Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Deuxième partie. Le règne de Jean Louis d'Elderen

Chapitre I. L’élection de Jean Louis d’Elderen

Résumé

Importance de l’élection épiscopale liégeoise de 1688. — Les principaux candidats : le cardinal de Furstenberg, le cardinal de bouillon, le grand maître de l’ordre teutonique, le prince Joseph Clément de Bavière. — Le doyen du chapitre : Jean Louis baron d’Elderen. — Les divers partis et leur importance : le parti français et ses principaux chefs ; le parti allemand et son peu d’influence ; l’écolâtre de Méan et le parti de la patrie. — L’élection de Cologne le 19 juillet 1688. — Propagande intense des diplomates étrangers dans la Cité : les divers ambassadeurs et leur rôle. — La politique personnelle de Louvois : son échec. — Les divers partis finissent par faire bloc pour provoquer l’échec du cardinal de Furstenberg. — Le facteur hollandais.— le 17 août, jean louis d’Elderen est élu à la majorité des voix. — revirement subit mais tardif de la politique française. — les conséquences de l’élection.

Texte intégral

1L’histoire des élections épiscopales liégeoises est encore à écrire. Peu de sujets cependant offrent un intérêt plus réel. C’est très souvent dans les intrigues nouées autour des successions princières soumises à l’élection que l’on se rend le mieux compte des véritables dispositions des hommes et des partis. C’est à cette occasion que l’on voit intervenir le plus ouvertement l’action diplomatique de l’étranger. Combien de fois la politique de l’élu ne sera-t-elle pas conditionnée par les tendances qui auront présidé à la constitution des partis pendant la vacance du siège ?

2Une étude approfondie de chaque élection en particulier, en révélant l’attitude prise par les puissances intéressées, éclairerait sans nul doute d’un jour nouveau la politique extérieure de nos princes. On apercevrait peut-être un élément traditionnel et constant dans la tactique de nos divers voisins. La grande comme la petite histoire en retireraient tout profit.

  • 1 Cette élection n’a encore fait l’objet d’aucune étude particulière ; cependant on trouve quelques r (...)

3Plusieurs des élections du xviiie siècle ont déjà retenu l’attention de l’historien. Mais celles du xviie ont été plus négligées, malgré l’intérêt particulier qu’elles présentent. Nous essayerons, dans les pages suivantes, d’étudier en détail l’élection épiscopale liégeoise de 16881

4Depuis plus d’un siècle, le chapitre cathédral ne s’était guère trouvé en possession d’une entière liberté dans son choix. Des trois princes de la maison de Bavière qui s’étaient succédé sur le siège épiscopal de 1581 à 1688, les deux premiers avaient réussi à faire désigner de leur vivant leur remplaçant. Sans doute le chapitre avait dû intervenir pour ratifier la désignation du coadjuteur, mais on comprend aisément que le candidat présenté par l’évêque en fonction, surtout quand celui-ci est un des princes les plus puissants de l’Empire, ne soit guère susceptible d’être refusé. La libre élection d’Ernest de Bavière (1581) n’avait été elle-même qu’une exception, car depuis la mort d’Erard de La Marck, la principauté avait vécu sous le régime des « évêques autrichiens », c’est-à-dire des coadjuteurs présentés par Charles-Quint et par Philippe II.

  • 2 Huisman, Ind. b. n° 74, pp. 78-79.
  • 3 Lonchay, Ind. b. n° 72, p. 100 ; Huisman, op. cit., p. 101.
  • 4 Lonchay, op. cit., p. 103 ; Huisman, op. cit., pp. 111-112 ; et la brochure Ind. b. n° 43.
  • 5 Huisman, op. cit., p. 136. Le 30 déc. 1679, le résident espagnol écrivait à son gouvernement : « Il (...)
  • 6 Huisman, op. cit., pp. 185-186.

5Si pourtant le siège épiscopal se trouva vacant en 1688, ce ne fut pas faute de candidats ! Au contraire, peu de successions furent aussi briguées que celle de l’électeur Maximilien Henri, pendant tout son règne déjà. On avait eu, dès 1658, les intrigues du cardinal de Hesse, prélat agréable au Pape et à l’Espagne2, qui ne donnèrent aucun résultat. Puis, ç’avaient été, une dizaine d’années plus tard, les démarches de l’évêque de Gand, François d’Allamont, tout dévoué à l’Empire3. En 1675, le cardinal de Baden vint séjourner dans la Cité pour le bénéfice de la cause allemande4, mais sans plus de succès que ses prédécesseurs. On eut ensuite, autour de la coadjutorerie, les brigues simultanées du cardinal de Bouillon, candidat français, et d’un prince de Neubourg, recommandé par l’empereur5. Enfin, pendant presque tout le règne de l’électeur, son ministre favori, le cardinal de Furstenberg, s’était vu soutenu par Louis XIV, pour parvenir à la succession de toutes les dignités dont son maître était revêtu6.

  • 7 Déjà en 1650, on avait vu un petit parti de chanoines hostiles à l’élection d’un prince bavarois (H(...)
  • 8 Ce n’est pas tout à fait ce que dit un extrait de lettre du résident espagnol en 1678, que publie M (...)
  • 9 Voir la conclusion de la première partie.

6L’échec de ces multiples tentatives montre clairement qu’il y avait au sein du chapitre un parti considérable qui, sans manifester ouvertement de préférence, n’en était pas moins résolu à reconquérir une entière liberté d’action. La longue mainmise de la maison de Bavière sur l’évêché liégeois avait dû faire bien des mécontents7. Sans doute le parti français était loin d’être hostile aux prétentions des Wittels bach, mais ce parti ne constituait pas à lui seul la majorité absolue8. Et le crédit de la France avait sensiblement baissé depuis les événements de la dernière guerre9.

  • 10 A.A.E. Corresp. de Cologne, 31, f. 270, Mémoire sur les coadjutoreries de Cologne et de Liége en 16 (...)
  • 11 A.G.R.-S.E.G., reg. 591, f. 196. Mémoire du baron de Fridach, 26 février 1688.

7La mort de Maximilien Henri était attendue d’un moment à l’autre. A la différence de ses prédécesseurs, ce prince n’avait pas cherché à asseoir un membre de sa famille sur les sièges épiscopaux qu’il détenait. Il semble même qu’il n’ait envisagé qu’avec répugnance le règlement de sa succession. Son favori, le cardinal de Furstenberg, qui avait fini par concentrer tous ses efforts à Cologne et à Liége10, n’avait réussi qu’à grand’peine à se faire postuler coadjuteur à Cologne en janvier 1688. Chez nous, d’ailleurs, où les agissements de ce dernier étaient surveillés de près par la diplomatie espagnole11, aucune tentative ne semble avoir été faite pendant les derniers mois.

  • 12 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 234-235, lettres de La Raudière et de Colbert de Croissy.
  • 13 A.A.E, Corresp. de Cologne, 42, f. 110v-111. Lettre de Louis XIV au chapitre. Cfr. une lettre plus (...)

8C’est le 3 juin 1688 que l’électeur rendit le dernier soupir. Le résident français à Liége, La Raudière, se hâta de demander des instructions à son gouvernement : il souhaitait que Louis XIV fît connaître ses préférences au chapitre. Mais le ministre des affaires étrangères, Colbert de Croissy, lui commanda de se conformer aux prescriptions de Furstenberg12. Toutefois, le roi ne tarda pas à faire savoir officiellement qu’il patronait la candidature de ce dernier13.

  • 14 S. Balau, Ind. b. n° 77, p. 111.

9Quels étaient les principaux prétendants à la dignité épiscopale ? Tout d’abord, énergiquement soutenu par la Cour de France, dont il avait été l’instrument aussi souple que dévoué, le cardinal de Furstenberg. Coadjuteur de l’archevêque de Cologne, il nourrissait les plus grands espoirs de succès et sa confiance ne paraît pas avoir été trop exagérée. Comptant au sein du chapitre un solide parti d’une vingtaine de tréfonciers, acquéreur de la seigneurie de Modave14, il se donnait les airs d’un gentilhomme du pays. Mais le perpétuel appui qu’il avait donné à l’électeur dans le dernier conflit avec la Cité, son ambition dévorante, son avidité insatiable, sans parler de son absence complète de sens moral, lui avaient aliéné un assez grand nombre de chanoines et la plupart des bourgeois. Aussi la lutte qui devait se jouer autour de son nom allait-elle être chaude !

  • 15 Ce n’est qu’après la rédaction de ce chapitre que j’ai pris connaissance de la biographie du cardin (...)
  • 16 Pour en finir avec sa biographie, disons que la faveur royale lui revint en 1690, après un voyage à (...)

10Cependant tous les chanoines favorables à la France ne se rangeaient pas autour de Furstenberg. Un certain nombre d’entre eux s’étaient attachés à la personne du cardinal de Bouillon, grand prévôt du chapitre, une des figures les plus curieuses du xviie siècle. La vie de ce prélat est un véritable roman d’aventures15 ! Membre d’une des plus illustres familles du royaume, neveu du grand Turenne, Emmanuel Théodore de la Tour d’Auvergne réunissait sur sa tête les titres de cardinal de Bouillon et de grand aumônier de France. Doué d’un caractère affable, d’un tour d’esprit charmeur, d’une grande souplesse de diplomate, animé du génie de l’intrigue, il avait conquis à Liége d’unanimes sympathies et quelques solides amitiés. En 1675, il s’était fait recevoir grand prévôt de la cathédrale, et lorsqu’à la paix de Nimègue, Louis XIV avait confisqué le duché de Bouillon, il n’avait pas hésité à désavouer habilement cette annexion. Mais, depuis peu, sa famille avait éprouvé la disgrâce royale. Exilé dans son abbaye de Tournus, notre cardinal nourrissait l’espoir de monter sur le siège épiscopal liégeois. Aussi, malgré son état et loin de perdre la confiance qu’il semble avoir toujours eue en son étoile, il va tenter de jouer un certain rôle dans l’élection liégeoise16.

11Tels sont les deux prélats qui, du côté de la France, se partageaient les suffrages du chapitre. Ils vont se voir opposer, du côté de l’Allemagne, deux autres princes non moins importants, ni moins bien soutenus.

  • 17 Né le 5 décembre 1671 à Munich, élu en 1683 coadjuteur de Freisingen dont l’évêque mourut l’année s (...)
  • 18 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 221. « War er ein lebenslustiger, vergnügunssüchtiger Jüngling, dem das (...)

12La maison de Bavière, une fois de plus, cherchait à conserver l’évêché de Liége, qu’elle considérait presque comme une terre patrimoniale. Elle présenta la candidature du neveu de Maximilien Henri, le jeune Joseph Clément, frère de l’électeur de Bavière17. Ce prince, bien qu’âgé de moins de dix-sept ans, détenait déjà les évêchés de Ratisbonne et de Freisingen. D’un caractère jovial, d’une jeunesse exubérante, il était plus fait pour manier l’épée que la crosse18. Mais les exigences de la politique le destinèrent à la carrière ecclésiastique, à laquelle il apporta ses médiocres qualités personnelles et son amour désordonné du plaisir. Le pape lui avait octroyé le 19 juin 1688 un bref d’éligibilité aux sièges de Cologne et de Liége, sous la condition de résigner ceux qu’il détenait déjà.

  • 19 Né en 1660 ; sa sœur avait épousé Léopold I. Son bref d’éligibilité est du 24 nov. 1676 (A.N. R2 66 (...)

13Mais le jeune prince trouva un redoutable compétiteur dans la personne de Louis Antoine de Neubourg, fils de l’électeur palatin et beau-frère de l’empereur19. Ce nouveau candidat, Grand Maître de l’ordre teutonique et coadjuteur de l’archevêque de Mayence, était de mœurs pures et possédait plus de dignité personnelle que ses rivaux.

  • 20 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 236.

14Pourtant aucun de ces quatre grands personnages ne sera le vainqueur du scrutin ! C’est qu’en effet une partie du chapitre comprit bientôt qu’elle ne pouvait faire choix de l’un d’eux sans mécontenter gravement les autres puissances. Aussi, dès le 13 juin, le résident français annonçait l’existence d’une « cabale » qui veut « un prince qui ne soit ni allemand, ni espagnol, ni enfin contraire aux intérêts du Roy »20. Il s’agit ici de quelques tréfonciers qui vont bientôt se désigner sous le nom de « parti de la patrie » et qui, prenant en considération le danger qu’il y aurait à élire un prince quelconque, chercheront à faire prévaloir la candidature d’un chanoine du pays.

15Cinq partis, d’importance diverse, se partageaient ainsi le chapitre.

16Il est aisé de distinguer deux phases dans la période de vacance du siège. La première va jusqu’au 19 juillet environ, date de l’élection archiépiscopale à Cologne. Elle ne se marque à Liége d’aucun fait saillant : l’activité des divers partis se concentre sur le Rhin. La seconde, au contraire, se caractérise par une intense propagande de nos rivaux.

  • 21 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 241 et Suppl. III, f. 326.
  • 22 La Raudière proposait que Bouillon écrivît au chapitre « pour déclarer que non seulement il ne prét (...)

17Pour réunir une majorité sur la tête de son candidat, la diplomatie française devait d’abord obtenir le désistement de Bouillon. Le roi lui ordonna d’écrire à ses amis du chapitre de se porter en faveur de Furstenberg, auquel d’ailleurs notre cardinal dut remettre sa procuration21. Mais ce fut peine perdue : les amis de Bouillon entendirent lui rester obstinément fidèles, attitude qui s’explique par la haine personnelle qu’ils nourrissaient contre Furstenberg22. D’ailleurs, il est difficile de savoir au juste le rôle qu’a pu jouer le grand prévôt : il semble en tout cas qu’il ait gardé jusqu’au bout comme un espoir secret d’être élu.

18Les chanoines qui voulaient « un simple particulier » pour évêque venaient de jeter les yeux sur le doyen du chapitre, le baron d’Elderen, très digne septuagénaire, mais ils agirent au début avec autant de prudence que de mystère.

  • 23 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 244. Ces chanoines, écrit La Raudière, « attendent qu’on les rec (...)
  • 24 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 246-247.

19Les chanoines allemands eux non plus n’agissaient guère bien ouvertement23. Le commissaire impérial, baron d’Eck, arrivé dans la Cité, alla remettre à chacun des tréfonciers une missive de son maître, fort discrète en la forme. Il retarda jusqu’en août sa réception officielle au chapitre pour permettre à tous les chanoines d’être présents24.

  • 25 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 249-251.

20En attendant, le parti de Furstenberg restait le plus fort et le plus cohérent : une vingtaine de capitulaires lui paraissaient inébranlable-ment fidèles. Mais, tel quel, ce parti ne pouvait suffire à assurer le triomphe de son candidat. Celui-ci était, en effet, déjà évêque de Strasbourg. Dès lors, privé d’un bref d’éligibilité du pape, il devait réunir les deux tiers des voix pour être valablement élu, aussi bien à Cologne qu’à Liége. De plus, Furstenberg manifestait un peu trop de suffisance et dédaignait volontiers les secours qui pouvaient lui être offerts. C’est ainsi, par exemple, qu’il négligea, au moins pendant un certain temps, de se servir des lettres que Bouillon avait écrites en sa faveur à ses partisans25.

  • 26 Cette élection de Cologne a fait l’objet d’une foule de travaux, quelques-uns fort importants, mais (...)
  • 27 Böhmlander, op. cit., p. 69, note 1.
  • 28 Böhmlander, op. cit., p. 68 (24 juin).

21C’est à Cologne que doit se concentrer d’abord notre attention. Trois candidats s’y disputaient l’électorat rhénan. C’était d’abord Furstenberg, coadjuteur non confirmé par le pape, mais soutenu par la France. Pour une postulation canonique, c’est-à-dire, à défaut d’un bref d’éligibilité, pour une présentation valable par le chapitre, il devait réunir les deux tiers des voix, soit 16 sur 24. Ses adversaires étaient le prince Joseph Clément de Bavière, muni, lui, d’un bref d’éligibilité lui permettant d’être élu à la simple majorité absolue des suffrages, et le prince de Neubourg, Grand Maître de l’ordre teutonique26. D’accord sur l’exclusion à donner au candidat français, ces deux derniers cessaient de l’être pour répartir entre eux les sièges épiscopaux laissés par le défunt électeur. Le bavarois les revendiquait tous en sa qualité d’héritier ; le palatin se fondait sur des accords familiaux antérieurs pour se les réserver27. L’empereur essaya de rétablir l’harmonie en faisant proposer par son envoyé spécial un partage des évêchés vacants : Cologne et Liége à Joseph Clément, Munster et Hildesheim au prince palatin28.

  • 29 Böhmlander, op. cit., pp. 69-71.

22Mais, lorsque le bavarois eut élevé des prétentions au siège de Munster, le prince de Neubourg se considéra comme dupé et déclara formellement réserver à sa famille les quatre principautés. Néanmoins l’empereur et l’électeur de Bavière appuyèrent la candidature de Joseph Clément aux deux sièges qui nous intéressent29.

  • 30 Böhmlander, Ind. b. n° 79, p. 75.
  • 31 C’est-à-dire 13 le jour du scrutin et une reçue le lendemain d’un capitulaire qui avait vainement d (...)

23Tout au dernier moment, le dissentiment put être écarté. Le 17 juillet, l’avant-veille de l’élection, les chanoines de Cologne, partisans du palatin, promirent de se rallier au bavarois si le Grand Maître se désistait. Ce dernier déclara alors donner sa voix à Joseph Clément30, qui, le jour du scrutin, réunit 9 suffrages contre 11 échus à Furstenberg31. Aucun des deux candidats n’ayant obtenu le quantum requis par sa position personnelle, la décision revenait au pape qui, comme on le sait, finit par nommer le prince bavarois le 15 septembre.

  • 32 D.G., reg. 819, n° 52. A.A.E. Corresp. de Liége, suppl. III, f. 339-340.

24On ne sait pas au juste en quoi consista l’accord du 17 juillet. Il est à présumer toutefois qu’il consista dans la formation du même bloc pour l’affaire de Liége, mais au profit du Grand Maître. Du moins constate-t-on que dès ce moment l’hostilité de leurs deux groupes vint à cesser, que le prince palatin se rend seul à Liége, tandis que l’ambassadeur bavarois retourne à Cologne32.

25Jusqu’ici, on l’a vu, Liége avait vécu dans le calme. Mais, dès que la négociation de Cologne put être considérée comme liquidée, c’est vers la Cité que va se diriger toute l’activité des puissances. Jamais encore celle-ci n’avait connu un tel déploiement de forces diplomatiques : il y eut à un moment donné dans ses murs jusqu’à sept ambassadeurs ou envoyés étrangers.

  • 33 Furstenberg notamment l’avait pris en grippe et Waldor, résident liégeois à Paris, sollicitait son (...)

26La France était représentée par son résident ordinaire, La Raudière, qui tâchait de gagner le plus de voix possible à la cause de Furstenberg. Demeurant au pays depuis de nombreuses années, ayant épousé une liégeoise, il connaissait parfaitement la population au milieu de laquelle il vivait, et il y jouissait de grandes sympathies. Mais il ne paraît pas avoir joui de beaucoup de crédit à Versailles : il dut maintes fois s’y défendre contre la calomnie33.

  • 34 Balau, Ind. b. n° 77, pp. 115-126 pour la biographie du personnage.
  • 35 Il est assez surprenant que, parmi les archives de Modave et la correspondance du baron de Ville, B (...)

27Les intérêts français se virent aussi sérieusement servis par le baron de Ville. Il s’agit ici du seigneur de Modave, qui disputa si longtemps devant la postérité à Rennequin Sualem, l’honneur de l’invention de la machine de Marly34. Baron du Saint Empire, et bientôt membre de la noblesse française, il avait quitté le pays depuis peu pour aller vivre à la cour de Louis XIV. Homme d’une brillante intelligence, d’une exacte connaissance des choses, il reçut, à titre purement privé, la mission de concourir au succès de son ami Furstenberg. Il se rendit aussi à Liége, d’où il renseigna les ministres français sur l’état des affaires35.

  • 36 On trouvera un exemplaire de ces lettres dans de Renesse, Ind. b. n° 147, pp. 482-483.
  • 37 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 328-331.

28Louis XIV jugea pourtant nécessaire encore l’envoi dans la Cité d’un ambassadeur extraordinaire. Il choisit à cet effet le baron d’Asfeld qui avait conduit la négociation de Cologne, et lui remit des lettres pour chacun des capitulaires leur recommandant le cardinal de Furstenberg36. On prescrivait à d’Asfeld de montrer au chapitre le danger auquel il exposerait le pays au cas d’une élection contraire aux intérêts du roi. Il devait bien spécifier qu’il n’y a aucun autre candidat agréable à la France que le cardinal. Ses instructions lui commandaient de « parler plus fortement à ceux des tréfonciers qui ont des biens dans les territoires occupés » par les Français. Elles ajoutaient : « Le sieur Dasfeld saura qu’entre les chanoines opposés aux intérêts… de Furstenberg les principaux sont les trois chanoines Méan qui sont frères et ont beaucoup de biens dans le Condroz. Un d’eux, qui est écolastre, est fort intelligent et peut beaucoup dans le chapitre »37.

  • 38 Charles de Méan n’eut pas moins de treize enfants. Voyez la généalogie de la famille dans Poncelet, (...)
  • 39 Né en 1647, reçu au chapitre en 1676, prévôt de Saint-Servais à Maestricht, écolâtre de la cathédra (...)
  • 40 Ce fait, qui reste dans la pénombre au cours des tractations qui vont suivre, s’éclaircit tout à fa (...)
  • 41 Guillaume de Méan, prévôt de Saint-Martin, et Laurent de Méan.
  • 42 Ce sont les Vander Heyden a Blisia.
  • 43 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 335-336.
  • 44 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 254.

29On trouve ici la première allusion à un personnage qui sera appelé bientôt à un rôle des plus importants. Jean Ferdinand de Méan était le troisième fils du célèbre jurisconsulte Charles de Méan, le « Papinien liégeois »38. Ecolâtre de la cathédrale, doué des plus grandes capacités, il n’avait pas tardé à attirer sur lui l’attention des Liégeois d’abord, ensuite et surtout des étrangers39. Pourtant son rôle ne semble pas avoir été bien marquant avant ces derniers événements. On peut toutefois affirmer qu’il était un de ceux qui s’étaient laissé gagner par le cardinal de Bouillon et qui lui avaient gardé, dans sa disgrâce, leur entier dévouement40. Le désistement officiel de ce dernier lui avait rendu, comme à plusieurs autres, une pleine liberté mais le futur chef du « parti de la patrie » ne se hâtait pas de prendre une décision. Ce que l’on peut et doit constater pour l’instant, c’est l’unanimité avec laquelle, chacun de leur côté, les agents français font son éloge : « Homme d’un grand mérite, écrit le baron de Ville, tres scavant, tres honnest homme et à l’espreuve de toute sorte de corruption, il a deux frères41 qu’il gouverne et deux autres parents42 dont il est le maistre »43. Et, résumant tout son portrait, La Raudière écrivait : Méan « est le seul capable »44.

  • 45 Sur les 60 canonicats de la cathédrale, plusieurs n’étaient pas pourvus ; certains chanoines, tels (...)

30Au front opposé, on jouait la partie tout aussi serrée. Joseph Clément avait envoyé à Liége son conseiller intime, le baron Karg. Mais, par suite de l’accord qui s’était produit à Cologne, ce dernier se retira bientôt pour faire place au Grand Maître de l’ordre teutonique. Le gouverneur des Pays-Bas envoya successivement le comte d’Autel et le marquis D’Hoensbruck, qui travaillèrent pour le prince de Neubourg. Le parti de celui-ci ne comptait guère qu’une demi-douzaine de tréfonciers, aussi tous ses efforts ne tendirent-ils, au début tout au moins, qu’à essayer de gagner un tiers des voix, c’est-à-dire le nombre suffisant pour que Furstenberg n’atteignît pas aux deux tiers des suffrages. Le Grand Maître espérait ainsi laisser la solution indécise comme à Cologne, et se persuadait que le Pape, maître de son choix, exclurait le cardinal pour lui confier l’évêché. Et si le succès ne couronnait pas ses efforts, s’il était impossible de grouper le minimum indispensable de quinze voix45, il comptait donner ses quelques suffrages à celui des adversaires de Furstenberg qui se verrait assurer d’une majorité, en échange de certains avantages personnels ou autres.

  • 46 Voyez-en des applications en 1724 lors de l’élection de G. L. de Berghes (Fairon, Ind. b. n° 98), e (...)

31Du côté français, un seul homme peut se flatter, non seulement d’avoir distinctement aperçu ce danger, mais encore d’avoir habilement essayé d’y parer : c’est le marquis de Louvois. Sans doute la perspicacité de son esprit était ici excitée par la haine qu’il portait à Furstenberg et par le conflit de rivalité où il était engagé avec le ministre des affaires étrangères, Colbert de Croissy. Il n’en est pas moins vrai qu’il a voulu inaugurer le système diplomatique que la France suivra avec tant de succès dans les élections épiscopales liégeoises du dix-huitième siècle : constituer dans le chapitre un parti français, non pas pour faire triompher un prince de cette nation, mais pour assurer le succès de celui des simples chanoines particuliers du pays de Liége qui se trouverait être le moins désagréable au roi. De cette façon, tous les candidats hostiles se trouvaient écartés et le vainqueur du scrutin ne pouvait rien refuser à ceux qui l’auraient conduit au trône épiscopal46.

  • 47 D.G., reg. 806, f. 455 (minute de Louvois).

32Dès le 23 juillet, Louvois s’était inquiété de l’état des affaires à Liége. Si Furstenberg, écrivait-il au contrôleur général, ne pouvait pas être élu, ne faudrait-il pas que d’Asfeld fût en mesure d’exclure tous les princes étrangers et d’assurer le succès d’un simple chanoine, par exemple du grand doyen ? Mais pour ce résultat, ajoutait-il, il ne faudrait pas épargner la dépense47

  • 48 D.G., reg. 806, f. 492-495 (minute de Louvois) .
  • 49 D.G., 806, f. 521v, minute dont un extrait a été publié par Rousset, Ind. b. n° 155, t. IV, p. 83.

33Quelques jours après, il insiste en faveur du grand doyen, qu’il estime seul capable de réunir une majorité48. Le 27, il écrivait au contrôleur général : « Je conviens avec Monsieur de Croissy qu’il est dur de donner de l’argent pour faire elire evêque de Liége, le Doyen qui est d’inclination espagnole, mais quand il voudra bien peser cette depense contre le prejudice que recevrait le service du roi de l’election d’un prince de Neubourg ou du prince de Baviere à cet evêche, je suis persuade qu’il conviendra qu’elle sera bien employee, et de plus il ne faut pas croire que M. d’Asfeld consomme l’argent que l’on remettra à sa disposition, s’il peut faire ce que le Roy lui ordonne sans despense »49.

  • 50 D.G., reg. 806, f. 541, Louvois au contrôleur général, le 28 juillet.

34Louvois avait déjà fait mettre 100.000 livres à la disposition de l’ambassadeur50.

  • 51 « Il y a bien de l’apparence que lorsque M. le cardinal de Furstenberg voudra donner les voix de se (...)

35Il est clair qu’il était loin d’être d’accord avec son collègue des affaires étrangères, très porté vers les intérêts du cardinal. Mais la politique personnelle a toujours été dans la manière de Louvois, et ici notamment on va le voir essayer de réaliser ses desseins, malgré les autres ministres et malgré le roi. Furstenberg en effet, disait-il, pourrait bien s’illusionner lui-même sur les voix dont il dispose réellement. Il pourrait aussi ne pas vouloir se prêter à l’élection du doyen, c’est pourquoi d’Asfeld doit être en état de faire élire Elderen « malgré le cardinal »51.

  • 52 « Il me paroist par les lettres que je reçois de Liége que l’affaire de Monsieur le cardinal de Fur (...)
  • 53 D.G., reg. 807, f. 6 (minute de Louvois).

36On peut suivre l’inquiétude croissante du ministre de la guerre dans ses missives : le 30 juillet52 il exprimait nettement la crainte de voir l’élection rester indécise, soit parce que Furstenberg ne réunirait pas les deux tiers des suffrages, soit parce qu’Elderen n’obtiendrait pas la moitié des voix à lui seul. Dans ces hypothèses, en effet, on reverrait ce qui s’est passé à Cologne et le pape pourrait alors faire un choix arbitraire. Et le 1er août, résumant son opinion, Louvois écrivait au contrôleur général : « Je connois tous les inconvenients de l’election du grand doyen… Je ne laisse pas de souhaiter l’election du grand doyen comme le moindre mal qui nous puisse arriver »53.

37A cette date s’arrête brusquement la correspondance de Louvois relative à l’élection liégeoise. Il est probable que le roi et Colbert de Croissy, qui n’avaient pas été convertis par ces raisons, le prièrent d’en rester là et de ne plus troubler la négociation par des vues plus originales qu’opportunes.

  • 54 Le 22 juillet, le maréchal de Boufflers écrivait que l’élection rencontrerait beaucoup plus de diff (...)
  • 55 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 249-251, lettre de La Raudière, 24 juillet.
  • 56 D.G., reg. 819, n° 43 bis. A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 252, de Croissy à La Raudière, 29 jui (...)

38Et pourtant les nouvelles que la cour de France recevait de Liége n’étaient guère entièrement favorables54. Les partisans du cardinal de Bouillon refusaient de croire au désistement officiel de celui-ci : ils comptaient même sur sa prochaine arrivée à Liége55. Le roi dut faire savoir, une fois de plus, qu’il excluait son grand aumônier56.

  • 57 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 335-336. Corresp. d’Autriche, 64, f. 130.
  • 58 D.G., reg. 819, n  50, lettre d’Asfeld, 2 août, arrivé à Liége le 30 juillet.

39Les agissements du « parti de la patrie » n’étaient pas moins inquiétants. On y comptait une quinzaine de chanoines qui ne se déclaraient pas officiellement, mais qui, au fond, pa trônaient la candidature de Jean Louis d’Elderen, grand doyen du chapitre. L’écolâtre Méan s’était mis à leur tête, mais aux sollicitations des envoyés français, il se bornait à répondre qu’il ne travaillait ni pour le prince de Neubourg, ni pour le prince de Bavière, et qu’il n’avait pas encore pris d’engagement57. Peut-être hésitait-il encore à croire à la renonciation définitive de Bouillon58.

  • 59 A.A.E., Corresp. de Liège, XIV, f. 254, suppl. III, f. 335.

40Quant au parti de Furstenberg, de Ville n’y trouvait que dix-huit voix assurées et La Raudière ne comptait pas sur plus de la majorité absolue59.

  • 60 Celui-ci, ajoute de Ville, « a des terres dans le pais conquis, il a besoin d’être intimidé ».
  • 61 Je ne sais à quoi de Ville fait ici allusion ; je constate seulement que Duras restera un ami de Bo (...)
  • 62 On ne peut qu’essayer de le flatter, ajoute de Ville, et « je suis en rapport avec lui en feignant (...)
  • 63 D.G., reg. 819, n° 48. Il circulait alors un pamphlet intitulé « Sentiments d’un bon voisin pour Me (...)

41C’est dans la correspondance du baron de Ville que nous trouvons l’image la plus fidèle de ce chapitre si partagé, et un portrait fort vivant des principaux tréfonciers. Nous y voyons revivre tous nos personnages. D’abord le doyen, « bon homme et faible vieillard qui se laisse gouverner par M. Detrixhe et son chapelain, et se laisse aler aux persuasions du baron de Roste, son neveu »60 ; le chancelier Duras, jadis fidèle de Bouillon, puis gagné à Furstenberg, dont il vient de se séparer à cause de « la mauvaise conduite qu’on a eu avec lui »61, il s’est retiré à la campagne après avoir confié sa commission à Méan ; les Liboy, le père et les trois fils, qui ont toujours gouverné Furstenberg, de sorte que « la haine qu’on leur porte est quasi la cause du parti contraire » ; les Surlet, dont le dévouement à la cause française « se mesure à leur intérêt » ; le baron de Bocholt, ami très sûr du cardinal de Furstenberg et l’un de ses plus ardents partisans ; les Sélis, oncle et neveu, « gens emportés », fort hostiles au contraire au cardinal. Enfin et surtout Méan, « homme qui a du savoir, de l’esprit, et qui est à la tête de tout le parti oppose [à Furstenberg] ; sa voix entraîne ses deux freres et les Blisia…, cet homme est pour le grand doyen dans la croiance que c’est luy qui aura le maniement de toutes les affaires ; il n’est pas mesme sans ambition de parvenir à l’episcopat et tant plus il paroit desinteresse, tant plus je le crois ambitieux »62. Ces détails et bien d’autres jettent une vive lumière sur la psychologie du chapitre63.

  • 64 D.G., reg. 819, n° 51 et 51 bis. A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 343.

42La date de l’élection, fixée au 17 août, était proche. Les divers partis redoublèrent d’ardeur. Les efforts des envoyés français se portèrent sur le « parti de la patrie » pour essayer d’en gagner quelques membres. Ce fut en vain, car ce parti ne se déclarait toujours pas. De Ville fit des efforts inutiles pour obtenir le désistement d’Elderen, par l’intermédiaire du baron de Roost, son neveu : le grand doyen lui-même niait vouloir prétendre à l’évêché64. La Raudière eut un entretien avec l’écolâtre : il ne put lui arracher la moindre promesse.

  • 65 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 345, lettre de Colbert de Croissy du 9 août.

43Cependant on restait optimiste à Versailles, et Colbert de Croissy écrivait à son résident que le parti français ne saurait manquer de se renforcer et que « M. de Mean qui est un homme d’esprit et de merite, aimera mieux s’en faire un grand aupres du Roy en concourant a la postulation de M. le cardinal de Furstenberg que de s’attirer le ressentiment de Sa Majeste par une autre election peu convenable au bien de l’evêche de Liége »65.

  • 66 Furstenberg ne paraît pas s’être attendu à l’opposition du gouverneur des Pays-Bas, car il écrivait (...)

44Dans le parti opposé, on jouait aussi ses derniers atouts. Le 3 août, arriva de Bruxelles le marquis d’Hoensbruck qui vint seconder les efforts de son collègue, le comte d’Autel, en faveur du Grand Maître66.

  • 67 D.G., reg. 819, n° 55.
  • 68 A.E.L., Conclusions capitulaires, reg. 268 (sede vacante), f. 126v-127. L’empereur, y lisait-on, ne (...)

45Ce dernier, qui résidait depuis quelques jours à la commanderie des Vieux-Joncs, près de Maestricht, se rendit à Liége et prit séance au chapitre67. De son côté le baron d’Eck fit donner lecture de la lettre impériale qui l’accréditait68.

  • 69 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 215. Le texte de la lettre royale du 13 juillet s’y t (...)
  • 70 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 349-351.

46D’Asfeld jugea aussi le moment venu de donner officiellement connaissance des lettres royales au chapitre69 ; à cet effet il fit mander par écrit ceux des chanoines qui étaient jusque là restés à la campagne pour éviter les sollicitations70.

  • 71 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 355, lettre de du Buad, 6 août.

47Mais les difficultés étaient sans cesse renaissantes. Les partisans de Bouillon, partagés entre leur désir d’obéir au roi de France et la haine qu’ils nourrissaient à l’égard de Furstenberg, essayèrent de gagner du temps. Ils s’avisèrent de ce que la procuration de leur favori n’était pas « en bonne forme » pour en réclamer une autre, en latin, et sous seing privé, et les agents français durent faire part de leur volonté à Versailles, tout en désespérant de recevoir encore à temps ce précieux papier !71.

  • 72 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 343, Bocholt à Breget, 3 août ; f. 357 de Ville à Louvois (...)

48De son côté le parti de Furstenberg réclamait à cor et à cri la présence à Liége de son candidat. Celui-ci, toujours aveuglé par son optimisme, ne semblait pas trop se soucier de la marche des affaires72. Mais, pressé par les sollicitations de ses amis, il finit par se rendre dans la Cité, le 9 août. Son arrivée ne changea d’ailleurs rien à la situation.

  • 73 B.R., ms. 21323-21329, f. 1-22.
  • 74 Les Méan étaient notamment dans ce cas. M. le baron de Sélys-Fanson me communique d’autre part un d (...)
  • 75 D.G., reg. 819, n° 60 : Asfeld à Croissy, 10 août.
  • 76 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 346.

49Les flatteries et les promesses ayant été sans effet sur le « parti de la patrie », Louis XIV recourut à la manière forte. Il défendit aux douanes liégeoises de percevoir encore les droits d’entrée sur les marchandises françaises, fit brutalement arrêter les receveurs de Dinant et de Ciney73 et ravager par ses troupes les propriétés que certains chanoines possédaient dans le Condroz74. Le résultat de toutes ces mesures fut naturellement d’indisposer contre la France tous les hésitants75. Aussi le roi crut-il nécessaire d’écrire de nouveau au chapitre en faveur de Furstenberg76.

  • 77 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III. f. 359-362.
  • 78 Cela n’empêcha d’ailleurs pas le baron de Nesselraude de poursuivre des pourparlers intéressés avec (...)

50Les ministres espagnols et impériaux avaient essayé jusque-là de gagner le tiers des suffrages. Mais, comme ils ne pouvaient compter, avec assurance, que sur une demi-douzaine de chanoines, ils se rendirent compte de l’inutilité de leurs efforts77. Ils se bornèrent alors à empêcher Furstenberg de parvenir à l’épiscopat en se rapprochant du parti de la patrie78.

  • 79 Il s’agit du comte de Berlo, archidiacre et futur évêque de Namur et du chanoine Burman, très lié à (...)

51Toutefois, les deux seuls chanoines restés fidèles à Joseph Clément de Bavière tendaient plutôt à s’unir au cardinal79.

  • 80 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 349-351. II ajoutait à la date du 10 août : « Le dessein (...)

52En somme d’Asfeld pouvait écrire à Colbert de Croissy : « Tout roule presentement sur la personne du grand doyen et celle de Monsieur le cardinal de Furstenberg »80.

  • 81 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 357-358.

53Le parti de ce dernier ne manquait pas de se compter fréquemment. Mais il est curieux de constater qu’il ne varia guère d’une seule unité pendant le mois qui précéda l’élection. A son arrivée à Liége, le baron de Ville n’avait compté que dix-huit chanoines vraiment fidèles. Quelques jours après cependant, il parlait de « vingt et une voix très sûres »81, soit qu’il y adjoignît quelques partisans de Bouillon, soit qu’il crût pouvoir se fier aux deux tréfonciers bavarois. D’Asfeld, de son côté, exprimait, le 10 août, son « absolue confiance » dans le succès.

  • 82 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 364-366, Lettre de Bocholt, le 12 août.

54Mais l’un des chefs du parti français, le baron de Bocholt, avertissait la cour de Versailles de ne compter que sur dix-huit voix, car, ajoutait-il, la présence de Furstenberg n’en a pu faire augmenter le nombre82.

  • 83 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 259-260, Lettre de La Raudière, le 12 août.
  • 84 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 364-366.

55Les dernières violences de la France avaient eu un résultat tout opposé à celui que l’on avait escompté à Paris. Aucun chanoine du « parti de la patrie » n’avait été ébranlé. Interrogé par La Raudière, Méan s’était borné à répondre « qu’il fera son devoir »83. Le baron de Bocholt mandait à la cour : « Le baron d’Asfeld, de Ville, et.tout le monde ne peut assez admirer l’obstination de ceste nation et du chapitre qui résiste aux caresses et aux menaces françaises »84 ! Et dans la bouche de cet ardent partisan de la France, cette déclaration prend une signification toute particulière.

56Faudrait-il rechercher l’une des raisons de cette cohésion dans l’intervention du facteur étranger, sous forme d’une influence hollandaise ? En d’autres termes, les Provinces Unies se sont-elles intéressées à l’élection liégeoise ?

  • 85 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 337, La Raudière à de Croissy, 24 juin.
  • 86 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 266. Il s’agit du sieur Grullart, maïeur de Maestricht qui y res (...)
  • 87 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 257-258, lettre de La Raudière, 10 août.
  • 88 D.G., reg. 819, n° 63, lettre d’Asfeld. A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 261, lettre de La Raudiè (...)
  • 89 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 484 « …les Hollandais qui ne souhaitoient point de l’ (Furstenbe (...)

57A vrai dire nos sources font à peine mention d’une influence hollandaise, du moins jusqu’au moment de l’élection. En effet, vers la fin du mois de juin, le bruit courait à Liége que les Etats Généraux n’entendaient se mêler ni des affaires de Cologne, ni de celles de Liége, et le résident français s’en faisait l’écho85. Mais bientôt un envoyé de Hollande est signalé dans la Cité86. Puis une lettre de La Raudière signale le fait que l’argent hollandais soutient la cause du grand doyen87. Toutefois ce bruit ne prend vivement consistance, dans les lettres des ministres français, que le jour de l’élection : si Furstenberg est vaincu, c’est que Méan « soutenu par l’argent du prince d’Orange a mené toute l’affaire »88 ! De leur côté les chroniqueurs contemporains n’hésitent pas à considérer comme importante l’influence hollandaise89.

  • 90 Il resterait à signaler un dernier élément. On parlait beaucoup à Liége au début du mois d’août d’u (...)

58Que faut-il en retenir ? Le dépit ne fait-il pas parler ainsi les agents français ? Si l’on est autorisé à tirer un argument d’analogie de la conduite des Provinces-Unies lors de l’élection épiscopale de 1694, on devra retenir le désir des Hollandais de n’avoir pour voisin aucun prince puissant. Dès lors il faudra bien admettre que l’intervention des Etats-Généraux a été pour quelque chose dans la solide cohésion du parti de la patrie90.

  • 91 D.G., reg. 819, n° 66 et 67. Mémoire d’Asfeld avec la liste ci-dessous.

59On arrivait ainsi à la veille de l’élection. Une fois de plus les partis se comptèrent91.

  • 92 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 368-369, lettre d’Asfeld ; f. 370-371, lettre de Bocholt  (...)

60Le parti de Furstenberg espérait réunir vingt-quatre voix sur quarante-six. Outre les dix-huit voix anciennes, il se croyait sûr de l’adjonction des deux partisans du prince de Bavière et de quatre des fidèles de Bouillon. Mais, à la réunion du 16 août, le comte de Berlo et Burman, les deux bavarois ne parurent pas, non plus que le chancelier Duras et le chanoine Lamargelle. Grand émoi dans le parti ! Ainsi réduite à la minorité, la fraction française discuta pendant toute une nuit. Il fut d’abord proposé de se porter sur le cardinal de Bouillon qui, avec son parti, aurait réuni vingt-cinq voix. Mais d’Asfeld excipait des ordres royaux pour s’y opposer formellement. A grand’peine, les partisans de Furstenberg s’y résignèrent et mirent alors en avant le nom du prince Joseph Clément ou celui du comte de Berlo qui aurait pu détacher quelques voix du parti de la patrie. Mais la désertion de ce dernier rendait malaisée cette combinaison et d’ailleurs les deux derniers amis de Bouillon, Malonne et Neufcourt, se retirèrent pour se donner au doyen. Enfin d’Asfeld montra une lettre du roi qui lui commandait de laisser élire le doyen si Furstenberg ne ralliait pas de majorité92. Déconcertés, les chanoines français durent se borner à donner le lendemain à leur favori dix-huit suffrages inutiles.

61Les quatre partis hostiles au cardinal confondirent leurs votes le 17 août, à l’exception du tréfoncier Woet qui, ne pouvant accorder son suffrage à Bouillon, refusa de prendre part à l’élection. Vingt-cinq voix proclamèrent Jean Louis d’Elderen évêque de Liége.

  • 93 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 261.

62Le résident La Raudière eut le mot de la fin : « La seule consolation que je trouve à cecy, Monseigneur, écrivait-il à Colbert de Croissy, le jour de l’élection, est que le nouvel evesque est âge de 72 ans, et qu’ainsi il y a lieu de croire qu’il cedera bientôt la place à un autre »93 !

  • 94 Cet épisode pourra paraître quelque peu romanesque ; j’ai douté de son authenticité tant que je ne (...)

63Pourtant un événement imprévu et encore mal connu avait failli bouleverser le résultat du scrutin. Le chapitre avait tenu séance de neuf heures à midi. A peine les capitulaires venaient-ils d’entrer en séance pour procéder à l’élection, qu’un courrier de France arriva à bride abattue. Il apportait un ordre royal d’avoir à se porter en faveur du cardinal de Bouillon94 ! Ainsi Louis XIV comprenait enfin, mais trop tard quand même, l’absurdité qu’il y avait à vouloir le triomphe d’un candidat odieux à la majorité des Liégeois. Au contraire, en assurant l’épiscopat à un autre prélat français, entouré celui-là des plus vives sympathies, on s’attachait du même coup le nouvel évêque et le cœur de ses ouailles. La disgrâce n’avait pas, en effet, altéré les sentiments patriotiques du cardinal et on aurait eu tout lieu de compter sur sa profonde reconnaissance.

  • 95 de Sourches, Ind. b. n° 9, t. II, p. 202. C’est sur le même ton que Colbert de Croissy répondait le (...)
  • 96 Voir ces deux curieux documents reproduits aux IIe et IIIe pièces justificatives.

64Quand la nouvelle de l’élection d’Elderen parvint à Versailles, le lendemain, un témoin nous rapporte qu’elle « ne fut pas trop agréable au Roy, qui dit tout haut… qu’un évêque de Liége sans considération n’était pas une chose trop incommode, ce qu’il répéta par deux fois95 ». L’évêque fit part de son avènement à Louis XIV dans une lettre d’une humble dignité. La réponse royale fut d’une brièveté quasi méprisante96.

  • 97 D. G., reg. 819, n° 65 ; A.A.E., Corresp. de Cologne, 39, f. 66.

65Les vaincus du scrutin se consolèrent, chacun de son côté. Le Grand Maître essaya d’obtenir la coadjutorerie du nouvel élu. Mais si le chapitre s’était choisi son doyen pour reconquérir sa propre liberté, ce n’était pas pour retomber aussitôt sous l’autorité d’un prince. Aussi ces efforts demeurèrent-ils vains97.

66Furstenberg trouva sa consolation dans une autre voie. Il pensa que s’il avait été élu évêque de Liége, le pape se serait hâté de le confirmer afin de pouvoir saisir ce prétexte pour l’exclure de l’archevêché de Cologne. Quelques jours plus tard, cependant, il se verra exclu de l’un comme de l’autre siège !

  • 98 Dangeau, Ind. b. n° 8, t. II, p. 162. Sourches, op. cit., pp. 219-220.
  • 99 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 406, Le roi à La Bérulle.ll octobre. Cela n’eut aucun eff (...)

67Ce fut le malheureux cardinal de Bouillon qui paya les frais de l’aventure ! Tout d’abord le roi se montrait mécontent de la conduite de ses amis à Liége et soupçonnait le cardinal de les avoir engagés « à tenir ferme pour ses intérêts », dans l’espoir d’être quand même élu. Son secrétaire fut arrêté et conduit à la Bastille, parce qu’il refusait de donner des explications sur la teneur de lettres chiffrées qu’il avait envoyées à Liége98. Ensuite le roi lui commanda de se démettre de son canonicat, de sa prévôté et de sa custodie en faveur de l’un des chanoines partisans de la France99.

  • 100 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 375, 383 et suiv.

68Louis XIV remercia personnellement les 17 chanoines qui donnèrent leurs suffrages à Furstenberg, et quelques gratifications achevèrent sans doute de satisfaire les « bien intentionnés »100.

  • 101 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 484. « Il est incroyable combien le peuple en témoigna de joie » (...)

69Quant au peuple liégeois, sa satisfaction éclata en joyeuses ripailles101. Il lui parut, sans doute, que pour la première fois depuis bien des années, il pouvait respirer librement.

  • 102 A.E.L., Concl. Cap. (sede vacante), reg. 268, f. 146v-155, document de 57 articles.

70Le chapitre, de son côté, saisit l’occasion qui s’offrait de restreindre considérablement à son profit l’autorité princière. Il rédigea une longue « capitulation », sorte de serment constitutionnel inaugural, à laquelle l’évêque dut se soumettre. D’une manière générale, l’intervention et l’approbation du chapitre y étaient requises pour toute affaire de quelque importance102.

Notes

1 Cette élection n’a encore fait l’objet d’aucune étude particulière ; cependant on trouve quelques renseignements dans Bouille (Ind. b. n° 14, t. III, p. 484) et dans Foullon (Ind. b. n° 15, t. III, pp. 418-420), les continuateurs de celui-ci se bornant d’ailleurs à traduire les détails que donne le Mercure historique (1688, t. II, pp. 846 et suiv.). Devaulx (B.U.L. ms. 1019, f. 732-734), dans ses mémoires, en dit aussi quelques mots. Daris (Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, pp. 213-216) est loin d’avoir utilisé ces quelques renseignements : sa source quasi unique est le registre aux Conclusions capitulaires, sede vacante, n° 268 aux A.E.L. Mes sources principales seront constituées par les registres XIV et suppl. III de la Correspondance de Liége aux A.A.E., ainsi que par les registres 806 et 819 de la section historique au D.G. On peut aussi trouver un écho de cette élection dans les mémoires du temps, soit du côté liégeois, dans des écrits de circonstance, soit du côté français, dans le Journal de Dangeau (Ind. b. n° 8, t. II, pp. 160 et 162), dans la Relation de Spanheim (Ind. b. n° 6, p. 128),dans les Mémoires de la Cour de France (Ind. b. n° 57, pp. 214, 219-220), dans les Mémoires du marquis de Sourches (Ind. b. n° 9, t. II, pp. 180, 196, 202-203,219-220), dans les Mémoires de l’abbé Choisy (Ind. b. n° 11, t. II, p. 178), etc. La plupart de ces écrits contemporains se font l’écho de bruits plus ou moins officieux, parfois même sans aucun fondement. C’est ainsi, par exemple, que les mémoires de Choisy renferment sur l’élection autant d’erreurs que de lignes.

2 Huisman, Ind. b. n° 74, pp. 78-79.

3 Lonchay, Ind. b. n° 72, p. 100 ; Huisman, op. cit., p. 101.

4 Lonchay, op. cit., p. 103 ; Huisman, op. cit., pp. 111-112 ; et la brochure Ind. b. n° 43.

5 Huisman, op. cit., p. 136. Le 30 déc. 1679, le résident espagnol écrivait à son gouvernement : « Il est constant que M. le cardinal de Bouillon et M. le prince de Strasbourg (= Furstenberg) prétendent ouvertement a l’évesché de Liege et que des a present ils font jouer toutes sortes de ressorts pour conserver leurs amis dans le chapitre », mais, ajoute-t-il, c’est en faveur du prince de Neubourg qu’il faut travailler (A.G.R., S.E.G., 24501, f. 212).

6 Huisman, op. cit., pp. 185-186.

7 Déjà en 1650, on avait vu un petit parti de chanoines hostiles à l’élection d’un prince bavarois (Huisman, Ind. b. n° 74, p. 36, note 2).

8 Ce n’est pas tout à fait ce que dit un extrait de lettre du résident espagnol en 1678, que publie M. Huisman (op. cit., p. 144, note 3). Toutefois, le passage entier fournit une note un peu différente et plus exacte sans doute : « En cas d’une garnison (française) pareille ou plus grande, si l’evesque de Liege venoit a vacquer, les orgues du chapitre ne sont que trop disposées à sonner des airs de France » (A.G.R.-S.E.G. 24501, f. 49 v). On le voit, c’est seulement dans le cas d’une occupation militaire.

9 Voir la conclusion de la première partie.

10 A.A.E. Corresp. de Cologne, 31, f. 270, Mémoire sur les coadjutoreries de Cologne et de Liége en 1687.

11 A.G.R.-S.E.G., reg. 591, f. 196. Mémoire du baron de Fridach, 26 février 1688.

12 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 234-235, lettres de La Raudière et de Colbert de Croissy.

13 A.A.E, Corresp. de Cologne, 42, f. 110v-111. Lettre de Louis XIV au chapitre. Cfr. une lettre plus explicite du comte de Poitiers à son fils, chanoine de Liége, dans la Corresp. de Liége, suppl. III, f. 320.

14 S. Balau, Ind. b. n° 77, p. 111.

15 Ce n’est qu’après la rédaction de ce chapitre que j’ai pris connaissance de la biographie du cardinal par Reyssié, Ind. b. n° 149, qui ne se fonde d’ailleurs sur presque aucune source inédite. L’article de la Grande Encyclopédie (VII, p. 651) sur le cardinal, renferme plusieurs inexactitudes

16 Pour en finir avec sa biographie, disons que la faveur royale lui revint en 1690, après un voyage à Rome où il avait été assister au conclave de 1689. Nous le verrons jouer un rôle de tout premier plan dans les événements liégeois de l’année 1694, puis il tenta la fortune sur un plus large théâtre. Ami de Fénelon, il fut compromis aux yeux du roi avec l’archevêque de Cambrai dont il plaidait sans doute la cause en cour de Rome. Briguant alors la coadjutorerie de Furstenberg à Strasbourg, il se vit préférer l’abbé de Soubise. Ses plaintes trop vives adressées au roi lui valurent une nouvelle disgrâce ! On l’exila dans ses abbayes de Bourgogne. Toutefois, il ne put se résoudre à obéir sur le champ et à quitter Rome où il devait obtenir du pape un bref d’éligibilité au décanat du Sacré Collège (1700). Ce séjour prolongé dans la Ville Eternelle, malgré l’ordre d’exil, lui procura le décanat qu’il sollicitait mais le perdit définitivement dans l’esprit de Louis XIV (voir les articles de M. Boislisle dans la Revue des Questions historiques, t. 84, pp. 420-471 ; t. 85, pp. 61-107, 444-491). Pendant 8 ans, il vécut en Bourgogne ; en 1709 on lui permit de circuler dans toute l’étendue du royaume sauf dans un rayon de 30 lieues autour de Paris. L’année suivante, il se démit de sa charge de grand aumônier et alla vivre à Tournai. Il mourut en 1715 à l’âge de 71 ans. (Ces renseignements sont extraits du ms. 517 du Fonds Clairembault à la B. N.). Telle a été la vie agitée et un peu extraordinaire de ce prélat ! Ces détails ne paraîtront peut-être pas inutiles pour la connaissance de l’homme qui par deux fois se vit bien près de monter sur le siège épiscopal liégeois.

17 Né le 5 décembre 1671 à Munich, élu en 1683 coadjuteur de Freisingen dont l’évêque mourut l’année suivante, élu en 1685 évêque de Ratisbonne (Heigel, Ind. b. n° 139, pp. 562-567). Je n’insiste pas sur la physionomie de ce prélat, car il me faudra y revenir longuement lorsqu’il ceindra la mitre de Liége en 1694

18 Preuss, Ind. b. n° 144, p. 221. « War er ein lebenslustiger, vergnügunssüchtiger Jüngling, dem das Schwert besser in der Hand lag als der Krummstab… »

19 Né en 1660 ; sa sœur avait épousé Léopold I. Son bref d’éligibilité est du 24 nov. 1676 (A.N. R2 66, pièce 6).

20 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 236.

21 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 241 et Suppl. III, f. 326.

22 La Raudière proposait que Bouillon écrivît au chapitre « pour déclarer que non seulement il ne prétend point présentement à cet évesché mais qu’il donnera sa voix à M. le cardinal de Furstenberg, ce mot de présentement fera croire à ses amis qu’il songe à devenir coadjuteur et les disposera favorablement pour le cardinal de Furstenberg ».

23 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 244. Ces chanoines, écrit La Raudière, « attendent qu’on les recherche par des voyes d’interest », mais à leur égard « on scait le moyen asseuré de les gagner ». (A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 239). Il est vrai que c’est un Français qui parle. Que l’on juge pourtant de la valeur morale du baron de Nesselraude, chef du parti du Grand Maître ! Au début d’août, il eut une longue conversation avec La Raudière et lui promit de disposer en faveur de Furstenberg de 2 ou 3 voix en échange d’une pension annuelle, puis il tergiversa, sans doute pour se vendre plus cher. (A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 225, 227). Or le 4 septembre, il écrivait au gouvernement des Pays-Bas une lettre très humble où il se révèle à la dévotion du roi d’Espagne ! (A.G.R.-S.E.G., 591, f. 236).

24 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 246-247.

25 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 249-251.

26 Cette élection de Cologne a fait l’objet d’une foule de travaux, quelques-uns fort importants, mais qui n’ont pas cependant épuisé le sujet. On n’a pas, que je sache, étudié à cet égard les archives vaticanes et en tout cas on n’a guère utilisé les correspondances du ministère de la guerre à Paris. Les principaux de ces travaux sont : Münch, Ind. b. n° 131, t. III, pp. 313-348. Ennen, Ind. b. n° 69, t. I. Rousset, Ind. b. n° 155, t. IV, pp. 65-82. Gérin, Le pape Innocent XI et l’élection de Cologne en 1688 (dans la Revue des Questions historiques, t. XXXIII, pp. 75-127). Prutz, Die kölner Wahl und Frankreichs Friedensbruch 1688 (pp. 165-204 de l’Historisches Taschenbuch, 6e Folge, 9e Jahrg, 1890) et surtout Böhmlander, Ind. b. n° 79. Mon récit est fait d’après ce dernier ouvrage et d’après Riezler, Ind. b. n° 150, t. VII, pp. 366-367.

27 Böhmlander, op. cit., p. 69, note 1.

28 Böhmlander, op. cit., p. 68 (24 juin).

29 Böhmlander, op. cit., pp. 69-71.

30 Böhmlander, Ind. b. n° 79, p. 75.

31 C’est-à-dire 13 le jour du scrutin et une reçue le lendemain d’un capitulaire qui avait vainement donné la sienne au palatin. La 24e voix fut celle que Furstenberg donna à son neveu le comte de Reckeim.

32 D.G., reg. 819, n° 52. A.A.E. Corresp. de Liége, suppl. III, f. 339-340.

33 Furstenberg notamment l’avait pris en grippe et Waldor, résident liégeois à Paris, sollicitait son remplacement (A.A.E., Corresp. de Liége, XVII, f. 57-59).

34 Balau, Ind. b. n° 77, pp. 115-126 pour la biographie du personnage.

35 Il est assez surprenant que, parmi les archives de Modave et la correspondance du baron de Ville, Balau ne signale aucune pièce relative à l’intervention de celui-ci dans les affaires politiques du pays.

36 On trouvera un exemplaire de ces lettres dans de Renesse, Ind. b. n° 147, pp. 482-483.

37 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 328-331.

38 Charles de Méan n’eut pas moins de treize enfants. Voyez la généalogie de la famille dans Poncelet, Ind. b. n° 141, pp. 338-339.

39 Né en 1647, reçu au chapitre en 1676, prévôt de Saint-Servais à Maestricht, écolâtre de la cathédrale en 1682 (de Theux, Ind. b. n° 161, t. III, pp. 339-340).

40 Ce fait, qui reste dans la pénombre au cours des tractations qui vont suivre, s’éclaircit tout à fait parce passage d’une lettre de Bouillon à Méan le 5,janvier 1694 : « Comme je suis pour vous, Monsieur, le mesme que j’ai été par le passé, c’est-à-dire le plus veritablement de vos amis que personne, ainsi que j’y suis oblige de l’être par les services effectifs et considérables que vous m’avez rendu en toutes occasions et principalement dans le temps de la dernière élection de l’éveché de Liége… » (B.N., Nouv. acq. fr., ms 5090, f. 60).

41 Guillaume de Méan, prévôt de Saint-Martin, et Laurent de Méan.

42 Ce sont les Vander Heyden a Blisia.

43 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 335-336.

44 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 254.

45 Sur les 60 canonicats de la cathédrale, plusieurs n’étaient pas pourvus ; certains chanoines, tels que les princes étrangers, étaient absents.

46 Voyez-en des applications en 1724 lors de l’élection de G. L. de Berghes (Fairon, Ind. b. n° 98), en 1764, lors de celle d’Oultremont (de Villermond, Ind. b. n° 170), en 1784 à celle d’Hoensbroeck (Magnette, Ind. b. n° 130).

47 D.G., reg. 806, f. 455 (minute de Louvois).

48 D.G., reg. 806, f. 492-495 (minute de Louvois) .

49 D.G., 806, f. 521v, minute dont un extrait a été publié par Rousset, Ind. b. n° 155, t. IV, p. 83.

50 D.G., reg. 806, f. 541, Louvois au contrôleur général, le 28 juillet.

51 « Il y a bien de l’apparence que lorsque M. le cardinal de Furstenberg voudra donner les voix de ses amis dans le chapitre de Liége, le grand doyen sera esleu sans faire de despense considerable, mais comme il se pouvoit faire que quelques amis de M. le cardinal de Furstenberg voudroient lui donner leurs voix et ne voudroient pas la donner à ce doyen, et qu’il pouroit arriver que le cardinal croyant avoir des voix qu’il n’auroit pas voudroit tenter de se faire elire, il me paroit important que Dasfeld soit en etat de faire elire le grand doyen maigre le cardinal de Furstenberg, s’il a connoissance que les voix que le cardinal peut avoir ne sont point suffisantes pour le faire postuler canoniquement… » (D.G., reg. 806, f. 568).

52 « Il me paroist par les lettres que je reçois de Liége que l’affaire de Monsieur le cardinal de Furstenberg ne peut etre en plus mauvais termes qu’elle est. Je conviens avec Monsieur de Croissy que l’exclusion est seur si elle se fait de concert avec M. le cardinal de Furstenberg et qu’il soit assez maitre de ses amis pour qu’ils veuillent bien donner leurs voix au grand doyen, mais si, comme je n’en doute pas, M. le cardinal de Furstenberg ayme mieux une postulation que de faire eslire canoniquement ledit grand doyen, je suis persuade que ce n’est point une chose aussi aysée que M. de Croissy pense, et c’est pourquoi il me paroist qu’il est tres important que S. M. ordonne à M. de Croissy de bien instruire M. d’Asfeld afin qu’une postulation de M. le C. de Furstenberg par un moindre nombre que les 2/3 et une election du grand doyen ou d’un autre homme eligible par un nombre de chanoines moindre que la moitie, ne remette encore l’evêche de Liege a la disposition du pape ». (D.G., reg. 806, f. 580v-581, Louvois au contrôleur, 30 juillet. Deux petits extraits ont été publiés par Rousset, Ind. b. n° 155, t. IV, p. 82, note 1).

53 D.G., reg. 807, f. 6 (minute de Louvois).

54 Le 22 juillet, le maréchal de Boufflers écrivait que l’élection rencontrerait beaucoup plus de difficultez et d’opositions qu’on ne croyoit » (D. G., reg. 819,n° 35).

55 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 249-251, lettre de La Raudière, 24 juillet.

56 D.G., reg. 819, n° 43 bis. A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 252, de Croissy à La Raudière, 29 juillet. Le 31, de Croissy adressa à d’Asfeld la procuration du cardinal de Bouillon, en blanc, pour qu’il en fît le meilleur usage possible (A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 334).

57 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 335-336. Corresp. d’Autriche, 64, f. 130.

58 D.G., reg. 819, n  50, lettre d’Asfeld, 2 août, arrivé à Liége le 30 juillet.

59 A.A.E., Corresp. de Liège, XIV, f. 254, suppl. III, f. 335.

60 Celui-ci, ajoute de Ville, « a des terres dans le pais conquis, il a besoin d’être intimidé ».

61 Je ne sais à quoi de Ville fait ici allusion ; je constate seulement que Duras restera un ami de Bouillon.

62 On ne peut qu’essayer de le flatter, ajoute de Ville, et « je suis en rapport avec lui en feignant d’être ennemi des Liboy ».

63 D.G., reg. 819, n° 48. Il circulait alors un pamphlet intitulé « Sentiments d’un bon voisin pour Messieurs du chapitre cathédral de Liege » ; on y lisait qu’il ne fallait pas se diviser comme à Cologne, mais que, la neutralité étant indispensable à l’état, il fallait faire choix d’un prince également agréable aux puissances, d’un homme du pays qui sera plutôt un bon évêque qu’un prince puissant (B.U.L., ms 1019, f. 732-734). Daris (Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 215) en signale un autre : « Réponse de deux docteurs en théologie à un chanoine de l’église cathédrale de Liége », (Archives du Grand Séminaire, à Liége) qui est un plaidoyer pour la candidature d’Elderen, tout en ne citant aucun nom.
Les autres pamphlets du temps ne me sont connus que de nom.

64 D.G., reg. 819, n° 51 et 51 bis. A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 343.

65 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 345, lettre de Colbert de Croissy du 9 août.

66 Furstenberg ne paraît pas s’être attendu à l’opposition du gouverneur des Pays-Bas, car il écrivait le 5 août à Castanaga son étonnement « de la manière dont les ministres de vostre Couronne agissent a Liege » contre lui. Il affirmait disposer déjà de la majorité des suffrages (A.G.R.-S.E.G., reg. 591, f. 222).

67 D.G., reg. 819, n° 55.

68 A.E.L., Conclusions capitulaires, reg. 268 (sede vacante), f. 126v-127. L’empereur, y lisait-on, ne doute pas d’une résolution du chapitre favorable à l’Empire. Cette discrétion était rendue nécessaire par le fait qu’au moment de la rédaction de cette lettre, Joseph Clément de Bavière et le prince de Neubourg étaient encore tous les deux candidats. Le 29 juillet, on avait donné lecture au chapitre d’une lettre de l’électeur de Bavière.

69 Daris, Ind. b. n° 70, xviie siècle, t. II, p. 215. Le texte de la lettre royale du 13 juillet s’y trouve presque intégralement reproduit.

70 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 349-351.

71 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 355, lettre de du Buad, 6 août.

72 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 343, Bocholt à Breget, 3 août ; f. 357 de Ville à Louvois, 8 août. Au fond cependant l’évêché de Liége lui tient « à cœur plus qu’aucune autre chose », disait le marquis de Gravel, ambassadeur français à Cologne (A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 37).

73 B.R., ms. 21323-21329, f. 1-22.

74 Les Méan étaient notamment dans ce cas. M. le baron de Sélys-Fanson me communique d’autre part un document du 5 août par lequel l’intendant du château de Fanson avertit son maître, le chanoine de Sélys, de l’occupation de ses terres par des cavaliers français pour le contraindre à « donner son suffrage au cardinal de Furstenberg ».

75 D.G., reg. 819, n° 60 : Asfeld à Croissy, 10 août.

76 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 346.

77 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III. f. 359-362.

78 Cela n’empêcha d’ailleurs pas le baron de Nesselraude de poursuivre des pourparlers intéressés avec les Français et de leur déclarer qu’il n’attendait que le départ du Grand Maître pour se joindre à Furstenberg. Nous avons d’ailleurs vu ci-dessus d’autres témoignages de la valeur morale de ce personnage.

79 Il s’agit du comte de Berlo, archidiacre et futur évêque de Namur et du chanoine Burman, très lié à la maison de Bavière.

80 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 349-351. II ajoutait à la date du 10 août : « Le dessein des ennemis de M. le cardinal de Furstenberg se borne présentement à luy donner l’exclusion et se réunir tous pour y parvenir en se jettant sur la personne du grand doyen ou de quelqu’autre du chapitre » (A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 359-362).

81 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 357-358.

82 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 364-366, Lettre de Bocholt, le 12 août.

83 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 259-260, Lettre de La Raudière, le 12 août.

84 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 364-366.

85 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 337, La Raudière à de Croissy, 24 juin.

86 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 266. Il s’agit du sieur Grullart, maïeur de Maestricht qui y resta jusqu’en septembre.

87 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 257-258, lettre de La Raudière, 10 août.

88 D.G., reg. 819, n° 63, lettre d’Asfeld. A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 261, lettre de La Raudière, Corresp. de Liége, suppl. III, f. 381, lettre de Bocholt du 27 août.

89 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 484 « …les Hollandais qui ne souhaitoient point de l’ (Furstenberg) avoir pour voisin rendirent ses efforts inutiles ».

90 Il resterait à signaler un dernier élément. On parlait beaucoup à Liége au début du mois d’août d’une entrée de troupes françaises dans la citadelle. Le gouverneur de celle-ci, marquis de Lassalle, était une créature de Furstenberg (Foullon, Ind. b., n° 15, t. III, p. 419). Ces bruits étaient loin d’être sans fondement. Louvois aurait en effet désiré l’occupation pour assurer le succès de l’élection et ne manquait pas de reprocher avec aigreur au cardinal de n’y pas avoir consenti. (« Comme… vous auriez été postulé évêque de Liége si vous aviez fait remettre la citadelle de ladite ville à S. M. auparavant le jour de l’élection, souffrez que je vous dise qu’il ne faut plus de ménagement », Rousset, Ind. b. n° 155, t. IV, p. 89, note 2). Mais Furstenberg avait craint, non sans raison, de s’aliéner à jamais les sentiments du peuple s’il avait eu recours à un tel expédient.

91 D.G., reg. 819, n° 66 et 67. Mémoire d’Asfeld avec la liste ci-dessous.
Image 1.jpg

92 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 368-369, lettre d’Asfeld ; f. 370-371, lettre de Bocholt ; D.G., 819, n° 63. Ce serait là en définitive un succès partiel de la conception de Louvois.

93 A.A.E., Corresp. de Liége, XIV, f. 261.

94 Cet épisode pourra paraître quelque peu romanesque ; j’ai douté de son authenticité tant que je ne l’ai vu rapporté que par Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 484 « t par Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, p. 420, lesquels s’inspirent visiblement ici du Mercure historique (1694, t. I, p. 154) ; mais j’ai cessé d’être sceptique à la lecture de ce message de d’Asfeld le 18 août : « Le courier que vous avez fait depescher par M. Breget est arrivé trois ou quatre heures trop tard, on aurait eu de la peine à différer l’élection ». (D.G., reg. 819, n° 66). De quoi pouvait-il être question sinon d’assurer l’élection du cardinal de Bouillon ? Aucune autre hypothèse ne serait satisfaisante. De plus, et ceci achève de me convaincre, je lis à la date du 4 août dans les Mémoires du marquis de Sourches (Ind. b. n° 9, t. Il, p. 196) toujours si bien informé : « Il couroit alors un bruit que le Roy étant bien averti que le chapitre de Liege avoit donné l’exclusion à M. le Cardinal de Furstenberg avoit envoyé l’ordre à Monsieur le cardinal de Bouillon de s’en aller à Liége en toute diligence pour essayer de se faire elire évêque, parce qu’il avoit encore dans ce chapitre, dont il étoit prévot, un grand nombre de voix qui persistoient en sa faveur, et l’on ajoutait que M. le comte d’Auvergne, son frère, étoit déjà à Liége pour menager les esprits, ayant couvert sa marche sous le prétexte spécieux d’aller faire un tour à sa terre de Berg op Zoom, qui est dans le Brabant ».

95 de Sourches, Ind. b. n° 9, t. II, p. 202. C’est sur le même ton que Colbert de Croissy répondait le 19 août à d’Asfeld. « …Je crois que le chapitre de Liége aura tout le loisir de se repentir du choix qu’il a fait, mais après le peu d’égard qu’il a eu aux recommandations de Sa Majesté, il ne pouvoit rien faire de plus convenable pour son service ». (A.A.E., Corresp. de Cologne, reg. 42, f. 276).

96 Voir ces deux curieux documents reproduits aux IIe et IIIe pièces justificatives.

97 D. G., reg. 819, n° 65 ; A.A.E., Corresp. de Cologne, 39, f. 66.

98 Dangeau, Ind. b. n° 8, t. II, p. 162. Sourches, op. cit., pp. 219-220.

99 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 406, Le roi à La Bérulle.ll octobre. Cela n’eut aucun effet, parce que les bénéfices des cardinaux étant à la disposition du pape, Bouillon ne pouvait choisir son successeur. (Ibidem, f. 434).

100 A.A.E., Corresp. de Liége, suppl. III, f. 375, 383 et suiv.

101 Bouille, Ind. b. n° 14, t. III, p. 484. « Il est incroyable combien le peuple en témoigna de joie ». Foullon, Ind. b. n° 15, t. III, p. 420.

102 A.E.L., Concl. Cap. (sede vacante), reg. 268, f. 146v-155, document de 57 articles.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter