Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Seconde partie. L'évolution de la Chanson de Roland en Espagne dans ses rapports avec révolution française

Chapitre III. Bernardo del Carpio

Texte intégral

1. Tradition multiple et diverse

  • 1 Heinermann, Unters., p. 10.
  • 2 Heinermann, Unters., pp. 12 ss..

1Toutes les narrations conservées sur Bernardo del Carpio offrent la plus grave hétérogénéité. Aucune d’entre elles ne représente la forme première de l’histoire. L’évêque Lucas de Tuy, notre plus ancien témoin, raconte l’aventure de telle sorte qu’il laisse entendre qu’à côté de sa relation, il y en avait d’autres assez différentes. Il accepte l’alliance du chrétien Bernardo et du sarrasin Marsile contre le chrétien Charlemagne, mais le considère comme une audace : qui Bernaldo (postposito Dei timore) super eos cum Sarracenis acerrime incursante interfecti sunt1. Après avoir raconté la défaite de Charles, il ajoute que l’empereur est revenu en Espagne venger triomphalement son échec, faire un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, donner de bons conseils à Alphonse le Chaste, son ancien ennemi, et emmener Bernardo avec lui en France2. La Primera Crónica General consigne aussi des traditions opposées : l’une fait de Bernardo, le fils de Jimena, sœur du roi d’Espagne, et du comte San Diaz ; l’autre lui donne comme mère Tiber, sœur de Charlemagne. Cette diversité contradictoire, les allusions nombreuses de la chronique aux cantares, aux romances, à la estoria traitant de « Bernardo », ont attiré l’attention des érudits. Chacun a tenté de se représenter les fluctuations de la légende et de les décrire avec le moins d’infidélité.

2. Quelques systèmes d’explication

  • 3 Breslau, 1846.
  • 4 Selon Th. Heinermann, Unt., p. 34, n. 2.

2Laissant de côté l’ancienne dissertation de M. Th. Karow, De Bernardo del Carpio Hispanorum Heroe3, « völlig veraltet und ohne Belang für unsere Untersuchung »4, nous voudrions passer sommairement en revue quelques-uns des systèmes proposés pour rendre compte de l’insaisissable réalité. Chacun détient une parcelle de vérité, chacun mérite la plus grande attention et le plus grand respect.

  • 5 Histoire poétique de Charlemagne, pp. 205 ss.

3Gaston Paris a esquissé dès 18655 sa théorie de l’origine française de « Bernardo ». Longtemps on a imité les gestes françaises ; puis, Un beau jour, vers le milieu du xiie siècle, un poète a imaginé de donner un pendant à Roland et a inventé Bernardo, au nom bien français, fils illégitime d’un comte espagnol et de la sœur de Charlemagne. Bientôt ce héros mi-carolingien mi-espagnol n’a plus suffi à l’amour-propre espagnol. Le neveu de Charlemagne est devenu le neveu d’Alphonse le Chaste, l’ennemi des Français, le vainqueur de Roland. Cette tradition plus patriotique s’est imposée.

4L’évolution, brossée par G. Paris, est très logique ; et, comme son auteur n’entre pas dans les détails, elle ne prête guère le flanc à la critique.

  • 6 De la poesia, pp. 130 ss..

5Milá y Fontanals devait pousser plus loin l’investigation6. Pour lui aussi la France est à l’origine de la tradition, et celle-ci n’a aucun fondement historique, si ce n’est un obscur comte carolingien (ou considéré comme tel) de la région pyrénéenne de Jaca et de Ribagorza. Ce héros local aurait été chanté dans le Haut-Aragon, puis en Navarre. Les chansons de Roncevaux attribuent la défaite de Charlemagne aux seuls Arabes. Les Castillans ne l’entendent pas ainsi ; ils adoptent le héros ribagorzano, lui conservent un aspect carolingien (sa mère est la sœur de Charlemagne) et l’espagnolisent (son père est un seigneur espagnol). Cette espagnolisation est, le plus possible, une castillanisation. Ainsi naturalisé, Bernardo devient le vainqueur réel de Roncevaux, le vainqueur d’un autre envahisseur français, Bueso. L’imagination castillane inventera aussi le vaste conflit entre Alphonse le Chaste et Bernardo, à propos de l’empoisonnement de son père ; ce conflit se terminera, après la mort du père, par un accord entre Bernardo et les Français.

6La légende fera un pas de plus dans la castillanisation complète du héros : Bernardo deviendra le neveu d’Alphonse le Chaste et, après la mort de son père, il ne traversera pas les Pyrénées pour aller en France.

  • 7 Épop. frç., t. III, pp. 549 ss. note (Voir aussi t. II, pp. 330 ss.).
  • 8 Antología, t. VI, pp. 155 ss..
  • 9 Grôbers Grundriss, t. II, 2e p., pp. 391 ss..

7Cette explication, ample et précise, mise au point de celle de Paris, point de départ de toute la critique « bernaldienne », a emporté l’adhésion enthousiaste de L. Gautier7, celle, mieux informée, de Ménendez Pelayo8, et elle a été développée sur certains points par G. Baist9.

  • 10 pp. 341, 362, 373, 403 ss..
  • 11 Madrid, 1923.
  • 12 Unters., p. 41.

8M. Menéndez Pidal, dont on attend avec impatience l’histoire de Bernardo del Carpio annoncée depuis de longues années, n’a écrit jusqu’à présent, que je sache, que de courtes notes à son sujet dans la Poesía juglaresca y juglares10 et dans Poema del Cid y otras gestas heroicas11. D’après Th. Heinermann, Menéndez Pidal y affirme « dass Bernardo im Gegensatz zu den anderen altspanischen Helden nicht kastilischen, sondern leonesischen Ursprungs sei ; seine Person sei reine Erfindung (vgl. die unmögliche Géographie !), aber die Dichtung zeige das Bestreben leonesischer Spielleute, die kastilischen Juglares nachzunahmen. Nur ein Graf von Ribagorza lasse sich als historisches Element feststellen, sei aber zeitlich auch nicht in Einklang zu bringen12. »

  • 13 Voir ses Untersuchungen fréquemment citées.

9La grande originalité de M. Heinermann lui-même a été d’écarter de Roncevaux, l’épopée primitive de Bernardo : l’histoire de Roncevaux n’est ni le point de départ ni le noyau central de la geste de Bernardo ; celle-ci est essentiellement un « drame de famille » dont les sources sont apparentées aux légendes françaises de Berta e Milon, de Mainet et peut-être d’Ogier (p. 76). Quant à Bernard de Ribagorza, il n’a rien à voir avec la légende première de Bernardo (pp. 71 ss.)13.

  • 14 The « Cantar de gesta » of Bernardo del Carpio, Modern Language Review, t. XXIII, 1928, pp. 307 ss (...)

10M. Entwistle14, à son tour, a soumis l’obscur problème à un examen très serré et conclut à « (I) A Cantar de Bernardo (attested) in which Timbor is the heroine... This poem contained, we think, all the episodes recorded by the PCG, including the French visit. Marsilie was present at Roncesvalles, and Charles journeyed to Santiago. The geographical centre of the poem was the city of Zamora. As the history of its evolution was simple, we have no need to give it a date earlier than the year 1200. (II) An Estoria de Bernardo (attested), probably in Latin and probably written in the intrest of the Pilgrimage to Compostela. The author identified the Leonese Alfonso with Alfonsos II and III, and did not attribute to this hero any adventures between these reigns (attested). He recorded Bueso’s invasion (attested), and the Revelation (attested). We suppose that historical researches caused him to look for a princess of Léon who satisfied the main requirements of Timbor’s character, and that he found her in the Jimena mentioned as uniting a Charles to an Alfonso in the Chronicon de Sampiro and the Historia Silense. Having discriminated between the Alfonsos, he must have distinguished between the Charles... His date we infer to be anterior to that of Lucas de Tuy (1236) and probably also to the Anales Toledanos primeros (circa 1219)... » (pp. 451-2)

  • 15 A Study of the origins of the legend of Bernardo del Carpio, Hispanic Review, t. V, 1937, pp. 286 (...)

11En 1937, le problème était réexaminé par l’érudit américain M. A. B. Franklin III15, qui voyait de nouveau comme point de départ de la légende les régions nord-est de l’Espagne où se sont distingués Bernard de Ribagorza et Bernard de Barcelone. Au xe siècle, dans ces contrées, on chantait les exploits de ces guerriers. Au xie siècle, le peuple de Pampelune les connaissait, et, avec l’extension de pouvoir du Navarrais Sancho el Mayor qui « gave Spain the beginnings of a national consciousness », répandit les histoires jusque dans le Léon, où le « Bernardo » devint vite un Léonais. Les Léonais introduisirent le nom de Saldaña et de El Carpio, tandis que les Navarrais avaient associé leur héros par le sang à Charlemagne (pp. 302-303).

  • 16 L’Espagne et les légendes épiques françaises. La légende de Bernardo del Carpio, Bull. hisp., t. X (...)

12Les conclusions de M. Entwistle ne sont pas contredites par M. Defourneaux qui, dans une étude récente16, trop limitée à mon sens à la partie « roncesvallienne » du récit, insiste sur le caractère lettré de la légende espagnole.

3. Deux aventures originellement autonomes

13Quel que soit leur système d’explication, toutes ces théories-admettent à la base de la geste de Bernardo une œuvre une qui se serait transformée dans des sens divers et se serait ramifiée.

  • 17 Comme le prétend M. Heinermann, Unters., p. 55.
  • 18 Il en sera informé plus tard (voir la Primera Crónica General § 621 qui se réfère à « la estoria d (...)

14Or il est remarquable combien le récit de « Roncevaux » est, dans chaque version, différent de celui qui rapporte le conflit entre Alphonse et Bernardo. La victoire du héros espagnol à Roncevaux n’est pas un épisode de sa lutte avec le roi ; cette victoire ne doit pas être assimilée à celles que remporte plus tard l’invincible guerrier17. Quand il combat à Roncevaux, Bernardo ne sait rien encore de sa naissance ni du sort malheureux de son père18. L’épisode de Roncevaux n’est pas dominé par l’idée de la rivalité entre le roi et Bernardo.

15Dans chacune des péripéties du « drame de famille », comme dit M. Heinermann, les victoires remportées par Bernardo ont pour but d’obtenir que soit relaxé son pauvre père. Après sa victoire sur Bueso, « veno luego Bernardo besar la mano al rey don Alffonso et pidiol merced quel mandasse dar so padre que yazie preso. Et el rey don Alffonso otorgol que ge lo darie. Mas agora sabet aqui los que esta estoria oydes que en todas estas batallas que el rey don Alffonso ouo con los moros, assi como auemos dicho, que en todas fue Bernaldo muy buen cauallero darmas et siruio al rey muy bien, et en todos le pidio todauia a so padre. Et el rey siempre le otorgaua de ge le dar ; mas despues que se uie en paz et assossegado en el regno, non ge le quiso dar. Bernaldo, quando aquello uio, non quiso seruir al rey dalli adelante... (pp. 19-20) ». Ce thème, motif essentiel et pathétique du « Drame de famille », est inconnu de « Roncevaux », alors qu’il aurait été si facile, si séduisant et si efficace d’utiliser la retentissante victoire pyrénéenne pour appuyer les filiales revendications de Bernaldo.

  • 19 « Ruconia (esta es Gasconna) », commente la chronique générale, qui répète le Toledano. — La menti (...)
  • 20 Répété par la chronique générale (p. 8).

16La localisation des aventures diffère aussi très nettement. « Roncevaux » est oriental. Selon Rodrigo Jiménez de Rada, les provinces qui donnent le plus à la résistance espagnole contre l’empereur sont « Alava, Biscagia, Navarra, Aragonia et Ruconia » (p. 8)19. Le Tudense compose l’armée de Bernardo de Navarrais (p. 9)20. Sans invoquer les noms de lieux nécessairement pyrénéens, nous remarquons que le choix des Espagnols qui ont résisté aux Français, est nettement « oriental ».

  • 21 Le seul combat qui ait lieu plus à l’Est, à Ordejón (ou Carrión), près des monts Amaya, est celui (...)

17Le « Drame de famille », au contraire, se développe à l’autre bout de l’Espagne, sans nécessité historique aucune. Les diverses batailles qui en forment la trame se situent à Benavente, à Zamora (pp. 17 ss.), à Polvorera près de l’Orbigo (pp. 18 ss.)21. Bernardo fonde El Carpio dans la région de Salamanque (p. 16 pour les textes latins, p. 22 pour la Crónica) et, banni, ravage les terres du Léon (p. 21), parcourt le pays jusqu’à Léon et Astorga (p. 22). Le roi tient sa cour à Salamanque (pp. 21-22), et, dans ce chapitre, il est question d’Alba de Tormes et du rio Bimbre. Selon Lucas, la dernière lutte à laquelle participe Bernardo avant de mourir à Zamora se place dans le Léon (p.27). La localisation systématique dans le Léon méridional (régions de Zamora et de Salamanque) du « Drame de famille » est en complète opposition avec celle de « Roncevaux ». Ici, les Espagnols mis en scène sont des Aragonais, des Navarrais ou des Basques ; dans le « Drame », ce sont des Léonais.

18Remarquons, enfin, que « Roncevaux » est un événement du règne d’Alphonse le Chaste, tandis que le « drame de famille » trouble uniquement celui d’Alphonse le Grand.

19L’histoire conservée de « Bernardo » renferme deux aventures originellement différentes d’esprit et de localisation et peut-être autonomes.

  • 22 Voir tout récemment encore R. Louis, Girard, comte de Vienne, t. II, p. 259.
  • 23 Cfr M. Defourneaux, art. cit., p. 131, note 1.

20Pour chacune des rédactions conservées, Bernardo est le fils illégitime ou inavoué du comte Sancho et de doña Jimena, sœur du roi Alphonse (p. 3). Mais la Crónica nous apprend que « algunos dizen en sus cantares et en sus fablas que fue este Bernaldo fijo de donna Timbor hermana de Carlos rey de Francia » et du comte espagnol (p. 5). Les deux traditions concurrentes sur la naissance de Bernardo n’ont pas la même valeur. D’ordinaire, la naissance française a été considérée comme la plus ancienne22. Elle ne peut faire partie cependant de l’affabulation du « Drame de famille »23. Avec elle celui-ci est inexplicable, insoutenable.

21La colère d’Alphonse n’a aucune raison d’être s’il n’a pas été personnellement offensé ; l’éducation de choix qu’il donne à Bernardo et l’affection dont il l’entoure n’ont aucune raison d’être si le jeune homme n’est pas son parent ; la longue hostilité entre celui-ci et le roi est sans raison, la longue patience de Bernardo sans signification si celui-ci n’a aucune attache avec le roi d’Espagne. Sa seule attache, c’est sa mère, c’est Jimena. Tout le « drame de famille » repose sur ses épaules. Les relations entre le comte Sancho et la sœur d’Alphonse constituent le point de départ nécessaire de tout le drame.

  • 24 L’auteur de la Crónica l’a senti lui-même.
  • 25 Par erreur le texte dit Hispaniam.
  • 26 Le Tudense, p. 13, répété par la Crónica.

22Quant à la Française doña Timbor ou Tiber, elle vient sans doute de l’autre histoire, de « Roncevaux ». Elle n’est nommée que deux fois, la première peu avant le récit du combat pyrénéen (p. 5), la seconde tout à la fin, après la mort du comte Sancho et à propos du bannissement de Bernardo (p. 24). Or ce bannissement est, dans l’affabulation du « Drame de famille », aussi invraisemblable qu’inadmissible24. Il n’a pu en faire partie à l’origine. Il en est de même de tout ce qui s’y rattache : dernier séjour du héros en France, son altercation à Paris avec son demi-frère, son retour en Espagne par les ports d’Aspe, son action dans la région de Jaca, ses conquêtes des contrées depuis Ainsa jusqu’à Berbegal, de Barbastro, de Sobrarbe et de Monteblanco. La précision minutieuse de cette nomenclature pyrénéenne nous engage à rattacher tous ces épisodes, impossibles dans le « Drame de famille » léonais, au « Roncevaux » oriental. Celui-ci comportait donc un séjour du demi-Français Bernardo en France. Mais ce n’était pas la première fois que le héros passait les Pyrénées. Après la bataille de Roncevaux, Charlemagne, étrangement réconcilié avec le roi d’Espagne, fait un pèlerinage au pays de saint Jacques et « reuertens in Franciam25 secum cum honore magno Bernaldum detulit26. Cette conséquence de la bataille de Roncevaux ne pouvait figurer dans le « Drame de famille ».

23Je distingue dans l’histoire composite de « Bernardo del Carpio » :

  1. un récit de l’Espagne orientale, pyrénéenne, centré sur Roncevaux, où Bernardo était un personnage mi-carolingien mi-espagnol, fils illégitime de la sœur de Charlemagne et d’un seigneur espagnol, héros de la bataille de Roncevaux et d’aventures glorieuses en France même, seigneur des régions de Jaca, époux d’une certaine Galinda et père d’un certain Galin Galindez. Je ne vois aucune raison27 de ne pas lui donner comme prototype Bernardo de Ribagorza, exhumé par Pellicer, magnifié par Milá et remis en honneur par M. A. B. Franklin III qui le double de Bernard de Barcelone28.
  2. un récit de l’Espagne léonaise, centré sur le drame familial qui oppose le roi de Léon Alphonse à son neveu Bernardo del Carpio, né des amours cachées ou illégitimes de la sœur du roi et d’un de ses vassaux. Cette histoire est absolument étrangère à Charlemagne.

4. Le fils de Jimena

  • 29 Ramire I et Ordoño I règnent entre Alphonse le Chaste et Alphonse le Grand.
  • 30 Voir à ce sujet M. Defourneaux, art. cit., pp. 126 ss.
  • 31 Milâ, De la Poesia, p. 160.
  • 32 Milâ, De la Poesia, p. 159, n. 1 (qui cite Pellicer, Anales, p. 266).
  • 33 Bernard n’est envisagé comme héritier possible d’Alphonse le Chaste que tardivement.

24C’est elle qui met réellement en scène Bernardo « del Carpio ». A quel roi se heurte-t-il ? D’après nos trois récits les plus anciens, Alphonse le Chaste, ayant appris les amours coupables de sa sœur, fait arrêter son séducteur, jette la malheureuse dans un couvent et élève leur fils. Le jeune homme apprend l’incarcération de son père sous le règne de ce roi, mais ne se rebelle pas contre le roi : « rey sodes et sennor, dit-il, faredes y lo que uos touierdes por bien ; et ruego a Dios que uos meta en coraçon de sacarle ende ; ca, sennor, non dexare yo por eso de seruiruos quanto mas podiere. » Cette soumission ne peut que plaire au roi : El rey con todo eso, pagauase de Bernaldo et amaual (p. 11). Le drame n’éclate pas sous Alphonse le Chaste, mais sous son lointain successeur Alphonse le Grand. Ce dernier s’obstine à garder en prison le vieux père du héros, pour rester fidèle à un serment qu’il a fait à la mémoire de son aïeul. L’attitude intraitable d’Alphonse le Grand, celle, analogue, de Ramire I et Ordoño I qu’elle implique29, sont d’une criante invraisemblance. Les aventures de Bernardo del Carpio se sont déroulées sous un seul monarque, et le dédoublement ne s’est produit que plus tard30. Quel a été à l’origine le souverain de Bernardo ? Sans doute, Alphonse le Grand. La disposition des récits conservés nous le suggère. Le nom de Jimena n’apparaît pas dans la famille royale avant celui de la femme d’Alphonse le Grand31. Sous son règne a vécu en Léon un Bernard de Léon32. Sans être « chaste », Alphonse le Grand pouvait s’emporter contre le séducteur de sa sœur et contre elle-même, comme de nombreux frères de romans33.

25Les personnages du « Drame de famille » ont donc été Bernardo del Carpio, sa mère Jimena, son père, son oncle le roi Alfonso el Magno ; les lieux de l’action, les provinces léonaises. Les péripéties : naissance de Bernardo ; arrestation du père, incarcéré à Luna ; Bernardo informé de la situation ; succession de victoires léonaises avec, entre autres, la victoire contre le Français Bueso ; exil de Bernardo, fondation de El Carpio, razzias dans les terres du roi ; finalement accord entre le roi et Bernardo : celui-ci livrera au roi El Carpio, le roi délivrera son père, mais ce dernier est mort quelques jours auparavant ; scène finale du cadavre dans ses habits de fête, hissé sur un cheval ; mention de la mort de Bernardo à Zamora.

  • 34 Cfr M. Defourneaux, art. cit., pp. 131 ss..
  • 35 Contrairement à Th. Heinermann, Unters., pp. 45 ss. et à d’autres avant lui : A. Durân, t. II, p. (...)

26Cette œuvre était un cantar de gesta qui met en œuvre le grand thème médiéval du vassal à la fois fidèle et rebelle à son roi, avec une brutalité tout espagnole34. Cette chanson bien indigène a-t-elle des modèles français ? Je ne vois pas de lien nécessaire entre les « enfances » de Bernardo et celles de « Roland »35 : il n’y a de commun entre elles que la naissance illégitime du neveu du souverain ; tous les détails diffèrent. Une ressemblance de thèmes ne suffit pas à établir une relation. Les textes français sur les « Enfances Roland » sont d’ailleurs tardifs, et le plus précieux est un remaniement franco-italien. Si les « Enfances Roland » ont donné quelque chose à notre histoire, ce n’est qu’un motif littéraire et rien de plus : le motif du neveu bâtard.

27Il y a aussi la coïncidence de Bernardo del Carpio et de Boson l’Escarpion de Girart de Roussillon. Ce Boson ressemble comme un frère au Français Bueso de notre récit. La « coïncidence » est « trop singulière pour être attribuée au hasard. Il faut admettre que le nom au moins de Boson, baron français qui aurait conduit des expéditions en Espagne, et le surnom de Carpion ont été empruntés par l’auteur de Girart de Roussillon primitif à la même source dont dérivent les cantares de gesta et l’Estoria de Bernardo utilisés par les chroniqueurs espagnols du xiiie siècle. »

  • 36 Girard, comte de Vienne, t. II, p. 260.
  • 37 op. cit., pp. 261-2. — Remarquons toutefois avec M. Heinermann Unters., pp. 74 ss. que la Chronica (...)
  • 38 Encore la légende de Girard de Roussillon. A propos d’un livre récent, Romania, t. LXX, 1948, pp. (...)

28Cette conclusion de M. Louis36, combinée avec son opinion sur la date de la plus ancienne chanson de Girart, nous amènerait à placer assez haut dans le temps cette source commune (xe ou xie siècle)37. Trop tôt, peut-être, du moins pour le xe siècle. La chanson primitive de Girart, imaginée par M. Louis, a laissé très sceptique M. Lot38 et, de plus, il n’est pas impossible qu’une relation directe ait uni Girart et Bernardo del Carpio.

  • 39 R. Louis, op. cit., t. II, p. 258.

29La priorité appartiendrait-elle au texte français ? Cette thèse a pour elle la tendance littéraire générale qui subordonne l’Espagne à la France et le caractère français de Bueso. Elle a contre elle le nom Carpio, inconnu en France39, mais bien connu en Espagne. Ceci vaut bien cela.

30Dans le cantar léonais, selon nous, l’influence française est minime ou inexistante. Je serais enclin à voir dans le nom français Bernardo le souvenir de Bernardo, comte de Léon, que nous avons cité plus haut.

  • 40 Voir les noms de lieu qui y sont employés de préférence (El Carpio, Zamora, Salamanca, Alba de Tor (...)

31Quant à la patrie de ce cantar léonais, elle doit se situer dans le Léon méridional40.

5. Le fils de Tiber ou Timbor

32L’autre Bernardo est le héros mi-français mi-espagnol qui domine l’histoire pyrénéenne de « Roncevaux » et tire son nom français de Bernardo de Ribagorza.

  • 41 La Crónica cite toujours fidèlement ses sources. Ici toutefois l’épisode attribué au Tudense se tr (...)

33Au sujet de « Roncevaux », les chroniques conservées nous rapportent deux versions différentes. Dans l’une, Bernardo est vainqueur des Français (version adoptée par Lucas de Tuy, Rodrigo et la Crónica) ; dans l’autre, attribuée par la Crónica à Lucas de Tuy41, il est dit que « quando el allego Alemannia, desbaratado de la batalla, que se aguiso et se apodero et dio tornada a Çaragoça, et cerco y el rey Marsil. Et... fue y con el en su ayuda Bernaldo. Marsil salio a ellos estonce, et ouo con ellos su batalla muy grant, et morieron y muchos de cada vna de las partes ; mas al cabo, por el plazer de Dios, fueron vencidos los moros. Et morio y Marsil con todos los suyos. Et Carlos priso luego la uilla, et fallaron en ella tan grandes riquezas de oro et de plata et de otras donas tan muchas, que maravilla era. Pues que esto ouo fecho, tornose Carlos para Francia. Et... leuo consigo a Bernaldo et quel fizo mucha onrra (pp. 12-13).

  • 42 art. cit., pp. 131 ss.
  • 43 Je laisse de côté l’argument tiré de l’emprisonnement de Luna qui, selon moi, appartient à l’autre (...)

34La fiction conservée d’un Bernaldo ennemi des Français, puis leur allié, est assez invraisemblable. Nous sommes plutôt en face de deux traditions concurrentes. Dans quel ordre successif se sont-elles présentées ? Nous avons vu Gaston Paris proposer ; alliance, puis hostilité. M. Defourneaux est de l’avis opposé42. Il reproche à la thèse de G. Paris « de nous présenter comme données primitives de la légende des faits... que les Chroniques du xiiie siècle nous présentent elles-mêmes comme sujets à caution, et sur lesquels elles font parfois les plus explicites réserves. » Ces réserves ne peuvent compter pour des indices d’inauthenticité : nous avons vu maintes fois au cours de l’évolution rolandienne les remanieurs aux prises avec deux traditions et préférer chaque fois la plus récente43. « Enfin, elle fait de Roncevaux et de la lutte de Bernard contre Charlemagne une donnée « secondaire », alors que toutes nos versions de la légende s’accordent au moins sur un point : elles font toutes de la bataille de Roncevaux l’exploit essentiel de leur héros. » Cet accord n’est pas une preuve d’antiquité, mais un signe que Je modèle de nos versions mettait la victoire de Bernardo en évidence. L’accord des Rolands rimés sur les fuites de Ganelon ne confère pas à l’épisode un caractère primitif. « Un argument d’ordre psychologique, mais qui nous semble très fort, peut être tiré en outre du tempérament espagnol ; l’attitude de Bernard s’opposant à l’entrée des Francs en Espagne correspond trop bien aux réactions du sentiment national, tel que le manifestent par ailleurs d’autres textes, pour que nous puissions y voir une donnée surajoutée et admettre que Bernard a d’abord été le complice de la pénétration des Carolingiens dans la péninsule... Il est hors de doute que, des deux passages contradictoires, le plus ancien soit celui qui insiste sur l’échec complet du souverain carolingien. » M. Defourneaux explique l’introduction de la collaboration entre Bernard et Charles contre les Musulmans comme « une espèce de remords » venu à l’époque où le sentiment de la reconquista s’imposa de plus en plus aux Espagnols, où le « More devient l’ennemi essentiel ». Si l’on conçoit le premier récit espagnol de « Roncevaux » comme un récit à tendance historique, l’objection de M. Defourneaux est très pertinente. Elle perd beaucoup de sa force si nous le concevons comme une Chanson de Roland espagnolisée, analogue à ce que sera plus tard Roncesvalles, comme une œuvre littéraire qui n’a pas d’intention patriotique ou n’en a que peu.

35Pour déterminer l’ordre d’apparition des deux relations, nous utiliserons l’argument de la vraisemblance narrative. Bernardo s’en retourne en France avec Charlemagne (fait attesté plusieurs fois), après la victoire chrétienne à Roncevaux. Ce retour est très naturel si Bernardo a combattu dans les rangs français. Il l’est moins s’il a combattu les Français. Le récit doit alors admettre un étonnant renversement de situation : transmuer en amitié soudaine l’hostilité entre les Espagnols et les Français. Ce changement que rien ne justifie n’apparaît dans les récits conservés que pour relier deux épisodes inconciliables : le retour authentique en France et l’hostilité espagnole à Roncevaux. Indice du caractère secondaire de celle-ci.

  • 44 D’après la Crónica Najerense (II, 20 ; voir G. Cirot, c. r. de l’art, de W. J. Entwistle, Bull, hi (...)
  • 45 Lucas : « Bernaldus vero inter Romanos et Germanos atque Gallos se gloriose gessit » (p. 13).
  • 46 Pr. Cron. : « et que estaua y estonces en la corte un fijo dessa donna Timbor » a quien pregunto e (...)
  • 47 Pr. Cron. : « Otro dia mannana salio de Paris Bernaldo et fue andar por la » tierra, et començo a (...)
  • 48 Voir Pr. Cron., p. 25.

36Contrairement à M. Defourneaux, je verrais, avec G. Paris, à l’origine du récit de « Roncevaux » selon Bernardo, une Chanson de Roland espagnolisée par la présence dans les rangs chrétiens du héros pyrénéen Bernardo, fils d’une sœur de l’empereur et d’un seigneur espagnol, qui se sont rencontrés sur le chemin de Saint-Jacques, point de départ de tant d’aventures romanesques. Recueilli pendant sa jeunesse à la cour d’Alphonse le Chaste44, Bernardo devait faire partie de l’armée de Charles qui venge avec éclat l’arrière-garde, s’empare de Saragosse et de ses richesses, et rentre victorieuse en France. Jusque-là Bernardo n’a pas connu d’aventures personnelles. Une fois rentré en France, il va passer à l’avant-plan. Les remanieurs préfèrent allonger un récit que de le transformer profondément. Notre héros se comportera avec honneur45, connaîtra un affront de la part de son frère utérin46, quittera Paris, ravagera de nombreuses contrées47, surtout méridionales. Au cours d’une de ses expéditions, il atteindra le col d’Aspe, franchira les Pyrénées, fera régner la terreur dans les vallées pyrénéennes d’Espagne, vaincra à plusieurs reprises les Maures, étendra les domaines chrétiens dans ces régions et épousera doña Galinda48.

  • 49 Les Espagnols ont voulu créer un nom « à la française », ce qui explique qu’il n’apparaît pas aill (...)

37Un tel cantar tient à la fois de la geste héroïque, de la geste d’aventure et de la geste romanesque. Ce composite est bien espagnol. Le nom de la mère française du héros, Tiber, Timbor, inconnu de la geste française, est une invention espagnole49. Les exploits de Bernardo en France sont comme la réplique des innombrables exploits français en Espagne qui émaillent les chansons de geste.

  • 50 Le compilateur de la Crónica Najerense pouvait la connaître (voir ci-dessus la note sur Bertinalda (...)

38Je verrais volontiers naître cette œuvre dans les vallées pyrénéennes d’Espagne, et il est difficile de la croire connue du poète de la Cronica Adephonsi Imperatoris50.

6. Estoria de Bernaldo

39Ces deux cantares très différents, qui ne mettaient pas en scène les mêmes personnages, avaient cependant un point commun : le nom du protagoniste. Il a été facile et séduisant pour un compilateur un peu érudit d’assembler ces deux aventures et de les répartir sur les règnes des deux Alphonses, en respectant plus ou moins les données primitives. Un lettré espagnol savait qu’il était vraisemblable d’attribuer au chaste Alphonse II, personnage du cantar pyrénéen, la colère de son descendant à cause des amours illégitimes de sa sœur.

40Nous connaissons d’autre part, grâce à l’Historia Silense, l’état d’esprit de certains milieux lettrés au début du xiie siècle à l’égard des prétentions d’Outre-Pyrénées. La virulence antifrançaise qui les anime n’a pas dû trouver à son goût la collaboration du héros des Pyrénées espagnoles et des Français. Aussi l’a-t-elle fait disparaître, ou plutôt, avec beaucoup d’astuce, elle l’a transformée en une hostilité ouverte contre les Français, en une collusion des chrétiens et des musulmans d’Espagne contre les étrangers de France. Bernardo devient, sous la plume des lettrés, le symbole de la résistance espagnole à l’étranger. Son ascendance à moitié française a disparu au profit de celle offerte par le héros léonais de Carpio.

  • 51 Le fait que Marsile règne seul à Saragosse indique que Turpin n’est pour rien dans le détail.
  • 52 Ganelon, il a pu l’emprunter soit à Turpin, soit au cantar pyrénéen (Lucas, Crónica, p. 7), ainsi (...)

41L’aventure essentielle reste celle de ce dernier. La bataille de Roncevaux vue sous ce nouvel angle n’est plus qu’une péripétie de la vie mouvementée du neveu d’Alphonse le Chaste. La rédaction de cette péripétie sera étonnamment modifiée. Notre érudit connaît, comme le moine de Silos, les documents carolingiens. Ceux-ci lui ont appris la défaite des Français et la victoire des Basques, qui est une victoire espagnole. Le cantar pyrénéen ne servira plus qu’à lui fournir quelques traits : Marsile, roi de Saragosse51, (Lucas et Crónica, p. 8), le col d’Aspe (Rodrigo et Crónica, p. 9). Il complétera son information en puisant aux sources historiques : à Eginhard il demande les noms d’Anselme et d’Eggihard (Lucas et Crónica, p. 9 ; Rodrigo, p. 8) ; au Pseudo-Turpin, ceux de Tudela, Monjardin et Nájera (Lucas et Crónica, p. 7)52.

  • 53 On entrevoit aussi le récit du cantar pyrénéen : comme dans Roland, Charles se retire en France, t (...)

42Insérée dans l’histoire léonaise du seigneur de Carpio, considérée à l’optique des rois léonais, sa relation de l’expédition espagnole commence par les succès de l’empereur en France, dans le nord-est de l’Espagne, en Catalogne et en Navarre (Lucas, Rodrigo, Crónica, pp. 5-6), par ses victoires à Monjardín et Nájera (Lucas et Crónica, p. 7) et son demi-échec devant Tudela (Lucas et Crónica, p. 7). Grisé par sa réussite, Charles envoie au roi Alphonse un ordre de le reconnaître comme suzerain (Lucas et Crónica, p. 7). Puis, comme dans le cantar inspirateur, après avoir lancé son ultimatum, il se retire vers ses états sans attendre la réponse du roi léonais (Lucas et Crónica, p. 7). Outré de l’audace injurieuse du Français, Bernardo chevauche vers Saragosse pour aider Marsile en guerre avec l’empereur53. Aux « Alpes Roscidae Vallis » (autre trace savante) Marsile et Bernardo taillent en pièces l’arrière-garde française (Lucas, Crónica, pp. 9-10).

43Comment relier ce récit antifrançais avec le séjour de Bernardo en France du modèle pyrénéen ? Rien de plus simple : en quelques mots on rappelle le sujet de ce modèle, on ramène Charlemagne victorieux en Espagne et on le reconduit en France avec Bernardo. La liaison est établie au moyen d’emprunts au Pseudo-Turpin (Lucas, p. 12 ; Crónica, p.14).

44Le drame de Bernardo del Carpio et de son oncle, drame déjà amorcé sous Alfonso el Casto par les « enfances » du héros (Lucas, Rodrigo, Crónica, pp. 3-5), par la scène de la révélation (Crónica, pp. 10-11 : « cuenta en la estoria de Bernaldo »), va réellement se déclencher, comme dans le cantar léonais, sous Alfonso el Magno.

45Le compilateur déroule alors les péripéties de son action selon les indications du cantar léonais, pour finir par une petite leçon d’histoire sur les trois Charles et les trois Alphonses et par des hésitations sur la seconde bataille de Roncevaux (Lucas, Rodrigo, Crónica, pp. 25-27).

  • 54 L’histoire léonaise prend nettement le pas dans la nouvelle affabulation sur l’histoire pyrénéenne
  • 55 Postérieure à la diffusion du Pseudo-Turpin en Espagne.

46Cette compilation érudite des deux cantares de gesta, mis bout à bout et vaguement harmonisés, nous pouvons l’appeler, avec la Crónica, la « estoria por el latin » (p. 22). Avec M. Entwistle, j’y verrais volontiers, en effet, une œuvre rédigée en latin, peut-être dans le Léon54, au cours de la seconde moitié du xiie siècle55.

  • 56 « Et dizen algunos en sus cantares [segund cuenta la estoria] que este frances Bueso que so primo (...)

47Il est évident que cette œuvre érudite n’a pas éliminé de la vie littéraire du temps les deux cantares qu’elle utilisait, pas plus que le Pseudo-Turpin n’a fait disparaître la Chanson de Roland. Mais comme la chronique du faux archevêque, elle a influencé les cantares dont elle sortait. C’est à cette influence que nous devons dans le cantar pyrénéen retouché à cause d’elle, le nom de Sancho Diaz donné à l’amant de doña Timbor (Crónica. p. 5), et dans le cantar léonais, également retouché à cause d’elle, la précision que don Bueso, « el alto omne de Francia » (Crónica, p. 19) est le cousin de Bernardo56.

7. Les œuvres historiques conservées : Lucas de Tuy

48L’Estoria de Bernaldo a servi de base aux relations « historiques » dont nous disposons. D.Lucas de Tuy la résume consciencieusement, en répétant à la suite de la deuxième bataille de Roncevaux les mensonges turpiniens en faveur de Saint-Jacques de Compostelle : « Limina etiam beati Iacobi cum per deuia Alauae veniens Christianissimus Carolus gratia visitaret orandi, saniori eius consilio Rex Adefonsus Iriam ciuitatem destruxit, et Sancti Iacobi Apostoli ecclesiam quant ipse construxerat reuerendi patris Leonis tertii Romani pontificis assensu Metropolitano sublimauit honore... » (pp. 12-13) et « Carolus postea cum Rege Adefonso amicitiam fecit, cuius consilio instituta beati Isidori et sanctorum patrum Rex Adefonsus in regno suo firmauit. Orationis etiam gratia ecclesias sancti Saluatoris et Sancti Iacobi Carolus uisitauit : et a glorioso Papa Ioanne obtinuit, vt vtraque ecclesia Metropolitano priuilegio frueretur... » (p. 26).

8. Rodrigo Jiménez de Rada

  • 57 « Carolus autem indignatione et confusione demonitus, tantam multitudinem » suorum extinctam deplo (...)
  • 58 Le même esprit explique la transformation des amours illicites de Jimena, la sœur du roi, avec le (...)

49D. Rodrigo Jiménez de Rada fera subir au récit une déviation très importante. Archevêque de Tolède, la concurrente de Saint-Jacques de Compostelle, il élimine scrupuleusement toutes les allusions favorables à cette dernière, qu’accueillait avec ferveur l’évêque de Tuy. Mais surtout il va bouleverser le récit de la bataille de Roncevaux : Marsile et ses Sarrasins disparaissent, l’alliance contre-nature à ses yeux de Bernardo et des musulmans est éliminée du récit, le vrai symbole de la résistance espagnole n’est plus Bernardo mais le roi de Léon lui-même. Le Toledano a voulu pousser celui-ci à l’avant-plan. Il connaissait l’histoire des relations amicales entre Alphonse le Chaste et Charlemagne, et il imagine le roi espagnol fatigué de régner et, sans hésiter, proposant à Charles de lui succéder. Le patriotisme des hidalgos espagnols le fait revenir sur sa décision, et cette volte-face déclenche l’intervention française en Espagne. On peut s’étonner de cette affabulation chez un homme soucieux de ménager au roi le beau rôle. Elle lui a permis cependant de lui donner l’initiative des pourparlers. Les Français débouchent en Espagne. Quelle panique chez les chrétiens ! Tous se groupent autour du roi léonais comme autour d’un porte-drapeau. Ce patriotisme populaire est une des grandes nouveautés du Toledano. L’avant-garde française avec ses fameux capitaines est défaite par Alphonse, secondé par Bernardo. Victoire espagnole donc, victoire chrétienne, victoire irrémédiable que Charlemagne n’a pu venger57, victoire royale. Le véritable triomphateur de la journée est le roi Alphonse, dont Bernardo del Carpio n’est que le lieutenant. Le même désir de rehausser le rôle du roi apparaît dans une autre modification que subit le récit dans les mains du Toledano : celui-ci atténue fortement l’odieux de l’attitude royale envers Bernardo, en racontant que le père de ce dernier a été relâché et a obtenu le pardon du roi (p. 16). Les pages consacrées par lui à l’aventure de Bernardo tendent visiblement à réhabiliter les personnages royaux qu’elles mettaient en scène58. Il n’y a pas chez lui de « castillanisation » du récit : le peuple castillan ne fait pas partie des chrétiens que commandera Alphonse (voir p. 8). Le Léon traditionnel reste, pour lui, la terre d’élection.

9. Crónica General et Poema de Fernan González

  • 59 M. E. Correa Calderón, La Leyenda de Fernán González, Madrid, Aguilar, 1946, pp. 16 ss. a émis des (...)
  • 60 [Carlos] Ayunto sus poderes, grrandes e syn mesura, / movyo pora Castyella, tengo que fue locura ( (...)
  • 61 Movio Bernald del Carpio con su pueblo dudado, / de gentes castellanas era byen aguardado (c. 142, (...)

50La « castillanisation » sera l’œuvre de la Crónica general et du moine de Arlanza, auteur du Poema de Fernán González59. Les collaborateurs d’Alfonso el Sabio ont, si je puis dire, rapproché les aventures bernaldiennes des terres castillanes. Le malheureux comte Sancho, le prisonnier de Luna, devient « el conde San Diaz de Saldanna » (p. 3), lieu situé entre la Castille et le Léon. L’auteur castillan du Poema de Fernán González qui, se bornant à une allusion à notre récit, s’est senti moins tenu par la forte tradition léonaise, a fait de la Castille le but même de l’expédition française60 et composé de Castillans la garde de Bernardo61.

  • 62 « La derrota que Marsilio y Bernardo hacen sufrir a Carlos es idéntica a a » que refiere el Tudens (...)
  • 63 Quelle fantaisie significative dans la géographie ! Le poète note le nom du port français qu’il co (...)
  • 64 Dans Rob Roy de Walter Scott, on lit aussi : O for the voice of that wild horn, / On Fontarabian e (...)

51Cette « castillanisation » est au fond secondaire. Nos deux œuvres ont agi ailleurs plus gravement sur la transmission du récit. Le Poema de Fernán González, chronologiquement plus ancien que la Primera Crónica, (vers 1250) ne retient de l’histoire de Bernardo que la bataille de Roncevaux. Il n’y est pas question du comte Sancho, des événements qui découlent de la parenté du héros avec ce personnage. Mais la lutte entre Alphonse le Chaste et Charlemagne y est traitée d’une façon tout à fait nouvelle. Il n’y a plus une rencontre entre Bernardo et les Français, mais deux. La seconde, située en pleines Pyrénées, avec la participation de Marsile aidé de Bernaldo (c. 137-143) vient du Tudense62. La première est plus curieuse et plus originale, et sa situation antérieure à l’autre suffirait à en indiquer l’origine plus récente. La première bataille se situe, d’une façon fort inattendue, au bord de la mer : Sopo Bernald del Carpyo que frrançeses passavan / que a Fuente Rrabya todos y arrybauan, / for conqueryr Espanna segunt que ellos cuydauan.../ (c. 132) Ovo grrandes poderes Bernaldo dayuntar,/ e dessi enbyo los al puerto del mar ; / ovol’todas sus gentes el rrey casto a dar, / non dexo a ese puerto al rrey Carlos ribar (c. 133). Les Français sont vaincus, sept reyes e potestades sont tués, com diz la escrytura (c. 134) et les survivants s’en retournent chez eux : Tovo se por mal trecho Carlos essa vegada, / quand vyo que por y le tollio la entrrada, / movyos’ con assaz gentes e toda su mesnada, / al puerto de Marsylla fizo luego tornada (c. 135). Cette première rencontre, dont je n’ai trouvé nulle part un commentaire satisfaisant, se veut, à n’en pas douter, une bataille de débarquement. Charles vient par mer, essaie d’aborder à Fontarabie, est repoussé par Bernardo avec les plus grandes pertes et se retire au port français de Marseille63. Le créateur a doublé la défaite terrestre des Français dans les Pyrénées d’une défaite maritime, pour souligner la supériorité militaire des Castillans dans tous les domaines. Le point de contact entre les deux narrations a peut-être été la double signification, : « col » et « port », du mot puerto. Mais pourquoi Fontarabie64, qui n’apparaît nulle part ailleurs dans le « Bernardo » espagnol ou le « Roland » français, qui est inconnu de la geste française en général ? Je croirais volontiers le nom de Fontarabie introduit dans le Poema ou son modèle par le remanieur qui, à la fois, a fait de la Castille l’objectif des ambitions françaises et a affirmé la supériorité en toutes armes des Castillans sur les Français.

  • 65 « Mas por que los libros autenticos, esto es en los libros otorgados, et por que los » franceses e (...)
  • 66 Lucas et Rodrigo situent la fondation de El Carpio avant la bataille de Polvorera (p. 16), la Crón (...)

52Avec le Poema de Fernán González, la défaite française devient un signe d’infériorité ; la Crónica general n’a pas été aussi loin. Le but de ses compilateurs a été de rassembler et, si je puis dire, de hiérarchiser les différents récits sur « Bernardo ». Ils suivent l’Estoria, s’inspirent de l’archevêque de Tolède et de l’évêque de Tuy, et n’oublient pas de signaler l’existence d’autres traditions, celles des anciens cantares de gesta, qu’ils connaissent par des rédactions remaniées. S’ils réfutent certaines de leurs assertions en contradiction avec les récits érudits, sur un ton plus ou moins péremptoire, selon l’assurance de leur modèle préféré65, ils savent s’en inspirer brillamment pour « romancer » leur histoire. Suivant leurs poétiques suggestions, ils ont dû développer les scènes, contenues à l’état plus schématique dans l’Estoria, de l’arrestation du comte San Diaz de Saldaña, de la révélation à Bernardo de sa naissance, de la victoire sur le Français Bueso, de la capture de Orios Godos et Thiobalt, de la fondation du château de El Carpio66, de la rencontre de Bernardo avec le cadavre de son père.

  • 67 Unters., pp. 64 ss..
  • 68 La Leyenda de los Infantes de Lara, Madrid, Ducazal, 1896, réimprimé à Madrid, Espasa Calpe, 1934 (...)
  • 69 A notre avis, M. Heinermann s’est abusé sur l’influence de Galien : il n’y a rien à tirer par exem (...)
  • 70 Dans les Infantes de Lara (refundición) Mudarra, imité de Galien, est le fils d’une païenne.
  • 71 Quant à la relation établie par M. Heinermann, Unters., pp. 48 ss., entre Bernardo et Mainet, elle (...)

53Dans l’affabulation particulière de la Crónica, M. Heinermann a cru découvrir des ressemblances frappantes avec Galien le Restoré, et il les attribue à une influence du poème français, non sur la chronique elle-même, mais sur des cantares qu’elle aurait dérimés67. Il y a entre les deux récits une analogie lointaine (histoire de bâtards, fils dévoué inlassablement à son père) qui autorise l’hypothèse que, si Galien a été connu en Espagne, il a pu intéresser tous ceux qui s’occupaient de Bernardo, les poètes comme les chroniqueurs. Or M. Menéndez Pidal68 découvre une influence de Galien dans la tradition des Infantes de Lara. Il n’est pas impossible, par conséquent, que le poème français ait été connu, soit d’un cantar remanié consulté par l’auteur de la Crónica, soit par ce dernier lui-même. S’il y a eu action du Galien, celle-ci est restée tout à fait superficielle et s’est bornée à quelques traits accessoires (par ex. les noms Orios Godos et Tiobalte, d’après Thibert et Henry)69. Le Galien invoqué ne peut être qu’une œuvre tardive, où interviennent les oncles félons (voir ci-dessus) et où le jeune héros est le fils d’une païenne70. Comme nous l’avons vu, ce texte ne peut être que le Galien rimé remanié de la deuxième moitié du xiiie siècle. Quand l’écrivain espagnol en aurait pris connaissance, l’histoire était dans toute sa nouveauté71.

  • 72 Signalons cependant le scepticisme accentué du remanieur de la Tercera Crónica à l’égard des canta (...)

54La bataille de Roncevaux a causé bien des perplexités au compilateur chargé de la raconter dans la Crónica. Il avait sous les yeux les relations divergentes de l’évêque de Tuy, confirmée par l’Estoria, et de l’archevêque de Tolède, qui a beaucoup d’autorité à ses yeux. Il tente de les harmoniser, adopte du Toledano le détail de la succession espagnole offerte par Alphonse à Charlemagne (p. 6) et du Tudense — en indiquant sa source — la chevauchée de Bernardo vers Saragosse (p. 7), de Rodrigo les noms des capitaines français de l’avant-garde (p. 8), et de Lucas ceux des victimes de Roncevaux (p. 9). Mais où son hésitation est à son comble, c’est quand les deux sources se contredisent sur le rôle joué par Bernardo au combat (pp. 9-10). Que faire ? « Pero dize el arçobispo don Rodrigo que... Mas dize don Lucas de Tuy que. » (p. 9). Rapporter impartialement les deux données. La Crónica montre une préférence certaine pour Rodrigo, mais surtout elle constitue un effort pour ajuster des récits différents. L’hétérogénéité qui en résulte ne manque pas de saveur. Elle persistera à travers tous les remaniements de la Crónica. L’intérêt de ces refundiciones réside, pour nous, ailleurs72.

10. Vue générale de l’évolution rolandienne dans la tradition de « Bernardo »

55Avant d’entreprendre cette étude, résumons l’évolution de « Roland » à travers la tradition de Bernardo. A l’origine, la Chanson de Roland se trouve enrichie d’un héros nouveau, le pyrénéen Bernardo, qui s’empare de Saragosse aux côtés de Charles, et elle est allongée d’épisodes inédits animés par la fougue du nouveau venu. Cette narration était trop francophile, ou du moins pas assez francophobe aux yeux de certains érudits. Sous une impulsion savante, les données ont été renversées : du camp français, Bernardo est passé dans le camp espagnol ; d’ennemi, il est devenu l’allié de Marsile. Cette nouvelle forme, celle de l’Estoria, a été reproduite fidèlement, semble-t-il, par Lucas de Tuy. Survient Rodrigo Jiménez de Rada, avec ses vues méditées et sa philosophie. Le roi d’Espagne joue à son gré un rôle trop insignifiant. Il lui insuffle plus d’énergie, le dote de qualités stratégiques et convertit Roncevaux en une victoire des chrétiens d’Espagne sur les chrétiens de France. Les chroniques générales le suivent, sans oublier Lucas et les cantares, et elles tentent de faire une part plus grande à la Castille dans le récit pyrénéo-léonais. La Castille règnera en maîtresse absolue dans les copias du moine d’Arlanza, et elle y dominera la France, sur mer et sur terre.

Notes

1 Heinermann, Unters., p. 10.

2 Heinermann, Unters., pp. 12 ss..

3 Breslau, 1846.

4 Selon Th. Heinermann, Unt., p. 34, n. 2.

5 Histoire poétique de Charlemagne, pp. 205 ss.

6 De la poesia, pp. 130 ss..

7 Épop. frç., t. III, pp. 549 ss. note (Voir aussi t. II, pp. 330 ss.).

8 Antología, t. VI, pp. 155 ss..

9 Grôbers Grundriss, t. II, 2e p., pp. 391 ss..

10 pp. 341, 362, 373, 403 ss..

11 Madrid, 1923.

12 Unters., p. 41.

13 Voir ses Untersuchungen fréquemment citées.

14 The « Cantar de gesta » of Bernardo del Carpio, Modern Language Review, t. XXIII, 1928, pp. 307 ss., 432 ss..

15 A Study of the origins of the legend of Bernardo del Carpio, Hispanic Review, t. V, 1937, pp. 286 ss..

16 L’Espagne et les légendes épiques françaises. La légende de Bernardo del Carpio, Bull. hisp., t. XLV, 1943, pp. 117 ss.. Voir également Les Français en Espagne, pp. 302 ss..

17 Comme le prétend M. Heinermann, Unters., p. 55.

18 Il en sera informé plus tard (voir la Primera Crónica General § 621 qui se réfère à « la estoria de Bernaldo ».

19 « Ruconia (esta es Gasconna) », commente la chronique générale, qui répète le Toledano. — La mention des Asturies sert à authentiquer historiquement le récit placé sous Alphonse le Chaste, roi asturo-léonais.

20 Répété par la chronique générale (p. 8).

21 Le seul combat qui ait lieu plus à l’Est, à Ordejón (ou Carrión), près des monts Amaya, est celui où les Espagnols accourent rencontrer Bueso qui vient de France (p. 19).

22 Voir tout récemment encore R. Louis, Girard, comte de Vienne, t. II, p. 259.

23 Cfr M. Defourneaux, art. cit., p. 131, note 1.

24 L’auteur de la Crónica l’a senti lui-même.

25 Par erreur le texte dit Hispaniam.

26 Le Tudense, p. 13, répété par la Crónica.

27 Malgré Th. Heinermann, Unters., pp. 72 ss. ou R. Louis, Girard, comte de Vienne, t. II, p. 262.

28 art. cit., pp. 292 ss. — Sur les différents Bernards qui ont existé en France sous les derniers carolingiens, voir les mémoires de L. Levillain, Mélanges dédiés à la mémoire de Félix Grat, Paris, t. I, pp. 169 ss. et Les personnages du nom de Bernard dans la seconde moitié du ixe siècle. Le Moyen âge, t. LIII, 1947, pp. 197 ss. ; t. LIV, 1948, pp. 1 ss. (où sont citées d’autres études sur le difficile problème des Bernards).

29 Ramire I et Ordoño I règnent entre Alphonse le Chaste et Alphonse le Grand.

30 Voir à ce sujet M. Defourneaux, art. cit., pp. 126 ss.

31 Milâ, De la Poesia, p. 160.

32 Milâ, De la Poesia, p. 159, n. 1 (qui cite Pellicer, Anales, p. 266).

33 Bernard n’est envisagé comme héritier possible d’Alphonse le Chaste que tardivement.

34 Cfr M. Defourneaux, art. cit., pp. 131 ss..

35 Contrairement à Th. Heinermann, Unters., pp. 45 ss. et à d’autres avant lui : A. Durân, t. II, p. 417 note, G. Paris, Hist. poét. Charl., p. 527 ; cfr Franklin, art. cit., p. 298.

36 Girard, comte de Vienne, t. II, p. 260.

37 op. cit., pp. 261-2. — Remarquons toutefois avec M. Heinermann Unters., pp. 74 ss. que la Chronica Abeldense (fin du ixe s.), le Chronicon Sebastiani (époque d’Alphonse III), le Chronicon de Sampiro (débuts du xie s. ou fin du xe s.), le Chronicon de Pelayo (deuxième moitié du xie s.), l’Historia Silense ne soufflent mot de l’histoire du seigneur de El Carpio quand ils traitent d’Alphonse le Chaste. Le caractère poétique, « jongleresque » de l’œuvre pourrait expliquer ce silence, qui n’est troublé par aucune œuvre de divertissement. Celui de la Crónica Najerense serait peut-être dû au caractère léonais du poème.

38 Encore la légende de Girard de Roussillon. A propos d’un livre récent, Romania, t. LXX, 1948, pp. 220 ss..

39 R. Louis, op. cit., t. II, p. 258.

40 Voir les noms de lieu qui y sont employés de préférence (El Carpio, Zamora, Salamanca, Alba de Tormes).

41 La Crónica cite toujours fidèlement ses sources. Ici toutefois l’épisode attribué au Tudense se trouve dans son Chronicon sans les détails de la Crónica (« Sed iterum » Christianissimus Carolus exercitu reparato hoc factum triumphali Victoria viriliter » vindicavit ex Sarracenorum nobilibus innumerabilem extinguens multitudinem », p. 12). En substance, les deux passages sont les mêmes (voir les Sarrasins uniquement vaincus), et il n’y a pas lieu d’accuser le rédacteur de la Crónica de mensonge. La meilleure solution a été proposée par Th. Heinermann. Unters., pp. 32 ss., 76 : « Der PG hat ausser oder an Stelle von dem von Schott [Hispaniae illustratae...] » herausgegeben Text des L ein anderer Text vorgelegen. »

42 art. cit., pp. 131 ss.

43 Je laisse de côté l’argument tiré de l’emprisonnement de Luna qui, selon moi, appartient à l’autre tradition.

44 D’après la Crónica Najerense (II, 20 ; voir G. Cirot, c. r. de l’art, de W. J. Entwistle, Bull, hisp., t. XXXI, 1929, p. 355 ; Index onomastique et géographique de la chronique léonaise, Bull. hisp., t. XXXVI, 1934, p. 409). Alphonse le Chaste s’était uni, en mariage blanc, avec une princesse française Bertinalda (notons ce nom qui n’est pas loin de Bernaldo) qui, chez Lucas, deviendra la sœur de Charlemagne, la classique Berta (p. 15). Il n’est pas impossible que cette Bertinalda ait été celle qui ait poussé le roi, dans notre histoire, à recueillir son parent et demi-compatriote Bernaldo. Car, après tout, le roi espagnol n’avait aucune obligation à accueillir l’enfant à sa cour. Bertinalda serait le lien narratif entre Timbor et Alfonso el Casto. En laissant combattre Bernardo avec les Français, le personnage Alfonso el Casto aurait montré la même francophilie que le roi réel (voir sur celui-ci avec les réserves qui s’imposent, Eginhard, Vita, § 16).

45 Lucas : « Bernaldus vero inter Romanos et Germanos atque Gallos se gloriose gessit » (p. 13).

46 Pr. Cron. : « et que estaua y estonces en la corte un fijo dessa donna Timbor » a quien pregunto el rey si le querie recebir por hermano a Bernaldo. Et el dixo que » non, ca lo non era. A Bernaldo, quando lo oyo, pesol muy de coraçon et desafiol » por ello y luego ant el rey, et saliose del palacio et fuera pora su posada. El rey Carlos » enuiol estonces grand auer et cauallos et armas » (p. 24).

47 Pr. Cron. : « Otro dia mannana salio de Paris Bernaldo et fue andar por la » tierra, et començo a fazer muchos males por todos los logares por o andaua » (pp. 24-25).

48 Voir Pr. Cron., p. 25.

49 Les Espagnols ont voulu créer un nom « à la française », ce qui explique qu’il n’apparaît pas ailleurs ni en France ni en Espagne.

50 Le compilateur de la Crónica Najerense pouvait la connaître (voir ci-dessus la note sur Bertinalda) et ne pas la mentionner. Il reste fidèle, dans son allusion à « Roncevaux », aux données carolingiennes.

51 Le fait que Marsile règne seul à Saragosse indique que Turpin n’est pour rien dans le détail.

52 Ganelon, il a pu l’emprunter soit à Turpin, soit au cantar pyrénéen (Lucas, Crónica, p. 7), ainsi que le détail de l’olifant (Rodrigo, Crónica, p. 9), données qu’il transformera très gravement.

53 On entrevoit aussi le récit du cantar pyrénéen : comme dans Roland, Charles se retire en France, tandis que Marsile s’apprête à lui faire la guerre.

54 L’histoire léonaise prend nettement le pas dans la nouvelle affabulation sur l’histoire pyrénéenne.

55 Postérieure à la diffusion du Pseudo-Turpin en Espagne.

56 « Et dizen algunos en sus cantares [segund cuenta la estoria] que este frances Bueso que so primo era de Bernaldo [mas esto non podrie ser] (Cronica, p. 19 et notes 2, 3).

57 « Carolus autem indignatione et confusione demonitus, tantam multitudinem » suorum extinctam deplorans et clades quas Arabibus intulerat parui pendens, ad » Germaniam repedauit, vt reperto exercitu Hispaniam retentaret. Sed thermarum » diliciis interceptus exercitum crastinando obiit Aquisgrani et in glorioso tumulo » sepelitur, qui erat priscarum victoriarum epitaphiis circumscriptus, ea parte vacua » remanente, qua valle Caroli vindictam minitans inglorius rediit et inultus (pp. 10 et 12). Le Toledano se souvient à point de l’Historia Silense.

58 Le même esprit explique la transformation des amours illicites de Jimena, la sœur du roi, avec le comte Sancho, en « furtiuum connubium » (p. 3).

59 M. E. Correa Calderón, La Leyenda de Fernán González, Madrid, Aguilar, 1946, pp. 16 ss. a émis des doutes sur cette attribution traditionnelle.

60 [Carlos] Ayunto sus poderes, grrandes e syn mesura, / movyo pora Castyella, tengo que fue locura (c. 131, vv. 1-2).

61 Movio Bernald del Carpio con su pueblo dudado, / de gentes castellanas era byen aguardado (c. 142, vv. 3-4).

62 « La derrota que Marsilio y Bernardo hacen sufrir a Carlos es idéntica a a » que refiere el Tudense, si bien el Poema la coloca después de otra derrota análoga » (...), mientras el Toledano da version enteramente diversa. La reprobación de » esta Victoria que hace el Poema : Sy sobre moros fuesse era buena provada c. 1140, » [éd. Zamora Alonso], es cosa que sólo se le ocurrió al bueno del Tudense, cuando » dice que Bernaldo, postposito Dei timore, se unió a los sarracenos contra el ejército » del cristianósimo Carlos... » (R. Menéndez Pidal, Romancero de Fernán González, p. 448).

63 Quelle fantaisie significative dans la géographie ! Le poète note le nom du port français qu’il connaît.

64 Dans Rob Roy de Walter Scott, on lit aussi : O for the voice of that wild horn, / On Fontarabian echoes borne, / The dying hero’s call, / That told imperial Charlemagne, / How Paynim sons of swarthy Spain / Had wrought his champion’s fail » (chap. II).

65 « Mas por que los libros autenticos, esto es en los libros otorgados, et por que los » franceses et otrossi los espannoles lo cuentan assi, dezimos que fue aquella batalla » de Ronçasualles en tiempo de Carlos el Grand, assi como lo auemos ya contado suso » en esta estoria. Et si alguno sopiere esto departir meior et lo dixiere mas con uerdad, » deuel seer cabido, ca nos dezimos lo que fallamos por los latines en los libros antigos... » (p. 27). Ici le ton est plutôt hésitant parce que le Toledano qui sert de modèle est lui-même dans l’incertitude. Ailleurs le ton est tranchant : « Mas en verdat esto non podria ser, fueras tanto que en Catalonna conquirio Barçilona... » (p. 13). Le Toledano fort des données historiques, est ici péremptoire. Ailleurs ce sont des conseils au public, toujours inspirés de Rodrigo : « onde mas deue omne creer a lo que semeia con » guisa et con razon de que falla escritos et recabdos, que non a las fablas de los que » cuentan lo que non saben » (p. 14).

66 Lucas et Rodrigo situent la fondation de El Carpio avant la bataille de Polvorera (p. 16), la Crónica après (pp. 21 ss.). Le cantar léonais doit avoir connu la même disposition que cette dernière : la fondation du château, symbole de la rupture de Bernardo avec son roi, doit se placer après que le héros a épuisé tous les moyens de fléchir son souverain. L’Estoria doit être tenue pour responsable du transfert. Avec un sentiment plus vif des convenances narratives et une information plus grande des cantares de gesta, le collaborateur d’Alphonse le Savant à qui nous devons le passage de la Crónica a ici abandonné l’Estoria au profit du vieux cantar.

67 Unters., pp. 64 ss..

68 La Leyenda de los Infantes de Lara, Madrid, Ducazal, 1896, réimprimé à Madrid, Espasa Calpe, 1934 (t. I des « Obras completas »), pp. 18-20.

69 A notre avis, M. Heinermann s’est abusé sur l’influence de Galien : il n’y a rien à tirer par exemple du thème du bâtard, du motif de l’échiquier, trop classiques et traités trop différemment de part et d’autre.

70 Dans les Infantes de Lara (refundición) Mudarra, imité de Galien, est le fils d’une païenne.

71 Quant à la relation établie par M. Heinermann, Unters., pp. 48 ss., entre Bernardo et Mainet, elle se fonde surtout sur des coïncidences de noms propres (Bernardo del Carpio et Bernard de Moncler, Galinda et Galienne...) qui, selon moi, peuvent être attribuées au hasard. Je ne vois pas un épisode de Bernardo où se marquerait l’action de Mainet (poème également répandu en Espagne). Il en est de même pour la relation supposée par le même érudit, p. 54, entre notre œuvre et Ogier le Danois. Elle s’appuie principalement sur la scène de l’échiquier, invoquée aussi à propos de Galien. Cette scène, lieu commun épique, se développe différemment dans les deux œuvres. L’emprisonnement du comte de Saldaña et celui d’Ogier n’ont rien de semblable non plus.

72 Signalons cependant le scepticisme accentué du remanieur de la Tercera Crónica à l’égard des cantares de gesta (voir R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca, p. 403).

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search