Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Aphrodite grecque

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

Première partie. Sur les traces de Pausanias

Chapitre VIII. Cythère

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Anciens considéraient que leurs dieux privilégiaient sur la terre quelques endroits où ils aimaient se retirer. Si l’on en croit Diodore de Sicile, qui se fait l’écho de telles pérégrinations divines, l’épiphanie d’Aphrodite à Éryx, à Cythère, à Chypre et en Syrie a autorisé les habitants à se l’approprier. Dès lors la déesse est devenue Érycine, Cythéréenne, Paphienne et même Syrienne1.

D’après Hésiode, l’île de Cythère a, la première, accueilli Aphrodite émergeant de la mer, mais c’est à Chypre qu’il permet à la déesse de prendre réellement pied, en une somptueuse épiphanie végétale2, comme si l’auteur avait voulu honorer la petite île du cap Malée, sans cependant l’ériger en rivale de Chypre, lieu de prédilection de la déesse. L’ancienneté du culte d’Aphrodite à Cythère n’est sans doute pas étrangère non plus au choix de ce parcours, nous y reviendrons.

L’île est présente dans les quelques témoignages historiques conservés sur l’origine d’Aphrodite telle que la concevaient les ...

© Presses universitaires de Liège, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540