Version classiqueVersion mobile

L’Aphrodite grecque

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

Première partie. Sur les traces de Pausanias

Chapitre VIII. Cythère

Texte intégral

  • 1 Diod. Sic, V, 77, 5. – Parlant de la Lychnis, sorte d’œillet rouge, un certain Amérias de Macédoin (...)

1Les Anciens considéraient que leurs dieux privilégiaient sur la terre quelques endroits où ils aimaient se retirer. Si l’on en croit Diodore de Sicile, qui se fait l’écho de telles pérégrinations divines, l’épiphanie d’Aphrodite à Éryx, à Cythère, à Chypre et en Syrie a autorisé les habitants à se l’approprier. Dès lors la déesse est devenue Érycine, Cythéréenne, Paphienne et même Syrienne1.

  • 2 Hés., Théog., 191-198. Cf. infra, p. 314-315. – Diodore de Sicile, V, 55, 6, rapporte même que, de (...)

2D’après Hésiode, l’île de Cythère a, la première, accueilli Aphrodite émergeant de la mer, mais c’est à Chypre qu’il permet à la déesse de prendre réellement pied, en une somptueuse épiphanie végétale2, comme si l’auteur avait voulu honorer la petite île du cap Malée, sans cependant l’ériger en rivale de Chypre, lieu de prédilection de la déesse. L’ancienneté du culte d’Aphrodite à Cythère n’est sans doute pas étrangère non plus au choix de ce parcours, nous y reviendrons.

3L’île est présente dans les quelques témoignages historiques conservés sur l’origine d’Aphrodite telle que la concevaient les Anciens et qu’Hésiode, sur le mode poétique, a en quelque sorte canonisée.

1. L’origine du culte, dans la légende et l’histoire

1.1. Les témoignages littéraires

  • 3 Cf. infra, p. 437-438.
  • 4 Hdt., I, 105 : Ἔστι δὲ τοῦτο τὸ ἱρόν, ὡς ἐγὼ πυνθανόμενος εὑρίσκω, πάντων ἀρχαιότατον ἱρῶν, ὅσα τα (...)

4Hérodote, le premier, a tenté de fixer l’itinéraire du voyage qui devait mener Aphrodite Ourania en Grèce. Le fait que l’historien qualifie Aphrodite d’Ourania signifie clairement que la divinité en question est une interpretatio graeca des grandes déesses orientales3. Parlant du pillage par les Scythes du sanctuaire d’Aphrodite Ourania à Ascalon, Hérodote enchaîne4 :

Ce sanctuaire, d’après ce que mes informations permettent de savoir, est le plus ancien de tous les sanctuaires de cette déesse. En effet, même le sanctuaire de Chypre en a tiré son origine, comme l’affirment les Chypriotes eux-mêmes, et celui de Cythère a eu pour fondateurs des Phéniciens venus de cette partie de la Syrie.

5Le culte trouve, d’après les informateurs du voyageur, son origine à Ascalon. l’Ourania tant de Chypre que de Cythère, sans qu’il y ait de relais de l’une à l’autre, émane directement du sanctuaire palestinien, mais Hérodote fournit une indication supplémentaire pour Cythère : ce sont les Phéniciens qui ont élevé le sanctuaire.

  • 5 Paus., I, 14, 7 : πρώτοις δὲ ἀνθρώπων Ἀσσυρίοις κατέστη σέβεσθαι τὴν Οὐρανίαν, μετὰ δὲ Ἀσσυρίους Κ (...)

6Six siècles plus tard, Pausanias reprend l’exposé de l’itinéraire divin en le modifiant légèrement, mais c’est toujours d’Aphrodite Ourania qu’il s’agit5 :

Les premiers hommes à avoir institué le culte d’Ourania furent les Assyriens. Après les Assyriens, ce furent les Paphiens de Chypre et ceux des Phéniciens qui habitent Ascalon en Palestine. Les gens de Cythère la vénèrent pour l’avoir appris des Phéniciens.

  • 6 Hdt., I, 131.

7Après avoir souligné l’antériorité du culte chez les Assyriens – tradition émanant également d’Hérodote, en un autre passage6 –, Pausanias cite Chypre et Ascalon, sans établir aucune filiation. Par contre, à propos de Cythère, la responsabilité des Phéniciens est, comme chez Hérodote, directement évoquée.

  • 7 G. Bunnens, L’expansion phénicienne en Méditerranée, Bruxelles-Rome, 1979.
  • 8 Ibid., p. 119-120 ; 229 ; 353-354 ; 363.
  • 9 Stéph. Byz., s.v. Κύθηρα (Meineke, p. 391)··νῆσος πόλιν ὁμώνυμον ἔχουσα πρὸς τῇ Κρήτῃ, ἀπὸ Κυθήρου (...)
  • 10 Cf. K. Büchner, art. Kythera 2), in RE, XII, 1 (1924), c. 216 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds) (...)
  • 11 Signalons en passant que cette production a également pu intéresser les Minœns, plusieurs siècles (...)
  • 12 J. Huxley, in J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 36, émet une curieuse hypot (...)
  • 13 G. Bunnens, op. cit. (n. 7), p. 271, 362-363.

8Dans une étude globale sur l’expansion phénicienne en Méditerranée d’après les traditions littéraires, G. Bunnens a analysé ces témoignages7. La dépendance de Pausanias à l’égard d’Hérodote est indubitable, et c’est donc ce dernier qui retient l’attention. Il est vraisemblable que l’historien a tenté de concilier deux traditions : l’ancienneté du sanctuaire d’Ascalon et l’origine phénicienne du sanctuaire d’Aphrodite à Chypre et à Cythère8. D’autres témoignages mentionnent de concert Cythère et les Phéniciens, mais sur le plan du mythe, cette fois. En effet, Cythéros, l’éponyme de l’île, serait le fils de Phoinix, l’éponyme de la Phénicie. En outre, le nom de Πορφύρουσα aurait été attribué à l’île « à cause de la beauté de la pourpre située sur ses côtes »9, ce que semblent confirmer les dépôts de murex brandaris découverts là-bas10. Dès lors, le scénario qui se dégage de ces diverses sources met en relation directe les Phéniciens, voyageant en Méditerranée et intéressés par des lieux d’escale offrant en outre des possibilités d’exploitation de la pourpre11, et la fondation du culte de l’Aphrodite Ourania de Cythère, une île pourvoyeuse de murex12. La référence à Cythéros, l’éponyme inconnu par ailleurs, trouve sans doute son origine dans un processus d’explication mythographique parcouru la Méditerranée et s’être installés en Grèce, notamment. Cadmos, le fondateur de Thèbes est ainsi devenu le prototype du héros fondateur, en regard duquel les autres ont pris forme13.

  • 14 Den. Halic, I, 50, 1-2 : ἔπειτα εἰς Κύθηρα νῆσον ἑτέραν, ἥ πρόκειται Πελοποννήσου, πραγενόμενοι ἱε (...)
  • 15 Cf. supra, p. 214.

9Il existe une autre version de l’origine d’Aphrodite à Cythère, conservée chez Denys d’Halicarnasse. Énée, fuyant Troie avec ses compagnons et venant de Délos, aurait abordé à Cythère et fondé un sanctuaire de sa divine mère, avant de poursuivre sa route par le Péloponnèse14. La tradition du passage d’Énée par la pointe sud-est du Péloponnèse se retrouve chez Pausanias – nous l’avons vu – qui, à propos de la Laconie, parle de la fondation d’Aphrodisias et d’Étis par le fils d’Aphrodite15. Mais, dans le cas de Denys se penchant sur le passé des Romains, seule sans doute la volonté de faire coïncider l’itinéraire d’Énée avec des lieux réputés du culte d’Aphrodite en Grèce explique cette tradition isolée. Un tel témoignage confirme simplement deux informations : la réputation d’ancienneté du culte de la déesse dans l’île, et sa célébrité.

1.2. Les indices archéologiques16

  • 16 Cf. surtout J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10).
  • 17 Helen Waterhouse, R. Hope Simpson, in ABSA, 56 (1961), p. 156 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds) (...)
  • 18 H. Plommer, Kythera : the Doric Fragments Preserved in Ayios Kosmas, in J.N. Coldstream, G.L. Huxl (...)
  • 19 J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 35.

10L’ancienne ville de Cythère se situait en retrait de la seule baie aisément accessible de l’île, sur la côte orientale, où se trouvait le port de Scandia (l’actuel Kastri). Déjà située elle-même en hauteur, la cité était surmontée d’une acropole dont on a conservé les fortifications archaïques. Le site entier porte aujourd’hui le nom significatif de Palaiokastro. Schliemann, en 1887, avait localisé le sanctuaire d’Aphrodite sur une plate-forme entre la ville et son acropole, à l’emplacement de la chapelle d’Aghios Cosmas où se trouvaient remployées des colonnes doriques en poros17, mais le site n’a pas connu de fondation de temple et c’est à environ 400 mètres à l’ouest de la chapelle, sur une autre terrasse, qu’il convient, semble-t-il, de situer le temple : on y a retrouvé deux colonnes en élévation, du même type que celles de la chapelle, des blocs en poros, un fragment de métope et une grande quantité de tessons classiques (à partir du ve siècle). Le temple était un petit édifice dorique de la fin du vie siècle18. Malheureusement, le site n’a pas encore été fouillé19.

  • 20 J. Yakar, Cythera and the Ancient East, in Anatolica, 4 (1971-1972), p. 135 ; J.N. Coldstream, G.L (...)
  • 21 E.F. Weidner, The Inscription from Kythera, in JHS, 59 (1939), p. 137-138, qui a identifié le dédi (...)
  • 22 E. Edel, Die Ortsnamenlisten aus dem Totentempel Amenophis III, Bonn, 1966, p. 4 5-4 6 ; J. Yakar, (...)
  • 23 ibid., p. 135-136 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 33 ; R. Treuil, P. Da (...)

11La position géographique centrale de Cythère invite à poser la question des influences que l’île a pu subir dès la plus haute antiquité, et les découvertes objets retiennent l’attention : un petit bol en pierre portant une inscription hiéroglyphique évoquant le temple du Soleil à Abousir, construit par le pharaon Ouserkaf, fondateur de la Ve dynastie20, et une tablette en pierre – malheureusement perdue – avec une inscription cunéiforme dédicatoire mentionnant un roi du nom de Narâm-Sîn d’Eshnunna ; le nom de la divinité destinataire est effacé21. De la présence de tels ex-voto à Cythère, J. Yakar a déduit la visite de navigateurs égyptiens et cananéens venant de Crète en Grèce au cours de la deuxième moitié du 3e millénaire avant J.-C.22 Mais, même si le nom de Cythère semble apparaître dans l’inscription de la base d’une statue d’Aménophis III de Kom-el-Hetan23, il semble bien qu’une autre explication de la présence du bol en pierre puisse être avancée.

  • 24 J.N. Coldstream, Kythera : the Change from Early Helladic to Early Minoan, in Bronze Age Migration (...)
  • 25 Ibid., p. 35.
  • 26 G. Bunnens, op. cit. (n. 7), p. 19 et 363, n. 196. – Le culte d’Aphrodite est encore attesté au Ba (...)

12Les fouilles ont permis d’affirmer que Cythère avait été, probablement vers le milieu du 3e millénaire avant J.-C, une colonie minoenne. Deux sites voisins ont en effet conservé, l’un, à Kastraki, de la céramique de fabrication continentale – parmi laquelle se trouvent peut-être des pièces argiennes – des débuts de l’Âge du Bronze à la fin de l’Helladique ancien II, l’autre, à Kastri, de la céramique du Minoen ancien II au Minoen moyen IA. Les deux sites ne sont donc pas contemporains et le second témoigne d’une installation crétoise24. J.N. Coldstream a souligné le caractère exceptionnel d’une telle succession d’Helladique et de Minœn anciens. Il a de même suggéré que le bol égyptien avait peut-être été acheminé à Cythère par des marchands crétois, ce qui semble être une solution très plausible25. Quant à l’inscription cunéiforme, il n’en parle pas, mais on ne peut exclure un mode d’acheminement identique. Cependant son caractère votif peut également trouver sa source dans une dédicace à une divinité locale, ce qui impliquerait l’existence, au xixe siècle avant notre ère, d’un culte d’une importance non négligeable dans l’île26.

  • 27 Sur le rôle des temples dans les implantations « phéniciennes », cf. G. Bunnens, op. cit. (n. 7), (...)
  • 28 H. Waterhouse, R. Hope Simpson, art. cit. (n. 17), p. 158.
  • 29 Sur les « insaisissables Phéniciens », cf. J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p (...)
  • 30 Ibid., p. 36.

13Si effectivement les Phéniciens ont pu jouer un rôle dans l’établissement du culte d’Aphrodite Ourania à Cythère27, la fondation doit se situer pendant les « âges obscurs », entre le xe et le viiie siècle avant J.-C.28 Mais rien n’exclut a priori que des colons antérieurs, peut-être crétois, aient déjà au 3e millénaire établi là un culte, dont la teneur nous échappe complètement. En terme de continuité avec l’époque archaïque, il est évident que la solution d’une fondation « phénicienne » présente plus de vraisemblance29, mais il faut vigoureusement souligner que l’on n’a retrouvé, pour ainsi dire, aucune trace d’habitat à Kastri entre le xiie et le vie siècle30.

1.3·Cythère à l’époque historique

  • 31 Ce qui explique peut-être l’absence de trace d’habitat : pendant des siècles, l’île n’aurait été q (...)
  • 32 Hdt., VII, 235.
  • 33 Hdt., I, 82.
  • 34 R.A. Tomlinson, Argos and the Argolid, London, 1972, p. 14 et 76 ; T. Kelly, A History of Argos to (...)
  • 35 Thuc, IV, 53-54. Sur ceci et ce qui précède, cf. J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. (...)

14La position particulière de Cythère en a fait de tout temps une station stratégique et une escale commerciale prisée31. Le Spartiate Chilon, réputé pour sa sagesse, aurait prétendu qu’il eût été préférable pour sa cité que Cythère fût au fond de l’eau plutôt qu’à la surface32, réflexion significative du danger que présentait l’île, une fois militarisée, pour la Laconie. Hérodote assure que Cythère appartenait anciennement à l’Argolide, de même que les îles avoisinantes et la Thyréatide, c’est-à-dire la portion côtière orientale de la Laconie. Au milieu du vie siècle, après la Bataille des Champions, Sparte aurait obtenu l’ensemble de ces territoires33. Compte tenu des incertitudes qui pèsent sur l’histoire archaïque d’Argos et de son « empire », il n’est pas du tout certain que Cythère lui ait appartenu, même si des contacts à haute époque semblent attestés34. Il est par contre certain qu’au début du ve siècle en tout cas, l’île appartenait aux Spartiates. Sa possession sera d’ailleurs un des objectifs de l’armée athénienne pendant la Guerre du Péloponnèse35.

2. Les données cultuelles

  • 36 Paus., III, 23, 1 ; ἐν Κυθήροις δὲ ἐπὶ θαλάσσης Σκάνδειά ἐστιν ἐπίνειον, Κύθηρα δὲ ἡ πόλις ἀναβάντ (...)

15Malgré l’ancienneté reconnue du culte, peu d’informations nous ont été conservées. Pausanias, qui avait simplement mentionné Cythère dans son excursus sur l’origine de la déesse au livre I, a également visité l’île et son sanctuaire36 :

À Cythère, Scandia est le port sur la mer et la cité de Cythère se trouve à dix stades environ de Scandia pour celui qui y monte. Le sanctuaire d’Ourania est tout particulièrement saint et, de tous les sanctuaires d’Aphrodite à travers la Grèce, c’est le plus ancien. La déesse elle-même est représentée par un xoanon armé.

  • 37 Hdt., II, 41 (Aphrodite dans le Delta du Nil) et 44 (Héraclès à Tyr) ; V, 119 (Zeus en Carie).
  • 38 E. Williger, Hagios, Giessen, 1922, p. 77-79, cité par A. Motte, L’expression du sacré dans la rel (...)
  • 39 Paus., I, 26, 6.
  • 40 Paus, I, 33, 7.
  • 41 Paus, II, 13, 3.
  • 42 Paus, IV, 34, 11.
  • 43 Paus, VII, 24, 5.
  • 44 Paus, VIII, 24, 6.
  • 45 Paus, X, 32, 13.
  • 46 La légère variation de son exposé par rapport à celui d’Hérodote est peut-être due à la contaminat (...)

16L’emploi d’ἅγιος au superlatif pour qualifier un ἱερόν se rencontre pour la première fois chez Hérodote37 et deviendra au fil des siècles de plus en plus fréquent pour souligner la vénérabilité d’un sanctuaire ainsi déterminé38. Chez Pausanias, le superlatif est employé à huit reprises, en ce compris le texte sur Cythère. Il qualifie l’ἄγαλμα d’Athéna tombé du ciel et honoré sur l’Acropole athénienne39, les ξόανα de Némésis à Smyrne40, le sanctuaire d’Hébé à Phlionte honoré ἐκ παλαιοῦ »41, les sanctuaires d’Apollon et de Dryops fondés par les Asinéens en souvenir de ceux du Parnasse dont ils étaient originaires42, le sanctuaire de Poséidon d’Héliké en Achaïe vénéré par les Ioniens qui, chassés par les Achéens, passèrent en Asie Mineure43, le sanctuaire d’Aphrodite à Éryx en Sicile vénéré ἐκ παλαιoτάτου44, et enfin l’adyton consacré à Isis dans l’enceinte d’Asclépios près de Tithorea dans le massif du Parnasse45. On voit dès lors que le caractère sacré d’un sanctuaire s’accroît encore du fait d’une origine immémoriale. Mais le voyageur ne revient pas sur les antécédents du sanctuaire d’Aphrodite évoqués à propos de l’Ourania de l’agora athénienne, ce qui confirme le caractère livresque de son information : il l’a puisée dans les Histoires d’Hérodote, et non dans une tradition locale de l’île46.

  • 47 A.A. Donohue, Xoana and the Origins of Greek Sculpture, Atlanta, 1988, p. 146. Cf. supra, p. 208, (...)

17Le terme technique utilisé pour désigner la statue de culte accentue encore l’impression d’antiquité qui se dégage des propos de Pausanias. Même si la mention d’un xoanon ne signifie pas automatiquement que la statue est ancienne47, dans ce cas précis, le rapport entre les deux éléments semble bien établi par le contexte. C’est sans doute la raison pour laquelle le visiteur n’a donné aucune autre précision, contrairement à ce qu’il avait fait à propos de l’Aphrodite Areia de Sparte.

  • 48 H. Plommer, art. cit. (n. 18), p. 313.
  • 49 On a retrouvé un graffiti HIAPO inscrit sur le bord d’un pithos archaïque. Vu que l’écriture en se (...)

18Le caractère guerrier d’Aphrodite est bien mis en évidence par la parure de sa statue de culte et il n’est pas du tout exclu que le xoanon armé d’Aphrodite Ourania vu par Pausanias ait été réalisé au moment où les Spartiates possédaient l’île, d’autant que les vestiges de temple retrouvés dans l’église d’Aghios Cosmas permettent peut-être de rapporter l’édifice auquel ils appartenaient à l’école laconienne48. S’il s’agit bien du temple archaïque d’Aphrodite Ourania, une telle constatation renforce encore l’hypothèse précitée, ancien49.

  • 50 Athénée, VII, 328a-b : Ἄρχιππος ἐν Ἰχθύσιν· ἱεροὺς Ἀφροδίτης χρυσόφρυς Κυθηρίας.

19En un endroit aussi difficile d’accès et aussi proche du cap Malée, réputé pour ses pièges, la déesse veillait sans doute aussi sur les marins, qui font partie de ses protégés en maints autres endroits. Aux pêcheurs peut-être témoignait-elle également sa bienveillance, puisque la dorade lui était tout particulièrement consacrée dans l’île, comme le rapporte un certain Archippos dans un ouvrage sur les poissons50.

  • 51 Α. Delivorrias, art. Aphrodite, in LIMC, II (1984), n° 6l. – Pour un parallèle laconien, cf. G. Di (...)

20On a retrouvé à Cythère une statuette en bronze, de facture laconienne, représentant une femme coiffée du polos et tenant dans ses mains respectivement vraisemblablement le nom de la dédicante51. Cet ex-voto date du troisième quart du vie siècle avant notre ère. S’il s’agit effectivement d’une représentation d’Aphrodite, le caractère armé de la déesse n’enlevait rien à ses prérogatives en matière de fécondité.

  • 52 .M.C., Peloponnesus, p. 107, n° 1-16 (pl. XXI, 14-21), cité par L. Lacroix, Quelques aspects de la (...)

21La numismatique, enfin, souligne l’importance du culte insulaire. Des monnaies en bronze, datant du iiie siècle avant J.-C, offrent l’image d’une tête de la déesse accompagnée de colombes52.

3. L’épithète Κυθέρεια

  • 53 V. 6, 175, 287.
  • 54 Les deux autres hymnes, plus courts, utilisent l’un l’expression ἰοστέφανος Κυθερείη (II, v. 18), (...)
  • 55 Trad. P. Mazon.

22Absente de l’Iliade, l’épithète Κυθέρεια se rencontre à deux reprises dans l’Odyssée : en VIII, 288, où l’aède Démodocos chante les amours d’Arès et d’Aphrodite appelée, notamment, ἐυστεφάνος Κυθερείη, expression double qui réapparaît en XVIII, 193-194, où elle détermine l’ambroisie dont se frotte la déesse. Dans le plus important des trois hymnes pseudo-homériques consacrés à Aphrodite, la même expression est employée trois fois53, dans des contextes rappelant les mentions de l’Odyssée (relation sexuelle, immortelle beauté)54. Hésiode offre quant à lui l’explication étymologique de l’épithète, parallèlement à celle du nom même d’Aphrodite55 :

195 ·τὴν δ’ Ἀφροδίτην
197 κικλήσκουσι θεοί τε καὶ ἀνέρες, οὕνεκ’ ἐν ἀφρῷ
198 θρέφθη, ἀτὰρ Κυθέρειαν, ὅτι προσέκυρσε Κυθήροις.
Les dieux aussi bien que les hommes [l’] appellent Aphrodite, pour s’être formée d’une écume, ou encore Cythérée, pour avoir abordé à Cythère.

  • 56 Cf. supra, p. 9, n. 53.
  • 57 D. Page, Sappho and Alcaeus, Oxford, 1955, p. 127, estime que la dérivation est impossible et refu (...)

23L’étymologie du nom d’Aphrodite reste mystérieuse malgré les tentatives, nombreuses et louables, pour l’éclairer56. Plutôt que de s’acharner à trouver dans l’origine du nom divin un quelconque éclairage de sa personnalité, il nous semble plus adéquat d’envisager avant tout ce que les Anciens croyaient. L’écume (ἄφρoς) rend compte du nom de la déesse, et, à coup sûr, Aphrodite est Cythérée parce que son culte insulaire était important et ancien, même si l’abrègement de Κυθέρεια par rapport à Κυθήρα pose des problèmes aux linguistes57.

  • 58 Cf. C.F.H. Bruchmann, Epitheta deorum quae apud pœtas graecos leguntur, Leipzig, 1893, s.v. Le rel (...)
  • 59 SEG, XVIII, 384a.

24Il n’en reste pas moins que l’épithète est avant tout littéraire58, et que le témoignage d’Athénée, à propos de la dorade consacrée à la déesse de Cythère, utilise l’épithète dans une forme plus satisfaisante d’un point de vue linguistique : Κυθηρία. De même une inscription du ive siècle avant J.-C. provenant de Styra en Eubée présente la forme Κυθηρία59.

Conclusion

25Si, dans l’épopée, Aphrodite Cythérée n’apparaît qu’avec l’Odyssée, Hésiode atteste l’existence de l’épithète en pleine époque archaïque, tout autant que la réputation du sanctuaire auquel il la rattache. L’ancienneté du culte, attestée par nos différentes sources, est indubitable, mais il n’est guère possible de préciser les choses tant que le site du sanctuaire n’aura pas été systématiquement fouillé. En attendant, il convient de ne pas perdre de vue les différentes occupations dont l’île, escale stratégique, a été l’objet depuis le 3e millénaire et de n’en privilégier aucune pour préciser la paternité du culte. En effet, même si les Phéniciens sont à l’honneur dans nos sources littéraires, la prudence est de rigueur. L’étiquette « phénicien » accordée par les Grecs à des implantations religieuses pourrait ne refléter qu’un souci de datation relative dans une perspective qui va de la Guerre de Troie aux époques qui sont mieux perceptibles, en passant par « le retour des Héraclides » et d’autres références mythiques de ce type. Il n’en reste pas moins que la mention de « Phéniciens » met en évidence le souci de faire référence à l’« Orient », dont les Grecs se sentaient tributaires, notamment pour l’introduction dans leur culture d’une déesse comme Aphrodite.

26Il ne faudrait cependant pas surestimer, du fait de son ancienneté, la grandeur ou la richesse, ou tout autre critère de l’importance du culte dans l’île. Cythère est petite, d’accès difficile, et ne présentait guère d’intérêt si ce n’est par sa position géographique. Dès lors, le sanctuaire devait attirer les marins en escale, mais il ne s’agissait nullement sans doute de pèlerins du type de ceux que l’on pouvait rencontrer à Delphes ou dans n’importe quel grand sanctuaire de la Grèce. Hormis le témoignage d’Hérodote, dont s’inspire Pausanias, et les reconstructions étiologiques de Denys d’Halicarnasse, aucun auteur ancien n’a parlé du sanctuaire.

Notes

1 Diod. Sic, V, 77, 5. – Parlant de la Lychnis, sorte d’œillet rouge, un certain Amérias de Macédoine, cité par Athénée, XV, 681f, dit qu’elle a émergé du bain d’Aphrodite une fois que la déesse s’y fut lavée après s’être unie à Héphaïstos. La plus belle variété de cette fleur se trouve – et c’est significatif – à Chypre, à Éryx, à Cythère, et à Lemnos et au pied du Stromboli, ces deux derniers lieux évoquant le dieu forgeron.

2 Hés., Théog., 191-198. Cf. infra, p. 314-315. – Diodore de Sicile, V, 55, 6, rapporte même que, de Cythère à Chypre, la jeune déesse voulut aborder à Rhodes mais en fut empêchée par les insolents fils de Poséidon qu’elle précipita dans la folie.

3 Cf. infra, p. 437-438.

4 Hdt., I, 105 : Ἔστι δὲ τοῦτο τὸ ἱρόν, ὡς ἐγὼ πυνθανόμενος εὑρίσκω, πάντων ἀρχαιότατον ἱρῶν, ὅσα ταύτης τῆς θεοῦ· καὶ γὰρ τὸ ἐν Κύπρῳ ἱρὸν ἐνθεῦτεν ἐγένετο, ὡς αὐτοὶ Κύπριοι λέγουσι, καὶ τὸ ἐν Κυθήροισι Φοίνικές εἰσι οἱ ἱδρυσάμενοι ἐκ ταύτης τῆς Συρίης ἐόντες (trad, d’après Ph. Legrand). – J. Rudhardt, De l’attitude des Grecs à l’égard des religions étrangères, in RHR, 109 (1992), p. 219-238, surtout p. 226-227, relativise la notion de diffusionnisme que l’on place généralement dans les propos d’Hérodote : c’est l’usage d’élever un temple et non la connaissance de la déesse qui s'est ainsi répandu.

5 Paus., I, 14, 7 : πρώτοις δὲ ἀνθρώπων Ἀσσυρίοις κατέστη σέβεσθαι τὴν Οὐρανίαν, μετὰ δὲ Ἀσσυρίους Κυπρίων Παφίοις καὶ Φοινίκων τοῖς Ἀσκάλωνα ἔχουσιν ἐν τῇ Παλαιστίνῃ, παρὰ δὲ Φοινίκων Κυθήριοι μαθόντες σέβουσιν.

6 Hdt., I, 131.

7 G. Bunnens, L’expansion phénicienne en Méditerranée, Bruxelles-Rome, 1979.

8 Ibid., p. 119-120 ; 229 ; 353-354 ; 363.

9 Stéph. Byz., s.v. Κύθηρα (Meineke, p. 391)··νῆσος πόλιν ὁμώνυμον ἔχουσα πρὸς τῇ Κρήτῃ, ἀπὸ Κυθήρου τοῦ Φοίνικος, ἐκαλεῖτο δὲ Πορφύρουσα διὰ τὸ κάλλος τῶν περὶ αὐτὴν πορφυρῶν, ὡς Ἀριστοτέλης. – Sur Phoinix, cf. Corinne Bonnet-Tzavellas, La légende de Phoinix à Tyr, in Studia Phœnicia, I : Sauvons Tyr, Leuven, 1983, p. 123-133.

10 Cf. K. Büchner, art. Kythera 2), in RE, XII, 1 (1924), c. 216 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), Kythera. Excavations and Studies conducted by the Univ. of Pennsylvania Museum and the British School at Athens, London, 1972, p. 36-37 (murex trunculus et purpurea haematostoma découverts également, mais en moins grande quantité). – Une localité de l’île porte, à l’époque classique en tout cas, le nom de Φοινικοῦς (Xén., Hell., IV, 8, 7).

11 Signalons en passant que cette production a également pu intéresser les Minœns, plusieurs siècles auparavant.

12 J. Huxley, in J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 36, émet une curieuse hypothèse : les Phéniciens auraient adapté à leur profit, à une époque inconnue, et apporté à Cythère le culte d’une déesse-colombe d’origine minœnne. Aucun élément n’est fourni au lecteur pour éprouver la validité de cette supposition. – D’après Sarah P. Morris, Daidalos and the origins of Greek art, Princeton, 1992, p. 101-102 et note 4, c e sont les ressources minérales de la Laconie et de Cythère qui auraient motivé les installations successives des Minœns et des Phéniciens.

13 G. Bunnens, op. cit. (n. 7), p. 271, 362-363.

14 Den. Halic, I, 50, 1-2 : ἔπειτα εἰς Κύθηρα νῆσον ἑτέραν, ἥ πρόκειται Πελοποννήσου, πραγενόμενοι ἱερὸν Ἀφροδίτης ἱδρύονται.

15 Cf. supra, p. 214.

16 Cf. surtout J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10).

17 Helen Waterhouse, R. Hope Simpson, in ABSA, 56 (1961), p. 156 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 35.

18 H. Plommer, Kythera : the Doric Fragments Preserved in Ayios Kosmas, in J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 311-313.

19 J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 35.

20 J. Yakar, Cythera and the Ancient East, in Anatolica, 4 (1971-1972), p. 135 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 33 ; W. Helck, art. Ägäi s und Ägypten, in Lexikon der Agyptologie, I (1975), c. 69.

21 E.F. Weidner, The Inscription from Kythera, in JHS, 59 (1939), p. 137-138, qui a identifié le dédicant ; J. Yakar, art. cit. (n. 20), p. 135 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 33.

22 E. Edel, Die Ortsnamenlisten aus dem Totentempel Amenophis III, Bonn, 1966, p. 4 5-4 6 ; J. Yakar, art. cit. (n. 20), p. 134-135 ; W. Helck, art. cit. (n. 20), c. 71.

23 ibid., p. 135-136 ; J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 33 ; R. Treuil, P. Darcque, J.-C. Poursat, G. Touchais, Les civilisations égéennes, Paris, 1989, p. 535-535.

24 J.N. Coldstream, Kythera : the Change from Early Helladic to Early Minoan, in Bronze Age Migrations in the Aegean. Archaeological and Linguistic Problems in Greek Prehistory, London, 1973, p. 33-36 ; R. Treuil et al, op. cit. (n. 2 3), p. 319-323, 357.

25 Ibid., p. 35.

26 G. Bunnens, op. cit. (n. 7), p. 19 et 363, n. 196. – Le culte d’Aphrodite est encore attesté au Bas-Empire, dans un fragment d’inscription :]ΤΩΝ ΤΗΣ ΘΕΑΣ ΠP[. Cf. J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 36.

27 Sur le rôle des temples dans les implantations « phéniciennes », cf. G. Bunnens, op. cit. (n. 7), p. 282-285.

28 H. Waterhouse, R. Hope Simpson, art. cit. (n. 17), p. 158.

29 Sur les « insaisissables Phéniciens », cf. J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 36 et les prudentes remarques de P. Cartledge, Sparta and Lakonia, London, 1979, p. 123.

30 Ibid., p. 36.

31 Ce qui explique peut-être l’absence de trace d’habitat : pendant des siècles, l’île n’aurait été qu’un port d’escale.

32 Hdt., VII, 235.

33 Hdt., I, 82.

34 R.A. Tomlinson, Argos and the Argolid, London, 1972, p. 14 et 76 ; T. Kelly, A History of Argos to 500 B.C., Minneapolis, 1976, p. 40, 73, 83, estime que la description d’Hérodote n’est qu’une réminiscence d’Homère, Il., II, 108. – Sur la présence de céramique argienne dans l’île (Helladique ancien), cf. J.N. Coldstream, art. cit. (n. 24), p. 34.

35 Thuc, IV, 53-54. Sur ceci et ce qui précède, cf. J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 37-39.

36 Paus., III, 23, 1 ; ἐν Κυθήροις δὲ ἐπὶ θαλάσσης Σκάνδειά ἐστιν ἐπίνειον, Κύθηρα δὲ ἡ πόλις ἀναβάντι ἀπὸ Σκανδείας στάδια ὡς δέκα. τὸ δὲ ἱερὸν τῆς Οὐρανίας ἁγιώτατον καὶ ἱερῶν ὁπόσα Ἀφροδίτης παρ’ Ἕλλησίν ἐστιν ἀρχαιότατον· αὐτὴ δὲ ἡ θεὸς ξόανον ὡπλισμένον.

37 Hdt., II, 41 (Aphrodite dans le Delta du Nil) et 44 (Héraclès à Tyr) ; V, 119 (Zeus en Carie).

38 E. Williger, Hagios, Giessen, 1922, p. 77-79, cité par A. Motte, L’expression du sacré dans la religion grecque, in L’expression du sacré dans les grandes religions, III, Louvain-la-Neuve, 1986, p. 131-135, n. 28.

39 Paus., I, 26, 6.

40 Paus, I, 33, 7.

41 Paus, II, 13, 3.

42 Paus, IV, 34, 11.

43 Paus, VII, 24, 5.

44 Paus, VIII, 24, 6.

45 Paus, X, 32, 13.

46 La légère variation de son exposé par rapport à celui d’Hérodote est peut-être due à la contamination d’une tradition recueillie à Athènes, puisque c’est à propos de l’Ourania de l’agora athénienne que Pausanias dévoile le parcours de la déesse.

47 A.A. Donohue, Xoana and the Origins of Greek Sculpture, Atlanta, 1988, p. 146. Cf. supra, p. 208, n. 79.

48 H. Plommer, art. cit. (n. 18), p. 313.

49 On a retrouvé un graffiti HIAPO inscrit sur le bord d’un pithos archaïque. Vu que l’écriture en semble plus argienne que laconienne (cf. J.N. Coldstream, G.L. Huxley [éds], op. cit. [n. 10], p. 36), une telle pièce indique peut-être une présence argienne à cette époque.

50 Athénée, VII, 328a-b : Ἄρχιππος ἐν Ἰχθύσιν· ἱεροὺς Ἀφροδίτης χρυσόφρυς Κυθηρίας.

51 Α. Delivorrias, art. Aphrodite, in LIMC, II (1984), n° 6l. – Pour un parallèle laconien, cf. G. Dickins, Excavations at Sparta, 1907. § 7. The Hieran of Athena Chalkioikos, in ABSA, 13 (1906-1907), p. 149, n° 3.

52 .M.C., Peloponnesus, p. 107, n° 1-16 (pl. XXI, 14-21), cité par L. Lacroix, Quelques aspects de la numismatique sicyonienne, in RBN, 110 (1964), p. 9, n. 24. Cf. aussi M. Bernhart, Aphrodite auf griechischen Münzen, München, 1935, p. 60.

53 V. 6, 175, 287.

54 Les deux autres hymnes, plus courts, utilisent l’un l’expression ἰοστέφανος Κυθερείη (II, v. 18), l’autre Κυπρογενῆ Κυθέρεια (III, v. 1).

55 Trad. P. Mazon.

56 Cf. supra, p. 9, n. 53.

57 D. Page, Sappho and Alcaeus, Oxford, 1955, p. 127, estime que la dérivation est impossible et refuse l’explication par la licence épique. P. Chantraine, Diet. étym. de la langue grecque, II, Paris, 1970, p. 596-597, s.v., pense que « le surnom est tiré de l’île avec abrègement pour le vers » et cite Wilamowitz, Der Glaube der Hellenen, I, p. 95, n. 9. – On trouve également trace, dans des sources tardives, d’une explication par le verbe κεύθω, « cacher » (Hésych, s.v. Κυθέρεια [Latte, II, 543] ; Etym. Magnum, 543, 40-49 Gaisdorf), reprise par Güntert (cité par Chantraine). Pour une toute autre orientation, cf. J.P. Brown, Kothar, Kinyras, and Kythereia, in Journal of Semitic Studies, 10 (1965), p. 216-219. G.L. Huxley, in J.N. Coldstream, G.L. Huxley (éds), op. cit. (n. 10), p. 35, émet quant à lui l’hypothèse de l’existence d’une forme κυθερα pour le nom de l’île, ce qui expliquerait la formation de l’épithète (il cite la forme Κυθέρηθεν que l’on trouve chez Hermésianax, fr. 7, 69 Powell). – La dernière hypothèse étymologique en date est celle de G. Morgan, Aphrodite Cytherea, in TAPhA, 108 (1978), p. 115-120, qui fait de Κυθέρεια « the female agent/purveyor of ardent desire », tout comme ιέρεια signifie « the female agent/purveyor of divine force » (p. 119).

58 Cf. C.F.H. Bruchmann, Epitheta deorum quae apud pœtas graecos leguntur, Leipzig, 1893, s.v. Le relevé offre d’autres formes, beaucoup moins fréquentes que Κυθέρεια : Κυθέρη, Κυθέρηα, Κυθήρη, Κυθηρία, Κυθηρίη, Κύθηρις.

59 SEG, XVIII, 384a.

© Presses universitaires de Liège, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search