Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Seconde partie. L'évolution de la Chanson de Roland en Espagne dans ses rapports avec révolution française

Chapitre IV. « Roncesvalles » ou la tradition française remaniée à l’espagnole

Texte intégral

1. Généralités

1Face à la tradition rolandienne, « Bernardo del Carpio » apparaît comme une riposte narrative du meilleur aloi, conséquence d’un sursaut de l’orgueil national. L’œuvre « nationaliste » qu’il a déterminée, le succès dont elle a joui dans la péninsule, n’ont pas étouffé ni même évincé la tradition rolandienne d’esprit français. Celle-ci a continué de vivre et de prospérer, malgré son caractère étranger.

2Mieux, cette tradition gravement concurrencée, a montré, sans trahir son esprit français, son pouvoir de création personnelle. Roncesvalles en est un témoignage précieux.

2. Analyse des cent vers conservés

3Les cent vers, fragment conservé par miracle de ce cantar de gesta, ne sauraient être plus instructifs. Ils se rapportent à une partie de la scène funèbre où Charlemagne, de retour à Roncevaux, recherche douloureusement ses morts. Il retrouve l’archevêque et fait de lui un court panégyrique (vv. 1 ss.) : Bueno fora las armas, mejor fora ante Jhesu Xristo (v. 2), consejador de pecadores (v. 3) ; puis il ordonne à ses écuyers de le ramener dans son pays, a Flanderes la cjudade (v. 9).

4Charles poursuit sa quête tragique : vjdo en la plaça Oliueros o jaze (v. 11). Pauvre Olivier ! Non ujo sano en eyll quanto un dinero vale (v. 13). Ému devant ses blessures, l’empereur mando la cabeza alçare / Que la ljnpjasen la cara del poluo e de la sangre (vv. 15-16) et s’adresse à lui comme s’il était encore en vie : ¿ Do deyxastes a Roldan ? (v. 19).

5Bientôt, vjo m colpe que fizo don Roldane (v. 25) ; il découvre enfin son cher neveu : Vjdo a don Roldan acostado a un pilare / Como se acosto a la ora de finare (vv. 28-29). Devant le corps inanimé de Roland, quelle désolation l’étreint ! Ariba alço las manos, por las barbas tjrare : /Por las barbas florjdas bermeja sayllja la sangre (v. 31-32). Il prononce alors un long « llanto » (vv. 34 ss.) où se suivent, dans le désordre de sa pensée accablée, les regrets, les fausses espérances, la certitude du salut éternel de Roland, la constatation du vide immense que laisse le guerrier incomparable, les souvenirs de jeunesse (Mainet) et du bon temps passé, du jour où il adouba Roland chevalier, du voyage de Jérusalem, des victoires sur les Maures et du fameux chemin de Saint-Jacques... Contai duelo esto, sobrjno, agora non fues bjuo. / ¡ Agora plogujes al Crjador, a mj sennor Jhesu Xristo, / Que fjnase en este logar, que me leuase contjgo ! / Djzir me ias las nuevas, cada uno como fjzo / D’aquestos muertos que aquj tengo comjgo (vv. 77 ss.). La douleur est trop vive : Charlemagne tombe évanoui (v. 82).

6Charles n’est pas le seul à rechercher ses morts. Le duc Aimon essaye de reconnaître son fils, le fameux Renaud de Montauban, mort lui aussi au combat contre les Sarrasins (vv. 83 ss.). Enfin, voici Renaud gisant parmi las mortaldades (v. 85). Aimon prononce un court éloge de son fils : ¡ Que cuerpo tan caboso ! omen non ujo otro taie / Vos fuerades pora bjuir e yo pora morjr maes. / Mas atal vjejo mezqujno sjempre aura male (vv. 88 ss.). Heureusement, il a une consolation : Renaud s’est réconcilié avec Roland et, puisqu’il est mort face aux Sarrasins, son âme est en Paradis (vv. 91-92). Le duc ordonne qu’on retire son fils d’un tas de cadavres (v. 96).

7Aimon, Salomon de Bretagne, Berart, fils de Thierry d’Ardenne, s’efforcent de ranimer l’empereur évanoui en l’aspergeant d’eau froide (vv. 97 ss.).

3. Lieu et date

  • 1 On y retrouve certaines des graphies reconnues navarraises par M. F. Indurain, Contribución al est (...)

8La copie conservée à Pampelune est émaillée de nombreux navarro-aragonismes et plus particulièrement, de navarrismes1. Son caractère navarrais n’est pas douteux. Pareille localisation est d’ailleurs tout à fait conforme à certains faits d’histoire littéraire bien connus. Au xive et au xve siècles, — notre copie est des environs de 1310 (voir ci-dessus), — plusieurs œuvres d’origine française ont été recopiées dans la région navarro-aragonaise (Alexandre, ms. de Paris ; Apolonio, Maria Egipciaca, Tres reys de Orient, du ms. III-K-4 de San Lorenzo del Escorial). Il est tout naturel qu’il en ait été de même pour une autre œuvre d’esprit français, comme notre cantar de gesta.

  • 2 « La región épica por excelencia » (Menéndez Pelayo, Antología, VI, p. 175).
  • 3 Roncesvalles, p. 195.
  • 4 Certes, nous ne prétendons nullement que la Vieille Castille ne soit pas terre épique, ni même la (...)
  • 5 Voir Roncesvalles, Liège, Paris, Les Belles Lettres, 1951, pp. 59 ss.

9Mais l’original de cette copie, où a-t-il été conçu ? La critique espagnole aime à considérer la Vieille Castille comme la terre épique par excellence2, comme le berceau de toutes les histoires héroïques. L’origine castillane de notre cantar a été défendue par M. Menéndez Pidal3. Mais les arguments historiques et littéraires qu’il met en avant4 ne nous ont pas convaincu. Nous avons cherché ailleurs ; et nos regards ont été ramenés vers la Navarre5. La bataille de Roncevaux est un événement de l’histoire navarraise. La Navarre est, dès le xie siècle, traversée par le fameux chemin de Saint-Jacques. Elle est pleine du souvenir de Roland, exploité à des fins intéressées par les religieux de Roncevaux. La Navarre est par excellence la région rolandienne d’Espagne.

10A ces conditions historiques favorables, qui rendent vraisemblable une localisation orientale du texte, vient s’ajouter un détail plein de signification et de poids. Au v. 76 (non conquis a Çaragoça, ont me ferio tal lançada), il est fait allusion à une blessure que Charles aurait reçue devant Saragosse. Or pareil détail ne se trouve dans aucune autre version de la tradition rolandienne. Il semble bien que ce soit là une addition propre à notre cantar de gesta. Il est curieux de constater qu’elle se rapporte à la prise de Saragosse, c’est-à-dire à un événement d’histoire navarro-aragonaise.

11Dans l’état limité de nos connaissances, rien ne nous porte à croire à l’origine castillane ou léonaise du cantar ; plusieurs raisons d’ordre différent, nous invitent à le situer en Navarre, tout comme sa copie.

  • 6 Voir notre Roncesvalles, pp. 62 ss.

12La distance entre la copie et l’original ne doit d’ailleurs pas être très grande. La fin du xiiie siècle nous a paru la date la plus favorable à l’apparition du Roncesvalles6.

4. Le cantar de gesta pris dans son ensemble et la Chanson de Roland

  • 7 Pour une démonstration détaillée voir notre Roncesvalles, pp. 87 ss..

13Le cadre du Roncesvalles ne devait pas différer essentiellement de celui de la Chanson de Roland. Comme dans celle-ci, à la mort de Roland, Saragosse restait insoumise, sous la domination du roi Marsile7. La mort de Roland, d’Olivier, de Turpin et de leurs compagnons était le résultat d’une trahison perpétrée par Ganelon. Roland était à l’arrière-garde. Un rude combat a dû opposer l’arrière-garde aux masses mauresques. Olivier a demandé avec insistance à Roland de sonner son olifant, et le preux a refusé. Roland est le principal personnage de la geste, qui est un vrai Cantar de Roldán : Charlemagne accorde à son neveu une préférence manifeste. Turpin a participé énergiquement au combat et y a trouvé une mort glorieuse ; ministre et soldat de Dieu, il consolait et encourageait ses compagnons. Le cantar a opposé, comme la chanson, la fermeté chrétienne aux lâchetés païennes. Le roi Marsile, entre autres, a abandonné la lutte, le bras droit coupé, et s’est réfugié misérablement dans Saragosse où il a imputé à ses dieux sa défaite ; à ses côtés se tenaient sa femme et son enfant.

14Roland avait fini par sonner du cor, et Charlemagne revenait sur ses pas ; le preux a tourné le corps de son ami Olivier vers l’Orient, tenté de rompre son épée Durendal, et il est mort, couché sur une éminence comme sur un piédestal et appuyé contre un rocher.

15L’amiral Baligant a dû intervenir dans la gesta, comme dans la chanson française. Les corps des guerriers les plus célèbres ont été ramenés en France, chacun, semble-t-il, dans sa province.

  • 8 Nous n’avons aucune raison de supposer la présence de Bernardo del Carpio dans le cantar.

16Cette esquisse rapide, suggérée par les allusions du fragment lui-même et par le romance de la Fuga de Marsín dérivé du cantar (voir ci-dessous), suffit à montrer que Roncesvalles suivait d’assez près la Chanson de Roland8.

5. Originalité narrative et esprit de Roncesvalles

  • 9 Avant le Morgante (1ère éd. avant 1480, 2e éd. augmentée des chants sur « Roncevaux » 1482), il ex (...)

17La grande originalité de Roncesvalles consiste à faire participer Renaud de Montauban à la bataille de Roncevaux. Un tel mélange de Roland et de Renaud n’apparaît nulle part en France. Il faut attendre l’Italie et la tradition dont s’inspire Pulci pour voir le fils d’Aimon combattre les païens dans la plus fameuse des batailles épiques9. Le juglar espagnol est en avance de près de deux siècles sur la tradition italienne.

18C’est une belle trouvaille d’associer Renaud de Montauban, un des protagonistes les plus éminents de la geste héroïque de France, au drame de Roncevaux. C’en fut une plus belle de lui donner un caractère bien marqué et de l’y faire jouer un rôle de premier plan. Renaud n’est pas, en effet, un comparse, à peine nommé, comme Ogier le Danois ou Girart de Roussillon dans la Chanson de Roland : c’est un personnage agissant, qui imprègne le récit de sa présence. Le vers 91, mis dans la bouche de son père (Por que mas me conuerto, por que perdoneste a Roldane), et confirmé par certains détails du romance sur « la fuite de Marsile », nous laisse entendre qu’une rivalité a opposé le héros de Montauban au neveu de Charles. Dans le romance, Roland refuse de sonner du cor, par crainte des reproches publics et vexatoires de Renaud. Les deux illustres combattants ont dû, dans le cantar de gesta, se heurter en des scènes frémissantes et brutales, assez semblables à celles de la chanson où s’affrontent Roland et Olivier. Comme le poème français, le cantar est, sans doute, une geste psychologique et dramatique, animée par des passions violentes et qui met en scène des personnages très nettement dessinés, très vivants. Le désaccord qui sépare Roland de Renaud est antérieur à la bataille de Roncevaux : Aimon, qui n’a pas assisté à la lutte, n’ignore pas leur rivalité. Il s’agit bien d’une inimitié ancienne, et sans doute publique, qui, au cours du combat suprême, s’est aggravée, exaspérée, jusqu’à prendre le caractère d’une rivalité héroïque, source de témérités et d’exploits glorieux, pour s’apaiser dans une réconciliation magnanime devant l’ennemi commun. Les deux héros chrétiens meurent dans un même nimbe de gloire.

19La trouvaille du juglar ou de la tradition espagnole qu’il utilise a été moins de conduire Renaud à Roncevaux que de reconstruire tout le récit autour de l’antagonisme qui sépare les deux chefs français. Le remaniement espagnol ne s’est donc pas borné à des retouches partielles, limitées : il a refondu toutes les données narratives et les a groupées autour d’un thème absolument nouveau dans la tradition. Au point de vue de la puissance recréatrice, c’est une refaçon profonde, analogue au Galien, et non une suite de retouches superficielles, comme dans le Roland rimé.

20Renaud est, dans le Roncesvalles, un des plus valeureux chrétiens. Néanmoins, il n’occupe pas le premier rang. Roland reste le protagoniste incontesté. La hiérarchie entre les deux paladins est très nettement marquée : Roland est le personnage « impérial », que Charlemagne pleure et magnifie longuement ; Renaud, malgré sa prestance, n’est regretté que par son père, en quelques mots hâtivement prononcés. Roland reste le vainqueur de Marsile, qu’il blesse et met en fuite ; Roland reste le vainqueur de Roncevaux : il meurt le dernier, solitaire et triomphant. Tout en renouvelant les données traditionnelles, le juglar espagnol n’a pas été jusqu’à les bouleverser, jusqu’à renverser la hiérarchie traditionnelle.

21La place octroyée à Renaud n’a pas non plus relégué Olivier dans l’ombre. D’après ce que nous pouvons savoir, le compagnon de Roland est resté ce qu’il était dans la Chanson de Roland : l’ami cher entre tous, dont Roland couche le corps avec précaution, le vaillant combattant, mais aussi le « sage », le « réaliste », qui conseille prudemment de sonner du cor. Le personnage d’Olivier conserve son individualité traditionnelle ; mais le juglar, en nous le montrant percé de blessures mortelles, fait naître en nous un sentiment de pitié intense.

22La refundición espagnole ne s’est pas bornée à remodeler la relation traditionnelle ; elle a aussi retouché maints détails. Tout d’abord, outre Renaud, elle a introduit dans l’aventure de Roncevaux des personnages inconnus du Roland. Auprès de Roland a combattu un Baudouin (peut-être le frère utérin du héros). Auprès de Charlemagne ont chevauché un Aimon de Dordonne et un Bérart de Mondidier. Le fameux Thierry d’Ardenne a peut-être lui aussi fait partie de l’expédition. Le juglar a réuni à Roncevaux toute la fleur de la chevalerie française.

  • 10 Notre juglar doit procéder de la tradition française de Renaud, qui est la seule à opposer violemm (...)

23Pour étoffer son affabulation rolandienne, le juglar a fait appel à ses nombreuses connaissances épiques. Outre les personnages célèbres qui lui sont suggérés par d’autres gestes, en particulier par celle de Renaud de Montauban10, il invoque gratuitement d’autres gestes encore dans des allusions de pur ornement, sans fonction narrative dans le récit. On le voit ainsi prendre plaisir à étaler les richesses de son information épique.

  • 11 Dans les cent vers conservés, Roncesvalles fait allusion à Girart de Viane (vv. 20-21), à Mainet ( (...)
  • 12 Au v. 67 il fait allusion à l’adoubement de Roland qui eut lieu, d’après lui, quand le jeune homme (...)
  • 13 C’est le cas dans les souvenirs de Mainet et du Pèlerinage.

24Cette tendance, portée à un tel degré11, est nouvelle dans la tradition rolandienne. Les souvenirs du juglar sont fidèles et précis ; mais sa fidélité ne dégénère jamais en servilité. Il ne craint pas d’intervenir lui-même, soit par un tour personnel12, soit par un renversement de l’ordre narratif13.

  • 14 Turpin est ramené à Flanderes la cjudade (v. 9), Aimon songe dans son deuil, a las teras de Montal (...)
  • 15 Voir notre Roncesvalles, chap. V.

25Ses tendances novatrices le poussent aussi à modifier l’agencement général des scènes. A en juger par les cent vers qui nous restent, la scène funéraire ne se développe nulle part comme dans le Roncesvalles. Le juglar a voulu « diversifier » la scène. Roland n’est pas pour lui le seul défunt digne de la compassion impériale. Avant de le pleurer, Charles a pleuré Turpin et Olivier. Aimon, de son côté, s’attendrit sur son fils. D’autre part les morts ne seront pas groupés en une seule sépulture : chacun sera reconduit dans ses terres14. Composition très différente de la Chanson de Roland assonancée (première et deuxième versions), où l’attention était exclusivement centrée sur Roland, où le corps du héros éminent gît au milieu de la scène et rayonne avec un tel éclat que tout ce qui l’entoure n’est plus qu’ombre confuse (Oxf vv. 2855 ss. ; Venise IV vv. 3038 ss. ; Konrad vv. 7485 ss. ; Karlamagnussaga § 39, pp. 527 ss.). Une pareille organisation, avec pour centre Roland, se maintiendra, sauf de légères altérations, au cours de toute l’évolution rolandienne15. Nulle part on ne retrouve la disposition de la scène espagnole ; nulle part Charles ne se tourne vers Turpin et Olivier, avant de s’absorber dans le souvenir douloureux de Roland ; nulle part l’unité narrative de l’épisode n’est « disloquée » comme dans notre cantar.

26Les détails ne manquent pas non plus où Roncesvalles fait entendre une note nouvelle : l’écu brisé à côté du cadavre d’Olivier (v. 12) ; l’épée Durendal que Roland, malgré lui, a dû abandonner aux Maures (v. 61) ; la Flandre, patrie de l’archevêque Turpin (v. 9) ; le geste affectueux de Charles qui ordonne à ses écuyers de laver la poussière mêlée de sang qui souille le visage d’Olivier (vv. 15-16) ; l’illusion de Charles hébété de chagrin, et qui, un instant, feint de croire que Roland est toujours en vie et obstinément silencieux (v. 50) ; le coup de lance reçu par l’empereur au siège de Saragosse (v. 76). La part originale du poète espagnol est suffisante pour que nous ayons le droit de considérer l’œuvre du juglar comme une recréation de la Chanson de Roland, et non comme un remaniement superficiel.

27Œuvre nouvelle donc, fruit d’une imagination éveillée et réceptive, qui sait se dégager de ses modèles, pour développer des idées personnelles, piquer ici et là des détails nouveaux, ou traiter à l’espagnole des thèmes littéraires traditionnels. Roncesvalles n’est pas une traduction, mais un rifacimento original qui enrichit le patrimoine rolandien.

  • 16 Adoptée par le juglar de préférence à celle d’Aspremont, qui rattache la conquête de Durendal aux (...)
  • 17 Voir R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, p. 150 ; Cantar de Mio Cid, t. II, p. 664. La confusion des (...)

28Certaines modifications ont une résonance espagnole, indubitablement. Songeons à la fameuse Durendal qui, conquise en Espagne par Charles sur le Maure Braimant (v. 58) selon l’histoire de Mai-net16, reste aux mains des Maures (v. 61), c’est-à-dire en Espagne, ce qui est conforme à une tradition très accréditée outre-Pyrénées selon laquelle l’épée de Roland repose à l’Armería real des rois de Castille sous le nom de Joyosa « Joyeuse »17. Songeons aussi à la blessure reçue par Charlemagne devant Saragosse (v. 76).

29Ce détail à lui seul mérite quelque attention. L’esprit qui souffle dans le cantar est, sans conteste, celui de la geste française, et non celui de la réaction espagnole. Le juglar, comme beaucoup de ses compatriotes d’ailleurs, ne sent pas son amour-propre national froissé quand il écrit : Con uuestro esfuerço aryba entramos en Espayna/ Matastes los moros e las teras ganastes largas/ Adobe los camjnos del apostol Santjago (vv. 73-75). Il accepte comme des faits littéraires traditionnels la conquête de l’Espagne par Charlemagne, l’équipement du chemin de saint Jacques par les armées de Charlemagne. Mais, contrairement à tous les textes connus, il nous montre Charlemagne blessé d’un coup de lance. Cette précision inutile, qui constitue un accroc à la tradition, est significative. Le juglar accueille et répand les fables françaises, mais il ne peut s’empêcher de malmener quelque peu le majestueux empereur des Français. En quoi il est bien Espagnol. Chanson de geste française légèrement espagnolisée, retouchée à l’espagnole, tel est le cantar Roncesvalles.

30Plus on examine le fragment que nous possédons, plus on distingue des traces de l’originalité de son auteur, mieux on discerne le caractère de cette originalité.

  • 18 Voir notre Roncesvalles, chap. VI.
  • 19 Voir notre Roncesvalles, chap. V.

31Notre juglar ne rompt pas en visière avec une tradition établie, il ne fraye pas des chemins nouveaux. Il se laisse plutôt entraîner par un mouvement déjà mis en branle ; mais il le pousse plus loin que ses prédécesseurs. Toutes ses initiatives originales lui sont suggérées de l’extérieur. Ainsi, l’idée de faire intervenir à Roncevaux Renaud de Montauban, Bérard de Montdidier, lui est peut-être venue de la lecture du Pseudo-Turpin18. La dispersion de l’attention dans la quête des morts sur Olivier, Turpin... a déjà commencé dans le Roland rimé, où un comte de Frondaux pleure son neveu Olivier, dans Turpin où Charlemagne retrouve le cadavre lacéré et martyrisé d’Olivier19. L’introduction de personnages extra-rolandiens à Roncevaux est une vieille habitude chère à la tradition rolandienne, habitude dont Oxford montre déjà des traces (Girard de Roussillon, Ogier le Danois) et que le Roland rimé adoptera aussi (Girard de Viane). Original, notre juglar l’est ; novateur, non. Il n’innove pas : il imite avec originalité, les trouvailles de ses devanciers.

  • 20 On a relevé des analogies frappantes entre les vv. 15-19 et certain passage du Segundo cantar de l (...)
  • 21 L’admiration que nourrit pour Roncesvalles R. Brenes Mesen, El fragmento de Roncesvalles, Nosotros (...)

32Vu l’exiguïté du fragment conservé, il est malaisé et périlleux de juger de sa facture artistique. Toutefois, sans crainte de nous tromper, nous pouvons affirmer qu’il n’a pas le talent verbal du poète du Mio Cid. Expression traînante et sans éclat ; style fondé sur la tournure figée et la répétition littérale, très empêtré20 dans les formules imposées par la tradition21.

6. Position de Roncesvalles dans la tradition rolandienne

  • 22 Par ex. le v. 28 Vjdo a don Roldan acostado a un pilare. Dans presque tous les textes, le décor au (...)

33Le Roncesvalles est une Chanson de Roland qui se situe à un moment assez avancé dans l’évolution narrative. Par certains détails il voisine avec le Galien en vers (mention de Salomon de Bretagne à Roncevaux, v. 97) ; certains de ses traits ne sont que des retouches22 ; l’aspect général de la scène — je songe à la « décentralisation » si poussée — le situe à un moment assez avancé dans l’évolution générale du thème rolandien. Notre juglar s’est servi d’une version postérieure au Roland rimé, mais qui n’a d’autre ressemblance avec les rajeunissements italiens du xive siècle et avec Galien que son attitude générale dans la façon d’enrichir la tradition rolandienne.

  • 23 Roncesvalles, pp. 190 ss
  • 24 Aux vv. 13, 40-41, 75 Roncesvalles concorde avec le Pseudo-Turpin ; aux vv. 25, 37, 43 avec Oxford (...)

34Contrairement à M. Menéndez Pidal23, je ne crois pas davantage que le cantar coïncide pour une partie avec telle version et pour une autre avec telle autre version. La seule scène sauvée du néant s’accorde avec plusieurs versions différentes24, et les points concordants sont répartis de telle façon qu’il est impossible de croire à l’utilisation conjointe de plusieurs versions. Le juglar de Roncesvalles a suivi un modèle unique, français sans doute, qu’il a largement transformé.

35Nous avons vu que la chronique latine dite de Turpin a connu du succès dans la péninsule. Le juglar n’a pas été sans en subir l’influence. Il s’en est inspiré à diverses reprises (voir les vv. 13, 40-41, 75), en a adopté certaines idées, sans jamais imiter sa manière narrative, ni jamais en traduire servilement une seule ligne.

36Le succès de Roncesvalles sera durable, mais il ne réussira pas à évincer la tradition française proprement dite : l’allusion du Poema de Alfonso Onceno en est la preuve (voir ci-dessus).

Notes

1 On y retrouve certaines des graphies reconnues navarraises par M. F. Indurain, Contribución al estudio del dialecto navarro-aragonés antiguo, Zaragoza, Institución « Fernando el Católico », 1945 (Anejo I del Archivo de Filología aragonesa, serie A) p. 91 : coa goa (agoa, v. 100), queyssar, coyxo (deyxar, v. 19), yll (cauayllero. v. 18), ynn (estraynas v. 64).

2 « La región épica por excelencia » (Menéndez Pelayo, Antología, VI, p. 175).

3 Roncesvalles, p. 195.

4 Certes, nous ne prétendons nullement que la Vieille Castille ne soit pas terre épique, ni même la terre épique par excellence (voir les cantares de Mio Cid et de Fernán González). Nous nous refusons à croire toutefois que le Castillan, seul de tous les peuples espagnols, « ait eu la tête épique ».

5 Voir Roncesvalles, Liège, Paris, Les Belles Lettres, 1951, pp. 59 ss.

6 Voir notre Roncesvalles, pp. 62 ss.

7 Pour une démonstration détaillée voir notre Roncesvalles, pp. 87 ss..

8 Nous n’avons aucune raison de supposer la présence de Bernardo del Carpio dans le cantar.

9 Avant le Morgante (1ère éd. avant 1480, 2e éd. augmentée des chants sur « Roncevaux » 1482), il existe déjà une tradition qui introduit « Rinaldo da Montalbano » dans la conquête d’Espagne : celle contre laquelle s’insurge le remanieur de la Spagna magliabecchiana. « Renaud n’a pu combattre aux côtés de Roland », nous dit-il, « puisque ces deux héros n’étaient pas contemporains » (voir M. Catalano, Spagna, t. I, pp. 185 ss.).

10 Notre juglar doit procéder de la tradition française de Renaud, qui est la seule à opposer violemment le fils d’Aimon au neveu de Charles. Sans doute a-t-il connu cette tradition par l’intermédiaire d’un Reynaldos de Montalban espagnol, adaptation d’un Renaud français débarrassé de la fin édifiante du héros à Cologne et peut-être contaminé de provençalismes. Voir notre Roncesvalles, chap. VI.

11 Dans les cent vers conservés, Roncesvalles fait allusion à Girart de Viane (vv. 20-21), à Mainet (vv. 54-58, 64-66), au Pèlerinage de Charlemagne en Orient (vv. 69-72) et se souvient peut-être de la Destruction de Rome (v. 72).

12 Au v. 67 il fait allusion à l’adoubement de Roland qui eut lieu, d’après lui, quand le jeune homme avait dix-sept ans. Je n’ai retrouvé nulle part ailleurs cette précision.

13 C’est le cas dans les souvenirs de Mainet et du Pèlerinage.

14 Turpin est ramené à Flanderes la cjudade (v. 9), Aimon songe dans son deuil, a las teras de Montalbane (v. 93) et il ordonne de sacar el fijo de entre las mortaldades (v. 95).

15 Voir notre Roncesvalles, chap. V.

16 Adoptée par le juglar de préférence à celle d’Aspremont, qui rattache la conquête de Durendal aux campagnes d’Italie.

17 Voir R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, p. 150 ; Cantar de Mio Cid, t. II, p. 664. La confusion des noms n’a rien de surprenant. « Joyosa » n’a-t-elle pas été -considérée par Covarrubias comme une des épées du Cid ? (voir Cantar, t. II, p. 664, n. 3).

18 Voir notre Roncesvalles, chap. VI.

19 Voir notre Roncesvalles, chap. V.

20 On a relevé des analogies frappantes entre les vv. 15-19 et certain passage du Segundo cantar de los Infantes de Lara (voir R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, p. 167 ; F. J. Carmody, Franco-Italians sources of the Roncesvalles, Publications of the Institute of French Studies, inc. Columbia University, New-York, 1934, pp. 22 ss. ; notre Roncesvalles, chap. V.

21 L’admiration que nourrit pour Roncesvalles R. Brenes Mesen, El fragmento de Roncesvalles, Nosotros (Buenos Aires), año XXVI, 1932, pp. 39 ss. appelle quelque tempérament.

22 Par ex. le v. 28 Vjdo a don Roldan acostado a un pilare. Dans presque tous les textes, le décor au milieu duquel expire Roland comprend un arbre et un perron, ou des arbres et des perrons ; Charlemagne retrouve son neveu couché à l’ombre de l’arbre. Les textes qui se rapprochent le plus du Roncesvalles sont le Carmen : Adnixus scopulo (v. 457) et le Tesoro versificato (entre 1270 et 1310) : apogiate le reni al petrone (p. 237 de l’éd. d’A. d’ANCONA, Il Tesoro di Brunetto Latini versificato. Atti della R. Accademia dei Lincei, anno CCLXXV, 1888, Serie 4a Classe di Scienze Volume IV, parte 1a, Memorie, pp. 111 ss.) ; tous deux sont des textes tardifs.—Autre ex. : le v. 100 Prenden agoa fria, al Rey con eylla dauan. Charlemagne s’évanouit fréquemment dans la chanson ; mais nulle part n’apparaît le détail de Roncesvalles, sauf dans la Karlamagnussaga (p. 528). Ce détail devait se trouver dans l’histoire française connue en Scandinavie et en Espagne. Ce n’est toutefois qu’une utilisation tardive de l’« eau », qui, selon les versions anciennes, coule à Roncevaux (Oxf vv. 2225 ; V 4 v. 2376). Pour d’autres exemples (la barbe blanche de Charles rouge de sang, la mention de Durendal), voir notre Roncesvalles, chap. V.

23 Roncesvalles, pp. 190 ss

24 Aux vv. 13, 40-41, 75 Roncesvalles concorde avec le Pseudo-Turpin ; aux vv. 25, 37, 43 avec Oxford-Venise IV ; au v. 100 avec la Karlamagnussaga ; aux vv. 28-29, avec le Carmen-Tesoro versificato ; aux vv. 15-19, 32 avec un remaniement de la Rotta di Roncisvalle ; voir notre Roncesvalles, chap. V.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search