Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Première partie. Dénombrement critique des documents

Chapitre unique. La tradition Espagnole

Texte intégral

1. Généralités

  • 1 Histoire poétique de Charlemagne, p. 203 : « L’Espagne n’a pas eu d’épopée » (corrigé, pp. 531 ss. (...)
  • 2 Un peu trop absolu.
  • 3 C. Reig, El Cantar de Sancho Il y cerco de Zamora, Madrid, 1947, pp. 29 ss, (Anejo XXXVII à la Rev (...)

1La tradition espagnole est d’une insigne pauvreté à côté de l’abondance française. Il en est de même d’ailleurs pour toute la littérature héroïque. A part le Cantar de mio Cid, les Mocedades de Rodrigo, nous n’avons guère conservé de textes épiques. Et cependant, à l’opposé de ce qu’a pu croire un moment Gaston Paris1, l’Espagne a possédé une épopée. Mais elle est enfouie dans les chroniques, en particulier dans la Crónica general de España, et n’est conservée sous forme poétique que dans les romances de la fin du moyen âge. A en juger par le nombre de « cantares » auxquels font allusion les compilateurs de la Crónica general, la veine héroïque a dû même être assez riche et variée. Pourquoi cette disparition, si opposée à la prolifération des manuscrits épiques en France ? « Las causas de esta desaparición son muy conocidas, el carácter tradicional de nuestra literatura hace que los temas épicos no se pierdan, sino que sufran transformaciones en una constante renovación de formas. Les antiguas se abandonan por esto, olvidándose, no cuidando su conservación. También contribuyó a esta pérdida el cambio de escritura del siglo xi, que hizo se destruyeran muchos documentos Esta desaparición parece a primera vista bien extraña en un país como España, de tan marcado carácter tradicional, cuya literatura se mantiene en una constante ininterrumpida de temas nacionales y épicos, mientras que en Francia, que no ha apreciado nunca2 su literatura medieval, se conservan estos poemas. Pero precisamente en este carácter diferencial ve Menéndez Pidal la explicación de ambos fenómenos : en Francia, abandonados los temas épicos por las nuevas formas literarias, son los viejos poemas los que, en refundiciones o compilaciones tardías, conservan la traditión, siendo muy lenta la decadencia, mientras que en España, al remozarse los temas desde muy temprano con la aparición de los romances, más accesibles al público, la decadencia de las gestas se hace rápida y total. Las Crónicas utilizando los poemas épicos precipitan su desaparición3. »

2Telles sont les explications, inspirées par Menéndez Pelayo et Menéndez Pidal, habituellement données du phénomène. Avouerai-je qu’elles ne me satisfont guère, du moins en ce qui concerne l’aspect français du problème. L’étude de l’ensemble rolandien montre en effet que, pendant tout le moyen âge, il existe en France un sentiment traditionnel aussi puissant qu’en Espagne. Les renouvellements des gestes y sont aussi nombreux et s’y produisent aussi vite. Les changements de modes littéraires n’entraînent pas l’abandon complet du genre délaissé. Bien au contraire. Les thèmes épiques sont également adoptés par les chroniques. Je ne vois entre l’attitude française et l’attitude espagnole en face de leur trésor épique aucune différence qui justifie l’opposition constatée dans la transmission des chansons. La raison est, selon moi, géographique. Elle réside dans la diffusion de l’épopée française sur de vastes territoires et dans l’exiguïté territoriale de la propagation des chansons espagnoles. Les mss d’Oxford pour Roland, de Chiswick pour Willame, du British Museum pour le Pèlerinage de Charlemagne nous conservent des formes anciennes de la tradition, parce qu’ils ont été confectionnés dans une région excentrique, la Grande-Bretagne, en retard sur l’évolution de la mode. Les mss de Paris, de Châteauroux, de Venise VII ont été copiés en Lorraine ou en Italie, de nouveau dans des régions latérales retardataires. Dans ces zones écartées, on pouvait encore apprécier le Roland assonancé alors que le Roland rimé s’était déjà répandu sur le continent, et le Roland rimé alors que Galien le Restoré l’avait remplacé déjà dans les régions mieux au fait des progrès littéraires. En Espagne, le domaine géographique est plus étroit. Les transformations de la mode ont plus vite fait le tour du pays. La tradition se renouvelle partout à un rythme plus accéléré. Il n’y a guère de marches archaïsantes. Ce renouvellement incessant, combiné peut-être avec un autre fait, en rapport celui-ci avec le chiffre de la population, à savoir le moins grand nombre de gens adonnés au métier de copiste et de remanieur, me paraît rendre compte de l’étrange différence constatée entre la France et l’Espagne.

3Je me suis attardé sur ce problème, parce qu’il se pose avec une vive acuité dans la tradition rolandienne. Aux nombreuses rédactions françaises l’Espagne ne peut opposer que quelques romances, un fragment de cent vers, des allusions disséminées et des mises en prose dans les chroniques.

4Laissant les allusions de côté pour l’instant, nous répartirons les textes conservés en deux groupes, selon qu’ils appartiennent à la tradition rolandienne d’esprit français ou à celle de Bernardo del Carpio.

2. La tradition rolandienne d’esprit français : Roncesvalles

  • 4 Voir éd. citée ci-dessous, pp. 107-108.

5La tradition d’esprit français est constituée principalement par un fragment de cent vers, copiés sur deux folios, conservés aux Archives de Navarre. M. Menéndez Pidal, qui a fait connaître ce précieux document dans une publication justement célèbre, en a déterminé avec bonheur le lieu et la date. L’œuvre a été copiée en Navarre vers 13104.

  • 5 Publié dans la Revista de Filología española, t. IV, 1917, pp. 105 ss.

6L’édition de M. Menéndez Pidal, très soignée comme tous les travaux de l’illustre maître, se compose d’une transcription diplomatique avec la résolution des abréviations et l’indication de la plupart des différences graphiques (pp. 108-113), d’une édition critique qui est une « castillanisation » de la copie navarraise (pp. 114-117), et d’un long commentaire ; elle porte le titre : « Roncesvalles » Un nuevo cantar de gesta del siglo xiii5.

  • 6 Par ex. Poema del Cid y otros monumentos de la primitiva poesía española, Madrid, Biblioteca Calle (...)

7Cette publication de M. Menéndez Pidal a servi de base à l’impression du précieux fragment dans de nombreuses anthologies6.

  • 7 A paraître dans la Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, (...)

8Nous-même, nous avons réédité les cent vers de Pampelune, selon des principes un peu différents de ceux de M. Menéndez Pidal. Nous ne reconstruisons pas le texte, mais nous l’acceptons tel qu’il est dans son unique copie qui ne doit pas avoir gravement altéré l’original. Nous offrons toutes les différences graphiques qui ont une signification d’ordre linguistique. Notre édition est suivie d’un commentaire linguistique, historique, littéraire et d’un glossaire : « Roncesvalles ». Étude sur fragment de cantar de gesta conservé à l’Archivo de Navarra7.

3. Les romances

  • 8 Publié pour la première fois par M. Menéndez Pelayo, Antología de poetas líricos castellanos, Sant (...)
  • 9 Édition fac simil avec une introduction par R. Menéndez Pidal, Cancionero de Romances... Madrid, 1 (...)
  • 10 Voir Menéndez Pelayo, Antología, t. IX, pp. 103 et 127. — Nous laissons de côté les nombreuses all (...)

9Outre Roncesvalles, la tradition rolandienne comprend un certain nombre de romances imprimés : A. Le romance de la fuga del rey Marsín ou de la batalla de Roncesvalles, conservé en deux versions d’inégale longueur : la plus développée, « Ya comiençan los franceses », imprimée dans un pliego suelto du xvie siècle, aujourd’hui à la Biblioteca Nacional de Madrid (cote Raros 1388)8, la plus courte, « Domingo era de Ramos », incorporée dans le Cancionero de romances sin año (f° 229-230 v°)9 et fréquemment réimprimée. Cette dernière version se trouve également avec une variante intéressante dans la Tercera farte de la Silua de varios Romances, imprimée à Saragosse en 155110.

  • 11 Menéndez Pelayo, Antología, t. VIII, p. 416 ; t. IX, p. 101. — Ce romance a été parodié (voir Canc (...)
  • 12 Exemplaire à la Bibliothèque de l’Arsenal, cote 8° B. L. 16.100 (Res). Ed. mod. Menéndez Pelayo, A (...)
  • 13 Voir Fr. Asenjo Barbieri, Cancionero musical de los siglos xv y xvi, transcrito y comentado por... (...)
  • 14 Nous connaissons ce cancionero par l’exemplaire de la Bibl. nat. de Paris, Imprimés 307.623. Arche (...)
  • 15 Nombreuses allusions au vers con la mucha polvorada perdimos a don Beltrane dans les littératures (...)
  • 16 Romanceiro, t. II, pp. 232 ss.
  • 17 Antología, t. VII, p. 269.
  • 18 Voir C. Michaelis, Estudos sobre o romanceiro peninsular. Romances velhos em Portugal, X. Cultura (...)
  • 19 Romanceiro geral portuguez, Romances heroicos, novellescos e d’aventuras, Lisboa, t. I, 1906, pp. (...)
  • 20 Romanceiro trasmontano (Da tradição popular), Revista lusitana, t. VIII, 1903-1905. pp. 76 ss.
  • 21 Romances velhos em Portugal, p. 114, n. 5.
  • 22 Flor nueva, p. 88.

10B. Le romance de don Beltrán, conservé sous plusieurs formes qui présentent de notables variantes. La première « Por la matança va el viejo » se trouve dans le Cancionero de romances sin año (f° 188 r° et v°), dans la Primera parte de la Silva de varios romances, imprimée à Saragosse en 155011. La seconde « En los campos de Aluentosa », sensiblement plus longue que la précédente, se trouve dans la réédition du Cancionero de Romances parue en 1550 (f° 198 r° -199 v°)12. Ces versions du romance ont été mises en musique, dès le xvie siècle, par Valderrábano, Salinas et Millán. La composition de ce dernier présente un intérêt tout particulier parce que le nom de « Beltrán » y est remplacé par celui de « Reynalte »13. Outre ces deux versions anciennes, il en existe d’autres, plus récentes, conservées dans le Romancero general, imprimé à Madrid, en 160014. Le plus intéressant est imprimé dans la quatrième partie (f° 105 v°) : « Quando de Francia partimos »15. Il en est un autre « Un gallardo paladin » qui, tout en appartenant plutôt à la tradition de « Bernardo del Carpio », est en relation avec le précédent. N’oublions pas non plus la curieuse version portugaise, assez différente des versions castillanes « Quêdos, quêdos, cavalleiros » (avec des variantes). Almeida Garrett publia ce romance dès 185116. Menéndez Pelayo émit des doutes sur son authenticité populaire et y vit une refaçon du grand poète lui-même17. Une comparaison des romances que Garrett donne comme recueillis sur les lèvres du peuple portugais et des romances qu’il présente comme remaniés dans le goût romantique de son époque permet de ranger le romance en question parmi les premiers plutôt que parmi les seconds. S’il ne s’est pas abstenu de retoucher le poème populaire18, Garrett ne l’a ni recréé de toutes pièces ni remanié profondément. Des collectionneurs plus récents ont publié des versions semblables à la sienne. Teophilo Braga19 nous on offre deux de la région de Tras os Montes, l’abbé J. A. Tavares en a publié une variante où Valdevinos a pris la place de Beltrão20 ; Da C. Michaelis de Vasconcelos21 et M. Menéndez Pidal22 en ont signalé d’autres, respectivement dans la région de Bragança et dans la province galicienne d’Orense.

  • 23 Au Maroc, dans les Balkans, voir R. Menéndez Pidal, Catálogo del romancero judío-espanol, Cultura (...)
  • 24 Menéndez Pelayo, Antologia, t. VIII, pp. 414 ss., n° 184 ; Menéndez Pidal, Flor nueva, pp. 89 ss.  (...)
  • 25 Exemplaire à la Bibl. Nac. de Madrid R. 13.424. Ce n’est pas la première édition (voir Duran, t. I (...)

11C. Le troisième romance rolandien est l’illustre romance de doña Alda « En Paris esta doña Alda », conservé dans le Cancionero de romances de 1550 (f° 104 v°-105 r°), très répandu23 et constamment réimprimé24, Dans son Romancero historiado Lucas Rodriguez a imaginé une suite à ce beau romance, très différente d’allure et de ton (pp. 98 r°-99 v°)25.

  • 26 Exemplaire de la Bibl. Nac. de Madrid, R. 9799. — Il a des éditions plus anciennes (voir la licenc (...)
  • 27 Impression moderne dans Durân, t. I, p. 264, n° 399.

12D. Nous voudrions encore citer un romance dont le caractère ancien a été discuté : l’émouvant romance sur la mort de Roland « Por muchas partes heridos », contenu dans la Flor de varios y nuevos Romances, Primera y segunda parte, d’Andrés de Villalta, Tercera parte par Felipe Mey 159326. Ce romance, que nous ne voulons pas passer sous silence, quoiqu’il échappe quelque peu à notre recherche, est également tombé aux mains de Lucas Rodriguez qui l’a récrit « à l’italienne » (voir pp. 99 v°-100 r° du recueil cité)27.

  • 28 Cancionero de romances s. a., f° 237 v° ss., 254 v° ss. ; 3a parte de la Silva (voir Menéndez Pela (...)
  • 29 Cancionero de romances s. a. f° 100 v° ss.
  • 30 Maintes fois édités ; voir Menéndez Pelayo, Antología, t. VIII, pp. 411 ss. et 418 ss. t. IX, pp. (...)

13E. Nous mentionnerons enfin les romances anciens de Durandarte28 et du Conde Guarinos, almirante del mar : « Mala la vistes franceses »29. La tradition rolandienne y sert de tremplin pour des aventures nouvelles. Ces romances sont comme une ramification postérieure, mais très belle, de notre tradition30.

4. Remarques sur cette tradition

14La tradition rolandienne d’esprit français se caractérise par son respect de la signification morale de l’œuvre ; elle acepte toutes les conquêtes françaises en Espagne, reconnaît la primauté de Charlemagne et de ses preux. Sa passivité n’est pourtant pas absolue. Narrativement, elle transforme les données françaises, naturalise « rolandiens » des personnages qui ne l’étaient pas dans la tradition française. Il y a donc une part créatrice dans cette tradition, qu’on aurait pu craindre complètement servile. Nous verrons plus loin, dans l’étude des débuts de l’évolution littéraire, qu’à côté d’elle, d’autres sont complètement asservies aux modèles français.

5. La tradition de Bernardo del Carpio : Lucas de Tuy

15En face de ces rédactions se dresse la geste de Bernardo del Carpio, vivante et originale protestation de l’amour-propre national. Cette geste de Bernardo est, dans son moment de splendeur, une réfutation des prétentions conquérantes de la geste française.

16La geste de Bernardo n’a pas été une. Comme toute histoire appréciée, elle a évolué au cours des âges. Il a existé des gestes de Bernardo différant de propos et d’affabulation. Il a existé une tradition de Bernardo, nuancée et changeante.

17De cette tradition héroïque, il ne nous est rien resté. Pas le moindre bout de parchemin. Pour en prendre connaissance, nous devons nous plonger dans les chroniques qui en ont jalousement conservé des échos ou lire les romances tout vibrants de fierté nationale. Ceux-ci ne sont d’ailleurs d’aucune utilité pour les débuts de la tradition ; les romances inspirés par Bernardo sont tous, sauf un, très tardifs, façonnés par des poètes du xvie siècle au plus tôt, et ils procèdent souvent des chroniques elles-mêmes. Ces dernières présentent donc un intérêt bien plus grand.

  • 31 B. Sánchez Alonso, Historia de la Historiografía española, Madrid, 1941 (Public. de la Revista de (...)
  • 32 Voir B. Sánchez Alonso, Historia, t. I, pp. 133 ss.

18La plus ancienne d’entre elles qui parle de Bernardo del Carpio est le Chronicon Mundi de D. Lucas de Tuy, évêque de la ville galicienne de 1239 à 1249. Il écrivit sa chronique pour la reine Berenguela, morte en 1246. L’œuvre ne va pas plus loin que l’année 1236. « ...tiene don Lucas...optimismo, ...orgullo patrio,...confianza en el pueblo hispánico, no lo concibe vencido sino cuando se desune. Leonés, como muestra su predilección por las leyendas de ese reino, ama también extraordinariamente a Castilla, y cuando luchan juntos castellanos y leoneses contra los moros, se advierte hondo alborozo. Otra acentuada faceta de su carácter es una credulidad, que más parece de hombre del campo que de un cortesano letrado...31 » L’œuvre nous intéresse précisément par les légendes littéraires qu’elle rapporte. « Literariamente, el Chronicon está dentro del tipo más sencillo y desentendido del ornato. Contribuyó no obstante, al embellecimiente del género histórico por su adopción de temas poéticos... : los de la mora Zaida, Bernardo del Carpio... En dicha historiografía es el Tudense el primero en acudir a las fuentes juglarescas32. »

  • 33 Voir B. Sánchez Alonso, Fuentes de la historia española e hispanoamericana, Madrid, t. I, 1927, p. (...)
  • 34 Nous suivrons l’édition de Francfort, d’Andreas Schott, dans sa réimpression due aux soins de Th. (...)

19Les manuscrits du Chronicon sont très nombreux. On connaît la célèbre copie de San Isidro de Léon. L’œuvre de D. Lucas a été également traduite en castillan et en aragonais33. Le texte a été imprimé dans l’Hispaniae illustratae seu rerum, urbiumque Hispaniae, Lusitaniae, Aethiopiae et Indiae scriptores varii... Francoforti, 1603-1608, 4 vol., t. IV, pp. 1-116. M. Sánchez Alonso annonce une réédition de l’œuvre capitale de l’évêque de Tuy34.

20Lucas de Tuy raconte l’histoire de Bernardo comme suit : Bernardo naît de Jimena, sœur du roi Alfonso el Casto et du comte Sancho. En apprenant cette naissance, le roi entre dans une violente colère, enferme à jamais le comte Sancho au château de Luna, relègue sa sœur au fond d’un monastère et fait élever Bernardo à sa cour en l’entourant de la plus grande affection. Bernardo grandit en beauté, en vigueur et en intelligence. A cette époque, le roi de France Charlemagne faisait retentir les échos de ses victoires sur les Sarrasins. Gonflé d’orgueil, il envoya un bref à Alfonso pour qu’il se soumît à lui et le reconnût comme suzerain. Bernardo, en apprenant ces prétentions, s’empresse d’apporter le secours de son bras aux Sarrasins en lutte avec le Français. Avec ses Navarrais, il vole vers Saragosse et s’allie avec le roi Marsil. Charles avait remporté quelques succès en Espagne et se disposait à rentrer en France. Marsil et Bernardo tombent sur son arrière-garde à Roncevaux et la taillent en pièces. Cet échec cuisant, Charlemagne le vengea plus tard par une triomphale victoire sur les Sarrasins. Il visita le sanctuaire de Saint-Jacques et, désormais en bons termes avec Alfonso, conseille à celui-ci de détruire Iria, d’élever Saint-Jacques au rang de ville métropolitaine et d’établir parmi le clergé espagnol la règle de Saint-Isidore. Puis il retourna en France, accompagné de Bernardo qui s’illustra parmi les Romains, les Germains et les Français. Bernardo disparaît de la narration de Lucas durant les règnes de Ramiro I (842-850) et d’Ordoño I (850-866), pour rentrer en scène sous le règne d’Alfonso el Magno (866-910). Mais ses aventures n’ont plus rien à voir avec la bataille de Roncevaux ni avec la tradition rolandienne. Le thème en est exceptionnellement dramatique et violent : Bernardo aide Alfonso à remporter les plus éclatantes victoires et lui demande comme récompense la libération de son père, toujours incarcéré dans le château de Luna. Le roi fait des promesses qu’il se refuse chaque fois à tenir. Bernardo a construit le château de El Carpio dans la région de Salamanque. A cette époque, Charles III, empereur de France, s’apprête à pénétrer en Espagne. Bernardo, avec une armée chrétienne, et Muza, roi de Saragosse, avec une armée sarrasine, vont l’attaquer dans les défilés pyrénéens et font un beau carnage parmi les Français. Réconcilié avec Alfonso, Charles lui conseille d’instituer l’ordre de Saint-Isidore dans son pays, visite Saint-Jacques et Oviedo, obtient du pape Jean pour l’une et l’autre cités le privilège d’être métropoles et retourne en France. Bernardo, de son côté, rentre dans son pays où il s’illustre contre les Maures, et meurt à Zamora qu’il avait lui-même peuplée et dotée d’une belle église.

21Tel est le récit du Tudense, qui ne manque pas de disparates, de répétitions, d’incertitudes.

6. Rodrigo Jiménez de Rada

  • 35 Les monographies qu’il a inspirées sont nombreuses. Citons J. Gorosterratzu, Don Rodrigo Jiménez d (...)
  • 36 Historia, t. I, p. 134 et n. 1.

22La seconde œuvre historique qui rapporte notre récit est sortie de la plume d’un homme illustre : l’archevêque de Tolède, D. Rodrigo Jiménez de Rada. Nous ne raconterons pas la vie de ce prélat, une des vies les mieux connues et les plus étudiées de l’Espagne médiévale35. Bornons-nous à quelques indications biographiques groupées par M. Sánchez Alonso36. Né vers 1180 à Puente la Reina dans la Navarre occidentale, il fut élevé en Castille et étudia à Paris et à Bologne. Il devint évêque d’Osma en 1208 et, peu après, archevêque de Tolède. Sur ce siège, il se distingua en promouvant la construction de la cathédrale et en déployant une activité intense en faveur de la primauté de son siège épiscopal. En 1245, il assista au Concile de Lyon où on admira sa science et ses grandes connaissances linguistiques. Sur le plan politique, il servit, en 1206, de médiateur entre les rois de Léon, de Castille et de Navarre ; il fut le conseiller d’Alphonse VIII, participa activement aux préparatifs de la croisade contre les Almohades et fut présent à Las Navas de Tolosa. Il organisa lui-même des expéditions contre les Maures. Il mourut en 1247.

  • 37 B. Sánchez Alonso, Historia, t. I, p. 135.
  • 38 M. Ballesteros Gabrois, op. cit., p. 207.
  • 39 R. Jiménez de Rada a écrit aussi une Historia Romanorum, une Historia Ostrogothorum, une Hunnorum, (...)
  • 40 M. Ballesteros Gabrois, op. cit., p. 206.

23Ce brillant homme d’état et d’église a été aussi un grand lettré. Il fonda à Palencia les premiers « Estudios generales », principe des Universités, et surtout il écrivit une œuvre historique capitale. « El cuerpo principal de su production es el titulado en su primera edición Rerum in Hispania gestarum Chronicon que suele llamarse, más abreviadamente, Historia Gothica37 » ou De Rebus Hispaniae. « Don Rodrigo Jiménez de Rada busca en su De Rebus Hispaniae, con un sentido crítico de gran investigador moderno, el origen de cada una de las razas que sucesivamente ocuparon nuestra Península, para poder dar una razón histórica de su actuación en nuestro suelo, a base de lo que fueron anterioramente. Lo que don Rodrigo persigue con su historia no es meramente dar una noticia de los hechos, de las cosas (res), españoles, sino que quiere sacar, de todo lo que escribe, profundas enseñanzas, una verdadera historia filosófica »38 Cette histoire capitale, qui seule nous intéresse ici39, a été achevée le 30 mars 124340.

  • 41 B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 8, n° 56.
  • 42 Voir B. Sánchez Alonso, Las versiones en romance de las Crónicas del Toledano, Homenaje ofrecido a (...)
  • 43 Et réimprimée de là dans le recueil de Th. Heinermann cité plus haut, que nous utilisons.
  • 44 B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 8, n° 56.

24L’œuvre de D. Rodrigo est contenue dans de nombreux manuscrits41 et a été souvent traduite en langue vulgaire42. Elle attend toujours une édition scientifique. Imprimée dès 1545 comme suite à la traduction latine de la Crónica de los Reyes Católicos de Hernando del Pulgar, réimprimée en 1579 à Francfort dans les Rerum hispanicarum scriptorum aliquot...ex Bibliotheca... Roberti Belli Angli (pp. 135 ss.), elle fut incorporée dans les Hispaniae illustratae... scriptores varii, Francoforti 1603-1608, t. II, pp. 25 ss.43 et fit partie de la collection des Padres Toledanos, de Lorenzana, t.III44.

25Dans ses grandes lignes, l’histoire de Bernardo selon l’archevêque de Tolède ressemble à celle de Lucas de Tuy, dont il s’inspire d’ailleurs. Les différences n’en sont pas moins notables. Alfonso lui-même propose à Charlemagne de le choisir comme successeur s’il lui vient en aide. Celui-ci, naturellement, accepte et annonce à Alfonso qu’il le secourra. Mais les seigneurs espagnols et Bernardo contraignent Alfonso à résilier ses promesses. Colère de Charlemagne qui menace le roi et lance ses armées contre l’Espagne. Tous les peuples se groupent autour d’Alfonso, tandis que l’avant-garde française, commandée par Roland, pénètre dans les défilés. Alphonse accourt avec son armée nationale et remporte une belle victoire, à laquelle concourt Bernardo. Charlemagne se retire dans son empire et meurt sans avoir vengé cette défaite. La suite du récit met aux prises Bernardo et son roi Alfonso el Magno, à peu près comme chez le Tudense. Le Toledano omet tout ce qui se rapporte à la seconde bataille de Roncevaux, tout en mentionnant l’événement, il précise que le roi a pardonné au père de Bernardo et oublie de signaler la mort de celui-ci.

26La grande nouveauté de ce texte a été de prendre à partie les « histriones » et leurs racontars démentis par l’histoire.

7. Poema de Fernán González

27Avant de présenter la troisième œuvre historique qui accueille les exploits de Bernardo del Carpio, arrêtons-nous quelques instants au Poema de Fernán González, qui consacre un certain nombre de copias à notre récit (c. 126-143).

28Le Poema de Fernán Gonzalez nous est conservé dans un manuscrit du xve siècle qui se trouve à la Bibliothèque du Monastère de San Lorenzo del Escorial. Œuvre d’un moine de San Pedro de Arlanza, près de Burgos, le poème fut écrit aux environs de 1250.

  • 45 Madrid, Rivadeneyra, 1864, pp. 389 ss. Biblioteca de autores españoles, t. 57.
  • 46 Parmi les nombreux travaux critiques inspirés par ce poème, voir G. Cirot, Sur le Fernán González,(...)

29Il a été incorporé dans la collection de Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv45. La première édition scientifique en a été procurée par Ch. Carroll Marden, Poema de Fernán Gonzalez, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1904. Édition pratiquement inaccessible, que remplace aujourd’hui — et répète souvent — celle de M. Alonso Zamora Vicente, Poema de Fernán González, Madrid, Espasa Calpe, 1946 (Clásicos castellanos, t. 128). Nous citerons le Poème d’après cette édition46.

30Le poème raconte avec une grande originalité l’épisode de la bataille contre Charlemagne contenu dans « Bernardo del Carpio ». Charles annonce à Alfonso el Casto qu’il vient lui réclamer l’Espagne (c. 127). Alfonso refuse de se reconnaître comme son tributaire (c. 128). Charles décide d’envahir l’Espagne avec toute son armée (c. 130) ; il marche sur la Castille (c. 131). Bernardo del Carpio, informé de l’arrivée des Français, va se poster à Fontarabie (c. 132) avec les troupes du roi (c. 133). Charlemagne connaît une défaite complète qui le force à se retirer au port de Marsylla (c. 135). Ayant regroupé et reconstitué ses forces, il décide de passer de nouveau en Espagne (c. 137). Il reparaît au port de Gitarea, au port d’Aspa (cc. 137-138). Bernardo et ses Espagnols sont de nouveau là pour l’attendre (c. 139). Bernardo s’entend avec le roi de Saragosse, Marsil (c. 141) ; et le voilà lancé dans la bataille avec ses Castillans (cc. 141-142). Placé à l’avant-garde, il inflige aux Français une défaite aussi complète que la première fois (c. 143).

31Les traits caractéristiques de ce récit sont : la division de l’épisode en deux péripéties, la localisation de la première bataille à Fontarabie, le fait que le seul exploit rapporté de Bernardo est sa victoire sur Charlemagne.

8. Les Crónicas generales

32La Crónica general de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV parle elle aussi de la geste de Bernardo del Carpio. C’est même elle qui en rapporte les différentes variantes avec le plus de scrupule et de précision.

  • 47 Crónicas generales de España. Católogo de la Real Biblioteca, Tercera edición, Madrid, Sucesores d (...)

33La Crónica general est une œuvre immense qui a été se modifiant au cours du moyen âge. Il n’y a pas une Crónica general, mais une succession de Crónicas generales. M. Menéndez Pidal a eu l’immense mérite de le démontrer et de mettre de l’ordre où il n’y avait que de la confusion47. Grâce à lui, on démêle la Primera Crónica de la Segunda, la Tercera de la Cuarta.

  • 48 Voir B. Sánchez Alonso, Historia, t. I, p. 213. Sur la Primera Crónica, il faut lire le Discours p (...)

34La Primera Crónica general est l’œuvre, pour sa première partie, du roi Alfonso el Sabio et de ses collaborateurs ; commencée vers 1270, abandonnée quelque deux années plus tard, elle fut terminée vers 1280. La seconde partie, où se trouve notre récit, fut écrite sous Sancho IV, sans que l’on connaisse les dates de son commencement et de son achèvement. En 1289, le travail était en cours48.

35Œuvre de grande envergure et de brillante qualité que cette chronique, qui utilise comme sources, non seulement les œuvres savantes célèbres à l’époque, entre autres le Tudense et le Toledano, mais aussi des cantares. C’est dans la seconde partie surtout que les compilateurs ont fait appel à ceux-ci, et c’est là que nous trouvons la geste de Bernardo del Carpio.

  • 49 M. Heinermann, Untersuchungen cit. en a extrait tout ce qui se rapporte à Bernardo.

36Le texte de la Primera Crónica a été publié par M. Menéndez Pidal, Primera Crónica General..., Madrid, Bailly Baillières, 1906, t. I (seul publié) (Nueva Biblioteca de Autores españoles, t. V)49.

  • 50 Le récit de « Bernardo » se trouve aux fos 111 r°-115 v° du ms. 10.814. — Pour d’autres renseignem (...)
  • 51 Voir M. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y juglares, p. 385.

37La Segunda Crónica General ou Crónica de 1344 est la première refonte de l’œuvre d’Alfonso el Sabio. Elle se trouve, entre autres, dans les mss 10.814 et 10.815 de la Bibliotheca Nacional de Madrid50. Cette « refundición » met en prose de nouvelles œuvres poétiques51, mais ne modifie pas essentiellement « Bernardo ».

  • 52 Voir B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 9, n° 59 ; R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y juglar (...)

38Plus tard, vers 1390, l’œuvre connaîtra un nouveau remaniement : la Tercera Crónica general, dont les manuscrits sont assez nombreux. Nous avons vu le n°828 de la Bibl. nac. Madrid, dont il sera question plus loin. Ce remaniement a été publié par Florián d’Ocampo comme l’œuvre d’Alonso el Sabio lui-même : Las quatro partes enteras de la Crónica general de España que mandó componer... Alonso el Sabio... Zamora, 154152. Peu de variantes, si ce n’est un scepticisme plus marqué au sujet de certaine version de « Bernardo ».

  • 53 Les aventures de Bernardo del Carpio se trouvent au t. 105, pp. 264 ss.

39La Crónica general a été remaniée et continuée une fois de plus dans la Cuarta Crónica general (vers 1460). Les copies en sont nombreuses. L’une d’elles a été éditée sous le titre Crónica de España del arzobispo Don Rodrigo Jiménez de Rada, tradújola en castellano y la continuó hasta su tiempo Don Gonzalo de la Hinojosa obispo de Burgos y después un anómimo hasta el año de 1454 par le marquis de la Fuensanta del Valle, Madrid, J. Perales y Martínez, 1893 (Colección de documentos inéditos para la historia de España, t. 105 et 10653.

  • 54 Voir R. Menéndez Pidal, Estudios literarios, pp. 173 ss.

40La Crónica general cite parmi ses sources le Tudense et le Toledano. Mais sa relation de « Bernardo » est beaucoup moins sèche que celle des chroniqueurs latins. C’est que ses auteurs l’animent de petites scènes habilement conduites et racontées avec couleur, l’étoffent de souvenirs littéraires, la rehaussent d’anecdotes pittoresques54.

  • 55 Primera (§ 617), Cuarta (pp. 264 ss.).
  • 56 Primera (§ 621), Cuarta (pp. 270 ss.).
  • 57 Primera (§ 651), Cuarta (pp. 278 ss.).
  • 58 Primera (§§ 652, 654), Cuarta (pp. 279 ss.).
  • 59 Primera (§ 655). La Cuarta diffère ici sensiblement de la Primera : « Este Bernaldo fizo un castil (...)

41Contrairement aux œuvres latines, la Crónica détaille avec bonheur l’arrestation du comte Sancho Diaz55, dit comment Bernardo apprend le secret de sa naissance56, raconte sa victoire sur « un alto omne de Francia que auie nombre Bueso »57, toutes les péripéties du dramatique conflit qui l’oppose au roi58, et donne une forme grandiose et tragique à l’ultime rencontre de Bernardo avec son père mort59.

42De même que Rodrigo Jiménez de Rada, la Crónica fait allusion aux « cantares » et aux « romances », mais ce n’est plus seulement pour les réfuter.

  • 60 Nous ne citons ici que les mss que nous avons vus. Il y en a d’autres très nombreux. Voir R. Menén (...)

43La légende de Bernardo del Carpio a été accueillie dans d’autres chroniques encore (Crónica abreviada O Compendio de la Crónica General de el Rey D. Alonso, de D. Juan Manuel, Bibl. nac. Madrid 1356, fos LXV, 89 r°-LXVI, 90 r° ; Crónica desde el año 721 hasta 1415, Bibl. nac. Madrid 5681, fos 2 r° ss., 6 v° ss. ; la Refundición de la Tercera Crónica general, Bibl. nac. Madrid 1277, f° 136 r° ss.)60 ; mais aucune ne présente ici un intérêt particulier.

  • 61 Éd. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 201 ss.

44Notre but, dans ce travail, n’est pas en effet d’étudier la tradition de Bernardo del Carpio en elle-même, mais dans ses rapports avec celle de Roland. Nous voudrions voir comment elle s’est dégagée de celle-ci et comment celle-ci a réagi sur elle au cours du moyen âge. Ce dernier point nous amènera à examiner les chapitres consacrés à « Roncevaux » par Lope García de Salazar, dans son Libro de Bienandanças e Fortunas (1471)61.

9. Les romances et autres œuvres tardives

  • 62 Voir A. Durân, Romancero general, t. I, pp. 417 ss.
  • 63 Ce sont des œuvres au style travaillé de Gabriel Lobo Lasso de la Vega, de Sepúlveda et d’anonymes (...)
  • 64 Segunda parte de Orlando, de Nicolas de Espinosa, 1555 ; El verdadero suceso de la famosa batalla (...)
  • 65 Comedia de la libertad de España por Bernardo del Carpio, de Juan de la Cueva, 1579 ; Las Mocedale (...)
  • 66 Terceira parte da Historia do Imperador Carlos Magno, Lisboa, 1745. Cfr Historia fiel e verdadeira (...)

45Les romances sur Bernardo sont assez nombreux62 ; mais la plupart d’entre eux sont tardifs, notamment tous ceux qui se rapportent à la bataille de Roncevaux63. Ils échappent à notre recherche, de même que les vastes poèmes héroïques du xvie et du xviie siècle dont Bernardo a été le héros64, que les œuvres dramatiques du siècle d’or qui le mettent en scène65, ou que la vaste fresque très romanesque du Portugais Alexandre Caetano Gomes Flaviense, qui, en plein xviiie siècle, refait l’histoire déjà tant célébrée66.

  • 67 La plus ancienne édition connue est de 1525 (voir Menéndez Pelayo, Orígenes de la Novela, t. I, p. (...)

46Pour être complet, nous signalerons enfin l’Hystoria del emperador Carlo magno y delos pares de Francia y de la cruda batalla que vuo Oliueros con Fierabras Rey de Alexandria hijo del grande Almirante Balan, d’un certain Nicolas de Piamonte67. Ce n’est qu’une traduction du Fierabras français en prose ; comme telle, cette œuvre appartient à la tradition tardive du Pseudo-Turpin, et non à celle de Roland.

10. Considérations générales

47Terminons ici le recensement des versions espagnoles de la tradition rolandienne. Celle-ci n’a certes pas en Espagne l’ampleur ni la richesse qu’elle possède en France. Elle y est une étrangère, et pour certains une intruse ; mais elle y a existé, néanmoins. Il nous appartient, avec les faibles moyens dont nous disposons, de déterminer maintenant ses modalités et ses formes.

Notes

1 Histoire poétique de Charlemagne, p. 203 : « L’Espagne n’a pas eu d’épopée » (corrigé, pp. 531 ss.).

2 Un peu trop absolu.

3 C. Reig, El Cantar de Sancho Il y cerco de Zamora, Madrid, 1947, pp. 29 ss, (Anejo XXXVII à la Revista de Filología española).

4 Voir éd. citée ci-dessous, pp. 107-108.

5 Publié dans la Revista de Filología española, t. IV, 1917, pp. 105 ss.

6 Par ex. Poema del Cid y otros monumentos de la primitiva poesía española, Madrid, Biblioteca Calleja, 1919, pp. 173 ss. ; W. Mullertt, Lesebuch der älteren spanischen Literatur, Halle, Niemeyer, 1927, pp. 19 ss. ; F. Blasi, Antica poesia epica spagnuola, Modena, Società tipografica modenese, 1939, pp. 55 ss. ; etc.

7 A paraître dans la Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, Liège, 1950, t. 12. Nous citerons d’après cette édition.

8 Publié pour la première fois par M. Menéndez Pelayo, Antología de poetas líricos castellanos, Santander, Aldus, 1945, t. IX, pp. 67 ss., Apéndice I, n° 50 (Edición nacional de las obras completas de Menéndez Pelayo, t. XXV). Nous avons réimprimé cette version dans l’édition indiquée ci-dessus. Voir aussi R. Menéndez Pidal, Flor nueva de romances viejos [Buenos Aires], Espasa Calpe, 1946, pp. 81 ss. (Colección Austral, n° 100).

9 Édition fac simil avec une introduction par R. Menéndez Pidal, Cancionero de Romances... Madrid, 1945, Nueva edición (Consejo superior de investigaciones científicas) d’après l’imprimé de la Bibl. Nac. de Madrid.

10 Voir Menéndez Pelayo, Antología, t. IX, pp. 103 et 127. — Nous laissons de côté les nombreuses allusions qui ont été faites à ce romance.

11 Menéndez Pelayo, Antología, t. VIII, p. 416 ; t. IX, p. 101. — Ce romance a été parodié (voir Cancionero s. a. f° 189 r° et v°), glosé (voir Durân, éd., t. I, p. lxx, 2° col ; Menéndez Pidal, éd. facs. ; p. xxxi).

12 Exemplaire à la Bibliothèque de l’Arsenal, cote 8° B. L. 16.100 (Res). Ed. mod. Menéndez Pelayo, Antología, t. VIII, pp. 416 ss.

13 Voir Fr. Asenjo Barbieri, Cancionero musical de los siglos xv y xvi, transcrito y comentado por..., Madrid, Tipografía de los huérfanos [1890], p. 175, n° 344 (avec musique pp. 514 ss.).

14 Nous connaissons ce cancionero par l’exemplaire de la Bibl. nat. de Paris, Imprimés 307.623. Archer M. Huntington a donné une édition facsimilé de ce précieux recueil, New-York, 2 vol., 1903.

15 Nombreuses allusions au vers con la mucha polvorada perdimos a don Beltrane dans les littératures espagnole et portugaise (Tirso de Molina, Quevedo, voir R. Menéndez Pidal, Flor nueva, p. 89 ; Lope de Vega, voir Menéndez Pelayo, Antología, t. IX, pp. 82 ss. ; etc.).

16 Romanceiro, t. II, pp. 232 ss.

17 Antología, t. VII, p. 269.

18 Voir C. Michaelis, Estudos sobre o romanceiro peninsular. Romances velhos em Portugal, X. Cultura española, t. IX, 1908, p. 115.

19 Romanceiro geral portuguez, Romances heroicos, novellescos e d’aventuras, Lisboa, t. I, 1906, pp. 207 ss.

20 Romanceiro trasmontano (Da tradição popular), Revista lusitana, t. VIII, 1903-1905. pp. 76 ss.

21 Romances velhos em Portugal, p. 114, n. 5.

22 Flor nueva, p. 88.

23 Au Maroc, dans les Balkans, voir R. Menéndez Pidal, Catálogo del romancero judío-espanol, Cultura española, t. IV, 1906, p. 1068 (repris dans El Romancero Madrid, Páez, s. d., pp. 135 ss.), Flor nueva, p. 91. — Voir une allusion dans Rubena de Gil Vicente (ed. Marques Braga, Obras completas, Lisboa, Sá da Costa, 1943, t. III, p. 34).

24 Menéndez Pelayo, Antologia, t. VIII, pp. 414 ss., n° 184 ; Menéndez Pidal, Flor nueva, pp. 89 ss. ; nous-même dans l’édition indiquée. ci-dessus ; etc.

25 Exemplaire à la Bibl. Nac. de Madrid R. 13.424. Ce n’est pas la première édition (voir Duran, t. II, p. 690, qui l’a imprimé t. I, p. 265, n° 401).

26 Exemplaire de la Bibl. Nac. de Madrid, R. 9799. — Il a des éditions plus anciennes (voir la licence de 1588). Impression moderne dans Durân, t. I, p. 264, n° 398, qui le considère comme de la fin du xvie siècle. Allusion dans El casamiento de la muerte de Lope de Vega avec une variante importante (voir M. Menéndez Pelayo, Antología, t. IX, pp. 83 ss.).

27 Impression moderne dans Durân, t. I, p. 264, n° 399.

28 Cancionero de romances s. a., f° 237 v° ss., 254 v° ss. ; 3a parte de la Silva (voir Menéndez Pelayo, Antología, t. IX, p. 125).

29 Cancionero de romances s. a. f° 100 v° ss.

30 Maintes fois édités ; voir Menéndez Pelayo, Antología, t. VIII, pp. 411 ss. et 418 ss. t. IX, pp. 69 ss. ; Menéndez Pidal, Flor nueva, pp. 83 ss., 92 ss., entre autres ; ces romances sont très répandus (voir Cervantes, Don Quijote, « La cueva de Montesinos »).

31 B. Sánchez Alonso, Historia de la Historiografía española, Madrid, 1941 (Public. de la Revista de Filología Española) t. I, pp. 129 ss.

32 Voir B. Sánchez Alonso, Historia, t. I, pp. 133 ss.

33 Voir B. Sánchez Alonso, Fuentes de la historia española e hispanoamericana, Madrid, t. I, 1927, p. 8, n° 55 (Centro de estudios históricos) ; éd. d’un manuscrit par J. Pujol, Crónica de España, Madrid, 1926.

34 Nous suivrons l’édition de Francfort, d’Andreas Schott, dans sa réimpression due aux soins de Th. Heinermann, Untersuchungen zur Entstehung der Sage von Bernardo del Carpio, Halle, Niemeyer, 1927 (Studien über Amerika und Spanien, Philologische-litrarische Reihe, n° 2). — Sur Lucas, outre B. Sánchez Alonso, loc. cit., E. Diaz Jiménez, Don Lucas de Tuy, Revista castellana, t. V, 1919, pp. 1 ss. ; R. Menéndez Pidal, Relatos poéticos en las Crónicas medievales, Revista de Filología española, t. X, 1923, pp. 329 ss. ; P. Hogberg, La Chronique de Lucas de Tuy, Revue hispanique, t. LXXXI, 1933, pp. 404 ss. ; J. Horrent, Chroniques espagnoles et chansons de geste, Le Moyen Age, 1946, pp. 287 ss. etc.

35 Les monographies qu’il a inspirées sont nombreuses. Citons J. Gorosterratzu, Don Rodrigo Jiménez de Rada, Gran Estadista, escritor y prelado. Pamplona, Viuda de T. Bescansa, 1925 ; E. Estella Zalaya, El Fundador de la Catedral de Toledo, Toledo, 1926 ; M. Ballesteros Gaibrois, Don Rodrigo Jiménez de Rada, Barcelona, Labor, 1936, 2e éd. 1943 (Pro Ecclesia et Patria, n° 8).

36 Historia, t. I, p. 134 et n. 1.

37 B. Sánchez Alonso, Historia, t. I, p. 135.

38 M. Ballesteros Gabrois, op. cit., p. 207.

39 R. Jiménez de Rada a écrit aussi une Historia Romanorum, une Historia Ostrogothorum, une Hunnorum, Vandalorum, Suevorum, Alanorum et Silinguorum Historia, une Historia Araborum (voir Sánchez Alonso, Historia, t. I, pp. 139 ss.) ; M. Ballesteros Gabrois, op. cit., pp. 207 ss.).

40 M. Ballesteros Gabrois, op. cit., p. 206.

41 B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 8, n° 56.

42 Voir B. Sánchez Alonso, Las versiones en romance de las Crónicas del Toledano, Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, Miscelanea de estudios lingüísticos, literarios e históricos, Madrid, Hernando, t. I, 1925, pp. 341 ss.

43 Et réimprimée de là dans le recueil de Th. Heinermann cité plus haut, que nous utilisons.

44 B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 8, n° 56.

45 Madrid, Rivadeneyra, 1864, pp. 389 ss. Biblioteca de autores españoles, t. 57.

46 Parmi les nombreux travaux critiques inspirés par ce poème, voir G. Cirot, Sur le Fernán González, Bull. hipan., t. XXX, 1928, pp. 113 ss. ; M. Menéndez Pelayo, Antología, t. VI, pp. 198 ss. ; R. Menéndez Pidal, [Reseña de la edición Marden], Archiv. f. das Studium der neueren Sprachen u. Literaturen, t. CXIV, 1905, pp. 243 ss. ; Notas para el romancero del Conde Fernán González, Homenaje a Menéndez y Pelayo en el año vigésimo de su profesorado, Estudios de Erudición española, Madrid, Viuda e hijos de M. Tello, 1899, t. I, pp. 429 ss. ; J. Pérez de Urbel, Historia y Leyenda en el Poema de Fernán González, Escorial, 1944 ; A. Zamora Vicente, Una nota al Poema de Fernán González, Rev. fil. esp., t. XXVII, 1944, pp. 464 ss. ; M. R. Lida, Notas para el texto del « Alexandre » y para las fuentes del « Fernán González » Rev. de Filología hispánica, t. VII, 1945, pp. 47 ss. ; L. Serrano, Poema de Fernán González, Madrid, C. S. I. C, 1943.

47 Crónicas generales de España. Católogo de la Real Biblioteca, Tercera edición, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1918 (t. V du Catálogo de la Real Biblioteca).

48 Voir B. Sánchez Alonso, Historia, t. I, p. 213. Sur la Primera Crónica, il faut lire le Discours prononcé par R. Menéndez Pidal devant l’Academia de la Historia le jour de sa réception, le 21 mai 1916 (recueilli dans les Estudios literarios, [Buenos Aires], Espasa Calpe, 1re éd. 1938, 4e éd. 1948, pp. 125 ss.

49 M. Heinermann, Untersuchungen cit. en a extrait tout ce qui se rapporte à Bernardo.

50 Le récit de « Bernardo » se trouve aux fos 111 r°-115 v° du ms. 10.814. — Pour d’autres renseignements, voir B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 9, n° 58 ; t. II, p. 11, n° 58*.

51 Voir M. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y juglares, p. 385.

52 Voir B. Sánchez Alonso, Fuentes, t. I, p. 9, n° 59 ; R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y juglares, pp. 403 ss.

53 Les aventures de Bernardo del Carpio se trouvent au t. 105, pp. 264 ss.

54 Voir R. Menéndez Pidal, Estudios literarios, pp. 173 ss.

55 Primera (§ 617), Cuarta (pp. 264 ss.).

56 Primera (§ 621), Cuarta (pp. 270 ss.).

57 Primera (§ 651), Cuarta (pp. 278 ss.).

58 Primera (§§ 652, 654), Cuarta (pp. 279 ss.).

59 Primera (§ 655). La Cuarta diffère ici sensiblement de la Primera : « Este Bernaldo fizo un castillo en tierra de Salamanca, que dezian el Carpio, e por este castillo le dixeron á él Bernaldo del Carpio. E de ally fizo él sus posturas con los alárabes, e començó à correr la tierra del rey Alonso [el Magno]. E por ende los moros corrieron a Leon e a Estorga, e a todos los lugares de enderredor. E el rey don Alonso por esta razon soltó al conde don Sandias, padre de Bernaldo del Carpio e puso su amor con él e con Bernaldo su fijo. » La Cuarta (p. 301) suit ici la suggestion du Toledano, tandis que la Tercera se range aux côtés de la Primera (voir Th. Heinermann, Unters., p. 25, n. 4).

60 Nous ne citons ici que les mss que nous avons vus. Il y en a d’autres très nombreux. Voir R. Menéndez Pidal, Catálogo, passim.

61 Éd. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 201 ss.

62 Voir A. Durân, Romancero general, t. I, pp. 417 ss.

63 Ce sont des œuvres au style travaillé de Gabriel Lobo Lasso de la Vega, de Sepúlveda et d’anonymes ; elles se trouvent dans le Romancero general (voir Durân, t. I, pp. 427 ss., n° 640-642, 645-653).

64 Segunda parte de Orlando, de Nicolas de Espinosa, 1555 ; El verdadero suceso de la famosa batalla de Roncesvalles, de Francisco Garrido de Villena, 1583 ; Historia de las hazañas y hechos del invencible caballero Bernardo del Carpio, d’Agustín Alonso, 1585 ; España defendida, de Cristóbal Suarez de Figueroa, 1612 ; El Bernardo o la Victoria de Roncesvalles, de Bernardo de Valbuena, 1624.

65 Comedia de la libertad de España por Bernardo del Carpio, de Juan de la Cueva, 1579 ; Las Mocedales de Bernardo del Carpio et el casamiento en la muerte, de Lope de Vega ; El conde de Saldaña, d’Alvaro de Cubillo, 1612.

66 Terceira parte da Historia do Imperador Carlos Magno, Lisboa, 1745. Cfr Historia fiel e verdadeira da vida e valerosas acções do esforçado e invencivel Bernardo del Carpio... por Pedro Ferreira, Lisboa, 1745 ; Historia fiel verdadera del valiente Bernardo del Carpio, de Manuel José Martin, Madrid, 1776 ; voir P. de Gayangos, Catálogo razonado de los libros de caballerías... hasta el ano de 1800, pp. lxiv, lxxxiv (Bibl. Aut. esp., t. XL). — Sur cette efflorescence de la tradition à l’époque moderne (et jusque dans le xixe siècle), voir M. Menéndez Pelayo, Antología, t. VI, pp. 187 ss. (qui renvoie pour plus de développements à son introduction du t. VII des Obras completas de Lope de Vega, éd. de le R. Academia española).

67 La plus ancienne édition connue est de 1525 (voir Menéndez Pelayo, Orígenes de la Novela, t. I, p. 219, n. 1 et t. II, p. 353).

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search