Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Aphrodite grecque

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge

Avant-propos

Texte intégral

1Au début de ce volume, issu d’une thèse de doctorat défendue à l’Université de Liège en février 1992, c’est un devoir et une grande joie de remercier celles et ceux qui m’ont permis de mener cette recherche à son terme. Je tiens tout d’abord à évoquer l’appui du Fonds National de la Recherche Scientifique qui, en m’octroyant un mandat d’aspirant, m’a permis d’évoluer pendant plusieurs années dans un contexte de travail idéal.

2M. André Motte, avec une grande sensibilité pour les phénomènes religieux et des encouragements incessants, a accompagné de sa bienveillante attention cette étude depuis ses balbutiements jusqu’à aujourd’hui ; qu’il soit tout particulièrement assuré de ma reconnaissance. MM. Pierre Somville et Paul Wathelet m’ont également communiqué maintes remarques pertinentes et m’ont témoigné une sympathie jamais prise en défaut. M. Philippe Borgeaud m’avait accueillie à Genève avec une très grande gentillesse et son intérêt pour un travail encore largement en chantier a contribué à son élaboration. Mme Corinne Xella- Bonnet m’a fait de nombreuses suggestions, débusquant les obscurités, les approximations et les incertitudes des premières ébauches ; la mesure et la justesse de ses remarques m’ont particulièrement aidée et encouragée.

3Pour bien des points précis de mon étude, j’ai eu la chance de pouvoir bénéficier du conseil de chercheurs dont la compétence n’a d’égale que la générosité scientifique. Que soient tout particulièrement remerciés Mmes Liliane Bodson, Colette Jourdain-Annequin, Madeleine Jost, MM. Helmutt Baumann, Pierre Bonnechere, Pierre Brulé, Antoine Hermary, Jules Labarbe, Léon Lacroix, Robert Laffineur, Pierre Lévêque, Marcel Piérart, Gérald Purnelle, Jean Rudhardt.

4Je veux également évoquer le souvenir de mon professeur d’histoire grecque, M. Jean Servais, qui m’a donné le goût d’une époque où chaque document doit être considéré comme un bien précieux.

5Que mes proches, enfin, soient remerciés de leur patience et de leurs encouragements. Liège, décembre 1993

© Presses universitaires de Liège, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540