Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Avant-propos

Texte intégral

« ... testantur et ecclesiae quas cum diversi generis ornamentis, tum etiam praediis et regalibus suis, cas tris scilicet et comitatibus, teloniis, monetis et bannis, cum jure civitatum concessis, magnifice extulerunt, ne sancta Dei ecclesia hujus secuii potentibus subja ceret, aut tyrannide eorum pavesceret ; imo superbo rum colla, dei virtute superior, calcaret. »
Etienne de Saint-Jacques, Vita S. Modoaldi..., lib.I, ch.14, AA.SS. Maii, t. iii, p. 54 (ca 1107).

  • 1 La bibliographie du sujet est énorme. Retenons surtout : A. Hauck, Kirchengeschichte Deutschlands, (...)

1Qu’est-ce que l’Église impériale ? Les questions les plus simples, décidément, sont celles qui donnent le plus d’embarras. Car l’Église impériale, à laquelle l’érudition allemande donna le nom de Reichskirche est une des notions les plus complexes qui soit. Nous n’en voulons pour preuve que la divergence d’opinion qui règne à son sujet entre les historiens1.

  • 2 Fleckenstein, Zum Begriff der ottonisch-salischen Reichskirche.

2En ce qui nous concerne, nous croyons que l’on peut entendre par « Église impériale », l’ensemble des églises de l’Empire germanique unies à la personne du souverain par certains rapports de droit. Cet ensemble correspondait à ce que l’on appelle l’« Église impériale au sens large ». Car, comme l’a très bien vu J. Fleckenstein, il faut distinguer dans le groupe ainsi défini, – qui réunissait pratiquement toutes les églises de l’Empire sur lesquelles le roi exerçait une protection générale, — une série d’églises privilégiées qui jouissaient d’une protection spéciale. Ces églises, qui bénéficiaient de la tuitio et de la defensio royales, — c’est-à-dire du besondere Königsschutz, — étaient les véritables ecclesiae regni et formaient, à proprement parler, l’« Église impériale au sens étroit »2.

  • 3 Cfr E.F. Otto, Die Entwicklung der deutschen Kirchenvogtei, Berlin-Grunewald, 1933, p. 155-160. – (...)
  • 4 « res predicte ecclesie et illi subditarum sub tuitionis atque immunitatis nostre defensione » M.G (...)

3C’est de la Reichskirche im engeren Sinne, qui fut, dans toute la force du terme, « membre » ou « partie » de l’Empire3 et à laquelle, sans aucun doute possible, l’église de Liège appartenait4, qu’il sera question dans ce travail.

  • 5 Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensystems, sur lequel nous nous app (...)

4Ceci nous amène à préciser en quelques mots l’objet exact de notre étude : ce que, depuis le livre de L. Santifaller, on a coutume d’appeler le « système ottonien-salien de l’Église impériale »5.

  • 6 Voir, par exemple : R. Folz, L’Idée d’Empire en Occident du ve au xive siècle, Paris, 1953.- H. Sp (...)

5La royauté médiévale comportait un caractère sacré : le roi était oint du Seigneur. Depuis Otton Ier, le souverain germanique fut de surcroît empereur (962) : couronné à Rome par les mains du pape, il devenait l’héritier des Césars et le haut protecteur de la Chrétienté6.

  • 7 Cette conception se modifiera sous l’impulsion de Frédéric Ier Barberousse (1152-1190), notamment, (...)

6Tout en restant un laïc, le souverain occupait donc une place privilégiée dans l’ordre ecclésiastique, position qui renforçait considérablement son emprise sur les églises du royaume7.

7Car il était vraiment le maître de ces dernières. Il dominait l’Eglise germanique par une « souveraineté » de droit public, qu’il exerçait en tant que roi et par une « seigneurie » de droit privé, — les églises épiscopales et abbatiales étant considérées comme ses « églises propres » (Reichseigenkirchen). La situation particulière des églises vis-à-vis du roi lui conférait dans la pratique la désignation et l’investiture— par la crosse et l’anneau — du titulaire et entraînait la disponibilité des biens ecclésiastiques au profit de l’Etat : c’est le fondement même du « service du roi » (servitium regis) auquel seront soumis les évêques et les abbés de l’Empire.

  • 8 Cfr E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate 919-1024, Lincoln, 1932.

8L’évêque impérial revêt donc simultanément un caractère religieux et un caractère public : il participe activement et efficacement à l’administration et au gouvernement du royaume8.

  • 9 Santifaller, op. cit., p. 36, 107.
  • 10 Cfr F.L. Ganshof, La Belgique carolingienne, Bruxelles, 1958, p. 53-54.
  • 11 « Predecessores enim vestri ecclesias regni sui tantis regalium suorum beneficiis ampliarunt, ut r (...)

9C’est alors que germe dans l’esprit du roi et de certains évêques — le cas de Liège est très caractéristique à cet égard — l’idée de donner aux églises, qui jouissaient déjà de certains privilèges d’immunité, des « droits souverains », la haute justice, des terres immenses — qui seront, à leur tour, immunisées — et même, à partir du règne d’Otton III (983-1002) des comtés entiers avec tous les droits comtaux9. Ce système, remarquable par son originalité, son ingéniosité et, surtout, son efficacité, a permis au roi de garder entre les mains des moyens de puissance très considérables. Car ces richesses énormes, en raison du célibat ecclésiastique, ne risquaient plus d’échapper à l’État par le canal de l’hérédité des hautes charges publiques qui s’était imposée en Lotharingie dès la seconde moitié du ixe siècle10. Comme la désignation des évêques était devenue, dans les faits, une prérogative royale et que les biens des églises étaient assimilés aux biens de la couronne, ce que le roi donnait à la Reichskirche, il se le donnait, en réalité, à lui-même et le dérobait à la voracité des grands de la terre. L’évêque, de son côté, pouvait désormais s’appuyer sur des moyens politiques et économiques imposants pour résister, en cas de besoin, aux offensives d’une aristocratie trop remuante et pour agrandir davantage le patrimoine qui lui était confié par le souverain. Aussi bien, les églises impériales sont-elles devenues un des piliers de la puissance de l’Etat. En 1111, dans le traité de paix qu’il vient de lui arracher par la force, l’empereur Henri V oblige le pape Pascal II à constater : « Vos prédécesseurs ont attribué aux églises de leur royaume des biens et des droits régaliens en si grand nombre qu’il est devenu indispensable d’asseoir ce royaume sur les ressources des abbés et, surtout, des évêques »11.

***

  • 12 Il existe déjà plusieurs travaux de ce type. Par exemple : D. Claude, Geschichte des Erzbistums Ma (...)
  • 13 Köhler, Die Ottonische Reichskirchê, p. 161, 200-204.
  • 14 En février 1793, l’Assemblée liégeoise proclamait la réunion de l’ancien pays de Liège à la Républ (...)
  • 15 Cfr G. H. Dumont, Leopold III, roi des Belges, Bruxelles, 1944, p. 176-177.
  • 16 Depuis 1180 environ, l’évêque de Liège est « princeps imperii » et fait partie du « nouvel ordre d (...)

10Le but de notre travail est très simple : essayer de comprendre la naissance, le développement et l’évolution du système de l’Église impériale à Liège. Nous espérons, par ce moyen, répondre à l’appel récemment lancé par O. Köhler qui souligne l’intérêt qu’il y aurait à écrire sur le sujet un grand nombre de monographies12, qui permettront de mieux faire la part du général et du local, dans la perspective d’une vaste synthèse sur le phénomène curieux, et de portée considérable, que fut l’Eglise ottonienne13. Il ne faut pas perdre de vue, en effet, qu’en dehors du solide appui qu’il apporta, jusqu’à la fin du xiie siècle, au pouvoir royal, le Reichskirchensystem eut des conséquences extrêmement durables. Pour nous en tenir à notre sujet, il suffira de rappeler que la principauté épiscopale de Liège, qui devait sa naissance aux donations d’Otton III, a subsisté jusqu’à la fin du xviiie siècle14. Dans le domaine des survivances, le cas le plus curieux est, assurément, le titre de « prince de Liège » porté de nos jours par Albert de Belgique15, titre qui fait de lui l’« héritier » d’un prince d’Empire ecclésiastique16.

  • 17 J. Lejeune, Liège et son pays. Naissance d’une patrie (xiiie-xive siècles), Liège, 1948.
  • 18 K. Jordan, dans Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, t. i, 9e éd., Stuttgart, 1973, p. 421 (...)
  • 19 Nous avons déjà défendu ce point de vue dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 180, 190-191.
  • 20 G. Kurth, Notger de Liège et la civilisation au xe siècle, 2 vol., Paris-Bruxelles-Liège, 1905.

11Il nous fallait donner des limites chronologiques à notre sujet. En ce qui concerne le terminus ad quem, une date s’imposait : la fin du xiie siècle. Plusieurs raisons nous convièrent à nous arrêter là. Le fait, en premier lieu, que la thèse du regretté Jean Lejeune, consacrée à Liège et son pays, couvre les xiiie et xive siècles17. Par ailleurs, les événements de la dernière décade du xiie siècle marquèrent dans l’histoire de Liège et de l’Empire un véritable tournant. La succession mouvementée de l’évêque Raoul de Zähringen († 1191), — au cours de laquelle Albert de Louvain, élu et consacré contre la volonté impériale, fut assassiné, dans des circonstances fort obscures, par des viri iniqui de Theutonia (1192), — jeta sur les relations privilégiées entre l’évêché et la cour impériale un profond malaise. Quelques années plus tard, la mort prématurée de l’empereur Henri VI († 1197), qui fut tenue pour une véritable catastrophe, plongeait le Reich dans le désordre et l’anarchie18. Le système de l’Eglise impériale liégeoise ne résista pas à ces chocs successifs19. Le terminus a quo nous paraissait plus difficile à préciser. Aucun événement, ou groupe d’événements, ne semblaient assez marquants pour justifier la pose d’une borne. Finalement, ce ne sont pas les faits historiques qui vinrent à notre secours : c’est un historien et son livre. Un très grand livre d’ailleurs, un chef-d’œuvre : le Notger de Liège de Godefroid Kurth20. Il n’était plus possible, après le passage du maître, d’écrire des pages vraiment originales et vraiment neuves sur l’évêque Notger qui occupa le siège de saint Lambert de 972 à 1008 et sous l’épiscopat duquel l’église liégeoise fut réellement intégrée au système ottonien. Dès lors, c’est l’histoire de l’évêché de Liège aux xie et xiie siècles qu’il nous fallait écrire, reliant ainsi, par un travail intermédiaire, le beau livre de G. Kurth à la synthèse de J. Le jeune. Il va sans dire que nous n’avons jamais hésité à scruter les événements antérieurs à l’an Mille, chaque fois que les besoins de l’explication nous le demandaient : au vrai, nous l’avons même fait très souvent.

  • 21 Sur l’art mosan, voir notamment : les contributions de G. Faider-Feytmans, J. Lejeune, S. Collon-G (...)

12Notre intention ne fut pas de brosser un tableau complet du diocèse de Liège durant la période considérée. Nous avons préféré embrasser moins pour pouvoir étudier en profondeur. Certains aspects, comme l’histoire de l’art par exemple, ont été volontairement négligés. Non pas que la très grande importance de l’art mosan aux xie et xiie siècles nous échappe, mais nous n’avons pas la compétence voulue pour apporter du neuf sur ce problème captivant qui n’est d’ailleurs pas indispensable à la compréhension de notre sujet21. Nous avons simplement voulu étudier le système de l’Église impériale dans un cas d’application bien concret — Liège — en nous efforçant de comprendre son fonctionnement et de repérer les hommes qui l’ont soutenu.

***

13Nous croyons avoir vu toutes les sources — imprimées ou inédites — qu’il était possible de voir.

  • 22 J.F. Niermeyer, Onderzoekingen over Luikse en Maastrichtse oorkonden en over de Vita Baldrici epis (...)

14Nous ne nous attarderons pas ici sur les documents diplomatiques — dont les principaux sont évidemment les chartes épiscopales — à propos desquels il existe quelques études critiques22. Dans le corps de l’ouvrage, l’occasion nous sera donnée de nous pencher sur plusieurs de ces documents.

  • 23 S. Balau, Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge. Etude critique, Bruxelles, 1903. – A co (...)

15Par contre, il ne sera pas inutile de donner dès maintenant un rapide aperçu de nos principales sources narratives qui ont fait l’objet d’une étude critique, — déjà ancienne mais en tous points remarquable, — de S. Balau23.

  • 24 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. R. Koepke, M.G.H., SS., t. vii, p. 189-234. – Cfr Bala (...)
  • 25 E. Schoolmeesters, Liste des doyens de l’église Saint-Lambert..., Leodium, t. iv, 1905, p. 98. – S (...)
  • 26 Nous comptons publier prochainement les résultats de nos recherches sur Anselme.

16Il convient de mentionner en premier lieu les Gesta episcoporum Leodiensium dont les bases furent jetées au temps de Notger par l’abbé Hériger de Lobbes († 1007). L’œuvre d’Hériger ne nous est d’aucune utilité. Par contre, la chronique d’Anselme, son continuateur, est une des sources essentielles de l’histoire des évêques des xe et xie siècles24. Il fut admis, jusqu’à présent, que cet Anselme était le doyen de la cathédrale liégeoise qui vivait vers le milieu du xie siècle sous l’épiscopat de Théoduin (1048-1075)25. Des recherches personnelles nous autorisent à rejeter cette identification : l’auteur des Gesta episcoporum Leodiensium — qui s’attachent tout particulièrement à retracer la vie de l’évêque Wazon (1042-1048) — est un chanoine de Saint-Lambert, mort dans le courant de l’année 1056, qui doit être distingué du doyen du même nom26.

  • 27 Cette chronique était terminée en 1251 : Gilles d’orval, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. J. Hel (...)

17Malheureusement, la continuation d’Anselme est loin d’atteindre le même niveau que l’œuvre précédente. Ce fut un moine de l’abbaye cistercienne d’Orval, nommé Gilles, qui se chargea de ce travail vers le milieu du xiiie siècle. Il s’agit d’une vaste compilation qui ne vaut finalement que ce que valent ses sources. Or Gilles d’Orval incorpora dans son énorme mosaïque plusieurs textes que nous ne connaissons que par lui et dont certains — nous insistons sur ce fait — proviennent visiblement des archives de la cathédrale liégeoise27.

  • 28 Cantatorium sive Chronicon Sancti Huberti, éd. K. Hanquet, Bruxelles, 1906. – Cfr K. Hanquet, Etud (...)
  • 29 Gesta abbatum Trudonensium, éd. C. de Borman, 2 vol., Liège, 1877. – Cfr G. Simenon, Les chronique (...)

18L’absence de Gesta episcoporum vraiment dignes de ce nom est compensée, en partie, par des sources monastiques dont la première en date est le Chronicon Sancti Huberti connu généralement sous le nom de Cantatorium. Il s’agit d’une source à tendance « grégorienne », dans laquelle l’épiscopat de l’« impérialiste » Otbert (1091-1119) est largement noirci, mais qui comporte une foule de renseignements de premier ordre. Elle fut probablement rédigée de 1098 à 1106 par le moine de Saint-Hubert Lambert le Jeune28. Contemporaines, pour ainsi dire, de l’œuvre précédente, et plus remarquables encore, sont les Gesta abbatum Trudonensium de l’abbé Raoul de Saint-Trond (1108-1138). Cette chronique dont on peut affirmer, sans hésitation, qu’elle est un chef-d’œuvre de la littérature historique médio-latine, fut écrite en 1114-1115 et poursuivie dans le courant du xiie siècle par deux excellents continuateurs qui tinrent respectivement la plume en 1136-1137 et vers 118029.

  • 30 Ed. W. Wattenbach, M.G.H., SS., t. viii, p. 261-279. – Cfr Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurenti (...)
  • 31 J. van Engen, Rupert von Deutz und das sogenannte Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis. Zur Gesch (...)

19Depuis le remarquable travail de H. Silvestre, on admettait que le Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis était une compilation sans grande valeur rédigée vers le milieu du xiiie siècle30. Une étude toute récente de J. van Engen démontre que cette source s’inspire vraisemblablement d’un Libellus rédigé entre 1095 et 1106 par le moine de Saint-Laurent Rupert, futur abbé de Deutz31.

  • 32 Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, éd. W. Arndt, M.G.H., SS., t. xx, p. 497-511. – Cfr (...)

20Le Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, qui relate la prise du château de Bouillon par l’évêque Albéron II en 1141, est une des sources les plus importantes de l’historiographie liégeoise du xiie siècle. C’est une œuvre anonyme, rédigée dans l’entourage immédiat de l’évêque, peu de temps après les événements. Il n’est pas exclu que son auteur soit le chanoine de Saint-Lambert Nicolas32.

  • 33 Vita Notgeri, éd. G. Kurth, Notger de Liège, t. II, p. 10-15. – Cfr Balau, p. 309-312. – J. Lejeun (...)
  • 34 Vita Balderici, éd. G.H. Pertz, M.G.H., SS., t. iv, p. 724-738. – Cfr J. Stiennon, Etude sur le ch (...)
  • 35 Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici, éd. W. Wattenbach, M.G.H., SS., t. xii, p. 501-508. – Cfr (...)
  • 36 Vita Alberti, éd. J. Heller, M.G.H., SS., t. xxv, p. 135-168. – Cfr Balau, op. cit., p. 394-399. – (...)

21Parmi les biographies consacrées à certains évêques, il convient de surtout retenir, en raison de leur intérêt particulier, la Vita Notgeri que G. Kurth datait de 1060-1096 mais dont on peut seulement dire avec certitude qu’elle est antérieure à 118533 ; la Vita Balderici, qui raconte l’épiscopat de Baldéric II (1008-1018) et qui fut rédigée vers 110034 ; la Vita Friderici dont l’auteur, Nizon de Saint-Laurent, écrivait vers 114035 ; enfin la Vita Alberti qui fut composée vers 1194-119536. Ces deux dernières Vies surpassent de loin, en valeur, les précédentes.

  • 37 Sur les Annales Sancti Jacobi, les Annales Lobienses, les Annales Leodienses-Fossenses, les Annale (...)
  • 38 Lambert le Petit, Annales, éd. L.C Bethmann et J. Alexandre, Liège, 1874, p. 30-48. – Cfr J. Stien (...)
  • 39 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Bethmann et Alexandre, p. 49-146. -Cfr Stiennon, op. cit., p (...)

22Nous avons également fait usage d’un grand nombre de sources annalistiques37 parmi lesquelles il faut monter en épingle l’œuvre de deux moines de l’abbaye de Saint-Jacques à Liège, Lambert le Petit († 1194)38 et Renier († 1230)39.

  • 40 Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. L. Vanderkindere, Bruxelles, 1904. – Cfr F. Vercauter (...)

23Nous terminerons ce coup d’œil, trop rapide, sur les textes narratifs régionaux en notant qu’une des œuvres les plus importantes dont nous nous soyons servi est celle qui fut écrite en 1195-1196 par le chancelier du comte Baudouin V de Hainaut Gislebert de Mons. Tout orienté qu’il soit, le Chronicon Hanoniense s’élève au-dessus des autres sources par l’étendue de son information, par sa grande clarté et par la précision de son langage juridique40.

***

24Ce livre a été présenté comme thèse doctorale à l’Université de Liège. Il a été examiné par un jury dont faisaient partie le Professeur K.F. Werner, Directeur de l’Institut historique allemand de Paris, notre Maître le Professeur F. Vercauteren, le Professeur J. Lejeune, le Professeur J. Stiennon et notre Maître le Professeur A. Joris. Ce travail s’est enrichi de leurs remarques et de leurs suggestions. Ils ont droit à toute notre reconnaissance.

25Notre dette est également très lourde envers le Professeur R. Demoulin, le Professeur E. Hélin, le Professeur J.P. Massaut, de l’Université de Liège, et le Professeur M. Parisse, de l’Université de Nancy, dont la sympathie et les encouragements nous ont été particulièrement précieux. Nous tenons aussi à remercier, chaleureusement, le Professeur F. Dussart, qui a bien voulu relire le paragraphe consacré au cadre géographique, M. P. Gérin, chargé de cours et nos amis F. Bierlaire, chargé de cours associé, et Cl. Thiry, chargé de cours.

26Au moment où nous rédigeons ces lignes, comment ne pas évoquer, sans tristesse, la mémoire de notre Maître le Professeur F. Vercauteren, qui nous a proposé le sujet traité, et celle du Professeur J. Lejeune qui a guidé nos premiers pas dans la carrière scientifique ?

27Enfin, nous ne saurions mettre le point final sans songer à notre compagne : nous ne sommes pas prêt d’oublier l’ampleur des sacrifices qu’elle a consentis.

28Limbourg, le 7 septembre 1979.

Notes

1 La bibliographie du sujet est énorme. Retenons surtout : A. Hauck, Kirchengeschichte Deutschlands, t. iii, 3e-4e éd., 1906 (ancien mais remarquable). – F. Lotter, Die Vita Brunonis des Ruotger..., Bonn, 1958. – Th. Schieffer, Ottonische Kirchenpolitik, L.Th.K., t. vii, 1962, col. 1312-1313.- J. Fleckenstein, Die Hofkapelle der deutschen Könige..., t. ii, Stuttgart, 1966 et Zum Begriff der ottonisch-salischen Reichskirche, dans Festschrift f. Cl. Bauer, 1974, p. 61-71 (fondamental). – F. Prinz, Klerus und Krieg im früheren Mittelalter, Stuttgart, 1971. – L. Auer, Der Kriegsdienst des Klerus unter den sächsischen Kaisern, M.I.O.G., t. lxxix, 1971, p. 316-407, t. lxxx, 1972, p. 48-70 (travail aux vues très larges). – H. Lippelt, Thietmar von Merseburg..., Cologne-Vienne, 1973.-L’étude de base est le livre de L. Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensystems, 2e éd., Graz-Vienne-Cologne, 1964. – La problématique de la question a été dégagée par O. Köhler, Die Ottonische Reichskirche..., Adel und Kirche. Festschrift G. Tellenbach, 1968, p. 141-204. – Voir également: K. Reindel et Th. Schieffer, dans Handbuch der Europäischen Geschichte, t. I, Stuttgart, 1976, p. 689, 1042-1043. – H. Beumann, Reformpäpste als Reichsbischöfe in der Zeit Heinrichs III., Festschrift Fr. Hausmann, 1977, p. 21-37.

2 Fleckenstein, Zum Begriff der ottonisch-salischen Reichskirche.

3 Cfr E.F. Otto, Die Entwicklung der deutschen Kirchenvogtei, Berlin-Grunewald, 1933, p. 155-160. – Th. Mayer, Fürsten und Staat..., Weimar, 1950, p. 219-221.

4 « res predicte ecclesie et illi subditarum sub tuitionis atque immunitatis nostre defensione » M.G.H., DD., Heinrich II., n° 115, p. 142 (1006). – M.G.H., DD., Heinrich IV., n°234, p. 296 (1070).

5 Santifaller, Zur Geschichte des ottonisch-salischen Reichskirchensystems, sur lequel nous nous appuyons en grande partie dans les lignes qui vont suivre.

6 Voir, par exemple : R. Folz, L’Idée d’Empire en Occident du ve au xive siècle, Paris, 1953.- H. Sproemberg, La naissance d’un Etat allemand au moyen âge, M. A., t. lxiv, 1958, p. 213-248 et Contribution à l’histoire de l’idée d’Empire au moyen âge, R.B.P.H.,t. xxxix, 1961, p.309-333. -J.F. Noël, Le Saint-Empire, Paris, 1976. – R. Staats, Theologie der Reichskrone..., Stuttgart, 1976.

7 Cette conception se modifiera sous l’impulsion de Frédéric Ier Barberousse (1152-1190), notamment, qui tentera de renforcer son pouvoir en s’appuyant sur des principes de droit romain, donc séculiers : W. Ullmann, Von Canossa nach Pavia..., Historisches Jahrbuch, t. xcii, 1973, p. 265-300.

8 Cfr E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate 919-1024, Lincoln, 1932.

9 Santifaller, op. cit., p. 36, 107.

10 Cfr F.L. Ganshof, La Belgique carolingienne, Bruxelles, 1958, p. 53-54.

11 « Predecessores enim vestri ecclesias regni sui tantis regalium suorum beneficiis ampliarunt, ut regnum ipsum episcoporum maxime vel abbatum presidiis oporteat communiri » Constitutiones, t. i, n° 96, p. 145.

12 Il existe déjà plusieurs travaux de ce type. Par exemple : D. Claude, Geschichte des Erzbistums Magdeburg bis in das 12. Jahrhundert, 2 vol., Cologne-Vienne, 1972-1975. – K. Bugomil, Das Bistum Halberstadt im 12. Jahrhundert, Cologne-Vienne, 1972. – Lippelt, Thietmar von Merseburg. – U. R. Weiss, Die Konstanzer Bischöfe im 12. Jahrhundert, Sigmaringen, 1975. – Nous avons nous-même publié une étude sut Raoul de Zähringen, évêque de Liège. 1167-1191, Bruxelles, 1974.

13 Köhler, Die Ottonische Reichskirchê, p. 161, 200-204.

14 En février 1793, l’Assemblée liégeoise proclamait la réunion de l’ancien pays de Liège à la République française ; cette décision sera appliquée le 1er octobre 1795 : J. Lejeune, La principauté de Liège, 2e éd., Liège, s.d., p. 188-189. – P. Harsin, La Révolution liégeoise de 1789, Bruxelles, 1954, p. 162-167, 178.

15 Cfr G. H. Dumont, Leopold III, roi des Belges, Bruxelles, 1944, p. 176-177.

16 Depuis 1180 environ, l’évêque de Liège est « princeps imperii » et fait partie du « nouvel ordre des princes d’Empire » (Jüngere Reichsfürstenstand) : Kupper, Raoul de Zähringen, p. 109 et n. 37.

17 J. Lejeune, Liège et son pays. Naissance d’une patrie (xiiie-xive siècles), Liège, 1948.

18 K. Jordan, dans Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, t. i, 9e éd., Stuttgart, 1973, p. 421-422.

19 Nous avons déjà défendu ce point de vue dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 180, 190-191.

20 G. Kurth, Notger de Liège et la civilisation au xe siècle, 2 vol., Paris-Bruxelles-Liège, 1905.

21 Sur l’art mosan, voir notamment : les contributions de G. Faider-Feytmans, J. Lejeune, S. Collon-Gevaert et J. Stiennon dans Art mosan aux xie et xiie siècles, Bruxelles, 1961. – F. Rousseau, L’Art mosan. Introduction historique, Gembloux, 1970. – J.J.M. Timmers, De Kunst van het Maasland, Assen, 1971. – Le catalogue de l’exposition Rhin-Meuse. Art et Civilisation 800-1400, Cologne-Bruxelles, 1972. – Les contributions de J. Stiennon, J. Lafontaine-Dosogne, Ph. Verdier, S. Brigode, R. Didier et J. Philippe, dans La Wallonie, le pays et les hommes. Lettres – Arts – Culture, t. i, Bruxelles, 1977, p. 231-304 (avec bibl.). – L.F. Génicot, Les églises mosanes du xie siècle, t. i, Louvain, 1972.

22 J.F. Niermeyer, Onderzoekingen over Luikse en Maastrichtse oorkonden en over de Vita Baldrici episcopi Leodiensis, Gronigue-Batavia, 1935. – J. Stiennon, Etude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques de Liège (1015-1209), Paris, 1951 et L’écriture diplomatique dans le diocèse de Liège du xie au milieu du xiiie siècle. Reflet d’une civilisation, Paris, 1960. – F. Grandgagnage, Étude critique des actes d’Otbert, prince-évêque de Liège, mém. de lic. dactyl., Liège, 1959-1960. – Ch. Dereine, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, 1952. – P. Bonenfant, Les chartes de Réginard, évêque de Liège pour l’abbaye de Saint-Laurent. Etude critique, B.C.R.H., t. cv, 1940, p. 306-366. – G. Despy, Les chartes de l’abbaye de Waulsort. Etude diplomatique et édition critique, t. i, Bruxelles, 1957.

23 S. Balau, Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge. Etude critique, Bruxelles, 1903. – A compléter par W. Wattenbach, R. Holtzmann et F.J. Schmale, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Die Zeit der Sachsen und Salier, 3 vol., Cologne-Graz-Vienne, 1967-1971.

24 Anselme, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. R. Koepke, M.G.H., SS., t. vii, p. 189-234. – Cfr Balau, op. cit., p. 131-132, 162-172. – H. Sproemberg, Die Bischöfe von Lüttich im elften Jahrhundert, Berlin, 1914, p. 14-53. – R. Huysmans, Wazo van Luik in den ideeënstrijd zijner dagen, Nimègue-Utrecht, 1932, p. 3-36. – E. Hoerschelmann, Bischof Wazo von Lüttich..., Düsseldorf, 1955, p. 6-14.

25 E. Schoolmeesters, Liste des doyens de l’église Saint-Lambert..., Leodium, t. iv, 1905, p. 98. – Sproemberg, op. cit., p. 36 et n. 110.

26 Nous comptons publier prochainement les résultats de nos recherches sur Anselme.

27 Cette chronique était terminée en 1251 : Gilles d’orval, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. J. Heller, M.G.H., SS., t. xxv, p. 1-129. – Cfr Balau, op. cit., p. 451-461. – H. Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis..., Louvain, 1952, p. 330-334.

28 Cantatorium sive Chronicon Sancti Huberti, éd. K. Hanquet, Bruxelles, 1906. – Cfr K. Hanquet, Etude critique sur la Chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium, Bruxelles, 1900. – A. Cauchie, La Chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium..., B.C.R.H., t. lxx, 1901, p. 61-144 et la réponse de K. Hanquet, ibid., p. 477-516. -Chronique de Saint-Hubert. Concordance. Index verborum. Relevés statistiques, publ. par P. Tombeur, Louvain, 1974. – A. Despy-Meyer et P.P. Dupont, dans Monasticon belge, t. v, 1975, p. 12-13.

29 Gesta abbatum Trudonensium, éd. C. de Borman, 2 vol., Liège, 1877. – Cfr G. Simenon, Les chroniqueurs de l’abbaye de Saint-Trond, dans Mélanges G. Kurth, t. i, 1908, p. 61-71. – J.G. Préaux, Rodulfe de Saint-Trond et les principes de la critique historique, Latomus, t. v, 1946, p. 141-153. – A. Joris, Le plus ancien verdict de la Paix de Liège..., Hommage au Prof. p. Bonenfant, 1965, p. 39-40. – P. Tombeur, Raoul de Saint-Trond. Gesta abbatum Trudonensium I-VII. Index verborum. Relevés statistiques, La Haye, 1965, Raoul de Saint-Trond. Epistulae. Index verborum. Relevés statistiques, La Haye, 1966, Raoul de Saint-Trond. Gesta abbatum Trudonensium. Livre IX. Index verborum. Relevés statistiques, Hildesheim, 1969, Notes sur le texte de Raoul de Saint-Trond, Archivum lat. medii aevi, t. xxxii, 1962, p. 95-115 et Un nouveau nom de la littérature médiolatine : Gislebert de Saint-Trond, Cahiers de Civilisation médiévale, t. x, 1967, p. 435-446.

30 Ed. W. Wattenbach, M.G.H., SS., t. viii, p. 261-279. – Cfr Silvestre, Le Chronicon Sancti Laurentii dit de Rupert de Deutz : cet auteur pense que la compilation du xiiie s. comprend les ch. 1 à 36 ; les ch. 37 à 50 forment, selon lui, le début de l’œuvre du moine de Saint-Laurent Adrien d’Oudenbosch († 1482).

31 J. van Engen, Rupert von Deutz und das sogenannte Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis. Zur Geschichte des Investiturstreites in Lüttich, D.A., t. xxxv, 1979, p. 33-81.

32 Triumphus sancti Lamberti de castro Bullonio, éd. W. Arndt, M.G.H., SS., t. xx, p. 497-511. – Cfr Balau, p. 324. – K. Hanquet, « Triumphus » et « Triumphale ». Deux œuvres de Renier de Saint-Laurent, dans Mélanges d’histoire offerts à H. Pirenne, t. I, 1926, p. 181-188, dont l’hypothèse est insoutenable. Le Triumphus fait actuellement l’objet d’une étude approfondie dans le séminaire de critique historique de M. le Professeur A. Joris. Nous avons utilisé certaines conclusions du cours. – Le Triumphus inspira le chroniqueur Renier de Saint-Laurent (ca 1188) dans la rédaction de son Triumphale Bulonicum, éd. W. Arndt, M.G.H., SS., t. xx, p. 583-592. Sur cet auteur que nous rencontrerons assez souvent, voir H. Silvestre, Notice sommaire sur Renier de Saint-Laurent, M.A., t. lxxi, 1965, p. 5-16.

33 Vita Notgeri, éd. G. Kurth, Notger de Liège, t. II, p. 10-15. – Cfr Balau, p. 309-312. – J. Lejeune, A propos de l’art mosan et des ivoires liégeois. Anciens pays et Assemblées d’États, t. viii, 1955, p. 108 et n. 63. – H. Silvestre , Apropos de l’épitaphe de l’évêque de Liège Durand, R.B.P.H., t. xli, 1963, p. 1137 n. 1.

34 Vita Balderici, éd. G.H. Pertz, M.G.H., SS., t. iv, p. 724-738. – Cfr J. Stiennon, Etude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques de Liège, Paris, 1951, p. 184-191. – Ch. Lays, Etude critique sur la Vita Balderici, Liège, 1948. – Voir les comptes rendus de ce livre par Ch. Dereine, Scriptorium, t. iii, 1949, p. 137-139, A.CF. Koch, Bijdragen voor de geschiedenis der Nederlanden, t. v, 1950, p. 147-150, H. Silvestre, R.H.E., t. xliv, 1949, p. 629-632 et J. Stiennon, M.A., t. liv, 1948, p. 368-372.

35 Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici, éd. W. Wattenbach, M.G.H., SS., t. xii, p. 501-508. – Cfr Balau, op. cit., p. 349-350. – E. de Moreau, Les derniers temps de la Querelle des investitures, B.C.R.H., t. c, 1936, p. 322-324, 348.

36 Vita Alberti, éd. J. Heller, M.G.H., SS., t. xxv, p. 135-168. – Cfr Balau, op. cit., p. 394-399. – C. Darimont, Etude critique du Vita Alberti, B.S.A.H.D.L., t. xxiii, 1931, p. 1-29. – E. de Moreau, Albert de Louvain, Bruxelles, 1945, p. 10-15.

37 Sur les Annales Sancti Jacobi, les Annales Lobienses, les Annales Leodienses-Fossenses, les Annales Laubienses et les Annales Floreffienses, voir la récente mise au point critique de A.C. Fraeys de Veubeke, Les Annales Sancti lacobi minores seraient-elles originaires de Gembloux? Hommages à A. Boutemy, 1976, p. 117-128.

38 Lambert le Petit, Annales, éd. L.C Bethmann et J. Alexandre, Liège, 1874, p. 30-48. – Cfr J. Stiennon, Saint-Jacques, p. 176.

39 Renier de Saint-Jacques, Annales, éd. Bethmann et Alexandre, p. 49-146. -Cfr Stiennon, op. cit., p. 179-180.

40 Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. L. Vanderkindere, Bruxelles, 1904. – Cfr F. Vercauteren, Gislebert de Mons, auteur des épitaphes des comtes de Hainaut Baudouin IV et Baudouin V, B.C.R.H., t. cxxv, 1959, p. 379-403. – W. Prevenier, Du style de Noël au style de Pâques dans la chancellerie des comtes de Hainaut et dans le « Chronicon Hanoniense » de Gislebert de Mons, Miscellanea J.F. Niermeyer, 1967, p. 2 4 5 – 2 5 5. – G. Wymans, « Per manum Gilleberti », Scriptorium, t. xxxiii, 1979, p. 17-24.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540