Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Troisième partie. Essai sur l'évolution du thème de Roland

Chapitre VI. Les remaniements de la Chanson de Roland rimée

Texte intégral

1. De la Chanson de Roland rimée à ses remaniements conservés

1Comme la vieille chanson assonancée, le poème rimé a été transformé par des successeurs plus ou moins doués, plus ou moins respectueux, plus ou moins indépendants. Neuf de ces remaniements sont arrivés jusqu’à nous. Certains complets (Châteauroux et Venise VII) ; d’autres acéphales (Paris, Cambridge, Lyon, Venise IV) ; d’autres encore sous la forme de quelques fragments échappés par miracle à l’anéantissement total (Fragments lorrains et Lavergne).

2Ces remaniements que le hasard nous a transmis n’ont pas été les seuls qu’ait suscités le succès de la chanson rimée. La comparaison de leurs récits nous a prouvé qu’entre eux et leur modèle, il a existé d’autres remaniements intermédiaires dont il n’est pas possible de déterminer le nombre.

  • 1 Comm., pp. 69 ss.

3Nous devons supposer une réelle prolifération de chansons rimées sur Roland au cours des xiie, xiiie et xive siècles. J. Bédier s’en est étonné. Il s’est demandé comment un remanieur qui connaissait un Roland rimé a pu avoir le courage d’en rimer un autre. Il croit en trouver l’explication dans l’existence des confréries de jongleurs : les remaniements correspondraient à des entreprises de jongleurs rivales, chaque remaniement serait l’œuvre, non d’un jongleur isolé, mais d’une confrérie de jongleur1.

  • 2 Je ne songe ici qu’aux remaniements rolandiens.

4Nous avons déjà effleuré l’idée de la création collective de nos remaniements, et nous avons conclu pour le Roland rimé original que, si cette idée n’est pas invraisemblable, elle ne peut se justifier que pour l’extrême fin du poème. Rien dans l’œuvre ne révèle plusieurs auteurs. Il en est de même pour les textes dont parle J. Bédier. Quand on les examine avec attention, on constate que les entreprises de remaniement sont plus cohérentes et plus conséquentes qu’il ne paraît2. Rappelons l’archevêque Turpin scrupuleusement éliminé de toutes les cérémonies de Blayes (voir ci-dessus). La conception de Bédier suppose, au moyen âge, un rythme de vie à la moderne : des écrivains pressés de mettre le point final à leur œuvre, des modes qui changent rapidement. Or tout permet de croire que le mouvement était à l’époque beaucoup plus lent ; nulle hâte, nul empressement. Et nulle œuvre ne se traîne pesamment comme les remaniements des chansons de geste. De plus, il est probable qu’avant d’avoir achevé sa « recréation », l’auteur la livrait au public pour s’assurer son gagne-pain.

  • 3 Cfr G. Bertoni, ed. maior, p. 32.

5Si l’explication ingénieuse de J. Bédier peut se vérifier excellente en certains cas, elle n’est pas nécessaire pour rendre compte de la genèse de tous les rifacimenti3.

6On pourrait s’étonner aussi du grand nombre de remaniements. Comment tant d’auteurs se sont-ils appliqués à raconter toujours la même histoire avec des variantes si menues que seul un public attentif pouvait distinguer leur œuvre de celle du voisin ? Pourquoi tant de peine pour si peu d’effet ? L’explication du phénomène est d’ordre chronologique et géographique. Nous avons vu ci-dessus que les remaniements connus du Roland rimé s’échelonnent du xiiie siècle à la fin du xve, se distribuent entre la Normandie, la Bourgogne, la Lorraine et l’Italie. S’il y a tant d’œuvres semblables, c’est que, sur une aussi vaste superficie et pendant une aussi longue durée, les besoins sont multiples.

7Le succès incessant de Roland a amené des jongleurs successifs et de provinces différentes à redonner sans cesse des rééditions renouvelées du glorieux et lucratif poème.

8Plus étonnante est l’existence concomitante, dans une même région, de plusieurs remaniements de l’œuvre : les trois refaçons lorraines (P, Flor et Flav), les refaçons italiennes (Ch, V7 et V4). Le fait doit s’expliquer de manières différentes selon les cas. Ch V7 et V4 sont, semble-t-il, destinés à des publics différents, celui du dernier connaissant mal le français, celui du premier comprenant •au contraire sans difficulté la « parleüre delitable ». Ch et V7 comme les trois chansons lorraines, sont peut-être dus à la concurrence de jongleurs rivaux qui se disputaient les faveurs d’un même public. Rivalité qui n’a toutefois pas été bien vive, à en juger par l’absence totale dans nos poèmes d’attaques contre le concurrent. Il est possible aussi que, quoique de la même région, chacune de ces versions régnait dans une contrée particulière de celle-ci. Les différences dans les traits régionaux employés pourraient appuyer une telle hypothèse, qu’affaiblit cependant le penchant bien connu des jongleurs aux voyages. Pour échapper à cet écueil, nous pourrions n’appliquer la « régionalisation » étroite qu’aux trouveurs, pour autant que dans le cas présent ils se soient distingués des jongleurs.

9Quoi qu’il en soit, le fait est que nous possédons un assez grand nombre de versions rimées et que tout laisse supposer qu’il y en a eu davantage.

2. La tradition de Châteauroux et de Venise VII

10La tradition qui a abouti à Châteauroux et à Venise VII présente un certain nombre de caractères dignes de remarque.

11La résonance sentimentale de l’aventure s’amplifie. Le souvenir d’Aude occupe l’esprit de Roland (Ch l. 231 ; V7 l. 224) ; le poète s’applique à rappeler, en racontant la mort de Roland, l’existence de la jeune fille (Ch l. 220 ; V7 l. 212) : se il vesquist auques plus longuement / Aude eust prisse la poucelle au cor gent (vv. 3511-2 [12-13]). La haine contre Ganelon se marque également avec plus d’acuité et de force. A chaque instant les personnages se souviennent du traître et le maudissent (par ex. Ch l. 220 ; V7 l. 212 ; Ch l. 224 ; V7 l. 217 ; etc.). Le poète anime sa chanson d’une affectivité particulière.

12Le Roland rimé subit sous sa plume certaines modifications peu importantes. La liste des conquêtes de Roland est supprimée. Le héros, dans l’impossibilité de briser Durendal contre les rocs, la jette dans un fontenil rovent / plein de venin et plein d’intoschement (Ch l. 246 ; V7 l. 239, cfr Τ l. 128). Petite retouche sans conséquence dans nos versions rimées, mais auquel le poète de Galien fera un sort. Beaucoup plus hardies sont la suppression de la première quête des morts et l’introduction du « paumier » Renier de Chartres (Ch ll. 276-277 ; V7 ll. 269-270) qui annonce à Charlemagne l’arrivée de Baligant. Renier est le type du personnage inutile, amené avec la pire invraisemblance et qui disparaît sitôt apparu. La suppression de la première scène funéraire a rendu vaines les laisses imaginées par l’auteur du Roland rimé pour justifier la seconde scène funéraire : le déplacement des corps de Roland, d’Olivier et de Turpin par les païens au cours de l’épisode de Baligant.

13Notre poète révèle certaines connaissances bibliques assez rares chez ses confrères auteurs de gestes. Il cite Jérémie, Isaïe (Ch l. 231, V7 l. 224). Il nomme saint Augustin (Ch l. 235, V7 l. 228) et manifeste une prédilection certaine pour les longues oraisons enrichies d’un grand nombre de noms de saints.

14Ce remaniement s’est effectué vers la fin du xiie siècle. Au début du xiiie, il a été utilisé en effet par le créateur de Galien (voir ci-dessous). Peut-être son auteur est-il de la Beauce. Il aime à mentionner Chartres (Ch ll. 7, 270 ; V7 ll. 7, 263) et Blois (id., ce dernier nom amené par la rime à la différence de l’autre). Il crée le personnage du paumier et lui donne une origine chartraine (Ch l. 276 ; V7 l. 269).

15L’œuvre a connu un grand succès. Elle a inspiré l’auteur de Galien. Elle a été diffusée à l’étranger. Nous verrons que le juglar espagnol de Roncesvalles l’a connue. Les copies françaises de Ch et de V7 qui en dérivent ont été rédigées en Italie.

  • 4 La l. 58 de V7 n’a en effet aucun sens.

16De ces deux dérivés, le remanieur de Ch est le plus fidèle et le moins novateur. Il n’est pas impossible que certains échos de la chanson assonancée soient arrivés jusqu’à lui (voir ci-dessus, ll. 90 ss., 198 ss.). Ses transformations sont prudentes et rares. Il élimine l’intervention du trésorier de Marsile, Mauduit (Oxf vv. 642 ss. ; V4 vv. 566 ss. ; V7 l. 58), vraisemblablement parce qu’il n’a pas compris ce que voulait dire son modèle, et n’a pas vu pourquoi apparaissait le trésorier ou le chambellan4. Son omission reflète un désir de correction. Écrivant vers 1300, sans doute dans l’Italie du nord, il s’est montré très respectueux de son modèle.

17Son confrère de V7, son contemporain et peut-être son compatriote, a été moins asservi à la copie qu’il retouchait, sans cependant faire preuve de grande audace. Son but a été surtout d’étoffer certaines péripéties. Ainsi les ultimes phases du combat de Roncevaux où Gautier de l’Hum lutte aux côtés de Roland sont détaillées avec minutie (ll. 207, 209). Le deuil de la belle Aude s’exprime en tirades délayées. La pauvre fiancée multiplie ses regrets (ll. 376, 377, 378) et s’en prend à la « mort felenesse ».

18Venise VII aggrave, en effet, le côté oratoire de la geste. La mort d’Olivier inspire à Roland une invocation à Dieu inconnue ailleurs où se pressent les grands lieux communs : tout est vanité, la mort égalise toutes les conditions, la joie est éphémère, la fortune change (l. 201). Le remanieur est au fait des poncifs idéologiques de son temps, de tous les temps. Il cherche aussi à mieux marquer la « présence spirituelle » d’Aude. Olivier pense à elle à l’article de la mort (l. 198), Roland ne l’oublie jamais dans ses souvenirs ou ses prières (l. 201). La femme aimée, si elle n’est pas encore un idéal d’action, prend de plus en plus de place dans la pensée du héros.

19Le remaniement de V7 ne dépasse guère cependant la limite des retouches locales.

3. Venise IV

20La dernière œuvre française d’Italie, Venise IV, offre un tout autre aspect. Linguistiquement, elle n’a rien de commun avec les deux versions écrites dans un français très pur. Sa langue est un franco-italien presque plus italien que français. Venise IV est à cheval sur les littératures française et italienne.

21Nous avons vu que le poète de Ch avait peut-être eu vent d’une tradition rolandienne antérieure à celle du Roland rimé. Pour celui de V4, c’est une certitude. L’œuvre de son auteur a consisté principalement à compiler une version assonancée et une version rimée de Roland. Le poème assonancé qu’il a eu sous les yeux, sans être aussi primitif que certains le prétendent, est une rédaction qui, par endroits, concurrence l’archaïque version d’Oxford.

22Le poème rimé qu’il lui a ajouté est une œuvre déjà complexe en elle-même, où la seconde scène funèbre de Roncevaux était déjà remplacée par la relation écourtée de la prise de Narbonne. Pourquoi notre compilateur vénitien est-il passé de la version archaïque à la rédaction renouvelée ? On pourrait invoquer des accidents matériels : la version assonancée n’était connue du remanieur que sous une forme incomplète de la fin, ou la version rimée qu’il consultait était acéphale. Il est possible aussi que sa mise en œuvre de deux sources disparates ait eu une raison littéraire. Il a commencé par traduire dans son jargon la rédaction assonancée et s’est aperçu, quand les batailles contre Marsile et contre Baligant étaient terminées, quand Saragosse était tombée, qu’il était presque à la fin de son modèle. Or il tenait encore à remplir des pages entières. Ce désir, ou cette nécessité, l’aurait poussé à abandonner son modèle pour un autre où la fin de l’aventure était plus largement exposée. La date avancée (xive s.) où il travaillait devait en plus lui faire paraître particulièrement agréables les péripéties de la mort d’Aude et des fuites de Ganelon. Au fond, l’étonnant de son attitude, ce n’est pas qu’il ait utilisé un Roland rimé, mais qu’il se soit acharné pendant plus de 3900 vers sur un Roland assonancé.

23Ne croyons pas toutefois que l’archaïsme de son premier modèle l’ait animé d’un respect profond. Il ouvre son récit par un prologue jongleresque pour authentiquer sa marchandise (vv. 1-7) et malmène de la pire façon la vieille chanson assonancée. Nous l’avons suffisamment montré ci-dessus pour nous dispenser d’y revenir.

  • 5 Nous prenons Ch comme type des versions rimées.
  • 6 Il réduit aussi dans le même but les rêves de la belle Aude (vv. 4942 ss.).

24Sa transformation littéraire la plus significative consiste dans l’omission de passages simplement ornementaux, qui retardent la narration au moyen de détails de mise en scène. Ainsi disparaissent dans V4 les laisses 11 et 12 d’Oxford, inutiles pour la progression narrative, mais qui placent l’action dans un cadre concret (voir V4 entre vv. 128 et 129), les laisses 361 ss. de Châteauroux5, consacrées au séjour à Vienne des chevaliers français chargés d’amener à Blayes la belle Aude et son oncle Girart (voir V4 entre vv. 4776 et 4777), les laisses 400 ss. de Châteauroux qui, sans nécessité narrative, arrêtent Charlemagne à Saint-Denis et retardent ainsi le châtiment de Ganelon (voir V4 entre vv. 5489 et 5490). Les interventions significatives du remanieur visent à précipiter davantage le mouvement, à empêcher tout étalement non fonctionnel6. Les parties décoratives font les frais de ses velléités de proportionner le développement des épisodes à leur rôle narratif. Heureusement il n’a pas poussé à fond sa tentative. Son récit serait devenu squelettique.

  • 7 Citée dans le Guide du Pèlerin, pp. 12-13. Il sera le seul aussi à faire une allusion à la « prise (...)

25Laissons de côté les innombrables retouches gratuites dont l’unique fonction est de faire neuf et rappelons, pour finir, la fameuse randonnée de Ganelon vers Saragosse (vv. 283 ss.). Le Français parle à son cheval : Ο bon ciuval sor ch’aui la cropa bruna / Lasse lo passo si tigni l’amblaura. Je ne vois à ce curieux passage d’autre raison que le désir de se montrer informé de la géographie navarraise : Vu passari la grant aigua de Runa7. Quant à l’idée du discours adressé au cheval pour montrer la solitude du cavalier, ce me paraît un mode littéraire classique, introduit ici intempestivement.

26Plus attachant que les précédents, le rifacimento contenu dans le ms. de Venise IV ne manifeste cependant aucune personnalité déterminée. C’est un document curieux plutôt qu’une création littéraire proprement dite.

4. La tradition de Paris, Lyon et Cambridge

27A côté de la tradition constituée par Châteauroux, Venise VII et leurs antécédents, existe la tradition constituée par Paris, Lyon, Cambridge et leurs antécédents.

28Contrairement à la tradition Ch V7, où la plus grande part originale revient au(x) texte(s) perdu(s), la tradition P Ly Τ est plus intéressante en chacune des copies conservées que dans les versions qui ont pu les précéder et dans la version première de la tradition.

29Celle-ci n’offre rien de notable. Le Roland rimé se trouve uniquement allongé au moyen de passages de transition, sans saveur et sans énergie, qui étirent le récit sans en compromettre gravement les scènes intéressantes. Le remanieur double vainement les charnières (par ex. P ll. 78-79, Ly ll. 43-44 ; P l. 216, Flor l. 5 ; P l. 226, Τ l. 202). Son désir de développement l’entraîne aussi à doubler sans utilité certaines laisses qui méritent, selon lui, un relief plus accusé. Ainsi les ll. P 112 = Τ 100 = Ly 69 qui annoncent le deuil de Roland pour la mort d’Olivier que dira la l. 113 de P, authentique ; les ll. P 124 = Τ no = Ly 81 prennent les devants sur la l. 125 de P authentique et racontent à l’avance la fuite des païens qui entendent les fanfares de l’armée française et qui décochent une dernière fois leurs flèches sur Roland. Remarquons l’astuce du procédé pour faire croire à la légitimité de la création personnelle : la laisse postiche précède toujours la laisse authentique, et régulièrement les remanieurs postérieurs omettront celle-ci.

30La seule intervention de quelque valeur littéraire se trouve dans les laisses P 274 ss. = Τ 246 ss. Ganelon s’est enfui vers l’Espagne, pourchassé par Othon. La poursuite est difficile. Enfin le traître est rattrapé : un corps à corps sans merci s’engage. Le Roland rimé y mettra fin par l’arrivée des compagnons d’Othon : Ganelon se sentant en infériorité se rend aux hommes de Charlemagne. Le remanieur dont procèdent Ρ, T, Ly va corser, avec un sens délicat de l’imprévu, ce petit récit d’aventure. Il retarde l’arrivée des amis d’Othon et attribue à Ganelon une ruse qui s’adapte parfaitement à son caractère astucieux. Ganelon propose à Othon de poursuivre leur duel à cheval. Othon le lui accorde. Ganelon n’avait pas fini de parler qu’il s’enfuyait à bride abattue sur le destrier de son adversaire, suivi fidèlement de son propre coursier. Trouvaille inattendue. Mais autre trouvaille, Ganelon n’est plus maître de sa monture occasionnelle ; elle le désarçonne. L’addition de notre poète méritait d’être signalée : elle est faite de deux rebondissements qui piquent l’intérêt et sont d’un bon roman d’aventures.

  • 8 Il a été connu lui aussi du poète de Galien (voir ci-dessous).

31Mais, à part cet éclair, rien ne le tire de sa lourde médiocrité. Pas une attitude personnelle, pas une découverte attrayante. Rien. Rien que des amplifications monotones qui appesantissent le mouvement du récit. Notre amplificateur doit être contemporain de l’antécédent de Ch V7, c’est-à-dire de la fin du xiie siècle8. Sa province d’origine reste incertaine. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’il ne paraît pas être de l’ouest. Il confond le Maine et l’Allemaigne (Ρ l. 142 ; Τ l. 126 ; Ly l. 96), il ignore la Touraine (Pl. 322 ; Τ l. 297).

32Les remaniements conservés de ce rifacimento insipide présentent plus d’attrait pour nous. Le moins original des trois est celui de Paris (xiiie siècle ; Lorraine). Il continue d’abord le mouvement d’amplification inauguré par son modèle et ses procédés ne sont pas différents. Il raconte deux fois certaines péripéties (par ex. la scène d’iconoclastie dirigée par Bramimonde, ll. 158-160 ; l’entrée des messagers de Baligant dans la salle où gît Marsile mutilé, l. 168), ajoute des détails qui situent les événements (par ex., avant la bataille, il parle du beau temps, des montagnes d’où descendent les païens ou du guet que fait Roland l. 59), invente une péripétie inconnue et d’ailleurs sans intérêt (l. 81 : mort d’un certain Turpins qui n’a rien de commun avec l’archevêque) ou fait une esquisse générale de la bataille où l’on voit Roland s’enfoncer dans la presse avec l’énergie du désespéré alors que Charlemagne approche de Roncevaux (l. 126). Vers la fin de l’histoire, le remanieur de Paris s’appliquera à écourter son œuvre. Il fait disparaître les déclarations peu orthodoxes où la belle Aude appelle la mort à grands cris (Tl. 290 par ex.), la laisse peu intelligible qui clôture la seconde fuite de Ganelon (par ex. Τ l. 310), enfin le supplice satanique imaginé par Naimes, le pondéré (par ex. Τ l. 349). Toutes ces omissions se justifient par le désir de ne pas heurter son public sans raison ni profit.

33Un souci de régularité narrative explique, d’autre part, qu’il ait omis de confier, après la première scène de deuil, les corps de Roland et d’Olivier à la garde de barons français (Τ l. 166). Ne doit-il pas encore utiliser le motif de la recherche anxieuse des cadavres ?

34Beaucoup plus intenses sont les remaniements de Cambridge et de Lyon. Ces deux versions ont généralement été dédaignées par la critique parce qu’elles offraient peu d’utilité pour reconstituer les formes anciennes de la tradition. Ce défaut d’archaïsme est un gage de l’effort de renouvellement de leurs auteurs. Dans deux régions opposées, Bourgogne et Normandie, deux remanieurs tardifs ont renoncé aux simples retouches locales et ont imprimé au Roland rimé leur marque personnelle.

35Tous deux ont visé avant tout à réduire le poème ; mais tandis que le remanieur bourguignon a été constamment dominé par cette intention et s’est adonné à sa tâche avec une audace originale, le Normand a travaillé avec plus de réticences et n’a pu s’empêcher parfois d’allonger ce qu’il tentait d’écourter.

36Le remaniement de Cambridge n’est pas une refonte du poème comme celui de Lyon, une tentative constante et tenace pour en transformer l’aspect. Les interventions de son auteur, malgré leur fréquence, restent limitées et ne procèdent guère d’une conception générale. Nous le voyons réduire à quelques détails (ll. 26-27) la longue présentation — postiche d’ailleurs — des héros de l’arrière-garde ; supprimer certaines données qui lui ont paru sans utilité (P 128 : Roland et Turpin restent seuls au combat ; P 182 : Charlemagne donne l’ordre de rechercher les morts et d’ouvrir un charnier ; P 217-218 : les combats gagnés successivement par Guineman et Malprime ne commencent plus chez lui l’épisode de Baligant...). D’autres suppressions ont plus de signification. Il débarrasse l’armée française des Bavarois, des Allemands, des Poitevins, des gens de Valence, des Flamands, des Lorrains et des Bourguignons, et la répartit uniquement entre les Normands (l. 174). les Bretons (l. 172) et les Français (l. 175). Le patriotisme local et national n’est pas étranger à cette nouvelle composition. Dans un tout autre esprit, il se refuse à ce que Charles connaisse une défaillance et doive être rappelé à l’ordre par un ange (P 244). Cette intromission du ciel lui paraît incroyable. De même, il élimine tout souvenir des déprédations commises à Saragosse par les chrétiens triomphants. Il n’a d’yeux d’ailleurs que pour la reine Braminonde (l. 223). La belle Aude lui inspirera également deux beaux vers :

Aude chevauche devant toute premiere
Qui plus est blanche que cigne de riviere (l. 267)

37et

Morte sera belle Aude pour l’amour de Roullant (l. 263).

38Il était peut-être mieux doué pour conter des romans parés de présences féminines que de sombres aventures comme celle de Roland. A la fin, il fera fuir le lignage de Ganelon, à l’annonce de la défaite de Pinabel (l. 336). Sans doute, connaissait-il les histoires des Mayençais à la félonie congénitale.

39Le remanieur de Cambridge n’était pas dépourvu de tout talent ; mais son renouvellement, quoique profond, reste hésitant et incohérent, parce qu’il se fait au hasard des inspirations momentanées.

40Pour lire un remaniement suivi, il faut s’adresser à la copie de Lyon. Celle-ci ne raconte qu’une partie de la chanson. Pas d’épisode de Blancandrin, pas de trahison à Saragosse, pas d’épisode de Baligant. Rien que la bataille livrée par Roland, sa vengeance par la noyade des païens de Marsile (l. 104) et ses conséquences dramatiques, la mort d’Aude (ll. 136 ss.). Le remanieur veut présenter à son public une vraie « Chanson de Roland », où l’attention ne soit pas détournée du héros choisi. C’est la seule fois qu’un rifacitore touche au cadre du poème, en retrace les contours selon sa conception personnelle.

41La réforme générale s’accompagne d’une multitude de retouches de détail qui visent toutes à limiter l’ampleur du récit. Des laisses entières disparaissent, la plupart de celles qui restent sont impitoyablement abrégées.

  • 9 La suppression de « Baligant », par ex., entraîne celles du retour et de la mort de Marsile à Sara (...)

42Lyon est un résumé de la phase du poème dominée par Roland ou le souvenir de Roland. Sans doute sa tentative ne s’accomplit-elle pas sans d’innombrables maladresses9 et son exécution est-elle aussi médiocre que celle de ses confrères ; mais au moins il a eu le mérite de montrer qu’il était possible de remanier Roland sans se borner aux simples retouches locales. Celles-ci ne manquent pas toutefois. Ici il élimine un passage de transition, comme l’itinéraire de Blayes à Paris (P ll. 322-324) ; là, il abrège une péripétie secondaire comme la deuxième fuite de Ganelon (voir Ρ l. 334 ; Τ l. 308) ; ailleurs, il supprime des énumérations oiseuses (P ll 340-341 ; 348-349).

  • 10 L’état de délabrement où se trouvent les fragments lorrains et Lavergne empêchent tout jugement de (...)

43La refaçon du Roland rimé qu’offre le ms. de Lyon est la plus personnelle de toutes celles qui nous sont parvenues en bon état10. Mais elle est fondée, si je puis dire, sur une conception négative : elle extrait de l’œuvre existante un poème plus court. Lyon n’enrichit pas à proprement parler la tradition rolandienne, il met en relief un aspect du poème qui, heureusement, est son aspect principal.

44Pour avoir un véritable enrichissement, il faut quitter la tradition rolandienne et entrer dans son dérivé Galien, qui à l’époque de nos copies avait déjà commencé à faire peser sur Roland les effets de sa concurrence. Là la conception est positive. Là la tradition rolandienne est modifiée, et non plus seulement mutilée.

45Mais avant de juger de sa valeur, nous voudrions jeter un coup d’œil sur un dernier avatar du Roland rimé : le Carmen de Prodicione Guenonis.

5. Carmen de Prodicione Guenonis

  • 11 Idée avancée jadis par G. Baist, Mitteilungen zu Turpin-Roland, Verhandl. der 43. Versammlung, 189 (...)

46Le Carmen date du xiiie siècle au plus tôt, vraisemblablement de l’un des deux derniers siècles du moyen âge français ; il est la mise en distiques latins, non pas d’une chanson analogue à Oxford, encore moins du Roland primitif, mais d’un Roland rimé11.

47La date avancée à laquelle est apparu le poème nous invite à le croire : à partir du xiiie siècle, il n’est plus question, semble-t-il, de Roland assonancé en France. Certaines allusions du Carmen se rapportent à des passages caractéristiques de la chanson rimée. Les compagnons de Roland

Armis ne pereant arma par are parant.
Cuique caput cassis, humerum clipeus, latus ensis,
Hasta manum munit, ne quis inermis eat (vv. 244-46).

48Il est évident que le détail de cet adoubement est un souvenir de la longue scène détaillée du Roland rimé et non du vers général Adobez sunt a lei de chevalers (O v. 1143) de la version assonancée (cfr V4 v. 1073). — Au cours de sa violente altercation avec son parâtre, Roland songe à supprimer ce dernier :

Rollandumque mine tante, convicia tanta
Urgent, mestificant : hic furit, inde tumet,
Illiusque minas grave fert illumque minantem,
Cumque minante parat adnichilare minas (vv. 45-48).

49Le trait contenu dans le dernier vers, inconnu de toute la tradition, est une dramatisation absurde des sentiments de Roland. Semblable dramatisation existe dans Ch V7 (l. 22) où Olivier s’emporte contre Ganelon et lui assène un coup près de la tête. Le détail concret diffère, mais l’idée fondamentale est la même, et c’est un renchérissement de remanieur. Roland — et non Olivier — fait une reconnaissance et aperçoit le premier les armées sarrasines :

Dum Rollandus abit, dum circumquaque vagatur,
Marsilii gentem Marsiliumque videt :
Scit se seduci Guenonis sedicione,
Premia polliciti solvere digna sui.
Dum graditur, dum mira videt, sibi jundere visa
Circumquaque viros vallis operta viris ;
Hostis ubique patet ; procedit, nec timet hostes,
Haut reputans hostes posse nocere sibi (vv. 217-224).

  • 12 Cfr Konrad, vv. 3961 ss.

50Dans les rédactions assonancées, Roland ne fait aucune reconnaissance. Ce rôle est tenu par Olivier. Dans certaines versions rimées, au contraire, Roland monte sur une hauteur et observe lui-même les mouvements de l’armée ennemie l. 21 où il est le premier à voir les ennemis12 ; Ch ll. 103-107 ; V7 ll. 91-96 ; Pll. 1 ss. où il monte sur une hauteur pour vérifier les déclarations de son ami). Pas de doute que le poète latin se soit de nouveau inspiré d’une version tardive. Si nous ne trouvons pas trace dans le Carmen des épisodes caractéristiques du Roland rimé, la longue mort d’Aude, les deux fuites de Ganelon, c’est qu’ils se situent en queue du récit, à un moment où le versificateur abrège sans vergogne.

51L’abrègement est en effet la base même de son remaniement. Son poème est un condensé de la chanson rimée. Tendance avouée, d’ailleurs. Au milieu d’une énumération des guerriers français, il s’arrête :

Et reliqui quorum nomina non memoro (v. 242).

52Samson et Turpin apparaissent de but en blanc au v. 267 sans avoir été mentionnés antérieurement. Ce sera le sort d’Engelier peu après, au v. 305, etc. Toute la fin est très abrégée. Le Carmen suppose, pour être complètement entendu, la connaissance du Roland.

53Ce n’est pas toutefois que nous n’y découvrions quelques additions personnelles. Ainsi les vv. 3-10, panégyrique de Charlemagne ; les vv. 57-60, débat psychologique ; simples additions décoratives, en dehors de la marche même du récit.

54La ligne générale de celui-ci est celle de la Chanson. La ressemblance persiste si l’on descend dans le détail, à part quelques divergences passagères et peu intéressantes.

  • 13 R. Fawtier, La Ch. de R., p. 21.
  • 14 Pour l’analyse de son style, nous renvoyons à l’article capital de E. R. Curtius, Das Carmen de pr (...)

55Comment se fait-il alors que le Carmen soit si différent du poème en langue vulgaire ? Question de présentation, question de style. Le Carmen est un exercice de style, un « concentré » de figures de rhétorique. Son auteur apparaîtra ridicule, « cuistre » comme on a dit13, si nous le prenons au sérieux. Mais il est possible que le poème n’ait été qu’un jeu stylistique14.

  • 15 art. cit., p. 508.

56M. Curtius a défendu l’idée que l’auteur du Carmen a consulté le pseudo-Turpin15. Il se fonde sur des faits assez extérieurs, comme les rubriques, ou assez peu décisifs, comme le nom de Gallia pour désigner la France et celui de Galli pour désigner les Français. Rien dans l’affabulation du poème ne trahit une connaissance de la chronique latine. Si celle-ci a joué un rôle, ce fut de fournir un sujet d’exercice — et non un texte — à notre versificateur, ce fut d’attirer son attention sur la Chanson de Roland telle qu’elle se chantait à son époque.

6. Du Roland rimé à Galien le Restoré

57Après s’être dégagée vers 1150-1160 d’un remaniement altéré du Roland assonancé, la chanson rimée, née dans les provinces « anglaises » de France, s’est largement diffusée. Tout en conservant sa popularité dans son domaine d’origine (modèle de Ch V7), elle a connu ailleurs le succès (modèle de P Ly T) et a été retravaillée et recopiée à son tour dans des régions très écartées et à des époques très différentes.

58Mais une autre œuvre allait bientôt apparaître à l’horizon littéraire, avant même que le succès du Roland rimé ne se soit pleinement affirmé, une œuvre issue de lui-même : Galien le Restoré.

Notes

1 Comm., pp. 69 ss.

2 Je ne songe ici qu’aux remaniements rolandiens.

3 Cfr G. Bertoni, ed. maior, p. 32.

4 La l. 58 de V7 n’a en effet aucun sens.

5 Nous prenons Ch comme type des versions rimées.

6 Il réduit aussi dans le même but les rêves de la belle Aude (vv. 4942 ss.).

7 Citée dans le Guide du Pèlerin, pp. 12-13. Il sera le seul aussi à faire une allusion à la « prise de Pampelune » et de la Navarre : Si li conquis Pallune et Νavare (v. 2484). Peut-être y a-t-il allusion au poème sur la Prise.

8 Il a été connu lui aussi du poète de Galien (voir ci-dessous).

9 La suppression de « Baligant », par ex., entraîne celles du retour et de la mort de Marsile à Saragosse ; celle de la prise de Saragosse ; celle du premier planh de Charlemagne à Roncevaux.

10 L’état de délabrement où se trouvent les fragments lorrains et Lavergne empêchent tout jugement de valeur sur les versions auxquelles ils appartiennent.

11 Idée avancée jadis par G. Baist, Mitteilungen zu Turpin-Roland, Verhandl. der 43. Versammlung, 1896, p. 96, mais qui a eu peu d’adeptes.

12 Cfr Konrad, vv. 3961 ss.

13 R. Fawtier, La Ch. de R., p. 21.

14 Pour l’analyse de son style, nous renvoyons à l’article capital de E. R. Curtius, Das Carmen de prodicione Guenonis, déjà cité.

15 art. cit., p. 508.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search