Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Troisième partie. Le règne de Joseph Clément de Bavière

Chapitre II. Le gouvernement de Joseph Clément de Bavière et la principauté

Résumé

La capitulation de Joseph Clément de Bavière. — Portrait et caractère du prince. — Le Conseil privé. — Difficultés financières incessantes. — Conflit du prince avec le chapitre. — Prise de Huy, les quartiers d’hiver, les emprunts. — Conflit aigu au sujet des troupes : les États congédient la cavalerie, le prince veut la maintenir. Les Liégeois veulent supprimer toute la milice, le prince propose diverses réductions qui ne sont pas admises. On en vient à une transaction qui ne fait que masquer la défaite de Joseph Clément. — Jugement d’un agent français. — L’électeur est hésitant entre les influences hollandaise et française. Celle-ci finira par l’emporter car les États-Généraux n’entendent guère donner satisfaction aux exigences de l’électeur. — Attitude de Guillaume III, de Heinsius et de Maximilien-Emmanuel. L’affaire de la Chartreuse met à Liége les divers partis aux prises. Le prince veut conserver ce fort pour lui ; le parti français en réclame la démolition ; le parti hollandais essaye de faire livrer la place aux États-Généraux. — L’ambassade du sire de Phelypeaux : l’état des esprits à Liége.

Texte intégral

  • 1 B.U.L., ms. 1019, f. 829.

1Le nouveau prince-évêque prit possession du pouvoir sans aucun trouble. On rapporte que la nouvelle de sa confirmation causa à Liége une joie presque unanime, même parmi ceux qui lui avaient été hostiles1. C’est qu’en effet le sort de l’évêché ne pouvait rester plus longtemps en suspens. Chacun comprenait que, dans l’état des affaires, la scission qui s’était produite dans le chapitre ne pouvait manquer d’augmenter le désordre lamentable où se débattait le pays.

  • 2 Le texte en est publié dans Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 215-223.
  • 3 Article 6 : « …Item omnia dicti capituli bona et redditus, nec non praelatos et canonicos cathedral (...)
  • 4 Article 37 : « Item mandata publica, etiam pontificia vel etiam imperialia non poterunt publicari, (...)
  • 5 Article 71 : « Item non poterit assumere in consiliis suis equos qui capitulo speciali juramento ad (...)

2Au reste, Joseph Clément fut soumis à une « capitulation » de soixante-treize articles, la plus longue et la plus onéreuse de l’histoire liégeoise. A côté des dispositions traditionnelles qu’elle confirme, elle renferme une quinzaine de nouveaux articles qui, pour la plupart, s’expliquent par les événements du règne d’Elderen2. Le chapitre se réserve la majorité des sièges dans tous les conseils ; son consentement est exigé pour les envois de députations auprès des cours étrangères et son approbation est requise pour leurs instructions. A cette restriction en matière de politique extérieure, s’ajouta une restriction en matière militaire : le prince ne pourra lever de troupes, ni introduire des soldats étrangers dans le pays sans le consentement du chapitre. L’évêque devra protéger les chanoines contre toute voie de fait et ne plus tolérer leur arrestation ou leur exil3. Et, se taillant décidément la part du lion, les tréfonciers font stipuler qu’aucune ordonnance, même impériale, aucune bulle pontificale ne pourront être publiées sans leur autorisation4. Il faut encore signaler la dernière disposition : elle exclut de tous les conseils le doyen et l’écolâtre, elle interdit même au prince de prendre leur avis5. Sans doute leur exclusion se justifie par leur situation particulière à l’égard du chapitre, mais étant donné que cet article est entièrement nouveau, on ne peut s’empêcher de le traduire : c’est l’ostracisme de Méan !

  • 6 M. Pirenne (Ind. b. n° 76, t. V, p. 159) le croit et la suite du récit le montrera dans maintes cir (...)
  • 7 Voyez le curieux portrait que donne Saint-Simon (Mémoires, t. III, p. 327) : « blond avec une gross (...)
  • 8 B.U.L., ms. 1019, f. 834.
  • 9 Il écrivit plusieurs pièces dramatiques en langue française (Heigel, Ind. b. n° 111, pp. 562-567).
  • 10 Les apostilles de Joseph Clément sont toujours en français, mais ce qui est particulièrement convai (...)
  • 11 La France pensionnait avec soin chacune de ses maîtresses (A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 62, f. (...)
  • 12 En 1716, il se déclare « scandalisé » de ce que son neveu, le roi d’Espagne, ne lui ait pas encore (...)
  • 13 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 21-22. Lettre d’un sieur Doelne, liégeois, le 24 mai 1698 : c’e (...)
  • 14 A.E.L., Corresp. de Roost, reg. VII. Lettre très curieuse du 5 juillet 1719, adressée au baron de R (...)
  • 15 Lettre de Joseph Clément à son chancelier Karg, le 5 juillet 1719, publiée par Ennen, Ind. b. n° 68 (...)

3Joseph Clément promit tout ce que l’on voulut, peut-être avec l’arrière-pensée de n’en tenir aucun compte6. Électeur de Cologne, titulaire de cinq principautés de l’Empire, frère du nouveau gouverneur des Pays-Bas, son naturel impétueux et autoritaire se prêtait difficilement à ces formalités constitutionnelles. Ses vingt-trois ans ne lui avaient pas encore permis de se révéler, si ce n’est… comme débiteur insolvable. Au demeurant, d’un physique peu avantageux7, d’une humeur agréable et même enjouée, et à l’instar de certains despotes, tolérant la familiarité et recherchant la popularité8, auteur dramatique à ses moments perdus9, tout imprégné de culture française au point de ne pouvoir écrire une lettre en allemand10, ce prince ne pouvait apparaître aux yeux de ses nouveaux sujets sous des couleurs trop défavorables. Mais il ne va pas tarder à se montrer jaloux de ses prérogatives, entêté dans la défense des droits qu’il revendiquait, au point d’entrer dans un conflit de trente années avec son chapitre et ses États. De plus, de mœurs peu recommandables11, sachant quémander partout avec un cynisme déconcertant12, « se metant fort peu en peine de ses créanciers, pourveu qu’il trouve de jour à autre de quoy faire bonne chère et satisfaire à ses plaisirs ordinaires »13, son insolvabilité constante le mettra dans la dépendance de la France, malgré les avis de ses alliés et lui fera prendre les armes contre l’Empire dans la prochaine guerre. Les sentiments’ d’indépendance et les allures de souveraineté que prendront ses sujets liégeois l’indisposeront au plus haut point. Il qualifiera d’« insolence incroyable » un refus de subsides, et d’« incongruité » la moindre remontrance. A la fin de son règne, toujours brouillé avec les Liégeois, il s’intitulait ironiquement « colonel au service de ses États »14. Il demandera avec éclat qui, du prince ou des sujets, devait être « le maître du pays », et à ceux qui lui conseillaient la soumission, il répondra : « cela est bon à dire à un Iroquois, qui n’a jamais seu ni entendu parler de ce que c’est Liege, et non pas a un prince qui depuis un règne de 25 ans a trop bien appris, et même à ses dépens, ce qui en est »15.

  • 16 Duras fut remplacé en 1696 par le baron de Rosen, celui-là même qui avait été conduit à Maestricht (...)
  • 17 L’archidiacre Surlet, tout en étant resté un partisan de la France, avait montré beaucoup d’hostili (...)
  • 18 Ce furent Duras, Berlo, l’official Clercx, Liboy, Stockem, Sluse, T’Serclaes et les échevins de Cha (...)
  • 19 de Borman, Ind. b. n° 81, t. II, pp. 449-450.

4Joseph Clément commença d’abord par constituer son Conseil privé. C’est encore dans la composition de celui-ci que l’on va pouvoir remarquer les nouvelles tendances. Des sept membres dont il se composait à la mort d’Elderen, seul le chancelier Duras16, et le baron de Sluse17 furent maintenus. Le nouveau conseil fut constitué par neuf membres, choisis exclusivement parmi les partisans de l’électeur18. Le comte Berlo de Hozemont fut nommé grand maïeur19, et T’Serclaes, naturellement maintenu dans ses fonctions de général en chef, fut désigné comme conseiller privé, avec l’assentiment du chapitre.

  • 20 A.G.R.-S.E.G., reg. 593, f. 58. Joseph Clément à son frère, 12 décembre 1694.
  • 21 A.G.R.-S.E.G., reg. 593, f. 59.
  • 22 Sprimont avait fait partie du Conseil privé d’Elderen.

5Il se trouva que les trois quarts de ces membres étaient de sentiments français ! Les Hollandais, surtout, s’offusquaient de l’ostracisme dont étaient frappés les « Méanistes ». Joseph Clément eut beau justifier sa conduite par l’hostilité dont il avait été l’objet de la part du grand doyen et ajouter, pour rassurer les alliés : « mon conseil d’État n’auroit jamais du donner le moindre ombrage, mon intention ayant toujours été de n’y traitter que des afaires du Pays et non celles qui concernent la guerre et les intérêts des alliés »20, il ne put se faire entendre. Son frère, Maximilien Emmanuel, fut chargé de lui écrire qu’il n’est pas question de savoir si les « Méanistes » ont ou non mérité cette exclusion, mais qu’il s’agit avant tout de satisfaire les alliés21. Joseph Clément dut s’incliner : il nomma conseillers privés Sprimont, abbé de Ciney, que Dijckvelt avait désigné22, et Delanaye, hollandais de naissance. De plus il fit choix pour sa Chambre des Comptes d’un neveu de Méan.

  • 23 D.G., reg. 1305, n° 71. Nouvelles de Liége : janvier 1695.
  • 24 D.G., reg. 1260, n° 108.
  • 25 On a vu qu’en 1692 Elderen avait obtenu de Maximilien Emmanuel que T’Serclaes pût demeurer dans le (...)
  • 26 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portefeuille n° 1. Ce quartier d’ (...)
  • 27 D.G., reg. 1260, n° 108.

6La présence dans les conseils de ces gens qui s’appliquèrent à « contredire à tout ce que les autres font »23 n’était pas de nature à améliorer la marche des affaires. Mais peu à peu les deux partis hostiles en arriveront à pactiser plus ou moins et se retrouveront quasi unis quand il s’agira de faire échec au prince. D’ailleurs, le grand doyen, dont la cause s’identifiait avec celle des alliés, réussit encore, même au début, à agir en maître. Ainsi, son influence personnelle se trouvant balancée par celle du comte T’Serclaes de Tilly, dont il était devenu l’ennemi, il obtint des Hollandais que le général fût rappelé en Espagne pour y prendre un commandement24. Mais, pas plus en 1691 qu’en 1692, on ne voit que le comte ait été obligé d’obéir : il est probable que Joseph Clément a pu obtenir de son frère la même grâce qu’Elderen deux ans auparavant25. D’autre part, les alliés se trouvant alors grandement embarrassés pour leurs quartiers d’hiver, il fallut placer près de 25.000 hommes dans le pays de Liége26, dont une assez grande partie dans la seule Cité. Sur l’ordre de Méan, douze bataillons furent logés chez les bourgeois, qui murmurèrent à tel point qu’il fallut envoyer une députation au prince27.

  • 28 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 251.
  • 29 Très significative est encore la liste des opposants : les 3 Méan, les 2 Sélys, Blisia, Wansoule, S (...)
  • 30 Les 146 tailles que l’on demandera en 1696 et 1697 ne rapporteront que 326.884 florins, au lieu d’u (...)
  • 31 D.G., reg. 1305, n° 138. Nouvelles de Liége : 13 mars 1695.

7A la « Journée d’États » d’octobre 1694, on avait proposé la levée de 120 tailles annuelles pendant trois ans sur le pays28. Le grand doyen se mit à la tête d’une opposition d’une douzaine de tréfonciers29 et du clergé secondaire pour faire échouer le projet : la misère du pays, disait-il, ne permettait pas la levée de cet impôt extraordinaire. Il craignait sans doute de rendre la guerre trop impopulaire par cette charge toute directe et préférait le recours aux emprunts en Hollande. Les tailles furent quand même votées mais n’aboutirent qu’à un médiocre résultat30. Tout ceci montre que les divisions ne manquaient pas de surgir dans la direction des affaires lorsqu’il s’agissait de la participation à la guerre et les agents secrets que la France entretenait dans la Cité exprimaient bien l’opinion de leurs amis en écrivant : « Méan seul brouille icy toutes choses »31.

8Mais on va voir que, dans le gouvernement intérieur du pays, l’accord se faisait volontiers pour manifester une opposition systématique à l’égard du prince.

  • 32 Que devient donc l’article 71 de la capitulation ? Exclu du Conseil privé comme membre, Méan y rent (...)
  • 33 Polain et Bormans, Ind. b. n° 58, 3e série, t. II, p. 95. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II (...)
  • 34 Polain, op. cit., p. 95. Toutes les pièces du débat y sont publiées.
  • 35 A.A.E., Corresp. de Liége, VII, 5 septembre 1675, lettre du résident Descarrières, citée par Huisma (...)
  • 36 Voyez l’incident analogue du « perillustris » et « insignis », p. 111, note 1.
  • 37 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. II, p. 96. Un extrait est donné par M. Pirenne, Ind. b. n° 76, (...)

9Dans sa capitulation, Joseph Clément avait promis de résider six mois par année dans la Cité ; de plus, en quittant le pays en juillet 1695, il s’était engagé à revenir en septembre. Mais il ne put tenir sa promesse. Aussitôt le chapitre s’empare du gouvernement de l’état et délègue son doyen32 avec trois tréfonciers pour présider le Conseil privé. Il charge deux autres chanoines de siéger au conseil de guerre et de lui faire rapport33. Le prince, qui voyageait en Allemagne avec l’écolâtre Clercx et le chanoine Lamargelle, en fut informé : il s’en indigna, et écrivit au chapitre : « Nous n’aurions… pas cru que vous auriez voulu vous attribuer l’autorité de prendre sur une affaire semblable des résolutions capitulaires et des déclarations formelles si préjudiciables à notre souveraineté »34. Ce mot de « souveraineté » dut provoquer un beau tapage ! Les cinquante ou soixante capitulaires, « qui veulent faire autant de testes couronnées »35, comme l’écrivait jadis un ambassadeur français, n’étaient pas habitués à un pareil langage ! Ils se rebiffèrent et dans une lettre qu’ils adressèrent à l’écolâtre Clercx, ils s’exprimaient ainsi : « quoique nous n’ayons pas trouvé convenable de répondre à Son Altesse Electorale sur un mot qui s’y est apparemment glissé par l’abus du secrétaire36 et duquel les princes de Liége ne se servent pas, savoir le mot de souveraineté »… nous vous prions de veiller à ce que cela ne se reproduise plus37. Clercx répondit, en effet, que tout provenait de l’ignorance du secrétaire, mais le conflit en lui-même n’était pas vidé. Le chapitre, en effet, essayait de justifier sa conduite en invoquant une coutume ancienne, tellement ancienne que tout le monde l’avait oubliée ! L’argumentation juridique des tréfonciers était donc bien fragile, et le prince, rentré à Liége, ne voulut rien céder. On en appela de part et d’autre aux tribunaux impériaux où l’affaire fut bel et bien enterrée.

  • 38 Relation anglaise du siège : Ind. b. n° 13, pp. 68-77.
  • 39 D.G., reg. 1359, n° 27.

10Pendant ce temps les opérations militaires suivaient leur cours. La campagne de 1694 consista surtout en de nombreuses marches et contremarches. Mais, en septembre, on eut le second siège de Huy. Le duc de Holstein Ploen et T’Serclaes bloquèrent la place, qui, assez vaillamment défendue par les Français, succomba après dix jours de bombardement, le 17 septembre38. Une garnison hollandaise en prit possession ; et en 1696, à la grande surprise des Français, le roi Guillaume remis la place au prince de Liége en le tenant quitte des frais du siège et des nouvelles fortifications39.

  • 40 A.E.L., État-tiers, recès des députés ordinaires : 30 septembre, 7 octobre 1695.
  • 41 B.N., Fonds français, ms. 7920, 7921. De 1694 à 1697, l’Entre-Sambre et Meuse liégeoise paya 90.000 (...)
  • 42 A.E.L., État noble, Journées, reg. 20, f. 131-133 : 9 janvier 1695. Pour la misère du pays pendant (...)
  • 43 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 201-202, ordonnance du 28 février 1603. Les États avaien (...)
  • 44 Polain, op. cit., pp. 261-262. Édit du 9 février 1699 qui stipulait en outre qu’une acquisition de (...)

11Les quartiers d’hiver suscitaient toujours de nouvelles difficultés. On envoya le comte de Groesbeck en Hollande pour prendre des dispositions : on promit aux Liégeois de leur fournir chaque jour 5.000 rations de pain et 2.000 de fourrage pendant l’hiver, et de faire observer aux troupes une sévère discipline. On insista surtout sur la liberté du commerce à laquelle les généraux alliés apportaient souvent des entraves40. D’autre part, les Français continuaient à prélever des impositions sur les quartiers qu’ils occupaient41. Les plaintes des habitants avaient vivement ému les États, impuissants d’ailleurs à les secourir efficacement. L’État noble alla jusqu’à proposer de conclure un traité de contributions avec la France pour éviter la ruine et la destruction des villages insolvables. On discuta longuement le pour et le contre ; mais on dut bien reconnaître l’impossibilité d’entrer en négociations avec le roi très chrétien42. Pour parer à cette situation lamentable, une ordonnance de 1693 avait autorisé les bourgmestres des villes à contracter des emprunts pendant la durée de la guerre et à obliger solidairement, à cet effet, les personnes et les biens de chaque communauté43. Et après la paix, il fallut, en 1699, accorder un sursis général de sept années aux débiteurs de rentes et de « muids fonciers »44.

  • 45 En 1699, les arrérages et annuités dues en Hollande et dans le pays s’élevaient à plus de 450.000 f (...)
  • 46 D.G., reg. 1425, n° 17.
  • 47 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 75, f. 78v.
  • 48 A.E.L., État primaire, même registre. Toutes les pièces du débat sont aux pp. 81 à 128. L’affaire e (...)

12C’était toujours la situation financière de l’État qui sollicitait avec le plus d’urgence l’attention du gouvernement. Les emprunts contractés en Hollande chargeaient le pays d’un fardeau de plus en plus lourd45. Aussi ne peut-on s’étonner d’apprendre que l’espoir d’une paix prochaine ait en 1697 rempli tout le monde de joie à Liége46. Pendant la dernière année de guerre, les charges, augmentées des déficits antérieurs, avaient atteint le chiffre fabuleux de quatre millions de florins47 alors que les revenus avaient à peine dépassé 1,627,000 florins ! Un semblable passif détermina la conduite des États à la session d’octobre 1697 et provoqua un violent conflit avec le prince48.

  • 49 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portef. 1.

13De toutes les charges qui pesaient sur le pays, c’étaient les dépenses d’ordre militaire qui étaient les plus impatiemment supportées. L’État avait d’ailleurs dû un moment entretenir jusqu’à 7.000 fantassins et 2.500 cavaliers49. Aussi, la nouvelle de la conclusion de la paix à Ryswick était à peine connue à Liége, que les États décidèrent de licencier toute la cavalerie et, pour s’en débarrasser au plus tôt, ils firent cadeau de leurs chevaux aux soldats congédiés ! Ils avaient constaté en effet que les frais d’entretien de l’armée s’étaient élevés la dernière année à 1,600.000 florins, alors que les revenus globaux du pays n’avaient été que de 1.627.000 florins. On voit ce qu’il restait pour payer les rentes de Hollande, amortir les emprunts, accorder le donatif au prince, pourvoir aux frais généraux de l’administration, etc… ! Aussi n’avait-on pas hésité à prendre cette mesure radicale.

  • 50 L’électeur répliquait avec raison que Liége y avait été représentée par Maximilien-Henri.

14Mais, d’autre part, on devine l’émoi qui s’empara du prince à cette nouvelle ! Par l’organe de son chancelier Karg, il protesta contre ce qu’il appelait un empiètement sur son autorité. Il prétendait que la Diète de 1681 avait décidé de constituer un armement perpétuel pour la garantie de la paix. On répliquait que cette résolution ne pouvait en rien obliger le pays de Liége qui n’avait pas été convoqué à cette assemblée50 et que les États, étant compétents pour la levée et le payement des troupes, l’étaient aussi pour son licenciement.

  • 51 On ne supprimait en effet qu’un régiment d’infanterie, avec les escadrons d’ordonnance de T’Serclae (...)

15Voyant à quelle obstination il se heurtait, Joseph Clément offrit une transaction : on ne maintiendrait sous les armes que trois régiments d’infanterie et quatre de cavalerie, soit un peu plus de 5.000 hommes. Mais comme c’était à peine une réduction51, les États refusèrent d’y accéder. Là-dessus, l’électeur se rendit à Liége et vint proposer de nouvelles concessions : il arriva ainsi à fixer à 834.000 florins le total des frais d’entretien. Deux jours après, il consentait à ne maintenir que deux régiments de cavalerie et trois d’infanterie pour une somme de 158.000 écus. Pour toute réponse, les États cassèrent plusieurs compagnies d’infanterie. Le prince riposta en défendant aux soldats de quitter leurs enseignes. Le conflit en était arrivé à une phase si aiguë que le gouverneur des Pays-Bas envoya un de ses ministres à Liége pour tenter un accommodement.

  • 52 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 390.

16L’attitude intransigeante des États s’explique encore par un autre motif. Le prince T’Serclaes leur était devenu odieux parce qu’il avait confié beaucoup de charges à des Espagnols au détriment des gentilshommes du pays. Aussi les députés liégeois décidèrent que les charges militaires ne pourraient plus être occupées par des étrangers52.

  • 53 Ce chiffre est donné par le registre de l’État primaire, celui de l’État noble est de 1 000.

17Enfin, on arriva à un accord. Après de multiples entrevues entre les délégués des deux parties, les États consentirent à conserver 1.200 fantassins53 pour la défense des forteresses du pays. Au point de vue militaire, c’était une force dérisoire ! Cette fois encore le prince avait été vaincu La seule satisfaction qu’il obtint fut de voir inscrire sur les registres des États que le « recès » de licenciement des troupes n’avait pas été approuvé par lui !

  • 54 Voyez pp. 27-28.

18En somme, l’expérience de la guerre de la Ligue d’Augsbourg montre clairement les raisons de l’opposition séculaire des États à la notion de « neutralité armée ». L’entretien d’une milice un peu considérable coûtait au delà des revenus normaux du pays. Il aurait fallu trouver des ressources nouvelles et l’impossibilité de réaliser ce budget, avec le système d’impôts de nos ancêtres, était patente. Dès lors la neutralité liégeoise ne pouvait être que précaire, et c’est bien de cette neutralité que la principauté a toujours voulu se contenter54.

  • 55 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 391, Mémoire de décembre 1697.

19Ce nouveau conflit entre Joseph Clément et ses sujets n’avait pas échappé à l’observation de la diplomatie française. Avec la paix, celle-ci avait reconquis son influence dans le pays, et voici comment s’exprime l’un de ses agents à ce propos : « Il est aisé de croire par ce qui s’est passé à la journée des estats de Liége qu’il seroit à propos de mennager les chefs et principaux desdits estats et de repandre parmi eux quelques milliers d’escus afin de pouvoir contrecarrer les volontés du prince de Liége quand elles se trouveroient contraires aux intérêts du Roy », et comme les États tiennent la bourse du pays, le prince, en dépendant d’eux, dépendra en réalité de nous. De plus, continue ce mémoire, on pourrait se créer un parti secret en vue d’une élection ; ce n’est pourtant pas qu’il faille agir ouvertement : au contraire, il faut essayer de gagner le prince lui-même et de faire en sorte qu’il ignore ce qui se tramera à Liége55.

  • 56 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 21.
  • 57 KrÄmer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. II, pp. 33-34. Heinsius à Guillaume III, 7 février 1698.
  • 58 Kramer, op. cit., p. 35, Guillaume III à Heinsius, 10 février 1698.
  • 59 KrÄmer, op. cit., pp. 33, 36.
  • 60 KrÄmer, op. cit., p. 34.
  • 61 « Wat difficulteit tselve hier soude geven is U. M. bekent : dat raen in tijde van vreede snbsidien (...)

20Depuis la conclusion de la paix, Liége se retrouvait placée sous les diverses influences qui avaient depuis longtemps déterminé sa politique. Mais le véritable théâtre de la lutte était à Bonn, à la cour de l’électeur. Criblé de dettes, « toujours gueux à l’ordinaire » au dire de ses créanciers56, il sollicitait les puissances pour en retirer quelque argent. Cette conduite désespérait son frère qui ne cessait d’inviter les Provinces-Unies à le pensionner dignement pour éviter qu’il ne cherchât des ressources en France57. Guillaume III s’en inquiétait aussi et engageait Heinsius à le maintenir dans le bon chemin !58. Dijckvelt, l’ambassadeur hollandais à Bruxelles, voyait également le danger et sonnait l’alarme !59 Mais le Grand Pensionnaire ne voulait rien entendre : la chose, disait-il, serait aussi grosse de conséquences pour lui que pour nous ; aucun prince raisonnable ne peut se nourrir d’illusions au sujet d’une alliance avec la France et d’autre part, nous ne pouvons lutter avec l’or français sur ce terrain60. Au reste, ajoutait-il, l’avidité de Joseph Clément serait capable de dévorer des sommes trop importantes !61.

  • 62 « dat hij veel schulde en geen gelt hadde en oock weynigh middel omdat te bekomen ».
  • 63 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 119.
  • 64 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 11-20.
  • 65 Krämer, op. cit., pp. 25-26, 40.

21Les affaires de l’électeur étaient bel et bien dans le marasme : son chancelier Karg lui répétait fréquemment qu’il avait beaucoup de dettes et point de ressources62 et qu’il ne devait prendre en considération que ses propres intérêts. Ses favoris jouissaient d’une grande influence sur son esprit : Karg et T’Serclaes brillaient au premier rang de ceux-ci. Le dernier est peint, par les agents étrangers, comme un « homme vain et hautain faisant profession publique de sa passion pour l’Espagne et de son aversion pour la France »63. Son gendre, le comte de Saint-Maurice, commande la place de Bonn et lui est tout dévoué. Quant au chancelier, on le désigne comme le seul homme capable d’arrêter l’entier désordre des affaires de Joseph Clément64. Mais on le considère comme gagné à la cause française, peut-être même comme pensionné par celle-ci. Toutefois, comme il était le vrai maître de l’électeur, les Hollandais n’étaient pas opposés à l’idée de le gagner financièrement65.

22Tout cela témoigne d’un sérieux renforcement de l’influence française.

  • 66 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, passim.
  • 67 Krämer, op. cit., pp. 25-26. Heinsius à Guillaume III, le 24 janvier 1698.

23A Liége, on doit faire la même constatation. Là, c’était le comte de Poitiers qui dirigeait les anciens amis de Furstenberg et de Bouillon, et il était officieusement muni d’instructions précises de la part de son gouvernement66. Heinsius s’inquiétait vivement de cette recrudescence : le parti français, écrit-il, arrive à prévaloir non seulement aux États, mais même au Conseil privé67.

24C’est une question en apparence secondaire, qui va encore mettre aux prises les diverses factions.

  • 68 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 21-24. KrÄmer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. II, p. 39.

25On se souvient du sort du couvent de la Chartreuse pendant les premières hostilités. Les braves religieux avaient vu leur paisible monastère transformé en forteresse d’une certaine importance. Ils n’avaient cessé de se plaindre de cette innovation qui leur procurait les visites aussi régulières qu’incommodes de troupes de toutes nations. Aussi la fin de la guerre devait elle amener pour eux la cessation de cette tyrannie. C’était du moins leur espoir ! Mais ils furent bientôt détrompés. La nouvelle citadelle subsista. Une partie des Liégeois, il est vrai, en souhaitaient la démolition et ils étaient soutenus dans cette intention par la diplomatie française. De son côté, Joseph Clément tenait à conserver ce poste, ne serait-ce que pour pouvoir y entretenir une garnison. Les Hollandais enfin, avaient engagé des pourparlers pour le maintien de la Chartreuse. Us avaient compris tout le parti qu’ils en pourraient tirer en cas de guerre et ils proposaient à l’électeur d’écouter favorablement ses demandes de subsides, en échange d’une garnison hollandaise dans cette place68.

  • 69 Krämer, op. cit., pp. 45-47. Heinsius à Guillaume III, 21 février 1698.
  • 70 Krämer, op. cit., pp. 51-52. Heinsius à Guillaume III, 28 février.

26Pendant ce temps, les religieux avaient adressé au pape une supplique où ils demandaient la restitution de leur couvent et la démolition des murailles69. Diverses influences durent se croiser à Rome, car les bruits les plus contradictoires circulèrent à ce sujet. Le pape parut très disposé à donner satisfaction aux Chartreux, mais il dut bien ordonner de surseoir à la démolition jusqu’à ce qu’on pût arriver à un accord70.

  • 71 Krämer, op. cit., p. 39. Heinsius à Guillaume III, 14 février.
  • 72 Krämer, op. cit., p. 40. Guillaume III à Heinsius, 18 février 1698.
  • 73 Krämer, op. cit., pp. 50, 51, 90. Lettres d’Heinshis des 25 février et 28 mars, du roi du 24 févrie (...)

27On vient de voir que, de leur côté, les Hollandais ne demeuraient pas inactifs. Un de leurs généraux avait même annoncé qu’il enverrait un millier d’hommes pour occuper la Chartreuse si on en commençait la destruction71, et le roi Guillaume écrivait à Heinsius qu’il en donnerait l’ordre, si c’était nécessaire72. Puis, la question des subsides revenant à l’ordre du jour, le Grand Pensionnaire se montrait moins intraitable : on en arriva même à tomber d’accord pour une somme de 60.000 « rixdalers » que la ville de Maestricht fournirait à l’électeur de Cologne, mais à la condition expresse que celui-ci se trouvât réellement engagé73.

  • 74 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 8. Colbert de Croissy à Guiscard pour Poitiers, 15 janvier 1698
  • 75 Momentanément la France renonçait à entretenir un résident spécial à Liége.
  • 76 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 11-26. « Mémoire pour servir d’instruction » 11 avril. J’en ai (...)

28La France n’avait pas tardé à faire savoir qu’elle ne souffrirait jamais l’occupation de ce poste par les États-Généraux74. Elle envoya ensuite à Joseph Clément un ambassadeur ordinaire, le sire de Phély-peaux75. L’instruction remise dicte la conduite à tenir à l’égard des affaires liégeoises : il faut montrer à l’électeur le danger où il se trouverait avec une garnison hollandaise à Liége, ou même s’il acceptait les subsides des Provinces-Unies. Loin de rétablir ses affaires, ce serait les compromettre à jamais. Mais si le prince fait des ouvertures au sujet d’une pension à recevoir de la France, l’envoyé se contentera d’en référer à son souverain. Enfin Phélypeaux devra essayer de « ménager à Liége les principaux du party opposé à l’Electeur de Cologne afin de pouvoir se rendre dans la suitte médiateur des differens entre le Prince et les États », à la condition toutefois d’agir avec toute la circonspection voulue76.

29On le voit, le roi s’inspirait du mémoire rédigé à Liége au moment du conflit sur le licenciement de la cavalerie, et adoptait la ligne de conduite qu’on y proposait. Au reste c’était bien là toute la politique traditionnelle de la France à l’égard de la principauté.

  • 77 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 27-28. Phélypeaux au roi, de Liége, 13 mai 1698 : « Ce soir pen (...)

30Arrivé à Liége le 12 mai 1698, Phélypeaux signala l’émotion des Chartreux77. Deux partis se partageaient la Cité comme le chapitre : celui du doyen Méan, très hostile à l’électeur, et soutenu par la Hollande, et celui des partisans de la France, que dirigeait le comte de Poitiers.

  • 78 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 54, Phélypeaux au roi, 2 juin 1698 : « ce prince parut plein dé (...)

31Aux premiers mots que lui toucha l’ambassadeur arrivé à Bonn, Joseph Clément s’écria « qu’il perdroit plustost la vie que d’admettre les Hollandois dans la chartreuse », mais il ajouta « qu’il ne pouvoit répondre que de ce qui dependoit de luy, ne luy estant pas possible d’estre le maistre contre des forces supérieures, que le plus grand ennemy qu’il eust au monde, le doyen Mean, estoit dans Liége plus absolu que luy, que cet homme, sans lui en rien dire, avoit depuis quelque temps fait sortir de la chartreuse quatre compagnies fidelles que luy électeur y avoit mises », mais qu’il venait de donner l’ordre de les faire rentrer78.

  • 79 A.A.E., Corresp. de Cologne, 40, f. 98-99, Phélypeaux au roi, 2 juillet.

32Ce fut peine perdue ; le mois suivant. Joseph Clément déclarait que l’insolence « de Mean depassoit les bornes, qu’il venoit encore de changer la garnison de Liége » et d’obtenir des Hollandais, pour son frère, la coadjutorerie de la prévôté de l’église Notre Dame à Maestricht79.

  • 80 Krämer, Ind. b. n° 49, 3° série, t. II, pp. 71-72, Heinsius à Guillaume III, 23 mai.

33C’est que le grand doyen semble avoir vu le danger qui résulterait, pour la cause’ des anciens alliés, d’un entraînement de l’électeur vers la France. Il faisait savoir à Heinsius qu’il ne suffisait pas que le roi d’Angleterre et les États-Généraux seulement négociassent avec lui, mais que c’était à l’empereur d’attirer Joseph Clément dans une alliance générale. Un accord avec les Hollandais, disait-il, paraîtrait trop suspect et serait trop facilement exploité par les partisans de la France, tandis qu’une initiative impériale aurait toutes les chances d’aboutir80.

  • 81 Krämer, op. cit., p. 223, Heinsius au roi, 1er juillet.
  • 82 Krämer, op. cit., p. 240, Heinsius au roi, 15 juillet 1698.
  • 83 Krämer, op. cit., p. 201, Heinsius au roi, 2 janvier 1699.
  • 84 Krämer, op. cit., pp. 112, 113, 252 ; lettres du 11 avril et du 26 décembre 1698. Le parti français (...)

34Pourtant la conduite de l’électeur restait bien flottante. Tantôt on le voit presser les Hollandais de s’acquitter de la promesse de subsides81, tantôt on voit le parti qui lui est hostile manifester la plus grande confiance dans sa résistance aux sollicitations de la France82, tantôt Méan et les siens témoignent une vive inquiétude autour de son attitude83. C’est qu’en tout cas le parti français se remuait partout avec insistance. Heinsius écrivait qu’une élection épiscopale se ferait actuellement aussi bien à Cologne qu’à Liége au gré de cette faction et que, dans cette dernière ville tout particulièrement, ce parti dominait84.

  • 85 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 91-92, Louis XIV à Phélypeaux, 18 juillet 1698.
  • 86 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 219, Phélypeaux au roi : 12 décembre 1698.
  • 87 Krämer, op. cit., Heinsius à Guillaume III, 13 mars 1699.

35Entretemps, le roi de France avait fait connaître son désir de voir raser la forteresse de la Chartreuse85.Les États ne s’y opposaient pas86. Mais c’est du côté de Bruxelles que venait encore la résistance à ce courant : Maximilien ne cessait, paraît-il, d’engager son frère à satisfaire les Hollandais87.

  • 88 A.A.E., Corresp. de Cologne, 48, f. 54. Phélypeaux, le 11 septembre 1699, annonce ail roi que deux (...)

36Ainsi ce conflit durait depuis deux ans et n’avait pour résultat que la division et l’hostilité entre les diverses factions du chapitre et de la cité. Seul l’étranger pouvait en retirer quelque profit et l’on verra, au début des prochaines hostilités, la solution de ce différend apportée brutalement par l’occupation militaire de la France88.

Notes

1 B.U.L., ms. 1019, f. 829.

2 Le texte en est publié dans Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 215-223.

3 Article 6 : « …Item omnia dicti capituli bona et redditus, nec non praelatos et canonicos cathedralis hujus ecclesiae eorumque personas ac dignitates ab omni injuria, invasione contra quoscumque sint conditionis et status qui eos in captivitatem adducere, spoliare, iis praejudicare, arrestare vel quocumque modo violare attentaverint, tuebitur, defendet, manutebit et conservabit, id absque dolo, fraude, pro posse et viribus suis nec etiam Serenissima Celsitudo vestra eos capi, incarcerari et arrestari, in exilium mitti, in domibus suis, terris et bonis, militibus gravari, vel quidquam mali eis inferri curabit, vel permittet, et si aliis fieret aut nomine Serenissimae Celsitudinis vestrae attentaretur, resitet pro posse et viribus suis absque ulla simulatione… »

4 Article 37 : « Item mandata publica, etiam pontificia vel etiam imperialia non poterunt publicari, executioni demandari, vel affigi, nisi de capituli consilio et assensu ». C’est la disposition la plus exorbitante de cette capitulation.

5 Article 71 : « Item non poterit assumere in consiliis suis equos qui capitulo speciali juramento adstricti a conciliis principis excluduntur, quales sunt decanus et scholasticus et alii siqui sint, vel eorum in rebus agendis opera et consiliis uti, vel permittere ut sibi in conciliis sive privatis sive particularibus quo quomodo assistant ». L’écolâtre Mattias Clercx était un des chefs du parti bavarois ; je ne serais pas étonné si son exclusion avait été le résultat d’un marché, c’est-à-dire la compensation de l’exclusion du doyen, chef du parti opposé.

6 M. Pirenne (Ind. b. n° 76, t. V, p. 159) le croit et la suite du récit le montrera dans maintes circonstances.

7 Voyez le curieux portrait que donne Saint-Simon (Mémoires, t. III, p. 327) : « blond avec une grosse perruque, cruellement laid, fort bossu par derrière, un peu par devant, mais point du tout embarrassé de sa personne ni de ses discours ».

8 B.U.L., ms. 1019, f. 834.

9 Il écrivit plusieurs pièces dramatiques en langue française (Heigel, Ind. b. n° 111, pp. 562-567).

10 Les apostilles de Joseph Clément sont toujours en français, mais ce qui est particulièrement convaincant c’est la déclaration explicite de celui-ci. Il écrivait en 1715 à son ambassadeur à Anvers « …je voulois remercier M. le comte de Konigseck de ses dernières honnetetez : mais ma chancelerie n’étant pas encor arrivee, je ne puis écrire en allemand et je n’ose le faire en français de crainte qu’il ne le trouva pas bon. » (A.E.L., Correspondance du baron de Roost, reg. II, f. 22-24).

11 La France pensionnait avec soin chacune de ses maîtresses (A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 62, f. 39).

12 En 1716, il se déclare « scandalisé » de ce que son neveu, le roi d’Espagne, ne lui ait pas encore manifesté sa reconnaissance pour ce qu’il a fait pour lui, le grand prieuré de Castille lui ayant été refusé. « Un million ferait bien mon affaire », ajoute-t-il et il ordonne à son agent de La Haye d’en parler à l’ambassadeur espagnol ! (A.E.L., Corresp. de Roost, V, f. 57).

13 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 21-22. Lettre d’un sieur Doelne, liégeois, le 24 mai 1698 : c’est un créancier qu’on paye en paroles, aussi n’épargne-t-il pas l’électeur. Au surplus, les expédients que propose celui-ci révèlent plus d’imagination que de sens moral.

14 A.E.L., Corresp. de Roost, reg. VII. Lettre très curieuse du 5 juillet 1719, adressée au baron de Roost et dans le même ton que le document reproduit à la XIe pièce justificative.

15 Lettre de Joseph Clément à son chancelier Karg, le 5 juillet 1719, publiée par Ennen, Ind. b. n° 68, Dok.und Brieve, n° 232 ; je l’ai reproduite à la XIe pièce justificative, parce qu’elle est de nature à peindre sur le vif le caractère du prince.

16 Duras fut remplacé en 1696 par le baron de Rosen, celui-là même qui avait été conduit à Maestricht par les Hollandais en 1693.

17 L’archidiacre Surlet, tout en étant resté un partisan de la France, avait montré beaucoup d’hostilité à l’électeur. Mais j’ignore la raison pour laquelle Hinnisdael, si dévoué à Joseph Clément, ne fut pas maintenu dans ses fonctions.

18 Ce furent Duras, Berlo, l’official Clercx, Liboy, Stockem, Sluse, T’Serclaes et les échevins de Charneux et Cartier. Le 13 décembre Sprimont et Delanaye en feront aussi partie.

19 de Borman, Ind. b. n° 81, t. II, pp. 449-450.

20 A.G.R.-S.E.G., reg. 593, f. 58. Joseph Clément à son frère, 12 décembre 1694.

21 A.G.R.-S.E.G., reg. 593, f. 59.

22 Sprimont avait fait partie du Conseil privé d’Elderen.

23 D.G., reg. 1305, n° 71. Nouvelles de Liége : janvier 1695.

24 D.G., reg. 1260, n° 108.

25 On a vu qu’en 1692 Elderen avait obtenu de Maximilien Emmanuel que T’Serclaes pût demeurer dans le pays (p. 00).

26 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portefeuille n° 1. Ce quartier d’hiver aurait coûté 200.000 écus aux Liégeois.

27 D.G., reg. 1260, n° 108.

28 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 251.

29 Très significative est encore la liste des opposants : les 3 Méan, les 2 Sélys, Blisia, Wansoule, Surlet, de Fraisne, Schell, des Fossés, de Loë, Oultremont.

30 Les 146 tailles que l’on demandera en 1696 et 1697 ne rapporteront que 326.884 florins, au lieu d’un million et demi ! (A.E.L., État primaire : recès des députés : reg. 37).

31 D.G., reg. 1305, n° 138. Nouvelles de Liége : 13 mars 1695.

32 Que devient donc l’article 71 de la capitulation ? Exclu du Conseil privé comme membre, Méan y rentre en qualité de président !

33 Polain et Bormans, Ind. b. n° 58, 3e série, t. II, p. 95. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 252.

34 Polain, op. cit., p. 95. Toutes les pièces du débat y sont publiées.

35 A.A.E., Corresp. de Liége, VII, 5 septembre 1675, lettre du résident Descarrières, citée par Huisman, Ind. b. n° 74, p. 117.

36 Voyez l’incident analogue du « perillustris » et « insignis », p. 111, note 1.

37 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. II, p. 96. Un extrait est donné par M. Pirenne, Ind. b. n° 76, t. V, p. 160.

38 Relation anglaise du siège : Ind. b. n° 13, pp. 68-77.

39 D.G., reg. 1359, n° 27.

40 A.E.L., État-tiers, recès des députés ordinaires : 30 septembre, 7 octobre 1695.

41 B.N., Fonds français, ms. 7920, 7921. De 1694 à 1697, l’Entre-Sambre et Meuse liégeoise paya 90.000 livres d’après le seul registre qui subsiste.

42 A.E.L., État noble, Journées, reg. 20, f. 131-133 : 9 janvier 1695. Pour la misère du pays pendant la guerre, voyez la multitude de détails donnés par Renier, Ind. b. n° 148, pp. 114-148, au sujet des déprédations, réquisitions, passages de troupes, etc.

43 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 201-202, ordonnance du 28 février 1603. Les États avaient déjà décidé le 22 septembre 1690 que les bourgmestres et le Conseil de Liége le pouvaient faire dans la Cité.

44 Polain, op. cit., pp. 261-262. Édit du 9 février 1699 qui stipulait en outre qu’une acquisition de biens saisis, pour être valable, devait avoir été faite avec la publicité requise.

45 En 1699, les arrérages et annuités dues en Hollande et dans le pays s’élevaient à plus de 450.000 florins (Straven, Ind. b. n° 61, t. V, p. 50).

46 D.G., reg. 1425, n° 17.

47 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 75, f. 78v.

48 A.E.L., État primaire, même registre. Toutes les pièces du débat sont aux pp. 81 à 128. L’affaire est bien résumée par Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II pp. 259-261.

49 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec le Saint-Empire, portef. 1.

50 L’électeur répliquait avec raison que Liége y avait été représentée par Maximilien-Henri.

51 On ne supprimait en effet qu’un régiment d’infanterie, avec les escadrons d’ordonnance de T’Serclaes et la compagnie du capitaine Chardonnet.

52 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 390.

53 Ce chiffre est donné par le registre de l’État primaire, celui de l’État noble est de 1 000.

54 Voyez pp. 27-28.

55 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 391, Mémoire de décembre 1697.

56 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 21.

57 KrÄmer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. II, pp. 33-34. Heinsius à Guillaume III, 7 février 1698.

58 Kramer, op. cit., p. 35, Guillaume III à Heinsius, 10 février 1698.

59 KrÄmer, op. cit., pp. 33, 36.

60 KrÄmer, op. cit., p. 34.

61 « Wat difficulteit tselve hier soude geven is U. M. bekent : dat raen in tijde van vreede snbsidienaen een particulier prins soude moeten geven, behalv dat ik supponere dat hij meer nodigh sal hebben als men hier soude konnen geven, ende als het op’ t geven soude komen, Vranckrijck altijt seeckerlijck het meeste geven sal ». Heinsius à Guillaume III, le 14 février dans KrÄmer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. II, p. 41.

62 « dat hij veel schulde en geen gelt hadde en oock weynigh middel omdat te bekomen ».

63 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 119.

64 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 11-20.

65 Krämer, op. cit., pp. 25-26, 40.

66 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, passim.

67 Krämer, op. cit., pp. 25-26. Heinsius à Guillaume III, le 24 janvier 1698.

68 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 21-24. KrÄmer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. II, p. 39.

69 Krämer, op. cit., pp. 45-47. Heinsius à Guillaume III, 21 février 1698.

70 Krämer, op. cit., pp. 51-52. Heinsius à Guillaume III, 28 février.

71 Krämer, op. cit., p. 39. Heinsius à Guillaume III, 14 février.

72 Krämer, op. cit., p. 40. Guillaume III à Heinsius, 18 février 1698.

73 Krämer, op. cit., pp. 50, 51, 90. Lettres d’Heinshis des 25 février et 28 mars, du roi du 24 février.

74 A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 8. Colbert de Croissy à Guiscard pour Poitiers, 15 janvier 1698.

75 Momentanément la France renonçait à entretenir un résident spécial à Liége.

76 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 11-26. « Mémoire pour servir d’instruction » 11 avril. J’en ai reproduit un passage important à la IVe pièce justificative.

77 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 27-28. Phélypeaux au roi, de Liége, 13 mai 1698 : « Ce soir pendant mon séjour en cette ville, j’ay esté averty par le procureur des Chartreux que les Hollandois font leur possible pour que la chartreuse icy leur soit livrée ou mesme pour la surprendre, qu’ils sont aidés en cela par la forte brigue du grand doyen Méan. Peut-estre ces religieux, sire, ont-ils pris l’allarme trop chaude parce que cette affaire les regarde particulièrement… ».

78 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 54, Phélypeaux au roi, 2 juin 1698 : « ce prince parut plein dé candeur » conclut l’ambassadeur.

79 A.A.E., Corresp. de Cologne, 40, f. 98-99, Phélypeaux au roi, 2 juillet.

80 Krämer, Ind. b. n° 49, 3° série, t. II, pp. 71-72, Heinsius à Guillaume III, 23 mai.

81 Krämer, op. cit., p. 223, Heinsius au roi, 1er juillet.

82 Krämer, op. cit., p. 240, Heinsius au roi, 15 juillet 1698.

83 Krämer, op. cit., p. 201, Heinsius au roi, 2 janvier 1699.

84 Krämer, op. cit., pp. 112, 113, 252 ; lettres du 11 avril et du 26 décembre 1698. Le parti français comptait parmi ses chefs les plus entreprenants l’ex-bourgmestre de Malte auquel Louis XIV ordonnait de remettre 8000 livres (A.A.E., Corresp. de Cologne. 46, f. 136-137, le roi à Phélypeaux, 25 août), les deux chanoines Liverlo et les Surlet. Ce sont du moins ceux que Poitiers renseignait comme les « plus méritants ».

85 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 91-92, Louis XIV à Phélypeaux, 18 juillet 1698.

86 A.A.E., Corresp. de Cologne, 46, f. 219, Phélypeaux au roi : 12 décembre 1698.

87 Krämer, op. cit., Heinsius à Guillaume III, 13 mars 1699.

88 A.A.E., Corresp. de Cologne, 48, f. 54. Phélypeaux, le 11 septembre 1699, annonce ail roi que deux échevins de Liége lui avaient assuré « qu’il n’y avoit machine qu’on n’eust remuée du coste de Bruxelles pour que le fort de la chartreuse ne l’ust point razé mais livré aux Hollandais ».

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search