Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Deuxième partie. L'histoire de la sculpture grecque et le témoignage des monnaies

Introduction à la seconde partie

Texte intégral

1Nous avons indiqué, au début de cet ouvrage, que nous nous efforcerions de traiter dans son ensemble le problème des copies de statues sur les monnaies grecques, c’est-à-dire que nous chercherions à définir l’attitude des graveurs vis-à-vis des œuvres du grand art et à établir si cette attitude a été la même au cours des différentes périodes de l’art de la monnaie.

2Parvenu au terme d’une première enquête, portant sur les copies de statues archaïques et archaïsantes, nous avons reconnu que certains aspects du problème nous avaient échappé jusqu’à présent et que nos conclusions demandaient à être vérifiées par d’autres observations. Au cours de notre exposé, nous avons rencontré un certain nombre de statues attribuées par les anciens à des sculpteurs renommés. Ces statues ont leur place toute désignée dans l’histoire de la sculpture grecque et c’est dans le cadre de cette histoire qu’il convenait de les examiner. De plus, il importait d’étendre nos recherches au delà de l’archaïsme, de manière à grouper tous les témoignages susceptibles d’éclairer notre opinion.

3Nous avons adopté pour limite la fin du ive siècle. Il était inutile, en effet, de poursuivre plus loin une enquête dont les résultats ne pouvaient plus influencer nos conclusions. Les observations que nous avons réunies à la fin de notre première partie suffisent à montrer que les graveurs de l’époque hellénistique et de l’époque romaine ont fréquemment copié des œuvres du grand art. Or les statues de la période hellénistique n’ont pu évidemment trouver place que sur des monnaies contemporaines ou postérieures à cette période.

  • 1 Ci-dessus, p. 22.
  • 2 Ci-dessus, p. 13.

4Nous ne nous dissimulons pas les difficultés que nous rencontrerons en cours de route. Comme nous l’avons déjà fait observer précédemment, les indications stylistiques qui nous ont servi à découvrir les reproductions de statues archaïques ou archaïsantes cessent de nous guider lorsqu’il s’agit des productions de l’art classique1. Mais nous disposons heureusement d’autres moyens d’investigation. Si la plupart des statues qui avaient quelque titre à figurer sur les monnaies ont aujourd’hui disparu, un bon nombre d’entre elles, cependant, nous sont connues par les textes des auteurs anciens. Ces textes constituent notre meilleure source d’information et notre répertoire le plus complet2. Nous nous sommes donc proposé comme but essentiel de recueillir les données de la tradition littéraire et de rechercher sur les monnaies la trace des chefs-d’œuvre qui ont été décrits ou mentionnés par les auteurs anciens.

  • 3 Nous avons jugé inutile, par exemple, de reprendre toute la discussion relative au groupe d’Athéna (...)
  • 4 Voir, par exemple, l’Apollon Pythoctone de Pythagoras (ci-dessous, p. 250) et la prétendue Némésis (...)

5Les travaux de nos prédécesseurs nous ont souvent dispensé de longs développements3. Nous avons dû, cependant, reprendre l’étude de certaines questions et soumettre, en particulier, à un examen attentif les types monétaires qui sont antérieurs à l’époque hellénistique, puisque, de l’interprétation de ces monnaies, dépend la solution du problème que nous nous efforçons de résoudre. Le matériel numismatique n’a pas toujours été exploité avec toute la rigueur désirable ; on verra que maintes identifications, communément admises, apparaissent comme douteuses ou même comme inacceptables4.

  • 5 C’est ainsi que nous ne dirons rien de Crésilas, parce que l’attribution à cet artiste d’une statu (...)

6Notre exposé, fondé sur l’étude d’une certaine catégorie de documents, sera nécessairement limité à ce que nous apprennent ces documents et ne pourra donc nous donner de l’histoire de la sculpture grecque qu’une vue fragmentaire et fort incomplète. Certains sculpteurs, qui ont joué un rôle assez effacé, ont cependant retenu notre attention, parce que le témoignage des monnaies nous a permis de reconstituer l’aspect de l’une ou l’autre de leurs œuvres ; en revanche, des maîtres illustres ont été passés sous silence, parce que nous avons vainement cherché à découvrir sur les monnaies un souvenir précis de leur activité5. Mais on ne devra pas perdre de vue que cet exposé a été conçu en fonction de l’objet de notre ouvrage. Nous n’avons pas voulu proposer de nouveaux rapprochements, plus ou moins vraisemblables, entre les monnaies et la statuaire ni suggérer de nouvelles hypothèses dont la valeur serait sujette à discussion. Ici encore, il importait avant tout d’assurer un fondement solide à notre démonstration en partant de faits bien établis. C’est à cette condition seulement que nous pourrons nous croire autorisé à tirer parti de notre étude pour chercher à préciser l’attitude des graveurs de monnaies vis-à-vis des œuvres du grand art.

Notes

1 Ci-dessus, p. 22.

2 Ci-dessus, p. 13.

3 Nous avons jugé inutile, par exemple, de reprendre toute la discussion relative au groupe d’Athéna et Marsyas (ci-dessous, p. 253) ou l’étude des types monétaires reproduisant l’Éros de Parion (ci-dessous, p. 315).

4 Voir, par exemple, l’Apollon Pythoctone de Pythagoras (ci-dessous, p. 250) et la prétendue Némésis d’Agoracrite (ci-dessous, p. 291).

5 C’est ainsi que nous ne dirons rien de Crésilas, parce que l’attribution à cet artiste d’une statue de Diomède, représentée surtout par la copie de Munich (Furtwängler, Meisterwerke, p. 311 ss.), ne peut être tenue pour certaine (cf. Ch. Picard, Manuel, II, 2, p. 614), On notera que le héros est représenté sur les monnaies d’Argos de différentes manières (voir ci-dessus, p. 113) ; peut-être la monnaie d’Antonin le Pieux (NCP, pl. K, XLIV, ci-dessus, p. 114) reproduit-elle le type de la statue de Munich, mais les monnaies invoquées par Ch. Picard (l. c.) n’ont manifestement rien à voir avec le Diomède dit de Crésilas. Pour d’autres artistes, il nous suffira de renvoyer à ce que nous avons dit dans notre première partie.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search