Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Seconde partie. L'évolution de la Chanson de Roland en Espagne dans ses rapports avec révolution française

Chapitre II. La tradition française

Texte intégral

1. Chronica Adephonsi Imperatoris

  • 1 B. Sánchez Alonso, Historia de la historiografía española, t. I, 1941, p. 125 date la chronique de (...)
  • 2 Éditée dans l’España sagrada, t. XXI, pp. 307 ss. — Voir à son sujet, entre autres, B. Sánchez Alo (...)
  • 3 B. Sânchez Alonso, Historia, t. I, pp. 126 ss.

1Vers le milieu du xiie siècle1 fut rédigée la Chronica Adephonsi Imperatoris, sorte de chronique officielle et laudative d’Alphonse VII2. L’ouvrage est divisé en deux parties, la première comprenant la relation des événements de politique intérieure et des luttes contre les autres rois chrétiens, la seconde rapportant les campagnes contre les Musulmans. « El autor, que sin duda alguna era eclesiástico, narra con cierta animación y vehemencia, intercala breves discursos, o más bien, diálogos, y da preciosas noticias sobre costumbres, ofreciendo un cuadro bastante expresivo de aquel tiempo, con información que se extiende a buena parte de España, por el papel preponderante que Castilla desempeñó ya en su tiempo... El segundo libro... es mas monótono, como lleno del relato de guerras repetidas sin resultados decisivos... Lo cierto es que « ad removendum variatione carminis taedium » se decidió a tracer en verso la enumeración de los capitanes que se reunieron para el ataque de Almería, en que colaboraron varios elementos extrapeninsulares por el deseo de acabar con aquel nido de la piratería musulmana3. »

2Seule cette énumération nous intéresse ici. Nous y sentons vibrer la fierté castillane du versificateur. Nous le voyons déployer toute son érudition littéraire pour rehausser le prestige de ses héros. Au bon moment, il se souvient du Cantar de Mio Cid et de la renommée de Rodrigo Diaz de Bivar :

  • 4 Cité d’après R. Menéndez Pidal, Cantar de Mio Cid, t. I, p. 23 et 24.

Ipse Rodericus Mio Cidi saepe vocatus
de quo cantatur quod ab hostibus haud superatur,
qui domuit mauros, comites domuit quoque nostros
hunc extollebat, se laude minore ferebat ;
sed fateor verum quod tollet nulla dierum :
Mio Cidi primus fuit, Alvarus atque secundus4.

3Mais aussi de Roland :

  • 5 Ce texte qui se trouve dans Florez, España sagrada, t. XXV, p. 405, vv. 215 ss., a été reproduit m (...)

Tempore Roldani, si tertius Alvarus esset,
Post Oliverum, fateor sine crimine verum
Sub juga francorum fuerat gens Agarenorum
Nec Socii cari jacuissent morte perempti5.

  • 6 Les « socii cari », compagnons de Roldanus et Oliverus, qui restent parmi les morts, ressemblent c (...)
  • 7 Avec lui au moins les Français auraient remporté la victoire.
  • 8 Il faut se garder de forcer la pensée du chroniqueur dans un sens ou dans l’autre. Roland et Olivi (...)
  • 9 Je crois erronée l’interprétation que G. Paris, Hist. poét. Charl., p. 203, donne du vers 2 « sans (...)

4Le chroniqueur enthousiaste et pesant qui a versifié le « Poème d’Almería » fait ici, sans aucune nécessité, une allusion à l’histoire de Roland6. Sans manquer, en bon Castillan qu’il est, de contredire les exagérations françaises sur les défaites sarrasines, tout en exaltant son héros espagnol comme il convient7, il ne regarde pas Roland, Olivier et leurs compagnons avec des yeux hostiles, ni même défavorables8. Il accepte et utilise, sans approbation ni blâme9, à ses fins personnelles, la renommée des héros français. Son abstention ne ressemble en rien à l’animosité du moine de Silos, et elle prouve que le récit de Roland mis en œuvre chantait les louanges des preux. Nous n’avons donc pas affaire ici à l’histoire où Bernardo del Carpio se dresse contre le neveu de Charlemagne et éclipse sa renommée étrangère par le pur éclat de sa gloire espagnole.

  • 10 Déjà remarqué par G. Paris, Hist. poét. Charl., p. 203, et par d’autres (par ex. M. Menéndez Pelay (...)

5Intéressante est l’union sous une même auréole de Roland et d’Olivier. Elle nous autorise à écarter comme source la chronique du pseudo-Turpin qui ne met nullement en relief la fraternité d’armes des deux amis10.

6Nous verrons plus loin que l’Espagne se distingue des autres pays en ceci qu’elle associe très tôt Renaud de Montauban à l’héroïque infortune de Roland et d’Olivier. A Roncevaux, Renaud occupera une place éminente, se hissera presque au niveau de Roland, reléguera Olivier au second rang. Si le chroniqueur du siège d’Almería avait procédé d’un tel récit, il aurait, de toute évidence, nommé Renaud aux côtés de Roland et d’Olivier ou même l’aurait préféré à ce dernier. Son silence à l’égard du fils d’Aimon établit que sa source n’avait pas encore transformé Renaud en personnage rolandien. Peut-être ce transfert ne s’est-il produit que plus tard.

  • 11 La Crónica Najerense (ou léonaise) (vers 1160), qui suit Eginhard mais localise la bataille « in R (...)

7Le récit de Roland rappelé dans le second livre de la Chronica Adephonsi Imperatoris ne diffère pas de la tradition française des débuts : Roland et Olivier jouissent toujours d’une prééminence incontestée. Le poème utilisé serait-il français ? La forme Roldanus nous donne une réponse précise. Roldanus est une latinisation du Roldán espagnol. Nous sommes autorisé à conclure qu’avant le milieu du xiie siècle, l’Espagne — sans doute castillane — connaissait en espagnol un récit qui n’avait subi aucune des modifications que lui imposeront les imaginations postérieures, un *Cantar de Roldán dont les personnages étaient ceux de la geste française assonancée et qui devait être une transposition de celle-ci, adaptée aux conditions linguistiques nouvelles11.

2. Vida de San Millan de Gonzalo de Berceo

8Le récit, antérieur à 1150, devait se maintenir longtemps dans sa « pureté » relative. Si nous n’en possédons aucune copie, si nous n’en conservons pas le moindre fragment, c’est qu’il a été concurrencé par des récits indigènes plus appréciés, partant plus recopiés. Je ne serais pas étonné que la tradition « française » ait survécu plutôt dans les mémoires que sur le parchemin. Mais qu’elle ait survécu, c’est ce que nous attestent quelques allusions suffisamment explicites, échelonnées sur plusieurs siècles.

  • 12 Gonzalo de Berceo dut naître à l’extrême fin du xiie siècle et vivait encore en 1246, en 1252 (mor (...)

9Dans la première moitié du xiiie siècle, le plus ancien poète espagnol connu par son nom, Gonzalo de Berceo12, fait dans sa Vida de San Millán une allusion à Roland, si semblable à celle du poème d’Almería qu’elle suppose l’existence d’une même tradition persistante :

  • 13 Éd. F. Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv, Madrid, Rivadeneyra, 1864, p. 77 (Bibliot (...)

El rey don Remiro un noble caballero
Que nol venzrien de esfuerzo Roldan nin Olivero,
Quando sopo estas nuevas, el message çertero,
Sovo mal espantado en el dia primero. (copia 412)13.

  • 14 Gonzalo nous dit en effet, parlant de lui-même : Gonzalvo fue so nomme qui fizo est tractado, / En (...)

10Ce que nous avons dit du poème d’Almería peut être répété ici, mais prend une signification nouvelle en raison de la date de la Vida de San Millán. La tradition « française » magnifiant Roland et Olivier continue à exister, fidèle à ses origines étrangères, et est répandue dans la Rioja14.

3. Guiraut de Cabreira et Afonso Lopes de Baião

  • 15 L’allusion aux douze pairs morts à Roncevaux qui se trouve dans les Anales toledanos primeros d’or (...)

11La vieille Castille a connu une Chanson de Roland espagnole, mais composée à la française, avant le milieu du xiie siècle, et cette connaissance s’est maintenue dans la première moitié du xiiie siècle15. Cette région n’a pas été la seule à être touchée à l’époque par la renommée rolandienne. La Catalogne et le Portugal ont, eux aussi, accueilli la geste de France.

  • 16 Date admise par R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca, p. 159, n. 3, à la suite de Mila, De los Tro (...)

12Dans la deuxième moitié du xiie siècle, le catalan Guiraut de Cabreira, (vers 1170)16, de formation et de langue occitanes, reproche au jongleur Cabra de ne rien savoir.

  • 17 Éd. Bartsch, Denkmäler, p. 89, vv. 13 ss. ; A. Mussafia, Del codice estense di rime provenzali, Si (...)

De la gran jesta de Carlon
Con en transportz
Per son esfortz Intret en Espaingna abandon,
De Ronsasvals
Los colps mortals Qe ferol dotze conpaignon,
Con foron mort
E pres a tort, Trait pel trachor Ganelon
Al amirat
Per gran pechat Et al bon rei Marselion
Del saine cu[i]t
C’ajas perdut Et oblidat los motz el son.
Ren non dizetz
Ni non sabetz ; Pero noi ha meillor chanson.
E de Rotlan
Sabs atretan Coma d’aiso qe anc non fon17.

13Plus loin il reprend :

  • 18 Même éd., p. 90, vv. 23 ss.

De Vezia
Non sabs cos va Ni de Guondalbon lo Frizon ;
Del duc Augier
Ni d’Olivier Ni d’Estout ni de Salomon18.

  • 19 Non plus d’ailleurs que Bertran de Paris en Rouergue (éd. Bartsch, Denkmäler, pp. 85 ss.) ou Guira (...)
  • 20 Il serait étonnant que ces récits anciens que déforme le pseudo-Turpin, récits antérieurs à 1150, (...)

14Tandis que la première allusion est un souvenir transparent de la Chanson de Roland, la seconde est moins évidente. Les œuvres ne manquent pas, parmi celles que nous possédons, qui mettent en scène à la fois Gondelbuef, Ogier, Olivier, Estout et Salomon. J’ai relevé le Roland rimé, Anseis de Carthage, la Prise de Pampelune, Galien et Renaud de Montauban. Nous pouvons écarter Galien, Renaud et Anseis, dont Guiraut ne cite jamais le protagoniste19. Restent la Prise de Pampelune et le Roland rimé. Même s’il a existé des récits anciens sur la Prise de Pampelune, ce n’est pas à eux que fait allusion Guiraut de Cabreira20, mais plutôt à la chanson rimée de Roland.

  • 21 Souvent méconnue. Voir M. Milá, De los trovadores, p. 268 : « La poesia de Cabrera debió ser consi (...)

15Avant d’interpréter ces deux allusions, représentons-nous la nature exacte de l’ensenhamen de Guiraut. Le Cabra joglar énumère le répertoire littéraire que se doit de posséder un vrai jongleur. Mais l’énumération n’est pas dépourvue de malice. Dans l’accumulation étonnante des connaissances exigées, il y a une intention mystificatrice évidente21. Sérieusement, Guiraut ne pouvait réclamer un bagage littéraire aussi étendu, aussi varié. Il n’est pas impossible que son humeur plaisante l’ait poussé à imaginer des œuvres inexistantes. La farce n’en est que plus piquante. Toutefois le détail des allusions rolandiennes est une preuve que le poète catalan se souvenait d’une œuvre réelle.

  • 22 Milá, De los Trovadores, p. 270, n. 6 croit à tort, me semble-t-il, que les vv. Pero noi ha meillo (...)
  • 23 D’après Guiraut, Ganelon s’entend aussi bien avec l’amiral qu’avec Marsile. Or ceci est un trait d (...)
  • 24 Dans le Roland rimé, Estout apparaît en effet au cours de la bataille proprement dite et non, comm (...)
  • 25 Mention de l’amirat dans la première allusion ; réunion de Gondelbuef, Ogier et Olivier d’une part (...)

16Ces allusions rolandiennes se rapportent-elles à une seule geste ou à deux poèmes différents ? Les énumérations de Guiraut brillent par leur désordre : Marcueill est répété deux fois, Esimbart est loin de Gormont... Mais il est remarquable que, pour Roland, la première allusion est un condensé très fidèle de la chanson assonancée munie de l’épisode de Baligant (Ronsasvals, Carlon, dotze conpaignon, Ganelon, Marselion, Rotlan22, l’amirat23 et que le seconde groupe nomme des personnages qui n’apparaissent pas avant les amplifications du Roland rimé (Guondalbon, Estout, Salomon). Je croirais volontiers que Guiraut a connu la tradition rolandienne sous les deux formes qu’elle a prises au cours du xiie siècle : s’il l’avait connue uniquement sous sa forme assonancée, il n’aurait pas rimé sa seconde allusion ; s’il l’avait connue uniquement sous sa forme rimée, il aurait placé Estout dans sa première allusion et non dans la seconde24. Mais je ne serais nullement étonné que Guiraut ait songé en même temps qu’« a la gran jesta de Carlon », qu’à la geste poétique, au récit tel que l’avaient consigné certaines traductions du Turpin25.

  • 26 Sur les allusions de Guiraut, voir Mila, De los Trovadores, pp. 26g ss. ; A. Birch-Hirschfeld, Übe (...)
  • 27 Éd. Martin de Riquer, Obras completas del trovador Cerveri de Girona, Barcelona, 1947.
  • 28 Voir la Crónica del rey en Pere e dels seus antecessors passats de Bernat Desclot (fin du xiiie s. (...)

17Toutes les chansons dont Guiraut de Cabreira accumule les titres avec verve et fierté26 n’ont pas été nécessairement répandues en Occitanie, patrie spirituelle du poète, et encore moins en Catalogne, sa région d’origine. Il semble toutefois que, dans le cas de Roland, il en ait été ainsi. Guiraut n’est pas en effet le seul troubadour catalan à rappeler la Chanson de Roland. Nous avons cité son contemporain Guilhelm de Berguedan. Nous pouvons lui ajouter Serveri de Gerone, plus tardif (xiiie s.), qui dans sa chanson « Baile jutge » fait allusion à Roland, Olivier et Alexandre27. Rappelons aussi que la littérature catalane postérieure fourmillera de souvenirs rolandiens28. Tout cela permet de supposer que la tradition rappelée par Guiraut de Cabreira a existé en Catalogne.

18A l’autre bout de la péninsule, au Portugal, un autre poète attestera lui aussi que la chanson était connue un peu avant le milieu du xiiie siècle. J’ai nommé Afonso Lopes de Baião, l’auteur satirique de la fameuse Gesta a don Meendo e a seus uassalos de maldizer.

19Ce poème qui rentre dans le genre satirique des « canções de escarnho e de maldizer », débordant de verve caricaturale et de pittoresque, est construit comme une chanson de geste : trois laisses monorimes d’inégale étendue, métrique irrégulière, technique de la laisse similaire, titre même de l’œuvre : « gesta de maldizer ».

  • 29 Voir J. Horrent, Un écho de la Chanson de Roland au Portugal : La geste de médisance de D. Afonso (...)

20Chaque laisse s’achève par un refrain eoy qui, à n’en pas douter, est un écho du aoi qui termine un grand nombre de laisses dans le Roland d’Oxford. Une correspondance aussi précise, permet de supposer que la tradition exploitée par Afonso Lopes de Baião devait respecter fidèlement l’esprit et la composition du poème français29.

4. Don Rodrigo Jiménez de Rada, Primera Crónica General

21A la fin du xiie siècle et dans la première moitié du xiiie siècle, la Chanson de Roland s’est donc maintenue dans sa pureté traditionnelle sur tout le territoire péninsulaire.

  • 30 Th. Heinermann, Untersuchungen, pp. 13 ss..
  • 31 Th. Heinermann, Untersuchungen, p. 13.

22Ne croyons pas toutefois que l’Espagne n’ait accueilli de la tradition française que sa forme ancienne, représentée par la version assonancée. Le de Rebus Hispaniae de l’archevêque de Tolède Jiménez de Rada (achevé en 1243), la Primera Crónica General (achevée en 1289 dans sa seconde partie qui nous intéresse ici), attestent que la version rimée s’est également répandue outrePyrénées. Le Toledano nous met en garde contre les fables des jongleurs : « Nonnulli histrionum fabulis inhaerentes ferunt Carolum ciuitates plurimas, castra et oppida in Hispaniis acquisisse, multaque praelia cum Arabibus strenue perpetrasse, et stratam publicam a Gallis et Germania ad sanctum Iacobum recte itinere direxisse...30 » Et la Primera Crónica General lui fait écho : « El algunos dizen en sus cantar es et en sus fablas de gesta que conquirio Carlos en Espanna muchas çipdades et muchos castiellos, et que ouo y muchas lides con moros, et que desenbargo et abrio el camino desde Alemannia fasta Sanctiago (§ 623)31.

  • 32 Répétées plus tard (voir entre autres, la Cuarta Crónica General, p. 272 : « E agora sabed aqui lo (...)
  • 33 Sous une forme espagnole sans doute.

23Ces deux allusions32 peuvent se rapporter, soit à la Chronique du Pseudo-Turpin, soit à la Chanson de Roland. Si nous préférons les attribuer à cette dernière, c’est que nous n’avons découvert aucune preuve certaine de l’existence d’une tradition épique turpinienne (voir ci-dessus). Quant à la tradition de Roland, pour trouver mention du « Camino francés.. », il faut attendre les Rolands rimés (voir ci-dessus). C’est donc eux que chantaient33 les juglares incriminés par nos doctes censeurs.

24La tradition rolandienne d’esprit français s’est donc continuellement alimentée à la source française, elle n’a jamais été coupée de l’évolution française, ne s’est pas repliée sur elle-même, n’a pas vécu une vie propre et autonome. Elle est restée en contact avec la France ; et c’est sans doute ce contact permanent qui lui a permis de conserver dans toute sa pureté son esprit français.

5. Poema de Alfonso Onceno

25Une telle fidélité ne disparaît pas au xive siècle.

  • 34 Plusieurs explications ont été proposées. Menéndez Pelayo, Orígenes de la Novela, t. I, p. 279, cr (...)
  • 35 Nous négligerons aussi les discussions sur la personnalité de Rodrigo Yannes nommé à la copia 1841 (...)

26Le Poema de Alfonso XI nous en fournit une preuve éclatante. Ce poème, véritable chronique rimée d’Alphonse le Vengeur ou le Justicier, a retenu l’attention des chercheurs tant par sa valeur littéraire et sa forme métrique que par l’énigme historique qu’il constitue. Sa langue est mixte, on hésite entre le portugais et le castillan ; il suffit ici de le signaler, sans entrer dans plus de détails34, pour marquer le caractère occidental de l’œuvre35.

27Or, dans ce poème de l’Ouest, nous découvrons une allusion rolandienne riche de signification :

Las ordenes bien sin miedo,
Lidiauan con su freyria,
El arçobispo de Toledo,
Con honrrada cleresia (copia 1737)

En los moros derribando,
Fasiendo grand mortandat,
Los Xristianos lo loando,
E preçiando su bondat (copia 1738)

Nin fue mejor cauallero
El arçobispo don Torpin
Ni el cortes Obruero (Olivero),
Ni el Roldan palaçin, (copia 1739)

  • 36 éd. Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv, p. 529.

Commo fue en aquel dia
Este honrrado varon,
Roios de sangre fasia
Por do yua el su pendon (copia 1740)36.

28Turpin, Olivier, Roland, points de comparaison choisis pour rendre hommage à la bravoure d’un guerrier : voilà qui n’a rien de commun avec les récits de « Bernardo del Carpio », avec celui ou Renaud de Montauban vient s’insérer entre Roland et Olivier dans la hiérarchie des valeurs militaires. La fiction du pseudo-Turpin n’est pour rien non plus dans la comparaison : l’archevêque n’y revêt jamais le heaume ni le haubert.

  • 37 Voir éd. Foerster, p. vii et ci-dessus.

29La tradition connue du Poema de Alfonso XI ne peut être que celle de Roland, fidèlement conservée. Plusieurs hypothèses s’offrent à l’esprit à son sujet. Nous avons vu cette tradition se maintenir intacte aux xiie et xiiie siècles en Castille et apparaître également au Portugal et en Catalogne. Peut-être s’est-elle prolongée jusqu’au xive et a-t-elle inspiré l’auteur du Poema, bien qu’une influence française directe ne soit pas à rejeter a priori : la date du ms. de Lyon du Roland rimé37 prouve que la trame ancienne du poème subsistait encore au xive siècle.

30Toutefois, l’idée de la continuité traditionnelle est ici plus vraisemblable et plus séduisante. Le Poema de Alfonso Onceno présente une autre allusion carolingienne :

Aquel buen Terrin d’Ardenna
Que fue otra vegada alferes
De Carlos el enperador (c. 1713-14).

31Cette allusion se rencontre aussi dans le poème indubitablement castillan de Fernán González (vers 1250) :

  • 38 éd. A. Zamora Vicente, Poema de Fernán González, p. 150.

Orbyta su alferez, el que traya la senna,
non sofrya mas golpes que sy fues vna penna,
nunca mejor la tovo el buen Terryn d’Ardenna,
Dios perdon la su alma quel yaze en Cardenna (c. 512)38.

  • 39 Voir le Libro de Bienandanças e Fortunas de Lope Garcia de Salazar examiné ci-dessous.
  • 40 Ni Turpin ni les gestes de Galien, des Saisnes, des Enfances. Ogier, de Maugis d’Aigremont, de Gau (...)
  • 41 Substitution de Tierry d’Ardenne à Thierry d’Anjou et de Thierry au gonfalonnier Geoffroi d’Anjou (...)

32Il y a bien là une tradition espagnole, encore en vie au siècle suivant39, qui, contrairement à la geste française40, élève Thierry d’Ardenne au grade de gonfalonnier. Si l’origine première de la tradition est française et peut-être rolandienne41, son développement est espagnol.

6. Influence du pseudo-Turpin

  • 42 Voir C. Meredith Jones, éd., pp. 9, 12.
  • 43 Publiée par le P. F. Fita, Boletín de la Real Academia de la Historia, t. IV 1885, pp. 253 ss.
  • 44 Nous en avons copié une, de date tardive : le « Codex S. Jacobi de expedimento et conversione Yspa (...)

33La Chanson de Roland n’a pas été la seule œuvre française sur « Roncevaux » à avoir fait naître en Espagne au long du moyen âge une tradition de respect et de fidélité. Le Pseudo-Turpin a eu autant de réussite, une réussite aussi étonnante, aussi inattendue. Le Codex calixtinus, le meilleur des manuscrits turpiniens, atteste la diffusion du récit dès le xiie siècle. Une copie en a été prise par Arnaud du Mont, en 1173, à l’intention de la librairie du monastère de Ripoll. Aux xiiie, xive et xvie siècles, la chronique continue à être transcrite42. A côté d’une traduction galicienne43, il en existe aussi des espagnoles44.

34Nous venons de voir, à propos de Guiraut de Cabreira et de la tradition catalane, que la grave Historia Karoli Magni et Rotholandi pouvait avoir exercé quelque influence sur les œuvres, littérraires. Le Poema de Fernán González, cité il y a un instant, nous en fournit une preuve indubitable. Proposant des modèles de chevalerie, son auteur énumère :

Carlos [e] Valdouinos, Rroldan e don Ojero,
Terryn e Gualdabuey, e Arnald e Oliuero,
Torpyn e don Rrynaldos, e el gascon Angelero,
Estol e Salomon e el otrro su conpanero (copla 352).

  • 45 Si l’on tient compte de tous ses remaniements.
  • 46 Milá, De la Poesia, p. 328, n. 10 ; C. Marden, Poema de Fernán González, Baltimore, The Johns Hopk (...)

35Liste riche par son détail, précieuse par sa précision. Tous les personnages cités figurent fans le Pseudo-Turpin, mais aussi dans Roland45. Le dernier vers permettra de clarifier le problème. Selon Milá, le second e y est de trop ; Carroll Marden, au contraire, supprime su, et G. Cirot le groupe e el, chacun rétablissant à sa manière la mesure exacte ; M. Zamora Vicente, suivant M. Menéndez Pidal, lit : el otrro conpannero46. Quelle que soit la correction, le v. 4 de la copia 352 dit que Salomon et Estol sont compagnons. Ce compagnonnage n’est relevé dans aucun texte de Roland, ancien ou récent. Mais dans la chronique de Turpin, nous lisons « Salomon, socius Estulti » (p. 125), et nous apprenons que les deux frères d’armes reposent côte à côte aux Alyscamps (p. 217). L’énumération est inspirée par le Pseudo-Turpin.

  • 47 Comme ont conclu F. Wolf, Studien, p. 168 ; Milâ, De la Poesia, p. 329 Puymaigre, Vieux Auteurs Ca (...)
  • 48 art. cit., pp. 115 ss..
  • 49 On sait combien varie la composition de la sainte cohorte d’un texte à l’autre (voir G. Girot, art (...)

36On aurait tort cependant d’en induire que la fausse chronique est la source immédiate de Fernán González47. G. Cirot48 a, en effet, remarqué que la liste comptait douze personnages, plus « Carlos ». Or le poème, ailleurs, fait une allusion aux Doce Pares (c. 141). Il est de bonne critique, semble-t-il, de regarder nos douze héros comme les douze membres de la fameuse phalange, même si la liste de Fernán González ne se retrouve pas ailleurs49.

  • 50 Il se contente d’un vague cum maioribus pugnatoribus (p. 181).
  • 51 Voir ci-dessus.

37Mais le pseudo-Turpin ignore l’institution des douze pairs, ou du moins il n’en parle pas50. Dans ces conditions, il est vraisemblable que le Fernán González procède, non pas de la chronique latine elle-même, mais d’un de ses dérivés, d’une de ses traductions qui, comme nous l’avons vu, ont l’habitude d’introduire les douze pairs dans le récit51.

  • 52 Voir B. Sánchez Alonso, Historia de la Hisloriografía española, t. I, pp. 230 ss., 268 ss., 273 ss (...)
  • 53 Éd. du passage par M. Abizanda y Gaudencio Amando Melon, Carlo Magno en España según la Crónica de (...)
  • 54 Dans son oraison Roland fait, comme dans le Codex (p. 197), une allusion au pardon obtenu par les (...)

38Quoi qu’il en soit, l’allusion du Poema de Fernán Gonzalez est une preuve du succès qu’a obtenu la relation de Turpin au xiiie siècle dans les milieux lettrés espagnols. Au xive siècle, ce succès ne se dément pas. Le célèbre seigneur aragonais D. Juan Fernández de Heredia (1310 ?-1396)52 s’inspire uniquement de notre texte apocryphe pour rédiger le passage qu’il consacre à Charlemagne dans sa Crónica de Conquiridores53, en suivant la version du récit qui se trouve dans le Codex Calixtinus54.

  • 55 Rappelons la traduction du Fierabras en prose par Nicolas de Piamonte intitulée Historia de Carlos (...)

39D’autres exemples pourraient être allégués55. Ils ne sont pas nécessaires. La chronique du faux Turpin a joui en Espagne d’un grand prestige soit dans le texte latin soit par l’intermédiaire de traductions.

7. De Roland et de Turpin à Bernardo del Carpio

40Turpin, Cantar de Roldán à la française, survivance au long des siècles de la tradition qui en est née, contact constamment maintenu de celle-ci avec l’évolution française correspondante, autant d’attestations de la renommée dont ont joui les récits de France dans le pays même qui, selon eux, avait dû courber la tête devant Charlemagne et ses Francs.

41Public des jongleurs de geste, lecteurs du pseudo-Turpin, tous se laissaient charmer par les belles fables étrangères et, pour les écouter, faisaient taire leur sentiment national.

42Mais il n’en fut pas ainsi chez tous les Espagnols. Les récits étrangers, propagés par toute l’Espagne, accueillis dans toute l’Espagne, en ont irrité plus d’un qui se refusait à goûter des mensonges aussi outrageants pour leur pays.

43D’où l’apparition au ciel de l’épopée d’une nouvelle étoile, purement espagnole, Bernardo del Carpio. Magnifique invention d’un patriotisme ardent et passionné !

Notes

1 B. Sánchez Alonso, Historia de la historiografía española, t. I, 1941, p. 125 date la chronique de 1147 au plus tôt. Il est impossible de descendre au delà de 1157.

2 Éditée dans l’España sagrada, t. XXI, pp. 307 ss. — Voir à son sujet, entre autres, B. Sánchez Alonso, Una traducción inedita de la Crónica de Alfonso VII, Revista de Filología española, t. XIII, 1926, pp. 357 ss. ; R. Menéndez Pidal, Sobre un tratado de paz entre Alfonso el Batallador y Alfonso VII, Boletín de la Real Academia de la Historia, t. CXI, 1942, pp. 115 ss.

3 B. Sânchez Alonso, Historia, t. I, pp. 126 ss.

4 Cité d’après R. Menéndez Pidal, Cantar de Mio Cid, t. I, p. 23 et 24.

5 Ce texte qui se trouve dans Florez, España sagrada, t. XXV, p. 405, vv. 215 ss., a été reproduit maintes fois, entre autres chez F. Wolf, Studien zur Geschichte der span. u. portug. Nationalliteratur, Berlin, Asher, 1859, p. 497, Damas Hinard, Poème du Cid, Paris, 1857, p. xv, Gaston Paris, Hist. poét. Charl., p. 491 ; Mila, De la Poesia, p. 143 ; Puymaigre, Les vieux Auteurs Castillans, Paris, nouv. éd., 1888, t. I, pp. 153 ss. ; etc... Nous citons d’après la copie conservée dans le ms. Bib. Nac. Madrid 51, f° 239 r°.

6 Les « socii cari », compagnons de Roldanus et Oliverus, qui restent parmi les morts, ressemblent comme des frères aux douze pairs (cfr R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca, p. 337).

7 Avec lui au moins les Français auraient remporté la victoire.

8 Il faut se garder de forcer la pensée du chroniqueur dans un sens ou dans l’autre. Roland et Olivier ne sont présentés ni avec « admiration », en modèles (L. Gautier, Épop. frç., 2e éd., t. III, p. 549 note), ni avec hostilité. L’intention du chroniqueur est de magnifier son personnage ; et à cette fin il l’imagine aux côtés de héros célèbres et le suppose encore plus vaillant qu’eux.

9 Je crois erronée l’interprétation que G. Paris, Hist. poét. Charl., p. 203, donne du vers 2 « sans accuser ceux-ci ». A cet instant le chroniqueur ne veut pas ménager les guerriers français, mais consolider son fateor : « je déclare en vérité, sans encourir de reproches ».

10 Déjà remarqué par G. Paris, Hist. poét. Charl., p. 203, et par d’autres (par ex. M. Menéndez Pelayo, Antología de poetas líricos castellanos, Santander, Aldus, 1944, t. VI, pp. 168 ss.

11 La Crónica Najerense (ou léonaise) (vers 1160), qui suit Eginhard mais localise la bataille « in Roscidis vallibus » (§ 13), a peut-être eu des échos lointains de cette œuvre (voir G. Cirot, Sur le « Fernán González », Bul. hisp., t. XXX, 1928, pp. 113 et 117) ; tout en procédant pour le nom du lieu où s’est déroulée la bataille d’une tradition savante ancienne (voir G. Cirot, Roscidae valles, Bull. hisp., t. XXVIII, 1926, pp. 375 ss.). Le pseudo-Turpin qui ignore l’expression Roscidae valles n’est pour rien dans la précision de la Crónica Najerense.

12 Gonzalo de Berceo dut naître à l’extrême fin du xiie siècle et vivait encore en 1246, en 1252 (mort de San Fernando), peut-être en 1264 (voir des documents sur Gonzalo de Berceo dans T. A. Sanchez, Coleccion de poesias castellanas anteriores al siglo xv, t. III, 1782, pp. xliv ss., cité d’après la réimpression de E. de Ochoa, Paris, Baudry, pp. 79 ss. ; N. Hergueta, Documentos referentes a Gonzalo de Berceo, Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 3e ép., t. X, 1904, pp. 178 ss. ; M. Menéndez Pelayo, Antología, t. I, pp. 165 ss.

13 Éd. F. Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv, Madrid, Rivadeneyra, 1864, p. 77 (Biblioteca de Autores españoles, t. 57). Passage cité très souvent : Wolf, Studien, p. 497 ; Mila, De la Poesia, p. 144 ; Gautier, Ép. frç., t. III, p. 549 note ; etc. Le passage ne se trouve pas dans les Cuatro poemas de Berceo éd. par C. Carroll Marden, Madrid, Hernando, 1928.

14 Gonzalo nous dit en effet, parlant de lui-même : Gonzalvo fue so nomme qui fizo est tractado, / En Sant Millan de suso fue de ninnez criado, / Natural de Berçeo, ond Sant Millan fue nado (Vida de San Millán, copia 489). Cerca es de Cogolla de parte de Orient / Dos leguas sobre Nagera al pie de Sant Lorent / El barrio de Berçeo, Madriz la iaz present (id., copia 3). Berceo et San Millán se trouvent dans le diocèse de Calahorra.

15 L’allusion aux douze pairs morts à Roncevaux qui se trouve dans les Anales toledanos primeros d’origine castillane (dont la rédaction est fixée aux environs de 1219) vient peut-être de cette tradition (voir le texte reproduit dans W. Entwistle, The Cantar de gesta de Bernardo del Carpio, Mod. Lang. Review, t. XXIII, 1928, p. 313, n. 1, cité d’après A. Huici Miranda, Las Crónicas latinas de la Reconquista, Valencia, 1913, t. I, p. 340).

16 Date admise par R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca, p. 159, n. 3, à la suite de Mila, De los Trovadores, p. 269. P. Meyer, dans son introduction à Daurel et Béton, pp. 1, note 1 et XXIX, rajeunit l’œuvre jusqu’en 1200.

17 Éd. Bartsch, Denkmäler, p. 89, vv. 13 ss. ; A. Mussafia, Del codice estense di rime provenzali, Sitzungsberichte der Kais. Akad., d. Wissensch., Phil.-Hist. Klasse, t. IV, 1867, pp. 424 ss. ; Monaci, Testi antichi provenzali, col. 32 ; V. de Bartholomaeis, Insegnamenti pe’ giullari di Giraut de Cabreira..., Roma, 1905, (Testi romanzi per uso delle scuole, fasc. 16).

18 Même éd., p. 90, vv. 23 ss.

19 Non plus d’ailleurs que Bertran de Paris en Rouergue (éd. Bartsch, Denkmäler, pp. 85 ss.) ou Guiraut de Calanson (même éd., pp. 94 ss.), les autres auteurs d’« ensenhamens » jongleresques. Bertran de Paris a été réédité plus récemment par Bartholomaeis, op. cit., p. 12, Guiraut de Calanson par W. Keller, Das Sirventes Fadet Joglar des Guiraut von Calanso, Versuch eines kritischen Textes, mit Einleitung, Anmerkungen, Glossar und Indices, Zürcher Diss. Erlangen, 1905.

20 Il serait étonnant que ces récits anciens que déforme le pseudo-Turpin, récits antérieurs à 1150, aient mis en scène des héros tardifs comme Estout et Salomon.

21 Souvent méconnue. Voir M. Milá, De los trovadores, p. 268 : « La poesia de Cabrera debió ser considerada como un índice muy autorizado de los conocimientos necesarios al juglar. »

22 Milá, De los Trovadores, p. 270, n. 6 croit à tort, me semble-t-il, que les vv. Pero noi ha meillor chanson... font allusion à une chanson autre que notre Roland. Guiraut feint de détacher le personnage de Roland de la Chanson de Roland pour mieux dérouter Cabra.

23 D’après Guiraut, Ganelon s’entend aussi bien avec l’amiral qu’avec Marsile. Or ceci est un trait du pseudo-Turpin, dont le docte récit doit être toutefois écarté comme source principale en raison des dotze conpaignon inconnus de la chronique latine.

24 Dans le Roland rimé, Estout apparaît en effet au cours de la bataille proprement dite et non, comme Gondelbuef et Salomon, dans les développements de la fin du récit.

25 Mention de l’amirat dans la première allusion ; réunion de Gondelbuef, Ogier et Olivier d’une part, enterrés tous trois à Belin selon la chronique (p. 215), de Salomon et d’Estout d’autre part, enterrés tous deux à Arles selon la chronique (p. 217).

26 Sur les allusions de Guiraut, voir Mila, De los Trovadores, pp. 26g ss. ; A. Birch-Hirschfeld, Über die den provenzalischen Troubadours des XII. und XIII. Jahrhunderts bekannten epischen Stoffe, Leipzig, 1878, passim (sur Roland et Olivier, pp. 57 ss.), c. r. de Bartsch, Zs. f. rom. Phil., t. II, 1878, p. 319 ; de G. Paris et p. Meyer, Romania, t. VII, 1878, pp. 448, 455 ; H. Patzig, Zu Guiraut de Cabreira, Rom. Forsch., t. VI, pp. 549 ss.

27 Éd. Martin de Riquer, Obras completas del trovador Cerveri de Girona, Barcelona, 1947.

28 Voir la Crónica del rey en Pere e dels seus antecessors passats de Bernat Desclot (fin du xiiie s.) : « e atressi aquel rey mateix [Caries Maynes] conqueri quaix tota Spanya de Sarahins, enemichs de la fe e de la sgleya » (éd. J. Coroleu, Barcelona, « La Renaixensa », 1885, p. 261) ; « Mas lo rey [en Pere], ab aquests richs homens, e ab los altres qui eren ab ell romasos, ho menaren tan be que anch Rotla no’s mena mills en fet d’armes » (cité par M. Coll i Alentorn, Notes per a l’estudi de la influencia de la Crónica de Bernat Desclot, Estudis Universitaris Catalans, t. XII, 1927, p. 53) ; voir aussi dans la Crónica de Ramon Muntaner (commencée en 1325) les mentions répétées de Caries Magnes (CXXV, 247), d’Oliver (LI, 96), de Rotlan, Rotla, Rogla (LI, 96 ; CXXV, 247 ; CXXXIV, 268 ; CCXLVII, 468. (Voir J. M. de Casacuberta, Index dels noms propis de la Crónica d’ En Ramon Muntaner segons el text de l’edició per N’ Antoni de Bofarull, Estudis Universitaris Catalans, t. VIII, 1914, pp. 103 ss.) ; voir aussi Francesch, Llibre apellat de les nobleses e proeses de les reys e de les nobles barons e en especial par le dels jets de Caries Maynes rey de France hi emperador de Roma e de Alemanya e de altres singulares fets (ms. de la Biblioteca de la Excelentísima Diputación de Barcelona, n° 487, voir f° CCXXXVI v° pour une allusion. Francesch suit en général le pseudo-Turpin fos LXXIII v° ss.). — Voir aussi A. Pages, La poésie française en Catalogne du xiiie siècle à la fin du xve, Paris, Didier ; Toulouse, Privat, 1936, Bibliothèque méridionale, 1re série, t. XXIII.

29 Voir J. Horrent, Un écho de la Chanson de Roland au Portugal : La geste de médisance de D. Afonso Lopes de Baiam, Revue des Langues vivantes (Bruxelles), t. XIV, 1948, pp. 133 ss., 193 ss.

30 Th. Heinermann, Untersuchungen, pp. 13 ss..

31 Th. Heinermann, Untersuchungen, p. 13.

32 Répétées plus tard (voir entre autres, la Cuarta Crónica General, p. 272 : « E agora sabed aqui los que esta estoria oyerdes, que magüer que los juglares mentan en sus cantares de gesta que Carlos conquirió en Espagna muchas villas e castillos, e que ovo y muchas batallas con moros, e que desembargó el camino francés desde Francia fasta Santiago... » (La Estoria de los Godos, traduction de l’œuvre du Toledano, p. 72 de l’éd. Paz y Melia, pour la Colección de documentes inéditos para la Historia de España, t. 88, Madrid, M. Ginesta, 1887 ; etc).

33 Sous une forme espagnole sans doute.

34 Plusieurs explications ont été proposées. Menéndez Pelayo, Orígenes de la Novela, t. I, p. 279, croit à une rédaction primitive galicienne (cf. Antología, t. I, p. 318). C’est également l’opinion de G. Baist, Grundriss, t. II, part. 2, p. 422 ; de Cornu (voir Grundriss, t. II, part. 2, p. 204 et n. 5). Pour Menéndez Pidal, Poesía juglaresca, p. 383, l’auteur était un « gallego poco conocedor del « lenguaje castellano », en que pretendía escribir » tandis que, pour C. Michaelis, Romances velhos em Portugal, Cultura española, t. XV, 1909, pp. 728 ss. et Yo. Ten Cate, Poema de Alfonso XI, Amsterdam, Swert, p. xiii, ce serait un « Portugais dénaturalisé », sujet du prince espagnol. Sous la variété des hypothèses, un fait reste : le récit est de l’ouest de la péninsule.

35 Nous négligerons aussi les discussions sur la personnalité de Rodrigo Yannes nommé à la copia 1841. Auteur ? Copiste ? Les deux opinions ont été avancées, la première par Menéndez Pelayo, loc. cit., Menéndez Pidal, loc. cit., la seconde envisagée par C. Michaelis, Grundriss, t. II, part. II, p. 204, n. 4 comme possible et timidement défendue par Yo Ten Cate, op. cit., p. xvi (qui verrait même en lui le transcripteur d’une partie du poème seulement).

36 éd. Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv, p. 529.

37 Voir éd. Foerster, p. vii et ci-dessus.

38 éd. A. Zamora Vicente, Poema de Fernán González, p. 150.

39 Voir le Libro de Bienandanças e Fortunas de Lope Garcia de Salazar examiné ci-dessous.

40 Ni Turpin ni les gestes de Galien, des Saisnes, des Enfances. Ogier, de Maugis d’Aigremont, de Gaufrey, de Huon de Bordeaux, de Gaidon, de Doon de Mayence qui mettent largement en scène le personnage, ne lui donnent le titre de porte-enseigne.

41 Substitution de Tierry d’Ardenne à Thierry d’Anjou et de Thierry au gonfalonnier Geoffroi d’Anjou dans certaines versions (Ch l.320 et 287 ; V 7 l.313 et 280) : de confusion en confusion l’enseigne peut avoir passé de Geoffroi d’Anjou à Thierry d’Anjou et de Thierry d’Anjou à Thierry d’Ardenne, plus renommé.

42 Voir C. Meredith Jones, éd., pp. 9, 12.

43 Publiée par le P. F. Fita, Boletín de la Real Academia de la Historia, t. IV 1885, pp. 253 ss.

44 Nous en avons copié une, de date tardive : le « Codex S. Jacobi de expedimento et conversione Yspania et Gallecia editus a beato Turpino archiepiscopo » conservé à la Biblioteca nacional de Lisboa sous la cote 919 F. G. Ce manuscrit se compose de deux parties, la première consacrée au texte latin, la seconde à sa traduction espagnole. Celle-ci commence par cette rubrique : « 2a parte Empieça el quaderno de Santiago Apostol acerca de la disposicion y conuersion de España y Galicia, sacado a luz par el bienauenturado Arçobispo Turpino ».

45 Si l’on tient compte de tous ses remaniements.

46 Milá, De la Poesia, p. 328, n. 10 ; C. Marden, Poema de Fernán González, Baltimore, The Johns Hopkins Un. Press, 1904, c. 352 ; G. CirotSur le Fernán González », Bal. hisp., t. XXX, 1928, p. 115 ; R. Menéndez Pidal, c. r. de l’éd. Marden, Archiv. f. das Studium d. neueren Sp. Lit., CXIV, 1905, pp. 243 ss. ; a. Zamora Vicente, éd. cit., p. 107, note s. v. 352 d.

47 Comme ont conclu F. Wolf, Studien, p. 168 ; Milâ, De la Poesia, p. 329 Puymaigre, Vieux Auteurs Castillans, t. II, p. 160 ; Menéndez Pelayo, Orígenes de la Novela, t. I, p. 207 ; Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 142, 160 ; A. Zamora Vicente, éd., p. xvi.

48 art. cit., pp. 115 ss..

49 On sait combien varie la composition de la sainte cohorte d’un texte à l’autre (voir G. Girot, art. cit., p. 116).

50 Il se contente d’un vague cum maioribus pugnatoribus (p. 181).

51 Voir ci-dessus.

52 Voir B. Sánchez Alonso, Historia de la Hisloriografía española, t. I, pp. 230 ss., 268 ss., 273 ss..

53 Éd. du passage par M. Abizanda y Gaudencio Amando Melon, Carlo Magno en España según la Crónica de Conquiridores de D. Juan Fernández de Heredia, Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, t. XXXI, 1914, pp. 400 ss. (p. 420 pour « Roncevaux »).

54 Dans son oraison Roland fait, comme dans le Codex (p. 197), une allusion au pardon obtenu par les habitants de Ninive, par Marie-Madeleine et par saint Pierre (p. 426), inconnue des mss de la version abrégée.

55 Rappelons la traduction du Fierabras en prose par Nicolas de Piamonte intitulée Historia de Carlos Magno y de los doce pares de Francia (avant 1525) où le récit de Roncevaux est repris au Turpin.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search