Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718)

 | 
Paul Harsin

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Voyez la bibliographie p. xxvi, Lonchay : Index bibliog. nos 71 et 72.
  • 2 Ind. b. n° 74.
  • 3 Ind. b. n° 75.
  • 4 Ind. b. n° 70.
  • 5 Ind. b. n° 88.
  • 6 Ind. b. n° 163.
  • 7 Notamment pour son travail sur la chaussée de Liège à Aix-la-Chapelle publié dans le tome XII du B (...)
  • 8 Par exemple les thèses de MlleNicodème sur Jean de Hornes, et de M. Bonhomme sur Gérard de Groesbe (...)

1Depuis bien des années déjà, l’histoire moderne de la principauté de Liège a suscité de nombreux et importants travaux. Nous n’avons pas, il est vrai, une œuvre comparable au monument que G. Kurth a élevé à la Cité de Liège pour le moyen âge. Mais nous possédons déjà plusieurs contributions capitales à la réalisation d’un pareil travail. Parmi celles-ci, l’œuvre de Henry Lonchay sur la politique extérieure liégeoise des xvie, xviie et xviiie siècles est à mettre hors de pair1. Ses études ont été reprises et précisées soit pour un règne particulier par M. Huisman2, soit pour une pratique de droit international public par M. Defrècheux3, pendant que le chanoine Daris consacrait plusieurs volumes à l’histoire surtout interne du diocèse et de la principauté de Liège4. Le xve siècle diplomatique suscitait un important article de M. Dabin5, et tout récemment le xvie s’est enrichi d’un travail considérable de M. Tihon sur l’un de nos évêques6. L’histoire économique enfin, beaucoup plus négligée que ses sœurs, a fourni cependant un certain nombre d’articles dus pour la plupart à nos archivistes, au premier rang desquels il faut citer M. Fairon7. Pour être tout à fait complet, il faudrait encore signaler les mémoires de MM. Francotte et Küntziger sur la propagande des encyclopédistes français au pays de Liège et même quelques autres travaux restés inédits8. Quant aux divers épisodes de la révolution liégeoise, ils sont relativement bien connus grâce aux livres de Borgnet et de Daris, mais nous sortons ici du cadre conventionnel de l’époque moderne.

2Cet actif est important. Mais le passif ne l’est pas moins. Erard de La Marck, le plus grand de nos princes-évêques, attend encore son historien. Nous n’avons aucune étude d’ensemble ni sur l’histoire du mouvement de la Renaissance au pays de Liège, ni sur celle de la répression de l’hérésie, ni sur celle des relations d’ordre économique. Nous ne savons pas grand chose sur la fin de notre xviie siècle et sur presque tout notre xviiie. Certes l’histoire moderne de la principauté de Liège sera beaucoup plus l’œuvre du temps que celle d’un homme. Mais il importe de multiplier sans relâche les contributions de détail à l’édification, peu prochaine encore, de ce monument.

3C’est une contribution de ce genre que j’ai essayé d’apporter dans les pages suivantes.

  • 9 Je signale une fois pour toutes que je n’ai traité que des relations d’ordre diplomatique et non d (...)
  • 10 C’est la plus sensible lacune de mon exposé.
  • 11 Les archives du cercle de Westphalie y reposent ainsi que beaucoup d’archives des électeurs de Col (...)
  • 12 Dans son inventaire (C.R.H 1897, p. 531), Delescluze a signalé divers documents intéressant le pay (...)
  • 13 Puisque M. Preuss a pu écrire son article sur l’élection de Joseph Clément en 1694 (Ind. b. n° 144 (...)
  • 14 Pour l’élection épiscopale de 1694, très probablement. Je ne signale pas Simancas, car les publica (...)

4Mon travail est consacré à la politique extérieure liégeoise pendant les règnes de deux de nos princes-évêques, Jean-Louis d’Elderen (1688-1694) et Joseph-Clément de Bavière (1694-1723)9. Il se classe donc, chronologiquement, immédiatement après celui de M. Huisman sur Maximilien-Henri de Bavière (1650-1688). Il se fonde sur une documentation presque entièrement inédite et reposant aux dépôts d’archives de Liège, de Bruxelles et de Paris. Certes je n’ai point la prétention d’avoir définitivement exposé l’histoire de cette période. Ceci n’est que le travail d’un débutant et pour prétendre seulement être complet, il nécessiterait la visite des archives de La Haye10, de Dusseldorf11, de Cologne ou de Bonn, de Vienne12 et peut-être même de Munich13 et de Rome14.

5Toutefois je me suis appliqué à épuiser, dans la mesure de mes forces, les ressources des dépôts d’archives que j’ai visités. Dans la mise en œuvre des matériaux réunis, j’ai résolument banni tout détail inutile et j’ai restreint mon exposé au minimum indispensable. Mais, il faut bien le dire, l’étude de ces trente années de vie liégeoise ne devient intéressante qu’à la condition d’en analyser le plus minutieusement possible les divers aspects. Si, par conséquent, certains chapitres semblent déborder le cadre normal, je dirai, pour toute excuse, que j’ai à peine utilisé la moitié de ma documentation. Je ne manquerai pas de signaler non plus tout ce que je dois aux travaux de Daris et de Lonchay, ainsi qu’à de multiples monographies que je me suis efforcé de mettre largement à contribution. Mais mon devoir est aussi de signaler que, pour l’étude de cette période, c’est aux documents inédits qu’est due la majeure partie de mon exposé.

6Bien que la mort de Joseph Clément soit de l’année 1723, j’ai cru pouvoir arrêter mon étude au fameux traité de la Barrière (1715) et aux négociations qui le suivirent immédiatement (1716-1718). Cette date finale me permettait de rester plus ou moins en corrélation avec les événements généraux de l’histoire de l’Europe.

7Au cours de mes recherches, j’ai rencontré à tout instant dans les documents le mot de neutralité. L’importance de ce concept pour nos ancêtres n’a pas besoin d’être soulignée ici. Au xviie siècle notamment c’est en lui que s’est résumée toute l’histoire extérieure de la principauté. Sur son évolution, nous possédons l’intéressant travail de M. Defrècheux, construit à l’aide de sources principalement publiées. La découverte de multiples documents inédits, depuis le xve siècle et jusqu’au xviiie, m’a progressivement amené à reprendre « ab ovo » l’étude de la question. J’avais ainsi élaboré un second travail presque égal à celui-ci en étendue et pourvu de conclusions assez originales. Que fallait-il en faire ? D’une part, je ne pouvais l’insérer tel quel en tête de ce mémoire : la disproportion entre les deux parties était trop brutale, puisque deux siècles de politique extérieure n’auraient pas pris plus de développement que trente années subséquentes. D’autre part je supposais nécessairement mes conclusions acquises dans la rédaction de la seconde partie de mon travail. J’ai fini par me résoudre à disposer ainsi la matière.

8Dans une première partie, sous forme d’introduction générale, et d’une manière quintessenciée, je donnerai les principaux résultats de mes recherches sur l’histoire de la neutralité liégeoise. Deux chapitres y pourront suffire, consacrés le premier à la doctrine liégeoise de cette neutralité, et le second à la pratique de la neutralité par les voisins de la principauté. Je me réserve, par conséquent, de revenir sur la question dans des articles particuliers où j’établirai, avec les détails désirables, le point de vue adopté, en faisant connaître ma documentation inédite.

9Dans une seconde et une troisième parties, objets essentiels de ce travail, je développerai longuement les événements de la politique extérieure du pays sous les princes Jean Louis d’Elderen et Joseph Clément de Bavière, c’est-à-dire de 1688 à 1718 environ.

10Il me reste à témoigner ma reconnaissance à toutes les personnes qui de près comme de loin ont bien voulu s’intéresser au présent travail et m’aider de leurs conseils. De ceux-ci, je crois bien en avoir toujours tenu compte, ainsi que des critiques qui m’ont été adressées à maintes reprises et qui toutes se justifiaient. Ne m’étant pas possible de les citer nominativement, qu’il me soit permis de me borner aux trois personnes à l’égard desquelles ma dette de gratitude est plus particulièrement lourde.

11Et tout d’abord mon maître, M. le Professeur Karl Hanquet qui, après m’avoir proposé le sujet de ce travail, en a suivi jusqu’au bout la réalisation et, au cours de critique historique duquel, la première partie en a été élaborée.

12Ensuite M. Emile Fairon, conservateur des archives de l’Etat à Liège dont la connaissance exceptionnelle des richesses de son dépôt ainsi que l’érudition toujours désintéressée m’ont seules permis d’exploiter avec autant de fruit les ressources des archives liégeoises.

  • 15 Je me permets également d’exprimer ma respectueuse gratitude à M. Jaspar, alors Ministre des Affai (...)

13Enfin, M. Georges Espinas, archiviste au Ministère des Affaires étrangères, à Paris, dont l’obligeance et la serviabilité, si connues des Français, sont particulièrement appréciées des étrangers15

14Liége, 1925.

Notes

1 Voyez la bibliographie p. xxvi, Lonchay : Index bibliog. nos 71 et 72.

2 Ind. b. n° 74.

3 Ind. b. n° 75.

4 Ind. b. n° 70.

5 Ind. b. n° 88.

6 Ind. b. n° 163.

7 Notamment pour son travail sur la chaussée de Liège à Aix-la-Chapelle publié dans le tome XII du Bull, de la Soc. verv. d’archéologie et d’histoire.

8 Par exemple les thèses de Mlle Nicodème sur Jean de Hornes, et de M. Bonhomme sur Gérard de Groesbeck, et un travail de M. Polain sur Ernest de Bavière.

9 Je signale une fois pour toutes que je n’ai traité que des relations d’ordre diplomatique et non des relations économiques. Celles-ci feront d’ailleurs l’objet d’une très prochaine publication.

10 C’est la plus sensible lacune de mon exposé.

11 Les archives du cercle de Westphalie y reposent ainsi que beaucoup d’archives des électeurs de Cologne.

12 Dans son inventaire (C.R.H 1897, p. 531), Delescluze a signalé divers documents intéressant le pays de Liège. L’inventaire récent de M. Laenen en indique beaucoup d’autres.

13 Puisque M. Preuss a pu écrire son article sur l’élection de Joseph Clément en 1694 (Ind. b. n° 144) à l’aide surtout des archives de Munich, je me demande comment Gachard a pu écrire : « A la bibliothèque, comme aux archives (de Munich), j’ai recherché en vain des documents manuscrits concernant les princes de la maison de Bavière qui régnèrent sur... le pays de Liège. » (C.R.H. 1864, p. 106).

14 Pour l’élection épiscopale de 1694, très probablement. Je ne signale pas Simancas, car les publications de MM. Lonchay et Cuvelier nous éclaireront à ce sujet.

15 Je me permets également d’exprimer ma respectueuse gratitude à M. Jaspar, alors Ministre des Affaires Etrangères, et à M. Obert de Thieusies, Chargé d’Affaires de Belgique à Paris, qui m’ont ouvert en 1922, les portes des archives des Ministères de la Guerre et des Affaires Étrangères à Paris.

© Presses universitaires de Liège, 1927

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search