Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Première partie. La statue archaïque et le témoignage des monnaies

Chapitre III. Artémis, aphrodite et les déesses asiatiques

Texte intégral

1Comme le Palladium de Troie, la statue de l’Artémis Taurique appartient plus au domaine de la mythologie qu’à celui de l’histoire de l’art ; nous nous efforcerons, cependant, de grouper les documents numismatiques que l’on peut mettre en rapport avec cette célèbre idole. Nous étudierons ensuite quelques images d’Artémis et d’Aphrodite qui ornent les monnaies de la Grèce d’Europe, puis nous examinerons les témoignages des monnaies sur les idoles de ces déesses asiatiques dont beaucoup étaient adorées sous les noms d’Artémis ou d’Aphrodite.

I. L’Artémis Taurique

  • 1 Sur ces légendes, voir C. Robert, Die Kultbilder der Brauronischen Artemis, Archaeolog. Märchen (Ph (...)
  • 2 Pausanias, III, 16, 8 ; VIII, 46, 3. Le sanctuaire de Brauron contenait cependant une statue archaï (...)
  • 3 Pausanias, III, 16, 7. Sur les rapports entre Artémis Orthia et Iphigénie : S. Wide, Lakonische Kul (...)
  • 4 Strabon, XII, 2, 3 (535) ; Dion Cassius, XXXVI, 11 ; Pausanias, III, 16, 8 ; cf. A. Hartmann, Ma, P (...)
  • 5 Strabon, XII, 2, 7 (537) ; sur Artémis Perasia, voir H. Oppermann, Perasia, PWRE, XIX (1937), col. (...)
  • 6 Pausanias, III, 16, 8.

2De toutes les statues d’Artémis, la plus célèbre est celle qu’Oreste et Iphigénie avaient rapportée, disait-on, de Tauride. Nous savons qu’autour de cette idole, comme autour du Palladium troyen, s’étaient créées de nombreuses légendes1. Selon la tradition admise par les Athéniens, c’est à Brauron, en Attique, qu’Iphigénie avait déposé la statue ; Pausanias ajoute que Xerxès s’en était emparé et l’avait emportée à Suse ; Séleucus, après avoir fondé Laodicée de Syrie, en aurait fait cadeau aux habitants de cette ville2. Cependant, les Spartiates prétendaient posséder l’image d’Artémis qu’Oreste, disaient-ils, avait ramenée dans sa patrie, à Lacédémone, où elle était adorée sous le nom d’Artémis Orthia3. Plusieurs cités d’Asie Mineure émettaient, de leur côté, des prétentions analogues. Comana de Cappadoce, peut-être suivie par Comana du Pont, identifiait l’Artémis Taurique à la déesse Ma4, tandis que les habitants de Castabala faisaient valoir les titres de leur Artémis Perasia5 et les Lydiens ceux de leur Artémis Anaïtis6.

  • 7 Voir ci-dessous, p. 205.
  • 8 Cf. ci-dessus, p. 56. Un relief d’ivoire, trouvé dans le sanctuaire d’Artémis Orthia, reproduirait (...)
  • 9 Voir, par exemple, Babelon-Reinach, Recueil général, pl. XII, 3, 4.
  • 10 Par exemple, sur les monnaies d’Hypaepa : Head, BMC, Lydia, p. 111 ss. Sur le culte d’Anaïtis à Hyp (...)

3Les témoignages des monnaies ne sont pas, pour l’Artémis Taurique, aussi nombreux et aussi précis que pour le Palladium de Troie. Rien ne permet de dire si l’idole d’Artémis reproduite sur les tétradrachmes athéniens du nouveau style est une Artémis Brauronienne, plutôt que toute autre image de la déesse7. L’Artémis Orthia ne nous est pas mieux connue et l’on n’en trouve, semble-t-il, aucune reproduction sur les monnaies de Lacédémone8 Quant aux villes d’Asie Mineure qui prétendaient posséder la célèbre statue, leurs monnaies ne nous offrent, comme on pouvait s’y attendre, que des images des déesses orientales qui furent identifiées à l’Artémis Taurique : ni Ma, figurée avec le bouclier et la massue sur les monnaies de la Comana pontique9 ni Artémis Anaïtis, enveloppée dans ses longs voiles comme les autres déesses de l’Orient10, ne trahissent pas leur aspect l’origine étrangère que la légende s’efforçait de leur attribuer.

  • 11 Imhoof-Gardner, NCP, p. 56 ss., n° 7 (pl. Ν, XI et XII) ; Wroth, BMC, Calatia, p. 263, n° 113 (pl. (...)
  • 12 Sur cette tradition, ci-dessus, p. 133. Selon une autre tradition, c’est Oreste lui-même qui avait (...)
  • 13 H. Seyrig propose d’y reconnaître une Athéna mentionnée dans un texte de Porphyre (De abst., II, 56 (...)
  • 14 C. Robert, op. cit., p. 146 ss. ; cf. Jessen, Brauronia, PWRE, III (1897), col. 825 ; Honigmann, La (...)
  • 15 Sur une monnaie d’Aegeae en Cilicie (Émilien), E. Babelon reconnaissait Athéna armée de la lance et (...)

4Des monnaies de Laodicée (pl. XI, 1, 2), frappées à l’époque impériale, montrent une déesse debout, vêtue du peplos et coiffée d’un polos, brandissant une hache dans la main droite et tenant à la main gauche un bouclier ovale ; à ses pieds, deux cerfs sont disposés symétriquement11. On a cru reconnaître sur ces monnaies la statue de Brauron, transportée à Suse par Xerxès et donnée à Laodicée par Séleucus, selon la tradition que rapporte Pausanias12. Mais il s’agit, ici encore, de quelque divinité locale, assimilée, comme tant d’autres, à l’Artémis Taurique13. C. Robert voyait, dans l’histoire du transfert à Laodicée de la statue de Brauron, une légende inventée à l’époque de Séleucus pour rehausser la valeur du cadeau que le roi faisait à la ville de Laodicée14. Les monnaies semblent confirmer cette hypothèse, car elles montrent qu’il existait, dans d’autres villes d’Asie, des idoles fort proches de celle de Laodicée15.

  • 16 E.-H. Minns, Scythians and Greeks, p. 544.
  • 17 Monnaies d’or : A. von Sallet, Zeitschr. f. Num., 1 (1874), pp. 28-29 (pl. I, 6) ; 11 (1884), p. 47 (...)
  • 18 « Lastly we have what appears to be her cuit image, perhaps the ξόανον of which Strabo speaks (VII. (...)
  • 19 Voir ci-dessus, p. 116.
  • 20 Sur les représentations de l’Artémis Taurique : H. Philippart, Iconographie de l’ » Iphigénie en Ta (...)

5C’est dans sa patrie, la Chersonèse Taurique, que nous avons le plus de chance de trouver la déesse représentée sous son aspect véritable. Les monnaies de Chersonèse offrent différents types d’Artémis16. Sur certaines d’entre elles, qui datent d’une époque récente, la déesse, debout, coiffée d’une couronne murale, brandit un épieu dans la main droite et tient un arc à la main gauche17. On a proposé de voir sur ces monnaies la copie d’une statue18, mais l’attitude animée d’Artémis et les variantes que l’on observe entre les différents types monétaires ne sont guère favorables à une hypothèse de ce genre. Quoiqu’il en soit, on notera que le geste de cette Artémis est emprunté à l’Athéna combattante19 ; nous savons, par ailleurs, que les artistes, lorsqu’ils ont représenté quelque scène de la légende d’Oreste, n’ont pas hésité à donner à Artémis les traits que l’on prêtait généralement au Palladium des Troyens20. L’image de l’Artémis Taurique ne semble pas avoir revêtu aux yeux des Grecs une forme bien définie ; c’est sans doute ce qui explique que les identifications les plus diverses aient été proposées au sujet de cette idole.

II. Artémis et Aphrodite sur les monnaies de la Grèce d’Europe

  • 21 Sur les déesses asiatiques assimilées à Artémis et à Aphrodite, voir ci-dessous, p. 140 ss.
  • 22 Sur les images archaïques d’Artémis, voir Schreiber dans Roscher, Lex., I, col. 594 ss. ; P. Paris,(...)

6Il est rare qu’Artémis et Aphrodite, du moins sur les monnaies de la Grèce d’Europe, revêtent l’aspect de vieilles statues de culte21. Nous n’aurons à signaler que quelques images de ces déesses qui puissent passer pour des reproductions de statues archaïques22.

7 Artémis. — On n’hésitera pas à reconnaître une statue de ce type sur un tétradrachme d’Abdère qui, en raison de sa date (400-390 avant J.-C.), mérite de retenir toute notre attention :

8ΑΒΔΗΡΙ Griffon couché à gauche. — R/ΕΠΙ ΠΟΛΥΚΡΑ ΤΕΟΣ Artémis debout de face sur une base. Elle porte une longue tunique retenue à la taille par une ceinture. La tête est surmontée d’un polos et la chevelure tombe en longues mèches sur les épaules. Les bras sont pliés symétriquement ; la main droite tient un rameau que cherche à atteindre un cerf debout derrière la déesse ; la main gauche tient un arc. Carré creux.

  • 23 E. Babelon, Traité, II, 4, n° 1395 (pl. CCCXXXVII, 9) ; M.-L. Strack, Die ant. Münzen Nord-Qriechen (...)

9AR. Tétradrachme23 (pl. XI, 3).

  • 24 Artémis tient en main tantôt une couronne, tantôt un rameau : E. Babelon, op. cit., n° 1394 (pl. CC (...)

10Un autre tétradrachme d’Abdère, qui porte le nom du même magistrat au nominatif, offre une image d’Artémis semblable à la précédente. La déesse, debout à droite, les cheveux tombant en nattes sur la nuque, est vêtue de façon identique et tient en mains les mêmes attributs. Le bras gauche est avancé, tandis que le bras droit, plié à angle droit, est ramené contre le corps. La jambe gauche est avancée. Le cerf est placé à la droite d’Artémis (pl. XI, 4)24.

  • 25 Sur l’intérêt de ces représentations de face et de profil, voir ci-dessus, p. 25. G.-E. Rizzo (Thia (...)

11Sur ce second type monétaire, il n’y a ni base ni polos. Cependant, le graveur s’est incontestablement inspiré de la même statue de culte. Il est vrai que les bras ne sont pas disposés symétriquement puisque le bras droit est ramené contre le corps, mais cette modification a été imposée au graveur pour des raisons de perspective. Quelques détails sont même indiqués sur le second tétradrachme d’une manière plus exacte que sur le premier. Il est certain, en effet, que le cerf se trouvait en réalité à côté d’Artémis ; si le premier tétradrachme le montre derrière la déesse, c’est parce que le graveur a voulu éviter un raccourci difficile à rendre avec un aussi faible relief ; il l’a donc fait pivoter de quatre-vingt-dix degrés et l’a ainsi ramené dans le plan de la statue. Pour la même raison, il a écarté latéralement les bras de la déesse, alors qu’en réalité ils étaient avancés ; le second tétradrachme, où la position du bras gauche est indiquée avec exactitude, permet de nous en assurer. Nous pouvons ainsi, en interprétant judicieusement ces représentations et en combinant les renseignements qu’elles nous fournissent, arriver à reconstituer avec beaucoup de précision une intéressante statue de culte, connue seulement par le témoignage des monnaies25.

  • 26 Voir ci-dessous, p. 205.

12Une autre image d’Artémis qui présente incontestablement des traits archaïques apparaît, comme symbole, sur des tétradrachmes athéniens du nouveau style, frappés au nom des magistrats Euboulidès et Agathoclès. On a cherché, de diverses façons, à identifier la statue reproduite sur ces monnaies. B. Pick y reconnaissait le pendant de l’Apollon de Délos ; il pensait, en effet, à une Artémis de Tectaios et Angélion, mentionnée par Athénagoras26.

  • 27 Commode : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 46, n° 44 (pl. F, 27).
  • 28 Ci-dessous, p. 236.

13On pourrait encore signaler, sur des monnaies d’Éléonte dans la Chersonèse de Thrace, une déesse debout de face, les bras pliés à angle droit, dont Imhoof-Blumer a noté les traits archaïques (pl. XI, 5)27. Mais ces monnaies, dont l’interprétation reste assez incertaine, ne nous apprennent que peu de chose. Quant à la statue d’Artémis Laphria, œuvre de Ménaechmos et Soïdas, elle nous demeure sans doute inconnue ; en effet, les monnaies de Patras, où l’on a cru en trouver des reproductions, offrent un type d’Artémis qui ne paraît pas antérieur au ive siècle avant J.-C28..

  • 29 Sur les images archaïques d’Aphrodite, voir J.-J. Bernoulli, Aphrodite, Leipzig, 1873, p. 4 ss. ; F (...)

14 Aphrodite. — Les auteurs anciens attribuent à certaines idoles d’Aphrodite une origine fort ancienne, mais il ne semble pas que l’on trouve sur les monnaies le souvenir de ces œuvres primitives29. Nous nous bornerons à examiner la statue qui est reproduite, à partir de 167 avant J.-C., sur les monnaies de Leucade ; on s’accorde aujourd’hui à y reconnaître une image de la déesse :

15Déesse debout à droite sur une base, vêtue d’un long chiton avec repli, la tête surmontée d’un croissant, les cheveux ramenés en chignon sur le haut du crâne. Elle a le bras droit fléchi et tient un aplustre à la main droite ; debout à sa gauche, un cerf ; derrière, un sceptre noueux surmonté d’un oiseau. Le tout dans une couronne de laurier. — R /ΛΕΥΚΑ ΔΙΩΝ et nom de magistrat. Proue tournée à droite.

  • 30 A. Postolacas, Κατάλογος τν ἀϱxαίων νομισμάτων τν νήσων Κεϱxυϱας, Λευxάδος, κτλ., Athènes, 1868, (...)

16AR. Statères30 (pl. XI, 6-8).

  • 31 A. Postolacas, op. cit., n° 672, etc. ; Imhoof-Blumer, l. c., nos 48 (pl. I, 13), 49, 49 a ; P. Gar (...)
  • 32 Décrit comme une chouette par A.Postolacas (op. cit., n° 677) et Imhoof-Blumer (l. c., n° 51), comm (...)
  • 33 A. Postolacas, op. cit., p. 74 ss., nos 763, 784, 785, 794, etc. (pl. Δ’) ; P. Gardner, op. cit., p (...)
  • 34 A. Postolacas, op. cit., p. 76, nos 772, 773 ; p. 80, n° 816 (pl. A’) ; P. Gardner, op. cit., p. 18 (...)

17Ces types monétaires présentent diverses variantes ; parfois le sceptre surmonté de l’oiseau est absent de ces représentations31, ou bien un oiseau aux ailes entr’ouvertes est posé sur le bras droit de la déesse32. On reconnaît la même divinité, avec les mêmes attributs, sur des monnaies de bronze, tantôt tournée à droite comme sur les statères33, tantôt tournée à gauche et tenant alors, de la main gauche abaissée, un objet dont la nature paraît difficile à déterminer (pl. XI, 9)34.

  • 35 Décrite déjà comme une Artémis dans le catalogue de Postolacas.
  • 36 E. Curtius, Hermes, 10 (1876), p. 243. E. Oberhummer cherchait à cette Aphrodite une origine phénic (...)
  • 37 Denys d’Halicarnasse, I, 50. Sur la situation de ce sanctuaire : Bürchner, Leukas, PWRE, XII (1925) (...)

18La déesse figurée sur ces monnaies est décrite dans le catalogue du British Museum comme une Artémis, sans doute en raison du croissant qui la couronne et du cerf qui l’accompagne35. Toutefois, l’aplustre indique une divinité protectrice de la navigation et l’on a généralement admis, à la suite de E. Curtius, qu’il s’agit d’Aphrodite Aeneias36 ; celle-ci possédait, en effet, un sanctuaire à Leucade, « sur l’îlot, entre le canal et la ville »37.

  • 38 R. Texier, Aphrodite Ainéias à Leucade, Revue de philologie, 1934, p. 160 ; cf. J. Perret, Les orig (...)
  • 39 Pour la coiffure, cf. la tête d’Aphrodite sur des monnaies de Leucade frappées au type de Pégase : (...)

19R. Texier attribue à ce culte une origine préhellénique et note au sujet de ce type d’Aphrodite : « Nous sommes ici, sans conteste possible, en présence d’une statue de culte archaïque : le costume, la coiffure, l’attitude raidie le confirment »38. Nous n’hésitons pas, en effet, à reconnaître dans cette figure, dressée sur une base, la copie d’une statue de culte, mais, si la raideur de l’attitude révèle une effigie cultuelle, le costume et la coiffure n’apportent, à notre avis, aucune indication décisive sur le style de cette image39.

III. Les déesses asiatiques

  • 40 Sur la persistance des cultes anatoliens, voir les statistiques établies par J. Keil, Die Kulte Lyd (...)
  • 41 Sur les idoles de ce type, voir Th. Schreiber, Neue Parthenosstudien, Arch. Zeit., 41 (1883), col. (...)

20Les déesses asiatiques dont nous aurons à examiner la physionomie sont de vieilles divinités locales qui, même sous des noms grecs, ont conservé des traits fort caractéristiques40. Leurs idoles, que nous voyons reproduites en si grand nombre sur les monnaies d’Asie Mineure, gardent souvent la raideur des vieilles statues de culte41.

  • 42 Ci-dessous, p. 176 ss.
  • 43 Ci-dessous, p. 167 ss.
  • 44 Cf. ci-dessous, p. 149.
  • 45 Wernicke, Artemis, PWRE, II (1895), col. 1389 ; Adler, Kindyas, PWRE, XI (1921), col. 472 ; L. Robe (...)
  • 46 Adler, Klaria, PWRE, XI (1921), col. 547 ; Ch. Picard, op. cit., pp. 403-404 ; J.-G. Milne, Kolopho (...)
  • 47 Wernicke, op. cit., col. 1373-1374 ; W. Kroll, Leukophryene, PWRE, XII (1925), col. 2286 ss. ; H. T (...)
  • 48 Wroth, BMC, Troas, p. xxxvii ; Jessen, Astyrene, PWRE, II (1896), col. 1878. Monnaies au type d’Art (...)
  • 49 E. Babelon, op. cit., n° 4958 (pl. XIV, 9) ; L. Robert, Villes d’Asie Mineure, Paris, 1935, p. 82, (...)

21L’étude des types monétaires où figurent les images de ces déesses est particulièrement difficile, car beaucoup de cultes orientaux ne sont connus que d’une manière tout à fait insuffisante. Le nom même qu’il convient d’appliquer à telle ou telle de ces divinités ne peut pas toujours être établi d’une façon certaine. Nous savons, il est vrai, que la grande déesse d’Éphèse était une Artémis42 celle d’Aphrodisias une Aphrodite43 et que la déesse de Myra était adorée sous le nom d’Eleuthera44. Nous reconnaissons également Artémis Kindyas sur les monnaies de Bargylia45, Artémis Claria et Artémis Leucophryéné sur celles de Colophon46 et de Magnésie du Méandre47 Nous identifions aussi, grâce à la légende qui accompagne le type monétaire, une Astyréné sur les monnaies d’Antandros48 et une Codroméné sur celles de Dioshiéron (pl. XI, 10)49.

  • 50 Voir, pour des exemples d’identification de ce genre, l’article d’Imhoof-Blumer, Alte Kultbilder, N (...)
  • 51 Voici les raisons pour lesquelles Imhoof-Blumer propose de donner le nom d’Aphrodite à la déesse de (...)
  • 52 On en trouvera des exemples dans l’article d’Imhoof-Blumer, cité p. 141, n. 9.

22Mais il arrive souvent que l’identité de la déesse ne puisse être établie que par l’examen du type monétaire lui-même50. Telle attitude particulière, tel détail du costume fournissent, à cet égard, d’utiles indications51. Des renseignements plus précis nous sont donnés par les attributs que la déesse tient en mains ou qui accompagnent son image52. Cependant, les résultats auxquels conduisent de semblables recherches restent fort incertains, puisque ces déesses, que nous les dénommions Artémis, Aphrodite ou Coré, sont, en fait, de vieilles divinités anatoliennes, qui ne peuvent être assimilées entièrement aux divinités du panthéon hellénique.

  • 53 Ci-dessous, p. 154 ss.
  • 54 Ci-dessous, p. 167 ss.

23Les idoles des déesses asiatiques qui figurent sur les monnaies sont trop nombreuses pour que nous puissions les passer toutes en revue. Nous nous bornerons à en étudier quelques-unes, qui nous ont paru les plus dignes de retenir notre attention : l’Artémis de Pergé et la déesse de Sardes, aussi remarquables par leur étrangeté que par leur aspect primitif53, l’Aphrodite d’Aphrodisias et l’Artémis d’Ephèse, qui nous sont connues par de nombreuses répliques et peuvent donc être l’objet d’un examen plus approfondi54. Cependant, nous nous efforcerons, tout d’abord, de grouper quelques indications générales et de déterminer les traits principaux des idoles de cette espèce.

  • 55 Sur le calathos (ou polos), voir l’ouvrage de V.-K. Müller cité ci-dessus, p. 39.
  • 56 Ci-dessous, p. 188.
  • 57 Artémis d’Abydos (ci-dessous, p. 150).
  • 58 Artémis d’Iasos (ci-dessous, p. 148). Sur une monnaie d’Attuda (Carie), le voile retombe en deux pa (...)
  • 59 Eleuthera de Myra (ci-dessous, p. 149).
  • 60 Artémis Anaïtis (Hypaepa) : « Auf dem Kopfe sitzt ein Kalathos, über welchen ein grosser sich hinte (...)
  • 61 Ci-dessous, p. 164.
  • 62 H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 56.

24 Le vêtement et la parure. — Les deux ornements les plus caractéristiques de ces idoles sont le voile et le calathos. Le calathos a des formes variables et est parfois fort élevé55. La coiffure de l’Artémis d’Éphèse comporte, outre le calathos, un édicule en forme de temple ; cet échafaudage compliqué a été reproduit par les graveurs de diverses façons56. Le voile est placé au-dessus ou au-dessous du calathos ; parfois, il semble s’arrêter aux épaules57 ou à la taille58, mais, le plus souvent, il descend jusqu’aux pieds de l’idole ; tantôt, il suit les contours du corps59, tantôt, il s’en écarte et se déploie largement derrière la statue (pl. XI, 12, 14, 16)60. L’idole de la déesse de Sardes a le corps et les bras entièrement dissimulés par une draperie61. L’Artémis d’Éphèse ne porte pas de voile ; elle a le visage encadré par un ornement en forme de nimbe. H. Thiersch a montré que ce nimbe est constitué par le chiton lui-même qui est ramené sur la tête à la façon d’un capuchon62.

  • 63 Exemples sur les monnaies d’Attuda (Head, BMC, Caria, pl. X, 13), de Sébastopolis (L. Robert, Étude (...)
  • 64 Exemples sur les monnaies d’Hypaepa (Head, BMC, Lydia, pl. XII, 11-14) et d’Apamée (Head, BMC, Phry (...)
  • 65 L’étude de H. Thiersch, Ependytes und Ephod, est consacrée spécialement à cette forme de vêtement. (...)
  • 66 Voir ci-dessous, p. 174 et p. 190.
  • 67 Head, BMC, Lycaonia, pp. 42-43, n° 7 (pl. VII, 7), 11 et 12 (pl. VII, 9) ; E. Babelon, Coll. Waddin (...)

25Les Artémis asiatiques portent fréquemment le chiton avec repli (pl. XI, 13 ; pl. XII, 8, 9)63. Parfois ce chiton, serré autour des jambes, prend l’aspect d’une gaine qui va en s’amincissant vers le bas, puis s’évase autour des pieds de la déesse (pl. XI, 12)64. Certaines idoles sont véritablement engainées : la partie inférieure de leur corps est enveloppée dans une gaine aux formes rigides qui est décorée de reliefs65. Il est généralement impossible de distinguer sur les monnaies les motifs de cette décoration que les graveurs ont rendus d’une manière schématique, mais nous les voyons reproduits sur les répliques de l’Artémis d’Éphèse et de l’Aphrodite d’Aphrodisias66. Parfois, l’idole est entièrement engainée : la déesse dont l’image figure sur les monnaies d’Anemourion semble entourée de bandelettes et revêt ainsi l’aspect d’une momie égyptienne (pl. XI, 16)67.

  • 68 Voir ci-dessous, p. 190. L’idole reproduite sur une monnaie d’Hyllarima (Carie) porte des boucles d (...)
  • 69 Ces « mamelles » sont superposées au vêtement, ainsi que le montrent les répliques de l’Éphésienne.
  • 70 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 8, n° 25 (pl. I, 24). Imhoof-Blumer a montré que la déesse de Kidrama e (...)
  • 71 Rayet et Thomas, Milet et le golfe Latmique, I (Paris, 1877), p. 127 (fig. 27) ; J. Kohte ap. C. Hu (...)
  • 72 Saint Jérôme, Comment, in epist. Pauli ad Ephes. (Migne, Patrol. lat., t. XXVI, 541) ; Minucius Fél (...)
  • 73 Voir ci-dessus, p. 93 ss.
  • 74 Hill, BMC, Lycia, p. 103 ss., n° 79 (pl. XXII, 7) et 94 (pl. XXII, 11) ; E. Babelon, op. cit., n° 3 (...)

26Les déesses asiatiques sont parées de colliers, de guirlandes et d’ornements divers68. L’Artémis d’Éphèse porte en outre sur la poitrine plusieurs rangées de « mamelles » postiches69. Ce trait ne lui est pas particulier, ainsi qu’en témoignent les monnaies de Kidrama70. L’Artémis Leucophryéné, reproduite sur les monnaies de Magnésie du Méandre, a aussi la poitrine couverte d’ornements en forme de « mamelles » (pl. XI, 14, 15)71. Peut-être ces ornements avaient-ils, à l’origine tout au moins, une signification différente de celle que nous leur attribuons aujourd’hui d’après le témoignage d’auteurs de basse époque72. On notera, en effet, qu’ils apparaissent également sur la poitrine du Zeus Labraundos73. Les deux idoles jumelles d’Aspendos en sont entièrement couvertes et présentent ainsi parfois l’aspect de grappes de raisin (pl. XII, 1-4)74.

  • 75 Head, BMC, Caria, p. 72 ss., nos 9, 10, 13 (pl. XI, 7 et 9) ; E. Babelon, op. cit., nos 2280 et 228 (...)
  • 76 P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 25, n° 11 (pl. VIII, 6 ; décrite à tort comme la déesse de Myra (...)
  • 77 Voir le recueil des monnaies de Sébastopolis dans L. Robert, Études anatoliennes, p. 357 ss. (pl. X (...)
  • 78 Tétradrachmes : Head, op. cit., p. 242, n° 128 (pl. XXXVIII, 3) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 9, n° (...)
  • 79 Head, op. cit., p. 267, nos 399 et 401 (pl. XLIII, 2 à 4) ; ImhoofBlumer, op. cit., p. 9, nos 30 à (...)
  • 80 Poole, BMC, Ptolemies, p. 52, nos 57 à 62 (pl. XI, 1, 2) ; E. Babelon, op. cit., nos 4836 (pl. XIII (...)

27 Les « bandelettes ». — La statue d’Artémis Kindyas, qui est reproduite sur les monnaies de Bargylia en Carie (pl. XII, 5)75et qui figure en symbole sur des tétradrachmes d’Antiochus III (pl. XII, 6)76, a les bras croisés sur la poitrine. D’autres idoles ont un bras sur la poitrine et l’autre le long du corps ; des exemples de cette attitude se présentent sur les monnaies de Sébastopolis en Carie (pl. XII, 8, 9)77, sur des pièces de Rhodes où une statue de ce type figure en symbole (pl. XII, 7)78 ou comme type du revers79, sur des bronzes de Ptolémée III80.

  • 81 Sur cette attitude, voir ci-dessus, p. 24.
  • 82 Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), p. 284 (fig. 2 et 4) ; cf. Α.-Β. Cook, Zeus, II, 1, fig. 313
  • 83 Il ne semble pas qu’il y ait lieu de donner une signification différente aux bandelettes selon qu’e (...)
  • 84 Colophon : Head, BMC, Ionia, p. 43, n° 53 : « her hands supported by two props standing each in an (...)
  • 85 Ch. Picard, Éphèse et Claros, p. 533 : « Or, en certains cas, les « fillets » s’achèvent par des re (...)
  • 86 Interprétation admise par H. Thiersch, Artemis Ephesia (Abhandl. d. Ges. d. Wiss. zu Göttingen, phi (...)
  • 87 K. Lange, AM, 6 (1881), p. 70.
  • 88 J. von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 5 ss. Sur les statues enchaînées, voir Ch. Clerc, L (...)
  • 89 D.-G. Hogarth cherche à retrouver dans l’idole de l’Artémis d’Éphèse le souvenir de la πὀτνια θηϱῶν(...)

28Mais, le plus souvent, les déesses asiatiques sont représentées avec les bras pliés à angle droit et les avant-bras étendus latéralement81. Elles tiennent généralement, dans leurs mains ou attachés à leurs poignets, des ornements en forme de bandelettes noueuses qui descendent verticalement, parfois sans toucher le niveau du sol82, ou qui convergent vers les pieds de la statue83. Ces « bandelettes » se terminent parfois par un objet que l’on a décrit de diverses façons : comme une urne84, comme un trépied85, comme une houppe à trois touffes86. La signification de ces mystérieux ornements reste assez incertaine et les archéologues ont proposé, à leur sujet, les explications les plus diverses. Les uns y ont vu des supports destinés à maintenir les bras de l’idole87, les autres des chaînes qui la rivaient sur place, à la façon de certaines statues dont parlent les auteurs anciens88, d’autres encore ont cru que ces motifs étaient le résultat d’une évolution qui en avait entièrement transformé la signification primitive89.

  • 90 Ci-dessus, p. 86.
  • 91 Ci-dessus, p. 124. C’est déjà l’interprétation de Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), p. 283 ss. (...)
  • 92 Voir ci-dessus, p. 146.
  • 93 Voir ci-dessous, p. 179.
  • 94 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 54, n° 41 (pl. II, 14) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 7, n° (...)
  • 95 La Grande Mère de Pergame tiendrait en mains des bâtons ; elle a, de plus, à la main droite une Nik (...)
  • 96 Monnaies de Maeonia (Imhoof-Blumer, op. cit., p. 13, n° 40, pl. II, 3), Philadelphie (pp. 13-14, no (...)

29Pour notre part, nous croyons devoir y reconnaître des bandelettes analogues à celles qui ornent, par exemple, l’image d’Apollon sur les monnaies d’Aegae90 ou celle d’Athéna sur les monnaies de Pergame91. Nous avons déjà signalé précédemment que les « bandelettes » restent parfois suspendues aux bras de l’idole, sans toucher le niveau du sol, ce qui exclut l’idée de support ou de chaîne92. D’autre part, sur des cistophores frappés à Éphèse, figure en symbole une « bandelette » attachée à une main isolée (pl. XII, 10)93 ou pendue au bec d’un oiseau (pl. XII, 11)94. Bien entendu, il est possible que certaines divinités aient été représentées avec, au lieu de « bandelettes », des supports ou des bâtons95, de même que Hécate est constamment figurée sur les monnaies avec deux torches dans les mains96.

    • 97 Deux eerfs (Artémis d’Éphèse : ci-dessous, p. 181) ; deux oiseaux (Artémis Leucophryéné à Magnésie (...)
    • 98 Artémis d’Éphèse entre deux Némésis, entre Asclépios et Némésis, entre Isis et Sérapis (ci-dessous, (...)
    • 99 Personnifications de fleuves ou de montagnes : Imhoof-Blumer, Flussund Meergötter auf griech. und r (...)
    • 100 Artémis d’Éphèse entre deux empereurs (ci-dessous, pp. 183-184).
    • 101 Pour des exemples, voir H. Seyrig, Syria, 13 (1932), p. 55, n. 7.

    Eléments accessoires. — Les règles de symétrie auxquelles se conforment la plupart de ces images s’appliquent aussi à des éléments qui sont étrangers à la statue elle-même. Plusieurs de ces déesses ont à leurs pieds des animaux, quadrupèdes ou oiseaux, disposés d’une manière antithétique97. Parfois aussi, l’idole est placée entre deux personnages, autres divinités98, personnifications99 ou fidèles sacrifiant100. Il n’est pas rare non plus de distinguer dans le champ de la pièce, de part et d’autre de la statue, le croissant et l’étoile, symboles habituels des dieux et des déesses de l’Orient101.

    • 102 Cf. V. Müller, Kultbild, col. 483.
    • 103 Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 7, n° 22 (pl. I, 22). Sur cette déesse, voir Th. Reinach, R (...)
    • 104 Les deux idoles étaient apparentées, comme l’atteste la légende que Polybe (XVI, 12, 3) rapporte au (...)

    Appréciation stylistique. — Certaines de ces images sont d’un aspect si primitif qu’on serait tenté de les ranger parmi les idoles aniconiques102. L’Artémis Astias qui est figurée, à l’époque de Commode, sur une monnaie d’Iasos (pl. XII, 12) nous apparaît comme un grossier fétiche103, mais notre impression serait peut-être modifiée si nous possédions de meilleures reproductions de la statue ; on notera que la déesse porte un voile qui s’arrête à la taille, comme celui de l’Artémis Kindyas de Bargylia, et l’on peut supposer qu’elle avait, elle aussi, les bras croisés sur la poitrine104.

  • 105 ή λεγομένη παϱά Λνxίοις Ελευθέϱα : Artémidore, Onirocr., II, 35. Sur cette déesse, voir Hill, BMC, (...)
  • 106 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 3124 (pl. VII, 5). Le buste de la statue figure seul sur des monna (...)
  • 107 Hill, op. cit., p. 57, n° 7 (pl. XII, 9).
  • 108 Déesse de Myra et Apollon de Patara dans un temple distyle : Hill, op. cit., p. 78, n° 19 (pl. XVI, (...)
  • 109 Hill, op. cit., p. 71, n° 13 ; E. Babelon, op. cit., nos 3125 et 3126 ; L. Forrer, Weber Coll., III (...)
  • 110 Hill, BMC, Lycia, p. 71, n° 14 (pl. XV, 8).
  • 111 Hill, op. cit., p. 71, n° 12 (pl. XV, 7) ; E. Babelon, op. cit., n° 3127.
  • 112 E. Babelon, op. cit., n° 3128.
  • 113 Hill, op. cit., p. 71, n° 11 (pl. XV, 6) ; E. Babelon, op. cit., nos 3129 (pl. VII, 6) et 3130. Sur (...)

30La déesse lycienne Eleuthera revêt un aspect non moins étrange105. Son image nous apparaît, à l’époque de Gordien III, sur les monnaies de Myra (pl. XII, 15)106 et de Kyaneae107, ainsi que sur des monnaies d’alliance de Patara et Myra108. Sur les monnaies de Myra, elle est parfois représentée dans un temple distyle, tantôt seule109, tantôt accompagnée d’une Niké qui la couronne110. Elle apparaît également au milieu d’un temple tétrastyle (pl. XII, 16)111 ou entre la Tyché de la cité et une figure à demi nue112. Enfin, de curieux types monétaires la montrent vue à mi-corps dans le branchage d’un arbre ; au pied de cet arbre, deux hommes brandissent des haches à double tranchant, tandis que deux serpents lèvent vers eux leur gueule menaçante (pl. XII, 14)113.

  • 114 Ces détails sont visibles sur la monnaie de Myra publiée par E. Babelon, op. cit., n° 3124 (pl. VII (...)

31L’idole de Myra, comme celle d’Iasos, a souvent l’aspect d’un simple bloc pourvu d’une tête. Cependant, certains types monétaires permettent de se rendre compte qu’il s’agit, en réalité, d’une statue engainée ; la gaine ne recouvre pas la poitrine, nettement indiquée, et laisse échapper à sa partie inférieure les plis d’une tunique114. Cette idole est donc moins primitive qu’on n’aurait pu le supposer au premier abord ; les bras semblent faire défaut, mais peut-être sont-ils dissimulés par le long voile qui couvre la statue.

  • 115 Auguste : E. Babelon, op. cit., n° 1065 (Apollon) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 2, n° 1 (...)
  • 116 Imhoof-Blumer a montré qu’il s’agit bien d’Artémis et non pas d’Apollon : Nomisma, VIII (1913), pp. (...)

32Le xoanon qui est reproduit sur les monnaies d’Abydos en Troade mérite également d’être signalé en raison de son aspect archaïque115. L’idole d’Abydos ressemble fort à un hermès : la poitrine s’arrondit au-dessus d’une gaine étroite qui enveloppe tout le bas du corps ; la tête, surmontée d’un calathos, est couverte d’un voile qui semble s’arrêter aux épaules. Cette image d’Artémis, à la différence des précédentes, est pourvue de bras et tient à la main gauche une branche de laurier (pl. XII, 17, 18)116.

  • 117 Voir ci-dessous, p. 175 et p. 192.

33Mais il serait imprudent d’essayer de déterminer l’âge de ces statues de culte uniquement d’après le témoignage des monnaies. Les idoles de l’Artémis d’Éphèse et de l’Aphrodite d’Aphrodisias, que nous connaissons par d’autres documents, se révèlent en effet, non pas comme des œuvres archaïques, mais comme des créations d’une époque tardive117. Les types monétaires ne nous fournissent pas les éléments nécessaires pour porter un jugement stylistique sur des œuvres de cette espèce et pour distinguer les authentiques xoana de leurs imitations hellénistiques ou romaines.

  • 118 Monnaies de Milet : Head, BMC, Ionia, p. 198 ss., n° 150 (pl. XXII, 11), 151, 155, 161, 167 ; Imhoo (...)
  • 119 Head, BMC, Ionia, p. 139, n° 197 (pl. XVI, 4) ; sur ce type monétaire, voir P. Gardner, Types, p. 2 (...)

34Dans certains cas, il semble que les graveurs aient pris pour modèles des statues de culte où le type de l’Artémis hellénique était associé à celui de la déesse asiatique. L’Artémis de Milet, qui porte le voile et le calathos des divinités orientales, a un arc pour attribut118. Une autre déesse, dont l’image figure sur une monnaie d’or d’Érythrées, nous apparaît dans le costume habituel des Artémis chasseresses, avec le chiton court et les endromides ; mais, des deux côtés de sa tête que surmonte un calathos, s’arrondit un nimbe analogue à celui de l’Artémis Éphésienne119.

    • 120 H. Thiersch cherche l’origine de ce type dans le nord de la Syrie : Ependytes und Ephod, p. 14 ss.
    • 121 Overbece :, KM, Demeter und Kora, p. 414 (Mzt. VIII, 5) ; P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 101, (...)
    • 122 R. Dussaud décrit cet attribut comme une fleur ou un fruit : Syria, 3 (1922), p. 222 ; E.-T. Newell(...)
    • 123 E. Babelon hésite à y reconnaître des mamelles : op. cit., p. clxx ; R. Dussaud (l. c.) pense à des (...)
    • 124 E.-T. Newell (l. c.) songe à une tête de face.
    • 125 E. Babelon, op. cit., n° 1567 et 1568 (pl. XXVIII, 2) ; E.-T. Newell, op. cit., p. 78, n° 116 (pl. (...)

    Diffusion du type. — Des types analogues à ceux que nous offrent les monnaies d’Asie Mineure se retrouvent sur des monnaies de Syrie, de Palestine et de Phénicie qui reproduisent des divinités sémitiques, Atargatis et Astarté120. Des tétradrachmes du roi Séleucide, Démétrius III Eucaerus (pl. XIII, 1-3), ont pour type du revers un curieux xoanon où R. Dussaud a reconnu l’idole de l’Atargatis de Damas, parèdre du Zeus Damascenus. dont l’image figure sur les tétradrachmes d’Antiochus XII Dionysos121. La déesse a les avant-bras étendus latéralement et tient une fleur ( ?) à la main gauche122 ; le corps est enfermé dans une gaine dont la surface est entièrement couverte de motifs qui ressemblent aux « mamelles » de l’Artémis Éphésienne123tandis que sur la poitrine se détache une sorte de grand médaillon de forme ovale124 ; au-dessus de chaque épaule émerge un épi de grandes dimensions ; un voile, posé sur la tête de l’idole, descend jusqu’aux pieds. Sur certaines de ces monnaies, la tête de la déesse est entourée de rayons ; deux longues bandelettes noueuses se détachent de la chevelure et pendent comme des tresses (pl. XIII, 1)125.

  • 126 Wroth, BMC, Galatia, p. 244, n° 7 (pl. XXVIII, 9).
  • 127 Wroth, op. cit., p. 245, n° II (pl. XXVIII, 13) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 200, n° 9 ; (...)
  • 128 Wroth, op. cit., p. lxvi. Le dossier du trône n’est guère visible sur la monnaie de L. Verus.
  • 129 Selon Wroth un sphinx et un oiseau : op. cit., p. 245, n° 11.
  • 130 Sur la déesse de Gabala, voir R. Dussaud, RA, 1904, II, p. 247 (fig. 26) ; W. Deonna, RA, 1924, I, (...)

35Une autre déesse syrienne est représentée sur des monnaies de Gabala frappées aux effigies de Lucius Verus126 et de Caracalla (pl. XIII, 4)127. La déesse de Gabala est vêtue comme les autres déesses asiatiques, mais elle est assise sur un trône à large dossier128 ; deux sphinx, enveloppés dans les plis de son voile, se dressent à ses côtés, tandis que, sur le dossier du trône, sont posés deux petits quadrupèdes ailés129 ; le champ de la monnaie, au-dessus de l’idole, est orné du croissant et de l’étoile130.

  • 131 Faustine la jeune : Hill, BMC, Palestine, p. 54, n° 60 (pl. VI, 4). Ce serait la parèdre du Zeus Hy (...)
  • 132 Faustine la jeune : Hill, op. cit., p. 54 ss., nos 61 à 71 (pl. VI, 6).
  • 133 Hill propose d’y voir la parèdre du Zeus d’Héliopolis : op. cit., p. xxxi ; cf. H. Seyrig, Syria, 1 (...)
  • 134 Salonine ; décrite comme une Artémis d’Éphèse (J. Rouvier, JIAN, 4, 1901, p. 231, n° 1075), mais vo (...)

36Les monnaies de Néapolis de Palestine offrent l’image de deux déesses asiatiques. L’une, vêtue d’une tunique et d’un long voile, est accostée de deux oiseaux à longue queue, peut-être des paons131. L’autre est figurée par une idole engainée qui est flanquée de deux cerfs132 ; elle porte sur la tête une curieuse coiffure composée de trois plumes ; des supports sont disposés sous les bras qui s’écartent latéralement133. Signalons enfin, sur une monnaie de Ptolemaïs-Ake en Phénicie, une idole du même type figurée dans un temple tétrastyle134.

1. L’Artémis de Pergé

  • 135 Pergé est citée comme la ville préférée d’Artémis : Callimaque, Hymnes, III, v. 187. Sur Artémis Pe (...)
  • 136 Strabon, XIV, 667 : πλησίον π μετεώϱου τόπου. Il ne faut pas en chercher l’emplacement sur l’acro (...)
  • 137 Sur les monnaies de Pergé, voir Hill, BMC, Lycia, p. 121 ss. ; E. Babelon, Coll. Waddington, p. 183 (...)

37Artémis avait à Pergé, en Pamphylie, un important sanctuaire135 situé sur une hauteur, à proximité de la ville136. L’idole de la déesse apparaît sur les monnaies de Pergé à partir du iie siècle avant J.-C.137 :

38Temple distyle, orné d’un aigle au fronton, et contenant l’idole d’Artémis Pergaia. — R /ΑΡΤΕΜΙΔΟΣ ΠΕΡΓΑ1ΑΣ Arc et carquois.

  • 138 Hill, op. cit., nos 10 à 14 (pl. XXIV, 5 et 6) ; E. Babelon, op. cit., n° 3334 ; Svoronos, op. cit. (...)

39AE138 (pl. XIII, 6, 6 a).

40Même droit. — R/Même légende. Artémis chasseresse courant à droite.

  • 139 E. Babelon, op. cit., n° 3335 (pl. VII, 19) ; Svoronos, op. cit., n° 285 (pl. XIII, 5).

41AE139 (pl. XIII, 5).

  • 140 Hill, op. cit., n° 21 ; Svoronos, op. cit., nos 287 et 288 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 326, n° 1 (...)
  • 141 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 326, n° 2.
  • 142 Hill, op. cit., n° 24 ; E. Babelon, op. cit.,n° 3343 ; Imhoof-Blumer, p. 326, n° 3.
  • 143 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 327, n° 5 ; Svoronos, op. cit., n° 293.
  • 144 Hill, op. cit., n° 26 ; Svoronos, op. cit., n° 296.
  • 145 E. Babelon, op. cit., n° 3349.
  • 146 E. Babelon, op. cit., n° 3350.
  • 147 Hill, op. cit., n° 31 (pl. XXIV, 15).
  • 148 Svoronos, op. cit., n° 306.
  • 149 A. Dieudonné, 1Revue num., 1902, p. 343, n° 80 (pl. X, 1).
  • 150 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 328, n° 14.
  • 151 Hill, op. cit., n° 41 (pl. XXIV, 12) ; E. Babelon, op. cit., nos 3376 et 3377 ; Svoronos, op. cit.,(...)
  • 152 E. Babelon, op. cit., n° 3383 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 329, n° 16.
  • 153 Svoronos, op. cit., n° 326 (pl. XIII, 9).
  • 154 Hill, op. cit., n° 45 ; E. Babelon, op. cit., nos 3378 et 3379 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 329, n (...)
  • 155 Svoronos, op. cit., n° 328, 330 et 331.
  • 156 Hill, op. cit., nos 51 à 53 ; E. Babelon, op. cit., n°3388 ; Svoronos, op. cit., n° 335.
  • 157 Hill, op. cit., nos 54 à 56 (pl. XXIV, 16) ; E. Babelon, op. cit., n° 3391 ; G. Macdonald, Hunter. (...)
  • 158 Svoronos, op. cit., nos 339 et 340 ; S.-W. Grose, op. cit., n° 8910 (pl. 316, 11).
  • 159 E. Babelon, op. cit., n° 3395.
  • 160 Imhoof-Blumer, Zur griech. u. röm. Münzkunde, p. 178, n° 3.
  • 161 E. Babelon, op. cit., nos 3405, 3406 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, p. 330, n° 22 (pl. XI, 7) ; (...)
  • 162 E. Babelon, op. cit., nos 3413 et 3414 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 510, n° 5 ; Svoronos, (...)
  • 163 E. Babelon, op. cit., n° 3421 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 510, n° 6.
  • 164 Hill, BMC, Lycia, nos 100 et 101 ; E. Babelon, op. cit., n° 3434 ; Svoronos, op. cit., n° 365 ; S.- (...)
  • 165 Hill, op. cit., n° 102 ; Svoronos, op. cit., n° 366 (pl. XIII, 16) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 33 (...)
  • 166 H. Oppermann note que, sur les monnaies, les chapiteaux des colonnes sont tantôt ioniques, tantôt c (...)
  • 167 Monnaies de Tacite.
  • 168 Selon B. Pace (op. cit., p. 309), l’édifice portait réellement un aigle à son fronton ; sur la sign (...)
  • 169 Monnaies d’Hadrien (Hill, op. cit., n° 26), Lucius Verus (n° 31), Élagabale (n° 41), Sévère Alexand (...)
  • 170 Philippe le père : Hill, op. cit., nos 55 et 56. Sur une monnaie de cet empereur, Svoronos reconnaî (...)
  • 171 Gallien : G.-F. Hill dans Anatol. Studies presented to W. M. Ramsay, p. 214, n° 6 ; L. Forrer, Webe (...)
  • 172 Aurélien : Hill, BMC, Lycia, nos 100 et 101. Les cyprès seraient un élément emprunté au τέμενος : B (...)
  • 173 Monnaies d’Élagabale (Hill, op. cit., n°41), Sévère Alexandre (n°45), Tranquillina (nos 51 à 53), P (...)
  • 174 G.-F. Hill dans Anatol. Studies presented to W. M. Ramsay, p. 213, n° 5. Hill suppose que ces ensei (...)
  • 175 E. Babelon, op. cit., n° 3358.
  • 176 Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 177, n° 2.
  • 177 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 333, n° 55.
  • 178 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 331, n° 26.
  • 179 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 331, n° 27.
  • 180 Monnaie décrite par Sestini (d’après Imhoof-Blumer, op. cit., p. 364) ; sur line autre monnaie d’al (...)

42L’idole dans son temple figure également sur des bronzes émis au début de notre ère ; elle orne le droit de ces pièces, tandis que le revers montre Niké marchant à gauche140. Nous la retrouvons constamment sur les monnaies de Pergé frappées aux effigies impériales et elle occupe alors le revers de la pièce. C’est ainsi qu’elle figure, toujours dans son sanctuaire, sur des monnaies de Claude141 Domitien142, Trajan143, Hadrien144, Antonin le Pieux145, Marc Aurèle146, Lucius Verus (pl. XIII, 8)147, Septime Sévère148, Géta149, Macrin150, Élagabale (pl. XIII, 7)151 Julia Maesa152, Julia Paula153, Sévère Alexandre154, Maximin155, Tranquillina156, Philippe le père (pl. XIII, 9)157, Otacilia Severa158, Philippe le fils159 Etruscilla160, Trébonien Galle (pl. XIII, 10)161, Gallien162, Salonine163, Aurélien164 et Tacite (pl. XIII, 11)165. La légende ΑΡΤΕΜΙΔΟΣ ΠΕΡΓΑΙΑΣ accompagne souvent ces types monétaires. Le temple qui contient l’image de la déesse est un édifice distyle166ou tétrastyle167, qui porte au fronton un aigle aux ailes éployées168. L’idole est souvent flanquée, à sa partie inférieure, de deux sphinx posés sur des piédestaux169, parfois de deux figures indistinctes170, de deux torches171 ou de deux cyprès( ?)172. Elle est souvent accostée, à sa partie supérieure, d’un croissant et d’une étoile173. Sur une monnaie de Gallien, l’image d’Artémis est placée dans une chapelle qu’encadrent deux enseignes militaires174. Des monnaies de Septime Sévère175, d’Élagabale176, de Maximin177, de Gallien et Salonine178 et de Salonine seule179 montrent la Tyché de la ville tenant l’idole de la déesse ; c’est également comme attribut de la Cité que l’image d’Artémis figure sur une monnaie frappée par Apollonie de Pisidie et Pergé pour commémorer une alliance (homonoia) conclue entre les deux villes180.

  • 181 Trajan Dèce : E. Babelon, op. cit., n° 3286.
  • 182 Faustine : A. Dieudonné, Revue num., 1902, p. 346, n° 86.
  • 183 Géta : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 365, n° 1 (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 688).
  • 184 Marc Aurèle : Hill, op. cit., p. 234, n° 3 (pl. XXXVII, 6) (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 689).
  • 185 Antonin : Hill, op. cit., p. 236, n° 1 (pl. XXXVII, 7) ; E. Babelon, op. cit., nos 3788 et 3789 ; L (...)
  • 186 Commode : E. Babelon, op. cit., n° 3960.
  • 187 Fronton orné d’un objet sphérique (Andeda : Hill, op. cit., p. 175, n° 5 ; Attalia : Hill, op. cit. (...)
  • 188 Selgé : Svoronos, op. cit., n° 611 (un aigle au fronton).
  • 189 Selgé : Hill, op. cit., p. 267, n° 85.
  • 190 Andeda : A. Dieudonné, l. c.
  • 191 Pogla : Hill, op. cit., p. 237, n° 8.
  • 192 Andeda : Hill, op. cit., p. 175, n° 5 ; Svoronos, op. cit., n° 436 ; A. Dieudonné, l. c.
  • 193 Pogla : Hill, op. cit., p. 237, n° 8.
  • 194 Hill, op. cit., p. 236, n° 1.
  • 195 Hill, op. cit., p. 237, n° 8.
  • 196 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 587, nos 35 et 36 (pl. V, 11 et 12) ; H. Cohen, Descr. hist., II, (...)
  • 197 Pinder, op. cit., pp. 588-589, nos 42 et 43 (pl. V, 13 et 14) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 24, (...)
  • 198 Seule sur une monnaie de Trajan (Pinder, op. cit., n° 43 ; H. Cohen, op. cit., n° 609 ; H. Mattingl (...)

43L’Artémis de Pergé apparaît encore, à l’époque impériale, sur les monnaies d’Attalia en Pamphylie181, ainsi que sur celles de plusieurs villes pisidiennes situées aux confins de la Pamphylie : Andeda (pl. XIII, 12)182, Ariassos183, Pednelissos (pl. XIII, 13)184, Pogla (pl. XIII, 14, 15)185 et Selgé186. Sur les monnaies de ces villes, l’idole se présente dans un temple distyle187 ou tétrastyle188 ; elle est parfois accostée, à sa partie inférieure, de deux petites figures189, de deux sphinx190, ou de deux oiseaux ( ?)191 placés sur des piédestaux, à sa partie supérieure, d’un croissant et d’une étoile192 ou de deux étoiles193. Sur une monnaie de Pogla, deux petits personnages, dont les têtes arrivent à hauteur des chapiteaux des colonnes, sont suspendus aux côtés de l’idole194, cependant que, sur une autre monnaie de la même ville, deux personnages analogues sont posés sur le bord extérieur des chapiteaux195. Signalons, pour terminer l’examen des types monétaires, que des cistophores, frappés sous Nerva196 et sous Trajan197, montrent au revers l’Artémis de Pergé, tantôt seule, tantôt dans un temple distyle198.

  • 199 Monnaies du iie siècle avant J.-C. : voir ci-dessus, p. 154.
  • 200 Peut-être s’agit-il, non d’un voile, mais d’une sorte de niche dans laquelle serait logée l’image d (...)
  • 201 Sur le buste se croisent deux bandelettes ; au-dessous du buste, une zone horizontale est marquée d (...)

44L’idole elle-même se présente sous deux aspects différents. Sur les monnaies autonomes de Pergé199, on reconnaît nettement, au-dessus d’un bloc rectangulaire qui représente à lui seul le corps de la déesse, une tête surmontée d’un calathos ; du calathos part un voile dont les bords descendent d’abord obliquement, puis tombent verticalement jusqu’à une base décorée de figures200. A en juger d’après ce témoignage, l’idole d’Artémis devait avoir l’aspect d’un buste ou d’un hermès201.

  • 202 Voir ci-dessus, p. 155.
  • 203 Voir ci-dessus, p. 157.
  • 204 Le nombre des zones varie entre deux et quatre.
  • 205 Le disque se trouve juste sous le calathos et a été interprété généralement comme étant le visage d (...)

45Sur les monnaies impériales de Pergé202, de même que sur celles des autres villes qui ont utilisé comme type monétaire l’image de l’Artémis de Pergé203 l’idole apparaît comme un bloc divisé horizontalement en plusieurs zones qui sont décorées de personnages204 ; la partie supérieure de ce bloc s’arrondit en demi-cercle ; elle est surmontée du calathos et décorée d’un disque placé dans le creux d’un croissant205. Ainsi figurée, l’idole d’Artémis ressemble à un omphalos ; seul, le calathos qui le surmonte contribue à donner à cet objet une forme humaine.

  • 206 F. Lenormant suppose que l’idole portait un vêtement métallique analogue à celui des images grecque (...)
  • 207 P. Gabdner, Types, p. 78 (pl. XV, 3) ; De Visser, op. cit., pp. 74-75 ; V. Müller, Kultbild, col. 4 (...)

46Pour accorder ces témoignages avec ceux des monnaies les plus anciennes, on est obligé d’admettre que l’idole avait subi quelque transformation. Peut-être fut-elle placée dans une sorte d’enveloppe métallique qui la dérobait à la vue des fidèles en ne laissant dépasser que le calathos206. On compte généralement l’idole de Pergé au nombre des « bétyles », tout en reconnaissant qu’elle constitue une sorte d’intermédiaire entre la simple pierre brute et l’effigie anthropomorphique207. C’est justement ce caractère anthropomorphique qui nous frappe, lorsque nous considérons les monnaies autonomes où la tête est indiquée d’une manière fort nette, et c’est pourquoi nous nous croyons autorisé à ranger l’Artémis de Pergé à côté des déesses anatoliennes dont les images cultuelles ont été reproduites par les graveurs.

2. La déesse de Sardes

  • 208 G. Radet, Cybébé. Étude sur les transformations plastiques d’un type divin (Bibl. Univers, du Midi,(...)
  • 209 Schwenn, Kybele, PWRE, XI (1922), col. 2250 (sur les formes du nom), col. 2252-2253 (sur le culte d (...)
  • 210 Hérodote, V, 102 : ίϱόν έπιxωϱίης θεον Xνβήβης.
  • 211 Voir la deuxième partie de la dissertation de G. Radet, L’Artémision de Sardes, p. 53 ss. ; cf. W.- (...)

47G. Radet s’est efforcé jadis de reconstituer la physionomie d’une vieille déesse anatolienne, Cybébé208. Cette divinité, plus connue sous le nom de Cybèle209, était adorée à Sardes, comme l’atteste un texte d’Hérodote210. La démonstration de G. Radet tend à prouver que Cybébé avait été identifiée par les Perses à leur Anahita et par les Grecs à leur Artémis. Les témoignages relatifs au culte d’Anaïtis ou à celui d’Artémis se rapporteraient donc en réalité à la déesse Cybébé et permettraient de jeter quelque lumière sur l’histoire, restée fort obscure, de son sanctuaire211.

  • 212 Hérodote, V, 102 ; cf. G. Radet, op. cit., p. 61.
  • 213 Thémistocle, revenant de Suse, découvrait à Sardes « dans le temple de la Mère » (v Μητϱὁς εϱῷ) u (...)
  • 214 C’est le point de départ de la démonstration de G. Radet, op. cit., p. 53 ss.
  • 215 Tacite, Annales, III, 63 ; cf. G. Radet, op. cit., p. 93. Une inscription de Didymes nous a conserv (...)

48Ce sanctuaire, détruit par les Ioniens en 498 avant J.-C.212, fut sans doute reconstruit quelques années après et enrichi d’œuvres d’art que les Perses rapportèrent de leurs expéditions en Grèce213. Il aurait vu, vers 402 avant J.-C., la réconciliation de Cyrus le Jeune et d’Orontas214 et aurait reçu d’Alexandre un droit d’asile dont les délégués de Sardes revendiquèrent la possession devant le Sénat romain en 22 après J.-C.215.

  • 216 Sur les fouilles de 1910 à 1914 : H.-C. Butler, Sardis, I, The Excavations, 1 (1922) ; sur le templ (...)

49Les fouilles entreprises par une mission américaine à l’emplacement de la ville de Sardes ont abouti au dégagement complet du temple d’Artémis, mais elles n’ont apporté aucun nouveau document relatif à l’antique Cybébé et à son identification avec Artémis-Anaïtis216. C’est donc aux monnaies qu’il convient de s’adresser, si l’on veut essayer de préciser la nature de cette divinité.

  • 217 Overbeck, KM, Hera, p. 16 ; Demeter und Kora, pp. 413-414 (Mzt. VIII, 1 à 4) ; Head, BMC, Lydia, p. (...)
  • 218 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 595, n° 76 (pl. VIII, 3) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 128, n° (...)
  • 219 Pinder, op. cit., p. 596, n° 77 (pl. VIII, 4) ; H. Cohen, l. c., n° 280 ; Mattingly-Sydenham, op. c (...)
  • 220 Head, BMC, Lydia, nos 90 à 92 (pl. XXVI, 2) ; G. Macdonald, Hunter., Coll., II, p. 465, n° 16 ; G. (...)
  • 221 Commode : Head, op. cit., n° 145.
  • 222 Bl. L. Trell, The Temple of Artemis at Ephesos, N.N.M., 107 (1945), pl. XI, 1.
  • 223 Bl. L. Trell, op. cit., pl. XII, 2.
  • 224 H.-W. Bell, op. cit., p. 32, n° 300 (pl. I) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. XI, 4, 5 ; Dan. Nation. M (...)

50En effet, l’image de la déesse de Sardes apparaît fréquemment sur les monnaies d’époque impériale217. Les plus anciennes de ces représentations datent du règne d’Hadrien : des médaillons de la province d’Asie, frappés à Sardes, ont pour type du revers la statue de culte, tantôt seule218, tantôt dans un temple tétrastyle219. L’idole est représentée de la même façon sur les monnaies de Sardes. Elle figure seule sur des pièces qui portent au droit le buste de la Cité (pl. XIV, 1)220 ou une effigie impériale (pl. XIV, 2, 3)221. Elle se dresse entre deux temples sur des monnaies de Julia Domna222 et de Maximin223 qui commémorent les néocories attribuées à Sardes. Sur des monnaies de Caracalla, elle apparaît dans un temple tétrastyle, flanqué de deux temples impériaux224.

  • 225 Head, op. cit., n° 171 (pl. XXVII, 10) ; G. Radet, op. cit., n° 15 (pl. III, 22) ; Bl.-L. Trell, op (...)

51Enfin, sur des bronzes d’Élagabale sont groupés quatre temples : trois d’entre eux sont consacrés au culte des empereurs, le quatrième contient l’image de la déesse225.

  • 226 Head, op. cit., n° 187 ; E. Babelon, op. cit., n° 5275 ; G. Radet, op. cit., n° 18 (pl. III, 17).
  • 227 Head, op. cit., n° 207 ; G. Radet, op. cit., n° 19 (pl. III, 18).
  • 228 Head, op. cit., n° 159 ; E. Babelon, op. cit., n° 5261.
  • 229 Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 21, n° 64 (pl. II, 30).
  • 230 Head, op. cit., n° 177.
  • 231 G. Radet, op. cit., n° 14 (pl. III, 20).
  • 232 G. Radet, op. cit., n° 16 (pl. III, 21).
  • 233 Sardes-Éphèse (Caracalla) : Head, op. cit., nos 215 et 216 ; G. Mac-donald, Hunter. Coll., II, p. 4 (...)
  • 234 Commode : Head, BMC, Phrygia, p. 258, n° 167 (pl. LU, 1).
  • 235 Caracalla : Head, BMC, Lydia, n° 218 (pl. XLI, 4) ; G. Radet, op. cit., n° 12 (pl. III, 14) ; Imhoo (...)

52D’autres monnaies de Sardes montrent, à côté de l’idole, une divinité : c’est Déméter sur des monnaies de Gordien226 et de Valérien (pl. XIV, 4)227, Tyché sur des bronzes de Caracalla228, d’Élagabale229 et de Sévère Alexandre230. Sur une monnaie de Caracalla, Tyché, debout à droite, porte la statue devant l’empereur qui la couronne231, tandis qu’une monnaie d’Élagabale a pour type du revers une table des jeux sur laquelle sont posés quatre vases et, au milieu, l’image de la déesse232. La même image figure sur des monnaies d’alliance et personnifie la cité de Sardes à côté de l’Artémis d’Éphèse (pl. XIV, 5)233, de l’Apollon citharède de Hiérapolis (pl. XIV, 6)234 et de l’Anaïtis de Hypaepa235.

  • 236 Au droit, buste de Sérapis (époque de Septime Sévère) : Head, op. cit., p. 69, n° 3.
  • 237 Marc Aurèle : J. Overbeck, KM, Demeter u. Kora, p. 414, n. c (Mzt. VIII, 2) ; Head, op. cit., p. 93 (...)
  • 238 Au droit, buste du Sénat : J. Ovebbeck, l. c. (pl. VIII, 3) ; Head, op. cit., p. 130, nos 26 à 29 ; (...)
  • 239 Au droit, buste de Rome (Marc Aurèle à Commode) : Head, op. cit., p. 279, n° 5 ; Dan. Nation. Mus., (...)
  • 240 Marc Aurèle : Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 164, n° 3 ; Nomisma, VIII (1913), p. 22, n° 6 (...)
  • 241 Caracalla : Head, op. cit., p. 134, n° 48 (pl. XIV, 9) ; E. Babelon, op. cit., n° 5068 ; G. Radet, (...)
  • 242 Caracalla : A. Engel, Revue num., 1884, p. 22 (pl. I, 1) ; Head, op. cit., p. 324, n° 6 (pl. XXXIII (...)

53D’autres cités lydiennes ont également frappé monnaie au type de la déesse de Sardes ; nous retrouvons donc l’idole seule sur des monnaies de Daldis (pl. XIV, 7, 8)236 Gordos Iulia (pl. XIV, 9, 10)237, Maeonia238, Silandos (pl. XIV, 12)239, TmolosAuréliopolis240, en compagnie de Zeus Lydios sur des bronzes de Maeonia (pl. XIV, 11)241 et de Déméter sur des pièces de Tmolos-Auréliopolis (pl. XIV, 13)242.

  • 243 B.-V. Head avait d’abord interprété ces arêtes comme les côtés d’un siège et en avait conclu que l’ (...)
  • 244 Cf. les colliers de la Héra de Samos (ci-dessous, p. 211).
  • 245 G. Radet décrit comme il suit une monnaie de Daldis : « Ce cône est surmonté d’un calathos qui achè (...)
  • 246 Les traits du visage sont bien indiqués sur une monnaie de Sardes : Radet, op. cit., n° 17 (pl. II, (...)
  • 247 Monnaie de Gordos Iulia (Marc Aurèle) : Radet, op. cit., n° 4 (pl. II, 2).

54Sur tous les types monétaires, le corps de la déesse de Sardes est entièrement enveloppé dans un long voile qui ne laisse apparaître que l’extrémité des pieds. Les bords de ce voile, tendus par les avant-bras qui font saillie sous l’étoffe, forment deux arêtes rigides entre lesquelles s’arrondissent les plis de la draperie243. De lourds colliers sont superposés sur la poitrine et autour du cou244. La tête n’est pas moins étrange que le reste du corps. Elle est surmontée du calathos et enveloppée, sur certaines monnaies, d’une sorte de capuchon qui lui donne très exactement l’aspect d’une cloche245. Sur d’autres types monétaires, les cheveux, disposés en bandeaux sur le front, retombent en masses le long des joues et encadrent une figure carrée où les yeux, la bouche et le nez se laissent à peine deviner246. G. Radet a fait très justement remarquer à ce sujet que l’idole de Sardes rappelle certaines statuettes archaïques de terre cuite : « Tous ces détails, y compris les yeux, semblent indiqués à l’aide de pastilles aplaties sous le doigt, ce qui évoque exactement le procédé employé pour les terres cuites auxquelles cette statue de culte fait penser »247.

  • 248 Monnaie de Daldis (Gallien) : Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 63, n° 7.
  • 249 Monnaie de Daldis (Otacilia Severa) : Radet, op. cit., n° 3 (pl. II, 7 et IV, 7).
  • 250 Sur les médaillons de la province d’Asie (Hadrien), il y a d’une part un épi, de l’autre un épi et (...)
  • 251 Mionnet, Descr. des médailles antiques grecques et romaines, IV (1809), p. 132, n° 754 ; Suppl., VI (...)
  • 252 G. Radet, op. cit., p. 69 ss.
  • 253 G. Radet, op. cit., pp. 96-97.
  • 254 Inscriptions grecques et latines : W.-Η. Buckler et D.-M. Robinson, Sardis, VII, 1 (1932).
  • 255 L. Robert, RA, 1934, I, p. 59, n. 6 ; pour les inscriptions, voir IG, XIV, 1008, 1009.

55La déesse de Sardes est parfois accompagnée d’un croissant et d’une étoile248 ou d’une couronne et d’un bucrâne249. Mais ses attributs habituels sont une tige de blé et une tête de pavot qui semblent sortir du sol, à droite et à gauche de la statue250. Faisant état de ces attributs et de la fête des Coraia mentionnée sur certaines monnaies de Sardes à côté de l’image de la statue251, B.-V. Head avait proposé de donner à la déesse de Sardes le nom de Coré et G. Radet s’était rallié à cette hypothèse, tout en faisant observer qu’il ne s’agit pas de la Coré hellénique, mais d’une divinité indigène252. A vrai dire, le nom de Coré n’apparaît ni dans les textes réunis par G. Radet253, ni dans les inscriptions de Sardes254, mais nous le retrouvons, comme le note L. Robert, dans deux inscriptions de Rome255 ; ces textes nous apprennent que deux affranchis impériaux ont offert une statue de la déesse Coré à une association de gens de Sardes.

  • 256 Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 3, n° 8 (pl. I, 6).
  • 257 Head, BMC, Ionia, p. 16 ; HN2, p. 566.
  • 258 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 4. Sur πανιώνιος, considéré comme une épithète d’Artémis, voir K. Regli (...)
  • 259 Sur le sens de la légende, voir Head, BMC, Ionia, p. 16. Le magistrat M. Claudius Fronton nous est (...)
  • 260 Ci-dessus, p. 166, n. 1.
  • 261 Marc Aurèle : G. Radet, op. cit., n° 4 (pl. II, 2 et IV, 2).
  • 262 Je reprendrai l’examen de cette question, qui exigerait de trop longs développements, dans une étud (...)

56Une monnaie qui porte au droit le buste de Marc Aurèle a pour type du revers une idole voilée au milieu d’un temple hexastyle à arche centrale (pl. XIV, 14)256. Imhoof-Blumer, qui a publié cette pièce pour la première fois, a fait remarquer avec raison qu’il ne pouvait être question d’y reconnaître ni le temple ni la statue de l’Artémis d’Éphèse, comme le supposait B.-V. Head257, et il a proposé de donner à la divinité ainsi représentée le nom d’Artémis Paniônios258. La monnaie, en effet, a été frappée à l’occasion d’une réunion du Koinon des villes ioniennes par les soins d’un magistrat dont le nom se lit au revers de la pièce : M. Claudius Fronton, asiarque et grand-prêtre du Koinon des Treize Villes259 Il est certain, cependant, que l’idole ainsi figurée est absolument identique à celle de la déesse de Sardes. Il est vrai que l’épi et le pavot font défaut et que le calathos est surmonté d’un croissant, mais ces particularités n’ont rien qui puisse nous surprendre : certains types monétaires montrent l’idole sans ses attributs habituels260 et le croissant figure au-dessus du calathos sur une monnaie de Gordos Iulia261. Il n’y a donc aucune raison de distinguer cette représentation de celles que nous avons signalées sur les monnaies des villes lydiennes et l’on devra expliquer à quel titre l’image de la déesse de Sardes peut trouver place sur une monnaie frappée au nom du Koinon des villes ioniennes262.

3. L’Aphrodite d’Aphrodisias

  • 263 Sur l’histoire d’Aphrodisias, voir le résumé de C. Fredrich, Die Aphrodite von Aphrodisias in Karie (...)
  • 264 Nous savons seulement que la cité s’appelait jadis Ninoé (Stéphane de Byzance, s. υ. Νινόη) : R. Va (...)
  • 265 Appien, Bell, civil., I, 97. Il s’agit sans doute d’une double hache, comme le suppose H. Thieesch,(...)
  • 266 Tacite, Ann., III, 62 ; W. Dittenberger, OGI, II, n° 455, 1. 10 ss. ; cf. R. Vagts, op. cit., p. 6.
  • 267 Voir la publication des fouilles italiennes citée ci-dessus, p. 167, n. 5.

57Sans pouvoir rivaliser avec Éphèse, Aphrodisias de Carie était, cependant, un des grands centres religieux de l’Asie Mineure263. L’histoire de la cité avant l’époque romaine ne nous est guère connue264. Au ier siècle avant J.-C., l’Aphrodite d’Aphrodisias jouissait déjà d’un prestige considérable, puisque Sylla, à la suite d’un oracle, envoya comme offrande à la déesse une couronne d’or et une hache265. César accorda au sanctuaire des privilèges qui furent confirmés sous Tibère, lorsque le Sénat soumit les droits d’asile à une révision générale266. L’attitude bienveillante des empereurs contribua sans doute à augmenter la renommée de l’Aphrodite carienne et assura à la cité d’Aphrodisias une prospérité qui est attestée par le témoignage de nombreuses œuvres d’art267.

  • 268 Head, BMC, Caria, p. 28 ss. ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 2191 ss. ; M. Bernhart, Aphrodite a (...)
  • 269 Sur ces symboles, voir ci-dessus, p. 148.
  • 270 Head, op. cit., nos 85 à 89 (pl. VII, 1), 99 ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 2203-2205 ; M. Ber (...)
  • 271 Head, op. cit., n° 94 ; M. Bernhart, op. cit., n° 6 (pl. I).
  • 272 E. Babelon, op. cit., n° 2191 ; M. Bebnhart, op. cit., n° 20 (pl. I).

58L’idole d’Aphrodite est fréquemment reproduite sur les monnaies d’Aphrodisias à partir du ier siècle avant J.-C.268. La déesse, représentée de face ou de profil, apparaît souvent entre le croissant et l’étoile269. Parfois, elle occupe seule le revers de la pièce : c’est ainsi que nous la voyons figurer de face sur des monnaies frappées aux effigies d’Auguste (pl. XV, 3, 3 a)270 ou d’Auguste et de Livie271 de profil sur des bronzes pseudo-autonomes, qui portent au droit le buste de Démos272.

  • 273 M. Bernhart, op. cit., p. 7 ; H. Thiersch, op. cit., p. 68 (note).
  • 274 Head, op. cit., n° 33 : « an altar in the form of the capital of a column surmounted by a conical c (...)
  • 275 M. Bernhart, op. cit., p. 7.
  • 276 Head, op. cit., nos 33 et 34 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 114, n° 9 (pl. IV, 13) ; M. Be (...)
  • 277 Faustine la jeune : Head, op. cit., n° 108 ; E. Babelon, op. cit., n° 2209 ; Imhoof-Blumer, op. cit (...)
  • 278 E. Babelon, op. cit., n° 2212 ; M. Bernhart, op. cit., n° 8 (pl. I).
  • 279 Au droit, buste d’Athéna à droite : Head, op. cit., n° 21 (pl. V, 11). Époque d’Auguste.
  • 280 Head, op. cit., nos 95 et 96 (pl. VII, 3) ; M. Bernhart, op. cit., n° 9 (pl. I).
  • 281 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, p. 115, 16 (pl. IV, 16) ; M. Bernhart, op. cit., n° 10 (pl. I).
  • 282 Sur une monnaie d’Orbiana, le motif serait une fleur de lotus ( ?), mais la pièce a été retouchée e (...)

59Mais, généralement, l’idole d’Aphrodite est accompagnée de figures accessoires. A gauche, est assise une prêtresse, tournée vers la déesse et portant un long voile sur la tête273. A ce personnage fait pendant un motif dont la signification est difficile à établir. B.-V. Head, dans le catalogue du British Museum, le décrit comme un autel274. Mais, selon M. Bernhart, il s’agirait du char d’Aphrodite, traîné par trois chevaux marins et surmonté du voile de la déesse qui, gonflé par le vent, se déploie derrière elle275. Aphrodite est ainsi représentée entre la prêtresse et le char, debout à droite sur des bronzes qui portent au droit le buste de Démos (pl. XV, 4)276 ou une effigie impériale (pl. XV, 5)277, debout de face sur des pièces de Julia Domna278. Parfois, le char est remplacé par un autre motif : sur des monnaies pseudo-autonomes (pl. XV, 6)279 et sur des pièces frappées aux effigies de Livie (pl. XV, 7)280 et de Claude281, à la gauche d’Aphrodite, une tête de lion est posée sur un chapiteau ionique282.

  • 283 Monnaie d’Orbiana (retouchée) : M. Bernhart, op. cit., n° 26 (pl. I).
  • 284 Hadrien : P. Gardner, Types, p. 78 (pl. XV, 10) ; Head, op. cit., n° 104 (pl. VII, 4) ; M. Bernhart(...)
  • 285 Head, op. cit., n° 126 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 420, n° 4 (pl. LIV, 4) ; M. Bernhart, (...)
  • 286 P. Paris et M. Holleaux, BCH, 9 (1885), p. 78, n° 8. L’inscription mentionne une statue d’Hermès et (...)

60On n’est pas surpris de rencontrer Éros à côté de l’image d’Aphrodite. Le dieu apparaît sous des aspects variés. Tantôt ce sont deux petits Éros qui volent vers la déesse à hauteur de sa tête283, tantôt c’est un enfant nu et ailé, tirant de l’arc, qui se tient debout devant son image284. Une monnaie de Gordien III montre, aux côtés de la statue, sur des bases en forme de colonne, deux Éros tournés vers l’idole et portant chacun une torche285. Nous avons sur cette monnaie la reproduction d’œuvres d’art analogues à ces deux Éros « porteurs de torches » (λαμπαδηφόϱοι) qui, selon une inscription d’Aphrodisias, se dressaient des deux côtés d’une statue dorée d’Aphrodite286.

  • 287 Au droit, buste d’Athéna à droite : Head, op. cit., n° 21 (pl. V, 11). Époque d’Auguste.
  • 288 Head, op. cit., n° 8 95 et 96 (pl. VII, 3) ; M. Bernhart, op. cit., n° 9 (pl. I).
  • 289 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 115, n° 16 (pl. IV, 16) ; M. Bernhart, op. cit., n° 10 (pl. I (...)
  • 290 Au droit, buste du Sénat à droite : Head, op. cit., n° 77 ; M. Bernhart, op. cit., n° 33 (pl. I).
  • 291 Head, op. cit., n° 105 ; M. Bernhart, op. cit., n° 18 (pl. I).
  • 292 Bl.-L. Trell, The Temple of Artémis at Ephesos, Ν. N. M., 107 (1945), pl. I, 1.
  • 293 Head, op. cit., n° 120.
  • 294 Head, op. cit., n° 125 ; M. Bernhart, op. cit., n° 34 (pl. I).
  • 295 Head, op. cit., n°8 133 et 134 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 421, n° 6 ; M. Bernhart, op. c (...)
  • 296 Head, op. cit., n° 110. Sur le temple d'Aphrodite, voir G. Mendel, CRAI, 1906, p. 179 ss. ; L. Crem (...)

61Sur des monnaies pseudo-autonomes287, ainsi que sur des pièces frappées aux effigies de Livie288 et de Claude289, l'idole apparaît dans un édifice distyle, à chapiteaux ioniques, qui porte au fronton un point au milieu d'un cercle ou un aigle tourné à droite. Sur d'autres monnaies pseudo-autonomes290, ainsi que sur des bronzes d'Hadrien291, Commode292, Caracalla293, Gordien III294 et Gallien295, c'est un temple tétrastyle qui abrite la statue de culte. Enfin, une monnaie de L. Verus montre l'idole au milieu d'un temple octostyle aux côtés duquel se dressent deux statues posées sur des piédestaux296.

  • 297 Head, op. cit., n° 106 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 117, n° 19 ; M. Bernhart, op. cit., (...)
  • 298 Head, op. cit., n° 121.
  • 299 Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 45 (1912), p. 196, n° 17 ; M. Bernhart, op. cit., n° 42.

62L'image de l'empereur est parfois associée à celle d'Aphrodite : sur des monnaies de Marc Aurèle et de L. Verus, les deux empe-reurs, debout devant l'idole, adressent à la déesse un geste d'adoration297. Sur une monnaie d'Élagabale, l'idole est posée sur la main gauche de l'empereur, debout en face de Démos298, tandis qu'une monnaie de Gallien montre l'empereur debout à gauche, suivi d'une Niké, et tenant la statue d'Aphrodite sur la main droite299.

  • 300 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 116, n° 17 (pl. IV, 17) ; cf. la monnaie décrite (d'une maniè (...)
  • 301 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 118, n° 26 (pl. IV, 21) ; Fluss- und Meergôtter auf griech. u (...)
  • 302 Aphrodite de face couronnée par Niké (Antonin le Pieux) : M. Bernhart, op. cit., n° 39.
  • 303 Aphrodite debout devant Apollon citharède (Commode) : Head, BMC, Phrygia, p. 257, n° 166 (pl. LI, 1 (...)
  • 304 Aphrodite debout à droite devant Zeus nicéphore assis (Commode, Sévère Alexandre) : Imhoof-Blumeb, (...)
  • 305 Aphrodisias et Ephesos, assis face à face, tenant l'une la statue d'Aphrodite, l'autre celle d'Arté (...)
  • 306 Monnaie d'Aphrodisias-Ëphèse.
  • 307 Monnaie d'Aphrodisias-Antioche.

63Une statuette représentant la déesse sert d'attribut à la Cité personnifiée sur un bronze de Néron et d'Agrippine300 au Timélès couché, le bras gauche appuyé sur une urne, sur une monnaie de Gallien301. Enfin, l'image de la déesse figure sur des monnaies qui commémorent une homonoia conclue entre Aphrodisias et une autre cité : Néapolis ad Harpasum302, Hiérapolis (pl. XV, 8)303, Antioche du Méandre304 et Éphèse (pl. XV, 9)305 ; sur certaines de ces pièces, elle apparaît comme attribut de la Cité306 ou du Démos personnifié307.

  • 308 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 114, n° 9 (pl. IV, 13) ; M. Bernhart, op. cit., n° 31.
  • 309 Voir ci-dessus, p. 170, n. 6. Même motif sur le relief d’Aphrodisias : ci-dessous, p. 174, n. 8.

64Nous pouvons, d'après les types monétaires, nous faire une idée assez exacte de la statue de culte. L'attitude est celle des idoles primitives : les jambes sont jointes, les bras collés au corps jusqu'au coude, les avant-bras tendus symétriquement en avant, les paumes des mains tournées vers l'intérieur. La tête, sur-montée d'un calathos, est recouverte d'un voile qui pend jusqu'à terre. Le corps est enveloppé dans une gaine divisée en plusieurs zones horizontales. Sur une monnaie pseudo-autonome, on dis-tingue nettement trois zones superposées308. Sur une monnaie d’Hadrien, deux de ces zones sont visibles ; un animal marin orne la zone supérieure, un buste la zone inférieure309.

  • 310 Une liste de ces documents avait été dressée par O. Jahn, Die Entführung der Europa, Vienne, 1870, (...)
  • 311 Fredrich, op. cit., p. 365 (pl. XI, P) ; G. Mendel, Cotal, des sculptures des Musées impériaux otto (...)
  • 312 Fredrich, op. cit., p. 362 et pl. XI, A ; H. Thiersch, op. cit., p. 61 (pl. X et XI).
  • 313 La statuette d’Athènes porte une double couronne de laurier et un diadème (H. Thiersch, op. cit., p (...)
  • 314 Des « immortelles » d’après H. Thiersch, op. cit., p. 65, note. Le » statues de l’Artémis d’Éphèse (...)
  • 315 Sur plusieurs exemplaires il n’y a pas de palmette : Fredrich, op. cit., p. 368.
  • 316 Fredrich, op. cit., p. 368 ; H. Thiersch, op. cit., p. 64 (statuette d’Athènes et statuette de Napl (...)

65Mais d’autres documents viennent nous renseigner, d’une manière plus précise et plus complète, sur l’idole d’Aphrodisias310. Le plus ancien est un bas-relief du 1er siècle après J.-C., qui provient d’Aphrodisias même311 ; les autres sont des statuettes dont une, trouvée à Athènes, daterait de l’époque d’Hadrien312. Grâce à ces répliques, nous connaissons la statue, non plus seulement dans ses lignes générales, mais dans ses moindres détails. La déesse porte sur la tête, outre le calathos, une ou même deux couronnes de laurier, auxquelles s’ajoute parfois un diadème313. Elle a, autour du cou, un collier et, parfois, une guirlande de fleurs314. La poitrine est ornée d’une palmette d’où se détache un pendentif en forme de croissant315. Certaines statues ont en outre des médaillons sur les épaules et, sur les seins, des ornements en forme de disque316.

  • 317 H. Thiersch, op. cit., p. 62 ss.
  • 318 Souvent accompagnées de deux cornes d’abondance placées à droite et à gauche du groupe : Fredrich, (...)
  • 319 Fredrich, op. cit., p. 367 (ou Aphrodite et Arès : H. Thiersch, op. cit., p. 68, note).
  • 320 Statuette d’Athènes : H. Thiersch, op. cit., pl. X.
  • 321 Statuette de Berlin (moulage) : Fredrich, op. cit., pl. XII, C.
  • 322 P. Arndt, Einzelaufn., n° 927. Cette statuette, mal restaurée, a une gaine divisée en cinq zones ; (...)

66Le costume d’Aphrodite se compose de trois pièces : un long voile qui couvre la tête et descend jusqu’à terre, un chiton qui tombe jusqu’aux pieds et une gaine qui dissimule la poitrine et le bas du corps jusqu’au-dessous des genoux317. A partir de la taille, cette gaine est divisée en trois ou quatre zones horizontales décorées de reliefs qui sont généralement disposés dans l’ordre suivant : aux deux zones supérieures les trois Charités, nues et enlacées dans leur attitude habituelle318, les bustes de Hélios et de Séléné et, sur quelques documents, les bustes de Zeus et de Héra319. Ces motifs sont groupés de façons diverses : parfois le groupe des Charités est placé entre les bustes de Zeus et de Héra320 ou entre ceux de Hélios et Séléné321 ; sur une statuette de Munich, entre les bustes du Soleil et de la Lune, apparaît une Aphrodite nue qui lève au-dessus de sa tête son manteau gonflé par le vent322.

  • 323 Fredrich, op. cit., p. 366. Sur le relief d’Aphrodisias, où la décoration est réduite à ses élément (...)
  • 324 Fredrich, op. cit., p. 366.

67La décoration de la troisième zone est la même sur tous les documents : Aphrodite, retenant des deux mains son manteau qui forme un arc de cercle au-dessus de sa tête, est assise sur un animal à tête de bouc et à queue de poisson323. La quatrième zone, qui est absente de plusieurs de ces répliques, montre un groupe de trois Éros avec des attributs variés324.

  • 325 Visconti avait déjà reconnu le caractère de cette divinité ; cf. O. Jahn, op. cit., p. 42 ; Fredric (...)
  • 326 P. 170, n. 8.
  • 327 CIG, II, 2756. Voir aussi un relief du Louvre provenant d’Aphrodisias : S. Reinach, Rép. Reliefs, I (...)
  • 328 Julia Domna : Head, BMC, Caria, p. 44, nos 117 et 118.
  • 329 Au droit, buste de Démos : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 142, n° 420 (pl. IX, 28) ; Kleinas. (...)
  • 330 C. Fredrich, op. cit., p. 377 ; cf. H. Thiersch, op. cit., p. 72.

68Les motifs qui décorent le vêtement de l’idole nous révèlent que l’Aphrodite d’Aphrodisias, comme l’Artémis d’Éphèse, est une déesse à la physionomie complexe ; elle étend sa puissance sur la nature entière, car elle est, tout à la fois, une divinité du ciel, de la terre et des eaux325. Ils nous fournissent, en outre, d’utiles indications sur la composition de l’idole et sur la date de son exécution. Nous retrouvons, en effet, des motifs semblables dans des œuvres d’art dont l’existence nous est attestée à Aphrodisias par des inscriptions. Le groupe des trois Éros peut être rapproché des statues que mentionne une inscription d’Aphrodisias dont il a été question ci-dessus326. Nous avons aussi conservé une base qui portait un groupe des Charites327. De leur côté, les graveurs d’Aphrodisias ont fait figurer séparément sur les monnaies de la cité le groupe des trois déesses328et l’Aphrodite chevauchant un bouc dont le corps se termine par une queue de poisson329. Ces sujets sont des thèmes familiers aux artistes de l’époque hellénistique ; ils indiquent que l’idole, telle que nous la connaissons par les répliques et par les monnaies, ne peut être antérieure au iiie siècle avant J.-C.330.

  • 331 Cf. ci-dessus, p. 35.

69C’est donc seulement à cette époque que se serait constitué ce type de l’Aphrodite carienne. L’auteur de cette image de la déesse, obéissant à des raisons religieuses, conserva l’attitude hiératique des vieilles statues de culte, mais il conçut une décoration conforme au goût du jour et exécuta ainsi une de ces œuvres composites dont l’Artémis d’Éphèse est l’exemple le plus célèbre331.

  • 332 Au droit, tête de Zeus à droite : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 139, n° 412 a ; Head, op. cit.,(...)
  • 333 Au droit, tête de Zeus à droite : A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num., 15 (1887), p. 44 (pl. III, 14) ; (...)
  • 334 Ci-dessus, p. 107.
  • 335 A moins qu’il ne s’agisse d’une couronne comme celle qui orne les statuettes (ci-dessus, p. 173).
  • 336 D’après H. Thiersch, le corps serait engainé : op. cit., p. 60, n. 1.
  • 337 Voir ci-dessus, p. 107, nos réserves au sujet de l’Athéna d’Ilion.

70En examinant les documents numismatiques, nous avons laissé de côté des monnaies d’Aphrodisias (pl. XV, 1)332 et de Gordiouteichos (pl. XV, 2)333 qui datent du iie ou du ier siècle avant J.-C. et qui nous montrent la déesse sous un aspect quelque peu différent. Aphrodite, debout à droite, les bras pliés à angle droit, est enveloppée dans un long voile, comme l’Athéna d’Ilion sur les monnaies immédiatement postérieures à Alexandre le Grand334. Elle ne porte pas de calathos et il semble que ses cheveux soient relevés en chignon335. L’état de ces pièces ne permet guère de décider si le corps est engainé, comme sur les monnaies d’époque impériale336. Ces monnaies constituent le témoignage le plus ancien que nous possédions sur l’Aphrodite d’Aphrodisias, mais ces reproductions n’offrent pas toute la précision désirable et il serait imprudent de vouloir en tirer trop de conclusions. Peutêtre les différences que l’on observe entre ce type d’Aphrodite et celui que nous connaissons par les monnaies d’époque impériale, par les statuettes et par le bas-relief d’Aphrodisias indiquent-elles que l’idole avait subi quelque transformation. Avaitelle été remplacée par une nouvelle statue dont l’exécution se placerait à une date plus récente que Fredrich ne le supposait ? Nous n’oserions le prétendre337.

4. L’Artémis d’Éphèse

  • 338 On trouvera dans la thèse de Ch. Picard, Éphèse et Claros, Paris, 1922, un exposé de toutes les que (...)
  • 339 Plusieurs édifices se sont succédé à l’emplacement de l’Artémision, depuis le début du viie siècle (...)
  • 340 Sur le temple du ive siècle, voir Ch. Picard, Éphèse et Claros,-p. 36 ss. ; Bl.-T. Trell, The Templ (...)
  • 341 Jessen, op. cit., col. 2758 ss. ; Ch. Picard, op. cit., p. 87 ss.
  • 342 Voir l’histoire du dépôt confié par Xénophon au Mégabyze : Anabase, V, 3, 6 ss. ; sur la banque sac (...)
  • 343 Tacite, Annales, III, 61 ; cf. Ch. Picard, op. cit., p. 666.

71De toutes les déesses asiatiques, l’Artémis d’Éphèse est incontestablement la plus célèbre338. Son prestige, déjà considérable à l’époque des rois de Lydie, ne cessa de s’accroître jusqu’à la domination des Romains339. Le temple, incendié en 356, puis reconstruit par l’architecte Deinocratès, était un des plus grands de l’Asie Mineure340. Un personnel nombreux était attaché au service de la déesse341. Les prêtres n’avaient pas seulement dans leurs attributions la gestion des biens d’Artémis, ils pouvaient aussi recevoir des dépôts d’argent et jouaient ainsi le rôle de banquiers342. Le sanctuaire jouissait du droit d’asile et les députés d’Éphèse se présentèrent les premiers au Sénat romain lors de la vérification générale des privilèges relatifs à ce droit343.

  • 344 Callimaque, Hymnes, III, v. 237 ss. ; cette tradition était acceptée par Pindare, mais Pausanias at (...)
  • 345 Sur les images de la déesse, voir Jessen, op. cit., col. 2762 ss. ; Hogarth, op. cit., p. 323 ss. ; (...)
  • 346 Sur les cistophores frappés à Éphèse, voir Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 558 ; sur les cistopho (...)

72Le culte de l’Artémis éphésienne remontait aux temps les plus lointains ; une légende, rapportée par Callimaque, en attribuait la fondation aux Amazones344. Cependant, c’est seulement à une époque tardive que nous voyons apparaître sur les monnaies l’image de la statue de culte345. Cette image orne des oistophores frappés à Éphèse au IIe et au Ier siècle avant J.-C.346.

73Ciste mystique. — R/ΕΦΕ Carquois avec arc entre deux serpents enroulés. Dans le champ, à droite, statue d’Artémis.

  • 347 Head, BMC, Ionia, n° 143 ; H. Thiersch, Artemis Ephesia, pl. L, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 6 (...)

AR347.

74Ciste mystique. — R/ΕΦΕ Carquois avec arc entre deux serpents enroulés. Dans le champ à droite, une torche ; à gauche, Ζ ; au milieu, statue d’Artémis.

  • 348 Head, BMC, Ionia, n° 158. Entre 133 et 67 avant J.-C., d’après Head, Coins of Ephesus, p. 66.

AR348.

75Ciste mystique. — R/ΕΦΕ Trépied entre deux serpents enroulés. Au-dessus du trépied, statue d’Artémis ; dans le champ, à droite, une torche ; à gauche, ΟΣ ; au-dessus, nom du proconsul romain : T. AMPI. T. F.PROCOS ; au-dessous, noms des magistrats.

  • 349 Head, BMC, Ionia, n° 173 (pl. XII, 7) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 6979. Frappés sous le proc (...)

AR349 (pl. XV, 10).

  • 350 H. Thiebsch, op. cit., pp. 78-79.
  • 351 Head, BMC, Ionia, n° 144 ; Coins of Ephesus, p. 63 (pl. IV, 11) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 6, (...)
  • 352 Head, BMC, Ionia, n° 149 ; Imhoof-Blumer, Oriech. Miinzen, p. 144 (pl. VIII, 21) ; H. Thiersch, op. (...)

76L’image d’Artémis n’est reproduite sur ces monnaies qu’à une fort petite échelle, en sorte que les détails de ces représentations restent assez indistincts. On y reconnaît, cependant, le corps engainé qui va en s’amincissant vers le bas, la tête entourée d’un nimbe et surmontée d’un calathos, les bras écartés latéralement d’où pendent des bandelettes350. Parfois, au heu de la statue entière, les graveurs se sont cont351 ou bien ils l’ont représentée symboliquement par une main à laquelle est suspendue une bandelette (pl. XII, 10)352.

77C’est à l’époque où l’Asie Mineure, à l’instigation de Mithridate Eupator, cherchait à s’affranchir du joug des Romains (87-84 avant J.-C.) que l’image de la déesse fait son apparition sur les monnaies d’Éphèse :

78Buste d’Artémis à droite. — R/ΕΦ Statue d’Artémis de face ; dans le champ, symboles variés.

  • 353 Imhoof-Blumer, Oriech. Miinzen, p. 114, n° 280 (pl. VIII, 20) ; W. Wroth, Num. Chron., 1894, p. 14, (...)

AV. Statères353.

  • 354 H. Thiersch, op. cit., p. 79.

79Ces types monétaires présentent des particularités qui ne se retrouvent pas ailleurs et qui, pour cette raison, méritent d’être signalées. Le calathos, sur certaines de ces monnaies, se termine à sa partie supérieure, par trois petites boules. Le nimbe n’a pas la forme habituelle : il est constitué par deux rameaux qui se recourbent à droite et à gauche de la tête et prennent ainsi l’aspect d’une grande couronne. La gaine est généralement droite au lieu d’aller en s’amincissant vers le bas. La statue se dresse, soit sur un socle à deux degrés, soit sur une mince base qui se prolonge des deux côtés354.

80A la fin de la république, les généraux romains ont placé à plusieurs reprises l’image de l’Ephesia sur les monnaies qu’ils faisaient frapper au cours de leurs campagnes en Asie ou dans le bassin de la mer Égée. Ce sont d’abord les tétradrachmes frappés à Gortyne par Q. Caecilius Metellus après l’occupation de la Crète par les Romains en 67 avant J.-C. :

81Tête de Rome à droite. — R/ΓΟΡΤΥΝ Statue d’Artémis de face. Dans le champ, à gauche, une abeille ; à droite, une tête d’éléphant. Le tout dans une couronne de laurier.

  • 355 J. Friedlander, Zeitschr. f. Num., 10 (1883), p. 119 ss. ; Svoronos, Numism. de la Crète ancienne, (...)

AR. Tétradrachmes355.

  • 356 H. Thiersch, op. cit., pp. 79-80.

82La statue reproduite sur ces monnaies s’écarte en plusieurs points du type habituel de l’Ephesia. La tête, surmontée du calathos, n’est pas entourée d’un nimbe ; le buste est entièrement couvert de « mamelles » ; la gaine, séparée en deux par une bande verticale, est divisée en zones horizontales. Il semble bien que ce type monétaire ait été composé d’après des indications de seconde main, sans que le graveur ait eu sous les yeux l’idole de la déesse d’Éphèse ou une réplique fidèle de cette idole356.

  • 357 E. Babelon, Descr. hist. des monnaies de la république romaine, I (Paris, 1885), p. 426, nos 66, 67 (...)
  • 358 Head, BMC, Ionia, nos 191 à 194 (pl. XIII, 1) ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 1609 et 1610 ; H. (...)

83L’image de la déesse apparaît encore sur des deniers frappés en 49 avant J.-C. par les consuls Lentulus et Marcellus, qui, à cette époque, recrutaient des soldats en Asie Mineure pour soutenir la cause de Pompée357, ainsi que sur de petites monnaies de bronze qui portent au droit les effigies des triumvirs Octave, Antoine et Lépide et datent, par conséquent, de 43 avant J.-C. (pl. XV, 11)358.

  • 359 Claude et Agrippine : Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 583, n° 20 (pl. V, 1) ; H. Cohen, Descr. hi (...)
  • 360 Pinder, op. cit., p. 593, nos 66 à 69 (pl. V, 2 à 5) ; H. Cohen, op. cit., II, p. 133, n° 319 ; p. (...)
  • 361 Auguste : Head, BMC, Ionia, nos 195 et 196 (pl. XIII, 2) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1612 ; (...)
  • 362 Hadrien : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 11, n° 2 (pl. I, 25) ; H. Thiersch, op. cit., pp. 8 (...)
  • 363 Sur ces symboles, voir ci-dessus, p. 148.

84A l’époque impériale, l’image d’Artémis apparaît régulièrement sur les monnaies d’Éphèse depuis le règne d’Auguste jusqu’à celui de Gallien (253-268 après J.-C.). Elle orne également des médaillons de la province d’Asie frappés sous le règne de Claude359 et sous celui d’Hadrien360. Parfois, l’image de la statue occupe seule le champ de la pièce (pl. XV, 12)361. Mais, à partir du règne d’Hadrien, elle est souvent placée entre deux cerfs disposés symétriquement, qui lèvent la tête dans la direction de la déesse362. Sur de nombreux types monétaires, figurent le croissant et l’étoile, symboles habituels des divinités orientales363.

  • 364 Pinder, op. cit., p. 583, n° 18 (pl. V, 6) ; H. Cohen, op. cit., I, p. 253, n° 30 ; Mattingly-Syden (...)
  • 365 Pinder, op. cit., p. 594, n° 70 (pl. V, 7) ; H. Cohen, op. cit., II, p. 151, nos 536 à 538 (2 colon (...)
  • 366 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. I, 4 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 8, nos 378, 379.
  • 367 Head, op. cit., n° 229 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 332, nos 40 et 41 ; Bl.-L. Trell, op. cit.,(...)
  • 368 Head, op. cit., n° 275 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. III, 6.
  • 369 H. Thiersch, op. cit., p. 84 (pl. L, 14).
  • 370 Head, op. cit., n° 320 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 1.
  • 371 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 11, n° 474.
  • 372 BL.-T. Trell, op. cit., pl. V, 4 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 11, n° 482.
  • 373 G. Macdonald, op. cit., II, p. 336, n° 67 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 6 ; Dan. Nation. Mus., I (...)
  • 374 Head, op. cit., n° 307 ; Bl.-L. Trell, op. cit.,pl. IV, 2 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 10, n° 45 (...)
  • 375 E. Babelon, op. cit., n° 1628.
  • 376 Head, op. cit., nos 224 à 228 (pl. XIII, 7) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 332, n° 39 ; H. Thiebs (...)
  • 377 Head, op. cit., nos 233 et 234 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 332, n° 42 ; Bl.-L. Trell, op. cit. (...)
  • 378 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. III, 3.
  • 379 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. III, 5.
  • 380 H. Thiebsch, op. cit., p. 83 (pl. L, 16) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. IV, 1.
  • 381 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 2.
  • 382 H. Thiebsch, op. cit., p. 84 (pl. L, 17) ; F. Chapouthieb, REA, 40 (1938), p. 130 (pl. III, 2) ; Bl (...)
  • 383 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 7.
  • 384 H. Thiersch, op. cit., p. 83 (pl. L, 15) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 8.
  • 385 Pour d’autres monnaies où la statue est représentée dans son temple, voir ci-dessous, p. 184.

85Il n’est pas rare que les graveurs montrent la statue dans un temple. Sur des médaillons de Claude364 et d’Hadrien365, ainsi que sur366, Hadrien367, Caracalla368, Élagabale369, Sévère Alexandre370, Maximin371, Gordien III372 et Trajan Dèce373, ce temple est un édifice tétrastyle. Mais les graveurs, sur des monnaies d’Élagabale, ont ramené à deux le nombre des colonnes374. Au contraire, sur des pièces de Domitia375, Hadrien (pl. XVI, 1)376, Antonin le Pieux377, Marc Aurèle378, Septime Sévère379, Caracalla380, Sévère Alexandre381 Gordien III382, Trajan Dèce383, Valérien384, le grand temple d’Éphèse est fidèlement reproduit avec ses huit colonnes de façade385.

  • 386 Septime Sévère, Caracalla, Géta, Philippe, Valérien, Gallien : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p (...)
  • 387 Head, BMC, Ionia, n° 236 (pl. XIII, 8).
  • 388 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 61, n° 71 (pl. II, 21) ; Nomisma, II (1908), p. 7, n° 3 (pl. (...)
  • 389 Idole d’Artémis entre une Niké et la Cité debout (Antonin) : Ch. Lenormant, Nouv. galerie mytholog. (...)

86Imhoof-Blumer a groupé les monnaies d’Éphèse où deux enfants nus sont représentés jouant aux osselets devant la statue d’Artémis386. Sur une monnaie d’Antonin le Pieux, deux fleuves, le Caystre et le Kenchreios, tenant un roseau et s’appuyant sur une urne, sont assis à droite et à gauche de la statue (pl. XV, 13)387, tandis qu’une monnaie de Macrin a pour type du revers l’idole entre un homme debout et une Amazone agenouillée388. Enfin, diverses représentations associent le simulacre d’ Artémis à la Cité d’Éphèse personnifiée389.

  • 390 Lucius Verus : Head, op. cit., n° 247 (pl. XIII, 12) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 334, n° 50 ; (...)
  • 391 H. Thiebsch, op. cit., p. 84 (pl. L, 14) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. IV, 3.
  • 392 Caracalla : Head, op. cit., n° 269 (pl. XIV, 2) ; F. Chapouthier, Les Dioscures au service d’une dé (...)
  • 393 Sur les néocories d’Éphèse, voir B. Pick, Die Neokorien von Ephesos, dans Corolla numismatica. Num. (...)
  • 394 Head, op. cit., n° 235 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 333, n° 43 ; F. Chapouthier, op. cit., p. 1 (...)
  • 395 F. Chapouthier, ibidem, pl. III, 5 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VI, 7.
  • 396 Head, op. cit., n° 261 ; F. Chapouthier, ibidem, pl. III, 6 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VII, 1.
  • 397 Head, op. cit., n° 305 (pl. XIV, 6), 306 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VII, 2, 3 ; Dan. Nation. Mus (...)

87Les empereurs apparaissent souvent à côté de l’image de la déesse en l’honneur de laquelle ils accomplissent un sacrifice. Marc Aurèle et Lucius Verus se tiennent debout auprès de l’idole qui se dresse sur une haute base circulaire à deux degrés (pl. XV, 15)390, tandis que, sur une monnaie d’Élagabale, l’empereur se tourne vers la statue de culte placée au milieu d’un temple tétrastyle391 Sur des monnaies de Caracalla et de Caracalla et Géta, les deux empereurs à cheval lèvent la main droite dans la direction de l’idole (pl. XV, 14)392. A ces documents, on joindra ceux qui célèbrent les néocories de la cité et qui montrent la statue, seule ou dans son temple, à côté des temples impériaux393. Sur des monnaies d’Antonin le Pieux, l’image d’Artémis se dresse entre deux temples distyles contenant chacun une effigie impériale394. Sur des bronzes d’Antonin395 et de Septime Sévère396, le temple d’Artémis, contenant la statue de la déesse, est flanqué des deux temples impériaux. Enfin, des monnaies d’Élagabale, commémorant la quatrième néocorie reçue par Éphèse sous le règne de ce prince, présentent, avec le temple d’Artémis, les trois temples consacrés au culte des empereurs (pl. XVI, 2)397.

  • 398 Head, op. cit., n° 215.
  • 399 Head, op. cit., n° 272.
  • 400 Head, op. cit., n° 313 (pl. XIV, 7).
  • 401 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 337, n° 75.
  • 402 H. Cohen, Descr. hist., II, p. 178, n° 865 ; Imhoof-Blumer, Zur griech. u. röm. Mùnztcunde, pp. 9-1 (...)
  • 403 Head, op. cit., n° 273 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 10, nos 422 et 423.
  • 404 Head, op. cit., n° 346.
  • 405 Head, op. cit., n° 384 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 12, n° 518.
  • 406 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 13, n° 538.
  • 407 G. Macdonald, op. cit., II, p. 340, n° 93 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 13, n° 542.
  • 408 Head, op. cit., n° 314.
  • 409 Imhoof-Blumer, Jahrb., 3 (1888), p. 294, n° 1 (pl. IX, 25).
  • 410 Imhoof-Blumer, op. cit., n° 2 (pl. IX, 26).
  • 411 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1620.

88Parfois, la statue d’Artémis ne figure sur les monnaies que comme attribut d’une divinité qui tient l’idole dans sa main : c’est Zeus sur des pièces de Domitien398, Caracalla399, Sévère Alexandre400, Valérien401, ainsi que sur des cistophores d’Hadrien402, Tyché sur des monnaies de Caracalla403, Philippe le fils404, Gallien405, Valérien II406 et Salonin407, la Cité d’Éphèse en compagnie d’un autre personnage sur un bronze de Sévère Alexandre408. Des monnaies de Sévère Alexandre409 et de Philippe410montrent le mont Piôn sous les traits d’un homme assis qui appuie le bras gauche sur une corne d’abondance et tient à la main droite la statue d’Artémis. Une monnaie portant au droit l’effigie de Messaline a pour type du revers une femme que E. Babelon a décrite comme l’impératrice Messaline, tenant en main la statuette de l’Artémis éphésienne411.

  • 412 Caracalla : Wroth, BMC, Mysia, p. 7, nos 24 et 25.
  • 413 Antonin le Pieux : Wroth, op. cit., p. 60, n° 291 (pl. XV, 4).
  • 414 Commode : Head, BMC, Ionia, p. 110, n° 402 (pl. XXXVIII, 1) ; Wroth, BMC, Mysia, pp. 164-165, n° 35 (...)
  • 415 Caracalla : Head, op. cit., p. 174, n° 106.
  • 416 Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 202, n° 169 (pl. XXXIX, 1).
  • 417 Domitien : Head, op. cit., p. 110 ss., nos 405 à 407, 414 (pl. XXXVIII, 2) ; E. Babelon, op. cit., (...)
  • 418 Elagabale : K. Regling ap. W. von Diest, Nysa ad Maeandrum, Jahrb., Erganzungsh., X (1913), p. 85, (...)
  • 419 Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 112, n° 416 (pl. XXXVIII, 3).
  • 420 Commode : E. Babelon, op. cit., n° 1634.
  • 421 Philippe I : Head, BMC, Phrygia, p. 105, n° 197 (pl. LI, 2).
  • 422 Caracalla : Head, op. cit., p. 180, nos 107 et 108 (pl. LI, 6).
  • 423 L. Weber, Die Homoniemunzen des phrygischen Hierapolis, JIAN, 14 (1912), p. 67 ss. A côté de l’Arté (...)
  • 424 Sévère Alexandre : Head, BMC, Phrygia, p. 148, n° 94 (pl. LI, 3) ; E. Babelon, op. cit., n° 5839 (p (...)
  • 425 Commode : Head, op. cit., p. 327, n° 278 ; E. Babelon, op. cit., n° 6290 ; G. Macdonald, op. cit., (...)
  • 426 Septime Sévère : Head, BMC, Caria, p. 53, n° 161 (pl. XLIV, 1).
  • 427 Valérien I : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 334, n° 58 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° (...)
  • 428 Gordien III : W. Drexler, Der Isis und Sarapis-Cultus in Kleinasien, Num. Zeitschr., 21 (1889), p. (...)
  • 429 Zeus (Laodicée), Apollon citharède (Hiérapolis), Sérapis (Alexandrie), etc. On rencontre également, (...)
  • 430 Éphèse-Alexandrie : W. Drexler, op. cit., p. 86 (pl. I, 18) : Head, op. cit., p. 112, n° 417 (pl. X (...)
  • 431 Éphèse-Alexandrie : Head, BMC, Ionia, p. 112, n° 417 (pl. XXXVIII, 4).
  • 432 Pergame Éphèse : Wroth, BMC, Mysia, p. 164, n° 353 (pl. XXXIII, 3).
  • 433 Ephesos sur une monnaie d’Aphrodisias-Éphèse : Head, BMC, Caria, p. 53, n° 161 (pl. XLIV, 1) ; Andr (...)
  • 434 Sérapis (Éphèse-Alexandrie) : W. Drexler, op. cit., p. 83 (pl. I, 10) ; Head, BMC, Ionia, p. 114, n (...)

89Enfin, l’image d’Artémis personnifie la Cité d’Éphèse sur des monnaies qui commémorent une homonoia conclue entre Éph èse et diverses cités : Adramyttion412, Cyzique413 et Pergame (pl. XVI, 9)414 en Mysie, Magnésie du Méandre415, Milet416 et Smyrne (pl. XVI, 10)417 en Ionie, Nysa418, Sardes419 et Tralles420en Lydie, Apamée (pl. XVI, 4)421, Cotiaeon (pl. XVI, 6)422, Hiérapolis (pl. XVI, 7)423, Kibyra (pl. XVI, 5 et 12)424, Laodicée (pl. XVI, 8)425 en Phrygie, Aphrodisias426 en Carie, Pergé427 en Pamphylie, Alexandrie (pl. XVI, 3 et 11)428 en Égypte. Sur la plupart de ces types monétaires, à côté d’Artémis se tient une divinité qui personnifie la Cité alliée à Éphèse429. Parfois, la déesse est accompagnée de deux cerfs430, du croissant et de l’étoile431 ou représentée dans un temple432. Sur certaines monnaies, la statuette d’Artémis sert d’attribut à un héros433 ou à une divinité434.

90Mais, pour dresser un relevé complet des représentations numismatiques de l’Ephesia, il ne suffit pas d’examiner les monnaies d’Éphèse et les monnaies d’homonoia portant le nom des Éphésiens. En effet, le type de l’Artémis éphésienne apparaît, à l’époque impériale, sur les monnaies de beaucoup d’autres cités.

  • 435 Ch. Picard, Éphèse et Claros, p. xxii, n. 8.
  • 436 Jessen, Ephesia, PWRE, V, col. 2767-2768.
  • 437 L. Robert (Villes d’Asie mineure, p. 18, η. 1) et F. Chapouthier (REA, 40, 1938, p. 128, η. 1) ont (...)
  • 438 Sur les monnaies d’Heracleia Salbaké (Head, BMC, Caria, p. 118, n° 19 ; p. 121, nos 29 et 30, pl. X (...)

91Une liste de ces cités a été établie par Ch. Picard435 d’après le relevé de Jessen436. Elle demanderait sans doute à être vérifiée et complétée en plusieurs points, mais une recherche de ce genre ne pourrait être entreprise utilement que dans une étude d’ensemble sur le culte de l’Éphésienne437. En effet, les différents types de déesses asiatiques se prêtent à de faciles confusions, et le témoignage des monnaies aurait besoin d’être contrôlé à l’aide des sources littéraires et des documents épigraphiques438.

  • 439 L’exemple le plus typique est celui que fournissent les monnaies de Gortyne (ci-dessus, p. 180). Su (...)

92A elles seules, les monnaies d’Éphèse nous apportent déjà de précieux renseignements. Elles permettent de constater que, depuis le iie siècle avant J.-C. jusqu’au règne de Gallien, l’idole de la déesse a gardé le même aspect. En effet, les particularités que présentent certains types monétaires sont plutôt dues à l’ignorance ou à la fantaisie des graveurs qu’à des modifications apportées à la statue de culte439.

  • 440 Le calathos devient parfois une espèce de haute perche : Thiersch, op. cit., pl. L, 9 (Éphèse-Smyrn (...)
  • 441 Monnaies d’Éphèse (Hadrien, Sabine) : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 11, nos 2 et 3 (pl. I, (...)
  • 442 Thiersch, op. cit., pl. L, 6 ; F. Chapouthier, op. cit., p. 130 (pl. III, 7).
  • 443 Sur les statères d’or, le nimbe est constitué par deux rameaux recourbés : voir ci-dessus, p. 179.
  • 444 Parfois, on distingue deux colliers : Thiersch, op. cit., pl. LI, 7 (Hiérapolis-Éphèse : Commode). (...)
  • 445 La gaine est parfois droite (statères d’or : voir ci-dessus, p. 179).
  • 446 H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 58. La gaine de l’Artémis Leucophryéné est également divisée e (...)
  • 447 Sur l’interprétation de ces ornements, voir ci-dessus, p. 146. Parfois, les mains semblent posées s (...)

93Par la raideur de son attitude, celle-ci rappelle les œuvres archaïques. Elle porte sur la tête un calathos de forme et de hauteur variables440. A l’époque d’Hadrien, la coiffure d’Artémis prend un caractère architectural ; elle se termine en effet par un édifice en forme de temple tétrastyle441. Sous Antonin, l’aspect de la coiffure se transforme et un bâtiment à triple fronton domine de sa silhouette le calathos de la déesse442. Aux côtés du visage, les deux parties du nimbe dessinent une ligne courbe ou brisée443. La poitrine est parée d’un lourd collier au-dessous duquel s’alignent plusieurs rangées de « mamelles »444. La partie inférieure du corps, à partir de la taille, est enfermée dans une gaine qui va en s’amincissant vers le bas445. Cette gaine est divisée en petits compartiments par des bandes verticales et horizontales ; elle est décorée de reliefs446. Elle s’arrête à hauteur des chevilles et laisse échapper les plis de la tunique qui s’évase autour des pieds. Les bras sont collés au corps jusqu’au coude et les avant-bras sont tendus horizontalement. A chaque main est suspendue une bandelette noueuse qui tombe verticalement ou obliquement et dont l’extrémité inférieure est parfois garnie d’une houppe à trois franges447.

  • 448 Les répliques de l’Ephesia ont été réunies et publiées par H. Thiersch, op. cit., p. 1 ss.

94Mais le témoignage des monnaies serait insuffisant pour reconstituer l’idole d’Artémis, si nous n’avions à notre disposition des documents plus précis : ce sont les innombrables répliques de l’Ephesia, statues de grandes dimensions, petits bronzes, terres cuites, bas-reliefs et décors de vases dont H. Thiersch a dressé le catalogue448. Beaucoup d’entre elles sont aujourd’hui mutilées ou ont été restaurées d’une manière inexacte. Elles permettent, cependant, de contrôler et de compléter en plusieurs points les indications des monnaies.

  • 449 F. Chapouthier a ajouté un nouveau document à ceux qui avaient été réunis par W. Amelung (Oesterr. (...)
  • 450 Thiersch, op. cit., p. 38, n° 29 (pl. XXV).

95La coiffure d’Artémis nous est connue par plusieurs documents qui montrent le calathos surmonté d’un édifice à triple fronton, tel qu’il apparaît sur les monnaies à partir du règne d’Antonin449. Sur les deux parties du nimbe, à droite et à gauche de la tête, se détachent des protomés de griffons. La poitrine est ornée d’une guirlande de fleurs et d’un ou de deux colliers à pendeloques en forme de glands. La partie supérieure de la tunique, à l’intérieur de la guirlande, constitue une sorte de plastron ; les rehefs qui le décorent représentent généralement les Hôrai avec les signes du zodiaque. Les « mamelles », disposées en plusieurs rangées, couvrent la partie du corps comprise entre la guirlande et la gaine. Celle-ci est divisée en zones horizontales et verticales qui délimitent un certain nombre de carrés et de rectangles. Chacun d’entré eux contient des figures en relief : protomés d’animaux, abeilles, fleurs, sphinx assis de profil et nymphes ailées vues de face. Les bras pliés à angle droit supportent de petits lions. Il est probable que, dans leur état primitif, les statues de l’Ephesia tenaient en mains des bandelettes et que certaines d’entre elles étaient placées entre deux cerfs. On peut s’en convaincre en examinant une statue qui a été découverte à Tripoli en 1912 : sur la plinthe de cette statue, on distingue nettement deux petits blocs carrés, où s’appuyaient les supports en forme de bandelettes, ainsi que les restes des sabots des deux cerfs qui se dressaient aux côtés de la déesse450.

  • 451 Ci-dessus, p. 177.
  • 452 Pline (d’après Mucianus), NH, XVI, 214 (correction de Sillig : Endoeon au lieu de eandem con des ms (...)
  • 453 D.-G. Hogarth, Excavations at Ephesus. The Archaic Artemisia, Londres, 1908, p. 323 ss. ; Ch. Picar (...)
  • 454 L’absence du type polymaste parmi les statuettes de l’Artémision ne suffirait pas à prouver, selon (...)
  • 455 Anabase, V, 3, 12. A l’époque de Xénophon, la statue était sans doute couverte de plaques d’or et p (...)

96Les témoignages que nous possédons sur l’Artémis d’Éphèse ne nous permettent d’imaginer ni l’antique idole que les Amazones dressèrent sous un hêtre451 ni la statue que l’on attribuait à Endoios452. Les statuettes trouvées dans l’Artémision nous font connaître différents types archaïques de la déesse453, mais elles ne nous fournissent aucun exemple du type polymaste et engainé et elles ne nous apprennent rien sur la genèse de ce type454. Au début du ive siècle, Xénophon, faisant exécuter pour Scillonte une réphque de l’Ephesia, se borne à nous dire que cette réphque était en bois de cyprès au heu d’être en or comme le modèle455.

  • 456 Ci-dessus, p. 175.
  • 457 V. Müllee, op. cit., p. 103.
  • 458 W. Deonna, RA, 1924, I, p. 7.
  • 459 Ch. Picard, op. cit., p. 527.
  • 460 Ch. Picard, op. cit., p. 535.

97La statue que nous connaissons est, comme l’Aphrodite d’Aphrodisias, une œuvre composite qui répond à des exigences cultuelles plutôt qu’à des préoccupations esthétiques456. L’attitude est celle des idoles primitives et l’on peut admettre, avec V. Müller, que les éléments essentiels du vêtement et de la parure leur sont également empruntés457. Cependant, l’Artémis d’Éphèse appartient par son style à une époque beaucoup plus récente. W. Deonna déclare le visage « nettement praxitélien » et songe à attribuer la statue à un des artistes qui travaillèrent au ive siècle à la reconstruction de l’Artémision458. Mais le symbolisme compliqué de la décoration indiquerait plutôt une création hellénistique que l’on placerait au iiie ou même au iie siècle avant J.-C459. Cette décoration vise à mettre en relief les caractères de la grande déesse de la nature. Les animaux qui se pressent sur la gaine, le long des bras et jusque sur la coiffure d’Artémis sont ceux qui forment le cortège habituel de la πότνια θηϱών460. Les multiples « mamelles » — quelle que soit la signification primitive de ces singuliers ornements — symbolisent son inépuisable fécondité, tandis que les Hôrai et les signes du zodiaque montrent qu’il lui appartient de régler le cours des astres et de présider au retour des saisons. Le caractère étrange de cette image était de nature à impressionner les esprits et favorisa sans doute l’extension du culte de la déesse, car c’est sous cette forme qu’elle s’est imposée à l’adoration des anciens et qu’elle s’offre, encore aujourd’hui, à la curiosité des modernes.

  • 461 Statères d’Anactorion (ci-dessus, p. 60).
  • 462 Statères de Corinthe : Zeus tenant un foudre et un bâton (ci-dessus, p. 71), Zeus ou Poseidon (ci-d (...)
  • 463 Statères de Corinthe (ci-dessus, p. 88).
  • 464 Ci-dessous, p. 230.

98La plus ancienne reproduction de statue que nous ayons rencontrée jusqu’à présent orne des tétradrachmes d’Aenos en Thrace, frappés entre 478 et 450 avant J.-C. Au début du ive siècle (400-390), apparaît, sur les monnaies d’Abdère, une statue archaïque d’Artémis, et c’est sans doute vers la même époque qu’un graveur a placé, sur une monnaie d’Assos, l’image d’une vieille idole d’Athéna. Pour compléter ce relevé, il convient d’ajouter les effigies d’Apollon461, de Zeus462 et peut-être aussi de Dionysos463 qui figurent en symbole sur des statères aux types corinthiens frappés dans le courant du ive siècle ; quant aux monnaies des Messéniens, on n’est pas certain d’y retrouver, comme nous le verrons plus loin, l’image de la statue célèbre de l’argien Hagélaïdas464.

  • 465 Sur le Dionysos qui orne les tétradrachmes d’Abdère, voir ci-dessus, p. 87.
  • 466 Sur la signification des types monétaires parmi lesquels figure la statue d’Artémis à Abdère (symbo (...)

99L’apparition de copies de statues sur les monnaies daterait donc de la première moitié du ve siècle. Mais il convient d’ajouter immédiatement que l’Hermès d’Aenos constitue un exemple isolé ; nous n’avons pu relever, en effet, aucune autre reproduction de ce genre sur les monnaies du ve siècle465. D’autre part, on notera qu’il n’apparaît sur les monnaies d’Aenos, du moins à cette époque, qu’à titre de symbole. C’est donc une reproduction occasionnelle, dictée par des circonstances particulières, comme le sont également les reproductions de statues d’Apollon, de Zeus et de Dionysos sur les monnaies de Corinthe et de ses colonies. Ces remarques s’appliquent également aux images d’Artémis et d’Athéna, qui ne font, sur les monnaies d’Abdère et d’Assos, qu’une brève apparition466.

  • 467 Ci-dessus, pp. 45-46. De même, le Zeus armé du foudre et du bâton qui figure en symbole sur des sta (...)

100Les statues archaïques dont on relève des reproductions sur les monnaies antérieures à Alexandre le Grand sont donc en très petit nombre et leur apparition a un caractère occasionnel qui mérite d’être souligné. On notera que certaines de ces statues, après avoir figuré sur les monnaies seulement à titre de symbole, y tiennent ensuite la place du type principal : c’est le cas du terme d’Hermès, simple symbole sur les monnaies du ve siècle, mais qui occupe à lui seul le droit ou le revers des monnaies d’Aenos depuis le milieu du ive siècle jusqu’à la fin du iiie siècle avant J.-C467.

  • 468 Apollon de Tectaios et Angélion, cf. ci-dessous, p. 203.
  • 469 Apollon de Calamis, cf. ci-dessous, p. 248.
  • 470 Apollon de Canachos, cf. ci-dessous, p. 222.
  • 471 Hermès Agoraios ( ?) sur des tétradrachmes athéniens, cf. ci-dessus, p. 69.
  • 472 Zeus d’Hagélaïdas sur les monnaies de Messène et d’Aegion, cf. cidessous, p. 231.
  • 473 Dieu carien à la double hache sur des monnaies d’Euromos, ci-dessus, p. 96 ; Hadad de Damas sur des (...)
  • 474 Peut-être aussi les Athénas de Pergame et de Phasélis (ci-dessus, p. 125).
  • 475 Cf. ci-dessous, p. 205.
  • 476 Comme le note H. Thiersch, l’apparition des images de ce type sur les monnaies n’est pas antérieure (...)
  • 477 Apollon de Délos, images archaïques d’Artémis, d’Hermès, peut-être aussi de Dionysos.
  • 478 En symbole, Athéna Ilias (ci-dessus, p. 108), Artémis Kindyas (ci-dessus, p. 145) ; comme types du (...)

101La numismatique hellénistique est beaucoup plus riche en copies de statues. Il suffit, pour s’en convaincre, de dresser la liste des idoles dont nous avons trouvé l’image sur les monnaies de cette époque. C’est d’abord la série des Apollons : Apollon d’Amyclées, de Délos468, d’Égine, d’Apollonie du Pont469, de Didymes470, de Sinope, Apollon Smintheus et Apollon Chresterios. Puis, c’est le terme de Dionysos à Mytilène, des images d’Hermès471 et de Zeus472, des idoles de dieux orientaux473, la statue d’Athéna Ilias474 et celle d’Athéna Magarsis, une Artémis archaïque sur les monnaies d’Athènes475 et l’Aphrodite Aeneias des monnaies de Leucade. C’est enfin le long cortège des déesses asiatiques parmi lesquelles figurent, en particulier, l’Artémis de Pergé et l’Artémis d’Éphèse476. On observera que certaines statues ne font sur les monnaies d’époque hellénistique qu’une brève apparition, à titre de symbole, ou pour des raisons particulières que nous ne pouvons déterminer ; c’est le cas, par exemple, des symboles qui ornent les tétradrachmes athéniens du nouveau style477, de l’Apollon d’Amyclées, et de quelques idoles reproduites sur les monnaies des Séleucides478. Dans la plupart des cas, cependant, ces reproductions se maintiennent d’une manière presque constante sur le numéraire de la cité qui utilise comme blason l’idole de sa principale divinité.

  • 479 Idoles d’Athéna Ilias, d’Apollon Smintheus, d’Artémis d’Éphèse, etc.
  • 480 Apollon d’Amyclées sur les monnaies de Lacédémone, cf. ci-dessus, p. 56.
  • 481 Dioscures d’IIermon, cf. ci-dessous, p. 220.
  • 482 Hermès de Calamis, cf. ci-dessous, p. 245.
  • 483 En particulier, l’Athéna Chalkioicos, cf. ci-dessous, p. 217. Voir aussi, sur les monnaies d’Asie M (...)
  • 484 P. 206 ss.
  • 485 En particulier, la déesse de Sardes et l’Aphrodite d’Aphrodisias (pour l’idole de cette dernière su (...)

102Les monnaies d’époque impériale offrent une documentation encore plus abondante. Nous y retrouvons, en effet, la plupart des statues dont nous avons signalé la présence sur les monnaies d’époque hellénistique, tantôt parce que la même idole se maintient constamment sur les monnaies depuis l’époque hellénistique jusqu’à l’époque impériale479 tantôt parce qu’une statue, qui n’était apparue dans la numismatique hellénistique que d’une manière occasionnelle, reparaît sur des bronzes frappés aux effigies des empereurs romains480. En outre, nous voyons s’ajouter, à ces statues déjà connues, un nouveau contingent d’idoles qui n’avaient pas encore été reproduites par les graveurs. Citons, parmi ces dernières, des images archaïques d’Apollon sur les monnaies de Tanagra, d’Apollonie d’Illyrie, de Théra, du Koinon des Crétois, des Cilbiani inferiores, de Nysa, d’Hiérapohs, des Dioscures sur des bronzes de Trézène481 et de Phocée, d’Héraclès sur le monnayage d’Érythrées, d’Hermès sur des pièces de Tanagra482, d’Égine et de Sicyone. On y joindra le Dionysos de Sinope, le Zeus Labraundos de Mylasa, le Zeus Ascraios ( ?) d’Halicarnasse, l’Apollon de Tarse, le Hadad d’Héliopolis, quelques-unes, tout au moins, des Athénas brandissant la lance483, la Héra de Samos, dont il sera question plus loin484, et le cortège des déesses asiatiques, plus nombreux encore que sur les monnaies d’époque hellénistique485.

103Ces longues énumérations permettent de constater une progression constante dans le nombre des copies de statues depuis le ve siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque de la domination romaine. Elles mettent en relief l’abondance des reproductions de ce genre sur les monnaies de date récente et font apparaître, par contraste, la rareté des témoignages dont nous disposons pour le ve et le ive siècle. Peut-on admettre, dans ces conditions, que les habitudes des graveurs, dans le choix de leurs modèles, ont été les mêmes durant toute l’histoire de l’art de la monnaie ? Tout en reconnaissant que les graveurs des siècles classiques ont parfois copié des œuvres du grand art, devons-nous croire que leur rôle s’est borné généralement à reproduire les chefsd’œuvre des maîtres de la sculpture ?

104Il serait prématuré de vouloir, dès maintenant, répondre à ces questions, car on ne manquerait pas de nous objecter que nous avons limité notre enquête à une certaine catégorie de statues. Ces statues sont, pour la plupart, des œuvres anonymes qui doivent leur présence sur les monnaies à leur signification religieuse ; elles appartiennent au domaine de l’histoire des religions plutôt qu’à celui de l’histoire de l’art. Cependant, nous avons signalé au passage quelques œuvres, attribuées à des sculpteurs connus, qui demandent à être examinées dans le cadre de l’histoire de la sculpture grecque et qui pourront former le point de départ d’une nouvelle enquête.

105Cette enquête nous devrons la poursuivre en dehors des limites que nous nous sommes assignées jusqu’à présent. Comment oserions-nous prétendre, en effet, que nous avons traité le problème dans son ensemble, alors que les statues de la période classique sont restées en dehors du champ de nos investigations ? Certaines de ces statues jouissaient d’un prestige, dû à leurs mérites artistiques, qui n’a pu manquer d’attirer sur elles l’attention des graveurs. L’attitude qu’ils ont adoptée à l’égard de ces chefs-d’œuvre peut être pour nous significative ; nous devrons nous efforcer de la définir et consacrer à cette étude un soin tout particulier.

Notes

1 Sur ces légendes, voir C. Robert, Die Kultbilder der Brauronischen Artemis, Archaeolog. Märchen (Philolog. Untersuch., X, 1886), p. 144 ss. Sur les endroits où on localisait le transfert de l’idole : Höfer dans Roscher, Lex., III, col. 998 ss. ; F. Pfister, Der Reliquienkult im Altertum (RVV, V, 1909-1912), pp. 344-345. Voir aussi les articles sur l’Artémis Tauropolos : Höfer dans Roscher, Lex., V, col. 137 ss. ; H. Oppermann, PWRE, V A (1934), col. 34 ss. Pour l’identification de la déesse de Tauride avec Artémis : E.-H. Minns, Scythians and Greeks, Cambridge, 1913, pp. 543-544.

2 Pausanias, III, 16, 8 ; VIII, 46, 3. Le sanctuaire de Brauron contenait cependant une statue archaïque d’Artémis : Pausanias, I, 23, 7 ; I, 33, 1. Sur la tradition relative au transfert de la statue à Laodicée, voir ci-dessous, p. 134.

3 Pausanias, III, 16, 7. Sur les rapports entre Artémis Orthia et Iphigénie : S. Wide, Lakonische Kulte, Leipzig, 1893, pp. 114-115.

4 Strabon, XII, 2, 3 (535) ; Dion Cassius, XXXVI, 11 ; Pausanias, III, 16, 8 ; cf. A. Hartmann, Ma, PWRE, XIV (1930), col. 77 ss.

5 Strabon, XII, 2, 7 (537) ; sur Artémis Perasia, voir H. Oppermann, Perasia, PWRE, XIX (1937), col. 587-588.

6 Pausanias, III, 16, 8.

7 Voir ci-dessous, p. 205.

8 Cf. ci-dessus, p. 56. Un relief d’ivoire, trouvé dans le sanctuaire d’Artémis Orthia, reproduirait le xoanon de la déesse : R.-M. Dawkins, BSA, XIII (1906-1907), p. 106 ss. (fig. 32) ; mais, voir à ce sujet, Ziehen, PWRE, III A (1929), col. 1466.

9 Voir, par exemple, Babelon-Reinach, Recueil général, pl. XII, 3, 4.

10 Par exemple, sur les monnaies d’Hypaepa : Head, BMC, Lydia, p. 111 ss. Sur le culte d’Anaïtis à Hypaepa, voir L. Robert, Hellenica, IV (1948), p. 19, n. 1.

11 Imhoof-Gardner, NCP, p. 56 ss., n° 7 (pl. Ν, XI et XII) ; Wroth, BMC, Calatia, p. 263, n° 113 (pl. XXXI, 5), 114. Une monnaie d’Elagabale montre la même déesse en présence de la Tyché de la cité : Imhoof-Gardner, ibidem. Sur une autre monnaie de Laodicée, qui porte au revers l’image de la pierre d’Émèse (Hill, BMC, Arabia, p. LXXXVIII), la déesse est représentée seule, sans les deux cerfs.

12 Sur cette tradition, ci-dessus, p. 133. Selon une autre tradition, c’est Oreste lui-même qui avait apporté la statue à Laodicée : Script. hist. aug., Heliog., 7, 5.

13 H. Seyrig propose d’y reconnaître une Athéna mentionnée dans un texte de Porphyre (De abst., II, 56) : Syria, 14 (1933), p. 376.

14 C. Robert, op. cit., p. 146 ss. ; cf. Jessen, Brauronia, PWRE, III (1897), col. 825 ; Honigmann, Laodikeia, PWRE, XII (1924), col. 713.

15 Sur une monnaie d’Aegeae en Cilicie (Émilien), E. Babelon reconnaissait Athéna armée de la lance et du bouclier, « avec deux chèvres à ses pieds » : Coll. Waddington, n° 4086 (pl. IX, 21). Imhoof-Blumer a fait observer que ces chèvres sont en réalité des cerfs ; il ajoute que la déesse d’Aegeae ressemble fort à celle de Laodicée : Kleinas. Münzen, II, p. 428.

16 E.-H. Minns, Scythians and Greeks, p. 544.

17 Monnaies d’or : A. von Sallet, Zeitschr. f. Num., 1 (1874), pp. 28-29 (pl. I, 6) ; 11 (1884), p. 47 (pl. I, 7) ; Berlin, Beschreib., I, p. 7, n° 33 (pl. I, 10) ; E.-H. Minns, op. cit., p. 544 (pl. IV, 25).

Monnaies de bronze : Berlin, Beschreib., I, pp. 5-6, nos 24 à 30 (pl. I, 9) ; R.-S. Poole, BMC, Tauric Chersonese, p. 3, n° 11 ; E.-H. Minns l c (pl. IV, 26, 28).

18 « Lastly we have what appears to be her cuit image, perhaps the ξόανον of which Strabo speaks (VII. iv. 2) » : E.-H. Minns, l. c.

19 Voir ci-dessus, p. 116.

20 Sur les représentations de l’Artémis Taurique : H. Philippart, Iconographie de l’ » Iphigénie en Tauride » d’Euripide, Revue belge de philol., 4 (1925), p. 5 ss. (à la documentation rassemblée par H. Philippart, on ajoutera un cratère de Comacchio : Arch. Anz., 1932, col. 457 ss.).

21 Sur les déesses asiatiques assimilées à Artémis et à Aphrodite, voir ci-dessous, p. 140 ss.

22 Sur les images archaïques d’Artémis, voir Schreiber dans Roscher, Lex., I, col. 594 ss. ; P. Paris, DA, II, 1, p. 130 ss. ; Wernicke, PWRE, II (1895), col. 1412 ss. Pour Aphrodite, voir ci-dessous, p. 138.

23 E. Babelon, Traité, II, 4, n° 1395 (pl. CCCXXXVII, 9) ; M.-L. Strack, Die ant. Münzen Nord-Qriechenlands, II, 1, p. 83, n° 136 ; K. Regling, AMK, n° 497 ; E.-S.-G. Robinson, Num. Chron., 1936, p. 173, n° 4 (pl. XII, 6) ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 411 (fig. 317). Voir un exemplaire quelque peu différent dans le catalogue de la Coll. Jameson, III, n° 2005.

24 Artémis tient en main tantôt une couronne, tantôt un rameau : E. Babelon, op. cit., n° 1394 (pl. CCCXXXVII, 8) ; M.-L. Strack, op. cit., p. 83, n° 135 (pl. III, 8) ; A.-B. Cook, l. c. (fig. 316). Comme M. Ch. Picard me le fait observer, c’est probablement la déesse thrace Bendis, assimilée par les Grecs à Artémis, que l’on doit reconnaître sur ces monnaies. Sur les reliefs rupestres de Philippes, Artémis-Bendis est parfois figurée avec un rameau en main : P. Collart, Philippes, ville de Macédoine, Paris, 1937, p. 433 ss. (pl. LXXIV, 1, 2 ; LXXV, 1, 2). Une autre forme hellénisée de Bendis apparaît à Néapolis de Macédoine : la Parthénos de Néapolis est figurée dans l’attitude hiératique d’une statue de culte sur un relief qui sert d’en-tête à un décret attique de 355 avant J.-C. et sur des monnaies de Néapolis : P. Collart, op. cit., p. 110 ss pl. XXII, 2 ; XXI, 12 (cf. H. Gäbler, Die ant. Münzen NordGriechenlands, III, 2, p. 83, n° 21).

25 Sur l’intérêt de ces représentations de face et de profil, voir ci-dessus, p. 25. G.-E. Rizzo (Thiasos, Rome, 1934, pp. 49-50) reconnaîtrait, dans l’Artémis d’Abdère, une image archaïsante et non pas archaïque, mais je ne vois guère la possibilité de résoudre un problème de ce genre à l’aide du seul témoignage des monnaies.

26 Voir ci-dessous, p. 205.

27 Commode : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 46, n° 44 (pl. F, 27).

Caracalla : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 5, n° 1 (pl. Ι, 1 ; au revers, ΑΡΤΕΜΙΣ. ΕΛΑΙΟΥΣΙ(Ω)Ν). Imhoof-Blumer (Ι. c.) dit au sujet de cette monnaie : « Der Kopf des Artemisbildes erscheint hier deutlicher als auf der Münze mit Commodus und zeigt, wie die ganze Haltung, archaischen Typus. » Sur l’histoire et le site d’Éléonte de Thrace : J. Chamonard, E. Dhorme, F. Courby, BGH, 39 (1915), p. 135 ss. ; R. Demangel, Le tumulus dit de Protésilas, Paris, 1926, p. 4.

28 Ci-dessous, p. 236.

29 Sur les images archaïques d’Aphrodite, voir J.-J. Bernoulli, Aphrodite, Leipzig, 1873, p. 4 ss. ; Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 408 ss. ; Dümmler, PWRE, I (1894), col. 2776 ss. ; L. Séchan, DA, V, p. 731 ss. ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, p. 6. A. FurtwÄngler croyait reconnaître, sur les monnaies de Lacédémone, l’image d’une Aphrodite armée (ci-dessus, p. 56).

30 A. Postolacas, Κατάλογος τν ἀϱxαίων νομισμάτων τν νήσων Κεϱxυϱας, Λευxάδος, κτλ., Athènes, 1868, p. 65 ss., nos 671 à 688 (pl. Γ’) ; Imhoof-Blumer, Die Münzen Akarnaniens, Num. Zeitschr., 10 (1878), pp. 131-133, nos 48 à 52 (pl. I, 13, 14) ; P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, pp. 179-180, nos 78 à 103 (pl. XXVIII, 15, 16) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 25, nos 5 à 7 (pl. XXXII, 7) ; Coll. Jameson, I, n° 1137 ; L. Forrer, Weber Coll., II, nos 3095 et 3096 (pl. 118) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, nos 1940, 1941 ; Coll. de Nanteuil, n° 874 ; M. Bernhart, op. cit., p. 55, n° 340. Dans le catalogue de Postolacas, la couronne est décrite, sur certaines monnaies, comme une couronne de myrte ; voir, à ce sujet, dans le même catalogue (p. 116 ss.), les observations du botaniste Th. Orphanidis.

31 A. Postolacas, op. cit., n° 672, etc. ; Imhoof-Blumer, l. c., nos 48 (pl. I, 13), 49, 49 a ; P. Gardner, op. cit., n° 79, etc.

32 Décrit comme une chouette par A.Postolacas (op. cit., n° 677) et Imhoof-Blumer (l. c., n° 51), comme un aigle ( ?) par P. Gardner (op. cit., n° 98).

33 A. Postolacas, op. cit., p. 74 ss., nos 763, 784, 785, 794, etc. (pl. Δ’) ; P. Gardner, op. cit., pp. 181-182, nos 108 à 117.

34 A. Postolacas, op. cit., p. 76, nos 772, 773 ; p. 80, n° 816 (pl. A’) ; P. Gardner, op. cit., p. 181, nos 105 à 107 (pl. XXIX, 1). L’objet que la déesse tient à la main gauche est décrit comme un arc par Postolacas (voir pl. A’, 772, 816) et Imhoof-Blumer (op. cit., p. 134), comme un marteau (hammer) par P. Gardner.

35 Décrite déjà comme une Artémis dans le catalogue de Postolacas.

36 E. Curtius, Hermes, 10 (1876), p. 243. E. Oberhummer cherchait à cette Aphrodite une origine phénicienne : Phönizier in Akarnanien, Munich, 1882, p. 58 ss. ; Akarnanien, Ambrakia, Amphilochien, Leukas im Altertum, Munich, 1887, p. 234.

37 Denys d’Halicarnasse, I, 50. Sur la situation de ce sanctuaire : Bürchner, Leukas, PWRE, XII (1925), col. 2234.

38 R. Texier, Aphrodite Ainéias à Leucade, Revue de philologie, 1934, p. 160 ; cf. J. Perret, Les origines de la légende troyenne de Rome, Paris, 1942, pp. 60-61.

39 Pour la coiffure, cf. la tête d’Aphrodite sur des monnaies de Leucade frappées au type de Pégase : Head, BMC, Gorinth, pp. 134-135, n° 112 (pl. XXXVII, 2), 117 (pl. XXXVII, 6). On notera que les bras ne sont pas pliés symétriquement ; aussi la statue revêt-elle un aspect moins archaïque sur les monnaies où elle apparaît tournée à gauche (ci-dessus, p. 139).

40 Sur la persistance des cultes anatoliens, voir les statistiques établies par J. Keil, Die Kulte Lydiens, dans Anatolian Studies presented to Sir Ramsay, Manchester, 1923, p. 239 ss.

41 Sur les idoles de ce type, voir Th. Schreiber, Neue Parthenosstudien, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 283 ss. ; Jessen, Ephesia, PWRE, V (1905), col. 2762 ss. ; D.-G. Hogarth, Excavations at Ephesus. The Archaic Artemisia, Londres, 1908, p. 323 ss. ; Ch. Picard, Éphèse et Claros, Paris, 1922, p. 526 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 405, n. 4 ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936.

42 Ci-dessous, p. 176 ss.

43 Ci-dessous, p. 167 ss.

44 Cf. ci-dessous, p. 149.

45 Wernicke, Artemis, PWRE, II (1895), col. 1389 ; Adler, Kindyas, PWRE, XI (1921), col. 472 ; L. Robert, Études anatoliennes, Paris, 1937, p. 459 ss. ; cf. ci-dessous, p. 145.

46 Adler, Klaria, PWRE, XI (1921), col. 547 ; Ch. Picard, op. cit., pp. 403-404 ; J.-G. Milne, Kolophon and its Coinage, Ν. N. M., 96 (1941), pp. 16-17.

47 Wernicke, op. cit., col. 1373-1374 ; W. Kroll, Leukophryene, PWRE, XII (1925), col. 2286 ss. ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 4 (pl. II, 1-14) ; Bl.-L. Trell, The Temple of Artemis at Ephesos, Ν. N. M., 107 (1945), p. 12 ss. (pl. VII, 4 à pl. VIII, 3). Cf. ci-dessous, p. 144.

48 Wroth, BMC, Troas, p. xxxvii ; Jessen, Astyrene, PWRE, II (1896), col. 1878. Monnaies au type d’Artémis Astyréné : E. Babelon, Coll. Waddington, nos 636 et 637 ; Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 7 (1880), p. 24 (pl. I, 14).

49 E. Babelon, op. cit., n° 4958 (pl. XIV, 9) ; L. Robert, Villes d’Asie Mineure, Paris, 1935, p. 82, n. 1.

50 Voir, pour des exemples d’identification de ce genre, l’article d’Imhoof-Blumer, Alte Kultbilder, Nomisma, VIII (1913), p. 1 ss.

51 Voici les raisons pour lesquelles Imhoof-Blumer propose de donner le nom d’Aphrodite à la déesse de Comama en Pisidie : « hier scheint die Göttin mit der L. den wallenden Schleier zurückzuschlagen und einen so leichten Chiton zu tragen, dass darunter die Formen des Körpers sichtbar werden » (op. cit., p. 18).

52 On en trouvera des exemples dans l’article d’Imhoof-Blumer, cité p. 141, n. 9.

53 Ci-dessous, p. 154 ss.

54 Ci-dessous, p. 167 ss.

55 Sur le calathos (ou polos), voir l’ouvrage de V.-K. Müller cité ci-dessus, p. 39.

56 Ci-dessous, p. 188.

57 Artémis d’Abydos (ci-dessous, p. 150).

58 Artémis d’Iasos (ci-dessous, p. 148). Sur une monnaie d’Attuda (Carie), le voile retombe en deux pans des deux côtés de la statue : Head, BMC, Caria, pl. X, 13 (ici, pl. XI, 13).

59 Eleuthera de Myra (ci-dessous, p. 149).

60 Artémis Anaïtis (Hypaepa) : « Auf dem Kopfe sitzt ein Kalathos, über welchen ein grosser sich hinterwärts nach den Händen ausbreitender und bis an den Boden fallender Schleier gezogen ist. » (Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 77 ; on trouvera des exemples, pl. IV, 8, 9, 12 à 14 ; voir aussi Head, BMC, Lydia, pl. XII, 11 à 14 ; Imhoof-Blumeb, Kleinas. Münzen, I, p. 174, n° 2, pl. VI, 6). Les bords du voile sont souvent indiqués par deux lignes courbes qui forment une sorte d’ellipse ou de demi-ellipse ; voir des exemples sur les monnaies d’Alabanda (Head, BMC, Caria, pl. I, 10), de Magnésie du Méandre (Head, BMC, Ionia, pl. XIX, 4 à 6), de Tralles (Head, BMC, Lydia, pl. XLIV, 8), de Clannudda (Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 59, n° 1, pl. III, 16).

61 Ci-dessous, p. 164.

62 H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 56.

63 Exemples sur les monnaies d’Attuda (Head, BMC, Caria, pl. X, 13), de Sébastopolis (L. Robert, Études anatoliennes, pl. XXVI, 5 ; pl. XXVII, 15, 20), de Milet (Head, BMC, Ionia, pl. XXII, 11 ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII, 1913, pl. I, 1).

64 Exemples sur les monnaies d’Hypaepa (Head, BMC, Lydia, pl. XII, 11-14) et d’Apamée (Head, BMC, Phrygia, pl. X, 6).

65 L’étude de H. Thiersch, Ependytes und Ephod, est consacrée spécialement à cette forme de vêtement. Sur les idoles de l’Artémis d’Éphèse et de l’Aphrodite d’Aphrodisias, la gaine est en réalité une sorte de tablier qui couvre seulement la partie antérieure de l’idole (H. Thiersch, op. cit., pp. 59 et 69).

Pour d’autres exemples d’idoles engainées, voir l’Apollon d’Amyclées (ci-dessus, p. 57), l’Athéna Chalkioicos (ci-dessous, p. 217), l’Athéna Ilias (ci-dessus, p. 109), le Zeus Labraundos (ci-dessus, p. 95), les dieux syriens (ci-dessus, p. 99).

66 Voir ci-dessous, p. 174 et p. 190.

67 Head, BMC, Lycaonia, pp. 42-43, n° 7 (pl. VII, 7), 11 et 12 (pl. VII, 9) ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 4179 et 4181 (pl. X, 5) ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7506 (pl. 270).

68 Voir ci-dessous, p. 190. L’idole reproduite sur une monnaie d’Hyllarima (Carie) porte des boucles d’oreilles : Imhoof-Blumer, Nomisma, 8 (1913), p. 7, n° 21 (pl. I, 20) (ici, pl. XI, 11).

69 Ces « mamelles » sont superposées au vêtement, ainsi que le montrent les répliques de l’Éphésienne.

70 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 8, n° 25 (pl. I, 24). Imhoof-Blumer a montré que la déesse de Kidrama est distincte de l’Aphrodite d’Aphrodisias avec laquelle on l’avait confondue : op. cit., p. 9 ; cf. L. Robert, Villes d’Asie Mineure, p. 217, n. 2 ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Mùnzen, pp. 13-14. La déesse représentée sur les monnaies de Kidrama est peut-être la Μητήϱ Θεν Σπαρζηνή dont le nom a été retrouvé par L. Robert sur une inscription : Villes d’Asie Mineure, p. 227, n. 1 ; Études anatoliennes, p. 334, n. 3. Sur une monnaie de Kidrama, Svoronos reconnaissait à tort la Héra de Samos : JIAN, 7 (1904), p. 383, n° 231 (pl. XVII, 1).

71 Rayet et Thomas, Milet et le golfe Latmique, I (Paris, 1877), p. 127 (fig. 27) ; J. Kohte ap. C. Humann, Magnesia am Maeander, Berlin, 1904, p. 90 (fig. 87). D’après H. Thiersch, il s’agirait, non pas de « mamelles », mais de colliers superposés : Ependytes und Ephod, p. 27, n. 1. En réalité, « mamelles » et colliers semblent bien se confondre.

72 Saint Jérôme, Comment, in epist. Pauli ad Ephes. (Migne, Patrol. lat., t. XXVI, 541) ; Minucius Félix, Octav., XXIII, 5. Sur la polymastie de l’Éphésienne, voir W. Deonna, RE G, 28 (1915), p. 335 ss. ; RA, 1924, I, pp. 10-11 ; M. Meurer, Die Mammae der Artemis Ephesia, RM, 29 (1914), p. 200 ss. ; V. Muller, RM, 34 (1919), p. 100 ss. ; Ch. Picard, Éphèse et Claros, p. 529 ss. H. Seyrig dit au sujet des bulles qui pendent sur la poitrine d’un dieu anatolien : « Un ornement semblable, mais amplifié aux dimensions d’un pectoral d’apparat, sur lequel une multitude de bulles stylisées avait pris l’apparence de mamelles pendant en rangs serrés, explique la polymastie illusoire d’Artémis Éphésienne et celle plus étrange encore de Zeus Stratios lui-même » (RHR, 98, 1928, p. 90).

73 Voir ci-dessus, p. 93 ss.

74 Hill, BMC, Lycia, p. 103 ss., n° 79 (pl. XXII, 7) et 94 (pl. XXII, 11) ; E. Babelon, op. cit., n° 3263 (pl. VII, 17) ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, pp. 319-320, n° 38 à 43 (pl. X, 27 à 30), p. 321, n° 46 a ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7324 (pl. 262).

75 Head, BMC, Caria, p. 72 ss., nos 9, 10, 13 (pl. XI, 7 et 9) ; E. Babelon, op. cit., nos 2280 et 2281 ; Imhoof-Blumer, Nomisma, 8 (1913), pp. 5-6, 10 à 15 (pl. I, 7 à 12) ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 6445, 6446 (pl. 228) ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 5, nos 175 à 177. Sur l’idole d’Artémis Kindyas, voir Polybe, XVI, 12, 3 ; Strabon, XIV, 2, 20 (658) ; cf. ci-dessus, p. 141, n. 4.

76 P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 25, n° 11 (pl. VIII, 6 ; décrite à tort comme la déesse de Myra) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 6, n° 16 (pl. I, 14) ; E.-T. Newell, Western Seleucid Mints, Num. Studies, 4 (1942), p. 282, n° 1468 (pl. LXII, 4, 5).

77 Voir le recueil des monnaies de Sébastopolis dans L. Robert, Études anatoliennes, p. 357 ss. (pl. XXVI, 3, 5, 9, 10 ; pl. XXVII, 15, 20).

78 Tétradrachmes : Head, op. cit., p. 242, n° 128 (pl. XXXVIII, 3) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 9, n° 33 (pl. I, 34).

Didrachmes : Head, op. cit., p. 243, n° 136 (pl. XXXVIII, 6).

79 Head, op. cit., p. 267, nos 399 et 401 (pl. XLIII, 2 à 4) ; ImhoofBlumer, op. cit., p. 9, nos 30 à 32 (pl. I, 27 à 32). Head reconnaît sur ces monnaies une image de Némésis (de même B. Schweitzer, Dea Nemesis Regina, Jahrb., 46, 1931, p. 226) ; Imhoof-Blumer y voit une Artémis.

80 Poole, BMC, Ptolemies, p. 52, nos 57 à 62 (pl. XI, 1, 2) ; E. Babelon, op. cit., nos 4836 (pl. XIII, 20) et 4837 ; Svoronos,νομίσμ. τον xράτους τν Πτολεμαίων, I, p. σνγ’ ; II, pp. 157-158, nos 1005 à 1010 (pl. XXX, 15 à 22) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 11, n° 34 (pl. I, 35, 36) ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, p. 14 (pl. IX, c, d). Cette déesse a été désignée sous divers noms ; Hill y voyait une Aphrodite : BMC, Cyprus, p. lxxxi ; Imhoof-Blumer y reconnaît une Artémis : loc. cit.

81 Sur cette attitude, voir ci-dessus, p. 24.

82 Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), p. 284 (fig. 2 et 4) ; cf. Α.-Β. Cook, Zeus, II, 1, fig. 313.

83 Il ne semble pas qu’il y ait lieu de donner une signification différente aux bandelettes selon qu’elles sont verticales ou obliques, car les deux positions se rencontrent sur les types monétaires représentant une même idole : voir ci-dessous, p. 189.

84 Colophon : Head, BMC, Ionia, p. 43, n° 53 : « her hands supported by two props standing each in an urn ? »

85 Ch. Picard, Éphèse et Claros, p. 533 : « Or, en certains cas, les « fillets » s’achèvent par des restes d’ornements, où l’on croirait reconnaître un trépied, par exemple. »

86 Interprétation admise par H. Thiersch, Artemis Ephesia (Abhandl. d. Ges. d. Wiss. zu Göttingen, phil.-hist. Kl., 1935), p. 78 ss.

87 K. Lange, AM, 6 (1881), p. 70.

88 J. von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 5 ss. Sur les statues enchaînées, voir Ch. Clerc, Les théories relatives au culte des images chez les auteurs grecs du ii. siècle après J.-C., Paris, [1915], p. 29 ss.

89 D.-G. Hogarth cherche à retrouver dans l’idole de l’Artémis d’Éphèse le souvenir de la πὀτνια θηϱῶν : les ailes en coquille se seraient métamorphosées en nimbe et aux animaux que la déesse tient en mains se seraient substituées des « bandelettes » : The Archaic Artemisia, p. 323 ss. Mais les étapes de cette évolution manquent totalement et la théorie de Hogarth demeure indémontrable (cf. A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 410). Ch. Picard suppose, ce qui ne paraît pas plus vraisemblable, que les fillets représentent non pas les animaux eux-mêmes mais les liens qui servaient à les enchaîner : Éphèse et Claros, p. 534. Il faut également écarter l’hypothèse de W. Deonna (RA, 1924,1, p. 16 ss.) qui voudrait y voir les bords d’un voile garni de franges, car l’Artémis d’Éphèse ne porte pas de voile : H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 56, p. 181, η. 1 (pour la statue de Genève invoquée par Deonna, voir H. Thiersch, Artémis Ephesia, p. 58, n. 1).

90 Ci-dessus, p. 86.

91 Ci-dessus, p. 124. C’est déjà l’interprétation de Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), p. 283 ss. et de P. Gardner, Types, p. 78. Voir aussi Hésychius : xληίδες... παϱά Έφεσίοις τς θεο τ στέμματα.

92 Voir ci-dessus, p. 146.

93 Voir ci-dessous, p. 179.

94 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 54, n° 41 (pl. II, 14) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 7, n° 310. Sur un autre cistophore, la bandelette est attachée à une branche de laurier : Head, BMC, Ionia, p. 63, n° 146.

95 La Grande Mère de Pergame tiendrait en mains des bâtons ; elle a, de plus, à la main droite une Niké ou un rameau, à la main gauche un rameau : H. von Fritze, Die Münzen von Pergamon, Anhang zu den Abh. d. Kgl. Preuss. Ak. d. Wiss., 1910, p. 65 ss. (pl. V, 22 à 24 ; IX, 23) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 16 ss., nos 47 à 50 (pl. II, 14 à 17) ; E. Ohlemutz, Die Kulte u. Heiligtümer der Götter in Pergamon, Giessen, 1940, p. 190.

96 Monnaies de Maeonia (Imhoof-Blumer, op. cit., p. 13, n° 40, pl. II, 3), Philadelphie (pp. 13-14, nos 41 et 42, pl. II, 5, 6), Lampsaque (p. 14, nos 43 et 44, pl. II, 8).

97 Deux eerfs (Artémis d’Éphèse : ci-dessous, p. 181) ; deux oiseaux (Artémis Leucophryéné à Magnésie du Méandre : Head, BMC, Ionia, p. 165, n° 54, pl. XIX, 7). Cf. les deux paons aux côtés de la Héra de Samos (ci-dessous, p. 209), les deux taureaux aux côtés de Hadad (ci-dessus, p. 98) et d’Apollon (p. 90). Sur ce groupement antithétique : H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 12 ss. Pour des exemples de divinités placées entre deux sphinx : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 493 (sur l’Artémis de Pergé, voir ci-dessous, p. 156, sur la déesse de Gabala, ci-dessous, p. 153).

98 Artémis d’Éphèse entre deux Némésis, entre Asclépios et Némésis, entre Isis et Sérapis (ci-dessous, p. 186 et pl. XVI, 3, 10).

99 Personnifications de fleuves ou de montagnes : Imhoof-Blumer, Flussund Meergötter auf griech. und röm. Münzen, Genève, 1924, p. 115, n° 262 (pl. IX, 1) ; p. 118, n° 269 (pl. IX, 8) ; p. 153, n° 356 (pl. XI, 23). Astragalizontes (ci-dessous, p. 183 ; cf. H. Thiersch, Ependytes und Ephod., p. 97).

100 Artémis d’Éphèse entre deux empereurs (ci-dessous, pp. 183-184).

101 Pour des exemples, voir H. Seyrig, Syria, 13 (1932), p. 55, n. 7.

102 Cf. V. Müller, Kultbild, col. 483.

103 Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 7, n° 22 (pl. I, 22). Sur cette déesse, voir Th. Reinach, RE G, 6 (1893), p. 165 ; Jessen, Astias, PWRE, II (1896), col. 1790.

104 Les deux idoles étaient apparentées, comme l’atteste la légende que Polybe (XVI, 12, 3) rapporte au sujet de l’une et de l’autre.

105 ή λεγομένη παϱά Λνxίοις Ελευθέϱα : Artémidore, Onirocr., II, 35. Sur cette déesse, voir Hill, BMC, Lycia, pp. liv-lv ; Jessen, Eleuthera, PWRE, V (1905), col. 2344-2345 ; L. Robert, Isis Eleuthera, RHR, 98 (1928), p. 56 ss.

106 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 3124 (pl. VII, 5). Le buste de la statue figure seul sur des monnaies du ier siècle après J.-C. : Hill, BMC, Lycia, p. 71, n° 10 (pl. XV, 5) (ici, pl. XII, 13) ; E. Babelon, op. cit., n° 3123 (pl. VII, 4) ; Svoronos, JIAN, 6 (1903), p. 191, n° 119 (pl. XI, 24).

107 Hill, op. cit., p. 57, n° 7 (pl. XII, 9).

108 Déesse de Myra et Apollon de Patara dans un temple distyle : Hill, op. cit., p. 78, n° 19 (pl. XVI, 4).

109 Hill, op. cit., p. 71, n° 13 ; E. Babelon, op. cit., nos 3125 et 3126 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7286 (pl. 260). On la reconnaîtrait également dans un temple distyle sur des bronzes de la province de Lycie frappés à l’effigie de Claude : G.-F. Hill, Num. Chron., 1903, pp. 400-401 ; Imhoof-Blumer, Zur griech. u. röm. Munzkunde, pp. 23-24, nos 11 et 12.

110 Hill, BMC, Lycia, p. 71, n° 14 (pl. XV, 8).

111 Hill, op. cit., p. 71, n° 12 (pl. XV, 7) ; E. Babelon, op. cit., n° 3127.

112 E. Babelon, op. cit., n° 3128.

113 Hill, op. cit., p. 71, n° 11 (pl. XV, 6) ; E. Babelon, op. cit., nos 3129 (pl. VII, 6) et 3130. Sur l’interprétation de ces types monétaires, voir P. Gardner, Types, p. 78 (pl. XV, 6) ; Hill, op. cit., pp. liv-lv ; M.-W. De Visser, De Graecorum diis non referentibus speciem humanam, Leyde, 1900, pp. 122-123 ; O. Rossbach, Neue Jahrb., 7 (1901), p. 387, n. 1 ·, E. Kuster, Die Sehlange in der griech. Kunst und Religion (RVV, XIII, 1913), p. 111. H. Graillot voit dans les deux bûcherons « deux génies forestiers » : Le culte de Cybèle à Rome et dans l’empire romain, Paris, 1912, p. 385. Pour F. Chapouthier, il s’agirait de deux « démons accoucheurs », agents de la fertilité : Les Dioscures au service d’une déesse, Paris, 1935, p. 227, n. 3. Une scène analogue orne des monnaies d’Aphrodisias de Carie : A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num., 17 (1890), p. 12 (pl. II, 1) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 142, n° 422 (pl. IX, 29) ; Head, BMC, Caria, p. 34, n° 55 (pl. VI, 7).

114 Ces détails sont visibles sur la monnaie de Myra publiée par E. Babelon, op. cit., n° 3124 (pl. VII, 5).

115 Auguste : E. Babelon, op. cit., n° 1065 (Apollon) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 2, n° 1 (pl. I, 3).

Au droit, ΚΑΙΣΑΡ (Auguste ou Néron) : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 2, n° 2 (pl. I, 2).

Néron : E. Babelon, op. cit., n° 1069 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 2, n° 3.

Trajan : E. Babelon, op. cit., n° 1070 (pl. I, 15) (Apollon) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 97, n° 200 (pl. VII, 20) ; Nomisma, VIII (1913), p. 2, nos 4 et 5 (pl. I, 4 et 5).

Hadrien : Wroth, BMC, Troas, p. 7, n° 59 ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 2, n° 6.

Marc Aurèle : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 33, n° 2 ; Nomisma, VIII (1913), p. 2, n° 7.

116 Imhoof-Blumer a montré qu’il s’agit bien d’Artémis et non pas d’Apollon : Nomisma, VIII (1913), pp. 2-3. Est-ce la même idole qui figure dans un temple sur une monnaie de Sévère Alexandre ? (Arch. Zeit., 3, 1845, col. 114 ; cf. aussi, E. Babelon, op. cit., n° 1079 : « Artémis éphésienne »).

117 Voir ci-dessous, p. 175 et p. 192.

118 Monnaies de Milet : Head, BMC, Ionia, p. 198 ss., n° 150 (pl. XXII, 11), 151, 155, 161, 167 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, pp. 88-89, nos 24, 26, 29 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6058 (pl. 213). L’Artémis de Milet apparaît également sur des cistophores d’Hadrien : Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 595, n° 72 (pl. V, 9) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 133, n° 317 ; Mattingly-Sydenham, Roman Imperial Coinage, II, p. 400, n° 490 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, p. 386, n° 1062 (pl. 72, 9) ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 8 (pl. I, 5). Elle figure à côté de l’Apollon de Didymes sur des monnaies de Milet, d’Aegialé d’Amorgos et de Pergame (ci-dessous, pp. 223-224).

119 Head, BMC, Ionia, p. 139, n° 197 (pl. XVI, 4) ; sur ce type monétaire, voir P. Gardner, Types, p. 206 (pl. XIII, 21).

120 H. Thiersch cherche l’origine de ce type dans le nord de la Syrie : Ependytes und Ephod, p. 14 ss.

121 Overbece :, KM, Demeter und Kora, p. 414 (Mzt. VIII, 5) ; P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 101, n° 1 à 4 (pl. XXVI, 10) ; E. Babelon, Bois de Syrie, nos 1567 à 1569 (pl. XXVIII, 2 et 3) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 113, n° 1 (pl. LXX, 15) ; R. Dussaud, Journal asiatique, 1904, I, p. 200 ; RA, 1904, II, p. 250 (fig. 28) ; Syria, 3 (1922), p. 222 (fig. 3) ; S. Ronzevalle, Mél. Univ. St Joseph, 21 (1937-1938), p. 115 (pl. XXXV, 3) ; E.-T. Newell, Late Seleucid Mints in Ake Ptolemais and Damascus, Ν. N. M., 84 (1939), p. 78 ss., nos 115, 116, 119, 123, 126 à 130 (pl. XIV, XV).

122 R. Dussaud décrit cet attribut comme une fleur ou un fruit : Syria, 3 (1922), p. 222 ; E.-T. Newell fait remarquer qu’il est difficile d’en déterminer la nature exacte : op. cit., p. 84.

123 E. Babelon hésite à y reconnaître des mamelles : op. cit., p. clxx ; R. Dussaud (l. c.) pense à des disques ou à des rosaces étoilées qui souligneraient le caractère céleste de la déesse, tandis que, pour E.-T. Newell. (op. cit., p. 85), il s’agirait plutôt de feuilles ou de pétales.

124 E.-T. Newell (l. c.) songe à une tête de face.

125 E. Babelon, op. cit., n° 1567 et 1568 (pl. XXVIII, 2) ; E.-T. Newell, op. cit., p. 78, n° 116 (pl. XIV) ; p. 81, n° 127 (pl. XV). Les deux types ne me semblent pas pouvoir se confondre, contrairement à ce que pensent R. Dussaud et le P. Ronzevalle, II. cc.

126 Wroth, BMC, Galatia, p. 244, n° 7 (pl. XXVIII, 9).

127 Wroth, op. cit., p. 245, n° II (pl. XXVIII, 13) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 200, n° 9 ; Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 33 (1901), p. 6, n° 3 (pl. I, 8).

128 Wroth, op. cit., p. lxvi. Le dossier du trône n’est guère visible sur la monnaie de L. Verus.

129 Selon Wroth un sphinx et un oiseau : op. cit., p. 245, n° 11.

130 Sur la déesse de Gabala, voir R. Dussaud, RA, 1904, II, p. 247 (fig. 26) ; W. Deonna, RA, 1924, I, p. 18 (fig. 6). Son image ressemble fort à celle qui décore une des faces d’un autel trouvé à Fîkî, dans l’Antiliban : S. Ronzevalle, Mél. Univers. St Joseph, 21 (1937-1938), p. 101 (pl. XXVII, 4) ; pour la comparaison avec les monnaies, voir p. 106 (pl. XXXIII, 4 et 5).

131 Faustine la jeune : Hill, BMC, Palestine, p. 54, n° 60 (pl. VI, 4). Ce serait la parèdre du Zeus Hypsistos du mont Gerizim : Hill, op. cit., p. xxxi.

132 Faustine la jeune : Hill, op. cit., p. 54 ss., nos 61 à 71 (pl. VI, 6).

Commode : Hill, op. cit., p. 57, nos 77 et 78 (pl. VI, 7) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 279, n° 5.

Elagabale : Hill, op. cit., p. 62, n° 109.

133 Hill propose d’y voir la parèdre du Zeus d’Héliopolis : op. cit., p. xxxi ; cf. H. Seyrig, Syria, 14 (1933), p. 376.

134 Salonine ; décrite comme une Artémis d’Éphèse (J. Rouvier, JIAN, 4, 1901, p. 231, n° 1075), mais voir Hill, BMC, Phoenicia, p. lxxxv.

135 Pergé est citée comme la ville préférée d’Artémis : Callimaque, Hymnes, III, v. 187. Sur Artémis Pergaia, voir Ch. Lanckoronski, Les villes de la Pamphylie et de la Pisidie, I (Paris, 1890), p. 39 ss. ; Wernicke, Artémis, PWRE, II (1895), col. 1374-1375 ; M.-W. De Visser, De Graecorum diis non referentibus speciem humanam, Leyde, 1900, pp. 74-75 ; O. Rossbach, Neue Jahrb., 7 (1901), p. 405 ; B. Pace, Diana Pergaea dans Anatolian Studies presented to W. M. Ramsay, Manchester, 1923, p. 297 ss. (article « insuffisant » selon L. Robert, REG, 46, 1933, p. 434, n. 2 ; déjà publié, avec quelques illustrations, dans Ausonia, 10, 1921, p. 169 ss.) ; H. Oppermann, Pergaia, PWRE, XIX (1938), col. 683 ss. ; W. Ruge, Perge, ibid., col. 699-700.

136 Strabon, XIV, 667 : πλησίον π μετεώϱου τόπου. Il ne faut pas en chercher l’emplacement sur l’acropole de la cité, mais en dehors de la ville : L. Robert, Hellenica, V (1948), p. 64 ss.

137 Sur les monnaies de Pergé, voir Hill, BMC, Lycia, p. 121 ss. ; E. Babelon, Coll. Waddington, p. 183 ss. ; Svoronos, Coll. Mavromichalis, JIAN, 6 (1903), p. 205 ss. ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 326 ss.

138 Hill, op. cit., nos 10 à 14 (pl. XXIV, 5 et 6) ; E. Babelon, op. cit., n° 3334 ; Svoronos, op. cit., n° 286 (pl. XIII, 6) ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 7337, 7338 (pl. 263).

139 E. Babelon, op. cit., n° 3335 (pl. VII, 19) ; Svoronos, op. cit., n° 285 (pl. XIII, 5).

140 Hill, op. cit., n° 21 ; Svoronos, op. cit., nos 287 et 288 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 326, n° 1 a.

141 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 326, n° 2.

142 Hill, op. cit., n° 24 ; E. Babelon, op. cit.,n° 3343 ; Imhoof-Blumer, p. 326, n° 3.

143 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 327, n° 5 ; Svoronos, op. cit., n° 293.

144 Hill, op. cit., n° 26 ; Svoronos, op. cit., n° 296.

145 E. Babelon, op. cit., n° 3349.

146 E. Babelon, op. cit., n° 3350.

147 Hill, op. cit., n° 31 (pl. XXIV, 15).

148 Svoronos, op. cit., n° 306.

149 A. Dieudonné, 1Revue num., 1902, p. 343, n° 80 (pl. X, 1).

150 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 328, n° 14.

151 Hill, op. cit., n° 41 (pl. XXIV, 12) ; E. Babelon, op. cit., nos 3376 et 3377 ; Svoronos, op. cit., nos 318, 319, 325.

152 E. Babelon, op. cit., n° 3383 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 329, n° 16.

153 Svoronos, op. cit., n° 326 (pl. XIII, 9).

154 Hill, op. cit., n° 45 ; E. Babelon, op. cit., nos 3378 et 3379 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 329, n° 17.

155 Svoronos, op. cit., n° 328, 330 et 331.

156 Hill, op. cit., nos 51 à 53 ; E. Babelon, op. cit., n°3388 ; Svoronos, op. cit., n° 335.

157 Hill, op. cit., nos 54 à 56 (pl. XXIV, 16) ; E. Babelon, op. cit., n° 3391 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 510, n° 3 ; Svoronos, op. cit., nos 336 (pl. XIII, 11), 337 et 338 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 8909 (pl. 316, 9).

158 Svoronos, op. cit., nos 339 et 340 ; S.-W. Grose, op. cit., n° 8910 (pl. 316, 11).

159 E. Babelon, op. cit., n° 3395.

160 Imhoof-Blumer, Zur griech. u. röm. Münzkunde, p. 178, n° 3.

161 E. Babelon, op. cit., nos 3405, 3406 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, p. 330, n° 22 (pl. XI, 7) ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7346 (pl. 263).

162 E. Babelon, op. cit., nos 3413 et 3414 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 510, n° 5 ; Svoronos, op. cit., nos 350 à 352 ; G.-F. Hill dans Anatolian Studies presented to W. M. Ramsay, pp. 213-214, nos 5 et 6 (pl. IX, 5) ; L. Forrer, op. cit., n° 7347 (pl. 263).

163 E. Babelon, op. cit., n° 3421 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 510, n° 6.

164 Hill, BMC, Lycia, nos 100 et 101 ; E. Babelon, op. cit., n° 3434 ; Svoronos, op. cit., n° 365 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 8915 (pl. 316, 15).

165 Hill, op. cit., n° 102 ; Svoronos, op. cit., n° 366 (pl. XIII, 16) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 333 (pl. XI, 9).

166 H. Oppermann note que, sur les monnaies, les chapiteaux des colonnes sont tantôt ioniques, tantôt corinthiens, tantôt d’un ordre indéterminé (op. cit., col. 684).

167 Monnaies de Tacite.

168 Selon B. Pace (op. cit., p. 309), l’édifice portait réellement un aigle à son fronton ; sur la signification de l’aigle, voir Ch. Lanckoronski, op. cit., p. 40.

169 Monnaies d’Hadrien (Hill, op. cit., n° 26), Lucius Verus (n° 31), Élagabale (n° 41), Sévère Alexandre (n° 45), etc. B. Pace croit que deux sphinx se trouvaient effectivement aux côtés de l’idole : op. cit., p. 310. Le sphinx apparaît aussi seul ou auprès d’Artémis représentée sous une forme humaine : H. Oppermann, op. cit., col. 685-686.

170 Philippe le père : Hill, op. cit., nos 55 et 56. Sur une monnaie de cet empereur, Svoronos reconnaît, aux côtés de l’idole d’Artémis, d’une part la même idole, à une échelle plus réduite, d’autre part l’image de la déesse debout à gauche : op. cit., n° 336 (pl. XIII, 11) ; on observe les mêmes particularités sur une monnaie de la coll. McClean : S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 8909 (pl. 316, 9).

171 Gallien : G.-F. Hill dans Anatol. Studies presented to W. M. Ramsay, p. 214, n° 6 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7347 (pl. 263).

172 Aurélien : Hill, BMC, Lycia, nos 100 et 101. Les cyprès seraient un élément emprunté au τέμενος : B. Pace, op. cit., p. 310.

173 Monnaies d’Élagabale (Hill, op. cit., n°41), Sévère Alexandre (n°45), Tranquillina (nos 51 à 53), Philippe le père (nos 54 à 56), etc. Le croissant et l’étoile sont des symboles fréquents sur les monnaies (ci-dessus, p. 148) ; il ne faut donc pas y voir, avec B. Pace (op. cit., p. 302), la représentation d’offrandes suspendues dans le temple (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 684-685).

174 G.-F. Hill dans Anatol. Studies presented to W. M. Ramsay, p. 213, n° 5. Hill suppose que ces enseignes étaient effectivement déposées dans le temple.

175 E. Babelon, op. cit., n° 3358.

176 Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 177, n° 2.

177 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 333, n° 55.

178 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 331, n° 26.

179 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 331, n° 27.

180 Monnaie décrite par Sestini (d’après Imhoof-Blumer, op. cit., p. 364) ; sur line autre monnaie d’alliance entre Apollonia et Pergé, une des deux Cités tiendrait sur sa main gauche l’idole de l’Artémis d’Éphèse (Imhoof-Blumer, l. c.).

181 Trajan Dèce : E. Babelon, op. cit., n° 3286.

Herennius Etruscus : Hill, BMC, Lycia, p. 289, n° 25 A ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 509, n° 3.

Hostilien : E. Babelon, op. cit., n° 3287.

Gallien : J.-G. Milne, Num. Chron., 1940, p. 227 (pl. XIII, 5). (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 688).

182 Faustine : A. Dieudonné, Revue num., 1902, p. 346, n° 86.

Julia Domna : Svoronos, op. cit., n° 436 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, II, p. 356, n° 1 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7372 (pl. 264).

Maximin : Hill, op. cit., p. 175, n° 5 (pl. XXX, 11) (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 688).

183 Géta : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 365, n° 1 (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 688).

184 Marc Aurèle : Hill, op. cit., p. 234, n° 3 (pl. XXXVII, 6) (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 689).

185 Antonin : Hill, op. cit., p. 236, n° 1 (pl. XXXVII, 7) ; E. Babelon, op. cit., nos 3788 et 3789 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7405 (pl. 266).

Septime Sévère : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 389, n° 2.

Julia Domna : Hill, op. cit., n° 3 ; E. Babelon, op. cit., n° 3793 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 521, n° 1.

Caracalla : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 389, n° 3.

Philippe le fils : Hill, op. cit., n° 8 (pl. XXXVII, 8) (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 689).

186 Commode : E. Babelon, op. cit., n° 3960.

Julia Domna : E. Babelon, op. cit., n° 3965 ; Imhoof-Blumer, op. cit. p. 406, n° 25.

Caracalla : E. Babelon, op. cit., n° 3968.

Géta : E. Babelon, op. cit., n° 3971.

Sévère Alexandre : E. Babelon, op. cit., n° 3972.

Maximin : E. Babelon, op. cit., n° 3975.

Trajan Dèce : E. Babelon, op. cit., n° 3981.

Etruscilla : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 408, n° 35.

Gallien ( ?) : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 409, n° 40.

Salonine : Hill, op. cit., p. 267, n° 85 ; Svoronos, op. cit., n° 611 (cf. H. Oppermann, op. cit., col. 689).,

187 Fronton orné d’un objet sphérique (Andeda : Hill, op. cit., p. 175, n° 5 ; Attalia : Hill, op. cit., p. 289, n° 25 A) ou d’un aigle (Andeda : A. Dieudonné, Revue num., 1902, p. 346, n° 86 ; Attalia : J.-G. Milne, Num. Chron., 1940, p. 227).

Deux colonnes supportant un arc : monnaies de Pogla.

188 Selgé : Svoronos, op. cit., n° 611 (un aigle au fronton).

189 Selgé : Hill, op. cit., p. 267, n° 85.

190 Andeda : A. Dieudonné, l. c.

191 Pogla : Hill, op. cit., p. 237, n° 8.

192 Andeda : Hill, op. cit., p. 175, n° 5 ; Svoronos, op. cit., n° 436 ; A. Dieudonné, l. c.

Attalia : J.-G. Milne, Num. Chron., 1940, p. 227.

Pogla : Hill, op. cit., p. 263, n° 3.

Selgé : Hill, op. cit., p. 267, n° 85 ; Svoronos, op. cit., n° 611.

193 Pogla : Hill, op. cit., p. 237, n° 8.

194 Hill, op. cit., p. 236, n° 1.

195 Hill, op. cit., p. 237, n° 8.

196 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 587, nos 35 et 36 (pl. V, 11 et 12) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 5, nos 42 et 43 ; Mattingly et Sydenham, The Roman Imperial Coinage, II, p. 231, nos 116 et 117 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, p. 13, nos 82, 83 (pl. 3, 12 et 13).

197 Pinder, op. cit., pp. 588-589, nos 42 et 43 (pl. V, 13 et 14) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 24, nos 53 et 54 ; p. 81, n° 609 ; Mattingly et Sydenham, op. cit., II, p. 296, nos 720 (pl. X, 175), 721, 722 ; H. Mattingly, op. cit., III, p. 146, n° 709 (pl. 24, 16), *, +. Même type sur des tridrachmes de Trajan frappés à Césarée de Cappadoce : Wroth, BMC, Galatia, p. 55, n° 74 (pl. IX, 19), 75 ; E.-A. Sydenham, The Coinage of Caesarea in Cappadocia, Londres, 1933, p. 65, nos 190, 190 a.

198 Seule sur une monnaie de Trajan (Pinder, op. cit., n° 43 ; H. Cohen, op. cit., n° 609 ; H. Mattingly, op. cit., n° +), partout ailleurs dans un temple distyle.

199 Monnaies du iie siècle avant J.-C. : voir ci-dessus, p. 154.

200 Peut-être s’agit-il, non d’un voile, mais d’une sorte de niche dans laquelle serait logée l’image de la déesse.

201 Sur le buste se croisent deux bandelettes ; au-dessous du buste, une zone horizontale est marquée de raies verticales : E. Babelon, op. cit., n° 3335 (pl. VII, 19).

202 Voir ci-dessus, p. 155.

203 Voir ci-dessus, p. 157.

204 Le nombre des zones varie entre deux et quatre.

205 Le disque se trouve juste sous le calathos et a été interprété généralement comme étant le visage de l’idole ; W. Reichel y voyait l’image de la pleine lune dont le croissant se trouve juste au-dessous : Ueber vorhellen. Götterculte, Vienne, 1897, p. 29.

206 F. Lenormant suppose que l’idole portait un vêtement métallique analogue à celui des images grecques ou russes de la Vierge : Baetylia, DA, p. 645. Nous savons que Verrès déroba de l’or à la statue d’Artémis : Cicéron, Verr., (II), I, 20, 54.

207 P. Gabdner, Types, p. 78 (pl. XV, 3) ; De Visser, op. cit., pp. 74-75 ; V. Müller, Kultbild, col. 483. W. Reichel croyait reconnaître sur les monnaies de Pergé l’image d’un trône vide : op. cit., pp. 28-29.

208 G. Radet, Cybébé. Étude sur les transformations plastiques d’un type divin (Bibl. Univers, du Midi, XIII), 1909 ; voir aussi REA, 13 (1911), pp. 75-78. Un cylindre de Minet-el-Beida nous livre le nom du dieu (ou de la déesse) Kubaba que l’on a rapproché de Kybébé : R. Dussaud, La Lydie et ses voisins aux hautes époques, Paris, 1930, p. 102 ; Honigmann, Syria, PWRE, IV A (1932), col. 1577.

209 Schwenn, Kybele, PWRE, XI (1922), col. 2250 (sur les formes du nom), col. 2252-2253 (sur le culte de Cybèle à Sardes).

210 Hérodote, V, 102 : ίϱόν έπιxωϱίης θεον Xνβήβης.

211 Voir la deuxième partie de la dissertation de G. Radet, L’Artémision de Sardes, p. 53 ss. ; cf. W.-H. Buckler et D.-M. Robinson, AJA, 16 (1912), p. 26 ss. ; H.-C. Butler, Sardis, II, 1 (1925), p. 102 ss.

212 Hérodote, V, 102 ; cf. G. Radet, op. cit., p. 61.

213 Thémistocle, revenant de Suse, découvrait à Sardes « dans le temple de la Mère » (v Μητϱὁς εϱῷ) un ex-voto qu’il avait fait exécuter lui-même et qui représentait une porteuse d’eau (νδροφόρον κόρην: Plutarque, Thémistocle, XXXI, 1 ; cf. G. Radet, op. cit., pp. 61-62.

214 C’est le point de départ de la démonstration de G. Radet, op. cit., p. 53 ss.

215 Tacite, Annales, III, 63 ; cf. G. Radet, op. cit., p. 93. Une inscription de Didymes nous a conservé un acte de vente fait en 254/253 avant J.-C. par Antiochus II en faveur de la reine Laodiké ; une copie de cet acte devait être déposée « à Sardes, dans le sanctuaire d’Artémis » (ν Σάρδεσιν ν τ εϱῷ τñς Αρτέμιδος: C.-Β. Welles, Royal Correspondence in the Hettenistic Period, New Haven, 1934, n° 18, 1. 33 ; cf. G. Radet, op. cit., pp. 57-58. G. Radet rapporte à Sardes vin document relatif à l’asylie du sanctuaire de l’Artémis Persique, mais ce document n’a pu être apporté ni de Sardes, comme le pensait G. Radet (op. cit., p. 94), ni de Hiérocésarée, comme le supposait B. Haussoullier (Études sur l’histoire de Milet et du Didymeion, Paris, 1902, p. 267, n. 4) : L. Robert, Villes d’Asie Mineure, Paris, 1935, p. 89, n. 2 ; Hellenica, VI (1948), p. 58. L. Robert ajoute que la théorie de G. Radet sur l’Artémis Persique à Sardes est « douteuse au plus haut point » : Hellenica, VI (1948), p. 58, n. 5.

216 Sur les fouilles de 1910 à 1914 : H.-C. Butler, Sardis, I, The Excavations, 1 (1922) ; sur le temple d’Artémis : id., Sardis, II, Architecture, 1 (1925). L’idole de la déesse de Sardes est souvent figurée dans un temple (ci-dessous, p. 162), mais rien ne permet de dire, jusqu’à présent, si ce temple peut être identifié avec celui que les fouilles nous ont rendu (sur la monnaie d’Élagabale et sur l’interprétation erronée que Butler en avait donnée, voir ci-dessous, p. 163, n. 1).

217 Overbeck, KM, Hera, p. 16 ; Demeter und Kora, pp. 413-414 (Mzt. VIII, 1 à 4) ; Head, BMC, Lydia, p. 249 ss. ; G. Radet, op. cit., p. 73 ss. (pl. II-IV).

218 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 595, n° 76 (pl. VIII, 3) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 128, n° 279 ; G. Radet, op. cit., n° 1 a et b (fig. 67 ; pl. II, 1) ; Mattingly-Sydenham, Roman Imperial Coinage, II, p. 402, n° 510 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, p. 390, n° 1075 (pl. 73, 10) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 20, n° 62 (pl. II, 28) ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 9 (pl. I, 9).

219 Pinder, op. cit., p. 596, n° 77 (pl. VIII, 4) ; H. Cohen, l. c., n° 280 ; Mattingly-Sydenham, op. cit., II, p. 403, n° 522 ; H. Mattingly, op. cit., III, p. 392, n° + ; H. Herzfelder, l. c. (pl. I, 10) ; Bl. L. Trell, The Temple of Artémis at Ephesos, Ν. N. M., 107 (1945), p. 47 (pl. X, 6).

220 Head, BMC, Lydia, nos 90 à 92 (pl. XXVI, 2) ; G. Macdonald, Hunter., Coll., II, p. 465, n° 16 ; G. Radet, op. cit., η° 9 (pl. II, 12) ; H.-W. Bell, Sardis, XI (1916), p. 29, nos 275 et 276 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6904 (pl. 244) ; Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 15, n° 513.

221 Commode : Head, op. cit., n° 145.

Julia Domna : Head, op. cit., n° 148 (pl. XXVII, 2), 149 ; G. Radet, op. cit., nos 10 et 11 (pl. II, 8 et 13) ; H.-W. Bell, op. cit., p. 32, n° 299 ; Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 15, n° 529.

Caracalla : L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6912 (pl. 244).

Elagabale : G. Radet, op. cit., n° 17 (pl. II, 9) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 21, n° 63 (pl. II, 29).

Otaeilia Severa : Head, op. cit., n° 200 ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 5279.

Salonine : Head, op. cit., nos 208 et 209 ; G. Radet, op. cit., nos 20 et 21 (pl. II, 4) ; E. Babelon, op. cit., n° 5282 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6913 (pl. 245) ; Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 16, nos 543 et 544.

222 Bl. L. Trell, The Temple of Artemis at Ephesos, N.N.M., 107 (1945), pl. XI, 1.

223 Bl. L. Trell, op. cit., pl. XII, 2.

224 H.-W. Bell, op. cit., p. 32, n° 300 (pl. I) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. XI, 4, 5 ; Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 15, n° 532.

225 Head, op. cit., n° 171 (pl. XXVII, 10) ; G. Radet, op. cit., n° 15 (pl. III, 22) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. XII, 1. H.-C. Butler, après avoir cherché sur cette monnaie l’image de Zeus Polieus à côté de l’idole d’Artémis (Sardis, I, 1, 1922, p. 115), croyait y reconnaître différents aspects du temple de la déesse (Sardis, II, 1, 1925, p. 91) ; Bl.-L. Trell a montré qu’il s’agit de quatre temples différents (op. cit., p. 36 ss.).

226 Head, op. cit., n° 187 ; E. Babelon, op. cit., n° 5275 ; G. Radet, op. cit., n° 18 (pl. III, 17).

227 Head, op. cit., n° 207 ; G. Radet, op. cit., n° 19 (pl. III, 18).

228 Head, op. cit., n° 159 ; E. Babelon, op. cit., n° 5261.

229 Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 21, n° 64 (pl. II, 30).

230 Head, op. cit., n° 177.

231 G. Radet, op. cit., n° 14 (pl. III, 20).

232 G. Radet, op. cit., n° 16 (pl. III, 21).

233 Sardes-Éphèse (Caracalla) : Head, op. cit., nos 215 et 216 ; G. Mac-donald, Hunter. Coll., II, p. 467, n° 32 (pl. LVI, 5) ; G. Radet, op. cit., n° 13 (pL III, 15).

Éphèse-Sardes (Marc Aurèle) : Head, BMC, Ionia, p. 112, n° 416 (pl. XXXVIII, 3).

234 Commode : Head, BMC, Phrygia, p. 258, n° 167 (pl. LU, 1).

Valérien : E. Babelon, op. cit., n° 6184 (pl. XVII, 1).

Pour d’autres monnaies de ce type, voir L. Weber, JIAN, 14 (1912), p. 86 ss. (pl. IA’, 8, 9).

235 Caracalla : Head, BMC, Lydia, n° 218 (pl. XLI, 4) ; G. Radet, op. cit., n° 12 (pl. III, 14) ; Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 389, n° 34.

236 Au droit, buste de Sérapis (époque de Septime Sévère) : Head, op. cit., p. 69, n° 3.

Tranquillina : Head, op. cit., p. 72, n° 14 (pl. VIII, 6) ; G. Radet, op. cit., n° 2 (pl. II, 6 et IV, 6) ; Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 62, n° 6.

Otacilia Severa : Head, op. cit., p. 72, nos 15 et 16 ; E. Babelon, n° 4956 (pl. XIV, 8) ; G. Radet, op. cit., n° 3 (pl. II, 7 et IV, 7).

Gallien : Head, op. cit., p. 73, n° 19 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 63, n° 7.

237 Marc Aurèle : J. Overbeck, KM, Demeter u. Kora, p. 414, n. c (Mzt. VIII, 2) ; Head, op. cit., p. 93, nos 24 et 25 (pl. X, 3) ; E. Babelon, op. cit., n° 4976 ; G. Radet, op. cit., n° 4 (pl. II, 2 et IV, 2).

Macrin : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 385, n° 14 ; E. Babelon, op. cit., n° 4980.

Sévère Alexandre : Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 5, n° 162.

Gallien : G. Radet, op. cit., n° 5 (fig. 68 ; pl. II, 5 et IV, 5).

238 Au droit, buste du Sénat : J. Ovebbeck, l. c. (pl. VIII, 3) ; Head, op. cit., p. 130, nos 26 à 29 ; G. Radet, op. cit., nos 7 et 8 (pl. II, 10 et 11) ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 177, n° 6 ; Nomisma, VIII (1913), p. 20, n° 61 (pl. II, 27) ; J.-G. Milne, Num. Chron., 1939, p. 190 (pl. VIII, 6) ; Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 7, nos 227 à 229.

239 Au droit, buste de Rome (Marc Aurèle à Commode) : Head, op. cit., p. 279, n° 5 ; Dan. Nation. Mus., Lydia, pl. 16, n° 547.

Lucilla : J. Overbeck, l. c. (Mzt. VIII, 4) ; Head, op. cit., p. 282, nos 19 et 20 (pl. XXVIII, 5) ; Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 144, nos 7 et 8 (pl. VI, 1) ; Nomisma, VIII (1913), p. 21, nos 65 et 66 (pl. II, 31) ; G. Radet, op. cit., n° 22 (pl. II, 3 et IV, 3).

Commode : J.-G. Milne, Num. Chron., 1939, p. 194 (pl. IX, 5).

240 Marc Aurèle : Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 164, n° 3 ; Nomisma, VIII (1913), p. 22, n° 67 (pl. II, 32).

241 Caracalla : Head, op. cit., p. 134, n° 48 (pl. XIV, 9) ; E. Babelon, op. cit., n° 5068 ; G. Radet, op. cit., n° 6 (pl. III, 16).

242 Caracalla : A. Engel, Revue num., 1884, p. 22 (pl. I, 1) ; Head, op. cit., p. 324, n° 6 (pl. XXXIII, 4) ; G. Radet, op. cit., n° 23 (pl. III, 19).

243 B.-V. Head avait d’abord interprété ces arêtes comme les côtés d’un siège et en avait conclu que l’idole était représentée assise, mais il a luimême modifié son opinion : G. Radet, op. cit., pp. 69-70.

244 Cf. les colliers de la Héra de Samos (ci-dessous, p. 211).

245 G. Radet décrit comme il suit une monnaie de Daldis : « Ce cône est surmonté d’un calathos qui achève de donner à ce haut du corps la silhouette d’une cloche. Mais, en réalité, nous sommes en présence d’un voile qui coiffe et masque entièrement le visage » (op. cit., p. 74, n° 2, pl. II, 6). Il est possible, cependant, que les traits du visage soient simplement effacés par l’usure de la pièce.

246 Les traits du visage sont bien indiqués sur une monnaie de Sardes : Radet, op. cit., n° 17 (pl. II, 9). Sur une monnaie de Maeonia, le visage est ovale et se rapproche davantage de la forme humaine : Radet, op. cit., n° 7 (pl. II, 10).

247 Monnaie de Gordos Iulia (Marc Aurèle) : Radet, op. cit., n° 4 (pl. II, 2).

248 Monnaie de Daldis (Gallien) : Imhoof-Blumer, Lydische Stadtmunzen, p. 63, n° 7.

Monnaie de Gordos Iulia (Gallien) : Radet, op. cit., n° 5 (pl. II, 5 et IV, 5). L’idole est également représentée entre le croissant et l’étoile sur des gemmes : Radet, op. cit., nos 24 (fig. 69) et 25 (fig. 70).

249 Monnaie de Daldis (Otacilia Severa) : Radet, op. cit., n° 3 (pl. II, 7 et IV, 7).

Monnaies de Sardes (Julia Domna) : Radet, op. cit., n° 10 (pl. II, 8). — (Élagabale) : Radet, op. cit., n° 17 (pl. II, 9). De même, sur des monnaies où l’idole figure à côté de Tyché : monnaies de Caracalla (Head, BMC, Lydia, n° 159), d’Élagabale (Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII, 1913, p. 21, n° 64, pl. II, 30), de Sévère Alexandre (Head, op. cit., n° 177).

250 Sur les médaillons de la province d’Asie (Hadrien), il y a d’une part un épi, de l’autre un épi et un pavot : Radet, op. cit., n° 1 (pl. II, 1). Une monnaie de Gordos Iulia (Marc Aurèle) montre l’idole entre une tête de pavot (à gauche) et deux épis de blé (à droite) : Radet, op. cit., n° 4 (pl. II, 2 et IV, 2). Sur une monnaie de Silandos (Lucilla), la statue est accompagnée d’une tige feuillue que surmonte un épi : Radet, op. cit., n° 22 (pl. II, 3 et IV, 3). Il arrive que l’image de la déesse soit représentée seule, sans ses attributs : monnaies de Maeonia (Caracalla : Radet, op. cit., n° 6, pl. III, 16) et de Sardes (Valérien : Radet, op. cit., n° 19, pl. III, 18 ; Salonine : Radet, op. cit., n° 21, pl. II, 4).

251 Mionnet, Descr. des médailles antiques grecques et romaines, IV (1809), p. 132, n° 754 ; Suppl., VII (1835), p. 428, n° 510. Sur la fête des Coraia, voir G. Radet, op. cit., p. 90 ss.

252 G. Radet, op. cit., p. 69 ss.

253 G. Radet, op. cit., pp. 96-97.

254 Inscriptions grecques et latines : W.-Η. Buckler et D.-M. Robinson, Sardis, VII, 1 (1932).

255 L. Robert, RA, 1934, I, p. 59, n. 6 ; pour les inscriptions, voir IG, XIV, 1008, 1009.

256 Imhoof-Blumer, Nomisma, VIII (1913), p. 3, n° 8 (pl. I, 6).

257 Head, BMC, Ionia, p. 16 ; HN2, p. 566.

258 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 4. Sur πανιώνιος, considéré comme une épithète d’Artémis, voir K. Regling, Zeitschr. f. Num., 23 (1902) pp. 192-193 ; Ch. Picard, Éphèse et Claros, Paris, 1922, p. 367

259 Sur le sens de la légende, voir Head, BMC, Ionia, p. 16. Le magistrat M. Claudius Fronton nous est connu par plusieurs monnaies frappées au nom du Koinon des villes ioniennes : Head, ibidem ;, cf. R. Münsterberc, Die Beamtennamen auf griech. Münzen, P. 81 (= Num. Zeitschr., 45, 1912, p. 17). Il figure dans la liste des asiarques dressée par V. Chapot, La province romaine proconsulaire d’Asie, Paris, 1904, p. 483.

260 Ci-dessus, p. 166, n. 1.

261 Marc Aurèle : G. Radet, op. cit., n° 4 (pl. II, 2 et IV, 2).

262 Je reprendrai l’examen de cette question, qui exigerait de trop longs développements, dans une étude spéciale ; je publierai, par la même occasion, une série de médaillons du Koinon des Treize Villes, conservés au Cabinet de Paris et parmi lesquels figurent deux grands bronzes au type de la déesse de Sardes.

263 Sur l’histoire d’Aphrodisias, voir le résumé de C. Fredrich, Die Aphrodite von Aphrodisias in Karien, AM, 22 (1897), pp. 378-380 · voir aussi Hirschfeld, Aphrodisias, PWRE, I (1894), col. 2726 et la dissertation de R. Vagts, Aphrodisias in Karien, Hambourg, 1920. Les ruines d’Aphrodisias ont été explorées d’abord par des savants français, puis par une mission italienne (cf. E. Will, RA, 1938, II, p. 228 ss ) · les résultats des dernières fouilles ont été publiés par G. Jacopi et L. Crema, Monum. ant. dell’ Acc. dei Lincei, 38 (1939), col. 73 ss. On trouvera dans les Hellenica de L. Robert (t. IV, pl. I, II ; t. V, pl. IV-VI) plusieurs photographies du site.

264 Nous savons seulement que la cité s’appelait jadis Ninoé (Stéphane de Byzance, s. υ. Νινόη) : R. Vagts, op. cit., pp. 4-5. A Ninoé se rattache sans doute Nineudios, surnom de Zeus à Aphrodisias : W. Ruge, Ninoe, PWRE, XVII (1936), col. 634 ; J. Schaefeb, De Jove apud Cares culto, Diss. philol. Halens., XX, 4 (1912), pp. 449-450.

265 Appien, Bell, civil., I, 97. Il s’agit sans doute d’une double hache, comme le suppose H. Thieesch, Ependytes und Ephod, p. 67, n. 2. Le culte de Zeus Labraundos est attesté à Aphrodisias (R. Vagts, op. cit., p. 35) et la double hache figure sur les monnaies de la cité (voir la note de Head, BMC, Caria, p. 25).

266 Tacite, Ann., III, 62 ; W. Dittenberger, OGI, II, n° 455, 1. 10 ss. ; cf. R. Vagts, op. cit., p. 6.

267 Voir la publication des fouilles italiennes citée ci-dessus, p. 167, n. 5.

268 Head, BMC, Caria, p. 28 ss. ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 2191 ss. ; M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, p. 6 ss. Voir aussi la gemme de Berlin publiée par H. Thiersch, op. cit., p. 68 (pl. VIII, 2).

269 Sur ces symboles, voir ci-dessus, p. 148.

270 Head, op. cit., nos 85 à 89 (pl. VII, 1), 99 ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 2203-2205 ; M. Bernhart, op. cit., n° 1 (pl. I), 4 (pl. I), 5 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 6401, 6402, 6406 (pl. 226) ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 4, nos 117 à 119.

271 Head, op. cit., n° 94 ; M. Bernhart, op. cit., n° 6 (pl. I).

272 E. Babelon, op. cit., n° 2191 ; M. Bebnhart, op. cit., n° 20 (pl. I).

273 M. Bernhart, op. cit., p. 7 ; H. Thiersch, op. cit., p. 68 (note).

274 Head, op. cit., n° 33 : « an altar in the form of the capital of a column surmounted by a conical cover ».

275 M. Bernhart, op. cit., p. 7.

276 Head, op. cit., nos 33 et 34 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 114, n° 9 (pl. IV, 13) ; M. Bernhart, op. cit., n° 19 (pl. I), 31 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6384 (pl. 225) ; Dan. Nation. Mus ; Caria, pl. 3, nos 107 et 108.

277 Faustine la jeune : Head, op. cit., n° 108 ; E. Babelon, op. cit., n° 2209 ; Imhoof-Blumer, op. cit., I, p. 116, n° 18 (pl. IV, 18) ; M. Bernhart, op. cit., nos 22, 23 (pl. I).

Septime Sévère : Head, op. cit., n° 112 ; M. Bernhart, op. cit., n° 24 (pl. I).

Julia Domna : Head, op. cit., n° 114 (pl. VII, 7) ; M. Bernhart, op. cit., n° 25 (pl. I).

Julia Maesa : Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 4, n° 123.

Julia Soaemias, Géta, Macrin, Tranquillina : M. Bernhart, op. cit., nos 25 a à 25 e, 41.

Salonine : Head, op. cit., nos 152 à 154 ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 140, n° 418 (pl. IX, 26) ; M. Bernhart, op. cit., n° 25 f, 25 g, 29, 30 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 6413, 6414 (pl. 227).

Aphrodite est également représentée avec la prêtresse et le char sur des monnaies de Gordien III (entre deux Éros ou dans un temple) : ci-dessous, pp. 170 et 171.

278 E. Babelon, op. cit., n° 2212 ; M. Bernhart, op. cit., n° 8 (pl. I).

279 Au droit, buste d’Athéna à droite : Head, op. cit., n° 21 (pl. V, 11). Époque d’Auguste.

280 Head, op. cit., nos 95 et 96 (pl. VII, 3) ; M. Bernhart, op. cit., n° 9 (pl. I).

281 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, p. 115, 16 (pl. IV, 16) ; M. Bernhart, op. cit., n° 10 (pl. I).

282 Sur une monnaie d’Orbiana, le motif serait une fleur de lotus ( ?), mais la pièce a été retouchée et son témoignage doit probablement être écarté : M. Bernhart, op. cit., p. 7 (pl. I, 26).

283 Monnaie d’Orbiana (retouchée) : M. Bernhart, op. cit., n° 26 (pl. I).

284 Hadrien : P. Gardner, Types, p. 78 (pl. XV, 10) ; Head, op. cit., n° 104 (pl. VII, 4) ; M. Bernhart, op. cit., n° 21 (pl. I). Même motif sur un médaillon de la province d’Asie : Mattingly et Sydenham, Roman Imperial Coinage, II, p. 402, n° 512 (pl. XIV, 296) ; Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 8 (pl. I, 8) ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, p. 390, n° 1077 (pl. 73, 12).

285 Head, op. cit., n° 126 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 420, n° 4 (pl. LIV, 4) ; M. Bernhart, op. cit., n° 27 (pl. I).

286 P. Paris et M. Holleaux, BCH, 9 (1885), p. 78, n° 8. L’inscription mentionne une statue d’Hermès et une statue dorée d’Aphrodite, ainsi que trois statues d’Éros dont deux porteurs de torches (cf. L. Robert, Etudes anatoliennes, p. 526, n. 5). Des Éros porteurs de torches figurent souvent sur les monnaies d’Aphrodisias : Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 380, n° 217 (pl. XVI, 11) ; Imhoof-Blumer, Zur griech. u. röm. Münzkunde, pp. 82-83, nos 3 à 6 (pl. IV, 23 à 25).

287 Au droit, buste d’Athéna à droite : Head, op. cit., n° 21 (pl. V, 11). Époque d’Auguste.

288 Head, op. cit., n° 8 95 et 96 (pl. VII, 3) ; M. Bernhart, op. cit., n° 9 (pl. I).

289 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 115, n° 16 (pl. IV, 16) ; M. Bernhart, op. cit., n° 10 (pl. I).

290 Au droit, buste du Sénat à droite : Head, op. cit., n° 77 ; M. Bernhart, op. cit., n° 33 (pl. I).

291 Head, op. cit., n° 105 ; M. Bernhart, op. cit., n° 18 (pl. I).

292 Bl.-L. Trell, The Temple of Artémis at Ephesos, Ν. N. M., 107 (1945), pl. I, 1.

293 Head, op. cit., n° 120.

294 Head, op. cit., n° 125 ; M. Bernhart, op. cit., n° 34 (pl. I).

295 Head, op. cit., n°8 133 et 134 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 421, n° 6 ; M. Bernhart, op. cit., n° 35 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 6408 (pl. 226) ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 4, n° 127.

296 Head, op. cit., n° 110. Sur le temple d'Aphrodite, voir G. Mendel, CRAI, 1906, p. 179 ss. ; L. Crema, Monum. ant. dell’ Acc. dei Lincei, 38 (1939), col. 244 ss.

297 Head, op. cit., n° 106 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 117, n° 19 ; M. Bernhart, op. cit., n° 8 36 et 37 (pl. I) ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 4, n » 120.

298 Head, op. cit., n° 121.

299 Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 45 (1912), p. 196, n° 17 ; M. Bernhart, op. cit., n° 42.

300 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 116, n° 17 (pl. IV, 17) ; cf. la monnaie décrite (d'une manière inexacte) par E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2207 ; cf. aussi le n° 2195.

301 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 118, n° 26 (pl. IV, 21) ; Fluss- und Meergôtter auf griech. u. rôm. Mùnzen, Genève, 1924, p. 128, n° 292 (pl. IX, 28) ; M. Bernhart, op. cit., n° 32.

302 Aphrodite de face couronnée par Niké (Antonin le Pieux) : M. Bernhart, op. cit., n° 39.

303 Aphrodite debout devant Apollon citharède (Commode) : Head, BMC, Phrygia, p. 257, n° 166 (pl. LI, 10) ; L. Weber, JIAN, 14 (1912), p. 94 (pl. IA\ 18) ; M. Bernhart, op. cit., n° 40 (pl. I).

304 Aphrodite debout à droite devant Zeus nicéphore assis (Commode, Sévère Alexandre) : Imhoof-Blumeb, Kleinas. Mùnzen, II, p. 517, n° 2 ; M. Bernhart, op. cit., n° 38 (pl. I), 38 a.
Les Demoi d'Aphrodisias et d'Antioche, debout face à face, tenant la statue d'Aphrodite sur leurs mains jointes (Sévère Alexandre) : Head, BMC, Caria, n° 162 (pl. XLIV, 2).

305 Aphrodisias et Ephesos, assis face à face, tenant l'une la statue d'Aphrodite, l'autre celle d'Artémis (Septime Sévère) ; Head, op. cit., n° 161 (pl. XLIV, 1).

306 Monnaie d'Aphrodisias-Ëphèse.

307 Monnaie d'Aphrodisias-Antioche.

308 Imhoof-Blumer, Kleinas. Mùnzen, I, p. 114, n° 9 (pl. IV, 13) ; M. Bernhart, op. cit., n° 31.

309 Voir ci-dessus, p. 170, n. 6. Même motif sur le relief d’Aphrodisias : ci-dessous, p. 174, n. 8.

310 Une liste de ces documents avait été dressée par O. Jahn, Die Entführung der Europa, Vienne, 1870, p. 41, n. 4. Elle a été complétée par C. Fredrich qui a établi définitivement l’identité de la déesse : Aphrodite von Aphrodisias in Karien, AM, 22 (1897), p. 361 ss. (cf. W. Deonna, Le groupe des Trois Grâces nues, RA, 1930, I, pp. 284-287). H. Thiersch a repris l’étude de ce type d’Aphrodite dont il a signalé de nouvelles répliques (entre autres, un fragment de statuette trouvé à Éphèse) : Ependytes und Ephod, p. 59 ss. (pl. VIII-XII). Pour d’autres compléments, voir L. Robert, Villes d’Asie Mineure, Paris, 1935, p. 217, n. 2 (signale un fragment de statue trouvé à Laodicée et conservé à Denizli) ; Magi, Rendic. délia Pontif. Acc. Rom. di Archeol., 1936, p. 220 ss.

311 Fredrich, op. cit., p. 365 (pl. XI, P) ; G. Mendel, Cotal, des sculptures des Musées impériaux ottomans, II, p. 212, n° 516 ; H. Thiersch, op. cit., p. 60 (pl. VIII, 1) ; Maria Squarciapino, La scuola di Afrodisia (Studi e materiali del Museo dell’Impero romano, 3, 1943), pp. 57-58.

312 Fredrich, op. cit., p. 362 et pl. XI, A ; H. Thiersch, op. cit., p. 61 (pl. X et XI).

313 La statuette d’Athènes porte une double couronne de laurier et un diadème (H. Thiersch, op. cit., p. 65, pl. XI), celle de Berlin (moulage) une couronne et un diadème (Fredrich, op. cit., pl. XII, C), celles de Vienne et de Naples une couronne de laurier (H. Thiersch, op. cit., pl. IX, 3 et 4).

314 Des « immortelles » d’après H. Thiersch, op. cit., p. 65, note. Le » statues de l’Artémis d’Éphèse portent un ornement semblable : ci-dessous, p. 190.

315 Sur plusieurs exemplaires il n’y a pas de palmette : Fredrich, op. cit., p. 368.

316 Fredrich, op. cit., p. 368 ; H. Thiersch, op. cit., p. 64 (statuette d’Athènes et statuette de Naples : H. Thiersch, op. cit., pl. IX, 4 ; pl. XI).

317 H. Thiersch, op. cit., p. 62 ss.

318 Souvent accompagnées de deux cornes d’abondance placées à droite et à gauche du groupe : Fredrich, op. cit., p. 367.

319 Fredrich, op. cit., p. 367 (ou Aphrodite et Arès : H. Thiersch, op. cit., p. 68, note).

320 Statuette d’Athènes : H. Thiersch, op. cit., pl. X.

321 Statuette de Berlin (moulage) : Fredrich, op. cit., pl. XII, C.

322 P. Arndt, Einzelaufn., n° 927. Cette statuette, mal restaurée, a une gaine divisée en cinq zones ; les deux zones inférieures n’ont manifestement rien à voir avec les statues de ce type (on trouvera un dessin de la statuette sans les restaurations dans O. Jahn, Die Entführung der Europa, pl. VI, a).

323 Fredrich, op. cit., p. 366. Sur le relief d’Aphrodisias, où la décoration est réduite à ses éléments les plus simples, l’animal marin est seul représenté (cf. la monnaie d’Hadrien, ci-dessus, p. 173).

324 Fredrich, op. cit., p. 366.

325 Visconti avait déjà reconnu le caractère de cette divinité ; cf. O. Jahn, op. cit., p. 42 ; Fredrich, op. cit., p. 368 ; H. Thiersch, op. cit., p. 63.

326 P. 170, n. 8.

327 CIG, II, 2756. Voir aussi un relief du Louvre provenant d’Aphrodisias : S. Reinach, Rép. Reliefs, II, p. 251, 4 ; M. Squarciapino, La Scuola di Afrodisia (Studi e Materiali del Museo delV Impero Romano, 3, Rome, 1943), p. 79.

328 Julia Domna : Head, BMC, Caria, p. 44, nos 117 et 118.

329 Au droit, buste de Démos : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 142, n° 420 (pl. IX, 28) ; Kleinas. Münzen, I, p. 114, n° 10 (pl. IV, 14) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2192 ; M. Bernhart, op. cit., n° 322 (pl. VIII).

330 C. Fredrich, op. cit., p. 377 ; cf. H. Thiersch, op. cit., p. 72.

331 Cf. ci-dessus, p. 35.

332 Au droit, tête de Zeus à droite : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 139, n° 412 a ; Head, op. cit., n° 19 (pl. Y, 9) ; E. Babelon, op. cit., n° 2180 ; M. Bernhart, op. cit., n° 44 (pl. II). Même type d’Aphrodite sur une monnaie de Plarasa-Aphrodisias : Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 2, n° 75.

333 Au droit, tête de Zeus à droite : A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num., 15 (1887), p. 44 (pl. III, 14) ; Head, op. cit., p. 101, nos 1 et 2 (pl. XVII, 9) ; H. Dressel, Zeitschr. f. Num., 21 (1898), p. 223 ; E. Babelon, op. cit., n° 2352(pl. V, 3) ; M. Bernhart, op. cit., n° 43 (pl. II) ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 8, n° 335. Cf. L. Robert, Études anatoliennes, p. 555.

334 Ci-dessus, p. 107.

335 A moins qu’il ne s’agisse d’une couronne comme celle qui orne les statuettes (ci-dessus, p. 173).

336 D’après H. Thiersch, le corps serait engainé : op. cit., p. 60, n. 1.

337 Voir ci-dessus, p. 107, nos réserves au sujet de l’Athéna d’Ilion.

338 On trouvera dans la thèse de Ch. Picard, Éphèse et Claros, Paris, 1922, un exposé de toutes les questions relatives à Éphèse et au culte d’Artémis ; voir aussi Jessen, Ephesia, PWRE, V (1905), col. 2753 ss. Les textes anciens ont été réunis par R.-C. Kukula, dans Forschungen in Ephesos, I (Vienne, 1906), p. 237 ss.

339 Plusieurs édifices se sont succédé à l’emplacement de l’Artémision, depuis le début du viie siècle jusqu’au milieu du VIe : D.-G. Hogarth, Excavations at Ephesos. The Archaic Artemisia, Londres, 1908 (cf. Ch. Picard, op. cit., p. 14 ss.). Pour E. Löwy, les diverses fondations découvertes par Hogarth appartiendraient à un seul et même édifice, le temple dit de Crésus, œuvre de l’architecte Chersiphron de Cnossos : Zur Chronologie der frühgriech. Kunst (= Sitzungsber. d. ATc. d. Wiss. in Wien, philos.-hist. Kl., 213, 4, 1932) ; contre cette hypothèse, voir Ch. Picard, Manuel,.1, p. 142, n. 1.

340 Sur le temple du ive siècle, voir Ch. Picard, Éphèse et Claros,-p. 36 ss. ; Bl.-T. Trell, The Temple of Artémis at Ephesus, Ν. N. M., 107 (1945), p. 7 ss. (bibliographie : n. 8).

341 Jessen, op. cit., col. 2758 ss. ; Ch. Picard, op. cit., p. 87 ss.

342 Voir l’histoire du dépôt confié par Xénophon au Mégabyze : Anabase, V, 3, 6 ss. ; sur la banque sacrée, voir Ch. Picard, op. cit., p. 81 ss.

343 Tacite, Annales, III, 61 ; cf. Ch. Picard, op. cit., p. 666.

344 Callimaque, Hymnes, III, v. 237 ss. ; cette tradition était acceptée par Pindare, mais Pausanias attribue la fondation du sanctuaire à Coressos et à Ephesos : VII, 2, 7 (cf. IV, 31, 8) ; voir à ce sujet Jessen, op. cit., col. 2756 ; Ch. Picard, op. cit., p. 12, p. 432.

345 Sur les images de la déesse, voir Jessen, op. cit., col. 2762 ss. ; Hogarth, op. cit., p. 323 ss. ; Ch. Picard, op. cit., p. 524 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 405, n. 4 ; H. Thiersch, Artemis Ephesia, I, Katalog der erhaltenen Denkmäler (= Abhandl. d. Ges. d. Wiss. zu Göttingen, phil.-hist. Kl., 1935) ; Ependytes und Ephod, p. 55 ss. On trouvera les textes anciens relatifs à la statue de culte dans R.-C. Kukula, op. cit., p. 247, nos 118 ss.

346 Sur les cistophores frappés à Éphèse, voir Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 558 ; sur les cistophores et sur les monnaies d’Éphèse : Head, BMC, Ionia, p. 63 ss. ; pour la chronologie, voir Head, On the Chronological Sequence of the Coins of Ephesus (= Num. Chron., 1880, p. 85 ss. ; compléments dans Num. Chron., 1881, p. 13 ss.).

347 Head, BMC, Ionia, n° 143 ; H. Thiersch, Artemis Ephesia, pl. L, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 6, n° 305. Entre 159 et 133 avant J.-C., d’après Head, Coins of Ephesus, p. 63.

348 Head, BMC, Ionia, n° 158. Entre 133 et 67 avant J.-C., d’après Head, Coins of Ephesus, p. 66.

349 Head, BMC, Ionia, n° 173 (pl. XII, 7) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 6979. Frappés sous le proconsulat de T. Ampius Balbus (en 58/57 avant J.-C.) : Head, Coins of Ephesus, p. 72 (pl. V, 7).

350 H. Thiebsch, op. cit., pp. 78-79.

351 Head, BMC, Ionia, n° 144 ; Coins of Ephesus, p. 63 (pl. IV, 11) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 6, n° 304.

352 Head, BMC, Ionia, n° 149 ; Imhoof-Blumer, Oriech. Miinzen, p. 144 (pl. VIII, 21) ; H. Thiersch, op. cit., p. 78 (pl. XLIX, 6) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 7, n° 311.

353 Imhoof-Blumer, Oriech. Miinzen, p. 114, n° 280 (pl. VIII, 20) ; W. Wroth, Num. Chron., 1894, p. 14, n° 16 (pl. I, 13) ; 1898, p. 110, n° 24 (pl. X, 5) ; E. Babelon, op. cit., nos 1511 et 1512 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, III, n° 2598 ; H. Thiersch, op. cit., pl. XLIX, 1 à 4, 5 (agrandies.) ; pl. L, 1 et 2. Sur la date de ces monnaies : Head, Coins of Ephesus, p. 69 (pl. V, 2 à 6).

354 H. Thiersch, op. cit., p. 79.

355 J. Friedlander, Zeitschr. f. Num., 10 (1883), p. 119 ss. ; Svoronos, Numism. de la Crète ancienne, p. 181, n° 190, 191 (pl. XVI, 29, 30) ; H. Dbessel, Zeitschr. f. Num., 21 (1898), p. 214 (pl. V, 1) ; J. Babelon, op. cit., II, n° 2354 ; H. Thiersch, op. cit., pl. XLIX, 7. L’abeille est le symbole d’Éphèse, la tête d’éléphant celui de la famille des Caecilii.

356 H. Thiersch, op. cit., pp. 79-80.

357 E. Babelon, Descr. hist. des monnaies de la république romaine, I (Paris, 1885), p. 426, nos 66, 67 ; H.-A. Grüber, BMC, Roman Republic, II, p. 467 (pl. CX, 15) ; H. Thiebsch, op. cit., pp. 80-81 (pl. XLIX, 14) ; G.-C. Haines, Num. Chron., 1946, p. 29 (pl. III, 3).

358 Head, BMC, Ionia, nos 191 à 194 (pl. XIII, 1) ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 1609 et 1610 ; H. Thiersch, op. cit., p. 81 (pl. LI, 5) ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 55, n° 47 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 8, nos 357 et 358.

359 Claude et Agrippine : Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 583, n° 20 (pl. V, 1) ; H. Cohen, Descr. hist., I, p. 273, n° 1 ; Mattingly-Sydenham, Roman Imperial Coinage, I, p. 127, n° 54 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, I, p. 197, nos 231 à 233 (pl. 34, 2) ; voir aussi P. Gardner, Types, p. 78 (pl. XV, 4) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 376, n° 185 (pl. XV, 12) ; H. Thiersch, op. cit., p. 81 (pl. LI, 10).

360 Pinder, op. cit., p. 593, nos 66 à 69 (pl. V, 2 à 5) ; H. Cohen, op. cit., II, p. 133, n° 319 ; p. 151, nos 534, 535, 539 ; Mattingly-Sydenham, op. cit., II, p. 398 ss., n° 474 (pl. XIV, 302), 489, 525 et 527 ; H. Mattingly, op. cit., III, p. 386, η° 1061 (pl. 72, 8) ; p. 392, 1085 (pl. 74, 9) ; p. 394, 1089 (pl. 75,1), 1090 ; H. Thiersch, op. cit., pp. 82-83 (pl. XLIX, 10, 11, 13, 15) ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 13 ss. (pl. II, 7, 8 ; pl. IV, 2, 4).

361 Auguste : Head, BMC, Ionia, nos 195 et 196 (pl. XIII, 2) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1612 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 58, n° 61 ; Dan. Nation. Mm., Ionia, pl. 8, n° 359. Tibère : Imhoof-Blumer, l. c., n° 62. Tibère et Livie : Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 8, n° 369. Claude et Agrippine : Head, op. cit., nos 207 et 208. — Médaillons de la province d’Asie (voir ci-dessus, p. 180, n. 4). Néron : Imhoof-Blumer, op. cit., I, p. 59, n° 63.

Trajan : Head, op. cit., n° 221 ; Dan. Nation. Mm., Ionia,pl. 9, n° 384. — Tridrachmes de Trajan : H. Thiersch, op. cit., p. 82 (pl. XLIX, 9).

362 Hadrien : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 11, n° 2 (pl. I, 25) ; H. Thiersch, op. cit., pp. 82-83 (pl. XLIX, 12) ; F. Chapouthier, REA, 40 (1938), p. 130 (pl. III, 1) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VI, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 9, n° 388. — Médaillons de la province d’Asie (ci-dessus, p. 180, n. 5).

Domitien : G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 332, n° 38 ;H. Thiersch, op. cit., pp. 81-82 (pl. L, 8).

Sabine : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 11, n° 3. Antonin le Pieux : G. Macdonald, op. cit., II, p. 333, n° 44 ; Dan. Nation. Mm., Ionia, pl. 9, nos 392, 396.

Faustine l’aînée : G. Macdonald, op. cit., II, p. 333, n° 46.

Marc Aurèle : Dan. Nation. Mm., Ionia, pl. 9, n° 398.

Faustine la jeune : Head, op. cit., n° 244 ; G. Macdonald, op. cit.,10, p. 333, n° 48.

Septime Sévère : Head, op. cit., n° 258 ; Dan. Nation. Mm., Ionia, pl. 9, n° 412.

Julia Domna : Head, op. cit., nos 263 et 264. Caracalla : Dan. Nation. Mm., Ionia, pl. 10, n° 419. Julia Mamaea : Head, op. cit., n° 327 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 335, n° 61.

Otacilia Severa : Head, op. cit., n° 344.

Philippe le fils : Head, op. cit., n° 345 ; H. Thiersch, op. cit., p. 83 (pl. L, 4 ; LI, 9). Valérien I : H. Thiersch, op. cit., p. 83 (pl. L, 15). Salonine : Dan. Nation. Mm. Ionia, pl. 13, n° 536 ; cf E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1647.

363 Sur ces symboles, voir ci-dessus, p. 148.

364 Pinder, op. cit., p. 583, n° 18 (pl. V, 6) ; H. Cohen, op. cit., I, p. 253, n° 30 ; Mattingly-Sydenham, op. cit., I, p. 127, n° 53 (pl. VI, 97) ; H. Mattingly, op. cit., I, p. 197, n° 229 (pl. 34, 1) ; H. Thiersch, op. cit., p. 81 (pl. XLIX, 8) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. I, 2, 3.

365 Pinder, op. cit., p. 594, n° 70 (pl. V, 7) ; H. Cohen, op. cit., II, p. 151, nos 536 à 538 (2 colonnes ?) ; Mattingly-Sydenham, op. cit., II, p. 399, n° 475 (pl. XIV, 301) ; H. Mattingly, op. cit., III, p. 393, n° * ; p. 394, nos 1091 à 1093 (pl. 75, 3, 4) ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 13 ss. (pl. III, 3, 5) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. I, 5, 6 ; pl. II, 1. Sur un médaillon d’Hadrien, le temple est représenté avec 6 colonnes de façade : Pinder, l. c., n° 71 (pl. V, 8) ; Mattingly-Sydenham, op. cit., II, p. 399, n° 476 ; H. Herzfelder, l. c. (pl. II, 9).

366 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. I, 4 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 8, nos 378, 379.

367 Head, op. cit., n° 229 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 332, nos 40 et 41 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. II, 2 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 8, n° 389.

368 Head, op. cit., n° 275 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. III, 6.

369 H. Thiersch, op. cit., p. 84 (pl. L, 14).

370 Head, op. cit., n° 320 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 1.

371 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 11, n° 474.

372 BL.-T. Trell, op. cit., pl. V, 4 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 11, n° 482.

373 G. Macdonald, op. cit., II, p. 336, n° 67 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 6 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 12, n° 492.

374 Head, op. cit., n° 307 ; Bl.-L. Trell, op. cit.,pl. IV, 2 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 10, n° 450.

375 E. Babelon, op. cit., n° 1628.

376 Head, op. cit., nos 224 à 228 (pl. XIII, 7) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 332, n° 39 ; H. Thiebsch, op. cit., p. 84 (pl. L, 18) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. II, 4 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 9, n° 387.

377 Head, op. cit., nos 233 et 234 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 332, n° 42 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. II, 5 ; pl. III, 1, 2 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 9, n° 397.

378 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. III, 3.

379 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. III, 5.

380 H. Thiebsch, op. cit., p. 83 (pl. L, 16) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. IV, 1.

381 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 2.

382 H. Thiebsch, op. cit., p. 84 (pl. L, 17) ; F. Chapouthieb, REA, 40 (1938), p. 130 (pl. III, 2) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 5.

383 Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 7.

384 H. Thiersch, op. cit., p. 83 (pl. L, 15) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. V, 8.

385 Pour d’autres monnaies où la statue est représentée dans son temple, voir ci-dessous, p. 184.

386 Septime Sévère, Caracalla, Géta, Philippe, Valérien, Gallien : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), pp. 4-5, nos 1 à 9 (pl. I, 8 à 10). Pour d’autres monnaies du même type, voir Dan. Nation. Mus.,Ionia, pl. 9, n° 411 (Septime Sévère) ; pl. 10, nos 434, 435 (Géta) ; pl. 11, n° 465 (Sévère Alexandre) ; pl. 11, n° 489 (Philippe II) ; pl. 12, n° 493 (Trajan Dèce) ; pl. 13, n° 539 (Valérien II).

387 Head, BMC, Ionia, n° 236 (pl. XIII, 8).

388 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 61, n° 71 (pl. II, 21) ; Nomisma, II (1908), p. 7, n° 3 (pl. I, 20). Cf. peut-être une monnaie de Trajan (retouchée) : Kleinas. Münzen, I, p. 59, n° 64.

389 Idole d’Artémis entre une Niké et la Cité debout (Antonin) : Ch. Lenormant, Nouv. galerie mytholog., p. 144, n° 17 (pl. XLIX).

La Cité amenant un taureau devant l’idole d’Artémis (Julia Domna) : Ch. Lenormant, op. cit., p. 143, n° 16 (pl. XLIX).

La Cité assise à côté de l’idole de la déesse (Sévère Alexandre) ; Wroth, Num. Chron., 1896, p. 95, n° 14 (pl. VII, 10).

390 Lucius Verus : Head, op. cit., n° 247 (pl. XIII, 12) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 334, n° 50 ; H. Thiersch, op. cit., p. 83 (pl. LI, 2).

Marc Aurèle : G. Macdonald, op. cit., II, p. 333, n° 47 (pl. L, 18) ; H. Thiebsch, op. cit., pl. L, 11.

Une scène semblable figure sur une monnaie de Septime Sévère : H. Thiebsch, op. cit., p. 83 (pl. L, 10).

391 H. Thiebsch, op. cit., p. 84 (pl. L, 14) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. IV, 3.

392 Caracalla : Head, op. cit., n° 269 (pl. XIV, 2) ; F. Chapouthier, Les Dioscures au service d’une déesse, Paris, 1935, p. 75, n° 68 ; H. Thiebsch, op. cit., p. 83 (pl. LI, 8). Selon F. Chapouthier (op. cit., p. 76), il faudrait reconnaître dans ces deux personnages les Dioscures identifiés aux deux empereurs.

Caracalla et Géta : Head, op. cit., n° 292 ; F. Chapouthieb, ibidem ; Dan. Nation. Mus. Ionia, pl. 10, n° 436.

393 Sur les néocories d’Éphèse, voir B. Pick, Die Neokorien von Ephesos, dans Corolla numismatica. Num. Essaye in Honour of Β. V. Head, Oxford, 1906, p. 234 ss. ; J. Keil, Num. Zeitschr., 48 (1915), p. 125 ss. ; F. Chapouthier, REA, 40 (1938), p. 130 ss.

394 Head, op. cit., n° 235 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 333, n° 43 ; F. Chapouthier, op. cit., p. 131 (pl. III, 4) ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VI, 6.

395 F. Chapouthier, ibidem, pl. III, 5 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VI, 7.

396 Head, op. cit., n° 261 ; F. Chapouthier, ibidem, pl. III, 6 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VII, 1.

397 Head, op. cit., n° 305 (pl. XIV, 6), 306 ; Bl.-L. Trell, op. cit., pl. VII, 2, 3 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 10, n° 442.

398 Head, op. cit., n° 215.

399 Head, op. cit., n° 272.

400 Head, op. cit., n° 313 (pl. XIV, 7).

401 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 337, n° 75.

402 H. Cohen, Descr. hist., II, p. 178, n° 865 ; Imhoof-Blumer, Zur griech. u. röm. Mùnztcunde, pp. 9-10, nos 10 et 11 (pl. I, 9, 10) ; Mattingly-Sydenham, Roman Imperial Coinage, II, p. 399, n° 478 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, p. 388, n° + ; p. 395, n° + ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 12 (pl. II, 2) ; p. 14 (pl. III, 2).

403 Head, op. cit., n° 273 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 10, nos 422 et 423.

404 Head, op. cit., n° 346.

405 Head, op. cit., n° 384 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 12, n° 518.

406 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 13, n° 538.

407 G. Macdonald, op. cit., II, p. 340, n° 93 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 13, n° 542.

408 Head, op. cit., n° 314.

409 Imhoof-Blumer, Jahrb., 3 (1888), p. 294, n° 1 (pl. IX, 25).

410 Imhoof-Blumer, op. cit., n° 2 (pl. IX, 26).

411 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1620.

412 Caracalla : Wroth, BMC, Mysia, p. 7, nos 24 et 25.

413 Antonin le Pieux : Wroth, op. cit., p. 60, n° 291 (pl. XV, 4).

Faustine la jeune : Wroth, op. cit., p. 60, n° 292.

414 Commode : Head, BMC, Ionia, p. 110, n° 402 (pl. XXXVIII, 1) ; Wroth, BMC, Mysia, pp. 164-165, n° 353 à 358 (pl. XXXIII, 3 à 5) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 285, n° 69 (pl. XLVIII, 20) ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7741 (pl. 267, 3).

Gallien : Imhoof-Blumer, Griech. Miinzen, p. 94, n° 185 (pl. VII, 12) ; Wroth, op. cit., p. 165, n° 359 ; G. Macdonald, op. cit., Il, p. 286, n° 70 ; S.-W. Grose, op. cit., III, n° 7742 (pl. 267, 6). Pour la monnaie d’homonoia Smyrne-Pergame-Éphèse, voir-ci-dessous, p. 186, n. 1.

415 Caracalla : Head, op. cit., p. 174, n° 106.

416 Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 202, n° 169 (pl. XXXIX, 1).

417 Domitien : Head, op. cit., p. 110 ss., nos 405 à 407, 414 (pl. XXXVIII, 2) ; E. Babelon, op. cit., n° 1625 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 340, n° 94 ; H. Thiebsch, op. cit., pl. L, 7 et 9.

Domitia : G. Macdonald, op. cit., II, p. 341, n° 97 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 13, n° 544.

Smyme-Pergame-Éphèse (Antonin) : Head, op. cit., p. 110, nos 403 et 404 ; H. Thiebsch, op. cit., pl. L, 6 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 13, n° 543.

418 Elagabale : K. Regling ap. W. von Diest, Nysa ad Maeandrum, Jahrb., Erganzungsh., X (1913), p. 85, n° 124.

419 Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 112, n° 416 (pl. XXXVIII, 3).

Commode : L. Forber, Weber Coll., III, n° 5906 (pl. 209).

Caracalla : G. Macdonald, op. cit., II, p. 467, n° 32 (pl. LVI, 5).

420 Commode : E. Babelon, op. cit., n° 1634.

421 Philippe I : Head, BMC, Phrygia, p. 105, n° 197 (pl. LI, 2).

422 Caracalla : Head, op. cit., p. 180, nos 107 et 108 (pl. LI, 6).

423 L. Weber, Die Homoniemunzen des phrygischen Hierapolis, JIAN, 14 (1912), p. 67 ss. A côté de l’Artémis d’Éphèse figure Apollon citharède (pl. I’, 1 à 9, 22), Sérapis (pl. I’, 12) ou mie statue archaïque d’Apollon (pl. I’, 21 ; cf. ci-dessus, p. 64).

424 Sévère Alexandre : Head, BMC, Phrygia, p. 148, n° 94 (pl. LI, 3) ; E. Babelon, op. cit., n° 5839 (pl. XV, 21) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, II (1908), p. 15, n° 5 (pl. II, 12) ; Svoronos, JIAN, 6 (1903), p. 261, n° 765.

425 Commode : Head, op. cit., p. 327, n° 278 ; E. Babelon, op. cit., n° 6290 ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 491, n° 13 ; Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 11, nos 4 et 5 (pl. I, 26, 27) ; H. Thiersch, op. cit., pl. LI, 4 et 6.

Caracalla : Head, op. cit., p. 328, n° 281 ; E. Babelon, op. cit., n° 6312.

Philippe II : Head, op. cit., p. 330, n° 285 (pl. LUI, 6).

426 Septime Sévère : Head, BMC, Caria, p. 53, n° 161 (pl. XLIV, 1).

427 Valérien I : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 334, n° 58 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 8916 (pl. 316, 16).

428 Gordien III : W. Drexler, Der Isis und Sarapis-Cultus in Kleinasien, Num. Zeitschr., 21 (1889), p. 83 ss. (pl. I, 10, 17, 18) ; Head, BMC, Ionia, p. 112, nos 417, 423, 425 (pl. XXXVIII, 4 et 7) ; E. Babelon, op cit., n° 7046 ; G. Macdonald, op. cit., III, pp. 341-342, nos 99 à 101 (pl. L, 25) ; J.-G. Milne, Num. Chron., 1937, p. 164, n° 52 (pl. VIII, 3).

429 Zeus (Laodicée), Apollon citharède (Hiérapolis), Sérapis (Alexandrie), etc. On rencontre également, à côté de l’Artémis d’Éphèse, d’autres statues de culte, telles que celles d’Artémis Leucophryéné (ci-dessus, p. 144) ou de la déesse de Sardes (ci-dessus, p. 163).

430 Éphèse-Alexandrie : W. Drexler, op. cit., p. 86 (pl. I, 18) : Head, op. cit., p. 112, n° 417 (pl. XXXVIII, 4).

Apamée-Éphèse : Head, BMC, Phrygia, p. 105, n° 197 (pl. LI, 2).

Kibyra-Éphèse : Head, op. cit., p. 148, n° 94 (pl. LI, 3).

431 Éphèse-Alexandrie : Head, BMC, Ionia, p. 112, n° 417 (pl. XXXVIII, 4).

432 Pergame Éphèse : Wroth, BMC, Mysia, p. 164, n° 353 (pl. XXXIII, 3).

433 Ephesos sur une monnaie d’Aphrodisias-Éphèse : Head, BMC, Caria, p. 53, n° 161 (pl. XLIV, 1) ; Androclos ( ?) sur une monnaie de Pergame-Éphèse : Wroth, BMC, Mysia, p. 165, n° 358 (pl. XXXIII, 5).

434 Sérapis (Éphèse-Alexandrie) : W. Drexler, op. cit., p. 83 (pl. I, 10) ; Head, BMC, Ionia, p. 114, n° 423 (pl. XXXVIII, 7).

Tyché (Éphèse-Alexandrie) : G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 342, n° 101 ; Head, op. cit., p. 114, n° 425.

Le Caystre ( ?) (Éphèse-Alexandrie) : J.-G. Milne, Num. Chron., 1937, p. 164, n° 52 (pl. VIII, 3).

La Cité d’Éphèse (Kibyra-Éphèse) : E. Babelon, op. cit., n° 5839 (pl. XV, 21) ; Imhoof-Blumer, Nomisma, II (1908), p. 15, n° 5 (pl. II, 12) ; pour L. Robebt ( Villes d’Asie Mineure, p. 219), c’est la Tyché de Kibyra qui tient sur sa main la statuette d’Artémis.

435 Ch. Picard, Éphèse et Claros, p. xxii, n. 8.

436 Jessen, Ephesia, PWRE, V, col. 2767-2768.

437 L. Robert (Villes d’Asie mineure, p. 18, η. 1) et F. Chapouthier (REA, 40, 1938, p. 128, η. 1) ont insisté sur l’intérêt que présenterait un relevé complet des types numismatiques de l’Ephesia ; ce relevé aurait eu sa place toute désignée dans le catalogue de H. Thiersch.

438 Sur les monnaies d’Heracleia Salbaké (Head, BMC, Caria, p. 118, n° 19 ; p. 121, nos 29 et 30, pl. XX, 10) et de Tabae (Head, op. cit., p. 162, n° 17, pl. XXV, 6), Head croit plutôt reconnaître une Aphrodite (cf. Head, op. cit., p. lvii et M. Bernhart, Aphrodite auf griech. Münzen, nos 2 et 3, pl. I), tandis que Imhoof-Blumer y voit l’Artémis d’Éphèse (Kleinas. Münzen, I, p. 133). Il y a tout lieu de croire que l’idole de la déesse asiatique qui figure à côté de l’Aphrodite de Corinthe sur un bronze de Septime Sévère est, non pas l’Aphrodite d’Aphrodisias (L. Forrer, Weber Coll., n° 3796, pl. 139 ; M. Bernhart, op. cit., n° 188,pl. V), mais l’Artémis d’Éphèse (cf. Pausanias, II, 2, 6).

439 L’exemple le plus typique est celui que fournissent les monnaies de Gortyne (ci-dessus, p. 180). Sur une monnaie d’alliance d’ApaméeÉphèse, l’image d’Artémis s’écarte en plusieurs points du type habituel : Head, BMC, Phrygia, p. 105, n°197 (pl. LI, 2).

440 Le calathos devient parfois une espèce de haute perche : Thiersch, op. cit., pl. L, 9 (Éphèse-Smyrne : Domitien).

441 Monnaies d’Éphèse (Hadrien, Sabine) : Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 11, nos 2 et 3 (pl. I, 25) ; Thiersch, op. cit., pl. XLIX, 12 ; F. Chapouthier, op. cit., p. 130 (pl. III, 1).

Médaillons d’Hadrien : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 11, n° 1 (pl. I, 28, 29) ; Thiersch, op. cit., pl. XLIX, 13, 15.

Même coiffure sur des monnaies de Commode (Laodicée-Éphèse) : Imhoof-Blumer, 1. c., nos 4 à 6 (pl. I, 26, 27) ; Thiersch, op. cit., pl. L, 12, 13 ; LI, 4, 6.

442 Thiersch, op. cit., pl. L, 6 ; F. Chapouthier, op. cit., p. 130 (pl. III, 7).

Même coiffure sur les monnaies de différents empereurs : Thiersch, op. cit., pl. L, 4 ; LI, 7, 8, 9 ; F. Chapouthier, op. cit., p. 131 (pl. III, 8).

Sur la signification de cet édifice, voir ci-dessous, p. 190, n. 1.

443 Sur les statères d’or, le nimbe est constitué par deux rameaux recourbés : voir ci-dessus, p. 179.

444 Parfois, on distingue deux colliers : Thiersch, op. cit., pl. LI, 7 (Hiérapolis-Éphèse : Commode). Sur les monnaies de Gortyne la poitrine est entièrement couverte de « mamelles » (voir ci-dessus, p. 180).

445 La gaine est parfois droite (statères d’or : voir ci-dessus, p. 179).

446 H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 58. La gaine de l’Artémis Leucophryéné est également divisée en petits compartiments rectangulaires : H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 27, n. 1.

447 Sur l’interprétation de ces ornements, voir ci-dessus, p. 146. Parfois, les mains semblent posées sur l’extrémité supérieure de ces ornements comme s’ils servaient de supports : Thiersch, Artemis Ephesia, I, p. XLIX, 13, 15 (médaillons d’Hadrien), 9 (tridrachme de Trajan).

448 Les répliques de l’Ephesia ont été réunies et publiées par H. Thiersch, op. cit., p. 1 ss.

449 F. Chapouthier a ajouté un nouveau document à ceux qui avaient été réunis par W. Amelung (Oesterr. Jahresh., XII, 1909, p. 172 ss.) et par H. Thiersch (op. cit., nos 19, 26, 32, 34, 42, 44 et 45 ; ajoutez Notizie degli Scavi, 1935, p. 86, fig. 9). Il a en outre ingénieusement interprété l’édifice qui couronne la statue comme un symbole des trois néocories dont Éphèse pouvait revendiquer la possession : La coiffe d’Artémis dans Éphèse trois fois néocore, REA, 40 (1938), p. 125 ss. (pl. II-III).

450 Thiersch, op. cit., p. 38, n° 29 (pl. XXV).

451 Ci-dessus, p. 177.

452 Pline (d’après Mucianus), NH, XVI, 214 (correction de Sillig : Endoeon au lieu de eandem con des mss) ; Athénagoras, Leg. pro Christ., 17. La statue aurait été exécutée pour le temple de Crésus : E. Loewy, Zur Chronologie der frühgriech. Kunst. Die Artemistempel von Ephesos (Sitzungsber. d. Ak. d. Wiss. in Wien, phil.-hist. Kl., 213, 4, 1932), p. 40. S’il faut en croire le témoignage de Mucianus, elle existait encore au 1er siècle après J.-C., mais il est possible que l’on ait attribué arbitrairement à Endoios une statue exécutée à une époque beaucoup plus récente. Par ailleurs, Mucianus reconnaît à l’image d’Artémis une antiquité fabuleuse (ce qui contredit, comme le note Pline, l’attribution à Endoios) et l’on retrouve à Éphèse la croyance, souvent attestée (cf. ci-dessus, p. 31), à l’origine céleste de l’idole : Acta Apostol., XIX, 35 (cf. R.-C. Kukula dans Forschungen in Ephesos, I, p. 248, nos 141 ss.). On a cherché de diverses façons à se représenter l’Artémis d’Endoios. V. Müller (RM, 34, 1919, p. 104) croyait la reconnaître sur des gemmes, mais H. Thiersch a montré qu’il s’agit d’Hécate plutôt que d’Artémis : Ependytes und Ephod, pp. 27-28 ; pour Ch. Picard, on devrait penser à une statue assise : Éphèse et Claros, p. 489.

453 D.-G. Hogarth, Excavations at Ephesus. The Archaic Artemisia, Londres, 1908, p. 323 ss. ; Ch. Picard, Éphèse et Claros, p. 474 ss.

454 L’absence du type polymaste parmi les statuettes de l’Artémision ne suffirait pas à prouver, selon V. Müller, que ce type n’existait pas déjà à l’époque archaïque : RM, 34 (1919), p. 104.

455 Anabase, V, 3, 12. A l’époque de Xénophon, la statue était sans doute couverte de plaques d’or et peut-être était-elle déjà une statue engainée : W.-R. Lethaby, JHS, 37 (1917), p. 8 ; V. Muller, op. cit., p. 104. Mucianus (ap. Pline, XVI, 214) et Vitruve (II, 9, 13) parlent d’une idole en bois, ce qui n’exclut pas l’idée d’un revêtement en métal.

456 Ci-dessus, p. 175.

457 V. Müllee, op. cit., p. 103.

458 W. Deonna, RA, 1924, I, p. 7.

459 Ch. Picard, op. cit., p. 527.

460 Ch. Picard, op. cit., p. 535.

461 Statères d’Anactorion (ci-dessus, p. 60).

462 Statères de Corinthe : Zeus tenant un foudre et un bâton (ci-dessus, p. 71), Zeus ou Poseidon (ci-dessus, p. 73). Statères d’Ambracie (ci-dessus, p. 74).

463 Statères de Corinthe (ci-dessus, p. 88).

464 Ci-dessous, p. 230.

465 Sur le Dionysos qui orne les tétradrachmes d’Abdère, voir ci-dessus, p. 87.

466 Sur la signification des types monétaires parmi lesquels figure la statue d’Artémis à Abdère (symboles des magistrats éponymes), voir M.-L. Strack, Die ant. Miinzen Nord-Griechenlands, II, 1, p. 28 ss.

467 Ci-dessus, pp. 45-46. De même, le Zeus armé du foudre et du bâton qui figure en symbole sur des statères corinthiens reparaît sur des bronzes comme type du revers, cf. ci-dessus, p. 72.

468 Apollon de Tectaios et Angélion, cf. ci-dessous, p. 203.

469 Apollon de Calamis, cf. ci-dessous, p. 248.

470 Apollon de Canachos, cf. ci-dessous, p. 222.

471 Hermès Agoraios ( ?) sur des tétradrachmes athéniens, cf. ci-dessus, p. 69.

472 Zeus d’Hagélaïdas sur les monnaies de Messène et d’Aegion, cf. cidessous, p. 231.

473 Dieu carien à la double hache sur des monnaies d’Euromos, ci-dessus, p. 96 ; Hadad de Damas sur des tétradrachmes des Séleucides, ci-dessus, p. 98.

474 Peut-être aussi les Athénas de Pergame et de Phasélis (ci-dessus, p. 125).

475 Cf. ci-dessous, p. 205.

476 Comme le note H. Thiersch, l’apparition des images de ce type sur les monnaies n’est pas antérieure à la première moitié du iie siècle : Ependytes und Ephod, p. 20.

477 Apollon de Délos, images archaïques d’Artémis, d’Hermès, peut-être aussi de Dionysos.

478 En symbole, Athéna Ilias (ci-dessus, p. 108), Artémis Kindyas (ci-dessus, p. 145) ; comme types du revers, Athéna Magarsis (ci-dessus, p. 130), Hadad et Atargatis de Damas (pp. 98 et 152).

479 Idoles d’Athéna Ilias, d’Apollon Smintheus, d’Artémis d’Éphèse, etc.

480 Apollon d’Amyclées sur les monnaies de Lacédémone, cf. ci-dessus, p. 56.

481 Dioscures d’IIermon, cf. ci-dessous, p. 220.

482 Hermès de Calamis, cf. ci-dessous, p. 245.

483 En particulier, l’Athéna Chalkioicos, cf. ci-dessous, p. 217. Voir aussi, sur les monnaies d’Asie Mineure, les Athénas d’Halicarnasse et de Synnada, ci-dessus, p. 125 ss.

484 P. 206 ss.

485 En particulier, la déesse de Sardes et l’Aphrodite d’Aphrodisias (pour l’idole de cette dernière sur les monnaies d’époque hellénistique, cf. ci-dessus, p. 176).

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search