Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Deuxième partie. L'histoire de la sculpture grecque et le témoignage des monnaies

Chapitre II. La sculpture classique les maitres du ve siècle

Texte intégral

  • 1 Sur les limites que l’on assigne à la période archaïque : W. Deonna, Dédale, I, pp. 24-25.
  • 2 Les Tyrannoctones de Critios et Nésiotès sont postérieurs à 480 (cf. ci-dessus, p. 239).
  • 3 Comme nous l’avons déjà fait observer ci-dessus, p. 199, certains artistes ont été passés sous sil (...)

1On assigne ordinairement comme limite à la période archaïque la date de 4801. A vrai dire, ce n’est là qu’un point de repère commode, mais conventionnel, que nous avons du reste été amené à dépasser2. Nous avons réparti les représentants de l’art classique en trois groupes : les précurseurs qui ont illustré la période de transition entre 480 et 450 environ (Calamis, Pythagoras), les grands maîtres de l’art classique (Myron, Polyclète, Phidias), les émules et disciples des grands maîtres (Agoracrite, Alcamène, Strongylion)3.

I. Les précurseurs

  • 4 Sur Calamis : J. Overbeck, Schriftqu., n° 508 ss. ; H. Brunn, Qesch. d. griech. Künstler, I, p. 12 (...)
  • 5 L’Apollon Alexicacos de Calamis serait reproduit sur des tétra- drachmes athéniens du nouveau styl (...)

2Calamis4. — Béotien d’origine, Calamis avait exécuté pour Tanagra deux statues, un Hermès criophore et un Dionysos, qui ont été reproduites, l’une et l’autre, sur les monnaies de la cité. L’Apollon Alexicacos, qui se dressait à Athènes devant le temple d’Apollon Patroos, nous demeure inconnu5, mais les monnaies d’Apollonie du Pont nous conservent, semble-t-il, le souvenir d’un autre Apollon de Calamis.

  • 6 Ci-dessus, p. 58.
  • 7 Voir ci-dessus, p. 69.
  • 8 Arch. Zeit., 1849, col. 93, n° 26 (pl. IX, 12) ; Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 9 (1877), pp. 29-3 (...)

3a) L’Hermès criophore de Tanagra. — Les figures criophores, comme nous l’avons vu précédemment6, apparaissent dans l’art grec dès la période archaïque. Une statue de ce type a été reproduite sur des monnaies d’Égine et représente Hermès portant le bélier sur les épaules7. Une image semblable orne des monnaies de Tanagra frappées à l’époque impériale (pl. XX, 4) : le dieu, nu, est debout de face ; il a les jambes tendues et jointes, les bras contre le corps et tient par les pattes le bélier dont la tête est tournée à droite8.

  • 9 M. Collignon, SG, I, p. 399 (fig. 206) ; Eitrem, Hernies, PWRE, VIII (1913), col. 766 ; F. Studnic (...)
  • 10 Pausanias, IX, 22, 1 :’Eς δὲ τοῦ ‘Έϱμοῦ τά ἱεϱὰ τοῦ τε Κϱιοφόϱον ϰαὶ δν Πϱόμαχον ϰαλοῦσι, τοῦ μέν (...)
  • 11 Pausanias, ibidem.

4Il n’est pas douteux que nous n’ayons sur ces monnaies la reproduction de la statue que Calamis exécuta pour le sanctuaire d’Hermès à Tanagra9. Cette statue commémorait une intervention bienveillante du dieu, qui, pour détourner une épidémie, avait porté un bélier sur ses épaules autour des remparts de la cité10. A la différence de l’Hermès d’Égine, le criophore de Tanagra est imberbe. Cette particularité n’est pas due à une interprétation personnelle de l’artiste ; les Tanagréens, en effet, concevaient leur dieu protecteur comme un jeune homme, puisqu’ils chargeaient chaque année le plus bel éphèbe de renouveler la lustration en faisant le tour des remparts, un agneau sur les épaules11.

  • 12 Pausanias, IX, 20, 4 : ‘Εν δὲ τοῦ Διονύσου τω ναῶ θέας μέν ϰαὶ τὸ ἄγαλμα ἄξιον, λίθου τε δν Πάϱίου (...)

5b) Le Dionysos de Tanagra. — Le temple de Dionysos à Tanagra contenait une statue du dieu en marbre de Paros, due au ciseau de Calamis. On y voyait également un Triton qui parut à Pausanias encore plus digne d’intérêt que l’œuvre du grand sculpteur. Le monstre était dépourvu de tête et de curieuses légendes, que le Périégète a pris soin de nous rapporter, avaient cours à son sujet et expliquaient sa présence dans le sanctuaire de Dionysos12.

  • 13 Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 9 (1877), p. 33, n° 111 ; Head, BMC, Central Greece, p. 66, n° 60 ( (...)

6Des monnaies de Tanagra, qui portent au droit l’effigie d’An- tonin le Pieux, de Marc Aurèle et de Commode, montrent au revers Dionysos sous l’aspect d’un jeune homme (pl. XX, 5). Le dieu, chaussé d’endromides, est vêtu d’une courte tunique et d’une nébride ; il a la jambe gauche légèrement fléchie ; de la main droite il tient un canthare et de la main gauche il s’appuie sur un thyrse. Cette image de Dionysos est abritée par un baldaquin que supportent deux atlantes posés sur des piédestaux. L’exergue est occupé par un Triton nageant à gauche, la tête tournée vers la droite13.

  • 14 Sur cette identification proposée par Imhoof-Blumer, voir E. Curtius, Arch. Zeit., 41 (1883), col. (...)
  • 15 P. Wolters a montré que le Triton n’était pas une œuvre d’art, mais un objet de curiosité : Arch. (...)

7La présence de ce Triton semble indiquer clairement que ce type monétaire reproduit la statue de Calamis mentionnée par Pausanias14. On pourrait objecter, il est vrai, que le Triton représenté sur les monnaies ne répond pas à la description du Périégète, puisqu’il n’est pas dépourvu de tête. Mais il est évident que les graveurs de Tanagra n’ont pas pris pour modèle l’animal momifié que l’on montrait aux pèlerins dans le sanctuaire de Dionysos15. Ils ont voulu simplement évoquer la légende rapportée par Pausanias et rappeler la lutte du dieu contre le monstre qu’ils ont fait figurer aux pieds de son vainqueur.

  • 16 P. Wolters, ibidem ; cf. M. Collignon, SG, I, p. 399 (fig. 205) ; Fiehn, op. cit., col. 2160 ; Ch. (...)
  • 17 E. Reisch, op. cit., p. 229 ss. Sur Calamis, maître de Praxias (Pausanias, X, 19, 4), voir Ch. Pic (...)

8Un problème plus difficile à résoudre est celui que pose le style de la statue reproduite par les graveurs. P. Wolters considère qu’une œuvre de ce type ne peut être antérieure à l’époque de Phidias et qu’il faut renoncer par conséquent à l’attribuer à Calamis16. Dans ce cas, il faudrait admettre ou bien que Pausanias s’est trompé dans son attribution ou bien que les graveurs de Tanagra ont reproduit une autre statue du dieu. Une solution différente a été proposée par E. Reisch : ce savant a rangé le Dionysos de Tanagra parmi les œuvres d’un second Calamis dont l’activité se place dans la première moitié du ive siècle17.

  • 18 La théorie de Reisch, acceptée en partie par Studniczka (op. cit., p. 1 ss.), a été condamnée par (...)
  • 19 F. Studniczka, op. cit., p. 74 ss.
  • 20 Un problème du même genre se pose pour l’Artémis Laphria de Ménaechmos et Soïdas (ci-dessus, p. 23 (...)

9Mais la théorie de Reisch a été combattue par plusieurs savants qui se sont efforcés de rendre à Calamis l’ancien les œuvres que l’on prétendait lui enlever au profit de son homonyme18. F. Studniczka a montré que le Dionysos de Tanagra, tel qu’il nous est connu par les types monétaires, peut appartenir à la première moitié du ve siècle et qu’il convient par conséquent de conserver l’identification proposée jadis par Imhoof-Blumer et par E. Curtius19. Nous nous rallions volontiers à cette opinion tout en faisant observer cependant que le résultat de ces discussions stylistiques reste assez incertain, puisque la statue qui en est l’objet ne nous est connue que par le témoignage des monnaies20.

  • 21 Au droit, ancre (AR) : Imhoof-Blumer, Oriech. Münzen, p. 85, n° 155 (pl. VI, 19) ; B. Pick, Thraki (...)
  • 22 Au droit, tête d’Apollon à droite (AE) : M.-P. Lambros, BGH, 2 (1878), p. 508 ss. (pl. XXIV, 2) ; (...)
  • 23 B. Pick, op. cit., p. 169 : « man wird das auf der Münze nachgebildete Original spätestens um 450 (...)
  • 24 Strabon, VII, 6, 1 (319) : εἷτ ‘Απολλωνία ἐν χιλίοις τϱιαϰοσίοις σταδίοις, ἄποιϰος Μιλησίων, τὸ πλ (...)
  • 25 Pick, op. cit., p. 167 ss. ; E. Reisch, Oesterr. Jahresh., 9 (1906), p. 222 ; F. Studniczka, op. c (...)
  • 26 Voir les textes cités ci-dessus, p. 248, n. 6.

10c) L’Apollon d’Apollonie. — Des monnaies d’Apollonie du Pont, frappées au IIe et au ier siècle avant J.-C., ont pour type du revers Apollon nu, debout de face, la main droite appuyée sur une longue branche, la main gauche tenant un arc et une flèche (pl. XX, 6, 7, 10)21 ; la légende ΑΠΟΛΛΩΝΟΣ ΙΑΤΡΟΥ accompagne parfois cette image du dieu (pl. XX, 8, 9)22. B. Pick a fait remarquer que ce type d’Apollon n’appartient pas à l’époque où les monnaies furent frappées ; le modèle dont il est inspiré date au plus tard de 450 avant J.-C.23. Or, nous savons par les textes anciens qu’il existait à Apollonie du Pont une statue colossale d’Apollon, œuvre de Calamis24. Il est tout naturel de penser que c’est cette image du dieu qui a été reproduite par les graveurs de la cité25. A l’époque impériale, ce type d’Apollon n’apparaît plus sur les monnaies d’Apollonie et son absence ne peut nous surprendre. Nous savons, en effet, que la statue fut enlevée par Lucullus en 72 avant J.-C. ; transportée à Rome, elle fut érigée sur le Capitole26.

  • 27 E. Reisch fait remarquer que l’attitude de l’Hermès : « mehr einem Xoanon des sechsten Jahrhundert (...)

11Les œuvres de Calamis, telles que nous pouvons les entrevoir par le témoignage des types monétaires, révèlent des tendances assez diverses. Si le Dionysos de Tanagra a pu passer pour une production du ive siècle, en revanche, l’Hermès criophore et l’Apollon d’Apollonie nous apparaissent comme les descendants directs des kouroi chers aux vieux maîtres27.

  • 28 Sur Pythagoras de Rhégion : J. Overbeck, Schriftqu., n° 489 ss. ; H. Lechat, Pythagoras de Rhégion (...)
  • 29 Pline, NH, XXXIV, 59 : « item Apollinem (fecit) serpentemque ejus sagittis configi » ; pour la lég (...)

12Pythagoras28. — Parmi les statues de ce sculpteur figurait, selon Pline, un Apollon perçant de ses flèches le serpent Python29. Une monnaie de Crotone, frappée entre 420 et 390, montre le dieu de Delphes aux prises avec son adversaire :

  • 30 Poole, BMC, Italy, p. 353, n° 85 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, I, n° 725 ; Coll. Jameson, I, n° 4 (...)

Héraclès, assis à gauche sur un rocher couvert de la peau de lion. Il tient un rameau de la main droite et appuie la main gauche sur sa massue. Devant lui, un autel ; derrière lui, l’arc et le carquois. A l’exergue, deux poissons. Dans le champ, la légende ΟΙΚΙΣΤΑΣ. — R /KPOΤΩΝ (ΙΑTAN) Trépied orné de bandelettes entre Apollon bandant son arc (à gauche) et le serpent Python (à droite).
AR. Statère30 (pl. XX, 11).

  • 31 Les différentes opinions émises à ce sujet sont résumées par H. Lechat, op. cit., p. 27, n. 1 ; cf (...)
  • 32 H. Lechat, op. cit., p. 28 ; cf. Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 114, n. 8.

13On a cru reconnaître, sur la monnaie de Crotone, l’image du groupe de Pythagoras de Rhégion31. Dans l’élégante étude qu’il a consacrée à Pythagoras, H. Lechat admet cette hypothèse ; selon lui, il est même possible que le trépied ait fait partie de l’œuvre originale : « En ce cas, il n’y aurait, sur le revers des monnaies de Crotone, rien de personnel au graveur, si ce n’est les libertés qu’il lui plut de prendre dans cette transposition d’une grande œuvre de ronde bosse en un minuscule relief. » L’artiste, il est vrai, aurait pris avec son modèle de bien grandes libertés, puisque H. Lechat est obligé de reconnaître que, de ce document, il n’y a guère à retenir « que la figure d’Apollon, pour sa pose et son rythme particuliers »32.

  • 33 C’est l’opinion de J. Overbeck, KM, Apollon, pp. 83-85, 379-381 ; Gesch. d. griech. Plastik (4e éd (...)
  • 34 Ch. Picard est donc trop affirmatif quand il dit : « Pythagoras avait fait aussi pour Crotone un A (...)
  • 35 Le trépied apparaît, sur les monnaies de Crotone, dès le début du monnayage : Poole, BMC, Italy, p (...)
  • 36 Pour des exemples de compositions savamment équilibrées sur des monnaies de Grande-Grèce et de Sic (...)
  • 37 K. Regling, op. cit., p. 62.

14Nous pensons, pour notre part, qu’on ne peut établir aucun rapport précis entre la monnaie de Crotone et le groupe de Pythagoras33. Remarquons tout d’abord que Pline ne nous dit pas où était conservée l’œuvre de ce sculpteur ; c’est le témoignage de la monnaie qui a permis de supposer qu’elle se trouvait à Crotone34. D’autre part, rien ne trahit, dans ce type monétaire, l’imitation d’une œuvre du grand art. On peut constater, au contraire, que le revers de ce statère est entièrement composé selon les lois particulières à l’art de la monnaie. Le motif principal, point de départ de la composition, est le trépied, emblème habituel des monnaies de Crotone35. De part et d’autre de ce motif, l’artiste a disposé deux figures secondaires, qui remplissent les vides et créent un rythme antithétique dont les graveurs ont fait un usage fréquent36. Ces figures font du reste corps avec le motif principal, car le graveur, par une charmante fantaisie, a fait du trépied un rempart qui protège le jeune Apollon contre son redoutable adversaire37. Ce petit tableau, si harmonieusement composé, a tous les caractères d’une création originale ; ce serait, nous semble-t-il, commettre une singulière erreur que d’y chercher l’imitation, si libre soit-elle, d’une œuvre de sculpture.

II. Les grands maîtres de la sculpture classique

  • 38 Sur Myron, voir la bibliographie établie par P.-E. Arias, Mirone (Quaderni per lo Studio dell’ Arc (...)
  • 39 Pline, XXXIV, 57 : « Herculem (fecit) qui est apud circum maximum in aede Pompei Magni. »
  • 40 « Wohl von Pompeius aus dem Osten mitgebracht » (G. Lippold, op. cit., col. 1125).
  • 41 J.-P. Six, Eine Oruppe des Myron ?, Zeitschr. f. Num., 14 (1887), p. 142 ss. ; cf. S. Mirone, Miro (...)
  • 42 Pour les exemplaires de la monnaie de Mallos, voir notre article dans L’Antiquité classique, 12 (1 (...)

151° Myron38. — Pline signale, parmi les œuvres de Myron, un Héraclès « qui est dans le temple du Grand Pompée, près du Circus Maximus »39 ; on a supposé que cette statue provenait d’Asie Mineure40. Or, J.-P. Six croit reconnaître un Héraclès de Myron sur des monnaies de Mallos, frappées vraisemblablement après la paix d’Antalcidas (387) et avant l’occupation du pays par Alexandre le Grand (333)41 ; ces statères, qui offrent au droit l’image du Grand Roi, présentent au revers Héraclès debout étranglant dans ses bras le lion de Némée42.

  • 43 Pour les diverses variantes de la lutte d’Héraclès et du lion, voir L. Lacroix, op. cit., p. 61 ss
  • 44 L. Lacroix, op. cit., p. 75.
  • 45 L’Héraclès du groupe de Samos (Strabon, XIV, 1, 14, 637) ne nous est pas mieux connu ; les monnaie (...)

16Nous avons montré ailleurs que ce type d’Héraclès est fréquent sur les monnaies d’Italie méridionale et qu’il apparaît, en particulier, sur des monnaies d’Héraclée frappées à peu près à la même époque que les statères de Mallos43. C’est aux monnaies d’Italie méridionale, et non pas, comme on l’avait supposé, à une œuvre de sculpture, que le graveur de Mallos a vraisemblablement demandé son inspiration. Le principal argument invoqué par J.-P. Six en faveur de son hypothèse est la présence, sur les monnaies de Mallos, d’un chapiteau de colonne qui sert de base à Héraclès luttant contre le lion. Mais ce prétendu chapiteau, dont l’aspect varie selon les exemplaires, est en réalité une indication du sol, analogue à celles que l’on rencontre sur d’autres types monétaires44. Aucun indice ne permet donc de supposer que les statères de Mallos reproduisent une œuvre du grand art ; ainsi s’évanouit l’Héraclès myronien que l’on avait cru pouvoir reconstituer d’après le témoignage des monnaies45.

  • 46 Le groupe d’Athéna et Marsyas a été maintes fois étudié ; on trouvera une liste des principaux tra (...)
  • 47 Pausanias, I, 24, I. L’auteur du groupe n’est pas cité, mais Pline (NH, XXXIV, 57) mentionne une o (...)
  • 48 Raoul-Rochette, Mém. de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), p. 273 ss. ; E. Beulé, Le (...)
  • 49 Ancienne coll. Finlay (Athènes, Musée national) : Svoronos, τὸ ἐν ‘Αθήναις ‘Έθνιϰὸν Μουσεiον, p. 1 (...)
  • 50 Oenochoé de Vari (Berlin) : M. Collignon, SG, I, p. 466 (fig. 241) ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. (...)
  • 51 Le Marsyas du Latran a été identifié en 1858 par H. Brunn (Il Marsia di Mirone, Annali dell’ Insti (...)

17La seule œuvre de Myron dont les monnaies offrent une copie certaine est le groupe d’Athéna et Marsyas46. Ce groupe, que Pausanias a vu sur l’acropole d’Athènes47 a été reproduit sur des bronzes athéniens qui ont été frappés à l’époque des empereurs romains (pl. XXI, 1-4)48. Il nous est connu également par un vase de marbre49 et par une oenochoé à figures rouges50. Enfin, il a pu être entièrement reconstitué, grâce à diverses répliques dont les principales sont le Marsyas du Latran et l’Athéna de Francfort51. Les monnaies d’Athènes au type d’Athéna et Marsyas ont été longuement examinées dans les nombreuses études consacrées à l’œuvre de Myron ; il était inutile de reprendre ici l’examen de ces documents dont l’interprétation paraît maintenant bien établie.

  • 52 Bibliographie dans R. Bianchi-Bandinelli, Policleto (Quaderni per lo Studio dell’Archeologia, 1, 1 (...)
  • 53 Pausanias, II, 17, 4 : τὸ δὲ άγαλμα της “Ηϱας επί θϱόνου ϰάθηται μεγέθει μέγα, χϱυσού μέν ϰαὶ έλέφ (...)
  • 54 A. Lambropoulos, Zeitschr. f. Num., 19 (1895), pp. 230-231 ; E. Babelon, Traité, II, 3, col. 455 s (...)

18Polyclète52. — Polyclète avait fait, pour l’Héraion d’Argos, une statue chryséléphantine de grandes dimensions. Héra, assise, tenait d’une main une grenade, de l’autre un sceptre surmonté d’un coucou ; elle portait sur la tête une couronne ornée de reliefs représentant les Charites et les Heures53. Cette statue, érigée dans le nouvel Héraion, après l’incendie de 423, aurait servi aussitôt à illustrer les monnaies d’Argos et d’Élis. Certains savants admettent, en effet, que la tête de Héra apparaît simultanément sur les monnaies de ces deux cités pour commémorer une alliance conclue en 421 avant J.-C. et pensent qu’elle reproduit les traits du chef-d’œuvre de Polyclète (pl. XXI, 5-7)54.

  • 55 La chronologie des monnaies d’Elis (appellation qu’il convient, nous semble-t-il, de maintenir, pu (...)
  • 56 Ch.-T. Seltman, Coins of Olympia, p. 75 ss. (cf. Greek Coins, pp. 163-164). Ces monnaies portent a (...)
  • 57 Ch.-T. Seltman, Coins of Olympia, pp. 86-87 ; Greek Coins, p. 168. Ces monnaies ont au revers les (...)

19Cette hypothèse, cependant, a été condamnée par Ch.-T. Seltman, dans son étude sur les monnaies d’Élis55. Selon ce savant, la frappe des monnaies à la tête de Héra dans le sanctuaire olympique s’expliquerait par de tout autres raisons. La nécessité de mettre en circulation, pour les jeux olympiques de 420, une grande quantité de numéraire aurait amené l’ouverture d’un atelier monétaire annexé à l’Héraion ; c’est cet atelier qui aurait frappé, à partir de 421 et jusque dans le dernier quart du ive siècle, les pièces à la tête de Héra56. Quant aux monnaies d’Argos, leur émission ne serait pas antérieure à 370 et devrait être mise en rapport avec la victoire du parti démocratique57.

  • 58 Monnaies de Cnossos (Svoronos, Num. de la Crète ancienne, pp. 73-74, nos 67 à 72, pl. VI, 6, 7 ; E (...)
  • 59 Head, BMC, Central Greece, p. 58, nos 1 et 2 (pl. IX, 3, 4) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 330 e (...)
  • 60 Tête de Héra Lacinia de face sur les monnaies de Crotone, Pandosia, Posidonia, Fensernia, Thurii, (...)
  • 61 Poole, BMC, Sicily, p. 83, n° 1 ; P. Gardner, Types, p. 150 (pl. VI, 39) ; W. Giesecke, op. cit., (...)
  • 62 Tête coiffée d’une couronne tourelée et ornée de palmettes : monnaies d’Amisos (Babelon-Reinach, R (...)

20La tête de Héra, coiffée d’une couronne ornée de fleurons ou de palmettes, n’est pas un type particulier à Élis et à Argos. On le trouve non seulement sur des pièces de Cnossos et de Tylissos, qui semblent inspirées des monnaies argiennes (pl. XXI, 8)58, mais aussi à Platées, sur des trioboles frappés entre 387 et 374 avant J.-C. (pl. XXI, 12)59, en Italie méridionale, sur les monnaies de plusieurs villes (pl. XXI, 9, 10) où le visage de la déesse nous apparaît de face60, tandis qu’il est vu de profil sur des pièces de Thermae en Sicile (pl. XXI, 11)61. Enfin, une tête semblable, où l’on reconnaît, tantôt Héra, tantôt Tyché, orne les monnaies de certaines cités de la Bithynie et du Pont62.

  • 63 K. Regling écarte catégoriquement tout rapport entre la statue de Polyclète et la tête de Héra sur (...)
  • 64 Cf. ci-dessus, p. 254, n. 2.
  • 65 Voir, pour ces hypothèses, P. Gardner, Types, p. 138 ; E. Babelon, Traité, II, 3, col. 463 ; Ch. W (...)

21C’est assurément sur les monnaies d’Argos que nous pourrions, avec le plus de vraisemblance, identifier les traits de la Héra de Polyclète. Mais l’effigie que nous offrent ces monnaies n’est guère conforme à la description de Pausanias63. La statue, au dire du Périégète, portait sur la tête une couronne décorée de reliefs représentant les Charités et les Heures64. Or, sur les monnaies, la couronne de la déesse a, pour tout ornement, des fleurons et des palmettes, parfois rattachés les uns aux autres par des enroulements. Pour justifier cette différence, on a supposé que les graveurs avaient simplifié un décor qu’ils ne pouvaient reproduire avec exactitude. Ils auraient donc substitué aux Charités et aux Heures un motif moins compliqué ; ou bien ils n’auraient représenté qu’une partie de la coiffure, supprimant les Charites et les Heures qui, dans cette hypothèse, surmontaient la couronne elle-même65. Dans les deux cas, la fidélité de leur témoignage devient pour nous impossible à vérifier, puisque la décoration de la couronne est le seul détail qui puisse servir de point de comparaison entre les monnaies et la description de Pausanias.

  • 66 Tantôt les cheveux pendent en boucles le long du visage, tantôt ils forment un épais bandeau autou (...)

22On remarquera, d’autre part, que la tête de Héra, sur les monnaies d’Argos, se présente sous des aspects différents : non seulement des variantes s’observent dans l’ornementation de la couronne, mais la chevelure elle-même n’est pas traitée de manière identique sur tous les types monétaires66. Cette constatation montre bien que les graveurs, loin de s’astreindre à copier une oeuvre du grand art, ont interprété le sujet avec une entière liberté.

  • 67 Antonin le Pieux, L. Veras, Septime Sévère, Julia Domna, Caracalla : J. Overbeck, KM, Hera, p. 44 (...)
  • 68 Bien visible sur une monnaie de Copenhague : Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean Islands, pl. 2, 98 (...)
  • 69 Imhoof-Gardner, NCP, pl. I, XII et XV (Antonin le Pieux). Ch. Waldstein pensait que les Charites e (...)

23En revanche, la Héra de Polyclète est fidèlement reproduite sur des monnaies d’Argos frappées à l’époque impériale (pl. XXI, 13)67. Ces monnaies, il est vrai, ne nous montrent que l’ensemble de la statue, sans nous permettre d’en distinguer les détails. Cependant, leur témoignage coïncide en plusieurs points avec celui de Pausanias : la déesse, assise sur un trône, s’appuie de la main gauche sur un sceptre et tient de la main droite la grenade mentionnée par le Périégète. Quant à la coiffure, elle nous apparaît tantôt comme un simple polos68, tantôt comme une couronne tourelée69.

  • 70 Pausanias, II, 17, 5, 6. J. Overbeck, KM, Hera, l. c. (Mzt. III, 1) ; Imhoof-Gardner, NCP, l. c. ( (...)

24La comparaison entre les monnaies impériales et le texte de la Périégèse s’appuie encore sur d’autres indices qui viennent confirmer la fidélité de ces types monétaires. En effet, on reconnaît, sur des monnaies d’Antonin, la statue de Hébé, œuvre de Naucydès, qui, comme l’atteste Pausanias, se dressait à côté de l’image de Héra et, entre les deux statues, le paon d’or et de pierres précieuses que l’empereur Hadrien déposa en offrande dans le sanctuaire de la déesse argienne (pl. XXI, 14)70.

  • 71 Sur Phidias, on trouvera les indications essentielles dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 618 ss. ; M (...)
  • 72 Ci-dessus, p. 129, n. 4.

25Phidias71. — Les deux œuvres maîtresses de Phidias sont le Zeus d’Olympie et l’Athéna du Parthénon. C’est d’elles que nous aurons à nous occuper essentiellement. Les monnaies nous donnent également de précieuses indications sur l’Athéna dite « Promachos » ; quant à l’Athéna de Pellène, il n’est pas certain, comme nous l’avons vu72, que l’on puisse en retrouver l’image sur les monnaies de la cité.

  • 73 Pausanias, V, 11,1 : Καθέζεται μεν δὴ ὁ θεὸς ἐν θϱόνῳ χϱνσοῦ πεποιη- μένος ϰαὶ έλέφαντος· στέφανος (...)

26a) Le Zeus d’Olympie. — Phidias avait représenté Zeus assis sur un trône, la tête ceinte d’une couronne d’olivier. Sur la main droite du dieu était posée une Victoire qui tenait en main une bandelette et portait sur la tête une couronne ; la main gauche s’appuyait sur un sceptre qu’un aigle surmontait. Tels sont les principaux renseignements que nous fournit Pausanias au sujet de cette œuvre célèbre73.

27Des statères d’Élis, frappés entre 452 et 432, présentent deux types de Zeus qui offrent entre eux de légères différences :

  • 74 Ch.-T. Seltman, The Temple Coins of Olympia, Cambridge, 1921, nos 98 et 99 (pl. III, AZ) ; E. Babe (...)

28A. Zeus assis à gauche sur un siège sans dossier, les jambes enveloppées dans un himation, la jambe droite légèrement avancée. Le bras droit repose sur le genou droit et la main droite tient le foudre ; le bras gauche est levé et la main gauche s’appuie sur un sceptre. Un aigle s’envole à gauche devant le dieu74.

  • 75 Ch.-T. Seltman, op. cit., nos 100 à 102 (pl. III, ΒΑ) ; E. Babelon, op. cit., n° 1048 (pl. CCXXIX, (...)

29B. Zeus assis à gauche sur un rocher, les jambes et le bras gauche enveloppés dans un himation, la tête légèrement tournée de face. La jambe droite est reculée derrière la gauche. Le sceptre est appuyé contre l’épaule droite. Le bras droit est étendu et sur la main droite est posé un aigle prêt à s’envoler75 (pl. XXII, 1).

  • 76 Une liste des partisans de cette théorie a été dressée par Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 351, n. 3 (...)
  • 77 A.-B. Cook croit que les statères du type A sont antérieurs à la statue et ont pu jouer un rôle da (...)

30Il est facile de se rendre compte que ces types monétaires ne concordent pas avec l’image que nous pouvons nous faire du Zeus de Phidias d’après la description de Pausanias. On a pourtant essayé d’établir un rapport entre la statue et les monnaies, mais les hypothèses émises à ce sujet dépendent de la date que l’on assigne à l’œuvre de Phidias. Cette date est depuis longtemps l’objet de vives contestations. Pour certains archéologues, le Zeus d’Olympie est postérieur à la Parthénos, érigée entre 447 et 438 avant J.-C.76. Dans ce cas, il n’est guère possible que les graveurs se soient inspirés de la statue et l’on a même supposé que ce sont les monnaies, au contraire, qui ont suggéré à Phidias certains éléments de sa composition77.

  • 78 C’est la thèse défendue par Ch. Picard, qui place l’exécution de la statue approximativement entre (...)
  • 79 Ces monnaies, frappées à partir de 490, offrent de nombreuses variantes ; voir, en particulier, Im (...)
  • 80 Ch.-T. Seltman, op. cit., p. 35 : « The Zeus on n° 99 (pl. III, AZ) is more or less of a close cop (...)

31D’autres savants pensent que l’artiste dut travailler à Olympie vers le milieu du ve siècle ; la statue pourrait donc être antérieure à la frappe des statères au type de Zeus assis78. Même si l’on admet cette hypothèse, on ne peut en conclure que les graveurs ont demandé leur inspiration au chef-d’œuvre de Phidias. En effet, un Zeus assis, analogue à celui qui orne les statères d’Élis, figure déjà sur des monnaies de la ligue arca- dienne, frappées à Heraea, dans la première moitié du ve siècle79. Sur certaines de ces pièces, de style archaïque, le dieu est représenté tenant le sceptre à la main gauche, avec un aigle à sa droite, comme sur les statères d’Élis du type A80. Les monnaies de la ligue arcadienne ont vraisemblablement fourni aux graveurs d’Élis le type de Zeus assis. Ce type n’a donc pas une origine sculpturale et sa création est totalement indépendante de l’œuvre de Phidias.

  • 81 P. 255.
  • 82 Ch.-T. Seltman, op. cit., nos 145 à 147, 175 ss. ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 1078, 1118 à 111 (...)
  • 83 Statères portant au revers les initiales ΔΑ : Ch.-T. Seltman, op. cit., n° 145 (pl. V, BQ) ; E. Ba (...)
  • 84 J. Overbeck se refusait déjà à admettre aucun rapport direct entre ces types monétaires et la stat (...)

32Ne peut-on, cependant, retrouver, sur d’autres monnaies d’Élis, le reflet de cette œuvre célèbre ? Ch.-T. Seltman a supposé que deux ateliers monétaires avaient fonctionné à Olympie à partir de 421. L’un, annexé à l’Héraion, aurait émis les monnaies à la tête de Héra dont il a été question plus haut81 ; l’autre aurait frappé les pièces qui portent au droit la tête de Zeus barbu, couronnée de laurier (pl. XXII, 2-4)82. Certaines de ces effigies du maître des dieux sont d’une remarquable facture et l’on aimerait croire qu’elles ont été exécutées à l’image du chef- d’œuvre de Phidias. Mais la diversité de ces types monétaires rend le problème singulièrement compliqué. Comment reconnaître si l’artiste ΔΑ, qui a apposé sa signature sur les plus anciennes de ces monnaies, nous a rendu, avec plus d’exactitude que les autres graveurs, la physionomie du Zeus ?83 Et pourquoi, si tel graveur a conformé son idéal à celui du grand maître, tel autre s’en est-il délibérément écarté ? En réalité, nous sommes obligés d’admettre que les graveurs ont interprété le sujet selon leur propre conception et non pas selon un modèle qui leur était imposé par une œuvre du grand art84.

  • 85 J. Overbeck, KM, Zeus, p. 34 ss. (pl. I, 34 et II, 4) ; J. Friedländer, Arch. Zeit., 1876, p. 34 ; (...)
  • 86 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XX) ; R. Weil, op. cit., p. 365 ss. (pl. X, 3, 3 a, 6) ; H. Schrader(...)
  • 87 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XXI) ; M. Collignon, SG, I, p. 528 ; R. Weil, op. cit., p. 366 (pl. (...)

33C’est seulement sur des bronzes d’Élis, frappés à l’époque impériale, que nous pouvons découvrir des copies fidèles de l’œuvre de Phidias85. Les monnaies d’Hadrien montrent Zeus assis sous trois aspects différents : 1o de profil à gauche (pl. XXII, 7)86 ; 2° de trois-quarts à gauche (pl. XXII, 9)87 ;

  • 88 J. Friedländer, Monatsber. d. Preuss. Ak. d. Wiss., 1874, p. 500 ; H.-G. Evelyn-White, JHS, 28 (19 (...)
  • 89 Imhoof-Gardner, l. c. ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 76, n° 160 (pl. XVI, 6 ; Géta) ; R. Weil(...)

343° de profil à droite (pl. XXII, 8)88. Zeus apparaît également de profil à gauche sur des monnaies de Commode, de Septime Sévère, de Caracalla et de Géta89.

  • 90 Sur ces représentations de Zeus, voir R. Weil, op. cit., p. 365 ss. (2e groupe).

35Sur tous ces types monétaires, le dieu est assis sur un trône à haut dossier, le bas du corps drapé dans son manteau, les pieds posés sur un tabouret ; il appuie le bras droit sur l’accoudoir de son trône et porte sur la main droite une petite Victoire ; il a le bras gauche levé et tient son sceptre à la main gauche. A en juger par la plupart de ces représentations, le dieu a la poitrine découverte ; un pan de son manteau retombe sur l’épaule gauche. Ces détails sont particulièrement visibles sur la monnaie d’Hadrien qui montre Zeus assis de trois-quarts à gauche (pl. XXII, 9)90.

  • 91 J. Overbeck, l. c. (pl. II, 4) ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XX) ; R. Weil, op. cit., p. 367 ss. (...)

36Ces types monétaires sont conformes, dans l’ensemble, à la description de Pausanias. Cependant, l’image la plus fidèle de la statue nous est offerte, semble-t-il, par une monnaie d’Hadrien, conservée à Florence et souvent reproduite (pl. XXII, 7)91. Cette pièce, qui montre le dieu de profil à gauche, s’écarte en plusieurs points des autres types monétaires. La main gauche tient le sceptre, non pas à son extrémité supérieure, mais à hauteur de l’épaule ; de plus, le bras est ramené dans un plan perpendiculaire au corps ; enfin, la partie supérieure du bras, jusqu’au coude, est entièrement dissimulée par la draperie qui laisse seulement l’avant-bras découvert.

  • 92 Un exemplaire de Berlin offre une image de Zeus analogue à celle de la monnaie de Florence : R. We (...)
  • 93 Pour les monnaies d’époque hellénistique voir, par exemple, le Zeus nicéphore des monnaies des Sél (...)
  • 94 Sur ces variantes, voir H. Schrader, op. cit., p. 8 ss.
  • 95 R. Weil, op. cit., p. 370 ss. Le vêtement qui recouvre le bras est indiqué sur le dessin au trait (...)
  • 96 Cf. H. Schrader, op. cit., p. 9.

37Ces détails semblent bien empruntés à l’original et l’on doit admettre que le graveur de la monnaie de Florence s’est ingénié à reproduire la statue en se conformant strictement aux données du modèle92. Les autres images de Zeus ont un aspect beaucoup plus conventionnel. L’attitude quelque peu théâtrale du dieu est celle que nous retrouvons fréquemment sur les monnaies de l’époque hellénistique et de l’époque romaine93. Ces monnaies ne peuvent donc nous fournir des indications aussi précises et elles trahissent, par leurs variantes, une certaine liberté dans l’interprétation du sujet94. Sur les pièces où Zeus est tourné à droite, R. Weil avait cru discerner les traces d’une étoffe plus légère que la draperie qui recouvre le haut du bras gauche95. Mais les autres monnaies montrent la poitrine du dieu entièrement découverte ; elles ne permettent guère de croire que le Zeus de Phidias portait une tunique sous son manteau96.

  • 97 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XXII, XXIII) ; R. Weil, op. cit., p. 378 ss.
  • 98 J. Overbeck, l. c. (pl. I, 34) ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XXII) ; souvent reproduit : P. Gard (...)
  • 99 J. Liegle, Bericht über den VI. Kongress fur Archaeologie, 1939 (Berlin, 1940), p. 653 ss. (pl. 76 (...)

38Des monnaies frappées sous les règnes d’Hadrien et de Septime Sévère reproduisent également la tête de la statue (pl. XXII, 5, 6)97. Ici encore, ce sont les monnaies d’Hadrien qui donnent de l’effigie du dieu l’image la plus exacte. Ces monnaies, qui auraient été émises pour commémorer la 228e Olympiade, nous sont connues par plusieurs exemplaires. L’exemplaire de Paris, assez mal conservé, a malheureusement subi une retouche malencontreuse98. On lui préférera, aujourd’hui, un exemplaire entré depuis quelques années au Cabinet des Médailles de Berlin et dont l’état de conservation est meilleur (pl. XXII, 5)99.

  • 100 Ci-dessus, p. 259, n. 3.
  • 101 Sur les tentatives faites jusqu’à présent pour identifier des répliques de la statue d’Olympie : F (...)

39La chevelure, qui est retenue autour du crâne par la couronne d’olivier dont parle Pausanias100, tombe en longues mèches sur les épaules ; deux de ces mèches se détachent des autres et descendent sur la poitrine. Le front est haut et barré d’un pli profond, l’œil enfoncé, le nez fin et long, la lèvre inférieure fortement marquée. La moustache s’arrondit au-dessus de la lèvre supérieure et se confond avec une barbe hérissée de boucles épaisses. La monnaie de Berlin est un document précieux qui aidera peut-être les archéologues à découvrir, parmi les statues de nos musées, des répliques du chef-d’œuvre du grand maître101.

  • 102 Pausanias, I, 40, 4 : ἐς τὸ τοῦ Διὸς τέμενος ἐσελθοῦσι ϰαλούμενον ‘Όλυμπιεΐον ναός ἐστι θέας ἄξιος (...)
  • 103 Imhoof-Gardner, NCP, p. 4 (pl. A, III) ; Head, BMC, Attica, p. 122, n » 46 (pl. XXII, 1).
  • 104 Sur les monnaies d’Elis, voir ci-dessus, p. 264.
  • 105 Zeus nicéphore ou aétophore : Overbeck, KM, Zeus, p. 63 (fig. 10) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 137 (p (...)

40Pausanias a pu contempler à Mégare une statue de Zeus exécutée par un artiste local, Théocosmos, avec lequel Phidias aurait collaboré102. Cette statue chryséléphantine, commencée peu de temps avant la guerre du Péloponnèse, avait dû être achevée en argile et en plâtre. Des monnaies de Mégare, frappées à l’effigie des empereurs romains, montrent le dieu assis à gauche sur un siège sans dossier, le torse nu et le bas du corps enveloppé dans un himation ; Zeus s’appuie de la main gauche sur son sceptre et porte sur la main droite une Niké, parfois remplacée par un aigle (pl. XXII, 10)103. Ici encore, nous sommes en présence d’une image conventionnelle, et il est difficile d’en tirer des indications précises104. On peut en dire autant de l’image de Zeus qui orne des monnaies d’Athènes frappées sous l’empire et qui reproduirait, croit-on, le Zeus de l’Olympieion (pl. XXII, 11)105.

  • 106 La bibliographie de la Parthénos est considérable. Pour les textes anciens, voir J. Overbeck, Schr (...)
  • 107 La liste la plus complète de ces copies a été dressée par D.-M. Robinson, AJA, 15 (1911), p. 482 s (...)
  • 108 Sur les types d’Athéna où l’on peut reconnaître l’influence de l’art de Phidias : W. Lermann, Athe (...)

41b) L’Athéna Parthénos. — Tandis que nous ne possédons, sur le Zeus de Phidias, que le témoignage de monnaies frappées à une époque tardive, nous avons, sur l’Athéna du Parthénon, une documentation aussi riche que variée106. Cette documentation comprend des monuments de toutes espèces, statues, statuettes, reliefs, gemmes, bijoux, terres cuites qui nous offrent de la Parthénos, soit de libres imitations, soit des copies d’une grande fidélité107. Les monnaies n’occupent dans cet ensemble qu’une modeste place et ne peuvent nous apprendre grand chose sur une œuvre qui a été reproduite à toutes les échelles et dans les matières les plus diverses. Cependant, elles nous révèlent le prestige dont jouissait le chef-d’œuvre de Phidias et elles permettent de contrôler en certains points l’exactitude des autres documents108.

  • 109 Pausanias, I, 24, 7 : τὸ δε άγαλμα της ‘Αθηνάς οϱθόν ἐστiν ἐν χιτῶνι ποδήρει, ϰαὶ οἰ ϰατά τὸ στέϱν (...)
  • 110 Pausanias, I, 24, 5 : μέσω μὲν οὖν ἐπίϰειται οἰ τῷ ϰϱάνει Σφιγγος είϰών... ϰαθ’ἑϰάτεϱον δέ τοῦ ϰϱά (...)
  • 111 Les détails de la coiffure sont particulièrement visibles sur la statuette du Varvakeion, sur la g (...)

42Le point de départ de notre enquête doit être, ici encore, la description de Pausanias. Athéna, debout, vêtue d’une tunique talaire, la poitrine ornée d’une tête de Méduse, tenait d’une main une Victoire, de l’autre une lance ; à ses pieds, était posé son bouclier près duquel se dressait le serpent Erichthonios109. La déesse portait sur la tête un casque surmonté, en son milieu, d’un sphinx et décoré sur les côtés de deux griffons en relief110. Les copies de la Parthénos permettent de préciser certains détails et, en particulier, de compléter la description de la coiffure. Elles montrent, sur la tête d’Athéna, un casque à triple aigrette ; l’aigrette du milieu avait un sphinx pour support, tandis que les aigrettes latérales reposaient sur des chevaux ailés ; les griffons dont parle Pausanias étaient sculptés en relief sur les paragnathides, relevées des deux côtés du casque, tandis qu’au-dessus de la visière, se détachait une rangée de protomés d’animaux111.

  • 112 G. Kieseritzky, Athena Parthénos der Ermitage, AM, 8 (1883), p. 291 ss. (pl. XV, 1 et 2). Pour d’a (...)
  • 113 Selon G. Kieseritzky (op. cit., p. 304), la chouette posée sur un© des paragnathides figurait dans (...)
  • 114 Médaillon de terre cuite provenant de Russie méridionale : G. Kiese-Ritzky, op. cit., pp. 309-311 (...)
  • 115 Fragment d’askos publié par R. Pagenstecher, AM, 33 (1908), p. 113 ss. ; Die calenische Relief-Ker (...)
  • 116 Moule provenant de Corinthe : D.-M. Robinson, AJA, 1911, p. 482 ss. (fig. 1 à 3) ; un autre, prove (...)

43Telle nous apparaît la coiffure d’Athéna sur les deux médaillons d’or trouvés à Koul-Oba (pl. XXIII, 1 et 3)112. Ces médaillons figurent parmi les plus anciennes reproductions de la Parthénos ; ils montrent la tête de la déesse presque de face, tournée de trois-quarts à droite sur l’un, de trois-quarts à gauche sur l’autre et ils donnent du modèle une image relativement exacte113. On retrouve la tête d’Athéna de face, traitée de façon identique, sur de petits objets de terre cuite, tels que des médaillons utilisés comme appliques et analogues aux bijoux de Koul-Oba (pl. XXIII, 4)114, des vases à reliefs qui imitent des pièces d’argenterie décorées de ciselures115, des moules, sans doute destinés à la confection d’ex-voto116.

  • 117 Selon G. Kieseritzky (op. cit., p. 314), les médaillons de Koul-Oba dateraient de la fin du ve ou (...)
  • 118 Sur l’origine athénienne des médaillons de Koul-Oba : G. Kieseritzky, op. cit., p. 314 ; cf. Ch. P (...)
  • 119 W. Lermann, op. cit., pp. 66-67 (pl. II, 5) ; L. Tudeer, Die Tetra- drachmenpragung von Syrakus, Z (...)
  • 120 Sur Eucleidas : L. Forrer, Revue belge de num., 60 (1904), p. 251 ss. ; L. Tudeer, op. cit., p. 22 (...)
  • 121 C’est ce qu’admet Furtwängler, Meisterwerke, p. 147. G.-E. Rizzo pense aussi qu’Eucleidas ne s’est (...)

44La tête d’Athéna de face, inspirée directement, à l’origine tout au moins, de la statue de Phidias, était donc un thème favori des orfèvres et des toreuticiens, ainsi que de leurs imitateurs ; elle faisait partie du répertoire de l’art industriel117. Ce sont vraisemblablement des artistes athéniens qui ont créé ce motif et ce sont les produits de leurs ateliers qui en ont assuré la diffusion118. Peut-être certaines de ces productions ont-elles suggéré aux graveurs de monnaies le choix d’un sujet qui se prêtait à la décoration d’un flan monétaire. Ainsi s’expliquerait l’apparition, sur des tétradrachmes de Syracuse qui datent de la fin du ve siècle, d’une tête d’Athéna de face où l’on croit retrouver le souvenir de la Parthénos (pl. XXIII, 2)119. Cette Athéna, exécutée par le graveur Eucleidas120, n’est, en aucune façon, une copie de la statue ; elle permet cependant d’évoquer le chef-d’œuvre de Phidias, peut-être parce que le graveur avait demandé son inspiration à des reproductions de la Parthénos, analogues à celles que nous offrent les médaillons de Koul-Oba121.

  • 122 On trouvera de nombreux exemples de ces têtes d’Athéna de face dans A. Baldwin, Facing Heads on Gr (...)
  • 123 P. Gardner, Types, p. 150 (pl. V, 41) ; W. Lermann, op. cit., p. 66 (pl. I. 16) ; J. Babelon, Coll (...)
  • 124 Didrachmes : W. Lermann, op. cit., p. 68 (pl. II, 1 et 4) ; E. Work, The Earlier Staters of Heracl (...)
  • 125 Berlin, Beschreib., III, 1, p. 299, nos 535 à 537 (pl. XIV, 216) ; p. 301, nos 545 à 548 (pl. XIV, (...)
  • 126 Dan. Nation. Mus., Italy, pl. 25, n° 1251.
  • 127 Morgantiné : A. Sambon, Revue num., 1917-1918, p. 123 ss. ; G.-E. Rizzo, Monete greche della Sicil (...)
  • 128 Monnaies d’Audoléon : W. Lermann, op. cit., p. 72 ; E. Babelon, Traité, II, 4, n° 1268 ss. (pl. CC (...)
  • 129 Pharsale : E. Babelon, Traité, II, 4, nos 495, 502 a ss.(pl. CCLXXXIX, 5, 14 ss.). E. Babelon dit (...)
  • 130 Coronée : Head, BMC, Central Greece, p. 47, n° 12 (pl. VII, 10) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 28 (...)
  • 131 E. Babelon, Traité, II, 3, nos 395 à 397 (pl. CCV, 18 et 19).
  • 132 Palé et Samé : E. Babelon, Traité, II, 3, nos 1261, 1266, 1267, 1269 (pl. CCXXXVIII, 12, 15 à 17, (...)
  • 133 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 202, n° 14 (pl. XXXVII, 16) ; Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean (...)
  • 134 Assos : Wroth, BMC, Troas, p. 38, n » 23 (pl. VII, 16).
    Ilion : voir ci-dessus, p. 106 et pl. VII, (...)
  • 135 Cyzique : E. Babelon, Traité, II, 2, n°2598 (pl. CLXXIII, 8 et 9) ; H. von Fritze, Nomisma, VII (1 (...)
  • 136 Clazomènes : E. Babelon, Traité, II, 2, nos 2038 à 2040 (pl. CLVI, 20 à 23).
    Lébédos : Dan. Nation. (...)
  • 137 E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2190 (pl. CLX, 27 à 30).
  • 138 E. Babelon, Traité, II, 2, nos 413 b, 449 et 450 (pl. CIl, 21 et 22). E. Babelon (col. 315) note q (...)
  • 139 W. Lermann, op. cit., pp. 70-71 ; E. Babelon, Traité, II, 2, nos 719 à 733 (pl. CXIII, 12 à CXIV, (...)
  • 140 E.-T. Newell, The Coinage of the Eastern Seleucid Mints, Num. Studies, 1 (1938), nos 195 à 198 (pl (...)

45Des têtes du même genre apparaissent fréquemment sur les monnaies des cités grecques à partir du début du ive siècle122. On peut en signaler des exemples en Italie méridionale sur des didrachmes de Vélia qui portent la signature du graveur Cleu- doros123, sur des monnaies d’Héraclée124, de Tárente125 et de Métaponte126. On retrouve le même thème, non seulement en Sicile127, mais dans le nord de la Grèce, en Péonie128 et en Thessalie129, ainsi qu’en Béotie130, en Phocide131, dans l’île de Céphallénie132 et jusqu’à Tégée dans le Péloponnèse133. On peut encore le signaler dans diverses régions de l’Asie Mineure, Troade (pl. XXIII, 5)134, Mysie (pl. XXIII, 6, 8)135, Ionie (pl. XXIII, 9)136 Lesbos (pl. XXIII, 7)137, Lycie138 et Cilicie139. Enfin il apparaît aussi en Syrie, dans le monnayage des rois Séleucides140.

  • 141 Voir, ci-dessus, les remarques de E. Babelon sur les monnaies de Pharsale (p. 270, n. 4) et des dy (...)

46Aucun de ces types monétaires ne peut être mis directement en rapport avec la Parthénos. Sur aucun d’entre eux on ne reconnaît, comme on peut le faire, par exemple, sur les médaillons de Koul-Oba, la reproduction intentionnelle de l’œuvre du sculpteur. Ce sont vraisemblablement les chefs-d’œuvre créés par Eucleidas et par ses émules qui ont assuré le succès de ce type d’Athéna et qui lui ont valu son extraordinaire diffusion, car les monnaies d’Italie méridionale et de Sicile ont été souvent imitées dans les différentes parties du monde grec141.

  • 142 Sur ces monnaies et sur leurs rapports avec la Parthénos, voir P. Gardner, Types, p. 203 (pl. XII, (...)
  • 143 Ci-dessus, p. 267.
  • 144 Furtwängler, Jahrb., 4 (1889), p. 46 ss. ; Die ant. Gemmen, Leipzig-Berlin, 1900, pl. XLIX, 12 ; L (...)
  • 145 II n’est pas toujours possible de distinguer nettement ce que les graveurs ont voulu représenter. (...)
  • 146 L’examen des tétradrachmes de l’Ermitage et de ceux de deux autres collections montre, d’après G. (...)

47Il faut attendre la fin du iiie siècle pour trouver, sur les tétra- drachmes athéniens du nouveau style, une image d’Athéna qui reproduise fidèlement la tête de la Parthénos (pl. XXIII, 10)142. Ces monnaies offrent, en effet, des détails qui concordent avec les copies les plus exactes, telles que les médaillons de Koul- Oba143 ou la gemme d’Aspasios144. On y reconnaît les chevaux ailés qui servaient de supports aux aigrettes latérales145 et les protomés d’animaux qui, disposées en rangée, surmontaient le bord de la visière146. Sans doute, les graveurs n’ont-ils pu transcrire, à une aussi petite échelle, tous les détails de leur modèle ; ils ont omis, en particulier, le sphinx, pièce centrale de cette décoration compliquée. Il est certain, cependant, qu’ils avaient présente à l’esprit l’œuvre du sculpteur et qu’ils cherchaient à en donner, sous une forme abrégée, une image aussi fidèle que possible.

  • 147 Monnaies de Cnossos, Polyrrhenion, Gortyne, Priansos, Hiérapytna, Cydonia : W. Lermann, op. cit., (...)
  • 148 District de Bottiaea et province romaine de Macédoine : H. Gäbler, Die ant. Münzen Nord-Griechenla (...)
  • 149 Monnaies des Aenianes : P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, pp. 10-11, nos 5 à 10 (pl. II, 2), 1 (...)
  • 150 Héraclée du Latmos : W. Lermann, l. c. ; P. Gardner, Types, p. 203 (pl. XIII, 27) ; Head, BMC, Ion (...)
  • 151 Monnaies d’Amisos, Cabira (Néocésarée), Comana, Amastris, Sinope : W. Lermann, l. c. ; Babelon-Rei (...)
  • 152 Imhoof-Gardner, NCP, p. 127 (pl. Y, XXIV) ; B. Pick, AM, 56 (1931), p. 61 (pl. I, 1) ; Svoronos, L (...)

48Le prestige d’Athènes assura la diffusion de ce type d’Athéna dont il existe de nombreuses imitations. On rencontre, en effet, de semblables effigies de la déesse en Crète147, en Macédoine148, en Thessalie149, ainsi que dans plusieurs régions de l’Asie Mineure, en Ionie (pl. XXIII, 11)150, dans le Pont et dans la Paphlagonie151. A l’époque impériale, les graveurs continuèrent à prendre pour modèle la statué de Phidias : des monnaies d’Athènes (pl. XXIII, 12) offrent d’intéressantes reproductions du buste de la déesse152.

49Ces types monétaires ne constituent qu’une petite partie de l’énorme documentation numismatique que nous possédons sur la Parthénos. Il nous reste, en effet, à examiner les monnaies où ce n’est plus seulement la tête ou le buste qui est reproduit, mais la statue tout entière. Le type d’Athéna nicéphore apparaît sur des monnaies émises en Pamphylie et en Cilicie au ive siècle avant J.-C. Les plus anciennes de ces monnaies sont des statères anépigraphes, frappés vers 370 dans une ville de Cilicie, peut-être à Aphrodisias :

  • 153 A. von Saixet, Zeitschr. f. Num., 10 (1883), p. 152 ss. (cf. p. 305) ; Imhoof-Blumer, Monnaies gre (...)

Aphrodite assise à gauche sur un trône et tenant une fleur en main. — R/Athéna, debout de face, coiffée d’un casque à triple aigrette et vêtue d’une longue tunique. Elle porte l’égide sur la poitrine et est parée d’un collier et de bracelets. La jambe gauche est fléchie et la main gauche s’appuie sur le bouclier ; sur la main droite est posée une Niké qui tient une bandelette. A la droite d’Athéna se dresse un tronc d’olivier qui se subdivise en trois branches ; celle de gauche est garnie de feuilles, celle du milieu aboutit juste sous la main droite de la déesse.
AR. Statères153.

  • 154 Sur la position de la lance d’après les médaillons de Koul-Oba r G. Kieseritzky, op. cit., p. 308. (...)
  • 155 Même omission sur les monnaies de Sidé (ci-dessous, p. 275) ; sur les monnaies d’Athènes (cf. ci-d (...)
  • 156 Un support semblable est figuré sur les monnaies de Priène (ci-dessous, p. 279).
  • 157 Kgl. Museen zu Berlin, Beschreib. der ant. Skulpturen, Berlin, 1891, p. 353, n° 881 (cf. Ch. Picar (...)
  • 158 Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 373 (fig. 155) ; voir aussi la statuette de terre cuite publiée par (...)
  • 159 On a longtemps hésité à admettre que Phidias avait utilisé un support pour soutenir le bras droit (...)

50Malgré l’absence de certains attributs, tels que la lance qui s’appuyait contre l’épaule gauche154 et le serpent Erichthonios qui s’abritait derrière le bouclier155, cette image d’Athéna présente, avec le chef-d’œuvre de Phidias, des analogies évidentes. Le détail le plus curieux de cette représentation est le tronc d’olivier qui sert de support à la main droite156. Des bas-reliefs attiques157, de même que certaines statuettes158, montrent la main droite posée sur une colonnette. Le support faisait donc partie de l’œuvre originale ; s’il manque sur la plupart des documents numismatiques, c’est parce que les graveurs ont évité d’introduire dans leur composition un élément qu’ils jugeaient inutile. Le tronc d’arbre qui, sur la monnaie cilicienne, a pris la place de la colonnette est un trait particulier que le graveur peut avoir emprunté à une copie de la Parthénos159. Mais il est possible également qu’il ait opéré lui-même cette substitution, de manière à transformer en un attribut d’Athéna un élément purement architectural qui, sur la monnaie, perdait sa raison d’être.

  • 160 P. Gardner, Types, p. 143 (pl. X, 7) ; Hill, BMC, Lycia, pp. 144-145, nos 11 à 14 (pl. XXVI, 4 à 6 (...)
  • 161 Hill, op. cit., pp. 145-146, nos 15-19 (pl. XXVI, 7 à 11) ; W. Lermann, op. cit., p. 76 ; E. Babel (...)

51Au témoignage des statères ciliciens s’ajoute celui des monnaies de Sidé en Pamphylie. Ces monnaies présentent deux types d’Athéna. Le premier est une Athéna à la chouette qui apparaît dans la première moitié du ive siècle160. Le second est une Athéna nicéphore qui orne les monnaies de Sidé à partir de 350 environ (pl. XXIV, 1)161. La déesse se présente debout de face, la tête tournée à gauche, la jambe gauche fléchie. La main gauche s’appuie sur le bouclier orné d’un gorgoneion ; le bras droit est plié à angle droit ; une petite Victoire, posée sur la main droite, vole vers la déesse et lui tend une couronne. La lance d’Athéna, fichée en terre, se dresse derrière le bouclier.

  • 162 J.-P. Six, Zeitschr. f. Num., 14 (1887), p. 142 ; W. Lermann, op. cit., p. 77. Le sanctuaire d’Ath (...)
  • 163 E. Babelon, op. cit., nos 1449, 1450 (pl. CXXXIX, 14, 15 ; Imhoof- Blumer, Griech. Münzen, p. 186, (...)

52L’Athéna de Sidé est conforme, elle aussi, au type adopté par Phidias pour son Athéna Parthénos. Ici encore, on notera l’absence du serpent Erichthonios. Sur certaines de ces pièces, une base, dont le contour seulement est indiqué, confirme l’emprunt à line œuvre de sculpture162. Les monnaies de Holmi ne font guère que reproduire, avec quelques variantes, l’Athéna nicéphore des monnaies de Sidé ; la petite Victoire tient, au lieu d’une couronne, un rameau qu’elle tend à la déesse163.

53Il est curieux de constater que des villes lointaines de la Cilicie et de la Pamphylie offrent les plus anciennes représentations numismatiques que l’on puisse mettre en rapport avec la Parthénos. Sans doute Athènes, même affaiblie par de cruels revers, jouissait-elle encore, dans ces régions, d’un prestige considérable. Mais ces types monétaires ne peuvent passer pour des copies directes de l’œuvre de Phidias. Peut-être existait-il, dans certains sanctuaires de Cilicie et de Pamphylie, des répliques de la statue, exécutées par des artistes locaux. Ou bien les graveurs se sont-ils bornés à fixer sommairement les traits d’un chef-d’œuvre connu dans tout le monde grec ? Quoi qu’il en soit, on notera qu’ils ont omis un des éléments de la composition originale, le serpent Erichthonios, probablement parce que cet animal ne pouvait guère avoir de signification que pour les fils d’Érechthée.

  • 164 La déesse tient une Victoire à la main droite et s’appuie de la main gauche sur sa lance : J. Babe (...)
  • 165 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 132, n° 1 ; P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 203, n° (...)

54En Grèce propre, les monnaies du ive siècle offrent peu d’images d’Athéna qui soient susceptibles de reproduire la statue de Phidias. L’Athéna nicéphore qui figure en symbole sur un statère corinthien se présente sous un aspect différent164. Les bronzes d’Hypata en Thessalie montrent un type d’Athéna plus conforme à celui de la Parthénos, mais ces monnaies ne constituent que de médiocres documents dont il est difficile de tirer des conclusions165.

  • 166 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, pp. 258-259 ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 64 ; Imhoof-Gardne (...)
  • 167 La place du serpent est attestée par la description de Pausanias (ci-dessus, p. 267), ainsi que pa (...)
  • 168 Imhoof-Gardner, NCP, p. 126 (pl. Y, XVIII-XX) ; Head, BMC, Attica, p. 94 ss., n° 682 ss. (pl. XVI, (...)
  • 169 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Y, XIX) ; Head, op. cit., n° 682 (pl. XVI, 5), 683 ; Svoronos, JIAN, 7 (...)
  • 170 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Y, XVIII) ; Head, op. cit., nos 684 à 687 ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), (...)
  • 171 Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 82, 1 à 4.
  • 172 P. Gardner, Types, p. 146 (pl. XV, 22) ; Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Y, XX) ; Head, op. cit., nos (...)

55C’est seulement à l’époque hellénistique que l’on voit apparaître l’image de la Parthénos sur les monnaies d’Athènes. Elle figure en symbole sur des tétradrachmes du nouveau style qui portent les noms des magistrats Dioclès Meli(teus) et Medeios (pl. XXIV, 2)166. Le serpent Erichthonios qui, dans l’original, se dressait à la gauche d’Athéna, derrière son bouclier, se tient ici à droite de la déesse167. On retrouve la Parthénos sur des bronzes athéniens frappés à l’époque impériale, en particulier sous le règne d’Hadrien168. Ces reproductions présentent entre elles de légères variantes : tantôt le bouclier, orné du gorgoneion, est vu de face et masque le bas du corps (pl. XXIV, 3)169, tantôt il est posé de profil au côté d’Athéna170. Souvent, le serpent accompagne la déesse ; parfois, il s’abrite derrière le bouclier171, mais, généralement, il se dresse à la droite d’Athéna, comme sur les tétradrachmes (pl. XXIV, 4)172.

  • 173 Th. Reinach, Trois royaumes de l’Asie Mineure, Paris, 1888, p. 35 ss. ; W. Lebmann, op. cit., pp. (...)
  • 174 B. Babelon, Rois de Syrie, pp. CXXVIII et CXLIII ; W. Lermann, op. cit., p. 79. E. Babelon suppose (...)
  • 175 Wroth, BMG, Grete, p. 43, n° 48 (pl. XI, 7) ; Svoronos, Num. de la Crète ancienne, p. 177, n° 156 (...)

56A l’époque hellénistique, une Athéna nicéphore, peut-être inspirée de la Parthénos, orne les monnaies du roi de Cappadoce, Ariarathe IV (220 à 163 avant J.-C.), et de ses successeurs173, ainsi que celles des rois de Syrie, à partir d’Alexandre Bala (150 à 145 avant J.-C.)174, tandis que, sur des tétradrachmes de Gortyne en Crète, la déesse apparaît avec le serpent à son côté175.

  • 176 W. Lermann, op. cit., p. 80-81 ; E. Babelon, Aréthuse, I (1923-1924), p. 3 ss. ; K. Regling, Die M (...)
  • 177 Wiegand-Schrader, Priene, Berlin, 1904, pp. 110-111. Pausanias mentionne la statue d’Athéna Polias (...)
  • 178 Vespasien( ?), Hadrien, Septime Sévère : K. Regling, op. cit., p. 106 ss., nos 191 à 197 (pl. IV, (...)
  • 179 Sévère Alexandre, Valérien : K. Regling, op. cit., p. 112, n° 211 (pl. V) ; p. 115, nos 220 et 221 (...)
  • 180 E. Babelon, op. cit., p. 9.
  • 181 De même, l’absence de support sur la plupart des monnaies représentant la Parthénos ne prouve en a (...)

57A l’époque impériale, les documents les plus intéressants nous sont fournis par les monnaies de Priène en Ionie176. Nous savons que cette cité possédait une statue d’Athéna Polias, dont quelques débris sont parvenus jusqu’à nous177. Or, des bronzes, frappés à partir du règne de Vespasien, révèlent que cette statue était une Athéna nicéphore, analogue à la Parthénos178. Les monnaies de Sévère Alexandre et de Valérien montrent le serpent à côté de la déesse dont la main droite repose sur un support en forme de tronc d’arbre (pl. XXIV, 5)179. Ce dernier détail indique-t-il, comme on l’a supposé, une réfection de la statue180 ? Nous pensons plutôt que les graveurs de Priène, à partir du règne de Sévère Alexandre, se sont montrés plus soucieux d’exactitude et ont reproduit un détail que leurs prédécesseurs avaient cru pouvoir négliger181.

  • 182 W.-B. Dinsmoor, The Repair of the Athena Parthénos, AJA, 38 (1934), p. 93 ss.
  • 183 W.-B. Dinsmoor a constaté que la base de la statue avait été refaite ; il a de plus relevé des tra (...)
  • 184 Sur les honneurs que les Athéniens rendirent aux rois de Cappadoce, de Pergame et de Syrie et sur (...)
  • 185 Sur ces copies : W.-B. Dinsmoor, op. cit., pp. 103-105. Sur la Parthénos de Pergame, voir maintena (...)
  • 186 Les conclusions de W.-B. Dinsmoor ont été critiquées par F. Göthert, Jahrb., 49 (1934), pp. 160-16 (...)
  • 187 Pour autant que soit possible la comparaison entre les divers documents, on ne voit pas que les re (...)
  • 188 C’est ce que fait remarquer H. Koch, op. cit., col. 389 ; de même Ch. Picard, op. cit., p. 382.

58L’abondance des reproductions de la Parthénos, à partir de l’époque hellénistique, a été soulignée par W.-B. Dinsmoor, qui en a proposé une ingénieuse explication182. Selon ce savant, le Parthénon aurait été ravagé, vers le milieu du iie siècle, par un incendie qui détruisit la statue d’Athéna183. Une réplique prit la place du chef-d’œuvre disparu et, pour couvrir les frais de son exécution, Athènes dut avoir recours à la générosité de puissants évergètes. Sans doute fit-elle appel aux rois de Cappadoce et à ceux de Syrie qui acquirent ainsi le droit de mettre sur leurs monnaies l’image de la Parthénos184. Selon cette théorie, seules les reproductions antérieures au milieu du iie siècle environ auraient pu être faites d’après l’œuvre originale ; les autres, parmi lesquelles figurent les statues de Pergame, de Notion et de Priène, auraient été exécutées d’après la statue hellénistique185. Cette hypothèse hardie s’appuie sur des indices architecturaux qu’il ne nous appartient pas de discuter186. Nous ferons remarquer cependant que nos sources littéraires et épigraphiques ne nous disent rien ni d’un désastre aussi grave ni de la généreuse intervention des princes syriens et cappa- dociens. Les relations amicales que ceux-ci entretinrent avec Athènes suffisent à expliquer l’emploi sur leurs monnaies de ce type d’Athéna. Ajoutons que la division des reproductions de la Parthénos en deux groupes, l’un antérieur, l’autre postérieur au milieu du iie siècle, semble assez arbitraire187 et que les monnaies d’Athènes, où la Parthénos figure dès la fin du iiie siècle, ne nous révèlent aucun changement dans l’image de la déesse188.

  • 189 Voir ci-dessus, p. 259 ss.

59L’extraordinaire diffusion du type d’Athéna Parthénos forme un contraste frappant avec la pauvreté des représentations du Zeus d’Olympie189. Il est certain que la Parthénos ne doit pas seulement son prestige à ses qualités d’œuvre d’art. Située au cœur d’une cité qui était la capitale intellectuelle et artistique, en même temps que le plus grand centre commercial de la Grèce, elle recevait les hommages d’une foule d’admirateurs. On en exécutait des copies et les produits des ateliers athéniens faisaient connaître son aspect dans des régions fort éloignées. Il n’est pas étonnant que les graveurs de monnaies aient songé, eux aussi, à s’en inspirer. Comme nous l’avons montré, l’influence du chef-d’œuvre de Phidias est déjà sensible, à la fin du ve siècle, sur les monnaies de Syracuse. Au ive siècle, apparaissent, sur un groupe de monnaies d’Asie Mineure, des Athénas nicéphores qui semblent dériver de l’Athéna de Phidias. Cependant, c’est seulement à l’époque hellénistique que nous rencontrons des copies directes de la célèbre statue sur les monnaies d’Athènes ; tantôt ces monnaies reproduisent seulement le buste de la déesse, tantôt elles nous montrent l’ensemble de la statue. Les monnaies athéniennes, à leur tour, ont assuré la diffusion de ce type d’Athéna qui devait devenir un des thèmes usuels de la numismatique grecque, pendant la période hellénistique et à l’époque de la domination romaine.

  • 190 On trouvera rémunération de ces différents types d’Athéna dans Imhoof-Gardner, NCP, p. 126 ss. ; v (...)
  • 191 Imhoof-Gardner, NCP, pp. 129-130 (pl. Z, VIII-X) ; Head, BMC, Attica, p. 97, n° 701 (pl. XVII, 1)  (...)
  • 192 Imhoof-Gardner, NCP, p. 130 (pl. Ζ, XI, XII, XIV, XVI) ; Head, op. cit., p. 98, nos 707 à 710 (pl. (...)
  • 193 Sur les Athénas de Phidias, voir Lippold, Pheidias, PWRE, XIX (1938), col. 1924 ss.

60c) L’Athéna « Promachos ». — Les monnaies d’Athènes montrent, à côté des reproductions de la Parthénos, des types d’Athéna d’une grande variété, inspirés sans doute d’œuvres d’art qui ornaient les monuments de la cité190. Telle Athéna qui s’élance, le bras droit étendu, la main gauche tenant le bouclier et la lance, serait empruntée au fronton est du Parthénon191, tandis que l’on reconnaîtrait l’Athéna du fronton ouest sur des monnaies qui représentent la déesse disputant à Poséidon la possession du sol attique192. Le prestige de la Parthénos ne doit pas nous faire oublier que Phidias avait exécuté pour Athènes d’autres statues d’Athéna et il est permis de supposer que certaines d’entre elles ont servi de modèles aux graveurs193.

  • 194 Les textes anciens sont réunis dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 637 ss. ; Jahn-Michaelis, Art Athe (...)
  • 195 Pausanias, I, 28, 2 : ταύτης της ‘Αθηνάς ή τον δόϱατος αιχμή ϰαὶ δ λόφος τοϋ ϰϱάνους άπό Σουνίου π (...)
  • 196 L’hypothèse de K. Lange qui reconnaissait la « Promachos » dans les Athénas du type de l’Athéna Mé (...)

61Sur le plateau de l’Acropole, presque dans l’axe des Propylées, se dressait la « grande Athéna de bronze » que, sur la foi de quelques textes tardifs, on désigne souvent du nom de « Promachos »194. Quel était l’aspect de ce colosse qui dominait la cité, puisque les voyageurs apercevaient la pointe de sa lance et l’aigrette de son casque lorsqu’ils approchaient d’Athènes par mer, en venant de la direction du Sounion195 ? Le texte de Pausanias ne nous apprend que peu de chose et les identifications proposées avec certaines copies de nos musées sont des plus incertaines196. C’est donc aux monnaies que nous devons nous adresser et elles nous offrent, en l’occurrence, des documents d’un intérêt tout particulier.

  • 197 Imhoof-Gardner, NCP, p. 128 (pl. Z, III-VII) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 137, nos 242-244 a (pl (...)
  • 198 La vue est toujours prise du côté nord, comme l’atteste la grotte de Pan qui s’ouvre dans le roche (...)

62Des bronzes athéniens, qui datent de l’époque impériale, montrent une vue d’ensemble de l’Acropole (pl. XXIV, 6-10)197. Au-dessus du rocher, entre deux bâtiments que l’on peut identifier, l’un avec les Propylées, l’autre avec le Parthénon, se dresse une image d’Athéna qui reproduit incontestablement une statue de grandes dimensions198. Quelle pourrait être cette statue, sinon celle-là même que les voyageurs apercevaient de loin ? Nous pouvons donc espérer que ces monnaies nous rendront l’aspect du colosse que les Athéniens érigèrent en l’honneur de leur déesse.

  • 199 La statue se présente tournée dans la direction des Propylées ; elle est donc tournée à droite lor (...)
  • 200 Pour la position du bras gauche et du bouclier, voir F. Chamoux, op. cit., p. 232.

63L’état dans lequel ces bronzes nous sont parvenus et l’échelle très réduite de ces représentations en rendent l’étude assez malaisée. Cependant, l’examen d’un certain nombre d’exemplaires permet de déterminer les traits essentiels de la statue qu’ils reproduisent (pl. XXV)199. La déesse, casquée, vêtue du péplos, avait le bras droit plié et la jambe gauche fléchie ; elle portait vraisemblablement une Niké sur la main droite ; la lance était tenue à la main gauche, ainsi que le boucher, posé sur le sol, contre la jambe gauche200.

  • 201 K. Lange, op. cit., col. 199 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 128 (pl. Ζ, IV). B. Pick croit reconnaître (...)
  • 202 Sur cette chouette et sur l’expression γλανξ έν πάλει, voir B. Pick, op. cit., p. 65. W. Lermann i (...)
  • 203 Sur la présentation de la statue dans l’édifice qui l’abrite, voir ci-dessus, p. 17.
  • 204 Nicétas Acominatos ed. Bekker, pp. 738-739 ; sur les données du texte, voir F. Chamoux, op. cit., (...)

64La statue qui se dressait sur le rocher de l’Acropole était donc une Athéna nicéphore, d’un type fort semblable à celui de la Parthénos. Certains savants, surpris d’une parenté aussi étroite, ont admis que la Parthénos avait pu, dans l’un ou l’autre cas, prendre la place de la « Promachos »201. Pareille substitution semble, à vrai dire, difficile, sinon impossible, à admettre. Les monnaies athéniennes, si sommaire que soit leur exécution, sont des documents d’une incontestable fidélité. On y voit, soigneusement indiquée, la grotte de Pan qui s’ouvre dans le versant nord de l’Acropole, et l’on reconnaîtrait même, sur certains exemplaires, la chouette proverbiale dont parlent les textes anciens202. Il n’est guère vraisemblable que les graveurs auxquels on doit ces types monétaires aient traité avec désinvolture et modifié délibérément une des données essentielles de leur modèle. S’ils avaient voulu figurer la Parthénos, ils se seraient assurément conformés aux habitudes de l’époque ; ils l’auraient présentée dans son temple et non pas à l’extérieur de l’édifice203. D’autre part, un texte de l’écrivain byzantin Nicétas Acomi- natos nous donne, sur une statue d’Athéna que l’on croit être la « Promachos », des renseignements qui confirmeraient, semble- t-il, en particulier pour la position des bras, les indications des monnaies204.

  • 205 Pour l’identification de la « Promachos » avec les Athénas du type de l’Athéna Médicis, voir ci-de (...)
  • 206 K. Lange, op. cit., col. 200-201 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 128 (pl. Ζ, I, II) ; Svoronos, JIAN, 7 (...)
  • 207 Voir l’article de F. Chamoux, cité ci-dessus, p. 282, n. 2.
  • 208 Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 82 et 83.
  • 209 Imhoof-Gardner, NCP, p. 133 (pl. Ζ, XXIII) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 114, nos 29 à 31 (pl. I, (...)
  • 210 Voir ci-dessus, p. 284. Passé au bras, le bouclier aurait compromis l’équilibre de la statue et la (...)

65Si l’on accepte ces témoignages, on est obligé de rejeter les essais de restitution de la « Promachos » proposés précédemment205. K. Lange voyait jadis l’image de cette statue sur des monnaies d’Athènes qui montrent la déesse avec le boucher passé au bras gauche et la lance tenue à la main droite206, mais ces monnaies reproduisent, en réahté, une Athéna d’un tout autre type, connue par de nombreuses répliques et, en particulier, par la fameuse Athéna Médicis207. C’est parmi les Athénas nicéphores qui ornent les monnaies d’Athènes que l’on devrait chercher à découvrir des copies de la « Promachos »208. Mais on se heurte alors à une autre difficulté. La « Promachos » et la Parthénos sont si proches l’une de l’autre, dans leurs lignes générales tout au moins, qu’elles doivent se confondre pratiquement sur des documents tels que les monnaies. Il ne peut être question, en tout cas, d’identifier la « Promachos », comme le proposait B. Pick, avec une Athéna nicéphore qui portait le boucher au bras gauche209, car le boucher de la « Promachos », comme celui de la Parthénos, était posé sur le sol, à côté de la déesse210.

  • 211 Voir ci-dessus, p. 273.
  • 212 B. Pick, op. cit., p. 61 (pl. I, 2 à 5). Sur les bustes d’Athéna qui ornent les monnaies d’Athènes (...)
  • 213 Tête d’Athéna coiffée d’un casque à triple cimier (ci-dessus, p. 270, n. 10). Tête d’Athéna coiffé (...)
  • 214 Tête d’Athéna coiffée d’un casque attique (B. Pick, op. cit., p. 62, pl. I, 10) ; tête d’Athéna co (...)
  • 215 Les monnaies de Clazomènes montrent, à côté d’une tête d’Athéna de face portant le casque à triple (...)
  • 216 B. Pick, op. cit., p. 62 (pl. I, 7 ; au droit, buste de Sévère Alexandre) ; pour les monnaies d’Al (...)
  • 217 On a voulu reconnaître également la tête de la « Promachos » sur les statères d’or d’Alexandre le (...)
  • 218 Les graveurs ne semblent guère attacher d’importance à des détails de ce genre, car, sur les monna (...)

66On admet généralement que la « Promachos », à la différence de la Parthénos, portait le casque corinthien. Les monnaies d’Athènes montrent, en effet, à côté d’une tête d’Athéna coiffée du casque attique, copie présumée de la Parthénos211, une tête de la déesse coiffée d’un casque corinthien qui serait imitée de la « Promachos »212. Ce parallélisme entre les deux têtes d’Athéna, l’une coiffée du casque attique, l’autre du casque corinthien, n’est pas un trait particulier à la numismatique athénienne, car il apparaît dans d’autres séries monétaires, par exemple, sur des statères d’électron de Cyzique213, sur des monnaies de Vélia en Italie méridionale214, de Clazomènes en Ionie215 et, à l’époque impériale, sur des bronzes d’Alexandrie216. Faut-il croire que les graveurs se seraient inspirés tout à tour des deux chefs-d’œuvre de Phidias ?217 La conclusion s’impose d’autant moins que la coiffure de la « Promachos » ne nous est pas autrement connue ; un détail de ce genre est, en effet, impossible à distinguer sur les monnaies au type de l’Acropole, car ces documents nous laissent seulement entrevoir les lignes générales de la célèbre statue218.

III. Émules et disciples des grands maîtres

  • 219 Sur Agoracrite : J. Overbeck, Schriftqu., n° 829 ss. ; C. Robert, dans PWRE, I (1894), col. 882 ss (...)
  • 220 Pausanias, I, 33, 3 : τούτον Φειδίας τον λίθον είργάσατο άγαλμα μέν είναι Νεμέαεως, τη ϰεφαλή δέ έ (...)

67IoAgoracrite219 — Agoracrite avait exécuté, pour le sanctuaire de Rhamnonte en Attique, une statue de Némésis qui présentait les traits suivants : la déesse portait sur la tête une couronne ornée de cerfs et de petites statues de Niké ; elle tenait à la main gauche un rameau de pommier, à la main droite une coupe220. On a cru reconnaître l’image de cette statue sur un statère chypriote représenté, jusqu’à présent, par un seul exemplaire qui appartient au British Muséum.

  • 221 J.-P. Six, Aphrodité-Némésis, Num. Chron., 1882, p. 89 ss. (pl. V) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 151 ; (...)

Zeus assis de trois-quarts à droite sur un trône à dossier, les pieds posés sur un tabouret, les jambes enveloppées dans un himation, la main gauche appuyée sur son sceptre. — R/ Déesse debout de face, vêtue d’un chiton avec repli, retenu à la taille par une ceinture, et d’un himation qui pend dans le dos. Elle tient dans la main gauche baissée un rameau à longue tige, qui porte, à son extrémité, des feuilles et des fleurs (ou des fruits ?), tandis que, de la main droite, elle élève une coupe au-dessus d’un thymiatérion.
AR. Statère (pl. XXVI, 1)221.

  • 222 Hill, op. cit., p. LXXIV
  • 223 J.-P. Six croyait lire sur cette pièce les noms de Nicoclès et de Démonicos : op. cit., p. 91. E. (...)
  • 224 J.-P. Six, l. c.

68Ce statère, dont l’état de conservation laisse fort à désirer, aurait été frappé après la paix d’Antalcidas222. Il porte, au droit, le nom d’un roi chypriote que l’on n’a pu déchiffrer et, au revers, le nom d’un roi de Paphos, Timocharis223. Le type du revers a été interprété par J.-P. Six comme la reproduction d’une œuvre d’art attique de la fin du ve siècle. Ainsi que l’indiquent les attributs, cette œuvre d’art ne serait autre que la statue de Némésis décrite par Pausanias et conservée dans le sanctuaire de Rhamnonte. Cette identification serait confirmée par la présence, sur l’épaule droite de la déesse, d’une fibule en forme de tête de griffon ; des textes anciens mettent, en effet, le griffon en rapport avec la déesse Némésis224.

  • 225 P. Gardner fait cependant observer qu’il ne peut guère s’agir d’une copie exacte de l’œuvre d’Agor (...)
  • 226 E. Babelon, Perses Achém,., p. CXLIII ; Traité, II, 2, col. 796.
  • 227 G.-F. Hill s’attache à réfuter les objections de O. Rossbach (voir ci-dessous, p. 289) à l’hypothè (...)
  • 228 M. Collignon, l. c.
  • 229 P. Ducati, L’Arte classica (3e éd., Turin, 1948), p. 310.
  • 230 A.-B. Cook, l. c.
  • 231 E. Langlotz, Eine Metope des Nemesistempels in Rhamnus, dans Scritti in onore di Bartolomeo Nogara(...)
  • 232 « The type seems at least strongly influenced by Agorakritos’ cuit- image of Nemesis at Rhamnus in (...)
  • 233 O. Rossbach, Zur Nemesis des Agorakritos, AM, 15 (1890), p. 64 ss.
  • 234 « Diese Kombination ist aber eine unbewiesene Vermutung » : H.-A. Cahn, Die Münzen der sizilischen (...)

69L’hypothèse de J.-P. Six a été accueillie favorablement par la plupart des archéologues. Parmi ceux qui ont admis cette identification, citons P. Gardner225, E. Babelon226, G.-F. Hill227, M. Collignon228, P. Ducati229, A.-B. Cook230, E. Langlotz231, W. Schwaacher232. Cependant, O. Rossbach a opposé de sérieuses objections à la théorie de J.-P. Six233 et, dernièrement, H.-A. Cahn exprimait l’avis que « cette combinaison n’était qu’une hypothèse non démontrée »234. Nous voudrions insister à notre tour sur la fragilité d’un semblable rapprochement.

  • 235 P. Gardner (Types, p. 170) déclare que l’on ne peut reconnaître sur la monnaie une couronne identi (...)
  • 236 Le fragment de la tête de Némésis, conservé au British Muséum, montre comment la couronne et les o (...)

70Remarquons, tout d’abord, que l’état dans lequel nous est parvenu le statère chypriote ne permet guère d’en proposer une interprétation définitive. Le visage de la déesse est presque entièrement effacé et l’aspect de sa coiffure ne peut être déterminé avec une complète certitude. Il y a tout lieu de croire, cependant, que l’on aperçoit, à droite et à gauche de la tête, les extrémités d’une couronne de feuillage235. Cette constatation n’est guère en faveur de l’identification avec la Némésis d’Ago- racrite, puisque cette dernière portait sur la tête une couronne ornée de cerfs et de petites Nikés236.

  • 237 Ci-dessus, p. 287, n. 2.
  • 238 « a bough of some tree » : Types, p. 170.
  • 239 J.-P. Six, op. cit., p. 90, n. 3.
  • 240 Hill, BMC, Cyprus, p. 43, n  45.
  • 241 « sicher kein Apfelzweig » : O. Rossbach, op. cit., p. 71.

71Il nous resterait donc deux indications fournies par le texte de Pausanias et susceptibles de servir de points de comparaison avec la monnaie : ce sont la coupe et le rameau que la déesse tient en mains. La coupe est un attribut banal dont il serait pour le moins imprudent de tirer aucune conclusion. Quant au rameau, il nous offrirait un indice probant s’il était établi qu’il s’agit d’une branche de pommier, comme l’indique la description de Pausanias237. Mais les savants hésitent à se prononcer sur l’espèce végétale à laquelle appartient ce rameau. Certains, comme P. Gardner, s’abstiennent de toute identification238, tandis que J.-P. Six croit y reconnaître les feuilles et les fleurs du grenadier239 et que G.-F. Hill le décrit comme « a branch (of apple) »240 ; quant à O. Rossbach, il se borne à déclarer que cet attribut « n’est certainement pas une branche de pommier »241.

  • 242 Le texte le plus ancien est celui de Nonnos, Dionys., XLVIII, 382 ss., 453 ; cf. Hill, op. cit., p (...)
  • 243 F. Durrbach, Gryps, DA, II, 2, p. 1673 ; Ziegler, Gryps, PWRE, VII (1912), col. 1925 ss.
  • 244 Voir la remarque de O. Rossbach, op. cit., p. 70.

72A défaut d’autre rapprochement, on ne trouverait donc à invoquer, en faveur de l’interprétation proposée par J.-P. Six, que la fibule en forme de tête de griffon qui retient le vêtement de la déesse. Nous savons, en effet, que le griffon est mis en rapport avec Némésis, du moins chez des auteurs de basse époque242, mais il est associé à d’autres divinités243, en sorte que la présence de cette fibule ne peut être pour nous qu’une indication insuffisante. Ajoutons que les dimensions de l’objet ont paru à certains assez déconcertantes244. Peut-être l’examen d’un autre exemplaire du statère chypriote permettra-t-il un jour de résoudre ce problème embarrassant.

  • 245 Ci-dessus, p. 280.
  • 246 J.-P. Six, op. cit., p. 92. Sur les qualités artistiques de certaines monnaies chypriotes et sur l (...)
  • 247 Nous ne possédons aucune réplique certaine de la Némésis d’Agoracrite. On a souvent cherché à la r (...)

73L’identification de la déesse représentée sur le statère avec la Némésis d’Agoracrite reste donc fort incertaine. Si le prestige de la Parthénos peut suffire à expliquer l’apparition, sur des monnaies du ve et du ive siècle, de certains types d’Athéna inspirés du chef-d’œuvre de Phidias245, quels titres avait une statue conservée dans un sanctuaire de la campagne attique à figurer sur les monnaies d’un prince chypriote ? Sans doute pouvons-nous admettre que le graveur de Paphos était un artiste athénien246, mais encore resterait-il à préciser les raisons qui ont déterminé le choix de ce motif particulier247. Nous reconnaissons, pour notre part, sur le statère de Paphos, une image d’Aphrodite qui s’apparente, par son style, aux meilleures créations de l’art grec ; y voir une copie de statue et identifier cette statue avec la Némésis de Rhamnonte, c’est donner de ce document une interprétation discutable, dont le succès nous paraît injustifié.

  • 248 Sur Alcamène : J. Overbeck, Schriftqu., n° 808 ss. ; C. Robert dans PWRE, I (1894), col. 1507 ss.  (...)
  • 249 Pausanias, I, 20, 3 : τοϋ Διονύσου δέ έβτι πϱος τφ θεάτϱω τό άϱχαιότατον Ιεϱόν, δυο δέ είοιν εντός (...)
  • 250 Ε. Beitlé, Les monnaies d’Athènes, p. 261 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 142 (pl. CC, I) ; Head, BMC, A (...)

74Alcamène248. — Auprès du théâtre qui s’ouvre dans le flanc sud de l’Acropole d’Athènes, Pausanias signale deux temples de Dionysos dont l’un contenait une statue en or et en ivoire, œuvre du sculpteur Alcamène249. Cette statue, comme E. Beulé l’avait déjà établi, a été reproduite en symbole sur des tétradrachmes athéniens du nouveau style de la série TO TPI (TON) ΔΙΟΚΛΗΣ — ΔΙΟΔΩΡΟΣ (pl. XXVI, 2)250. Le dieu, assis à gauche sur un trône à haut dossier, a les jambes enveloppées dans un himation ; il tient le thyrse dans la main gauche, qu’il élève à hauteur de la tête, tandis qu’il tend le bras droit horizontalement et porte un canthare à la main droite ; le visage est orné d’une longue barbe en pointe et la chevelure se termine par un épais chignon.

  • 251 E. Beulé, l. c. ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. CC, II à IV) ; Head, op. cit., p. 104, n° 758 (pl. XV (...)
  • 252 Pour la coiffure, comparer le Dionysos de Sinope dont il a été question ci-dessus, p. 88. On croit (...)

75C’est la même image de Dionysos qui figure, tournée à droite, sur des bronzes athéniens frappés à l’époque impériale (pl. XXVI, 3)251. Certains détails, que la petitesse de l’image ne permet pas de distinguer sur les tétradrachmes, sont indiqués sur les bronzes avec plus de précision. On peut ainsi se rendre compte que l’himation retombe sur le bras gauche ; on voit aussi la coiffure, qui prend parfois la forme d’une sorte de toque plate ou de turban, et la mèche qui se détache de la chevelure pour descendre sur la poitrine252.

  • 253 Sur cette convention, voir ci-dessus, p. 25.
  • 254 E. Beulé, op. cit., p. 261 ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. CC, IV) ; E. Reisch, op. cit., p. 9 ; Ch. (...)

76On remarquera que, sur les bronzes, les graveurs ont abaissé le bras droit, tandis que, sur les tétradrachmes, il est presque horizontal. Sans doute ont-ils voulu éviter une fâcheuse superposition qui aurait masqué une partie de l’autre bras253. La présence, sur certaines de ces monnaies, d’une table, posée devant l’image de Dionysos et surmontée d’un thymiatérion, indique bien le caractère cultuel de cette image et confirme l’emprunt à une œuvre du grand art254.

  • 255 Imhoof-Gardner, l. c.
  • 256 Svoronos, Num. de la Crète ancienne, I, p. 314 (pl. XXX, 12 et 13). Le rapprochement a déjà été si (...)
  • 257 P. Gardner, Types, p. 193 (pl. XIII, 4) ; Babelon-Reinach, Recueil général, pp. 351-352, nos 44 à (...)
  • 258 Imhoof-Gardner, NCP, p. 20 (pl. E, LXXXI et LXXXII) ; Head, BMC, Corinth, p. 76, n  601 (pl. XX, 4 (...)
  • 259 Imhoof-Gardner, NCP, p. 9 (pl. A, III) ; E. Reisch, op. cit., pp. 10-11.

77Les monnaies d’Athènes permettent de fixer très exactement les traits principaux d’une statue qui, comme on l’a fait observer, s’apparente étroitement au Zeus de Phidias255. Certains savants ont essayé de retrouver d’autres reproductions de cette œuvre célèbre sur des monnaies de Sybrita frappées vers 350256. Ces monnaies montrent Dionysos assis à gauche sur un siège à dossier recourbé ; le torse nu et les jambes drapées, il tient le canthare à la main droite et le thyrse à la main gauche. Mais, lorsque l’on observe l’attitude du dieu, légèrement penché en avant, la position du thyrse, ramené contre le bras gauche, la façon dont sont traitées la barbe et la chevelure, on est obligé de conclure que le Dionysos de Sybrita ne peut passer en aucune manière pour une copie de l’œuvre d’Alcamène. Ces observations s’appliquent aussi aux monnaies d’Héraclée du Pont257, à celles de Corinthe258 ou de Pagae259. Le Dionysos qui figure sur ces types monétaires ne peut être assimilé au Dionysos alcaménien dont les monnaies d’Athènes nous ont conservé l’exacte physionomie.

  • 260 J. Overbeck, Schriftqu., n° 877 ss. ; M. Collignon, S G, II, pp. 129-130 ; S. Reinach, RA, 1904, I (...)
  • 261 Pausanias, I, 40, 2-3 : της δέ ϰϱήνης οΰ πόϱϱω ταύτης άϱχαϊόν έατιν ἱεϱόν... ϰαὶ άγαλμα [τε] ϰείτα (...)
  • 262 Imhoof-Gardner, NCP, p. 4, n° 1 (pl. A, I) ; Head, BMC, Attica, p. 121, n° 43 (pl. XXI, 14) ; Dan. (...)
  • 263 Marc Aurèle, Commode : Imhoof-Gardner, NCP, p. 8, n° 1 ; S.-W. Grose, McClean Coll., II, n  6001 ( (...)
  • 264 Pausanias, I, 44, 4 : έν δέ ταίς Παγαίς θέας ύπελείπετο ἄξιον ’Αϱτέμιδος Σωτείϱας έπίϰληαιν χαλϰοϋ (...)
  • 265 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. A, I).
  • 266 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. A, II) ; Dan. Nation. Mus., Attica- Aegina, pl. 12, n° 497.
  • 267 Sur la statue de Strongylion et sur le témoignage des monnaies, voir Chr. Blinkenberg, Knidia, Cop (...)

78Strongylion. — Strongylion, dont la signature se ht sur une base de l’Acropole d’Athènes260, avait travaillé aussi pour Mégare, où il avait exécuté la statue en bronze d’Artémis Sôteira261. Des monnaies de Mégare, dont les plus anciennes datent du iie siècle avant J.-C., montrent la déesse courant à droite et tenant dans chaque main une torche (pl. XXVI, 4). Artémis est vêtue en chasseresse ; elle porte un chiton qui s’arrête aux genoux et elle est chaussée de hautes bottes262. Il n’est pas douteux que ces monnaies ne reproduisent la statue de Strongylion, car des monnaies de Pagae, d’époque impériale, offrent une image d’Artémis absolument identique263. Or, nous savons par Pausanias qu’il existait à Pagae une réplique exacte de la statue de Mégare264. Ajoutons que, sur certaines monnaies de Pagae, la déesse est figurée sur une base (pl. XXVI, 5)265 ou dans un édicule en forme de temple (pl. XXVI, 6)266. Les graveurs de Pagae se sont donc inspirés d’une statue de culte et le témoignage de Pausanias se trouve entièrement confirmé par les documents numismatiques267.

Notes

1 Sur les limites que l’on assigne à la période archaïque : W. Deonna, Dédale, I, pp. 24-25.

2 Les Tyrannoctones de Critios et Nésiotès sont postérieurs à 480 (cf. ci-dessus, p. 239).

3 Comme nous l’avons déjà fait observer ci-dessus, p. 199, certains artistes ont été passés sous silence parce que les monnaies ne nous offrent aucune indication précise sur leur activité ; pour Callimaque, voir p. 9, n. 3 ; pour Crésilas, p. 199, n. 1.

4 Sur Calamis : J. Overbeck, Schriftqu., n° 508 ss. ; H. Brunn, Qesch. d. griech. Künstler, I, p. 125 ss. ; M. Collignon, S G, I, p. 397 s3. ; E. Reisch, Kalamis, Oesterr. Jahresh., 9 (1906), p. 199 ss. ; F. Studniczka, Kalamis, Abhandl. d. sächs. Ges. d. Wiss., phil.-hist. Cl., 25, 4 (1907) ; Lippold dans ΡWRE, X (1919), col. 1532 ss. ; Bieber dans Thieme- Becker, Allgem. Lex. der bild. Künstler, XIX (1926), p. 453 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 201 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 45 ss.

5 L’Apollon Alexicacos de Calamis serait reproduit sur des tétra- drachmes athéniens du nouveau style (série ΔΙΟΦA — ΔΙΟΔΟ) et sur des monnaies de bronze : E. BeulÉ, Les monnaies d’Athènes, p. 271 ss. ; Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 456 ; B. Pick, Jahrb., 13 (1898), p. 171. Mais Pausanias (I, 3, 3) ne nous donne aucune indication sur l’aspect de la statue et nous ne possédons aucune réplique de l’œuvre du grand sculpteur ; l’attribution à Calamis des Apollons du type dit « à l’omphalos » a suscité de longues controverses, sans résultats appréciables : Th. Schreiber, AM, 9 (1884), p. 239 ss. ; J. Overbeck, KM, Apollon, p. 161 ss. ; M. Collignon, S G, I, p. 404 ss. ; F. Studniczka, op. cit., p. 66 ss. ; W. Amelung, Der Meister des Apollon auf dem Omphalos und seine Schule, Jahrb., 41 (1926), p. 247 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 54 ss. ; V.-H. Poulsen verrait dans ce type d’Apollon une création de Myron : Myron. Ein stilkritischer Versuch, Acta archaeologica, 11 (1940), p. 1 ss.

6 Ci-dessus, p. 58.

7 Voir ci-dessus, p. 69.

8 Arch. Zeit., 1849, col. 93, n° 26 (pl. IX, 12) ; Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 9 (1877), pp. 29-30, n°s 106 et 107 ; Head, BMC, Central Greece, p. 64, n° 51 (pl. X, 12) ; A. Veyries, Les figures criophores, Paris, 1884, pp. 13-14, nos 39 à 42 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 115, n° 5 (pl. X, xi et xii) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, III, 1, p. 453 (Mzt. V, 14, 15).

9 M. Collignon, SG, I, p. 399 (fig. 206) ; Eitrem, Hernies, PWRE, VIII (1913), col. 766 ; F. Studniczka, op. cit., p. 72 ss. ; Fiehn, Tanagra, PWRE, IV A (1932), col. 2159 ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 50. Les objections de E. Reisch (op. cit., pp. 231-232) contre l’identification de ce type monétaire sont liées à sa théorie d’un second Calamis.

10 Pausanias, IX, 22, 1 :’Eς δὲ τοῦ ‘Έϱμοῦ τά ἱεϱὰ τοῦ τε Κϱιοφόϱον ϰαὶ δν Πϱόμαχον ϰαλοῦσι, τοῦ μέν ές τὴν έπίϰλησιν λέγουβιν ὡς ὁ ‘Έϱμῆς σφισιν άποτϱέΨαι νόαον λοιμώδη πεϱὶ τὸ τείχος ϰϱιὸν πεϱιενεγϰών, ϰαὶ έπὶ τούτῳ Κάλαμις έποίησεν ἄγαλμα ‘Εϱμοῦ φέϱοντα ϰϱιὸν επὶ τῶν ὤμων.

11 Pausanias, ibidem.

12 Pausanias, IX, 20, 4 : ‘Εν δὲ τοῦ Διονύσου τω ναῶ θέας μέν ϰαὶ τὸ ἄγαλμα ἄξιον, λίθου τε δν Πάϱίου ϰαὶ έϱγον Καλάμιδος, θαῦμα δέ παϱέχεται μείζον ἔτι ὁ Τϱίτων. Sur les légendes rapportées par Pausanias, voir K. Wernicke, Der Triton von Tanagra, Jahrb., 2 (1887), p. 114 ss. Le Dionysos de Tanagra serait un Διόνυσος πελάγιος : Ε. Maas, Hermes, 23 (1888), p. 76 ss.

13 Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 9 (1877), p. 33, n° 111 ; Head, BMC, Central Greece, p. 66, n° 60 (pl. X, 15) ; Imhoof-Gabdner, NCP, p. 114, n° 3 (pl. X, VII et VIII) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, III, 1, p. 448 (Mzt. V, 11).

14 Sur cette identification proposée par Imhoof-Blumer, voir E. Curtius, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 255 ss.

15 P. Wolters a montré que le Triton n’était pas une œuvre d’art, mais un objet de curiosité : Arch. Zeit., 43 (1885), p. 263 ; cf. P. Guillon, Revue de philol., 62 (1936), p. 213, n. 1.

16 P. Wolters, ibidem ; cf. M. Collignon, SG, I, p. 399 (fig. 205) ; Fiehn, op. cit., col. 2160 ; Ch. Picard, Manuel, II, pp. 49-50.

17 E. Reisch, op. cit., p. 229 ss. Sur Calamis, maître de Praxias (Pausanias, X, 19, 4), voir Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 150 ss.

18 La théorie de Reisch, acceptée en partie par Studniczka (op. cit., p. 1 ss.), a été condamnée par Furtwängler (Sitzungsber. d. Akad, ν. München, 1907, p. 160 ss.) et par J. Six (Jahrb., 30, 1915, p. 74 ss.) ; cf. Lippold, op. cit., col. 1535.

19 F. Studniczka, op. cit., p. 74 ss.

20 Un problème du même genre se pose pour l’Artémis Laphria de Ménaechmos et Soïdas (ci-dessus, p. 235).

21 Au droit, ancre (AR) : Imhoof-Blumer, Oriech. Münzen, p. 85, n° 155 (pl. VI, 19) ; B. Pick, Thrakische Münzbilder, Jahrb., 13 (1898), p. 168, types a (pl. X, 26) et b (pl. X, 28) ; F. Studniczka, op. cit., pl. X, 2.
Même droit (AE) : B. Pick, op. cit., p. 168, type c (pl. X, 27) ; F. Studniczka, op. cit., pl. X, 1.

22 Au droit, tête d’Apollon à droite (AE) : M.-P. Lambros, BGH, 2 (1878), p. 508 ss. (pl. XXIV, 2) ; J. Overbeck, KM, Apollon, pp. 27-28 (Mzt. I, 28) ; B. Pick, op. cit., p. 169, types a et b (pl. X, 29 et 30) ; F. Studniczka, op. cit., pl. X, 3 et 4. L’attribution de ces monnaies à Apollonie du Pont a été établie par A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num., 15 (1887), p. 38.

23 B. Pick, op. cit., p. 169 : « man wird das auf der Münze nachgebildete Original spätestens um 450 anzusetzen haben ».

24 Strabon, VII, 6, 1 (319) : εἷτ ‘Απολλωνία ἐν χιλίοις τϱιαϰοσίοις σταδίοις, ἄποιϰος Μιλησίων, τὸ πλέον τοῦ ϰτίσματος ἱδϱυμένον ἔχουσα ἐν νησίῳ τινί, [δπου] ἱεϱὸν τοῦ ‘Απόλλωνος, έξ οὗ Μάϱϰος Αεύϰολλος τόν ϰολοσσὸν ήϱε ϰαὶ ἀνέθηϰεν ἐν τῷ Καπετωλίῳ τὸν τοῦ ‘Απόλλωνος, Καλαμίδοςϱγον. — Pline, NH, XXXIV, 39 : talis est in Capitolio Apollo, tralatus a M. Lucullo ex Apollonia Ponti urbe, XXX cubitorum, D talentis factus. — D’après Appien (Illyr., 30), la statue proviendrait de Callatis, mais le texte doit vraisemblablement être corrigé (voir l’apparat critique dans l’édition de L. Mendelssohn, I, p. 370, 1. 8).

25 Pick, op. cit., p. 167 ss. ; E. Reisch, Oesterr. Jahresh., 9 (1906), p. 222 ; F. Studniczka, op. cit., p. 69 ss. ; Lippold, Kalamis, PWRE, X (1919), col. 1534. L’identification avait déjà été proposée par A. Löbbecke, op. cit., p. 39.

26 Voir les textes cités ci-dessus, p. 248, n. 6.

27 E. Reisch fait remarquer que l’attitude de l’Hermès : « mehr einem Xoanon des sechsten Jahrhunderts als einem Kunstwerk aus dem zwei- tem Viertel des fünften Jahrhunderts zu entsprechen scheint » (op. cit., p. 231).

28 Sur Pythagoras de Rhégion : J. Overbeck, Schriftqu., n° 489 ss. ; H. Lechat, Pythagoras de Rhégion, Annales de l’Université de Lyon, 1905 ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 199 ss. ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXVII (1933), p. 481 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 111 ss.

29 Pline, NH, XXXIV, 59 : « item Apollinem (fecit) serpentemque ejus sagittis configi » ; pour la légende, voir Hymne homérique à Apollon, v. 300 ss.

30 Poole, BMC, Italy, p. 353, n° 85 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, I, n° 725 ; Coll. Jameson, I, n° 429 ; cf. J. Bayet, Les origines de l’Hercule romain, Paris, 1926, p. 17 (pl. I, 4) ; K. Regling, AMK, n° 517.

31 Les différentes opinions émises à ce sujet sont résumées par H. Lechat, op. cit., p. 27, n. 1 ; cf. L. de Ronchaud, Apollo, DA, I, 1, p. 319 ; Wernicke, Apollon, PWRE, II (1896), col. 95-96. L’identification avait été proposée par Raoul-Rochette, Mémoires de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), p. 265.

32 H. Lechat, op. cit., p. 28 ; cf. Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 114, n. 8.

33 C’est l’opinion de J. Overbeck, KM, Apollon, pp. 83-85, 379-381 ; Gesch. d. griech. Plastik (4e éd.), I (1893), p. 299, n. 207. Voir aussi, tout récemment, L. Curtius, Jahrb., 59-60 (1944-45), p. 41.

34 Ch. Picard est donc trop affirmatif quand il dit : « Pythagoras avait fait aussi pour Crotone un Apollon archer tuant Python » (Manuel, II, 1, p. 114).

35 Le trépied apparaît, sur les monnaies de Crotone, dès le début du monnayage : Poole, BMC, Italy, p. 342, n° 1 ; E. Babelon, Traité, II, 1, n° 2143.

36 Pour des exemples de compositions savamment équilibrées sur des monnaies de Grande-Grèce et de Sicile, voir K. Regling, AMK, nos 554, 564, 570, etc.

37 K. Regling, op. cit., p. 62.

38 Sur Myron, voir la bibliographie établie par P.-E. Arias, Mirone (Quaderni per lo Studio dell’ Archeologia, 2, 1940), pp. 5 à 8 ; pour les indications essentielles sur l’artiste et sur son œuvre : G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 205 ss. ; M. Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXV (1931), p. 310 ss. ; G. Lippold dans PWRE, XVI (1933), col. 1124 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 223 ss.

39 Pline, XXXIV, 57 : « Herculem (fecit) qui est apud circum maximum in aede Pompei Magni. »

40 « Wohl von Pompeius aus dem Osten mitgebracht » (G. Lippold, op. cit., col. 1125).

41 J.-P. Six, Eine Oruppe des Myron ?, Zeitschr. f. Num., 14 (1887), p. 142 ss. ; cf. S. Mirone, Mirone d’Eleutere, Catane, 1921, pp. 16-18. Sur la date des monnaies de Mallos, voir Imhoof-Blumer, Annuaire de num., 1883, p. 108.

42 Pour les exemplaires de la monnaie de Mallos, voir notre article dans L’Antiquité classique, 12 (1943), p. 58, n. 1.

43 Pour les diverses variantes de la lutte d’Héraclès et du lion, voir L. Lacroix, op. cit., p. 61 ss.

44 L. Lacroix, op. cit., p. 75.

45 L’Héraclès du groupe de Samos (Strabon, XIV, 1, 14, 637) ne nous est pas mieux connu ; les monnaies où l’on a proposé de reconnaître l’image de cette statue (P. Gardner, Num. Chron., 1882, p. 284 ; H. Bulle, dans Festschrift P. Arndt, Munich, 1925, pp. 80-81, fig. 19) ne nous offrent qu’un type banal du héros.

46 Le groupe d’Athéna et Marsyas a été maintes fois étudié ; on trouvera une liste des principaux travaux dans P.-E. Arias, op. cit., pp. 6-7. Pour la bibliographie ancienne, voir Svoronos, Tὸ ἐν ‘Αθήναις ‘Εθνιϰὸν Μουαειον, Athènes, 1903, p. 137, n. 2. Pour les principales répliques et reproductions, voir G.-M. Richter, op. cit., fig. 584-593 ; P.-E. Arias, op. cit., pp. 18-19 (pl. V-IX).

47 Pausanias, I, 24, I. L’auteur du groupe n’est pas cité, mais Pline (NH, XXXIV, 57) mentionne une oeuvre de Myron que l’on doit vraisemblablement identifier avec le groupe de l’Acropole. Sur l’interprétation du texte de Pausanias : H. Bulle, Eine neue Ergänzung der myro- nischen Athena zu Frankfurt a. M., Jahrb., 27 (1912), pp. 197-198 ; sur l’emplacement : W. Judeich, Topographie von Athen (2e éd., Munich, 1931), p. 240 ; G.-P. Stevens, Hesperia, 5 (1936), p. 483.

48 Raoul-Rochette, Mém. de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), p. 273 ss. ; E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, pp. 392-393 ; L. von Sybel, Athena u. Marsyas, Bronzemünze d. Berl. Mus., Marburg, 1879 ; Imhoof-Gardner, NGP, p. 132 (pl. Ζ, XX et XXI) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 125, n° 137, 138 (pl. I, 44) ; Τὸ ἐν ‘Αθήναις Έθνικον Μονσεiον, p. 139 (fig. 95 à 99) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 89, 26 à 34. Les types monétaires présentent entre eux des variantes qui ont été analysées par B. Sauer, Die Marsyasgruppe des Myron, Jahrb.,23 (1908), p. 126 ss. (fig. 1) ; ces variantes ne nous obligent pas à supposer que les graveurs ont eu sous les yeux des modèles différents : H. Bulle, op. cit., p. 188 (fig. 17 et 18).

49 Ancienne coll. Finlay (Athènes, Musée national) : Svoronos, τὸ ἐν ‘Αθήναις ‘Έθνιϰὸν Μουσεiον, p. 137 ss. (pl. XXVI) ; S. Papaspyridi, Guide du Musée national d’Athènes, Athènes, [1927], p. 48, n° 127 ; P.-E. Arias, op. cit., p. 19 (pl. VI, 22). Sur le vase Finlay, comme sur certaines monnaies (Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 89, 33 et 34), la scène est inversée : Marsyas est à gauche (le bras gauche levé), Athéna à droite.

50 Oenochoé de Vari (Berlin) : M. Collignon, SG, I, p. 466 (fig. 241) ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 232 (fig. 105) ; P.-E. Arias, op. cit., p. 19 (pl. VI, 21).

51 Le Marsyas du Latran a été identifié en 1858 par H. Brunn (Il Marsia di Mirone, Annali dell’ Instituto, 1858, p. 374 ss. = Kleine Schriften, II, p. 308 ss.) ; pour d’autres répliques (tête Barracco, statuette du British Muséum) : Ch. Picard, Manuel, II, p. 234. Sur les copies de l’Athéna : B. Sauer, op. cit., pp. 131-132 ; Ch. Picard, ibidem. Le groupe a été reconstitué à Munich : J. Sieveking, Arch. Anz., 1908, col. 341-343 (avec pl.) ; sur la restauration de l’Athéna de Francfort : H. Bulle, op. cit., p. 175 ss.

52 Bibliographie dans R. Bianchi-Bandinelli, Policleto (Quaderni per lo Studio dell’Archeologia, 1, 1938), pp. 5-7 ; pour les indications essentielles : G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 244 ss. ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXVII (1933), p. 225 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 257 ss. Le Zeus Meilichios d’Argos devrait être rapporté à Polyclète le jeune : Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 316 (l’identification de la statue avec le type d’une monnaie d’Argos reste problématique).

53 Pausanias, II, 17, 4 : τὸ δὲ άγαλμα της “Ηϱας επί θϱόνου ϰάθηται μεγέθει μέγα, χϱυσού μέν ϰαὶ έλέφαντος, Πολυϰλείτου δὲ ἔϱγον ἔπεστι δέ οἱ στέφανος Χάϱιτας ἔχων ϰαὶ “Ωϱας ἐπειϱγασμένας, ϰαὶ τῶν χειϱῶν τη μέν ϰαϱπον φέϱει ϱοιάς, τη δε σϰήπτρον... ϰόϰϰυγα δὲ ἐπί τῳ σϰήπτϱω καθήσθαί φασι. Sur la Héra de Polyclète, voir J. Overbeck, Schriftqu., nos 932 à 939 ; KM, Hera, p. 41 ss. ; M. Collignon, SG, I, pp. 510- 511 ; Ch. Waldstein, The Argive Hera of Polycleitus, JHS, 21 (1901), p. 30 ss. ; The Argive Heraeum, I (Boston-New York, 1902), p. 22 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 296 ss.

54 A. Lambropoulos, Zeitschr. f. Num., 19 (1895), pp. 230-231 ; E. Babelon, Traité, II, 3, col. 455 ss., 731 ss. ; pour la date, voir aussi P. Gardner, History of Ancient Coinage, p. 383. Sur les rapports qui unissent les monnaies à l’œuvre de Polyclète, voir Furtwängler, Meisterwerke, p. 413 ; P. Gardner, Types, pp. 137-138 (avec de prudentes réserves). Une tête du British Museum a été rapprochée des monnaies d’Elis et d’Argos et considérée comme une copie de la Héra chryséléphantine : Ch. Waldstein, JHS, 21 (1901), p. 39 ss. (cf. Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 298).

55 La chronologie des monnaies d’Elis (appellation qu’il convient, nous semble-t-il, de maintenir, puisque c’est Elis qui exerçait le droit de frapper monnaie) a été établie par Ch.-T. Seltman, The Temple Coins of Olympia, Cambridge, 1921 (= Nomisma, VIII, IX et XI). J. Jongkees a montré que, malgré les critiques de H. Schrader (‘Εφημ. αϱχ., 1937, p. 208 ss.), le classement proposé par Seltman devait être maintenu. Il a cependant apporté quelques modifications au classement des monnaies à la tête de Héra : Zur Chronologie der Münzen von Olympia, Jahrb., 54 (1939), p. 219 ss. Dans son article, J. Jongkees, reprenant une hypothèse émise par P. Gardner (Num. Chron., 1879, p. 244), propose de reconnaître dans les initiales ΠΟ, qui figurent au revers de plusieurs monnaies à la tête de Héra (Seltman, nos 290 à 293, pl. Χ, θη et θθ), une signature d’artiste et d’identifier ce graveur avec Polyclète le jeune ; de même, les initiales ΔΑ, sur les monnaies à la tête de Zeus, représenteraient la signature de Daedalos de Sicyone : Jahrb., 1939, p. 225 ss. (cf. ci-dessous, p. 262). Ces rapprochements ingénieux restent malheureusement fort problématiques, ainsi que J. Jongkees le reconnaît lui- même (p. 228) ; aussi préférons-nous nous en tenir à la prudente réserve de Seltman qui se borne à signaler l’hypothèse de P. Gardner et ajoute : « More one cannot say. For 770 is a common set of initiais, and the identification of artists with similar initiais is a very spéculative business » (Coins of Olympia, p. 90). Sur cette question, voir aussi Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 277 ss.

56 Ch.-T. Seltman, Coins of Olympia, p. 75 ss. (cf. Greek Coins, pp. 163-164). Ces monnaies portent au revers les types suivants :

  1. Foudre : Seltman, op. cit., nos 242 à 289 (pl. IX, EA à X, EO) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 1105 à 1114 (pl. CCXXXII, 7 à 18).
  2. Aigle : Seltman, op. cit., nos 290 à 364 (pl. X, EP à XII, FK) ; E. Babelon, op. cit., nos 1091, 1092, 1098 à 1104 (pl. CCXXXI, 14, 15, 21, 22 ; pl. CCXXXII, 1 à 6).

57 Ch.-T. Seltman, Coins of Olympia, pp. 86-87 ; Greek Coins, p. 168. Ces monnaies ont au revers les types suivants :

  1. Deux dauphins séparés par un symbole varié (statères) : E. Babelon, op. cit., nos 616 à 624 (pl. CCXV, 11 à 17).
  2. Diomède enlevant le Palladium (drachmes) : E. Babelon, op. cit., nos 625 à 627 (pl. CCXV, 18 à 20 ; cf. ci-dessus, p. 113).
  3. Palladium (trihémioboles et bronzes) : E. Babelon, op. cit., nos 628, 629, 632 (pl. CCXV, 21, 22, 26 et 27 ; cf. ci-dessus, p. 115).
  4. Clef de l’Héraion (tritartémorion) : E. Babelon, op. cit., nos 630, 631 (pl. CCXV, 23 à 25).

58 Monnaies de Cnossos (Svoronos, Num. de la Crète ancienne, pp. 73-74, nos 67 à 72, pl. VI, 6, 7 ; E. Babelon, op. cit., nos 1547 à 1549, pl. CCL, 13 à 15) et de Tylissos (Svoronos, op. cit., pp. 329-330, nos 1 à 11, pl. XXX, 29 à 32, XXXI, 1 à 7 ; E. Babelon, op. cit., nos 1557 à 1565, pl. CCLI, 1 à 9). Sur les rapports de ces deux villes avec Argos, voir W. Vollgraff, BCH, 34 (1910), p. 334 : « Knossos et Tylissos étaient des colonies argiennes ou, pour parler plus clairement (car Knossos au moins était plus ancienne qu’Argos même), les Doriens établis à Knossos et à Tylissos étaient originaires de l’Argolide et n’avaient jamais cessé de considérer Argos comme leur métropole. »

59 Head, BMC, Central Greece, p. 58, nos 1 et 2 (pl. IX, 3, 4) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 330 et 331 (pl. CCIII, 28 à 30) ; Dan. Nation. Mus., Aetolia-Euboea, pl. 5, nos 212 à 214. J. de Foville croyait reconnaître sur ces monnaies des copies de deux statues de Héra mentionnées par Pausanias (IX, 2, 7) et attribuées, l’une à Praxitèle, l’autre à Callimaque : Revue num., 1906, p. 253 ss.

60 Tête de Héra Lacinia de face sur les monnaies de Crotone, Pandosia, Posidonia, Fensernia, Thurii, Hyria, P. Gardner, Types, p. 150 (pl. V, 42, 43) ; W. Giesecke, Italia numismatica, Leipzig, 1928, p. 56 (pl. 9, fig. 4, 5, 7 à 11). Ce type apparaîtrait, déjà avant 400, sur les monnaies de Crotone et de Pandosia : W. Giesecke, l. c.

61 Poole, BMC, Sicily, p. 83, n° 1 ; P. Gardner, Types, p. 150 (pl. VI, 39) ; W. Giesecke, op. cit., pl. 9, fig. 15. Même tête de Héra sur un bronze de Panorme : Dan. Nation. Mus., Sicily, pl. 11, n° 518.

62 Tête coiffée d’une couronne tourelée et ornée de palmettes : monnaies d’Amisos (Babelon-Reinach, Recueil général, 2e éd., p. 54, n° 1 ss ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2953 ss, p. CLXXXV), de Cromna (Babelon-Reinach, op. cit., p. 183*, n° 1 ss., pl. XXI ; E. Babelon, op. cit., n° 2939 ss., pl. CLXXXIV), d’Héraclée (Babelon-Reinach, op. cit., p. 347, n° 16 ss., pl. LV ; B. Babelon, op. cit., n  2907 ss., pl. CLXXXII et CLXXXIII). Imhoof-Blumer reconnaît sur ces monnaies la tête de Héra, et non celle de Tyché : JIAN, 1 (1898), p. 21. On en rapprochera la tête d’Aphrodite sur les monnaies de Tarse (E. Babelon, op. cit., nos 1378, 1379, pl. CXXXVII, 6 et 7) et sur celles de Paphos (P. Gardner, Types, p. 173, pl. X, 47 ; E. Babelon, op. cit., n° 1317 ss., pl. CXXXV).

63 K. Regling écarte catégoriquement tout rapport entre la statue de Polyclète et la tête de Héra sur les monnaies d’Argos et d’Elis : AMK, p. 89.

64 Cf. ci-dessus, p. 254, n. 2.

65 Voir, pour ces hypothèses, P. Gardner, Types, p. 138 ; E. Babelon, Traité, II, 3, col. 463 ; Ch. Waldstein, JHS, 21 (1901), p. 40 ss. ; The Argive Heraeum, I, p. 22.

66 Tantôt les cheveux pendent en boucles le long du visage, tantôt ils forment un épais bandeau autour de la figure ; pour l’arrangement de la chevelure, ainsi que pour la décoration de la couronne, comparer, par exemple, les deux monnaies reproduites par K. Regling, AMK, nos 666 et 667 (ici, pl. XXI, 5 et 7).

67 Antonin le Pieux, L. Veras, Septime Sévère, Julia Domna, Caracalla : J. Overbeck, KM, Hera, p. 44 ss. (Mzt. III, 2) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 34, n° 6 (pl. I, XII, XIII) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 2, p. 566 (pl. XVI, 18) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 149 ss., nos 155, 156 (pl. XXVIII, 16), 159, 164, 172 (pl. XXVIII, 24) ; M. Collignon, SG, I, p. 511 (fig. 262) ; Ch. Waldstein, JHS, 21 (1901), p. 34 (pl. III, 8, 10) ; The Argive Heraeum, I, p. 22.

68 Bien visible sur une monnaie de Copenhague : Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean Islands, pl. 2, 98 (Septime Sévère).

69 Imhoof-Gardner, NCP, pl. I, XII et XV (Antonin le Pieux). Ch. Waldstein pensait que les Charites et les Heures surmontaient la coiffure ; il expliquait ainsi la couronne tourelée des monnaies impériales : JHS, 21 (1901), p. 41 ; The Argive Heraeum, I, p. 22. L’expression de Pausanias (έπειργασμένας) désigne, nous semble-t-il, des reliefs qui se détachaient sur le cercle même de la couronne. Pour la tête de Héra( ?) tourelée sur les monnaies de Bithynie et du Pont, voir ci-dessus, p. 256, n. 5.

70 Pausanias, II, 17, 5, 6. J. Overbeck, KM, Hera, l. c. (Mzt. III, 1) ; Imhoof-Gardner, NCP, l. c. (pl. I, xv) ; Pausanias edd. Hitzig-Blumner, I, 2, p. 567 (pl. XVI, 20) ; M. Collignon, SG, I, p. 511 (fig. 265) ; Ch. Waldstein, JHS, 21 (1901), p. 34 (pl. III, 9) ; The Argive Heraeum, I, pp. 23-24 ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 298 (fig. 128). Le paon est parfois représenté seul : Imhoof-Gardner, NCP, l. c. (pl. I, xvi) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 149, n° 154 (pl. XXVIII, 15). Les traditions antiques relatives à Naucydès sont fort confuses et se rapportent peut-être à deux artistes différents : Ch. Picard, Manuel, III, 1, p. 261 ss.

71 Sur Phidias, on trouvera les indications essentielles dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 618 ss. ; M. Collignon, SG, I, p. 517 ss. ; H. Lechat, Phidias et la sculpture grecque au ve siècle, nouv. éd., Paris, 1924 ; H. Scrader, Phidias, Francfort-sur-le-Mein, 1924 (vise à réduire le rôle de Phidias au profit d’autres artistes) ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 213 ss. ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXVI (1932), p. 541 ss. ; Lippold dans PWRE, XIX (1938), col. 1919 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 308 ss. ; V.-H. Poulsen, Phidias und sein Kreis, From the Coll. of the Ny Carlsberg Glyptothek, III (1942), p. 33 ss. A cette liste, on peut encore ajouter des études toutes récentes dont il ne m’a guère été possible de tirer parti : E. Langlotz, Phidiasprobleme, Francfort, 1947 ; E. Buschor, Phidias der Mensch, Munich, 1948.

72 Ci-dessus, p. 129, n. 4.

73 Pausanias, V, 11,1 : Καθέζεται μεν δὴ ὁ θεὸς ἐν θϱόνῳ χϱνσοῦ πεποιη- μένος ϰαὶ έλέφαντος· στέφανος δέ επίϰειται οι τῇ ϰεφαλῇ μεμιμημένος ἐλαίας κλῶνας. ἐν μέν δὴ τῇ δεξιᾲ φέϱει Νίϰην ἐξ ἐλέφαντος ϰαὶ ταύτην ϰαὶ χρνσοῦ, ταινίαν τε ἔχονϱὸὴὁἐῳῦϰῇῶᾲὶύἔσαν ϰαὶ ἐπὶ τῇ ϰεφαλῇ στέφανον τῇ δὲ ἀϱιστεϱᾲ τοϋ θεοϋ χειϱὶ ἔνεστι σϰήπτϱον μετάλλοις τοις πάσι διηνθισ- μένον. ό δἐ δϱνις ό ἐπι τω σϰήπτϱῳ ϰαθήμενος έστιν ὀ ἀετός. Sur le Zeus d’Olympie, voir J. Overbeck, Schriftqu., n° 692 ss. ; M. Collignon, SG, I, p. 525 ss. ; J.-G. Frazer, Pausanias’s Description of Greece. III, p. 530 ss. ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 1, p. 339 ss. ; G.-M. Richter, op. cit., p. 218 ss. ; Lippold, op. cit., col. 1920 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 346 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 954 ss.

74 Ch.-T. Seltman, The Temple Coins of Olympia, Cambridge, 1921, nos 98 et 99 (pl. III, AZ) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 1049 et 1050 (pl. CCXXIX, 11 et 12). Le revers de ces pièces porte un aigle volant à gauche (Seltman, n° 98 ; Babelon, n° 1049) ou une Niké assise à gauche (Seltman, n° 99 ; Babelon, n° 1050).

75 Ch.-T. Seltman, op. cit., nos 100 à 102 (pl. III, ΒΑ) ; E. Babelon, op. cit., n° 1048 (pl. CCXXIX, 10). Au revers, aigle volant à gauche (Seltman, nos 100 et 101 ; Babelon, n° 1048) ou Niké courant à gauche (Seltman, n° 102).

76 Une liste des partisans de cette théorie a été dressée par Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 351, n. 3 ; Miss G.-M.-A. Richter a défendu ce point de vue en s’appuyant sur des arguments de valeur assez inégale (Sculpture and Sculptors, p. 220 ss.) ; les documents numismatiques, en particulier, ne peuvent rien nous apprendre ni sur la date du Zeus d’Olympie ni sur celle de la Parthénos.

77 A.-B. Cook croit que les statères du type A sont antérieurs à la statue et ont pu jouer un rôle dans la conception de l’œuvre ; au contraire, les statères du type B seraient postérieurs à la statue et trahiraient son influence : Zeus, II, 1, p. 757 ss. L’hypothèse d’une statue de culte, antérieure au Zeus de Phidias et dont le type serait conservé par les monnaies, a été soutenue par Miss Richter (l. c.) et combattue avec raison par Ch. Picard, op. cit., p. 354, n. 2.

78 C’est la thèse défendue par Ch. Picard, qui place l’exécution de la statue approximativement entre 453 et 446 : Manuel, II, p. 351 ss. (pour les partisans de l’antériorité du Zeus, voir p. 351, n. 3).

79 Ces monnaies, frappées à partir de 490, offrent de nombreuses variantes ; voir, en particulier, Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 3 (1876), p. 290 ss. (pl. VII et VIII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 169 ss. (pl. XXXI, XXXII) ; E. Babelon, Traité, II, 1, n° 1224 ss. (pl. XXXVIII, 8 ss.) ; A.-B. Cook, Zeus, I, pp. 68-69 (fig. 39 ss.).

80 Ch.-T. Seltman, op. cit., p. 35 : « The Zeus on n° 99 (pl. III, AZ) is more or less of a close copy of the figures on the Arcadian coins. He holds sceptre and thunderbolt just as they do. » Sur les rapports avec les monnaies de la ligue arcadienne, voir aussi A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 757.

81 P. 255.

82 Ch.-T. Seltman, op. cit., nos 145 à 147, 175 ss. ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 1078, 1118 à 1119 a, 1146 ss.

83 Statères portant au revers les initiales ΔΑ : Ch.-T. Seltman, op. cit., n° 145 (pl. V, BQ) ; E. Babelon, op. cit., n° 1078 (pl. CCXXX, 19, 20). Sur la signature ΔΑ : Ch.-T. Seltman, op. cit., pp. 52-53 ; l’hypothèse de P. Gardner, qui avait proposé d’identifier le graveur Δ A avec le sculpteur Daedalos de Sicyone (Num. Chron., 1879, p. 243), a été reprise par J. Jongkees, Zur Chronologie der Münzen von Olympia, Jahrb., 54 (1939), p. 225 ss. (cf. ci-dessus, p. 254, n. 4).

84 J. Overbeck se refusait déjà à admettre aucun rapport direct entre ces types monétaires et la statue de Phidias : KM, Zeus, p. 97, p. 106 ; de même K. Regling, AMK, p. 89 ; H.-A. Cahn, Die Münzen der sizi- lischen Stadt Naxos, Bâle, 1944, p. 8.

85 J. Overbeck, KM, Zeus, p. 34 ss. (pl. I, 34 et II, 4) ; J. Friedländer, Arch. Zeit., 1876, p. 34 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 71 (pl. P, XX-XXIII) ; Wernicke, Arch. Anz., 1898, p. 177 ss. ; R. Weil, Zeitschr. f. Num., 29 (1912), p. 363 ss. (pl. X) ; H. Schrader, Jahrb., 56 (1941), p. 5 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 959 (pl. LXIX). Sur certains de ces témoignages, voir maintenant Ch. Seltman, Hesperia, 1948, p. 71 ss.

86 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XX) ; R. Weil, op. cit., p. 365 ss. (pl. X, 3, 3 a, 6) ; H. Schrader, op. cit., fig. 4 et 5 (agrandies.).

87 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XXI) ; M. Collignon, SG, I, p. 528 ; R. Weil, op. cit., p. 366 (pl. X, 5) ; H. Schrader, op. cit., fig. 3 (agrandies.) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, pl. LXIX, 4 (agrandiss.).

88 J. Friedländer, Monatsber. d. Preuss. Ak. d. Wiss., 1874, p. 500 ; H.-G. Evelyn-White, JHS, 28 (1908), p. 51 (fig. 2) ; R, Weil, op. cit., p. 370 (pl. X, 4, 4 a) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, pl. LXIX, 3 (agrandies.).

89 Imhoof-Gardner, l. c. ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 76, n° 160 (pl. XVI, 6 ; Géta) ; R. Weil, op. cit., p. 365 ss. (pl. X, 7 à 10).

90 Sur ces représentations de Zeus, voir R. Weil, op. cit., p. 365 ss. (2e groupe).

91 J. Overbeck, l. c. (pl. II, 4) ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XX) ; R. Weil, op. cit., p. 367 ss. (pl. X, 3) ; H. Schrader, op. cit., fig. 5 (agrandiss.). Voir aussi P. Gardner, Types, p. 146 (pl. XV. 19) ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 359 (fig. 152) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, pl. LXIX, 2 (agrandiss.), etc.

92 Un exemplaire de Berlin offre une image de Zeus analogue à celle de la monnaie de Florence : R. Weil, op. cit., p. 368 (pl. X, 3 a).

93 Pour les monnaies d’époque hellénistique voir, par exemple, le Zeus nicéphore des monnaies des Séleucides : L. Lacroix, Copies de statues sur les monnaies des Séleucides (à paraître dans BCH, 1949).

94 Sur ces variantes, voir H. Schrader, op. cit., p. 8 ss.

95 R. Weil, op. cit., p. 370 ss. Le vêtement qui recouvre le bras est indiqué sur le dessin au trait de la monnaie de Berlin publié par J. Friedlander (l. c.), mais les photographies de cette même monnaie (même l’agrandissement publié par Evelyn-White, l. c.) ne fournissent à cet égard aucune indication précise.

96 Cf. H. Schrader, op. cit., p. 9.

97 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XXII, XXIII) ; R. Weil, op. cit., p. 378 ss.

98 J. Overbeck, l. c. (pl. I, 34) ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. Ρ, XXII) ; souvent reproduit : P. Gardner, Types, p. 146 (pl. XV, 18) ; M. Collignon, S G, I, p. 532 (fig. 270) ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 359 (fig. 152) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, pl. LXIX, 1 a et 1 b (agrandiss.) ; etc.

99 J. Liegle, Bericht über den VI. Kongress fur Archaeologie, 1939 (Berlin, 1940), p. 653 ss. (pl. 76). Un troisième exemplaire (Leake Coll., Cambridge) est publié par Ch. Seltman dans Hesperia, 1948, p. 74 (pl. 28, 1). L’intéressant article de Ch. Seltman me parvient pendant la correction des épreuves ; il contient diverses considérations sur ces monnaies et sur leur date.

100 Ci-dessus, p. 259, n. 3.

101 Sur les tentatives faites jusqu’à présent pour identifier des répliques de la statue d’Olympie : F. Matz, Zeuslcopf in Villa Borghese, Jahrb., 46 (1931), p. 1 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 363 ss.

102 Pausanias, I, 40, 4 : ἐς τὸ τοῦ Διὸς τέμενος ἐσελθοῦσι ϰαλούμενον ‘Όλυμπιεΐον ναός ἐστι θέας ἄξιος... τῷ δὲ ἀγάλματι τοῦ Διὸς πϱόσωπον έλέφαντος ϰαὶ χϱνσοῦ, τὰ δέ λοιπὰ πηλοῦ τέ ἐστι ϰαὶ γύψον, ποιήααι δε αυτό Θεόϰοσμον λέγουσιν έπιχώϱιον, συνεϱγάσασθαι δέ οί Φειδίαν. Sur Théocosmos, voir Ch. Picard, Manuel, II, 2, pp. 545-546, III, 1, p. 158 ; G. Lippold, Theokosmos, PWRE, V A (1934), col. 1999-2000 ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXXIII (1939), p. 1.

103 Imhoof-Gardner, NCP, p. 4 (pl. A, III) ; Head, BMC, Attica, p. 122, n » 46 (pl. XXII, 1).

104 Sur les monnaies d’Elis, voir ci-dessus, p. 264.

105 Zeus nicéphore ou aétophore : Overbeck, KM, Zeus, p. 63 (fig. 10) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 137 (pl. BB, IV) ; Head, BMC, Attica, p. 104, n° 754 (pl. XVIII, 4) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 130, n » 185 (pl. I, 54), 186 (pl. II, 1) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 92, 1 à 4. Svoronos voyait dans le Zeus aétophore la reproduction du Zeus du fronton oriental du Parthénon : JIAN, 14 (1912), p. 273 (pl. XVI, 1, 2). C’est Hadrien qui fit achever l’Olympieion et y érigea une statue colossale de Zeus Olympien : P. Graindor, Athènes sous Hadrien, Le Caire, 1934, p. 261 (fig. 18) ; sur la date do la consécration (131-132), voir pp. 40 et 49.

106 La bibliographie de la Parthénos est considérable. Pour les textes anciens, voir J. Overbeck, Schriftqu., n° 645 ss. ; Jahn-Michaelis, Arx Athenarum (3e éd., Bonn, 1901), p. 56 ss. Pour des exposés d’ensemble : K. Lange, Die Athena Parthénos, AM, 6 (1881), p. 56 ss. ; Th. Schreiber, Athena Parthénos, Abhandl. d. Sachs. Ges. d. Wiss., 8 (1883), p. 545 ss. (pl. I-IV) ; Neue Parthenosstudien, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 193 ss., 276 ss. ; M. Collignon, SG, I, p. 536 ss. ; Ch.-A. Vannoy, Studies on the Athena Parthénos of Pheidias, Univers, of Iowa, Humanistic Studies, I, 5 (1917) ; H. Schrader, Phidias, p. 36 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 215 ss. (fig. 597 à 605) ; K. Lehmann-Hartleben, Jahrb., 47 (1932), p. 12 ss. ; Lippold, Pheidias, PWRE, XIX (1938), col. 1925 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 374 ss.

107 La liste la plus complète de ces copies a été dressée par D.-M. Robinson, AJA, 15 (1911), p. 482 ss. ; d’autres documents ont été signalés depuis : W. Deonna, REA, 21 (1919), p. 20 ss. (pl. I) ; Th.-L. Shear, AJA, 1924, p. 117 ss. (pl. II-IV) ; H. Schrader, Arch. Anz., 1932, col. 89 ss.

108 Sur les types d’Athéna où l’on peut reconnaître l’influence de l’art de Phidias : W. Lermann, Athenatypen auf griech. Münzen, Munich, 1900, p. 58 ss.

109 Pausanias, I, 24, 7 : τὸ δε άγαλμα της ‘Αθηνάς οϱθόν ἐστiν ἐν χιτῶνι ποδήρει, ϰαὶ οἰ ϰατά τὸ στέϱνον ή ϰεφαλή Μεδοuσης ἐλέφαντός ἐστίν έμπέποιημένη, ϰαὶ Νίκην τε δσον τεσσάϱων πηχών, ἐν δὲ τή (ἐτέϱᾳ) χειϱί δόϱυ ἔχει, ϰαὶ οἱ πϱος τοϊς ποσὶν ἀσπίς τε ϰείται, ϰαὶ πλησίον τοῦ δόϱατος δϱάϰων ἐστίν εἴη δ’ἄv Έϱιχθόνιος ούτος ό δϱάϰων.

110 Pausanias, I, 24, 5 : μέσω μὲν οὖν ἐπίϰειται οἰ τῷ ϰϱάνει Σφιγγος είϰών... ϰαθ’ἑϰάτεϱον δέ τοῦ ϰϱάνους γϱϋπές είσιν επειϱγασμένοι.

111 Les détails de la coiffure sont particulièrement visibles sur la statuette du Varvakeion, sur la gemme d’Aspasios et sur les médaillons de Koul-Oba : Ch. Picard, Manuel, II, 1, fig. 155, 160, 161.

112 G. Kieseritzky, Athena Parthénos der Ermitage, AM, 8 (1883), p. 291 ss. (pl. XV, 1 et 2). Pour d’autres bijoux représentant une tête du même genre : D.-M. Robinson, op. cit., p. 502 ; J.-H. Jongkees, The Kimonian Dekadrachms, Utrecht, 1941, p. 96, n. 5.

113 Selon G. Kieseritzky (op. cit., p. 304), la chouette posée sur un© des paragnathides figurait dans l’œuvre originale ; nous y voyons plutôt une addition destinée à combler un vide et à préciser la signification du sujet ; cf. Furtwängler, Jahrb., 4 (1889), p. 46 ss. ; R. Pagenstecher, AM, 33 (1908), pp. 118-119 ; D.-M. Robinson, op. cit., p. 494.

114 Médaillon de terre cuite provenant de Russie méridionale : G. Kiese-Ritzky, op. cit., pp. 309-311 (pl. XV, 3) ; pour d’autres exemples : H.-B. Walters, Catal. of the Terracottas in the Brit. Mus., Londres, 1903, C 101, C 833, C 848, 849, D 397 ; cf. aussi D.-M. Robinson, op. cit., p. 502.

115 Fragment d’askos publié par R. Pagenstecher, AM, 33 (1908), p. 113 ss. ; Die calenische Relief-Keramik (Jahrb., Erganzungsh., VIII, 1909), p. 24 (fig. 6). Autres exemples : D.-M. Robinson, op. cit., pp. 502-503.

116 Moule provenant de Corinthe : D.-M. Robinson, AJA, 1911, p. 482 ss. (fig. 1 à 3) ; un autre, provenant d’Asie Mineure, est signalé p. 502 (bibliogr.).

117 Selon G. Kieseritzky (op. cit., p. 314), les médaillons de Koul-Oba dateraient de la fin du ve ou du début du ive siècle, mais M. Ch. Picard veut bien me dire qu’il considère cette date comme trop élevée (fin du ive siècle).

118 Sur l’origine athénienne des médaillons de Koul-Oba : G. Kieseritzky, op. cit., p. 314 ; cf. Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 387. R. Pagenstecher y verrait plutôt des productions d’un atelier ionien : AM, 33 (1908), p. 116 ; de même D.-M. Robinson, op. cit., p. 489. Quoi qu’il en soit, des œuvres de ce genre, même si elles n’ont pas été exécutées à Athènes, supposent des modèles d’origine athénienne.

119 W. Lermann, op. cit., pp. 66-67 (pl. II, 5) ; L. Tudeer, Die Tetra- drachmenpragung von Syrakus, Zeitschr. f. Num., 30 (1913), p. 41 ss., nos 58 et 59 (pl. III, 36, 37) ; p. 157 ss. ; G.-E. Rizzo, Monete greche délia Sicilia, Rome, 1946, pl. XLIII, 21 et 22 (avec des agrandissements à différentes échelles).
Même type d’Athéna sur des drachmes et des hémidrachmes : P. Gardner, Types, p. 151 (pl. VI, 40) ; W. Lermann, op. cit., p. 67 (pl. II, 2) ; G.-E. Rizzo, op. cit., pl. XLVII, 1 à 4.

120 Sur Eucleidas : L. Forrer, Revue belge de num., 60 (1904), p. 251 ss. ; L. Tudeer, op. cit., p. 220 ss. ; G.-E. Rizzo, Bollettino d’Arte, 31 (1938), p. 329 ss. (= Saggi preliminari su l’Arte della Moneta nella Sicilia Greca, Rome, 1938, p. 79 ss.).

121 C’est ce qu’admet Furtwängler, Meisterwerke, p. 147. G.-E. Rizzo pense aussi qu’Eucleidas ne s’est pas inspiré directement de la Parthénos : Saggi preliminari, p. 92.

122 On trouvera de nombreux exemples de ces têtes d’Athéna de face dans A. Baldwin, Facing Heads on Greek Coins, Amer. Journal of Num., 43 (1908-1909), p. 113 ss., nos 53, 55 à 78 (pl. I, 32 à 55), 297 à 326 b (pl. IV, 17 à 22, 41 et 42).

123 P. Gardner, Types, p. 150 (pl. V, 41) ; W. Lermann, op. cit., p. 66 (pl. I. 16) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, I, n° 651 ; K. Regling, AMK, n° 724. Sur Cleudoros : L. Forrer, Revue belge de num., 61 (1905), p. 150 ss. ; K. Regling dans PWRE, XI (1921), col. 837, et dans Thieme-Becker, Allgem. Lex. der bildenden Künstler, XX (1927), p. 488.

124 Didrachmes : W. Lermann, op. cit., p. 68 (pl. II, 1 et 4) ; E. Work, The Earlier Staters of Heraclea Lucaniae, Ν. N. M., 91 (1940), pp. 23-24, nos 21 à 23 (pl. II).
Drachmes : Dan. Nation. Mus., Italy, pl. 23, n° 1115.
Bronzes : Dan. Nation. Mus., Italy, pl. 23, nos 1136, 1137.

125 Berlin, Beschreib., III, 1, p. 299, nos 535 à 537 (pl. XIV, 216) ; p. 301, nos 545 à 548 (pl. XIV, 219) ; J. Babelon, op. cit., I, nos 331 à 333 ; Sylloge, III, 1, pl. 5, nos 304 à 306 (Lockett Coll.) ; Dan. Nation. Mus., Italy, pl. 22, nos 1003 à 1007.

126 Dan. Nation. Mus., Italy, pl. 25, n° 1251.

127 Morgantiné : A. Sambon, Revue num., 1917-1918, p. 123 ss. ; G.-E. Rizzo, Monete greche della Sicilia, pl. LX, 2 et 3.
Solus : Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 18 (1886), pp. 270-271, nos 14, 15 (pl. VII, 18).

128 Monnaies d’Audoléon : W. Lermann, op. cit., p. 72 ; E. Babelon, Traité, II, 4, n° 1268 ss. (pl. CCCXXIX, 5 ss.) ; H. Gäbler, Die ant. Münzen Nord-Grieclienlands, III, 2, p. 203 ss., n° 1 ss. (pl. XXXVIII, 1 ss.). Pour la Grèce du Nord, voir aussi les monnaies de Myrina de Lemnos : Dan. Nation. Mus., Thrace, pl. 19, n° 987.

129 Pharsale : E. Babelon, Traité, II, 4, nos 495, 502 a ss.(pl. CCLXXXIX, 5, 14 ss.). E. Babelon dit de ces monnaies (col. 273) : « La tête d’Athéna de face est copiée sur les tétradrachmes de Syracuse signés d’Eucleidas. »
Phaloria : G. Macdonald, Hunter. Coll., I, p. 454, n° 2 (pl. XXX, 10) (attribuée à Phalanna, mais voir E. Rogers, The Copper Coinage of Thessaly, Londres, 1932, p. 150, fig. 252).

130 Coronée : Head, BMC, Central Greece, p. 47, n° 12 (pl. VII, 10) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 283 (pl. CCII, 23).

131 E. Babelon, Traité, II, 3, nos 395 à 397 (pl. CCV, 18 et 19).

132 Palé et Samé : E. Babelon, Traité, II, 3, nos 1261, 1266, 1267, 1269 (pl. CCXXXVIII, 12, 15 à 17, 19).

133 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 202, n° 14 (pl. XXXVII, 16) ; Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean Islande, pl. 6, nos 300 à 302.

134 Assos : Wroth, BMC, Troas, p. 38, n » 23 (pl. VII, 16).
Ilion : voir ci-dessus, p. 106 et pl. VII, 4.
Sigée : Wroth, BMC, Troas, pp. 86-87, nos 1 à 18 (pl. XVI, 5 à 9) ; W. Lermann, op. cit., pp. 68-69 ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2412 ss. (pl. CLXVII, 1 ss.).

135 Cyzique : E. Babelon, Traité, II, 2, n°2598 (pl. CLXXIII, 8 et 9) ; H. von Fritze, Nomisma, VII (1912), p. 11, n° 133 (pl. IV, 19).
Lampsaque : W. Lermann, op. cit., pp. 69-70 ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2541 (pl. CLXXI, 7) ; A. Baldwin, Amer. Journal of Num., 53 (1924), p. 25, n° 20 (pl. II, 14).
Miletopolis : Wroth, Num. Chron., 1904, p. 299, n° 17 (pl. XV, 15). Voir aussi une tête d’Athéna de face sur des monnaies attribuées à Leuké d’Ionie (Head, BMC, Ionia, p. 157, n° 7, pl. XVII, 15 ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2048, pl. CLVI, 30), mais qui appartiendraient à Eleuthérion de Mysie selon Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 19 (pl. I, 15) ; Num. Zeitschr., 48 (1915), p. 104, n° 3 (pl. XI, 25) ; sur cette dernière attribution, voir les doutes exprimés par H. von Fritze, Die ant. Münzen Mysiens (1913), p. 138.

136 Clazomènes : E. Babelon, Traité, II, 2, nos 2038 à 2040 (pl. CLVI, 20 à 23).
Lébédos : Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 18, nos 792 à 797.
Priène : K. Regling, Die Münzen von Priene, Berlin, 1927, p. 30, n° 27 (pl. I) ; p. 78, n° 123 ss. (pl. II).

137 E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2190 (pl. CLX, 27 à 30).

138 E. Babelon, Traité, II, 2, nos 413 b, 449 et 450 (pl. CIl, 21 et 22). E. Babelon (col. 315) note que ces monnaies reproduisent le type d’Athéna créé par Eucleidas.

139 W. Lermann, op. cit., pp. 70-71 ; E. Babelon, Traité, II, 2, nos 719 à 733 (pl. CXIII, 12 à CXIV, 4), 736 (pl. CXIV, 7) ; E.-S.-G. Robinson, Num. Chron., 1948, p. 56, n° 9 (pl. V, 9).

140 E.-T. Newell, The Coinage of the Eastern Seleucid Mints, Num. Studies, 1 (1938), nos 195 à 198 (pl. XVI, 17, 18) ; The Coinage of the Western Seleucid Mints, 4 (1941), n° 203 A (pl. I, 19), n° 1368 à 1371 (pl. LIV, 11 à 15), etc.

141 Voir, ci-dessus, les remarques de E. Babelon sur les monnaies de Pharsale (p. 270, n. 4) et des dynastes de Lycie (p. 271, n. 2) ; voir aussi les observations de K. Regling sur les monnaies de Priène : Die Münzen von Priene, p. 77, n. 188.

142 Sur ces monnaies et sur leurs rapports avec la Parthénos, voir P. Gardner, Types, p. 203 (pl. XII, 43) ; G. Kieseritzky, op. cit., p. 298 ss. ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 127 (pl. Y, XXIII) ; Head, BMC, Attica, p. XXXIV ; W. Lermann, op. cit., p. 72 ss. ; J.-P. Shear, Hesperia, 2 (1933), p. 256.

143 Ci-dessus, p. 267.

144 Furtwängler, Jahrb., 4 (1889), p. 46 ss. ; Die ant. Gemmen, Leipzig-Berlin, 1900, pl. XLIX, 12 ; LI, 16 ; R. Pagenstecher, AM, 33 (1908), p. 113 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 384 (fig. 160).

145 II n’est pas toujours possible de distinguer nettement ce que les graveurs ont voulu représenter. Cependant, G. Kieseritzky a reconnu des chevaux ailés sur la plupart des tétradrachmes du Musée de l’Ermitage qu’il a examinés ; un très petit nombre de ces monnaies montrerait des griffons au lieu de chevaux ailés : op. cit., pp. 298-299 (cf. Imhoof-Gardner, NCP, p. 127). Nous savons, par d’autres reproductions de la Parthénos, que les griffons figuraient en réalité sur les paragnathides ; ces monuments permettent de compléter la description de Pausanias (cf. ci-dessus, p. 267).

146 L’examen des tétradrachmes de l’Ermitage et de ceux de deux autres collections montre, d’après G. Kieseritzky, qu’il s’agit de protomés ou de têtes de chevaux ; il ne peut être question d’y reconnaître des chouettes, comme certains savants l’avaient supposé : op. cit., pp. 301-302 (cf. Imhoof-Gardner, NCP, p. 128). Sur les médaillons de Koul-Oba, des têtes de griffons alternent avec des têtes de chevreuils : G. Kieseritzky, ibidem. Sur la gemme d’Aspasios, on distinguerait une succession semblable (chevaux ailés, chevreuils), mais avec l’avant-train de l’animal entièrement représenté : Furtwängler, Jahrb., 4 (1889), p. 47 ; Ant. Gemmen, pl. XLIX, 12.

147 Monnaies de Cnossos, Polyrrhenion, Gortyne, Priansos, Hiérapytna, Cydonia : W. Lermann, op. cit., p. 73 ; Svoronos, Num. Crète ancienne, pl. VIII, 1 ; X, 10 ; XVI, 23, 24 ; XVIII, 1 ; XXVI, 25 ; XXIX, 5.

148 District de Bottiaea et province romaine de Macédoine : H. Gäbler, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, III, 1, p. 48, nos 131 à 133 (pl. XII, 16) ; p. 68, nos 209 et 210 (pl. XII, 21) ; op. cit., III, 2, p. 4, n° 29 ; p. 8, n° 4.
Monnaies de Pella (H. Gäbler, op. cit., III, 2, p. 93 ss., nos 1, 2, 14, 15, pl. XVIII, 26 et XIX, 4 ; Dan. Nation. Mus., Macedonia, pl. 7, nos 266 à 275) et de Thessalonique (H. Gàbler, op. cit., III, 2, p. 119, n° 12, pl. XXIII, 3).

149 Monnaies des Aenianes : P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, pp. 10-11, nos 5 à 10 (pl. II, 2), 17 ; Dan. Nation Mus.,Thessaly-Iïlyricum, pl. 1, nos II à 17.

150 Héraclée du Latmos : W. Lermann, l. c. ; P. Gardner, Types, p. 203 (pl. XIII, 27) ; Head, BMC, Ionia, p. 151, nos 1 et 2 (pl. XVII, 1) ; Coll. Jameson, I, n° 1503 ; E.-T. Newell, Miscellanea numismatica : Cyrene to India, Ν. N. M., 82 (1938), p. 22 (pl. II, 10, 11).
Priène : K. Regling, Die Münzen von Priene, Berlin, 1927, p. 34, n° 30 (pl. III).

151 Monnaies d’Amisos, Cabira (Néocésarée), Comana, Amastris, Sinope : W. Lermann, l. c. ; Babelon-Reinach, Recueil général, pl. VII, 10 ; XI, 24 ; XII, 19 ; XVIII, 14 ; XXVI, 9.

152 Imhoof-Gardner, NCP, p. 127 (pl. Y, XXIV) ; B. Pick, AM, 56 (1931), p. 61 (pl. I, 1) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes (v. index, s. v. Athéna). W. Lermann note la ressemblance de ces monnaies avec la gemme d’Aspasios : op. cit., p. 74. Des monnaies d’Alexandrie reproduiraient également le buste de la Parthénos : Imhoof-Gardner, NCP, p. 127 (pl. Y, XXV) ; W. Lermann, l. c. Cependant, ces monnaies montrent, au lieu des protomés de chevaux, un quadrige conduit par une Niké qui tient en main une palme : B. Pick, op. cit., p. 74 (pl. I, 6) (ici, pl. XXIII, 13). La présence d’un ornement semblable sur des monnaies de Vélia qui portent la signature du graveur Philistion (B. Pick, op. cit., pl. I, 10 et 11) ne prouve en aucune façon que le casque de la Parthénos ait été décoré de cette manière. Le témoignage des médaillons de Koul-Oba, de la gemme d’Aspasios et des tétradrachmes attiques a une autre autorité que celui des monnaies de Vélia et d’Alexandrie.

153 A. von Saixet, Zeitschr. f. Num., 10 (1883), p. 152 ss. (cf. p. 305) ; Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 372, n° 76 (pl. G, 15) ; Th. Schreiber, Archaeol. Zeit., 41 (1883), col. 281-282 ; P. Gardner, Types, p. 170· (pl. X, 28) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 126 (pl. Y, XXII) ; Hill, BMC, Lycaonia, p. 112, n° 15 (pl. XIX, 14) ; W. Lermann, op. cit., pp. 77-78 (pl. II, 6) ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 434 (pl. XVI, 23) ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 1518 (pl. CXLI, 17) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, III, n° 2782 ; W.-B. Dinsmoor, AJA, 38 (1934), p. 104 (fig. 4 ; agrandies.). Ces monnaies n’appartiennent pas à Nagidos ; l’attribution à Aphrodisias, proposée par Imhoof-Blumer (Kleinas. Münzen, II, p. 435), a été adoptée par plusieurs savants : Head, HN2, p. 718 ; K. Regling, AMK, n° 609 ; Ph. Lederer, Zeitschr. f. Num., 41 (1931), p. 192 (fig. 2).

154 Sur la position de la lance d’après les médaillons de Koul-Oba r G. Kieseritzky, op. cit., p. 308. Sur les monnaies de Sidé (cf. ci-dessous, p. 275), la lance apparaît fichée à côté du bouclier.

155 Même omission sur les monnaies de Sidé (ci-dessous, p. 275) ; sur les monnaies d’Athènes (cf. ci-dessous, p. 277) le serpent se dresse à côté d’Athéna.

156 Un support semblable est figuré sur les monnaies de Priène (ci-dessous, p. 279).

157 Kgl. Museen zu Berlin, Beschreib. der ant. Skulpturen, Berlin, 1891, p. 353, n° 881 (cf. Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 379, n. 3).

158 Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 373 (fig. 155) ; voir aussi la statuette de terre cuite publiée par W. Deonna, REA, 21 (1919), p. 20 ss. (pl. I).

159 On a longtemps hésité à admettre que Phidias avait utilisé un support pour soutenir le bras droit de la statue. Sur le témoignage de la monnaie cilicienne : Th. Schreiber, op. cit., col. 282. G.-F. Hill pense que le tronc d’arbre n’appartient pas à l’original mais a été ajouté par un copiste qui n’avait pu se dispenser de ce support : op. cit., p. XLII, n. 4 ; la même hypothèse est exprimée par E. Babelon, Traité, II, 2, col. 922. En réalité, comme me le fait observer mon camarade F. Chamoux, le poids de la Niké exigeait la présence d’un support qui était imposé à l’artiste par des raisons techniques.

160 P. Gardner, Types, p. 143 (pl. X, 7) ; Hill, BMC, Lycia, pp. 144-145, nos 11 à 14 (pl. XXVI, 4 à 6) ; W. Lermann, op. cit., p. 75 ; E. Babelon, Traité, II, 2, n  1535 (pl. CXLII, 10 à 17), 1536. W. Lermann suppose qu’une statue a servi de modèle aux graveurs de Sidé : op. cit., p. 75, n. 1. Plusieurs types d’Athéna à la chouette figurent sur les monnaies d’Athènes : Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 83, 36 à 42 ; pl. 84, 1 ss.

161 Hill, op. cit., pp. 145-146, nos 15-19 (pl. XXVI, 7 à 11) ; W. Lermann, op. cit., p. 76 ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 1537 ss. (pl. CXLII, 18 ss.).

162 J.-P. Six, Zeitschr. f. Num., 14 (1887), p. 142 ; W. Lermann, op. cit., p. 77. Le sanctuaire d’Athéna à Sidé est mentionné par Strabon, XIV, 4, 2 (667).

163 E. Babelon, op. cit., nos 1449, 1450 (pl. CXXXIX, 14, 15 ; Imhoof- Blumer, Griech. Münzen, p. 186, n° 562 ; Kleinas. Münzen, II, p. 448 ; A. von Sallet, Zeitschr. f. Num., 17 (1890), p. 237 (pl. IV, 2) ; E.-S.-G. Robinson, Num. Chron., 1937, p. 249, n° 27 (pl. XXXII).

164 La déesse tient une Victoire à la main droite et s’appuie de la main gauche sur sa lance : J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 2175. A. Blanchet dit de ce symbole : « C’est un type dérivé de l’Athéna Parthénos de Phidias et très voisin de l’Athéna assise des tétradrachmes de Lysimaque » (Revue num., 1907, p. 322). Nous y verrions plutôt la reproduction d’une statue analogue à l’Athéna Velletri (voir, sur ce type d’Athéna, B. Pick, AM, 56, 1931, p. 70, n. 2, pl. I, 23, 24).

165 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 132, n° 1 ; P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 203, n° 1 (pl. III, 11 a) ; W. Lermann, op. cit., p. 79 ; E. Babelon, Traité, II, 4, n » 454 (pl. CCLXXXVII, 17) ; E. Rogers, The Copper Coinage of Thessaly, Londres, 1932, p. 92 (fig. 132, 133). Imhoof-Blumer (l. c.) note au sujet de cette Athéna : « Copie peu exacte de l’Athéné Parthénos de Phidias ».

166 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, pp. 258-259 ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 64 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 126 (pl. Y, XXI) ; Head, BMC, Attica, p. 48, n° 377 (pl. XII, 9) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 71, 23 et 24. Sur la date de cette série : J. Sundwall, op. cit., II, p. 23 ; Kambanis, BCH, 62 (1938), p. 79. Sur le choix du symbole : Th. Reinach, L’histoire par les monnaies, Paris, 1902, pp. 113-114 (= RER, 1, 1888, p. 175).

167 La place du serpent est attestée par la description de Pausanias (ci-dessus, p. 267), ainsi que par diverses reproductions : Ch. Picard, Manuel, II, 1, fig. 155, 157, 158. Sur ces monnaies, comme ailleurs, les graveurs l’ont déplacé afin de le rendre plus visible.

168 Imhoof-Gardner, NCP, p. 126 (pl. Y, XVIII-XX) ; Head, BMC, Attica, p. 94 ss., n° 682 ss. (pl. XVI, 5, 6) ; W. Lermann, op. cit., pp. 79-80 ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 111 ss., nos 1 à 26 (pl. 1,1 à 4) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 82 ; pl. 83, 1 à 19.

169 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Y, XIX) ; Head, op. cit., n° 682 (pl. XVI, 5), 683 ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), n  25 (pl. I, 3) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 83, 15 à 19.

170 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Y, XVIII) ; Head, op. cit., nos 684 à 687 ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), nos 1 à 11 (pl. I, 1) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 82 ; pl. 83, 1 à 14.

171 Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 82, 1 à 4.

172 P. Gardner, Types, p. 146 (pl. XV, 22) ; Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Y, XX) ; Head, op. cit., nos 689 à 693 (pl. XVI, 6) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), nos 12 à 24 (pl. I, 2) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 82, 29 à 41 ; pl. 83, 1 à 14. Même type avec une chouette au lieu d’un serpent : Svoronos, JIAN, 7 (1904), n° 26 (pl. I, 4) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 82, 42.

173 Th. Reinach, Trois royaumes de l’Asie Mineure, Paris, 1888, p. 35 ss. ; W. Lebmann, op. cit., pp. 78-79 ; Wboth, BMG, Galatia, p. 31 ss. (pl. VI et VII). Th. Reinach dit au sujet des monnaies d’Ariarathe IV : « Il me paraît probable que notre Ariarathe avait consacré dans le temple de Comana une statue de Mâ, représentée sous cette forme : car, dans une inscription de cette ville, la déesse est appelée ή Νικηφόϱος Θεά » (op. cit., p. 37, n. 2).

174 B. Babelon, Rois de Syrie, pp. CXXVIII et CXLIII ; W. Lermann, op. cit., p. 79. E. Babelon suppose que les rois de Syrie ont voulu imiter les rois de Cappadoce en choisissant ce type monétaire : op. cit., p. CXXVIII.

175 Wroth, BMG, Grete, p. 43, n° 48 (pl. XI, 7) ; Svoronos, Num. de la Crète ancienne, p. 177, n° 156 (pl. XVI, 14) ; W. Lermann, op. cit., p. 79 ; A. David le Suïtleur, Revue num., 1925, p. 23, n° 15 (pl. II, 15).

176 W. Lermann, op. cit., p. 80-81 ; E. Babelon, Aréthuse, I (1923-1924), p. 3 ss. ; K. Regling, Die Münzen von Priene, Berlin, 1927, pp. 146-147 ; K. Lehmann-Hartleben, Jahrb., 47 (1932), p. 27 ss. ; W.-B. Dinsmoor, AJA, 38 (1934), p. 104. Des doutes sur la possibilité de reconstituer l’Athéna de Priène sont exprimés par F.-W. Göthert, Jahrb., 49 (1934), p. 158.

177 Wiegand-Schrader, Priene, Berlin, 1904, pp. 110-111. Pausanias mentionne la statue d’Athéna Polias : VII, 5, 5.

178 Vespasien( ?), Hadrien, Septime Sévère : K. Regling, op. cit., p. 106 ss., nos 191 à 197 (pl. IV, 191, 194), 209 (pl. V).

179 Sévère Alexandre, Valérien : K. Regling, op. cit., p. 112, n° 211 (pl. V) ; p. 115, nos 220 et 221 (pl. V).

180 E. Babelon, op. cit., p. 9.

181 De même, l’absence de support sur la plupart des monnaies représentant la Parthénos ne prouve en aucune façon que la statue en était dépourvue. Pour la forme du support sur les monnaies de Priène, cf. les monnaies ciliciennes citées plus haut, p. 274.

182 W.-B. Dinsmoor, The Repair of the Athena Parthénos, AJA, 38 (1934), p. 93 ss.

183 W.-B. Dinsmoor a constaté que la base de la statue avait été refaite ; il a de plus relevé des traces de réparation dans diverses parties de l’édifice : op. cit., pp. 93-102.

184 Sur les honneurs que les Athéniens rendirent aux rois de Cappadoce, de Pergame et de Syrie et sur les services qu’ils reçurent en échange : W.-B. Dinsmoor, op. cit., pp. 105-106. La réplique de la Parthénos aurait été érigée, vers 165 avant J.-C., aux frais d’Antiochus IV (175-164), peut-être avec la collaboration de son beau-frère Ariarathe IV (220-163). On remarquera cependant que l’image de la déesse n’apparaît pas sur les monnaies de Syrie avant Alexandre Bala (150-145).

185 Sur ces copies : W.-B. Dinsmoor, op. cit., pp. 103-105. Sur la Parthénos de Pergame, voir maintenant E. Ohlemutz, Die Kulte u. Heilig- tümer der Gotter in Pergamon, Giessen, 1940, pp. 45-46 ; E.-V. Hansen, The Attalids of Pergamon, New-York, 1947, pp. 321-322.

186 Les conclusions de W.-B. Dinsmoor ont été critiquées par F. Göthert, Jahrb., 49 (1934), pp. 160-161 et par H. Koch, Archaeol. Anz., 1935, col. 388 ss. ; cf. Ch. Picard, Manuel, II, 1, pp. 381-382.

187 Pour autant que soit possible la comparaison entre les divers documents, on ne voit pas que les reproductions faites d’après la prétendue copie hellénistique diffèrent de celles qui ont été exécutées d’après l’original du ve siècle ; cf. F.-W. Goethert, op. cit., p. 161.

188 C’est ce que fait remarquer H. Koch, op. cit., col. 389 ; de même Ch. Picard, op. cit., p. 382.

189 Voir ci-dessus, p. 259 ss.

190 On trouvera rémunération de ces différents types d’Athéna dans Imhoof-Gardner, NCP, p. 126 ss. ; voir aussi Svoronos, Les monnaies d’Athènes (index I).

191 Imhoof-Gardner, NCP, pp. 129-130 (pl. Z, VIII-X) ; Head, BMC, Attica, p. 97, n° 701 (pl. XVII, 1) ; Svoronos, op. cit., pl. 85, 8 à 37. Pour le rapprochement avec l’Athéna du fronton est, voir Svoronos, JIAN, 14 (1912), p. 274 ss. Malheureusement, la lacune que présente le fronton est rend fort problématique la reconstitution des figures de la partie centrale : Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 484 ss. ; E. Lapalus, Le fronton sculpté en Grèce, Paris, 1947, p. 182, η. 1 (bibliographie, p. 437).

192 Imhoof-Gardner, NCP, p. 130 (pl. Ζ, XI, XII, XIV, XVI) ; Head, op. cit., p. 98, nos 707 à 710 (pl. XVII, 4) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 89, 1 à 15. Pour le rapprochement avec le fronton ouest : Svoronos, JIAN, 14 (1912), p. 208 ss. Le dessin de l’Anonyme de Nointel (Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 491, fig. 203 ; E. Lapalus, op. cit., pl. XVII) ne permet guère de croire que les graveurs ont copié effectivement la scène centrale du fronton ouest. Pour le groupe d’Athéna et Poséidon que Pausanias signale sur le plateau de l’Acropole (I, 24, 3), voir G.-P. Stevens, Hesperia, 15 (1946), p. 11 (la fig. 14 reproduit un médaillon romain de Marc Aurèle et non une monnaie d’Athènes).

193 Sur les Athénas de Phidias, voir Lippold, Pheidias, PWRE, XIX (1938), col. 1924 ss.

194 Les textes anciens sont réunis dans J. Overbeck, Schriftqu., n° 637 ss. ; Jahn-Michaelis, Art Athenarum (3e éd.), pp. 76-77 (pour le texte de Nicétas Acominatos, voir ci-dessous, p. 284). Démosthène (Arnb., 272) emploie, pour désigner la statue, l’expression ή χαλκή ή μεγάλη ‘Αθηνά. Sur cette Athéna : K. Lange, Die Athena Promachos des Phidias, Arch. Zeit., 39 (1881), p. 197 ss. ; M. Collignon, S G, I, p. 523 ss. ; Furtwängler, Meisterwerke, p. 50 ss. ; Ch. Hadaczeck, L’Athéna Promachos, REG, 26 (1913), p. 19 ss. ; G. Lippold, op. cit., col. 1924-25 ; Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 338 ss. ; F. Chamoux, Le type de la Minerve Ingres (Athéna Médicis), BCH, 1944-1945, p. 206 ss. (pl. XXIV). Sur l’emplacement de la statue, voir G.-P. Stevens, Hesperia, 5 (1936), p. 491 ss. ; A.-E. Raubitschek et G.-P. Stevens, Hesperia 15 (1946), p. 107 ss. L’exécution de l’œuvre aurait commencé après la bataille de l’Eurymé- don en 465 : A.-E. Raubitschek et G.-P. Stevens, op. cit., p. 113.

195 Pausanias, I, 28, 2 : ταύτης της ‘Αθηνάς ή τον δόϱατος αιχμή ϰαὶ δ λόφος τοϋ ϰϱάνους άπό Σουνίου πϱοαπλέουαίν εστίν ήδη σύνοπτα. Les données de ce texte ont été interprétées graphiquement par G.-P. Stevens, Hesperia, 5 (1936), p. 498 (fig. 49).

196 L’hypothèse de K. Lange qui reconnaissait la « Promachos » dans les Athénas du type de l’Athéna Médicis a été reprise, en particulier, par Furtwängler et C. Hadaczek (voir les références ci-dessus, n. 2 ; voir aussi E. Schmidt, Gorolla L. Curtius, 1937, pp. 75-77) ; elle est aujourd’hui condamnée, d’une manière que l’on peut espérer définitive (cf. ci-dessous, p. 285).

197 Imhoof-Gardner, NCP, p. 128 (pl. Z, III-VII) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 137, nos 242-244 a (pl. II, 29-32) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 89, 19 à 43 ; J.-P. Shear, Hesperia, 5 (1936), p. 316 ss. (pl. VI). B. Pick a classé ces types monétaires en huit groupes : Die « Promachos » des Pheidias und die Kerameikos-Lampen, AM, 56 (1931), p. 64 ss. (pl. I, 12-17 ; agrandiss., Beil. XXVIII, 1 à 4). Cette étude appelle des réserves qui ont été formulées par F. Chamoux, op. cit., p. 230, n. 1. Il n’est pas sûr que l’on puisse retrouver le buste de la « Promachos » sur des lampes d’époque romaine. Le rapprochement avec une terre cuite béotienne (E. Pfuhl, AM, 57, 1932, p. 151 ss., fig. 3) paraît encore beaucoup moins assuré.

198 La vue est toujours prise du côté nord, comme l’atteste la grotte de Pan qui s’ouvre dans le rocher ; le Parthénon est donc à gauche et les Propylées à droite (B. Pick, op. cit., p. 65 ss., groupes I à VI) ; sur certaines monnaies, l’image est renversée avec le Parthénon à droite et les Propylées à gauche (B. Pick, op. cit., pp. 69-70, groupes VII-VIII). Il est inexact de dire que l’Acropole est vue tantôt du nord, tantôt du sud (J.-P. Shear, op. cit., p. 318) et l’on hésite à croire que l’Erechtheion ait pu prendre parfois la place du Parthénon (B. Pick, op. cit., p. 68). Sur les conventions adoptées par les graveurs, voir les remarques de F. Chamoux (op. cit., p. 230) : « le graveur a voulu saisir chaque édifice sous son aspect principal et son œuvre résulte d’un compromis entre cette exigence et celle d’une vision réaliste, prise d’un point déterminé. »

199 La statue se présente tournée dans la direction des Propylées ; elle est donc tournée à droite lorsque les Propylées sont à droite et le Parthénon à gauche, tournée à gauche lorsque l’image est renversée ; sur une monnaie elle est vue « de dos, ou plutôt de trois quarts arrière » : F. Chamoux, op. cit., p. 232 (voir ici, pl. XXV, 1).

200 Pour la position du bras gauche et du bouclier, voir F. Chamoux, op. cit., p. 232.

201 K. Lange, op. cit., col. 199 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 128 (pl. Ζ, IV). B. Pick croit reconnaître un type d’Athéna analogue à la Parthénos sur les monnaies du groupe I : op. cit., p. 65 (pl. I, 12 ; Be.il., XXVIII, 1) ; E. Pfuhl pense que, dans ce cas, le graveur a peut-être substitué la Parthénos à la « Promachos » : op. cit., p. 154.

202 Sur cette chouette et sur l’expression γλανξ έν πάλει, voir B. Pick, op. cit., p. 65. W. Lermann insistait déjà sur le souci d’exactitude des graveurs : Athenatypen auf griech. Münzen, Munich, 1900, p. 82.

203 Sur la présentation de la statue dans l’édifice qui l’abrite, voir ci-dessus, p. 17.

204 Nicétas Acominatos ed. Bekker, pp. 738-739 ; sur les données du texte, voir F. Chamoux, op. cit., p. 229.

205 Pour l’identification de la « Promachos » avec les Athénas du type de l’Athéna Médicis, voir ci-dessus, p. 282, n. 4.

206 K. Lange, op. cit., col. 200-201 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 128 (pl. Ζ, I, II) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 120 ss., nos 85-112 (pl. I, 37-39) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 86, 1 à 39. Cette identification, condamnée par B. Pick (op. cit., p. 70, η. 1), a cependant été reprise par Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 340 (fig. 145). On cherchait également à reconnaître la « Promachos » sur des statères chypriotes : J.-P. Six, Num. Chron., 1882, p. 96 ss. ; Revue num., 1883, p. 335 ; W. Lermann, op. cit., p. 84 ss. ; E. Babelon, Perses Achém., p. CXXXIII ; Traité, II, 2, col. 753-754 ; W. Schwabacher, Opuscula archaeologica, 4 (1946), p. 36 ss. (fig. 13). On sait maintenant que ces statères ont été frappés à Lapethos : E.-S.-G. Robinson, Num. Chron., 1948, p. 45 ss.

207 Voir l’article de F. Chamoux, cité ci-dessus, p. 282, n. 2.

208 Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 82 et 83.

209 Imhoof-Gardner, NCP, p. 133 (pl. Ζ, XXIII) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 114, nos 29 à 31 (pl. I, 7 et 8) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 83, 24 à 28 ; B. Pick, op. cit., p. 70 ss. (pl. I, 18, 19).

210 Voir ci-dessus, p. 284. Passé au bras, le bouclier aurait compromis l’équilibre de la statue et la décoration du toreute Mys n’aurait guère été visible : F. Chamoux, op. cit., p. 233.

211 Voir ci-dessus, p. 273.

212 B. Pick, op. cit., p. 61 (pl. I, 2 à 5). Sur les bustes d’Athéna qui ornent les monnaies d’Athènes à l’époque impériale, voir J.-P. Shear, Hesperia, 2 (1933), pp. 273-274.

213 Tête d’Athéna coiffée d’un casque à triple cimier (ci-dessus, p. 270, n. 10). Tête d’Athéna coiffée d’un casque corinthien : E. Babelon, Traité, II, 2, n  2595 (pl. CLXXIII, 7), 2596, 2597 ; H. von Fritze, Nomisma, 7 (1912), p. 11, n  134 (pl. IV, 20) ; p. 14,11° 188 (pl. V, 36) ; Ph. Lederer, Zeitschr. f. Num., 33 (1922), p. 199 (pl. VII, 7) ; B. Pick, op. cit., p. 62 (pl. I, 9).

214 Tête d’Athéna coiffée d’un casque attique (B. Pick, op. cit., p. 62, pl. I, 10) ; tête d’Athéna coiffée d’un casque corinthien (B. Pick, ibidem, pl. I, 11).

215 Les monnaies de Clazomènes montrent, à côté d’une tête d’Athéna de face portant le casque à triple aigrette, une tête d’Athéna de profil coiffée du casque athénien ou du casque corinthien : E. Babelon, Traité, II, 2, n  2027 ss. (pl. CLVI, 10 ss.).

216 B. Pick, op. cit., p. 62 (pl. I, 7 ; au droit, buste de Sévère Alexandre) ; pour les monnaies d’Alexandrie reproduisant la Parthénos, voir ci-dessus, p. 273, n. 4.

217 On a voulu reconnaître également la tête de la « Promachos » sur les statères d’or d’Alexandre le Grand : E. Babelon, Rois de Syrie, p. XXVI ; Ph. Lederer, Zeitschr. f. Num,., 33 (1922), p. 185 ss. ; cf. B. Pick, op. cit., p. 62, n. 3.

218 Les graveurs ne semblent guère attacher d’importance à des détails de ce genre, car, sur les monnaies d’Athènes, la Parthénos est souvent coiffée d’un casque corinthien (voir Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 82 et 83).

219 Sur Agoracrite : J. Overbeck, Schriftqu., n° 829 ss. ; C. Robert, dans PWRE, I (1894), col. 882 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 112 ss. ; Amelung dans Thieme-Becker, op. cit., I (1907), p. 124 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 238 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 531 ss. ; V.-H. Poulsen, From the Coll. of the Ny Carlsberg Glyptothek, III (1942), p. 65 ss.

220 Pausanias, I, 33, 3 : τούτον Φειδίας τον λίθον είργάσατο άγαλμα μέν είναι Νεμέαεως, τη ϰεφαλή δέ έπεστι της θεοϋ στέφανος έλάφους έχων ϰαὶ Νίϰης αγάλματα ού μεγάλα ‘ ταίς δέ χερσίν εχει, τη μέν ϰλάδον μηλέας, τη δεξiα δέ φιάλην. C’est Antigone de Caryste (sur ce sculpteur érudit, voir Wilamowitz dans les Philolog. Untersuch., IV, 1881, et, maintenant, B. Schweitzer, Das Original der sogen. Pasquino-Gruppe, Abhandl. d. Sachs. Ak. d. Wiss., philol.-hist. Kl., XLIII, 4, 1936) qui aurait découvert sur la statue la signature d’Agoracrite (textes dans J. Overbeck, op. cit., n° 834 ss.) ; cependant, Pausanias attribue la Némésis à Phidias et d’autres la rapportaient à un certain Diodotos (Strabon, IX, 1, 17, 396). Ces traditions ont été maintes fois discutées : voir déjà E. Tournier, Némésis et la jalousie des dieux, Paris, 1863, p. 267 ss. ; pour des exposés plus récents : J.-G. Frazer, Pausanias’’s Descr. of Greece, II, p. 455 ss. ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 1, p. 337 ss. Voir aussi K. Jex-Blake et E. Sellers, The Eider Pliny’s Chapters on the History of Art, p. XXXIX ; E.-V. Hansen, The Attalids of Pergamon, New York, 1947, p. 361.

221 J.-P. Six, Aphrodité-Némésis, Num. Chron., 1882, p. 89 ss. (pl. V) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 151 ; P. Gardner, Types, p. 170 (pl. X, 27) ; Hill, BMC, Cyprus, p. 43, n° 45 (pl. VIII, 7) ; E. Babelon, Perses Achém., p. CXLIII ; Traité, II, 2, n  1315 (pl. CXXXV, 1) ; A.-B. Cook, Zeus, I, pp. 280-281 (agrandiss. : pl. XXIII, 2). Ce statère a été souvent reproduit par les historiens de l’ait grec : M. Collignon, SG, II, p. 113 (fig. 54) ; Springer-Wolters, Die Kunst des Altertums (12e éd., Leipzig, 1923), p. 288 (fig. 537) ; G.-M. Richter, op. cit., fig. 634 ; Ch. Picard, Manuel, II, 2, p. 536 (fig. 221) ; etc.

222 Hill, op. cit., p. LXXIV

223 J.-P. Six croyait lire sur cette pièce les noms de Nicoclès et de Démonicos : op. cit., p. 91. E. Babelon déchiffrait, au droit, le nom de Nicoclès, roi de Salamine, et, au revers, celui de Timocharis, roi de Paphos : Traité, II, 2, n° 1315. G.-F. Hill lit Timocharis au revers, mais considère la lecture « Nicoclès » comme une pure fantaisie : op. cit., p. LXXIV ; ailleurs, le même savant a proposé de lire, au droit, βασιληΡοοε Τιμοχαϱϱε(Ί) et, au revers, βααιληFοσε ΤιμοχαϱεFοσε(Ι) : A Guide to the Principal Coins of the Greeks, Londres, 1932, p. 36, n° 55.

224 J.-P. Six, l. c.

225 P. Gardner fait cependant observer qu’il ne peut guère s’agir d’une copie exacte de l’œuvre d’Agoracrite : Types, p. 170. L’identification de Six est également présentée comme une hypothèse vraisemblable dans Imhoof-Gardner, l. c.

226 E. Babelon, Perses Achém,., p. CXLIII ; Traité, II, 2, col. 796.

227 G.-F. Hill s’attache à réfuter les objections de O. Rossbach (voir ci-dessous, p. 289) à l’hypothèse de Six : BMC, Cyprus, p. LXXV.

228 M. Collignon, l. c.

229 P. Ducati, L’Arte classica (3e éd., Turin, 1948), p. 310.

230 A.-B. Cook, l. c.

231 E. Langlotz, Eine Metope des Nemesistempels in Rhamnus, dans Scritti in onore di Bartolomeo Nogara, Vatican, 1937, p. 227, n. 4. Langlotz fait observer que d’importants fragments de la statue existaient encore sur place au xixe siècle.

232 « The type seems at least strongly influenced by Agorakritos’ cuit- image of Nemesis at Rhamnus in Attica » : Opuscula archaeologica, IV (1946), p. 37, n. 4.

233 O. Rossbach, Zur Nemesis des Agorakritos, AM, 15 (1890), p. 64 ss.

234 « Diese Kombination ist aber eine unbewiesene Vermutung » : H.-A. Cahn, Die Münzen der sizilischen Stadt Naxos, Bâle, 1944, p. 8.

235 P. Gardner (Types, p. 170) déclare que l’on ne peut reconnaître sur la monnaie une couronne identique à celle que décrit Pausanias, et l’agrandissement publié par A.-B. Cook (Zeus, I, pl. XXIII, 2) indique nettement, semble-t-il, qu’il s’agit d’une couronne de feuillage. Il est surprenant que G.-F. Hill admette que la déesse, sur la monnaie, puisse porter une couronne identique à celle de la Némésis de Rhamnonte : BMG, Cyprus, p. LXXV.

236 Le fragment de la tête de Némésis, conservé au British Muséum, montre comment la couronne et les ornements qui l’accompagnaient étaient fixés sur la tête de la déesse : O. Rossbach, op. cit., pp. 64-65 ; Ch. Picard, Manuel, II, 2, p. 537 (fig. 222).

237 Ci-dessus, p. 287, n. 2.

238 « a bough of some tree » : Types, p. 170.

239 J.-P. Six, op. cit., p. 90, n. 3.

240 Hill, BMC, Cyprus, p. 43, n  45.

241 « sicher kein Apfelzweig » : O. Rossbach, op. cit., p. 71.

242 Le texte le plus ancien est celui de Nonnos, Dionys., XLVIII, 382 ss., 453 ; cf. Hill, op. cit., p. LXXV.

243 F. Durrbach, Gryps, DA, II, 2, p. 1673 ; Ziegler, Gryps, PWRE, VII (1912), col. 1925 ss.

244 Voir la remarque de O. Rossbach, op. cit., p. 70.

245 Ci-dessus, p. 280.

246 J.-P. Six, op. cit., p. 92. Sur les qualités artistiques de certaines monnaies chypriotes et sur le rôle des graveurs étrangers : G. Hill, A History of Cyprus, I (Cambridge, 1940), p. 221.

247 Nous ne possédons aucune réplique certaine de la Némésis d’Agoracrite. On a souvent cherché à la reconnaître dans la Déméter du Vatican : P. Ducati, Varie classica (3e éd.), p. 310 ; voir aussi B. Schweitzer, Dea Nemesis Regina, Jahrb., 46 (1931), p. 197 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, 2, pp. 537-538. Pour une Déméter d’Agoracrite ( ?) sur des monnaies de Paros, voir O. Rubensohn, Jahrb., 50 (1935), pp. 64-65 (fig. 10).

248 Sur Alcamène : J. Overbeck, Schriftqu., n° 808 ss. ; C. Robert dans PWRE, I (1894), col. 1507 ss. ; M. Collignon, SG, II, p. 114 ss. ; Amelung dans Thieme-Becker, op. cit., I (1907), p. 293 ss. ; Ch. Walston, Alcamenes and the Establishment of the Classical Type in Greek Art, Cambridge, 1926 (voir, sur cet ouvrage, les critiques sévères et justes de G. Lippold, Philolog. Wochenschr., 1927, p. 1046 ss.) ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 235 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 551 ss. ; V.-H. Poulsen, From the Coll. of the Ny Carlsberg Glyptothek, III (1942), p. 72 ss.

249 Pausanias, I, 20, 3 : τοϋ Διονύσου δέ έβτι πϱος τφ θεάτϱω τό άϱχαιότατον Ιεϱόν, δυο δέ είοιν εντός τοϋ πεϱιβόλου ναοί ϰαὶ Διόνυσοι, δ τε ‘Ελευθεϱεύς ϰαὶ δν ‘Αλκαμένης έποίησεν έλέφαντος ϰαὶ χϱυσοϋ.

250 Ε. Beitlé, Les monnaies d’Athènes, p. 261 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 142 (pl. CC, I) ; Head, BMC, Attica, p. 47, n » 376 (pl. XII, 8) ; E. Reisch, Der Dionysos des Alkamenes dans Eranos Vindobonensis, Vienne, 1893, p. 8 ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 64 ; Ch. Walston, Alcame ?ies, p. 159 (fig. 132 a) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 71, 30 à 32. Sur la date de ces monnaies : J. Sundwall, op. cit., II, p. 23 (vers 40 avant J.-C.) ; Kambanis, BCH, 62 (1938), p. 79 ; M. Thompson, Hesperia, 10 (1941), p. 225, n. 76.

251 E. Beulé, l. c. ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. CC, II à IV) ; Head, op. cit., p. 104, n° 758 (pl. XVIII, 6) ; E. Reisch, l. c. ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 130, n° 187 (pl. II, 2) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 92, 8 à 21. Pour une autre interprétation, voir J.-P. Shear, Hesperia, 5 (1936), p. 307 (fig. 15).

252 Pour la coiffure, comparer le Dionysos de Sinope dont il a été question ci-dessus, p. 88. On croit que la tête de la statue aurait été reproduite sur d’autres bronzes athéniens : E. Beulé, op. cit., p. 376 ; Imhoof- Gardner, l. c. (pl. CC, V) ; E. Reisch, op. cit., p. 9 ; Ch. Walston, op. cit., p. 160 (fig. 132 d) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 25, 36 à 50 (pour la date, voir M. Thompson, Hesperia, 10, 1941, p. 217 ss.) ; cependant, il faut peut-être, avec B. Pick (Svoronos, Les monnaies d’Athènes, index II, s. v. Dionysos), reconnaître sur ces bronzes la tête d’une autre statue, un Dionysos debout, figuré sur des tétradrachmes de la série ΦΙΛΟΚΡΑ ΤΗΣ — H ΡΩ ΔΗ Σ (cf. ci-dessus, p. 88, n. 4).

253 Sur cette convention, voir ci-dessus, p. 25.

254 E. Beulé, op. cit., p. 261 ; Imhoof-Gardner, l. c. (pl. CC, IV) ; E. Reisch, op. cit., p. 9 ; Ch. Walston, op. cit., p. 159 (fig. 132 b).

255 Imhoof-Gardner, l. c.

256 Svoronos, Num. de la Crète ancienne, I, p. 314 (pl. XXX, 12 et 13). Le rapprochement a déjà été signalé par P. Gardner, Types, p. 162 (pl. IX, 4) ; il a été repris par E. Reisch, op. cit., p. 11, et par Ch. Walston, op. cit., p. 160, fig. 132 e.

257 P. Gardner, Types, p. 193 (pl. XIII, 4) ; Babelon-Reinach, Recueil général, pp. 351-352, nos 44 à 46 (pl. LVI, 11 à 14) ; E. Reisch, op. cit., p. 10 ; Ch. Walston, l. c. (fig. 132 f).

258 Imhoof-Gardner, NCP, p. 20 (pl. E, LXXXI et LXXXII) ; Head, BMC, Corinth, p. 76, n  601 (pl. XX, 4) ; E. Reisch, l. c.

259 Imhoof-Gardner, NCP, p. 9 (pl. A, III) ; E. Reisch, op. cit., pp. 10-11.

260 J. Overbeck, Schriftqu., n° 877 ss. ; M. Collignon, S G, II, pp. 129-130 ; S. Reinach, RA, 1904, I, p. 28 ss. ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, pp. 243-244 ; Lippold dans PWRE, IV A (1931), col. 372 ss. ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXXII (1938), pp. 205-206 ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 641 ss. On a souvent rattaché cet artiste à Myron à cause de sa réputation comme animalier. Sur la base de l’Acropole : E. Loewy, Inschr. griech. Bildhauer, n° 52 ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 643 (fig. 259).

261 Pausanias, I, 40, 2-3 : της δέ ϰϱήνης οΰ πόϱϱω ταύτης άϱχαϊόν έατιν ἱεϱόν... ϰαὶ άγαλμα [τε] ϰείται χαλϰοϋν ‘Αϱτέμιδος έπίϰληαιν Σωτείϱας... τὴ ν δέ ’Αϱτεμιν αυτὴν Στϱογγυλίων έποίησε.

262 Imhoof-Gardner, NCP, p. 4, n° 1 (pl. A, I) ; Head, BMC, Attica, p. 121, n° 43 (pl. XXI, 14) ; Dan. Nation. Mus., Attica-Aegina, pl. 12, nos 485, 493.

263 Marc Aurèle, Commode : Imhoof-Gardner, NCP, p. 8, n° 1 ; S.-W. Grose, McClean Coll., II, n  6001 (pl. 212, 12) ; Dan. Nation. Mus., Attica-Aegina, pl. 12, nos 496, 498.

264 Pausanias, I, 44, 4 : έν δέ ταίς Παγαίς θέας ύπελείπετο ἄξιον ’Αϱτέμιδος Σωτείϱας έπίϰληαιν χαλϰοϋν ἄγαλμα, μεγέθει τῷ παϱά Μεγαϱεϋσιν ίσον ϰαὶ σχήμα ουδέν διαφόϱως ἔχον.

265 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. A, I).

266 Imhoof-Gardner, l. c. (pl. A, II) ; Dan. Nation. Mus., Attica- Aegina, pl. 12, n° 497.

267 Sur la statue de Strongylion et sur le témoignage des monnaies, voir Chr. Blinkenberg, Knidia, Copenhague, 1933, p. 46, n. 3.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search