Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Première partie. La statue archaïque et le témoignage des monnaies

Chapitre premier. La statue masculine

Texte intégral

  • 1 Le buste paraît ignoré du sculpteur archaïque (W. Deonna, Dédale, I, p. 103). On verra plus loin ( (...)

1L’hermès, à la fois pilier et statue, est une image d’un type particulier qu’il convenait d’étudier séparément. Nous lui avons fait place au début de ce chapitre où nous passerons en revue les différents types de la statue masculine1. Nous aurons ensuite à examiner une statue d’un aspect assez primitif, mais où la forme humaine est indiquée d’une manière plus complète : l’Apollon d’Amyclées. Nous consacrerons la suite de notre exposé aux images de statues masculines nues et de statues masculines drapées et nous terminerons notre enquête en recherchant les types monétaires qui reproduisent des idoles de dieux orientaux.

I. Les idoles en formes d’hermès

  • 2 Sur les hermès, voir principalement P. Paris, Hermae, Hermulae, DA, III, 1, p. 130 ss. ; M.-W. De (...)
  • 3 Eitrem, Hermai, col. 704 ss.
  • 4 Eitrem, Hermai, col. 700.

2L’hermès, comme on le sait, est un bloc quadrangulaire surmonté d’une tête, pourvu d’un phallus et de deux tenons qui tiennent heu de bras2. Ce pilier à tête humaine est par excellence l’image du dieu dont il porte le nom, mais il ne lui est pas exclusivement réservé. D’autres dieux et même de simples mortels ont été représentés sous cet aspect particulier3. L’hermès a donc revêtu des significations différentes. Mais il a aussi emprunté des formes diverses : à côté du simple bloc surmonté d’une tête sont apparus des hermès d’un type plus évolué, véritables statues auxquelles seules les jambes font défaut4.

  • 5 Hermès sur les monnaies de Naxos à côté du Silène accroupi : A.-H. Cahn, Die Münzen der sizilische (...)
  • 6 Il est impossible de discerner dans chaque cas si le graveur a pris pour modèle une statue détermi (...)

3Les hermès sont fréquents sur les monnaies grecques. Parfois, ils servent à localiser une scène et à composer un paysage5. Le plus souvent, ils figurent sur la monnaie comme type principal ou comme symbole. Parmi ces hermès, beaucoup se montrent sous l’aspect traditionnel des images de ce genre, sans qu’on puisse les mettre en rapport avec une statue déterminée. Certains, cependant, reproduisent sans aucun doute des statues qui ornaient les sanctuaires et les édifices publics des cités de Grèce et d’Asie Mineure6.

  • 7 Sur les monnaies d’époque impériale, des hermès figurent souvent auprès du personnage principal : (...)

4L’hermès appartient à toutes les époques de l’art grec. Il est donc difficile, sinon impossible, de reconnaître, parmi les hermès qui figurent sur les monnaies, ceux qui ont un caractère archaïque. Cependant, l’aspect primitif de certaines de ces images permettait de leur attribuer une origine fort lointaine et leur valait sans doute une grande vénération. Les hermès que nous voyons représentés sur les monnaies d’Aenos et de Mytilène étaient certainement des statues de culte fort anciennes ou considérées comme telles. Ils doivent donc prendre place dans le cadre de nos recherches7.

1. L’Hermès d’Aenos

  • 8 Sur les monnaies d’Aenos, voir M.-L. Strack, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, II, 1, p. 128 ss. (...)

5Les monnaies d’Aenos en Thrace ont, tantôt comme symbole, tantôt comme type principal, une figure en forme de terme qui est généralement posée sur un trône. Cette figure est évidemment la reproduction d’une statue d’Hermès, le dieu d’Aenos, dont la tête apparaît d’une façon constante au droit des monnaies de la cité8.

6Examinons d’abord les monnaies d’Aenos où se rencontre cette image d’Hermès ; nous essaierons ensuite de préciser les caractères de notre statue. Dans cette recherche, nous serons aidés par un texte de Callimaque dont la signification, grâce à la découverte des Διηγήσεις, est aujourd’hui bien établie.

7Le terme d’Hermès figure en symbole sur des tétradrachmes et des dioboles d’Aenos du ve siècle av. J.-C. :

Tétradrachmes (478-450 av. J.-C.) :

8Tête d’Hermès à dr. — R/AINI Bouc marchant à droite. Devant lui, en symbole, un trône sur lequel se dresse un hermès tourné à droite ; la figure est barbue, la tête coiffée du pétase, la chevelure divisée en deux mèches ; une couronne pend au dossier du trône ; devant l’hermès, sur le trône, se dresse un caducée ou un bâton surmonté d’un petit bouc. Le tout dans un carré creux.

  • 9 Strack, op. cit., pp. 156-157, nos 259 et 260 (pl. IV, 7) ; E. Babelon, op. cit., n° 1498 (pl. CCC (...)

9AR9 (pl. I, 1).

Dioboles (440-412 av. J.-C.) :

10Tête d’Hermès à dr. — R/AIN Bouc marchant à droite. Devant lui, en symbole, terme d’Hermès barbu debout à gauche. Le tout dans un carré creux.

  • 10 Strack, op. cit., p. 167, n° 293.

11AR10.

12Le même terme apparaît comme type principal au revers ou au droit des monnaies d’Aenos frappées au iiie et au ive siècle av. J.-C.

Monnaies d’or (365-341 av. J.-C.) :

13Tête d’Hermès à g. — R/AINION Terme debout à g. sur un trône ; le bras du trône se termine par une tête de bélier. Dans le champ, à g., devant le trône, un caducée.

  • 11 Strack, op. cit., p. 185, n° 361 (pl. V, 4) ; E. Babelon, op. cit., n° 1 508 (pl. CCCXLV, 14). Sel (...)

14AV11 (pl. I, 2).

Drachmes (365-341 av. J.-C.) :

15Tête d’Hermès de trois quarts à dr. — R /AIΝΙΟN Terme d’Hermès debout à g. sur un trône ; la chevelure pend en deux mèches sur la poitrine et dans le dos ; le dossier du trône se termine par un bouton, le bras par une tête de bélier. Dans le champ, à gauche, un symbole (tête de bouc, épi, caducée, canthare, étoile, thyrse, torche).

  • 12 Strack, op. cit., pp. 186-187, nos 362 à 368 (pl. V, 5) ; E. Babelon, op. cit., n° 1 511 (pl. CCCX (...)

16AR12 (pl. I, 3).

Bronzes (365-341 av. J.-C.) :

17Terme d’Hermès vu de face, debout sur un trône.

18R/AINI Corne d’abondance.

  • 13 Strack, op. cit., p. 188, n° 369 (pl. V, 10).

19AE13.

Bronzes (280-200 av. J.-C.) :

20Tête de Zeus à dr. — R/AINION Hermès imberbe, ithyphallique, pourvu d’un tenon en guise de bras, debout à dr. sur un socle bas et large. Dans le champ, à dr., un caducée.

  • 14 Strack, op. cit., p. 195, n° 393 (pl. V, 22).

21AE14.

  • 15 Berlin, Beschreib., I, p. 304, n° 36 ; Strack, op. cit., p. 139 ; Th. Gerassimov, op. cit., p. 277 (...)
  • 16 Svoronos, Tà νομίσματα το xϱάτους τν Πτολεμαίων, I, σιέ, pl. XXVII, 11-14 ; Strack, op. cit., p. (...)
  • 17 Sur l’histoire de la Thrace pendant cette période, voir B. Lenk, Thrake, PWRE, VI A (1936), col. 4 (...)

22Le terme d’Hermès debout sur un trône apparaît également comme symbole sur des tétradrachmes de Lysimaque (306-281 av. J.-C.)15 et des Ptolémées (entre 246 et 202 av. J.-C.)16 ; il indique que ces pièces ont été frappées à Aenos17.

23Il n’est pas douteux que ces types monétaires ne nous offrent la reproduction d’une statue de culte. Cette statue, en forme de terme, était posée sur un trône massif, pourvu d’un dossier et de bras terminés par des têtes de bélier. Sur l’aspect de la statue elle-même, le témoignage des monnaies n’est pas absolument concordant : le visage était-il barbu ou imberbe, la tête était-elle coiffée d’un pétase, le terme était-il pourvu d’un phallus ? Les variantes que l’on constate dans l’interprétation de ces détails ne prouvent nullement que les différents types ne représentent pas une seule et même statue ; elles sont uniquement dues à la fantaisie des graveurs qui ont souvent négligé d’indiquer ces particularités avec précision.

  • 18 Le texte de Callimaque (Pap. Οx., IV, n° 661) est malheureusement fort mutilé, mais la διήγησις (p (...)

24Un texte de Callimaque nous raconte la capture miraculeuse que firent un jour des pêcheurs d’Aenos. Ils trouvèrent dans leurs filets un bloc de bois qu’ils essayèrent en vain de fendre et de brûler. Le jugeant inutilisable, ils le rejetèrent à la mer, mais ils ramenèrent une seconde fois ce singulier poisson. Ils comprirent alors que ce bloc était l’image d’un dieu. C’était en effet une statue exécutée par Epeios, le constructeur du cheval de Troie. Une crue du Scamandre l’avait emportée jusque près des rivages d’Aenos. Sur l’ordre d’Apollon, la statue fut reçue dans la cité et adorée sous le nom d’Hermès Perpheraios18.

  • 19 Ch. Picard, Le sculpteur Epeios, Revue num., 1942, p. 1 ss. (on trouvera dans cet article un exame (...)

25Il est fort probable que la statue dont Callimaque nous a conté la légende est celle-là même que nous voyons représentée sur les monnaies. L’aspect primitif de cette œuvre permet légitimement de croire à sa haute antiquité et Ch. Picard a eu raison de signaler l’intérêt des monnaies d’Aenos où nous retrouvons la physionomie d’un « incunable » de la sculpture grecque19. Une idole aussi vénérable méritait à coup sûr d’être reproduite par les graveurs et de figurer sur les monnaies comme symbole de la cité.

  • 20 W. Reichel, Ueber vorhellen. Götterculte, Vienne, 1897, pp. 15-17. Sur le trône d’Amyclées, voir c (...)

26W. Reichel a fait remarquer ce que la position de l’hermès debout sur un trône a de singulier. Selon lui, ce trône n’aurait pas été fait pour la statue. Primitivement, le siège sur lequel se dresse l’hermès aurait été un « trône vide », comparable au célèbre trône d’Amyclées20. Cependant, la légende rapportée par Callimaque montre que la statue d’Hermès ne ressemblait en rien au gigantesque Apollon d’Amyclées. Le bloc de bois trouvé par les pêcheurs était assurément de proportions fort modestes et le siège sur lequel il était posé ne pouvait en aucune façon se comparer à la construction monumentale connue sous le nom de « trône d’Amyclées ».

2. Le Dionysos de Mytilène

  • 21 Sur les monnaies de Mytilène portant l’image de Dionysos, voir G. Quandt, De Baccho ab Alexandri a (...)
  • 22 Une tête barbue, surmontée d’une coiffure semblable, figure en contremarque sur des monnaies de My (...)
  • 23 Wroth, op. cit., nos 106 à 130 ; G. Macdonald, op. cit., nos 6 à 8 ; E. Babelon, op. cit., n° 1 39 (...)
  • 24 Wroth, op. cit., nos 131 à 138 ; G. Macdonald, op. cit., nos 9 à 11 ; L. Forrer, op. cit., III, n° (...)
  • 25 Wroth, op. cit., p. 196, n° 139 (pl. XXXVIII, 19). Wroth interprétait le geste d’une manière diffé (...)
  • 26 Je dois cette observation à M. Ch. Picard. On rapprochera les Ménades figurées auprès de l’image d (...)

27Des monnaies de Mytilène, frappées au iie et au ier siècle avant J.-C., portent, au droit, une tête de Zeus Ammon et, au revers, l’image d’une autre idole en forme d’hermès21. Cet hermès se présente de face ; une étoffe, retenue sur l’épaule par un nœud ou par une fibule, enveloppe le buste, une longue barbe prolonge la figure et des mèches de cheveux descendent jusqu’aux épaules. La tête, couronnée de lierre, est surmontée d’un modius22. L’hermès est posé soit sur un socle23, soit sur une proue24 (pl. I, 4 à 7). Sur un curieux type monétaire, un personnage apparaît à côté de l’idole qu’il semble enlacer de son bras ; O. Rossbach y reconnaissait un Satyre qui se livre à une danse orgiastique (pl. I, 6)25, mais l’attitude conviendrait plutôt à une Ménade qui soulève en dansant un pan de sa tunique26.

  • 27 Wroth, op. cit., p. 169, n° 1 (pl. XXXV, 1). Sur le Koinon de Lesbos, voir L. Robert, REG, 38 (192 (...)
  • 28 Terme posé sur une proue (au droit, tête de Zeus Ammon) : Wroth, op. cit., p. 203, n° 184 (pl. XL, (...)
  • 29 Terme en face de la Cité assise (au droit, tête de Zeus Ammon) : Wroth, op. cit., p. 202, n° 179 ( (...)
  • 30 « Herme auf einer Prora » au revers d’un bronze de L. Aelius César : A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num (...)
  • 31 Sur la nébride, vêtement de Dionysos, voir A. Legrand, Nebris, DA, IV, 1, p. 40.

28Le même terme figure sur des monnaies datant de l’époque impériale. Des pièces, frappées au nom du Koinon des Lesbiens, portent, au droit, l’effigie de Marc Aurèle et, au revers, l’hermès de Mytilène, posé sur une proue, entre Athéna et Dionysos (pl. I, 10)27. Des monnaies de Mytilène, émises sous les règnes de Valérien I et de Gallien, ont pour type du revers le terme tantôt seul28, tantôt placé en face de la Tyché de Mytilène (pl. I, 8)29. Sur les monnaies de cette époque, le terme se dresse parfois sur une proue30 et est drapé dans une peau d’animal, une nébride. Ce dernier détail confirme l’identification avec Dionysos, déjà indiquée par la couronne de lierre31.

  • 32 Wroth, op. cit., p. 202, n° 178 (pl. XL, 4) ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 9, n° 413.
  • 33 Wroth, op. cit., p. 203, n° 185 (pl. XL, 9).
  • 34 Domitia : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 110, n° 253 (pl. VIII, 18) ; Wroth, op. cit., p. 205, (...)
  • 35 Au droit, buste de Commode : Wroth, op. cit., p. 215, n° 235. Cette monnaie est décrite comme une (...)
  • 36 Au droit, tête de Zeus Ammon (époque de Valérien et de Gallien) : Wroth, op. cit., p. 214, n° 233 (...)
  • 37 Au droit, buste de la Tyché de Mytilène : Wroth, op. cit., p. 214, n° 234 (pl. XLIII, 3).

29D’autres monnaies d’époque impériale montrent le terme de Dionysos comme attribut d’une divinité. Sur des monnaies de Mytilène qui portent au droit la tête de Zeus Ammon32, le buste de Tyché33 ou une effigie impériale (pl. I, 9)34, c’est la Cité personnifiée qui tient en main l’image du dieu. Sur des monnaies d’alliance de Mytilène et de Pergame, la Cité de Mytilène se reconnaît également à son attribut, le terme de Dionysos, tandis que Pergame est figurée par une divinité qui tient un rameau dans chaque main35, par Asclépios36 ou par la Tyché de Pergame portant une image d’Artémis37.

  • 38 Voir ci-dessus, p. 47. Une autre légende du même type semble attestée par un bas-relief d’Ostie, q (...)
  • 39 Pausanias, X, 19, 3. Le texte de l’oracle, avec le commentaire du philosophe Oenomaos, nous a été (...)

30Le terme qui figure sur les monnaies de Mytilène est certainement une idole vénérable, puisqu’elle est devenue le symbole de Mytilène et qu’elle a figuré sur les monnaies de la cité pendant une aussi longue période. Nous avons vu qu’une idole de ce genre était adorée à Aenos sous le nom d’Hermès et nous avons rapporté la légende selon laquelle des pêcheurs l’avaient découverte au fond de leurs filets38. Or une légende semblable est racontée par Pausanias au sujet d’une image divine recueillie par des pêcheurs de Méthymna et que l’oracle de Delphes ordonna d’adorer sous le nom de Dionysos39. Serait-ce cette image que les graveurs de Mytilène ont reproduite sur leurs monnaies ?

  • 40 L’oracle de Delphes, cité par le philosophe Oenomaos, emploie le terme xάρηνον : p. Vallette, De O (...)
  • 41 Je reproduis la traduction de G. Daux, Pausanias à Delphes, p. 53. Les Méthymnéens avaient envoyé (...)
  • 42 G. Quandt, op. cit., p. 145 ; ces monnaies, frappées entre 300 et 167 avant J.-C., portent au droi (...)
  • 43 G. Quandt, op. cit., p. 143. Depuis le iiie siècle avant J.-C. :
    1° Tête de Dionysos. — R /MAΘYMNA (...)
  • 44 P. Gardner, Types, p. 79. W. Wroth (op. cit., p. lxxviii) considère l’identification comme possibl (...)
  • 45 Pour W. Wroth, la tête serait voilée (op. cit., p. 175) et la coiffure analogue à celle des Perses (...)

31L’objet que les gens de Méthymna trouvèrent au cours de leur pêche miraculeuse est décrit par Pausanias comme « une tête en bois d’olivier »ϱόσωπον λαίας ξύλου πεποιημένον)40qui « offrait dans son aspect quelque chose de divin, mais aussi d’étranger, et se distinguait des dieux helléniques »41. Ce texte est illustré par des monnaies d’Antissa (pl. I, 11 et 12)42 et de Méthymna (pl. I, 13 et 14)43 où l’on croit reconnaître la tête de Dionysos44, figurée de profil, avec une haute coiffure, des cheveux qui pendent en longues mèches raides le long du visage et une barbe effilée qui donne à la physionomie un aspect très particulier45.

  • 46 W. Wrede, Der Maskengott, AM, 53 (1928), p. 89.
  • 47 Le cou n’est pas indiqué sur les monnaies de Méthymna (Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 20, 1897, (...)
  • 48 P. Vallette, De Oenomao Cynico, p. 68 (= Eusèbe, Praep. Ευ., V, 36).
  • 49 Pausanias, X, 19, 3 : ἐπὶ τούτῳ oἱ Μηθυμναϊοι ξόανον μὲν τὸ ἐx τῆς θαλάσσης παρὰ σφίαιν ἕχοντες xα (...)
  • 50 LOBeck (Aglaophamus, II, p. 1 087) songeait à un lusus naturae. H. Herter (op. cit., col. 1671) pe (...)

32Dans l’étude qu’il a consacrée au Maskengott, W. Wrede cite, parmi d’autres exemples de masques de Dionysos, l’idole de Méthymna46. Mais il se contente de renvoyer au texte de Pausanias, sans faire la moindre allusion au témoignage des monnaies. Or celles-ci ne permettent pas d’affirmer qu’il s’agit d’un simple masque et non d’une tête tout entière ; à cet égard, il n’est pas inutile de signaler que l’attache du cou est indiquée sur les monnaies d’Antissa47. D’autre part, le philosophe Oenomaos décrit l’image trouvée par les pêcheurs comme « une souche dont l’extrémité a la forme d’une tête » (ἐξ ἄxϱον xεφαλοειδἠς ὁ xοϱμός)48. Enfin, Pausanias lui-même se sert, pour désigner le même objet, du terme ξόανον qui, à notre connaissance, ne peut s’appliquer qu’à une statue49. Plutôt qu’à un masque, on devrait songer, semble-t-il, à une grossière effigie dont seule la partie supérieure avait une forme humaine50.

  • 51 Comme le fait St. Casson, The Technique of Early Greek Sculpture, Oxford, 1933, p. 59.
  • 52 H. Herter (op. cit., col. 1 672) ne pense pas que le terme de Mytilène puisse être mis en rapport (...)
  • 53 L. Deubner a montré que le culte de Dionysos était venu en Attique d’Asie Mineure par mer et expli (...)

33Cette conclusion ne nous autorise pas, cependant, à identifier le Dionysos de Méthymna au Dionysos de Mytilène51 et nous admettrons, au contraire, que chacune des deux villes possédait son image du dieu52. Nous connaissons les circonstances qui amenèrent la découverte de l’idole de Méthymna. Peut-être la statue de Mytilène avait-elle aussi sa légende ; la proue sur laquelle elle repose semblerait indiquer, tout au moins, qu’à Mytilène, comme en d’autres endroits, le culte de Dionysos était venu par mer53.

II. L’Apollon d’Amyclées

  • 54 Pausanias, III, 18, 9 à 19, 5. Sur Bathyclès et le « trône d’Amyclées », voir W. Deonna, Dédale, I (...)

34Pausanias, dans sa Périégèse, décrit longuement le célèbre monument connu sous le nom de « trône d’Amyclées », œuvre de l’artiste ionien Bathyclès de Magnésie54. Au centre de ce monument, sur une base en forme d’autel, s’élevait une statue d’Apollon aussi remarquable par ses dimensions que par son aspect particulier :

  • 55 Pausanias, III, 19, 1 : ἕϱγον δὲ οὐ Βαθνxλέους ἐστίν, ἀλλὰ ἀϱχαΐον xαὶ οὐ σὺν τέχνη πεποιημένον · (...)

35Elle n’est pas l’œuvre de Bathyclès, mais elle est ancienne et faite sans art ; si ce n’est qu’elle a un visage, des pieds et des mains, elle ressemble pour le reste à une colonne de bronze ; elle a un casque sur la tête, une lance et un arc en mains55.

  • 56 Sur l’Apollon d’Amyclées : Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 291; Overbeck, KM, Apollon,(...)

36Des monnaies de Lacédémone, frappées, les unes au iiie siècle avant J.-C., les autres à l’époque impériale, reproduisent cette statue56.

1° Monnaies du iiie siècle avant J.-C. :

37Tête imberbe, diadémée, à gauche. — R/AA L’Apollon d’Amyclées casqué, debout à droite, la main droite levée brandissant la lance, le bras gauche plié à angle droit, un arc à la main gauche ; le corps est dissimulé par une gaine qui tombe jusqu’aux pieds en s’élargissant légèrement vers le bas ; sur la gaine se détachent un aplustre surmonté d’un coq ; à droite, tout contre la statue, un bouc ; à gauche, une couronne.

  • 57 P. Gardner, Types, pp. 80-81 (pl. XV, 28) ; BMC, Peloponnesus, p. 121, η°1 (pl. XXIV, 1) ; Imhoof-(...)

38AR57 (pl. I, 16).

  • 58 W. Leake, Numismata hellenica (Londres, 1856), Europ. Greece, pp. 55-56.
  • 59 Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 408 et 449 ; sur l’Aphrodite armée de Lacédémone : Pausani (...)
  • 60 B. Pick, l. c.
  • 61 Br. Schröder, AM, 29 (1904), p. 24 ss. ; M.-N. Tod et A.-J.-B. Wace, A Catal. of the Sparta Museum (...)

39Les renseignements de Pausanias correspondent parfaitement aux données de la monnaie, ainsi que W. Leake l’avait déjà reconnu58. Aussi a-t-on admis généralement que ces monnaies reproduisent l’Apollon d’Amyclées. Cependant, certains savants ont contesté cette identification. Furtwängler, se fondant sans doute sur la présence du bouc et de l’aplustre, voyait au revers de ces pièces l’Aphrodite armée dont parle Pausanias59. B. Pick se prononçait pour une Artémis, plutôt que pour une Aphrodite ; le vêtement, en tout cas, indiquerait à son avis une divinité féminine60. Un relief, trouvé dans les fouilles de l’Amyclaion et qui porte une dédicace à Apollon, permet d’écarter ces hypothèses et d’établir d’une manière certaine l’identité du personnage61. La pierre a été malheureusement martelée, mais on y distingue encore les contours des figures, disposées en deux zones horizontales. L’image d’Apollon occupe la première place dans la zone supérieure, en partant de la gauche. Le dieu, en l’honneur duquel on prépare un sacrifice et on exécute des danses, est représenté par sa statue de culte. Cette statue, pour autant que l’on puisse en juger, a exactement l’aspect de l’idole reproduite par les graveurs ; le relief date aussi, semble-t-il, du iiie siècle avant J.-C.

  • 62 Commode : Imhoof-Gardner, NCP, l. c. (pl. Ν, XVII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 130, n° 80 (...)

402° Monnaies d’époque impériale. — Des bronzes de Commode et de Gallien62 ont pour type du revers une idole casquée, brandissant la lance de la main droite et tenant l’arc à la main gauche (pl. I, 15). Les données de la numismatique correspondent, ici encore, à la description de Pausanias ; on est donc amené à reconnaître également sur ces monnaies la fameuse statue de l’Apollon d’Amyclées. Le dieu est figuré dans la même attitude que sur les monnaies du iiie siècle ; toutefois, la gaine qui recouvre son corps, au lieu de s’élargir légèrement de haut en bas, va, au contraire, en s’amincissant et la statue est posée sur une base.

  • 63 Overbeck, op. cit., p. 7 ; Frazer, Pausanias’s Descr. of Greece, III (1898), p. 356. Cf. F. Poulse (...)
  • 64 Voir ci-dessus, p. 54. F. Poulsen suppose que la comparaison avec une colonne a été suggérée à Pau (...)
  • 65 Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 291, n. 41 ; C. Robert, Bathykles, PWRE, III (1897), c (...)
  • 66 Imhoof-Gabdner, NCP, p. 59.

41Pour expliquer cette différence, plusieurs savants ont supposé que l’image, telle que la présentent les monnaies du iiie siècle, est vêtue de la tunique tissée chaque année par les femmes de Sparte en l’honneur du dieu ; cette tunique était sans doute brodée, ainsi que l’indiquent l’aplustre et le coq qui la décorent63. Sur les monnaies d’époque impériale, la statue nous apparaîtrait débarrassée de cette chape. Ces monnaies nous montreraient ainsi l’idole sous son véritable aspect, telle que Pausanias a pu la voir lors de sa visite à l’Amyclaion. Le Périégète compare l’Apollon d’Amyclées à une colonne de bronze64. Étant donné les dimensions de l’œuvre, qui atteignait 30 coudées (13,50 m. environ), sans doute eut-on recours, pour l’exécuter, au procédé le plus simple, qui consistait à revêtir une âme de bois de plaques de métal65. Ce revêtement métallique serait indiqué sur les monnaies par des dessins en losange et l’on distinguerait même les rivets qui servaient à fixer les plaques66.

  • 67 Voir ci-dessus, p. 38.
  • 68 W. Reichel date l’Apollon d’Amyclées du viie ou de la fin du viiie siècle : Ueber vorhellen. Götte (...)

42L’Apollon d’Amyclées peut être considéré comme le prototype de ces statues engainées, dont l’Athéna Chalkioicos nous offre, à Sparte même, un autre exemple et qui devaient connaître en Orient une faveur extraordinaire67. Sa date exacte ne nous est pas connue, mais il est, en tout cas, antérieur à la seconde moitié du vie siècle, époque où Bathyclès de Magnésie travailla à l’Amyclaion68. Il marque les débuts de cette sculpture monumentale qui devait être illustrée par de nombreux chefs-d’œuvre et, en particulier, par le Zeus et la Parthénos de Phidias.

III. La statue masculine nue

  • 69 Voir en particulier, W. Deonna, Les «A pollons archaïques ». Etude sur le type masculin de la stat (...)
  • 70 Sur les significations diverses des kouroi, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 520 : « l’effigie est au (...)
  • 71 Dioscures de Trézène (ci-dessous, p. 221).
  • 72 Ci-dessous, p. 69.
  • 73 Sur la statue en mouvement, voir ci-dessus, p. 37.
  • 74 Dioscures de Phocée (ci-dessous, p. 65).
  • 75 Ci-dessous, p. 67.
  • 76 Ci-dessous, p. 73.

43Le kouros est une des formes essentielles de la plastique dans l’art de la Grèce archaïque69. La plupart des statues de ce type ne sont probablement que de simples ex-voto70. Cependant, les monnaies où sont reproduites des images d’Apollon montrent que le kouros peut être promu au rang d’idole : la jambe gauche avancée, les bras disposés symétriquement, le dieu accueille dans une attitude tranquille les hommages de ses adorateurs. Le sculpteur archaïque représente les Dioscures sous un aspect semblable71, tandis qu’il prête volontiers à Hermès la forme d’un criophore72. Ce type de statue masculine nue n’est pas le seul dont nous trouvions des exemples sur les monnaies. L’art archaïque cherche déjà à rendre le mouvement73 ; du moins se plaît-il à figurer la divinité dans l’attitude du combat. Nous pourrons le constater en examinant certaines idoles des Dioscures74 et d’Héracle75 et en recherchant, parmi les images de Zeus brandissant le foudre, celles qui sont inspirées des œuvres du grand art76.

1. Les statues archaïques d’Apollon

  • 77 La plupart de ces documents ont été réunis et utilement commentés par J. Overbeck, KM, Apollon, pp (...)

44Des images d’Apollon qui présentent des traits archaïques et peuvent être considérées comme des reproductions de statues figurent sur les monnaies de diverses régions du monde grec, ainsi que le montrent les exemples suivants77.

45A Grèce centrale. — Des Apollons archaïques apparaissent, comme symboles ou comme types du revers, sur les monnaies de plusieurs cités.

  • 78 Voir ci-dessous, p. 203.

46 Athènes. — Sur des tétradrachmes du nouveau style, on reconnaît en symbole l’image du célèbre Apollon de Délos, œuvre des Dédalides Tectaios et Angélion78.

  • 79 Au droit, tête de Zeus : Overbeck, op. cit., p. 9 (Mzt. I, 9) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 45, n° 3 ( (...)
  • 80 Pausanias, II, 30, 1.
  • 81 H. Thiersch, Aeginetische Studien, Nachr. v. d. Gesellsch. d. Wiss. zu Göttingen, phil.-hist. Kl.,(...)

47 Égine. — Un Apollon de type archaïque apparaît sur des monnaies d’Égine datant de l’époque hellénistique : le dieu, nu, est debout à droite, la jambe gauche avancée ; il tient l’arc à la main gauche et un rameau à la main droite (pl. II, 1, 2)79. Ces monnaies reproduisent sans doute une œuvre d’un artiste local, analogue au xoanon que Pausanias a vu dans un sanctuaire d’Égine et qu’il considère comme une production de l’art indigène (τέχνης τῆς ἐπιχωϱίον)80. Il n’est nullement certain que l’on puisse identifier cette statue, comme le pense H. Thiersch, avec l’Apollon de Pergame, cité parmi les œuvres d’Onatas d’Égine81.

  • 82 Au droit, tête de Germanicus : Overbeck, op. cit., p. 10 (Mzt. I, 11) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 11 (...)
  • 83 Imhoof-Blumer et P. Gardner font remarquer que cet Apollon est fort semblable à la statue de Tecta (...)
  • 84 Pausanias mentionne la statue du sanctuaire de Délion, donnée aux habitants de Tanagra par le Mède (...)

48 Tanagra. — Sur des monnaies de Tanagra, frappées à l’époque impériale, le dieu, nu, est debout de face ; il tient un rameau à la main droite et un arc à la main gauche (pl. II, 4, 5)82. Cette figure, dont les traits archaïques sont nettement accusés83, est, sans aucun doute, la reproduction d’une vieille statue de culte84.

49B. Grèce du Nord-Ouest. — Des images archaïques du dieu ornent des statères d’Anactorion et des bronzes d’Apollonie d’Illyrie.

  • 85 Imhoof-Blumer, Die Münzen Akarnaniens, Num. Zeitschr., 10 (1878), p. 58, n° 5 (pl. II, 5) ; Head, (...)

50 Anactorion. — Des statères d’Anactorion, aux types corinthiens, de la deuxième moitié du ive siècle ont pour symbole un Apollon nu, debout à droite sur une base plate, la jambe gauche avancée ; le dieu tient une coupe (ou un oiseau ?) à la main droite, un arc à la main gauche ; sa chevelure forme un catogan qui retombe sur la nuque (pl. II, 3)85.

  • 86 Overbeck, op. cit., p. 29 ; P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 63, n° 87 (pl. XIII, 6).
  • 87 Overbeck, op. cit., p. 311 (p. 303, n° 83 ; Mzt. IV, 36 ; la légende du revers est ΑΠΟ ΛΛΩΝΙATAN).(...)

51 Apollonie. — Sur une monnaie de Septime Sévère, Apollon nu, debout à droite, la jambe gauche avancée, tient un arc en main ; il a les jambes raides et tendues, les bras pliés à angle droit (pl. II, 6)86. Le dieu est figuré à l’entrée de son temple sur une monnaie de Caracalla (pl. II, 7)87 ; son attitude est la même que sur la pièce de Septime Sévère ; nous avons ainsi la preuve que les monnaies d’Apollonie d’Illyrie reproduisent une statue de culte.

  • 88 Ci-dessous, p. 224.

52C. Iles de la Mer Égée. — Le célèbre Apollon de Didymes est reproduit sur des bronzes d’Aegialé d’Amorgos, colonie de Milet88 ; d’autres images archaïques du dieu figurent sur les monnaies de Théra et du Koinon des Crétois.

  • 89 Overbeck, KM, Apollon, p. 25 (Mzt. I, 12) ; Wroth, BMC, Crete, p. 132, n° 5 ; R. Weil ap. Hiller v (...)

53 Théra. — Des bronzes, frappés à l’effigie de Marc Aurèle, montrent le dieu debout de face, les jambes jointes, les bras collés au corps jusqu’au coude, les avant-bras tendus latéralement (pl. II, 9, 10). L’état des exemplaires ne permet pas d’identifier avec certitude les attributs que tient en mains Apollon ; il est donc difficile de savoir si l’on peut reconnaître sur ces monnaies l’Apollon de Milet, comme le proposait Overbeck89.

  • 90 Overbeck, op. cit., p. 25 (Mzt. I, 27) ; Svoronos, Num. Crète ancienne, p. 350, n° 100 (pl. XXXV, (...)

54 Crète. — On peut en dire autant d’un Apollon qui figure sur une monnaie du Koinon des Crétois, frappée sous Hadrien. Cet Apollon se dresse sur une base de forme arrondie, peut-être un omphalos ; il tient à la main gauche un arc et à la main droite un objet indéterminé (pl. II, 8)90.

  • 91 P. 63.

55D. Côtes du Pont-Euxin. — A côté des monnaies de Sinope, dont il sera question ci-après91, citons les monnaies dApollonie et celles d’Olbia, où l’on a cru reconnaître des images archaïques d’Apollon.

  • 92 Ci-dessous, p. 248.

56 Apollonie du Pont. — Un Apollon de face qui tient dans la main droite une branche de laurier et dans la main gauche un arc et une flèche serait, d’après B. Pick, la reproduction d’une statue de Calamis92.

  • 93 B. Pick, Thrakische Münzbilder, Jahrb., 13 (1898), pp. 172-173 (pl. X, 31) ; Die ant. Münzen Nord- (...)
  • 94 B. Pick, op. cit., p. 173.

57 Olbia. — Le même savant a signalé, sur des monnaies d’Olbia du ier siècle après J.-C., un Apollon qu’il considère aussi comme une reproduction de statue archaïque : le dieu, nu, est debout de face, la tête surmontée d’un calathos ; à la main droite, il tient un objet de forme sphérique, à la main gauche un arc et une flèche93. Selon B. Pick, la statue reproduite sur ces monnaies appartiendrait au début ou au milieu du vie siècle avant J.-C.94 ; l’état de ces pièces, d’une facture fort sommaire, ne permet guère d’apprécier le style de la figure qui y est représentée.

  • 95 Voir ci-dessous, p. 222 ss.

58E. Asie Mineure. — L’Apollon de Canachos est fréquemment reproduit sur les monnaies de Milet95 ; d’autres statues archaïques d’Apollon apparaissent sur les monnaies de plusieurs cités d’Asie Mineure.

59 Sinope. — Des images archaïques du dieu ornent les monnaies de Sinope depuis le iiie siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque impériale :

60Tête de Sinope à gauche. — R/ΣΙΝΩ Apollon nu, debout à droite sur une base plate, la jambe gauche avancée. Le dieu porte un bracelet au poignet droit ; il tient, dans la main droite, une grande branche de laurier, à la main gauche, un vase à parfum suspendu à une courroie.

  • 96 Overbeck, op. cit., p. 28 (Mzt. I, 29) ; Babelon-Reinach, Recueil général, I, 1 (2e éd.), p. 203, (...)

61AR. Tétradrachmes96 (pl. II, 11).

  • 97 Babelon-Reinach, op. cit., p. 203, n° 47 (pl. suppl. 0, 12).
  • 98 Babelon-Reinach, op. cit., p. 205, n° 54 (pl. XXVI, 3).
  • 99 Imhoof-Blumer pensait que l’attribut tenu à la main gauche pourrait être un vase à parfum : Zeitsc (...)
  • 100 Babelon-Reinach, op. cit., p. 206, n° 101 (pl. XXVII, 13).
  • 101 Babelon-Reinach, op. cit., p. 208, n° 109 (pl. XXVII, 19).
  • 102 Sur la date de la statue reproduite sur les monnaies de Sinope, voir B. Pick, op. cit., p. 172.

62Des didrachmes, frappés à la même époque, montrent le même type du revers97. Une statue d’Apollon est également reproduite sur des monnaies de bronze des iiie et iie siècles avant J.-C. Le dieu, debout de face, a les avant-bras étendus ; il tient à la main droite une branche de laurier, à la main gauche un arc98. Le dieu est donc figuré sur les bronzes avec, à la main gauche, un attribut différent, comme si les graveurs avaient reproduit une seconde statue ; pour le reste, cette statue est identique à celle qui orne les monnaies d’argent99. On retrouve encore le même type d’Apollon sur des monnaies d’époque impériale (pl. II, 12) ; ces pièces, frappées aux effigies de Titus100 et de Sabine101, ont pour type du revers Apollon, nu, debout de face, dans un temple distyle ; comme sur les monnaies citées précédemment, le dieu tient un rameau dans la main droite102.

  • 103 Overbeck, op. cit., pp. 28-29 (Mzt. I, 25) ; Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 20 (1888), p. 16, n° 2 (...)

63 Cilbiani (Lydie). — Un bronze des Cilbiani inferiores (Νειxαεĩς Κιλβιανοί), frappé sous Caracalla, montre, devant une déesse assise et couronnée par une Niké, un Apollon nu, debout de face, la jambe gauche avancée, tenant à la main droite un rameau tourné vers le sol, à la main gauche, semble-t-il, un arc et une flèche ; la chevelure tombe en longues mèches jusque sur les épaules (pl. II, 13)103.

  • 104 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 179, n° 5 (pl. VI, 8) ; K. Regling dans W. von Diest, Nysa a (...)

64 Nysa (Carie). — Une statue semblable orne un bronze de Nysa, frappé à l’effigie de Faustine la jeune. Le dieu nu, debout de face, les jambes jointes, de longs cheveux tombant sur les épaules, tient un rameau dressé dans la main droite, un arc à la main gauche (pl. II, 14)104.

  • 105 Marc Aurèle : L. Weber, Die Homoniemünzen des phrygischen Hierapolis, JIAN, 14 (1912), p. 79 (pl. (...)

65 Hiérapolis (Phrygie). — Sur une monnaie d’homonoia d’Éphèse-Hiérapolis figure, à côté de l’Artémis d’Éphèse, un Apollon de type archaïque, nu, les jambes jointes, le bras droit plié à angle droit, le bras gauche abaissé, les cheveux tombant sur les épaules (pl. II, 15)105. Cette représentation est exceptionnelle sur les monnaies d’Hiérapolis, car le dieu y apparaît généralement sous l’aspect d’un citharède.

2. Les statues archaïques des Dioscures

  • 106 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 339 ss. ; Imhoof-Gabdner, NCP, p. 149, n° 13 (pl. EE, I) ; He (...)
  • 107 Dans le temple des Dioscures à Athènes, les Gémeaux étaient représentés debout auprès de leurs fil (...)
  • 108 Voir ci-dessous, p. 221.

66Un groupe des Dioscures figure en symbole sur des tétradrachmes athéniens du nouveau style (série ΜΙΚΙΩΝ-ΕΥΡΥΚΛΕΙ)106. On peut admettre que ce symbole est la copie d’une sculpture célèbre, mais nous ne voyons pas la possibilité ,d’établir le caractère archaïque de cette œuvre107. En revanche, le groupe figuré sur une monnaie de Trézène frappée à l’effigie de Commode présente des traits nettement archaïques ; il doit être vraisemblablement identifié avec l’œuvre d’un artiste local, Hermon de Trézène108.

  • 109 Domitien : Head, BMC, Ionia, p. 221, n° 134 (pl. XXIII, 12). Marc Aurèle : E. Babelon, Coll. Waddi (...)
  • 110 Head, op. cit., p. 220, nos126, 128, 129 ; Sylloge, I, 2, pl. XVI, 279 (Newham Davis Coll.) ; Dan. (...)
  • 111 Sur les monnaies de Marc Aurèle, on pourrait croire qu’ils sont représentés tête nue, avec les che (...)
  • 112 Nous ne connaissons rien de l’art de Phocée, si ce n’est le nom de Téléphanès, sculpteur phocéen q (...)

67Un autre témoignage intéressant nous est fourni par des monnaies de Phocée en Ionie (pl. II, 16, 17), portant au droit une effigie impériale109 ou le buste du Sénat110. Les Gémeaux sont représentés debout, l’un à côté de l’autre, dans l’attitude du combat : la main droite brandit la lance, la pointe dirigée vers le sol, tandis que la main gauche tient le bouclier élevé à hauteur de la poitrine. On ne peut hésiter à reconnaître dans ces deux personnages, dont l’attitude est parfaitement symétrique, des reproductions de statues archaïques ; dans leur nudité complète, avec leurs muscles fortement accusés, les Dioscures de Phocée, solidement campés sur leurs jambes, sont les frères de ces kouroi que le sol de la Grèce a livrés en si grand nombre. Les monnaies les montrent coiffés d’un bonnet conique111 ; les cheveux tombent en nattes sur les épaules. Ces Dioscures devaient être une œuvre remarquable et l’on regrette de n’en trouver aucun souvenir dans les textes anciens112.

3. Les statues archaïques d’Héraclès

  • 113 Imhoof-Gardner, NCP, p. 112 : « The Herakles holding club and bow is the most interesting figure, (...)
  • 114 Imhoof-Gardner, NCP, p. 89, n° 2 (pl. S, II, III) ; cf. Pausanias, VII, 25, 10. Furtwängler (Rosch (...)

68Les monnaies n’offrent guère d’images d’Héraclès qui puissent passer pour des copies de statues arohaïques. Imhoof-Blumer et P. Gardner ont cru retrouver, sur des monnaies de Thèbes, le souvenir d’un vieux xoanon attribué à Dédale (pl. III, 1), mais ils avouent eux-mêmes que ces monnaies du ve siècle avant J.-C. ne reproduisent en rien le style de la statue que les graveurs auraient prise pour modèle113. Sur des monnaies de Boura en Achaïe, frappées à l’effigie de Géta, on reconnaît une statue du héros signalée par Pausanias114 ; toutefois, il n’est guère possible de décider, d’après les documents numismatiques, si cette statue, comme le pensent Imhoof-Blumer et P. Gardner, est antérieure au milieu du ve siècle.

  • 115 Sur l’Héraclès d’Erythrées, voir Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 2137-2138 ; J.-G. Frazer,(...)
  • 116 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 976 (pl. 211).
  • 117 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 63, n° 5 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, nos 760 à 763.
  • 118 Head, BMC, Ionia, p. 146, n° 253.
  • 119 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 116, n° 292 (pl. VIII, 25) ; Head, op. cit., p. 146, n° 254 (pl. (...)
  • 120 J. von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 12, n° 13 (fig. 9).
  • 121 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, n° 770.
  • 122 Head, op. cit., p. 147, n° 259.
  • 123 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, n° 771.
  • 124 J. von Schlosser, op. cit., p. 12, n° 14.
  • 125 Head, op. cit., p. 148, n° 263 ; P. Gardner, Types, p. 80 (pl. XV, 8).
  • 126 Philippe père : J. von Schlosser, op. cit., p. 13, n° 51 (fig. 10). D ‘après J. von Schlosser, il (...)

69Au contraire, l’Héraclès figuré sur des bronzes d’Érythrées115, qui portent au droit le buste de la Cité116 ou les effigies d’Auguste117, de Vespasien118, de Titus et Domitien119, de Trajan120 et de Faustine la jeune121, est incontestablement la copie d’une œuvre fort ancienne. Le dieu, nu, debout à droite, a les jambes tendues et jointes ; de son bras droit levé, il brandit sa massue horizontalement au-dessus de sa tête, tandis que sa main gauche tient obliquement une lance ou une longue perche (pl. III, 2, 3). Le même Héraclès apparaît dans un temple tétrastyle sur des bronzes de Marc Aurèle122, de Septime Sévère123 et d’Élagabale124. Il est figuré en face de Déméter sur une pièce de Septime Sévère125, entre Apollon et Dionysos sur une monnaie d’alliance frappée au nom de Chios et d’Érythrées126.

  • 127 Pausanias, VII, 5, 5 : τὸ δὲ ἄγαλμα οὔτε τοĩς xαλονμένοις Αἰγιναίοις οὔτε τῶν ‘Αττιxῶν τοĩς ἀϱχαιο (...)
  • 128 Gruppe reconnaît, dans le texte de Pausanias, la trace de deux traditions, l’une qui attribuait le (...)

70Les monnaies d’Érythrées reproduisent vraisemblablement la statue d’Héraclès dont parle Pausanias et à laquelle, pour des raisons qui nous échappent, il attribue un caractère égyptien127. Selon Pausanias, le culte d’Héraclès à Érythrées avait une origine phénicienne. Un radeau, qui passait pour être venu de Tyr, s’était arrêté à mi-chemin entre Chios et Érythrées. Les habitants d’Érythrées entrèrent en possession du radeau et de l’image du dieu qui s’y trouvait grâce à des femmes thraces qui consentirent à sacrifier leur chevelure ; elles permirent ainsi de tresser une corde pour tirer le radeau et l’amener dans la cité128.

  • 129 P. Gardner en rapproche l’Héraclès des monnaies de Cition : Types, p. 80. F. Dürrbach cite justeme (...)
  • 130 Ci-dessous, p. 217.
  • 131 Ci-dessus, p. 55.

71Faut-il en déduire, avec P. Gardner, que le type de la statue est emprunté à la Phénicie129 ? Le geste de cet Héraclès, brandissant sa massue à la main droite, est le même que celui de maintes vieilles idoles qui ornaient des sanctuaires de Grèce, telles que l’Athéna Chalkioicos130 ou l’Apollon d’Amyclées131 ; il n’y a donc, à notre avis, aucune raison pour attribuer aux Phéniciens la création de ce type du héros.

  • 132 F. Durrbach, op. cit., p. 117, n. 14. Gruppe (l. c.) note l’absence, sur les monnaies, du radeau d (...)
  • 133 C’est l’interprétation de Head (op. cit., n° 253) et de P. Gardner (Types, p. 80).

72Les monnaies permettent de reconstituer, dans son ensemble, la statue qu’elles reproduisent. Un détail, cependant, aurait besoin d’être précisé. Dans l’objet que le dieu tient à la main gauche, F. Dürrbach avait cru reconnaître la gaffe qui aurait servi à Héraclès à guider son radeau132. Il est plus naturel de songer à une lance dans la position que cette arme occupe habituellement lorsqu’on la tient en main, la pointe tournée vers le sol133.

4. Les statues archaïques d’Hermès

  • 134 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 348 ss. (héros Stéphanéphore) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 149, (...)
  • 135 Sur l’emplacement : Pausanias, I, 15, 1. Sur la date : Hesychius, s. υ. ἀγοϱαĩος Έϱμῆς. Sur l’aspe (...)

73Des tétradrachmes athéniens du nouveau style ont pour symbole un Hermès barbu, debout à droite, tenant un caducée à la main gauche134. L’aspect archaïque de cette image du dieu permet d’y reconnaître une copie de statue. Peut-être s’agit-il, comme le supposent Imhoof-Blumer et P. Gardner, de l’Hermès Agoraios, situé près du Poecile ; nous savons, en effet, que cette statue était antérieure aux guerres médiques. Elle jouissait encore, à l’époque de Lucien, d’une grande célébrité135.

  • 136 Voir ci-dessous, p. 245.

74Des monnaies de Tanagra, frappées à l’époque impériale, montrent une représentation d’Hermès qui offre plus d’intérêt pour l’histoire de la sculpture grecque. Ces monnaies, où le dieu est représenté avec un bélier sur les épaules, reproduisent en effet une statue célèbre de Calamis136.

  • 137 Imhoof-Gardner, NCP, p. 46 (pl. L, V) ; A. Veyries, Les figures criophores, Paris, 1884, p. 14, n° (...)
  • 138 S.-R. Milbank, op. cit., p. 57, d (pl. IV, 13) ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3 642 (pl. 134).
  • 139 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. L, VI) ; A. Veyries, op. cit., n° 43 ; S.-R. Milbank, op. cit., p. 59, (...)

75Un autre Hermès criophore figure sur des monnaies d’Égine qui datent, elles aussi, de l’époque impériale. Une monnaie de Septime Sévère montre le dieu debout de face, tenant le bélier sur ses épaules ; Hermès est barbu, le corps entièrement nu, les jambes jointes, les bras collés au corps jusqu’au coude ; il tient par les pattes le bélier dont la tête est tournée à gauche (pl. III, 4)137. Sur une autre monnaie de Septime Sévère, Hermès, marchant à gauche, a la jambe droite avancée et tient par les pattes le bélier, dont la tête est tournée à gauche138. Cette image est inversée sur une monnaie de Plautilla où le dieu, marchant à droite, avance la jambe gauche ; il tient le bélier de la même façon, mais avec la tête de l’animal tournée à droite (pl. III, 5)139.

  • 140 Imhoof-Gabdner, ibidem. Il ne peut être question, en tout cas, de l’Hermès d’Onatas érigé à Olympi (...)

76Ces monnaies reproduisent, sous des aspects différents, une seule et même statue. Sur la première monnaie de Septime Sévère, Hermès est vu de face ; le bélier, placé sur les épaules du dieu, apparaît donc de profil. Sur les deux autres pièces, la statue étant vue de profil, le bélier devrait se présenter de face ; mais le graveur, pour éviter les difficultés du raccourci, l’a fait en quelque sorte pivoter sur lui-même et l’a ainsi ramené dans le même plan que la statue. Une autre différence que l’on observe entre les types monétaires s’explique par une raison du même genre ; sur la monnaie de Septime Sévère où Hermès est vu de face, les jambes du dieu paraissent jointes, parce qu’elles sont ramenées dans le même plan, alors qu’une des jambes, sans doute la gauche, était fortement avancée, comme le prouvent les autres documents. Nous pouvons donc, grâce à ces témoignages qui se complètent mutuellement, imaginer d’une manière fort exacte l’œuvre qu’ils reproduisent et qui était peut-être due, comme le supposent Imhoof-Blumer et P. Gardner, à un artiste originaire d’Égine140.

  • 141 Svoronos, Un groupe inconnu de trois statues à Sicyone, JIAN, 16 (1914), p. 71 ss. (agrandiss, p. (...)
  • 142 Lippold pense cependant que l’Hermès n’est déjà plus archaïque et que les statues qui l’accompagne (...)

77C’est encore un Hermès criophore qui apparaît sur un intéressant bronze de Sicyone, publié jadis par Svoronos141. Ce bronze, frappé à l’effigie de Julia Domna, montre au revers Hermès debout de face entre deux divinités féminines. Le dieu, barbu, la tête tournée à gauche, a pour tout vêtement une chlamyde qui tombe dans le dos jusqu’à mi-jambe ; il porte sur ses épaules le bélier, dont on distingue la tête au-dessus de son épaule droite. Cette monnaie reproduit vraisemblablement un groupe de trois statues, qui ornait un sanctuaire de Sicyone, mais dont Pausanias ne parle pas dans sa description de la cité. Par la raideur de son attitude, l’Hermès de Sicyone doit prendre place, semble-t-il, parmi les œuvres archaïques142.

5. Les statues archaïques de Zeus

78La plupart des images de Zeus qui ont été mises en rapport avec des œuvres archaïques montrent le dieu brandissant le foudre. Cependant, avant d’examiner ces représentations, nous signalerons un type archaïque, d’un aspect différent, qui orne des statères et des bronzes corinthiens.

  • 143 A droite, dans le champ : Head, BMC, Corinth, p. 16, nos 168 et 169 (pl. IV, 14) ; G. Macdonald, H (...)
  • 144 Head, op. cit., p. 17, n° 170 (pl. IV, 15) (symbole en partie hors du champ) ; J.-B.Cammann, op. c (...)
  • 145 A. Blanchet, op. cit., p. 320 (pl. XI, 4) ; E. Babelon, l. c. (pl. CCX, 3). Poseidon, d’après J.-B (...)
  • 146 Tourné à gauche : Head, op. cit., p. 17, n° 171 (pl. IV, 16). Tourné à gauche (avec la légende EY) (...)

79A. Zeus tenant un foudre et un baton. — Des images archaïques de Zeus figurent en symbole sur des statères de Corinthe. Le dieu, nu, tourné à droite (pl. III, 6, 8)143 ou à gauche144, porte le foudre d’une main et tient de l’autre main un long bâton disposé transversalement. Des variantes de ce type apparaissent sur d’autres statères. Parfois, Zeus tient le foudre sans le bâton (pl. III, 7)145 ; souvent, il a, outre ses attributs ordinaires, une bandelette noueuse qu’il tient en main ou qui pend, attachée au bâton (pl. III, 9)146.

  • 147 Aussi y a-t-on reconnu tantôt Zeus, tantôt Poseidon, ou même Héraclès.
  • 148 Des monnaies de ce type ont été trouvées à Corinthe même : K.-M. Edwards, Corinth, VI, p. 3 ; Hesp (...)

80La petitesse de ces figures en rend l’examen difficile147. Mais des monnaies de bronze, dont l’attribution à Corinthe est maintenant établie, montrent un Zeus semblable et permettent de mieux juger du caractère de ces représentations148 :

81Tête d’Apollon à droite. — R/Zeus nu, debout à droite, la jambe gauche avancée. La chevelure tombe en longues mèches dans le dos et sur la poitrine. Le dieu tient le foudre à la main droite et, à la main gauche, un long bâton disposé transversalement auquel sont suspendues des bandelettes ; derrière, une torche.

  • 149 K.-M. Edwards, Corinth, VI, p. 16, n° 15 (pl. I) ; W. Schwabacher, op. cit., p. 62 (fig. 18 et 19)

82AE149 (pl. III, 10, 11).

83Tête d’Athéna à gauche. — R/Zeus nu, debout à gauche, la jambe gauche avancée, tenant un foudre à la main gauche et, à la main droite, un bâton disposé transversalement auquel sont suspendues des bandelettes ; derrière, une torche.

  • 150 K.-M. Edwards, l. c., n° 14 (pl. I) ; W. Schwabacher, op. cit., p. 63 (fig. 20 et 21). Même type a (...)

84AE150 (pl. III, 12, 13).

  • 151 Sur les statères, il n’est pas toujours possible de se rendre compte de la place des attributs ; s (...)
  • 152 Entre 400 et 338, d’après le catalogue du British Museum ; cf. W. Schwabacher, op. cit., p. 61.
  • 153 W. Schwabacher, op. cit., p. 64.
  • 154 L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3759 (pl. 138) ; W. Schwabacher, l. c. (fig. 24).

85C’est la même statue de Zeus qui est vraisemblablement reproduite sur les statères et sur les bronzes ; les différences que l’on observe dans la place des attributs ne sont, en effet, que des variantes propres à ce genre de reproductions151. Les statères appartiennent à la première moitié du ive siècle152. Les monnaies de bronze ne sont pas datées d’une manière certaine. Katharine-M. Edwards place leur émission au iie siècle avant J.-C., peu de temps avant la prise de Corinthe par les Romains (146 av. J.-C.), mais W. Schwabacher pense qu’elles pourraient avoir été frappées au iiie ou même au ive siècle avant J.-C.153. De la même époque datent, sans doute, des bronzes qui portent un trident au revers et, à côté, en symbole, une image de Zeus semblable aux précédentes154.

  • 155 Une des plus anciennes représentations de Zeus brandissant le foudre figure au fronton du temple d (...)
  • 156 A. Lambbopoulos, Zeitschr. f. Num., 19 (1895), p. 232 (pl. IV, 5) ; A. Blanchet, op. cit., p. 320 (...)
  • 157 Head, op. cit., p. 16, n° 167 (pl. IV, 13) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 89, n° 19 ; E. Ba (...)

86B. Zeus brandissant le foudre. — Bien que ce type de Zeus n’appartienne pas exclusivement à l’époque archaïque, nous savons, cependant, que le dieu a été représenté sous cet aspect dès le vie siècle et surtout au début du ve siècle avant J.-C.155. Certaines statues de Zeus lançant la foudre ont vraisemblablement inspiré les graveurs qui les ont reproduites sur les monnaies. Un Zeus, nu et barbu, brandissant le foudre de la main droite, le bras gauche étendu avec un aigle sur la main gauche, figurerait en symbole sur des statères de Corinthe156. Le dieu est debout sur une base ; on peut donc admettre que le graveur a pris pour modèle une statue (pl. III, 14, 15). Toutefois, la signification de ce symbole n’est pas établie d’une manière certaine, puisque B.-V. Head, dans le catalogue du British Museum, et d’autres savants à sa suite, le décrivent comme un Poseidon qui lève son trident de la main droite et tient un dauphin sur la main gauche157.

  • 158 Head, op. cit., p. 107, n° 33 (pl. XXVIII, 12) ; E. Babelon, Traité, II, 4, n° 295 (pl. CCLXXXI, 1 (...)
  • 159 O. Ravel, op. cit., pp. 136-137. Une statuette de Zeus brandissant le foudre a été trouvée à Ambra (...)
  • 160 P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 95, nos 23 à 28 ; Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 10, n° (...)

87En revanche, on n’hésitera pas à reconnaître Zeus lançant la foudre parmi les symboles qui ornent les statères d’Ambracie frappés entre 360 et 338 avant J.-C. (pl. III, 16)158. Car, tandis que le prétendu Zeus de Corinthe a les jambes presque jointes, celui d’Ambracie les écarte résolument et se présente ainsi dans la position habituelle au maître du monde, lorsqu’il terrasse ses adversaires. Ce symbole est-il la reproduction d’une statue de Dodone, ainsi que le suppose O. Ravel159 ? Il paraît assez difficile d’en décider. On notera cependant qu’un Zeus analogue, portant l’égide sur le bras gauche, orne des bronzes du iiie siècle160 ; la réapparition de ce type de Zeus sur les monnaies d’Ambracie semblerait confirmer l’emprunt à une oeuvre du grand art.

  • 161 Cf. ci-dessus, p. 21.
  • 162 Voir ci-dessous, p. 227 ss.
  • 163 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 228 et passim ; Head, BMC, Attica, pp. 80-81, nos 541 à 556 ( (...)

88Toutefois, Zeus lançant la foudre est un thème si répandu dans la numismatique grecque, depuis le ve siècle jusqu’à l’époque impériale, qu’il est généralement impossible de décider si le graveur s’est contenté de représenter le dieu sous un aspect conventionnel ou s’il s’est inspiré d’une œuvre du grand art161. Nous nous bornerons à signaler que les monnaies de Messène et d’Aegion ont été mises en rapport avec des œuvres d’Hagélaïdas162 et que l’on a cherché, sur les monnaies d’Athènes, l’image du Zeus Polieus qui se dressait sur l’Acropole, à proximité du Parthénon163.

IV. La statue masculine drapée

  • 164 Cf. ci-dessus, p. 38.
  • 165 Le type de Dionysos nu n’apparaît pas avant le ive siècle : F. Lenormant, Bacchus, DA, I, 1, p. 62 (...)

89Les historiens de la sculpture grecque ont fait remarquer que, dans l’art de la Grèce archaïque, la grande plastique offre peu d’exemples de statues masculines drapées164. L’examen des types monétaires où l’on a reconnu des reproductions de statues archaïques confirme l’exactitude de cette observation ; nous n’aurons à signaler des statues drapées que parmi les images d’Apollon et de Dionysos165.

1. Les statues drapées d’Apollon

90Le dieu apparaît drapé dans un himation sur des monnaies d’Alexandrie de Troade et d’Aegae en Eolide ; nous allons les examiner.

  • 166 J. de Witte, Apollon Sminthien, Revue num., 1858, p. 1 ss. (pl. I) ; Overbeck, KM, Apollon, p. 91 (...)

91A. Apollon Smintheus a Alexandrie de Troade. — Les monnaies dAlexandrie de Troade ont généralement pour type du revers une image d’Apollon qui est manifestement la reproduction d’une statue de culte166 Ces monnaies peuvent se répartir de la façon suivante :

921° Bronzes frappés vers 300 avant J.-C. :

  • 167 J. de Witte, op. cit., p. 27 (pl. I, 7) ; Ovebbeck, op. cit., p. 93 (Mzt. V, 29) ; Wroth, op. cit. (...)

93Tête d’Apollon à droite. — R./ΑΑΕΞ Apollon Smintheus, debout à droite, vêtu d’un himation. Il porte le carquois à l’épaule et tient de la main droite une coupe, de la main gauche un arc et une flèche ; à ses pieds, un rat (pl. IV, 1)167.

  • 168 Wroth, op. cit., p. 56, n° 3 (pl. XI, 2) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1 146 ; Traité, II, 2, (...)

94Apollon est représenté sous un aspect semblable, mais sans le rat, sur des bronzes d’Hamaxitos, frappés avant 310 et qui ont servi de modèles aux graveurs d’Alexandrie (pl. IV, 16)168.

95Tétradrachmes, drachmes et bronzes (ii/ier siècle av. J.-C.) :

96Tête d’Apollon à gauche. — R/ΑΠΟΛΛΩΝΟΣ ΖΜΙΘΕΩΣ (en deux lignes verticales) ; à l’exergue : A ΛΕΞΑ N( ΔΡΕΩΝ) et noms de magistrats. Apollon Smintheus debout à droite, la jambe gauche avancée. Le dieu est vêtu d’un himation qui est rejeté sur l’épaule gauche et laisse l’épaule droite découverte. Il porte le carquois à l’épaule et tient de la main droite une coupe, de la main gauche un arc et une flèche. De sa chevelure, nouée en chignon, se détachent deux mèches qui tombent sur la nuque.

  • 169 Un certain nombre de tétradrachmes avaient été publiés par J. de Witte, op. cit., p. 23 ss. ; voir (...)

97AR. Tétradrachmes et drachmes (pl. IV, 2, 3)169.

98Tête d’Apollon à gauche. — R /A ΛΕΞΑΝΔΡΕΩΝ et nom d’un magistrat ; Apollon Smintheus debout à droite.

  • 170 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 98, n° 205 (milieu du ier siècle av. J.-C.).

99AE170.

  • 171 H. von Fritze, l. c. ; cf. les observations d’Overbeck, op. cit., p. 92.
  • 172 H. von Fritze, op. cit., pl. III, 1 et 2.
  • 173 H. von Fritze, op. cit., pl. III, 3 ss.

100Les tétradrachmes présentent entre eux des différences qui ont été analysées par H. von Fritze171. Sur les pièces les plus anciennes, Apollon, immobile, a les deux pieds posés à plat sur le sol, dans la position habituelle aux œuvres archaïques ; son bras gauche, plié à angle droit, est couvert en partie par l’himation qui tombe en plis presque jusqu’au sol172. Les pièces plus récentes accusent une décadence stylistique et révèlent un moins grand souci d’exactitude. Le pied droit s’écarte progressivement du pied gauche et se relève de manière à ne plus toucher le sol que de la pointe, comme si le dieu était figuré, non pas immobile, mais marchant ; le bras gauche se relève peu à peu et la chute de l’himation qui tombe du bras gauche n’est plus indiquée que d’une manière fort sommaire173.

  • 174 Overbeck, op. cit., p. 93 ss. (pl. V, 28, 30, 32 à 36).
  • 175 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, nos 99 et 100.
  • 176 Wroth, BMC, Troas, n° 62 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 292, n° 19 ; Dan. Nation. Mus., Tro (...)
  • 177 Wroth, op. cit., n° 86 (pl. V, 11) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 293, n° 28 ; S.-W. Grose, McCl (...)
  • 178 S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 774 (pl. 268, 20).
  • 179 Wroth, op. cit., n° 113 (pl. V, 16); Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 158.
  • 180 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 295, n° 44.
  • 181 G. Macdonald, op. cit., II, p. 295, n° 48 (pl. XLIX, 9) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 5, n° 176.
  • 182 Wroth, op. cit., n° 155.
  • 183 S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 791 (pl. 269, 13) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 5, n° 198.
  • 184 E. Babelon, op. cit., n° 1094.
  • 185 Wroth, op. cit., nos 38 et 39 (pl. IV, 5) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 98.
  • 186 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5297 (pl. 192) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 131.
  • 187 L. Forrer, op. cit., III, n° 5 298 (pl. 192).
  • 188 Wroth, op. cit., nos 88 à 91 (pl. V, 12) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 136.
  • 189 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 294, n° 35 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 147.
  • 190 Wroth, op. cit., n° 112.
  • 191 Wroth, op. cit., nos 114 à 116 (pl. V, 17) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, nos 162, 163.
  • 192 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 306.
  • 193 S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 780 (pl. 269, 5).
  • 194 Wroth, op. cit., n° 169.
  • 195 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 123, n° 11 (pl. XXXII) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, (...)
  • 196 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5305 (pl. 192).
  • 197 Avec la légende apol zminth... (au revers, aigle ou trépied) : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, (...)
  • 198 Wroth, op. cit., n° 63 (pl. V, 3).

101 Monnaies d’époque impériale174. — L’image d’Apollon Smintheus, posée sur une base, se présente le plus souvent de profil, tournée à droite, comme sur les monnaies décrites précédemment. Le dieu occupe seul le revers de pièces qui portent au droit le buste de la Cité175 ou qui sont frappées aux effigies de Commode176, Caracalla (pl. IV, 4)177, Macrin178, Sévère Alexandre179, Maximin180, Gordien III181, Valérien I182 et Gallien183. Souvent, il est accompagné d’un trépied : c’est ainsi qu’on le voit représenté au droit de certains bronzes qui ont eux-mêmes un trépied pour type du revers184. Le trépied figure encore à ses côtés sur des monnaies dont le droit est orné du buste de la Cité185 ou d’une effigie impériale : Commode186, Julia Domna187, Caracalla (pl. IV, 5)188, Élagabale189, Julia Paula190 Sévère Alexandre191, Gordien192, Trébonien Galle193, Gallien194. Un cyprès fait pendant au trépied sur des monnaies de Commode195 et de Maxime196 ; c’est également un cyprès que l’on reconnaît, à côté d’un autel, sur des bronzes pseudo-autonomes (pl. IV, 7)197, tandis qu’un arbre d’une autre espèce se dresse à côté de l’autel sur des monnaies de Commode (pl. IV, 6)198.

  • 199 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 123, n° 10 (pl. XXXII).
  • 200 Wroth, op. cit., n° 92 (pl. V, 13).
  • 201 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 36, n° 5 (pl. I, 31). L’idole est également tournée à gauche (...)
  • 202 Pour d’autres exemples du même genre, voir ci-dessus, p. 25.
  • 203 Sur des monnaies de Pergame, l’idole paraît vêtue d’un chiton presque transparent (ci-dessous, p. (...)

102L’idole, accompagnée du trépied, est vue de face sur des bronzes de Commode199 et de Caracalla (pl. IV, 8)200. Sur des pièces qui portent au droit le buste de la Cité, la statue est tournée de profil à gauche avec, devant elle, un trépied et un aigle (ou un corbeau), derrière elle, un cyprès ; le dieu a la jambe gauche avancée ; il porte le carquois à l’épaule droite, la coupe à la main gauche et l’arc à la main droite ; l’himation, jeté sur l’épaule gauche, pend dans le dos mais laisse le reste du corps entièrement découvert (pl. IV, 9)201. La place des attributs a donc été intervertie, sans doute pour que l’arc et la coupe restent tous deux visibles202. Il est plus difficile d’expliquer la nudité du corps et le témoignage de ces monnaies se concilie difficilement, sur ce point, avec celui des autres documents203.

  • 204 Wroth, op. cit., n° 40 (pl. IV, 6). Date : de Caracalla à Gallien.
  • 205 Wroth, op. cit., n° 64 (pl. V, 4).
  • 206 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 296, n° 51 (pl. XLIX, 11).
  • 207 Est-ce le même personnage qui, sur un bronze de Caracalla, s’appuie contre le piédestal de la stat (...)
  • 208 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 101.
  • 209 E. Babelon, op. cit., n° 1 096.
  • 210 Wroth, BMC, Troas, nos 81 à 85 (pl. V, 10) ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 299 ; Dan. Nation. (...)
  • 211 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 155.
  • 212 E. Babelon, op. cit., n° 1 099.
  • 213 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 168.
  • 214 Wroth, op. cit., n° 156.
  • 215 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 123, n° 13 (pl. XXXII).
  • 216 Ch. Lenormant, op. cit., p. 123, n° 14 (pl. XXXII).
  • 217 E. Babelon, op. cit., n° 1 098.
  • 218 Wroth, op. cit., n° 149 (pl. VI, 10).

103Les monnaies montrent aussi Apollon recevant les hommages de ses adorateurs. Des bronzes, qui portent au droit le buste de la Cité204, celui de Commode (pl. IV, 10)205 ou de Volusien206, ont, pour type du revers, un adorant vêtu de la toge, un rameau ou un sceptre à la main, debout devant le dieu dont il est séparé par un trépied207. Sur d’autres pièces, dont le droit est orné du buste de la Cité208 ou de l’effigie de Commode209, Caracalla (pl. IV, 11)210, Élagabale211 Julia Maesa212 Sévère Alexandre213 et Valérien I214 l’empereur à cheval est tourné vers la statue d’Apollon, tandis que, sur des bronzes de Crispine215, de Caracalla216, de Sévère Alexandre217 et de Volusien (pl. IV, 12)218, l’empereur debout sacrifie devant l’image du dieu.

  • 219 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 99, n° 209 ; Wroth, op. cit., n° 41 ; L. Forrer, Weber Coll., II (...)
  • 220 Overbeck, KM, Apollon, Mzt. V, 35 ; Imhoof-Blumer, l. c., n° 210 ; Wroth, op. cit., n° 80 ; Dan. N (...)
  • 221 Overbeck, op. cit., Mzt. V, 36 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 100, nos 211, 212 (pl. VII, 22) ; Wro (...)
  • 222 Polémon, fr. 31 (FHG, III, p. 124 ed.. C. Müller). W. Wroth (op. cit., pp. xvii-xviii) avait déjà (...)
  • 223 D’autres monnaies montrent Apollon recevant l’hospitalité chez Ordès : Imhoof-Blumer, Griech. Münz (...)
  • 224 La légende contée par Polémon ne fait pas mention de cette découverte ; le témoignage des monnaies (...)
  • 225 « The engraver appears to have naively blended two incidents of the legend — first, the chance fin (...)
  • 226 C’est l’explication de W. Leaf (op. cit., p. 244) : « the figure above the cavern is of course Apo (...)

104Des monnaies qui portent au droit le buste de la Cité219, celui de Crispine220 ou de Caracalla (pl. IV, 13)221 présentent une curieuse figuration. La statue d’Apollon, vue de profil à droite, se dresse au-dessus d’une grotte où est couchée une autre statue du même aspect ; devant la grotte, se tient un berger qui lève la main dans un geste d’adoration ; derrière lui, un taureau s’élance vers la droite. Les graveurs ont transcrit sous cette forme une scène dont nous pouvons deviner la signification grâce à un texte de Polémon222. Nous reconnaissons dans le personnage qui lève la main le bouvier Ordès, auquel le dieu en personne avait manifesté sa volonté223. L’image placée dans la grotte est l’idole d’Apollon que l’on découvrit sans doute à la suite de circonstances miraculeuses224. Quant à celle qui est dressée au-dessus de la grotte, ce peut être la même idole après qu’on l’eut retirée de sa cachette225 ou le dieu lui-même, dont le graveur aurait ainsi représenté l’épiphanie226.

  • 227 Wroth, op. cit., n° 65 (pl. V, 5).
  • 228 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, nos 134, 135.
  • 229 J. Overbeck, op. cit., p. 312 (Mzt. IV, 44) ; Wroth, op. cit., nos 118 à 120 (pl. V, 18 et VI, 1)  (...)
  • 230 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 5, n° 182.
  • 231 Wroth, op. cit., n° 148 (pl. VI, 9).
  • 232 Wroth, op. cit., n° 42. Date : de Caracalla à Gallien.
  • 233 Wroth,op. cit., n° 66 (pl. V, 6).
  • 234 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 301 (pl. 192).
  • 235 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 151.

105Les monnaies impériales montrent aussi le dieu dans son temple. Sur des pièces de Commode (pl. IV, 14)227, Caracalla228, Sévère Alexandre229 et Trébonien Galle230, le temple et la statue, accompagnée du trépied, sont vus de profil à droite. Sur des pièces de Volusien231, la statue, vue de face, et le trépied sont placés au milieu d’un temple hexastyle. Enfin, des monnaies qui portent au droit le buste de la Cité232, celui de Commode233, de Caracalla234 ou d’Élagabale235 ont pour type du revers le Génie de la cité tenant en main la statue d’Apollon Smintheus.

  • 236 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 257, n° 142 (Choix, pl. III, 104) ; Wroth, BMC, Mysia, p. 145 (...)
  • 237 « Unbekleidet bis auf den über die linke Schulter gelegten Mantel », dit H. von Fritze au sujet de (...)
  • 238 Sur la draperie transparente dans la sculpture archaïque, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 480 ss.

106Apollon Smintheus apparaît également sur des monnaies de Pergame frappées à l’effigie d’Antonin236. Le dieu, debout de face à côté d’Asclépios, a les jambes jointes, les bras pliés à angle droit, les avant-bras tendus horizontalement ; il tient dans la main droite une coupe, dans la main gauche un arc (pl. IV, 15). Sur ces monnaies, Apollon n’est pas nu, comme le supposait H. von Fritze, mais son himation est une draperie transparente qui colle au corps et en révèle toutes les formes237. Les sculpteurs n’ignorent point ce genre de draperie et l’on doit admettre que le graveur s’est conformé très exactement, sur ce point, aux données du modèle238.

  • 239 Overbeck, op. cit., pp. 93-94.
  • 240 Ci-dessus, p. 76.
  • 241 HirSchfeld, Alexandreia, PWRE, I (1894), col. 1 396 ; Wroth, op. cit., p. xiv ; W. Leaf, Strabo on (...)
  • 242 Sur ce synoecisme, voir Strabon, XIII, 1, 47 (604) ; sur les monnaies d’Hamaxitos, ci-dessus, p. 7 (...)

107Comme l’a montré Overbeck, l’image d’Apollon qui figure sur les tétradrachmes et les drachmes est identique à celle qui orne les monnaies d’époque impériale239. Cette image, ainsi que nous l’avons vu240, apparaît déjà dans la numismatique d’Alexandrie vers 300 avant J.-C., c’est-à-dire à l’époque où l’ancienne Antigoneia reçut son nouveau nom241. Les monnaies d’Hamaxitos permettent de remonter au delà de cette période puisqu’elles sont antérieures au synoecisme qui réunit cette dernière ville à Alexandrie de Troade242. Ainsi se trouve attestée, dès la seconde moitié du ive siècle, l’existence d’une idole d’Apollon Smintheus qui n’a pas cessé d’être vénérée jusque sous le règne des empereurs romains. Nous allons nous efforcer maintenant d’identifier cette statue.

  • 243 Les ruines du temple d’Apollon ont été identifiées en 1853 par Spratt : W. Leaf, op. cit., p. 226. (...)
  • 244 Strabon, XIII, 1, 48 (604) : ἐν δὲ τῇ Χϱύσῃ ταύτῃ xαὶ τὸ τοῦ Σμινθέως Απόλλωνός ἐστιν ἱεϱόν, xαὶ τ (...)
  • 245 Strabon, XIII, 1, 48 (604) : ‘Ηϱαxλείδης δ’ὁ Ποντιxὸς πληθύοντάς φησι τοὺς μύας πεϱὶ τὸ ἱεϱόν νομι (...)

108Apollon Smintheus avait un important sanctuaire à Chrysé, en Troade, aux environs d’Hamaxitos243. Au dire de Strabon, il existait, dans ce sanctuaire, une statue d’Apollon représentant le dieu posant le pied sur un rat (σμίνθος) ; cette statue était l’œuvre de Scopas de Paros244. Les renseignements du géographe, du moins en ce qui concerne l’aspect de la statue, remontent vraisemblablement à Héraclide Pontique, ainsi que l’indique une citation de cet auteur245.

  • 246 Sur la position des pieds, voir ci-dessus, p. 77.
  • 247 C’est la solution adoptée par P. Gardner, Types, p. 177 ; Overbeck, KM, Apollon, pp. 94-95 ; G. Cu (...)
  • 248 . Overbeck, KM, Apollon, pp. 94-95. Pour le traitement de la draperie sur les monnaies de Pergame, (...)

109Il est naturel que l’on ait cherché à identifier la statue mentionnée par Strabon avec celle que reproduisent les monnaies. Cette dernière, il est vrai, présente des traits incontestablement archaïques : on notera, en particulier, la position des bras, qui, lorsque l’image est vue de face, sont pliés à angle droit, et celle des pieds, posés à plat sur le sol246. Mais l’artiste peut avoir été obligé, pour des raisons religieuses, de donner à son œuvre cet aspect hiératique ; nous serions alors en présence d’une statue archaïsante247. En faveur de cette interprétation, J. Overbeck invoque le traitement de la draperie qui révèle, selon lui, un art déjà fort évolué248. Rien ne nous empêcherait, par conséquent, d’attribuer à Scopas lui-même la statue figurée sur les monnaies d’Alexandrie.

110De sérieuses objections nous empêchent, cependant, d’admèttre cette hypothèse :

  • 249 Ci-dessus, p. 80.
  • 250 Il nous paraît difficile d’affirmer, avec G.-F. Hill (JHS, 36, 1916, p. 134, n. 1), que la vieille (...)

1111o Comme nous l’avons vu, les graveurs se sont faits les interprètes d’une légende qui contait « l’invention » miraculeuse de l’idole d’Apollon249. Une légende de ce genre ne pouvait évidemment se créer au sujet d’une statue dont l’origine était parfaitement établie et dont l’auteur était un sculpteur en renom. Elle s’explique fort bien, au contraire, s’il s’agit d’une vieille image dont la découverte datait, disait-on, de la fondation même du sanctuaire250.

  • 251 Ci-dessus, p. 83.
  • 252 Ci-dessus, p. 76.
  • 253 Tétradrachme du Cabinet des Médailles (Paris) : J. de Witte, op. cit., p. 23 (J. de Witte déclare (...)
  • 254 On ne peut faire état de deux pièces signalées par J. de Witte (op. cit., pp. 24-25), mais qui ne (...)

1122° Strabon nous apprend que la statue d’Apollon Smintheus représentait le dieu posant le pied sur l’animal auquel il devait son nom (σμίνθος) et une citation d’Héraclide Pontique confirme l’exactitude de ce renseignement251. Ce détail n’apparaît pas sur les monnaies. Sans doute, le rat figure-t-il sur des bronzes frappés vers 300, mais il est à côté du dieu et non pas sous ses pieds252. On le cherche en vain sur les tétradrachmes, bien que J. de Witte ait cru jadis le découvrir dans la main droite d’Apollon253. Quant aux monnaies d’époque romaine, il ne semble pas que l’on y trouve la moindre trace de l’animal254.

  • 255 Cette hypothèse avait été proposée par Furtwängler, dans Roscher, Lex., I, p. 466 ; Meisterwerke, (...)
  • 256 Wroth, op. cit., n° 43 (pl. IV, 8), 110 (pl. V, 15), 121 (pl. VI, 2), 139 (pl. VI, 5).
  • 257 Wroth, op. cit., n° 121 (pl. VI, 2).
  • 258 Apollonia ad Rhyndacum : Wroth, BMC, Mysia, p. 12, n° 24 (pl. II, 15). Cyzique : Wroth, op. cit., (...)

113Certains savants ont cru résoudre le problème en supposant que l’œuvre de Scopas avait été reproduite sur d’autres monnaies d’Alexandrie255. Ces monnaies montrent Apollon, une branche à la main droite, s’appuyant du pied droit sur une base ; cette base servirait d’abri au rat et ainsi se justifierait la description de Strabon256. Malheureusement, cette hypothèse est entièrement gratuite, car le seul animal visible sur ces monnaies est un oiseau, peut-être un corbeau257. D’autre part, ce type d’Apollon figure sur les monnaies d’autres cités ; il ne peut donc passer pour la reproduction d’une œuvre d’art locale258.

  • 259 Pausanias, VI, 25, 1 : τῷ δὲ ἑτέϱῳ πoδὶ επὶ χελώνης βέβηxε. Sur les statues que l’on a mises en ra (...)

114Pour se représenter la statue de Scopas, il conviendrait plutôt de chercher, dans le répertoire de la statuaire, des exemples d’un thème semblable. L’Aphrodite Ourania que Phidias avait exécutée pour Élis posait le pied sur le dos d’une tortue et divers témoignages permettent d’imaginer l’aspect de cette œuvre célèbre259. Les monnaies d’Alexandrie de Troade n’offrent rien qui puisse s’interpréter comme une représentation de ce genre. Sans doute les graveurs ont-ils pu supprimer un détail difficile à rendre à une échelle aussi réduite. Cependant, la stricte frontalité d’une statue conçue selon le schéma archaïque ne se concilie guère avec l’idée d’un rat logé sous le pied d’Apollon.

  • 260 Les deux traités conservés sous le nom du rhéteur Menandros ont été publiés par C. Bursian, Der Rh (...)
  • 261 Rhetores graeci, ed. Spengel, III, p. 445 (= C. Bursian, op. cit., p. 150) : ἐπὶ τούτοις ἐxφϱάσεις (...)
  • 262 C’est du moins ce qu’admet C. Bursian, op. cit., pp. 17-18 ; Radermacher pense que le second trait (...)
  • 263 La découverte de la statue, telle qu’elle est figurée sur les monnaies, indiquerait également une (...)

115La statue reproduite par les graveurs d’Alexandrie nous apparaît donc comme une œuvre différente de celle que mentionne Strabon et qu’il attribue à Scopas. Dans un éloge d’Apollon Sminthien qui est conservé sous le nom du rhéteur Menandros260, l’image du dieu est comparée au Zeus d’Olympie et à l’Athéna du Parthénon ; l’auteur ajoute : « Quel Phidias, quel Dédale a créé pareil xoanon ? Peut-être cette statue est-elle tombée du ciel »261. Nous nous garderons de chercher des indications précises dans ces lieux communs, où Phidias et Dédale sont étrangement associés. Nous ne pouvons, cependant, nous empêcher d’observer que l’auteur du πεϱὶ Σμινθιαxοῦ, peut-être originaire d’Alexandrie de Troade262, ne prononce pas le nom de Scopas. Cette image d’origine miraculeuse, « tombée du ciel » comme le Palladium de Troie, ne serait-elle pas justement celle que nous connaissons par le témoignage des monnaies263 ?

  • 264 Overbeck, KM, Apollon, p. 301, n° 33 (Mzt. III, 49) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 107, n° 24 (...)
  • 265 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 107, n° 241.
  • 266 Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 20 (1897), p. 275, n° 2 ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. (...)
  • 267 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1262 (reproduit par L. Robert, RA, 1934, I, p. 54, fig. 2) ; Imho (...)
  • 268 Wroth, BMC, Troas, p. 98, n° 22 (pl. XVIII, 9) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 276, n° 5 ; Dan. Nati (...)
  • 269 E. Babelon, op. cit., n° 1 264.
  • 270 Wroth, ibidem (note) ; Jessen, Chresterios, PWRE, III (1899), col. 2 449 ; sur le temple d’Apollon (...)

116A. Apollon Chresterios a Aegae d’Éolide. — Un Apollon drapé, qui rappelle l’Apollon Smintheus des monnaies d’Alexandrie, figure sur le numéraire d’Aegae en Éolide. Le dieu, vêtu de l’himation, est debout à droite ; il tient à la main droite des bandelettes, à la main gauche un rameau de laurier (pl. IV, 17). Ces monnaies portent au droit une tête de Zeus264 ou l’effigie d’un empereur : Auguste265, Claude266, Vespasien267, Titus et Domitien268, Antonin le Pieux269. Elles reproduisent, sans doute, la statue d’Apollon Chresterios dont le culte est attesté à Aegae par des inscriptions270.

2. Les statues drapées de Dionysos

  • 271 Sur le Dionysos de Mytilène, voir ci-dessus, p. 48.
  • 272 Ces tétradrachmes portent des noms de magistrats : Athenaios (M.-L. Strack, Die ant. Münzen Nord-G (...)
  • 273 Sur le tétradrachme d’Athenaios, le dieu tient un sapin obliquement de la main gauche, sur celui d (...)
  • 274 Head, BMC, Corinth, p. 31, n° 286 (pl. X, 4) et 287 ; E. Babelon, Traité, II, 3, p. 427, n° 567 (p (...)
  • 275 P. Gardner, Num. Chron., 1886, pp. 251-252 (pl. XI, 5).
  • 276 Série ΦΙΛΟΚΡΑ ΤΗΣ-ΗΡΩΔΗΣ : E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 376 ; Imhoof-Gabdner, NCP, p. 143 (...)
  • 277 Imhoof-Gardner, NCP, p. 112, n° 3 (pl. X, 1). Pausanias signale à Thèbes une statue en bronze de D (...)
  • 278 Le Dionysos qui orne les tétradrachmes athéniens appartiendrait, selon Imhoof-Blumer et P. Gardner (...)

117Il n’est guère facile de discerner, parmi les images de Dionysos, celles qui peuvent passer pour des reproductions de statues archaïques271. M. L. Strack a signalé une de ces reproductions sur des tétradrachmes d’Abdère qui datent du ve siècle avant J.-C. (pl. V, 1)272. Mais les images de Dionysos qui ornent les tétradrachmes d’Abdère ne se laissent pas ramener à un modèle commun, ce qui rend peu vraisemblable l’hypothèse du numismate allemand273. Un statère de Corinthe, du ive siècle avant J.-C., a pour symbole un Dionysos barbu, debout à droite, tenant un canthare d’une main, de l’autre une grappe de raisin (pl. V, 2)274. Des tétradrachmes d’Alexandre le Grand, frappés à Téos275, des tétradrachmes athéniens du nouveau style276, des monnaies de Thèbes du ier siècle après J.-C.277 offrent encore des représentations du dieu, susceptibles de passer pour des copies de statues. Cependant, ces statues, pour autant que l’on puisse en juger d’après le témoignage des monnaies, sont d’un style déjà fort évolué et appartiendraient plutôt au début de la période classique278.

  • 279 Babelon-Reinach, Recueil général, I, 1 (2e éd.), p. 203**, n° 123 (pl. XXVII, 30).
  • 280 Babelon-Reinach, op. cit., I, 1, p. 204**, n° 130.
  • 281 E. Babelon et Th. Reinach (op. cit., n° 123) ne se sont pas aperçus que l’idole est assise ; ils o (...)
  • 282 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 208 (pl. I, 2) ; Babelon-Reinach, op. cit., p. 208*, n° 111 (pl. (...)
  • 283 Babelon-Reinach, op. cit., p. 208*, n° 111 a; p. 204**, n° 13 (pl. suppl. P, fig. 9).
  • 284 Babelon-Reinach, op. cit., p. 209*, n° 165.

118En revanche, l’image de Dionysos, figurée sur des bronzes de Sinope aux effigies de Septime Sévère279 et de Caracalla280, a tous les caractères d’une idole primitive (pl. V, 7). Le dieu, coiffé d’une toque plate, le visage orné d’une longue barbe calamistrée, est assis sur un trône à haut dossier. Les bras, pliés à angle droit, s’écartent latéralement ; la main droite tient un canthare par le pied, la main gauche un sceptre. L’idole est vêtue d’une longue tunique sur laquelle se détachent des figures en relief ; un manteau est agrafé sur la poitrine. Aux côtés du dieu, sur une base décorée de colonnes et de personnages, on distingue un autel et deux petits génies ; deux autres petites figures sont posées sur le dossier du trône281. Sur d’autres monnaies de Sinope, dont le droit porte l’effigie de L. Aelius César282, d’Antonin le Pieux283 et de Valérien Ier284, la tête de Dionysos est seule représentée. On y reconnaît la barbe longue et calamistrée et la coiffure en forme de toque ou de turban qui est garnie de quatre rangs de perles (pl. V, 6).

  • 285 Sévère Alexandre : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 105, n° 235 (pl. VIII, 9). La tête du dieu es (...)
  • 286 Le style du Dionysos d’Alcamène n’est guère plus évolué, s’il faut en croire les monnaies d’Athène (...)

119Une autre statue assise est reproduite, dans son ensemble ou en partie, sur des monnaies de Scepsis en Troade (pl. V, 3-5). Dionysos, barbu et cornu, couronné de lierre et coiffé du calathos, est vêtu d’un long chiton ; assis sur un trône entre deux taureaux, il a les bras pliés à angle droit et tient à la main droite un canthare, à la main gauche un fruit ou une fleur285. Cette idole porte encore, dans son attitude, les marques de l’archaïsme, bien qu’elle appartienne vraisemblablement à une époque plus récente286.

V. Les idoles des dieux orientaux

  • 287 W. Deonna, Dédale, I, pp. 74-75.
  • 288 Sur le costume des dieux orientaux, voir l’intéressant article de H. Seyrig, Statuette d’un dieu a (...)
  • 289 Cf. les idoles des déesses asiatiques, ci-dessous, p. 143.

120La nudité masculine est un trait particulier à l’art grec ; elle ne se retrouve en Orient que d’une manière exceptionnelle287. La plupart des idoles des dieux anatoliens et sémitiques sont donc des statues drapées288. Certaines d’entre elles ont le corps dissimulé dans une gaine étroite ; nous pourrons le constater en examinant les images du dieu carien à la double hache et du dieu syrien Hadad289. Avant d’aborder l’étude de ces représentations, nous jetterons un coup d’œil sur des monnaies de Tarse et d’Halicarnasse où sont reproduites des effigies de Zeus et d’Apollon. Peut-être les divinités figurées sur ces monnaies appartiennent-elles encore au panthéon hellénique. Leurs images, cependant, se distinguent de celles que nous avons eu l’occasion d’examiner précédemment ; elles sembleraient plutôt apparenter ces dieux à ceux de l’Orient.

  • 290 Overbeck, KM, Apollon, p. 29 (Mzt. I, 30, 31) ; Imhoof-Blumer, Coin Types of Some Kilikian Cities, (...)
  • 291 On notera la présence des deux taureaux sur des monnaies de Faustine la jeune (Overbeck, l. c., Mz (...)
  • 292 Monnaie de Faustine la jeune : Overbeck, l. c. (Mzt. I, 30).
  • 293 Overbeck, ibidem ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 172, n° 30.
  • 294 Imhoof-Blumer, l. c., n° 31.
  • 295 Imhoof-Blumer, l. c.,n° 32 (pl. XIII, 4) (deux étoiles dans le champ).
  • 296 Overbeck, l. c. (Mzt. I, 31) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 173, n° 33 (pl. XIII, 5) ; Hill, BMC, L (...)
  • 297 Imhoof-Blumer, l. c., n° 34 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 551, n° 35 (pl. LX, 15).
  • 298 Imhoof-Blumer, l.c.,n° 36 ; Hill, op. cit., p. 224, n° 307 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7674 (...)
  • 299 Imhoof-Blumer, l. c., n° 37.
  • 300 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 174, n° 38 (pl. XIII, 7) ; A.-M. Wood-ward, Num. Chron., 1925, p. 318, (...)
  • 301 A.-M. Woodward, op. cit., p. 320, n° 59 (pl. XV).
  • 302 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 4638 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 176, n° 45 (pl. XIII, 12).
  • 303 E. Babelon, op. cit., n° 4 655.
  • 304 E. Babelon, op. cit., n° 4673 (pl. XII, 13) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 176, n° 46 (pl. XIII, 13 (...)
  • 305 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 177, n° 47 (pl. XIII, 14) ; Hill, op. cit., p. 223, n° 304 (pl. XXXVII (...)
  • 306 E. Babelon, op. cit., nos 4 625 à 4 627 (pl. XII, 6) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 175, nos 41, 42 (...)
  • 307 D.-H. Cox, A Tarsus Coin Coll. in the Adana Museum, Ν. N. M., 92 (1941), p. 45, n° 189 (pl. IX).
  • 308 E. Babelon, op. cit., n°4 654 (pl. XII, 10) ; Imhoof-Blumer, op. cit,. p. 177, n° 48 (pl. XIII, 15 (...)
  • 309 Persée seul : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 175, n° 43 (pl. XIII, 10) ; Hill, op. cit., p. 214, n° 2 (...)
  • 310 Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 223, n° 6.
  • 311 Imhoof-Blumer, JHS, 18 (1898), p. 176, n° 44 (pl. XIII, 11).
  • 312 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 121, n° 13 (pl. XXXI).
  • 313 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 173, n° 35 (pl. XIII, 6) ; Hill, op. cit., p. 203, nos 215, 216 (pl. X (...)
  • 314 Hill, op. cit., p. 208, n° 239.

121 L’Apollon de Tarse. — A l’époque impériale, Apollon est souvent figuré sur les monnaies de Tarse en « maître des animaux »290. Le dieu, nu, debout de face sur une base arrondie en forme d’omphalos, est placé entre deux loups qu’il tient par les pattes de devant, tandis que les pattes de derrière s’appuient sur deux taureaux couchés de part et d’autre291. Apollon a une longue Chevelure qui retombe sur ses épaules et au-dessus de laquelle on distingue parfois une couronne de rayons292. C’est ainsi qu’il est représenté sur des monnaies qui portent l’effigie de Faustine la jeune293 Macrin294, Élagabale (pl. VI, 2)295, Sévère Alexandre (pl. VI, 3)296, Maximin297, Etruscilla298 et Valérien299 Une monnaie de Caracalla montre, à côté de l’idole, l’empereur sacrifiant (pl. VI, 4)300, tandis qu’un bronze de Sévère Alexandre présente l’image du dieu à l’entrée de son sanctuaire301. Sur des pièces de Septime Sévère (pl. VI, 5)302, de Sévère Alexandre303, de Gordien (pl. VI, 6)304 et de Trajan Dèce (pl. VI, 7)305, la statue a pour base une haute colonne ; à ses pieds, Persée, seul ou accompagné de la Tyché de la cité, accomplit un sacrifice. Enfin, l’image d’Apollon apparaît comme un attribut de Persée sur des monnaies qui portent au droit la tête d’Héraclès306 ou une effigie impériale : Caracalla307, Sévère Alexandre308, Gordien (pl. VI, 8, 9)309, Trajan Dèce310, Trébonien Galle311. On notera que les monnaies de Tarse nous montrent aussi le dieu sous un aspect différent. Sur des pièces de Sévère Alexandre312 de Maximin (pl. VI, 10)313 et de Balbin314, Apollon tient un loup à la main droite et un arc à la main gauche. Sans doute existait-il à Tarse une statue de ce type, d’un aspect, semble-t-il, moins archaïque ou qui se rapprochait davantage des Apollons helléniques.

  • 315 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2 377.
  • 316 Head, BMC, Caria, p. 110, n° 83 (pl. XIX, 2).
  • 317 Head, l. c., n° 85 ; E. Babelon, op. cit., n° 2 381.
  • 318 W.-M. Leake, Numismata hellenica (1856), Asiatic Greece, p. 64 ; E. Babelon, op. cit., n° 2 384 ; (...)
  • 319 Head, op. cit., p. 111, n° 88 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 9, n° 384.
  • 320 A.-B. Cook, l. c., fig. 811 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 9, n° 385.
  • 321 Pour les détails de l’habillement et de la parure, voir surtout l’exemplaire du British Museum, op (...)
  • 322 Septime Sévère et Julia Domna : E. Babelon, op. cit., n° 2 387 ; comparer la monnaie attribuée à H (...)
  • 323 Sur Zeus Ascraios, voir O. Gruppe, Griech. Mythol., I, p. 75 ; J. Overbeck, KM, Zeus, pp. 210-211  (...)
  • 324 Hesychius, ἄσxϱα-δϱῦς ἄxαϱπος. L’identification de la divinité figurée sur les monnaies avec Zeus (...)

122 Le Zeus Ascraios ( ?) d’Halicarnasse. — Des monnaies d’Halicarnasse, frappées aux effigies d’Agrippine la jeune315, Trajan (pl. VI, I)316, Antonin le Pieux317, Commode318, Septime Sévère319, Gordien le Pieux320 ont pour type du revers un personnage debout de face entre deux arbres sur lesquels sont posés des oiseaux. Ce personnage barbu, dont la longue chevelure tombe sur les épaules, a la tête entourée d’une couronne de rayons. Il est vêtu d’un chiton et d’un himation, serré autour de la taille et dont un pan est ramené sur l’épaule gauche. Ses bras sont allongés le long du corps et ses mains retiennent les bords d’un manteau qui pend dans son dos jusqu’à terre. Sur sa poitrine, on distingue un ornement en forme de médaillon321. Le même personnage figure, à côté de Héra, sur des monnaies d’alliance frappées par Halicarnasse et Cos322. Ces monnaies reproduisent, sans aucun doute, une statue, mais la nature de la divinité, ainsi représentée, paraît difficile à préciser. On admet généralement qu’il s’agit de Zeus Ascraios323. L’épithète ἄσxϱαος dériverait de ασxϱα « chêne »; on croit pouvoir l’appliquer au dieu qui est figuré entre deux arbres sur les monnaies d’Halicarnasse324. Les monnaies ne nous fournissent aucune indication précise sur la date de cette statue. Cependant, l’attitude du personnage et, en particulier, la position des bras, qui pendent symétriquement, indiquent une effigie cultuelle exécutée, sinon à l’époque archaïque, du moins sur le modèle des œuvres de cette époque.

  • 325 Overbeck, KM, Zeus, p. 269 ss. ; L.-R. Farnell, Cuits, I, p. 59 ; Gruppe, Griech. Mythologie, II, (...)
  • 326 Ce sanctuaire, mentionné par Hérodote (V, 119 : μέγα τeὶ ἄγιον λσος πλατανίστων), est décrit p (...)
  • 327 Plutarque, Quaest. gr., 45 (301 F) (traduction et commentaire de W.-R. Halliday, The Greek Questio (...)

123 Le dieu carien à la double hache. — Nous possédons, sur le Zeus Stratios de Labranda en Carie, des textes et des inscriptions, qui, joints aux types monétaires, nous donnent une idée précise de la physionomie de ce dieu325. Son sanctuaire se trouvait dans la montagne aux environs de Mylasa et était relié à cette cité par une voie sacrée326. Le Zeus Labraundos avait pour attribut non pas un foudre, comme le Zeus hellénique, mais une hache. Une légende, rapportée par Plutarque, racontait que cette arme, prise par Héraclès à Hippolyte puis transmise par Omphale aux rois de Lydie, avait été enlevée par Arsélis de Mylasa, compagnon de Gygès, qui la déposa entre les mains de Zeus Labraundos, le dieu « à la double hache » (λάβϱνς)327.

  • 328 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2693 ss. ; Traité, II, 2, col. 139 ss.; Head, BMC, Caria, p. 180 (...)
  • 329 P. Foucart, op. cit., p. 145 ss. ; S. Reinach, Rép. Reliefs, II, p. 300, 2; J. Schaefer, op. cit.,(...)

124Les monnaies des satrapes de Carie, au ive siècle avant J.-C., montrent un dieu porteur d’une double hache que l’on peut identifier avec le Zeus de Labranda. Ce dieu, debout à droite, est vêtu d’un chiton et d’un himation. Il tient à la main droite la bipenne dont le manche repose sur son épaule et, à la main gauche, un long sceptre ou une lance328. Le même dieu se présente de face, entre Idrieus et Ada, successeurs de Mausole et d’Artémise, sur une stèle de marbre blanc trouvée à Tégée. Il a le même costume, les mêmes attributs et la même attitude que le Zeus des monnaies cariennes, mais il porte de plus un collier et, sur la poitrine, des ornements rangés en triangle où P. Foucart croit reconnaître des mamelles329.

  • 330 D’après J. Schaefer, le modèle reproduit sur la stèle et sur les monnaies du ive siècle serait une (...)
  • 331 Strabon mentionne le xoanon de Zeus Stratios : XIV, 2, 23 (659) ; cf. J. Schaefer, op. cit., p. 35 (...)
  • 332 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 589, n° 49 (pl. VII, 2) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 128, n° (...)

125Les graveurs qui ont exécuté les monnaies des satrapes de Carie et l’artiste qui a sculpté la stèle de Tégée ont représenté le dieu carien sous une forme hellénisée330. Mais des types monétaires d’une époque beaucoup plus tardive montrent une idole d’un aspect primitif, peut-être identique au xoanon que mentionne Strabon331. Des médaillons de la province d’Asie, frappés à l’effigie d’Hadrien, ont pour type du revers un dieu barbu, la tête surmontée d’un calathos, le corps enveloppé dans un himation, les bras pliés à angle droit dans la pose hiératique des vieilles statues de culte. La main droite tient une double hache, la main gauche une lance ; des poignets se détachent deux bandelettes noueuses qui pendent jusqu’à terre332.

  • 333 C. Caesar ( ?) : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 144, n° 2. Titus : E. Babelon, Coll. Waddin (...)
  • 334 Caracalla et Géta : Head, op. cit., p. 133, n° 37 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 576 (fig. 485).
  • 335 Géta : F. Baillion, Revue belge de num., 1929, p. 9 (fig.).
  • 336 Caracalla : Head, BMC, Caria, p. 132, n° 35 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 10, n° 436. Géta : Hea (...)
  • 337 Par exemple sur la monnaie publiée par Head, op. cit., p. 133, n° 38 (pl. XXII, 5). Le filet qui e (...)

126Une idole semblable figure sur des monnaies de Mylasa d’époque impériale, seule333 ou en compagnie d’une autre divinité, Zeus Osogoa334 ; elle apparaît aussi dans un temple distyle335 ou tétrastyle (pl. V, 8)336. Sur certaines de ces monnaies, le dieu ne porte pas l’himation, comme sur les médaillons d’Hadrien, mais il est vêtu d’une tunique qu’un filet à larges mailles serre étroitement autour de son corps. Sur la poitrine, pendent des ornements qu’il faut vraisemblablement identifier aux « mamelles » reconnues par P. Foucart sur la stèle de Tégée337.

  • 338 Le relief n’est connu que par un dessin : J.-T. Wood, Discoveries at Ephesus, Londres, 1877, p. 27 (...)
  • 339 Sur l’interprétation de ces ornements, voir P. Foucart, op. cit., p. 161 ss. ; M. Meurer, RM, 29 ( (...)

127Cette interprétation est confirmée par un autre document. En effet, un relief provenant de Mylasa montre le dieu avec ses attributs habituels, la tête surmontée du calathos, le bas du corps serré par des bandelettes dans une gaine étroite. Les « mamelles » se superposent en plusieurs rangées sur la poitrine et donnent ainsi à cette idole un aspect analogue aux images de l’Artémis d’Éphèse ou d’autres déesses asiatiques338. On peut donc se demander si le dieu à la double hache est une divinité polymaste ou s’il faut renoncer à prendre pour des mamelles des attributs qui conviennent aussi bien à un dieu guerrier qu’aux déesses de la nature et de la fécondité339.

  • 340 Au droit, Zeus Labraundos ; au revers, aigle : Head, op. cit., p. 100, n° 5 (pl. XVII, 6). Au droi (...)
  • 341 Au droit, tête de Dionysos à droite ; au revers, Zeus Labraundos : Head, op. cit., p. 99, n° 3 (pl (...)
  • 342 Au droit, Zeus Labraundos et cerf ; au revers, aigle sur un foudre : Head, op. cit., p. 100, n° 6  (...)
  • 343 P. Gardner, Types, p. 79 (pl. XV, 9) ; Head, op. cit., p. 100, n° 8 (pl. XVII, 8) ; Dieudonné, Rev (...)

128Le culte du dieu à la double hache est attesté dans d’autres villes de Carie par des monnaies qui reproduisent l’idole de Labranda ou d’autres idoles du même type. A Euromos, le dieu apparaît, sur des monnaies du iie et du ier siècle avant J.-C., tenant d’une main la bipenne, de l’autre la lance, tantôt seul (pl. V, 9)340, tantôt entre les bonnets des Dioscures (pl. V, 10)341, tantôt accompagné d’un cerf342. Ces représentations le montrent enveloppé d’une longue tunique qui a l’aspect d’une gaine étroite. D’autres monnaies d’Euromos, frappées aux effigies d’Auguste et de Livie, donnent une idée plus précise de la statue de culte. La gaine, qui va en s’amincissant vers le bas, est retenue à la taille par une ceinture ; elle est marquée, depuis le haut jusqu’en bas, de petites protubérances, comme si les « mamelles », au heu de se localiser sur la poitrine, s’étendaient sur tout le corps de la divinité (pl. V, 11)343.

  • 344 Zeus debout de face, armé de la lance et de la bipenne ; au revers, Apollon nu : Imhoof-Blumer, Nu (...)
  • 345 « Figura Jovis barbati in truncum desinens » : J. Schaefer, op. cit., p. 365. J. Schaefer cite deu (...)
  • 346 Antonin le Pieux : J. Friedländer, Zeitschr. f. Num., 2 (1875), p. 109 ; J. Schaefer, op. cit., p. (...)
  • 347 Commode : J. Friedlander, op. cit., p. 111 ; J. Schaefer, op. cit., p. 365, n° 3 ; A.-B. Cook, Zeu (...)
  • 348 Caracalla : Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 93, n° 5 (pl. V, 8) ; J. Schaefer, op (...)
  • 349 « It is probably an arohaic statue of Zeus Stratios or Labraundos » : Head, op. cit., p. 78, n° 8 (...)
  • 350 L. Robert, op. cit., p. 344 (fig. 5). On trouvera, à la suite de l’article de L. Robert, la public (...)

129On peut encore reconnaître une idole analogue sur des monnaies d’Amyzon (pl. V, 12)344 et d’Iasos345 où figure un dieu barbu et engainé. En revanche, le dieu armé de la bipenne et de la lance qui apparaît sur des monnaies de Keramos est d’un type différent. Nu ou vêtu d’une courte tunique, il s’avance en compagnie d’un quadrupède, lion ou panthère (pl. V, 13)346. On le rencontre aussi en compagnie d’un autre dieu (pl. V, 14)347 ou entre deux félins, au milieu d’un temple tétrastyle348. Cette image est sans doute une vieille statue de culte, analogue aux kouroi archaïques349 et dont la tête aurait été reproduite également par les graveurs de Keramos350.

  • 351 Sur Hadad, voir R. Dussaud dans PWRE, VII (1912), col. 2157 ss.
  • 352 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 437, n° 121 (pl. H, 15) ; Num. Zeitschr., 33 (1901), pp. 4-5 (...)
  • 353 R. Dussaud, Journal asiatique, 1904, I, p. 200 ; Hadad, PWRE, VII, col. 2 162 ; Syria, l. c. E. Ba (...)
  • 354 R. Dussaud, Syria, l. c.

130 Les dieux syriens.—Certaines représentations du dieu syrien Hadad méritent aussi d’être signalées en raison de leur aspect archaïque351. Des tétradrachmes d’Antiochus XII ont pour type du revers un personnage barbu, debout de face sur une base à deux degrés et accosté de deux taureaux couchés (pl. VI, 11). Ce personnage, coiffé d’un bonnet pointu, est vêtu d’une longue robe serrée à la taille par une ceinture et d’un manteau agrafé sur la poitrine. Il a les avant-bras étendus latéralement et tient dans la main gauche un épi avec deux feuilles352. R. Dussaud a reconnu sur ces monnaies l’idole de Hadad, adoré à Damas en compagnie de la déesse Atargatis353. Hadad, dieu de l’orage, était aussi le dispensateur des pluies ; il assurait la fertilité du sol et avait pour cette raison un épi comme attribut354.

  • 355 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 440, n° 8 (Choix, pl. VII, 223) ; G. Macdonald, Hunter. Coll. (...)
  • 356 Caracalla, Sévère Alexandre, Julia Mamaea : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 235, nos 772 à 775 ( (...)
  • 357 Géta : Wroth, BMC, Galatia, p. 303, nos 1 et 2 (pl. XXXVIII, 4) ; E. Babelon, Rev. num., 1920, p. (...)
  • 358 Sur ces images de Hadad entre deux taureaux, R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistiqu (...)
  • 359 Sur le Jupiter héliopolitain : Drexler, Heliopolitanus, dans Roscher, Lex., I, col. 1987 ss. ; O. (...)
  • 360 Macrobe, Saturn., I, 23, 12 : « Simulacrum enim aureum specie inberbi instat dextera eleuata cum f (...)
  • 361 Voir principalement R. Dussaud, RA, 1903, I, p. 347 ss. ; 1903, II, p. 91 ss. (= Notes de mytholog (...)
  • 362 Sur les sujets et sur leur interprétation : F. Cumont, Syria, 2 (1921), p. 40 ss.

131D’autres images de ce dieu nous sont connues par des monnaies d’époque impériale frappées à Rhosos355, à Hiérapolis (Bambyké)356 et à Dion (pl. VI, 12)357, où Hadad est également figuré entre les deux taureaux358. Mais le prestige de ces dieux locaux fut éclipsé par celui du Hadad d’Héliopolis (Baalbek), identifié à Jupiter (Jupiter heliopolitanus) et dont le culte connut dans l’empire romain une extension considérable359. Nous savons, par Macrobe, qu’on le représentait imberbe, tenant un fouet dans la main droite levée, un foudre et des épis dans la main gauche360. Un grand nombre de statues et de reliefs, découverts en différents points du monde romain, répondent à cette description361. L’examen de ces répliques révèle entre elles des divergences, mais aussi un certain nombre de points communs : le dieu, qui tient en mains les attributs mentionnés par Macrobe, est coiffé d’un calathos et se dresse sur une base accostée de deux taureaux ; il porte, au-dessus d’une longue tunique, une gaine qui forme sur la poitrine une sorte de cuirasse et qui est décorée de reliefs362.

  • 363 Marc Aurèle : Hill, BMC, Palestine, p. 49, nos 27 à 41 (pl. VI, 1). Sur l’identification avec le Z (...)
  • 364 Caracalla : Hill, op. cit., p. 141, nos 3 et 4 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 13, n° 2. Elagabale : (...)
  • 365 Elagabale : Hill, op. cit., p. 170, n° 5 (pl. XVII, 13). Imhoof-Blumer avait déjà publié cette piè (...)
  • 366 Sévère Alexandre : Hill, BMC, Phoenicia, p. 110, nos 9 et 10 (pl. XIII, 10) ; S. Ronzevalle, Mél. (...)
  • 367 Elagabale : E. Babelon, Perses Achém., nos 1498 et 1499 (pl. XVIII, 21) ; S. Ronzevalle, ibidem (a (...)
  • 368 Winnefeld, Op. Cit., p. 119.
  • 369 Voir ci-dessous, p. 176 ss.
  • 370 Ci-dessous, p. 167 ss. ; cf. C. Fredrich, AM, 22 (1897), p. 371.
  • 371 Winnefeld, op. cit., p. 120 ; V. Müller, Kultbild, col. 479.

132L’idole du Zeus d’Héliopolis est reproduite sur les monnaies de Néapolis de Samarie (pl. VI, 14)363, d’Éleuthéropolis364 et de Nicopolis (pl. VI, 13)365. En outre, le R. P. Ronzevalle a montré que le Zeus d’Héliopolis fait partie de la triade représentée dans un temple à trois compartiments sur des pièces d’Arca-Caesarea (Césarée du Liban)366 et d’Orthosie367. Les monnaies n’ajoutent pas grand’chose à ce que nous apprennent les autres documents368. On y reconnaît seulement la silhouette de la statue qui se dresse entre les deux taureaux, la tête surmontée du calathos, le fouet dans la main droite levée, une touffe d’épis dans la main gauche. L’image du Zeus d’Héliopolis s’apparente aux idoles engainées de l’Artémis d’Éphèse369 ou de l’Aphrodite d’Aphrodisias370 ; sans doute devons-nous y voir une de ces créations d’époque tardive où se manifestait l’intention de conserver la physionomie traditionnelle des vieilles statues de culte371.

Notes

1 Le buste paraît ignoré du sculpteur archaïque (W. Deonna, Dédale, I, p. 103). On verra plus loin (p. 159) ce que nous avons dit du buste ( ?) de l’Artémis de Pergé.

2 Sur les hermès, voir principalement P. Paris, Hermae, Hermulae, DA, III, 1, p. 130 ss. ; M.-W. De Visser, De Graecorum diis non referentibùs speciem humanam, Leyde, 1900, pp. 71-73 ; L. Curtius, Die antike Herme, Leipzig, 1903 ; Eitrem, Hermai, PWRE, VIII (1913), col. 696 ss. ; Ch. Picard, Statua, pp. 1470-1471 ; V. Müller, Kultbild, col. 499-500; R. Lullies, Die Typen der griech. Herme (= Königsberger Kunstgeschichtl. Forsch., 3, 1931) ; W. Deonna, Dédale, I, p. 100 ss. ; J.-F. Crome, AM, 60/61 (1935/1936), p. 300 ss. ; Ch. Picard, Manuel, I, pp. 48-49. Sur l’origine de l’hermès, voir la théorie proposée récemment par H. Goldman, AJA, 46 (1942), p. 58 ss. ; cf. aussi N.-O. Brown, Hermes the Thief, Univ. of Wisconsin, 1947, pp. 32 ss., 102 ss.

3 Eitrem, Hermai, col. 704 ss.

4 Eitrem, Hermai, col. 700.

5 Hermès sur les monnaies de Naxos à côté du Silène accroupi : A.-H. Cahn, Die Münzen der sizilischen Stadt Naxos, Bâle, 1944, p. 62 ss. ; p. 87. Hermès à côté d’un jeune chasseur (le Krimisos ?) sur les monnaies de Ségeste : A. Holm, Gesch. Siciliens, III (1898), p. 635, n° 216 (pl. IV, 11).

6 Il est impossible de discerner dans chaque cas si le graveur a pris pour modèle une statue déterminée, mais les traits particuliers que présentent la plupart des hermès figurés sur des monnaies d’époque impériale semblent bien indiquer des reproductions de statues ; voir les exemples cités par Imhoof-Gardner, NCP, p. 8, n° 12 (Mégare), p. 69, n° 2 (Pylos), p. 106, n° 2 (Phigalie), p. 109, n° 6 (Tégée), p. 148, n° 10 (Athènes), p. 163 (Gytheion), p. 164 (Asiné).

7 Sur les monnaies d’époque impériale, des hermès figurent souvent auprès du personnage principal : Imhoof-Gardner, NCP, p. 23, n° 25 (Corinthe : Apollon), p. 94, n° 5 (Mantinée : Arcas ?), p. 82, n° 16 (Patras : Hermès), p. 97, n° 2 (Phénée : Hermès). Ces hermès faisaient vraisemblablement partie des œuvres d’art qui ont servi de modèles aux graveurs. Le célèbre Éros de Parion, chef-d’œuvre de Praxitèle, était également accompagné d’un petit terme, ainsi que l’attestent les types monétaires : P. Wolters, Der Eros des Praxiteles in Parion, Sitzungsber. d. bayer. Akad., philos.-hist. Kl., 1913, pp. 30-31 (cf. ci-dessous, p. 315). On a supposé que la statue primitive d’Éros à Parion avait l’aspect d’un terme ; les monnaies où le terme figure seul (Wroth, BMC, Mysia, p. 104, n° 96) reproduiraient cette antique image ; mais, comme aucun argument décisif ne peut être invoqué en faveur de cette hypothèse, nous n’avons pas cru devoir nous y arrêter (cf. Eitrem, Hermai, col. 704). Un cistophore, frappé à Parion, a pour symbole « un hermès priapique sur un caducée » : E. Babelon, Coll. Waddington, n° 6 957.

8 Sur les monnaies d’Aenos, voir M.-L. Strack, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, II, 1, p. 128 ss. ; E. Babelon, Traité, II, 4, col. 949 ss. L’article de Th. Gerassimov (Bull. Inst. archéolog. bulgare, 13, 1939, p. 265 ss.) ne m’est connu que par le résumé en allemand (p. 285 ss.) ; l’idée que la tête d’Hermès qui orne le droit des tétradrachmes pourrait reproduire la tête de la statue aboutit à placer l’exécution de l’idole vers 480, hypothèse absurde qui va à l’encontre de tous nos témoignages (cf. Ch. Picard, Revue num., 1942, p. 22).

9 Strack, op. cit., pp. 156-157, nos 259 et 260 (pl. IV, 7) ; E. Babelon, op. cit., n° 1498 (pl. CCCXLIV, 11 et 12) ; pour des agrandissements de ces monnaies, voir Th. Gerassimov, op. cit., p. 268 (fig. 299), p. 269 (fig. 300), p. 274 (fig. 306).

10 Strack, op. cit., p. 167, n° 293.

11 Strack, op. cit., p. 185, n° 361 (pl. V, 4) ; E. Babelon, op. cit., n° 1 508 (pl. CCCXLV, 14). Selon A.-B. West, ces monnaies auraient été frappées, non pas vers le milieu du ive siècle, mais à la fin du ve siècle, vers 412 : Fifth and Fourth Century Gold Coins from the Thracian Coast, Ν. N. M., 40 (1929), p. 146 ss. (sur les raisons qui pouvaient déterminer la cité à mettre sur ses monnaies l’image de la statue, voir West, op. cit., pp. 151-152 ; l’idée que le métal de la statue aurait servi à la frappe des monnaies d’or semble exclue, puisqu’il s’agit, comme nous le verrons ci-dessous, p. 47, d’une idole en bois).

12 Strack, op. cit., pp. 186-187, nos 362 à 368 (pl. V, 5) ; E. Babelon, op. cit., n° 1 511 (pl. CCCXLVI, 4 à 6) ; pour des agrandissements, voir Th. Gerassimov, op. cit., p. 277 (fig. 310).

13 Strack, op. cit., p. 188, n° 369 (pl. V, 10).

14 Strack, op. cit., p. 195, n° 393 (pl. V, 22).

15 Berlin, Beschreib., I, p. 304, n° 36 ; Strack, op. cit., p. 139 ; Th. Gerassimov, op. cit., p. 277 (fig. 311).

16 Svoronos, Tà νομίσματα το xϱάτους τν Πτολεμαίων, I, σιέ, pl. XXVII, 11-14 ; Strack, op. cit., p. 141.

17 Sur l’histoire de la Thrace pendant cette période, voir B. Lenk, Thrake, PWRE, VI A (1936), col. 428 ss.

18 Le texte de Callimaque (Pap. Οx., IV, n° 661) est malheureusement fort mutilé, mais la διήγησις (publiée d’abord dans l’éd. de M. Norsa et G. Vitelli, Διηγήσεις di poemi di Callimaco in un papiro di Tebtynis, Florence, 1934, pp. 45-46) permet d’en reconstituer le contenu. On trouvera les deux réunis et commentés dans R. Pfeiffer, Die neuen διηγήσεις zu Kallimachosgedichten (Sitzungsber. d. bayer. Akad., 1934, 10), p. 23 ss. ; voir aussi l’édition de Callimaque par E. Cahen (Belles-Lettres, 2e éd., 1940, pp. 173-174) ; REG, 48 (1935), p. 308 ss. ; E. Diehl, Rhein. Mus., 1943, p. 177 ss.

19 Ch. Picard, Le sculpteur Epeios, Revue num., 1942, p. 1 ss. (on trouvera dans cet article un examen des traditions relatives à Epeios).

20 W. Reichel, Ueber vorhellen. Götterculte, Vienne, 1897, pp. 15-17. Sur le trône d’Amyclées, voir ci-dessous, p. 54.

21 Sur les monnaies de Mytilène portant l’image de Dionysos, voir G. Quandt, De Baccho ab Alexandri aetate in Asia minore culto (Diss. philolog. Hal., XXI, 1913), pp. 140-141. Pour les monnaies du iie et du ier siècle avant J.-C., voir Wroth, BMC, Troas, p. 193 ss., nos 106 à 138 (pl. XXXVIII, 9 à 18) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, pp. 316-317, nos 6 à 11 ; etc. Un tétradrachme de Mytilène est décrit par E. Babelon comme portant au droit la tête de Zeus Ammon et au revers le « xoanon de Zeus Ammon » dans une couronne de lierre : Coll. Waddington, n° 1 393 (pl. III, 8) ; en réalité, c’est le terme de Dionysos qui figure au revers de cette pièce. Un autre tétradrachme, provenant d’une trouvaille de Babylone, a été publié par K. Regling, Zeitschr. f. Num., 38 (1928), p. 123, n° 76 (pl. XIII). Pour des tétradrachmes aux types d’Alexandre le Grand, voir S.-P. Noe, Amer. Num. Soc., Museum Notes, III (1948), p. 4, n° 6 (pl. I, 6).

22 Une tête barbue, surmontée d’une coiffure semblable, figure en contremarque sur des monnaies de Mytilène : Wroth, op. cit., nos 109, 110, 113 (pl. XXXVIII, 11), etc.

23 Wroth, op. cit., nos 106 à 130 ; G. Macdonald, op. cit., nos 6 à 8 ; E. Babelon, op. cit., n° 1 393 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, III, n° 2574 ; L. Forrer, Weber Coll., III, nos 5 683 à 5 686 (pl. 202) ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 8, nos 389 à 391 ; 395 à 397.

24 Wroth, op. cit., nos 131 à 138 ; G. Macdonald, op. cit., nos 9 à 11 ; L. Forrer, op. cit., III, n° 5 687 (pl. 202) ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 8, nos 392 à 394.

25 Wroth, op. cit., p. 196, n° 139 (pl. XXXVIII, 19). Wroth interprétait le geste d’une manière différente : pour lui, le personnage cherchait à déplacer la statue. Sur l’interprétation de Rossbach, voir Neue Jahrb., 7 (1901), p. 387, n. 1.

26 Je dois cette observation à M. Ch. Picard. On rapprochera les Ménades figurées auprès de l’image de Dionysos sur une peinture de vase : W. Wrede, Der Maskengott, AM, 53 (1928), p. 81 (fig. 1).

27 Wroth, op. cit., p. 169, n° 1 (pl. XXXV, 1). Sur le Koinon de Lesbos, voir L. Robert, REG, 38 (1925), pp. 40-41.

28 Terme posé sur une proue (au droit, tête de Zeus Ammon) : Wroth, op. cit., p. 203, n° 184 (pl. XL, 8) ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 9, n° 412. Le terme tient-il dans la main droite une grappe de raisins, comme le disent les catalogues ? N’a-t-on pas pris pour des bras les extrémités du vêtement ou de la peau d’animal qui drape la figure ?

29 Terme en face de la Cité assise (au droit, tête de Zeus Ammon) : Wroth, op. cit., p. 202, n° 179 (pl. XL, 5). Terme en face de la Cité assise (au droit, buste de Gallien) : Wroth, op. cit., p. 213, n° 230 (pl. XLII, 11). Terme posé sur une proue en face de la Cité debout : P. Gardner, Types, p. 79 (pl. XV, 11) ; Wroth, op. cit., p. 202, n° 180 (pl. XL, 6).

30 « Herme auf einer Prora » au revers d’un bronze de L. Aelius César : A. Löbbecke, Zeitschr. f. Num., 12 (1885), p. 315 ; voir d’autres exemples ci-dessus, p. 48.

31 Sur la nébride, vêtement de Dionysos, voir A. Legrand, Nebris, DA, IV, 1, p. 40.

32 Wroth, op. cit., p. 202, n° 178 (pl. XL, 4) ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 9, n° 413.

33 Wroth, op. cit., p. 203, n° 185 (pl. XL, 9).

34 Domitia : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 110, n° 253 (pl. VIII, 18) ; Wroth, op. cit., p. 205, n° 197 ; Imhoof-Blumer, JIAN, 11 (1908), p. 153, n° 437 (pl. X, 9). Géta : Wroth, op. cit., p. 210, n° 216 (pl. XLII, 2) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 319, n° 21 (pl. L, 6). Sévère Alexandre : Wroth, op. cit., p. 211, n° 220 (pl. XLII, 3). Valérien I : Wroth, op. cit., pp. 211-212, nos 223 à 226 (pl. XLII, 5 à 7).

35 Au droit, buste de Commode : Wroth, op. cit., p. 215, n° 235. Cette monnaie est décrite comme une monnaie d’alliance entre Mytilène et Pergé, mais la divinité qui se tient à côté de la Tyché de Mytilène n’est pas l’Artémis de Pergé (ci-dessous, p. 154) ; c’est une déesse que l’on retrouve sur des monnaies de Pergame (ci-dessous, p. 147, n. 7), comme l’a reconnu Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, pp. 60-61 (pl. IV, 13).

36 Au droit, tête de Zeus Ammon (époque de Valérien et de Gallien) : Wroth, op. cit., p. 214, n° 233 (pl. XLIII, 2).

37 Au droit, buste de la Tyché de Mytilène : Wroth, op. cit., p. 214, n° 234 (pl. XLIII, 3).

38 Voir ci-dessus, p. 47. Une autre légende du même type semble attestée par un bas-relief d’Ostie, qui représente une statue d’Hercule, ramenée à la côte dans un filet de pêcheur : G. Becatti, Bull. comm. arch. Gov. di Roma, 67 (1939), p. 37 ss. (d’après Ch. Picard, Revue num., 1942, p. 13).

39 Pausanias, X, 19, 3. Le texte de l’oracle, avec le commentaire du philosophe Oenomaos, nous a été conservé par Eusèbe, Praep. Ευ., V, 36 (voir ce texte dans l’édition de E.-H. Gifford, Oxford, 1903 et dans P. Vallette, De Oenomao Cynico, Paris, 1908, pp. 67-68, commentaire pp. 109-110). Malheureusement, le nom du dieu ne nous a pas été transmis correctement et sa forme exacte est difficile à rétablir. Depuis Lobeck (Aglaophamus, II, p. 1087) on a généralement accepté la forme Φαλλήν. J. Bousquet (RA, 1942-43, II, p. 32), se fondant sur des inscriptions de Delphes, propose Σφαλήν, que l’on rétablirait chez Pausanias (Διόννσον Σφαλνα) et dans le texte de l’oracle (Σφαλνος τιμῶσι Διωνύσοιο xάϱηνον) ; il écarte Κεφαλήν, que M. P. Nilsson voudrait maintenir sur la foi des manuscrits de Pausanias (Griech. Religion, I, p. 560, n. 4), mais qui ne peut trouver place dans le texte de l’oracle (cf. J. Bousquet, op. cit., p. 33, n. 2). Sur le Dionysos de Méthymna, voir Ch. Newton, Arch. Zeit., 11 (1853), col. 125 ; F. Back, Jahrb. f. class. Philol., 135 (1887), p. 442, n. 17 ; Wroth, op. cit., p. lxxvi; Gruppe, Griech. Mythologie, I, p. 297 ; II, p. 1 422, n. 8 ; Höfer, Phallen, dans Roscher, Lex., III, col. 2 243-2 244 ; L.-R. Farnell, Cuits, V, p. 105 ; G. Quandt, op. cit., p. 141 ss. ; Zchietzchmann, Methymna, PWRE, XV (1932), col. 1 394-1 395 ; H. Herter, Phallen, PWRE, XIX (1938), col. 1 670-1 672. Une image de Dionysos était portée en procession à l’occasion des Dionysies : IG, XII, 2, 503 ; S. Reinach l’identifie avec la statue mentionnée par Pausanias : BCH, 7 (1883), pp. 40-41 (cf. Herter, op. cit., col. 1 672 ; sur la procession des Anthestéries, voir ci-dessous, p. 54, n. 1).

40 L’oracle de Delphes, cité par le philosophe Oenomaos, emploie le terme xάρηνον : p. Vallette, De Oenomao Cynico, p. 67 (= Eusèbe, Praep. Evangel., V, 36).

41 Je reproduis la traduction de G. Daux, Pausanias à Delphes, p. 53. Les Méthymnéens avaient envoyé à Delphes une copie en bronze de l’image miraculeuse : F. Schober, Delphoi, PWRE, suppl. V (1931), col. 114-115.

42 G. Quandt, op. cit., p. 145 ; ces monnaies, frappées entre 300 et 167 avant J.-C., portent au droit les types suivants :
1° Tête féminine (ou tête d’Apollon ?) à droite : P. Gardner, Types, p. 79 (pl. XV, 12) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 109, n° 250 ; Zeitschr. f. Num., 20 (1897), p. 285 (pl. X, 24) ; Wroth, BMC, Troas, p. 175, nos 1 à 6 (pl. XXXV, 11 et 12) ; E. Babelon, Coll. Waddington, ° 1368 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 649 (pl. 201) ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. 7, nos 337, 338 ;
2° Taureau debout (à dr. ou à g.) ; au-dessus, une massue : Wroth, op. cit., n° 8 ; Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 276, n° 244.

43 G. Quandt, op. cit., p. 143. Depuis le iiie siècle avant J.-C. :
1° Tête de Dionysos. — R /MAΘYMNA Canthare : E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1 379 ;
2° Tête d’Héraclès à dr. — R/ΜΗΘΥΜΝΑ (ΩΝ) Tête de Dionysos : Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 278, n° 248 a (pl. E, 28) ; E. Babelon, op. cit., n° 1 380 ;
3° Tête d’Apollon ( ?) à dr. — R /M Tête de Dionysos : Wroth, op. cit., n° 7 (pl. XXXV, 13) (attribuée à Antissa, mais voir la note de Wroth et cf. Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 20, 1897, p. 285, n. 2) ;
4° Tête de Commode. — R/ΜΗΘΥΜΝΑΙΩΝ Tête de Dionysos : E. Babelon, op. cit., n° 1 382 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 285, n° 4 (pl. X, 23).
En contremarque, sur une monnaie portant, au droit, la tête d’Apollon et, au revers, Arion sur le dauphin : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 285, n. 2.

44 P. Gardner, Types, p. 79. W. Wroth (op. cit., p. lxxviii) considère l’identification comme possible, mais non certaine. H. Herter (op. cit., col. 1 672) fait remarquer que la tête est accompagnée d’un caducée, mais le caducée est un symbole monétaire et non pas un attribut du dieu (cf. Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 109). D’autres savants ont cru reconnaître sur ces monnaies la tête d’Orphée (cf. Wroth, ibidem).

45 Pour W. Wroth, la tête serait voilée (op. cit., p. 175) et la coiffure analogue à celle des Perses (op. cit., p. lxxviii) ; selon F. Back, la tête serait enveloppée de bandelettes : Jahr. f. class. Philol., 135 (1887), p. 442, n. 17 (de même Herter, op. cit., col. 1 672). En réalité, on pourrait seulement parler d’une coiffure à la mode perse pour certaines monnaies de Méthymna (voir notre pl. I, 14).

46 W. Wrede, Der Maskengott, AM, 53 (1928), p. 89.

47 Le cou n’est pas indiqué sur les monnaies de Méthymna (Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 20, 1897, p. 285), mais la tête y est figurée tout entière. On comparera les photographies de masques de profil dans W. Wrede, op. cit., Beil. XXII, 2 ; XXVII, 3, 5 ; XXVIII, 4 et pl. III.

48 P. Vallette, De Oenomao Cynico, p. 68 (= Eusèbe, Praep. Ευ., V, 36).

49 Pausanias, X, 19, 3 : ἐπὶ τούτῳ oἱ Μηθυμναϊοι ξόανον μὲν τὸ ἐx τῆς θαλάσσης παρὰ σφίαιν ἕχοντες xαὶ θυσίαις xαὶ εὐχαῖς τιμῶσι, χαλxοῦν δè ἀποπέμπονσιν ες Δελφούς (voir la traduction de ce texte dans G. Daux, Pausanias à Delphes, p. 53). Pour l’emploi des mots ξόανον et πρόσωπον, on rapprochera la description des deux ξόανα de Dionysos Lysios et Baccheios à Corinthe, qui étaient dorés, sauf le visage (πϱόσωπα), barbouillé de rouge : Pausanias, II, 2, 6 (cf. W. Wrede, op. cit., p. 89). Sur le sens du mot ξόανον, voir F.-M. Bennett, AJA, 21 (1917), p. 8 ss.

50 LOBeck (Aglaophamus, II, p. 1 087) songeait à un lusus naturae. H. Herter (op. cit., col. 1671) pensait que l’image devait être pourvue d’un phallus, hypothèse que l’on devra sans doute abandonner si l’on renonce à la forme Φαλλήν (voir ci-dessus, p. 50, n. 7). Pour S. Reinach (BCH, 7, 1883, p. 40, n. 5), comme pour F. Schober (op. cit., col. 114), il s’agirait d’une statue et non pas d’une simple tête.

51 Comme le fait St. Casson, The Technique of Early Greek Sculpture, Oxford, 1933, p. 59.

52 H. Herter (op. cit., col. 1 672) ne pense pas que le terme de Mytilène puisse être mis en rapport avec le Dionysos de Méthymna. W. Wroth disait plus justement : « The Dionysos of the Mytilenean coins is, in fact, just such a type as we should have expected at Methymna » : op. cit., p. lxix (cf. p. lxxvi).

53 L. Deubner a montré que le culte de Dionysos était venu en Attique d’Asie Mineure par mer et expliqué ainsi la procession rituelle des Anthes-téries où l’on promenait un char en forme de bateau ; le même rite existait en particulier à Smyrne : Dionysos und die Anthesterien, Jahrb., 42 (1927), p. 172 ss. ; Attische Feste, Berlin, 1932, pp. 110-111 (cf. M.-P. Nilsson, Griech. Relig., I, pp. 549-550).

54 Pausanias, III, 18, 9 à 19, 5. Sur Bathyclès et le « trône d’Amyclées », voir W. Deonna, Dédale, II, pp. 42-43 ; Ch. Picard, Manuel, I, pp. 462-463. Pour la reconstitution du « trône », voir en particulier, E. Fiechter, Jahrb., 33 (1918), p. 166 ss. ; E. Buschor et W. von Massow, AM, 52 (1927), p. 1 ss. On a souvent fait remarquer que les monnaies d’Aenos en Thrace présentent un trône qui sert, non pas de siège, mais de base à l’image archaïque d’une divinité : Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 291, n. 41 ; C. Robert, Bathykles, PWRE, III (1897), col. 125 (cf. ci-dessus, p. 47). Mais le « trône d’Amyclées », tel qu’on le reconstitue aujourd’hui, est un ensemble architectural qui n’offre aucun rapport avec le trône des monnaies d’Aenos.

55 Pausanias, III, 19, 1 : ἕϱγον δὲ οὐ Βαθνxλέους ἐστίν, ἀλλὰ ἀϱχαΐον xαὶ οὐ σὺν τέχνη πεποιημένον · ὅτι γὰϱ μὴ πϱόσωπον αὐτῷ xαὶ πόδες εἰσιν ἄxϱοι καὶ χείϱες, τὸ λοιπὸν χαλxῷ xίονί ἐστιν εἰxασμένον. ἕχει δὲ ὲπὶ τῇ xεφαλῇ xϱάνος, λόγχην δὲ ἐν ταῑς χεϱσὶ καὶ τόξον (pour le sens de l’expression πόδες ἄxϱοι, cf. Pausanias, I, 42, 4 ; II, 4, 1 ; VIII, 31, 6). Apollon Pythaeus était représenté à Thornax sous un aspect semblable : Pausanias, III, 10, 8. Le visage de l’Apollon d’Amyclées avait été doré avec de l’or envoyé par Crésus : Pausanias, III, 10, 8 ; Théopompe, fr. 193 ed. F. Jacoby, F. Gr. Hist., II B (Berlin, 1927), p. 576 (Athénée, VI, 232 a).

56 Sur l’Apollon d’Amyclées : Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 291; Overbeck, KM, Apollon, p. 6 ss. ; M. Collignon, SG, I, pp. 230-231 (fig. 110) ; S. Wide, Lakonische Kulte, Leipzig, 1893, pp. 67-68, 94-95 ; Wernicke, Apollon, PWRE, II (1895), col. 85-86 ; W. Reichel, Ueber vorhéllen. Götterculte, Vienne, 1897, p. 13 ss. ; C. Robert, Bathykles, PWRE, III (1897), col. 124 ss. ; L.-R. Farnell, Cuits, IV, p. 309 (pl. A, 16) ; E. Fiechter, Amyklae, Jahrb., 33 (1918), p. 206 ; E. Buschor, Vom Amyklaion, AM, 52 (1927), pp. 15-16 ; Ziehen, Sparta, PWRE, III A (1929), col. 1457 ss. ; St. Casson, The Technique of Early Greek Sculpture, Oxford, 1933, p. 56 ss.

57 P. Gardner, Types, pp. 80-81 (pl. XV, 28) ; BMC, Peloponnesus, p. 121, η°1 (pl. XXIV, 1) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 59, n° 9 (pl. N, XVI) ; Overbeck, l. c. (Mzt. I, 14 à 16) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 2, p. 830 (Mzt. III, 12) ; B. Pick, Aufsätze, p. 52 (pl. II, 9) ; Coll. Jameson, I, n° 1 252 ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 4 141 (pl. 152) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 2286 ; etc. Ces monnaies sont attribuées tantôt à Areus (309-265 av. J.-C.), tantôt à Cléomène III (235-221 av. J.-C.) ; en faveur de cette dernière attribution : A.-J. Wace, BSA, 14 (1907-1908), p. 157 ; Ch. Seltman, Greek Coins, pp. 256-257. D’autres tétradrachmes de Lacédémone, qui montrent au revers Héraclès assis sur un rocher, portent au droit une tête casquée, où E.-J. Seltman avait voulu reconnaître la tête de l’Apollon d’Amyclées : Num. Chron., 1909, p. 1 ss. (cf. Ch. Seltman, op. cit., p. 257) ; mais peut-être vaut-il mieux s’en tenir à l’opinion de A.-J. Wace, qui décrit simplement, au droit de ces pièces, une tête d’Athéna portant le casque corinthien : op. cit., pp. 153-154, nos 64-70 (cf. p. 158, addendum).

58 W. Leake, Numismata hellenica (Londres, 1856), Europ. Greece, pp. 55-56.

59 Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 408 et 449 ; sur l’Aphrodite armée de Lacédémone : Pausanias, III, 15, 10. L’association du bouc avec Apollon ne soulève aucune difficulté : L.-R. Farnell, Cuits, IV, pp. 254-255 ; A.-B. Cook, Zeus, I, p. 712, n. 7 (fig. 529). Sur la signification de l’aplustre : A.-B. Brett, Transactions of the Intern. Num. Congress, 1936 (Londres, 1938), p. 29 (pl. V, 8).

60 B. Pick, l. c.

61 Br. Schröder, AM, 29 (1904), p. 24 ss. ; M.-N. Tod et A.-J.-B. Wace, A Catal. of the Sparta Museum, Oxford, 1906, p. 202, n° 689 ; pour l’inscription : ΙG, V, 1, 145.

62 Commode : Imhoof-Gardner, NCP, l. c. (pl. Ν, XVII) ; P. Gardner, BMC, Peloponnesus, p. 130, n° 80 (pl. XXVI, 1) ; Overbeck, l. c. (Mzt. I, 13) ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, l. c. (Mzt. III, 13) ; B. Pick, l. c. (pl. II, 8) ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936, p. 9 (pl. III, 15). Gallien : Dan. Nation. Mus., Phliasia-Laconia, pl. 12, n° 618.

63 Overbeck, op. cit., p. 7 ; Frazer, Pausanias’s Descr. of Greece, III (1898), p. 356. Cf. F. Poulsen, Jahrb., 21 (1906), p. 193 ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 52, n. 1. Sur la tunique offerte chaque année à Apollon : Pausanias, III, 16, 2.

64 Voir ci-dessus, p. 54. F. Poulsen suppose que la comparaison avec une colonne a été suggérée à Pausanias par les cannelures qui marquaient le vêtement depuis la taille jusqu’aux pieds : Jahrb., 21 (1906), p. 201 ; à vrai dire, les monnaies n’indiquent rien de semblable.

65 Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 291, n. 41 ; C. Robert, Bathykles, PWRE, III (1897), col. 125 ; E. Fiechter, Jahrb., 33 (1918), p. 206. St. Casson (The Technique of Early Greek Sculpture, p. 57) pense que les plaques auraient été fixées sur la statue par Bathyclès de Magnésie lorsqu’il éleva le « trône d’Amyclées » ; Pausanias se contente de déclarer que la statue n’était pas l’œuvre de Bathyclès (ci-dessus, p. 54).

66 Imhoof-Gabdner, NCP, p. 59.

67 Voir ci-dessus, p. 38.

68 W. Reichel date l’Apollon d’Amyclées du viie ou de la fin du viiie siècle : Ueber vorhellen. Götterculte, p. 15 ; de même, C. Robert, op. cit., col. 125 ; on tendrait aujourd’hui à le considérer comme une œuvre caractéristique de l’époque géométrique : F. Matz, Gnomon, 13 (1937), p. 408.

69 Voir en particulier, W. Deonna, Les «A pollons archaïques ». Etude sur le type masculin de la statuaire grecque au vie siècle avant notre ère, Genève, 1909 ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 254 ss. ; G.-M.A. Richter, Kouroi. A Study of the Development of the Greek Kouros from the Late Seventh to the Early Fifth Century B. C., New York, 1942.

70 Sur les significations diverses des kouroi, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 520 : « l’effigie est aussi bien celle du dieu que le dévot lui a consacrée, celle du dédicant, même une image anonyme sans signification précise, un vague adorant ». Cf. Ch. Picard, Statua, p. 1476 ; G.-M. Richter, op. cit., p. 3 ss.

71 Dioscures de Trézène (ci-dessous, p. 221).

72 Ci-dessous, p. 69.

73 Sur la statue en mouvement, voir ci-dessus, p. 37.

74 Dioscures de Phocée (ci-dessous, p. 65).

75 Ci-dessous, p. 67.

76 Ci-dessous, p. 73.

77 La plupart de ces documents ont été réunis et utilement commentés par J. Overbeck, KM, Apollon, pp. 9-10 ; p. 17 ss. ; voir aussi, sur les images d’Apollon dans l’art archaïque, L. De Ronchaud, Apollo, DA, I, 1, p. 318 ss. ; A. Furtwängler, Apollon, dans Roscher, Lex., I, col. 449 ss. ; Wernicke, Apollon, PWRE, II (1895), col. 85 ss. ; L.-R. Farnell, Cuits, IV (1907), p. 331 ss.

78 Voir ci-dessous, p. 203.

79 Au droit, tête de Zeus : Overbeck, op. cit., p. 9 (Mzt. I, 9) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 45, n° 3 (pl. L, II) ; p. 161, n° 3 (pl. GG, IX) ; Head, BMC, Attica, p. 145, nos 236 et 237 (pl. XXVI, 4 et 5) ; S.-R. Milbank, The Coinage of Aegina, Ν. N. M., 24 (1925), p. 54, e (pl. IV, 8).

80 Pausanias, II, 30, 1.

81 H. Thiersch, Aeginetische Studien, Nachr. v. d. Gesellsch. d. Wiss. zu Göttingen, phil.-hist. Kl., 1928, pp. 144-145 (pl. II). On pense que la statue se trouvait à Égine avant d’être transportée à Pergame : e. Ohle-mutz, Die Kulte u. Heiligtümer der Götter in Pergamon, Giessen, 1940, p. 14 ; Ε. V. Hansen, The Attalids of Pergamon, New York, 1947, p. 290. Mais l’Apollon d’Onatas, comme le fait observer G. Lippold (Onatas, PWRE, XVIII, 1, 1939, col. 410), n’a pu être reproduit sur les monnaies d’Égine pendant la domination des Attalides.

82 Au droit, tête de Germanicus : Overbeck, op. cit., p. 10 (Mzt. I, 11) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 115, n° 4 (pl. X, x) ; Head, BMC, Central Greece, p. 65, nos 57 et 58 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 39, n° 3 ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3 235 (pl. 122).

83 Imhoof-Blumer et P. Gardner font remarquer que cet Apollon est fort semblable à la statue de Tectaios et Angélion et plus ancien que l’Apollon de Canachos ; mais l’Apollon de Tanagra, comme celui de Délos sur les monnaies d’Athènes, se présente de face ; dans ce cas, les traits archaïques sont généralement plus accusés (voir ci-dessus, p. 24).

84 Pausanias mentionne la statue du sanctuaire de Délion, donnée aux habitants de Tanagra par le Mède Datis : X, 28, 6 (cf. Imhoof-Gardner, NCP, p. 115).

85 Imhoof-Blumer, Die Münzen Akarnaniens, Num. Zeitschr., 10 (1878), p. 58, n° 5 (pl. II, 5) ; Head, BMC, Corinth, p. 116, n° 8 (pl. XXXI, 8) ; E. Babelon, Traité, II, 4, n° 171 (pl. CCLXXVII, 4) ; J.-B. Cammann, The Symbols on Staters of Corinthian Type, Ν. N. M., 53 (1932), p. 30, n° 7 (pl. I, 7 et agrandiss, pl. XII, 7). Sur la coiffure en catogan, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 396. A. Blanchet (Revue num., 1907, p. 320, pl. XI, 7) croyait reconnaître un Apollon en symbole sur un statère de Corinthe, alors qu’il s’agit d’un Zeus (voir des symboles analogues ci-dessous, p. 71).

86 Overbeck, op. cit., p. 29 ; P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 63, n° 87 (pl. XIII, 6).

87 Overbeck, op. cit., p. 311 (p. 303, n° 83 ; Mzt. IV, 36 ; la légende du revers est ΑΠΟ ΛΛΩΝΙATAN). Un exemplaire de cette monnaie est attribué par erreur à Apollonie de Lydie dans G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 448, n° 2 (pl. LV, 13).

88 Ci-dessous, p. 224.

89 Overbeck, KM, Apollon, p. 25 (Mzt. I, 12) ; Wroth, BMC, Crete, p. 132, n° 5 ; R. Weil ap. Hiller von Gärtbingen, Thera, III (1904), p. 65 (pl. VI, 6 et 7). J. Overbeck croit distinguer sur la main droite un cerf ( ?), dans la main gauche un arc, tandis que Wroth voit dans la main droite un plectre, dans la main gauche une lyre. R. Weil propose de reconnaître sur ces monnaies l’idole d’Apollon Carneios, mais il ne se prononce pas sur la nature des attributs.

90 Overbeck, op. cit., p. 25 (Mzt. I, 27) ; Svoronos, Num. Crète ancienne, p. 350, n° 100 (pl. XXXV, 14) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 167, n° 21. Un Apollon dressé sur une base semblable figure sur des monnaies de Tarse (ci-dessous, p. 90).

91 P. 63.

92 Ci-dessous, p. 248.

93 B. Pick, Thrakische Münzbilder, Jahrb., 13 (1898), pp. 172-173 (pl. X, 31) ; Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, I, 1, pl. XI, 19 ; autre exemplaire: Berlin, Beschreib., I, p. 27, n° 124 ; cf. E.-H. Minns, Scythians and Greeks, Cambridge, 1913, p. 486 (pl. III, 16). Sur le culte d’Apollon à Olbia, voir G.-M. Hirst, The Cuits of Olbia, JHS, 22 (1902), p. 252 ss. ; E.-H. Minns, op. cit., p. 477 ; W. Ziebell, Olbia. Eine griech. Stadt in Südrussland, Diss. Hambourg, 1937, pp. 53-54.

94 B. Pick, op. cit., p. 173.

95 Voir ci-dessous, p. 222 ss.

96 Overbeck, op. cit., p. 28 (Mzt. I, 29) ; Babelon-Reinach, Recueil général, I, 1 (2e éd.), p. 203, n° 46 (pl. XXV, 32).

97 Babelon-Reinach, op. cit., p. 203, n° 47 (pl. suppl. 0, 12).

98 Babelon-Reinach, op. cit., p. 205, n° 54 (pl. XXVI, 3).

99 Imhoof-Blumer pensait que l’attribut tenu à la main gauche pourrait être un vase à parfum : Zeitschr. f. Num., 20 (1897), p. 273, n° 2.

100 Babelon-Reinach, op. cit., p. 206, n° 101 (pl. XXVII, 13).

101 Babelon-Reinach, op. cit., p. 208, n° 109 (pl. XXVII, 19).

102 Sur la date de la statue reproduite sur les monnaies de Sinope, voir B. Pick, op. cit., p. 172.

103 Overbeck, op. cit., pp. 28-29 (Mzt. I, 25) ; Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 20 (1888), p. 16, n° 28 (pl. I, 17).

104 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 179, n° 5 (pl. VI, 8) ; K. Regling dans W. von Diest, Nysa ad Maeandrum, Jahrb., Ergänzungsh., X (1913), p. 83, n° 100 (pl. XIII) ; K. Regling y voit la reproduction d’une statue du début du ve siècle : op. cit., p. 94.

105 Marc Aurèle : L. Weber, Die Homoniemünzen des phrygischen Hierapolis, JIAN, 14 (1912), p. 79 (pl. I’, 21) ; cf. L. Weber, Philologus, 69 (1910), p. 247.

106 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 339 ss. ; Imhoof-Gabdner, NCP, p. 149, n° 13 (pl. EE, I) ; Head, BMC, Attica, pp. 66-67, nos 459-469 (pl. XI, 7) ; G.Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 64, nos 115 et 116 ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 117 ss. ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 55, nos 16 à 25. Sur la date (vers 150), voir J. Sundwall, op. cit., I, p. 46.

107 Dans le temple des Dioscures à Athènes, les Gémeaux étaient représentés debout auprès de leurs fils à cheval : Pausanias, I, 18, 1. D’autre part, Pline mentionne un groupe des Dioscures, œuvre de Hégias : NH, XXXIV, 78 (sur ce passage, voir Pfuhl, PWRE, VII, 1912, col. 2 615 ss.). Selon B. Pick, les deux personnages représentés sur les tétradrachmes ne seraient pas les Dioscures mais les Tyrannoctones ; cf. ci-dessous, p. 238, n. 5.

108 Voir ci-dessous, p. 221.

109 Domitien : Head, BMC, Ionia, p. 221, n° 134 (pl. XXIII, 12). Marc Aurèle : E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1902 (pl. IV, 7) ; Head, op. cit., p. 222, n° 138.

110 Head, op. cit., p. 220, nos126, 128, 129 ; Sylloge, I, 2, pl. XVI, 279 (Newham Davis Coll.) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 23, nos 1 055 à 1 057.

111 Sur les monnaies de Marc Aurèle, on pourrait croire qu’ils sont représentés tête nue, avec les cheveux enroulés en bourrelet autour de la tête.

112 Nous ne connaissons rien de l’art de Phocée, si ce n’est le nom de Téléphanès, sculpteur phocéen qui travailla à la cour des Achéménides dans la première moitié du vie siècle : W. Deonna, Dédale, II, p. 51 ; Ch. Picard, Manuel, I, pp. 532-533. E. Babelon voulait identifier cet artiste avec un graveur de monnaies : Traité, II, 4, col. 275 ss.

113 Imhoof-Gardner, NCP, p. 112 : « The Herakles holding club and bow is the most interesting figure, and seems clearly to stand for the Herakles Promachos ascribed to Daedalus. But it can resemble that statue only in pose and attributes ; in the execution the die-cutter followed the ideas and customs of his own time. » Sur ces monnaies, voir aussi P. Gardner, Types, p. 112 (pl. III, 45) ; Head, BMC, Central Greece, p. 70, n° 29 (pl. XII, 1) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 223 (pl. CXCIX, 19). Furtwängler (Meisterwerke, p. 721) avait adopté l’identification, mais C. Robert la considérait comme douteuse (Daidalos, PWRE, IV, 1901, col. 2 003). On notera que le texte de Pausanias (IX, 11, 4) ne donne aucune indication ni sur l’attitude ni sur les attributs de cet Héraclès.

114 Imhoof-Gardner, NCP, p. 89, n° 2 (pl. S, II, III) ; cf. Pausanias, VII, 25, 10. Furtwängler (Roscher, Lex, I, col. 2 155) pense que l’Héraclès de Boura est imberbe et le rapproche de l’Héraclès d’Aegion, œuvre d’Hagélaïdas.

115 Sur l’Héraclès d’Erythrées, voir Furtwängler dans Roscher, Lex., I, col. 2137-2138 ; J.-G. Frazer, Pausanias’s Descr. of Greece, IV, pp. 127-128 ; Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, pp. 777-778 ; Gruppe, Herakles, PWRE, suppl. III (1918), col. 966.

116 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 976 (pl. 211).

117 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 63, n° 5 ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, nos 760 à 763.

118 Head, BMC, Ionia, p. 146, n° 253.

119 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 116, n° 292 (pl. VIII, 25) ; Head, op. cit., p. 146, n° 254 (pl. XVI, 17) ; L. Forrer, op. cit., III, n° 5 980 (pl. 211) ; Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, n° 767.

120 J. von Schlosser, Num. Zeitschr., 23 (1891), p. 12, n° 13 (fig. 9).

121 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, n° 770.

122 Head, op. cit., p. 147, n° 259.

123 Dan. Nation. Mus., Ionia, pl. 17, n° 771.

124 J. von Schlosser, op. cit., p. 12, n° 14.

125 Head, op. cit., p. 148, n° 263 ; P. Gardner, Types, p. 80 (pl. XV, 8).

126 Philippe père : J. von Schlosser, op. cit., p. 13, n° 51 (fig. 10). D ‘après J. von Schlosser, il s’agirait d’Artémis et de Dionysos, mais on comparera, avec la monnaie publiée par ce savant, les monnaies de Chios dans le catal. du British Museum : Head, op. cit., p. 342 ss.

127 Pausanias, VII, 5, 5 : τὸ δὲ ἄγαλμα οὔτε τοĩς xαλονμένοις Αἰγιναίοις οὔτε τῶν ‘Αττιxῶν τοĩς ἀϱχαιοτάτοις ἐμφερές, εἰ δέ τι xαὶ ἄλλο, ἀxϱιβῶς ἐστιν Αἰγύπτιον. Le terme « égyptien » a-t-il été suggéré à Pausanias par l’origine phénicienne attribuée à cet Héraclès ou par un trait particulier à la statue ? Sur cette question, voir Pausanias edd. Hitzig-Blümner, II, 2, p. 777. Pour les statues dites égyptiennes, voir H. Lechat, La sculpture attique avant Phidias, Paris, 1904, p. 11, n. 4 ; W. Deonna, Dédale, II, p. 218.

128 Gruppe reconnaît, dans le texte de Pausanias, la trace de deux traditions, l’une qui attribuait le voyage au dieu lui-même, l’autre à sa statue (Herakles, PWRE, suppl. III, 1918, col. 966). Je pense plutôt, avec Hitzig-Blümner, que l’expression ὁ θεός désigne la statue (ἄγαλμα) dont il est question par après (sur les essais d’interprétation de ce texte difficile, voir les notes de l’éd. Hitzig-Blümner, l. c.). Le culte d’un Héraclès phénicien est également attesté à Thasos ; sur cet Héraclès, distinct de l’Héraclès hellénique, voir H. Seyrig, BCH, 51 (1927), p. 185 ss. ; M. Launey, Études thasiennes, I, Le sanctuaire et le culte d’Héraklès à Thasos, Paris, 1944, p. 191 ss. On notera que le nom d’Érythrées viendrait, non pas des pêcheries de pourpre exploitées par des Tyriens (P. Gardner, Types, p. 80), mais de la couleur rougeâtre des rochers : Bürchner, Erythrai, PWRE, VI (1907), col. 575.

129 P. Gardner en rapproche l’Héraclès des monnaies de Cition : Types, p. 80. F. Dürrbach cite justement les monnaies de Cition comme preuve que le type phénicien s’est modelé sur le type grec : Hercules, DA, III, 1, p. 117, n. 9 ; voir aussi, sur le type de l’Héraclès chypriote et sur son origine, R. Dussaud, Mon. Piot, 21 (1913), pp. 6-7.

130 Ci-dessous, p. 217.

131 Ci-dessus, p. 55.

132 F. Durrbach, op. cit., p. 117, n. 14. Gruppe (l. c.) note l’absence, sur les monnaies, du radeau dont parle Pausanias. Ce radeau servait-il de base à la statue ? Le texte de Pausanias, peut-être corrompu à cet endroit (voir la lacune indiquée dans l’édition Hitzig-Blümner, II p. 690, 1. 8 et la note à ce passage), ne permet pas d’en décider. Cependant, des scarabées et des manches de miroirs étrusques montrent Héraclès naviguant sur un radeau (voir la liste de ces documents dans J. Bayet, Herclé. Étude critique des principaux monuments relatifs à l’Hercule étrusque, Paris, 1926, pp. 186-187) ; sur une de ces représentations, Héraclès brandit la massue dans une attitude semblable à celle de l’Héraclès d’Érythrées : P. Gauckler, s. v. ratis, dans DA, IV, 2, fig. 5 919.

133 C’est l’interprétation de Head (op. cit., n° 253) et de P. Gardner (Types, p. 80).

134 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 348 ss. (héros Stéphanéphore) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 149, n° 12 (pl. DD, XX) ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 126 ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 69, fig. 9 à 13. Sur la date de cette série (vers 120) : J. Sundwall, op. cit., I, p. 56.

135 Sur l’emplacement : Pausanias, I, 15, 1. Sur la date : Hesychius, s. υ. ἀγοϱαĩος Έϱμῆς. Sur l’aspect de l’œuvre et sa célébrité : Lucien, Jup. trag., 33. Cf. Pausanias edd. Hitzig-Blümner, I, 1, p. 198 ; W. Judeich, Topographie von Athen (2e éd., 1931), p. 369, n. 4.

136 Voir ci-dessous, p. 245.

137 Imhoof-Gardner, NCP, p. 46 (pl. L, V) ; A. Veyries, Les figures criophores, Paris, 1884, p. 14, n° 44 ; S.-R. Milbank, The Coinage of Aegina, N. N. M., 24 (1925), p. 56, b (pl. IV, 11).

138 S.-R. Milbank, op. cit., p. 57, d (pl. IV, 13) ; L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3 642 (pl. 134).

139 Imhoof-Gardner, ibidem (pl. L, VI) ; A. Veyries, op. cit., n° 43 ; S.-R. Milbank, op. cit., p. 59, d (pl. V, 9).

140 Imhoof-Gabdner, ibidem. Il ne peut être question, en tout cas, de l’Hermès d’Onatas érigé à Olympie par les Arcadiens de Phénée, comme le pensait M. Collignon, S G, I, p. 285, n. 2 (cf. la description de Pausanias, V, 27, 8).

141 Svoronos, Un groupe inconnu de trois statues à Sicyone, JIAN, 16 (1914), p. 71 ss. (agrandiss, p. 76, fig. 2). Cf. Ch.-H. Skalet, Ancient Sicyon, Baltimore, 1928, p. 165.

142 Lippold pense cependant que l’Hermès n’est déjà plus archaïque et que les statues qui l’accompagnent appartiennent à une époque encore plus récente : Sikyon, PWRE, II A (1923), col. 2 546. Sur des fragments de statues criophores trouvés à Corinthe, voir F.-P. Johnson, Corinth, IX (1931), Sculptures, pp. 29-30, nos 21 et 22 ; O. Broneer, AJA, 39 (1935), p. 68 (fig. 10).

143 A droite, dans le champ : Head, BMC, Corinth, p. 16, nos 168 et 169 (pl. IV, 14) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 89, n° 20 ; A. Blanchet, Représentations de statues sur des statères de Corinthe, Rev. num., 1 907, p. 320 (pl. XI, 2) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 494 (pl. CCX, 4), 508 (pl. CCX, 15) ; J. Babelon, Coll. de Luynes, II, n° 2 197 ; K.-M. Edwards, Corinth, VI (1933), Coins, p. 13, n° 4 ; W. Schwabacher, Acta archaeologica, 12 (1941), p. 62 (fig. 15) ; J.-B. Cammann, The Symbols on Staters of Corinthian Type, Ν. N. M., 53 (1932), p. 126, n° 138 (pl. XI, Qa, Qb ; pl. XIV, agrandiss.). A gauche, dans le champ (symbole de grande dimension) : A. Blanchet, l. c. (pl. XI, 3).

144 Head, op. cit., p. 17, n° 170 (pl. IV, 15) (symbole en partie hors du champ) ; J.-B.Cammann, op. cit., p. 126, n° 138 (pl. XI, Qc). Avec une tête de lion à droite dans le champ : A. Blanchet, op. cit., p. 319 (pl. XI, 1) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 494 (pl. CCX, 1) ; J. Babelon, op. cit., II, n° 2 184 ; J.-B. Cammann, ibidem.

145 A. Blanchet, op. cit., p. 320 (pl. XI, 4) ; E. Babelon, l. c. (pl. CCX, 3). Poseidon, d’après J.-B. Cammann, op. cit., p. 98, n° 99.

146 Tourné à gauche : Head, op. cit., p. 17, n° 171 (pl. IV, 16). Tourné à gauche (avec la légende EY) : Head, op. cit., p. 37, n° 338 (pl. VII, 1) ; E. Babelon, op. cit., n° 532 (pl. CCXI, 12) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 90, n° 27 ; W. Schwabacher, op. cit., p. 62 (fig. 17). Tourné à droite : Head, op. cit., p. 17, n° 172 (pl. IV, 17) ; A. Blanchet, l. c. (pl. XI, 5) ; E. Babelon, op. cit., n° 494 (pl. CCX, 2) ; W. Schwabacher, Op. Cit., p. 62 (fig. 16). Ces symboles sont décrits sous le nom de Poseidon par J.-B. Cammann, op. cit., pp. 96-98, n° 99 (pl. VIII, Qa, Qc).

147 Aussi y a-t-on reconnu tantôt Zeus, tantôt Poseidon, ou même Héraclès.

148 Des monnaies de ce type ont été trouvées à Corinthe même : K.-M. Edwards, Corinth, VI, p. 3 ; Hesperia, 6 (1937), p. 243 ; pour les exemplaires du Cabinet de Copenhague, voir W. Schwabacher, Acta Archaeologica, 12 (1941), p. 62 ss.

149 K.-M. Edwards, Corinth, VI, p. 16, n° 15 (pl. I) ; W. Schwabacher, op. cit., p. 62 (fig. 18 et 19).

150 K.-M. Edwards, l. c., n° 14 (pl. I) ; W. Schwabacher, op. cit., p. 63 (fig. 20 et 21). Même type avec un pilos ( ?) au lieu d’une torche : W. Schwabacher, l. c. (fig. 22).

151 Sur les statères, il n’est pas toujours possible de se rendre compte de la place des attributs ; sur les bronzes, c’est la main figurée au premier plan qui tient le foudre.

152 Entre 400 et 338, d’après le catalogue du British Museum ; cf. W. Schwabacher, op. cit., p. 61.

153 W. Schwabacher, op. cit., p. 64.

154 L. Forrer, Weber Coll., II, n° 3759 (pl. 138) ; W. Schwabacher, l. c. (fig. 24).

155 Une des plus anciennes représentations de Zeus brandissant le foudre figure au fronton du temple de Palaeopolis à Corfou : Ch. Picard, Manuel, I, p. 478 (fig. 145). Des statuettes de ce type ont été trouvées au Mont Lycée, à Dodone, à Ambracie et à Olympie : O. Waser dans Roscher, Lex., VI, col. 714 ss. ; A. B. Cook, Zeus, I, p. 84 ss. ; II, 1, p. 739 ss. ; G.-E. Mylonas, AJA, 1944, p. 149.

156 A. Lambbopoulos, Zeitschr. f. Num., 19 (1895), p. 232 (pl. IV, 5) ; A. Blanchet, op. cit., p. 320 (pl. XI, 6) ; E. Babelon, Traité, II, 3, n° 509 (pl. CCX, 16).

157 Head, op. cit., p. 16, n° 167 (pl. IV, 13) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 89, n° 19 ; E. Babelon, op. cit., n° 501 (pl. CCX, 8) (E. Babelon n’a pas remarqué qu’il décrit plus bas le même symbole sous un autre nom) ; J.-B. Cammann, op. cit., p. 96, n° 99 (pl. VIII, Qb). Contre cette interprétation, voir A. Blanchet, l. c., n. 7 : « la main droite ne tient sûrement pas un trident ». Un symbole semblable, mais de plus petites dimensions, figure à droite dans le champ sur d’autres statères : J.-B. Cammann, op. cit., p. 98, n° 99 (pl. VIII, Qd).

158 Head, op. cit., p. 107, n° 33 (pl. XXVIII, 12) ; E. Babelon, Traité, II, 4, n° 295 (pl. CCLXXXI, 17) ; O. Ravel, The « Colts » of Ambracia, N. N. M., 37 (1928), pp. 66-67, nos 139 et 140 (pl. XIII) ; J.-B. Cammann, op. cit., p. 126, n° 138 (pl. XI).

159 O. Ravel, op. cit., pp. 136-137. Une statuette de Zeus brandissant le foudre a été trouvée à Ambracie même : K.-A. Rhomaios,Αϱχ. Δελτίον, 6 (1920-1921), παϱάϱτ., p. 169 (fig. 3 à 6).

160 P. Gardner, BMC, Thessaly to Aetolia, p. 95, nos 23 à 28 ; Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 10, n° 5 (pl. XXXI, 14) ; K.-M. Edwards, Corinth, VI, p. 43, n° 252 (pl. VI).

161 Cf. ci-dessus, p. 21.

162 Voir ci-dessous, p. 227 ss.

163 E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 228 et passim ; Head, BMC, Attica, pp. 80-81, nos 541 à 556 (pl. XIV, 4 à 6) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, pp. 72-73, nos 184 à 190 (pl. XXXIV, 14 et 15) ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 70, 26 ; 71, 8 et 9 ; 72, 25 ; 73, 12 et 13 ; 75, 12 et 13 ; 77, 26 et 27 ; 80, 25 à 28 ; 81, 17 à 52. Sur l’identification du Zeus Polieus et du Zeus de Léocharès cités par Pausanias (I, 24, 4), voir O. Jahn, Nuove Memorie dell’ Inst. di Corrisp. archeolog., 2 (1865), pp. 1-24 (pl. I) ; J. Overbeck, KM, Zeus, p. 19 (fig. 4), p. 54 (fig. 7) ; Imhoof-Gardner, NCP, p. 137 (pl. BB, I-III) ; A.-B. Cook, Zeus, III, 1, p. 570 ss. (fig. 388 à 403) ; G.-P. Stevens, Hesperia, Suppl. III (1940), p. 80 (fig. 60) ; Hesperia, 15 (1946), p. 12 (fig. 16). A.-B. Cook (l. c.) distingue, d’après les monnaies, trois statues de Zeus Polieus, conçues successivement, mais Pausanias n’en mentionne que deux. Pour le Zeus de Léocharès, on tiendra compte de la remarque prudente de G. Lippold dans PWRE, XII (1925), col. 1996 ; K. Schefold songerait plutôt à un Zeus assis, dont les peintures de vases permettraient d’évoquer la physionomie : RM, 57 (1942), p. 256.

164 Cf. ci-dessus, p. 38.

165 Le type de Dionysos nu n’apparaît pas avant le ive siècle : F. Lenormant, Bacchus, DA, I, 1, p. 629. Sur les images drapées des dieux orientaux, voir ci-dessous, p. 90.

166 J. de Witte, Apollon Sminthien, Revue num., 1858, p. 1 ss. (pl. I) ; Overbeck, KM, Apollon, p. 91 ss. ; Wroth, BMC, Troas, p. xiv ss. ; p. 9 ss. ; E. Babelon, Coll. Waddington, p. 59 ss.

167 J. de Witte, op. cit., p. 27 (pl. I, 7) ; Ovebbeck, op. cit., p. 93 (Mzt. V, 29) ; Wroth, op. cit., nos 1 à 3 (pl. III, 6). Un rat apparaît à côté d’Asclépios sur un bronze de Pergame (H. von Fritze, Die Münzen von Pergamon, Anhang zu den Abh. d. Preuss. Ak. d. Wiss., 1910, p. 59, pl. V, 16), sous le siège d’Aphrodite sur les monnaies de Nagidos (Ph. Lederer, Zeitschr. f. Num., 41, 1931, p. 209 ss.).

168 Wroth, op. cit., p. 56, n° 3 (pl. XI, 2) ; E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1 146 ; Traité, II, 2, n° 2 320 (pl. CLXIV, 9) ; Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 54.

169 Un certain nombre de tétradrachmes avaient été publiés par J. de Witte, op. cit., p. 23 ss. ; voir aussi Overbeck, op. cit., pp. 91-92 (Mzt. V, 25, 27, 31) ; Wroth, op. cit., nos 22 à 24 (pl. IV, 1 et 2) ; E. Babelon, Coll. Waddington, nos 1 081 à 1 084 ; J. Babelon, Coll. de Luynes, n° 2507. Pour les drachmes, voir Wroth, Num. Chron., 1898, p. 109, n° 21 (pl. X, 4). H. von Fritze a établi le classement chronologique de ces monnaies : Nomisma, 6 (1911), p. 27 ss. (pl. III) ; pour des compléments, voir K. Regling, Zeitschr. f. Num., 38 (1928), pp. 117-118 (pl. XII, 70) ; S. P. Noe, Amer. Num. Soc., Museum Notes, III (1948), p. 10 ss.

170 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 98, n° 205 (milieu du ier siècle av. J.-C.).

171 H. von Fritze, l. c. ; cf. les observations d’Overbeck, op. cit., p. 92.

172 H. von Fritze, op. cit., pl. III, 1 et 2.

173 H. von Fritze, op. cit., pl. III, 3 ss.

174 Overbeck, op. cit., p. 93 ss. (pl. V, 28, 30, 32 à 36).

175 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, nos 99 et 100.

176 Wroth, BMC, Troas, n° 62 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 292, n° 19 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 123.

177 Wroth, op. cit., n° 86 (pl. V, 11) ; G. Macdonald, op. cit., II, p. 293, n° 28 ; S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 773 (pl. 268, 19).

178 S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 774 (pl. 268, 20).

179 Wroth, op. cit., n° 113 (pl. V, 16); Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 158.

180 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 295, n° 44.

181 G. Macdonald, op. cit., II, p. 295, n° 48 (pl. XLIX, 9) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 5, n° 176.

182 Wroth, op. cit., n° 155.

183 S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 791 (pl. 269, 13) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 5, n° 198.

184 E. Babelon, op. cit., n° 1094.

185 Wroth, op. cit., nos 38 et 39 (pl. IV, 5) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 98.

186 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5297 (pl. 192) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 131.

187 L. Forrer, op. cit., III, n° 5 298 (pl. 192).

188 Wroth, op. cit., nos 88 à 91 (pl. V, 12) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 136.

189 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 294, n° 35 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 147.

190 Wroth, op. cit., n° 112.

191 Wroth, op. cit., nos 114 à 116 (pl. V, 17) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, nos 162, 163.

192 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 306.

193 S.-W. Grose, McClean Coll., III, n° 7 780 (pl. 269, 5).

194 Wroth, op. cit., n° 169.

195 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 123, n° 11 (pl. XXXII) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 293, n° 26 (pl. XLIX, 6) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 124.

196 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5305 (pl. 192).

197 Avec la légende apol zminth... (au revers, aigle ou trépied) : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 35, n° 3 (pl. I, 30) et 4.

198 Wroth, op. cit., n° 63 (pl. V, 3).

199 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 123, n° 10 (pl. XXXII).

200 Wroth, op. cit., n° 92 (pl. V, 13).

201 Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 36, n° 5 (pl. I, 31). L’idole est également tournée à gauche sur des monnaies de Sévère Alexandre : Wroth, op. cit., n° 117.

202 Pour d’autres exemples du même genre, voir ci-dessus, p. 25.

203 Sur des monnaies de Pergame, l’idole paraît vêtue d’un chiton presque transparent (ci-dessous, p. 82).

204 Wroth, op. cit., n° 40 (pl. IV, 6). Date : de Caracalla à Gallien.

205 Wroth, op. cit., n° 64 (pl. V, 4).

206 G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 296, n° 51 (pl. XLIX, 11).

207 Est-ce le même personnage qui, sur un bronze de Caracalla, s’appuie contre le piédestal de la statue ? (cf. Wroth, Num. Chron., 1899, p. 98, n° 17, pl. IX, 6).

208 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 101.

209 E. Babelon, op. cit., n° 1 096.

210 Wroth, BMC, Troas, nos 81 à 85 (pl. V, 10) ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 299 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 137.

211 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 155.

212 E. Babelon, op. cit., n° 1 099.

213 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 168.

214 Wroth, op. cit., n° 156.

215 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 123, n° 13 (pl. XXXII).

216 Ch. Lenormant, op. cit., p. 123, n° 14 (pl. XXXII).

217 E. Babelon, op. cit., n° 1 098.

218 Wroth, op. cit., n° 149 (pl. VI, 10).

219 Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 99, n° 209 ; Wroth, op. cit., n° 41 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 292 (pl. 192).

220 Overbeck, KM, Apollon, Mzt. V, 35 ; Imhoof-Blumer, l. c., n° 210 ; Wroth, op. cit., n° 80 ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 3, n° 132.

221 Overbeck, op. cit., Mzt. V, 36 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 100, nos 211, 212 (pl. VII, 22) ; Wroth, op. cit., n° 94 (pl. V, 14).

222 Polémon, fr. 31 (FHG, III, p. 124 ed.. C. Müller). W. Wroth (op. cit., pp. xvii-xviii) avait déjà reconnu la signification de cette scène ; G.-F. Hill (JHS, 36, 1916, p. 134 ss.) et W. Leaf (Strabo on the Troad, Cambridge, 1923, pp. 243-244) l’ont mise en rapport avec le texte de Polémon. Au contraire, Imhoof-Blumer avait écarté ce rapprochement ; il évoquait au sujet de ces monnaies l’histoire du Palladium, sauvé miraculeusement de l’incendie en 85 avant J.-C. : Griech. Münzen, p. 100 ; Kleinas. Münzen, I, p. 36.

223 D’autres monnaies montrent Apollon recevant l’hospitalité chez Ordès : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, pp. 101-102, nos 216, 217 (pl. VII, 25, 26) ; G.-F. Hill, op. cit., p. 138.

224 La légende contée par Polémon ne fait pas mention de cette découverte ; le témoignage des monnaies nous apporterait donc sur ce point un complément d’information. Pour d’autres légendes relatives à l’invention de certaines idoles, voir ci-dessus, p. 31.

225 « The engraver appears to have naively blended two incidents of the legend — first, the chance finding in a cavern of the statue of Apollo Smintheus by a herdsman — next, the setting-up of the statue for worship in a place of honour over the cavern » (Wroth, op. cit., p. xviii).

226 C’est l’explication de W. Leaf (op. cit., p. 244) : « the figure above the cavern is of course Apollo himself appearing to Ordes, and the actual cuit-statue of the god as he appeared was afterwards found on the actual spot of his epiphaneia ». On notera que l’image placée au-dessus de la grotte est parfois figurée sur un piédestal : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 100, n° 212 (pl. VII, 22).

227 Wroth, op. cit., n° 65 (pl. V, 5).

228 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, nos 134, 135.

229 J. Overbeck, op. cit., p. 312 (Mzt. IV, 44) ; Wroth, op. cit., nos 118 à 120 (pl. V, 18 et VI, 1) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 294, n° 36 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 302 (pl. 192) ; Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 164.

230 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 5, n° 182.

231 Wroth, op. cit., n° 148 (pl. VI, 9).

232 Wroth, op. cit., n° 42. Date : de Caracalla à Gallien.

233 Wroth,op. cit., n° 66 (pl. V, 6).

234 L. Forrer, Weber Coll., III, n° 5 301 (pl. 192).

235 Dan. Nation. Mus., Troas, pl. 4, n° 151.

236 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 257, n° 142 (Choix, pl. III, 104) ; Wroth, BMC, Mysia, p. 145, n° 278 (pl. XXIX, 1) ; H. von Fritze, Die Münzen von Pergamon, Anhang zu den Abhandl. d. Preuss. Ak., phil.-hist. Kl., 1910, p. 59 (pl. IV, 21). Le témoignage des monnaies indiquerait, d’après H. von Fbitze (l. c.) qu’Apollon Smintheus était adoré à Pergame et que son culte était lié à celui d’Asclépios, opinion justement contestée par E. Ohlemutz, Die Kulte u. Heiligtümer der Götter in Pergamon, Giessen, 1940, p. 13, n. 37.

237 « Unbekleidet bis auf den über die linke Schulter gelegten Mantel », dit H. von Fritze au sujet de cet Apollon : op. cit., p. 59. Il ne semble pas avoir tenu compte de l’exemplaire de la collection Imhoof sur lequel Wroth avait cependant attiré l’attention : BMC, Mysia, p. 145, note. On notera que, sur une monnaie d’Alexandrie de Troade, le dieu apparaît nu avec seulement l’himation jeté sur l’épaule gauche : ci-dessus, p. 79.

238 Sur la draperie transparente dans la sculpture archaïque, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 480 ss.

239 Overbeck, op. cit., pp. 93-94.

240 Ci-dessus, p. 76.

241 HirSchfeld, Alexandreia, PWRE, I (1894), col. 1 396 ; Wroth, op. cit., p. xiv ; W. Leaf, Strabo on the Troad, p. 235.

242 Sur ce synoecisme, voir Strabon, XIII, 1, 47 (604) ; sur les monnaies d’Hamaxitos, ci-dessus, p. 76.

243 Les ruines du temple d’Apollon ont été identifiées en 1853 par Spratt : W. Leaf, op. cit., p. 226. Sur le culte d’Apollon Smintheus, voir Gruppe, Griech. Mythologie, II, p. 1229, n. 2 ; Wernicke, Apollon, PWRE, II (1895), col. 68 ss. ; L.-R. Farnell, Cuits, IV, p. 163 ss. ; Ch. Picard, Ephèse et Claros, Paris, 1922, pp. 459-460 ; J. Ilberg, danS Roscher, Lex., IV, col. 1 083 ss. ; M.-P. Nilsson, Griech. Religion, I, pp. 503-504. Sur des inscriptions provenant du sanctuaire d’Apollon, voir L. Robert, Revue de philol., 55 (1929), p. 133.

244 Strabon, XIII, 1, 48 (604) : ἐν δὲ τῇ Χϱύσῃ ταύτῃ xαὶ τὸ τοῦ Σμινθέως Απόλλωνός ἐστιν ἱεϱόν, xαὶ τὸ σύμβολον τὸ τὴν ἐτυμότητα τοῦ ὀνόματος σῶζον, ὁ μῦς, ὑπόxειται τῷ ποδὶ τοῦ ξοάνου. Σxόπα δ’ ἐστὶν ἔϱγα τοῦ Πaϱἱου. Cf. Eustathe, ad Il., A, 39 (p. 34, 16). Le pluriel εργα a paru surprenant, d’où, sans doute, chez Eustathe : Σxόπα ἔϱγον τοῦ Πaϱίου. On en a proposé diverses explications. W. Leaf pense que le mot se rapporte au temple et à la statue : op. cit., p. 242. Pour V.-R. Grace, ἔϱγα désignerait le temple et le rat, la statue n’étant pas l’œuvre de Scopas : Scopas in Chryse, JHS, 52 (1932), pp. 228-232. Mais le rat ne peut être séparé de la statue, puisque le dieu avait le pied posé sur l’animal (voir-ci-dessous le texte d’Héraclide Pontique que V.-R. Grace semble ignorer). Nous pensons donc qu’il est absurde d’interpréter de cette manière le texte de Strabon (cf. P. Gardner, Types, p. 177). Peut-être le mot s’applique-t-il seulement à la statue ; le pluriel ξόανα est employé dans un autre passage pour désigner la Héra d’Argos : VIII, 6, 10 (372).

245 Strabon, XIII, 1, 48 (604) : ‘Ηϱαxλείδης δ’ὁ Ποντιxὸς πληθύοντάς φησι τοὺς μύας πεϱὶ τὸ ἱεϱόν νομισθήναί τε ἱεϱοὺς xαὶ τὸ ξόανον οὕτω xατασxευασθῆναι βεβηxὸς ἐπὶ τῷ μvῗ. La citation serait empruntée au πεϱὶ χϱηστηϱίων, Daerbitz, Herakleides PWRE, VIII (1913), col. 482.

246 Sur la position des pieds, voir ci-dessus, p. 77.

247 C’est la solution adoptée par P. Gardner, Types, p. 177 ; Overbeck, KM, Apollon, pp. 94-95 ; G. Cultrera, Memorie dell Accad. dei Lincei, 14 (1910), p. 210. B. Pick, Jahrb., 32 (1917), p. 213 : « Dass auch die grössten Künstler der Blütezeit die Herstellung solcher archaïstischen Kultbilder nicht unter ihrer Würde fanden, lehrt am besten die Statue des Apollon Smintheus von Skopas, die die Umbildung eines alten Xoanon war. » Par ailleurs, B. Pick semble avoir admis que la vieille statue de culte et l’Apollon de Scopas avaient tous deux servi de modèles aux graveurs : Festschrift W. Judeich, Weimar, 1929, p. 42, n. 1.

248 . Overbeck, KM, Apollon, pp. 94-95. Pour le traitement de la draperie sur les monnaies de Pergame, voir ci-dessus, p. 82.

249 Ci-dessus, p. 80.

250 Il nous paraît difficile d’affirmer, avec G.-F. Hill (JHS, 36, 1916, p. 134, n. 1), que la vieille idole avait disparu depuis longtemps et que les graveurs ne pouvaient prendre pour modèle que la statue de Scopas.

251 Ci-dessus, p. 83.

252 Ci-dessus, p. 76.

253 Tétradrachme du Cabinet des Médailles (Paris) : J. de Witte, op. cit., p. 23 (J. de Witte déclare avoir soumis cette pièce à un examen attentif); J. Overbeck, op. cit., p. 92. Pour un détail de ce genre, une observation isolée peut paraître suspecte ; un autre exemplaire de cette monnaie, publié par H. von Fritze (Nomisma, 6, 1911, pl. III, 12) ne nous apporte, en tout cas, aucune certitude à ce sujet.

254 On ne peut faire état de deux pièces signalées par J. de Witte (op. cit., pp. 24-25), mais qui ne sont connues que par d’anciennes publications.

255 Cette hypothèse avait été proposée par Furtwängler, dans Roscher, Lex., I, p. 466 ; Meisterwerke, p. 524, n. 2. Elle est acceptée par Wernicke, Apollon, PWRE, II (1895), col. 102 ; M. Collignon, S G, II, p. 245 ; Lippold, Skopas, PWRE, III A (1927), col. 576 ; Miss Richter, Sculpture and Sculptors, p. 272 (fig. 695) ; Ch. Picard, Manuel, III, 2, p. 687 ss. (fig. 297 et 298). Elle a été sérieusement contestée par Wroth, op. cit., p. xvii, et par V.-R. Grace, op. cit., pp. 229-230.

256 Wroth, op. cit., n° 43 (pl. IV, 8), 110 (pl. V, 15), 121 (pl. VI, 2), 139 (pl. VI, 5).

257 Wroth, op. cit., n° 121 (pl. VI, 2).

258 Apollonia ad Rhyndacum : Wroth, BMC, Mysia, p. 12, n° 24 (pl. II, 15). Cyzique : Wroth, op. cit., p. 51, n° 239 ; Overbeck, op. cit., p. 314 (pl. V, 9).

259 Pausanias, VI, 25, 1 : τῷ δὲ ἑτέϱῳ πoδὶ επὶ χελώνης βέβηxε. Sur les statues que l’on a mises en rapport avec l’Ourania de Phidias, cf. F. Cumont, Mon. Piot, 27 (1924), p. 31 ss. (pl. III) ; Ch. Picard, Manuel, II, p. 342 ss.

260 Les deux traités conservés sous le nom du rhéteur Menandros ont été publiés par C. Bursian, Der Rhetor Menandros und seine Schriften, Abhandl. d. bayer. Ak. d. Wiss., philos.-philol. Kl., XVI, 3 (1882) ; sur l’auteur ou les auteurs de ces ouvrages, voir Radermacher, Menandros, PWRE, XV (1932), col. 762 ss.

261 Rhetores graeci, ed. Spengel, III, p. 445 (= C. Bursian, op. cit., p. 150) : ἐπὶ τούτοις ἐxφϱάσεις τὸ ἄγαλμα τοῦ θεοῦ παϱαβάλλων τῷ ‘Oλνμπίῳ Διὶ xαὶ ‘Αθηνᾷ τῇ ἐν ἀxϱοπόλει τῶν ‘Αθηναίων εἶτα ἐπάξεις ποῖος Φειδίας, τίς Δαίδαλος τοσοῦτον ἐδημιούϱγησε ξόανον ; τάχα που ἐξ οὐϱανοῦ τὸ ἄγαλμα τοῦτ’ ἐϱϱύη xαὶ ὅτι ἐστεφάνωται δάφναις, φυτῷ πϱοσήxοντι τῷ θεῷ xατὰ Δελφούς.

262 C’est du moins ce qu’admet C. Bursian, op. cit., pp. 17-18 ; Radermacher pense que le second traité, qui contient le πεϱὶ Σμινθιαxοῦ, est l’œuvre du même auteur que le premier : op. cit., col. 764.

263 La découverte de la statue, telle qu’elle est figurée sur les monnaies, indiquerait également une origine miraculeuse, quelque peu différente de celle que suggère l’auteur du πεϱὶ Σμινθιακοῦ.

264 Overbeck, KM, Apollon, p. 301, n° 33 (Mzt. III, 49) ; Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 107, n° 240 ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. I, n° 15.

265 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 107, n° 241.

266 Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 20 (1897), p. 275, n° 2 ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. I, n° 22.

267 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 1262 (reproduit par L. Robert, RA, 1934, I, p. 54, fig. 2) ; Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 20 (1897), p. 276, n° 3 (pl. X, 13). Sur une autre monnaie de Vespasien, Apollon serait représenté sans bandelettes, tenant des deux mains le rameau de laurier : Imhoof-Blumer, l. c., n° 4 ; comparer un exemplaire de Copenhague : Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. I, n° 24.

268 Wroth, BMC, Troas, p. 98, n° 22 (pl. XVIII, 9) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 276, n° 5 ; Dan. Nation. Mus., Aeolis-Lesbos, pl. I, n° 25.

269 E. Babelon, op. cit., n° 1 264.

270 Wroth, ibidem (note) ; Jessen, Chresterios, PWRE, III (1899), col. 2 449 ; sur le temple d’Apollon Chresterios, voir M. Clerc, BCH, 10 (1886), p. 291 ss. ; R. Bohn, Altertümer von Aegae, Jahrb., Ergänzungsh., II (1889), p. 46 ss. ; L. Robert, Études anatoliennes, Paris, 1937, p. 86 ; Hellenica, VI (1948), p. 39.

271 Sur le Dionysos de Mytilène, voir ci-dessus, p. 48.

272 Ces tétradrachmes portent des noms de magistrats : Athenaios (M.-L. Strack, Die ant. Münzen Nord-Griechenlands, II, p. 61, n° 65, pl. II, 4 ; E. Babelon, Traité, II, 4, n° 1334, pl. CCCXXXIV, 2), Anaxenor (Stback, op. cit., n° 67, pl. II, 17 ; E. Babelon, ibidem). Sur l’interprétation : Strack, op. cit., p. 32.

273 Sur le tétradrachme d’Athenaios, le dieu tient un sapin obliquement de la main gauche, sur celui d’Anaxenor, il tient le sapin verticalement, posé sur le sol. Un autre tétradrachme, où figure le nom d’Anaxipolis (Strack, op. cit., n° 69, pl. II, 3 ; E. Babelon, op. cit., n° 1 336, pl. CCCXXXIV, 6), montre Dionysos, la main gauche à la hanche.

274 Head, BMC, Corinth, p. 31, n° 286 (pl. X, 4) et 287 ; E. Babelon, Traité, II, 3, p. 427, n° 567 (pl. CCXIII, 1) ; J.-B. Cammann, The Symbols on Staters of Corinthian Type, Ν. N. M., 53 (1932), p. 48, n° 35 (pl. III) ; cf. A. Blanchet, Rev. num., 1907, p. 321. Le Dionysos qui orne une monnaie de Corinthe frappée sous Hadrien tient un thyrse à la main gauche : Imhoof-Gardner, NCP, p. 19 (pl. E, LXXVII).

275 P. Gardner, Num. Chron., 1886, pp. 251-252 (pl. XI, 5).

276 Série ΦΙΛΟΚΡΑ ΤΗΣ-ΗΡΩΔΗΣ : E. Beulé, Les monnaies d’Athènes, p. 376 ; Imhoof-Gabdner, NCP, p. 143 (pl. CC, VI) ; Head, BMC, Attica, p. 75, n° 510 ; J. Sundwall, Untersuch., II, p. 144 ; Svoronos, Les monnaies d’Athènes, pl. 78, 1 à 4. Sur la date : J. Sundwall, op. cit.,. II, p. 22 ; Kambanis, BCH, 62 (1938), p. 80 ; M. Thompson, Hesperia, 10 (1941), p. 224, n. 75. La tête de cette statue serait reproduite sur des monnaies de bronze (ci-dessous p. 292, n. 2).

277 Imhoof-Gardner, NCP, p. 112, n° 3 (pl. X, 1). Pausanias signale à Thèbes une statue en bronze de Dionysos, œuvre d’Onasimédès ; l’époque à laquelle a vécu cet artiste est inconnue : Lippold, Onasimedes, PWRE, XVIII, 1 (1939), col. 406.

278 Le Dionysos qui orne les tétradrachmes athéniens appartiendrait, selon Imhoof-Blumer et P. Gardner, à l’époque de Calamis : NCP, p. 143.

279 Babelon-Reinach, Recueil général, I, 1 (2e éd.), p. 203**, n° 123 (pl. XXVII, 30).

280 Babelon-Reinach, op. cit., I, 1, p. 204**, n° 130.

281 E. Babelon et Th. Reinach (op. cit., n° 123) ne se sont pas aperçus que l’idole est assise ; ils ont cru que les deux petits personnages étaient placés sur les épaules du dieu.

282 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 208 (pl. I, 2) ; Babelon-Reinach, op. cit., p. 208*, n° 111 (pl. XXVII, 21).

283 Babelon-Reinach, op. cit., p. 208*, n° 111 a; p. 204**, n° 13 (pl. suppl. P, fig. 9).

284 Babelon-Reinach, op. cit., p. 209*, n° 165.

285 Sévère Alexandre : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 105, n° 235 (pl. VIII, 9). La tête du dieu est représentée de face sur des monnaies d’époque hellénistique : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 104, n° 230 (pl. VIII, 6) ; Wroth, BMC, Troas, p. 83, n° 25 (pl. XV, 13). Son buste est figuré de profil sur des bronzes d’époque impériale : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 104, n° 231 (pl. VIII, 7), p. 105, nos 232 à 234 (pl. VIII, 8) ; Wroth, l. c., nos 26, 27 (pl. XV, 14, 15), 33, 34 (pl. XVI, 2). Voir sur ces monnaies, G. Quandt, De Baccho ab Alexandri aetate in Asia minore culto, Diss. philol. Hal., 21 (1913), p. 135.

286 Le style du Dionysos d’Alcamène n’est guère plus évolué, s’il faut en croire les monnaies d’Athènes (ci-dessous, p. 291 ss.).

287 W. Deonna, Dédale, I, pp. 74-75.

288 Sur le costume des dieux orientaux, voir l’intéressant article de H. Seyrig, Statuette d’un dieu anatolien, RHR, 98 (1928), p. 87 ss.

289 Cf. les idoles des déesses asiatiques, ci-dessous, p. 143.

290 Overbeck, KM, Apollon, p. 29 (Mzt. I, 30, 31) ; Imhoof-Blumer, Coin Types of Some Kilikian Cities, JHS, 18 (1898), p. 171 ss. Sur le « maître des animaux », cf. P. Amandry, Syria, 1944-1945, p. 169 ss. ; pour l’omphalos, cf. ci-dessus, p. 62 ; pour les taureaux, ci-dessous, p. 98.

291 On notera la présence des deux taureaux sur des monnaies de Faustine la jeune (Overbeck, l. c., Mzt. I, 30), de Septime Sévère (Imhoof-Blumer, op. cit., p. 176, n° 45, pl. XIII, 12), de Caracalla (Imhoof-Blumer, op. cit., p. 174, n° 38, pl. XIII, 7) ; cf. R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos, I (Paris, 1944), p. 376, n. 1.

292 Monnaie de Faustine la jeune : Overbeck, l. c. (Mzt. I, 30).

293 Overbeck, ibidem ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 172, n° 30.

294 Imhoof-Blumer, l. c., n° 31.

295 Imhoof-Blumer, l. c.,n° 32 (pl. XIII, 4) (deux étoiles dans le champ).

296 Overbeck, l. c. (Mzt. I, 31) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 173, n° 33 (pl. XIII, 5) ; Hill, BMC, Lycaonia, p. 202, n° 211.

297 Imhoof-Blumer, l. c., n° 34 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 551, n° 35 (pl. LX, 15).

298 Imhoof-Blumer, l.c.,n° 36 ; Hill, op. cit., p. 224, n° 307 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7674 (pl. 278).

299 Imhoof-Blumer, l. c., n° 37.

300 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 174, n° 38 (pl. XIII, 7) ; A.-M. Wood-ward, Num. Chron., 1925, p. 318, n° 43 (pl. XV).

301 A.-M. Woodward, op. cit., p. 320, n° 59 (pl. XV).

302 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 4638 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 176, n° 45 (pl. XIII, 12).

303 E. Babelon, op. cit., n° 4 655.

304 E. Babelon, op. cit., n° 4673 (pl. XII, 13) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 176, n° 46 (pl. XIII, 13) ; Hill, op. cit., p. 215, n° 266.

305 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 177, n° 47 (pl. XIII, 14) ; Hill, op. cit., p. 223, n° 304 (pl. XXXVII, 10).

306 E. Babelon, op. cit., nos 4 625 à 4 627 (pl. XII, 6) ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 175, nos 41, 42 (pl. XIII, 8).

307 D.-H. Cox, A Tarsus Coin Coll. in the Adana Museum, Ν. N. M., 92 (1941), p. 45, n° 189 (pl. IX).

308 E. Babelon, op. cit., n°4 654 (pl. XII, 10) ; Imhoof-Blumer, op. cit,. p. 177, n° 48 (pl. XIII, 15).

309 Persée seul : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 175, n° 43 (pl. XIII, 10) ; Hill, op. cit., p. 214, n° 265. Persée avec le pêcheur : Imhoof-Blumer, op. cit., p. 177, n° 49 (pl. XIII, 16) ; Hill, op. cit., p. 215, n° 267 ; A.-M. Woodward, op. cit., p. 327, nos 111 à 114.

310 Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 223, n° 6.

311 Imhoof-Blumer, JHS, 18 (1898), p. 176, n° 44 (pl. XIII, 11).

312 Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 121, n° 13 (pl. XXXI).

313 Imhoof-Blumer, op. cit., p. 173, n° 35 (pl. XIII, 6) ; Hill, op. cit., p. 203, nos 215, 216 (pl. XXXVI, 4) ; A.-M. Woodward, op. cit., p. 321, n° 63.

314 Hill, op. cit., p. 208, n° 239.

315 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2 377.

316 Head, BMC, Caria, p. 110, n° 83 (pl. XIX, 2).

317 Head, l. c., n° 85 ; E. Babelon, op. cit., n° 2 381.

318 W.-M. Leake, Numismata hellenica (1856), Asiatic Greece, p. 64 ; E. Babelon, op. cit., n° 2 384 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 2, p. 872 (fig. 809).

319 Head, op. cit., p. 111, n° 88 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 9, n° 384.

320 A.-B. Cook, l. c., fig. 811 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 9, n° 385.

321 Pour les détails de l’habillement et de la parure, voir surtout l’exemplaire du British Museum, op. cit., pl. XIX, 2.

322 Septime Sévère et Julia Domna : E. Babelon, op. cit., n° 2 387 ; comparer la monnaie attribuée à Halicarnasse et Samos par Head, op. cit., p. 112, n° 90 (pl. XLIV, 3). Caracalla et Géta : Ch. Lenormant, Nouv. galerie mythol., p. 89, n° 15 (pl. XIV).

323 Sur Zeus Ascraios, voir O. Gruppe, Griech. Mythol., I, p. 75 ; J. Overbeck, KM, Zeus, pp. 210-211 ; J. Schaefer, De Jove apud Cares culto (Diss. philol. Halens., XX, 4, 1912), p. 406 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, II, 2, p. 872 (fig. 807 à 811) ; Fehrle dans Roscher, Lex., VI, col. 605.

324 Hesychius, ἄσxϱα-δϱῦς ἄxαϱπος. L’identification de la divinité figurée sur les monnaies avec Zeus Ascraios est problématique, comme le fait observer Imhoof-Blumer, Nomisma, VI (1911), p. 16.

325 Overbeck, KM, Zeus, p. 269 ss. ; L.-R. Farnell, Cuits, I, p. 59 ; Gruppe, Griech. Mythologie, II, p. 1117, n. 2 ; Höfer, Labrandeus dans Roscher, Lex., II, col. 1 776-1 777 ; Kuhnert, Stratios dans Roscher, Lex., IV, col. 1 544 ss. ; J. Schaefer, De Jove apud Cares culto, p. 347 ss. ; Ganszyniec, Labraundos, PWRE, XII (1924), col. 277 ss. ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 585 ss. ; Gebhard, Stratios, PWRE, IV A (1931), col. 257 ; M.-P. Nilsson, Griech. Religion, I, p. 256.

326 Ce sanctuaire, mentionné par Hérodote (V, 119 : μέγα τeὶ ἄγιον λσος πλατανίστων), est décrit par Strabon, XIV, 2, 23 (659) qui signale l’existence d’un xoanon de Zeus Stratios. Sur les restes du sanctuaire, voir A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 589 ss. (fig. 493 et 494) ; A. Laumonier, BCH, 60 (1936), p. 303 ss. (pl. XXXVI ss.).

327 Plutarque, Quaest. gr., 45 (301 F) (traduction et commentaire de W.-R. Halliday, The Greek Questions of Plutarch, Oxford, 1928, p. 185 ss.). Sur la signification de cette légende et sur le culte du dieu à la double hache, voir P. Foucart, Le Zeus Stratios de Labranda, Mon. Piot, 18 (1910), p. 153 ss.

328 E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2693 ss. ; Traité, II, 2, col. 139 ss.; Head, BMC, Caria, p. 180 ss. ; J. Schaefer, op. cit., p. 351 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, pp. 573-574.

329 P. Foucart, op. cit., p. 145 ss. ; S. Reinach, Rép. Reliefs, II, p. 300, 2; J. Schaefer, op. cit., p. 353. La stèle se trouve actuellement au British Museum : A.-H. Smith, JHS, 36 (1916), p. 65 ss. ; A.-B. Cook, op. cit., p. 593.

330 D’après J. Schaefer, le modèle reproduit sur la stèle et sur les monnaies du ive siècle serait une statue dédiée par les satrapes de Carie : op. cit., p. 354.

331 Strabon mentionne le xoanon de Zeus Stratios : XIV, 2, 23 (659) ; cf. J. Schaefer, op. cit., p. 354. Les monnaies de basse époque reproduisent-elles l’idole érigée par Arsélis, comme le suppose V. Müller (Frühe Plastik in Griechenland und Vorderasien, Augsbourg, 1929, p. 209 ; Kultbild, col. 485) ou s’agit-il d’un de ces pastiches archaïsants dont le type est l’Artémis d’Éphèse ? (cf. ci-dessus, p. 35).

332 Pinder, Ueber die Cistophoren, p. 589, n° 49 (pl. VII, 2) ; H. Cohen, Descr. hist., II, p. 128, n° 276 ; Mattingly-Sydenham, Roman Imperial Coinage, II, p. 401, n° 496 ; H. Mattingly, BMC, Roman Empire, III, n° 1 064 (pl. 72, 11) ; H. Herzfelder, Num. Chron., 1936, p. 6 (pl. I, 1) ; J. Schaefer, op. cit., p. 351 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 574 (fig. 476).

333 C. Caesar ( ?) : Imhoof-Blumer, Kleinas. Münzen, I, p. 144, n° 2. Titus : E. Babelon, Coll. Waddington, n° 2 458. Septime Sévère : A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 574 (fig. 477) ; J.-G. Milne, Num. Chron., 1938, p. 261 (pl. XVIII, 6). Caracalla : A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 575 (fig. 478). Géta : E. Babelon, op. cit., n° 2 464. Elagabale : Imhoof-Blumer, op. cit., I, p. 146, n° 11.

334 Caracalla et Géta : Head, op. cit., p. 133, n° 37 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 576 (fig. 485).

335 Géta : F. Baillion, Revue belge de num., 1929, p. 9 (fig.).

336 Caracalla : Head, BMC, Caria, p. 132, n° 35 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 10, n° 436. Géta : Head, op. cit., p. 133, nos 38 (pl. XXII, 5) et 39 ; G. Macdonald, Hunter. Coll., II, p. 425, nos 2 et 3 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 575 (fig. 479); Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 10, n° 437.

337 Par exemple sur la monnaie publiée par Head, op. cit., p. 133, n° 38 (pl. XXII, 5). Le filet qui enveloppe l’idole peut être rapproché de l’ἀγϱηνόν dont Apollon est parfois revêtu : C. Watzinger ap. C. Humann, Magnesia am Maeander, Berlin, 1904, p. 176 (fig. 177), p. 180 (fig. 184) (cf. H. Thiebsch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936, p. 42); voir aussi la statuette provenant d’un sanctuaire d’Isis à Cyrène : E. Ghislanzoni, Notiziario archeol., 4 (1927), p. 171 (cf. H. Thiersch, op. cit., p. 49). Cependant, H. Thiersch croit que l’idole de Mylasa est enveloppée, non pas de bandelettes, mais d’une étoffe à dessins quadrillés : op. cit., p. 202.

338 Le relief n’est connu que par un dessin : J.-T. Wood, Discoveries at Ephesus, Londres, 1877, p. 270 ; P. Foucart, op. cit., p. 163 (fig. 8) ; S. Reinach, Jîép. Reliefs, II, p. 106, 3 ; J. Schaefer, op. cit., p. 353 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 592 (fig. 496). W. Deonna reconnaissait à tort Zeus Stratios dans une figurine du Louvre provenant de Cyrénaïque : RA, 1913, II, p. 335. Sur ces figurines qui portent sur la poitrine un plastron garni d’ornements en saillie, voir V. Müller, RM, 34 (1919), p. 101 ; W. Deonna, RA, 1924,1, p. 11 (fig. 3) ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 152 (pl. XXXIX, 1 et 2).

339 Sur l’interprétation de ces ornements, voir P. Foucart, op. cit., p. 161 ss. ; M. Meurer, RM, 29 (1914), p. 204 ss. ; V. Müller, RM, 34 (1919), p. 94. Ganszyniec se refuse à voir des mamelles sur la poitrine du Zeus de Labranda : Labraundos, PWRE, XII (1924), col. 281-282. Le dieu anatolien dont H. Seyrig a publié l’image porte un collier auquel sont suspendues trois bulles piriformes ; les « mamelles » du dieu à la double hache sont vraisemblablement des ornements de même sorte : RHR, 98 (1928), p. 90. Sur la polymastie des déesses asiatiques, voir ci-dessous, p. 144.

340 Au droit, Zeus Labraundos ; au revers, aigle : Head, op. cit., p. 100, n° 5 (pl. XVII, 6). Au droit, Zeus Labraundos ; au revers, bipenne : E. Babelon, op. cit., n° 2 346 ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 8, n° 333. Au droit, Apollon citharède ; au revers, Zeus Labraundos : E. Babelon, op. cit., n° 2 348 (pl. V, 2).

341 Au droit, tête de Dionysos à droite ; au revers, Zeus Labraundos : Head, op. cit., p. 99, n° 3 (pl. XVII, 4) ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 575 (fig. 480). Au droit, Zeus Labraundos ; au revers, cerf debout devant une double hache : Head, op. cit., p. 99, n° 4 (pl. XVII, 5) ; Dan. Nation. Mus., Caria, pl. 8, n° 334.

342 Au droit, Zeus Labraundos et cerf ; au revers, aigle sur un foudre : Head, op. cit., p. 100, n° 6 ; E. Babelon, op. cit., n° 2349.

343 P. Gardner, Types, p. 79 (pl. XV, 9) ; Head, op. cit., p. 100, n° 8 (pl. XVII, 8) ; Dieudonné, Revue num., 1902, p. 76, n° 63 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 575 (fig. 481).

344 Zeus debout de face, armé de la lance et de la bipenne ; au revers, Apollon nu : Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 16 (1884), p. 268, n° 94 (pl. V, 9) ; K. Regling, Zeitschr. f. Num., 24 (1904), p. 129 ; J. Schaefer, op. cit., p. 364 (« figura exit in truncum »).

345 « Figura Jovis barbati in truncum desinens » : J. Schaefer, op. cit., p. 365. J. Schaefer cite deux monnaies de ce type, l’une de Marc Aurèle (Mionnet, Suppl., VI, p. 506, n° 346), l’autre de Commode (E. Babelon, op. cit., n° 2 446).

346 Antonin le Pieux : J. Friedländer, Zeitschr. f. Num., 2 (1875), p. 109 ; J. Schaefer, op. cit., p. 365, n° 2 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 575 (fig. 482). Commode : Head, op. cit., p. 78, n° 8 (pl. XII, 13) ; J. Schaefer, ibidem ; A.-B. Cook, ibidem (fig. 483).

347 Commode : J. Friedlander, op. cit., p. 111 ; J. Schaefer, op. cit., p. 365, n° 3 ; A.-B. Cook, Zeus, II, 1, p. 576 (fig. 484). Caracalla : Imhoof-Blumer, Zeitschr. f. Num., 7 (1880), p. 26 ; E. Babelon, op. cit., n° 2299 ; J. Schaefer, ibidem ; L. Robert, 39 (1935), p. 344 (fig. 6).

348 Caracalla : Imhoof-Blumer, Zur griech. u. rom. Münzkunde, p. 93, n° 5 (pl. V, 8) ; J. Schaefer, op. cit., p. 365, n° 1.

349 « It is probably an arohaic statue of Zeus Stratios or Labraundos » : Head, op. cit., p. 78, n° 8 (note). Sur le Zeus Carien, divinité principale de Keramos, et sur son sanctuaire, voir L. Robert, AJA, 39 (1935), p. 341 ss.

350 L. Robert, op. cit., p. 344 (fig. 5). On trouvera, à la suite de l’article de L. Robert, la publication par P. Devambez de la tête d’un kouros archaïque qui ornait le sanctuaire du dieu.

351 Sur Hadad, voir R. Dussaud dans PWRE, VII (1912), col. 2157 ss.

352 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 437, n° 121 (pl. H, 15) ; Num. Zeitschr., 33 (1901), pp. 4-5 (pl. I, 3, 4) ; E. Babelon, Rois de Syrie, p. clxxiii ; Wroth, Num. Chron., 1890, pp. 327-328 ; A.-B. Cook, Zeus, I, p. 590 (fig. 452) ; R. Dussaud, Syria, 3 (1922), p. 221 (fig. 1) ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, Stuttgart, 1936, p. 85 (pl. IV, 1) ; E.-T. Newell, Late Seleucid Mints in Ake-Ptolemais and Damascus, Ν. N. M., 84 (1939), p. 86 ss., n°s 132 à 134 (pl. XV). Un petit bronze, publié par H. Seyrig, présente un dieu sous un aspect semblable : RHR, 98 (1928), p. 87 ss.

353 R. Dussaud, Journal asiatique, 1904, I, p. 200 ; Hadad, PWRE, VII, col. 2 162 ; Syria, l. c. E. Babelon y voyait le Baal Kevan d’Hiéra-polis en Cyrrhestique : l. c. Drexler y avait déjà reconnu Hadad : Kewan dans Roscher, Lex., II, col. 1 179.

354 R. Dussaud, Syria, l. c.

355 Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, p. 440, n° 8 (Choix, pl. VII, 223) ; G. Macdonald, Hunter. Coll., III, p. 210, n° 1 (pl. LXXIV, 23) ; A.-B. Cook, Zeus, I, p. 590 (fig. 451) ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 85 ; L. Forrer, Weber Coll., III, n° 7991 (pl. 294).

356 Caracalla, Sévère Alexandre, Julia Mamaea : Imhoof-Blumer, Griech. Münzen, p. 235, nos 772 à 775 (pl. XIV, 7) ; A.-B. Cook, Zeus, I, p. 586 (fig. 448, 449) ; P.-V.-C. Baur, Zeitschr. f. Num., 1931, p. 56 (pl. VII, 1) ; Baur-Rostovtzeff-Bellinger, Dura-Europos, Preliminary Report of Third Season of Work, 1929-1930 (New Haven, 1932), p. 115 (pl. XVIII, 7).

357 Géta : Wroth, BMC, Galatia, p. 303, nos 1 et 2 (pl. XXXVIII, 4) ; E. Babelon, Rev. num., 1920, p. 116 (pl. VI, 10) ; Hill, BMC, Arabia, p. 28, nos 1 à 4 (pl. IV, 15) ; A.-B. Cook, Zeus, I, p. 590 (fig. 450).

358 Sur ces images de Hadad entre deux taureaux, R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos, I (Paris, 1944), pp. 381-382.

359 Sur le Jupiter héliopolitain : Drexler, Heliopolitanus, dans Roscher, Lex., I, col. 1987 ss. ; O. Gruppe, Griech. Mythologie, II, p. 1583, n. 4 ; P. Perdrizet, Jupiter, DA, III, 1, p. 700 ; R. Dussaud, Heliopolitanus, PWRE, VIII (1913), col. 50 ss. ; sur l’extension du culte, F. Cumont, Les religions orientales dans le paganisme romain, 4e éd., Paris, 1929, p. 103.

360 Macrobe, Saturn., I, 23, 12 : « Simulacrum enim aureum specie inberbi instat dextera eleuata cum flagro in aurigae modum, laeua tenet fulmen et spicas. »

361 Voir principalement R. Dussaud, RA, 1903, I, p. 347 ss. ; 1903, II, p. 91 ss. (= Notes de mythologie syrienne, p. 30 ss., 125 ss.) ; Winnefeld ap. Th. Wiegand, Baalbek, II (Berlin-Leipzig, 1923), p. 110 ss. ; H. Seyrig, Syria, 10 (1929), p. 325, n. 3 (bibliographie) ; R.-P. Ronzevalle, Jupiter héliopolitain, Mél. Univ. St-Joseph, 21, 1 (1937), p. 3 ss. ; H. Thiersch, Ependytes und Ephod, p. 73 ss.

362 Sur les sujets et sur leur interprétation : F. Cumont, Syria, 2 (1921), p. 40 ss.

363 Marc Aurèle : Hill, BMC, Palestine, p. 49, nos 27 à 41 (pl. VI, 1). Sur l’identification avec le Zeus d’Héliopolis, voir Imhoof-Blumer, Num. Zeitschr., 33 (1901), p. 13 ss.

364 Caracalla : Hill, op. cit., p. 141, nos 3 et 4 ; Imhoof-Blumer, op. cit., p. 13, n° 2. Elagabale : Hill, op. cit., p. 142, n° 7 (pl. XIV, 20).

365 Elagabale : Hill, op. cit., p. 170, n° 5 (pl. XVII, 13). Imhoof-Blumer avait déjà publié cette pièce, où il reconnaissait, au droit, l’effigie de Caracalla : Num. Zeitschr., 33 (1901), p. 13, n° 1 (pl. I, 16).

366 Sévère Alexandre : Hill, BMC, Phoenicia, p. 110, nos 9 et 10 (pl. XIII, 10) ; S. Ronzevalle, Mél. Univ. St-Joseph, 15 (1930-1931), p. 157 ss. (agrandiss. pl. XXVIII).

367 Elagabale : E. Babelon, Perses Achém., nos 1498 et 1499 (pl. XVIII, 21) ; S. Ronzevalle, ibidem (agrandiss, pl. XXIX). L’idole du Zeus d’Héliopolis apparaîtrait en symbole sur des tétradrachmes provinciaux (Caracalla) frappés à Orthosie : A.-R. Bellinger, The Syrian Tetradrachms of Caracalla and Macrinus, Num. Studies, 3 (1940), pp. 75-76 (pl. XVIII, 4 à 9).

368 Winnefeld, Op. Cit., p. 119.

369 Voir ci-dessous, p. 176 ss.

370 Ci-dessous, p. 167 ss. ; cf. C. Fredrich, AM, 22 (1897), p. 371.

371 Winnefeld, op. cit., p. 120 ; V. Müller, Kultbild, col. 479.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search