Version classiqueVersion mobile

L’Aphrodite grecque

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

Troisième partie. Les données des cultes : un essai de synthèse

Chapitre I. Les types de sanctuaires et leur contexte matériel

Texte intégral

1. Architecture

1Dans les régions parcourues à la suite de Pausanias, Aphrodite ne semble pas avoir été honorée dans des temples dont le caractère monumental aurait pu rivaliser avec les grands « classiques » de l’architecture religieuse grecque. Le Périégète évoque le plus souvent l’ἱερόν de la déesse, ce qui, sans autre précision, laisse penser que l’édifice consacré ne méritait pas de mention particulière ou que le sanctuaire ne possédait pas de temple, mais simplement un autel et une statue. Quand il mentionne explicitement un ναός, il ne le qualifie qu’exceptionnellement. Seuls le temple à deux étages de Sparte et le temple double qu’Aphrodite partage avec Arès dans l’arrière-pays d’Argos ont reçu une description moins sommaire, compte tenu de leurs particularités.

  • 1 Le temple d’Ourania sur l’agora d’Athènes, celui de la passe de Daphni et de Rhamnonte en Attique, (...)

2Dans les cas où des fouilles ont mis au jour la structure d’un temple d’Aphrodite, les dimensions de l’édifice sont généralement modestes1, sans prétention.

2. Topographie2

  • 2 Beaucoup de notations lapidaires d’un culte ne permettent pas d’apprécier le cadre exact dans lequ (...)
  • 3 Cf. supra, p. 74-75.
  • 4 Cf. supra, p. 76-78.

3Des cadres simplement naturels, sans construction, convenaient aussi au culte de la déesse, mais le caractère plus humble de ces sanctuaires n’a sans doute guère suscité la curiosité des voyageurs. Pausanias rapporte seulement l’existence d’une grotte affectée au culte d’Aphrodite à Naupacte, tandis que Strabon localise à l’embouchure de l’Alphée, dans un paysage champêtre, humide et fleuri, des Aphrodisia qu’il ne situe ni ne décrit plus précisément. Peut-être des dédicaces isolées, sans aucun contexte architectural, proviennent-elles de ce type de lieux de culte, nés d’une dévotion populaire dont seuls des lambeaux d’information conservent le souvenir. Par exemple en Attique, le sanctuaire de l’Hymette où des femmes, autour d’une fontaine aux vertus miraculeuses, priaient la déesse de les rendre fécondes3 participait d’une telle démarche religieuse. Il est probable que c’était également le cas de l’Aphrodite du cap Colias, honorée en compagnie des Génétyllides, au nom tellement évocateur4.

  • 5 Au Pirée, au cap Colias, dans les deux ports de Corinthe, à Hermione, Lerne et Téménios en Argolid (...)
  • 6 Au bord de l’Ilissos et au flanc de l’Acropole à Athènes, sur l’Hymette et à Alopéké en Attique, à (...)
  • 7 À ces divers cas envisagés dans la première partie, il faut ajouter un « jardin sacré » que posséd (...)

4Il n’existe guère de traits topographiques suffisamment récurrents pour permettre de reconstituer un lieu de culte « type », à l’exception cependant du bord de mer. En effet, sur la petite centaine d’endroits envisagés, une vingtaine se situent directement sur le rivage, ou à une proximité qui maintient, entre la déesse et la mer5, un lien dont la signification sera envisagée plus loin. Quant aux jardins d’Aphrodite, le culte s’y inscrit à plusieurs reprises6, en ne considérant que les renseignements topographiques clairs et en concevant le « jardin » comme un ensemble végétal relativement apprivoisé, et non en tant que lieu de verdure en général7.

  • 8 En ce compris les dèmes, considérés comme des entités urbaines.
  • 9 À Mégare, à Corinthe, à Épidaure, à Sparte, à Cythère, à Thèbes, à Amathonte.
  • 10 À Athènes, à Trézène, à Orchomène.
  • 11 À Sicyone ( ?), à Trézène, à Sparte (deux cultes), à Bassai en Arcadie.
  • 12 À Athènes, à Mégare, à Argos, à Sparte, à Élis, à Patras, à Mégalopolis, à Tégée.
  • 13 L’Aphrodite « murmurant » à Athènes, l’Ourania d’Argos, l’Aphrodite de Boura, l’Ourania d’Aigira, (...)
  • 14 À Corinthe, dans le quartier des potiers.
  • 15 À Corinthe, dans le Craneion, à Patras. – Sur l’alsos tel que le conçoit Pausanias, cf. Chr. Jacob(...)
  • 16 À Athènes, le mnêma d’Hippolyte, à Corinthe, dans le Craneion où se trouve le tombeau de Laïs, à D (...)

5Au cœur des cités8, Aphrodite peut se rencontrer au sommet de l’acropole9 ou sur ses flancs10, sur d’autres collines que l’acropole proprement dite11, sur l’agora ou à proximité de bâtiments publics12. Certains cultes sont manifestement situés dans la cité, mais sans qu’il soit possible d’en préciser l’endroit exact13. On peut également rencontrer la déesse à la limite de la cité, non loin des remparts14, ou dans un ἄλσος15. La proximité des morts n’est pas incompatible avec le culte, puisque des tombes en constituent parfois le voisinage immédiat16.

  • 17 Sur le territoire d’Argos, près du fleuve Canachos ; sur celui de Trézène, dans le vaste complexe (...)

6Les sanctuaires extra-urbains de la déesse sont assez fréquents17, et bon nombre d’entre eux, comme nous l’avons déjà constaté, ont sans doute sombré dans l’oubli vu leur caractère modeste.

  • 18 C. Carapanos, Dodone et ses ruines, Paris, 1878, p. 47, n° 19, pl. XXVI, 1 : il s’agit d’une petit (...)
  • 19 Cf. infra, p. 395-398.

7La déesse reçoit également des cultes dans les grands sanctuaires panhelléniques : Épidaure, Delphes, Olympie, Dodone18, Délos19.

3. Statues

  • 20 A. Delivorrias, art. Aphrodite, in LIMC, II (1984), p. 1-176.

8L’iconographie monumentale de la déesse ne nous intéresse pas comme telle, mais seulement en tant que statuaire cultuelle, et l’article Aphrodite du Lexicon iconographicum Mythologiae classicae fournit un instrument commode, auquel il est désormais possible de renvoyer20.

  • 21 Ibid., n° 391-408.
  • 22 Cf. supra, p. 73, 80.
  • 23 Florence D. Bennett, Primitive Wooden Statues which Pausanias Saw in Greece, in CW, 10 (1916-1917) (...)

9Aphrodite constituait une référence divine pour la beauté des humains et fut un sujet très prisé des artistes. L’époque classique a vu fleurir sous le ciseau de maîtres éminents des représentations de la déesse, dont la plus célèbre est incontestablement l’œuvre que Praxitèle réalisa pour le sanctuaire de l’Euploia à Cnide21. En Grèce continentale, Canachos, Phidias, Calamis, Alcamène, Scopas, Praxitèle ont chacun créé un ou plusieurs chefs-d’ œuvre incarnant la déesse dans un de ses sanctuaires et la typologie que l’école des maîtres-sculpteurs de l’Acropole d’Athènes créa dans la deuxième moitié du ve siècle avant J.-C. est remarquable22. Néanmoins ces créations d’un art soucieux de perfection ne se substituaient pas nécessairement aux antiques images aux vertus divines ; elles s’ajoutaient souvent aux xoana, les vénérables statues de bois. Une étude des occurrences du mot ξόανον dans la Périégèse de Pausanias a montré qu’après Apollon, c’est dans le culte d’Aphrodite qu’il apparaissait le plus fréquemment, avant Artémis et Athéna23. À Argos, dans le sanctuaire d’Apollon Lykios, le xoanon d’Aphrodite était censé être une offrande d’Hypermnestre, une des Danaïdes, tandis que Polynice était considéré comme le dédicant des xoana d’Aphrodite et d’Arès abrités dans un temple double sur le territoire de la cité. À Sparte, la déesse ne possédait pas moins de trois xoana, dont un était censé remonter à Tyndare et un autre, représentant la déesse armée, n’était pas sans évoquer celui de l’Ourania de Cythère. En Achaïe, sur le rivage de Patras, un xoanon d’Aphrodite regardait la mer, tandis que Thèbes possédait trois xoana sculptés hors des proues des navires de Cadmos et dédiés par Harmonie. À Mégare, dans le sanctuaire d’Aphrodite Praxis, Pausanias n’utilise pas explicitement le mot ξόανον, vraisemblablement parce que la statue d’Aphrodite était en ivoire, mais il déclare qu’elle est le plus ancien objet du temple. Il souligne ainsi la grande antiquité de la statue par rapport aux chefs-d’œuvre de l’art classique venus illustrer le cortège de la déesse : Peitho, Parégoros, Éros, Pothos, Himeros.

10Il est malheureusement difficile de déduire de ces témoignages du iie siècle de notre ère une datation quelque peu assurée. En accordant une confiance aveugle à Pausanias dans l’attribution qu’il fait du nom de xoanon à une statue et en oubliant que de nombreuses statues anciennes en bois, et donc susceptibles d’être désignées du nom de xoanon, avaient disparu à l’époque romaine, le schéma qui se dégage du panorama présenté ci-dessus accorderait à Sparte et à sa voisine Cythère une ancienneté que ne leur disputeraient que Thèbes, Argos et, à titre moindre puisqu’on ne leur connaît aucune tradition légendaire, Patras et Mégare. Ce serait, dans l’absolu, inacceptable puisqu’on ne dispose plus que d’un échantillonage dont il est impossible d’estimer la représentativité. Néamoins, ce panorama peut se révéler fort instructif quand il s’agit d’évaluer l’ancienneté que les Anciens accordaient à leurs cultes. L’antiquité de la statue de Cythère a sans doute beaucoup contribué à la tradition qui faisait du culte une fondation des Phéniciens, et un même constat peut s’appliquer au cas de Thèbes et des statues dédiées par Harmonie.

  • 24 Paus., IX, 40, 3-4. Cf. Ph. Bruneau, op. cit. (n. 1), p. 21.

11Le cas du culte officiel de la déesse à Délos n’est pas moins éloquent. La statue était, au dire de Pausanias, une œuvre de petite taille due à l’art de Dédale. Il s’agissait d’un xoanon dont les jambes se confondaient en un pilier hermaïque, et dont la main droite était abîmée ; Ariane l’aurait donné à Thésée qui l’aurait consacré à Apollon dans l’île de Délos à son retour de Crète24.

12Gageons que si Pausanias s’était rendu à Athmonia en Attique, dans le sanctuaire d’Aphrodite Ourania fondé par Porphyrion, c’est un xoanon qu’il aurait décrit comme statue de culte, et non une statue « moderne » à l’instar de celle réalisée par Phidias pour le sanctuaire de l’agora d’Athènes. Le contexte matériel des sanctuaires a sans doute grandement contribué à l’attribution de mythes de fondation soulignant l’antiquité des cultes auxquels ils servaient de référence.

4. Offrandes25

  • 25 La question des offrandes votives dans les sanctuaires est encore largement tributaire du vieil ou (...)

13La question des offrandes à la déesse est abordée dans ce chapitre qui traite du contexte matériel des sanctuaires, car de nombreux ex-voto et toutes sortes de dons propitiatoires venaient s’accumuler dans les temples dont ils devenaient un élément constitutif. Les offrandes périssables, comme les aliments, seront envisagées en même temps que les différents rites sacrificiels.

4. 1. Les documents archéologiques

  • 26 Par ex, un passage d’Athénée fait référence à une statuette d’Aphrodite achetée par un marchand de (...)

14Hormis dans le cas d’offrandes exceptionnelles comme les trophées militaires ou de consécrations liées à des événements notoires et à des personnages importants, un visiteur comme Pausanias ne prenait pas la peine de décrire les ex-voto des temples. Seuls les dépôts dégagés par les fouilles permettent de prendre connaissance des traces souvent modestes d’une action de grâce ou d’un vœu, sous la forme de petits objets abandonnés dans les sanctuaires. Dans les cultes d’Aphrodite étudiés, les sanctuaires fouillés permettent de se faire une idée des types de consécrations réservées à la déesse, encore qu’il ne faille pas attendre à chaque fois une adéquation parfaite entre un type d’offrande et une divinité particulière. En matière de figurines en terre cuite, notamment, les types iconographiques étaient suffisamment vagues, le plus souvent, pour pouvoir s’adapter à n’importe quel culte. Seuls les sanctuaires importants connaissaient une production spécifique diffusée par un commerce attaché au culte local26.

  • 27 Le problème a été bien posé par Gisela MA. Richter, Korai. Archaic Greek Maidens, London, 1968, p. (...)
  • 28 Cf. supra, p. 29.
  • 29 Cf. supra, p. l6l.
  • 30 Cf. supra, p. 139. Cf. Β. Alroth, op. cit. (n. 18), p. 79.
  • 31 Cf. supra, p. 31.
  • 32 Cf. supra, p. 161.

15Une question délicate est celle de l’identité des figurines féminines en relation avec un sanctuaire : s’agit-il d’une représentation de la divinité, d’une desservante ou d’une fidèle27 ? Dans certains cas, la réponse est simple. Par exemple, on a retrouvé sur l’agora d’Athènes des plaques en terre cuite représentant une femme chevauchant un caprin, de même qu’un superbe médaillon en argent où l’échelle et les symboles célestes évoquent Aphrodite Ourania : il est évident, dans ces cas précis, que la femme représentée est la déesse elle-même, dont l’image, peut-être en référence à une peinture monumentale aujourd’hui perdue ou à un relief, était consacrée dans son sanctuaire28. Si une figurine représente manifestement une porteuse d’offrandes, comme à Argos, il est vraisemblable que l’ex-voto est censé inscrire dans la durée le geste posé un jour par une fidèle de la déesse29 ; mais une statuette féminine portant une couronne (polos) et tenant une fleur ou un fruit contre son corps ou dans la main tendue peut tout autant représenter une statue de culte en réduction, surtout lorsque la femme, de surcroît, est assise sur un trône30. De même, on a retrouvé, à Athènes31, à Argos32, des figurines qui portent un oiseau le plus souvent identifié comme une colombe, et qui peuvent aussi bien figurer la déesse elle-même que des fidèles.

  • 33 IG, II2, 1429, 1. 20 ; 1437, 1. 66 ; 1444, 1. 18 ; 1454, 1. 5.
  • 34 IG, II2, 1444, 1. 18 : [Ἀ]φροδίτης ὑδρία ἀργυρἃ. – L’attribution de l’inventaire athénien SEG, XXX (...)
  • 35 Cf. supra, p. 99-100.
  • 36 Cf. supra, p. l6l.
  • 37 C’est le cas pour l’Aphrodision de l’agora d’Argos et la chapelle corinthienne, dont on vient de p (...)

16Des pièces de vaisselle étaient également consacrées à la déesse : plusieurs inventaires athéniens du milieu du ive siècle avant J.-C. mentionnent des « hydries d’Aphrodite »33, dont certaines sont en argent34 ; des récipients grandeur nature (162) et miniatures (215) ont été mis au jour dans un dépôt lié à une chapelle corinthienne dédiée à Aphrodite35, et des pièces destinées à accueillir des onguents ont été retrouvées à Argos36. De la céramique portant la dédicace du fidèle était également dédiée à la déesse, ce qui a permis d’identifier certains sanctuaires37.

  • 38 Cf. supra, p. 109.
  • 39 Cf. supra, p. 154-155.

17Des reliefs votifs, des peintures ou des statues doivent à maintes reprises avoir accompagné des dédicaces dont on n’a conservé que l’inscription. Un exemple qui a retenu assez longtemps notre attention est la consécration de l’image des femmes et des courtisanes corinthiennes qui avaient supplié la déesse d’accorder le salut et la victoire aux combattants grecs de Salamine38. Un cas similaire s’observe à Argos où le relief représentant la poétesse Télésilla s’apprêtant à coiffer un casque était vraisemblablement un ex-voto, même si Pausanias ne mentionne aucune dédicace39.

  • 40 Cf. supra, p. 32-33.
  • 41 Cf. supra, p. 89-90.
  • 42 Timanthis d’Argos, cf. supra, p. 163.
  • 43 Pour l’Aphrodite Pandémos athénienne, cf. supra, p. 29, n. 71.
  • 44 À Amantia, en Épire : Ἀφροδίται Πανδάμοι Ἀριστὼ Ἀλεξάνδρου ὑπὲρ έαυτᾶς καὶ τέκνων εὐχάν (ier s. av (...)

18Des fidèles suffisamment aisés consacraient de véritables chefs-d’œuvre, comme la statue réalisée par Calamis dédiée par Callias dans un sanctuaire d’Aphrodite à Athènes40. Certaines municipalités ont également contribué à honorer la déesse de cette manière : ainsi la cité de Mégare a-t-elle consacré à Aphrodite Praxis les statues des abstractions divinisées de son entourage41. D’autres cas moins spectaculaires rappellent la consécration de la statue de la prêtresse par son père42 ou celle d’une image de la déesse par un fidèle soucieux de sa prospérité43, ou encore celle d’un relief par une mère désirant attirer sur elle et ses enfants la bienveillance divine44.

  • 45 Cf. supra, p. 31.
  • 46 Cf. supra, p. 266.
  • 47 Cf. supra, p. 39.
  • 48 Cf. supra, p. 79.
  • 49 Cf. supra, p. 173. – À Phoinikè, en Épire, on a retrouvé une dédicace à Aphrodite par une certaine (...)
  • 50 IG, XIV, 295 (Sicile) ; IK, 28, n° 222-223 (Iasos de Carie).

19Des offrandes contribuaient également à l’aménagement matériel du sanctuaire accueillant le culte : l’architrave du petit temple d’Aphrodite Pandemos à Athènes a été dédié par la prêtresse et des membres de sa famille45, l’enceinte « bien construite » d’un des sanctuaires d’Aphrodite à Mégalopolis a été consacrée par sa prêtresse, de même que des bâtiments de réunion46. Des autels faisaient également partie des offrandes : un autel majestueux a été offert par les bouleutes athéniens à Aphrodite « Conductrice du Peuple » et aux Grâces47 ; à Plotheia (Attique)48, à Épidaure49, ce sont des autels plus modestes qui concrétisaient la dévotion de particuliers. Des tables à offrandes pouvaient également s’accompagner d’une dédicace50.

  • 51 Cf. Liliane Bodson, L’offrande aux divinités grecques de l’effigie des animaux, in Animal et prati (...)
  • 52 Cf. supra, p. l6l.

20La question des offrandes est intimement liée à celle des attributs de la déesse. En effet, c’est souvent en considérant la fréquence d’une offrande dans un culte qu’on lui confère la qualité d’attribut de la divinité ainsi honorée. Mais, dans ce domaine aussi, il est particulièrement ardu de distinguer ce qui est propre à une personnalité divine de ce qui fait partie de catégories interchangeables d’une divinité à l’autre. Cette question se pose notamment à propos des animaux51. On a mentionné des représentations animales parmi les dépôts votifs en relation avec des sanctuaires d’Aphrodite52 ; mais, hormis la colombe – ou plutôt un volatile que l’on baptise ainsi –, aucun animal ne semble davantage lié à Aphrodite qu’à toute autre divinité féminine, si ce n’est peut-être les caprins qui lui servent de montures dans l’iconographie.

  • 53 Cf. Ph. Bruneau, op. cit. (n. 1), p. 336.
  • 54 ID, 1417, A, col. II, l. 1-21 ; ID, 1443, B, col. II, l. 92-103.

21Les inventaires des sanctuaires de la déesse à Délos offrent des renseignements très riche sur le contenu des temples53 : des boucles d’oreilles offertes par la prêtresse et portées par la statue d’Aphrodite, un thymatérion en bronze, huit statues d’Aphrodite, deux tableaux votifs, un miroir de bronze, des pinakes, des vêtements, une statue d’Éros, des statues de dédicants54.

22Les offrandes destinées à Aphrodite intégraient également bon nombre d’objets périssables qui n’ont pas matériellement traversé les siècles, mais dont le souvenir a été conservé par la littérature. L’Anthologie palatine pallie avec bonheur l’absence de vestiges concrets et permet de définir des catégories de dédicaces très significatives pour l’étude des divers aspects des cultes.

4.2. Les dédicaces de l’Anthologie palatine

23Bon nombre de ces pièces poétiques sont des créations littéraires qui ne reflètent pas directement une dédicace réelle. Néanmoins, le souci de la vraisemblance donne un tel poids de réalisme à leur témoignage que l’on peut sans trop de risques considérer qu’il s’agit de la transposition livresque et idéalisée de démarches religieuses réelles.

  • 55 Anth. Pal, VI, 340, 586.
  • 56 Anth. Pal., VI, 208, 209 ; IX, 601, 605.
  • 57 Anth. Pal., VI, 211.
  • 58 Anth. Pal., VI, 162.
  • 59 Anth. Pal., VI, 248.
  • 60 Anth. Pal., VI, 18 : un disque de jeune fille.
  • 61 Anth. Pal., V, 199 ; VI, 206, 207, 210.
  • 62 Anth. Pal., V, 159 ; VI, 210. Cf. aussi Théocrite, Idylles, XXVII, 55-56.
  • 63 Anth. Pal., V, 199 ; VI, 211.
  • 64 Anth. Pal., VI, 206, 207.
  • 65 Anth. Pal., VI, 211.
  • 66 Anth. Pal., VI, 206, 207 ; VI, 275.
  • 67 Anth. Pal., VI, 211.
  • 68 Anth. Pal., VI, 206, 207, 290.
  • 69 Anth. Pal., VI, 1, 18-20, 210.
  • 70 Anth. Pal., V, 205 ; VI, 206, 207.
  • 71 Anth. Pal., V, 201.
  • 72 Anth. Pal., VI, 210, 211.

24On y trouve mentionnées des offrandes semblables à celles que les fouilles ont sorties de terre : statues de la déesse55, portraits des dédicantes56, statues d’Éros57, lampes58, récipients59, jouets60, mais aussi diverses catégories d’objets dont on n’a pas de trace par ailleurs. Ainsi des pièces de vêtement étaient-elles dédiées à la déesse : sandales61, ceinture62, soutien-gorge63, voile64, broderie de bas de robe65, de même que des accessoires de la toilette féminine : résille66, peigne67, éventail68, miroir69. Des bijoux lui étaient également consacrés70, de même que des instruments de musique71. Des boucles de cheveux ou des perruques entières faisaient également partie des offrandes72.

  • 73 Anth. Pal., VI, 59, 206-211 ; IΧ, 59, 602.
  • 74 Anth. Pal., V, 1, 20 ; VI, 210, 290 ; IX, 332.

25Les occasions de ces diverses consécrations littéraires sont connues, contrairement aux raisons qui ont pu amener, dans les sanctuaires, les offrandes entassées dans des dépôts votifs quand elles ne s’accompagnent pas d’une inscription. La majeure partie des dédicaces de l’Anthologie palatine est le fait de femmes : qu’elles soient courtisanes ou jeunes femmes « honnêtes », elles demandent à la déesse de leur accorder un mari, et lorsque la déesse a exaucé leur vœu, elles lui rendent grâce73. Des courtisanes dédient à Aphrodite une part de leurs gains, ou les « insignes » de leur profession quand l’âge les contraint à abandonner l’exercice de la séduction74.

  • 75 Anth. Pal., V, 11, 17, 176 ; IX, 143, 144, 415, 416, 601.
  • 76 Ainsi une épigramme joue-t-elle sur le sens de κόλπος, à la fois baie et giron de femme : Anth. Pa (...)

26Les démarches votives les plus fréquentes tournent autour du mariage, de la séduction vénale et de la navigation. Dans ce dernier cas, les hommes se profilent à l’horizon du culte75, mais l’Anthologie palatine fournit essentiellement des pièces très littéraires qui utilisent des métaphores fondés sur la protection que la déesse accorde conjointement aux entreprises amoureuses et maritimes76. Dans ce cas, il est délicat d’aller au-delà du simple constat d’une prérogative divine sur les choses de la mer.

  • 77 M.P. Nilsson, Geschichte der griechischen Religion, I, München, 19452, p. 525.
  • 78 Cf. supra, p. 57, n. 234.
  • 79 F.T. Van Straten, Gifts for the Gods, in Faith, Hope and Worship, Leiden, 1981, p. 120-121.
  • 80 Zénobe, III, 116 Leutsch (I, p. 390) : Γέρρα Νάξια ·Γέρρα Σικελοὶ λέγουσι τὰ ἀνδρεῖα καὶ γυναικεῖα (...)
  • 81 Aristoph, Lys., 1004 ; Cratinos, fr. 116 Kassel-Austin (PCG, IV, p. 181) ; Anth. Pal., V, 36 ; Hés (...)

27M.P. Nilsson s’étonnait que la déesse de la sexualité n’ait pas attiré à elle plus de signes concrets de ses pouvoirs77 ; en effet, on a retrouvé peu de symboles sexuels liés à ses cultes. Le petit sanctuaire qu’elle partageait avec Éros au flanc nord de l’Acropole d’Athènes a livré aux fouilleurs des phallus en quantité significative78, quand le petit temple de la voie sacrée à Daphni révélait quelques reliefs représentant des sexes féminins79. Un proverbe enseigne qu’un sanctuaire de la déesse à Naxos en Sicile accueillait des représentations de sexes tant féminins que masculins80, mais les fouilles ne viennent pas, en règle générale, élargir ce constat. Un symbolisme sexuel moins directement perceptible tient à la nature de certains végétaux consacrés à la déesse : le myrte et la rose, par exemple, reflétaient, au dire de certains textes anciens, le mystère charnel de la femme. La prédilection de la déesse pour la plante et la fleur trouvait donc un fondement dans l’évocation de ses pouvoirs81.

Notes

1 Le temple d’Ourania sur l’agora d’Athènes, celui de la passe de Daphni et de Rhamnonte en Attique, de l’Acrocorinthe, de l’agora d’Argos, du sanctuaire d’Asclépios à Épidaure, d’Akraia à Trézène. Sur les deux petits temples dans lesquels Aphrodite était honorée à Délos, cf. Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, 1970, p. 333-335. Cette étude rassemble très commodément toutes les données des cultes déliens de la déesse et en fournit une analyse exemplaire.

2 Beaucoup de notations lapidaires d’un culte ne permettent pas d’apprécier le cadre exact dans lequel elle était honorée ; il serait donc vain de chercher à fournir des résultats « statistiques » pour décrire le contexte topographique de ces cultes. Ce paragraphe dessinera simplement des lignes de force au vu des renseignements obtenus dans la première partie.

3 Cf. supra, p. 74-75.

4 Cf. supra, p. 76-78.

5 Au Pirée, au cap Colias, dans les deux ports de Corinthe, à Hermione, Lerne et Téménios en Argolide, à Égine, à Gythion, Épidaure Limera et Ténare en Laconie, à Cythère, à Patras (quatre cultes), à Oianthéa en Locride.

6 Au bord de l’Ilissos et au flanc de l’Acropole à Athènes, sur l’Hymette et à Alopéké en Attique, à Sicyone, à Trézène (si l’on peut déduire l’existence d’un jardin de la mention du myrte de Phèdre), à Oianthéa (à condition que le nom de la ville reflète une réalité), à Chypre.

7 À ces divers cas envisagés dans la première partie, il faut ajouter un « jardin sacré » que possédait la déesse à Halasarna, un dème de l’île de Cos (W.R. Paton, EL. Hicks, The Inscriptions of Cos, Oxford, 1891, p. 360-361, n° 369 ; LSCG, p. 300-301, n° 172, 1. 11-12). De même, Pindare, Pyth., V, 30, évoque le jardin d’Aphrodite à Cyrène.

8 En ce compris les dèmes, considérés comme des entités urbaines.

9 À Mégare, à Corinthe, à Épidaure, à Sparte, à Cythère, à Thèbes, à Amathonte.

10 À Athènes, à Trézène, à Orchomène.

11 À Sicyone ( ?), à Trézène, à Sparte (deux cultes), à Bassai en Arcadie.

12 À Athènes, à Mégare, à Argos, à Sparte, à Élis, à Patras, à Mégalopolis, à Tégée.

13 L’Aphrodite « murmurant » à Athènes, l’Ourania d’Argos, l’Aphrodite de Boura, l’Ourania d’Aigira, l’Érycine de Psophis, l’Aphrodite de Teuthis, de Tanagra, de Thespies.

14 À Corinthe, dans le quartier des potiers.

15 À Corinthe, dans le Craneion, à Patras. – Sur l’alsos tel que le conçoit Pausanias, cf. Chr. Jacob, Paysage et bois sacré : ἄλσος dans la Périégèse de la Grèce de Pausanias, in Les bois sacrés, Naples, 1993, p. 23-29.

16 À Athènes, le mnêma d’Hippolyte, à Corinthe, dans le Craneion où se trouve le tombeau de Laïs, à Delphes (l’Épitymbia).

17 Sur le territoire d’Argos, près du fleuve Canachos ; sur celui de Trézène, dans le vaste complexe dédié à Hippolyte ; à Trézène, la déesse Nymphia ; à Hermione, la protectrice des mariages ; le culte voisin de la fontaine des Méliastes, dans l’arrière-pays de Mantinée, de même que celui des monts Anchisia ; l’hypothétique sanctuaire dans le bois Aphrodision, sur le territoire de Psophis ; à Lycosoura, près du sanctuaire de Despoina ; à Bassai, près d’Apollon Épikourios ; la Paphia de Tégée ; l’Argyneion de Béotie.

18 C. Carapanos, Dodone et ses ruines, Paris, 1878, p. 47, n° 19, pl. XXVI, 1 : il s’agit d’une petite roue en bronze, non datée ; H. Collitz, Sammlung der griechischen Dialekt-Inschriften, II, Göttingen, 1899, p. 11, n° 1372 : Ὠφελίων Ἀφροδίται ἀνέξηκε. Cf. Brita Alroth, Greek Gods and Figurines, Uppsala, 1989, p. 77.

19 Cf. infra, p. 395-398.

20 A. Delivorrias, art. Aphrodite, in LIMC, II (1984), p. 1-176.

21 Ibid., n° 391-408.

22 Cf. supra, p. 73, 80.

23 Florence D. Bennett, Primitive Wooden Statues which Pausanias Saw in Greece, in CW, 10 (1916-1917), p. 82-86 ; EAD., A Study of the Word ξόανον, in AJA, 21 (1917), p. 8-21.

24 Paus., IX, 40, 3-4. Cf. Ph. Bruneau, op. cit. (n. 1), p. 21.

25 La question des offrandes votives dans les sanctuaires est encore largement tributaire du vieil ouvrage de W.H.D. Rouse, Greek Votive Offerings, Cambridge, 1902, travail dépassé par l’abondance du matériel dégagé par les nombreuses fouilles de ce siècle, mais non encore remplacé.

26 Par ex, un passage d’Athénée fait référence à une statuette d’Aphrodite achetée par un marchand de Naucratis au sanctuaire d’Aphrodite à Paphos et dédiée dans le temple de la déesse à Naucratis : cf. supra, p. 341.

27 Le problème a été bien posé par Gisela MA. Richter, Korai. Archaic Greek Maidens, London, 1968, p. 3-4. Cf. aussi Brita Alroth, op. cit. (n. 18).

28 Cf. supra, p. 29.

29 Cf. supra, p. l6l.

30 Cf. supra, p. 139. Cf. Β. Alroth, op. cit. (n. 18), p. 79.

31 Cf. supra, p. 31.

32 Cf. supra, p. 161.

33 IG, II2, 1429, 1. 20 ; 1437, 1. 66 ; 1444, 1. 18 ; 1454, 1. 5.

34 IG, II2, 1444, 1. 18 : [Ἀ]φροδίτης ὑδρία ἀργυρἃ. – L’attribution de l’inventaire athénien SEG, XXXIV, 95, est très hypothétique (cf. supra, p. 18, n. 9).

35 Cf. supra, p. 99-100.

36 Cf. supra, p. l6l.

37 C’est le cas pour l’Aphrodision de l’agora d’Argos et la chapelle corinthienne, dont on vient de parler.

38 Cf. supra, p. 109.

39 Cf. supra, p. 154-155.

40 Cf. supra, p. 32-33.

41 Cf. supra, p. 89-90.

42 Timanthis d’Argos, cf. supra, p. 163.

43 Pour l’Aphrodite Pandémos athénienne, cf. supra, p. 29, n. 71.

44 À Amantia, en Épire : Ἀφροδίται Πανδάμοι Ἀριστὼ Ἀλεξάνδρου ὑπὲρ έαυτᾶς καὶ τέκνων εὐχάν (ier s. av. J.-C.) : Β. Pace, Frustuli illirici, in ASAA, 3 (1916-1920), p. 287 (avec un dessin de la stèle) ; SEG, I, 265 ; N.G.L. Hammond, Epirus, Oxford, 1967, p. 224 ; C. Tzouvara-Souli, Ἡ λατρεία τν γυναιχείων θεοτήτων εἰς τὴνρχαίαν Ἤπειρον, Ioannina, 1979, ρ. 60.

45 Cf. supra, p. 31.

46 Cf. supra, p. 266.

47 Cf. supra, p. 39.

48 Cf. supra, p. 79.

49 Cf. supra, p. 173. – À Phoinikè, en Épire, on a retrouvé une dédicace à Aphrodite par une certaine Lysidika ; elle date du iiie s. av. J.-C. et se trouve inscrite sur un petit autel : C. Tzouvarasouli, op. cit (n. 44), p. 59.

50 IG, XIV, 295 (Sicile) ; IK, 28, n° 222-223 (Iasos de Carie).

51 Cf. Liliane Bodson, L’offrande aux divinités grecques de l’effigie des animaux, in Animal et pratiques religieuses : les manifestations matérielles, Paris, 1989, p. 69-77.

52 Cf. supra, p. l6l.

53 Cf. Ph. Bruneau, op. cit. (n. 1), p. 336.

54 ID, 1417, A, col. II, l. 1-21 ; ID, 1443, B, col. II, l. 92-103.

55 Anth. Pal, VI, 340, 586.

56 Anth. Pal., VI, 208, 209 ; IX, 601, 605.

57 Anth. Pal., VI, 211.

58 Anth. Pal., VI, 162.

59 Anth. Pal., VI, 248.

60 Anth. Pal., VI, 18 : un disque de jeune fille.

61 Anth. Pal., V, 199 ; VI, 206, 207, 210.

62 Anth. Pal., V, 159 ; VI, 210. Cf. aussi Théocrite, Idylles, XXVII, 55-56.

63 Anth. Pal., V, 199 ; VI, 211.

64 Anth. Pal., VI, 206, 207.

65 Anth. Pal., VI, 211.

66 Anth. Pal., VI, 206, 207 ; VI, 275.

67 Anth. Pal., VI, 211.

68 Anth. Pal., VI, 206, 207, 290.

69 Anth. Pal., VI, 1, 18-20, 210.

70 Anth. Pal., V, 205 ; VI, 206, 207.

71 Anth. Pal., V, 201.

72 Anth. Pal., VI, 210, 211.

73 Anth. Pal., VI, 59, 206-211 ; IΧ, 59, 602.

74 Anth. Pal., V, 1, 20 ; VI, 210, 290 ; IX, 332.

75 Anth. Pal., V, 11, 17, 176 ; IX, 143, 144, 415, 416, 601.

76 Ainsi une épigramme joue-t-elle sur le sens de κόλπος, à la fois baie et giron de femme : Anth. Pal., V, 17.

77 M.P. Nilsson, Geschichte der griechischen Religion, I, München, 19452, p. 525.

78 Cf. supra, p. 57, n. 234.

79 F.T. Van Straten, Gifts for the Gods, in Faith, Hope and Worship, Leiden, 1981, p. 120-121.

80 Zénobe, III, 116 Leutsch (I, p. 390) : Γέρρα Νάξια ·Γέρρα Σικελοὶ λέγουσι τὰ ἀνδρεῖα καὶ γυναικεῖα αἰδοῖα. ἦν δὲ ἐν τῇ Σικελικῇ Νάξῳ τέμενος ἐπιθαλάσσιον Ἀφροδίτης, ἐν ᾧ μεγάλα αἰδοῖα ἀνέκειτο, « Gerra naxiens : les Siciliens appellent gerra les sexes féminins et masculins. Il y avait, à Naxos en Sicile, un sanctuaire d’Aphrodite situé près de la mer, dans lequel se trouvaient des sexes de grande taille ». Cette tradition se retrouve dans un fragment d’Épicharme, poète comique sicilien du vie/ve s. av. J.-C. : fr. 174 Olivieri (Frammenti della commedia greca e del mimo nella Sicilia e nella Magna Grecia, Napoli, 1930, p. 81), cité par schol. Lucien, Anach., 32 : παρ’ Ἐπιχάρμῳ μὲν γὰρ γέρρα Νάξια εἴρηται ἐπὶ τῶν αἰδοίων, « car on trouve chez Épicharme gerra naxiens pour désigner les sexes ».

81 Aristoph, Lys., 1004 ; Cratinos, fr. 116 Kassel-Austin (PCG, IV, p. 181) ; Anth. Pal., V, 36 ; Hésychios, s.v. μύρτος (Latte, II, p. 687) ; Souda, s.v. μύρτον (Adler, III, p. 428). Cf. A. Motte, Prairies et jardins de la Grèce antique, Bruxelles, 1973, p. 49, 86 ; M. Detienne, Les Jardins d’Adonis, Paris, 19892 [1972], p. 122-123. – Cf. supra, p. 180, 341.

© Presses universitaires de Liège, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search