Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Deuxième partie. L'histoire de la sculpture grecque et le témoignage des monnaies

Chapitre premier. La sculpture archaïque

Texte intégral

  • 1 Sur les progrès réalisés dans la connaissance de la sculpture archaïque, voir W. Deonna, Dédale, I (...)

1L’histoire de la sculpture archaïque est aujourd’hui assez bien connue grâce aux œuvres originales que nous a livrées en grand nombre le sol même de la Grèce1. Malgré ces découvertes, la plupart des renseignements que nous possédons sur les maîtres de l’archaïsme sont dûs aux auteurs anciens ; c’est pour compléter ces renseignements que nous devons faire appel au témoignage des monnaies.

I. Dédale et les Dédalides

  • 2 Ci-dessus, p. 104.
  • 3 Ci-dessus, p. 47.
  • 4 Ci-dessus, p. 50.
  • 5 Ci-dessus, p. 67.

2Certaines statues de culte, particulièrement vénérables, passaient pour avoir une origine divine. Zeus lui-même avait envoyé à Ilos la statue d’Athéna à laquelle était lié le sort de la ville de Troie2. Les images d’Hermès à Aenos3 et de Dionysos à Méthymna4 avaient été miraculeusement recueillies par des pêcheurs. A Érythrées, une statue d’Héraclès, arrivée sur un radeau, avait manifesté la volonté du dieu en désignant l’endroit où il voulait être adoré5.

  • 6 Pausanias, VII, 19, 6. Dans un autre passage, Pausanias met en doute cette attribution et fait rem (...)
  • 7 Ci-dessus, p. 47.
  • 8 Pausanias, II, 19, 6.
  • 9 Sur Epeios, cité comme sculpteur par Platon (Ion, 533 b) avec Dédale et Théodoros de Samos, voir W (...)
  • 10 Sur Dédale : J. Overbeck, Schriftqu., n° 74 ss. ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 14 s (...)
  • 11 Sur les Dédalides, voir W. Klein, Die Daedaliden, Arch.-epigr. Mitt. aus Oesterreich, V (1881), p. (...)
  • 12 Sur l’Athéna do Tégée, voir ci-dessus, p. 129, n. 3.
  • 13 Sur l’Athéna de Cleonae, voir ci-dessus, p. 129, n. 1.
  • 14 Ci-dessous, p. 202 ss.
  • 15 Sur l’Athéna de Trézène, voir ci-dessus, p. 129, n. 2.

3Seuls des artistes divins ou légendaires pouvaient avoir exécuté des idoles de cette espèce. Le coffret rapporté de Troie par Eurypyle et conservé jalousement par les habitants de Patras contenait une idole de Dionysos que l’on attribuait à Héphaistos6. Deux statues d’Hermès, l’une vénérée à Aenos7, l’autre conservée dans le sanctuaire d’Apollon Lycien à Argos8, passaient pour des œuvres du fameux Epeios9. Mais c’est Dédale, le plus célèbre de ces artistes mythiques, que l’on désignait généralement comme l’auteur de ces vieilles idoles10. A son école s’étaient formés d’autres artistes que les érudits modernes désignent du nom de Dédalides11. Parmi ces Dédalides, on peut citer Endoios, fidèle élève du vieux maître12, et Dipoinos et Skyllis qui passaient pour ses fils13. Ces derniers avaient transmis leur enseignement à Tectaios et Angélion14, maîtres eux-mêmes de l’éginète Callon15.

  • 16 Sur Tectaios et Angélion : J. Overbeck, Schriftqu., nos 334-337 ; KM, Apollon, p. 17 ss. (Mzt. I, (...)

4La seule œuvre des Dédalides dont on soit certain de retrouver l’image sur les monnaies est la statue d’Apollon exécutée pour le sanctuaire de Délos par Tectaios et Angélion16.

« La statue de culte d’Apollon à Délos tient dans la main droite un arc, dans la main gauche les Charités, chacune avec un instrument de musique ; l’une tient une lyre, l’autre des flûtes, celle du milieu porte à la bouche une syrinx. »

  • 17 Pseudo-Plutarque, De Musica, 14 (1136 A) : χαήν Δήλω δἐ τοῡ αγάλματος αυτού (Απόλλωνος) άφίδρυ (...)
  • 18 Pausanias, II, 32, 5 ; IX, 35, 3.
  • 19 Macrobe, Saturn., I, 17, 13 : sed quia perpetuam praestat salubritatem et pestilens ab ipso casus (...)
  • 20 Scol. Pind., Ol., XIV, 16 (ed. Drachmann) : παρά τω Άπόλλωνί φησι καθέζεσθαι τάς Χάριτας δια την π (...)

5Ainsi s’exprime l’auteur d’un traité attribué à Plutarque, le De Música ; il emprunte ces renseignements aux ouvrages d’Anticleidès et d’Istros et il attribue l’exécution de cette statue à des sculpteurs contemporains d’Héraclès17. Le groupe des Charites, qui sert d’attribut à cet Apollon, permet de l’identifier avec la statue de Tectaios et Angélion dont parle Pausanias18. Macrobe19 et un scoliaste de Pindare20 font aussi allusion à cette œuvre célèbre, sans mentionner les noms de ses auteurs. Leurs indications, cependant, ne s’accordent pas entièrement avec celles du pseudo-Plutarque, parce qu’ils placent les Charites dans la main droite d’Apollon et l’arc dans sa main gauche.

6L’Apollon de Délos est fidèlement reproduit sur des tétradrachmes athéniens du nouveau style (série ΣΩΚΡΑΤΗΣΛΙΟΝΥΣΟΔΩ) :

  • 21 E. Beule, Les monnaies d’Athènes, p. 364 ss. ; P. Gardner, Types, pp. 81-82 (pl. XV, 29) ; Imhoof- (...)

Tête d’Athéna casquée à droite. — R/AΘΕ Chouette posée sur une amphore. Dans le champ à droite, Apollon nu, debout de face, les jambes tendues et jointes. La tête est coiffée du calathos et les cheveux tombent sur les épaules. Les bras, pliés à angle droit, sont collés au corps jusqu’au coude ; la main gauche tient l’arc, la main droite tient un groupe de trois petites figures posées sur un support pourvu d’un manche. Des griffons se dressent à droite et à gauche d’Apollon.
AR. Tétradrachmes21 (pl. XVII, 1).

  • 22 E. Beule, op. cit., p. 367 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 144, n° 7 (pl. CC, XI et XII) ; J. Overbeck, (...)
  • 23 Sur ce témoignage, voir ci-dessus, p. 202, n. 2.

7On reconnaît la même image d’Apollon, mais sans les griffons, sur des bronzes, sans doute contemporains de ces tétradrachmes (pl. XVII, 2)22. En ce qui concerne la place des attributs, les types monétaires s’accordent avec le témoignage de Macrobe et du scoliaste de Pindare, mais contredisent celui du pseudo Plutarque23. Il est impossible de donner raison à l’auteur du De Musica, car la place naturelle de l’arc est dans la main gauche du dieu et le groupe des Charites doit, par conséquent, se trouver dans sa main droite.

  • 24 E. Beule (op. cit., p. 364), reprenant une opinion de J. de Witte, voyait dans le symbole des tétr (...)
  • 25 A. Furtwängler, Delos, Arch. Zeit., 40 (1882), col. 331-332.
  • 26 Sur l’association du griffon avec Apollon : Furtwängler, ibidem ; Durrbach, Gryps, DA, II, 2, p. 1 (...)
  • 27 Furtwängler, ibidem ; de même J. Overbeck, op. cit., p. 21. Les griffons sont omis sur les monnaie (...)

8Les petites figures qui se dressent à droite et à gauche de la statue avaient été prises jadis pour des Amours24. Furtwängler est le premier à les avoir identifiées exactement : ce sont des griffons pourvus de longues queues, d’ailes recourbées et, peut-être, de têtes de lions25. Ces animaux forment avec le dieu un groupe qui rappelle les représentations orientales du « maître des animaux »26. Il est probable qu’ils faisaient partie de l’œuvre originale dont les monnaies nous restituent ainsi la physionomie complète27.

  • 28 L’inventaire de Démarès (180 avant J.-C.) mentionne un lingot d’or provenant de la statue d’Apollo (...)
  • 29 Inventaire de Sosisthénès (250 avant J.-C.) : IG, XI, 2, n° 287, B, 1. 66-68 ; Homolle, BCH, 6 (18 (...)
  • 30 F. Courby, Le sanctuaire d’Apollon Délien, BCH, 45 (1921), p. 207, n. 1. On a calculé les dimensio (...)

9Les inscriptions de Délos nous apportent également d’utiles renseignements sur l’œuvre de Tectaios et Angélion. Elles permettent de conjecturer que la statue était « constituée par une armature de bois, habillée d’or »28. Ces inscriptions mentionnent des couronnes d’or offertes au dieu et aux trois déesses par la reine Stratoniké, fille de Démétrius Poliocrète29 ; elles nous apprennent en outre que l’idole, d’abord contenue dans le Pôrinos Oikos, se trouvait, en 250 avant J.-C., dans le nouveau temple d’Apollon30.

  • 31 Peut-être existait-il à Athènes un temple et une statue de l’Apollon de Délos : Bekker, Anecd. gr. (...)

10L’Apollon de Délos devait être une image de culte familière aux Athéniens et sa présence sur les monnaies de la cité n’a rien qui puisse nous surprendre31. On est tenté d’en rapprocher une image d’Artémis qui orne également des tétra-drachmes athéniens du nouveau style (série ΕΥΒΟΥΛΙΔΗΣ-Α ΓΑ ΘΟΚΛΗΣ) :

  • 32 E. Beule, op. cit., pp. 287-288 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 139 (pl. BB, V et VI) ; Head, BMC, Attic (...)

Tête d’Athéna casquée à droite. — Κ/ΑΘΕ Chouette posée sur une amphore. Dans le champ à droite, Artémis, debout de face, vêtue d’une longue tunique et coiffée d’un polos. Les bras sont pliés à angle droit ; la main droite tient une coupe, la main gauche un arc. A côté d’Artémis, une biche qui lève la tête vers la déesse.
AR. Tétradrachmes32.

  • 33 E. Beule, l. c.
  • 34 Imhoof-Gardner, NCP, p. 139. Sur l’Artémis Leucophryéné, voir ci-dessus, p. 144.
  • 35 b. Pick, Aufsätze, pp. 59-60. Nous n’avons d’autre témoignage sur cette Artémis que celui d’Athéna (...)

11Beulé voulait voir sur ces monnaies la statue que Praxitèle exécuta pour le sanctuaire d’Artémis Brauronia33, tandis que Imhoof-Blumer et P. Gardner y reconnaissaient l’idole d’Artémis Leucophryéné que les fils de Thémistocle érigèrent sur l’Acropole34. Il est sûr que cette image d’Artémis reproduit une vieille statue de culte qui présente quelque analogie avec l’Apollon de Délos. Aussi B. Pick avait-il supposé qu’il s’agirait d’une Artémis de Tectaios et Angélion, hypothèse ingénieuse, mais difficilement vérifiable, car cette statue, mentionnée par Athénagoras, ne nous est pas autrement connue35.

II. Les sculpteurs d’Égine

  • 36 Pausanias, I, 42, 5 ; VII, 5, 5 (à propos de l’Héraclès d’Érythrées, cf. ci-dessus, p. 67, n. 7) ; (...)
  • 37 W. Deonna, Dédale, II, p. 114 ss.
  • 38 Voir ci-dessus, p. 129, n. 2.
  • 39 Voir ci-dessus, p. 59 ; sur l’Hermès d’Olympie, voir ci-dessus, p. 70, n. 2.
  • 40 Sur Smilis : J. Overbeck, Schriftqu., nos 283, 331, 340 à 344 ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstl (...)
  • 41 L’attribution de la Héra de Samos à Smilis est fondée sur les textes suivants : Olympichos ap. Clé (...)
  • 42 Sur les monnaies de Samos : P. Gardner, Samos and Samian Coins, Num. Chron., 1882, p. 200 ss. (Hér (...)

12Pausanias parle, à diverses reprises, « d’œuvres éginétiques » ou de « travail éginétique », mais il a négligé de nous dire ce qui caractérise les productions de l’art éginète36. Plusieurs sculpteurs passaient pour être originaires d’Égine37. Callon, élève de Tectaios et Angélion, avait exécuté pour Trézène une statue d’Athéna Sthénias que l’on a cru reconnaître sur les monnaies de la cité38. Onatas était l’auteur de cet Apollon de Pergame dont H. Thiersch a cherché à retrouver l’image sur les monnaies d’Égine39. Mais le plus ancien des sculpteurs éginètes est sans doute Smilis, fils d’Eucleidès40, auquel les anciens attribuaient la statue de la Héra de Samos41. Une image de Héra qui est certainement la reproduction d’une œuvre fort primitive figure fréquemment sur les monnaies de Samos, depuis le Ier siècle avant J.-C. jusqu’au IIIe siècle de notre ère. Cette image peut-elle être identifiée avec l’œuvre de Smilis ? Avant de chercher à répondre à cette question, nous examinerons le témoignage des monnaies. Celles-ci peuvent se répartir, selon leur type, de la façon suivante42 :

13Héra seule ou accompagnée de ses attributs. — La déesse se présente tantôt de profil, tantôt de face.

  • 43 Au droit, proue de navire (à g. ou à dr.) : Head, op. cit., n° 219 (pl. XXXVI, 15) et 220 ; L. For (...)
  • 44 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2073 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6325 (pl. 223).
  • 45 Head, op. cit., n° 226 ; E. Babelon, op. cit., n° 2074 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1729
  • 46 Devant Héra debout à droite, une proue de navire : Head, op. cit., n° 227 (pl. XXXVII, 1) ; Imhoof (...)
  • 47 E. Babelon, op. cit., n° 2076.
  • 48 Head, op. cit., nos 230 à 234 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 103, n° 1 (pl. III, 34) ; Da (...)

14a) Héra de profil : Monnaies autonomes (pl. XVII, 3)43 et monnaies impériales aux effigies d’Auguste44, Caligula45, Claude (pl. XVII, 4)46, Néron et Agrippine47, Domitien (pl. XVII, 5)48

15Pausanias, VII, 4, 4 : είναι δ’ οΰν τò ιερόν τούτο ἐν τοις μάλιστα άρχαίον ούχ ηκιστα ἐν τις χαì επί τω άγάλματι τεκμαίροιτο. εστι γαρ δή άνδρος έργον Αίγινήτου ΣμΙλιδος τοϋ Εύκλείδου. ούτος ό Σμῑλίς εστίν ήλικίαν κατά Δ αίδαλον, δόξης δέ ουκ ες τ ó ίσον άφίκετο (cf. VII, 4, 7).

16Athénagoras, Leg. pro Christ., 17 : ή δἐ ἐν Σάμω ῎Ηρα χαìν ῎Αργεί Σμίλιδος χείρες. L’image primitive de la Héra de Samos passait pour venir d’Argos (ci-dessous, p. 214), d’où sans doute l’attribution à Smilis de la Héra d’Argos.

17Sur la Héra de Samos : J. Overbeck, KM, Hera, pp. 9-10, 12-16 (Mzt. I, 1 à 9) ; Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), pp. 286-288 ; J. Vogel dans Roscher, Lex., I, col. 2109-2110 ; Hild, Juno, DA, III, 1, p. 673 ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, pp. 772-773 ; Eitrem, Hera, PWRE, VIII (1913), col. 379 et 388 ; Bürchner, Samos, PWRE, I A (1920), col. 2196-2197 ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936, p. 9 ss. (pl. III, 1 à 5). On rendait encore un culte officiel à la Héra de Samos sous le règne de Julien l’Apostat : L. Robert, Hellenica, IV (1948), p. 55 ss.

  • 49 E. Babelon, op. cit., n° 7134.
  • 50 Head, op. cit., n° 239 ; E. Babelon, op. cit., n° 2080.
  • 51 Head, op. cit., n° 240 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1734.
  • 52 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 103, n° 3 (Héra debout sur une large base ; devant elle, un (...)
  • 53 Debout à gauche sur une monnaie de Domitien : Head, op. cit., n° 233.
  • 54 Voir ci-dessus, p. 207, n. 7 et p. 208, n. 4.

18Domitia49, Antonin le Pieux50, Marc Aurèle51, Faustine la jeune52. L’image de la déesse est généralement debout à droite53 ; elle est parfois posée sur une large base et accompagnée d’un ou de deux paons54.

  • 55 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 103, n° 2 (pl. III, 35).
  • 56 Imhoof-Blumer, op. cit., I, p. 104, n° 4 (pl. III, 36) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1735
  • 57 Head, op. cit., nos 243 à 247 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1737.
  • 58 Head, op. cit., n° 256 ; E. Babelon, op. cit., n° 2081 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 8431 (...)
  • 59 Head, op. cit., nOS 259 et 260 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n» 1743.
  • 60 Head, op. cit., nOS 266 et 267 ; E. Babelon, op. cit., n° 2084 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6 (...)
  • 61 Head, op. cit., n° 269.
  • 62 Head, op. cit., n° 270.
  • 63 Head, op. cit., n° 276 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1750.
  • 64 Head, op. cit., n° 283 (pl. XXXVII, 5) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1753.
  • 65 Head, op. cit., nOS 291 à 293 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6331.
  • 66 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 82, n° 7 (pl. XII).
  • 67 Head, op. cit., n° 317.
  • 68 Head, op. cit., n°s 321 et 322 ; E. Babelon, op. cit., n° 2087.
  • 69 Head, op. cit., n° 326 ; L. Forrer, op. cit., III, nos 6338, 6339 (pl. 223).
  • 70 Head, op. cit., n° 335 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, n° 1778.
  • 71 Head, op. cit., n° 356.
  • 72 Head, op. cit., n° 367 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1795.
  • 73 Head, op. cit., nOS 376 à 378 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, nOS 1801, 1802.
  • 74 Head, op. cit., nOS 387 et 388 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6352 (pl. 224) ; Dan. Nation. Mus., (...)
  • 75 Par exemple, sur des monnaies d’Hadrien, L. Verus et Caracalla.
  • 76 On trouvera des exemples sur les monnaies de L. Verus, Commode, Septime Sévère, Géta, Julia Mamaea (...)
  • 77 On trouvera des exemples sur les monnaies de Caracalla, Sévère Alexandre, Macrin, Gallien, Salonin (...)

19b) Héra de face : Monnaies d’Hadrien (pl. XVII, 7)55, L. Verus (pl. XVII, 8)56, Commode57,Septime Sévère58, Caracalla59 Géta60, Macrin61, Elagabale62, Sévère Alexandre63, Julia Mamaea (pl. XVII, 6)64, Gordien65, Tranquillina66, Philippe père67 Otacilia68, Philippe fils69, Trajan Dèce70, Etruscilla71, Valérien72, Gallien73, Salonine74. Cette image de Héra est parfois dressée sur une base75 ; souvent elle est flanquée de deux paons76 et l’on distingue, en outre, le croissant et l’étoile, placés de part et d’autre de sa tête77.

  • 78 P. Gardner, Num. Chron., 1882, p. 276, n° 10 (pl. V, 7) ; Head, op. cit., n° 229 ; Bl.-T. Trell, T (...)
  • 79 Head, op. cit., n° 261 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1741.
  • 80 Head, op. cit., n° 275.
  • 81 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mytholog., p. 82, n° 4 (pl. XII).
  • 82 Head, op. cit., n° 294 ; M. Schede, 2. vorlaufiger Bericht über die Ausgrabungen auf Samos (Abh. d (...)
  • 83 Head, op. cit., n° 318.
  • 84 Head, op. cit., n° 323 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, n° 1768.
  • 85 Head, op. cit., n° 327 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, nos 1770 et 1776.
  • 86 Head, op. cit., n° 336 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6342 (pl. 223) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, p (...)
  • 87 Head, op. cit., nOS 357 et 358 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6347 (pl. 223) ; Dan. Nation. Mus., (...)
  • 88 Head, op. cit., nOS 369 et 370 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. X, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. (...)
  • 89 Head, op. cit., n° 379 ; Bl.-T. Trell, op. cit., pl. X, 4 ; Dan. Nation., Mus., Ionia, pl. 40, nOS(...)
  • 90 M. Schede, l. c. ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. X, 5.
  • 91 Dan. Nation. Mus. Ionia, pl. 40, n° 1817.
  • 92 H. Schleif avait cru pouvoir identifier le temple reproduit sur les monnaies avec un édifice doriq (...)
  • 93 M. Schede, Arch. Anz., 1919, col. 139 ; 2. vorläufiger Bericht, p. 11 (fig. 9) ; E. Buschor, AM, 5 (...)

20Héra dans un temple. — L’idole de Héra, parfois flanquée de deux paons, est représentée dans un temple tétrastyle sur des monnaies de Domitien78, Caracalla79, Sévère Alexandre80, Maximin81, Gordien III82, Philippe père83, Otacilia84, Philippe fils85, Trajan Dèce86, Etruscilla87, Valérien88, Gallien89, Salonine90, Salonin91. Sur les bronzes de Domitien, le temple est un édifice à linteau droit ; à partir de Caracalla, au linteau droit se substitue une arche centrale, soit que le temple ait subi quelque transformation, soit que les graveurs aient introduit une variante dans la représentation de l’édifice92. Sur certaines de ces pièces, un vase contenant un arbuste, sans doute un gattilier, est posé près de l’entrée du temple, sur la marche inférieure de l’escalier93.

  • 94 P. Gardner, Types, p. 78 (pl. XV, 5) ; Head, op. cit., n° 242 (pl. XXXVII, 2).
  • 95 E. Babelon, op. cit., n° 2082.
  • 96 Head, op. cit., nOS 289 (pl. XXXVII, 6) et 290.
  • 97 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 82, n° 11 (pl. XII).
  • 98 Head, op. cit., nOS 373 à 375 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, nOS 1799 et 1800.

21Héra et Némésis. — Des monnaies de Commode94, Caracalla95, Gordien (pl. XVII, 9)96, Trajan Dèce97 et Gallien98 montrent, l’une à côté de l’autre, Héra debout de face et Némésis, parfois accompagnée d’une roue.

  • 99 Head, op. cit., n° 391 (pl. XXXVII, 18) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, 6 (1911), p. 5, nOS 10 et 11 (pl (...)

22Héra et les astragalizontes. — Des monnaies de Caracalla et de Salonin ont pour type du revers deux enfants nus, assis face à face, et jouant aux osselets ; entre les deux personnages se dresse la statue de Héra debout de face (pl. XVII, 10)99.

  • 100 Head, op. cit., nOS 343 à 345 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1780.
  • 101 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1790.
  • 102 Head, op. cit., n° 372 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1797.

23Tyché tenant la statue de Héra. — Sur des monnaies de Trajan Dèce100, d’Etruscilla101 et de Valérien102, la Tyché de Samos, qui porte à la main gauche une corne d’abondance, tient sur la main droite l’idole de Héra.

  • 103 J. Overbeck, KM, Hera, pp. 15-16 (Mzt. I, 10) ; P. Gardner, Num. Chron., 1882, p. 279 (pl. V, 14)  (...)
  • 104 Avec la légende ΗΡΑ. ΠΕΡΙΝΘΙΩΝ : p. Gardner, ibidem ; Berlin, Beschreib., I, p. 210, n° 22.
  • 105 Ci-dessus, p. 207.
  • 106 Sur les monnaies de Samos, une proue figure au droit de la pièce ou au revers, à côté de la statue (...)
  • 107 J. von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 4 (fig. 2) ; Imhoofblumer, Nomisma, VIII (1913), p (...)
  • 108 Head, BMC, Caria, p. 44, nos 115 et 116 ; décrite comme une image d’Aphrodite, mais voir la reprod (...)

24Périnthe, colonie de Samos, a également placé sur ses monnaies l’image de la Héra samienne. Des bronzes de Néron (pl. XVII, 11)103 et d’Octavie104 montrent la déesse debout de profil, comme sur les monnaies de Samos frappées à la même époque105. Sur les pièces de Néron, une proue de navire, emblème de la métropole, sert de base à la statue106. Ajoutons, pour terminer ce relevé, que la Héra de Samos figure encore sur les monnaies de Minoa d’Amorgos, qui fut, comme Périnthe, une colonie de Samos107. Enfin, on croit la reconnaître sur une monnaie d’Aphrodisias de Carie, où sa présence est assurément beaucoup moins aisée à expliquer108.

25Héra, telle qu’elle se présente sur les monnaies, a la tête surmontée d’un haut modius. Elle est voilée et porte une longue tunique qui descend jusqu’à terre. Cette tunique est cachée en partie par un vêtement plus court sur lequel se croisent deux bandes disposées en diagonale. La poitrine est couverte de plusieurs rangées de colliers. Les bras sont pliés à angle droit et les avant-bras étendus. La déesse tient à chaque main une coupe et une bandelette qui pend jusqu’au sol.

  • 109 Head, BMC, Ionia, n° 242 (pl. XXXVII, 2), 283 (pl. XXXVII, 5), 289(pl. XXXVII, 6), etc. Voir aussi (...)
  • 110 Zeus, I, pp. 444-445 (fig. 313 et 314).
  • 111 Sur une monnaie de Julia Mamaea (Head, op. cit., n° 283, pl. XXXVII, 5), A.-B. Cook croit qu’une d (...)
  • 112 Vers des Aitia de Callimaque retrouvé sur un papyrus de Tebtynis : “Hϱῃ τη Σαμίη περί μἐν τρίχας ά (...)
  • 113 Selon K. Mras, la statue décrite dans ce vers n’aurait rien à voir ni avec celle dont il est quest (...)

26On notera certains traits de ces représentations. B.-V. Head, dans le catalogue du British Museum, signale que, sur plusieurs monnaies, un serpent s’enroule autour du modius de la déesse109. A.-B. Cook a donné de cette particularité une autre explication : il croit que le calathos est pourvu d’une paire de cornes110. Il nous paraît difficile d’accepter cette seconde interprétation et nous nous prononcerions plutôt en faveur de la première111. Nous nous demandons, toutefois, s’il s’agit bien d’un serpent. Un sarment de vigne, nous dit Callimaque, s’enroulait autour de la chevelure de la Héra de Samos112. Sur les monnaies, la déesse a la tête voilée. Il est donc difficile de dire si cette description s’applique à l’image reproduite par les graveurs113. Elle invite à croire, cependant, que le symbole que l’on distingue autour du calathos pourrait être, non pas un serpent, mais un ornement végétal.

  • 114 H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 10.
  • 115 M. Schede a signalé une terre cuite de Samos qui présente aussi les bandes croisées en diagonale : (...)
  • 116 Lactance, Div. Inst., I, 17, 8 : inaulam Samum scribit Varro prius Partheniam nominatam, quod ibi (...)

27Le vêtement de la déesse mérite aussi de retenir notre attention. Ce vêtement, comme nous l’avons vu, se compose d’une longue tunique et d’un surplis auquel H. Thiersch a donné le nom ά’έπειδύτης114 ; les deux bandes qui se croisent sur le surplis contribuent, elles aussi, à donner à l’image un aspect caractéristique115. Enveloppée dans ses amples draperies et parée de lourds colliers, Héra se présente vraiment dans le costume d’une jeune épousée, telle que la décrit un texte, souvent cité, de Varron116.

  • 117 Le contenu de cette garde-robe est enuméré dans les inventaires : Ch. Michel, Recueil, n° 832 ; cf (...)

28Ces draperies sont sans doute de véritables vêtements, empruntés à la garde-robe de la déesse117. Elles ne nous laissent voir de la statue elle-même que la figure et les mains, mais la raideur du corps et la position des bras permettent de deviner une œuvre fort ancienne. Est-ce sous cet aspect que nous devons nous représenter la Héra de Smilis? Pour en décider, il nous a paru nécessaire d’examiner dans leur ensemble les traditions relatives à l’image de la déesse.

  • 118 Athénée, XV, 672 a ss. (fr. 1 ed. C. Müller, FHG, III, p. 103 ; fr. 2 ed. A. Tresp, Fragm. d. gr. (...)

29Un texte de Ménodote, extrait de la των κατά την Σάμον ἐνδόξων αναγραφή, raconte qu’Admète s’était enfuie d’Argos et réfugiée à Samos. Elle y trouva un sanctuaire de Héra, fondé par les Lélèges et les Nymphes, et se mit au service de la déesse. Des pirates, obéissant aux ordres des Argiens, enlevèrent la statue de Héra, mais ils furent forcés de l’abandonner à la suite de circonstances miraculeuses ; on la retrouva près du rivage, enlacée dans les branches d’un gattilier (λύγος) et, après l’avoir purifiée, Admète la replaça dans le sanctuaire de la déesse. Une fête, appelée Τόναια, commémorait cet événement118.

  • 119 Sur le sens de la légende, voir M.-P. Nilsson, Griech. Feste von religiöser Bedeutung, Leipzig, 19 (...)
  • 120 Le texte de Callimaque (fr. 105 Schneider), cité dans un traité de Plutarque (περί τωνν Πλαταιαi (...)
  • 121 Le texte, malheureusement fort mutilé, a été publié par M. Norsa et G. Vitelli, op. cit., p. 38 (c (...)
  • 122 Aethlios dans Clément d’Alexandrie, Protr., 4, 46, 3 (fr. 1 ed. C. Müller, FHG, IV, p. 286) : καί (...)
  • 123 Pausanias, VII, 4, 4 : το δέ ιερόν τό έν Σάμω τηςΗρας είσίν οϊ ίδρύσασθαί φασι τους έν τη ‘Αργοί (...)

30Cette légende attribue au culte de Héra une origine fort ancienne, puisqu’elle en fait remonter la fondation aux premiers habitants de l’île119. Elle indique de plus des rapports entre Samos et Argos et ces rapports sont confirmés par une autre tradition qui faisait venir d’Argos la poutre primitive. Nous savons par les Aitia de Callimaque que Héra fut d’abord adorée à Samos sous la forme d’une poutre non dégrossie (ἄξοος σανίς)120 et la διήγησις, retrouvée sur un papyrus, ajoute que cette poutre provenait d’Argos121. La même tradition est rapportée par Aethlios, auteur des τΩροι Σαμίων122. Pausanias précise que les Argonautes fondèrent le sanctuaire et amenèrent d’Argos l’idole de la déesse123.

  • 124 Cités ci-dessus, η. 2 et 3.
  • 125 Voir le texte ci-dessus, p. 214, n. 1.
  • 126 Höfer dans Roscher, Lex., IV, col. 990  ;Lippold, Skelmis, PWRE, III A (1927), col. 469.
  • 127 R. Pfeiffer, op. cit., p. 19 : « Das angeredete Herabild scheint doch nur eines zu sein, das eine (...)

31La première idole anthropomorphique daterait, dit-on, de Proclès, un des colonisateurs mythiques de Samos : c’est ce que nous apprennent Aethlios et la διήγησις124. Est-ce cette idole que Callimaque désigne par l’expression Σκέλμιον έργον έύξοον ?125 Le sens de cette expression a embarrassé les commentateurs. Les uns reconnaissent dans l’épithète Σκέλμιον le nom du Dactyle Skelmis et pensent qu’il s’agit d’une statue en métal126. Les -autres considèrent que la διήγησις parle d’une idole en bois, peut-être tirée de la poutre originelle ; Skelmis serait le nom du sculpteur qui fut chargé de l’exécution de cette idole127.

  • 128 Skelmis est mentionné dans une scolie de Pausanias qui renvoie à Callimaque :’Ό δέ Καλλίμαχος Σκέλ (...)
  • 129 L’emploi de l’épithète Σκέλμιον, au lieu du génitif Σκέλμιος, paraît significatif ; il ne peut s’a (...)
  • 130 Nonnos, Dionys., XIV, 39, etc. Sur les rapports entre les Telchines et les Dactyles : Chr. Blinken (...)
  • 131 Diodore, V, 55, 2 ; Suétone, περί δυσφήμων λέξεων ap. Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 278. Cf. P. F (...)

32Il nous paraît difficile de rattacher l’épithète Σκέλμιον au nom d’un sculpteur par ailleurs inconnu128 et d’écarter le rapprochement avec le Dactyle Skelmis129. On notera que Skelmis est également cité parmi les Telchines130. Or ceux-ci passaient pour avoir inventé la statuaire (άγαλματοποita) et pour avoir été les premiers à fabriquer des images de divinités131. L’expression Σκέλμιον έργον έύξοον pourrait donc s’appliquer à une œuvre attribuée à un de ces artistes mythiques, sans désigner nécessairement une effigie en métal.

  • 132 U. von Wilamowitz, Hermes, 29 (1894), p. 245 ; cf. Burchner, Samos, PWRE, I A (1920), col. 2196 ; (...)
  • 133 Pausanias, VII, 4, 4 (voir ci-dessus, p. 206, n. 7).
  • 134 Pline, NH, XXXVI, 90 (lire Samins au lieu de Lemnius : Lippold, Smilis, PWRE, III A, col. 723). Su (...)
  • 135 J. Overbeck pense qu’il faut distinguer l’idole primitive de la Héra de Smilis : KM, Hera, pp. 9-1 (...)
  • 136 Pausanias, VII, 4, 4 (voir ci-dessus, p. 206, n. 7).

33Wilamowitz, observant que Skelmis présente avec σκάλμη, « couteau » le même rapport que Smilis avec σμίλη, « ciseau de sculpteur », considérait Skelmis et Smilis comme deux formes d’un même nom désignant un seul et même personnage132. Nous ne le suivrons pas dans cette voie et nous préférons nous en tenir à des données moins incertaines. Pausanias, il est vrai, fait de Smilis un contemporain de Dédale133, mais Pline le présente comme le collaborateur de Rhoicos et Théodoros, les architectes de l’Héraion de Samos, dont l’activité se place vers le milieu du VIe siècle134. Si l’on admet cette indication chronologique, on doit en conclure que la Héra de Smilis est postérieure à la vieille idole du temps de Proclès, soit qu’elle ait succédé à l’idole primitive, soit que les deux statues aient subsisté côte à côte135. Quelle est celle que nous reconnaissons sur les monnaies de Samos ? C’est à la Héra de Smilis que nous songerons de préférence. Pausanias, en effet, ne mentionne que cette dernière et il ajoute que l’ancienneté de l’image atteste l’ancienneté du sanctuaire136. Cette réflexion prouve que la Héra de Smilis existait encore à l’époque du Périégète et nous autorise à l’identifier avec la statue qui a servi de modèle aux graveurs de Samos.

III. Les sculpteurs du Péloponnèse

  • 137 Bathyclès de Magnésie avait travaillé au « trône » d’Amyclées (voir ci-dessus, p. 54 ; cf. W. Deon (...)
  • 138 Sur les sculpteurs spartiates, voir Lippold, op. cit., col. 1525-1526 ; W. Deonna, op. cit., II, p (...)
  • 139 W. Deonna, Dédale, II, p. 116 ss. ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 465 ss.

34Sparte n’a pas toujours été une ville austère, fermée à toute influence étrangère et hostile à tout développement intellectuel ou artistique ; à l’époque archaïque, elle confiait d’importants travaux à l’ionien Bathyclès de Magnésie137 et donnait elle-même naissance à un grand nombre de sculpteurs, tel ce Gitiadas dont nous aurons à nous occuper138. Cependant, c’est dans les cités commerciales du Nord-Est de la péninsule que se sont développées les grandes écoles de sculpture139. Canachos de Sicyone et Hagélaïdas d’Argos sont les représentants les plus célèbres de ces écoles péloponnésiennes ; la renommée de ces maîtres s’est étendue bien au delà de leur cité natale, tandis que celle d’Hermon de Trézène ne semble guère avoir dépassé les frontières de sa patrie.

  • 140 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 131, n° 87 (pl. XXVI, 8) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 58, n° 8 (pl. (...)
  • 141 Ci-dessus, p. 128.

35Gitiadas. — Des monnaies de Lacédémone, frappées à l’effigie de Gallien, reproduisent une statue d’Athéna d’un aspect fort archaïque (pl. XVIII, 1)140. La déesse est représentée debout à droite, dans l’attitude de l’Athéna combattante141 ; elle brandit une lance à la main droite et tient le boucher à la main gauche. Les formes de la poitrine indiquent nettement le sexe de la figure, mais le reste du corps, à partir de la taille, est enveloppé dans une gaine étroite qui est divisée en zones horizontales ; la robe, dissimulée sous cette gaine, s’échappe par en bas et s’évase autour des pieds de la déesse.

  • 142 Pausanias, III, 17, 2. Deux trépieds, conservés à Amyclées, étaient aussi l’œuvre de Gitiadas : Pa (...)

36Athéna était adorée sur l’acropole de Sparte sous les noms de Poliouchos ou de Chalkioicos. Son sanctuaire, commencé, disait-on, par Tyndare et ses fils, avait été achevé par le lacé-démonien Gitiadas. Celui-ci, architecte et sculpteur, avait exécuté également la statue en bronze de la déesse142.

  • 143 L’identification est due à W. Koner, Zeitschr. f. Münzkunde, 5 (1845), p. 2 ss. (cf. O. Jahn, Arch (...)
  • 144 Pausanias, III, 17, 3.
  • 145 G. Dickins, op. cit., pp. 139-140 ; C. Robert, op. cit., col. 1371 ; Ziehen, op. cit., col. 1455.
  • 146 Koner, l. c. ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 58 ; E. Curtius, Gesammelte Abhandl., II (1894), p. 256 ; H (...)

37C’est vraisemblablement l’œuvre de Gitiadas que nous voyons reproduite sur les monnaies de Gallien143. Pausanias, en décrivant le sanctuaire d’Athéna Chalkioicos, mentionne des reliefs en bronze qui représentaient divers sujets de la mythologie144. On a généralement admis que ces reliefs décoraient les parois de l’édifice. En effet, le nom de Chalkioicos, donné à cette Athéna, et les plaques de bronze trouvées à l’emplacement du sanctuaire prouvent que les murs du temple étaient garnis d’un revêtement de métal145. Certains savants ont supposé, il est vrai, qu’une partie de ces reliefs se trouvaient sur la statue elle-même146, mais le témoignage des monnaies n’apporte, en faveur de cette hypothèse, aucun argument décisif.

  • 147 W. Koner, l. c. ; Imhoof-Gardner, NCP, pp. 58-59 ; Zschietzchmann, Melos, PWRE, XV (1932), col. 58 (...)
  • 148 Wroth, BMC, Crete, p. 107, n° 42 (pl. XXIV, 13). Un exemplaire de Paris, en meilleur état, est con (...)

38On a proposé de reconnaître également l’Athéna de Gitiadas sur des monnaies de Mélos qui fut, comme on le sait, colonisée par les Spartiates à une époque fort ancienne147. Ces monnaies, frappées sous l’empire romain, portent au droit le coing, type habituel du numéraire de l’île, et, au revers, une Athéna analogue à celle des monnaies de Sparte, mais d’un aspect plus primitif ; l’image de la déesse ressemble, en effet, à un bloc à peine dégrossi qui va en s’amincissant vers le bas ; on distingue en outre des protomés de serpents qui hérissent le bord du bouclier et semblent surgir du corps de cette Athéna (pl. XVIII, 2)148.

  • 149 « Eine pfeilerformige Gestalt » : B. Pick, Aufsätze, p. 52, n. 9.
  • 150 O. Jahn, op. cit., p. 20 (pl. III, 7) ; P. Wolters, Melische Kultstatuen, AM, 15 (1890), p. 246 ss (...)
  • 151 Sur le sens de cette inscription, voir l’interprétation de Svoronos, op. cit., p. 472.
  • 152 Ces protomés feraient partie de l’égide suspendue dans le dos comme un manteau : H. Thiersch, l. c(...)

39Trompé par la grossièreté de ces reproductions, B. Pick a supposé que les graveurs de Mélos ont reproduit, non pas la statue de Gitiadas, mais une idole plus ancienne qu’il imaginait sous la forme d’un pilier surmonté d’une tête149. Cependant, un relief, trouvé à Mélos en 1861, apporte sur la statue d’Athéna un témoignage fort important que B. Pick a malheureusement négligé150. Le relief montre la déesse dans la même attitude que sur les monnaies, mais vue de face, avec le visage de trois-quarts à droite. La tête est coiffée d’un casque à triple cimier ; le corps, à partir de la taille, est enveloppé dans une gaine qui ne laisse dépasser que le bas de la robe ; cette gaine est divisée en zones horizontales, décorées de motifs linéaires et sur lesquelles sont réparties les lettres d’une inscription151. Sur le relief, comme sur les monnaies, l’image d’Athéna est hérissée de protomés de serpents qui surgissent de part et d’autre, le long des bords de la gaine152.

  • 153 Svoronos, op. cit., p. 471 (fig. 225). Au droit, légende ΔΗΜΟΥ et buste d’un personnage barbu.

40Svoronos, qui a publié ce document avec d’autres reliefs du Musée national d’Athènes, en a heureusement rapproché une monnaie de Mélos, ignorée de B. Pick (pl. XVIII, 4)153. Sur cette monnaie, la déesse est figurée de face, avec la tête de trois-quarts à droite, comme l’Athéna du relief ; les formes du corps sont indiquées d’une manière fort nette et la gaine est parfaitement reconnaissable, bien que l’état de la pièce ne permette pas de dire si elle est divisée en zones horizontales.

  • 154 Monnaie de Nerva : L. Forrer, Weber Coll., II, n° 4675 (pl. 169). La silhouette seule est visible (...)
  • 155 Ci-dessus, p. 218. Pour les statues engainées, voir ci-dessus, p. 143.

41Ces témoignages, que d’autres documents viennent du reste confirmer154, montrent que l’Athéna de Mélos est, en réalité, une statue engainée, analogue à celle qui figure, à l’époque de Gallien, sur les monnaies de Sparte155. Il est naturel de croire que les habitants de Mélos, descendants des colons lacédémoniens, aient reproduit sur leurs monnaies l’image de la Chalkioicos pour commémorer les liens qui les unissaient à la mère-patrie.

  • 156 Wroth, BMC, Crete, p. 107, nos 44 à 46 (pl. XXIV, 16) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 207, n (...)

42Des monnaies de Mélos nous apportent également un témoignage précieux sur la tête de la statue. La déesse porte un casque à cimier qui couvre la nuque, mais laisse l’oreille dégagée ; de longues mèches de cheveux descendent le long du cou ; le dessin du visage, à l’ovale fort allongé, semble copié fidèlement sur l’œuvre du sculpteur (pl. XVIII, 3)156.

  • 157 Pausanias, II, 31, 6. Hermon était également l’auteur de la statue d’Apollon Thearios. Sur Hermon  (...)
  • 158 Imhoof-Gardner, NCP, p. 48, n° 5 (pl. M, VII) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 2, p. 632 (Mzt. (...)
  • 159 W. Deonna, Dédale, II, pp. 117-118 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 494 ss. (fig. 155).
  • 160 Imhoof-Gardner, ibidem.

43Hermon. — Pausanias a vu, à Trézène, un groupe des Dioscures qu’il désigne simplement par le terme xoana ; il était l’œuvre d’un artiste local, Hermon157. Une monnaie de Trézène, frappée à l’effigie de Commode, a pour type du revers deux personnages nus, debout de face, séparés par un autel. Le corps est raide, les jambes tendues et jointes ; les bras, pliés à angle droit, sont collés au corps jusqu’au coude ; les cheveux, en masses épaisses, encadrent le visage et pendent jusqu’aux épaules (pl. XVIII, 5)158. Ce type monétaire reproduit sans aucun doute une œuvre fort ancienne, peut-être celle-là même qu’Hermon avait exécutée pour sa patrie. On aimerait pouvoir préciser davantage la place que les Dioscures de Trézène occupent dana l’art de la Grèce archaïque. Le groupe de Cléobis et Biton, sculpté par un Argien au début du vie siècle, offre un autre exemple de deux personnages campés symétriquement l’un à côté de l’autre159. Mais Imhoof-Blumer et P. Gardner ont fait remarquer avec raison les proportions élancées des statues de Trézène160. Des rapprochements de ce genre n’autorisent du reste aucune conclusion certaine et il serait imprudent de demander à la monnaie de Trézène des indications stylistiques qu’elle ne peut nous fournir.

  • 161 Sur Canachos : J. Overbeck, Schriftqu., nos 403 à 409 ; KM, Apollon, p. 22 ss. ; H. Brunn, Gesch. (...)
  • 162 L’Apollon de Didymes est souvent mentionné par Pausanias, qui ne donne, cependant, aucun renseigne (...)
  • 163 Pline, NH, XXXIV, 75 : « Canachus Apollinem nudum, qui Philesius cognominatur, in Didymaeo Aeginet (...)
  • 164 Les dimensions du naïscos avaient été évaluées par B. Haussoullier (10 m. de haut environ) : Rev. (...)
  • 165 Pausanias attribue l’enlèvement de la statue à Xerxès : I, 16, 3 ; VIII, 46, 3 (cf. sur cette ques (...)
  • 166 Pausanias, II, 10, 5 ; IX, 10, 2. D’après St. Casson, la statue de Thèbes serait le modèle en bois (...)

44Canachos161. — L’œuvre la plus célèbre de Canachos était la statue en bronze d’Apollon Philésios que l’on admirait dans le sanctuaire du dieu, à Didymes, près de Milet162. Apollon était nu et avait pour attribut un cerf, mis en mouvement par un mécanisme ingénieux163. Cette statue qui, comme l’Apollon de Tectaios et Angélion, devait atteindre des proportions considérables164, fut enlevée par les Perses, sans doute lors de la destruction de Milet en 494 ; Séleucus I la rendit aux Milésiens165. Une autre statue d’Apollon, œuvre du même artiste, se trouvait à Thèbes. Par ses dimensions et par son aspect, l’Apollon Isménios était absolument identique à l’Apollon Philésios ; la matière seule différait, car la statue de Thèbes était en cèdre166.

  • 167 R/Lion couché à droite et astre : J. Overbeck, KM, Apollon, p. 23 (Mzt. I, 22 et 23) ; Head, BMC, (...)
  • 168 Avec la légende ΜΙΑΗΣΙΩΝ. ΔΙΔΥΜΕΥΣ : Head, op. cit., p. 198, n° 146 ; S.-W. Crose, McClean Coll., (...)
  • 169 Head, op. cit., p. 198, n° 148 (pl. XXII, 10) et 149 ; P. Gardner, Types, p. 82 (pl. XV, 16).
  • 170 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1013.
  • 171 Head, op. cit., p. 199, nos 152 et 153 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1014.
  • 172 Head, op. cit., p. 200, n° 159.
  • 173 Légende ΜΙΑΗΣΙΩΝ. ΔΙΔΥΜΕΥΣ : E. Babelon, op. cit., n° 1857.

45Des monnaies autonomes de Milet montrent une figure de style archaïque où l’on a reconnu l’Apollon de Canachos. Le dieu, debout à droite, est nu, la jambe gauche avancée ; le bras droit est plié et la main droite supporte un cerf qui détourne la tête vers son maître ; le bras gauche est abaissé et la main gauche tient un arc dont la corde est tournée vers le haut (pl. XVIII, 6)167. Le même type se présente sur des monnaies frappées aux effigies de Claude168, Néron (pl. XVIII, 7)169, Titus(?)170, Domitien171, Faustine la jeune172, tandis que, sur des monnaies de Caligula, le buste d’Apollon est seul représenté173.

  • 174 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1018.
  • 175 P. Gardner, Types, p. 82 (pl. XV, 15).
  • 176 E. Babelon, op. cit., nos 1870 et 1871 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 516.
  • 177 Head, op. cit., p. 201, n° 163.
  • 178 E. Babelon, op. cit., n° 1875.
  • 179 E. Babelon, op. cit., n° 1876.
  • 180 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 124, n° 339 (pl. IX, 3).
  • 181 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 89, n° 27. Cf. ci-dessous, p. 224, les monnaies d’Aegialé d’ (...)
  • 182 J. Overbeck, KM, Apollon, p. 23 (Mzt. I, 26) ;E. Babelon, op. cit., nos 1878 et 1879.
  • 183 E. Babelon, op. cit., n° 1866;Kekule von Stradonitz, Sitzungsber. d. preuss. Ak. d. Wiss., 1904, p (...)
  • 184 A. von sallet, Zeitschr. f. Num,., 13 (1885), p. 71 ;ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 134, (...)
  • 185 Ch. Lenormant, op. cit., p. 135, n° 11 (pl. XLII) ; M. Collignon, SG, I, p. 312 (fig. 154) ; Kekul (...)
  • 186 Head, op. cit., p. 202, n° 168.
  • 187 Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 202, n° 169 (pl. XXXIX, 1).
  • 188 Antonin le Pieux : J. Overbeck, op. cit., pp. 23-24 (Mzt. I, 24).
  • 189 Antonin le Pieux : Wroth, Num. Chron., 1904, p. 304, n° 26 (pl. XVI, 12).

46L’Apollon de Canachos est figuré de face sur d’autres monnaies d’époque impériale. Le dieu est seul sur des monnaies d’Hadrien174, Faustine la jeune (pl. XVIII, 8)175, Julia Domna176, Géta177, Elagabale178 et Sévère Alexandre179, tandis qu’il a un arbre à son côté sur un bronze de Gordien (pl. XVIII, 9)180. Parfois, il est accompagné d’une autre divinité : Artémis sur des bronzes de Septime Sévère et de Caracalla181, Asclépios sur des monnaies de Pupien182. Enfin, il apparaît dans un temple tétrastyle sur des monnaies de Septime Sévère183, Balbin seul184, Pupien, Balbin et Gordien III réunis185 et de Gallien186. Milet est représentée sur des monnaies d’alliance par l’Apollon de Didymes qui figure auprès de l’Artémis d’Éphèse (pl. XVIII, 11)187, à côté des deux Némésis de Smyrne188 ou auprès de l’Asclépios de Cos189.

  • 190 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 592, n° 59 (pl. VII, 12) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 129, n (...)
  • 191 Pinder, op. cit., n° 60 (pl. VII, 13) ; H. Cohen, op. cit., II, p. 130, n° 287 ; Mattingly-Sydenha (...)
  • 192 Caracalla : Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 4, n° 9 (pl. I, 1).
  • 193 Caracalla : Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 121, n° 10 (pl. XXXI, 10).
  • 194 Poole, BMC, Alexandria, p. 109, n° 936 (pl. III).
  • 195 Poole, op. cit., p. 109, n° 937 (Apollon tient une patère à la main droite?) ; Wroth, Num. Chron., (...)
  • 196 Poole, op. cit., p. 120, nos 1028 (pl. III) à 1031.
  • 197 Sur ces différents types monétaires, voir Poole, op. cit., p. xlii ss. ; J. Vogt, Die alexandrinis (...)

47Les monnaies de Milet ne sont pas les seules à nous avoir conservé l’image de l’Apollon Philésios. Des cistophores d’Hadrien montrent le dieu tantôt de profil190, tantôt de face dans son templ191. Un grand bronze d’Aegialé d’Amorgos, colonie de Milet, associe l’Apollon et l’Artémis de Milet (pl. XVIII, 10)192 et ces deux divinités sont également réunies sur une monnaie de Pergame193. Des monnaies d’Alexandrie, qui portent au droit l’effigie d’Antonin le Pieux, ont, pour type du revers, Apollon Didyméen debout à gauche (pl. XVIII, 12)194 ou de face195, parfois entre deux Némésis (pl. XVIII, 13)196, ou à côté d’une femme (Eusebeia) qui accomplit un sacrifice197.

  • 198 Kekule von Stradonitz, Ueber den Apoll des Kanachos, Sitzungsber. d. Preuss. Ak. d. Wiss., 1904, p (...)
  • 199 Monnaies de Septime Sévère, de Balbin, des trois empereurs Balbin, Pupien et Gordien réunis (ci-de (...)
  • 200 Monnaies de Septime Sévère et des empereurs Balbin, Pupien et Gordien réunis (ci-dessus, pp. 223-2 (...)

48La découverte, en 1903, dans l’orchestra du théâtre de Milet, d’un relief du IIIe siècle après J.-C. reproduisant l’Apollon Philésios a apporté un nouvel élément de comparaison. Le dieu, de face, a exactement la même attitude et les mêmes attributs que sur les monnaies. Il est placé sur une base ; à sa droite, près de la base, se dresse un autel en forme de cône tronqué d’où s’échappent des flammes ; deux génies porteurs de torches se tiennent à droite et à gauche d’Apollon198. L’autel, dont on a retrouvé la fondation à l’est du temple, est également représenté sur certains types monétaires199. Il en est de même des deux génies qui reproduisent vraisemblablement des statues d’époque hellénistique200.

  • 201 La physionomie du dieu et les détails de sa coiffure nous sont également connus par un fragment de (...)
  • 202 Monnaies autonomes et impériales (ci-dessus, pp. 222-223).
  • 203 Kekule von Stradonitz, op. cit., p. 790. Sur certaines monnaies de Milet, la tête du dieu est ento (...)

49Certains détails, qui, sur les monnaies, se distinguent difficilement, sont indiqués d’une façon beaucoup plus claire sur le bas-relief de Milet. La coiffure du dieu, sur le relief, est formée de boucles régulières, surmontées d’un bandeau décoré de rosettes, puis d’une couronne de laurier, le tout entouré d’un nimbe ; une partie des cheveux est ramenée en tresses sur la poitrine201. Sur les monnaies, les détails de la coiffure sont particulièrement visibles, lorsque le dieu se présente de profil202. On peut alors se rendre compte que les cheveux forment autour de la tête une sorte de bourrelet qui se termine par un nœud ; de ce nœud part une mèche qui descend dans le dos ; une autre est ramenée en avant au-dessus des épaules. On ne voit donc, sur les monnaies, ni le bandeau orné de rosettes ni la couronne de laurier qui n’était peut-être placée sur la statue qu’en certaines occasions ; quant au nimbe, c’est certainement une addition postérieure203.

  • 204 A. Mahler, Der didymaische Apoll des Kanachos, JIAN, 4 (1901), p. 115 ss. Cf., au sujet du témoign (...)
  • 205 On peut parfois hésiter sur la position du cerf à cause de l’imprécision du type ou de la mauvaise (...)

50La position du cerf et le mécanisme qui permettait de le mettre en mouvement ont beaucoup intrigué les archéologues qui ont émis à ce sujet diverses hypothèses204. Il ne semble pas que les monnaies puissent nous apprendre grand chose sur ce point. Elles montrent généralement l’animal debout sur la main droite ou sur l’avant-bras d’Apollon et détournant la tête vers le dieu205. C’est ainsi qu’il est également représenté sur le basrelief de Milet.

  • 206 On trouvera une liste des œuvres mises en rapport avec la statue de Canachos dans Ch.-H. Skalet, A (...)
  • 207 Sur les caractères de l’art créto-péloponnésien : W. Deonna, Dédale,II p. 153 ; cf. Lippold, Kanac (...)

51Nous ne possédons, parmi les statues qui sont parvenues jusqu’à nous, aucune réplique certaine du chef-d’œuvre de Canachos206 et l’on peut seulement supposer, avec quelque vraisemblance, que l’Apollon de Didymes présentait les « proportions courtes et ramassées » et la « musculature énergique » qui caractérisent généralement les œuvres d’art sorties des ateliers péloponnésiens207.

  • 208 J. Overbeck, Schrijtqu., nos 389 ss. ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 63 ss. ; M. Col (...)
  • 209 A. Frickenhaus, Hageladas, Jahrb., 26 (1911), p. 24 ss. ; la thèse de Frickenhaus a été reprise pa (...)
  • 210 W. Deonna, Dédale, II, p. 121 ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 151.

52Hagélaïdas. — Hagélaïdas est le principal représentant de la sculpture argienne pendant la période archaïque208. Nous possédons sur la carrière et sur les œuvres de cet artiste de nombreuses informations. Mais, lorsque l’on cherche à accorder ces témoignages, on se heurte à des problèmes difficiles que certains historiens de la sculpture grecque ont essayé de résoudre en supposant l’existence d’un second Hagélaïdas209. Cette hypothèse commode n’a cependant pas été admise par tous les savants210. Elle soulève, en effet, de nouvelles difficultés, car elle oblige à répartir entre les deux artistes des œuvres dont la date ne nous est pas connue ou ne peut être établie d’une manière précise.

  • 211 Pausanias, IV, 33, 2 : ιό όέ άγαλμα τον Διός ‘Αγελάδα μέν έστιν έργον, έποιήθη δέ έξ αρχής τοϊς ο’ (...)
  • 212 Sur la date de la prise de l’Ithôme, voir Fimmen, Ithome, PWRE, IX (1916), col. 2305. D’autres his (...)
  • 213 A. Frickenhaus, op. cit., p. 30.
  • 214 Pfuhl, op. cit., col. 2193-2194. W. Deonna admet que la statue a été exécutée vers 480 : Dédale, I (...)
  • 215 Pausanias, VII, 24, 4 (voir ci-dessous, p. 231). Frickenhaus attribue ces œuvres à Hagelaïdas II : (...)

53C’est le cas, en particulier, du Zeus Ithômatas, exécuté, selon Pausanias, « pour les Messéniens réfugiés à Naupacte »211. Nous savons que le séjour des Messéniens à Naupacte commença vers 455 avant J.-C., après la prise du mont Ithôme par les Spartiates, pour se prolonger jusqu’en 399212. Le renseignement fourni par Pausanias ne permet donc pas de déterminer avec précision la date où la statue fut exécutée. Dans ces conditions, devrons-nous, avec Frickenhaus, attribuer le Zeus Ithômatas à Hagélaïdas le jeune213? Pfuhl, qui, à la suite de Frickenhaus, a défendu la thèse des deux Hagélaïdas, hésite à se prononcer et admet que la statue de l’Ithôme peut être considérée aussi bien comme une œuvre exécutée par Hagélaïdas l’ancien au terme de sa carrière que comme une œuvre de début du jeune Hagélaïdas214. Et le choix devient encore plus embarrassant lorsqu’il s’agit de statues comme le Zeus et l’Héraclès d’Aegion pour lesquelles les textes anciens ne nous fournissent aucun indice chronologique215.

54Des monnaies, frappées au nom des Messéniens, portent au revers l’image de Zeus Ithômatas :

Tête de Déméter à gauche. — R/ΜΕΣΣΑΝ1ΩΝ Zeus nu, marchant à droite ; la main droite, levée, brandit le foudre ; le bras gauche est étendu et un aigle est posé sur la main gauche du dieu.

  • 216 Imhoof-Gardner, NCP, p. 67, n° 5 (pl. Ρ, IV) ; P. Gardner, Types, p. 141 (pl. VIII, 25) ; BMC, Pel (...)

AR. Statères (pl. XIX, 1)216.

  • 217 P. Gardner place la frappe de ces monnaies entre 370 et 280 : BMC, Peloponnesus, p. 109 ; E. Babel (...)
  • 218 Tête de Déméter à droite. — R/MΕΣΣAΝΙΩΝ Zeus Ithômatas marchant à droite et trépied : Imhoof-Gardn (...)
  • 219 Bronzes frappés de 370 à 280 : P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 110, n° 10 (pl. XXII, 5) ; E. Bab (...)
  • 220 P. Gardner, op. cit., p. 112, n° 43 (pl. XXII, 15).

55Ce type apparaît sur les statères de Messène vers 370 avant J.-C., à l’époque où les Messéniens redevinrent indépendants217. Il se présente également, parfois accompagné de la légende ΙΘΩ(Μ), sur des tétradrachmes frappés à l’époque hellénistique (pl. XIX, 3)218, ainsi que sur des monnaies de bronze219. Enfin, on le retrouve sur des monnaies pseudo-autonomes d’époque impériale220.

  • 221 M. Collignon, SG, I, p. 318 (fig. 158, 159) ; Perdrizet, Jupiter, DA, III, 1, p. 702 ; Frickenhaus(...)
  • 222 La statue, qu’elle eût été exécutée avant l’exil des Messéniens ou pendant leur séjour à Naupacte, (...)
  • 223 Voir ci-dessus, p. 73. Le Zous de Dodone (Musée de Berlin) daterait de 480 environ : K.-A. Neugeba (...)

56On a supposé que les monnaies de Messène reproduisent la statue d’Hagélaïdas221, ramenée sans doute par les Messéniens à leur retour d’exil222. Le motif de Zeus lançant la foudre a été fréquemment traité par les artistes grecs, en particulier dans la première moitié du ve siècle223. Rien ne nous empêche donc d’imaginer sous cet aspect l’œuvre du maître argien. Cependant, avant d’admettre que les graveurs de Messène l’ont prise pour modèle, il conviendrait de se demander s’ils ne se sont pas inspirés d’autres œuvres d’art et, en particulier, des monnaies d’autres cités.

  • 224 Exemplaire unique de la coll. L. de Hirsch (Bruxelles, Cabinet des Médailles) : J. Mertens, Revue (...)
  • 225 E. Babelon, Traité, II, 1, n° 1254 (pl. XXXIX, 1 et 2) ; C.-T. Seltman, The Temple Coins of Olympi (...)
  • 226 Interprété comme Zeus Ithômatas par A. Holm, Gesch. Siciliens, III, (1898), p. 576 ss., n° 31 (pl. (...)
  • 227 Contrairement à ce que pense E. Babelon (Traité, II, 1, col. 885 ss.), il n’y a aucune raison de c (...)

57Le type de Zeus brandissant le foudre dans la main droite fait son apparition sur les monnaies dès le ve siècle avant J.-C. Il se présente, en effet, sur un tétradrachme de Zancle-Messana (pl. XIX, 2)224, ainsi que sur des statères d’Élis (pl. XIX, 4, 5)225. Peut-être est-ce le dieu protecteur des Messéniens, Zeus Ithômatas, qui figure sur la monnaie de Zancle ; il diffère cependant du Zeus de Messène, puisqu’il est vêtu d’une chlamyde jetée sur ses épaules et qu’il ne porte pas d’aigle sur la main gauche226. Au contraire, le Zeus des monnaies d’Élis offre avec celui de Messène une ressemblance parfaite : tous deux sont entièrement nus et portent l’aigle sur le bras gauche227. Aussi ne peut-on s’empêcher de croire que les graveurs de Messène, en composant les types dont ils ont orné les monnaies de leur cité, se sont souvenus des monnaies frappées à Élis au ve siècle avant J.-C.

  • 228 P. Gardner, Types, pp. 202-203 ; K. Regling, AMK, p. 89. Selon Imhoof-Blumer et P. Gardner, les mo (...)
  • 229 « The hardncss of outline and stiffness of pose indicate this, although it must at the same time b (...)
  • 230 Voir les images archaïsantes d’Athéna, ci-dessus, p. 116 ss.

58D’autre part, on a fait observer avec raison que l’image de Zeus, sur les monnaies frappées au IVe siècle avant J.-C., après la fondation de la cité, ne permet en rien de déceler l’imitation d’une œuvre archaïque. Au contraire, cette image, sur les monnaies d’époque hellénistique, pourrait être considérée comme une reproduction fidèle de la statue d’Hagélaïdas228. Le rendu exagéré de la musculature et la raideur de l’attitude, qui caracrisent le Zeus des monnaies hellénistiques, se trouveraient ainsi justifiés. L’identification avec le Zeus d’Hagélaïdas n’est cependant pas assurée. D’autres détails, comme l’a noté P. Gardner, s’accordent difficilement avec cette hypothèse229. Au lieu d’expliquer les traits archaïques par l’imitation d’une œuvre d’art ancienne, ne conviendrait-il pas plutôt de les attribuer aux tendances personnelles des graveurs ? On rangerait alors le Zeus de Messène parmi ces productions archaïsantes dont nous avons déjà relevé tant d’exemples sur les monnaies de la période hellénistique230.

  • 231 Pausanias, VII, 24, 4 : εστι δέ χαὶ άλλα Λιγιεϋσιν αγάλματα χαλκοϋ πεποιημένα, Ζεύς τε ήλικίαν παι (...)

59Pausanias mentionne à Aegion en Achaïe d’autres œuvres d’Hagélaïdas : l’une représentait Zeus adolescent, l’autre était un Héraclès imberbe. Ces statues, comme le Zeus du mont Ithôme, devaient être de petites dimensions, puisque, chaque année, on élisait des prêtres qui les recevaient dans leur maison231.

  • 232 Bronzes frappés entre 146 et 31 avant J.-C. : au droit, buste de Zeus ; au revers, Zeus marchant à (...)
  • 233 Antonin le Pieux : P. Gakdner, op. cit., p. 19, n° 11 (pl. IV, 17). — Avec la légende ΖΕΥΣ ΠΑΙΣ. A (...)
  • 234 Cette base est parfois ornée de couronnes : Imhoof-Gardner, NCP, pl. R, XIII.
  • 235 Pausanias, VII, 23, 9. Certains savants ont reconnu sur ces monnaies l’image de Zeus Sôter : P. Ga (...)
  • 236 Monnaies d’Antonin (ΖΕΥΣ ΠΑΙΣ. ΑΙΓΙΕΩΝ) et de Marc Aurèle (ΑΙΓΙΕΩΝ. ΠΑΙΣ).
  • 237 Pausanias, VII, 24, 4 : τα δέ ετι παλαιότερα προεκέκριτο εκ των παίδων Ιεράσθαι τω Δι i ό νικών κά (...)

60Des monnaies d’Aegion, autonomes (pl. XIX, 6)232 et d’époque impériale (pl. XIX, 7)233, montrent Zeus imberbe, marchant à droite, le foudre dans la main droite levée, le bras gauche tendu en avant, un aigle posé sur son poignet. Cette figure se dresse sur une base, ce qui permet à coup sûr de la considérer comme une copie de statue234. Il est vrai que Pausanias mentionne à Aegion deux statues imberbes de Zeus : l’une est la statue d’Hagélaïdas, l’autre est celle de Zeus Sôter235. Mais la légende (ΖΕΥΣ) ΠΑΙΣ accompagne parfois ce type monétaire236. Or, nous savons que la statue d’Hagélaïdas était un Zeus adolescent (ήλικίαν παις) ; une ancienne coutume voulait que l’on consacrât au service du dieu l’enfant le plus beau, jusqu’au jour où sa barbe naissante l’obligeait à céder cet honneur à un autre237.

IV. Ménaechmos et Soïdas

  • 238 W. Deonna, Dédale, II, p. 156 ss.
  • 239 J. Overbeck, Schriftqu., n° 479 ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Kiinstler, I, p. 112 ; M. Collignon, (...)
  • 240 Pausanias, VII, 18, 9-10 : Πατρεϋσι δέ δ Αύγουστος άλλα τε των ¿κ Καλυδώνος λαφύρων χαὶ δή καΐ της (...)

61La Grèce du Nord-Ouest ne contient guère de centres artistiques importants. La Locride, l’Étolie, l’Acarnanie, l’Épire sont restées longtemps à l’écart des grands courants de la civilisation et occupent peu de place dans l’histoire des débuts de la sculpture grecque238. Parmi les rares artistes originaires de ces régions dont les noms sont parvenus jusqu’à nous figurent les deux sculpteurs de Naupacte, Ménaechmos et Soïdas239. Ceux-ci avaient exécuté pour Calydon la statue chryséléphantine d’Artémis Laphria. Lorsqu’Auguste transplanta à Nicopolis la population de Calydon, il fit cadeau de cette statue aux habitants de Patras et c’est sur l’acropole de Patras qu’elle se trouvait encore à l’époque de Pausanias240.

  • 241 Avec la légende DIANA LAPHRIA : Imhoof-Gardner, NCP, p. 76, n° 3.
  • 242 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 26, n° 29 (pl. V, 17) (DEAN AUG LAPHR) ; Svoronos, JIAN, 14 (191 (...)
  • 243 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Q, VI).
  • 244 S.-W. Grose, McClean Coll., II, n° 6342 (pl. 221, 3) (peut-être Commode ?).
  • 245 P. Gardner, op. cit., p. 27, n° 38 (pl. VI, 1) ; Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Q, VII).
  • 246 Imhoof-Gardner, ibidem ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3969 (pl. 145) ; S.-W. Grose, McClean Coll(...)
  • 247 P. Gardner, op. cit., p. 29, n° 46 (pl. VI, 6) ; Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Q, VIII) ; L. Forrer, (...)
  • 248 On peut constater des divergences de détail entre les types monétaires. Sur la monnaie de L. Verus (...)
  • 249 Imhoof-Gardner, NCP, p. 77 (pl. Q, IX) (DIANA LAPHRIA). Le chien fait également défaut sur la monn (...)
  • 250 S.-W. Grose, McClean Coll., II, n° 6344 (pl. 221, 5).

62Des monnaies de Patras frappées aux effigies de Galba241, Domitien242, Hadrien (pl. XIX, 8)243, Marc Aurèle244, L. Verus (pl. XIX, 9)245, Commode246 et Caracalla (pl. XIX, 10)247 montrent une Artémis debout entre un autel (à droite) et un chien (à gauche). La déesse porte la main droite à la hanche et tient à la main gauche un arc dont l’extrémité inférieure est généralement posée sur l’autel ; la jambe gauche est légèrement fléchie, en sorte que la jambe droite supporte le poids du corps248. Artémis a les cheveux relevés en chignon ; elle est vêtue d’un chiton retenu à la taille par une ceinture et dont le bord inférieur arrive à la hauteur des genoux ; une chlamyde est jetée sur l’épaule gauche ; au-dessus de l’épaule droite, on aperçoit l’extrémité d’un carquois ; les pieds sont chaussés de hautes bottes. Une monnaie de Néron a, pour type du revers, une figure semblable, mais sans autel ni chien (pl. XIX, 11)249. Sur un bronze de Septime Sévère, la déesse, placée entre l’autel et le chien, fait face à un personnage que couronne une Niké250.

  • 251 Monnaies de Galba, Domitien et Néron.
  • 252 Imhoof-Gardner, NCP, p. 77 ; P. Gardner, op. cit., p. 26, note ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II (...)
  • 253 P. Gardner, op. cit., p. 28, n° 41 (pl. VI, 3) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 77 (pl. Q, X) ; M. Bernha (...)

63Ces types monétaires sont souvent accompagnés de la légende DIANA LAPHRIA, qui en indique clairement la signification251. On a donc supposé que les graveurs de Patras ont pris pour modèle la statue de Ménaechmos et Soïdas, décrite par Pausanias comme une Artémis chasseresse (θηρεύονσά)252. Cette image d’Artémis apparaît sur des monnaies appartenant au règne de plusieurs empereurs, depuis Néron jusqu’à Caracalla, et, sur une monnaie de Commode, elle fait face à la statue d’Aphrodite tenant le boucher qui se dressait sur l’acropole de Corinthe (pl. XIX, 12)253 ; on ne peut donc hésiter à y reconnaître la copie d’une œuvre d’art.

  • 254 Sur Callon et sur Canachos, voir ci-dessus, p. 201 et p. 221. Sur la chronologie, fort compliquée, (...)
  • 255 Pour un résumé de la question, voir J. Herbillon, Les cultes de Patras, Baltimore, 1929, pp. 62-64 (...)

64Cependant, l’Artémis Laphria, telle qu’elle est représentée sur les monnaies de Patras, ne montre aucun trait archaïque. Il est donc difficile d’admettre qu’une statue de cette espèce puisse être attribuée à des sculpteurs qui, d’après Pausanias, « étaient quelque peu postérieurs à Canachos de Sicyone et à Callon d’Égine » et qui, par conséquent, appartenaient encore à la première moitié du Ve siècle avant J.-C.254 Pour résoudre cette difficulté, diverses solutions ont été proposées255.

  • 256 F. Studniczka, Die archaische Artemisstatuette aus Pompei, RM, 3 (1888), p. 277 ss. (pl. X) ; cf. (...)
  • 257 Sur le sens de θηρἐνουσα, voir C. Anti, op. cit., pp. 192-193.
  • 258 Lippold, Menaichmos, PWRE, XV (1931), col. 701.

65Studniczka pense que les monnaies de Patras ne reproduisent pas la statue mentionnée par Pausanias, mais une image d’Artémis vénérée à Patras avant que l’œuvre de Ménaechmos et Soïdas n’arrivât dans cette ville256. Assurément, il pouvait y avoir, sur l’acropole de Patras, plusieurs statues d’Artémis, mais la brève indication que Pausanias nous fournit au sujet de l’Artémis de Ménaechmos et Soïdas semble bien s’accorder avec le type de la déesse figurée sur les monnaies257. D’autre part, la tentative faite par Studniczka pour identifier l’Artémis de Ménaechmos et Soïdas avec une statuette provenant de Pompéi et pour en retrouver l’image sur des monnaies romaines et sur une peinture murale n’a donné aucun résultat satisfaisant258.

66Si nous considérons, avec Studniczka, que les monnaies de Patras ne reproduisent pas la statue amenée de Calydon, nous devons admettre que l’œuvre des sculpteurs de Naupacte nous demeure inconnue et que le texte de Pausanias est le seul témoignage que nous possédions à son sujet.

  • 259 Voir ci-dessus, p. 234, n. 5.
  • 260 P. Gardner, Copies of Statues on Coins dans Corotta numismatica,, Num. Essays in Honour of B.-V. H (...)
  • 261 Sur cette expression, voir ci-dessus, p. 233, n. 3.
  • 262 Sur les statues d’Amazones attribuées à des maîtres du Ve siècle, voir la bibliographie dans Ch. P (...)

67P. Gardner qui, dans le Commentaire numismatique à Pausanias, avait déjà identifié l’Artémis des monnaies de Patras avec la statue de Ménaechmos et Soïdas259 s’est efforcé de trouver de nouveaux arguments en faveur de cette identification260. Il a fait remarquer que l’expression employée par Pausanias pour dater Ménaechmos et Soïdas ne nous empêche pas de situer leur activité vers le milieu du ve siècle261. Or une comparaison avec des œuvres d’art, telles que les Amazones attribuées aux maîtres du ve siècle, montre que le type de l’Artémis chasseresse représentée sur les monnaies de Patras a pu apparaître vers 450 environ262. Le savant numismate en conclut que le témoignage des monnaies peut se concilier avec le renseignement fourni par Pausanias sur la date des deux artistes.

  • 263 Lippold, op. cit., col. 701 : « Wie es kommt, dass auf den Münzen von Patrai eine als Laphria beze (...)
  • 264 C. Anti, L’Artémis Laphria di Patras, Annuario della Regia Scuola archeologica di Atene, II (1916) (...)
  • 265 Pausanias, après avoir parlé de la statue de Messène, ajoute : τό σχήμα έτέρωθι δηλώσω (IV, 31, 7) (...)

68La démonstration de P. Gardner ne semble pas avoir convaincu un juge aussi compétent que Lippold, puisque ce dernier place l’apparition de ce type d’Artémis « au plus tôt à la fin du IVe siècle »263. C’est également l’opinion de C. Anti qui a retrouvé le type de l’Artémis de Patras dans un certain nombre de statues et sur un relief de la Villa Albani264. L’original serait une œuvre d’époque hellénistique que C. Anti croit pouvoir attribuer à Damophon. Nous savons, en effet, que cet artiste exécuta pour Messène une statue d’Artémis Laphria et le texte de Pausanias qui mentionne cette statue semblerait indiquer que l’Artémis de Patras présentait avec celle de Messène la plus grande analogie265. C. Anti croit pouvoir en conclure que c’était deux œuvres du même artiste, sinon identiques, du moins très proches l’une de l’autre.

  • 266 C. Anti, op. cit., p. 193.
  • 267 Lippold n’admet pas que Pausanias ait pu commettre une telle méprise : « Aber diese Statue konnte (...)

69Il reste à expliquer comment Pausanias qui a vu cette statue sur l’acropole de Patras a pu l’attribuer à deux artistes « quelque peu postérieurs à Canachos de Sicyone et à Callón d’Égine ». C. Anti pense que la statue, à l’époque de Pausanias, se dressait sur une base plus ancienne portant les noms de Ménaechmos et Soïdas266. Le Périégète, se fiant à cette inscription, n’aurait pas remarqué combien le style de l’œuvre concordait peu avec la date que l’on assignait aux deux sculpteurs de Naupacte267.

  • 268 Sur l’origine, chez Pausanias, des renseignements relatifs à l’histoire de l’art : A. Kalkmann, Pa (...)

70Il ne nous paraît pas nécessaire de recourir à une hypothèse de ce genre et il suffit, semble-t-il, pour justifier la méprise de Pausanias, de se reporter au texte même de la Périégèse. Les indications relatives à l’aspect et à la matière de la statue ont été vraisemblablement recueillies sur place. Quant à celles qui concernent les noms et la date des deux artistes, elles viennent peut-être d’une autre source ; en effet, Pausanias invoque, au sujet de la date de Ménaechmos et Soïdas, le témoignage d’autrui (τεκμαίρονται). Nous croirions volontiers que le Périégète a complété ses notes de voyage avec des renseignements pris à une source littéraire ; à ce moment, il pouvait aisément commettre une méprise, puisqu’il n’avait plus la statue sous les yeux et qu’il ne pouvait plus se livrer à aucune vérification268.

  • 269 Dans son étude sur le culte d’Artémis Laphria, F. Poulsen (ap. E. Dyggve, op. cit., p. 343), sans (...)

71Le désaccord que l’on observe entre le témoignage des monnaies et celui de Pausanias pose un problème difficile et les éléments dont nous disposons ne permettent pas de le résoudre avec une entière certitude269. Il semble bien, en tout cas, que la statue reproduite par les graveurs de Patras ne soit pas antérieure à l’époque hellénistique et que l’on doive renoncer à l’attribuer à des artistes dont l’activité se place dans la première moitié du ve siècle.

V. La sculpture attique

  • 270 Sur les sculpteurs athéniens, voir W. Deonna, Dédale, II, p. 100 ss. ; ch. Picard, Manuel, I, p. 6 (...)
  • 271 Voir ci-dessus, p. 129. On attribuait aussi à Endoios l’idole de l’Artémis d’Éphèse : ci-dessus, p (...)
  • 272 Le groupe d’Anténor aurait été restitué aux Athéniens par Alexandre (Pline, NH, XXXIV, 70 ; Arrien (...)
  • 273 Sur le groupe des Tyrannoctones, voir O.-M. Washburn, AJA, 22 (1918), p. 146, n. 3 (bibliographie) (...)

72Nous possédons les noms d’un grand nombre de sculpteurs originaires d’Athènes ou qui ont travaillé dans la grande cité270. Endoios, qui figure au nombre des Dédalides, avait exécuté pour Tégée une statue d’Athéna Aléa dont on a cherché en vain à reconstituer la physionomie271. Nous ne connaissons pas davantage le groupe des Tyrannoctones d’Anténor qui fut érigé vers 506 avant J.-C. et emporté par les Perses lors du pillage d’Athènes en 480272. En revanche, nous disposons de nombreux documents qui nous permettent de reconstituer le groupe exécuté, pour remplacer l’œuvre d’Anténor, par les sculpteurs Critios et Nésiotès273. Ces documents montrent les deux héros unis dans un effort commun contre leur adversaire : l’un, Harmodios, la jambe droite en avant, s’apprête à frapper de taille avec sa lourde épée qu’il brandit au-dessus de sa tête ; l’autre, Aristogiton, la jambe gauche avancée, tient de la main droite son épée, la pointe en avant, afin de frapper d’estoc, tandis que, de son bras gauche tendu et couvert de son manteau, il protège son compagnon.

  • 274 Lécythe à figures noires de la coll. Scaramanga : E. Petersen, Arch.-epigr. Mitt. aus Oesterreich, (...)
  • 275 La reconstitution du groupe des Tyrannoctones a été l’objet de plusieurs études récentes : E. Busc (...)
  • 276 Lécythe de la coll. Scaramanga, oenochoé de Boston.
  • 277 Amphores panathénaïques (sur la place d’Aristogiton, voir O.-M. Washburn, AJA, 22, 1918, p. 150) ; (...)
  • 278 Lécythe de la coll. Scaramanga, oenochoé de Boston, vase de la Villa Giulia.
  • 279 Sur les amphores panathénaïques, où il s’agit d’orner une surface circulaire, les personnages sont (...)
  • 280 F. Hauser, RM, 19 (1904), pp. 166-167 ; F. Studniczka, Neue Jahrb., 17 (1906), pp. 546-547 (pl. I, (...)

73L’image des Tyrannoctones apparaît fréquemment sur les peintures de vases274. On ne peut, cependant, considérer des documents de ce genre comme des reproductions d’une absolue fidélité et les utiliser sans réserve pour reconstituer le groupe de Critios et Nésiotès275. Il est certain, en effet, que les peintres de vases n’ont pas hésité à s’écarter de leur modèle lorsqu’ils y étaient contraints par les exigences de leur art. C’est ce qui explique les variantes que l’on observe dans leurs interprétations. Nous voyons, en effet, qu’ils placent en tête tantôt Harmodios276, tantôt Aristogiton277, que sur certains vases les deux personnages sont disposés l’un derrière l’autre278, tandis que sur d’autres ils se rapprochent davantage et sont en partie superposés279. Parfois, le peintre de vases interprète le sujet d’une manière personnelle qui n’offre plus qu’un lointain rapport avec l’œuvre des deux sculpteurs : un stamnos de Würzburg montre Harmodios et Aristogiton disposés, non pas côte à côte, mais face à face et, entre les deux, leur victime Hipparque, qui succombe sous leurs coups280.

74Le groupe des Tyrannoctones a été reproduit à deux reprises par les graveurs de monnaies, d’abord sur des statères de Cyzique du ve siècle avant J.-C., ensuite sur des tétradrachmes athéniens du nouveau style. Comme ces représentations offrent des caractères différents, il est nécessaire que nous les étudiions séparément.

  • 281 W. Greenwell, Num. Chron., 1887, p. 89, n» 76 (pl. III, 28) ; Wroth, BMC, Mysia, p. 29, n° 75 (pl. (...)

75a) Statères de Cyzique. — Un statère d’électron, qui offre au revers le carré creux habituel aux monnaies de cette espèce, présente au droit deux personnages nus, placés côte à côte et tournés vers la droite dans une position d’attaque (pl. XX, 1). La figure de devant, seule visible entièrement, est imberbe ; elle a la jambe droite tendue en arrière, la jambe gauche avancée et pliée ; son bras droit, baissé et ramené en arrière, tient un glaive la pointe en avant, tandis que son bras gauche tendu est recouvert d’une chlamyde. Le second personnage est presque entièrement masqué par le premier ; on peut cependant se rendre compte qu’il a la jambe gauche en arrière et tendue, la jambe droite avancée et pliée ; son bras gauche baissé est ramené en arrière ; son bras droit levé brandit une longue épée dont on aperçoit le contour derrière sa nuque et son épaule281. L’attitude des deux personnages permet de les identifier sans aucun doute avec Harmodios et Aristogiton et de reconnaître dans le statère de Cyzique une intéressante reproduction de l’œuvre de Critios et Nésiotès.

  • 282 Je me suis efforcé de montrer que le thème d’Oreste réfugié auprès de l’omphalos est un emprunt de (...)
  • 283 Cyzique fit partie au Ve siècle de la confédération athénienne : Ruge, Kyzikos, PWRE, XII (1924), (...)
  • 284 Le stamnos de Wurzburg et le lécythe de la coll. Scaramanga datent de la première moitié du Ve siè (...)

76On a constaté la présence, sur les statères de Cyzique, de sujets d’origine incontestablement athénienne, tels que Gè et Erichthonios, Cécrops, Triptolème sur son char, Oreste réfugié auprès de l’omphalos de Delphes. Ces sujets, et d’autres encore dont le caractère athénien est moins bien attesté, ont été empruntés par les graveurs de Cyzique à des œuvres d’art attiques282. Nous savons, en effet, que d’étroites relations unissaient Cyzique à Athènes dans le courant du ve siècle283. La grande cité exportait dans les ports du Pont-Euxin et de la Propontide les articles sortis de ses ateliers et, parmi ceux-ci, les vases peints dont elle avait en quelque sorte le monopole. C’est, croyons-nous, à la décoration de ces produits de l’art attique que les graveurs de Cyzique ont demandé leur inspiration ; c’est au répertoire des peintres athéniens qu’ils ont emprunté quantité de motifs dont ils ont orné les monnaies de leur cité. Parmi ces motifs figurent les Tyrannoctones, qui apparaissent dans la décoration des vases attiques dès la première moitié du ve siècle avant J.-C.284.

  • 285 W. Greenwell, op. cit., p. 96, n° 91 (pl. IV, 14) ; Wroth, op. cit., p. 29, n° 78 (pl. VII, 6) ; E (...)
  • 286 Pausanias, I, 23, 9 ; E. Löwy, Inschr. griech. Bildhauer, Leipzig, 1885, n° 39 ; cf. H. von Fritze(...)
  • 287 F. Hauser, Jahrb., 2 (1887), p. 95 ss. ; 10 (1895), p. 199 ss. Sur le « bronze Tux » que l’on a mi (...)
  • 288 L. Lacroix, L’Antiquité classique, 15 (1946), p. 223.

77On a cherché à reconnaître sur les statères de Cyzique la reproduction d’une autre œuvre de Critios et Nésiotès. Un statère montre un personnage nu, debout à droite, les jambes rapprochées et fléchies, le tronc penché en avant dans l’attitude d’un homme qui prend son élan ; le bras droit est tendu en avant, main ouverte ; le bras gauche, rapproché du corps, tient un boucher rond ; la tête est coiffée d’un casque corinthien à panache (pl. XX, 3)285. Certains érudits ont voulu identifier ce personnage avec l’hoplitodrome Épicharinos dont la statue, exécutée par Critios et Nésiotès, fut érigée sur l’acropole d’Athènes286. Mais le thème de l’hoplitodrome est un de ceux qui apparaissent fréquemment dans le répertoire des peintres de vases287. Aussi doit-on considérer ce type monétaire, non pas comme la copie d’une œuvre du grand art, mais comme la libre interprétation d’un motif emprunté aux produits de l’art industriel et, vraisemblablement, à une peinture de vase288.

  • 289 Raoul-Rochette, Mémoires de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), pp. 276-277 ; E. Beul (...)
  • 290 Sur la tête du pseudo-Phérécyde : Ch. Picard, Manuel, II, p. 14, n. 1 (fig. 3).

78b) Tétradrachmes d’Athènes. — Des tétradrachmes athéniens du nouveau style, qui portent les noms des magistrats ΜἐΝΤΩΡ — ΜΟΣΧΙΩΝ, ont pour symbole les Tyrannoctones marchant à gauche : au premier plan Harmodios, la jambe droite avancée, brandit l’épée au-dessus de sa tête ; au second plan, Aristogiton, en partie dissimulé par son compagnon, avance la jambe gauche et tend son bras gauche couvert d’une chlamyde (pl. XX, 2)289. Les Tyrannoctones ont exactement la même attitude et leur position respective est la même que sur les statères de Cyzique, mais le groupe est vu sous son autre face ; les monnaies d’Athènes permettent, en outre, de constater qu’Harmodios est imberbe, tandis qu’Aristogiton porte une longue barbe290.

79A l’opposé des statères de Cyzique, les monnaies d’Athènes peuvent passer pour des copies directes du groupe des Tyrannoctones. En effet, le problème que nous avons eu à examiner précédemment, celui des rapports entre le modèle et la reproduction, ne se pose pas dans le cas des tétradrachmes athéniens, puisque les graveurs d’Athènes avaient sous les yeux l’œuvre même de Critios et Nésiotès.

Notes

1 Sur les progrès réalisés dans la connaissance de la sculpture archaïque, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 26 ss. ; sur les écoles et sur les maîtres : W. Deonna, Dédale, II, p. 13 ss. ; ch. Picard, Manuel, I, p. 438 ss.

2 Ci-dessus, p. 104.

3 Ci-dessus, p. 47.

4 Ci-dessus, p. 50.

5 Ci-dessus, p. 67.

6 Pausanias, VII, 19, 6. Dans un autre passage, Pausanias met en doute cette attribution et fait remarquer que les gens de Patras ne montrent à personne le précieux coffret : IX, 41, 2. Sur l’activité d’Héphaistos comme sculpteur, voir L. Malten, Héphaistos, PWRE, VIII (1913), col. 333 ; Ch. Picard, Manuel, I, pp. 77-78.

7 Ci-dessus, p. 47.

8 Pausanias, II, 19, 6.

9 Sur Epeios, cité comme sculpteur par Platon (Ion, 533 b) avec Dédale et Théodoros de Samos, voir Wagner dans PWRE, V (1905), col. 2717-2718 ; Amelung dans Thieme-becker, Allgem. Lex. d. bild. Künstler, X (1914), pp. 574-575 ; St. Casson, The Technique of Early Greek Sculpture, Oxford, 1933, pp. 53-54 ; Ch. Picard, Manuel, I, pp. 79 et 163 ; Revue num., 1942, p. 1 ss.

10 Sur Dédale : J. Overbeck, Schriftqu., n° 74 ss. ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 14 ss. ; E. Pottier dans DA, II, 1, p. 4 ss. ; M. Collignon, SG, I, p. 110 ss. ; C. Robert dans PWRE, IV (1901), col. 1994 ss. ; H. Lechat, La sculpture attique avant Phidias, Paris, 1904, p. 4 ss. ; Amelung dans Thieme-Becker, op. cit., VIII (1913), p. 280 ss. ; A. Rumpf, Bonner Jahrb., 135 (1930), p. 74 ss. ; W. Deonna, Dédale, II, pp. 20-21 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 79 ss. ; P. Demargne, La Crète dédalique, Paris, 1947, p. 252 ss. Sur l’Héraclès de Thèbes, voir ci-dessus, p. 66.

11 Sur les Dédalides, voir W. Klein, Die Daedaliden, Arch.-epigr. Mitt. aus Oesterreich, V (1881), p. 84 ss. ; C. Robert, Die Daidaliden, Archaeol. Marchen (Philolog. Untersuch., X, 1886), p. 1 ss. ; W. Deonna, Dédale, II, pp. 21-22 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 85, n. 2. Sur Dédale et les Dédalides, voir aussi l’exposé de B. Schweitzer, Xenokrates von Athen, Halle, 1932, p. 20 ss.

12 Sur l’Athéna do Tégée, voir ci-dessus, p. 129, n. 3.

13 Sur l’Athéna de Cleonae, voir ci-dessus, p. 129, n. 1.

14 Ci-dessous, p. 202 ss.

15 Sur l’Athéna de Trézène, voir ci-dessus, p. 129, n. 2.

16 Sur Tectaios et Angélion : J. Overbeck, Schriftqu., nos 334-337 ; KM, Apollon, p. 17 ss. (Mzt. I, 17 à 20) ; H. Brunn, op. cit., I, pp. 50-51 ; M. Collignon, SG, I, pp. 224-225 (fig. 106) ; C. Robert dans PWRE, I (1894), col. 2188-2189 ; Wernicke, Apollon, PWRE, II (1895), col. 87 ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, III, 1, p. 500 ; Amelung dans Thiemebecker, op. cit., I (1907), p. 506 ; W. deonna, Les « Apollons archaïques », Genève, 1909, p. 370 ; Dédale, II, p. 81 ; Lippold dans PWRE, V A (1934), col. 169-170 ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXXII (1938), p. 509 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 573 (fig. 199) ; R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos, I (Paris, 1944), p. 22.

17 Pseudo-Plutarque, De Musica, 14 (1136 A) : χαήν Δήλω δἐ τοῡ αγάλματος αυτού (Απόλλωνος) άφίδρυσις εχει τῇ μἐν τη δεξιά τόξον, ὲν ôè τη άριστερςί Χάριτας, των της μουσικής οργάνων έκάστην τι εχονσαν η μἐν γαρ λνραν κρατεί, ή δ’ αυλούς, ή δ’ ἐν μέσω προσκειμένων εχει τφ ατόματι σύριγγα, ότι δ’ούτος ουκ εμός ό λόγος, Άντικλης χαὶ ῎Ιστρος ὲν ταΐς Έπιφανείαις περί τούτων άφηγήσαντο. οϋτω δέ παλαιόν έστι τό άψίδρυμα τούτο, ὤστε τους έργασαμένους αυτό τῶν καθ’ Ήρακλέα Μερόπων φασιν είναι, (cité par F. Jacoby parmi les fragments d’Anticleidès : F. Gr. Hist., II B, p. 802, n» 14 ; cf. II BD, p. 527).

18 Pausanias, II, 32, 5 ; IX, 35, 3.

19 Macrobe, Saturn., I, 17, 13 : sed quia perpetuam praestat salubritatem et pestilens ab ipso casus rarior est, ideo Apollinis simulacra manu dextera Gratias gestant, arcum cum sagittis sinistra, quod ad noxam sit pigrior et salutem manus promptior largiatur.

20 Scol. Pind., Ol., XIV, 16 (ed. Drachmann) : παρά τω Άπόλλωνί φησι καθέζεσθαι τάς Χάριτας δια την προς αυτόν οικειότητα, ἐν γονν Δελφοϊς( Δήλψ exspectes) έπι της δεξιάς είσιν ιδρυμένοι τοϋ ‘Απόλλωνος.

21 E. Beule, Les monnaies d’Athènes, p. 364 ss. ; P. Gardner, Types, pp. 81-82 (pl. XV, 29) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 144, n° 7 (pl. CC, XIII et XIV) ; J. Overbeck, KM, Apollon, p. 18 (Mzt. I, 17 et 18) ; Head, BMC, Attica, pp. 72-73, n°s 496 à 498 (pl. XI, 8) ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 135 ss. ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 56, fig. 1 à 20. Même symbole sur des drachmes : Svoronos, op. cit., pl. 56, fig. 21 à 25. Pour la date (vers 160 avant J.-C.) : J. Sundwall, op. cit., I, p. 34. L’Apollon de Délos est représenté de façon analogue sur une gemme : Furtwängler, Antike Gemmen, II, p. 191 (pl. XL, 7).

22 E. Beule, op. cit., p. 367 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 144, n° 7 (pl. CC, XI et XII) ; J. Overbeck, op. cit., p. 18 (Mzt. I, 19 et 20) ; Head, op. cit., p. 82, n° 564 (pl. XIV, 9) ; Svoronos, op. cit., pl. 56, fig. 26 et 27 ; pl. 80, fig. 8 à 14.

23 Sur ce témoignage, voir ci-dessus, p. 202, n. 2.

24 E. Beule (op. cit., p. 364), reprenant une opinion de J. de Witte, voyait dans le symbole des tétradrachmes Vénus Colias et les Génétyllides ; l’interprétation exacte avait cependant été déjà établie par plusieurs savants, entre autres par Raoul-Rochette, Mémoires de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), pp. 261-262.

25 A. Furtwängler, Delos, Arch. Zeit., 40 (1882), col. 331-332.

26 Sur l’association du griffon avec Apollon : Furtwängler, ibidem ; Durrbach, Gryps, DA, II, 2, p. 1672 ; Ziegler, Gryps, PWRE, VII (1912), col. 1925 ; sur le « maître des animaux », cf. ci-dessus, p. 90.

27 Furtwängler, ibidem ; de même J. Overbeck, op. cit., p. 21. Les griffons sont omis sur les monnaies de bronze, mais ils figurent presque toujours sur les tétradrachmes (pour des exceptions voir, par exemple, Dan. Nation. Mus., Attica-Aegina, pl. 8, n° 276).

28 L’inventaire de Démarès (180 avant J.-C.) mentionne un lingot d’or provenant de la statue d’Apollon et un autre provenant des statues des Charites : F. Durrbach, Inscriptions de Délos. Comptes des hiéropes (1929), n° 442, B, 1. 5-7 (commentaire, p. 163). On peut également supposer que l’or était associé à l’ivoire : Homolle, BCH, 6 (1882), p. 129 ; De antiquissimis Dianae simulacris, Paris, 1885, p. 7.

29 Inventaire de Sosisthénès (250 avant J.-C.) : IG, XI, 2, n° 287, B, 1. 66-68 ; Homolle, BCH, 6 (1882), p. 128. Ces couronnes sont également mentionnées dans l’inventaire de Démarès.

30 F. Courby, Le sanctuaire d’Apollon Délien, BCH, 45 (1921), p. 207, n. 1. On a calculé les dimensions de la statue en tenant compte du poids des lingots et des couronnes : Th. Reinach, CRAI, 1926, p. 31 ; si ces calculs sont justes, la hauteur de la statue n’était guère inférieure à celle de la cella du Pôrinos Naos : Ch. Picard, RE G, 39 (1926), p. 132 ; R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos, I (1944), p. 22. Sur le temple de tuf ou Pôrinos Oikos, voir la publication des fouilles : F. Courby, Les temples d’Apollon (Explor. archéol. de Délos, fase. XII, 1931), p. 207 ss. ; l’appellation ναός ov δ κολοσσός (IG, XI, 2, 145,1. 24) indique que l’idole se trouvait encore dans ce temple en 302 : F. Courby, op. cit., p. 226.

31 Peut-être existait-il à Athènes un temple et une statue de l’Apollon de Délos : Bekker, Anecd. gr., I, p. 299, 8 ; Theophr. ap. Ath., X, 424 f. On a supposé que la statue d’Athènes était un ἀφίδρυμα de celle de Délos : O. Jahn, De antiquissimis Minervae simulacris atticis, Bonn, 1866, p. 9, n. 27 ; Overbeck, KM, Apollon, p. 18.

32 E. Beule, op. cit., pp. 287-288 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 139 (pl. BB, V et VI) ; Head, BMC, Attica, p. 53, nos 403 et 404 ; J. Sundwall, op. cit., II, pp. 80-81 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 2102 ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 59, fig. 16 à 21. Même symbole sur des drachmes : Svoronos, op. cit., pl. 59, fig. 22 à 24. Pour la date (vers 165 avant J.-C.) : J. Sundwall, op. cit., I, p. 25 ; mais cf. M.-L. Kambanis, BCH, 56 (1932), p. 37 ss.

33 E. Beule, l. c.

34 Imhoof-Gardner, NCP, p. 139. Sur l’Artémis Leucophryéné, voir ci-dessus, p. 144.

35 b. Pick, Aufsätze, pp. 59-60. Nous n’avons d’autre témoignage sur cette Artémis que celui d’Athénagoras, Leg. pro Christ., 17.

36 Pausanias, I, 42, 5 ; VII, 5, 5 (à propos de l’Héraclès d’Érythrées, cf. ci-dessus, p. 67, n. 7) ; VIII, 53, 11 ; X, 36, 5. Selon une glose d’Hésychius, les œuvres éginétiques seraient caractérisées par la position des jambes jointes : Αγεινητικέργατους ανμβεβηκότας ανδριάντας. Furtwàngler a essayé, en se servant de ce texte, de distinguer les œuvres éginétiques et attiques (ou dédaliques) : Meisterwerke, pp. 721-722 (cf. H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 9) ; voir cependant les objections de C. Robert, Daidalos, PWRE, IV (1901), col. 2005.

37 W. Deonna, Dédale, II, p. 114 ss.

38 Voir ci-dessus, p. 129, n. 2.

39 Voir ci-dessus, p. 59 ; sur l’Hermès d’Olympie, voir ci-dessus, p. 70, n. 2.

40 Sur Smilis : J. Overbeck, Schriftqu., nos 283, 331, 340 à 344 ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 26 ss. ; M. Collignon, S G, I, p. 221 (fig. 105) ; Lippold dans PWRE, III A (1927), col. 722-723 ; W. Deonna, Dédale, II, pp. 114-115 ; Bieber dans Thieme-Becker, Allgem. Lex. d. bild. Künstler, XXXI (1937), p. 163 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 652 ; II, 1, p. 70. Furtwängler voulait faire de Smilis un Samien : Meisterwerke, p. 720 ss. (cf. W. Deonna, op. cit., II, p. 115, n. 1 ; Lippold, op. cit., col. 723).

41 L’attribution de la Héra de Samos à Smilis est fondée sur les textes suivants : Olympichos ap. Clément d’Alexandrie, Protr., 4, 47, 2 (C. Müller, FHG, IV, p. 466) : το δἐ ίν Σάμφ τñς "Ηρας ξόανον Σμίλιδι τω Εύκλείδου πεποιήαθαι Όλύμπιχος ἐν Σαμιακοϊς ιστορεί.

42 Sur les monnaies de Samos : P. Gardner, Samos and Samian Coins, Num. Chron., 1882, p. 200 ss. (Héra de Samos : pl. IV, 18 ; pl. V, 1 à 9) ; Head, BMC, Ionia, p. 348 ss.

43 Au droit, proue de navire (à g. ou à dr.) : Head, op. cit., n° 219 (pl. XXXVI, 15) et 220 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6323 (pl. 222) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1725. Frappées entre 20 avant et 70 après J.-C.

44 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2073 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6325 (pl. 223).

45 Head, op. cit., n° 226 ; E. Babelon, op. cit., n° 2074 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1729.

46 Devant Héra debout à droite, une proue de navire : Head, op. cit., n° 227 (pl. XXXVII, 1) ; Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 302, n° 174.

47 E. Babelon, op. cit., n° 2076.

48 Head, op. cit., nos 230 à 234 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 103, n° 1 (pl. III, 34) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1732. Sur la monnaie de Berlin, publiée par Imhoof-Blumer, Héra est debout à droite, sur une large base, entre deux paons.

49 E. Babelon, op. cit., n° 7134.

50 Head, op. cit., n° 239 ; E. Babelon, op. cit., n° 2080.

51 Head, op. cit., n° 240 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1734.

52 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 103, n° 3 (Héra debout sur une large base ; devant elle, un paon).

53 Debout à gauche sur une monnaie de Domitien : Head, op. cit., n° 233.

54 Voir ci-dessus, p. 207, n. 7 et p. 208, n. 4.

55 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 103, n° 2 (pl. III, 35).

56 Imhoof-Blumer, op. cit., I, p. 104, n° 4 (pl. III, 36) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1735.

57 Head, op. cit., nos 243 à 247 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1737.

58 Head, op. cit., n° 256 ; E. Babelon, op. cit., n° 2081 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 8431 (pl. 293, 23).

59 Head, op. cit., nOS 259 et 260 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n» 1743.

60 Head, op. cit., nOS 266 et 267 ; E. Babelon, op. cit., n° 2084 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6328 (pl. 223) ; Sylloge, I, 2, pl. XVI, 289 (Newham-Davis Coll.).

61 Head, op. cit., n° 269.

62 Head, op. cit., n° 270.

63 Head, op. cit., n° 276 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1750.

64 Head, op. cit., n° 283 (pl. XXXVII, 5) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1753.

65 Head, op. cit., nOS 291 à 293 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6331.

66 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 82, n° 7 (pl. XII).

67 Head, op. cit., n° 317.

68 Head, op. cit., n°s 321 et 322 ; E. Babelon, op. cit., n° 2087.

69 Head, op. cit., n° 326 ; L. Forrer, op. cit., III, nos 6338, 6339 (pl. 223).

70 Head, op. cit., n° 335 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, n° 1778.

71 Head, op. cit., n° 356.

72 Head, op. cit., n° 367 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1795.

73 Head, op. cit., nOS 376 à 378 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, nOS 1801, 1802.

74 Head, op. cit., nOS 387 et 388 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6352 (pl. 224) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, nOS 1812 et 1813.

75 Par exemple, sur des monnaies d’Hadrien, L. Verus et Caracalla.

76 On trouvera des exemples sur les monnaies de L. Verus, Commode, Septime Sévère, Géta, Julia Mamaea, Gordien, Trajan Dèce, Etruscilla.

77 On trouvera des exemples sur les monnaies de Caracalla, Sévère Alexandre, Macrin, Gallien, Salonine.

78 P. Gardner, Num. Chron., 1882, p. 276, n° 10 (pl. V, 7) ; Head, op. cit., n° 229 ; Bl.-T. Trell, The Temple of Artemis at Ephesos, Ν. N. M., 107 (1945), pl. X, 1.

79 Head, op. cit., n° 261 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1741.

80 Head, op. cit., n° 275.

81 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mytholog., p. 82, n° 4 (pl. XII).

82 Head, op. cit., n° 294 ; M. Schede, 2. vorlaufiger Bericht über die Ausgrabungen auf Samos (Abh. d. Berl. Ak. d. Wiss., phil. hist. Kl., 3, 1929), p. 11 (fig. 9) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 645 (fig. 446) ; Bl.-T. Trell, op. cit., pl. X, 2 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, n° 1760.

83 Head, op. cit., n° 318.

84 Head, op. cit., n° 323 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, n° 1768.

85 Head, op. cit., n° 327 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, nos 1770 et 1776.

86 Head, op. cit., n° 336 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6342 (pl. 223) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 39, n° 1779.

87 Head, op. cit., nOS 357 et 358 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6347 (pl. 223) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1789.

88 Head, op. cit., nOS 369 et 370 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. X, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1796.

89 Head, op. cit., n° 379 ; Bl.-T. Trell, op. cit., pl. X, 4 ; Dan. Nation., Mus., Ionia, pl. 40, nOS 1803 et 1806 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 6350 (pl. 224).

90 M. Schede, l. c. ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. X, 5.

91 Dan. Nation. Mus. Ionia, pl. 40, n° 1817.

92 H. Schleif avait cru pouvoir identifier le temple reproduit sur les monnaies avec un édifice dorique périptère construit à l’époque d’Auguste en face du grand autel : AM, 58 (1933), p. 218 ss. (sur l’édifice, cf. E. Buschor, AM, 55, 1930, p. 98). Bl.-L. Trell a montré que les monnaies ne permettent pas d’accepter cette identification (op. cit., p. 33 ss.).

93 M. Schede, Arch. Anz., 1919, col. 139 ; 2. vorläufiger Bericht, p. 11 (fig. 9) ; E. Buschor, AM, 55 (1930), p. 98. Le vase avec l’arbuste est posé, tantôt à droite (monnaies de Gordien et de Salonine), tantôt à gauche (monnaie de Valérien) ; rien n’indique que l’on puisse le mettre en rapport, comme le proposait H. Schleif (op. cit., p. 227), avec un enclos construit au nord de l’édifice dorique périptère : Bl.-L. Trell, op. cit., p. 35.

94 P. Gardner, Types, p. 78 (pl. XV, 5) ; Head, op. cit., n° 242 (pl. XXXVII, 2).

95 E. Babelon, op. cit., n° 2082.

96 Head, op. cit., nOS 289 (pl. XXXVII, 6) et 290.

97 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 82, n° 11 (pl. XII).

98 Head, op. cit., nOS 373 à 375 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, nOS 1799 et 1800.

99 Head, op. cit., n° 391 (pl. XXXVII, 18) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, 6 (1911), p. 5, nOS 10 et 11 (pl. I, 12) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1742.

100 Head, op. cit., nOS 343 à 345 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 38, n° 1780.

101 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1790.

102 Head, op. cit., n° 372 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 40, n° 1797.

103 J. Overbeck, KM, Hera, pp. 15-16 (Mzt. I, 10) ; P. Gardner, Num. Chron., 1882, p. 279 (pl. V, 14) ; Berlin, Beschreib., I, p. 209, n° 21 ; A. Dieudonne, Revue num., 1908, p. 345, n° 1 (pl. XII, 8).

104 Avec la légende ΗΡΑ. ΠΕΡΙΝΘΙΩΝ : p. Gardner, ibidem ; Berlin, Beschreib., I, p. 210, n° 22.

105 Ci-dessus, p. 207.

106 Sur les monnaies de Samos, une proue figure au droit de la pièce ou au revers, à côté de la statue (ci-dessus, p. 207).

107 J. von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 4 (fig. 2) ; Imhoofblumer, Nomisma, VIII (1913), p. 5. Sur les Samiens de Minoa, voir L. Robert, REG, 42 (1929), p. 22, n. 3 ; REG, 46 (1933), p. 437 ; Études épigraphiques et philologiques, Paris, 1938, p. 113, n. 1.

108 Head, BMC, Caria, p. 44, nos 115 et 116 ; décrite comme une image d’Aphrodite, mais voir la reproduction d’une de ces pièces dans M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, n° 7 (pl. I).

109 Head, BMC, Ionia, n° 242 (pl. XXXVII, 2), 283 (pl. XXXVII, 5), 289(pl. XXXVII, 6), etc. Voir aussi Imhoof-Blumer, Kleinas.Münzen, I, p. 104, n° 4 (pl. III, 36).

110 Zeus, I, pp. 444-445 (fig. 313 et 314).

111 Sur une monnaie de Julia Mamaea (Head, op. cit., n° 283, pl. XXXVII, 5), A.-B. Cook croit qu’une des cornes est retournée : op. cit., p. 444, n. 9. Cette explication ne nous paraît pas acceptable.

112 Vers des Aitia de Callimaque retrouvé sur un papyrus de Tebtynis : “Hϱῃ τη Σαμίη περί μἐν τρίχας άμπελος Ερπει. Ce vers, ainsi que la διήγησις qui l’accompagne, a été publié par M. Norsa et G. Vitelli, Διηγήσεις di poemi di Callimaco in un papiro di Tebtynis, Florence, 1934, p. 38 (col. IV, 30 ss.). Cf. Tertullien, De coron., 7 (Callimaque, fr. 414 a Schneider) et voir les commentaires de R. Pfeiffer (Sitzungsber. d. bayer. Ak. d. Wiss., philos.-hist. Abt., 1934, Heft 10, p. 19, n. 3) et de K. Mras (Rhein. Mus., 87, 1938, p. 280 ss.).

113 Selon K. Mras, la statue décrite dans ce vers n’aurait rien à voir ni avec celle dont il est question dans un autre fragment de Callimaque (ci-dessous, p. 214), ni avec celle qui est reproduite sur les monnaies : op. cit., p. 281.

114 H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 10.

115 M. Schede a signalé une terre cuite de Samos qui présente aussi les bandes croisées en diagonale : Arch. Anz., 1919, col. 139 ; cf. E. Buschor, AM, 55 (1930), p. 2 (fig. 1).

116 Lactance, Div. Inst., I, 17, 8 : inaulam Samum scribit Varro prius Partheniam nominatam, quod ibi Juno adoleverit ibique etiam Jovi nupserit. Itaque nobilissimum et antiquissimum templum ejus est Sami et simulacrum in habitu nubentis figuratum et sacra ejus anniversaria nuptiarum ritu celebrantur.

117 Le contenu de cette garde-robe est enuméré dans les inventaires : Ch. Michel, Recueil, n° 832 ; cf. M. Holleaux et Ch. Diehl, BCH, 9 (1885), p. 90 ; M. Collignon, SG, I, p. 107. Sur les statues habillées, voir ci-dessus, p. 39.

118 Athénée, XV, 672 a ss. (fr. 1 ed. C. Müller, FHG, III, p. 103 ; fr. 2 ed. A. Tresp, Fragm. d. gr. Kultschriftsteller, RVV, XV, 1, 1914, p. 153).

119 Sur le sens de la légende, voir M.-P. Nilsson, Griech. Feste von religiöser Bedeutung, Leipzig, 1906, p. 46 ss. ; L. Ziehen, Tonaia, PWRE, VI A (1937), col. 1704 ss.

120 Le texte de Callimaque (fr. 105 Schneider), cité dans un traité de Plutarque (περί τωνν Πλαταιαiς Δαιδάλων), nous a été transmis par Eusèbe, Praep. Evangel., III, 8 (cf. A. Tresp, op. cit., p. 122). Je le cite d’après K. Mras (op. cit., p. 277), tel qu’il l’a établi pour son édition de la Praep. Evangel. dans le corpus des Pères de l’Église de Berlin :
Ονπω Σκέλμιον έργον έύξοον, άλλ’ επί τεθμόν
δηναιόν γλνφάνων αξοος ήσθα σανίς
ώδε καθιδρύοντο θεούς τότε χαὶ γάρ Άθήνης
ἐν Λίνδω Δαναός λιτό ν εθηκἐν ίδος
(pour les leçons des manuscrits et pour l’établissement du texte, voir K. Mras, Wiener Studien, 56, 1938, p. 45 ss.).

121 Le texte, malheureusement fort mutilé, a été publié par M. Norsa et G. Vitelli, op. cit., p. 38 (col. IV, 23 ss.). Il a été étudié et en partie restitué par R. Pfeiffer (op. cit., p. 17 ss.), A. Wifstrand (Eranos, 32, p. 139 ss.), A. Körte (Kermes, 70, p. 120), K. Mras (Rhein. Mus., 87, 1938, p. 278 ; cf. Wiener Studien, 56, 1938, p. 51 ss.). Je cite le texte d’après K. Mras, mais en notant que la restitution de la 1. 26 (ετι νϋνv Σάμω σων) est fort problématique et que l’explication donnée pour ce passage (Rhein. Mus., 87, 1938, p. 279 ; Wiener Studien, 56, 1938, p. 54) ne me paraît pas satisfaisante :
[τξόα]νον τñς "Ηρας <της ἐν Σάμω άνδριαντοειδς > έγένετο επί
βασιλέως Προκ[λέος · τό] δε ξύ[λο]ν εξ ού είργάσθη, έτ<ι νϋν ἐν> [Σ~\άμ[ῳ] σων έξΑργους δφασι <πρό τοΠρ>οκ<λέο>ς ετι πάλαι σανιδώδες [κομι]σθήναι χαὶ άργόν ατε μηδέπω προκεκοφυίας της άγαλματομικης.

122 Aethlios dans Clément d’Alexandrie, Protr., 4, 46, 3 (fr. 1 ed. C. Müller, FHG, IV, p. 286) : καί τό της ΣαμίαςΗρας (γαλμα), ως φησιν Άέθλιος, πρότερον μἐν ήν σανίς, ύστερον δε επί Προκλέονς άρχοντος άνδριαντοειδές έγένετο. Cf. Arnobe, Adv. nat., VI, 11. Sur Aethlios, voir Schwartz, PWRE, I (1894), col. 699.

123 Pausanias, VII, 4, 4 : το δέ ιερόν τό έν Σάμω τηςΗρας είσίν οϊ ίδρύσασθαί φασι τους έν τη ‘Αργοί πλέοντος, έπάγεσθαι δέ αυτούς τό άγαλμα έξ "Αργούς.

124 Cités ci-dessus, η. 2 et 3.

125 Voir le texte ci-dessus, p. 214, n. 1.

126 Höfer dans Roscher, Lex., IV, col. 990  ;Lippold, Skelmis, PWRE, III A (1927), col. 469.

127 R. Pfeiffer, op. cit., p. 19 : « Das angeredete Herabild scheint doch nur eines zu sein, das eine Métamorphosé seiner äusseren Gestalt durchgemacht hat. » K. Mras (Wiener Studien, 56, 1938, p. 49, n. 15) écarte aussi le rapprochement avec le nom du Dactyle.

128 Skelmis est mentionné dans une scolie de Pausanias qui renvoie à Callimaque :’Ό δέ Καλλίμαχος Σκέλμιν αντί Σμίλιδός φησι (F. Spiro, Pausaniasscholien, Kermes, 29, 1894, p. 148). Cette scolie ne nous apprend au fond rien de plus que ce que nous pouvons déduire du texte de Callimaque.

129 L’emploi de l’épithète Σκέλμιον, au lieu du génitif Σκέλμιος, paraît significatif ; il ne peut s’agir que d’un nom bien connu.

130 Nonnos, Dionys., XIV, 39, etc. Sur les rapports entre les Telchines et les Dactyles : Chr. Blinkenberg, Rhodische Urvolker, Kermes, 50 (1915), p. 288.

131 Diodore, V, 55, 2 ; Suétone, περί δυσφήμων λέξεων ap. Chr. Blinkenberg, op. cit., p. 278. Cf. P. Friedländer dans Roscher, Lex., V, col. 237 ; Herter, Telchinen, PWRE, V A (1934), col. 203.

132 U. von Wilamowitz, Hermes, 29 (1894), p. 245 ; cf. Burchner, Samos, PWRE, I A (1920), col. 2196 ; K. Mras, Rhein. Mus., 87 (1938), p. 280.

133 Pausanias, VII, 4, 4 (voir ci-dessus, p. 206, n. 7).

134 Pline, NH, XXXVI, 90 (lire Samins au lieu de Lemnius : Lippold, Smilis, PWRE, III A, col. 723). Sur le « labyrinthe » de Samos et sur les architectes Rhoicos et Théodoros : E. Buschor, AM, 55 (1930), pp. 49-50. On notera que l’activité de Smilis est attestée dans deux des plus anciens sanctuaires de Héra, puisqu’on lui attribuait, à côté de la Héra de Samos, des statues assises des Hôrai, conservées dans l’Héraion d’Olympie (Pausanias, V, 17, 1).

135 J. Overbeck pense qu’il faut distinguer l’idole primitive de la Héra de Smilis : KM, Hera, pp. 9-10. K. mras s’est efforcé de prouver, en invoquant le témoignage de Georges Cedrenus (Hist. comp., I, p. 564 Bekker) qu’il existait, à côté de la statue de Skelmis-Smilis, une statue de Boupalos : op. cit., p. 284 (sur la valeur du témoignage de Cedrenus, voir Chr. Blinkenberg, La chronique du temple lindien, p. 179 ss. = Bull. Acad. des Sciences et des Lettres de Danemark, 1912, p. 445 ss.). Deux statues, l’une appelée ή θεός, l’autre ή δπισθε θεός, sont mentionnées dans les inventaires (Michel, Recueil, n° 832, 1. 27, 28 ; cf. E. Buschor, op. cit., p. 4), mais on ne peut rien tirer d’indications aussi vagues.

136 Pausanias, VII, 4, 4 (voir ci-dessus, p. 206, n. 7).

137 Bathyclès de Magnésie avait travaillé au « trône » d’Amyclées (voir ci-dessus, p. 54 ; cf. W. Deonna, Dédale, II, p. 134 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 462). Sur Sparte et son activité artistique : Lippold, Sparta, PWRE, III A (1929), col. 1525 ss. ; W. Deonna, op. cit., II, p. 132 ss. ; Ch. Picard, op. cit., I, p. 452 ss. ; pour une vue d’ensemble : F. Ollier, Le mirage Spartiate, Paris, 1933, p. 13 ss. ; P. Roussel, Sparte, Paris, 1939, p. 95 ss.

138 Sur les sculpteurs spartiates, voir Lippold, op. cit., col. 1525-1526 ; W. Deonna, op. cit., II, pp. 135-136 ; Ch. Picard, op. cit., I, pp. 461-462. Pour les élèves de Dipoinos et Skyllis, voir le tableau généalogique des Dédalides dans C. Robert, Arch. Marchen, p. 5.

139 W. Deonna, Dédale, II, p. 116 ss. ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 465 ss.

140 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 131, n° 87 (pl. XXVI, 8) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 58, n° 8 (pl. Ν, XIII) ; Pausanias edd. Hitzig Blümner, I, 2, p. 801 (Mzt. III, 11).

141 Ci-dessus, p. 128.

142 Pausanias, III, 17, 2. Deux trépieds, conservés à Amyclées, étaient aussi l’œuvre de Gitiadas : Pausanias, III, 18, 7 ; IV, 14, 2. Sur Gitiadas : J. Overbeck, Schriftqu., nos 357-359 ; H. Brunn, Qesch. d. griech. Künstler, I, pp. 114-115 ; M. Collignon, SG, I, pp. 228-230 (fig. 109) ; C. Robert dans PWRE, VII (1910), col. 1371-1372 ; Amelung dans Thieme-Becker, Allgem. Lex. d. bild. Künstler, XIV (1921), pp. 201-202 ; W. Deonna, Dédale, II, p. 135 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 461. Sur les fouilles exécutées à l’emplacement du sanctuaire : G. Dickins, The Hieron of Alhena Chalkioicos, BSA, 13 (1906-1907), p. 137 ss. ; cf. Ziehen, PWRE, Sparta, III A (1929), col. 1455. Pausanias met les trépieds d’Amyclées en rapport avec la première guerre de Messénie ; en réalité, l’œuvre de Gitiadas doit appartenir à la fin du VIIe ou au début du VIe siècle avant J.-C. : G. Dickins, op. cit., p. 138 ss.

143 L’identification est due à W. Koner, Zeitschr. f. Münzkunde, 5 (1845), p. 2 ss. (cf. O. Jahn, Arch. Zeit., 3, 1845, col. 30 ss.).

144 Pausanias, III, 17, 3.

145 G. Dickins, op. cit., pp. 139-140 ; C. Robert, op. cit., col. 1371 ; Ziehen, op. cit., col. 1455.

146 Koner, l. c. ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 58 ; E. Curtius, Gesammelte Abhandl., II (1894), p. 256 ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 8.

147 W. Koner, l. c. ; Imhoof-Gardner, NCP, pp. 58-59 ; Zschietzchmann, Melos, PWRE, XV (1932), col. 584.

148 Wroth, BMC, Crete, p. 107, n° 42 (pl. XXIV, 13). Un exemplaire de Paris, en meilleur état, est connu depuis longtemps : Ch. Lenosmant, Nouvelle galerie mythol., pl. XXIII, 9 ; O. Jahn, De antiquissimis Minervae simulacris, p. 19 (pl. III, 8) ; B. Pick, Aufsätze, p. 52 (pl. II, 6). Le signe III qui se trouve à droite dans le champ est en réalité le coing, tel qu’on le voit figuré sur d’autres monnaies de Mélos : Wroth, op. cit., pl. XXIV, 4.

149 « Eine pfeilerformige Gestalt » : B. Pick, Aufsätze, p. 52, n. 9.

150 O. Jahn, op. cit., p. 20 (pl. III, 7) ; P. Wolters, Melische Kultstatuen, AM, 15 (1890), p. 246 ss.? ; Hiller von Gärtringen, ΙG, XII, 3, n° 1081 ; S. Reinach, Rép. reliefs, II, p. 336, 4 ; Svoronos, Το έν ‘Αθήναις Έθνικον Μουσεiον, p. 470 ss. (pl. CI, n° 1743). Par erreur, ce relief est présenté par G. Fougères (DA, s. v. Minerva, p. 1925, fig. 5059) comme un agrandissement d’une monnaie de Neo-Ilion.

151 Sur le sens de cette inscription, voir l’interprétation de Svoronos, op. cit., p. 472.

152 Ces protomés feraient partie de l’égide suspendue dans le dos comme un manteau : H. Thiersch, l. c. Même particularité, à Mallos de Cilicie, sur l’image d’Athéna Magarsis (ci-dessus, p. 130). La chouette et le serpent, figurés aux côtés d’Athéna sur le relief, n’apparaissent pas sur les monnaies.

153 Svoronos, op. cit., p. 471 (fig. 225). Au droit, légende ΔΗΜΟΥ et buste d’un personnage barbu.

154 Monnaie de Nerva : L. Forrer, Weber Coll., II, n° 4675 (pl. 169). La silhouette seule est visible sur un bronze de Copenhague qui porte au droit le coing et daterait de l’époque hellénistique : Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean Islands, pl. 14, n° 690.

155 Ci-dessus, p. 218. Pour les statues engainées, voir ci-dessus, p. 143.

156 Wroth, BMC, Crete, p. 107, nos 44 à 46 (pl. XXIV, 16) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 207, n° 10 ; Imhoof-Gardner, NCP, pp. 58-59 (pl. Ν, XV) ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 4674. Imhoofblumer et P. Gardner (NCP, p. 58, pl. Ν, XIV) avaient cru reconnaître le buste de l’Athéna Chalkioicos sur un bronze d’aspect fort grossier qu’ils attribuaient à Lacédémone. En réalité, ce bronze appartient à Amblada de Pisidie et offre l’image d’un personnage barbu ; la légende complète (ΑΜΒΛΑΔΕΩΝ ΛΑΚΕΔΑΙΜΟΝΙΩΝ) a été déchiffrée sur un autre exemplaire par A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num., 17 (1890) p. 12, (pl. II, 2).

157 Pausanias, II, 31, 6. Hermon était également l’auteur de la statue d’Apollon Thearios. Sur Hermon : H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 113 ; Pfuhl, Hermon, PWRE, VIII (1912), col. 894 ; Thieme Becker, op. cit., XVI (1923), pp. 513-514.

158 Imhoof-Gardner, NCP, p. 48, n° 5 (pl. M, VII) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 2, p. 632 (Mzt. III, 5).

159 W. Deonna, Dédale, II, pp. 117-118 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 494 ss. (fig. 155).

160 Imhoof-Gardner, ibidem.

161 Sur Canachos : J. Overbeck, Schriftqu., nos 403 à 409 ; KM, Apollon, p. 22 ss. ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 74 ss. ; M. Coixignon, SG, I, p. 310 ss. (fig. 153-155) ; W. Deonna, Les « Apollons archaïques », p. 367 ss. ; Lippold dans PWRE, X (1919), col. 1846 ss. ; Thieme-Becker, op. cit., XIX (1926), pp. 512-513 ; Ch.-H. Skalet, Ancient Sikyon, Baltimore, 1928, p. 97 ss. ; W. Deonna, Dédale, II, p. 131 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 490 ss. ; p. 541.

162 L’Apollon de Didymes est souvent mentionné par Pausanias, qui ne donne, cependant, aucun renseignement précis à son sujet : I, 16, 3 ; II, 10, 5 ; VIII, 46, 3 ; IX. 10, 2.

163 Pline, NH, XXXIV, 75 : « Canachus Apollinem nudum, qui Philesius cognominatur, in Didymaeo Aeginetica aeris temperatura, cervumque una ita vestigiis suspendit, ut linum subter pedes trahatur alterno morsu calce digitisque retinentibus solum, ita vertebrato dente utrisque in partibus, ut a repulsu per vices resiliat. » Pour un essai d’interprétation de ce passage obscur, voir l’article de Mahler cité ci-dessous, p. 226, n. 2. Pline doit vraisemblablement ces renseignements à G. Licinius Mucianus : K. Jex-Blake et E. Sellers, The Eider Pliny’s Chapters on the History of Art, Londres, 1896, p. lxxxviii.

164 Les dimensions du naïscos avaient été évaluées par B. Haussoullier (10 m. de haut environ) : Rev. philol., 50 (1926), pp. 140-141 ; REG, 41 (1928), p. 236. Voir maintenant, sur ce sujet, l’étude de A. von Gerkan, Jahrb., 57 (1942), p. 183 ss. (je n’ai pu consulter la publication de H. Knackfuss dans Th. Wiegand, Didyma, I, Die Baubeschreibung, Berlin, 1941).

165 Pausanias attribue l’enlèvement de la statue à Xerxès : I, 16, 3 ; VIII, 46, 3 (cf. sur cette question F. Cauer, Branchidai, PWRE, III, 1897, col. 811). Mais on admet généralement que la statue fut emportée lors de la destruction du Didymeion par Darius en 494 : B. Haussoullier, Études sur l’histoire de Milet et du Didymeion, Paris, 1902, p. xxiii ; Mémoires de la Délégation en Perse, VII (1905), p. 157 ; Kekule von Stradonitz, Sitzungsber. d. preuss. Ak. d. Wiss., 1904, p. 789 ; Lippold, op. cit., col. 1846-1847 ; Hiller von Gärtringen, Miletos, PWRE, XV (1932), col. 1597. Sur la restitution de la statue aux Milésiens : B. Haussoullier, Études sur l’histoire de Milet et du Didymeion, p. 43.

166 Pausanias, II, 10, 5 ; IX, 10, 2. D’après St. Casson, la statue de Thèbes serait le modèle en bois qui aurait servi à exécuter le bronze de Milet : The Technique of Early Greek Sculpture, Oxford, 1933, pp. 155-156.

167 R/Lion couché à droite et astre : J. Overbeck, KM, Apollon, p. 23 (Mzt. I, 22 et 23) ; Head, BMC, Ionia, p. 196, nos 134 à 141 (pl. XXII, 9) ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 1 851 à 1856 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6057 (pl. 213) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 22, nos 1002 à 1005. Selon Head, ces monnaies sont postérieures à 190 avant J.-C. ; elles portent au revers des noms de magistrats. Sur le témoignage des monnaies, voir déjà K.-O. Müller, Kunstarchaeol. Werke, I (Berlin, 1873), p. 42.

168 Avec la légende ΜΙΑΗΣΙΩΝ. ΔΙΔΥΜΕΥΣ : Head, op. cit., p. 198, n° 146 ; S.-W. Crose, McClean Coll., III, n° 8242 (pl. 285, 16).

169 Head, op. cit., p. 198, n° 148 (pl. XXII, 10) et 149 ; P. Gardner, Types, p. 82 (pl. XV, 16).

170 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1013.

171 Head, op. cit., p. 199, nos 152 et 153 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1014.

172 Head, op. cit., p. 200, n° 159.

173 Légende ΜΙΑΗΣΙΩΝ. ΔΙΔΥΜΕΥΣ : E. Babelon, op. cit., n° 1857.

174 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1018.

175 P. Gardner, Types, p. 82 (pl. XV, 15).

176 E. Babelon, op. cit., nos 1870 et 1871 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 516.

177 Head, op. cit., p. 201, n° 163.

178 E. Babelon, op. cit., n° 1875.

179 E. Babelon, op. cit., n° 1876.

180 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 124, n° 339 (pl. IX, 3).

181 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 89, n° 27. Cf. ci-dessous, p. 224, les monnaies d’Aegialé d’Amorgos et de Pergame.

182 J. Overbeck, KM, Apollon, p. 23 (Mzt. I, 26) ;E. Babelon, op. cit., nos 1878 et 1879.

183 E. Babelon, op. cit., n° 1866;Kekule von Stradonitz, Sitzungsber. d. preuss. Ak. d. Wiss., 1904, p. 800. Sur les personnages qui accompagnent l’image d’Apollon, voir ci-dessous, p. 225.

184 A. von sallet, Zeitschr. f. Num,., 13 (1885), p. 71 ;ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 134, n° 14 (pl. XLI) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, n° 1021.

185 Ch. Lenormant, op. cit., p. 135, n° 11 (pl. XLII) ; M. Collignon, SG, I, p. 312 (fig. 154) ; Kekule von Stradonitz, l. c. ; sur cette monnaie, cf. Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 89, n° 30.

186 Head, op. cit., p. 202, n° 168.

187 Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 202, n° 169 (pl. XXXIX, 1).

188 Antonin le Pieux : J. Overbeck, op. cit., pp. 23-24 (Mzt. I, 24).

189 Antonin le Pieux : Wroth, Num. Chron., 1904, p. 304, n° 26 (pl. XVI, 12).

190 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 592, n° 59 (pl. VII, 12) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 129, n° 286 ; Mattingly-Sydenham, Roman Imperial Coinage, II, p. 400, n° 483 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, p. 385, n° * ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 8 (pl. I, 6).

191 Pinder, op. cit., n° 60 (pl. VII, 13) ; H. Cohen, op. cit., II, p. 130, n° 287 ; Mattingly-Sydenham, op. cit., II, p. 403, n° 519 ; H. Mattingly, op. cit., III, p. 391, n° 1082 (pl. 74, 5) ; H. Herzfelder, op. cit., p. 8 (pl. I, 7).

192 Caracalla : Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 4, n° 9 (pl. I, 1).

193 Caracalla : Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 121, n° 10 (pl. XXXI, 10).

194 Poole, BMC, Alexandria, p. 109, n° 936 (pl. III).

195 Poole, op. cit., p. 109, n° 937 (Apollon tient une patère à la main droite?) ; Wroth, Num. Chron., 1897, p. 117, n° 37 (pl. V, 13).

196 Poole, op. cit., p. 120, nos 1028 (pl. III) à 1031.

197 Sur ces différents types monétaires, voir Poole, op. cit., p. xlii ss. ; J. Vogt, Die alexandrinischen Münzen, I (Stuttgart, 1924), pp. 121-122.

198 Kekule von Stradonitz, Ueber den Apoll des Kanachos, Sitzungsber. d. Preuss. Ak. d. Wiss., 1904, p. 786 ss.

199 Monnaies de Septime Sévère, de Balbin, des trois empereurs Balbin, Pupien et Gordien réunis (ci-dessus, pp. 223-224). Sur les fondations de l’autel : Th. Wiegand, 7. vorläufiger Bericht über den Ausgrab. in Milet und Didyma (Anhang zu den Abhandl. d. Preuss. Ak. d. Wiss., 1911), p. 43.

200 Monnaies de Septime Sévère et des empereurs Balbin, Pupien et Gordien réunis (ci-dessus, pp. 223-224). Cf. Kekule von Stradonitz, op. cit., p. 801.

201 La physionomie du dieu et les détails de sa coiffure nous sont également connus par un fragment de décoration du Serapeion : Th. Wiegang, op. cit., p. 21 ; H. Knackfuss, Milet. Ergebnisse der Ausgrab. u. Untersuch. I, 7 (1924), p. 201 (fig. 210) ; E. Langlotz, Frühgriech. Bildhauerschulen, Nuremberg, 1927, p. 46 (pl. 22, e).

202 Monnaies autonomes et impériales (ci-dessus, pp. 222-223).

203 Kekule von Stradonitz, op. cit., p. 790. Sur certaines monnaies de Milet, la tête du dieu est entourée d’une couronne de rayons : op. cit., p. 801.

204 A. Mahler, Der didymaische Apoll des Kanachos, JIAN, 4 (1901), p. 115 ss. Cf., au sujet du témoignage des monnaies, les justes réflexions de A. Dieudonné, Revue num., 1902, p. 408.

205 On peut parfois hésiter sur la position du cerf à cause de l’imprécision du type ou de la mauvaise conservation des exemplaires (Kekule, op. cit., pp. 789-790). Il est donc périlleux d’utiliser le témoignage des monnaies, comme le fait A. Mahler, pour résoudre le problème du mécanisme décrit par Pline.

206 On trouvera une liste des œuvres mises en rapport avec la statue de Canachos dans Ch.-H. Skalet, Ancient Sikyon, pp. 97-99 (avec bibliographie). Sur un Apollon trouvé à Pompéi et qui reproduirait l’Apollon de Canachos : Not. Scav., 1929, p. 415 ss. (pl. 26) ; Ch. Picard, Manuel, p. 490, n. 5 ; H.-G. Beyen et W. Vollgraff, Argos et Sicyone, La Haye, 1947, p. 69 ss. (avec analyse des autres documents). On retiendra ce que disait W. Deonna : « Il n’y a pas de réplique exacte de la statue de Kanachos » (Les « Apollons archaïques », p. 370). Sur les gemmes : W. Deonna, op. cit., pp. 368-369 ; un chaton de bague, apporté de Milet et reproduisant l’Apollon Philésios (signalé dans BCH, 1937, p. 442) a été publié par S. Papaspyridi-Carouzou, Άρχ. Έφημ., 1937, p. 705 ss.

207 Sur les caractères de l’art créto-péloponnésien : W. Deonna, Dédale,II p. 153 ; cf. Lippold, Kanachos, PWRE, X (1919), col. 1847.

208 J. Overbeck, Schrijtqu., nos 389 ss. ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 63 ss. ; M. Collignon, SG, I, p. 316 ss. ; Pfuhl dans PWRE, VII (1912), col. 2189 ss. ; Amelung dans Thieme-Becker, op. cit., XV (1922), p. 454 ss. ; W. Deonna, Dédale, II, p. 120 ss. ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 151 ss. ; H.-G. Beyen et W. Vollgraff, Argos et Sicyone, La Haye, 1947, p. 1 ss. La forme Hagélaïdas est attestée par une inscription d’Olympie : E. Löwy, Inschr. griech. Bildhauer, Leipzig, 1885, n° 30.

209 A. Frickenhaus, Hageladas, Jahrb., 26 (1911), p. 24 ss. ; la thèse de Frickenhaus a été reprise par Pfuhl, op. cit. ; elle est discutée à nouveau par W. Vollgraff, op. cit., pp. 5-6.

210 W. Deonna, Dédale, II, p. 121 ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 151.

211 Pausanias, IV, 33, 2 : ιό όέ άγαλμα τον Διός ‘Αγελάδα μέν έστιν έργον, έποιήθη δέ έξ αρχής τοϊς ο’ικήσααιν ἐν Ναυπάκτφ Μεσσηνίων. Ιερεύς δέ αιρετός κατά ετος εκαβτον εχει το άγαλμα επί της οικίας (επί της οικίας mss, ἐν τη οικία Hitzig, mais cf. VII, 24, 4).

212 Sur la date de la prise de l’Ithôme, voir Fimmen, Ithome, PWRE, IX (1916), col. 2305. D’autres historiens placent cet événement en 459/8 : par exemple, G. Glotz, Histoire grecque, II (1931), p. 137. Cf. A. Frickenhaus, op. cit., p. 24, n. 3 ; W. Vollgraff, op. cit., pp. 1-2.

213 A. Frickenhaus, op. cit., p. 30.

214 Pfuhl, op. cit., col. 2193-2194. W. Deonna admet que la statue a été exécutée vers 480 : Dédale, II, p. 121 ; de même Ch. Picard la croit antérieure à la prise de l’Ithôme : Manuel, II, p. 151.

215 Pausanias, VII, 24, 4 (voir ci-dessous, p. 231). Frickenhaus attribue ces œuvres à Hagelaïdas II : op. cit., p. 30 ; Pfuhl ne se prononce pas : op. cit., col. 2194.

216 Imhoof-Gardner, NCP, p. 67, n° 5 (pl. Ρ, IV) ; P. Gardner, Types, p. 141 (pl. VIII, 25) ; BMC, Peloponnesus, p. 109, n° 1 (pl. XXII, 1) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 1025 (pl. CCXXVIII, 23) ; K. Reclino, AMK, n° 671. Même type de Zeus sur un triobole (E. Babelon, op. cit., n° 1026, pl. CCXXVIII, 24) et sur un statère de poids milésiaque (E. Babelon, op. cit., n° 1033, pl. CCXXVIII, 29).

217 P. Gardner place la frappe de ces monnaies entre 370 et 280 : BMC, Peloponnesus, p. 109 ; E. Babelon entre 369 et 338 environ : op. cit., II, 3, col. 686.

218 Tête de Déméter à droite. — R/MΕΣΣAΝΙΩΝ Zeus Ithômatas marchant à droite et trépied : Imhoof-Gardner, NCP, p. 67, n° 5 (pl. Ρ, V) ; P. Gardner, Types, pp. 141, 202 (pl. XII, 47) ; BMC, Peloponnesus, p. 110, nos 11 et 12 (pl. XXII, 6 et 7) ; K. Regling, AMK, n° 860 ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 1034 (pl. CCXXVIII, 30). Frappées entre 280 et 146 avant J.-C. selon P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 110. La légende ΙΘΩ(Μ) a été interprétée comme désignant les Messéniens de l’Ithôme (Μεσσανίων Ίθωμαίων) ou comme le nom de la divinité (Ίθωμάτας).

219 Bronzes frappés de 370 à 280 : P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 110, n° 10 (pl. XXII, 5) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 1032 (pl. CCXXVIII, 28).
Bronzes frappés de 280 à 146 : P. Gardner, op. cit., p. 111, nos 21 à 36 (pl. XXII, 10 et 11) ; L. Forrer, Weber Coll., II, nos 4125 à 4129 (pl. 151 et 152).
Le type de Zeus Ithômatas orne également les monnaies de Thouria : Imhoof-Gardner, NCP, p. 65 ; Dan. Nation. Mus., Phliasia-Laconia, pl. 10, nos542-544.

220 P. Gardner, op. cit., p. 112, n° 43 (pl. XXII, 15).

221 M. Collignon, SG, I, p. 318 (fig. 158, 159) ; Perdrizet, Jupiter, DA, III, 1, p. 702 ; Frickenhaus, op. cit., p. 30 ; Pfuhl, op. cit., col. 2193 ; Adler, Ithomatas, PWRE, IX (1916), col. 2304 ; Fimmen, Ithome, PWRE, IX (1916), col. 2306 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, pp. 741-742 ; W. Deonna, Dédale, II, pp. 121-122 ; Ch. Picard, Manuel, II, pp. 151-152. L’identification avec le Zeus d’Hagélaïdas est également admise par les numismates : P. Gardner, Types, pp. 202-203 ; BMC, Peloponnesus, p. xliii ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 67 ; E. Babelon, Traité, II, 3 col. 687 ; K. Regling, AMK, p. 89. Certains archéologues ont supposé que le Zeus de l’Ithôme, comme celui d’Aegion, était représenté enfant : H. Brunn, Gesch. d. griech. Künstler, I, p. 73 ; J. overbeck, KM, Zeus, p. 11 ss. ; C.-A. Hutton, BSA, 3 (1896-1897), p. 149 ss. ; contre cette cette hypothèse, voir Fr. Lenormant, Gazette archéologique, 1880, p. 81 ; A. Frickenhaus, op. cit., p. 30, n. 2.

222 La statue, qu’elle eût été exécutée avant l’exil des Messéniens ou pendant leur séjour à Naupacte, pouvait être transportée facilement, puisque, chaque année, le prêtre désigné la recevait dans sa maison (Pausanias, IV, 33, 2) ; on se demande dès lors comment certains savants (par exemple, C.-A. Robinson, 1945, p. 121 ss.) ont pu songer à l’identifier avec le grand bronze d’Artémision, qui mesure plus de 2 mètres.

223 Voir ci-dessus, p. 73. Le Zous de Dodone (Musée de Berlin) daterait de 480 environ : K.-A. Neugebauer, Antike Bronzestatuetten, Berlin, 1921, p. 51. Sur le Zeus (ou Poséidon) de l’Artémision (vers 460), voir Ch. Picard, Manuel, II, 1, p. 63 ss. (pl. XIV) ; G.-E. Mylonas, AJA, 1944, 1944, p. 143 ss. ; C.-A. Robinson, AJA, 1945, p. 121 ss. ; H.-G. Beyen et W. Vollgraff, Argos et Sicyone, p. 41 ss. (bibliographie, p. 41, n. 1).

224 Exemplaire unique de la coll. L. de Hirsch (Bruxelles, Cabinet des Médailles) : J. Mertens, Revue belge de num., 93 (1947), p. 19 ss. (ajoutez à la bibliographie : G.-E. Rizzo, Monete greche della Sicilia, Rome, 1946, p. 143, n° 16, pl. XXV). A la suite de A.-J. Evans (Num. Chron., 1896, p. 109 ss.), plusieurs savants ont reconnu sur cette monnaie, non pas Zeus, mais Poseidon : Α.-Β. Cook, Zeus, II, 1, pp. 794-795, qui note cependant le caractère exceptionnel de cette image du dieu ; la question a été reprise récemment, à propos du Zeus de l’Artémision, dans les articles de G.-E. Mylonas et de C.-A. Robinson cités ci-dessus, p. 229, n. 4 ; en dernier lieu, J. Mertens conclut en faveur de Poseidon.

225 E. Babelon, Traité, II, 1, n° 1254 (pl. XXXIX, 1 et 2) ; C.-T. Seltman, The Temple Coins of Olympia, Nomisma, VIII (1913), n° 37 (pl. 2), 72 et 73 (pl. 3) ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 741 (fig. 670-672) ; K. Regling, AMK, nos 322 et 325.

226 Interprété comme Zeus Ithômatas par A. Holm, Gesch. Siciliens, III, (1898), p. 576 ss., n° 31 (pl. I, 13) ; S. Mirone, Aréthuse, 4 (1927), p. 81, n° 26 ; Ch. Seltman, Greek Coins, pp. 134-135 ; C.-A. Robinson, AJA, 1945, p. 121 ss. (pour la discussion de cette opinion, voir l’article de J. Mertens cité ci-dessus, n. 1).

227 Contrairement à ce que pense E. Babelon (Traité, II, 1, col. 885 ss.), il n’y a aucune raison de croire que les monnaies d’Elis reproduisent la statue d’Aristonous signalée par Pausanias (V, 22, 5).

228 P. Gardner, Types, pp. 202-203 ; K. Regling, AMK, p. 89. Selon Imhoof-Blumer et P. Gardner, les monnaies de Messène nous permettent seulement de juger de l’attitude et de l’aspect général de l’œuvre ; pour le reste, les graveurs se conformeraient au goût de leur époque : NCP, p. 67.

229 « The hardncss of outline and stiffness of pose indicate this, although it must at the same time be confessed that there are points in our present coin, especially in the rendering of the head, which belong entirely to the decline » : Types, p. 202.

230 Voir les images archaïsantes d’Athéna, ci-dessus, p. 116 ss.

231 Pausanias, VII, 24, 4 : εστι δέ χαὶ άλλα Λιγιεϋσιν αγάλματα χαλκοϋ πεποιημένα, Ζεύς τε ήλικίαν παις χαὶ ‘Ηρακλής, ουδέ οδτος εχων πω γένεια, ‘Αγελάδα τέχνη τοϋ Άργείου. τούτοις κατά ετος ιερείς αιρετοί γίνονται, χαὶ έκάτερον των άγαλμάτων επί της οικίας μένει τοϋ ιερωμένου. Sur l’Héraclès d’Hagélaïdas et les monnaies de Boura, voir ci-dessus, p. 66, n. 2.

232 Bronzes frappés entre 146 et 31 avant J.-C. : au droit, buste de Zeus ; au revers, Zeus marchant à droite, sur une base, avec le foudre et l’aigle : Imhoof-Gardner, NCP, p. 84, n° 3 (pl. R, XII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 18, n° 1 (pl. IV, 12). — Avec la légende ΘΕΟΞΙΟΣ ΚΛΗΤΑΙΟΣ : P. Gardner, op. cit., p. 18, n° 4 (pl. IV, 14) ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3952 (pl. 145).

233 Antonin le Pieux : P. Gakdner, op. cit., p. 19, n° 11 (pl. IV, 17). — Avec la légende ΖΕΥΣ ΠΑΙΣ. AIΓΙΕΩΝ : Svoronos, JIAN, 2 (1899), p. 302 (pl.ΙΔ’, 11); Wroth, Num. Chron., 1902, p. 323, n° 13 (pl. XV, 13). Le même type de Zeus orne des monnaies de Marc Aurèle (légende ΑΙΓΙΕΩΝ. ΠΑΙΣ) et de Septime Sévère : Imhoof-Gardner, NCP, p. 84, n° 3 (pl. R, XIII).

234 Cette base est parfois ornée de couronnes : Imhoof-Gardner, NCP, pl. R, XIII.

235 Pausanias, VII, 23, 9. Certains savants ont reconnu sur ces monnaies l’image de Zeus Sôter : P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 18, note ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, p. 832. La plupart, cependant, ont identifié ce type monétaire avec le Zeus d’Hagélaïdas : Raoul-Rochette, Mémoires de l’Ac. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), p. 270 ; Imhoofgardner, NCP, p. 85 ; Wroth, op. cit., p. 324 ; Perdrizet, op. cit., p. 702 ; C.-A. Hutton, BSA, III (1896-1897), p. 149 ; Frickenhaus, op. cit., p. 31 ; Pfuhl, op. cit., col. 2194 ; A.-B. Cook, op. cit., II, 1, p. 742 ; W. Deonna, op. cit., II, p. 122.

236 Monnaies d’Antonin (ΖΕΥΣ ΠΑΙΣ. ΑΙΓΙΕΩΝ) et de Marc Aurèle (ΑΙΓΙΕΩΝ. ΠΑΙΣ).

237 Pausanias, VII, 24, 4 : τα δέ ετι παλαιότερα προεκέκριτο εκ των παίδων Ιεράσθαι τω Δι i ό νικών κάλλει· αρχομένων δέ αντφ γἐνείων ¿ς άλλον παίδα ή έπί τω κάλλει μετηει τιμή.

238 W. Deonna, Dédale, II, p. 156 ss.

239 J. Overbeck, Schriftqu., n° 479 ; H. Brunn, Gesch. d. griech. Kiinstler, I, p. 112 ; M. Collignon, S G, II, pp. 656-657 ; W. Deonna, Dédale, II, p. 140 ; Lippold dans PWRE, XV (1931), col. 701-702 ; Bieber dans Thieme-Becker, op. cit., XXIV (1930), p. 380, XXXI (1937), p. 218 ; ch. picard, Manuel, II, pp. 104-105.

240 Pausanias, VII, 18, 9-10 : Πατρεϋσι δέ δ Αύγουστος άλλα τε των ¿κ Καλυδώνος λαφύρων χαὶ δή καΐ της Λαψρίας έδωκε το άγαλμα, δ δή χαὶ ές ¿μέ ετι ἐν τη άκροπόλει τη Πατρέων είχε τιμάς.... το μἐν σχήμα τοϋ αγάλματος θηρεύονσά εστίν, έλέψαντος δε χαὶ χρνσοϋ πεποίηται, Νανπάκτιοι δε Μέναιχμος χαὶ Σοίδας είργάσαντο τεκμαίρονται δέ σψάς Κανάχου τοϋ Σικυωνίου καί τον ΑΙγινήτον Κάλλωνος ού πολλω γἐνέσθαι τινι ήλικίαν νατέρονς.

241 Avec la légende DIANA LAPHRIA : Imhoof-Gardner, NCP, p. 76, n° 3.

242 P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 26, n° 29 (pl. V, 17) (DEAN AUG LAPHR) ; Svoronos, JIAN, 14 (1912), p. 24, n° 1904 (pl. ς’, 6).

243 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Q, VI).

244 S.-W. Grose, McClean Coll., II, n° 6342 (pl. 221, 3) (peut-être Commode ?).

245 P. Gardner, op. cit., p. 27, n° 38 (pl. VI, 1) ; Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Q, VII).

246 Imhoof-Gardner, ibidem ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3969 (pl. 145) ; S.-W. Grose, McClean Coll., II, n° 6343 (pl. 221, 4).

247 P. Gardner, op. cit., p. 29, n° 46 (pl. VI, 6) ; Imhoof-Gardner, ibidem (pl. Q, VIII) ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3972 (pl. 145) ; S.-W. Grose, McClean Coll., II, n° 6345 (pl. 221, 6).

248 On peut constater des divergences de détail entre les types monétaires. Sur la monnaie de L. Verus (Imhoof-Gardner, NCP, pl. Q, VII), l’arc prend appui sur le bord de l’autel ; en outre, le chiton, agrafé sur l’épaule gauche, laisse l’épaule et le sein droits découverts (C. Anti note que ce détail est particulier à la monnaie de L. Verus : Annuario della Regia Scuola archeologica di Atene, II, 1916, p. 185). Sur une monnaie de Caracalla (Imhoof-Gardner, NCP, pl. Q, VIII), la déesse a la main gauche appuyée sur l’extrémité supérieure de l’arc, tandis qu’elle le tient d’habitude par le milieu. Cette même pièce présente d’autres particularités : les cheveux d’Artémis descendent en nattes sur ses épaules, le chien est debout et tourné à droite.

249 Imhoof-Gardner, NCP, p. 77 (pl. Q, IX) (DIANA LAPHRIA). Le chien fait également défaut sur la monnaie de Commode : id., op. cit., pl. Q, X.

250 S.-W. Grose, McClean Coll., II, n° 6344 (pl. 221, 5).

251 Monnaies de Galba, Domitien et Néron.

252 Imhoof-Gardner, NCP, p. 77 ; P. Gardner, op. cit., p. 26, note ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, pp. 812-813 (Mzt. IV, 6 et 7) ; pour l’opinion de P. Gardner, voir ci-dessous, p. 236.

253 P. Gardner, op. cit., p. 28, n° 41 (pl. VI, 3) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 77 (pl. Q, X) ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, p. 32, n» 189 (pl. V).

254 Sur Callon et sur Canachos, voir ci-dessus, p. 201 et p. 221. Sur la chronologie, fort compliquée, des différents temples du Laphrion de Calydon, voir F. Poulsen et K. Rhomaios, Erster vorläufiger Bericht über die dänisch-griech. Ausgrab. von Kalydon (Danske Videnskabernes Selskab, hist. filolog. Meddelelser, XIV, 3), 1927 ; E. Dyggve, Dos Laphrion. Der Tempelbezirk von Kalydon (Det Kgl. Danske Videnskabernes Selskab, Arkaeol.-Kunsthist. Skrifter, I, 2), Copenhague, 1948. E. Dyggve (op. cit., p. 240) met l’exécution de la statue (vers 460?) en rapport avec un remaniement du temple B.

255 Pour un résumé de la question, voir J. Herbillon, Les cultes de Patras, Baltimore, 1929, pp. 62-64 (l’auteur ne connaît pas l’article de C. Anti).

256 F. Studniczka, Die archaische Artemisstatuette aus Pompei, RM, 3 (1888), p. 277 ss. (pl. X) ; cf. P. Wolters, Ueber eine Statue der Artemis Laphria, AM, 14 (1889), pp. 133-134 ; Wernicke, Artemis, PWRE, II (1896), col. 1416 ; L.-A. Milani, L’Artémis di Castiglion della Pescaia, Studi e Materiali di Archeologia e Numismatica, I (Florence, 1899-1901), p. 119 ss. (pl. III).

257 Sur le sens de θηρἐνουσα, voir C. Anti, op. cit., pp. 192-193.

258 Lippold, Menaichmos, PWRE, XV (1931), col. 701.

259 Voir ci-dessus, p. 234, n. 5.

260 P. Gardner, Copies of Statues on Coins dans Corotta numismatica,, Num. Essays in Honour of B.-V. Head, Londres, 1906, p. 104 ss. (= New Chapters in Greek Art, Oxford, 1926, p. 182 ss.).

261 Sur cette expression, voir ci-dessus, p. 233, n. 3.

262 Sur les statues d’Amazones attribuées à des maîtres du Ve siècle, voir la bibliographie dans Ch. Picard, Manuel, II, p. 301, n. 4.

263 Lippold, op. cit., col. 701 : « Wie es kommt, dass auf den Münzen von Patrai eine als Laphria bezeichnete Artemis nachgebildet ist, die frühestens Ende des 4. Jhdts. entstanden sein kann, wissen wir nicht. »

264 C. Anti, L’Artémis Laphria di Patras, Annuario della Regia Scuola archeologica di Atene, II (1916), p. 181 ss. La principale des répliques signalées par C. Anti est une statue du Musée Chiaramonti : op. cit., fig. 6. Une Artémis de même type figure sur une lampe romaine de terre cuite : op. cit., fig. 5.

265 Pausanias, après avoir parlé de la statue de Messène, ajoute : τό σχήμα έτέρωθι δηλώσω (IV, 31, 7) ; il renvoie ainsi, semble-t-il, à la description de la statue de Patras : C. Anti, op. cit., pp. 191-192. Imhoof-Blumer et P. Gardner, croient reconnaître la Laphria de Damophon sur une monnaie de Messène : NCP, p. 67, n° 4 (pl. P, III) ; cf. G. Dickins, BSA, XIII (1906-1907), p. 401 ; rien ne prouve cependant que ce type monétaire représente Artémis Laphria : C. Anti, op. cit., p. 192, n. 4.

266 C. Anti, op. cit., p. 193.

267 Lippold n’admet pas que Pausanias ait pu commettre une telle méprise : « Aber diese Statue konnte selbst Pausanias nicht fur ein Werk strengen Stils halten » (op. cit., col. 701). Poulsen et Rhomaios considèrent cette hypothèse comme « eine haltlose Kombination » (op. cit.. p. 69).

268 Sur l’origine, chez Pausanias, des renseignements relatifs à l’histoire de l’art : A. Kalkmann, Pausanias der Perieget, Berlin, 1886, p. 184 ss.

269 Dans son étude sur le culte d’Artémis Laphria, F. Poulsen (ap. E. Dyggve, op. cit., p. 343), sans reprendre la question, se borne à signaler que la statue de Ménaechmos et Soïdas est reproduite sur les monnaies de Patras et à renvoyer aux articles de P. Gardner et de C. Anti.

270 Sur les sculpteurs athéniens, voir W. Deonna, Dédale, II, p. 100 ss. ; ch. Picard, Manuel, I, p. 634 ss. Les bases archaïques de l’Acropole ont été réétudiées par A. Raubitschek, Oesterr. Jahresh., 31 (1938), Beibl., col. 22 ss.

271 Voir ci-dessus, p. 129. On attribuait aussi à Endoios l’idole de l’Artémis d’Éphèse : ci-dessus, p. 190.

272 Le groupe d’Anténor aurait été restitué aux Athéniens par Alexandre (Pline, NH, XXXIV, 70 ; Arrien, Anab., III, 16, 7), Séleucus (Valère Maxime, II, 10) ou Antiochus (Pausanias, I, 8, 5) ; Hauser place la restitution sous le règne de Séleucus I et Antiochus I réunis : RM, 19 (1904), p. 180 ss. La tentative de F. Studniczka pour discerner, parmi les représentations des Tyrannoctones, celles qui seraient inspirées du groupe d’Anténor n’a abouti à aucun résultat appréciable : Die beiden Fassungen der Tyrannenmórder, Neue Jahrb. f. d. klass. Altertum, 17 (1906), p. 545 ss. B. Pick croyait voir l’image du groupe d’Anténor sur des tétradrachmes athéniens du nouveau style où l’on reconnaît généralement les Dioscures (série Mikion-Eurycleidès) : Aujsätze, p. 57 ss. ; pour une autre hypothèse, voir ci-dessous, p. 242, n. 6.

273 Sur le groupe des Tyrannoctones, voir O.-M. Washburn, AJA, 22 (1918), p. 146, n. 3 (bibliographie) ; G.-M. Richter, Sculpture and Sculptors, p. 197 ss. (fig. 565 à 577) ; W. Deonna, Dédale, II, p. 101, n. 3 ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 11 ss. Une liste des reproductions a été dressée par O. Waser, Arch. Anz., 1922, col. 157, n. 1. On trouvera les principales dans F. Studniczka, Neue Jahrb. f. d. klass. Altertum, 17 (1906), p. 545 ss. (pl. I) ; G.-M.-A. Richter, AJA, 32 (1928), p. 3 ss. Pour les répliques actuellement connues, voir V.-H. Poulsen, Der strenge Stil, Acta archaeologica, 8 (1937), p. 134 ss. ; ajoutez la réplique d’Aristogiton trouvée récemment à Rome : Arch. Anz., 1940, col. 488 (fig. 38).

274 Lécythe à figures noires de la coll. Scaramanga : E. Petersen, Arch.-epigr. Mitt. aus Oesterreich, 3 (1879), p. 76 ss. (pl. VI) ; F. Studniczka, op. cit., pp. 547-548 (pl. I, 1) ; C.-H.-E. Haspels, Attic Blackfigured Lekythoi, Paris, 1936, p. 167, p. 264, n° 39 (pl. 48, 4) ; cf. le fragment de vase à figures noires représentant Harmodios, publié par G. Bakalakis, Wiener Jahresh., 33 (1941), p. 26 (fig. 12). Oenochoé à figures rouges de Boston : F. Hauser, RM, 19 (1904), pp. 166-167 ; F. Studniczka, op. cit., p. 548 (pl. I, 7) ; cf. le vase de la Villa Giulia publié par G. Bakalakis, op. cit., pp. 27-28 (fig. 13). Amphores panathénaïques de Londres (OVA, Grande-Bretagne, fase. 1, III, H f, pl. 6) et de Hildesheim (F. Behn, Arch. Anz., 1919, col. 77 ss.) : A. Smets, L’Antiquité classique, 5 (1936), p. 96, nos 91, 92 et 94 ; H.-K. Süsserott, Griech. Plastik des 4. Jahrh., Francfort-sur-le-Mein, [1938], p. 69 ss., p. 205 ; K. Peters, Jahrb., 57 (1942), p. 143 ss. (fig. 1 et 2).

275 La reconstitution du groupe des Tyrannoctones a été l’objet de plusieurs études récentes : E. Buschor, Die Tyrannenmörder, Sitzungsber. d. bayer. Ak. d. Wiss., philos.-hist. Abt., 1940, Heft 5 (examine toutes les possibilités de grouper les deux statues) ; A.-W. Bijvanck, Bulletin van de Vereeniging tot Bevordering der Kennis van de antieke Beschaving, 17 (1943), p. 53 ss. ; K. Schefold, Museum Helveticum, I (1944), p. 189 ss. ; 2 (1945), pp. 263-264 (autres références dans le bulletin archéologique de F. Chamoux, REO, 57, 1944, p. 152). Des fragments de la base, portant une partie de l’inscription, ont été découverts dans les fouilles de l’Agora : B.-D. Meritt, Hesperia, 5 (1936), p. 355 ss.

276 Lécythe de la coll. Scaramanga, oenochoé de Boston.

277 Amphores panathénaïques (sur la place d’Aristogiton, voir O.-M. Washburn, AJA, 22, 1918, p. 150) ; vase de la Villa Giulia.

278 Lécythe de la coll. Scaramanga, oenochoé de Boston, vase de la Villa Giulia.

279 Sur les amphores panathénaïques, où il s’agit d’orner une surface circulaire, les personnages sont plus rapprochés que sur les autres vases.

280 F. Hauser, RM, 19 (1904), pp. 166-167 ; F. Studniczka, Neue Jahrb., 17 (1906), pp. 546-547 (pl. I, 5) ; E. Langlotz, Griech. Vasen in Wurzburg, Munich, 1932, n° 515 (pl. 182) (bibliographie). Une représentation analogue orne un vase trouvé à Géla : Not. Scav., 1900, p. 276.

281 W. Greenwell, Num. Chron., 1887, p. 89, n» 76 (pl. III, 28) ; Wroth, BMC, Mysia, p. 29, n° 75 (pl. VII, 3) ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2638 (pl. CLXXIV, 13) ; H. von Fritze, Nomisma, VII (1912), n° 120 (pl. IV, 6).

282 Je me suis efforcé de montrer que le thème d’Oreste réfugié auprès de l’omphalos est un emprunt de ce genre : L’Antiquité classique, 15 (1946), p. 209 ss.

283 Cyzique fit partie au Ve siècle de la confédération athénienne : Ruge, Kyzikos, PWRE, XII (1924), col. 229.

284 Le stamnos de Wurzburg et le lécythe de la coll. Scaramanga datent de la première moitié du Ve siècle.

285 W. Greenwell, op. cit., p. 96, n° 91 (pl. IV, 14) ; Wroth, op. cit., p. 29, n° 78 (pl. VII, 6) ; E. Babelon, op. cit., II, 2, n° 2628 (pl. CLXXIV, 1 et 2) ; H. Von Fritze, op. cit., n° 119 (pl. IV, 5). Il existe une hecté de ce type : E. Babelon, op. cit., II, 2, n° 2629 (pl. CLXXIV, 3).

286 Pausanias, I, 23, 9 ; E. Löwy, Inschr. griech. Bildhauer, Leipzig, 1885, n° 39 ; cf. H. von Fritze, op. cit., p. 27 ; F. Hauser, Jahrb., 2 (1887), p. 106 ; Lippold, Kritios, PWRE, XI (1922), col. 1915.

287 F. Hauser, Jahrb., 2 (1887), p. 95 ss. ; 10 (1895), p. 199 ss. Sur le « bronze Tux » que l’on a mis aussi en rapport avec l’Épicharinos : H. Lechat, La sculpture attique avant Phidias, Paris, 1904, p. 452.

288 L. Lacroix, L’Antiquité classique, 15 (1946), p. 223.

289 Raoul-Rochette, Mémoires de l’Acad. des inscr. et belles-lettres, 15 (1842), pp. 276-277 ; E. Beule, Les monnaies d’Athènes, p. 335 ss. ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 148, n° 11 (pl. DD, XIV, XV) ; Head, BMC, Attica, p. 65, n° 455 (pl. XIII, 4) ; J. Sundwall, Untersuch., II, pp. 113114 ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 74, 9 à 21. Vers 70 avant J.-C., d’après J. Sundwall, op. cit., II, p. 21 ; entre 108/107 et 87/86, d’après Kambanis, BCH, 62 (1938), p. 76 ss. On croit reconnaître Harmodios seul sur d’autres tétradrachmes qui portent la légende Ο ΔΕΜΟΣ : U. Köhler, Zeitschr. f. Num., 12 (1885), p. 103 ss. ; A. von Sallet, Zeitschr. f. Num., 13 (1885), p. 62 (pl. III) ; G. Habich, Arch. Anz., 1917, col. 32-33 ; J.-Η. Jongkees (Mnemosyne, 1947, p. 145 ss.) pense qu’il s’agit de la statue d’Anténor. Sur les monnaies de bronze (Imhoof-Gardner, NCP, p. 148, pl. DD, XVI-XVIII), il faut sans doute reconnaître Thésée ou Héraclès (cf. Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 95, 37 à 40 ; pl. 96, 20 à 29).

290 Sur la tête du pseudo-Phérécyde : Ch. Picard, Manuel, II, p. 14, n. 1 (fig. 3).

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search