Version classiqueVersion mobile

Les reproductions de statues sur les monnaies grecques

 | 
Léon Lacroix

Avant-Propos

Texte intégral

1Étudier les reproductions de statues sur les monnaies grecques peut paraître une entreprise audacieuse si l’on songe que des monnaies, aux types sans cesse renouvelés, n’ont cessé d’être frappées, pendant près de dix siècles, dans les innombrables cités du monde grec. Mais ce qui rend la tâche du chercheur particulièrement malaisée, c’est moins l’étendue du domaine à explorer que l’insuffisance des moyens dont il dispose. Non seulement il n’existe pas de corpus des monnaies grecques, mais les grandes publications qui pourraient en tenir lieu pour certaines régions déterminées, le corpus des monnaies de la Grèce du Nord comme le Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, sont restées inachevées. Quant au Traité des monnaies grecques et romaines d’E. Babelon, il ne répond pas entièrement aux promesses de son titre : interrompu par la mort de l’illustre savant, il ne traite que de la numismatique antérieure au règne d’Alexandre le Grand, en sorte que la numismatique grecque d’époque hellénistique et romaine, qui a pour nous une importance primordiale, n’y est pas représentée.

2Le seul ouvrage qui puisse offrir les matériaux nécessaires à des recherches relatives à l’ensemble de la numismatique grecque, c’est le catalogue des monnaies du British Museum. Ce catalogue, commencé en 1873, compte aujourd’hui une trentaine de volumes ; il est le guide indispensable que nous n’avons cessé de consulter. Mais la collection de Londres n’a pas été, bien entendu, notre seule source d’informations. Nous avons largement utilisé les autres collections, publiques ou privées, dont les catalogues sont aujourd’hui publiés ou en cours de publication : les collections de Luynes et Waddington à Paris, Hunter à Glasgow, McClean à Cambridge, la collection du Musée national de Copenhague, dont les richesses sont maintenant mises en grande partie à notre disposition, les collections Jameson, Weber, etc. Enfin, nous avons dépouillé soigneusement les principaux travaux d’Imhoof-Blumer, car les recherches de ce maître de la numismatique ancienne restent, encore aujourd’hui, des modèles par la rigueur de la méthode et par l’ampleur de l’information. En revanche, nous nous sommes abstenu de renvoyer à Mionnet dont l’ouvrage, vieilli depuis longtemps, contient trop de renseignements erronés ou difficilement contrôlables.

  • 1 Le Musée numismatique d’Athènes, transféré maintenant dans les locaux du Musée national, n’est pas (...)

3Des enquêtes personnelles dans les principaux cabinets numismatiques nous auraient assurément fourni d’utiles compléments, mais les circonstances actuelles rendent ces enquêtes difficiles et, souvent même, totalement impossibles1. Au reste, notre but n’était pas d’apporter de l’inédit sur l’un ou l’autre point, mais de contribuer à résoudre un problème qui préoccupe depuis longtemps numismates et archéologues.

4Les graveurs ont-ils, à toutes les époques de l’histoire de la monnaie grecque, pris habituellement pour modèles des œuvres de la grande sculpture ? Question délicate et fort controversée. D’autres, avant nous, avaient cru pouvoir y répondre en invoquant quelques faits isolés. Mais cette méthode ne pouvait évidemment donner que des résultats discutables. Si l’on veut résoudre le problème ou, du moins, en proposer une solution, il convient de l’examiner dans son ensemble en réunissant tous les faits susceptibles d’éclairer notre opinion. Cette façon de procéder oblige, il est vrai, à de longues et patientes recherches et nous met, à maintes reprises, en présence de graves incertitudes et de sérieuses difficultés. Était-ce une raison suffisante pour renoncer à cette entreprise ? Nous ne le pensons pas et nous serons payé de nos peines si le lecteur considère que nos efforts n’étaient pas inutiles.

5Pour éviter de nous égarer dans un domaine aussi vaste que, celui de la numismatique grecque, il importait de délimiter soigneusement le terrain que nous comptions explorer. C’est ce que nous avons voulu faire en entreprenant deux enquêtes successives.

6La première porte sur les copies de statues archaïques classées d’après le type de la statue et la nature de la divinité. Nous nous sommes fondé, dans cette enquête, sur le style de la figure qui, lorsqu’il ne s’accorde pas avec le style de l’époque où la monnaie a été frappée, permet souvent de déceler l’imitation d’une œuvre du grand art. On devine, toutefois, que cet indice ne sera utilisable que si le modèle présente des caractères stylistiques nettement accusés et facilement reconnaissables dans la transcription du graveur. D’où la nécessité de nous limiter aux œuvres archaïques. Cependant, nous n’avons pu les séparer de leurs imitations archaïsantes, car les monnaies ne nous offrent pas le moyen d’opérer cette discrimination avec toute la rigueur désirable. En tenant compte de ces observations, nous avons pu grouper un grand nombre de faits qui autorisent d’intéressantes conclusions ; au terme de cette étude, il nous est apparu, néanmoins, qu’une nouvelle enquête était indispensable.

7Les images archaïques et archaïsantes que nous avons étudiées dans notre première partie sont, pour la plupart, des œuvres anonymes qui doivent leur présence sur les monnaies à leur signification religieuse. Toutefois, nous avons reconnu, parmi elles, quelques statues célèbres, attribuées par les anciens à des artistes renommés et qui ont ainsi leur place toute désignée dans la galerie des chefs-d’œuvre de l’antiquité. Ceci nous amène à examiner le problème sous un nouvel aspect qui est celui de l’histoire de l’art et à entreprendre une seconde enquête en suivant dans ses grandes lignes l’histoire de la sculpture grecque et en recueillant au passage les témoignages fournis par la numismatique. Les statues de l’époque classique qui avaient échappé à nos recherches précédentes ont donc trouvé place dans notre seconde partie et nous avons pu tirer de cet ensemble de nouvelles observations qui nous permettent d’aboutir, dans nos conclusions, à des résultats beaucoup plus sûrs.

8Nous n’avons pu fixer de limite chronologique à notre première enquête, puisque nom avons dû annexer aux productions authentiques de l’archaïsme les œuvres issues, aux époques plus récentes, des tendances archaïsantes. Dans la seconde partie, au contraire, l’ordre que nous avons suivi nous a permis de limiter nos recherches d’une manière précise : nous leur avons assigné pour terme la fin du ivesiècle, sans aborder l’étude de la sculpture hellénistique. En effet, les résultats de notre première enquête suffisent à établir que, dès l’époque hellénistique, la copie des œuvres du grand art est un fait fréquent, sinon habituel. Nous nous trouvons, dès lors, en présence d’autres problèmes que nous espérons aborder un jour, mais qui exigeront certainement d’autres méthodes d’investigation.

9Comme on le voit, le plan que nous avons adopté a été conçu de manière à tirer tout le parti possible de nos documents, sans les solliciter plus qu’ils ne nous y autorisaient, sans forcer leur interprétation pour leur imposer un ordre plus rationnel qui aurait pu faire illusion sur le lecteur non averti mais qui aurait compromis la réalisation de notre dessein.

10Afin de ne négliger aucun aspect de la question, nous avions poursuivi une troisième enquête sur les reproductions d’idoles aniconiques. Toutefois, pour que cette enquête pût trouver place à côté des deux autres, il aurait fallu élargir le cadre de cet ouvrage et ceci risquait de nous entraîner loin de notre propos. Dans ces conditions, il nous a paru plus sage de réserver l’étude des « bétyles » et de leurs représentations sur les monnaies pour un travail spécial que nous publierons séparément.

11Nos conclusions plaident en faveur de l’autonomie de l’art monétaire pendant la période classique. Ceci demande un mot d’explication, car le terme « autonomie » pourrait prêter à de fâcheuses confusions. Certes, nous ne prétendons pas que l’on ne puisse retrouver sur les monnaies l’influence des œuvres du grand art, tout comme on la retrouve, par exemple, sur les peintures de vases, et l’on pourrait sans doute essayer de suivre cette influence à travers l’histoire de la sculpture grecque et de la gravure en médailles. Mais une tentative de ce genre aurait-elle quelque chance d’aboutir sans des études préliminaires analogues à celle que nous avons entreprise ? Nous croyons pouvoir en douter. Ce que nous avons voulu faire, c’est apporter une contribution sur un point précis, celui des « copies » de statues. Nos efforts n’auront pas été vains si nous avons réussi à jeter quelque lumière sur cette question déjà fort complexe en elle-même et si nous arrivons à définir quelque peu, dans les limites de nos recherches, l’attitude des graveurs de monnaies vis-à-vis des œuvres de la grande sculpture.

***

12Ce mémoire, commencé en 1938, a été achevé en 1948 et les événements ont plus d’une fois interrompu cette tâche de longue haleine : Grâce à l’accueil généreux de M. R. Demangel, Directeur de l’École française d’Athènes, nous avons pu bénéficier, à deux reprises, de l’hospitalité de l’École, hospitalité qu’elle accorde depuis cinquante ans ou presque, nous nous plaisons à le rappeler, aux hellénistes belges. Aussi les pages que l’on va lire sont-elles indissolublement liées pour nous aux souvenirs de nos années de Grèce et aux amitiés que nous avons formées là-bas.

13Qu’il nous soit permis de remercier nos anciens maîtres de Paris et de Liège qui ont accepté de lire ce mémoire en manuscrit et qui nous ont aidé à le rendre moins imparfait, MM. Ch. Picard, A. Delatte, G. Dossin et A. Severyns. Nous avons si largement tiré parti des précieuses remarques de M. Ch. Picard qu’il nous a été impossible d’indiquer chaque fois ce que nous devons à ses suggestions ; ses travaux sur l’histoire de la sculpture grecque nous ont guidé constamment et nos innombrables renvois au Manuel attestent déjà l’importance de notre dette. Les observations de MM. A. Delatte et A. Severyns nous ont permis de redresser maintes erreurs et d’améliorer, en de nombreux points, tant la forme que le fond de cet ouvrage. M. G. Dossin ne s’est pas contenté de nous tracer la voie en attirant notre attention sur l’intérêt de la numismatique ancienne. Il a suivi l’élaboration de cette étude et il a bien voulu accepter la tâche ingrate de relire entièrement les épreuves. Ses conseils et ses encouragements nous ont apporté une aide particulièrement efficace ; nous le prions de trouver ici l’expression de notre profonde gratitude.

14L. L.

15Liège, février 1949.

Notes

1 Le Musée numismatique d’Athènes, transféré maintenant dans les locaux du Musée national, n’est pas encore réorganisé (janvier 1948) et les collections ne sont pas accessibles aux chercheurs. On n’est guère fixé sur le sort des collections du Cabinet numismatique de Berlin.

© Presses universitaires de Liège, 1949

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search