Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Introduction

Texte intégral

§ 1. Le cadre géographique et le paysage

« Mosa, noster fluvius »
Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 80.

  • 1 W. Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, Sarrebruck, 1974, p. 21-22.
  • 2 L. Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges au moyen âge, t. II, Bruxelles (...)

1Le diocèse de Tongres-Maastricht-Liège s’inscrivait entièrement dans les limites de la Lotharingie et, avec elle, il avait été définitivement incorporé au royaume de Germanie en 9251. Il faisait partie du duché que l’on avait constitué dans la portion septentrionale du regnum Lothariense, à laquelle nous donnons habituellement le nom de Basse-Lotharingie ou Lothier2.

  • 3 Voir la carte à la fin de ce paragraphe. Elle est établie d’après la carte des Divisions

2Jusqu’à la création des nouveaux évêchés en 1559, ce diocèse — héritier de la Cité romaine des Tongres — couvrait une superficie très considérable. Il s’étendait depuis le cours de la Basse-Meuse jusqu’aux méandres de la Semois et depuis Aix-la-Chapelle jusqu’à Nivelles et Louvain. Il formait un vaste rectangle qui s’étirait sur près de 250 kilomètres du nord au sud et 150 kilomètres d’est en ouest3.

  • 4 La pièce principale du dossier est une lettre de l’évêque Gerbald de Liège datée de 802-805 dans l (...)

3Il est possible que la fraction nord du diocèse — la Toxandrie ou Campine — lui ait été incorporée tardivement. La question, à vrai dire, ne présente pour nous qu’un intérêt secondaire puisqu’aux xie et xiie siècles cette région, qui fut longtemps une terre de mission, était effectivement rattachée à l’évêché4.

  • 5 Rousseau, La Meuse, p. 56-57. – de Moreau, t.i, 2e éd., p.103 sv. – Il semble que l’évêque Hubert (...)

4Depuis le début du viiie siècle, c’est-à-dire depuis la translation des restes de saint Lambert de Maastricht à Liège à l’initiative de l’évêque Hubert, cette dernière localité est devenue la résidence principale de l’évêque de Tongres5.

  • 6 Carte de D. Staerk dans le catalogue de l’exposition Rhin-Meuse, Cologne-Bruxelles, 1972, p. 16-17

5Avec les évêques d’Utrecht, de Münster, d’Osnabrück et de Minden, les successeurs de saint Lambert sont suffragants de l’archevêque de Cologne6.

  • 7 Voir les points de vue différents de W. Neuss et F.W. Œdiger, dans Geschichte des Erzbistums Köln, (...)
  • 8 Eginhard, Vita Karoli Magni, ch. 33, éd. L. Halphen, Paris, 1923, p. 96. – Œdiger, t. I, n° 118, p (...)
  • 9 Cantatorium, ch. 4, p. 11.
  • 10 Translatio S. Hucberti, M.G.H., SS., t. xv, 1, p. 236.
  • 11 Voir la lettre du pape Jean X à l’archevêque Herman, éd. Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch (...)
  • 12 Cfr F.L. Ganshof, L’Eglise et le pouvoir royal dans la monarchie franque…, Settimane di studio..., (...)

6Rien ne nous autorise à reculer jusqu’à la période romaine les premiers moments de cette subordination7. Au contraire, nous sommes persuadé que l’évêque de Cologne est devenu le métropolitain de l’évêque de Liège à une date beaucoup plus récente. En écartant toutes les sources tardives, pour lesquelles le danger d’anachronisme est grand, nous aboutissons au résultat suivant : Cologne est mentionnée pour la première fois comme métropole dans le testament de Charlemagne qui date de 8118 ; selon la Chronique de Saint-Hubert, rédigée au début du xiie siècle mais qui s’appuie, dans le cas présent, sur un document contemporain, l’évêque de Liège Walcaud donna entre 814 et 816 des biens à l’abbaye ardennaise et consulta à cette occasion son « métropolitain » Hildebold de Cologne9 ; un récit contemporain, la Translation de saint Hubert écrite par l’évêque Jonas d’Orléans, raconte qu’en 825 Walcaud demanda conseil à son « métropolitain » Hadebald pour transférer à Andage les reliques de saint Hubert10 ; enfin, la première consécration d’un évêque de Liège par l’archevêque de Cologne qui soit établie de façon indiscutable est celle d’Hilduin consacré par Herman Ier en 92011. Il est donc probable que l’évêque de Liège est devenu le suffragant de l’archevêque de Cologne au début du ixe siècle, au moment où les Carolingiens procédaient à la réorganisation des métropoles12.

***

  • 13 Pour rédiger les pages qui vont suivre, nous nous sommes essentiellement basé sur les travaux de A (...)

7L’ancien diocèse de Liège était cloisonné par la nature et par l’œuvre des hommes en plusieurs régions géographiques13.

8Les deux grandes zones de relief de l’Europe occidentale y sont représentées. Du nord au sud, on traverse successivement la zone de plaines et de bas-plateaux et la zone de massifs anciens. A la plaine fluviale campinoise, dont l’altitude maximun est de 100 mètres succèdent les bas-plateaux de Hesbaye et de Condroz, qui ne dépassent guère 300 mètres, puis les hauts-plateaux ardennais découpés en plusieurs massifs qui s’élèvent, pour la plupart, à plus de 500 mètres d’altitude. Les hauts-plateaux prolongent vers l’ouest le massif schisteux rhénan.

9Ce vaste étagement orographique s’incline dans la direction sud-nord et détermine l’écoulement général des rivières.

  • 14 Rousseau, L’art mosan, p. 7. – Sur le bassin de la Meuse voir les études de P. Fourmarier, O. Tuli (...)

10Dans l’ancien évêché de Liège, la Meuse apportait un principe de cohésion géographique. « Le diocèse groupait toutes les régions naturellement orientées vers la Meuse ; le fleuve en formait l’axe d’équilibre, l’artère vitale »14.

  • 15 Demangeon, op. cit., p. 6.

11Cette rivière puissante découpe dans le massif ancien une vallée profonde et étroite, pénètre dans le diocèse de Liège en aval de Mézières et s’y taille un passage suivant l’axe général sud-nord, arrose Dinant et poursuit son chemin jusqu’à Namur où elle reçoit les eaux de la Sambre. C’est ici qu’une « infraction remarquable » se produit15. La Meuse arrête brusquement sa course vers le nord et s’engage vers l’est dans un vaste sillon. Le fleuve coule désormais dans une vallée spacieuse où il rencontre les agglomérations de Huy, Liège et Maastricht. En aval de Liège il reprend la direction sud-nord et débouche dans la zone de plaines. Après Venlo, la Meuse s’incurve progressivement vers l’ouest et perd alors son rôle de « médiatrice ». Désormais, elle coïncide avec la limite septentrionale du diocèse. La vallée s’élargit, le fleuve s’étale, puis, au-delà de Grave, se fractionne en bras multiples et se jette dans la mer.

  • 16 80 mètres à Dinant, 120 mètres à Namur et 140 mètres à Liège.
  • 17 Contre 20.000 km2 pour l’Escaut.
  • 18 Voir les cartes Climatologie I-III, par L. Poncelet, dans l’Atlas de Belgique, pl. 12-14.
  • 19 Contre 80 m3/sec. pour l’Escaut à Anvers.

12La Meuse est un cours d’eau vigoureux et relativement large16. Son bassin fluvial couvre une superficie totale de 36.000 km217. Avec ses 925 km, elle est un des fleuves les plus courts d’Europe. Sa profondeur naturelle variait jadis entre 0,60 m et 1,50 m. Sa pente kilométrique de 0,43 m est quatre fois plus forte que celle de l’Escaut. Le bassin de la Meuse occupe une région dont le sol est très peu perméable et où les précipitations sont abondantes18. Aussi le débit annuel moyen du fleuve est-il important : il atteint 300 m3/sec. à Visé19.

  • 20 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 61 (1198), p. 80 (1206), p. 121 (1215). – Voir (...)
  • 21 Vita Hugberti episcopi Traiectensis, ch. 5, éd. W. Levison, M.G.H., Script, rer. Merov., t. iv, 19 (...)
  • 22 Renier, p. 121.
  • 23 Au cours des grandes inondations de 1925/1926 le débit de la Meuse à Visé atteignit le chiffre hal (...)
  • 24 E. Poncelet, Trois documents relatifs à la paroisse de Wandre, B.S. A.H.D.L., t. xiii, 1902, n° 1, (...)
  • 25 Virtutes S. Eugenii apud Bronium, ch. 25, éd. D. Misonne, Revue bénédictine, t. lxxvi, 1966, p. 27 (...)
  • 26 Rousseau, La Meuse, p. 12-13. – Breuer, Die Maas, p. 46 sv.
  • 27 En 1099 la dépouille mortelle de l’abbé Raoul de Saint-Vanne fut transportée par bateau de Saint-M (...)
  • 28 M.A. Arnould, La navigabilité ancienne de la Sambre, dans Mélanges Félix Rousseau, Bruxelles, 1958 (...)

13Le régime naturel de la Meuse est torrentiel et se caractérise par de brusques montées et par de dangereuses inondations. Ces variations brutales lui sont imprimées par les affluents de la rive droite, — la Semois, la Lesse, le Hoyoux et l’Ourthe, — qui lui donnent une allure presque montagnarde avec une montée du mois d’octobre au mois de février et une baisse de mars à septembre. Bref un régime capricieux dont les mouvements brusques étaient enregistrés vers l’an 1200 par l’annaliste liégeois Renier de Saint-Jacques20. En période d’étiage, il arrivait que le lit du fleuve fût presqu’à sec : l’auteur anonyme de la Vie de Saint-Hubert, qui écrit vers le milieu du viiie siècle, nous dépeint la Meuse d’automne presque sans eau, à tel point que les troupeaux la traversaient et que les navires chargés se trouvaient dans l’impossibilité de naviguer21. En dehors des crues régulières d’hiver, il se pouvait produire, en toute saison, des crues exceptionnelles. En 1215, par exemple, Renier de Saint-Jacques signale une crue au mois de mai22. Si par malheur les crues de l’Ourthe coïncidaient avec celles de la Meuse, des inondations catastrophiques affectaient toute la vallée en aval de Liège23. A ce propos, la charte de 1186 par laquelle l’archidiacre Albert érige en église paroissiale la chapelle de Wandre, sur la Meuse, vis-à-vis d’Herstal, est particulièrement instructive : la nouvelle paroisse est fondée parce que le prêtre qui desservait l’église-mère d’Herstal se trouvait souvent dans l’impossibilité de se rendre chez ses paroissiens de Wandre en raison des inondations fréquentes du fleuve24. En hiver, il arrivait aussi que la Meuse fût entièrement prise par les glaces. Les Vertus de saint Eugène de Brogne, écrites dans le dernier quart du xe siècle, nous racontent qu’un cavalier désireux de se rendre au portus de Dinant traversa à cheval le cours d’eau gelé25. En dépit de toutes ces difficultés, la navigation sur la Meuse était considérable. Dès l’époque romaine le fleuve est une importante voie fluviale où circulent les hommes et les marchandises26. A l’époque médiévale, la Meuse était navigable depuis son embouchure jusqu’à Saint-Mihiel au moins27. Quant à la Sambre, il semble bien qu’elle ait été praticable, aux xie et xiie siècles, jusqu’à l’abbaye de Lobbes, c’est-à-dire jusqu’aux confins des diocèses de Liège et de Cambrai28.

  • 29 Cfr Cl. Gaier, La fonction strategico-défensive du plat pays..., M.A., t. lxix, 1963, p. 764 sv.
  • 30 Voir les remarques de C.G. Roland, La Meuse de Revin à Andenne, A.S.A.N., t. xxix, 1910, p. 81-96 (...)
  • 31 Gesta episcoporum Cameracensium, lib. III, ch. 19, M.G.H., SS., t. vii, p. 471 (écrites en 1024-10 (...)
  • 32 Renier de Saint-Laurent, Triumphale Bulonicum, lib. 5, M.G.H., SS., t. xx, p. 592. – Cfr Breuer, o (...)
  • 33 Cantatorium, ch. 78, p. 194-195. – Sur la liaison par eau entre Liège et Huy, voir les textes réun (...)

14Le réseau hydrographique était la voirie naturelle du pays mosan. Obstacle à la progression des armées29, mais aussi route fluviale dont il est primordial de s’assurer le contrôle30, la Meuse revêt une importance stratégique indéniable. C’est par bateau que l’armée de l’évêque de Liège Baldéric II gagne le delta de la Meuse où elle doit combattre le comte Thierry de Frise (1018)31. Ce sont des barques qui transportent, en 1151, les milices urbaines de Liège et de Huy qui vont surprendre l’armée namuroise rassemblée à Andenne sur le bord du fleuve32. Pour défendre cette « route » l’évêque est prêt à faire les sacrifices qui s’imposent. N’est-ce pas en vue de protéger la navigation sur la Meuse entre Liège et Huy qu’Otbert entame, en 1095, le siège du château de Clermont33 ?

***

  • 34 Voir la carte en fin de paragraphe.

15Dans les limites de l’ancien diocèse de Liège on peut facilement distinguer six grandes régions géographiques ou naturelles : du sud au nord, l’Ardenne, la Fagne-Famenne, la région condruzienne, l’Entre-Vesdre-et-Meuse, la région limoneuse (Hesbaye) et la Campine34.

  • 35 J.F. Niermeyer, La Meuse et l’expansion franque vers le nord (viie-viiie siècles), dans Mélanges F (...)
  • 36 Nicolas, Vita Landiberti, ch. III, § 35-36, AA.SS. Sept., t. v, 2e éd., 1856, p. 609. – C’est ains (...)

16La Campine — la Toxandrie médiévale — est comprise entre la Meuse, au nord et à l’est, et la ligne Dyle-Démer, au sud. A l’ouest, elle se prolonge au-delà de la frontière du diocèse jusqu’aux polders de la rive droite de l’Escaut. La Campine est une vaste plaine sablonneuse et peu fertile. Le peuplement de cette région ingrate, couverte jadis, en majeure partie, de landes et de marais, est attesté, pourtant, depuis l’époque préhistorique. Néanmoins, l’exploitation du sol ne prendra une certaine ampleur qu’à partir du viie siècle et, en particulier, aux xie et xiie siècles sous l’impulsion de quelques abbayes comme Averbode, Corbie, Echternach, Floreffe et surtout Saint-Trond35. Mais en dehors de la Basse-Meuse, où l’on aperçoit une vie économique assez intense, la Toxandrie, par rapport à d’autres régions voisines, était peu développée. Vers le milieu du xiie siècle, le chanoine de Saint-Lambert Nicolas la décrit comme un pays couvert de marécages, habité par une population fruste et repliée sur elle-même, qui ne réside pas dans des villes mais dans de nombreux villages dispersés36.

  • 37 Les collines sablonneuses du Hageland, à l’est de Louvain, entre la Dyle et la Gette.

17Au sud du Démer, s’étend une zone de transition37 qui nous amène progressivement aux terres limoneuses, c’est-à-dire, grosso modo, à la Hesbaye.

  • 38 Affluent de la rive gauche de la Sambre.
  • 39 Les cours d’eau de la Hesbaye ont joué, pendant la période médiévale, un rôle stratégique importan (...)
  • 40 P.P. Bonenfant, Civilisation préhistorique en Wallonie. Des premiers cultivateurs aux premières vi (...)
  • 41 Les analyses palynologiques, notamment, prouvent que la plus grande partie du sol hesbignon était (...)
  • 42 Les Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 21,1.1, p. 158-159 (texte écrit en 1136) mentionnent, (...)
  • 43 Au moyen âge, la fraction méridionale de la Hesbaye était essentiellement consacrée à la culture d (...)

18La Hesbaye — humide au nord, plus sèche vers le sud — est bornée à l’ouest par l’Orneau388 et la Grande-Gette, au nord par le Démer, enfin, à l’est et au sud, par le sillon Sambre et Meuse. Ce bas-plateau est une large surface uniforme et mollement ondulée, dans laquelle plusieurs rivières — comme la Méhaigne ou le Geer — ont creusé des vallées profondes39. La Hesbaye est recouverte d’une épaisse couche limoneuse dont la fertilité est proverbiale. Cette région remarquablement riche, cultivée depuis la fin du Ve millénaire, est un des plus vieux terroirs agricoles de l’Europe40. A l’époque médiévale, déjà, la zone limoneuse était presque sans arbres41. Certes les sources des xie et xiie siècles attestent l’existence d’un résidu forestier, mais il ne devait pas être bien considérable42. Assurément, la Hesbaye était la région la plus riche du diocèse de Liège43.

  • 44 Cette région peu étendue, qui appartenait jadis au territoire liégeois, porte encore le nom de « P (...)
  • 45 Sur le Condroz et la Famenne, voir A. Wieger, Das Siedlungs- und Agrargefüge des Condroz und der F (...)
  • 46 Dans L’Économie rurale Namuroise au bas moyen âge (1199-1429), t.i, Louvain, 1943, p. 2-10, L. Gén (...)

19Franchissons le sillon Sambre-Meuse et pénétrons dans le Condroz, large bande comprise entre la Thudinie méridionale — terroir limoneux et fertile aux alentours de Thuin44 — et la Vesdre45. La limite sud de cette région n’est pas nette. On la dessinera approximativement en traçant une ligne qui passe par Beaumont, qui traverse la Meuse près de Hastière, la Lesse à Houyet, l’Ourthe à Comblain-la-Tour, et rejoint la Vesdre à Fraipont. Le relief du Condroz est formé par une succession très caractéristique de croupes (appelées tixhes ou tiges) et de dépressions, qui s’allongent du sud-ouest au nord-est. Les tiges ou anticlinaux correspondent à des affleurements de roches très résistantes (grès et psammites), par contre les dépressions ou synclinaux, sont creusées dans des calcaires carbonifères plus tendres. La couverture forestière du Condroz contraste avec le sol dénudé de la Hesbaye et annonce déjà la grande forêt ardennaise46.

  • 47 Sur la Famenne, voir E. Nemery, La Famenne. Histoire d’une région naturelle, Gembloux, 1975 et l’é (...)

20Resserrée entre l’Ardenne et le Condroz, la Fagne-Famenne a pour limite sud une ligne qui passe par Chimay et Couvin, franchit la Meuse à Givet, la Lesse dans la région de Wellin et l’Ourthe au sud d’Hotton, file vers le nord dans la direction de Hamoir et rejoint la frange méridionale du Condroz. La Fagne-Famenne est une vaste dépression comprenant trois bandes à peu près parallèles. La partie nord, relativement accidentée, présente quelques ressemblances avec le Condroz. Le centre est occupé par une dépression très basse dont le sol médiocre est fort boisé. Au sud, une bande de calcaire recouverte de limon forme une sorte de palier le long du versant septentrional de l’Ardenne47.

  • 48 Wieger, ibid., et les cartes p. 66, 74.
  • 49 Wieger, p. 50, 78.

21Le Condroz et la Famenne sont des régions de peuplement très ancien48. Dès l’origine, les labours se sont concentrés sur les surfaces calcaires dont le sol limoneux est fertile. Sur les affleurements de psammites et de schistes, par contre, la hache a le plus souvent épargné la forêt49.

  • 50 W. Schoppmann, La formation et le développement territorial du duché de Limbourg..., Dison, 1964, (...)
  • 51 J. Ruwet, L’agriculture et les classes rurales au Pays de Herve sous l’Ancien Régime, Liège-Paris, (...)

22La région d’Entre-Vesdre-et-Meuse fait également partie de la zone des bas-plateaux. Dans le pays de Herve, plate-forme délabrée par une érosion vigoureuse, les rivières ont creusé des dépressions profondes. Le sol argileux ne convient guère à la culture. Néanmoins, dans le courant du xiie siècle, des terres nouvelles sont ouvertes aux emblavures50. A l’époque médiévale, le paysage hervien comportait des champs labourés, des prés à faucher et des terres en friche alternant avec des étendues boisées. C’est seulement à partir du xvie siècle que les prairies vont se développer au détriment des labours et donner progressivement au pays l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui51. Au nord du plateau hervien, dans l’actuel Limbourg néerlandais, on rètrouve une zone limoneuse dont les surfaces tranquilles sont découpées par de profondes vallées. Bas-plateau fertile, qui prolonge la Hesbaye sur la rive droite de la Meuse, au-delà de Maastricht.

23Toute la partie méridionale du diocèse était occupée par un haut-plateau qui correspond à l’extrémité occidentale du massif schisteux rhénan : l’Ardenne.

  • 52 La température moyenne annuelle de l’Ardenne varie entre 6,5° et 8°. Dans les autres régions du di (...)

24Cette vaste étendue boisée se présente comme une grande surface assez plane où les rivières se sont taillé des vallées encaissées. L’altitude de l’Ardenne qui dépasse à peu près partout 300 mètres culmine dans les Hautes-Fagnes à 694 mètres. Le sol argilo-sableux, peu profond, est, en général, assez médiocre. En Ardenne le climat, presque montagnard, est plus rigoureux, les hivers plus longs et les précipitations plus abondantes que partout ailleurs dans le diocèse52

  • 53 « Inops Arduenna » Wibald de Stavelot, Epistolae, éd. Ph. Jaffé, n° 62, p. 140 (1147). – Egbert de (...)
  • 54 E. Gilot et autres, Evolution de la végétation et datations 14 C en Belgique, Louvain-Gand, 1969, (...)
  • 55 Nicolas, Vita Sancti Lamberti, ch. II, § 23, 26, AA. SS. sept., t. v, p. 606-607. – Voir d’autres (...)
  • 56 Raoul, Gesta abbat. Trud., lib. VII, ch. 7, t. i, p. 105-106.
  • 57 Ibid. – Lettre du moine Renier de Saint-Laurent († ca 1188) à son ami Frédéric : M.G.H., SS., t. x (...)
  • 58 En 1192, l’élu de Liège Albert de Louvain, pourchassé par l’empereur Henri VI se réfugie auprès de (...)
  • 59 En cas d’opération militaire, par exemple : Triumphus de castro Bullonio, ch. 1, M.G.H., SS., t. x (...)

25Défavorisée par la rudesse du climat et la médiocrité du sol, l’Ardenne est un pays pauvre53. Au moyen âge, comme de nos jours, elle était couverte de vastes solitudes boisées entrecoupées de tourbières et de landes. Dans cette forêt de feuillus le hêtre était l’espèce dominante54. Le chanoine Nicolas décrit l’Ardenne comme une région aux futaies désertes et impénétrables, aux terres stériles, où l’on ne voit ni champs, ni vergers, ni pâturages, où le commerce est difficile, où l’hiver est plus long et plus rude que dans toutes les autres régions d’Austrasie55. Le pays n’est pas accueillant. L’abbé Raoul de Saint-Trond, qui se rend de Metz à Liège en 1107, est obligé de le traverser. Trois jours durant, il chevauche dans les vastes solitudes boisées, parmi les rochers escarpés et les profondeurs marécageuses56. Repaire de brigands57, sauvegarde des exilés58, les massifs de l’Ardenne accumulaient des obstacles qui ralentissaient la marche, gênaient la progression59.

  • 60 J. Mertens et A. Despy-Meyer, La Belgique à l’époque romaine, Bruxelles, 1968 (Cartes archéologiqu (...)
  • 61 A. Joris, Itinéraires routiers entre Rhénanie et pays mosan..., Festschrift für H. Ammann, Wiesbad (...)
  • 62 Voir : G. Hoyois. L’Ardenne et l’Ardennais..., t.i, 1949, p. 77-92. – H. Hardenberg, Les divisions (...)
  • 63 Chr. Dupont, Du marché carolingien à la bonne ville du xive siècle : l’exemple de Bastogne, dans C (...)

26On conçoit facilement que cette région aux forêts interminables ait pu impressionner Raoul de Saint-Trond qui vivait dans un pays presque sans arbres. Gardons-nous donc bien de prendre sa description au pied de la lettre. Toute rébarbative qu’elle soit, l’Ardenne n’en était pas pour autant vide d’hommes et inaccessible. Son réseau routier, qui existait déjà à l’époque romaine60, était relativement serré61. Les hauts-plateaux ont été colonisés au départ des domaines mérovingiens et carolingiens et des abbayes de Stavelot-Malmédy et Saint-Hubert, fondées respectivement au milieu du viie siècle et au début du siècle suivant62. A Bastogne et à Saint-Hubert, des marchés régionaux assumaient l’animation commerciale du pays63.

  • 64 Cantatorium, ch. 17, p. 42, ch. 58, p. 132-133. L’épisode relatif au comte de Namur ne se situe pa (...)
  • 65 « deduxit eum in Arduennam ad archyepiscopum, ubi tunc forte per nemorosa oblectabatur », Gesta ab (...)

27Des forêts giboyeuses de l’Ardenne, les Carolingiens ont fait leur terrain de chasse favori. Après eux, les ducs de Basse-Lotharingie Frédéric († 1065) et Godefroid le Barbu († 1069), le comte Albert III de Namur († 1102)64 et même, semble-t-il, l’archevêque Frédéric Ier de Cologne († 1131) y chasseront65.

  • 66 Une source du début du xiie siècle, mentionne comme animaux des sangliers, des cerfs et des loups  (...)
  • 67 Pour construire habitations, bateaux, meubles et ustensiles divers. A l’époque, les fortifications (...)
  • 68 Sur l’importance économique de la forêt, voir notamment Ch. Higounet, Les forêts de l’Europe occid (...)

28On n’insistera jamais assez sur l’importance économique des forêts médiévales, qui n’étaient pas seulement des réserves de gibier — dont on utilisait la viande, la fourrure et le cuir66 — mais qui fournissaient aussi du bois de construction67, du bois de chauffage, du charbon de bois — utilisé notamment dans l’industrie métallurgique — et de l’écorce de chêne que l’on pulvérisait pour fabriquer le tan ; la forêt servait également de lieu de pacage pour les animaux domestiques68.

  • 69 Cfr Rousseau, La Meuse, p. 99 sv. – A. Joris, Probleme der mittelalterlichen Metallindustrie im Ma (...)

29Les richesses naturelles du sous-sol ont largement contribué au développement économique du pays mosan69.

  • 70 Cfr A. Gillard, L’industrie du fer dans les localités du comté de Namur et de l’Entre-Sambre-et-Me (...)
  • 71 J. Melon, P. Bourguignon et A.M. Fransolet, Les minéraux de Belgique, Dison, 1976, p. 63-65, 126-1 (...)
  • 72 Voir la carte des Carrières dressée par M. Gulinck dans l’Atlas de Belgique, pl. 39.
  • 73 L. Tollenaere, La sculpture sur pierre de l’ancien diocèse de Liège à l’époque romane, Louvain, 19 (...)
  • 74 M.L. Fanchamps, Les ardoisières des Ardennes et le transport des ardoises sur la Meuse (xiie-xvie (...)

30On extrayait alors le minerai de fer dans le Condroz et l’Entre-Sambre-et-Meuse70, le minerai de zinc (calamine) dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse, près de Moresnet (Vieille-Montagne), le minerai de plomb dans la même région et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse71. Aux alentours d’Andenne on exploitait déjà les importants gisements de terre plastique (ou derle) qui servait notamment à la fabrication des creusets72. Le diocèse était riche en carrières. De son sol, on retirait le tuffeau de Maastricht, le grès houiller de Liège, le calcaire carbonifère de Namur, enfin le célèbre « marbre noir de Dinant » qui deviendra, à partir du xiiie siècle, un produit d’exportation. Dans ces pierres mosanes, les artistes ont sculpté des chefs-d’œuvre73. Au sud enfin, les ardoisières de la région de Fumay produisaient des Seattles de très belle qualité74.

***

31Aux compartiments géographiques se superpose une division d’une autre nature : celle qui sépare les parlers romans des parlers germaniques. Frontière linguistique d’autant plus déconcertante qu’elle ne correspond à aucune limite géographique ou politique.

  • 75 Mise au point par A. Joris, Du Ve au milieu du viiie siècle. A la lisière de deux mondes, Bruxelle (...)
  • 76 Tel est, en tout cas, son tracé actuel. Des îlots de parler roman auraient longtemps subsisté auto (...)

32Jusqu’à nos jours, le problème de son origine alimenta une longue polémique sur laquelle nous n’insisterons pas75. Partie de la mer du Nord, la frontière linguistique pénètre dans le diocèse de Liège au nord de Wavre, traverse la zone limoneuse, se glisse entre Jodoigne et Tirlemont, puis s’ouvre un chemin au sud de Saint-Trond, de Tongres et de Maastricht jusqu’à Aubel dans le Pays de Herve. A cet endroit elle prend la direction nord-sud, passe à l’est de Malmédy et de Bastogne et se dirige vers Arlon76.

  • 77 Joris, op. cit., p. 87.

33Au moyen âge, cette situation assez particulière ne semble pas avoir posé de réelles difficultés77. Une remarque, une allusion qui s’échappe de la plume d’un chroniqueur, montre cependant qu’on était attentif au problème.

  • 78 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. I, ch. 1, p. 5-6. — Raoul lui-même, « wallon » d’origine ne connaiss (...)
  • 79 Vita Alberti, ch. 21-22, M.G.H., SS., t. xxv, p. 152.
  • 80 Vita Landiberti, ch. 9, éd. B. Krusch, M.G.U., Script. rer. Merov., t. vi, p. 413-414.
  • 81 Otton de Freising, Chronica, lib. VII, ch. 5, éd. A. Hofmeister, 1912, p. 315, cité par M. Coens, (...)

34De l’abbé Adélard Ier de Saint-Trond († 1034) son successeur Raoul tient à nous dire qu’il ne parlait pas la langue thioise, mais le wallon78. La langue maternelle de l’évêque de Liège Albert de Louvain († 1192) était le thiois. C’est dans cette langue qu’il converse avec les chevaliers « allemands » venus à Reims pour l’assassiner79. Le chanoine Nicolas pensait que l’œuvre missionnaire de saint Lambert en Toxandrie s’était montrée plus efficace du fait que le prélat pouvait s’adresser sans interprète aux populations80. Il y avait des bilingues, tel le duc de Basse-Lotharingie Godefroid de Bouillon ; on le vit maintes fois s’interposer entre les Franci romani et teutonici qui se côtoyaient dans l’armée des croisés81.

***

35Dans le diocèse de Liège, tous les hommes ne parlaient pas la même langue, le climat accusait des différences fort sensibles, le paysage était multiple et les terres incultes avoisinaient des sols d’une exceptionnelle fertilité.

LE DIOCESE DE LIEGE-REGIONS GEOGRAPHIQUES

LE DIOCESE DE LIEGE-REGIONS GEOGRAPHIQUES

36Et pourtant, — Félix Rousseau l’a montré, — le pays mosan est devenu, aux xie et xiie siècles, le foyer d’une civilisation cohérente et originale.

  • 82 Sur les routes romaines : J. Mertens, Les routes romaines de la Belgique, Industrie, n° 10, octobr (...)
  • 83 Cfr L. Génicot, Ligne et zone : la frontière des principautés médiévales, réimpr., Id., Etudes..., (...)

37L’unité du diocèse de Liège est, en partie, l’œuvre du fleuve. Malgré les difficultés de la navigation, le « chemin qui marche » a rapproché toutes les contrées qu’il traversait. L’importance de la Meuse, cependant, ne doit pas nous dissimuler le rôle essentiel de la route. Depuis l’époque romaine, l’espace mosan est quadrillé par un réseau routier qui contribua beaucoup à souder entre elles les différentes régions géographiques82. Enfin, il ne faut pas sous-estimer le rôle de l’Eglise. Le diocèse de Liège, divisé en archidiaconés, en doyennés et en paroisses est resté longtemps dans toute la région, l’unique structure administrative solide. Au regard des limites politiques, floues et mouvantes pour la plupart83, les limites ecclésiastiques étaient nettes et stables. Elles sont, pour ainsi dire, les seules frontières du moyen âge à ne pas défier la représentation cartographique. Or dans cet espace aux contours tranchés, l’évêque de Liège exerce un pouvoir d’ordre et de juridiction remarquablement uniformes. Bientôt même, à partir de la fin du xie siècle, il y revendique le maintien de la paix publique. A cette époque, les relations directes entre les hommes étaient indispensables à l’exercice du pouvoir ; aussi les grandes assemblées synodales qui réunissaient périodiquement autour du prélat les « princes » laïcs et les dignitaires ecclésiastiques du diocèse, ont-elles sans doute contribué, dans une très large mesure, à « souder » entre eux les compartiments géographiques du pays mosan.

  • 84 Sur l’action de l’évêque dans son diocèse — action dont nous reparlerons — voir J. Lejeune, Les no (...)

38L’unité de cette région ne lui vient pas uniquement de la grande voie navigable qui la traversait de part en part. Elle est aussi le résultat de l’action spirituelle, de l’autorité morale et de la puissance politique des successeurs de saint Lambert84.

§ 2. La prospérité des villes mosanes

« Villa ipsa Namurcum ab Hanoniensibus auro et argento multo, vestibusque et pannis novis, scilicet brunetis, viridibus et telis, multis ornamentis domui necessariis, et armis hominum spoliata fuit. » — Gisl. Chron., ch. 143, p. 219-220 (1188).

  • 85 Sevrin, op. cit., p. 5-6
  • 86 Rousseau, L’Art mosan, p. 10-11, 70.
  • 87 Comme le fait M. Lombard, dans une étude vigoureuse qui a soulevé des critiques tout à fait justif (...)
  • 88 Travaux généraux : F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan en Belgique, A.S.A.N., t. xxxix, 1930 et (...)

39Dans une étude parue en 1969 et consacrée à la Géographie de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, nous lisons ces lignes remarquables ; « La position géographique est, sans doute, le facteur naturel le plus déterminant du développement des trois pays. Ils se trouvent en effet sur l’axe mer du Nord-Méditerranée, autrement dit l’axe Rhin-Rhône, qui présente trois itinéraires possibles et qu’il sera sans doute nécessaire d’aménager sans exclusive ; l’un par la trouée de Belfort, l’autre par la Moselle supérieure et le troisième par la Meuse supérieure ; le premier intéresse l’Allemagne et la France, le second ajoute le Luxembourg, tandis que le troisième concerne la Belgique et la France ; les Pays-Bas sont le lieu de convergence des deux premiers et du troisième »85. Pourrait-on mieux mettre en évidence la situation géographique très favorable de l’espace où l’ancien diocèse de Liège inscrivait jadis ses contours ? Un des meilleurs spécialistes de l’histoire du pays mosan au moyen âge, Félix Rousseau, admet, en effet, que l’essor de cette région découle partiellement de son appartenance au « système rhodanien-rhénan »86. Il n’est pas nécessaire de considérer le bassin de la Meuse comme le centre de l’économie mondiale du haut moyen âge87 pour admettre qu’à l’origine de son développement il y a notamment une place privilégiée au sein d’un grand courant commercial88.

***

  • 89 Cfr A. Joris, On the Edge of two Worlds, in the Heart of the New Empire... Studies in Medieval and (...)
  • 90 R. Latouche, Les origines de l’économie occidentale..., réimpr., Paris, 1970, p. 149, 247-248. – A (...)
  • 91 Voir not. R. Doehaerd, Le haut moyen âge occidental..., Paris, 1971, p. 265-273.

40Entre la vague des invasions germaniques et le milieu du viiie siècle, les pays arrosés par la Meuse, devaient connaître, du point de vue économique, politique et religieux, des transformations considérables89. Très durement éprouvés par les événements du ve siècle, ils sont devenus, à l’époque carolingienne, une des régions les plus favorisées de l’État franc90. La voie navigable a décidément pris le pas sur la route et c’est elle qui stimule l’activité économique91.

  • 92 Joris, Les villes de la Meuse, p. 5-9.
  • 93 Joris, op. cit., p. 11.
  • 94 E. de Moreau, Le transfert de la résidence des évêques de Tongres à Maestricht, Revue d’histoire e (...)
  • 95 Rousseau, p. 56-57. – de Moreau, Histoire de l’Eglise, t.i, 2e éd., p. 103 sv. – J. Lejeune, Liège (...)
  • 96 De 770 à 784, Herstal est sa résidence préférée. C’est seulement à partir de 794 qu’il va s’instal (...)

41Dans l’ancienne Cité des Tongres, de petits centres commerciaux se sont développés, sur le bord de la Meuse, à Dinant, Namur, Huy et Maastricht. On y bat monnaie et on y lève le tonlieu92. La prépondérance de la rivière, — qui va se maintenir jusqu’au xie siècle, — se marque jusque dans le choix de la résidence episcopale93. Dès le vie siècle, les évêques abandonnent Tongres, sur la route romaine Bavay-Cologne, et se fixent à Maastricht au point de jonction de la chaussée et du fleuve94 ; à partir du début du viiie siècle, ils s’installent à Liège, près du tombeau de saint Lambert95. Irrésistiblement, la Meuse les attire, comme elle attire Charlemagne qui va faire d’Herstal, près de la Cité épiscopale naissante, sa résidence favorite96.

  • 97 Ganshof, op. cit, p. 19-24.

42L’ancien diocèse de Tongres devait pleinement participer à la fortune politique de l’Austrasie. En exerçant la réalité du pouvoir dans l’Etat mérovingien et en s’emparant finalement de la couronne en 751, les chefs de l’aristocratie austrasienne, — les « Carolingiens », — ont donné une importance de plus en plus grande aux régions dont ils étaient originaires. Situé jadis à la lisière du monde romain, le bassin de la Meuse, grâce à eux, va se trouver placé au cœur du nouvel Empire97.

  • 98 Sur cet aspect de la question, voir G. Despy, Villes et campagnes aux ixe et xe siècles : l’exempl (...)

43Dans une société où l’agriculture est incontestablement l’élément essentiel de l’activité économique, tout développement de la vie urbaine présuppose des rapports commerciaux entre la ville et la campagne qui l’entoure. La croissance urbaine du pays mosan est sans doute liée à l’expansion de son terroir agricole où l’on trouvait — dans la Hesbaye limoneuse notamment — des sols d’une fertilité exceptionnelle98.

  • 99 Rousseau, La Meuse, p. 68-70. – L. Musset, Les invasions : le second assaut contre l’Europe chréti (...)
  • 100 A. D’Haenens, Les incursions hongroises dans l’espace belge (954/955), Cahiers de Civilisation méd (...)

44Il ne semble pas que les invasions normandes, qui ravagèrent le diocèse de Tongres entre 879 et 892, aient eu des répercussions profondes sur la vie économique de la région99, pas plus, du reste, que l’incursion hongroise de 954-955100.

  • 101 Latouche, Les origines, p. 233 sv., 259 sv.
  • 102 La concordance d’une série d’indices permet d’affirmer que le nombre des hommes a augmenté du débu (...)

45A l’aube du xie siècle, au moment où l’Europe occidentale s’apprête à connaître — sur le plan économique, démographique101 intellectuel et religieux — un essor incomparable102, le pays mosan, pouvait déjà faire état d’une très longue tradition de vie urbaine et commerciale.

***

  • 103 Au xe siècle, il n’y avait plus qu’un seul pont sur la Meuse liégeoise, celui de Maastricht : Rous (...)
  • 104 Cfr M.L. Fanchamps, Étude sur les tonlieux de la Meuse moyenne du viiie au milieu du xive siècle, (...)

46Le signe le plus tangible du démarrage de l’économie est sans doute la multiplication des ponts. Il semble qu’aux xie et xiie siècles on en ait jeté pas moins de huit sur la Meuse103. Cette fièvre de construction est en rapport étroit avec le réveil de la circulation routière, au même titre, d’ailleurs, que l’augmentation du nombre des tonlieux104. Les marchands mosans commencent à parcourir l’Europe.

  • 105 Jusque vers 1200 c’est la métallurgie qui domine largement. Après cette date, la plupart des ville (...)
  • 106 Voir A. Joris, Probleme der mittelalterlichen Metallindustrie.

47Le renouveau des activités commerciales est lié à l’industrie du cuivre ou plus exactement à celle de ses alliages, le laiton et le bronze, obtenus respectivement par la fusion du métal rouge avec un oxyde de zinc ou avec de l’étain. On a pu dire que, dans les villes mosanes, les xie et xiie siècles correspondaient à l’« âge de la batterie »105. Il semble, en effet, que le grand trafic auquel elles vont se livrer se soit ordonné en fonction de l’activité métallurgique qui plongeait ses racines dans le passé le plus lointain106.

  • 107 En réalité, il existe en Belgique, et notamment à Vielsalm, des gisements de cuivre, mais leur imp (...)
  • 108 La calcination transformait le carbonate de zinc en oxyde de zinc. La pierre calaminaire de la Vie (...)

48Assez paradoxalement, le sol du bassin de la Meuse ne possédait pas de gisements de cuivre107. Il s’y trouvait, par contre, un minerai exceptionnel ; la calamine ou carbonate de zinc. Or la calamine de la Vieille-Montagne près de Moresnet, dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse, exploitée peut-être depuis le ier siècle, était d’une pureté remarquable. Il suffisait de la calciner et de la faire fondre avec du cuivre et du charbon de bois pour obtenir le laiton108.

  • 109 Sur la métallurgie du cuivre, voir par exemple La Grande Encyclopédie, t. xvii, Paris, Larousse, 1 (...)

49L’alliage du cuivre s’explique par de multiples raisons. Le cuivre à l’état pur est beaucoup trop malléable. Le bronze et le laiton, par contre, ont des propriétés particulièrement précieuses ; on peut facilement les mouler, les laminer ou les forger, ils résistent bien à la déformation et à la corrosion, — ce qui, dans une société de pénurie, est d’une importance capitale, — ils se prêtent au polissage, leur couleur, enfin, ressemble à celle de l’or109.

  • 110 Voir Rousseau, op. cit., p. 106 et ci-dessus, n. 72.

50Par ailleurs, il convient d’insister sur la présence, dans la région condruzienne, d’importants gisements de terre plastique ou derle avec laquelle on fabriquait les creusets110.

  • 111 Joris, ibid.

51C’est donc « le cuivre qui est venu rejoindre la calamine et non l’inverse »111. Partis à la recherche des métaux qui leur permettaient de fabriquer le laiton et le bronze, les marchands de la Meuse ont ouvert à la production locale des débouchés d’une importance insoupçonnée.

  • 112 Joris, Les villes de la Meuse, p. 15. – H. Kellenbenz, Der Aufstieg Kölns zur mittelalterlichen Ha (...)

52Pendant toute la période médiévale, le grand pôle d’attraction du commerce mosan fut incontestablement Cologne112.

  • 113 Elles ont été réunies par F. Rousseau, op. cit., p. 85 sv.

53Toutefois, dès que l’on cherche à déceler les premières traces du courant commercial Rhin-Meuse, les difficultés s’accumulent. D’une part, pour les xie et xiie siècles, les sources ne sont pas fort nombreuses113 et, d’autre part, les principales d’entre-elles ont récemment fait l’objet d’une étude critique approfondie qui les a remises en question.

  • 114 Ed. E. Fairon, Régestes de la Cité de Liège, t. i, Liège, 1933, n° 1, p. 1-3. – Knipping, t. ii, n (...)
  • 115 Voir la démonstration de G. Despy et Cl. Billen, Les marchands mosans aux foires de Cologne pendan (...)

54La charte du 4 décembre 1103 par laquelle l’archevêque Frédéric Ier de Cologne (1100-1131) confirme, à la demande de l’évêque Otbert, les privilèges dont jouissaient les negotiatores de Liège et de Huy lorsqu’ils se rendaient sur la place commerciale de Cologne114, serait un faux fabriqué vers 1175-1200 pour le compte desdits marchands. Il n’est pas impossible, cependant, que ce document repose, en partie, sur un texte du début du xiie siècle115.

  • 116 M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 487, p. 662-664. – Nouvelles éd. par G. Despy, art. cit. n. 117, p. (...)
  • 117 Voir G. Despy, Pour un « Corpus » des tarifs de tonlieux de l’Europe occidentale au moyen âge (ve-(...)

55Le célèbre tarif du tonlieu de Coblence, — connu par plusieurs manuscrits et inséré notamment dans un faux diplôme de l’empereur Henri IV daté du 5 juin 1104116, — où sont mentionnés les marchands de Dinant, Namur, Huy et Liège, ne serait réellement utilisable que pour la seconde moitié du xiie siècle117.

  • 118 S. Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t.i, Namur, 1880, n° 5, p. 19-21 ou B. Diestelkamp(...)
  • 119 Voir Despy et Billen, op. cit., p. 52-53, 55-56.

56Enfin, la charte de, 1171 par laquelle les échevins de Cologne confirment aux mercatores de Dinant les privilèges que l’archevêque Frédéric Ier leur avait jadis accordés118, n’a pas non plus résisté à la critique. Il s’agirait d’un faux fabriqué vers 1200119.

  • 120 Sur la foi du document de 1103 on admettait que les rapports commerciaux du pays mosan et de la Rh (...)
  • 121 Sans doute s’agissait-il d’étain et de laines que les marchands mosans importaient d’Angleterre.
  • 122 Selon les termes du tarif de tonlieu de Coblence (1104) les marchands de Huy, Dinant, Namur et Liè (...)
  • 123 Probablement à Goslar dans le massif du Harz comme l’indique la charte de l’archevêque Adolphe de (...)

57Devant une pareille hécatombe, l’historien peut difficilement cacher son embarras, puisque les documents de 1103, de 1104 et de 1171 sont pratiquement les seuls qui puissent jeter quelque clarté sur le problème des relations commerciales entre le pays mosan et la Rhénanie aux xie et xiie siècles120. En s’appuyant sur eux, on affirmait que les marchands de Liège, Huy, Namur et Dinant transportaient dans les régions rhénanes des chaudrons, des bassins, des peaux, des étoffes, de l’étain, de la laine121, du lard et de la graisse, qu’ils y achetaient du vin122 et surtout du cuivre, enfin, qu’ils se procuraient le métal rouge à Cologne ou même au-delà du Rhin, à Dortmund et en Saxe123.

58Ce tableau correspond, sans aucun doute, à la situation économique de la période qui s’étend entre 1150 et 1200. Mais est-il toujours permis d’en projeter les données au xie siècle ou au début du siècle suivant ?

  • 124 Selon M. Despy, le tarif de tonlieu de Coblence daterait donc de la seconde moitié du xiie siècle. (...)
  • 125 W. hess, Zoll, Markt und Münze im 11. Jahrhundert..., dans Historische Forschungen für W. Schlesin (...)

59Constatons d’emblée que les problèmes posés par les chartes dont nous venons de parler sont loin d’être entièrement résolus124. Un auteur, par exemple, vient d’étudier le tarif de tonlieu de Coblence du point de vue de l’histoire monétaire. Il considère que les stipulations de ce document étaient certainement en vigueur dès la fin du xie siècle125.

  • 126 II y est également fait mention de bronze, d’étain et de plomb. Éd. F. Rousseau, Actes des comtes (...)
  • 127 Voir le catalogue de l’exposition Rhin-Meuse..., Cologne-Bruxelles, 1972. – Rappelons, pour mémoir (...)
  • 128 Anselme, Gesta episc. Leod., ch. 9, M.G.H., SS., t. vii, p. 195.
  • 129 F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux xie et xiie siècles, dans Mélanges F (...)

60De toute manière, il fallait bien que le cuivre mentionné, par exemple, entre 1056 et 1064 dans l’énumération des droits du comte de Namur à Dinant126 soit importé de quelque part ! Compte tenu des rapports, religieux et culturels notamment, qui unissaient alors le diocèse de Liège à la métropole colonaise127, on peut supposer, sans grands risques d’erreurs, que les relations commerciales entre les deux bassins fluviaux existaient déjà au xie siècle. Par ailleurs, vers 1050, le chanoine Anselme de Liège, mentionne des « laïcs » en provenance de Franconie et de Bavière ; ces gens, écrit-il, « ont coutume de venir chez nous »128. Est-il téméraire de penser que parmi ces laici il y avait des marchands129 ?

  • 130 Joris, Les villes de la Meuse, p. 10-11.
  • 131 Cfr ci-dessus, n. 103.
  • 132 Rousseau, La Meuse, p. 88-89 et n. 4 qui cite un texte de l’écrivain thiois Henric van Veldeke. – (...)
  • 133 Rousseau, op. cit., p. 93-94 et le texte en n.
  • 134 Ibid. – Joris, La ville de Huy, p. 238-239. – H. Ammann, Maastricht in der mittelalterlichen Wirts (...)

61Maastricht occupait une position exceptionnelle. Installé à l’endroit où la Bavay-Cologne traversait le fleuve, le Trajectum Mosae était bien placé pour attirer vers lui le trafic, qu’il soit routier ou fluvial. Il ne semble pas que la grande route romaine qui avait donné naissance à cette ville ait gardé, à l’époque médiévale, son importance de jadis130. Néanmoins, Maastricht serait la seule ville de la Meuse moyenne où l’on a pratiquement toujours pu franchir le fleuve sur un pont131. C’est elle en outre que les navires en provenance du delta rencontraient la première. Un témoin de la seconde moitié du xiie siècle qui insiste sur le rôle de grand centre routier joué par la vieille Cité, y a vu des bateaux arrivant du Danemark et de la Norvège132. A la même époque, les marchands de Maastricht font du commerce sur la foire d’Enns en Styrie133 et au début du xiiie siècle, avec les Hutois, ils parcourent déjà la vallée du Danube jusqu’à Vienne134.

  • 135 Les textes ont été rassemblés et commentés par Rousseau, p. 85-88, J. de Sturler, Les relations po (...)
  • 136 de Sturler, op. cit., p. 69-70 et n. 8 – Joris, op. cit., p. 242-245. – B. Delanne, Histoire de la (...)
  • 137 Ci-dessus n. 126.
  • 138 Voir la charte de 1103 citée n. 114.

62Les relations commerciales entre la Meuse et l’Angleterre sont assez mal connues135. Il semble cependant qu’elles aient été particulièrement précoces. Vers l’an 1000 les marchands de Liège, de Huy et de Nivelles sont déjà signalés dans la cité de Londres136. Sans doute venaient-ils y chercher de la laine et surtout l’étain dont ils avaient besoin pour fabriquer le bronze. C’est d’Angleterre, vraisemblablement, que provenaient l’étain mentionné à Dinant vers 1060137, l’étain, et la laine vendus à Cologne par les marchands de Liège et de Huy138.

63L’étude des relations commerciales entre le pays mosan et la Haute-Lotharingie est à la fois décevante et inattendue.

  • 139 Rousseau, op. cit., p. 94-97, 157-172, 190-191, 218 n. 2. – Avant de monter sur le siège de saint (...)
  • 140 C. Verlinden, Traite et esclavage dans la vallée de la Meuse, dans Mél. Rousseau, p. 673-686.
  • 141 J. Schneider, Verdun au xiiie siècle..., ibid., p. 525-540.
  • 142 Laurent de Liège, Gesta episcoporum Virdunensium, ch. 35, M.G.H., SS., t. x, p. 515 (qui écrit ver (...)
  • 143 J.L. Charles, La ville de Saint-Trond au moyen âge, Paris, 1965, p. 245-246.

64Les témoignages qui permettent d’établir l’existence de relations très étroites — sur le plan religieux, culturel, politique et humain, notamment — entre le diocèse de Liège et les cités épiscopales de Trèves, Metz, Toul et Verdun, sont innombrables139. Rares, par contre, sont les sources qui permettent d’entrevoir les liens économiques qui unissaient les deux régions. La ville de Verdun, qui s’était enrichie par le commerce des esclaves au cours du ixe et du xe siècles140, avait pourtant conservé, jusqu’aux environs de 1280, une incontestable vitalité141. Nous voyons en 1141 des marchands hutois se faire détrousser alors qu’ils traversaient l’évêché de Verdun142. Saint-Trond, dépendait, au temporel, de l’église de Metz et entretenait dès lors, avec cette dernière ville des rapports commerciaux privilégiés143. Ce sont là, malheureusement, les seules traces que nous ayons conservées du trafic commercial entre la Moselle, la haute Meuse et les régions de l’aval aux xie et xiie siècles.

  • 144 Miracula S. Gengulfi, ch. 23, M.G.H., SS., t. xv, p. 794, d’après Vercauteren, Marchands et bourge (...)
  • 145 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. J. Alexandre, Liège, 1874, p. 61. – Cfr Rousseau, op. cit., (...)
  • 146 Il semble que Pierre, « vir admodum strenuus et validus », frère du prêtre liégeois Lambert le Bèg (...)

65En ce qui concerne le marché français, la moisson n’est guère plus abondante. Un texte de la première moitié du xie siècle met en scène des marchands hutois en route, semble-t-il, pour la France du nord144. A l’année 1198, le moine Renier de Saint-Jacques mentionne des bourgeois de Liège qui reviennent des nundinae Francia145. Il s’agit peut-être des foires de Champagne146.

  • 147 Voir not. M.W. Hall, H.C. Krüger et R.L. Reynolds, Guglielmo Cassinese, t. I-II, Turin, 1938, n° 8 (...)

66Pour terminer, il convient de signaler l’existence d’une colonie liégeoise à Gênes dans la seconde moitié du xiie siècle et au début du suivant. Ces marchands mosans, parmi lesquels figure un certain Jean de Liège, importent en Ligurie des toiles fabriquées sur les bords de la Meuse (telas de Leça) et sont intéressés dans des entreprises commerciales qui se font, au départ de Gênes, vers les pays d’outre-mer147.

  • 148 R.S. Lopez, La révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 103-105.

67Parmi les moyens qui permettent d’apprécier la vitalité économique d’une région donnée, l’étude de la monnaie et de la circulation monétaire mérite de figurer en bonne place148.

  • 149 Cfr F. Vercauteren, Monnaie et circulation monétaire en Belgique et dans le Nord de la France du v (...)
  • 150 II ne faut pas exagérer la portée de ces découvertes. Les monnaies mosanes ne sont pas les seules (...)

68Sur les trente-cinq ateliers monétaires dont l’activité est attestée dans l’espace belge au cours des xe et xie siècles, vingt ont fonctionné dans le diocèse de Liège149. Les pièces frappées dans les officines de la Meuse ont été retrouvées, en assez grand nombre, dans les pays baltes, russes et Scandinaves150. Sans doute n’ont-elles pas été introduites dans ces régions par les marchands mosans. Elles furent vraisemblablement drainées vers les pays nordiques par le courant commercial qui reliait la Meuse et le Rhin à la Baltique.

  • 151 Vercauteren, op. cit., p. 300-303, 308-310.
  • 152 Selon F. Vercauteren, la charte de l’évêque Notger du 28 octobre 1002 en faveur de l’abbaye de Sai (...)
  • 153 Voir, sur ce point, les remarques de Lopez, op. cit., p. 105-106.

69De toute manière, les sources numismatiques et les sources écrites sont là pour prouver que vers le milieu du xie siècle, dans le pays mosan, la circulation monétaire était assez importante151. Cette abondance relative de numéraire est sans doute le reflet de l’activité économique. De même, d’ailleurs, que le développement du crédit, qui constitue, avec l’intensification de la frappe, une façon d’augmenter les moyens de payement. Aussi, le contrat de mort-gage qui apparaît dans la région liégeoise dès le début du xie siècle, doit-il être tenu pour un indice de l’essor commercial152. Conçu pour étancher la soif de numéraire, le mort-gage a eu pour effet de monétiser une partie des réserves métalliques. Comme n’importe quelle autre forme de crédit, dont il est un type particulier, il a soutenu la croissance153.

  • 154 Textes réunis et commentés par F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux xie e (...)

70Les sources ne sont pas nombreuses et elles ne manquent pas de soulever des problèmes. Telles qu’elles sont, cependant, elles permettent d’entrevoir une activité économique assez intense. Dans les villes de la Meuse l’esprit d’entreprise et de lucre fait partie de la dure réalité quotidienne154.

  • 155 Sous l’épiscopat de Réginard (1025-1037) une multitude « en provenance de la région occidentale », (...)
  • 156 Joris, La ville de Huy, p. 107-127 avec éd. du doc. p. 479-484 et Huy et sa charte de franchise... (...)
  • 157 « Prenominata villa pro libertate sua ad sumptus ecclesie necessarios omnia mobilia sua michi prim (...)

71Dans ce monde d’indigence et de pénurie le diocèse de Liège compte sans doute parmi les régions les moins défavorisées155. Fait significatif, Huy sur Meuse est la première ville de l’Empire germanique qui ait été affranchie. C’est le 26 août 1066 qu’elle reçut des mains de l’évêque de Liège Théoduin (1048-1075) sa charte de libertés156. A la base de ce contrat — tout à fait pacifique — entre le prince et ses sujets, on aperçoit une opération financière d’une ampleur inattendue ; en échange d’un certain nombre de privilèges les bourgeois vont abandonner à l’évêque la moitié de leurs biens meubles157. Détruite de fonds en comble en 1055, la ville de Huy, est déjà en mesure, une dizaine d’années plus tard, d’acheter à prix d’or ses libertés. Les sommes élevées qu’elle consentit au prélat, sont, sans doute, à la mesure de sa vitalité commerciale.

  • 158 Zylbergeld, Le prix des céréales et du pain, p. 277-288. – Lejeune, Liège et son Pays, p. 198 sv. (...)

72Des ressources de son diocèse, l’évêque n’est pas le dernier à profiter. Seigneur temporel de Liège, Huy, Dinant et d’une partie de Maastricht, il domine en fait presque tous les points névralgiques du commerce mosan. Toutefois, dans ce monde où l’économie est essentiellement agricole, c’est sur la terre que la richesse véritable est bâtie. Or le chef du diocèse en est abondamment pourvu. De larges portions de la Hesbaye et de la Thudinie, dont le sol est si fertile, ont été incorporées au patrimoine de saint Lambert158.

  • 159 « ex oppressione domorum » Gisl. Chron., ch. 143, p. 220, à propos de Namur (1188). Il en était pr (...)
  • 160 C’est une mobilisation rapide des milices urbaines de Liège et de Huy qui a permis à l’évêque Henr (...)

73Enfin, dès le xie siècle, toutes ces villes « où s’entassent les maisons »159 représentent un potentiel militaire considérable dont la mobilisation, le cas échéant, peut se faire très rapidement160. Les milices urbaines, à n’en pas douter, ont joué un très grand rôle dans la défense du patrimoine de l’église liégeoise.

74En compilant, en 1182 ou peu après, une Vie de l’évêque Réginard (1025-1037), le moine Renier de Saint-Laurent inséra une anecdote qu’il avait découverte, à ce qu’il semble, dans l’œuvre de Rupert de Deutz.

  • 161 « nam in rebus soient humanis appeti meliora » Vita Reginardi, ch. 3, M.G.H., SS., t. xx, p. 572. (...)

75Réginard, selon cette tradition, venait d’être élu à Verdun lorsqu’il apprit le décès de l’évêque Durand de Liège. Il ne se fit pas scrupule de verser de l’argent au roi Conrad II pour obtenir, en lieu et place de l’évêché précédent, le siège liégeois qu’il convoitait avec ardeur, « car, écrit notre moine, dans les affaires de ce monde, on est toujours porté vers ce qui est mieux »161...

Notes

1 W. Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. i, Sarrebruck, 1974, p. 21-22.

2 L. Vanderkindere, La formation territoriale des principautés belges au moyen âge, t. II, Bruxelles, 1902, p. 44-46. – R. Parisot, Les origines de la Haute-Lorraine, Paris, 1909, p. 78-125. – Mohr, op. cit., t. i, p. 51-52, 87-88. C’est seulement en 1048 que la Haute-Lotharingie ou Lorraine va définitivement se séparer de la Basse-Lotharingie ou Lothier. La limite entre les deux duchés, qui coïncidait probablement avec celle des provinces ecclésiastiques de Cologne et de Trêves, n’est pas attestée par les sources avant la seconde moitié du xiiie siècle. – Voir la carte de P. Bonenfant, Le duché de Lothier et le marquisat de Flandre à la fin du xie siècle (1095), Bruxelles-Paris, 1932.

3 Voir la carte à la fin de ce paragraphe. Elle est établie d’après la carte des Divisions

4 La pièce principale du dossier est une lettre de l’évêque Gerbald de Liège datée de 802-805 dans laquelle le prélat s’adresse à ses diocésains des pagi de Condroz, Lomme, Hesbaye et Ardenne. La Toxandrie n’est pas mentionnée. Éd. par W.A. Eckhardt, Die Kapitulariensammlung Bischof Ghaerbalds von Lüttich, Göttingen – Berlin – Francfort, 1955, p. 106 et le comm. p. 37-39. – F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan en Belgique, A.S.A.N., t. xxxix, 1930, p. 37 n.2 – ID., L’art mosan. Introduction historique, Gembloux, 1970, p. 7 n. 2. – de Moreau, Histoire de l’Eglise, t. I, 2e éd., p. 66 sv., 95, 102. – R.R. Post, Die Christianisierung des Limburgischen Raumes, Archief voor de geschiedenis van de katholieke kerk in Nederland, t. iii, 1961, p. 234-246. – M. Van Rey, Die Lütticher Gaue Condroz und Ardennen im Frühmittelalter, Bonn, 1977, p. 140-142.

5 Rousseau, La Meuse, p. 56-57. – de Moreau, t.i, 2e éd., p.103 sv. – Il semble que l’évêque Hubert ait délibérément voulu transférer le siège épiscopal de Liège à Maastricht : L.F. Génicot, Un groupe episcopal mérovingien à Liège ? Bull, de la Comm. roy. des mon. et des sites, t. xv, 1964, p. 263-283. – L. Génicot, Aspects de saint Hubert, Leodium, t. lxiii, 1978, p. 5-18.

6 Carte de D. Staerk dans le catalogue de l’exposition Rhin-Meuse, Cologne-Bruxelles, 1972, p. 16-17.

7 Voir les points de vue différents de W. Neuss et F.W. Œdiger, dans Geschichte des Erzbistums Köln, t. i, 1964, p. 40-42, 50, 241-243.

8 Eginhard, Vita Karoli Magni, ch. 33, éd. L. Halphen, Paris, 1923, p. 96. – Œdiger, t. I, n° 118, p. 43-44. – Cfr E. Lesne, La hiérarchie épiscopale, Lille-Paris, 1905, p. 68-69, 71-72.

9 Cantatorium, ch. 4, p. 11.

10 Translatio S. Hucberti, M.G.H., SS., t. xv, 1, p. 236.

11 Voir la lettre du pape Jean X à l’archevêque Herman, éd. Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensystems, n° 1-2, p. 118-122. – Œdiger, t. I, n°306, 309, p. 100-101.

12 Cfr F.L. Ganshof, L’Eglise et le pouvoir royal dans la monarchie franque…, Settimane di studio..., t. vii, Spolète, 1960, p. 111-112 et La Belgique carolingienne, Bruxelles, 1958, p. 128.

13 Pour rédiger les pages qui vont suivre, nous nous sommes essentiellement basé sur les travaux de A. Demangeon, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Paris, 1927 et de F. Dussart et R. Contreras, Géographie de la Belgique et du Congo, Bruxelles, 1955. Nous renvoyons une fois pour toutes à ces ouvrages. – Voir aussi F. Dussart, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, dans Géographie universelle Larousse, Paris, 1958, p. 99-125. – ID., art. Belgien, Benelux et Niederlande, dans Westermanns Lexikon der Geographie, t. i, Brunswick, 1968, p. 394-397, 400-402, t. III, 1970, p. 532-535. – P. George et R. Sevrin, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Paris, 1967. – R. Sevrin, Géographie de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, Paris, 1969. – G. Manil, dans Histoire de la Wallonie, publ. s. la dir. de L. Génicot, Toulouse, 1973, p. 11-35. – R. Tavernier et R. Maréchal, Carte des associations de sols de la Belgique, Pédologie, t. viii, 1958, p. 134-183. – Carte des Divisions régionales, par Th. Brulard, F. Dussart, H. Nicolai et F. Snacken, publiée en 1970 dans l’Atlas de Belgique, pl. 50 A. – Textes médiévaux réunis par M. Coens, Paysages mosans dans l’hagiographie médiévale, dans Mil. F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 171-180. – En général : L. Febvre et L. Bataillon, La Terre et l’évolution humaine..., Paris, 1922.

14 Rousseau, L’art mosan, p. 7. – Sur le bassin de la Meuse voir les études de P. Fourmarier, O. Tulippe, J.F. Lambermont et F. Dussart, dans Liège, la Meuse et le bassin mosan, Association française pour l’avancement des sciences, LXIIIe congrès, Liège, 1939. – J. Vereerstraeten, Contribution à l’étude hydrologique du bassin de la Meuse en Belgique, Bull, de la Soc. Belge d’Études géographiques, t. xxi, 1952, p. 269-318. – H. Breuer, Die Maas als Schiffahrtsweg, Wiesbaden, 1969. – Carte Hydrographie, par F. Gullentops, F. Hardeman, J. Lorent et M. Mus, dans l’Atlas de Belgique, pl. 15 (1970).

15 Demangeon, op. cit., p. 6.

16 80 mètres à Dinant, 120 mètres à Namur et 140 mètres à Liège.

17 Contre 20.000 km2 pour l’Escaut.

18 Voir les cartes Climatologie I-III, par L. Poncelet, dans l’Atlas de Belgique, pl. 12-14.

19 Contre 80 m3/sec. pour l’Escaut à Anvers.

20 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Alexandre, p. 61 (1198), p. 80 (1206), p. 121 (1215). – Voir également les textes réunis par Coens, art. cité n. 13.

21 Vita Hugberti episcopi Traiectensis, ch. 5, éd. W. Levison, M.G.H., Script, rer. Merov., t. iv, 1913, p. 485. – En 1055-1082, un charroi de colonnes franchit la Meuse « sine ponte », cfr ci-dessous p. 96 n. 103.

22 Renier, p. 121.

23 Au cours des grandes inondations de 1925/1926 le débit de la Meuse à Visé atteignit le chiffre hallucinant de 2.900 m3/ sec. Songeons, par exemple, qu’actuellement le débit du Rhin à Cologne, en eaux moyennes, est de 1.750 m3/sec.

24 E. Poncelet, Trois documents relatifs à la paroisse de Wandre, B.S. A.H.D.L., t. xiii, 1902, n° 1, p. 102. – Voir aussi la lettre de Gozechin, éd. Migne, P.L., t. cxliii, col. 888 (ca 1070).

25 Virtutes S. Eugenii apud Bronium, ch. 25, éd. D. Misonne, Revue bénédictine, t. lxxvi, 1966, p. 272-273.

26 Rousseau, La Meuse, p. 12-13. – Breuer, Die Maas, p. 46 sv.

27 En 1099 la dépouille mortelle de l’abbé Raoul de Saint-Vanne fut transportée par bateau de Saint-Mihiel à Verdun : Hugues de Flavigny, Chronicon, lib. II, M.G.H., SS., t. viii, p. 499 (qui écrit vers 1100). – Cfr Breuer, op. cit., p. 64, 93-94.

28 M.A. Arnould, La navigabilité ancienne de la Sambre, dans Mélanges Félix Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 57-58.

29 Cfr Cl. Gaier, La fonction strategico-défensive du plat pays..., M.A., t. lxix, 1963, p. 764 sv.

30 Voir les remarques de C.G. Roland, La Meuse de Revin à Andenne, A.S.A.N., t. xxix, 1910, p. 81-96 et de Febvre et Bataillon, La Terre et l’évolution humaine..., p. 393-394.

31 Gesta episcoporum Cameracensium, lib. III, ch. 19, M.G.H., SS., t. vii, p. 471 (écrites en 1024-1025). L’évêque s’embarque à Maastricht.

32 Renier de Saint-Laurent, Triumphale Bulonicum, lib. 5, M.G.H., SS., t. xx, p. 592. – Cfr Breuer, op. cit., p. 60-61.

33 Cantatorium, ch. 78, p. 194-195. – Sur la liaison par eau entre Liège et Huy, voir les textes réunis par A. Joris, La ville de Huy au moyen âge, Paris, 1959, p. 222 n. 6.

34 Voir la carte en fin de paragraphe.

35 J.F. Niermeyer, La Meuse et l’expansion franque vers le nord (viie-viiie siècles), dans Mélanges F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 455-463. – J. Molemans, Bijdrage tot de bewonings- en ontginningsgeschiedenis van de Limburgse Kempen..., Naamkunde, t. v, 1973, p. 270-332. – W. Steurs, Un domaine de Toxandrie pendant le haut moyen âge : Empel en Brabant septentrional, dans Centenaire du Séminaire d’histoire médiévale de TU.L.B., Bruxelles, 1977, p. 59-105 (avec bibliogr.). – Sur la colonisation du pays par les moines voir notamment : H. Van de Weerd, Une colonie agricole de l’abbaye de Floreffe en Campine au xiie siècle, Leodium, t. xxii, 1929, p. 36-49. – Ch. Zoller-Devroey, Le domaine de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie en Basse-Lotharingie et en Flandre au moyen âge, R.B.P.H., t. liv, 1976, p. 427-457,1061-1097. – A. Hansay, Etude sur la formation et l’organisation économique du domaine de l’abbaye de Saint-Trond..., Gand, 1899 et la carte du domaine dressée par J.L. Charles, La ville de Saint-Trond, Paris, 1965, p. 94-95. – Voir également F. Dussart, Les landes campinoises et leur mise en valeur, Comptes rendus du 2e Congrès National des Sciences, Bruxelles, 1935, p. 1641-1646 et Le relief de la Campine, Bull, du Cercle des géographes liégeois, t. vi, 1934, p. 19-30.

36 Nicolas, Vita Landiberti, ch. III, § 35-36, AA.SS. Sept., t. v, 2e éd., 1856, p. 609. – C’est ainsi que le chanoine imagine la Toxandrie vers l’an 700, à l’époque où saint Lambert y renversait les idoles. Sa description, pensons-nous, est influencée par l’aspect que le pays présentait au xiie siècle.

37 Les collines sablonneuses du Hageland, à l’est de Louvain, entre la Dyle et la Gette.

38 Affluent de la rive gauche de la Sambre.

39 Les cours d’eau de la Hesbaye ont joué, pendant la période médiévale, un rôle stratégique important. Ils constituaient autant d’obstacles à la progression de l’ennemi. Gaier, La fonction, p. 764 sv.

40 P.P. Bonenfant, Civilisation préhistorique en Wallonie. Des premiers cultivateurs aux premières villes, Bruxelles, 1969, p. 17-21. – Le limon est un mélange de sable, d’argile et de calcaire.

41 Les analyses palynologiques, notamment, prouvent que la plus grande partie du sol hesbignon était mise en culture dès le début de notre ère. Cfr Th. Brulard, La Hesbaye..., Louvain, 1962, p. 103-113. – M.J. Bodson, L’évolution d’un paysage rural au moyen âge. Thisnes en Hesbaye, Louvain, 1965, p. 11-12 et n. 13, p. 43, 45-46. – R. Noël, Sciences naturelles et histoire des campagnes au moyen âge, Etudes rurales, n° 20, 1966, p. 84.

42 Les Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. IX, ch. 21,1.1, p. 158-159 (texte écrit en 1136) mentionnent, dans les environs de Saint-Trond, une silvula à Staden (cfr Charles, op. cit., p. 66 n. 6) et une silva appelée Bruderholt. — En 1179, le comte Gérard de Looz, en guerre avec l’évêque de Liège, se réfugie dans une silva qui s’étend entre Colmont et Tongres (Ibid., Cont. IIa, lib. IV, ch. 27, t. II, p. 78). – Mention de 40 bonniers de bois à Vreren (A.E.L., Collégiale Sainte-Croix, n° 5, f° 39 V (1112 : doc. suspect), f° 39 V°-40 R° (1113). – Cfr aussi Brulard, ibid.

43 Au moyen âge, la fraction méridionale de la Hesbaye était essentiellement consacrée à la culture de l’épeautre, le seigle et le froment étant cultivés au nord du Geer : L. Zylbergeld, Le prix des céréales et du pain à Liège dans la première moitié du xiiie siècle, R.B.P.H., t. LI, 1973, p. 287-288 et la carte p. 277. – J.P. Rorive a prouvé, semble-t-il, que l’assolement triennal était connu en Hesbaye dès 1178. Une apparition aussi précoce de ce type de rotation de culture présuppose, dans ce terroir particulièrement fertile, une grande maîtrise des techniques agricoles : Un cas précoce d’assolement triennal en Hesbaye hutoise (1178), Ann. 44e session Féd. cercles arch. hist. Belgique, Huy, 1976,1978, p. 153-156 et B.I.A.L., t. xc, 1978, p. 1-6.

44 Cette région peu étendue, qui appartenait jadis au territoire liégeois, porte encore le nom de « Pays de Liège ».

45 Sur le Condroz et la Famenne, voir A. Wieger, Das Siedlungs- und Agrargefüge des Condroz und der Famenne in seiner historischen Entwicklung und in der Gegenwart, Aix-la-Chapelle, 1976, part, aux p. 48-117.

46 Dans L’Économie rurale Namuroise au bas moyen âge (1199-1429), t.i, Louvain, 1943, p. 2-10, L. Génicot souligne les différences profondes qui opposent le Namurois hesbignon au Namurois condruzien. – La carte des forêts de la Belgique à la fin du xviiie s. a été dressée, d’après la carte de Ferraris, par O. Tulippe, L’homme et la forêt tempérée en Belgique, Bull, de la Soc. roy. belge de Géographie, 1942, p. 32-33 (ou Atlas de Belgique, pl. 29). Malgré l’énorme décalage chronologique, retenons, de la consultation de ce document, un enseignement : le contraste qui existe entre la zone peu boisée au nord du sillon Sambre et Meuse, et la zone fortement boisée au sud.

47 Sur la Famenne, voir E. Nemery, La Famenne. Histoire d’une région naturelle, Gembloux, 1975 et l’étude de Wieger citée n. 45.

48 Wieger, ibid., et les cartes p. 66, 74.

49 Wieger, p. 50, 78.

50 W. Schoppmann, La formation et le développement territorial du duché de Limbourg..., Dison, 1964, p. 60-61, 83-84.

51 J. Ruwet, L’agriculture et les classes rurales au Pays de Herve sous l’Ancien Régime, Liège-Paris, 1943, p. 44-56. – Ch. Bihot, Le pays de Herve. Étude de géographie humaine, Anvers, 1913.

52 La température moyenne annuelle de l’Ardenne varie entre 6,5° et 8°. Dans les autres régions du diocèse elle est de 9,5°. Les précipitations annuelles sont de l’ordre de 900 à 1 400 mm, contre 750 à 850 mm, les périodes sans gelée atteignent 140 à 160 jours par an, contre 170 à 190 jours. Cfr Tavernier et Maréchal, op. cit., p. 152,158,172, 174-175. – Les cartes citées n. 18. – Le climat de nos régions se serait adouci à partir du milieu du xiie s. : P. Alexandre, Les variations climatiques au moyen âge (Belgique, Rhénanie, Norddela France), Annales, E.S.C., 1977, p. 183-192 et Le climat au moyen âge en Belgique et dans les régions voisines, Liège-Louvain, 1976.

53 « Inops Arduenna » Wibald de Stavelot, Epistolae, éd. Ph. Jaffé, n° 62, p. 140 (1147). – Egbert de Liège, Fecunda Ratis, éd. Voigt, p. 174 (ca 1020).

54 E. Gilot et autres, Evolution de la végétation et datations 14 C en Belgique, Louvain-Gand, 1969, p. 15, 18, 20. – Nöel, Sciences naturelles, p. 88-89, 94-96.

55 Nicolas, Vita Sancti Lamberti, ch. II, § 23, 26, AA. SS. sept., t. v, p. 606-607. – Voir d’autres textes réunis par R. Lejeune, L’Ardenne dans la littérature médiévale, Anciens Pays et Assemblées d’États, t. xxviii, 1963, p. 41-78.

56 Raoul, Gesta abbat. Trud., lib. VII, ch. 7, t. i, p. 105-106.

57 Ibid. – Lettre du moine Renier de Saint-Laurent († ca 1188) à son ami Frédéric : M.G.H., SS., t. xx, p. 615-616 et Triumphale Bulonicum, ibid., p. 592.

58 En 1192, l’élu de Liège Albert de Louvain, pourchassé par l’empereur Henri VI se réfugie auprès de Henri de Limbourg « duc d’Ardenne » car « silvis et paludibus et montanis firmior eius terra facit ipsum firmiorem contra omnem casum adversantem ». Vita Alberti, ch. 14, M.G.H., SS., t. xxv, p. 148.

59 En cas d’opération militaire, par exemple : Triumphus de castro Bullonio, ch. 1, M.G.H., SS., t. xx, p. 499 1. 22 sv. (1141).

60 J. Mertens et A. Despy-Meyer, La Belgique à l’époque romaine, Bruxelles, 1968 (Cartes archéologiques de la Belgique, 1-2), p. 20-22.

61 A. Joris, Itinéraires routiers entre Rhénanie et pays mosan..., Festschrift für H. Ammann, Wiesbaden, 1965, p. 253-269. – H. Müller-Kehlen, Die Ardennen im Frühmittelalter..., Göttingen, 1973, p. 62-65. – Rousseau, La Meuse (carte). – Etude de R. Petit citée n. 63 (carte).

62 Voir : G. Hoyois. L’Ardenne et l’Ardennais..., t.i, 1949, p. 77-92. – H. Hardenberg, Les divisions politiques des Ardennes..., Mélanges F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 357-376. – F. Rousseau, Les Carolingiens et l’Ardenne, réimpr. ID., A travers l’histoire de Namur..., 1977, p. 243-277. – E. Ewig, Les Ardennes au haut moyen âge, Anciens Pays et Assemblées d’États, t. xxviii, 1963, p. 1-38. – Müller-Kehlen, op. cit., p. 67, 229 : du vie au ixe s., cet auteur a repéré 24 possessions royales situées entre le bassin de la Vesdre et celui de la Semois. Parmi elles, 15 apparaissent seulement au ixe s. – J. Birkenhauer, L’évolution du peuplement dans l’Eifel et en Ardenne, Bull, de la Soc. géographique de Liège, t. vii, 1971, p. 10-19. – R. Laurent, D. Callebaut et H. Roosens, L’habitat rural à l’époque romaine, Bruxelles, 1972 (Cartes archéologiques de la Belgique, 3).

63 Chr. Dupont, Du marché carolingien à la bonne ville du xive siècle : l’exemple de Bastogne, dans Centenaire du Séminaire d’histoire médiévale de I’U.L.B., Bruxelles, 1977, p. 127-146. – R. PETIT, Foires et marchés à Saint-Hubert du ixe au xviie siècle, Annales de l’Institut archéologique du Luxembourg, Arlon, t. xcv, 1964, p. 257-389.

64 Cantatorium, ch. 17, p. 42, ch. 58, p. 132-133. L’épisode relatif au comte de Namur ne se situe pas vers 1066 comme le pensait Hanquet, mais probablement en 1076-1087 à l’époque où Albert III remplaçait Conrad, fils de Henri IV, dans ses fonctions de duc de Basse-Lotharingie. C’est à ce titre, pensons-nous, que le comte de Namur chassait en Ardenne.

65 « deduxit eum in Arduennam ad archyepiscopum, ubi tunc forte per nemorosa oblectabatur », Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XI, ch. 13, p. 203.

66 Une source du début du xiie siècle, mentionne comme animaux des sangliers, des cerfs et des loups : Cantatorium, ibid. – Cfr J. Verdon, Recherches sur la chasse en Occident durant le haut moyen âge, R.B.P.H., t. lvi, 1978, p. 805-829.

67 Pour construire habitations, bateaux, meubles et ustensiles divers. A l’époque, les fortifications étaient souvent édifiées en bois. Cfr par exemple R. Ritter, L’architecture militaire du moyen âge, Paris, 1974, p. 23-25, 27-28. – M. de Bouard, Manuel d’archéologie médiévale, Paris, 1975, p. 48-53.

68 Sur l’importance économique de la forêt, voir notamment Ch. Higounet, Les forêts de l’Europe occidentale du ve au xie siècle, réimpr., ID., Paysages et villages neufs..., Bordeaux, 1975, p. 55-58. – Tulippe, L’homme et la forêt tempérée en Belgique, p. 34-54. – Goblet d’Alviella, Histoire des bois et forêts de Belgique, t. I, Paris-Bruxelles, 1927. – Actes du colloque sur la forêt. Besançon 21-22 octobre 1966, Paris, 1967. – H. Rubner, Untersuchungen zur Forstverfassung des mittelalterlichen Frankreichs, Wiesbaden, 1965 – M. Devèze, Histoire des forêts, Paris, 1965. – Parmi les monographies locales, citons : M. Bruwier, Note sur l’exploitation des bois de Mirwart par le comte de Hainaut en 1333, dans Mél. F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 145-155. – J.J. Hoebanx, Aux origines de certains bois domaniaux du Brabant wallon, dans Centenaire du Séminaire d’histoire médiévale de l’U.L.B., Bruxelles, 1977, p. 163-194. – A. Joris, Aux portes de Liège : les domaines forestiers de Saint-Laurent et le domaine universitaire du Sart-Tilman, dans Saint-Laurent de Liège, Liège, 1968, p. 49-57. – Le travail de M. Yans cité n. 71. – Sur la « politique forestière » des abbayes voir les remarques nuancées de L. Génicot, Donations de « villae » ou défrichements. Les origines du temporel de l’abbaye de Lobbes, dans Miscellanea A. De Meyer, t.I, Louvain-Bruxelles, 1946, p. 286-296. – Sur la fabrication du charbon de bois en forêt, voir notamment F. Dussart et J. Wilmet, Les « aires de faude » dans les défrichements du xixe siècle en Thiérache belge. Leur repérage par photo-interprétation, Bull, de la Soc. géographique de Liège, t. vi, 1970, p. 169-178 (avec bibliogr.)

69 Cfr Rousseau, La Meuse, p. 99 sv. – A. Joris, Probleme der mittelalterlichen Metallindustrie im Maasgebiet, Hansische Geschichtsblätter, t. lxxxvii, 1969, p. 58-76 (avec bibliogr.). – Sur une méthode récente de localisation des centres sidérurgiques anciens, voir C. Richardeau, Distribution de sphérules magnétiques provenant de la sidérurgie liégeoise, Bull, de la Soc. géographique de Liège, t. xiii, 1977, p. 155-165.

70 Cfr A. Gillard, L’industrie du fer dans les localités du comté de Namur et de l’Entre-Sambre-et-Meuse de 1345 à 1600, Pro Civitate, 1971.

71 J. Melon, P. Bourguignon et A.M. Fransolet, Les minéraux de Belgique, Dison, 1976, p. 63-65, 126-127. – M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg sous la maison de Bourgogne, Bruxelles, 1938, p. 140 sv.

72 Voir la carte des Carrières dressée par M. Gulinck dans l’Atlas de Belgique, pl. 39.

73 L. Tollenaere, La sculpture sur pierre de l’ancien diocèse de Liège à l’époque romane, Louvain, 1957, part, aux p. 29-30, 157-166.

74 M.L. Fanchamps, Les ardoisières des Ardennes et le transport des ardoises sur la Meuse (xiie-xvie siècle), M.A., t. lxxviii, 1972, p. 229-266.

75 Mise au point par A. Joris, Du Ve au milieu du viiie siècle. A la lisière de deux mondes, Bruxelles, 1967, p. 6-15. – ID., dans Histoire de la Wallonie, sous la dir. de L. Génicot, Toulouse, 1973, p. 87-90.

76 Tel est, en tout cas, son tracé actuel. Des îlots de parler roman auraient longtemps subsisté autour de Saint-Trond et d’Aix-la-Chapelle, avant d’être absorbés par le parler germanique, entre le xe et le xie siècle.

77 Joris, op. cit., p. 87.

78 Raoul, Gesta abb. Trud., lib. I, ch. 1, p. 5-6. — Raoul lui-même, « wallon » d’origine ne connaissait pas la lingua Theutonica. Ibid., Cont. Ia, lib. VIII, ch. 4, p. 122.

79 Vita Alberti, ch. 21-22, M.G.H., SS., t. xxv, p. 152.

80 Vita Landiberti, ch. 9, éd. B. Krusch, M.G.U., Script. rer. Merov., t. vi, p. 413-414.

81 Otton de Freising, Chronica, lib. VII, ch. 5, éd. A. Hofmeister, 1912, p. 315, cité par M. Coens, Utriusque linguaeperitus..., Analecta Bollandiana, t. lxxvi, 1958, p. 140-141 où l’on trouvera d’autres exemples de bilinguisme. – Voir aussi F. Rousseau, L’expansion wallonne et lorraine vers l’Est, aux xie et xiie siècles, réimpr. ID., A travers l’histoire de Namur..., Pro Civitate, 1977, p. 103 sv., 108 sv., 126 sv. – R. Le jeune, Le Roman de Guillaume de Dole et la principauté de Liège, Cahiers de Civilisation médiévale, t. xvii, 1974, p. 15-16.

82 Sur les routes romaines : J. Mertens, Les routes romaines de la Belgique, Industrie, n° 10, octobre 1955 et le travail cité n. 60. – Sur le réseau routier médiéval : A. Joris, La ville de Huy au moyen âge, p. 221-229. – J.L. Charles, La ville de Saint-Trond au moyen âge, p. 241-245. – P. Monjoie, Essai d’un itinéraire de Baudouin V comte de Hainaut..., mém. lic. dactyl., Liège, 1966-1967. – Les études d’A. Joris et de R. Petit citées n. 61 et 63. Tous ces travaux comportent une abondante bibliographie.

83 Cfr L. Génicot, Ligne et zone : la frontière des principautés médiévales, réimpr., Id., Etudes..., Louvain, 1975, p. 172-185 et les travaux cités ci-dessous, annexe VII, n. 4.

84 Sur l’action de l’évêque dans son diocèse — action dont nous reparlerons — voir J. Lejeune, Les notions de « patria » et d’« episcopatus » dans le diocèse et le pays de Liège.

85 Sevrin, op. cit., p. 5-6

86 Rousseau, L’Art mosan, p. 10-11, 70.

87 Comme le fait M. Lombard, dans une étude vigoureuse qui a soulevé des critiques tout à fait justifiées : La route de la Meuse et les relations lointaines des pays mosans entre le viiie et le xie siècle, dans L’Art mosan, Paris, 1953, p. 9-28. – Cfr les remarques d’E. Perroy, Encore Mahomet et Charlemagne, Revue historique, t. ccxii, 1954, p. 232-238 et d’A. Joris, La ville de Huy au moyen âge, Paris, 1959, p. 221 n. 2.

88 Travaux généraux : F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan en Belgique, A.S.A.N., t. xxxix, 1930 et L’Art mosan. – J. Lejeune, Liège et son pays..., Liège, 1948, p. 143-207. – A. Joris, Der Handel der Maasstädte im Mittelalter, Hansische Geschichtsblätter, t. lxxix, 1961, p. 15-33. – ID., Les villes de la Meuse et leur commerce au moyen âge, Studia historiae oeconomicae, t. vi, 1971, p. 3-20. — ID., Probleme der mittelalterlichen Metallindustrie im Maasgebiet. — F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux xie et xiie siècles, dans Mélanges F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 659-661. – L. Génicot, L’État des recherches sur l’histoire du pays mosan au moyen âge, Histoire et enseignement, 1974, p. 1-20.

89 Cfr A. Joris, On the Edge of two Worlds, in the Heart of the New Empire... Studies in Medieval and Renaissance History, t. III, 1966, p. 1-52. – ID., Du v au milieu du viiie siècle..., Bruxelles, 1967. – ID., dans Histoire de la Wallonie, Toulouse, 1973, p. 84-103.

90 R. Latouche, Les origines de l’économie occidentale..., réimpr., Paris, 1970, p. 149, 247-248. – A.C.F. Koch, Phasen in der Entstehung von Kaufmannsniederlassungen zwischen Maas und Nordsee in der Karolingerzeit, dans Festschrift F. Petri, Bonn, 1970, p. 312-324.

91 Voir not. R. Doehaerd, Le haut moyen âge occidental..., Paris, 1971, p. 265-273.

92 Joris, Les villes de la Meuse, p. 5-9.

93 Joris, op. cit., p. 11.

94 E. de Moreau, Le transfert de la résidence des évêques de Tongres à Maestricht, Revue d’histoire ecclésiastique, t. xx, 1924, p. 457-464. – Rousseau, La Meuse, p. 38-43. – J. Deeters, Servatiusstift und Stadt Maastricht, Bonn, 1970, p. 23-24. – P.C. Boeren, Les évêques de Tongres-Maestricht, Revue d’histoire de l’Église de France, t. lxii, 1976, p. 30-34 : Givet, Dinant, Namur et Huy étaient des résidences episcopates secondaires. Toutes ces localités sont baignées par la Meuse.

95 Rousseau, p. 56-57. – de Moreau, Histoire de l’Eglise, t.i, 2e éd., p. 103 sv. – J. Lejeune, Liège, de la principauté à la métropole, Anvers, 1967, p. 22-28. – L.F. Génicot, Un groupe episcopal mérovingien à Liège ? Contribution à l’étude du transfert du siège episcopal par saint Hubert, Bulletin de la Commission royale des monuments et des sites, t. xv, 1964, p. 263-283. – L. Génicot, Aspects de saint Hubert, Leodium, t. lxiii, 1978, p. 15-18.

96 De 770 à 784, Herstal est sa résidence préférée. C’est seulement à partir de 794 qu’il va s’installer à Aix-la-Chapelle, pour des raisons de santé. Cfr F.L. Ganshof, La Belgique carolingienne, Bruxelles, 1958, p. 22-23. – A. Joris, Le palais carolingien d’Herstal, M.A., t. lxxix, 1973, p. 403-408.

97 Ganshof, op. cit, p. 19-24.

98 Sur cet aspect de la question, voir G. Despy, Villes et campagnes aux ixe et xe siècles : l’exemple du pays mosan, Revue du Nord, t. i, 1968, p. 145-168, Note sur le « partus » de Dinant aux ixe et xe siècles, dans Miscellanea J.F. Niermeyer, Groningue, 1967, p. 61-69 et les remarques d’A. Joris, Les villes de la Meuse, p. 11 et n. 12. – Voir aussi Despy, Tonlieu et marché à Fosses-la-ville du xe au xiiie siècle, Acta historica Bruxellensia, t.m, 1974, p. 85-100. – Ch. Zoller, Le tonlieu de Visé du xe au xive siècle, ibid., p. 7-29. – Chr. Dupont, Du marché carolingien à la bonne ville du xive siècle : l’exemple de Bas rogne.

99 Rousseau, La Meuse, p. 68-70. – L. Musset, Les invasions : le second assaut contre l’Europe chrétienne (viie-xie siècles), Paris, 1965, p. 237-238, constate que les ravages des Vikings furent suivis par un effort de reconstruction qui ranima la vie urbaine. Aujourd’hui encore, nous connaissons des phénomènes similaires. – A. D’Haenens, Les invasions normandes en Belgique au ixe siècle..., Louvain, 1967, p. 45-46,49-52, 54-61, 100-104, 151-152, 155-159, 312-315, 344.

100 A. D’Haenens, Les incursions hongroises dans l’espace belge (954/955), Cahiers de Civilisation médiévale, t. iv, 1961, p. 423-440.

101 Latouche, Les origines, p. 233 sv., 259 sv.

102 La concordance d’une série d’indices permet d’affirmer que le nombre des hommes a augmenté du début du xie à la fin du xiiie siècle. Cfr L. Génicot, Sur les témoignages d’accroissement de la population en Occident..., Cahiers d’histoire mondiale, t. i, 2, 1953, p. 446-462 et Le xiiie siècle européen, Paris, 1968, p. 49-60, 311-318. – Doehaerd, Le haut moyen âge, p. 136-139.

103 Au xe siècle, il n’y avait plus qu’un seul pont sur la Meuse liégeoise, celui de Maastricht : Rousseau, op. cit., p. 82-85. – Liège et Bourgogne (Catalogue de l’exposition), Liège, 1968, p. 112-113. – Selon Deeters, op. cit., p. 94, 137, le pont romain de Maastricht (ou son successeur) encore mentionné en 987, serait tombé en ruine après cette date. Un nouveau pont aurait alors été construit, à l’initiative de l’empereur, en aval de l’ancien, à l’emplacement de l’actuel Sint Servaasbrug. Ce nouvel ouvrage était terminé dès 1139. Un texte, qui ne paraît pas avoir été remarqué jusqu’ici, nous autorise à penser que le pont mentionné en 987 s’était effondré avant 1082 : l’abbé Adélard II de Saint Trond (1055-1082) fit transporter des colonnes par bateau depuis Worms jusqu’à Cologne et de là par voie terrestre jusqu’à l’abbaye, « per ipsum quoque fundum Mosae sine ponte trajectas » (Raoul, Gesta abb. Trud-, lib. I, ch. 11,1.1, p. 19). – Les autres ponts de Meuse sont ceux de Givet, Dinant, Namur, Andenne, Huy, Liège et Visé. – Sur le problème des ponts (aspects économiques, techniques, militaires, religieux, juridiques, etc.) voir E. Maschke, Die Brücke im Mittelalter, Historische Zeitschrift, t. ccxxiv, 1977, p. 265-292. – Sur les ponts de Meuse, voir le travail inédit de M. Godinas, Les ponts de la Meuse moyenne du ve à la fin du xve siècle, mém. lic. dactyl., Liège, 1976-1977.

104 Cfr M.L. Fanchamps, Étude sur les tonlieux de la Meuse moyenne du viiie au milieu du xive siècle, M. A., t. lxx, 1964, p. 205-264. – Sur la problématique du sujet : G. Despy, Les tarifs de tonlieux, Turnhout, 1976.

105 Jusque vers 1200 c’est la métallurgie qui domine largement. Après cette date, la plupart des villes mosanes se spécialisent dans l’industrie textile tandis que Dinant, et Bouvignes sa rivale, s’en tiennent à l’activité traditionnelle. Cfr A. Joris, Huy, ville médiévale, Bruxelles, 1965, p. 53, 58-59, 74-80, 89-90 et Les villes de la Meuse, p. 6-9, 11. – L’article cité n. 106, p. 68.

106 Voir A. Joris, Probleme der mittelalterlichen Metallindustrie.

107 En réalité, il existe en Belgique, et notamment à Vielsalm, des gisements de cuivre, mais leur importance est négligeable. Cfr Melon, Bourguignon et Fransolet, Les minéraux de Belgique, p. 58, 61-63, 68-70, 73, 83-85, 135-137, 155-157, 160-161, 171-172, 174-175. – M. Ph. Lejeune, qui connaît très bien l’histoire de Vielsalm a bien voulu nous écrire que le cuivre de cette région n’a jamais fait l’objet d’une exploitation minière (lettre du 20 juin 1977).

108 La calcination transformait le carbonate de zinc en oxyde de zinc. La pierre calaminaire de la Vieille-Montagne était brûlée sur place. Les forêts voisines fournissaient le combustible. Cfr Rousseau, La Meuse, p. 105-106. – M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg .., Bruxelles, 1938, p. 106, 149-152, 207. – S. Collon-Gevaert, Histoire des arts du métal en Belgique, Bruxelles, 1951, p. 46-47, 419-421. – Joris, op. cit., p. 61-62. – Melon, op. cit., p. 126-127.

109 Sur la métallurgie du cuivre, voir par exemple La Grande Encyclopédie, t. xvii, Paris, Larousse, 1973, p. 3552-3557.

110 Voir Rousseau, op. cit., p. 106 et ci-dessus, n. 72.

111 Joris, ibid.

112 Joris, Les villes de la Meuse, p. 15. – H. Kellenbenz, Der Aufstieg Kölns zur mittelalterlichen Handelsmetropole, 1967.

113 Elles ont été réunies par F. Rousseau, op. cit., p. 85 sv.

114 Ed. E. Fairon, Régestes de la Cité de Liège, t. i, Liège, 1933, n° 1, p. 1-3. – Knipping, t. ii, n° 28, p. 5. – Cfr U. Lewald, Köln im Investiturstreit, dans Investiturstreit und Reichsverfassung, Sigmaringen, 1973, p. 384-385.

115 Voir la démonstration de G. Despy et Cl. Billen, Les marchands mosans aux foires de Cologne pendant le xiie siècle, Acta historica Bruxellensia, t. III, 1974, p. 31-61.

116 M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 487, p. 662-664. – Nouvelles éd. par G. Despy, art. cit. n. 117, p. 284-287 et A. Gawlik, DD., Heinrich IV., t. III, p. 749-751.

117 Voir G. Despy, Pour un « Corpus » des tarifs de tonlieux de l’Europe occidentale au moyen âge (ve-xiiie s.), Acta hist. Brüx., t. II, 1970, p. 253-287 et le compte rendu de cet article, par A. Joris, M.A., t. lxxix, 1973, p. 545-547.

118 S. Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t.i, Namur, 1880, n° 5, p. 19-21 ou B. Diestelkamp, dans Elenchus fontium historiae urbanae, t.I, Leyde, 1967, n° 81, p. 139-140.

119 Voir Despy et Billen, op. cit., p. 52-53, 55-56.

120 Sur la foi du document de 1103 on admettait que les rapports commerciaux du pays mosan et de la Rhénanie étaient antérieurs au début du xiie siècle.

121 Sans doute s’agissait-il d’étain et de laines que les marchands mosans importaient d’Angleterre.

122 Selon les termes du tarif de tonlieu de Coblence (1104) les marchands de Huy, Dinant, Namur et Liège devaient donner pour chaque navire « duas denariadas vini » (éd. Despy, p. 285). Selon W. Hess (art. cité n. 125), p. 192 il s’agirait d’une taxe acquittée en deniers (et non en nature) par les marchands qui allaient chercher du vin en amont : le payement se faisait donc à l’aller et non pas au retour. Le point de vue de cet auteur nous paraît exact.

123 Probablement à Goslar dans le massif du Harz comme l’indique la charte de l’archevêque Adolphe de Cologne en faveur des bourgeois de Dinant : Bormans, Cart. de Dinant, 1.1, n° 8, p. 27-30 (1202), confirmation, n° 9, p. 30-32 (1211). – Knipping, t. ii, n° 1627 p. 334 (à l’année 1203, n. st., inexactement selon nous), t. iii, n° 90, p. 17. – Cfr Joris, Metallindustrie, p. 62-63.

124 Selon M. Despy, le tarif de tonlieu de Coblence daterait donc de la seconde moitié du xiie siècle. Or sa démonstration, qui est impeccable, nous paraît fragile sur un point capital. Faiblesse inévitable, du reste, puisqu’il s’agit, en l’occurrence, d’un problème — toujours fort délicat — de datation d’écriture. Le tarif fut recopié dans un évangéliaire du chapitre Saint-Castor de Coblence. Or, si l’on date cette copie du xie s., comme certains l’ont fait, toute la démonstration devient caduque ! Aussi bien M. Despy s’est-il attardé très longuement sur cette question fondamentale avant d’attribuer la copie à « une main du milieu du xiie siècle imitant assez adroitement une écriture de livres des environs de 1100 » (Cfr Despy, Pour un « Corpus », p. 261-262, 274-277). Notre compétence est trop limitée pour que nous puissions porter un jugement sur une matière aussi difficile. Mais est-il vraiment impossible de dater cette écriture du xie siècle ?

125 W. hess, Zoll, Markt und Münze im 11. Jahrhundert..., dans Historische Forschungen für W. Schlesinger, Cologne-Vienne, 1974, p. 171-193.

126 II y est également fait mention de bronze, d’étain et de plomb. Éd. F. Rousseau, Actes des comtes de Namur, Bruxelles, 1936, n° 1, p. 89 : le terminus a quo de ce document, daté par F. Rousseau de 1047-1064, peut être ramené à l’année 1056 puisqu’il est question du rex et qu’il n’y a plus d’empereur depuis la mort d’Henri III en 1056. – Notons que M. Despy considère également le relevé des droits du comte de Namur à Dinant comme problématique : La Wallonie, le pays et les hommes. Histoire, économies, sociétés, t. i, Bruxelles, 1975, p. 118.

127 Voir le catalogue de l’exposition Rhin-Meuse..., Cologne-Bruxelles, 1972. – Rappelons, pour mémoire, que « Cologne est la vénérable mère de l’église de Liège » (Anselme, Gesta episc. Leod., M.G.H., SS., t. vii, p. 162). Saint-Trond, sur la « route » Bruges-Maastricht-Cologne, a toujours entretenu des rapports très étroits avec la métropole, où elle possédait plusieurs maisons dès le début du xiie siècle : Charles, Saint-Trond, p. 244 et n. 10, p. 248. – Voir également ci-dessus, n. 103.

128 Anselme, Gesta episc. Leod., ch. 9, M.G.H., SS., t. vii, p. 195.

129 F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux xie et xiie siècles, dans Mélanges F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 662.

130 Joris, Les villes de la Meuse, p. 10-11.

131 Cfr ci-dessus, n. 103.

132 Rousseau, La Meuse, p. 88-89 et n. 4 qui cite un texte de l’écrivain thiois Henric van Veldeke. – A partir de la seconde moitié du xiie siècle, Maastricht va occuper une place de choix sur l’axe routier qui relie Bruges et Cologne. Cfr P. Bonenfant, L’origine des villes brabançonnes..., R.B.P.H., t. xxxi, 1953, p. 412-414. – Charles, Saint-Trond, p. 244-245. – G.W.A. Panhuysen, Maastricht omstreden door Brabant, Luik, Loon en Gelre..., dans Miscellanea Trajectensia, Maastricht, 1962, p. 81-82.

133 Rousseau, op. cit., p. 93-94 et le texte en n.

134 Ibid. – Joris, La ville de Huy, p. 238-239. – H. Ammann, Maastricht in der mittelalterlichen Wirtschaft, dans Mél. Rousseau, p. 26-28.

135 Les textes ont été rassemblés et commentés par Rousseau, p. 85-88, J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l’Angleterre..., Paris, 1936, p. 67-81 et F. Truffaut, Les relations commerciales entre le pays de Liège et l’Angleterre..., mém. de lic. dactyl., Liège, 1947-1948, p. 41-69. Cfr E. Sabbe, Les relations économiques entre l’Angleterre et le Continent au haut moyen âge, M.A., t. lvi, 1950, p. 169-193. – Aux liens commerciaux, s’ajoutent des rapports sur les plans religieux, intellectuel et politique.

136 de Sturler, op. cit., p. 69-70 et n. 8 – Joris, op. cit., p. 242-245. – B. Delanne, Histoire de la ville de Nivelles..., 1944, p. 281-284 et les remarques de P. Bonenfant, L’origine des villes brabançonnes..., p. 424-427.

137 Ci-dessus n. 126.

138 Voir la charte de 1103 citée n. 114.

139 Rousseau, op. cit., p. 94-97, 157-172, 190-191, 218 n. 2. – Avant de monter sur le siège de saint Lambert, plusieurs évêques de Liège occupèrent d’importantes fonctions dans les églises de Haute-Lotharingie : Henri Ier était archidiacre de Verdun, Albéron Ier et Albéron II primiciers de Metz, Alexandre II archidiacre de Trêves.

140 C. Verlinden, Traite et esclavage dans la vallée de la Meuse, dans Mél. Rousseau, p. 673-686.

141 J. Schneider, Verdun au xiiie siècle..., ibid., p. 525-540.

142 Laurent de Liège, Gesta episcoporum Virdunensium, ch. 35, M.G.H., SS., t. x, p. 515 (qui écrit vers 1144), d’après Joris, op. cit., p. 241.

143 J.L. Charles, La ville de Saint-Trond au moyen âge, Paris, 1965, p. 245-246.

144 Miracula S. Gengulfi, ch. 23, M.G.H., SS., t. xv, p. 794, d’après Vercauteren, Marchands et bourgeois, p. 658 et Joris, op. cit., p. 241 et n. 87. – Vers 1082, Huy est une étape de la « route » qui relie la région de Paris et de Laon à Cologne : Cantatorium, ch. 13, p. 35-36.

145 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. J. Alexandre, Liège, 1874, p. 61. – Cfr Rousseau, op. cit., p. 97-98.

146 Il semble que Pierre, « vir admodum strenuus et validus », frère du prêtre liégeois Lambert le Bègue, ait été un marchand qui, vers 1170, fréquentait la foire champenoise de Troyes : voir la seconde lettre de Lambert au pape Calixte III, éd. A. Fayen, B.C.R.H., t. lxviii, 1899, p. 336 et la belle démonstration de J. Goossens, A propos de l’« Antigra-phum Petri » (xiie s.). Notes critiques, B.C.R.H., t. cxliii, 1977, p. 131-134. – Sur la vitalité des foires comtales de Champagne aux xie et xie siècles, voir la mise au point de M. Bur, La formation du comté de Champagne, Nancy, 1977, p. 292-307.

147 Voir not. M.W. Hall, H.C. Krüger et R.L. Reynolds, Guglielmo Cassinese, t. I-II, Turin, 1938, n° 8, 143, 761, 828, 970, 1010, 1013, 1659, 1672 (1190-1192) et les sources publiées par R. Doehaerd (ci-dessous). – R.L. Reynolds, Genoese sources for the twelfth century history of Liège with special attention to John of Liège, dans Etudes dédiées à la mémoire de H. Pirenne, Bruxelles, 1937, p. 291-298. – R. Doehaerd, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont..., t. i, Bruxelles-Rome, 1941, p. 90, 94, 162, 178-181, 198, 200, t. II, n° 121,147, 306,310, 313-315, 367, 368, 371, 391 (1200-1221). – Küpper, Raoul de Zähringen, p. 162 n. 80, p. 164 et n. 87.

148 R.S. Lopez, La révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 103-105.

149 Cfr F. Vercauteren, Monnaie et circulation monétaire en Belgique et dans le Nord de la France du vie au xie siècle, Settimane di studio..., t. viii, Spolète, 1961, p. 279-311 et part, aux p. 305 sv. Il s’agit des ateliers de Bouillon, Celles, Ciney, Dinant, Fosses, Huy, Léau, Liège, Louvain, Maastricht, Munsterbilzen, Namur, Nivelles, Saint-Trond, Stavelot, Thorn, Thuin, Tongres, Visé et Wessem. – Les officines de l’évêque sont celles de Bouillon, Ciney, Dinant (?), Fosses, Huy, Liège, Maastricht, Thuin et Visé. Cfr. H. Frère, Le droit de monnaie de l’évêque de Liège, Revue numismatique, vie sér., t. viii, 1966 (1967), p. 76-81 et G. Albrecht, Das Münzwesen im niederlothringischen und friesischen Raum..., Hambourg, 1959, p. 38-52, 62-64, 66-67.

150 II ne faut pas exagérer la portée de ces découvertes. Les monnaies mosanes ne sont pas les seules qui aient été enfouies dans ces régions lointaines et leur nombre est, en fin de compte, peu élevé par comparaison avec les deniers originaires de l’atelier de Cologne, par exemple. Les trouvailles des pays de la Baltique ont permis d’établir des indices de capacité de frappe qui sont assez éloquents : Cologne : 50, 56. – Duisbourg : 6, 47. – Remagen : 2, 63. – Maastricht : 2, 38. – Namur : 1, 78. – Liège : 1, 75. – Dinant : 1,26. – Huy : 1, 16. – La circulation des monnaies mosanes dans les pays baltes, abondante au xie siècle, prendra fin dans le courant du siècle suivant pour des raisons étrangères à la vitalité économique de nos régions. – Cfr Vercauteren, ibid. – Albrecht, Das Münzwesen. – J. Stiennon, Monnaies mosanes en Pologne..., R.B.P.H., t. xxxviii, 1960, p. 405-411. – V.M. Potin, Seltene Münzen des Niederlothringischen und Friesischen Raumes aus dem 10.-12. Jahrhundert, Hamb. Beitr. zur Num., N.F., t. xvii, 1963, p. 483-493. – G. Albrecht, U. Hagen et H. Frère, dans le catalogue Rhin-Meuse, Cologne-Bruxelles, 1972, p. 56-65. – W. Hess, Zoll, Markt und Münze im 11. Jahrhundert, et not. ses remarques judicieuses p. 176 n. 18.

151 Vercauteren, op. cit., p. 300-303, 308-310.

152 Selon F. Vercauteren, la charte de l’évêque Notger du 28 octobre 1002 en faveur de l’abbaye de Saint-Riquier serait, pour nos régions, le plus ancien exemple connu d’un contrat de mort-gage (éd. F. Lot, Chronique de l’abbaye de St-Riquier, Paris, 1894, p. 170-171) : Note sur l’origine et l’évolution du contrat de mort-gage..., dans Miscell. L. Van der Essen, t. i, 1947, p. 217-227 (pour la date de ce doc., ibid., p. 219-221). – Cfr H. Van Werveke, Le mort-gage et son rôle économique en Flandre et en Lotharingie, réimpr., Miscell. Med., Gand, 1968, p. 159-190. – C. Dereine, Note sur le mort-gage en Flandre et en Hainaut entre 1050 et 1100, Revue du Nord, t. li, 1969, p. 77-79. – A s’en tenir au témoignage des sources, on serait porté à croire que les églises et les abbayes détenaient alors le monopole du crédit. Il n’en était rien. Notre documentation nous abuse. Le crédit n’était pas inconnu dans le monde des marchands (voir par ex. la charte de Huy, éd. Joris, La ville de Huy, p. 482, § 9-10, p. 120-121 (1066). – Cantatorium, ch. 49, p. 121 [ca 1085]) et il va de soi qu’il y était utilisé à des fins commerciales. Le mort-gage — qui, croyait-on, n’était pas entaché d’usure (« non alio suspecto foenore » (1002), cfr Vercauteren, Note sur l’origine, p.222) — n’est sans doute que la forme la plus « ecclésiastique » du développement général du crédit.

153 Voir, sur ce point, les remarques de Lopez, op. cit., p. 105-106.

154 Textes réunis et commentés par F. Vercauteren, Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux xie et xiie siècles, p. 655-672, qui met en lumière la circulation des hommes et des marchandises dans la région mosane, dégage un portrait du marchand et analyse les différents aspects de sa mentalité.

155 Sous l’épiscopat de Réginard (1025-1037) une multitude « en provenance de la région occidentale », chassée sans doute par la guerre (cfr Vercauteren, op. cit., p. 662), se réfugie à Liège et le prélat prend en charge trois cents d’entre eux (Anselme, Gesta episc. Leod., ch. 37, p. 209-210). Pendant la grande famine qui accable la Gaule et la Germanie vers 1042-1048, l’évêque Wazon fait acheter du blé partout où il le peut, l’emmagasine dans les greniers et procède à des distributions gratuites de nourriture et d’argent (Anselme, ch. 53, p. 221). De pareilles mesures nécessitaient sans doute des moyens très considérables. – Voir ci-dessous, p. 453-456.

156 Joris, La ville de Huy, p. 107-127 avec éd. du doc. p. 479-484 et Huy et sa charte de franchise..., Bruxelles, 1966, p. 33-35 (corr. de la date). – Pour Liège : G. Despy, La charte d’Albert de Cuyck de 1196 pour les bourgeois de Liège a-t-elle existé ? R.B.P.H., t. l, 1972, p. 1071-1097. – Sur le problème de l’émancipation précoce des villes mosanes voir : E. Ennen, Die Bedeutung der Maasstädte im Stadtwerdungsprozess des Mittelalters, dans Mél. F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 293-308 et Anfänge der Gemeindebildung in den Städten an Maas, Mosel und Rhein dans Les libertés urbaines et rurales..., 1968, p. 51-68. – A. Joris, Les franchises urbaines en pays mosan et la charte de Huy de 1066, ibid., p. 319-333. – Voir ci-dessous, p. 442-444.

157 « Prenominata villa pro libertate sua ad sumptus ecclesie necessarios omnia mobilia sua michi primo terciavit, qua libertate, ut amplius frueretur, postmodum dimidia-vit ». Cette phrase, extraite de la charte de 1066, laisse deviner les marchandages auxquels son octroi donna lieu.

158 Zylbergeld, Le prix des céréales et du pain, p. 277-288. – Lejeune, Liège et son Pays, p. 198 sv. – D. Van Derveeghde, Le Polyptyque de 1280 du chapitre de la cathédrale Saint-Lambert à Liège, Bruxelles, 1958, p. 12 et la carte. En réalité le « polyptyque » date de 1307-1308 au plus tôt comme l’a démontré A. Joris, R.B.P.H., t. xxxvii, 1959, p. 813-817. – Cfr n. 155 et la carte de la « terre de saint Lambert », ci-dessous, annexe VII.

159 « ex oppressione domorum » Gisl. Chron., ch. 143, p. 220, à propos de Namur (1188). Il en était probablement de même pour les autres villes mosanes.

160 C’est une mobilisation rapide des milices urbaines de Liège et de Huy qui a permis à l’évêque Henri II de surprendre et d’écraser l’armée namuroise à Andenne en 1151 : Renier de Saint-Laurent, Triumphale Bulonicum, lib. V, p. 592. – Cfr Gaier, Art et organisation militaires, p. 147, 252. – A. Joris, Remarques sur les clauses militaires des privilèges urbains liégeois, R.B.P.H., t. xxxvii, 1959, p. 297-316. – Ci-dessous, p. 451.

161 « nam in rebus soient humanis appeti meliora » Vita Reginardi, ch. 3, M.G.H., SS., t. xx, p. 572. – Sur cette anecdote, voir les récentes remarques de J. van Engen, Rupert von Deutz und das sogenannte Chronicon sancti Laurentii Leodiensis, p. 70-73, 75.

Table des illustrations

Titre LE DIOCESE DE LIEGE-REGIONS GEOGRAPHIQUES
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 691k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540