Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Troisième partie. Essai sur l'évolution du thème de Roland

Chapitre VII. La chanson de Roland dans la tradition du Pseudo-Turpin

Texte intégral

1. Généralités

1Au cours de l’étude des destinées françaises de la Chanson de Roland, nous avons constaté à plusieurs reprises une intromission de la tradition du pseudo-Turpin, issue de la Chanson elle-même et devenue sa concurrente. L’inverse n’a-t-il pas été vrai aussi ? Des auteurs qui se proposaient de suivre Turpin n’ont-ils pas prêté l’oreille à certains moments au Roland ? Mieux : quelques-uns d’entre eux n’ont-ils pas imaginé de créer un récit nouveau en harmonisant les indications des deux traditions ? N’a-t-il pas existé ainsi une tradition turpino-rolandienne, intermédiaire entre Roland et Turpin et participant des deux ?

2Trois chroniques nous aideront à examiner ce problème accessoire mais curieux : celle du Tournaisien Philippe Mousket (vers 1260), le Mireur des Histors du Liégeois Jean d’Outremeuse (xive siècle), les Chroniques et Conquestes de Charlemagne compilées ou copiées (ou compilées et copiées) par David Aubert, de Hesdin en Artois (achevées en 1458). Par notre choix nous ne prétendons nullement qu’il n’existe rien d’utile à côté de ces trois chroniques. Si nous nous bornons à celles-ci, c’est qu’en raison de leur ampleur et de la diversité de leur date, elles nous ont paru suffire à notre dessein. Cette étude relève en effet plus de celle de la tradition du Pseudo-Turpin que du Roland.

2. Philippe Mousket

  • 1 Voir R. N. Walpole, Philip Mouskès and the Pseudo-Turpin Chronicle, Berkeley and Los Angeles, Univ (...)

32. Philippe Mousket rime l’affaire de Roncevaux d’après l’affabulation du pseudo-Turpin (vv. 6598-9573), connue vraisemblablement par l’intermédiaire d’une traduction française1. Mais nous y découvrons nombre de détails qui viennent en droite ligne de la tradition rolandienne. Ganelon, désigné par Roland comme ambassadeur, s’emporte violemment contre lui et le menace (vv. 6633 ss.). L’astucieux Blancandrin, inconnu de la chronique, joue son rôle de conseiller comme dans Roland (vv. 6688 ss.). Olivier montre la même prudence que dans le poème et insiste auprès de Roland pour que celui-ci embouche son olifant (vv. 6892 ss.).. Il meurt comme dans la chanson, d’un coup de lance dans le dos, coup traîtreusement administré par l’Augalie (vv. 7 238 ss.). Charlemagne ne parvient pas à distinguer les morts chrétiens des cadavres sarrasins : Jésus-Christ l’y aide en faisant croître sur chaque chrétien une aubépine, sur chaque païen un sek arbre noir et brun (vv. 8612 ss.). A Blayes, Charles rencontre Girart de Vienne et la belle Aude (vv. 9006 ss.), qui mourra d’émotion en apprenant son malheur (v. 9011). Ganelon tente d’échapper à son jugement et à son supplice par la fuite (vv. 9444 ss.). Après sa condamnation, les barons discutent les détails de son châtiment (vv. 9538 ss.). Sa condamnation a lieu en France, comme dans le poème, et non à Roncevaux, comme dans Turpin. Ce ne peut faire aucun doute pour personne : la tradition rolandienne rapportée par Mousket est celle du Roland rimé (plutôt du type ChV7, voir vv. 8126 ss. et Ch 224, 233 ; V7 216, 226).

4Du pseudo-Turpin, Mousket conserve la fraternité de Marsile et de Baligant (v. 6598), leur présence simultanée sur le trône de Saragosse (v. 6600) ; la présence de Bauduin, frère de Roland, au combat (v. 6649) ; les femmes et le vin sarrasins qui servent à perdre les chrétiens (vv. 6726 ss.) ; la réunion à Roncevaux de tous les héros de la geste française ; la fuite de Thierry et de Bauduin par les bois (vv. 7730 ss.) ; l’expulsion de Turpin loin de l’arrière-garde, sa vision (vv. 8288 ss.).

5Mousket retient enfin certains détails qui ne se trouvent ni dans la tradition du Roland ni dans celle du Turpin : Ogier le Danois et Naimes combattent aux côtés de Roland ; Baligant meurt sous les coups de Charlemagne sur les bords de l’Èbre (v. 8573) ; Turpin fait jouer son autorité morale pour consoler Charlemagne de ses malheurs (vv. 8913 ss.) ; Olivier est attaché à quatre pieux (vv. 7270 ss.). Mise en scène de certaines suggestions du pseudo-Turpin.

6Il est difficile de déterminer ce qui est de Mousket dans ce récit et ce qui appartient à sa source. Il semble toutefois que le procédé de l’énumération systématique soit attribuable au chroniqueur tournaisien. Les portraits des héros se succèdent en bon ordre (vv. 6858 ss.), les cris d’armes sont alignés systématiquement (vv. 7044 ss.) comme les noms de chevaux (vv. 7081 ss.), le détail de « Ganelon dissuadant Charles de secourir Roland » est répété à plusieurs reprises. Mousket a un art raide et scolaire, mais qui ne manque pas de tenue : orné d’une profusion de comparaisons cynégétiques, relevé de discours soigneusement composés, son style est fleuri, très « remonté ». Mais quelle rigueur systématique et inutile dans la narration ! Mousket est un amateur de points sur les i et de lignes nettement tracées et un homme que les longueurs infinies n’effrayent pas.

3. Jean d’Outremeuse

7Jean d’Outremeuse a plus de fantaisie et de saveur, mais ne se comporte pas différemment vis-à-vis de nos traditions.

8Lui aussi, il nous offre une combinaison des traditions turpinienne et rolandienne augmentées de détails étrangers à l’une et à l’autre.

9Comme dans Turpin, Marsile et Baligant dominent Saragosse (t. III, p. 133) ; l’armée païenne est divisée en deux groupes qui subiront le même sort que dans la chronique latine (pp. 137, 141) ; le son du cor est porté jusqu’aux oreilles de Charlemagne par un ange (p. 143) ; Baudoin assiste aux derniers moments de Roland (pp. 147 ss.) ; Turpin qui ne participe pas au combat a la vision merveilleuse du salut de Roland, d’Olivier et des vingt mille preux (p. 148) ; les morts sont répartis dans les sépultures selon les indications de Turpin (pp. 152 ss.) ; Ganelon est jugé à Roncevaux (pp. 159 ss.). Enfin le désastre de Roncevaux est inséré dans une narration d’inspiration turpinienne.

10La tradition de Roland est bien représentée dans la mixture du chroniqueur liégeois. Blancandrin joue son rôle d’ambassadeur (p. 136). Ganelon et Blancandrin mettent au point la trahison (p. 137). Ogier le Danois est placé à l’avant-garde (p. 138). Roland refuse de sonner l’olifant (p. 142). L’Argalie blesse Olivier d’un coup de lance dans le dos (p. 144). Galien apparaît épisodiquement (p. 150). Dieu fait un miracle : li Sarrasin devinrent estos d’espines pendantes, qui ne portent fruis ne flors (p. 151). Roland et Olivier sont inhumés à Blayes (p. 152). Ganelon réussit à s’enfuir et est poursuivi par Otinel (pp. 154 ss.). « Belaide » est ensevelie auprès de Roland (p. 165). — De nouveau, la Chanson de Roland exploitée est la version rimée. Mais, à la différence de Mousket, Jean d’Outremeuse connaissait l’existence de Galien.

11Une des particularités de Jean d’Outremeuse est d’attribuer un rôle effectif à Baudoin, le fils de Ganelon. Non seulement il vient annoncer à Charles l’affreuse défaite, mais il accuse et renie son père (p. 162).

  • 2 Voir L. Michel, Les légendes épiques carolingiennes dans l’œuvre de Jean d’Outremeuse, pp. 51 ss. (...)
  • 3 Op. cit., p. 285.
  • 4 Ce détail réapparaîtra dans la suite (voir ci-dessous, David Aubert, Lope Garcia de Salazar ; voir (...)

12Mais la véritable nouveauté du chroniqueur liégeois a été de hisser Ogier au premier plan2. Chez Mousket, le Danois participait déjà au combat, chez Jean d’Outremeuse il vole au secours de l’arrière-garde en détresse (p. 145), tue Baligant (p. 145), tue Marsile (p. 146), s’empare de Saragosse (pp. 153 ss.). C’est lui le véritable héros de « Roncevaux ». L. Michel nous a bien mis en garde contre le danger d’attribuer à Jean d’Outremeuse l’invention de ce rôle glorieux3. Si cette prudence est valable pour Agolant (auquel Michel fait allusion), elle est sans raison pour Roland et Turpin où Ogier est partout, sauf chez Jean d’Outremeuse, épisodique et effacé. Il est possible qu’Ogier ait joué un rôle dans certaines gestes de la guerre d’Espagne ; il est sûr qu’il n’en a pas été de même dans celle de « Roncevaux » où il n’est jamais qu’un figurant. Pourquoi dénier au chroniqueur certaines trouvailles personnelles ? Toutefois pour une autre addition : « Baudoin annonçant à Charles la défaite et reniant son père », je serais enclin à admettre une œuvre héroïque apparentée au Turpin4.

13Jean d’Outremeuse ne s’est pas contenté, comme Mousket, d’introduire dans le cadre turpinien des détails empruntés à la tradition vulgaire. Turpin comme Roland ne sont pour lui que des sources qu’il mélange sans égard avec ses inventions personnelles ou avec certains récits héroïques inconnus de nous. Œuvre moins asservie au passé, œuvre pleine de bonhomie, d’une bonhomie un peu débraillée.

4. David Aubert

  • 5 L. Gautier. Épop. frç., t. III, p. 587 note a exagéré l’importance du Turpin dans le récit de « Ro (...)
  • 6 Aubert comme le Carmen sont en rapport avec cette oeuvre et non avec une autre, plus archaïque.
  • 7 Rapprochement qui a échappé à L. Gautier, loc. cit., et à G. Doutrepont, Les Mises en prose, pp. 7 (...)

14David Aubert enfin, ou l’inconnu qu’il recopie, fait plus sérieux, plus grave. C’est cependant celui chez qui la chronique latine aura la portion congrue. Il commence son récit par cette rubrique « turpinienne » : Comment Guennelon fu enuoie en Saragoce devers l’admirai Marcille et Baligant son frère (t. II, 1re p., p. 241), puis abandonne pratiquement la vénérable supercherie5. Sa relation de la bataille de Roncevaux est essentiellement fondée sur un Roland rimé, analogue à la deuxième partie de Venise IV, c’est-à-dire avec la prise de Narbonne intercalée dans l’aventure pyrénéenne (voir ci-dessus). Mais, avant ce récit, Aubert raconte les débuts de l’affaire comme dans le Carmen de prodicione Guenonis. Charlemagne est maître de l’Espagne, sauf de Saragosse. A Merinde, il tient un conseil où Roland l’engage à achever sa conquête et à mander ses ordres au roi de Saragosse (p. 241). Ganelon est désigné pour accomplir cette mission périlleuse (p. 242). « Le conte Guennelon vint a son logis, ou il se mist a point, presens moult de nobles hommes, qui lui demanderent ou il aloit, voulans le compagnier, dont il n’en voult personne et ne chaindy espee, ne chassa esperon, ains monta a cheual, et tant cheuaucha qu’il vint deuers le roi Marsille » (p. 243). La reine Braminonde apaise la colère de son époux et sauve Ganelon de la mort (p. 244). Ganelon finit par trahir. La parenté avec le Carmen est certaine, et il est peu vraisemblable que David Aubert procède du poème latin. Tous deux dérivent d’une œuvre tardive (postérieure à la relation classique, peut-être appartenant au mouvement du Roland rimé6), qui amorçait différemment l’aventure7. De plus, notre chroniqueur « bourguignon » raconte lui aussi le retour de Baudoin auprès de Charlemagne qui apprend de lui la défaite. Détail semblable à celui de Jean d’Outremeuse.

5. Considérations finales

15A en juger par les trois chroniques choisies, il a existé parmi les chroniqueurs une tradition tacite qui les engageait à combiner la relation de Turpin et celle de Roland. Cette tradition, ils l’ont appliquée chacun à sa façon : Jean d’Outremeuse en se souvenant de Galien, D. Aubert en se rappelant les données du Carmen, Mousket en systématisant les suggestions de ses sources. Cette diversité d’attitudes est l’indice que la tradition n’était pas écrite. Il n’y a pas eu de tradition intermédiaire, constituée d’une chaîne de textes, analogue à celles de Roland et de Turpin, qui développait un récit mixte composé d’éléments empruntés à ces dernières. Il y a eu une attitude commune chez certains chroniqueurs ouverts aux enchantements de la geste.

16Grâce à cette attitude, la bataille de Roncevaux a été l’objet d’un récit hybride et souvent incohérent, mais inconnu jusque là.

Notes

1 Voir R. N. Walpole, Philip Mouskès and the Pseudo-Turpin Chronicle, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1947 (University of California publications in modem Philology, vol. 26, n° 4).

2 Voir L. Michel, Les légendes épiques carolingiennes dans l’œuvre de Jean d’Outremeuse, pp. 51 ss. (2) Op. cit., p. 285.

3 Op. cit., p. 285.

4 Ce détail réapparaîtra dans la suite (voir ci-dessous, David Aubert, Lope Garcia de Salazar ; voir aussi toute la tradition italienne). Voir J. Horrent, Le récit de la bataille de Roncevaux chez Lope Garcia de Salazar, Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. XXVIII, 1950, n° 2.

5 L. Gautier. Épop. frç., t. III, p. 587 note a exagéré l’importance du Turpin dans le récit de « Roncevaux ».

6 Aubert comme le Carmen sont en rapport avec cette oeuvre et non avec une autre, plus archaïque.

7 Rapprochement qui a échappé à L. Gautier, loc. cit., et à G. Doutrepont, Les Mises en prose, pp. 72 ss. Indiquons-le sans plus, en attendant l’étude que M. R. Guiette prépare sur Aubert.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search