Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Conclusion générale

Texte intégral

1Dans la première moitié du xie siècle est née la Chanson de Roland, la plus artistique et la plus subtile, la plus dramatique et la plus idéale des chansons de geste. Création française, mais au sujet franco-espagnol, où s'affrontent les deux nations occidentales, arbitrairement et dramatiquement muées en ennemis religieux. Cette chanson, inspirée par l'élan français en faveur de la reconquête de l'Espagne, silencieuse sur les efforts personnels des Espagnols, connaîtra le succès que méritaient ses hautes qualités et que facilitait son absence totale d'esprit régional. Elle se répand dans la France entière, et ses accents héroïques retentissent jusqu'au pied des Pyrénées. Sa renommée se répand-elle dès le xie siècle dans la péninsule ibérique ? Les relations entre les deux pays, l'orientation même du poème, rendent possible, sinon probable, pareille pénétration ; la Chanson de Roland a peut-être été sur les lèvres des Français qui accouraient en Espagne lutter pour la foi et pour leurs intérêts. Mais les moyens nous manquent pour l'établir fermement.

2Si cette diffusion du poème en Espagne reste hypothétique, nous savons avec certitude que notre chanson s'est perpétuée en France durant tout le xie siècle, pour passer, vers la fin du siècle, aux mains d'un remanieur de grand talent, poète original, tout plein de l'idéal des Croisés. A l'époque, les regards ne sont plus tournés vers la seule Espagne, mais aussi vers le tombeau du Sauveur, outragé par les Sarrasins. L'Orient implore aussi sa délivrance. Le remanieur s'en fait l'écho splendide. Avec lui, toute la païennie orientale envahit en masse la Chanson de Roland, sous l'impériale conduite de Baligant. La lutte s'amplifie : ce n'est plus seulement le roi de Saragosse qui est en jeu, c'est l'empereur des Sarrasins ; ce n'est plus seulement Roland qui meurt en conquérant, c'est l'empereur des chrétiens, Charlemagne, qui, grâce à sa foi au Dieu véritable et à son énergie vigoureuse, prouve que Dieu seul est Dieu et que les idoles païennes doivent être reléguées au rang des chimères. Sous la plume du remanieur, la Chanson de Roland, muée en une Chanson de Roland et de Charlemagne, devient la mise en scène d'une affirmation théologique.

3Ainsi métamorphosée, elle connaîtra un étourdissant succès. Elle vient à son heure. C'est l'époque où l'épopée française répand ses histoires héroïques et aventureuses dans tout l'Occident. Notre poème profitera de l'engouement européen. Sous des formes déjà modifiées par des copistes retoucheurs, elle franchit le Rhin : et Konrad est là pour l'accueillir ; la Manche : et Turold et son confrère gallois la répètent avec originalité ; les Alpes : et, avec des légions de jongleurs, elle conquiert la terre classique de l'antiquité. Elle se répand aussi dans le pays flamand, où elle inspirera un poète dévot de saint Amand. Elle aborde enfin en Norvège pour entrer, avec d'autres récits de France, dans la précieuse Karlamagnussaga. Cette fois, nous avons la certitude que l'Espagne a connu le poème : avant 1150, celui-ci est devenu un modèle où l'on puise des comparaisons.

4La chanson continue sa carrière en France même. 1150 : l'empire anglo-angevin se constitue. Éléonore d'Aquitaine va épouser Henri II. Le centre de gravité littéraire se déplace vers l'Ouest. Notre chanson suit le mouvement ; et c'est dans les domaines des Plantagenets qu'elle subira le sort commun des gestes à succès : la mise en rimes. Sous ce nouveau vêtement, plus précieux et plus grossier à la fois, elle marche sur les traces de sa devancière assonancée. Mais elle paraît toucher un public plus vaste et moins distingué, avide surtout de gros effets mélodramatiques.

5Vers la même époque, la chanson devait subir une étrange aventure, une déformation, dans la savante Historia Karoli Magni et Rotholandi, attribuée à Turpin ; et sous ce déguisement, elle allait connaître un succès inimaginable dans les milieux doctes. L'Occident tout entier se met de nouveau à l'école de la France ; et l'Espagne qui aurait eu cependant d'excellentes raisons historiques pour s'abstenir, ne fait pas exception, parce que l'Historia était composée à la gloire de son patron saint Jacques et du sanctuaire national de Compostelle.

6Sous ses divers aspects, érudits et jongleresques, la geste rolandienne a conquis l'Espagne et s'y maintiendra, durant tout le moyen âge, dans son esprit originel. La faveur que recueillait outre-Pyrénées le récit de France n'allait cependant pas tarder à éveiller une violente hostilité. Dès le xiie siècle, en effet, l'Espagne est « nationalement » mûre ; elle a conscience, en dépit de sa bigarrure, de sa personnalité propre. Elle se sent nation différente de ses voisines et ressent, comme autant d'injures, les louanges dont celles-ci sont l'objet à son détriment. Elle est résolue à se défendre avec flamme et ardeur. Le pauvre Eginhard, si prudent, si ambigu, et les historiographes français qui le répètent, sont violemment pris à partie dès le début du siècle par le Moine de Silos, qui représente à merveille l'état d'esprit de certains milieux savants. Avec son enthousiasme pour les adversaires de l'Espagne musulmane, qu'elle assimile arbitrairement à toute l'Espagne, la Chanson de Roland n'est-elle pas, en raison même du succès qu'elle connaît dans le pays, toute désignée pour être l'objet des colères nationalistes ?

7Un héros nouveau entre en scène, mi-espagnol mi-français, un héros pyrénéen et chrétien : Bernardo, émule de Roland, vainqueur des Maures de Saragosse, seigneur des régions de Ribagorza, Sobrarbe et Jaca, qui étonnera la France par ses exploits. Ce héros « jongleresque » d'une Chanson de Roland remaniée et allongée, mais non altérée, ne suffit pas aux esprits excédés. Il leur faut, non un rival de Roland, mais un vainqueur de Roland ; non une victoire française, mais une défaite française. Du camp des Français, Bernardo, complètement espagnolisé, passe dans celui des Espagnols, et, avec l'aide des Maures de Saragosse d'abord, sans eux ensuite, remporte à Roncevaux une victoire espagnole et venge l'Espagne des offenses de la chanson française. Ce nouveau Bernardo, le héros national, est une émanation des milieux lettrés né pour faire pièce, tant aux cantares de « Roldan » trop pieusement écoutés, qu'au cantar où Bernardo combat dans les rangs français.

8Les « clercs » jaloux de l'honneur national ont compris que pour disputer le succès aux belles histoires francophiles, il fallait une belle histoire francophobe. Aussi ont-ils, non créé, mais agencé un récit dramatique et passionnant où l'aventure triomphante de Roncevaux n'est qu'un épisode de la vie mouvementée du triomphateur, dont la majeure partie est reprise à une autre geste espagnole, celle de « Bernardo del Carpio ». La combinaison de ces doctes a été accueillie avec pompe dans les grandes histoires érudites et royales.

9Malgré ses attraits patriotiques, son pathétique puissant, son apparence « scientifique », cette histoire francophobe ne réussira jamais qu'à concurrencer le cantar de Roldán ; il n'en ruinera pas la vogue. Les amateurs de gestes, s'ils goûtèrent « Bernardo » n'en oublièrent pas « Roland ».

10Nous voyons, en effet, apparaître en Espagne, vers la fin du xiiie siècle, une nouvelle Chanson de Roland, pleine des préjugés français, mais de création espagnole. Elle n'invente pas un émule de Roland ; elle imagine, d'après des données françaises, un nouveau drame de Roncevaux marqué par la rivalité héroïque des deux héros français : Roland et Renaud de Montauban. C'est le cantar navarrais de Roncesvalles, qui renouvelle avec originalité la matière de France et exercera de l'influence jusqu'à l'époque tardive et glorieuse des romances.

11La péninsule ibérique n'offre pas successivement une période passive où les Espagnols applaudissent les gestes de France, puis une période active de réaction. La riposte naît du premier contact : le pyrénéen Bernardo qui survit à Roland apparaît dès la diffusion réelle de la chanson française ; « Bernardo del Carpio », vainqueur de Roland, lui succédera dès la seconde moitié du xiie siècle. Les sympathies acquises par la chanson française se maintiennent, toutefois, durant tout le moyen âge dans le public qui ne croit pas nécessaire de bouder son plaisir par nationalisme littéraire. Il y a eu plusieurs mouvements concomitants : la geste patriotique, surtout appréciée des lettrés parce qu'elle était en quelque sorte leur œuvre, respectueuse des faits historiques et animée du particularisme national ; la geste d'esprit français, répandue dans le public des juglares et rajeunie par l'entreprise du juglar de Roncesvalles.

12Pendant que l'Espagne est en proie à ce conflit entre la littérature et le patriotisme, la France continue à remanier ses créations passées et à les répandre dans tous les pays où est goûté le doux parler français. La Chanson de Roland rimée passe aux mains de nombreux refaçonneurs qui la colporteront jusqu'à la fin du moyen âge, dans toutes les provinces du nord et du sud, ainsi que dans l'Italie septentrionale.

13Un remanieur, plus audacieux, va marquer le récit d'une empreinte plus profonde. Combinant la Chanson de Roland et celle du Pèlerinage de Charlemagne en Orient, il imagine, dès les environs de 1200, un nouveau récit et un nouveau héros : Galien le Restoré. Il est probable que cette création originale ne parvint pas à s'imposer, au début, à côté du Roland rimé ; mais vers la fin du xiiie siècle, lorsque la narration aura été étoffée de quelques motifs mélodramatiques, ce sera le grand succès. La tradition de Galien se ramifie, et, si elle n'élimine pas tout à fait celle du Roland rimé, la relègue au rang des histoires de jadis, bonnes pour les provinciaux. Quand, au xve siècle, s'affirmera la mode des mises en prose, les dérimeurs n'auront d'yeux que pour Galien, le dernier venu dans le monde héroïque de la geste française. Seul, David Aubert se souviendra du vieux roman rimé.

14Ces dérimages, qui ne sont pas dépourvus d'une curieuse saveur, marquent cependant une décadence. L'art en est presque absent ; et cette absence d'élément artistique est la cause du dédain dont souffrira la geste héroïque de la part des grands artistes des siècles classiques. L'histoire ne meurt pas cependant. Loin de là. Elle continue une vie florissante en marge de la littérature authentique.

15Le Galien n'a connu, sous aucune de ses formes, la diffusion dont avaient joui les Roland assonancé et rimé. Il s'est toutefois répandu dans les pays méridionaux, l'Occitanie, où il a inspiré l'émouvant remaniement de Ronsasvals, fondé d'autre part sur d'anciennes traditions régionales ; en Italie, où il s'immisce curieusement dans une libre interprétation du Roland rimé, le Viaggio ; en Espagne, enfin, où il a influencé le remanieur des Infantes de Lara.

16Le nationalisme espagnol n'est pas « isolationiste ». La péninsule ibérique ne se tient pas à l'écart du reste de l'Europe ; les nouveautés littéraires la pénètrent de toutes parts, pour le plus grand profit de la tradition rolandienne. Celle-ci s'enrichit continuellement de nouveaux apports, sans guère perdre de sa substance ancienne. A la grande différence de la France, les xive et xve siècles ne constituent pas, en Espagne, une époque de triste médiocrité, d'adieu à l'art. La tradition héroïque s'achève sur le feu d'artifice éblouissant et unique de quelques œuvres maîtresses : les romances. Les romances anciens jouent un rôle considérable dans la transmission du patrimoine médiéval aux temps modernes. Grâce à leur haute valeur artistique, ils attirent les regards des grands maîtres du siècle d'or. Grâce à eux, il n'y a pas en Espagne, comme en France, de rupture littéraire entre le moyen âge et les temps modernes. L'héroïsme médiéval, s'il s'abâtardit aussi, comme en France, dans les romans de colportage, « de cordel », continue, cependant, à inspirer les grands génies de l'âge classique : Guillén de Castro, Lope de Vega, Cervantes ; tandis que ni Corneille ni Racine ni Molière n'ont senti vibrer leur âme française aux noms de Charlemagne et de ses preux.

17« Douce France » et « claire Espagne la belle », les deux pays intéressés personnellement au drame de Roncevaux, sont aussi les seuls qui aient ressenti véritablement le pathétique et la signification de l'aventure et qui en aient renouvelé à diverses reprises l'affabulation sans en altérer la gravité. Les pays germaniques se sont montrés plus dociles aux données françaises par manque d'imagination, tandis que l'Italie, précédée par l'Occitanie, a laissé vagabonder sa fantaisie dans les mondes chatoyants de l'ironie et du romanesque.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search