Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Première partie. La statue archaïque et le témoignage des monnaies

Chapitre II. Les athénas archaïques et archaisantes

Texte intégral

  • 1 Ci-dessus, p. 58 ss.
  • 2 Ci-dessus, p. 38.
  • 3 Une monnaie de Sicyone (Septime Sévère) montre Aphrodite dans l’attitude de la Vénus de Médicis : I (...)

1L’art de la Grèce archaïque, qui aime à présenter le corps de l’homme dans la nudité la plus complète1, hésite en revanche à dévoiler celui de la femme : les nombreuses Corés, qui sont comme les pendants des « Apollons » archaïques, sont toujours entièrement vêtues2. Nous n’aurons donc pas à rechercher sur les monnaies des reproductions de statues féminines nues3, mais nous rencontrerons, au cours de notre enquête, un grand nombre d’images féminines drapées qui peuvent passer pour des reproductions de statues archaïques ou archaïsantes.

  • 4 Sur les représentations d’Athéna, voir les articles de Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 687 (...)
  • 5 Sur le Palladium et sur sa légende, voir la dissertation de F. Chavannes, De Palladii raptu, Berlin (...)
  • 6 Iliade, VI, v. 86-101, 269-311. Les anciens avaient essayé de concilier le texte homérique qui évoq (...)
  • 7 A. Severyns, Le cycle épique dans l’École d’Aristarque, Liège, 1928, p. 349 ss.
  • 8 Pausanias, II, 23, 5 ; cf. F. Chavannes, op. cit., p. 38 ss. ; Wörner dans Roscher, Lex., III, col. (...)
  • 9 Sur les différentes versions de la légende, voir F. Chavannes, op. cit., p. 29 ss. ; Wörner, op. ci (...)
  • 10 Plutarque, Quaest. gr., 48 (traduction et commentaire de W.-R. Halliday, The Greek Questions of Plu (...)
  • 11 Strabon, VI, 1, 14 (264) ; Pausanias, II, 23, 5. Sur ces traditions, voir F. Chavannes, op. cit., p (...)
  • 12 F. Chavannes, op. cit., p. 60 ss. ; Wörner, op. cit., col. 3413 ss. Sur les monnaies d’Ilion, voir (...)

2De toutes les divinités féminines, c’est Athéna qui apparaît le plus souvent sous l’aspect d’une idole primitive4. Certaines images de la déesse se voyaient attribuer des propriétés miraculeuses et une origine surnaturelle. La plus célèbre de ces images est assurément le Palladium, auquel était lié, disait-on, le destin de la ville de Troie5. Dans l’Iliade, Athéna a son temple sur l’acropole de la cité et les Troyennes viennent l’y implorer en lui apportant un voile qu’elles posent « sur ses genoux »6. De la statue de la déesse il n’est pas autrement question chez Homère. C’est dans les poèmes du Cycle épique que l’on voit se former la légende du Palladium. L’Iliou persis et la Petite Iliade racontaient l’enlèvement de la statue, ramenée au camp des Grecs par Ulysse et Diomède7. Quel fut ensuite le sort de cette vénérable idole ? Il existait sur ce point diverses traditions. Les Argiens prétendaient posséder l’image d’Athéna ; sans doute faisaient-ils valoir que le ravisseur du Palladium, Diomède, était un Argien8. Mais les Athéniens racontaient les péripéties qui avaient amené la statue entre leurs mains9, tandis que les Lacédémoniens affirmaient que le Palladium, conservé à Argos, avait été dérobé une seconde fois et apporté dans leur cité10. Selon d’autres versions de la légende, ce n’est pas en Grèce, mais en Italie que l’idole avait été transportée : Luceria en Apulie, Siris en Lucanie, l’antique Lavinium, enfin Rome elle-même en revendiquaient la possession à des titres divers11. Cependant, les habitants d’Ilion, qui se disaient les descendants des Troyens, soutenaient que le Palladium n’avait jamais quitté leur ville ; il y était encore lorsque le général romain Fimbria mit le feu à Ilion en 85 avant J.-C. ; épargné par l’incendie, il fut retrouvé intact au milieu des décombres12.

3Ces traditions, comme on peut s’y attendre, se reflètent sur les monnaies de plusieurs cités. Nous examinerons tout d’abord les reproductions de l’Athéna Ilias, puis nous rechercherons, sur les monnaies d’Argos, le souvenir de la célèbre statue.

I. La statue d’Athéna Ilias

  • 13 Hérodote, VII, 43 ; cf. A. Brückner, Geschichte von Troja und Ilion dans W. Dörpfeld, Troja und Ili (...)
  • 14 Xénophon, Hellen., I, 1, 4 ; cf. A. Brückneb, ibidem.
  • 15 Arrien, Anab., I, 11, 7 ; Diodore de Sicile, XVII, 17, 6 ; 18, 1 ; Strabon, XIII, 1, 26 (593) ; etc (...)
  • 16 Tite-Live, XXXV, 43 ; XXXVII, 9, 37 ; cf. A. Brückner, op. cit., pp. 585-586.
  • 17 Sur cette confédération et sur les fêtes qu’elle célébrait, voir M.-P. Nilsson, Griech. Feste, Leip (...)

4Le temple d’Athéna, sur l’acropole d’Ilion, était un des plus célèbres sanctuaires de l’Asie Mineure. Situé à proximité des Détroits, il reçut maintes fois la visite d’illustres personnages que les opérations militaires amenaient dans ces régions. Xerxès13, le Spartiate Mindaros14, Alexandre15, Antiochus le Grand et les généraux romains chargés de le combattre16 se rendirent tour à tour sur l’acropole de la cité pour y accomplir des sacrifices et s’assurer la protection de la déesse. Une confédération, dont l’existence nous est connue à partir de la fin du IVe siècle, groupa autour d’Ilion plusieurs villes de Troade et des régions voisines qui célébraient en commun des fêtes en l’honneur de l’Athéna Ilias17.

  • 18 Ci-dessus, p. 103.
  • 19 Sur les légendes relatives à l’origine du Palladium, cf. Wörner, op. cit., col. 3443 ss. L’Iliou pe (...)
  • 20 Apollodore, Bibl., III, 12, 3 :Ην δ τῷ μεγέθει τϱίπηxν, τος δέ ποσί σνμβεβηxός, xαι τμν δεξι(...)

5La statue d’Athéna que l’on conservait à Ilion n’était autre, au dire des habitants de la cité, que le vieux Palladium des Troyens18 ; Zeus lui-même l’avait envoyé à Ilos lorsque ce dernier eut fondé la ville de Troie19. Apollodore, qui rapporte cette tradition, décrit l’idole de la façon suivante : « Elle mesurait trois coudées, elle avait les pieds joints, brandissait une lance à la main droite et tenait de l’autre main une quenouille et un fuseau »20.

  • 21 H. von Fritze, Die Münzen von Ilion, dans W. Dörpfeld, Troja und Ilion, p. 478 ss. ; sur la chronol (...)

6Les monnaies d’Ilion frappées à l’époque hellénistique offrent une image d’Athéna qui correspond à cette description. La tête surmontée du calathos, la déesse porte à la main droite une lourde lance, dont le bois repose sur son épaule, et tient à la main gauche une quenouille ; à la lance sont généralement suspendues des bandelettes. Les monnaies où figure ce type d’Athéna ont été classées par H. von Fritze de la façon suivante21 :

  1. Monnaies antérieures à 300 avant J.-C. :

Tête d’Athéna à gauche. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias, debout à gauche sur une base.

  • 22 H. von Fritze, op. cit., n° 3 (pl. 61) ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2398 (pl. CLXVI, 19) ; L. Fo (...)

AE22 (pl. VII, 1).

  1. Monnaies frappées après 301 avant J.-C. :

Tête d’Athéna à droite. — R/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche sur une base.

  • 23 H. von Fritze, op. cit., nos 4 et 5 (pl. 61) ; Wroth, BMC, Troas, p. 57, nos 7 à 9 (pl. XI, 7) ; L. (...)

AE23 (pl. VII, 2).

  1. Monnaies frappées vers 250 avant J.-C. :

Tête d’Athéna à gauche. — Β,/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche sur une base.

  • 24 H. von Fritze, op. cit., n° 6 (pl. 61) ; Wroth, op. cit., p. 57, n° 1 (pl. XI, 3).

AR24.

Tête d’Athéna à droite. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche sur une base.

  • 25 H. von Fritze, op. cit., n° 7 (pl. 61).

AE25 (pl. VII, 3).

Tête d’Athéna de face. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche.

  • 26 H. von Fritze, op. cit., n° 8 (pl. 61).

AE26.

  1. Monnaies frappées vers 240 avant J.-C. :

Tête d’Athéna de face. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche.

  • 27 H. von Fritze, op. cit., n° 9 (pl. 61).

AE27 (pl. VII, 4).

Tête d’Athéna à droite. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche sur une base.

  • 28 H. von Fritze, op. cit., nOs 10 à 13 (pl. 61) ; Wroth, op. cit., p. 57, nOS 2 à 6 (pl. XI, 4 à 6) ; (...)

AE28.

  1. Monnaies frappées après 189 avant J.-C. :

Tête d’Athéna à droite. — Β/ΑΘΗΝΑΣ ΙΛΙΑΔΟΣ Athéna Ilias debout à droite.

  • 29 H. von Fritze, op. cit., nos 16 à 19 (pl. 61). K. Regling a publié plusieurs de ces monnaies, prove (...)

AR. Tétradrachmes29 (pl. VII, 6 et 7).

Tête d’Athéna à droite. — Β/ΑΘΗΝΑΣ ΙΛΙΑΔΟΣ Athéna Ilias debout à droite.

  • 30 H. von Fritze, op. cit., n° 20 (pl. 61) ; E. Babelon, Coll. Waddington, 1151 ; L. Forrer, Weber (...)

AR. Drachmes30.

Tête d’Athéna à droite. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à gauche.

  • 31 H. von Fritze, op. cit., nos 21 à 23 (pl. 61) ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5388, 5389 (pl. 19 (...)

AE31.

  1. Monnaies frappées au Ier siècle avant J.-C. :

Tête d’Athéna à droite. — Β/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à droite ; le tout dans une couronne.

  • 32 H. von Fritze, op. cit., nos 24 et 25 (pl. 62) ; Wroth, op. cit., p. 59, nos 14 et 15 ; L. Forrer, (...)

AE32.

  1. Monnaies frappées à l’époque d’Auguste :

Tête d’Athéna de face. — H/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à droite.

  • 33 H. von Fritze, op. cit., nos 26 et 27 (pl. 62) ; Wroth, op. cit., nos 16 à 19 (pl. XII, 1) ; L. For (...)

AE33.

Tête d’Auguste à droite. — E/ΙΛΙ Athéna Ilias debout à droite.

  • 34 H. von Fritze, op. cit., n° 40 (pl. 62) ; E. Babelon, op. cit., n° 1155 ; Imhoof-Blumer, Griech. (...)

AE34.

  • 35 H. von Fritze, op. cit., p. 511 ; P. Gardner, Types, p. 79 (pl. XV, 13).

7Sur les monnaies les plus anciennes, antérieures à 300 avant J.-C., l’image d’Athéna est drapée dans un long vêtement qui l’enveloppe entièrement ; elle a la raideur des œuvres archaïques. Cette Athéna, selon H. von Fritze, reproduirait une vieille statue de culte, peut-être celle que vit Xerxès lorsqu’il monta à l’acropole d’Ilion pour sacrifier mille bœufs à la déesse35. Les monnaies postérieures à 300 présentent une image d’Athéna d’un aspect quelque peu différent. Ce n’est plus l’idole figée dans l’immobilité et enveloppée dans ses longues draperies ; la déesse marche et sa robe, retenue à la taille par une ceinture, s’agite et se gonfle par derrière.

  • 36 H. von Fritze, op. cit., pp. 511-512 ; c’est aussi l’opinion de P. Gardner, Types, p. 205 (pl. XIII (...)
  • 37 H. von Fritze note les traits archaïsants d’une de ces Athénas (n° 16) : op. cit., pp. 510-511.
  • 38 Rapprocher, par exemple, de la monnaie de Berlin, frappée, selon H. von Fritze, avant 300 (op. cit. (...)
  • 39 Les reproductions de l’Apollon Smintheus sur les tétradrachmes d’Alexandrie de Troade donnent lieu (...)

8H. von Fritze voit dans ce second type d’Athéna la reproduction d’une nouvelle statue, sans doute contemporaine de la reconstruction du temple par Lysimaque, qui se serait conservée jusqu’au début de l’empire romain36. En effet, sur les tétradrachmes, où l’on peut juger plus aisément du caractère de ces représentations, l’image d’Athéna semble plus proche des œuvres archaïsantes que des œuvres archaïques37. Cependant, les différences sur lesquelles se fonde l’hypothèse de H. von Fritze, n’apparaissent guère, si l’on compare l’Athéna des monnaies antérieures à 300 avec celle qui figure sur telle autre pièce frappée immédiatement après cette date38. Le témoignage des monnaies ne suffit pas, nous semble-t-il, à prouver l’existence d’une nouvelle statue, car on peut se demander si les graveurs ont toujours interprété les données du modèle avec une entière fidélité39.

  • 40 H. von Fritze, op. cit., p. 511. Sur les offrandes de vêtements, voir ci-dessus, p. 39.
  • 41 Ci-dessous, p. 142.
  • 42 P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 25, n° 10 ; H. von Fritze, op. cit., no 14 (pl. 61) ; G. Macdon (...)
  • 43 H. von Fritze, op. cit., p. 503.
  • 44 E.-T. Newell, l. c.

9Sur certaines monnaies d’Ilion, Athéna est parée d’un voile (pl. VII, 4). H. von Fritze rappelle, à ce sujet, le peplos que les Troyennes offrent à la déesse dans le récit homérique et celui que les Athéniennes lui portaient à l’occasion des Panathénées40. Par ailleurs, ce vêtement apparente l’Athéna d’Ilion aux idoles asiatiques, qui sont enveloppées généralement dans les plis d’un long voile41. La même Athéna voilée figure en symbole sur un tétradrachme d’un roi Séleucide qui a donc été frappé à Ilion (pl. VII, 5)42. H. von Fritze s’était servi du témoignage de ce tétradrachme, qu’il attribuait à Antiochus Hiérax (246 à 227 avant J.-C.), pour placer vers 240 avant J.-C. l’émission des monnaies d’Ilion au type de l’Athéna voilée43. Cependant, E.-T. Newell a reconnu, au droit de ce tétradrachme, l’effigie d’Antiochus II (261 à 246)44. La chronologie des monnaies d’Ilion établie par H. von Fritze devra donc être légèrement modifiée et l’on placera avant 246 la frappe des pièces où la déesse est figurée avec un voile.

  • 45 Il est remplacé par une Athéna d’un tout autre type : H. von Fritze, op. cit., pp. 513-514.
  • 46 H. von Fritze, op. cit., n° 64 (pl. 63) ; Wroth, op. cit., p. 65, n° 57 (pl. XII, 12) ; Dan. Nation (...)
  • 47 Wroth, op. cit., p. 65, n° 58 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 400.
  • 48 Wroth, op. cit., p. 65, n° 55 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5400 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl (...)
  • 49 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 403.
  • 50 H. von Fritze, op. cit., nos 92 et 93 (pl. 65) ; Wroth, op. cit., p. 68, n° 78 (pl. XIII, 6) ; Dan. (...)
  • 51 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1178.
  • 52 Wroth, op. cit., p. 71, n° 99 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 40, n° 6 ; L. Forrer, Weber C (...)
  • 53 E. Babelon, op. cit., n° 1186.
  • 54 Le fuseau est représenté sur des monnaies de Julia Domna : H. von Fritze, op. cit., p. 513.

10Après le règne d’Auguste, le Palladium disparaît pour quelque temps des monnaies d’Ilion45. Mais, à partir du règne de Marc Aurèle, nous retrouvons une Athéna pourvue des mêmes attributs, la lance et la quenouille, sur des monnaies frappées aux effigies de Marc Aurèle et de Lucius Verus (pl. VII, 9)46 Lucius Verus seul47, Faustine la jeune48, Commode49, Julia Domna (pl. VII, 10)50, Géta51, Gordien III52 et Trajan Dèce53. Le corps serré dans une gaine étroite, qui est divisée en compartiments quadrangulaires, la déesse, coiffée du calathos, a le bras droit baissé et tient à la main droite une lance dont la pointe est dirigée vers le sol ; à la main gauche, elle porte la quenouille, parfois accompagnée du fuseau54 ; à ses pieds est posé son bouclier.

  • 55 H. von Fritze, op. cit., n° 58 (pl. 63) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 103, n° 224 (pl. VIII, (...)
  • 56 H. von Fritze, op. cit., nos 6 7 à 69 (pl. 63) ; Wroth, op. cit., pp. 64-65, nos 53 et 54 (pl. XII, (...)
  • 57 Wroth, op. cit., p. 66, n° 60.
  • 58 H. von Fritze, op. cit., n° 85 (pl. 64) ; Wroth, op. cit., p. 67, nos 67 et 68 ; E. Babelon, op. ci (...)
  • 59 E. Babelon, op. cit., n° 1168.
  • 60 Wroth, op. cit., p. 68, nos 76, 77 (pl. XIII, 5) ; E. Babelon, op. cit., n° 1170 ; Dan. Nation. Mus (...)
  • 61 Wroth, op. cit., p. 69, n° 86 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5410 (pl. 195).
  • 62 H. von Fritze, op. cit., n° 110 et 111 (pl. 65) ; E. Babelon, op. cit., nos 1184 et 1185 ; Imhoof-B (...)
  • 63 Sur la signification de ces types monétaires, voir H. von Fritze, op. cit., p. 514 ss. L’interpréta (...)
  • 64 H. von Fritze, op. cit., n° 61 (pl. 63) ; Wroth, op. cit., p. 64, n° 51 (pl. XII, 8) ; E. Babelon, (...)
  • 65 H. von Fritze, op. cit., nos 91 (pl. 64) et 98 (pl. 65) ; Wroth, op. cit., pp. 69-70, nos 87 à 89 ( (...)
  • 66 H. von Fritze, op. cit., n° 65 (pl. 63) (cf. p. 517) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 398.
  • 67 J.-G. Milne, Num. Chron., 1936, p. 285 (pl. XVI, 5).
  • 68 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 421.
  • 69 E. Babelon, op. cit., n° 1172.
  • 70 H. von Fritze, op. cit., n° 86 (pl. 64) (cf. p. 527) ; Wroth, op. cit., p. 67, n° 70 (pl. XIII, 1)  (...)

11Cette image d’Athéna est la reproduction d’une statue de culte, ainsi qu’en témoigne une monnaie de Marc Aurèle où elle apparaît au milieu d’un temple hexastyle (pl. VII, 8)55. Dressée sur une base en forme de colonne, elle intervient dans la composition de différents types monétaires : des monnaies de Faustine (pl. VII, 11)56, Commode57, Crispine58, Septime Sévère59 Julia Domna60, Caracalla61, Gordien III62 montrent, en face de l’idole, une vache que l’on amène sur le lieu du sacrifice ou qui, suspendue à un arbre, est égorgée selon un rite particulier63. Sur les monnaies de Marc Aurèle, le Palladium est associé à une scène mythologique qui met en présence Ganymède et l’aigle divin64. Sur des pièces de Julia Domna et de Caracalla (ou d’Élagabale), il figure à côté des héros troyens Ilos et Hector (pl. VII, 12)65. Ajoutons, pour compléter l’énumération des types monétaires où figure le Palladium, qu’il sert d’attribut à Zeus Idaios sur des monnaies de Paustine66, Commode67, Julia Domna68 et Caracalla69 et à la Tyché d’Ilion sur une monnaie de Crispine70.

  • 71 H. von Fritze, op. cit., p. 513 ; cf. Wroth, op. cit., p. xxviii.
  • 72 Dümmler y voyait un pastiche qu’il rapprochait de l’Artémis d’Éphèse et de l’Aphrodite d’Aphrodisia (...)

12Les monnaies d’Ilion, depuis le règne de Marc Aurèle jusqu’à celui de Trajan Dèce, offrent une image d’Athéna différente de celle que nous avons vue reproduite sur les monnaies de la période hellénistique. L’ancienne image avait-elle subi quelque transformation ? Sans doute s’agit-il plutôt d’une nouvelle statue, comme le suppose H. von Fritze71. Quoi qu’il en soit, on notera que la déesse avait obéi aux exigences de la mode : en fermée dans une gaine étroite, elle semble avoir voulu rivaliser avec les dieux et les déesses de l’Orient qui revêtaient volontiers, à cette époque, l’aspect barbare des idoles primitives72.

  • 73 Au droit, cavalier galopant à droite : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 102, n° 220 ; Dan. Nation. (...)
  • 74 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1137 (pl. I, 17).
  • 75 E. Babelon, op. cit., n° 1138.
  • 76 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 102, n° 221 (pl. VIII, 2).
  • 77 Wörner dans Roscher, Lex., III, col. 1301 ; A. Severyns, Le cycle épique dans l’École d’Aristarque,(...)
  • 78 Dittenberger, ΟGΙ, II, n° 444, 1. 7. Sur cette confédération, voir ci-dessus, p. 104. Sur la ville (...)

13Une autre ville de Troade, Dardanos, a également frappé monnaie à l’image d’Athéna Ilias. La statue est reproduite sur des bronzes autonomes73, ainsi que sur des monnaies de Julia Domna (pl. VII, 13)74 et de Sévère Alexandre75. Une monnaie de Caracalla montre l’empereur à cheval tenant le Palladium sur la main droite (pl. VII, 14)76. L’Iliou persis présentait le Palladium comme un cadeau de Zeus à Dardanos77. Mais la présence d’Athéna Ilias sur les monnaies de Dardanos semblerait encore se justifier par une autre raison. Nous savons que Dardanos fit partie de la confédération des villes qui s’associèrent pour célébrer en commun les fêtes d’Athéna Ilias78. N’est-ce pas à ce titre qu’elle plaça sur ses monnaies l’image de la statue ?

  • 79 E. Babelon, Coll. Waddington, nos 1710 à 1712 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, pp. 514-515, no (...)
  • 80 On notera que, sur une monnaie de Lébédos, Athéna est debout à gauche, le bouclier à la main gauche (...)
  • 81 Julia Domna : E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1707 ; A. Dieudonné, op. cit., p. 55 (pl. IV, 24). G (...)
  • 82 Pour le voile, cf. l’Athéna d’Ilion, ci-dessus, p. 108. Athéna apparaît aussi avec la lance et la q (...)

14On rapprochera, de l’Athéna Ilias, une déesse à la lance et à la quenouille qui figure sur des monnaies de Lébédos en Ionie, frappées à une époque où cette ville portait le nom de Ptolémaïs79. A la différence de l’Athéna Ilias, l’Athéna de Lébédos est casquée ; elle brandit sa lance à la main droite et elle a le bouclier posé à ses pieds80. La même image d’Athéna est reprouite à une plus grande échelle sur des bronzes de Julia Domna et de Géta81. Mais, tandis que les monnaies d’époque hellénistique montrent Athéna de profil à droite, les bronzes d’époque impériale présentent de face la statue et le bouclier. Sur ces dernières monnaies, Athéna porte le long voile dont sont généralement parées les déesses asiatiques82.

II. Le Palladium sur les monnaies d’Argos

  • 83 Pausanias, II, 23, 5 : λέγουδῖ γἁϱ Άϱγείοι... κα άγαλμα κείσθαι παϱά σφίσιν ‘Αθηνάς, τ έxxομισθεν (...)
  • 84 Voir ci-dessus, p. 102.
  • 85 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39, n° 22 (pl. K, XLII à XLV) ; F. Chavannes, De Palladii raptu, p. 4 ; Bet (...)

15« Les Argiens, dit Pausanias, prétendent posséder la statue d’Athéna apportée d’Ilion et qui causa la prise de la ville »83. Ces prétentions, comme nous l’avons fait observer, étaient fondées sur le rôle joué par Diomède dans le rapt de la statue84. Les monnaies d’Argos, du IVe siècle à l’époque impériale, offrent, sur le Palladium et sur sa légende, des témoignages que nous allons examiner85.

  • 86 F. Chavannes, op. cit., p. 1 ss. ; E. Wüst, Odysseus, PWRE, XVII (1937), col. 1942-1943. Voir aussi (...)
  • 87 Sur les rôles attribués à Diomède et à Ulysse dans la Petite Iliade et dans l’Iliou persis, voir A. (...)
  • 88 Par exemple sur des gemmes : F. Chavannes, op. cit., pp. 15-16.

16 Le rapt du Palladium. — L’enlèvement du Palladium par Ulysse et Diomède est un thème souvent traité par les artistes grecs dès le Ve siècle avant J.-C.86. Dans la plupart de ces compositions, le rôle principal est attribué à Diomède : c’est lui qui emporte la statue tandis que son compagnon se borne à le seconder87. Parfois, Diomède est représenté seul88 ; c’est le cas sur des monnaies d’Argos qui datent du IVe siècle :

17Tête de Héra portant un diadème orné de palmettes. — R/ΑΡPEΩΝ Diomède, vêtu d’une chlamyde, s’avance prudemment vers la droite, l’épée à la main droite. Il tient le Palladium sur la paume de la main gauche. La déesse, casquée, a les jambes serrées dans une tunique étroite. Elle tient un bouclier à la main gauche et brandit une lance à la main droite.

  • 89 P. Gardner, Types, p. 158 (pl. VIII, 35) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 39, n° 22 (pl. K, XLIII) ; P. Ga (...)

18AR. Drachmes89 (pl. VIII, 1).

19Le même sujet est traité de diverses façons sur des pièces frappées à l’époque impériale :

    • 90 Imhoof-Gardner, NCP, p. 40 (pl. K, XLV) ; P. Gardner, op. cit., p. 148, n° 150 (pl. XXVIII, 12). Le (...)

    Diomède, l’épée à la main droite, la statue à la main gauche, descend d’un autel et s’apprête à poser le pied sur le sol (Hadrien) (pl. VIII, 3)90 ;

    • 91 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39 (pl. K, XLIV). Furtwängler reconnaît sur cette monnaie la copie d’une st (...)

    Diomède s’avance tenant d’une main l’épée, de l’autre le Palladium, comme sur les monnaies du IVe siècle (Antonin)91 ;

    • 92 Imhoof-Gardner, ibidem.

    Diomède, l’épée à la main, est debout devant la statue sur laquelle il pose la main (Septime Sévère)92.

  • 93 Des monnaies de Tyr d’époque impériale représenteraient Diomède, debout à gauche, tenant le Palladi (...)

20Ces monnaies montrent le Palladium sous l’aspect d’une Athéna armée de la lance et du bouclier, mais elles ne permettent de distinguer que la silhouette de la statue93.

  • 94 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39 (pl. K, XLII) ; P. Gardner, op. cit., p. 149, n° 157 (pl. XXVIII, 17) ; (...)
  • 95 Pausanias, II, 24, 3 ; cf. Imhoof-Gardner, NCP, p. 40. F. Chavannes hésite entre le temple d’Athéna (...)
  • 96 On comparera l’image du temple sur une des aiguières de Bernay : K. Lehmann-Hartleben, op. cit., p. (...)

21 Le Palladium dans un temple. — Des monnaies d’Antonin le Pieux, de Septime Sévère et de Julia Domna (pl. VIII, 4)94montrent un escarpement rocheux, surmonté d’un temple tétrastyle ; ce temple abrite une statue d’Athéna qui brandit sa lance, dans l’attitude habituelle au Palladium, mais dessinée à une si petite échelle que nous pouvons en deviner seulement la silhouette. Peut-être les Argiens conservaient-ils, sur l’acropole de leur cité, une statue à laquelle ils donnaient le nom de Palladium et les monnaies reproduisent-elles l’image de cette acropole avec le temple et la statue95. Mais il est permis de croire que nous sommes, ici encore, en présence d’une évocation de la légende et qu’il faut reconnaître sur ces pièces la citadelle des Troyens, théâtre des exploits de Diomède ; les documents qui nous restent à examiner confirmeraient plutôt cette seconde hypothèse96.

22Le Palladium seul. — Athéna figure seule sur d’autres monnaies d’Argos qui nous donnent une idée plus précise de l’image de la déesse :

23Tête de Héra à droite portant un diadème orné de palmettes. — R\AP Athéna casquée debout à droite. Elle brandit une lance à la main droite et tient à la main gauche un petit bouclier rond. La déesse, immobile, est vêtue d’une longue tunique serrée autour de ses jambes ; un manteau est jeté en écharpe sur ses épaules.

  • 97 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39 ; P. Gardner, op. cit., p. 140, n°s 48 à PO (pl. XXVII, 15) ; E. Babelon(...)

24AR. Trihémioboles éginétiques97.

  • 98 Le même type d’Athéna figure sur des monnaies d’époque impériale (L. Verus) : Imhoof-Gardner, ibide (...)
  • 99 Au droit, tête de Héra à droite (AE) : P. Gardner, op. cit., p. 144, nos 106 à 108 (pl. XXVII, 23)  (...)
  • 100 Cf. ci-dessus, p. 38.
  • 101 E. Schmidt signale l’apparition de cette mode archaïsante sur une amphore panathénaïque de l’archon (...)
  • 102 On n’en trouve aucun exemple dans H. Bulle, Archaïsierende griech. Rundplastik, (Abh. d. bayer. Ak. (...)

25Ces monnaies, comme celles qui représentent le rapt du Palladium, datent de la première moitié du IVe siècle98. D’autres monnaies, qui appartiennent à la seconde moitié du IVe ou au début du IIIe siècle, montrent une Athéna semblable à la précédente, mais tournée à gauche et marchant vers son adversaire (pl. VIII, 2)99. Le trait le plus caractéristique de ces images d’Athéna, c’est le manteau jeté en écharpe sur les épaules et dont les pans se découpent « en queue d’hirondelle »100. Cette particularité révèle une œuvre archaïsante et se retrouve, dès la première moitié du IVe siècle, sur les Athénas qui décorent les amphores panathénaïques101. Il est donc impossible de reconnaître sur les monnaies d’Argos des reproductions d’une idole primitive et l’on hésite même à croire que les graveurs se soient inspirés d’une statue. En effet, la présence sur les monnaies du IVe siècle de deux types d’Athéna, le type de l’Athéna immobile et celui de l’Athéna marchant à l’ennemi, n’est guère favorable à l’hypothèse d’un modèle commun. D’autre part, le manteau dont les pans se terminent « en queue d’hirondelle » est un trait fréquent sur les bas-reliefs et sur les vases, mais étranger, semble t-il, à la sculpture en ronde bosse102. Nous sommes en droit d’en conclure que les Athénas figurées sur ces monnaies sont des images conventionnelles : elles évoquent le Palladium dont les Argiens se prétendaient les possesseurs, mais elles ne cherchent pas à nous en rendre l’exacte physionomie. Ce type de l’Athéna combattante a joui, au cours de l’époque hellénistique, d’une faveur extraordinaire. Nous allons le retrouver sur les monnaies de différents princes et, en particulier, sur celles des conquérants macédoniens qui se sont disputé l’empire d’Alexandre le Grand.

III. L’Athéna combattante sur les monnaies des dynasties hellénistiques

  • 103 Athéna debout à droite (tétradrachmes frappés à Amphipolis vers 326 et 325 avant J.-C.) : E.-T. New (...)
  • 104 Sur ces monnaies, voir Poole, BMC, Ptolemies, p. 2 ss. ; Svoronos, op. cit., II, p. 7 ss. ; E. Babe (...)

26Athéna brandissant la lance, qui figure comme symbole sur des tétradrachmes aux types d’Alexandre le Grand103, apparaît comme type du revers sur les monnaies de Ptolémée Sôter, frappées à partir de 315 ou de 311 avant J.-C.104 :

  1. Tête d’Alexandre à droite, coiffée d’une peau d’éléphant. — R j ΑΛΕEΑΝΔΡΟΥ Athéna casquée, marchant à droite. Elle brandit une lance à la main droite et se couvre d’un bouclier qu’elle tient à la main gauche. Elle est vêtue d’une longue tunique et d’un manteau, jeté en écharpe sur ses épaules, dont les pans se découpent « en queue d’hirondelle ». Dans le champ à droite, un aigle sur un foudre.

  • 105 Tétradrachmes : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 455, n° 1 ; Poole, op. cit., p. 2 ss., n° 6 ss (...)

27AR. Tétradrachmes, drachmes et hémidrachmes105.

  1. Mêmes types avec, au revers, la légende : ΑΛΕΞΑΝ ΔΡΕΙΟΝ IIΤΟΛΕΜΑΙΟΥ.

  • 106 Svoronos, op. cit., II, p. 7, n° 32 (pl. II, 10 et 11) ; E. Babelon, op. cit., pl. XVIII, 4 ; K. Re (...)

28AR. Tétradrachmes106 (pl. VIII, 5).

  1. Mêmes types avec, au revers, la légende : ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ.

  • 107 Wroth, Num. Chron., 1900, p. 26 (pl. I, 15) ; Svoronos, op. cit.,II p. 16, n° 96 (pl. VI, 19, 20) ; (...)

29AR. Tétradrachmes107.

30Plusieurs autres princes ont adopté, à la suite de Ptolémée Sôter, le type de l’Athéna combattante.

    • 108 A.-J. Evans, Num. Chron., 1894, p. 237 ss. (pl. VIII, 6) ; A. Hoilm, Geschichte Siciliens, III (Lei (...)
    • 109 Monnaies d’argent frappées au nom de Pyrrhus : A. Holm, op. cit.,III, p. 691, n° 461 ; P. Gardner, (...)

    Sicile. — Le Syracusain Agathoclès fit frapper, peut-être pendant son expédition d’Afrique (entre 310 et 307 avant J.-C.), des statères d’or qui portent au droit une tête coiffée d’une dépouille d’éléphant et, au revers, une Athéna qui s’avance vers la droite dans l’attitude du combat (pl. VIII, 6). Ces monnaies sont évidemment imitées de celles de Ptolémée, mais l’Athéna d’Agathoclès est une déesse ailée et une chouette a pris la place de l’aigle dans le champ de la pièce108. Pyrrhus, à son tour, imita le monnayage d’Agathoclès et mit une Athéna combattante, mais sans ailes, au revers des pièces qu’il fit frapper pendant son séjour en Sicile (278 à 276 avant J.-C.)109.

    • 110 Statères d’or : E.-T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes, p. 26, n° 21 (pl. II, 11, 12)  (...)
    • 111 Sur la victoire de Salamine et sur ses conséquences : E.-T. Newell, op. cit., p. 14 ss.
    • 112 E.-T. Newell, op. cit., p. 40.
    • 113 Tétradrachmes : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, pp. 129-130, nOS 69 et 70 (pl. D, 13) ; G. Macdon (...)
    • 114 Tétradrachmes : G.-F. Hill, Historical Greek Coins, p. 132, n° 79 ; Ch. Seltman, op. cit., p. 225 ( (...)

    Macédoine. — Des statères de Démétrius Poliorcète, qui portent au droit une Niké sur une proue de vaisseau, ont pour type du revers une Athéna combattante (pl. VIII, 7)110. Ces types monétaires font allusion à l’écrasante victoire que Démétrius remporta en 306 avant J.-C., à Salamine de Chypre, sur la flotte de Ptolémée111. Il est probable que Démétrius emprunta à son adversaire l’idée de placer sur ses monnaies l’image d’Athéna, mais il prit soin de donner à la déesse une attitude exactement opposée, en la montrant tournée à gauche et vue de dos112. Le fils de Démétrius, Antigone Gonatas (277 à 239 avant J.-C.), reprit le même type d’Athéna, tournée à droite ou à gauche, mais armée d’un foudre au lieu d’une lance (pl. VIII, 8-10)113. C’est aussi avec un foudre en main qu’Athéna apparaît généralement sur les monnaies de Philippe V (220 à 179 avant J.-C.) (pl. VIII, 11, 12)114.

    • 115 P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 6, nos 59 à 61 (pl. II, 13) ; p. 107, n° 8 ; E. Babelon, Rois d (...)
    • 116 P. Gardner, op. cit., p. 12, n° 50 (pl. IV, 9) ; E. Babelon, op. cit., nos 151 et 152 (pl. V, 1) ; (...)
    • 117 E. Babelon, op. cit., n° 694 (pl. XV, 8) ; E.-T. Newell, The Coinage of the Western Seleucid Mints,(...)
    • 118 P. Gardner, op. cit., p. 54, n° 33 ; E. Babelon, op. cit., n° 883 ; G. Macdonald, op. cit., III, p. (...)
    • 119 E.-T. Newell, The Coinage of the Western Seleucid Mints, pp. 267-268, nos 1439, 1440 (pl. LX, 1, 2)

    Syrie. — Une Athéna armée de la lance et du boucher figure, debout à droite, sur des bronzes de Séleucus I (pl. VIII, 15)115, Antiochus I (pl. VIII, 14)116, Antiochus II117 et Alexandre Bala118, tandis que l’usurpateur Achaeus a adopté, sur ses statères et sur ses tétradrachmes, le type de l’Athéna tournée à gauche et vue de dos dont nous avons signalé l’apparition sur les monnaies de Démétrius Poliorcète119.

  • 120 Sur la diffusion de ce type d’Athéna, voir A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 868 ss. (fig. 702 ss.) ; on (...)
  • 121 E. Babelon, op. cit., pp. xxvi-xxvii ; Aréthuse, 1 (1923-1924), p. 100 ; W. Baege, De Macedonum sac (...)

31La présence, sur des monnaies frappées par tant de princes et dans des régions si éloignées, d’un même type d’Athéna combattante est un fait assurément fort remarquable120. Comme plusieurs de ces princes étaient maîtres de la Macédoine ou qu’ils pouvaient prétendre, en tant que successeurs d’Alexandre, à la possession de ce pays, on a cru que la déesse qu’ils voulaient honorer en plaçant son image sur leurs monnaies était une Athéna macédonienne, Athéna Alkidemos, adorée à Pella, capitale de la Macédoine et patrie d’Alexandre le Grand121.

  • 122 Tite-Live, XLII, 51. Sur la forme exacte du nom (Alkidemos et non Alkis) : H. Gäbler, op. cit., p. (...)
  • 123 Head, BMC, Macedonia, p. 90, nos 5 à 9 ; G. Macdonald, op. cit., I, p. 362, n° 1 (pl. XXV, 2) ; H. (...)
  • 124 Ci-dessous, p. 122.

32Mais Athéna Alkidemos n’est mentionnée que dans un seul passage de Tite-Live, qui ne permet guère d’apprécier l’importance de son culte122 et qui nous autorise seulement à appliquer le surnom d’Alkidemos à l’Athéna figurée sur les monnaies de Pella (pl. VIII, 13)123. Il ne peut être question, en effet, d’étendre cette désignation aux Athénas combattantes qui se présentent, non seulement sur les monnaies des dynasties hellénistiques, mais aussi, comme nous le verrons124, sur celles de nombreuses cités du monde grec.

  • 125 E. Babelon (Rois de Syrie, pp. ΧΧVI-ΧΧVII) déclare au sujet des monnaies où il reconnaît Athéna Alk (...)
  • 126 Voir ci-dessus, p. 116.
  • 127 Svoronos voyait dans l’Athéna combattante le symbole des libertés des cités grecques, dont les conq (...)

33Quels que soient, du reste, les noms que l’on utilise pour désigner ces images de la déesse, il est certain qu’aucune d’entre elles ne peut passer pour la reproduction d’une statue archaïque125. Il suffit de jeter un coup d’œil sur ces représentations pour y reconnaître les caractères du style archaïsant que nous avons signalés à propos des monnaies d’Argos. Ces Athénas, où l’on a généralement cherché des copies de statues, s’apparentent bien plus, comme nous l’avons vu, à celles qui ornent les vases et les reliefs qu’à des œuvres exécutées en ronde bosse126. La fréquence de ce type, qui met en évidence le caractère guerrier d’Athéna, se justifie aisément à une époque où le pouvoir passait de main en main, selon les hasards des combats. Pour des aventuriers, sans cesse occupés à risquer leur chance dans l’une ou l’autre expédition militaire, l’Athéna combattante était l’image même de la Fortune, puisque l’intervention de la déesse pouvait décider du sort d’une bataille et régler les destinées d’un empire127.

IV. Autres images d’Athéna dans l’attitude du Palladium

  • 128 En voici quelques exemples pour l’Italie méridionale :
  • 129 En Italie méridionale, monnaies de Tarente (S. Mirone, Revue num., 1925, p. 6, pl. I, 6) et de Méta (...)

34Athéna est encore représentée dans une attitude semblable sur les monnaies d’un grand nombre de cités, tantôt comme symbole (pl. IX, 1-3)128 tantôt comme type principal129. La plupart de ces Athénas sont des images conventionnelles, où il serait vain de chercher à reconnaître des copies de statues. Certaines d’entre elles, cependant, méritent de retenir notre attention, parce qu’elles présentent des caractères particuliers ou parce qu’elles ont été mises en rapport avec des œuvres d’art célèbres. Nous examinerons quelques exemples, empruntés, les uns à la numismatique des villes d’Asie Mineure, les autres aux monnaies de la Grèce continentale.

35A. Asie Mineure. — Un tétradrachme d’Assos qui date, sinon du Ve, du moins du IVe siècle avant J.-C., offre une des plus anciennes reproductions d’une statue archaïque d’Athéna :

36Tête d’Athéna à gauche. — R/ΑΣΣΙΟΝ Athéna, debout à droite, sur une base. Elle porte un voile sur la tête et est vêtue d’une longue robe dont les plis tombent verticalement jusqu’à ses pieds. A sa main gauche sont suspendues des bandelettes. La main droite tient une lance dont le bois est appuyé sur l’épaule de la déesse et dont la pointe est tournée vers le bas.

  • 130 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 655 (pl. I, 7) ; Traité, II, 2, n° 2302 (pl. CLXIII, 28). E. Babel (...)

37AR. Tétradrachme130 (pl. IX, 4).

  • 131 Une drachme anépigraphe portant, au droit, une tête d’Athéna et, au revers, une idole de la déesse, (...)
  • 132 J.-R.-S. Sterrett, Papers of the Amer. School of Class. Studies at Athens, I (1882-1883), p. 33 (cf (...)
  • 133 Th. Clarke, op. cit., p. 104 ; G. Mendel, Catal. des sculptures des musées ottomans, II (1914), pp. (...)

38L’Athéna d’Assos ressemble d’une manière frappante à l’Athéna Ilias, telle qu’elle figure sur les monnaies d’Ilion à la fin du IVe siècle131. On notera seulement qu’elle tient, comme attribut à la main gauche, des bandelettes au lieu d’une quenouille. Nous savons que les habitants d’Assos honoraient Athéna Polias132. C’est peut-être en son honneur qu’ils élevèrent, dans la seconde moitié du VIe siècle, un temple fameux dont les restes couronnent encore aujourd’hui l’acropole de la cité133. La statue reproduite par le graveur pourrait dater de cette époque.

  • 134 Sur la date de ces monnaies, voir H. von Fritze, Die Müzen von Pergamon (Abh. d. preuss. Ak. d. Wis (...)

39Une Athéna d’un type quelque peu différent orne des monnaies de Pergame frappées vers 300 avant J.-C.134 :

40Tête d’Héraclès à droite. — R/Athéna debout de face, la tête surmontée du calathos, brandissant une lance à la main droite et tenant à la main gauche un bouclier auquel sont suspendues des bandelettes. La déesse a les jambes jointes et serrées dans une longue tunique retenue à la taille par une ceinture. Sur ses épaules est jeté un manteau dont les pans retombent de part et d’autre.

  • 135 H. von Fritze, l. c., pl. I, 7 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, III, n° 2493 ; Wroth, Num. Chron., 18 (...)

41AV. Statère135 (pl. IX, 6).

Tête d’Athéna à droite. — R/Même description.

  • 136 H. von Fritze, l. c., pl. I, 8 ; Wroth, BMC, Mysia, p. 110, n° 4 (pl. XXIII, 3).

42AV. Tiers de statère136 (pl. IX, 5).

Tête d’Héraclès à droite. — R/ΠΕΡΓΑ (MH). Même description.

  • 137 H. von Fritze, l. c., pl. I, 10 ; Wroth, op. cit.,p. 111, nos 5 à 10 (pl. XXIII, 4) ; E. Babelon, C (...)

43AR. Dioboles137.

  • 138 Sur cette tradition, voir H. von Fritze, op. cit., p. 38 ; E. Ohlemutz, op. cit., p. 16 ; E.-V. Han (...)
  • 139 H. von Fritze, op. cit., pp. 35-36 ; cf. E. Ohlemutz, op. cit., p. 21 ; E.-V. Hansen, op. cit., p. (...)
  • 140 La statue daterait de la construction du temple d’Athéna sur l’acropole, construction que l’on plac (...)
  • 141 Au droit, proue de vaisseau : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 308 (pl. X, 7). Sur d’autres m (...)

44Nous savons que les habitants de Pergame attribuaient au culte d’Athéna une origine fort ancienne, puisqu’ils en faisaient remonter la fondation à Augé, la mère de Télèphe138. Cependant, comme l’a reconnu H. von Fritze, ce n’est pas une idole archaïque, mais une image archaïsante que nous montrent les monnaies139. Une statue de ce type a pu être exécutée à l’époque hellénistique ; son aspect permettait de la considérer, sinon comme une vieille idole, du moins comme la reproduction d’une image primitive et s’accordait, par conséquent, avec les traditions relatives aux origines du culte d’Athéna140. Mais il est possible également que les graveurs de Pergame se soient bornés à adapter le type archaïsant de l’Athéna combattante dont nous avons déjà relevé tant d’exemples sur les monnaies. La présence, sur les épaules de la déesse, du manteau jeté en écharpe et dont les extrémités se découpent « en queue d’aronde » semblerait plutôt en faveur de cette seconde hypothèse. On notera qu’Athéna est représentée d’une manière absolument identique, mais portant, au heu du calathos, un casque à triple aigrette, sur des monnaies de Phasélis frappées, elles aussi, aux environs de 300 avant J.-C. (pl. IX, 7)141.

  • 142 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 311, n° 62 ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 2375 et 2376 ; (...)
  • 143 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 311, n° 62 a.
  • 144 Head, op. cit., p. 111, n° 86 (pl. XIX, 4).

45On trouverait à signaler, sur des monnaies d’époque impériale, d’autres représentations de la déesse dans l’attitude du combat. A Halicarnasse, des bronzes de Néron (pl. IX, 9)142 et d’Hadrien143 montrent une Athéna casquée, debout de face, les jambes jointes, brandissant une lance à la main droite et tenant un bouclier à la main gauche. Cette image d’Athéna est la reproduction d’une statue de culte puisque, sur une pièce de Faustine la jeune, une Athéna semblable apparaît, debout à droite, dans un temple distyle (+pl. IX, 11)144

  • 145 E. Babelon, op. cit., n° 6540 (pl. XVIII, 15).
  • 146 E. Babelon, op. cit., n° 6541 ; Head, BMC, Phrygia, p. 400, n° 45 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen,(...)
  • 147 De Claude à Gallien : Head, BMC, Phrygia, p. 397, n° 30 (pl. XLVI, 13) ; cf. E. Babelon, op. cit., (...)
  • 148 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 294, n° 15.
  • 149 Imhoof-Blumer (l. c.) y reconnaît Lakedaimon, Head (l. c.) y voit plutôt Acamas, le fils de Thésée.
  • 150 E. Babelon, op. cit., n° 6546 (pl. XVIII, 16).
  • 151 E. Babelon reconnaît un Palladium sur une monnaie de Temnos en Eolide (Coll. Waddington, n° 1348) e (...)

46A Synnada, une Athéna combattante, tournée à droite, orne des pièces d’Antonin le Pieux (pl. IX, 12)145 et de Marc Aurèle (pl. IX, 10)146. Cette Athéna, d’une raideur tout archaïque, est vraisemblablement, elle aussi, une copie de statue. En effet, sur des monnaies qui portent au droit le buste de la Boulé147 ou la tête d’Antonin148, elle sert d’attribut à un personnage coiffé d’un casque et vêtu d’une cuirasse qui s’appuie sur une lance149. Le même personnage, sur une monnaie de Macrin, porte le même attribut et fait face à une femme qui tient en main une statuette de Pallas d’un type différent (pl. IX, 13)150. On pourrait aisément ajouter d’autres exemples151, mais, ici encore, il paraîtra difficile de décider, dans chaque cas, si le graveur s’est borné à utiliser le type conventionnel de l’Athéna combattante ou s’il a reproduit une statue de la déesse.

  • 152 Ci-dessus, p. 115.
  • 153 Athéna brandissant le foudre (297-255 avant J.-C.) : E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 386 ; Hea (...)
  • 154 Athéna brandissant la lance (197-146 avant J.-C.) : Head, BMC, Central Greece, p. 31 (pl. IV, 26) ; (...)
  • 155 Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean Islande, pl. 6, n° 308.
  • 156 Poole, BMC, Thrace, p. 133, n°s 8 à 12 ; Berlin, Beschreib., I, pp. 189-190, nos 15 à 21 ; Svoronos(...)
  • 157 P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 1 ss., n° 1 ss. ; Types, p. 201 (pl. XII, 36) ; G. Macdona (...)

47B. Grèce continentale. — Les Athénas combattantes qui ornent les monnaies des cités grecques, à l’époque hellénistique, présentent les caractères archaïsants que nous avons déjà signalés à propos des monnaies d’Argos152. Ce sont des Athénas de ce type qui figurent, armées de la lance ou du foudre, sur des monnaies d’Athènes (pl. IX, 14)153, d’Élatée (pl. IX, 15)154, de Tégée155 de Mesembria en Thrace156 et sur des pièces de la confédération thessalienne (pl. IX, 16)157.

  • 158 Hadrien, Faustine l’aînée : Imhoof-Gardner, NCP, pp. 122-123 (pl. Y, X et XI) ; Svoronos, BCH, 20 ( (...)
  • 159 Imhoof-Gardner, NCP, p. 135 (pl. AA, XV) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 116, nos 49 et 50 (pl. I, 1 (...)
  • 160 Lucius Verus, Septime Sévère, Géta : Head, BMC, Attica, p. 124, n° 57 (pl. XXII, 10) ; Imhoof-Gardn (...)
  • 161 Athéna brandissant le foudre : Head, BMC, Corinth, p. 64, n° 525 (pl. XVI, 5) ; Imhoof-Gardner, NCP (...)
  • 162 Septime Sévère, Iulia Domna, Plautilla : Imhoof-Gardner, NCP, p. 91, n° 1 (pl. S, X) ; Pausanias ed (...)
  • 163 Géta : Imhoof-Gardner, NCP, p. 32, η° 1 (pl. H, 1).
  • 164 Commode : P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 167, n° 19 (pl. XXXI, 4) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 47, (...)
  • 165 Septime Sévère : Imhoof-Gardner, NCP, p. 108 (pl. V, XXI).
  • 166 Septime Sévère, Domna : Imhoof-Gardner, NCP, p. 68, n° 6 (pl. P, VII).
  • 167 Septime Sévère : Imhoof-Gardner, NCP, p. 164, n° 1 (pl. GG, XXIV).
  • 168 On notera, à côté de l’image de la Chalkioicos (voir ci-dessous, p. 217), une Athéna combattante du (...)
  • 169 Imhoof-Gabdner, NCP, p. 32 ; cf. Bölte, Kleonai, PWRE, XI (1921), col. 722. Le texte de Pausanias ( (...)
  • 170 Imhoof-Gardner, NCP, p. 47 ; Lippold, Kalon, PWRE, X (1919), col. 1757. Imhoof-Blumer et P. Gardner(...)
  • 171 L’Athéna d’Endoios, enlevée par Auguste, fut remplacée par une statue d’Athéna Hippia qui provenait (...)
  • 172 Pausanias, VII, 27, 2. L’attribution à Phidias est admise par Lippold, Pheidias, PWRE, XIX (1938), (...)
  • 173 Voir ci-dessus, p. 128, η. 1.
  • 174 Le vêtement de l’Athéna de Pellène est divisé en bandes horizontales ; ce trait, qui se retrouve, p (...)
  • 175 Pour les monnaies de Mélos, voir ci-dessous, p. 218. On trouvera encore des Athénas combattantes su (...)

48A l’époque impériale, les images d’Athéna combattante sont particulièrement nombreuses dans la numismatique de la Grèce centrale et du Péloponnèse. On en relève, en effet, des exemples sur des bronzes de Delphes158, d’Athènes159, de Mégare (pl. X, 1)160, de Corinthe (pl. X, 2)161, de Pellène (pl. X, 5)162, de Cleonae (pl. X, 6)163, de Trézène (pl. X, 3)164, de Tégée (pl. X, 4)165, de Messène (pl. X, 7)166, de Pylos167 et de Lacédémone168. On a cherché à retrouver, sur certaines de ces monnaies, le souvenir d’œuvres d’art mentionnées par Pausanias : l’Athéna de Dipoinos et Skyllis à Cleonae169 celle de Callon à Trézène170, d’Endoios à Tégée171, de Phidias à Pellène172, sans compter l’Athéna des Massaliotes qui ornait, à Delphes, le temple d’Athéna Pronaia173. La diffusion de ce type d’Athéna rend le problème embarrassant et la valeur de ces rapprochements est difficile à déterminer, car il est rare de trouver, dans ces images de la déesse, des traits particuliers qui invitent à les considérer comme des copies de statues174. Cependant, on admettra volontiers que les monnaies de Lacédémone reproduisent l’Athéna de Gitiadas et l’on sera disposé à reconnaître d’autres copies de la même statue sur les monnaies de Mélos, colonie de Lacédémone175.

V. L’Athéna Magarsis

  • 176 Tétradrachmes : P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 59, n° 17 (pl. XVIII, 1) ; Imhoof-Blumer, Annua (...)
  • 177 Drachmes : G. Macdonald, Zeitschr. f. Num., 29 (1912), p. 98, n° 25 (pl. V, 3).
  • 178 Tétradrachme : Coll. Jameson, I, n° 1751.
  • 179 E. Babelon (op. cit., p. cxxxii) se demande si l’objet qu’elle tient à la main droite est une lance (...)
  • 180 E. Babelon, Rois de Syrie, p. cxxxii.
  • 181 Hill, BMC, Lycaonia, p. cxxiii, n. 4.
  • 182 Sur ce symbole, voir Ph. Lederer, Zeitschr. f. Num., 41 (1931), pp. 254-255.

49C’est une Athéna d’un type fort différent qui apparaît sur les monnaies des rois Séleucides, Démétrius II Nicator (pl. X, 8-10)176, Antiochus VII Sidétès177 et Antiochus IX178. La déesse, debout sur une base, se présente de face ; vêtue d’un long chiton serré à la taille par une ceinture et coiffée d’un casque à triple panache, elle a les bras pliés à angle droit et les avant-bras étendus latéralement ; dans la main droite, elle tient une lance à laquelle sont suspendues des bandelettes179. Le long de son corps, depuis les hanches jusqu’aux pieds, sont disposés en deux rangées de curieux ornements que E. Babelon décrit comme des « chevrons pommetés »180, mais qui sont en réalité des protomés de serpents181 ; deux rosaces sont placées de part et d’autre de son cou182.

  • 183 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 125 ; Hill, l. c.
  • 184 Autonomes : Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 16 (1884), p. 284, n° 128 (pl. V, 20).
  • 185 Imhoof-Blumer, Annuaire de num,., 7 (1883), p. 126.
  • 186 Arrien, Anab., II, 5, 9. Sur Athéna Magarsis, voir Höfer dans Roscher, Lex., II, col. 2231-2232 ; K (...)
  • 187 Ci-dessous, p. 219. W. Lermann rapproche le casque à triple aigrette de celui de la Parthénos (cf. (...)

50Ces monnaies ont été frappées à Mallos de Cilicie : elles portent, en effet, au droit les lettres M, MA ou MA A, initiales du nom de la cité183. Le même type d’Athéna se retrouve, du reste, sur des bronzes de Mallos, autonomes et d’époque impériale (pl. X, 11-13)184. Imhoof-Blumer y a reconnu la déesse d’une cité voisine de Mallos, Magarsos185. Le sanctuaire d’Athéna Magarsis était célèbre à l’époque d’Alexandre le Grand et reçut la visite du conquérant macédonien186. L’idole reproduite sur les monnaies des rois Séleucides et sur les bronzes de Mallos s’apparente par son attitude aux vieilles statues de culte. Le trait le plus caractéristique de ce simulacre d’Athéna, ce sont les protomés de serpents qui le bordent de part et d’autre. Ce trait se retrouve sur un bas-relief et sur des monnaies de Mélos qui reproduiraient la célèbre Athéna du lacédémonien Gitiadas187.

Notes

1 Ci-dessus, p. 58 ss.

2 Ci-dessus, p. 38.

3 Une monnaie de Sicyone (Septime Sévère) montre Aphrodite dans l’attitude de la Vénus de Médicis : Imhoof-Blumer, NCP, p. 30 (pl. H, XV). Certains savants avaient cru reconnaître sur cette monnaie la reproduction d’une statue archaïque : H. Riggauer, Zeitschr. f. Num., 8 (1881), p. 80 ; G. Körte dans Archäolog. Studien H. Brunn dargebracht, Berlin, 1893, p. 24 (cf. Dümmler, Aphrodite, PWRE, I, 1894, col. 2778 ; Waser, Eros, PWRE, VI, 1907, col. 529). Mais le prétendu archaïsme de l’image est dû à la rudesse du travail, exécuté par un graveur maladroit (cf. la monnaie de Julia Domna : Imhoof-Gardner, l. c., pl. H, XVI) ; voir F. Poulsen, Jahrb., 21 (1906), p. 194.

4 Sur les représentations d’Athéna, voir les articles de Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 687 ss. ; Dümmler, PWRE, II (1896), col. 2008 ss. ; Fougeres, DA, III, 2, p. 1923 ss.

5 Sur le Palladium et sur sa légende, voir la dissertation de F. Chavannes, De Palladii raptu, Berlin, 1891, et les articles de Wörner et J. Sieveking dans Roscher, Lex., III, col. 1301 ss. ; III, col. 3413 ss. ; voir aussi F. Pfister, Der Reliquienkult im Altertum (RVV, V, 1909-1912), p. 340 ss. ; D. Le Lasseur, Les déesses armées, Paris, 1924, p. 139 ss. ; C. Robert, Die griech. Heldensage, Berlin, 1920-1926, p. 1225 ss. ; M.-P. Nilsson, Griech. Religion, I, p. 407 ss. Sur les légendes du Palladium, des vues ingénieuses ont été développées par W. Vollgraff, Le Palladium de Rome, Bull. Acad. royale de Belgique, Classe des Lettres, 1938, p. 34 ss.

6 Iliade, VI, v. 86-101, 269-311. Les anciens avaient essayé de concilier le texte homérique qui évoque une statue assise (π γούνασιν) avec l’idée qu’ils se faisaient du Palladium ; Strabon fait observer, à ce sujet, que beaucoup d’anciennes statues d’Athéna représentaient la déesse assise : XIII, 1, 41 (601) (cf. scol. ad Il., VI, v. 92 et 303 ; Eustathe, p. 627 ; sur ces discussions : F. Chavannes, op. cit., pp. 61-62). En réalité, l’expression d’Homère reste vague et doit peut-être s’entendre au sens figuré : E. Drerup, Berliner philolog. Wochenschrift, 39 (1919), col. 1213 ss. (sur cette question fort controversée, on trouvera d’autres références dans V. Müller, Kultbild, col. 495 ; voir aussi A. Semenov, Philolog. Wochenschr., 1931, p. 327 ss. ; A. Kocevalov, Philolog. Wochenschr., 1933, p. 589 ss. ; M.-P. Nilsson, Griech. Religion, I, p. 337 ; sur l’existence de statues de grandes dimensions à l’époque préhellénique, voir d’autres indications ci-dessus, p. 30). P. Gardner avait cru reconnaître, sur une monnaie de Dardanos en Troade, Énée emportant une statue de divinité assise sur un trône (Types, pp. 79-80, pl. XV, 7 ; Num. Chron., 1886, p. 256, pl. XI, 6), mais il s’agit d’une représentation banale de la fuite d’Énée : c’est Anchise, et non le Palladium, que le héros tient sur son bras gauche (Wroth, BMC, Troas, p. 51, nos 29 et 30, pl. X, 2) ; pour d’autres monnaies de Dardanos représentant le Palladium, voir ci-dessous, p. III.

7 A. Severyns, Le cycle épique dans l’École d’Aristarque, Liège, 1928, p. 349 ss.

8 Pausanias, II, 23, 5 ; cf. F. Chavannes, op. cit., p. 38 ss. ; Wörner dans Roscher, Lex., III, col. 3427 ss. ; W. Vollgraff, op. cit., pp. 35-36. Sur les monnaies d’Argos, voir ci-dessous, p. 112 ss.

9 Sur les différentes versions de la légende, voir F. Chavannes, op. cit., p. 29 ss. ; Wörner, op. cit., col. 3417 ss. ; W. Vollgraff, op. cit., p. 36.

10 Plutarque, Quaest. gr., 48 (traduction et commentaire de W.-R. Halliday, The Greek Questions of Plutarch, Oxford, 1928, p. 192 ss.) ; Wörner, op. cit., col. 3429 ; W. Vollgraff, op. cit., p. 37.

11 Strabon, VI, 1, 14 (264) ; Pausanias, II, 23, 5. Sur ces traditions, voir F. Chavannes, op. cit., p. 57 ss. ; p. 64 ss. ; Wörner, op. cit., col. 3431 ss. ; sur l’Athéna Ilias de Siris : J. Perret, Siris. Recherches critiques sur l’histoire de la Siritide avant 433/2, Paris, 1941, p. 225 ss. W. Vollgraff s’efforce de retrouver la trace d’une légende qui faisait venir le Palladium de Pallantion en Arcadie : op. cit., p. 48 ss.

12 F. Chavannes, op. cit., p. 60 ss. ; Wörner, op. cit., col. 3413 ss. Sur les monnaies d’Ilion, voir ci-dessous, p. 105 ss.

13 Hérodote, VII, 43 ; cf. A. Brückner, Geschichte von Troja und Ilion dans W. Dörpfeld, Troja und Ilion, Athènes, 1902, p. 575.

14 Xénophon, Hellen., I, 1, 4 ; cf. A. Brückneb, ibidem.

15 Arrien, Anab., I, 11, 7 ; Diodore de Sicile, XVII, 17, 6 ; 18, 1 ; Strabon, XIII, 1, 26 (593) ; etc. Cf. A. Brückner, op. cit., p. 576.

16 Tite-Live, XXXV, 43 ; XXXVII, 9, 37 ; cf. A. Brückner, op. cit., pp. 585-586.

17 Sur cette confédération et sur les fêtes qu’elle célébrait, voir M.-P. Nilsson, Griech. Feste, Leipzig, 1906, pp. 92-93 ; E. Preuner, Die Panegyris der Athena Ilias, Hermes, 61 (1926), p. 113 ss. ; J. Vanseveren, Revue de philologie, 62 (1936), p. 249 ss. ; L. Robert, Études anatoliennes, Paris, 1937, pp. 182-183 ; W. Ruge, Troas, PWRE, VII A (1939), col. 539.

18 Ci-dessus, p. 103.

19 Sur les légendes relatives à l’origine du Palladium, cf. Wörner, op. cit., col. 3443 ss. L’Iliou persis présentait le Palladium comme un cadeau de Zeus à Dardanos (ci-dessous, p. III).

20 Apollodore, Bibl., III, 12, 3 :Ην δ τῷ μεγέθει τϱίπηxν, τος δέ ποσί σνμβεβηxός, xαι τμν δεξι δόϱυ διηϱμένον xον, τῇ δἑ έτἐϱα ήλαxάτην xαι άτϱαxτον. En donnant pour attributs à Athéna la quenouille et le fuseau les habitants d’Ilion auraient essayé de concilier le caractère guerrier du Palladium avec les données du récit homérique : F. Chavannes, op. cit., p. 62. En réalité, ces attributs ne sont pas particuliers à l’Athéna d’Ilion. L’Athéna d’Érythrées tenait une quenouille dans chaque main : Pausanias, VII, 5, 9. L’Atargatis de Hiérapolis avait en main un fuseau : Lucien, De dea Syria, 32 (478). Cf. à propos de la statuette d’Éphèse : F. Poulsen, Der Orient und die frühgriech. Kunst, Berlin, 1912, p. 101 ; Ch. Picard, Éphèse et Claros, Paris, 1922, p. 497 ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936, p. 104.

21 H. von Fritze, Die Münzen von Ilion, dans W. Dörpfeld, Troja und Ilion, p. 478 ss. ; sur la chronologie : p. 502 ss.

22 H. von Fritze, op. cit., n° 3 (pl. 61) ; E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2398 (pl. CLXVI, 19) ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5381 (pl. 194) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, n° 347.

23 H. von Fritze, op. cit., nos 4 et 5 (pl. 61) ; Wroth, BMC, Troas, p. 57, nos 7 à 9 (pl. XI, 7) ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5380 (pl. 194) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, n° 348.

24 H. von Fritze, op. cit., n° 6 (pl. 61) ; Wroth, op. cit., p. 57, n° 1 (pl. XI, 3).

25 H. von Fritze, op. cit., n° 7 (pl. 61).

26 H. von Fritze, op. cit., n° 8 (pl. 61).

27 H. von Fritze, op. cit., n° 9 (pl. 61).

28 H. von Fritze, op. cit., nOs 10 à 13 (pl. 61) ; Wroth, op. cit., p. 57, nOS 2 à 6 (pl. XI, 4 à 6) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 301, n°1(pl. XLIX, 13) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, nos 349 à 357.

29 H. von Fritze, op. cit., nos 16 à 19 (pl. 61). K. Regling a publié plusieurs de ces monnaies, provenant d’une trouvaille faite à Babylone, et a dressé la liste de ces tétradrachmes : Zeitschr. f. Num., 38 (1928), p. 118 ss. (pl. XII, 71 à 75). Voir aussi S.-P. Noe, Amer. Num. Soc., Museum Notes, I (1945), p. 10, no 5 (pl. II).

30 H. von Fritze, op. cit., n° 20 (pl. 61) ; E. Babelon, Coll. Waddington, 1151 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5382 (pl. 194).

31 H. von Fritze, op. cit., nos 21 à 23 (pl. 61) ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5388, 5389 (pl. 194) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, nos 364 et 365.

32 H. von Fritze, op. cit., nos 24 et 25 (pl. 62) ; Wroth, op. cit., p. 59, nos 14 et 15 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5383 (pl. 194) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, nos 366 et 367.

33 H. von Fritze, op. cit., nos 26 et 27 (pl. 62) ; Wroth, op. cit., nos 16 à 19 (pl. XII, 1) ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5384 à 5387 (pl. 194) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, nos 358 à 361.

34 H. von Fritze, op. cit., n° 40 (pl. 62) ; E. Babelon, op. cit., n° 1155 ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 102, n° 222 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5396, 5397 (pl. 194) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 8, nos 383 à 385.

35 H. von Fritze, op. cit., p. 511 ; P. Gardner, Types, p. 79 (pl. XV, 13).

36 H. von Fritze, op. cit., pp. 511-512 ; c’est aussi l’opinion de P. Gardner, Types, p. 205 (pl. XIII, 16). La statue, selon les habitants d’Ilion, aurait échappé à l’incendie de 85 (ci-dessus, p. 103).

37 H. von Fritze note les traits archaïsants d’une de ces Athénas (n° 16) : op. cit., pp. 510-511.

38 Rapprocher, par exemple, de la monnaie de Berlin, frappée, selon H. von Fritze, avant 300 (op. cit., pl. 61, 3), une monnaie du British Muséum (Wroth, op. cit., pl. XI, 7), où Athéna a encore une raideur tout archaïque.

39 Les reproductions de l’Apollon Smintheus sur les tétradrachmes d’Alexandrie de Troade donnent lieu à des constatations du même genre (ci-dessus, p. 77).

40 H. von Fritze, op. cit., p. 511. Sur les offrandes de vêtements, voir ci-dessus, p. 39.

41 Ci-dessous, p. 142.

42 P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 25, n° 10 ; H. von Fritze, op. cit., no 14 (pl. 61) ; G. Macdonald, JHS, 23 (1903), p. 110 ; E.-T. Newell, The Coinage of the Western Seleucid Mints, Num. Studies, 4 (1941), p. 332, n° 1560 (pl. LXXII, 5).

43 H. von Fritze, op. cit., p. 503.

44 E.-T. Newell, l. c.

45 Il est remplacé par une Athéna d’un tout autre type : H. von Fritze, op. cit., pp. 513-514.

46 H. von Fritze, op. cit., n° 64 (pl. 63) ; Wroth, op. cit., p. 65, n° 57 (pl. XII, 12) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 401.

47 Wroth, op. cit., p. 65, n° 58 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 400.

48 Wroth, op. cit., p. 65, n° 55 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5400 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 395.

49 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 403.

50 H. von Fritze, op. cit., nos 92 et 93 (pl. 65) ; Wroth, op. cit., p. 68, n° 78 (pl. XIII, 6) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 422.

51 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1178.

52 Wroth, op. cit., p. 71, n° 99 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 40, n° 6 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5414 (pl. 195) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 10, nos 439, 440.

53 E. Babelon, op. cit., n° 1186.

54 Le fuseau est représenté sur des monnaies de Julia Domna : H. von Fritze, op. cit., p. 513.

55 H. von Fritze, op. cit., n° 58 (pl. 63) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 103, n° 224 (pl. VIII, 3).

56 H. von Fritze, op. cit., nos 6 7 à 69 (pl. 63) ; Wroth, op. cit., pp. 64-65, nos 53 et 54 (pl. XII, 10) ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5401, 5402 (pl. 195) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, nos 396, 397.

57 Wroth, op. cit., p. 66, n° 60.

58 H. von Fritze, op. cit., n° 85 (pl. 64) ; Wroth, op. cit., p. 67, nos 67 et 68 ; E. Babelon, op. cit., n° 1167 ; Dan. Nation. Mus., Troas., pl. 9, n° 413.

59 E. Babelon, op. cit., n° 1168.

60 Wroth, op. cit., p. 68, nos 76, 77 (pl. XIII, 5) ; E. Babelon, op. cit., n° 1170 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 418.

61 Wroth, op. cit., p. 69, n° 86 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5410 (pl. 195).

62 H. von Fritze, op. cit., n° 110 et 111 (pl. 65) ; E. Babelon, op. cit., nos 1184 et 1185 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 41, n° 7 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5412, 5413 (pl. 195) ; Dan. Nation. Mus.,Troas, pl. 10, n° 438.

63 Sur la signification de ces types monétaires, voir H. von Fritze, op. cit., p. 514 ss. L’interprétation de ce rite a donné lieu à une discussion entre H. von Fritze (Jahrb., 18, 1903, p. 58 ss.) et P. Stengel (Jahrb., 18, 1903, p. 113 ss. = Opferbräuche der Griechen, Leipzig-Berlin, 1910, p. 113 ss.) ; voir aussi J.-E. Harrison, Themis, Cambridge, 1912, pp. 164-165 ; A. Reinach, RHR, 70 (1914), p. 31 ss. Un tétradrachme d’Ilion a pour symbole une vache suspendue à une colonne (H. von Fritze, op. cit., n° 19).

64 H. von Fritze, op. cit., n° 61 (pl. 63) ; Wroth, op. cit., p. 64, n° 51 (pl. XII, 8) ; E. Babelon, op. cit., n° 1160. Sur la signification de la scène, voir H. von Fritze, op. cit., pp. 525-526.

65 H. von Fritze, op. cit., nos 91 (pl. 64) et 98 (pl. 65) ; Wroth, op. cit., pp. 69-70, nos 87 à 89 (pl. XIII, 8) ; E. Babelon, op. cit., nos 1175 et 1176 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 10, nos 432 et 435. Cf. H. von Fritze, op. cit., pp. 520 et 524.

66 H. von Fritze, op. cit., n° 65 (pl. 63) (cf. p. 517) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 398.

67 J.-G. Milne, Num. Chron., 1936, p. 285 (pl. XVI, 5).

68 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 9, n° 421.

69 E. Babelon, op. cit., n° 1172.

70 H. von Fritze, op. cit., n° 86 (pl. 64) (cf. p. 527) ; Wroth, op. cit., p. 67, n° 70 (pl. XIII, 1) ; Dan. Nation. Mils., Troas, pl. 9, n° 416.

71 H. von Fritze, op. cit., p. 513 ; cf. Wroth, op. cit., p. xxviii.

72 Dümmler y voyait un pastiche qu’il rapprochait de l’Artémis d’Éphèse et de l’Aphrodite d’Aphrodisias : Athena, PWRE, II (1896), col. 1982 ; cf. H. von Fritze, op. cit., p. 513.

73 Au droit, cavalier galopant à droite : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 102, n° 220 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 7, nos 307, 308.

74 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1137 (pl. I, 17).

75 E. Babelon, op. cit., n° 1138.

76 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 102, n° 221 (pl. VIII, 2).

77 Wörner dans Roscher, Lex., III, col. 1301 ; A. Severyns, Le cycle épique dans l’École d’Aristarque, p. 350.

78 Dittenberger, ΟGΙ, II, n° 444, 1. 7. Sur cette confédération, voir ci-dessus, p. 104. Sur la ville de Dardanos, voir W. Leaf, Strabo on the Troad, p. 151 ss.

79 E. Babelon, Coll. Waddington, nos 1710 à 1712 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, pp. 514-515, nos 1 à 3 (pl. XIX, 18, 19) : A. Dieudonné, Ptolemais-Lebedus, JIAN, 5 (1902), p. 45 ss. (pl. IV) ; H. Dressel, Zeitschr. f. Num., 24 (1904), p. 77 (pl. III, 15) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 18, n° 788. Sur la date de ces pièces, voir Svoronos, JIAN, 5 (1902), p. 61 ss. ;νομίσματα του xϱάτους των IIτολεμαίων, I, pp. σιδ -δι ; II, pp. 138-139 (pl. XVIII, 21). Sur l’identification de Ptolémaïs avec Lébédos, voir en dernier lieu L. Robert, BCH, 1946, p. 516 ss.

80 On notera que, sur une monnaie de Lébédos, Athéna est debout à gauche, le bouclier à la main gauche et la lance appuyée à l’épaule droite : Head, BMC, Ionia, p. 155, n° 15 (pl. XVII, 12) ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 74, n° 12 (pl. II, 37).

81 Julia Domna : E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1707 ; A. Dieudonné, op. cit., p. 55 (pl. IV, 24). Géta : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 118, n° 301 (pl. VIII, 28). Athéna est représentée debout à droite sur une monnaie de Marc Aurèle : Head, op. cit., p. 156, n° 19.

82 Pour le voile, cf. l’Athéna d’Ilion, ci-dessus, p. 108. Athéna apparaît aussi avec la lance et la quenouille, mais dans une attitude toute différente, sur des monnaies d’alliance frappées par Thyatira et Smyrne (Gordien le Pieux) : Head, BMC, Lydia, p. 322, n° 153 (pl. XLI, 9), 154.

83 Pausanias, II, 23, 5 : λέγουδῖ γἁϱ Άϱγείοι... κα άγαλμα κείσθαι παϱά σφίσιν ‘Αθηνάς, τ έxxομισθεν εξ ‘Ιλίου και άλώναι ποίñσαν ‘Ιλιον. Sur l’Hymne de Callimaque intitulé « Le Bain de Pallas » et sur le Palladium d’Argos, voir W. Vollgraff, op. cit., p. 38 ss.

84 Voir ci-dessus, p. 102.

85 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39, n° 22 (pl. K, XLII à XLV) ; F. Chavannes, De Palladii raptu, p. 4 ; Bethe, Diomedes, PWRE, V (1905), col. 819.

86 F. Chavannes, op. cit., p. 1 ss. ; E. Wüst, Odysseus, PWRE, XVII (1937), col. 1942-1943. Voir aussi la bibliographie citée ci-dessus, p. 102.

87 Sur les rôles attribués à Diomède et à Ulysse dans la Petite Iliade et dans l’Iliou persis, voir A. Severyns, Le cycle épique dans l’École d’Aristarque, p. 351. Sur un vase du British Museum, c’est Ulysse qui porte le Palladium, mais il s’agit d’une parodie : H. Heydemann, Die Phlyakendarstellungen, Jahrb., 1 (1886), p. 295 ss. ; F. Chavannes, op. cit., pp. 11-12 ; K. Lehmann-Hartleben, AJA, 42 (1938), p. 100 (fig. 9).

88 Par exemple sur des gemmes : F. Chavannes, op. cit., pp. 15-16.

89 P. Gardner, Types, p. 158 (pl. VIII, 35) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 39, n° 22 (pl. K, XLIII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 139, nos 44 à 46 (pl. XXVII, 12 et 13) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 625 à 627 (pl. CCXV, 18 à 20).

90 Imhoof-Gardner, NCP, p. 40 (pl. K, XLV) ; P. Gardner, op. cit., p. 148, n° 150 (pl. XXVIII, 12). Le rapt du Palladium est traité de façon analogue sur des gemmes : Furtwängler, Jahrb., 3 (1888), pl. XIII, 26, 27, 28 ; Die antiken Oemmen, Leipzig-Berlin, 1900, pl. XLIII, 19, 21 ; pl. XLIX, 1, 2, 5. Le sujet est emprunté à une composition qui met en scène Ulysse et Diomède : Die antiken Gemmen, pl. XLIX, 4. Sur cette question : F. Chavannes, op. cit., pp. 15-16. Pour l’aiguière du trésor de Bernay où la même scène est figurée : K. Lehmann-Hartleben, AJA, 42 (1938), p. 99 ss. (pl. XIII et fig. 3) ; Ch. Picard, GRAI, 1948, p. 95 ss.

91 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39 (pl. K, XLIV). Furtwängler reconnaît sur cette monnaie la copie d’une statue de Diomède qu’il attribue à Crésilas : Meisterwerke, p. 318 (cf. ci-dessous, p. 199).

92 Imhoof-Gardner, ibidem.

93 Des monnaies de Tyr d’époque impériale représenteraient Diomède, debout à gauche, tenant le Palladium sur la main droite : E. Babelon, Perses Achém., nos 2300, 2301 (pl. XXXVIII, 4), 2304 (pl. XXXVIII, 5), 2314, 2346 (pl. XXXVIII, 22) ; J. Rouvier, JIAN, 7 (1904), p. 87 ss., nos 2433, 2485, 2508, 2542, 2543 (pl. IV, 19) ; Hill, BMC, Phoenicia, p. 289, n° 467 (pl. XXXIV, 12).

94 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39 (pl. K, XLII) ; P. Gardner, op. cit., p. 149, n° 157 (pl. XXVIII, 17) ; p. 151, n° 165.

95 Pausanias, II, 24, 3 ; cf. Imhoof-Gardner, NCP, p. 40. F. Chavannes hésite entre le temple d’Athéna Oxyderkès sur l’Aspis et le temple d’Athéna sur la Larissa : op. cit., pp. 38-39 ; les arguments présentés par W. Vollgraff résoudraient la question en faveur de la Larissa : op. cit., p. 39, n. 4.

96 On comparera l’image du temple sur une des aiguières de Bernay : K. Lehmann-Hartleben, op. cit., p. 99 (pl. XIII, B) ; Ch. Picard, op. cit., p. 100.

97 Imhoof-Gardner, NCP, p. 39 ; P. Gardner, op. cit., p. 140, n°s 48 à PO (pl. XXVII, 15) ; E. Babelon, Traité, II, 3, nos 628 et 629 (pl. CCXV, 21 et 22) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 2296.

98 Le même type d’Athéna figure sur des monnaies d’époque impériale (L. Verus) : Imhoof-Gardner, ibidem ; Wroth, Num. Chron., 1889, p. 256, n° 20.

99 Au droit, tête de Héra à droite (AE) : P. Gardner, op. cit., p. 144, nos 106 à 108 (pl. XXVII, 23) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 153, n° 19 ; E. Babelon, op. cit., n° 632 (pl. CCXV, 26 et 27) ; J. Babelon, op. cit., II, n° 2301 ; L. Forrer, Weber Coll., II, nos 4178, 4179 (pl. 153) ; etc. P. Gardner place la frappe de ces monnaies entre 350 et 228.

100 Cf. ci-dessus, p. 38.

101 E. Schmidt signale l’apparition de cette mode archaïsante sur une amphore panathénaïque de l’archontat de Charicleides (363/2) : Archaïstische Kunst, Munich, 1922, p. 11 (pl. VII, 1) (n° 106 du catalogue dressé par A. Smets, L’Antiquité classique, 5, 1936, p. 98 ; voir aussi J.-D. Beazley, AJA, 47, 1943, p. 457, n° 22). Pour le rapprochement avec les monnaies d’Argos : E. Schmidt, op. cit., p. 60. G.von Brauchitsch a cherché jadis à établir l’existence d’une statue de culte qui aurait servi de modèle aux peintres des amphores panathénaïques : Die panathenäischen Preisamphoren, Leipzig-Berlin, 1910, p. 167 ss.

102 On n’en trouve aucun exemple dans H. Bulle, Archaïsierende griech. Rundplastik, (Abh. d. bayer. Ak., philol.-hist. Kl., XXX, 2, 1918). Cependant, la statuaire du Ve sièclo connaît déjà des Athénas archaïsantes : Ch. Picard, Manuel, II, 2, p. 670 ss.

103 Athéna debout à droite (tétradrachmes frappés à Amphipolis vers 326 et 325 avant J.-C.) : E.-T. Newell, Alexander Hoards, Ν. N. M., 19 (1923), p. 29, nos 967 ss. ; p. 30, n° 1100 ss.

Athéna marchant à gauche ; ces tétradrachmes, attribués par Svoronos au règne de Ptolémée I ( Τà νομίσματα το κράτους τν IIτολεμαίων, I, pp. π-πά ; II, ρ. 16, n° 95, pl. I, 20, 21) auraient été frappés dans un atelier du Péloponnèse (Sicyone ou Argos) après 275 : E.-T. Newell, Alexander Hoards. Olympia, Ν. N. M., 39 (1929), p. 10, nos 68 et 69 (pl. III) ; pp. 19-20.

Sur une pièce de la collection de Luynes, le symbole décrit comme une Athéna Promachos est en réalité un trophée : J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 1651.

104 Sur ces monnaies, voir Poole, BMC, Ptolemies, p. 2 ss. ; Svoronos, op. cit., II, p. 7 ss. ; E. Babelon, Alexandre ou l’Afrique ?, Aréthuse, 1 (1923-1924), p. 99 ss. ; P. Godefroy, Revue num., 1936, p. 279 ss. (pl. V). Svoronos place la frappe de ces pièces à partir de 311 (op. cit., I, p. νζ’ ss.), E. Babelon à partir de 312 (bataille de Gaza), mais E.-T. Newell pense que l’émission a dû débuter vers 315 : The Coinages of Demetrius Poliorcetes, Oxford, 1927, p. 40, n. 52 (cf. Ch. Seltman, Greek Coins, p. 240).

105 Tétradrachmes : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 455, n° 1 ; Poole, op. cit., p. 2 ss., n° 6 ss. ; Svoronos, op. cit., II, p. 8 (pl. II, 12 ss.), p. 18 (pl. IV, 8 ss. ; V, 5-24), p. 26 (pl. VI, 1-15) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 357, n° 4 (pl. LXXX, 26), 5 ; G.-F. Hill, Historical Greek Coins, Londres, 1906, p. 107, n° 62 ; E. Babelon, op. cit., pl. XVIII, 10 ; Ch. Seltman, op. cit., pl. LVIII, 2 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, IV, n° 3552 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 8216 à 8229 (pl. 303).

Drachmes : Poole, op. cit., pp. 2-3, nos 13 à 16 (pl. I, 3) ; Svoronos, op. cit., II, p. 7, n° 30 (pl. II, 7) ; p. 8 (pl. II, 14 ss.) ; G. Macdonald, op. cit., III, p. 356, n° 1 (pl. LXXX, 24) ; E. Babelon, op. cit., pl. XVIII, 7 ; J. Babelon, op. cit., IV, n° 3551.

Hémidrachmes : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 455, n° 2 (pl. J, 10) ; Svoronos, op. cit., II, p. 8, n° 35 (pl. II, 15) ; L. Forrer, op. cit., III, n° 8212 (pl. 303).

106 Svoronos, op. cit., II, p. 7, n° 32 (pl. II, 10 et 11) ; E. Babelon, op. cit., pl. XVIII, 4 ; K. Regling, AMK, n° 842 ; Ch. Seltman, op. cit., pl. LVIII, 3 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 8213 (pl. 303).

107 Wroth, Num. Chron., 1900, p. 26 (pl. I, 15) ; Svoronos, op. cit.,II p. 16, n° 96 (pl. VI, 19, 20) ; E. Babelon, op. cit., pl. XVIII, 12.

108 A.-J. Evans, Num. Chron., 1894, p. 237 ss. (pl. VIII, 6) ; A. Hoilm, Geschichte Siciliens, III (Leipzig, 1898), p. 680, n° 422 (pl. VI, 13) ; G.-F. Hill, Coins of Ancient Sicily, Westminster, 1903, pp. 155-156 (pl. XI, 12) ; Historical Greek Coins, p. 110, n° 65 ; W. Giesecke, Sicilia Numismatica, Leipzig, 1923, p. 91 (pl. 21, 7) ; E. Babelon, op. cit., p. 102 (pl. XVIII, 9) ; S. Mirone, Aréthuse, 4 (1927), p. 119, n° 80 (pl. XV, 11). Agathoclès avait épousé Tliéoxéné, belle-fille de Ptolémée. Sur le type d’Athéna ailée : Imhoof-Blumer, Die Flügelgestalten der Athena und Nike auf Münzen, Num. Zeitschr., 3 (1871), p. l. ss. (pl. V) ; D. Le Lasseur, Les déesses armées, Paris, 1924, p. 334 ss.

109 Monnaies d’argent frappées au nom de Pyrrhus : A. Holm, op. cit.,III, p. 691, n° 461 ; P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 112, nos 9 à 19 (pl. XX, 12) ; Types, p. 184 (pl. XI, 22) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 13, n° 3 (pl. XXXI, 18), 4 ; G.-F. Hill, Coins of Ancient Sicily, p. 162 (pl. XII, 4) ; W. Giesecke, op. cit., p. 106 (pl. 23, 6) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, nos 1900 à 1903 ; Ch. Seltman, op. cit., p. 247 (pl. LX, 12). Sur le traitement de la draperie, cf. E. Schmidt, Archaïstische Kunst, p. 61, n. 17.

Monnaies de bronze frappées au nom des Syracusains : Poole, BMC, Sicily, pp. 206-207, nos 493 à 506 ; G. Macdonald, op. cit., I, pp. 243-244, nos 216 à 223 (pl. XVII, 21) ; G.-F. Hill, Coins of Ancient Sicily, p. 163 (fig. 46) ; W. Giesecke, op. cit., p. 111 (pl. 22, 14) ; J. Babelon, op. cit., I, nos 1353 et 1354.

110 Statères d’or : E.-T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes, p. 26, n° 21 (pl. II, 11, 12) ; H. Gäbler, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, III, 2, p. 180, n° 3 (pl. XXXII, 28). Même type d’Athéna sur des bronzes : E.-T. Newell, op. cit., p. 49, n° 39 (pl. XVII, 27) ; p. 50, n° 41 (pl. IV, 10) ; p. 150, n° 166 (pl. XVII, 5) ; H. Gäbler, op. cit., p. 183, n » 18 (pl. XXXIII, 11).

111 Sur la victoire de Salamine et sur ses conséquences : E.-T. Newell, op. cit., p. 14 ss.

112 E.-T. Newell, op. cit., p. 40.

113 Tétradrachmes : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, pp. 129-130, nOS 69 et 70 (pl. D, 13) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., I, p. 340, nOS 3 à 6 (pl. XXIII, 19) ; J. Babelon, op. cit., II, n° 1698 ; Ch. Seltman, op. cit., p. 223 (pl. L, 8) ; H. Gäbler, op. cit., III, 2, pp. 185-186, nos 1 à 3 (pl. XXXIV, l à 3).

Drachmes : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 124, n° 68 ; H. Gäbler, op. cit., p. 187, n° 5 (pl. XXXIII, 26). Sur le type d’Athéna brandissant le foudre : D. Le Lasseur, Les déesses armées, p. 129 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 868 ss.

114 Tétradrachmes : G.-F. Hill, Historical Greek Coins, p. 132, n° 79 ; Ch. Seltman, op. cit., p. 225 (pl. LI, 1). Ces monnaies ont été étudiées par A. Mamroth, Zeitschr. f. Num., 40 (1930), p. 277 ss. (pl. V, 1, 2) ; voir aussi H. Gäbler, op. cit., p. 190, n° 2 (pl. XXXIV, 16).

Monnaies de bronze : A. Mamroth, Zeitschr. f. Num., 42 (1935), p. 219, nos 5, 10, 11 (pl. VI, 5, 10 à 12) ; H. Gäbler, op. cit., p. 191, nos 8 à 10 (pl. XXXIV, 22, 23) ; p. 194, n° 28 (pl. XXXV, 8).

115 P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 6, nos 59 à 61 (pl. II, 13) ; p. 107, n° 8 ; E. Babelon, Rois de Syrie, nos 78 à 85 (pl. III, 7) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 9, nos 32 à 36 (pl. LXIII, 17) ; E.-T. Newell, The Coinage of the Western Seleucid Mints, Num. Studies, 4 (1941), p. 94„ n° 911 ss. (pl. XVI, 9 à 19 ; XVII, 1 à 3).

116 P. Gardner, op. cit., p. 12, n° 50 (pl. IV, 9) ; E. Babelon, op. cit., nos 151 et 152 (pl. V, 1) ; G. Macdonald, op. cit., III, p. 15, nos 29 à 31 (pl. LXIV, 5) ; E.-T. Newell, The Coinage of the Eastern Seleucid Mints, Num. Studies, 1 (1938), p. 55, nos 145-147 (pl. XIII, 13, 14) ; p. 56, n° 151 (pl. XIV, 3).

117 E. Babelon, op. cit., n° 694 (pl. XV, 8) ; E.-T. Newell, The Coinage of the Western Seleucid Mints, p. 221, nos 1312-1314 (pl. XLIX, 10 à 13).

118 P. Gardner, op. cit., p. 54, n° 33 ; E. Babelon, op. cit., n° 883 ; G. Macdonald, op. cit., III, p. 61, n° 19.

119 E.-T. Newell, The Coinage of the Western Seleucid Mints, pp. 267-268, nos 1439, 1440 (pl. LX, 1, 2).

120 Sur la diffusion de ce type d’Athéna, voir A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 868 ss. (fig. 702 ss.) ; on le retrouve jusque sur les monnaies des princes indiens : op. cit., p. 871 (fig. 712, 713).

121 E. Babelon, op. cit., pp. xxvi-xxvii ; Aréthuse, 1 (1923-1924), p. 100 ; W. Baege, De Macedonum sacris, Diss. philolog. Halenses, XXII, 1 (1913), p. 29 ss. L’appellation « Athéna Alkis » a été adoptée par la plupart des numismates : A.-B. Cook, op. cit., p. 869, n. 4 ; certains d’entre eux, cependant, ont fait des réserves à ce sujet : G.-F. Hill, Histor. Greek Coins, p. 108.

122 Tite-Live, XLII, 51. Sur la forme exacte du nom (Alkidemos et non Alkis) : H. Gäbler, op. cit., p. 94, n° 4.

123 Head, BMC, Macedonia, p. 90, nos 5 à 9 ; G. Macdonald, op. cit., I, p. 362, n° 1 (pl. XXV, 2) ; H. Gäbler, ibidem (pl. XVIII, 27) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 869 (fig. 705 et 706).

124 Ci-dessous, p. 122.

125 E. Babelon (Rois de Syrie, pp. ΧΧVI-ΧΧVII) déclare au sujet des monnaies où il reconnaît Athéna Alkis : « C’est la reproduction de la statue archaïque du temple de Pella que paraissent avoir pour type les monnaies que nous venons d’énumérer. » L’idée do chercher sur ces monnaies des reproductions de statues reparaît encore dans les travaux de E.-T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes, p. 38 ; The Coinage of the Western Seleucid Mints, p. 96, n. 23 a.

126 Voir ci-dessus, p. 116.

127 Svoronos voyait dans l’Athéna combattante le symbole des libertés des cités grecques, dont les conquérants de l’époque hellénistique se seraient faits les défenseurs :νομίσματα το xϱάτους τν IIτολεμαίων, I, pp. π-πά. Ε.-T. Newell a montré que, sur les monnaies de Démétrius Poliorcète, Athéna et Poseidon étaient représentés dans l’attitude du combat par allusion à la bataille de Salamine : The Coinages of Démétrius Poliorcetes, p. 39. A. Mamroth croit aussi que les Athénas qui ornent les monnaies d’Antigone Gonatas et de Philippe V évoquent des succès militaires : Zeitschr. f. Num., 40 (1930), pp. 291-292.

128 En voici quelques exemples pour l’Italie méridionale :

  1. Didrachmes de Tarente frappés à l’époque d’Archytas (380-345 avant J.-C.) : Berlin, Beschreib., III, 1, p. 257, n° 189 (pl. XIII, 189) ; A.-J. Evans, Num. Chron., 1889, p. 61 (pl. III, 15) ; M.-P. Vlasto, JIAN, I (1898), p. 124, n° 6 (pl. Z’ 6).

  2. Monnaies d’or de Tarente frappées à l’époque de Pyrrhus : Berlin, Beschreib., III, 1, p. 226, n° 9 (pl. X, 153) ; A.-J. Evans, op. cit., pp. 139140 (pl. V, 17) ; M.-P. Vlasto, JIAN, 2 (1899), p. 332, n° 6 (pl. IZ’, 11, 12) (pour les monnaies de Pyrrhus au type d’Athéna combattante, voir ci-dessus, p. 118).

  3. Monnaies des Bruttiens (S. Mibone, Revue num., 1925, p. 8, pl. I, 15, 16) et de Néapolis (A. Sambon, Monnaies antiques de l’Italie, I, Paris, 1903-1904, p. 231 ss., nos 479, 481, 487, 508).

Pour la Grèce continentale, voir des exemples sur les monnaies de Methylion (E. Babelon, Traité, II, 4, n° 505, pl. CCLXXXIX, 18) et de Corinthe (J.-B. Cammann, The Symbols on Staters of Corinthian Type, Ν. N. M., 53, 1932, p. 32, n° 13 a).

Pour l’Asie Mineure, on trouvera des exemples sur les monnaies de Parion (E. Babelon, Traité, II, 2, n° 2581, pl. CLXXII, 26), de Rhodes (Head, BMC, Caria, p. 246, n° 181, pl. XXXIX, 4) et de Sidé (Svoronos, JIAN, 6, 1903, p. 214, n° 377).

129 En Italie méridionale, monnaies de Tarente (S. Mirone, Revue num., 1925, p. 6, pl. I, 6) et de Métaponte (S. Mirone, ibidem, pl. I, 14). Pour a Grèce continentale et l’Asie Mineure, voir les exemples réunis ici-même.

130 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 655 (pl. I, 7) ; Traité, II, 2, n° 2302 (pl. CLXIII, 28). E. Babelon place la frappe de cette pièce dans la seconde moitié du Ve siècle (430 à 400 environ) ; de même Wroth, BMC, Troas, p. 36. P. Gardner considère que la monnaie n’est pas antérieure au IVe siècle : A History of Ancient Coinage, p. 308. Sur cette question, voir aussi A.-B. West, Fifth and Fourth Century Gold Coins from the Thracian Coast, Ν. N. M., 40 (1929), p. 152, n. 2.

131 Une drachme anépigraphe portant, au droit, une tête d’Athéna et, au revers, une idole de la déesse, fort semblable à l’idole d’Athéna Ilias, a été attribuée à Assos : Coll. Jameson, III, n° 2229 (cf. A.-B. West, ibidem). Une statuette de terre cuite provenant d’Assos (Athènes, Musée nation.) présente Athéna avec les bras pliés à angle droit ; la déesse porte un long voile et une haute coiffure : P. Perdrizet, Mélanges Perrot, Paris, 1903, p. 266 (fig. 5) ; Fougères, DA, III, 2, p. 1915 (fig. 5046).

132 J.-R.-S. Sterrett, Papers of the Amer. School of Class. Studies at Athens, I (1882-1883), p. 33 (cf. p. 53). Dans une autre inscription, les Assiens invoquent τν πάτϱιον άγνν παρθένον : Th. Clarke, Report of the Investigations at Assos, 1881, Papers of the Archaeol. Inst. of America, Class. Series, I (1882), p. 134. Assos honorait aussi Athéna Ilias, car elle faisait partie de la confédération des villes de Troade dont il est question ci-dessus, p. 111.

133 Th. Clarke, op. cit., p. 104 ; G. Mendel, Catal. des sculptures des musées ottomans, II (1914), pp. 5-6 ; F. Sartiaux, RA, 1913, II, pp. 23-24. Sur le temple d’Assos, voir la bibliographie dans W. Deonna, Dédale, II, p. 62.

134 Sur la date de ces monnaies, voir H. von Fritze, Die Müzen von Pergamon (Abh. d. preuss. Ak. d. Wiss., phil.-hist. Kl., 1910, Anhang I), pp. 4-5 ; E. Ohlemutz, Die Kulte u. Heiligtümer der Götter in Pergamon, Giessen, 1940, pp. 21-22 (l’émission aurait été destinée à commémorer la construction du temple d’Athéna sur l’acropole de Pergame).

135 H. von Fritze, l. c., pl. I, 7 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, III, n° 2493 ; Wroth, Num. Chron., 1895, p. 99, n° 18 (pl. V, 13).

136 H. von Fritze, l. c., pl. I, 8 ; Wroth, BMC, Mysia, p. 110, n° 4 (pl. XXIII, 3).

137 H. von Fritze, l. c., pl. I, 10 ; Wroth, op. cit.,p. 111, nos 5 à 10 (pl. XXIII, 4) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 948 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 276, n° 1 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, III, nos 2494 à 2496 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5159, 5160 (pl. 188) ; Dan. Nation. Mus., Mysia, pl. 8, nos 317 à 322.

138 Sur cette tradition, voir H. von Fritze, op. cit., p. 38 ; E. Ohlemutz, op. cit., p. 16 ; E.-V. Hansen, The Attalids of Pergamon, New York, 1947, pp. 405-406. Un fragment de la frise de Télèphe, au grand autel de Pergame, montre Augé aux pieds de la statue d’Athéna : C. Robert, Jahrb., 3 (1888), pp. 45-46 ; H. Schrader, Jahrb., 15 (1900), pp. 126-127 ; H. Winnefeld, Altertumer von Pergamon, III, 2 (1910), p. 176, 20. Platte (pl. XXXI, 7).

Un autre fragment représenterait l’inauguration du culte de la déesse : H. Schrader, op. cit., pp. 123-124 ; H. Winnefeld, op. cit., p. 168, 11. Platte (pl. XXXI, 5), mais l’interprétation du sujet n’est pas assurée : H. von Fritze, op. cit., p. 38 ; E. Ohlemutz, op. cit., p. 20, n. 10.

139 H. von Fritze, op. cit., pp. 35-36 ; cf. E. Ohlemutz, op. cit., p. 21 ; E.-V. Hansen, op. cit., p. 406. Autre image archaïsante d’Athéna sur un relief qui provient du sanctuaire de la déesse : F. Winter, Altert. von Pergamon, VII (1908), pp. 270-271, n° 343, Beibl. 37 ; E. Ohlemutz (op. cit., p. 20) pense que l’idole devait être coiffée d’un casque comme l’Athéna du relief ; le polos, cependant, paraîtrait mieux indiqué pour une statue de culte.

140 La statue daterait de la construction du temple d’Athéna sur l’acropole, construction que l’on place aujourd’hui, non plus au IVe siècle (H. von Fritze, op. cit., p. 37, d’après R. Bohn, Altert. von Pergamon, II, 1885, p. 24), mais au début du IIIe siècle, à l’époque de Philétère : W. Zschietzschmann, Pergamon, PWRE, XIX (1938), col. 1258 ; A. Schober, Wiener Jahresh., 32 (1940), Beibl., col. 80 ; E. Ohlemutz, op. cit., p. 16 ss. ; E.-V. Hansen, op. cit., p. 222.

141 Au droit, proue de vaisseau : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 308 (pl. X, 7). Sur d’autres monnaies de Phasélis, Athéna est représentée debout à droite, tenant le foudre à la main droite et se couvrant de l’égide : voir ci-dessous, p. 126, n. 8. La lance d’Achille était suspendue dans le temple d’Athéna à Phasélis : Pausanias, III, 3, 8( cf. F. Pfister, Der Reliquienkult im Altertum, RVV, V, 1909-1912, p. 331) ; sur l’Athéna de Phasélis, voir V. Bérard, BCH, 16 (1892), p. 445 ; Ruge, Phasélis, PWRE, XIX (1938), col. 1881-1882.

142 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 311, n° 62 ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 2375 et 2376 ; Head, BMC, Caria, p. 110, n° 81 ; Dan. Nation. Mm., Caria, pl. 8, n° 380.

143 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 311, n° 62 a.

144 Head, op. cit., p. 111, n° 86 (pl. XIX, 4).

145 E. Babelon, op. cit., n° 6540 (pl. XVIII, 15).

146 E. Babelon, op. cit., n° 6541 ; Head, BMC, Phrygia, p. 400, n° 45 ; Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 295, n° 18.

147 De Claude à Gallien : Head, BMC, Phrygia, p. 397, n° 30 (pl. XLVI, 13) ; cf. E. Babelon, op. cit., n° 6532.

148 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 294, n° 15.

149 Imhoof-Blumer (l. c.) y reconnaît Lakedaimon, Head (l. c.) y voit plutôt Acamas, le fils de Thésée.

150 E. Babelon, op. cit., n° 6546 (pl. XVIII, 16).

151 E. Babelon reconnaît un Palladium sur une monnaie de Temnos en Eolide (Coll. Waddington, n° 1348) et sur une monnaie de Tabae en Carie (op. cit., n° 2623) (les deux monnaies reproduites ici d’après moulages : pl. IX, 8, 8 a) ; en réalité, ces pièces appartiennent toutes deux à Temnos et ont, pour type du revers, non pas une Athéna, mais un guerrier qui brandit une lance à la main droite : Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 6, nos 259 à 261 (cf. Num. Chron., 1914, p. 260). Pour des exemples d’Athéna armée de la lance ou du foudre, voir les monnaies d’Orthosie en Carie (Head, BMC, Caria, p. 143, n° 1, pl. XXIII, 3), de Phasélis en Lycie (Hill, BMC, Lycia, p. 81, n° 15, pl. XVI, 13 ; p. 82, nos 18 à 21, pl. XVII, 3 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 504, n° 5 et 6 ; Svoronos, JIAN, 6, 1903, p. 193, nos 133 et 134 ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 871, fig. 711 ; sur une proue de vaisseau : Hill, op. cit., p. 81, n° 14, pl. XVI, 12 ; Svoronos, op. cit., p. 192, n° 128, pl. XII, 2), de Sidé en Pamphylie (Hill, op. cit., p. 295, n° 62 A, pl. XLIII, 8 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 511, n° 6), de Soli en Cilicie (Hill, BMC, Lycaonia, p. 151, nos 39 et 40, pl. XXVI, 12).

152 Ci-dessus, p. 115.

153 Athéna brandissant le foudre (297-255 avant J.-C.) : E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 386 ; Head, BMC, Attica, p. 84, nos 582 à 584 (pl. XV, 2) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 74, nos 199 et 200 ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 135 (pl. AA, XIV) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 22, 53 à 58 ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 871 (fig. 710). Cette Athéna évoque peut-être le Palladium dont les Athéniens se prétendaient les possesseurs (ci-dessus, p. 103). Sur la question compliquée et longuement débattue de l’Athéna Polias : L.-R. Farnell, Cuits, I, p. 332 ss. ; A. Frickenhaus, AM, 33 (1908), p. 17 ss. ; E. Petersen, Klio, 9 (1909), p. 242 ss. ; G. von Brauchitsch, Die panathenäischen Preisamphoren, Leipzig-Berlin, 1910, p. 167 ss. ; A. Frickenhaus, Tiryns, I (Athènes, 1912), pp. 109-111 ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936, p. 32. F. Pfister fait observer que l’Athéna Polias est distincte du Palladium : Der Reliquienkult im Altertum, p. 341, n. 1098.

154 Athéna brandissant la lance (197-146 avant J.-C.) : Head, BMC, Central Greece, p. 31 (pl. IV, 26) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 124 (pl. Y, XVI). La statue d’Athéna Cranaia, exécutée par les fils de Polyclès et qui montrait la déesse prête au combat (Pausanias, X, 34, 8 : ατι δὲ βxενασμένον ώς ς μάχην) était, semble-t-il, d’un type différent : P. Paris, Élatée. La ville. Le temple d’Athéna Cranaia, Paris, 1891, p. 121 ss.

155 Dan. Nation. Mus., Argolis-Aegean Islande, pl. 6, n° 308.

156 Poole, BMC, Thrace, p. 133, n°s 8 à 12 ; Berlin, Beschreib., I, pp. 189-190, nos 15 à 21 ; Svoronos, JIAN, 6 (1903), p. 178, n » 6.

157 P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 1 ss., n° 1 ss. ; Types, p. 201 (pl. XII, 36) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., I, p. 456 ss. ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 1873 ss. ; pour les monnaies de bronze : E. Rogers, The Copper Coinage of Thessaly, Londres, 1932. Cette déesse serait Athéna Itonia ; voir les articles de Drexler et de Adler dans Roscher, Lex., II, p. 567 ss. et PWRE, IX (1916), col. 2374 ss.

158 Hadrien, Faustine l’aînée : Imhoof-Gardner, NCP, pp. 122-123 (pl. Y, X et XI) ; Svoronos, BCH, 20 (1896), p. 39, n° 65 (pl. XXVIII, 8) ; p. 44, n° 80 (pl. XXIX, 9 et 10) ; JIAN, 13 (1911), p. 295, n° 946 (pl. XIII, 12). Ces monnaies reproduiraient la statue, offrande de Marseille, que Pausanias (X, 8, 6) vit dans le vestibule du temple d’Athéna Pronaia : P. Perdrizet, Delphes et Marseille, Revue Univ. du Midi, 1897, p. 131 ; A. Blanchet, La Minerve de Massalia, dans Corolla numismatica. Num. Essaye in Honour of B.-V. Head, Oxford, 1906, p. 13. J’ai pu voir au Musée de Delphes les fragments, trouvés à Marmaria, d’une grande statue d’Athéna dont le type, tout au moins, paraît conforme à celui qui figure sur les monnaies (cf. Ch. Picard, Manuel, II, 2, p. 671, η. 1, d’après les renseignements de P. de La Coste-Messelière).

159 Imhoof-Gardner, NCP, p. 135 (pl. AA, XV) ; Svoronos, JIAN, 7 (1904), p. 116, nos 49 et 50 (pl. I, 19) ; Les monnaies d’Athènes, pl. 84, 29 et 30. Les autres Athénas qui sont représentées chargeant l’ennemi (Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 84, 36 à 42) ne peuvent passer pour des reproductions de statues archaïques.

160 Lucius Verus, Septime Sévère, Géta : Head, BMC, Attica, p. 124, n° 57 (pl. XXII, 10) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 7 (pl. A, XI) ; p. 154 (pl. FF, III).

161 Athéna brandissant le foudre : Head, BMC, Corinth, p. 64, n° 525 (pl. XVI, 5) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 21, n° 20 (pl. E, XCI) ; K.-M. Edwards, Corinth, VI, p. 16, n° 18.

162 Septime Sévère, Iulia Domna, Plautilla : Imhoof-Gardner, NCP, p. 91, n° 1 (pl. S, X) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, p. 844 (Mzt. V, 4).

163 Géta : Imhoof-Gardner, NCP, p. 32, η° 1 (pl. H, 1).

164 Commode : P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 167, n° 19 (pl. XXXI, 4) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 47, n° 2 (pl. M, V).

165 Septime Sévère : Imhoof-Gardner, NCP, p. 108 (pl. V, XXI).

166 Septime Sévère, Domna : Imhoof-Gardner, NCP, p. 68, n° 6 (pl. P, VII).

167 Septime Sévère : Imhoof-Gardner, NCP, p. 164, n° 1 (pl. GG, XXIV).

168 On notera, à côté de l’image de la Chalkioicos (voir ci-dessous, p. 217), une Athéna combattante du type usuel : Dan. Nation. Mus., Phliasia-Laconia, pl. 12, n° 617 (Géta).

169 Imhoof-Gabdner, NCP, p. 32 ; cf. Bölte, Kleonai, PWRE, XI (1921), col. 722. Le texte de Pausanias (II, 15, 1) ne fournit pas d’indication sur l’aspect de la statue ; par ailleurs, Imhoof-Blumer et P. Gardner (ibidem) notent que l’Athéna figurée sur les monnaies, tout en reproduisant l’aspect traditionnel des anciens Palladia, témoigne d’un art beaucoup plus évolué.

170 Imhoof-Gardner, NCP, p. 47 ; Lippold, Kalon, PWRE, X (1919), col. 1757. Imhoof-Blumer et P. Gardner (l. c.) reconnaissent que les graveurs ont peut-être simplement reproduit un type conventionnel : « the die-sinkers may have intended merely to portray the general type of an archaic Athene ». La statue se dressait sur l’acropole de la cité : Pausanias, II, 32, 5.

171 L’Athéna d’Endoios, enlevée par Auguste, fut remplacée par une statue d’Athéna Hippia qui provenait du dème des Manthouréens : Pausanias, VIII, 46, 1 ss. C’est donc cette seconde statue, plutôt que l’Athéna d’Endoios, qui aurait été reproduite par les graveurs. Mais on peut aussi songer à Athéna Poliatis, dont le culte est également attesté à Tégée (Pausanias, VIII, 47, 5). Nous ne savons pas si la statuette de bronze trouvée à Tégée et représentant Athéna combattante peut être mise en rapport avec la statue d’Endoios, comme le pense Ch. Dugas (BCH, 45, 1921, p. 359 ss., pl. XIII ; cf. Ch. Picard, REG, 47, 1934, p. 388 ; Manuel, I, p. 641). Sur les Athénas attribuées à Endoios, voir W. Deonna, Dédale, II, p. 104 ss.

172 Pausanias, VII, 27, 2. L’attribution à Phidias est admise par Lippold, Pheidias, PWRE, XIX (1938), col. 1924. D’autres savants ont fait observer que l’Athéna reproduite sur les monnaies semble appartenir à une époque plus ancienne : Klein, Arch. epigr. Mitt., 7 (1883), p. 69 ; Furtwängler, Meisterwerke, p. 57.

173 Voir ci-dessus, p. 128, η. 1.

174 Le vêtement de l’Athéna de Pellène est divisé en bandes horizontales ; ce trait, qui se retrouve, par exemple, sur les reproductions de l’Athéna de Gitiadas (ci-dessous, p. 217), semble bien indiquer qu’il s’agit d’une copie de statue.

175 Pour les monnaies de Mélos, voir ci-dessous, p. 218. On trouvera encore des Athénas combattantes sur les monnaies d’Ios (Wroth, BMC, Crete, p. 101, nos 1 à 4, pl. XXIII, 8 à 10 ; p. 102, n° 9, pl. XXIII, 12), de Lappa en Crète (Svoronos, Num. de la Crète ancienne, p. 215, nos 2 7, pl. XX, 15 ; p. 216, n° 35, pl. XX, 19) et du Koinon des Crétois (Svoronos, op. cit., p. 350, n° 97, pl. XXXV, 11).

176 Tétradrachmes : P. Gardner, BMC, Kings of Syria, p. 59, n° 17 (pl. XVIII, 1) ; Imhoof-Blumer, Annuaire de num., 7 (1883), p. 114, nos 50 et 51 (pl. VI, 33) ; E. Babelon, Rois de Syrie, n° 929 (pl. XIX, 1) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 67, nos 1 et 2 (pl. LXVII, 17).

Drachmes : P. Gardner, op. cit., p. 77, n° 21 (pl. XXI, 5) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 115, n° 52 (pl. VI, 34).

177 Drachmes : G. Macdonald, Zeitschr. f. Num., 29 (1912), p. 98, n° 25 (pl. V, 3).

178 Tétradrachme : Coll. Jameson, I, n° 1751.

179 E. Babelon (op. cit., p. cxxxii) se demande si l’objet qu’elle tient à la main droite est une lance ou un thyrse ; P. Gardner, dans le catalogue du British Museum (II. cc.), le décrit comme une lance.

180 E. Babelon, Rois de Syrie, p. cxxxii.

181 Hill, BMC, Lycaonia, p. cxxiii, n. 4.

182 Sur ce symbole, voir Ph. Lederer, Zeitschr. f. Num., 41 (1931), pp. 254-255.

183 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 125 ; Hill, l. c.

184 Autonomes : Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 16 (1884), p. 284, n° 128 (pl. V, 20).

Antonin le Pieux : Imhoof-Blumer, Annuaire de num., 7 (1883), p. 117, n° 58 (pl. VI, 37).

Sur des monnaies d’Etruscilla, Athéna tend la main à Amphilochos ; on y reconnaît parfois les protomés de serpents qui hérissent le bas du corps : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 119, n° 63 (pl. VI, 40).

Sur une monnaie de Valérien ( ?), Athéna Magarsis est figurée à côté de la Cité assise : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, II, p. 472, n° 15 (sur cette monnaie, cf. M. Rostovtzeff dans Mélanges syriens offerts à R. Dussaud, I, 1939, p. 289).

185 Imhoof-Blumer, Annuaire de num,., 7 (1883), p. 126.

186 Arrien, Anab., II, 5, 9. Sur Athéna Magarsis, voir Höfer dans Roscher, Lex., II, col. 2231-2232 ; Kruse dans PWRE, XIV (1928), col. 292. Sur la visite d’Alexandre, voir G. Radet, Alexandre le Grand, Paris, 1931, p. 71. G. Radet (l. c.) dit au sujet du sanctuaire de Magarsos : « Une autre ville gréco-asiatique, Magarsus, possède un sanctuaire où, sous le nom d’Athéna, est vraisemblablement adorée une des innombrables variantes de la Terre-Mère. »

187 Ci-dessous, p. 219. W. Lermann rapproche le casque à triple aigrette de celui de la Parthénos (cf. ci-dessous, p. 267) et pense que la statue d’Athéna Magarsis est une œuvre composite, exécutée sous l’influence du chef-d’œuvre de Phidias : Athenatypen auf griech. Münzen, Munich, 1900, p. 71. Mais l’Athéna figurée sur le bas-relief de Mélos porte aussi un casque à triple aigrette.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search