Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Troisième partie. Le règne de Joseph Clément de Bavière

Chapitre V. Les négociations d’Utrecht, de Bade et d’Anvers. La « réaccession » de la principauté au cercle de Westphalie

Résumé

Importance des négociations de paix pour la principauté. — Le sort des forteresses liégeoises est en suspens. Les Hollandais les réclament comme « places de la Barrière ». — Négociations de 1709, 1711 et 1712. — La conférence d’Utrecht : envoi d’une députation liégeoise. Le baron de Wansoule. — Lés ministres impériaux subordonnent leur appui à la « réaccession » de la principauté au cercle de Westphalie. — La France abandonne l’électeur et ses sujets. — Nouvelles négociations à La Haye sans résultat. — Députation liégeoise à l’assemblée du cercle à Cologne : la réaccession future est promise mais sous conditions. — La paix de Kastadt. — Le Congrès de Bade : l’électeur obtient satisfaction. — Divergences de vues entre le prince et ses sujets sur le sort des forteresses : ceux-ci en réclament la démolition. — La Conférence d’Anvers : le prince envoie le baron de Roost pour y défendre ses intérêts. — Appui accordé par l’empereur et son ministre Königsegg. — Après une année de discussions, le traité de la Barrière est conclu, donnant satisfaction complète aux Liégeois. — Joseph Clément renoue des négociations à La Haye et finit par obtenir une satisfaction partielle. — Les Hollandais évacuent les forteresses liégeoises en 1718. — Après de longues discussions, la principauté finit par « réaccéder » au cercle de Westphalie, sous la menace d’une exécution militaire. — Une « journée » du cercle de Westphalie.

Texte intégral

1Au début du xviiie siècle et plus particulièrement vers la fin de la guerre de la succession d’Espagne, la principauté de Liége courait deux grands dangers.

2Le premier était causé par l’ambition et le désir de sécurité des Provinces-Unies : c’était l’occupation des forteresses du pays par des garnisons hollandaises. L’autre consistait dans la volonté de l’Empire d’obtenir enfin de la principauté une coopération effective au cercle de Westphalie.

3L’un et l’autre étaient anciens déjà, mais pourtant ils ne prirent une réelle importance que durant cette dernière guerre. On a vu que les États-Généraux avaient installé des garnisons de leur nation dans les places de Liége et de Huy. Tout paraissait indiquer qu’ils comptaient bien n’en pas déguerpir. Au surplus, la prétention hollandaise sur nos forteresses n’était que la conséquence logique du fameux système de la barrière, imaginé au xviie siècle par Jean de Witt, et qui s’était presque réalisé au traité de Ryswick. Réclamant l’occupation d’une dizaine de villes des Pays-Bas depuis la mer jusqu’à Namur, les Provinces-Unies désiraient compléter cette « barrière » par la maîtrise de la vallée de la Meuse depuis Namur jusqu’à Maestricht. Dès lors, elles réclamaient, comme indispensables à leur sûreté, les places de Huy et de Liége.

  • 1 A.E.L., État primaire, Journées, 76, f. 317-318, 14 nov. 1708.

4C’est aussi au cours de la guere que les réclamations impériales et celles du cercle de Westphalie se firent entendre avec le plus d’insistance. Liége, on l’a vu, s’était détachée de plus en plus de la Confédération germanique et n’avait qu’exceptionnellement exécuté ses obligations pendant le xviie siècle. Grâce à son éloignement, grâce aussi aux charges de toutes sortes qui avaient pesé sur elle, la principauté avait pu jusqu’alors échapper aux contributions réparties sur tous les membres du cercle. Les traités conclus en 1703, 1705 et 1709 avec la Hollande avaient garanti le pays contre toute demande d’argent de la part des alliés et, en 1706 notamment, les États-Généraux avaient écarté les menaces du cercle. Mais l’empereur s’était ému de cette abstention prolongée et, en 1708, il fit faire aux trois États des propositions de « réaccession » au cercle. Il développait les avantages que la principauté pourrait en retirer et avait bien soin d’ajouter que son intention n’était pas de surcharger le pays, dont on fixerait la part « matriculaire à une somme proportionnée et raisonnable », sans rien exiger pour le passé1.

5On voit dès lors l’importance extraordinaire que prenaient aux yeux des Liégeois les négociations de paix qui se nouaient en Hollande. Comme jadis à Nimègue et à Ryswick, la présence active de diplomates du pays devenait nécessaire.

  • 2 B.N., Fonds français, 20990 (ancien fonds Mortemar 71), f. 364. Projet préliminaire entre la France (...)
  • 3 Les mémoires de Torcy rapportent en effet : « Les États Généraux vouloient avoir dans Bonn la citad (...)

6En 1709, la France fit aux alliés des propositions de paix. Des pour parlers s’ouvrirent à La Haye. La discussion du sort des électeurs de Bavière et de Cologne ainsi que des places de Bonn, Liége et Huy, fut renvoyée aux négociations qui se développeraient avec l’Empire2. Mais les Hollandais ne manquèrent pas de soulever leurs prétentions3 et l’on décida que leurs troupes resteraient dans les villes indiquées jusqu’au futur traité.

  • 4 A.E.L., État tiers, Journées, 1699-1709, 31 mai 1709.
  • 5 A.E.L., État noble, Journées, reg. 20, 7 juillet, État tiers, Ibidem, 16 juillet.

7A Liége, l’État Tiers avait proposé d’envoyer des représentants à La Haye4, et, à la nouvelle de l’accord entre Français et Hollandais sur des articles préliminaires, les trois États se décidaient à faire appel à l’Empereur pour éviter la prolongation de l’occupation étrangère5.

8Mais les conférences de La Haye ne donnèrent aucun résultat. Devant les exigences exorbitantes des Hollandais, les ambassadeurs de Louis XIV rompirent les négociations.

9Celles-ci reprirent cependant à la suite de la bataille de Malplaquet. Le Grand Roi fit, en 1710, de nouvelles concessions, qui n’eurent d’autre effet que d’augmenter les prétentions des Provinces-Unies. Aux conférences de Gertruydenberg, après cinq mois de discussion, les Français se refusèrent une nouvelle fois à souscrire aux exigences immodérées de leurs ennemis, et tout espoir de paix s’évanouit encore,

10On sait combien la situation de l’Europe se transforma au cours des années 1710 à 1712. Un concours de circonstances, les unes fortuites, les autres glorieusement provoquées, permirent à la France non seulement de disloquer le bloc de la coalition, mais même d’élever la voix dans les négociations.

  • 6 C’étaient le marquis d’Huxelles, l’abbé de Polignac et Mesnager.
  • 7 Legrelle, Ind. b. n° 123, t. IV, p. 634, d’après la correspondance de Hollande, reg. 230, 30 déc. 1 (...)

11En 1711, s’ouvrirent les fameuses conférences d’Utrecht. Les instructions remises aux ambassadeurs français6 s’intéressaient au sort de l’électeur de Cologne : sa restauration était exigée, mais sans indemnité aucune ; quant à ses forteresses, que les Hollandais prétendaient conserver, « il faudra, spécifiait Torcy, disputer, mais céder plutôt que de prolonger la guerre »7. Ce sera la ligne de conduite que les plénipotentiaires de Louis XIV observeront fidèlement pendant les deux années que vont durer les pourparlers. Ainsi le sort de Liége et de Huy était dès l’abord subordonné aux dispositions générales du traité, et l’allié de Joseph Clément admettait, au moins en principe, n’importe quelle solution. Il devait appartenir à l’électeur et aux Liégeois de défendre eux-mêmes leurs propres intérêts.

  • 8 Lettre du 26 janvier 1712.

12L’ambassadeur impérial à Utrecht se trouvait être l’ancien gouverneur de la principauté, Zinzendorf. Ses bonnes dispositions à l’égard de ses anciens administrés étaient chose bien connue. Aussi les invita-t-il à envoyer quelques représentants à la conférence pour l’éclairer lui-même sur leurs desiderata8.

  • 9 En septembre 1711, Méan avait informé le chapitre des nouvelles instances que faisait l’empereur en (...)
  • 10 L’État noble avait fait choix du baron de Horion. Estimant que celui-ci avait agi avec trop de haut (...)

13Les Liégeois s’empressèrent d’entrer dans ces vues si bienveillantes. L’autorité impériale pouvait en effet contribuer puissamment à leur salut et, quelque dangereuse que pussent être les conséquences d’un rapprochement avec le corps germanique9, il eût été insensé de décliner le secours qui s’offrait. Mais nos ancêtres retombèrent aussitôt dans leurs anciennes et vaines querelles. A qui confier la mission de représenter le pays ? Le chapitre écarta le candidat de la noblesse ; celle-ci persista dans son choix !10. On finit par charger de ce soin le tréfoncier Delanaye qui voyageait alors en Hollande.

  • 11 Le duc de Bouillon de son côté sollicitait Louis XIV pour que la possession de ce duché lui fût con (...)
  • 12 A.E.L., Concl. Cap., reg. 174, f. 273V-275 : projet du 13 février 1712.
  • 13 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 113-114, Joseph Clément à Torcy, 23 déc. 1712.

14La liste des revendications liégeoises était longue. Indépendamment de l’évacuation des places du pays, elle comprenait la restitution du duché de Bouillon11, du comté d’Agimont et d’une multitude de territoires dont la possession était contestée par les Pays-Bas !12. On offrait cependant aux Hollandais, en guise de compensation, la démolition des ouvrages extérieurs des forteresses et, c’est à cette dernière solution, considérée pourtant par lui comme « un pis aller », que se ralliait aussi l’électeur de Cologne13.

  • 14 Extrait du registre des délibérations des États-Généraux, 14 déc. 1712, « …Quant au chateau de Lieg (...)
  • 15 Delanaye écrit le 11 mars 1712 au Conseil privé : « Mr de Cronsbrouck me dit qu’il était extraordin (...)

15Mais les Hollandais étaient loin de vouloir se contenter d’une pareille satisfaction ! D’accord avec les Anglais, ils considéraient déjà la question de Liége et de Huy comme réglée : leurs troupes y tiendraient garnison !14 L’assentiment impérial ne paraissait lui-même pas fort douteux, du moins les États-Généraux le pensaient. Et de fait, les ambassadeurs autrichiens n’avaient pas manqué de subordonner toute intervention de leur part, en faveur des Liégeois, à la « réaccession » officielle de la principauté au cercle de Westphalie. Mais le tréfoncier Delanaye, privé d’instructions à cet égard, évita de prendre le moindre engagement15.

16Dès à présent, on voit se dessiner la marche future de la négociation. Grande-Bretagne et Provinces-Unies, les deux puissances maritimes, vont se soutenir mutuellement et essayer d’enlever un maximum d’avantages. Elles réclameront avec énergie l’occupation militaire de Liége, Huy et Bonn, par les troupes hollandaises, afin d’achever la barrière qu’elles élevaient contre la France. Celle-ci, tout en défendant les intérêts de son allié électoral, ne croyait pas pouvoir leur arracher ces forteresses et, en tout cas, se refusait à provoquer une rupture sur cette question bien secondaire pour elle. L’Empire, de son côté, consentait à agir diplomatiquement en faveur de la principauté, mais n’entendait pas le faire gratuitement : si le pays de Liége redevenait un membre fidèle du Corps germanique, il devait pouvoir compter sur celui-ci ; mais, dans le cas contraire, une intervention impériale n’ayant plus aucune raison d’être, les Habsbourg se désintéresseraient du sort de la principauté.

  • 16 Paroles du chapitre le 11 avril 1713 (A.E.L., Concl. cap., 175, f. 149).

17De leur côté, le prince-évêque et ses sujets réclameront une restauration intégrale du pays, c’est-à-dire un maximum, aux fins d’obtenir un minimum. De concessions en concessions, nous allons les voir admettre finalement la démolition entière des forteresses et « mettre tout en usage pour éviter l’occupation des États-Généraux, ce qui doit être le but principal »16. Mais à ce point de vue, l’entente cessera de régner entre eux et les conférences d’Anvers nous montreront leurs dissentiments. En attendant, le Congrès d’Utrecht les trouve d’accord sur l’étendue de leurs revendications.

  • 17 Ne pas le confondre avec les députés ordinaires ou permanents des États qui n’avaient pour mission (...)

18Pourtant la paix n’était point faite à l’intérieur de la Cité ! Les trois ordres s’épuisaient en vaines querelles, le chapitre entendant gouverner en fait, et l’état noble s’opposant systématiquement à toute action commune. Pour résoudre ces difficultés et d’autres encore, on avait eu recours à un expédient déjà employé au cours de la dernière guerre. Chaque État avait en quelque sorte abdiqué ses pouvoirs entre les mains de quelques députés, dont la réunion constituait la « conférence secrète ». Ce petit Comité17, composé naturellement de personnes très capables, était plus apte que le vaste organisme des trois États à apporter une solution aux problèmes de l’heure. Et l’expérience fut si favorable, cette simplification des rouages administratifs du pays si avangeuse, que l’institution persista pendant de nombreuses années, non sans inspirer d’abord de l’inquiétude au prince.

  • 18 Reçu au chapitre en 1687, official de celui-ci en 1692, abbé séculier d’Amay en 1700, grand prévôt (...)

19L’âme de cette espèce de directoire sera le conseiller Duchâteau, secrétaire de la conférence secrète, dont l’activité et la perspicacité furent précieuses aux Liégeois au cours des multiples négociations qui vont se succéder. Toutefois, la personnalité qui, de loin, va dominer pendant toute cette période et qui incarnera avec le plus d’autorité sa petite patrie auprès des cours étrangères, c’est celui que j’ai déjà nommé le diplomate du chapitre, aujourd’hui officiai, et demain grand prévôt : le baron Berthold de Wansoule18.

  • 19 Il y remplit une mission en 1706 et y retourna maintes fois.
  • 20 Il s’y rendit en 1707 pour faire échouer la mission de Hodin (Voir Daris, Ind. b. n° 70, xviie sièc (...)
  • 21 En 1702, il s’y était rendu pour protester auprès du pape contre l’enlèvement de son ami le grand d (...)
  • 22 A.A.E., Corresp. de Liége, XIX, f. 241 et suiv. Le texte ajoute : « interessé d’ailleurs et buttant (...)
  • 23 L’État noble refusa de participer à cette ambassade.
  • 24 Sur la négociation liégeoise à Utrecht il existe un rapport manuscrit de Louvrex qui faisait partie (...)

20Depuis une douzaine d’années déjà, il s’était acquitté avec bonheur d’une foule de missions diplomatiques. Tantôt à Bruxelles19, tantôt à La Haye, tantôt à Vienne20 ou même à Rome21, il s’était fait connaître aux divers gouvernements comme un diplomate de premier ordre. A cet égard, on ne peut mieux faire que de transcrire le portrait tracé de lui par un adversaire, un ambassadeur français : « Homme fin et le plus politique de tout le chapitre, capable d’affaires et de gouvernement. On le croit sincèrement attaché au parti que la Maison d’Autriche voudra favoriser. Il est en grande relation avec la cour de Vienne où il est allé souvent…, ne se déclarant pourtant jamais, sachant dissimuler ce qu’il désire, de manière qu’il y fait consentir les autres qui s’opposent à ses desseins ; ne s’oubliant en rien, obtenant tout ce qu’il veut en le refusant et enfin ayant l’adresse de se faire contraindre et prier d’accepter ce qu’il cherche en affectant de n’en pas vouloir »22 On comprend que ce soit de cet homme que les Liégeois fassent choix désormais dans toutes leurs négociations. En février 1713, il fut chargé d’aller défendre à Utrecht les intérêts du pays avec le commandeur de Renesse et l’échevin Louvrex23, désignés par le conseil impérial24.

21Les plénipotentiaires impériaux qui reçurent nos ambassadeurs leur firent observer qu’ils arrivaient bien tard, à la veille de la conclusion de la paix, mais que pourtant ils travailleraient de tout leur pouvoir en leur faveur. Ils ne manquèrent pas de déclarer à ces « brebis égarées du troupeau », que leur « réaccession » au Cercle de Westphalie leur fournirait de puissants protecteurs. Wansoule se contenta de répondre que la chose ne pouvait se faire en un jour, ni surtout sans autorisation expresse de ses mandants, et il engagea la conversation sur le sort des forteresses.

22Les Hollandais, paraît-il, se montraient intransigeants : la démolition même des places ne pouvait, les satisfaire. Et ils s’étonnaient hypocritement de la résistance que rencontrait chez les Liégeois leur occupation militaire : celle-ci n’était-elle pas une garantie de sécurité et ne mettait-elle pas obstacle aux résolutions plus ou moins téméraires de leur prince ?

23Wansoule se démenait comme un beau diable, allant frapper à la porte de tous les ministres étrangers, clamant que la « liberté est la chose la plus sensible qu’un peuple puisse avoir dans le monde », et recevant plus de belles paroles que d’appuis efficaces. Comme les députés liégeois n’étaient pas reçus officiellement au Congrès, ils n’assistaient qu’aux conférences des seuls ambassadeurs allemands. Et, naturellement, ils y étaient quotidiennement pressés de prendre un engagement formel au sujet de leur « réacession ». Les Impériaux avaient en effet conçu une sorte de transaction : Liége et Huy seraient occupées par les troupes mêmes du cercle de Westphalie. Ce projet était aussi loin de satisfaire les Hollandais que les Liégeois.

24L’intervention énergique de la France pouvait encore sauver la principauté. Mais, nous l’avons vu, Louis XIV n’entendait pas aller jusqu’à la rupture pour la satisfaction de l’électeur de Cologne. Pressés par celui-ci et par son chancelier Karg, député à Utrecht, les ambassadeurs français appuyaient cependant les Liégeois. Toutefois, étant à la veille d’un accommodement avec les Provinces-Unies, le roi très chrétien ne désirait guère aigrir ces négociations et travaillait surtout à se tirer d’embarras lui-même.

25Dans ces conjonctures, Wansoule dut constater qu’il ne restait plus de salut que du côté de l’Empire. Son grand mérite est d’avoir clairement aperçu qu’après la « réaccession » du pays au cercle, le sort des forteresses devenait une question singulièrement plus importante et que l’empereur mettrait son point d’honneur à ne pas tolérer dans les villes du Corps germanique des garnisons étrangères. Sans même y avoir été autorisé par ses mandants, il fit ouvertement appel au cercle lui-même. N’était-ce pas là, fit observer Zinzendorf, l’aveu implicite d’une solidarité étroite avec celui-ci ? « Nous lui dîmes, écrit Wansoule, que nous ne l’avions jamais dénié et que nous nous faisions gloire et l’avions toujours fait d’estre membre de l’Empire, qu’il n’y avoit seulement eu que difficulté touchant la contribution attardée ! ».

26L’accord de principe était ainsi à peu près réalisé, mais Wansoule ajoutait qu’il ne pouvait pas s’agir d’une « réaccession » pure et simple et qu’il fallait accorder des « conditions raisonnables ». Tout cela pourtant ne parvenait pas à désarmer les Hollandais : ils s’en tenaient à l’occupation militaire de la ville et du château de Huy, ainsi que des deux forteresses de Liége. Ils montraient même tant d’acharnement dans leurs revendications qu’à la suite d’une conférence tenue le 4 avril, les ministres impériaux, désespérant de la situation, déclarèrent à Wansoule que « la chose leur paroissoit sans remède » !

  • 25 L’article XXVI de la paix d’Utrecht s’exprimait ainsi : « On est convenu que les garnisons qui se t (...)

27Aussi le traité signé le 11 avril 1713 entre la France et les États-Généraux contenait un article XXVI, par lequel Louis XIV s’engageait à obtenir le consentement de son allié Joseph Clément aux garnisons hollandaises25. La première manche était perdue : les Français avaient abandonné l’électeur et les Liégeois !

  • 26 Né en 1668, élu doyen en 1709 lors de la mort de Jean Ferdinand de Méan, François Lambert de Sélys (...)
  • 27 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. II : instructions du 20 mai 171 (...)

28Les conférences d’Utrecht n’étaient cependant pas clôturées. L’Empire et la France restaient seuls en présence et ne paraissaient pas sur le point de s’entendre. Aussi la députation liégeoise, de retour au pays, fut-elle renvoyée en Hollande où l’avait précédée le doyen du chapitre, de Sélys26. Elle était munie d’instructions très précises : il faut obtenir avant tout l’évacuation des places, puis, si possible, la restitution des territoires usurpés, ou, au moins, une compensation. En échange, on pourra offrir la démolition des forteresses et, s’il faut que celle de Huy soit maintenue, on y tolérera une garnison composée de troupes liégoises et de troupes impériales ou « circulaires ». Pour avoir l’appui efficace des Impériaux, on promettra de « réaccéder » au cercle aussitôt que possible. Une somme de 60.000 écus était mise à la disposition des députés liégeois pour parvenir à ces fins27.

  • 28 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 77, lettre de Karg à Joseph Clément, 15 mai.
  • 29 A.E.L., État primaire, reg. 77, 20 mai.
  • 30 Ennen, op. cit., n° 79, Joseph Clément à Karg, 24 mai.
  • 31 Joseph Clément à Karg, 5 juin : « Ich glaube in meiner statt Lüttich werde man gleiche gedancken fü (...)
  • 32 Joseph Clément à Torcy, 3 juin « Les États de ma principauté de Liége, au désespoir de ce que les É (...)

29De son côté, Joseph Clément renvoya son chancelier en Hollande28. L’État primaire qui avait écrit au prince de refuser sa ratification à l’article XXVI du Traité d’Utrecht29 fit remettre 10.000 livres à Karg, lors de son passage à Liége, afin de stimuler son ardeur. Au reste, l’électeur estimait que son honneur était lié à la satisfaction des désirs de ses sujets30 et ne se trompait pas en estimant que ceux-ci étaient prêts à subir les pires extrémités plutôt que de tolérer une occupation militaire hollandaise31. Il le mandait aux ministres français de manière très forte32.

  • 33 Voir dans Lamberty, Ind. b., n° 55, t. VIII, pp. 185-189, un mémoire des Liégeois détaillant tous l (...)
  • 34 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 93, Joseph Clément à Karg, 7 juillet.

30Les conférences s’étaient transportées à La Haye, mais, comme on le sait, elles n’aboutirent à rien : la guerre continua entre l’Empire et Louis XIV. Les Hollandais en profitèrent pour décliner les représentations des Liégeois comme inopportunes33. Karg offrit vainement la démolition des places en litige et estima tout espoir perdu. Sur les conseils de son maître34, il engagea Wansoule à s’adresser directement à l’empereur et à se rendre à Vienne et à Francfort. Joseph Clément supposait sans doute que les démarches de ses sujets, restés fidèles à leur suzerain pendant ces dix dernières années, étaient susceptibles de succès, tandis que son intervention de vassal félon ne pouvait être trop agréable au corps germanique.

31Wansoule employa le mois de juillet à plaider la cause de ses concitoyens dans les cours rhénanes : il alla visiter l’électeur palatin à Dusseldorf, l’électeur de Mayence dans sa capitale et revint par Coblentz, pendant que le baron de Horion se rendait à Francfort.

  • 35 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 77, f. 193v-194.
  • 36 La relation de Louvrex, de l’ancienne bibliothèque de Theux, mentionnée p. 217, note 3, contenait a (...)
  • 37 A.E.L., Liasses du Conseil privé. Relations avec le cercle de Westphalie, 1577-1730, 29 septembre 1 (...)
  • 38 B.C.L., Collection de Theux, Chronique de Louvrex, Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, p. 543.
  • 39 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec le cercle de Westphalie, portef. 1577-1730.
  • 40 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I.

32Tant d’efforts ne semblent avoir eu d’autre résultat que celui de resserrer les liens entre la principauté et l’Empire. Les directeurs du cercle de Westphalie invitèrent les Liégeois à envoyer des députés au congrès de Cologne qui devait se tenir au mois d’août35. Cette fois, l’offre était formelle : l’infatigable Wansoule fut délégué à l’assemblée du Cercle, avec Renesse et Louvrex36. Les discussions furent acharnées, car nos ancêtres n’entendaient pas conclure un marché de dupes. Enfin, on tomba d’accord aux conditions suivantes : la « réaccession » n’aura lieu que lorsque tout danger aura disparu du côté de la France, c’est-à-dire après la pacification générale ; une somme de 120.000 florins sera versée à l’empereur et une autre de 10.000 florins au cercle pour compenser les pertes éprouvées par celui-ci du fait de la longue défaillance de la principauté, et pour obtenir l’intervention énergique de l’Empire en faveur des places de l’évêché. De plus, les directeurs du cercle s’engageront à obtenir une diminution d’un tiers dans la matricule du pays, en raison des pertes territoriales éprouvées depuis la paix de Nimègue37. Le traité fut signé le 4 octobre38 et, le mois suivant, l’empereur en témoigna sa satisfaction39. Au surplus, dès le 29 septembre, le cercle de Westphalie était intervenu à La Haye en faveur de la libération des forteresses liégeoises40.

  • 41 Instruction du 14 décembre (Ennen, Ind. b. n° 68 Dok. und Brieve, n° 96). Les États de Liége ne par (...)
  • 42 Article XV (Vaes, Ind. b. n°60, t. III).

33Sur ces entrefaites, une victorieuse campagne des Français sur le Rhin avait contraint l’empereur à entrer dans la voie des négociations de paix. En novembre, des pourparlers s’ouvrirent à Rastadt. Joseph Clément y envoya Karg pour y défendre ses intérêts41. Le traité qui fut signé le 6 mars 1714 stipulait sa restauration dans toutes ses dignités42. Cette décision devait se traduire par l’évacuation immédiate de Bonn et des places liégeoises par les Hollandais. Aussi l’électeur se croyait-il arrivé au terme de ses épreuves ; il allait pouvoir rentrer dans ses États. Mais il restait à faire ratifier ce traité par les États allemands et, à cette fin, un congrès se réunit à Bade, en Argovie, le mois suivant.

  • 43 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 168, 8 avril 1714.

34Joseph Clément chargea encore son chancelier d’y représenter ses intérêts. Ses instructions stipulaient un accord avec les plénipotentiaires impériaux aux fins d’obtenir l’évacuation des forteresses. Mais l’électeur se refusait à admettre une garnison autrichienne ou même des troupes du cercle de Westphalie dans ses États ; il entendait rester maître chez lui. D’autre part, il ordonnait à Karg de plaider la cause de ses sujets pour la restitution du duché de Bouillon et lui recommandait de ne céder aux demandes impériales de « réaccession » au cercle qu’à la toute dernière extrémité43.

  • 44 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portefeuille 1492-1730, Instructi (...)

35De leur côté, les Liégeois décidèrent d’envoyer à Bade le baron de Wansoule. L’évacuation des places était le premier objet de sa mission, et, à cette fin, il pouvait disposer d’une somme de 15 à 20.000 écus, mais il devait aussi travailler à la restitution de Bouillon, d’Agimont, de Saint-Hubert, de la ville basse de Charleroi, c’est-à-dire de tous les territoires usurpés depuis longtemps déjà44.

  • 45 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 261, Joseph Clément à Torcy, 13 juin.
  • 46 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 262, Joseph Clément à Torcy, 13 juin. L’électeur avait bien soi (...)
  • 47 A.A.E., Corresp. d’Autriche, 100, f. 42-43, Mémoire de l’Église de Liége pour le duché de Bouillon  (...)
  • 48 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 171-172, Torcy à Joseph Clément, 27 juin. En marge d’une lettre (...)
  • 49 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I : lettre du résident liégeois (...)

36Joseph Clément s’inquiéta de cette démarche : il estimait que la présence à Bade de son ministre suffisait amplement à assurer la bonne marche de la négociation et considérait cette députation particulière comme une atteinte à ses droits de souveraineté45. Il était tenu au courant de ce qui se passait à Liége par le baron de Horion, lequel dirigeait en somme l’opposition de l’état noble contre les prétentions de l’état primaire. Toutefois il n’osa pas faire part de sa volonté à ses ses sujets ; il leur écrivit, au contraire, pour approuver la mission de l’abbé d’Amay, mais il pressait vivement les ministres français d’empêcher que l’on reçût officiellement aux conférences l’envoyé du chapitre46. Torcy lui accorda cette grâce. Wansoule ne put que voir individuellement les divers ambassadeurs, leur remettre ses mémoires47 et ses protestations ; mais, en revanche, le gouvernement de Louis XIV, s’estimant lié par le traité d’Utrecht, se refusa nettement à soutenir les efforts de l’électeur pour l’évacuation des forteresses48. Joseph Clément put ainsi se rendre compte de manière définitive de la gravité de la situation. Seuls les ambassadeurs impériaux avaient pour mission de seconder ses efforts49 et c’est du côté de Vienne qu’il devait désormais placer tout son espoir.

  • 50 Voyez par exemple la VIe pièce justificative.

37Une autre raison cependant explique cette hostilité du prince à une députation particulière de ses sujets. C’est que le divorce était consommé entre leurs intentions respectives. Les Liégeois s’étaient persuadés du danger permanent que constituaient pour eux leurs forteresses. Non seulement à présent, ils étaient menacés d’une occupation étrangère, mais dans l’avenir, ils seraient continuellement l’objet des convoitises de leurs voisins. La véritable solution n’était-elle pas la destruction complète de ces murailles, impossibles d’ailleurs à défendre efficacement50 ? Et ce n’est pas sans un malin plaisir que les États présentaient cette solution au prince comme la meilleure garantie de leur tranquillité et de leur indépendance !

  • 51 On s’en rend compte notamment par cette lettre de Karg à l’électeur, le 20 juin 1714 « Sie melden i (...)

38Mais celui-ci n’entendait pas se voir réduit à gouverner un peuple turbulent, sans disposer des moyens de le contraindre éventuellement à l’obéissance. Tout au plus admettait-il la démolition des constructions militaires que l’on aurait élevées pendant la dernière guerre, car le maintien de la citadelle de Liége et du château de Huy, dans leur état primitif, lui paraissait tout à fait indispensable, ainsi que leur occupation par ses propres troupes51.

39Ces sentiments respectifs vont éclairer la conduite des événements futurs et fournissent la clef des efforts contradictoires des deux parties.

  • 52 Ennen, op. cit., n° 198, Karg à Joseph Clément, 16 août.
  • 53 La protestation liégeoise fut enregistrée le 4 septembre dans les protocoles de la conférence. Quel (...)

40La conférence de Bade cependant devait se terminer sans faire avancer d’un seul pas la marche des négociations. On se mit d’accord pour renvoyer à une conférence particulière la solution du problème épineux de la « barrière » réclamée par les Hollandais52. Le baron de Wansoule ne put que faire enregistrer la protestation solennelle de l’Eglise de Liége au sujet du mépris de ses droits sur le duché de Bouillon53 et, le 7 septembre 1714, la paix de Bade garantissait la restauration pleine et entière de l’électeur dans tous les droits dont il avait joui avant la guerre.

  • 54 La reine Anne y était représentée par Cadogan et Stanhope.
  • 55 Les envoyés des États Généraux étaient : Vanderdussen, Geldermassen, Cokinga et le comte de Rectere (...)
  • 56 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 202, Karg à Joseph Clément, 6 sept.

41Les pourparlers de paix entrèrent enfin dans leur dernière phase. La ville d’Anvers avait été choisie pour la tenue des conférences, et les ministres autrichiens, anglais54 et hollandais55 s’y rendaient tour à tour. Le comte de Königsegg, ministre plénipotentiaire des Pays-Bas, dont le gouvernement nominal appartenait au prince Eugène, devait y défendre les intérêts de l’empereur et des Belges. C’est à lui que l’électeur de Cologne devait aussi confier le respect de ses droits, suivant les conseils qui lui avaient été donnés à Bade56.

  • 57 Ennen, op. cit., pp. 193-194.

42Déjà, pendant la dernière conférence, Joseph Clément avait essayé de nouer des rapports directs avec les Hollandais. Un voyage du baron de Horion à La Haye n’avait eu d’autre résultat que la promesse d’un arrangement particulier entre les États-Généraux et l’électeur, dans le cas où la paix ne serait pas conforme aux souhaits de ce dernier57. Il fallait à présent joindre ses efforts à ceux du ministre impérial à Anvers et pour cela y envoyer un ambassadeur spécial.

  • 58 A.G.R., S.E.G., liasse 1465, f. 90-91, Joseph Clément à Karg, 7 septembre. Au demeurant cette méfia (...)
  • 59 A.E.L., État primaire, recès des députés ordinaires, reg. 35, f. 66-67. Si vous ne voulez pas du ba (...)
  • 60 A.G.R., S.E.G., liasse 1465, f. 1, Joseph Clément à Königsegg, 14 septembre. C’était le fils de l’a (...)

43La personnalité de Wansoule s’imposait une fois de plus pour cette mission, mais le prince redoutait de sa part une trop large condescendance à l’égard des Hollandais58. D’autre part, le chapitre excluait une fois de plus le baron de Horion qui lui était antipathique59. C’est alors que Joseph Clément fit choix du petit neveu de son prédécesseur Elderen, le baron de Roost, chef de l’état noble et l’un de ses partisans les plus dévoués60.

  • 61 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Corresp. du baron de Roost, portefeuille I, 1693-1716. Instructio (...)

44Les instructions remises au baron de Roost prescrivaient à ce dernier de concourir de tous ses soins aux efforts du comte de Königsegg pour obtenir l’évacuation des places ; un post-scriptum autographe de l’électeur promettait 20 à 25.000 écus au ministre autrichien, si les fortifications étaient maintenues et si leur occupation était confiée aux propres troupes du prince61.

  • 62 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 77, f. 216v-217. Lettre des États à Joseph Clément le 5 oct. (...)

45Quelques jours après, les États de la principauté prenaient une importante résolution : ils faisaient part au prince de leur décision d’obtenir non seulement l’évacuation de leurs forteresses, mais la démolition complète de celles-ci. Dans cette intention, ils envoyèrent à Anvers l’avocat Duchâteau, porteur d’une somme de 10.000 florins destinée à Königsegg et d’une promesse de verser 100.000 écus à l’empereur, au cas où leurs souhaits seraient réalisés62.

  • 63 B.C.L., Fonds de Theux (non classé), Correspondance de Roost, reg. 1, f. 76. A.G.R., S.E.G., liasse (...)
  • 64 A.E.L., Corresp. du baron de Roost, reg. III, f. 81 et 84.

46Au grand mécontentement de l’électeur, le délégué liégeois s’acquitta avec promptitude de sa mission. Il ne dissimula aucunement au baron de Roost l’objet de celle-ci63, mais Königsegg se montra plus réservé à l’égard de l’ambassadeur de Joseph Clément,… et pour cause !64.

  • 65 B.C.L., Fonds de Theux (non classé), Corresp. de Roost, reg. I, f. 74.
  • 66 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Corresp. de Roost, portef. I, lettre de l’électeur du 6 déc.
  • 67 A.E.L., Ibidem, portef. I, Journal de la Commission du baron de Roost à Anvers, à la date du 20 déc

47Les conférences d’Anvers s’étaient ouvertes le 4 octobre et la question liégeoise « y prit tout de suite un certain relief »65. Les députés hollandais émettaient avec hauteur leurs multiples prétentions que le ministre autrichien combattait pied à pied. Ils osaient comparer publiquement l’empereur « à un tonnerre éloigné dont ils entendent le bruit, sans en craindre les coups » !66. Ils étaient efficacement soutenus par le ministre anglais Cadogan, qui, paraît-il, se défendait mal d’avoir reçu 25.000 écus pour faire triompher le principe de la démolition67.

  • 68 A.E.L., Ibidem, Joseph Clément à Roost, 5 novembre.

48Pendant que Joseph Clément charmait ses loisirs à Paris en lisant « l’incomparable Don Quichotte »68 ou en échangeant une correspondance aigre-douce avec le chapitre de Liége, ses envoyés à La Haye se dépensaient en démarches.

  • 69 A Norff, mort au début de 1713, avait succédé, en janvier 1715, l’avocat Magis. Voyez à cet égard l (...)
  • 70 A.G.R., S.E.G., 1465, f. 10, Lettre de Horion aux États, le 9 novembre.
  • 71 A.A.E., Corresp. de Liège, XVIII, f. 341-342, Joseph Clément à Louis XIV, 27 janvier 1715.

49Auprès des États-Généraux, le résident Magis69 était secondé par le baron de Horion et surtout par l’envoyé extraordinaire de l’empereur, baron de Heems70. A Vienne, le gouvernement autrichien était sollicité, en des sens divers, par le résident liégeois Fabry de Tonnay et par l’envoyé de l’électeur, chevalier Ghérardiny. La France enfin, vivement priée par Joseph Clément de prêter assistance à celui-ci71, intervenait sans grand enthousiasme auprès des divers États.

50Tout cela n’était pas fait pour simplifier beaucoup une situation déjà fort compliquée.

  • 72 C’est en janvier 1715 que Joseph Clément revint dans son état liégeois après une absence de près de (...)

51Au milieu des difficultés nombreuses auxquelles le traité de la Barrière donnait lieu, le sort réservé à la principauté de Liége n’était pas, on le conçoit, très rassurant. Ses intérêts ne pouvaient, en effet, passer qu’après ceux des Pays-Bas, et l’occupation présente, dont pouvaient se prévaloir les Hollandais, contribuait à rendre sa situation bien critique. Le retour de l’électeur dans ses États, en janvier 1715, ne fit que rendre plus aigu le conflit éternel qui mettait aux prises à Liége le prince et ses sujets72. La bonne volonté impériale elle-même était refroidie par le souvenir de la conduite de Joseph Clément pendant la dernière guerre.

  • 73 Sans doute c’est le baron de Roost, ambassadeur de Joseph Clément, que nous voyons défendre à Anver (...)

52Dans ces circonstances difficiles, les Liégeois eurent le grand mérite d’apercevoir clairement le parti fructueux qu’ils pourraient tirer de certaines prétentions des États-Généraux73. Ceux-ci revendiquaient une grande partie du haut quartier de Gueldre et essayaient d’arracher cette concession au gouvernement de Vienne. L’accord était loin d’être réalisé, mais on conçoit parfaitement que la satisfaction donnée aux Hollandais sur ce point autoriserait l’empereur à se montrer intransigeant sur la question liégeoise. Dans l’esprit de nos ancêtres, une cession de territoire gueldrois aux Provinces-Unies devenait la rançon presque indispensable de la libération de leurs forteresses. Mais il s’agissait de persuader le souverain de Vienne de l’excellence de ce marché, à son point de vue personnel, et c’est à quoi les députés du prince et des États ne manquèrent pas de s’attacher.

  • 74 A.G.R. S.E.G., 1465, f. 14, document reproduit à la VIIe pièce justificative.
  • 75 A.E.L., Correspondance de Roost, registre II, f. 18-21. Mémoire du 8 janvier 1715. A.G.R., S.E.G., (...)
  • 76 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 10-13, Roost au baron de Horion, 10 janvier. Encore le 5 mars Roo (...)

53En décembre 1714, 1e baron de Roost remettait au comte de Königsegg un mémoire fort intéressant, où il avait développé en de nombreux arguments l’avantage réel qui résulterait pour le souverain des Pays-Bas de la cession d’une partie de la Gueldre, aux fins de maintenir une libre communication avec l’Allemagne par la principauté74. Au point de vue militaire, comme au point de vue commercial, le chemin par la Gueldre est plus long, plus difficile, offre moins de ressources que celui, plus direct, par le pays de Liége. Maintes fois répétées75, ces raisons produisirent sur les diplomates impériaux la plus salutaire impression, quoique leurs instructions leur eussent prescrit de ne pas céder un pouce de terrain dans la Gueldre76.

  • 77 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 48-50, Roost à Joseph Clément, 27 janvier.
  • 78 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 40-43, Roost à Joseph Clément, 24 janvier.
  • 79 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 37-38, Joseph Clément à Roost, 23 janvier.
  • 80 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 105-106, Mémoire de Joseph Clément, 28 févr.

54Cependant les discussions se poursuivaient, plus vives que jamais77. Les Autrichiens en venaient à proposer la remise des places de Liége et de Huy à des garnisons impériales, mais les Hollandais s’y opposaient carrément78. Au surplus, Joseph Clément entendait « empêcher qu’on ait recours à un semblable pis aller qui seroit un tempéremment encor plus préjudiciable que tout autre »79. Toutefois, craignant de s’aliéner le gouvernement de Vienne, il finit par admettre une garnison mixte, de ses troupes et des troupes allemandes, à Huy uniquement, mais seulement « au cas d’une difficulté absolue et insurmontable »80.

  • 81 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 145, Roost à Joseph Clément, 25 mars. C’est au cours de ce voyage (...)

55Les Anglais s’étaient faits les conciliateurs des thèses opposées. Ils s’appliquaient à faire admettre au comte de Königsegg un règlement de la barrière qui donnerait satisfaction aux États-Généraux, tout en s’efforçant d’adoucir les exigences de ceux-ci. En janvier 1715, lord Stanhope avait fait le voyage de Vienne, mais sans résultat. Vers la fin du mois de février, ce fut le tour de Cadogan qui avait promis d’en rapporter le dernier mot de l’empereur Charles VI. De longs colloques eurent lieu dans cette capitale et le bruit finit par courir que le ministre anglais avait remporté une belle victoire diplomatique. A son retour à Anvers, dans le courant du mois d’avril, il se confirma que la cession de Venlo, de Stevenswert et d’une noble partie de la Gueldre, était admise au profit des Hollandais81.

  • 82 A.G.R., S.E.G., 1465, f. 72-73, Mémoire de Roost, 15 avril 1715 ; f. 83-84, Mémoire du 15 juin.

56C’était le moment pour les Liégeois de revenir à la charge auprès des ambassadeurs impériaux et certes ils n’y manquèrent pas. Ils répétèrent leur raisonnement sur l’indispensable nécessité de maintenir une libre communication des Pays-Bas avec l’Empire et ajoutèrent que, la question gueldroise étant résolue, il s’agissait de tenir bon sur la question liégeoise et de faire exécuter à la lettre la paix de Bade82.

  • 83 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 158-160, 185, Lettres du 15 avril, du 12 mai.

57Mais les difficultés n’étaient pas près de s’aplanir ! Cadogan avait cru comprendre, au cours de ses entretiens avec le gouvernement autrichien, que celui-ci admettait en principe la démolition complète des forteresses de l’évêché. Königsegg, de son côté, lui opposait un démenti formel, qu’il fondait sur le silence des dépêches impériales à ce sujet83.

  • 84 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Holl., portef. IX, Joseph Clément à Magis. Voir (...)

58D’autre part, les Liégeois continuaient à travailler les États-Généraux dans le but d’obtenir leur évacuation, en échange de la démolition des places84. Et leurs tentatives étaient en général favorablement accueillies, surtout des ministres anglais.

  • 85 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 247, Joseph Clément à Roost, 22 juin.

59Tout cela créait « une terrible confusion » où, selon l’expression de l’électeur, « chacun y perdait son latin » !85.

  • 86 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 194, Joseph à Roost, 20 mai.
  • 87 De tous les documents que j’ai consultés, il résulte que les États-Généraux estimaient plus importa (...)
  • 88 A.G.R., S.E.G., 1465, f. 83-84..Mémoire présenté à Königsegg le 15 juin 1715 ; f. 92, mémoire du 28 (...)
  • 89 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, lettre de Joseph Clément (...)

60Toutefois quelques précisions survinrent. Le prince Eugène déclarait au résident de Joseph Clément à Vienne, que les « occurrences présentes » ne permettaient pas à l’empereur de faire tout ce qu’il voudrait pour sa cause et qu’il se voyait obligé de consentir à la démolition des forteresses86. Une double concession fut alors faite par les deux antagonistes : les Hollandais admirent la destruction totale de la citadelle de Liége, à la condition expresse de maintenir leur garnison dans le château de Huy87. De son côté, Joseph Clément estimait indispensable à sa propre sécurité le maintien des ouvrages intérieurs de la citadelle liégeoise. Ils ne servent, disait-il, qu’à tenir le peuple en respect, « aussi cette citadelle ou plustôt cette bicoque n’a aucune fortification ni même aucun flanc du côté de la plaine, et n’a que quelques colifichets du côté de la ville », ce n’est qu’une « espèce de réduit » que le chapitre, comme les États, a intérêt à voir subsister pour éviter des désordres88. Mais il consentait à la démolition complète du château de Huy, ou bien, à la rigueur, à son occupation par une garnison impériale89.

  • 90 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 250-253, Roost à Joseph Clément, 27 juin.

61Il y avait bien là, de part et d’autre, des concessions mais, comme on le voit, elles étaient totalement inconciliables. Et pourtant Cadogan s’était flatté d’avoir mis tout le monde d’accord au cours de son voyage à Vienne ! « Je compare cette négociation, disait le comte de Königsegg au baron de Roost, à l’accommodement que fit Arlequin, lequel aiant parlé plusieurs fois à l’oreil aux gens qu’il vouloit accomoder et leur aiant dit qu’ils n’avoient qu’à se donner la main puisqu’ils étaient d’accord, il se trouva, après qu’on se fut expliqué, qu’on était plus brouillé que jamais ! »90.

  • 91 A.A.E., Corresp. de Cologne, 62, f. 42, Karg à Torcy, 8 juillet.
  • 92 A.E.L., Coresp. de Roost, III, f. 1-6, Roost, à Joseph Clément, 18 août.

62Le roi d’Angleterre prit l’initiative d’un nouvel arrangement. Cadogan et Königsegg se rendirent à Londres pour adopter un programme commun, que l’on soumettrait ensuite aux États-Généraux91. Mais si l’accord se réalisa au sujet de la barrière des Pays-Bas, rien ne fut obtenu en faveur de l’électeur de Cologne92.

  • 93 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 57, Joseph Clément à Roost, 1er octobre.
  • 94 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 1 (...)

63Une question, dont il n’a pas encore été fait mention, parce qu’elle ne concerne pas directement le pays de Liége, va prendre un relief inattendu : c’est celle de la place de Bonn. La résidence ordinaire de Joseph Clément avait eu un sort identique aux forteresses liégeoises. Occupée par une garnison hollandaise, revendiquée par les États-Généraux, on avait fini chez les Alliés par admettre la démolition de ses murailles. Mais l’électeur n’entendait pas se laisser faire : il estimait que sa capitale préférée ne pouvait être réduite au rang de ville ouverte et qu’au surplus, depuis son retour à Bonn, la présence d’une garnison étrangère lui était intolérable. Il est curieux de suivre son irritation croissante dans sa correspondance ; comme l’hiver approchait, il déclarait que ses propres troupes, logées jusqu’ici dans la campagne, allaient devoir s’installer à l’intérieur de la ville93. Les rapports aigres-doux qu’il entretenait avec le commandant hollandais et avec les États-Généraux se transformèrent en un violent ressentiment, lorsqu’il apprit que le roi d’Angleterre et les Provinces-Unies réclamaient à présent l’occupation de Bonn par des troupes impériales94. Son honneur se voyait atteint par les méfiances, plus ou moins justifiées, dont il était l’objet.

  • 95 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 1(...)
  • 96 A.E.L., Ibidem, Joseph Clément aux États-Généraux, 17 octobre.

64Son unique espoir résidait dans la constance des sentiments de l’empereur. Celui-ci, dont la propre dignité avait été bien compromise au cours de ces longues tractations, ratifia la décision du corps germanique du 26 septembre 1715, qui prescrivait l’évacuation immédiate des places de l’Empire par les troupes des nations étrangères95. Joseph Clément fit aussitôt savoir aux États-Généraux, qu’il ferait entrer ses troupes dans la ville de Bonn, le 1er novembre96.

  • 97 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 63, Roost à Joseph Clément, 14 octobre.
  • 98 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 104-107, Roost à Joseph Clément, 8 nov.

65Les Hollandais venaient précisément d’admettre en principe l’évacuation des trois places contestées et la démolition complète des forteresses de Liége et de Huy. Königsegg, de son côté ; avait reçu ordre de passer outre et de ratifier l’accord sur ces bases97. L’ultimatum de l’électeur n’eut guère pour effet que d’indisposer gravement ses adversaires pour le règlement des dernières difficultés. A la veille de la conclusion du traité, c’était une maladresse évidente. On décida de ne pas comprendre la place de Bonn dans les dispositions de l’accord et de réserver cette question98.

  • 99 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 79, Roost à Joseph Clément, 23 octobre.

66Ainsi, après treize mois de discussions, les diplomates allaient enfin rédiger le protocole final. Chacun devait certes être excédé par la longueur de cette négociation, et le baron de Roost se faisait l’écho du sentiment général, en écrivant à son maître : « Je me souviendrai toute ma vie, Monseigneur, des conférences d’Anvers ; et il faut les avoir vues pour en bien concevoir toute l’horreur »99.

  • 100 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 116.
  • 101 L’article XXVII du traité d’Anvers s’exprime ainsi « Que les fortifications et tous les ouvrages de (...)

67Le 15 novembre 1715, le « fatal », le « maudit » traité de la Barrière fut signé. Puis, il y eut « illumination, feu d’artifice et souper à l’hôtel de ville »100. A vrai dire, les Hollandais avaient seuls le droit de s’en réjouir, car si leurs prétentions initiales n’avaient pas été purement et simplement enregistrées, une très large satisfaction leur était accordée sur la plupart des points. Le pays de Liége, sans doute, leur échappait, mais son évacuation était subordonnée à l’entière démolition des deux forteresses101.

68Il est piquant de constater que cette conclusion combla les vœux des Liégeois eux-mêmes, mais des Liégeois seulement.

69Dès l’année 1714, en effet, ils s’étaient appliqués à faire prévaloir cette solution malgré l’hostilité de leur prince et des États-Généraux et, sans avoir pu jouer un rôle important au cours des négociations, ils demeuraient les seuls véritables vainqueurs du combat. Ils allaient voir s’éloigner à jamais les troupes hollandaises, lorsque la dernière pierre de leurs murailles se serait écroulée. Mais il était dit que l’imprudence de leur prince allait encore retarder pour eux le moment de la délivrance.

  • 102 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 2 (...)

70A peine avait-il appris la nouvelle de la signature du traité, que Joseph Clément fit entrer ses troupes à Bonn, sans provoquer de désordres. Il avait patienté jusqu’à ce moment mais, le protocole d’Anvers ne lui donnant aucune satisfaction, il s’était décidé à agir lui-même. Il espérait que les Hollandais retireraient leurs propres troupes et leur fit part de ce désir102.

  • 103 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 121-122, Roost à Joseph Clément, 24 nov.
  • 104 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 1 (...)
  • 105 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem.
  • 106 Résolution des États-Généraux, à la date du 18 décembre ; notification à Königsegg, le 31 janvier 1 (...)

71Mais les États-Généraux ne voulurent rien admettre. Ils déclarèrent nettement qu’ils maintiendraient leurs garnisons à Liége, à Huy et à Bonn, jusqu’à ce que réparation leur eût été faite103. Pour toute réponse, Joseph Clément fit chasser leurs troupes de la ville de Bonn104. Les Hollandais s’indignèrent de la brutalité du procédé, expulsèrent de leurs États le résident de l’électeur105 et notifièrent officiellement aux signataires du traité d’Anvers, que leurs troupes demeureraient à Huy et à Liége, tant qu’ils n’auraient pas reçu entière satisfaction106.

  • 107 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 1, Instruction du 30 septembre 1716.

72Cependant Joseph Clément avait refusé sa ratification au traité de la Barrière. Il va même profiter des derniers événements pour tout remettre en question et essayer d’arracher, grâce à l’appui impérial, l’une ou l’autre concession. A cet effet, il envoya le baron de Roost à La Haye, où se négociait entre le marquis de Prié et le baron de Heems, d’une part, et les États-Généraux, d’autre part, une modération des conditions du dernier traité107.

  • 108 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 10-13, Roost à Joseph Clément, 19 octobre.
  • 109 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 41-44, Mémoire de Roost, 12 novembre.
  • 110 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 48, Mémoire du 24 novembre.

73Les députés hollandais faisaient valoir « avec leur flegme ordinaire » que le traité d’Anvers ne s’était pas fait hâtivement, qu’on avait mis plus d’un an à le conclure et qu’il était bien téméraire de vouloir déjà le réviser !108. Lord Cadogan qui résidait à La Haye entendait aussi que l’exécution rigoureuse de cette convention commençât sans tarder. « Il n’y a point, disait-il au baron de Roost, d’interprétation à donner à ce traité et Mrs les États Généraux entendent que les deux citadelles soient rasées comme cela (en montrant le plancher de sa chambre) »109. Toutefois, vivement pressés par les ministres impériaux, les Hollandais offraient le maintien des ouvrages intérieurs de la citadelle de Liége, en échange de la destruction des murailles de Bonn110. Mais c’était en somme compliquer le débat en y faisant intervenir un élément nouveau.

  • 111 A.E.L., Corresp. de Roost. V, f. 67-70, Joseph Clément à Roost, 28 novembre.

74L’électeur offrit une transaction : il ne démolirait que les ouvrages extérieurs de Bonn ; mais il ajoutait : « ce sont mes dernières résolutions dont je ne démordrai point »111. La discussion se porta alors sur la question de savoir ce qu’il fallait entendre par ces ouvrages extérieurs. Les Hollandais y comprenaient les bastions que Joseph Clément voulait au contraire sauver.

  • 112 A.E.L., Corresp. de Roost, reg. VI, f. 118, Roost à Joseph Clément, 13 avril 1717.

75« C’est une terrible machine, écrivait de Roost, que quantité de gens dont la plus part pensent différemment. Un contretemps ordinaire ici est ainsi, qu’après avoir galopé une douzaine de personnes pendant bien du tems, lorsqu’il s’agit de résoudre sur l’affaire dont on leur a parlé, ce ne sont plus les mêmes personnes. L’un est absent, l’autre est malade, les autres sont en députation, et enfin ce sont tous des nouveaux visages et d’autres génies avec qui il faut recommencer tout de nouveau »112.

  • 113 A.E.L., Corresp. de Roost, reg. VI, f. 155-156, Accord du 10 mai, ratifié le 28 juillet.

76Ceci nous explique pourquoi cette nouvelle négociation dura encore une douzaine de mois ! Après foule de propositions et de contre propositions, l’accord définitif fut conclu sur les bases suivantes : le château de Huy sera rasé ; la citadelle de Liége verra ses ouvrages extérieurs démolis et ils ne pourront jamais être reconstruits ; les bastions de Bonn seront maintenus, mais les autres murailles de cette place seront rasées. Enfin l’électeur adressera une lettre d’excuse aux États-Généraux au sujet de l’expulsion de la garnison hollandaise. Dès que ces démolitions auront été effectuées, les troupes des Provinces-Unies évacueront les places de l’évêché113.

  • 114 Sur ces multiples difficultés, voyez Lamberty, Ind. b. n° 55, t. X, pp. 178-193 ; t. XI, pp. 45-54  (...)

77Ainsi Joseph Clément obtenait une modification avantageuse des conditions de 1715. Grâce au maintien des ouvrages intérieurs de la citadelle de Liége, il gardait au moins l’apparence du pouvoir sur ses sujets. Ceux-ci essayèrent bien de chicaner encore sur l’étendue de la partie à démolir, mais le dernier mot finit par rester au prince114. Au début de 1718, l’accord de La Haye reçut son exécution ; les garnisons hollandaises se retirèrent après une occupation de près de seize années.

78Telle fut l’issue, assez favorable après tout, de ce conflit diplomatique engagé dès 1709 au moins et particulièrement aigu depuis l’année 1712. Ce fut la dernière fois, avant la fin de l’ancien régime, que le pays de Liége joua un rôle important au point de vue politique. L’âge héroïque de son agitation diplomatique, comme de ses révolutions intérieures, était achevé. Certes le xviiie siècle va prendre chez lui un relief imprévu, grâce aux problèmes économiques et sociaux, mais, avec les grands traités de 1713 à 1715, on peut dire qu’une phase caractéristique de son histoire est terminée.

79Il ne reste plus à présent qu’à préciser le sort de la principauté au regard de l’Empire, à la suite des négociations engagées pendant l’année 1713.

  • 115 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 322-323.

80Les Liégeois, on s’en souvient, sous la pression du danger extérieur, avaient formellement promis leur rentrée dans le cercle de Westphalie et n’avaient réclamé un délai que pour sortir d’embarras dans leurs rapports avec les Provinces-Unies. Mais leurs sentiments intimes restaient invariablement hostiles à toute idée d’assujettissement. Aussi, lorsqu’après la signature du traité de la Barrière, l’empereur avait réclamé la prompte exécution de leurs engagements, ils avaient tergiversé de plus belle. Tirant prétexte de l’occupation militaire hollandaise qui se prolongeait, ils avaient réclamé de nouveaux délais. Mais, tout en intervenant efficacement auprès des États-Généraux pour l’évacuation du pays, Charles VI n’avait pas entendu se plier à leurs chicanes. Il réclamait une « réaccession » immédiate de la principauté, pendant que les directeurs du cercle menaçaient celle-ci d’une exécution militaire115.

  • 116 A.E.L., Mois romains, 1716-1739, passim.
  • 117 Voyez notamment la Xe pièce justificative et les lettres du résident liégeois à Vienne dans le regi (...)

81Ce qui avait contribué à refroidir le zèle, tout relatif au surplus, des Liégeois, c’était la levée d’une somme considérable sur les États de l’Empire aux fins de poursuivre la guerre contre les Turcs. La part de la principauté s’élevait à 64.000 florins116 et le sacrifice paraissait trop dur ! Toutefois, sur les promesses du gouvernement autrichien et de Joseph Clément117, une modération d’un tiers du montant de la matricule fut admise en principe. C’est sur ces assurances que nos ancêtres envoyèrent une délégation à Cologne, où se trouvaient réunis les membres du cercle.

  • 118 A.E.L., État noble, Journées d’États, reg. 22, Instructions du 15 novembre 1710. Voyez aussi la Xe (...)

82Pourtant les instructions remises à leurs députés nous montrent encore une tentative pour faire reconnaître leur indépendance juridique : la principauté contribuera avec les autres États allemands aux guerres à soutenir contre les Turcs, mais, pour le reste, n’étant membre d’aucun cercle, elle ne se reconnaît aucune obligation. Nos députés, lit-on dans ce document, « feront valoir tant qu’ils pourront la déclaration des trois Estats donnée à St-Trond le 13 avril 1640 ; item la paix ou la capitulation de la ville de Liége avec le prince électeur Ferdinand du mois de juillet 1640 et le traité de Tillemont de l’an 1654. Que tout cela doit supposer un consentement du moins tacite du côté de S. M. I. et de l’Empire pour notre exemption du cercle ou du moins doit éloigner toute précipitation et violence dans le fait de la réaccession »118.

  • 119 Voir première partie, chap. I.
  • 120 B.U.L., ms. 1424. f. 1-3, Instructions de Joseph Clément à son conseiller d’état, le 23 novembre 17 (...)

83On voit clairement ici le parti que les Liégeois entendaient tirer du traité de Tongres de 1640 et le fondement juridique qu’ils étaient en droit d’en espérer119. Mais tout cela ne pouvait plus avoir le moindre effet. Joseph Clément adjoignit à leurs députés l’un de ses conseillers et lui prescrivit de détourner l’exécution militaire qui se préparait, en signant la déclaration de « réaccession » et en promettant l’envoi à Vienne de la quote part de sa principauté120 !

  • 121 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 325-326.

84Après une discussion serrée avec les directeurs du cercle de Westphalie, au cours de laquelle le corps d’armée prussien, chargé de l’exécution du pays, était arrivé à leurs frontières, les États noble et tiers se prononcèrent le 5 décembre pour la réaccession, mais avec de multiples réserves, que l’État primaire renforça encore dans sa décision personnelle121. On réclamait principalement une réduction de la quote part matriculaire du pays et la liberté, le cas échéant, de conclure des traités de neutralité avec les belligérants ; enfin l’on subordonnait la signature de l’acte à l’évacuation des places de Liége et de Huy par les Hollandais et à la complète démolition de celles-là.

  • 122 Voyez les détails fournis par Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 327 et suiv. et par Bo (...)

85Sur ce dernier point, le conflit était ouvert entre Joseph Clément et ses sujets. Au surplus, les réserves énoncées furent rejetées par le cercle comme étant de la compétence exclusive de l’empereur et de la Diète. Les directeurs consentirent seulement à plaider auprès de ceux-ci la cause des Liégeois, mais exigèrent une « réaccession » sans réserve aucune. Bien qu’ayant admis en principe celle-ci, les États se refusèrent à signer le traité qui ne fut conclu que par Joseph Clément, en qualité d’évêque de Liége, le 22 décembre 1716122.

  • 123 Bouille reproduit l’acte de « réaccession » dans son texte latin (t. III, pp. 555 et suiv.). Le rés (...)

86L’acte de réaccession comprend les dispositions suivantes : le prince députera aux diètes du cercle et participera au payement des mois romains ; les directeurs promettent de travailler à la libération des places de la principauté, ils feront leur possible pour faire réduire la quotité de la matricule aux deux tiers de son montant actuel ; l’exonération définitive du pays de toutes les contributions passées sera discutée à la prochaine assemblée du cercle ; celui-ci prêtera le secours de ses forces à Joseph Clément, si ses sujets refusaient d’exécuter le traité. La disposition la plus importante concerne naturellement la neutralité revendiquée par les Liégeois : prenant en considération la situation malheureuse de la principauté lorsqu’une guerre vient à éclater, les directeurs promettent, après en avoir été requis, d’intervenir auprès de l’empereur pour que le pays de Liége puisse conclure des traités de neutralité ou de contributions avec les belligérants, sous réserve naturellement des prescriptions éventuelles des constitutions germaniques. Mais, dans l’hypothèse d’une guerre où l’Empire n’aurait pas à prendre part, le prince de Liége et ses sujets pourront conclure les traités qu’ils jugeront nécessaires, en se conformant aux stipulations de la paix de Munster de 1648123.

  • 124 Voir mon article du Bull, de l’Institut Arch. Liégois de 1926.

87C’est bien là, semble-t-il, la confirmation de la thèse, défendue ailleurs, sur l’attitude de l’Empire à l’égard de la neutralité liégeoise124.

88Le 4 janvier 1717, le pacte de « réaccession » était ratifié. Quoique n’y ayant pas participé en principe, les États l’admettaient en fait, liés plus ou moins par la signature de leur prince, et se décidèrent même à envoyer un député à l’assemblée du cercle qui se tint à Cologne en avril 1718.

  • 125 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le cercle de Westphalie, portef. 1577-1735, conten (...)

89Le conseiller Bounameau fut chargé de cette mission et on lui prescrivit de travailler à obtenir des conditions nouvelles plus favorables, au point de vue pécuniaire surtout125.

90Ce délégué put goûter à son aise toutes les splendeurs de l’administration « circulaire » et germanique et il nous trace, des séances de l’assemblée un tableau quelque peu sarcastique. Le directoire est formé de l’évêque de Munster, président de droit, du roi de Prusse et de l’électeur palatin, c’est-à-dire, plus exactement, de leurs représentants officiels. Tout s’y passait avec une sage lenteur : « Messieurs du Directoire, en effet, tirent de la caisse commune chacun 16 écus par jour, qui paroissent une puissante amorce, avec les accessoires qui sont parfois plus considérables, pour ne pas finir si tôt ». Les séances s’écoulaient en chicanes qui mettaient aux prises catholiques et protestants. La moindre fonction s’y voyait fort disputée : « s’il s’agissait d’une couronne, on ne pourroit la briguer avec plus d’empressement ». On se séparait en général, sans avoir rien conclu !

  • 126 De 1280 florins à 860.

91La situation des Liégeois, « que l’on regarde comme des espèces de moutons qui vouloient faire bande à part », était délicate. Leurs prétentions se heurtaient à un mauvais vouloir évident et surtout à la nonchalance routinière et traditionnelle des principaux membres. Aussi leur faudra-t-il attendre les décisions de la diète de Ratisbonne de 1731, pour voir consacrer officiellement la réduction de leur matricule126. Mais il est inutile d’ajouter que les Liégeois ne financèrent rien du tout en attendant, et qu’ils se virent bientôt réclamer des arriérés importants ! Ils participèrent avec assiduité à l’activité — si l’on ose ainsi parler — du cercle de Westphalie pendant le xviiie siècle, mais cette espèce de dépendance, moins nominale qu’auparavant, restera toujours le cadet de leurs soucis.

Notes

1 A.E.L., État primaire, Journées, 76, f. 317-318, 14 nov. 1708.

2 B.N., Fonds français, 20990 (ancien fonds Mortemar 71), f. 364. Projet préliminaire entre la France et la Hollande, mai 1709.

3 Les mémoires de Torcy rapportent en effet : « Les États Généraux vouloient avoir dans Bonn la citadelle, dans Liége et Hudy des garnisons de leurs troupes et à leur solde, si ces conditions pour eux et leurs alliés étoient accordées. (Ind. b. n° 56, p. 567).

4 A.E.L., État tiers, Journées, 1699-1709, 31 mai 1709.

5 A.E.L., État noble, Journées, reg. 20, 7 juillet, État tiers, Ibidem, 16 juillet.

6 C’étaient le marquis d’Huxelles, l’abbé de Polignac et Mesnager.

7 Legrelle, Ind. b. n° 123, t. IV, p. 634, d’après la correspondance de Hollande, reg. 230, 30 déc. 1711.

8 Lettre du 26 janvier 1712.

9 En septembre 1711, Méan avait informé le chapitre des nouvelles instances que faisait l’empereur en vue de la’ « réaceession » (A.E.L., Concl. Cap., reg. 174).

10 L’État noble avait fait choix du baron de Horion. Estimant que celui-ci avait agi avec trop de hauteur et trop de liberté dans des négociations antérieures, l’État primaire rejeta ce choix. Aucun accord ne put survenir par la suite, à cause de la déclaration de méfiance à l’égard du chapitre faite par les nobles.

11 Le duc de Bouillon de son côté sollicitait Louis XIV pour que la possession de ce duché lui fût confirmée (A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 286-287).

12 A.E.L., Concl. Cap., reg. 174, f. 273V-275 : projet du 13 février 1712.

13 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 113-114, Joseph Clément à Torcy, 23 déc. 1712.

14 Extrait du registre des délibérations des États-Généraux, 14 déc. 1712, « …Quant au chateau de Liege et de Huy il ne paraît pas qu’il y reste des difficultés veu que le sentiment de S. M. Br. est que les trouppes d’État les occuperont et qu’il ne reste qu’à savoir si S. M. I. veut bien persévérer et faire entrer cet article dans le traité de la barrière dont il s’agit » (A.E.L., Liasses du Conseil privé Rel. avec la Holl., portef. VIII). On lit d’autre part dans un mémoire de Torcy, à la date du 20 avril 1712, que Louis XIV proposait la démolition complète des fortifications de Bonn plutôt que l’occupation étrangère (Legrelle, Ind. b. n° 123, t. IV, p. 660).

15 Delanaye écrit le 11 mars 1712 au Conseil privé : « Mr de Cronsbrouck me dit qu’il était extraordinaire de voir que vous voulions que l’empire s’interessasse pour nous qui ne voulions être compris dans aucun cercle. Je rompis cette conversation » (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VIII).

16 Paroles du chapitre le 11 avril 1713 (A.E.L., Concl. cap., 175, f. 149).

17 Ne pas le confondre avec les députés ordinaires ou permanents des États qui n’avaient pour mission que de veiller à la levée de certains impôts.

18 Reçu au chapitre en 1687, official de celui-ci en 1692, abbé séculier d’Amay en 1700, grand prévôt de la cathédrale le 7 décembre 1724, il mourut en 1748 (de Theux, Ind. b. n° 161, t. III, pp. 354-357).

19 Il y remplit une mission en 1706 et y retourna maintes fois.

20 Il s’y rendit en 1707 pour faire échouer la mission de Hodin (Voir Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 306-308). Il va y retourner bientôt pour quatre années.

21 En 1702, il s’y était rendu pour protester auprès du pape contre l’enlèvement de son ami le grand doyen Méan.

22 A.A.E., Corresp. de Liége, XIX, f. 241 et suiv. Le texte ajoute : « interessé d’ailleurs et buttant à la charge d’official du prince lorsque Mathias Clerex viendra à manquer ». C’est exact, mais il faut ajouter qu’il s’élèvera plus haut : grand prévôt en 1724, il sera bien près d’être élu évêque de Liége, en 1743.

23 L’État noble refusa de participer à cette ambassade.

24 Sur la négociation liégeoise à Utrecht il existe un rapport manuscrit de Louvrex qui faisait partie de la bibliothèque du chevalier de Theux. Lors de la dispersion de celle-ci en vente publique, à Gand, le manuscrit fut acquis par un particulier et, depuis lors, semble virtuellement perdu. J’ai pu heureusement découvrir aux A.E.L. une très longue relation du rôle de nos délégués et dont l’auteur, ainsi que je puis l’établir, n’est autre que Wansoule lui-même. C’est à cette relation que j’emprunte tous les détails ci-dessus. D’autre part, la perte du manuscrit de Louvrex est en partie compensée par les 18 pages que cet auteur consacre à l’ambassade d’Utrecht dans sa chronique inédite [B.C.L., Coll. de Theux (fonds non classé)]. Soit dit en passant, cette chronique contemporaine mériterait d’être publiée.

25 L’article XXVI de la paix d’Utrecht s’exprimait ainsi : « On est convenu que les garnisons qui se trouvent ou se trouveront cy après de la part des Seigneurs États dans la ville, château et fort de Huy, comme aussi dans la citadelle de Liége y resteront aux depens des dits Seigneurs États et que S. M. fera en sorte que l’électeur de Cologne, en qualité d’evesque et prince de Liege y consente, et Sadite Majesté fera aussi en sorte que toutes les fortifications de la ville de Bonn soient rasées trois mois après le retablissement dudit électeur » (Vaes, Ind. b. n° 66, t. III, p. 155).

26 Né en 1668, élu doyen en 1709 lors de la mort de Jean Ferdinand de Méan, François Lambert de Sélys avait déjà rempli deux missions diplomatiques en Hollande où il avait quelque peu hérité des puissantes amitiés que son prédécesseur y avait nouées. De tempérament plutôt tranquille, bien que non dépourvu d’une certaine ambition, il ne joua qu’un rôle de second plan. Il mourut en 1729 (de Theux, Ind. b. n° 161, t. III, pp. 370-371).

27 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. II : instructions du 20 mai 1713.

28 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 77, lettre de Karg à Joseph Clément, 15 mai.

29 A.E.L., État primaire, reg. 77, 20 mai.

30 Ennen, op. cit., n° 79, Joseph Clément à Karg, 24 mai.

31 Joseph Clément à Karg, 5 juin : « Ich glaube in meiner statt Lüttich werde man gleiche gedancken führen und lieber alle extrema ergreiffen als under des holländ domination zu leben » (Ennen, op. cit., n° 82).

32 Joseph Clément à Torcy, 3 juin « Les États de ma principauté de Liége, au désespoir de ce que les États Généraux demeurent en possession de mes forteresses, me pressent fortement de protester publiquement là contre, et de déclarer que je n’ay jamais consenti, comme il est vray, à une pareille convention. Il y a même ici deux chanoines de ma cathédrale qui, sous prétexte de me venir faire leur cours, ne sont près de moi que pour observer mes actions. » (A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 164V-165).

33 Voir dans Lamberty, Ind. b., n° 55, t. VIII, pp. 185-189, un mémoire des Liégeois détaillant tous les dangers d’une occupation militaire des Hollandais et rappelant surtout que l’on ne peut disposer d’eux sans le consentement de l’empereur et de l’Empire. Le mémoire insiste notamment sur le préjudice qui en résulterait pour la religion catholique, car la Réforme se verrait publiquement pratiquée à Liége et à Huy.

34 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 93, Joseph Clément à Karg, 7 juillet.

35 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 77, f. 193v-194.

36 La relation de Louvrex, de l’ancienne bibliothèque de Theux, mentionnée p. 217, note 3, contenait aussi le récit de cette négociation à Cologne. Sa perte n’est pas compensée par les quelques pages de la chronique manuscrite de Louvrex s’y rapportant.

37 A.E.L., Liasses du Conseil privé. Relations avec le cercle de Westphalie, 1577-1730, 29 septembre 1713.

38 B.C.L., Collection de Theux, Chronique de Louvrex, Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, p. 543.

39 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec le cercle de Westphalie, portef. 1577-1730.

40 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I.

41 Instruction du 14 décembre (Ennen, Ind. b. n° 68 Dok. und Brieve, n° 96). Les États de Liége ne paraissaient guère disposés à témoigner beaucoup de satisfaction au prince ; celui-ci le rapporta plaisamment dans une lettre à Karg, du 30 décembre : « Meine guttefreinde avertirn mich von Lütich das dasige städe hoffen auf beistand des westphallischen Creise eigene trouppen zu underhalten, umb. die Citadelle und das schlos zu Huy damit zu bewahren, wie dan sogar einer von solchen so kekh gewesen und einem Offeir von meinem trouppen in das Gesicht gesagt : du moins la citadelle et Huy ne sera plus livrée aux Français comme du passé car nous en serons les maistres. Ich lache zwahr zu allem diesem und sihe solches als discours de la place verde ahn (Ennen, op. cit., n° 108).

42 Article XV (Vaes, Ind. b. n°60, t. III).

43 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 168, 8 avril 1714.

44 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portefeuille 1492-1730, Instructions du 8 et du 16 juin 1714. Voir aussi Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 315.

45 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 261, Joseph Clément à Torcy, 13 juin.

46 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 262, Joseph Clément à Torcy, 13 juin. L’électeur avait bien soin d’ajouter que tout devait se faire « sous main, sans que cela paroisse venir de lui ».

47 A.A.E., Corresp. d’Autriche, 100, f. 42-43, Mémoire de l’Église de Liége pour le duché de Bouillon : 2 juillet.

48 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 171-172, Torcy à Joseph Clément, 27 juin. En marge d’une lettre de l’électeur on lit ces mots de la main même de Torcy : « Les plenipotentiaires du Roy ont ordre d’entrer dans tout ce qui regardera les intérêts et la satisfaction de l’électeur. Mais s’ils parlent au sujet des garnisons de Liége et de Huy on ne manquera pas de dire que S. M. contrevient au traité d’Utrecht. D’ailleurs, quand cette affaire sera appuyée par le Roy, elle deviendra plus difficile parce que les Hollandais croiront que S. M. agira moins en faveur de l’électeur que dans quelque voie secrette contre eux et dans le dessein de se rendre plus facilement maitre de ces places quand elles ne seront plus à la garde des Hollandais. Il semble donc que le mieux pour S. A. E. est que le Roy n’entre en aucune manière dans cette affaire » (A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 269-270).

49 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I : lettre du résident liégeois à Vienne à Wansoule ; le 14 juillet.

50 Voyez par exemple la VIe pièce justificative.

51 On s’en rend compte notamment par cette lettre de Karg à l’électeur, le 20 juin 1714 « Sie melden in Ihrem heut angelangten gnadigsten vom 12 hujus, dass in dem letzen article meines den 4 Plenipotentiariis iiberreichten Mémoire ich der Verwahrung Ihrer Lùttichischen Vestungen fur E. C. D. eigene trouppen, im fall dess abzugs der Hollander, hatte ausstrùcklich reserviren sollen : allein hat solches auss der Ursach sich nieht thuen lassen, weilcn man dièse seiten nicht riihren darff, damit, wann es darzu kommen sollte, nicht vom Keyser und Reich die einlegung Keyserl. oder Creiss trouppen expresse bedingt werde, welches zu verhütten, die demolition aller neuen fortificationen ausser der Citadelle, zu wunschen wätre » (Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 184).

52 Ennen, op. cit., n° 198, Karg à Joseph Clément, 16 août.

53 La protestation liégeoise fut enregistrée le 4 septembre dans les protocoles de la conférence. Quelques jours après, Wansoule reprit le chemin du retour et vint faire le 26 septembre devant le chapitre le récit de sa négociation.

54 La reine Anne y était représentée par Cadogan et Stanhope.

55 Les envoyés des États Généraux étaient : Vanderdussen, Geldermassen, Cokinga et le comte de Recteren.

56 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 202, Karg à Joseph Clément, 6 sept.

57 Ennen, op. cit., pp. 193-194.

58 A.G.R., S.E.G., liasse 1465, f. 90-91, Joseph Clément à Karg, 7 septembre. Au demeurant cette méfiance était partagée : Wansoule craignait qu’un arrangement pécuniaire ne survint entre l’électeur et les États-Généraux et voyait dans le chancelier Karg l’intermédiaire tout désigné pour ces sortes d’affaires. « Vous connaissez le pèlerin », écrivait-il, de Karg, à son ami le grand doyen de Sélys.

59 A.E.L., État primaire, recès des députés ordinaires, reg. 35, f. 66-67. Si vous ne voulez pas du baron de Horion, écrivait le prince au chapitre, envoyez moi 150.000 écus « pour être employez, s’il est besoin, au bien de la patrie ». Inutile de dire que les États ne mirent aucun empressement à y aviser. Mais quelques jours après, le prince leur mandait qu’il se chargeait de tout et qu’il espérait que ses sujets interviendraient dans la dépense.

60 A.G.R., S.E.G., liasse 1465, f. 1, Joseph Clément à Königsegg, 14 septembre. C’était le fils de l’ancien grand maïeur de Jean Louis d’Elderen, mort en 1704. Il avait accompagné l’électeur pendant la dernière guerre et se trouvait à Valenciennes avec lui. Il ne paraît pas avoir eu beaucoup de rapports avec les Liégeois pour lesquels il professait les mêmes sentiments que son maître. La négociation d’Anvers nous est connue jusque dans ses moindres détails grâce à la volumineuse correspondance échangée entre Joseph Clément et Roost. Elle ne comprend pas moins d’une dizaine de volumes ou de portefeuilles. De nombreuses lettres sont chiffrées mais, la clef en ayant été conservée, leur lecture n’offre pas de difficulté.

61 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Corresp. du baron de Roost, portefeuille I, 1693-1716. Instruction du 14 septembre. Le préjudice qu’éprouverait la religion catholique par une occupation hollandaise devait être aussi mis en lumière. On se prévalait à cet égard du scandale provoqué par l’apostasie récente de l’abbé de Géronsart qui avait pu gagner les Provinces-Unies sous la protection du gouverneur de Huy.

62 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 77, f. 216v-217. Lettre des États à Joseph Clément le 5 oct. 1714, reproduite à la VIe pièce justificative.

63 B.C.L., Fonds de Theux (non classé), Correspondance de Roost, reg. 1, f. 76. A.G.R., S.E.G., liasse 1465, f. 6.

64 A.E.L., Corresp. du baron de Roost, reg. III, f. 81 et 84.

65 B.C.L., Fonds de Theux (non classé), Corresp. de Roost, reg. I, f. 74.

66 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Corresp. de Roost, portef. I, lettre de l’électeur du 6 déc.

67 A.E.L., Ibidem, portef. I, Journal de la Commission du baron de Roost à Anvers, à la date du 20 déc.

68 A.E.L., Ibidem, Joseph Clément à Roost, 5 novembre.

69 A Norff, mort au début de 1713, avait succédé, en janvier 1715, l’avocat Magis. Voyez à cet égard la liste dressée à la Ire pièce justificative.

70 A.G.R., S.E.G., 1465, f. 10, Lettre de Horion aux États, le 9 novembre.

71 A.A.E., Corresp. de Liège, XVIII, f. 341-342, Joseph Clément à Louis XIV, 27 janvier 1715.

72 C’est en janvier 1715 que Joseph Clément revint dans son état liégeois après une absence de près de quatorze années. Son retour fut marqué d’incidents curieux sur lesquels je me réserve de revenir prochainement. Je me borne pour l’instant à déclarer que son premier contact avec les États fut marqué d’un échec complet pour son autorité.

73 Sans doute c’est le baron de Roost, ambassadeur de Joseph Clément, que nous voyons défendre à Anvers le programme dont il va être question. Si je l’attribue aux Liégeois eux-mêmes, c’est parce que Wansoule, dès la conférence d’Utrecht, en 1713, avait clairement aperçu le parti éventuel qu’en pourraient tirer ses concitoyens et l’avait signalé dans sa correspondance.

74 A.G.R. S.E.G., 1465, f. 14, document reproduit à la VIIe pièce justificative.

75 A.E.L., Correspondance de Roost, registre II, f. 18-21. Mémoire du 8 janvier 1715. A.G.R., S.E.G., 1465, f. 83-84.

76 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 10-13, Roost au baron de Horion, 10 janvier. Encore le 5 mars Roost témoignait son peu d’espoir dans le succès de la combinaison.

77 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 48-50, Roost à Joseph Clément, 27 janvier.

78 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 40-43, Roost à Joseph Clément, 24 janvier.

79 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 37-38, Joseph Clément à Roost, 23 janvier.

80 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 105-106, Mémoire de Joseph Clément, 28 févr.

81 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 145, Roost à Joseph Clément, 25 mars. C’est au cours de ce voyage que Cadogan régla aussi la question de Termonde.

82 A.G.R., S.E.G., 1465, f. 72-73, Mémoire de Roost, 15 avril 1715 ; f. 83-84, Mémoire du 15 juin.

83 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 158-160, 185, Lettres du 15 avril, du 12 mai.

84 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Holl., portef. IX, Joseph Clément à Magis. Voir la lettre reproduite à la VIIIe pièce justificative.

85 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 247, Joseph Clément à Roost, 22 juin.

86 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 194, Joseph à Roost, 20 mai.

87 De tous les documents que j’ai consultés, il résulte que les États-Généraux estimaient plus importante la possession de Huy que celle de Liége, et on comprend assez cette conception puisqu’il s’agit pour eux d’une barrière contre la France.

88 A.G.R., S.E.G., 1465, f. 83-84..Mémoire présenté à Königsegg le 15 juin 1715 ; f. 92, mémoire du 28 octobre 1715. Le 1er juin Joseph Clément écrivait à son résident à La Haye : « il est absolument nécessaire que la citadelle de Liége surtout reste toujours une forteresse capable de contenir le menu peuple de Liége en bride où l’on ne verroit que meurtres et que brigandages et où il n’y auroit aucune sureté pour les honnêtes gens, si cette populace n’étoit plus retenue par un semblable frein » (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portefeuille IX). Dans une lettre au baron de Roost du 22 juin, l’électeur s’exprime d’une manière plus pittoresque : il s’agit « d’empêcher les mauvais desseins de la plupart des Liégeois qui, selon leur génie et leurs propres discours voudroient s’ériger en république et faire de cet évêché une huitième province à ajouter aux sept provinces unies. Ce que je vous dis là n’est pas sans fondement. Et je sais que les bourguemaistres et autres gens de cette trempe et même quelques persones de l’État noble dont l’ambition est démesurée se flattent agréablement de l’idée de se voir un jour dans des fauteuilles de velours et reçus partout au bruit du canon comme les deputez, des États Généraux le sont dans les villes de leur obéissance. C’est pousser loin la vanité mais je sais de science certaine que plusieurs sont entêtez de cette opinion et qu’ils feront tout ce qu’ils pourront au monde pour y parvenir. Il n’y a donc que des trouppes et des forteresses qui soient capables de les contenir dans le devoir » (A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 247-249).

89 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, lettre de Joseph Clément à Magis, reproduite à la IXe pièce justificative. A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 226, 247 ; A.G.R., S.E.G., 1465, f. 87, Joseph Clément à Königsegg, 25 août.

90 A.E.L., Corresp. de Roost, II, f. 250-253, Roost à Joseph Clément, 27 juin.

91 A.A.E., Corresp. de Cologne, 62, f. 42, Karg à Torcy, 8 juillet.

92 A.E.L., Coresp. de Roost, III, f. 1-6, Roost, à Joseph Clément, 18 août.

93 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 57, Joseph Clément à Roost, 1er octobre.

94 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 10 septembre.

95 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 1er octobre.

96 A.E.L., Ibidem, Joseph Clément aux États-Généraux, 17 octobre.

97 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 63, Roost à Joseph Clément, 14 octobre.

98 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 104-107, Roost à Joseph Clément, 8 nov.

99 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 79, Roost à Joseph Clément, 23 octobre.

100 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 116.

101 L’article XXVII du traité d’Anvers s’exprime ainsi « Que les fortifications et tous les ouvrages de la citadelle de Liége de même que celles du château de Huy aussy, avec tous les forts et ouvrages, seront rasez et démolis, sans qu’ils puissent être jamais rebatis ou retablis, bien entendu que la ditte demolition se.ferat aux depens des états du pays de Liége à qui les materiaux resteront pour être vendus et transportés ailleurs, le tout aux ordres et sous la direction des États Généraux qui enverront pour cette fin des personnes capables pour avoir la direction des dites démolitions auxquelles on commencera de travailler immédiatement après la signature du présent traitté et que l’on acheverat en dedans trois mois ou plutôt, s’il se peut, et que cependant les garnisons des États Généraux des Provinces Unies ne sortiront des dittes places avant que la démolition ne soit achevée » (Pribram, Ind. b. n° 64, t. I, p. 319 ; Srbik, Ind. b. n° 65, t. I, pp. 497-498).

102 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 20 novembre.

103 A.E.L., Corresp. de Roost, III, f. 121-122, Roost à Joseph Clément, 24 nov.

104 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX, Joseph Clément à Magis, 13 déc.

105 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem.

106 Résolution des États-Généraux, à la date du 18 décembre ; notification à Königsegg, le 31 janvier 1716 (Srbik, Ind. b. n° 65, t. I, pp. 507-508). Celui-ci promit d’en référer à l’empereur. Lamberty, Ind. b. n° 55, t. IX, pp. 408-417.

107 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 1, Instruction du 30 septembre 1716.

108 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 10-13, Roost à Joseph Clément, 19 octobre.

109 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 41-44, Mémoire de Roost, 12 novembre.

110 A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 48, Mémoire du 24 novembre.

111 A.E.L., Corresp. de Roost. V, f. 67-70, Joseph Clément à Roost, 28 novembre.

112 A.E.L., Corresp. de Roost, reg. VI, f. 118, Roost à Joseph Clément, 13 avril 1717.

113 A.E.L., Corresp. de Roost, reg. VI, f. 155-156, Accord du 10 mai, ratifié le 28 juillet.

114 Sur ces multiples difficultés, voyez Lamberty, Ind. b. n° 55, t. X, pp. 178-193 ; t. XI, pp. 45-54 ; A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IX ; État primaire, Journées, reg. 78, passim.

115 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 322-323.

116 A.E.L., Mois romains, 1716-1739, passim.

117 Voyez notamment la Xe pièce justificative et les lettres du résident liégeois à Vienne dans le registre précité.

118 A.E.L., État noble, Journées d’États, reg. 22, Instructions du 15 novembre 1710. Voyez aussi la Xe pièce justificative.

119 Voir première partie, chap. I.

120 B.U.L., ms. 1424. f. 1-3, Instructions de Joseph Clément à son conseiller d’état, le 23 novembre 1716. En décembre, les États envoyèrent 10.000 écus en acompte à Vienne.

121 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 325-326.

122 Voyez les détails fournis par Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 327 et suiv. et par Bouille, Ind. b. n » 14, t. III, pp. 549-554. Je me suis abstenu d’entrer dans de plus longs développements pour ne pas alourdir davantage un récit déjà fort compliqué.

123 Bouille reproduit l’acte de « réaccession » dans son texte latin (t. III, pp. 555 et suiv.). Le résumé donné par Daris est inexact parce qu’il suppose accordés bien des points qui ne sont que promis.

124 Voir mon article du Bull, de l’Institut Arch. Liégois de 1926.

125 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le cercle de Westphalie, portef. 1577-1735, contenant la correspondance de Bounameau que j’utilise ci-dessus.

126 De 1280 florins à 860.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search