Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Seconde partie. L'évolution de la Chanson de Roland en Espagne dans ses rapports avec révolution française

Chapitre V. Les traditions de « Roncesvalles » et de « Bernardo del Carpio » face à face

Texte intégral

1. Généralités

  • 1 P. Mantuano, Advertencias a la Historia del P. Mariana, Milan, 1611, p. 108, en est le grand respo (...)

1La narration de « Roncevaux » revue suivant la traditon de « Bernardo del Carpio » est devenue, en quelque sorte, officielle du jour où Rodrigo Jiménez de Rada l’éleva au rang de panégyrique d’Alphonse le Chaste. Incorporée dans la Crónica general d’Alphonse le Sage et de Sanche IV, elle devint, en Espagne, la relation par excellence de la bataille pyrénéenne, celle qui durant tout le moyen âge eut les faveurs des milieux savants. Elle leur plaisait par son nationalisme intransigeant, par son royalisme et sa xénophobie. Il fallut les progrès de la critique historique pour que la fable de Bernardo, si séduisante pour les patriotes espagnols, garantie par l’autorité de Rodrigo Jiménez de Rada, fût petit à petit chassée de l’histoire et exilée au royaume des belles chimères. Mais ce sont là conquêtes de la science moderne1. Tout le moyen âge a cru à l’existence et aux exploits de Bernardo del Carpio. Les remaniements et continuations de la Primera Crónica General ont fidèlement et minutieusement rapporté son histoire, qui, au fond, — mises à part l’étonnante longévité du héros et celle, plus étonnante encore, de son père, — n’avait rien de si invraisemblable.

2A côté de la tradition officielle, nous avons vu se maintenir et se renouveler la tradition française. Celle-ci, loin de s’évanouir, de dépérir sous la concurrence de l’autre, va pénétrer cette dernière. Les remanieurs de la chronique générale ne pourront s’empêcher d’en accueillir des détails. Situation extraordinaire, contraire à tout ce que la logique pourrait suggérer ! La tradition pro-française influençant la tradition royale, créée tout exprès pour lui faire pièce ! La vie est plus complexe, plus nuancée, plus contradictoire, que nos constructions logiques.

2. Primera Crónica General interpolée (xive s.)

  • 2 Voir les textes dans Th. Heinermann, Untersuchungen, p. 8.
  • 3 Ed. Menéndez Pidal, p. 353 ; Heinermann, Unters., p. 8.
  • 4 Heinermann, Unters., p. 9.

3La Primera Crónica General de 1289 nomme, parmi les combattants français, en s’en tenant rigoureusement aux indications de Rodrigo Jiménez de Rada2 : Roldan, que era adelantado de Bretanna, et el cuende Anselmo, et Guiralte, adelantado de la mesa de Carlos, et otros muchos ricos et poderosos omnes3. Suivant, cette fois, Lucas de Tuy, elle répète son énumération lorsqu’elle parle des victimes : Et dize don Lucas de Tuy que morieron en aquella batalla don Roldan, et el conde Anselmo, et Guiralte el de la mesa del enperador, et otros muchos omes de los altos omes de Françia4.

  • 5 Ms. L de l’éd. Menéndez Pidal.
  • 6 p. 312 r° col. 1 (anc. numérotation), p. 309 r° col. 1 (nouvelle numérotation).
  • 7 Thèse soutenue par P. Rajna, Le fonti dell’Orlando furioso, Firenze, Sansoni 2e éd. 1900, p. 19, n (...)
  • 8 Plus tard, la forme Reinaldos de M. se répandra. — Notons aussi la place de Reynalte entre les deu (...)

4Ces indications, sobres et historiques, qui reproduisent fidèlement les données d’Eginhard, n’ont pas suffi à certains transcripteurs, qui ont allongé la liste des capitaines français, sans toucher à celle des morts, trop fermement établie depuis l’antique tradition carolingienne. Les compagnons de Roland sont plus nombreux dans la copie que nous conserve le ms. 1298 de la Bibl. Nac. de Madrid (xive siècle)5 : estos altos omnes Roldan que era adelantado de Bretaña el conde don Anselmo Reynalte de Montaluan Giralte adelantado de la mesa del RRey Carlos el conde don Oliuero e el conde don Terrin el conde don Dalbuey otros muchos altos omnes que aqui no podemos desir6. Les additions du copiste ne peuvent venir que de la tradition rolandienne (don Oliuero en est la preuve), de la tradition rolandienne remaniée à l’espagnole du type du Roncesvalles (Reynalte de Montaluan en fait foi). Sans doute, dans le fragment conservé à Pampelune, dans les vestiges laborieusement reconstitués par la critique, n’est-il question ni de don Terrin, ni de don Dalbuey. Le caractère fragmentaire du seul témoin de la tradition rolandienne espagnole suffit à excuser ce silence. Sans doute, l’interpolation de la copie L pourrait-elle venir en droite ligne du Pseudo-Turpin7, où apparaissent Raginaldus de Albospino, Tedricus et Gandelbodus. Mais Raginaldus de Albospino n’est pas « Reynalte de Montaluan ». Sans doute, les héros français figurent-ils dans la copie L parmi l’avant-garde, tandis que, dans la tradition rolandienne, ils forment l’arrière-garde. Mais cette contradiction apparaît dans d’autres versions de Roland et remonte à une mauvaise interprétation des vv. 548 ss. d’Oxford. Sans doute, pourrait-on invoquer d’autres dissemblances. Elles ne résistent pas à cette constatation : la présence de Renaud de Montauban dans les lignes françaises, caractéristique à l’époque de la tradition espagnole remaniée de Roland, la forme Reynalte de Montaluan identique à celle de Roncesvalles Rynalte de Montalban8. Il n’y a pas à en douter : le copiste du ms. L a enrichi son texte au moyen de la tradition concurrente que, quelques lignes après, il allait dénoncer comme mensongère.

3. Tercera Crónica General (vers 1390)

  • 9 Il en sait plus qu’il n’en dit (voir la fin de la citation).
  • 10 Ms. 828 de la Bibl. Nac. Madrid, f° 99 v°, col. 1.
  • 11 Ms. 828 de la Bibl. Nac. Madrid, f° 99 v°, col. 1.

5Son intervention se distingue par sa discrétion9. Le remanieur de la Tercera Crónica General (vers 1390) usera de moins de prudence. Il enrôle dans les rangs français : don Roldan que era adelantado de Bretaña y el conde don Anselmo y don Reynalte de Montaluan y don Giralte adelantado de la mesa del enperador Carlos y el conde don Terrin d’Ardeña y el conde don Jarluyn y el gascon de Argelero y el arçobispo Terpin y don Oger de las Marchas y Salamano de Bretaña y otros muchos altos onbres que aqui no podemos dezir sus nonbres10. Il nomme parmi les morts : y murieron en aquella batalla don Roldan y don Anselmo y el conde don Reynalte y el adelantado de la mesa del enperador Carlos y todos los mas altos onbres de los franceses11.

  • 12 Contrairement à ce que paraît supposer M. Menéndez Pidal, Roncesv... p. 160.
  • 13 milá, De la Poesia, p. 369. Quoique peu satisfaisante, cette identification, est la plus plausible (...)

6L’interpolation est amplifiée. La tradition rolandienne accentue son influence. Non seulement Renaud est cité parmi les victimes, mais l’énumération des héros rolandiens s’est allongée. Terrin est devenu de Ardeña, comme dans Roncesvalles ; Argelero le Gascon n’est autre qu’Engelier « le Gascuinz de Burdele » de la Chanson de Roland (Oxf v. 1289) ; l’ arçobispo Terpin combat à Roncevaux (ce qui élimine toute influence de la chronique latine12) ; Oger de las Marchas ressemble comme un frère à Ogier de Dannemarche,, personnage de la Chanson de Roland ; Salamano de Bretaña est un autre héros du poème à partir de sa mise en rimes ; Jarluyn, plus mystérieux, a été identifié avec Bauduin13, autre personnage du Roncesvalles.

7Mais pourquoi Olivier et Gondelbuef, présents dans l’interpolation de la copie L, sont-ils absents de celle de la Tercera ? J’y vois une simple omission du compilateur, dont l’attention a été retenue, après avoir nommé Roland, Renaud, Anselme et Giralte comme dans L, par ses propres additions.

8Si notre interpolateur est influencé par la tradition rolandienne du Roncesvalles, comment peut-il placer Salomon de Bretagne et Ogier de Dannemark dans les rangs de l’arrière-garde, alors que Roland et Roncesvalles en font des membres de l’escorte impériale ? Je serais enclin à y voir le résultat d’un transfert délibéré du compilateur. L’intention de ce dernier était d’étoffer de noms rolandiens son récit de « Bernardo ». Pour les y introduire sans trop modifier celui-ci, il ne disposait que de deux énumérations : celle des morts et celle des combattants. La première lui était interdite, puisque, par le Roland lui-même, il savait que Salomon et Ogier n’avaient pas achevé leur glorieuse carrière dans la plaine de Roncevaux. La seconde énumération lui restait ; et il en a tiré parti.

9A la fin du xive siècle, la tradition rolandienne à l’espagnole influence plus que jamais celle de « Bernardo del Carpio ». La Cuarta Crónica General (vers 1460) nous en apporte un témoignage pour le xve siècle.

4. Cuarta Crónica General (vers 1460)

  • 14 Ms. 1517, Bibl. Nac. Madrid, f° 146 v°; cfr l’édition de la Colección de Documentes inéditos, t. 1 (...)
  • 15 F° 147 r°.

10Selon cette nouvelle continuation de l’œuvre d’Alphonse le Savant, le corps d’armée commandé par Roland comprend : Roldan que era adelantado de Bretaña el conde don Augelino Reinalte de Montaluan e Giralde adelantado de la mesa del rrey Carlos e el conde don Oliueros e Terrin e el conde don Dalbuey y otros muchos altos omes que aqui non podemos dezir14 ; les victimes les plus célèbres restent : don Rroldan e el conde don Anselmo e Giralte el adelantado e Reinalte e todos los demas de los altos omes de llos franceses15. L’influence rolandienne est moins marquée que dans la Tercera Crónica, mais tout aussi réelle.

11A première vue, l’influence de la tradition de Roncesvalles peut surprendre ; mais l’attitude des interpolateurs n’est pas inexplicable. Ils remanient une œuvre de « Bernardo » qui met en scène Roland, Anselme et Eggihard. A côté d’elle, prospère la geste espagnole de Roland qui fait intervenir dans le même événement Roland, Renaud, Olivier et leurs compagnons. Nos remanieurs sont de l’école du roi Alphonse le Sage, qui leur a appris à mépriser les mensonges jongleresques, les fables poétiques, mais aussi à les utiliser habilement pour illustrer et colorer leurs rédactions. Roncevaux, n’est-ce pas le site rêvé pour associer les inventions littéraires aux réalités historiques ? Les remanieurs dénaturent-ils le caractère, faussent-ils l’esprit de l’histoire de « Bernardo » en ajoutant aux victimes traditionnelles d’Alphonse le Chaste et de son neveu toute la cohorte de la geste d’inspiration française ? Au contraire, plus les vaincus de Roncevaux sont illustres, plus la victoire espagnole est éclatante. Les interpolations rolandiennes des Crónicas generales postérieures ne sont pas gratuites : elles visent, paradoxalement, à donner plus de brillant aux affirmations antirolandiennes de « Bernardo », à rehausser la gloire espagnole.

12Chaque remanieur, en effet, a pris soin de ne pas toucher aux données essentielles de « Bernardo », de n’en pas changer l’esprit. L’influence rolandienne, pour réelle qu’elle soit, reste donc superficielle et, au lieu de déterminer quelque déviation du récit, concourt à renforcer son esprit nationaliste.

5. Lope Garcia de Salazar (1471)

  • 16 Pour les détails, voir notre art. Le récit de la bataille de Roncevaux dans le Libro de bienandanz (...)
  • 17 Le texte de Garcia de Salazar qui ne se trouve pas dans l’édition incomplète des Bienandanças e fo (...)

13D’autres œuvres écrites à la même époque que la Cuarta Crónica General ont dû subir plus puissamment l’influence de la tradition de Roland. Il nous en est parvenu une : le Libro de bienandanças e fortunas du Biscayen Lope Garcia de Salazar (1399 — avant 1480), achevé en 147116. Garcia de Salazar suit essentiellement la relation de « Bernardo del Carpio », mais il l’étoffe de scènes empruntées à la tradition de la Chanson de Roland17.

  • 18 A l’égard de la Tercera, manquent Anselmo et Giralte, les deux héros d’Eginhard, Jarluyn, Salamano (...)

14La version de « Bernardo del Carpio » dont il s’inspire est une chronique générale tardive, contaminée par la tradition rolandienne de Roncesvalles. Il suffit de lire l’énumération des victimes françaises de Roncevaux pour s’en convaincre : E alli morieron este Roldan, adelantado de la Tabla de los pares, e Oliveros, e Reynaldos de Montalvan, e don Ogeros de las Marchas, e el arçobispo Torinos, e el gascon Angelero, e el mancevo Velarte, e don Dalbué fijo de Gallaron, e el Terrin de Ardeña que traya la vandera de los pares, e todos los. XII. pares, e XXII mil françeses, e mas. Il est impossible de rapporter le récit de Garcia de Salazar à une quelconque des chroniques générales conservées18. Mais sa source est certainement une copie d’une Crónica general postérieure, animée du même esprit que la Tercera ou la Cuarta.

  • 19 La copie de la Crónica utilisée a sans doute nommé *Giralte adelantado de la tabla del emperador e (...)

15Garcia de Salazar n’est d’ailleurs pas resté passif devant son modèle. Il a dressé sa liste à sa façon, supprimant personnellement les deux personnages carolingiens et attribuant à Roland les fonctions de l’un d’entre eux19, faisant de don Dabué, qui n’est autre que Gondelbuef, le fils de Ganelon, rapportant à propos de Terrin de Ardeña une vieille tradition espagnole déjà attestée au xiiie siècle (voir ci-dessus), augmentant des douze pairs et de vingt-deux mille Français la liste des victimes. Son originalité se marque aussi dans le fait que, contrairement aux chroniques générales, son énumération n’est pas un relevé des combattants français, mais un rôle des morts. Elle apparaît plus vivement dans l’attitude nouvelle qu’il attribue au roi Alphonse le Chaste. Celui-ci reste à la place de choix où l’ont poussé Rodrigo Jiménez de Rada et Alphonse le Sage. Il prend des décisions, il a des initiatives, il agit. Mais à l’inverse du Toledano et des chroniques générales, Garcia de Salazar montre le roi s’obstinant dans ses décisions fâcheuses, se refusant à avoir des enfants, à écouter les sages avis de ses conseillers. Le portrait royal tend, chez lui, à la caricature.

16L’œuvre de Garcia a consisté principalement à ne conserver de son modèle que les incidents décisifs, à les colorer ici et là d’un détail pittoresque qui « fait couleur locale », comme la « casa e solar de Uredaureta », et surtout à brosser de petits tableaux vivants empruntés à la Chanson de Roland. Ses procédés de composition sont ceux d’Alphonse le Sage, de ses collaborateurs et de ses continuateurs : illustration anecdotique, mise en vedette de certains personnages, animation dramatique.

17La première de ces scènes est un des sommets pathétiques de la Chanson : Olivier moribond et aveuglé par son sang frappe de son épée son ami Roland ; celui-ci se demande tout d’abord si Olivier n’est pas devenu Maure, mais il pardonne aisément à son compagnon revenu de son involontaire erreur. L’autre scène est tout aussi dramatique : Ganelon a obtenu de Marsile que son fils soit épargné par les Maures ; à Roncevaux, les Musulmans restent fidèles à leur parole : et don Dabué a beau massacrer les Sarrasins, ceux-ci évitent de le toucher ; le jeune homme s’étonne de cette attitude ; mais bientôt, mis au fait, il se débarrasse de sa soubreveste protectrice et tombe sous les coups des païens ; blessé à mort, il revient au camp français annoncer à Charles le désastre, accuser et renier publiquement son père, et mourir aux pieds de l’empereur.

  • 20 art. cit.

18Ailleurs20 nous avons cherché les origines de ces interpolations, et nous avons conclu qu’elles procèdent d’une influence italienne tardive, combinée avec celle des Galiens français et de leur dérivé occitanien Ronsasvals. La tradition rolandienne espagnole de Roncesvalles ne paraît rien avoir fourni d’essentiel à l’œuvre de Garcia de Salazar : son récit de la bataille ne fait pas un sort à Renaud de Montauban. L’attitude de Garcia de Salazar mérite d’être signalée, parce qu’elle est significative d’une orientation nouvelle des esprits et de la tradition. Nous sommes à la fin du moyen âge : les yeux se tournent vers l’Italie ; bientôt l’Espagne sera à l’école de Boiardo et de l’Arioste.

6. Conclusions

19Les chroniques générales qui se succèdent durant les xive et xve siècles attestent, à la fois, dans les milieux doctes, la primauté de « Bernardo del Carpio » et la connaissance de la tradition rolandienne remaniée à l’espagnole. Les romances vont montrer que, pour le public non choisi, pour le grand public auquel ils sont destinés, c’est l’inverse qui est vrai, la primauté incontestable du courant rolandien.

Notes

1 P. Mantuano, Advertencias a la Historia del P. Mariana, Milan, 1611, p. 108, en est le grand responsable. Voir Milâ, De la Poesia, p. 159 ; M. Menéndez Pelayo, Antología, t. VI, p. 188 ; M. Defourneaux, Les Français en Espagne, p. 302, n. 3.

2 Voir les textes dans Th. Heinermann, Untersuchungen, p. 8.

3 Ed. Menéndez Pidal, p. 353 ; Heinermann, Unters., p. 8.

4 Heinermann, Unters., p. 9.

5 Ms. L de l’éd. Menéndez Pidal.

6 p. 312 r° col. 1 (anc. numérotation), p. 309 r° col. 1 (nouvelle numérotation).

7 Thèse soutenue par P. Rajna, Le fonti dell’Orlando furioso, Firenze, Sansoni 2e éd. 1900, p. 19, n. 21.

8 Plus tard, la forme Reinaldos de M. se répandra. — Notons aussi la place de Reynalte entre les deux noms traditionnels et historiques Anselmo et Giralte. Preuve de son rôle éminent dans l’œuvre invoquée. Renaud n’est-il pas le second après Roland dans la tradition de Roncesvalles ? Ne vient-il pas avant Olivier, relégué dans notre interpolation après les héros authentiques ?

9 Il en sait plus qu’il n’en dit (voir la fin de la citation).

10 Ms. 828 de la Bibl. Nac. Madrid, f° 99 v°, col. 1.

11 Ms. 828 de la Bibl. Nac. Madrid, f° 99 v°, col. 1.

12 Contrairement à ce que paraît supposer M. Menéndez Pidal, Roncesv... p. 160.

13 milá, De la Poesia, p. 369. Quoique peu satisfaisante, cette identification, est la plus plausible de toutes. Les Arluin, Herluin de la geste française sont peu connus et ne figurent pas dans Roland (voir E. Langlois, Table, p. 334). Le Carduino italien du xive siècle est un héros breton (voir N. Sapegno, Il trecento, Milano, Vallardi, 1934, p. 611).

14 Ms. 1517, Bibl. Nac. Madrid, f° 146 v°; cfr l’édition de la Colección de Documentes inéditos, t. 105, p. 269, établie d’après le ms. 9559 de la Bibl. Nac. Madrid.

15 F° 147 r°.

16 Pour les détails, voir notre art. Le récit de la bataille de Roncevaux dans le Libro de bienandanzas y fortunas de Lope Garcia de Salazar, Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. XXVIII, 1950, pp. 967 ss.

17 Le texte de Garcia de Salazar qui ne se trouve pas dans l’édition incomplète des Bienandanças e fortunas, due à M. Camaron, Madrid, Sanchez, 1884, a été imprimé d’après le ms. de la R. Academia de la Historia, par R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 201 ss.

18 A l’égard de la Tercera, manquent Anselmo et Giralte, les deux héros d’Eginhard, Jarluyn, Salamano de Bretana ; et il y a, en plus, Velarte, Dabué et Oliveros. A l’égard de la Cuarta, manquent Angelino et Giralte ; et il y a, en plus, Ogeros de las Marchas, Torinos et Velarte.

19 La copie de la Crónica utilisée a sans doute nommé *Giralte adelantado de la tabla del emperador et, à côté, Roldan, adelantado de Bretaña. Garcia fond ces deux héros en un seul : Roldan, adelantado de la tabla de los pares (et non : del emperador, ce que la tradition rendait impossible).

20 art. cit.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search