Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Première partie. La statue archaïque et le témoignage des monnaies

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 M. Collignon, SG, I, p. 104 ss. ; Ch. Picard, Statua, p. 1470 ; Manuel, I, p. 47 ss.
  • 2 W. Deonna, Dédale, I, p. 53 ; V. Müller, Kultbild, col. 498.
  • 3 W. Deonna, op. cit., I, p. 277 ss.

1On a souvent admis que la statue est issue de l’idole aniconique et l’on a cherché à montrer par quelle évolution cette idole, dégagée petit à petit de la matière, a fini par revêtir les apparences humaines1 Cette théorie, séduisante pour l’esprit, ne semble pas correspondre à la réalité2. Les images incomplètes, où la forme humaine est à peine ébauchée, ne dérivent pas nécessairement de l’idole aniconique et l’on a pu expliquer leur existence par les conventions particulières qui régissent tout art à ses débuts et par la pauvreté des moyens techniques dont disposait l’artiste primitif3.

2En fait, « bétyles » et statues apparaissent, non pas à deux stades successifs de l’histoire de l’art et de la religion, mais simultanément, dès les époques les plus anciennes. Les plus vieilles idoles cycladiques, si grossier que soit leur aspect, sont cependant déjà des statues et c’est dans ces images primitives qu’il faut chercher le point de départ de la longue évolution qui aboutira aux chefs-d’œuvre de l’art grec.

  • 4 Sur l’existence de statues à l’époque homérique, voir W. Helbig, L’épopée homérique (trad. Trawins (...)
  • 5 « Aucune des statues grecques que nous possédons, divine ou humaine, n’est antérieure au viie sièc (...)
  • 6 Sur les noms grecs de la statue, voir l’intéressant article de E. Benveniste, Revue de philologie, (...)
  • 7 Sur ces figurines, voir l’ouvrage de V. Müller, Frühe Plastik in Griechenland und Vorderasien, Aug (...)
  • 8 Les restes d’une statue de grandes dimensions auraient été découverts dans le palais de Cnossos : (...)

3Cette évolution, il serait difficile d’en marquer toutes les étapes. La statue de l’Athéna d’Ilion, s’il en est question chez Homère, n’y est mentionnée qu’en termes fort vagues4. Quant aux documents archéologiques, ils ne nous permettent pas de remonter, pour la grande plastique, au delà du viie siècle5. Mais l’étude des termes utilisés par les Grecs pour désigner la statue révèle des emprunts aux langues préhelléniques6. De plus, les innombrables figurines de l’époque dite « géométrique »7 permettent d’entrevoir, tout au moins, une liaison entre l’art de la Grèce préhellénique, qui connut déjà la statue de grandes dimensions8 et les premières œuvres de l’archaïsme.

  • 9 Ch. Picard, Statua, p. 1472. La statue manifeste la volonté du dieu ; voir les légendes de l’Hermè (...)
  • 10 Palladium d’Ilion : voir ci-dessous, p. 104.
  • 11 Idole d’Artémis Taurique : voir ci-dessous, p. 132.
  • 12 Hermès d’Aenos, Dionysos de Méthymna : voir ci-dessous, p. 50.
  • 13 Voir les exemples relevés par Miss Bennett, op. cit., pp. 15-16 (Table Β, XVI).

4Les Grecs eux-mêmes, autant par piété que par orgueil patriotique, attribuaient volontiers aux images de leurs dieux des origines fort anciennes, de même qu’ils leur reconnaissaient des propriétés miraculeuses9. Certaines de ces statues passaient pour être tombées du ciel10, pour avoir été apportées de régions éloignées par des personnages mythiques11 ou découvertes dans des circonstances merveilleuses12. Les xoana attiraient la piété des fidèles et la curiosité des voyageurs ; Pausanias, on le sait, n’a pas manqué de nous rapporter soigneusement les traditions qu’il avait pu recueillir à leur sujet13. Les cités étaient fières de posséder ces idoles qu’elles considéraient comme de précieux talismans ; on s’explique qu’elles aient songé à en faire figurer l’image sur leurs monnaies.

  • 14 Ci-dessus, p. 22.

5Comme nous l’avons déjà fait observer, les reproductions de ces idoles primitives sont aisément reconnaissables parce qu’il existe un désaccord, nettement marqué, entre le style de la figure et celui de la monnaie14. L’étude de ces documents offre donc une base solide à notre démonstration ; c’est pourquoi nous nous sommes efforcé d’assurer à cette partie de notre travail toute l’ampleur désirable en réunissant le plus grand nombre de faits.

6On se gardera de croire, cependant, qu’un désaccord stylistique entre la figure et la monnaie doive toujours se justifier de la même façon ; ce désaccord peut être dû, en effet, à des tendances conservatrices qui sont particulières à l’art de la monnaie. D’autre part, on évitera de confondre, dans la mesure où nos documents nous le permettent, les productions authentiques de l’archaïsme avec leurs imitations archaïsantes. Nous examinerons tout d’abord ces deux problèmes. Nous rappellerons ensuite brièvement les principaux caractères des statues archaïques.

1. Le conservatisme dans l’art de la monnaie

  • 15 Sur la sculpture archaïsante, voir principalement M. Collignon, SG, II ρ 649 ss. ; H. Bulle, Archa (...)
  • 16 Exemples dans W. Deonna, op. cit., II, p. 315 ss.

7Le goût de l’archaïsme, c’est-à-dire la recherche et l’imitation de certaines formes désuètes qui sont propres à une période antérieure, est un phénomène général dont l’histoire de l’art offrirait maints exemples. La sculpture grecque montre, dès le début du ve siècle, des tendances archaïsantes qui continuent à se manifester durant le ve et le ive siècle et qui apparaissent, plus vivaces encore, à l’époque hellénistique et à l’époque romaine15. On pourrait faire de semblables observations au sujet de la peinture de vases16, mais c’est surtout dans l’art de la monnaie que se font sentir les effets de ces tendances archaïsantes.

  • 17 K. Regling, AMK, pp. 1-2 ; J. Jongkees, Jahrb., 54 (1939), p. 229, n. 3.

8En raison de son caractère officiel et de sa destination, la monnaie doit être soustraite à des changements qui en altéreraient le caractère et en compromettraient le crédit. Le rythme de son évolution artistique subit l’influence de ces considérations ; il est en général moins rapide que dans les autres arts17.

  • 18 Head, BMC, Attica, pp. xxii-xxiii ; K. Regling, AMK, p. 2 ; Ch. Seltman, Greek Coins, p. 116 ; W. (...)
  • 19 Sur les imitations orientales des monnaies d’Athènes, dont certaines proviennent de l’Inde ou d’Ar (...)

9Il existe en Grèce de nombreux exemples de ces tendances conservatrices. Le plus connu est celui des monnaies d’Athènes. Alors que la grande cité, au comble de sa splendeur, se composait une nouvelle parure grâce au concours des architectes et des sculpteurs les plus célèbres, elle maintenait, cependant, sur ses monnaies des types qui avaient été créés au vie siècle avant J.-C.18. Ce contraste est significatif et le soin que mirent les Athéniens à conserver à leurs « chouettes » la même physionomie peut être attribué principalement à des raisons commerciales. Sans doute Athènes craignait-elle, en modifiant l’aspect de ses monnaies, d’altérer le crédit dont elles jouissaient et qui leur ouvrait l’accès des régions les plus lointaines19.

  • 20 Voir nos remarques à ce sujet dans L’Antiquité classique, 15 (1946), p. 209 ss.
  • 21 Sur la place tenue par Cyzique dans le commerce avec le Pont-Euxin, voir K. Regling, Zeitschr. f. (...)

10Un exemple non moins curieux nous est offert par les monnaies d’une autre cité commerciale. Cyzique a frappé, jusqu’à l’époque d’Alexandre le Grand, des statères d’électron dont le revers est marqué d’un simple carré creux. Il est vrai que les graveurs de Cyzique ont racheté la pauvreté de ce motif en mettant au droit de ces pièces des sujets d’une étonnante variété20. L’intention, cependant, était la même que celle des Athéniens : il s’agissait de sauvegarder le crédit d’une monnaie qui était destinée principalement à servir aux échanges avec des populations encore à demi barbares21.

  • 22 H.-A. Cahn, Die Münzen der sizilischen Stadt Naxos, Bâle, 1944, pp. 8-9.

11Ce conservatisme, à vrai dire, ne se justifie pas seulement par des raisons économiques. Sans doute la religion intervenait-elle aussi dans le maintien des types traditionnels. L’aspect hiératique des œuvres archaïques convenait aux images de divinités qui figuraient généralement sur les monnaies et la piété des Athéniens se trouvait satisfaite de voir la déesse protectrice de leur cité représentée sous des traits quelque peu compassés22.

  • 23 On ne peut guère expliquer autrement l’archaïsme de certaines monnaies chypriotes ; voir, par exem (...)
  • 24 Zeus Ithômatas sur les monnaies de Messène, ci-dessous, p. 231.

12Ajoutons que le conservatisme peut être aussi la manifestation de tendances particulières à certaines régions23 ou à certains graveurs24. Dans des cas de ce genre, il ne sera pas nécessaire d’invoquer l’imitation d’une œuvre du grand art pour expliquer les traits archaïsants d’un type monétaire.

2. Œuvres archaïques et pastiches archaïsants

13Dans quelle mesure pouvons-nous distinguer, d’après les copies des graveurs, les œuvres archaïques des pastiches archaïsants ? Telle est la question à laquelle nous allons nous efforcer de répondre. A cet effet nous examinerons successivement : a) l’influence sur les graveurs de modèles archaïsants, b) les reproductions sur les monnaies de statues archaïsantes.

  • 25 Sur ces caractères, voir W. Deonna, Dédale, II, p. 334 ss. (bibliographie de l’art archaïsant : ci (...)

14a) Influence de modèles archaïsants. — L’art archaïsant ou, plus exactement, la mode archaïsante, n’est pas toujours une simple imitation des formes du passé. Ses adeptes empruntent certains thèmes à l’archaïsme authentique, mais ils les interprètent selon des règles particulières. Les altérations, volontaires ou involontaires, qu’ils font subir à leurs modèles, les anachronismes qu’ils introduisent dans leurs compositions et, surtout, le mélange de styles, dosé de diverses manières et avec une habileté plus ou moins grande, sont les caractères essentiels des œuvres de cette espèce25.

  • 26 Voir ci-dessous, p. 115.

15Les graveurs ont subi, eux aussi, l’influence de la mode archaïsante. Les Athénas combattantes qui décorent si souvent les monnaies grecques à partir de l’époque hellénistique ne sont qu’une des manifestations les plus typiques de cette mode. Certaines de ces monnaies reproduisent peut-être des idoles de la déesse. Dans de nombreux cas, cependant, nous pensons que les graveurs se sont simplement inspirés d’un type d’Athéna, alors fort répandu et dont les amphores panathénaïques, en particulier, pouvaient leur offrir le modèle26.

  • 27 Au sujet de l’influence de la religion sur le conservatisme dans l’art de la monnaie, ci-dessus, p (...)
  • 28 Sur les soins que l’on donnait aux statues : Ch. Picard, Statua, p. 1486 ; W. Deonna, Dédale, II, (...)

16b) Reproductions de statues archaïsantes. — Le traditionalisme religieux a certainement contribué à la survie de l’art archaïque27. Nous savons qu’on apportait le plus grand soin à l’entretien des vieilles idoles et que l’on s’efforçait de leur assurer une vie aussi longue que possible28. Lorsque l’une d’entre elles disparaissait par accident, sans doute la remplaçait-on par une autre qui conservait les traits essentiels de l’image précédente. Ainsi la divinité se montrait-elle à ses fidèles sous un aspect pour ainsi dire immuable.

  • 29 Voir ci-dessous, p. 176 ss.
  • 30 Voir ci-dessous, p. 167 ss.
  • 31 Cf. ci-dessous, p. 94, n. 4.

17Les monnaies, à elles seules, ne nous offrent pas le moyen de reconnaître ces pastiches. A en juger d’après les documents numismatiques, l’image de l’Artémis d’Éphèse29 ou celle de l’Aphrodite d’Aphrodisias30 pourraient passer pour des idoles primitives. Cependant, les répliques de grandes dimensions nous obligent à les considérer comme des créations d’une époque où l’art grec avait terminé le cycle de son évolution. Ces exemples doivent nous mettre en garde contre les conclusions que l’on pourrait tirer du témoignage des monnaies, lorsque ce témoignage n’est pas complété par des documents plus précis ; il est possible que d’autres idoles, d’un aspect non moins primitif, ne soient, elles aussi, que des pastiches, produits d’une période où, par un retour vers le passé, on prêtait volontiers aux dieux les formes les plus étranges et les plus barbares31.

18Dans ces conditions, il paraît difficile, sinon impossible, de séparer les statues archaïques de leurs imitations archaïsantes. Aussi avons-nous cru nécessaire de les étudier simultanément. Toutefois, nous n’avons pas manqué d’indiquer le caractère exact de l’œuvre reproduite, chaque fois que nos documents nous en offraient la possibilité.

3. Caractères principaux des œuvres archaïques

  • 32 Voir la bibliographie dressée par W. Deonna, Dédale, I, pp. 13-14 et par Ch. Picard, Manuel, I, pp (...)

19Nous n’entreprendrons pas d’étudier les différentes formes de la statue archaïque et d’en retracer l’évolution. De nombreux ouvrages ont été consacrés à cette question ; il nous suffira d’y renvoyer le lecteur32. Nous nous bornerons à indiquer brièvement les caractères essentiels des œuvres de cette espèce.

  • 33 Dans la grande plastique, le type assis n’apparaît qu’après le type debout : W. Deonna, op. cit., (...)
  • 34 W. Deonna, op. cit., I, p. 202.

20W. Deonna a noté la préférence du sculpteur archaïque pour la statue debout33 qui, dans ses lignes générales, peut être décrite de la façon suivante : « le corps de l’homme ou de la femme, du dieu ou du mortel, est placé face au spectateur, raidi ; ses pieds posent à plat sur le sol, les jambes sont jointes ou détachées l’une de l’autre sur le même plan, parfois l’une est avancée ; les bras tombent contre les cuisses, ou, pliés au coude, font quelque geste très simple »34.

  • 35 Sur le sens qu’il convient d’attribuer à ces expressions, cf. W. Deonna, op. cit., I, p. 202 ss. V (...)
  • 36 W. Deonna, op. cit., I, p. 188 ss.

21La statue archaïque est construite selon un principe auquel les érudits ont donné le nom de « loi de frontalité » ou « loi du plan médian »35. Le corps humain est partagé en deux moitiés symétriques par un plan imaginaire, parfaitement vertical. L’artiste prend soin d’éviter les flexions et les rotations de la tête et du torse qui l’obligeraient à résoudre de difficiles problèmes d’équilibre. Les seuls mouvements qu’il entreprenne de traduire sont ceux qui n’entraînent aucune déviation de l’axe de la statue, aucune rupture de la « frontalité ». Les œuvres conçues dans cet esprit révèlent une tendance vers la symétrie dont on peut observer les effets aussi bien dans les gestes que dans le traitement de la chevelure ou dans tel détail anatomique36.

  • 37 Sur la position des jambes : W. Deonna, op. cit., I, p. 216 ss.
  • 38 Sur la position des bras : W. Deonna, op. cit., I, p. 222 ss. Sur la crainte de détacher les membr (...)

22Il en résulte que le sculpteur archaïque ne dispose que de quelques attitudes très simples. Les jambes, qu’elles soient jointes ou séparées l’une de l’autre, restent tendues ; dans la seconde position, qui est destinée moins à indiquer la marche qu’à assurer à la statue une plus grande stabilité, c’est la jambe gauche qui est avancée, par une convention commune à l’art grec et à l’art égyptien37. L’artiste ne prend guère plus de liberté en ce qui concerne la position des bras. Il les allonge le long du corps, les ramène sur la poitrine ou vers les épaules. Il évite ainsi de les détacher du corps. Même quand ils sont pliés à angle droit, les bras restent collés au corps jusqu’au coude38.

  • 39 W. Deonna, op. cit., I, p. 239 ss. ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 292.
  • 40 W. Deonna, op. cit., I, p. 247.

23Ces remarques, il est vrai, ne s’appliquent qu’à la statue au repos. La statue en mouvement, issue du dessin et du relief, obéit à d’autres lois39. Mais elle ne se rencontre guère, avant le ve siècle, que parmi des œuvres de petites dimensions, telles que les figurines de bronze, ou dans la décoration des édifices. Il faut attendre la première moitié du ve siècle pour que l’artiste s’enhardisse à représenter le mouvement dans des statues isolées de grandes dimensions40.

  • 41 W. Deonna, op. cit., I, p. 282 ss.
  • 42 W. Deonna, op. cit., I, p. 283. Voir les exemples réunis fig. 20 et 21.
  • 43 Sur les statues de ce type, voir W. Deonna, op. cit., I, p. 474 ss. (fig. 59).
  • 44 Voir ci-dessous, p. 90 (idoles des dieux orientaux), p. 143 (idoles des déesses asiatiques).
  • 45 W. Deonna, op. cit., I, p. 290 ss. (exemples : fig. 22, 5 à 9).

24La statue archaïque se laisse souvent ramener à un schéma géométrique41. Cette remarque s’applique en particulier à la statue drapée : « Le vêtement qui enveloppe le corps, des épaules ou des hanches aux pieds, évoque un rectangle quand il tombe verticalement sur le sol ; s’il s’élargit en bas, il inspire un trapèze ou une cloche ; s’il semble se rétrécir vers les pieds, un triangle renversé »42. Cette stylisation géométrique est particulièrement sensible lorsque le vêtement est conçu comme une chape qui dissimule le corps plutôt qu’elle ne l’enveloppe43 ; elle apparaît également dans les idoles archaïsantes dont le corps est enfermé dans une gaine aux contours rigides44. Souvent le vêtement s’évase autour des pieds, assurant ainsi à l’image une base plus stable45.

  • 46 W. Deonna, op. cit., I, p. 74 : « dans la plastique archaïque, la nudité masculine est la règle, l (...)
  • 47 W. Deonna, op. cit., I, p. 85 : « Dans la grande plastique..., nous ne connaissons aucune image ar (...)
  • 48 W. Deonna, op. cit., I, p. 425 ss.
  • 49 W. Deonna, op. cit., I, p. 499 ss. (exemples : fig. 63).
  • 50 W. Deonna, op. cit., I, p. 493.

25Dans la grande plastique, le type nu est le plus fréquent pour la statue masculine46, tandis que la femme est toujours représentée vêtue47. Il ne peut être question d’étudier les différents types de vêtements ni la façon dont les sculpteurs ont su rendre le jeu des étoffes48. Contentons-nous d’observer que, dans l’ordonnance de la draperie et dans la disposition régulière des plis, se retrouve le goût de la symétrie qui caractérise l’artiste archaïque49. Cette symétrie apparaît, plus rigoureuse encore, dans les œuvres archaïsantes et se manifeste en particulier dans certains détails, tels que les pans « en queue d’hirondelle », si fréquents sur les images des Athénas combattantes50.

  • 51 W. Deonna, op. cit., I, p. 391 ss. ; sur la symétrie : p. 408.
  • 52 V.-K. Müller, Der Polos, die griechische Götterkrone, Berlin, 1915 ; W. Deonna, op. cit., I, p. 46 (...)
  • 53 Exemples : W. Deonna, op. cit., I, pp. 393 et 395 (fig. 42 et 43). La disposition des cheveux tomb (...)
  • 54 Exemples : W. Deonna, op. cit., I, p. 397 (fig. 44, S à 10).
  • 55 Exemples : W. Deonna, op. cit., I, p. 397 (fig. 44, 1 et 2).

26On remarque, dans l’agencement de la coiffure, le même souci d’une exacte correspondance entre les différentes parties de l’œuvre51. Ici encore, il faut nous borner à de brèves indications et nous contenter de signaler les formes les plus typiques. Les dieux, comme les déesses, ces dernières souvent coiffées du polos52, portent la chevelure longue qui tombe sur les épaules53 ; cependant, la chevelure masculine peut être également relevée de diverses façons : ramenée en bourrelet ou en nattes autour de la tête54 ou pendant sur la nuque en forme de catogan55. Les détails du vêtement et de la coiffure n’atteignent pas toujours sur les monnaies toute la précision désirable ; ils fournissent, néanmoins, de précieux indices pour reconnaître, parmi les types monétaires, ceux qui reproduisent des œuvres archaïques.

  • 56 Sur ces statues, voir Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 292ss.; Ch. Picard, Statua, p. 1 (...)
  • 57 Sur les offrandes de vêtements : W.-H. Rouse, Greek Votive Offerings, Cambridge, 1902, p. 275 ss. (...)
  • 58 Déesse de Sardes (ci-dessous, p. 164), Héra de Samos (p. 211).
  • 59 Ci-dessous, p. 57.
  • 60 Ci-dessous, p. 160.

27Ajoutons que le vêtement ne fait pas toujours partie intégrante de l’œuvre du sculpteur ; il s’agit parfois d’une draperie réelle qui dissimule la statue elle-même. Ces statues habillées n’étaient pas rares dans l’antiquité56. Certaines idoles disposaient d’une véritable garde-robe dont le contenu est énuméré dans les inventaires des temples57. Les monnaies reproduisent plusieurs de ces curieux simulacres, qui disparaissent presque entièrement sous les étoffes dont ils sont enveloppés58. Ces vêtements étaient susceptibles d’être enlevés, renouvelés ou modifiés. Ainsi s’expliqueraient les métamorphoses d’une même idole que les graveurs ont figurée de diverses façons. Peut-être convient-il de justifier par des raisons de ce genre les deux aspects que revêt l’Apollon d’Amyclées sur les monnaies de Lacédémone59. L’Artémis de Pergé nous apparaît aussi sous deux formes différentes et l’on a supposé qu’une sorte d’enveloppe aurait dissimulé, à une certaine époque, l’image de la déesse60.

***

  • 61 Ci-dessus, p. 22.

28Le classement des matériaux que nous avons réunis dans notre première partie posait un problème embarrassant. Pour situer nos témoignages à la place qu’ils doivent occuper dans l’histoire de la statuaire ancienne, nous aurions dû grouper les types monétaires selon le style des œuvres que les graveurs ont prises pour modèles. Mais, comme nous l’avons déjà fait observer, on chercherait en vain, sur des reproductions de cette espèce, des indications stylistiques de nature à justifier pareille répartition61. Le lieu d’émission de la monnaie ne pouvait, lui non plus, nous apprendre grand chose sur le caractère exact de l’œuvre reproduite, car la statue peut avoir été exécutée par un artiste étranger ou apportée d’une autre ville ; elle peut aussi avoir été copiée sur les monnaies de plusieurs cités. Il fallait donc nous en tenir à des données moins incertaines que nous avons trouvées dans le type de la statue et dans la nature de la divinité.

29On s’étonnera peut-être que nous ayons réservé une place aussi importante aux divinités orientales. Pouvions-nous les écarter délibérément sous prétexte qu’elles n’appartiennent pas au panthéon hellénique ou que leurs images peuvent difficilement figurer au nombre des productions de l’art grec ? C’eût été nous priver, sans raisons suffisantes, de témoignages intéressants, car la reproduction, sur les monnaies, de telle idole d’un dieu syrien ou anatolien n’est pas moins instructive pour nous que la copie par les graveurs d’une statue de Zeus d’un type purement hellénique. Un historien des religions eût été mieux placé que nous pour distinguer la part de la religion grecque de celle des cultes orientaux. Nous nous sommes efforcé, néanmoins, de grouper les images de divinités qui offrent des traits caractéristiques, nettement distincts de ceux que les Grecs ont habituellement prêtés à leurs dieux et à leurs déesses.

30Nous étudierons tout d’abord les différentes formes de la statue masculine. Nous passerons ensuite en revue les images des divinités féminines. Parmi celles-ci, c’est aux images d’Athéna que nous donnerons la première place, parce que cette déesse est souvent figurée sous un aspect archaïque ou archaïsant. Un dernier chapitre sera consacré aux statues d’Artémis et d’Aphrodite et aux idoles des déesses que l’on adorait, sous des noms divers, dans les sanctuaires d’Asie Mineure et de Syrie.

Notes

1 M. Collignon, SG, I, p. 104 ss. ; Ch. Picard, Statua, p. 1470 ; Manuel, I, p. 47 ss.

2 W. Deonna, Dédale, I, p. 53 ; V. Müller, Kultbild, col. 498.

3 W. Deonna, op. cit., I, p. 277 ss.

4 Sur l’existence de statues à l’époque homérique, voir W. Helbig, L’épopée homérique (trad. Trawinski, Paris, 1894), p. 535 ss. ; V. Müller, op. cit., col. 495 ; Ch. Picard, Manuel, I, pp. 127, 132. Sur l’Athéna d’Ilion, voir ci-dessous, p. 102 ss.

5 « Aucune des statues grecques que nous possédons, divine ou humaine, n’est antérieure au viie siècle » : W. Deonna, op. cit., I, p. 40 ; de même V. Müller, op. cit., col. 496 ; P. Demargne, La Crète dédalique, Paris, 1947, p. 244. Plusieurs savants, cependant, tendent aujourd’hui à admettre l’existence d’une plastique monumentale à l’époque géométrique (voir les opinions recueillies par P. Demargne, l. c., n. 1).

6 Sur les noms grecs de la statue, voir l’intéressant article de E. Benveniste, Revue de philologie, 58 (1932), p. 118 ss. L’auteur montre que deux de ces mots (βϱέτας et xολοσσός) sont des termes spécifiques d’origine préhellénique ; les autres (ξόανον,νδϱιάς, εxών,δος,γαλμα) sont d’origine hellénique, mais ils ne s’appliquent pas exclusivement à la statue. Le terme xoanon est entré dans la langue des archéologues pour désigner un « incunable » de la sculpture grecque. On notera que cet emploi ne correspond pas à l’usage des anciens. Ceux-ci l’appliquent à des œuvres faites dans les matières les plus diverses (ivoire, pierre, métal) et appartenant à toutes les époques de l’art grec (chez Strabon on le trouve pour désigner des statues de Phidias, de Polyclète, d’Agoracrite et de Scopas : VIII, 353, 372 ; IX, 396 ; XIII, 604). Pausanias en fait un usage plus limité : un xoanon est pour lui une statue de divinité taillée dans le bois, mais non pas nécessairement une statue archaïque, ainsi que le démontrent : 1o l’emploi de ce terme à propos de statues de Myron (II, 30, 2), de Phidias (IX, 4, 1) et de Damophon (VII, 23, 6 ; VIII, 31, 6) ; 2° l’épithète ἀϱχαον qui sert à préciser la signification du mot lorsqu’il s’applique à des œuvres primitives (I, 38, 8 ; II, 2, 3 ; II, 10, 1 ; etc.). L’idée d’ancienneté n’est donc pas impliquée dans le mot lui-même ; elle résulte seulement de l’emploi spécial qu’en fait Pausanias pour désigner des idoles en bois qui étaient, pour la plupart, des œuvres primitives (cf. les observations de A. Rumpf, Arch. Anz., 51, 1936, col. 60 ss.). Miss F. M. Bennett a dressé un relevé des emplois du mot xoanon chez Pausanias : AJA, 21 (1917), p. 8 ss. Voir aussi Ch. Dugas, Sculptura, DA, IV, 2, p. 1 138 ; Ch. Picard, Statua, p. 1 472 ; Manuel, I, p. 87, n. 1 ; W. Deonna, op. cit., I, p. 54 ss. ; V. Müller, op. cit., col. 490-491. Sur la nuance élogieuse que comporte le terme, voir F. Poulsen, Jahrb., 21 (1906), pp. 189-190.

7 Sur ces figurines, voir l’ouvrage de V. Müller, Frühe Plastik in Griechenland und Vorderasien, Augsbourg, 1929 ; cf. W. Deonna, op. cit., I, p. 41 ss. ; pour la Crète, P. Demargne, op. cit., p. 244 ss.

8 Les restes d’une statue de grandes dimensions auraient été découverts dans le palais de Cnossos : A. Evans, The Palace of Minos, III (Londres, 1930), p. 518 ss. ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 83. St. Casson admettait l’existence de xoana datant de l’époque préhellénique : The Technique of Early Greek Sculpture, Oxford, 1933, p. 50 ss.

9 Ch. Picard, Statua, p. 1472. La statue manifeste la volonté du dieu ; voir les légendes de l’Hermès d’Aenos (ci-dessous, p. 47) et de l’Héraclès d’Érythrées (ci-dessous, p. 67). Sur les prodiges que l’on attribuait aux statues, voir aussi Ch. Clerc, Les théories relatives au culte des images chez les auteurs grecs du iie siècle après J.-C., Paris, [1915], p. 37 ss.

10 Palladium d’Ilion : voir ci-dessous, p. 104.

11 Idole d’Artémis Taurique : voir ci-dessous, p. 132.

12 Hermès d’Aenos, Dionysos de Méthymna : voir ci-dessous, p. 50.

13 Voir les exemples relevés par Miss Bennett, op. cit., pp. 15-16 (Table Β, XVI).

14 Ci-dessus, p. 22.

15 Sur la sculpture archaïsante, voir principalement M. Collignon, SG, II ρ 649 ss. ; H. Bulle, Archaïsierende griech. Rundplastik (= Abhandl. d. bayer. Akad. d. Wiss., philol.-hist. KL, XXX, 2, 1918) ; E. Schmidt, Archaïstische Kunst in Griechenland und Rom, Munich, 1922 ; W. Deonna, Dédale, II, p. 324 ss. (bibliographie, p. 339, n. 7).

16 Exemples dans W. Deonna, op. cit., II, p. 315 ss.

17 K. Regling, AMK, pp. 1-2 ; J. Jongkees, Jahrb., 54 (1939), p. 229, n. 3.

18 Head, BMC, Attica, pp. xxii-xxiii ; K. Regling, AMK, p. 2 ; Ch. Seltman, Greek Coins, p. 116 ; W. Deonna, Dédale, II, pp. 314-315.

19 Sur les imitations orientales des monnaies d’Athènes, dont certaines proviennent de l’Inde ou d’Arabie : E. Babelon, Traité, II, 2, col. 669 ss.

20 Voir nos remarques à ce sujet dans L’Antiquité classique, 15 (1946), p. 209 ss.

21 Sur la place tenue par Cyzique dans le commerce avec le Pont-Euxin, voir K. Regling, Zeitschr. f. Num., 1931, pp. 44-45 ; des découvertes de statères de Cyzique ont été faites aux environs de Kertch : op. cit., p. 24.

22 H.-A. Cahn, Die Münzen der sizilischen Stadt Naxos, Bâle, 1944, pp. 8-9.

23 On ne peut guère expliquer autrement l’archaïsme de certaines monnaies chypriotes ; voir, par exemple, la tête d’Athéna de face et de profil sur des monnaies de Lapethos (vers 449-420 av. J.-C. : E. Babelon, Traité, II, 2, nos 1361-1363, pl. CXXXVI, 12 à 14), et l’Héraclès combattant des monnaies de Cition au ve siècle av. J.-C. (E. Babelon, op. cit., II, 2, n° 1 196 ss., pl. CXXX, 1 ss.). Sur les tendances conservatrices propres aux Chypriotes, voir A. Westholm, Acta archaeologica, 4 (1933), p. 220, n. 46.

24 Zeus Ithômatas sur les monnaies de Messène, ci-dessous, p. 231.

25 Sur ces caractères, voir W. Deonna, Dédale, II, p. 334 ss. (bibliographie de l’art archaïsant : ci-dessus, p. 32).

26 Voir ci-dessous, p. 115.

27 Au sujet de l’influence de la religion sur le conservatisme dans l’art de la monnaie, ci-dessus, p. 33.

28 Sur les soins que l’on donnait aux statues : Ch. Picard, Statua, p. 1486 ; W. Deonna, Dédale, II, pp. 322-323.

29 Voir ci-dessous, p. 176 ss.

30 Voir ci-dessous, p. 167 ss.

31 Cf. ci-dessous, p. 94, n. 4.

32 Voir la bibliographie dressée par W. Deonna, Dédale, I, pp. 13-14 et par Ch. Picard, Manuel, I, pp. 293-294.

33 Dans la grande plastique, le type assis n’apparaît qu’après le type debout : W. Deonna, op. cit., I, p. 200. En fait, on ne peut citer, parmi les œuvres archaïques reproduites sur les monnaies, que peu d’exemples de statues assises (voir la curieuse statue assise de Dionysos sur les monnaies de Sinope, ci-dessous, p. 88). Peut-être, cependant, la raideur de l’attitude est-elle moins sensible dans une statue assise que dans une statue debout et les reproductions de statues archaïques assises sont-elles plus nombreuses que nous ne pouvons le soupçonner.

34 W. Deonna, op. cit., I, p. 202.

35 Sur le sens qu’il convient d’attribuer à ces expressions, cf. W. Deonna, op. cit., I, p. 202 ss. Voir aussi les observations de H. Schäfer, Aegyptische und heutige Kunst, Berlin-Leipzig, 1928, p. 67 ss.

36 W. Deonna, op. cit., I, p. 188 ss.

37 Sur la position des jambes : W. Deonna, op. cit., I, p. 216 ss.

38 Sur la position des bras : W. Deonna, op. cit., I, p. 222 ss. Sur la crainte de détacher les membres : id., op. cit., I, p. 215. On tiendra compte, cependant, comme me le fait observer M. Ch. Picard, de certaines attitudes déterminées par la destination de l’œuvre (type du porteur : Cléobis et Biton ; aurige archaïque d’Olympie ; etc.).

39 W. Deonna, op. cit., I, p. 239 ss. ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 292.

40 W. Deonna, op. cit., I, p. 247.

41 W. Deonna, op. cit., I, p. 282 ss.

42 W. Deonna, op. cit., I, p. 283. Voir les exemples réunis fig. 20 et 21.

43 Sur les statues de ce type, voir W. Deonna, op. cit., I, p. 474 ss. (fig. 59).

44 Voir ci-dessous, p. 90 (idoles des dieux orientaux), p. 143 (idoles des déesses asiatiques).

45 W. Deonna, op. cit., I, p. 290 ss. (exemples : fig. 22, 5 à 9).

46 W. Deonna, op. cit., I, p. 74 : « dans la plastique archaïque, la nudité masculine est la règle, l’homme vêtu étant rare » (cf. p. 425) ; Ch. Picard, Manuel, I, p. 254.

47 W. Deonna, op. cit., I, p. 85 : « Dans la grande plastique..., nous ne connaissons aucune image archaïque de femme nue » ; de même Ch. Picard, Manuel, I, p. 277.

48 W. Deonna, op. cit., I, p. 425 ss.

49 W. Deonna, op. cit., I, p. 499 ss. (exemples : fig. 63).

50 W. Deonna, op. cit., I, p. 493.

51 W. Deonna, op. cit., I, p. 391 ss. ; sur la symétrie : p. 408.

52 V.-K. Müller, Der Polos, die griechische Götterkrone, Berlin, 1915 ; W. Deonna, op. cit., I, p. 464. Sur l’emploi du mot polos, voir les remarques de C. Robert, Archaeolog. Miszellen (Sitzungsber. d. bayer Akad., philos.-philol. Kl., 1916, 2), p. 14 ss.

53 Exemples : W. Deonna, op. cit., I, pp. 393 et 395 (fig. 42 et 43). La disposition des cheveux tombant en masses épaisses des deux côtés du visage serait une mode créto-péloponnésienne : id., op. cit., I, p. 399.

54 Exemples : W. Deonna, op. cit., I, p. 397 (fig. 44, S à 10).

55 Exemples : W. Deonna, op. cit., I, p. 397 (fig. 44, 1 et 2).

56 Sur ces statues, voir Th. Schreiber, Arch. Zeit., 41 (1883), col. 292ss.; Ch. Picard, Statua, p. 1485 ; W. Deonna, Dédale, I, p. 121 ss.

57 Sur les offrandes de vêtements : W.-H. Rouse, Greek Votive Offerings, Cambridge, 1902, p. 275 ss. Voir, en particulier, la| garde-robe de la Héra de Samos (ci-dessous, p. 213) et celle do l’Artémis Brauronienne (IG, II2, 1514 ss. ; cf. E. Pernice dans W. Otto, Handbuch der Archaeologie, I, p. 310) ; sur les inventaires déliens, voir W. Deonna, Dédale, I, p. 123. La dissertation de F. Willemsen, spécialement consacrée à ces offrandes de vêtements (Frühe griech. Kultbilder, Munich, 1939). ne m’a pas été accessible (voir le c. r. de F. Chamoux dans REG, 57 1944 p. 134).

58 Déesse de Sardes (ci-dessous, p. 164), Héra de Samos (p. 211).

59 Ci-dessous, p. 57.

60 Ci-dessous, p. 160.

61 Ci-dessus, p. 22.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search