Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Troisième partie. Le règne de Joseph Clément de Bavière

Chapitre I. L’élection de Joseph Clément

Résumé

Importance de l’élection épiscopale liégeoise de 1694 : l’attitude des diverses cours européennes. — La situation des partis à Liége : candidature du grand doyen. — Les cardinaux de Furstenberg et de Bouillon ; rôle actif de celui-ci, son séjour à Huy, ses démêlés avec le chapitre. — La maison de Bavière et la maison de Neubourg : le rôle de l’empereur. — La neutralité pontificale. — Extraordinaire activité diplomatique dans la Cité : le parti français, sur l’inspiration du gouvernement de Versailles, souhaite l’élection d’un simple particulier. Multiples et ridicules prétentions. — Le grand doyen se désiste et adhère au Grand Maître de l’ordre teutonique. La plus grande partie du parti français adhère à Joseph Clément de Bavière : à la veille du scrutin, il y a parité de voix. — Les tumultueuses élections du 20 et du 21 avril : les deux princes sont élus. — Mort du Grand Maître : ses partisans songent à procéder à une troisième élection. Les deux fractions restent très hostiles. — Le cardinal de Bouillon poursuit à Rome l’annulation des deux élections : multiples démarches et hésitations de la Congrégation. Les diverses puissances alliées défendent l’élection de Joseph Clément qui se voit finalement confirmé par le pape.

Texte intégral

  • 1 Cette élection n’a fait jusqu’ici l’objet que d’une seule étude, excellente d’ailleurs, mais pas tr (...)

1L’élection épiscopale liégeoise de 16941 est, sinon la plus tragique, du moins la plus mouvementée et en tout cas la plus disputée de notre histoire.

2Celle de 1688 nous avait déjà montré un remarquable déploiement de forces diplomatiques et une singulière ardeur dans les divers partis. Et cependant cela n’est que bien peu de chose en regard des efforts de la politique européenne autour de l’épiscopat liégeois en 1694, et de la fièvre prolongée qui s’empara de presque tout le chapitre pendant la vacance du siège. Le retentissement des élections du 20 et du 21 avril fut tel que les diverses puissances belligérantes poursuivirent le dénouement de la crise liégeoise jusqu’à la cour pontificale.

3En retraçant ces événements, on a un écueil à éviter. C’est le désir, plus ou moins justifié, d’utiliser toute la documentation inédite que l’on a réunie, car cette documentation est d’une richesse inouïe. Le faire serait s’exposer à présenter un récit touffu jusqu’à l’obscurité, un travail fastidieux. Mais, d’autre part, si l’on veut essayer de comprendre les mobiles des passions de ce temps, si l’on veut atteindre l’âme de certains contemporains, on est obligé de ne rien négliger et d’attacher le même prix à la vulgaire épître d’un simple particulier qu’à la correspondance royale ou princière. On ne pouvait ici que tenter une conciliation entre ces deux méthodes, et tout en essayant de restreindre au strict minimum la longueur du récit, tâcher de donner une image exacte de la vie du chapitre liégeois pendant quelques mois de souveraineté.

4Presque octogénaire, Jean Louis d’Elderen voyait sa santé s’affaiblir de jour en jour. Sa mort prochaine ou du moins l’élection d’un coadjuteur était escomptée par les diverses puissances. Aussi les intrigues n’attendirent-elles pas son trépas pour se nouer autour de son siège.

  • 2 Voir 2e partie, chap. III.

5Le candidat le plus ardent était sans contredit le cardinal de Bouillon. Rentré en grâce depuis quelques années, on 1’a vu suivre avec un intérêt tout particulier la négociation du maréchal de Luxembourg en 1693. Il avait espéré un succès décisif, mais l’on sait que le calcul des Français fut entièrement déjoué2.

  • 3 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 6825, f. 34-35, Bouillon à Janson, 4 janvier 1694. Cet (...)
  • 4 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 79v, Janson au roi, le 2 février.

6Entièrement assuré de la faveur royale, Bouillon s’était mis en rapports avec le cardinal de Janson, ambassadeur français à Rome. Dès le début de l’année 1694, il le priait de bien vouloir préparer le terrain. Le roi, disait-il, veut avant tout que les suffrages puissent s’exprimer en toute liberté3. Et quelques jours après, dans une lettre au souverain pontife, Bouillon dénonçait les « mouvements que les ennemis se donnent à Liége pour avoir la coadjuterie »4.

7En même temps il faisait part au grand doyen Méan de ses intentions.

  • 5 Voir 2e partie, chap. I.
  • 6 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 5090, f. 60-61. Bouillon à Méan, 5 janvier. Bouillon a (...)

8On se souvient de l’amitié étroite qui avait uni avant la guerre les deux hommes5 : du côté du cardinal, les derniers événements avaient été loin d’y apporter un changement, ainsi que l’on va pouvoir s’en rendre compte. Il est vrai que Bouillon, se faisant solliciteur, ne pouvait manquer de faire quelque peu la cour à son ami, devenu par les circonstances le chef du parti des alliés. Quoi qu’il en soit, il est curieux de prendre connaissance de sa missive : « Comme je suis pour vous, Monsieur, le mesme que j’ai été par le passé, c’est-à-dire le plus véritablement de vos amis que personne, ainsi que j’y suis plus obligé de l’être par les services effectifs et considérables que vous m’avez rendus en toutes occasions et principalement dans le temps de la dernière élection de l’Evêché de Liége, je vous découvrirai naïvement mes sentiments à l’occasion des bruits qui courent d’une prochaine élection soit d’un évêque ou d’un coadjuteur à Liége sur le consentement de l’évêque d’à présent ». Ce qu’il faut empêcher, continue-t-il, c’est une élection qui aurait lieu pendant la guerre, parce qu’elle ne serait ni canonique, ni libre : en tout cas, il faut éviter de faire choix d’un jeune prince. Si l’on attend la paix, on pourra donner pour successeur à l’évêque « celuy qui selon moy m’en a toujours paru le plus digne et que j’ai toujours désiré et continue de désirer préférablement à tout autre et ainsy vous ne devez pas douter que je ne voye avec bien de la joye qu’il me sera permis de mettre mes désirs à exécution par mon suffrage ». De votre côté, ajoute-t-il, travaillez au même but, mais sans qu’un accord puisse paraître entre nous, en vue d’éluder actuellement l’élection d’un jeune prince6.

9N’est-il pas curieux de constater que le cardinal, loin d’oser mettre en avant sa propre candidature, se borne à appuyer chaleureusement, sous une forme à peine déguisée, les ambitions encore secrètes de Méan ? Au reste, ceci ne devra pas trop nous étonner, car nous allons voir le grand doyen courtisé à la fois par les divers partis, à l’exception des princes bavarois. A défaut d’un succès personnel, son influence pouvait en effet être décisive dans une élection.

  • 7 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 236, note 6.
  • 8 Jean Frédéric, baron Karg von Bebenburg, était né en 1651 en France ; après de fortes études de thé (...)
  • 9 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 237, d’après les archives de Düsseldorf.

10La cour de Cologne n’était guère moins attentive aux événements liégeois. L’électeur Joseph Clément, évincé en 1688, allait se porter candidat avec de réelles chances de succès. En janvier 1694, il venait d’être élu coadjuteur de Hildesheim7, grâce aux efforts diligents de son grand chancelier Karg de Bebenburg8. Celui-ci, homme de grande capacité et d’une rare habileté diplomatique, attendait avec impatience la mort de l’évêque de Liége pour pouvoir se rendre personnellement dans cette cité et y prendre en main les affaires de son maître9.

11Jean Louis d’Elderen s’éteignit le 1er févier 1694.

  • 10 Preuss, op. cit., p. 237 d’après les archives de Munich. B.U.L., ms. 1019, f. 810.
  • 11 D.G., 1254, n° 83

12La nouvelle en arriva à Bonn, le soir du 3. Aussitôt, dans la nuit même, Karg partit de cette ville, accompagné de Pierre Burman, le plus fidèle partisan de la maison de Bavière dans la principauté. Ils arrivèrent à Liége le 6 février10. Quelques heures après survenait le baron de Golstein, envoyé par les princes palatins au nom du Grand Maître de l’ordre teutonique. Celui-ci reprenait ainsi la lutte qu’il avait dû abandonner en 1688 au profit de l’évêque défunt et se retrouvait en opposition d’intérêt avec la Maison de Bavière. Les principaux chanoines de leurs deux partis entrèrent presque aussitôt en conférence11.

  • 12 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 241-242.
  • 13 A.E.L., Concl. cap., sede vacante, 269, f. 17v. Daris, op. cit., p. 242.
  • 14 A.E.L., Concl. cap. 269, f. 19v.

13Dès la mort du prince, le chapitre s’était emparé du gouvernement de l’Etat. Après avoir pris les mesures d’usage12, il lança le 5 février les lettres de convocation pour tous les capitulaires afin de fixer le jour de l’élection ; il stipula en même temps qu’il ne pouvait se charger de procurer des passeports aux chanoines absents, mais que c’était à ceux-ci de les réclamer aux princes alliés13. Comme le gouverneur des Pays-Bas avait offert de placer de nouvelles troupes dans la ville pour y maintenir l’ordre, le chapitre ordonna au résident liégeois à Bruxelles de décliner cette proposition, étant donné que tout est bien tranquille14.

  • 15 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 62-64. Le roi à Janson, 8 février.
  • 16 A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 45, f. 118-121. Instruction royale du 9 février ; un extrait a ét (...)

14La France ne tardait pas non plus à prendre parti. Mais il importe d’insister sur l’attitude singulièrement modérée de Louis XIV, attitude peut-être dictée par les circonstances difficiles où il se trouvait pour pourvoir agir efficacement à Liége, mais dont il ne se départira pas un seul instant. Ici encore il convient de reprendre les termes des lettres royales : « Quelque intérêt que je puisse avoir dans l’élection qui va se faire d’un évesque de Liége, écrit Louis XIV au cardinal de Janson,… Je me remets entièrement à la conscience de ceux qui composent ce chapitre de faire le choix qu’ils croiront être le plus convenable au bien de cette église »15. Et, dans sa dépêche adressée au cardinal de Bouillon, il écrit : « ainsy, quoyqu’il convienne plus au service de S. M. que cette dignité soit remplye du cardinal de Bouillon que d’aucun autre qu’on pourra choisir, elle désire toutefois que s’il voit qu’il n’y a pas d’aparence que ceux qui dans un temps de paix luy donn eroient infailliblement leurs voix, soient en assez grand nombre pour le présent », elle désire que le choix tombe sur un simple chanoine.particulier qui n’aura d’autre intérêt que de rétablir la neutralité. « Ainsy quoyque le sieur Méan ayt paru fort attaché aux intérêts du prince d’Orange et des Hollandais, néanmoins comme S. M. croit que, s’il estoit élu évesque de Liége, il ne songerait qu’à restablir la paix, elle consent que le cardinal de Bouillon favorise son élection à moins que le sieur Méan n’y trouve luy mesme trop d’opposition » ; dans ce cas, il faudra que Bouillon s’arrange pour faire triompher un autre particulier. Si cependant la force des choses amenait à choisir entre les deux princes allemands, il faudra préférer l’électeur de Cologne au Grand Maître. Mais dans ce cas Bouillon devra s’attacher à faire différer l’élection de quelques jours, afin que le roi puisse faire savoir au prince bavarois l’importance du service qu’on lui rend. « S. M. croit que le cardinal de Bouillon doit se rendre le plus diligemment qu’il luy sera possible à Huy ou à Namur, d’où il fera demander au chapitre de Liége tous les passeports qui sont nécessaires à la sécurité de son passage à Liége et de sa résidence »16.

15La conduite future du parti français se trouvait toute tracée dans ce remarquable document.

  • 17 On lit encore dans cette lettre royale à Janson qu’un bref pontifical devrait déclarer nécessaire l (...)

16Louis XIV sollicitait encore du pape l’envoi d’un nonce à Liége pour garantir la liberté de l’élection et obtenir des alliés les passeports indispensables pour tous les chanoines17.

  • 18 « …Ick meen dat het nodigh sa sijn dat den Hr van Dijcvelt een keer naer Luyck doet, enick soude vo (...)
  • 19 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 343. Guillaume III à Heinsius, 9 février 1694. Cependant, (...)

17Pour des raisons différentes, la cour d’Angleterre et les Provinces-Unies exprimaient à peu près les mêmes souhaits que le roi de France. Guillaume III écrivait à Heinsius que la mort rapide de l’évêque va causer bien des difficultés. Aussi estimait-il nécessaire l’envoi d’un ambassadeur hollandais à Liége. L’intérêt certain de ce pays, disait-il, est dans l’élection d’un chanoine qui ne soit pas un prince, mais il faut agir avec prudence pour ne pas donner d’ombrage à l’empereur ou à l’électeur de Bavière18. En tout état de cause, il faut que les Hollandais s’assurent de la forteresse de la Chartreuse19.

  • 20 B.U.L., ms. 639, f. 1.
  • 21 « …Ich ersehe, dass ihr auff Lüttig gereisset, umb alda bei dieser Sedisvacanz Sr. Lbden Interesse (...)
  • 22 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 3.

18Si de Londres et de La Haye nous passons à Vienne, nous constatons encore que l’on a pris parti. Le 11 février, Léopold I écrivit au chapitre pour lui faire part de sa douleur à la nouvelle du décès d’Elderen et pour lui annoncer l’envoi à Liége du prince d’Heitersheim, grand maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et du baron d’Eck, comme commissaires impériaux20. Le même jour, il adressa à Karg une missive destinée à l’éclairer totalement sur ses intentions : il se réjouit d’abord du succès remporté par Joseph Clément à Hildesheim, puis il accuse réception d’une lettre de Karg, du 4 février, où celui-ci faisait part de son voyage à Liége. L’empereur rappelait alors les conventions jadis intervenues entre les maisons de Bavière et de Palatinat et annonçait qu’il s’était formellement engagé en faveur du prince de Neubourg, Grand Maître de l’ordre teutonique21. Comment pourrait-il dès lors l’abandonner, d’autant plus qu’il vient d’envoyer une ambassade à Liége et des lettres en divers endroits pour faire connaître sa résolution ? D’ailleurs l’électeur de Cologne ne détient-il pas déjà les plus beaux évêchés de L’Allemagne et ne doit-il pas se montrer généreux à l’égard d’un de ses parents qui a montré tant de zèle en 1688 pour assurer son succès à Cologne ? Il faut craindre, en effet, qu’en cas de conflit entre ces deux maisons, un troisième candidat ne vienne à en tirer parti et à s’établir dans l’évêché. Mais, achevait Léopold, la sagesse et la prudence de Karg sauront empêcher ce malheur en convainquant Joseph Clément de renoncer à ses prétentions : cela lui donnera droit à la reconnaissance éternelle de l’empereur22.

  • 23 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243, note 2.

19De cette attitude, l’empereur non plus ne se départira pas avant l’élection. Pourtant,au sein de la cour de Vienne même, c’était un accord sous forme de transaction qui était vivement désiré23.

  • 24 Voir par exemple Pirenne, Ind. b. n° 71, t. V, pp. 43-44.
  • 25 Charles II à Max-Emmanuel, 5 février 1694 (Preuss, Ind. b. n° 144, p. 239, note 6).
  • 26 Preuss, Ind., b. n° 144, p. 239, note 7.

20A Madrid, comme toujours, on tenait un œil fixé sur -Vienne et l’autre sur Bruxelles ; mais si le premier regard était empreint d’une confiance entière, le second n’était rien moins que sympathique. On connaît en effet les circonstances à la suite desquelles Maximilien Emmanuel de Bavière avait été nommé gouverneur des Pays-Bas24. Celui-ci n’eut jamais la moindre faveur à Madrid : il y était même considéré comme suspect. Mais la protection dont il jouissait de la part de Guillaume III le rendait quasi inamovible. Aussi Charles II commença-t-il par lui souhaiter bon succès25 dans l’affaire de Liége. Mais la bonne volonté royale devait s’en tenir là. L’on sait les tiraillements continuels de la cour d’Espagne : les partis qui se disputaient le pouvoir au nom du souverain prirent position dans les affaires liégeoises. Les deux Marie-Anne, la mère et la femme du roi, étaient tout acquises à la politique impériale. La reine aurait voulu assurer le gouvernement des Pays-Bas à son frère Jean Guillaume de Neubourg et en attendant travaillait au succès de son autre frère Louis Antoine, le Grand Maître de l’ordre teutonique, dans l’élection liégoise26.

  • 27 C’est la lecture de la correspondance de Rome au ministère des affaires étrangères à Paris qui m’a (...)

21Quant au pape, son attitude dès le début et pendant toute la vacance du siège peut et doit être caractérisée d’un mot : une stricte et parfaite neutralité. Certes il n’était pas aisé en une pareille affaire de résister aux sollicitations qui vinrent de toutes parts et d’avoir finalement à trancher le différend. Cette tâche délicate, Innocent XII la mena à bonne fin ; on oserait presque dire : à la satisfaction de tous, si ce n’était si peu probable. Dans tous les cas, il faut constater l’unanimité réellement élogieuse avec laquelle il est apprécié dans les documents du temps et dans les divers pays. Et ces sentiments sont d’autant plus remarquables qu’en 1688 l’attitude de la papauté dans l’affaire de Cologne avait provoqué un « bellum diplomaticum » extraordinaire27.

  • 28 « Die wichtige Lage Lüttichs mitten zwischen den Kampfgebieten der romanischen und germanischen Wel (...)

22Après avoir jeté ce regard circulaire sur les principales cours de l’Europe, après avoir constaté l’ardent intérêt qu’elles prirent, dès l’origine, à l’élection épiscopale de 1694, on est en droit de conclure, avec l’historien Preuss, que la scène liégeoise, si resserrée sur la carte d’Europe, « s’élargissait en une arène internationale »28.

23Suivons à présent la marche des événements.

  • 29 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 17-18.
  • 30 « Je pars, non pas dans le dessein de me faire évesque de Liége car il faudroit que je fusse fou po (...)
  • 31 D.G., reg. 1254, n° 77.

24Le cardinal de Bouillon quitta Versailles le 9 février et le lendemain, de Paris, il écrivit au chapitre de Liége, pour annoncer son arrivée, demander des passeports ainsi que la sortie momentanée des troupes étrangères qui occupaient la ville : il semble croire que l’élection va se faire assez vite, aussi redoute-t-il de n’être pas présent au scrutin29. En même temps, il adressait encore au grand doyen une missive personnelle pour l’assurer de ses sentiments invariablement favorables, de sa volonté de ne pas se porter candidat mais aussi de son désir d’obtenir les passeports, nécessaires pour parvenir dans la cité30. Quelques jours après, il parvenait à Dinant (18 février) où il fut reçu avec les honneurs militaires31 et d’où il écrivit à Méan une nouvelle lettre : il avait appris que son message du 5 janvier n’était pas parvenu à son adresse, aussi se réjouissait-il de pouvoir bientôt converser avec le doyen et avec T’Serclaes de Tilly ; et continuant à rassurer le destinataire sur ses intentions, quoique avec plus de réserve qu’auparavant, il écrivait : « Je ne serais pas parti de Paris, si je n’en étais parti avec une entière résolution de laisser en sortant de France tous les sentiments d’un français pour me revêtir uniquement des sentiments d’un véritable ecclésiastique liégeois ». Il ajoutait que le pays « demande un évesque uniquement attaché à procurer le bien du pais sans avoir égard aux engagements précédents ».

  • 32 B.N., loc. cit., f. 62.

25Il y avait quelque duplicité dans cette manière de présenter les choses32 : il est certain que le voyage de Bouillon avait pour objectif essentiel son propre succès et dès lors ces belles paroles de désintéressement étaient surtout une ruse de diplomate. Au reste, l’accord ne régnait guère à la cour de France. On a vu que le roi refusait de se prononcer formellement. Cette attitude réservée était vivement encouragée par les amis du cardinal de Furstenberg, lequel, de la retraite où son double échec de 1688 l’avait confiné, continuait à suivre attentivement les événements liégeois.

  • 33 Voir 2e partie, chap. I.
  • 34 On sait que le nom de Furstenberg était haï de la grande majorité des Liégeois et c’est ainsi que l (...)

26Celui-ci avait disposé jadis, au sein du chapitre, d’un fort parti de dix-huit fidèles33, réduit actuellement à la douzaine. Le concours de ceux-ci était indispensable à la réussite des projets de Bouillon, aussi un certain accord était-il intervenu entre les deux cardinaux. Mais, on le conçoit, Furstenberg ne pouvait voir sans une vive jalousie son collègue sur le point d’occuper le siége épiscopal qui lui avait échappé ; c’est pourquoi, ne pouvant se mettre lui-même sur les rangs34, il ne travailla pas sincèrement en faveur de Bouillon. Son influence était grande à Versailles, où il avait à sa dévotion le sieur de Liboy, gentilhomme ordinaire du roi, dont le père et les trois frères faisaient partie du chapitre de Liége. D’autre part, son fidèle ami, le marquis de Lassalle, ancien gouverneur de la citadelle liégeoise, accompagnait Bouillon pour l’assister de sa connaissance des affaires de la principauté. Il entourait ainsi son collègue d’un tissu d’intrigues qui ne pouvaient que paralyser ses efforts. Bien plus, il prit l’initiative d’une démarche dont les effets nuiront sensiblement à la cause de Bouillon.

  • 35 A.A.E., Corresp. De Liége, XVI, f. 321. Voir d’ailleurs 2e partie, chap. 2.

27Il faut savoir d’abord que, pendant le règne d’Elderen, Furstenberg était entré indirectement en rapport avec le doyen de la cathédrale. Celui-ci, on s’en souvient, s’était trouvé le chef victorieux du parti hostile au cardinal en 1688. Mais, à la suite de circonstances obscures, les deux hommes avaient lié commerce peu après l’élection : il s’agissait de faire échec aux menées impériales qui visaient à faire prendre un coadjuteur à l’évêque. Méan, dont l’influence était prépondérante et dont l’ambition ne s’accommodait aucunement de la nomination d’un maître possible, avait fait échouer ces menées35. Furstenberg l’avait d’ailleurs flatté de l’espoir de monter lui-même sur le siège épiscopal, et dès la mort d’Elderen, il voulut tenir ses promesses. Sans doute trouvait-il son propre intérêt dans le succès d’un simple particulier : il comptait peut-être recouvrer son influence d’antan et, pour jouer le rôle de conseiller ou de premier ministre, lui, cardinal et prince, ne dédaignait pas de faire sa cour au doyen de l’Église de Liége.

  • 36 Furstenberg s’exprimait notamment ainsi au sujet de Méan : « Les souhaits et désirs sincères que j’ (...)
  • 37 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 229-230.

28A cette fin, il avait entrepris dans la seconde quinzaine de février une négociation secrète. Il en avait chargé un religieux de son abbaye de Stavelot, le père De Bra. qui devait se rendre à Liége, porteur de lettres pour Méan et quelques autres chanoines. Le mémoire remis à ce religieux nous instruit clairement du but du cardinal : il faut avant tout faire triompher un simple chanoine particulier, de préférence Méan36 mais sans que cette préférence ait quoi que ce soit d’exclusif. Bouillon d’ailleurs, à défaut de son succès personnel, avait aussi déclaré que le Doyen avait toute sa faveur. Le rétablissement aussi rapide que possible de la neutralité, sinon de la paix générale, affermirait alors l’autorité du nouvel évêque37.

29On verra plus loin quel sera le sort de cette mission : retenons pour l’instant l’appui que Méan semble trouver auprès des deux cardinaux français et le but évident de ceux-ci d’arracher le pays de Liége à la cause des Alliés.

  • 38 « Pour preuve de ce que j’oze vous confier icy, je vous feray remarquer que ce qu’il m’avoit le plu (...)
  • 39 A.A.E., Corresp. de Liège, XVI, f. 24-25, 30-31. Bouillon à de Croissy, 21 février.
  • 40 D.G., reg. 1254, n° 103.

30Cependant Bouillon n’était pas sans connaître les sentiments intimes de Furstenberg et il écrivit à Colbert de Croissy qu’appuyer dès maintenant l’élection d’un chanoine particulier serait une faute irréparable. Si le roi l’exige, disait-il, je m’effacerai aussitôt, et de plus je tiens à satisfaire Furstenberg, dont je suis l’obligé. Mais celui-ci se fait illusion et n’est pas aussi bien à même que moi de voir ce qui se passe, puisque je suis sur les lieux38. Il ajoutait que « par l’infatuation qu’on a pour luy tant dans le chapitre que dans la ville de Liége, il a plus d’amis et de confidents que personne ». Dès lors, le mieux n’était-il pas de lui laisser « conduire la barque le moins mal » qu’il pourra ? Pour éviter de froisser Furstenberg, il demandait que sa missive ne lui fût pas communiquée et que désormais les ordres royaux ne fussent connus que de lui seul39. Peu après, il quittait Namur et arrivait le 22 février à Huy où venait le rejoindre dans la soirée le comte de Poitiers, son plus fidèle partisan40.

31Il est temps à présent de détourner nos regards du camp français et de fixer notre attention sur la Cité de Liége.

  • 41 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 105. Lettre de Liége du 17 février. Ce document adressé à Bouillon d (...)

32Dès la mort du prince, l’effervescence des divers partis s’était manifestée. Le chapitre s’était divisé en deux groupes d’inégale importance. Le plus nombreux était composé des tréfonciers qui, prudemment, refusaient de se déclarer : c’était notamment l’ancien parti de la patrie et les chanoines français ; tous penchaient à la vérité pour l’élection d’un particulier. L’autre se partageait entre les candidats officiels du moment : les deux princes allemands et puis le Grand Doyen. Mais malgré les instances des ambassadeurs étrangers récemment arrivés, on ne comptait, le 17 février, pas plus de treize chanoines qui se fussent ouvertement déclarés41.

  • 42 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 154. Expression du père de Bra.
  • 43 B.U.L., ms. 1019, f. 805. Devaulx ajoute : « il avoit été premier ministre de Jean-Louis (d’Elderen (...)
  • 44 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 238.

33Cependant un grave accident était survenu : Méan et T’Serclaes qui jusque là n’avaient été « qu’une même âme en deux corps »42, se brouillèrent avec éclat le 5 février, à la surprise de tous : le généra] se déclarait nettement pour le prince de Bavière et désapprouvait la candidature du doyen. Celui-ci, « l’âme du parti des alliés »43, apparut aussitôt comme soutenu par les Hollandais. Il avait trouvé en effet un puissant protecteur auprès du roi Guillaume III, moins sans doute par sympathie personnelle que par intérêt. Ce souverain qui, sur le trône d’Angleterre, gardait, comme on l’a dit, les pensées d’un Hollandais, ne pouvait admettre que s’établît en face des Provinces-Unies une puissance qui s’étendrait du Rhin à la mer44. Or c’était le danger que l’on courait au cas d’une élection de Joseph Clément à Liége, son frère possédant les Pays-Bas.

  • 45 « Los Holandeses que occupan aquella villa con us tropas mostraron luego por los offieios del baron (...)
  • 46 Sur ce point, M. Preuss arrive à la même constatation grâce à une documentation toute différente de (...)

34Mais cet appoint hollandais ne fut pas d’un résultat décisif pour Méan : celui-ci voyait, en effet, se dresser contre lui de nombreux capitulaires et ne pouvait guère compter sur l’attachement de la population45. Tout en s’inclinant devant ses hautes capacités46, les modérés le redoutaient comme un maître audacieux et tenace. Quant aux chanoines français qui l’avaient vu à l’œuvre de 1688 à 1693, ils professaient à son égard des sentiments de véritable haine !

  • 47 « Les biens intentionnés sont tous aliénés par une lettre qui se trouve envoyée de Versailles conte (...)
  • 48 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 33.
  • 49 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 64.

35Aussi son succès final apparut-il comme compromis dès les premières semaines. D’autant plus que le bruit se répandit à Liége, par la divulgation d’une certaine lettre arrivée de Versailles, que tous les efforts des Français ne devaient viser qu’au succès de Méan et que la conduite de Bouillon n’était que pur artifice47. Le cardinal envoya aussitôt un démenti48 et le lendemain rédigea une explication sur les lettres qu’il avait adressées le 5 janvier au doyen et à divers chanoines et sur la teneur desquelles on discutait à Liége49.

  • 50 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 26-29. Lassalle à de Croissy, 22 février. Pour établir une derni (...)

36En somme le bruit se répandait de plus en plus qu’il fallait considérer Bouillon comme un nouveau candidat, lequel avait naturellement les sympathies du roi de France50.

  • 51 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 321, 362-363. B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 125-126.

37D’autre part quand on connut d’une manière positive les sentiments du cardinal à l’égard de Méan, celui-ci devint un objet de défiance, au moins momentanément, pour les Hollandais. Ces derniers se crurent joués et prononcèrent alors avec faveur le nom du comte de Berlo. Mais le grand doyen eut la riposte prompte : il déclara avec éclat qu’il préférait ne jamais être élu que de devoir son succès aux voix françaises, et il fit prier les partisans de Furstenberg et de Bouillon de ne plus l’entretenir de ce sujet51.

  • 52 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 241.
  • 53 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 78.
  • 54 On verra en effet que c’est à cela que vont tendre les efforts des Français. Les Hollandais au cont (...)
  • 55 « Los franceses por otro parte conociendo que en el estado presente no podian esperar que se elijes (...)

38Les Alliés ne perdaient pas leur temps : la meilleure tactique était évidemment de discréditer l’action des Français. Ils racontaient dans la Cité que Boufflers se tenait aux environs avec une armée ; que son but était de faire traîner la chose en longueur afin de pouvoir s’emparer de Liége au cours de la campagne du printemps et d’y faire procéder à une élection selon ses vues52. Les munitions et l’artillerie que les Français concentraient dans les places de la Meuse ne pouvaient servir, selon les Hollandais, qu’à appuyer leurs prétentions sur la principauté53. Les Alliés prétendaient aussi, mais avec raison cette fois, qu’en cherchant à faire prévaloir la candidature d’un particulier déjà âgé54, à défaut du cardinal de Bouillon, le but de leurs ennemis n’était que d’amener à brève échéance une nouvelle vacance du siège, pour pouvoir, à la faveur de conjonctures moins difficiles, y placer un homme à leur dévotion55.

  • 56 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 57v.
  • 57 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 125-126. Karg écrivait le 20 février qu’il comptait fermement sur 15 (...)

39Le 15 février, Maximilien-Emmanuel avait chargé le marquis de Hoensbroeck de venir défendre à Liége la candidature de l’électeur de Cologne : l’ambassadeur vint donner lecture au chapitre de sa lettre de créance56. Au reste, avant la fin de février, le parti bavarois ne devait guère compter plus de sept ou huit fidèles57.

  • 58 C’est dans la réponse au comte de Poitiers et non dans celle au cardinal que le chapitre disait le (...)

40Le chapitre cathédral avait ajourné sa réponse à la lettre de Bouillon du 10 février jusqu’après les obsèques de l’évêque défunt. Il avaitété un peu scandalisé de l’épithète de « insignis » par laquelle le cardinal désignait l’église de Saint-Lambert alors que la tradition avait sanctionné l’usage de celle de « perillustris » ! et il ne manqua pas de le lui faire observer58.

  • 59 Krämf.R, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 350. Guillaume III à Heinsius.

41Le 26 février, le chapitre s’était réuni pour fixer la date de l’élection et pour délibérer sur la réponse à faire au cardinal de Bouillon et au comte de Poitiers qui sollicitaient des passeports. La discussion fut vive sur le premier point : les Hollandais59 et leurs alliés voulaient une élection aussi prompte que possible ; ils proposaient le mois de mars. Les chanoines français, au contraire, désiraient une date aussi éloignée que les autres la voulaient proche.

  • 60 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 46, Bouillon à de Croissy.

42Mais les lois canoniques autorisaient le pape à nommer un pasteur à tout évêché non pourvu dans les trois mois qui suivaient la vacance du siège. Aussi le terme ultime pour une élection régulière était-il le 1er mai. Des démarches étaient entreprises à la cour de Rome par les Français pour obtenir une prolongation de ce délai ; mais le chapitre n’avait rien voulu solliciter à cet égard. Pourtant les partisans de Bouillon et de Furstenberg réussirent à entraîner les chanoines de l’ancien parti de la patrie pour faire désigner le 20 avril comme date de l’élection60.

  • 61 A.E.L., Concl. Cap., 269, 26 février.
  • 62 D’ailleurs il est clair qu’en privant le chanoine « foraneus » de l’usage de son suffrage en généra (...)

43Sur le second point, on s’en tint aux déclarations antérieures. Le chapitre ne pouvait accorder de passeports : c’était aux sollicitants à les obtenir des gouvernements alliés61. En même temps, on prit une mesure dont l’effet va se faire sentir pendant toute la crise : tous les chanoines qui ne s’étaient pas présentés, soit personnellement, soit par procuration, à la dernière assemblée générale du chapitre de la Saint-Gilles, c’est-à-dire au 1er septembre 1693, se voyaient déclarés « foranei », ce qui signifiait, d’après les statuts, privés de leur capacité électorale. Ces chanoines pouvaient bien être élus, mais ne pouvaient eux-mêmes émettre un suffrage. Cette incapacité n’était pas explicitement prévue par les statuts pour le cas exceptionnel d’une élection épiscopale, mais la tradition l’avait étendue assez naturellement à cet objet et l’application de cet usage n’avait jamais souffert de difficultés62.

  • 63 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 61-62, 63V-64.

44Or le cardinal de Bouillon, ainsi que les autres princes étrangers, se trouvaient dans ce cas. On verra plus loin tout ce que le cardinal invoquera comme excuse et les arguments qu’il fera valoir contre une application des statuts à son cas personnel : constatons dès maintenant que le décret capitulaire du 26 février le frappait d’une incapacité d’électorat mais non d’éligibilité. Le comte de Poitiers qui s’était fait représenter par procureur en 1693 gardait son entière capacité mais, se voyant refuser les passeports nécessaires à son voyage, il se trouvait dans l’impossibilité d’en user63.

  • 64 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 143-148 : Janson au Roi.
  • 65 C’est la congrégation ordinaire et permanente composée de 7 cardinaux.
  • 66 A.E.A., Corresp. de Rome, 365, f. 167-185.

45A la cour pontificale régnait une certaine agitation. Louis XIV avait fait savoir au pape qu’il était prêt à accorder une neutralité provisoire au pays de Liége pendant la période de vacance du siège, si les Alliés retiraient leurs troupes de la Cité. Le cardinal De Janson avait demandé un bref qui garantît à tous les chanoines la jouissance de leurs voix. Le pape n’avait pas paru faire de difficultés pour l’accorder mais, avait-il répondu, le chapitre ne lui obéira sans doute pas dans les circonstances présentes64. Le 24 février, le pape réunit la congrégation65 qui décida d’attendre des nouvelles du nonce de Cologne avant de prendre une résolution : les missives de celui-ci ne donnèrent aucun résultat. Le chapitre lui-même écrivit au pape pour lui demander sa protection et la ratification du choix qu’il allait faire bientôt, mais sans rien solliciter de spécial. Le pontife répondit qu’il confirmerait assurément toute élection qui serait canonique et libre, et il déclara à Janson qu’il aurait accordé une prolongation du délai de vacance, si le chapitre l’en avait prié. Il fit part aussi aux ambassadeurs étrangers du désir du roi de France d’accorder le neutralité au pays, tout en se montrant sceptique sur le résultat de cette démarche. Enfin il écrivit à ses nonces près les cours alliées de faire tous leurs efforts pour que des passeports fussent accordés à Bouillon66.

  • 67 B.U.L., ms. 1019, f. 810.
  • 68 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 97 : le roi à Janson.
  • 69 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243, note 2. Rapport de Vienne du 27 février, d’après les archives de Mu (...)
  • 70 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 167-185.

46Le 26 février, Innocent XII eut un long entretien avec l’ambassadeur impérial, prince de Lichtenstein67 : celui-ci lui fit part sans doute des efforts de la cour de Vienne pour concilier les prétentions des deux princes allemands. Léopold I avait en effet écrit au roi d’Espagne pour qu’il obtînt de Maximilien-Emmanuel le désistement de son frère. Il rappelait les engagements antérieurs pris à l’égard des princes palatins et réclamait l’évêché de Liége pour le Grand Maître de l’ordre teutonique68. Il cherchait d’ailleurs à procurer un dédommagement à Joseph-Clément et lui offrait sa protection pour occuper l’évêché de Munster69. Au reste le seul fait que les palatins étaient des princes de Neubourg leur assurait une influence prépondérante dans les conseils impériaux et dès la fin de février, on savait à Rome que Léopold I soutenait officiellement la candidature du Grand Maître70.

  • 71 Van der heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 79.
  • 72 Le 25 février Bouillon écrivait à Croissy « …quelque grand que soit l’entestement qui est dans le c (...)
  • 73 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 47-49.
  • 74 Le 22 février il écrivit à Hinnisdael, le 26 à Stockem, le 27 à Clercx. Il y a même une lettre du c (...)

47Cependant la nouvelle du refus des passeports par le chapitre avait irrité Louis XIV71. Il faisait encore pressentir le pape au sujet du statut de « foranité » qui avait frappé Bouillon, et le cardinal Spada déclarait qu’il fallait d’abord que tous les intéressés en appelassent au Saint-Siège : alors seulement on pourrait aviser. Pendant ce temps, le cardinal de Bouillon, toujours persuadé de trouver à Liége une majorité72, émettait le 1er mars un acte de protestation contre les mesures dont il était frappé et un acte d’appel au pape, motivé par la contrainte qui pesait sur les résolutions du chapitre73. Il écrivait personnellement à divers tréfonciers pour les convaincre de ses raisons et pour éclairer leurs confrères74, mais l’effet de tous ses mouvements était justement d’augmenter le trouble chez les hésitants.

  • 75 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 22-23.
  • 76 A. G.R., Conseil d’état, 302b, pièces 210-230, 6 mars.
  • 77 A.G.R., loc. cit, 13, 15, 20 mars.

48En même temps il faisait répandre à Liége le bruit que les jurisconsultes se prononçaient hautement contre la validité d’une élection où tous les chanoines titulaires ne seraient pas convoqués, ou même à laquelle ils ne pourraient aisément participer75. Pour trancher cette difficulté, Maximilien-Emmanuel fit demander à la faculté de droit civil et canon « de Louvain si les cardinaux français peuvent avoir voix active et passive » dans le chapitre de Liége étant donné l’état de guerre où se trouvent la principauté et ses alliés à l’égard de la France76. La réponse de l’Université fut négative, mais le gouverneur des Pays-Bas ne s’en contenta pas. Il demanda une réponse « plus étendue et fondée en droit » ainsi que l’adjonction à la Commission de deux théologiens qu’il désignait « avec tout secret ». Le 20 mars, il obtint satisfaction sur toute la ligne77.

  • 78 Van der Aa, Biographisch Woordenboek der Nederlanden, XX, pp. 89 et suiv.
  • 79 Un agent du roi d’Angleterre, Pesters, séjourna même quelque temps dans la Cité au début de mars (D (...)

49A Liége, l’effervescence augmentait de jour en jour. Avant la fin de février, vint s’y établir un ambassadeur hollandais Evrard Van Weede, plus connu sous le nom de van Dyckvelt, l’un des meilleurs diplomates des Provinces-Unies78. Ce personnage, qui interviendra maintes fois dans les affaires liégeoises et qui sera longtemps chargé de l’ambassade des Etats-Généraux à Bruxelles, possédait la confiance de Guillaume III et de Heinsius. Il va s’appliquer à faire triompher la candidature d’un simple particulier, de préférence le grand doyen, malgré le mouvement de défiance qui s’était emparé de lui lors de la divulgation des épîtres de Bouillon79.

  • 80 A.E.L., Concl. Cap., 269, 26 février.
  • 81 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 74 ; D.G., 1254, n° 112.
  • 82 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 67.
  • 83 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 55. Le lendemain il écrivit au chapitre qu’il était arrivé non p (...)

50Le Grand Maître de l’ordre teutonique80 arriva incognito le 25 février pour commencer ses démarches. Les commissaires impériaux suivirent quelques jours après et, sans demander encore leur réception officielle au chapitre, ils firent connaître partout les désirs de Léopold I81. Karg, qui se trouvait déjà depuis trois semaines dans la Cité, reçut enfin son plein pouvoir qu’il communiqua le 2 mars au chapitre82. Enfin, par un coup d’audace qui stupéfia les alliés, le comte de Poitiers pénétra, le 5 mars, dans la Cité sans aucun passeport, pour y défendre la cause du cardinal de Bouillon83.

51Comment se partageait le chapitre au début du mois de mars ? Le parti du Grand Maître comptait à peine cinq ou six fidèles dont aucun ne jouissait d’une certaine influence, mais il pouvait s’accroître grâce à la faveur impériale. Le parti bavarois n’en comptait pas beaucoup plus, mais il recruta l’un des plus sérieux partisans de Furstenberg, Hinnisdael, qui avait estimé trop ambiguë l’attitude de celui-ci. Ce groupe était fortement soutenu par T’Serclaes et le gouverneur des Pays-Bas. Il y avait ensuite une dizaine de tréfonciers entièrement dévoués à Méan et qui, de ce fait, avaient l’appui des Hollandais. Enfin le reste du chapitre, une vingtaine de tréfonciers, constituait le parti français avec les vestiges du « parti de la patrie ». C’était ce dernier groupe qui devait décider d’une majorité, mais il était fort divisé et extrêmement hésitant.

  • 84 On a vu les circonstances de cette espèce d’exil : il avait remis sa procuration au baron de Loë, a (...)
  • 85 Voir le chap. précédent. Le canonicat laissé vacant par son décès avait été obtenu par un prince de (...)
  • 86 Bouillon qui ne l’aime pas, le reconnaît « esprit difficile et rude avec beaucoup de mérite » (B.N. (...)
  • 87 On aura plus loin l’occasion de s’en rendre compte.

52Sous l’étiquette de « parti français », on retrouve la même division qu’en 1688 en une minorité fidèle à Bouillon et une majorité dévouée à Furstenberg. Au sein de celle-ci, c’était à peu près l’anarchie. Des anciens chefs, Bocholt était depuis un an en mission à Rome84, Liverloo était mort dans les prisons de Maestricht85, Hinnisdael était passé au prince de Cologne, un des Stockem était décédé ; ceux qui restaient étaient divisés en deux factions. L’une avait à sa tête l’archidiacre Michel Clercx, officiai du chapitre86, l’un des rares hommes de valeur qu’il y eût après Méan, et le seul capable de s’opposer aux volontés du doyen. Son groupe comptait d’ailleurs des hommes de mérite tels que Rosen, Desfossés, les Stockem, les Surlet, que l’on connaît déjà. Le baron de Ville continuait, par correspondance, les relations qu’il avait nouées avec eux en 1688 et était resté l’ami de Furstenberg et l’ennemi de Bouillon. L’autre faction était celle des Liboy : on sait que le père Liboy, prévôt de Saint-Pierre, avait cinq fils chanoines, ce qui faisait dire à l’héraldiste Abry qu’il aurait pu avec sa famille « faire l’office entier tant à l’autel qu’au chœur ». De ces six canonicats, cinq étaient de la cathédrale, mais l’un des titulaires vivait à la cour de France, comme on l’a vu. Il restait donc quatre suffrages dans cette famille. Le père avait été le bras droit de Furstenberg avant 1688 ; à ce titre il était détesté de la plupart des Liégeois. Ses fils étaient méprisés, n’étant que de vulgaires ambitieux et de plats courtisans87.

  • 88 L’attachement de Woet pour Bouillon s’est déjà manifesté de façon éclatante en 1688 et apparaîtra e (...)

53Les partisans de Bouillon étaient au nombre de cinq ou six : nous connaissons déjà le comte de Poitiers, le vice-prévôt Dumont, octogénaire, le chancelier Duras et Woot, le prévôt de Thuin88. Puisqu’à défaut du cardinal, ils consentaient à voter pour un particulier, on peut les ranger dans la catégorie précédente.

54De l’ancien parti de la patrie, il ne restait plus que des épaves, la plupart de ses membres ayant suivi Méan ; mais on prit l’habitude, en mars et en avril 1694, de donner ce nom à l’ensemble des chanoines qui penchaient pour l’élection d’un simple particulier, le parti français n’ayant aucun candidat de prédilection à l’exception des amis de Bouillon. C’est cependant le parti français que l’on va voir surtout s’agiter.

  • 89 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 46.

55La présence à Huy d’un personnage tel que le cardinal de Bouillon amenait journellement dans cette ville nombre de Liégeois, des fidèles ou des curieux, auxquels le prélat devait consacrer presque tout son temps, « tant, disait-il, les gens de ce pays demandent qu’on leur parle à loisir pour qu’ils ne se cabrent pas »89. Il éclaira de cette façon beaucoup de Liégeois sur ses véritables intentions, mais il apprit également d’eux combien improbable était son élection dans une ville occupée militairement par les Alliés.

56Pour réussir, le concours des amis de Furstenberg lui était indispensable, mais la majorité de ceux-ci ne lui était pas favorable. Leurs sentiments d’ailleurs étaient encouragés par leur maître qui se refusait à envisager le succès de son ancien rival. Sur ces événements, les deux cardinaux ont échangé une correspondance des plus curieuses, qui fourmille de détails piquants, rédigée parfois en termes aigres-doux et qui constitue le plus précieux document de cette période.

  • 90 Voir de Chestret de Haneffe, Histoire de la seigneurie impériale de Reckheim, dans les Publications (...)

57Tantôt Furstenberg, grâce aux lettres de ses amis de Ville, Liboy et Lassalle, renseigne son collègue sur l’état des esprits de la Cité et du chapitre et Bouillon s’en offusque car, dit-il, se trouvant sur les lieux, nul n’est mieux à même que lui de voir ce qui s’y passe. Tantôt jugeant que la présence de celui-ci à Huy provoque de vives alarmes à Liége, Furstenberg l’engage à rétrograder jusqu’à Dinant. Puis désirant rétablir l’unité de son parti en faveur d’un particulier, il suggère que la méfiance que les chanoines leur témoignent à tous deux pourrait être vaincue si l’on se servait de leurs compatriotes pour correspondre avec eux, et Bouillon apostille ce passage par ces mots « insinuation allemande pour me disposer à l’envoi de Liboy et de Ville », ceux-ci étant loin, comme on le sait, d’être favorables au grand aumônier. Et lorsque Bouillon à son tour propose l’élection de quelque particulier, le nom que Furstenberg met négligemment en avant est celui… de son neveu, le comte de Reckeim90, jeune homme aussi dépourvu de mérites que d’orthographe !

  • 91 « La plupart de vos amys et des miens haïssans Monsieur de Mean à mort » écrit Furstenberg à Bouill (...)
  • 92 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 61. Furstenberg à Bouillon le 27 février : « M. de Méan non seulement (...)

58Puis on se mettait à échafauder les plans les plus divers pour essayer de constituer une majorité. Dès la fin de février, on avait reconnu, du côté français, l’impossibilité d’arriver à un accord sur le nom de Méan91, celui-ci déclarant formellement renoncer à sa prétention92 devant l’hostilité considérable qu’elle avait soulevée.

59Mais on admettait qu’il fallait faire choix d’un particulier qui lui fût agréable, de crainte de le voir se donner aux princes.

  • 93 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 61-63.
  • 94 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 54.
  • 95 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 71-72.
  • 96 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 154-157.

60Parmi les membres du chapitre, Furstenberg n’en excluait que deux de la faculté de briguer l’épiscopat, pour des motifs purement personnels : c’était le comte de Berlo, champion de Joseph Clément, auquel le cardinal reprochait sa désertion de 1688 à la veille du scrutin ; et le chancelier Duras qui professait une vive hostilité à son égard93. Bouillon admettait la première exclusion, mais non la seconde, Duras étant en effet un de ses plus fidèles amis. Il reconnaisait toutefois que sa candidature rencontrerait de grosses difficultés : les dévôts du chapitre lui étant très hostiles et beaucoup estimant que Méan jouirait, sous son règne, d’une autorité absolue94. De son côté, sans manifester ouvertement ses sentiments, Méan ne pouvait pas être indifférent à n’importe quelle candidature, mais il importe de constater qu’il n’a prononcé aucune exclusion formelle même parmi ses plus grands ennemis. L’archidiacre Surlet déclinait toute proposition, et le parti de Furstenberg, se prétendant très surveillé, montrait une singulière réserve95. Et le Père De Bra, qui était arrivé à Liége, donnait une note assez pessimiste, mais empreinte d’une grande justesse, en écrivant : « Mrs de Liboy ne se conduiront plus aussi par rapport aux inclinations de Monseigneur, mais de leurs intérêts ou convenances, et peut-être encore d’autres dont il se trouvera à la fin si peu de gens sur qui on puisse compter sincèrement qu’on en sera surpris »96.

  • 97 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 45.

61Aussi Furstenberg tenait-il à se ménager une issue : il prévoyait l’échec d’un particulier et songeait à prendre ses dispositions « afin, disait-il, que l’électeur de Bavière soit convaincu qu’il doit être obligé à moy de l’élection de son frère d’autant que cela est d’une dernière conséquence à moy et à ma famille non moins qu’à mes amis »97. On le voyait donc, dès la fin de février, sur le point d’exécuter le mouvement qui, au jour du scrutin, conduira en effet au succès du Bavarois.

  • 98 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 48-49.

62La cour de France qui voyait aussi combien le terrain était peu solide pour construire des projets, conseillait aux deux cardinaux de faire porter tous leurs partisans en faveur du chanoine qui aurait le plus d’amis98.

  • 99 Pour le dire en passant, le chiffre de 60 tréfonciers dont devait se composer le chapitre n’était p (...)

63Dès lors en admettant que Furstenberg et Bouillon disposassent de quinze à vingt voix, il suffira de trouver un particulier qui pût compter sur une demi-douzaine d’amis99. On verra plus loin les inextricables difficultés que devait rencontrer cette combinaison en apparence si simple.

  • 100 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 91.

64Les Français estimaient, comme on l’a vu, que la liberté entière du chapitre ne pouvait que leur être favorable. Aussi en vinrent-ils à une déclaration officielle : le 15 mars ils firent savoir qu’ils étaient prêts à accorder la neutralité du pays non seulement jusqu’à l’élection, mais même jusqu’au 1er mai, et à évacuer pendant ce temps le territoire de la principauté, à condition que les alliés retirent leurs troupes de la ville et des forts de Liége et laissent circuler librement les chanoines. Après cette date, les belligérants pourront reprendre leurs positions respectives100.

  • 101 Si nos partisans, écrivait-il le 30 mars, ne profitent pas de l’offre royale, il faut « qu’ils soie (...)

65Le cardinal de Bouillon fondait de grands espoirs sur cette proposition, au moins en ce qui concerne la conquête des sentiments intimes des capitulaires101. L’illusion devait être de courte durée, car les Alliés se refuseront à la prendre en considération. Mais devant l’avantage moral que la France pouvait en retirer, ils jugèrent nécessaire de livrer un nouvel assaut au chapitre.

  • 102 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 350. Guillaume III à Heinsius, 8 mars.
  • 103 A.E.L., Concl. Cap., reg. 269, 16 mars et 26 mars.
  • 104 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 240, note 3. Le 14 mars Karg écrit à Joseph Clément : « Der Herr Teutsch (...)
  • 105 A.E.L., Concl. Cap. 269, 26 mars.

66Guillaume III, estimant que les Hollandais pouvaient bien employer une grosse somme pour l’élection102, écrivit personnellement au chapitre et l’on expédia de nouvelles lettres de créance à Dyckvelt103. Le Grand Maître faisait ostentation de bonne grâce et d’assiduité au chœur pour conquérir les esprits qu’effrayaient quelque peu les dignités dont il était déjà pourvu et qui ne désiraient pas y joindre l’évêché liégeois. Il était secondé dans ses efforts par l’ambassade impériale, mais celle-ci, au dire de Karg, ne lui était pas d’une aide très efficace104. Cependant Léopold I envoya encore un troisième ambassadeur dans la personne du conseiller Immessen, qui se présenta le 26 mars au chapitre105.

  • 106 Preuss, op. cit., p. 240, note 6.
  • 107 Ce sont les conseillers Preysing et Prielmayer.
  • 108 Preuss, op. cit., p. 241.
  • 109 « …ne scilicet separatis studiis et sollicitationibus unus aterius negocium corrumperet ac tertio q (...)
  • 110 A.A.E. Corresp. des Pays-Bas, 53, f. 96-98, Joseph Clément à Scarlatti, 26 mars. L’offre de l’évêch (...)
  • 111 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 241.

67Le plus gros effort fut tenté par les Bavarois. Certains Liégeois redoutaient une ingérence du gouverneur des Pays-Bas dans leurs affaires si l’électeur de Cologne venait à être élu. Pour détruire ces préventions, Karg estimait indispensable la présence à Liége de Joseph Clément106. Maximilien-Emmanuel avait lui-même décidé le voyage et avait envoyé dans la cité deux nouveaux conseillers de son entourage107. Il quitta Bruxelles le 15 mars, rencontra son frère à Maestricht, et tous deux arrivèrent à Liége le 19. Après avoir conféré avec leurs partisans, les deux électeurs entrèrent en relation avec le prince palatin : ils auraient voulu parvenir à une conciliation108. Ils firent valoir le danger qu’il y avait à favoriser le succès d’un ennemi par leurs discordes109. Ils offrirent de compter chacun leurs partisans et de se porter tous en faveur du plus fort ; ils se déclarèrent prêts à céder l’évêché de Ratsibonne au palatin. Mais, ce fut en vain : les ambassadeurs impériaux déclarèrent qu’ils n’étaient pas autorisés à conclure pareille convention et le Grand Maître se montra intransigeante110. Aussi, le 24 mars, l’électeur de Bavière regagna-t-il Bruxelles, tout en laissant à Liége un de ses diplomates, Ferdinand Siméoni111, pour agir le plus étroitement possible de concert avec Karg.

  • 112 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 4 : Léopold I à Karg, 27 mars.

68L’empereur n’avait pas cependant perdu tout espoir de conciliation : il écrivait au chancelier de l’électeur de Cologne qu’il fallait avant tout respecter les conventions passées et que, sous la réserve d’une entière liberté à laisser aux capitulaires, il fallait travailler uniquement pour son beau-frère. Il signalait les nombreux évêchés que Joseph Clément détenait déjà et l’impossibilité où il serait de se soumettre à la résidence annuelle que le chapitre de Liége a coutume d’exiger. Il faisait appel aux bons sentiments des princes bavarois, se confiant dans leur dévouement à son égard pour obtenir à la fin leur désistement112. Mais cette heureuse issue paraissait bien éloignée des réalités présentes quand on se reporte au sein de la Cité.

  • 113 A partir du 15 mars Colbert de Croissy demanda au cardinal dans chacune de ses lettres un désisteme (...)
  • 114 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 98-100.
  • 115 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 149-150. On constate dans cette lettre les premières velléités du pa (...)
  • 116 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 94-95.
  • 117 B.N., Morel de Toisy, 1, f. 371. Lour XIV à Bouillon, 26 mars. Nouv. acq. fr., 5089, f. 40. A.A.E., (...)

69Petit à petit, les capitulaires s’étaient rendu compte des véritables désirs de la politique française. Ils voyaient que les efforts de Bouillon, quoique fort sérieux ne répondaient à rien d’autre qu’à une ambition toute personnelle113. Les rapports que certains d’entre eux avaient avec Furstenberg achevaient de les persuader du désintéressement relatif de la France. D’ailleurs le père Liboy, de son côté, et l’official Clercx, du sien, avaient fait prendre des renseignements à Versailles. Dès que l’on sut positivement que Louis XIV était prêt à agréer l’élection de n’importe quel particulier, sans manifester de préférence, voilà les candidatures qui pleuvent de toutes parts ! On dirait qu’un vent de folie a passé sur le chapitre, car les plus jeunes et les moins expérimentés se mettent hardiment sur les rangs. La cité présenta alors une inexprimable confusion d’où ne pouvait résulter que le succès d’un des princes allemands. La correspondance de Bouillon retrace agréablement toutes ces intrigues et nous fait assister aux querelles les plus intimes. Mais laissons la. parole au spirituel prélat : « Je n’ay travaillé, écrit-il à Colbert de Croissy, depuis que je suis icy à autre fin qu’à faire à mon deffaut tomber l’élection sur un du pays pour exclure les princes allemands », mais pour y parvenir, le moyen n’est pas de déclarer qu’il ne faut pas que l’on songe à moi, sinon « le peu de concert qu’il y a entre ceux du Pays feroit que par envie les uns contre les autres et par la crainte de M. de Méan ils se jetteroient précipitemment sur un prince allemand… Ce qui fait, Monsieur, la difficulté de faire un Liégeois, consiste en ce que tous ceux qui peuvent y prétendre sont tous comme Monsieur de Grand Pré, lorsqu’il disait à Monsieur le Cardinal de Mazarin qu’il épouseroit la personne que son Eminence luy ordonneroit pourveu que ce fut Mademoiselle de Vervin, car pour entrer dans le détail, Mrs Surlet conviennent de faire tel compatriote que l’on voudra, pourveu que ce soit M. de Surlet, Mr de Duras, Mr Rosen — je ne parle pas de M. de Berlo, car il s’est déclaré pour le prince Clément — MM. Clercx, de Liboy, de Selys et d’autres s’il s’en trouve, qui puissent aussi y penser pour eux, disent intérieurement la même chose, c’est-à-dire qu’ils se veulent bien tous évêques, mais qu’il n’y en a pas un qui veuille son compagnon, et ainsy du moment que M. de Méan n’est pas faisable comme il ne l’est pas présentement et que de le proposer ce seroit faire les affaires d’un prince allemand, il faut aller au jour la journée »114. Le cardinal voyait bien le danger et prévoyait l’échec final, mais il se trompait en croyant que si le Roi l’avait personnellement accrédité auprès de tous les chanoines du parti français, son succès aurait été assuré. La crainte des alliés ne pouvait que paralyser les trois quarts du chapitre115 et les partisans de Furstenberg lui étaient particulièrement hostiles, tout au moins ceux qui obéissaient aux suggestions du baron de Ville. Certains tréfonciers commençaient même à redouter le succès d’un de leurs collègues, car les alliés faisaient répandre le bruit qu’en suggérant cette solution, Louis XIV ne cherchait qu’à demeurer maître du pays à la paix. Méan déclara au comte de Poitiers que, si cette nouvelle était vraie, son devoir était de chercher un « maître puissant »116. Aussi le roi de France crut-il nécessaire de faire parvenir un démenti officiel, de promettre aux Liégeois l’intégrité de leur territoire actuel et une compensation pour la perte de Dinant117.

  • 118 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 74-77. Lettre de Bouillon, 16 mars. Ce pauvre religieux fut relâché (...)
  • 119 D.G., reg. 1254, n° 144.
  • 120 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 129-131, Bouillon à de Croissy.
  • 121 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 96-97.
  • 122 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 76-80 : Furstenberg à Bouillon, avec un post-scriptum autographe de (...)
  • 123 A.A.E., Corresp. de Liège, XVI, f. 142-145. Reckeim à Furstenberg, 30 mars. Sa sœur supérieure ursu (...)
  • 124 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 180-181. Reckeim à Furstenberg, 5 avril.

70Journellement de petits scandales éclataient dans la cité. Le religieux De Bra qui avait été chargé par Furstenberg d’une mission secrète, consistant à travailler au succès d’un particulier, avait été arrêté sur l’ordre du doyen118 : celui-ci estimait sans doute n’avoir plus rien à perdre du côté de la France et il discréditait ainsi les chanoines du parti de Furstenberg qui l’avaient exclu de l’épiscopat. Aussi eut-il, quelques jours après, une vive algarade avec l’official Clercx : ils échangèrent « de grosses paroles »119. Quand cette nouvelle parvint à Bouillon, celui-ci se plaignit amèrement d’avoir été desservi dès le début par son collègue120 et d’être encore traversé dans ses projets par le rappel du marquis de Lassalle, le compagnon que Furstenberg lui avait donné121. Celui-ci se justifiait à sa façon et insistait en faveur de l’envoi aux environs de Liége des sieurs de Ville et Liboy afin de rétablir l’harmonie du parti de la patrie122. L’arrivée du second ne déplaisait pas à Bouillon, mais il ne voulait à aucun prix du premier, qui lui était hostile depuis de nombreuses années. D’autre part, le neveu de Furstenberg, le comte de Reckeim, nourrissait l’illusion d’être élu évêque123 et remuait toutes les influences dont il pouvait disposer pour obtenir un passeport. Or son oncle avait promis sa voix au cardinal de Bouillon qui attendait son arrivée à Huy : quand Reckeim dut renoncer à ses espoirs et se rendre dans cette ville, il comprit, à l’accueil reçu, que tous ses agissements étaient connus du cardinal124.

  • 125 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 82-85. Bouillon à Furstenberg, 30 mars. C’est ce que disait Liboy da (...)
  • 126 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 197v-198. Il est amusant de considérer les calculs par lesquels (...)

71C’est encore dans leur correspondance mutuelle que les deux cardinaux vont exprimer leurs sentiments, en termes plutôt déplaisants. Pous vous répondre avec autant de sincérité que vous en avez mis à m’écrire, disait Bouillon, « je dirai à votre Eminence que si je jugeais de ses desseins par sa conduite, je dirois que voyant qu’elle ne peut pas parvenir, dans cette élection, à estre évêque, son arrière fin est de faire qu’elle tombe pour ses intérêts particuliers sur un prince allemand »125. Mais Furstenberg répliquait : « Son Eminence luy permettra de luy dire avec la mesme naïveté en véritable amy et serviteur qu’il n’y a qu’elle seule qui après tout ce qu’il a fait dire aux chanoines de Liége et la parole qu’il a donnée à son Eminence de ne former ny pour le présent ni pour l’avenir aucune prétention sur le dit évêché, puisse le juger capable d’avoir pour arrière fin de faire tomber l’élection sur un prince allemand pour ses intérêts particuliers en cas qu’il ne put pas parvenir luy mesme à estre évêque. Le cardinal de Furstenberg tombe d’accord qu’il n’a pas lieu de se plaindre de la sincérité que M. le cardinal de Bouillon témoigne dans sa lettre pourveu qu’il n’y entre rien du chagrin qu’il peut avoir soit de se voir decheu des espérances qu’il pouroit s’être formées en partant de Paris ou qu’il ne veuille chercher des prétextes apparens pour faire croire à ceux qui ne sont pas informés bien à fonds de toute cette affaire qu’il auroit rendu ces choses impossibles possibles s’il n’avoit pas esté traversé par les mesnées du cardinal de Furstenberg et de ses amis »126.

72En somme les reproches étaient fondés de part et d’autre. Avoir cru son élection possible est bien l’erreur fondamentale du cardinal de Bouillon, illusion que personne ne partageait en France ni à Liége. Mais supposer que toutes les petites rivalités de famille et que toutes les ambitions personnelles allaient s’effacer chez les capitulaires devant l’avantage d’être gouvernés par un compatriote, n’était pas une moindre illusion. Le seul homme qui s’imposât étant haï, il ne restait plus qu’à tourner le regard vers les princes allemands et choisir le moins mauvais.

  • 127 Le 20 mars, par l’intermédiaire de la comtesse d’Argenteau, Bouillon écrivait à Maximilien Emmanuel (...)
  • 128 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 101-105.
  • 129 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 89v.

73Mais Bouillon ne se tenait pas pour battu. Avec une obstination digne d’un meilleur succès, il multipliait ses missives au chapitre, aux tréfonciers les plus importants, aux princes alliés même127 ; il plaidait sa cause avec une vigueur entraînante. Pourquoi, disait-il au chapitre, me refuser un passeport sous prétexte que je n’ai pas droit de suffrage ? Je ne demande qu’à paraître à votre barre pour justifier ma conduite ; je vous expliquerai comment la guerre ne m’a pas permis de me présenter aux chapitres de la Saint-Gilles depuis 1688 ; vous invoquez vos statuts, mais ceux-ci ne doivent-ils pas s’interpréter « selon les lieux, les circonstances et les personnes » ; peut-on surtout condamner quelqu’un sans l’entendre ? Vous dites que les princes allemands sont frappés de la même « foranité », mais cela ne leur cause aucun préjudice puisqu’ils se trouvent à Liége, au contraire cela leur est favorable puisque par une soi-disant mesure de réciprocité, ils m’empêchent de venir dans votre ville. Si vous continuez à me tout refuser, envoyez au moins à Huy quelques membres auxquels j’offre des passeports, pour conférer avec moi. Pour ne pas m’accorder cette dernière grâce, il faut que vous soyez privés de toute liberté128. Le chapitre répondit à chacune des missives du cardinal mais sans varier jamais dans les raisons qu’il avait données. Il écrivit aussi à Rome pour justifier sa conduite et détruire les impressions que le pape pouvait avoir éprouvées129.

  • 130 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 227-233. Janson au roi. Le pape déclara encore le 12 avril qu’il (...)
  • 131 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 297-301.
  • 132 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 132. Les princes de Neubourg firent demander en leur faveur au p (...)

74Innocent XII se trouvait sollicité par la France d’accorder une prorogation du délai de vacance du siège. Il ordonna à son nonce de Cologne de la permettre si elle était demandée par le chapitre, mais dans ce cas seulement. L’accorder de lui-même, disait-il, serait de la partialité130. Il refusa d’agréer la demande du roi de France sur l’envoi à liége de ce nonce, parce que la ville était occupée par les hérétiques131. Mais il était peu probable que le chapitre sollicitât une prorogation, celle-ci ne pouvant être favorable qu’à la France132.

  • 133 Né en 1666, le duc était administrateur d’un évêché allemand ; il fut créé cardinal en 1706.
  • 134 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243.
  • 135 B.U.L., ms. 1019, f. 812.

75A liége un nouveau personnage était entré en scène. Le duc Christian Auguste de Saxe-Zeitz133 était arrivé le 26 mars et était aussitôt entré en rapport avec les ministres impériaux. C’était un sérieux adversaire pour le prince Clément, qui venait d’en triompher au scrutin de Hildesheim, en janvier 1694134. On le disait le candidat préféré du pape qu’il fréquentait beaucoup ; cependant, il n’apporta aucune lettre de recommandation et son rôle reste assez obscur135.

  • 136 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 111v-112.

76C’est le 2 avril seulement que le baron d’Eck fut solennellement reçu au chapitre où il donna lecture des lettres impériales136. Mais on semblait plus attentif à se surveiller l’un l’autre au sein de la cité qu’à écouter ces suggestions.

  • 137 Ce n’est guère qu’à partir du 10 ou du 12 avril que Bouillon parut persuadé de l’impossibilité de s (...)
  • 138 Il peut paraître étrange de voir Woet placé le dernier, je ne me le suis pas expliqué.
  • 139 Bouillon écrivait même que plus de 20 chanoines lui avaient fait savoir qu’ils seraient hostiles au (...)
  • 140 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 57-59, de Croissy à Bouillon, 2 avril.

77Les quinze derniers jours de vacance du siège furent féconds en surprises. Comme il fallait bien finir par proposer quelques noms, le cardinal de Bouillon137 mit en avant ceux de Dumont, le plus âgé des capitulaires, le chancelier Duras, Sélis, Surlet, Liboy père et Woet138 dans l’ordre de ses préférences : tous les six étaient parmi les plus vieux chanoines et pour cause ! La cour de France, écho des suggestions de Furstenberg, faisait des vœux pour le succès de Liboy tout en se refusant à le recommander elle-même. Le fils du prévôt de Saint-Pierre, gentilhomme ordinaire du roi, avouait d’ailleurs que son père n’était pas aimé139, mais affirmait en revanche, qu’un de ses frères avait des chances très sérieuses140. Lui-même fut envoyé à Huy pour seconder les efforts de Bouillon.

  • 141 Poitiers avait remis 500 livres au jeune Surlet qui se trouvait dans la gêne (B.N., Nouv. acq.fr., (...)
  • 142 B.N., Nouv. acq.fr., 5090, f. 90., Bouillon à Clercx.

78Celui-ci cherchait activement à gagner des suffrages par l’intermédiaire du comte de Poitiers : il s’assura ainsi le plus jeune des Surlet et le chanoine Lamargelle141. Il fit montrer à Rosen et à Desfossés la lettre qu’il avait écrite au pape l’an dernier pour leur libération. Il demanda conseil à l’official sur les candidatures à présenter142.

  • 143 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 187-189. Bouillon à de Croissy, 8 avril.
  • 144 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 167-170.
  • 145 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 173-179.

79Les jeunes chanoines, voyant qu’on ne les présentait pas, s’étaient jetés dans la mêlée : tous les jours de nouveaux noms étaient proposés. « Sans compter les vieillards, écrivait le cardinal, à la réserve de deux qui se déclarent n’en pas vouloir, savoir Surlet (l’archidiacre) et Dumont, ils sont huit ou dix jeunes qui se flattent et veulent qu’on songe à eux ; entre ceux-là il n’y en a pas de plus vif que le frère du sieur de Liboy »143. Celui-ci est en effet le plus curieux spécimen de l’espèce. Agé d’une trentaine d’années et plein de présomption, ce Liboy, appelé d’Argimont, avait cru pouvoir compter sur une dizaine de voix certaines et sur le concours bienveillant de Méan et des Hollandais. Pour gagner le doyen, il lui offrit le même pouvoir dont il avait joui sous Elderen, et comme il fallait s’assurer d’autres alliances, il écrivit à Furstenberg qu’il ferait de l’abbé de La Marck, fils de la comtesse de Furstenberg, son coadjuteur144. Enfin, pour que rien ne manquât à la comédie, il adressa à Bouillon un long mémoire où il détaillait les avantages de la combinaison, promettant de lui remettre l’évêché à la paix, moyennant une médiocre pension. « Jugez, Monsieur, de l’étoffe par cet échantillon », pouvait écrire le cardinal à Colbert de Croissy145, et il en tirait argument pour conclure que se borner à dire qu’on admettrait la candidature de n’importe quel particulier équivalait à assurer le triomphe des princes allemands.

  • 146 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 240, note 31, d’après une lettre du 28 mars. Je doute fortement tout de (...)
  • 147 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 44.
  • 148 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 203-206.
  • 149 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 56.
  • 150 Bouillon écrivait encore à Maximilien le 12 avril que le nonce de Vienne lui ayant promis l’envoi d (...)

80Ces derniers cependant étaient loin de s’entendre. Leur effectif initial ne s’était guère modifié et c’est à peine s’ils pouvaient réunir quinze voix à eux deux. Mais il est possible que le grand doyen ait déjà adhéré secrètement au parti impérial, entraînant à sa suite l’ambassadeur hollandais146 et une dizaine de voix ; dans tous les cas il se montra d’une singulière réserve jusqu’à la dernière semaine. Bouillon tenta encore un effort : le 6 avril il envoya un homme de confiance à Méan et à Dyckvelt147 leur promettant sur son honneur, s’ils le faisaient parvenir secrètement à liége, qu’il y travaillerait en faveur du doyen ou de celui des chanoines que les Hollandais préféraient148. Le 13 avril il demandait encore à Méan un mot de réponse149, fondant de grands espoirs sur cette combinaison. La réponse ne vint pas150.

  • 151 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, pp. 79-81, Lettres du duc d’Holstein Pleum.

81D’ailleurs les Hollandais ne s’entendaient pas même entre eux ! On sait que l’ingénieur Coehorn travaillait depuis deux ans aux fortifications de Liége : son entente parfaite avec T’Serclaes inquiétait Heinsius. En effet, le général Liégeois, tout acquis au parti bavarois, disposait à son gré de l’artillerie et des munitions de la place. Or le duc de Holstein Pleum soupçonnait déjà ce parti d’être « tout français » et s’estimait déjà dupé par lui pour la défense de la place de Liége151. Dyckvelt essayait tant bien que mal d’assurer la concorde.

  • 152 B.R., ms. II, 2395.
  • 153 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 209-210.

82Le 9 avril152 le cardinal de Bouillon fit enregistrer à Huy une protestation solennelle suivie d’un appel au Saint-Siège pour la défense de ses droits. Pourtant il continuait activement ses démarches, recevant journellement à Huy jusqu’à trente personnes153.

  • 154 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 65-66.

83Furieux de l’attitude du jeune Liboy, qu’il appelait « traître, fourbe, ambitieux, hypocrite », il faisait savoir à Liége qu’il excluait le père de la liste de candidats qu’il avait présentée, et, lorsque le frère du chanoine arriva à Liége, il lui « lava la tête » d’importance154.

  • 155 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 212-213.
  • 156 B.N., Nouv. acq.fr., 6825, f. 60-62. On répétait à Huy que la tiédeur du parti de Furstenberg, qui (...)

84L’approche du jour décisif augmentait la fièvre au sein des partis. Tous ceux qui n’avaient pas adhéré aux deux princes préféraient naturellement l’élection d’un particulier. On a vu qu’il y avait un bon nombre de petites factions, telles que celle des Liboy, celle des Méan, les amis de Bouillon, etc…, toutes travaillant en sourdine, mais en recherchant au fond un terrain d’entente155. Bouillon envoyait ses dernières instructions : ses amis pourraient faire parmi eux un petit scrutin pour désigner, entre Dumont, Duras et Sélys, leur candidat, puis, le lendemain, chez le père Liboy, tout le parti de la patrie agirait de même et ainsi, le sort redésignant probablement le vainqueur de la Veille, tous se porteraient en sa faveur le 20 avril156.

  • 157 B.N., Fonds français, 13.976, f. 425, Bouillon à Clercx.
  • 158 C’est un « diable », disait Liboy, « qui outhre toutes choses dans le bien et dans le mal » (A.A.E. (...)

85Le 12 avril Bouillon avait encore écrit au chapitre ; on lui répondit que n’ayant pas de voix il ne pourrait lui servir à rien d’être convoqué. Mais le cardinal répliqua en envoyant un nouvel acte d’appel au pape contre tout ce qui se passerait et ajouta : « Le prétexte que l’on allègue est si frivole que j’ay sujet d’en estre étonné. L’on fait dire que je n’ai pas de voix et c’est de quoy je me plains, de ce que le chapitre m’en a privé contre toute sorte de droit »157. Au reste il s’apercevait du changement de front de certains : à force de questionner Liboy, il vit que sa famille avait partie liée avec le prince bavarois et entra dans des accès de colère158 ; d’autre part, il se rendit compte de l’affaiblissement continuel du parti de la patrie.

  • 159 On sait que le Grand Maître était coadjuteur de l’électeur de Mayence.

86Celui-ci se comptait en effet journellement. Lorsque la nouvelle de ’adhésion de Méan au parti impérial eut été rendue officielle, il y eut un moment de désarroi. Cependant le Grand Maître ne pouvait encore compter que sur 15 à 16 voix : pour se constituer une majorité, il alla frapper à la porte de Bouillon. Il demandait, nous apprend celui-ci, que le cardinal lui donnât la préférence « sur l’assurance…que parvenant à l’électorat de Mayence159 par la mort de l’électeur, il entrerait dans les expédients qui me feroient pour lors tomber l’évêché de Liége, ensuite, il a ajouté qu’il pourroit consentir à ce que je fusse élu évêque de Liége et me faire tenir les passeports de l’empereur pour m’y rendre avant l’élection, pourvu que je voulusse prendre des engagements positifs et réels pour le faire coadjuteur et consentir à lui laisser l’administration de l’évêché sans me mêler de rien, durant tout le temps de la guerre ».

  • 160 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 224-230.

87Cette proposition me « répugne », nous rapporte Bouillon ; mais il se contenta de répondre que c’était là choses trop importantes pour les confier au papier et qu’il fallait avoir une entrevue160.

  • 161 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243, note 3. Joseph Clément en arriva même à rudoyer Dijckvelt, l’ambass (...)
  • 162 « Wie kann uns der Kaiser im Stich lassen, die wir so viel fur ihm getan haben » ?
  • 163 Preuss, op. cit., p. 242.

88En présence des hésitations continuelles du parti de la patrie, Joseph Clément ne voyait pas grossir son petit effectif. Aussi se répandait-il en clameurs à l’adresse de Méan et des Hollandais161. Karg, de son côté, se prit de querelle avec Dijckvelt et s’exprimait sans ménagement sur l’attitude de la cour de Vienne : « Comment, s’écriait-il, l’empereur peut-il ainsi nous laisser en plan, nous qui avons tant fait déjà pour lui ? »162. Toutefois, l’électeur de Cologne comptait beaucoup, et avec raison, sur l’effet de sa déclaration publique, d’après laquelle il écarterait Méan du gouvernement s’il était élu163. Cet affront fait au grand doyen ne pouvait qu’attirer de nombreux suffrages au prince de Bavière.

  • 164 Voir p. 91.
  • 165 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 250-253.
  • 166 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 543-544, l’aumônier au cardinal, 19 avril, 7 h. du matin.
  • 167 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 368-371.

89Pourtant le parti de la patrie fut sur le point d’arriver à un accord définitif. Après avoir proposé sans succès Hinnisdael, on finit par réunir 19 à 20 suffrages sur la tête de Desfossés : ce résultat fut obtenu grâce à la réconciliation de Méan et du nouveau candidat. On sait que celui-ci avait été victime, en 1693, de son attachement à la France et qu’il l’avait payé d’un emprisonnement à Maestricht164, aussi haïssait-il le grand doyen ; mais, sur les conseils de De Ville et de Colbert de Croissy, il s’était secrètement réconcilié avec celui-là. Méan ne paraît pas avoir agi en cela contre les intentions du Grand-Maître qui, ne sachant où trouver une majorité, proposait ouvertement une prorogation165. B ne manquait plus que l’adjonction des Liboy pour assurer le succès. Mais ceux-ci tenaient des conciliabules secrets où ils s’efforçaient de faire échouer toutes les combinaisons ; en réalité, ils étaient purement et simplement acquis au prince Clément. Simultanément à cette négociation, une autre s’ébauchait : c’était son dernier atout que le cardinal de Bouillon jouait ! Son aumônier avait pu entrer à Liége ; le 18, il se rendit chez Dijckvelt et promit l’adjonction du parti de Bouillon en faveur de Méan, si l’on obtenait le désistement du Grand Maître ; il fit la même déclaration à Blisia, parent du doyen, qui lui promit de faire diligence166. Dans la soirée du même jour, devait avoir lieu la réunion suprême du parti de la patrie chez les Liboy : Méan s’y trouvait. Mais les Liboy affectèrent d’apprendre pour la première fois sa réconciliation avec Desfossés et ajoutèrent qu’au surplus il était trop tard : leur parole était engagée167. Ce fut le signal de la débandade : Rosen et Liverlo déclarèrent qu’ils reprenaient leur liberté et qu’ils allaient porter leurs voix au prince de Cologne ; Desfossés, les Surlet se prononçaient pour le palatin ; la plus grande partie du chapitre hésitait encore.

90Le 19, les deux partis se comptèrent : il ne pouvait plus être en effet question que du Grand Maître et de Joseph Clément. Quelle dut être la surprise de tous les capitulaires en constatant que les forces s’équilibraient exactement ! Chaque parti comptait 23 voix. Le groupe bavarois avait vu venir à lui la majeure partie des partisans de la France puisque Bouillon, Furstenberg et Colbert de Croissy avaient toujours demandé que l’on préférât Joseph Clément au prince palatin.

91Mais sept ou huit d’entre eux, parmi lesquels les deux oncles et le neveu de la famille Surlet, avaient adhéré au Grand Maître, pour des raisons mal connues.

92Telle était la situation le 19 avril vers midi : le scrutin du lendemain menaçait de ne donner aucun résultat ! Il fallait de toute nécessité que l’un des partis s’assurât de la majorité, c’est-à-dire gagnât un des membres de l’autre. L’imminence du danger et l’égalité de chances devaient rendre inébranlables la plupart des capitulaires. Mais un cas tout particulier était celui du jeune Surlet : Poitiers l’avait gagné à la cause de Bouillon ; or, la dislocation des divers partis lui ayant plus ou moins rendu sa liberté, il avait suivi ses deux oncles, tandis que la plupart des partisans de la France étaient allés à Joseph Clément. Le gagner à la cause de celui-ci était chose tout indiquée : une démarche personnelle de l’électeur et les instances du comte de Poitiers attirèrent le jeune homme dans le parti bavarois avant la fin de la journée. La nouvelle put rester secrète jusqu’au lendemain.

  • 168 Voici, d’après mes recherches, la liste probable de la répartition des partis le 20 avril :
  • 169 Woet, n’ayant pas pris à l’élection du Grand Maître, devrait pouvoir être mis à part.
  • 170 Le baron de Bocholt, en mission à Rome, et le père Liboy, souffrant, étaient représentés par procur (...)

93Le jour de l’élection était enfin arrivé ! Le parti impérial168169 ignorait encore qu’il était en minorité, mais il ne tarda pas à être édifié. Pendant la célébration de la messe du Saint-Esprit, quelques chanoines s’étaient tenus dans les cloîtres, entretenant l’électeur, et gardant au milieu d’eux le jeune Surlet, comme on ferait d’un prisonnier. Ce manège avait attiré l’attention du chapitre ; aussi, la messe finie, l’archidiacre Surlet et le baron de Nesselraude abordèrent brusquement l’électeur et le premier lui demanda si c’était ainsi qu’il extorquait les voix ? Gros émoi ! On essaya de s’expliquer : l’un des Liboy voulut persuader à l’archidiacre que la pluralité des suffrages était pour Joseph Clément ; mais l’oncle Surlet soutint que c’était faux et interpella son neveu. Celui-ci ayant affirmé qu’il était pleinement libre, fut littéralement emporté par ses amis jusqu’à la salle capitulaire. Quarante-quatre tréfonciers représentant quarante-six suffrages170 entrèrent aussitôt en séance.

94Au bout d’une heure, on voit sortir le grand doyen accompagné de vingt et un chanoines ! Que s’était-il passé ?

95Après que l’on eut procédé à l’élection des trois scrutateurs, on passa à la désignation de celui qui se chargerait d’annoncer le résultat du vote. Le parti bavarois proposa l’écolâtre Clercx, le parti impérial, l’archidiacre Surlet. Vingt-quatre voix contre vingt-deux décidèrent que ce serait l’écolâtre. Le grand doyen, qui présidait, comprit que le résultat final ne pouvait être douteux. Il s’agissait de l’éluder, aussi s’y prit-il fort habilement. Il fit donner lecture du bref d’éligibilité de Joseph Clément, puis présenta ses observations : il ne le trouvait pas en bonne forme et ajoutait que le bref prévoyait la résiliation des évêchés de Ratisbonne et de Freisingen, que pourtant l’électeur détenait encore. Il fallait donc résoudre d’abord cette question préjudicielle. Par vingt-quatre voix contre vingt-deux l’assemblée admit la validité du bref. La cause étant perdue, le doyen déclara que l’affaire méritait un plus ample examen et, comme il était 12 heures 1/2, il remit la chose au lendemain et prononça les mots sacramentels : « Capitulum est solutum » ! Mais la majorité n’entendait pas se laisser faire ; elle protesta et se refusa à lever la séance. Là-dessus le doyen se retira avec ses vingt et un amis, tout en déclarant nul ce qui se ferait en son absence. Le chanoine de Woet était sorti avec Méan, mais non pour témoigner son attachement au Grand Maître, car il déclara qu’il ne remettrait plus les pieds au chapitre ! Ceux qui étaient restés dans la salle élurent à l’unanimité l’électeur de Cologne, dont le nom fut proclamé au clergé et au peuple comme de coutume.

96Méan avait fait défendre au marguiller de sonner les cloches de la cathédrale, mais lorsque le pauvre homme voulut s’opposer à l’entrée de la salle des cloches, il se vit menacer de la canne d’un des partisans du prince bavarois et dut se mettre à carillonner ! Le canon de la citadelle, occupée par le général T’Serclaes, tonna en l’honneur de l’élu.

97Mais à 8 heures du soir, Méan fit annoncer une séance du chapitre pour le lendemain. Le 21, le parti bavarois se trouva le premier dans la salle capitulaire. Lorsqu’arrivèrent Méan et les siens, on leur demanda ce qu’ils comptaient faire, attendu que l’élection avait été consommée la veille. Le doyen riposta qu’elle était nulle, mais, comme il n’était pas le plus fort, il se retira dans sa propre demeure avec son parti. Là, solennellement, ils procédèrent à l’élection du Grand Maître qui recueillit naturellement l’unanimité des suffrages. Comme T’Serclaes avait fait garder militairement les cloches, Méan dut se contenter de faire publier le résultat à sa porte et de chanter le Te Deum chez lui. Mais il eut la consolation d’entendre tonner le canon de la Chartreuse et des lignes occupées par les Hollandais en l’honneur de son candidat !

98Quelques petits incidents curieux achevèrent la journée : Joseph dément eut une vive altercation avec un des ministres impériaux, pendant que Méan faisait déchirer toutes les pièces de son bref d’éligibilité.

99Le Grand Maître envoya son représentant, le commandeur de Golstein, faire part à l’électeur de son succès : celui-ci était encore à table, vers les 3 heures 1/2, et s’étonna de cette démarche. Le commandeur lui demanda s’il croyait réellement avoir été élu, mais devant l’hilarité de l’assistance, il n’insista pas davantage.

100Le prince palatin avait fait préparer un banquet au palais épiscopal : T’Serclaes, qui guettait toutes les occasions d’être désagréable à ses adversaires, fit enlever, et porter dans la demeure du Grand Maître tous les préparatifs du festin, et fit fermer le palais.

  • 171 Ce récit des journées du 20 et du 21 avril a été puisé aux sources suivantes : A.A.E., Corresp. de (...)

101Chacun des partis s’occupa alors à dresser « l’instrumentum » de l’élection qu’il avait faite, et interjeta appel à Rome de la conduite de l’autre171.

  • 172 B.U.L., ms. 1019, f. 821. Ce furent Surlet, Laurent de Méan, Wansoule, Stockem, Berlo et Berlo d’Ho (...)

102Cette bizarre situation devait bien être supportée par les deux partis. Du consentement des deux élus, il fut décidé que le gouvernement resterait au chapitre et que l’administration serait confiée à une commission de six chanoines pris par moitié dans chaque parti172.

  • 173 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 368-371 ; Mercure galant, m i 1694, pp. 184 et suiv.
  • 174 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 276-278, f. 282.

103Dès que ces nouvelles parvinrent à Huy, le cardinal de Bouillon adressa le 22 au pape une demande en nullité de ces deux élections173. Il adressa en même temps son secrétaire, l’avocat Vaillant, à Colbert de Croissy pour instruire la cour de Versailles et commencer les démarches à Rome. Il ajoutait que le duc de Saxe venait de quitter Liége pour se rendre probablement à la cour pontificale, qu’il devait soutenir la cause du Grand Maître, mais qu’au fond il allait travailler pour lui-même : « inter duos litigantes, tertius gaudet » !174.

  • 175 A.N., R2 60, pièce 1, 24 avril. Bouillon écrivit à l’électeur que malgré ses sentiments pour la mai (...)

104Joseph Clément adressa de son côté à son ambassadeur à Rome, l’abbé Scarlatti, le dossier de son élection et un mémoire sur la conduite à tenir175.

  • 176 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 367. Le roi à Janson, 2 mai.

105Louis XIV, enfin, envoya ses instructions au cardinal de Janson : le pape, disait-il, ne peut pas ne pas casser ces élections176.

  • 177 D.G., reg. 1255, n° 83. A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 291.

106Mais un événement totalement imprévu se chargea d’éclaircir la •situation. Une sorte d’épidémie sévit à Liége : le Grand Maître en fut un des premiers frappés ; il expira le 4 mai, suivi dans la tombe par les chanoines Faes et Tabolet, par le grand écuyer de Joseph Clément et d’autres personnes177. L’électeur de Cologne gagna précipitamment Bruxelles.

107La situation du Pape, d’abord si embarrassante, paraissait bien améliorée : durant trois mois, il ne s’était pas départi d’une stricte impartialité et, au lendemain de l’élection, il s’était vu sollicité de trois côtés différents par les puissances de l’Europe. Il ne lui restait plus à présent, semblait-il, qu’à se prononcer sur l’acte d’appel de Bouillon. Mais bientôt se dressèrent de nouvelles difficultés et, en somme, l’« affaire de Liége », comme on l’appelait, allait fournir au sein de la Ville Éternelle une carrière aussi mouvementée que celle qui avait eu la Cité pour théâtre.

  • 178 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 527.
  • 179 D.G., reg. 1255, n° 104.
  • 180 Né en 1664, l’évêque de Breslau sera l’héritier de son frère dans la plupart de ses dignités et not (...)

108Tout d’abord les décès survenus au sein du chapitre et le départ du comte de Poitiers avaient modifié du tout au tout la situation respective des partis : c’était à présent celui de Méan qui avait une voix de majorité178 ! Aussi le doyen et les siens ne parlaient-ils que d’une troisième élection ! Le 9 mai, le baron de Nesselraude, frère du tréfoncier, arriva à Liége de la part de l’électeur palatin et remit des lettres à tous les membres du parti impérial. Ceux-ci se réunirent le lendemain au chapitre et s’ajournèrent au 15 pour fixer la date de la nouvelle élection179. Le nom que l’on mettait en avant avec le plus d’insistance était celui du frère du défunt : François Louis de Neubourg, évêque de Breslau180. Mais si, en apparence, le parti impérial se conduisait avec cette énergie, il était au fond passablement divisé : quelques-uns penchaient pour le duc de Saxe ; d’autres parlaient d’adhérer à Joseph Clément ; la plupart voulaient attendre les ordres de l’empereur.

  • 181 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 295-301.

109Méan, d’ailleurs, prit encore l’initiative d’une grave démarche : son frère Laurent et son ami Blisia firent demander à Bouillon si la fraction du parti de celui-ci, qui s’était portée sur le prince bavarois, ne serait pas susceptible de s’unir aux vingt-deux pour faire élire le cardinal. La seule condition imposée était de laisser le gouvernement du pays jusqu’à la paix aux mains du chapitre181.

  • 182 A.N., R2 60, pièce 4.
  • 183 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 471.
  • 184 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 471-472.

110On devine avec quelle joie le cardinal se raccrocha à cette nouvelle lueur d’espoir. Cependant il croyait surtout au succès de sa négociation à Rome, tout en ne négligeant pas de travailler individuellement les membres du chapitre. C’est ainsi qu’il obtint de Liverlo une déclaration notariée témoignant de son inclination pour sa personne et protestant contre les violences apportées à la liberté des suffrages182. La-margelle lui donna la même satisfaction peu après183, et le jeune Surlet était vivement sollicité d’entrer dans la même voie. Celui-ci était retenu par la déclaration publique qu’il avait faite peu après l’élection de son entière liberté, et par la pension que Joseph Clément lui avait fait espérer : il finit par promettre de faire tout ce que Bouillon désirerait, mais, au dernier moment, il se déroba encore184.

111La conduite précise du parti impérial à Liége est bien difficile à déterminer, peut-être parce qu’elle a été très flottante. Les nouvelles les plus contradictoires sont apportées à Versailles et à Rome. Toutefois, quelques épisodes paraissent bien établis.

  • 185 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 302.
  • 186 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 528.

112Le 14 mai, le duc de Saxe, qui n’avait pas dépassé Cologne et qui avait appris la mort du Grand Maître, revint dans la Cité. Il vit individuellement tous les membres du parti impérial et leur recommanda la candidature de l’évêque de Breslau. Il conseillait à ceux qui ne voulaient pas se décider de remettre leur voix à la disposition de l’empereur. Il quitta la ville le 19, et, le lendemain, le parti devait se réunir pour fixer la date de l’élection185. Mais les Bavarois ne perdaient aucune occasion d’essayer de rallier leurs adversaires : c’est ainsi que le grand vicariat laissé vacant par la mort de Faes, bien que revendiqué par trois membres de leur parti, fut emporté par l’archidiacre Surlet à l’unanimité des voix186.

  • 187 A.A.E., Corresp.de Bavière, 42, f. 171-173.
  • 188 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 92-97.
  • 189 A.A.E., Corresp. de Rome, 266, f. 85-95, 105-108.

113L’électeur palatin avait écrit à tous ses partisans pour les remercier ; une députation composée de Nesselraude et de quatre autres tréfonciers se rendit à Düsseldorf pour connaître ses intentions187. Il est probable que Jean Philippe de Neubourg les engagea vivement à persévérer, car on parla aussitôt de faire la nouvelle élection188. Mais, auparavant, on avait écrit au pape pour en demander l’autorisation. Innocent XII fit répondre par son nonce de Cologne, en termes fort généraux, qu’ils devaient savoir ce qu’énoncent les Décrétales sur ce sujet, et qu’une troisième élection ne pouvait se faire tant que les premières n’avaient pas été examinées189.

  • 190 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 153-156.
  • 191 Vander Heim, Ind. b. n° 48, t. II, f. 84.
  • 192 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 309-310.

114D’ailleurs l’empereur était loin de soutenir efficacement son candidat. Depuis la mort du Grand Maître, il avait dû réfléchir aux conséquences fâcheuses d’un entêtement et il se borna d’abord à demander au pape que l’on « fit justice » au prince Clément190. On voit qu’il ne prenait plus l’affaire tant à cœur. Au reste, les Hollandais, leur premier mouvement d’humeur passé191, n’avaient pas manqué de préférer l’état de fait actuel à l’élection possible d’un candidat français192.

  • 193 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 245, note 3.
  • 194 Preuss, op. cit., p. 345. Lettres de Marie-Anne à Jean Philippe de Neubourg, 28 avril, 13 mai, 27 m (...)

115La seule puissance qui soutînt encore les prétentions de la maison palatine, c’est l’Espagne. Toujours sous l’influence directrice de sa femme, Charles II avait écrit à son ambassadeur près l’électeur palatin de soutenir les intentions de celui-ci193. Sans doute, la cour de Madrid se prononçait en forte majorité pour Joseph Clément mais la reine Marie-Anne plaçait les intérêts de ses frères au-dessus de tout. Elle fit tout ce qu’elle put dans cette voie, et ne cessa d’encourager son frère, l’électeur, à maintenir ses prétentions194. Cette activité si remarquable ne pouvait cependant être d’aucune efficacité.

  • 195 Ainsi Furstenberg se déclarait satisfait de l’élection de Joseph Clément et priait le roi de ne pas (...)
  • 196 N.B., Nouv. acq. fr., 5090, f. 100v.

116C’est à Rome qu’il faut concentrer notre attention pour l’étude de la dernière phase du différend. On a vu que Louis XIV avait pris à cœur la cause du cardinal de Bouillon, mais celui-ci redoutait d’être desservi par des envieux195 et de voir la politique française s’accommoder de la situation. Il écrivit au roi qu’il était prêt à renoncer à ses prétentions, comme « s’il n’avait pas, depuis vingt-cinq ans, avec bien des peines et de la dépense, envisagé cet établissement de l’évêché de Liége, comme le comble naturel et raisonnable de sa fortune et de son élévation »196. Mais le concours royal ne lui fit pas défaut. Le cardinal de Janson ne cessa de plaider sa cause avec la plus grande énergie à la cour pontificale.

  • 197 A.N., R2 60, pièce 5. Janson au roi, 17 mai.
  • 198 Voir le portrait donné dans Dubruel, Ind. b. n° 89, p. 296, note 12.
  • 199 Voir Dubruel, op. cit., p. 297, note 1.
  • 200 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 198-202.
  • 201 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 108.

117Innocent XII avait estimé que la congrégation consistoriale ordinaire n’était pas qualifiée pour s’occuper de l’affaire parce qu’elle renfermait dans son sein le cardinal de Goess, ministre de l’empereur, et Janson lui -même197. Il composa une congrégation spéciale de six cardinaux et de six prélats : on y comptait les cardinaux Carpegna198 et Marescotti199, attachés à la Maison d’Autriche : le premier était aussi âgé que savant mais assez revêche de caractère ; le second, homme d’une volonté de fer, était redouté à la cour de Versailles ; ensuite les cardinaux Spada et Nerli, sujets florentins, d’une réputation de justice réellement peu banale ; enfin les cardinaux Albani et Pantiatice qui penchaient pour la France malgré la longue amitié qui unissait le premier à l’abbé Scarlatti200. On le voit, il eût été difficile de choisir mieux et plus impartialement. Cela n’empêcha pas les ministres autrichiens de clamer qu’il n’y manquait plus que les cardinaux de Bouillon et de Janson201 !

  • 202 A.A.E., Corresp. de Bavière, 42, f. 174-179, Joseph Clément à Scarlatti, 3 juin. Joseph Clément écr (...)

118L’abbé Scarlatti, représentant de l’électeur de Cologne, témoigna d’une activité extraordinaire au cours des pourparlers. Il avait reçu de son maître un volumineux dossier : dans l’instruction du 3 juin, insistant sur la nécessité de fréquentes démarches auprès de la personne du pontife, Joseph Clément avait ajouté de sa main : « le pape ne me peut faire une plus grande grâce »202 !

  • 203 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 103-104. Le roi à Janson, 17 juin. Scarlatti racontait aussi que pou (...)

119L’abbé essaya, mais en vain, d’obtenir de Janson le retrait des appels de Bouillon ; puis il fit répandre le bruit que la France ne pouvait être hostile à son maître puisque la plupart des chanoines français avaient concouru à son élection. Louis XIV le fit officiellement démentir203 !

  • 204 B.U.L., ms. 639, f. 23-26, 28-31, 36-37. J’abrège ici, de façon peut-être regrettable, mû par le dé (...)

120Le dossier des divers plaideurs arrivait peu à peu à Rome. Celui des partisans de Méan était assez copieux : pour démontrer la nullité de l’élection du prince bavarois, ceux-ci invoquaient les violences qui avaient déterminé la conduite du jeune Surlet, mais surtout les textes des deux brefs d’éligibilité de Joseph Clément, celui de juin 1688 et celui de novembre 1689. Ces documents prévoyaient l’élection de ce prince aux sièges laissés vacants par Maximilien-Henri, mais stipulaient que les évêchés de Ratisbonne et de Freisingen, que l’électeur possédait déjà, seraient, ipso facto, considérés comme vacants. Or, malgré son élection à Cologne, puis à Hildesheim, Joseph Clément continuait à les détenir. Par conséquent, concluaient-ils, il faut annuler la nouvelle élection qui s’est faite au mépris des intentions pontificales204.

  • 205 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 273.

121Les raisons invoquées à son tour par le cardinal de Bouillon se connaissent déjà, ou tout au moins se devinent. Il se fondait sur les refus répétés du chapitre de l’admettre au scrutin et sur ses nombreux actes d’appel ; puis sur les circonstances tout à fait extraordinaires où s’étaient déroulées les élections du 20 et du 21 avril, enfin sur les protestations émanées de divers capitulaires. Pour échapper à l’application des statuts, il invoquait sa dignité de cardinal, et pour justifier son absence aux chapitres de la Saint-Gilles, il se fondait sur l’état de guerre qui durait depuis 1689. Tout cela le conduisait à conclure que l’élection Liégeoise n’avait été ni libre, ni canonique, et que le pape ne pouvait plus que la casser. Il espérait que le pontife remettrait l’administration au chapitre et ajournerait jusqu’à la paix la solution définitive. Aussi concluait-il par ces mots significatifs : « En un mot, si on veut travailler à cette affaire avec application, on pourra l’embarrasser de telle manière qu’on pourra devenir les maistres de la faire tourner de quel costé que l’on voudra, ou en suspendre la décision jusque dans des temps que les conjonctures pourront la mettre en valeur »205. Il avait envoyé à Rome l’avocat Vaillant, qui jusque-là s’était occupé de toute la procédure de l’affaire, ainsi que le sieur de Serte. Ceux-ci devaient remettre des lettres à tous les cardinaux de la congrégation et visiter personnellement les prélats.

  • 206 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 182-192.
  • 207 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 254-257.
  • 208 En juin Eck revint à Liége pour défendre sans doute au parti impérial de procéder à une nouvelle él (...)
  • 209 Preuss, Ind. b. n° 136, p. 245, note 4.
  • 210 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 106-7.

122La gravité du litige avait fini par intéresser toutes les puissances de l’Europe. Le Grand Duc de Toscane prenait parti pour Joseph Clément et faisait agir son ambassadeur, le marquis Ricardi206. L’électeur palatin tenait bon et écrivait à son résident, l’abbé Petrucci, de déclarer que la confirmation de Joseph Clément causerait les plus grands désordres à Liége où, au reste, on devait élire bientôt son frère, l’évêque de Breslau207. Mais le pape ne croyait pas à cette nouvelle élection ; il comptait, et avec raison, sur la sagesse de l’empereur pour l’empêcher208. Celui-ci, en effet, s’était de plus en plus persuadé de l’urgente nécessité de changer de tactique : maintenir son opposition au prince bavarois, n’était-ce pas plutôt travailler en faveur du cardinal de Bouillon qu’en faveur du prince palatin ? Aussi n’avait-il pas tardé, entraînant à sa suite le roi d’Espagne209, à faire appuyer à Vienne par des ambassadeurs les efforts de Maximilien Emmanuel et de Joseph Clément210.

  • 211 Les cardinaux Carpegna, Nerli, Spada, Marescotti et un prélat votèrent contre les cardinaux Pantiat (...)
  • 212 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 268-271.
  • 213 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 254-257.

123La première séance de la congrégation, d’abord fixée au 10 juillet, puis ajournée au 16, se tint finalement le 20, sans aboutir à un grand résultat. La question qui y fut agitée était de savoir si l’on passerait à l’examen de la validité de l’élection du 20 avril et de l’éligibilité de Joseph Clément avant ou après la prise en considération des actes d’appel de Bouillon. La discussion fut acharnée, car ce n’est que par sept voix contre cinq211 que l’on décida de donner la priorité à l’examen des actes d’appel de Bouillon. L’auditeur du pape, Ansaldi, l’un des prélats, avait principalement déterminé ce résultat212 et Innocent XII blâma vivement l’attitude du cardinal Carpegna qui s’était montré très hostile à la France213. La congrégation résolut d’attendre jusqu’au 9 août l’arrivée des statuts de la cathédrale Liégeoise que l’on avait réclamés d’urgence.

  • 214 B.N., Fonds français, 6677, f. 45-56. Le cardinal de Bouillon avait d’ailleurs encore reçu de Méan (...)
  • 215 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 116-123.
  • 216 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 376-379.

124Cependant le cardinal de Bouillon envisageait un moyen de sortir des difficultés par une espèce de marché, un « mezzo termine », comme il disait. Il imagina de se faire nommer par le pape évêque de Liége, avec Joseph Clément comme coadjuteur celui-ci ayant d’ailleurs l’administration du pays pendant la guerre214. Mais, en écrivant au cardinal de Janson, le roi eut bien soin de dire qu’il ne fallait rien proposer de tel, mais seulement essayer d’amener le pape à offrir une semblable transaction215. Talonné par Bouillon, Janson finit par faire des ouvertures à Scarlatti à ce sujet : celui-ci, sentant approcher la victoire, refusa net216.

  • 217 Le groupe « méaniste » continuait d’adresser à Rome des écrits pour attaquer l’élection du 20 avril (...)
  • 218 B.N., Nouv. acq.fr., 6825, f. 473-474.

125L’émoi fut grand au chapitre de Liége quand on reçut l’ordre d’envoyer une copie des statuts à Rome. Les deux groupes hostiles étaient toujours séparés, on les désignait maintenant sous les noms de « Clémentins » et de « Méanistes »217. Ceux-là, gouvernés par Clercx et les Liboy, avaient assuré que la confirmation de Joseph Clément était imminente et avaient, pour la célébration de l’événement, préparé des « tonneaux à breusler », c’est-à-dire des feux de joie ! La demande des statuts était loin d’équivaloir à la confirmation, aussi furent-ils l’objet de la raillerie universelle. Le chapitre, convoqué le 2 août, décida d’envoyer les statuts. Mais dans la soirée le parti clémentin se réunit chez le chancelier pour dépêcher à Rome l’oncle de l’official, Stembier, muni de lettres en faveur de Joseph Clément. Puis on discuta la question de savoir si l’on enverrait le tout ou une partie des statuts. Clercx se prononça pour la partie des statuts concernant les cas d’application où était tombé le cardinal de Bouillon et l’emporta. Le 3, à la séance capitulaire, la même question se posa et, à parité de voix, il en fut décidé de même. On justifiait cette mutilation par la crainte de voir confirmer par le pape l’article stipulant les mois de résidence obligatoire chaque année, chose qui n’était plus observée par les tréfonciers. Mais ce prétexte servit à n’envoyer qu’une petite partie des statuts218.

  • 219 B.N., Fonds français, 6677, f. 188-189.
  • 220 B.N., Nouv. ac q. fr., 6825, f. 130-137.

126Aussitôt informé, le cardinal de Bouillon le dénonça au pape, espérant y trouver le motif d’une nouvelle nullité219. En même temps, il poursuivait de ses sollicitations le jeune Surlet qui, comme on l’a vu, se déclarait tantôt prêt à lui obéir et tantôt lui faisait faux bond ; il lui avait promis une pension de 1.000 écus pour qu’il se retirât de Liége, mais il ne put arriver à rien220. Au reste la précipitation des événements allait rendre ses efforts inutiles.

  • 221 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 322-325.

127Les statuts n’étant pas encore parvenus à destination, la congrégation ne put, le 9 août, qu’examiner les volumineux mémoires que Vaillant et Scarlatti rédigeaient journellement. L’auditeur du pape fit ajourner toute décision221.

  • 222 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 350-355.

128Le 17 août, Scarlatti reçut de Liége la copie en question. On dut bien se rendre compte qu’il n’y avait là qu’une partie des statuts, aussi le pape déclara-t-il que c’était à la congrégation de décider s’ils étaient suffisants222.

  • 223 B.N., Nouv. acq. fr., 8825, f. 484-485.
  • 224 A.A.E., Corresp. de Rome, 367, f. 28-32.

129La dernière manche allait se jouer : les avocats des deux parties redoublèrent d’ardeur, mais on sentait que tout devait absolument se terminer. Vaillant écrivait : « Je suis fatigué de cette affaire au delà de ce qu’on peut imaginer »223. Le pape ne voulait plus de retard et il s’inquiétait grandement de la présence de vaisseaux de guerre, battant pavillon anglais, en vue de Rome224. La dernière séance de la congrégation avait été fixée au 18 septembre. La veille, Janson tenta un dernier effort auprès du pape : celui-ci déclara s’en remettre entièrement à la décision des arbitres.

130Le lendemain, la Congrégation se prononça en faveur de la confirmation de Joseph Clément. Elle avait compris qu’en cassant les deux élections, elle mettrait le pape dans le plus grand embarras : le choix de celui-ci n’aurait pu alors se porter que sur le prince Clément pour ne pas mécontenter tous les alliés, malgré le ressentiment qu’en aurait gardé la France.

  • 225 A.N., R2 60, pièce 12. A.A.E., Corresp. de Rome, 367, f. 48-59.

131Les élections de « particuliers » n’avaient pas été favorables dans plusieurs diocèses allemands et c’est sous cette impression que l’on se décida. Le jugement fut rendu à l’unanimité : l’auditeur du pape se déclara convaincu, par les statuts, de la « foranité » de Bouillon et entraîna ses collègues ; seul, Albani plaida la nullité mais se rallia finalement à l’assentiment général225.

  • 226 B.N., Fonds français, 6677, f. 62-64.
  • 227 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 154-155.

132Lorsque la nouvelle parvint à Bouillon, celui-ci n’en put croire ses oreilles et il parlait déjà d’en appeler « du pape mal informé au pape bien informé ». Mais il dut se soumettre à l’évidence226. Et la galanterie française, autant que l’intérêt personnel bien compris, ne perdant jamais ses droits, il écrivit à sa « très chère sœur » la duchesse de Bavière, qu’il avait été très satisfait de la sentence romaine, d’autant que le succès de Joseph Clément avait été déterminé par le vote de ses amis sur son ordre exprès !227.

133A Liége, tout finit par s’arranger ; une longue attente avait affaibli l’hostilité commune et Joseph Clément put faire sa joyeuse entrée au milieu de l’enthousiasme de la population.

  • 228 A.E.L., Conseil privé : diplômes de noblesse, II, f. 170, cité par Poncelet, Ind. b. n° 141, p. 339 (...)

134L’empereur devait une récompense au grand doyen qui s’était dépensé sans compter pour le succès de son candidat. Aussi, par diplôme du 3 novembre 1694, l’éleva-t-il, ainsi que ses frères, au titre de libre baron d’Empire228.

135Le conflit, pourtant, n’était pas apaisé et Joseph Clément va se trouver l’objet, de la part de Méan, d’une opposition d’autant plus dangereuse qu’elle sera systématique et en quelque sorte personnelle.

Notes

1 Cette élection n’a fait jusqu’ici l’objet que d’une seule étude, excellente d’ailleurs, mais pas très développée : c’est celle de Preuss, lnd. b. n° 144, pp. 237-245. L’auteur a utilisé les archives de Munich et celles du Fonds de Cologne des archives du ministère des affaires étrangères à Paris. On peut trouver quelques détails dans Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, pp. 500-502 et dans Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, pp. 440-445, celui-ci traduisant textuellement le Mercure historique, 1694, passim. Daris (Ind. b. n° 65, xviie siècle, t. II, pp. 241-247) expose l’affaire d’après les seules ressources des archives liégeoises. Un écrit du temps « Lettre d’un avocat liégeois à un conseiller de Bruxelles » (B.C.L., Coll. Cap.) donne un fort bon résumé de l’affaire. Les manuscrits de Devaulx (B.U.L., ms. 1019, f. 803-829) donnent beaucoup de détails. Cfr. Mercure galant, mai 1694, pp. 174-265. Le dossier de cette élection est réellement formidable : je n’ai pas consulté moins d’un millier de documents. Voici les principales sources auxquelles j’ai eu recours : à Liége, le reg. 269 des Concl. Cap. aux A.E.L., le manuscrit 639 à la B.U.L. A Bruxelles, la liasse 302B du Conseil d’État et le registre 593 de la S.E.G., aux A.G.R. A Paris, les cartons L746 et R2 60 des A.N., les registres 1254, 1255, 1257 du ministère de la guerre ; les manuscrits 5089, 5090, 6825, 6676-6678 des Nouvelles acquisitions françaises, 13.976 du Fonds français, 496 et 915 du Fonds Clairembault de la B.N. ; les registres XVI de la Corresp de Liége, 45 de celle de Cologne, 53 de celle des Pays-Bas, 42 de celle de Bavière, 365-367 de celle de Rome aux A.A.E. Il faut encore tenir compte de deux importants documents publiés par Ennen, Ind. b. n° 63, nos 3 et 4. Les archives de La Haye et peut-être aussi celles de Vienne et de Rome ne pourront manquer de verser quelque jour leur contribution au dossier, mais il est probable qu’elles ne modifieront pas sensiblement l’exposé que l’on peut faire dès maintenant, tout au plus, éclairciront-elles l’un ou l’autre point.

2 Voir 2e partie, chap. III.

3 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 6825, f. 34-35, Bouillon à Janson, 4 janvier 1694. Cette liberté, disait Bouillon, ne peut être réalisée dans une ville occupée par 20.000 soldats étrangers. D’autre part, il signalait l’effroi qui s’était emparé des amis de la France à la suite de l’arrestation des chanoines l’année dernière ; quoique remis en liberté, ces tréfonciers n’ont pas eu la faculté de résider à Liége. Bouillon insiste surtout pour que le pape ne tolère pas une élection non canonique et libre et notamment où tous les chanoines ne pourraient être présents.

4 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 79v, Janson au roi, le 2 février.

5 Voir 2e partie, chap. I.

6 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 5090, f. 60-61. Bouillon à Méan, 5 janvier. Bouillon ajoute qu’il a écrit cette lettre tout entière de sa main afin que tout le monde en ignore le contenu.

7 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 236, note 6.

8 Jean Frédéric, baron Karg von Bebenburg, était né en 1651 en France ; après de fortes études de théologie et de droit, il devint conseiller secret de l’évêque de Bamberg. Puis étant entré au service de la maison de Bavière, il fut attaché à la personne du jeune Joseph Clément dont il devint le chancelier. C’est lui qui en réalité gouverna pendant toute sa vie l’électorat de Cologne : c’est lui, croit-on, qui entraîna son maître dans l’alliance française. Il mourut en 1719 (Ennen, Ind. b. n° 69, t. II, pp. 15-16).

9 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 237, d’après les archives de Düsseldorf.

10 Preuss, op. cit., p. 237 d’après les archives de Munich. B.U.L., ms. 1019, f. 810.

11 D.G., 1254, n° 83

12 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 241-242.

13 A.E.L., Concl. cap., sede vacante, 269, f. 17v. Daris, op. cit., p. 242.

14 A.E.L., Concl. cap. 269, f. 19v.

15 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 62-64. Le roi à Janson, 8 février.

16 A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 45, f. 118-121. Instruction royale du 9 février ; un extrait a été reproduit par Preuss, Ind. b. n° 144, p. 239, notes 3 et 4.

17 On lit encore dans cette lettre royale à Janson qu’un bref pontifical devrait déclarer nécessaire la présence de tous les chanoines et empêcher qu’on ne prive de leur voix ceux qui ne seraient pas présentés à l’assemblée générale du 1er septembre, comme c’est la coutume. On comprendra plus loin l’importance de cette stipulation. Bornons-nous pour l’instant à constater que le roi connaissait l’incapacité légale dont pouvait être frappé le cardinal de Bouillon et qu’il s’attendait à la lui voir appliquer.

18 « …Ick meen dat het nodigh sa sijn dat den Hr van Dijcvelt een keer naer Luyck doet, enick soude voor mijn sentiment t’enemael van gevoelen sijn, dat het voor d’interest van den staet best was, dat een canonick tot biscop wiert geeligeert, die geen prins was ; maer dat sal met voorsightigheyt dienen te werden gemenageert, om geen offentie aen den keyser ofte ceurvorst van Beyeren te geven. »

19 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 343. Guillaume III à Heinsius, 9 février 1694. Cependant, en habile politique, Guillaume III réussit à masquer son antagonisme à la maison de Bavière ; car, le 28 février, Prielmayer, qui avait été ambassadeur à La Haye, écrivait au comte de Quiros que l’on pouvait compter sur l’assistance des puissances maritimes en faveur de Joseph Clément (PREUSS, Ind. b. n° 144, p. 238, note 2).

20 B.U.L., ms. 639, f. 1.

21 « …Ich ersehe, dass ihr auff Lüttig gereisset, umb alda bei dieser Sedisvacanz Sr. Lbden Interesse zu invigiliren, mag Ich euch, gndgst nicht bergen, und wird es euch selbst vie leucht noch am besten erinnerliclh beiwohnen, wassvormahls wegen diesses Lischtumbss zwischen den beiden churhäussern Bayern und Pfaltz für sincerationes erfolget, und wass ihr selbst meinem geheimben Rath dem grafen von Kaunitz für contestationes gethan habet ». C’est de cette allusion que j’ai cru pouvoir déduire la teneur de l’accord survenu le 17 juillet 1688 à Cologne.

22 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 3.

23 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243, note 2.

24 Voir par exemple Pirenne, Ind. b. n° 71, t. V, pp. 43-44.

25 Charles II à Max-Emmanuel, 5 février 1694 (Preuss, Ind. b. n° 144, p. 239, note 6).

26 Preuss, Ind., b. n° 144, p. 239, note 7.

27 C’est la lecture de la correspondance de Rome au ministère des affaires étrangères à Paris qui m’a conduit à cette conclusion sur le rôle d’Innocent XII. Il va sans dire qu’une recherche aux archives vaticanes s’imposerait pour avoir le dernier mot.

28 « Die wichtige Lage Lüttichs mitten zwischen den Kampfgebieten der romanischen und germanischen Welt stempelte die Wahlfrage sofort zu einer europäischen der Lokal engbegrenzte Schauplatz erweiterte sich zur internationale Arena » (Preuss, op. cit., p. 240).

29 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 17-18.

30 « Je pars, non pas dans le dessein de me faire évesque de Liége car il faudroit que je fusse fou pour envisager cela comme possible dans les conjonctures présentes ». Lettre de Bouillon à Méan, 10 février (B.N., Nouv. acq.fr., 5090, f. 103-104).

31 D.G., reg. 1254, n° 77.

32 B.N., loc. cit., f. 62.

33 Voir 2e partie, chap. I.

34 On sait que le nom de Furstenberg était haï de la grande majorité des Liégeois et c’est ainsi que la première nouvelle de Liége qui parvint à Paris, après la mort de l’évêque disait « Furstenberg n’y doit pas songer mais bien Bouillon » (D.G., 1254, n° 83).

35 A.A.E., Corresp. De Liége, XVI, f. 321. Voir d’ailleurs 2e partie, chap. 2.

36 Furstenberg s’exprimait notamment ainsi au sujet de Méan : « Les souhaits et désirs sincères que j’avois que l’élection put tomber sur luy préférablement à tout autre et d’y concourir non seulement de ma voix, mais mesme de celles de mes amys parce que, outre que je ne connaissoispasde sujet plus capable et plus entendu que luy a bien gouverner un estat aussy chancelant qu’est aujour’huy celuy de Liége, j’estois persuadé que moy et ma famille pourions toujours faire fonds sur son amitié et reconnaissance et lorsqu’il trouverait jour pour rendre la paix et le repos au pays de Liége par une parfaite neutralité avec toutes les puissances voisines, sans contrevenir directement aux engagements que ledit pays pouroit avoir présentement, il n’en perdroit pas l’occasion ». Ce mémoire doit être du 13 février.

37 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 229-230.

38 « Pour preuve de ce que j’oze vous confier icy, je vous feray remarquer que ce qu’il m’avoit le plus insinué en partant étoit que je travaillasse à faire élire le vieil archidiacre de Stockem ; je suis mesme comme assuré qu’il vous l’aura nommé comme le sujet le plus facile. A cela il n’y a qu’un petit inconvénient, qui est qu’il est mort il y a plus d’un an. »

39 A.A.E., Corresp. de Liège, XVI, f. 24-25, 30-31. Bouillon à de Croissy, 21 février.

40 D.G., reg. 1254, n° 103.

41 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 105. Lettre de Liége du 17 février. Ce document adressé à Bouillon donne un détail dont l’importance sera appréciée plus tard : le jeune chanoine de Surlet, qui avait fait de mauvaises affaires, est l’objet de sollicitations de la part des partisans de la France.

42 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 154. Expression du père de Bra.

43 B.U.L., ms. 1019, f. 805. Devaulx ajoute : « il avoit été premier ministre de Jean-Louis (d’Elderen), poste si propre à se faire de grands amis, des infidèles amis et encore des plus grands et plus acharnés ennemis ».

44 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 238.

45 « Los Holandeses que occupan aquella villa con us tropas mostraron luego por los offieios del baron de Dyckfelt que desseavan tener un particular y juzgando Mons. de Mean, Gan Dean de aquel cabildo capaz por esta dignidad, por aver assistido al Principe difunto en su govierno, trabajaron a su favor, pero como este havia adquirido enemigos entre los capitulares y que el pueblo no le era affecto y al contrario le tenia alguna aversion no hallo disposicion ni esperanza para conseguir su yntendo ». Mémoire sur l’élection rédigé par Prielmayer en avril (Preuss, Ind. b. n° 144, p. 238, note 1).

46 Sur ce point, M. Preuss arrive à la même constatation grâce à une documentation toute différente de la mienne. « Die Kandidatur des durch Charakter und Begabung hervorragenden Domdechanten Mean empfahl sich durch die Bedeutung des Mannes und seine Vertrautheit mit allen inneren und äusseren angelegenheiten des Bistums ».

47 « Les biens intentionnés sont tous aliénés par une lettre qui se trouve envoyée de Versailles contenant qu’on joue le cardinal et que ses soins et la résolution de la Cour doivent buter pour le grand doyen. Cette personne leur est odieuse et leur fait prendre des mesures qui ruineront l’harmonie. Ne serait-il pas bon que le cardinal donna un billet à faire voir à… puis jetter au feu : que s’il s’empresse c’est pour travailler à la paix et à la neutralité d’un pays ruiné et qu’il a ny ordre ny envie d’apuier Méan. »

48 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 33.

49 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 64.

50 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 26-29. Lassalle à de Croissy, 22 février. Pour établir une dernière fois que la candidature de Bouillon était agréable à Louis XIV, voici un extrait d’une lettre de Croissy au cardinal : « S. M. m’a dit que rien ne seroit plus convenable a ses interests que de vous voir eveque de Liége et qu’elle souhaitoit fort que vous y puissiez reussir ». (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 40).

51 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 321, 362-363. B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 125-126.

52 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 241.

53 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 78.

54 On verra en effet que c’est à cela que vont tendre les efforts des Français. Les Hollandais au contraire ne voulaient pas d’un vieillard.

55 « Los franceses por otro parte conociendo que en el estado presente no podian esperar que se elijesse al Card. Bullon como les convenia pusieron tambien cuydado por medio de sus emissarios para que se elijesse un particular viego afin que en breve pudiesse bolver a vacar el Obispado y lograr mejor conjuntura para que esta dignidad recayesse en persona de su devocion » (Mémoire cité par Preuss).

56 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 57v.

57 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 125-126. Karg écrivait le 20 février qu’il comptait fermement sur 15 voix. Il me paraît que le chancelier s’illusionnait grandement car à la veille du scrutin le parti bavarois ne comptait qu’une dizaine de fidèles.

58 C’est dans la réponse au comte de Poitiers et non dans celle au cardinal que le chapitre disait le 27 : « Nous vous requerons de faire connoistre au secrétaire de S. A. E. nostre Prevost, que le titre d’insignis ecclesie se donne aux églises collegialles de cette ville et pas à la cathédrale qui se serve de perillustris… » (A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 63v). Un autre crime du cardinal avait été d’écrire « Dominis » avec un seul D (au lieu de D. Dominis) ! (A. A. E., Corresp. de Liége, XVI, f. 19-20). Inutile de dire que le cardinal ne se fit pas prier pour calmer les susceptibilités du chapitre et pour demander à l’écolâtre de bien vouloir lui communiquer les titres dont il devait se servir ! (B.N., Nouv. acq. fr., ms. 5090, f. 66).

59 Krämf.R, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 350. Guillaume III à Heinsius.

60 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 46, Bouillon à de Croissy.

61 A.E.L., Concl. Cap., 269, 26 février.

62 D’ailleurs il est clair qu’en privant le chanoine « foraneus » de l’usage de son suffrage en général on devait y comprendre notamment le cas particulier de l’élection. On a vu au surplus que dès la mort d’Elderen, Louis XIV s’était inquiété de l’application éventuelle de cette clause à Bouillon et qu’il avait fait demander à Rome un bref de dérogation.

63 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 61-62, 63V-64.

64 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 143-148 : Janson au Roi.

65 C’est la congrégation ordinaire et permanente composée de 7 cardinaux.

66 A.E.A., Corresp. de Rome, 365, f. 167-185.

67 B.U.L., ms. 1019, f. 810.

68 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 97 : le roi à Janson.

69 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243, note 2. Rapport de Vienne du 27 février, d’après les archives de Munich. Il y avait à cette combinaison une grave difficulté : c’est que les prétentions de Joseph Clément à l’évêché de Munster n’étaient pas sérieuses.

70 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 167-185.

71 Van der heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 79.

72 Le 25 février Bouillon écrivait à Croissy « …quelque grand que soit l’entestement qui est dans le chapitre et dans la ville de Liége pour moy, lequel entestement est au point que M. de la Sale ny moy ne pouvons le comprendre et tel que la modestie que j’aurois à ne le vous pas découvrir seroit affreusement criminelle par raport au service de S. M…. » (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 37-39). L’erreur de Bouillon sera de prendre ces marques de sympathie réelle pour autant de gages assurés du succès,

73 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 47-49.

74 Le 22 février il écrivit à Hinnisdael, le 26 à Stockem, le 27 à Clercx. Il y a même une lettre du cardinal au baron de Nesselraude, chef du parti du Grand Maître, à laquelle ce méprisable intrigant répondit « par la vénération due à un prince » dont il attend les ordres ! (B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 63, 65, 66 ; 5089, f. 135-136).

75 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 22-23.

76 A. G.R., Conseil d’état, 302b, pièces 210-230, 6 mars.

77 A.G.R., loc. cit, 13, 15, 20 mars.

78 Van der Aa, Biographisch Woordenboek der Nederlanden, XX, pp. 89 et suiv.

79 Un agent du roi d’Angleterre, Pesters, séjourna même quelque temps dans la Cité au début de mars (D.G., reg. 1254, n° 112).

80 A.E.L., Concl. Cap., 269, 26 février.

81 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 74 ; D.G., 1254, n° 112.

82 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 67.

83 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 55. Le lendemain il écrivit au chapitre qu’il était arrivé non pour « caballer » contre les alliés mais pour accomplir son devoir d’électeur.

84 On a vu les circonstances de cette espèce d’exil : il avait remis sa procuration au baron de Loë, appartenant à la faction impériale, dans laquelle il se trouvait ainsi embrigadé. Sans avoir manifesté d’intentions bien personnelles, nous savons qu’il gardait rancune à Furstenberg de l’avoir abandonné.

85 Voir le chap. précédent. Le canonicat laissé vacant par son décès avait été obtenu par un prince de Neubourg ; aussi les Français estimaient que sa famille méritait compensation. Un de ses parents était encore chanoine.

86 Bouillon qui ne l’aime pas, le reconnaît « esprit difficile et rude avec beaucoup de mérite » (B.N., Nouv. acg. fr., 6825, f. 41).

87 On aura plus loin l’occasion de s’en rendre compte.

88 L’attachement de Woet pour Bouillon s’est déjà manifesté de façon éclatante en 1688 et apparaîtra encore lors de l’élection. En attendant ce chanoine eut l’occasion de témoigner ouvertement de ses sentiments lors d’une visite que lui fit le Grand Maître et auquel il déclara vouloir agir comme en 1688, s’il ne pouvait donner son suffrage à Bouillon (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 75-87).

89 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 46.

90 Voir de Chestret de Haneffe, Histoire de la seigneurie impériale de Reckheim, dans les Publications de la Société hist. et archéol. du duché de Limbourg, t. X, p. 65.

91 « La plupart de vos amys et des miens haïssans Monsieur de Mean à mort » écrit Furstenberg à Bouillon le 12 mars (B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 70). Et Bouillon reconnaît que les ennemis de Méan sont en bien plus grand nombre qu’il ne le pensait.

92 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 61. Furstenberg à Bouillon le 27 février : « M. de Méan non seulement connaît plus que jamais qu’il n’y a rien à espérer pour luy, mais il se déclare positivement de n’y vouloir prétendre ni faire aucune brigue pour qui que ce puisse être… ».

93 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 61-63.

94 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 54.

95 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 71-72.

96 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 154-157.

97 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 45.

98 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 48-49.

99 Pour le dire en passant, le chiffre de 60 tréfonciers dont devait se composer le chapitre n’était presque jamais atteint. En 1694 après avoir décompté les décès survenus depuis peu, les titulaires qui ne s’étaient pas encore acquittés de leur 1re résidence et les chanoines déclarés « foranei », il restait 46 voix actives. Par conséquent, le chiffre de la majorité absolue était 24.

100 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 91.

101 Si nos partisans, écrivait-il le 30 mars, ne profitent pas de l’offre royale, il faut « qu’ils soient dans une terrible létargie » (B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 5-6).

102 Krämer, Ind. b. n° 49, 3e série, t. I, p. 350. Guillaume III à Heinsius, 8 mars.

103 A.E.L., Concl. Cap., reg. 269, 16 mars et 26 mars.

104 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 240, note 3. Le 14 mars Karg écrit à Joseph Clément : « Der Herr Teutschmeister gewinnen durch ihre Holdseligkeit und assiduitet im Chor viel, allein der teutsche Orden und das Erzstift Mainz schröcken viel von den hiesigen Domkapitularen ab, und scheint die kaiserl. ambassade Ihrer Dhlt mehr zu schaden als zu nützen ».

105 A.E.L., Concl. Cap. 269, 26 mars.

106 Preuss, op. cit., p. 240, note 6.

107 Ce sont les conseillers Preysing et Prielmayer.

108 Preuss, op. cit., p. 241.

109 « …ne scilicet separatis studiis et sollicitationibus unus aterius negocium corrumperet ac tertio quemdam intervenienti, viam ad cbtinendum episcopatum sterneremus » (Joseph Clément à Scarlatti, 26 mars).

110 A.A.E. Corresp. des Pays-Bas, 53, f. 96-98, Joseph Clément à Scarlatti, 26 mars. L’offre de l’évêché de Ratisbonne est encore confirmée par une lettre de Janson à Bouillon, du 30 mars (A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 289-294).

111 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 241.

112 Ennen, Ind. b. n° 68, Dok. und Brieve, n° 4 : Léopold I à Karg, 27 mars.

113 A partir du 15 mars Colbert de Croissy demanda au cardinal dans chacune de ses lettres un désistement sincère, le succès du cardinal, disait-il, est chose impossible, tandis que le succès d’un particulier est certain si Bouillon veut y travailler exclusivement. (A.A.E., Corresp. de Cologne, 45, f. 157-159. B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 50-53).

114 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 98-100.

115 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 149-150. On constate dans cette lettre les premières velléités du parti français, de se porter vers le prince bavarois.

116 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 94-95.

117 B.N., Morel de Toisy, 1, f. 371. Lour XIV à Bouillon, 26 mars. Nouv. acq. fr., 5089, f. 40. A.A.E., Corresp. de Cologne, 45, f. 167-168.

118 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 74-77. Lettre de Bouillon, 16 mars. Ce pauvre religieux fut relâché quelques jours après sur l’ordre des tréfonciers chargés des affaires militaires, mais T’Serclaes le fit arrêter de nouveau le 2 avril (A.E.L., Concl. Cap., 269). Sur les plaintes du chapitre, l’ambassadeur impérial justifia cet ordre, et on enferma De Bra à l’abbaye Saint-Laurent (A.E.L., Ibidem).

119 D.G., reg. 1254, n° 144.

120 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 129-131, Bouillon à de Croissy.

121 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 96-97.

122 B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 76-80 : Furstenberg à Bouillon, avec un post-scriptum autographe de trois pages où Furstenberg affirme la pureté de ses intentions.

123 A.A.E., Corresp. de Liège, XVI, f. 142-145. Reckeim à Furstenberg, 30 mars. Sa sœur supérieure ursuline à Liége écrivait à son oncle le 21 mars « …je crois que dans le temps où nous sommes que l’on escoutera plustôt l’offre de l’argent que l’inspiration du Saint-Esprit lequel seul je prie pour les interets de la France ». (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 123-124).

124 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 180-181. Reckeim à Furstenberg, 5 avril.

125 B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 82-85. Bouillon à Furstenberg, 30 mars. C’est ce que disait Liboy dans un mémoire au roi, à la même date : « Le Roy est très humblement supplié de pardonner à ceux qui dans cette extrémité chercheront leurs plus gros avantage près des princes allemands, lesquels on pourra peut-être assujetir à quelque capitulation qui ne seroit pas désagréable à S. M. » (B.N., Nouv. acq. fr., 5089, f. 130).

126 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 197v-198. Il est amusant de considérer les calculs par lesquels les deux rivaux supputent leurs chances mutuelles : chacun se dit être sûr d’une majorité mais, vérifiant le calcul de l’autre, et procédant par élimination, Bouillon ne voit d’entièrement dévoué à Furstenberg que son neveu Reckeim, et Furstenberg estime que son rival n’a de totalement sûr que son ami le comte de Poitiers !

127 Le 20 mars, par l’intermédiaire de la comtesse d’Argenteau, Bouillon écrivait à Maximilien Emmanuel que le chanoine de Liége « qui possède la première dignité du chapitre » lui demande des passeports (B.N., Nouv. acq. fr., 5090, f. 78 et 80). L’électeur lui répondit qu’il fallait pour cela le consentement unanime des alliés et qu’au reste il ne pourrait garantir la sûreté du cardinal à Liége (B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 540). Le 18 mars, Bouillon avait écrit au nonce de Vienne à ce même sujet r le nonce lui répondit que le vice-chancelier de l’Empire avait promis de s’en occuper (A.G.R., S.E.G., reg. 593, f. 47).

128 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 101-105.

129 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 89v.

130 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 227-233. Janson au roi. Le pape déclara encore le 12 avril qu’il souhaitait vivement que le chapitre le lui demanda (A.A.E., Ibidem).

131 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 297-301.

132 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 132. Les princes de Neubourg firent demander en leur faveur au pape une dérogation au statut de « foranité », mais le souverain pontife déclara encore qu’il ne pouvait que l’accorder ou que la refuser à tout le monde (A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 263-265).

133 Né en 1666, le duc était administrateur d’un évêché allemand ; il fut créé cardinal en 1706.

134 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243.

135 B.U.L., ms. 1019, f. 812.

136 A.E.L., Concl. Cap., 269, f. 111v-112.

137 Ce n’est guère qu’à partir du 10 ou du 12 avril que Bouillon parut persuadé de l’impossibilité de son succès, et encore eut-il quelques lueurs d’espoir çà et là !

138 Il peut paraître étrange de voir Woet placé le dernier, je ne me le suis pas expliqué.

139 Bouillon écrivait même que plus de 20 chanoines lui avaient fait savoir qu’ils seraient hostiles aux prétentions de cette famille (B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 38-42).

140 B.N., Nouv. acq.fr., 5089, f. 57-59, de Croissy à Bouillon, 2 avril.

141 Poitiers avait remis 500 livres au jeune Surlet qui se trouvait dans la gêne (B.N., Nouv. acq.fr., 5090, f. 867). Quelques jours après, Poitiers remit 3000 livres à Lamargelle et Bouillon lui conseillait d’en donner autant à Surlet puisque, disait-il, ce n’était pas pour gagner leurs suffrages, tous deux étant en effet portés pour le cardinal (B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 38-42).

142 B.N., Nouv. acq.fr., 5090, f. 90., Bouillon à Clercx.

143 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 187-189. Bouillon à de Croissy, 8 avril.

144 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 167-170.

145 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 173-179.

146 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 240, note 31, d’après une lettre du 28 mars. Je doute fortement tout de même que cette adhésion ait pu se faire avant la seconde semaine d’avril.

147 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 44.

148 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 203-206.

149 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 56.

150 Bouillon écrivait encore à Maximilien le 12 avril que le nonce de Vienne lui ayant promis l’envoi d’un passeport, il espérait qu’on ne ferait plus de difficulté pour le recevoir à Liége (A.G.R., S.E.G., 593, f. 43). Le 15 l’électeur lui répondit qu’il ignorait cette nouvelle mais qu’il allait s’en enquérir (B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 540v).

151 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, pp. 79-81, Lettres du duc d’Holstein Pleum.

152 B.R., ms. II, 2395.

153 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 209-210.

154 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 65-66.

155 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 212-213.

156 B.N., Nouv. acq.fr., 6825, f. 60-62. On répétait à Huy que la tiédeur du parti de Furstenberg, qui était en correspondance avec de Ville, s’expliquait par le désir secret de Clercx de monter sur le siège épiscopal. L’official comptait que l’élection serait cassée et que le pape, devant pourvoir le siège, le nommerait de préférence (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 220-221).

157 B.N., Fonds français, 13.976, f. 425, Bouillon à Clercx.

158 C’est un « diable », disait Liboy, « qui outhre toutes choses dans le bien et dans le mal » (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 235).

159 On sait que le Grand Maître était coadjuteur de l’électeur de Mayence.

160 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 224-230.

161 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 243, note 3. Joseph Clément en arriva même à rudoyer Dijckvelt, l’ambassadeur hollandais. Sur les plaintes de celui-ci, il dut envoyer Siméoni à La Haye pour porter ses excuses.

162 « Wie kann uns der Kaiser im Stich lassen, die wir so viel fur ihm getan haben » ?

163 Preuss, op. cit., p. 242.

164 Voir p. 91.

165 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 250-253.

166 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 543-544, l’aumônier au cardinal, 19 avril, 7 h. du matin.

167 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 368-371.

168 Voici, d’après mes recherches, la liste probable de la répartition des partis le 20 avril :
Image 1.jpg

169 Woet, n’ayant pas pris à l’élection du Grand Maître, devrait pouvoir être mis à part.

170 Le baron de Bocholt, en mission à Rome, et le père Liboy, souffrant, étaient représentés par procureur.

171 Ce récit des journées du 20 et du 21 avril a été puisé aux sources suivantes : A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 242, 243, 246, 247, 250, 253, 364-365. A.N., Carton L746, récit de source hollandaise. A.G.R., S.E.G., 393, f. 48-49, A.E.L., Concl. Cap. 269, f. 130-139. Le récit de Daris, Ind. b. n° 65, xvii siècle, t. II, pp. 245-247, est exact.

172 B.U.L., ms. 1019, f. 821. Ce furent Surlet, Laurent de Méan, Wansoule, Stockem, Berlo et Berlo d’Hozémont.

173 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 368-371 ; Mercure galant, m i 1694, pp. 184 et suiv.

174 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 276-278, f. 282.

175 A.N., R2 60, pièce 1, 24 avril. Bouillon écrivit à l’électeur que malgré ses sentiments pour la maison de Bavière, il était de son devoir de travailler à faire casser les deux élections Liégeoises (B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 541).

176 A.A.E., Corresp. de Rome, 365, f. 367. Le roi à Janson, 2 mai.

177 D.G., reg. 1255, n° 83. A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 291.

178 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 527.

179 D.G., reg. 1255, n° 104.

180 Né en 1664, l’évêque de Breslau sera l’héritier de son frère dans la plupart de ses dignités et notamment dans celle de Grand Maître de l’ordre teutonique.

181 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 295-301.

182 A.N., R2 60, pièce 4.

183 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 471.

184 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 471-472.

185 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 302.

186 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 528.

187 A.A.E., Corresp.de Bavière, 42, f. 171-173.

188 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 92-97.

189 A.A.E., Corresp. de Rome, 266, f. 85-95, 105-108.

190 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 153-156.

191 Vander Heim, Ind. b. n° 48, t. II, f. 84.

192 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 309-310.

193 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 245, note 3.

194 Preuss, op. cit., p. 345. Lettres de Marie-Anne à Jean Philippe de Neubourg, 28 avril, 13 mai, 27 mai, 10 juin, d’après la bibliothèque royale de Munich.

195 Ainsi Furstenberg se déclarait satisfait de l’élection de Joseph Clément et priait le roi de ne pas appuyer l’acte d’appel de Bouillon.

196 N.B., Nouv. acq. fr., 5090, f. 100v.

197 A.N., R2 60, pièce 5. Janson au roi, 17 mai.

198 Voir le portrait donné dans Dubruel, Ind. b. n° 89, p. 296, note 12.

199 Voir Dubruel, op. cit., p. 297, note 1.

200 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 198-202.

201 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 108.

202 A.A.E., Corresp. de Bavière, 42, f. 174-179, Joseph Clément à Scarlatti, 3 juin. Joseph Clément écrivit plusieurs fois au Liboy de Paris pour qu’il obtienne le retrait de la protection royale accordée à Bouillon (A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 340-341).

203 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 103-104. Le roi à Janson, 17 juin. Scarlatti racontait aussi que pour subvenir aux frais de la guerre les Liégeois avaient dû engager plusieurs de leurs villes aux Hollandais et que la confirmation de Joseph Clément dégreverait le patrimoine de St-Lambert.

204 B.U.L., ms. 639, f. 23-26, 28-31, 36-37. J’abrège ici, de façon peut-être regrettable, mû par le désir de ne pas donner à cet exposé une étendue hors de toute proportion, le récit des argumentations respectives. La plupart de ces documents sont réunis dans le manuscrit 639 de la B.U.L. Il y a là une foule de factums où l’on discute le plus souvent à coup de citations du droit canon, mais qui présentent parfois un certain intérêt historique. Une autre cause de nullité était cherchée dans ce fait que le père Liboy, qui s’était fait représenter par procureur au scrutin, se trouvait dans la Cité et, à ce titre, devait voter personnellement. Sur la question de la résiliation des évêchés, Joseph Clément répondait que ce n’était qu’après sa consécration aux sièges où il avait été élu qu’il devait abdiquer ses premières fonctions. On lui rétorquait qu’il avait été confirmé archevêque de Cologne et que son bref d’éligibilité de 1689 n’a pas confirmé sa possession illicite. Encore une fois, il ne m’est pas possible de m’étendre ici sur ce sujet.

205 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 273.

206 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 182-192.

207 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 254-257.

208 En juin Eck revint à Liége pour défendre sans doute au parti impérial de procéder à une nouvelle élection (B.U.L., ms. 1019, f. 826).

209 Preuss, Ind. b. n° 136, p. 245, note 4.

210 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 106-7.

211 Les cardinaux Carpegna, Nerli, Spada, Marescotti et un prélat votèrent contre les cardinaux Pantiatici, Albani et 5 prélats (dont l’auditeur du pape).

212 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 268-271.

213 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 254-257.

214 B.N., Fonds français, 6677, f. 45-56. Le cardinal de Bouillon avait d’ailleurs encore reçu de Méan l’avis que la plupart de ceux qui avaient voté pour le Grand Maître l’assuraient de leur voix si le pape ajournait l’élection jusqu’à la paix.

215 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 116-123.

216 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 376-379.

217 Le groupe « méaniste » continuait d’adresser à Rome des écrits pour attaquer l’élection du 20 avril, mais le grand doyen se trouvait fort décrié dans l’esprit du pape à raison de ses relations avec les Hollandais et sans doute aussi par la présence à Rome de son ennemi, le baron de Bocholt, Quoi qu’il en soit, ce parti n’avait aucune oreille favorable à la cour pontificale.

218 B.N., Nouv. acq.fr., 6825, f. 473-474.

219 B.N., Fonds français, 6677, f. 188-189.

220 B.N., Nouv. ac q. fr., 6825, f. 130-137.

221 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 322-325.

222 A.A.E., Corresp. de Rome, 366, f. 350-355.

223 B.N., Nouv. acq. fr., 8825, f. 484-485.

224 A.A.E., Corresp. de Rome, 367, f. 28-32.

225 A.N., R2 60, pièce 12. A.A.E., Corresp. de Rome, 367, f. 48-59.

226 B.N., Fonds français, 6677, f. 62-64.

227 B.N., Nouv. acq. fr., 6825, f. 154-155.

228 A.E.L., Conseil privé : diplômes de noblesse, II, f. 170, cité par Poncelet, Ind. b. n° 141, p. 339, note 1.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search