Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Deuxième partie. Le règne de Jean Louis d'Elderen

Chapitre II. Les négociations pour la neutralité. 1688-1689

Résumé

La signification de l’élection d’Elderen pour les Liégeois et pour les puissances. — La guerre de la Ligue d’Augsbourg commence à s’allumer. — L’occupation militaire française de plusieurs quartiers du pays : les contributions prélevées. — Le grand doyen Méan et le parti de la patrie. — Les Liégeois ouvrent les premières négociations pour la reconnaissance de la neutralité : envoi du comte de Groesbeck à Paris, du comte de Lannoy à La Haye, du baron de Nesselraude à Vienne, du comte de Duras à Bruxelles. — Les tiraillements à Liége au sein du chapitre. — Les prétentions françaises et la signature du traité de Versailles, le 9 janvier 1689 : reconnaissance de la neutralité liégeoise sous réserve de l’attitude des autres puissances, en échange de la démolition des fortifications de Liége et de Huy, de la perte de Dinant et du payement de contributions. — Echecs successifs des négociations engagées à La Haye, à Bruxelles et à Vienne : l’empereur ne veut pas entendre parler de neutralité liégeoise. — La pression croissante des Hollandais finit par déterminer les Liégeois à prendre part à la guerre. — Le 7 avril 1689, les trois États se prononcent pour la guerre contre la France. — Traité d’alliance avec les Hollandais, le 9 avril.

Texte intégral

1Si l’élection de Jean Louis d’Elderen pouvait avec raison être saluée par les Liégeois comme une manifestation évidente de leurs sentiments d’indépendance, elle ne pouvait pourtant pas prétendre à elle seule résumer un programme. Plus que jamais sans doute, nos ancêtres étaient pénétrés de la nécessité vitale d’une politique de neutralité et la présence de l’un de leurs compatriotes sur le trône épiscopal en était une sérieuse garantie. Mais leurs désirs et leurs aspirations allaient encore devoir se plier aux événements. Maintes fois déjà, les Liégeois en avaient fait la dure expérience, et grâce à la souplesse du principe juridique qu’ils avaient invoqué, on les avait vus s’accommoder sans trop de mésaventures des complications meurtrières des événements extérieurs. Cette fois encore, ils vont se trouver devant de nouvelles épreuves : la situation politique de l’Europe s’assombrissait de jour en jour et n’allait pas tarder à donner naissance à un gigantesque conflit.

2C’était donc le moment de se réclamer plus que jamais de la neutralité tutélaire et, certes, les Liégeois n’y manquèrent pas. Un siècle de progrès quasi ininterrompus avait donné à ce principe un prestige tout particulier. Mais il avait peut-être aussi entretenu quelques illusions sur sa force vitale. Jusqu’ici tous les belligérants l’avaient plus ou moins solennellement proclamé et aucun ne l’avait systématiquement méconnu. N’était-il pas dès lors capable de lester à suffisance le petit État liégeois, et la crosse épiscopale ne pouvait-elle suffire à en gouverner les destinées ?

3C’est sans doute pour l’avoir cru, que nos ancêtres osèrent remettre, le 17 août 1688, les rênes du pouvoir entre les mains d’un vieillard respectable, mais dont les qualités se limitaient à des vertus incontestables et à une sympathie générale. Or, à ce moment, c’était d’un prince plus encore que d’un évêque que la principauté aurait eu besoin. A défaut d’un homme d’état habile et énergique, il lui aurait fallu un prince jouissant d’une puissante influence et d’un large crédit personnel. Les cadets de la maison de Bavière qui l’avaient gouvernée jusqu’alors avaient pu se réclamer des secondes de ces qualités, sinon toujours des premières. Et lorsque, au titre d’évêque de Liége, un homme joint ceux de prince électeur de Cologne, d’évêque de quelques diocèses allemands et de membre d’une des plus puissantes familles de l’Empire, cet homme a entre les mains les moyens de faire respecter ses États ou tout au moins de se faire respecter soi-même dans ses diverses dignités.

4C’est ainsi que l’on a vu Maximilien Henri, malgré sa conduite toujours équivoque, réussir dans bien des négociations entreprises pour son État liégeois et notamment écarter le danger des annexions prononcées par les Chambres de Réunion. C’est ainsi que l’on verra, sous Joseph Clément, la principauté obtenir en fait, sinon en droit, la jouissance de sa neutralité pendant la guerre de la Succession d’Espagne.

  • 1 Il est intéressant de constater combien certains contemporains se sont montrés perspicaces à cet ég (...)

5Au contraire, réduit à son seul titre, l’évêque de Liége ne peut prétendre, quel que soit l’éclat de ses vertus, à une influence quelconque au delà de ses frontières1. Il sera non seulement le prisonnier de ses sujets, mais encore le jouet de ses voisins. S’il entend faire reconnaître la situation privilégiée de son petit État, il se heurtera partout à l’indifférence et à l’hostilité. Les autres puissances n’éprouveront guère de scrupules à le bafouer, et seront, de leur côté, à l’abri de ses représailles.

6Telle était cependant la situation de Jean Louis d’Elderen au regard de l’Europe vers le milieu de l’année 1688.

7Et si certains se sont complu un peu superficiellement à considérer avec une sympathie exagérée ce court interrègne d’un seigneur liégeois pendant le xviie siècle, on sera bien obligé de convenir, après l’examen du bilan de son règne, que son passage au gouvernement du pays ne constitue, en somme, dans nos annales, qu’une fâcheuse parenthèse.

8Cependant l’horizon politique de l’Europe se couvrait de la manière la plus inquiétante. La guerre allait encore embraser l’Occident, et les puissances s’y préparaient sans relâche. Depuis la conclusion de la trêve de Ratisbonne (1684), les événements se précipitaient. A la Révocation de l’Edit de Nantes (1685), et à la rupture de Louis XIV avec le Saint-Siège (1686), l’Europe avait riposté par la coalition d’Augsbourg (1686). Le débarquement de Guillaume d’Orange en Angleterre acheva de rompre l’équilibre des forces en présence (1688). Le roi de France avait résolu de prévenir ses ennemis et de les décontenancer par une foudroyante entrée en campagne. Il sut trouver habilement un prétexte de rupture. Le Pape venait de se refuser à sanctionner l’élection du candidat français au siège archiépiscopal de Cologne (septembre 1688). A cette nouvelle, Louis XIV fit envahir par ses-troupes le Palatinat et les électorats rhénans.

9La principauté de Liége ne fut pas la dernière à ressentir les effets de cette offensive.

  • 2 Dès le 29 juin Louvois avait donné cet ordre (D.G., reg. 908).
  • 3 B.R., ms. 21323-21329, f. 16. Le 15 septembre Louvois avait fait menacer de représailles sévères le (...)

10On a vu précédemment par quelles mesures les ministres français avaient cherché à influencer l’élection épiscopale. Ils avaient fait saisir les biens des chanoines qui possédaient des propriétés dans le Condroz et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. De son côté Louvois avait prescrit à ses intendants d’empêcher la levée de droits de douane sur les marchandises françaises2. De fait, vers la fin du mois d’août, les commis de la principauté se plaignaient vivement de ce que les commerçants français passaient la frontière sans vouloir acquitter les taxes3.

  • 4 Lahaye, Ind. b. n° 50, t. VI, pp. 244-245.
  • 5 B.R., ms. 21323-21329, f. 24. L’intendant français avait prescrit à la ville de réparer immédiateme (...)
  • 6 D.G., reg. 822, n° 93. Straven, Ind. b. n° 61, t. IV, p. 396. Fréson, Ind. b. n° 99, p. 288.
  • 7 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 218.
  • 8 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 74. Daris, loc. cit. La somme globale était exactemen (...)

11Maîtres de Dinant depuis une douzaine d’années, les Français commandaient la vallée de la Meuse et pouvaient librement envahir le Condroz et occuper l’Entre-Sambre-et-Meuse. Dès la fin de septembre, le conseil de cette ville était informé de la proximité inquiétante de troupes et prenait des mesures pour assurer l’ordre local4. C’est, en effet, l’envahissement méthodique de la région qui commençait. Les finances de Dinant furent mises à contribution5 ; les régions voisines, en coupe réglée. Le maréchal d’Humières fit occuper Huy6 et Ciney7 par ses troupes. Les intendants Bouridal, Mahieu et Voisin, établis respectivement à Huy, Luxembourg et Maubeuge, répartirent sur la contrée des impositions pour une valeur de plus de 900.000 florins8.

  • 9 D. G., reg. 822, n° 182 : lettre du 25 novembre 1688. Cela n’empêchait d’ailleurs pas l’intendant B (...)

12Le gouvernement liégeois dut bien se résoudre à entrer en relations avec les envahisseurs pour essayer de déterminer le mode de payement de ces contributions. Il se trouva en présence d’une hostilité systématique. Les envoyés subirent le ressentiment des généraux français, dû au résultat de l’élection dernière. Le gouverneur de Huy écrivait même à Louvois : « Je ne les mesnagerai en rien ; cette ville (Liége) mériteroit d’estre bombardée » !9

  • 10 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 74, à la date du 23 décembre.

13Toutefois le 22 décembre, on parvint à signer avec l’intendant Bouridal un traité qui stipulait le payement périodique de sommes de 10.000 écus jusqu’à concurrence des 200.000 livres réclamées par ce seul fonctionnaire10. Les États prièrent alors les régions imposées d’envoyer à Liége des délégués pour exposer les capacités contributives des divers quartiers et mandèrent leurs receveurs subalternes pour en opérer la répartition.

14Revenons à présent à Liége, pour y examiner la situation politique au lendemain de l’élection.

  • 11 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 280-281.
  • 12 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 529.

15Le parti de la patrie avait maintenu sa cohésion pour présenter la candidature de son chef à la dignité de grand doyen de la cathédrale. Le parti français se résigna à voter pour lui « faute de mieux »11, et le parti allemand, après avoir vainement proposé une de ses créatures, finit par s’y rallier. Le 22 septembre, Jean Ferdinand de Méan fut élu à l’unanimité12.

  • 13 B.U.L., ms. 1019, f. 744-745. A.E.L., Concl. Cap. 166, aux dates indiquées.
  • 14 Ce furent Rossius de Liboy et l’archidiacre Surlet. A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 541-545 ; la (...)

16Son action personnelle s’affirma aussitôt dans la direction des affaires. A la sollicitation de l’agent liégeois à Rome, le pape venait d’accorder au prince un bref qui lui confiait l’administration de l’évêché pour six mois, en attendant sa confirmation. Lorsqu’il en fut donné lecture au chapitre, ce bref souleva de vives critiques, tout au moins dans le parti français. De fait, la « capitulation » élaborée par les tréfonciers prévoyait que l’administration ne serait remise au prince qu’après la confirmation pontificale. Aussi Elderen fit-il connaître qu’il n’userait pas de la permission du pape en cas d’opposition. Néanmoins, le 16 octobre, par neuf voix contre sept, le chapitre décida de remettre l’administration à l’évêque : le parti français formait l’opposition13.Cette faible majorité ne pouvait satisfaire les vainqueurs. Méan tenait essentiellement à l’exercice immédiat du pouvoir. Aussi, après avoir fait battre le rappel parmi les rangs du parti de la patrie, finit-il par obtenir, le 20 octobre, treize voix sur seize votants. Il ne resta d’autre ressource à deux des membres du parti français qu’à faire enregistrer leur protestation solennelle14. Au demeurant, le conflit dut s’apaiser bientôt, car le pape fit expédier sans retard le bref de confirmation de l’évêque.

  • 15 D’après l’instruction d’un agent français, ç’aurait été là le prix de la cession des six voix du pa (...)

17De son côté, le Grand Maître de l’ordre teutonique venait de quitter Liége. Dans ses efforts pour obtenir en sa faveur la désignation d’un coadjuteur, il avait essuyé un échec complet. Le chapitre ne se souciait pas de se donner indirectement un maître aussi puissant : il avait écarté purement et simplement cette combinaison. Toutefois le prince de Neubourg réussit à faire adjoindre à l’évêque un conseil de quatre chanoines qui auraient pour mission de l’assister au gouvernement des affaires. Il était d’usage, en effet, d’en nommer deux lorsque le prince ne réside pas, mais le fait d’en voir quatre auprès d’un évêque qui réside, était nouveau. Ce conseil comprit, à côté des barons de Loe et de Nesselraude15, deux créatures du palatin, un ami personnel de l’évêque, la baron de Lamargelle, et le gouverneur de conscience d’Elderen, le chanoine Detrixhe.

  • 16 La capitulation l’avait du reste expressément prévu dans l’article 13. Sur les plaintes du résident (...)
  • 17 Notamment Rossius de Liboy, de Bocholt, Desfossés, Rosen, Horion, etc.
  • 18 Méan prétendit au résident français que le baron de Horion s’était volontairement retiré, mais celu (...)
  • 19 Gérard d’Oyembrugge de Duras, baron de Roost, avait été bourgmestre en 1685 ; il se démit de ses fo (...)
  • 20 Lequel dut encore céder son grand vicariat au chanoine Faes, du parti de Méan.
  • 21 Il était d’ailleurs son proche parent (E. Poncelet, Ind. b. n° 141, pp. 338-342).

18C’est dans le personnel dont se composa le Conseil Privé que l’on constate le mieux les nouvelles tendances. Des onze membres dont il se composait à la mort de Maximilien Henri, on le réduisit à sept16. Le chancelier Duras, baron de La Fosse, fut maintenu dans ses fonctions, mais la plupart des partisans de Furstenberg furent dépossédés17. Ce fut notamment le cas du grand maïeur, baron de Horion18, dont la charge fut confiée au neveu de l’évêque, baron de Roost19. Des partisans de la France, on ne conserva que l’archidiacre Surlet20 et Hinnisdael. Les trois derniers sièges furent pourvus en faveur du baron de Sluse, français de sentiment, de l’échevin Sprimont, tout dévoué à Méan, et de Lambert Vander Heyden a Blisia, le plus fidèle ami du doyen21.

  • 22 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 24-26. Le résident ajoutait que le baron de Roost « est premier m (...)

19C’est bien, en effet, le grand doyen qui va exercer pendant six ans une influence prépondérante sur le gouvernement du pays. Non seulement c’est lui qui détiendra le pouvoir effectif au nom de l’évêque, mais ce sera encore sa volonté qui réussira à prévaloir, en dépit de bien des obstacles et particulièrement d’une hostilité croissante du chapitre. Telle est d’ailleurs la première constatation que fit le nouveau résident français à son arrivée à Liége : « Méan qu’on regarde ici comme un homme de bon sens mais violent et emporté » conduit tout22.

  • 23 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 288, lettre de La Raudière du 31 octobre.
  • 24 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 407.
  • 25 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 286, lettre du 28 octobre.

20A peine constitué, le nouveau gouvernement liégeois eut à se préoccuper de la marche envahissante des Français. L’arrivée de ceux-ci à Huy avait causé une vive alarme parmi la population. On parlait de démolir les fortifications de cette ville pour obtenir le départ des troupes23. Un mandement princier tâcha de sauvegarder la neutralité compromise et même bafouée en défendant à toutes les puissances de procéder à des levées dans la Cité24. Mais « comme il n’y a ordinairement que les officiers du Roy qui en fassent », le résident français s’en plaignit comme d’un acte hostile à son pays. On lui répondit que la mesure étant générale, la France ne pouvait légitimement s’en trouver atteinte25.

21Il fallut, au surplus, songer à d’autres mesures : une négociation avec le gouvernement royal s’imposait.

  • 26 Comment en douter lorsqu’on lit à la date du 29 novembre 1688 cette lettre de Waldor à Louvois : «  (...)
  • 27 A.E.L., Protoc. du Conseil privé, reg. 133, 28 novembre. On voit ici qu’une des grandes préoccupati (...)

22Depuis près d’un demi-siècle, les intérêts liégeois à la cour de France étaient servis ou plutôt desservis par les Waldor26. De père en fils ceux-ci détinrent les fonctions de résident jusqu’en 1724, entièrement gagnés aux intérêts de Louis XIV, et, pour le moment, courtisans de Louvois. Aussi fit-on choix d’un envoyé spécial, le comte de Groesbeck, pour entreprendre le voyage de Versailles. Il avait sans doute pour mission de demander la reconnaissance de la neutralité du pays et d’offrir un traité pour le payement des contributions. Il devait assurer par ailleurs que la principauté ne prendrait point part à la guerre d’Empire, et même que la neutralité liégeoise avait toujours été tolérée à Vienne27.

  • 28 Par opposition au résident, l’envoyé extraordinaire correspond directement avec le souverain. La Ra (...)
  • 29 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 12-17 et suppl. III, f. 435-441, « Mémoire pour servir d’instruct (...)

23De son côté, la France envoya un ministre extraordinaire à Liége, le sire de Ratabon28. L’instruction remise à cet agent constitue un vrai modèle du genre. Elle lui traçait un tableau fort fidèle de la situation du pays, et surtout lui prescrivait sa ligne de conduite. Son « principal soin, y lit-on,...doit estre de découvrir et de traverser les intrigues que la maison de Neubourg assistée des secours de l’Empereur et des Hollandais fait pour ce sujet (il s’agit de la coadjutorerie) dans le chapitre de Liége ; et pour y réussir, il doit premièrement maintenir autant qu’il dépendra de luy une bonne union entre les chanoines qui se sont déclarés en faveur du cardinal de Furstenberg ». Ratabon devra aussi « susciter ou augmenter la division » entre le prince et son chapitre. On lui esquisse alors le portrait des principaux personnages : de l’évêque, vieillard « faible et de peu d’esprit » ; de son neveu, le baron de Roost, « tres pauvre et chargé d’enfants », possédant des « capacités » que son oncle voudrait employer ; du grand doyen, « homme d’esprit » qui n’entend pas laisser de rôle au baron de Roost, mais qu’il faudra courtiser en lui disant que « Sa Majesté a souhaité son élection de doyen »29.

  • 30 D’après les lettres de chacun des envoyés français, le Conseil privé n’aurait même rejeté qu’à une (...)

24Dès son arrivée, l’ambassadeur français enregistra l’importance croissante d’une influence hollandaise, et il ne se trompait pas. Voici, en effet, un élément nouveau dont il va falloir tenir compte désormais : peu apparente jusque là, cette influence va devenir au cours des dernières années du xviie siècle, un des facteurs prépondérants de la politique liégeoise. Nous la verrons maintes fois s’incarner tout entière dans la personne du grand doyen du chapitre. En attendant on signale à diverses reprises la présence du maïeur de Maestricht, Grullart, à Liége, où il eut des entretiens avec l’évêque et le Conseil privé30.

  • 31 A.E.L., État noble, Journées d’États, reg. 18, f. 5 v (24 novembre). Le Tiers vota 30.000 écus.
  • 32 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 26, 29-36. Lettres des 21, 25, 28 novembre, 1 et 3 décembre.

25Cependant la situation de plus en plus troublée de l’Europe avait convaincu les députés des États de l’insuffisance des « moyens diplomatiques » et de la nécessité d’un « armement convenable » pour le maintien de la neutralité. Ils se réunirent, le 21 novembre, par délégation, dans la demeure du doyen, pour tâcher de contracter un emprunt de 300.000 écus, aux fins de lever 10.000 hommes. Les receveurs des impôts auxquels ils firent d’abord appel commencèrent par réclamer des cautions suffisantes. Dans ce but, le chapitre décida d’engager les biens ecclésiastiques et le clergé secondaire offrit de donner 20.000 écus. Ce fut insuffisant : le parti de Méan eut beau proposer une « cotisation générale », la noblesse se refusa à entrer dans cette voie31. Au surplus le roi de France fit savoir qu’il considérait la levée de 10.000 hommes comme dirigée contre lui32.

  • 33 On dut se borner à faire prendre les armes aux bourgeois qui ne manquèrent pas, au dire de Ratabon, (...)

26Ainsi fut encore étouffée dans l’œuf cette nouvelle tentative sérieuse d’organiser une « neutralité armée ». Elle se heurtait cette fois autant à la mauvaise volonté d’une partie des Liégeois qu’à l’hostilité de l’étranger33.

  • 34 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 49, lettre de Ratabon du 7 décembre.
  • 35 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 53, 59, 66, 70, 76, 83 : lettres des 12, 14, 16, 19, 21, 28 décem (...)
  • 36 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 572 et 589 ; D.G., reg. 822, n° 293.

27Cependant les négociations se poursuivaient à Paris dans des conditions difficiles : les prétentions royales étaient exorbitantes. Eclairé par les lettres de Groesbeck, le baron de Roost offrit de raser la citadelle et y fit même commencer des travaux34. Toutefois, sur l’intervention du chapitre, on les fit bientôt cesser. Les chanoines du parti français se montraient fort hostiles à la destruction de la forteresse : ils redoutaient une explosion populaire qui ne les aurait sans doute pas épargnés. De leur côté, les chanoines allemands ne voulaient même pas entendre parler de la démolition des seuls ouvrages extérieurs35. Au demeurant la « capitulation » princière exigeant la prise en considération de son avis dans les affaires importantes, le chapitre alla conférer avec le Conseil privé sur la teneur de l’instruction que Groesbeck réclamait. Il finit par autoriser l’envoi d’un message portant que si la France accordait la neutralité, on était moralement assuré de voir son exemple suivi par les peuples voisins, et qu’ensuite il ne fallait pas avoir d’ombrage au sujet de la citadelle, celle-ci ne servant qu’à maintenir le peuple en repos36.

  • 37 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 87-90, 96-98.

28Le 26 décembre, une résolution commune des États décidait de signifier aux puissances la confirmation du prince, dont on venait de prendre connaissance, et de poursuivre auprès d’elles des négociations pour la reconnaissance de la neutralité. Le prince proposa d’envoyer le comte de Lannoy à La Haye, le baron de Nesselraude à Vienne, et le comte de Duras, neveu du chancelier, à Bruxelles. Le premier partit avec l’approbation des États le 2937.

  • 38 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 602-609.

29Le lendemain, le baron de Bocholt et l’archidiacre Rosen rédigèrent une protestation qui fut enregistrée au chapitre. Ayant été absents lors des délibérations des États, ils critiquent les négociations séparées que l’on veut entreprendre. Pourquoi, observent-ils, ces frais nouveaux d’ambassades spéciales lorsque l’État est dans la gêne ? Ce qu’il faudrait obtenir, c’est une négociation générale avec les représentants des diverses puissances dans une ville du pays, car maintenant aucun voisin ne voudra s’engager le premier dans l’incertitude où il se trouvera de la conduite des autres, « et quel fruict pourra procurer a ce pays un papier conditionel que nos envoyez apporteront asseurement de chasque cour pour toute grâce, qui n’aura aucun air de traitte et ainsy aucune obligation d’observance » ? De plus, ajoutent-ils, comme la France ne nous a encore rien accordé, elle s’imaginera que nous nous adressons aux autres puissances pour nous liguer contre elle. Il sera toujours temps, lorsqu’elle aura admis le principe de notre neutralité, de convenir d’une ville où l’on priera tous nos voisins d’envoyer des députés38.

30Bocholt était un des plus ardents partisans de la France : il vivait dans l’intimité de l’ambassadeur royal. Toutefois il ne paraît pas que ses observations aient été dictées par ce sentiment. Elles expriment dans tous les cas de sérieuses vérités et vont se voir confirmées par les événements. Au demeurant, sa protestation demeura vaine. Nesselraude partit pour Vienne, et Duras pour Bruxelles.

  • 39 Impositions en Hesbaye et en Condroz, incendie du faubourg Ste-Marguerite (D.G., reg. 870, n° 25).
  • 40 Toutefois, le 4, le chapitre insistait encore sur le maintien de la citadelle.
  • 41 A.E.L., État noble, Journées : 18 ; État tiers, Journées : 85, f. 159. Daris, Ind. b. n° 707, xviie(...)
  • 42 Le résident français parle de 100.000 livres pour le chapitre et 50.000 pour le clergé, mais le fai (...)
  • 43 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 102-104. Lettre de Ratabon du 13 janvier.

31De son côté, le comte de Groesbeck avait fait part des dernières prétentions de Louvois. Le 4 janvier, les États élaborèrent une réponse définitive : ils estimaient que dans l’état actuel du pays et devant les exigences de jour en jour grandissantes des intendants français39, il fallait conclure un traité qui admît la démolition de la citadelle40, qui déterminât le payement des sommes réclamées, l’évacuation des places occupées, la reconnaissance de la neutralité, la liberté du commerce, la levée des saisies de biens et de revenus, la libération des personnes arrêtées ; bref les Etats donnaient à peu près carte blanche à Groesbeck41. Mais le 6 janvier le chapitre écrivait encore à ce dernier, sans doute pour essayer de sauver la citadelle. Enfin le 8, Groesbeck annonça qu’il signerait le lendemain un traité sur les bases suivantes : démolition des fortifications liégeoises, versement de 30.000 écus pour l’évacuation de Huy, payement annuel de 50.000 écus pendant la durée de la guerre, autorisation pour les Français de conserver « certains postes », enfin versement d’une forte amende42 en cas de non-ratification43.

  • 44 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 102-104.
  • 45 Ce traité est inséré dans les registres de chacun des États mais dans celui de l’État primaire l’ar (...)

32La colère du chapitre fut aussi grande que sa consternation : il estimait que Groesbeck avait outrepassé ses pouvoirs. Il se plaignait surtout de ce qu’on ne spécifiait pas ce qu’il fallait entendre par « tant que la guerre durerait », ni quels étaient les « postes » que les Français voulaient conserver44. Enfin arriva à Liége le texte du traité signé le 8 janvier 1689 à Versailles45.

  • 46 « A l’advenir, la neutralité stipulée par le traité de Tillemont serat régulièrement observée de la (...)
  • 47 Tel est en effet le sens de l’article 8. « Plus a esté convenu qu’il en serat usé à la fin des prés (...)
  • 48 Pour ce dernier point, voyez un prochain article du B.I.A.L.

33Le premier article stipulait que toutes les impositions fixées par les intendants français sur le pays avant le 20 décembre seraient acquittées pour la fin de février, les « rations de fourrage » pouvant se payer en nature ou en argent. Le second article déclare reconnaître la neutralité liégeoise aussi longtemps qu’elle sera respectée par les ennemis de la France46. Tant que durera la guerre avec l’Empire, le Pays de Liége payera chaque année 150.000 livres. La citadelle de Liége sera rasée sans retard, à l’exception d’un seul bastion intérieur qui pourra servir de « réduit » aux troupes du prince. Aussitôt que le travail de démolition aura été entrepris, les troupes françaises se retireront de Huy et des autres places qu’elles ont occupées depuis le 1er octobre. On devra payer 90.000 livres pour les dépenses faites aux fortifications de Huy, mais, en les évacuant, les troupes pourront les démolir ! La ville de Dinant restera la propriété de la France lors des futures négociations de paix47. Désormais, le prince et les États pourront jouir librement de leurs revenus, les Liégeois pourront circuler à travers la principauté sans aucun passeport. Le commerce sera libre mais, par un article secret, les marchandises françaises, ou à destination de la France, seront exemptes des droits de douane liégeois48.

  • 49 L’article 2 du traité confirme les prévisions de Bocholt et de Rosen du 30 décembre.
  • 50 D.G., reg. 870, n° 45. Le 15 janvier les 3 États transcrivirent le traité dans leurs registres.
  • 51 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 107. A.E.L., Concl. Cap.,reg. 166, f. 623-624.
  • 52 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 134, 18 janvier 1689.

34On l’avouera, il eût été difficile de traiter à de plus onéreuses conditions. Il fallait que le mot de « neutralité » eût gardé un singulier prestige aux yeux des Liégeois pour qu’il pût faire passer autant d’exigences. Oserait-on dire cependant que ceux-ci se nourrissaient d’illusions et qu’aucune expérience n’avait été capable de les éclairer sur la précarité de leur état juridique ? Nullement, il faut au contraire admettre qu’ils avaient un sens des réalités plus exact que celui que nous tâchons d’avoir aujourd’hui sur leur situation. Nos ancêtres n’estimaient pas acheter trop cher cette garantie de reconnaissance en la rendant aussi avantageuse à l’un de leurs vosins. Quoi qu’il en soit, le but avait été atteint : un traité était conclu et la neutralité reconnue. La France subordonnait bien ce dernier point au respect de la neutralité par les autres puissances49, mais la confiance était universelle à cet égard. Seul le chapitre ne montrait pas d’optimisme, et La Raudière pouvait écrire à Louvois : « L’on tesmoigne, Monseigneur, une joye universelle du traité qui vient d’estre conclud... à la réserve des chanoines allemands »50. Le 16 janvier, le chapitre tenta un dernier effort : il pria le Conseil privé de faire en sorte que les articles relatifs à Dinant et aux droits de douane fussent laissés en dehors du traité, et de représenter l’impossibilité de faire sauter la citadelle en un temps de gelée, étant donnés surtout les sentiments du peuple51. Le 18, le Conseil privé envoya à Paris le texte du traité, muni de sa ratification, mais sous deux exemplaires : l’un avec la clause de Dinant, l’autre sans cette clause, dans le cas où le roi voudrait accepter cette suppression52. Mais ce fut peine perdue.

35Tous les efforts des Liégeois se tournèrent alors du côté des trois autres puissances où des négociations avaient déjà commencé. Là les pourparlers ne firent que languir.

  • 53 A.E.L., Ibidem, 18 janvier.
  • 54 A.E.L., Ibidem, 18, 25 janvier.

36Le comte de Lannoy et le résident liégeois à La Haye, Norff, avaient engagé des démarches dans cette capitale : on ne dut pas leur faire trop bon accueil, car le 18 janvier le Conseil privé leur mandait d’insister encore53. Le même jour on envoya à Nesselraude, député à Vienne, un exemplaire du traité du 9 janvier, mais sans la clause de Dinant. On y joignit le texte du traité de Tirlemont de 1654, pour faciliter la reconnaissance de la neutralité par l’empereur et on lui fit part des raisons pour lesquelles on avait été forcé de convenir avec la France de la destruction de la citadelle54.

  • 55 Cela confirme, me semble-t-il, la thèse que je défends dans un article du Bulletin de l’Institut ar (...)
  • 56 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 126-128. La traduction liégeoise du mandement impérial n (...)

37Mais, depuis quelques jours déjà, le prince de Liége avait dû recevoir le mandement impérial du 11 décembre 1688. C’était le manifeste de guerre qui coalisait tous les États allemands contre Louis XIV. Il défendait expressément de porter la moindre assistance à la France « sous prétexte d’aucune neutralité laquelle en cas semblable concernant tout l’empire n’est pas permise mais plutôt défendue expressément par les lois et constitutions de l’empire concernant l’intégralité »55 ; d’entrer en aucun traité particulier, d’accorder le libre passage à ses troupes, de permettre des levées, de se livrer au commerce et même de correspondre avec des Français56. C’était un désaveu complet de la conduite des Liégeois, mais le prince et ses conseillers décidèrent de garder secret ce mandement, dans l’espoir d’obtenir des diverses puissances une exception en leur faveur.

  • 57 Coremans, Ind. b. n° 95, p. 80. Lettre de Flodrof aux nobles de la principauté.
  • 58 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166. A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 113-120.
  • 59 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 124-126. Lettre du 30 janvier.
  • 60 D.G., reg. 870, n° 76, La Raudière à Louvois.

38De leur côté, les Hollandais agissaient vivement pour rompre les effets du traité. Le gouverneur de Maestricht, comte de Flodrof, avait fait savoir qu’il considérerait comme rebelles tous ceux qui payeraient des contributions à la France. Celle-ci, disait-il, ne cherchait qu’à s’emparer du pays et dès lors l’intérêt bien compris des Liégeois devait leur dicter la conduite à adopter57. Ensuite il prétendit à son tour lever des contributions sur le pays de Looz, menaçant d’aller piller les demeures des partisans de Furstenberg en représailles des confiscations opérées par les Français sur les biens hollandais du pays. Les protestations de l’évêque demeurèrent vaines58. Grullart, le maïeur de Maestricht, vint faire entendre à Liége des menaces pour le cas où l’on continuerait à démolir la citadelle59. A la demande de Flodrof, le prince députa le chanoine Lamargelle pour prendre langue avec Grullart au château d’Oupeye : le Hollandais réitéra ses menaces. Aussitôt l’alarme se répandit à Liége : les travaux de démolition furent suspendus pour vingt-quatre heures60.

  • 61 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 124-126, lettre de Ratabon du 30 janvier.
  • 62 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 129-130.

39Les lettres que l’on recevait de Nesselraude témoignaient, elles aussi, de bien peu d’espoir dans l’issue de la négociation. Aussi Méan déclara-t-il au chapitre que le traité de Versailles resterait lettre morte, ce qui donna lieu à une vive discussion avec le parti français61. La démolition fut encore suspendue pour être reprise le 2 février62.

  • 63 Fréson, Ind. b. n° 119, p. 289. C’est le 11 février que les Liégeois en reprirent possession.
  • 64 A.E.L., Prot. du Conseil privé, reg. 134, 26 mars. Daris, Ind. b. n° 70, xviie s., t. II, p. 221.

40Après avoir fait sauter les fortifications de Huy, les Français s’étaient retirés de la ville63, mais ils se refusèrent à évacuer Ciney avant l’achèvement de la destruction des murailles liégeoises64.

  • 65 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 132-133. Lettre de Ratabon du 6 février.

41Cependant l’empire se préparait à la guerre : le cercle de Westphalie fit demander à l’évêque sa quote-part pour l’entretien des troupes de la communauté, mais, une fois de plus, on répondit qu’on n’y était tenu qu’en cas de guerre contre les Turcs65.

  • 66 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 133, lettre du 6 février. A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134, 22 (...)
  • 67 Dans un mémoire présenté le 15 février aux États-Généraux par le comte de Lannoy, le chapitre relev (...)
  • 68 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 151-152, 158-159.

42Continuant à proférer leurs menaces, les Hollandais réclamaient le versement d’une somme de 72.000 écus66. Les nouvelles que l’on recevait de La Haye étaient des plus pessimistes : Norff estimait tout espoir perdu, si ce n’est au moyen d’une grosse somme d’argent67. Laurent de Méan, frère du doyen, fit plusieurs fois le voyage de Maestricht pour tâcher d’obtenir des concessions68.

  • 69 D.G., reg. 870, n° 190. Lettre de Waldor à Louvois, 1er mars. A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134, (...)

43Néanmoins les travaux de démolition de la citadelle se poursuivaient avec une équipe qui compta jusqu’à 700 ouvriers en mars. D’autre part, les Liégeois firent parvenir à Paris une première somme de 84.000 livres69.

  • 70 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 175-177. Lettre de Ratabon du 15 mars.
  • 71 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134.
  • 72 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 183-185. Lettre de Ratabon du 22 mars.

44A Bruxelles, la négociation traînait aussi en longueur. Aux demandes du comte de Duras, le gouverneur des Pays-Bas, Castanaga, répondait en réclamant des Liégeois leur aide financière pour l’établissement de fortifications à Léau, en compensation, disait-il, du traité signé avec la France70. Le 19 mars, le Conseil privé écrivait à son envoyé de ne rien répondre à la demande du gouverneur avant que les États n’eussent pris de résolution71. Puis une nouvelle lettre de Duras rapportait un entretien avec les ministres espagnols : ceux-ci avaient déclaré « qu’il ne devoit pas espérer que le roy d’Espagne accordât la neutralité aux Liégeois, si l’empereur ne l’accordoit, et que seurement l’empereur ne l’accorderoit pas si les Liégeois avoient si peu d’égars pour les alliez de l’Empire qu’ils voulussent refuser aux Espagnols le secours d’argent qu’ils leur avoient demandé pour les aider à fortifier Léau »72.

  • 73 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IV.
  • 74 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134, 22 mars.
  • 75 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 178-180.
  • 76 A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134 ; 28 mars.

45Même insuccès en Hollande. Au début de mars, la garnison de Maestricht alla piller Looz et Saint-Trond. Lannoy écrivait que si ses missives se faisaient rares, c’est qu’il n’avait rien de positif à annoncer. Au contraire, ajoutait-il, on fait à La Haye bien des objections contre la neutralité, mais une réponse définitive a été promise pour la semaine suivante (8 mars)73. Le 19 mars, il donnait l’espoir, que sur les promesses du prince de Waldeck, les exactions hollandaises allaient cesser et notamment la demande de 72.000 écus74. Pressés par l’envoyé liégeois, les ministres des Provinces-Unies finirent par déclarer qu’en ce qui concerne la neutralité, ils s’en rapportaient à la résolution impériale75. La négociation avait d’ailleurs été interrompue par la mort du pensionnaire de Hollande et elle ne sera reprise, au début d’avril, que pour aboutir à un échec76.

  • 77 A.E.L., Ibidem, 7 mars.
  • 78 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 171-172.
  • 79 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 677.
  • 80 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 193-196. A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134. Les registres des É (...)

46Tout dépendait donc de l’attitude de l’empereur. Le 24 février, Nesselraude avait fait part au Conseil privé de son entretien avec le premier ministre impérial77 : l’empereur disait-il, ne veut pas entendre parler de neutralité pour l’État de Liége, mais pourtant il pourrait recevoir d’autres propositions, ce qui devait s’entendre du payement d’une somme d’argent78. Le 9 mars, le chapitre fit presser Nesselraude d’insister vivement en faveur de la neutralité, sans laquelle, disait-il, le pays ne peut pas subsister79, et, le 18, il proposa de rappeler l’envoyé s’il n’y avait plus d’espoir de réussite. Le 28, on reçut une nouvelle missive de Nesselraude : l’empereur faisait demander quelle somme les Liégeois comptaient lui accorder en sus de ce qu’ils payent à la France. Le Conseil privé n’osa pas prendre personnellement de résolution. Il fit consulter les États dont les députés se réunirent secrètement le lendemain : le chapitre proposa d’offrir 20.000 écus en une seule fois, à la condition d’être exempté des quartiers d’hiver et des exactions des troupes impériales80. Mais on était assuré que cela ne suffirait pas.

47Ainsi l’attitude impériale déterminant celle des alliés, le traité de Versailles ne pouvait plus avoir d’effet.

48D’ailleurs, depuis quelque temps, la situation de l’Europe avait considérablement changé. L’une après l’autre, les diverses puissances avaient ouvert les hostilités. Aussi devenait-il toujours plus difficile à la principauté de s’abstenir du conflit. Et les Provinces-Unies, qui s’acharnaient depuis trois mois à l’entraîner dans leur alliance, vont avoir recours à la violence pour parvenir à leurs fins.

  • 81 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 200-206. D. G., reg. 887, nos 9 et 10.

49Le 25 mars, Flodrof réclama la remise entre ses mains de la garde d’une des portes de la ville de Liége ! Puis il chercha à s’emparer d’un convoi de munitions que les Français avaient placé dans la Cité. Peu de jours après, il donna l’ordre à ses troupes de s’avancer à travers le pays. Le 2 avril, il occupa Chênée, puis il prit possession du couvent des Chartreux, qu’il se mit à transformer en forteresse81.

  • 82 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134.

50Le 5 avril, Lannoy et Norff écrivaient que les États-Généraux refusaient définitivement d’accorder la neutralité82. A cette nouvelle, le parti de Méan déclara qu’il ne restait plus qu’à obéir au mandement impérial du 11 décembre. Cependant les États voulurent encore envoyer une députation au comte de Flodrof pour lui offrir une somme d’argent. Ce fut peine perdue.

  • 83 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 208-210, 215-220.
  • 84 D’après un document français, voici les noms des chanoines qui votèrent pour la guerre : Méan et un (...)
  • 85 Ce sont le baron de Roost, le baron d’Eynatten de Thys, le comte de Heers, le baron de Hanneffe.
  • 86 D.G., reg. 889, nos 32, 33. A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 218-220. A.E.L., État primaire, 74. D (...)

51Le 7 avril, les États du pays, sur la proposition du grand doyen, résolurent de se soumettre au mandement impérial et de déclarer la guerre à la France. Ils prononcèrent aussi la confiscation du convoi de munitions, non au profit des Hollandais, mais à celui de l’empereur83. Cette séance dut être assez mouvementée. A l’État primaire, la plupart des partisans de Furstenberg s’étaient abstenus de paraître par crainte des Hollandais. Mais le comte de Poitiers, le chanoine Clercx, et surtout le baron de Bocholt, se démenèrent pour faire rejeter la proposition. Une quinzaine de voix leur donnèrent tort84. L’État noble, qui ne fut représenté que par quatre membres, vota dans le même sens85. Le Tiers semble avoir été très partagé : les bourgmestres de Liége et les députés de cinq bonnes villes se seraient prononcés pour la guerre contre le sentiment de quatre des localités de la partie méridionale du pays86.

  • 87 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 226 : lettre de Ratabon du 10 avril. Comparez la réflexion du mar (...)

52« Le croira-t-on, s’indignait le résident français, que le plus petit prince qui ayt jamais esté à Liége, ayt déclaré la guerre au plus grand Roy qui ayt jamais esté en France » !87.

53Il en était ainsi cependant, et cette attitude avait été irrésistiblement dictée par les circonstances. Rarement on avait vu une telle pression s’exercer à Liége et il est fort naturel que nos ancêtres aient dû s’y plier.

54Au reste, ils allaient encore devoir se lier étroitement à leurs nouveaux amis.

  • 88 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 226 ; Corresp. d’Autriche, reg. 65, f. 33 ; D.G., reg. 887, n° 22 (...)

55Le 9 avril, un traité fut signé avec le comte de Flodrof sur les bases suivantes. On ne conclura pas de paix séparée. Les Hollandais s’engageront à fournir un régiment d’infanterie de 4.000 hommes, et un de cavalerie de 1.000 chevaux, au prince de Liége, qui leur donnera le logement, le pain et le fourrage, et auquel tous les officiers prêteront le serment. L’évêque, de son côté, s’engage à lever 3.000 fantassins et 500 cavaliers. Si, au cours de la guerre ou bien en vertu du traité de paix, on reprend Bouillon et Dinant aux Français, ces villes seront restituées à la principauté. Enfin les alliés laisseront au prince le bénéfice des contributions du Luxembourg « aussi longtemps que la Hesbaye n’en sera pas exempte »88.

56Il dut probablement y avoir aussi un contrat particulier au sujet d’un emprunt à réaliser dans les Provinces-Unies.

57Mais tout cela fut tenu provisoirement secret.

  • 89 D.G., reg. 887, n° 21. C’est à tort que Fréson (Ind. b. n° 99, p. 289) fixe au 10 avril l’occupatio (...)

58Et pendant que les troupes françaises se repliaient encore sur Ciney et Dinant, les dragons hollandais se répandirent dans la Hesbaye et le Condroz et se fixèrent à Huy89.

  • 90 La colère royale fut vive à la nouvelle de l’attitude des Liégeois. Louis XIV fit arrêter le comte (...)

59La principauté allait de nouveau connaître, mais cette fois en participante, les horreurs de la guerre90.

Notes

1 Il est intéressant de constater combien certains contemporains se sont montrés perspicaces à cet égard. Dans ses Mémoires (Ind. b. n° 9, t. II, pp. 202-203), le marquis de Sourches écrit : « Il est vrai que les Liégeois avoient manque de prudence en élisant un simple gentilhomme de leur pays (ceci n’est pas exact, car c’est bien au contraire un excès de prudence qui explique le choix des Liégeois, mais ce qui a fait défaut à ceux-ci c’est le sens politique, fruit de l’expérience) et en préférant des intérêts particuliers à l’intérêt public ; car, s’ils eussent élu Monsieur le Cardinal de Furstenberg, ils eussent eu certainement la protection de la France, qui les auroit mis à couvert de toutes les insultes qui pouvoient leur venir de sa part et de celle de ses voisins ; au lieu que par l’élection qu’ils venoient de faire, ils s’attiroient manifestement l’indignation de la France et se mettoient en proie aux insultes des Hollandais et des Allemands, comme il parut aussitôt après l’élection, car le prince d’Orange qui s’etoit campe sous Maestricht avec plus de 20.000 hommes, demanda au pays de Liege des fourrages pour son armée ; d’autre côté, le Roi avoit envoye défendre à tout le pays de Condroz qui fait la moitié du pays de Liege, de vendre aucuns de leurs fourrages, parce qu’il en avoit besoin pour un gros corps de cavalerie qu’il vouloit envoyer sur la frontière. D’ailleurs le Roi avoit deja trois régiments de dragons tout proche de Liege et dans le mouvement où se trouvoient les affaires, il n’etoit pas impossible que la France et les Hollandais n’en vinssent sur le champ à une rupture dont le pays de Liege seroit la première victime ». On ne peut, s’empêcher une fois de plus, de reconnaître la parfaite connaissance que le marquis de Sourches avait des affaires liégeoises.
Lorsqu’en 1763, le comte d’Oultremont fut élu, les dix-huit chanoines qui avaient donné leur suffrage au prince Clément de Saxe, en appelèrent à Rome par un mémoire où l’on lit : « La situation de notre évêché exige plus que des vertus épiscopales, elle demande un secours qu’il ne peut pas trouver dans ses forces et ce secours lui est même nécessaire pour le bien spirituel d’une partie considérable des diocésains. La voix d’un évêque allié et protégé par les grandes puissances est la seule qui puisse se faire entendre ; un simple particulier, quelque vertueux qu’il soit, ne peut élever qu’une voix insuffisante » (de Villermond, Ind. b. n° 170, p. 85).

2 Dès le 29 juin Louvois avait donné cet ordre (D.G., reg. 908).

3 B.R., ms. 21323-21329, f. 16. Le 15 septembre Louvois avait fait menacer de représailles sévères les Liégeois qui prétendraient encore faire payer les douanes. Le 27 août, Voisin, l’intendant français fit même fermer le bureau de Dinant.

4 Lahaye, Ind. b. n° 50, t. VI, pp. 244-245.

5 B.R., ms. 21323-21329, f. 24. L’intendant français avait prescrit à la ville de réparer immédiatement ses fortifications. Obérée comme la plupart des communes du pays, elle ne put se procurer les 25.000 florins nécessaires à cet effet. Voisin fit alors confisquer à son profit toutes les créances que possédaient sur les habitants de Dinant et des environs les particuliers des autres régions ainsi que le prince et le chapitre.

6 D.G., reg. 822, n° 93. Straven, Ind. b. n° 61, t. IV, p. 396. Fréson, Ind. b. n° 99, p. 288.

7 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 218.

8 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 74. Daris, loc. cit. La somme globale était exactement de 919.720 florins, dont 155.200 florins à payer par la seule cité de Liége. Cela faisait, d’après la matricule de la taille, près de 97 tailles. Cette somme se répartissait ainsi : une contribution de 200.000 livres (soit 266.668 florins de Liége) et une somme égale en « rations de fourrage » frappée le 8 novembre par l’intendant Bouridal sur les quartiers de Hesbaye, Montenacken, Looz, Stockem et Moha (A.E.L., Conseil privé, États, Passages de troupes au xviie siècle, portef. I). Le 27 novembre, Bouridal écrivait qu’il n’avait pas eu une connaissance exacte de l’étendue du pays, qu’il avait omis le quartier de Horn et la banlieue de Liége et qu’en conséquence il va augmenter cette imposition (D.G., reg. 822, n° 192). Ensuite une contribution de 50.000 livres et de 45.000 rations (à 1 florin) sur les quartiers de Condroz et de Franchimont par l’intendant Mahieu (25 novembre et 6 décembre). Enfin une contribution de 57.000 livres et de 200.000 rations frappée par l’intendant Voisin sur les quartiers d’Amont et d’Entre-Sambre-et-Meuse (7 novembre, 4 décembre).

9 D. G., reg. 822, n° 182 : lettre du 25 novembre 1688. Cela n’empêchait d’ailleurs pas l’intendant Bouridal d’écrire le 18 décembre à Louvois que la « bonté » du gouverneur de Huy était cause de ce que les Liégeois n’apportaient point d’argent (D.G., reg. 822, n° 273).

10 A.E.L., État primaire, Journées d’États, reg. 74, à la date du 23 décembre.

11 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 280-281.

12 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 529.

13 B.U.L., ms. 1019, f. 744-745. A.E.L., Concl. Cap. 166, aux dates indiquées.

14 Ce furent Rossius de Liboy et l’archidiacre Surlet. A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 541-545 ; la protestation est publiée dans Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, p. 123, note 1.

15 D’après l’instruction d’un agent français, ç’aurait été là le prix de la cession des six voix du palatin à la candidature d’Elderen (A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 435).

16 La capitulation l’avait du reste expressément prévu dans l’article 13. Sur les plaintes du résident français, Méan avait répondu que c’était par raison d’économie (A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 21-23).

17 Notamment Rossius de Liboy, de Bocholt, Desfossés, Rosen, Horion, etc.

18 Méan prétendit au résident français que le baron de Horion s’était volontairement retiré, mais celui-ci assura qu’il y avait été forcé (A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 24-26).

19 Gérard d’Oyembrugge de Duras, baron de Roost, avait été bourgmestre en 1685 ; il se démit de ses fonctions de grand maïeur en 1692 et fut alors remplacé par le baron d’Eynatten qui mourut lui-même en 1694. Roost fut créé grand maréchal de la cour par Joseph Clément en 1696. Il mourut en 1704. Il faut se garder de le confondre avec le chancelier Duras (de Borman, Ind. b. n° 81, t. II, pp. 447-448).

20 Lequel dut encore céder son grand vicariat au chanoine Faes, du parti de Méan.

21 Il était d’ailleurs son proche parent (E. Poncelet, Ind. b. n° 141, pp. 338-342).

22 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 24-26. Le résident ajoutait que le baron de Roost « est premier ministre mais nullement propre au ministère ».

23 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 288, lettre de La Raudière du 31 octobre.

24 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 407.

25 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 286, lettre du 28 octobre.

26 Comment en douter lorsqu’on lit à la date du 29 novembre 1688 cette lettre de Waldor à Louvois : « Je me trouverois bien malheureux si j’avois besoin de vous persuader que les interest du Roy me sont plus à cœur que ceux du prince de Liége » et ce résident continue en donnant des détails sur les forces militaires qui se trouvent à Liége ! (D.G., reg. 822, n° 204).

27 A.E.L., Protoc. du Conseil privé, reg. 133, 28 novembre. On voit ici qu’une des grandes préoccupations des Liégeois était le souci de fixer les esprits sur leurs rapports avec l’Empire.

28 Par opposition au résident, l’envoyé extraordinaire correspond directement avec le souverain. La Raudière demeura cependant à Liége où il vivait depuis assez longtemps, mais sans caractère officiel. Pourtant on le voit encore de temps en temps correspondre avec Louvois, ce dont ne manque pas de se plaindre Ratabon.

29 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 12-17 et suppl. III, f. 435-441, « Mémoire pour servir d’instruction au sire de Ratabon », en date du 29 octobre 1688. Ces textes ne présentent que des variantes de détail et le second est daté à tort de 1689.

30 D’après les lettres de chacun des envoyés français, le Conseil privé n’aurait même rejeté qu’à une voix de majorité, vers le 5 novembre, une proposition de faire occuper la citadelle par une garnison hollandaise (A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 291 ; XV, f. 23).

31 A.E.L., État noble, Journées d’États, reg. 18, f. 5 v (24 novembre). Le Tiers vota 30.000 écus.

32 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 26, 29-36. Lettres des 21, 25, 28 novembre, 1 et 3 décembre.

33 On dut se borner à faire prendre les armes aux bourgeois qui ne manquèrent pas, au dire de Ratabon, de s’agiter « dans les cabarets » en s’entretenant de leurs anciens privilèges (A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 37-39).

34 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 49, lettre de Ratabon du 7 décembre.

35 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 53, 59, 66, 70, 76, 83 : lettres des 12, 14, 16, 19, 21, 28 décembre.

36 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 572 et 589 ; D.G., reg. 822, n° 293.

37 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 87-90, 96-98.

38 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 602-609.

39 Impositions en Hesbaye et en Condroz, incendie du faubourg Ste-Marguerite (D.G., reg. 870, n° 25).

40 Toutefois, le 4, le chapitre insistait encore sur le maintien de la citadelle.

41 A.E.L., État noble, Journées : 18 ; État tiers, Journées : 85, f. 159. Daris, Ind. b. n° 707, xviie siècle, t. II, p. 220.

42 Le résident français parle de 100.000 livres pour le chapitre et 50.000 pour le clergé, mais le fait est douteux, car on ne trouve rien de tel dans le traité.

43 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 102-104. Lettre de Ratabon du 13 janvier.

44 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 102-104.

45 Ce traité est inséré dans les registres de chacun des États mais dans celui de l’État primaire l’article secret a été omis. Bouille (Ind. b. n° 14, t. III, pp. 487-490) en reproduit le texte intégral sauf l’article secret. On en trouvera un bon résumé dans Daris, op. cit., pp. 220-221, qui a cependant oublié l’article relatif à Dinant.

46 « A l’advenir, la neutralité stipulée par le traité de Tillemont serat régulièrement observée de la parte des trouppes du Roy tant et si longuement qu’elle le serat par les trouppes des puissances étrangères avec lesquelles Sa Majesté est présentement en guerre ou pourra l’avoir cy après. »

47 Tel est en effet le sens de l’article 8. « Plus a esté convenu qu’il en serat usé à la fin des présents mouvements qui agitent l’Europe, à l’égard de laditte ville de Dinant comme l’on a fait pendant la dernière paix ». C’est l’article le plus exorbitant.

48 Pour ce dernier point, voyez un prochain article du B.I.A.L.

49 L’article 2 du traité confirme les prévisions de Bocholt et de Rosen du 30 décembre.

50 D.G., reg. 870, n° 45. Le 15 janvier les 3 États transcrivirent le traité dans leurs registres.

51 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 107. A.E.L., Concl. Cap.,reg. 166, f. 623-624.

52 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 134, 18 janvier 1689.

53 A.E.L., Ibidem, 18 janvier.

54 A.E.L., Ibidem, 18, 25 janvier.

55 Cela confirme, me semble-t-il, la thèse que je défends dans un article du Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, de 1926, au sujet de l’attitude de l’Empire.

56 Polain, Ind. b. n° 58, 3e série, t. I, pp. 126-128. La traduction liégeoise du mandement impérial ne diffère que par de simples nuances du texte français que j’ai trouvé à la B. N., Fonds Moreau, manuscrit 423, f. 278-287.

57 Coremans, Ind. b. n° 95, p. 80. Lettre de Flodrof aux nobles de la principauté.

58 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166. A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 113-120.

59 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 124-126. Lettre du 30 janvier.

60 D.G., reg. 870, n° 76, La Raudière à Louvois.

61 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 124-126, lettre de Ratabon du 30 janvier.

62 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 129-130.

63 Fréson, Ind. b. n° 119, p. 289. C’est le 11 février que les Liégeois en reprirent possession.

64 A.E.L., Prot. du Conseil privé, reg. 134, 26 mars. Daris, Ind. b. n° 70, xviie s., t. II, p. 221.

65 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 132-133. Lettre de Ratabon du 6 février.

66 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 133, lettre du 6 février. A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134, 22 mars.

67 Dans un mémoire présenté le 15 février aux États-Généraux par le comte de Lannoy, le chapitre releva plusieurs expressions préjudiciables à la neutralité, telle que la comparaison de la neutralité avec les autres membres de l’Empire, et pria le comte de s’abstenir désormais de pareille initiative (A.E.L., Protoc. du Conseil privé, 134, 19 et 22 février).

68 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 151-152, 158-159.

69 D.G., reg. 870, n° 190. Lettre de Waldor à Louvois, 1er mars. A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134, 22 février. Groesbeck écrivait que Louvois menaçait le pays des pires inconvénients si la forteresse n’était pas entièrement rasée.

70 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 175-177. Lettre de Ratabon du 15 mars.

71 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134.

72 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 183-185. Lettre de Ratabon du 22 mars.

73 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. IV.

74 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134, 22 mars.

75 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 178-180.

76 A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134 ; 28 mars.

77 A.E.L., Ibidem, 7 mars.

78 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 171-172.

79 A.E.L., Concl. Cap., reg. 166, f. 677.

80 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 193-196. A.E.L., Prot. du Conseil privé, 134. Les registres des États sont muets sur cette séance, à l’exception de celui du Tiers qui me paraît confirmer implicitement la version du résident français. Le Tiers délègue en effet deux députés avec pleins pouvoirs pour discuter secrètement avec les autres États et ordonne aux receveurs généraux « de passer en compte » les sommes dont les États conviendront (A.E.L., État Tiers, Journées, 85, à la date du 28 mars).

81 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 200-206. D. G., reg. 887, nos 9 et 10.

82 A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134.

83 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 208-210, 215-220.

84 D’après un document français, voici les noms des chanoines qui votèrent pour la guerre : Méan et un de ses frères, Blisia, Sprimont, Berlo, Lamargelle, Detrixhe, Dumont, Sélis, Beringen, Faes, Hinnisdael, Bourman, Wansoul, de Loë. Le baron de Bocholt aurait même encore protesté par écrit. Au Conseil privé, il y aurait eu des abstentions, notamment celle du chancelier.

85 Ce sont le baron de Roost, le baron d’Eynatten de Thys, le comte de Heers, le baron de Hanneffe.

86 D.G., reg. 889, nos 32, 33. A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 218-220. A.E.L., État primaire, 74. Dès le 7 avril on fit part de cette résolution au comte de Groesbeck, le lendemain à l’empereur et aux États-Généraux (A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 134, 8 avril).

87 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 226 : lettre de Ratabon du 10 avril. Comparez la réflexion du marquis de Sourches, Ind. b. n° 9, t. III, p. 70 : « ce qui ne laissoit pas d’estre assez fâcheux, mais dans le fond, Liége avoit fait une grande sottise ».

88 A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 226 ; Corresp. d’Autriche, reg. 65, f. 33 ; D.G., reg. 887, n° 22 ; A.E.L., Protocoles du Conseil privé, 134.

89 D.G., reg. 887, n° 21. C’est à tort que Fréson (Ind. b. n° 99, p. 289) fixe au 10 avril l’occupation de Huy : elle a eu lieu le 9.

90 La colère royale fut vive à la nouvelle de l’attitude des Liégeois. Louis XIV fit arrêter le comte de Groesbeck. Ce qu’apprenant, les Liégeois firent de même avec le sire de Ratabon. Ce n’est qu’après de multiples péripéties que les deux ambassadeurs finirent par être échangés à Dinant le 21 juin (le récit s’en trouve éparpillé dans la correspondance de Ratabon, A.A.E., Corresp. de Liége, XV, f. 227-294).

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search