Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Troisième partie. Le règne de Joseph Clément de Bavière

Chapitre IV. La principauté de Liége et la guerre de la Succession d’Espagne

Résumé

Situation de la principauté en 1700. — Nouvelle orientation de la politique du prince : son alliance avec la France. — Les Liégeois réclament leur neutralité. — L’état des esprits à Liége. — Envahissement de la principauté par les Français. — L’occupation de Liége. — L’enlèvement du grand doyen : son odyssée et sa mort. — Les Liégeois se refusent à entrer dans les vues de leur prince. — Le duc de Marlborough envahit la principauté. — Sièges de Liége et de Huy. — L’organisation politique du pays. — Les Liégeois jouissent en fait de la neutralité grâce à des accords financiers conclus en 1703 avec la France et avec les Provinces-Unies. — La campagne du maréchal de Villeroy en 1705 contre Liége : la ville est occupée, puis évacuée, par les Français. — Plaintes des Liégeois au sujet des quartiers d’hiver. — Leurs forteresses sont occupées par des garnisons hollandaises. — La situation pu pays devient critique. — Les dernières années de la guerre épargnent la principauté. — Autorité croissante du chapitre pendant cette période.

Texte intégral

1Le dix-huitième siècle s’ouvrait sous les plus fâcheux auspices. L’Europe entière armait en vue d’une nouvelle guerre et la question de la succession d’Espagne allait encore mettre aux prises tous les voisins du pays de Liége. Ce n’est pas ici le lieu d’entreprendre le récit des préliminaires ni des principaux événements du conflit : ceux-ci ne nous intéressent que dans la mesure d’une participation active ou passive de la principauté à certains épisodes de cette guerre. Toutefois, l’attitude décidée, que va prendre l’évêque de Liége, obligera parfois à entrer dans certains développements, et la proximité même d’un des principaux théâtres d’hostilités exigera à plusieurs reprises l’énoncé de quelques détails.

2Quel était l’état du pays et de la Cité à la veille de ces graves événements ?

  • 1 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 261-262. Édit du 9 février 1699 accordant un sursis géné (...)
  • 2 C’est ainsi que le budget de la Cité de Liége accusa, pour l’année 1699-1700, 112.910 florins de re (...)
  • 3 En 1698, les charges de l’État avaient encore été de 1.202.065 florins alors que les recettes n’ava (...)
  • 4 Voir p. 85.
  • 5 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 75, f. 278, Lettre de Norff, 6 janvier 1699.

3A peine remis de la terrible commotion de la guerre précédente, le gouvernement dut s’appliquer à cicatriser les blessures de la principauté. Les dernières années avaient été particulièrement calamiteuses et le prince dut intervenir pour soulager les débiteurs1. Sans doute les frais généraux de l’État avaient considérablement diminué2, mais les impôts ne s’étaient pas sensiblement allégés3, car les difficultés financières étaient loin d’être écartées. On peut même dire que la conclusion de la paix les avait aggravées en un point : en effet, en contractant en 1693 un emprunt en Hollande4, les Liégeois s’étaient engagés à rembourser annuellement 20.000 florins à partir de la signature de la paix. Un an après celle-ci, les créanciers n’avaient encore rien vu venir, et certains d’entre eux commençaient à faire saisir les marchandises de leurs débiteurs pour s’indemniser5. Les États-Généraux attirèrent l’attention des Liégeois sur les dangers auxquels ils s’exposaient.

  • 6 On avait emprunté à 12½ % et l’on demandait une réduction de 2½ %, en promettant de payer tous les (...)
  • 7 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 75, f. 283-286. Certains créanciers s’étaient montrés satisfa (...)
  • 8 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 266. Les impôts de 1699 avaient produit 567.500 flori (...)

4Mais ceux-ci avaient déjà fort à faire avec leurs créanciers de rentes viagères. Les arriérés avaient atteint à la fin de l’année 1698 la somme de 570.000 florins. Les États envoyèrent une députation à La Haye pour obtenir une réduction de l’intérêt6. Tous leurs efforts échouèrent devant l’intransigeance des Hollandais7. En 1699 encore, tout le produit des impôts se trouva englouti par le payement des arrérages des rentes8.

  • 9 Voir 3e partie, ch. II, in fine.
  • 10 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 216, 222-223. Lettres de La Raudière, 4 mai, 13 juin 1700.
  • 11 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 256. La Raudière, 10 décembre 1700.
  • 12 « C’est ledit chapitre qui barre toujours icy l’authorité de l’evesque et prince » écrit La Raudièr (...)

5A l’intérieur de la Cité, la situation n’était guère plus rassurante. Le conflit de la chartreuse9 mettait toujours aux prises les divers partis. Inlassablement, les religieux sollicitaient la démolition des murailles de leur couvent10 et le prince était fort disposé à entrer dans leurs vues11. Interrogés par Joseph-Clément, les États noble et tiers admettaient eux aussi cette solution, mais le chapitre, soumis à diverses influences, opposait la force d’inertie aux propositions du prince12. Il prétendait que la fortification du couvent ayant eu lieu sans sa participation, il n’avait pas non plus à se mêler de sa démolition ! Au fond, il ne cherchait qu’à tirer la chose en longueur, afin de manifester, une fois encore, sa mauvaise volonté à toute initiative de l’évêque.

6Cependant Joseph-Clément avait commencé à orienter sa politique vers des horizons nouveaux. Ainsi que son frère, le gouverneur des Pays-Bas, il s’était mis à écouter attentivement les suggestions de la France. Gagné par les écus royaux, il engagea des pourparlers définitifs dès l’année 1700.

  • 13 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 213-214.
  • 14 Le concours de Berlo lui était d’autant plus assuré qu’en 1697 celui-ci avait refusé d’obtempérer a (...)
  • 15 Il avait été grand maïeur de l’électeur Maximilien Henri.
  • 16 Relégué au second plan par Méan, le baron de Roost s’était entièrement attaché à l’électeur.
  • 17 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 270.
  • 18 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 219-220, 313-314, 337-338, 347-350.
  • 19 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 288-292. Le but de l’électeur semble avoir été de décider le ch (...)

7Mais il ne pouvait s’agir que d’une négociation toute personnelle : ses États de Cologne et de Liége n’entendaient évidemment pas le suivre dans cette voie. Aussi l’électeur crut prudent de s’assurer une majorité éprouvée au sein de son conseil privé, pour parer à toute éventualité. En juillet 1700, il nomma trois nouveaux membres : le comte Alphonse de Berlo, gouverneur de la citadelle et frère du chef du parti bavarois13, le baron de Horion, tout dévoué à la France14, et l’ancien grand maïeur, baron de Roost, neveu de l’évêque défunt15. Le chapitre protesta, mais en vain, contre ce petit coup d’état16 et finit par se rendre compte de la conduite ambiguë du prince. Aussi sollicita-t-il maintes fois sa présence à Liége, aux fins de prendre les mesures indispensables pour la sécurité du pays. Le grand doyen, dont les rapports avec les Hollandais étaient toujours plus étroits17, en profita pour ressaisir toute l’autorité dont il avait joui jadis. Joseph Clément ayant fait proposer la démolition de la citadelle en vue d’obtenir la neutralité18, Méanexcita les alarmes de ses collègues et, le 1er février 1701, fit prendre à l’unanimité une grave résolution : le payement du donatif accordé au prince et celui des gages du gouverneur de la citadelle seraient suspendus jusqu’à plus ample information19 !

  • 20 A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 50, f. 27-34. J’ai connu trop tard pour l’utiliser comme il convi (...)
  • 21 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 304. Lettre du Conseil privé à Joseph Clément, 12 février.

8Lorsque Joseph Clément reçut cette nouvelle, il était à la veille de conclure un accord définitif avec la France : le 13 février 1701, il signait en effet un traité d’alliance offensive et défensive avec Louis XIV20. Le surlendemain, il arrivait à Liége pour essayer de parer à la situation. Il avait reçu, en même temps, une lettre de son Conseil privé exprimant la crainte de voir le pays envahi par les Français et réclamant une prompte négociation en faveur de la neutralité21.

  • 22 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I ; A.A.E., Ibidem, f. 319.
  • 23 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 57, La Raudière, 16 décembre 1700.

9Pendant qu’il entrait en pourparlers avec son chapitre, son royal allié s’empressait d’écrire aux Liégeois qu’il était prêt à leur « accorder par avance toutes les assurances qu’ils pourroient lui demander pour les maintenir dans une parfaite neutralité »22. Mais les paroles ne pouvaient plus suffire en présence de l’imminence du danger et les Liégeois se montraient fort méfiants. Il voyait très clair cet agent français qui mandait alors à son ministre : « Il vous plaira de remarquer, monsieur, que les Liégeois ne se conduisent que par des passions et des attachements différens aux puissances du voisinage »23. L’entente visible, où leur prince paraissait se trouver avec Louis XIV, leur semblait suspecte au plus haut point et c’en était assez pour qu’ils se missent à veiller avec un soin jaloux sur cette neutralité dont on cherchait à les abuser.

  • 24 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, février 1701.

10Cependant les négociations entreprises par Joseph Clément traînaient en longueur. Sans dévoiler ses intentions, ni surtout ses récents engagements, l’électeur proposait d’entreprendre des démarches auprès des souverains voisins pour la reconnaissance de la neutralité24. Entretemps les travaux de démolition de la chartreuse avaient commencé, mais sans aucune ardeur. Le chapitre, toujours méfiant, demandait au prince de préciser ses propositions et d’exposer à cet égard le sentiment de l’ambassadeur français.

  • 25 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, f. 59-60V, 16 mars 1701 ; A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 326-32 (...)

11Enfin l’accord se fit sur les bases suivantes : une liberté absolue sera laissée au commerce, même pour les marchandises de contrebande ; aucun passeport ne sera réclamé ; tous les belligérants pourront acheter des vivres, des armes et des munitions dans le pays, mais sans pouvoir occuper de villes ou de forteresses, sous quelque prétexte que ce soit ; ils auront le libre passage à travers le pays sous la seule condition d’en avertir le prince et de payer argent comptant ; aucune contribution ne pourra être exigée ; il faudra la permission du prince ou de son Conseil pour pouvoir procéder à une levée, mais l’évêque et ses États pourront lever les troupes nécessaires au maintien de la neutralité et fortifier les places qu’ils jugeront bon25.

  • 26 Outre le désir de contenter leurs voisins sur cette question, les Liégeois considérèrent d’un mauva (...)
  • 27 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 271.

12On constate ici pour la première fois depuis un siècle un accord entre le prince et ses sujets sur la question des levées : c’est la conception du gouvernement qui triomphe, mais ce succès ne sera que très momentané26. Pour le reste, on aperçoit une notion de plus en plus réaliste de la neutralité et la mise à profit par les Liégeois des dernières expériences ; mais ce remarquable programme devait rester lettre morte, faute de sanction de la part de l’étranger. Toutefois, pleinement satisfait, le chapitre suspendit ses mesures de rigueur à l’égard du prince et s’en remit à celui-ci du soin de faire admettre ce projet par la France, d’abord, et par les autres voisins, ensuite27.

  • 28 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 337-338.

13Le grand doyen avait vainement demandé que l’on sollicitât la permission de l’empereur avant de recourir aux autres puissances : il n’avait pas été suivi28. Le chapitre, en effet, un instant uni pour s’opposer au prince, n’avait pas tardé à voir renaître ses anciennes divisions. Les passions semblaient même assez surexcitées à la veille d’événements graves et la diplomatie étrangère nous renseigne une fois de plus sur l’état des esprits.

  • 29 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 208-209, lettre de La Raudière du 11 janvier 1700.
  • 30 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 211, La Raudière, 11 avril.
  • 31 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 257-259, 393-395, 441-442.

14Profitant d’une absence de l’ambassadeur français à Cologne, l’ancien résident La Raudière, demeuré à Liége, avait sollicité de son gouvernement la faveur de le renseigner sur l’état de la principauté29. Il l’obtint, mais à titre purement privé30, car depuis l’échec de Furstenberg en 1688, on se méfiait de lui à Versailles. Au fond, le pauvre résident était desservi par les créatures de celui-ci et calomnié de toutes façons, car il n’avait jamais joui de l’autorité nécessaire pour agir bien efficacement31. Pour nous, sa correspondance est des plus précieuses, car elle révèle une rare connaissance de la psychologie liégeoise et des sentiments des principaux personnages de la Cité. D’autre part, certains mémoires du baron de Ville complètent à souhait nos renseignements en une matière si délicate. C’est à la lumière de cette documentation qu’il est possible d’esquisser un petit tableau du chapitre, de la noblesse et de la grande bourgeoisie liégeoise à la veille des hostilités.

  • 32 Le baron de Ville redoute que les sentiments des Clercx n’aient changé mais la conduite prochaine d (...)
  • 33 On sait qu’en 1694 les Surlet avaient suivi Méan lors de l’élection épiscopale, tout en gardant leu (...)
  • 34 Hinnisdael avait abandonné Furstenberg pour Joseph Clément en 1694, mais ses sentiments n’avaient p (...)
  • 35 On y voit encore le prince de Nassau, le marquis de Leede, le comte de Berghes, le chanoine Decharn (...)

15Au début du règne de Joseph Clément, le chapitre s’était partagé en deux factions, l’une qui avait concouru et l’autre qui s’était opposée à l’élection du prince. Mais le parti favorable à l’électeur comptait à la fois des chanoines fort portés pour la France, des chanoines dévoués à la maison de Bavière et quelques fidèles de l’ancien « parti de la patrie ». L’autre faction n’était pas moins hétéroclite ! Cette complication ne subsista pas. Elle fit rapidement place à la division traditionnelle en chanoines « dévoués à la France » et en chanoines « contraires ». Parmi les premiers, brillaient toujours les Liverlo, le chancelier Rosen, les Stockem, les Clercx32, les Liboy, les Surlet33, le comte de Poitiers, Lamargelle, Des Fossés, Hinnisdael34 et quelques autres35. Toujours une vingtaine de têtes qui s’appliquaient ouvertement et en toutes circonstances à faire prévaloir les solutions les plus favorables à la cour de Versailles.

  • 36 Il mourut le 10 mars 1702 (Foullon, Ind. b. n° 15, p. 463).

16Le « parti contraire » comptait à la fois des gens de sentiments « autrichiens » et de sentiments « hollandais ». De plus, il comprenait quelques hommes particulièrement dévoués à l’électeur de Cologne et à la Maison de Bavière. Au premier rang de ceux-ci, on doit citer les Berlo : l’aîné, archidiacre de Campine, qui venait d’être promu à l’évêché de Namur ; son frère, comte Berlo de Chockier36, gouverneur de la citadelle, et le grand maïeur Berlo de Hozémont, conseiller privé, comme le précédent.

  • 37 Le grand doyen « est d’un très grand mérite, sans humeur et très exemplair ; il fit manquer l’élect (...)
  • 38 On y distingue encore Neufcourt, autrefois partisan de la France, d’Oultremont, etc.

17Le maître incontesté du parti « austro hollandais » restait Jean Ferdinand de Méan, qui, au dire du baron de Ville, « sera toujours le chef du chapitre »37. Ses frères, les Blisia, les Delanaye, associaient leurs sympathies hollandaises aux sentiments autrichiens des Sélys, des Schell, de Wansoule, de Sprimont, de Warnant et d’autres38.

  • 39 L’écolâtre et son frère, écrit de Ville « m’ont servi d’homes de confiance dans tous les temps ».
  • 40 Celui-ci paraît avoir été très en faveur auprès de Joseph Clément dont il est presque toujours le p (...)

18Parmi la noblesse, les partisans de la France comptent le baron de Horion, le baron de Berlaymont, M. de Looz, écolâtre de Sainte Croix39, le baron d’Oultremont, le baron de Sluse40. D’autre part, les barons d’Eynatten et de Roost lui étaient hostiles.

  • 41 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 439-440.

19Dans la bourgeoisie, la France est représentée par les bourgmestres ou anciens bourgmestres Beckers, de Malte, de Cartier, Brassines, de Hervé, Gaene, Hilaire ; par les échevins Rosen, La Ruelle — « dont le père fut assassiné pour les intérêts du roy par le comte de Warfusée » — tandis que les bourgmestre Louvrex et Plenevaux s’étaient dévoués à la cause impériale41.

20On peut ainsi constater que, si dans le chapitre les deux partis étaient à peu près d’égale force, au contraire, le crédit de la France était prépondérant au sein de la noblesse et de la bourgeoisie.

  • 42 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I, Joseph Clément à Valdor, le (...)
  • 43 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 358. Le 16 avril le chancelier Karg écrivait au baron de Voordt (...)

21Cependant Joseph Clément avait commencé ses négociations à la cour de France pour le respect de la neutralité du pays. Comme la réponse tardait42, l’électeur avait fait discrètement interroger les ministres impériaux, aussi bien que les cours étrangères : il n’en avait obtenu qu’une réponse décourageante43.

  • 44 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 370, le Conseil privé à Joseph Clément, 6 mai.
  • 45 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, mai 1701. A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 376-377.
  • 46 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, Lettres du 4 et 13 juin. A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 383, 29 (...)
  • 47 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 386-389.

22Ses États le prièrent de redoubler d’efforts : le Conseil privé proposait de mettre les forteresses en état de défense44, pour calmer les appréhensions de l’ambassadeur français45. Le chapitre46, puis les États écrivirent au prince d’entreprendre des démarches parallèles à Londres, La Haye et Vienne, et d’y communiquer les articles proposés à la France47.

  • 48 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI, Norff à Joseph Clément, l (...)
  • 49 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem, Lettre de Norff le 22 juillet.

23L’électeur y donna aussitôt satisfaction. Interrogé par Norff, Heinsius objectait que toute négociation était prématurée puisque la paix subsistait encore et qu’en cas de rupture, ce serait la France qui tirerait tous les avantages de la situation48. Revenant à la charge, le mois suivant auprès du roi d’Angleterre, le résident ne recevait pas d’autre réponse et estimait que la chose serait bien malaisée à obtenir49.

  • 50 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. u. Brieve, n° 8, Gallway à Karg, 24 août 1701. D.G., reg. 1494, n° 289.
  • 51 Ennen, op. cit., nos 9, 10, 11, Karg à Gallway les 27 août, 3 et 30 septembre.

24A Vienne pas plus qu’à La Haye, on ne put trouver une oreille favorable. Et la chose se comprend, lorsqu’on songe aux suspicions dont l’électeur y était entouré. On y redoutait un accord entre Joseph Clément et Louis XIV, et tout semblait prouver que c’était chose faite. Guillaume III avait fait sonder l’électeur par lord Gallway : il l’avait engagé à ne pas écouter les propositions d’une puissance étrangère et à refuser l’entrée de ses places aux Français50. Le chancelier Karg lui avait répondu que les sentiments de son maître n’avaient pas varié, qu’il n’avait pris aucun engagement et qu’il garderait la neutralité, aussi longtemps qu’il ne serait pas obligé de prendre les armes « par quelque violence qui le contraigne de songer aux moiens de se sauver par la voye la plus prompte et la plus convenable »51. Il y avait là une réserve importante, car cette « violence », il était aisé de la provoquer au besoin, et c’est bien là-dessus que comptait l’électeur !

  • 52 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. III, p. 550, Guillaume III à Heinsius, 28 août 1701.

25Au demeurant, les voisins de la principauté nourrissaient à son égard des sentiments qui s’accordaient mal avec une neutralité éventuelle. Le roi d’Angleterre engageait Heinsius à communiquer au comte d’Albermale un projet de conquête de la place de Liége, entreprise qui devrait être exécutée en temps opportun !52

  • 53 D.G., reg. 1492, n° 153. Puységur à Chamillart, 21 février 1701 « …nous, en laissant seulement une (...)
  • 54 A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 50, f. 154v, le roi à Desalleurs, résident français à Cologne : « (...)
  • 55 D.G., reg. 1495, n° 64, Boufflers au roi, 17 sept. 1701, cité par de Vault, Ind. b. n° 54 t. I, p. (...)

26Du côté de la France, les généraux disposaient déjà de la principauté comme d’un territoire occupé. L’un d’eux écrivait même que si le roi « vouloit agir offensivement, Liége lui ouvrirait un chemin à de grandes conquêtes »53. Louis XIV d’ailleurs espérait beaucoup du refus des Hollandais d’accorder la neutralité au pays54, et le maréchal de Boufflers lui dénonçait le danger où se trouvait Liége d’être conquise par ceux-ci55.

  • 56 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, lettre du chapitre du 18 juin.
  • 57 Coremans, Ind. b. n° 95, p. 566.
  • 58 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I, Joseph Clément à Boufflers, (...)
  • 59 Dinant fut occupé le 10 septembre (Brouwers, Ind. b. n° 50, t. VII, p. 16, note 2).

27Maîtres des Pays-Bas depuis l’avènement de Philippe V au trône d’Espagne, les Français avaient répandu leurs armées parmi le pays, et certains villages liégeois avaient déjà reçu la visite de ces troupes56. Diverses localités furent mises à contribution par elles et, sur les plaintes de l’électeur et du Conseil privé, le marquis de Bedmar avait promis de prendre des mesures57. Mais loin de cesser, ces exactions continuaient dans le Condroz58, et les villes de Dînant et de Ciney finirent par être occupées59.

  • 60 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. I, pp. 675-676 ; 24 septembre, 22 octobre, 26 novembre.
  • 61 de Vault, op. cit., t. I, p. 141 ; Lamberty, op. cit., p. 677.
  • 62 Lamberty, op. cit., p. 680.
  • 63 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. III, pp. 569 et 576 ; Heinsius à Guillaume III, 25 nov., 2 déc. (...)

28La France entendait en effet brusqueries choses. Le 7 septembre 1701, la Grande Alliance de La Haye avait coalisé l’empereur, le roi d’Angleterre et les Provinces-Unies. Les Hollandais commençaient à élever une fortification sur la montagne St-Pierre, près de Maestricht et répondaient aux protestations de l’évêque, qu’ils ne faisaient qu’user de leur droit60. Aussitôt, Joseph Clément saisit ce prétexte pour prétendre que les États-Généraux avaient placé des troupes près de Herstal dans l’intention de s’emparer de Liége et pour faire appel à l’armée française61. De plus, il se déclara menacé par un déplacement de troupes hollandaises dans le Juliers et ouvrit ses forteresses rhénanes à ses alliés62. On conçoit dès lors qu’Heinsius ait qualifié d’ « amusements » les démarches qu’il entreprenait à La Haye pour la reconnaissance de la neutralité liégeoise63.

  • 64 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 423, Desalleurs à Montrevel, 20 novembre.
  • 65 B.R., ms. II 71 2, Joseph Clément à Berlo, 20 novembre.
  • 66 de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, p. 141.
  • 67 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 316, le roi à Desalleurs, 28 novembre. Dans une lettre à Bouffl (...)
  • 68 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 428-429.
  • 69 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, 22 et 29 novembre ; A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 425.
  • 70 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, 22 et 23 novembre.

29Il s’agissait maintenant, pour Joseph Clément, de faire ouvrir les places de la principauté à l’armée du maréchal de Bouffiers. A cet effet, il ressuscita l’expression démodée de Cercle de Bourgogne et c’est sous l’appellation de troupes auxiliaires de ce cercle qu’il fit recevoir partout les Français64. A Liége, il comptait sur la fidélité absolue du gouverneur, comte de Berlo, auquel il enjoignit d’introduire les soldats du marquis de Montrevel65. L’opération eut lieu pendant la nuit du 21 au 22 novembre66 et réussit à merveille. Le 22 au matin, les Liégeois apprenaient avec colère ce hardi coup d’état. La séance du chapitre fut particulièrement violente. Méan se répandit en clameurs, « excitant le peuple à prendre les armes »67, et réclamant la révocation de Berlo68. Il réussit à arracher à ses collègues toute une série de mesures : défense au gouverneur d’admettre les Français à l’intérieur de la ville, défense au commandant de Huy, de même qu’à celui de Stockent, de recevoir les Français69, protestation solennelle auprès des diverses puissances alliées de la non participation du chapitre dans ces événements70.

  • 71 Joseph Clément avait essayé d’empêcher les Français de sortir de la citadelle, mais ce n’était guèr (...)
  • 72 B.R., ms. II 712, Joseph Clément à Berlo, 3 décembre, de Vault, op. cit., pp. 144-145.
  • 73 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 316-317, le roi à Desalleurs, 28 novembre.
  • 74 D.G., reg. 1496, n° 140, le roi à Boufflers, 28 novembre « …l’électeur de Cologne étant très mal sa (...)
  • 75 D.G., reg. 1496, n° 160, Boufflers à Montrevel, 30 novembre. Le maréchal ordonnait à son lieutenant (...)

30Il fallut pourtant bien se plier à l’évidence : les Français occupèrent la ville de Liége71 et y observèrent une exacte discipline. Us pénétrèrent à Huy, ainsi que dans toutes les villes de la principauté72. Mais les esprits étaient loin d’être apaisés. Méan paraissait même sur le point de soulever le peuple. Aussi le gouvernement de Versailles décida-t-il de réduire à l’impuissance ce dangereux ennemi. Après en avoir informé son ambassadeur à Cologne73 Louis XIV ordonna au maréchal de Boufflers de s’assurer de la personne du doyen74. Le 1er décembre, au moment où, après avoir célébré la messe au chapitre, le grand doyen revenait à sa demeure, un officier français le mit en état d’arrestation, sur le seuil de sa porte. En un clin d’œil, Méan fut enfermé dans un carrosse, puis, à la sortie de Liége, hissé dans une chaise de poste, qui le conduisit jusqu’à Namur75.

  • 76 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 345. D.G., n° 1496, n° 158, 160.
  • 77 D.G., reg. 1496, n° 210.
  • 78 Ce secrétaire fut successivement enfermé à la citadelle à Gand, à Bruxelles, à Namur, puis ramené à (...)

31Ce hardi coup de main était passé presque inaperçu ! Mais les Français avaient l’ordre d’arrêter de même Laurent de Méan, qui avait la réputation d’être encore plus dangereux que son frère, ainsi que Wansoule et les Blisia, les plus redoutables adversaires de la France76. Toutefois, ceux-ci purent se réfugier à temps à Maestricht77, et le marquis de Montrevel dut se contenter de saisir les papiers du doyen et d’arrêter son secrétaire, le chanoine Longrée78.

  • 79 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 350, lettre de Desalleurs du 4 décembre : « cette nouvelle lui (...)
  • 80 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171. Le 2 décembre, le chapitre écrivit au prince et au nonce de Cologne  (...)
  • 81 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 447, Karg à Scarlatti, 13 décembre 1701.

32Lorsqu’il apprit cet événement, Joseph Clément en manifesta autant de surprise que de joie, mais il s’efforça de détromper ceux qui voulaient y voir son œuvre79. Il ne manqua pas de solliciter son allié de donner satisfaction aux plaintes du chapitre, qui réclamait des explications80. Heureux au fond de cette solution, il comprenait bien que sa cause avait été en cela parfaitement servie et que « la raison d’état » justifiait la conduite de ses alliés81.

  • 82 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 447, lettre de La Raudière du 8 déc. Wansoule est d’ailleurs si (...)
  • 83 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 293, le roi à Blainville, 19 janvier 1703. Une députation liége (...)

33Cependant l’enlèvement du « doyen de Liége » avait produit une grosse émotion en Europe. Le nom de Méan était très en faveur à Vienne et à La Haye, et l’attentat était flagrant. Des relations de cet événement, dans toutes les langues, ne tardèrent pas à circuler, et l’empereur s’en prévalut dans son manifeste de guerre. Le pape s’intéressa au sort du captif, car le bruit courait que, de Maestricht, le chanoine Wansoule s’était rendu à Rome dans cette intention82. De son côté, Laurent de Méan alla porter ses griefs à Düsseldorf, puis à Vienne, pendant que les États-Généraux sollicitaient vivement sa libération auprès de Boufflers83.

  • 84 D.G., reg. 1657, n° 183.
  • 85 Il était aussi archidiacre de Campine et le chef du parti de Joseph Clément au chapitre.
  • 86 D.G., reg. 1648, n° 4, Blainville, gouverneur de Namur à Chamillart, 1er avril 1703.
  • 87 D.G., reg. 1839, n° 49. Le 8 novembre 1705, Chamillart écrit à l’évêque de Namur que le roi n’a lai (...)

34De Namur, où il resta six mois enfermé dans la forteresse, le doyen fut dirigé sur Avignon, où il subit le même régime. Mais son sort s’adoucit considérablement grâce aux instances du pape et il obtint, en mars 170384, d’être ramené à Namur par un officier pontifical. Là, l’évêque Berlo de Chockier, son ancien collègue85, le reçut chez lui et le gouverneur de la place lui fit « toutes les honnetetez qu’il put »86. L’électeur de Cologne, qui séjournait alors à Namur, lui fit « faire compliment ». Méan put alors jouir d’une demi-liberté. L’évêque lui servant de caution, il s’était engagé à l’accompagner toujours et à ne plus intriguer contre les Français87. Il mit ses loisirs à profit pour travailler à son élargissement.

  • 88 A.A.E., Correspondance de Cologne, 54, f. 76-77. A la réception du mandement impérial du 9 janvier (...)
  • 89 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 169, Joseph Clément à Siméoni, 19 novembre 1703.
  • 90 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 293, le roi à Blainville.
  • 91 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 193, Joseph Clément à Siméoni, 4 juillet 1704.

35Il est curieux de constater le changement d’attitude de Joseph Clément à son égard ! Le premier moment de satisfaction passé, l’électeur s’était mis à redouter des complications. Il crut devoir se défendre par serment de toute participation à l’enlèvement, devant les accusations multiples dont il était l’objet88. Aussi le désir d’une solution amiable finit par s’imposer à son esprit et il engagea directement des pourparlers avec Louis XIV pour la libération du doyen. « Sa présence, disait-il, ne peut faire à Liége plus de mal qu’elle n’y a fait ; au contraire, elle serait peut-être nécessaire au respect des droits du prince légitime. De plus un acte de clémence qui paraîtrait venir de moi, le gagnerait peut-être définitivement à ma cause »89. Le roi restait sceptique quant au résultat !90. Mais Joseph Clément revenait à la charge avec une ardeur presque comique. « Représentez-lui, écrivait-il à son ambassadeur à Paris, que comme je doy revenir à Liége et vivre avec cet homme là, il me seroit bien plus doux qu’il ne tint qu’à moy sa délivrance, qu’à l’échange des prisonniers ou aux articles de la paix, puisque sans une ingratitude inouïe, il ne pourrait plus m’être contraire et que par là je pourrois le mettre dans mes interest, ce qui ne serait pas d’une médiocre importance pour moy ni pour toute ma maison électorale »91.

  • 92 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 195, lettre de Waldor à Louis XIV, au nom du chapitre, le 27 n (...)

36Et le chapitre cathedral s’associait aux efforts de l’évêque pour solliciter de Louis XIV l’échange de Méan contre celui de l’évêque de Québec et de toute sa suite92.

  • 93 G. Murray, Ind. b. n° 53, t. II, pp. 99-100. Marlborough écrit au secrétaire Hedges le 13 juin 1705 (...)

37Il semble que la santé du grand doyen se soit trouvée fort compromise au cours de ses périgrinations de prison en prison. Son état inspira de sérieuses inquiétudes au cours de l’année 1705 et l’on reparla avec insistance d’un échange de prisonniers. Le duc de Marlborough avait pris la chose particulièrement à cœur, mais se heurtait toujours à l’intransigeance française93.

  • 94 A.E.L., Concl. Cap., 173. Le 20 juin, Méan écrivit au chapitre que l’échange est décidé.

38Les alarmes furent plus vives encore au début de l’année 1709 et l’on se remit à négocier l’échange du doyen contre l’évêque de Québec, toujours prisonnier des alliés. Vers la fin du mois de juin, on arriva à un accord94. Tant d’épreuves avaient brisé les forces et la santé de Méan : il se fit conduire aussitôt à son château d’Atrin en Condroz, où il expira le 18 juillet suivant.

  • 95 Certains aspects restent encore obscurs dans cette personnalité. Il faut espérer qu’il ne sera pas (...)

39Telle fut la destinée d’un des plus remarquables représentants de la famille des Méan ! Sa personnalité apparaît comme dominant de loin ses contemporains liégeois et son rôle fut prépondérant en maintes circonstances. Il se fit le champion souvent victorieux d’un parti qui ne semble pas avoir joué un rôle bien efficace avant lui. Pendant quatorze années, il maintint à Liége le drapeau impérial et, si la violence n’a pas toujours été exclue de ses procédés de gouvernement, il est juste de reconnaître qu’il a payé de sa vie sa fidélité à cette cause. Caractère énergique, activité inlassable, autant qu’intelligence supérieure, plus apprécié d’ailleurs de ses contemporains étrangers, même ennemis, que de ses concitoyens, au point d’être jusqu’ici tombé dans l’oubli, il apparaît bien comme l’un des rares, comme peut-être le seul homme de gouvernement que Liége ait eu au xviie siècle95.

40Son rôle n’est d’ailleurs pas achevé ! Il va revivre dans la personnalité de son frère Laurent, et surtout dans celle du tréfoncier Wansoule, dont les talents de diplomate vont apparaître au grand jour. Il nous faut à présent reprendre le cours des événements là où nous l’avons interrompu, en 1702.

  • 96 Ces édits sont publiés dans Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I.
  • 97 Dans sa réponse à l’empereur, Joseph Clément répliquait que l’affaire du doyen était du ressort de (...)

41Malgré l’acuité de la crise que connaissait l’Europe, les hostilités n’avaient pas encore commencé. On hésitait du côté des alliés à prendre la responsabilité de la rupture. Mais l’entrée des troupes françaises dans l’électorat de Cologne et dans la principauté de Liége paraissait bien une excellente occasion de conflit. Aussi l’empereur publia-t-il trois édits contre Joseph Clément, le 9 janvier 170296. Par le premier, il enjoignait à l’électeur de faire évacuer toutes les places de la principauté par les troupes étrangères, de rompre l’alliance qui l’unissait à la France, et de rendre la liberté au grand doyen de la cathédrale97. Faute de quoi, il serait mis au ban de l’empire. Par le second, Léopold déliait les sujets de Joseph Clément de leur serment d’obéissance, jusqu’à ce que le prince se fût conformé aux ordres impériaux. Par le troisième, il ordonnait à tous les généraux, officiers et soldats qui étaient au service de l’électeur, de quitter ses drapeaux.

  • 98 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 22330, f. 261-264 : Remarques sur les mandements impér (...)
  • 99 Coremans, Ind. b. n° 95, p. 592, Joseph Clément à l’électeur de Mayence, 19 février.

42Joseph Clément y répliqua par de multiples plaidoyers, accusant l’empereur de prendre de telles décisions sans l’avis du collège électoral98, de porter une grave lésion à sa souveraineté territoriale99, cherchant aussi à justifier sa conduite.

  • 100 A.E.L., Inventaire des papiers revenus de Bonn : 1694-1722. A la nouvelle des entreprises audacieus (...)

43Les chanoines réfugiés à Maestricht, avec le frère du grand doyen, s’empressèrent de propager la nouvelle de la déchéance de l’électeur et de porter atteinte de toutes façons à son autorité. Pour calmer l’effervescence des Liégeois, le prince dut prendre les mesures les plus sévères100.

  • 101 Voyez les détails de cette Journée d’États dans Daris, Ind. b. n° 70, xviie s., t. II, pp. 274-276.
  • 102 Le prince T’Serclaes de Tilly, les comtes de Poitiers et de Berghes, le marquis de Leede protestère (...)
  • 103 D.G., reg. 1561, n° 103, Boufflers à Louis XIV, 12 mars, cité par de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, p. (...)

44Cependant Joseph Clément avait ouvert une session des États, le 3 janvier 1702101. Il lui fallait en effet répondre aux demandes des Français qui désiraient voir les forteresses liégeoises remises en état ; d’autre part, son traité d’alliance avait prévu la levée de 5.000 soldats à ses frais et il comptait sur ses sujets liégeois pour tenir parole. Mais l’hostilité contre le prince était générale : c’est à peine s’il trouva cinq ou six chanoines pour le soutenir énergiquement102, On était disposé à lui accorder les 150.000 écus qu’il demandait, mais à la condition qu’il les employât aux démarches nécessaires pour la reconnaissance de la neutralité et à l’exonération du pays ! Joseph Clément s’obstina à réclamer les 150.000 écus « sans aucune condition » et, pour toute réponse, ne reçut pas un centime ! Ainsi les États avaient manifesté une fois de plus, et au grand scandale des Français103, leur indépendance à l’égard du prince. Il est bon de reconnaître ici que leur conduite était parfaitement justifiée, car le prince ne cherchait dans ses démarches qu’à satisfaire les exigences de ses alliés.

  • 104 D.G., reg. 1577, n°s 14, 15, 16 juin 1702. Voir aussi la lettre de Louis XIV à Boufflers le 17 mars (...)
  • 105 de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, p. 176.
  • 106 Bien que dans les conditions d’admission des Français dans la principauté, Joseph Clément eût défen (...)
  • 107 D.G., reg. 1577, n° 59, Chamillart à Vauban, 12 août.

45Pendant ce temps, la citadelle et la chartreuse restaient dans un état lamentable de délabrement, que dénonçait dans ses rapports le maréchal de Vauban104 : pour les préserver de la ruine, on en était réduit, selon l’expression de Boufflers, à recourir « aux expédients »105. Louis XIV abandonna à Joseph Clément le produit des contributions prélevées sur la principauté106 par ses généraux, à condition qu’il restaurât ces ouvrages de défense107. On put ainsi se trouver finalement en état de supporter un siège.

  • 108 Pribram, Ind. b. n° 64, pp. 232-233.
  • 109 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 139, 19 juin 1702 ; Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t (...)
  • 110 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI. Les Hollandais exigeaient (...)
  • 111 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 139, 17 juillet et Liasses du Conseil privé, Ibidem.

46Sur ces entrefaites, la coalition déclara la guerre à Louis XIV, le 15 mai 1702108. Il devenait difficile, on le conçoit, d’escompter un résultat favorable des démarches entreprises pour la neutralité. Le Conseil privé pourtant ne cessa d’engager le prince à rapporter de ses alliés franco-espagnols une reconnaissance formelle de la situation juridique du pays. De plus, il s’inquiétait de l’état du commerce, fort menacé par l’obligation de passeports décrétée par les belligérants109. Les négociations engagées à La Haye se heurtaient aux exigences des Hollandais : la contribution de guerre, que ceux-ci entendaient lever, aurait achevé d’épuiser le pays110 ! Après diverses propositions, une conférence s’ouvrit à Maestricht : en échange de la liberté du commerce, de la suppression des passeports et de l’exemption de toute contribution, les États-Généraux exigeaient 100.000 écus ! On leur en offrit 50.000111, mais sans pouvoir aboutir encore.

  • 112 On peut lire sur les campagnes de Marlborough en Belgique le livre de Mademoiselle Lagrange, Ind. b (...)
  • 113 Le 13 octobre, lettres de Marlborough aux États-Généraux (G. Murray, Ind. b. n° 53, t. I, pp. 45-46 (...)
  • 114 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, f. 183-186. Le 16 octobre le chapitre insista encore, mais en vain, (...)

47L’armée des coalisés avait remporté ses premiers succès. Remontant le cours de la Meuse, sous le commandement du duc de Marlborough, elle enleva successivement les places de Stockem, Venloo, Ruremonde et Stevensweert112. A Liége, les Français prenaient leurs dispositions en vue de soutenir un siège. Le maréchal de Boufflers et le prince de T’Serclaes couvraient la campagne, pendant que la citadelle et la chartreuse étaient mises en état de défense. Toutefois, les rapports des ingénieurs français s’accordaient pour recommander l’abandon d’une place dont le délabrement des murs ne permettait d’augurer rien de bon. De plus, les sentiments de la population étaient hostiles à toute idée de combat dont la Cité serait le théâtre. C’est pourquoi, à peine les Alliés arrivèrent-ils sous les murs de Liége113, que le Chapitre, le Conseil privé et le conseil communal députèrent à Marlborough pour lui demander d’épargner la ville. Le 14 octobre, on se mit d’accord sur les points suivants : les privilèges du pays seront maintenus ; l’attaque des deux forts ne se fera pas par la ville, laquelle sera immédiatement occupée par les Alliés ; tous les fonctionnaires conserveront leur place, à l’exception de ceux qui « pourroient s’estre distinguer contre les intérêts » des alliés ; la liberté du commerce sera maintenue avec les coalisés, mais non avec leurs ennemis114.

  • 115 de Vault, Ind. b. n° 54, t. II, pp. 119-120 ; de Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 245, t. XII, p. (...)
  • 116 R. de Linière, Ind. b. n° 127, p. 36.
  • 117 Et non le 29 décembre comme l’écrit M. de Linière, op. cit., p. 41.
  • 118 B.U.L., ms. 1153 (de Gossuart), f. 30-38 ; D.G., reg. 1557, n° 225. Lamberty, op. cit., t. II, p. 2 (...)

48Quelques jours plus tard, l’attaque de la citadelle fut entreprise. Après trois jours de bombardement, elle fut emportée d’assaut le 23 octobre. Son commandant, de Violaine, et 1 700 hommes de la garnison furent faits prisonniers et conduits à Maestricht115. Ce fut alors le tour de la chartreuse, défendue par M. de Millon, auquel Boufflers avait recommandé de solliciter une capitulation afin d’épargner ses troupes116. Le 29 octobre117, le commandant français se rendit et ses cinq bataillons furent dirigés sur Anvers pour être échangés118.

  • 119 G. Murray, op. cit., p. 49, Marlborough aux États-Généraux, 24 octobre.
  • 120 Il s’intitulait : « général de la cavalerie de l’État des Provinces-Unies, commandant en chef leurs (...)

49Maîtres de Liége, il s’agissait pour les Alliés d’organiser leur conquête. Sur les conseils de Coehorn, qui avait dirigé le siège, on confia le commandement de la place au baron de Trognée, gentilhomme du pays119. Les troupes d’occupation du pays de Liége furent placées sous les ordres du comte Claude de Tilly, général de cavalerie au service des États-Généraux120.

  • 121 A.E.L., Conseil privé de Namur, reg. 1702-1705 des Protocoles : 16 déc. 1702. Daris, op. cit., p. 2 (...)

50Plus délicate était la question de l’organisation politique du pays. Le 30 septembre, la Diète d’Empire avait prononcé la déchéance de Joseph Clément comme prince temporel. Il fallait par conséquent pourvoir au gouvernement de la principauté. A cette fin, l’empereur nomma comme gouverneur de l’État liégeois le comte de Zinzendorff, trésorier héréditaire de l’empire, l’un de ses conseillers les plus dévoués. Mais la situation ne laissait pas d’être compliquée. Joseph Clément en effet n’entendait pas souscrire à la déchéance qui l’avait frappé. Maître de la partie méridionale de la principauté, il prétendit rester le seul prince légitime et convoqua son Conseil privé à Dinant. Mais aucun des membres de celui-ci ne put obéir, à la suite de la défense promulguée par le gouverneur impérial. Alors l’électeur composa un nouveau Conseil privé, à la tête duquel il plaça comme chancelier le comte de Poitiers, et dont le prince T’Serclaes, le comte de Berghes, les anciens bourgmestre de Malte et de Hervé firent partie121. Cet organisme siégea à Namur et administra la partie de la principauté qui sera toujours occupée par les Français.

  • 122 Comment le chancelier de Joseph Clément, autrefois si ardent pour la cause française (voir p. 91) s (...)
  • 123 Celui-ci était rentré à Liége à la suite de Marlborough et va en quelque sorte prendre la successio (...)
  • 124 A.E.L., Protocoles du Conseil impérial, reg. 139, 23 janvier 1703.
  • 125 La convention du 14 octobre 1702 l’avait expressément prévu.
  • 126 Son fils aîné au contraire, Guillaume de Sluse, fut fait secrétaire du Conseil impérial. Mais le pè (...)
  • 127 De Cartier était alors le bourgmestre nommé par le prince, il ne fut pas remplacé. Son collègue Lou (...)
  • 128 De Malte avait accepté en juin 1702 les fonctions de résident espagnol à Liége. (A.A.E, Corresp. de (...)
  • 129 B.U.L., ms. 1153, f. 45-46, 10 novembre 1702.
  • 130 A.E.L., Inventaire des papiers revenus de Bonn, 1694-1722, et Conclusions capitulaires, reg. 171, a (...)
  • 131 Les États-Généraux écrivirent même le 24 octobre 1703 une lettre de réparation (de Lamberty, Ind. b (...)

51De son côté Zinzendorff composa aussi un Conseil, qui reçut le titre de « Conseil impérial » : le chancelier Rosen fut maintenu122 et il eut comme collègues Laurent de Méan123, De Lanaye et l’ex-bourgmestre Plenevaux, ces trois derniers particulièrement dévoués à la cause des alliés124. D’autre part, le gouverneur avait ordonné à plusieurs Liégeois, hostiles au nouveau régime, de se retirer de la ville sans pouvoir s’en approcher de plus de trois lieues125. Furent dans ce cas, le baron de Sluse, conseillé privé126, le bourgmestre de Cartier127, et les anciens bourgmestres de Malte128, Brassines, de Hervé et Hilaire129. Ce ne fut pas la fin de ces mesures, car le parti français était loin d’être maté. En février 1703, on dut expulser le baron de Lamargelle, qui se répandait en discours injurieux à l’adresse des alliés. Deux mois après, Zinzerdorff exila à Maeseyck l’official Clercx qui, non content de ne pas avoir comparu devant le gouverneur sur sa convocation, avait refusé de prêter serment de fidélité à l’empereur130. La méfiance alla même si loin que l’on fit arrêter le chanoine de Sélys, si porté cependant pour les Autrichiens, sur la dénonciation d’une aventurière qui produisit une lettre contrefaite soi-disant adressée au maréchal de Boufflers. La supercherie fut découverte et le chanoine remis en liberté131.

  • 132 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171 : novembre 1702 ; État primaire, Journées d’États reg. 76, décembre 1 (...)
  • 133 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 211. Lettre de Desalleurs, de Namur, le 13 décembre.

52Dès son entrée en fonctions, le gouverneur impérial avait voulu faire acte d’autorité en convoquant les États par l’intermédiaire du chapitre. Mais celui-ci ne crut pas pouvoir prendre cette initiative sans en référer à l’électeur de Cologne, lequel ne voulait pas entendre parler de session en dehors de sa présence. Las d’attendre, Zinzerdorff passa outre et fit d’autorité convoquer les États ; il ne resta d’autre parti au chapitre qu’à s’en excuser auprès du prince. Une quinzaine de bonnes villes seulement envoyèrent leurs députés et l’état noble ne fut représenté que par quatre de ses membres. On vota les impôts habituels132, mais on refusa de lever deux régiments pour le service de l’empereur133.

53On avait aussi résolu d’envoyer des députés au prince : il s’agissait de réclamer d’abord, pour le chapitre, l’administration de l’évêché afin de le soustraire aux alliés, ensuite, d’élaborer un traité qui reconnaîtrait la neutralité liégeoise. Car, et ceci doit être souligné, nos ancêtres n’avaient pas perdu tout espoir à ce sujet : malgré les hostilités commencées, malgré même la conduite si compromettante de leur prince, ils avaient conservé leur ancienne foi dans le principe juridique si souvent invoqué. En dépit de la précipitation des derniers événements, on va les voir entreprendre avec succès de nouvelles démarches à La Haye et à Namur.

  • 134 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 246, Blainville au roi, 28 décembre.
  • 135 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 249-250, Blainville au roi, 30 décembre 1702.

54Les tréfonciers de Stockem et Decharneux se rendirent auprès de l’électeur, auquel ils offrirent 50.000 écus en échange du traité en question134. L’accord fut rapide ; contre le payement annuel d’une pareille somme, on réclamait la liberté du commerce et l’exonération de toute contribution, quelle qu’elle soit. Mais les députés liégeois demandaient que Louis XIV voulût bien apposer sa signature au traité, « afin de cacher aux Hollandais que c’est à son Altesse électorale qu’ils donnent la somme de 50.000 écus par an »135. Il s’agissait en effet, après la conclusion de cet accord, d’obtenir la même grâce des puissances alliées.

  • 136 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 281v, Louis XIV à Blainville, 19 janvier 1703.
  • 137 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 253v-254, Louis XIV à Blainville, 4 janvier : « Je n’ai d’ordre (...)
  • 138 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 304. Blainville au roi, 20 janvier.
  • 139 C’est-à-dire de 200.000 florins de Liége payés annuellement à l’électeur de Cologne (A.A.E., Corres (...)
  • 140 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. V ; A.A.E., Corresp. de Liég (...)

55Après examen, Louis XIV voulut bien faire part de son acceptation de principe136, mais en ayant soin de souligner qu’il n’accordait cette neutralité qu’en considération de son allié, l’électeur de Cologne137. Les délégués liégeois, de retour à Namur, demandèrent une nouvelle concession sur l’article des passeports et obtinrent satisfaction138, Enfin, le 18 février 1703, un traité fut signé garantissant les points suivants : moyennant le payement annuel de 50.000 écus139, la principauté sera exempte de « toutes contributions et demande », de quelque na^ ture qu’elles soient, de la part de la France et de l’Espagne. Le commerce sera entièrement libre, aucun passeport ne sera demandé, les habitants du pays pourront librement « aller, venir et séjourner » partout, sauf dans les places occupées par les forces militaires140.

  • 141 Voir mon article du Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1926.
  • 142 Voir 2e partie, chap. II.

56Pour être pleinement efficace, cette négociation devait se couronner par un succès analogue à La Haye.’ Mais ici la tâche semblait devoir être plus difficile. N’allait-on pas en effet se heurter à la mauvaise volonté traditionnelle de la cour de Vienne à l’égard de la neutralité liégeoise et n’allait-on pas voir se reproduire les événements de 1674141 et de 1689142 ? Tout l’Empire, en effet, s’était prononcé pouf la guerre et, de celle-ci, il n’était pas juridiquement possible à la principauté de s’abstraire. De plus, le prince de Liége, en se déclarant ouvertement pour la France, ne rendait-il pas vains d’avance tous les efforts de ses sujets ? Il en aurait été sans doute ainsi si les Liégeois n’avaient pu se prévaloir, comme en 1689, que de la situation extrême où devait les jeter une participation à la guerre. Mais, en 1703, ce n’était plus les sujets d’un Jean Louis d’Elderen qui s’adressaient à l’étranger ; c’était ceux d’un Joseph Clément de Bavière, électeur de Cologne, frère du gouverneur des Pays-Bas et évêque de plusieurs diocèses allemands ! Aussi a-t-on vu Louis XIV n’accorder satisfaction aux sujets de son allié qu’en considération toute spéciale des intérêts de celui-ci. Et dès lors, le désir de ménager un prince puissant, quoique ennemi, le désir aussi d’afficher une générosité égale à celle du monarque français motivent suffisamment la résolution des Provinces-Unies.

  • 143 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI ; État primaire, reg. 76, (...)
  • 144 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 407, t. XII, p. 159.

57Le 31 mars 1703, 1e chanoine de Sélys et le baron de Horion conclurent à La Haye un traité analogue à celui du 18 février : moyennant le payement annuel d’une somme de 180.000 florins, le pays de Liége serait tenu quitte de toute contribution à l’égard des alliés-et jouirait de la liberté du commerce143. Toutefois, les Liégeois n’obtinrent pas ici que cette liberté s’étendît aux territoires occupés par les Français ou leurs alliés144. Ces deux traités ne furent conclus que pour l’espace de trois ans, car une paix ou une trêve pouvait intervenir avant cette échéance.

  • 145 L’impôt du soixantième denier sur les entrées et les sorties des marchandises, qui n’avait jusqu’al (...)

58Il faut remarquer encore que, dans aucun de ces deux textes, le mot de neutralité n’est prononcé. C’est pourquoi il semble bien que, malgré ce double succès, le principe lui-même reste dans sa phase de déclin. On semble avoir peur du mot. Car si le mot ne s’y trouve pas, la chose, elle, est clairement exprimée. Seulement, ce n’est plus la neutralité gratuite de jadis, c’est une neutralité achetée. Mais, lorsqu’on envisage la modicité relative des sommes que les Liégeois s’engagent à verser aux belligérants, on se rend compte de l’avantage énorme qu’ils pouvaient en retirer. De plus, la liberté du commerce, qui leur était garantie, allait, chose significative, augmenter en temps de guerre leurs revenus financiers dans la perception des douanes145.

  • 146 En 1703, on rétablit l’impôt sur le froment et le seigle connu sous le nom d’ « œil du moulin » qui (...)
  • 147 En 1705, par exemple, les frais atteignirent 2.083.000 florins ; en 1704, ils avaient été encore su (...)

59Pourtant, il ne faudrait pas se faire illusion ! La situation matérielle du pays n’en sera pas fort améliorée, Tout d’abord, les dettes contractées pendant la dernière guerre obéraient à tel point les budgets qu’il fallut créer une caisse spéciale d’amortissement. Ensuite, la principauté ne fut pas à l’abri de toute dévastation, ni surtout de toute réquisition. Les nombreux sièges que ses places eurent à subir, les logements militaires qui lui furent parfois imposés, le pillage des campagnes par les armées qui traversaient son territoire, tout cela contribuait à entretenir la misère passée et parfois à l’étendre encore. Enfin, pour équilibrer les budgets et assurer le payement des sommes promises à l’étranger, il fallut recourir à l’augmentation des impôts et à la levée de tailles146. C’est ainsi que certains budgets atteignirent deux millions de florins, c’est-à-dire près du double de ceux d’avant la guerre147.

  • 148 G. Murray, Ind. b. n° 53, t. I, p. 102. Marlborough à Coehorn : 19 mai 1703.

60Les opérations militaires intéressèrent vivement la principauté pendant la campagne de 1703. La conservation de la forteresse de Liége avait d’abord été l’objet des soins des alliés : son état était si piteux que plusieurs généraux en proposaient la démolition148. Cependant Coehorn fit décider son maintien, et de nouveaux travaux y furent entrepris.

  • 149 de Vault, Ind. b. n° 54, t. III, p. 32 ; Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 284-285.
  • 150 R. de Linière, Ind. b. n° 127, pp. 45, 54 et suiv. ; Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 461.
  • 151 de Vault, op. cit., t. III, pp. 113-119, 120 ; R. de Linière, op. cit., pp. 57-63.
  • 152 de Vault, op. cit., t. III, pp. 131-132.

61L’armée française avait tenté une opération sur Maestricht et s’était emparée de Tongres149. Mais elle dut bientôt se replier pour essayer de protéger la place de Huy dont les Anglais entreprirent le siège150. La forteresse, vaillamment défendue par M. de Millon, l’ancien gouverneur de la chartreuse, capitula le 26 août, à des conditions honorables151. Le mois suivant, le duc de Marlborough s’emparait de Limbourg152.

  • 153 Le ministre Chamillart écrivait à M. de Millon le 8 août 1703 « Vous observerez, s’il vous plaist, (...)

62Joseph Clément assistait impuissant à l’envahissement progressif de ses États : son électorat venait aussi d’être conquis par les alliés. Privé de toute initiative dans le domaine militaire, par le soin des ministres français153, il s’en consolait en festoyant tantôt à Versailles et tantôt à Namur.

  • 154 Au reste, le récit en a été fait par Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 284 et suiv.

63Nous n’entrerons pas dans le détail des opérations militaires des années subséquentes. Le récit en serait en effet d’une fâcheuse monotonie et ne présenterait guère d’intérêt. Même dans la très faible mesure où les Liégeois ont dû plus ou moins y prendre une part indirecte, l’histoire n’en peut retenir grand’ chose154. On se bornera seulement à donner quelques détails sur la campagne de 1705, la seule qui ait directement intéressé nos ancêtres.

  • 155 de Vault, Ind. b. n° 54, t. V, pp. 10, 22.
  • 156 de Vault, op. cit., pp. 24-25.
  • 157 D.G., reg. 1835, n° 179, Villeroy au roi le 28 mai : « L’alarme est grande dans ce pays, plusieurs (...)
  • 158 D.G., reg. 1835, n°s 232, 235-236, 254, 265-267 ; de Vault, op. cit., pp. 27-30 ; Murray, Ind. b. n (...)
  • 159 de Vault, op. cit., pp. 31-33.
  • 160 D.G., reg. 1835, n° 298, lettre de Bernières du 17 juin. Daris, op. cit., pp. 288-289.

64Sur les instances réitérées de Maximilien Emmanuel, le maréchal de Villeroy s’était décidé au début de l’année 1705 à faire de Huy et de Liége l’objectif de la campagne155. L’armée française se mit en mouvement vers la fin du mois de mai, et l’investissement de la première de ces places commença156. La nouvelle s’en répandit aussitôt dans la principauté et y souleva une vive alarme et même une véritable panique157. La ville de Huy fut prise le 31 mai, ses derniers forts capitulèrent le 11 juin158. Villeroy dut alors détacher une partie de ses forces pour secourir l’armée de la Moselle, mais, comme Louis XIV lui laissait la liberté d’entreprendre le siège de Liége, il résolut de marcher sans perdre de temps sur la Cité159. Le 16 juin, les Français campaient à Fexhe. Les Liégeois désiraient avant tout éviter les rigueurs d’un siège ou d’une prise d’assaut. C’est pourquoi, ils s’empressèrent de parlementer avec les envahisseurs et de proposer la reddition de la ville sous certaines conditions. Mais ils faisaient remarquer que les commandants hollandais de la citadelle et de la chartreuse disposaient des portes de la ville et qu’ils ne pouvaient répondre que d’eux-mêmes160.

  • 161 D.G., reg. 1835, n° 300, Villeroy à Louis XIV. Il ajoutait qu’il fallait faire savoir à Karg que l’ (...)

65L’électeur de Bavière accueillit fort bien les sujets de son frère et essaya de leur donner satisfaction, mais le maréchal de Villeroy était outré de voir de vulgaires bourgeois venir discuter au lieu de capituler et il s’oubliait jusqu’à écrire à son roi : « Ces canailles exigent des conditions honteuses à escouter »161. Il réclamait la remise immédiate des portes de la ville.

  • 162 D.G., reg. 1835, n° 306 ; de Vault, Ind. b. n° 54, t. V, p. 34 ; Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle (...)

66Devant les menaces du maréchal, les Liégeois essayèrent de persuader aux officiers hollandais d’évacuer la ville et de se retirer dans les deux forteresses. On finit par arriver à un accord et l’armée française entra dans la Cité le 18 juin162.

67La situation de celle-ci était délicate. Jouissant jusqu’ici d’une neutralité de fait, elle tenait à rester fidèle à ses engagements. Ses représentants avaient cherché de toutes façons à s’assurer le bénéfice d’un traitement particulier de la part des belligérants, et forcés de recevoir les Français, ils s’en étaient excusés auprès des alliés. Ils réclamèrent la présence de leur évêque, garantie probablement efficace de leur sûreté. Mais celui-ci ne daigna pas ou n’osa pas accompagner son frère, au cours de cette campagne. Il est vrai que la vie joyeuse de la cour de Versailles absorbait alors tous ses instants.

  • 163 Murray, Ind. b. n° 53, t. II, p. 218, Marlborough aux États-Généraux, 23 juin.
  • 164 Murray, op. cit., p. 120, Marlborough au prince de Saxe-Zeits, 20 juin : « j’ai peur, écrivait-il, (...)

68Les bourgeois avaient obtenu que l’attaque de la citadelle ne se fît point par l’intérieur de la ville. Faute d’artillerie suffisante, Villeroy ne put en entreprendre le siège sur le champ163 ; ce retard lui fit manquer l’occasion de s’en emparer. Marlborough, en effet, se retirant devant l’armée du maréchal de Villars, se dirigeait à marches forcées vers la Meuse : il voulait à tout prix sauver Liége164.

  • 165 de Vault, op. cit., pp. 37, 38, 40 ; Daris, op. cit., pp. 290-291.

69A cette nouvelle, Villeroy jugea prudent de ne pas attendre son ennemi. Il fit sortir son artillerie de la ville et la ramena à Huy. Lui-même quitta la Cité dans la nuit du 26 au 27 juin pour aller camper près de Tongres165. Puis apprenant que Marlborough venait de franchir la Meuse à Visé, il se retira sur Landen.

  • 166 de Vault, Ind. b. n° 54, t. V, pp. 44-49. Les deux sièges de l’année 1705 coûtèrent à la ville de H (...)

70Les Hollandais réclamaient le siège de Huy. Les Français, estimant que cette place ne méritait pas une bataille, la laissèrent investir. Le 11 juillet la forteresse retomba au pouvoir des alliés, ainsi que toute la Hesbaye liégeoise166.

  • 167 A.E.L., État primaire, Journées : reg. 70, f. 223v-225. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, (...)

71Pendant cette même année 1705, les Liégeois s’empressèrent de faire renouveler, avec la France et les Provinces-Unies, leurs conventions qui étaient sur le point d’expirer. Ils réussirent à les faire proroger pour un nouveau terme de trois ans, moyennant le payement des mêmes sommes, c’est-à-dire de près de 500.000 florins de Liége, annuellement167.

  • 168 Ainsi pendant l’hiver de 1705 à 1706, il y eut à Liége 14 bataillons et 15 escadrons en garnison (A (...)
  • 169 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. VI, p. 144 : mémoire du 29 décembre 1710.
  • 170 Le cercle de Westphalie notamment réclama maintes fois le payement d’arriérés importants aux Liégeo (...)

72Pourtant l’exécution ponctuelle par les Liégeois de ces engagements ne les mit pas toujours à l’abri des exigences spéciales des alliés. Aussi les protestations et les plaintes ne sont-elles pas rares au cours de cette période. Tantôt, il s’agit de loger de nombreux bataillons aux quel son assigne des quartiers d’hiver dans le pays de Liége168, tantôt ce sont des troupes de passage qui commettent des dévastations169, tantôt ce sont les généraux de la coalition qui émettent des prétentions nouvelles sur les obligations pécuniaires des Liégeois170.

  • 171 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI. C’est le 27 mai 1704 que (...)
  • 172 Dubois, Ind. b. n° 106, p. 195.
  • 173 Tous ces épisodes sont rapportés dans l’article ci-dessus mentionné. En novembre 1715, le commandan (...)
  • 174 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 303-313 : treize plaintes individuelles ou collectives de bour (...)
  • 175 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 258-259.
  • 176 A.E.L., État primaire, recès des députés, reg. 35, f. 89v-90, 3 novembre 1714.

73Les exigences les plus caractéristiques sont certainement celles des Hollandais. On sait combien il leur importait de pouvoir disposer à leur gré des principales places du pays. Aussi avaient-ils mis une forte garnison dans les forteresses de Liége et de Huy. Leur but était évident : maîtres de ces places pendant la guerre, ils pourraient bien le rester après la paix ! Aussi se conduisent-ils comme s’ils ne devaient jamais quitter ces villes. L’histoire de leur occupation n’est qu’un long conflit avec les administrations communales de Huy et de Liége. Ici, leur commandant, de Rochebrune, émet la prétention de considérer comme partie intégrante de la citadelle les habitations voisines de l’enceinte. De plus, il fait percevoir une taxe d’entrée sur les marchandises étrangères, au profit des États-Généraux naturellement171. A Huy, le conflit fut plus grave. Le gouverneur hollandais, de Cronstrom, était un homme « brutal et rapace »172. Il se faisait accorder, ainsi qu’à ses officiers, le logement, le mobilier, indépendamment d’une « indemnité mensuelle ». Il en profitait pour « traiter royalement », aux frais de la ville, les convives qu’il recevait. Aussi ses exigences croissaient sans cesse ! Le magistrat s’étant fatigué du rôle de dupe et ayant opposé un refus à ces prétentions, Constrom le fit incarcérer173. D’autre part, les soudards hollandais commirent de nombreuses violations de domicile, opérèrent des réquisitions, brutalisèrent certains bourgeois174, si bien que la commune en appela à son prince175. Sollicité de se prononcer sur les griefs des Liégeois et des Hutois, l’empereur promit de leur faire donner satisfaction176, mais en vain.

  • 177 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 297.
  • 178 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. VII, pp. 106-107.

74La guerre poursuivant son cours, il fallut encore en 1709 renouveler les conventions pécuniaires de 1703 avec la France et la Hollande177. Mais le moment des négociations approchait et chacun pressentait que la paix ne pouvait plus se faire longtemps attendre. Aussi, lorsqu’au début de 1712, les Liégeois se virent, pour la troisième fois, à la veille de l’échéance de leurs obligations, ils tâchèrent d’obtenir des conditions favorables pour une nouvelle prorogation des traités. Ils n’obtinrent pourtant aucune concession, si ce n’est la garantie de pouvoir suspendre leurs payements aussitôt la paix conclue178.

  • 179 Ainsi d’après un mémoire adressé en 1731 par le bourgmestre Chaumont aux États du pays, la ville de (...)
  • 180 Voir par exemple Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 297, pour Liége ; Dubois, Ind. b. (...)

75La principauté tout entière n’était pas en effet dans une situation très brillante. Les charges qui pesaient sur certaines localités étaient bien lourdes179 et surtout le terrible hiver de 1709 avait causé d’épouvantables ravages et une cruelle disette de blé180. Le pays restait partagé en deux régions, dont l’une reconnaissait l’autorité directe de l’empereur, tandis que l’autre continuait à obéir à Joseph Clément. ’

  • 181 Rosenlehner, Ind. b. n° 154.
  • 182 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. VI, pp. 650-656.
  • 183 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Br., n° 65, Joseph Clément à Karg, 29 avril 1711.

76Celui-ci avait été mis le 29 avril 1706 au ban de l’Empire par le nouveau souverain, Joseph I. Son frère, l’électeur de Bavière, avait été frappé de la même peine. Réduits l’un et l’autre à la souveraineté de quelques territoires du sud-est des Pays-Bas, ils ne pouvaient plus attendre leur salut que du triomphe des armes de leur royal allié. Mais la fortune semblait bien peu favoriser le Grand Roi. Les désastres militaires subis en Flandre et en Brabant, la perte momentanée de la monarchie espagnole ne permettaient guère d’augurer la victoire finale. Aussi l’Empire ne croyait pas devoir user de ménagement à l’égard des deux électeurs. A la mort de Joseph I, en 1711, Joseph Clément et son frère ne furent pas invités par le collège électoral à participer à la nomination du nouvel empereur181. Joseph Clément s’en plaignit, essaya une fois encore de justifier sa conduite182 et de faire annuler la sentence qui le frappait183, mais ce fut en vain.

77Les douze années que le prince dut passer à l’étranger furent mises à profit par certains de ses sujets. Bien curieuse et fort imporante serait l’histoire du gouvernement de la principauté pendant l’exil de Joseph Clément. L’aborder ici serait toucher de manière trop exclusive à l’administration interne et au gouvernement constitutionnel de l’État, objets qui ne rentrent pas dans le cadre de ce travail. Cependant il est indispensable de caractériser très brièvement le rôle des divers organismes centraux.

78On a vu que l’empereur avait délégué un gouverneur particulier pour présider à l’administration du pays. Après le comte de Zinzendorf, rappelé à Vienne vers la fin de 1705 pour y occuper d’éminentes fonctions, on eut le baron de Wels. Celui-ci gouverna en général avec le concours du conseil impérial et l’assentiment du chapitre.

  • 184 Voyez par exemple comment en 1705 et en 1711 le chapitre a pris en mains le gouvernement de l’État. (...)

79Toutefois il faut signaler l’influence toujours plus grande que s’arroge celui-ci. Depuis la mort de Maximilien Henri, le rôle du chapitre avait été de plus en plus effectif. Grâce aux « capitulations » qu’il avait imposées aux évertues, il avait réussi à faire rentrer dans la sphère de son activité une série de matières qui, normalement, lui échappaient. Il n’avait jamais reculé lors des conflits engagés contre le prince et, maintenant que ce dernier était absent, il se considérait comme la seule autorité souveraine sous l’égide impériale184.

  • 185 Voir A.E.L., Protocoles du Conseil impérial, reg. 142 et 143.
  • 186 Il fut chargé par le gouverneur de plusieurs négociations en Hollande.

80Si le conseil impérial exerçait l’autorité effective dans l’État, il n’était guère qu’une émanation du chapitre. D’abord fort restreint, il finit par compter une douzaine de membres185, dont le baron de Méan était véritablement le chef186. Aux côtés de ce dernier brillaient surtout le bourgmestre Louvrex et le tréfoncier Wansoule. Celui-ci notamment était le diplomate le plus délié du chapitre et nous aurons l’occasion de le voir à l’œuvre aux futures négociations de paix.

  • 187 Je ne puis aborder l’examen de la mission du bourgmestre Hodin à Vienne en 1706-1707, aux fins de f (...)

81Quant aux États, ils ne furent pas les derniers à profiter de l’absence du prince. On peut dire qu’ils siégèrent en permanence de 1702 à 1715, et lorsque Joseph Clément put rentrer dans sa capitale, il les trouva plus entêtés et plus audacieux que jamais187.

82En somme, on doit le reconnaître, c’est le gouvernement central qui sortit énervé de cette crise, au plus grand profit des autres organes constitutionnels de l’État. Il est toutefois piquant de constater que, trente ans après l’ordonnance de 1684, l’autorité princière se voyait battue en brèche par des institutions autrement puissantes et autrement organisées que la Commune réactionnaire dont elle avait fini par triompher, sans pouvoir s’y substituer.

Notes

1 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 261-262. Édit du 9 février 1699 accordant un sursis général de sept années aux débiteurs de rentes et de « muids fonciers » et stipulant en outre qu’une acquisition de biens saisis, pour être valable, devait avoir été faite avec la publicité requise.

2 C’est ainsi que le budget de la Cité de Liége accusa, pour l’année 1699-1700, 112.910 florins de recettes et 113.493 florins de dépenses alors que le budget avait constamment dépassé 800.000 florins pendant la guerre (Bormans, Ind. b. n° 82, p. 388).

3 En 1698, les charges de l’État avaient encore été de 1.202.065 florins alors que les recettes n’avaient été que de 693.974 florins. Aussi les États maintinrent-ils en 1699 tous les impôts existants (Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 264).

4 Voir p. 85.

5 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 75, f. 278, Lettre de Norff, 6 janvier 1699.

6 On avait emprunté à 12½ % et l’on demandait une réduction de 2½ %, en promettant de payer tous les arriérés sur le pied de 12½ % ; de plus, on acceptait l’annulation de la réduction si l’on demeurait encore en retard de deux années.

7 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 75, f. 283-286. Certains créanciers s’étaient montrés satisfaits mais comme les sommes dont on disposait alors ne pouvaient contenter qu’un fort petit nombre de créanciers, les autres refusèrent toute transaction.

8 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 266. Les impôts de 1699 avaient produit 567.500 florins et les arrérages de rentes réclamaient 529.160 florins !

9 Voir 3e partie, ch. II, in fine.

10 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 216, 222-223. Lettres de La Raudière, 4 mai, 13 juin 1700.

11 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 256. La Raudière, 10 décembre 1700.

12 « C’est ledit chapitre qui barre toujours icy l’authorité de l’evesque et prince » écrit La Raudière, le 25 avril.

13 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 213-214.

14 Le concours de Berlo lui était d’autant plus assuré qu’en 1697 celui-ci avait refusé d’obtempérer aux ordres du Conseil privé et qu’en 1699 le chapitre avait mis arrêt sur ses gages (A.E.L., Inventaire des papiers revenus de Bonn, 1694-1721).

15 Il avait été grand maïeur de l’électeur Maximilien Henri.

16 Relégué au second plan par Méan, le baron de Roost s’était entièrement attaché à l’électeur.

17 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 270.

18 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 219-220, 313-314, 337-338, 347-350.

19 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 288-292. Le but de l’électeur semble avoir été de décider le chapitre à entretenir plusieurs régiments d’infanterie, du moins d’après les lettres de La Raudière. Aucune satisfaction ne lui sera d’ailleurs accordée. (Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 270).

20 A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 50, f. 27-34. J’ai connu trop tard pour l’utiliser comme il conviendrait le livre de M. Braubach, Die Politik des Kurfürsten Josef Clemens von Köln… (1701-1703), (Bonn, 1925).

21 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 304. Lettre du Conseil privé à Joseph Clément, 12 février.

22 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I ; A.A.E., Ibidem, f. 319.

23 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 57, La Raudière, 16 décembre 1700.

24 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, février 1701.

25 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, f. 59-60V, 16 mars 1701 ; A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 326-327.

26 Outre le désir de contenter leurs voisins sur cette question, les Liégeois considérèrent d’un mauvais œil la levée de deux bataillons ordonnée par le prince au profit de la France, à ce moment même (de Vault, Ind. b. n° 56, t. I, p. 18).

27 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 271.

28 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 337-338.

29 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 208-209, lettre de La Raudière du 11 janvier 1700.

30 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 211, La Raudière, 11 avril.

31 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 257-259, 393-395, 441-442.

32 Le baron de Ville redoute que les sentiments des Clercx n’aient changé mais la conduite prochaine de ceux-ci va bien le détromper.

33 On sait qu’en 1694 les Surlet avaient suivi Méan lors de l’élection épiscopale, tout en gardant leurs sympathies françaises.

34 Hinnisdael avait abandonné Furstenberg pour Joseph Clément en 1694, mais ses sentiments n’avaient pas varié à l’égard de la France.

35 On y voit encore le prince de Nassau, le marquis de Leede, le comte de Berghes, le chanoine Decharneux, tous très portés pour la France.

36 Il mourut le 10 mars 1702 (Foullon, Ind. b. n° 15, p. 463).

37 Le grand doyen « est d’un très grand mérite, sans humeur et très exemplair ; il fit manquer l’élection l’an 1688 du cardinal de Furstenberg pour faire eslire J. L. d’Elderen son ami et avoir sa place de grand doyen et fit déclarer Liege contre le Roy. Il est seur que son panchant est pour l’empereur, mais je dois dire que les parolles qu’il dona à la dernière élection et pour faire manquer la coadjuterie de Liége, il les a toutes tenues, je laisse a peser si il est plus a propos pour le service de gaigner cet homme (qui sera toujours le chef du chapitre) ou de le perdre : car si l’on ruine ses terres corne l’on fit l’an 1688, il n’en deviendra pas plus nostre ami : l’on pouroit, s’il me semble, luy faire ressentir le pouvoir et luy fair entrevoir quelques espérances : mais je crois que l’on peut se fier a ses parolles. »

38 On y distingue encore Neufcourt, autrefois partisan de la France, d’Oultremont, etc.

39 L’écolâtre et son frère, écrit de Ville « m’ont servi d’homes de confiance dans tous les temps ».

40 Celui-ci paraît avoir été très en faveur auprès de Joseph Clément dont il est presque toujours le porte-parole aux Journées d’États.

41 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 439-440.

42 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I, Joseph Clément à Valdor, le 21 mai 1701. Le 28 mai Valdor écrivit qu’il attendait une réponse de Torcy sur les propositions liégeoises.

43 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 358. Le 16 avril le chancelier Karg écrivait au baron de Voordt-Cortenacken « …le ministre impérial nous ayant fait entendre que l’empereur non plus que le roy d’Angleterre et Mrs les États Généraux ne pouvoient approuver de neutralité si contraire a leurs interests ». Le 1er mai Joseph Clément fait dire aux États que les ministres des cours alliées « ont témoigne que leurs principaux ne seroient pas trop satisfaits, leur paraissant que la ditte neutralité en la manière qu’on la demande, seroit trop avantageuse aux deux couronnes » (A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 368).

44 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 370, le Conseil privé à Joseph Clément, 6 mai.

45 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, mai 1701. A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 376-377.

46 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, Lettres du 4 et 13 juin. A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 383, 29 mai.

47 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 386-389.

48 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI, Norff à Joseph Clément, le 24 juin. Le 27, le prince répondait que « quand bien même cela seroit, on ne nous en pourroit rien imputer, mais qu’on devroit s’en prendre à la malheureuse situation de nos païs ».

49 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem, Lettre de Norff le 22 juillet.

50 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. u. Brieve, n° 8, Gallway à Karg, 24 août 1701. D.G., reg. 1494, n° 289.

51 Ennen, op. cit., nos 9, 10, 11, Karg à Gallway les 27 août, 3 et 30 septembre.

52 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. III, p. 550, Guillaume III à Heinsius, 28 août 1701.

53 D.G., reg. 1492, n° 153. Puységur à Chamillart, 21 février 1701 « …nous, en laissant seulement une garnison clans la citadelle et la chartreuse de Liege, nous sommes sûrs de cette place et du pays ; et quand le roi voudra, il tirera du pays de Liege seul, de l’argent suffisamment pour payer le subside qu’il donne à M. l’électeur de Cologne ! Avec Liege nous avons par la Meuse tous les convois que nous voudrons pour nos armées… » (de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, pp. 32-33).

54 A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 50, f. 154v, le roi à Desalleurs, résident français à Cologne : « Le refus des Hollandais au sujet de la neutralité du pays de Liege est une bonne raison pour l’électeur de Cologne de songer de leurs costes a la défense de ses Estats… ».

55 D.G., reg. 1495, n° 64, Boufflers au roi, 17 sept. 1701, cité par de Vault, Ind. b. n° 54 t. I, p. 121.

56 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, lettre du chapitre du 18 juin.

57 Coremans, Ind. b. n° 95, p. 566.

58 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I, Joseph Clément à Boufflers, 9 octobre.

59 Dinant fut occupé le 10 septembre (Brouwers, Ind. b. n° 50, t. VII, p. 16, note 2).

60 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. I, pp. 675-676 ; 24 septembre, 22 octobre, 26 novembre.

61 de Vault, op. cit., t. I, p. 141 ; Lamberty, op. cit., p. 677.

62 Lamberty, op. cit., p. 680.

63 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. III, pp. 569 et 576 ; Heinsius à Guillaume III, 25 nov., 2 déc. 1701.

64 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 423, Desalleurs à Montrevel, 20 novembre.

65 B.R., ms. II 71 2, Joseph Clément à Berlo, 20 novembre.

66 de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, p. 141.

67 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 316, le roi à Desalleurs, 28 novembre. Dans une lettre à Boufflers, le roi écrivait : « La ville de Liege est peuplée d’une multitude de gens qui seroient a craindre si la garnison n’etoit pas assez forte pour les contenir » (D.G., reg. 1528, n° 117, cité par de Vault, op. cit., p. 143).

68 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 428-429.

69 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, 22 et 29 novembre ; A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 425.

70 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, 22 et 23 novembre.

71 Joseph Clément avait essayé d’empêcher les Français de sortir de la citadelle, mais ce n’était guère possible (B.R., ms. II 712, Joseph Clément à Berlo, 24 novembre). Louis XIV ordonna de laisser à Liége 14 bataillons et autant d’escadrons (D.G., reg. 1528, n° 122).

72 B.R., ms. II 712, Joseph Clément à Berlo, 3 décembre, de Vault, op. cit., pp. 144-145.

73 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 316-317, le roi à Desalleurs, 28 novembre.

74 D.G., reg. 1496, n° 140, le roi à Boufflers, 28 novembre « …l’électeur de Cologne étant très mal satisfait de la conduite qu’a teneu son chapitre de Liege et des intrigues et liaisons que le seigneur de Mean, qui en est le doyen, entretient depuis longtemps avec les Hollandais au préjudice de ses interests, de son service et de l’avantage de son pays, je vous adresse une lettre que j’écris au sieur de Ximenes pour le faire arrêter et le faire conduire à Namur avec une escorte assez forte pour qu’il ne puisse pas être enlevé en chemin. Vous demanderez un ordre au marquis de Bedmar pour celui qui commande dans le château dudit Namur et qu’il le tienne sous bonne sauvegarde. Cet exemple fera rentrer les autres dans leur devoir et rendra le peuple de Liege plus soumis. Ne perdez point de temps pour l’exécution de cet ordre qui demande la diligence et du secret… » (de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, pp. 145-146).

75 D.G., reg. 1496, n° 160, Boufflers à Montrevel, 30 novembre. Le maréchal ordonnait à son lieutenant d’avoir en outre un cheval pour que le doyen le puisse monter en cas d’accident. Mais il est peu probable que Méan soit arrivé à Namur « lié sur un cheval » ainsi que l’ont prétendu son frère (D.G., reg. 1496, n° 187) et la relation alors imprimée de l’enlèvement. — Mémoires de Saint-Simon, IX, p. 318.

76 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 345. D.G., n° 1496, n° 158, 160.

77 D.G., reg. 1496, n° 210.

78 Ce secrétaire fut successivement enfermé à la citadelle à Gand, à Bruxelles, à Namur, puis ramené à Liége en août 1703 ; on lui rendit alors la liberté. (A.A.E., Corresp. de Cologne, 54, f. 614 ; Lamberty, Ind. b. n° 55, t. I, p. 680).

79 A.A.E., Corresp. de Cologne, 51, f. 350, lettre de Desalleurs du 4 décembre : « cette nouvelle lui a donné à la fois beaucoup de surprise et de contentement, il souhaitte seulement pour ne point s’attirer des affaires à la Cour de Rome qu’il paroisse n’avoir aucune part en tout cela et que le public soit persuadé que la chose provient d’ailleurs ».

80 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171. Le 2 décembre, le chapitre écrivit au prince et au nonce de Cologne ; le 9, il écrivit au pape ; le 30, il demandait encore à connaître les griefs allégués contre Méan.

81 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 447, Karg à Scarlatti, 13 décembre 1701.

82 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 447, lettre de La Raudière du 8 déc. Wansoule est d’ailleurs signalé à Rome le 15 mars 1702.

83 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 293, le roi à Blainville, 19 janvier 1703. Une députation liégeoise à La Haye en 1703 obtint de lord Cutts l’intervention de la reine d’Angleterre. Celle-ci négocia, mais en vain, l’échange de Méan contre le général français Violaine lequel insistait pourtant en faveur de cette combinaison. (Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 410).

84 D.G., reg. 1657, n° 183.

85 Il était aussi archidiacre de Campine et le chef du parti de Joseph Clément au chapitre.

86 D.G., reg. 1648, n° 4, Blainville, gouverneur de Namur à Chamillart, 1er avril 1703.

87 D.G., reg. 1839, n° 49. Le 8 novembre 1705, Chamillart écrit à l’évêque de Namur que le roi n’a laissé à Méan cette demi-liberté qu’à la condition de ne plus se mêler de rien, or il apprend que le doyen reçoit les membres de sa famille et qu’ils complotent comme s’ils étaient à Liége. Si cela ne cesse pas, ajoute le ministre, on l’enverra dans une forteresse. L’évêque répondit (D.G., reg. 1839, n° 87) que ces bruits étaient faux, que Méan ne se mêle pas de politique et que, s’il reçoit parfois un de ses frères, c’est uniquement pour s’occuper de son élargissement. (Ce que confirme une lettre adressée par un de ses frères au grand doyen le 17 avril 1703. D.G., reg. 1648, n° 183, 195). Qu’au surplus lui, l’évêque de Namur, voit toute la correspondance de son prisonnier et que, si celui-ci avait voulu s’évader, il aurait déjà pu maintes fois le faire.

88 A.A.E., Correspondance de Cologne, 54, f. 76-77. A la réception du mandement impérial du 9 janvier 1702, le sommant de faire remettre le doyen en liberté, Joseph Clément aurait dit en effet « qu’il pouvoit asseurer par serment qu’il n’avoit eu aucune part », mais que, étant donnée la volonté du roi de France, cela ne le regardait plus.

89 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 169, Joseph Clément à Siméoni, 19 novembre 1703.

90 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 293, le roi à Blainville.

91 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 193, Joseph Clément à Siméoni, 4 juillet 1704.

92 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 195, lettre de Waldor à Louis XIV, au nom du chapitre, le 27 novembre 1704.

93 G. Murray, Ind. b. n° 53, t. II, pp. 99-100. Marlborough écrit au secrétaire Hedges le 13 juin 1705 « You may be sure I am so sensible of the sufferings of the Dean of Liege, that I shall let no opportunity slip that may tend to his release. I fear you will find the French very averse to let him go, even for the Bishop of Quebec and all his followers ».

94 A.E.L., Concl. Cap., 173. Le 20 juin, Méan écrivit au chapitre que l’échange est décidé.

95 Certains aspects restent encore obscurs dans cette personnalité. Il faut espérer qu’il ne sera pas impossible de les dévoiler quelque jour.

96 Ces édits sont publiés dans Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I.

97 Dans sa réponse à l’empereur, Joseph Clément répliquait que l’affaire du doyen était du ressort de la cour de Rome (A.A.E., Corresp. de Cologne, 54, f. 156 V).

98 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 22330, f. 261-264 : Remarques sur les mandements impériaux par le bourgmestre de Malte.

99 Coremans, Ind. b. n° 95, p. 592, Joseph Clément à l’électeur de Mayence, 19 février.

100 A.E.L., Inventaire des papiers revenus de Bonn : 1694-1722. A la nouvelle des entreprises audacieuses des Méan et des Blisia, Joseph Clément fit publier une défense à qui que ce soit de s’occuper de cette affaire sous peine « d’encourir le crime de rébellion et d’estre noté d’infamie ». L’électeur de Bavière, Maximilien Emmanuel, écrivit une lettre à ce sujet aux Provinces-Unies. Les « religieux mendiants » de Liége se signalaient aussi par des menées et des discours hostiles aux Français (A.G.R., S.E.G., reg. 593, f. 285).

101 Voyez les détails de cette Journée d’États dans Daris, Ind. b. n° 70, xviie s., t. II, pp. 274-276.

102 Le prince T’Serclaes de Tilly, les comtes de Poitiers et de Berghes, le marquis de Leede protestèrent même contre la conduite des États. Le prince de Nassau proposait d’envoyer 150.000 écus sans condition à l’électeur ! (A.E.L., État primaire, Journées, reg. 76, 16 février).

103 D.G., reg. 1561, n° 103, Boufflers à Louis XIV, 12 mars, cité par de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, p. 176.

104 D.G., reg. 1577, n°s 14, 15, 16 juin 1702. Voir aussi la lettre de Louis XIV à Boufflers le 17 mars dans de Vault, op. cit., t. I, pp. 179-180 : « …vous connaissez l’importance de cette place et la mauvaise volonté du pays ; à moins de prendre l’autorité nécessaire, les choses demeureront en l’état qu’elles sont ».

105 de Vault, Ind. b. n° 54, t. I, p. 176.

106 Bien que dans les conditions d’admission des Français dans la principauté, Joseph Clément eût défendu les impositions et exactions (de Vault, op. cit., t. I, pp. 525-526, art. 8), les Français ne s’étaient pas fait faute d’en lever sur le pays.

107 D.G., reg. 1577, n° 59, Chamillart à Vauban, 12 août.

108 Pribram, Ind. b. n° 64, pp. 232-233.

109 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 139, 19 juin 1702 ; Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 277.

110 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI. Les Hollandais exigeaient 10 tailles pour le plat pays et 6 000 écus pour la Cité, tous les mois ; or le pays ne fournissait alors que 2½ tailles par mois.

111 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 139, 17 juillet et Liasses du Conseil privé, Ibidem.

112 On peut lire sur les campagnes de Marlborough en Belgique le livre de Mademoiselle Lagrange, Ind. b. n° 120.

113 Le 13 octobre, lettres de Marlborough aux États-Généraux (G. Murray, Ind. b. n° 53, t. I, pp. 45-46).

114 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171, f. 183-186. Le 16 octobre le chapitre insista encore, mais en vain, pour obtenir la liberté du commerce avec la France et les Pays-Bas. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 278.

115 de Vault, Ind. b. n° 54, t. II, pp. 119-120 ; de Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 245, t. XII, p. 48 ; Murray, Ind. b. n° 53, t. I, p. 48, Marlborough aux États-Généraux, 23 octobre.

116 R. de Linière, Ind. b. n° 127, p. 36.

117 Et non le 29 décembre comme l’écrit M. de Linière, op. cit., p. 41.

118 B.U.L., ms. 1153 (de Gossuart), f. 30-38 ; D.G., reg. 1557, n° 225. Lamberty, op. cit., t. II, p. 246, de Vault, op. cit., t. II, pp. 121-122 ; Murray, op. cit., 1.1, p. 50.

119 G. Murray, op. cit., p. 49, Marlborough aux États-Généraux, 24 octobre.

120 Il s’intitulait : « général de la cavalerie de l’État des Provinces-Unies, commandant en chef leurs armées et les troupes du département de la Meuse, de la ville et pays de Liége et de Limbourg… ». Il faut se garder de le confondre avec le prince T’Serclaes de Tilly, l’ancien général en chef des troupes liégeoises, passé avec Joseph Clément au service de l’Espagne et de la France.

121 A.E.L., Conseil privé de Namur, reg. 1702-1705 des Protocoles : 16 déc. 1702. Daris, op. cit., p. 282.

122 Comment le chancelier de Joseph Clément, autrefois si ardent pour la cause française (voir p. 91) se trouve-t-il maintenu par le gouverneur impérial ? Il est certain que les sentiments de Rosen avaient changé, mais j’ignore à la suite de quelles circonstances.

123 Celui-ci était rentré à Liége à la suite de Marlborough et va en quelque sorte prendre la succession de son frère dans la politique étrangère.

124 A.E.L., Protocoles du Conseil impérial, reg. 139, 23 janvier 1703.

125 La convention du 14 octobre 1702 l’avait expressément prévu.

126 Son fils aîné au contraire, Guillaume de Sluse, fut fait secrétaire du Conseil impérial. Mais le père obtint peu après l’autorisation de rentrer à Liége.

127 De Cartier était alors le bourgmestre nommé par le prince, il ne fut pas remplacé. Son collègue Louvrex resta seul en fonctions (Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 519).

128 De Malte avait accepté en juin 1702 les fonctions de résident espagnol à Liége. (A.A.E, Corresp. de Liége, XVIII, f. 69). Il se retira à Namur avec son ami de Herve pour faire partie du Conseil privé de Joseph Clément.

129 B.U.L., ms. 1153, f. 45-46, 10 novembre 1702.

130 A.E.L., Inventaire des papiers revenus de Bonn, 1694-1722, et Conclusions capitulaires, reg. 171, avril 1703.

131 Les États-Généraux écrivirent même le 24 octobre 1703 une lettre de réparation (de Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, pp. 781-782. B.U.L., ms. 1153, f. 65). Plus tard, l’empereur essaya de faire destituer le vicaire général Hinnisdael mais sans succès, semble-t-il (Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 394).

132 A.E.L., Concl. Cap., reg. 171 : novembre 1702 ; État primaire, Journées d’États reg. 76, décembre 1702 et le récit de Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 280-281.

133 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 211. Lettre de Desalleurs, de Namur, le 13 décembre.

134 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 246, Blainville au roi, 28 décembre.

135 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 249-250, Blainville au roi, 30 décembre 1702.

136 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 281v, Louis XIV à Blainville, 19 janvier 1703.

137 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 253v-254, Louis XIV à Blainville, 4 janvier : « Je n’ai d’ordre à vous donner que sur l’article de la neutralité qu’ils proposent ; le principal inconvenient que je trouve à l’accorder est qu’elle donnera aux ennemis le moyen d’employer ailleurs un corps considérable de troupes qu’ils seroient obliges d’occuper uniquement à la conservation de la ville de Liege, et cette raison est si forte que jamais je ne consentirois si je ne considerois les intérêts particuliers de l’électeur de Cologne, ainsy c’est seulement par rapport à luy que j’approuve la convention qu’on luy propose pourveu que les conditions conviennent à mon service. »

138 A.A.E., Corresp. de Cologne, 53, f. 304. Blainville au roi, 20 janvier.

139 C’est-à-dire de 200.000 florins de Liége payés annuellement à l’électeur de Cologne (A.A.E., Corresp. de Cologne, suppl. II, 15 juillet 1703).

140 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. V ; A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 138-139 ; A.E.L., État primaire, Journées, reg. 76, f. 132v-134.

141 Voir mon article du Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 1926.

142 Voir 2e partie, chap. II.

143 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI ; État primaire, reg. 76, f. 130V-132. Cette somme faisait 288.000 florins de Liége.

144 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 407, t. XII, p. 159.

145 L’impôt du soixantième denier sur les entrées et les sorties des marchandises, qui n’avait jusqu’alors rapporté que 250.000 florins par an environ, sera affermé à partir de 1704 pour 300.000 florins, puis, de nouveau soumis à la collecte, il rapportera 315.001 florins en 1709, 321.562 en 1710, 302.311 en 1711. (B.U.L., ms. 1000, f. 84-100).

146 En 1703, on rétablit l’impôt sur le froment et le seigle connu sous le nom d’ « œil du moulin » qui n’avait plus été levé depuis 1697. On l’augmenta même de façon à lui faire rapporter 200 à 250.000 florins, (et même 305.000 en 1712) au lieu des 100.000 florins fournis antérieurement. C’était naturellement l’impôt le plus impopulaire.

147 En 1705, par exemple, les frais atteignirent 2.083.000 florins ; en 1704, ils avaient été encore supérieurs par suite de l’emprunt d’une somme de 1.790.000 florins. Pourtant, les charges des années suivantes furent plus modestes : 1.638.000 fl. en 1706, 1.309.000 en 1707, 1.238.000 en 1708, 1.269.000 en 1709, 1.172.000 en 1710. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que les charges des années antérieures, pendant la paix, avaient déjà été d’environ 950.000 fl. en 1099,1.200.000 en 1700 et 1.000.000 en 1701 (d’après une autre source 918.000).

148 G. Murray, Ind. b. n° 53, t. I, p. 102. Marlborough à Coehorn : 19 mai 1703.

149 de Vault, Ind. b. n° 54, t. III, p. 32 ; Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 284-285.

150 R. de Linière, Ind. b. n° 127, pp. 45, 54 et suiv. ; Lamberty, Ind. b. n° 55, t. II, p. 461.

151 de Vault, op. cit., t. III, pp. 113-119, 120 ; R. de Linière, op. cit., pp. 57-63.

152 de Vault, op. cit., t. III, pp. 131-132.

153 Le ministre Chamillart écrivait à M. de Millon le 8 août 1703 « Vous observerez, s’il vous plaist, lprsque S. A. E. désirera quelque chose, de luy repondre toujours avec tonte l’honnesteté qui luy est deue, sans néanmoins déférer à ses volontés. » (R. de Linière, op. cit., p. 52).

154 Au reste, le récit en a été fait par Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 284 et suiv.

155 de Vault, Ind. b. n° 54, t. V, pp. 10, 22.

156 de Vault, op. cit., pp. 24-25.

157 D.G., reg. 1835, n° 179, Villeroy au roi le 28 mai : « L’alarme est grande dans ce pays, plusieurs particuliers font sortir leurs effets de Liége et le général d’Overkerke redouble le travail de son camp ». Le 31 mai de Saillant d’Estaing mandait « Mrs. de Liége sont dans une furieuse consternation » et le 2 juin Villeroy répétait : « l’épouvante continue dans Liége » (D.G., reg. 1835, n° 201, 210).

158 D.G., reg. 1835, n°s 232, 235-236, 254, 265-267 ; de Vault, op. cit., pp. 27-30 ; Murray, Ind. b. n° 53, t. II, p. 103.

159 de Vault, op. cit., pp. 31-33.

160 D.G., reg. 1835, n° 298, lettre de Bernières du 17 juin. Daris, op. cit., pp. 288-289.

161 D.G., reg. 1835, n° 300, Villeroy à Louis XIV. Il ajoutait qu’il fallait faire savoir à Karg que l’on était très mécontent de la manière dont les Liégeois l’avaient reçu : « ils ont eu l’insolence et la mauvaise foi de souffrir qu’un détachement de 20 hommes des ennemis soient restés à la porte de la ville, qu’ils ayent tiré sur les trouppes de V. M. et qu’il a fallu faire avancer du canon pour obliger les bourgeois d’ouvrir la porte ! »

162 D.G., reg. 1835, n° 306 ; de Vault, Ind. b. n° 54, t. V, p. 34 ; Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 290.

163 Murray, Ind. b. n° 53, t. II, p. 218, Marlborough aux États-Généraux, 23 juin.

164 Murray, op. cit., p. 120, Marlborough au prince de Saxe-Zeits, 20 juin : « j’ai peur, écrivait-il, que toute ma diligence ne pourra pas sauver Liége ».

165 de Vault, op. cit., pp. 37, 38, 40 ; Daris, op. cit., pp. 290-291.

166 de Vault, Ind. b. n° 54, t. V, pp. 44-49. Les deux sièges de l’année 1705 coûtèrent à la ville de Huy 170.000 florins (Fréson, Ind. b. n° 99, p. 307).

167 A.E.L., État primaire, Journées : reg. 70, f. 223v-225. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 293.

168 Ainsi pendant l’hiver de 1705 à 1706, il y eut à Liége 14 bataillons et 15 escadrons en garnison (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI). En 1710 on députa au prince Eugène pour obtenir l’exonération des quartiers d’hiver. Le prince ayant exigé le payement de lourdes indemnités, on ne put aboutir, et le pays dut loger à la fois des troupes impériales, prussiennes et hanovriennes (A.E.L., Ibidem, portef. VII). Voir aussi Daris, op. cit., pp. 296 et suiv.

169 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. VI, p. 144 : mémoire du 29 décembre 1710.

170 Le cercle de Westphalie notamment réclama maintes fois le payement d’arriérés importants aux Liégeois. D’autre part, ceux-ci prétendirent que, de novembre 1712 à février 1713, ils avaient versé 50.000 écus au prince Eugène pour se racheter de nouvelles obligations (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le cercle de Westphalie, 1577-1735).

171 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. VI. C’est le 27 mai 1704 que les Hollandais édictèrent une taxe de 2 % environ sur l’entrée des marchandises étrangères. Cet impôt rapporta respectivement 35.000, 35.000, 28.000 et 30.000 florins de Liége en 1705, 1706, 1707 et 1708. Au début de 1709, les États de la principauté rachetèrent cette taxe moyennant le payement annuel d’une somme de 24.000 florins (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le cercle de Westphalie, 1577-1735).

172 Dubois, Ind. b. n° 106, p. 195.

173 Tous ces épisodes sont rapportés dans l’article ci-dessus mentionné. En novembre 1715, le commandant hollandais refusait de fournir de la nourriture aux conseillers qu’il détenait en prison, tant que ceux-ci n’auraient pas consenti à passer par ses exigences !

174 A.A.E., Corresp. de Liége, XVIII, f. 303-313 : treize plaintes individuelles ou collectives de bourgeois de décembre 1713 à avril 1714.

175 A.A.E., Corresp. de Cologne, 61, f. 258-259.

176 A.E.L., État primaire, recès des députés, reg. 35, f. 89v-90, 3 novembre 1714.

177 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 297.

178 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. VII, pp. 106-107.

179 Ainsi d’après un mémoire adressé en 1731 par le bourgmestre Chaumont aux États du pays, la ville de Huy aurait subi de 1671 à 1717 une perte totale de 9.218.090 florins (Fréson, Ind. b. n° 99, p. 312, Dubois, Ind. b. n° 93, p. 212).

180 Voir par exemple Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 297, pour Liége ; Dubois, Ind. b. n° 93, p. 212 pour Huy ; J. Borgnet, Cartulaire de Ciney, pp. 187-190 pour cette ville ; Brouwers, Ind. b. n° 50, t. VII, pp. 67-77 pour Dinant et une conférence de M. Depresseux (Bull. Société verviétoise d’arch. et d’hist., t. I, p. 269) pour Theux.

181 Rosenlehner, Ind. b. n° 154.

182 Lamberty, Ind. b. n° 55, t. VI, pp. 650-656.

183 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Br., n° 65, Joseph Clément à Karg, 29 avril 1711.

184 Voyez par exemple comment en 1705 et en 1711 le chapitre a pris en mains le gouvernement de l’État. (Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 287 et 299).

185 Voir A.E.L., Protocoles du Conseil impérial, reg. 142 et 143.

186 Il fut chargé par le gouverneur de plusieurs négociations en Hollande.

187 Je ne puis aborder l’examen de la mission du bourgmestre Hodin à Vienne en 1706-1707, aux fins de faire reconnaître par l’empereur les immunités et privilèges de la Cité. Quelque intérêt qu’elle présente, elle regarde l’histoire intérieure du pays. On en trouvera d’ailleurs un exposé suffisant dans Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 303-308.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search