Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Deuxième partie. L'histoire de la sculpture grecque et le témoignage des monnaies

Chapitre III la sculpture classique les maitres du ive siècle

Texte intégral

1Dans le développement artistique de la Grèce, le ive siècle n’est pas une époque moins brillante que le ve. De nouveaux maîtres apparaissent qui élargissent le champ de la sculpture et lui conquièrent des domaines encore inexplorés. Ces nouvelles tendances sont déjà sensibles chez Céphisodote que nous avons rangé avec Thrasymédès parmi les précurseurs, parce que l’activité de ces artistes se place dans la première moitié du ive siècle. Nous examinerons ensuite l’œuvre de Praxitèle, puis les témoignages relatifs à Scopas, à Bryaxis et à des artistes de second rang. Nous terminerons par Lysippe qui clôt la série des grands sculpteurs de l’époque classique.

I. Les précurseurs

  • 1 Sur Céphisodote l’ancien : J. Overbeck, Schriftqu., n° 1137 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 178 ss. (...)
  • 2 Pausanias, I, 8, 2 : Ειρήνη φέρουσα Πλοΰτον παΐδα. Cf. IX, 16, 2 : και γαρ ούτος (Κηφισόδοτος) τής (...)
  • 3 La date de la statue a été l’objet de controverses dont on trouvera le résumé dans S. Mirone, op. (...)
  • 4 Réplique de Munich : Furtwangler-Wolters, Beschreib. der Glyptothek (2e éd., 1910), n° 219 ; Ch. P (...)
  • 5 Raoul-Rochette, Mém. de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), p. 283 ; Imhoof-Gardner, (...)
  • 6 L’identification de l’œuvre de Céphisodote a été définitivement établie par H. Brunn, Ueber die so (...)

2Céphisodote1. — C’est à Athènes, sur l’Agora, que fut érigée une des œuvres les plus célèbres de Céphisodote : le groupe d’Eiréné portant l’enfant Ploutos2. Elle était destinée, semble-t-il, à commémorer les succès militaires qui aboutirent à la paix de 3713. L’Eiréné de Céphisodote nous est connue par plusieurs répliques4. Elle est de plus reproduite sur des bronzes athéniens d’époque impériale qui ont permis d’identifier les copies conservées dans les musées et qui ont assuré la reconstitution de la statue (pl. XXVI, 8)5. La déesse, vêtue du péplos, tenait Ploutos sur son bras gauche et s’appuyait de la main droite sur un long sceptre. Elle inclinait la tête vers l’enfant dans une attitude maternelle, tandis que le bambin tendait vers la figure de sa mère une main caressante. Ploutos tenait à la main gauche, en guise d’attribut, une corne d’abondance6.

  • 7 K. Schefold avait signalé, sur les amphores panathénaïques, plusieurs représentations de ce groupe (...)
  • 8 Maximin Thrax : Raoul-Rochette, l. c. ; Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., pl. XIV, 6 ; H. Brun (...)
  • 9 Babelon-Reinach, Recueil général, I (2e éd.), p. 178*, n° 141 (pl. XXI, 4). L’interprétation de ce (...)
  • 10 On trouvera de nombreux exemples de divinités tenant des enfants dans leur bras dans Imhoof-Blumer(...)
  • 11 Sabine. Wroth (Num. Chron., 1895, p. 99, n° 19) avait cru y reconnaître Eiréné et Ploutos et son i (...)

3Peut-être les monnaies d’Athènes ne sont-elles pas les seuls documents qui nous offrent l’image du groupe de Céphisodote. Il aurait déjà été reproduit sur une amphore panathénaïque vers le milieu du ive siècle7. On croit aussi le reconnaître sur des bronzes d’époque impériale frappés à Cyzique (pl. XXVI, 9)8, moins sûrement sur des bronzes frappés à Amastris (pl. XXVI, 10)9. On notera que la déesse qui tient un enfant dans ses bras est un thème fréquent dans la numismatique grecque et que ce thème est susceptible de diverses interprétations10. Le groupe figuré sur les monnaies de Kymé en Eohde et que plusieurs savants voulaient identifier avec l’œuvre de Céphisodote représente, en réalité, Isis tenant Horus enfant (pl. XXVI, 11)11.

  • 12 Pline, NH, XXXIV, 87 : « Mercurius Liberum patrem in infantia nutriens. » Sur les tentatives d’ide (...)
  • 13 Cf. ci-dessous, p. 304.
  • 14 Anchialos (Marc Aurèle) : B. Pick, Jahrb., 13 (1898), pp. 173-174 (pl. X, 33) ; M.-L. Strack, Die (...)
  • 15 G.-E. Rizzo, op. cit., pp. 9-10 ; cf. A. KreuzeR, Der Hermes des Praxiteles, Jahrb., 58 (1943), p. (...)

4C’est une inspiration identique que l’on retrouvait sans doute dans une autre statue, signalée par Pline : Hermès « nourrissant » le jeune Dionysos12. On aimerait savoir comment Céphisodote avait traité ce sujet que Praxitèle devait rendre célèbre13. Les monnaies de deux villes thraces, Anchialos et Pautaba, montrent le dieu appuyé contre un pilier sur lequel il a posé le jeune Dionysos (pl. XXVII, 5, 6)14. C’est le thème de l’Hermès de Praxitèle, dont les données essentielles se retrouvent sur ces documents. Cependant, G.-E. Rizzo se refuse à croire que ces types monétaires reproduisent la statue d’Olympie et relève des différences, en particulier dans la position du bras droit, qui excluraient, à ses yeux, une telle identification ; pour lui, il s’agirait, non de l’œuvre de Praxitèle, mais de celle de Céphisodote15.

  • 16 G.-E. Rizzo rapproche les types monétaires d’un fragment de sculpture trouvé dans les fouilles de (...)

5Nous nous demandons, pour notre part, si les différences que l’on constate entre la statue d’Olympie et les documents numismatiques autorisent de semblables conclusions. Ne peuvent-elles s’expliquer, plus simplement, par les conditions dans lesquelles ces reproductions ont été exécutées ? Comme G.-E. Rizzo le fait observer lui-même, on ne peut demander une parfaite fidélité à des graveurs qui, dans de petites villes de province, n’avaient sans doute d’autres modèles sous les yeux que des « copies de copies »16. Par ailleurs, l’Hermès de Céphisodote était-il plus célèbre que celui de Praxitèle ? Et n’est-ce pas plutôt ce dernier qui a suscité les répliques dont se sont inspirés les graveurs d’Anchialos et de Pautalia ?

  • 17 Pausanias, VIII, 30, 10 : ταύτης τñς στοςστίνγγυτάτω ώς πρòς ñλιον άνίσχοντα Ιερόν Σωτñρος έπ (...)
  • 18 Imhoof-Gardner, NCP, p. 103 (pl. V, 1) ; P. GardneR, BMC, Peloponnesus, p. 189, n° 17 (pl. XXXV, 1 (...)
  • 19 Imhoof-Gardner, NCP, p. 104 (pl. V, II) ; Svoronos, op. cit., fig. 38 (pl. IX, 29, 30, 35) ; S. Mi (...)
  • 20 Svoronos, op. cit., fig. 40 (pl. IX, 34, 36, 37).

6Céphisodote l’ancien — à moins qu’il ne s’agisse de Céphisodote le jeune, comme on tendrait plutôt à le croire aujourd’hui — avait également exécuté, en collaboration avec Xénophon, un groupe qui se trouvait dans le sanctuaire de Zeus Sôter à Mégalopolis et qui comprenait trois statues : Zeus assis sur un trône entre l’image de Mégalopolis à droite et celle d’Artémis Sôteira à gauche17. Aucune monnaie ne nous a rendu l’aspect d’ensemble de ce groupe, mais on ne risque guère de se tromper en reconnaissant le Zeus de Céphisodote sur une monnaie de Mégalopolis de l’époque de Septime Sévère. Cette monnaie, d’un type assez exceptionnel, montre le dieu de face, assis sur un trône à haut dossier et s’appuyant de la main droite sur un sceptre ; Zeus est vêtu d’un himation dont un pan recouvre la partie supérieure du bras gauche, tandis que l’avant-bras est posé sur l’accoudoir du siège ou ramené contre la poitrine (pl. XXVI, 7)18. En revanche, l’identification d’Artémis Sôteira avec un personnage debout, vêtu d’un chiton court, le poing gauche à la hanche et tenant un sceptre ou une lance à la main droite19, et celle de Mégalopolis avec un type banal de Tyché20 restent des hypothèses fort incertaines.

  • 21 Sur Thrasymédès : J. Overbeck, Schriftqu., n° 853 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 185 ss. ; G.-M. R (...)
  • 22 Sur l’Asclépios d’Épidaure, voir, outre les études citées à la note 4, H.-N. FOWLER, AJA, 3 (1887) (...)
  • 23 Pausanias, II, 27, 2 : τοῡ δ‘Ασκληπιοῡ τòγαλμα... πεποίηται δε έλέφαντος ϰαι χρνσον· μηνύει δε (...)

7Thrasymédès21. — La seule œuvre de cet artiste que nous connaissions par les textes anciens est la statue d’Asclépios qu’il exécuta, vers 370, pour le sanctuaire d’Épidaure22. Pausanias a pris soin d’en noter les traits essentiels : le dieu, assis sur un trône, tenait d’une main un bâton, tandis qu’il étendait l’autre main au-dessus de la tête d’un serpent ; un chien était couché à ses pieds23.

8Des drachmes, frappées à Épidaure dans la seconde moitié du ive siècle, ont pour type du revers une image d’Asclépios qui correspond à la description de Pausanias :

  • 24 P. gardner, Types, p. 187 (pl. XII, 21) ; BMC, Peloponnesus, p. 156, n° 7 (pl. XXIX, 14) ; Imhoof- (...)

Tête d’Apollon à droite. — R/Asclépios barbu, assis à gauche sur un siège sans dossier, les jambes enveloppées dans un himation. Le dieu a la jambe gauche avancée ; il lève la main gauche qu’il appuie sur un sceptre noueux, tandis qu’il étend la main droite au-dessus d’un serpent qui se dresse à son côté. Au-dessous du trône, ΘΕ et un chien couché à droite ; dans le champ à droite, E.
AR. Drachmes (pl. XXVI, 12)24.

  • 25 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 159, n° 30 (pl. XXIX, 23) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 43 (pl. L, I (...)
  • 26 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 159, n° 29 (pl. XXIX, 22) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 43 (pl. L, V (...)

9Une image semblable d’Asclépios figure sur des bronzes autonomes et d’époque impériale (pl. XXVI, 13). Ces monnaies présentent avec les drachmes du ive siècle quelques variantes : le siège est un trône à haut dossier ; le chien fait défaut ou se trouve derrière le siège de son maître25. Enfin, des monnaies d’Antonin le Pieux montrent la même image d’Asclépios dans un temple tétrastyle (pl. XXVI, 14) ; ces monnaies prouvent que nous sommes bien en présence d’une statue de culte et apportent un argument décisif en faveur de l’identification de ces types monétaires avec l’Asclépios de Thrasymédès26.

II. Praxitèle

  • 27 Sur Praxitèle, l’ouvrage essentiel est celui de G.-E. Rizzo, Prassitele, Milan-Rome, 1932 (l’auteu (...)
  • 28 L’originalité du marbre d’Olympie a été défendue par G.-E. Rizzo, op. cit., p. 70 ss. (bibliograph (...)

10Praxitèle est certainement, de tous les sculpteurs grecs, celui sur lequel nous possédons la documentation la plus abondante27. L’Hermès d’Olympie, malgré les controverses qu’il a récemment suscitées, reste pour nous un document d’un exceptionnel intérêt28. D’autre part, les répliques dont nous disposons permettent de reconstituer quelques-unes des œuvres les plus célèbres du grand sculpteur. Les monnaies nous apportent, elles aussi, de nombreux témoignages que nous avons répartis selon le sujet traité par l’artiste dans chacune de ces compositions.

  • 29 J. Overbeck, Schriftqu., n° 1193 ss. (Göttergruppen). Nous avons fait figurer parmi les groupes le (...)
  • 30 Du groupe de Mantinée (Léto, Apollon et Artémis), il ne nous reste que la base, dont les reliefs n (...)

11Les groupes. — Parmi les œuvres attribuées à Praxitèle figurent de nombreux groupes qui réunissaient diverses divinités29. La base de l’un d’entre eux, qui se trouvait à Mantinée, nous est peut-être conservée30. Des compositions de ce genre nous sont connues par le témoignage des monnaies.

  • 31 Pausanias, I, 44, 2 : ‘Απόλλωνοςεϱόνστίνν δεξιφ Πϱοστάτηϱίον... ‘Απόλλων δὲ ἐν αὐτῷ κείται θ (...)
  • 32 Imhoof-Gardner, NCP, p. 6, n° 8 (pl. A, X), p. 154 (pl. FF, II) ; J. Overbeck, KM, Apollon, p. 99 (...)
  • 33 Antonin le Pieux, Caracalla, Géta : Imhoof-Gardner, NCP, p. 6, n° 8 (pl. A, IX), p. 154 (pl. FF, I (...)

12a) Apollon, Artémis et Léto. — Ce groupe, qui ornait à Mégare le temple d’Apollon Prostaterios31, a été reproduit sur des bronzes de Mégare frappés à l’effigie de Commode et de Septime Sévère (pl. XXVII, l)32. Ces monnaies montrent, au centre, Apollon, en costume de citharède, tenant le plectre à la main droite et la lyre à la main gauche ; à gauche, Léto, le bras gauche abaissé le long du corps, s’appuie de la main droite sur un haut sceptre ; à droite, Artémis tient un arc à la main gauche et porte la main droite à l’épaule pour tirer une flèche de son carquois. La statue centrale de ce groupe, celle d’Apollon, a été reproduite séparément sur les monnaies de la cité33.

  • 34 Pausanias, II, 21, 9 : τò δἐ ἱερόν τñς ΛητοŨςστι μν ομακράν του τροπαίου, τέχνη δτòγαλμα (...)
  • 35 Marc Aurèle, L. Verus, Septime Sévère, Iulia Domna, Caracalla : Imhoof-Bmumer, Monnaies grecques, (...)

13b) Léto et Chloris. — La statue qui ornait le sanctuaire de Léto à Argos était une œuvre de Praxitèle ; Léto était accompagnée d’une figure à laquelle les contemporains de Pausanias donnaient le nom de Chloris34. On reconnaît ce groupe sur des monnaies d’Argos frappées sous le règne de plusieurs empereurs romains (pl. XXVII, 2-4) : Léto, debout, est vêtue d’un chiton avec repli ; elle lève la main droite à la hauteur de l’épaule, tandis qu’elle étend le bras gauche au-dessus d’un petit personnage qui se tient juste à son côté35.

  • 36 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Κ, XXXVI, XXXVIII).
  • 37 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Κ, XXXVII).
  • 38 Imhoof-Gardner, ibidem.

14Les types monétaires présentent entre eux certaines variantes. Sur les monnaies de Marc Aurèle et de Iulia Domna, la déesse a la tête tournée à droite et elle porte la main droite très exactement à hauteur de l’épaule (pl. XXVII, 2 et 4)36. Sur les bronzes de Septime Sévère, la tête est tournée à gauche et la main droite est levée jusqu’à hauteur de la figure (pl. XXVII, 3)37. Il n’y a pas lieu d’accorder à ces variantes une importance exagérée : elles résultent probablement, comme le supposent ImhoofBlumer et P. Gardner, du fait que les graveurs ont reproduit la statue de points de vue différents38.

  • 39 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 177 ; Imhoof-Blumer, NCP, p. 38 et p. 159 (pl. FF, XXIV) ; G. (...)
  • 40 M. Collignon, SG II, p. 262 ; G.-E. Rizzo, l. c.

15Il est certain, d’autre part, que nous sommes en présence de la reproduction d’une statue de culte, puisque le même groupe apparaît dans un temple sur une monnaie d’Antonin le Pieux39 et l’on imaginera difficilement que cette statue puisse être une autre que celle dont parle Pausanias. La petite figure que le Périégète appelle Chloris, sans doute sur la foi des exégètes, est vraisemblablement, comme l’ont reconnu les savants modernes, une image archaïsante de la déesse qui servait de support à la statue principale40.

  • 41 Cf. ci-dessus, p. 298.
  • 42 Sur l’Hermès d’Olympie, voir principalement G. Treu, Olympia, III (1897), p. 194 ss. (pl. XLIX-LII (...)
  • 43 Ci-dessus, p. 299.

16c) Hermès et Dionysos. — Une monnaie de Pautalia montre Hermès appuyé contre un pilier sur lequel repose le jeune Dionysos ; le même sujet figure sur une monnaie d’Anchialos (pl. XXVII, 5, 6). Ce thème, comme nous l’avons vu41, avait été traité par Céphisodote l’ancien, puis repris par Praxitèle dans sa célèbre statue d’Olympie42. Il est difficile de décider si c’est l’œuvre de Céphisodote, ou du moins une copie de cette œuvre, qui a inspiré le graveur, comme le voudrait G.-E. RIZZO. On relève, il est vrai, certaines différences entre les types monétaires et la statue d’Olympie, mais peut-on s’attendre à plus de fidélité chez des graveurs qui, comme nous l’avons déjà fait observer43, travaillaient dans des villes fort éloignées des centres artistiques de la Grèce et n’avaient sans doute jamais eu sous les yeux que des « copies de copies » ?

  • 44 Pausanias, VI, 26, 1 : Θέατρον δερχαον μεταξύ τñςγορς κατον Μηνίον [το θέατρόν τε] ϰαι ίεϱ(...)
  • 45 R. Weil, Der Dionysos des Praxiteles in Elis, Zeitschr. f. Num., 13 (1885), p. 384 ss. ; Imhoof-Ga (...)

17Dionysos et sa suite. — Praxitèle avait exécuté un Dionysos qui se trouvait dans le sanctuaire du dieu à Élis44. C’est cette statue dont R. Weil a reconnu l’image sur des monnaies d’Élis frappées sous le règne d’Hadrien45. Le dieu est debout de face, la jambe gauche croisée devant la droite, qui porte le poids du corps ; il est drapé dans un vêtement qui s’attache à son cou, mais laisse la poitrine et les épaules découvertes. Il élève un rhyton dans la main droite et en verse le contenu dans une coupe qu’il tient à la main gauche. Son bras gauche s’appuie contre un support que recouvrent les pans de son manteau. Son thyrse est posé contre son épaule gauche. A sa gauche, un tympanon ; à sa droite, une panthère assise qui lève la tête vers lui.

  • 46 Pausanias, I, 20, 1 : Σάτυρος γάρ εστίν, έφ’ φ Πραξιτέλην λέγεται φρονήσαι μέγα... Διοννσω δἐ ἐν τ(...)
  • 47 G.-E. Rizzo, op. cit., p. 17 ss. (pl. 19 à 26) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 415 ss. (fig. 163 (...)
  • 48 L. Ruzicka, Zwei Statuen des Praxiteles auf Münzen von Pautalia dans Strena Buliciana, Zagreb, 192 (...)

18Le célèbre « Satyre de la rue des Trépieds » était-il occupé, lui aussi, à verser dans une coupe le contenu d’un vase46 ? Le texte de Pausanias ne permet guère d’en décider. La plupart des savants s’accordent cependant pour attribuer à Praxitèle un type de Satyre versant à boire dont il existe de nombreuses répliques dans les musées47. On peut en rapprocher une monnaie de Pautaba en Thrace (Caracalla) où Dionysos apparaît dans une attitude semblable, mais tenant à la main droite une branche de vigne ornée de grappes de raisins. Cette monnaie reproduirait, sinon une œuvre de Praxitèle, du moins une statue dérivée d’un modèle praxitélien48.

  • 49 Pline, NH, XXXIV, 70 : fecit et puberem Apollinem subrepenti lacertae comminus sagitta insidiantem (...)
  • 50 Copie du Vatican : G.-E. Rizzo, op. cit., pl. 59 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 539 (fig. 223).
  • 51 Copie du Louvre : G.-E. Rizzo, op. cit., pl. 60 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 541 (fig. 224).
  • 52 W. Klein, op. cit., p. 104 ss. C’est aussi l’opinion de G.-E. Rizzo, Prassitele, p. 39.
  • 53 G. Lippold, Kopien u. Umbildungen griech. Statuen, pp. 135-136.
  • 54 Une liste des reproductions numismatiques a été dressée par W. Klein, op. cit., p. 110, d’après Ov (...)

19L’Apollon Sauroctone. — L’Apollon Sauroctone est une des œuvres les plus populaires de Praxitèle, à en juger par les nombreuses répliques qui nous en sont parvenues49. Ces répliques se répartissent en deux groupes : dans le premier, représenté par la copie du Vatican, le support est assez éloigné du corps et le bras gauche se relève fortement pour y prendre appui50 ; dans le second, représenté par la copie du Louvre, le support est plus rapproché et le bras gauche moins relevé, de telle manière que l’avant-bras est en quelque sorte appliqué contre le tronc d’arbre51. Klein considère que le premier groupe est plus proche de l’œuvre originale52. Mais Lippold est d’un avis différent et appuie en particulier son opinion sur le témoignage des monnaies53. C’est ce témoignage que nous allons examiner54.

  • 55 B. Pick, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, I, 1, p. 349, n° 1225.
  • 56 B. Pick, op. cit., p. 362, nos 1288 (pl. XIV, 34), 1289 ; p. 375, nos 1354, 1355 ; G.-E. Rizzo, l. (...)
  • 57 B. Pick, op. cit., p. 400, n° 1518 ; p. 404, n° 1539.
  • 58 B. Pick, op. cit., p. 420, n° 1626.
  • 59 B. Pick, op. cit., p. 424, n° 1639 ; p. 426, n° 1654.
  • 60 Overbeck, op. cit., p. 237 (Mzt. V, 1) ; B. Pick, op. cit., p. 431, n° 1679 ; p. 433, n° 1687 (pl. (...)
  • 61 Sur ces monnaies : B. Pick, op. cit., pp. 338-339.
  • 62 J. Overbeck, op. cit., p. 237 (Mzt. V, 2) ; G.-E. Rizzo, l. c. (pl. 62, 1).
  • 63 Overbeck, l. c. (pl. IV, 43).
  • 64 B. Pick, op. cit., p. 339.
  • 65 Sur les monnaies d’Apollonia ad Rhyndacum, voir Wroth, BMC, Mysia, p. 8 ss. ; H. von Fritze, Die a (...)
  • 66 H. Von Fritze, op. cit., n° 210 (pl. IV, 10).
  • 67 H. Von Fritze, op. cit., n° 217 (pl. IV, 13) et 218 (un candélabre au lieu de la colonne).
  • 68 H. Von Fritze, op. cit., n° 231.
  • 69 H. Von Fritze, op. cit., nos 239 à 242.
  • 70 Wroth, BMC, Mysia, p. 11, n° 23 (pl. II, 13) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 264.
  • 71 Overbeck, l. c. (Mzt. IV, 41) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 274 (pl. V, 7) et 275.
  • 72 H. Von Fritze, op. cit., n° 291.
  • 73 Wroth, op. cit., p. 12, n° 28 ; H. Von Fritze, op. cit., n° 292.
  • 74 H. Von Fritze, op. cit., n° 311.
  • 75 Overbeck, l. c. (Mzt. IV, 42) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 237 (pl. IV, 24).
  • 76 H. Von Fritze, op. cit., nos 252 et 253.
  • 77 Wroth, op. cit., p. 12, n° 26 ; H. Von Fritze, op. cit., nos 282 à 285.
  • 78 H. Von Fritze, op. cit., n° 288.
  • 79 Wroth, op. cit., p. 13, n° 29 (pl. II, 16) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 306.
  • 80 Wroth, op. cit., p. 13, n° 30 ; H. Von Fritze, op. cit., nos 3 1 3 à 315.

20Des monnaies de Nicopolis ad Istrum, frappées à l’effigie d’Antonin le Pieux55, Septime Sévère56, Caracalla57, Plautilla58, Géta59 et Macrin60, montrent Apollon, nu, tourné à droite, la jambe droite fléchie ; le dieu tient une flèche dans la main droite ; son bras gauche tendu est légèrement relevé et s’appuie à un tronc d’arbre le long duquel grimpe un lézard61. Le même type d’Apollon figure sur des monnaies de Philippopolis, mais il apparaît seulement sur des pièces d’Antonin le Pieux62 et de Faustine la jeune63 et semble avoir été emprunté au monnayage de Nicopolis64. A ces témoignages, il convient d’ajouter celui des monnaies d’Apollonia ad Rhyndacum65. Des bronzes frappés sous le règne de Domitien66, Nerva67, Antonin le Pieux68, Marc Aurèle69, L. Verus (pl. XXVII, 7)70, Septime Sévère71, Diaduménien72 Elagabale73 et Gallien74 ont pour type du revers un Apollon semblable à celui qui orne les monnaies de Nicopolis et de Philippopolis, mais le bras droit, plié, s’écarte du corps et le bras gauche, étendu presque horizontalement, s’appuie sur une colonne. Le même Apollon apparaît dans un temple tétrastyle sur des monnaies d’Antonin le Pieux75, Marc Aurèle76, Caracalla77, Géta78, Gordien III (pl. XXVII, 8)79 et Gallien80. Il n’est donc pas douteux que nous soyons en présence d’une copie de statue.

  • 81 G. Lippold, op. cit., pp. 135-136.

21Le bras gauche occupe, sur les monnaies, une position identique à celle des répliques du second groupe (copie du Louvre), c’est-à-dire qu’il se relève légèrement, sans beaucoup s’écarter de l’horizontale. En revanche, le support (tronc d’arbre ou colonne) est éloigné du corps, en sorte que le bras se contente d’y prendre appui, comme dans les répliques du premier groupe (copie du Vatican). G. Lippold a montré comment les copistes, transposant dans le marbre une statue de bronze, avaient été obligés de faire subir à l’original quelques transformations81. Les uns ont conservé la position du bras gauche, mais ont rapproché le support pour assurer à leur œuvre une plus grande stabilité (copie du Louvre) ; les autres, pour éviter un fâcheux entrecroisement des lignes du bras et du support, ont maintenu le support à une certaine distance et relevé légèrement le bras gauche (copie du Vatican). Sur ces deux points, position du bras gauche et écartement du support, les monnaies nous conserveraient les données de l’original ; on notera seulement que, sur les monnaies d’Apollonia ad Rhyndacum, le tronc d’arbre est remplacé par une colonnette.

  • 82 Sur la fondation de Nicopolis, voir B. Pick, op. cit., p. 329.
  • 83 Voir ci-dessous, p. 315.
  • 84 Sur le sens que l’on peut attribuer à la statue : J. Overbeck, op. cit., p. 237 ss. ; Zwicker, dan (...)
  • 85 Comme me le fait observer M. Ch. Picard, il est inutile de chercher une autre explication ; pour u (...)

22Les textes anciens ne nous disent pas où se trouvait la statue de Praxitèle et les monnaies ne nous apportent sur ce point aucun témoignage décisif. Il est peu probable que Nicopolis, fondée par Trajan à la suite de ses victoires sur les Daces, possédât l’œuvre même du grand sculpteur82. On admettrait plutôt que l’Apollon Sauroctone ornait un temple d’Apollonia ad Rhyndacum ; nous savons, en effet, qu’il existait des œuvres de Praxitèle dans le nord de l’Asie Mineure, en particulier à Parion83. Il resterait à expliquer pourquoi, sur ces monnaies, c’est une colonnette, et non pas un tronc d’arbre, qui sert de support au bras gauche. Le tronc d’arbre faisait assurément partie de l’œuvre originale ; sa présence est exigée par le sujet et confirmée par la plupart des répliques84. La statue de Praxitèle aurait-elle subi quelque transformation ? On croira plus volontiers qu’il s’agit d’une réplique : le copiste a repris le type de l’Apollon Sauroctone, mais il a simplifié les données du modèle, en substituant au tronc d’arbre une banale colonnette85.

  • 86 H.-G. Lolling, AM, 14 (1889), p. 229 ss.
  • 87 Pausanias, X, 37, I : Τñς πόλεως δέ έν δεξι, δυο μάλιστα προελθόντι άπ’ αυτής σταδίονς, πέτρα τέ (...)
  • 88 Imhoof-Gardner, NCP, p. 124 (pl. Y, XVII) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, III, 2, p. 830 (Mzt. V, (...)
  • 89 A. Michaelis, Arch. Zeit., 34 (1876), p. 168 ; cf. M. Collignon, S G, II, p. 284 : « Le graveur a (...)
  • 90 K. Wernicke, Jahrb., 12 (1897), pp. 175-176 ; cf. ID., Artemis, PWRE, II (1895), col. 1424.

23L’Artémis d’Anticyre. — Anticyre, sur le golfe de Corinthe, possédait un sanctuaire d’Artémis dont l’emplacement a pu être déterminé86. La déesse était représentée tenant une torche à la main droite, le carquois au dos, un chien à sa gauche87. On a reconnu l’image de cette Artémis sur une monnaie d’Anticyre : la déesse s’avance vers la droite, le carquois à l’épaule ; elle tient un arc à la main droite, une torche à la main gauche ; un chien court à sa gauche88. Ce type monétaire n’est pas entièrement conforme à la description de Pausanias : celle-ci, en effet, place la torche dans la main droite d’Artémis, tandis que la monnaie nous la montre dans sa main gauche. Michaelis avait supposé que le graveur avait reproduit la statue à l’envers ; mais, dans ce cas, le chien devrait se trouver à la droite de la déesse89. Wernicke a montré que, en réalité, le graveur a modifié la place des attributs, afin de rendre la composition plus claire. La torche, placée à la main droite, aurait masqué une partie du personnage ; il l’a donc mise à la main gauche, tandis qu’il plaçait l’arc à la main droite90.

  • 91 Sur cette correction : Imhoof-Gardner, l. c. ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, l. c. ; S. Mirone, R (...)
  • 92 L’expression έργον των Μνρωνος (Pausanias, IX, 30, 1) est invoquée par Imhoof-Gardner, l. c. ; on (...)
  • 93 Sur les fils de Praxitèle, Céphisodote le jeune et Timarchos, voir G.-E. Rizzo, op. cit., p. 4 ; C (...)
  • 94 G.-E. Rizzo, op. cit., p. 13 : « Cosi, per esempio, nessuno potrà credere che il tipo dell’ Artémi (...)

24Le texte admis dans les anciennes éditions de Pausanias, ἔργων τν Πραξιτέλους, a, depuis lors, été corrigé en ἔργον τῶν Πραξιτέλους91. Cette lecture n’exclurait pas l’attribution à Praxitèle lui-même, comme tendraient à le prouver d’autres expressions du même genre92, mais elle pourrait aussi s’appliquer à une « œuvre des fils de Praxitèle »93. On notera que G.-E. Rizzo se refuse à considérer comme une œuvre du grand Praxitèle la statue d’Artémis chasseresse que les graveurs d’Anticyre ont prise pour modèle94.

  • 95 On les trouvera énumérées dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 1227 ss. On peut se borner à signaler l (...)

25Aphrodite et Éros. — Praxitèle avait exécuté au moins cinq statues d’Aphrodite et quatre statues d’Ëros95. C’est là une part importante dans la production de cet artiste qui sut rendre tout le charme de la beauté féminine et traduisit, mieux que tout autre, la grâce de l’adolescence.

  • 96 L’étude fondamentale sur la Cnidienne est l’ouvrage de Chr. Blinkenberg, Knidia. Beitrage zur Kenn (...)
  • 97 P. Gardner, Types, p. 176 (pl. XV, 21) ; Hill, Num. Chron., 1930, p. 296, n» 27 (pl. XXI) ; M. Ber (...)
  • 98 M. Bernhart, op. cit., n° 224 (pl. VI) ; Ch. Blinkenberg, op. cit., p. 198 (fig. 74).
  • 99 Head, BMC, Caria, p. 97, n» 100 (pl. XVI, 7) ; Hill, Num.Chron., 1929, p. 188, n° 13 (pl. VIII) ; (...)
  • 100 Sur l’identification des répliques : G.-E. Rizzo, op. cit., pp. 48 et 115 ; Chr. Blinkenberg, op. (...)
  • 101 Voir, en particulier, l’étude de Chr. Blinkenberg citée ci-dessus, p. 311, n. 2.
  • 102 Hill, BMC, Lycaonia, p. 230, n° 330 (pl. XXXVIII, 5) ; M. Bernhart, op. cit., p. 38, n° 226 (pl. V (...)
  • 103 M. Bernhart, l. c., n° 227.

26a) L·Aphrodite de Cnide. — Cette statue célèbre représentait la déesse nue, tenant à la main gauche un vêtement dont les plis retombent sur une hydrie96. On en a reconnu depuis longtemps l’image sur des monnaies de Cnide frappées à l’effigie de Caracalla et de Plautilla. Sur ces monnaies, tantôt la déesse est seule (pl. XXVII, 9)97, tantôt elle est groupée avec un Apollon citharède98 ou avec un Asclépios99. C’est grâce à ces documents que l’on a pu identifier les répliques de la statue100. Cette question ne soulève aujourd’hui aucune difficulté et ce type d’Aphrodite a été l’objet d’études approfondies auxquelles il nous suffira de renvoyer101. Nous nous contenterons de faire observer que des reproductions de la statue figurent encore, à l’époque impériale, sur les monnaies d’autres cités d’Asie Mineure. On peut en signaler à Tarse sur des bronzes de Salonine (pl. XXVII, 11)102 et à Midaeon (Phrygie) sur des monnaies de Diaduménien103.

  • 104 Les répliques de ce type sont représentées principalement par une statue conservée dans les Magasi (...)
  • 105 C’est le type de la statue exposée au Vatican (Sala a croce greca) et si souvent reproduite : Chr. (...)
  • 106 Pour la comparaison avec les monnaies, voir G.-E. Rizzo, op. cit., p. 50 ; cf. Chr. Blinkenberg, o (...)
  • 107 Sur la position de la tête, voir M. Bernhart, op. cit., p. 37. Sur certaines reproductions numisma (...)

27Les monnaies aident à découvrir, parmi les répliques de la Cnidienne, celles qui se rapprochent le plus de l’original. L’hydrie qui accompagne l’image de la déesse est posée à même le sol dans un certain nombre de répliques104, tandis que, dans d’autres, elle se dresse sur un socle105. Dans ces dernières, la distance qui sépare la main gauche du col du vase est plus courte que dans les précédentes et la chute du vêtement s’en trouve modifiée. Le témoignage des monnaies permet de considérer les répliques du premier type comme les plus fidèles ; l’hydrie est posée sur le sol et le vêtement, qui tombe en longs plis, forme au-dessus du vase une sorte de triangle à base fort étroite106. On observera que, sur les monnaies, le visage de la déesse est entièrement de profil et que le bras gauche s’écarte du corps latéralement. Ces divergences n’appellent aucune observation particulière et nous avons déjà noté fréquemment des traits de ce genre dans les reproductions numismatiques107.

  • 108 Head, BMC, Caria, p. 84 ss., n° 1 ss. ; E. Babelon, Traité, II, 1, col. 425 ss., n° 698 ss.
  • 109 Head, op. cit., p. 87 ss., n° 24 ss. ; E. Babelon, op. cit., II, 2, col. 983 ss., n° 1631 ss. Sur (...)
  • 110 E. Babelon, op. cit., II, 2, col. 994.

28Le problème qui se pose maintenant pour nous est de déterminer s’il existe des reproductions de l’Aphrodite de Praxitèle sur les monnaies de Cnide antérieures à l’époque impériale. On sait que la tête d’Aphrodite apparaît dès le début du monnayage de cette cité et qu’elle s’y maintient d’une manière continue jusqu’à 190 avant J.-C.108. A partir du ive siècle, cette tête s’accompagne généralement d’une petite proue, symbole caractéristique d’Aphrodite Euploia109. On a cherché à découvrir, parmi ces types monétaires, des représentations inspirées du chef-d’œuvre de Praxitèle. E. Babelon déclare que « la tête de l’Aphrodite praxitélienne forme le type ordinaire des monnaies de Cnide, depuis le milieu du ive siècle jusque vers 190 » et considère un tétradrachme, frappé vers le milieu du ive siècle, « comme la plus ancienne, et sans doute, la plus fidèle copie de la tête de la statue du sculpteur grec »110.

  • 111 Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 118 ss.
  • 112 « Wenn dies der Fall wàre [c’est-à-dire, si le graveur avait copié la tête de la statue], hâtte de (...)

29Il est facile de contrôler l’exactitude de ces observations, puisque la tête de la Cnidienne nous est connue par diverses répliques111. La comparaison entre ces répliques et les têtes qui ornent les monnaies révèle plus de différences que d’analogies. On ne voit pas que le tétradrachme dont parle E. Babelon se rapproche davantage de l’œuvre du sculpteur. Chr. Blinkenberg, qui a consacré à la Cnidienne une remarquable étude, fait observer que, si cette tête d’Aphrodite est imitée de la statue, il faut admettre que le graveur a fait de son mieux pour dissimuler son emprunt ; il note que, sur les monnaies, la déesse porte un collier et que sa coiffure est différente de celle de l’original112.

  • 113 Monnaies frappées vers 400. « leur type d’Aphrodite est une imitation de la tête d’Aréthuse sur le (...)
  • 114 C’est ce que reconnaît E. Babelon, op. cit., II, 2 col. 995 : « Plus tard, cette tête d’Aphrodite (...)

30Il est curieux de voir que E. Babelon s’est laissé entraîner à chercher sur les monnaies des copies de la Cnidienne, alors qu’il a indiqué lui-même les sources auxquelles les graveurs de Cnide ont puisé leur inspiration. Ces artistes ont voulu rivaliser avec les Evainète et les Cimon, et c’est l’Aréthuse des monnaies syracusaines qui leur a servi de modèle113. Ils ont du reste traité le sujet librement et la variété de leurs compositions ne permet pas de croire qu’elles soient inspirées d’une œuvre du grand art114.

  • 115 Head, BMG, Caria, p. 96, nos 92 à 96.
  • 116 P. Gardner, Types, p. 176 (pl. XV, 20).
  • 117 Chr. Blinkenberg, op. cit., pp. 194-195(fig. 70). Malgré la médiocrité de leur exécution, ces monn (...)

31Il existe cependant des monnaies de Cnide qui reproduisent la tête de l’Aphrodite de Praxitèle, mais ces monnaies datent du ier siècle avant J.-C.115. P. Gardner avait déjà signalé l’intérêt de ces documents (pl. XXVII, 10)116. Chr. Bhnkenberg a montré à son tour que ces monnaies pouvaient passer pour des copies suffisamment exactes, bien qu’elles ne reproduisent pas tous les détails de la statue117.

  • 118 Pline, NH, XXXVI, 22.
  • 119 G.-E. Rizzo, op. cit., p. 62 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 624.
  • 120 P. Wolters, Der Eros des Praxiteles in Parion (Sitzungsber. d. bayer. Ak. d. Wiss., philos.-philol (...)

32b) L’Éros de Parion. — Cette œuvre de Praxitèle passait pour égaler en célébrité l’Aphrodite de Cnide118. On a cherché à en reconnaître des répliques dans les musées, mais les identifications proposées avec le « Génie Borghèse » ou avec telle autre statue sont maintenant abandonnées119. Les seuls documents que nous possédions pour reconstituer cet Éros de Praxitèle, ce sont les monnaies de Parion. Ces documents ont été analysés par P. Wolters dans une étude fort complète à laquelle nous renvoyons le lecteur120. Nous nous bornerons ici à reproduire les conclusions de cette étude.

  • 121 Voir la liste de ces monnaies dans P. Wolters, op. cit., p. 27 ss. Une reproduction de l’Éros sur (...)
  • 122 B. Filow, Jahrb., 24 (1909), p. 67 ; sur cet hermès, voir ci-dessus, p. 44, n. 1.
  • 123 P. Wolters, op. cit., p. 37 ; cf. G.-E. Rizzo, op. cit., p. 66.

33L’Éros figure sur les monnaies d’Antonin le Pieux, de Commode, de Sévère Alexandre, d’Otacilia Severa, de Philippe le fils, d’Émihen et de Gallien (pl. XXVIII, 1-4)121. Le dieu, nu, est debout de face, la tête tournée à droite. Le poids du corps porte sur la jambe droite, ainsi que l’indiquent la saillie de la hanche droite et le fléchissement de la jambe gauche. Le bras droit est fléchi et la main droite tient un objet indéterminé ; le bras gauche est plié et le revers de la main gauche s’appuie sur la hanche. Éros a de longues ailes ; une draperie couvre son épaule gauche et pend le long du corps presque jusqu’au sol. A la droite du dieu, se dresse un petit hermès qui a beaucoup intrigué les archéologues. Quelques-uns y ont vu une idole primitive que l’on trouverait reproduite isolément sur d’autres monnaies de Parion122. Il est certain, cependant, que cet hermès faisait partie de l’œuvre de Praxitèle, car il figure constamment auprès de l’Éros sur les représentations numismatiques. Peut-être était-il destiné, comme le suppose P. Wolters, à servir de support à la jambe droite du dieu123.

III. Scopas et Bryaxis

  • 124 C’est ce que faisait déjà Pline, NH, XXXVI, 30.
  • 125 Sur l’identification du Zeus de Léocharès qui se dressait sur l’Acropole, auprès de l’image de Zeu (...)

34Scopas de Paros, Timothéos, Bryaxis et Léocharès ont travaillé en commun au Mausolée d’Halicarnasse. Cette collaboration explique que les historiens de la sculpture grecque associent volontiers les noms de ces sculpteurs124. Les monnaies ne nous apportent, sur l’activité de Léocharès, que des témoignages trop incertain125. Quant à Timothéos, on n’a identifié jusqu’à présent aucune copie des œuvres de cet artiste parmi les types monétaires. Nous n’aurons donc à nous occuper que de Scopas et de Bryaxis.

  • 126 Sur Scopas, voir, en dernier lieu, Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 633 ss. (bibliographie, p. 633, (...)
  • 127 Sur les sculptures du temple de Tégée, voir la publication de Ch. Dugas, J. Berchmans et M. Clemme (...)
  • 128 Pausanias, VI, 25, 1 : Κρηπίς δε εντός τον τεμένους πεποίηται, και επί τή κρηπδι άγαλμα ‘Αφροδίτη (...)
  • 129 Hadrien, Septime Sévère, Caracalla : Imhoof-Gardner, NCP, p. 72 (pl. Ρ, XXIV) ; P. Gardner, BMC, P (...)
  • 130 Sur ce thème, voir M. Bohm, Jahrb., 4 (1889), p. 208 ss. ; M. Collignon, Mon. Piot, 1 (1894), p. 1 (...)

35Scopas126. — L’activité de Scopas dans le Péloponnèse nous est surtout connue par les fragments de la décoration du temple d’Athéna Aléa à Tégée127, mais l’artiste avait aussi travaillé dans d’autres endroits. C’est pour Élis que Scopas exécuta sa fameuse Aphrodite Pandémos qui était représentée assise sur un bouc128. Cette statue a été reproduite sur des bronzes d’Élis qui datent de l’époque impériale (pl. XXVIII, 5). La déesse est assise de face sur un bouc galopant à droite. Elle est vêtue d’une longue robe ; un himation s’arrondit comme un voile au-dessus de sa tête et retombe sur ses épaules. Aphrodite retient son vêtement de la main droite et s’appuie de la main gauche sur le dos de l’animal129. Les monnaies d’Élis ne sont pas les seuls documents où Aphrodite est représentée sous cet aspect particulier, mais elles constituent assurément le meilleur témoignage que nous possédions sur l’œuvre de Scopas130.

  • 131 Pausanias, II, 10, 1. Pour la monnaie (Géta), voir Imhoof-Gardner, NCP, p. 30 (pl. H, XI) ; P. Gar (...)
  • 132 Textes dans J. Overbeck, Schriftqu., nos 1162-1164.
  • 133 Imhoof-Gardner, NCP, p. 28, n° 3 (pl. H, VI, VII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 55, n° 242 ( (...)

36L’Héraclès signalé par Pausanias dans le gymnase de Sicyone a-t-il été reproduit sur les monnaies de la cité ? Nous ne saurions en décider131, pas plus que nous ne sommes autorisé à identifier la Ménade échevelée dont les auteurs anciens célèbrent les mérites132 avec une Bacchante figurée par les graveurs de Sicyone sur des bronzes de Julia Domna133.

  • 134 Strabon, XIII, 1, 48 (604) (voir ci-dessus, p. 83).
  • 135 Ci-dessus, p. 84.
  • 136 Ci-dessus, p. 85. La question du fameux Apollo Palatinus ne relève pas de notre domaine, puisque c (...)

37En Asie Mineure, Scopas n’avait pas seulement travaillé à la décoration du Mausolée d’Halicarnasse. Il avait exécuté, pour le sanctuaire d’Apollon Smintheus à Chrysé en Troade, une image du dieu posant le pied sur un rat (σμίνθος)134. Certains érudits ont cru reconnaître cette statue sur des monnaies d’Alexandrie de Troade où figure un Apollon drapé dans un himation, mais nous avons montré que cette œuvre archaïque ou archaïsante ne correspondait pas à la description de Strabon135. D’autres savants ont cherché l’Apollon de Scopas sur des monnaies d’Alexandrie où le dieu apparaît posant le pied sur une élévation. Mais le seul animal qui tienne compagnie au dieu sur ces monnaies est un oiseau, peut-être un corbeau136. L’Apollon Smintheus de Scopas reste donc à découvrir.

  • 137 Sur Bryaxis : J. Overbeck, Schriftqu., n° 1316 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 306 ss. ; C. Robert (...)
  • 138 Pausanias, I, 40, 6 : τον δε ‘Ασκληπιού το άγαλμα Βρναξις καΐ αντο και την Ύγίειαν έποίησεν.
  • 139 Imhoof-Gardner, NCP, p. 5, n° 6 (pl. A, VI) ; Head, BMC, Attica, p. 123, n° 50 (pl. XXII, 4). D’au (...)
  • 140 Sur les groupes, voir ci-dessus, p. 15.
  • 141 Imhoof-Gardner, l. c.
  • 142 Selon W. Wroth, les types classiques d’Asclépios et d’Hygie dateraient de l’époque de Scopas et se (...)

38Bryaxis137. — Cet artiste, qui était peut-être originaire de Carie, avait travaillé, comme Scopas, en Grèce et en Asie. C’est pour Mégare qu’il exécuta un groupe d’Asclépios et Hygie138. Or, un groupe semblable figure sur les monnaies de cette cité à l’époque de Septime Sévère (pl. XXVIII, 6). Asclépios, drapé dans un himation qui laisse la poitrine découverte, s’appuie du bras gauche sur un bâton autour duquel un serpent est enroulé ; il tourne la tête vers Hygie qui, debout devant lui, tient à la main droite une coupe où s’abreuve un serpent139. On admettra volontiers qu’une composition de ce genre est inspirée d’une œuvre du grand art140. Mais on reconnaîtra, avec Imhoof-Blumer et P. Gardner, que le dieu et sa compagne sont représentés sous un aspect conventionnel141. L’identification de ces figures avec une œuvre d’art déterminée reste donc problématique142.

  • 143 Textes dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 1321 ss. On ajoutera le texte de Philostorge publié par M. (...)
  • 144 Libanius, Orat., LX, 9 ss. (ed. R. Förster) ; Theodoret, Hist. eccles., III, 11, 4 (ed. L. Parment (...)
  • 145 On trouvera les principaux éléments de cette description dans les textes de Libanius et de Philost (...)

39Une des œuvres les plus célèbres de Bryaxis était la statue d’Apollon qu’il avait exécutée pour le sanctuaire de Daphné près d’Antioche143. Cette statue, qui périt dans un incendie allumé par la foudre sous le règne de Julien l’Apostat144, représentait le dieu debout, en costume de citharède. Apollon, couronné de laurier et vêtu d’une longue robe qu’une ceinture serrait autour de la poitrine, tenait d’une main une coupe et de l’autre une lyre145. Or, des tétradrachmes d’Antiochus IV ont pour type du revers un Apollon qui correspond aux descriptions des auteurs anciens :

  • 146 J. Overbeck, KM, Apollon, p. 96 (pl. V, 39) ; E. Babelon, Rois de Syrie, p. xcvi ss., p. 71, n° 54 (...)

Tête d’Apollon à droite, couronnée de laurier ; les cheveux sont ramenés en chignon sur la nuque et des mèches tombent sur les épaules. — ΒΑΣΙΛΕΩΣ ANTIOXOY ΘΕΟΥ ΕΠΙΦΑΝΟΥΣ ΝΙΚΗΦΟΡΟΥ Apollon, vêtu d’une longue robe et d’un manteau agrafé aux épaules, est debout à droite, la jambe droite légèrement fléchie. Le dieu est couronné de laurier ; sa chevelure est ramenée en chignon sur la nuque et des mèches tombent sur les épaules. La main droite avancée tient une coupe ; la lyre, maintenue par la main gauche, est appuyée contre le corps.
AR. Tétradrachmes146 (pl. XXVIII, 7).

  • 147 Philippe père : Wroth, BMC, Galatia, p. 215, nos 533 et 534 (pl. XXV, 5). Un Apollon de ce type fi (...)
  • 148 E. Babelon, op. cit., p. xcvi. Les autres identifications que l’on a proposées pour des œuvres de (...)

40L’attitude de cet Apollon est empreinte d’un certain hiératisme qui convient à une image cultuelle. En outre, on retrouve un Apollon identique sur des bronzes d’Antioche qui datent de l’époque impériale147. Nous sommes en droit d’en conclure que les graveurs d’Antioche ont pris pour modèle une statue et que cette statue n’est autre que le fameux Apollon de Bryaxis148.

IV. Les maîtres secondaires

  • 149 Si l’on admet l’identification de l’œuvre d’Euphranor avec la statue d’Apollon trouvée sur l’Agora (...)
  • 150 Mentionnée par Pline, NH, XXXIV, 77. Léto fuyant devant Python, cependant qu’Apollon, sur les bras (...)
  • 151 Sur Silanion, voir maintenant Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 781 ss. (bibliographie, p. 781, n. 1) (...)

41A côté des grands maîtres qui ont marqué de leur empreinte l’art du ive siècle, il conviendrait de faire place à des artistes de second rang, dont la physionomie est malheureusement difficile à préciser. Que savons-nous d’Euphranor, auteur de l’image d’Apollon Patroos149 et d’une statue de Léto portant Apollon et Artémis150 ? Le portraitiste Silanion nous est mieux connu, mais on n’a pas, jusqu’à présent, identifié avec certitude la Sapho que l’on conservait dans le Prytanée de Syracuse151.

  • 152 Sur Eucleidès : J. Overbeck, Schriftqu., nos 1147-1148 ; M. Collignon, SG, II, p. 185 ; C. Robert (...)
  • 153 O. Walter, Ein Kolossalkopf des Zeus aus Aigeira, Oest. Jahresh., 19-20 (1919), p. 1 ss. Conservée (...)
  • 154 O. Walter, Der Arm der Zeusstatue von Eukleides, Oesterr. Jahresh., 27 (1932), p. 146 ss. Les nouv (...)
  • 155 Septime Sévère, Plautilla : Imhoof-Gardner, NCP, p. 90 (pl. S, VI) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus(...)

42En revanche, nous avons la chance de posséder des fragments de la statue de Zeus que l’athénien Eucleidès exécuta pour Aegira en Achaïe152 : une tête de dimensions colossales où l’on relève la trace d’une couronne de chêne153 et une partie du bras gauche avec la main refermée sur un morceau du sceptre154. Or, des monnaies d’Aegira, d’époque impériale, montrent Zeus assis sur un trône à dossier, le bas du corps enveloppé dans un himation, tenant une Niké sur la main droite et s’appuyant de la main gauche sur son sceptre (pl. XXVIII, 8)155. On y reconnaît la barbe épaisse et la couronne de chêne et l’on peut, grâce à ces documents, imaginer l’ensemble de la statue.

V. Lysippe

  • 156 Sur Lysippe, l’ouvrage principal est celui de F.-P. Johnson, Lysippos, Durham, 1927. Voir aussi Bi (...)
  • 157 F. P. Johnson, op. cit., p. 73.
  • 158 Pline, NH, XXXIV, 37.

43Lysippe est le dernier des grands maîtres de l’époque classique156. Son activité occupe toute la seconde moitié du ive siècle et s’étend probablement jusqu’aux premières années du iiie siècle157. Sa production dut être considérable, puisque Pline évalue à 1 500 le nombre des statues que Lysippe avait exécutées158.

  • 159 Ci-dessus, p. 302.
  • 160 Pausanias, II, 9, 6. On croit en reconnaître l’image sur une monnaie de Sicyone (Caracalla) : Imho (...)
  • 161 Pausanias, II, 20, 3. Sur les monnaies qui reproduiraient le Zeus de Lysippe (Hadrien, Mare Aurèle (...)
  • 162 Pausanias, I, 43, 6. Le Zeus des monnaies de Mégare brandit le foudre dans la main droite : Imhoof(...)
  • 163 Lucien, Zeus tragoedus, 9. Sur le Poseidon du Latran et sur les images du dieu qui lui sont appare (...)
  • 164 E.-H. Bunbury, Num. Chron., 1883, p. 9 (pl. I, 5) ; Svoronos, Τò Έθνικόν Μονσεον, p. 58 (fig. 44) (...)
  • 165 Pausanias, II, 9, 8. Sur l’attribution à Lysippe de l’Hercule Farnèse, voir F.-P. Johnson, op. cit(...)
  • 166 Martial, Epigr., IX, 43, 44 ; Stace, Silvae, IV, 6 (textes reproduits et traduits dans F.-P. Johns (...)
  • 167 Déjà sur des monnaies de Crotone de la fin du ve siècle : Poole, BMC, Italy, p. 353, n° 88 ss. ; G (...)
  • 168 Les monnaies de Crotone montrent que ce type d’Héraclès était introduit dans la numismatique avant (...)

44Cependant, les monnaies, si riches de renseignements sur l’œuvre de Praxitèle159, ne nous fournissent sur celle de Lysippe que des données fort insuffisantes. L’identification du Zeus de Sicyone160, comme celle du Zeus d’Argos (pl. XXVIII, 9)161 ou du Zeus de Mégare (pl. XXVIII, 10)162, avec des images du dieu qui ornent les monnaies de ces cités reste problématique. Le Poséidon que Lysippe fondit pour les Corinthiens ne nous est pas mieux connu163. Nous ne savons pas non plus si le type de l’Hercule Farnèse, qui apparaît déjà dans la numismatique grecque sur des tétradrachmes d’Alexandre le Grand164, reproduit l’Héraclès de Sicyone dont parle Pausanias165. L’Héraclès Epitrapézios, assis sur un rocher, tenait une coupe à la main droite et la massue à la main gauche166 ; c’est ainsi que nous voyons le héros représenté sur les monnaies de plusieurs cités167, mais il paraît difficile d’établir des rapports précis entre ces types monétaires et la statue de Lysippe168.

  • 169 Liste des statues d’athlètes dans Lippold, op. cit., col. 55 ss., pour les images de divinités, vo (...)

45L’insuffisance de notre information n’est sans doute pas entièrement l’effet du hasard. N’indique-t-elle pas que, dans l’œuvre du grand sculpteur, les statues d’athlètes, qui pouvaient difficilement trouver place sur les monnaies, jouissaient d’une plus grande popularité que les statues de divinités169 ? Nous le croirions volontiers, tout en laissant aux historiens de la sculpture grecque le soin de résoudre ce problème délicat.

***

46L’étude des chefs-d’œuvre de la sculpture grecque qui ont été reproduits par les graveurs confirme les conclusions que nous avons présentées au terme de la première partie de cet ouvrage. Ni la Héra d’Argos, ni le Zeus d’Olympie ni l’Aphrodite de Cnide, pour ne citer que quelques-unes des œuvres les plus célèbres, n’ont servi de modèles aux graveurs avant l’époque hellénistique, ou même avant l’époque romaine. Les Tyrannoctones ornent, il est vrai, les statères de Cyzique dès le ve siècle avant J.-C., mais il s’agit, comme nous l’avons montré, d’un sujet emprunté au répertoire de l’art industriel et non d’une copie directe d’une œuvre du grand art. L’apparition, sur les monnaies de Syracuse portant la signature d’Eucleidas, d’une tête d’Athéna qui évoque la Parthénos s’explique probablement par des raisons analogues. Dans la première moitié du ive siècle, les monnaies d’Épidaure au type d’Asclépios nous offrent le seul exemple certain d’une copie de statue. Nous avons vu, en effet, que le Zeus Ithômatas des monnaies de Messène ne peut prétendre à reproduire fidèlement l’œuvre d’Hagélaïdas, même s’il s’inspire du type de la statue, et que les Athénas nicéphores d’Aphrodisias et de Sidé ne sont que de lointains rappels de la Parthénos de Phidias.

47A l’époque hellénistique, l’Apollon de Délos, les Tyrannoctones, l’Athéna Parthénos, le Dionysos d’Alcamène se reflètent fidèlement dans les symboles des tétradrachmes athéniens du nouveau style. C’est à cette époque également que l’on voit apparaître sur les monnaies l’Apollon de Bryaxis, l’Artémis de Strongylion, l’Apollon de Calamis, l’Apollon de Canachos. Sous le règne des empereurs romains, les copies de statues vont se multiplier. Citons, parmi les productions de l’archaïsme, la Héra de Samos, l’Athéna Chalkioicos, les Dioscures de Trézène, sans parler de la trop énigmatique Artémis Laphria ; parmi les œuvres du ve siècle, l’Hermès et le Dionysos de Calamis, le groupe d’Athéna et Marsyas de Myron, la Héra de Polyclète, le Zeus d’Olympie et l’Athéna dite « Promachos » ; parmi celles du IVe siècle, le groupe d’Eiréné et Ploutos de Céphisodote, la longue série des créations de Praxitèle, l’Aphrodite Pandémos de Scopas, le Zeus d’Eucleidès.

48Sans doute ce relevé est-il nécessairement incomplet, puisque les documents dont nous disposons ne nous permettent d’identifier qu’une partie des œuvres d’art reproduites par les graveurs. Cependant, est-ce l’effet du hasard si nous retrouvons, ici encore, la même progression dans le nombre des copies de statues ? D’autre part, si nous ne pouvons entrevoir la physionomie de certains chefs-d’œuvre qu’à travers les témoignages des auteurs anciens, il en est d’autres pour lesquels nous avons la chance de posséder une documentation précise. L’Aphrodite de Praxitèle nous est connue par de nombreuses répliques de grandes dimensions avec lesquelles il est facile d’établir d’exactes comparaisons. Or, cette statue, célèbre entre toutes et qui s’imposait d’elle-même à l’attention des graveurs, n’apparaît sur les monnaies qu’à une date récente. Un exemple de ce genre est assez significatif et doit suffire à mettre en garde contre les théories des savants qui cherchent à reconnaître constamment, sur les monnaies de l’époque classique, de fidèles reproductions des œuvres de la grande sculpture.

Notes

1 Sur Céphisodote l’ancien : J. Overbeck, Schriftqu., n° 1137 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 178 ss. ; S. Mirone, I due Cefisodoti, RA, 1922, II, p. 266 ss. ; Lippold dans PWRE, XI (1922), col. 232 ss. ; Bieber dans Thieme-Becker, XX (1927), p. 163 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 255 ss. (fig. 659 à 663); G.-E. Rizzo, Prassitele, Milan-Rome, 1932, p. 3 ss. ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 77 ss.

2 Pausanias, I, 8, 2 : Ειρήνη φέρουσα Πλοΰτον παΐδα. Cf. IX, 16, 2 : και γαρ ούτος (Κηφισόδοτος) τής Ειρήνης τ ó άγαλμα Άθηναίοις Πλοϋτον εχονααν πεποίηκεν. Sur l’emplacement : W. Judeich, Topographie von Athen (2e éd., Munich, 1931), p. 348.

3 La date de la statue a été l’objet de controverses dont on trouvera le résumé dans S. Mirone, op. cit., p. 277 ss. G.-E. Rizzo (op. cit., p. 4) se range à l’avis de Furtwangler et place l’exécution du groupe vers 375 ; de même G. Lippold, op. cit., col. 232 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 85.

4 Réplique de Munich : Furtwangler-Wolters, Beschreib. der Glyptothek (2e éd., 1910), n° 219 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 87, n. 1 (bibliographie). Il existe plusieurs répliques du Ploutos, dont une à Athènes : U. Kohler, AM, 6 (1881), p. 364 ss. (pl. XIII) ; S. Papaspyridi, Guide du Musée national d’Athènes, p. 77, n° 175. Sur la statue de Délos que l’on a parfois interprétée comme une copie de l’Eiréné sans Ploutos : F. Mayence, G. Leroux, BCH, 31 (1907), p. 400 ss. (fig. 7) ; G. Lippold, Kopien u. Umbildungen griech. Statuen, Munich, 1923, p. 34 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 80 ss. (fig. 16).

5 Raoul-Rochette, Mém. de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), p. 283 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 147, n° 9 (pl. DD, IX, X) ; Head, BMC, Attica, p. 109, n° 801 ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 135, n° 224 (pl. II, 20) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 92, 38-44 ; S. Mirone, op. cit., p. 276 (fig. 1) ; G.-E. Rizzo, op. cit., pl. IV, 1, 2 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 87 (fig. 20). B. Pick en rapproche un symbole des tétradrachmes du nouveau style où la déesse serait représentée sans Ploutos : Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 63, 1 à 13 (voir index II, s. v.Eiréné) (cf. Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 86, fig. 19).

6 L’identification de l’œuvre de Céphisodote a été définitivement établie par H. Brunn, Ueber die sogenannte Leukothea, Munich, 1867 (= Kleine Schriften, II, p. 328 ss.). Ce sont les monnaies d’Athènes qui ont permis de restituer la corne d’abondance dans la main do Ploutos et le sceptre dans celle d’Eiréné. Pour la reconstitution du groupe, voir F. E. Rizzo, op. cit., pl. VI et VII.

7 K. Schefold avait signalé, sur les amphores panathénaïques, plusieurs représentations de ce groupe : Jahrb., 52 (1937), p. 37 (fig. 3 et 4). Mais ch. Picard a montré que ces représentations offrent entre elles des différences ; il propose de reconnaître, sur certains de ces documents, une œuvre de Xénophon et Callistonicos, signalée par Pausanias (IX, 16, 1-2) dans le sanctuaire de Tyché à Thèbes, sans réussir à justifier suffisamment, me semble-t-il, la présence de cette statue thébaine sur uneamphore panathénaïque : CRAI, 1941, p. 205 ss. Sur la date du fragment, d’Eleusis qui reproduirait le groupe de Céphisodote (354/353) : K. Susse rott, Qriech. Plastik des IV. Jahrh. v. Chr., Francfort-sur-le-Mein, 1938. p. 58, n. 103, p. 209 (pl. XI, 3) (cf. Ch. Picard, op. cit., p. 208, n. 2), Sur l’interprétation du sujet, voir aussi J.-D. Beazley, AJA, 47 (1943) p. 462, n. 3.

8 Maximin Thrax : Raoul-Rochette, l. c. ; Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., pl. XIV, 6 ; H. Brunn, Kleine Schriften, II, p. 339 (note) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 113. Pour les motifs qui permettraient d’expliquer la présence du groupe de Céphisodote sur une monnaie de Cyzique : U. Kohler, AM, 6 (1881), p. 365.

9 Babelon-Reinach, Recueil général, I (2e éd.), p. 178*, n° 141 (pl. XXI, 4). L’interprétation de cette monnaie n’est pas certaine, car la corne d’abondance, attribut de Ploutos, n’y figure pas ; on notera d’autres différences en comparant la monnaie d’Amastris à une monnaie d’Athènes : S. Mirone, op. cit., p. 269 (fig. 1 et 2).

10 On trouvera de nombreux exemples de divinités tenant des enfants dans leur bras dans Imhoof-Blumer, Nymphen u. Chariten auf griech. Münzen, JIAN, 11 (1908), p. 137 ss. Voir, en particulier, Nysa tenant Dionysos sur les monnaies de Cassandrea en Macédoine : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 68, nos 34 et 35 ; Nymphen u. Chariten, p. 157, nos 446 et 447 (pl. X, 17) ; H. Gabler, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, III, 2, pp. 54-55, nos 12, 13, 18 (pl. XIII, 11 à 13).

11 Sabine. Wroth (Num. Chron., 1895, p. 99, n° 19) avait cru y reconnaître Eiréné et Ploutos et son interprétation a été reproduite par G.-E. Rizzo (op. cit., p. 113) et par Ch. Picard (Manuel, III, 1, p. 88, n. 4). Sur la signification exacte du sujet : W. Drexler, Num. Zeitschr., 21 (1889), pp. 65-66 (pl. II, 12, 13) ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 511, n° 2. Les monnaies de Samos (Trajan Dèce) offrent l’image d’une divinité portant un enfant (Eiréné et Ploutos ?) qui ne présente aucun rapport avec l’œuvre de Céphisodote : Head, BMC, Ionia, p. 388, nos 337 (pl. XXXVII, 11), 338 et 339.

12 Pline, NH, XXXIV, 87 : « Mercurius Liberum patrem in infantia nutriens. » Sur les tentatives d’identification : Bieber dans Thiemebecker, op. cit., XX (1927), pp. 164-165 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 108 ss.

13 Cf. ci-dessous, p. 304.

14 Anchialos (Marc Aurèle) : B. Pick, Jahrb., 13 (1898), pp. 173-174 (pl. X, 33) ; M.-L. Strack, Die ant. Miinzen Nord-Griechenlands, II, 1, pp. 217, 223, n° 427 (pl. VI, 12) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 8 ss. (pl. IV, 4). Pautalia (Caracalla) : Filow, Num. Zeitschr., 51 (1918), p. 39 ss. (pl. IX, 1); L. RuzickA, dans Strena Buliciana, Zagreb, 1924, p. 667 ss. (pl. XVI, 1) ; Bull. Inst. arch. bulgare, 7 (1932-1933), p. 138, n° 516 (pl. IV, 1) ; G.-E. Rizzo, l. c. (pl. IV, 3) ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 118 (fig. 35).

15 G.-E. Rizzo, op. cit., pp. 9-10 ; cf. A. KreuzeR, Der Hermes des Praxiteles, Jahrb., 58 (1943), p. 148 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, pp. 112 et 117. Sur les monnaies, le bras droit est levé seulement jusqu’à hauteur de l’épaule et la main droite tient le caducée. Autre différence : le support est un pilier et non pas un tronc d’arbre, comme dans la statue d’Olympie. Il est intéressant de rapprocher la représentation du groupe sur le manche d’un vase d’argent de Turin (G.-E. Rizzo, op. cit., pl. CVI, 1) : le bras droit s’élève seulement à hauteur de la tête et un pilier tient lieu de support. Faut-il y voir, avec A. Kreuzer (op. cit., p. 151), une combinaison d’éléments empruntés aux deux groupes, celui de Praxitèle et celui de Céphisodote ? La reconstitution de l’œuvre de Céphisodote nous semble trop incertaine pour que l’on puisse accepter sans réserves une hypothèse de ce genre. Ne voyons-nous pas qu’une colonnette remplace parfois le tronc d’arbre qui servait de soutien à l’Apollon Sauroctone (ci-dessous, p. 309) ?

16 G.-E. Rizzo rapproche les types monétaires d’un fragment de sculpture trouvé dans les fouilles de l’Agora d’Athènes : op. cit., p. 9 (pl. XIV) ; cf. P. Graindor, Athènes sous Hadrien, Le Caire, 1934, p. 254, n. 1 ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 113 ss. (où l’on verra un autre document du même type : fig. 34). Mais les monnaies, comme G.-E. Rizzo le note lui-même (op. cit., p. 10), ne peuvent passer pour de fidèles reproductions de l’œuvre que l’on reconstituerait avec le fragment de l’Agora.

17 Pausanias, VIII, 30, 10 : ταύτης τñς στοςστίνγγυτάτω ώς πρòς ñλιον άνίσχοντα Ιερόν Σωτñρος έπίκλησιν Διός. κεκόσμηται δπριξ ϰίοσι. ϰαθεζομένω δτΔιὶ ἐν θρόνφ παρεστήκασι τη μεν η Μεγάλη πόλις, εν άριστεϱᾇ δ‘Αρτέμιδος Σωτείραςγαλμα. τατα μεν λίθου τοΠεντελησίου ‘Αθηναίοι Κηφισόδοτος καΞενοφών εργάσαντο. Pour l’attribution à Céphisodote le jeune, voir S. Mirone, op. cit., p. 295 ; Ch. Picard, CRAI, 1941, p. 218 ss. ; Manuel, III, 1, p. 119. Les restes du sanctuaire seraient, à cet égard, significatifs : Ch. Picard, CRAI, pp. 218-219 (cf. l’enquête récente de P. Knoblauch, Arch. Anz., col. 148-149). Mais les monnaies, dont on invoque le témoignage (CRAI, 1941, p. 219), peuvent-elles nous instruire vraiment sur un problème de ce genre ?

18 Imhoof-Gardner, NCP, p. 103 (pl. V, 1) ; P. GardneR, BMC, Peloponnesus, p. 189, n° 17 (pl. XXXV, 14) ; Pausanias edd. Hitzig-Blumner, III, 1, p. 224 (Mzt. V, 7) ; H. Dressel, Zeitschr. f. Num., 24 (1904), p. 68 (pl. III, 8) ; Svoronos, JIAN, 12 (1909-1910), p. 275 ss. (fig. 39 ; pl. IX, 31-33) ; S. Mirone, op. cit., p. 299 (fig. 11, 12, 12bis).

19 Imhoof-Gardner, NCP, p. 104 (pl. V, II) ; Svoronos, op. cit., fig. 38 (pl. IX, 29, 30, 35) ; S. Mirone, op. cit., p. 298 (fig. 9 et 10).

20 Svoronos, op. cit., fig. 40 (pl. IX, 34, 36, 37).

21 Sur Thrasymédès : J. Overbeck, Schriftqu., n° 853 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 185 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, pp. 281-282 ; G. Lippold dans PWRE, VI A (1936), col. 594-595 ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXXIII (1939), p. 105 ; Ch. picard, Manuel, III, 1, p. 214 ss.

22 Sur l’Asclépios d’Épidaure, voir, outre les études citées à la note 4, H.-N. FOWLER, AJA, 3 (1887), p. 32 ss. ; H.-L. Urlichs, Rhein. Mus. f. Phil., 44 (1889), p. 474 ss. ; A. Defrasse et H. Lechat, Épidaure, Paris, 1895, p. 80 ss. ; P. Cavvadias, Τò ἱερòν τοῡ ‘Ασκληπιούν ‘Επιδαύϱῳ, Athènes, 1900, p. 43 ss.

23 Pausanias, II, 27, 2 : τοῡ δ‘Ασκληπιοῡ τòγαλμα... πεποίηται δε έλέφαντος ϰαι χρνσον· μηνύει δε επίγραμμα τον είϱγασμένον είναι Θϱασνμήδην Άϱιγνώτου Πάϱιον. ϰάθηται δἐ επί θϱόνου βαϰτηϱίαν ϰϱατών, την δἐ έτέϱαν τών χειϱών ὑπἐϱ ϰεφαλήςχει τον δϱάϰοντος, ϰαι ol ϰαι ϰύων παϱακαταϰείμενος πεποίηται. Une autre tradition attribuait la statue à Phidias : Athénagoras, Leg. pro Christ., 17.

24 P. gardner, Types, p. 187 (pl. XII, 21) ; BMC, Peloponnesus, p. 156, n° 7 (pl. XXIX, 14) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 43 (pl. L, III) ; Svoronos, JIAN, 4 (1901), p. 11 (fig. 6) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 679 et 680 (pl. CCXVII, 15 et 16). D’autres drachmes, qui portent au droit la tête d’Asclépios, sont considérées comme suspectes par E. Babelon, op. cit., n° 681 (pl. CCXVII, 17, 18 ; cf. col. 489 et 490). Sur la date de ces monnaies, voir E.-T. Newall, Five Greek Bronze Coin Hoards, Ν. N. M., 68 (1935), p. 30 ss. Sur des bas-reliefs d’Épidaure qui montrent Asclépios dans une pose analogue, mais qui ne peuvent passer pour des copies de la statue : S. PAPASPYRIDI, Guide du Musée national d’Athènes, p. 62, nos 173 et 174 ; defrassE et Lechat, op. cit., p. 83 ss. ; K.-A. Neugebauer, Jahrb., 41 (1926), p. 82 ss. ; F. Robert, Épidaure, Paris, 1935, p. 22 (pl. 15 et 16) ; Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 218 ss., p. 342 (fig. 119 et 120).

25 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 159, n° 30 (pl. XXIX, 23) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 43 (pl. L, IV) ; p. 161 (pl. GG, VII) ; Svoronos, l. c. (fig. 4, 5). Même type sur des monnaies de Cleonae : Imhoof-gardner, NCP, p. 32. Les monnaies des Magnètes de Thessalie offrent un type d’Asclépios que l’on peut rapprocher de celui d’Épidaure : E. RogerS, The Copper Coinage of Thessaly, pp. 111-113.

26 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 159, n° 29 (pl. XXIX, 22) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 43 (pl. L, V) ; Svoronos, l. c. (fig. 3).

27 Sur Praxitèle, l’ouvrage essentiel est celui de G.-E. Rizzo, Prassitele, Milan-Rome, 1932 (l’auteur a largement tiré parti de la documentation numismatique qu’il a présentée d’une manière tout à fait remarquable). Pour les œuvres attribuées à la jeunesse de l’artiste, on peut maintenant se reporter à Ch. Picard, Manuel, III, 2, chap. V (il est inutile de reproduire ici la bibliographie que l’on trouvera p. 406, n. 1). Nous nous sommes contenté de classer les œuvres d’après le sujet traité, car les documents numismatiques ne nous autorisaient certainement pas à tenter une reconstitution de la carrière de l’artiste. Pour les textes, voir J. Overbeck, Schriftqu., n° 1190 ss.

28 L’originalité du marbre d’Olympie a été défendue par G.-E. Rizzo, op. cit., p. 70 ss. (bibliographie, p. 116) ; voir aussi A. Kreuzer, Der Hermes des Praxiteles, Jahrb., 58 (1943), p. 133 ss.

29 J. Overbeck, Schriftqu., n° 1193 ss. (Göttergruppen). Nous avons fait figurer parmi les groupes les statues d’Argos dites de « Léto et Chloris ». Sur le groupe de Déméter, Coré et Iacchos, voir Svoronos, Άϱχ. ‘Εφημ., 1911, p. 39 ss. ; les identifications de Svoronos restent problématiques et G.-E. Rizzo s’est servi d’autres documents pour reconstituer l’œuvre de Praxitèle : op. cit., p. 100 ss., pp. 118-119.

30 Du groupe de Mantinée (Léto, Apollon et Artémis), il ne nous reste que la base, dont les reliefs ne seraient du reste pas attribuables à Praxitèle lui-même : G.-E. Rizzo, op. cit., p. 88.

31 Pausanias, I, 44, 2 : ‘Απόλλωνοςεϱόνστίνν δεξιφ Πϱοστάτηϱίον... ‘Απόλλων δὲ ἐν αὐτῷ κείται θέας ἄξιος ϰαι ‘Αρτεμις ϰαὶ Λητώ, ϰαὶ άλλα αγάλματα ἐστι ** Πραξιτέλους ποιήσαντος Λητώ και oἱ παίδες.

32 Imhoof-Gardner, NCP, p. 6, n° 8 (pl. A, X), p. 154 (pl. FF, II) ; J. Overbeck, KM, Apollon, p. 99 (pl. V, 3) ; Pausanias edd. Hitzigblumner, I, 1, p. 374 (pl. XI, 23). Sur l’identification : R. Weil Zeitschr. f. Num., 13 (1885), p. 387, n. 3. L’Artémis serait conservée dans une statue de Dresde et dans d’autres copies : Furtwängler, Meisterwerke, p. 554 ; cf. M. Collignon, SG, II, pp. 261-262 ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 13 (pl. XVI-XVIII).

33 Antonin le Pieux, Caracalla, Géta : Imhoof-Gardner, NCP, p. 6, n° 8 (pl. A, IX), p. 154 (pl. FF, I) ; J. Overbeck, l. c.

34 Pausanias, II, 21, 9 : τò δἐ ἱερόν τñς ΛητοŨςστι μν ομακράν του τροπαίου, τέχνη δτòγαλμα Πραξιτέλους. τñν δεικόνα της παρ τή θεπαρθένου Χλῶϱιννομάζουσι.

35 Marc Aurèle, L. Verus, Septime Sévère, Iulia Domna, Caracalla : Imhoof-Bmumer, Monnaies grecques, pp. 176-177, nos 108-109 ; Imhoofgardner, NCP, p. 37, n° 16 (pl. Κ, XXXVI-XXXVIII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 151, n° 168 (pl. XXVIII, 22) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 2, p. 586 (Mzt. II, 22) ; SVORONOS, JIAN, 14 (1912), p. 33, n° 2126 (pl. Z’, 24) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 13 (pl. IV, 6). Sur l’identification : R. Weil, Zeitschr. f. Num., 13 (1885), p. 387, n. 3. Sur l’attribution au grand Praxitèle : Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 414, n. 2.

36 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Κ, XXXVI, XXXVIII).

37 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Κ, XXXVII).

38 Imhoof-Gardner, ibidem.

39 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 177 ; Imhoof-Blumer, NCP, p. 38 et p. 159 (pl. FF, XXIV) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 13 (pl. IV, 5).

40 M. Collignon, SG II, p. 262 ; G.-E. Rizzo, l. c.

41 Cf. ci-dessus, p. 298.

42 Sur l’Hermès d’Olympie, voir principalement G. Treu, Olympia, III (1897), p. 194 ss. (pl. XLIX-LIII) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 66 ss. (pl. XCIX-CIV).

43 Ci-dessus, p. 299.

44 Pausanias, VI, 26, 1 : Θέατρον δερχαον μεταξύ τñςγορς κατον Μηνίον [το θέατρόν τε] ϰαι ίεϱόνστι Διονύσου. τέχνη τογαλμα Πραξιτέλους.

45 R. Weil, Der Dionysos des Praxiteles in Elis, Zeitschr. f. Num., 13 (1885), p. 384 ss. ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 73, n° 6 ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, p. 672 ; M. Collignon, S G, II, p. 296 ; G.-E. Rizzo, Prassitele, p. 78 (pl. 118, 1-3). Il n’y a aucune raison d’hésiter (Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 434) entre ces documents et une monnaie de Pautalia dont il sera question ci-dessous, p. 306.

46 Pausanias, I, 20, 1 : Σάτυρος γάρ εστίν, έφ’ φ Πραξιτέλην λέγεται φρονήσαι μέγα... Διοννσω δἐ ἐν τνατπλησίον Σάτυρος έστι πας ϰαδίδωσιν εκπωμα. Ces deux passages concernent-ils l’œuvre de Praxitèle ? Sur cette question, voir Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 1, p. 226 ss.; J.-G. Frazer, Pausanias’s Descr. of Greece, II, pp. 210-211; M. Collignon, S G, II, p. 263 ; H.-G. Evelyn-White, JHS, 29 (1909), p. 251 ss. ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 14 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 437. Le Satyre de la rue des Trépieds (τον επί Τριπόδων οάτυρον) est aussi mentionné par Athénée, XIII, 591 b.

47 G.-E. Rizzo, op. cit., p. 17 ss. (pl. 19 à 26) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 415 ss. (fig. 163 à 172) (où l’on trouvera la bibliographie antérieure).

48 L. Ruzicka, Zwei Statuen des Praxiteles auf Münzen von Pautalia dans Strena Buliciana, Zagreb, 1924, p. 667 ss. (pl. XVI, 3) ; Die Münzen von Pautalia, Bull. Inst. arch. bulgare, 7 (1932-1933), p. 138, n° 517 (pl. IV, 2) ; F. Weege, Der einschenkende Satyr aus Samml. Mengarini, 89. Winckelmannsprogr. (1929), pp. 28-29 (fig. 36) ; ch. picard, Manuel, III, 2, p. 434 (fig. 173). On peut hésiter sur la nature du personnage où G.-E. Rizzo reconnaît un Dionysos, mais le savant italien n’a jamais prétendu, à ma connaissance, qu’il puisse s’agir du Dionysos d’Élis dont nous avons l’image sur d’autres documents (voir ci-dessus, p. 305, n. 3) ; j’ignore pour quelles raisons Ch. Picard semble vouloir lui attribuer cette opinion (Manuel, III, 2, p. 418, n. 1 et p. 432).

49 Pline, NH, XXXIV, 70 : fecit et puberem Apollinem subrepenti lacertae comminus sagitta insidiantem, quem sauroctonon vocant ; cf. Martial, XIV, 172. Pour les répliques du Sauroctone, voir J. Overbeck, KM, Apollon, p. 235 ss. ; W. Klein, Praxiteles, Leipzig, 1898, p. 106, n. 1 ; G. Lippold, Kopien u. Umbildungen griech. Statuen, Munich, 1923, p. 135 ss. ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 39 ss. ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 530 ss.

50 Copie du Vatican : G.-E. Rizzo, op. cit., pl. 59 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 539 (fig. 223).

51 Copie du Louvre : G.-E. Rizzo, op. cit., pl. 60 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 541 (fig. 224).

52 W. Klein, op. cit., p. 104 ss. C’est aussi l’opinion de G.-E. Rizzo, Prassitele, p. 39.

53 G. Lippold, Kopien u. Umbildungen griech. Statuen, pp. 135-136.

54 Une liste des reproductions numismatiques a été dressée par W. Klein, op. cit., p. 110, d’après Overbeck, KM, Apollon, p. 299 ss.

55 B. Pick, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, I, 1, p. 349, n° 1225.

56 B. Pick, op. cit., p. 362, nos 1288 (pl. XIV, 34), 1289 ; p. 375, nos 1354, 1355 ; G.-E. Rizzo, l. c. (pl. 62, 2).

57 B. Pick, op. cit., p. 400, n° 1518 ; p. 404, n° 1539.

58 B. Pick, op. cit., p. 420, n° 1626.

59 B. Pick, op. cit., p. 424, n° 1639 ; p. 426, n° 1654.

60 Overbeck, op. cit., p. 237 (Mzt. V, 1) ; B. Pick, op. cit., p. 431, n° 1679 ; p. 433, n° 1687 (pl. XIV, 35).

61 Sur ces monnaies : B. Pick, op. cit., pp. 338-339.

62 J. Overbeck, op. cit., p. 237 (Mzt. V, 2) ; G.-E. Rizzo, l. c. (pl. 62, 1).

63 Overbeck, l. c. (pl. IV, 43).

64 B. Pick, op. cit., p. 339.

65 Sur les monnaies d’Apollonia ad Rhyndacum, voir Wroth, BMC, Mysia, p. 8 ss. ; H. von Fritze, Die ant. Münzen Mysiens, I (1913), p. 63 ss.

66 H. Von Fritze, op. cit., n° 210 (pl. IV, 10).

67 H. Von Fritze, op. cit., n° 217 (pl. IV, 13) et 218 (un candélabre au lieu de la colonne).

68 H. Von Fritze, op. cit., n° 231.

69 H. Von Fritze, op. cit., nos 239 à 242.

70 Wroth, BMC, Mysia, p. 11, n° 23 (pl. II, 13) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 264.

71 Overbeck, l. c. (Mzt. IV, 41) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 274 (pl. V, 7) et 275.

72 H. Von Fritze, op. cit., n° 291.

73 Wroth, op. cit., p. 12, n° 28 ; H. Von Fritze, op. cit., n° 292.

74 H. Von Fritze, op. cit., n° 311.

75 Overbeck, l. c. (Mzt. IV, 42) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 237 (pl. IV, 24).

76 H. Von Fritze, op. cit., nos 252 et 253.

77 Wroth, op. cit., p. 12, n° 26 ; H. Von Fritze, op. cit., nos 282 à 285.

78 H. Von Fritze, op. cit., n° 288.

79 Wroth, op. cit., p. 13, n° 29 (pl. II, 16) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 306.

80 Wroth, op. cit., p. 13, n° 30 ; H. Von Fritze, op. cit., nos 3 1 3 à 315.

81 G. Lippold, op. cit., pp. 135-136.

82 Sur la fondation de Nicopolis, voir B. Pick, op. cit., p. 329.

83 Voir ci-dessous, p. 315.

84 Sur le sens que l’on peut attribuer à la statue : J. Overbeck, op. cit., p. 237 ss. ; Zwicker, dans PWRE, II A (1923), col. 262-263 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 546.

85 Comme me le fait observer M. Ch. Picard, il est inutile de chercher une autre explication ; pour une simplification du même genre sur les monnaies d’Anchialos et de Pautalia voir ci-dessus, p. 298, n. 4.

86 H.-G. Lolling, AM, 14 (1889), p. 229 ss.

87 Pausanias, X, 37, I : Τñς πόλεως δέ έν δεξι, δυο μάλιστα προελθόντι άπ’ αυτής σταδίονς, πέτρα τέ έστιν υψηλή, μοίρα οϱούς ή πέτρα, και Ιερόν έπ’ αυτής πεποιημένον έστιν ‘Αρτέμιδος. έργον των Πραξιτέλους, δφδα έχουσα τή δεξιξί και υπέρ τῶν ώμων φαρέτραν, παρά δέ αυτήν ϰυων έν άριστερφ · μέγεθος δέ υπέρ την μεγίστην γυναίκα το άγαλμα.

88 Imhoof-Gardner, NCP, p. 124 (pl. Y, XVII) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, III, 2, p. 830 (Mzt. V, 20). L’identification est due à A. de Longpérier, Œuvres, II (Paris, 1883), p. 42 ss.

89 A. Michaelis, Arch. Zeit., 34 (1876), p. 168 ; cf. M. Collignon, S G, II, p. 284 : « Le graveur a reproduit, en la retournant, la silhouette de la statue. »

90 K. Wernicke, Jahrb., 12 (1897), pp. 175-176 ; cf. ID., Artemis, PWRE, II (1895), col. 1424.

91 Sur cette correction : Imhoof-Gardner, l. c. ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, l. c. ; S. Mirone, RA, 1922, II, p. 313.

92 L’expression έργον των Μνρωνος (Pausanias, IX, 30, 1) est invoquée par Imhoof-Gardner, l. c. ; on notera, cependant, avec Hitzig-Blümner (l. c.), que la tournure complète est : έργον των Μνρωνος θέας μάλιατα άξιον, ce qui explique le génitif ; un exemple plus probant serait fourni par Pausanias, X, 25, 1 : οίκημα γραφάς έχον των Πολυγνώτου.

93 Sur les fils de Praxitèle, Céphisodote le jeune et Timarchos, voir G.-E. Rizzo, op. cit., p. 4 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 411.

94 G.-E. Rizzo, op. cit., p. 13 : « Cosi, per esempio, nessuno potrà credere che il tipo dell’ Artémis cacciatrice in movimento concitato, riprodotto sulle monete di Anticyra, possa attribuirsi al nostro Prassitele. » Sur cette question, voir aussi Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 414, n. 2.

95 On les trouvera énumérées dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 1227 ss. On peut se borner à signaler les tentatives faites jusqu’à présent pour reconnaître sur les monnaies l’image de l’Aphrodite de Cos ; elles comportent trop d’incertitudes pour que l’on puisse les prendre en considération : M. Bieber, Die koische Aphrodite des Praxiteles, Zeitschr. f. Num., 34 (1924), p. 315 ss. ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Miinzen, p. 37. Des Éros de type praxitélien ont été signalés sur des monnaies de Pergame (G.-E. Rizzo, op. cit., p. 85, pl. 118, 4 et 5) et de Pruse (G.-E. Rizzo, op. cit., p. 42, pl. 62, 8 et 9), mais aucune identification certaine ne peut en être proposée (cf. Ch. Picard, Manuel, III, 2, pp. 554-555, fig. 233 et 234).

96 L’étude fondamentale sur la Cnidienne est l’ouvrage de Chr. Blinkenberg, Knidia. Beitrage zur Kenntnis der praxitelischen Aphrodite, Copenhague, 1933 ; voir aussi G.-E. Rizzo, Prassitele, p. 48 ss. ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 557 ss. Pour les monnaies, voir M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Miinzen, p. 36 ss. Pour les textes : J. Overbeck, Schriftqu., n° 1227 ss.

97 P. Gardner, Types, p. 176 (pl. XV, 21) ; Hill, Num. Chron., 1930, p. 296, n» 27 (pl. XXI) ; M. Bernhart, op. cit., p. 38, n° 223 (pl. VI) ; G.-E. Rizzo, l. c. (pl. 70, 2 et 3) ; Chr. Blinkenberg, op. cit., pp. 198-199 (fig. 75 à 81).

98 M. Bernhart, op. cit., n° 224 (pl. VI) ; Ch. Blinkenberg, op. cit., p. 198 (fig. 74).

99 Head, BMC, Caria, p. 97, n» 100 (pl. XVI, 7) ; Hill, Num.Chron., 1929, p. 188, n° 13 (pl. VIII) ; M. Bernhart, op. cit., n° 225 (pl. VI) ; G.-E. Rizzo, l. c. (pl. 70, 4 et 5) ; Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 195 ss. (fig. 71 à 73).

100 Sur l’identification des répliques : G.-E. Rizzo, op. cit., pp. 48 et 115 ; Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 199 ss.

101 Voir, en particulier, l’étude de Chr. Blinkenberg citée ci-dessus, p. 311, n. 2.

102 Hill, BMC, Lycaonia, p. 230, n° 330 (pl. XXXVIII, 5) ; M. Bernhart, op. cit., p. 38, n° 226 (pl. VI).

103 M. Bernhart, l. c., n° 227.

104 Les répliques de ce type sont représentées principalement par une statue conservée dans les Magasins du Vatican : Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 131 ss. (I, 3) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 48 ss. (pl. 71-75) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 578 ss. (fig. 238 et 239). Voir aussi la statue trouvée à Borgo Acilia (Via Ostiensis) : Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 157 ss. (I, 24) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 50 ss. (pl. 77) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 590 (fig. 248).

105 C’est le type de la statue exposée au Vatican (Sala a croce greca) et si souvent reproduite : Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 121 ss. (I, 1) ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 53 ss. (pl. 82-84).

106 Pour la comparaison avec les monnaies, voir G.-E. Rizzo, op. cit., p. 50 ; cf. Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 62 (plinthe en-dessous du vase sur certains types monétaires ?), p. 115 (la réplique la plus proche de l’original serait celle de la Via Ostiensis).

107 Sur la position de la tête, voir M. Bernhart, op. cit., p. 37. Sur certaines reproductions numismatiques où Aphrodite fait face à Asclépios, c’est la jambe gauche qui sert d’appui, au lieu de la droite : M. Bernhart, ibidem.

108 Head, BMC, Caria, p. 84 ss., n° 1 ss. ; E. Babelon, Traité, II, 1, col. 425 ss., n° 698 ss.

109 Head, op. cit., p. 87 ss., n° 24 ss. ; E. Babelon, op. cit., II, 2, col. 983 ss., n° 1631 ss. Sur la date de ces monnaies : Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 194. Sur le culte d’Aphrodite Euploia : Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 201 ss.

110 E. Babelon, op. cit., II, 2, col. 994.

111 Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 118 ss.

112 « Wenn dies der Fall wàre [c’est-à-dire, si le graveur avait copié la tête de la statue], hâtte der Stempelschneider jedoch sein Môglichstes gethan um sein Vorbild zu verhehlen ; jedenfalls weicht i. B. auf die äusseren, greifbaren Kennzeichen das Münzbild vom Kopf der Statue ab ; es ist mit einem Halsband ausgestattet, und die Frisur ist verschieden » : Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 194. Voir l’opinion exprimée par Head, op. cit., p. l : « It has been thought that the head of the goddess on this and other later tetradrachms of Cnidus (pl. XLV, 7, 8) are memory copies from the famous statue by Praxiteles ; but it may be doubted whether the divergencies do not counterbalance the points of resemblance. » Voir aussi K. Regling, AMK, p. 89 ; G.-E. Rizzo, op. cit., p. 53 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 594, n. 1.

113 Monnaies frappées vers 400. « leur type d’Aphrodite est une imitation de la tête d’Aréthuse sur les monnaies de Syracuse contemporaines, si appréciées dans tout le monde grec pour leur mérite artistique » : E. Babelon, op. cit., II, 2, col. 982. De même à propos des monnaies émises entre 394 et 387 (op. cit., col. 986) : « Quant à la tête de la déesse, elle continua plastiquement à être une imitation de la tête de l’Aréthuse syracusaine à laquelle le talent d’Evainète avait donné un si merveilleux éclat artistique. »

114 C’est ce que reconnaît E. Babelon, op. cit., II, 2 col. 995 : « Plus tard, cette tête d’Aphrodite persistant plus d’un siècle sur les coins monétaires, subit, dans la coiffure, des modifications inspirées par la mode ou la fantaisie des graveurs qui, parfois même, comme nous le constatons sur le didrachme n° 1645, s’inspirèrent de l’ancien type d’origine syracusaine. »

115 Head, BMG, Caria, p. 96, nos 92 à 96.

116 P. Gardner, Types, p. 176 (pl. XV, 20).

117 Chr. Blinkenberg, op. cit., pp. 194-195(fig. 70). Malgré la médiocrité de leur exécution, ces monnaies apportent un témoignage intéressant et ne méritent pas le jugement sévère de G.-E. Rizzo, op. cit., p. 52.

118 Pline, NH, XXXVI, 22.

119 G.-E. Rizzo, op. cit., p. 62 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 624.

120 P. Wolters, Der Eros des Praxiteles in Parion (Sitzungsber. d. bayer. Ak. d. Wiss., philos.-philol. u. hist. Kl., 1913), pp. 21-40. Cf. S. Mirone, Les Éros de Praxitèle, Revue num., 1921, p. 25 ss. (pl. IV, 1-4) ; G.-E. Rizzo, op. cit., pp. 62-63 (pl. 93) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, pp. 624-626 (fig. 271).

121 Voir la liste de ces monnaies dans P. Wolters, op. cit., p. 27 ss. Une reproduction de l’Éros sur un bronze de Gallien a été signalée depuis : Num. Chron., 1921, p. 10, n° 10 (pl. I).

122 B. Filow, Jahrb., 24 (1909), p. 67 ; sur cet hermès, voir ci-dessus, p. 44, n. 1.

123 P. Wolters, op. cit., p. 37 ; cf. G.-E. Rizzo, op. cit., p. 66.

124 C’est ce que faisait déjà Pline, NH, XXXVI, 30.

125 Sur l’identification du Zeus de Léocharès qui se dressait sur l’Acropole, auprès de l’image de Zeus Polieus, voir ci-dessus, p. 75, n. 2. Le rapprochement établi entre l’Apollon érigé devant le temple d’Apollon Patroos et un symbole des tétradrachmes athéniens n’est pas mieux assuré (Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 41, fig. 15, 16, 20 à 22 ; voir à l’index II, s. v. Apollon, la note de B. Pick). Pour l’identification de l’Apollon de Calamis, voir ci-dessus, p. 245 ; pour l’Apollon Patroos d’Euphranor, que l’on a également cherché à reconnaître sur ces mêmes tétradrachmes, voir ci-dessous, p. 321. K. Schefold croit pouvoir mettre une tête de Zeus qui orne des statères de la ligue arcadienne en rapport avec le Jupiter tonans (Pline, XXXIV, 10 et 79) de Léocharès : RM, 57 (1942), p. 254 ss.

126 Sur Scopas, voir, en dernier lieu, Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 633 ss. (bibliographie, p. 633, n. 1) ; textes dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 1149 ss.

127 Sur les sculptures du temple de Tégée, voir la publication de Ch. Dugas, J. Berchmans et M. Clemmensen, Le sanctuaire d’Aléa Athéna à Tégée, Paris, 1924, p. 77 ss.

128 Pausanias, VI, 25, 1 : Κρηπίς δε εντός τον τεμένους πεποίηται, και επί τή κρηπδι άγαλμα ‘Αφροδίτης χαλκοϋν έπ’ι τράγω κάθηται χαλκώ. Σκόπα τοϋτο έργον, ‘Αφροδίτην δέ Πάνδημον όνομάζουσι.

129 Hadrien, Septime Sévère, Caracalla : Imhoof-Gardner, NCP, p. 72 (pl. Ρ, XXIV) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 75, n° 156 (pl. XVI, 4) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, p. 670 (Mzt. IV, 5) ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, p. 54, n° 330 (pl. IX). L’identification est due à R. Weil, dans Histor. u. philolog. Aufsätze E. Curtius gewidmet, Berlin, 1884, pp. 134-135 (pl. III, 8).

130 Sur ce thème, voir M. Bohm, Jahrb., 4 (1889), p. 208 ss. ; M. Collignon, Mon. Piot, 1 (1894), p. 143 ss. ; A. de Ridder, Mon. Piot, 4 (1897), p. 85 ss. ; A. Furtwängler, Sitzungsber. d. Akad. d. Wiss. zu München, phil.-hist. Cl., 2 (1899), p. 590 ss. ; R. Ganszyniec, BCH, 47 (1923), p. 431 ss. (liste des monuments représentant Aphrodite sur un bouc : pp. 432-433) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 699 ss. (fig. 304, 305).

131 Pausanias, II, 10, 1. Pour la monnaie (Géta), voir Imhoof-Gardner, NCP, p. 30 (pl. H, XI) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 56, n° 247 (pl. IX, 22). Sur les possibilités d’identifier l’Héraclès de Scopas, voir B. Graef, RM, 4 (1889), p. 189 ss. ; M. Collignon, SG II, p. 238 ss. ; W.-N. Bates, AJA, 13 (1909), p. 151 ss. ; CH.-H. Skalet, Ancient Sicyon, Baltimore, 1928, p. 22; F.-P. Johnson, Lysippos, Durham, 1927, pp. 53-54; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 705 ss. G. Cultrera, Memorie della R. Acc. dei Lincei, 14 (1910), p. 177 ss. reconnaissait sur la monnaie de Sicyone l’Héraclès de Lysippe (cf. ci-dessous, p. 324). G. Lippold, Skopas, PWRE, III A (1927), col. 577, fait observer avec raison : « Der Herakles auf einer Münze von Sikyon ist zu charakterlos, als dass man ihn für den des S. verwenden könnte » (cf. Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 708, où il est question de plusieurs monnaies).

132 Textes dans J. Overbeck, Schriftqu., nos 1162-1164.

133 Imhoof-Gardner, NCP, p. 28, n° 3 (pl. H, VI, VII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 55, n° 242 (pl. IX, 19) ; Imhoof-Blumer, JIAN, 11 (1908), p. 175, n° 467 (pl. XI, 9). Les monnaies reproduisent peut-être une des Bacchantes qui ornaient le temple do Dionysos à Sicyone (Pausanias, II, 7, 5), mais Furtfwangler a inutilement compliqué la question en supposant que la Ménade de Scopas faisait partie de ce groupe de Bacchantes (Meisterwerke, p. 650) et J. Six a voulu mettre au compte de Scopas tout le groupe des βάκχαι de Sicyone : Jahrb., 33 (1918), p. 38 ss. On reconnaît généralement la Ménade de Scopas dans une statuette de Dresde : G. Treu dans Mélanges Perrot, Paris, 1903, p. 317 ss. ; J. Berchmans dans Mélanges Holleaux, Paris, 1913, p. 21 ss. ; F.-P. Johnson, Lysippos, p. 54 ; H. Philippart, Iconogr. des Bacchantes d’Euripide, Revue belge de philol. et d’hist. 9 (1930), p. 40, n° 97 (pl. V) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 738 ss. (fig. 328). Hauser songeait plutôt à la Bacchante qui orne une des faces d’un autel de la Glyptothèque Ny Carlsberg : Brunn-Bruckmann, Denkmäler, pl. 599, p. 12 (fig. 11).

134 Strabon, XIII, 1, 48 (604) (voir ci-dessus, p. 83).

135 Ci-dessus, p. 84.

136 Ci-dessus, p. 85. La question du fameux Apollo Palatinus ne relève pas de notre domaine, puisque c’est sur des monnaies romaines que l’on croit en reconnaître l’image : Lippold, Skopas, PWRE, III A (1927), col. 576 ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 639 ss. (fig. 273).

137 Sur Bryaxis : J. Overbeck, Schriftqu., n° 1316 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 306 ss. ; C. Robert dans PWRE, III (1897), col. 916 ss. ; Amelung dans Thieme-Becker, Allgem. Lexikon der bildenden Künstler, V (1911), p. 164 ss. ; Ch. Picard, La sculpture antique de Phidias à l’ère byzantine, Paris, 1926, p. 95 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 279 ss. D’autres études plus récentes concernent surtout la participation de l’artiste aux sculptures du Mausolée : E. Pfuhl, Jahrb., 50, 1935, p. 33 ; K.-A. Neugebauer, Jahrb., 58, 1943, p. 39 ss. M. J.-H. Jongkees a bien voulu m’informer qu’il publierait prochainement, dans le JHS, une étude sur le Sérapis de Bryaxis.

138 Pausanias, I, 40, 6 : τον δε ‘Ασκληπιού το άγαλμα Βρναξις καΐ αντο και την Ύγίειαν έποίησεν.

139 Imhoof-Gardner, NCP, p. 5, n° 6 (pl. A, VI) ; Head, BMC, Attica, p. 123, n° 50 (pl. XXII, 4). D’autres monnaies de Mégare (Marc Aurèle, Commode, Caracalla) montrent Asclépios et Hygie sous un aspect semblable, mais séparés ; le dieu tourne la tête à gauche et s’appuie du bras droit sur son bâton : Imhoof-Gardner, l. c. (pl. A, VII).

140 Sur les groupes, voir ci-dessus, p. 15.

141 Imhoof-Gardner, l. c.

142 Selon W. Wroth, les types classiques d’Asclépios et d’Hygie dateraient de l’époque de Scopas et seraient peut-être dus à cet artiste : JHS, 5 (1884), p. 90 (sur les statues de Tégée et de Gortys d’Arcadie, voir maintenant Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 696 ss.). Imhoof-Blumer et P. Gardner, s’appuyant sur le témoignage des monnaies de Mégare, attribueraient plutôt la création de ces types à Bryaxis : NCP, p. 6.

143 Textes dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 1321 ss. On ajoutera le texte de Philostorge publié par M. Egger, Bryaxis et l’Apollon de Daphné, REG, 2 (1889), p. 102 ss. (d’après MAI, Spicilegium romanum, IV, p. 380 ; on se reportera maintenant à l’édition de J. Bidez dans la collection des Griech. christl. Schriftsteller der ersten drei Jahrh., Leipzig, 1913, p. 87, 1. 19 ss.).

144 Libanius, Orat., LX, 9 ss. (ed. R. Förster) ; Theodoret, Hist. eccles., III, 11, 4 (ed. L. Parmentier) ; Ammien Marcellin, XXII, 13, 1 (je reviendrai ailleurs sur ce texte dont on a souvent donné une fausse interprétation).

145 On trouvera les principaux éléments de cette description dans les textes de Libanius et de Philostorge.

146 J. Overbeck, KM, Apollon, p. 96 (pl. V, 39) ; E. Babelon, Rois de Syrie, p. xcvi ss., p. 71, n° 547 (pl. XII, 12) ; E.-T. Newell, The Seleucid Mint of Antioch, Amer. Journal of Num., 51 (1917), p. 28, n° 64 (pl. IV).

147 Philippe père : Wroth, BMC, Galatia, p. 215, nos 533 et 534 (pl. XXV, 5). Un Apollon de ce type figure également sur des monnaies de Philippe fils, Trébonien Galle et Julien l’Apostat : J. Overbeck, KM, Apollon, p. 96 (pl. V, 37, 38) ; E. Babelon, op. cit., p. XCVII.

148 E. Babelon, op. cit., p. xcvi. Les autres identifications que l’on a proposées pour des œuvres de Bryaxis restent problématiques : Apollon de Patara en Lycie (J. Overbeck, KM, Apollon, p. 95 ; G. Lippold, Sarapis und Bryaxis dans Festschrift P. Arndt, Munich, 1925, p. 122), Dionysos de Cnide (Lippold fait observer que l’on peut hésiter entre le Dionysos de Scopas et celui de Bryaxis : Skopas, PWRE, III A, 1927, col. 576).

149 Si l’on admet l’identification de l’œuvre d’Euphranor avec la statue d’Apollon trouvée sur l’Agora, le dieu aurait été représenté en costume de citharède : H.-A. Thompson, Hesperia, 6 (1937), p. 107 (fig. 56) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 862 ss. (fig. 385). On devrait donc renoncer à chercher l’image d’Apollon Patroos sur des tétradrachmes athéniens qui ont pour symbole un Apollon nu, tenant l’arc à la main gauche : E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 272 ; cf. J. Overbeck, KM, Apollon, p. 100. J.-P. SHEAR croit retrouver l’image de la statue sur des bronzes d’époque impériale : Hesperia, 5 (1936), p. 310 (fig. 17, 1 à 7).

150 Mentionnée par Pline, NH, XXXIV, 77. Léto fuyant devant Python, cependant qu’Apollon, sur les bras de sa mère, perce le serpent de ses flèches, est un thème souvent traité par les graveurs : Th. Schreiber, Apollo Pythoktonos, 1879, pp. 79-80 (pl. II, 1 à 7) ; Overbeck, KM, Apollon, pp. 373-374 (Mzt. V, 17 à 20) ; L. Weber, Philologue, 69 (1910), p. 221 ss. Rien ne prouve, cependant, qu’Euphranor ait conçu le sujet sous cette forme. Les statuettes du Musée du Capitole et du Musée Torlonia dérivent d’un modèle du Ve siècle : E. Reisch, Ein vermeintliches Werk des Euphranor, Festgruss aus Innsbruck an die XLII. Philol. Vers, in Wien (1893), p. 151 ss. ; A. Mahler, RA, 1906, II, p. 290 ss. ; G. Lippold, Kopien und Umbildungen, p. 52 ; F.-P. Johnson, Lysippos, p. 43 (voir, sur la question, Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 866).

151 Sur Silanion, voir maintenant Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 781 ss. (bibliographie, p. 781, n. 1) ; sur le portrait de Sapho, voir p. 791 ss. S. Mirone cherchait l’image de cette statue sur les monnaies de Syracuse : Revue num., 1922, p. 10 ss. ; sur la valeur de son identification, voir P. Cayrel, Mélanges de l’Ecole fr. de Rome, 50 (1933), p. 143 ss.

152 Sur Eucleidès : J. Overbeck, Schriftqu., nos 1147-1148 ; M. Collignon, SG, II, p. 185 ; C. Robert dans PWRE, VI (1909), col. 1052; Amelung dans Thieme-Becker, op. cit., XI (1915), p. 74 ; Ch. Picard, La sculpture antique de Phidias à l’ère byzantine, p. 144 ss. Sur le Zeus d’Aegira, voir Pausanias, VII, 26, 4 : παρείχετο δἐ ή Αιγειρα ες αυγγραφήν ιερόν Διός και άγαλμα καθήμενον, λίθου τοϋ Πεντεληαίου, ‘Αθηναίου δἐ έργον Εύκλείδον. Eucleidès avait également travaillé pour une autre ville d’Achaïe, Boura, où il avait exécuté plusieurs statues (Pausanias, VII, 25, 9), que l’on a cherché à reconnaître sur les monnaies : Imhoof-Gardner, NCP, p. 88 (pl. S, I).

153 O. Walter, Ein Kolossalkopf des Zeus aus Aigeira, Oest. Jahresh., 19-20 (1919), p. 1 ss. Conservée au Musée national d’Athènes : S. Papaspyridi, Guide du Musée national, n° 3377. Se fondant sur ce document, O. Walter situait Eucleidès au ive siècle, tandis que Helmer voulait y voir un artiste du IIe siècle, contemporain de Damophon : Eucleides, Oesterr. Jahresh., 21-22 (1922-1924), p. 120 ss. G. Lippold place également Eucleidès au IVe siècle : Sarapis und Bryaxis dans Festschrift P. Arndt, Munich, 1925, p. 125 ; Eukleides, ‘Αρχ. Έφημ., 1937, p. 255 ; de même Ch. Picard, op. cit., p. 145.

154 O. Walter, Der Arm der Zeusstatue von Eukleides, Oesterr. Jahresh., 27 (1932), p. 146 ss. Les nouvelles fouilles, entreprises à la suite de la découverte du bras, n’ont apporté aucune autre indication sur la date de la statue (O. Walter, op. cit., p. 152) ; d’autre part, l’identification du temple de Zeus reste problématique (voir le rapport de O. Walter dans Oesterr. Jahresh., 27, 1932, Beibl., col. 223 ss.).

155 Septime Sévère, Plautilla : Imhoof-Gardner, NCP, p. 90 (pl. S, VI) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 17, n° 5 (pl. IV, 10) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, p. 841 ; Dan. Nation. Mus., PhliasiaLaconia, pl. 2, nos 131 et 133. Sur la position du bras gauche et sur la transcription des graveurs, voir O. Walter, Oesterr. Jahresh., 27 (1932), p. 151.

156 Sur Lysippe, l’ouvrage principal est celui de F.-P. Johnson, Lysippos, Durham, 1927. Voir aussi Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXIII (1929), p. 496 ss. ; Lippold dans PWRE, XIV (1930), col. 48 ss. Pour les textes, voir J. Overbeck, Schriftqu., n° 1443 ss.

157 F. P. Johnson, op. cit., p. 73.

158 Pline, NH, XXXIV, 37.

159 Ci-dessus, p. 302.

160 Pausanias, II, 9, 6. On croit en reconnaître l’image sur une monnaie de Sicyone (Caracalla) : Imhoof-Gardner, NCP, p. 29, n° 6 (pl. H, X) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 55, n° 243 ; Pausanias edd. Hitzigblümner, I, 2, p. 531 ; Ch.-H. Skalet, Ancient Sicyon, Baltimore, 1928, p. 21 ; Lippold, op. cit., col. 60 ; F.-P. Johnson, op. cit., p. 134 ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 289 (fig. 749).

161 Pausanias, II, 20, 3. Sur les monnaies qui reproduiraient le Zeus de Lysippe (Hadrien, Mare Aurèle, Septime Sévère, Iulia Domna, Plautilla, Valérien), voir Imhoof-Gardner, NCP, p. 36 (pl. Κ, XXVIII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 150, n° 163 (la fig. à laquelle on renvoie, pl. XXVIII, 21, ne correspond pas à la description) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 154, n° 24 (pl. XXXIX, 13) ; Lippold, ibidem ; F.-P. Johnson, op. cit., p. 137 ; Th.-L. Shear, AJA, 1931, p. 148, n° 12 (agrandiss, fig. 7). Voir une image analogue de Zeus sur des monnaies de Pellène : Imhoof-Gardner, NCP, p. 92 (pl. S, XIV) ; P. Garder, BMC, Peloponnesus, p. 32, n° 17 (pl. VI, 17).

162 Pausanias, I, 43, 6. Le Zeus des monnaies de Mégare brandit le foudre dans la main droite : Imhoof-Gardner, NCP, p. 5, n° 4 (pl. A, IV); A.-B. Cook, Zeus, II, 2, p. 1139 (fig. 960). Ces monnaies reproduiraient une statue antérieure à l’époque de Lysippe : Lippold, l. c. ; F.-P. Johnson, op. cit., pp. 138-139.

163 Lucien, Zeus tragoedus, 9. Sur le Poseidon du Latran et sur les images du dieu qui lui sont apparentées : F.-P. Johnson, op. cit., p. 144 ss. Lippold (l. c.) chercherait plutôt le Poseidon de Lysippe sur des monnaies de Corinthe qui montrent le dieu assis (Imhoof-Gardner, NCP, p. 16, pl. D, LII).

164 E.-H. Bunbury, Num. Chron., 1883, p. 9 (pl. I, 5) ; Svoronos, Τò Έθνικόν Μονσεον, p. 58 (fig. 44). L’attribution de ces tétradrachmes à Sicyone n’est pas établie ; M.-P. Vlasto les attribue à Argos : JIAN, 4 (1901), p. 94, n. 3. Pour d’autres représentations de l’Hercule Farnèse sur les monnaies, voir J. Von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 27 ; R. Bräuer, Die Heraklestaten auf antiken Münzen, Zeitschr. f. Num., 28 (1910), pp. 105-106 (pl. V, 12, 13, 20).

165 Pausanias, II, 9, 8. Sur l’attribution à Lysippe de l’Hercule Farnèse, voir F.-P. Johnson, op. cit., p. 197 ss.

166 Martial, Epigr., IX, 43, 44 ; Stace, Silvae, IV, 6 (textes reproduits et traduits dans F.-P. Johnson, op. cit., p. 288 ss.).

167 Déjà sur des monnaies de Crotone de la fin du ve siècle : Poole, BMC, Italy, p. 353, n° 88 ss. ; G. Macdonald, Hunter. Coll., I, p. 131, nos 32 à 34 (pl. IX, 17). Voir aussi, par exemple, les monnaies d’Amastris (Babelon-Reinach, Recueil général, I, 2e éd., p. 177*, n° 140, pl. XXI, 3) et de Germé (Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 246, n° 814 ; Lydische Stadtmünzen, p. 72, n° 13 ; L. Robert, Villes d’Asie Mineure, pl. IV, 4).

168 Les monnaies de Crotone montrent que ce type d’Héraclès était introduit dans la numismatique avant Lysippe, mais on n’est pas tenu d’y reconnaître des copies d’une statue qui se trouvait à Crotone et dont dériverait l’Héraclès Epitrapézios, comme le pense Ph. Lehmann, Statues on Coins of Southern Italy and Sicily in the Classical Period, New York, 1946, p. 40 (fig. 1). On notera que l’Héraclès Epitrapézios ne se rattache à aucun culte officiel et que son image ne pouvait guère prendre place sur les monnaies. Sur la signification de cet Héraclès, voir Ch. Picard, RA, 1911, I, p. 261 (cf. F.-P. Johnson, op. cit., p. 104 ; Lippold, op. cit., p. 51).

169 Liste des statues d’athlètes dans Lippold, op. cit., col. 55 ss., pour les images de divinités, voir col. 49-52.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search