Version classiqueVersion mobile

La chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au Moyen Âge

 | 
Jules Horrent

Troisième partie. Essai sur l'évolution du thème de Roland

Chapitre II. L’adjonction de l’épisode de Baligant ou la chanson de Roland et de Charlemagne

Texte intégral

1. De la Chanson de Roland à celle de Roland et de Charlemagne

1La Chanson de Roland originale a connu du succès. Comme toute chanson de geste, elle est passée de mains en mains, a été retouchée ici, complétée là. Cette recréation incessante fait la vie de la Chanson de geste, et cette participation de nombreux ouvriers au grand œuvre lui donne son caractère collectif, qui le distingue nettement d’une épopée moderne, comme la Araucana d’Ercilla ou les Lusiades de Camoëns, les meilleures des gestes modernes, fondées toutes deux aussi sur des exploits héroïques, mais respectées dans leur lettre dès leur apparition.

  • 1 Qui ne sont ni dans l’esprit du Roland premier, ni dans celui de « Baligant ».

2Roland a donc évolué. L’insuffisance de la documentation nous empêche toutefois de nous faire la moindre idée de certaines versions intermédiaires peu originales. Peut-être certains détails, comme l’inhumation des preux à Blayes, et non dans leur pays natal, comme la participation nominale de tels héros non rolandiens, Girard de Roussillon ou Ogier le Danois, proviennent-ils de ces remaniements peu profonds1. Pour enregistrer un remaniement plus poussé, il faut attendre l’insertion de l’épisode de Baligant. Ici l’intervention est assez manifeste, assez développée pour que nous puissions en saisir les intentions et en dégager les procédés.

2. L’adjonction de l’épisode de Baligant

3Le poète qui a allongé la Chanson de Roland au moyen de l’épisode de Baligant tenait avant tout à équilibrer un récit qui lui paraissait trop court : la bataille de « Roland » compte quelque 2 400 vers ; le châtiment quelque 550 vers, dont moins de 100 réservés à la punition des païens de Marsile. Il a voulu rendre plus terrible cette punition insuffisante à ses yeux. Mais comment faire ? Tous les Sarrasins de Marsile qui ont trempé dans la trahison, le poète premier les a déjà châtiés ; Marsile lui-même est mort misérablement à Saragosse et son âme a été happée par les diables de l’enfer. Pour étoffer le passage trop maigre, mais narrativement complet dans son exiguïté, il lui fallait ou développer et détailler les données déjà traitées, amplifier par exemple le tableau du Sèbre en une large fresque de noyade générale, raconter longuement la mort cachée et discrète de Marsile mutilé, ou faire intervenir une armée païenne étrangère accourue au secours du roi désemparé de Saragosse et la faire battre avec panache par Charlemagne.

4Il a adopté cette dernière solution, plus facile et plus indépendante. Avec elle il n’était plus lié aussi étroitement à son modèle ; il traitait une matière nouvelle et pouvait la traiter à sa façon, l’animer de toutes ses intentions personnelles ; grâce à elle il pouvait à son tour utiliser le grand thème de la geste héroïque : la bataille.

  • 2 L. F. Benedetto, op. cit., pp. 163-164.

5Son but était, en effet, de faire suivre la victoire ambiguë et difficile à comprendre de Roland, victoire réelle mais acquise au prix du sacrifice total, d’une victoire incontestable, évidente, éclatante, absolue. Il voulait rendre manifeste ce qui, aux yeux d’un public moins affiné, pouvait rester obscur : la victoire française de Roncevaux. Comme on l’a dit avec beaucoup de justesse, si l’épisode de Baligant est une addition à la Chanson de Roland, elle en est aussi le commentaire2, la mise au clair.

  • 3 Il est impossible de concevoir un « Baligant » indépendant de « Roland » (voir ci-dessus).

6Venant après la bataille de Roland et de Marsile, et mettant en scène le souverain de Roland, Charlemagne, le remanieur a imaginé d’opposer à celui-ci le suzerain de Marsile, l’émir de Babylone, Baligant. Le récit gagne ainsi en ampleur et en retentissement. Le combat de l’arrière-garde contre les Sarrasins d’Espagne devient le combat de l’armée carolingienne tout entière contre l’armée sarrasine tout entière. Le poète a vu toutes les possibilités spirituelles que lui offrait ce « renchérissement » et il les a exploitées jusqu’aux extrêmes limites. C’est là la grandeur originale de son œuvre : sortie tout entière de son modèle3, elle en élargit singulièrement les horizons et en dégage la vraie signification.

7Roi de France, Charlemagne est aussi empereur de la chrétienté. Le poète fait de l’émir de Babylone l’empereur de la païennie. La bataille qu’il va décrire revêtira donc une importance et une portée spirituelles autrement grandes, autrement affirmées que celle de Roland. Ce qu’elle perdra en saveur individuelle, elle le compensera en déploiement.

  • 4 Qui, à part quelques Africains (les nègres de l’Alcalife en particulier), sont ou des Marocains ou (...)

8Baligant et Charles comptent leurs armées moins par individus que par peuples. Charles aligne les Français (O vv. 3026 ss.), les Bavarois (vv. 3028 ss.), les Allemands (vv. 3037 ss.), les Normands (vv. 3045 ss.), les Bretons (vv. 3052 ss.), les Poitevins et les Auvergnats (vv. 3062 ss.), les Flamands et les Frisons (vv. 3069 ss.), les Lorrains et les Bourguignons (vv. 3077 ss.). Tout l’Occident chrétien est réuni sous ses étendards. Baligant a mobilisé de son côté l’immense Païennie orientale pour venir en aide à la Païennie occidentale d’Espagne4. Son armée unie par un même fanatisme comprend les peuples les plus lointains et les plus mystérieux : les Sulians, les gens de Butentrot, de Micènes, de Nubles, de Blos, de Jéricho, les Canelius, les Turcs, les Perses, les Pincenois, les Eugiez, les Huns, les Hongres, les géants de Malprose, les barbus de Fronde, et autres gens au nom barbare. Aux dix échelles chrétiennes Baligant oppose trente échelles païennes. La disproportion des forces imaginée par le premier poète est maintenue par son successeur, qui en a saisi la vraie signification.

  • 5 Le souvenir des deux grands magiciens épiques de l’antiquité concourt à renforcer la solennité du (...)

9L’ambiance créée par ce dernier est aussi plus majestueuse. Les deux chefs qui s’affrontent sont nimbés d’une auréole vénérable. Nous connaissions déjà la figure grave et familière de Charlemagne, illuminée par le flot éclatant de sa barbe blanche. Face à lui se dresse un Baligant d’une vieillesse qui défie tous les souvenirs (ço est l’amiraill, le viel d’antiquitet / Tut survesquiet e Virgile e Omer, O vv. 2615 ss.5, couronné lui aussi d’une chevelure de neige (v. 3162). Mais, ni chez l’un ni chez l’autre, la vieillesse n’exclut la robustesse ardente et l’énergique vigueur, c’en est même presque le complément nécessaire ; elle empreint la force physique de gravité morale ; elle permet de peindre le héros avec des couleurs solennelles. Charlemagne et Baligant sont des vétérans grandioses.

10La présentation de la bataille est elle-même moins individualisée, moins morcelée que dans Roland. Ici les joutes personnelles dominent nettement et, malgré l’effet massif que produit la répétition des mêmes gestes, masquent la vue d’ensemble. La bataille générale ne sert que de toile de fond sur laquelle se détachent les silhouettes et les exploits particuliers. Les guerriers cachent la bataille. Dans Baligant, au contraire, la vision panoramique se fait plus insistante ; à chaque instant nous sommes en face de la lutte impersonnelle. Dans Baligant, il y a la mêlée avec le courage, le carnage, le sang, les cris anonymes. Les exploits individuels se fondent dans l’ensemble. L’impression en est plus aiguë, plus dense, plus brutale (voir le v. 3487, qui fait entendre le vrai combat, et non le combat stylisé et littéraire), mais aussi plus pleine, plus vaste. Le récit gagne en ampleur, en plénitude et aussi en grandeur.

11Le décor même est changé. Le poète de Roland déroule les péripéties de son combat au milieu d’un paysage émouvant de montagnes. Il n’abuse pas de la minutie pittoresque, loin de là. Quelques touches lui suffisent pour esquisser un type évocateur de décor montagneux. Cependant, malgré cette sobriété, le remanieur se sent gêné par les pics et les défilés, les arbres qui s’élèvent vers le ciel et les rochers qui surplombent les vallées. Il sent vivement que ces détails particuliers nuiront à son dessein. Aussi fait-il sortir l’armée française des anfractuosités pyrénéennes dès qu’elle est en ordre de bataille (O vv. 3125 ss.). Aussi déploie-t-il ses deux armées en une plaine (O v. 3129) découverte, nue, sans vallée ni élévation, sans forêt ou bosquet qui puissent masquer la vue (O vv. 3292 ss.), en une plaine plate, infinie (v. 3305). C’est qu’il veut décrire un combat dans toute sa pureté, dépourvu de tout accident, où joueront les seules forces réelles des armées. Son combat devient ainsi le combat absolu, où se mesurera la véritable valeur des deux armées.

12Ces deux armées sont deux mondes : les deux parties de l’univers, les deux milices religieuses de l’univers. Le combat de Baligant en apparaît comme la confrontation décisive de la chrétienté et de la païennie. Cette lutte gigantesque, qui doit décider de l’univers, qui met aux prises les forces vives de chacune de ses parties antagonistes, en devient comme un duel suprême et irrévocable. Le poète s’en est parfaitement rendu compte et a matérialisé cette conception souveraine en couronnant son récit par le duel décisif de Charles et de Baligant, les deux sommets et les deux champions de l’Univers.

13Le poète de Baligant n’a pas, comme celui de Roland, construit son récit sur une succession de duels individuels, il a élargi sa vision et vu la bataille totale pour, à un moment donné, lui substituer, avec la plus grande souplesse, le duel absolu, symbole de la compétition universelle des deux mondes et des deux croyances. La signification de l’œuvre est portée à son maximum. Déjà dans Roland, la bataille de l’arrière-garde n’était pas sans résonance transcendante ; le poète avait pris soin çà et là de la faire entendre. Maintenant ce n’est plus une résonance : c’est le son lui-même, éclatant, immense.

14Le duel entre Charles et Baligant est vraiment la vision simplifiée et grossie de la lutte essentielle, où tout se heurte, où tout se confronte, avec une apparence d’équilibre : force physique, vigueur morale, foi religieuse. Le poète a très habilement tiré parti de la gradation traditionnelle que lui imposait le thème du combat singulier (assaut à cheval et à l’épieu ; aux épées et aux écus ; aux épées sans les écus ; propositions d’accord inacceptables ; combat suprême). Dans les propositions que s’adressent les deux champions éclate la différence contradictoire qui oppose les deux mondes : Baligant veut faire de Charles son vassal, c’est-à-dire l’avilir ; Charles lui propose de devenir chrétien, c’est-à-dire, aux yeux du poète, de le parfaire (O vv. 3589 ss.) ; le chrétien ne pense qu’à son Dieu et au salut d’autrui : le païen ne pense qu’à la défaite de son adversaire et qu’à sa propre victoire, sans la moindre pensée pour ses dieux.

  • 6 Péripétie de l’ange Gabriel qui dit à Charles : « Que fais-tu ? » (O vv. 3612 ss.).

15Cette différence est symptomatique. Pour les chrétiens, Dieu est toujours présent ; pour les païens, leurs idoles sont absentes. Le combat de Charles et de Baligant en gagne encore en signification. Non, ce n’est pas seulement la confrontation de deux croyances : c’est la confrontation de deux Olympes, c’est la confrontation de la mort et de la vie, des idoles creuses et vaines et de Dieu un et existant. Au moment suprême du combat, lorsque Baligant, averti par un sage païen du néant de sa cause et s’obstinant avec une grandeur tragique à lutter contre son destin, ébranle Charlemagne d’un coup d’épée, celui-ci n’a qu’à sentir l’existence et la vérité de son Dieu6 pour vaincre et affirmer ainsi, non que le christianisme soit supérieur au paganisme, mais que celui-là est et que celui-ci n’est pas.

16La plénitude significative de Baligant est autrement puissante que celle de Roland. Le poète original avait pressenti que son combat n’était pas une affaire locale et particulière, il en avait laissé entendre la signification. Mais cette signification restait implicite. Le poète s’intéressait davantage à harmoniser et à styliser artistiquement son œuvre, à la faire frémir d’une vie psychologique intense et à heurter des caractères humains. La perspective abstraite que laissait entrevoir le Roland a été exploitée à plein par le remanieur de Baligant.

  • 7 Ici on note une certaine touche grotesque.

17Non que celui-ci n’ait pris soin de raidir son récit dans une certaine ordonnance extérieure, — moins symétrique, plus souple que celle de Roland, — de l’animer de détails pittoresques (O vv. 3055, 3222), de faire de ses païens des portraits élogieux (par ex., celui de Baligant, vv. 3137 ss., dessiné d’après les canons de l’idéal masculin), quoique parfois caricaturaux (vv. 2659, 3526, 35277, 3152), de donner une vivacité dramatique aux péripéties (vv. 2705 ss.), de brosser une marine féerique (vv. 2630 ss.) ; mais son intention principale a été de mettre en scène, avec toute l’ampleur voulue, l’affirmation religieuse fondamentale : Dieu est et il est seul à être. Le poète ne juge pas, ne discute pas ; il ne se livre à aucune démonstration. Il ne ressemble pas à Dante, ni même au créateur du Roland. Nous ne discernons guère chez lui de connaissances raffinées. Il est simple, il est convaincu, et il sait sous le symbole d’un combat grandiose exprimer sa conviction. Celle-ci nourrit toute sa création, lui confère son envergure, et même donne un relief savoureux à certains détails. Je songe aux gestes impies des païens affolés qui brisent leurs idoles impuissantes (vv. 2576 ss.), au désespoir de la reine Braminonde qui injurie ses dieux indifférents (vv. 2600 ss.) ou qui s’emporte lorsque les messagers de Baligant osent prononcer leurs noms devant elle (vv. 2705 ss.), à l’escorte de Canelius qui garde les étendards religieux et la statue du dieu Apollin (vv. 3266 ss.).

18Le poète de Baligant n’est pas original dans sa conception. Celle-ci est la clef de voûte philosophique de toute la geste française. Mais à la différence de beaucoup d’autres poètes, il en a fait le sujet même de son œuvre, sujet réel et non apparent, et il a réussi.

19Baligant est une œuvre limpide, sans équivoque, et, de ce fait, lumineuse et égale de ton. Elle s’oppose à l’audace difficile du premier Roland ; et son éclat facile arrive à en faire pâlir les nuances délicates. Son évidence éblouit et nous trompe sur la vraie signification de Roland, œuvre aux frontières de la lumière victorieuse et des ombres de la défaite : abusés, nous ne voyons plus que le deuil et la douleur.

  • 8 Expression de A. Pauphilet, Sur la Chanson de Roland, pp. 183 ss., qui a fait fortune. A. Pauphile (...)

20Baligant est la « Chanson de Charlemagne »8, celle où Charlemagne apparaît avec le plus de relief et de panache comme le champion de la chrétienté et le champion de Dieu. Du grand personnage d’arrière-plan qu’il était dans la Chanson de Roland, étonnamment humain, psychologiquement fouillé, il est passé à l’avant-plan et remplit seul toute la scène. Il se lance dans la mêlée, il combat, il agit, il porte sur ses épaules tout un monde et tout un Olympe. Il devient gigantesque. Il se simplifie aussi : ce qu’il gagne en envergure, il le perd en richesse psychologique. Le poète de Baligant l’engage déjà sur le chemin du théâtre de marionnettes.

  • 9 Ajustement délicat à la Chanson initiale (voir ci-dessus), multiples rappels de la bataille de Rol (...)
  • 10 On trouvera des indications littéraires sur Baligant principalement dans W. Tavernier, Zur Vorgesc (...)

21Malgré les multiples précautions qu’il prend pour rattacher son récit à la Chanson de Roland9, pour en faire une Chanson de Roland et de Charlemagne, — car, contrairement au sens de l’expression inventée par A. Pauphilet, le poète de Baligant ne sacrifie Roland à Charlemagne qu’involontairement, — il n’a pas réussi à harmoniser son remaniement avec l’œuvre qu’il se proposait d’allonger. Ses intentions artistiques étaient trop différentes de celles de son modèle. Son œuvre, plus qu’à une suite de Roland, fait songer à l’interprétation, à la systématisation dramatiques de certaines des suggestions du poème premier10. Le travail est d’ailleurs bien fait. S’il n’a pas la délicatesse subtile, la pénétration, le fini de celui du poète original, il possède une robuste simplicité, une clarté d’intention, une netteté d’exposition qui en font une œuvre méritoire. Le remanieur était poète comme le créateur ; mais quelle différence de tempéraments ! L’un se complaît aux jeux psychologiques, à la vie dramatique, se dégage du commun, évoque et se tait. L’autre affirme, dresse des mondes antagonistes, simplifie, et ne voit plus que la lutte idéale. Mais l’un et l’autre sont poètes. L’un et l’autre ont une puissance créatrice indéniable. Avec eux la carrière littéraire de Roland commence bien.

3. Date et patrie

22L’idée maîtresse qui commande le remaniement peut naître durant toute la période médiévale. Seule la manière dont cette idée est mise en œuvre pourra nous fournir certaines précisions chronologiques.

  • 11 Et non l’antéchrist, comme on aime à le dire, faisant de Baligant une nouvelle Apocalypse.

23Baligant, l’anti-Charlemagne11, est « amiral de Babylone », c’est-à-dire émir du Caire, et règne sur d’innombrables peuples principalement orientaux. Il s’oppose à Marsile dont la souveraineté s’étend plutôt sur l’occident païen.

  • 12 Sur les noms des peuples païens, il y a toute une littérature : G. Paris, Noms de peuples païens d (...)

24La Chanson de Roland initiale était orientée vers l’Espagne. Tout en conservant la localisation espagnole (notre auteur n’est qu’un remanieur), l’épisode de Baligant dirige nos regards vers l’Orient. Charlemagne et ses chrétiens d’Occident ne luttent pas à la lettre contre les païens d’Espagne, mais contre les païens d’Orient. Nous n’entreprendrons pas d’identifier les peuples soumis à Baligant. Il en est certainement d’imaginaires et, à part ceux dont l’appellation se devine immédiatement, les autres resteront mystérieux12. Il suffit pour notre propos que l’inspiration générale ne vienne plus d’Espagne, mais d’Orient.

25L’Occident n’a pas attendu les Croisades pour connaître l’Orient.

  • 13 L. Bréhier, Les Croisades, Paris, Gabalda, 6e éd., 1928, pp. 36 ss. — Rappelons qu’on a voulu retr (...)
  • 14 L. Bréhier, op. cit., pp. 37 ss.

26Les relations furent longtemps pacifiques. Le Charlemagne historique entretint d’excellents rapports avec le calife Haroun-al-Raschid, et le mouvement continua après la disparition de ses promoteurs. Un courant pacifique unit Orient et Occident. « Les pèlerinages s’accomplissent sans péril et par petits groupes. Au début du xie siècle, le régime pacifique fut brusquement interrompu par les ordres du calife Hakem qui, en 1009, fit détruire les établissements chrétiens de Jérusalem et, de 1009 à 1020, organisa une véritable chasse aux juifs et aux chrétiens d’Orient. Les pèlerins occidentaux ne furent pas épargnés13. Mais, la tornade passée, le régime ancien se rétablit. Hakem lui-même adopta une politique plus favorable aux chrétiens. La situation des chrétiens d’Orient redevenait supportable. Les lieux saints furent restaurés, mais le protectorat passa des mains occidentales aux mains des empereurs de Byzance14. Le schisme grec consommé en 1054 entraîna pour les pèlerins occidentaux des vexations qu’ils n’avaient pas connues auparavant. Ils durent s’armer, se réunir en groupes plus nombreux. Parfois, ils se heurtèrent à l’hostilité des indigènes. Mais ces expéditions ne sont pas encore des croisades.

  • 15 Voir A. Thomas, La Chanson de Sainte-Foi d’Agen, Paris, Champion, 1925,. p. xviii : second tiers ; (...)
  • 16 Nom de peuple qu’il est difficile de faire venir, avec P. Rajna (Romania, t. XLIX, 1923, pp. 63 ss (...)

27Le contact constant de l’Occident avec l’Orient contribua à faire connaître les régions orientales en Occident bien avant la première croisade. La présence de noms de peuples orientaux dans une œuvre littéraire n’est donc pas un indice que celle-ci soit postérieure à la croisade. Un exemple suffira à en fournir une confirmation. L’épisode de Baligant met en scène les Canelius, diversement identifiés (O v. 3269). La Chanson provençale de Sainte-Foy d’Agen, communément datée du xie siècle15, connaît déjà des Canineus (v. 522), et y ajoute les Hiebuseu (v. 486), les Herminin (v. 488), les Pigmeu (v. 489), les Amorreu (v. 491), les Corbarin (v. 491)16, etc. Les deux poètes ont adopté le même procédé : celui de l’énumération de peuples exotiques. Il est évident que la lecture de la Bible a dû faciliter et renforcer les connaissances orientales que répandaient les pèlerinages antérieurs à la Croisade. Comme on ne sait pas dans quelle mesure étaient répandues ces connaissances, il serait hasardeux d’invoquer la multiplicité des noms païens dans notre épisode, ainsi que la présence de tel ou tel nom particulier, pour le reporter au-delà de 1099.

28L’esprit de l’épisode est pourtant celui de la Croisade : celui d’un choc puissant, d’une guerre d’envergure mondiale entre deux mondes. De quand date la transformation du caractère des relations entre l’Occident et l’Orient ? Quand apparaît la conception d’un heurt inévitable et nécessaire entre les deux mondes hostiles ?

29L’irruption des Turcs seldjoucides à partir de 1064 (prise d’Ani, en Arménie byzantine) allait précipiter la formation du climat des croisades.

  • 17 L. Bréhier, op. cit., p. 51.
  • 18 On sait que M. Grégoire, art. cit., est d’avis que l’épisode de Baligant est l’interprétation poét (...)

30En quelque trente ans, les Turcs furent maîtres de l’Orient tout entier. Les Occidentaux ne pouvaient rester indifférents à la menace qui pesait sur Byzance, à l’insécurité qui régnait dorénavant sur les routes de Jérusalem et aux dangers que couraient le Saint Sépulcre et les établissements latins de la ville sainte. Dès les premiers désastres, l’idée d’une expédition militaire a dû naître dans les esprits occidentaux17. Dès 1074, le pape Grégoire VII agit en ce sens. Le premier, il brandit l’étendard de la guerre sainte. Mais les circonstances l’empêchent de mener à bien son idée. Il est pris par la querelle des Investitures (1076) et mêlé à la lutte des Normands de Sicile contre l’empire byzantin (1078 ss.)18.

  • 19 Voir, sur la naissance de l’idéal chevaleresque chrétien, E. R. Curtius, Der Kreuzugsgedanke und d (...)

31En ces années 1070 et suivantes, le climat favorable à la croisade commençait à s’établir. La succession des victoires turques jusque vers la fin du siècle allait contribuer à renforcer l’enthousiasme pour la guerre sainte19. L’épisode de Baligant suppose un idéal de la guerre sainte parfaitement formé, une ambiance d’exaltation guerrière parfaitement établie. Cet état d’esprit nous écarte de l’époque de Grégoire VII pour nous rapprocher de celle d’Urbain II.

32L’adjonction de l’épisode de Baligant date de la première croisade, la seule qui, avant le milieu du xiie siècle, fut une véritable guerre sainte contre l’Orient sarrasin, telle que la concevait notre remanieur.

33Baligant date-t-il d’avant ou d’après la prise de Jérusalem ? Il m’est impossible de le dire, et il importe peu de le savoir. Une période approximative et juste dans son imprécision est une garantie de sécurité. Une date trop précise est — souvent — source d’inquiétudes. Du point de vue littéraire, — celui qui nous occupe ici —, l’intéressant, c’est que l’épisode ajouté soit animé du même enthousiasme religieux et belliqueux que la première croisade, qu’il soit fondé sur la même vision simplifiée et grandiose de l’univers.

34Le remaniement de la Chanson de Roland ne peut être considéré comme un poème de propagande pour la Croisade. Singulière propagande pour la croisade d’Orient que de nommer l’Espagne et Saragosse où la chrétienté combattait également l’Islam ! Singulière propagande pour la croisade d’Espagne que de troubler l’esprit des gens en évoquant les peuples orientaux ! Il eût fallu que le public de l’époque fût bien avisé pour découvrir le sens d’une telle propagande. Une œuvre de propagande, qui veut faire naître l’enthousiasme pour une cause, et non semer le trouble et l’incertitude, doit parler directement aux esprits et aux cœurs, et non par figures à interpréter. Si notre poète avait voulu appeler les Occidentaux sous les murs de Jérusalem ou de Saragosse ou des deux villes sarrasines à la fois, il aurait rédigé un appel pathétique à la Croisade, semblable à tant d’autres : il n’aurait pas imaginé son affabulation. S’il a exercé une certaine action, celle-ci n’a pu être qu’indirecte.

35L’auteur de Baligant, s’il n’a pas l’intention de pousser les Occidentaux à la Croisade, est tout imprégné cependant des idées qui les y poussaient. Il se nourrit de l’ambiance morale qui a fait naître la Croisade. Comme la prise de Jérusalem et l’établissement d’États chrétiens en Moyen Orient en sont les conséquences historiques, son œuvre en est la conséquence artistique. Sans le climat particulier qui s’est développé en Occident à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle et a enveloppé la première croisade, jamais l’épisode de Baligant n’aurait été ajouté à la Chanson de Roland.

***

  • 20 Il n’y a pas plus de raisons de faire de notre poète un Normand (comme le veulent souvent les thès (...)

36De quelle région était l’habile ajusteur à qui nous devons la traduction artistique de l’idéal des croisés ? Certes, notre poète n’est pas animé d’un nationalisme étroit. Il a une âme chrétienne et, si je puis dire, occidentale. Tous les peuples qui forment l’immense armée de Charlemagne ont leur part d’éloges. Les Bavarois n’abandonnent jamais un combat (O v. 3030) et constituent une fière troupe (O v. 3034). Les Allemands préfèrent la mort à la couardise (O v. 3041). Les Normands préfèrent eux aussi la mort à la reddition (O v. 3048) et peuvent plus que tout autre peuple sur un champ de bataille (O v. 3049). Les Bretons chevauchent comme de vrais barons (O v. 3054). Les Poitevins et les Auvergnats, aux beaux équipements, reçoivent la bénédiction de Charles (O v. 3066). Les Flamands et les Frisons ne fuient jamais (O v. 3071). Les Lorrains et les Bourguignons ne refusent jamais le combat (O v. 3082). Le poète répartit équitablement la louange entre tous ces peuples. Les vers élogieux se répondent dans chaque laisse. Le poète a manifestement voulu les envelopper tous d’une même sympathie. Les Normands ne sont pas plus favorisés que les Flamands ou les Lorrains20.

37Et pourtant, il y a un peuple qu’il préfère entre tous : le peuple français. Les héritiers du Français Roland sont les Français Guineman et Rabel (O vv. 3015 ss.). Les deux premières échelles, les « troupes de choc », sont françaises (O vv. 3019 ss.). La garde impériale est composée des « baruns de France » (O v. 3084) et l’empereur chevauche au milieu de ces vétérans français (O vv. 3121 ss.). Les faveurs du poète vont, sans hésitation possible, à la province de France et aboutissent à cette conséquence curieuse de présenter l’empereur d’Occident, le champion de la chrétienté, sous les traits d’un roi de France. Le penchant discret entrevu dans le poème original, Baligant le met en vive lumière. Une fois de plus, le remanieur a révélé ce qui était implicite dans son modèle.

  • 21 Suz cel n’ad gent que Caries ait plus chere, / Fors cels de France, ki les regnes cunquerent (O vv (...)

38La prédilection affirmée, répétée, soulignée21, du remanieur pour la terre de France rend très probable son origine française.

39Son Occident carolingien s’appuie sur la France royale. Mais, imbu de l’idéal carolingien, il n’aperçoit pas encore l’unité romane de la France future et place au deuxième rang, dans l’affection impériale, les vassaux et les chevaliers de Bavière (O v. 3031).

4. Influence

  • 22 Voir R. Fawtier, La Ch. de R., p. 66 ss. ; R. Mortier, La Ch. de R., p. 101, n. 3.

40La Chanson de Roland augmentée de Baligant a connu le plus grand triomphe. Tous les souvenirs qui sont postérieurs à la fin du xie siècle, doivent se rapporter au remaniement plutôt qu’à la vieille chanson d’avant 1050, bien qu’aucun ne nomme Baligant. Je pense à Hugues de Fleury (1109), qui rappelle l’inhumation de Roland à Blayes, à l’épître de Raoul le Tourtier (vers 1114), à la comparaison de Raoul de Caen dans ses Gesta Tancredi (au plus tard 1118), à l’invention si discutée de Guillaume de Malmes-bury dans son De gestis Regum Anglorum (au plus tôt, 1125), à la curieuse inscription de Nepi en Italie (1131), à la métaphore d’Orderic Vital (vers 1135) dans son Histoire ecclésiastique22, aux diverses mentions retrouvées dans les chants du xiie siècle.

  • 23 Recherches, pp. 200 ss.
  • 24 Voir R. Lejeune, op. cit., p. 202.
  • 25 Voir R. Lejeune, op. cit., p. 204.
  • 26 Les deux « reguli » ne sont pas présentés ouvertement par Sigebert comme étant ceux de Saragosse.
  • 27 Par ex. J. Györy, Études, pp. 27 ss. ; E. Mireaux, La Ch. de R., pp. 45 ss. ; J. Schwartz, La lais (...)

41Nous voudrions nous arrêter un moment au témoignage de Sigebert de Gembloux, que Mme Lejeune vient d’exhumer23. Le chroniqueur, dans sa relation de l’expédition carolingienne en Espagne, attribue à Charlemagne le sac de Saragosse. La Chanson de Roland ne peut pas ne pas y être pour quelque chose24. Si Sigebert a interprété de la sorte, à son époque, les réticences de ses sources carolingiennes, c’est que la Chanson l’avait familiarisé avec l’idée de la capture de la ville aragonaise, ville dont Charles ne s’est jamais emparé que littérairement. Mais Sigebert va plus loin : Charles s’est soumis deux « reguli » sarrasins. Sigebert fait de nouveau un accroc à l’histoire : le roi Charles s’est borné à accepter des otages d’Ibn el Arabi et d’Abutaur. De nouveau, l’idée d’un souvenir inconscient de la Chanson s’impose à l’esprit. Les deux « reguli » seraient Marsile et Baligant replacés à l’échelle historique. S’il en est ainsi, — ce qui n’est ni impossible25 ni nécessaire26 — le passage consacré par Sigebert à la guerre de Charlemagne en Espagne aurait été écrit ou retouché vers la fin de la composition de sa chronique et notre remaniement ne pourrait être postérieur à 1105. Les historiens des croisades qu’on a rapprochés fréquemment de notre poème27 n’ont pas été sans s’inspirer de lui, comme lui a peut-être lu certains d’entre eux (l’auteur des Gesta Francorum des environs de 1100, par exemple).

  • 28 La voie traditionnelle pour aller de France en Scandinavie est de passer par la Grande-Bretagne. P (...)

42Les diverses allusions montrent le rayonnement que la Chanson de Roland remaniée a connu par toute la France et en Angleterre. Il a éclipsé son modèle et l’a remplacé aux yeux des amateurs. Le poème lui est redevable de sa renommée occidentale. C’est de lui que proviennent toutes les versions conservées : françaises, latine, étrangères. Il a dû être copié et retouché à diverses reprises, et une de ces copies est arrivée aux mains du prêtre Konrad ; une autre a échoué au fond du pays de Galles ; telle s’est perdue — on ne sait trop comment28 — jusqu’en Scandinavie ; telle autre est tombée aux mains du remanieur flamand qui en a fait le Roelantslied. D’autres ont franchi les Alpes et l’une d’elles a été exploitée par le compilateur de Venise IV. D’autres ont franchi les Pyrénées ; et nous esquisserons plus loin leurs aventures espagnoles. D’autres sont restées en France et ont donné naissance à la riche prolifération des romans rimés ou ont forcé les clôtures des couvents et le mépris des chroniqueurs latins. Enfin, il en est une qui a franchi la Manche et est devenue en Angleterre le remaniement d’Oxford.

Notes

1 Qui ne sont ni dans l’esprit du Roland premier, ni dans celui de « Baligant ».

2 L. F. Benedetto, op. cit., pp. 163-164.

3 Il est impossible de concevoir un « Baligant » indépendant de « Roland » (voir ci-dessus).

4 Qui, à part quelques Africains (les nègres de l’Alcalife en particulier), sont ou des Marocains ou des Espagnols.

5 Le souvenir des deux grands magiciens épiques de l’antiquité concourt à renforcer la solennité du portrait.

6 Péripétie de l’ange Gabriel qui dit à Charles : « Que fais-tu ? » (O vv. 3612 ss.).

7 Ici on note une certaine touche grotesque.

8 Expression de A. Pauphilet, Sur la Chanson de Roland, pp. 183 ss., qui a fait fortune. A. Pauphilet l’appliquait à tort à toute la Chanson de Roland conservée.

9 Ajustement délicat à la Chanson initiale (voir ci-dessus), multiples rappels de la bataille de Roland (O vv. 2700 ss., 2719 ss., 2735, 2745, 2755 ss., 2771 ss., 3012, 3119 ss., 3182, 3184 ss., 3310, 3411 ss., etc.).

10 On trouvera des indications littéraires sur Baligant principalement dans W. Tavernier, Zur Vorgeschichte, pp. 156 ss. ; E. Faral, La Ch. de R., passim ; A. Pauphilet, art. cit., pp. 183 ss. ; J. Györy, Etudes, passim ; H. Graff, Das Parallelismus, pp. 18 ss. ; 35 ss. ; K. Heisig, Die Geschichtsmetaphysik, passim ; R. Hoppe, Die romanische Geste, passim ; R. R. Bezzola, De Roland à Raoul de Cambrai, passim.

11 Et non l’antéchrist, comme on aime à le dire, faisant de Baligant une nouvelle Apocalypse.

12 Sur les noms des peuples païens, il y a toute une littérature : G. Paris, Noms de peuples païens dans Roland, Romania, t. II, 1873, pp. 329 ss. ; P. Meyer, Butentrot, les Achoparts, les Canelius, Romania, t. VII, 1878, pp. 435 ss. ; P. Boissonnade, Du nouveau, pp. 168 ss. ; F. Lot, art. cit., pp. 358 ss. ; H. Grégoire et R. De Keyser, La Chanson de Roland et Byzance ou de l’utilité du grec pour les romanistes, Byzantion, t. XIV, 1939, pp. 265 ss. ; H. Grégoire, La Chanson de Roland de l’an 1085 ; Baligant et Califerne ou l’étymologie du mot Californie, Bulletin de l’Académie royale de Belgique, Classe des Lettres, 5e série, t. XXV, pp. 211 ss. ; The historical element in western and eastern Epic, Byzantion, t. XVI, 1942-43, pp. 327 ss. ; L’Islam et Byzance dans l’épopée française, Miscellanea G. Mercati, Città del Vaticano, 1946, t. III, pp. 431 ss. ; etc. ; M. Roques, c. r., Romania, t. LXVI, 1940, pp. 386 ss. ; A. Roncaglia, Gli Studi del Grégoire e l’ambiente storico della « Chanson de Roland », Cultura neolatina, t. VI-VII, 1946-47, pp. 92 ss. ; E. Mireaux, La Ch. de R. et l’Hist. de France, pp. 25 ss., 257 ss. ; etc.

13 L. Bréhier, Les Croisades, Paris, Gabalda, 6e éd., 1928, pp. 36 ss. — Rappelons qu’on a voulu retrouver un souvenir de ces tragiques événements dans une allusion de la Chanson de Roland (O vv. 1562 ss.).

14 L. Bréhier, op. cit., pp. 37 ss.

15 Voir A. Thomas, La Chanson de Sainte-Foi d’Agen, Paris, Champion, 1925,. p. xviii : second tiers ; E. Hoepffner et P. Alfaric, La Chanson de Sainte-Foy, 2 vol., Paris, « Les Belles-Lettres », 1926, Public de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg : seconde moitié du xie siècle. Aujourd’hui, A. Fabre, Aux sources de la Chanson de Sainte-Foy, pp. 24 ss., rajeunissant des thèses de C. Chabaneau et de Pio Rajna, se fonde sur une minutieuse et fallacieuse comparaison avec notre Chanson de Roland (voir Du nouveau sur la Chanson de Sainte-Foy : La Chanson de Roland dans la Chanson de Sainte-Foy, Paris-Rodez, 2 vol., 1941) ainsi que sur la thèse qui date Roland de 1100-1110 environ, pour placer la date de Sainte-Foy dans la deuxième décennie du xiie siècle (p. 41).

16 Nom de peuple qu’il est difficile de faire venir, avec P. Rajna (Romania, t. XLIX, 1923, pp. 63 ss.), de Kerbogha, le célèbre émir de Mossoul.

17 L. Bréhier, op. cit., p. 51.

18 On sait que M. Grégoire, art. cit., est d’avis que l’épisode de Baligant est l’interprétation poétique de cette lutte. Sur la foi d’identifications curieuses et hardies, il prétend que l’épisode fait allusion à toute la guerre entreprise par les Normands de Sicile contre Alexis Comnène (1081-1085). Sans entrer dans la discussion des identifications, toujours instables (Boissonnade et Mireaux y voient tout autre chose que Grégoire), toujours inefficaces, nous remarquerons quatre choses : 1) le différend entre les Normands de Guiscard et les Byzantins d’Alexis Comnène est-il réellement une « croisade », avec le climat moral que comporte une telle entreprise ? 2) l’auteur de notre épisode n’aurait pas manqué d’audace en déguisant les Grecs, les Chrétiens orientaux de Comnène, en Sarrasins, alors que l’Occident savait que les gens de Byzance n’étaient pas des musulmans ou des païens (voir la geste du Pèlerinage de Charlemagne) ; 3) l’auteur serait coupable en plus d’un fâcheux oubli : dans l’armée bariolée de Baligant, transposition poétique de celle, aussi diverse, de Comnène, il n’aurait oublié qu’une chose : les Grecs, les « Grieus » (que la fantaisie de M. Grégoire veut retrouver dans les Gros du v. 3229) ; 4) Le poète de Baligant aurait été un normand, le chantre normand d’une expédition normande, qui n’aurait pas manifesté un patriotisme particulièrement normand. Tout dernièrement a paru, sur les rapports de notre Chanson et des Normands, une étude italienne que je n’ai pas vue : E. Li Gotti, La Chanson de Roland e i Normanni, Firenze, 1949.

19 Voir, sur la naissance de l’idéal chevaleresque chrétien, E. R. Curtius, Der Kreuzugsgedanke und das altfranzösische Epos, Archiv. für d. Stud. der Neueren Spr. u. Lit., t. 169, 1936, pp. 48 ss. ; sur la naissance du climat spirituel des croisades. C. Erdmann, Die Entstehung des Kreuzugsgedankens, Stuttgart, 1935.

20 Il n’y a pas plus de raisons de faire de notre poète un Normand (comme le veulent souvent les thèses « historiques ») qu’un Flamand, un Bavarois ou un Auvergnat.

21 Suz cel n’ad gent que Caries ait plus chere, / Fors cels de France, ki les regnes cunquerent (O vv. 3031 ss.).

22 Voir R. Fawtier, La Ch. de R., p. 66 ss. ; R. Mortier, La Ch. de R., p. 101, n. 3.

23 Recherches, pp. 200 ss.

24 Voir R. Lejeune, op. cit., p. 202.

25 Voir R. Lejeune, op. cit., p. 204.

26 Les deux « reguli » ne sont pas présentés ouvertement par Sigebert comme étant ceux de Saragosse.

27 Par ex. J. Györy, Études, pp. 27 ss. ; E. Mireaux, La Ch. de R., pp. 45 ss. ; J. Schwartz, La laisse 157 de la Chanson de Roland, Romania, t. LXIX, 1946-47, pp. 520 ss. ; etc..

28 La voie traditionnelle pour aller de France en Scandinavie est de passer par la Grande-Bretagne. Plusieurs bonnes raisons militent en faveur de cette opinion. Pourtant, je ne serais pas étonné que, pour Roland, elle ait été continentale : à travers l’Allemagne et le Danemark. Un jour, j’espère pouvoir m’expliquer sur ce sujet.

© Presses universitaires de Liège, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search