Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Troisième partie. Essai sur l'évolution du thème de Roland

Chapitre IV. La chanson de Roland dans la chronique du Pseudo Turpin et au sud de la Loire

Texte intégral

1. Avant le Pseudo-Turpin : note sur la diffusion de la Chanson au sud de la Loire et principalement dans le Sud-Ouest

1Une autre œuvre qu’Oxford utilise la Chanson de Roland augmentée de « Baligant » ou plus justement s’inspire de certaines de ses données pour créer un récit tout à fait nouveau et imprévu. J’ai nommé l’Historia Karoli Magni et Rotholandi du milieu du xiie siècle.

2La Chanson de Roland était connue depuis longtemps dans les régions au sud de la Loire. Les chartes de Saint-Pé de Générès, de Saint-Victor de Marseille, peut-être celle de Brioude prouvent la popularité du poème au cours du xie siècle.

  • 1 Date de la chute des dentales intervocales en français, Romania, t. XXX, 1901, pp. 481 ss.
  • 2 art. cit., p. 486, n. 4.
  • 3 K. Nyrop, Grammaire historique de la langue française, t. I, p. 383. — La traduction Scandinave qu (...)
  • 4 J. Bédier, Comm., pp. 241 ss.
  • 5 Voir éd. E. R. Curtius, Li Quatre Livre des Reis, Dresden, 1911 (Gesellschaft fur rom. Literatur, (...)
  • 6 Voir R. Lejeune, La naissance, pp. 19 ss.

3La forme même du nom Rotlan, donné communément par les Occitaniens au héros principal, suppose en France du nord un stade antérieur à la forme Rollant, la plus anciennement attestée. Quand le -tl- français est il devenu -ll- ? La date de cette assimilation est malaisée à fixer avec précision. La plupart des traités de phonétique historique gardent sur ce point un prudent silence. Avec sa vaillance coutumière et sa connaissance approfondie des documents antérieurs à 1100, M. F. Lot a percé cette nuit obscure1 : « De même [que dans -d + r-], dans le groupe d + l, la première consonne s’était assimilée à la seconde. Les exemples foisonnent pour la seconde moitié du xe siècle. Voy. par exemple le masculin Rollanus et Rolandus, le féminin Rollant (pour Rotlendis ou Rodlendis) (Bruel, n° 1019, 1033, 1042, 1043, 1137, 1224, 1509, 1520 et 1527). Chose curieuse, il semblerait qu’on n’en trouve pas un seul exemple de la première moitié du xe siècle, mais il y en a au moins un. Je vois, à côté de Signum Rothlanni, un second témoin du même nom souscrire : Signum Rolanni (Moreau, VIII, 102) dans un acte qui est, non du 9 avril 953..., mais du 9 avril 926 (Voy. Bruel, I, 794 ss.)2. » D’après ces exemples, il semblerait donc que, dans la région orientale de la France, l’assimilation se soit produite au moins au début du xe siècle. A y bien regarder, je ne sais si les graphies utilisées par le savant historien méritent tout le crédit qu’il leur accorde. Dans le même mot Rollanus ou Rolanni, je vois, à côté de l’assimilation -tl- -ll-, une autre assimilation : -nd- -nn-. Or celle-ci ne s’est jamais produite en français en position intérieure, et la disparition du -d devenu final n’a lieu que tard dans le moyen âge. Il est donc prudent de ne rien tirer de graphies aussi suspectes. D’autant plus qu’en plein xie siècle nous tenons la preuve matérielle de l’existence dans une œuvre littéraire — et c’est la littérature qui nous intéresse ici — de la graphie dr, apparentée à dl (voir le Saint-Alexis3 et même l’archaïque Roland d’Oxford4) et de la graphie dl elle-même (voir les archaïsants Quatre livre des Rois5 du xiie s.). Les groupes dl et tl sont donc encore bien vivants au xie siècle dans la langue littéraire. La forme provençale Rotlan, si elle n’est pas originale6, peut donc venir de la forme française *Rotlant, que rien n’empêche d’avoir existé dans le premier Roland.

4Dans la première moitié du xiie siècle, les régions au sud de la Loire n’offrent guère d’attestations littéraires concernant notre poème. Et pourtant celui-ci y a été connu. Le pseudo-Turpin en est la preuve évidente.

2. Remaniement du pseudo-Turpin : son incohérence narrative

5La chronique latine s’en est inspirée dans un but très spécial. La geste a chez elle pour mission de rapporter des événements populaires dont les conséquences tragiques seront exploitées à des fins pieuses. Ces intentions extra-littéraires vont entraîner une transformation profonde de la matière narrative.

  • 7 Pour le texte, voir les pp. 178 ss. de l’éd. Meredith Jones.

6Comme le récit nous apparaît défiguré7 ! Plus d’ambassade de Blancandrin ! Plus de double combat : celui de Marsile et celui de Baligant ! Plus de violentes disputes entre Ganelon et Roland ou entre Roland et Olivier ! Plus de longs combats individualisés et détaillés ! Le pseudo-Turpin a résumé et généralisé le récit, non sans commettre des bévues. Quelques traits particuliers ont été conservés ou ajoutés, ici et là, pour donner une certaine apparence de réalité : les Sarrasins qui se cachent dans les bois pendant deux jours et deux nuits avant de faire irruption sur les chrétiens. Mais la narration de la lutte a été schématisée : les chrétiens écrasent les païens dans la première rencontre, les païens massacrent les chrétiens dans la seconde ; seuls quelques héros échappent à la mort. Tout cela est raide et emprunté, tout cela est sans vie et sans frémissement, rien de cela n’intéresse le chroniqueur. Ce n’est pas qu’il n’y aille lui-même de quelques inventions ou adaptations narratives : Roland observe du haut d’un tertre l’armée sarrasine (adaptation de la scène où Olivier aperçoit les troupes de Marsile qui, gonfanons au vent, marchent au combat), Roland se fait désigner Marsile par un Sarrasin, Roland fend un guerrier païen du haut en bas, Roland poursuit Marsile en fuite et le tue, tandis que lui-même est blessé à mort. Après les simples mentions des deux premiers combats, le pseudo-Turpin entre dans quelques détails pour le troisième, soit en rappelant certaines péripéties de son modèle, soit en utilisant les lieux communs de la geste. Sa seule originalité est d’avoir imaginé Roland tuant Marsile. N’ayant plus besoin du Sarrasin, il l’a fait élégamment disparaître. Que n’en a-t-il fait autant de Baligant, l’éternel fuyard ! Que n’a-t-il mieux agencé aussi ses créations personnelles ! Veut-on un exemple typique de son impuissance narrative ? La scène originale du Sarrasin qui désigne Marsile est caractéristique à ce sujet.

7Parti en reconnaissance, Roland rencontre un Sarrasin exténué et l’attache solidement à un arbre. Ayant accompli sa mission, il revient au ligoté et lui arrache, sous menace de mort, la promesse qu’il lui montrera le roi Marsile parmi la foule des païens. Le Sarrasin s’exécute et, bon prince, Roland lui rend la liberté. Ce récit n’est qu’un tissu d’invraisemblances. Pourquoi Roland ne pose-t-il pas sa question au Sarrasin dès leur première rencontre ? Comment celui-ci peut-il désigner Marsile de l’endroit où il est attaché au milieu d’un bois ? Si le roi païen est visible de là, pourquoi Roland s’éloigne-t-il de ce point de vue pour aller se percher sur son tertre ? Et ainsi de suite. Et il en est ainsi chaque fois que le pseudo-Turpin se pique d’inventer ou d’adopter librement des données narratives. Pour une réussite comme la mort de Marsile, il y a dix échecs et vingt bévues.

8Toute la résonance héroïque du modèle a été étouffée : la mort victorieuse de Roland, est remplacée par une retraite nostalgique vers les ports de Cise. Et c’est là qu’il prononcera ses interminables adieux à sa chère épée Durendal. Condensation et altération des faits narratifs, gonflement rhétorique des discours, telle est la méthode littéraire du chroniqueur. Le cor retentit toutefois dans l’Historia comme dans la Chanson, la veine du preux y éclate aussi, mais sa puissance surhumaine est remplacée par une intervention angélique.

9La mort de Roland est, du point de vue littéraire, un chef-d’œuvre d’incompréhension et de maladresse. Notre héros a des compagnons qui recueillent son dernier souffle, — qui a dû être de longue haleine, à en juger par ses adieux et ses prières, — d’étranges compagnons, Baudoin et Thierry, rescapés du massacre au prix d’une fuite honteuse et réapparaissant à point nommé pour courir annoncer à Charles la nouvelle du désastre. C’est ici que le chroniqueur montre avec le plus d’évidence son impuissance poétique et sa sécheresse de cœur. Que dire du trait de « Roland moribond et assoiffé », trait qui fera fortune ? Notre faussaire ne l’a pas inventé de toutes pièces. C’est une adaptation d’un vers du Roland où l’archevêque moribond veut ranimer Roland avec un peu d’eau et se traîne vers le ruisseau de Roncevaux. Le vers a hanté l’esprit de notre homme qui, par une singulière déformation, a fait mourir Roland assoiffé et a « asséché » le ruisseau qui coulait à Roncevaux. Malgré sa soif, Roland ne mourra pas sans une prière infinie et de noble tenue religieuse. Le chroniqueur se sent beaucoup mieux à son aise dans les sermons et les discours que dans l’agencement narratif.

10Charlemagne apprend les nouvelles tragiques de diverses sources, miraculeuses et humaines. L’armée française revient à Roncevaux ; et le chroniqueur ne sait s’il doit la lancer à la poursuite des vainqueurs de Roland en fuite ou l’arrêter à Roncevaux pour qu’elle pleure et honore à l’aise ses morts. Il hésite, esquisse un commencement de scène funèbre, puis l’interrompt pour liquider les derniers restes de l’armée sarrasine qui étrangement se reposaient et se restauraient sur les bords de l’Èbre, pour supplicier Ganelon à Roncevaux même. Alors, débarrassé de toutes les entraves de la narration, il peut se livrer à loisir à son intention véritable : il peut enterrer à loisir les victimes de Roncevaux et les martyrs de la croisade d’Espagne.

11Quel gauchissement ! La narration agencée et méditée de Roland s’abîme dans l’absurde. Le récit est dénaturé, morcelé, détourné, dévié de sa fonction propre. C’est que, pour notre faussaire, il n’est qu’un prétexte, un point de départ.

3. Ses intentions véritables

12Le pseudo-Turpin, d’une rare indigence et d’une insigne maladresse narratives, absolument fermé à la vérité du drame psychologique de Roland, ne se veut pas romancier, ne se donne pas pour un conteur d’histoires imaginées. Son propos est autrement grave. Il vise plus haut. Œuvre de divertissment, la chronique ? Certes non : œuvre d’édification religieuse. De là le ton moralisant de ses digressions, l’ampleur inattendue et la haute tenue de ses sermons et de ses oraisons. Roland n’est plus chez lui un idéal d’héroïsme, c’est un exemple magnifique de dévotion agissante, un martyr qui meurt les bras en croix. Le chroniqueur utilise la trame d’une œuvre appréciée et déjà puissamment religieuse pour en tirer une leçon de christianisme militant. Il n’y laisse d’héroïsme laïc que le strict nécessaire et le pénètre jusqu’à la moelle de signification religieuse. Si Roland reste un guerrier, il est moins le soldat de Charlemagne que le martyr du Christ ; s’il parle moins en soldat que comme un ecclésiastique, il est moins preux que dévot. L’archevêque Turpin a bien reçu des blessures en Espagne, mais il n’est cependant plus le prélat batailleur qui nous était familier ; c’est un prêtre scrupuleusement écarté des combats, qui célèbre la messe au moment où jadis il pourfendait les païens. Si l’héroïsme cède du terrain à la dévotion, il ne disparaît pas tout à fait néanmoins, car notre chroniqueur ne perd pas de vue quand il compose son incohérent récit que la croisade d’Espagne n’est pas terminée et que des martyrs français sont encore nécessaires.

13Mais une autre intention — moins héroïque — l’anime aussi. Quand il adopte et adapte la Chanson de Roland, il a devant les yeux un tronçon du chemin que suivent les masses pèlerines. Il voit les grands cimetières du midi de la France, les monastères qu’enrichit la dévotion généreuse, il voit les sarcophages que l’imagination peuple de héros littéraires : et il les marque du sceau de l’authenticité. En entassant dans sa chronique une foule de héros épiques, en mettant en œuvre les récits littéraires en rapport avec l’Espagne, le pseudo-Turpin avait en vue, non les récits, non ces héros qu’il ne devait guère apprécier, même s’il les connaissait bien, mais le profit qu’il pourrait en tirer pour les nécropoles méridionales auxquelles il faisait de la publicité. Les héros littéraires n’ont d’intérêt pour lui que parce qu’ils ont été martyrs et que leur corps a pu être transféré dans la France du sud. De là l’importance accordée aux gestes minutieux de l’embaumement des défunts, de leur translation, de leur inhumation solennelle. De là la multiplication et la nomenclature détaillée des sépultures, la liste abondante et circonstanciée des ensevelis. De là un certain souci d’ordre dans la dispersion des nécropoles — régionalisme —, dans la hiérarchisation des reliques. On sent que ce sont ces réalités dévotes qui le passionnent. Ici il aime le détail précis, il rapporte soigneusement l’emplacement des cimetières, les vicissitudes de certaines reliques transportées d’un couvent à l’autre. A des fins publicitaires, il a amplifié démesurément certains détails plutôt décoratifs de Roland, il a déplacé l’intérêt de l’œuvre et a transformé son récit rolandien en une espèce de catalogue dévot de sanctuaires, précédé de quelques pages d’introduction pseudo-historiques.

4. Ses efforts d’authentification

  • 8 Je ne voudrais pas passer sous silence, bien qu’elle me paraisse aventureuse, la tentative de M. B (...)

14Mais pour ce faire, il avait dû gravement modifier les données narratives de son populaire modèle et il courait le risque de ne pas être cru. C’est alors qu’il lui vint une idée lumineuse. Pour assurer l’authenticité de sa version à lui, pourquoi ne se ferait-il pas passer pour un contemporain de Charlemagne ? Comme il ne se sentait rien d’héroïque et qu’il avait besoin de tous les héros carolingiens pour multiplier les sépultures épiques, comme aussi il était ecclésiastique, il a choisi comme porte-parole l’archevêque Turpin et a écrit sans rougir : ego, Turpinus... Mais pour que Turpin puisse relater l’expédition d’Espagne, il faut qu’il ne soit pas mort à Roncevaux. Qu’à cela ne tienne ! Turpin n’a pas fini glorieusement ses jours dans le défilé des Pyrénées, parce qu’il ne faisait pas partie de l’arrière-garde, — notre faussaire n’avait sans doute aucune sympathie pour les prêtres-guerriers —. Turpin n’a pas quitté Charlemagne, et s’il a été informé de l’issue du combat, ce fut par un miracle. Mais cette preuve surnaturelle ne parut pas suffisante à notre chroniqueur pour authentiquer sa fiction. Au miracle il ajoute des témoignages humains. C’est pourquoi il imagine, contrairement à son modèle, qu’il y a eu des rescapés à Roncevaux ; il les nomme : Thierry — celui qui défendait la cause de Roland et de Charlemagne contre celle de Ganelon et de Pinabel, au procès d’Aix-la-Chapelle — et Baudoin, fils de Ganelon, dont celui-ci se souvenait avec des larmes dans les yeux avant de partir pour Saragosse. Il introduit donc dans la bataille pyrénéenne deux personnages, l’un simplement nommé dans Roland, l’autre participant à la scène finale, uniquement pour qu’ils en réchappent et puissent servir de témoins dignes de foi. Ainsi, son nouveau récit se trouve confirmé tant par Dieu que par les hommes. Qui oserait en douter ? D’autant plus qu’écrit en latin et gonflé de « science », il avait pour lui tous les gages de crédibilité. Et le succès extraordinaire qu’il connut — le pseudo-Turpin a été un des auteurs les plus lus au moyen âge — prouve son habileté et démontre que sa tentative répondait à un besoin8.

15En transformant ainsi la Chanson de Roland en un bréviaire du chevalier chrétien idéal et en un pieux manuel pour pèlerins aussi entichés des héros littéraires que des saints, il a ouvert à notre récit un monde auquel il n’avait guère eu accès jusqu’à présent : le monde grave et austère de la « science » où régnait le latin. Et, en cela, l’action du pseudo-Turpin a été profonde. Car de ce monde intellectuellement supérieur, le récit est redescendu dans les couches laïques, sous forme de traductions en langue vulgaire, et là il rivalisera avec la chanson littéraire de pur divertissement et l’influencera. Nous verrons plus loin s’il est licite de croire à l’existence d’une tradition « épique » issue du Turpin.

5. Note sur la Chanson au sud de la Loire après le pseudo-Turpin

16La chronique latine du pseudo-Turpin a connu un succès étourdissant. Elle a été pour le moyen âge un des récits authentiques de l’affaire de Roncevaux. S’en étonnera-t-on ? N’était-elle pas autorisée par sa présence même dans le Livre de Saint-Jacques ? Des doctes comme Vincent de Beauvais ne l’ont-il pas accueillie dans leurs savantes compilations ? Tous les pays l’ont acceptée, même l’Espagne, qui avait cependant de bonnes raisons historiques pour rejeter ses affirmations pseudo-historiques. Son influence s’est marquée non seulement dans les milieux latinisants, mais aussi dans les milieux vulgaires. Toutes les langues modernes de l’Occident comptent des traductions ou des adaptations de la chronique. Nous en étudierons plus loin certaines en langues française et espagnole.

  • 9 Voir la traduction p. p. T. Auracher, art. cit., pp. 313 ss. ; celle p. p. O. Schultz, Der provenz (...)

17Un mot, ici, des translations du sud de la Loire. Même si elles ont fait preuve d’originalité en certains passages (voir ci-dessus), elles ont rapporté le récit de Roncevaux avec une fidélité respectueuse9. Le traducteur de la chronique saintongeaise n’a pu cependant rester sourd aux accords de l’œuvre poétique. Il nomme les douze pairs, connaît Aude et l’enterre à Saint-Romain de Blayes — preuve que la chanson qui l’inspirait était postérieure au Roland rimé dont nous allons parler. Il est tiraillé entre la chronique latine et le poème à propos de Turpin, et il imagine pour se tirer d’embarras un « Turpin li filious Turpin » (voir ci-dessus). Notations passagères qui prouvent l’existence au sud de la Loire de la tradition poétique de Roland.

  • 10 Romania, t. XLVIII, 1922, pp. 311 ss. ; t. LVIII, 1932, pp. 1 ss. ; 161 ss. ; t. LXVI, 1940-41, pp (...)

18Il n’entre pas dans notre propos de décrire l’évolution rolandienne à travers la littérature occitane. Dans ses manifestations originales, celle-ci se rapproche plus de l’Italie que de la France ou de l’Espagne. Soulignons seulement la consistance de la tradition et, jusqu’à un certain point, son originalité. Les mentions de Roland, d’Olivier et de Ganelon sont innombrables dans la lyrique provençale dès la seconde moitié du xiie siècle. Guiraut de Cabreira se complaît à détailler ses allusions au poème. Le xive siècle, insufflant aux récits de Roland une vie renouvelée, enrichira le patrimoine rolandien de deux œuvres de réelle valeur poétique : Roland à Saragosse, variation fantaisiste et brillante qui fait pressentir les chefs-d’œuvre italiens, et Ronsasvals, « poème dramatique » qui a conservé précieusement toute l’essence pathétique de la chanson. Renvoyons pour ces deux poèmes très au-dessus du médiocre aux récents articles de M. Mario Roques10 et, pour la période du xiie siècle, aux observations que nous serons amené à formuler plus loin à propos de la littérature catalane.

19Les étranges adaptations du pseudo-Turpin doivent être comptées à l’actif des gens du sud de la Loire. Si la littérature n’y trouve pas son compte, elles dénotent cependant une vaste culture « épique » — étonnante, à première vue, pour un clerc ecclésiastique — en même temps qu’un incompétence absolue dans le genre. Grâce à elles, l’œuvre sort de la littérature pour entrer dans l’historiographie, quitte le monde pour la retraite austère et latine.

20Curieux avatar que cette adaptation du Roland dans la Chronique. Avatar inattendu et rare. Peu de gestes ont eu les honneurs d’une défiguration savante. Peu de gestes ont vu ainsi se dédoubler leur destinée, se créer et se perpétuer, en marge de leur tradition propre, une tradition nouvelle, docte, acceptée pendant des siècles comme véridique.

21Mais notre poème n’était pas au bout de ses métamorphoses, des manifestations de sa puissance vitale. Il allait subir, au cours du xiie siècle, le sort commun à toutes les gestes à succès : la mise en rimes.

Notes

1 Date de la chute des dentales intervocales en français, Romania, t. XXX, 1901, pp. 481 ss.

2 art. cit., p. 486, n. 4.

3 K. Nyrop, Grammaire historique de la langue française, t. I, p. 383. — La traduction Scandinave qui s’est faite sur une chanson postérieure à l’adjonction, de « Baligant » rend d’ailleurs arrement « encre » par adir menn (p. 520). Preuve que son modèle orthographiait encore adrement.

4 J. Bédier, Comm., pp. 241 ss.

5 Voir éd. E. R. Curtius, Li Quatre Livre des Reis, Dresden, 1911 (Gesellschaft fur rom. Literatur, Β. 26) : ydles « idoles » (p. 223, l. 21 ; etc., etc. — cfr Roland d’Oxf v. 3664) qui atteste la possibilité « phonologique » du groupe dl après le xe s. ; espalde de spatula qui suppose un espadle ; cfr rampodne (p. 192, l. 22), medlee (p. 188, l. 17), adne (p. 185, l. 26).

6 Voir R. Lejeune, La naissance, pp. 19 ss.

7 Pour le texte, voir les pp. 178 ss. de l’éd. Meredith Jones.

8 Je ne voudrais pas passer sous silence, bien qu’elle me paraisse aventureuse, la tentative de M. Burger, La légende de Roncevaux, pp. 451 ss., pour retrouver à travers la prose du pseudo-Turpin les traces d’un poème latin. L’hypothèse qu’un poème ait servi de source à notre faussaire n’a cependant en soi rien d’invraisemblable, comme il n’est pas invraisemblable non plus qu’un poète latin se soit inspiré de la chanson vulgaire (voir le Carmen de Prodicione Guenonis). Mais n’est-il possible de muer la prose de Turpin en hexamètres que dans le seul récit de Roncevaux ? Au prix des changements opérés par M. Burger ne pourrait-on pas transformer presque toute la chronique en un long poème, même dans les passages qui certainement ont été inventés par le chroniqueur ? L’effort de M. Burger a, je crois, surtout pour conséquence de mettre en vive lumière le caractère poétique de la prose turpinienne. Je me propose, dans un travail consacré plus spécialement à la chronique latine, de discuter plus en détail l’intéressante hypothèse du critique français.

9 Voir la traduction p. p. T. Auracher, art. cit., pp. 313 ss. ; celle p. p. O. Schultz, Der provenzalische Pseudo-Turpin, Zz. f. rom. Phil., t. XIV, 1890, pp. 467 ss.

10 Romania, t. XLVIII, 1922, pp. 311 ss. ; t. LVIII, 1932, pp. 1 ss. ; 161 ss. ; t. LXVI, 1940-41, pp. 433 ss. ; t. LXVII, 1942-43, pp. 289 ss. ; t. LXVIII, 1944, pp. 18 ss. ; t. LXIX, 1946-47, pp. 317 ss. ; Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, Madrid, Hernando, 1925, t. III, pp. 407 ss. ; La légende de Roland au xive siècle, dans les Études de Littérature française, pp. 21 ss.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search