Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Troisième partie. Essai sur l'évolution du thème de Roland

Chapitre VII. Galien le restoré

Texte intégral

1. Généralités

1A partir de la fin du xiie siècle, la Chanson de Roland rimée a commencé à rayonner à travers la France et les pays où était entendu le français. Son succès a été grand, à en juger par le nombre des manuscrits conservés et des copies perdues que la confrontation des premiers nous contraint de supposer. L’époque de splendeur que connaît la geste rimée de la fin du xiie siècle au xive siècle, voit le triomphe de notre poème. L’intérêt a dû décroître à la fin du xive siècle, pour s’affaiblir encore au xve. Le remaniement de Cambridge, qui est composé à cette date, fait quelque peu l’effet d’un anachronisme.

2Cette perte de popularité à la fin du moyen âge est due à la concurrence d’une autre œuvre qui raconte, elle aussi, la bataille de Roncevaux : la geste de Galien le Restoré. Ce récit très particulier, où Roncevaux n’est plus qu’un événement parmi d’autres, est né au moment où la chanson rimée connaissait ses plus grands succès. Il va, avec le temps, s’imposer à son détriment. Lorsque la mode sera venue de mettre en prose les œuvres rimées, Galien aura remporté une victoire presque complète : c’est lui, plus que la Chanson, qui attirera les regards des dérimeurs du xve siècle ; et, par l’intermédiaire de proses manuscrites, c’est lui qui connaîtra, le premier de toute la tradition rolandienne française, les honneurs de l’impression.

2. Position respective des versions françaises

3La tradition de Galien se compose, comme nous l’avons dit plus haut, d’un poème rimé copié au xve siècle et conservé à Cheltenham (Chelt), de deux proses manuscrites connues par les manuscrits 3351 et 1470, de deux imprimés, le Galien impr. et le Guérin, base d’une série nombreuse de réimpressions qui se prolonge presque jusqu’à nos jours.

  • 1 Das Gedicht Galien Rethoré der Cheltenhamer Handschrift und sein Verhãltnis zu den bisher allein b (...)
  • 2 Ep. frç., t. III, pp. 515 note. L. Gautier ignorait l’existence du Galien de Chelt ; G. Paris, His (...)

4Comment se répartissent ces diverses copies ? Quels sont leurs rapports réciproques ? Quelle est la tête de la tradition ? Autant de questions auxquelles il importe de répondre avant d’examiner les particularités littéraires de chacune des versions conservées. Le problème a déjà tenté la critique. Karl Pfeil s’est appliqué à le résoudre dans sa dissertation inaugurale1. Ce mémoire judicieux, qui a remplacé les tentatives de L. Gautier et de G. Paris2, nous sera utile malgré son ancienneté.

5Nous n’entreprendrons pas ici une confrontation, mot par mot, des diverses versions de Galien. Nous discuterons les oppositions principales, celles qui ont une signification littéraire.

  • 3 Une simple indication de page, suivie éventuellement de celle du vers, renvoie à l’édition Stengel (...)

6A. — Voyage de Charlemagne à Jérusalem. — Chelt conduit ’empereur avec ses douze pairs, par la Bourgogne et par les monts escarpés de Mongy, jusqu’à Jérusalem (p. 2)3. Le texte du ms. 3351 leur fait suivre le même itinéraire, mais avec une halte à Rome pour prendre congé du pape (K. p. 41) ; Charles regagnera la France par Constantinople pour s’assurer des dires de son épouse sur le faste de l’empereur byzantin (K. p. 43). Le texte du ms. 1470 rapporte également la scène avec la reine (K. p.72) et le passage du Montjeu (K. p. 74). Galien imprimé suit la même marche narrative, mais nomme Venise à côté de Rome et des « passages des monts dangereux à passer » (K. pp. 98, 101). Guérin ne connaît rien de ce récit, sauf le lieu d’embarquement italien qui pour lui est Brandis (p. 2 note).

  • 4 Ed. E. Koschwitz, Karls des Grossen Reise nach Jerusalem und Constantinopel, 7e éd. revue par G. T (...)
  • 5 Voir Pfeil, op. cit., p. x.

7On sait que le début du Galien procède de la tradition du Pèlerinage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople. Ce récit possédant la scène entre Charlemagne et l’impératrice (vv. I ss.)4, celle-ci a dû exister aussi dans l’archétype de la tradition de Galien. Chelt l’a supprimée, comme il a supprimé tout ce qui se rapporte à Constantinople. Dans l’archétype, l’empereur s’est embarqué en Italie pour la Palestine après avoir traversé la Bourgogne et le Mont-Cenis et s’être arrêté à Rome, où le pape bénit les pèlerins. Le voyage est maritime. Guérin a peut-être sauvé le nom du point d’embarquement. Cette traversée s’oppose à la randonnée terrestre du Pèlerinage (vv. 98 ss.)5.

8B. — L’arrivée des Français à Jérusalem est annoncée au patriarche de la Ville Sainte par un juif (1470, K. p. 74 ; Gal. impr., K. p. 102), par un chrétien (3351, K. p. 41) ou par des Sarrasins (Chelt p. 4).

9L’archétype a certainement parlé d’un juif, comme le Pèlerinage (vv. 129 ss.). La situation a paru inacceptable aux remanieurs de 3351 et de Chelt. Ce dernier n’a pu concevoir Jérusalem sans Sarrasins, en dépit de l’atmosphère pacifique et sereine qui baigne l’épisode, parce qu’à son époque, Jérusalem était aux mains des Musulmans. Le premier n’a pu admettre un juif dans un rôle qui ne soit pas antipathique.

10C. — Sur le chemin qui conduit de Jérusalem à Constantinople, les pèlerins français sont victimes d’une agression de la part d’une bande sarrasine commandée par un certain Braimant. Dieu secourt ses fidèles dans cette extrémité. Les païens de Braimant sont pétrifiés et, ajoute le seul Chelt (p. 9), les pèlerins de Jérusalem peuvent encore aujourd’hui voir les blocs de rochers. Addition de la part de Chelt, ou omission de la part du modèle de 3351, 1470 et du Galien imprimé ?

  • 6 Op. cit., p. xiv.

11Il est difficile de se prononcer. Pfeil6 penche pour la première solution. La seconde est peut-être préférable, parce qu’à l’époque de l’archétype, régnait la mode de faire des allusions aux pèlerinages et que son auteur a pu être incité à suivre cette mode par l’exemple de sa source, le Roland rimé.

12Plus importante est la question de savoir si le récit reproduit par toutes nos versions, c’est-à-dire propre à l’archétype de celles-ci, est cohérent et digne de confiance. Partout on insiste sur le fait que les pèlerins portent des armes. Voilà qui ne va guère avec la qualité de vrais pèlerins. Voilà qui fait double emploi avec le miracle de la pétrification. En effet, les Roland, les Olivier, les Ogier..., même en nombre insuffisant, sont capables de se débarrasser de Braimant et de ses Turcs sans le secours de Dieu. Or le miracle est authentique (voir les miracles des reliques dans le passage correspondant du Pèlerin, vv. 255 ss.). Ce qui ne l’est pas, ce sont les inutiles épées des barons français. Il semble bien qu’elles constituent une adjonction de l’archétype à un modèle antérieur.

13D. — Nous voici à Constantinople. Les scènes hautes en couleur du Pèlerinage (vv. 262 ss.) sont dans toutes les mémoires.

14Le récit du séjour de Charlemagne dans la ville enchanteresse diffère profondément selon nos versions. Il n’existe pas dans Chelt ni dans le Guérin (ce dernier ignore aussi celui de Jérusalem). Grave omission de la part de nos deux remanieurs. L’archétype de nos versions a raconté les aventures de Constantinople, qui étaient le point de départ de son affabulation personnelle, l’explication de la naissance du protagoniste Galien.

  • 7 1470, K. 78 ss. ; Galien impr., K. pp. 107 ss.

15Les proses des mss 3351, 1470 et du Galien imprimé ont donc ici conservé le récit ancien avec le plus de fidélité. En général 3351 a abrégé et, entre autres, il a supprimé comme incroyable (K., p. 48) la scène curieuse des « vilains magnifiques » substituée7 à la description de la merveilleuse Constantinople (Pèl. vv. 262 ss.). La péripétie des gabs présente une succession différente de vantardises, et certaines d’entre elles sont attribuées différemment aux héros selon les rédactions. Sans entrer dans le détail complexe de ces multiples variantes, nous dirons que chacun des textes rimés a apporté ses modifications personnelles. L’accomplissement des vantardises présente plus d’unité dans la tradition. Dans 1470 et Gal. impr., Hugon arrête les frais, comme dans le Pèl. (vv. 783 ss.), quand Constantinople est sous l’eau (1470, K. p. 96 ; Gal. impr., K. p. 131), tandis que dans 3351 (K. p. 70), il renonce plus tôt à éprouver la puissance surnaturelle des Français.

16En général, pour ce passage, 1470 et Gal. impr., c’est-à-dire leur modèle commun, sont plus fidèles à l’archétype que les autres versions. 3351 l’a abrégé, Chelt a fait sauter le passage, Guerin s’est borné à s’en souvenir.

17E. — A son retour en France, Charlemagne entreprend son expédition d’Espagne à laquelle il songe depuis longtemps. Dans Chelt (pp. 10 ss.), 1470 et Gal. impr. (pp. 385 ss.), la campagne est décidée sur-le-champ ; les barons français accompagnent l’empereur sans enthousiasme. 3351 (pp. 386 ss.) fait suivre la scène de Constantinople de fêtes qui durent quinze jours et au cours desquelles l’empereur est avisé par trois fois qu’il doit débarrasser le chemin de Saint-Jacques des souillures païennes. Charles annonce à ses seigneurs son intention de descendre en Espagne. Stupeur du baronnage. L’empereur vainc sa résistance. Guérin (pp. 28, 29 note), de son côté, fait allusion à des guerres qui séparent l’expédition d’Espagne du voyage d’Orient, à la vision « turpinienne » de saint Jacques qui ordonne à l’empereur de délivrer sa route, à la bataille contre Fernagus, à la prise de Cordres...

18Le voyage d’Orient paraît dans les préoccupations guerrières comme une pieuse et joyeuse parenthèse (voir Chelt p. 2 ; Guérin p. 384 ; 3351 p. 385). Les versions qui lancent Charlemagne sur les routes d’Espagne dès son retour sont donc conformes à l’archétype. 3351 et Guérin ont diversement ralenti le mouvement par des souvenirs du pseudo-Turpin.

19F. — Pendant que Charlemagne mène sa campagne espagnole, le jeune Galien croît en vaillance dans l’empire de Constantinople. Un beau jour, il apprend le secret de sa naissance.

20Les versions diffèrent sur ce point. Dans Chelt (pp. 26 et 33), il entend son grand-père dire à Jacqueline :

« Belle fille, vous soyés bien venant
Pour l’amour de vo filz qui tant est si plaisant
Qu’Oliuier engendra, quant cy fu herbergant.
Mon or et mon argent met tout en vo commant ;
Car meilleur cheualier n’a jusqu’en oriant
Qu’est Oliuier son pere, si non le duc Roulant. »
« Grant merci, monseigneur », dist Galien l’enfant.
Quant Galien entent, qu’il est d’Oliuier filz...,

21il se décide à partir à sa recherche.

22Dans 3351, Guérin et Galien impr., Hugon de Constantinople n’a aucune responsabilité dans l’affaire. Le responsable, c’est son fils Thibert, l’oncle de Galien, qui, à la suite d’une dispute au cours d’une partie d’échecs, traite le jeune homme de bâtard (pp.. 27 ss.). Celui-ci vient demander des explications à sa mère qui lui révèle le nom d’Olivier (pp. 31 ss.).

23Nous verrons plus loin que Chelt n’a fait qu’abréger un récit qui possédait l’affabulation de 3351, du Guérin et du Galien imprimé ; mais que, ce faisant, il a recréé un récit plus simple et peut-être plus primitif.

24Le ms. 1470 raconte, en effet, les choses comme suit : « Le roy Hugues les apparcoyt, si vient au deuant et embrasse sa fille et lui dist, que bien fust elle venue « pour l’amour de vostre filz qui tant est bel et gracieulx que Oliuier vous engendra quant il fut céans / Si vous habandonne mon or et mon argent ; / car je scay bien, que meilleur chevalier n’a d’icy en orient / qu’est Oliuier son pere, si n’est Roland... / Quant Galien entent le roy Hugues, si fut moult joieux et vint à son seigneur et lui dist : « Sire je vous remercye » (pp. 26 ss.).

25Galien est donc informé de sa naissance ? Qu’on n’en croie rien ! 1470 racontera comme les autres proses la scène de l’échiquier et ses conséquences (pp. 27 ss.).

26Remarquons que 1470 procède pour la scène avec Hugon d’un texte rimé, analogue à Chelt mais non identique. Il y a donc deux traditions du passage. Celle de « l’échiquier », attestée partout, était connue de l’archétype ; l’autre, reproduite dans Chelt et dans 1470, c’est-à-dire dans deux textes appartenant comme nous le verrons, à des branches différentes, devait s’y trouver aussi.

27L’archétype devait par deux fois annoncer à Galien sa naissance. Contradiction inconnue de son modèle, qui confirme l’existence de celui-ci déjà supposée plus haut (même chapitre, 2, C). Quelle est la version de ce modèle ? En principe, celle qui se rapproche le plus du Pèlerinage, celle qui ignore Thibert le fils d’Hugon, inconnu de la vieille chanson. En outre, il serait peu vraisemblable qu’un remanieur ait commis la contradiction relevée plus haut pour insérer les vers cités de Chelt sans effet et sans relief. Par contre, il est probable qu’il a tenu à rimer le poncif efficace de « l’échiquier », même au prix d’une contradiction.

28Conclusion aux conséquences lointaines. Si le fils de Hugon n’injurie pas Galien, tout le thème de la haine entre celui-ci et ses oncles est postiche, constitue une interpolation de l’archétype et non l’œuvre de son modèle primitif. Avant l’archétype, il n’y avait pas de Thibert et de Henry, pas de fils félons de Hugon.

29Galien prend le chemin de l’Occident. Il arrive à Gênes où il fait la connaissance des parents d’Olivier, son père Renier, sa mère, sa sœur (pp. 52 ss.). Toute la scène de Gênes est une interpolation de l’archétype des versions conservées. Selon elle, Bellaude se trouve à Gênes, auprès de son père Renier. Plus tard, conformément au Roland rimé, elle se trouvera à Vienne auprès de son oncle Girart (p. 365). Ce dernier trait, traditionnel, exclut l’autre.

  • 8 Op. cit., p. xxi.
  • 9 Éd. cit., pp. 54 ss.

30L’« interpolation » de Gênes se présente dans nos versions sous deux formes différentes : une longue (1470 et Gal. impr., 3351, pp. 54 ss.), et une brève (Chelt et Guérin pp. 68 ss.). Nous découvrons un argument en faveur de l’antériorité de cette dernière. Galien a reçu de Renier de Gênes le cheval Marchepin, sur lequel il arrive dans la plaine de Roncevaux. Dès qu’il aperçoit le cheval, Olivier le reconnaît et rappelle qu’il l’a conquis sur un roi païen (p. 204, vv. 227, 30-32, détail commmun à Chelt, 1470 et Gal. impr.). Or, dans la version développée, où l’on traite longuement de Marchepin (pp. 62 ss.), je ne vois pas qu’il soit question de la conquête du destrier, alors que tout engageait à en parler. Par contre, le détail existe dans la version brève (p. 73, v. 185, 18). Il y a donc eu amplification de l’épisode par le modèle des romans en prose (sauf Guérin) plutôt que rétrécissement de la part du modèle de Chelt et Guérin à l’inverse de ce que croyaient Pfeil8 et Stengel9.

31A l’amplification du modèle de 1470, 3351 et Gal. impr. se rattachent les deux scènes de brigandages qui dans ces versions précèdent et suivent la scène de Gênes (pp. 52 ss., 66 ss.) et sont inconnues de Chelt et de Guérin.

  • 10 Il n’est pas question ici de 3351.

32G. — Bataille de Roncevaux. La reine Braminonde est-elle intervenue dans la scène où Ganelon remet son message et trahit ? Chelt et Guérin répondent oui (pp. 90 ss.) ; 1470 et Gal. impr. (pp. 85 ss.), non10. La relation de Chelt-Guérin me paraît plus ancienne parce qu’elle se rapproche davantage de celle de Roland, où Braminonde n’est pas absente de la scène (voir ci-dessus).

33Le dessin même de la scène est différent dans Chelt-Guérin (pp. 92 ss.) et dans 1470-Gal. impr. (p. 85). Celle-là est évidemment antérieure à celle-ci : elle se modèle plus étroitement sur la scène correspondante de la source rolandienne, en conserve la répartition en deux tableaux de climat opposé unis par la charnière qu’est l’intervention de Blancandrin. Le remaniement dont s’inspirent 1470 et le Gal. impr. a expulsé Blancandrin.

34L’ambassade de Ganelon est liée à l’apparition de Galien dans le camp français. Dans 1470 et Gal. impr., le jeune homme paraît se présenter à Charlemagne avant le départ de Ganelon pour Saragosse (pp. 85 ss.). Dans Chelt et Guérin, il arrive après celui-ci (pp. 115 ss.). De nouveau ces deux versions sont dans la vérité originale. La source de 1470 et du Gal. impr. a bouleversé l’ordre de ses scènes tout en maintenant la chronologie primitive : « Ung jour avant que Galyen arrivast... », dit-il pour introduire son récit du tragique message. Autre intervention grave de sa part : la suppression de l’ambassade de Blancandrin, connue de Chelt-Guérin (pp. 73 ss.) et du modèle rolandien.

35Quant à 3351, (p. 104) il offre un récit très sommaire qui, à en juger par la place où il situe la scène entre Marsile et Ganelon, se range aux côtés du groupe Chelt-Guérin plutôt que du groupe opposé.

  • 11 Ronsasvals, Romania, t. LXVI, 1940-41, pp. 444 ss.

36H. — Dans Galien, Roland envoie un messager auprès de Charlemagne pour l’informer du désastre. Ce messager, c’est Gondelbuef e Frison. Dans 1470, Gal. impr. (p. 139), 3351 (p. 138), Gondelbuef meurt après avoir accompli sa douloureuse mission, et c’est là une belle idée. Dans Chelt et Guérin, il survit à son message (p. 143). M. Roques incline à penser que la mort de Gondelbuef après son message est primitive, et que Chelt, ou plus justement le modèle de Chelt et de Guérin, aurait tenté de combiner cette donnée avec celle du Roland rimé qui ne fait pas intervenir Gondelbuef avant le jugement de Ganelon11. Cette combinaison postérieure me paraît difficilement acceptable. Avec Gondelbuef, mort ou non après sa mission, le Galien original procède du Roland rimé pour son récit de Roncevaux : la présence même de Gondelbuef en est, entre autres, un indice.

37L’hypothèse de M. Roques suppose que, d’une part, le poète original rompt avec son modèle rolandien pour faire de Gondelbuef une victime de Roncevaux et que, d’autre part, un remanieur du premier Galien s’inspire du Roland rimé et rétablit son récit. A cette hypothèse soucieuse de ménager l’ancienneté de la leçon « mort de Gondelbuef après son message », il est possible d’en opposer une autre. Comme dans le Roland, rimé, le Galien initial, respecté par Chelt et Guérin, utilise Gondelbuef dans le procès de Ganelon, après l’avoir guéri de ses blessures de Roncevaux. Un remaniement, représenté par 1470 et Gal. impr., le fait mourir après son message, limitant ainsi son rôle à l’unique épisode de Roncevaux. Des deux hypothèses, la seconde me paraît nettement supérieure, tant pour sa plus grande vraisemblance que pour sa plus grande conformité avec l’évolution traditionnelle de nos chansons. Plutôt qu’une double consultation du Roland rimé, je préfère accepter une tradition de Galien s’éloignant progressivement de la source rolandienne. Le Roland assonancé ignore Gondelbuef ; le Roland rimé l’introduit dans l’histoire, hors de la bataille proprement dite, dans la scène nouvelle de la seconde fuite de Ganelon ; le Galien originel conserve cette donnée, mais renforce le rôle du Frison en l’utilisant comme messager de Roland ; un remanieur survient : il élimine Gondelbuef du jugement de Ganelon et le fait mourir, son message accompli.

38I. — Avant de retrouver son père mourant, Galien devra se débarrasser de nombreux païens qui se mettent en travers de sa mission filiale. L’un d’eux, Martingnaus, livre au fils d’Olivier un dur combat, dans 1470, Gal. impr. et 3351 (pp. 149 ss.). Chelt et Guérin ignorent ce long duel. Celui-ci est cependant original, car Chelt y fait lui-même allusion (p. 164, 216, v. 26).

39De même, le rédacteur de Chelt paraît avoir conservé la leçon initiale quand il s’abstient de conter en détails le combat entre Galien et Corsuble, le neveu de Pinart, combat dont la seule fonction est de fournir un cheval à Pinart. Le modèle de 1470 et de Gal. impr. n’a pu s’empêcher d’amplifier le Galien original.

  • 12 Cfr 1470 : « Seigneurs, saichez, que ce que je vous vueil dire n’est pas mensonge 1 Mais est vérit (...)
  • 13 Cfr Gal. impr. : « lors print Haulteclere l’espee de son pere Oliuier et la ceignit a son costé » (...)

40Deux petits détails, choisis parmi des centaines d’autres, sont en faveur cette fois de 1470 et Gal. impr. « Or vous diray cy en vérité, que ce ne fut point mensonge ; car a l’heure que Rolant rendi l’ame a dieu, toute la terre d’enuiron commenca a trembler », dit le Gal. impr.12. Ni Chelt ni Guérin ne connaissent cette idée qui correspond au v. 1427 de Roland (Oxf ; cfr P l. 50, v. 905 ; Ch l. 152, v. 2436 ; V7 l. 143, v. 20 ; V4 v. 1339). Galien, resté seul à Roncevaux, « prinst Haulteclere qui moult estoict bonne qui auoit esté a son pere Oliuier et la seignit Gallien a son cousté senestre » rapporte 147013. Détail absent du Chelt et de Guérin, rendu nécessaire par la suite du récit 229, v. 38).

  • 14 Cfr 3351 (p. 232).

41J. — Où doit se situer le renouvellement du miracle de Josué ? Dans Chelt et dans Guérin, il se produit immédiatement après le dénouement de la première bataille de Roncevaux (pp. 236 ss.)14. Dans 1470 et Gal. impr., le miracle ne se manifeste que beaucoup plus tard, après la victoire de Charles sur Baligant (p. 235).

  • 15 Cfr E. Stengel, éd. cit., p. xxxvi.

42Outre que la version Chelt- Guérin-3351 a pour elle sa conformité avec la Chanson de Roland15, la version 1470-Gal. impr. présente une grave lacune, causée par le déplacement du miracle. On se souvient que, dans la tradition conservée de Roland, le miracle est suivi de la noyade des païens dans le Sèbre, puis du retour de Charles à Roncevaux, et qu’il est sans liaison avec la prise de Saragosse. La ville de Marsile ne tombe que plus tard, après les vains efforts de Baligant. Retardant le miracle jusqu’après l’épisode de Baligant, le modèle de 1470 et du Gal. impr. retarde avec lui tout son contexte : la noyade, le retour de Charlemagne. Par conséquent, dans ce texte, Charles agira après sa victoire sur Baligant, comme il agit dans Roland et Chelt-Guérin après la victoire sur les fuyards de Marsile, c’est-à-dire qu’il ne s’empare pas de Saragosse. Et comme il n’a plus d’occasion de s’en emparer par après, jamais la capitale aragonaise ne capitulera dans 1470 et dans Gal. impr., jamais le roi Marsile ne mourra. Grave invraisemblance ! Elle confirme le caractère postérieur du remaniement qui la possède. La transformation est ici le fait de la source de 1470 et du Gal. impr.

43K. — Dans la tradition de Galien comme dans celle de Roland, l’épisode de Baligant retiendra notre attention.

44Deux versions l’ignorent : Guérin et 3351. Mais leur modèle a dû le posséder puisqu’il se trouve à la fois dans la source rolandienne et dans Chelt, 1470 et Gal. impr.

45Ces trois versions n’offrent toutefois pas une leçon identique : Chelt (pp.324 ss.) raconte la victoire sur le païen après celle de Galien sur les bourreaux de sa mère, après le sacre du héros à Constantinople ; 1470 et Gal. impr. la situent avant le retour de Galien dans la capitale byzantine (pp. 323 ss). Chelt paraît un moment amorcer le récit concurrent (p. 272, vv. 17 ss.), non pas tel qu’il est, altéré par le déplacement du miracle dans le modèle de 1470 et de Gal. impr., mais tel qu’a dû le présenter le Galien premier, avec Marsile se tuant à la nouvelle de la défaite de son garant, avec Charlemagne assiégeant Saragosse. Mais après avoir commencé l’épisode de Baligant, Chelt s’arrête brusquement et passe aux exploits de Galien à Constantinople (p. 273, vv. 33 ss.). D’autre part, placer « Baligant » après « Constantinople », c’est contraindre Galien à sauver sa mère avant d’avoir achevé de venger son père, c’est l’obliger à compromettre le succès de Charlemagne devant Saragosse. Avec l’ordre de 1470-Gal. impr., par contre, une fois la campagne d’Espagne terminée, une fois Olivier vengé avec éclat, le « restaurateur » peut sans arrière-pensée voler au secours de sa mère. La simplicité de cette succession est dans le cas présent, en faveur de son antériorité.

  • 16 Que paraît suivre l’abréviateur de 3351 (pp. 318 ss).

46Chelt offre donc, cette fois, la leçon remaniée. Son poète en est-il personnellement responsable ? Ou la transposition des épisodes est-elle imputable à son modèle ? Pour en décider, il faut jeter un coup d’œil sur Guérin, qui a supprimé « Baligant » et qui, habituellement, se range aux côtés du texte rimé. L’imprimé résume, non le récit de 1470-Gal. impr.16, mais celui de Chelt (p. 272). L’interversion n’est donc pas le fait du poète de Chelt, mais du modèle qu’il a en commun avec Guérin.

47L. — Galien accourt à Constantinople pour sauver sa mère des mains de ses oncles Henry et Thibert. Il réussit à vaincre leur redoutable champion Burgalant. Après cette victoire, a-t-il dû résister à un assaut personnel de ses oncles ? Chelt (pp. 313 et 321) ne raconte pas cette lutte et ne parle que de sa conclusion. 1470, Gal. impr. (pp. 313 ss.) et 3351 (p. 315), au contraire, détaillent toutes les péripéties du combat et même le corsent d’un épisode spécial : l’enlèvement de Jacqueline à la faveur de la mêlée (p. 315 pour 3351, p. 317 pour 1470 et Gal. impr.). Ce rapt entraîne toute une cascade d’aventures : poursuite des ravisseurs par Galien (p. 318), fuite éperdue dans les bois de Jacqueline qui tombe aux mains de ses frères (p. 318) ; ceux-ci sont finalement arrêtés par les hommes de Galien (p. 318).

  • 17 Le verbe courent (p. 321, v. 17) n’a pas de sujet pluriel exprimé.
  • 18 Parti pris personnel, qui n’est pas attribuable à son modèle direct, puisque le remanieur de Guéri (...)

48Aucune des deux traditions ne doit avoir conservé le récit original. La version de Chelt est abrégée, limitée à la conclusion de l’épisode. Le modèle a dû être plus long. Henry et Thibert ont manifesté leur intention de secourir leur champion si celui-ci était en mauvaise posture (p. 295, tant dans Chelt que dans 1470-Gal. impr.). Il serait étonnant qu’ils n’aient pas tenu promesse. En réalité, ils ont voulu venger Burgalant, mais Chelt n’a retenu que la fin désastreuse de leur intervention. Son modèle a dû être plus détaillé. Chelt offre en effet un texte grammaticalement incorrect17, et incorrect par omission. D’autre part, la longue rivalité entre Galien et ses oncles, un des thèmes de Galien, devait nécessairement se terminer par un combat singulier. Le silence de Chelt fait partie d’ailleurs d’un parti pris général de l’auteur qui supprime les oncles de Galien18.

49Mais le poème original possédait-il les péripéties que racontent 1470, Gal. impr. et 3351 ? D’après le résumé de Chelt (p. 322, v. 19), il semble que, dans son modèle, les deux frères félons étaient tués au cours de leur combat contre Galien. Le récit suivi par 1470, Gal. impr. et 3351 prolonge, au contraire, leur vie misérable pour en arriver après des détours romanesques au même point. Il y a là complication inutile d’un récit plus simple.

50Selon moi, l’archétype, qui n’a été fidèlement reproduit par aucune des versions conservées, racontait un duel entre le héros et ses oncles ; ce duel se déroulait à Constantinople et s’achevait par la mort des criminels.

51M. — Le triomphe de Galien s’accompagne de son couronnement comme empereur de Constantinople. Il revient ensuite en Occident, à Monsurain, auprès de sa charmante et sage épouse Guimarde. Son retour est-il pacifique, comme dans Chelt (p. 323), et sa mère l’accompagne-t-elle ? Ou bien son retour est-il guerrier et solitaire, comme dans 1470, 3351 et Gal. impr. (pp. 318 ss.), vient-il délivrer son château et Guimarde assiégés par les hordes sarrasines ?

52Littérairement, la retraite définitive de la douloureuse Jacqueline, de la veuve d’Olivier, est plus « épique » que son séjour au foyer heureux de son fils. De même, le retour guerrier de Galien est supérieur à l’autre leçon. La délivrance de l’épouse assiégée dans Monfusain est en parallélisme avec la délivrance de la mère à Constantinople et la vengeance du père à Roncevaux. Galien est le « restaurateur » de toute sa famille autant que de l’armée chrétienne. La solution donnée au problème de Baligant nous invite aussi à préférer la leçon de 1470, 3351 et Gal. impr. En outre, nous nous représentons sans difficulté le remaniement de Chelt. C’est une abréviation et une déformation pour pouvoir raconter la bataille de Baligant après l’épisode de Constantinople.

53Dans le Galien premier, le héros a été couronné à Constantinople, est revenu délivrer sa femme assiégée dans Monfusain tandis que sa mère se retirait dans un couvent en Orient.

54N. — Après la délivrance de Monfusain, Galien est-il resté dans son château reconquis (Chelt p. 365, Guérin p. 272), ou a-t-il regagné la capitale de son empire avec Guimarde, sacrée impératrice à son arrivée (1470, Gal. impr, 3351, pp. 320 ss.) ?

55L’histoire de « Galien » est un éloge continu du héros. Il est normal qu’elle achève la partie qui lui est consacrée sur une vision d’apothéose. A cet effet, le retour de l’empereur à Constantinople est beaucoup plus efficace que son séjour à Monfusain. Il serait en outre extraordinaire que Galien préférât l’obscur château au siège impérial et que son épouse aimante et dévouée n’ait à aucun moment partagé les honneurs impériaux de son mari.

56En tous points inférieure à sa concurrente, l’affabulation de Chelt-Guérin est une nouvelle conséquence du déplacement de « Baligant » après « Constantinople ». Ramenant son héros d’Orient en Espagne pour lui permettre de vaincre Baligant, le remanieur a renoncé à le reconduire une troisième fois dans l’empire byzantin et a préféré l’abandonner dans sa conquête de Monfusain.

57O. — Marsile ne meurt que dans Chelt (p. 364) : il se suicide d’un coup de poignard. Ni 1470 ni Gal. rim. ni Guérin ne rapportent la mort du roi païen : les deux premiers en raison de leur transfert du miracle de Josué (voir ci-dessus), le dernier par suite de son omission de « Baligant » (voir ci-dessus). 3351 ne précise rien non plus ; mais, faisant allusion à la conquête de Saragosse, il laisse entendre que son souverain est mort (p. 255). Nous n’avons pas les moyens de décider si le suicide se trouvait déjà dans le premier Galien. Il semble toutefois que dans ce poème le roi de Saragosse ne survivait pas à sa défaite.

58P. — Seuls Chelt et Guérin (p. 368) rapportent les scènes de Blayes. Comme elles existent dans la source rolandienne, elles ont dû exister aussi dans le Galien original.

59Q. — Le châtiment de Ganelon. Dans Chelt et Guérin, Gondelbuef est le premier à se dresser contre le traître (p. 370). Mais dans la suite, ce sera Thierry qui jouera le grand rôle : il rattrapera Ganelon en fuite (p. 375) et luttera contre Pinabel (Guérin seul, p. 376). Dans 1470 et Gal. impr., au contraire, le rôle de justicier est uniquement tenu par Thierry. Gondelbuef est mort après avoir annoncé la mauvaise nouvelle à Charles (p. 139).

60Malgré la supériorité littéraire de cette dernière version, le récit de Chelt-Guérin est celui de l’original de Galien (voir ci-dessus).

  • 19 Il n’y a nulle raison sérieuse pour croire avec G. Paris, Le roman de la geste de Monglane, p. 12 (...)

61Chelt (p. 375) ignore, de son côté, le combat judiciaire entre Thierry et Pinabel, consigné dans 1470, Gal. impr. et Guérin (pp. 376 ss.), et connu de toute la tradition rolandienne. A n’en pas douter nous nous trouvons devant une suppression de Chelt qui, à la fin, veut faire bref19.

62R. — Conclusion. Le travail de remaniement a été intense dans la tradition de Galien. Chacune des versions conservées a profondément retouché le texte. Ces interventions fréquentes et poussées expliquent que, pour maints épisodes, nous n’ayons aucune version qui reproduise fidèlement la leçon originale.

  • 20 Voir G. Paris, Hist. litt. France, t. XXVIII, p. 223 ; Le roman de la Geste de Monglane, p. 13.

63La tradition se divise en deux grands mouvements contraires : d’une part Chelt et Guérin, et d’autre part 1470 et Gal impr.. Chelt et Guérin procèdent d’une source commune, diversement respectée par ses remanieurs. Ce modèle devait être un poème rimé, et qui, à en juger par ses deux descendants, ne se bornait pas à l’histoire de « Galien ». C’était plutôt une compilation dans le genre du Guérin de Monglane de Cheltenham lui-même. 1470 et Gal. impr. dérivent eux aussi d’un modèle commun. Ce modèle commun était déjà une mise en prose20 d’un poème plus ancien. Il ne rapportait que le récit de « Galien ». Quant au ms. 3351 qui est, comme on le sait, un autre « Guérin de Monglane » en prose, pour autant que son texte écourté et abrégé permette d’en juger, il paraît tenter la combinaison des deux groupes, d’un Guérin de Monglane en prose plus ancien que celui qui nous est parvenu (voir les points K et E) et du modèle en prose de 1470 et du Gal. impr. (voir les points L, H, F, C).

64Enfin, comme archétype de la tradition conservée de Galien que trouvons-nous ? Un poème uniquement consacré aux aventures du fils d’Olivier et de Jacqueline ? Ou un poème où ces aventures seraient déjà précédées, comme dans les Guérin, du récit de « Girart de Viane » ?

  • 21 art. cit., p. 446.
  • 22 éd. cit., p. xlv.

65Les deux hypothèses sont plausibles. La conception de la primauté du « Galien » sur le « Guérin », du récit simple sur la combinaison, paraît être celle de M. M. Roques21. L’opinion inverse a été défendue par E. Stengel22.

66La solution de Stengel rend mieux compte des tendances de la tradition conservée. Galien est essentiellement une compilation. Le héros principal est une création fondée autant sur le Pèlerinage que sur Roland ; il est le lien nécessaire entre ces deux œuvres, comme ces deux œuvres sont nécessaires pour l’expliquer tout entier. Il ne serait donc pas étonnant qu’au lieu de deux chansons de geste, notre compilateur en ait utilisé plusieurs.

  • 23 K. p. 73.
  • 24 K. p. 98.

67Les versions conservées nous administrent la preuve qu’il en a été ainsi ; que le Galien a été précédé d’un Girart de Viane dans l’archétype de la tradition manuscrite. 1470, consacré au seul « Galien », ne justifie-t-il pas son voyage à Jérusalem par un vœu que Charlemagne prononce au cours de la fameuse bataille entre Roland et Olivier sous les murs de Vienne23 ? Le Gal. impr., l’autre œuvre consacrée au seul « Galien », n’appelle-t-il pas Olivier « comte de Viennois »24 ? Or je ne découvre pas dans la tradition du Pèlerinage que le voyage d’Orient ait été ailleurs expliqué de la sorte.

68Il semble bien que le « Galien » auquel se rattache toute notre tradition ait fait partie d’un « Guérin de Monglane ».

69Pour plus de clarté, schématisons les rapports dans le tableau suivant :

  1. Le Guérin rimé initial ne nous intéressera que par son chapitre consacré à Galien.
  2. Le Guérin rimé remanié est une refonte du précédent qui, entre autres, introduit dans son modèle des bévues dont nous retrouvons la trace dans le Guérin en prose conservé et dans Chelt.
  3. Le Galien rimé remanié a extrait de son modèle la partie consacrée essentiellement à « Galien » et a apporté certaines modifications au récit (Gondelbuef meurt après avoir fait son message à Charlemagne).
  4. Mise en prose du précédent.
  5. Mise en prose du Guérin rimé remanié avec certaines transformations particulières qu’on retrouve dans 3351 et le Guérin en prose conservé (l’expédition d’Espagne est placée sous le signe de saint Jacques ; peut-être l’épisode de Baligant a-t-il été supprimé dans ce texte, bien que ce ne soit pas nécessaire ; 3351 et Guérin cons. peuvent l’avoir omis indépendamment).

3. Ronsasvals et le Viaggio di Carlo Magno in Ispagna ne dérivent pas d’une forme plus ancienne que les textes français

70Le récit de « Galien », chapitre du Guérin rimé initial, constitue-t-il bien le premier « Galien » ? Plusieurs fois nous y avons reconnu des contradictions (voir même chapitre, 2, C F). Signe de la préexistence d’une autre œuvre.

  • 25 Voir L. Gautier, Ép. frç., t. III, pp. 315 ss. note ; G. Paris, Hist. litt. France, t. XXVIII, p. (...)

71A côté de la tradition française de Galien, il existe en effet deux textes qui mettent en scène le fils d’Olivier et racontent son histoire avec des détails partiellement différents : le Ronsasvals et le Viaggio di Carlo Magno in Ispagna. Dans ces deux œuvres, Galien est fils d’une païenne et meurt glorieusement à Roncevaux (Rons., vv. 831, 864, 1086 ss ; Viaggio, voir M. Catalano, Spagna, t.1, pp. 212 ss.). G. Paris et L. Gautier ont fait un sort à l’affabulation du Viaggio (ils ignoraient l’existence du poème provençal) dont ils ont vanté le « caractère primitif » et la « beauté héroïque ». Ils l’ont dérivée d’un poème plus ancien que l’archétype des versions conservées25, donc, selon notre tableau, plus ancien que le Guérin rimé. Le principal argument invoqué en faveur de ce poème primitif était la mort « épique » de Galien au cours de la bataille.

  • 26 M. Roques, art. cit., p. 440.

72Le trait est beau et puissant, sans conteste, mais est-il primitif ? Je ne le crois pas. La mort de Galien à Roncevaux (Ronsasvals) ou devant Saragosse (Viaggio) est une conséquence heureuse de sa naissance païenne. Ne pouvant l’élever sur le trône chrétien de ses ancêtres, le remanieur a choisi de le faire mourir à la bataille. Or l’origine païenne de Galien, contraire aux suggestions du Pèlerinage, n’a rien d’original. « Il y a... lieu d’admettre, entre le récit de Galien, et ceux de Ronsasvals et du Viaggio, un intermédiaire qui a fait de la mère de Galien une païenne26. » Cette modification postérieure a déterminé l’apparition tardive du détail de la mort glorieuse de Galien.

  • 27 Si dans le Viaggio le Frison survit à la bataille, c’est sous l’influence du Roland rimé dont les (...)

73Ces retouches ont été l’œuvre d’un remanieur qui s’est inspiré du Galien rimé remanié (n° 3) et a connu ainsi la mort héroïque de Gondelbuef après son message27.

74Rien de primitif dans l’affabulation de Ronsasvals et du Viaggio. La supposition d’un « Galien » différent de celui que consigne le Guérin rimé original ne sera donc pas appuyée par les deux textes étrangers.

4. Existence hypothétique d’un premier Galien indépendant

75Toute la tradition conservée, même celle des Galiens autonomes, se rattache au Guérin premier. C’est tout ce que nous pouvons établir avec un semblant de certitude. Essayer d’en savoir plus, c’est se hasarder dans le royaume des ombres fuyantes. Nous n’hésiterons pas à nous y risquer, car nous avons vu ci-dessus que l’auteur du premier Guérin peut être tenu pour responsable de contradictions et d’interpolations.

76Le « Girart de Viane », qui précède « Galien » dans le Guérin, pouvait-il engager l’auteur de ce dernier à inventer les fictions de « Galien » ? Il ne semble pas. La fin de « Girart de Viane » nous conduit sur le chemin de Roncevaux, et non sur celui de Jérusalem et de Constantinople. Il est improbable que, sans y être incité du dehors, l’auteur du Guérin ait fait un aussi long détour pour revenir là où son modèle le conduisait immédiatement. Le voyage d’Orient, nécessaire à la fiction de Galien, n’est pas introduit sans artifice ni sans invraisemblance dans le Guérin. Il y a, tout d’abord, le vœu de Charlemagne, qui ne le rattache narrativement à l’histoire de « Girart » que d’une façon lâche. Il y a, surtout, le retard apporté par le voyage dans l’accomplissement de l’expédition espagnole, cependant si urgente (voir pp. 384 ss.). Il ne semble pas que, sans y être forcé par un récit extérieur qu’il voulait insérer dans sa compilation, l’auteur du premier Guérin se fût montré si embarrassé pour établir ses transitions. Cette gêne manifeste laisse entendre qu’il se trouvait devant deux œuvres déjà constituées : un Girart de Viane qui s’achevait sur la perspective de Roncevaux, et un Galien qui commençait par le voyage d’Orient avant de passer à Roncevaux. S’il n’en est pas ainsi, son embarras est incompréhensible. Imaginons la situation. Notre homme a remanié « Girart » et arrive à la fin de sa tâche : les pics qui dominent Roncevaux se profilent déjà à l’horizon. Mais il a dans la tête un vaste projet, un projet original. Il veut inventer un récit nouveau avec le Pèlerinage et Roland, il veut lancer dans le firmament héroïque une nouvelle étoile, Galien. Incité par la fin de « Girart » à parler immédiatement de Roncevaux, ce qui concorde avec son projet personnel, va-t-il reporter ce projet à plus tard, au profit des scènes d’Orient ? Il ne paraît pas. Le mouvement le plus normal de sa pensée serait d’amorcer l’histoire de Roncevaux comme « Girart » l’invite à le faire, quitte dans une large parenthèse subséquente à rappeler la naissance et la jeunesse de Galien. S’il renonce à écouter les suggestions pressantes de la fin de « Girart », s’il retarde avec invraisemblance le combat de Roncevaux, c’est qu’il se trouvait en face d’un récit déjà composé où le voyage d’Orient précédait « Roncevaux ». C’est qu’une rédaction de Galien existait déjà indépendamment de lui.

77Sa tâche a été de réunir, avec plus ou moins d’accommodements, les deux histoires préexistentes de « Girart » et de « Galien », qui toutes deux parlaient de « Roncevaux ». Son travail a été de composer une compilation cyclique.

78Quelles retouches a-t-il fait subir au Galien primitif ? Je présume qu’outre certaines broderies accessoires (multiplication des duels de Galien, insertion de péripéties guerrières comme la bataille que les Français livrent dans Constantinople, scène de Gênes), il a dû ajouter au récit premier la longue hostilité qui oppose Galien à ses oncles. Narrativement, c’est là que son intervention a été la plus soutenue et le plus accusée.

  • 28 Je ne vois pas de raison pour lui refuser le combat entre Galien et Pinart.
  • 29 Je diffère de vues sur ce point avec G. Paris, Hist. litt. France, t. XXVIII, pp. 232 ss. et avec (...)
  • 30 Sur la foi du Viaggio, dont nous avons vu le caractère postérieur, G. Paris, Hist. litt. France, p (...)

79Le Galien primitif devait être moins compliqué. Son argument devait se borner au voyage de Jérusalem et de Constantinople, à la naissance illégitime de Galien en Orient, à son départ à la recherche de son père, à ses exploits à Roncevaux dans les deux batailles que livre Charlemagne28, à la prise de Monfusain et à son mariage avec Guimarde29. Je ne pense pas que Galien a dû perdre la vie à Roncevaux30.

5. Origines rolandiennes du Galien primitif

80Le poème primitif se compose de la combinaison du Pèlerinage et de Roland. Cette combinaison est essentielle ; elle constitue le fondement même de la nouvelle oeuvre. Le personnage de Galien est inconcevable sans sa mère, Jacqueline, la fille de l’empereur Hugon de Constantinople, et sans son père, Olivier, le compagnon de Roland, l’héroïque guerrier de Roncevaux.

  • 31 Éd. G. Rauschen, Die Legende Karls des Grossen im 11. und 12. Jahrhundert, pp. 95 ss. ; F. Castets(...)
  • 32 Éd. Unger, pp. 43 ss. Ne pas confondre avec la traduction du Pèlerinage qui se trouve au livre VII (...)
  • 33 Texte gallois éd. par Rhys pour E. Koschwitz, Sechs Bearbeitungen, pp. 1 ss.
  • 34 Voir L. Michel, Les légendes, pp. 310 ss.
  • 35 Éd. Unger, pp. 468, 470 et 473 ss.

81Nous ne nous attarderons pas à la recherche du poème qui a pu servir de source pour la partie qui correspond au voyage d’Orient. La version de Galien se distingue et se rapproche à la fois de toutes les versions conservées. Limitons-nous à quelques exemples. Par rapport au Pèlerinage avec qui il a en commun la scène des gabs, il présente en plus l’étrange combat contre Braimant et raconte différemment le voyage vers Jérusalem. Par rapport à l’Iter Hierosolymitanum et Constantinopolitanum31, il a en plus la scène des gabs et offre un itinéraire différent. Du récit consigné dans le livre I de la Karlamagnussaga32, il s’écarte par sa scène des gabs. Il ne s’identifie pas davantage avec l’Ystoria Charles galloise du Livre rouge de Hergest : le voyage d’Europe en Palestine passe des deux côtés par l’Italie33, des deux côtés les gabs sonnent clair, mais le texte gallois ignore la pétrification de Braimant. Les trois récits que Jean d’Outremeuse consacre aux voyages de Charles en Orient se distinguent et se rapprochent de notre Galien autant que les précédents34. Le livre VII de la Saga conduit Charlemagne en Orient par l’Italie, connaît la scène des gabs, mais ne souffle mot de Braimant et de ses bandits35.

  • 36 Il existe une autre version galloise conservée dans un ms. Hengwrt et éditée par R. Williams, Sele (...)
  • 37 Voir une discussion détaillée de la question dans Koschwitz, Sechs Bear-beitungen, pp. xiii ss. et (...)

82Galien ressemble le plus aux versions galloise36 et Scandinave (livre VII), sans s’identifier avec elles. Comme elles — et plus qu’elles —, il remanie un poème du Pèlerinage, dont la chanson publiée par Koschwitz est une autre refaçon37.

  • 38 Ép. frç., t. III, p. 573 note.
  • 39 Der altfranzôsische Roman Galien Rethoré in seinem Verhältnis zu den verschie-denen Fassungen der (...)
  • 40 Éd. cit., p. xlv. — E. Koschwitz, Sechs Bearbeitungen, p. xviii, n. 1 écarte toute action du Turpi (...)

83Dans quelle situation est-il vis-à-vis de la tradition rolandienne ? Le sujet a déjà depuis longtemps attiré l’attention de la critique. L. Gautier38 a défendu l’idée que le récit « est emprunté au faux Turpin et aux Remaniements, aux Roncevaux [Rolands rimés] plutôt qu’à la Chanson de Roland [Roland assonancé]. » A la suite d’un examen minutieux de la question, H. Schellenberg39 est arrivé à des conclusions beaucoup plus complexes : « Für die der Roncevaux- und Rolands-Saga entsprechenden Stellen des Galien Rethoré dienten zur Vorlage : 1) Eine altfranzösische Uebersetzung des Pseudo-Turpin, welche dem sogenannten Poite-vinischen Turpin am nächsten steht. 2) Eine O, V4 und n [Saga] und dk [Konrad] sehr nahe stehende (Assonanz-) Redaction (uns nicht erhalten). 3) Eine Reimredaction, V7 V [Ch] am verwandtesten, aber auch gleiche Züge mit PCL aufweisend (ebenfalls verloren) (p. 50). » Conclusions nuancées, trop nuancées au gré du maître de Schellenberg lui-même. E. Stengel, qui n’a retenu comme sources de notre texte que « ein ältere Text des Roman de Roncevaux... ein solcher, welcher sowohl mit dem Carmen de prodicione Guenonis, wie auch mit Turpin in nicht mit Sicherheit aufzuhellenden Beziehungen stand40. »

  • 41 Détail inconnu des remaniements en prose de Galien proprement dit (voir pp. 236 et 246).
  • 42 Les concordances verbales relevées par H. Schellenberg, op. cit., pp. 42 ss. entre notre poème et (...)

84Le « rommans », comme dit l’auteur de Chelt (p. 114, v. 198, 23), consulté par le poète de Galien, est une version du Roland rimé. Gondelbuef qui joue son rôle aux côtés de Roland dans la bataille (voir ci-dessus) réapparaît un moment à la fin du récit lorsque Ganelon s’enfuit (p. 370, vv. 269, 3 ss.), péripétie propre au Roland rimé. La belle Aude est présente à l’esprit de Roland combattant (p. 134, v. 209, 18), trait inconnu du poème assonancé. Estouf, qui fait partie des additions personnelles de la chanson rimée, accompagne Roland à l’arrière-garde (p. 126, v. 204, 40 ; p. 111). Pour que Charles puisse reconnaître les cadavres chrétiens, Dieu fait croître sur eux un coudrier (une palme dans le Guérin en prose) et sur les païens des épines (p. 246)41. Miracle inconnu d’Oxford, mais qui apparaît dans les versions postérieures (voir ci-dessus). L’épisode d’Aude est conforme aux péripéties du Roland rimé (pp. 365 ss.) : c’est un condensé heureux de ces dernières, sans qu’on puisse y reconnaître l’influence de la brève scène du Roland assonancé. Le procès de Ganelon est également raconté dans Galien, selon les indications du poème rimé (fuite de Ganelon, p. 371). Le poète qui a créé Galien s’est donc inspiré pour la partie rolandienne de son récit de la source la plus répandue en son temps : le Roland rimé42.

  • 43 Dieu renouvelle le miracle de Josué. Toutes les versions parlent de la vertu de Dieu. Galien (p. 2 (...)

85Dans Galien (p. 332), un noble Français, Guion de Mirabel, annonce à Charlemagne l’arrivée de Baligant. Ce rôle, tenu modestement par le paumier échappé des geôles sarrasines, existe dans Ch (l. 276) et V7 (l. 269), et n’existe que là. Pour que son épée ne tombe pas aux mains des païens, Roland la jette au fond d’un cours d’eau (Galien, p.224), comme dans les Rolands rimés de Ch (l. 246), V7 (l. 239) et Τ (l. 128). — Un détail, relevé parmi d’autres, écarte les versions P et Ly comme source possible : Olivier fend la tête de l’Augalie (encore un nom du Roland rimé !) jusqu’aux dents (Galien, p. 133). La tradition rolandienne connaît le trait sauf P (l. 110) et Ly (l. 67). — Charles propose à Baligant de recevoir le baptême (Galien, p. 356). L’idée se retrouve partout, mais le mot baptesme employé dans Galien (v. 24) n’apparaît que dans Ch V7 (ll. 323 [316], v. 12)43. De même partout Charlemagne surmonte un moment de défaillance avant d’abattre Baligant. Galien intercale avant de rapporter le coup ce vers : Lors a hauché Joieuse le branc de grant façon (p. 358, v. 17). Seul Ch V7 (ll. 325 [318]) possède semblable « vers d’attente ». Une dernière concordance de détails entre notre poème et Ch V7. Baligant mort, les Sarrasins prennent la fuite. Débandade commune à toutes les versions, mais le vers La mort de Balinguant les a desbaretés (Galien, p. 362, v. 38) n’a de correspondant que dans le v. 5796 de Ch. (l. 326) et le v. 2 de V7 (l. 319). Toutes ces concordances précises confirment les ressemblances narratives indiscutables, relevées plus haut. Les unes et les autres se renforcent mutuellement pour établir que la Chanson de Roland rimée connue par le créateur original de Galien appartient à la tradition qui a abouti à Ch et à V7. Sans doute s’agit-il d’une version plus ancienne que le modèle immédiat de Ch et de V7, d’une version dont s’est inspiré aussi Τ (voir ci-dessus, l’épée dans la rivière.

  • 44 Voir d’autres exemples dans H. Meyer, Die Chanson des Saxons... Ausg. u. Abh., t. IV, pp. vi et 14 (...)
  • 45 Le détail de l’embaumement, inconnu de P Ly et de Ch V7, trouve une correspondance dans Oxf vv. 29 (...)
  • 46 Parlant du jour qui baisse et va permettre aux Sarrasins d’échapper à la juste vengeance de Charle (...)
  • 47 L’étendard des Sarrasins est abattu par Galien (p. 353). La chute de l’enseigne est reprise dans t (...)

86Il n’est pas impossible que notre poète se soit souvenu d’une autre version du Roland rimé. Olivier est à la mort. Roulant print. III. peux d’erbe dont i l’acomicha (p. 215). Ce geste de Galien, lieu commun qui apparaît ailleurs44, se retrouve dans P (l. 115) et Ly (l. 72), et dans P Ly seuls, exactement dans le même contexte. Les corps de Roland, d’Olivier et de Turpin sont embaumés45 et ramenés — les deux premiers du moins — tout droictement à Bleues qui fut bonne fertés (p. 246, v. 5). La mention de Blayes dans ce contexte est particulière à P (l. 252) et à Ly (l. 113). — Ces concordances autorisent l’hypothèse que le poète de Galien a eu vent de la tradition du Roland rimé représentée par P et Ly. Il l’a connue non par Ly lui-même46 ni par P lui-même47, mais par une version antérieure.

87Notre créateur s’est donc inspiré d’un Roland rimé. Il a été en contact avec ses deux traditions principales. Il a pris comme modèle celle dont Ch et V7 sont les aboutissements, mais n’a pas été insensible à certaines suggestions superficielles de l’autre.

  • 48 Voir H. Schellenberg, op. cit., pp. 38 ss. ; E. Stengel, éd. cit., pp. xlv ss.
  • 49 Voir des concordances dans H. Schellenberg, op. cit., pp. 36 ss. : discours à Durendal, prière à D (...)
  • 50 Turpin, chez lui, est au combat. La fraternité de Marsile et de Baligant n’est à l’origine d’aucun (...)
  • 51 Voir des rapprochements avec le Turpin saintongeais dans Schellenberg, op. cit., p. 40 ; Stengel, (...)

88Enfin, il n’a pu résister à l’autorité du pseudo-Turpin48. Certains détails de son affabulation viennent en droite ligne de la chronique : Marsile et Baligant sont frères, le message de Gondelbuef est peut-être une déformation du retour de Balduinus après le combat. Ce sont surtout les discours de Turpin qui l’ont séduit49. Sans rien accepter d’essentiel de la chronique50, il s’en est inspiré pour donner à son poème une allure oratoire. Sans doute a-t-il connu la chronique par l’intermédiaire d’une traduction en langue vulgaire51.

89Le Galien primitif est donc avant tout une compilation. Le poète a été un « rassembleur » de traditions différentes et, à l’intérieur d’une même tradition, un curieux à l’affût des diverses variations. Et pourtant, de cette inspiration multiple est née une œuvre originale et nouvelle, parce que notre homme n’était pas dépourvu de talent créateur.

6. Jugement littéraire

  • 52 Épop. franc., t. III, p. 318 note.
  • 53 Hist. litt. Fr., p. 232.

90Les jugements littéraires sur le Galien primitif ne lui ont pas été défavorables. L.Gautier en admire le sujet52, G. Paris lui reconnaît de la valeur poétique53.

91En réalité, Galien n’est pas, comme on aurait pu le craindre, une simple juxtaposition d’épisodes sans lien entre eux. Une idée maîtresse commande toute la fiction et lui donne sa cohérence et sa portée spirituelle. Cette idée, si elle n’a plus qu’une lointaine parenté avec celle qui nourrissait toute la Chanson de Roland, la lutte pour la cause chrétienne, si elle n’en a pas non plus l’ampleur universelle, est cependant digne d’une affabulation héroïque. Galien se fonde en effet sur le grand thème classique du fils parti en quête de son père et qui venge triomphalement la mort de celui-ci. Le poète a déplacé le centre de gravité de la tradition. Le caractère militant, fondamental dans Roland, devient chez lui un élément accessoire, décoratif ; il introduit comme mobile essentiel de l’action un motif éternel et intensément humain. Cette transformation donne à son histoire une résonance nouvelle, très différente de celle à laquelle nous avait accoutumés la Chanson de Roland. L’œuvre reste héroïque, épique, mais son héroïsme ne se déploie plus en faveur d’une cause collective, il est plus individuel. Le héros n’est plus tout à fait un « baron de geste », sans être devenu pour la cause un « chevalier de roman ». Il n’accumule pas les exploits pour accroître son renom personnel et en nimber de gloire la tête de sa dame. L’objet de son action victorieuse est hors de lui et de son amour, cet objet, — rechercher et venger son père — reste épique.

92Une grande différence oppose pourtant Galien et le Roland rimé. Celui-ci ne touchait guère à la trame épique de son modèle ; il racontait les luttes pour la cause chrétienne sur le même ton que le Roland assonancé, sans en altérer le sens profond. Il reléguait ses interventions d’esprit un peu différent à la fin du récit, quand tout est consommé. Le poète de Galien, au contraire, refaçonne toute son histoire selon le thème nouveau qu’il a choisi. Avec lui le remaniement est général, et non plus local.

  • 54 Si Marsile et Baligant participent aux deux batailles rolandiennes, contrairement à Roland lui-mêm (...)

93Sa tentative ne manque pas d’audace ; pour la mener à bien il ne manque pas de puissance Imaginative. Il utilise les données de Roland et du Pèlerinage et les subordonne à sa fiction personnelle. Il a inventé un héros et ramène tout à lui : Galien est la clef de voûte de tout son édifice. Galien fait tout, achève tout, sauve tout, remporte toutes les victoires. Le poète invente pour la plus grande gloire de son héros de nouveaux combats ou dépossède en sa faveur de leurs victoires les Ogier et consorts. Les fictions anciennes sont rebrassées, repétries, remodelées, jusqu’à former une fiction originale très différente. Toutefois le poète a pris soin de ne pas défigurer ses sources jusqu’à les rendre méconnaissables54. Il veut au contaire en garder le souvenir et bénéficier de leur prestige.

94Sa transformation en profondeur l’a amené à introduire des personnages inconnus, à imaginer des scènes nouvelles, à modifier l’architecture générale de l’œuvre qui, centrée jadis sur un événement, tend dorénavant vers le récit à péripéties.

95L’esprit chevaleresque, que nous avons vu apparaître dans le Roland rimé, se manifeste désormais avec plus d’ampleur et de puissance. Si la fiction générale n’en est pas nourrie, des épisodes entiers sont commandés par lui (par ex., Guimarde et Monfusain). L’héroïsme amoureux apparaît :

Oliuier beau compaings, dieu qui toulx biens auoie,
Doint a toutes les femmes qui d’amer sont en voie
De leurs loiaulx amis recepuoir meilleur ioie
Que de vous ne de moy la vostre ne la moye

96dira le pieux Roland, lorsqu’il sait que tout est perdu (p. 213). Peu avant, il définissait ainsi le chevalier (p. 123) ;

Oliuier beau compaings a moi venés auant,
Tenés vous près de moy, ne m’alés eslongnant
Et pensés a l’amour que vous desirés tant,
Jacqueline la belle qui a le doulz semblant,
Monstrés pour son amour a paiens fier semblant !
Et i’en leur monsteray pour vostre seur autant ;
Car ia homs n’est hardis s’il n’a vray ceur d’amant.

  • 55 Cfr F. Th. A. Voigt, Roland-Orlando, pp. 68 ss.

97Belle formule que ce dernier vers ! L’amour, qui depuis le Roland rimé commençait à se glisser dans le cœur du héros, y règne maintenant en maître55, y est devenu le signe de la vaillance. Les sages amours de Galien et de Guimarde, qui illumineront tout le dénouement, sont empreintes du même idéal. Autre progrès sur le Roland rimé. D’inspiration romanesque dans ce dernier, les épisodes personnels continuaient à se servir du « matériel » de la geste. Galien, au contraire, utilise par place les accessoires du roman. Mais, répétons-le, l’idéal romanesque n’est pas la conception essentielle qui anime la nouvelle histoire.

98La vieille tendance « épique » qui accable les païens de tous les péchés et justifie chez les chrétiens toutes les cruautés continue à. dominer toute l’œuvre. Mais il y a le long épisode de Pinart, peut-être primitif, d’une résonance toute différente. Pinart est un Sarrasin magnanime qui héberge Galien, son adversaire, dans sa tente (pp. 173 ss.). Le duel qui oppose les deux héros, sans rien perdre de sa violence, est policé par les convenances chevaleresques. Autre trait de roman de chevalerie : Pinart s’enduit d’un onguent qui le rend invulnérable à l’acier. Le décor devient aussi plus chevaleresque : les trefs peuplent la scène, les pavillons des porchers et des vachers d’Hugon ont remplacé la vision d’une Byzance de contes de fées.

  • 56 Quelques doutes peuvent subsister sur l’authenticité primitive de ces traits.

99Le fantastique et le merveilleux font une apparition discrète. Les animaux qui peuplaient jadis les cauchemars de Charlemagne font leur entrée sur la scène même sous l’espèce d’un griffon auquel Galien tranche la tête (p. 231). Les anges de Dieu ont cédé la place auprès du berceau du héros à deux fées sorties des forêts bretonnes (P. 13)56.

100Tout est mis en œuvre pour captiver l’esprit et retenir l’attention. Si Galien n’est pas un vrai roman d’aventures, il tend au moins vers la geste d’aventures qui utilise les ressorts des œuvres romanesques sans se laisser dominer par leur esprit.

101Un poème tel que le concevait le créateur de Galien réclamait de sa part une puissance inventive indéniable. Certes, il ne manque pas de variété imaginative. Après la scène des adieux touchants d’Olivier et de Jacqueline (K., pp. 71 ss., 93, 132 ss.), il sait brosser le sombre tableau de Galien veillant les morts innombrables de Roncevaux. Après le chatoiement des pavillons byzantins dans les prairies verdoyantes de Constantinople, nous verrons les couleurs sanglantes de Roncevaux. Mais souvent son trait reste empâté, son dessin incertain, ses trouvailles peu heureuses. Défauts partiels d’une mise en forme artistique qui n’est pas toujours à la hauteur de la conception.

102Mais tel que nous pouvons l’imaginer, le Galien primitif est loin d’être une œuvre médiocre. Il a de la tenue et de la vigueur.

103Le romanesque y a fait des progrès par rapport au Roland rimé ; ses procédés ont marqué l’œuvre d’une empreinte plus tenace, son esprit a rehaussé certains épisodes d’une parure brillante, sa technique de l’aventure a été adoptée. Gardons-nous toutefois de considérer Galien comme un véritable roman d’amour et de chevalerie. Son idéal littéraire reste héroïque.

7. Lieu et date

  • 57 L. Gautier, Épop. frç., t. III, p. 316 note (qui, rappelons-le, ne se représente pas ce premier Ga (...)
  • 58 G. Paris, Litt. frç., p. 65 : « poème du xiiie ou du xive siècle » (cfr Hist. litt. France, t. XXV (...)

104Pour situer la première rédaction de Galien, la critique hésite généralement entre le xiiie57 et le xive siècle58.

  • 59 Voir R. Menéndez Pidal, La leyenda de los Infantes de Lara, pp. 21 ss.
  • 60 Sur la présence de « Girart de Viane » dans le Guêrin, voir K. Hartmann, Ueber die Eingangsepisode (...)
  • 61 Voir R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y juglares, Madrid 1924, pp. 362.

105Elle est antérieure au xive siècle, date de Ronsasvals et du Viaggio, qui en utilisent une version remaniée, de la Cronica general de España de 1344 où se trouve la mise en prose de la seconde chanson des Infantes de Lara, qui imiterait certains épisodes d’un Galien tardif59 ; antérieure à la seconde moitié du xiiie siècle, date vraisemblable pour le premier Guérin qui amplifie la rédaction du Girart de Bertrand de Bar-sur-Aube fixé généralement au début du xiiie siècle60 et qui a peut-être emprunté certains détails au Poema de Fernán González, du milieu du xiiie siècle61.

106Pour fixer la date du premier Galien avec le plus de précision, le mieux est de le comparer avec la tradition rolandienne. Nous avons vu que, d’une part, il n’utilisait pas le premier Roland rimé des années 1150-1160, mais des remaniements de celui-ci, et que, d’autre part, il ne s’adressait à aucune des copies (Ch V7, P, Ly) des xiiie et xive siècles qui nous sont parvenues, mais à des modèles plus anciens. La date approximative de 1200 pourrait être proposée.

  • 62 Pour d’autres raisons, L. Gautier, Épop. frç., t. III, p. 319 note, pense aussi à l’Ile-de-France.

107Je ne découvre rien de décisif quant à la localisation de l’œuvre. Un seul trait pourrait avoir une signification en ce sens : l’affirmation gratuite Paris est bonne ville (attesté dans Chelt p. 11 et Gal. impr. p. 387). C’est maigre, c’est évidemment insuffisant62. L’auteur ne paraît pas connaître particulièrement une région ni préférer une province. Il nomme avec impartialité les Flamands, les Manceaux, les Poitevins, les Angevins, les Hennuyers, les Navarrais, les Bourguignons, les Français et ne manifeste aucun esprit local. Œuvre de pure imagination, qui paraît détachée de toute contingence géographique et historique.

8. Le premier Guérin de Monglane en vers

108Au cours de la seconde moitié du xiiie siècle (voir ci-dessus), le poème primitif de Galien, a été incorporé dans la plus ancienne compilation rimée du Guérin de Monglane.

  • 63 La délivrance de Guimarde dans Monfusain assiégé est rattachée à la délivrance de Jacqueline injus (...)

109Le compilateur a marqué plus fortement son œuvre qu’il ne paraît à première vue. Non seulement il a multiplié les péripéties, répété des scènes « épiques » comme les duels auxquels Galien est contraint dès son arrivée à Roncevaux, développé des épisodes esquissés, mais il a aussi complètement modifié la signification morale de l’œuvre par l’interpolation continue dans le récit de l’hostilité violente qui règne entre Galien et ses oncles Henry et Thibert. Galien n’est plus seulement le vengeur de son père, mais aussi le sauveur de sa mère et de son épouse63. Le poème devient la geste du jeune homme qui « restaure » toute sa famille ; et cette conception fondamentale lui donne son unité organique. Le personnage, essentiellement mélodramatique, de Jacqueline en acquiert un relief accusé, l’œuvre se colore d’émotions faciles et n’évite pas toujours la sensiblerie.

110Le remanieur a tenu à rehausser la gloire de son protagoniste. Il l’élève à la fin sur le trône de Constantinople et en fait le pendant inattendu de Charlemagne. Il accumule aussi ses prouesses, toutes plus fameuses les unes que les autres.

111Sans sacrifier aux conceptions romanesques d’amour et de chevalerie, sans métamorphoser son modèle en un roman véritable, il adopte plus encore que son devancier le rythme romanesque de la narration. Le poème devient chez lui, franchement, une geste à péripéties, dont tout l’intérêt réside dans la variation. Malheureusement sa facture artistique ne se hisse pas au-dessus du médiocre. Que de fatras ! Que de lieux communs !

  • 64 Le caractère familial de son œuvre explique aussi l’apparition de Renier de Gênes, fils de Garin d (...)

112Enfin, le rifacitore a ajusté son remaniement de Galien à une autre histoire où il était question de « Roncevaux » : celle de Girart de Viane. En associant ainsi ces deux œuvres, il a créé une vaste fresque familiale, un long roman de famille qui porte sur plusieurs générations : celle de Garin de Monglane, celle de Girart de Viane son fils, celle d’Olivier son petit-fils, celle de Galien, son arrière-petit-fils, sans oublier l’annonce des exploits futurs du digne descendant de Galien et de Guimarde, le chevalier Maillart. Il a composé une geste-fleuve64.

9. Les Guérins de Monglane remaniés

113Son œuvre a eu du succès. Remaniée sans doute au xive siècle, elle a subi de sensibles modifications, sans toutefois être déjà mise en prose. Cette transformation, le Guérin de Monglane rimé remanié (n° 2 de notre tableau), est le modèle de Chelt et des Guérin en prose conservés dans le ms. 3351 de l’Arsenal et dans le Guérin imprimé.

114Son action a surtout consisté à déplacer certains épisodes. Ainsi celui de Baligant (voir ci-dessus, même chapitre, 2, K). Il est probable que ce déplacement s’est produit sous l’influence lointaine d’une histoire de Roland, pour faire suivre immédiatement l’épisode de Baligant de la mort d’Aude et du châtiment de Ganelon. Le remanieur tente de séparer les aventures de « Galien » et celles de « Roland », et de réserver toute la fin de son récit à ces dernières. Il veut aussi confiner Galien dans son château de Monfusain, l’écarter définitivement de Constantinople. Ne pouvant l’empêcher d’être empereur de Byzance, il se refuse à lui laisser achever ses jours sur son trône. Il lui donne la nostalgie de Monfusain : Galien abandonne son empire oriental et regagne ses terres d’Occident où il achèvera dans un bonheur sans histoire une vie commencée dans l’éclat de la gloire. Pourquoi ainsi rapetisser un héros que l’on veut magnifier ? Les remanieurs ont leurs raisons que l’art ne connaît pas. Je ne serais pas étonné que notre homme se soit refusé à faire de Galien le concurrent de Charlemagne. Avec lui, nous assistons à un premier effort pour réduire la présence de l’Orient dans un récit mi-oriental mi-occidental.

115Cette tendance sera reprise et renforcée dans le seul remaniement en vers qui nous soit parvenu de Guérin de Monglane : celui de Cheltenham. Le rimeur du nord de la France qui a récrit le Guérin dans le courant du xve siècle, a fait sauter tous les préliminaires consacrés à Constantinople : pas de gabs, pas de ville merveilleuse, pas de concours de prestance entre Charlemagne et l’empereur Hugon. Il ne conserve, comme scènes orientales, que ce qu’il ne peut pas faire disparaître : la naissance de Galien, son enfance. Son action portera surtout sur Henry et Thibert, les frères félons de Jacqueline. Leur sanglante rivalité avec Galien, un des thèmes dramatiques du poème, il cherche à l’éliminer. Les scènes du jeu d’échecs où Thibert traite Galien de « bâtard » (p. 30), les aveux de Jacqueline (p. 31), toutes ces péripéties classiques dans la geste disparaissent. Galien apprend le secret de sa naissance tout bonnement de la bouche de son grand-père (p. 26). Toute la scène violente où Galien défend sa mère contre les outrages de ses frères est abrégée sans pitié.

  • 65 Les rapprochements ont déjà été faits par E. Stengel, éd. cit., aux pp. indiquées.

116La tendance abréviative se marque encore ailleurs. Le modèle possédait de nombreux duels qui se ressemblent tous. L’auteur de Chelt en a éliminé certains : sans doute le duel entre Galien et Martingnaus (p. 149), certainement le duel entre Thierry et Pinabel (voir ci-dessus, même chapitre, 2, R). Il vient de rimer coup sur coup deux duels : celui de Burgalant et de Galien (pp. 298 ss.) et celui de Charlemagne et de Baligant (pp. 356 ss.) Les deux passages sont pratiquement identiques jusque dans le détail des formules (voir p. 299, v. 37 et p. 356, v. 34 ; p. 300, v. 2 et p. 357, ν. 40 ; p. 301, ν. 18 et p. 359. v. II ; Ρ. 301, v. 21 et p. 359 » v. 14 ; p. 301, v. 22 et p. 359. v. 15 ; etc65). Va-t-il encore aligner une troisième fois les mêmes vers ? Non, il a préféré renoncer au duel de Thierry et de Pinabel et raccourcir la fin de son récit. Relevons, pour terminer, le caractère du langage de Chelt et sa tendance populaire de parler par proverbes (par ex. p. 143, vv. 47 ss.).

117Jusqu’à présent, les remaniements examinés de Guérin de Monglane étaient des œuvres en vers rimés. Dorénavant nous entrons dans le domaine de la prose. Le premier dérimeur qui s’est attaqué au Guérin (n° 5 de notre tableau) paraît n’avoir cherché qu’à translater l’œuvre d’une forme dans une autre. Ses interventions narratives se bornent, semble-t-il, à supprimer la réception chevaleresque de Galien par Pinart, l’épisode de Baligant (voir ci-dessus, même chapitre, 2, K), et à placer toute l’expédition d’Espagne sous l’invocation de saint Jacques de Compostelle (voir ci-dessus, même chapitre, 2, E). Sans doute ce grossoyeur a-t-il prêté une oreille plus attentive que ses confrères aux élucubrations de la docte Chronique du pseudo-Turpin.

118Plus intéressant est le Guérin en prose qui nous est conservé sous forme imprimée. Le remanieur tâche visiblement de limiter son histoire aux exploits de Galien. L’introduction orientale est résumée en quelques lignes (voir pp. 27 ss. note). Notre homme ne tient pas à répéter ce qui a déjà été dit : « Seigneurs or escoutez ! Vous auez assez ouy les gabz qui furent iurez par le roy Charlemaigne... (p. 27 note). Se bornant à raconter les événements vécus par Galien, il écourte fortement les débuts du récit. Toutefois, il n’a garde d’oublier la fameuse altercation entre Galien et son oncle. La mise en scène est originale : plus d’échecs et de coup d’échiquier ; la scène se passe au jeu de paume et Galien reçoit de son oncle « une buffe de la main » (p. 29). Comme son modèle immédiat, il n’a garde d’oublier saint Jacques le Majeur et son pèlerinage : un pèlerin de Compostelle annonce à Charles le supplice dé Basile et Basant (p. 29 note). La tendance la plus marquée du prosateur est d’éliminer les transitions et les péripéties sans fonction. Galien ne subît pas les assauts des larrons ; le voyage de Constantinople à Gênes est expédié en ces mots : « et cheuaucha hors de Constantinoble. Puis tira vers Gennes pour trouver son pere grant » (p. 69). Le prosateur est plus appliqué quand il se met à raconter la bataille de Roncevaux : voilà son vrai sujet. Alors les détails ne lui font pas peur. Il en est même prodigue. Il conte avec une minutie savoureuse et qui ne lasse pas. Les mises en prose ont un charme naïf qui n’est pas à dédaigner. Le dessein réel du prosateur est cependant de résumer. Le combat entre Pinart et Galien lui a paru trop long, il a taillé dedans et brusqué le dénouement (voir pp. 163, 185, 187). Il omet aussi les oraisons funèbres que l’on prononce sur le corps d’Olivier (pp. 215, 218). La mort de Roland est expédiée en quelques lignes (pp. 224 et 227), tandis que la veillée des morts par Galien disparaît complètement (pp. 227 et 232). Notre remanieur a hâte d’arriver au dénouement : non seulement l’épisode de Baligant fait défaut, mais aussi tout ce qui se rapporte au second séjour de Galien à Constantinople, à sa victoire sur ses oncles. De la prise de Monfusain, nous passons à l’inhumation des preux à Blayes (pp. 272, 365). L’idéal est la brièveté et la rapidité du récit. Idéal atteint moins par le résumé sec et décharné de toutes les scènes que par l’omission répétée d’épisodes entiers. Il est visible que le « Galien » du Guérin imprimé se veut avant tout un « Galien à Roncevaux ».

119L’auteur de l’autre Guérin en prose, celui du ms. 3351, veut lui aussi faire bref ; mais son but diffère tout à fait de celui de son confrère. Il introduit longuement l’histoire proprement dite de « Galien ». La transition entre « Girart de Viane » et « Galien » retient longtemps l’attention du lecteur. La scène d’apparat où Charles prend congé de Girart de Viane et qui sert d’articulation entre les deux histoires est brillamment décrite à grand renfort d’ornements stylistiques (proverbes, allégories) (pp. 380 ss.). Le prosateur s’attarde également avec complaisance sur le voyage d’Orient (K., pp. 40 ss.). Il y accuse un manque de fantaisie très curieux : « Et qui vouldroit toutes leurs avantures racompter, ce seroit chose trop ennuieuse ; pour ce s’en taist l’istorien de la plus grant part, mesmement que celui samble fantosme ou clere mançonge trop entendible ; car ilz trouverent porchiers, vachiers et bergiers gardans leurs bestes, couchans et retrayans en tentes en paveillons sy richement appointiés et ouvrez que ce pouroit sambler chose faée ou menteresse » (K., p. 48). Le sérieux de notre homme est désarçonnant. Il est évidemment mieux à son aise devant les proverbes dont il aime à illustrer sa prose. Après sa longue introduction, on pourrait craindre qu’il ne nous entraîne dans un de ces romans sans fin et sans saveur. Non. Dès qu’il arrive aux aventures propres à Galien, il devient extrêmement condensé. Les détails disparaissent ; il se borne à résumer les faits. Le texte gagne en rapidité ce qu’il perd en pittoresque. Faire bref : tel est son but. Il amorce une scène et l’abandonne en disant : Mais l’histoire ne deuisera mie comment ne quant pour l’abreuiacion de ceste presente matiere » (p. 29). Il ne retient que l’essentiel d’un épisode et rapporte sur le mode narratif ce que les autres versions mettent en scène. Des péripéties entières sont signalées d’un mot ou proprement omises. « Sy ne puet mie l’istoire toutes ses auantures racompter » (p. 52). Et à tout instant le prosateur éprouve le besoin de nous rappeler qu’il passe sous silence de nombreuses aventures. Le récit de la bataille de Roncevaux n’est pas épargné. Avant que Galien ne pénètre sur le champ de bataille, celui-ci ne nous est présenté qu’à contre-jour. Le narrateur nous fait surtout assister aux réactions des chevaliers qui sont restés auprès de Charles. Pas de scènes réservées en propre à Roland et à l’arrière-garde, qui ne constituent point le vrai sujet du remaniement. Le récit centré sur Galien ne parlera directement de la plaine de Roncevaux qu’au moment où Galien y fera son entrée ; de même que le camp de Charlemagne n’est représenté que quand Galien y arrive. Quoi qu’il puisse paraître, le prosateur de 3351 ne manque pas de maîtrise narrative : tant que son héros en est absent, la bataille est présentée comme lointaine et vague. Quand Galien sera à Roncevaux, le combat sera détaillé en chacune de ses péripéties (pp. 147 ss.). Le duel contre Pinart, entre autres, retient assez longuement l’attention de notre remanieur (pp. 156 ss.). Mais vite il reprend sa manière rapide, se borne aux faits principaux, pour s’attarder de nouveau au moment suprême de la rencontre de Galien et d’Olivier (pp. 203 ss.). Toute la fin de la bataille de Roncevaux n’est qu’un court résumé (p. 232). A un certain moment, le prosateur s’écarte délibérément de « Galien » et se met à résumer « Aymery de Narbonne » (p. 255) pour renouer tout bonnement le fil de « Galien » en racontant la prise de Monsurain (p. 255). Curieuse œuvre que ce ms. 3351 qui traîne où l’on presserait le pas, et prend sa course où l’on voudrait muser ! « Monsurain » a toutes ses faveurs (pp. 255 ss.), par exemple ; la seconde scène de Constantinople aussi (pp. 275 ss.), sauf le duel entre Galien et Burgalant : « Et racompte l’istoire en soy abregant sans reciter tous les horions qui la furent donnez et receus » (p. 301). Le récit finira d’ailleurs par abandonner tout à fait l’histoire de Galien et passera définitivement à celle d’Aymery de Narbonne (pp. 319 note). On conçoit qu’une rédaction remplie d’autant d’imprévus ait paru fantasque à Léon Gautier et qu’elle ait dérouté son esprit en quête de formes anciennes. En réalité, elle est intensément originale et son auteur n’est pas dépourvu de savoir-faire. Son but étant d’abréger, il abrège non seulement par des omissions, par des silences, mais aussi par des résumés. Mais il n’abrège pas systématiquement ; il s’étale quand son dessein l’exige. Il semble que celui-ci soit, non comme chez son confrère du Guérin imprimé, de s’en tenir surtout à « Galien à Roncevaux », mais de porter toute son attention sur « Galien » seul, et plus particulièrement sur « Galien en rapport avec l’Orient ». « Roncevaux » n’est plus chez lui qu’une péripétie nécessaire, dont on n’éprouve même pas le besoin de signaler le dénouement.

120Rappelons enfin que 3351 offre une combinaison des deux traditions issues du premier Guérin en vers.

10. Les Galiens remaniés

121A côté des remaniements qui maintiennent scrupuleusement « Galien » à l’intérieur de la compilation de Guérin de Monglane, il en est d’autres qui l’en extraient et l’ont rendu à la vie indépendante. Mais quelle différence entre ces nouveaux Galiens autonomes et le Galien primitif ! Autant celui-ci était centré et « rolandien », autant ceux-là sont chargés d’épisodes « extra-rolandiens » et se déroulent comme une chaîne de péripéties.

  • 66 Le Ronsasvals du xive et le Viaggio de la deuxième moitié du même siècle ont utilisé un de ses rem (...)
  • 67 Il cite sans la moindre explication le « pont au change » (K., p. 83, 1470 ; p. 114, Gal. impr.).

122Le remanieur qui a retiré le « Galien » du Guérin doit se situer au début du xive siècle66 et être vraisemblablement parisien67. Rétablissant un Galien indépendant, il a dû lui enlever son aspect de partie d’un tout, lui donner de la consistance, de l’ampleur. Il a par conséquent été amené, contrairement à ses confrères de la tradition de Guérin, à gonfler son modèle d’additions personnelles. Il développe avec verve la scène de Gênes. Des larrons attendent Galien à son entrée et à sa sortie de la ville pour lui dérober ses richesses (pp. 52 ss., 66 ss.) ; les détails pittoresques de la rencontre de Galien avec la famille de son père sont multipliés : Renier est souffrant, mais reçoit tout de même le jeune homme, Belle-Aude est frappée par la ressemblance du jeune homme avec Olivier, Galien est entouré d’affection et reçoit tout un équipement de guerre. Petit tableau alerte et plein de vie concrète (pp. 55 ss.). L’épisode de Baligant est introduit par une ambassade païenne ; celle de Faussart et de Justamon, modelée sur celle de Blancandrin, mais empreinte d’une outrance qui lui donne l’apparence d’une caricature (pp. 323 ss.). La scène finale de la lutte de Galien contre ses oncles est prolongée indéfiniment au moyen de péripéties mélodramatiques : Jacqueline est enlevée par quatre chevaliers qui l’emmènent au bois de Buciphal ; Galien les rattrape et les massacre, mais sa mère disparaît dans les bois ; égarée, affolée, elle suit un petit chemin qui la conduit droit à une fontaine ; là elle s’endort et, à son réveil, se voit aux mains de ses ennemis ; heureusement Galien veille, et deux de ses compagnons réussiront à mettre la main sur les deux frères félons et à les ramener en ville (p. 318). Aventures feuilletonnesques pour grossir la narration, pour faire de l’œuvre un « roman à tiroirs ».

123Notre remanieur ne s’est pas borné à étoffer son récit. Il a profondément bouleversé son modèle. Que d’épisodes transposés ! Que de scènes modifiées dans leur contour ! Ici c’est l’apparition de Galien au camp français qui paraît avancée (voir ci-dessus, même chapitre, 2, G) ; là, c’est le miracle du soleil arrêté qui ne se produit qu’après la victoire de Charlemagne sur Baligant (voir ci-dessus, même chapitre, 2, J). Pourquoi ces déplacements inattendus ? Sans doute pour donner plus d’unité aux épisodes rolandiens. L’épisode de « Marsile » n’est plus séparé de celui de « Baligant » par un miracle de Dieu. Celui de « Monsurain », considéré comme péripétie de la guerre d’Espagne, est le seul à diviser la matière suggérée par le Roland. Toute la partie espagnole de l’histoire est ainsi mieux groupée et comme couronnée par le miracle.

124Notre écrivain est également responsable de certaines modifications locales visant à conférer au récit plus d’intensité dramatique. Je songe à son idée de faire mourir Gondelbuef, épuisé, dès son arrivée au camp français après avoir annoncé la défaite (voir ci-dessus, même chapitre, 2, H) et à son remplacement heureux à la fin du récit par Thierry d’Anjou qui apparaît ainsi comme l’unique et le vrai justicier de Ganelon (voir ci-dessus, même chapitre, 2, R). Il est regrettable, par contre, que le remanieur ait fait disparaître Blancandrin de son récit pour fondre en un tout absurde les deux parties de la scène de la trahison (voir même chapitre, 2, G). Déplorons aussi que ces entreprises d’interversion d’épisodes l’aient accaparé au point de lui faire oublier de glisser dans la main de Marsile le poignard qui doit l’achever (voir même chapitre, 2, O).

125Enfin, pour nous mettre en garde contre toute systématisation, le remanieur, tout à la fin, abandonne sa tendance à l’amplification pour faire disparaître toute la scène de Blayes (voir même chapitre, 2, P). Il est vraisemblable que cette omission est déterminée par le désir d’éviter une contradiction flagrante avec la scène de Gênes, si amoureusement développée et déjà écrite. Ici, en effet, Aude se trouve auprès de son père Renier ; dans la scène de Blayes, elle vit chez son oncle Girart de Viane. L’auteur n’a pas pris soin d’harmoniser ces deux données ; comme il arrive à la fin de son histoire, déjà si longue, il a préféré tailler dans le vif et s’opposer à toute la tradition qui raconte les funérailles de Roland à Blayes. Aussi Roland, Olivier et Turpin restent-ils à Roncevaux inhumés au milieu de tous leurs compagnons. Belle idée qui suggérera chez un dernier remanieur un épisode émouvant.

126Le Galien remanié que nous achevons d’analyser était en vers et a joui d’un certain rayonnement puisqu’il a inspiré des écrivains étrangers. Il a été également mis en prose, sans doute au début du xve siècle ou à la fin du siècle précédent. Cette prose a été la source directe des deux Galiens qui nous sont parvenus : le ms. 1470 et le Galien imprimé. Ces deux œuvres fort semblables se distinguent essentiellement par une différence d’amplitude : l’imprimé dépasse largement le manuscrit.

  • 68 G. Paris, Hist. litt. Fr., pp. 238 ss.
  • 69 Sur les procédés techniques des dérimeurs, voir G. Doutrepont, Les Mises en prose, pp. 467 ss.

127Un des éditeurs de l’imprimé, Claude Nourry, l’a pourvu d’une fin nouvelle qui est une trouvaille émouvante (éd. de Lyon 1525). Galien est sur le trône de Constantinople. Il vit heureux avec Guimarde. Mais celle-ci meurt peu après. Galien ne parvient pas à supporter ce malheur. Il quitte furtivement sa capitale sous de vieux habits et entreprend le pèlerinage de Roncevaux. Arrivé sur la tombe de son père, il meurt d’émotion. Le narrateur qui a imaginé ce dénouement plein de puissance pathétique « a très bien compris que tout l’intérêt que peut exciter Galien provient de ses attaches avec Olivier et avec Roncevaux ; il a été bien inspiré en le faisant disparaître pour ainsi dire, dans ce grand souvenir68. » Il a fait résonner, à l’extrême fin de la période vivante de notre tradition, le même son vibrant et pathétique qui retentissait déjà dans la première Chanson de Roland69.

Notes

1 Das Gedicht Galien Rethoré der Cheltenhamer Handschrift und sein Verhãltnis zu den bisher allein bekannten Prosabearbeitungen, Marburg, Universitäts-Buchdruckerei (R. Friedrich), 1888 (In. Diss.) Travail réimprimé et complété sommairement par E. Stengel dans son éd. des versions de Galien (pp. iii-xlvii).

2 Ep. frç., t. III, pp. 515 note. L. Gautier ignorait l’existence du Galien de Chelt ; G. Paris, Hist. litt. Fr., t. XXVIII, pp. 221 ss. n’a pas non plus consulté Chelt.

3 Une simple indication de page, suivie éventuellement de celle du vers, renvoie à l’édition Stengel. L’indication de page précédée d’un K. renvoie aux Sechs Bearbeitungen... de Koschwitz.

4 Ed. E. Koschwitz, Karls des Grossen Reise nach Jerusalem und Constantinopel, 7e éd. revue par G. Thurau, Leipzig, Reisland, 1923 (Altfranzösische Bibliothek, 7er B.).

5 Voir Pfeil, op. cit., p. x.

6 Op. cit., p. xiv.

7 1470, K. 78 ss. ; Galien impr., K. pp. 107 ss.

8 Op. cit., p. xxi.

9 Éd. cit., pp. 54 ss.

10 Il n’est pas question ici de 3351.

11 Ronsasvals, Romania, t. LXVI, 1940-41, pp. 444 ss.

12 Cfr 1470 : « Seigneurs, saichez, que ce que je vous vueil dire n’est pas mensonge 1 Mais est vérité ; car aussi tost que Roland fust mort, toute la terre trembla » (pp. 226 ss.).

13 Cfr Gal. impr. : « lors print Haulteclere l’espee de son pere Oliuier et la ceignit a son costé » (p. 228).

14 Cfr 3351 (p. 232).

15 Cfr E. Stengel, éd. cit., p. xxxvi.

16 Que paraît suivre l’abréviateur de 3351 (pp. 318 ss).

17 Le verbe courent (p. 321, v. 17) n’a pas de sujet pluriel exprimé.

18 Parti pris personnel, qui n’est pas attribuable à son modèle direct, puisque le remanieur de Guérin ne le partage pas (voir pp. 27 ss.). — Signalons aussi que, dans Chelt, Galien déclare dès son arrivée à Constantinople que Jacqueline est sa mère (p. 280, v. 26). Les versions en prose affirment au contraire que Jacqueline ne reconnaît pas son fils (p. 290, v. 87 ; textes de 1470 et du Gal. impr.). La suite donnera raison à ces dernières (voir pp. 297 et 322).

19 Il n’y a nulle raison sérieuse pour croire avec G. Paris, Le roman de la geste de Monglane, p. 12 (cfr M. Roques, art. cit., p. 444, n. 1) que le supplice de Ganelon a pu ne pas exister dans le poème premier. Une telle supposition nous obligerait à accepter des conséquences difficilement soutenables (voir ci-dessus et E. Stengel, éd. cit., p. xlii).

20 Voir G. Paris, Hist. litt. France, t. XXVIII, p. 223 ; Le roman de la Geste de Monglane, p. 13.

21 art. cit., p. 446.

22 éd. cit., p. xlv.

23 K. p. 73.

24 K. p. 98.

25 Voir L. Gautier, Ép. frç., t. III, pp. 315 ss. note ; G. Paris, Hist. litt. France, t. XXVIII, p. 232.

26 M. Roques, art. cit., p. 440.

27 Si dans le Viaggio le Frison survit à la bataille, c’est sous l’influence du Roland rimé dont les traces sont nombreuses dans la prose italienne précisément lorsque apparaît « Gonduel » (voir M. Catalano, Spagna, I, pp. 216 ss.). — Les raisons invoquées par K. Pfeil, op. cit., pp. xviii, xxiv, pour ranger le Viaggio aux côtés des Guérins sont inopérantes.

28 Je ne vois pas de raison pour lui refuser le combat entre Galien et Pinart.

29 Je diffère de vues sur ce point avec G. Paris, Hist. litt. France, t. XXVIII, pp. 232 ss. et avec L. Gautier, Épop. frç., t. III, p. 316 note, à l’avis desquels je me range pour l’histoire de la rivalité entre Galien et ses oncles. Le poète du Galien primitif suit les suggestions de ses modèles et met en scène, à côté d’Olivier son amie Jacqueline, à côté de Roland sa fiancée Aude. Il est normal qu’à côté de son héros personnel, il place une jeune femme, la charmante Guimarde, qui ne soit ni amie, ni fiancée éternelle, mais épouse.

30 Sur la foi du Viaggio, dont nous avons vu le caractère postérieur, G. Paris, Hist. litt. France, p. 232, et L. Gautier, Ép. frç., t. III, p. 319 note, pensent que Galien a dû succomber à Roncevaux. L’idée est poétique ; mais, sans l’appui du Viaggio ou du Ronsasvals, elle n’a pas plus de pertinence dans l’œuvre que la suivante : le poète imagine son Galien pour en faire un super-Roland et un super-Olivier, le vengeur de l’un et de l’autre. Va-t-il le faire mourir au même combat ? Non pas. Galien doit leur survivre pour prouver sa supériorité. Galien n’est pas un héros qui meurt sur le champ de bataille.

31 Éd. G. Rauschen, Die Legende Karls des Grossen im 11. und 12. Jahrhundert, pp. 95 ss. ; F. Castets, Iter Hierosolymitanum, Revue des Langues romanes, t. XXXVI (4e série, t. VI), 1892, pp. 417 ss.

32 Éd. Unger, pp. 43 ss. Ne pas confondre avec la traduction du Pèlerinage qui se trouve au livre VII, pp. 466 ss.

33 Texte gallois éd. par Rhys pour E. Koschwitz, Sechs Bearbeitungen, pp. 1 ss.

34 Voir L. Michel, Les légendes, pp. 310 ss.

35 Éd. Unger, pp. 468, 470 et 473 ss.

36 Il existe une autre version galloise conservée dans un ms. Hengwrt et éditée par R. Williams, Selections from the Hengwrt Mss. preserved in the Peniarth library, London, 1892, t. II, pp. 1 ss., 437 ss.

37 Voir une discussion détaillée de la question dans Koschwitz, Sechs Bear-beitungen, pp. xiii ss. et Karls Reise, pp. v ss.

38 Ép. frç., t. III, p. 573 note.

39 Der altfranzôsische Roman Galien Rethoré in seinem Verhältnis zu den verschie-denen Fassungen der Rolands- und Roncevaux-Sage, Marburg, Universitäts-Buch-druckerei (R. Friedrich) 1883 (Inaug. Dissert.).

40 Éd. cit., p. xlv. — E. Koschwitz, Sechs Bearbeitungen, p. xviii, n. 1 écarte toute action du Turpin et s’en tient surtout à celle d’Oxford. — E. Dönges, Die Baligantepisode, rem. 55 k, penche plutôt vers le Roland rimé et défend de nouveau l’influence de la chronique latine (p. 34).

41 Détail inconnu des remaniements en prose de Galien proprement dit (voir pp. 236 et 246).

42 Les concordances verbales relevées par H. Schellenberg, op. cit., pp. 42 ss. entre notre poème et Oxford ou les versions étrangères dérivées d’un Roland assonancé n’excluent pas suffisamment la part du hasard pour étayer l’hypothèse d’une influence de la version assonancée. N’oublions jamais que tous les poètes « épiques » maniaient la même langue, pétrissaient la même pâte. — Signalons d’autre part que Galien se conforme à l’ordre concurrent de celui d’Oxford pour la désignation de Ganelon (p. 88).

43 Dieu renouvelle le miracle de Josué. Toutes les versions parlent de la vertu de Dieu. Galien (p. 236), Ch (l. 252), V7 (l. 245) et, cette fois, P (l. 150) emploient le mot miracle, plus récent.

44 Voir d’autres exemples dans H. Meyer, Die Chanson des Saxons... Ausg. u. Abh., t. IV, pp. vi et 14 ; j. Altona, op. cit., t. IX, p. 31.

45 Le détail de l’embaumement, inconnu de P Ly et de Ch V7, trouve une correspondance dans Oxf vv. 2962 ss. (cfr V4 vv. 3145 ss. ; Konrad vv. 7601 ss.). Serait-ce un indice que l’auteur de Galien aurait été informé de certaine tradition assonancée ? La laisse 166 de T qui possède les détails des versions assonancées suffit à nous détromper. Si Ch V7 ne possède pas le détail, c’est que toute la scène lui est inconnue.

46 Parlant du jour qui baisse et va permettre aux Sarrasins d’échapper à la juste vengeance de Charlemagne, Galien dit : Et le soleil aloit durement abessant (p. 233). Ly ignore ce vers que seul de toute la tradition P (l. 149) connaît à cet endroit.

47 L’étendard des Sarrasins est abattu par Galien (p. 353). La chute de l’enseigne est reprise dans toutes les versions françaises, sauf dans P (l. 239) et dans T (l. 214), qui attestent toutefois que leur modèle possédait le détail (P v. 4313 ; Τ v. 3258).

48 Voir H. Schellenberg, op. cit., pp. 38 ss. ; E. Stengel, éd. cit., pp. xlv ss.

49 Voir des concordances dans H. Schellenberg, op. cit., pp. 36 ss. : discours à Durendal, prière à Dieu, vision de Roland.

50 Turpin, chez lui, est au combat. La fraternité de Marsile et de Baligant n’est à l’origine d’aucun développement narratif spécial. Marsile est le maître sarrasin dans le premier combat et Baligant dans le second, comme dans la tradition rolandienne.

51 Voir des rapprochements avec le Turpin saintongeais dans Schellenberg, op. cit., p. 40 ; Stengel, éd. cit., p. xlvi, n° 8.

52 Épop. franc., t. III, p. 318 note.

53 Hist. litt. Fr., p. 232.

54 Si Marsile et Baligant participent aux deux batailles rolandiennes, contrairement à Roland lui-même, Marsile domine tout le premier combat et Baligant le second, comme dans Roland. Si Gondelbuef annonce à Charles la défaite, ce message a été précédé par l’appel du cor de Roland.

55 Cfr F. Th. A. Voigt, Roland-Orlando, pp. 68 ss.

56 Quelques doutes peuvent subsister sur l’authenticité primitive de ces traits.

57 L. Gautier, Épop. frç., t. III, p. 316 note (qui, rappelons-le, ne se représente pas ce premier Galien comme nous) : aux débuts du xiiie siècle.

58 G. Paris, Litt. frç., p. 65 : « poème du xiiie ou du xive siècle » (cfr Hist. litt. France, t. XXVIII, p. 223 ; Le roman de la geste de Monglane, p. 1) et premier Galien du xiiie ou même du xive siècle (Hist. litt., p. 232).

59 Voir R. Menéndez Pidal, La leyenda de los Infantes de Lara, pp. 21 ss.

60 Sur la présence de « Girart de Viane » dans le Guêrin, voir K. Hartmann, Ueber die Eingangsepisoden der Cheltenhamer Version des Girard de Viennes, Marburg, Univ. Buchdrück., 1889, (Inaug. Diss.) ; G. Lichstenstein, Vergleichenden Untersuchung über die jüngeren Bearbeitungen der chanson de Girart de Viane, Marburg, Elwert, 1899 (Augs. u. Abh., t. 97).

61 Voir R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y juglares, Madrid 1924, pp. 362.

62 Pour d’autres raisons, L. Gautier, Épop. frç., t. III, p. 319 note, pense aussi à l’Ile-de-France.

63 La délivrance de Guimarde dans Monfusain assiégé est rattachée à la délivrance de Jacqueline injustement accusée.

64 Le caractère familial de son œuvre explique aussi l’apparition de Renier de Gênes, fils de Garin de Monglane et père d’Olivier, et la rédaction de la scène de Gênes.

65 Les rapprochements ont déjà été faits par E. Stengel, éd. cit., aux pp. indiquées.

66 Le Ronsasvals du xive et le Viaggio de la deuxième moitié du même siècle ont utilisé un de ses remaniements.

67 Il cite sans la moindre explication le « pont au change » (K., p. 83, 1470 ; p. 114, Gal. impr.).

68 G. Paris, Hist. litt. Fr., pp. 238 ss.

69 Sur les procédés techniques des dérimeurs, voir G. Doutrepont, Les Mises en prose, pp. 467 ss.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search