Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Deuxième partie. L'histoire de la sculpture grecque et le témoignage des monnaies

Conclusions

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de M. Bernhart, Aphrodite auf griechischen Münzen, que nous avons souvent cité, montre l (...)
  • 2 Il y aurait encore beaucoup à faire dans ce domaine et les collections numismatiques sont loin d’a (...)

1Les recherches que nous avons entreprises font ressortir clairement l’intérêt des monnaies reproduisant des œuvres de la grande sculpture. Ces documents ne nous aident pas seulement à identifier et à reconstituer les répliques des chefs-d’œuvre aujourd’hui disparus, à vérifier et à compléter les données des textes anciens ; ils constituent, à eux seuls, une précieuse source d’information qui enrichit notre connaissance de la statuaire antique. On doit souhaiter, par conséquent, que se développent, de plus en plus, les études sur la numismatique du monde grec et, particulièrement, sur ces monnaies d’époque romaine, désignées jadis du nom d’« impériales grecques » et, jusqu’ici, trop souvent négligées. Cataloguer les types monétaires qui représentent une divinité sous les différents aspects que les graveurs lui ont prêtés1 ou, plus simplement, grouper les monnaies qui reproduisent une même effigie2 sont des entreprises que l’on voudrait voir se multiplier ; elles contribueraient à mettre à la disposition des archéologues un matériel difficile à réunir et qui risque de leur échapper en grande partie.

  • 3 Voir, à ce sujet, nos observations à propos du livre de Madame Lehmann sur les monnaies de Sicile (...)

2Ce matériel, nous avons montré qu’il convient de l’interpréter en tenant compte des habitudes des graveurs et du caractère particulier de ces représentations. Ce que nous demanderons aux monnaies, ce sont des indications sur le type d’une statue, sur les lignes générales de l’œuvre, sur les attributs qui en précisent la signification. Mais nous nous garderons de les utiliser pour établir de minutieuses analyses stylistiques et pour régler de délicats problèmes d’attribution. De même, nous éviterons d’étudier une monnaie isolément ; lorsque l’on s’efforce de découvrir l’origine d’une représentation numismatique, il est nécessaire, en effet, de la replacer parmi les autres représentations du même type, d’examiner les variantes et de distinguer, dans chaque cas, la part qui revient à l’initiative du graveur et le rôle joué par le modèle dont l’artiste s’est inspiré3.

3Le but de ce travail étant de contribuer à résoudre un problème bien défini, celui des copies de statues, nous pouvons maintenant apporter sur ce point des conclusions précises, fondées sur une étude où l’ensemble de la question a été examinée.

4Des copies de statues apparaissent sur les monnaies dès le ve siècle avant J.-C. et l’on aurait tort de méconnaître l’importance de cette constatation. Elle prouve, en effet, que les graveurs de l’époque classique ont pu, dans certains cas tout au moins, être amenés à prendre pour modèles et à reproduire fidèlement des œuvres du grand art. Pouvons-nous en conclure, cependant, qu’ils ont eu fréquemment recours à des emprunts de ce genre ? La rareté des exemples que nous avons pu recueillir serait-elle uniquement due aux lacunes de notre information ? Nous ne le pensons pas. Les deux enquêtes que nous avons menées successivement ont abouti, en effet, à des résultats identiques ; ce qu’elles nous ont montré, c’est une faible proportion des reproductions de statues parmi les types monétaires du ve et du ive siècle et un accroissement continu du nombre de ces reproductions sur les monnaies de la période hellénistique et sur celles de la période romaine.

  • 4 Les tendances archaïsantes n’ont pas attendu l’époque hellénistique pour se manifester ; elles ont (...)
  • 5 Sur ces copies, voir ci-dessus, p. 12.
  • 6 Sur le rôle de Pergame, voir M. Fränkel, Jahrb., 6 (1891), pp. 53-54 ; M. Collignon et E. Pontremo (...)
  • 7 Sur les recherches d’histoire de l’art dans l’antiquité, voir B. Schweitzeb, Xenokrates von Athen, (...)

5Il en résulte, à notre avis, que la reproduction sur les monnaies des œuvres du grand art, déjà attestée au ve siècle avant J.-C., ne devient cependant habituelle qu’à une époque tardive, par suite d’une longue évolution où l’on voit l’art de la monnaie perdre petit à petit son autonomie pour entrer de plus en plus dans la dépendance des autres arts. Quelles sont les raisons de cette évolution ? La principale est sans doute l’affaiblissement de la création artistique au profit de l’érudition et de la curiosité archéologique. C’est là un des traits essentiels de la civilisation hellénistique, héritière d’un long passé vers lequel elle se tourne toujours davantage4. C’est à cette époque, en effet, que l’on voit se développer ces ateliers de copistes qui rempliront, plus tard, de leurs productions, les galeries des amateurs romains5. C’est à cette époque, également, que se constituent, dans les nouvelles capitales intellectuelles de la Grèce, de véritables centres d’étude, pourvus de bibliothèques, où l’on réunit les chefs-d’œuvre des vieux maîtres6, où les savants relèvent les noms des artistes anciens et dressent la liste de leurs œuvres pour constituer nos premiers manuels d’histoire de l’art7.

  • 8 W. Deonna, Dédale, II, pp. 333-334. Sur les amateurs romains, voir, à propos du « De signis », l’a (...)
  • 9 Sur les voyages d’Hadrien, voir en particulier W. Weber, Unterauch. zur Gesch. des Kaisers Iiadria (...)
  • 10 Sur les tendances artistiques de l’époque, voir Ch. Picard, La sculpture antique de Phidias à l’èr (...)

6A l’époque romaine, la Grèce devient une sorte de musée que les nouveaux maîtres du pays ne se font pas faute de mettre au pillage8. Malgré les ruines et les déprédations, les villes grecques conservent assez de prestige et d’attrait pour attirer les étrangers et Pausanias compose, à l’intention des voyageurs, un véritable inventaire des richesses artistiques de la Grèce. Les empereurs ne sont pas étrangers à cette curiosité archéologique : Hadrien, au cours de ses voyages, s’intéresse à la Grèce et à ses monuments9 et favorise sans doute les tendances artistiques de son époque, caractérisées par un retour aux formes du passé10. Aussi n’est-il pas surprenant de voir figurer, sur tant de monnaies de la période impériale, l’image des œuvres d’art que le temps avait épargnées.

  • 11 A.-J. Festugiere a noté ce réveil de la religion civique dans les cités de l’Orient hellénistique  (...)

7Ce retour vers le passé a cependant des causes plus profondes qu’un simple dilettantisme érudit. A une époque où la structure de la société est en train de se modifier complètement, la vie de la cité semble se concentrer de plus en plus dans la défense de son patrimoine artistique et dans le maintien de ses traditions religieuses11. C’est grâce, en effet, aux souvenirs de son passé que la Grèce, privée de son autonomie politique et d’une grande partie de ses libertés, conserve la notion de son existence et le sentiment de sa grandeur. On comprend, dès lors, l’importance que prennent aux yeux des Grecs les chefs-d’œuvre de leurs artistes et les idoles de leurs divinités et l’on ne s’étonne plus qu’ils aient éprouvé le besoin d’en fixer l’image sur leurs monnaies. C’était là une manifestation de piété patriotique, manifestation qui peut paraître un peu vaine, mais qui ne laisse pas de nous émouvoir. Du reste, ces témoignages, si médiocres qu’ils soient, n’en ont pas moins joué un rôle efficace, puisqu’ils nous permettent aujourd’hui de retrouver la trace des chefs-d’œuvre disparus et d’évoquer le génie du peuple grec dans ce qu’il nous a laissé de meilleur et de plus durable.

Notes

1 L’ouvrage de M. Bernhart, Aphrodite auf griechischen Münzen, que nous avons souvent cité, montre l’intérêt des recherches de ce genre.

2 Il y aurait encore beaucoup à faire dans ce domaine et les collections numismatiques sont loin d’avoir été explorées comme elles le méritent. L’article de P. Wolters, groupant les représentations de l’Éros de Parion (ci-dessus, p. 315, n. 3), ne constitue malheureusement qu’un exemple isolé.

3 Voir, à ce sujet, nos observations à propos du livre de Madame Lehmann sur les monnaies de Sicile et d’Italie méridionale (L’Antiquité classique, 16, 1947, pp. 433-438).

4 Les tendances archaïsantes n’ont pas attendu l’époque hellénistique pour se manifester ; elles ont cependant revêtu, à cette époque, une importance particulière : Ch. Picard, SA, II, p. 222 ss.

5 Sur ces copies, voir ci-dessus, p. 12.

6 Sur le rôle de Pergame, voir M. Fränkel, Jahrb., 6 (1891), pp. 53-54 ; M. Collignon et E. Pontremoli, Pergame, Paris, 1900, p. 195 ss. ; W. Deonna, Dédale, II, p. 330 ; E. Ohlemutz, Die Kulte u. Heiligtümer der Götter in Pergamon, Giessen, 1940, pp. 57-58 ; E.-V. Hansen, The Attalids of Pergamon, New York, 1947, p. 289 ss. Sur l’érudition à Pergame : E.-V. Hansen, op. cit., p. 360 ss. Sur la bibliothèque : E. Ohlemutz, op. cit., pp. 45-46 ; E.-V. Hansen, op. cit., p. 251 ss.

7 Sur les recherches d’histoire de l’art dans l’antiquité, voir B. Schweitzeb, Xenokrates von Athen, Halle, 1932 ; E. Pernice dans W. Otto, Handbuch der Archaeologie, I (1939), p. 313 ss.

8 W. Deonna, Dédale, II, pp. 333-334. Sur les amateurs romains, voir, à propos du « De signis », l’article de P. Cayrel, Mélanges de l’Ecole fr. de Rome, 50 (1933), p. 120 ss. ; la correspondance de Cicéron est fort instructive à cet égard : J. Carcopino, Les secrets de la correspondance de Cicéron, I (Paris, 1947), p. 116 ss.

9 Sur les voyages d’Hadrien, voir en particulier W. Weber, Unterauch. zur Gesch. des Kaisers Iiadrianus, Leipzig, 1907 ; B.-W. Henderson, The Life and Principale of the Emperor Hadrian, Londres, 1923 (pour la Grèce : p. 105 ss.). Sur ses séjours à Athènes : P. Graindor, Athènes sous Hadrien, Le Caire, 1934. Il serait intéressant de dresser le catalogue des œuvres de sculpture dont on trouve l’image sur des monnaies grecques frappées sous Hadrien. Nous en avons signalé plus d’une au passage ; pour les monnaies d’Élis, voir J. Liegle, Bericht über den VI. Kongress für Archaeologie, 1939 (Berlin, 1940), p. 653 ss. et, maintenant, Ch. Seltman, Hesperia, 1948, p. 71 ss.

10 Sur les tendances artistiques de l’époque, voir Ch. Picard, La sculpture antique de Phidias à l’ère byzantine, Paris, 1926, p. 423 ss. Sur les œuvres qui décoraient la villa d’Hadrien à Tibur : H. Winnefeld, Die Villa des Hadrian bei Tivoli, Jahrb., Ergänzungsh. III (1895), p. 142 ss. ; J.-M. C. Toynbee. The Hadrianic School, Cambridge, 1934, p. XXIII ss.

11 A.-J. Festugiere a noté ce réveil de la religion civique dans les cités de l’Orient hellénistique : « Pour autant que le peuple éprouvait encore des émotions patriotiques, ce sont les cérémonies du culte qui donnaient à ce sentiment le dernier moyen de se satisfaire. Les villes avaient perdu tout pouvoir réel. Elles n’étaient plus que des municipalités plus ou moins riches, plus ou moins prospères, dans l’immense État romain. Leur gloire ne tenait plus au prestige des armes : elle se concentrait toute dans le souvenir du passé. Or le seul témoignage actuellement visible de la grandeur d’autrefois n’était-il pas le sanctuaire local avec son temple magnifique, ses trésors, son clergé nombreux, ses rites qui remontaient si haut, ses fêtes qui attiraient tant d’étrangers? » (Le monde gréco-romain au temps de Notre-Seigneur, II, Le milieu spirituel, Paris, 1935, p. 54).

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search