Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Seconde partie. L'évolution de la Chanson de Roland en Espagne dans ses rapports avec révolution française

Chapitre I. Les débuts de la Chanson de Roland dans la péninsule ibérique

Texte intégral

1. Esquisse historique des rapports entre la France et la Péninsule ibérique

1Il n’y a pas de Pyrénées. Depuis les temps les plus reculés, le puissant rempart qui sépare l’Ibérie de l’Europe a été traversé par les peuples les plus variés et les influences les plus diverses. Les Pyrénées n’ont pas isolé l’Ibérie du reste du monde : les voies romaines les franchissaient par des ports accessibles et répandaient dans la péninsule les légions guerrières ou les foules pacifiques. Au cours des siècles, par les rares cols pyrénéens, l’Ibérie resta attachée au pays européen le plus voisin, la Gaule, la France. Même à l’époque où l’Afrique annexa la péninsule, le contact ne fut jamais rompu. Toujours les passes pyrénéennes furent foulées par les gens du Nord.

  • 1 Eginhard, Vita Karoli, éd. L. Halphen, Paris, 2e éd. 1938, § 9.

2L’Espagne presque entière est aux mains des Arabes. Charlemagne profite d’une occasion pour renouer une vieille tradition : franchir les Pyrénées et s’avancer au-delà. « Cum enim adsiduo ac pene continuo cum Saxonibus bello certaretur, dispositis per congrua confiniorum loca praesidiis, Hispaniam quam maximo poterat belli apparatu adgreditur ; saltuque Pyrinei superato, omnibus quae adierat oppidis atque castellis in deditionem acceptis1. » Mais il ne réussit pas, contrairement à ce que pourraient faire croire les imprécisions calculées d’Eginhard, à pénétrer réellement en Espagne : Pampelune fut rasée, Huesca et Gerone tombèrent, mais Saragosse resta invaincue. Peu importe d’ailleurs, peu importe aussi que les minces conquêtes carolingiennes aient été fugitives : Charlemagne avait de nouveau attiré l’attention sur le chemin de l’Espagne. A l’avenir, on n’allait pas manquer de suivre son exemple.

3A la fin du viiie siècle, le futur Louis le Pieux, alors roi d’Aquitaine, occupe Vich, Lérida, Barcelone, Tortose et fonde la marche carolingienne d’Espagne. Le contact entre la France et l’Espagne devient plus étroit.

  • 2 Voir à ce sujet L. Duchesne, Saint Jacques en Galice, Annales du Midi, t. XII, 1900, pp. 145 ss. ; (...)

4Peu après 800 se produisit un événement capital qui allait à la fois fortifier, diversifier et intensifier les relations franco-espagnoles, jusque là militaires et souvent hostiles : la découverte du pseudo-tombeau de saint Jacques le Majeur en Galice2. Le sanctuaire édifié en son honneur à Saint-Jacques de Compostelle, lieu de prédilection des pèlerins d’Outre-Pyrénées, allait devenir rapidement le terme d’une voie de pèlerinage qui, traversant toute l’Espagne chrétienne, se faufilant à travers les Pyrénées et parcourant toute la France, devait être comme un vivant trait d’union entre les deux nations. Cette voie espagnole, appelée le camino francés, allait être foulée au cours des siècles par des multitudes de Français, d’Italiens, d’Occidentaux, tant soldats et chevaliers que pèlerins, clercs, moines ou jongleurs. Dès la fin du xe siècle, la route connaît une intense animation.

  • 3 Qu’il ne faut pas exagérer cependant.
  • 4 Sur les « rapports étroits et continus entre les habitants des deux versants pyrénéens », voir ent (...)

5Lent courant pacifique des colons, des croyants de saint Jacques, troupes ardentes des croisés, le fleuve français se répand en Espagne et la fertilise. Il ne peut être question pour nous de retracer les relations historiques entre la Péninsule et la France. Rappelons simplement les peuplements « francs » à Logroño, Burgos, Sahagún, Salamanque ; l’aide incessante de la chevalerie française à la Reconquista3, dès la fin du ixe jusqu’au xiiie siècle ; la diffusion des réformes clunisiennes dans la péninsule ; les alliances familiales entre princes chrétiens d’Espagne et seigneurs français tant du Nord que du Midi ; le rayonnement de l’art littéraire français dans l’ancienne Ibérie à la suite des voyages innombrables des jongleurs4.

2. L’Espagne et la Chanson de Roland

6Parmi les œuvres poétiques que la France a diffusées dans la péninsule, il en est une qui a particulièrement retenu l’attention des Espagnols : la Chanson de Roland. Qui ne le comprendrait ? Ce poème, n’est-ce pas réellement un morceau d’Espagne ? Ses origines ne sont-elles pas une « bataille espagnole » ? Le climat moral du poète ne s’apparente-t-il pas à celui des croisades d’Espagne ? Sa localisation romanesque, n’est-ce pas l’Espagne ? Sa fiction, n’est-ce pas une lutte en Espagne — et même contre l’Espagne ? Peu d’œuvres étrangères recèlent en elles, à un degré aussi puissant, de quoi passionner l’Espagne et l’Ibérie tout entières. Peu d’œuvres ont réussi à les passionner autant.

3. Ce que peut nous apprendre le nom espagnol du héros Roldán

7De quand date cet intérêt ou, renversons la question, quand la chanson française a-t-elle été connue pour la première fois en Espagne ? Problème obscur et difficile, dont la solution dépend uniquement de l’interprétation à donner au nom du héros principal, Roldán.

  • 5 Cette dernière forme est, entre autres, celle du pseudo-Turpin.
  • 6 Menéndez Pidal, Manual de Gramática histórica española, Madrid, Espasa Calpe, 7e éd. 1944, p. 81, (...)

8Roldán ne vient pas du latin. Le germanique Hruodland a été latinisé en Rodlandus ou Rotolandus5. La forme espagnole dérivée de ces bases devrait se terminer en -ando (cfr lat. cantando esp. cantando). Aurions-nous ici, comme dans Fernán abrégé de Fernando6, une apocope Roldán pour *Roldando ? Il est inutile d’y songer. La forme *Roldando est inconnue, et sans doute inexistante. L’apocope ne se produit que dans des noms qui précèdent habituellement le nom de famille : ainsi Fernán González, Ruy Díaz de Bivar (pour Rodrigo D.), Bernald del Carpio (pour Bernardo), Dia Sanchez (pour Diago S.), « pero sin apellido era siempre Diago, Bernaldo, etc. » Or le nom de « Roland » est toujours employé seul.

  • 7 Après Roldán, on y trouve Orlando d’origine italienne et Rolando d’origine française.

9L’étymon latin écarté, Roldán pourrait sortir tout bonnement du Hruodland germanique, sans que la phonétique historique puisse y trouver à redire. Mais, outre qu’il n’est guère vraisemblable de dériver une forme espagnole directement du germanique sans avoir recours à un intermédiaire latinisé, il ne paraît pas que l’Espagne ait connu une tradition indigène pour ce mot d’origine plutôt francique que wisigothique et toujours senti dans la péninsule comme étranger7.

10Le mot Roldán n’est donc pas autochtone. Sa finale -án atteste qu’il provient d’un étymon en -an (cfr in > en) ou en -ant (cfr sunt > son). Nos regards sont ainsi orientés par-dessus les Pyrénées, vers la France du Nord et du Midi.

  • 8 Je sais que M. Grammont, La dissimilation consonantique..., Dijon, 1895, pp. 136 ss., affirme qu’i (...)

11L’interprétation du groupe intérieur -ld- est la clef du problème. Abstraction faite des -ld- espagnols issus des bases -ld- ou-l’d-, procès impossible ici, les mots avec ce complexe consonantique se répartissent étymologiquement en deux catégories : le -ld- dû à la métathèse d’un -tl- ou -t’l- originel ; le -ld- dû à l’apparition d’un d après un l simple ou double8.

  • 9 W. Meyer-Lübke, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter, 3e éd. 1935, n° 7179. — (...)
  • 10 A propos de regoldar et de regüeldo, rappelons la joyeuse scène de la deuxième partie du Quijote q (...)
  • 11 Menéndez Pidal, Manual, p. 196.
  • 12 Assimilation du h au g (rehuelgo : *reguelgo), suivie d’une dissimilation du second g par rapport (...)
  • 13 Diccionario de la Academia española. Edición abreviada par D. Vicente Gonzalez Arnao, de la última (...)

12L’« épenthèse » apparaît dans un nombre limité de vocables : celda « cellule » (lat. cella), pildora, « pillule », (lat. pillula), rebelde « rebelle » (lat. rebelle), bulda, « bulle » (lat. bulla), regoldar « éructer » (lat. regulare)9, regüeldo « éructation, rot » ; regoldo « châtaignier sauvage », humilde « humble » (lat. humile). A la plupart de ces mots, la sémantique confère un caractère savant ou semi-savant. La phonétique le confirme : à côté de celda existe cilla « grenier » avec un i régulier pour e ouvert + ll ; le i de humilde est latinisant et prend la place d’un ; au contraire, le e tonique de rebelde est savant et se trouve pour un i. Restent regoldar, regüeldo, regoldo, dont le sens ne nous conduit guère dans le monde des savants10. Ils ne font nulle difficulté cependant : si regoldar provient de regulare, phonétiquement il devrait perdre son 0 protonique interne ; d’autre part, regüeldo est une réfection d’un ancien rehuelgo11, sans doute sous l’influence de regoldar, appuyée par une action phonétique combinée d’assimilation et de dissimilation12 ; quant au nom du châtaignier sauvage, l’ancienne définition du Diccionario de la Academia l’explique suffisamment : « El castaño silvestre o no injerto, y su fruto por ser muy flatuento »13.

  • 14 On a expliqué partiellement cette épenthèse. Dans humilde, c’est sous l’influence de humildad (hum (...)

13Les mots marqués de l’« épenthèse » d’un d appartiennent donc par leur origine au monde « culto »14. Pas un qui, comme Roldán, soit emprunté à l’étranger et établisse l’existence du phénomène épenthétique après le viiie siècle.

  • 15 V. Garcîa de Diego, Contribución, p. 139, n° 489.
  • 16 V. Garcîa de Diego, Contribución, pp. 178 ss., n° 650.
  • 17 V. Garcîa de Diego, Contribución, p. 178, n° 650.
  • 18 Meyer-Lübke, R. E. W., n° 5789.

14Les mots caractérisés par la métathèse du dl, tl en ld sont beaucoup plus nombreux. Dès le latin ils apparaissent en masse : rolde « cercle de personnes » (lat. rotulu) avec son dérivé roldana « poulie », espalda (lat. spatula), cabildo, (lat. capitulu), tilde (lat. titulu), esseldo (lat. assethulu), l’arag. ralda (lat. radula)15, velda (lat. *vittula)16, santand. roldar (lat. rotulare)17, molde (lat. modulu), arag. remoldar (lat. re-mutilare)18.

  • 19 Voir R. Dozy, M. Engelmann, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’arabe, Leyde, 1 (...)
  • 20 Voir G. Baist, Die spanische Sprache dans le Gröbers Grundriss, t. I, p. 706 ; Meyer-Lübke, R. E. (...)
  • 21 Voir maints exemples dans le Cantar de Mio Cid (xiie s.) éd. R. Menéndez Pidal, t. I, 1re éd. 1908 (...)

15Le phénomène métathétique a continué à se produire au cours de l’évolution de l’espagnol. Il est attesté après le viiie siècle dans le mot balda, balde d’origine arabe (arabe batil)19 et dans arrelda (de l’arabe aritl)20 et s’est manifesté au cours de tout le moyen âge, comme le prouvent les formes fréquentes du type besalde pour besadle21, qui se maintiennent jusqu’à l’époque classique. Depuis les plus lointaines origines de l’espagnol jusqu’au « siglo de oro », a existé une tendance métathétique continue qui s’est affirmée, non seulement dans des mots demi-savants comme cabildo, tilde et autres, mais aussi dans des emprunts, et plus populairement encore dans des formes verbales déterminées. Comme balda, Roldán est un mot d’emprunt et, comme balda, il doit s’expliquer par la métathèse : Roldán est donc sorti de Rotlan ou Rodlan(t). Ainsi il s’inscrit dans la série « phonologique » : roldar < rotolare ; rolda < rotula ; rolde < rotulu.

  • 22 Nous en découvrons une preuve secondaire dans la graphie Rodlan de 1203 qui, maintenant le groupe (...)
  • 23 Histoire poétique de Charlemagne, p. 204.
  • 24 Celui-ci fait entrer en jeu celda, rebelde (De la Poesia heroico-popular castellana, Barcelona, Ve (...)

16Seule la forme Rotlan(t) ou Rodlan(t) convient pour rendre compte de Roldán22 et elle convient du triple point de vue phonétique, chronologique et phonologique. G. Paris23 avait donc raison d’alléguer la métathèse ; et la plupart des critiques postérieures furent mal inspirés d’écouter la réfutation de Milá y Fontanals24.

  • 25 Le ms. d’Oxford, le plus archaïque et le plus ancien, orthographie continûment Rollant, qui phonét (...)
  • 26 Nous la rencontrons entre autres dans la Gesta Karoli Magni ad Carcassonam et Narbonam (première m (...)

17Roldán procède-t-il du Rotlant (Rodlant) français ou du Rotlan provençal ? La question est de grande importance : la forme française Rotlant est assurément antérieure au xiie siècle25 ; la forme provençale Rotlan qui en dérive persiste au xiie et même au xiiie siècle26.

  • 27 Voir la Chronique en vers latins du siège d’Almería, examinée ci-dessous.

18Il est un fait acquis : Roldán est, en Espagne, antérieur au milieu du xiie siècle27. Les attestations provençales plus tardives tombent donc hors de jeu. Le problème consiste à choisir entre ces deux propositions : si Roldán est issu de la France d’oïl, il date d’avant le xiie siècle ; s’il provient de la France d’oc, il peut être antérieur à 1100, mais peut aussi appartenir à la période entre 1100 et 1150.

  • 28 Voir en plus des indices déjà cités, les allusions nombreuses des troubadours dans C. Chabaneau et (...)
  • 29 Voir M. Roques, Roland à Saragosse, 3e art., p. 361.

19Nous avons vu que la Chanson de Roland s’est répandue dans le midi de la France dès le xie siècle (voir ci-dessus). Le nom du héros principal a joui dans le Sud comme dans le Nord d’une grande renommée28. Si l’Occitanie ne livre aucun texte consacré spécialement à Roland avant le xive siècle, date de Ronsasvals et de Roland à Saragosse29, si elle a été moins féconde que la France proprement dite, elle n’en a pas moins connu très tôt l’aventure rolandienne et, dès le xiie siècle, elle doit l’avoir conçue avec une certaine originalité.

  • 30 Éd. la plus ancienne Bartsch, Denkmäler der provenzalischen Litteratur, Stuttgart, 1856, p. 89, vv (...)
  • 31 Voir Onomastique, p. 397. Voici le texte de « Consiros » d’après M. Mila y Fontanals, De los Trova (...)
  • 32 P. Meyer a signalé le fait dans ses Recherches sur l’épopée française, Paris, Franck, 1867, p. 29.
  • 33 Voir E. Langlois, Table des Noms propres, p. 498.
  • 34 Voir les index de l’Entrée de Spagne, éd. A. Thomas, Paris, Firmin-Didot, 1913, Glossaire (Société (...)

20A la fin du xiie siècle, Guiraut de Cabreira y fait dans son Cabra joglar des allusions détaillées30. Le troubadour catalan de la même époque Guilhem de Berguedan se souvient aussi du poème dans ses chansons « Amics Marques » et « Consiros », et dans cette dernière il appelle Olivier, Olivier de Laussana31. Or cette dénomination réapparaîtra dans Ronsasvals, Olivier es de Lauzana la gran (v. 846). Dans la Gesta Caroli Magni ad Carcassonam, le père d’Olivier, Renier est qualifié de la même façon32. Lausanne n’est pas inconnue dans la geste française ; mais je n’y ai jamais découvert un « Olivier de Lausanne ». Le fils de Renier est toujours dit « de Genes » ou « de Viane »33. Je ne sache pas non plus qu’un Olivier de Lausanne existe en Italie34 ou en Espagne ou ailleurs. Cette détermination spécifiquement occitane est un signe que, dès la seconde moitié du xiie siècle ou même dès le milieu du xiie siècle, l’Occitanie a paré la tradition rolandienne de certaines « variations » originales, a été créatrice de formes nouvelles suffisamment viables pour se maintenir jusqu’au xive siècle. Il est donc impossible d’invoquer contre une dérivation Roldán < Rotlan prov. la seule fécondité tardive des régions de la France méridionale. Celle-ci n’est qu’une apparence.

21Et, cet argument rejeté, je me vois bien empêché de choisir entre la France du Nord et celle du Midi comme point de départ de la tradition rolandienne d’Espagne.

22Il est possible que la source de celle-ci ait été française et antérieure à 1100 ; occitane : et antérieure ou postérieure à 1100 ; française occitanisée : et antérieure ou postérieure à 1100.

4. Le témoignage de l’Historia Silense

23Qu’à cela ne tienne. S’il est impossible de préciser l’origine de la tradition espagnole, n’avons-nous pas au moins la certitude qu’avant la deuxième décennie du xiie siècle, la Chanson de Roland était répandue en Espagne ? L’Historia Silense n’atteste-t-elle pas la connaissance de l’œuvre à cette époque ?

  • 35 Éd. F. Santos Coco, Historia Silense, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1921, pp. 16 ss. Centro de (...)
  • 36 Voir J. Horrent, Chroniques espagnoles et Chansons de Geste, « Le Moyen Age », t. LIII, 1947, pp. (...)
  • 37 Qui a défendu la même année une opinion semblable à la nôtre dans La Chanson de Roland, Problemi e (...)

24Pour ma part, je n’en crois rien. Dans sa virulente invective contre l’attitude française en Espagne à l’époque de Charlemagne35, le moine de Silos ne s’en prend ni aux « histriones » ni aux « joculatores », auteurs et propagateurs des « fabulae » que sont les chansons de geste, comme le fera plus tard l’archevêque de Tolède, D. Rodrigo Jiménez de Rada (voir ci-dessous). Le Silense vise des textes autrement graves : la Vita Karoli d’Eginhard, les Annales Regii. Il s’emporte contre les mensonges et les réticences de l’historiographie carolingienne, il vitupère l’opinion fausse qu’elle a accréditée36. M. Guerrieri Crocetti37 attribue cette opinion « a quei baroni francesi, i quali recatisi nella penisola iberica per partecipare alle crociate di Spagna avevano ormai accreditata e diffusa la loro convinzione che Carlomagno era stato il santo precursore della grande gesta ch’essi si proponevano di compiere al servizio della fede. »

25Le moine de Silos étant un faux témoin, le seul fait positif qui nous reste est la Chronica Adefonsi Imperatoris des environs de 1150. Avant elle, pas de témoignage sérieux de l’existence d’une tradition rolandienne en Espagne. Mais celle-ci existe cependant : la forme Roldán le prouve et l’utilisation qu’en fait le poète de la Chronica Adephonsi Imperatoris permet de supposer que, vers 1150, la tradition s’était imposée en Espagne depuis quelques temps déjà.

Notes

1 Eginhard, Vita Karoli, éd. L. Halphen, Paris, 2e éd. 1938, § 9.

2 Voir à ce sujet L. Duchesne, Saint Jacques en Galice, Annales du Midi, t. XII, 1900, pp. 145 ss. ; M. Defourneaux, Les Français en Espagne, pp. 59 ss. ; etc.

3 Qu’il ne faut pas exagérer cependant.

4 Sur les « rapports étroits et continus entre les habitants des deux versants pyrénéens », voir entre autres W. D. Elcock, De quelques affinités phonétiques entre l’aragonais et le béarnais, Paris, Droz, 1938, pp. 12 ss. — Sur les rapports de la France et de l’Espagne aux xie et xiie siècles, voir l’ouvrage cité de M. Defourneaux, Les Français en Espagne aux xie et xiie siècles.

5 Cette dernière forme est, entre autres, celle du pseudo-Turpin.

6 Menéndez Pidal, Manual de Gramática histórica española, Madrid, Espasa Calpe, 7e éd. 1944, p. 81, § 29.

7 Après Roldán, on y trouve Orlando d’origine italienne et Rolando d’origine française.

8 Je sais que M. Grammont, La dissimilation consonantique..., Dijon, 1895, pp. 136 ss., affirme qu’il n’y a pas de métathèse. Interprétant à faux la pensée de G. Baist, Grundriss der rom. Philologie, t. I, p. 706, il suppose que le dl est devenu ll par assimilation, puis ld comme dans pildora (pillula) par simple transformation du second l, due à un déplacement anticipé des organes. Explication pour le moins compliquée et qui se heurte à diverses objections, dont voici la plus grave. Selon M. Gr, amad + lo deviendrait amallo avant de donner amaldo. Au stade amallo il ne pourrait pas ne pas se rencontrer avec amallo issu de amar + lo. Si amadlo comme amarlo aboutissent à un moment donné tous deux à amallo, comment par la suite se distingueraient-ils de nouveau ? Comment amallo issu de amadlo pourrait-il devenir, comme il en a été, amaldo, et amallo issu de amarlo, comment pourrait-il rester amallo ? La meilleure solution consiste à séparer nettement ces deux évolutions et à rejeter, avec le dangereux amallo issu de amadlo, l’hypothèse hasardeuse du phonéticien français, pour accepter l’explication moins recherchée par la métathèse. (Cfr R. Menéndez Pidal, Manual, p. 184). — D’autre part, la démonstration de M. Gr., p. 137, qui rend compte du ll > ld, si elle met en lumière l’absence de toute dissimilation, est incapable d’expliquer l’évolution humile > humilde et, trop théorique, elle fait abstraction de la réalité sociale du phénomène.

9 W. Meyer-Lübke, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter, 3e éd. 1935, n° 7179. — Fr. Diez, Etymologisches Wörterbuch der romanischen Sprachen, Bonn, 4e éd. 1878, 482, supposait un « régulaitare », ce qui range regoldar dans la catégorie -lt- ou -ld- devenant-ld-.

10 A propos de regoldar et de regüeldo, rappelons la joyeuse scène de la deuxième partie du Quijote qui met en relief la valeur populaire des deux mots.

11 Menéndez Pidal, Manual, p. 196.

12 Assimilation du h au g (rehuelgo : *reguelgo), suivie d’une dissimilation du second g par rapport au premier, associée à la substitution bien connue en esp. et même en latin hispanique (Menéndez Pidal, Manual, pp. 196 ss.) d’un d au g dissimilé (*regüeldo). Sur l’assimilation et la dissimilation, voir les réflexions très profondes d’Amado Alonso, Asimilación Disimilación. Biblioteca de Dialectología hispanoamericana, t. I, 1930, pp. 395 ss.

13 Diccionario de la Academia española. Edición abreviada par D. Vicente Gonzalez Arnao, de la última hecha en Madrid en 1822, Paris, t. II, 1826, s. v. — Dans sa 17e éd., le Diccionario donne une définition moins pittoresque : « castaño borde o silvestre » (1947, p. 1084, s. v.).

14 On a expliqué partiellement cette épenthèse. Dans humilde, c’est sous l’influence de humildad (humilitate), humildoso (Diez, Et. Wört., 460 ; Meyer Lübke, R. E. W., n° 4235). Dans rebelde, c’est d’après humilde dont il est le contraire sémantique. (V. Garcia de Diego, Contribución al Diccionario Hispánico Etimológico, Madrid, 1943, p. 140, n° 492).

15 V. Garcîa de Diego, Contribución, p. 139, n° 489.

16 V. Garcîa de Diego, Contribución, pp. 178 ss., n° 650.

17 V. Garcîa de Diego, Contribución, p. 178, n° 650.

18 Meyer-Lübke, R. E. W., n° 5789.

19 Voir R. Dozy, M. Engelmann, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’arabe, Leyde, 1861, p. 234 ; L. Eguilaz y Yanguas, Glosario etimológico de las palabras españolas de origen oriental, Madrid, 1886, p. 355 ; G. Körting, Lateinisch-Romanisches Wörterbuch, Paderborn, 3e éd. 1907, n° 1270 ; K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der Europaïschen Wörter Orientalisches Ursprungs, Heidelberg, 1927, n° 271 ; W. Meyer-Lübke, R. E. W., n° 991 ; E. K. Neuvonen, Los Arabismos del español en el siglo xiii, Helsinki, 1941, p. 167.

20 Voir G. Baist, Die spanische Sprache dans le Gröbers Grundriss, t. I, p. 706 ; Meyer-Lübke, R. E. W., n° 7089 considère arrelda comme une modernisation de arrate, ce qui ne s’accorde ni avec l’étymon arabe ni avec les formes apparentées portugaise arretel et sicilienne rotula, qui assurent bien la présence d’un l. E. K. Neuvonen, op. cit., p. 56 adopte également l’étymologie arabe et cite en note le terme relda du Fuero de Léon qui correspond à l’arabe ritla (n. 6).

21 Voir maints exemples dans le Cantar de Mio Cid (xiie s.) éd. R. Menéndez Pidal, t. I, 1re éd. 1908, rééd. 1944, p. 203 et dans R. J. Cuervo, Los casos enclíticos y proclíticos del pronombre de tercera persona en castellano, Romania, t. XXIV, 1895, pp. 201 ss.

22 Nous en découvrons une preuve secondaire dans la graphie Rodlan de 1203 qui, maintenant le groupe consonantique primitif, atteste formellement son existence. Voir pour la graphie M. García Blanco, Sobre los nombres épicos, Rev. Filología española, t. XXI, 1934, pp. 279 ss.

23 Histoire poétique de Charlemagne, p. 204.

24 Celui-ci fait entrer en jeu celda, rebelde (De la Poesia heroico-popular castellana, Barcelona, Verdaguer 1874, p. 144, n. 1). En réalité, les critiques postérieurs ne prennent parti ni pour l’un ni pour l’autre ; mais leur silence est un aveu implicite d’adhésion à la thèse de Milá.

25 Le ms. d’Oxford, le plus archaïque et le plus ancien, orthographie continûment Rollant, qui phonétiquement constitue l’étape postérieure à Rotlant ; cfr V4. Les versions étrangères qui procèdent de versions concurrentes d’Oxford ne connaissent que la forme assimilée : Konrad Ruolant, le Roelantslied Roland, le Carmen de Prodicione Guenonis Rollandus, la Chronique galloise Rolond, la Karlamagnussaga Rollant et Roland. Voir ci-dessus pour la date du passage du Rotlant français à Rollant.

26 Nous la rencontrons entre autres dans la Gesta Karoli Magni ad Carcassonam et Narbonam (première moitié du xiiie s.), voir l’éd. Schneegans, Rom. Bibl., t. XV, Glossaire s. v. Rotlan ; chez Gavaudan (fin du xiie s.-début du xiiie s.), voir l’éd. Jeanroy, Romania, t. 34, 1905, p. 504 ; chez Albertet (fin du xiie-début du xiiie s.), éd. C. Appel, Provenzalische Chrestomatie. p. 137 ; chez Bertran Carbonel (fin du xiie s.) éd. C. Appel, Provenz. Inedita, 1890, p. 79 ; chez Guiraut de Cabreira, éd. K. Bartsch, Denkmäler des provenzalischen Litteratur, 1856, p. 89.

27 Voir la Chronique en vers latins du siège d’Almería, examinée ci-dessous.

28 Voir en plus des indices déjà cités, les allusions nombreuses des troubadours dans C. Chabaneau et J. Anglade, Onomastique des Troubadours, Revue des langues romanes, 1915, s. v., et en plus la Gesta Karoli Magni ad Carcassonam citée il y a un instant, les chansons de geste de Daurel et Beton, éd. P. Meyer, Paris, Firmin-Didot, 1880, vv. 558, 130, 277, 2136, 2160, de Fierabras, éd. I. Bekker, Berlin, 1829, vv. 71, 129, 167, 187, 451, et surtout de Ronsasvals et de Roland à Saragosse.

29 Voir M. Roques, Roland à Saragosse, 3e art., p. 361.

30 Éd. la plus ancienne Bartsch, Denkmäler der provenzalischen Litteratur, Stuttgart, 1856, p. 89, vv. 13-36, p. 90, vv. 24-28 (Bibliothek des litterarischen Vereins in Stuttgart, t. XXXIX). Voir ci-dessous.

31 Voir Onomastique, p. 397. Voici le texte de « Consiros » d’après M. Mila y Fontanals, De los Trovadores en España, Barcelona, Verdaguer, 1861, au t. II des Obras completas, p. 307 : En paradis él loc meillor / Lai o’l bon rei de Fransa es / Prop de Rotlan sai que l’arm es / De vos marqués de Mataplana, / E mon joglar de Ripolés / E mon Sibata eissamens / Estan ab las domnas gensors / Sobre pali cobert de flors / Josta n’ Olivier de Laussana. — Sur Guilhem, voir F. Ugolini, Poesie di Guilhem de Berguedà, Arch. roman., t. XXIII, 1939. pp. 22 ss.

32 P. Meyer a signalé le fait dans ses Recherches sur l’épopée française, Paris, Franck, 1867, p. 29.

33 Voir E. Langlois, Table des Noms propres, p. 498.

34 Voir les index de l’Entrée de Spagne, éd. A. Thomas, Paris, Firmin-Didot, 1913, Glossaire (Société des Anciens Textes français), de la Spagna, du Morgante.. Et pourtant le nom de Lausanne y est connu dans l’« épopée ».

35 Éd. F. Santos Coco, Historia Silense, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1921, pp. 16 ss. Centro de estudios históricos.

36 Voir J. Horrent, Chroniques espagnoles et Chansons de Geste, « Le Moyen Age », t. LIII, 1947, pp. 281 ss.

37 Qui a défendu la même année une opinion semblable à la nôtre dans La Chanson de Roland, Problemi e discussioni, p. 16.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search