Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Pièces justificatives

Texte intégral

I. Tableau provisoire des résidents liégeois et étrangers jusqu’au début du xviiie siècle1

  • 1 Cette liste est très incomplète et nécessairement provisoire, mais elle peut présenter une certain (...)

1Résidents liégeois à la cour de :

  • 2 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. I, p. 224. Signalé en 1650, 1er juin, par les recès du Cons (...)

2France : Les Waldor, père et fils. Le père est nommé en 16432.

3A sa mort il fut remplacé par son fils, qui occupa cette fonction jusqu’à son décès, en 1724.

  • 3 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. I.

4Provinces-Unies : Adrien de Renesse est signalé en 1605-16063.

  • 4 A.E.L., Dépêches du Conseil privé, XXIII, f. 44V.
  • 5 A.E.L., Concl. Cap., 25 sept. 1630 ; M. Fairon, le signale en 1633 : Ind. b.n° 97.

5Jean Vanderwecken est signalé dès 16264, et encore en 1630 et en 16335. Il mourut vers 1636.

  • 6 A.E.L., Concl. Cap., 27 nov. 1643 ; ainsi que les liasses du Conseil privé. Cependant en 1640, la (...)
  • 7 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. I bis.

6Un autre Jean Vandervecken est signalé dès 16436. On lui adjoignit en 1669 son frère Ferdinand, qui conserva ce poste jusqu’à sa mort, en 16867.

7Norff occupa ce poste de 1686 à février 1713, date de son décès.

  • 8 A.E.L., État primaire, recès des députés, reg. 35, patentes du 18 février 1715.

8Magis l’occupa de 17158 à 1724.

  • 9 A.E.L., Concl. Cap., 24 juillet 1587.

9Pays-Bas : Un sieur Borcouts se trouve en 1587 remplacé par Vander Zanden9

  • 10 A.E.L., Concl. Cap., 14 nov. 1614, 23 sept. 1622, 7 avril 1628 ; Dépêches du Conseil privé, XX, f. (...)

10Fr. Moreus est signalé de 1614 à 1628 au moins10.

  • 11 Daris, op. cit., t. II, pp. 34, 57. A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec les Pays-Bas, po (...)

11Le baron de Scharemberg est signalé dès 1655, il meurt en 166111.

12Douffet : 1661-1686.

13Després : 1686-1714.

14Henry Moors : 1715-1719.

15Rameau : 1719.

  • 12 A.G.R., S.E.G., reg. 24501, f. 154 et 376.

16Empire, à Vienne. Un certain Scarsy, agent des bourgmestres de la Cité est en 1679 remplacé par un certain Wickhoven12.

  • 13 A.E.L., Concl. cap., reg. 269 (sede vacante), 16 mars 1694.

17Un certain Gudenus est signalé en 169413.

  • 14 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I.

18Pierre Fabry de Tonnay occupa cette résidence de 1707 à 173014 et il fut alors remplacé par A. de Crus.

19Résidents étrangers à Liège :

  • 15 Voir la publication de Helbig, Ind. b. n° 35, pour sa mission de 1630. En 1633, il revient, accréd (...)

20Français : Cadenet : en 1630 et en 163315.

  • 16 Sur ce personnage, voyez surtout le beau récit de Lonchay, Ind. b. n° 72, chap. III.

21Ficquelmont, abbé de Mouzon16 : 1634-1641.

  • 17 Voyez la publication de M. de Lhomel, Ind. b. n° 39.

22A. de Lumbres17 : 1646-1650.

  • 18 Huisman, Ind. b. n° 74, pp. 56-66.

23Wagnée18 : 1650 à 1657 au moins.

  • 19 Sur ce personnage voyez le travail de Lonchay, Ind. b. n° 72 et celui de M. Huisman, Ind. b. n° 74

24Descarrières : 1672-167619.

  • 20 Accrédité le 30 octobre 1676, Paillerolles fut rappelé par son gouvernement en décembre 1679 (A.A. (...)

25Paillerolles : 1676-167920.

  • 21 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, XVII, XVIII et les correspondances du D.G. Voir ce travail : 2e pa (...)

26La Raudière : 1681-1688 et en 1700-170121.

  • 22 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, et le présent travail, 2e partie, chap. II et III.

27Ratabon : 1688-168922.

  • 23 Phelypeaux fut en réalité accrédité auprès de l’électeur de Cologne, Joseph Clément de Bavière, ma (...)

28Phelypeaux : 169823.

  • 24 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. I, p. 15.

29Hollandais : Jean Walcand, signalé en 1618-161924.

  • 25 Fairon, Ind. b. n° 97 ; Bulletin de la Commission royale d’histoire, 1re série, XIII, p. 342.

30Lutz : plus ou moins officiel, signalé en 1633-1634 et 164025.

  • 26 Daris, op. cit., p. 216. Huisman, Ind. b. n° 74, p. 45, note 4 ; p. 55, note 1 ; p. 76, note 1.

31Jacob van der Burgh, signalé de 1642 à 1652 au moins26

  • 27 A.E.L., Concl. Cap., reg. 172.

32Un de Hulft est signalé en 170527.

  • 28 A.E.L., Concl. Cap., 30 octobre 1632. On signale aussi vers cette époque un certain Gabriel Campi. (...)

33Espagnols : Ponti aurait été nommé en 163228.

  • 29 Daris, op. cit., p. 219 ; de Lhomel, Ind. b. n° 39, p. 17, note 1.

34baron de Carency : signalé de 1642 à 164329.

  • 30 A.G.R., S.E.G., reg. 2450-1-2-3.

35Jean Gaene, prévôt de Condé : de 1644 (ou peu après) jusqu’à sa mort, en 168730.

  • 31 Il mourut en juin 1702 (A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 67). Sur son activité à Liège, voir A (...)

36Friessen : 1687 à 170231.

  • 32 Désigné en juillet 1702 (A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 69), il se retira de la ville lorsqu (...)

37de Malte : en 170232.

II. Lettre de Jean Louis d’Elderen à Louis XIV, le 18 août 1688

38Sire,

39Quelques soins que j’ay pris pour passer ma vie tranquillement, le Ciel me fit hier tomber en mains la Crosse de Liége ; le poid en est grand pour moy en un aage avancé, mais, Sire, si c’est la volonté du Seigneur que je sacrifie le reste de mes jours à cultiver sa vigne, je doys respondre à sa voix et à son décret. Je commence doncq mes devoirs par donner à votre Majesté parte de mon élection, et par l’asseurer que j’ay et que j’auray tousjours beaucoup de respects et de veneration pour sa personne sacrée et je prie très humblement vostre Majesté d’estre persuadée qu’à l’égard des intérests de sa Couronne, je tacheray de ne luy pas deplaire, prennant des mesures régulières et gardant une juste conduitte afin de mériter l’honneur de sa bienveillance royalle. C’est ce que je feray tesmoyer plus particulièrement à vostre Majesté par un envoyé extraordinaire que je me donneray l’honneur de luy depescher à ce sujet, pendant que mon resident Waldor aura celuy de luy rendre celle-cy. Je suis avec beaucoup de soumission Sire,

40de vostre Majesté, Le très humble serviteur. Jean Louis, eleu evesque et prince de Liege.

41[Archives du Ministère des Affaires étrangères à Paris, Correspondance de Liége. Supplément III, f. 373-374 (autographe).]

III. Réponse de Louis XIV à cette lettre de Jean Louis d’Elderen, le 29 août 1688

42Mon Cousin,

43J’ay reçu la lettre que vous m’avez escrite le 18 août et qui m’a este rendue par le sieur Valdor vostre resident, par laquelle vous m’informez de vostre election a l’evesche de Liége. Et comme je m’asseure qu’il ne se passera rien dans vostre conduitte qui ne merite mon estime, je seray bien aise aussi de vous en donner des marques dans les occasions qui s’en presenteront. Sur ce je prie Dieu….

44[Archives du Ministère des Affaires étrangères à Paris, Correspondance de Cologne, registre 42, f. 281 (minute).]

IV. Extrait du Mémoire pour servir d’instruction au sieur Phélypeaux, 10 avril 1698

45« Quand a ce qui regarde les affaires particulières de ce prince comme évesque de Liége, les États de ce pays se sont principalement attachez depuis la paix à borner son autorité et à diminuer ses revenus ; ils ont cassé malgré luy les trouppes que l’Eveché de Liége entrenoit pendant la guerre, et quelque effort que l’Électeur de Cologne ayt fait pour les obliger à consentir a l’entretien de ces trouppes pendant un temps fixé, quelque désir qu’il eust de conserver a son service le prince de Cerclas, il luy a esté impossible de l’obtenir. L’électeur de Bavière s’est entremis inutilement pour accomoder les différens entre l’électeur son frère et les États de Liége, ils subsistent toujours et ce prince n’est pas retourné à Liége depuis que les trouppes ont esté cassées.

46Le désir de se rendre plus absolu dans son évesché et en mesme temps l’espérance de recevoir quelques subsides des Hollandais ont porté ce prince a escouter les propositions qui luy ont esté faites depuis peu de la part des Estats Généraux de conserver le poste de la Chartreuse de Liége fortifiée comme il l’est depuis la guerre et d’y recevoir une garnison hollandaise, moyennant les subsides qu’ils luy donneroient pour cet effet. Cependant le Roy n’a pas encore appris que ce traitté ayt esté conclu et il y a beaucoup d’apparance que ce prince a considéré que bien loin de se rendre maistre de Liége, ce seroit remettre cette ville à l’entière disposition des Hollandois.

  • 33 Il s’agit du chancelier Karg de Bebenbourg.

47L’intention du Roy est que le sieur Phelipeaux tache de découvrir les sentiments du sr Carik33 sur cette proposition, qu’il luy fasse en mesme temps faire réflexion que rien n’est plus contraire aux intérêts de l’Électeur son maitre que de se livrer aux Hollandois, que la Maison de Bavière peut se rendre très considérable dans les conjonctures présentes et par les estats que l’Électeur de Cologne possède et par le gouvernement des Pays-Bas entre les mains de l’Électeur de Bavière, que pour conserver les avantages que leur maison en peut espérer, ils doivent se conserver libres, ménager les bonnes grâces de Sa Majesté et profiter de l’affection qu’elle a pour eux, que les engagements que l’Électeur de Cologne pourroient prendre avec les Etats Généraux changeroient entièrement cette situation, qu’il ne seroit plus maistre du pays de Liége s’il intro-duisoit une garnison hollandoise dans un des forts de la ville, que les États Généraux luy demanderoient bientost la citadelle et qu’il ne seroit pas en son pouvoir de la refuser.

48Les. Karik respondra peut estre que l’épuisement des finances de l’Électeur et la seule nécessité d’avoir de l’argent l’obligent à prendre ce party pour recevoir les subsides que les Hollandais luy promettent, qu’il connoit les inconvénients de cet engagement et qu’il aimeroit beaucoup mieux traitter avec S. M. si elle voulait luy donner les assistances qui luy sont absolument nécessaires.

49Mais comme on ne peut pas scavoir quels engagemens ce prince voudroit en ce cas prendre avec elle, les Phelipeaux le demandera au chancelier, s’il luy fait cette réponse, et il en informera aussitôt Sa Majesté.

50Il doit examiner aussy s’il pouvoit ménager à Liége les principaux du party opposé a l’Électeur de Cologne afin de pouvoir se rendre dans la uitte médiateur des differens entre le prince et les États du Pays des Liége. Mais il est nécessaire d’y apporter toute la circonspection convenable pour empescher que l’Électeur de Cologne ne puisse croire que l’envoyé de Sa Majesté entretient commerce avec ceux qui luy sont le plus apposez et qu’il a dessein de les encourager et de les maintenir dans leurs sentiments… »

51[Archives du Ministère des Affaires étrangères, à Paris, Correspondance de Cologne, registre 46, f. 21-24.]

V. Lettre du tréfoncier de Wansoule à Joseph Clément, Liége, le 3 janvier 1714

52Je reçois celle que V. A. S. E. m’a fait la grâce de m’ecrire le 31 du passé dans le temps même que j’avois la plume à la main pour luy rendre très humblement compte de ce que le comte de Königsegg m’a communiqué à Cologne ; il m’a dit que S. M. I. lui avoit donné ordre de nous donner reponce de bouche sur ce qui les Directeurs du Cercle luy avoient écrit à notre égard, que quant à nos places occupées par les Hollandois, nous ne devions pas faire grand bruit présentement, mais que l’Empereur nous fasoit asseurer qu’il ne permetteroit j’amais que nos places et celles de l’Empire fussent occupées par les Hollandois et qu’il en auroit soin de temps et lieu ; que l’Empereur avoit aggrée ce que les Directeurs du Cercle avoient fait quant aux demandes faites à notre Pays, et qu’il nous asseuroit que nous serions exempts de tous quartiers d’hyver luy ayant dit ce que Nous avions été obligez de faire avec le prince Eugène de Savoye, il me dit que l’Empereur en étoit informé, que cela s’étoit fait avant que le prince Eugène ne seroit informé de ses intentions mais, qu’il demandoit que nous n’en dirions rien.

53Quant à la diminution de la matricule dont les Directeurs du Cercle avoient parlé pour appuyer la diminution qu’il nous avoient fait, que l’Empereur donnera lesmains très volontiers a ce que l’Empire et le Cercle résoudront là dessus, que nous pouvions envoyer notre mémoire à l’Empereur, mais que S. M. I. croiait qu’il seroit à propos que nous différions encore un peu, pour voir quelle issue auront les Conférences de paix, a cause qu’il y a plusieurs Etats de l’Empire qui demandent la même chose. Quant à nos privilèges, que l’Empereur confirmera volontiers, ce que ses prédécesseurs nous ont accordé, que Nous pouvions luy envoyer les Mémoires que nous voulions présenter a ce sujet, qu’il les appuyera de tout son pouvoir, puis il a recommandé par ordre qu’il avoit du prince Eugène que nous envoyerions incessament le tiers d’argent dont nous sommes convenus ».

54[L. Ennen, Der spanische Erbfolgekrieg und der Churfürst Joseph-Clemens von Cöln (Iena-Mauke, 1851), Dokumente und Briefe, n° 111.]

VI. Lettre des trois États à Joseph Clément, 5 octobre 1714

55Monseigneur,

56Les lettres que V. A. S. E. a été servie d’escrire à nos Députez ordinaires es dates du 14 et du 22 du mois passé ayant été lues a notre assemblée, nous avons l’honneur de la congratuler sur le retour de la bonne intelligence entre S. M. I. et V. A. S. E. Selon qu’elle en a été asseurée par le Prince Eugène de Savoye et le général comte de Kin-nigseg. Nous avons vu ensuitte avec beaucoup de joye que V. A. S. E. est dans les mêmes sentimens ou nous sommes depuis longtemps, scavoir que c’est clans S. M. I. et l’Empire que nous devons mettre uniquement toute notre ressource pour la délivrance de ce pays, ce qui nous a encouragé —malgré la triste situation ou ce Pays est plongé par la dernière guerre-— à faire de ce costé la quelque effort considérable pour nous arracher des mains de ceux qui sans droit ni raison voudroient bien retenir notre religion et la liberté publique dans un esclavage qui nous devient de jour en jour plus insupportable. Nous avons l’honneur de dire à V. A. S. E. que nous avons pour ce sujet fait assurer M. le comte de Kinnigseg à Anvers d’une somme de cent mille Reichsthaler d’Allemagne pour S. M. I. au cas qu’elle ayt la bonté de procurer à ce Pays une entière évacuation avec la démolition des places occupées. Nous y avons ajouté la démolition, Monseigneur, tant par rapport à la certitude que nous avons que les États Généraux ne laisseront jamais ces places fortifiées en d’autres mains que les leurs, que par raport aux malheurs que ces places fortifiées ont attiré de tout temps à ce pays, contant cinq sièges de Huy depuis l’élection de V. A. S. E. à cette Principauté, sans que nous puissions nous flatter d’un meilleur sort pour l’avenir, puisque notre Pays n’est pas en état de faire lever un seul siège sans le secours d’une puissance voisinne, ce qui ne se peut sans la ruine toujours certaine de tout le pays et sans l’exposer a être la proye de ceux même qui seroient venus à son secours… »

57[Archives de l’Etat à Liége, Etat Primaire, Journée d’États, registre 77, f. 216v-217.]

VII. Mémoire présenté par le baron de Roost, le 2 décembre 1714, à Königsegg

58« 1. L’Empereur étant le souverain des Pays-Bas et aiant de ses trouppes en garnison dans touttes, ou dans une partie des places de ces pais, il est incontestable que Sa Majesté impérialle doit avoir une communication ouverte et libre entre l’Allemagne et les dits pais-bas, sans quoy en cas de rupture avec Mrs les Etas généraux, les trouppes imperialles qui s’y trouveroient seroient des trouppes perdues, et qui ne pourroient pas éviter d’être detruittes ou faittes prisonnières de guerre.

592. Cette communication ne peut s’établir que sur la Meuse, au-dessous ou au-dessus de Mastrict, et par conséquent par le pais de gueldre ou. celuy de Liége.

603. La communication par le pais de gueldre est plus faible jusqu’à la Meuse, Ruremonde, Venlo et Stevensweert étant plus a portée du bas. Rhin que n’est Liége et’Hui, mais en échange, la routte est bien plus longue et plus incommode de ces places que de Liége ou de Hui aux Pais-bas.

614. Cela étant posé comme un fait, et s’il s’agit de laisser la garde du pais de gueldre ou de celui de Liége aux Hollandois, on croit qu’il est de la dernière importance a S. M. I. et a l’Empire de se conserver ce dernier, étant sure, qu’en cas de rupture avec Mrs les États Généraux, et les citadelles de Liége et Hui étant occupées par les trouppes de son altesse serenissime electoralle de Cologne ce sera tousiours un passage-libre a celles de S. M. I. en sorte que les ennemis ne pourront les empêcher de passer aux pais-bas, sans des forces bien supérieures, ou en tout cas sans en venir a une bataille.

625. Au lieu qu’en cas de rupture, et S. M. I. aiant lâché les citadelles susdittes aux Hollandois, pour se conserver le pais de gueldre, supposant même qu’elle se soit aussi conservé Namur, qui est un détour terrible et presque impraticable, ses trouppes arriveront a la vérité aisément du bas Rhin au dit pais de gueldre, où elles passeront même peutestre la. Meuse sans obstacle.

636. Mais après, voicy les inconvénients, scavoir la grande routte qu’il y a a taire par un pais arride et sec et peu propre a fournir a la subsistance d’une armée qui vient de loin, et qui n’a peutestre pas avec elle tout ce qu’il lui faut. Le peu de secour qu’elle pourra tirer des places du pais de gueldre, qui ne sont point en état de fournir a la subsistance d’une armée telle que ie dis, a moins d’y avoir établi des très gros magazins de toutte sorte.

647. Et quant tout cela seroit, les états généraux occupant et fortifiant, comme ils feront sans doutte, en cas de rupture, les villes de Diest et Hasselt et le pais nomme Hageland étant aussi forme et couppe qu’il est. Se servant d’ailleurs a propos du Demer et d’autres postes avantageux, empêcheront tousiour avec une armée médiocre celle de S. M. I. de passer en Brabant en sorte que cette armée ne pourroit sortir de la bruyère où elle n’auroit a prendre que le parti d’y périr de misère ou de reioindre la Meuse, dont elle trouveroit les environs dépourvus de touttes choses par son passage ce qui seroit infiniment contre la gloire et la justice de la cause de S. M. I.

658. La première campagne de la dernière, qu’on appelle la campagne de Nimègue, cela seroit arrivé à l’armée de France malgré les gros magazins qu’il y avoit alors dans Ruremonde, Venlo et Stevensweert, si les alliez avoient pu occuper les postes qu’on vient de nommer, et cette armée peu de temps auparavant victorieuse, seroit perie dans la bruyère, à moins de repasser la Meuse a Ruremonde et de marcher sur Liége en abandonnant le Brabant ce qu’elle n’auroit pu faire qu’avec un temps infini, des difficultez terribles et beaucoup de honte. Ce qu’en tout cas les trouppes impériales ne pourront pas faire si S. M. I. ne retire pas des mains des Etats généraux les citadelles de Liége et de Hui qui sont des postes, sans lesquels S. M. I. n’aura aucune communication sure avec le Brabant, le passage par le pais de gueldre pouvant lui être ôté très facilement et a coup sure comme on vient de dire.

669. Ou bien que faisant remettre les citadelles à S. A. E., S. M. I. aura tousiour des postes et des passages assurez occupez par les trouppes d’un prince tout dévoue a son service et qui ne les gardera que pour les def-fendre, sous sa puissante protection contre tous les ennemis de l’Empereur et de l’Empire, jusqu’à la dernière extrémité.

6710. Outre toutes ces raisons, Liége est une grande ville, pourvue de tout pour plusieurs années et qui pourra, en cas de besoin, fournir a la subsistance de l’armée de S. M. I. pendant bien du tems.

6811. On supplie très humblement son Excellence monsieur le comte de Konigseck, de vouloir bien faire attention a ces remonstrances et a réfléchir sur la véritable et sure communication que S. M. I. aura avec le Brabant par le pays de Liége, au lieu que par celui de gueldre, elle n’en aura aucunne ».

69[Archives Générales du Royaume à Bruxelles, Secrétairie d’État et de guerre, liasse 1465, f. 14.]

VIII. Lettre adressée par un Liégeois à Joseph Clément, en mai 1715

70« J’auray l’honneur de dire à V. A. E. que Je grand doyen partit hier dans son équipage avec l’archidiacre Stockem et l’avocat du Château, ils sont allés coucher chez M. le général Dopps et a dit en partant à ses amis qu’il allait voir sa prévôté de Mazeick. Je fus avertis hyer au soir que le doyen avait eu des nouvelles d’Hollande, que la citadelle de Liége et le château de Huy seroient seurement évacués et que les Hollandois travailloient pour que ces deux forteresses fussent absolument et entièrement rasées. C’est justement, Monseigneur, ce que le doyen avec ceux de sa confidence secrette ont sollicite depuis longtemps ; et il doit de Mastreicht envoyer Du Château, qui est son bras droit, en Hollande, pour insister a ce qu’absolument ces places soient rasées, et qu’il n’y ait point de trouppes du cercle de Westphalie dans ce pays-cy. Voilà le fonds de l’intrigue, surquoi V. A. E. peut prendre les mesures qu’elle croira les plus propres pour le bien de son service, et empêcher l’exécution d’un dessein aussi préjudiciable à ses intérêts. Tout cela se pratique sans que le chapitre ni les députés de vos états y aient aucune part ».

71[Archives de l’État à Liége, Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portefeuille 1715-1716.]

IX. Extrait d’une lettre de Joseph Clément au résident Magis, 6 juillet 1715

72« …Quant à la citadelle de Liége et au château de Huy, je suis content que ces deux forteresses me soient rendues dans l’état qu’elles étoient avant la guerre dernière ; et je ne pense pas qu’il y ait aucune difficulté principalement à l’égard de la première, mais si l’on s’obstine à vouloir l’entier demolissement du château de Huy, et des forts qui l’accompagnent, tant anciens que nouveaux, il faudra bien y consentir à la fin, pour ne point retarder la conclusion du traité de Barrière, après laquelle j’aspire depuis si longtemps. Vous pourrez donc parler sur ce pied là à M. le pensionnaire Heinsius, insistant toujours sur la restitution de ces deux places avec leurs vielles fortifications et ne vous relâcherez qu’à l’ex-trémité pour ce qui regarde la dernière ».

73P. S. « J’apprends que les États Généraux voudroient renvoyer l’affaire de l’évacuation de mes places à une conférence particulière après la conclusion du traité de Barrière, et comme il n’y a pas d’apparence, celui-cy étant fini, que l’Empereur voulut continuer ses conférences pour moi seul et que mes intérêts seroient par là abandonnez, vous devez en toute manière vous emploier à ce qu’on n’en fasse pas un article séparé, mais que la chose soit décidée en même temps que les autres, dont il s’agit, par rapport à la dite Barrière et soit inséré dans le même traité.

  • 34 C’est-à-dire à Bonn.

74Que si, comme le bruit en court, on vous parle à La Haye de l’intention où l’on dit que sont les dits États Généraux de s’approprier le château de Huy et les forts qui en dépendent à condition de me rendre la citadelle de Liége dans l’état qu’elle est à présent et de rappeler les troupes qu’ils ont ici34 en garnison, vous vous y opposerez de toutes vos forces et consiterez plutôt, ainsi qu’il est remarqué ci-dessus à la démolition entière dudit château de Huy et des dits forts que de souffrir qu’ils demeurent entre leurs mains, à quoy je ne consentiray jamais.

75[Archives de l’État à Liége, Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portefeuille 1715-1716.]

X. Extraits de la lettre de Joseph Clément au Conseil privé, le 20 juin 1716

76« Nous avons reçu votre lettre du 13 de ce mois par laquelle entre autres choses, nous voyons que nos États se fondent à l’égard de la reaccession de notre Principauté de Liége au cercle de Westphalie sur le traité solennel de Tillemont fait en 1654 et confirmé par l’Empereur Ferdinand trois de glorieuse mémoire, et sur ce qu’estant encor occupez par les trouppes des États Généraux, ils ne sont pas en pleine liberté pour délibérer ou prendre quelque parti sur ce point. Mais nous appréhendons fort qu’on ne dise que dans le traité allégué, il ne s’agit que de la neutralité entre les Pays-Bas et notre ditte Principauté de Liége, sans la soustraire audit Cercle qui l’a toujours réclamé depuis ce temps la ; et pour les États Généraux, comme ils n’empêchent pas, malgré cette occupation, que nos États ne délibèrent entre eux sur tout ce qui regarde leurs intérêts… L’Empereur et l’Empire étant convenu que l’on fera payer à Ratisbonne dans le terme de six semaines à conter du jour de la date du décret pour la réparation des forteresses de Philipsbourg et Kehll un mois romain qui porte 1280 florins d’Allemagne pour notre principauté de Liége y compris Bouillon, Mastrek, le conté d’Agimont et les autres pays qui nous ont été enlevés par les Couronnes de France et d’Espagne, vous en donnerez part aussi à nos États pour savoir en quelle manière nous nous devons comporter… » Le prince propose alors d’obtenir une déduction proportionnelle aux pertes territoriales. « …Nous voulons que dans cette journée d’États on parle de la chaussée projetée et qu’on nous donne les moyens de la déterminer au plus grand avantage du commerce et à la commodité du public sans préjudicier à notre Capital. Cepourquoi vous nous envoyerez sans retardement le plan, que nous vous avons déjà demandé plusieurs fois de la dite Chaussée avec les raisons qu’on apporte de part et d’autre pour la différente route qu’on propose de lui faire prendre… »

77[Archives de l’État à Liége, Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portefeuille 1492-1735.]

XI. Lettre de Joseph Clément à Karg, 5 juillet 1719

78« Cher et féal. Je suis fâché que votre incommodité vous empêche de me venir parler. Je souhaite que la promenade de Plittersdorff vous rétablisse entièrement ; cela m’oblige de vous répondre par écrit à la lettre, que vous m’avez communiquée de l’avocat du Châteaux. Ce zêlé républicain, revêtu du manteau de mon fidèle serviteur, donne des conseils semblables à ceux de l’orfèvre M. Josse des Comédies de Molières, et mes bontez viendroient fort a propos au soutien de la prétendue autorité de mes États : c’est d’icelle qu’il s’agit et point du tout du petit état major de la citadelle, car cela seul ne vaudrait pas la peine seulement que j’en parlasse, ni qu’eux me le refusassent. Mais puisque ce même petit objet m’est jusques a présent refusé, cela découvre trop lourdement l’intention de mes états, et comme cela va présentement à sa dernière période, je ne puis pas plus longtemps dissimulé ces sortes d’attentats, et il faut à cette heure qu’ils se découvrent ouvertement, pour savoir si c’est le prince ou les États qui soit le maître du Pays. Aussi, Monsieur, je trouve fort inutile de faire attention à tous ces détours chicanneurs qu’il conseille dans sa lettre. Cela est bon a dire à un Iroquois, qui n’a jamais sçu ni entendu parler de ce que c’est Liége et non pas a un Prince qui depuis un règne de 25 ans a trop bien appris, et même a ses dépens, ce qui en est. C’est cette même tollerence de leurs egaremens, qui les a tellement gâtez, qu’ils ne se connaissent plus eux-mêmes, ainsi il est temps qu’on les reveille de cet assoupissement, et que je me fasse connaître ce que je suis, et ce qu’ils doivent être. Le cœur d’un Peuple que je vois opprimé par tant d’abus qu’on fait des deniers publics, m’est une plus forte citadelle que ce tas de pierres qui en porte le nom. C’est par celui-là que je me ferai rendre raison, si on ne la veut pas entendre ; et si après ils veuillent aller aux voyes de fait, dont ils me menacent, ils en sont les maîtres, j’attendrai tout tranquillement et j’irai cependant toujours mon chemin. Voilà tout ce que je puis vous dire là dessus, et espérant votre entière reconvalescence, je suis tout à vous ».

79Joseph Clément, Electeur.

80[L. Ennen, Der spanische Erbfolgekrieg und der Churfurst Joseph-Clemens von Cöln, Dokumente und Briefe, n° 232.]

Notes

1 Cette liste est très incomplète et nécessairement provisoire, mais elle peut présenter une certaine utilité.

2 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. I, p. 224. Signalé en 1650, 1er juin, par les recès du Conseil de la Cité.

3 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. I.

4 A.E.L., Dépêches du Conseil privé, XXIII, f. 44V.

5 A.E.L., Concl. Cap., 25 sept. 1630 ; M. Fairon, le signale en 1633 : Ind. b.n° 97.

6 A.E.L., Concl. Cap., 27 nov. 1643 ; ainsi que les liasses du Conseil privé. Cependant en 1640, la Cité fit choix du sieur Romers, résident du prince de Neubourg en Hollande, pour la représenter à La Haye (A.E.L., Recès du Conseil de la Cité, reg. 735, f. 51 et 56).

7 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. I bis.

8 A.E.L., État primaire, recès des députés, reg. 35, patentes du 18 février 1715.

9 A.E.L., Concl. Cap., 24 juillet 1587.

10 A.E.L., Concl. Cap., 14 nov. 1614, 23 sept. 1622, 7 avril 1628 ; Dépêches du Conseil privé, XX, f. 241.

11 Daris, op. cit., t. II, pp. 34, 57. A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec les Pays-Bas, portef. II. B.C.L. Coll. Cap. ms. 20, Ire partie, f. 29, 2e partie, f. 20V.

12 A.G.R., S.E.G., reg. 24501, f. 154 et 376.

13 A.E.L., Concl. cap., reg. 269 (sede vacante), 16 mars 1694.

14 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I.

15 Voir la publication de Helbig, Ind. b. n° 35, pour sa mission de 1630. En 1633, il revient, accrédité auprès des États (A.E.L., Concl. Cap., reg. 138, f. 368V). Je ne signale pas les ambassades accidentelles, telle que celle de La Chapelle en 1631, mais seulement les résidences régulières.

16 Sur ce personnage, voyez surtout le beau récit de Lonchay, Ind. b. n° 72, chap. III.

17 Voyez la publication de M. de Lhomel, Ind. b. n° 39.

18 Huisman, Ind. b. n° 74, pp. 56-66.

19 Sur ce personnage voyez le travail de Lonchay, Ind. b. n° 72 et celui de M. Huisman, Ind. b. n° 74.

20 Accrédité le 30 octobre 1676, Paillerolles fut rappelé par son gouvernement en décembre 1679 (A.A.E., Corresp. de Liége, IX, passim).

21 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, XVII, XVIII et les correspondances du D.G. Voir ce travail : 2e partie et le chap. IV de la 3e partie.

22 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, et le présent travail, 2e partie, chap. II et III.

23 Phelypeaux fut en réalité accrédité auprès de l’électeur de Cologne, Joseph Clément de Bavière, mais il devait s’occuper des affaires liégeoises. (Voir ce travail, 3e partie, chap. II).

24 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. I, p. 15.

25 Fairon, Ind. b. n° 97 ; Bulletin de la Commission royale d’histoire, 1re série, XIII, p. 342.

26 Daris, op. cit., p. 216. Huisman, Ind. b. n° 74, p. 45, note 4 ; p. 55, note 1 ; p. 76, note 1.

27 A.E.L., Concl. Cap., reg. 172.

28 A.E.L., Concl. Cap., 30 octobre 1632. On signale aussi vers cette époque un certain Gabriel Campi. Quelle qualité avait-il ? Je l’ignore, mais en 1637, on le cite comme agent de l’Espagne (Bulletin de la Commission royale d’histoire, 2e série, t. III, p. 157). Quant à l’avocat de Marche, il paraît avoir été plutôt un agent secret qu’un résident avoué.

29 Daris, op. cit., p. 219 ; de Lhomel, Ind. b. n° 39, p. 17, note 1.

30 A.G.R., S.E.G., reg. 2450-1-2-3.

31 Il mourut en juin 1702 (A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 67). Sur son activité à Liège, voir A.G.R., Jointe des terres contestées, carton 60.

32 Désigné en juillet 1702 (A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 69), il se retira de la ville lorsque les Anglo-Hollandais s’en emparèrent, en novembre 1702.

33 Il s’agit du chancelier Karg de Bebenbourg.

34 C’est-à-dire à Bonn.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search