Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Deuxième partie. Le règne de Jean Louis d'Elderen

Chapitre III. La guerre de la Ligue d’Augsbourg et la principauté de Liège

Résumé

Pour la première fois depuis le xve siècle, la principauté se trouve engagée dans une guerre. — Difficultés financières : les emprunts en Hollande. — Les levées de soldats : le comte T’Serclaes de Tilly. — Agitation du parti français : le baron Bocholt. — Les exactions des troupes-et des intendants français. — L’opération militaire du maréchal de Boufflers en juin 1691 contre les Liégeois : furieux bombardement de la Cité après une offre inutile de négociations. Fortification de la ville. — Prise de Huy par les Français. — L’opération du maréchal de Luxembourg en juillet 1693 : il offre la neutralité au pays de Liège. Le chapitre est en effervescence : la majorité semble vouloir entrer en négociations avec Louis XIV. Les séances du 26 et du 27 juillet : multiples députations au prince qui, sous l’influence du doyen, reste inflexible. — Méan et T’Serclaes sauvent la cause des alliés par un coup de force : arrestation des chefs du parti français. — Situation de la principauté après 5 années de guerre. — Mort de Jean Louis d’Elderen : insignifiance de son rôle.

Texte intégral

  • 1 C’est le 13 avril que la déclaration de guerre fut adressée à la France (Ind. b. n° 146, p. 140).

1Ainsi, pour la première fois depuis deux siècles, et circonstance unique dans l’histoire moderne liégeoise, la petite principauté se voyait contrainte de déclarer officiellement la guerre à l’un de ses voisins1.

2Sans doute elle avait dû maintes fois déjà prendre immédiatement les armes pour faire respecter sa neutralité violée, mais ce n’avait été là que de simples épisodes donnant lieu à quelques escarmouches et presque aussitôt oubliés. Même au cours des guerres du xvie siècle, malgré son alliance avec les Pays-Bas, on ne l’a pas vue engagée dans un conflit régulier, ni dans une campagne complète. Maintenant, au contraire, c’est une participation indéfinie à une guerre européenne que l’on exigeait d’elle. Et par une coïncidence qui a pu paraître étrange, c’était justement sous le règne si prometteur d’un seigneur du pays que la principauté se voyait précipitée dans une telle aventure. En l’élisant de préférence à des princes étrangers et puissants, le chapitre s’était imaginé avoir écarté à jamais toute menace de conflit. Quel ombrage, en effet, pouvait bien donner à ses voisins le nouvel évêque ? Son insignifiance n’était-elle pas un gage assuré de tranquillité ?

3Or, c’est le contraire qui se trouva vrai. Les Liégeois avaient cru travailler pour la paix, mais la guerre ne les épargna pas. Ce prince, trop faible pour donner la moindre inquiétude aux puissances, fut traité par toutes avec désinvolture. La France avait considéré l’évêché comme un pays conquis, les Alliés comme une province sujette.

  • 2 Une thèse semblable n’a été proposée à ma connaissance que par le baron de Crassier, Ind. b. n° 87, (...)

4Sans doute, membre du Saint-Empire, il était difficile à la principauté de s’abstraire d’un conflit où tout le corps germanique avait décidé d’entrer. Ses devoirs de vassalité lui prescrivaient même une coopération effective à la cause commune. Mais autre chose est la rigidité du droit, autre chose la plus ou moins grande souplesse des faits. Or l’expérience a montré que dans des guerres où tout l’Empire se trouvait engagé, Liége a pu, par une tolérance expresse ou tacite, garder un certain état de neutralité. Il y a mieux : deux fois au cours du règne de Louis XIV, par une complication singulière, son prince va se trouver l’allié du grand Roi, à titre purement personnel. Cette circonstance, de nature à compromettre grandement les sujets du prince-évêque, mettra-t-elle en péril la neutralité traditionnelle ? Aucunement. Ainsi qu’on le verra pendant la guerre de la Succession d’Espagne, la principauté obtiendra des belligérants la faveur de rester étrangère au conflit, moyennant le payement de sommes relativement modiques. Et pourquoi cette diversité de traitement ? La seule explication plausible et satisfaisante réside dans la différence de situation personnelle de l’évêque. On ne peut pas ne pas accorder à un prince puissant, titulaire de multiples dignités, dont l’alliance est sollicitée de toutes parts, ce que l’on refuse aisément à un homme de peu d’autorité personnelle2.

  • 3 Je reviendrai maintes fois accidentellement sur cette circonstance, mais on comprend assez qu’il ne (...)

5Mais, objectera-t-on peut-être, il n’est pas prouvé que la principauté ait été proportionnellement plus malheureuse pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg à laquelle elle a dû participer, que pendant la guerre de Hollande, où, n’ayant pas d’ennemis, son territoire a été ravagé par tous les belligérants. Cette objection sera peut-être écartée par le écit qui va suivre : on verra en effet que la différence est complèter entre ces deux situations. Pendant cette guerre et pour la première fois dans l’histoire moderne, Liége se verra contrainte d’entretenir une armée permanente d’au moins 5 à 6.000 hommes. Or cet entretien va coûter des sommes énormes, hors de proportion avec les revenus normaux de l’État. Pour combler le déficit, il faudra avoir recours aux deux modes habituels de revenus : l’impôt et l’emprunt, et demander à l’un ce que l’on ne pourra obtenir de l’autre. Les impôts seront doublés et davantage, mais les frais seront bien supérieurs. Alors les emprunts se multiplieront, et comme le pays se trouvait plus qu’obéré, il faudra faire appel à la bourse de l’étranger. C’est ainsi que la Hollande alimentera pendant la durée de la guerre une grande partie des finances liégeoises et que le pays se verra placé sous la coupe des Provinces-Unies3.

6Ces frais excessifs, joints aux ruines de la guerre et à l’exploitation systématique de plusieurs régions par les Français, durent convaincre les Liégeois de la nécessité vitale d’une neutralité même précaire. Certes il n’eût pas été impossible en principe d’organiser des sources de revenus pour permettre l’entretien de troupes, mais alors c’est tout le système d’impôts de l’ancien régime qu’il aurait fallu bouleverser. Tout ou presque tout était fourni par les impôts de consommation et par les droits de douane ! Les tailles n’étaient qu’une ressource exceptionnelle, toujours insuffisante et difficile à prélever. Les capitations, extrêmement rares, n’étaient couvertes qu’après plusieurs années, quand elles l’étaient !

  • 4 Il reste peut-être encore cette objection à la thèse proposée : l’empereur ayant refusé d’admettre (...)

7Faute de pouvoir utiliser régulièrement le produit d’impôts directs, il faut se rabattre sur les impôts indirects, ainsi appelés sans doute par ironie, car ce sont ceux qui atteignent le plus directement le peuple ! Mais ceux-ci ne sont pas susceptibles de parer à tous les besoins de l’État. De plus, fort impopulaires, on n’ose y toucher qu’avec une grande prudence. Comment alors sortir de ce cercle vicieux ? Les Liégeois n’en sont jamais sortis4 !

8Il faut à présent aborder l’exposé des principaux épisodes de la participation liégeoise à la guerre.

  • 5 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 298-300. Mémoire de La Raudière.
  • 6 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 241-243. Lettre de Ratabon à de Croissy, le 21 avril.
  • 7 D.G., reg. 887, n° 64. Lettre de Ratabon à Louvois, le 24 avril.

9Les difficultés ne tardèrent pas à assaillir le gouvernement du pays. D’abord, pour respecter l’engagement du 9 avril 1689, il fallait lever des troupes et pour cela contracter un emprunt. Sur la parole de Grullart, les Liégeois s’étaient imaginé que les Hollandais leur prêteraient 600.000 écus pour deux ans sans intérêt : mais quand ceux-ci se virent sollicités, ils désavouèrent le maïeur de Maestricht et réclamèrent d’abord des gages5. En attendant, il fallait immédiatement trouver de l’argent : on eut beau avoir recours aux « moyens extraordinaires », le résultat fut quasi négatif, car écrivait le résident français, « il n’y a pas un pays en Europe qui soit plus surchargé que celui-ci »6. On a beau « battre tous les jours la caisse, personne ne s’enrolle, ceux qui lèvent les compagnies n’ayant point d’argent à donner »7.

  • 8 B.U.L., ms. 1013, f. 378, D.G., reg. 887, n° 94 et Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 491. (Celui-c (...)
  • 9 B.U.L., ms. 1013, le 4 octobre. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 224-225. de Noue, In (...)

10De leur côté, les Français faisaient la guerre avec cruauté : s’étant emparés de Huy le 5 mai, ils la livrèrent au pillage8. Ils reprirent le château de Modave qui appartenait à Furstenberg et où les Liégeois s’étaient installés : mais ce fut pour le détruire. En octobre, ils allèrent incendier Stavelot et Malmedy9.

  • 10 A.A.E., Corresp. de Liège, XV, f. 258-259. Les États du Limbourg se plaignaient de ce que les Liége (...)
  • 11 B.A., manuscrit 4549, f. 73-74, lettre de Guiscard, gouverneur de Dinant, à Louvois, le 1er mai 169 (...)
  • 12 B.N., Fonds français, ms. 7917, 7925. Du 17 janvier au 31 octobre 1689, on en confisqua pour 25.736 (...)
  • 13 B.N., Fonds français, ms. 7920.
  • 14 B.N., Ibidem, ms. 7918-7919.
  • 15 B.N., Ibidem, ms. 7921.
  • 16 B.N., Ibidem, ms. 7920.

11Le 25 avril, un mandement du prince avait interdit de payer des contributions aux ennemis de l’Empire10. L’unique résultat fut de livrer aux représailles et aux « exécutions » des Français ceux des habitants du pays qui obéirent à l’ordre de l’évêque11. Les intendants de Louis XIV s’entendaient à merveille à lever les impositions dont ils frappaient les régions occupées, leur comptabilité atteste une précision et une minutie remarquables. D’abord tous les revenus du prince et du chapitre furent confisqués12. Il en fut de même des créances des habitants des contrées libres. C’est-à-dire que tout ce dont les villageois du Condroz et de l’Entre Sambre et Meuse étaient débiteurs à des individus d’autres parties du pays, rentrait dans la caisse des commis des trois bureaux de Philippeville, Charlemont et Charleroi13. On constate ainsi que, de la fin de 1688 au milieu de 1689, il y eut plus de 200.000 florins prélevés dans la Hesbaye, le Condroz et une partie de la banlieue de Liége14, et pour la seule Entre Sambre et Meuse, de 1688 à 1693, plus de 160.000 florins15. Cette comptabilité a encore pour effet de nous montrer la situation économique précaire de nos campagnes : souvent on voit qu’une imposition a été diminuée ou même supprimée à cause de l’extrême misère des habitants de la localité16.

  • 17 A.E.L, Concl. Cap., reg. 166, 2 mai.
  • 18 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 270.

12Pour faire face aux frais des levées de troupes, les États avaient décidé de contracter un emprunt de 200.000 écus. Mais, où le négocier ? Le pays étant obéré, le chapitre proposa de s’adresser aux Provinces-Unies17. Toutefois on décida de n’y emprunter que la moitié de cette somme et de lever le reste dans le pays sous forme de rentes viagères. Le comte de Lannoy, chargé de l’opération, alla solliciter le Grand Pensionnaire Heinsius18. On devine avec quel empressement les Hollandais saisirent l’occasion de devenir les créanciers des Liégeois dont le commerce était à leur merci.

  • 19 A.E.L., État Tiers, Journées d’États, 1689-1690.

13Cependant le besoin d’argent était si pressant qu’il fallut, le 25 mai, décider de prendre 200.000 écus à rente viagère immédiatement dans le pays. Un mois après, on n’avait encore réuni que 4.000 écus et on dut négocier le reste en Hollande19.

  • 20 A.E.L., Ibidem, 6 juin 1689.
  • 21 A.E.L., Registres des trois États, 7 juin 1689.
  • 22 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IV, lettre de Norff du 17 jui (...)

14Heinsius avait mis le comte de Lannoy en rapport avec le receveur général des États-Généraux, Elle meet. Celui-ci promit de trouver les sommes nécessaires, mais les circonstances ne permettaient pas d’aller très vite. A Liége, on devait être dans l’agitation. Le 6 juin, l’État Tiers consentait à la levée de 300.000 écus, puisque 200.000 ne suffisaient plus20 ; mais il rapporta cette décision le lendemain, pour se conformer au « recès » des autres États. Le 7 juin, en effet, on résolut de contracter en Hollande une obligation de 200.000 écus à 4 1/2 % d’intérêts, payables tous les six mois ; on promettait de l’amortir pendant la guerre à raison de 10.000 écus par an et à raison de 25.000 après la paix21. Le résident Norff se rendit à La Haye pour négocier l’emprunt, mais soit que ses instructions le lui prescrivissent, soit que la prudence le lui commandât, il se borna à traiter pour les 100.000 écus déjà demandés. De leur côté, les Hollandais au courant de la résolution des États n’eurent de cesse tant que le résident n’eut pas accepté les 200.000 écus22. On voit là de la part des Provinces-Unies l’une des premières tentatives d’enchaîner la principauté à leur profit.

  • 23 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 74, f. 162v. État tiers, idem, 24 juin.
  • 24 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec la Hollande, portef. IV, lettre du 21 juin.
  • 25 A.E.L., Liasses du Conseil privé, ibidem, lettre à Norff, le 24 juin.
  • 26 A.E.L., Liasses, ibidem, lettres de Norff des 21 juin, 8 et 26 juillet.

15Aussi les Liégeois frappaient-ils à toutes les portes ! Le frère du tréfoncier Delanaye, riche marchand d’Amsterdam, faisait espérer une somme de 100.000 écus prise à rente viagère parmi ses confrères. Aussitôt les États déclarèrent qu’il fallait réduire de moitié l’emprunt de 200.000 écus qu’ils avaient autorisé par l’intermédiaire du gouvernement hollandais23. Norff n’avait d’ailleurs pas attendu cette résolution pour tenir le même raisonnement24. Mais de nouvelles difficultés s’élevaient avec le receveur Elle meet. Le Conseil privé voulait que l’intérêt de l’emprunt ne commençât à courir qu’à partir du jour où l’on toucherait les premières sommes25. Le receveur des États-Généraux entendait au contraire que ce fût à partir du 10 mai, c’est-à-dire le jour de la première demande du comte de Lannoy. Norff proposa une transaction en faveur du 10 juin. Elle meet fut irréductible : des particuliers, disait-il, avaient déjà signé des engagements le 8 juin26.

  • 27 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec Hollande, portef. IV, 29 août.

16Vingt mille écus furent versés aux Liégeois en juillet, mais les payements n’étant pas assez rapides à leur gré, le mois suivant, ils décidaient de prendre à rente viagère tout ce qui ne leur était pas encore parvenu des États-Généraux27. Le conflit relatif à l’intérêt ne reçut pas de solution, mais les Liégeois perdirent le droit de se montrer intransigeants par les nombreux appels qu’ils firent dans la suite à la bourse de leurs voisins.

  • 28 A.E.L., État tiers, Journées, 7 juin 1689.

17Pour couvrir les intérêts des sommes empruntées, on dut frapper de nouveaux impôts : les taxes sur le froment et sur le seigle furent considérablement augmentées. On estima qu’elles rapporteraient de 150 à 200.000 florins28. Le clergé secondaire s’y soumit. Le tréfoncier Laurent de Méan, frère du doyen, se chargea de recruter les troupes.

  • 29 Infanterie : 1 200 h. sous T’Serclaes ; 1 200 h. sous Lannoy ; 1 200 h. sous Rambach ; 1 200 h. sou (...)
  • 30 Albert Octave, comte puis prince T’Serclaes de Tilly, né en 1643, mort en 1715 ; il s’était fait sa (...)
  • 31 Le 27 août 1689 (A.E.L., Dépêches du Conseil privé, t. XXXV, f. 78v-79).

18En septembre, les Liégeois avaient réussi à mettre sur pied une petite armée de près de 6.000 hommes : elle se composait de 4 régiments d’infanterie et de 2 de dragons29. Mais les frais d’entretien atteignaient 30.000 écus par mois. Le commandement en chef fut confié au comte T’Serclaes de Tilly30, qui s’était fort distingué au service de l’Espagne. Ce général fut admis à la bourgeoisie31 et agréé par le chapitre.

  • 32 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec Hollande, portef. IV.

19Le 2 novembre 1689, l’évêque conclut avec le prince de Waldeck un nouvel arrangement pour les soldats hollandais qui étaient à son service. Ceux-ci devront se contenter du logement, mais les officiers auront en plus « le feu et la chandelle » ; il faudra désormais la permission de l’évêque pour changer les quartiers, pour obtenir le passage, pour recevoir des vivres, etc32.

  • 33 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 262-263.
  • 34 Il faut entendre par là que les bonnes villes n’avaient pas autorisé expressément d’avance leurs ma (...)
  • 35 Il s’agit du traité dont il a été question et qui avait été tenu secret (voir p. 73).
  • 36 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 728-737.

20Pendant que ces événements se déroulaient, on était loin de s’entendre au sein du chapitre. Le 27 avril, un mandement princier avait interdit les discours injurieux à l’adresse des alliés33. C’est, qu’en effet, la faction française suscitait continuellement des difficultés et faisait entendre des critiques avec plus ou moins de raison. Ainsi le 23 juin, une sorte de pétition présentée au prince fut enregistrée par le chapitre. Voici les principaux griefs qu’on y relève. La « capitulation » jurée par l’évêque lui prescrit de prendre l’avis du chapitre « in arduis rébus », or cela ne se fait pas. C’est ainsi que l’on apprend que l’envoyé à Vienne négocie avec l’empereur un traité secret d’armement ou de contribution annuelle sans se préoccuper des chanoines. Si ces derniers, dans leur résolution du 7 avril, admettent une négociation avec l’empereur, ils ne parlent là que comme État primaire, conservant toujours le droit d’être consultés comme chapitre. Aussi est-il bien entendu que les frais de cette ambassade sont à la seule charge du prince ! Ne serait-il pas, d’autre part, prudent de communiquer aux conseils des bonnes villes l’emprunt de 200.000 écus contracté en Hollande « attendu le défaut d’autorisation de leurs députés »34, et ne faudrait-il pas le consentement du pape pour pouvoir hypothéquer de telle sorte les biens de l’Église. Puisqu’enfin le bruit court depuis le 7 avril d’un traité conclu avec les Hollandais35 et que cela paraît vraisemblable, il faut que le prince dise ce qu’il en est, etc…36.

21Quatre jours plus tard, ces mêmes griefs étaient encore enregistrés.

  • 37 Le fait s’était déjà maintes fois passé à Liége. L’exemple le plus connu était l’arrestation du gra (...)
  • 38 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, 167, passim. Libéré en novembre 1690, Bocholt ne manifestera plus ou (...)

22Le baron de Bocholt s’était fait l’âme de l’opposition : il ne put échapper au ressentiment des alliés, ni peut-être à celui du grand doyen. Le 4 août 1689, il fut enlevé par les Hollandais, sur le quai Saint-Léonard, et retenu jusqu’en novembre 1690 à Maestricht. Cette façon d’agir, aussi brutale qu’illégitime, n’a cependant rien qui doive nous étonner. Elle est réellement dans les mœurs du temps et on en verra de fréquents exemples au cours des années qui vont suivre37. Il fallut l’intervention impériale pour que les démarches du chapitre obtinssent la libération de Bocholt38.

  • 39 D.G., reg. 958, n° 434. Les Hollandais proposaient en même temps de mettre une garnison de leur nat (...)
  • 40 Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, p. 432.
  • 41 A.G.R., S.E.G., reg. 593, f. 18. Lettre d’Elderen à Maximilien, 17 avril 1692.

23Cependant la petite armée liégeoise arrivait à se distinguer. Son général prit une certaine autorité dans les conseils de guerre des alliés, au point d’exciter la jalousie des Hollandais. Après avoir vainement proposé de le remplacer à Liége par un officier de leur nation39, ceux-ci le firent rappeler par le roi d’Espagne pour prendre un commandement en Catalogne40. Mais l’évêque réussit à obtenir du nouveau gouverneur des Pays-Bas, Maximilien Emmanuel qu’il fût sursis à cet ordre41. Le comte T’Serclaes s’entendait d’ailleurs à merveille avec Méan et, à eux deux, ils gouvernèrent l’État.

  • 42 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 225. Les Mémoires inédits de M. de La Reintrie racont (...)
  • 43 Les 21 et 22 juin 1689, les Français viennent incendier Fléron (Ind. b. n° 146, p. 140). En 1690, i (...)
  • 44 B.A., ms. 4550, f. 40, Guiscart à Louvois, le 7 mai 1691. D.G., reg. 958, n° 147, 321, 348. Il prop (...)

24Les Liégeois prirent part à la bataille de Fleurus (6 juillet 1690) où périt un de leurs chefs, le comte de Berlo42. Mais c’est aux portes de la Cité que devait le plus souvent se tenir leur armée, car des bandes françaises venaient piller fréquemment la banlieue43. Aucune guerre ne fut plus pénible au pays de Liége que celle-ci et La Raudière qui, à titre privé, était demeuré dans la Cité ne manquait pas d’informer son gouvernement des sentiments de lassitude qui y régnaient44.

  • 45 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 495.
  • 46 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I.
  • 47 D.G., reg. 958, n° 86 et 147, lettres de La Raudière.

25Pendant l’hiver, la principauté avait été obligée de loger la plus grande partie des troupes du prince de Waldeck ; la même charge l’attendait pour l’année suivante45. Aussi les États résolurent-ils de renvoyer à Vienne le baron de Nesselraude pour qu’il obtînt de l’empereur l’exonération de ce logement46. Il avait aussi, paraît-il, pour mission d’obtenir que les alliés fissent le siège de Dinant au cours de la campagne prochaine47.

26L’année 1691 se signala par l’opération du maréchal de Boufflers contre la Cité.

27L’intervention de la principauté aux côtés de la coalition avait causé à Louis XIV un assez vif dépit. Toujours, jusqu’ici, il avait pu compter sur une neutralité très bienveillante, et voilà qu’il s’était vu privé des avantages qu’il avait coutume d’en retirer. Il n’avait pu s’y résigner et c’est ainsi qu’on va le voir deux fois en trois ans faire à l’évêque des propositions sérieuses de paix séparée. Il se heurtera chaque fois à une réponse négative, mais ses offres entretiendront dans la Cité une sorte de fièvre que vont essayer de mettre à profit les chanoines partisans de la France.

  • 48 Le roi à Boufflers, 5 mai 1691 : « Je ne croys point que la ville de Liege vous oblige a luy jetter (...)
  • 49 D.G., reg. 1044, n° 80. Le roi à Boufflers, le 16 mai 1691. Toutes les clauses du traité du 9 janvi (...)

28Dès le début du mois de mai, le maréchal de Boufflers avait reçu l’ordre de tenter une opération contre Liége48. Le roi lui dicta son programme. Il devra d’abord « faire contribuer… les paroisses du Condroz… de tout ce qu’elles auroient payé depuis le commencement de la guerre si elles s’y estoient soubmizes, et outre de cela, de la valeur d’une année de contribution pour le rachapt du feu ». Ensuite, il lui faudra s’approcher de Liège de manière à pouvoir la bombarder « à boulets rouges » si elle refuse de se racheter. Si, au contraire, la Cité veut entrer en négociations, elle devra d’abord restituer la valeur du convoi de munitions qu’elle a livré aux alliés en avril 1689, ensuite verser une somme de 60.000 livres pour indemniser Furstenberg du pillage de Modave. En troisième lieu, la ville devra « payer une somme considérable pour se rachepter du feu et payer les frais de la marche que l’armée du Roy va faire » ! A cette fin, il faut au moins exiger 200.000 écus. La citadelle devra être rasée immédiatement, ainsi que le château de Huy. L’évêque devra licencier toutes les troupes qui sont sur pied. Comme garantie de ces conditions, on exigera des otages parmi lesquels « le sieur Méan ». Et en échange de ces prétentions vraiment exorbitantes et maladroites, Louis XIV se bornait à promettre la reconnaissance de la neutralité du pays !49.

  • 50 D.G., reg. 1044, n° 131.
  • 51 B.U.L., ms. 1019, f. 780.
  • 52 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 37, Waldeck à Heinsius.

29Le 30 mai, le maréchal de Boufflers se mit en marche50. Le but de son expédition semble avoir été connu aussitôt à Liége, car l’effervescence y régna. Le parti français tâcha encore d’exciter le peuple contre l’évêque et ses alliés, mais, dit un chroniqueur, on sut « se précautionner contre les mal intentionnés »51. Le prince de Waldeck avait fait tous ses efforts pour pourvoir du nécessaire les places de la Meuse, mais « à Liége, écrivait-il, l’intelligence est à craindre »52.

  • 53 D.G., reg. 1044, n° 139, 144.
  • 54 D.G., reg. 1076, n° 67, reg. 1044, n° 144. Le 6 juin, le Ministre de la guerre écrivait à Boufflers (...)
  • 55 D.G., reg. 1044, n° 150.
  • 56 Van dee Heim, Ind. b. n° 48, t. II, t. 38. Waldeck à Heinsius, 6 juin.

30Le maréchal parut le 1er juin devant la Cité. Il attendit en vain des offres de capitulation, puis dut se résoudre à passer à l’attaque. Le comte de Tilly défendait la place avec presque les seules ressources de la petite armée liégeoise. Le fort de la Chartreuse commença par subir l’assaut le 2 juin : en deux jours les Français s’en emparèrent53. Le 4 juin, fête de la Pentecôte, à trois heures de l’après-midi, le bombardement de la ville commença ; le soir, on tira à boulets rouges, et cinq ou six incendies furent allumés54. Le lendemain, le bombardement redoubla et se poursuivit pendant toute la journée du 655. Le prince de Waldeck écrivait au Grand Pensionnaire : « L’ennemy n’a pas encore pu intimider les bourgeois nonobstant la furieuse bombarderie. Si Dieu sauve cette place, c’est une grande affaire »56.

  • 57 D.G., reg. 1076, n° 68.
  • 58 D.G., reg. 1044, n° 162.

31La résistance des assiégés ne laissait pas d’être difficile. Quantité d’incendies se déclaraient et la garnison était médiocre. L’évêque et le grand doyen qui s’étaient retirés dans un couvent à l’extrémité de la ville, se réfugièrent à Maestricht, dans la nuit du 5 au 657. On rapporte même que les soldats étrangers qui survinrent augmentèrent le sinistre en se mettant à piller les maisons abandonnées58.

  • 59 D.G., reg. 1044, n° 139, 162 ; reg. 1076, n° 68. Voir aussi une curieuse brochure : « Le secret de (...)

32Toutefois, le 6, vers dix heures du soir, le bombardement prit fin. Les Français prirent même toutes leurs mesures pour la levée du siège. Ils avaient constaté que des secours importants étaient parvenus aux assiégés pendant cette nuit. Le comte de Lippe, en effet, était accouru avec plusieurs milliers de Hessois. Puis survinrent quelques régiments de cavalerie hollandaise. Aussi le 7 juin, à cinq heures du matin, le maréchal de Boufflers se retira sans être poursuivi59.

  • 60 D.G., reg. 1044, n° 158 ; B.U.L., ms. 1152, f. 187-188 ; ms. 1019, f. 772-777. Gossuart et Devaulx (...)
  • 61 L’église Sainte-Catherine fut entièrement détruite.
  • 62 Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, pp. 428-432 ; Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 496 : Daris, Ind. (...)

33Les dégâts étaient considérables. Les statistiques qui semblent les plus dignes de foi portent à près de 1500 le nombre des maisons détruites ou fortement endommagées. On peut donc estimer au cinquième du nombre total des habitations de la ville de Liége le chiffre des maisons atteintes60. Parmi les bâtiments qui souffrirent particulièrement, on peut citer l’hôtel de ville, une douzaine d’églises61, ainsi que toutes les habitations situées entre la place du marché et la Meuse62.

  • 63 Voir par exemple, dans Van Neuss, Ind. b. n° 47, p. 149, la lettre d’Elderen au magistrat de Hassel (...)

34On dut promettre aux propriétaires des maisons détruites, une indemnité de reconstruction, mais l’état des finances était tel63 qu’on ne put jamais exécuter cette promesse.

  • 64 Bouille, op. cit., p. 497, Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, pp. 62, 63, 76. Coehoorn disait que (...)

35Il s’agissait à présent de prévenir de pareilles mésaventures en établissant de nouvelles lignes fortifiées autour de la ville. On y travailla pendant deux ans sous la direction du général Coehoorn. Les travaux n’avancèrent qu’avec lenteur faute d’argent64.

  • 65 Le comte van Athlone écrit le 15 février 1693 à Heinsius « …De luyckse cavallerye is seer slecht en (...)
  • 66 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 75, f. 283-286. On avait emprunté à rente viagère à 12½ %.
  • 67 A.E.L., État primaire, recès des députés : reg. 24, f. 106-107, 122-123. États noble et tiers, idem
  • 68 A.E.L., État noble, Journées, reg. 20 : 16 janvier 1693.
  • 69 Le prince de Liège pouvait, aux termes du traité du 9 avril 1689, lever des contributions dans le L (...)

36C’est en effet la situation financière de l’État qui était la plus critique. L’entretien des troupes était naturellement la plus lourde des charges. La cavalerie, qui coûtait très cher, était jugée très piètre par les alliés et n’était jamais régulièrement payée65. L’emprunt hollandais n’avait donné qu’un médiocre résultat, ou plutôt les Liégeois avaient préféré s’adresser directement à des banquiers de La Haye et d’Amsterdam66. La somme que l’on avait empruntée aux États-Généraux ne s’élevait qu’à 72.000 florins, mais c’était encore trop ; on n’arrivait pas à en payer régulièrement les intérêts. Ainsi, en 1693, sur les plaintes des Provinces-Unies, les Liégeois répondaient qu’ils avaient dû consacrer les 11.000 livres dont ils étaient redevables, à « leur conservation »67. Mais le besoin les talonnant, ils durent, cette même année, contracter avec les États-Généraux un nouvel emprunt de 40.000 écus68. Les impôts ordinaires durent couvrir tous ces frais et les droits de douane se virent augmentés de 50 %69.

  • 70 Daris, Ind. b. n° 70, xvie siècle, t. II, p. 228.
  • 71 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 63. Daris, op. cit., p. 228. En janvier 1693, Foullon (Ind. (...)

37Les opérations militaires languirent pendant l’année 1692 pour les Liégeois. On ne signale guère qu’un petit combat victorieux à Sclain, près de Namur70, ainsi que l’échec des Français qui voulaient surprendre Huy pendant l’hiver71.

  • 72 de Ségur, Ind. b. n° 158, p. 338.

38La campagne de 1693 fut plus mouvementée. Le plan de campagne des Français avait d’abord comporté le siège de Liège, cette place devenant l’objectif des opérations. Mais Louis XIV décida de porter son principal effort en Allemagne, à l’armée du dauphin72. Le maréchal de Luxembourg fut chargé de diriger la campagne aux Pays-Bas, et entreprit le siège de Huy.

  • 73 D.G., reg. 1206, n 140, 155 ; B.A., ms. 4575, f. 139 : de Ségur, op. cit., pp. 351-353. Il existe u (...)
  • 74 Guillaume III à Heinsius « Het verlies van Huy is oock soo sensibel en insonderheyt omdat de defent (...)
  • 75 La source anglaise déjà mentionnée (Ind. b. n° 13, p. 66) affirme qu’il aurait été condamné par le (...)

39Cette place était commandée par le baron de Renesse ; elle fut bloquée par Villeroy, le 19 juillet, et tomba en son pouvoir le 2373. La défense avait été quasi nulle, « infâme », dit même Guillaume III,74car l’armée de secours était déjà en vue de la ville. La capitulation fut violée par les Français qui retinrent la garnison prisonnière. Le chapitre ordonna au baron de Renesse de venir lui rendre compte de sa conduite75.

40Cependant Louis XIV n’avait pas perdu l’espoir d’entrer en négociations avec les Liégeois et nous allons assister à sa seconde tentative pour détacher la principauté de la coalition.

  • 76 En novembre 1693 il fut élu prévôt par le chapitre de Fosses (B.A., ms. 4575, f. 239v).
  • 77 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 6825, f. 31-32, Lettre de Bouillon, 11 juin 1693.

41Le cardinal de Bouillon, rentré en grâce depuis environ trois ans, suivait de près la tournure des événements. Il cherchait une occasion de communiquer avec le chapitre pour se faire élire coadjuteur d’Elderen76. Aussi fut-il associé à l’entreprise confiée au maréchal de Luxembourg. Celui-ci, nous apprend-il77, devait mettre « le prince de Liége et le chapitre en liberté d’effectuer ce que l’amour de la patrie les oblige à avoir dans le cœur ». Il s’agit d’accorder la neutralité au pays et pour cela le maréchal dispose de pleins pouvoirs. Bouillon ajoutait que, « pour le bien de l’église et du pays de Liége, il vaudrait mieux souffrir toutes sortes de rigueurs des Alliés que de les rendre maîtres, de la citadelle et du fort des Chartreux ».

  • 78 Les propositions de Luxembourg au chapitre commencent en effet ainsi : « le duc assure qu’il fera d (...)
  • 79 Pour le convoi de munitions et le pillage de Modave on demandera si peu d’argent « qu’on n’aura poi (...)
  • 80 Cette fois ce sont les Français qui offrent des otages ; en 1691, ils en réclamaient des Liégeois !
  • 81 D.G., reg. 1206, n° 199 et Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 229-230. M. Poncelet (Ind (...)

42Louis XIV avait, en effet, remis au maréchal de Luxembourg des. instructions précises. Les conditions sont singulièrement plus généreuses que celles de 1691 ou de 1689. La plupart des dispositions exorbitantes ou trop onéreuses ont disparu78. Le roi, est-il stipulé, accordera la neutralité si les Liégeois veulent l’observer fidèlement, il ne demande que le libre passage sans pouvoir commettre d’actes d’hostilité. Il promet de ne pas occuper de villes et de laisser une liberté entière au chapitre au cas d’une élection. Tout le passé sera oublié79 ; les contributions cesseront. Le duc offrira des otages « même son propre fils »80. Mais si l’on refuse de lui envoyer des députés, « il consumera et abismera le tout »81.

  • 82 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 21643, f. 173 v, « depuis la prise de Huy, j’ai eu bea (...)
  • 83 B.N., Ibidem, f. 166.

43Luxembourg se trouvait depuis quelque temps en rapports quotidiens avec des Liégeois, pour la plupart, des mécontents82. Il était informé des moindres incidents. Il écrivait au roi : « Des gens m’ont dit que toute la population est preste d’aller crier à la porte du palais de l’évêque pour demander la neutralité »83. De fait, les sentiments de lassitude n’étaient que trop probables au sein de la Cité, et la correspondance du maréchal nous fait revivre quelque peu ce curieux moment de l’histoire liégeoise.

  • 84 D.G., reg. 1206, n° 201, Luxembourg au roi, 27 juillet. B.N., Ibidem, f. 173v-175.

44C’est un véritable va et vient entre Huy et Liége : voici d’abord un envoyé du chancelier Duras, qui vient conférencier mystérieusement avec le chef de l’armée française ; c’est ensuite l’épouse du baron de Sluse, conseillé privé, qui vient solliciter audience ; puis c’est encore une femme, une marchande celle-ci, qui arrive de la part du doyen de Saint-Martin. Beaucoup de bavardages sans doute, mais aussi quelques nouvelles graves. Ainsi Luxembourg informe son souverain que cette femme lui a proposé un moyen de se rendre maître de la citadelle ; elle ajouta, dit-il, « qu’elle avoit ordre du prince de me parler, qu’elle l’avoit vue le matin… que le prince l’avoit chargée de me dire qu’il demandoit la protection de V. M. et qu’il ne désiroit autre chose que de rétablir la neutralité dans son pays et qu’on lui donnât quelque chose pour vivre ; elle ajouta que le doyen Méan avait menacé avant-hier le prince qu’on l’envoyeroit à Vienne s’il ne faisoit pas tout ce qu’on désiroit de lui ; et il faut que cela soit vrai, continue le duc, puisqu’on me le confirma deux heures après ». Le lendemain, 26 juillet, l’homme que le chancelier avait déjà adressé au maréchal, revint lui demander « un passeport pour trois députés, que le prince, le chapitre et les magistrats de Liége vouloient lui envoyer »84.

  • 85 C’étaient Liverlo, les 2 Surlet, Rosen, Stockem, Dumont, Lamargelle, Faes, Defraisne, Sélys, deux d (...)
  • 86 Lamargelle était très attaché à Elderen qui essayait de le donner comme coadjuteur à son évêque aux (...)

45Le chapitre cathédral était en effet en pleine effervescence. Le 26 juillet, de grand matin, on tint séance : sur la proposition de Liverlo, on désigna six chanoines pour se rendre auprès de l’évêque et le prier de venir honorer de sa présence la prochaine assemblée qui se tiendrait à neuf heures. Les 16 membres présents décidèrent, sous la foi du serment, de se réunir à ce moment. A l’heure indiquée, 21 capitulaires étaient au poste85.Mais le prince se faisant attendre, on lui députa son parent Lamargelle86.

46On voit d’ici le conflit moral où se débattait alors le malheureux prélat qui jusqu’alors ne s’était à peu près mêlé de rien. Les Méan avaient refusé avec éclat de paraître au chapitre, et le grand doyen usait de toute son influence pour retenir son maître au palais. Impatienté, le chapitre adressa encore trois nouveaux députés à Jean Louis d’Elderen.

  • 87 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 21643, f. 175.
  • 88 A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 71v-72.

47Enfin, à onze heures, le vieillard parut ! On se plaignit avec humeur de l’absence du doyen87, et l’on pria l’évêque de consentir à l’envoi d’une députation au maréchal de Luxembourg. Celle-ci se bornerait à entendre les propositions des Français et on en ferait part aux alliés, Le prince fit une réponse évasive, mais qui, pour la plupart, impliquait une acceptation. Le chapitre s’ajourna au lendemain, à huit heures88.

  • 89 Ce sont celles dont il a été question à la page précédente.
  • 90 D.G., reg. 1206, n° 203, Liverlo à Luxembourg, 27 juillet.
  • 91 A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 73-74.

48A cette nouvelle séance où les mêmes capitulaires étaient présents, Liverlo donna lecture des propositions du maréchal, celles-ci lui étant parvenues dans l’entretemps89. On proposa d’envoyer quatre députés au duc de Luxembourg et d’attendre jusqu’à onze heures la réponse définitive d’Elderen. Celle-ci arriva enfin : elle était négative. Le prince se refusait à autoriser l’ambassade ; tout ce à quoi il consentait, c’était de donner avis aux alliés des offres de la France. Grand émoi parmi les tréfonciers qui ne purent se résigner : ils députèrent à l’évêque quelques-uns d’entre eux et s’ajournèrent à trois heures. Alors en présence des bourgmestres et des députés de la Cité convoqués à la séance, le chapitre prit connaissance de la réponse du prince à ses envoyés : elle était entièrement négative90. On s’ajourna au lendemain 28, à neuf heures, pour tenter un dernier effort. Les tréfonciers Dumont et Clercx se rendirent, pour la cinquième fois, au palais épiscopal. Ils insistèrent vainement : Elderen demeura inflexible91.

  • 92 A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 75.
  • 93 D.G., reg. 1207, n° 33 ; B.N., Nouv. acq. fr., ms. 21643, f. 207-208. A.E.L., Ibidem, f. 79, 106v. (...)

49On le voit, la cause des alliés avait couru un vif danger à Liége. Méan avait eu besoin de toute son autorité sur l’évêque pour obtenir le rejet de la proposition du chapitre. Le gouvernement de l’État avait failli lui échapper : il va le ressaisir d’une main aussi énergique que brutale. Il y avait, en effet, au sein du chapitre une opposition qui avait pu être vaincue, mais non brisée. Le danger écarté pouvait renaître. Les derniers incidents avaient ouvert les hostilités entre les deux fractions du chapitre. Comme l’une d’elles était de sentiments suspects à la cause des alliés, elle jugea prudent de se justifier. Les tréfonciers les plus compromis, Liverlo, Rosen, Lamargelle, Desfossés, Sur let, résolurent le 29 juillet d’écrire à l’empereur, au roi d’Angleterre, à l’électeur de Bavière, aux Provinces-Unies, pour expliquer leur désir d’entrer en négociations avec Luxembourg92. Cela ne put les sauver : le 1er août, la baron de Lamargelle fut arrêté au palais ; Sur let, qui était souffrant, fut gardé à vue chez lui ; Liverlo, Rosen et Desfossés, arrêtés en même temps, furent conduits, le 4, à Maestricht, où ils restèrent jusqu’en novembre93.

  • 94 On verra que les familles des chanoines arrêtés garderont contre Méan une haine telle qu’elle lui e (...)

50Ce nouveau coup de force assura définitivement l’autorité du doyen, dont la participation à cet attentat est attestée par les sources les plus diverses94.

  • 95 D.G., reg. 1206, n° 201 ; voir plus haut.
  • 96 On ne peut pas ne pas être frappé de la coïncidence chronologique (1er août) de cette opération et (...)
  • 97 B.N., Nouv. acq. fr., ms. 21643, f. 199. Luxembourg écrit au roi le 3 août : « On m’avoit fait des (...)

51Ce qui pourrait dans une certaine mesure justifier la brutalité de cet enlèvement, c’est le réel danger que Liége avait couru de tomber aux mains des Français, à la suite des intrigues coupables de ces chanoines. On a vu en effet que des propositions avaient été faites à Luxembourg pour lui livrer la citadelle95. La victoire de Neerwinden (29 juillet), remportée sur ces entrefaites par les Français, faillit leur procurer la prise de Liége. Les forces que Guillaume III y avait jetées quelques jours auparavant, trompé par les manœuvres de son ennemi, s’étaient retirées. A ce moment, une véritable conjuration s’était nouée. Le major qui commandait les forces de la citadelle était prêt à livrer celle-ci ; il devait rencontrer secrètement le comte d’Harcourt près de Liége le 3 août pour consommer la trahison. Toutes les dispositions étaient prises lorsque la mêche fut éventée ! Le comte de Tilly avait sans doute soupçonné la machination et il se chargea d’en rompre les effets, pendant que son ami Méan faisait arrêter les chanoines de la faction française. Le 1er août96, le colonel de Berlo entra dans la citadelle avec quelques troupes et en fit sortir la garnison suspecte qui l’occupait97.

  • 98 D.G., reg. 1207, n° 33. Luxembourg au roi, 6 août. A la suite de tout ceci on comprend que T’Sercla (...)

52Pourtant Luxembourg conservait encore de l’espoir : les forces qui se trouvaient à Liége étaient peu considérables, et, disait-il, « à part T’Serclaes et les Méan, tout le monde y désire la neutralité »98. Mais il n’entendait pas tenter lui-même une opération d’envergure.

  • 99 B.N., Nouv. acq. fr., ms. 21643, f. 332v-334.

53En septembre, de nouveaux pourparlers s’amorcèrent. Une parente de l’archidiacre de Liverloo, venue solliciter le maréchal d’intercéder pour l’élargissement des tréfonciers retenus à Maestricht, lui annonça que le colonel de Berlo s’était refusé à promettre de rendre la citadelle aux Français si ceux-ci se présentaient. Mais elle insistait néanmoins pour que Luxembourg tentât cette opération militaire. Le moment n’étant plus propice, le maréchal se tira adroitement d’affaire en répondant que les Liégeois « qui estoient autrefois si mutins et si braves » devaient chasser eux-mêmes leur garnison99 !

  • 100 Sur l’autorité souveraine exercée par Méan, il n’est guère besoin de nouvelles preuves ; enregistro (...)

54Telle est cette campagne liégeoise de 1693, curieuse à bien des égards ! Nous a-t-elle permis de saisir réellement l’état psychologique de nos ancêtres à un moment particulièrement troublé de leur histoire ? Les mouvements si divers dont les contemporains ont été agités paraissent bien avoir été profondément ressentis. Ce n’est certes pas un trouble de surface que nous manifeste ce chapitre opiniâtre jusque dans la témérité. Ce n’est pas non plus une énergie d’occasion que celle de ces deux hommes qui avaient saisi de leurs mains audacieuses le gouvernement de l’État100. Mais au-delà de ces quelques personnalités peut-on se flatter d’atteindre les sentiments du reste de la population ? Est-elle restée étrangère à ces mouvements parfois violents ; dans quelle mesure les a-t-elle partagés ; n’a-t-elle pas joui également d’une part d’influence ? Toutes ces questions ne peuvent guère recevoir de réponse satisfaisante.

  • 101 D’après les débours des receveurs généraux, on constate que de 1689 à 1693, les frais de l’État ont (...)

55Pourtant on ne se trompera pas en affirmant que le peuple souffrait de la présente guerre d’une manière cruelle. Les campagnes étaient ravagées, le commerce en grande partie arrêté, les impôts d’année en année plus lourds, les deuils assez fréquents. Le bombardement de 1691 avait ruiné des milliers de personnes et l’État était dans une misère telle qu’il ne pouvait tenir ses promesses de dédommagement101.

  • 102 Ainsi de 1690 à 1694, d’après les seuls comptes du receveur général Beckers, les demandes faites au (...)

56L’entretien des troupes était une charge toujours grandissante, car les exigences des alliés étaient proportionnelles à la gravité du danger102.

  • 103 Alors qu’auparavant le budget annuel de la Cité variait entre 100 et 300.000 florins, pendant l’exe (...)
  • 104 Voici, d’après un article paru dans le Bulletin de la Société des Mélophiles de Hasselt (tome XXXII (...)

57Aussi Liège103, autant que les autres bonnes villes104, était écrasée sous un budget inconnu jusqu’alors.

  • 105 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 10, Lettre d’un gentilhomme liégeois au résident de Liége à La H (...)

58On devine par conséquent les proportions que devait prendre le mécontentement dans tout le pays. Dans ces circonstances, la neutralité ne pouvait manquer d’être invoquée comme le remède infaillible à tous les maux dont on souffrait. Plus d’un Liégeois dut sans doute répéter ces paroles d’un de ses compatriotes : « si ceux qui nous gouvernent en étaient pénétrés, nous profiterions seuls de la dissension de tous les autres ; nous serions encore nos maîtres et n’en aurions pas autant que nous n’avons d’alliez »105.

59Mais on était engagé dans un conflit européen et il y aurait eu de l’aberration à vouloir s’en retirer au cours des hostilités. Beaucoup n’ont pas manqué de le comprendre et c’est pourquoi on ne voit guère que le parti français, champion momentané de la neutralité, ait été soutenu efficacement par le sentiment populaire dans ses vues peut-être intéressées.

  • 106 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. V.

60D’ailleurs, l’alliance de la principauté avec la coalition fut encore resserrée le 10 novembre 1693 par un nouveau traité ; mais cette fois, on obtenait un avantage réel : pendant les prochains quartiers d’hiver, les alliés fourniront chaque jour aux troupes liégeoises 5.000 rations de pain et à leur cavalerie 1500 rations de foin106.

61Telle était la situation du pays lorsque survint la mort de Jean Louis d’Elderen, le 1er février 1694.

62Certes la physionomie du prélat n’a guère pu transparaître au cours de ce récit. Ce malheureux vieillard semble avoir été constamment ballotté par des courants opposés. Son amitié pour les uns se heurta aux rigueurs de l’intérêt public ; c’est le cas de son parent Lamargelle qu’il vit arrêter dans son propre palais. Son amour du repos ne l’empêcha pas d’être entraîné dans la guerre la plus affreuse. Son désir de satisfaire ses sujets lui fit prendre des initiatives parfois dangereuses et toujours sans résultat.

63En somme, son naturel paraît l’avoir si peu destiné au gouvernement d’un État, qu’il ne dut guère souffrir de l’autorité suprême que s’arrogea son grand doyen, et c’est quasi en étranger qu’il a passé six ans sur le trône épiscopal liégeois.

Notes

1 C’est le 13 avril que la déclaration de guerre fut adressée à la France (Ind. b. n° 146, p. 140).

2 Une thèse semblable n’a été proposée à ma connaissance que par le baron de Crassier, Ind. b. n° 87, p. 526. Cependant les contemporains s’en rendaient compte. Ainsi dans la brochure intitulée « La vérité reconnue par l’ombre de Jean Louis d’Elderen », imprimée en 1694, on voit celui-ci reconnaître les avantages que peut procurer au pays un prince puissant et se féliciter de l’élection de Joseph Clément (pp. 54-55).

3 Je reviendrai maintes fois accidentellement sur cette circonstance, mais on comprend assez qu’il ne me sera pas possible de l’étudier en détail. Ces questions financières ont été des plus négligées dans notre histoire liégeoise et il serait temps de les aborder avec méthode. Ici il ne peut être question de cela.

4 Il reste peut-être encore cette objection à la thèse proposée : l’empereur ayant refusé d’admettre la neutralité en 1689, celle-ci ne pouvait subsister. Mais ce raisonnement n’est fondé qu’en droit strict ; car en 1703 et déjà en 1673, la neutralité a subsisté en fait, du consentement au moins tacite de l’empereur, par des accords financiers avec les divers belligérants.

5 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 298-300. Mémoire de La Raudière.

6 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 241-243. Lettre de Ratabon à de Croissy, le 21 avril.

7 D.G., reg. 887, n° 64. Lettre de Ratabon à Louvois, le 24 avril.

8 B.U.L., ms. 1013, f. 378, D.G., reg. 887, n° 94 et Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 491. (Celui-ci donne à tort la date du 7 mai). D’après les comptes de la ville, il y aurait eu 860 maisons détruites et des dégâts pour une somme de 3.732.680 florins (Fréson, Ind. b. n° 99, p. 290). Les Français avaient déjà tenté la même opération dans le courant d’avril.

9 B.U.L., ms. 1013, le 4 octobre. Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 224-225. de Noue, Ind. b. n° 134, pp. 399-403. A Malmedy, 600 maisons furent brûlées, 60 à peine restaient debout. Le dommage seul de l’incendie fut évalué à 1.500.000 écus (record de la cour de Malmedy en 1698).

10 A.A.E., Corresp. de Liège, XV, f. 258-259. Les États du Limbourg se plaignaient de ce que les Liégeois se soumettaient aux payements (Piot, Ind. b. n° 137, p. 105).

11 B.A., manuscrit 4549, f. 73-74, lettre de Guiscard, gouverneur de Dinant, à Louvois, le 1er mai 1690.

12 B.N., Fonds français, ms. 7917, 7925. Du 17 janvier au 31 octobre 1689, on en confisqua pour 25.736 florins.

13 B.N., Fonds français, ms. 7920.

14 B.N., Ibidem, ms. 7918-7919.

15 B.N., Ibidem, ms. 7921.

16 B.N., Ibidem, ms. 7920.

17 A.E.L, Concl. Cap., reg. 166, 2 mai.

18 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 270.

19 A.E.L., État Tiers, Journées d’États, 1689-1690.

20 A.E.L., Ibidem, 6 juin 1689.

21 A.E.L., Registres des trois États, 7 juin 1689.

22 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IV, lettre de Norff du 17 juin.

23 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 74, f. 162v. État tiers, idem, 24 juin.

24 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec la Hollande, portef. IV, lettre du 21 juin.

25 A.E.L., Liasses du Conseil privé, ibidem, lettre à Norff, le 24 juin.

26 A.E.L., Liasses, ibidem, lettres de Norff des 21 juin, 8 et 26 juillet.

27 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec Hollande, portef. IV, 29 août.

28 A.E.L., État tiers, Journées, 7 juin 1689.

29 Infanterie : 1 200 h. sous T’Serclaes ; 1 200 h. sous Lannoy ; 1 200 h. sous Rambach ; 1 200 h. sous Berlo. — Cavalerie : 450 dragons sous Roost ; 450 dragons sous Jamart ; ainsi que 261 autres cavaliers. (A.E.L., État Tiers, Journées, septembre 1689).

30 Albert Octave, comte puis prince T’Serclaes de Tilly, né en 1643, mort en 1715 ; il s’était fait sa réputation d’homme de guerre au siège de Luxembourg.

31 Le 27 août 1689 (A.E.L., Dépêches du Conseil privé, t. XXXV, f. 78v-79).

32 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relat. avec Hollande, portef. IV.

33 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 262-263.

34 Il faut entendre par là que les bonnes villes n’avaient pas autorisé expressément d’avance leurs mandataires à contracter un emprunt semblable. Le but est clair ; en faisant le plus de bruit possible autour de l’emprunt, on discrédite la cause des alliés.

35 Il s’agit du traité dont il a été question et qui avait été tenu secret (voir p. 73).

36 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 728-737.

37 Le fait s’était déjà maintes fois passé à Liége. L’exemple le plus connu était l’arrestation du grand prévôt de Groesbeck en 1654. En 1675, un chanoine fut conduit par les Français à Maestricht. En 1676, les Hollandais enlevèrent l’abbé de Saint-Trond (Simenon, Ind. b. n° 16, p. 267).

38 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, 167, passim. Libéré en novembre 1690, Bocholt ne manifestera plus ouvertement son sentiment et sera envoyé à Rome en mission en 1693 (Poncelet, Ind. b. n° 60, n° 4979).

39 D.G., reg. 958, n° 434. Les Hollandais proposaient en même temps de mettre une garnison de leur nation dans la ville : ce ne fut pas admis.

40 Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, p. 432.

41 A.G.R., S.E.G., reg. 593, f. 18. Lettre d’Elderen à Maximilien, 17 avril 1692.

42 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 225. Les Mémoires inédits de M. de La Reintrie racontent que pendant la bataille, à un moment de défaillance des lignes françaises, des partisans hollandais coururent annoncer la victoire à Liége, où l’on chanta le Te Deum (rapporté par de Ségur, Ind. b. n° 158, p. 191). Je me demande si cet auteur n’a pas confondu cette cérémonie avec celle qui eut lieu dix jours plus tôt à la suite de la délivrance de la ville, menacée par les Français.

43 Les 21 et 22 juin 1689, les Français viennent incendier Fléron (Ind. b. n° 146, p. 140). En 1690, ils s’avancèrent jusque sous les murs de Liége.

44 B.A., ms. 4550, f. 40, Guiscart à Louvois, le 7 mai 1691. D.G., reg. 958, n° 147, 321, 348. Il proposait même pour augmenter les dissentiments d’interrompre le commerce des barques marchandes de Huy à Liége. Il faisait souvent le voyage de Philippeville ou de Maubeuge pour informer les généraux français de la situation du pays. Mais on ne tarda pas à découvrir son manège, et il rapporte que les Méan le persécutèrent jusqu’à ce qu’il eut quitté le pays. (D.G., 958, n° 421, 14 décembre 1690. A.A.E., Correspondance de Liége, XV, f. 16, 3 juillet 1691). En 1698-1699, on le retrouve cependant de nouveau à Liége.

45 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 495.

46 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec l’Empire, portef. I.

47 D.G., reg. 958, n° 86 et 147, lettres de La Raudière.

48 Le roi à Boufflers, 5 mai 1691 : « Je ne croys point que la ville de Liege vous oblige a luy jetter des bombes et il y a bien de l’apparence qu’elle enverra au devant de vous pour traitter. Je vous informeray dans deux ou trois jours de la negociation que vous aurez à faire avec la ville de Liege si elle veut se soubmettre ». (D.G.. reg. 1044, n° 25).

49 D.G., reg. 1044, n° 80. Le roi à Boufflers, le 16 mai 1691. Toutes les clauses du traité du 9 janvier 1689 qui ne sont pas exprimées ci-dessus doivent être sous-entendues, car c’est ce traité que le roi entend confirmer et dont il joint le texte en annexe.

50 D.G., reg. 1044, n° 131.

51 B.U.L., ms. 1019, f. 780.

52 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 37, Waldeck à Heinsius.

53 D.G., reg. 1044, n° 139, 144.

54 D.G., reg. 1076, n° 67, reg. 1044, n° 144. Le 6 juin, le Ministre de la guerre écrivait à Boufflers : « S. M. apprendra avec plaisir l’effect qu’auront fait dans la ville les bombes et les boulets rouges ».

55 D.G., reg. 1044, n° 150.

56 Van dee Heim, Ind. b. n° 48, t. II, t. 38. Waldeck à Heinsius, 6 juin.

57 D.G., reg. 1076, n° 68.

58 D.G., reg. 1044, n° 162.

59 D.G., reg. 1044, n° 139, 162 ; reg. 1076, n° 68. Voir aussi une curieuse brochure : « Le secret de La Haye ou l’entretien du duc d’Alanson et de Marguerite de Navarre au sujet du bombardement de Liege » (Cologne, 1691).

60 D.G., reg. 1044, n° 158 ; B.U.L., ms. 1152, f. 187-188 ; ms. 1019, f. 772-777. Gossuart et Devaulx parlent de 932 maisons brûlées et 517 « bombardées » ; les sources françaises donnent le chiffre de 1 500. Ces données sont confirmées par un mémoire liégeois adressé à l’empereur quelques années plus tard où l’on se plaint d’avoir eu 1 700 maisons détruites (A.E.L., Liasses du Conseil privé. Relations avec l’Empire, portef. I). Il faut donc considérer comme très exagéré le chiffre de 3 000 maisons brûlées donné par Lonchay, Ind. b. n° 73, p. 317, et qui n’est d’ailleurs fourni par aucune source.

61 L’église Sainte-Catherine fut entièrement détruite.

62 Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, pp. 428-432 ; Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 496 : Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 227 ; Gobert, Ind. b. n° 106, t. I, p. 240 ; Nautet, Ind. b. n° 132, 2e série, pp. 167-168.

63 Voir par exemple, dans Van Neuss, Ind. b. n° 47, p. 149, la lettre d’Elderen au magistrat de Hasselt, le 12 février 1691.

64 Bouille, op. cit., p. 497, Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, pp. 62, 63, 76. Coehoorn disait que 20.000 h. ne pourraient sauver la ville si on n’en occupait pas les hauteurs (lettre du 10 déc. 1692).

65 Le comte van Athlone écrit le 15 février 1693 à Heinsius « …De luyckse cavallerye is seer slecht en is quadem staet, doch nu sullen de twee macnden worden betaelt, soo haest als se de veertich duysent Ryckd. behalve de 20.000 Ryckd. voor de fortification van Coehoorn sullen hebben getoucheert en hebben de prins van Luyck en de domdeecken, die alles doet, mij ernstlich versocht het prompt fourneeren van’t gene aen dese penningen manqueert te recommanderen. Se seggen van haer eygen geen meergelt te hebben als om haer voetvolck te betaelen, dat noch 3,000 man is ». (Van der Heim. op. cit. pp. 68-69).

66 A.E.L., État primaire, Journées, reg. 75, f. 283-286. On avait emprunté à rente viagère à 12½ %.

67 A.E.L., État primaire, recès des députés : reg. 24, f. 106-107, 122-123. États noble et tiers, idem.

68 A.E.L., État noble, Journées, reg. 20 : 16 janvier 1693.

69 Le prince de Liège pouvait, aux termes du traité du 9 avril 1689, lever des contributions dans le Luxembourg, mais il dut maintes fois rappeler ce droit (Piot, Ind. b. n 138, p. 113).

70 Daris, Ind. b. n° 70, xvie siècle, t. II, p. 228.

71 Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 63. Daris, op. cit., p. 228. En janvier 1693, Foullon (Ind. b. n° 15, t. III, p. 436) rapporte qu’on arrêta un chanoine de Huy qui conspirait avec les Français.

72 de Ségur, Ind. b. n° 158, p. 338.

73 D.G., reg. 1206, n 140, 155 ; B.A., ms. 4575, f. 139 : de Ségur, op. cit., pp. 351-353. Il existe une relation anglaise de ce siège par Edward d’Auvergne (Ind. b. n° 13, pp. 66-67), mais elle me paraît fort sujette à caution. D’abord, la chronologie en est totalement inexacte, ensuite elle renferme au moins une très grosse erreur sur l’attitude du chapitre lors des propositions de Luxembourg.

74 Guillaume III à Heinsius « Het verlies van Huy is oock soo sensibel en insonderheyt omdat de defentie soo infaem is geweest, als wij op de marsch waeren en soo naeby om de plaets te secoureren ». Le roi ne doutait pas que les Français vinssent attaquer Liége et souhaitait une meilleure résistance de cette place. (Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 73).

75 La source anglaise déjà mentionnée (Ind. b. n° 13, p. 66) affirme qu’il aurait été condamné par le Conseil de guerre à trois ans de prison.

76 En novembre 1693 il fut élu prévôt par le chapitre de Fosses (B.A., ms. 4575, f. 239v).

77 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 6825, f. 31-32, Lettre de Bouillon, 11 juin 1693.

78 Les propositions de Luxembourg au chapitre commencent en effet ainsi : « le duc assure qu’il fera des propositions telles aux députés de S. A. qu’ils seront surpris de sa modération ».

79 Pour le convoi de munitions et le pillage de Modave on demandera si peu d’argent « qu’on n’aura point sujet de s’en plaindre ».

80 Cette fois ce sont les Français qui offrent des otages ; en 1691, ils en réclamaient des Liégeois !

81 D.G., reg. 1206, n° 199 et Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 229-230. M. Poncelet (Ind. b. n° 60, t. V, n° 4969) donne à tort à ces propositions du maréchal la date de ; « avant le 2 juin 1691 ». On l’a vu, il y a une différence totale entre les propositions de 1691 et celles de 1693, et celles que donne M. Poncelet, sont incontestablement de 1693. Voir encore A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 73.

82 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 21643, f. 173 v, « depuis la prise de Huy, j’ai eu beaucoup de commerce avec les Liégeois » écrit Luxembourg au roi.

83 B.N., Ibidem, f. 166.

84 D.G., reg. 1206, n° 201, Luxembourg au roi, 27 juillet. B.N., Ibidem, f. 173v-175.

85 C’étaient Liverlo, les 2 Surlet, Rosen, Stockem, Dumont, Lamargelle, Faes, Defraisne, Sélys, deux des Liboy, Schell, Detrixhe, Sprimont, Malonne, Desfossés, Neufcourt, Blisia, Clercx et Wansoule. On remarquera de suite combien le parti français était en majorité (13 ou 14 sur 21).

86 Lamargelle était très attaché à Elderen qui essayait de le donner comme coadjuteur à son évêque auxilaire Blavier (Berlière, Ind. b. n° 78, pp. 133-135) ; mais Lamargelle avait une assez mauvaise réputation.

87 B.N., Nouvelles acquisitions françaises, ms. 21643, f. 175.

88 A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 71v-72.

89 Ce sont celles dont il a été question à la page précédente.

90 D.G., reg. 1206, n° 203, Liverlo à Luxembourg, 27 juillet.

91 A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 73-74.

92 A.E.L., Concl. Cap., reg. 168, f. 75.

93 D.G., reg. 1207, n° 33 ; B.N., Nouv. acq. fr., ms. 21643, f. 207-208. A.E.L., Ibidem, f. 79, 106v. L’archidiacre Liverlo mourut même en septembre dans les prisons de Maestricht. Rosen et Desfossés ne purent encore rentrer à Liége, car on les exila dans leurs terres ainsi que plusieurs bourgeois.

94 On verra que les familles des chanoines arrêtés garderont contre Méan une haine telle qu’elle lui enlèvera l’espoir d’être élu évêque l’année suivante. La chronique manuscrite de Louvrex (B.C.L., Fonds de Theux, non classé) se fait l’écho de cette accusation. De plus, le 7 août, Luxembourg écrit à Louis XIV : « Un bon bourgeois de Liege en est sorti ce matin pour me prier de la part d’un grand nombre de la ville d’écrire à Monsieur le cardinal de Bouillon qu’il faloit qu’il lit excommunier l’évêque de Liege et les Méan, ces derniers pour la violence qu’ils ont fait faire à une partie de ceux du chapitre et l’évêque pour y avoir consenti » (D.G., reg. 1207 n° 38).

95 D.G., reg. 1206, n° 201 ; voir plus haut.

96 On ne peut pas ne pas être frappé de la coïncidence chronologique (1er août) de cette opération et de l’arrestation des chanoines.

97 B.N., Nouv. acq. fr., ms. 21643, f. 199. Luxembourg écrit au roi le 3 août : « On m’avoit fait des propositions de la part du major de la citadelle de Liege qui vouloit nous en rendre maistres. M. d’Harcourt devoit luy aller parler aujourd’hui auprès de Liège, mais avant hier M. de Berlo entra dans la citadelle avec d’autres troupes et celles qui y estoient avec le major sont descendues dans la ville. Un homme qui fait les affaires de M. le cardinal de Furstenberg, qui a este bourgmestre de Liege et qui demeure à cette heure à Namur, estoit caution de la parolle du major ».

98 D.G., reg. 1207, n° 33. Luxembourg au roi, 6 août. A la suite de tout ceci on comprend que T’Serclaes ait répondu aux alliés qui lui reprochaient de n’avoir pas pris part à la bataille de Neerwinden, que sa présence était nécessaire à Liège « où se remuait le parti français ». (Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 230).

99 B.N., Nouv. acq. fr., ms. 21643, f. 332v-334.

100 Sur l’autorité souveraine exercée par Méan, il n’est guère besoin de nouvelles preuves ; enregistrons-en encore deux attestations : le comte d’Athlone écrivant à Heinsius en 1693 dit « …de domdeecken die ailes doet » (Van der Heim, Ind. b. n° 48, t. II, p. 69). Le frère aîné du doyen, Jean Ernest, se vit contester la possession de la seigneurie de Saive par un Jean de Monsen qui l’accusait d’employer contre lui son crédit et « l’autorité suprême qu’il a, ainsi que ses frères, dans le pays de Liège » (Poncelet, Ind. b. n° 141, p. 341).

101 D’après les débours des receveurs généraux, on constate que de 1689 à 1693, les frais de l’État ont dépassé 9.000.000 de florins, c’est-à-dire 2 ½ à 3 fois les charges ordinaires. (B.U.L., ms. 1000, f. 84 et suiv.).

102 Ainsi de 1690 à 1694, d’après les seuls comptes du receveur général Beckers, les demandes faites aux communes pour l’entretien des troupes atteignirent 1.338.596 florins, et ce n’est là qu’une partie des sommes consacrées au budget militaire pendant ces années (A.E.L., État primaire, recès des députés, reg. 37, 21 février 1718).

103 Alors qu’auparavant le budget annuel de la Cité variait entre 100 et 300.000 florins, pendant l’exercice 1690-1691, les recettes furent de 839.910 florins pour pouvoir couvrir 834.250 florins de dépense. Le calme revenu, les recettes de l’exercice, 1699 à 1700 furent de 112.910 florins et les dépenses de 113.493. Tout le reste à l’avenant (Bormans, Ind. b. n° 82, p. 387).

104 Voici, d’après un article paru dans le Bulletin de la Société des Mélophiles de Hasselt (tome XXXII, p. 94) quels ont été les budgets de la ville de Hasselt pendant cette époque :
Image 1.wmf

105 A.A.E., Corresp. de Liége, XVI, f. 10, Lettre d’un gentilhomme liégeois au résident de Liége à La Haye, 15 janvier 1691.

106 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. V.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter