Godefroid de Namur et à Godefroid de Louvain, c’est-à-dire aux « deux princes qui, par leur race, leurs possessions, leur puissance et la multitude de leurs hommes dominaient la région »308. On peut même pousser plus loin l’analyse. L’élection à Liège du primicier de Metz permettait une fois de plus d’éviter la discorde entre les deux partis qui, depuis la mort d’Otbert, divisaient les Liégeois en deux camps : les « Frédérins » et les « Alexandrins ». Il ne faut pas oublier qu’en 1135 les deux principaux antagonistes, Godefroid de Namur et Godefroid de Louvain, étaient toujours en vie. Il est même probable qu’il y ait eu entre eux, à ce moment-là, une tension assez vive qui se liquida l’année suivante aux cours d’une guerre dont le prétexte fut l’élection abbatiale de Gembloux309. À plus forte raison, n’en seraient-ils pas venus aux mains à l’occasion de l’élection épiscopale de Liège ?

  • 310 Gebhardt, t. i, p. 373-374.

144Si l’hypothèse est exacte, nous pourrons mieux apprécier le poids des circonstances politiques de la Basse-Lotharingie sur l’élection de 1135, qui eut lieu, pourtant, à l’époque où l’empereur Lothaire III se trouvait au faîte de sa puissance310. Comme en 1122, les électeurs ont découvert leur évêque en dehors des limites du diocèse et ils ont choisi un candidat à qui l’on demandait surtout d’être neutre.

  • 311 À l’année 1141, la Sigeb. Cont. Gembl, M.G.H., SS., t. vi, p. 387, indique que la forteresse est a (...)
  • 312 Voir le tableau généalogique en annexe III.
  • 313 Sur ces événements (ca 1132) voir : Laurent de Liège, Gesta episcoporum Virdunensium, ch. 28-31, M (...)

145Enfin, il n’est pas exclu que l’élection d’Albéron II soit liée au malheur qui venait de frapper l’église liégeoise : en 1134, la forteresse de Bouillon, acquise par Otbert au prix de sacrifices énormes, était tombée entre les mains du comte Renaud Ier de Bar311. Dans le Verdunois, la politique d’expansion de ce remuant dynaste était tenue en échec par l’évêque Albéron III de Chiny (1131-1156), oncle de notre Albéron312. Les déboires de Renaud à Verdun expliquent, en partie, sa progression vers le Nord, au détriment du territoire épiscopal liégeois313. En élisant Albéron de Chiny à Liège on a peut-être voulu tisser un nouveau réseau d’alliances avec l’espoir de mettre un terme aux empiétements du comte de Bar.

  • 314 « communibus votis, pari assensu clerus et populus subrogavit sedi Leodien si Alberonem » Triumphu (...)

146En fait, l’élection d’Albéron II, qui correspond parfaitement, dans ses phases successives, au schéma fixé par le Concordat de Worms — élection, investiture et consécration — n’a pas laissé beaucoup de latitude à l’action de l’empereur qui s’est vraisemblablement contenté d’accepter un candidat qui avait recueilli l’unanimité des suffrages314.

  • 315 C.S.L., t. i, n° 37, p. 61-62. – J.L., n° 7733, . 868. – Sur cet ornement et sa signification, voi (...)

147Lorsqu’Albéron monta sur le siège de saint Lambert, l’autorité épiscopale, ébranlée par la déposition d’Alexandre Ier, était sans doute fort affaiblie. Pour lui rendre un lustre qu’elle avait perdu, le pape Innocent II, par une bulle du 29 novembre 1135, concéda l’usage du rational à l’élu de Liège et lui accorda la protection de saint Pierre315.

  • 316 Sur cet évêque, voir A. Cosemans, Henri II de Leez, B.N., t. xxxv, 1969, col. 394-410 et la thèse (...)

148À la mort d’Albéron II, le grand-prévôt de Saint-Lambert, Henri de Leez (1145-1164) lui succéda316.

  • 317 On traduisait mal les indications que Gilles d’Orval nous donnait sur son origine : « qui dictus e (...)
  • 318 Une notice stavelotaine de 1148 prouve que Winand de Limbourg, dit de la Tour, était le « consangu (...)
  • 319 Grand-Leez : Namur, Namur, Gembloux-sur-Orneau.
  • 320 C.G. Roland, La famille de Grand-Leez. Henri de Leez, évêque de Liège, A.S.A.N., t. xxxviii, 1927, (...)
  • 321 Comme le prouve la guerre de 1136. Cfr ci-dessus n. 309.
  • 322 On considère souvent les Grand-Leez comme des nobles brabançons : Roland, op. cit., p. 22, 34, 36. (...)

149Ce personnage de très grande envergure, qu’on a longtemps appelé Henri de Leyen317 ou même Henri de Limbourg318, appartenait, en réalité, au lignage noble de Grand-Leez au nord-est de Gembloux319, comme l’a démontré définitivement le chanoine Roland320. Les homines liberi de Grand-Leez, installés dans une région durement convoitée par le comte de Louvain et le comte de Namur3211 vivaient à l’ombre de ces deux grands princes et de l’évêque de Liège322.

150Le prénom du futur évêque étant fort répandu, il est malaisé de fixer avec précision la date de sa première apparition dans les documents.

  • 323 À vol d’oiseau, 6 km. séparent Grand-Leez de Gembloux.

151Le chanoine de Saint-Lambert Henri de Leez a probablement été formé dans l’école de la cathédrale liégeoise. Il est possible, même, que son éducation ait d’abord été prise en charge par l’abbaye de Gembloux toute proche de son lieu d’origine323. L’influence directe ou indirecte du moine Sigebert de Gembloux († 1112) permettrait d’expliquer, en effet, le comportement de ce prélat d’origine mosane qui entreprit de restaurer les forces de l’église liégeoise et de rétablir avec le pouvoir impérial une alliance qui ressuscite, au milieu du xiie siècle, les beaux jours de l’Église impériale ottonienne.

  • 324 E. Schoolmeesters et S. Bormans, Notice d’un cartulaire... de Notre-Dame, à Huy, B.C.R.H., 4e sér. (...)
  • 325 Charte de l’évêque Alexandre Ier : Archives de la Marne et de la province de Champagne (Reims), Pr (...)
  • 326 « Henrico de Lez canonico sancti Lamberti » C. Gaier, Documents relatifs aux domaines... de Saint- (...)

152Il est possible que le futur évêque de Liège se dissimule derrière un des deux Henri mentionnés parmi les chanoines de Saint-Lambert dans une charte episcopale de 1129324, ou encore derrière un des deux Henricus sacerdos cités dans un document faux de 1128-1135 et dans des chartes de 1136 et 1136-114 1325. La première mention certaine que nous ayons de lui figure dans une notice de la fin de l’année 1135 : le chanoine de Saint-Lambert Henri de Leez est alors curé de l’église de Grand-Axhe en Hesbaye326.

  • 327 Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, Louvain, 1894, n° 12, p. 30. L’évêque Albéron II p (...)

153Quatre ans plus tard, le 19 avril 1139, nous retrouvons Henri de Leez au palais du Latran. Sa présence à Rome, parmi les compagnons de voyage de l’évêque Albéron II, laisse supposer qu’il jouissait déjà d’un certain prestige au sein du clergé liégeois327.

  • 328 Charte d’Albéron II : Evrard, op. cit., n° 13, p. 34.
  • 329 Grand-Leez faisait partie de l’archidiaconé de Hainaut (concile de Gembloux). Henri n’a donc pas r (...)
  • 330 Bouillon faisait partie de l’archidiaconé de Famenne (concile de Graide). Nous ne tenons pas pour (...)
  • 331 « venerabilem Henricum archidiaconum et preposition, imitandae humilitatis virum, cuius Studium et (...)

154Encore mentionné comme simple chanoine en 1140328, Henri de Leez fut placé, en 1141 ou en 1142, à la tête de l’archidiaconé de Famenne329. Peut-être était-il déjà revêtu des fonctions d’archidiacre au moment où il participa, en 1141, au siège du château de Bouillon entrepris par Albéron II330. Il fut alors chargé de la mission délicate d’aller convaincre les hauts dignitaires de l’église liégeoise et les éléments les plus éclairés du « clergé et du peuple » d’envoyer des renforts sur Bouillon et d’y transporter la précieuse châsse de saint Lambert. L’auteur du Triumphus sancti Lamberti, qui nous rapporte ces événements, fait l’éloge de Henri de Leez et son récit témoigne de l’ascendant que le chanoine exerçait déjà sur son entourage331.

  • 332 Exactement comme l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg (1167-1191). Alors qu’il était doye (...)
  • 333 Cfr ci-dessus n. 331.

155Après la chute de Bouillon, dans laquelle il avait joué un rôle considérable, Henri de Leez fit très rapidement carrière332 : en 1142333, il devenait prévôt de Saint-Lambert et à la mort d’Albéron, survenue en Italie au mois de mars 1145, il montait sur le siège épiscopal de Liège.

  • 334 « Hic merito sue conversationis et temporalium erga fratres suos stipendiorum optime ammin istrati (...)
  • 335 Elle est utilisée par Anselme à propos de saint Lambert : « raptus est potius quam electus » Ansel (...)

156Les renseignements qui concernent l’élection de 1145 sont peu nombreux. La source narrative la plus importante est la chronique de Gilles d’Orval, compilée au milieu du xiiie siècle. Sa valeur est toujours liée à la valeur de sa documentation. Henri, écrit le chroniqueur, a été élu « canoniquement par tout le clergé et tout le peuple » le 13 mai 1145, et consacré par l’archevêque Arnold I de Cologne le 24 juin suivant. Étant donné les grandes qualités dont il avait fait preuve, ajoute-t-il, et, en particulier, celles qu’il avait montrées dans la gestion du temporel de son église, Henri fut « porté de force plutôt qu’élu à cette dignité »334. N’attachons pas trop d’importance à cette dernière expression qui n’était certainement qu’un cliché335 et penchons-nous plutôt sur la suite du texte car elle nous paraît provenir d’une source de première main. En voici le résumé :

  • 336 Le texte fait probablement allusion à une procédure canonique. Cfr Burchard de Worms, Decretorum l (...)
  • 337 Ce détail est peut-être inexact. Les documents cités plus haut (n. 325-326), laissent supposer que (...)

157Exaspéré de voir les biens de l’église mis en coupe réglée, irrité de l’immobilisme coupable d’Albéron II, le prévôt Henri de Leez, conscient d’être le chef véritable de l’église de Liège, à trois reprises, dans des réunions synodales, supplia son évêque de rétablir l’ordre336. N’obtenant rien par cette voie, il fit appel au Saint-Siège. Le litige fut réglé en présence du pape Eugène. Albéron mourut sur le chemin du retour, laissant la place à son énergique contradicteur qui fut élu, ordonné prêtre337 puis consacré évêque.

  • 338 Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, ch. 7, t. ii, p. 16-17. – F. Rousseau, Henri l’Aveugle, Liège (...)
  • 339 Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 94 (1145). Cette notice fut écrite vers 1155.
  • 340 Cfr Annexe I, n. 57-58.

158Nous pouvons contrôler ce récit remarquable par d’autres sources. Ainsi, le déclin de l’église de Liège sous l’épiscopat d’Albéron de Chiny, est confirmé par un épisode de la chronique de Saint-Trond où l’on voit l’évêque courber l’échine devant le duc de Louvain, le comte de Namur et le comte de Duras338. La citation du prélat devant la juridiction pontificale et son décès survenu au cours de son séjour en Italie sont également rapportés par les Annales de Rolduc339. Relevons aussi la précision de notre texte quant au nom du pape : Eugène III, élu le 15 février 1145 a été intronisé le 18. En fait Albéron II est décédé le 22 mars suivant alors qu’il séjournait auprès du souverain pontife, à Orte, au nord de Rome340.

  • 341 C’est au prévôt Henri et à l’archidiacre Dodon que le pape Eugène III s’adresse par une bulle du 3 (...)

159Il est hautement probable que le prévôt Henri de Leez accompagné par l’archidiacre Dodon s’est présenté devant la juridiction pontificale en même temps que l’évêque341.

160Le grand-prévôt de Liège apparaît donc, à la veille de son élection, comme le chef de file d’un groupe décidé à rendre à l’église de saint Lambert sa grandeur de jadis. Il n’est d’ailleurs pas impossible — plusieurs indices, au contraire, le laissent supposer — que Henri de Leez ait été un des principaux initiateurs de l’expédition de Bouillon que l’on doit considérer comme le seul événement marquant de l’épiscopat d’Albéron II...

  • 342 Voir le texte cité ci-dessus n. 334. – Henri de Leez inaugure à son profit la tradition qui consis (...)
  • 343 « si quis ex vobis rebellis et inobediens ei esse presumpserit, sententiam quam in eum canonice pr (...)
  • 344 Le synode se serait tenu au cours de l’automne 1145 : Gesta abbat. Trud., Cont. IIa, lib. II, ch. (...)

161Le chapitre cathédral, croyons-nous, joua un rôle décisif dans l’élévation de son chef, le grand-prévôt, à la plus haute fonction du diocèse342. Henri de Leez, en tout cas, fut élu par ceux qui voulaient restaurer la puissance de l’église de Liège. Son élection provoqua une levée de boucliers de la part, sans doute, des princes territoriaux du diocèse qui retiraient le plus grand profit de la faiblesse de l’église liégeoise. Par une bulle du 17 octobre 1145, en effet, le pape Eugène III engagea le clergé et le peuple de Liège à obéir au nouvel évêque et menaça les rebelles des peines canoniques343. Enfin, les remous provoqués par l’élection liégeoise ont peut-être obligé le cardinal-légat Gérard à réunir, en 1145, un synode dans la Cité mosane344.

  • 345 Conrad séjourne le 3 juin à Echternach : W. Bernhardi, Konrad III., t. I, Leipzig, 1883, p. 421, 4 (...)

162Aucun document ne mentionne l’intervention du roi Conrad III (1138-1152). C’est vraisemblablement vers le début du mois de juin 1145, pendant son séjour dans le pays de Trèves, que le souverain donna l’investiture des régales à l’élu de Liège345. Conrad ne paraît donc pas s’être manifesté. Il ne fut d’ailleurs pas le seul absent.

  • 346 C’est, pourtant, ce que croyait Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1 (...)

163Quel pouvait être alors le poids de la maison de Brabant, dont le chef, Godefroid III (1142-1190) n’était qu’un enfant ? Devrons-nous voir un signe de la faveur que le roi portait au Brabant, dans l’élection à Liège d’un chanoine de Saint-Lambert dont il est malaisé de dire s’il était « Brabançon », « Namurois » ou « Liégeois » ? Il n’en est évidemment pas question346.

  • 347 Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 51-52. – Bernhardi, op. cit., t. i, p. 421-422. – Notre point de vue (...)

164Rien non plus ne nous autorise à supposer que le comte Henri de Namur (1139-1196) a eu le loisir d’influencer l’élection liégeoise, alors qu’il était entièrement absorbé par sa guerre avec le roi Conrad et l’archevêque de Trèves347.

165En réalité, tout se passe comme si l’effacement momentané des maisons brabançonne et namuroise avait laissé le champ libre à l’église cathédrale. Son choix, s’il en est, fut judicieux. Incontestablement, Henri II de Leez est un des plus grands évêques de Liège du moyen âge.

166L’élection de son successeur, Alexandre II (1164-1167) se fit dans des circonstances similaires.

  • 348 Il y administra l’archidiaconé de Dietkirchen qui s’étendait à l’Est du Rhin.
  • 349 Cfr Küpper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II. – Id., Alexandre II, évêque de Liège.

167Nous avons étudié ailleurs l’origine de ce personnage qui fut successivement archidiacre de Hesbaye (1130), archidiacre de l’église de Trèves (1135)348 et prévôt de la cathédrale Saint-Lambert (1145) avant de monter, à la fin de l’année 1164, sur le siège épiscopal de Liège349.

168Il est certain qu’Alexandre était apparenté au lignage noble de Mons et aux comtes de Duras en Hesbaye. Enfin, dans les pages que nous venons de consacrer à l’évêque Alexandre Ier, nous avons supposé que des liens de famille unissaient les deux prélats : en effet, devons-nous voir pure coïncidence dans l’attribution de l’archidiaconé de Hesbaye, laissé vacant en 1128 par l’élévation d’Alexandre à l’épiscopat, à un personnage qui porte également le nom d’Alexandre ?

  • 350 Lib. III, ch. 36, p. 108.
  • 351 Orreum ou Horreum signifie « grange ».
  • 352 Voir les travaux cités dans Küpper, Notes, p. 388 n. 11 auxquels il faut ajouter Pelster, Stand un (...)
  • 353 Cfr Gysseling, Toponymisch woordenboek, t. ii, p. 780-781.
  • 354 Küpper, Notes, p. 391, n. 22. – Heure-le-Romain : Liège, Liège, Oupeye.
  • 355 Cfr E. Verwijs et J. Verdam, Middelnederlandsch Woordenboek, t. vii, La Haye, 1912, col. 814, v° S (...)
  • 356 Cfr E. Ulrix et J. Paquay, Zuidlimburgsche plaatsnamen, Louvain-Bruxelles, 1932, p. 37 n° 123. – H (...)
  • 357 H. van Neuss, Inventaire des archives... de Munsterbilsen, Hasselt, 1887, table, v° Orreo. – St. B (...)

169Le nœud du problème réside dans l’interprétation d’un passage de la chronique de Gilles d’Orval rédigée, comme nous l’avons vu, vers le milieu du xiiie siècle. Le chroniqueur écrit qu’Alexandre II était le filius nobilis domini de Orreo iuxta Treveris350, ce qui revient à dire que l’évêque de Liège appartenait à une famille de ministeriales de Trèves. Comme cette identification est plus qu’improbable, on peut imaginer que Gilles d’Orval a fait une confusion et que le lieu d’origine d’Alexandre est un autre Orreum351. Certains ont cru qu’il s’agissait d’Ouren sur l’Our352, — ce qui, du point de vue toponymique, est discutable353, — et nous-même, nous proposions d’identifier ce nom à Heure-le-Romain354. Depuis lors, nous sommes en mesure de proposer une nouvelle solution qui, sans être définitive, a l’avantage au moins de correspondre exactement au toponyme donné par Gilles d’Orval. Nous songeons à Schueren, — Orreum ou Horreum en latin et la Grange en français355, — lieudit de la commune de Hoeselt près de Bilzen356, qui donna son nom à un lignage chevaleresque que l’on rencontre fréquemment dans les sources du xive siècle : les de Orreo, delle Grange ou van der Schueren357.

  • 358 Cfr Küpper, Notes, p. 390-391, où nous justifions notre opinion.

170Quoi qu’il en soit, il est fort vraisemblable que l’évêque Alexandre II est issu de la noblesse du diocèse et plus précisément d’un lignage hesbignon358.

  • 359 « consensu clericorum electus ». Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. Ill, ch. 11, t. ii, p. 50.
  • 360 « canonice electus », écrit Gilles d’Orval (lib. III, ch. 36, p. 108). – Sur ce point, voir nos re (...)

171De son élection, nous ne savons presque rien. Le seul témoignage un peu développé est celui du continuateur de Saint-Trond selon lequel Alexandre fut- « élu avec le consentement des clercs »359, donc de façon canonique360.

  • 361 C’est Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 40-41 qui a constaté ce fait. – L’examen des chartes épiscopal (...)

172Les sources ne mentionnent ni l’intervention du duc de Brabant, ni celle du comte de Namur. En ce qui concerne le dernier, il faut savoir que depuis l’écrasement des troupes namuroises par Henri de Leez à Andenne en 1151, il a été systématiquement écarté des affaires liégeoises : on ne le voit plus participer à aucun synode361 Alexandre II était grand-prévôt de la cathédrale au moment de son élection. Comme en 1145, le chapitre de Saint-Lambert aurait donc joué ici un rôle déterminant et serait parvenu à faire élire son propre candidat.

  • 362 Au cours de ce schisme, l’église liégeoise apporta son soutien à l’empereur et aux antipapes : Kup (...)
  • 363 Constitutiones, t. i, n° 223-226, p. 314-321.
  • 364 Kupper, Notes, p. 396-397.

173Du fait qu’elle eut lieu pendant le schisme de 1159-1177362, la consécration de l’élu Alexandre II par l’archevêque de Cologne Rainald de Dassel (1159-1167), à Xanten sur le Rhin, au mois d’octobre 1165, prend une signification particulière. Elle fut célébrée au lendemain de la diète de Wurtzbourg (mai 1165) au cours de laquelle l’empereur Frédéric Ier (1152-1190) en lutte ouverte avec le pape Alexandre III (1159-1181) avait voulu couper définitivement les ponts et avait décidé, en signe de rupture, de faire ordonner tous les évêques-élus, Rainald de Dassel en tête363. La consécration d’Alexandre de Liège fut donc aussi un acte politique. Par ce geste, l’élu marquait résolument son adhésion au parti de Barberousse et du pape « impérial » Pascal III (1164-1168)364.

  • 365 Ibid., p. 394-396 et n. 34.
  • 366 Nous partageons ici le point de vue de R. Jordan, Die Stellung des deutschen Episkopats..., Wurtzb (...)

174L’élection de 1164 porta donc au pouvoir un partisan convaincu de Frédéric Ier. Alexandre II, en effet, devait marcher dans la ligne tracée par son prédécesseur. Même si rien ne laisse déceler une intervention personnelle de Frédéric, il apparaît clairement que le choix d’un homme en qui Henri de Leez avait toujours placé sa confiance365 ne pouvait déplaire à l’empereur366.

  • 367 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 31-47.

175L’évêque Alexandre II ne régna même pas trois ans. À sa mort, ce fut Raoul de Zähringen qui lui succéda (1167-1191). L’étude que nous venons de consacrer à ce personnage nous dispensera d’un long développement. Nous donnons ici un simple aperçu de nos conclusions367.

  • 368 Voir le tableau généalogique en annexe III. – Depuis 1076, le comté de Hainaut était un fief direc (...)

176Bien qu’il fût le fils du duc Conrad de Zähringen († 1152), prince en Souabe, Raoul n’était pas, à proprement parler, étranger au diocèse de Liège. Par sa mère, Clémence de Namur, il était à la fois le neveu du comte Henri de Namur et le neveu du premier vassal de l’église de Saint-Lambert, le comte Baudouin IV de Hainaut368. Henri de Namur a joué de toute son influence pour placer son parent à la tête du diocèse. Mais il n’est pas exclu qu’il ait agi selon les directives de Frédéric Barberousse. L’élection de 1167 coïncide en effet avec la réconciliation de l’empereur et du duc Bertold IV de Zähringen († 1186), frère de Raoul. En outre, ce dernier bénéficia de ce qu’on nous permettra d’appeler une pénurie de candidat au siège de saint Lambert, provoquée par l’élection à l’archevêché de Cologne du grand-prévôt de Liège Philippe de Heinsberg. Ces circonstances particulières, nous n’en doutons pas, ont facilité l’arrivée de Raoul au pouvoir.

  • 369 Voir annexe I, n. 69, où nous apportons de nouveaux éléments à une démonstration antérieure. Raoul (...)

177Évidemment, l’adhésion de l’église de Liège au parti schismatique se maintiendra sous l’épiscopat de Raoul de Zähringen. Nous pensons qu’il se fit consacrer, avec d’autres, par l’archevêque Chrétien de Mayence, acte qui devait, dans l’esprit de Barberousse, resserrer le lien qui unissait l’empereur à ses évêques et les écarter davantage du pape Alexandre III369.

  • 370 Cet exposé s’appuie, pour l’essentiel, sur notre étude : Raoul de Zähringen, p. 169-180.

178La mort de l’évêque Raoul, survenue le 5 août 1191, ouvrit une nouvelle crise de succession370.

  • 371 K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 413-416. – T. Töche, Kaiser Heinrich VI., Leipzig, 1867, p. 209 (...)

179Quelle était alors la situation politique de l’Empire ? Frédéric Ier était mort en Terre Sainte le 10 juin 1190. Henri VI, roi depuis 1169, avait pratiquement succédé à son père en 1189 au moment où ce dernier prenait la route de Jérusalem. Le 14 avril 1191, on imposait au successeur de Barberousse le diadème impérial. Bien que Frédéric n’ait pas cessé, au cours d’un très long règne, de consolider son pouvoir, Henri VI se retrouva au lendemain de son avènement, dans une position critique. L’échec de l’expédition qu’il avait dirigée contre Tancrède de Sicile ne fit qu’aggraver cette situation. Lorsque le nouvel empereur repassa les Alpes, à la fin de l’année 1191, la Saxe était en révolte371 Et à Liège ?

180Deux princes cherchaient à placer l’évêché sous leur influence : le comte Baudouin V de Hainaut (1171-1195) et le duc Henri Ier de Brabant (1190-1235).

  • 372 Kupper, op. cit., p. 100-127, 155-156.

181À cette époque, Baudouin de Hainaut, dont la richesse en biens et en hommes était grande, est l’allié le plus sûr dont l’empereur dispose en Basse-Lotharingie. Au profit de Baudouin, Henri VI vient d’ériger le territoire namurois en « marche » : il a fait du comte de Hainaut un prince d’Empire, il a fait de lui le premier marquis de Namur372.

  • 373 Kupper, op. cit., p. 125-126. – Mohr, Geschichte, t. ii, p. 113-116.

182Henri de Brabant est moins puissant, mais l’ambition ne lui manque pas. L’érection du marquisat de Namur dans les frontières de son duché de Basse-Lotharingie, la sentence de la cour royale qui limita, en 1190, l’exercice du pouvoir ducal aux territoires brabançons, expliquent pourquoi Henri Ier n’adoptera pas, vis-à-vis du pouvoir impérial, l’attitude que son ancêtre Godefroid de Louvain avait choisie lors de la succession d’Otbert373.

183L’élection liégeoise de 1191 déboucha sur une impasse. Deux « élus », pressentis, du reste, depuis longtemps, vont émerger des suffrages. Chacun sera soutenu par un des deux princes.

  • 374 Voir le tableau généalogique en annexe III.

184Au propre frère du duc de Brabant, l’archidiacre Albert de Louvain, s’oppose le grand-prévôt Albert de Rethel qui était le cousin germain de Baudouin de Hainaut374.

185Les deux candidats se présentèrent devant l’empereur à Worms, au mois de janvier 1192. La décision de Henri VI fut inattendue. Constatant que les électeurs n’étaient pas parvenus à se mettre d’accord, il prétendit user du droit de dévolution qui lui permettait, dans ces circonstances, de désigner une troisième personne de son choix. Il attribua donc l’évêché de Liège au chanoine de Saint-Lambert Lothaire, frère du comte Thierry de Hochstaden. Albert de Louvain fit appel au Saint-Siège et le 20 septembre 1192, il était consacré par l’archevêque de Reims.

  • 375 Voir ci-dessus n. 368.

186Le duc de Brabant fut contraint de reconnaître l’élu Lothaire et d’abandonner la cause de son frère exilé en France. Quant au comte de Hainaut, il avait accepté d’assez bonne grâce le candidat de Henri VI. Ce qui lui importait surtout, à lui qui était le premier vassal de l’église liégeoise375, c’était de n’avoir pas à prêter hommage à un évêque « brabançon ».

187Un événement, demeuré inexplicable, bouleversa la situation. Le 24 novembre 1192, l’évêque Albert de Louvain était assassiné à Reims. On accusa Henri VI et une vaste coalition anti-impériale se forma qui ébranla le royaume tout entier.

188L’empereur manœuvra très habilement et réussit à redresser la situation. Il laissa notamment aux parents de la victime, les ducs de Brabant et de Limbourg, la libre disposition du siège épiscopal de Liège déserté par l’élu Lothaire. Ils y installèrent un enfant, le sous-diacre Simon, fils de Henri III de Limbourg (octobre 1193).

189Cette procédure souleva de vives protestations dont Baudouin de Hainaut sut bien tirer parti : avec l’accord tacite de l’empereur, il fit élire, sur l’ordre du pape, l’archidiacre Albert de Cuyck et il entreprit d’imposer « son » évêque par les armes (novembre 1194).

  • 376 Le prévôt Otton de Fauquemont, élu entretemps par une partie du chapitre, renonça au siège épiscop (...)

190Finalement, au terme d’un traité intervenu entre le Brabant et le Hainaut, les deux candidats se présentèrent devant le pape auquel incomba le soin de les départager. Simon de Limbourg mourut à point nommé et laissa la place à Albert de Cuyck qui rentra dans la Cité au mois de janvier 1196 après avoir été investi par Henri VI (décembre 1195) et consacré par l’archevêque de Cologne (7 janvier). La succession de Raoul de Zähringen était enfin réglée376.

  • 377 Dans une charte episcopale, éd. A. de Ryckel, B.S.A.H.D.L., t. v, 1889, p. 14 n. – Cfr de Marneffe(...)
  • 378 Thimister, Cartulaire de Saint-Paul, p. 21-23, 23-24 (1193). – Cfr Schoolmeesters, Les prévôts de (...)
  • 379 Cuyck (Pays-Bas, Brabant septentrional) était un doyenné de l’archidiaconé de Campine. – L’origine (...)
  • 380 Cfr J.J.F. Wap, Geschiedenis van het land en der heeren van Cuyck, Utrecht, 1858, p. 27-31.
  • 381 Henri II de Cuyck était le vassal du duc de Brabant : A. Verkooren Inventaire des chartes... de Br (...)

191Albert, mentionné comme archidiacre dès 1181377 et comme prévôt de Saint-Paul en 1193378, appartenait au lignage noble de Cuyck. Il tirait son nom d’une localité de la rive gauche de la Meuse, située à la limite septentrionale du diocèse de Liège379. Albert était peut-être le fils de Herman II de Cuyck et le frère de Henri II380. Cet homme, qui venait d’obtenir son siège épiscopal par la faveur du comte Baudouin de Hainaut, provenait pourtant d’une famille noble vivant à l’ombre du duc de Brabant381. Il est donc hasardeux de déterminer l’appartenance politique d’un individu en se basant exclusivement sur son origine...

  • 382 F. Kempf, Regestum Innocenta III. papae..., Rome, 1947, n° 14, p. 38 (28 mai 1199). – J.F.Böhmer e (...)
  • 383 L’archevêque de Cologne tenta vainement d’obtenir la soumission de son suffragant à Otton : Renier (...)
  • 384 Otton IV était soutenu par l’archevêque de Cologne, l’évêque d’Utrecht, le duc de Brabant, le duc (...)

192Après la mort de Henri VI († 28 septembre 1197), Albert de Cuyck, élu grâce à l’appui du parti impérial, dont Baudouin de Hainaut était le représentant, montra une fidélité inébranlable aux Staufen. Il se rangea parmi les partisans du fils de Barberousse, Philippe de Souabe, élu roi le 8 mars 1198382. En dépit des pressions qu’il subissait, il refusa catégoriquement de reconnaître le rival de Philippe, Otton IV de Brunswick élu à l’initiative de l’archevêque de Cologne383. Attitude courageuse, pour le moins, car la plupart des princes lotharingiens s’étaient alors rangés du côté d’Otton384.

193Depuis 1119, les élections liégeoises n’avaient plus donné lieu à de pareilles péripéties. La succession d’Otbert, souvenons-nous, était intimement liée à la Querelle des investitures. Frédéric de Namur et l’archidiacre Alexandre représentaient l’un et l’autre les deux factions en présence. Mais c’est un troisième larron, le frère du duc de Basse-Lotharingie, qui l’emporta finalement. En fait, le pouvoir impérial s’en était tiré à bon compte.

  • 385 Le biographe d’Albert de Louvain admet que ce dernier est mort « pro ecclesie Dei libertate, quam (...)

194Que se passe-t-il en 1191 ? La situation, à vrai dire, est moins simple. Il n’est plus question d’un parti pontifical qui s’oppose au parti impérial. Bien qu’il soit brouillé avec Henri VI, le pape Célestin III cherche avant tout à ce que l’élection se fasse canoniquement. Il n’y a pas d’autre explication à son attitude, — déconcertante au premier abord, — qui consiste à soutenir successivement les deux camps : il confirme Albert de Louvain, dépose Lothaire de Hochstaden, casse l’élection de Simon de Limbourg puis attribue l’évêché à Albert de Cuyck, c’est-à-dire au candidat du Hainaut385. Cette politique donna de remarquables résultats. Si c’est à l’empereur que l’on demande, en 1192, de départager les élus, en 1195, c’est au pape que l’on s’adresse et c’est à lui qu’il appartient de trancher. La crise liégeoise a donc servi la papauté et lui a permis de développer son influence dans le diocèse mosan.

195Donc, point de véritable parti pontifical. Mais, par contre, un parti impérial dont le comte de Hainaut est le chef. Baudouin V, que Henri VI a fait prince et marquis, défend la cause de l’empereur exactement comme Godefroid de Louvain défendait jadis la cause de Henri V qui l’avait fait duc.

  • 386 « apud imperatorem Henricum, qui Henrico duci non satis animo clarus erat aut benignus. » Vita Alb (...)
  • 387 « Si Albertus, frater ducis, Leodiensem episcopatum obtinuerit, duplicatas esse vires ducis contra (...)
  • 388 En 1160-1162, le père de Henri VI, Frédéric Barberousse, avait brisé, dans des circonstances fort (...)

196Face aux impériaux, un groupe que nous appellerons, faute de mieux, les « Brabançons ». En installant son frère sur le siège épiscopal de Liège, le duc, brouillé avec l’empereur386, cherchait à développer sa puissance. La réussite de ce plan aurait permis à Henri Ier de Brabant de doubler pratiquement ses effectifs militaires. Henri VI qui se trouvait déjà dans une position critique, se serait donc affaibli davantage au profit de ses adversaires387. Cette situation particulière nous permettra de mieux comprendre l’attitude de la cour impériale devant l’élection de 1191388.

  • 389 Henri de Limbourg venait de se réconcilier avec Henri de Brabant. L’un et l’autre appartenaient à (...)
  • 390 Sur la procédure utilisée au cours des élections épiscopales, voir ci-dessous, § 4.
  • 391 En 1190, Baudouin de Hainaut avait mis la main sur le Namurois qui fut alors officiellement érigé (...)
  • 392 Voici la liste des principaux partisans des candidats à la succession de Raoul de Zähringen. Alber (...)

197Albert de Louvain, soutenu également par ses deux oncles Henri III de Limbourg et Albert de Dabo-Moha389, avait réuni les suffrages de la maior et de la sanior pars390. Comment interpréter le succès des « Brabançons » ? Mouvement d’humeur des Liégeois contre l’empereur ? Probablement pas. Mais plutôt réaction de peur face à la puissance du Hainaut dont l’ampleur devenait inquiétante391. Enfin, le rival de Louvain, Rethel, était, au témoignage de nos meilleures sources, un personnage médiocre392.

198Au vrai, l’autorité de l’empereur, en 1191, paraît intacte. Elle est même remarquablement efficace. Rendons-nous compte seulement qu’en attribuant l’évêché à Lothaire de Hochstaden Henri VI fut sur le point de réaliser ce que l’on n’avait plus vu depuis une centaine d’années, depuis le jour où Henri IV avait donné l’église de Liège à Otbert !

199C’est le meurtre de Reims qui bouleverse tous ces plans et porte un coup terrible au prestige impérial. Même si la succession liégeoise se termine favorablement pour Henri VI, on ne peut pas dire que la victoire lui appartienne vraiment. Elle appartient au pape et à Baudouin V de Hainaut.

  • 393 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 155-156.
  • 394 Cfr W. Kienast, Die deutschen Fürsten im Dienste der Westmächte..., t. i, Utrecht-Leipzig-Münich, (...)
  • 395 Voir le tableau généalogique en annexe III.

200L’influence de la maison de Hainaut se maintiendra393. À la mort d’Albert de Cuyck († 2 février 1200) le candidat des Staufen, le chanoine Henri de Jauche, ne l’emportera pas. Il lui faudra laisser la place au protégé de Baudouin VI de Hainaut-Flandre, car ce dernier a tourné le dos à la politique de son père et est passé dans le camp des Guelfes394. On élira le parent de Baudouin395, le grand-prévôt de Saint-Lambert Hugues de Pierrepont.

  • 396 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 62-66 (1200-1202). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117 (...)

201Le roi Otton IV séjournait justement dans la Cité. Sans attendre, il donna les régales à l’élu. Malgré la présence du souverain, il s’en trouva plusieurs pour contester l’élection et faire appel au Saint-Siège avec l’appui de Philippe de Souabe. Mais ce fut en vain. L’année suivante, Otton IV était reconnu par le souverain pontife. Le cardinal-évêque Guy de Palestrina, légat du pape Innocent III en Germanie, se prononça pour Hugues de Pierrepont et le consacra de ses propres mains, à Cologne, le 21 avril 1202396.

  • 397 Poncelet, op. cit., p. xiii-xiv. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. iii, p. 130-139.
  • 398 Lejeune, Liège et son pays, p. 25-30.

202Quel abîme sépare Hugues de ses prédécesseurs ! Naguère l’évêque réglait son pas sur celui de l’empereur. Hugues le règle sur celui du pape397. Ses actions ne sont plus portées par l’idéologie impériale. Elles sont assujetties à la sauvegarde de ses intérêts398. À l’image de l’évêque d’Empire, Hugues de Pierrepont substitue celle du prince territorial.

  • 399 « concedimus et sanccimus, ut electiones prelatorum libere ac canonice fiant ». Santifaller, Zur G (...)

203En 1209 et en 1213, Otton IV de Brunswick puis Frédéric II renonceront à toute intervention dans les élections épiscopales qui, désormais, devront se dérouler « librement et canoniquement »399.

204On peut dire qu’à cette date le système de l’Église impériale a pratiquement vécu.

***

205Grand admirateur de l’Église ottonienne, le moine Sigebert de Gembloux écrivit vers l’an 1080 une Vie de saint Lambert. Quelques dizaines d’années plus tard, vers 1145, un chanoine de la cathédrale liégeoise nommé Nicolas, rédigea à son tour une Vie du saint, en s’inspirant largement du texte de son illustre devancier.

206Ces deux œuvres, dont la valeur historique est médiocre, comportent un passage remarquable. Sigebert et Nicolas ont voulu raconter, chacun à leur manière, l’élection de l’évêque Lambert. Ces récits, tout à fait anachroniques, constituent en réalité un témoignage précieux. Sous la plume d’ecclésiastiques compétents, ils décrivent deux élections épiscopales types pour la période qui précéda et la période qui suivit immédiatement le Concordat de Worms de 1122.

  • 400 Sigebert de Gembloux, Vita Landiberti episcopi, ch. 2, AA. SS., Sept., t. v, 2e éd., p. 591. – Sig (...)

207Voyons d’abord la version de Sigebert. À la mort de l’évêque Théodard, on lui cherche un successeur. On délibère (deliberare) dans l’église, on examine la question (tractare) à la cour royale. Peu à peu, au fil des discussions établies entre le palais et l’église d’une part, l’église et le peuple de l’autre, on s’aperçoit que Lambert est incontestablement le plus digne de devenir évêque de Tongres-Maastricht. L’église et le palais tombent d’accord, le clerus et le populus s’entendent et l’élu est acclamé400.

  • 401 Nicolas, Vita Landiberti episcopi, ch. 1, § 14, AA. SS., Sept., t. v, 2e éd., p. 604-605.

208La version du chanoine Nicolas est sensiblement différente. La succession de Théodard fait l’objet de nombreuses discussions (deside-rare) dans l’église et d’un examen (tractare) à la cour royale. L’église et le peuple admettent que nul n’est plus digne de l’évêché que Lambert. Avec l’aide du Saint-Esprit, les fidèles (plebs) du diocèse de Tongres élisent Lambert et la cour royale donne son accord401.

209Dans un cas comme dans l’autre l’élection est loin de laisser la cour indifférente. Selon Sigebert, cependant, c’est au roi et à l’église que la décision appartient. Le clerus et le populus apportent simplement leur consentement. Pour Nicolas, par contre, c’est l’ensemble du clerus et du populus qui élit l’évêque et c’est la cour qui accepte : les possibilités d’action du souverain se sont donc considérablement restreintes. Les participants sont les mêmes, mais leurs attributions ont changé.

  • 402 Ce sont : Frédéric de Namur (1119), Alexandre (1119, 1128), Albéron Ier (1122), Albéron II de Chin (...)
  • 403 Alexandre (1119, 1128), Henri de Leez (1145), Alexandre II (1164), Albert de Cuyck (1194), Otton d (...)
  • 404 Sur ces questions, voir l’important article de L. Génicot, Haut clergé, princes et nobles dans le (...)
  • 405 Il est possible qu’il faille ajouter à ces deux noms celui de Théoduin. Mais nous connaissons mal (...)

210De Frédéric de Namur à Albert de Cuyck 13 personnes sont montées — ou ont voulu monter — sur le siège épiscopal de Liège402. Parmi elles, 5 étaient d’origine noble403 et les 8 restantes appartenaient à une famille ducale ou comtale404. Ces résultats présentent, avec ceux de la période précédente, un contraste frappant. Alors qu’au xie siècle seuls Baldéric II et Henri de Verdun étaient certainement d’origine comtale405, les fils de ducs ou de comtes forment au xiie siècle la grosse majorité des candidats-évêques. Quelle explication pouvons-nous donner à ce phénomène ?

  • 406 Voir notamment : Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, in-4°, p. 140-142. – Rousseau, La Meuse et l (...)

211On l’explique généralement de la manière suivante : le Concordat de Worms a réduit, au profit des princes territoriaux, l’influence du roi sur les élections épiscopales. C’est eux, désormais, qui sont les maîtres de la situation et il n’y a rien d’anormal à ce que les évêques soient de préférence choisis parmi leurs proches parents406.

212Ce point de vue n’est certainement pas faux, mais la réalité est beaucoup plus nuancée.

  • 407 Albéron Ier (1122), Albert de Louvain (1191) et Simon de Limbourg (1193) qui était le cousin germa (...)
  • 408 Frédéric (1119), Raoul (1167) et Albert de Rethel (1191).
  • 409 Albéron II (1135) est de souche namuroise mais il est le beau-frère de Godefroid I" de Louvain († (...)
  • 410 Cfr Génicot, op. cit., p. 148, 150.
  • 411 Voir le tableau généalogique en annexe III.
  • 412 Cfr Génicot, p. 148 n. 23 qui recourt à la terminologie de J. Gaudemet. – En Haute-Lotharingie, la (...)
  • 413 « Comes autem Hanoniensis nolens [ducis Lovaniensis fratrem Albertum] supra se posse dominari, cum (...)

213Parmi les 8 candidats d’origine comtale 3 peuvent se rattacher sans difficulté à la maison de Louvain407, 3 à la maison de Namur-Hainaut408 et 1 aux deux maisons à la fois409. La maison namuroise, relayée vers la fin du xiie siècle par la maison de Hainaut, est incontestablement la plus forte et la plus influente410. Songeons, pour nous en convaincre, que de 1167 à 1238 — en dehors d’une interruption de quelques années entre 1191 et 1200 — le siège épiscopal de Liège fut occupé invariablement par des descendants du comte Godefroid de Namur († 1139)411. Les Namur-Hainaut sont donc devenus, dans le courant du xiie siècle, une véritable « famille épiscopale » dont le champ d’action est l’évêché de Liège412. En ce qui concerne le comte de Hainaut, cette position de force est une question de nécessité : pour lui, dont le comté est fief de l’église de Liège, il importe que le successeur de saint Lambert ne soit pas son ennemi413.

  • 414 En France, par contre, où le pouvoir royal est faible, il existe des familles épiscopales au xie s (...)

214En dehors de la parenté qui unissait Baldéric Ier à Baldéric II, il n’est pas possible, pour la période antérieure à 1122, de reconstituer un crayon généalogique aussi parlant414. Tout se passe donc comme si l’église liégeoise qui s’était confinée, jusque-là, dans des rapports étroits avec la cour impériale, s’était ouverte brusquement à l’influence des princes territoriaux. Ce tableau, comme nous l’avons dit, doit cependant être retouché.

  • 415 Cfr Bauermann, Die Frage der Bischofswahlen. – Jordan, Die Stellung des deutschen Episkopats. – J.(...)
  • 416 « quem vellet regalibus investiret [Henricus imperator], nec liceret ecclesie Romane de his ampliu (...)

215Et tout d’abord, il est impossible de ne pas tenir compte de l’emprise royale415. Selon l’usage établi par le Concordat de Worms, le souverain investit l’élu avant qu’il n’ait reçu la consécration. Il intervient même au moment de l’élection : peut-être en 1128 et fort probablement en 1164 et 1167. Pendant le schisme de 1159-1177 la consécration de l’évêque-élu prend même une signification politique particulière : elle devient, pour lui, le moyen de sceller son engagement envers le pape « impérial ». Enfin, il convient de rappeler la tentative de Henri VI, qui fut sur le point de revenir, soixante-dix ans après le Concordat de Worms, à la désignation pure et simple de l’évêque par le souverain416.

  • 417 Cfr E. Schoolmeesters, Liste des prévôts de l’église Saint-Lambert pendant les xie, xiie et xiiie (...)
  • 418 Frédéric (1119), Henri (1145), Alexandre II (1164), Albert de Rethel (1191) et Otton (1195). – Le (...)

216Il conviendrait aussi de ne pas sous-estimer l’influence du chapitre cathédral de Saint-Lambert. Il n’est pas, comme on a pu le prétendre, un jouet entre les mains des princes territoriaux. Il est capable d’agir en fonction de ses intérêts propres et son rôle dans l’élection est de plus en plus important. Parcourons seulement la liste des prévôts de la cathédrale. Au xie siècle, un seul d’entre eux deviendra évêque de Liège : Wazon417. Mais au siècle suivant, nous relevons cinq prévôts parmi les 13 candidats au siège épiscopal418. Depuis Henri de Leez (1145) jusqu’à Jean d’Eppes (1229), l’usage veut qu’on attribue l’évêché vacant au grand-prévôt de Saint-Lambert. Il n’est pas de meilleure preuve de l’emprise du chapitre sur l’assemblée électorale.

  • 419 Brunon, rappelons-le, était en même temps le représentant de son frère Otton Ier en Lotharingie. – (...)
  • 420 Frédéric de Namur fut consacré par le pape. Raoul de Zähringen fut fort probablement consacré par (...)

217C’est au cours de la succession d’Otbert que l’action du métropolitain sur l’élection liégeoise fut la plus pesante. Depuis l’époque de Brunon, on n’avait plus rien connu de semblable419. Mais l’archevêque ne tiendra pas longtemps ce rôle. Dès que la crise de succession est terminée, son action consiste simplement à consacrer l’élu qui lui est présenté420.

  • 421 A. Fliche, R. Foreviixe et J. Rousset, Du premier concile du Latran à l’avènement d’Innocent III ( (...)
  • 422 Cfr J. Lejeune, Liège et son pays, p. 49-52.

218Depuis l’avènement de Richer (920), le pape n’était plus intervenu dans les élections épiscopales liégeoises. Dans le courant du xiie siècle, son influence se réaffirme progressivement. Il s’agit là, évidemment, d’un phénomène général lié au développement de l’autorité pontificale sur toute l’Église421. C’est le pape en personne qui consacre Frédéric de Namur (1119). En 1135, au cours d’un concile, il dépose l’évêque Alexandre Ier puis il accorde à son successeur, Albéron II, l’usage du rational. Dix ans plus tard il vient en aide à Henri II de Leez fraîchement élu. Enfin, c’est au pape qu’il appartiendra de régler définitivement la succession de l’évêque Raoul de Zähringen. La mainmise de la curie romaine sur les élections épiscopales postérieures à 1200422 a donc été préparée, tout au long du xiie siècle.

219Les renseignements que nous possédons sur la formation intellectuelle des évêques sont peu nombreux.

  • 423 Cfr ci-dessus, n. 189. – C.S.L., t. i, n° 58, p. 97 (1178).
  • 424 Küpper, Raoul de Zähringen, p. 32-33.

220Frédéric de Namur et Albert de Louvain ont étudié, sans aucun doute, dans les écoles liégeoises423. Il en est de même, vraisemblablement, pour Alexandre Ier, Henri II, Alexandre II, Albert de Rethel, Lothaire de Hochstaden, Otton de Fauquemont et Albert de Cuyck qui sont originaires du diocèse ou qui, du moins, ont fait leur carrière dans le chapitre cathedral liégeois. Raoul de Zähringen a fait ses études dans l’école cathédrale de Mayence sous la direction du chantre Hugues, frère de la célèbre abbesse Hildegarde de Bingen424.

  • 425 En France les réguliers devenus évêques sont fort nombreux. Cependant les séculiers — qui provienn (...)
  • 426 Gisl. Chron., ch. 202, p. 287. – Sur les qualités requises d’un candidat à l’évêché, voir not. le (...)

221Au moment où ils sont appelés à l’épiscopat, ils occupent presque tous des fonctions importantes dans les chapitres cathédraux et tous ils appartiennent au clergé séculier425. Frédéric de Namur, Henri de Leez, Alexandre II, Albert de Rethel et Otton de Fauquemont étaient prévôts de la cathédrale, Alexandre Ier, Albert Ier et Albert II étaient archidiacres, Albéron Ier et Albéron II primiciers de Metz. Lothaire de Hochstaden était chanoine de Saint-Lambert et prévôt à Bonn, à Maastricht et à Coblence. Nous ne savons rien des fonctions exercées par Raoul au moment de son élection. Bref, dans cet épiscopat de haut niveau, qui n’a rien à envier à celui du siècle précédent, seul le sous-diacre Simon de Limbourg, choisi par les deux ducs en 1193, fait assez pâle figure : au dire de Gislebert de Mons, Simon était tam scientia quam etate minor426.

222Au xiie siècle, l’élection épiscopale se présente donc, en définitive, comme une opération étonnamment complexe. C’est une des conséquences de l’affaiblissement des prérogatives royales en la matière.

223Certes, il n’est pas difficile de découvrir au xie siècle des procédures électorales qui rappellent, à s’y méprendre, celles que nous verrons couramment en application au siècle suivant. L’élection de Wazon, par exemple, n’eut sans doute pas été désavouée après 1122. Mais l’inverse ne se vérifie pas. Après le Concordat de Worms, une élection comme celle de Wolbodon, de Durand, de Théoduin ou d’Otbert n’aurait pas été acceptée sans les plus vives protestations. La désignation de Lothaire en 1192, conforme pourtant à une sentence des princes ecclésiastiques de l’Empire, provoqua un tollé général.

  • 427 Selon la Vita Alberti, le duc de Brabant s’en inquiète, après l’élection de son frère, en 1191 (ch (...)

224Néanmoins, le prestige de l’empereur est toujours très grand. C’est un fait indiscutable. En dehors de Frédéric de Namur et d’Albert de Louvain, il ne se trouve pas un seul évêque dont la candidature puisse déplaire au roi. Les élections d’Alexandre Ier, d’Alexandre II et de Raoul sont très caractéristiques à cet égard. L’électeur ne fait pas son choix au hasard. Il sait que l’élu sera présenté au souverain afin d’obtenir de lui les régales427. Aussi le système électoral du xiie siècle, qui restreint le champ d’action du roi, lui a-t-il néanmoins donné des évêques sur lesquels il a pu vraiment compter. Dans son ensemble, l’Église impériale est peut-être devenue plus fragile, mais elle a survécu à la Querelle des investitures.

§ 4. Les étapes de l’élection et leur valeur juridique

« Erat quippe tunc regiae potestatis sive iuris episcopos ad suum electos arbitrium per anulum et baculum pastoralem investire nec non destinare aecclesiis cum sua commendatione. » Renier de Saint-Laurent, Vita Wolbodonis, ch. 8, M.G.H., SS., t. xx, p. 566 (ca 1158-1182).

225Comment devenait-on le successeur de saint Lambert ? Voilà bien une question à laquelle il n’est pas facile d’apporter une réponse précise. Et ce, pour plusieurs raisons.

  • 428 Cfr Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 41 sv. – Laehns, Die Bischofswahlen in Deutschlan (...)

226On s’aperçoit, en premier lieu, que d’une élection à l’autre, la procédure n’est pas nécessairement la même : ici règne la diversité. Phénomène général, du reste, dont l’évêché de Liège est loin d’offrir le seul exemple428. Par ailleurs, le Concordat de Worms, qui contribue, dans une certaine mesure, à fixer la procédure, délimite au sein de la période étudiée, deux systèmes différents mais dont les points communs, à regarder de près, sont assez nombreux. Enfin, les sources, le plus souvent, se taisent. Les auteurs contemporains n’ont pas jugé opportun de confier au parchemin le détail d’un « rituel » auquel ils étaient habitués.

***

  • 429 Lettre de Frédéric de Cologne au clergé de Liège : éd. Kurth, Ann. Boll., t. II, 1883, p. 269 (111 (...)
  • 430 « Otbertus [...] sine electione ecclesiastica de manu regis episcopatum extorsit » Cantatorium, ch (...)
  • 430bis Lg principe de l’élection de l’évêque « par le clergé et par le peuple » était déjà en vigueur dan (...)

227Pour être valable, une élection doit être canonique. Dans le cas contraire, elle est considérée comme une usurpation (invasio)429. Il n’est évidemment pas question de tenir pour évêque celui qui vient d’acquérir un évêché par la force430. Le prélat doit être élu canoniquement et l’élection canonique est celle qui a été faite clero et populo430bis.

  • 431 Cfr Schmid, op. cit., dont nous résumons ici une partie des conclusions. Cet auteur a étudié la pé (...)
  • 432 J. Gaudemet, Unanimité et majorité (Observations sur quelques études récentes), dans Études hist, (...)
  • 433 A. NrrscHKE, Die Einstimmigkeit der Wahlen im Reiche Ottos des Grossen, M.I.Ö.G, t. lxx, 1962, p. (...)
  • 434 « eligat eum Deus, et ab eo preelectum, nos quoque voluntarie eligendum decrevimus ». Cantatorium, (...)

228Sous le couvert de mots identiques, l’« élection canonique » a subi des modifications profondes431. Dans la première moitié du xie siècle, est réputée canonique toute « élection » au cours de laquelle le candidat a été reconnu et accepté par l’ensemble du clergé et du peuple. Une « élection » de ce type peut donc prendre la forme d’un simple consentement. Désigné par le roi ou par un cercle restreint de personnes, l’« élu » doit être accepté par tous. L’unanimité est indispensable, elle est le reflet de la volonté divine432. Quelle que soit la procédure adoptée, un évêque est toujours élu par Dieu et les électeurs, en fait, n’ont pas autre mission que de « trouver » le candidat que Dieu a déjà choisi433. Au roi Henri IV qui vient d’attribuer l’église de Liège à Henri de Verdun (1075) l’abbé Thierry de Saint-Hubert déclare : « Que Dieu l’élise ! C’est parce que Dieu l’a préélu que nous avons jugé, de notre plein gré, qu’il devait être élu »434.

  • 435 Schmid, op. cit., p. 171-199. – K. Ganzer, Zur Beschränkung der Bischofswahl auf die Domkapitel... (...)
  • 436 En 1049, un concile réuni à Reims sous la présidence du pape Léon IX condamnait le choix d’un évêq (...)

229Les milieux réformistes, cependant, allaient élaborer une nouvelle conception de l’élection canonique, qui trouva bientôt dans la personne du pape un ardent défenseur. Ici, Grégoire VII (1073-1085) devait jouer un rôle décisif : à ses yeux, seule une élection faite par le clergé et par le peuple, sans ingérence de la puissance séculière, pouvait être considérée comme canonique435. Ces principes présidèrent à la rédaction de plusieurs canons conciliaires en 1075, en 1078 et en 1080 : le 7 mars de cette année-là, un concile réuni à Rome sous la présidence de Grégoire VII condamnait, sous peine d’excommunication, toute investiture laïque et, en particulier, celle des évêchés par l’empereur436.

  • 437 La position du chroniqueur de l’abbaye de Saint-Hubert mérite un commentaire. Il écrit vers 1100, (...)

230Évidemment, les nouveaux principes ne se sont pas, d’emblée, imposés. On s’accommoda sans doute, pendant un certain temps, du maintien des anciennes pratiques, pour autant qu’elles portent sur le siège épiscopal un candidat irréprochable : l’élection de Henri de Verdun à Liège, en 1075, est très caractéristique à cet égard437.

  • 438 Sur l’importance de cette notion, voir ci-après.
  • 439 « Leodii [Adalberone] in episcopum electo et investito, sed necdum sacrato ». Charte de Saint-Tron (...)

231Comme nous l’avons dit, le Concordat de Worms conclu le 23 septembre 1122 entre l’empereur Henri V et le pape Calixte II est un compromis. Si l’empereur renonçait à l’investiture par l’anneau et par la crosse, le pape, en échange, lui donnait le droit d’assister aux élections épiscopales du royaume de Germanie, il lui permettait, en cas de conflit, de trancher en faveur de la sanior pars438, enfin il lui accordait le droit de conférer les régales à l’élu, par le sceptre, avant la consécration. À Liège, depuis 1122, la succession prévue par le Concordat — élection, investiture puis consécration — est effectivement de règle439.

  • 440 « abusum quem interdum quidam predecessorum nostrorum exercuisse dicuntur in electionibus prelator (...)

232Il semble bien que par la mort de l’empereur Henri V survenue trois ans plus tard, les concessions pontificales, nommément accordées à son « cher fils Henri par la grâce de Dieu empereur auguste des Romains », soient devenues caduques. Néanmoins, en usant du droit de l’Empire — c’est-à-dire en vertu des rapports de droit public qui unissaient l’Église à l’« État » et en vertu des pratiques juridiques consacrées par l’usage — les successeurs du dernier Salien ont continué d’exercer une influence très considérable sur les élections épiscopales. C’est beaucoup plus tard, en 1209 et 1213, que les rois Otton IV et Frédéric II renonceront tour à tour au « droit abusif exercé par certains de leurs prédécesseurs dans les élections des prélats »440. En fait, tant que le roi fut assez fort, son influence subsista, car nul n’ignorait au moment du choix, que l’élu devrait un jour se présenter au souverain pour recevoir les régales.

  • 441 On utilisait parfois la force pour réaliser l’unanimité ! Schmid, op. cit., p. 53-54. – L. Moulin, (...)
  • 442 Cfr F. Elsener, Zur Geschichte des Majoritätsprinzips..., Z.R.G., K.A., t. xlii, 1956, p. 73-116, (...)

233Alors que les idées grégoriennes sapaient la toute-puissance du souverain dans les élections épiscopales, le principe de l’unanimité reculait devant le principe majoritaire. Dès lors que le pouvoir royal s’effaçait progressivement au profit du clerus et du populus, l’unanimité, par laquelle la volonté divine se manifestait de manière si éclatante, était de plus en plus difficile à obtenir441. Progressivement, la majorité, — notion de droit romain, — s’imposa. Sa rigueur quantitative fut atténuée par un principe qualitatif que la Règle de saint Benoît devait contribuer à répandre : pour être élu, il ne fallait pas nécessairement réunir les suffrages du plus grand nombre, — c’est-à-dire de la major pars, — mais il fallait obtenir l’appui des plus sages et des meilleurs : il fallait avant tout être l’élu de la sanior pars442.

  • 443 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 169-170.

234À partir de la fin du xie siècle, le système de la majorité et de la « saniorité » combinées se rencontra de plus en plus fréquemment, avec toutes les ambiguïtés et tous les dangers qu’il comportait. Comment déterminer, en effet, en cas d’élection double, dans quel camp se trouvaient les meilleurs, alors qu’il n’était pas toujours possible, comme le montre bien l’élection d’Albert de Louvain (1191)443, d’imposer à une minorité récalcitrante l’élu de la major et de la sanior pars ?

***

  • 444 Ibid., p. 20-31.

235Ce sont les élections du xie siècle — c’est-à-dire celles qui sont antérieures au Concordat de Worms — qui retiendront surtout notre attention. Les élections liégeoises postérieures à 1122 ont déjà fait l’objet d’une étude444. En ce qui les concerne, nous pourrons donc nous dispenser d’un long développement.

236Le meilleur moyen de prendre connaissance du mécanisme électoral est d’examiner tout d’abord quelques cas concrets.

  • 445 « eligendi praesulis primatus ». – « primatus sui auctoritatem non in se praeferendo, sed in iunio (...)
  • 446 Vita Alberti, ch. 5, p. 143. – Cfr Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 50-51. — P. Imbart (...)
  • 447 Au xiie siècle, le prévôt de la cathédrale est souvent élevé à l’épiscopat. S’élisait-il lui-même (...)

237En 1037, à la mort de l’évêque Réginard, « la plus grande partie des fils de l’église » voulut lui donner pour successeur le grand-prévôt Wazon. Ce dernier refusa et reprocha vivement à ses « électeurs » de s’emparer de son « droit d’élire l’évêque en premier lieu »445. Dès cette date le prévôt de la cathédrale avait donc le privilège de révéler le premier le nom de son candidat. Cette prima vox, dont l’existence est toujours attestée en 1192446 et qui est donc restée en vigueur pendant toute la période que nous étudions, est évidemment très importante puisqu’elle donne au prévôt de Saint-Lambert et, à travers lui, au chapitre cathédral un avantage appréciable lors de l’élection447.

  • 448 « omnem clerum et populum in sententiam suam venire coegit ». Anselme, ibid.

238Conformément à ses droits, Wazon élit donc le coûtre Nithard et « force tout le clergé et tout le peuple à se ranger à son avis »448. Ensuite, avec l’élu et la crosse épiscopale, Wazon se rend auprès de l’empereur pour le prier (peticio) d’accepter le candidat postulé (postulare) par l’église liégeoise. Après de longues hésitations, le souverain attribue l’évêché à Nithard.

  • 449 « a clero et populo ». – « unanimiter a cunctis ». Anselme, ch. 50, p. 219.

239Cinq ans plus tard Wazon, qui avait conseillé en vain à ses électeurs de s’en remettre à l’arbitrage royal, était élu « par tous à l’unanimité »449. Lorsqu’il se présente devant Henri III avec la crosse et les lettres de recommandation de son église, il est assez mal reçu. Mais le roi, une fois encore, cède.

240Nithard et Wazon avaient été élus à l’unanimité. Qu’adviendra-t-il seulement lorsque les électeurs ne réussiront pas à se mettre d’accord ?

  • 450 Nous verrons plus loin le sens de ce mot.
  • 451 « Theoderico abbati ex consilio referendam imposuerunt domni Henrici electionem ». Cantatorium, ch (...)

241En 1075, précisément, les potentes450 ne parviennent pas à s’entendre et plusieurs candidats restent en lice. On confie à l’abbé Thierry de Saint-Hubert la crosse épiscopale qu’il est chargé d’aller présenter au roi. Plusieurs clercs prennent le chemin de la cour avec l’espoir d’être choisis ou d’obtenir quelque avantage en appuyant une candidature. Fidèle à l’engagement qu’il avait pris envers le duc de Basse-Lotharingie, le roi donne l’évêché à l’archidiacre Henri de Verdun. Les Liégeois présents se soumettent et demandent à l’abbé Thierry de faire savoir au roi qu’ils acceptent le candidat451.

242Au xie siècle, l’élection d’un évêque de Liège pouvait donc se dérouler de différentes manières.

  • 452 Comme le montrent très bien les longues hésitations du roi lorsque Nithard et Wazon lui sont prése (...)

243Le procédé le plus simple était assurément la désignation par le souverain. Mais, pour des raisons qui se conçoivent sans peine, il arrivait que l’assemblée du clerus et du populus tente de « trouver » elle-même l’élu dont la candidature était alors soumise à l’approbation du monarque. Ce dernier, notons-le bien, ne s’est jamais senti obligé de donner la crosse à l’homme qui lui était présenté452. Enfin, lorsque les électeurs se divisaient, l’élection leur échappait et l’attribution du siège vacant était décidée à la cour royale.

244Quelle est donc cette assemblée chargée d’« élire » l’évêque et présidée, en quelque sorte, par le grand-prévôt auquel revient la prima vox ?

  • 453 Comme l’abbé Thierry de Saint-Hubert en 1075 (Cantatorium, ch. 28, p. 87) ou l’abbé Raoul de Saint (...)
  • 454 « abbates, archidiaconi, pars principum, ciues, familia ». Chronicon rythmicum, éd. de Clercq, p. (...)

245À vrai dire, les renseignements que nous avons sur elle, — avant 1122 en tout cas, — sont très peu nombreux. Sa composition est définie par une expression consacrée par l’usage mais qui est loin d’être une simple formule : l’assemblée électorale est celle « du clergé et du peuple ». Parmi les fils de l’église, réunis pour choisir leur nouvel évêque, il y avait sans doute des ecclésiastiques et des laïcs : le clergé de la Cité, en tête duquel venait évidemment le grand-prévôt de la cathédrale, les archidiacres, les dignitaires des collégiales, les abbés du diocèse453, les princes territoriaux, les nobles, les bourgeois de Liège et enfin la familia, c’est-à-dire la ministérialité de Saint-Lambert454.

  • 455 « cum [...] discussissent diu consilia ». Chron. rythm., ibid. – C’est ce que F. Geselbracht appel (...)
  • 456 « considente iam capitolio tandem placet ut sit electio » Chron. rythm., ibid.
  • 457 Cantatorium, ch. 28, p. 86. – Chronicon s. Laurentii, ch. 43, p. 276.
  • 458 Nizon, ibid. (1119).
  • 459 « in pleno conventu capituli reformat ei assensum electionis ». Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. X (...)
  • 460 Si l’on admet l’idée qu’à une « assemblée générale » des électeurs succède un collège plus restrei (...)

246Tout ce monde est réuni en 1119 pour trouver un successeur à l’évêque Otbert. De longues discussions sont entamées au cours d’une réunion préalable pendant laquelle les candidatures sont proposées, examinées, voire négociées455. Ces délibérations terminées, un groupe plus restreint se retire dans la salle capitulaire et procède à l’élection proprement dite456. Nous ne croyons pas qu’il soit ici question du seul chapitre de Saint-Lambert. Il s’agirait plutôt, comme en 1075, des potentes agende electionis457 : ceux que Nizon appelle les primates senatus458. Qui étaient-ils ? Probablement de grands personnages ecclésiastiques, mais aussi des laïcs, car, en 1121, le duc Godefroid participe à la réunion et influence le vote de façon déterminante459. Dans cette assemblée restreinte on voyait sans doute les chanoines de la cathédrale et les hauts dignitaires ecclésiastiques — prévôts, archidiacres, abbés, etc. — auxquels s’ajoutaient les grands princes territoriaux du diocèse, — le duc, les comtes de Namur, de Louvain, etc., — dont l’appui était indispensable, et les principaux vassaux de l’église. C’est à ce petit groupe que revenait, pour des raisons pratiques mais surtout pour des raisons hiérarchiques et politiques, l’élection du successeur de saint Lambert460.

  • 461 L’élection proprement dite a lieu dans la salle capitulaire. – Sur l’importance du chapitre dans l (...)
  • 462 Cfr ci-dessous, p. 325-326, 329, 331, 334-335. – Les prévôts des collégiales liégeoises sont chois (...)
  • 463 En principe l’élection doit se dérouler dans les murs de la cité episcopale et plus précisément da (...)

247On remarquera le rôle important joué par les chanoines de la cathédrale461. Quoi de plus normal ? Ne desservent-ils pas la grande église de Liège, mère de tous les fidèles du diocèse et gardienne de l’énorme patrimoine foncier de saint Lambert ? Leur chef, le grand-prévôt, est détenteur de la prima vox. Le cumul des bénéfices et le système de recrutement des hauts dignitaires— archidiacres et prévôts des collégiales — font en sorte que les fonctions ecclésiastiques les plus élevées tombent entre les mains du chapitre462. Enfin, au milieu de la masse confuse des électeurs, ce corps bien structuré est de loin le mieux armé : n’est-il pas remarquablement bien placé pour former un groupe cohérent et décidé capable d’enlever l’élection463 ?

  • 464 Nous croyons être parvenu à cette conclusion dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 28-29. À (...)

248Par sa composition l’assemblée du clerus et du populus rappelle le synode épiscopal mixte qui réunissait périodiquement tous les « grands » du diocèse, les laïcs comme les ecclésiastiques. En fait, c’est bien le synode mixte qui élit son pasteur. L’assemblée électorale s’en différencie simplement par la mission exceptionnelle qui lui incombe et, faut-il le dire, par l’absence de l’évêque, remplacé, en quelque sorte, par le grand-prévôt464.

  • 465 « missa de Spiritu sancto perorata, et spiritu consilii adstante » Nizon, Vita Friderici, ch. 4, p (...)

249Sans doute, vu leur importance, ces « synodes électoraux » attiraient-ils dans la Cité beaucoup plus de monde qu’à l’accoutumée. Du reste, ils étaient entourés de solennités particulières. Ils s’ouvraient par une messe du Saint-Esprit auquel on demandait d’éclairer les électeurs afin qu’ils puissent découvrir la volonté divine et aboutir, dans la mesure du possible, au miracle de l’unanimité465.

  • 466 Le doyen Wazon fait-il un séjour de quelques mois auprès du souverain ? Anselme de préciser que ce (...)

250Les lignes que nous venons de consacrer au clerus et au populus et à son rôle, ne doivent surtout pas nous faire perdre de vue qu’au xie siècle le moyen le plus sûr de devenir évêque était de vivre à la cour royale. Pourquoi, dans ce monde où les contacts humains revêtaient une si grande importance, le roi aurait-il attribué les évêchés à des inconnus, alors que, parmi les clercs de son entourage, il se trouvait des hommes dont il n’ignorait ni les capacités, ni le tempérament466 ?

  • 467 Voir notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 23-28 et les travaux de von Below et Ganzer cités n. 4 (...)
  • 468 « Electus ergo communi assensu, adnitente cognato eius comite Flandrensium Balduino, in episcopali (...)
  • 469 « ab universo clero, a ducibus et comitibus et nobilibus, a militibus et plebeiis, absque ullius c (...)

251Le Concordat de Worms ne modifia nullement la composition de l’assemblée électorale. Même si, au fil du temps, le chapitre cathédral prend de plus en plus d’importance, il n’est pas exact de dire qu’il a obtenu, après 1122, le monopole de l’élection de l’évêque467. Rien n’indique qu’il s’en soit déjà emparé en 1200 lors de l’élection de Hugues de Pierrepont468 ou même en 1229 lorsque Jean d’Eppes succéda à ce dernier469.

  • 470 Nous parlons uniquement des évêques des xiiie et xive s. Cfr. J. Lejeune, Liège et son pays, p. 34 (...)

252Il n’est évidemment pas question d’examiner ici les élections épisco-pales du xiiie ou même du xive siècles. À notre point de vue, d’ailleurs, la question ne présente plus qu’un intérêt relatif puisque les successeurs de l’évêque Jean ont pratiquement tous obtenu leur siège épiscopal par une décision de Rome ou d’Avignon470.

  • 471 Renier de Saint-Laurent, Vita Wolbodonis, ch. 8, p. 566 (texte cité en manchette au début du prése (...)

253Si le Concordat de Worms donna au « synode électoral » une importance accrue au détriment du pouvoir royal, celui-ci, pourtant, fut loin de perdre toute son influence. Après 1122, il est vrai, « le roi n’a plus ni le pouvoir, ni le droit d’investir les élus comme il lui plaît, par l’anneau et par le bâton pastoral, et de les envoyer aux églises munis de sa recommandation »471.

  • 472 Très caractéristiques à cet égard sont les interventions de Conrad III à Utrecht en 1150 et de Fré (...)

254Au besoin cependant, il dirigera ses legati vers la cité où se déroule une élection et il ne manquera pas, à l’occasion, de guider le choix des électeurs472.

Fig. I. Investiture d’un évêque par la crosse. – Ce denier lotharingien du dernier tiers du xie s. est peut-être une monnaie de propagande qui commémore l’avènement de Henri de Verdun ou d’Otbert. Cfr p. 199 n. 474. – Stockholm, Kungl. Myntkabinettet.

  • 473 Le roi donnait rarement l’évêché sans recevoir un « cadeau » de l’élu. Ces pratiques « simoniaques (...)
  • 474 Mentions de la crosse : Anselme, ch. 39, p. 210 (1042), ch. 49, p. 219 (1038), ch. 50, p. 219 (104 (...)
  • 475 « Electus autem regalia per sceptrum a te recipiat » Bulle du pape Calixte II (1122), éd. Hofmeist (...)

255Suivant l’usage, le roi investissait l’élu473 au moyen d’un objet symbolique : avant 1122, il lui remettra la crosse et l’anneau474, après cette date il lui donnera l’investiture par le sceptre royal475.

  • 476 Rathier de Vérone, Conclusio deliberativa..., éd. P.L.D. Reid, Rath. Ver. op. min., Turnhout, 1976 (...)
  • 477 « scillam ex more pulsaturus arripuit (Alexander) » Nizon, Vita Friderici, ch. 3, p. 503 (1119). – (...)

256De retour à Liège, l’élu fera sa « joyeuse entrée » (susceptio). Il sera solennellement installé sur le siège épiscopal476 puis il mettra lui-même en branle la grande cloche de la cathédrale, symbole sonore de son autorité publique477.

  • 478 La réception à Liège de l’archidiacre Alexandre qui vient d’être investi par le roi est appelée in (...)

257Au xie siècle, lorsque le choix de l’évêque s’est fait à la cour impériale, la « joyeuse entrée » revêt une importance capitale : elle correspond alors à l’élection proprement dite et l’on considère que le clerus et le populus acceptent par acclamation le candidat qui leur est présenté. Sans cette formalité l’élection ne serait pas canonique478.

  • 479 Profitant de la faiblesse des successeurs de Charlemagne, les métropolitains se sont arrogé, au co (...)

258Enfin, la procédure s’achève à Cologne où l’élu est consacré par l’archevêque. C’est pratiquement tout ce qui subsiste des antiques prérogatives du métropolitain479.

  • 480 Le pape avait consacré Frédéric de Namur (1119), accordé l’usage du rational à l’élu Albéron II (1 (...)
  • 481 Vita Alberti, ch. 10, p. 145-146 (1192). – Gisl. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 192, p. 277-278 (119 (...)
  • 482 L’usage qui consiste à faire confirmer les élections par le pape s’était répandu au cours du xiie (...)

259Aux cérémonies rigoureusement fixées par le Concordat de Worms — élection, investiture et consécration — s’ajoutera bientôt la confirmation pontificale. À Liège, elle intervient pour la première fois480 lors de la succession de Raoul de Zähringen, c’est-à-dire dans des circonstances particulièrement graves : Albert de Louvain et Albert de Cuyck ont été confirmés par le pape Célestin III, respectivement en 1192 et 1195481. Dans les deux cas, la confirmation pontificale va prendre place immédiatement après l’élection. Elle doit être tenue pour le signe tangible de l’affaiblissement du pouvoir royal au profit de l’autorité du Saint-Siège482.

***

260Quelle sera l’importance de ces différentes cérémonies en tant qu’actes constitutifs de l’autorité épiscopale ?

  • 483 Voir l’étude fondamentale de R.L. Benson, The bishop-elect..., Princeton-New-Jersey, 1968.
  • 484 Anselme, ch. 58, p. 224. – Cfr Benson, op. cit., p. 207-209.

261La question, à vrai dire, est complexe et cela tient au caractère « mixte » de l’évêque médiéval483. Comme Wazon le rappelait à Henri III lui-même, un évêque était à la fois investi d’une mission spirituelle et d’un pouvoir temporel484.

  • 485 Cfr P. de Puniet, art. Consécration episcopale, dans Dict, d’arch. chrét. et de lit., t. iii, 2, 1 (...)
  • 486 « sacro crismate in episcopum perungitur, et ex bone filio in sponsum matri suae Leodicensi aeccle (...)

262C’est la consécration qui confère à l’élu la plénitude de ses pouvoirs spirituels. C’est elle qui le revêt, à proprement parler, du caractère épiscopal en lui donnant le pouvoir d’administrer les sacrements de l’ordre et de la confirmation, c’est elle, enfin, qui consomme l’union mystique entre l’évêque et son diocèse485. Évoquant la consécration de Wazon, le chanoine Anselme s’exclame : « Par le saint chrême il est oint évêque et de bon fils qu’il était, il est confirmé comme époux de sa mère l’église de Liège »486.

  • 487 G. Williot, Origine du pouvoir princier dans la principauté de Liège, B.I.A.L., t. lxv, 1945, p. 9 (...)

263Qu’en était-il de l’autorité temporelle ? Au xvie siècle il était admis, à Liège, que la confirmation pontificale constituait « le point de départ du pouvoir temporel et spirituel du prince-évêque »487. Évidemment, il n’en avait pas toujours été ainsi, tant s’en faut !

  • 488 « dono episcopii intronizatur (Vulpodo) ». Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 14, M.G.H., SS., t. vi (...)
  • 489 En 869, l’évêque Francon de Tongres-Liège (858-901) devient le recommandé du roi Charles le Chauve (...)
  • 490 Cfr ci-dessous n. 496, 498. – Adalbéron de Reims s’adresse à Notger « famosissimae quondam fidei p (...)
  • 491 Cfr H. Mitteis, Lehnrecht und Staatsgewalt, Darmstadt, 1933, p. 73-75. – Santi-Faller, Zur Geschic (...)

264Avant 1122, c’est-à-dire à l’époque où le roi peut encore attribuer les évêchés aux candidats de son choix, l’élu est en mesure d’exercer ses pouvoirs temporels dès que le souverain lui a symboliquement « donné » l’église par l’anneau et par la crosse488. Depuis l’époque carolingienne, la cérémonie d’investiture se déroule selon la procédure féodale. Comme n’importe quel autre vassal, l’évêque est obligé de se recommander au roi489 et de lui prêter un serment de fidélité490. Le lien féodal établi entre l’évêque et le roi ne constitue pas, avant 1122, le fondement véritable des obligations du premier envers le second. L’hommage et la foi favorisent l’accomplissement des devoirs mais ils ne les créent pas. Les droits que le souverain exerce sur les églises du royaume sont, d’une part, des droits d’origine publique, — donc sans rapport direct avec le droit féodal, — et, d’autre part, des droits d’origine privée qui tendent à assimiler les évêchés à des « églises propres de l’Empire » (Reichseigenkirchen). Le « service du roi » (servitium regis) — à savoir le gîte, le ravitaillement, les prestations financières et militaires, etc. — auquel les évêques sont astreints ne découle pas de la recommandation491.

  • 492 Ci-dessus, n. 436.
  • 493 L’évêque Otbert use de cet argument pour se justifier d’avoir vendu des dignités ecclésiastiques e (...)
  • 494 « imperialia iura et regalia semel aecclesiis tradita » De scismate Hildebrandi, éd. R. Wilmans et (...)
  • 495 Cfr J. Fried, Der Regalienbegriff im 11. und 12. Jahrhundert, D.A., t. xxix, 1973, p. 450-528, par (...)
  • 496 « Dominus noster episcopus communicat regi et imperatori suo, cui ex regalibus eius acceptis fidel (...)
  • 497 Constatation faite par Fried, op. cit., p. 467-469 et n. 60. – Cfr Minninger, op. cit., p. 114-116 (...)

265En condamnant l’investiture laïque492, les « grégoriens » ont amené leurs adversaires à défendre avec opiniâtreté le principe de la distinction entre l’élément spirituel et l’élément temporel de la fonction épiscopale493. Pour désigner ces « droits séculiers » (iudicia secularia), l’évêque Guy de Ferrare utilise dès 1086 un mot qui était appelé à connaître une extraordinaire fortune : regalia494. Dans le royaume germanique, il prendra le sens de « temporel d’une église royale »495. Le terme « régales », entendu comme l’ensemble des droits et des possessions d’une église donné en fief à un évêque par le roi, apparaît pour la première fois, de ce côté-ci des Alpes, dans le diocèse de Liège, sous la plume du moine Sigebert de Gembloux, en 1102496. Au vrai, cette constatation497, dont le lecteur saisira toute la portée, est dans l’ordre normal des choses. Est-il étonnant que ce terme significatif ait fait une apparition aussi précoce dans l’œuvre d’un des plus fervents admirateurs du système de l’Église ottonienne, sous l’épiscopat d’Otbert, un des plus ardents défenseurs de la cause de Henri IV ?

266Le Concordat de Worms stipule que l’élu recevra les régales par le sceptre avant d’être consacré. Désormais, la séparation entre le temporel et le spirituel est nette. Aussi les régales sont-elles entièrement « laïcisées » ou, plus exactement, selon les usages du temps, « féodalisées ».

  • 498 C’était le point de vue de Sigebert : voir le texte cité n. 496. – « episcopis faciendum est regib (...)
  • 499 Cfr J. Ficker, Vom Reichsfürstenstande..., t. i-ii, Innsbruck, 1861-1923. – Pour la Basse-Lotharin (...)
  • 500 Le processus de féodalisation de l’Église impériale vient d’être remarquablement mis en lumière pa (...)

267À partir de 1122, l’investiture des regalia est indissolublement liée aux rites de l’hommage et de la foi498. Autrement dit, tout le temporel des églises est considéré comme un alleu de la couronne que le roi donne en fief à un évêque-vassal. En outre, vers 1180, avec les ducs et les marquis, les évêques seront incorporés au nouvel ordre des princes d’Empire (Reichsfürstenstand) dont la création avait pour but la réorganisation du royaume germanique sur des bases féodo-vassaliques499. Progressivement, les églises impériales se transforment en principautés ecclésiastiques féodales dont le chef, au terme de l’évolution, ne sera plus uni au roi que par le lien vassalique500.

  • 501 Benson, op. cit., p. 251-291. – Stoob, Zur Königswahl Lothars von Sachsen, p. 456-460.
  • 502 A. Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfassung im Bisthum Lüttich, Leipzig, 1867, p. 17-1 (...)

268En principe, l’élu ne pourra donc pas administrer le temporel de son église avant d’avoir été investi des régales. Lothaire III (1125-1137) et Frédéric Ier Barberousse (1152-1190) vont se montrer particulièrement attentifs sur ce point501. À Liège, au xiiie siècle encore, malgré le profond déclin de l’autorité impériale, la cérémonie d’investiture est toujours considérée comme la condition préalable au plein exercice de l’autorité temporelle de l’évêque502.

  • 503 Raoul de Zähringen (1167-1191) frappe des deniers sur lesquels il porte le titre d’« electus » : K (...)
  • 504 Vita Alberti, ch. 17, p. 150-151 (1192). – Gis/. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 192, p. 278-279 (119 (...)

269Du jour où il reçoit son évêché par le sceptre, l’élu est donc habilité à faire usage de ses droits régaliens503 et, en particulier, à recevoir l’hommage des vassaux de l’église liégeoise504.

  • 505 Vita Alberti, ch. 14-15, p. 149 (1192).

270Il va de soi que l’élection et la consécration ne pouvaient pas être considérées comme des actes constitutifs de l’autorité temporelle de l’évêque. Elles le furent néanmoins, mais dans des circonstances fort particulières. En 1192, Albert de Louvain, qui n’avait pas été investi des régales — et pour cause ! — reçut l’hommage de plusieurs vassaux après qu’il eût été confirmé par le pape, puis juste après sa consécration505.

  • 506 « dominus archiepiscopus [Remensis], non considerate quid super hoc posset evenire in posterum, ho (...)
  • 507 « omni clero et populo et omnium dignitatum et officiorum omnibus ecclesiasticis laicisque personi (...)

271C’étaient là, bien sûr, des actes de rébellion contre l’autorité impériale, au même titre, du reste, que la consécration proprement dite, qui avait eu lieu à Reims506. Mais si Albert de Louvain n’hésitait pas à transgresser le « droit de l’Empire » c’est sans aucun doute parce qu’il était persuadé d’avoir le « droit de l’Église » de son côté. En effet, l’auteur de la Vita Alberti fait état de décisions pontificales enjoignant à tous les dignitaires de l’évêché — qu’ils soient laïcs ou ecclésiastiques — de prêter à l’élu-confirmé les serments d’usage507.

  • 508 Gist. Chron., ch. 216-217, p. 300-302.
  • 509 Au moment où Baudouin prête hommage à l’élu, Henri VI entre à Palerme (20 novembre 1194) : Töche, (...)
  • 510 Otbert attend d’être consacré pour dévoiler ses projets : « donec consecratus Colonie fidentior es (...)
  • 511 D’où l’inquiétude exprimée par les évêques de Germanie dans les lettres qu’ils adressent au pape e (...)

272Les entorses à la règle pouvaient aussi trouver leur justification dans les nécessités du moment. En 1194, le comte Baudouin V de Hainaut, qui était pourtant le « chef » du parti impérial, prêta hommage au nouvel élu Albert de Cuyck alors que ce dernier n’avait pas encore reçu les régales. Le comte fut imité par un grand nombre de nobles et de ministeriales et il obligea les habitants de toutes les localités liégeoises tombées entre ses mains « à recevoir l’élu avec honneur et à lui promettre fidélité »508. Au vrai, l’initiative de Baudouin de Hainaut peut s’expliquer facilement. L’empereur Henri VI séjournait en Sicile, très loin du diocèse de Liège509 et il était indispensable d’asseoir le plus rapidement possible l’autorité du nouvel élu afin qu’il puisse mieux combattre l’« intrus » Simon de Limbourg. Néanmoins, ces « mesures d’exception » réduisaient considérablement la portée de l’investiture par le sceptre et, par là même, constituaient une lourde menace pour l’autorité royale. Le danger était également grand qu’un élu non investi ne suive l’exemple de Frédéric de Namur ou d’Albert de Louvain et ne se fasse consacrer, devenant ainsi l’« époux » légitime de son église. L’onction épiscopale apportait un prestige incomparable510. De là à considérer l’investiture des régales comme superflue, il n’y avait qu’un pas511.

273Nous n’avons guère d’informations sur la gestion du temporel de l’église de Liège pendant la vacance du siège épiscopal.

  • 512 « Prima libertas hec est : quod, defuncto in pace episcopo, usque ad plenariam alterius episcopi i (...)

274La charte octroyée aux Hutois par Théoduin le 26 août 1066 stipule que pendant la période qui s’étend de la mort d’un évêque jusqu’à l’investiture de son successeur, les bourgeois ont le droit de percevoir les revenus épiscopaux de la ville. Ces ressources doivent leur permettre d’assurer la garde du château qui surplombe l’agglomération512. Mais il s’agit bien d’une libertas, d’un « privilège » qui place les habitants de Huy en dehors de la loi commune.

  • 513 Lejeune, Liège et son pays, p. 235-236, 410-413. – Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfa (...)
  • 514 Des deniers ont été frappés par le prévôt de Saint-Lambert dès 1121 : Frère, Le droit de monnaie d (...)
  • 515 Gisl. Chron., ch. 214, p. 298. – L’année suivante, Baudouin V de Hainaut et le duc Henri Ier de Br (...)
  • 516 C.S.L., t. i, n° 49, p. 84-85. – Cet important document, non daté, appartient vraisemblablement au (...)
  • 517 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117.

275Aux xiiie et xive siècles, le chapitre de Saint-Lambert prétendait exercer — et exerçait effectivement — l’administration de l’évêché pendant les interrègnes513. Il n’est pas prouvé, cependant, qu’il en fut toujours ainsi. Sans doute, les hauts dignitaires de la cathédrale assumaient-ils, depuis longtemps, des responsabilités importantes sede vacante. Nous n’en voulons pour preuve qu’une coutume, attestée au xiie siècle, en vertu de laquelle le grand-prévôt de Liège devient le titulaire de la frappe de la monnaie à la mort de l’évêque514. Mais il ne faut pas en déduire que le chapitre était alors l’unique responsable de la gestion du temporel. C’est au comte de Hainaut seul, affirme Gislebert de Mons, que le pape confia en 1194 l’administration (cura) de tout l’évêché515. À défaut d’indications plus précises sur l’interrègne, nous disposons, en revanche, de quelques informations sur les mesures prises par l’évêque en cas d’absence prolongée. En 1155, Henri II de Leez attribue les vices episcopales à une commission de quatre membres où figure, à côté du prévôt, du doyen de la cathédrale et d’un archidiacre, l’abbé de Saint-Jacques516. Mais en 1200, l’élu Hugues de Pierrepont confie l’administration de l’évêché au comte de Flandre-Hainaut517. Rien donc ne nous permet d’affirmer que le chapitre cathédral gérait à lui seul le patrimoine de l’église de Liège pendant la vacance.

  • 518 Classen, Das Wormser Konkordat, p. 451-453. – E. Schräder, Bemerkungen zum Spolien- und Regalienre (...)
  • 519 En fait, c’est de la « régale » qu’il est question : « iura imperii, qualem alibi nunquam iacturam (...)

276Sous le règne de Frédéric Ier Barberousse (1152-1190), deux usages d’origine carolingienne furent réintroduits dans l’Empire : le droit de régale — qui attribuait au souverain, une année durant, les revenus des évêchés vacants — et le droit de dépouille — qui permettait au roi de s’emparer des biens laissés par les évêques défunts518. L’exercice de ces droits n’a pas laissé la moindre trace dans les sources liégeoises de la seconde moitié du xiie siècle. Il n’est d’ailleurs pas exclu que l’église de Liège, comme celle de Cambrai, sa voisine, se soit opposée à l’application de la « régale » et de la « dépouille »519.

***

277Si nous avons consacré au problème du « choix de l’évêque » un aussi long développement, c’est parce que, dans le système politique que nous étudions, l’élection épiscopale revêt une importance considérable : elle est, somme toute, un des fondements de l’institution.

278Au cours de la période qui s’étend de l’avènement d’Éracle (959) à celui d’Otbert (1091) — donc pendant plus de cent ans — il est pratiquement impossible de monter sur le trône de saint Lambert contre la volonté du roi. Quand ce dernier ne désigne pas purement et simplement son candidat, l’assemblée électorale s’efforce — sans succès parfois — de découvrir en son sein un homme que le souverain ne sera pas obligé d’accepter.

279Après 1122, le roi n’est plus en mesure de choisir seul ses évêques, mais il lui reste la possibilité d’influencer l’élection. Le Concordat de Worms, répétons-le, est un compromis. Cet accord, fait sur la base de concessions réciproques, supprime l’arbitraire royal mais ménage au souverain certaines possibilités d’intervention. Comme nous l’avons dit, le système de l’Église impériale ne disparaît pas au xiie siècle. Il devient plus fragile.

280Plus fragile parce qu’il est lié, désormais, à la force réelle de la monarchie. Que la puissance du roi pâlisse un instant et le pouvoir d’élire les évêques lui échappera.

  • 520 Trois raisons qui ont été « isolées » par l’étude du cas liégeois. Nous nous permettons d’insister (...)
  • 521 « singulis baronibus terre nostre ut pro potestate sibi a Deo prestita pacem firmam teneant et ten (...)
  • 522 « venerabilis Henrici secundi Leodiensis episcopi fidelissimi nobis laborem et Studium considérant (...)

281En établissant une séparation nette entre le temporel et le spirituel des églises, le Concordat de Worms a favorisé la féodalisation de l’épiscopat germanique. De plus en plus, les relations entre les évêques et le roi se situent sur le plan féodal. Néanmoins, les principautés ecclésiastiques ne vont pas, à l’instar des principautés laïques, échapper au contrôle du pouvoir royal. Et ce, pour trois raisons520. En premier lieu parce que l’hérédité est impossible et que le décès d’un évêque offre toujours au roi la possibilité d’attribuer le siège épiscopal à quelqu’un susceptible de lui être fidèle. En second lieu parce que, malgré le processus de féodalisation, l’idée subsiste que l’évêque administre les biens de son église au nom du roi521, donc que ce dernier exerce sur elle un pouvoir de caractère public. En troisième et dernier lieu parce que l’évêque pense et agit encore en fonction de l’ancienne idéologie de l’Église impériale qui continue, en quelque sorte, sur sa propre lancée522.

282La succession de Raoul de Zähringen montre bien la fragilité du pouvoir royal sur l’église. Accusé d’avoir fait assassiner l’évêque Albert de Louvain, Henri VI n’y a pas seulement laissé une grande partie de son prestige, mais il a perdu, en même temps, le contrôle de l’élection qui, pour l’heure, est passée entre les mains du pape et d’un prince territorial. Enfin, Albert de Louvain et Albert de Cuyck ont prouvé qu’il était possible d’exercer les prérogatives temporelles sans avoir obtenu les régales des mains du roi.

283La mort de Henri VI († 1197) fut suivie d’un interminable conflit de succession qui entraîna le déclin de l’autorité impériale. De surcroît, Otton IV et Frédéric II s’engagèrent auprès du pape Innocent III à ne plus s’immiscer d’aucune manière dans les élections épiscopales.

  • 523 Cfr Lejeune, Liège et son pays, p. 25-39.

284À partir du moment où le roi ne pourra plus intervenir — ni directement, ni indirectement — dans le choix de l’évêque, dès lors qu’il n’aura plus les forces nécessaires pour exiger de ce dernier le respect de ses obligations — qu’elles soient de nature publique ou féodale — le prélat, libre d’agir en fonction de ses intérêts propres, deviendra un prince territorial comme les autres. C’est ce qui s’est passé à Liège au cours de la première moitié du xiiie siècle523.

Notes

1 De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis, ch. 11, M.G.H., SS., t. xiv, p. 552 (œuvre prob, écrite à la fin du xiie s.).

2 La durée moyenne des épiscopats liégeois des xie-xiie s. est de 10 ans. En réalité, ce chiffre, que nous donnons ici à titre indicatif, ne signifie pas grand chose. Certains épiscopats pouvaient être très longs. Tel celui de Théoduin (1048-1075) qui dura 27 ans, celui d’Otbert (1091-1119) qui dura presque 28 ans, ou encore celui de Raoul de Zähringen (1167-1191) qui dura un peu moins de 24 ans.

3 Cfr F. Franziss, Der deutsche Episkopat in seinem Verhältniss zu Kaiser und Reich unter Heinrich III. 1039-1056, Stadtamhof, 1880, I, p. 9-11. – À Liège, de tous les évêques consacrés des xie et xiie siècles, un seul quitta ses fonctions avant sa mort : Alexandre Ier, déposé par le pape en 1135.

4 Ouvrages principaux : E. de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. i-ii, 2e éd., t. iii, Bruxelles, 1947, 1946. – W. Pelster, Stand und Herkunft der rheinischen Bischöfe der Kölner Kirchenprovinz..., Diss. Bonn, Weimar, 1909. – H. Sprömberg, Die Bischöfe von Lüttich im elften Jahrhundert, Berlin, 1914. – L. Génicot, Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège du xie au xve siècle, dans Id., Études sur les principautés lotharingiennes, Louvain, 1975, p. 140-171. – J.L. Kupper, Raoul de Zähringen..., Bruxelles, 1974, p. 20-31.

5 H. Sprömberg, Die lothringische Politik Ottos des Grossen, dans Beiträge..., Berlin, 1959, p. 112, 133-136. – H. Büttner, Heinrichs I. Südwest- und Westpolitik, Constance-Stuttgart, 1964, p. 26-42, 94-95. – W. Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 21-22.

6 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, in-4°, Bruxelles, 1948, p. 50-51.

7 G. Weise, Königtum und Bischofswahl im fränkischen und deutschen Reich..., Göttingen, 1912. – E. de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. i, 2e éd., p. 257-281. – C. de Clercq, La législation religieuse franque, t. i, Louvain-Paris, 1936, p. 90-91, 294, t. ii, Anvers, 1958, p. 176-177, 388-389. – F.L. Ganshof, L’église et le pouvoir royal dans la monarchie franque sous Pépin III et Charlemagne, Settimane di studio..., t. viii, Spolète, 1960, p. 95-141. – H. Büttner, Mission und Kirchenorganisation des Frankenreiches bis zum Tode Karls des Grossen, dans Karl der Grosse..., t. i, Düsseldorf, 1965, p. 454-487. – Zimmermann, art. cité n. 9, p. 48-51.

8 La puissance territoriale des Regnier, qui descendaient par les femmes de l’empereur Lothaire Ier († 855) était considérable. Leurs possessions, axées sur le bassin de la Meuse, s’étendaient de l’Ardenne à l’Escaut. Cfr Sprömberg, op. cit., p. 118-122,128-130, 166-167, 196, 202-204. – Cl. Bernard, Étude sur le domaine ardennais de la famille des Regnier, M.A., t. lxiii, 1957, p. 1-21. – Voir le tableau généalogique des Régnier, annexe II.

9 Sur ces événements, voir l’importante étude de H. Zimmermann, Der Streit um das Lütticher Bistum vom Jahre 920/921, M.I.Ö.G., t. lxv, 1957, p. 15-52. – Cfr aussi Sprömberg, op. cit., p. 130-133. – Büttner, op. cit., p. 14-18, 22-23, 93. – Mohr, op. cit., t, i, p. 18-20.

10 « cum prisca consuetudo vigeat, qualiter nullus alicui clerico episcopatum conferre debeat nisi rex », éd. L. Santifaller, Zur Geschichte des ottonischsalischen Reichskirchensystems, 2e éd., Graz-Vienne-Cologne, 1964, p. 119. – J.F. Böhmer et H. Zimmermann, Papstregesten 911-1024, Vienne-Cologne-Graz, 1969, n° 56-57, 61, p. 22-25. – La décision du pape Jean X servira, en 1109, à étayer l’argumentation du Liégeois anonyme (Sigebert de Gembloux probablement) qui composa le Tractatus de învestitura episcoporum, dans lequel était défendu le principe de l’investiture des évêques par le roi (éd. E. Bernheim, M.G.H., Libelli, t. ii, p. 498-499 et Krimm-Beumann, D.A., t. xxxiii, 1977, p. 66-83). – Cfr Zimmermann, Der Streit, p. 36-38. – Sur le Tractatus, voir ci-dessous, p. 401-402.

11 Sprömberg, op. cit., p. 147-148. – Mohr, op. cit., t. i, p. 33-34.

12 « Richario Tungrensium praesule defuncto, idem episcopium rex Otho Hugoni, abbati monasterii Sancti Maximini, nolenti atque refugienti dedit, eumque ordinari fecit episcopum, et ita remeat trans Rhenum ». Flodoard, Annales, éd. Ph. Lauer, Paris, 1905, p. 99-100 (945). – Folcuin, Gesta abbatum Lobiensium, ch. 21, M.G.H., SS., t. iv, p. 64. – Annales sancti Maximini Trevirensis, M.G.H., SS., t. iv, p. 6-7 (934, 945). – Adalbert de Magdebourg, Continuatio Reginonis, éd. F. Kurze, Hanovre, 1890, p. 159, 163 (934, 945). – R. Köpke et E. Dümmler, Kaiser Otto der Grosse, Leipzig, 1876, p. 145 et n. 2.

13 Jean de Saint-Arnoul, Vita Jonannis abbatis Gorziensis, ch. 70, M.G.H., SS., t. iv, p. 356. – Cfr K. Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, Rome, 1950, p. 56 n. 15, p. 59-60, t. II, 1951, p. 770. – H. Büttner, Verfassungsgeschichte und lothringische Klosterreform, dans Festschrift G. Kallen, Bonn, 1957, p. 25-26. – E. Wisplinghoff, Untersuchungen zur frühen Geschichte der Abtei S. Maximin bei Trier..., Mayence, 1970, p. 31-36, 49. – J. Wollasch, Mönchtum des Mittelalters zwischen Kirche und Welt, Münich, 1973, p. 159.

14 Folculn, ibid. – Series abbatum Prumiensium, M.G.H., SS., t. xiii, p. 302. – Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 23, M.G.H., SS., t. vii, p. 201.

15 À moins de prendre à la lettre les affirmations de Folcuin, selon lequel l’évêque Ogon « Farabertum, item Prumiae abbatem, antistitii sui reliquit heredem ». Mais il s’agit là, selon nous, de formules de style et il n’est pas permis d’en conclure qu’Ogon a désigné son successeur.

16 La révolte est connue du roi en février-mars 953, alors qu’il s’apprête à célébrer la fête de Pâques à Ingelheim : Köpke-Dümmler, op. cit., p. 213-214. – J.F. Böhmer et E. von Ottenthal, Die Regesten des Kaiserreiches unter Heinrich I. und Otto I., Innsbruck, 1893, n° 227a, p. 104-105. – Cfr Mohr, op. cit., t. i, p. 35-39 et surtout H. Naumann, Rätset des letzten Aufstandes gegen Otto I. (953-954), dans Otto der Grosse, Darmstadt, 1976, p. 70-136.

17 Oediger, t. i, n° 383, 385, p. 120-121.

18 L’élection de Rathier eut lieu à Aix-la-Chapelle « quarta solemnis ieiunii septimi mensis feria », c’est-à-dire le mercredi 21 septembre. Son élection fut renouvelée Liège le dimanche suivant, c’est-à-dire le 25 septembre. Cfr F. Weigle, Die Briefe des Bischofs Rather von Verona, Weimar, 1949, n° 11, p. 55-56. – Rathier, Phrenesis, ch. 11, éd. Migne, P.L., t. cxxxvi, col. 378. – Ruotger, Vita Brunonis, ch. 38, éd. I. Ott, Weimar, 1951, p. 40. – Anselme, ch. 23, p. 201. – Oediger, t. I, n° 391-394, p. 122-123. – Sur le séjour de Rathier à la cour : Folcuin, ch. 22, p. 64 et J. Fleckenstein, Die Hofkapelle der deutschen Könige, t. II, Stuttgart, 1966, p. 46. – Sur Rathier de Vérone, qui fut l’un des hommes les plus cultivés de son temps, voir notamment Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., t. I, p. 130-132, t. III, p. 48*. – H.M. Klinkenberg, Ratherius, L. Th. K., t. viii, 1963, col. 1000-1001. – P.L. D. Reid, Ratherii Veronensis opera minora, Tumhout, 1976 (avec bibl. et catal. des œuvres de Rathier).

19 Köpke-Dommler, op. cit., p. 249 sv. – Le 10 août 955, Otton remportait sur les Hongrois — qui avaient traversé la Lotharingie en 954-955 — la victoire du Lechfeld : Gebhardt, t. I, p. 245, 247-248. – L. Musset, Les invasions. Le second assaut contre l’Europe chrétienne (viie-xie siècles), Paris, 1965, p. 69. – A. d’Haenens, Les incursions hongroises dans l’espace belge (954/955), Cahiers de Civilisation médiévale, t. IV, 1961, p. 423-440.

20 Weigle, op. cit., n° 10, p. 51-54, n° 11, p. 56-57 (pour la chronologie des événements, qui est assez confuse, cfr ibid., p. 51-52 n. 2). – Ruotger, ch. 38, p. 40-41. – Folcuin, ch. 23, p. 65. – Oediger, t. I, n° 397, 401, p. 124-125.

21 « Baldricus, qui erat de magnatorum terre illius prosapia oriundus ». Ruotger, ibid.

22 C’est à Baldéric d’Utrecht, pourtant, que la formation du futur archevêque Brunon de Cologne avait jadis été confiée. Oediger, 1.1, n° 349, p. 116.

23 Voir le tableau généalogique, annexe II. – Sur la parentèle de Baldéric Ier, cfr Weigle, op. cit., n° 11, p. 56-57. – Folcuin, ch. 26, p. 67-68. – J. Daris, Notes sur l’origine de Baldéric, évêque d’Utrecht et des deux Baldéric, évêques de Liège, dans Id., Notices, t. xiii, 1887, p. 5-22, t. xvi, 1896, p. 105-112. – L. Vanderkindere, A propos d’une charte de Baldéric d’Utrecht, Bull, de l’Acad. roy. de Belgique, Lettres, 1900, p. 37-53. – J. Baerten, Les origines des comtes de Loot..., R.B.P.H., t. xliii, 1965, p. 463-464. – Baldéric Ier aurait même bénéficié de la complicité de la famille lotharingienne des Ansfrid qu’il aurait récompensée en lui attribuant l’avouerie de Gembloux (Sigebert, Gesta abbatum Gemblacensium, ch. 11, M.G.H., SS., t. viii, p. 529). – Il est certain que l’archevêque Robert de Trêves (931-956), frère d’Ansfrid l’Ancien, a soutenu la candidature de Baldéric. Voir la démonstration séduisante de J. Baerten, Les Ansfrid au xe siècle..., R.B.P.H., t. xxxix, 1961, p. 1147, 1150, 1153, 1155-1158.

24 « Obstricti sunt sacramentorum fide spontanei, ut si accipere mererentur episcopum, quem petebant, invicta exinde firmitatc auctoritatem ecclesiç et ius imperatorium tuerentur ». Ruotger, ch. 38, p. 41.

25 Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 167-169. – Mohr, op. cit., t. i, p. 40-41.

26 C’est une source liégeoise de la seconde moitié du xiie s. qui l’affirme : « claro Saxonum Evraclus sanguine fuit oriundus ». Renier de Saint-Laurent, Vita Evracli, ch. 1, M.G.H., SS., t. xx, p. 562.

27 « domnus Evracrus ex Bonna decanus, Brunone concedente, efficitur episcopus, vir ingenuarum artium litteratus. » Folcuin, ch. 27, p. 69. – Anselme, ch. 24, p. 201. – Oediger, t. i, n° 429, p. 132-133. – H. Silvestre, Comment on rédigeait une lettre au xe siècle. L’épitre d’Éracle de Liège à Rathier de Vérone, M.A., t. lviii, 1952, p. 1-30. – D. Höroldt, Das Stift St. Cassius zu Bonn, Bonn, 1957, p. 205, 213, 218. – H. Wellmer, L’évêque Éracle et sa fondation de Saint-Laurent de Liège, dans Saint-Laurent de Liège..., Liège, 1968, p. 41-47, part. p. 41-42 et n. 10. – Köpke-Dommler, op. cit., p. 302.

28 Anselme, ch. 24, p. 202.

29 « Nokerus, genere quidem Alamannus » Anselme, ch. 25, 26, p. 203, 204. – « Ipse igitur in Suevia natus, nobilitatem generis scientia et moribus illustravit » Vita Notgeri, ch. 1, éd. G. Kurth, p. 10. – Sur les origines de Notger et sa carrière avant l’épiscopat, voir le remarquable exposé de G. Kurth, Notger de Liège..., t. i, Paris-Bruxelles-Liège, 1905, p. 32-45.

30 Vita Notgeri, ibid.

31 Annales Hildesheimenses, éd. G. Waitz, Hanovre, 1878, p. 30 (1008). – Kurth, op. cit., t. i, p. 35-37 a rejeté ce témoignage rédigé vers 1070 mais qui s’appuie sur des sources contemporaines. Tout comme Fleckenstein (Die Hofkapelle, t. ii, p. 44-45 et n. 178) nous ne voyons aucune raison valable pour écarter cette information qui, du reste, s’accorde bien avec ce que l’on sait de l’origine souabe du prélat. – Il n’est pas impossible que Notger soit apparenté à Notkerus, homme de condition noble, avoué de Saint-Gall vers 947/948-953/959. Sur ce personnage, voir E.F. Otto, Die Entwicklung der deutschen Kirchenvogtei im 10. Jahrhundert, Berlin-Grunewald, 1933, p. 35-36.

32 Vita Notgeri, ibid.

33 Fleckenstein, ibid.

34 Kurth, op. cit., t. i, p. 41-42.

35 Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 154-159, 187-188, 219-221.

36 Brunon obtient des Regnier un serment de fidélité, cfr ci-dessus n. 24.

37 La réforme des monastères fut également entreprise par l’aristocratie et par l’épiscopat. Les Regnier, par exemple, voulurent réformer l’abbaye de Lobbes. L’évêque Richer réformera l’abbaye de Stavelot-Malmédy et celle de Saint-Hubert. Toutefois, en ce qui concerne Stavelot, il semble bien que le prélat ait agi selon les directives d’Otton Ier. Cfr J. Warichez, L’abbaye de Lobbes..., Louvain-Paris, 1909, p. 54-57. – F. Baix, Étude sur l’abbaye et la principauté de Stavelot-Malmédy, t. i, Paris-Charleroi, 1924, p. 127 et n. 37. – A. Despy-Meyer et P.P. Dupont, dans Monasticon belge, t. v, Liège, 1975, p. 29. – M. Parisse, Le nécrologe de Gorze. Contribution à l’histoire monastique, Nancy, 1971, p. 10-11. – E. de Moreau, Les abbayes de Belgique (viie-xiie siècles), Bruxelles, 1952, p. 47-55. – Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 64-69, 289. – E. Sackur, Die Cluniacenser..., t. i, Halle, 1892, p. 169-174. – Le rôle de Richer dans le développement de la réforme monastique n’est pas exceptionnel. L’évêque de Liège se comporte exactement comme ses confrères de la province ecclésiastique de Trèves. Cfr Büttner, Verfassungsgeschichte und lothringische Klosterreform.

38 En Lotharingie, la réforme de Gorze évinça rapidement la réforme de Gérard de Brogne (t 959). Cette dernière, du reste, ne s’implanta guère à l’est de l’Escaut. Selon E. Sabbe, le caractère « féodal » de la réforme de Gérard était incompatible avec l’esprit de l’Eglise impériale : Étude critique sur la biographie et la réforme de Gérard de Brogne, dans Mélanges F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 522-524. – Sur ce point, voir cependant l’opinion plus nuancée formulée par J. Wollasch, Gerard von Brogne und seine Klostergründung, Revue bénédictine, t. lxx, 1960, p. 81 et n. 1.

39 Cette politique a été remarquablement mise en lumière par F. Lotter, Die Vita Brunonis des Ruotger..., Bonn, 1958, p. 65-90, dont nous résumons ici les conclusions. Cfr aussi J. Fleckenstein, dans Gebhardt, 1.1, p. 245-246 et n. 6 (avec bibl.). – H. Hoffmann, Politik und Kultur im ottonischen Reichskirchensystem..., Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xxii, 1957, p. 49-55. – H. Beumann, Die Bedeutung Lotharmgiens für die ottonische Missionspolitik im Osten, ibid., t. xxxiii, 1969, p. 21-22.

40 L’épiscopat de Farabert est mal connu. Folcuin de Lobbes l’accuse d’avoir vendu tout ce qui était à vendre dans l’abbaye. Mais il fait le même reproche à l’évêque Richer qui était pourtant un réformateur (M.G.H., SS., t. iv, ch. 19, 21, p. 63-64. – Ci-dessus n. 37).

41 « auctoritate domini Brunonis archiepiscopi, cui omnia debeo », charte d’Eracle du 2 juin 965, éd. L. Halphen et F. Lot, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V rois de France, Paris, 1908, n° 23, p. 51.

42 Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 159-164.

43 Warichez, L’abbaye de Lobbes..., p. 60-62. – Hallinger, Gorze-Kluny, t. i, p. 289.

44 « ille scolas per claustra stabilire curavit » Anselme, ch. 24, p. 201-202. – Vita Balderici episcopi Leodiensis, ch. 18, M.G.H., SS., t. iv, p. 731. – Wattenbach-Holtzmann-Schmale, D.G.Q., 1.1, p. 132-133, t. II, p. 48*-49*. – H. Silvestre, .À propos des chroniques liégeoises éditées par S. Balau. Notes de critique textuelle sur la biographie d’Éracle, A.H.L., t. IV, 1948, p. 11-22.

45 Fleckenstein, Hofkapelle, t. II, p. 52-57.

46 Rathier fit aussi un séjour à la cour, après avoir été chassé de Vérone. Mais on ne peut dire de lui qu’il a été formé par la chapelle. Au contraire, il y enseigna (Folcuin, ch. 22, p. 64. – Fleckenstein, op. cit., t. i, p. 46). – Il n’est pas impossible que Notger ait séjourné à Cologne jusqu’à la mort de Brunon. La Vita Notgeri affirme que son héros « de scolis ad palatium transfern meruit » (ch. 1, p. 10). Peut-être s’agit-il de l’école de Brunon.

47 Voir l’étude d’ensemble de H. Sprömberg, Die Bischöfe von Lüttich im elften Jahrhundert, Berlin, 1914.

48 Sur ce personnage, voir Ch. Lays, Étude critique sur la Vita Balderici episcopi Leodiensis, Liège, 1948. – J. Daris, Notes sur l’origine de Baldéric...

49 Sources diplomatiques : 1°) Charte originale de l’évêque Baldéric II pour l’abbaye de Saint-Jacques à Liège (1015), éd. C.G. Roland, Chartes namuroises inédiles, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, n° 13, p. 223-225 : « per manum Gisleberti fratris mei, comitis de Los [...]. Gislebertus et Arnulfus comites, fratres mei ». Sur ce faux, fabriqué ca 1100-1125, voir en dernier lieu Lays, op. cit., p. 67-71. – J. Stiennon, Étude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques de Liège, Paris, 1951, p. 63-67, 93-98, 169. -2°) Charte originale de Baldéric pour le même établissement (1016), éd. P. Harsin, Contribution à l’étude de la paléographie liégeoise..., B.S.A.H.D.L., t. xxii, 1930 p. 69-72 : « praesentibus fratribus meis, Gileberto videlicet comite de Los et Arnulfo ». Faux fabriqué ca 1101, voir Lays, p. 71. – Stiennon, p. 49-51, 84-93, 169. – 3°) Charte de l’évêque Réginard pour la collégiale Saint-Barthélemy de Liège (1031), éd. B. Fisen, Sanaa Legia, Liège, 1696, Ier partie, p. 198-199 : « Tradidit ergo Baldricus episcopus [...] per manus fratris sui Gisleberti comitis de Lon. » Cet acte est un faux qui se base probablement sur un document de 1026-1028, cfr ci-dessous, annexe IV. Sources narratives : 1°) Le troisième continuateur des Gesta abb. Trud., qui écrit à la fin du xive s. : « Iste [Baldéric] fuit filius Ononis comitis de Los, ex Lutgarde filia Hermegardis Namur-censis comitisse, Ottonis prefati ducis [de Lotharingie] filie. progenitus. Hujus Baldrici frater fuit Ghiselbertus, qui patri Ottoni pro aliquot annos in comitatu successif ». (IIa pars, lib. I, ch. 4, éd. C. de Borman, t. ii, Liège, 1877, p. 139). – 2°) Le De fundatione abbatiae sancti Jacobi Leodiensis, qui daterait des xve-xvie s. : « senior filius comitis Lossensis, cujus duo fratres juniores Arnulphus et Gislebertus fuere comites patricii et consules ». – Cfr Lays, op. cit., p. 94-96.

50 Parmi les nombreuses donations que Baldéric II fit aux églises liégeoises, figure Pannerden (Pays-Bas, Gueldre), qui provenait indiscutablement du patrimoine privé de l’évêque : « Pannardum oppidum, alodium suum, maiori aecclesiae [...] condonaverit » Anselme, Gesta episc. Leod., ch. 31, p. 206. – Vita Balderici, ch. 3, M.G.H., SS., t. iv, p. 725-726. – O.S.L., f° 71 v°. – Charte de Baldéric de 1016 (cfr n. préc.) éd. Harsin, p. 71 et n. 4. – Lays, op. cit., p. 81, 96, 146. – Stiennon, op. cit., p. 219-220. – Gysseling, t. ii, p. 786. – Ces donations indiquent que l’évêque se trouvait en possession de biens fonciers situés dans la région lotharingienne.

51 Sur les liens familiaux qui unissaient les premiers comtes de Looz à la dynastie des Regnier, voir la démonstration concluante de J. Baerten, Les origines des comtes de Looz..., R.B.P.H., t. xliii, 1965, p. 459-465. Notre tableau généalogique, en annexe II, se base en partie sur cette étude. – Baldéric II était également apparenté au comte Lambert de Louvain (ci-dessous, n. 53-54), au comte Arnoul de Valenciennes († 1012) (Vita Balderici, ch. 4, p. 726, ch. 21, p. 732. – Charte de Baldéric de 1015 (cfr n. 49), éd. Roland, p. 223. – Lays, op. cit., p. 121-130) et à Gérard de Florennes, futur évêque de Cambrai (1012-1051), comme le prouve une lettre de l’archevêque Arnoul de Reims († 1021) à Baldéric : « cum proximo nostro communi Gerardo Arnulfi [de Florennes] filio », éd. Cat. cod. hagiogr. Bibl. Reg. Brüx., pars I, t. ii, Bruxelles, 1889, p. 486 (1008-1012). Enfin, il est probable qu’il était apparenté au comte Baldéric qui reçut, avec lui, le bannus bestiarum sur leurs forêts situées entre les deux Nèthe et la Dyle (1008) (M.G.H., DD., Heinrich IL, n° 186, p. 221-222. – Cfr L. Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges au moyen âge, t. ii, Bruxelles, 1902, p. 29-30, 124-125, 297 sv.). – Voir aussi ci-dessous, n. 185-187.

51bis « antequam episcopi fungeretur officio pro responsis aecclesiae frequenter eum vacasse curiae, ac pro suae merito legaţie nis tum pro morum claritudine vel generis, familiaritatem meruisse imperatoris, et non solum eius sed et domus regiae in se gratiam et affectum transfudisse, quasi pro huiusmodi obsequiis et non divina dispositione ad honorem episcopatus fuerit provectus ». Vita Balderici, ch. 1, p. 725. – Le Baldericus clericus et capellanus imperatoris mentionné dans un diplôme daté de Ravenne, le 4 avril 1001 est fort probablement le futur évêque de Liège (M.G.H., DD., Otto III., n° 396, p. 828). C’est sans doute tomme membre de la chapelle que Baldéric fut vidame de Ratisbonne : Annales Hildesheimenses, éd. Waitz, p. 30 (1008). – C’est à la chapelle également que Baldéric connut Burchard, le futur évêque de Worms : « eius [de Baldéric] nempe contubernalis et amicus in palacio regis fuerat [Burchard] » Sigebert de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, ch. 27, M.G.H., SS., t. viii, p. 536. – Cfr U. Bubenheimer, Der Aufenthalt Burchards von Worms im Kloster Lobbes als Erfindung des Johannes Trithemius..., Z.R.G., K.A., t. lxxxix, 1972, p. 320-337 – H. Fuhrmann, Einfluss und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen..., t. ii, Stuttgart, 1973, p. 444, 462. – Sur le séjour de Baldéric à la chapelle, voir H.W. Klewitz, Königtum, Hofkapelle und Domkapitel..., Archiv für Urkundenforschung, t. xvi, 1939, p. 123-124. – Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 88-89, 125, 178. – Lays, op. cit., p. 91-93.

51ter Il semble que la fonction ducale soit restée vacante de 1005 à 1012. Cfr Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 63-64.

52 S. Hirsch, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Heinrich IL, t. ii, 1864, p. 9-13. – F.L. Ganshof, Les origines de la Flandre impériale..., Annales de la Société royale d’archéologie de Bruxelles, t. xlvi, 1942-1943, p. 107-113.

53 Le père de Baldéric II et le comte Lambert de Louvain étaient fort probablement des cousins germains. Voir la note suivante et le tableau généalogique en annexe II.

54 « Baldricus Leodicensis aecclesiae adeptus est dignitatem, Lantbertum comitem assumere in amicitiam estimavit, utpote consanguineum et ideo adiutorem patriae futurum. » Gesta episcoporum Cameracensium, lib. III, ch. 5, M.G.H., SS., t. vii, p. 467-468 (écrites en 1024-1025, cfr E. Van Mingroot, Kritisch onderzoek omtrent de datering van de « Gesta episcoporum Cameräcensium », R.B.P.H., t. liii, 1975, p. 281-332). – Voir les remarques de Sprömberg, Die lothringische Politik, p. 210-211.

55 En 1013, Lambert de Louvain écrase l’armée épiscopale à Hoegaarden. Cfr Lays, op. cit., p. 100-111.

56 « Clare nobilitatis Wolbodo genus ex Flandria duxit » : Renier, Vita Wolbodonis, ch. 1, M.G.H., SS., t. xx, p. 565. – Id., De ineptiis cuiusdam idiotae libelli, lib. I, M.G.H., SS., t. xx, p. 594.

57 Renier affirme également que Wolbodon a cédé à Saint-Laurent des alleux d’origine familiale situés en Flandre : « ... in Flandria sibi a progenitoribus dimissa multorum predia redituum (contulit) ». Vita Wolbodonis, ch. 17, p. 569. Mais aucune source contemporaine ne permet de vérifier cette assertion, cfr M. Maréchal-Laumont, La formation du domaine de l’abbaye de Saint-Laurent de Liège (1034-1187), mém. lic. dactyl., Liège, 1970-1971, p. 10-11. – Remarquons toutefois que Wolbodon a joué un rôle essentiel dans la fondation de l’abbaye de Saint-Laurent et qu’il y a été inhumé. Cfr F. Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent de Liège, dans Saint-Laurent de Liège, Liège, 1968, p. 15-24.

58 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 32-33, p. 207. – Cfr Chronicon sancti Laurentii, ch. 14-15, M.G.H., SS., t. viii, p. 267. – Renier, Vita Wolbodonis, ch. 4-6, p. 566. – Id., De ineptiis, lib. I, p. 594. – Le « psautier de Wolbodon », conservé jusqu’à la fin du xviiie s. dans la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Laurent de Liège provient d’Utrecht : M. Coens, Le psautier de s. Wolbodon écolâtre d’Utrecht, évêque de Liège, Analecta Bollandiana, t. liv, 1936, p. 137-142. – F. Masai, dans Art mosan et arts anciens du pays de Liège, Liège, 1951, p. 72-73, 210 n° 379. – J. Stiennon, Les manuscrits à peintures de l’ancienne bibliothèque de l’abbaye Saint-Laurent de Liège, dans Saint-Laurent de Liège, Liège, 1968, p. 139-140 et pl. XV. – Fleckenstein, Hofkapelle, t. ii, p. 186.

59 « Huius ergo episcopatus sede pastore viduata, inspirante ut credimus Deo, huic beato viro nec opinanti, immo amarissime flenti, eiusdem regendi securus curam committit ». Anselme, ibid. – « ... Vulpodo subrogatur, ac iubente imperatore a Gerardo episcopo [de Cambrai] ad eandem aecclesiam ductus, dono episcopii intronizatur. » Gesta episcoporum Cameracensium, lib. III, ch. 14, M.G.H., SS., t. vii, p. 470. – Renier, Vita Wolbodonis, ch. 7-8, p. 566.

60 Anselme, ibid. – Gesta episc. Cam., ibid.

61 Cfr Th. Schieffer, Heinrich II. und Konrad II..., D.A., t. viii, 1950, p. 400-404. – Gebhardt, t. i, p. 290-293. – K.J. Benz, Heinrich II. und Cluny, Revue bénédictine, t. lxxxiv, 1974, p. 313-337 (avec bibl.).

62 Comme le prouve son attitude vis-à-vis des abbayes de Lobbes, Saint-Jacques et Saint-Laurent, cfr Warichez, L’abbaye de Lobbes, p. 70-71. – Stiennon, Saint-Jacques, p. 226-228. – Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent, p. 20. – de Moreau, Abbayes de Belgique, p. 56, 59. – Hallinger, Gorze-Kluny, 1.1, p. 287.

63 Voir l’annexe I, II. 3. – S. Hirsch et H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Heinrich II, t. iii, 1875, p. 100-106. – Mohr, op. cit., t. i, p. 65.

64 Comme en témoigne la notice de l’O.S.L. : « Comm. dom. Baldrici n. ep. [...] et illorum omnium qui pro fidelitate ecclesiae occisi sunt in bello Flardenges » A.E.L., Cathédrale, Secrétariat, n° 295, f° 71 V° (29 juillet). – Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, ch. 31, p. 207. – Thietmar de Mersebourg, Chronicon, lib. VIII, ch. 30, éd. R. Holtzmann, 2e éd., Berlin, 1955, p. 528-529.

65 Gesta episcoporum Cameracensium, lib. III, ch. 19, M.G.H., SS., t. vii, p. 471. – Hirsch-Bresslau, op. cit., t. III, p. 96-99.

66 Vita Balderici, ch. 27, p. 734-735. – Cfr Lays, Étude critique, p. 130-133.

67 Cfr Hirsch-Bresslau, op. cit., t. III, p. 106-107.

68 « natus quidem ex humili genere, servorum memoraţi Godescalci praepositi, sed admodum pollens nobilitate ingenii ». Anselme, ch. 36, p. 209. – Gilles d’orval, Gesta episc. Leod., lib. II, ch. 71, p. 68 croit savoir que Godescalc était le fils du châtelain de Morialmé. Cette identification n’est pas prouvée. Il semble que Godescalc soit originaire de la Hesbaye, cfr CG. Roland, Les seigneurs de Morialmé..., A.S.A.N., t. xxxv, 1922, p. 6-12, 23.

69 Anselme, ch. 29, p. 205.

70 II y enseigna la doctrine religieuse et les arts libéraux. Anselme, ibid. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 24, p. 270. – Renier, Vita Wolbodonis, ch. 20, p. 570. – Un Durandus est commémoré dans un missel du monastère Saint-Michel de Bamberg (xie s.). Il s’agit vraisemblablement de l’évêque de Liège : Necrologium S. Michaelis Bambergense antiquius, dans Jaffé, Bibi rer. Germ., t. v, 1869, p. 562. – Cfr H.W. Klewrrz, Königtum, Hofkapelle und Domkapitel im 10. und 11. Jahrhundert, Archiv für Urkundenforschung, t. xvi, 1939, p. 127.

71 Fleckenstein, Hofkapelle, t. ii, p. 202-203 n. 341. – C’est par erreur qu’Aubry de Troisfontaines donne à Durand le titre d’imperatoris cancellarius (M.G.H., SS., t. xxiii, p. 782).

72 L’épitaphe de Durand, rédigée vers le milieu du xie s. par l’abbé Étienne de Saint-Laurent est très significative : « Pauperis in nido patrimonii natus et altus, / Ingenio summos evolat ad proceres. / Quos tulerat dominos, hisdem famulantibus usus : / In theatro mundi fabula quanta fuit ! » H. Silvestre, À propos de l’épitaphe de l’évêque de Liège Durand..., R.B.P.H., t. xli, 1963, p. 1138. – Cfr L. Génicot, Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège du xie au xve siècle, p. 146 n. 14. – O. Köhler, Das Bild des geistlichen Fürsten..., Berlin-Grunewald, 1935, p. 35.

73 Voir ci-dessus, n. 68. – Dans l’épitaphe citée n. 72, l’abbé Etienne tient à préciser que Durand « Tungrensem rexit nobiliter cathedram ». – Renier, qui écrit dans la seconde moitié du xiie s. à une époque où les successeurs de saint Lambert proviennent souvent de la haute noblesse, constate que, devenu évêque, Durand n’est plus serf : « nec iam servus » Vita Wolbodonis, ch. 20, p. 570. En principe, l’ordination — et, à plus forte raison, la consécration — impliquait un affranchissement. Néanmoins, le souvenir de la servitude congénitale se dissipait difficilement. Cfr Burchard de Worms, Decretorum libri viginti, lib. II, ch. 21-32, éd. Migne, P.L., t. cxl, col. 628-631. – H. Leclercq, art. Serfs, servage, servitude, dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. xv, 1, 1950, col. 1348-1349. – R. Naz, art. Esclave, dans Dictionnaire de droit canonique, t. v, 1953, col. 448-454. – A. Schulte, Der Adel und die deutsche Kirche im Mittelalter..., 2e éd., 1922, p. 74-92.

74 Cfr Schulte, op. cit., p. 68-72. – E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate 919-1024, Lincoln, 1932, p. 74-75. – Gebhardt, t. i, p. 291-292.

75 Sur l’élection de Durand, voir aussi Hirsch-Bresslau, op. cit., t. iii, p. 181-182. – H.L. Mikoletzky, Kaiser Heinrich II. und die Kirche, Vienne, 1946, p. 37.

76 « successit Reginhardus, qui conlitteralis archiepiscopo Heriberte... » Anselme, ch. 37, p. 209.

77 J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 251. – A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs du moyen âge, Turnhout, 1975, p. 233. – Mittellateinisches Wörterbuch, t. ii, 6e livr., Münich, 1974, col. 859.

78 C’est la conclusion à laquelle aboutissent G. Kurth, Réginard, évêque de Liège, dans B.N., t. xviii, 1905, col. 856 et Oediger, t. i, n° 666, p. 200.

79 C’est la leçon donnée par le meilleur manuscrit des Gesta d’Anselme (copie du xvie s. prise sur l’original) : Abbaye d’Averbode, sect. IV, reg. 12, f° 79 R°. Sur ce manuscrit cfr G. Kurth, Notice sur un manuscrit d’Hariger et d’Anselme..., B.C.R.H., 4e sér., t. ii, 1875, p. 377-394. – La leçon collateralis est également donnée par le B.U.Lg. 1964, f° 105 V° (copie de 1606) et le B.U.Lg. 178C, P 24 R° (xvie s.). – Le B.U.Lg. 3173, P 53 V° (xiie s.) donne la leçon conliteralis mais le texte comporte à cet endroit des inversions qui le rendent inintelligible. – Cfr aussi M.G.H., SS., t. xiiv, p. 110 et n.d. – Sur les autres manuscrits, voir Balau, Les sources de l’histoire de Liège, p. 131-132, 165-166 et les remarqi.es de J. Stiennon, Étude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques, p. 172 n. 1. – Dans sa Vita Reginardi, ch. 2, M.G.H., SS., t. xx, p. 571, Renier de Saint-Laurent, qui s’inspire du texte d’Anselme, écrit : « archiepiscopus Heribertus, sibi adherere et suum esse collateralem voluit ». Ce témoignage confirme donc notre point de vue.

80 Niermeyer, op. cit., p. 198. – Blaise, op. cit., p. 197. – Mittellat. Wort., t. ii, 6, col. 828-829.

81 En voici la liste : E. Wisplinghoff, Rheinisches Urkundenbuch. Ältere Urkunden bis 1100, fasc. I, Bonn, 1972, n° 126, p. 184 (1003, 19 mai), n° 129, p. 189 (1015, 1 mai). – Oediger, t. i, n° 630, p. 188 (1014, 3 février). – La souscription de Réginard figure aussi dans des documents faussés mais utilisables, étant donné le point de vue qui nous occupe : Wisplinghoff, n° 122, p. 178 (1003, 1 avril), n° 123, p. 180 (1003, avril), n° 124, p. 181 (1003, 1 avril). – Enfin, elle apparaît dans des documents faux : Wisplinghoff, n° 125, p. 183 (1003, 1 avril), n° 127, p. 186 (1005 (?), 1 août), n° 131, p. 194 (1020 (?), 3 mai).

82 « perfectionem in ecclesiasticis assecutus fuerat disciplinis » Anselme, ch. 37, p. 209.

83 Anselme, ibid. – Oediger, t. i, n° 666, p. 200 : le 1 mai 1015, Réginard est toujours simple diacre ; Héribert meurt le 16 mars 1021. – Réginard ne fut pas prévôt de Bonn, comme on l’affirme généralement (Höroldt, Das Stift St. Cassius zu Bonn, p. 205), mais doyen. Anselme écrit qu’il fut praelatus, mot qui, chez cet auteur, est synonyme de decanus (Niermeyer, op. cit., p. 834, sub verbo praelatus, n° 6). C’est Renier de Saint-Laurent qui a introduit la confusion en traduisant le mot par praepositus (Vita Reginardi, ch. 2, p. 571). – Kurth, Réginard, col. 856, évite l’erreur mais traduit par « chanoine », ce qui n’est pas exact. – L’évêque Éracle (959-971) avait été, lui aussi, doyen du chapitre de Bonn (ci-dessus, n. 27).

84 Vita Reginardi, ch. 1, p. 571.

85 Kurth, Réginard, col. 856.

86 « Huneto, frater domini Reginaldi, episcopi » est témoin d’une charte de l’évêque Réginard en faveur de l’abbaye de Florennes (1029), éd. A.H.E.B., t. xxi, 1888, p. 392 (d’après la copie du xviie s. d’un vidimus de 1409). Hunecho — qui, selon le moine Renier, — s’inspirant vraisemblablement de l’œuvre de Rupert de Deutz, — aurait joué un rôle important dans la fondation de l’abbaye de Saint-Laurent (Chronicon sancti Laurentii, ch. 32-33, p. 273-274. – Renier, Vita Reginardi, ch. 10, p. 574. – Cfr van Engen, Rupert von Deutz, p. 70-73, 75) — est encore mentionné dans une seconde charte épiscopale de 1029 pour Florennes. Ce document, qui détermine les droits de l’avoué, comporte plusieurs anomalies et doit être considéré comme un faux. Une étude plus approfondie de ce document, qu’il n’est pas lieu de faire ici, devra tenir compte du faux diplôme de Henri II du 15 avril 1012 (M.G.H., DD., Heinrich II., n° 517, p. 665-666) et du diplôme de Henri V de décembre 1107 (éd. U. Berliere, Documents inédits pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. i, Maredsous, 1894, p. 18-20) qui lui sont étroitement liés. La liste des témoins de la seconde charte épiscopale de 1029, qui s’inspire probablement d’une ou de plusieurs chartes contemporaines, est utilisable, éd. Berlière. ibid., p. 12. – Dans la première charte de 1029, apparaît aussi un certain « Wilhelmus, nepos » de Réginard et de son frère Hunecho. Nous retrouvons Guillaume et Hunecho, avec d’autres membres de leur parentèle (Humbert ou Hubert, Oldric, Réginard, Razo et Obert), dans les fausses chartes de Réginard pour l’abbaye liégeoise de Saint-Laurent, éd. P. Bonenfant, Les chartes de Réginard... pour l’abbaye de Saint-Laurent..., B.C.R.H., t. cv, 1940, n° 1, 3, 6, 7, 8 (la charte n° 1, considérée comme vraie par Bonenfant est vraisemblablement un faux : F. Vercauteren, Note sur les origines de Saint-Laurent, p. 24 n. 44. – M. Maréchal-Laumont, La formation du domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, p. 25-27). Selon la charte n° 3, Guillaume, consanguineus de Réginard, tenait du comte de Looz un bénéfice situé à Opheers, au sud-ouest de Tongres. Mais la charte est fausse (J. Thill, Le moulin et la terre de Warlege..., Leodium, t. lvi, 1969, p. 5-15 défend, à tort nous semble-t-il, la véracité de ce document) et même si le renseignement était exact, il n’y aurait pas là un argument décisif en faveur de l’origine liégeoise du prélat. La parenté (incertaine) de Réginard et de son successeur Nithard (voir ci-dessous) n’est pas non plus une preuve, pas plus que la parenté (incertaine elle aussi) entre Réginard et Wolbodon abbé de Saint-Laurent en 1071 (Chron. s. Laur., ch. 43, p. 276). Enfin, en s’appuyant sur la similitude des noms, on serait tenté de rattacher l’évêque au lignage des Régnier. Rien, cependant, ne nous permet d’affirmer ce fait.

87 H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Konrad IL, t. i, Leipzig, 1879, p. 1-27. – Gebhardt, 1.1, p. 299.

88 Gesta episcoporum Cameracensium, Hb. III, ch. 50, M.G.H., SS., t. vii, p. 484-485. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 74-76. – Bresslau, op. cit., t. i, p. 31-33, 35-37. – Oediger, t. I, n° 713, p. 211.

89 La présence du roi Conrad II à Liège, le 2 octobre 1024, est uniquement établie par ce diplôme qui est suspect : M.G.H., DD., Konrad IL, n° 6, p. 7-8. – J.F. Böhmer, N. von Bischoff et H. Appelt, Die Regesten des Kaiserreiches unter Konrad II..., Graz, 1951, n° 6, p. 14. – Cfr Bresslau, op. cit., t. i, p. 38-39, t. ii, 1884, p. 438-440. – R. Parisot, Les origines de la Haute-Lorraine..., Paris, 1909, p. 409-419.

90 Bohmer, von Bischoff et Appelt, op. cit., n° 48 a, p. 32. – Mohr, ibid.

91 D’après Renier de Saint-Laurent, qui s’inspire fort probablement de l’œuvre de Rupert de Deutz, Réginard avait été pressenti comme évêque de Verdun mais, le siège épiscopal de Liège s’étant trouvé vacant, il aurait versé de l’argent à Conrad II afin qu’on lui attribuât Liège (Chronicon sancti Laurentii, ch. 28, p. 271. – Renier, Vita Reginardi, ch. 3, p. 572). Durand de Liège est décédé le 23 janvier 1025 et l’évêque Heimon de Verdun le 30 avril 1025 : il existe entre les deux dates de décès un décalage chronologique qui se concilie difficilement avec le témoignage de Rupert et de Renier. Cette histoire, dont Anselme ne dit mot, a peut-être été inventée de toutes pièces par le moine Rupert. Voir les remarques de Kurth, Réginard, col. 856-857, de Parisot, Les origines, p. 419 n. 2, p. 420 n. 1, de H. Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis..., Louvain, 1952, p. 117-119,264-265,322-323. – Id., Notice sur Adelman de Liège, R.H.E., t. lvi, 1961, p. 859-860 et de van Engen, Rupert von Deutz, p. 70-73, 75.

92 Anselme, ch. 38, p. 210. – Cfr de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 438-439.

93 Vita Reginardi, ch. 20, p. 578. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 38, p. 275.

94 « Nizo thesaurarius, ex prosapia mea » Bonenfant, Les chartes de Réginard, n° 5, 6, 7, 8. – Sur la date de fabrication de ces documents, qu’il faut probablement placer au xiie s., cfr ibid., p. 332-334. – Marechal-Laumont, La formation du domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, p. 35, 38, 40, 42.

95 Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis, p. 271-274, 352-353, considère cette parenté comme « des plus problématique ».

96 Anselme, ch. 38, p. 210, ch. 49, p. 218-219.

97 Bresslau, op. cit., t. II, 1884, p. 278, 282-284. – C’est à Nonantola (Italie, Émilie-Romagne, prov. de Modène) que Wazon, à la fin du mois de janvier 1038, viendra présenter l’élu Nithard à l’empereur. Anselme, ibid. – Böhmer, von Bischoff et Appelt, op. cit., n° 267, p. 130.

98 E. Laehns, Die Bischofswahlen in Deutschland von 936-1056..., Greifswald, 1909, p. 10-18.

99 Sur l’évolution qui affecta le sens du terme « élection canonique » vers le milieu du xie siècle, voir P. Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl in den Anfängen des Investiturstreits, Stuttgart, 1926.

100 Voir les travaux cités ci-dessous, n. 101.

101 Sur Wazon, une des principales figures de l’épiscopat liégeois du haut moyen âge, voir : R. Huysmans, Wazo van Luik in den ideeënstrijd zijner dagen, Nimègue-Utrecht, 1932. – G. Tellenbach, Libertas. Kirche und Weltordnung im Zeitalter des Investiturstreites, Stuttgart, 1936, p. 124 sv. – J. Closon, Wazon, évêque de Liège (1042-1048), Chronique archéologique du pays de Liège, 28e année, 1937, p. 56-70. – E. de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. II, 2e éd., 1945, p. 34-50. – E. Amann, Wazon de Liège, dans Dictionnaire de Théologie catholique, t. xv, 2, 1950, col. 3520-3524. – E. Hoerschelmann, Bischof Wazo von Lüttich und seine Bedeutung für den Beginn des Investiturstreites, Düsseldorf, 1955. – Th. Schieffer, Wazo, Bischof von Lüttich (1042-48) dans L. Th. K., t. x, 1965, col. 970-971. – Voir également : P. Funk, PseudoIsidor gegen Heinrichs III. Kirchenhoheit, Historisches Jahrbuch, t. lvi, 1936, p. 305-330, part, aux p. 316-320. – H. Hoffmann, Von Cluny zum Investiturstreit, réimpr., p. 341-345.

102 Le prétendu frère de Wazon nommé Lancho qui aurait été prévôt et archidiacre de Liège n’a jamais existé. Voir ci-dessous, annexe IV.

103 Voir ci-dessous, annexe IV, n. 15.

104 « ... Emmelinum virum prudentem praefecit, qui praefati antistitis Wazonis carne germanus... » Everhelm, Vita Popponis abbatis Stabulensis, ch. 26, M.G.H., SS., t. xi, p. 310 (écrite dans la seconde moitié du xie s. par l’abbé de Saint-Pierre de Gand).– Cfr E. Sackur, Die Cluniacenser..., t. ii, Halle, 1894, p. 295.

105 Hoerschelmann, op. cit., p. 14.

106 La partie la plus importante de l’œuvre d’Anselme est consacrée à la biographie de Wazon qu’il a personnellement connu.

107 « Parentes meos quos superstites relinquo illi commendo, cui me quoque non fundos, non servos, non pecuniam ex hereditate habenlem antecessores nostri reli-quere ». Anselme, ch. 69, p. 232.

108 Ce qui ne veut pas dire qu’il était d’origine servile. Si Wazon avait été serf, son arrivée au pouvoir, comme celle de l’évêque Durand, aurait sans doute provoqué la stupéfaction générale. Cfr aussi Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 193-194.

109 Anselme, ch. 29, p. 205. – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 262. – Dans une charte de 1004-1027 ou 1042-1047 en faveur de Saint-Maximin de Trêves, il est fait mention d’un certain Wazon « qui monastica religione apud Deum et homines satis probatus est ». Ce personnage est le frère de l’auteur du document : « Everbero ex nobili prosapia originem trahens » C. Wampach, Urkunden- und Quellenbuch zur Geschichte der altluxemburgischen Territorien..., t. i, Luxembourg, 1935, n° 265, p. 380-382. L’éditeur s’est demandé si le moine Wazon n’était pas le futur évêque de Liège. La question mérite d’être posée car l’évêque Wazon, détail que Wampach ignorait, est commémoré dans l’obituaire primitif de Saint-Maximin (Necrologium Sancti Maximini, éd. F.X. Kraus, Jahrbücher des Vereins von Alterthumsfreunden im Rheinlande, t. lvii, 1876, p. 114. – éd. J.N. von Hontheim, Prodromus historiae Trevirensis, 2e partie, Augsbourg, 1757, p. 981. – Cfr E. Wisplinghoffj Untersuchungen zur frühen Geschichte der Abtei S. Maximin, p. 41, 193). Il convient cependant d’être fort prudent, d’autant plus que nous constatons l’apparition d’un certain Wazon dans une charte archiépiscopale de Trèves de 1043 (donc postérieure à l’élection de Wazon à Liège) : H. Beyer, Mittelrheinisches Urkundenbuch, t. i, 1860, n° 320, p. 374. Jusqu’à preuve du contraire, le moine Wazon ne peut donc pas être identifié à Wazon de Liège. – Il n’est pas impossible que Wazon soit apparenté au vassal de Godefroid de Verdun, nommé Wazon, que l’archevêque de Reims plaça sous la protection de l’évêque Notger de Liège : Weigle, Die Briefsammlung Gerberts von Reims, n° 65, p. 96 (985).

110 Anselme, ch. 70, p. 232. – Sigebert, Gesta abbatum Gemblacensium, ch. 44, M.G.H., SS., t. viii, p. 541.

111 A. Boutemy, Un grand abbé du xie siècle, Olbert de Gembloux, A.S.A.N., t. xli, 1934, p. 46-47. – Hériger fut un des collaborateurs de l’évêque Notger : Kurth, Notger, t. i, p. 87, 89, 173-174, 234, 335-341.

112 Nous ne partageons donc pas le point de vue de Boutemy, op. cit., p. 51.

113 Comme l’a très bien montré Kurth, la chapelle de Notger, à l’image de la chapelle royale, assumait, en dehors de ses fonctions religieuses, des tâches administratives et éducatives. Elle était étroitement liée à l’école de la cathédrale. Cfr Kurth, op. cit., t. i, p. 259-260. – S. Haider, Das bischöflische Kapellanat, t. i, 1977, p. 94-95.

114 Anselme, ch. 30, p. 206, ch. 40, p. 210.

115 Ibid. – Nous savons par d’autres sources contemporaines que Wazon se pencha sur des problèmes de géométrie « admodum subtiliter et profunde » : P. Tannery et l’abbé Clerval, Une correspondance d’écolâtres du xie siècle, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. xxxvi, 1899, n° 4, p. 522, n° 6, p. 531, n° 7, p. 531. – Francon de Liège, De quadratura circuli, éd. A.J.E.M. Smeur, Bruxelles, 1968, p. 42 : « maximus doctorum Wazo ». – Cfr R. Halleux, Les géomètres mosans des xe et xie siècles et leurs modèles antiques, Ann. 44e session Féd. cercles arch. hist. Belgique, Huy, 1976, 1978, p. 565 et n. 13.

116 Nous avons consacré à la carrière de Wazon avant son épiscopat une étude particulière que l’on trouvera en annexe IV. Nous renvoyons une fois pour toutes à ces pages.

117 C’est au cours de ce conflit, semble-t-il, que Wazon se réfugia momentanément auprès de l’abbé Poppon de Stavelot : Everhelm, Vita Popponis abbatis Stabulensis, ch. 26, M.G.H., SS., t. xi, p. 310.

118 Cfr Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 98-99. – Le « Guazo diacon us similiter capellanus domni imperatoris Ottoni » cité dans un diplôme du 4 avril 1001 (M.G.H., DD., Otto III., n° 396, p. 828) n’est probablement pas notre Wazon. Par contre, le Wazon commémoré avec Durand dans le missel de Bamberg, cité ci-dessus n. 70 (éd. Jaffé, p. 562. – Klewitz, Königtum, Hofkapelle und Domkapitel, p. 127-128), pourrait bien être l’évêque de Liège.

119 « secundum canonica instituta electus » Anselme, ch. 39, p. 210.

120 Anselme, ch. 50, p. 219-220.

121 « Ex capellanis pocius episcopum constituendum, Wazonem numquam in curte regia desudasse, ut talem promereretur honorem ». Ibid.

122 Herman de Cologne intervient comme métropolitain. Animé lui-même par l’esprit de réforme, l’archevêque ne pouvait espérer, pour le siège épiscopal de Liège, meilleur candidat que Wazon. Brunon, ancien chapelain de Conrad II, avait peut-être connu Wazon en 1028-1029 lorsque ce dernier séjourna à la cour impériale. En 1034, Herman de Cologne avait succédé à Brunon dans les fonctions de chancelier d’Italie. Cfr Fleckenstein, op. cit., t. ii, p. 172-173 et n. 123, p. 244-245.

123 « Nec defuere adulantium linguae, qui electionem sine regio favore factam asseverarent causam fore ». Anselme, ch. 50, p. 219.

124 E. Dupréel, Histoire critique de Godefroid le Barbu..., Uccle, 1904, p. 37-57. – Ganshof, Les origines de la Flandre impériale, p. 126-129. – H. Glaesener, Les démêlés de Godefroid le Barbu avec Henri III et l’évêque Wazon, R.H.E., t. xl, 1944-1945, p. 141-170. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, p. 85-88. – E. Boshof, Lothringen, Frankreich und das Reich in der Regierungszeit Heinrichs III., Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xlii, 1978, p. 77-79, 88-89, 93 sv., 121-122 et Das Reich in der Krise. Überlegungen zum Regierungsausgang Heinrichs III., Historische Zeitschrift, t. ccxxviii, 1979, p. 268-272, qui insiste sur l’appui que l’Église impériale apporta au souverain lors de la révolte de Godefroid le Barbu et de Thierry de Frise.

125 Anselme, ch. 66, p. 229. Il est difficile de déterminer s’il s’agit de l’expédition de 1046 ou de 1047, question, du reste, dont l’intérêt est relatif. Steindorff et Hoerschelmann adoptent la première solution, mais leur argumentation est faible. Cfr E. Steindorff, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Heinrich III., t. i, Leipzig, 1874, p. 293-294, t. ii, 1881, p. 18, 50 et n. 1. – Hoerschelmann, Bischof Wazo von Lüttich, p. 38-41.

126 Anselme, ch. 57, p. 223-224. – Steindorff, op. cit., t. ii, p. 23. – Dupréel, op. cit., p. 50-51.

127 Sur ce personnage, voir : Ph. Schmitz, Théoduin, évêque de Liège (1048-1075), dans B.N., t. xxiv, 1926-1929, col. 757-759. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 79-80. – A. Joris, Note sur la date du début de l’épiscopat de Théoduin, évêque de Liège, R.B.P.H., t. xxxviii, 1960, p. 1066-1072.

128 Il y lut : « Presul Theoduinus, quem genuit Norica tellus. » Gilles d’Orval, lib. III, ch. 1, p. 78. – Théoduin entoura la collégiale hutoise d’une grande faveur. Il la fit reconstruire et il y fut enseveli. Cfr H. Demaret, La croix et le calice du tombeau de l’évêque de Liège Théoduin de Bavière, Leodium, t. x, 1911, p. 101-114. – A. Joris, La ville de Huy au moyen âge..., Paris, 1959, p. 108-110. – L.F. Génicot, La collégiale Notre-Dame de Huy. La collégiale ottonienne (1053 ?-1066), Bull, de la Comm. roy. des mon. et des sites, t. xiv, 1963, p. 327-385. – Voir ci-dessous, annexe I, n. 30. – Dans une charte de 1067, il est fait mention de Sefridus, nepos de Théoduin : Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., y.I, 1873, n° 2, p. 97.

129 Anselme, ch. 9, p. 195. – C’est-à-dire à l’abbaye bénédictine de Seeon (Allemagne occid., Bavière, Kr. Traunstein) et à Tückelhausen (Allemagne occid., Bavière, Kr. Ochsenfurt). Cfr Oediger, t. i, n° 683, p. 206. – J. Hemmerle et J. Wenzel, dans Handbuch der historischen Stätten Deutschlands, t. vii, 2e éd., 1965, p. 693-694, 756. – E. Förstemann, Altdeutsches Namenbuch, t. II, 1, Bonn, 1913, col. 759. – M. Zender, Räume und Schichten mittelalterlicher Heiligenverehrung..., Düsseldorf, 1959, p. 56-57 n° 650, 715. – Il n’est pas certain qu’Anselme ait appris de la bouche de Théoduin les renseignements concernant Seeon.

130 « Theoduinus episcopus, de regio sanguine natus » Gilles d’Orval, lib. III, prol., p. 75-76.

131 Ils furent au nombre de quatre, Théoduin compris. Cfr H. Schnitger, Die deutschen Bischöfe aus den Königssippen von Otto I. bis Heinrich V., Wurtzbourg, 1938, p. 71 sv., 76, 79.

132 « committitur a Henrico rege Theoduinus Leodiensi ecclesie ordinandus episcopus ».

133 Comme l’a démontré A. Joris, Note sur la date du début de l’épiscopat de Théoduin. Le 27 juillet 1048 étant un mercredi, il ne peut s’agir de la date de consécration qui devait normalement avoir lieu un dimanche.

134 Il est à Minden le 20 juillet et à Pöhlde le 29 septembre : Steindorff, op. cit., t. II, p. 40. – E. Müller, Das Itinerar Kaiser Henrichs III., Berlin, 1901, p. 70-72.

135 Herman de Reichenau, Cronicon, éd. R. Buchner, p. 688 (le chroniqueur Herman mourut en 1054). – Cfr Steindorff, ibid., p. 66-67. – Boshof, Lothringen, p. 97.

136 Nous continuerons d’appeler ce personnage Henri de Verdun. Ce nom, consacré par un long usage, indique simplement que Henri fut un haut dignitaire de l’église verdunoise avant d’accéder à l’épiscopat.

137 « Fredericus cornes, Leodicensis episcopi frater », dans Le nécrologe de la cathédrale de Verdun, éd. Ch. Aimond, Jahrbuch der Gesell, für lothr. Gesch. und Altertumskunde, t. xxi, 2, 1909, p. 174 (c’est par erreur que l’éditeur considère Frédéric comme le frère de Wazon). – « Heinricus venerabilis Leodiensium praesul, cuius frater Fredericus cornes Tullensis, fratrisque filii Rainaldus et Petrus... » Laurent de Liège, Gesta episcoporum Virdunensium, ch. 7, M.G.H., SS., t. x, p. 494. – « frater episcopi Heinrici Leodiensis, qui sepultus est in Hoio, comes Tullensis Fridericus duos habuit filios, comitem Renardum et comitem Petrum », note du xiiie s. dans un manuscrit des Gesta Treverorum, M.G.H., SS., t. viii, p. 126 n. 39. – « S. Frederici, hujus urbis comitis, et fratris ejus Henrici », charte de l’évêque Udon de Toul (1069), citée par M. Bur, La formation du comté de Champagne, Nancy, 1977, p. 132 n. 139.

138 D’après Gilles d’Orval, Gesta episc. Leod., lib. III, ch. 11, M.G.H., SS., t. xxv, p. 88 et Aubry de Troisfontaines, Chronica, M.G.H., SS., t. xxiii, p. 798, Henri de Verdun et Frédéric de Toul seraient les fils d’un autre Frédéric également comte de Toul (Cfr L. Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges au moyen âge, t. ii, Bruxelles, 1902, p. 390-391, 435-437). Il s’agit peut-être là d’une confusion. Le Kalendarium S. Mariae Virdunensis, éd. Aimond, ibid., p. 314, commémore à la date du 19 nov. un « Balduinus cornes, pater Henrici episcopi ». Ce calendrier, connu par une copie du xviie s., aurait été rédigé au xie s. (Cfr aussi Le nécrologe de la cathédrale de Verdun, éd. Aimond, p. 296 : « Ob. Balduinus cornes » [18 nov.]). Il est possible, comme le suggère M. Parisse, que ce Baudouin soit le père de l’évêque Henri de Liège et de Frédéric comte d’Astenois et de Toul. Cfr M. Parisse, La noblesse lorraine, xie-xiiie s., t. i, Lille-Paris, 1976, p. 38 et n. 137, t. ii, p. 758, 879-881. – Sur les d’Astenois, voir Bur, op. cit., p. 131-132, selon lequel Henri de Verdun serait le fils du comte Baudouin (d’Astenois) et d’une fille du lignage verdunois. — Par une lettre du 11 déc. 1976, M. Parisse a bien voulu nous confirmer son point de vue et nous apporter des indications supplémentaires. Nous l’en remercions vivement. – Le comte de Toul était institué par l’évêque. Cfr J. Choux, Recherches sur le diocèse de Toul au temps de la Réforme grégorienne..., Nancy, 1952, p. 20-21, 190.

139 Henri de Verdun était le neveu ou le cousin (nepos) d’Herman : Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 8, t. i, p. 57-58. Herman avait été archidiacre et prévôt de la cathédrale Saint-Lambert de Liège avant de monter sur le siège épiscopal de Metz. Cfr de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 440-441. – G. Meyer von Knonau, Jahrbücher des deutschen Reiches unter Heinrich IV. und Heinrich V., t. ii, Leipzig, 1894, p. 172 n. 105. – F. Ruperti et G. Hocquard, Hériman évêque de Metz (1073-1090), Annuaire de la Soc. d’hist. et d’arch. de la Lorraine, t. xxxix, 1930, p. 505-507, 558 n° 1-4. – S. Salloch, Hermann von Metz..., Francfort, 1931, p. 4-5. – Parisse, op. cit., t. i, p. 167.

140 « ipsi duci consanguinitate proximum ». Lambert de Hersfeld, Annales, éd. O. Holder-Egger, p. 225 (qui écrit ca 1077-1080). – « ut dulcem consanguineum » Laurent de Liège, ibid., p. 495. – Gilles d’Orval, ibid. – Aubry, ibid. – Cfr F. Dieckmann, Gottfried III. der Bucklige, Herzog von Niederlothringen..., Erlangen, 1885, p. 73 et n. 3.

141 Laurent de Liège, ibid., p. 494.

142 « quidam Virdunensis senex, Eleutherius, vir equidem religiosus » Cantatorium, ch. 35, p. 96. Éleuthère, qui entretint des relations avec les abbayes de Saint-Hubert et de Saint-Laurent de Liège doit probablement être identifié avec l’Eleutherius mon(achus) commémoré au 9 octobre dans le calendrier-obituaire dit de Saint-Laurent de Liège, éd. M. Coens, Analecta Bollandiana, t. lviii, 1940, p. 74. Selon H. Wellmer, Persönliches Memento im deutschen Mittelalter, Stuttgart, 1973, p. 109-113, ce document serait l’obituaire personnel de l’évêque Henri de Verdun. Il est regrettable que Wellmer n’ait pas jugé utile de faire la démonstration de cette hypothèse qui nous paraît fort séduisante. – Dans son Histoire de l’Église en Belgique, E. de Moreau affirme que Henri de Verdun a été formé à l’abbaye de Saint-Vanne (t. II, 2e éd., p. 81). C’est une erreur dont l’origine doit probablement se trouver dans le récit — fort ambigu d’ailleurs — d’A. Cauchie, La Querelle des investitures..., t. i, Louvain, 1890, p. 29.

143 La Lorraine du xie siècle connaissait une vie monastique intense. Cfr M. Parisse, La vie religieuse en Lorraine au xie siècle, Sacris erudiri, t. xx, 1971, p. 11-38.

144 Cantatorium, ch. 28, p. 86. – Laurent de Liège, ibid. – Lambert de Hersfeld, ibid. (Vertunensem canonicum). – Le nécrologe de la cathédrale de Verdun, éd. Aimond, p. 224 (can[onicus] s[ancte Marie]). – Berthold de Reichenau, Annales, M.G.H., SS., t. v, p. 281 (Viridunensis praepositus) (œuvre écrite ca 1075-1088). – Voir la charte du 8 septembre 1082 de l’évêque Thierry en faveur de Saint-Airy de Verdun : « mansum quoque in eadem villa unum, quern a domno Henrico tunc archidiacono meo, nunc Leodiensi episcopo ipso volente recepi, et ipso petente eidem ecclesiae subjugavi ». Dom Calmet, Histoire de Lorraine, t. iii, Nancy, 1748, preuves, col. VIII. – Cfr Parisse, La noblesse lorraine, t. i, p. 427.

145 Les sources principales sont la Chronique de Saint-Hubert ou Cantatorium et les Annales de Lambert de Hersfeld, écrites respectivement vers 1098-1106 et vers 1077-1080, enfin la Geste des évêques de Verdun, rédigée par Laurent de Liège vers le milieu du xiie siècle. – Cfr K. Beyer, Die Bischofs- und Abtswahlen in Deutschland unter Heinrich IV...., Halle-Wittenberg, 1881, p. 49.

146 Cantatorium, ch. 28, p. 86-87.

147 Lambert de Hersfeld, Annales, p. 225. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., p. 495 : c’est évidemment par erreur que Laurent de Liège place ces événements à l’issue du conflit qui opposa Henri IV à Rodolphe de Rheinfelden anti-roi de 1077 à 1080. – Cfr Dieckmann, Gottfried III., p. 69-74, 94-95. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. ii, 1976, p. 60. – Meyer von Knonau, op. cit., t. ii, p. 514-517. -Gebhardt, t. i, p. 331-333.

148 La désignation se fit d’autant plus facilement que les Liégeois n’étaient pas parvenus à s’entendre sur un candidat. C’est le duc lui-même qui introduira Henri de Verdun dans la Cité de Liège. Cantatorium, ch. 29, p. 88. – Laurent de Liège, ibid. – Il n’est pas impossible que l’élection de Henri de Verdun ait été préparée de longue date. Herman de Metz et Godefroid le Bossu se sont rencontrés au château de Bouillon pendant l’hiver qui précéda la mort de Théoduin. Cantatorium, ch. 27, p. 84.

149 « dignaretur rex, ut est ejus donationis agende, pro tribunali şedere, et vocatis Leodiensibus episcopum illis constituere. Leodienses evocaţi, licet morderentur latenter nemini eorum quod speraverant provenisse, ne tarnen voluntati regie que in negotio preponderabat viderentur deesse, Theoderico abbati ex consilio referendam imposuerunt domni Henrici electionem ». Cantatorium, ch. 28, p. 87. – On remarquera que dans l’élection de Henri de Verdun, qui eut lieu après le 23 juin 1075, il ne fut pas tenu compte des prescriptions du concile de Rome, réuni au mois de février de la même année et au cours duquel Grégoire VII avait interdit au roi de « donner les évêchés » : Santifaller, Zur Geschichte..., n° 4, p. 225. – Voir nos remarques, ci-dessous n. 437. – Le Chronicon s. Laurentii, ch. 43, p. 276, dont le texte est visiblement apparenté à celui du Cantatorium, présente néanmoins les faits différemment : « Leodienses tarnen Theoderico abbati sancti Huberti, ut ad imperatorem domni Henrici dicti Pacifici ab eis electi electionem referret iniunxerunt, quam imperator confirmavit. » Le rôle de Henri IV se limite donc à une simple confirmation de l’élection. Cette particularité serait de nature à prouver que ce passage proviendrait de l’œuvre perdue du « grégorien » Rupert de Deutz. Cfr van Engen, Rupert von Deutz.

150 La meilleure étude d’ensemble sur ce personnage est la notice de H. Pirenne, Otbert, dans B.N., t. xvi, 1901, col. 356-363. – Cfr de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. ii, 2e éd., p. 86-92, 99-100, 103-105, 204-213.

151 Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 9, p. 149-150 (le livre IX fut écrit par Raoul en 1136 : A. Joris, Le plus ancien verdict de la Paix de Liège..., dans Hommage au professeur p. Bonenfant, Bruxelles, 1965, p. 39-40.) – Cfr Pirenne, op. cit., col. 357. – Il n’est pas impossible qu’Otbert soit également apparenté à Otbert, vassal de Théoduin (miles meus), qui, en 1057, reçoit un fief situé à Lesve (Namur, Namur Profondeville) en échange de celui qu’il tenait à Soulme (Namur, Philippeville, Doische) : Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 16-17. – Il s’agit peut-être du même personnage qu’Otbert, mentionné parmi les nobiles dans une charte de l’abbé de Lobbes délivrée en présence de l’évêque Théoduin : A.E. Mons, Cartulaires, n° 33, f° 135 R°, n° 115, p. 101-103 (1070). – Un liber homo du nom d’Obertus souscrit une charte de l’évêque Otbert pour Rolduc datée de 1108 : Ernst, Hist, du Limbourg, t. vi, n° 31, p. 117.

152 Le fait que Henri était soutenu par Otton, fils du comte Gislebert de Duras (Raoul, ibid.) n’exclut pas la possibilité d’une origine servile. Voir sur ce point les remarques d’A. Joris concernant Aubert le Manchot qui était peut-être un ministerialis de Saint-Trond (op. cit., p. 44-45). – Cfr aussi J.L. Charles, La ville de Saint-Trond au moyen âge, Paris 1965, p. 119 sv.

153 II s’agit bien, comme le précise la charte, d’Albert II, époux de Régelinde, et non pas de leur fils Albert III († 1102).

154 « rei veritatem recognovimus utpote qui tum temporis in contubernio predicti bonae memoriae episcopi assidue militabamus », éd. d’après l’original par Misson, Le chapitre noble de Sainte-Begge, 2e éd., Bruxelles-Namur, 1889, n° 2, p. 288-289. – J.F. Niermeyer, Onderzoekingen over Luikse en Maastrichtse oorkonden..., Groningue-Batavia, 1935, p. 36, 117-118, 126-131 considère ce document comme un faux de la fin du xiie s. Son argumentation ne nous a pas convaincu. Les conclusions de l’examen paléographique sont contestables (Cfr J. Stiennon, Étude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques, Paris, 1951, p. 46 n. 1, 92) et l’étude diplomatique repose sur des bases fort fragiles. Le fait de mentionner les abbates avant les archidiacres n’est plus une anomalie si, comme le contexte l’indique, on veut bien traduire ce mot par « membres principaux du clergé d’une cité épiscopale » ou par « prévôts » (Cfr J.F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 1. – Mittellateiniches Wörterbuch, t. i, col. 8-10). Quant à l’argument relatif aux prérogatives des archidiacres, il ne nous paraît pas fondé, car il repose sur une interprétation abusive du texte. – Sur le contexte dans lequel ce document fut établi, voir F. Rousseau Le monastère mérovingien d’Andenne, réimpr., p. 289-291. Cfr Grandgagnage, Actes d’Otbert, p. 128-146.

155 Cantatorium, ch. 68, p. 152. – Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 11, p. 62. – Sigebert de Gembloux, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 366. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 45, p. 277.

156 Comme l’admet Pirenne, Otbert.

157 « vir sagax utiliumque provisor, in negotiis divinis et humanis adprime eruditus » Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 1, M.G.H., SS., t. xx, p. 499, 500. – « Manus eius quasi tornatiles / et ad sacra fuerunt habiles ; / Pastorali sciuit de ordine / plus quam dici possit de homine ». Chronicon rythmicum Leodiense, éd. C. de Clercq, Reimbaldi opera, Turnhout, 1966, p. 136-137.

158 Le chroniqueur de Saint-Hubert, à qui nous devons ce renseignement, dit simplement qu’Otbert fut « criminibus convictus ». Aussi, l’évêque Henri de Verdun » ut erat vir tuende virtutis », l’avait-il expulsé de la Cité. Cantatorium, ch. 68, p. 152-153.

159 Ibid. – Raoul de Saint-Trond, lib. IV, ch. 11, p. 62. – Chronicon sancti Laurentii, ch. 45, p. 277. – Meyer von Knonau, Jahrbücher, t. iv, 1903, p. 278.

160 Comme l’affirme J. Fleckenstein,, Hofkapelle und Reichsepiskopat unter Heinrich IV., dans Investiturstreit und Reichsverfassung, Sigmaringen, 1973, p. 134 n. 79, p. 138 n. 115, qui s’appuie sur le Chronicon sancti Laurentii, ibid. : « cum invenisset [Otbertus] regem in Italia, apud eum se in eius curia cum ceteris capellanis contulit ». Ce texte fut vraisemblablement rédigé par le moine de Saint-Laurent Rupert de Deutz vers 1100. Cfr van Engen, Rupert von Deutz.

161 Un Herebertus Leodiensis episcopus est mentionné dans une liste des chanoines de Goslar dressée au début du xvie s. Ce personnage est peut-être Otbert. Cfr H.W. Klewrrz, Königtum, Hofkapelle und Domkapitel, p. 141, 144, 153. – R. Meier, Die Domkapitel zu Goslar und Halberstadt..., Göttingen, 1967, p. 63, 154, 165, 194 n° 17.

162 Cfr Gebhardt, t. i, p. 347-348.

163 Ibid. – A. Becker, Papst Urban II. (1088-1099), t. i, Stuttgart, 1964, p. 125-132. La chance de Henri IV tourna au cours de l’année 1092.

164 Voir les textes publiés par L. Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensystems, 2e éd., p. 224-226. – Cfr P. Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl..., p. 144, 151-199.

165 « sine electione ecclesiastica de manu regis episcopatum extorsit ». Cantatorium, ch. 69, p. 155, ch. 90, p. 233-234. – « ut eum donum episcopatus habentem Leodium, nunciata sibi morte episcopi Henrici, remitteret » Chron. sancti Laur., ibid. — Cfr Chronicon rythmicum, éd. de Clercq, p. 136. – Pour obtenir l’évêché, Otbert versa à l’empereur une somme d’argent (Cantatorium, ch. 70, p. 157-158, ch. 71, p. 169. – Lettre du pape Urbain II à Bérenger de Saint-Laurent (1095), éd. E. Reusens, A.H.E.B., t. xxv, 1895, n° 4, p. 151-152. – Jaffé, Regesta, t. i, n° 5538, p. 676). Henri III avait renoncé à ces pratiques simoniaques. Elles étaient réapparues sous Henri IV. Cfr F. Franziss, Der deutsche Episkopat in seinem Verhältniss zu Kaiser und Reich unter Heinrich III., Stadtamhof, 1880, p. 23-28. – H.J. Vogt, Konrad II. im Vergleich zu Heinrich II. und Heinrich III...., Francfort, 1957, p. 61. – R. Schieffer, Die Romreise deutscher Bischöfe im Frühjahr 1070..., Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xxxv, 1971, p. 152-174. – Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 293-294, 297.

166 L’opposition à Otbert prit seulement naissance après qu’il eût, au lendemain de sa consécration, déposé sur l’ordre de Henri IV l’abbé Bérenger de Saint-Laurent (1077-1116) au profit de l’abbé déchu Wolbodon. Jadis, pourtant, Bérenger avait défendu Otbert contre Henri de Verdun. Cfr Cantatorium, ch. 68, p. 153, ch. 70, p. 156 sv. – Chron. sancti Laur., ch. 45-46, p. 277. – A. Cauchie, La Querelle des Investitures..., t. ii, 1891, p. 16 sv.

167 Henri IV avait été excommunié, pour la seconde fois, par Grégoire VII, le 7 mars 1080.

168 Ce sont : Baldéric II (1008), Wolbodon (1018), Durand (1021), Théoduin (1048) et Otbert (1091).

169 Nithard (1037/1038) et Wazon (1042).

170 Réginard (1025). C’est, du moins, ce que nous croyons avoir démontré.

171 Henri de Verdun (1075).

172 Fleckenstein, Die Hofkapelle, t. ii, p. 208-223. – Vogt, Konrad II. im Vergleich zu Heinrich II. und Heinrich III., p. 13-15, 20 : le roi exerce vraiment ses droits dans leur plénitude.

173 Fleckenstein, p. 223-230. – Vogt, p. 21-27.

174 Wazon ne fut chapelain que quelques mois et son séjour à la Hofkapelle, semble-t-il, ne fut pas pris en considération lorsqu’il fut élu évêque. Il n’est nullement prouvé que Théoduin ait fait partie de cet organisme.

175 Fleckenstein, t. ii, p. 287-297. – Vogt, p. 41-44.

176 Fleckenstein, p. 292 sv. – Vogt, p. 46-61. – En outre, la candidature de Wazon était soutenue par l’archevêque de Cologne et par l’évêque de Wurtzbourg.

177 J. Fleckenstein, Heinrich IV. und der deutsche Episkopat in den Anfängen des Investiturstreites, dans Adel und Kirche, Fribourg-Bâle-Vienne, 1968, p. 221-236.

178 Le cas d’Otbert, par exemple, nous paraît insoluble. — Sur ces questions, voir aussi : W. Pelster, Stand und Herkunft der rheinischen Bischöfe, p. 42-43. – L. Génicot, Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège du xie au xve siècle, p. 143 sv.

179 A. Schulte, Der Adel und die deutsche Kirche im Mittelalter, p. 61-73. – Lippelt, Thietmar von Merseburg, p. 5-16. – W. Störmer, Früher Adel, t. ii, 1973, p. 312-357.

180 Baldéric II (1008), Durand (1021), Nithard (1037/1038), Wazon (1042) et Otbert (1091).

181 Wolbodon (1018), Réginard (1025), Henri de Verdun (1075).

182 Sur ce point, voir les remarques de Th. Schieffer, Ein deutscher Bischof des 11. Jahrhunderts : Gerhard I. von Cambrai, D.A., t. i, 1937, p. 332.

183 P. Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 21-22.

184 Il abandonne l’abbaye de Lobbes à son oncle Régnier III : Folcuin, Gesta abb. Lob., ch. 26, M.G.H., SS., t. iv, p. 67-69. – Sigebert, Gesta abb. Gembl, ch. 14, M.G.H., SS., t. viii, p. 530. – Warichez, L’abbaye de Lobbes, p. 51, 57. – Quant à son allié, Ansfrid, il aurait obtenu l’avouerie de Gembloux. Cfr ci-dessus, n. 23.

185 Anselme, Gesta episc. Leod., ch. 31, M.G.H., SS., t. vii, p. 206. – Vita Balderici, ch. 5, M.G.H., SS., t. iv, p. 726. – Sigeberti auctarium Gemblacense, M.G.H., SS., t. vi, p. 391 (1015). – Ci-dessous, p. 427-428. – Baldéric II était apparenté à la maison de Florennes, cfr ci-dessus, n. 51.

186 À la demande de l’évêque Baldéric, son parent, le comte Arnoul de Valenciennes (cfr ci-dessus, n. 51) légua ses biens à l’église de Liège (Vita Balderici, ch. 4, p. 726, ch. 21-24, p. 732-734. – Anselme, ch. 31, p. 206). Parmi ces biens il y avait Visé (Liège, Liège) comme le prouve la commémoration du comte Arnoul et de son fils Adalbert dans l’O.S.L., f° 100 V°, 32 R° : « comm. Arnulphi com. qui dedit nobis Viusaz » (23 oct.), cfr J. Knaepen, Visé. Évolution d’un domaine jusqu’à son acquisition par la cathédrale Saint-Lambert de Liège, Bull, de la Soc. roy. « Le Vieux-Liège », t. vi, 1961-1965, p. 268-269.

187 Le chroniqueur Anselme fait à propos de Baldéric II, cette remarque significative : « licet excrescente fratrum aliorumque propinquorum numero, in multas particulas dividendae hereditatis angustia carnaliter timeri posset consanguineae posteritari, maluit tarnen ex praediis suis magna ex parte aecclesiam et pauperes Christi facere heredes. » Anselme, ch. 31, p. 206. – Pannerden aurait été donné par Baldéric II à Saint-Lambert en échange de Yernawe (Liège, Waremme, Saint-Georges-sur-Meilse) que l’évêque céda à l’abbaye de Saint-Jacques. C’est du moins, ce que dit la fausse charte de Baldéric pour cette abbaye (1016), éd. Harsin, B.S.A.H.D.L., t. xxii, 1930, p. 71. – Cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 219-220. Selon la même charte, Baldéric aurait également donné à l’abbaye son alleu de Celles (Liège, Waremme, Faimes) qui lui appartenait « heredïtario jure » Harsin, p. 70. – Charte (fausse) de Baldéric II pour Saint-Jacques (1015), éd. Roland, A.S.A.N., t. xxvii, 1908, p. 51. – Stiennon, p. 218. – Cfr aussi Sigebert de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, ch. 35, M.G.H., SS., t. viii, p. 538.

188 Cfr F. Rousseau, Actes des comtes de Namur de la première race..., Bruxelles, 1936, p. xciv-xcvi, cxxiv. – Sur Frédéric de Namur : F. Magnette, Saint Frédéric, évêque de Liège..., B.S.A.H.D.L., t. ix, 1895, p. 225-262.

189 Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici..., ch. 5, M.G.H., SS., t. xii, p. 504.

190 Dans une charte épiscopale : A.E.L., Coll. Sainte-Croix, n° 5, f° 146 v°. – Cfr E. Poncelet, Inventaire... des chartes de la collégiale de Sainte-Croix, t. i, Bruxelles, 1911, n°9, p. 7-8. – de MARNEFFE, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 442-444, t. xxvi, 1896, p. 384, t. xxxi, 1905, p. 114-115.

191 de Marneffe, A.H.E.B., t. xxv, p. 442 (les deux chartes de Saint-Laurent citées aux dates 1092 et 1094 ne doivent pas être prises en considération : la première est mal datée et la seconde est probablement fausse), t. xxxi, p. 114 (document suspect).

192 Cantatorium, ch. 77, p. 184-186. – Gilles d’Orval, Gesta episc. Leod., lib. III, ch. 15, p. 91-92 (qui donne la date de l’accord final (1099) dont il semble avoir eu le texte sous les yeux). – D’après Gilles d’Orval, ce conflit eut lieu entre Otbert et Godefroid de Louvain qui prit le pouvoir en 1095. Comme ces événements sont antérieurs au départ de Godefroid de Bouillon pour la Croisade (1096), le début des hostilités — pour autant que les renseignements donnés par Gilles d’Orval soient exacts — devrait donc être placé en 1095 ou 1096. Voir aussi Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. xcii, cix-cxi.

193 En 1107, Otbert restitue à la collégiale namuroise d’Andenne les privilèges que l’évêque Théoduin lui avait enlevés par mesure de représailles contre le comte de Namur : Misson, Andenne, p. 288-289. – Cfr ci-dessus, n. 154.

194 Cantatorium, ch. 89, p. 221, 225-226.

195 Ils interviennent conjointement à Saint-Hubert. – Avant de partir en Terre Sainte, Frédéric se confesse à Bérenger et se recommande à ses prières : Nizon, Vita Friderici, ch. 5, p. 504. – Sur la position de Bérenger, fort semblable à celle de l’abbé Etienne II de Saint-Jacques, cfr Cauchie, La Querelle des investitures..., t. ii, p. 78-80 n. 4. – Stiennon, Saint-Jacques, p. 111-115. – Voir l’éloge de Frédéric de Namur par l’auteur anonyme du Chronicon rythmicum, éd. C. de Clercq, p. 135-136. Cet éloge fut écrit, avant que Frédéric ne monte sur le siège épiscopal, par un futur partisan de l’archidiacre Alexandre, son rival.

196 L’élection de Frédéric de Namur et celle de son successeur, Albéron Ier, sont étroitement liées à la dernière phase de la Querelle des investitures, qui devait aboutir au Concordat de Worms (1122). Elles ont fait l’objet d’un commentaire de H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, in-4°, p. 140-141 qui a été corrigé successivement par les études approfondies d’E. de Moreau, Les derniers temps de la Querelle des investitures à Liège..., B.C.R.H., t. c, 1936, p. 301-348 et de P. Bonenfant, La Basse-Lotharingie avant et après le Concordat de Worms, Ann. 32e congrès Féd. arch. hist. Belgique, Anvers, 1947, Anvers, 1950, p. 95-104.

197 Nizon le nomme simplement « Henricus fons huius seditionis » (ch. 2, p. 502). Il s’agit fort probablement de l’archidiacre Henri de Montaigu partisan de l’adversaire de Frédéric, l’archidiacre Alexandre. Cfr Gesta abb. Trud., lib. XI, ch. 13, t. i, p. 203. -Cantatorium, ch. 98, p. 254-255. – CG. Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, A.S.A.N., t. xx, 1893, p. 330.

198 Nous verrons que le prévôt de Saint-Lambert votait en premier lieu. – L’accusation portée contre Frédéric n’avait, quant à son objet, aucun rapport avec l’élection épiscopale. Néanmoins, elle devait la retarder.

199 Nous parlerons des antécédents de ce personnage dans le paragraphe consacré à son élection au siège épiscopal (1128).

200 Nizon, Vita Friderici, ch. 2-3, p. 502-503. – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 3, p. 192. – Chronicon rythmicum Leodiense, éd. de Clercq, p. 137-140. —Annales Rodenses, éd. P.C. Boeren et G.W.A. Panhuysen, Assen, 1968, p. 52 (1121). – Gilles d’Orval, Gesta episc. Leod., lib. III, ch. 20, p. 95. – Cfr la lettre de l’évêque Godebold d’Utrecht à l’archevêque Frédéric de Cologne : S. Muller et A.C. Bouman, Oorkondenboek van het Sticht Utrecht, t. i, Utrecht, 1920, n° 294, p. 271-272. – Knipping, t. II, n° 152, p. 23 (1119).

201 Nizon, ch. 4, p. 503-504. – Lettre de l’archevêque de Cologne au clergé de Liège, éd. G. Kurth, An. Boll, t. II, 1883, p. 269. – Knipping, t. II, n° 153, p. 23. – Les Liégeois tentèrent d’abord de procéder à l’élection à Liège même. Gênés par les partisans du duc ils se transportèrent à Cologne.

202 Nizon, ch. 5, p. 504. – Gesta abb. Trud., lib. XI, ch. 3-4, p. 193. – Annales sancti Jacobi, pars IIa, éd. Alexandre, p. 15 (1119). – Annales Leodienses, Cont., M.G.H., SS., t. iv, p. 30 (1119).– Annales Laubienses, Cont., M.G.H., SS., t. iv, p. 22 (1120). – Chron. S. Andreae Castri Cam., lib. III, ch. 31, M.G.H., SS., t. vii, p. 546-547. – Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 377 (1119). – Hesson, Relatio de concilio Remensi, éd. W. Wattenbach, M.G.H., Libelli..., t. iii, 1897, p. 26. – Ordéric Vital, Historia ecclesiastica, lib. XII, éd. Chibnall, t. vi, p. 252-254. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 25, M.G.H., SS., t. x, p. 505. – Epitaphe de Frédéric, éd. C. de Clercq, Reimbaldi Leod. opera, p. 140. – Vita metrica S. Friderici episcopi Leodiensis, éd. G. Kurth, An. Boll., t. ii, 1883, p. 266. – Cfr Ch. J. Hefele, Histoire des conciles (trad. H. Leclercq), t. v, 1, Paris, 1912, p. 576-591.

203 L’évêque de Liège Richer (920-945) avait été consacré par le pape.

204 La sentence d’excommunication fut prononcée le 30 octobre 1119. L’archidiacre Alexandre ne figure pas sur la liste de ceux qui furent excommuniés par le pape (W. Holtzmann, Eine Bannsentenz des Konzils von Reims 1119, Neues Archiv, t. l, 1935, p. 318-319). Néanmoins nous retenons le témoignage des Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 3, p. 193, ch. 4, p. 193 : « excommunicato [...] Alexandro Remis ». – Gebhardt, t. i, p. 359. – H. Büttner, Erzbischof Adalbert von Mainz, die Kurie und das Reich in den Jahren 1118 bis 1122, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, Sigmaringen, 1973, p. 400-402.

205 Knipping, t. II, n° 162, p. 24, n° 166, p. 25.

206 « electus ex sententia totius cleri ac populi » Nizon, ch. 5, p. 504.

207 Nizon, ch. 6, p. 504-505. – Gesta abb. Trud., lib. XI, ch. 3-6, p. 193-195, ch. 9, p. 197-198. – Annales Sancti Jacobi minores, IIa pars, éd. Alexandre, p. 15 (1119). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 20, p. 96. – Annales Rodenses, p. 52 (1121). – Cfr A. Joris, La ville de Huy au moyen âge, p. 142-143 et n. 53-54.

208 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 4, p. 193-194.

209 Comte de Duras en Hesbaye (Limbourg, Hasselt, Saint-Trond) et sous-avoué de l’abbaye de Saint-Trond. Cfr Charles, La ville de Saint-Trond, p. 91-92, 349, 351. – C. Leclère, Les avoués de Saint-Trond, Louvain-Paris, 1902, p. 111.

210 « Leodiensis militiae signifer ». Sur ce personnage et ses attributions cfr C. Godefroid, L’avouerie de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, dite avouerie de Hesbaye..., M.A., t. lxxxi, 1975, p. 371-406, part. p. 392-394.

211 Comte de Montaigu (Luxembourg, Marche-en-Famenne, Rendeux) et de Clermont (Liège, Huy, Engis), seigneur de Rochefort (Namur, Dinant) et avoué de Dinant. Cfr C.C. Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, A.S.A.N., t. xx, 1893, p. 113-123.

212 « paene tota familia aecclesiae cum suis viribus ».

213 En dehors du comte Arnoul Ier de Looz qui se tint à l’écart des hostilités tout en marquant sa préférence pour Frédéric de Namur. Gesta abb. Trud., Cont. Ia, ch. 5, p. 194-195.

214 Seigneur de Heinsberg (Allem, occid., Rhénanie-du-Nord – Westphalie) et de Fauquemont ou Valkenburg (Pays-Bas, Limbourg) dans l’ancien diocèse de Liège. — Cfr O. Viedebantt et S. Corsten, Forschungen zur Geschichte des ersten Heinsbergisch-Valkenburgischen Dynastengeschlechts, P.S.H.A.L., t. ci, 1965, p. 123-158.

215 Sur ce point, les affirmations du chroniqueur de Saint-Trond sont confirmées par le témoignage du Chron. rythm. Leod., éd. de Clercq, p. 139, écrit par un partisan d’Alexandre. – Cfr aussi Nizon, ch. 3, p. 503.

216 Nizon, ch. 6, p. 504. – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 9, p. 198.

217 Bonenfant, La Basse-Lotharingie, p. 102-104. – Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. II, p. 78-80.

218 Triumphus S. Lamberti in Steppes, ch. 9, 11, M.G.H., SS., t. xxv, p. 181, 183 (source de la première moitié du xiiie s., qui se fait l’écho d’une situation ancienne). – Cfr E. Poncelet, dans C. de Borman et autres, Œuvres de Jacques de Hemricourt, t. iii, Bruxelles, 1931, p. clxxiv-clxxxiv. – Cl. Gaier, Analysis of military forces in the principality of Liège, Studies in medieval and Renaissance history, t. ii, 1965, p. 216-217.

219 « magister militiae Lotharingiae » Triumphus sancti Remacli, lib. I,. ch. 13, M.G.H., SS., t. xi, p. 443. – Cantatorium, ch. 10, p. 28, ch. 23, p. 64. – Cfr K.F. Werner, Heeresorganisation und Kriegführung im Deutschen Königreich..., Settimane di Studio..., t. xv, Spolète, 1968, p. 792-813.

220 E. Schoolmeesters, Tableau des archidiacres du diocèse de Liège pendant le xiie siècle, Leodium, t. iii 1904, p. 142. – Frédéric de Namur était archidiacre de Brabant, mais cette région était solidement tenue par le duc de Lotharingie.

221 Nous reviendrons sur cette question lorsque nous essayerons d’établir l’origine d’Alexandre considéré, jusqu’à présent, comme un fils du comte de Juliers.

222 Nizon, ch. 6, p. 504-505.

223 L’archidiacre Henri, frère de Lambert, était un « Alexandrin » convaincu. Cfr ci-dessus, n. 197.

224 À une date qui n’est pas fixée, Godefroid de Montaigu épousa Julienne de Duras. Cfr Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, p. 124 sv.

225 Ce n’était pas la première fois que les maisons de Namur et de Louvain se trouvaient dans des camps adverses. Cfr ci-dessus n. 192.

226 En 1106 : Möhr, op. cit., t. ii, p. 75-77.

227 En 1095/1096 : « comite [Lovacensi] ipsam civitatem frequentibus assultibus impetente » Cantatorium, ch. 77, p. 184-185. – Il est vraisemblablement question du comte Godefroid de Louvain, le futur duc : cfr ci-dessus n. 192.

228 « suburbana Hoyi Frederico magis favebant quam Alexandro ». Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 9, p. 198.

229 Ceci n’est qu’une conjecture. D’autres raisons, que nous ne voyons pas, ont pu déterminer l’attitude de Gosuin. En effet, c’est seulement sous son fils, Gosuin II († a 1170), que les Heinsberg vont établir des relations étroites avec l’archevêque de Cologne. Cfr Viedebantt et Corsten, op. cit., p. 140. – E. Ewig, Zum Lothringischen Dukat der Kölner Erzbischöfe, dans Aus Geschichte und Landeskunde, Bonn, 1960, p. 229-230, 239-240. – Notons que le duc Godefroid et l’empereur Henri V détruiront le château de Fauquemont en 1122. Cette mesure n’est certainement pas sans rapports avec l’attitude adoptée par Gosuin au cours de la succession liégeoise : Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 378. – Chronica regia Coloniensis, éd. G. Waitz, Hanovre, 1880, p. 60. – Cfr Meyer von Knonau, Jahrbücher, t. vii, 1909, p. 190-192.

230 Sur ces événements bien connus cfr Meyer von Knonau, op. cit., t. v, 1904, p. 290-315.

231 Sources principales : Cantatorium, ch. 97, p. 252-253. – Chronica regia, éd. Waitz, p. 43-45. — Libellus de rebellione Henrici V., dans les Annales Hildesheimenses, éd. G. Waitz, Hanovre, 1878, p. 56-58 (écrit peu après 1106). – Vita Heinrici IV. imperatoris, éd. W. Eberhard, Hanovre, 1899, p. 36-44 (écrite peu après 1106). – Ekkehard d’AURA, Chronica, éd. F.J. Schmale et I. Schmale-Ott, Darmstadt, 1972, p. 240-242, 244, 276, 278, 280-284, 288 (œuvre contemporaine écrite en partie par Ekkehard, en partie par un auteur anonyme). – Sigebert de Gembloux, Chronica, M.G.H., SS., t. vi, p. 371-372. – Hériman de Tournai, Liber de restauratione monasterii Sancti Martini Tornacensis, ch. 84, M.G.H., SS., t. xiv, p. 314-315 (œuvre écrite vers 1142). – Translaiio trium Virginum Coloniensium Walciodorensis, ch. 4, M.G.H., SS., t. xxx, p. 1377 (écrite vers 1130-1140). – Sur le combat de Visé, cfr Cl. Gaier, Art et organisation militaires dans la principauté de Liège..., Bruxelles, 1968, p. 231-234. – Meyer von Knonau, op. cit., t. v, p. 359-362.

232 L’empereur est commémoré dans l’Obituaire de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, A.E.L., Cathédrale, Secrétariat, n° 295, f° 74 R° : « Comm. Henrici piissimi imperatoris » (7 VIII). Par contre, son fils Henri V n’y figure pas. Cfr H. Wellmer, Le nécrologe de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, M.A., t. lxxiv, 1968, p. 430-431, 433, 436. – À la mort de Henri IV la population liégeoise entoura le cercueil du défunt d’un « immoderatus favor ». Le texte qui décrit de façon très vivante cette vénération presque morbide de la dépouille mortelle de l’empereur figure dans un manuscrit de la chronique de Sigebert de Gembloux provenant de Saint-Paul de Verdun (ms. A de l’éd. Bethmann, du xiie s. cfr M.G.H., SS., t. vi, p. 371-372 n.d.) et dans le Vat. lat. 8552, f° 106 R° V° (main de la première moitié du xiie s.), originaire du scriptorium de l’abbaye de Malmédy (cfr J. Stiennon, Le scriptorium et le domaine de l’abbaye de Malmédy, Bull. Inst. hist, belge de Rome, t. xxvi, 1950-1951, p. 7 n° 3, p. 8). Nous remercions M. le Professeur Stiennon d’avoir bien voulu attirer notre attention sur ce dernier ms. Le culte que les Liégeois rendirent aux « reliques » de Henri IV est lié au caractère mystique de la royauté. On croyait à la sainteté héréditaire des rois. Cfr K. Hauck, Geblütsheiligkeit, dans Liber Floridus. Festschrift Paul Lehmann, St. Ottilien, 1950, p. 187-240, part. p. 197, 238-239. – H. Fichtenau, Zum Reliquienwesen des früheren Mittelalters, dans Beiträge zur Mediävistik, t. i, Stuttgart, 1975, p. 108-144, part. p. 124-125, 144 n. 159. – G. Tellenbach, Liberias. Kirche und Weltordnung im Zeitalter des Investiturstreites, Stuttgart, 1936, p. 175-178. – W. Kienast, Germanische Treue und « Königsheil », Historische Zeitschrift, t. ccxxvii, 1978, p. 301-302.

233 « Ea tempestate rem publicam gubernabat Heinrici IV. impia proles Heinricus, qui Absalon exemplo patre propulso regnum sibi usurpaverat ; qua re quanta nostris diebus nefaria exarserint, reticere quam propalare praestat. » Nizon, ch. 3, p. 503. – « Regnabat autem pro eo [Heynrico IV.] filius ejus aeque Heynricus vocatus, qui cum Romana aecclesia patrem persecutus, regno eum privaverat. » Gesta abbat. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 1, p. 190.

234 Nous interprétons de cette manière ce passage de la Chronique de Saint-Trond écrite, notons-le, par un partisan de Frédéric de Namur : « prefixa canonica electio diu protelata fuit, donec traheretur Coloniam conventus Leodiensis, cogente auctoritate metropolitani, scilicet Frederici archyepiscopi. Neque ibi quoque ausus est defuisse domnus abbas Rodulfus, cavens sibi semper sollicitissime, ne inobedientia feriretur, sicut ne excommunicatorum communione macularetur. Electus est igitur ibi domnus Fredericus majoris aecclesiae Leodiensis major prepositus et archydiaconus » (Cont. Ia, lib. XI, ch. 3, p. 192-193).

235 Les derniers temps, p. 336-342, 346-348.

236 Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, p. 141.

237 « qui de Frederinis intererant silentio magis quam corde aut ore assentiebant ». Cfr Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 12-14, p. 201-205. – On rappelle à Liège un exilé, l’abbé Raoul de Saint-Trond « qui in parte domni Frederici nonnullae opinionis fuerat ». Alexandre compte sur son appui pour vaincre les dernières résistances et, en particulier, celle de l’archevêque de Cologne. De retour dans la Cité, Raoul est sollicité, mais il ne cède pas. Le chroniqueur de Saint-Trond note, à cette occasion, l’intervention des « amis communs » d’Alexandre et de Raoul. Ceci montre à quel point les contours des deux partis étaient flous ! Parmi les « honestae personae aecclesiae » qui soutiennent Alexandre figurent l’abbé de Notre-Dame Sifrid et les archidiacres Adelman, Henri et Steppon. Pami ses adversaires on voit le grand-prévôt de la cathédrale André, l’archidiacre Emmon (le premier a remplacé Frédéric comme prévôt, le second comme archidiacre ; promus l’un et l’autre par Frédéric ils sont restés fidèles à sa mémoire), l’écolâtre Étienne et le chanoine de Saint-Lambert Reimbald. Le témoignage de la Chronique de Saint-Trond peut être contrôlé par la lettre de l’archevêque au clergé de Liège (1121, 27 mai-2 septembre), éd. A.H.E.B., t. vi, 1869, p. 51-54. La liste des « Frédérins » que donne cette lettre ne correspond pas à celle de la Chronique : Henri et Steppon y figurent ; ils sont peut-être passés tardivement dans le camp des « Alexandrins ».

238 Voir les sources citées n. préc.

239 L’archidiacre Alexandre, une fois encore, tenta d’obtenir l’évêché. Raoul de Saint-Trond, abbé de Saint-Pantaléon de Cologne depuis septembre 1121, et le doyen de la cathédrale de Cologne, Egbert, persuadèrent l’archevêque de repousser cette nouvelle tentative. Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 17, p. 208. – Knipping, t. II, n° 189, p. 29.

240 Sur ce texte, voir P. Classen, Das Wormser Konkordat in der deutschen Verfassungsgeschichte, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, Sigmaringen, 1973, p. 411-460. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 21-22 (avec bibliogr.). – M. Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat, Cologne-Vienne, 1978, p. 189-209.

241 Constitutiones, t. i, n° 107, p. 159-160.

242 Ibid., n° 108, p. 160-161 et mieux dans A. Hofmeister, Das Wormser Konkordat..., réimpr., Darmstadt, 1962, p. 84 (= Festschrift D. Schäfer, Iéna, 1915, p. 147).

243 Gesta abb. Trud., ibid. – Annales Sancti Disibodi, M.G.H., SS., t. xvii, p. 23 (écrites après 1125). C’est la seule indication qui soit certaine. Par contre il n’est pas prouvé qu’Albéron était le fils du comte Henri II de Louvain († 1079). Selon les Gesta pont. Leod. abbreviata, M.G.H., SS., t. xxv, p. 131, il serait uniquement frère du duc « ex parte matris ». Henri II avait épousé Adèle qui était probablement la fille d’un comte Evrard de la Veluwe et du Testerbant : L. Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges, t. ii, Bruxelles, 1902, p. 116, 307-308, 310.

244 Gesta abbat. Trud., ibid. – Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 378 (1123).– Voir l’étude de M. Parisse, Les princiers messins au xiie siècle, Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, t. lxxi, 1971, p. 26 : il était primicier depuis 1097. – Le primicier, un des principaux dignitaires du chapitre, avait pour attributions la surveillance des clercs attachés à l’église et la direction du chant. Cfr H. Leclerco, art. Primicier, dans Dict, d’arch. chrét. et de lit., t. xiv, 2, 1948, col. 1779-1781. – R. Naz, art. Primicier, dans Dict, de droit can., t. vii, 1965, col. 215.

245 Comme le prouve une charte originale inédite de l’évêque Albéron Ier en faveur de cette collégiale : « Nos equidem in prefata ecclesia prepositure officium non sine offensa per multas annos regentes ». Archives de la région de Lorraine et du département de la Moselle, G. 1638 (1127).

246 Sur ce personnage, cfr J. Halkin, Albéron Ier, évêque de Liège, B.S.A.H.D.L., t. viii, 1894, p. 321-354.

247 Entre la renonciation d’Alexandre (septembre 1121) et l’élection d’Albéron Ier (1122, après le 23 septembre) une année entière s’est écoulée. C’est sans doute ce qui fit dire à P. Bonenfant qu’on semblait « avoir été d’accord pour attendre la solution de la crise liégeoise de la solution générale du problème des Investitures ». (La Basse-Lotharingie, p. 103). En effet, l’assemblée réunie à Wurtzbourg le 29 septembre 1121 marque pratiquement la fin du conflit entre Henri V et l’opposition (Meyer von Knonau, op. cit., t. vii, p. 171-175. – Büttner, Erzbischof Adalbert von Mainz, die Kurie und das Reich, p. 403-405). En 1122, après avoir célébré la fête de Pâques à Aix-la-Chapelle (26 mars) Henri V se rend à Liège d’où il repart, en compagnie du duc Godefroid, assiéger le château de Gosuin de Fauquemont qui, apparemment, n’avait pas encore compris que les hostilités étaient terminées (ci-dessus n. 229). Les anciens antagonistes, en effet, sont réunis autour de l’empereur à Aix, le 29 mars et le 25 avril 1122 : Cologne, Louvain, Namur, Duras et Montaigu (Meyer von Knonau, op. cit., t. vii, p. 190-192, qui se base sur deux diplômes publiés par E. Wisplinghoff, Urkunden und Quellen zur Geschichte von Stadt und Abtei Siegburg, t. i, Siegburg, 1964, n° 35 p. 76 = Stumpf, n°3173, et par E. Meuthen, Aachener Urkunden 1101-1250, Bonn, 1972, n° 200, p. 464 = Stumpf, n° 3174. Le premier diplôme, dont l’original est conservé, donne au comte de Namur le nom d’Albert, ce qui est inexact. Il faut peut-être attribuer cette anomalie à une erreur du scribe). – Mais ce qui est remarquable c’est que l’empereur ne profita pas de son séjour à Liège pour régler la succession de l’évêché. On peut se demander, si l’empereur et le duc n’avaient pas intérêt à laisser traîner les choses : en reculant l’élection jusqu’au lendemain de la réconciliation définitive, leurs chances de faire monter sur le siège épiscopal le candidat qu’ils souhaitaient n’étaient-elles pas accrues ?

248 Gesta abbat. Trud., ibid. – Annales Rodenses, éd. Boeren et Panhuysen, p. 54 (1121).

249 Bonenfant, op. cit., p. 104 pensait que le Concordat avait provoqué « l’effacement de l’ancien parti pontifical » et assuré « le triomphe de l’ancien parti impérial ». Ce point de vue nous paraît exagéré. Mais il est vrai que les « impériaux » ont très habilement manœuvré.

250 Le chroniqueur de Saint-Trond se fait sans doute l’écho de la perplexité des électeurs lorsqu’il écrit : « Fluctuabat adhuc graviter Leodiensis aecclesia, nec certam spem designati rectoris habebat ». Gesta abb. Trud., ibid., p. 207-208.

251 Cfr le texte cité ci-dessus n. 245.

252 « vir simplex et rectus, lenis, pudicus, sine avaritia, bonis moribus, nobilior nobilibus ». Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 5, p. 213. – Cfr l’opinion de Ch. Dereine transmise par Bonenfant, op. cit., p. 104 n. 46.

253 Cfr notamment Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, p. 140-142. – de Moreau, Les derniers temps, p. 339.

254 Comme le prouve l’élection de Henri de Verdun en 1075.

255 Cfr ci-dessus n. 201. – Dans sa lettre au clergé de Liège mentionnée à la même n. l’archevêque considère l’élection d’Alexandre comme une injure faite à la métropole.

256 A.H.E.B., t. vi, 1869, p. 52 (1121, 27 mai-2 septembre).

257 « ad sedem Coloniensem, cui tam grave intulistis praeiudicium, vos invitamus » Ibid., p. 53. – Cfr ci-dessus n. 237.

258 Ci-dessus, n. 239.

259 Büttner Erzbischof Adalbert von Mainz, p. 402-403 et n. 43, p. 405-406, 409-410.

260 J. Closon, Alexandre Ier de Juliers, évêque de Liège, B.S.A.H.D.L., t. xiii, 1902, p. 405. – Pelster, Stand und Herkunft, p. 28. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. ii, 2e éd., p. 106. – Ces historiens, en réalité, ne faisaient qu’emboîter le pas à leurs prédécesseurs : J. de Theux de Montjardin, Le chapitre de Saint-Lambert à Liège, t. i, Bruxelles, 1871, p. 114. – J. Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liège..., Liège, 1890, p. 467. – Th. Bouille, Histoire de la ville et pays de Liège, t. i, Liège, 1725, p. 148, qui fait d’Alexandre le fils du duc de Juliers.

261 C’est ce que firent W. Möller, Stamm-Tafeln westdeutscher Adels-Geschlechter im Mittelalter, Darmstadt, 1922, p. 14-15 et pl. VII, et W. Kaemmerer, Alexander I., Bischof von Lüttich, dans Neue deutsche Biographie, t. i, Berlin, 1953, p. 193.

262 « ly uns fut Alixandre, filh al cuen Lucanoir de Juley » Jean d’Outremeuse, Ly myreur des histors, t. iv, Bruxelles, 1877, p. 323 (626).

263 « Item iste Alexander episcopus supradictus fuit frater comitis Juliacensis, ut in quodam Chronico reperitur ». Magnum Chronicon Belgicum, éd. J. Pistorius et B.G. Struvius, Rer. germ. vet. script., t. iii, 3e éd., Ratisbonne, 1726, p. 171. Jusqu’à l’année 1466, le Magn. Chron. Belg., compilé après 1498 par un chanoine régulier de Neuss, s’inspire du Florarium temporum. Le Florarium, dont la rédaction fut achevée en 1472, est l’œuvre de Nicolas Clopper junior, prêtre à Mariënhage (Eindhoven). Le manuscrit autographe du Florarium (Hauptstaatsarchiv, Düsseldorf, ms. CX Nr. 2, f° 204 V°-205 R°) ne comporte aucune indication relative à l’origine d’Alexandre (nous remercions le Dr. I. Joester de Düsseldorf d’avoir bien voulu se charger de faire la vérification). Sur ces deux compilations, cfr O. Lorenz, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter seit der Mitte des dreizehnten Jahrunderts, t. ii, 3e éd., 1887, p. 47-55. – P.C. boeren, Florarium temporum, La Haye, 1951.

264 II n’en sera plus de même aux siècles suivants, cfr J. Lejeune, Liège et son Pays, Liège, 1948, p. 69-70 n. 88, p. 121,137, 284 n. 162, p. 356 n. 73, p. 361-362,373. – Le nom Otton attribué au prétendu père d’Alexandre Ier provient peut-être du fait qu’un Otton de Juliers occupa l’archidiaconé de Hesbaye et la prévôté de Saint-Servais de Maastricht de 1274 à 1282 : de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 478-480. – E. Schoolmeesters, Tableau des archidiacres de Liège pendant le xiiie siècle, Leodium, t. il, 1903, p. 5. – Deeters, Servatiusstift und Stadt Maastricht, p. 122.

265 Notons que J. Chapeaville (Gesta pontificum Leodiensium, t. II, Liège, 1613), B. Fisen (Sancta Legia Romanae ecclesiae filia, Liège, 1696) et Foullon (Historia Leodiensis, t. I, Liège, 1735) se sont montrés plus prudents que leurs successeurs et n’ont pas abordé la question des origines d’Alexandre. Ce silence est significatif et laisse supposer que la documentation de l’époque ne permettait déjà plus de résoudre le problème.

266 Cfr Schoolmeesters, Tableau des archidiacres... pendant le xiie siècle, p. 140. – Cette « coutume », cependant, n’était pas érigée en règle absolue. Nous insistons sur ce point. Cfr ci-dessous, n. 329.

267 Duras faisait partie du concile de Léau dans l’archidiaconé de Brabant, mais se trouvait à la limite de l’archidiaconé de Hesbaye. Les comtes de Duras, d’ailleurs, étaient sous-avoués de l’abbaye de Saint-Trond en Hesbaye.

268 Cfr J.L. Küpper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II (1164-1167), M.A., t. lxxx, 1974, p. 386 n. 7, 389-391. – Id., Alexandre II, évêque de Liège, B.N., t. xxxix, 1976, col. 31-32.

269 Charte originale en faveur de l’église Saint-Adalbert de Liège, éd. J. Demarteau, Deuxième note sur les fonts baptismaux de Saint-Barthélemy, à Liège, Liège, 1907, p. 27 (1101) (c’est à tort, selon nous, que Niermeyer, Onderzoekingen, p. 193 et n. 1, p. 213, considère ce document comme suspect). – Alexandre apparaît comme archidiacre de Hesbaye dans une charte d’Albéron Ier de 1126, éd. Halkin, Albéron Ier, p. 352. – Schoolmeesters, op. cit., p. 142.

270 Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 503. – Gesta abbat. Trud., Cont Ia, lib. XI, ch. 3, p. 192. – de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. xxv, 1895, p. 443-446, t. xxvi, 1896, p. 384-385, t. xxxi, 1905, p. 115.

271 « vir consilio et sapientia clarus, ambitione obscurus » Nizon, ibid. – « vir magnae prudentiae, sagacis facundiae, in humilitate praecipuus, in oratione devotus, in elemosinis pauperum nulli suo tempore secundus ». Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, ch. 1, M.G.H., SS., t. xx, p. 500.

272 Nizon écrit qu’Alexandre était viceepiscopus. Ce « vicariat », qui annonce déjà les fonctions de vicaire général, consistait sans doute à seconder l’évêque dans ses tâches administratives. Cfr ci-dessous, p. 252-254.

273 Voir ci-dessous, annexe I, n. 46, 49-50.

274 Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XII, ch. 5, p. 213.

275 C’est ce qu’affirment deux sources assez tardives : Musée Curtius (Liège), Nécrologe de Neufmoustier, P 81 V° (écriture des xiie-xiiie s.). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 23, p. 98. – Ces deux témoignages ne sont pas contredits par les sources contemporaines.

276 Knipping, t. ii, n° 244-245, p. 38. – W. Bernhardi, Lothar von Supplinburg, Leipzig, 1879, p. 116, 216.

277 Voir ci-dessus, n. 239. – En 1128, Egbert n’était plus en mesure d’influencer l’archevêque de Cologne : il était devenu évêque de Münster dans le courant de l’année précédente : Bernhardi, p. 142 et n. 52.

278 II semble, comme nous l’avons écrit plus haut, que le duc Godefroid ait finalement renoncé à soutenir l’archidiacre Alexandre. Cette manœuvre lui aurait permis de faire élire son propre frère, Albéron Ier.

279 Sur l’attitude de l’archevêque, voir également les remarques de H. Grundmann, Zwei Briefe des Kanonikers Meingoz von St. Martin, D.A., t. xxi, 1965, p. 268-270. – Id, Der Brand von Deutz 1128..., ibid., t. xxii, 1966, p. 434-435.

280 Annalista Saxo, M.G.H., SS., t. vi, p. 765 (1127). (= Chronica regia Coloniensis, éd. Waitz, p. 65 [1121]). – Annales Sancti Disibodi, M.G.H., SS., t. xvii, p. 24 (1128 : ordinatur). – Annales S. Mariae Ultraiectenses, M.G.H., SS., t. xv, p. 1302 (1128 : electus). – Annales Egmundenses, éd. O. Oppermann, Utrecht, 1933, p. 145 (1128 : episcopus efficitur VII kal. Iulii). La première source citée a été écrite entre 1139 et 1155 et la seconde, qui donne le même texte, vers 1200 : la date (1127) résulte peut-être d’un phénomène d’« attraction » qui s’explique par la mention du décès du prédécesseur : l’évêque Godebold d’Utrecht, en effet, résigna sa charge dans le courant de l’année 1127 et mourut le 12 novembre 1127 (voir les sources citées par Bernhardi, Lothar von Supplinburg, p. 143 et n. 56 et Hauck, Kirchengeschichte Deutschlands, t. iii, 3e-4e éd., 1906, p. 998). – La troisième et la quatrième sources sont contemporaines et la quatrième est locale. La date du jour (25 juin 1128), donnée par les Annales Egmundenses, écrites dans la seconde moitié du xiie siècle ou au début du xiiie est problématique. Elle ne correspond pas, semble-t-il, à la consécration d’André vu qu’en 1128 le 25 juin tombait un lundi. André est déjà mentionné comme évêque d’Utrecht dans le diplôme de Lothaire III du 13 juin 1128 cité ci-dessous n. 290. – Il apparaît pour la dernière fois comme archidiacre et prévôt de Liège dans deux chartes épiscopales de 1127 (B.C.R.H., 5e sér., t. iv, 1894, n° 1, p. 12. – Archives... du département de la Moselle, G 1638). Il est remplacé par Steppon dès 1128 (B.C.R.H., t. civ, 1939, n° 1, p. 7 : Elbert est également mentionné comme prévôt mais il est probablement question de la prévôté d’une collégiale liégeoise [Saint-Martin]). – Sur l’importance de l’élection d’André à Utrecht, la première depuis le Concordat de Worms, cfr R.R. Post, Kerkgeschiedenis van Nederland, t. i, Utrecht-Anvers, 1957, p. 119-121. – Il n’est nullement prouvé qu’André appartenait au lignage de Cuyck.

281 II semble que l’opposition ait bientôt pris sa revanche en faisant comparaître l’évêque Alexandre, qu’elle accusait de simonie, devant le pape Honorius II (1124-1130) : Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 5-6, p. 213-216. – Migne, P.L., t. clxvi, col. 1285-1286. – Jaffé, Äegesta, t. I, n° 7324, p. 834(7 nov. 1128). – Closon, Alexandre Ier, p. 422 n. 3, date la bulle de 1129. Les deux dates sont possibles.

282 C’est, du moins, ce que l’on pourrait déduire de la lettre d’un certain « frater Meingoz » adressée à l’abbé Rupert de Deutz. Il est possible, comme le suggère le dernier éditeur de ce document, que Meingoz soit un chanoine de Saint-Martin de Liège. Cependant nous avons vainement cherché la mention de ce personnage dans les archives de la collégiale. Cfr Grundmann, Zwei Briefe des Kanonikers Meingoz, n° 2, p. 276 (1128).

283 Le point de vue de A. Hauck Kirchengeschichte Deutschlands, t. iv, Leipzig, 1903, p. 149-150, selon lequel Lothaire III aurait abandonné les droits que le Concordat de Worms avait laissés à la royauté, n’est plus admis aujourd’hui. Lothaire, au contraire, se montra fort jaloux de ses prérogatives. Cfr J. Bauermann, Die Frage der Bischofswahlen auf dem Würzburger Reichstag von 1133, dans Festschrift für R. Holtzmann, Berlin, 1933, p. 103-134. – F.J. Schmale, Lothar III. und Friedrich I. als Könige und Kaiser, dans Probleme des 12. Jahrhunderts, Stuttgart, 1968, p. 41. – K. Jordan dans Gebhardt, t. i, p. 370-371.

284 Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 70 (1128). – Annales Aquenses, M.G.H., SS., t. xxiv, p. 37 (1128). – Cfr Bernhardi, op. cit., p. 186 et n. 2.

285 Le « dux Paganus » (Waleran) est témoin du diplôme cité n. 290. – Waleran-Païen était le fils de Henri de Limbourg qui avait été privé du duché en 1106 au profit de Godefroid de Louvain. Waleran, comme nous l’avons vu, était un ancien « Frédérin ».

286 C’est l’opinion de Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1141-1142.

287 C’est le point de vue de Bernhardi, op. cit., p. 191 et de Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. ii, p. 81-82.

288 Lors de son séjour à Aix-la-Chapelle, en janvier 1127, Lothaire III fut littéralement boycotté par les Lotharingi principes : Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 380 (1127). – Bernhardi, op. cit., p. 118-119. – Mohr, ibid. – Nous ignorons si l’évêque de Liège Albéron Ier s’était présenté à la curia. Il avait assisté au couronnement de Lothaire, à Aix, le 13 septembre 1125 (Tabulae Karolorum et Ottonum, M.G.H., SS., t. iii p. 215 (xiie s.) – Knipping, t. ii, n° 224, p. 34. – Bernhardi, op. cit., p. 51-52. – H. Stoob, Zur Königswahl Lothars von Sachsen... dans Historische Forschungen für W. Schlesinger, Cologne-Vienne, 1974, p. 446). Albéron était également auprès du roi en 1126 (M.G.H., DD., Lothar III., n° 9, p. 10-11. – S. Muller et A.C. Bouman, Oorkondenboek van het Sticht Utrecht, t. i, Utrecht, 1920, n° 319, p. 292 : doc. suspect). Enfin, à partir de 1125, les chartes épiscopates liégeoises furent datées du règne de Lothaire. Rien donc ne laisse supposer l’existence d’un dissentiment entre l’évêque et le roi.

289 En dehors, bien sûr, de l’investiture des régales.

290 Diplôme en faveur de Saint-Servais de Maastricht : M.G.H., DD., Lothar III., n° 12, p. 15.

291 C’est ce que Bernhardi, op. cit., p. 186 et n. 3 avait déjà constaté.

292 Nous donnons de l’élection de Lothaire III une interprétation sommaire. La réalité fut beaucoup plus complexe. Cfr Schmale, Lothar III. und Friedrich I., p. 37-39. – S. Haider, Die Wahlversprechungen der römisch-deutschen Könige, Vienne, 1968, p. 54-59.

293 Sur cette bataille, voir en dernier lieu Gaier, Art et organisation militaires, p. 237-240 et Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie, p. 1142-1143. – Liste des sources dans Closon, Alexandre Ier, p. 418 sv.

294 « exducum Lovaniensem Godefridum, regni et imperatoris inimicum propter ducatum, qui abjudicatus fuerat illi et datus Gualeramno Lemburgensi comiti ». Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 8, p. 217.

295 Gebhardt, t. i, p. 368-369.

296 Nous ne partageons donc pas le point de vue de Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, p. 141-142 et de F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan, p. 78.

297 Cfr annexe I, n. 51-52.

298 L’évêque de Liège n’était pas un partisan de l’antipape Anaclet II (1130-1138) comme le suppose B. Jacqueline, Episcopat et papauté chez saint Bernard de Clairvaux, Saint-Lo, 1975, p. 152.

299 C’est en vain que les abbés Wibald de Stavelot et Léon de Lobbes et plusieurs archidiacres de Liège intercédèrent auprès du pape en sa faveur : Gesta abbat. Trud., Cont Ia, lib. XIII, ch. 1, p. 229-230. – Gesta abbat. Lobbiensium, ch. 23, M.G.H., SS., t. xxi, p. 325 (écrites vers 1162). – Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 80 (1135).

300 Comme le prouve le canon 5 du concile : « pro eo quod impetitus de symonia apud sedem apostolicam indutiis longis atributis sepe vocatus venire contempsit atque a longis temporibus turpi fuit respersus infamia ». Constitutiones, t. I, n° 402, p. 578.

301 Cfr annexe I, n. 54.

302 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 15, p. 228-229. – Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, ch. 3, M.G.H., SS., t. xx, p. 501. – Renier de Saint-Laurent, Triumphale Bulonicum, lib. I, M.G.H., SS., t. xx, p. 585. – Sigeberti Continuatio Gemblacensis, M.G.H., SS., t. vi, p. 385. – Annales Fossenses, M.G.H., SS., t. iv, p. 30. – Ch. Piot, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Trond, t. i, Bruxelles, 1870, n° 35, p. 45-46. – H. Lepez, Contribution à l’étude du règne d’Albéron II..., Liège, 1948-1949, p. 18 sv., 26 sv., 227-230. – Parisse, Les princiers messins, p. 26-27.

303 Voir le tableau généalogique en annexe III. – La parentèle d’Albéron II a été très bien étudiée par Goffinet, Sur Albéron II, évêque de Liège, B.I.A.L., t. xi, 1872, p. 1-18.

304 « prosapia Namucensi ». Relevons l’expression. Peu importe qu’il soit le fils d’Otton de Chiny. Cette ascendance n’a guère de poids devant celle de sa mère. C’est son appartenance à la race namuroise qui donne à Albéron sa signification politique véritable. Sur le prestige de la maison de Namur, cfr H. Sprömberg, Eine rheinische Königskandidatur im Jahre 1125, dans Festschrift F. Steinbach, Bonn, 1960, p. 59-60.

305 II est écrit que « le fils de la sœur [d’Albéron] était le duc de Louvain ». – En fait l’évêque était l’oncle de Godefroid II (f 1142). L’auteur du Triumphus, qui rédige son œuvre après 1141, oublie qu’en 1135 l’ex-dux Godefroid Ier (f 1139) était toujours en vie.

306 Triumphus, ibid.

307 Bernhardi, op. cit., p. 581-582. – Möhr, op. cit., t. ii, p. 84.

308 « Qui duo principes genere, possessione, potentia, multitudine Uli praesunt regioni » Triumphus, ibid.

309 Sigeberti Cont. Gemblacensis, M.G.H., SS., t. vi, p. 385 (1136). – Cfr Rousseau, Actes des comtes de Namur, p. cvii-cix. – La source parle d’un « pacis fedus » qui aurait lié le comte de Namur et le duc de Louvain avant que n’éclate le conflit. L’arrivée d’Albéron II au pouvoir n’est peut-être pas étrangère à ce traité.

310 Gebhardt, t. i, p. 373-374.

311 À l’année 1141, la Sigeb. Cont. Gembl, M.G.H., SS., t. vi, p. 387, indique que la forteresse est aux mains de Renaud depuis 7 ans. C’est donc en 1134 qu’elle est tombée. Cette date est également donnée par Aubry de Troisfontaines, Chronica, M.G.H., SS., t. xxiii, p. 831 (xiiie s.).

312 Voir le tableau généalogique en annexe III.

313 Sur ces événements (ca 1132) voir : Laurent de Liège, Gesta episcoporum Virdunensium, ch. 28-31, M.G.H., SS., t. x, p. 507-510 (qui achève sa chronique en 1144). – M. Grosdidier de Matons, Le comté de Bar des origines au traité de Bruges, Paris, 1922, p. 137-142, 144-146. – Goffinet, Sur Albéron II, p. 17-18.

314 « communibus votis, pari assensu clerus et populus subrogavit sedi Leodien si Alberonem » Triumphus, ibid. – Annales Rodenses, p. 94(1145).

315 C.S.L., t. i, n° 37, p. 61-62. – J.L., n° 7733, . 868. – Sur cet ornement et sa signification, voir H. Leclercq, art. Rational, dans Diet. d'arch, chrét. et de lit., t. xiv, 2, 1948, col. 2066-2067. – K. Honselmann, art. Rationale, dans Lexikon für Theologie und Kirche, t. viii, 1963, col. 1004-1005. – Id., Das Rationale der Bischöfe, Paderborn, 1975 (nous n’avons pu consulter ce dernier ouvrage).

316 Sur cet évêque, voir A. Cosemans, Henri II de Leez, B.N., t. xxxv, 1969, col. 394-410 et la thèse manuscrite du même auteur : Henri II de Leyen, prince-évêque de Liège (1145-1164), Liège, 1922.

317 On traduisait mal les indications que Gilles d’Orval nous donnait sur son origine : « qui dictus est de Lais » (lib. III, ch. 32, p. 106,1. 28). – Leyen est une forteresse située à Ockenfels (Allem, occid., Rhénanie-Palatinat, Kr. Neuwied). Cfr H. Gensicke, dans Handbuch der historischen Stätten Deutschlands, t. v, 2e éd., 1965, p. 276.

318 Une notice stavelotaine de 1148 prouve que Winand de Limbourg, dit de la Tour, était le « consanguineus » de l’évêque de Liège Henri II : J. Halkin et CG. Roland, Recueil des chartes de l’abbaye de Stavelot-Malmédy, t. i, n° 208, p. 413-414. – Cfr S.P. Ernst, Histoire du Limbourg, t. iii, p. 121-122.

319 Grand-Leez : Namur, Namur, Gembloux-sur-Orneau.

320 C.G. Roland, La famille de Grand-Leez. Henri de Leez, évêque de Liège, A.S.A.N., t. xxxviii, 1927, p. 21-41. – Cfr M. Gysseling, Toponymisch Woordenboek, 1.1, 1960, p. 602. – Roland, Les pagi de Lomme et de Condroz, A.S.A.N., t. xxxiv, 1920, p. 47-48.

321 Comme le prouve la guerre de 1136. Cfr ci-dessus n. 309.

322 On considère souvent les Grand-Leez comme des nobles brabançons : Roland, op. cit., p. 22, 34, 36. – P. Bonenfant et G. Despy, La noblesse en Brabant aux xiie et xiiie siècles, M.A., t. lxiv, 1958, p. 53 n. 87, p. 64. – Par contre, L. Génicot voit en eux des vassaux namurois : Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège, p. 150 n. 24. Cet auteur se base sur une charte de l’évêque de Liège Alexandre Ier où Jean de Leez est rangé parmi les nobiliores de la curia namuroise (Roland, Chartes namuroises inédites, A.S.A.N., t. xxx, 1911, p. 250 [1133]). Il est donc vain de vouloir déterminer la « nationalité » de ce lignage placé sous l’influence simultanée du Brabant, du Namurois et même de l’évêque de Liège : Bérenger de Leez apparaît dans l’entourage de l’évêque dès 1125 (Baix, Namurcum, t. xvii, 1940, p. 45). Jean, Bérenger et Adélard de Leez interviennent ou sont témoins dans des chartes épiscopales liégeoises de 1140 et 1142 en faveur des abbayes de Brogne et de Géronsart (C.S.L., t. i, n° 39, p. 65 (1140). – Miraeus et Foppens, Opera diplomatica, t. iv, p. 372 (1142 : pour la date, voir ci-dessous n. 331).

323 À vol d’oiseau, 6 km. séparent Grand-Leez de Gembloux.

324 E. Schoolmeesters et S. Bormans, Notice d’un cartulaire... de Notre-Dame, à Huy, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 7, p. 110.

325 Charte de l’évêque Alexandre Ier : Archives de la Marne et de la province de Champagne (Reims), Prévôté de Meensen, n° H 1377 (or.), éd. H. Meinert, Papsturkunden in Frankreich, N.F., Champagne und Lothringen, Berlin, 1933, n° 30, p. 213 (d’après une copie) : cette charte épiscopale de 1128-1135 mentionne une intervention du roi Conrad III (1138-1152) ! Il s’agit certainement d’un document faux. – Charte de l’archidiacre Herman : J. Habets, Geschiedenis... van Meerssen, P.S.H.A.L., t. xxv, 1888, n° 3, p. 100 (1136). – Charte de l’évêque Albéron II : Ruksarchief in Limburg (Maastricht), Proosdij Meerssen, n° 17374, chartrier (1136-1141) : le dernier témoin à souscrire cette charte est un certain Heinricus diaconus.

326 « Henrico de Lez canonico sancti Lamberti » C. Gaier, Documents relatifs aux domaines... de Saint-Denis, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n° 2, p. 185-188. – Ce document daté de 1136 porte l’indiction de l’année précédente (13). Il a donc été expédié entre le 25 et le 31 déc. 1135 (n.st.) puisque c’est le style de Noël qui était en usage à Liège. L’identité du curé de Grand-Axhe et de l’évêque Henri II de Liège est établie de façon indiscutable par des chartes d’Alexandre prévôt puis évêque de Liège, ibid., n° 4, p. 189-193 (1164), n° 5, p. 193-194 (1165), n° 6, p. 194-196 (1165). – Grand-Axhe : Liège, Waremme, Waremme.

327 Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, Louvain, 1894, n° 12, p. 30. L’évêque Albéron II participait au deuxième concile général du Latran (avril 1139) : P. Jaffé, Wibaldi epistolae, n° 57, p. 135. – Hefele-Leclercq, Histoire des conciles, t. v, 1, 1912, p. 721-738.

328 Charte d’Albéron II : Evrard, op. cit., n° 13, p. 34.

329 Grand-Leez faisait partie de l’archidiaconé de Hainaut (concile de Gembloux). Henri n’a donc pas reçu l’administration de son archidiaconé d’origine. Cfr ci-dessus n. 266.

330 Bouillon faisait partie de l’archidiaconé de Famenne (concile de Graide). Nous ne tenons pas pour une coïncidence le fait que Henri de Leez, archidiacre de Famenne depuis 1141 ou 1142 (cfr n. sv.), ait joué un rôle essentiel lors du siège de Bouillon.

331 « venerabilem Henricum archidiaconum et preposition, imitandae humilitatis virum, cuius Studium et fides valde erat necessaria, hac fungi legatione monuit, ut per eum res, quae erat ad persuadendum difficillima, pro utilitate et pace communi a filiis ecclesiae perficeretur ». Triumphus, ch. 10, p. 505. – Les affirmations du chroniqueur doivent être corrigées. Parmi les témoins d’une charte épiscopale de 1141 (A.E.L., Sainte-Croix, n° 5, f° 19 V°) figurent : Frédéric, prévôt et archidiacre, Elbert, Dodon, Renier, Alexandre, Jean, Philippe, archidiacres, à savoir les 7 archidiacres au grand complet. Une charte épiscopale de 1142 (Piot, Cartulaire de Saint-Trond, t. I, n° 47, p. 63) mentionne : Renier, Dodon, Jean, Alexandre, Henri [de Leez] et Elbert. À cette date, Henri de Leez a donc remplacé à la tête d’un archidiaconé non pas Philippe, mentionné ultérieurement, mais Frédéric auquel il a succédé comme archidiacre mais pas encore comme prévôt. C’est dans une charte épiscopale de 1142 (Miraeus et Foppens, Opera diplomatica, t. iv, p. 372 : nous corrigeons la date d’après le cartulaire de Géronsart, Archives de I’État à Namur, A.E., n°3359, f° 3 R°V° où on lit le millésime 1142 et l’indiction 5) que Henri de Leez est cité pour la première fois comme prévôt de Saint-Lambert. En conclusion, Henri devint archidiacre en 1141 ou 1142 et prévôt en 1142. L’auteur du Triumphus, une fois de plus (cfr ci-dessus n. 305) a commis un anachronisme en écrivant que Henri de Leez était prévôt au moment du siège de Bouillon (1141) – de Marneffe, Tableau, a complètement embrouillé la question, aussi l’avons-nous laissé en dehors de ce débat.

332 Exactement comme l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg (1167-1191). Alors qu’il était doyen de la cathédrale de Cologne, il repoussa, en 1164, une offensive du comte palatin. Quelques mois plus tard, il devenait prévôt de Saint-Lambert à Liège. Les deux événements sont certainement liés. Cfr Küpper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 392-394.

333 Cfr ci-dessus n. 331.

334 « Hic merito sue conversationis et temporalium erga fratres suos stipendiorum optime ammin istration is ad hanc dignitatem raptus est potius quam elect us ». Lib. Ill, ch. 30, p. 103-104.

335 Elle est utilisée par Anselme à propos de saint Lambert : « raptus est potius quam electus » Anselme, ch. 3, p. 193. – Nous la retrouvons dans une lettre de Henri de Leez lui-même par laquelle il annonce au pape Eugène III l’élection de l’archevêque Arnold II de Cologne : « magis raptus quam electus » Jaffe, Wibaldi epistolae, n° 326, p. 456 (1151). Elle est également utilisée dans le De fundatione abbatiae sancti Jacobi, éd. Berlière, p. 39 à propos de l’élection de Wazon : « potius fuit raptus quam in episcopum electus ». Cette chronique des xve-xvie s. s’inspire, semble-t-il, d’écrits antérieurs. Voir aussi M.G.H., SS., t. xiv, p. 113.

336 Le texte fait probablement allusion à une procédure canonique. Cfr Burchard de Worms, Decretorum libri XX, lib. I, ch. 56, 221, éd. Migne, P.L., t. cxl, col. 594, 613.

337 Ce détail est peut-être inexact. Les documents cités plus haut (n. 325-326), laissent supposer que Henri de Leez avait déjà reçu la prêtrise.

338 Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. I, ch. 7, t. ii, p. 16-17. – F. Rousseau, Henri l’Aveugle, Liège-Paris, 1921, p. 31-32. – Voir aussi la lettre de l’abbé Wibald de Stavelot à Henri II de Leez : Halkin-Roland, Stavelot-Malmédy, t. i, n° 192, p. 392-394 (1147).

339 Annales Rodenses, éd. Boeren-Panhuysen, p. 94 (1145). Cette notice fut écrite vers 1155.

340 Cfr Annexe I, n. 57-58.

341 C’est au prévôt Henri et à l’archidiacre Dodon que le pape Eugène III s’adresse par une bulle du 30 mars 1145 (Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden, t. ii, n° 50, p. 162-163). D’autre part, la bulle du 17 octobre 1145 citée ci-dessous n. 343, prouve que le pape connaissait Henri de Leez : « Venerabilem fratrem nostrum Henricum in vestra ecclesia ordinatum episcopum cognoscentes, paterno affectu gavisi sumus quia de persona ipsius eidem ecclesie Domino auxiliante bonum fructum proventurum speramus ».

342 Voir le texte cité ci-dessus n. 334. – Henri de Leez inaugure à son profit la tradition qui consiste à attribuer le siège épiscopal au grand-prévôt de la cathédrale. À partir de 1145, c’est presque la règle. Cette coutume s’explique par l’influence croissante du chapitre de Saint-Lambert dans l’élection de l’évêque. Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 27-28, 46.

343 « si quis ex vobis rebellis et inobediens ei esse presumpserit, sententiam quam in eum canonice promulgaverit nos auctore Domino ratam habebimus ». C.S.L., t. i, n° 41, p. 68. – Ramackers, n° 54, p. 168.

344 Le synode se serait tenu au cours de l’automne 1145 : Gesta abbat. Trud., Cont. IIa, lib. II, ch. 3, t. ii, p. 29-30. – Cfr J. Bachmann, Die päpstlichen Legaten in Deutschland und Skandinavien (1125-1159), Berlin, 1913, p. 72-73, 192, 224-225. – Il est possible, cependant, que le cardinal Gérard soit venu dans la Cité pour combattre l’hérésie dont il est fait mention dans une lettre de l’église liégeoise adressée au pape Lucius II (1144-1145) : P. Frederico, Corpus documentorum inquisitionis, t. i, Gand-La Haye, 1889, n°30, p. 31-33. – Cfr P. Bonenfant, Un clerc cathare en Lotharingie au milieu du xiie siècle, M.A., t. lxix, 1963, p. 271-280. – A. Borst, Les cathares, Paris, 1974, p. 80-81.

345 Conrad séjourne le 3 juin à Echternach : W. Bernhardi, Konrad III., t. I, Leipzig, 1883, p. 421, 443. – Rien ne nous autorise à penser, comme le fait cet auteur, que Henri de Leez a reçu les régales vers la Noël 1145, c’est-à-dire après sa consécration.

346 C’est, pourtant, ce que croyait Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1151. – Cfr ci-dessus, n. 322.

347 Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 51-52. – Bernhardi, op. cit., t. i, p. 421-422. – Notre point de vue diffère donc de celui de M. Génicot, Haut clergé, princes et nobles, p. 148, 150.

348 Il y administra l’archidiaconé de Dietkirchen qui s’étendait à l’Est du Rhin.

349 Cfr Küpper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II. – Id., Alexandre II, évêque de Liège.

350 Lib. III, ch. 36, p. 108.

351 Orreum ou Horreum signifie « grange ».

352 Voir les travaux cités dans Küpper, Notes, p. 388 n. 11 auxquels il faut ajouter Pelster, Stand und Herkunft, p. 29-30. – Ouren : Liège, Verviers, Burg-Reuland.

353 Cfr Gysseling, Toponymisch woordenboek, t. ii, p. 780-781.

354 Küpper, Notes, p. 391, n. 22. – Heure-le-Romain : Liège, Liège, Oupeye.

355 Cfr E. Verwijs et J. Verdam, Middelnederlandsch Woordenboek, t. vii, La Haye, 1912, col. 814, v° Schure. – E. Förstemann, Altdeutsches Namenbuch, t. ii, 2, 3e éd., Bonn, 1916, col. 796, v° Skur. – Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 949, v° Scuria.

356 Cfr E. Ulrix et J. Paquay, Zuidlimburgsche plaatsnamen, Louvain-Bruxelles, 1932, p. 37 n° 123. – Hoeselt : Limbourg, Tongres.

357 H. van Neuss, Inventaire des archives... de Munsterbilsen, Hasselt, 1887, table, v° Orreo. – St. Bormans, Notice des cartulaires de la collégiale Saint-Denis, B.C.R.H., 3e sér., t. xiiv, 1872, n° 139, p. 123-124, n° 146, p. 129. – E. Poncelet, Le livre des fiefs... sous Adolphe de la Marek, Bruxelles, 1898, p. 72, 148. – Id, Les feudataires... sous Englebert de la Marck, Bruxelles, 1948, p. 67-70, 629. – C. de Borman, Le livre des fiefs du comté de Looz, Bruxelles, 1875, p. 47, 48, 210-211, 245. – L. Naveau de Marteau et A. Poullet, Recueil d’épitaphes de Henri van den Berch, t. ii, Liège, 1928, p. 118 et n. 5. – C. de Borman etc., Œuvres de Jacques de Hemricourt, t. i, p. 44 n. 8, t. iii, p. 155.

358 Cfr Küpper, Notes, p. 390-391, où nous justifions notre opinion.

359 « consensu clericorum electus ». Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. Ill, ch. 11, t. ii, p. 50.

360 « canonice electus », écrit Gilles d’Orval (lib. III, ch. 36, p. 108). – Sur ce point, voir nos remarques : Raoul de Zähringen, p. 26 et n. 29, p. 24 n. 21. Le mot clericus doit s’entendre ici dans son sens large, comme dans l’expression clero et populo.

361 C’est Rousseau, Henri l’Aveugle, p. 40-41 qui a constaté ce fait. – L’examen des chartes épiscopales de Henri II et d’Alexandre II donne le résultat suivant : Henri de Namur est témoin d’une seule charte de Henri de Leez en faveur de l’abbaye d’Averbode, datée de 1149 et rédigée au cours d’un synode : Archives de l’Abbaye d’Averbode, Sect. I, Chartrier, charte n° 7. – J. Wolters, Notice... sur... Averboden, Gand, 1849, n° 5, p. 86. L’évêque Henri II intervient dans la charte du comte Henri de Namur pour l’abbaye de Brogne, datée de 1154 : Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 9, p. 22-30. – Cfr Id., Les chartes de Brogne du fonds de Stassart, B.C.R.H., t. cxxv, 1959, p. 368-374, 377-378. – Cfr Notae Bronienses, M.G.H., SS., t. xxiv, p. 27 (1154) (xve s.). Ce document, considéré jusqu’à présent, comme vrai, est un faux. Nous préparons une étude sur la question. – C’est seulement sous Alexandre II que Henri de Namur réapparaît dans l’entourage de l’évêque : T.J. Lacomblet, Urkundenbuch für die Geschichte des Niederrheins, t. i, 1840, n° 409, p. 281-282 (1165 ou 1166, cfr Küpper, Notes, p. 393 n. 32). – G. Despy, Les chartes de l’abbaye de Waulsort, t. i, Bruxelles, 1957, n° 40, p. 384-387 (1166). – Rousseau, Actes des comtes de Namur, n° 17, p. 45-47 (1166).

362 Au cours de ce schisme, l’église liégeoise apporta son soutien à l’empereur et aux antipapes : Kupper, Raoul de Zähringen, p. 51-65.

363 Constitutiones, t. i, n° 223-226, p. 314-321.

364 Kupper, Notes, p. 396-397.

365 Ibid., p. 394-396 et n. 34.

366 Nous partageons ici le point de vue de R. Jordan, Die Stellung des deutschen Episkopats..., Wurtzbourg, 1939, p. 108.

367 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 31-47.

368 Voir le tableau généalogique en annexe III. – Depuis 1076, le comté de Hainaut était un fief direct de l’église de Liège.

369 Voir annexe I, n. 69, où nous apportons de nouveaux éléments à une démonstration antérieure. Raoul aurait été consacré à Wurtzbourg le 9 mai 1168.

370 Cet exposé s’appuie, pour l’essentiel, sur notre étude : Raoul de Zähringen, p. 169-180.

371 K. Jordan, dans Gebhardt, t. i, p. 413-416. – T. Töche, Kaiser Heinrich VI., Leipzig, 1867, p. 209-215.

372 Kupper, op. cit., p. 100-127, 155-156.

373 Kupper, op. cit., p. 125-126. – Mohr, Geschichte, t. ii, p. 113-116.

374 Voir le tableau généalogique en annexe III.

375 Voir ci-dessus n. 368.

376 Le prévôt Otton de Fauquemont, élu entretemps par une partie du chapitre, renonça au siège épiscopal (1195).

377 Dans une charte episcopale, éd. A. de Ryckel, B.S.A.H.D.L., t. v, 1889, p. 14 n. – Cfr de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 456-459, t. xxvi, 1896, p. 386, t. xxxi, 1905, p. 119. – Schoolmeesters, Tableau des archidiacres... pendant le xiie s., p. 142. – Albert succéda à l’achidiacre du Condroz, Brunon, entre 1178 et 1181. – Nous n’avons pas trouvé mention d’Albert de Cuyck avant 1181. Rien ne prouve que le prévôt de Saint-Jean d’Utrecht du nom d’Albert qui apparaît entre 1174 et 1186 soit le futur évêque de Liège : Muller et Bouman, Oorkondenboek van het Sticht Utrecht, t. i, n°481, 488, 516.

378 Thimister, Cartulaire de Saint-Paul, p. 21-23, 23-24 (1193). – Cfr Schoolmeesters, Les prévôts de la collégiale de Saint-Paul, A.H.E.B., t. xxxvii, 1911, p. 50. – Albert succéda au prévôt Pierre entre 1190 et 1193.

379 Cuyck (Pays-Bas, Brabant septentrional) était un doyenné de l’archidiaconé de Campine. – L’origine d’Albert est attestée par de nombreuses sources. Notamment : C.S.L., 1.1, n° 62, p. 104, n° 70, p. 115. – Stiennon, Saint-Jacques, n° 12-13, p. 452-453. – A. Év. L., Cart, de Saint Barthélémy, f° 3 V°. – Cart, de Beaurepart, P 60 R°. – A.E.L., Coll. Saint-Martin, n° 17 bis, f° 50 (= B.U.Lg, ms. 1972, f° 316 v°). – A.E.L., Abb. du Val-Saint-Lambert, chartrier, n° 7. – Schoonbroodt, Inventaire du Val-Saint-Lambert, t. i, n° 12, p. 6.-Gisl. Chron., ch. 149, p. 230-231, ch. 202-203, p. 288-289, ch. 212, p. 297, ch. 216, p. 300,... – Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 49-51 (1193-1195), etc.

380 Cfr J.J.F. Wap, Geschiedenis van het land en der heeren van Cuyck, Utrecht, 1858, p. 27-31.

381 Henri II de Cuyck était le vassal du duc de Brabant : A. Verkooren Inventaire des chartes... de Brabant, Ire partie, t. i, 1910, n° 5, p. 6 (1191), n° 6, p. 8 (ca 1197). – A.E.L., Abb. du Val-Saint-Lambert, chartrier, n° 9 (1197). – Gisl. Chron., ch. 170, p. 252-253. – G. Smets, Henri I, duc de Brabant, Bruxelles, 1908, p. 47, 72 et n. 2, p. 225. – La seigneurie de Cuyck proprement dite ne fut inféodée au Brabant qu’en 1356. Cfr A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant, t. i, Bruxelles, 1975, p. 56. – Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie, p. 1163 et n. 3.

382 F. Kempf, Regestum Innocenta III. papae..., Rome, 1947, n° 14, p. 38 (28 mai 1199). – J.F.Böhmer et J. Ficker, Die Regesten des Kaiserreichs unter Philipp, Otto IV..., Innsbruck, 1881-1882, n° 27, p. 11-12.

383 L’archevêque de Cologne tenta vainement d’obtenir la soumission de son suffragant à Otton : Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 58 (1198). – L’année suivante l’évêque bloque le ravitaillement du roi Otton qui séjourne dans la Cité : ibid., p. 62 (1199). – Böhmer-Ficker, op. cit., n° 198 c, p. 56, n° 211 f, p. 60. – Cfr E. Winkelmann, Philipp von Schwaben und Otto IV. von Braunschweig, 1.1, Leipzig, 1873, p. 82, 86, 134, 143. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. iii, p. 95-99.

384 Otton IV était soutenu par l’archevêque de Cologne, l’évêque d’Utrecht, le duc de Brabant, le duc de Limbourg et le comte de Flandre-Hainaut. Henri de Cuyck figurait également parmi les partisans d’Otton. Bôhmer-Ficker, op. cit., n° 198f-209, p. 56-59. – Smets, Henri I, p. 85-87. – H. Stehkämper, Der Kölner Erzbischof Adolf von Altena..., Munich, 1973, p. 58 sv. – L’évêque Albert de Cuyck s’abrita derrière les murailles du château de Huy : Renier, p. 59 (1198).

385 Le biographe d’Albert de Louvain admet que ce dernier est mort « pro ecclesie Dei libertate, quam volebat Henricus imperator sibi subiugare » Vita Alberti, ch. 46, M.G.H., SS., t. xxv, p. 168. – Gisl. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 192, p. 278. – En fait, la double élection de 1191 embarrassa la curie romaine qui hésita longtemps avant d’accorder son appui à Albert. La perspective d’un conflit ouvert avec l’empereur inquiétait une partie des cardinaux : Vita Alberti, ch. 9-10, p. 145-146. – Cfr V. Pfaff, Das Papsttum in der Weltpolitik des endenden 12. Jahrhunderts, M.I.Ö.G., t. lxxxii, 1974, p. 357-358, 360-361, 364 et nos remarques : Raoul de Zähringen, p. 178 n. 49.

386 « apud imperatorem Henricum, qui Henrico duci non satis animo clarus erat aut benignus. » Vita Alberti, ch. 2, p. 139 (1191). Le duc comptait sur l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg pour appuyer auprès de Henri VI la candidature de son frère Albert, mais l’archevêque mourut le 13 août 1191.

387 « Si Albertus, frater ducis, Leodiensem episcopatum obtinuerit, duplicatas esse vires ducis contra ipsum [Henricum] cui se obiecit, cui contradicit obedire. » Vita Alberti, ch. 4, p. 142. – Guillaume de Newborough, Historia rerum Anglicarum, lib. IV, ch. 37, éd. R. Howlett, t. i, Londres, 1884, p. 396-397.

388 En 1160-1162, le père de Henri VI, Frédéric Barberousse, avait brisé, dans des circonstances fort semblables, une énorme coalition sur le point de regrouper contre lui les forces des Weif, des Zähringen et de l’archevêché de Mayence. Cfr Kupper, La politique des ducs de Zähringen entre la Moselle et la mer du Nord..., M. A., t. lxxviii, 1972, p. 432-434.

389 Henri de Limbourg venait de se réconcilier avec Henri de Brabant. L’un et l’autre appartenaient à la vaste coalition politique dominée par l’archevêque de Cologne Philippe de Heinsberg. Cfr Smets, Henri 1, p. 19, 23-24, 28-31, 36-37, 40-41, 46, 73-74. – W. Schoppmann, La formation et le développement territorial du duché de Limbourg..., Dison, 1964, p. 85-91.

390 Sur la procédure utilisée au cours des élections épiscopales, voir ci-dessous, § 4.

391 En 1190, Baudouin de Hainaut avait mis la main sur le Namurois qui fut alors officiellement érigé en marquisat.

392 Voici la liste des principaux partisans des candidats à la succession de Raoul de Zähringen. Albert de Louvain : abbayes de Florennes, Gembloux, Heylissem et Lobbes, chapitre de Saint-Jean, archidiacre Walter de Chauvency, chanoines Thomas de Merbes, Siger de Dongelberg et Helyas de Bouillon, ducs de Brabant et de Limbourg, comte Albert de Dabo-Moha, châtelain Nicolas de Bouillon. – Lothaire de Hochstaden : abbaye de Saint-Trond, chapitre de Saint-Martin, grand-prévôt Albert de Rethel, doyen Simon, archidiacre Hugues de Pierrepont, comte de Hainaut. – Simon de Limbourg : chapitres de Saint-Barthélemy, Saint-Denis, Saint-Jean, Saint-Martin et Saint-Pierre, doyen Simon, coûtre Godefroid, archidiacres Walter de Chauvency, Thomas de Merbes, Henri de Dongelberg, chanoines Helyas de Bouillon, Raoul de Comblain, Thomas de Hemricourt, Godefroid d’Orchimont et Emorrundus de Pré, ducs de Brabant et de Limbourg, familia de Saint-Lambert, bourgeois de Liège. – Opposition à Simon de Limbourg puis partisans d’Albert de Cuyck : abbé Gosuin de Saint-Jacques, grand-prévôt Albert de Rethel, doyen Simon (qui aurait done quitté le parti de Simon de Limbourg), archidiacres Hugues de Pierrepont, Otton de Fauquemont et Albert de Cuyck, comte de Hainaut, bourgeoisie de Huy. – De cette liste nous retiendrons que la configuration des adversaires (Albert de Louvain — Simon et Lothaire — Albert de Cuyck) ne rappelle en rien celle de 1119. Remarquons la position de la familia de Saint-Lambert qui a quitté le parti « impérial ». Comme en 1119, la bourgeoisie hutoise adopte le candidat de son puissant voisin namurois (Hainaut). Liège, par contre, proche du Limbourg, est passée dans le camp « brabançon ». – Sources : Gisl. Chron., Renier de Saint-Jacques, Annales et Vita Alberti, passim. – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 70, p. 114. – A.H.E.B., t. xxi, 1888, p. 393-396 (1192). – Miraeus et Foppens, Opera diplomatica, t. iii, p. 65, t. iv, p. 527 (1192 et 1194). – B.I.A.L., t. xxiv, 1894, p. 363 (1192). – Piot, Saint-Trond, t. i, n° 112, p. 153 (1192). – A.E.L., Coll. Saint-Martin, chartrier, n° 10 (1193). – A.E.L., Abbaye de Robermont, chartrier, n° 3 (1194 : trois copies du xviie s. de la charte de Simon de Limbourg considérée comme fausse par J. Cuvelier, Cartulaire du Val-Benoit, Bruxelles, 1906, n° 3, p. 5-14 qui publie ce document d’après deux traductions romanes. Selon nous, la charte est vraie. Il faut simplement lire la date MCLXXX[X]IV qui correspond à l’indiction XII donnée par les copies). – La liste des partisans d’Albert de Louvain a été dressée par G. Kurth, L’archidiacre Hervard, B.C.R.H., t. lxxii, 1903, p. 167-168. – Cfr aussi Kupper, Raoul de Zähringen, p. 177 n. 42.

393 Cfr Küpper, Raoul de Zähringen, p. 155-156.

394 Cfr W. Kienast, Die deutschen Fürsten im Dienste der Westmächte..., t. i, Utrecht-Leipzig-Münich, 1924, p. 144-162. – Ci-dessus n. 384.

395 Voir le tableau généalogique en annexe III.

396 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 62-66 (1200-1202). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117.-Annales Sancti Gereonis, éd. Waitz, p. 303 (1202). – Böhmer-Ficker, Regesten, n° 212 b, p. 61. – E. Poncelet, Actes de Hugues de Pierrepont, Bruxelles, 1946, p. viii-ix. – Winkelmann, Philipp von Schwaben, 1.1, p. 170, 222-223. – H. Grundmann, dans Gebhardt, t. i, p. 431-433.

397 Poncelet, op. cit., p. xiii-xiv. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. iii, p. 130-139.

398 Lejeune, Liège et son pays, p. 25-30.

399 « concedimus et sanccimus, ut electiones prelatorum libere ac canonice fiant ». Santifaller, Zur Geschichte..., n° 2-3, p. 227-228, 46.

400 Sigebert de Gembloux, Vita Landiberti episcopi, ch. 2, AA. SS., Sept., t. v, 2e éd., p. 591. – Sigebert raconte à peu près dans les mêmes termes l’élection de Théodard : Vita et passio sancti Theodardi, ch. 4-5, éd. J. Schumacher, B.S.A.H.D.L., t. li, 1971-1975, p. 28-29.

401 Nicolas, Vita Landiberti episcopi, ch. 1, § 14, AA. SS., Sept., t. v, 2e éd., p. 604-605.

402 Ce sont : Frédéric de Namur (1119), Alexandre (1119, 1128), Albéron Ier (1122), Albéron II de Chiny (1135), Henri de Leez (1145), Alexandre II (1164), Raoul de Zähringen (1167), Albert de Louvain (1191), Albert de Rethel (1191), Lothaire de Hochstaden (1192), Simon de Limbourg (1193), Albert de Cuyck (1194), Otton de Fauquemont (1195). Nous admettons qu’il faut attacher autant d’importance aux candidats malheureux qu’aux personnages réellement devenus évêques.

403 Alexandre (1119, 1128), Henri de Leez (1145), Alexandre II (1164), Albert de Cuyck (1194), Otton de Fauquemont (1195).

404 Sur ces questions, voir l’important article de L. Génicot, Haut clergé, princes et nobles dans le diocèse de Liège, part, aux p. 143-144, 146 et la bibliogr. p. 140 n. 1. Contrairement à cet auteur, nous ne pensons pas qu’Alexandre Ier et Albert de Cuyck appartenaient à des familles comtales. – Voir également l’étude de B. Guillemain, Les origines des évêques en France aux xie et xiie siècles, dans Le istituzioni ecclesiastiche délia « Societas Christiana » dei secoli xi-xii, Milan, 1974, p. 374-407 : en France, aux xie et xiie siècles, l’évêque n’est pas toujours de condition noble et vers 1150 il y a autant de nobles que de roturiers (p. 385). – L’épiscopat germanique, par contre, comporte une très forte majorité de nobles. Cfr Schulte, Der Adel und die deutsche Kirche, p. 61-73.

405 Il est possible qu’il faille ajouter à ces deux noms celui de Théoduin. Mais nous connaissons mal son origine.

406 Voir notamment : Pirenne, Histoire de Belgique, t. i, in-4°, p. 140-142. – Rousseau, La Meuse et le pays mosan, p. 78. – de Moreau, Histoire de l’Église, t. iii, p. 30-31. – Bonenfant, La Basse-Lotharingie, p. 104. – Génicot, op. cit., p. 147-148.

407 Albéron Ier (1122), Albert de Louvain (1191) et Simon de Limbourg (1193) qui était le cousin germain de Henri Ier de Brabant.

408 Frédéric (1119), Raoul (1167) et Albert de Rethel (1191).

409 Albéron II (1135) est de souche namuroise mais il est le beau-frère de Godefroid I" de Louvain († 1139).

410 Cfr Génicot, op. cit., p. 148, 150.

411 Voir le tableau généalogique en annexe III.

412 Cfr Génicot, p. 148 n. 23 qui recourt à la terminologie de J. Gaudemet. – En Haute-Lotharingie, la descendance du comte Wigeric (xe-xiie siècles) est un bel exemple de « famille épiscopale » dont les membres occupèrent les sièges de Trèves, Metz, Toul, Verdun, Reims et Laon : M. Parisse, La vie religieuse en Lorraine au xie siècle, Sacris erudiri, t. xx, 1971, p. 11-38 et La noblesse lorraine, p. 19-23, 411-418.

413 « Comes autem Hanoniensis nolens [ducis Lovaniensis fratrem Albertum] supra se posse dominari, cum cujus proximis rancorem semper habebat ». Gisl. Chron., ch. 175, p. 257-258, ch. 203, p. 289.

414 En France, par contre, où le pouvoir royal est faible, il existe des familles épiscopales au xie siècle. Cfr Guillemain, op. cit., p. 381-384. – Pour la période du très haut moyen âge, voir M. Heinzelmann, L’aristocratie et les évêchés entre Loire et Rhin jusqu’à la fin du viie siècle, Revue d’histoire de l’Église de France, t. lxii, 1976, p. 75-90 où l’auteur constate la « transmission héréditaire de la charge episcopale ».

415 Cfr Bauermann, Die Frage der Bischofswahlen. – Jordan, Die Stellung des deutschen Episkopats. – J. Heinrich, Kaiser Heinrich VI. und die Besetzung der deutschen Bistümer..., Rom. Quartalschrift für christl. altert, und Kirchengesch., t. li, 1956, p. 189-227.

416 « quem vellet regalibus investiret [Henricus imperator], nec liceret ecclesie Romane de his amplius cognoscere sive iudicare. » Vita Alberti, ch. 46, p. 168. – Cfr Gisl. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 192, p. 278. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 22-23, 170-171.

417 Cfr E. Schoolmeesters, Liste des prévôts de l’église Saint-Lambert pendant les xie, xiie et xiiie siècles, Leodium, t. iv, 1905, p. 97-98. – Notons que le prévôt Herman deviendra évêque de Metz en 1073.

418 Frédéric (1119), Henri (1145), Alexandre II (1164), Albert de Rethel (1191) et Otton (1195). – Le prévôt André est devenu évêque d’Utrecht au moment du décès d’Albéron Ier et le prévôt Philippe est devenu archevêque de Cologne à la mort d’Alexandre II. – Cfr Kupper, op. cit., p. 27-28, 46. – Ci-dessus n. 342.

419 Brunon, rappelons-le, était en même temps le représentant de son frère Otton Ier en Lotharingie. – C’est probablement l’archevêque de Cologne qui a proposé au roi Conrad II la candidature de Réginard (1025). Le prélat est également intervenu lors de l’élection de Wazon (1042). Mais il n’y a rien ici qui soit comparable à l’action de Frédéric de Cologne en 1119-1122.

420 Frédéric de Namur fut consacré par le pape. Raoul de Zähringen fut fort probablement consacré par l’archevêque de Mayence et Albert de Louvain par l’archevêque de Reims. Ce sont des raisons politiques qui ont joué dans les trois cas.

421 A. Fliche, R. Foreviixe et J. Rousset, Du premier concile du Latran à l’avènement d’Innocent III (1123-1198), Impartie, 1944, p. 70 sv.

422 Cfr J. Lejeune, Liège et son pays, p. 49-52.

423 Cfr ci-dessus, n. 189. – C.S.L., t. i, n° 58, p. 97 (1178).

424 Küpper, Raoul de Zähringen, p. 32-33.

425 En France les réguliers devenus évêques sont fort nombreux. Cependant les séculiers — qui proviennent, pour la plupart, des chapitres cathédraux — sont majoritaires. Cfr Guillemain, op. cit., p. 386-387. – Id., Les moines sur les sièges épiscopaux du sud-ouest de la France aux xie et xiie siècles, dans Mélanges E.R. Labande, Poitiers, 1974, p. 377-384.

426 Gisl. Chron., ch. 202, p. 287. – Sur les qualités requises d’un candidat à l’évêché, voir not. le texte cité n. sv.

427 Selon la Vita Alberti, le duc de Brabant s’en inquiète, après l’élection de son frère, en 1191 (ch. 2, p. 139). – En 1167, l’empereur Frédéric Ier recommande aux Cambrésiens d’élire comme évêque une « persona Deo placens et imperio, ecclesie et imperii servitiis idonea, in divinis et humanis legibus erudita, morum honestate et maturitate conspicua ». Constitutiones, t. I, n° 231, p. 327, n° 232-233, p. 327-328.

428 Cfr Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 41 sv. – Laehns, Die Bischofswahlen in Deutschland, p. 46-47.

429 Lettre de Frédéric de Cologne au clergé de Liège : éd. Kurth, Ann. Boll., t. II, 1883, p. 269 (1119).

430 « Otbertus [...] sine electione ecclesiastica de manu regis episcopatum extorsit » Cantatorium, ch. 69, p. 155 (1091).

430bis Lg principe de l’élection de l’évêque « par le clergé et par le peuple » était déjà en vigueur dans la chrétienté primitive. Cfr H. Müller, Der Anteil der Laien an der Bischofswahl, Amsterdam, 1977, p. 9-22.

431 Cfr Schmid, op. cit., dont nous résumons ici une partie des conclusions. Cet auteur a étudié la période 1046-1085, époque cruciale qui sépare le concile de Sutri, au cours duquel Henri III apparaît comme l’arbitre de l’Église, et la mort de Grégoire VII.

432 J. Gaudemet, Unanimité et majorité (Observations sur quelques études récentes), dans Études hist, à la mémoire de N. Didier, Paris, 1960, p. 149-162.

433 A. NrrscHKE, Die Einstimmigkeit der Wahlen im Reiche Ottos des Grossen, M.I.Ö.G, t. lxx, 1962, p. 29-59. – H. Grundmann, Pars quamvis parva..., dans Festschrift P.E. Schramm, t. I, 1964, p. 237-251. – Jacqueline, Episcopat et Papauté chez saint Bernard, p. 169-170.

434 « eligat eum Deus, et ab eo preelectum, nos quoque voluntarie eligendum decrevimus ». Cantatorium, ch. 28, p. 87. – Même idée dans l’épitaphe de Frédéric de Namur († 1121) : « Plebis catholicae te pontificem, Frederice, elegit Christus », éd. de Clercq, Reimbaldi opera, p. 140. – Voir aussi Vita Balderici, ch. 1, p. 725 (1008). – Lettre de Meingoz de Saint-Martin (1128), éd. Grundmann, Zwei Briefe..., D.A., t. xxi, 1965, p. 276 : sur cette lettre, voir nos remarques ci-dessus n. 282.

435 Schmid, op. cit., p. 171-199. – K. Ganzer, Zur Beschränkung der Bischofswahl auf die Domkapitel..., Z.R.G., K.A., t. lxxxviii, 1971, p. 23-25. – L. Meulenberg, Grégoire VII et les évêques..., Concilium, t. lxxi, 1972, p. 67.

436 En 1049, un concile réuni à Reims sous la présidence du pape Léon IX condamnait le choix d’un évêque « sine electione cleri et populi ». Les conciles du Latran de 1059 et de Rome de 1063 présidés respectivement par les papes Nicolas II et Alexandre II interdirent l’investiture laïque d’une église. En février 1075, au cours du concile de Rome, le pape Grégoire VII s’éleva contre l’investiture des évêchés par le roi : « interdicit regi ius deinde habere aliquod in dandis episcopatibus ». Il renouvela cette interdiction lors du concile du Latran de 1078 et du concile de Rome de 1080. Voir les textes et la bibliogr. dans Santifaller, Zur Geschichte..., n° 1-6, p. 224-226. – Caron, Les élections épiscopales, p. 582-584. – M. Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat, Cologne-Vienne, 1978, p. 80-84.

437 La position du chroniqueur de l’abbaye de Saint-Hubert mérite un commentaire. Il écrit vers 1100, alors que l’esprit de la réforme a déjà parcouru un long chemin. Le moine hubertin refuse de voir une « élection ecclésiastique » dans la désignation d’Otbert par Henri IV en 1091 (voir le texte ci-dessus n. 430). Sous la plume d’un « grégorien », une position aussi arrêtée ne nous surprendra pas. Par contre lorsqu’il raconte la désignation de Henri de Verdun par le roi, il se montre beaucoup plus indulgent. Pourtant l’élection de 1075 s’est faite, tout comme celle d’Otbert, au mépris des prescriptions pontificales (cfr n. 149 et 436). Mais le chroniqueur est saisi d’admiration devant l’évêque Henri — « vir tuende virtutis » — qui a d’ailleurs entretenu d’excellents rapports avec l’abbaye ardennaise : Cantatorium, ch.28, p. 86-87, ch. 45, p. 112, ch. 68, p. 152, ch. 69, p. 154-155.

438 Sur l’importance de cette notion, voir ci-après.

439 « Leodii [Adalberone] in episcopum electo et investito, sed necdum sacrato ». Charte de Saint-Trond (1135-1136) insérée dans les Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 15, t. i, p. 229. – Ci-dessous, annexe I.

440 « abusum quem interdum quidam predecessorum nostrorum exercuisse dicuntur in electionibus prelatorum », éd. Santifaller, op. cit., n° 2-3, p. 227-228. – Sur cette question fort controversée voir l’étude fondamentale d’A. Hofmeister, Das Wormser Konkordat. Zum Streit um seine Bedeutung, réimpr., Darmstadt, 1962. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 21-23 (avec textes et bibliogr. en n.).

441 On utilisait parfois la force pour réaliser l’unanimité ! Schmid, op. cit., p. 53-54. – L. Moulin, Sanior et maior pars..., Rev. hist, de droit français et étranger, 4e sér., t. xxxvi, 1958, p. 372-373.

442 Cfr F. Elsener, Zur Geschichte des Majoritätsprinzips..., Z.R.G., K.A., t. xlii, 1956, p. 73-116, 560-570. – Moulin, op. cit. – Gaudemet, Unanimité et majorité. -Grundmann, Pars quamvis parva. — P.G. Caron, Les élections épiscopales dans la doctrine et la pratique de l’Église, Cahiers de Civilisation médiévale, t. xi, 1968, p. 573-577. — Le Concordat de Worms (1122) affirmait la supériorité de la sanior pars : c’est à elle que le souverain devait prêter son concours en cas de discorde. – Gislebert de Möns considère les électeurs d’Albert de Cuyck (1194) « non numéro sed merito majores » Gisl. chron., ch. 216, p. 300.

443 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 169-170.

444 Ibid., p. 20-31.

445 « eligendi praesulis primatus ». – « primatus sui auctoritatem non in se praeferendo, sed in iuniore sibi praeporiendo » Anselme, ch. 49, p. 218-219.

446 Vita Alberti, ch. 5, p. 143. – Cfr Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 50-51. — P. Imbart de la Tour, Les élections épiscopales dans l’Église de France du ixe au xiie siècle, Paris, 1890, p. 332. – La prima vox n’appartenait pas toujours au prévôt. À Autun, par exemple, ce privilège avait été accordé à l’abbé de Flavigny. Il arrivait aussi qu’il fût attribué à un évêque.

447 Au xiie siècle, le prévôt de la cathédrale est souvent élevé à l’épiscopat. S’élisait-il lui-même ? Nous en doutons. Une pareille attitude, incompatible avec Vhumilitas que l’on attendait d’un prélat, eût sans doute choqué ! Lorsque les circonstances semblaient favorables, il était sans doute plus habile de renoncer à faire usage de ses prérogatives — ou de s’en servir pour la forme ! — et de se laisser élire. – Voir le texte cité n. 445.

448 « omnem clerum et populum in sententiam suam venire coegit ». Anselme, ibid.

449 « a clero et populo ». – « unanimiter a cunctis ». Anselme, ch. 50, p. 219.

450 Nous verrons plus loin le sens de ce mot.

451 « Theoderico abbati ex consilio referendam imposuerunt domni Henrici electionem ». Cantatorium, ch. 28, p. 86-87. Ce texte est assez obscur. Nous pensons que les Liégeois, après discussion, ont voulu notifier au roi leur consentement par l’intermédiaire d’un « rapporteur » qui fut, dans le cas présent, l’abbé de Saint-Hubert. N’oublions pas qu’une élection faite contre la volonté du « clergé et du peuple » n’était pas canonique. – Cfr ci-dessus, p. 138 n. 149.

452 Comme le montrent très bien les longues hésitations du roi lorsque Nithard et Wazon lui sont présentés. Cfr Laehns, Die Bischofswahlen, p. 10-12, 14-16. – Beyer, Die Bischofs- und Abtswahlen, p. 18-21.

453 Comme l’abbé Thierry de Saint-Hubert en 1075 (Cantatorium, ch. 28, p. 87) ou l’abbé Raoul de Saint-Trond en 1119-1121 (Gestaabb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 3,12-13, p. 192, 201-203). – L’évêque Albéron II (1135-1145) se montra toujours hostile à l’abbaye hesbignonne « pro eo quod abbatem Rodulfum electioni sue non plene favisse didicerat » (Ibid., Cont. Ila, lib. I, ch. 2, t. ii, p. 12).

454 « abbates, archidiaconi, pars principum, ciues, familia ». Chronicon rythmicum, éd. de Clercq, p. 137 (1119). – Dans le cas présent, le mot « abbates » doit se traduire par « membres principaux du clergé d’une cité épiscopale » et, plus précisément, par « prévôts des collégiales » plutôt que par « abbés », comme nous le pensions (Küpper, Raoul de Zähringen, p. 26). Cfr Niermeyer, Mediae latinitati s lexicon minus, p. 1. -Mittellateinisches Wörterbuch, t. i, 1967, col. 8-10. – Cfr ci-dessus n. 154.

455 « cum [...] discussissent diu consilia ». Chron. rythm., ibid. – C’est ce que F. Geselbracht appelle la « tractatio » : Das Verfahren bei den deutschen Bischofswahlen, 1905, p. 113-116. – C’est probablement au cours de ces discussions préalables que le duc Godefroid de Louvain sonda les intentions de l’archidiacre Alexandre : « Interea dux Lovanii aliique nobiliores Alexandrum archidiaconum [et sacristam] seorsum trahunt, et quia cum eo consentirent, ageret ipse gnaviter, aperiunt ». Gilles d’Orval, lib. III, ch. 20, p. 95 (1119). – Cfr Nizon, Vita Friderici, ch. 2, p. 502-503.

456 « considente iam capitolio tandem placet ut sit electio » Chron. rythm., ibid.

457 Cantatorium, ch. 28, p. 86. – Chronicon s. Laurentii, ch. 43, p. 276.

458 Nizon, ibid. (1119).

459 « in pleno conventu capituli reformat ei assensum electionis ». Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 12, p. 201, ch. 14, p. 204. – « in conventum vestrum multitudinem eorum, qui [...] excommunicati habebantur, admisistis ». Lettre de l’archevêque Frédéric de Cologne au clergé de Liège, éd. A.H.E.B., t. vi, 1869, p. 52 (1121).

460 Si l’on admet l’idée qu’à une « assemblée générale » des électeurs succède un collège plus restreint, la version, assez obscure, que la Chronique de Saint-Trond nous donne de l’élection de 1119 s’éclaire : « Fit altercatio grandis de episcopatu, electionis tarnen dies in communi prefigitur ». Gesta abb. Trud., ibid., ch. 3, p. 192. Valtercatio éclate pendant la réunion préalable au cours de laquelle on fixe le jour de l’etectio proprement dite. Sur ce point, nos vues diffèrent de celles de P. Bonenfant, La Basse-Lotharingie avant et après le Concordat de Worms, p. 96-98. – Notre opinion est confirmée par les recherches d’Imbart de la Tour, Les élections episcopates, p. 321-332, 513-521.

461 L’élection proprement dite a lieu dans la salle capitulaire. – Sur l’importance du chapitre dans les élections épiscopales cfr G. von Below, Die Entstehung des ausschliesslichen Wahlrechts der Domkapitel..., Leipzig, 1883, – K. Ganzer, Zur Beschränkung der Bischofswahl auf die Domkapitel..., Z.R.G., K.A., t. lxxxviii, 1971, p. 22-82, t. lxxxix, 1972, p. 166-197.

462 Cfr ci-dessous, p. 325-326, 329, 331, 334-335. – Les prévôts des collégiales liégeoises sont choisis parmi les membres du chapitre cathédral. Mais nous n’oserions parler d’une « représentation » des collégiales par leur prévôt. Ces derniers, semble-t-il, jouaient la carte du chapitre de Saint-Lambert. La situation est la même à Liège qu’à Trêves et à Cologne : Ganzer, op. cit., p. 181-182, 193, 195.

463 En principe l’élection doit se dérouler dans les murs de la cité episcopale et plus précisément dans la cathédrale (Geselbracht, Das Verfahren, p. 111-113). Il arrivait cependant que l’on dérogeât à cette règle. En 1119, empêchés par le duc de célébrer l’élection « in propria sede » les Liégeois élisent Frédéric de Namur à Cologne (Nizon, Vita Friderici, ch. 4, p. 504). L’élection d’Albert de Cuyck, en 1194, se déroule dans la collégiale Saint-Aubain de Namur car les partisans de Simon de Limbourg occupent les « castra » de l’église liégeoise (Gisl. Chron., ch. 216, p. 299-300).

464 Nous croyons être parvenu à cette conclusion dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 28-29. À l’époque, nous nous étions surtout penché sur les élections episcopates postérieures à 1122. Les sources de la période précédente, assez pauvres du reste, ont confirmé notre point de vue qui est partagé par G. Davenne, Les synodes épiscopaux à Liège du xe au xiiie siècle, mém. lic. dactyl., Liège, 1947, p. 66-67, 126-127.

465 « missa de Spiritu sancto perorata, et spiritu consilii adstante » Nizon, Vita Friderici, ch. 4, p. 504 (1119). – Cfr Jaffé, Wibaldi epistolae, n° 326, p. 455 (Cologne, 1151). – Geselbracht, Das Verfahren, p. 111. — Caron, Les élections episcopates, p. 577.

466 Le doyen Wazon fait-il un séjour de quelques mois auprès du souverain ? Anselme de préciser que ce n’était pas dans l’espoir d’obtenir un évêché ! Anselme, ch. 43, p. 216. – Voir aussi ibid., ch. 33, p. 207. – Vita Balderici, ch. 1, M.G.H., SS., t. iv, p. 725. – Cantatorium, ch. 28, p. 87, ch. 68-69, p. 152-155. – Raoul, Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 11, p. 62. – Chronicon s. Laurentii, ch. 15, p. 267, ch. 24, p. 270, ch. 45, p. 277.

467 Voir notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 23-28 et les travaux de von Below et Ganzer cités n. 461. – J. Gaudemet, L’élection épiscopale d’après les canonistes de la deuxième moitié du xiie siècle, dans Le istituzioni ecclesiastiche délia « Societas Christiana »..., Milan, 1974, p. 476-489 et not. p. 476-477.

468 « Electus ergo communi assensu, adnitente cognato eius comite Flandrensium Balduino, in episcopali sede intronizatus et a clero et populo primisque principibus in dominum est receptus » Gilles d’Orval, Iio. III, ch. 75, p. 117.

469 « ab universo clero, a ducibus et comitibus et nobilibus, a militibus et plebeiis, absque ullius contradictione eligitur » Renier de Saint-jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 146 (1229).

470 Nous parlons uniquement des évêques des xiiie et xive s. Cfr. J. Lejeune, Liège et son pays, p. 34-35, 37, 50-52.

471 Renier de Saint-Laurent, Vita Wolbodonis, ch. 8, p. 566 (texte cité en manchette au début du présent paragraphe). – « adhuc enim imperator hoc in toto regno suo jure antiquo possidebat, ut absque dono ejus nullus in eo constitueretur episcopus ». Raoul, Gesta abb. Trud., lib. V, ch. 7, p. 71 (texte écrit en 1114-1115). – « adhuc enim non electione, sed dono regis episcopus fiebat » Chronicon s. Laurentii, ch. 15, p. 267 (texte vraisemblablement écrit vers 1100 par le moine de Saint-Laurent Rupert de Deutz. Cfr van Engen, Rupert von Deutz, p. 70-73, 75).

472 Très caractéristiques à cet égard sont les interventions de Conrad III à Utrecht en 1150 et de Frédéric Ier à Cambrai en 1167 : M.G.H., DD., Konrad III., n° 244, p. 424-426. – Constitutiones, n° 231-233, p. 326-328.

473 Le roi donnait rarement l’évêché sans recevoir un « cadeau » de l’élu. Ces pratiques « simoniaques » étaient en usage sous le règne de Henri II (1002-1024) et surtout sous celui de Conrad II (1024-1039) (Cfr Schieffer, Heinrich II. und Konrad II., p. 411-417, 427. – En ce qui concerne la « simonie » de Réginard (1025-1037), voir ci-dessus, n. 91). Au vrai, la simonie était condamnée depuis le ive siècle mais on fermait les yeux. C’est la réforme religieuse du xie siècle qui va la combattre avec acharnement. Henri III (1039-1056) la bannit des usages de la cour, mais c’est là une attitude assez exceptionnelle que son fils Henri IV (1056-1106) n’imitera pas (Cfr H. Meier-Welcher, Die Simonie im frühen Mittelalter, Zeitschrift für Kirchengeschichte, t. lxiv, 1952-1953, p. 61-93. – A. Kupper, Beiträge zum Problem der Simonie im 11. Jahrhundert, Diss., Mayence, 1954. – J.H. Lynch, Simoniacal entry into religious life from 1000 to 1260..., Columbus, 1976). – L’évêque Otbert fut accusé d’avoir obtenu l’évêché à prix d’argent (1091) {Cantatorium, ch. 68-69, p. 154-155, ch. 70, p. 157-158, ch. 71, p. 169 : « Otbertus pecuniam dédit ut hereticus fieret »). De même l’archidiacre Alexandre en 1119 (Nizon, Vita Friderici, ch. 3, p. 503. – An. Boll, t. II, 1883, p. 269). Mais la simonie pouvait prendre des allures plus sournoises. En 1075, le vertueux Henri de Verdun « achète » son siège épiscopal sous la forme d’une aide militaire consentie par le duc de Lotharingie au roi Henri IV (Dieckmann, Gottfried III., p. 69-74). Lothaire de Hochstaden acheta l’évêché de Liège à Henri VI en 1192. Cette fois, la simonie fut camouflée par une vente simulée de la chancellerie de l’Empire (KUpper, Raoul de Zähringen, p. 172 et n. 15).

474 Mentions de la crosse : Anselme, ch. 39, p. 210 (1042), ch. 49, p. 219 (1038), ch. 50, p. 219 (1042). – Cantatorium, ch. 28, p. 87 (1075). – Chronicon rythmicum, p. 136 (1091). – Mentions de la crosse et de l’anneau : Anselme, ch. 58, p. 224. – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 1, p. 190, ch. 3, p. 192 (1119). – Tractatus de învestitura episcoporum, éd. E. Bernheim, M.G.H., Libelli, t. II, p. 501 et éd. Krimm-Beumann, p. 77 (rédigé en 1109, fort probablement par Sigebert de Gembloux, comme vient de le démontrer J. Beumann, Sigebert von Gembloux und der Traktat de investitura episcoporum, Sigmaringen, 1976). – Le Kungl. Myntkabinettet de Stockholm possède un denier lotharingien de 0,98 g. dont voici la description. Revers : tête de personnage, muni d’une épée, dans le champ avec la légende (inversée) : « (HE)NRIC + (VS) » ; grènetis extérieur et intérieur. – Droit : personnage couronné, donnant une crosse à un autre personnage situé à sa gauche. – M. H. Frère a bien voulu nous confirmer qu’il s’agissait fort probablement d’une pièce de la « région mosane » du dernier tiers du xie siècle (lettres du 3 et du 25 mars 1977). Nous sommes peut-être en présence d’un denier de propagande rappelant l’investiture par Henri IV de l’évêque Henri de Verdun (1075) ou de l’évêque Otbert (1091). Cfr P. Berghaus, Deutsche Münzen des 11. Jahrdunderts..., Hamburger Beiträge zur Numismatik, N.F., Cahier 5,1951, p. 24-25 n° 27. – Le droit de ce denier est reproduit ici-même, à la fig. I.

475 « Electus autem regalia per sceptrum a te recipiat » Bulle du pape Calixte II (1122), éd. Hofmeister, op. cit., p. 84 (147). – « imperiali ceptro eum promovimus » M.G.H., DD., Friedrich I., n° 69, p. 115 (1154).

476 Rathier de Vérone, Conclusio deliberativa..., éd. P.L.D. Reid, Rath. Ver. op. min., Turnhout, 1976, p. 5-6 (953). – Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 14, M.G.H., SS., t. vii, p. 470 (1018). – Anselme, ch. 50, p. 220 (1042). – Cantatorium, ch. 29, p. 88 (1075). – Chron. rythm., éd. de Clercq, p. 139 (1119). – Nizon, Vita Friderici, ch. 5, p. 504 (joyeuse entrée après la consécration : 1119). – Gilles d’Orval, Gesta episc. Leod., lib. III, ch. 73, p. 115 (idem : 1196). – Renier de Saint-Laurent, Vita Wolbodonis, ch. 8, p. 566 (1018, mais écrite ca 1158-1182). – Chronicon s. Laurentii, ch. 15, p. 267 (1018, mais prob, écrit vers 1100). – Au xie siècle, l’élu désigné et investi par le roi entre dans sa nouvelle cité en compagnie d’un haut dignitaire de l’Empire. Ainsi, Wolbodon fut introduit par l’évêque Gérard de Cambrai (1018) et Henri de Verdun par le duc Godefroid de Lotharingie (1075) : Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 14, M.G.H., SS., t. vii, p. 470. – Cantatorium, ch. 29, p. 88. – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 7, M.G.H., SS., t. x, p. 495.

477 « scillam ex more pulsaturus arripuit (Alexander) » Nizon, Vita Friderici, ch. 3, p. 503 (1119). – Il s’agit de la « grande cloche » logée dans une des deux tours qui encadraient le chœur occidental de la cathédrale. Cfr L.F. Génicot, La cathédrale notgérlenne de Saint-Lambert à Liège..., Bull. Comm. roy. des mon. et des sites, t. xvii, 1967-1968, p. 27, 32-33 et n. 78. – Kurth, Notger de Liège, t. ii, p. 38-39. – Cet usage est mentionné pendant toute la période médiévale. Cette cloche, appelée plus tard « banni campana » (1213), « campana banalis » (1456) ou « bainclocque » (1364) était le symbole du pouvoir judiciaire de l’évêque. C’était la « campana que pulsatur pro justicia facienda » (1323). Cfr Triumphus s. Lamberti in Steppes, ch. 10, M.G.H., SS., t. xxv, p. 182 (1213). – Liber officiorum ecclesiae Leodiensis, éd. S. Bormans et E. Schoolmeesters, B.C.R.H., 5e sér., t. vi, 1896, p. 466 et n. 3-4 (1323). – Jean d’Outremeuse, La geste de Liège, éd. S. Bormans, t. vi, 1880, p. 697 (1364). – Jacques de Hemricourt, Le patron de la temporalité, éd. A. Bayot, Œuvres de J. de H., t. iii, 1931, p. 77-79. – E. Schoolmeesters, Entrée de Louis de Bourbon, Leodium, t. ix, 1910, p. 86 (1456). – L.E. Halkin, La joyeuse entrée des princes-évêques de Liège. Une relation inédite de 1506, Leodium, t. xxi, 1928, p. 35, 37-38. – Sur la cloche comme symbole de souveraineté, cfr A. Erler, art. Glocke, dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. i, 1971, col. 1706-1708.

478 La réception à Liège de l’archidiacre Alexandre qui vient d’être investi par le roi est appelée indifféremment « susceptio » ou « electio ». Nizon, ch. 3, p. 503 (1119). – Cfr Schmid, Der Begriff der kanonischen Wahl, p. 23-24, 37-41. – Laehns, Die Bischofswahlen, p. 16-18, 39-44, 90-93. – Beyer, Die Bischofs- und Abtswahlen, p. 22.

479 Profitant de la faiblesse des successeurs de Charlemagne, les métropolitains se sont arrogé, au cours du ixe siècle, des pouvoirs pius étendus dans le choix de leurs suffragants. Mais avec le développement du système de l’Église impériale, le rôle de l’archevêque a été considérablement réduit. C’est parce qu’il était le frère du roi et qu’il était « duc » que l’archevêque de Cologne Brunon (953-965) contrôla si bien les élections épiscopales de Lotharingie. Rappelons toutefois le rôle joué par l’archevêque Pélegrin lors de l’élection de Réginard, en 1025, et la tentative de l’archevêque Frédéric Ier qui s’efforça, en 1119-1122, de rétablir son influence sur les élections épiscopales liégeoises, au moment, précisément, où l’Église impériale était en crise. Grégoire VII, notons-le, avait cherché à remettre en valeur l’autorité des métropolitains. Cfr Lesne, La hiérarchie episcopale, p. 108-123. – Imbart de la Tour, Les élections épiscopales, p. 195-209. – H.E. Feine, Kirchliche Rechtsgeschichte, t. i, p. 193-195. – F.W. Oediger, dans Gesch. des Erzbistums Köln, t. i, p. 243-244. – Laehns, op. cit., p. 54-57. – Lotter, Die Vita Brunonis, p. 81-85. – Meulenberg, Grégoire VII et les évêques..., p. 67-70.

480 Le pape avait consacré Frédéric de Namur (1119), accordé l’usage du rational à l’élu Albéron II (1135) et engagé le clergé et le peuple de Liège à prêter son concours à Henri II de Leez (1145). Ce ne sont pas là des confirmations pontificales dans le sens technique du mot.

481 Vita Alberti, ch. 10, p. 145-146 (1192). – Gisl. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 192, p. 277-278 (1192). – Gisl. Chron., ch. 220, p. 305, ch. 225, p. 309 (1195). – Sigeb. Cont. Aquic, M.G.H., SS., t. vi, p. 432 (1195). – L’élection de Hugues de Pierrepont — investi dès 1200 par le roi Otton IV— fut confirmée en 1202 par le cardinal Guy de Palestrina : Renier, Annales, p. 62, 65-66.

482 L’usage qui consiste à faire confirmer les élections par le pape s’était répandu au cours du xiie siècle. Cfr Imbart de la Tour, op. cit., p. 491-496. – M. Pacaut, Alexandre III..., Paris, 1956, p. 285-287 et Louis VII et les élections épiscopales..., Paris, 1957, p. 52, 56-57. – Caron, Les élections épiscopales, p. 584. – Jacqueline, Episcopat et papauté, p. 163-164. – L. Falkenstein, Alexander III. und der Streit um die Doppelwahl in Châlons-sur-Marne (1162-1164), D.A., t. xxxii, 1976, p. 444-494.

483 Voir l’étude fondamentale de R.L. Benson, The bishop-elect..., Princeton-New-Jersey, 1968.

484 Anselme, ch. 58, p. 224. – Cfr Benson, op. cit., p. 207-209.

485 Cfr P. de Puniet, art. Consécration episcopale, dans Dict, d’arch. chrét. et de lit., t. iii, 2, 1914, col. 2579-2604. – F. Claeys-Bouuaert, art. Évêques, dans Dict, de droit can., t. v, 1953, col. 578. – Teixenbach, Liberias, p. 154-157, 228-230.

486 « sacro crismate in episcopum perungitur, et ex bone filio in sponsum matri suae Leodicensi aecclesiae confirmatur ». Anselme, ch. 52, p. 220.

487 G. Williot, Origine du pouvoir princier dans la principauté de Liège, B.I.A.L., t. lxv, 1945, p. 95-111.

488 « dono episcopii intronizatur (Vulpodo) ». Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 14, M.G.H., SS., t. vii, p. 470 (1018). – « donum episcopii », « dignaretur rex, ut est ejus donationis agende, pro tribunali şedere, et vocatis Leodiensibus episcopum illis constituere. » Cantatorium, ch. 28, p. 86-87 (1075). – Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 3, p. 192 (1119). – Investi par Henri V, Alexandre, « designatus episcopus », rentre à Liège et fait sonner la bancloche : Nizon, Vita Friderici, ch. 3, p. 503 (1119). – An. Boll., t. ii, 1883, p. 269. – Cfr ci-dessus n. 477. – Benson, op. cit., p. 204-207.

489 En 869, l’évêque Francon de Tongres-Liège (858-901) devient le recommandé du roi Charles le Chauve : « Franconem Tungrensem episcopum cum multis aliis in sua commendatione suscepit ». Annales Bertiniani, éd. F. Grat et autres, Paris, 1964, p. 157.

490 Cfr ci-dessous n. 496, 498. – Adalbéron de Reims s’adresse à Notger « famosissimae quondam fidei pro castris c[aesaris] » Weigle, Die Briefsammlung Gerberts von Reims, n° 39, p. 67 (984). – « Hi simul regis efficiuntur, fidem promittunt, promissam Sacramento concludunt. » Adalbold, Vita Heinrici IL, ch. 12, M.G.H., SS., t. iv, p. 686-687 et Thietmar, Chronicon, lib. V, ch. 20, éd. Holtzmann, p. 245 (1002). – » manus se ei [Conrad II] daturos » Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 50, M.G.H., SS., t. vii, p. 484-485 (1024). – Vita Balderici, ch. 27, p. 735 (1018). – Wazon à Henri III : « vobis autem debemus fidelitatem » Anselme, ch. 58, p. 224. – « fidelitatem illi faciens interpositione jurisjurandi » Cantatorium, ch. 69, p. 155 (1091), ch. 97, p. 252 (1105). – Cfr F.L. Ganshof, Les liens de vassalité dans la monarchie franque. Recueils de la Soc. J. Bodin, t. i, 2e éd., 1958, p. 166-167 et Qu’est-ce que la féodalité ? 4e éd., Bruxelles, 1968, p. 57-58. – E. Magnou-Nortier, Foi et fidélité. Recherches sur l’évolution des liens personnels chez les Francs du viie au ixe siècle, Toulouse, 1976. – M. Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat, Cologne-Vienne, 1978, p. 23-54.

491 Cfr H. Mitteis, Lehnrecht und Staatsgewalt, Darmstadt, 1933, p. 73-75. – Santi-Faller, Zur Geschichte, p. 23-26, 31-32, 35. – Classen, Das Wormser Konkordat in der deutschen Verfassungsgeschichte, p. 426 et n. 60. – R. Schieffer, Über Bischofssitz und Fiskalgut im 8. Jahrhundert, Hist. Jahrbuch, t. xcv, 1975, p. 18-32. – M. Pacaut, L’investiture en France au début du xiie s., dans Études... dédiées à G. Le Bras, t. i, 1965, p. 665-672. – Depuis Henri II (1002-1024), les empereurs ont exigé de leurs évêques un « servitium » très lourd : C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, t. i, Cologne-Graz, 1968, p. 207-214. – W. Metz, Das Servitium regis, Darmstadt, 1978. – Minninger, op. cit., p. 54-79.

492 Ci-dessus, n. 436.

493 L’évêque Otbert use de cet argument pour se justifier d’avoir vendu des dignités ecclésiastiques et échapper ainsi à l’accusation de simonie portée contre lui : Cantatorium, ch. 78, p. 195-196.

494 « imperialia iura et regalia semel aecclesiis tradita » De scismate Hildebrandi, éd. R. Wilmans et E. Dümmler, M.G.H., Libelli de lite, t. i, 1891, p. 565 1. 3, d’après Benson, op. cit., p. 225-228.

495 Cfr J. Fried, Der Regalienbegriff im 11. und 12. Jahrhundert, D.A., t. xxix, 1973, p. 450-528, part, aux p. 470, 485, 525. – iermeyer, Lexicon minus, p. 899-900. – Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat, p. 107-109.

496 « Dominus noster episcopus communicat regi et imperatori suo, cui ex regalibus eius acceptis fidelitatem iuravit » Epistola Leodicensium adversus Paschalem papam, ch. 7, éd. E. Sackur, M.G.H., Libelli, t. ii, 1892, p. 458-459. Ce texte est une réponse à la lettre du pape Pascal II (1099-1118) au comte de Flandre Robert II (1093-1111) (J.L., n° 5889). Or cette dernière lettre ne date pas du 21 janvier 1103 (comme le croit A. Cauchie, La Querelle des Investitures, t. ii, p. 161 n. 1 et p. 163 n. 2) mais, comme l’indique la succession des événements, du 21 janvier 1102 (Meyer von Knonau, Jahrbücher, t. v, p. 127 et n. 24, p. 153 et n. 4, p. 170). Ce serait donc en 1102, pensons-nous, et non pas en 1103, que Sigebert aurait rédigé l’Epistola Leodicensium.

497 Constatation faite par Fried, op. cit., p. 467-469 et n. 60. – Cfr Minninger, op. cit., p. 114-116. – Voir aussi le Tractatus de investitura episcoporum (dont l’auteur est probablement Sigebert) éd. Bernheim, p. 498, 501 (éd. Krimm-Beumann, p. 68, 77-79) (1109) et la Vita S. Modoaldi Trevirensis de l’abbé Étienne de Saint-Jacques à Liège, qui donne une définition des « regalia » : lib. I, ch. 14, AA. SS., Maii, t. iii, 1680, p. 54 (vers 1107). Réformateur modéré, l’abbé Étienne, notons-le, s’était bien gardé de rompre avec Otbert et le parti impérial. Cfr Stiennon, Saint-Jacques, p. 109-115.

498 C’était le point de vue de Sigebert : voir le texte cité n. 496. – « episcopis faciendum est regibus hominium et sacramentum de regalibus » Tractatus de investitura, éd. Bernheim, p. 501 (éd. Krimm-Beumann, p. 77-79). – « cum imperator (Fredericus) ab episcopis suis hominagium et sacramenta regalia exigeret » Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. III, ch. 7, p. 40 (1159). – Cfr Fried, op. cit., p. 471-472.

499 Cfr J. Ficker, Vom Reichsfürstenstande..., t. i-ii, Innsbruck, 1861-1923. – Pour la Basse-Lotharingie, voir notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 105-113 (avec bibliogr.).

500 Le processus de féodalisation de l’Église impériale vient d’être remarquablement mis en lumière par Classen, Das Wormier Konkordat in der deutschen Verfassungsgeschichte et Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat.

501 Benson, op. cit., p. 251-291. – Stoob, Zur Königswahl Lothars von Sachsen, p. 456-460.

502 A. Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfassung im Bisthum Lüttich, Leipzig, 1867, p. 17-19. – Cfr Benson, p. 291-297. – Ce principe ne doit pas faire illusion : il n’empêchera pas l’évêque Robert de Thourotte (1240-1246) de régner sans avoir reçu l’investiture temporelle. Cfr Lejeune, Liège et son pays, p. 35-36, 43.

503 Raoul de Zähringen (1167-1191) frappe des deniers sur lesquels il porte le titre d’« electus » : Kupper, Raoul de Zähringen, p. 38 n. 94.

504 Vita Alberti, ch. 17, p. 150-151 (1192). – Gis/. Chron., ch. 187, p. 275, ch. 192, p. 278-279 (1192). – Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117 (1200). – C’est également après l’investiture temporelle — et non pas après la consécration — que l’élu reçoit les serments de fidélité (« sacramentum », « fidelitas », etc.) des membres du clergé, des « ministeriales » et des bourgeois : Anselme, ch. 36, p. 209 (1021). — Gisl. Chron., ibid. et ch. 225, p. 309 (1195). – Gilles d’Orval, ibid. – Renier, Vita Wolbodanis, ch. 20, p. 570. – Depuis le ixe s. les prêtres étaient liés à leur évêque par un serment de type féodal : le rite comportait Vimmixtio manuum. – Cfr J.A. Jungmann, Das Gehorsamsversprechen nach der Priesterweihe und der althochdeutsche Priestereid, dans Festschrift für Bischof Dr. A. Stohr, t. i, Mayence, 1960, p. 430-435. – A. Müller, L’obéissance à l’évêque, Concilium, t. lxxi, 1972, p. 74-75.

505 Vita Alberti, ch. 14-15, p. 149 (1192).

506 « dominus archiepiscopus [Remensis], non considerate quid super hoc posset evenire in posterum, honori suo ascribens quod homo ad regendum tantum episcopatum sibi consecrandus transmitteretur, qui de sua dyocesi non esset, ipsum Albertum [...] in Leodiensem episcopum consecravit ». Gisl. Chron., ch. 192, p. 278.

507 « omni clero et populo et omnium dignitatum et officiorum omnibus ecclesiasticis laicisque personis totius Leodiensis episcopatus mandans et districte precipiens [...] ut omnes obediant ei et omnes, absoluţi a fide et iuramento, quod fecerant Bonniensi preposito [Lothario], quem intruserat imperator, faciant fidem et iuramentum subiectionis et obedientie Alberto, cuius electionem iustam et canonicam approbat et confirmat sancta sedes apostolica ». Vita Alberti, ch. II, p. 146. – Comme son prédécesseur Alexandre III (1159-1181), le pape Celestin III (1191-1198) considérait donc qu’il était en droit d’intervenir dans le domaine temporel au nom des intérêts spirituels de l’Église. De surcroît, le serment de fidélité, par le fait même qu’il était juré, relevait de la compétence ecclésiastique. Cfr Pacaut, Alexandre III, p. 173-211.

508 Gist. Chron., ch. 216-217, p. 300-302.

509 Au moment où Baudouin prête hommage à l’élu, Henri VI entre à Palerme (20 novembre 1194) : Töche, Kaiser Heinrich VI., p. 341.

510 Otbert attend d’être consacré pour dévoiler ses projets : « donec consecratus Colonie fidentior esset » Cantatorium, ch. 70, p. 156-157. – Chronicon s. Laurentii, ch. 46, p. 277. – Confirmé par le pape et investi par l’empereur, Albert de Cuyck ne rentre pas à Liège avant d’être consacré « cum non esset qui ei resisteret » Aubry de Troisfontaines, Chronica, M.G.H., SS., t. xxiii, p. 872. – Lorsqu’on apprend dans la Cité la mort d’Albert de Louvain, les chanoines de la cathédrale célèbrent l’office funèbre des évêques (lugubres exequiae episcopi) malgré l’opposition de l’élu Lothaire. Vita Alberti, ch. 45, p. 167. – Le prestige qui découle de la consécration nous aide à comprendre l’attitude de l’archevêque Brunon III de Cologne en 1192 : redoutant la colère de l’empereur, il refuse d’oindre Albert de Louvain, mais par crainte du pape il n’ose pas non plus consacrer Lothaire de Hochstaden. C’est pour cette raison, nous semble-t-il, que Henri VI fit bloquer le Rhin au détriment de Cologne : Chronica regia Coloniensis, éd. Waitz, p. 155 (1192).

511 D’où l’inquiétude exprimée par les évêques de Germanie dans les lettres qu’ils adressent au pape et aux cardinaux en 1186. Ils sont persuadés que l’Empire irait à sa perte si la coutume s’introduisait de consacrer l’élu avant qu’il n’ait reçu les régales par le sceptre impérial : « videretur imperium demembrationem et maximam sui iuris diminutionem incurrisse ». Constitutiones, t. i, n° 315, 316, p. 445, 447, § 4.

512 « Prima libertas hec est : quod, defuncto in pace episcopo, usque ad plenariam alterius episcopi institutionem, burgenses ville bona fide et bono consilio Castrum hoyense de redditibus ville conservabunt ». Éd. Joris, La ville de Huy, p. 481-482 et comm. p. 122-124. – Id., Les franchises urbaines en pays mosan, p. 327 n. 24.

513 Lejeune, Liège et son pays, p. 235-236, 410-413. – Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfassung, p. 20-21.

514 Des deniers ont été frappés par le prévôt de Saint-Lambert dès 1121 : Frère, Le droit de monnaie de l’évêque de Liège, p. 84. – Selon A. Suhle, cette coutume est peu courante dans le royaume de Germanie : Deutsche Münz- und Geldgeschichte..., 2e éd., Berlin, 1964, p. 133. – Sur le rôle du chapitre cathédral pendant la vacance : Feine, Kirchliche Rechtsgeschichte, t. i, p. 317.

515 Gisl. Chron., ch. 214, p. 298. – L’année suivante, Baudouin V de Hainaut et le duc Henri Ier de Brabant se partagent la garde des principales localités de l’évêché. Le duc en reçoit cinq qu’il doit garder « ex parte comitis Hanoniensis ». Ibid., ch. 217, p. 303-304.

516 C.S.L., t. i, n° 49, p. 84-85. – Cet important document, non daté, appartient vraisemblablement au début de l’année 1155 pour les raisons que voici : 1°) L’abbé Drogon de Saint-Jacques y est mentionné. Selon les Annales S. Jacobi minores, éd. Alexandre, p. 19, son prédécesseur Etienne ayant été déposé en 1155 par le cardinal-légat Gérard, Drogon lui succéda la même année. Or des documents diplomatiques prouvent que la légation de Gérard dans le diocèse de Liège eut lieu en 1154 (Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden, n° 72-73, p. 195-198. – A.E.L., Coli. S. Martin, chartrier, n° 4). La chronologie adoptée par Bachmann, Die päpstlichen Legaten, p. 117-121, 195, 230 doit donc être corrigée. Par conséquent, Drogon est devenu abbé en 1154 ou, au plus tard, en 1155. – 2°) Il est question, dans ce document, du « dominus rex ». Or Frédéric Ier, élu roi en 1152, reçut la couronne impériale le 18 juin 1155. – 3°) Les mesures prises par Henri II de Leez, aucun doute n’est possible, sont en rapport direct avec sa participation au « Romzug » de Barberousse. Ce dernier franchit les Alpes en juin-octobre 1154 (H. Simonsfeld, Jahrbücher des deutschen Reiches unter Friedrich I., t. i, 1908, p. 229-230, 246). L’évêque, dont la présence en Italie est attestée’ pour la première fois le 20 avril 1155 (M.G.H., DD., Friedrich I., n° 100, p. 170) délivre encore des chartes dans son diocèse au début de cette même année (A. Ev. L., G. IV. 7., Cart. de Beaurepart, f° 49 V°-50 R°. – A.H.E.B., t. xxiv, 1893, p. 198-200 : ces documents de 1155 sont datés du « règne » de Frédéric Ier). Il a donc rejoint le roi entre janvier et avril 1155. – Notre document date donc de 1154 ou 1155 et, plus probablement, du début de l’année 1155.

517 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 75, p. 117.

518 Classen, Das Wormser Konkordat, p. 451-453. – E. Schräder, Bemerkungen zum Spolien- und Regalienrecht der deutschen Könige im Mittelalter, Z.R.G., G.A., t. lxxxiv, 1967, p. 128-171. – J. Gaudemet, art. Régale (droit de), dans Dict, de droit canonique, t. vii, 1965, col. 493-532. – G. Mollat, art. Dépouille (droit de), ibid., t. iv, 1949, col. 1160-1165.

519 En fait, c’est de la « régale » qu’il est question : « iura imperii, qualem alibi nunquam iacturam vel ignominiam recepimus, apud vos nobis negata sunt, scilicet quod res episcopales decedente episcopo ad eamdem manum non redierunt de cuius munere eas constat descendisse ». Lettre de Frédéric Ier au clergé et aux feudataires de Cambrai (1167), Constitutiones, t. i, n° 231, p. 327. – Ce document, notons-le, est adressé « venerabili clero, beneficiatis Cameracensis ecclesie » et non pas au chapitre cathédral seul. – Les évêques de Liège du xie s., selon toute apparence, ont disposé de leurs biens comme ils l’entendaient. À sa mort, en 1048, Wazon divise les « res ecclesiae » en deux parts : une destinée à son successeur, l’autre aux « pauvres » et aux « serviteurs de Dieu » Anselme, ch. 69, p. 232. Ces « res ecclesiae », dont l’évêque dispose par fidéicommissaire, sont, à nos yeux, des biens personnels acquis par le prélat et, après sa mort, incorporés le plus souvent à la mense episcopale. Voir une charte de Wazon par laquelle il cède à Saint-Barthélemy « praediola quedam [...] de rebus ecclesiae ab antecessoribus meis comparata et iuri meo derelicta » B.U.Lg, ms. 1972, f 21 R° (1044 : suspect). – L’évêque Baldéric II (t 1018) lègue également ses biens selon son gré : O.S.L., f° 71 V°. – Anselme, ch. 31, p. 206. – Vita Balderici, ch. 3, p. 725-726. – Voir aussi Renier, Vita Wolbodonis, ch. 17, p. 569, ch. 20, p. 570.

520 Trois raisons qui ont été « isolées » par l’étude du cas liégeois. Nous nous permettons d’insister sur ce point.

521 « singulis baronibus terre nostre ut pro potestate sibi a Deo prestita pacem firmam teneant et teneri faciant ecclesiasticis bonis, agriculturam exercentibus et commeantibus nomine domini regis et in fidelitate nobis debita iniunximus ». Charte de Henri II de Leez (1155), citée ci-dessus n. 516. – De même, au siècle précédent, Théoduin renforçait ses décisions « regali authoritate » Berlière, Documents inédits, t. i, n° 10, p. 17 (1057).

522 « venerabilis Henrici secundi Leodiensis episcopi fidelissimi nobis laborem et Studium considérantes, quod videlicet corone imperii nostri Rome fideliter interfuerit et in Italica expeditione seipsum suaque pro nostro honore sepissime exposuerit » M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 206 (1155). – « consensu ecclesie sue [Leodicensis] que nobis semper devota est ». Diplome de Frédéric Ier pour l’église de Liège (1177), C.S.L., n° 66, p.93.

523 Cfr Lejeune, Liège et son pays, p. 25-39.

Table des illustrations

Légende Fig. I. Investiture d’un évêque par la crosse. – Ce denier lotharingien du dernier tiers du xie s. est peut-être une monnaie de propagande qui commémore l’avènement de Henri de Verdun ou d’Otbert. Cfr p. 199 n. 474. – Stockholm, Kungl. Myntkabinettet.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540