Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Troisième partie. Le règne de Joseph Clément de Bavière

Chapitre III. Les négociations de Ryswick et de Lille

Résumé

La question de Bouillon : historique de l’affaire. — Les contestations au quinzième et au seizième siècles. Perdu deux fois, le château est recouvré par l’église de Liége.— Les prétentions des La Marcket de leurs héritiers, les La tour d’Auvergne. — L’accord de 1641 : les Liégeois s’acquittent de leur dette. — Le traité du 20 mars 1651, son importance. — Les négociations de Nimègue : la question de Dinant-Charlemont. — Perte de la première de ces places pour Liége. Occupation militaire française de Bouillon. Les Chambres de réunion. — Les négociations de Ryswick : récupération de Dinant, mais perte définitive de Bouillon. Évolution dans les propositions françaises. — Évacuation laborieuse de Dinant. — La question d’Agimont : historique de l’affaire. — Situation juridique des rois d’Espagne à l’égard des princes de Liége. — La conférence de Lille : le résident Després y est envoyé ; ses tribulations. — Les prétentions liégeoises ne sont l’objet d’aucun égard. — Le traité du 3 décembre 1699. Protestations de l’évêque et du chapitre.

Texte intégral

1Les négociations de paix devaient avoir pour les Liégeois une importance toute particulière. Deux de leurs places les plus fortes se trouvaient aux mains des Français depuis la Paix de Nimègue et il était à craindre qu’elles ne fussent à jamais perdues pour le patrimoine de St-Lambert. Le duché de Bouillon avait été occupé par ceux-ci en 1676, et ils retenaient la ville de Dinant depuis à peu près la même époque. Le sort de la guerre ne permettait pas de pronostiquer avec certitude la perte ou la récupération de ces territoires ; aussi est-ce sans grande confiance dans le résultat final que les Liégeois prirent part à toutes les négociations de paix.

2En quoi consistait la question de Bouillon ?

3Sans vouloir reprendre cette affaire « ab ovo », il est nécessaire cependant, pour bien comprendre la position des parties adverses, d’établir soigneusement le fondement juridique ou historique de leurs prétentions.

  • 1 Le meilleur récit de cette vente à réméré se trouve dans le Triumphale bulonicum du moine Renier de (...)
  • 2 La critique historique n’a pas encore déterminé la date certaine de cette perte.
  • 3 Cet acte est reproduit dans le texte latin et dans le texte français parmi les pièces justificative (...)

4On sait que le château de Bouillon fut vendu à l’évêque de Liége Otbert, en 1096, par le héros de la première croisade1. Perdu un instant en 1129 ou 11342, le château fut reconquis sur l’usurpateur, le comte de Bar, par l’évêque Albéron II, en 1141. Dans l’entretemps, l’archevêque de Reims avait donné en fief les dépendances de cette place, qui relevaient de son église, à un prince liégeois, en échange de certains services (1127)3. Trois siècles se passèrent sans que la principauté se vît contester la possession de ce territoire, dont les évêques de Liége portaient le titre de duc.

5C’est au xve siècle qu’il faut en arriver pour apercevoir l’origine réelle de prétentions étrangères. Sans doute, un peu plus tard, c’est à Godefroid de Bouillon que l’on remontera, chez les adversaires des Liégeois, pour établir le fondement juridique de revendications assez hardies. Mais les raisonnements seront en général de la plus haute fantaisie et on aura raison, du côté de Liége, en plaçant au quinzième siècle le point de départ de la controverse.

  • 4 de Chesteet de Haneffe, Ind. b. n° 85, p. 103.
  • 5 de Ram, Ind. b. n° 18, p. 410.
  • 6 C’est de là que proviendrait le titre de duc de Bouillon que les historiens français donnent à Robe (...)

6En 1435, on voit un Everard de la Marck en qualité de gouverneur de Bouillon : s’autorisant de quelques sommes qu’il avait avancées pour la réparation des fortifications, il s’y conduisait en souverain4. Inutile de dire cependant qu’il avait dû prêter serment à l’évêque et au chapitre de les servir fidèlement et que son commandement ne constituait qu’un mandat révocable. Mais il se trouva que cette charge tendit à devenir héréditaire dans cette famille : divers membres vont émettre des prétentions à la propriété du château. Le fils d’Eve-rard pourtant, Louis de la Marck, n’obtint la même dignité qu’après avoir renoncé aux prétentions paternelles5, et après sa mort, on eut successivement trois seigneurs particuliers pour commander la place. Mais en 1482, lors de la prise du Pays de Liége par les La Marck, Guillaume institua son fils Robert châtelain de Bouillon6.

  • 7 Je suis ici l’excellent résumé de Villenfagne, Ind. b. n° 169, pp. 115 et suivantes. Voir aussi Fou (...)

7La paix de Tongres (1484) réconcilia ces derniers avec l’évêque Jean de Hornes. Remarquons tout d’abord le titre de duc de Bouillon que prend celui-ci dans les protocoles sans soulever de protestations. Une somme de 8.000 livres fut promise à Robert comme indemnité des frais de réparations de jadis, et comme on ne pouvait s’acquitter de cette dette en espèces, on stipula que les châteaux de Franchimont et de Bouillon seraient remis à Guillaume pour qu’il en perçût les revenus jusqu’à concurrence de sa créance : celui-ci promettant d’ailleurs de restituer ces territoires aussitôt qu’il serait désintéressé. Il n’y a donc là aucun titre de cession de la propriété du duché. D’ailleurs Robert avait prêté le serment de fidélité au chapitre7.

8En 1492, la paix définitive de Donchéry témoigne encore des titres incontestés de l’évêque relatifs aux diverses parties de son État.

9Robert II de La Marck fut maintenu dans son gouvernement et lorsque son frère Erard monta sur le trône épiscopal liégeois, on put croire que le conflit allait être éteint à jamais.

  • 8 Voir la lre partie, p. 3.
  • 9 de Chestret, Ind. b. n° 85, p. 161, note 3. Voyez cependant l’acte de confiscation dans de Marnepfe(...)

10On a vu quelle a été l’importance de l’alliance contractée par les deux frères avec Charles d’Espagne et les Pays-Bas en 1518 et comment Robert s’en détacha presque aussitôt8. La place de Bouillon se trouvait ainsi détenue au moins en fait par un allié de François I ; aussi, en 1521, l’armée impériale s’en empara par surprise et la remit à l’église de Liége. En même temps, ou à peu près, Charles-Quint aurait prononcé au profit de celle-ci la confiscation des créances que les La Marck gardaient à charge du pays. C’est là du moins une affirmation constante des Liégeois ; mais il semble bien que ce fut par une interprétation arbitraire de l’acte de confiscation des biens des La Marck car, au demeurant, ils finirent par s’acquitter de leurs obligations9.

  • 10 Dumont, Ind. b. n° 63, t. IV, 2e partie, p. 13.

11L’article 34 du traité de Cambrai (1529) consacrait définitivement le droit de propriété de l’église de Liége sur le duché de Bouillon, ainsi que le renoncement des La Marck à toutes leurs prétentions10.

  • 11 Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 76 et 135. de Chestret, op. cit., p. 176.

12Mais le conflit allait renaître sans tarder. En 1548, une conférence réunit à Stenay, pour une délimitation de frontières, les députés du prince de Liége et ceux de Robert IV de La Marck, seigneur de Sedan. Lors de la vérification des pouvoirs, on constata que celui-ci prenait le titre de « duc de Bouillon ». Ce n’était donc plus seulement le domaine utile, à raison de sa créance, mais bien la souveraineté qu’il revendiquait. Aussi les députés liégeois rompirent-ils les pourparlers après avoir protesté contre cette usurpation de titre11. C’est très probablement là que, pour la première fois, un La Marck s’est arrogé le titre de duc de Bouillon.

  • 12 de Chestret, op. cit., pp. 177-178.

13Quoi qu’il en soit, l’occasion n’allait pas tarder à réaliser matériellement cette ambition. En 1552, l’armée française s’emparait du château presque sans coup férir. Henri II procéda à l’installation de Robert et lui reconnut solennellement le titre tant convoité12.

  • 13 Dumont, op. cit., t. V, lre partie, p. 36.

14Mais l’Espagne, alliée de la principauté et victorieuse à la paix de Cateau-Cambrésis (1559), fit stipuler à l’article 10 que Robert de La Marck « debvera rendre à M. l’evesque de Liége Bouillon avec tout ce qui pourroit tenir de lui, » et la France fit insérer cette réserve : « sans préjudice du droit que le sieur de Sedan et ceux de la Maison de La Marck y peuvent prétendre »13.

  • 14 Le traité de Cateau-Cambrésis prévoyait en effet un règlement par arbitres dans la ville de Cambrai (...)

15Cette réserve assez malencontreuse devait provoquer une controverse deux fois séculaire. En effet, diront les Liégeois, ce libellé suppose qu’il y a un différend entre nous et les La Marck sur cette question : or, c’est ce que nous nions ; en possession légitime du duché, nous n’entendons pas avoir affaire à ceux-là. De son côté, le seigneur de Sedan et ses successeurs appuyeront leurs prétentions sur ce fait : les évêques de Liége n’ont sur Bouillon qu’un droit si discutable qu’ils n’ont jamais osé soumettre la question à la décision d’arbitres, ainsi que les traités de 1559 et de 1598 le stipulaient14.

16Dans les multiples « factums » qui vont s’échanger jusqu’au milieu du xviie siècle, les deux parties traiteront en long et en large cette question de Bouillon, en remontant souvent jusqu’au xie siècle. Elles invoqueront en général quantité d’autorités que nous jugerions aujourd’hui fort sujettes à caution : récits plus ou moins légendaires ou merveilleux du haut Moyen Age, témoignages d’auteurs anciens qui n’écrivent que sur des ouï-dire, généalogies plutôt fantaisistes, etc…

  • 15 Villenfagne, Ind. b. n° 169, t. I, pp. 115-138.

17Les prétentions pécuniaires des La Marck furent remises sur le tapis dans une conférence de 1570, où l’on devait fixer les frontières entre la seigneurie de Sedan et le duché, mais Henri Robert de La Marck ne put obtenir de l’évêque de Liége le partage du titre de duc de Bouillon15.

  • 16 Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 80 et suiv. ; de Chestret, Ind b. n° 85, pp. 186-188.

18Son successeur Guillaume Robert mourut sans postérité en 1588, mais en instituant, comme héritière universelle, sa sœur Charlotte. Celle-ci épousa en 1591 Henri de La Tour, vicomte de Turenne, qui prit aussitôt le titre de duc de Bouillon. La duchesse mourut en 1594 sans enfant. Sa succession se trouva vivement disputée. Son époux excipait d’un testament qui l’instituait héritier. Mais ce document très contesté alors, et aujourd’hui perdu, n’empêcha pas l’oncle de la duchesse, Charles Robert de La Marck, de revendiquer sa succession. Une transaction survint en 1601 : ce dernier céda au vicomte tous ses droits en échange du titre de duc de Bouillon, qu’il porterait pendant sa vie, concurremment avec lui16.

  • 17 Un document des Archives de Saint-Trond détaille ses prétentions qui se montent à 114.500 florins e (...)
  • 18 C’est d’un second mariage que Henri de La Tour eut ces enfants dont l’aîné devint le Grand Turenne.
  • 19 Voir Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. I, pp. 209-210 pour le détail des sommes dues.
  • 20 Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 87-92. Louvrex, Ind. b. n° 62, t. IV, p. 24.

19Le vicomte de Turenne s’adressa alors au chapitre pour résoudre les dernières difficultés : il réclamait le payement de toutes les sommes dues aux La Marck dont il était héritier17, Il revendiqua en même temps la reconnaissance de son titre de duc de Bouillon, mais sur ce point il essuya un échec complet. Un de ses fils18, Frédéric Maurice, gouverneur de Maestricht, poursuivit ces négociations. Le chapitre invoquait d’abord la prescription centenaire pour les payements, puis diverses quittances de dettes partielles, enfin les revenus de la terre de Bouillon que les La Marck avaient perçus jusqu’en 1521. Le prince de Sedan répondait que la prescription a été maintes fois interrompue, que les payements n’ont pas été faits à des personnes qualifiées, etc… Bref, une transaction survint le 3 septembre 164119 : les États de Liége paieront en trois ans à Frédéric Maurice une somme de 150.000 florins de Brabant « pour l’extinction de toutes les prétentions qu’il peut avoir contre les dits estats »20. Le chapitre protesta encore contre le titre de duc que contenait la commission de l’envoyé du prince de Sedan et stipula que cette somme serait fournie par de nouveaux impôts à répartir sur les pays de Liége et de Bouillon.

  • 21 A.N., R2 184. Foullon, op. cit., p. 94.

20Les États de Liége se firent longtemps tirer l’oreille avant de s’acquitter de leurs obligations : quinze ans après, ils n’avaient encore payé que 34.000 florins. Mais en 1657 des négociations s’ouvrirent pour le règlement définitif : le 16 octobre 1658, après un nouveau payement de 8.000 florins en 1657, les Liégeois amortirent le reste de leur dette et reçurent quittance définitive21.

  • 22 Voir la « Requeste présentée au Roy par... Henry Robert de la Marck, duc de Bouillon... pour avoir (...)

21Dans l’entretemps, de graves événements s’étaient passés en France. D’abord les prétentions des La Marck avaient revécu dans la personne de Henri Robert, qui disputa devant le Parlement de Paris au prince de La Tour la seigneurie de Sedan et le titre de due de Bouillon22. Il fut débouté, mais n’en conserva pas moins jusqu’à sa mort (1652) le titre, d’ailleurs purement honorifique, de duc de Bouillon. Décédé sans héritier et dernier représentant de cette branche de la famille des La Marck, les prétentions de cette maison s’éteignirent avec lui.

  • 23 A.N., R2 183. B.N., Nouvelles acq. fr., 22330, f. 166.

22Ce qui revêt une importance bien plus grave, c’est le traité qui fut signé le 20 mars 1651, entre Louis XIV et Frédéric Maurice de la Tour d’Auvergne. L’article 1er s’exprime ainsi : « C’est à savoir que le dit Seigneur duc de Bouillon a cédé, transporté et délaissé… à perpétuité au dit titre d’échange à S. M… tous les droits… qui audit seigneur duc… peuvent… appartenir aux dites… seigneuries de Sedan et de Rancourt et en la portion dudit duché de Bouillon de laquelle ledit seigneur est en possession sans en rien excepter… sinon les droits qu’il a du château de Bouillon et les portions dudit duché usurpées sur les prédécesseurs dudit seigneur… et détenues par le Roy d’Espagne et l’évêque de Liége qui demeurent réservées audit seigneur… pour en faire le recouvrement… avec le gré et consentement de S. M. Et au cas qu’il… rentre en possession du dit duché… le Roy pourra à l’instant y mettre… telle garnison que S. M. trouvera agréable ». L’échange en question donnait à Frédéric les duchés d’Albret et de Château Thierry, les comtés d’Auvergne, d’Evreux, etc23. Ce droit de garnison que Louis XIV se réserve à Bouillon est la manifestation évidente du désir de s’emparer du duché et de la préméditation du coup de main de 1676. A quoi pouvait servir l’exécution de l’obligation de 1641 de la part des Liégeois, si leur puissant voisin avait résolu, coûte que coûte, l’annexion de Bouillon ? Aussi la maison de La Tour, définitivement désintéressée en 1658, dut bien essayer d’inventer de soi-disant droits héréditaires détachés et indépendants des prétentions pécuniaires éteintes des La Marck.

  • 24 Rousset, Ind. b. n° 155, t. II, passim.

23L’occasion que la France attendait depuis au moins 1651 se présenta enfin au cours de la guerre de Hollande : en 1676, Bouillon fut livré à l’armée française après un simulacre de démonstration militaire24. Louis XIV fit savoir au nonce pontifical qu’il n’entendait pas s’en emparer, mais seulement s’assurer de cette place pendant les hostilités. Mais il en devait advenir tout autrement.

  • 25 Poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4903, n° 4910.
  • 26 Poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4908. Instructions du 4 juillet 1678.
  • 27 Moetjens, Ind. b. n° 45, t. III, p. 404.
  • 28 Vast, Ind. b. n° 66, t. II, p. 114.
  • 29 Poncelet, op. cit., t. V, n° 4921, Maximilien Henri au chapitre, 19 février.
  • 30 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 97-98.

24La place de Dinant avait été également occupée et restait détenue par les Français. Aussi les négociations de paix de La Haye et de Nimègue devaient-elles prendre pour les Liégeois une importance toute particulière. Le chapitre sollicita l’intervention du pape et le nonce Bévilaqua, qui présidait aux conférences, défendit avec zèle les intérêts de la principauté25. Le chapitre y députa le conseiller Decharneux, le prince y envoya le baron de Nesselraude, indépendamment du résident liégeois Van der Vecken : ils avaient pour mission d’obtenir l’évacuation des places de l’évêché et la restitution des armes et des munitions qui s’y trouvaient lors de l’occupation26. Tous leurs efforts furent vains. Comme la question de Bouillon menaçait de provoquer une rupture des pourparlers, les députés liégeois déclarèrent, le 2 février 1679, qu’ils estimaient que leur prince préférait avant tout la conclusion de la paix, et qu’il ne fallait plus la différer davantage à cause du duché27. Le 5 février, le traité était signé entre la France et l’Empire : l’article 28 permettait à celle-là de conserver Bouillon jusqu’à ce que le différend entre le pays de Liége et la Maison de La Tour fût tranché28. Peu après, Maximilien Henri écrivit au chapitre qu’il avait chargé son plénipotentiaire à Nimègue de protester contre cet article, il témoignait aussi sa surprise de ce que les députés liégeois eussent permis, sans aucune réserve, l’insertion de cet article29. Mais le chapitre avait déjà déclaré qu’il refusait d’admettre toute cession de territoire et il supplia l’empereur de refuser sa ratification30. Ce fut peine perdue.

  • 31 Vast, op. cit., p. 90.

25Mais ce ne fut pas la seule amputation qui fut pratiquée dans le patrimoine de Saint-Lambert. Le traité franco-espagnol du 17 septembre 1678 stipulait dans son article 13, que la place de Dinant devait être remise à la France et que le roi d’Espagne se chargeait d’obtenir cette cession de l’évêque de Liége, mais, en cas de refus de celui-ci, Charles II abandonnerait Charlemont à Louis XIV31.

  • 32 Lonchay, Ind. b. n° 72, pp. 115-116.

26L’on sait que la diplomatie espagnole eut beau offrir à l’électeur les villes de Léau et de Tirlemont ainsi que diverses enclaves pour qu’il aliénât la place de Dinant : Maximilien Henri demeura inflexible32. Mais la France n’en conserva pas moins cette dernière ville ! Ce que l’on sait moins, c’est la manière dont les choses se sont passées.

  • 33 Poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4930.

27Louis XIV avait un intérêt majeur à la possession de la place de Charlemont et par conséquent, pour arriver à ce but, à voir les Liégeois résister fermement aux sollicitations de l’Espagne. Il fallait donc obtenir de ceux-ci le refus d’aliéner Dinant ! Le roi chargea de cette négociation délicate le cardinal de Bouillon, grand prévôt du chapitre. Celui-ci possédait en effet de très vives sympathies dans la Cité et son talent de diplomate était très reconnu. Mais le cardinal dut prendre certaines précautions avant de paraître à Liége. On sait en effet que le duché de Bouillon qui venait d’être perdu pour la principauté se trouvait revendiqué par son propre frère, usurpateur, aux yeux des Liégeois, du titre de duc de Bouillon. Aussi le 13 janvier 1680, le cardinal écrivit au chapitre pour protester de son dévouement à la cause du pays et de son désir de voir maintenu dans son intégrité le patrimoine de Saint-Lambert33.

  • 34 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 13-15.
  • 35 Poncelet, op. cit., n° 4932.
  • 36 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 32.

28Le 22 janvier, son instruction lui était remise : « S. M. préfère pour le bien de son service et la seureté de ses frontières la place de Charlemont à celle de Dinant et ainsy elle désire empescher par tous les moyens possibles que l’évesque et chapitre de Liége ne donnent pour la cession de Dinant ». C’est dans ce but que le roi envoie le cardinal à Liége : « Pour cet effect, il est bon qu’il soit informé que le duc de Villahermosa fait négocier auprès de l’électeur de Cologne cette cession, et qu’il luy a fait proposer de donner en eschange à l’evesche de Liége les villes de Tirlemont et de Léau, outre plusieurs avantages particuliers pour lui et pour ses ministres ». Le roi y joignait une lettre de crédit de 60.000 livres pour s’assurer d’une majorité suffisante34. A son arrivée, Bouillon annonça qu’il n’aurait nul besoin de cette somme, étant donnés les sentiments unanimes du chapitre. Sur sa proposition, les capitulaires se prononcèrent contre l’admission des articles 13 et 2835. Le cardinal se déclara d’ailleurs « hautement en plein chapitre » contre toute cession de territoire liégeois. L’électeur et Furstenberg donnèrent les mêmes assurances que les tréfonciers. Le roi voulut alors se montrer généreux : il accorda 20.000 livres pour la restauration de l’église de Tongres, détruite par ses troupes !36.

  • 37 Piot, Ind. b. n° 137, article 159 du mémoire espagnol.

29Dans ces conditions, conserver tout de même Dinant était de la part du Grand Roi un acte de pur machiavélisme !37.

  • 38 Le dossier d’ailleurs incomplet de cette affaire se trouve dans Detrooz, Hist. du marquisat de Fran (...)
  • 39 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 118-121. Lonchay, Ind. b. n° 72, pp. 184-185.
  • 40 Lonchay, op. cit., p. 118. Huisman, Ind. b. n° 74, p. 147.
  • 41 Lamotte, Ind. b. n° 122, pp. 92 et 196.

30Ce fut bien autre chose l’année suivante : les Chambres de réunion entreprirent d’annexer à la couronne de France près de la moitié du territoire liégeois ! Cela commença par le marquisat de Franchimont, considéré par on ne sait plus quelle subtilité juridique comme une dépendance du comté de Chiny, celui-ci relevant à son tour du duché de Bar cédé au roi38. Puis les prétentions s’étendirent à l’Entre-Sambre-et-Meuse et à la plus grande partie du Condroz ! Maximilien Henri voyait ainsi les fonctionnaires français prendre possession de Theux et de Verviers et menacer Huy. Il négocia avec Louis XIV et obtint, le 29 janvier 1682, l’annulation de toutes ces confiscations et l’abandon de toute prétention sur ces territoires, en échange de l’occupation de Bouillon, de Dinant et de Thuin pendant trente ans39. Le chapitre refusa d’entrer dans cette voie et de sanctionner cet accord : le roi continua alors d’occuper les territoires liégeois qu’il détenait depuis la paix de Nimègue40. Le comté de Rochefort qu’il avait aussi réuni comme dépendance du comté de Chiny resta au pouvoir de la France jusqu’à la paix de Ryswick41.

  • 42 Ennen, Ind. b. n° 69, t. I, p. 471.

31Peu de temps après, cependant, Louis XIV réussissait à faire prendre un coadjuteur à l’électeur en lui remettant une partie de ses dettes et en lui promettant la restitution de Bouillon et de Dinant42.

  • 43 Voir 2e partie, eh. II. Voir aussi Van dek Heim. Ind. 6. n° 48, t. III, p. 32 : Dijckvelt Heinsius, (...)
  • 44 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 506.

32La guerre de la Ligue d’Augsbourg devait enfin procurer à l’église de Liége le retour d’une notable partie de ces territoires. On a vu que dans l’alliance qui unit la principauté et ses voisins contre la France, on stipulait que les places de Bouillon et de Dinant lui seraient remises si, au cours de la lutte ou pendant les négociations de paix, on réussissait à les arracher à la France43. Le baron de Nesselraude, envoyé à Vienne, reçut de l’empereur les mêmes assurances, et, par lettres du 25 février 1691, on réitéra la promesse que la paix ne se ferait pas sans cette restitution44.

  • 45 Voir p. 66.
  • 46 « Bien que l’eveque et pays de Liége ayent joint leurs armes à celles des ennemis de S. M. T. C, el (...)

33Au reste, les Français avaient résolu de transiger sur cette question. Si en 1689 ils exigeaient encore la propriété définitive de Dinant45, ils n’avaient pas tardé à abandonner leurs prétentions. Dans un mémoire présenté vers la fin de l’année 1693 à la Cour de Suède en guise d’ouverture à des négociations de paix, Louis XIV promettait de rendre Huy et de donner un dédommagement pour Dinant et Bouillon46.

  • 47 A.A.E., Corresp. de Hollande, reg. 159, f. 147 cité par André et Bourgeois, Ind. b. n° 51, t. I, p. (...)
  • 48 André et Bourgeois, op. cit., I, pp. 460-462.
  • 49 «...En troisième lieu, si outre ces restitutions, ils (les États-Généraux) insistent encore forteme (...)

34Les pourparlers qui devaient conduire à la paix de Ryswick commencèrent officiellement dès l’année 1694. On était d’abord convenu de choisir Liége pour tenir les conférences, mais un incident fortuit obligea les délégués français à se rendre jusqu’à Maestricht47. Leur instruction datée du 15 octobre 1694 consentait à rendre Dinant si les fortifications en étaient rasées et à donner un dédommagement pour Bouillon48. Une nouvelle instruction du 11 novembre admettait la rétrocession pure et simple de Dinant et, en cas d’extrême nécessité, celle de Bouillon49. Mais ces concessions ne se maintinrent pas, car la France ne sortit pas vaincue de la lutte.

  • 50 A.E.L., Concl. Cap., reg. 169, 7 sept. 1096.
  • 51 A.E.L., Chapitre cathédral, Secrétariat, n° 50, f. 15V-21.

35Cependant le chapitre de Liége ne laissait pas de s’intéresser vivement à la marche des négociations. Dès le début de septembre 1696, il s’inquiétait des conférences de La Haye50 et en octobre, il écrivit successivement au duc de Saxe, au roi d’Angleterre, au Grand Maître de l’ordre teutonique, aux États Généraux, au Gouverneur des Pays-Bas et au pape, afin qu’ils intervinssent auprès de l’Empereur pour la récupération du duché de Bouillon51.

36Le prince Joseph Clément intervenait aussi activement à La Haye, par l’intermédiaire de son résident Norff.

  • 52 A.E.L., Chapitre cathédral, Secrétariat, n° 50, f. 35.
  • 53 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 6, à la date du 17 mai.
  • 54 A.E.L., Chap. cath., Secrétariat, n° 50, f. 28-30, reproduit par Daris, Ind. b. n  65, xviie siècle (...)

37La négociation réclamait les soins d’un envoyé spécial. Au début d’avril 1697, le chapitre résolut de confier à Laurent de Méan, frère du doyen, la mission de représenter la principauté à La Haye. Arrivé au Congrès vers le 10 avril52, Méan reçut peu après son plein pouvoir53 et se mit d’accord avec Norff. Bs dressèrent d’après leurs instructions une liste complète des territoires et des villages qu’ils réclamaient ; indépendamment du duché de Bouillon, elle ne comporte pas moins de soixante noms !54. On le conçoit, les plénipotentiaires de l’Europe avaient bien d’autres soucis que de faire rendre justice à l’Église de Liége !

  • 55 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. III, p. 229.
  • 56 On sait que Colbert de Croissy, étant mort le 28 juillet 1696, fut remplacé par son fils Torcy.
  • 57 A.A.E., Corresp. de Holl., 172, f. 12-58, cité par André et Bourgeois, Ind. d. n° 51, t. I, pp. 525 (...)
  • 58 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 562. Guillaume III à Heinsius, 26 mai.
  • 59 A.E.L., Chap. cath., Secrétariat, reg. 50, f. 38v.

38Un protocole du 10 février 1697 contenant les articles préliminaires d’un accord disposait, à l’article 6, parmi les restitutions que la France s’engageait à faire : « à l’évêque de Liége, la ville et le château de Dinant, en l’état qu’ils ont été pris »55 ; et, le 25 février, le marquis de Torcy56 mandait à ses envoyés que le roi consentait à rendre Dinant et à donner un dédommagement pour Bouillon, mais que si l’évêque refusait celui-ci, l’affaire serait réglée par des arbitres57. Cette légère concession ne fut pas même maintenue, car Guillaume III écrivit bientôt que les Français refusaient tout sur la question de Bouillon58. Cependant Laurent de Méan mandait que l’ambassadeur impérial avait spécialement inséré dans les propositions de paix la restitution de Bouillon et de Dinant dans leur état actuel59.

  • 60 Voir à cet égard Bernard, Ind. b. n° 52, tomes I à IV, passim.
  • 61 Vast, Ind. b. n° 66, t. II, p. 226.
  • 62 Lamotte, Ind. b. n° 122, pp. 93, 197, n  557.
  • 63 Bernard, Ind. b. n° 62, t. II, 4 juin 1697, III, pp. 288-295, t. IV, pp. 112-115.

39Il serait fastidieux d’entreprendre le récit des multiples démarches et des non moins nombreux mémoires qui furent échangés à La Haye sur cette question60. Les efforts de Méan et de Norff n’aboutirent pas pourtant à un échec total. D’abord l’article 31 du traité franco-espagnol (20 sept. 1697), confirmé le 30 octobre par l’article 12 du traité franco-impérial61, remettait la ville et le château de Dinant à l’évêque « en l’état qu’ils étaient lorsqu’ils ont été occupés par les armes de S. M. ». Le comté de Rochefort fut également restitué à l’Église de Liége par le fait que toutes les annexions prononcées par les Chambres de réunion furent annulées62. Au sujet de Bouillon, on ne put rien obtenir, aussi les envoyés liégeois firent-ils enregistrer leur protestation le 31 octobre. Il fallait encore régler la question de la place de Charlemont ou du comté d’Agimont, que les Espagnols occupaient depuis un siècle et demi, et dont les Français s’étaient emparés, lors des arrêts de leurs Chambres. Cette affaire était très complexe, car tout en consentant à rendre les territoires confisqués, Louis XIV en avait excepté 82 villages, parmi lesquels ceux de la terre d’Agimont : ils devaient former l’objet d’une conférence ultérieure63.

  • 64 Lahaye, Ind. b. n° 50, t. VI, pp. 300-302.
  • 65 A.E.L., Concl. Cap., reg. 170 : 8 janvier, 10 mars 1698.
  • 66 Lahaye, op. cit., pp. 308-311.
  • 67 Lahaye, op. cit., pp. 318-320.

40La récupération de Dinant ne se fit pas encore sans quelque tiraillement. Le comte de Guiscard, gouverneur de la place, entendait non seulement détruire les fortifications qu’il avait édifiées, mais encore démolir certaines constructions qui étaient antérieures à l’occupation française ou qui avaient été élevées aux frais de la commune. Il prétendit aussi pouvoir enlever l’artillerie qui se trouvait dans les forts au moment de leur prise de possession64. Le magistrat de Dinant en informa le Conseil privé qui, de concert avec le chapitre, délégua le baron de Tileur pour régler le différend. On fit observer à Guscard que l’on ne pouvait laisser la place dépourvue de murailles, puisqu’elle ne l’était pas en 1675 ; sans doute, ces vieux murs avaient été démolis par les Français pour pouvoir élever de plus solides fortifications, mais, faute de pouvoir rétablir les anciennes, il fallait maintenir celles-ci65. Une convention intervint le 10 mars, par laquelle la cité de Dinant racheta les divers bâtiments qu’elle voulait conserver66. Au début de mai, la France offrit 6 000 livres pour les anciens ouvrages qui avaient été détruits et l’on dut bien accepter. Mais les Français n’en emportèrent pas moins les canons anciens dont une partie seulement sera restituée plus tard67. Le 7 juin, Dinant fut évacuée par eux.

  • 68 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

41Il restait aux puissances intéressées à régler la question des 82 villages, que Louis XIV avait formellement exceptés de ses restitutions et qu’il prétendait retenir comme dépendances des territoires qui lui étaient cédés ; il fallait aussi déterminer la quotité des charges affectées sur les localités dont une partie passait à la France et dont l’autre restait à l’Espagne. Ces deux dernières puissances résolurent de tenir une conférence à Lille pour cet objet68.

  • 69 A.E.L., Concl. Cap., 170, 2 juin, 20 juin.
  • 70 C’étaient le comte de Tirimont, membre du Conseil des finances et futur successeur de Bergeyck (Van(...)

42Dès le 2 juin 1698, le chapitre s’inquiétait des bruits qui couraient à cet égard et demandait, s’ils étaient fondés, que le prince envoyât un député à la Conférence69. C’est qu’en effet plusieurs des villages contestés étaient l’objet de prétentions sérieuses de la part des Liégeois. Il s’agissait du comté d’Agimont et de quelques terres voisines. Les Espagnols considéraient cette question comme ne pouvant intéresser Liége et envoyèrent le 17 juin leurs plénipotentiaires à Lille70.

  • 71 Voir le remarquable exposé de Roland, Ind. b. n° 153. Voir aussi Robaulx de Soumoy, Ind. b. n° 151.

43En quoi consistait cette question d’Agimont71 ?

  • 72 de Robaulx de Soumoy, (op. cit., pp. 304-307) publie l’original du 6 avril 1555.
  • 73 Voici pourtant le résultat auquel je suis arrivé : en 1698, les Liégeois revendiquaient 19 ou 20 vi (...)

44Cette terre avait successivement passé dans le patrimoine des maisons de Chiny, de Looz, de Walcourt-Rochefort et de La Marck, dont le dernier représentant mourut en 1545 sans postérité. Son cousin par alliance, le comte de Stolberg-Kœnigstein, devint alors comte de Rochefort et seigneur d’Agimont, et fit relief de cette dernière terre à Liége en 1545. L’année suivante, on le sait, Charles-Quint obtenait de l’évêque de Liége le territoire sur lequel allait s’élever la place de Mariembourg. Poursuivant son dessein de fortifier cet endroit de la frontière, l’empereur acheta en 1555 la seigneurie d’Agimont au comte de Stolberg72. L’acte de vente énumère les 28 villages qui constituent cette terre, mais il est extrêmement difficile de savoir si toutes ces localités étaient bien rattachées par le même lien au noyau, car plus tard les revendications des Liégeois ne porteront que sur 23 ou 24 d’entre eux, et même en y comprenant quelques villages qui n’auraient pas dépendu d’Agimont. D’autre part, parmi les nombreux documents relatifs à ces prétentions, on ne constate jamais deux listes qui coïncident ! Au reste la question ne nous intéresse pas de telle manière qu’il faille essayer de résoudre la difficulté73. L’essentiel est de savoir que le débat va porter désormais sur ce fief d’Agimont.

  • 74 « et a ledit seigneur conte de Stolberg recogneu, comme soubz le noble et bon plaisir de monseigneu (...)
  • 75 Lettre de Charles Quint, 2 juillet 1555 «...étant mon intention de posséder la place sous les mêmes (...)
  • 76 Philippe II à l’évêque, 1er juin 1556 : « Ayant aussi sadite Majesté impérialle et moy successiveme (...)

45C’est qu’en effet le contrat de vente stipulait expressément que la cession était subordonnée à l’agrément du suzerain, l’évêque de Liége74. Aussitôt Charles Quint écrivit à Georges d’Autriche qu’il ne prétendait sur son acquisition à un droit autre que celui en vertu duquel les comtes de Stolberg l’avaient détenue75, et Philippe II le confirma l’année suivante76.

46Ce consentement épiscopal fut naturellement accordé et la forteresse de Charlemont fut érigée sur le territoire acquis. En compensation de cette érection, on avait promis un dédommagement territorial aux Liégeois : mais ceux-ci l’attendent encore !

  • 77 Roland, Ind. b. n° 153, passim.

47Quoi qu’il en soit, on constate que la souveraineté de l’évêque ne fut en rien méconnue, mais qu’elle fut explicitement confirmée par les souverains des Pays-Bas. Dès cette époque, la seigneurie d’Agimont va prendre le titre de comté, sans que l’on sache s’il lui a été décerné à la suite d’une érection officielle77.

48Le domaine utile d’Agimont, qui se trouvait ainsi possédé par Philippe II, fut acquis en engagère par le comte de Berlaymont de Meghem en 1575, puis par le prince de Chimay en 1582 : tous deux en firent relief à Liége.

  • 78 D’ailleurs, quarante ans auparavant Richelieu avait deviné l’importance de l’acquisition et l’on co (...)

49Cette situation dura jusqu’à la guerre de Hollande au 17e siècle. En 1678, les Français prirent possession de la forteresse78 et le traité de Nimègue leur céda « Charlemont avec ses dépendances ». Aussitôt la Chambre royale de Metz déclara que tout le comté d’Agimont et une série d’autres villages étaient compris sous cette dénomination.

50On a vu que, si le traité de Ryswick annulait ces annexions, Louis XIV en avait explicitement réservé 82 villages, dont 42 figuraient comme dépendances d’Agimont.

51On conçoit dès lors que le sort de ces localités n’ait pas été indifférent à nos ancêtres. Ils avaient à faire reconnaître solennellement leurs droits et à obtenir l’indemnité promise depuis un siècle et demi. Car, et il importe de le souligner, ce n’est nullement la propriété ou la possession du comté d’Agimont que les Liégeois réclamaient, mais seulement la reconnaissance de leur suzeraineté et l’exercice des droits régaliens. Peu leur importait au reste que ces villages allassant à la France ou à l’Espagne ou même qu’ils fussent partagés entre elles, si du moins leur titre incontestable était respecté.

52La conférence de Lille, dite « des limites », s’ouvrit vers la fin de juin 1698 entre les comtes de Tirimont et de Bourkowe, ministres d’Espagne, et les intendants Bagnole et Voisin, ministres français.

  • 79 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.
  • 80 A la lettre du 1er juin 1556 mentionnée plus haut, on ajoute une lettre de Philippe II du 29 décemb (...)
  • 81 II y avait encore, d’après un registre des échevins liégeois, une attestation des quatre plus ancie (...)

53Le chapitre avait proposé à Joseph Clément d’y envoyer Paul Després, résident liégeois à Bruxelles. En attendant, on fit tenir à celui-ci les documents sur lesquels la principauté se fondait pour établir ses droits. Després fit aussitôt parvenir à Lille un mémoire justificatif79 On y voit que l’électeur invoque d’abord différents reliefs de la terre d’Agimont, faits à Liége avant l’aliénation de 1555 par les comtes de Stolberg ; ensuite le contrat de vente avec sa réserve quant à l’approbation du prince de Liége ; les lettres de Charles Quint et de Philippe II reconnaissant la souveraineté de l’évêque80 ; enfin 24 extraits de registres de la Chambre des Comptes de Liége, attestant que la terre d’Agimont se trouvait comprise dans la recette des aides et des subsides imposés de 1495 à 158981.

  • 82 Ainsi des conférences eurent lieu en 1566, 1570, 1575 à ce sujet ; Ernest de Bavière fit en vain de (...)

54Ce mémoire causa une certaine émotion à la conférence de Lille. Les Espagnols prétendaient qu’il n’y avait plus eu de reliefs depuis le début du 17e siècle et qu’au reste il y avait prescription centenaire. Les Liégeois répliquèrent : il est vrai qu’aucun relief n’a été fait depuis 1605, mais cela prouve seulement que le vassal a manqué à son devoir. D’autre part, on ne peut parler de prescription car, depuis cent cinquante ans les princes de Liége n’ont jamais cessé d’affirmer leur droit et d’essayer de le faire reconnaître82.

  • 83 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 31, 32, 36.
  • 84 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem. D.G., 1436, n° 60. A.A.E., Corresp., de Liége, XVII, f. 4 (...)
  • 85 Demanet, Recherches historiques sur la ville et la seigneurie de Fontaine-l’Evêque (1886).
  • 86 Lyon, Ind. b. n° 128.

55Il y avait d’ailleurs aussi des contestations secondaires portant sur divers territoires : ainsi la terre d’Hierges était disputée entre le duc de Bouillon qui la considérait comme une dépendance de son duché, et l’évêque, qui en prend le titre de baron et veut y prélever l’impôt83. Le village de « Chooz », enclavé dans le territoire liégeois, où la suzerainté de l’abbé de Stavelot, c’est-à-dire de Furstenberg, n’est pas contestée, mais où Liége prétend à la juridiction et même à la levée des impôts84 ; la ville de Fontaine-l’Evêque85 ; la ville basse de Charle-roi86, et bien d’autres, sont autant de terres « de débat » entre Liége, France et Pays-Bas.

  • 87 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I ; A.A.E. Corresp. de Liége, X (...)
  • 88 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 81-83.
  • 89 A.E.L., Ibidem ; A.A.E., Ibidem, f. 37-39.
  • 90 Je lis en effet dans un mémoire de Louvrex « ...je ne sais si Maisonsaielle y a contribué ; je trou (...)

56Plus importante paraît la controverse au sujet de trois villages contenus dans le contrat de vente de 1555, mais que les Liégeois considéraient, peut-être à tort, comme ne dépendant pas d’Agimont, à savoir Severy, Gochenée et Maisoncelle, ainsi que la terre de Frasne. Pour Severy, les Liégeois faisaient valoir que ce village a contribué dans les impôts de l’État jusqu’en 167587 ; les Français ne le contestaient pas, mais faisaient observer que cette localité se trouvait comprise dans le contrat de 1555, « sauf à obtenir le consentement du prince de Liége », et qu’il faut bien admettre un consentement tacite, puisqu’il y a jouissance paisible de tout le comté88. A Gochenée, les Liégeois prétendaient avoir toujours exercé la souveraineté sans contestation de l’Espagne, et de fait le village a contribué dans les impôts jusqu’en 167589, mais ici encore les Français objectèrent que la localité dépendait d’Agimont et qu’elle devait suivre le sort de ses sœurs. Pour Maisoncelle, le souvenir de son antique dépendance du pays de Liége s’était presque complètement effacé90 !

  • 91 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 34, 37, 39, 81 à 83.
  • 92 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

57Quant à Frasne, la question était encore plus discutée. Louis XIV entendait garder la localité comme dépendance de Mariembourg et invoquait le contrat d’échange de 1546 entre Georges d’Autriche et Charles-Quint ; ce contrat n’avait d’ailleurs reçu son exécution qu’en 1656 par la cession de Herstal. L’évêque de Liége ripostait par la production d’un acte de vente du seigneur de Withem à Gérard de Groesbeck de l’avouerie de Couvin, comprenant notamment la terre de Frasne. Les Français répondaient que l’avouerie ne concerne que le droit de juridiction, qu’au surplus le seigneur de Withem n’a pu céder plus de droits qu’il n’en avait et que dès lors l’évêque de Liége doit se contenter de la jouissance des rentes seigneuriales et de tout ce qui compose le domaine utile, sans prétendre à la souveraineté91. Cependant toutes ces discussions requéraient l’intervention active à Lille même d’un député liégeois. C’est pourquoi le résident Després reçut l’ordre de s’y rendre. Il y arriva le 13 novembre et signala aussitôt un accueil gracieux des Français et singulièrement malveillant de la part des Espagnols92.

  • 93 A.G.R., Jointe des terres contestées, carton 32. Le 29 nov. 1698 les ministres espagnols écrivaient (...)
  • 94 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem, lettre de Després du 3 déc. 1698.

58A vrai dire, aucun des commissaires n’avait l’autorisation d’entrer en pourparlers avec les Liégeois et tous attendaient des ordres de leurs gouvernements. Comme Després s’adressait plus volontiers aux Français qu’à leurs adversaires, ceux-ci ne manquaient pas de s’en plaindre au gouverneur des Pays-Bas93. Le comte de Tirimont tâchait de faire comprendre au résident qu’en insistant il causerait du préjudice à l’Espagne, sans en rien retirer pour Liége94.

  • 95 A.E.L., Ibidem, lettre de Després du 10 décembre.
  • 96 A.A.E., Corresp. de Cologne, suppl. II, f. 150.
  • 97 A.A.E., Corresp. de Cologne, 47, f. 27.
  • 98 A.E.L., Ibidem. Les Français s’en rapportaient à une déclaration faite à Ryswick, mais Joseph Cléme (...)
  • 99 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.
  • 100 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I. Lettre de Valdor du 14 mars (...)
  • 101 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

59Mais voilà qu’une autre difficulté surgissait : les pouvoirs de Després, rédigés au nom de Joseph Clément, renfermaient le titre de « duc de Bouillon ». Les Français ne le pouvaient admettre95. L’électeur écrivit au roi pour faire lever cette difficulté96 : en effet, faisait-il observer, ce titre n’a soulevé aucune discussion ni à Nimègue, ni à Ryswick. D’autre part, les États de Liége mandaient au résident de ne pas entrer en conférence si le titre n’était pas admis97. En février, les commissaires français firent savoir à Després, qu’ils avaient reçu l’ordre de l’admettre aux conférences avec le titre disputé, mais à condition que cela ne préjudicie en rien aux droits des tiers98. Puis, nouvelle difficulté : il paraissait que l’ordre de recevoir le résident ne concernait que l’affaire du village de Fepin réclamé par l’électeur de Trêves ! C’était peu admissible, et Després soupçonnait, avec plus ou moins de raison, les Espagnols d’ê re encore là-dessous99. Enfin, le 7 mars, Louis XIV ordonna à ses envoyés de recevoir le député liégeois à toutes les entrevues qui pourraient l’intéresser100. Mais les commissaires n’allaient pas vite en besogne : en quatre mois, ils eurent six ou sept conférences communes et, pendant ce temps, Després commençait à faire des dettes101. Il fallait d’ailleurs obtenir des Espagnols la même grâce que des Français, et ceux-là ne paraissaient pas pressés. Després fit deux fois le voyage de Bruxelles, fut reçu par le gouverneur des Pays-Bas, mais en vain. La partie était vraiment désespérée. Que pouvaient obtenir les Liégeois ? Français et Espagnols avaient bien d’autres soucis que le désir de les satisfaire. Les affaires traînèrent encore en longueur pendant plusieurs mois : enfin, le 3 décembre 1699, le traité de Lille était conclu !

  • 102 L’article 1 donne à la France : Agimont, les deux Givet, Landrichamps, Chamois, Aviette, Flohimont, (...)
  • 103 A.G.R., Conseil d’état, 292B. A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef (...)

60Il partageait purement et simplement les territoires en litige entre la France et les Pays-Bas102. Il ne resta d’autre ressource à Després que de faire enregistrer la vaine protestation des Liégeois, préparée d’ailleurs depuis un an103 !

61Pourtant nos ancêtres ne perdirent pas l’espoir de recouvrer quelque jour ces territoires, et l’événement leur donna raison : avant la fin du 18e siècle, une grande partie des villages perdus, depuis le 16e siècle, seront rachetés par eux.

Notes

1 Le meilleur récit de cette vente à réméré se trouve dans le Triumphale bulonicum du moine Renier de Saint-Laurent (M.G.H. Scriptores, XX, pp. 583-592).

2 La critique historique n’a pas encore déterminé la date certaine de cette perte.

3 Cet acte est reproduit dans le texte latin et dans le texte français parmi les pièces justificatives de l’Explanatio de Foullon (Ind. b. n° 46). Il suffit de le lire pour se rendre compte qu’il ne s’agit pas du château lui-même.

4 de Chesteet de Haneffe, Ind. b. n° 85, p. 103.

5 de Ram, Ind. b. n° 18, p. 410.

6 C’est de là que proviendrait le titre de duc de Bouillon que les historiens français donnent à Robert de La Marck. Ozeray (Ind. b. n° 136, p. 111) se fonde sur un manuscrit de la B.N., pour écrire que Robert fut reconnu en cette qualité par Charles VIII en 1486. Mais de Chestret (op. cit., p. 147, note 1) qui a consulté le même manuscrit (Collection de Brienne, 135, f. 17), où se trouve l’acte en question, n’y a rien vu de semblable.

7 Je suis ici l’excellent résumé de Villenfagne, Ind. b. n° 169, pp. 115 et suivantes. Voir aussi Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 120-123. de Chestret, op. cit., p. 200.

8 Voir la lre partie, p. 3.

9 de Chestret, Ind. b. n° 85, p. 161, note 3. Voyez cependant l’acte de confiscation dans de Marnepfe, Ind. b. n° 28, t. I, n° 32.

10 Dumont, Ind. b. n° 63, t. IV, 2e partie, p. 13.

11 Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 76 et 135. de Chestret, op. cit., p. 176.

12 de Chestret, op. cit., pp. 177-178.

13 Dumont, op. cit., t. V, lre partie, p. 36.

14 Le traité de Cateau-Cambrésis prévoyait en effet un règlement par arbitres dans la ville de Cambrai, et l’article 19 du traité de Vervins (1598) ordonna l’exécution de cette clause dans les six mois.

15 Villenfagne, Ind. b. n° 169, t. I, pp. 115-138.

16 Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 80 et suiv. ; de Chestret, Ind b. n° 85, pp. 186-188.

17 Un document des Archives de Saint-Trond détaille ses prétentions qui se montent à 114.500 florins et 41.000 livres.

18 C’est d’un second mariage que Henri de La Tour eut ces enfants dont l’aîné devint le Grand Turenne.

19 Voir Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. I, pp. 209-210 pour le détail des sommes dues.

20 Foullon, Ind. b. n° 46, pp. 87-92. Louvrex, Ind. b. n° 62, t. IV, p. 24.

21 A.N., R2 184. Foullon, op. cit., p. 94.

22 Voir la « Requeste présentée au Roy par... Henry Robert de la Marck, duc de Bouillon... pour avoir justice de l’usurpation qui a été faite... » (1644).

23 A.N., R2 183. B.N., Nouvelles acq. fr., 22330, f. 166.

24 Rousset, Ind. b. n° 155, t. II, passim.

25 Poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4903, n° 4910.

26 Poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4908. Instructions du 4 juillet 1678.

27 Moetjens, Ind. b. n° 45, t. III, p. 404.

28 Vast, Ind. b. n° 66, t. II, p. 114.

29 Poncelet, op. cit., t. V, n° 4921, Maximilien Henri au chapitre, 19 février.

30 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 97-98.

31 Vast, op. cit., p. 90.

32 Lonchay, Ind. b. n° 72, pp. 115-116.

33 Poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4930.

34 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 13-15.

35 Poncelet, op. cit., n° 4932.

36 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 32.

37 Piot, Ind. b. n° 137, article 159 du mémoire espagnol.

38 Le dossier d’ailleurs incomplet de cette affaire se trouve dans Detrooz, Hist. du marquisat de Franchimont, lre partie, pp. 86-90 ; au tome II de Nautet, Ind. b. n° 132, p. 358, et surtout dans les articles de Ph. de Limbourg (Bulletin de l’Inst. arch. liég., XI, pp. 240-257) et de Tihon (Bull. Soc. vert, d’hist. et d’arch., III, pp. 188-227). On ignore toujours le fondement des prétentions royales sur le marquisat. Mes recherches à Paris sont restées vaines, niais il y aurait lieu de visiter les archives de Metz.

39 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 118-121. Lonchay, Ind. b. n° 72, pp. 184-185.

40 Lonchay, op. cit., p. 118. Huisman, Ind. b. n° 74, p. 147.

41 Lamotte, Ind. b. n° 122, pp. 92 et 196.

42 Ennen, Ind. b. n° 69, t. I, p. 471.

43 Voir 2e partie, eh. II. Voir aussi Van dek Heim. Ind. 6. n° 48, t. III, p. 32 : Dijckvelt Heinsius, 8 novembre 1693.

44 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 506.

45 Voir p. 66.

46 « Bien que l’eveque et pays de Liége ayent joint leurs armes à celles des ennemis de S. M. T. C, elle veut bien néanmoins rendre la ville et le château de Huy à l’éveche et même le dédommager de Dinant et Bouillon, reunissant au pays de Liége, telle portion du plat païs de Luxembourg qui se trouvera être le plus à la bienséance dudit sieur eveque, et qui sera estimée convenable par des arbitres ». Cette proposition fut réitérée le 11 décembre 1693 dans un mémoire présenté à Guillaume III par l’envoyé de Danemark à Londres à la demande de Louis XIV (Bernard, Ind. b. n° 52, t. I, pp. 39, 43, 57-58).

47 A.A.E., Corresp. de Hollande, reg. 159, f. 147 cité par André et Bourgeois, Ind. b. n° 51, t. I, p. 445. Cfr. lettre de Louis XIV au cardinal de Bouillon, le 26 mars 1694 (B.N. Coll., Morel de Thoisy, reg. 1, f. 371).

48 André et Bourgeois, op. cit., I, pp. 460-462.

49 «...En troisième lieu, si outre ces restitutions, ils (les États-Généraux) insistent encore fortement à ce que le château de Bouillon soit rendu à l’évêque et prince de Liége, S. M. veut bien que, lorsqu’ils ne pourront plus s’en défendre et que cette restitution leur paraîtra absolument nécessaire pour conclure la paix, en ce cas et non autrement, ils y consentiront. » (A.A.E., Corresp. de Hollande, 159, f. 219-220, cité par André et Bourgeois, op. cit., p. 470).

50 A.E.L., Concl. Cap., reg. 169, 7 sept. 1096.

51 A.E.L., Chapitre cathédral, Secrétariat, n° 50, f. 15V-21.

52 A.E.L., Chapitre cathédral, Secrétariat, n° 50, f. 35.

53 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 6, à la date du 17 mai.

54 A.E.L., Chap. cath., Secrétariat, n° 50, f. 28-30, reproduit par Daris, Ind. b. n  65, xviie siècle, t. II, pp. 256-257.

55 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. III, p. 229.

56 On sait que Colbert de Croissy, étant mort le 28 juillet 1696, fut remplacé par son fils Torcy.

57 A.A.E., Corresp. de Holl., 172, f. 12-58, cité par André et Bourgeois, Ind. d. n° 51, t. I, pp. 525-526.

58 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 562. Guillaume III à Heinsius, 26 mai.

59 A.E.L., Chap. cath., Secrétariat, reg. 50, f. 38v.

60 Voir à cet égard Bernard, Ind. b. n° 52, tomes I à IV, passim.

61 Vast, Ind. b. n° 66, t. II, p. 226.

62 Lamotte, Ind. b. n° 122, pp. 93, 197, n  557.

63 Bernard, Ind. b. n° 62, t. II, 4 juin 1697, III, pp. 288-295, t. IV, pp. 112-115.

64 Lahaye, Ind. b. n° 50, t. VI, pp. 300-302.

65 A.E.L., Concl. Cap., reg. 170 : 8 janvier, 10 mars 1698.

66 Lahaye, op. cit., pp. 308-311.

67 Lahaye, op. cit., pp. 318-320.

68 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

69 A.E.L., Concl. Cap., 170, 2 juin, 20 juin.

70 C’étaient le comte de Tirimont, membre du Conseil des finances et futur successeur de Bergeyck (Van Kalken, Ind. b. n° 118, p. 125, note 1) et Bourkowe.

71 Voir le remarquable exposé de Roland, Ind. b. n° 153. Voir aussi Robaulx de Soumoy, Ind. b. n° 151.

72 de Robaulx de Soumoy, (op. cit., pp. 304-307) publie l’original du 6 avril 1555.

73 Voici pourtant le résultat auquel je suis arrivé : en 1698, les Liégeois revendiquaient 19 ou 20 villages dépendants de Charlemont ; c’étaient Givet Notre Dame, Givet St-Hilaire, Voneche, Felenne, Dion le Val, Dion le Mont, Landrichamps, Finnevaux, Feschaux, Ferage, Javingne, Aviette, Chamois, Flohimont, Fromelennes, Félix Pré (abbaye de filles), Winnenne, Heer, Rancenne, Mahoux (cette orthographe est donnée par Noël, Ind. b. n° 133, p. 54). De plus, les Liégeois réclamèrent Maisoncelle, Sevry et Gochenée (d’après Roland, Gochenée, autrefois pays de Liége, fut annexé seulement en 1549 à la terre d’Agimont) comme indépendants d’Agimont, quoiqu’ils fussent compris dans le contrat de 1555, et enfin Romerée : ce qui donnerait 24 localités, plus celle d’Agimont elle-même. Beaucoup de textes ne donnent que 23 noms, mais le manquant est tantôt l’un, tantôt l’autre de ceux-là.

74 « et a ledit seigneur conte de Stolberg recogneu, comme soubz le noble et bon plaisir de monseigneur l’evesque de Liége et de son consentement, lequel pour autant que touche ce qu’est tenu de luy, la Majesté réginalle sera tenue de procurer et obtenir en déans 3 ou 4 mois prochainement venans à compter de cedit jourd’huy date de cestes » (de Robaulx, Ind. b. n° 151, p. 305).

75 Lettre de Charles Quint, 2 juillet 1555 «...étant mon intention de posséder la place sous les mêmes obligations envers vous et votre Église sous lesquelles ledit de Coninxtein et ses prédécesseurs l’ont tenu et d’en tenir sans diminution quelconque » (Bernard, Ind. b. n° 52, t. II, pp. 357-358).

76 Philippe II à l’évêque, 1er juin 1556 : « Ayant aussi sadite Majesté impérialle et moy successivement offert de faire le relief et devoir d’Agimont dont le dit Givet dépend, en la même forme et manière, qu’auroit été le comte de Stolberg... » (Bernard, op. cit., pp. 359-360).

77 Roland, Ind. b. n° 153, passim.

78 D’ailleurs, quarante ans auparavant Richelieu avait deviné l’importance de l’acquisition et l’on constate que, dans une lettre au maréchal de Châtillon, il songeait à s’assurer de la place de Charlemont (Avenel, Ind. b. n° 36, t. V, p. 833).

79 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

80 A la lettre du 1er juin 1556 mentionnée plus haut, on ajoute une lettre de Philippe II du 29 décembre 1556 reconnaissant la juridiction épiscopale.

81 II y avait encore, d’après un registre des échevins liégeois, une attestation des quatre plus anciens habitants de Givet en 1630, de la qualité d’un sieur Gilles de Soy, natif de Givet et échevin « lequel n’aurait pu estre reçu si Givet n’avait esté en effet du pays de Liége parce qu’il faut estre né liégeois pour pouvoir estre admis aux dittes charges » (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec les Pays-Bas, portef. IV).

82 Ainsi des conférences eurent lieu en 1566, 1570, 1575 à ce sujet ; Ernest de Bavière fit en vain demander à Bruxelles que l’on reconnut son droit et le pape écrivit en ce sens aux archiducs le 22 oct. 1599. Il y eut des instances nouvelles en 1615 à la conférence de Maestricht ; en 1624 on envoya à Bruxelles le doyen Wachtendonck, en 1631 le baron de Horion : ces missions échouèrent. On en reparla aux conférences de Tirlemont, de Metz, de Marchiennes. Toujours on s’est heurté à la mauvaise volonté des Espagnols.

83 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 31, 32, 36.

84 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem. D.G., 1436, n° 60. A.A.E., Corresp., de Liége, XVII, f. 47, 78-80.

85 Demanet, Recherches historiques sur la ville et la seigneurie de Fontaine-l’Evêque (1886).

86 Lyon, Ind. b. n° 128.

87 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I ; A.A.E. Corresp. de Liége, XVII, f. 44.

88 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 81-83.

89 A.E.L., Ibidem ; A.A.E., Ibidem, f. 37-39.

90 Je lis en effet dans un mémoire de Louvrex « ...je ne sais si Maisonsaielle y a contribué ; je trouve Maseselle, je n’ai su que de M. l’abbé Spontin que c’était pays de Liége » (A.E.L., Ibidem).

91 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 34, 37, 39, 81 à 83.

92 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

93 A.G.R., Jointe des terres contestées, carton 32. Le 29 nov. 1698 les ministres espagnols écrivaient que « depuis l’arrivée du résident de Liége, leurs allégations faisaient moins de force qu’auparavant sur les esprits des ministres de France, si avant que, dans la dernière conférence, le procureur du Roi très chrétien leur avoit objecté que ces lieux en tout cas n’appartenaient pas à S. M. pour la souveraineté mais bien au prince de Liége ».

94 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Ibidem, lettre de Després du 3 déc. 1698.

95 A.E.L., Ibidem, lettre de Després du 10 décembre.

96 A.A.E., Corresp. de Cologne, suppl. II, f. 150.

97 A.A.E., Corresp. de Cologne, 47, f. 27.

98 A.E.L., Ibidem. Les Français s’en rapportaient à une déclaration faite à Ryswick, mais Joseph Clément prétendait ne rien savoir là-dessus ; son titre, disait-il, n’y a pas été contesté. En réalité, il y avait un petit protocole du 11 mai 1697 par lequel on avait discrètement stipulé que l’emploi ou l’omission des titres ne pourra préjudicier aux parties ou tirer à conséquence (Bernard, Ind. b. n° 52, t. II, p. 8).

99 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

100 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la France, portef. I. Lettre de Valdor du 14 mars 1699.

101 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV.

102 L’article 1 donne à la France : Agimont, les deux Givet, Landrichamps, Chamois, Aviette, Flohimont, Fromelennes, Félix Pré, Gochenée, Heer, Rancenne, Romerée. L’article 2 donne à l’Espagne : les deux Dion, Felenne, Voneche, Feschaux, Finnevaux, Javingne, Mahoux, Winnenne, Ferage, Sevry, Maisoncelle. L’article 9 règle la répartition des rentes (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV. A.G.R., Conseil d’état, 292a).

103 A.G.R., Conseil d’état, 292B. A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec les Pays-Bas, portef. IV. La protestation faite dès le 27 novembre fut réitérée le 7 janvier et le 7 mars 1700.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search