Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Troisième partie. Le règne de Joseph Clément de Bavière

Conclusion

Texte intégral

1Résumons brièvement ces trente années de vie liégeoise, que nous avons étudiées dans le détail.

2L’époque de la guerre de la Ligue d’Augsbourg fut la plus calamiteuse de toute notre histoire moderne. Obligés de participer à une guerre européenne, les Liégeois en éprouvèrent les ressentiments de la France dont ils avaient dû devenir les ennemis. Ils comprirent que la présence sur le siège épiscopal d’un prélat de chez eux, obscur, sans ambition ni desseins personnels, n’était pas une garantie de paix. Aussi lui donnèrent-ils pour successeur l’un des princes les plus puissants de l’Empire. Une fois de plus, la maison de Bavière reprit son apanage liégeois, mais ce fut pour l’orienter vers des horizons nouveaux. Très prudemment, nos ancêtres laissèrent leur prince s’engager seul et demeurèrent dans l’expectative. La guerre de la Succession d’Espagne vit le paradoxal spectacle d’un prince allemand, allié de la France, faisant la guerre à son suzerain, et de ses propres sujets demeurant neutres, par tolérance mutuelle des belligérants. Cette attitude réservée permit aux Liégeois de défendre avec acharnement la cause de l’intégrité de leur territoire auprès des puissances et d’arracher finalement aux mains des Hollandais, grâce au concours actif du souverain de Vienne, leurs principales forteresses.

3L’attitude des divers États à l’égard de la principauté, attitude que nous avions caractérisée dans la première partie de ce travail, se confirme, semble-t-il, au cours de ces événements. La France a poursuivi dans la principauté sa politique traditionnelle très agissante et très adroite. En dépit d’un concours de circonstances fâcheuses pour lui, le Grand Roi a presque toujours su maintenir, sinon avancer, ses positions. Le parti français à Liége, quoique fortement battu en brèche et même compromis par la protection indéniable dont il a joui auprès de Joseph Clément, est resté fort. Souvent même la personnalité d’un Méan n’a pas suffi à maintenir la cohésion des forces opposées, et, à tout prendre, le prestige de la France n’a pas subi d’éclipse, ni même d’atteinte sérieuse, avant les premières années du xviiie siècle. Les événements de 1713 et de 1715 ont alors sensiblement ébranlé son crédit : abandonnant à la fois l’électeur et les Liégeois à la discrétion des Provinces-Unies, la France a commis une faute qu’explique largement, il est vrai, sa situation critique. La mort de Louis XIV marque d’ailleurs le début d’une courte période de décadence, qui se manifeste par la suppression pendant 15 ans de la résidence française à Liége. Ce seront les grands conflits militaires du xviiie siècle, et plus encore la solidarité économique, qui lui feront reprendre, dans la principauté, sa place traditionnelle, toujours privilégiée.

4L’Empire, lui, a affirmé de manière plus sérieuse qu’auparavant son rôle dans les affaires extérieures de notre pays. Non seulement, il a déterminé en 1689 l’intervention militaire des Liégeois contre la France, mais il a réussi, un quart de siècle après, à resserrer considérablement ses rapports de droit public avec eux. Il a obtenu, par la menace, il est vrai, la rentrée de la principauté dans le cercle de Westphalie et, en échange, a secondé victorieusement les efforts de ses vassaux pour le maintien de leur intégrité territoriale. Nous avons aussi assisté aux débuts de la dernière phase de l’histoire de la neutralité liégeoise. Celle-ci sera à l’avenir tolérée par l’Empire dans les conflits où les intérêts du corps germanique tout entier ne seront pas engagés, mais, dans le cas contraire, elle devra se muer, après consentement exprès du souverain de Vienne, en une simple non participation militaire, qui sera réglée par des accords spéciaux avec chacun des belligérants. Tel sera le caractère de la neutralité liégeoise pendant tout le xviiie siècle.

5L’événement essentiel de l’histoire des trente années écoulées est, sans contredit, le rôle nouveau et important, parfois décisif, qu’ont joué les Provinces-Unies dans l’évolution de la politique liégeoise. Peu apparente jusqu’alors, l’influence hollandaise prend un relief imprévu dès l’année 1689. Nous la voyons alors conditionner la plupart des incidents de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, tout en s’incarnant à Liége dans un parti, ou plutôt dans un homme : le grand doyen du chapitre. Créanciers attitrés de la principauté, les États-Généraux font valoir leurs prétentions ambitieuses pendant la guerre de la Succession d’Espagne. Ils réclament la possession des places de Liége et de Huy pour achever la Barrière qu’ils élèvent contre la France. Leur échec final porte un coup fort sensible à leur autorité, mais la solidarité des intérêts économiques ne pourra manquer, au cours du xviiie siècle, de resserrer les liens qui unissaient le pays de Liége et ses voisins commerçants du nord.

6De tout ceci se dégage la conclusion suivante : la tendance à l’isolement, qui avait caractérisé jusqu’ici l’histoire de la principauté, commence à s’effacer, et sa dépendance à l’égard des puissances occidentales et centrales s’affirme de plus en plus.

7Si nous jetons enfin un regard sur les Liégeois du temps, ce qui doit surtout nous frapper, c’est l’invariabilité des sentiments de la plupart d’entre eux. Les partis que nous avons pu étiqueter, en 1688, se retrouvent tels quels ou à peu près, en 1715. Les fils témoignent des mêmes sympathies, des mêmes hostilités que leurs pères. L’attachement à un homme pourra varier, mais l’attachement à la doctrine politique demeure exemplaire. Ainsi, si l’on rencontre le nom des Liverlo, des Clercx, des Liboy, des Stockem, on voit que l’on a affaire aux plus déterminés partisans de la France ; si c’est celui des Méan ou des Blisia, des Berlo ou des Sélys, on est aussitôt ramené à l’alliance hollandaise ou à l’alliance autrichienne. Nous n’avons choisi ici que des familles de chanoines. L’expérience peut se répéter avec des membres isolés du chapitre, ou encore parmi les nobles et parmi les bourgeois. Les noms de Wansoule, de Horion, de Louvrex suffisent sans doute à illustrer cette affirmation. Et ceci, on peut le dire, est tout à l’honneur de nos ancêtres. Les pires épreuves ne les ont pas ébranlés : le sort réservé à un Liverlo ou à un Méan n’a fait, semble-t-il, que confirmer leurs familles respectives dans leurs sentiments traditionnels. C’est une particularité caractéristique, non encore signalée, de notre histoire liégeoise ; ne méritait-elle pas d’être mise en évidence ?

  • 1 En 1684, la Cité trouvait péniblement de l’argent au denier 15 (plus de 6 %) ; au début du xviiie (...)

8Quant à la situation générale du pays, on peut dire qu’elle a une tendance sérieuse à s’améliorer. Après les désastres des guerres de Louis XIV, la principauté se relève graduellement. Les finances de l’État se libèrent en partie des charges qui les obéraient ; le crédit de la Cité se révèle plus solide1. La fin des agitations populaires, apportée par le règlement de 1684, n’a certes pas peu contribué à rendre au pays une prospérité, qui ira grandissante pendant le xviiie siècle.

Notes

1 En 1684, la Cité trouvait péniblement de l’argent au denier 15 (plus de 6 %) ; au début du xviiie siècle, elle empruntait au denier 20 (5 %).

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search