Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Première partie. Une tradition politique

Chapitre II. La pratique de la neutralité

Résumé

La politique suivie par la France à l’égard de la neutralité liégeoise. Elle se concilie en général parfaitement avec son maintien, et même avec sa défense. — Richelieu et la principauté : le programme élaboré par Fancan, mis en pratique par de Ficquelmont. Les menaces d’annexion. — Mazarin et la principauté : le programme neutraliste du cardinal et la Ligue du Rhin. — Louis XIV et la principauté : la politique agressive de la France est limitée dans ses effets par l’alliance de l’évêque de Liége avec le Grand Roi. Nombreux accrocs donnés au principe par les armées françaises. — Les Pays-Bas espagnols : leur rôle très effacé, la reconnaissance de la neutralité liégeoise en 1654. — Les Provinces-Unies ont des contacts plus fréquents avec les Liégeois. L’explication de leur attitude réservée. La reconnaissance de la neutralité liégeoise, en 1673. — L’attitude impériale est toute de défiance. Pourquoi ? — Explication des diverses interventions du souverain de Vienne dans les affaires liégeoises. — Qu’ont recherché au juste les Liégeois dans leur neutralité. — Pourquoi n’ont-ils pas voulu de la « neutralité armée ». — Conclusion.

Texte intégral

1La question que nous essayons de résoudre est la suivante. Alors que les diverses puissances ont maintes fois donné leur parole solennelle d’observer à l’égard de la principauté une conduite compatible avec la neutralité de celle-ci, qu’est-ce que la pratique elle-même de cette neutralité nous révèle ? Qu’est-ce que l’observation des faits nous apprend sur le rôle et la politique des voisins du pays de Liége à son égard ?

2Pour la clarté de l’exposé nous envisagerons successivement la France, les Pays-Bas, les Provinces-Unies et l’Empire.

  • 1 Voir le début du premier chapitre.

3On sait que la reconnaisance de la neutralité liégeoise par la France, en 1492 mettait fin à tout un système politique à l’égard de la principauté. Charles VII et Louis XI ont dirigé vers elle avec le plus grand succès leur activité diplomatique. Souvent ils ont pu compter nos ancêtres au nombre de leurs alliés les plus fidèles. Aussi les ducs de Bourgogne finirent-ils par écraser leurs remuants voisins. Le terrible désastre de 1468 infligé à la Cité eut toutefois un résultat heureux : l’élaboration d’un nouveau programme de politique extérieure. Désormais, décidèrent les Liégeois, nous garderons la neutralité1.

  • 2 On trouvera le développement de cette thèse et toutes les preuves désirables dans un article de la (...)

4Or, et c’est là une des plus curieuses manifestations de la merveilleuse souplesse de la politique française, les rois très chrétiens vont presque aussitôt s’accommoder si bien de la nouvelle attitude des Liégeois qu’ils inscriront dans leur programme traditionnel d’action le maintien de la neutralité. Alors que Charles VII et Louis XI n’avaient rien épargné pour attirer ou retenir la principauté dans leur alliance étroite, Charles VIII et ses successeurs s’attacheront à demander aux nouvelles dispositions de nos ancêtres à peu près les mêmes faveurs. Et, chose curieuse elle aussi, cette attitude habile et intéressée leur vaudra des avantages tels que jamais ils ne songeront à dénoncer la reconnaissance solennelle qu’ils avaient faite de cette neutralité. Ils sauront sans doute aussi l’exploiter, parfois même avec des raffinements d’astuce, car l’intérêt de la monarchie sera toujours pour eux la « suprema lex » ; mais précisément cet intérêt s’identifiera si souvent avec la défense de la neutralité, que nos ancêtres vivront à cet égard dans une perpétuelle illusion. Aussi le prestige de la France restera-t-il toujours extraordinaire à Liége. Il pourra avoir ses crises, subir des éclipses, être momentanément supplanté, jamais il ne pourra disparaître ou s’effacer devant une autre étoile2.

  • 3 Voyez surtout Lonchay, Ind. b. n° 71, chap. VI, l’article de Chestret de Haneffe dans le Bulletin d (...)

5Au xvie siècle cependant l’alliance de la principauté avec les Pays-Bas, provoquée par la conduite maladroite de François I à l’égard d’Erard de La Marck, marqua un sérieux recul de l’influence du midi. Le roi très chrétien dut se contenter d’entretenir à Liége une agitation sourde dont il pourrait profiter à l’occasion3. Car, jusqu’au moment le plus brillant de l’alliance espagnole, la Cité a connu un parti français dont le programme obscur dut être surtout négatif et qui se fit alors le champion intéressé de la politique de neutralité.

6Il faut attendre Henri IV pour voir la monarchie, au sortir de la grande crise du xvie siècle, renouer sa tradition politique à l’extérieur. C’est aussi avec ce souverain que réapparaît dans la principauté l’influence de plus en plus considérable de la France.

7Pour caractériser la politique suivie par celle-ci, nous citerons les textes les plus suggestifs.

  • 4 Fagniez, Ind. b. n° 96, p. 77.

8C’est à l’un des conseillers de Richelieu, Fancan, que revient l’honneur d’avoir, le premier, tracé un programme d’action à l’égard de nos ancêtres, depuis Louis XI bien entendu. Ses directives se résumaient en une formule : « Pratiquer avec la ville de Liége à ce qu’elle requiere du Roy une ligue en forme de protection, afin de la retirer peu à peu d’avec l’Espagnol, qui a grande envie sur ledit païs »4. Son but était de gagner l’esprit de la population, à défaut de celui du prince, pour pouvoir procéder à des levées de troupes.

9Ce programme fut précisé dans les nombreuses instructions remises au cours du xviie siècle aux résidents français à Liége.

  • 5 Helbig, Ind. b. n° 35, pp. 23-24.

10Ainsi, en 1630, Richelieu recommande au résident Cadenet de recruter le plus possible de partisans, de sonder les intentions des chefs de la bourgeoisie, de reconnaître le terrain pour pratiquer éventuellement des levées, en un mot de s’établir dans la place « bastissant pour la France et destruisant pour l’Espagne »5.

  • 6 Lonchay, Ind. b. n° 72, passim et A.A.E., Corresp. de Liége, reg. I, f. 145-149, 165, 170-171, 227, (...)

11En 1634, la politique française se fait plus audacieuse. Non seulement elle cherche à conquérir la Cité par l’or et les promesses, mais elle suscite une véritable guerre civile parmi les Liégeois. Elle ne recule même pas devant l’envahissement progressif, prélude de la mainmise totale. Son agent accrédité, de Ficquelmont, devient un moment le vrai maître de la Cité, disposant à son gré de tout un parti6. La principauté semble à la veille de disparaître comme État autonome : le sort des Pays-Bas la menace.

12Ainsi, au moment où Richelieu prend ouvertement parti dans la guerre de Trente Ans, la France va jusqu’à admettre l’annexion au moins partielle du pays de Liége. Ce changement d’attitude semble bien conditionné par le développement général de sa politique : c’est un remarquable exemple de l’empirisme parfait qui la caractérise.

  • 7 De Lhomel, Ind. b. n° 39, passim et notamment pp. 9, 23, 27.

13Quelques années plus tard, c’est de nouveau la guerre civile qui éclate dans la Cité, entretenue encore par les soins d’un autre agent français, Antoine de Lumbres. C’est lui qui stipendie les chefs et qui leur transmet le mot d’ordre de Paris quitte à les abandonner par après à la répression du prince7.

  • 8 Huisman, Ind. b. n° 74, chap. III ; Chéruel, Ind. b. n° 40, t. VI, pp. 107, 120 ; Bourelly, Ind. b.(...)

14Après les traités de 1648, on se trouve à un tournant de la politique française. Mazarin, après avoir achevé la tâche entreprise par son prédécesseur, va demander à sa diplomatie de consolider les résultats acquis. Il entreprend toute une série de négociations qui conduiront les États allemands à former sous le protectorat français la fameuse Ligue du Rhin. Un tel programme s’accommodait on ne peut plus heureusement d’une neutralité liégeoise. Aussi les armées de Louis XIV contribuèrent-elles efficacement à arracher à l’Espagne en 1654 la première reconnaissance officielle de celle-ci. En échange, Mazarin avait conquis les sentiments de l’électeur Maximilien-Henri, évêque de Liége, par l’intermédiaire de ses ministres, les Furstenberg8.

15Avec le règne personnel de Louis XIV, la politique française redevient agressive. Pendant tout son règne ce souverain cherchera à s’emparer des Pays-Bas et fera de ceux-ci le véritable pivot de son action extérieure. Bien menacée était donc la petite principauté, maîtresse de la principale voie stratégique du pays, la vallée de la Meuse. Pas plus que ses voisins de l’ouest, elle ne put éviter plusieurs mutilations de territoire. Si, finalement, elle put échapper à l’annexion, la cause la plus vraisemblable s’en doit chercher dans l’alliance qu’à deux reprises ses princes-évêques vont contracter avec la France. Il devenait bien difficile à Louis XIV de dépouiller un allié puissant, tel qu’un électeur d’Empire, dont au surplus il avait besoin. Mais néanmoins, le Grand Roi sut se tailler une notable partie du patrimoine de Saint-Lambert et il a exercé sur tout le pays de Liége une autorité dangereuse et malveillante. Car si l’on rencontre toujours les paroles les plus rassurantes, les promesses les plus solennelles au sujet de la neutralité, les faits donnèrent trop souvent d’éclatants démentis à ces affirmations. Quelques exemples vont illustrer cette constatation.

  • 9 Halkin, Ind. b. n° 44, p. 346.

16Au cours de la guerre de Hollande, Louvois, qui entretenait des intelligences dans la place, se fit livrer la citadelle de Liége par son gouverneur en mars 1675. Pour calmer l’effervescence des habitants, il chargea son résident de déclarer que les Français ne s’étaient emparés de la forteresse que pour mieux maintenir la neutralité du pays !9. Il serait difficile d’être plus cynique, mais il est toutefois curieux de constater le parti que les belligérants savaient tirer du prestige dont les Liégeois entouraient ce concept.

  • 10 A.A.E., Corresp. de Liége, IX, f. 2-5.

17Dans une instruction de 1676 le point de vue français est fort clairement exposé : « L’intention de S. M. a toujours été d’observer la neutralité avec le pays de Liége et s’il s’est passé quelquefois des choses qui y aient paru contraires, ç’a este seulement pour punir le pays et la ville des assistances qu’ils avoient donne aux ennemis de S. M. ou pour se precautionner contre le dommage qu’elle en pouvoit appréhender »10. C’est dire en somme que la conduite de la France se règle sur les occurrences et qu’aucun apriorisme ne gouverne sa politique.

18Ce caractère dut apparaître plus douloureusement aux yeux des Liégeois en 1684, lors de l’échec de la dernière révolution populaire liégeoise. La France avait toujours jusqu’alors soutenu les partis révolutionnaires, par sa diplomatie, sinon par ses armes. Mais à présent, la situation s’était bien transformée. C’est le prince qui se trouvait être l’allié du monarque français. Et bientôt, la rentrée victorieuse de Maximilien-Henri, accompagné d’un corps d’armée français, vint témoigner aux yeux de tous, combien dangereuse était l’illusion de supposer dans la conduite de la patrie des Louis XI, des Richelieu, des Mazarin et des Louis XIV, autre chose qu’un calcul politique, divers peut-être dans ses modalités mais identique dans son principe.

19Mais pour trop de Liégeois l’idée de la protection tutélaire de la France était solidement ancrée dans leurs esprits et pas plus les cruelles épreuves du xviie siècle que les désastres retentissants du XVe n’ont pu faire justice de cette illusion.

20Pour mener à bonne fin une étude parallèle sur l’attitude des Pays-Bas, des Provinces-Unies ou-de l’Empire, on se heurte à de multiples difficultés. Les sources sont rares, laconiques et même ignorées. L’action extérieure de ces puissances a été incomparablement moins suivie à l’égard de la principauté que celle, toujours envahissante de la France. Essayons pourtant de jeter quelque lumière sur cette histoire.

21On sait que les Pays-Bas espagnols n’ont reconnu officiellement la neutralité liégeoise qu’en 1654. La question se pose alors de savoir quels rapports ont-ils pu entretenir avec la principauté jusqu’à cette époque.

  • 11 A.G.R., Papiers d’état et d’audience, 4352 et 1591 ; Lonchay, Ind. b. n° 71, pp. 174-176 et un proc (...)

22Au xvie siècle, un traité d’alliance défensive avait solidarisé les deux États. Mais au bout d’un certain temps, les Liégeois essayèrent de se détacher des liens de ce traité en considérant certaines de ses clauses comme abrogées. Non seulement ils se refusèrent à intervenir dans la guerre civile qui déchira les Pays-Bas sous le gouvernement du duc d’Albe, mais ils entendirent se renfermer d’une manière absolue dans l’abstention. Or les lieutenants de Philippe II ne pouvaient admettre une telle attitude. Trompés dans leur espoir de se voir secourus par la principauté, ils ne voulurent pas se résigner à une dénonciation du pacte d’alliance. Maintes fois, ils tâchèrent d’en obtenir la confirmation purement formelle : ce fut en vain. L’évêque des Liégeois traîna constamment les négociations en longueur et à l’égard du traité de 1518 invoqua tranquillement le principe de la « res inter alios acta »11.

  • 12 Ainsi, par exemple, le 6 décembre 1639, le Cardinal Infant, gouverneur des Pays-Bas, écrivait à la (...)

23Une telle attitude, on le conçoit, n’était pas faite pour rendre la neutralité liégeoise très sympathique à l’Espagne. Mais la décadence du royaume qui commença à la mort de Philippe II et qui se précipita sous chacun de ses successeurs entraîna la paralysie des Pays-Bas. Aux prises avec leurs voisins du sud et du nord pendant la guerre de Trente Ans, ceux-ci durent se borner à la défensive et leur intervention à Liége ne se manifesta guère que par le zèle plus ou moins intempestif de certains de leurs agents. Aussi la principauté n’a-t-elle guère souffert de leur bouderie officielle. Sa neutralité, ignorée en droit, n’est pas en fait contestée : elle est même implicitement admise par le gouverneur des Pays-Bas lorsqu’une négociation vient à s’ébaucher12.

  • 13 A.N., K.K., 1073. — A.G.R., S.E.G., 81, f. 117. — Huisman, Ind. b. n° 74, p. 56, n° 5.
  • 14 Louvrex, Ind. b. n° 62, t. I, pp. 250-253.

24Cependant, pour en arriver à la reconnaissance formelle de 1654, l’arrivée foudroyante d’une armée française jusqu’aux portes de Liége et les instances de la cour de Vienne ne furent point superflues13. Le traité reconnut le droit au libre passage à travers la principauté ainsi qu’il était d’usage sous l’ancien régime14. Au point de vue pratique, les conséquences en furent à peu près nulles : ce n’était au fond que l’aveu sans détour de l’abrogation de l’alliance ancienne que les Liégeois considéraient comme ayant cessé d’exister depuis trois quarts de siècle.

25Ainsi, l’attitude du gouvernement de Bruxelles fut en général d’importance négligeable sur les déterminations des Liégeois.

  • 15 A la suite des plaintes des Liégeois, les États Généraux déclaraient le 14 mai 1592 n’avoir rien de (...)
  • 16 Voyez par exemple en 1622 A.E.L., État tiers, recès des députés, 1620-1632, f. 97-98, et pour 1634 (...)
  • 17 De Crassier, Ind. b. n° 87, pp. 246 et 274.

26De leur côté, les Provinces-Unies ont joué un rôle plus marqué. La nouvelle république n’avait aucun intérêt à bafouer la neutralité de sa voisine ; au contraire, la présence d’un territoire ami à sa frontière méridionale lui permettait d’échapper à l’investissement austro-espagnol. Mais d’autre part, l’alliance qui subsista virtuellement entre la principauté et les Pays-Bas devait la mettre en garde contre une trop bénévole confiance. Il n’y eut pas sans doute de reconnaissance solennelle et explicite de la neutralité liégeoise avant 1673, mais, dès l’origine, on vit se manifester une évidente attention à ménager la principauté15. Souvent on relève des objurgations adressées aux Liégeois à propos de leur conduite impartiale16. En somme, comme le reconnaissaient les États-Généraux en 1639 la neutralité du pays « s’observe d’un commun consentement par les provinces voisines a l’esgard dudit pays »17.

  • 18 A.E.L., Recès du Conseil de la Cité, reg. 735, f. 246v-247, lettre du prince d’Orange à Ernest de B (...)

27Mais, constatons-le une fois encore, cette attitude tout intéressée était naturellement subordonnée à la politique générale de l’État hollandais. Lorsque la poursuite des buts essentiels de leur action extérieure impliquait la violation de cette neutralité, les États-Généraux n’hésitèrent pas à aller de l’avant. C’est ainsi qu’en 1595 une garnison hollandaise s’étant introduite à Huy et s’étant emparée de la ville et du château, le prince d’Orange eut l’audace de répondre aux plaintes des Liégeois qu’il n’avait jamais eu en ce faisant « la moindre pensee… de contraryer en aucune maniere a la bonne voisinance et neutralité accoutumee »18. Ce cynisme est un éloquent témoignage de la lamentable précarité d’une telle neutralité.

  • 19 Le grand pensionnaire, faisant part à son frère le 11 mars 1672 du résultat de la négociation engag (...)

28Au cours de la seconde moitié du xviie siècle, les Provinces-Unies s’attachèrent à faire des Pays-Bas le boulevard qui garantirait leur propre sécurité contre les visées de la France. Or l’expérience leur avait démontré que les forteresses de la principauté ne pouvaient être efficacement défendues, en temps de guerre, par nos ancêtres. Les estimant indispensables à leur Sûreté, elles réclamaient le droit d’y placer garnison. Jean de Witt, peu avant sa mort tragique, essayait même de faire partager ses vues aux Liégeois, leur promettant en échange un traité avantageux19.

  • 20 Ce fait semble peu connu : ni Lonchay, ni M. Huisman n’en ont fait mention. M. Defrècheux le cite d (...)
  • 21 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. I bis, lettre du 26 mai.

29Toutefois, sur les instances très vives des ministres impériaux, Guillaume d’Orange finit par reconnaître solennellement la neutralité liégeoise le 15 mars 167320. Déclaration sans conséquence, il est vrai, car c’est au cours des années qui suivirent que la principauté se verra maltraitée par les belligérants de la plus odieuse façon. Et deux mois après cette manifestation purement extérieure, le pensionnaire Fagel disait ne « voir aucune raison pourquoy on traite le pais de Liege en neutral, puisque si on veut jouir des effets de la neutralite, il falloit l’observer deuement et ne point permettre a l’ennemi de former des magasins dans la ville »21. Les Liégeois étaient en effet coupables d’accorder aux Français les mêmes avantages qu’aux Hollandais !

30A partir de ce moment nous aurons l’occasion de constater combien l’influence hollandaise ira grandissante à Liége. La politique de la barrière cherchera encore des places de sûreté dans le pays de Liége. Mais, d’autre part, l’intérêt commercial des Provinces Unies, devant maintenir une libre voie de communication vers la France, travaillera pendant le xviiie siècle à écarter de la principauté toute ingérence étrangère et contraire. C’est ainsi que la neutralité liégeoise se trouva être une fois de plus la formule d’accommodement par excellence.

31Il nous reste à envisager l’attitude de l’Empire à l’égard de cette même neutralité.

32Ici les difficultés s’accumulent. Le sujet est entièrement neuf et les sources en sont très rares. Une intervention impériale directe a été en général chose exceptionnelle. Et cependant il est hors de doute que nos ancêtres se sont vivement préoccupés de la question et qu’ils ont fait les plus grands efforts pour amener le souverain de Vienne à suivre l’exemple de leurs autres voisins. Mais jamais empereur ne s’est formellement expliqué sur ce point, et la raison en est assez facile à dégager.

33La principauté constitue l’un des nombreux États du corps germanique. Attachée par des liens de vassalité au souverain de Vienne, elle fut soumise aux devoirs et aux charges qui en résultaient. Elle fit partie dès le début du xvie siècle du cercle de Westphalie et contribua à ce titre aux « matricules impériales et circulaires ». Toutefois, l’éloignement considérable du pays de Liége rendit souvent purement nominaux ces liens de dépendance. La longue carence de la principauté dans le payement des contributions communes finit peut-être par persuader nos ancêtres de leur autonomie absolue. De là, à nier même l’existence juridique de certains liens sans conséquences pratiques, il n’y avait qu’un pas. La Cité l’eut vite franchi. Couvrant ses prétentions de « ville libre » du masque de la neutralité, elle ne put réussir qu’à rendre cette neutralité suspecte au souverain de Vienne. Nous avons là une première explication de l’abstention volontaire de l’empereur dans beaucoup de tractations diplomatiques relatives à l’état juridique de nos ancêtres.

34Une autre explication, tout aussi vraisemblable, c’est que la neutralité implique l’impartialité et que l’empereur ne pouvait admettre que les manifestations de cette impartialité le privassent du concours effectif des Liégeois qu’en sa qualité de suzerain il était en droit de réclamer. Il avait des titres à un traitement de faveur que les voisins de la principauté ne pouvaient de leur côté tolérer. C’est là que réside la contradiction interne du concept de neutralité par rapport à l’Empire.

  • 22 Je me borne à reproduire les conclusions de mon étude sur L’attitude de l’Empire à l’égard de la ne (...)

35En fait cependant il serait trop sommaire et d’ailleurs parfaitement injuste de dire que l’empereur s’est toujours refusé à admettre la neutralité du pays. Mais il serait tout aussi arbitraire de prétendre, avec nos ancêtres, qu’il l’a solennellement reconnue et consacrée22.

36On constate qu’à maintes reprises (notamment en 1629, 1654, 1672-1673) l’empereur a fait protéger la neutralité liégeoise, intervenant lui-même pour la faire respecter, même par ses propres alliés, et ratifiant parfois, comme à Tirlemont en 1654, le traité solennel qui s’en suivait. En ceci on ne voit pas qu’il ait agi en autre qualité que de chef du Saint Empire, attentif à protéger les droits et à rendre justice aux griefs de tous les membres du corps germanique. On voit encore moins quelle inquiétude aurait pu lui donner l’abstention liégeoise au milieu de conflits qui mettaient aux prises les uns contre les autres les divers États de l’Empire.

37Dans les guerres où l’empereur s’engageait à titre personnel, c’est-à-dire à titre de souverain héréditaire d’Autriche, il a encore admis, au moins toujours en fait, la neutralité liégeoise avec toutes ses conséquences : passages de troupes, défense d’occuper les places fortes, de commettre des exactions, de lever des contributions, etc. C’est ce qui ressort de nombreux documents pendant les guerres de Trente Ans et de Hollande.

38Au contraire, dans les guerres où la Diète d’Empire, expression du corps germanique tout entier, décide d’entrer, la neutralité n’est plus possible et les liégeois doivent se soumettre aux résolutions de l’organe des États allemands.

39On pourrait objecter que les traités de 1648 ayant reconnu aux princes de l’Empire le droit de conclure des alliances, impliquent a fortiori le droit de rester neutres. C’est incontestable. Mais ces traités posant comme condition que l’alliance ne fût pas dirigée contre l’empereur ou l’Empire, impliquaient qu’en cas de décision commune du corps germanique toute alliance — comme toute neutralité — dût disparaître.

40Nous aurons l’occasion de voir des applications de ces principes au cours des événements de la fin du xviie et du commencement du xviiie siècle.

41Au terme de cette étude, nous avons à nous demander si la neutralité liégeoise ainsi interprétée a été bien celle dont nos ancêtres ont voulu jouir.

42Peu de guerres les ont épargnés, malgré leur abstention volontaire des conflits internationaux. Peu de promesses ont été tenues malgré l’abondance des déclarations de principe, toujours favorables à leur neutralité. Leur situation juridique a été si souvent exploitée par les belligérants, quels qu’ils soient, que l’historien d’aujourd’hui est tenté de la considérer comme un vain mot.

43Ce serait une grave erreur.

44Le prestige dont le concept de neutralité a joui pendant l’époque moderne en est la meilleure preuve et on ne peut s’empêcher d’être vivement impressionné à la lecture des milliers de documents liégeois qui en parlent. Il est impossible de rencontrer un texte du xviie siècle relatif à la politique extérieure de la principauté, sans y rencontrer, parfois même plusieurs fois, ce mot, en quelque sorte magique, de neutralité.

45Sans doute il a servi parfois à masquer certaines vilainies et il a été souvent dénaturé par les puissances voisines ; mais il faut reconnaître qu’il a résumé pour nos ancêtres, dans les temps les plus troublés, l’une des choses les plus précieuses : un programme de politique extérieure, une ligne de conduite invariable.

  • 23 M. Pirenne le nie (Ind. b. n° 76, t. IV, p. 308).

46Mais dira-t-on, le but a-t-il été atteint ? Cette doctrine, si séduisante en apparence, a-t-elle permis aux Liégeois d’échapper aux désastres des guerres ?23

47Ainsi posée, la question n’est pas susceptible d’une réponse absolue. Ce qu’il importe surtout de savoir, c’est ce qui était exactement recherché par les Liégeois dans ce concept juridique. Il faudra ensuite apprécier les efforts qu’ils ont faits pour réaliser leurs fins. Alors seulement il sera possible de porter un jugement équitable sur cette fameuse neutralité.

48Il est d’abord bien certain que la principauté a été maintes fois victimes de conflits qui éclataient entre ses voisins et qu’elle a toujours ressenti le contrecoup des guerres européennes. C’était là chose inévitable, étant données les idées régnantes sur l’interprétation d’une neutralité quelconque. Conçoit-on, par exemple, un libre passage des armées belligérantes qui n’entraînerait pas quelques ruines ?

  • 24 Lire à cet égard la judicieuse conclusion de M. Defrècheux, Ind. b. n° 75, pp. 272-273.
  • 25 Ch. Defrècheux, op. cit., pp. 228, 233, 273.

49Il n’en est pas moins vrai cependant que le pays de Liége a été épargné dans la mesure du possible24. Et si l’on excepte la seconde guerre de Louis XIV qui a été réellement calamiteuse, on cherche en vain un grief sérieux à soulever contre la valeur relative de la neutralité liégeoise. On a d’ailleurs déjà prouvé que la pratique de la neutralité se réglait trop souvent chez les Liégeois « sur des raisons d’une économie voisine de la lésinerie »25 et qu’à diverses reprises les excès de la soldatesque étrangère sont tout aussi imputables aux Liégeois avares et imprévoyants qu’au soi-disant mépris professé par des voisins à l’égard de la neutralité.

50Mais il faut aller plus loin. Est-il admissible que nos ancêtres n’aient pas aperçu aussi clairement que nous, les tares de leur état juridique ? L’expérience, parfois cruelle, qu’ils en ont faite, ne devait-elle pas les rendre singulièrement perspicaces à cet égard ? N’ont-ils pas dû plusieurs fois songer aux moyens d’améliorer leur situation ? C’est l’évidence même.

  • 26 Duchesne, Ind. b. n° 109 ; Sage, Ind. b. n° 206.
  • 27 Entre vingt autres, voici un remarquable « recès » de l’État noble du 16 février 1673, adopté par l (...)

51Pourtant, dira-t-on, on ne constate pas que les Liégeois aient su réaliser un progrès sérieux dans cet ordre d’idées. Le fait est exact, et la cause n’est pas difficile à dégager. Le véritable moyen, le seul même, d’améliorer considérablement leur état juridique, eut été l’organisation d’une « neutralité armée ». Dire, comme on l’a fait26, que cette conception n’était pas encore née, est une affirmation qui ne résiste pas à l’examen des documents27. Seulement il y avait des raisons péremptoires pour que ce système ne fût pas mis en pratique. D’abord, certes, la crainte de mettre une force armée permanente entre les mains de leur prince ; ensuite la mauvaise volonté de voter les subsides nécessaires en a toujours détourné les Liégeois. Le patriotisme fiscal est une chose dont nos ancêtres ont été en général totalement dépourvus.

52La raison décisive n’est pourtant pas encore là. Il faut la chercher dans l’impossibilité matérielle d’organiser une force militaire avec les ressources ordinaires des budgets de l’ancien régime.

53Liége, on le sait, n’a connu qu’exceptionnellement les impôts directs. Tailles et capitations n’étaient que des ressources d’occasion, levées généralement au cours des guerres et bien vite suspendues. Elles ne rapportaient qu’une faible partie des sommes que l’on était en droit d’en escompter et souvent avec des retards considérables. Aussi était-ce aux impôts indirects que nos ancêtres demandaient la presque totalité de leurs revenus. Taxes de consommation et droits de douanes alimentaient leur budget ordinaire et leur augmentation faisait face aux difficultés qui pouvaient survenir. Les emprunts enfin étaient appelés à combler le déficit éventuel mais eux aussi n’étaient que des ressources exceptionnelles. On voit clairement que les prévisions aussi bien que la réalisation ne portaient que sur des impôts bien caractérisés, mais dont l’augmentation était souvent chose dangereuse à raison de leur caractère même. Le peuple s’y montrait ouvertement hostile, car c’est lui qui en supportait le plus difficilement le poids. Dès lors on conçoit parfaitement que l’on n’ait demandé à ces sources de revenus que le strict nécessaire, le minimum indispensable pour subvenir aux besoins primordiaux de l’État.

54Où trouver dès lors les ressources d’un budget militaire ? Dans l’état des finances de l’ancien régime, ce problème ne comportait d’autre solution que celle d’un bouleversement complet du système d’impôts, chose à peu près irréalisable pour des raisons humaines qu’il serait trop long d’énumérer mais que l’on aperçoit rapidement.

  • 28 Voir 2e partie, chap. 3 et 3e partie, ch. 2.

55Or, et l’expérience le démontrera de façon décisive28, l’entretien d’une milice même peu considérable doublerait au moins les « nécessités » de l’état et conduirait à une intolérable augmentation des taxes. Pour les Liégeois, le problème était donc résolu ! Mieux valait supporter les aléas des conflits étrangers et les dévastations momentanées des belligérants que de faire peser sur le peuple une charge permanente et écrasante !

56C’est donc bien en parfaite connaissance de cause, que nos ancêtres ont entendu se contenter d’une telle neutralité.

  • 29 Expression de Kurth, reprise par M. Defrècheux.
  • 30 Expression de F. Hénaux.
  • 31 Expression de G. Kurth.

57Nous qui voyons les choses sous l’angle du droit des gens du xxe siècle, nous sommes très portés à la considérer comme « précaire et illusoire »29. Précaire, certes, elle l’a été et c’est bien là son caractère essentiel ; mais illusoire, c’est ce qu’on ne peut admettre après l’examen du dossier. N’aurait-elle été que le « droit à la vie »30 ou « l’ancre de salut »31 de la nation liégeoise, qu’elle aurait déjà droit à plus d’équité. Pour être tout à fait juste, on dira que la neutralité liégeoise a founi dans le droit des gens de l’ancien régime une carrière probablement incomparable et que, malgré ses imperfections et ses lacunes, elle a su rallier avec un succès inespéré, de nombreuses générations d’hommes autour du seul principe politique susceptible alors de sauver l’indépendance de la patrie.

CONCLUSION

58Nous pouvons, sans inconvénient, arrêter ici l’étude générale de la neutralité liégeoise. Aussi bien, ses traits essentiels se sont pleinement dégagés et l’évolution du concept est virtuellement terminée.

59Résumons-en les principales manifestations.

60Née au lendemain du désastre de 1468, affirmée avec persistance par nos ancêtres, la neutralité liégeoise est reconnue dès la fin du xve siècle par les souverains de France et des Pays-Bas. Avant de fournir sa brillante et féconde carrière, elle dut s’accommoder d’un état juridique nouveau qui vint se greffer sur elle. La conclusion d’une alliance défensive avec l’un de ses voisins semblait devoir d’abord entraîner la principauté vers des horizons tout nouveaux. Mais en fait, l’exécution effective de ce pacte d’alliance, qui seule aurait été de nature à provoquer cette déviation, ne s’est réalisée qu’une seule fois, assez tard et pour assez peu de temps. Aussi ne peut-on pas parler d’une rupture de la tradition neutraliste en 1518, lorsque le prince-évêque unit ses destinées à celles du futur Charles Quint. Tout au plus, y a-t-il là une menace suspendue, un danger pour l’avenir et une complication assez redoutable de la situation juridique du pays. Au surplus, ces liens se desserrèrent peu à peu, se relâchèrent même tout à fait, grâce au peu de désir de nos ancêtres de s’associer aux troubles qui déchirèrent les Pays-Bas au cours de la seconde moitié du xvie siècle. En dépit des efforts des souverains espagnols, les Liégeois se bornèrent, non pas à dénoncer les traités de 1518, encore moins à proclamer une neutralité soi-disant nouvelle, mais à laisser l’alliance mourir de sa belle mort.

61Le xviie siècle nous montre les succès diplomatiques répétés que remporte la cause de la neutralité liégeoise. Toujours reconnue par la France, elle le fut par l’Espagne en 1654 et par les Provinces-Unies en 1673. De plus, elle avait pu, en 1640, se libérer du lien qui l’unissait au corps germanique en faisant reconnaître par le prince l’immunité financière de la principauté. A vrai dire, il y avait là plutôt une tentative audacieuse de séparatisme à l’égard de l’Empire qu’une reconnaissance même indirecte de la neutralité par celui-ci. Aussi l’attitude du souverain de Vienne contrastera vivement avec celle des autres puissances : sans dénier à la neutralité liégeoise une réelle consistance juridique, ni surtout une utilité pratique occasionnelle, l’empereur se montrera méfiant à son égard et ne la tolérera que dans les circonstances qui n’intéresseront pas le corps germanique tout entier. Mais il convient d’ajouter que si les autres souverains se montrèrent plus généreux, ce fut surtout en paroles et que trop souvent les faits donnèrent un cruel démenti à de belles promesses.

62Si l’on quitte en effet le domaine des relations diplomatiques pour aborder le terrain des faits, on constate toujours des discordances assez graves. Mais il était bien difficile, on le conçoit, d’obtenir un respect scrupuleux d’engagements théoriques au cours des guerres nombreuses qui ensanglantèrent le xviie siècle. Aussi les belligérants en profitèrent-ils pour faire bon marché de leurs promesses et même pour exploiter la neutralité liégeoise à leur profit. Nos ancêtres eurent le mérite de rester néanmoins fidèles à ce concept juridique et la confiance inébranlable qu’ils avaient mise en lui explique seule son étonnante vitalité.

  • 32 Expressions du baron Alberic Rolin, dans un article intitulé La crise de la neutralité et publié da (...)
  • 33 « Les pays neutres ressemblent à ceux qui demeurent au second étage d’une maison incommodés par la (...)

63Pour lui rendre pleine justice, pour prononcer un jugement équitable, il serait à souhaiter qu’on ne demeurât pas sous l’impression d’événements récents. Après trois quarts de siècle d’un magnifique développement, la neutralité belge s’est vue bafouée, et a même été finalement abandonnée par ceux dont elle avait constitué jusqu’alors la garantie. Irons-nous pourtant jusqu’à refuser d’en apprécier sainement le caractère tutélaire et l’efficacité bienfaisante ? Nous ne le croyons pas. Pourquoi dès lors demander à la neutralité de l’ancien régime qu’elle justifie d’une excellence absolue et d’un triomphe incontesté, alors qu’aujourd’hui même presque aucune doctrine du droit des gens n’est susceptible d’une adhésion unanime. Sans doute, ceux dont le sens critique est obnubilé par les événements de 1914 au point de qualifier la neutralité de « vieille et peu respectable institution » et de voir en elle la « consécration de l’égoïsme et de la lâcheté »32, ceux-là sont incapables d’y apercevoir, même au point de vue historique, un véritable progrès social, et dès lors leur jugement porte complètement à faux. D’autre part, que de gens n’en sont-ils pas restés, quant à la valeur du concept, à la plaisante mais superficielle définition de Ferdinand d’Aragon33. Mais tout cela ne répond pas à un examen objectif de la question.

64En dressant le bilan positif et négatif de la neutralité liégeoise, il m’a été donné, je l’espère, d’en rétablir la véritable importance. Et ce qui suffirait à en mettre la valeur hors de doute discussion, c’est l’inébranlable attachement que lui avaient voué nos ancêtres. Dans cet ordre d’idées, on a pu constater un ensemble de faits qui ne peuvent point tromper. Il est permis toutefois de faire des réserves expresses sur l’efficacité pratique d’une notion aussi diversement interprétée et de souligner la bonne part d’illusions dont se sont nourris bien des Liégeois. Ce qui, dans tous les cas ne peut être contesté, c’est l’intérêt scientifique considérable qui se dégage de l’étude de l’évolution de cette doctrine juridique, et c’est aussi le rôle important qu’a pu jouer la neutralité d’un petit territoire dans le système politique de l’Europe occidentale.

  • 34 Sur ce règlement, voyez le magistral jugement de M. Pirenne (Histoire de Belgique, t. V, pp. 148-15 (...)

65L’examen de la neutralité liégeoise nous a conduit jusqu’à la dernière décade du xviie siècle. Avant d’aborder l’étude des événements ultérieurs, il convient de rappeler l’importance de la date de 1684 dans l’histoire interne de la principauté. Le prince Maximilien Henri, après avoir triomphé de la dernière révolution populaire de l’ancien régime rentre dans sa capitale en promulgant le fameux édit qui bouleversait la composition du conseil de la Cité et le mode de recrutement des bourgmestres34. Sur les ruines de l’autonomie municipale et de la puissance politique des anciens corps de métiers, l’évêque établit son autorité personnelle en s’appuyant pourtant sur le chapitre et sur une aristocratie bourgeoise. Et, dix ans après, ce règlement s’était vu successivement appliquer dans les principales localités du pays.

66Tel est le cadre dans lequel vont se dérouler les événements dont nous allons avoir à parler. Après la mort de Maximilien Henri (1688), en effet, sans affecter cependant des tendances très différentes, l’histoire de la principauté de Liége entre dans une phase nouvelle. De nouveau mêlée aux conflits qui déchirent l’Europe, elle va jouer un rôle assez curieux. Pour cette période, nous n’hésiterons pas à entrer dans tous les détails nécessaires pour essayer de projeter quelque lumière sur ces années, jusqu’ici négligées, de son histoire.

Notes

1 Voir le début du premier chapitre.

2 On trouvera le développement de cette thèse et toutes les preuves désirables dans un article de la Revue d’histoire moderne, 1927, n° 2 : La politique de la France à l’égard du pays de Liége particulièrement au xviie siècle.

3 Voyez surtout Lonchay, Ind. b. n° 71, chap. VI, l’article de Chestret de Haneffe dans le Bulletin de V Académie royale, 1891, pp. 684-715 et les sources dans de Marneffe, Ind. b. n° 28, t. II.

4 Fagniez, Ind. b. n° 96, p. 77.

5 Helbig, Ind. b. n° 35, pp. 23-24.

6 Lonchay, Ind. b. n° 72, passim et A.A.E., Corresp. de Liége, reg. I, f. 145-149, 165, 170-171, 227, 285, 322.

7 De Lhomel, Ind. b. n° 39, passim et notamment pp. 9, 23, 27.

8 Huisman, Ind. b. n° 74, chap. III ; Chéruel, Ind. b. n° 40, t. VI, pp. 107, 120 ; Bourelly, Ind. b. n° 84, t. II, pp. 24 et suiv.

9 Halkin, Ind. b. n° 44, p. 346.

10 A.A.E., Corresp. de Liége, IX, f. 2-5.

11 A.G.R., Papiers d’état et d’audience, 4352 et 1591 ; Lonchay, Ind. b. n° 71, pp. 174-176 et un prochain article de la Revue belge de philologie et d’histoire sur les vicissitudes de ce traité.

12 Ainsi, par exemple, le 6 décembre 1639, le Cardinal Infant, gouverneur des Pays-Bas, écrivait à la Cité « avoir tousjours conserve et vouloir conserver la neutralite y establie » pour autant que les Liégeois s’abstinssent d’actes d’hostilité à son égard (voir la brochure Le Négocié, Ind. b. n° 38).

13 A.N., K.K., 1073. — A.G.R., S.E.G., 81, f. 117. — Huisman, Ind. b. n° 74, p. 56, n° 5.

14 Louvrex, Ind. b. n° 62, t. I, pp. 250-253.

15 A la suite des plaintes des Liégeois, les États Généraux déclaraient le 14 mai 1592 n’avoir rien de plus à cœur que de tenir « aimable voisinance, union et correspondance » avec leurs voisins, ils ajoutaient qu’ils avaient toujours prescrit de réprimer les excès de leurs troupes mais demandaient en échange au prince de Liége « d’observer entièrement la vraye neutralité et voisinance » (A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portefeuille I).

16 Voyez par exemple en 1622 A.E.L., État tiers, recès des députés, 1620-1632, f. 97-98, et pour 1634 l’article de M. Fairon, Ind. b. n° 97, pp. 139-141.

17 De Crassier, Ind. b. n° 87, pp. 246 et 274.

18 A.E.L., Recès du Conseil de la Cité, reg. 735, f. 246v-247, lettre du prince d’Orange à Ernest de Bavière, le 29 mars 1595. Cette manière de comprendre la neutralité n’était pas faite pour enchanter ce dernier qui en témoigne dans une lettre du 6 juin (Stieve, Ind. b. n° 160, p. 365, n° 1).

19 Le grand pensionnaire, faisant part à son frère le 11 mars 1672 du résultat de la négociation engagée, écrivait que « niet t’eenemael buyten apparentie was, dat die van Luyck oock souden connen resolveren, om, tot secuteyt van Haer. Hoog. Mog. ende tot een onderpandt voor de exacte observantie van de conditien, de citadelle van Luyck met de militie van den Staet te laeten besetten » (Fruin, Ind. b. n° 42, 4e deel, pp. 283-284). Voir encore la lettre du prince d’Orange à Fagel in Rousset, Ind. b. n° 155, t. II, p. 163 et les intrigues de 1676 in Simenon, Ind. b. n° 16, pp. 306-309 et A.G.R.-S.E.G., 24501, f. 2-4.

20 Ce fait semble peu connu : ni Lonchay, ni M. Huisman n’en ont fait mention. M. Defrècheux le cite d’après Daris dont on ignore la source. Le fait n’est cependant pas douteux : le 24 mars le Conseil privé enregistra des lettres reçues de La Haye « cum annexa copia declaratoriae neutralitatis nostrae » (A.E.L., Protocoles du Conseil privé, reg. 118) ; le 25 Lisola écrivit au chancelier impérial « Transmittam ipsis hodie vel cras diploma neutralitatis quod ab Hollandis recens obtinui, juxta conceptum a me ipso formatum » (Grossmann, Ind. b. n° 108, p. 175). La date du 15 mars est fournie par les analyses du chanoine Hinnisdael du liber quintus de la cathédrale (poncelet, Ind. b. n° 60, t. V, n° 4892).

21 A.E.L., Liasses du Conseil privé, Relations avec la Hollande, portef. I bis, lettre du 26 mai.

22 Je me borne à reproduire les conclusions de mon étude sur L’attitude de l’Empire à l’égard de la neutralité liégeoise, publiée dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois de 1926.

23 M. Pirenne le nie (Ind. b. n° 76, t. IV, p. 308).

24 Lire à cet égard la judicieuse conclusion de M. Defrècheux, Ind. b. n° 75, pp. 272-273.

25 Ch. Defrècheux, op. cit., pp. 228, 233, 273.

26 Duchesne, Ind. b. n° 109 ; Sage, Ind. b. n° 206.

27 Entre vingt autres, voici un remarquable « recès » de l’État noble du 16 février 1673, adopté par les deux autres États, qui témoigne d’une notion saine et précise de la neutralité armée : « …Et comme nonobstant toutes les instances et devoirs faits, l’Église et pays de Liege ne laissent d’estre, contre la neutralité et liberté, fourragé et pillé et mesme les villes occupées par milice estrangere, Messeigneurs sont d’avis, pour obvier aux foulles, degats, pillages, occupation des places fortes et d’autres plus grands inconvenients et malheurs, d’affranchir les places fortes, cités, villes, chasteaux et pays, que levée soit faite des 4 000 hommes de pieds au dessus des 280 dejà levés et distribuez dans les places fortes et les 600 hommes par la Cite, pour estre iceux entretenus six mois a commencer lorsqu’ils seront en pieds. Lesquelles levées se feront au nom de S. A. S. evesque et prince de Liege en son conseil prive et des trois Estats pour la conservation de la neutralite et ne pourront les dites trouppes ou partie d’icelles estre commandées hors du pays, par quelle authorité ny pour quelle cause que ce soit sans le consentement expres et unanime des trois Estats ». (A.E.L., État noble, Journées d’États, reg. 102, f. 110).

28 Voir 2e partie, chap. 3 et 3e partie, ch. 2.

29 Expression de Kurth, reprise par M. Defrècheux.

30 Expression de F. Hénaux.

31 Expression de G. Kurth.

32 Expressions du baron Alberic Rolin, dans un article intitulé La crise de la neutralité et publié dans le Bulletin de l’Académie royale de Belgique, 1924, pp. 139 et suivantes.

33 « Les pays neutres ressemblent à ceux qui demeurent au second étage d’une maison incommodés par la fumée du locataire d’en bas et par l’eau de celui d’en haut ».

34 Sur ce règlement, voyez le magistral jugement de M. Pirenne (Histoire de Belgique, t. V, pp. 148-152) auquel je m’associe sans réserves.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search